Vous êtes sur la page 1sur 82

UNIVERSITÉ DE GALATASARAY

FACULTÉ DES SCIENCES ÉCONOMIQUES ET ADMINISTRATIVES


DÉPARTEMENT DE GESTION

LES DÉTERMINANTS FINANCIERS DE LA PERFORMANCE SPORTIVE ET


BOURSIÈRE DES CLUBS DE FOOTBALL : RECHERCHE SUR LES
CHAMPIONNATS TURC, ANGLAIS ET PORTUGAIS

MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES

Présenté et soutenu par


Atanur Mehmet DEMIR

Sous la direction de
Prof. Dr. Ömür SÜER BAKLACI

Juin 2018
i

TABLE DES MATIÈRES

TABLE DES MATIÈRES…………………………………………………………………..i


LISTE DES FIGURES..…………………………………………………………………...iii
LISTE DES TABLEAUX…………………………………………………………………iv
PRÉFACE…………………………………………………………………………………vi
1. INTRODUCTION…………………………………………………………………….. ..…1
2. FOOTBALL ET FINANCE………………………………………… ………….……........3
2.1. Le développement du football professionnel et la structure économique des clubs… ...3
2.2. Le marché du travail et le marché des transferts dans le football professionnel……......5
2.3. L’équilibre compétitif et l’incertitude des résultats dans le football professionnel…….6
2.4. La demande dans le secteur du football professionnel…………………………………7
2.5. Les droits de télévision et la diffusion des matchs de football………………………….8
2.6. Le « sponsorship » dans le football professionnel……………………………………...9
2.7. Le Fair-Play financier de l’UEFA (“UEFA FFP”)……………………………………10
2.7.1. L’historique et le fonctionnement du FFP…………………………………......10
2.7.2. L’engagement des clubs sujets à ce travail envers l’UEFA concernant le
Fair-Play financier…… ……………………………………………………….11
3. REVUE DE LA LITTÉRATURE………………………………………………………...19
4. PRESENTATION DES CLUBS SUJETS A CE TRAVAIL…………………..………….38
4.1. Le championnat turc…………………...…………………………….……………….38
4.1.1. Beşiktaş………………………………………………………………………..38
4.1.2. Fenerbahçe…………………………………………………………………….39
4.1.3. Galatasaray…………… ………………………………….......………….. ..…39
4.1.4. Trabzonspor…………………...……….……………………………………...40
4.2. Le championnat anglais…………………………...………………………………….40
4.2.1. Arsenal………………………………………………………………………...41
4.2.2. Chelsea…………………………………… …………………………………..41
4.2.3. Everton……………………………...... …………..……………………….….41
4.2.4. Liverpool……………………………………… ……………………………...42
4.2.5. Manchester City……………………………………………………………….42
4.2.6. Manchester United…………………………………………………………….42
4.2.7. Tottenham………………………………………………………………….….43
4.3. Le championnat portugais……………………………………………………………44
4.3.1. Benfica………………………………………………………………………...44
4.3.2. Porto………………………………… ………………………………………..44
4.3.3. Sporting……………………………… ……………………………………….45
5. RECHERCHE………………………………………....………………………………….46
5.1. Les objectifs de la recherche…………………………………………….……………46
5.2. Les contraintes et l’échantillonnage de la recherche……...……………..……………46
5.3. Les variables retenues………………………………………… ……………………..47
5.4. La méthode et le modèle de la recherche…………………………………..……….....49
5.5. Les résultats de la recherche……………………………………………….…………50
5.5.1. Le championnat turc………………………………………………….………..50
5.5.2. Le championnat anglais………………………………… …………………….53
5.5.3. Le championnat portugais…………………………………………….……….57
ii

5.5.4. L’ensemble des clubs…...…………………………………………….……….61


6. CONCLUSION…………………………………………………………………………...66
7. BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………………………..68
8. ANNEXES………………………………………………………………………………..74
iii

LISTE DES FIGURES

Figure A : Données des points par match au cours des années de tous les clubs étudiés…….74
Figure B : Données des coefficients UEFA au cours des années de tous les clubs étudiés…..74
Figure C : Données du rendement des actions au cours des années des clubs turcs et portugais
étudiés………………………………………………………………………………………...75
iv

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Récapitulatif des engagements des clubs turcs……………………………………16
Tableau 2 : Récapitulatif des engagements des clubs anglais………………………………...17
Tableau 3 : Récapitulatif des engagements des clubs portugais…………………………...….18
Tableau 4 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les
indicateurs financiers des clubs anglais………………………………………………………27
Tableau 5 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les
indicateurs financiers des clubs espagnols……………………………………………………30
Tableau 6 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les
indicateurs financiers des clubs turcs…………………………………………………………31
Tableau 7 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les
indicateurs financiers des clubs français…………………………………………………...…32
Tableau 8 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les
indicateurs financiers des clubs européens………………………………………………...…32
Tableau 9 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et la
performance boursière des clubs turcs………………………………………………………..33
Tableau 10 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et la
performance boursière des clubs européens…………………………………………………..36
Tableau 11 : Récapitulatif des clubs turcs……………………………………………………40
Tableau 12 : Récapitulatif des clubs anglais……………………………………………….…43
Tableau 13 : Récapitulatif des clubs anglais (suite)…………………………………………..43
Tableau 14 : Récapitulatif des clubs portugais……………………………………………….45
Tableau 15 : Les variables dépendantes et indépendantes retenues…………………………..48
Tableau 16 : Définition et code des variables retenues……………………………………….49
Tableau 17 : Déterminants des points par match gagnés en championnat turc…………....…50
Tableau 18 : Déterminants du coefficient UEFA des clubs turcs……………………...….….51
Tableau 19 : Déterminants du rendement des actions des clubs turcs……………….……….52
Tableau 20 : Déterminants des points par match gagnés en championnat anglais…….……..54
Tableau 21 : Déterminants du coefficient UEFA des clubs anglais………..…………………55
Tableau 22 : Déterminants des points par match gagnés en championnat portugais…..……..57
Tableau 23 : Déterminants du coefficient UEFA des clubs portugais………………..………58
Tableau 24 : Déterminants du rendement des actions des clubs portugais…………..……….59
Tableau 25 : Déterminants des points par match gagnés en championnat de l'ensemble des
clubs…………………………………………………………………………………………..61
v

Tableau 26 : Déterminants du coefficient UEFA de l'ensemble des clubs……………………62


Tableau 27 : Déterminants du rendement des actions de l'ensemble des clubs turcs et
portugais………………………………………………………………………………………64
vi

PRÉFACE

Je tiens à remercier de la manière la plus sincère ma directrice de thèse, Prof. Dr. Ömür
SÜER BAKLACI, qui m’a soutenu et guidé tout au long de ce travail. Je souhaiterais également
remercier ses assistants, M. Süleyman ŞEN et M. Sergen AKARSU, qui m’ont également
soutenu tout au long de ce travail et qui m’ont aidé, particulièrement pour la partie
économétrique de notre recherche.
1

1. INTRODUCTION
L’industrie du sport, et plus particulièrement celle du football est devenu, aujourd’hui,
l’une des principales dans l’économie mondiale. A ce jour, on retrouve de plus en plus de pays
et de clubs qui investissent dans le football professionnel avec notamment le dernier transfert
record de l’attaquant brésilien Neymar, qui a rejoint le Paris Saint-Germain en 2017 en
provenance du FC Barcelone pour la somme de 222 millions d’Euro1. Cette croissance
astronomique des montants de transferts et des salaires des joueurs est vivement débattue entre
les dirigeants professionnels, mais également entre les amateurs de ce sport, qui se posent des
questions sur l’avenir du football professionnel.

Par ailleurs, cette situation attire également l’attention des gouvernements nationaux,
comme celui de l’Espagne, qui décident de s’impliquer activement dans le contrôle financier
des clubs de football2. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de nous focaliser sur les
facteurs financiers qui affectent la performance sportive et boursière des clubs en pensant que
ceci est la clé du redressement des clubs qui s’endettent de plus en plus.

Notre question de recherche est donc la suivante : « Quels sont les déterminants
financiers de la performance sportive et boursière des clubs de football ? » Pour tenter de
répondre à cette question, nous utiliserons deux hypothèses :

• Hypothèse 1 : « La performance sportive des clubs de football est significativement


affectée par des déterminants financiers. »
• Hypothèse 2 : « La performance boursière des clubs de football est affectée par des
déterminants financiers. »

Afin de tester ces hypothèses et répondre à notre question de recherche, nous avons
collecté un ensemble de données de panel pour quatorze clubs de football répartis dans trois
championnats différents. Les championnats turc, anglais et portugais ont été analysés durant la
période débutant à la saison 2006/2007 et se terminant en 2016/2017. Ces championnats ont été
choisis selon le principe qu’ils diffèrent tous, tant au niveau sportif qu’aux niveaux financier et
boursier. La performance sportive des clubs est mesurée par la moyenne de points par match
gagnés en championnat et le coefficient UEFA tandis que leur performance boursière est

1
https://www.eurosport.fr/football/ligue-1/2017-2018/officiel-neymar-signe-5-ans-au-
psg_sto6276146/story.shtml
2
http://www.sofoot.com/le-parlement-espagnol-veut-controler-les-dettes-des-clubs-438647.html
2

mesurée par le rendement des actions. Les indicateurs financiers considérées dans ce travail
sont quelques ratios financiers bien connus et différents types de coût et de revenu. Une
explication détaillée des variables utilisées dans ce travail peut être trouvée dans la section 5.3.
En plus des facteurs financiers, nous avons également intégré les engagements de Fair-Play
financier faits envers l’UEFA pour déterminer si ceux-ci affectaient la performance sportive et
boursière des clubs.

