Vous êtes sur la page 1sur 3

Exercices d’électrostatique – MP2 - 2018

Exercice n°1 : plan épais


On considère une répartition de charges contenues entre deux plans infinis, parallèles, séparés de e
et de charge volumique ρ uniforme. Le reste de l’espace est vide de charge.
1) Déterminer le champ et de potentiel électrostatiques engendrés en tout point de l’espace.
2) Retrouver les résultat du plan chargé en surface en faisant tendre e vers 0 à eρ constant : on
écrase les charges en un plan mince ou on change de description de l’ensemble des charges.
3) Déterminer la discontinuité du champ électrostatique à la traversée du plan et commenter.

Exercice n°2 : électrode cylindrique


On considère une électrodes cylindriques de rayon a. Elle porte une densité linéique de charge égale
à λ (λ > 0). On considèrera que ces charges sont fixes et uniformément réparties à la surface. On négligera
les effets d’extrémité, l’ensemble pouvant être considéré comme invariant par translation selon l’axe
central Oz de l’électrode. On prendra un système de coordonnées cylindriques (r , θ , z ) avec comme
r r r
repère orthonormé associé (er , eθ , e z ) .
1) Quelle relation y a-t-il entre λ et la densité surfacique de charge σ?
2) Déterminer le champ électrostatique créé par cette électrode en un point M quelconque de
l’espace.
3) En déduire une expression du potentiel électrostatique correspondant.

Exercice n°3 : Espace à symétrie sphérique non uniforme.


Déterminer le champ engendré dans l’espace par une distribution volumique de charge
ρ(r) = ρ0.exp(-kr) où r est la distance à un point fixe O.

Exercice n°4 : h e x a p ô l e é l e c t r o s t a t i q u e
Pour guider des molécules polaires, on utilise un
système électrostatique formé de six électrodes cylindriques
et parallèles (Ci, i=1,2,...,6) disposées aux sommets d’un
hexagone régulier auquel elles sont orthogonales (figure ci-
contre.
Leur rayon a est très inférieur au côté R de l’hexagone,
a << R. Elles portent des densités linéiques de charge égales
alternativement à λ (λ > 0) pour les électrodes impaires et −λ
pour les paires ; on considèrera que ces charges sont fixes et
uniformément réparties à leurs surfaces.
On négligera les effets d’extrémité, l’ensemble pouvant être considéré comme invariant par translation
selon l’axe central Oz du système. On utilisera un système de coordonnées cylindriques (r , θ , z ) avec
r r r
comme repère orthonormé (er , eθ , e z ) .
r
1) Quelles conclusions sur le champ E et le potentiel électrostatique V tire-t-on de l’invariance
par translation du système ?
2) Considérer la symétrie par rapport à un plan perpendiculaire à l’axe. Quelle propriété du champ
r
électrique E en déduit-on ?
3) Même question pour l’un des trois plans passant par l’axe central et les axes de deux électrodes
opposées.
4) Montrer que les trois plans passant par l’axe et à égale distance des électrodes sont
équipotentiels.
5) Quelle est la période angulaire d’invariance du système par rotation autour de l’axe Oz?
Exercice n°5 : cylindre non uniformément chargé
Soit un repère Oxyz. On considère un cylindre de longueur infinie, d'axe Oz, de rayon R. Ce
cylindre est chargé d'une densité surfacique de charges σ non uniforme. Au point M de la surface repéré
par l'angle cylindrique θ = (Ox,OM),la densité est σ = σ0 cosθ .
1) Étudier les symétries et invariances de cette distribution.
2) Montrer que cette distribution est équivalente à la superposition de deux cylindres de charges
volumiques uniformes ρ et –ρ, décalés de a<<R selon Ox. Relier σ0, ρ et a.
3) En déduire le champ électrostatique crée par cette distribution ainsi que son potentiel associé.

Exercice n°6 : Caractéristiques d’une distribution obtenue grâce à son champ.


r xr
Dans l’espace muni d’un repère cartésien Oxyz, un champ électrique a pour expression E = E 0 u x
a
r r r r
pour –a<x<a. Hors de cet intervalle, le champ est uniforme et vaut E = E0 u x pour x>a et E = − E 0 u x pour
x<-a
1) Déterminer l’expression du potentiel électrostatique associé en prenant V(0) = 0.
2) Retrouver la distribution de charge responsable de ce champ.