Dans notre recherche, nous avons répondu à notre question et avons déterminé quels
étaient les indicateurs financiers affectant la performance sportive et boursière des clubs. Il faut
noter que le rendement des actifs est apparu comme étant l’indicateur financier le plus
important, ce qui est un résultat attendu si l’on considère que les actifs sont le cœur de toute
entreprise et d’autant plus des clubs sportifs puisqu’ils sont principalement constitués des
joueurs de l’équipe. De plus, nous avons démontré que les engagements FFP des clubs envers
l’UEFA ont un impact positif sur leur performance boursière, mais négatif sur leur performance
sportive.

Cette recherche permettrait aux dirigeants des clubs, des fédérations nationales, ainsi
qu’à ceux des institutions du football européen et mondial, qui jouent un rôle de plus en plus
important dans la gestion financière des clubs, de visualiser les points clés d’une bonne gestion
financière des clubs.

Par ailleurs, cette recherche vise également les fans de football ne qui s’intéressent plus
uniquement à la performance sportive, mais également à la situation financière des clubs et dont
leur nombre s’étend à une grande vitesse ; ces fans sont généralement ceux qui sont le plus
inquiets de l’ampleur que prend cette industrie et de la dégradation de l’esprit sportif.

Finalement, les investisseurs des clubs de football pourraient également être intéressés
par notre recherche qui leur permettra de prendre des décisions d’investissement en se basant
sur les déterminants financiers qui affectent la valeur des actions en bourse.

Le reste de ce travail est organisé comme suit. Dans la section 2, nous présentons le
développement de cette industrie avec certains concepts clés comme la structure économique
des clubs, le marché du travail dans ce secteur, le marché des transferts de joueurs, l’équilibre
compétitif, l’incertitude des résultats, la demande dans le secteur, les droits de télévision et le
sponsorship. Puis, nous consacrons une partie à l’intervention des autorités européennes du
football dans les finances des clubs, notamment avec le concept de Fair-Play financier. La revue
de la littérature, constituée des recherches antérieures faites à ce sujet compose la section 3.
3

Dans la section 4, les clubs sujets à notre travail sont brièvement présenté. Dans la section 5,
nous partagerons notre recherche qui tente de déterminer les facteurs financiers de la
performance sportive et boursière des clubs de football en utilisant une régression avec données
de panel et présentons les résultats.

2. FOOTBALL ET FINANCE

Dans cette section, nous allons vous présenter le développement de l’industrie du


football avec certains concepts clés comme la structure économique des clubs, le marché du
travail dans ce secteur, le marché des transferts de joueurs, l’équilibre compétitif, l’incertitude
des résultats, la demande dans le secteur, les droits de télévision et le sponsorship.

2.1. Le développement du football professionnel et la structure économique des clubs

Les caractéristiques du football professionnel en tant que sport ont toujours été
inextricablement liées à ses attributs en tant qu'entreprise, mais jamais plus qu'aujourd'hui. Des
plaintes sont régulièrement diffusées dans les médias que les joueurs sont trop payés, que le
marché des transferts est hors de contrôle, que les priorités des actionnaires l'emportent sur les
intérêts des supporters, que les prix exorbitants des billets éloignent les spectateurs de longue
date du football et que les priorités de la télévision dictent à la fois les décisions stratégiques et
opérationnelles des clubs de football et des organismes organisateurs du sport. Horton (1997)
exprime les préoccupations d'un supporter typique sur un large éventail de questions de ce
genre, qui sont essentiellement des questions d'économie, de commerce ou de finance.

Entre le début des années 1920 et la fin du siècle, la structure économique du football
anglais a traversé deux phases d'équilibre distinctes, interrompues par deux périodes de
transition (Dobson et Goddard, 2004). La première phase d'équilibre très stable a duré du début
des années 1920 jusqu'à la fin des années 1950. Une uniformité considérable dans la structure
financière des clubs opérant à tous les niveaux de la ligue a été préservée grâce à la
réglementation des prix d'admission (qui déterminent la principale composante des revenus) et
des salaires des joueurs (principal coût des clubs). À la fin des années 1950, cependant, alors
que la reprise de l'après-guerre s'accélérait et que le niveau de vie général augmentait
considérablement, la pression pour l'assouplissement de ces règlements devint irrésistible.
L'abolition du salaire maximum en 1961 et la réforme du système de retenue et de transfert en
1963 annonçaient une période d'inégalité financière croissante entre les clubs opérant à
4

différents niveaux de la hiérarchie de la ligue, le football faisant la transition vers une nouvelle
(et considérablement moins durable) structure économique d'équilibre.

La période comprise entre le milieu des années 1970 et la fin des années 1980 est
identifiée comme étant la deuxième phase d'équilibre. Pendant cette période, la fortune
économique du football déclinait sur plusieurs fronts. Les pressions exercées par les
changements sociaux et démographiques, le phénomène des hooligans et l'incapacité des clubs
de football à entretenir leur propre infrastructure physique ont eu des répercussions sur de
nombreuses années, au point que la survie future d'un grand nombre de clubs (grands et petits)
semblait être en danger. À mesure que la crise s'aggravait, la tendance antérieure à la hausse
des inégalités entre les clubs semble avoir été freinée ; les positions financières de tous les clubs
se détérioraient à peu près au même rythme. Malheureusement, ce n'est qu'après les catastrophes
de Heysel, Bradford et Hillsborough que l'élan d'une réforme fondamentale est devenu
inévitable. Suite à ces incidents, où des centaines de supporters sont morts à cause de
l’hooliganisme et de l’insuffisance des infrastructures, les clubs anglais ont été sévèrement
punis par l’UEFA et la fédération anglaise a donc décidé de réformer le football pour en faire
un sport plus respectable3.

La réhabilitation du football au cours des années 1990 en tant que sport national le plus
populaire en Angleterre et plus généralement en Europe a coïncidé avec une nouvelle
augmentation de l'inégalité financière et compétitive entre les clubs. Cette augmentation a eu
lieu dans un contexte de hausse de la demande plutôt qu'à la baisse à tous les niveaux, ce qui a
affecté financièrement les petits membres de la ligue. Bien évidemment, il y a également
beaucoup d'aspects positifs aux changements de ces dernières années. Principalement en raison
des changements technologiques en matière de radiodiffusion, le double statut du sport de
spectateur et du spectacle télévisé s'est reflété de façon plus réaliste dans l'équilibre entre les
revenus tirés des deux sources. La reconstruction en gros et la conversion de tous les grands
stades, le statut social, associé à la marginalisation du phénomène de l’hooliganisme, a
largement contribué à renforcer l'attrait du football en tant que sport de spectateur. Un afflux
de joueurs étrangers talentueux est largement perçu comme ayant conduit à des améliorations
marquées dans les standards de jeu en Premier League. La libéralisation des règles régissant le
marché du travail du football a creusé les disparités entre la rentabilité des principaux acteurs
et le reste : une tendance qui semble devoir se poursuivre à l'avenir si de nouvelles réformes,

3
http://www.heraldscotland.com/news/12055728.Bradford__Heysel__and_the_horrific_lesson_of_Hillsborough/
5

nécessaires pour se conformer au droit européen du travail, aboutissent à l'abolition du système


de transfert (Dobson et Goddard, 2004).

2.2. Le marché du travail et le marché des transferts dans le football professionnel

Selon Downward et Dawson (2002), l’explosion des salaires, en particulier pour les
joueurs dits « superstars », l'inflation des frais de transfert et la mondialisation du marché des
transferts sont quelques-uns des changements les plus spectaculaires qui ont affecté le football
en Angleterre et dans le monde entier ces dernières années.

L'analyse théorique de l'économie des superstars aborde le paradoxe apparent entre les
gains élevés réalisés par les stars du sport dont la contribution au bien-être de la société est peut-
être plutôt modeste (malgré l'adulation qu'ils reçoivent) et les faibles revenus réalisés par des
groupes tels que les enseignants, dont la contribution est beaucoup plus importante. L'écart
s'explique par le fait que, notamment depuis l'avènement de la télévision à péage, les stars du
sport sont capables de desservir simultanément de très nombreux auditoires payants,
n'entraînant que peu ou pas de coûts supplémentaires à mesure que la taille de l'auditoire
augmente. Les infirmiers et les enseignants, en revanche, desservent un nombre strictement
limité d'utilisateurs (Downward et Dawson, 2002).

Le potentiel d'inflation élevée des salaires dans le football est donc créé par des
changements dans le niveau et la composition de la demande effective, eux-mêmes causés
principalement par l'évolution technologique de la radiodiffusion. Pendant ce temps, les
mouvements successifs vers la libre agence sur le marché du travail des joueurs ont augmenté
le pouvoir de négociation des joueurs dans leurs négociations salariales, leur permettant de
capturer une grande partie de l'élément de loyer dans les revenus supplémentaires générés. Par
conséquent, le potentiel d'inflation des salaires élevés s'est concrétisé dans la réalité (Downward
et Dawson, 2002).

Une autre caractéristique de la compensation des footballeurs est expliquée par les
mêmes auteurs (Downward et Dawson, 2002) par le modèle de tournoi de classement, qui
examine les distributions de salaires intra-équipe. Les clubs ont intérêt à fournir des incitations
aux footballeurs afin qu'ils maximisent leurs investissements dans leurs compétences de jeu et
maximisent leur niveau d'effort. La haute performance découle de la capacité innée et de
l'investissement dans les compétences et l'effort. Selon le modèle des tournois de classement,
6

les écarts de salaires importants incitent tous les joueurs à investir dans le développement de
leurs compétences, dans l'espoir d'obtenir une place en première équipe et un salaire plus élevé.
Les salaires des joueurs individuels ont donc tendance à différer systématiquement de leurs
revenus marginaux.

La recherche empirique faite par Dobson et Goddard (2004) a quantifié les relations
entre les caractéristiques des joueurs, leur performance et leur rémunération, particulièrement
dans le cas des sports d'équipe nord-américains. Dans de nombreuses études, il existe des
preuves significatives de discrimination contre les Noirs pendant la période d'après-guerre, bien
que la situation se soit nettement améliorée au cours de la dernière décennie. Au cours des
années 1970 et 1980, le football anglais ne semble pas avoir été complètement innocent de
tendances similaires.

2.3. L’équilibre compétitif et l’incertitude des résultats dans le football professionnel

Selon Dobson et Goddard (2004), la littérature théorique sur l'équilibre de la


concurrence a une confiance considérable en la capacité des forces du marché à maintenir un
degré raisonnable d'équilibre compétitif au sein des ligues sportives professionnelles. Toutefois,
elle a tendance à se méfier des interventions réglementaires visant à promouvoir l'équilibre
concurrentiel, sous la forme de clauses de réserve, de plafonds salariaux ou d'accords de partage
des revenus. Au mieux, l'effet sur l'équilibre concurrentiel de ces mécanismes peut être neutre
; au pire, ils pourraient par inadvertance rendre la concurrence plus déséquilibrée. Les
hypothèses nord-américaines sur les marchés du travail fermés et le comportement de
maximisation des profits ne transfèrent pas nécessairement directement de l'autre côté de
l'Atlantique. Néanmoins, la littérature théorique suggère fortement qu'il faut faire preuve de
prudence avant de préconiser des remèdes simplistes pour les tendances perçues vers une
domination excessive du championnat par une poignée d'équipes de grands marchés, à la fois
en Angleterre et plus généralement en Europe.

L’imprévisibilité est une caractéristique essentielle du produit que les équipes sportives
professionnelles vendent à leurs spectateurs (Downward et Dawson, 2002). Différentes
analyses peuvent être faites pour déterminer les résultats des matchs avant que ceux-ci aient
lieu. L’analyse des tendances concernant les résultats des matchs révèle une amélioration
progressive de la performance des équipes à l'extérieur au cours des dernières années et une
diminution correspondante de l'importance de l'avantage à domicile. L'analyse de la nature des
7

effets de persistance dans les suites de résultats de jumelage consécutifs confirme la notion de
complaisance ou d'effet de confiance négatif, ce qui facilite l'inversion des bons et des mauvais
sorts plus tôt que prévu, compte tenu de la diversité normale entre les équipes de chaque division
en toute saison. Enfin, un modèle de prévision évalue les probabilités et génère des prévisions
des futurs résultats de correspondance à partir des données historiques, et détermine dans quelle
mesure les résultats des correspondances sont prévisibles et dans quelle mesure ils sont
aléatoires.

2.4. La demande dans le secteur du football professionnel

Depuis les années 1970, la modélisation de la correspondance match par match et saison
par saison a été un sujet populaire dans la littérature empirique sur l'économie du sport (Gratton
et Taylor, 2002). Les économistes sont naturellement enclins à interpréter les données de
fréquentation comme une mesure de la demande. Les présences sont toutefois regroupées sur
divers groupes de spectateurs, dont les détenteurs de billets de saison et les acheteurs de billets
(à divers prix) pour des matches individuels. La nature de l'agrégation tend à rendre
problématique l'estimation des prix et autres élasticités de la demande. La causalité
multidirectionnelle entre les variables telles que le prix, la performance et la fréquentation des
équipes présentent également des difficultés dans l'estimation des équations de fréquentation.

Bien que sa mesure soit quelque peu arbitraire, la taille du marché est généralement
considérée comme un déterminant important des présences aux matches, tout comme la
distance géographique séparant les deux équipes qui se disputent chaque match. Les modèles
de fréquentation saisonnière sont mieux équipés pour détecter les effets sur les prix, les revenus
et le chômage, et un certain nombre d'études récentes, relevées par Gratton et Taylor (2002),
ont quantifié une élasticité-prix relativement faible mais statistiquement significative.
Cependant, il faut faire preuve de prudence dans l'interprétation des résultats de régressions
estimées à l'aide de séries chronologiques non stationnaires ou à tendance. En tout état de cause,
la performance de l'équipe semble exercer une influence beaucoup plus forte sur les présences
individuelles que sur les prix, bien qu'il y ait moins de consensus parmi les chercheurs sur la
question de savoir si l'incertitude du résultat du match est plus susceptible de générer une
fréquentation de match élevée. Sans surprise, les matches qui sont pertinents pour les résultats
du championnat sont systématiquement trouvés pour attirer des affluences plus élevées.
8

Selon Dobson et Goddard (2004), les influences sociales, culturelles, ethniques et


religieuses jouent également un rôle important dans la détermination de la taille et de la
composition des foules qui regardent certains clubs, comme, par exemple, l'histoire du FC
Barcelone en Espagne et du Celtic en Ecosse. Les signes symboliques ou nostalgiques comme
les drapeaux, les bannières et les chants prouvent que les derbys tels que Celtic-Rangers
deviennent de plus en plus des spectacles dans les tribunes que sur le terrain.

2.5. Les droits de télévision et la diffusion des matchs de football

Selon Henderson (2010), il n'est pas surprenant de constater que la diffusion des matchs
et des évènements sportifs par les voies de la télévision, de la radio, des téléphones mobiles et
des PC constitue l'outil principal de la mondialisation et de l'augmentation conséquente des
revenus dans le football.

Un certain nombre de questions se posent concernant la diffusion de l'expérience de


football. Premièrement, nous pouvons affirmer que les clubs de football en profitent puisque
les droits de diffusion sont vendus pour des sommes d'argent importantes. Cependant, nous
devons souligner que la négociation collective des droits d’un championnat entier permet à tous
les clubs d'obtenir un avantage financier car cela ne se produit pas dans les ligues où les plus
grands clubs négocient des droits de diffusion individuels. Par exemple, l'AC Milan a généré le
plus de revenus de diffusion au cours de la saison 2006/7 avec la plupart des 103,4 millions
d’Euro provenant de leur contrat de télévision payante avec Sky Italia (Henderson, 2010).

Suite à cela, nous constatons que seuls les meilleurs clubs de la Premier League
investissent dans la chasse aux revenus sur toutes les plateformes possibles. Ce qui est évident
ici, c'est que seuls les ligues et clubs de premier plan sont bien placés pour tirer parti de la
croissance des revenus. D'autre part, malgré l'afflux de nouveaux propriétaires qui cherchent à
se nourrir de ce pot de miel, certains estiment que le profit n'est pas au premier plan des clubs
qui accumulent une lourde dette et rivalisent pour offrir aux joueurs vedettes des accords
financiers eux ou les garder au club (Szymanski, 2009).

La situation pour les supporters semble être mitigée (Budzinski et Feddersen, 2014).
D’une part, ils peuvent regarder n'importe quel match ou obtenir les dernières nouvelles dans
n'importe quelle partie du monde. D’autre part, peu de choses semblent être comprises sur les
avantages que les fans recherchent réellement dans leur expérience. Bien qu'il y ait clairement
9

beaucoup de bonnes heures passées autour du monde dans les bars sportifs, des questions
pourraient être posées au sujet de la valeur perçue des offres telles que les faits saillants
d'objectif envoyés à un téléphone portable. En résumé, cela suggère que la connaissance des
motivations et des évaluations des fans serait bénéfique pour les clubs de football en termes de
commercialisation des services de diffusion.

2.6. Le « sponsorship » dans le football professionnel

Le « sponsorship » ou le parrainage sportif est une industrie mondiale de 20 milliards


de dollars dominée par les États-Unis, qui représentent environ un quart du total. On estime
qu'il croît à un taux annuel de 10%, alimenté par l'augmentation des frais de parrainage pour les
grands événements sportifs et les sports d'équipe professionnels. Cependant, quels que soient
les chiffres cités, ils risquent de sous-estimer la vraie valeur du sponsoring sportif en raison de
la difficulté d'identifier le véritable niveau de ressources impliquées dans les contrats de
sponsoring et les problèmes de budget de marketing (Dobson et Goddard, 2004).

Selon les mêmes auteurs (Dobson et Goddard, 2004), le marché du sponsorship est
plutôt fragmenté et incomplet. Seul un petit nombre d'événements, d'équipes et d'athlètes d'élite
reçoit une offre excédentaire de sponsors, ce qui entraîne la soumission de frais de parrainage.
Il y a un plus grand nombre d'événements, d'équipes et d'athlètes dans une situation de demande
excédentaire de fonds de sponsors.

Une autre caractéristique majeure du marché des sponsors est sa volatilité. Il y a trente
ans, le marché n'existait pas en dehors des États-Unis. Aujourd'hui, des sponsors majeurs,
comme IBM aux Jeux olympiques, peuvent soudainement décider de mettre fin à leur
parrainage de l'événement (Gratton et Taylor, 2002). Tout sport peut voir qu'une source majeure
de revenus disparaît du jour au lendemain pour des raisons qui n'ont pas toujours quelque chose
à voir avec le comportement du sport. C'est potentiellement la forme la plus volatile de soutien
des revenus pour le sport. Bien que nous ayons essayé d'identifier les raisons pour lesquelles
les entreprises sponsorisent le sport et les avantages qu'elles recherchent, de nombreuses
entreprises ne peuvent prouver que ces avantages ont été atteints et si des changements dans la
situation économique des entreprises venaient à menacer leur viabilité économique, souvent la
première dépense à être coupé est le sponsorship.
10

Malgré ces problèmes, Gratton et Taylor (2002) pensent que le parrainage sportif reste
une des principales sources de revenu des clubs sportifs. Il est à noter que le concept de
sponsorship est étroitement lié au principe de droits de télévisoin, présenté plus haut dans la
rubrique précédente. Tous les sponsors veulent évidemment que leur nom soit visible le plus
possible à la télévision. C’est la raison pour laquelle les équipes qui sont plus retransmises dans
les médias reçoivent les meilleurs contrats de la part de leurs sponsors.