Exercice n°7 : potentiel de Yukawa.


Soit une distribution de charge ayant la symétrie sphérique autour d’un point fixe O; le potentiel est
donné à une distance r de O par V(r) = q.exp(-r/a)/4πε0r où q et a sont des constantes positives.
1) Quelles sont les dimensions de a et q ?
r
2) Calculer le champ E engendré par cette distribution à une distance r de O; examiner les
cas particulier où r << a et r>> a; dégager la signification physique de a.
3) Calculer le flux Φ(r) sortant d’une sphère de rayon r et en déduire la répartition volumique
de charge ρ(r) régnant dans l’espace. Quelle est la nature de la distribution et que modélise-
t-elle ?
4) En utilisant l’équation de Poisson, retrouver la répartition de charge volumique présente
dans l’espace (on utilisera l’expression du Laplacien en sphérique donnée en cours). Quel
est l’avantage de la méthode utilisée précédemment par rapport à celle-ci ?

Exercice n°8 : dipôle lié à un axe


On considère un cercle de rayon R, d’axe Oz, de centre O qui porte une charge uniformément
répartie Q.
1) Déterminer le champ
électrostatique engendré par cette
distribution sur son axe.
2) En déduire le potentiel
électrostatique V qui y règne en
prenant l’origine de ce dernier à
l’infini.
3) Tracer Ez et V en fonction de z.
4) Un dipôle de norme p est libre de
ce déplacer sur Oz. Etudier ces
positions d’équilibre éventuelles
ainsi que leur stabilité
Exercice n°9 : Distribution annulaire.
Soit un cercle de rayon a, de centre O dans y
le plan Oxy, portant une charge linéique +λ pour -λ +λ
x > 0 et -λ pour x < 0 avec λ > 0. Déterminer le O x
champ et le potentiel électrostatiques engendrés
à grande distance de O. A quoi est équivalente
cette distribution de charges?

Exercice n°10 : Quadrupôle.


On considère un ensemble de trois charges : +2q placée en O, -q placée en un point d’abscisse a et -
q à nouveau placée en un point d’abscisse -a. Cette distribution est-elle polaire ? dipolaire ?
quadrupolaire ?
Déterminer le potentiel et le champ électrostatiques créés par cette distribution à grande distance de
O. On utilisera des coordonnées sphériques.
Cette distribution peut-elle modéliser l’influence d’électrostatique d’un atome neutre à grande
distance ? Quelle molécule peut être représentée ainsi ?

Exercice n°11 : méthode de Maskelyne, estimation de G


Au pied d’une montagne hémisphérique de hauteur h et de masse volumique µ, on constate qu’un
pendule dévie de la verticale d’un petit angle α. En considérant la Terre comme un astre à symétrie
sphérique, donner une estimation de la constante de gravitation universelle G.
On donne h = 1600 m, α = 12’’, g0 = 9,8 m.s-2 et µ = 2,7 g.cm-3.
Cette méthode a été utilisée par l’astronome anglais Maskelyne en 1774, 24 ans avant la première mesure
de Cavendish utilisant un pendule de torsion.

Exercice n° 12: structure du sous-sol déterminée par gravimétrie

Une sphère de centre 0 et de rayon R porte une


densité volumique de charge ρ uniforme dans le
volume qu'elle délimite
1) Déterminer le champ électrostatique à
l'intérieur de la sphère. L'exprimer de telle
sorte qu'il ne dépende pas de la base
choisie.

2) On creuse dans cette sphère une cavité


sphérique de centre 0' et de rayon a. Cette
cavité est vide de charge. En utilisant le
théorème de superposition, déterminer le
champ à l'intérieur de la cavité. Quelle est
sa propriété principale ?

3) Déterminer le champ en un point M de la droite 00' situé à l'extérieur de la grande sphère.

4) Pour accéder aux cavités creusées dans le sous-sol, le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques
et Minières) mesure le champ de gravitation à la surface de la Terre. On prendra R = 6,4.106 m,
G = 6.67.10-11 SI, a = 10 m. Quelle est alors la variation relative du champ de gravitation, à la
surface de la Terre, créée par cette cavité ? On envisagera une cavité située à une profondeur de 20
m puis à une profondeur de 100 m. Commenter.