2.7. Le Fair-Play financier de l’UEFA (“UEFA FFP”)

Dans cette rubrique, nous nous intéresserons, dans un premier temps, à l’historique et
au fonctionnement du Fair-Play financier afin d’en comprendre son utilité. Puis, nous
présenterons les engagements faits par les clubs sujets à ce travail envers l’UEFA concernant
le FFP.

2.7.1. L’historique et le fonctionnement du FFP

En septembre 2009, l’Union des Associations Européennes de Football (l’UEFA) décide


d’instaurer un système de contrôle financier concernant les clubs de football européens. Cette
mesure est prise pour éviter que les clubs dépensent plus d’argent que ce qu’ils gagnent pour
atteindre leurs objectifs sportifs et qu’ils se retrouvent dans une situation financière délicate qui
menacerait leur survie à long terme. Les autres objectifs du Fair-Play financier sont d’introduire
une discipline et une rationalité au niveau des finances des clubs, de rabaisser les salaires et les
coûts de transfert, d’encourager les clubs à investir à long terme dans les infrastructures et les
centres de formation, et finalement de guider les clubs à payer leurs dettes. L’UEFA décide
donc d’instaurer le système de Fair-Play financier graduellement à partir de 2011 en
commençant par contrôler si les salaires sont versés à temps, puis à vérifier si le seuil de
rentabilité est atteint à partir de la saison 2013/20144.

Lors de l’annonce de la nouvelle règlementation, le président de l’UEFA à cette époque,


Michel Platini met en évidence le nombre grandissant des clubs qui s’endettent de plus en plus
et à une vitesse effrayante5. Il met en garde les clubs qui veulent participer aux compétitions de
l’UEFA et précise qu’ils doivent accepter leur principe et respecter les bases de la comptabilité,

4
https://www.uefa.com/insideuefa/protecting-the-game/club-licensing-and-financial-fair-play/index.html
5
https://www.theguardian.com/football/2012/aug/31/michel-platini-financial-fair-play
11

qui sont piétinées depuis un certain temps dans le milieu du football. Il insiste, cependant, sur
le fait que cette règle n’est pas une punition pour les clubs, mais une aide qui les sortira d’une
tourmente financière.

Le principe de base de Fair-Play financier s’appuie sur le fait que les clubs ne doivent
pas dépenser plus que leur revenu, donc atteindre le seuil de rentabilité (défini dans l’article 64
de l’UEFA Club Licensing and Financial Fair Play Regulations, dit « UEFA CLFFPR ») et être
en mesure de payer leurs salaires à temps6. Cependant, le critère de seuil de rentabilité peut être
élargi dans certaines situation. Dans ce cas, la notion de « déviation acceptable » (défini dans
l’article 61 de l’UEFA CLFFPR) prend de l’importance. En principe la déviation acceptable est
un déficit pouvant aller de 5 à 30 millions d’Euros, même si elle peut dépasser cette somme
selon un accord avec les clubs7. De plus, les coûts d’investissement sur les infrastructures, les
centres d’entrainement et les centres de formation (développement des jeunes) ne seront pas
prises en compte dans le calcul des coûts pour le FFP.

Huit sanctions différentes ont été établies pour les clubs n’obéissant pas aux régulations
du FFP. Celles-ci sont, par ordre de gravité, l’avertissement, les amendes, la déduction de
points, la suspension des revenus générés des compétitions de l’UEFA, l’interdiction
d’enregistrer des nouveaux joueurs pour les compétitions de l’UEFA, la restriction sur le
nombre de joueurs pouvant être enregistrés sur la liste de l’UEFA, la disqualification d’une
compétition en cours et l’exclusion des compétitions futures8.

2.7.2. L’engagement des clubs sujets à ce travail envers l’UEFA concernant le Fair-Play
financier

Comme précisé dans la rubrique précédente, l’UEFA Financial Fair-Play est une règle
en vigueur qui concerne toute équipe souhaitant participer aux compétitions de l’UEFA.
Toutefois, il existe également certaines spécificités pour les clubs dont leur situation financière
est plus critique. L’UEFA propose à ces clubs de trouver un terrain d’entente en leur imposant
certaines restrictions et en leur accordant certaines flexibilités pour que ces clubs puissent
améliorer leur situation financière graduellement sous contrôle de l’UEFA. Dans cette rubrique,
nous allons nous intéresser aux engagements faits par les clubs sujets à ce travail envers

6
Art.64, UEFA Club Licensing and Financial Fair Play regulations - Edition 2018
7
Art.61, UEFA Club Licensing and Financial Fair Play regulations - Edition 2018
8
http://www.uefa.com/community/news/newsid=2064391.html
12

l’UEFA. En Turquie, six clubs (Beşiktaş, Bursaspor, Fenerbahçe, Galatasaray, Kardemir


Karabükspor, Trabzonspor), dont les quatre sujets à ce travail ont signé un accord avec l’UEFA.
En Angleterre, seul Manchester City a signé un accord, tandis qu’au Portugal, Porto et Sporting
se sont engagés.

Premièrement, tous les clubs turcs sujets à ce travail sont concernés par les engagements
envers l’UEFA, tous ayant signé un accord. Il est à noter que les clubs turcs sont financièrement
très mal gérés depuis plusieurs années et que l’UEFA peut enfin surveiller de près leurs actions
grâce à l’instauration du système de FFP.

Beşiktaş n’est pas parvenu à atteindre les objectifs cités dans les articles 53 à 68 de l’UEFA
Club Licensing and Financial Fair Play Regulations ("UEFA CLFFPR"), et plus
particulièrement dans les articles 58 à 63 qui concernent le seuil de rentabilité. Le club et
l’UEFA se sont entendus le 8 mai 2015 sur certains points dont les principaux sont les suivants9:

• Cet engagement couvre les saisons 2015/2016, 2016/2017, 2017/2018 et 2018/2019.


Durant cette période, le club s’engage à obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2018/2019 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club accepte qu’il ne soit pas parvenu à rester dans la “déviation acceptable” (défini
dans l’article 61 de l’UEFA CLFFPR) durant la période 2014/2015.
• Le club s’engage à ne pas avoir plus de 20 millions d’Euro de déficit à la fin de la
période 2015/2016 et de 10 millions d’Euro de déficit à la fin de la période 2016/2017.
• De plus, le club s’engage à limiter ses dépenses pour les transferts de joueurs et sa liste
de joueurs inscrits pour les compétitions de l’UEFA.
• Le club accepte de payer 5,5 millions d’Euro, dont 1,5 millions garantis et 4 millions
conditionnels, à l’UEFA en cas de revenus générés par les compétitions de l’UEFA.

Fenerbahçe n’est pas parvenu à atteindre les objectifs cités dans les articles 53 à 68 de l’UEFA
Club Licensing and Financial Fair Play Regulations ("UEFA CLFFPR"), et plus
particulièrement dans les articles 58 à 63 qui concernent le seuil de rentabilité. Le club et

9
Settlement Agreement with Beşiktaş Futbol Yatırımları Sanayi ve Ticaret A.Ş., Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2015
13

l’UEFA se sont entendus le 20 mai 2016 sur certains points dont les principaux sont les
suivants10:

• Cet engagement couvre les saisons 2016/2017, 2017/2018, 2018/2019 et 2019/2020.


Durant cette période, le club s’engage à obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2019/2020 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club accepte qu’il ne soit pas parvenu à rester dans la “déviation acceptable” (défini
dans l’article 61 de l’UEFA CLFFPR) durant la période 2015/2016.
• Le club s’engage à ne pas avoir plus de 30 millions d’Euro de déficit à la fin de la
période 2015/2016, de 20 millions d’Euro de déficit à la fin de la période 2016/2017 et
de 10 millions d’Euro de déficit à la fin de la période 2017/2018.
• De plus, le club s’engage à limiter ses dépenses pour les transferts de joueurs et sa liste
de joueurs inscrits pour les compétitions de l’UEFA.
• Le club accepte de payer 7,5 millions d’Euro, dont 2 millions garantis et 5,5 millions
conditionnels, à l’UEFA en cas de revenus générés par les compétitions de l’UEFA.

Galatasaray n’est pas parvenu à atteindre les objectifs cités dans les articles 53 à 68 de l’UEFA
Club Licensing and Financial Fair Play Regulations ("UEFA CLFFPR"), et plus
particulièrement dans les articles 58 à 63 qui concernent le seuil de rentabilité. Le club et
l’UEFA se sont entendus le 16 mai 2014 sur certains points dont les principaux sont les
suivants11:

• Cet engagement couvre les saisons 2014/2015 et 2015/2016. Durant cette période, le
club s’engage à obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2015/2016 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club s’engage à ne pas augmenter ses coûts de personnel durant la période convenue
dans cet engagement.

10
Settlement Agreement with Fenerbahçe Futbol A.Ş., Club Financial Control Body, Investigatory Chamber, 2016
11
Settlement Agreement with Galatasaray Sportif Sinai ve TIC Yatirimlar A.Ş., Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2014
14

• Le club accepte de payer 200,000 Euros à l’UEFA en cas de revenus générés par les
compétitions de l’UEFA.

Le 2 mars 2016, l’UEFA publie sa décision concernant le cas de Galatasaray qui n’a pas atteint
les objectifs fixés par l’engagement fait en 2014. L’UEFA expulse donc le club des
compétitions européennes pour les deux prochaines saisons pour lesquelles le club se qualifie
et aurait normalement dû avoir accès si elle avait atteint ses objectifs financiers. L’UEFA décide
également de fixer une limite maximum concernant les salaires de joueurs que peut payer le
club pendant deux ans. Ainsi, le club ne pourra pas payer plus de 65 millions d’Euro à ces
joueurs pour les périodes se terminant en 2016 et 201712.

Trabzonspor n’est pas parvenu à atteindre les objectifs cités dans les articles 53 à 68 de l’UEFA
Club Licensing and Financial Fair Play Regulations ("UEFA CLFFPR"), et plus
particulièrement dans les articles 58 à 63 qui concernent le seuil de rentabilité. Le club et
l’UEFA se sont entendus le 16 mai 2014 sur certains points dont les principaux sont les
suivants13:

• Cet engagement couvre la saison 2014/2015. Durant cette période, le club s’engage à
obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2015/2016 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club s’engage à ne pas augmenter ses coûts de personnel durant la période convenue
dans cet engagement.
• Le club accepte de payer 200,000 Euros à l’UEFA en cas de revenus générés par les
compétitions de l’UEFA.

Le 20 mai 2016, Trabzonspor renouvelle son engagement envers l’UEFA avec un nouvel accord
sur les points suivants14:

12
DECISION in case AC-01/2016 Galatasaray Sportif Sinai ve Ticari Yatirimlar A.S., Club Financial Control
Body, Investigatory Chamber, 2016
13
Settlement Agreement with Trabzonspor Sportif Yatirim ve Futbol Işletmeciliği Ticaret A.Ş., Club Financial
Control Body, Investigatory Chamber, 2014
14
Settlement Agreement with Trabzonspor Sportif Yatirim ve Futbol Işletmeciliği Ticaret A.Ş., Club Financial
Control Body, Investigatory Chamber, 2016
15

• Cet engagement couvre les saisons 2016/2017, 2017/2018 et 2018/2019. Durant cette
période, le club s’engage à obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2018/2019 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club accepte qu’il ne soit pas parvenu à rester dans la “déviation acceptable” (défini
dans l’article 61 de l’UEFA CLFFPR) durant la période 2014/2015.
• Le club s’engage à ne pas avoir plus de 20 millions d’Euro de déficit à la fin de la
période 2015/2016 et de 10 millions d’Euro de déficit à la fin de la période 2016/2017.
• De plus, le club s’engage à limiter ses dépenses pour les transferts de joueurs et sa liste
de joueurs inscrits pour les compétitions de l’UEFA.
• Le club accepte de payer 2 millions d’Euro, dont 1 million garanti et 1 million
conditionnel, à l’UEFA en cas de revenus générés par les compétitions de l’UEFA.

Mise à part ces quatre clubs côtés en bourse, deux autres clubs turcs (Bursaspor15 et Kardemir
Karabükspor16) ont signé des accords respectivement en 2014 et en 2015 avec l’UEFA
concernant le FFP et ne sont pas parvenus à respecter leur engagement. Ils ont donc été expulsés
des compétitions de l’UEFA pour respectivement quatre17 et deux années18.

15
Settlement Agreement with Bursaspor Kulübü Derneği, Club Financial Control Body, Investigatory Chamber,
2014
16
Settlement Agreement with Kardemir Karabükspor Kulübü Dernegi, Club Financial Control Body, Investigatory
Chamber, 2015
17
DECISION in case AC-05/2014 Bursaspor Kulübü Dernegi, Club Financial Control Body, Investigatory
Chamber, 2014
18
DECISION in case AC-02/2016 Kardemir Karabükspor Kulübü Dernegi, Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2017
16

Tableau 1 : Récapitulatif des engagements des clubs turcs

Beşiktaş Fenerbahçe Galatasaray Trabzonspor


Période 2015-2019 2016-2020 2014-2016 2014-2019

Sujet Seuil de Seuil de Coûts de Seuil de


rentabilité rentabilité personnel rentabilité +
Coûts de
personnel

Déviation 20M en 2016, 30M en 2016, - 20M en 2016,


10M en 2017 20M en 2017, 10M en 2017
10M en 2018

Limite de dépense OUI OUI NON OUI


en transfert et de
nombre de
joueurs

Amende 5,5 millions € 7,5 millions € 200,000 € 2,2 millions €

Parmi sept clubs anglais étudiés dans ce travail, seul Manchester City se retrouve dans une
situation critique et ne parvient pas à atteindre ses objectifs de seuil de rentabilité. Le club signe
un accord avec l’UEFA le 16 mai 2014. Les principaux points de cet accord sont les suivants19:

• Cet engagement couvre les saisons 2013/2014, 2014/2015 et 2015/2016. Durant cette
période, le club s’engage à obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2015/2016 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club accepte qu’il ne soit pas parvenu à rester dans la “déviation acceptable” (défini
dans l’article 61 de l’UEFA CLFFPR) durant la période 2012/2013.
• Le club s’engage à ne pas avoir plus de 20 millions d’Euro de déficit à la fin de la
période 2013/2014 et de 10 millions d’Euro de déficit à la fin de la période 2015/2016.
• De plus, le club s’engage à limiter ses dépenses pour les transferts de joueurs et sa liste
de joueurs inscrits pour les compétitions de l’UEFA.
• Le club accepte de payer 60 millions d’Euro, dont 20 millions garantis et 40 millions
conditionnels, à l’UEFA en cas de revenus générés par les compétitions de l’UEFA.

19
Settlement Agreement with Manchester City Football Club, Club Financial Control Body, Investigatory
Chamber, 2014
17

Tableau 2 : Récapitulatif des engagements des clubs anglais

Manchester City
Période 2013-2016
Sujet Seuil de rentabilité
Déviation 20M en 2014, 10M en 2016
Limite de dépense en transfert et de nombre de joueurs OUI
Amende 60 millions €

Parmi les clubs étudiés au Portugal, Porto n’est pas parvenu à atteindre les objectifs cités dans
les articles 53 à 68 de l’UEFA Club Licensing and Financial Fair Play Regulations ("UEFA
CLFFPR"), et plus particulièrement dans les articles 58 à 63 qui concernent le seuil de
rentabilité. Le club et l’UEFA se sont entendus le 9 juin 2017 sur certains points dont les
principaux sont les suivants20:

• Cet engagement couvre les saisons 2017/2018, 2018/2019, 2019/2020 et 2020/2021.


Durant cette période, le club s’engage à obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2020/2021 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club accepte qu’il ne soit pas parvenu à rester dans la “déviation acceptable” (défini
dans l’article 61 de l’UEFA CLFFPR) durant la période 2016/2017.
• Le club s’engage à ne pas avoir plus de 30 millions d’Euro de déficit à la fin de la
période 2016/2017, de 20 millions d’Euro de déficit à la fin de la période 2017/2018 et
de 10 millions d’Euro de déficit à la fin de la période 2018/2019.
• De plus, le club s’engage à limiter ses dépenses pour les transferts de joueurs et sa liste
de joueurs inscrits pour les compétitions de l’UEFA.
• Le club accepte de payer 2,2 millions d’Euro, dont 0,7 million garanti et 1,5 millions
conditionnels, à l’UEFA en cas de revenus générés par les compétitions de l’UEFA.

20
Settlement Agreement with FUTEBOL CLUBE DO PORTO – FUTEBOL, SAD, Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2017
18

Sporting n’est pas parvenu à atteindre les objectifs cités dans les articles 53 à 68 de l’UEFA
Club Licensing and Financial Fair Play Regulations ("UEFA CLFFPR"), et plus
particulièrement dans les articles 58 à 63 qui concernent le seuil de rentabilité. Le club et
l’UEFA se sont entendus le 8 mai 2015 sur certains points dont les principaux sont les
suivants21:

• Cet engagement couvre la saison 2015/2016. Durant cette période, le club s’engage à
obéir aux restrictions imposées par l’UEFA.
• L’objectif principal de cet engagement est de s’assurer que le club remplisse les critères
de seuil de rentabilité jusqu’à la fin de la période 2015/2016 et qu’elle ait un bénéfice
ou ne dépasse pas la déviation de déficit acceptable jusqu’à cette période.
• Le club accepte qu’il ne soit pas parvenu à rester dans la “déviation acceptable” (défini
dans l’article 61 de l’UEFA CLFFPR) durant la période 2014/2015.
• Le club s’engage à ne pas avoir de déficit à la fin de la période 2015/2016
• De plus, le club s’engage à limiter sa liste de joueurs inscrits pour les compétitions de
l’UEFA.
• Le club accepte de payer 2 millions d’Euro conditionnels à l’UEFA en cas de revenus
générés par les compétitions de l’UEFA.

Tableau 3 : Récapitulatif des engagements des clubs portugais

Porto Sporting
Période 2017-2021 2015
Sujet Seuil de rentabilité Seuil de rentabilité
Déviation 30M en 2017, 20M en 2018, 0
10M en 2019
Limite de dépense en transfert et OUI OUI
de nombre de joueurs
Amende 2,2 millions € 2 millions €

21
Settlement Agreement with Sporting Clube de Portugal - Futebol, SAD, Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2015
19

Dans ce travail, nous allons chercher à exprimer l’effet de ces engagements envers
l’UEFA sur la performance sportive et boursière des clubs en considérant le Fair-Play financier
comme une variable indépendante. Nous aurons aussi la possibilité de comparer les différents
championnats grâce à ce critère, étant donné que celui-ci semble différer pour chaque
championnat. Le championnat turc est largement impliqué par l’UEFA FFP, tandis que le
championnat anglais ne l’est presque pas et que le championnat portugais l’est partiellement.

Malheureusement, ces mesures et ces engagements étant très récents, il ne nous sera
possible d’évaluer l’effet que d’une petite partie (le commencement) de cette application. Cette
partie servira surtout de base pour les recherches futures si l’on considère l’importance
grandissante que le FFP prendra. Il sera également possible de vérifier le résultat des dossiers
en cours. Par exemple, l’engagement de Porto ne commençant qu’en 2018, nous ne pourrons
pas tester l’effet de celui-ci dans ce travail.

3. REVUE DE LA LITTÉRATURE

Dans notre revue de la littérature, nous présentons tout d’abord les recherches faites sur
la relation entre la performance sportive et les indicateurs financiers des clubs anglais,
espagnols, turcs, français et européens. Puis, dans un deuxième temps, les recherches faites sur
la relation entre la performance sportive et la performance boursière des clubs turcs et des clubs
européens sont présentées.

Un des rares travaux qui comprennent à la fois la relation entre la performance sportive
et les indicateurs financiers, ainsi que la relation entre la performance sportive et la performance
boursière, a été accompli par Samagaio, Couto et Calado (2009). Ceux-ci ont analysé la Premier
League durant la période 1995-2007. Les variables financières utilisées dans la recherche sont
le revenu, les salaires, les autres coûts opérationnels, le revenu net des transferts,
l’amortissement des joueurs enregistrés, le profit net des ventes de joueurs et les autres revenus.
Les variables sportives sont les résultats en Premier League, en FA Cup, en League Cup et en
compétitions de l’UEFA. Les variables boursières sont le rendement des actions et le risque. En
utilisant les méthodes de modèle d’équations structurelles et de corrélation croisée, ils sont
parvenus à trouver une corrélation importante entre la performance sportive et les indicateurs
financiers des clubs anglais. Les coûts opérationnels augmentent également avec la hausse des
revenus, ce qui peut signifier que les clubs ne parviennent pas à distribuer plus de dividende à
leurs actionnaires. La corrélation entre la performance boursière et les performances sportive et
20

financière est donc modérée par la tendance des clubs à réinvestir leur argent pour acquérir de
meilleurs résultats sportifs et financiers.

Guzman et Morrow (2007) ont cherché à prouver la corrélation entre les points obtenus
par les équipes en Premier League et leur revenu total entre 1997 et 2003 par le biais des
techniques d’analyse par enveloppement de données et d’analyse canonique des corrélations.
Les variables sportives utilisées sont les points obtenus en championnat et les variables
financières sont le chiffre d’affaire, les salaires du staff, les autres coûts et les salaires des
dirigeants. Ils ont atteint des résultats intéressants, notamment en ce qui concerne le contraste
entre les résultats sportifs et financiers des clubs. Certaines équipes qui ont des bons résultats
sur le terrain n’ont pas un score d’efficacité financière élevé, tandis que d’autres qui ont de
moins bons résultats sur le terrain ont un score d’efficacité financière plus élevé.

Barros et Leach (2006) ont analysé le championnat anglais entre 1998 et 2003 avec le
modèle de frontière stochastique sur la fonction Cobb-Douglas pour tester l’effet des variables
financières sur la performance sportive des clubs et définir l’efficacité sportive et financière des
clubs anglais. En considérant les résultats sportifs (points obtenus en championnat) et les
différentes variables financières, comme le prix des joueurs, le coût des infrastructures, le
revenu net et l’affluence dans les stades, ils ont démontré une relation positive significative
entre les variables financières et la performance sportive. Ils pensent également que le style de
management des clubs a un impact sur l’efficacité sportive des clubs. De plus, selon leur
classement d’efficacité, Manchester United est le club le plus efficace d’Angleterre au niveau
sportif et financier.

Wilson, Plomley et Ramchandani (2013) ont, eux aussi, analysé les clubs de Premier
League durant la période 2001-2010, mais sous un angle différent. Leur but était, d’une part,
de tester l’effet de la structure de propriété des clubs (ouvert au public, propriétaire local,
propriétaire étranger) sur leurs résultats sportifs et financiers grâce à une analyse de régression
et une analyse ANOVA, et d’autre part, d’examiner la situation financière des clubs par rapport
aux régulations de l’UEFA Financial Fair-Play. Les variables utilisées sont le classement en
championnat pour mesurer la performance sportive et la croissance du profit, la croissance du
revenu, le rendement du capital investi, le ratio de liquidité générale et le ratio de dettes pour
mesurer l’effet des indicateurs financiers. Les principaux résultats qu’ils ont trouvés démontrent
que les clubs ouverts au marché ont de meilleurs résultats financiers que les clubs qui ont un
propriétaire (local ou étranger). Cependant, les clubs qui ont un propriétaire étranger ou qui
sont ouverts au marché ont de meilleurs résultats sportifs que les clubs détenus par les
21

propriétaires locaux. D’autre part, les clubs des propriétaires locaux appliquent plus facilement
les régulations du fair-play financier.

Barajas, Fernandez-Jardon et Crolley (2005) ont examiné la relation entre le budget


(revenu attendu) et la performance sportive, la relation entre les revenus sportifs et les coûts
majeurs, et la relation entre la performance sportive et la croissance économique des clubs
espagnols de 1ère et 2ème division pour la période 1998-2002. Pour cela, ils ont créé un indice
mixte pour définir la performance sportive. Cet indice inclue les points obtenus en championnat,
en coupe et en coupe européenne, ainsi que le classement final en championnat. Les indicateurs
financiers sont représentés par le revenu sportif, le revenu des abonnements annuels, le revenu
de la billetterie, le revenu des droits de TV, le revenu de sponsors et de publicité. En utilisant
une régression, ils ont démontré qu’il y a une relation non-linéaire entre le budget (revenu
attendu) et la performance sportive des clubs, ainsi qu’une corrélation importante entre les
revenus sportifs et les coûts majeurs, que sont les coûts de personnel. Cependant, l’analyse de
régression n’évoque aucune relation entre la performance sportive et les résultats économiques.

Barajas et Rodriguez (2010) ont tenté d’expliquer la crise financière qui mène à la mise
en surveillance des clubs espagnols par les administrations nationales, en analysant la saison
2007-2008 de la 1ère ainsi que de la 2ème division espagnole. Pour cela, ils ont utilisé une
régression linéaire et le classement de Szymanski, mais ne sont pas parvenus à trouver une
explication raisonnable quant à la crise économique des clubs. Les variables sportives utilisées
sont le classement au championnat et les points obtenus au championnat, alors que celles
financières sont les ratios financiers comme le rendement des actifs et des capitaux propres, les
différents types de revenu comme les revenus sportifs ou les revenus des droits télévisés, la
taille du marché et les salaires des joueurs. Ce qui est sûr, est que les dettes dépassent largement
les biens des clubs, mais également leur revenu, ce qui mène à une insolvabilité constante. La
situation est encore pire pour les clubs de 2ème division, qui ont moins de revenu.

Göllü (2012) a, quant à lui, analysé les quatre clubs majeurs du championnat turc, c’est-
à-dire Beşiktaş, Fenerbahçe, Galatasaray et Trabzonspor, entre 2002 et 2009. Il a testé la
relation entre la performance sportive (classement au championnat) et les indicateurs financiers
des clubs avec une corrélation de Spearman, mais n’est pas parvenu à trouver une corrélation
entre ces éléments. Les variables financières utilisées sont le profit net, les ventes nettes, le ratio
de dettes sur les capitaux propres, le ratio de liquidité et les changements de direction.
22

Dans une autre recherche concernant le championnat turc, Nurcan, M.Erdoğan et


E.Erdoğan (2016) ont appliqué une simple analyse de discriminants sur les clubs turcs entre
2012 et 2015 pour déterminer quels ratios financiers peuvent être utilisés pour définir les
indicateurs financiers des clubs. Ils ont conclu que le profit net était le principal déterminant
des indicateurs financiers, mais que les autres ratios comme le ratio de liquidité général, le ratio
d’acid-test, le rendement sur les capitaux propres et le taux de rotation des actifs pouvaient aussi
être utilisés pour distinguer les indicateurs financiers des différents clubs. Ces données seront
utilisées lors de notre recherche.

En plus de la relation entre la performance sportive et les indicateurs financiers, d’autres


critères peuvent être pris en compte pour mesurer l’efficacité des clubs. Par exemple, Galariotis,
Germain et Zopounidis (2017) ont décidé d’ajouter la structure administrative à ces deux
éléments pour déterminer la performance générale des clubs français pour la période 2011-
2013. Les variables sportives sont les résultats sportifs (classement en championnat), celles
financières sont les ratios financiers (profit opérationnel, rendement des ventes, rendement des
actifs, rendement des capitaux propres, ratio de dettes/capitaux propre et ratio de capitaux
propres/actifs) et celles administratives sont différents types de revenus générés (revenus de la
billetterie, revenus de sponsorship et revenus de publicité). En utilisant l’analyse à multiple
critères et le modèle d’équations structurelles par PLS, ils ont trouvé une corrélation entre la
structure administrative et la performance sportive pour douze clubs français. Selon eux, les
indicateurs financiers ont également un impact sur la performance sportive.

Rohde et Breuer (2016) ont appliqué plusieurs modèles de régression aux 30 meilleurs
clubs du Deloitte’s Football Money League entre 2004 et 2013. Considérant, leurs points en
championnat, leur victoire en coupe, leur coefficient UEFA (qui mesurent la performance
sportive), et le revenu des clubs, leur type d’investisseur (local ou étranger), les montants de
transferts et leur valeur d’équipe (qui représentent les indicateurs financiers), ils sont parvenus
à effectuer plusieurs tests. Ceux-ci sont l’effet de la performance sportive et de la valeur de
l’équipe sur les revenus générés, l’effet des investissements sur la performance sportive et
l’impact des investisseurs étrangers sur les investissements de transferts. Leurs résultats
démontrent que la performance sportive, affectée par les investissements, a un impact sur les
revenus générés. Par ailleurs, les investisseurs étrangers ont un impact sur les investissements
de transferts.

D’autres recherches ont également été faites pour expliquer la relation entre la
performance sportive et la performance boursière des clubs. Ici, nous nous intéresserons
23

particulièrement aux travaux accomplis sur le championnat turc car nous l’analyseront
également. Les autres recherches que nous avons retenues incluent un échantillonnage composé
des clubs européens provenant de divers championnats.

Berument, Ceylan et Gözpınar (2006) ont cherché à tester l’effet des matchs des clubs
turcs sur leur performance boursière en utilisant la méthode GARCH-M, les variables pour la
performance sportive étant les résultats des matchs à domicile et à l’extérieur, et celles
représentant la performance boursière étant la différence de prix dans l’indice ISE 100 et l’effet
du risque sur le rendement. Selon cette recherche, entre les années 1987 et 2003, les victoires
de Beşiktaş ont un impact sur leur position boursière tandis que le même effet n’est pas trouvé
pour les matchs de Fenerbahçe et Galatasaray. De plus, on trouve une relation entre le
rendement et le risque sur le marché boursier.

Demir et Danis (2011) ont analysé les trois grands clubs turcs (Beşiktaş, Fenerbahçe,
Galatasaray) entre 2004 et 2011 en appliquant une régression sur les variables sportives comme
les résultats des matchs, le lieu du match, le type de compétition et les données de paris, et sur
la variable boursière représentée par le rendement des actions. Les variables sportives sont
indépendantes, tandis que le rendement des actions est une variable dépendante. L’objectif étant
de tester l’effet des matchs sur le marché boursier en utilisant les données de paris pour définir
l’expectation des résultats des matchs, ils ont trouvé que les résultats sportifs avaient un effet
(positif en cas de victoire, négatif en cas de défaite) sur les actions des clubs, surtout dans le cas
de Beşiktaş. Ils ont ajouté que les performances en compétitions européennes n'avaient pas de
relation avec les actions des clubs en bourse. Par ailleurs, le lieu du match et les cotes de paris
n’affectent pas la performance boursière des clubs non plus.

Un résultat semblable à celui de Berument, Ceylan et Gözpınar (2006) a été trouvé par
Saraç et Zeren (2013) en ce qui concerne la situation de Beşiktaş par rapport aux deux autres
clubs d’Istanbul. L’analyse a été conduite sur Beşiktaş, Fenerbahçe et Galatasaray entre 2005
et 2012. Cependant, selon eux, la performance sportive des clubs turcs a un impact important
sur le rendement de leurs actions sur le marché boursier, mais la relation est un peu plus forte
pour Beşiktaş que pour les deux autres clubs. Cette recherche est basée sur une régression. Par
ailleurs, la performance sportive n’est pas calculée par des victoires, matchs nuls ou défaites,
mais par la différence de buts (ce qui correspond au goal average) lors des matchs, le type de
match, les paris sur le match, l’ampleur du match (national ou international) et le lieu du match
(domicile ou extérieur).
24

Un type de recherche moins commun a été effectué par Özdurak et Ulusoy (2013) qui,
en n’analysant que Galatasaray et Fenerbahçe pour la saison 2011/2012, se sont penchés sur la
question de savoir si l’importance des matchs et les nouvelles que les clubs annoncent ont un
impact sur leurs actions en bourse. Ils ont utilisé la méthode GARCH sur des variables
boursières comme la valeur boursière des clubs, la valeur de la bourse, le volume d’échange
des actions des clubs et de toutes les actions de la bourse. Les résultats et types de matchs
représentent la performance sportive, tandis que les nouvelles annoncées représentent la
variable administrative. Il s’est effectivement avéré que les actions réagissent fortement aux
résultats inattendus et aux matchs de derby (donc matchs de plus grande importance). Les autres
matchs et les annonces des clubs n’ont pourtant pas un tel impact sur les actions des clubs en
bourse.

Çam (2015) est parvenu à un résultat assez différent concernant les clubs turcs en
utilisant une régression avec données de panel. Les variables sportives utilisées sont les résultats
des matchs (victoire, défaite, match nul), alors que celles boursières sont le risque des actions,
la covariance des actions et la variance du marché. Dans son analyse, qui comprend les années
2012 à 2015, il a trouvé une faible relation entre la performance sportive et la performance
boursière pour Fenerbahçe et Trabzonspor (seuls les défaites influent le prix de marché), tandis
que la relation est plus forte pour Beşiktaş et Galatasaray. Les victoires un impact positif alors
que les défaites et les matchs nuls ont un effet négatif sur les actions des clubs en bourse.

D’autres recherches analysant la relation entre la performance sportive et boursière des


clubs ont été faites pour différents clubs européens. Pour ce, la plupart ont utilisé un indice pour
pouvoir analyser les clubs de différents pays.

Baur et McKeating (2009) ont analysé tous les clubs européens côtés en bourse et inclus
dans le Dow Jones STOXX Football Index (y compris les clubs de division inférieure) entre
1995 et 2008. Aux résultats des matchs (qui mesurent la performance sportive) et au rendement
des actions (qui mesure la performance boursière) que l’on retrouve dans beaucoup de travaux,
ils y ont ajouté comme variable la date d’introduction en bourse des clubs (Initial Public
Offering). En utilisant une régression avec données de panel, ils ont constaté que l’introduction
en bourse n’affectait pas les résultats sportifs des clubs de 1ère division, mais ceux de 2ème
division. Bien que l’effet de l’introduction en bourse ne soit apparemment pas visible au niveau
national, ils précisent tout de même que les clubs ont une meilleure performance sportive
européenne après l’introduction en bourse.
25

Tout comme Demir et Denis, Godinho et Cerqueira (2016) ont également utilisé les
cotes de paris pour définir l’expectation des résultats des matchs. Optant pour l’application de
la méthode de MGARCH sur les variables (résultats des matchs, importance des matchs, points
inattendus, données de paris qui représentent la performance sportive et l’indice du marché qui
représente la performance boursière), ils ont trouvé un impact significatif des résultats des
matchs pour 12 des 13 clubs qu’ils ont choisis parmi les clubs européens côtés en bourse et
inclus dans le Dow Jones STOXX Football Index durant la période 2001-2013. Selon eux,
l’importance des matchs a également un certain impact sur la performance boursière des clubs.

Benkraiem, Le Roy et Louhichi (2010) se sont basés sur le Dow Jones STOXX Football
Index pour tester l’effet de la performance sportive des clubs anglais côtés sur leur volatilité en
bourse durant la saison 2006/2007. En utilisant diverses variables sportives comme le résultat
des matchs (victoire, défaite, match nul), le lieu du match (domicile ou extérieur) ou encore les
jours de différence entre le match et l’ouverture du marché, ils ont convenu que la performance
sportive avait un impact significatif sur la volatilité boursière des clubs de football, notamment
lors de victoires (impact positif sur les actions) et de défaites (impact négatif sur les actions).
Les matchs nuls n’ont pas d’effet sur le rendement des actions en bourse. La variable boursière
choisie étant la volatilité des actions, ils ont conduit leur recherche grâce à la méthode
EGARCH.

Castellani, Pattitoni et Patuelli (2015) ont atteint un résultat semblable à ce dernier en


se basant également sur des clubs côtés et inclus dans le Dow Jones STOXX Football Index
durant la période 2007-2009. Tout comme Ceylan et Gözpınar (2006), ils ont pris en compte
l’expectation des résultats sportifs en considérant les cotes de paris pour déterminer quels
résultats étaient attendus ou inattendus. Les variables sportives utilisées sont les résultats des
matchs, le goal average (la différence de buts marqués et encaissés), le lieu du match (domicile
ou extérieur), le type de compétition, la date de match et les données de paris, tandis que la
performance boursière est mesurée par le prix des actions en bourse. En intégrant une
méthodologie d’étude d’évènements aux régressions faites, ils ont trouvé une relation entre la
performance sportive et la performance boursière des clubs. Ils ont ajouté que les résultats
sportifs comme le résultat des matchs, le goal average, le type de compétition et les dates de
matchs affectent la performance boursière, tandis que le lieu des matchs (domicile ou extérieur)
n’a pas d’impact sur la performance boursière des clubs.

Finalement, dans une recherche un peu plus « simpliste », Zeren et Gümüş (2013) ont
appliqué le T-Test sur les quatre clubs turcs côtés, ainsi que sur l’AS Roma, le Borussia
26

Dortmund, la Juventus et l’Olympique Lyonnais durant les années 2007-2011. Les variables
sportives n’étant uniquement les victoires et les défaites de ces équipes en championnat
(ignorance des matchs nuls), et la variable boursière étant le prix des actions, ils sont parvenus
au résultat que Galatasaray est le seul club qui montre une relation positive entre les victoires
et le prix de ses actions dans le marché. Quant à Fenerbahçe, Juventus, Roma et Borussia
Dortmund, la valeur des actions de ces clubs baisse après une défaite en championnat, mais
n’augmente pas en cas de victoire.
27

Tableau 4 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les indicateurs financiers des clubs anglais

Source Objectifs Echantillonnage Méthodes utilisées Variables retenues Résultats


Samagaio, Tester la relation Championnat • Modèle Performance sportive : • Corrélation
Couto et entre la performance anglais (EPL) d’équations • Points obtenus en importante entre la
Calado (2009) sportive et les 1995-2007 structurelles championnat, en coupe et performance
indicateurs • Corrélation en compétition sportive et les
financiers, la relation croisée européenne indicateurs
entre la performance Indicateurs financiers : financiers des clubs
sportive et la • Chiffre d’affaire anglais
performance • Salaires • Les coûts
boursière, et la • Autres coûts opérationnels
relation entre les opérationnels augmentent
indicateurs • Coûts des joueurs également avec la
financiers et la achetés hausse des revenus
performance • Amortissements des • Les clubs ne
boursière. joueurs parviennent pas à
• Revenu généré des distribuer plus de
joueurs vendus dividende à leurs
• Autres revenus investisseurs
• Rendement des actions
• Risque des actions
28

Guzman et Tester l’efficacité Championnat • Analyse par Performance sportive : • Certaines équipes
Morrow des équipes du anglais (EPL) enveloppement • Points obtenus au qui ont des bons
(2007) championnat anglais. 1997-2003 des données championnat résultats sur le
• Analyse Indicateurs financiers : terrain n’ont pas un
canonique des • Chiffre d’affaire score d’efficacité
corrélations • Salaires du staff élevé
• Autres coûts • D’autres qui ont de
• Salaires des dirigeants moins bons
résultats sur le
terrain ont un score
d’efficacité élevé.
Barros et Tester l’effet des Championnat • Modèle de Performance sportive : • Les variables
Leach (2006) variables financières anglais (EPL) frontière • Résultats des matchs financières ont un
sur la performance 1998-2003 stochastique sur Indicateurs financiers : impact sur la
sportive des clubs. la fonction • Prix des joueurs performance
Déterminer Cobb-Douglas • Coût des infrastructures sportive.
l’efficacité des • Revenu net • Le management
clubs. • Affluence dans les stades des clubs est
important.
• Man Utd est classé
1er dans le
classement
d’efficacité.
29

Wilson, Tester l’efficacité Championnat • Analyse des Performance sportive : • Les clubs ouverts
Plomley et des équipes du anglais (EPL) corrélations • Classement au au marché ont de
Ramchandani championnat anglais 2001-2010 • Analyse de la championnat meilleurs résultats
(2013) en fonction de leur variance Indicateurs financiers : financiers que les
structure du capital. • Croissance du profit clubs qui ont un
Examiner les • Croissance du revenu propriétaire (local
finances des clubs • Rendement du capital ou étranger).
par rapport aux investi • Les clubs qui ont
régulations du FFP. • Ratio de liquidité un propriétaire
générale étranger ou qui
• Ratio de dettes sont ouverts au
marché ont de
meilleurs résultats
sportifs que les
clubs détenus par
les propriétaires
locaux.
• Les clubs des
propriétaires
locaux appliquent
plus facilement les
régulations du FFP.
30

Tableau 5 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les indicateurs financiers des clubs espagnols

Source Objectifs Echantillonnage Méthodes utilisées Variables retenues Résultats


Barajas, Tester la relation 1ère et 2ème division • Régression Performance sportive : • Relation non-
Fernandez- entre le budget et la espagnole • Classement de • Points obtenus au linéaire entre le
Jardon et performance 1998-2002 Szymanski championnat budget (revenu
Crolley sportive, la relation • Indice composé • Classement au attendu) et la
(2005) entre les revenus championnat performance
sportifs et les coûts Indicateurs financiers : sportive des clubs.
majeurs, et la • Points obtenus en coupe • Corrélation
relation entre la • Points obtenus en coupe importante entre
performance sportive européenne les revenus sportifs
et la croissance • Revenu sportif et les coûts
économique des • Revenu des abonnements majeurs, que sont
clubs espagnols de annuels les coûts de
1ère et 2ème division. • Revenu de la billetterie personnel.
• Droits de TV
• Sponsors/Publicité
Barajas et Evaluer la crise 1ère et 2ème division • Classement de Performance sportive : • Les dettes
Rodriguez financière qui mène espagnole Szymanski • Classement au dépassent les biens
(2010) à la mise en 2007-2008 • Régression championnat des clubs et leur
surveillance des linéaire • Points obtenus au revenu, ce qui
clubs espagnols par championnat mène à une
les administrations Indicateurs financiers : insolvabilité
nationales. • Ratios financiers constante.
• Revenu • La situation est pire
• Taille du marché pour les clubs de
• Salaires des joueurs 2ème division.
31

Tableau 6 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les indicateurs financiers des clubs turcs

Source Objectifs Echantillonnage Méthodes utilisées Variables retenues Résultats


Göllü (2012) Tester la relation 4 clubs du • Corrélation de Performance sportive : • La performance
entre la performance championnat turc Spearman • Classement au sportive n’a pas
sportive et les 2002-2009 championnat d’impact sur les
indicateurs Indicateurs financiers : indicateurs
financiers des • Profit net financiers des
équipes du • Ventes nettes clubs.
championnat turc. • Dettes/Capitaux propres • La situation
• Ratio de liquidité financière des
• Changements de clubs n’influe pas
direction (dummy) leurs résultats sur
le terrain.
Nurcan, M. Déterminer les ratios 4 clubs côtés du • Analyse des Indicateurs financiers : • Le profit net est le
Erdogan et E. financiers qui championnat turc discriminants • Ratios financiers principal
Erdogan peuvent être utilisés 2012-2015 déterminant des
(2016) pour définir les indicateurs
indicateurs financiers. Les
financiers des clubs. autres ratios
peuvent aussi être
utilisés.
32

Tableau 7 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les indicateurs financiers des clubs français

Source Objectifs Echantillonnage Méthodes utilisées Variables retenues Résultats


Galariotis, Tester la relation 12 clubs du • Analyse Performance sportive : • Corrélation entre la
Germain et entre la performance championnat multicritère • Classement en structure
Zopounidis sportive, financière français • Modèle championnat administrative et la
(2017) et administrative (Ligue 1) d’équations Indicateurs financiers : performance
(business) des clubs. 2011-2013 structurelles par • Ratios financiers sportive des clubs.
PLS (Partial • Revenus générés • Impact des
Least Squares) indicateurs
financiers sur la
performance
sportive.

Tableau 8 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et les indicateurs financiers des clubs européens

Source Objectifs Echantillonnage Méthodes utilisées Variables retenues Résultats


Rohde et Tester l’effet de la 30 clubs du • Plusieurs Performance sportive : • La performance
Breuer (2016) performance Deloitte’s Football modèles de • Points en championnat sportive, affectée
sportive et de la Money League régression • Victoire de coupe par les
valeur de l’équipe 2004-2013 • Coefficient UEFA investissements, a
sur les revenus Indicateurs financiers : un impact sur les
générés. Tester • Revenu net revenus générés.
l’effet des • Type d’investisseur • Les investisseurs
investissements sur • Montant de transferts étrangers ont un
les transferts et la • Valeur d’équipe impact sur les
performance investissements de
sportive. transferts.
33

Tableau 9 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et la performance boursière des clubs turcs

Source Objectifs Echantillonnage Méthodes utilisées Variables retenues Résultats


Berument, Tester l’effet des Beşiktaş • Méthode Performance sportive : • Les victoires de
Ceylan et matchs des clubs Fenerbahçe GARCH-M • Résultats des matchs à Beşiktaş ont un
Gözpinar turcs sur leur Galatasaray domicile impact sur leur
(2006) performance 1987-2003 • Résultats des matchs à position boursière.
boursière. l’extérieur • Le même effet n’est
Performance boursière : pas trouvé pour les
• Différence de prix dans matchs de
l’index ISE 100 Fenerbahçe et
• Effet du risque sur le Galatasaray.
rendement • Relation entre le
rendement et le
risque sur le marché
boursier.
Demir et Danis Tester l’effet des Beşiktaş • Régression Performance sportive : • La performance
(2011) matchs sur le marché Fenerbahçe • Résultats des matchs sportive a un effet
boursier en utilisant Galatasaray • Lieu du match sur les actions des
les données de paris 2004-2011 • Type de compétition clubs, surtout pour
pour définir • Données de paris BJK.
l’expectation des Performance boursière : • Pas d’effet pour les
résultats des matchs. • Rendement des actions compétitions
européennes.
34

Saraç et Zeren Tester l’effet des Beşiktaş • Régression Performance sportive : • La performance
(2013) matchs des clubs Fenerbahçe • Différence de buts lors sportive des clubs
turcs sur leur Galatasaray des matchs turcs a un impact
performance 2005-2012 • Type de match important sur le
boursière. • Paris sur le match rendement de leurs
• Ampleur du match actions sur le
(national ou marché boursier.
international) • La relation est un
• Lieu du match (domicile peu plus forte pour
ou extérieur) Beşiktaş que pour
Performance boursière : les deux autres
• Indice du marché clubs.
• Jours de différence entre
le match et l’ouverture
du marché
Özdurak et Tester l’impact des Galatasaray • Méthode GARCH Performance sportive : • Les actions
Ulusoy (2013) résultats sportifs et Fenerbahçe • Résultats et types de réagissent
des nouvelles 2011-2012 matchs fortement aux
annoncées sur la Performance boursière : résultats inattendus
performance • Valeur boursière des et aux matchs de
boursière des clubs. clubs et valeur de la derby.
bourse • Les autres matchs
• Volume d’échange des et les annonces des
actions des clubs et de la clubs n’ont pas un
bourse tel impact.
Variable administrative :
• Nouvelles annoncées
35

Çam (2015) Tester l’effet des 4 clubs du • Régression avec Performance sportive : • Faible relation entre
matchs des clubs championnat turc données de panel • Matchs gagnés la performance
turcs sur leur 2012-2015 • Matchs perdus sportive et la
performance • Matchs à égalité performance
boursière. Performance boursière : boursière pour
• Risque Fenerbahçe et
• Covariance des actions Trabzonspor (seuls
• Variance du marché les défaites influent
le prix de marché).
• Forte relation pour
Beşiktaş et
Galatasaray. Les
victoires un impact
positif alors que les
défaites et les
matchs nuls ont un
effet négatif.
36

Tableau 10 : Etudes empiriques analysant la relation entre la performance sportive et la performance boursière des clubs européens

Source Objectifs Echantillonnage Méthodes utilisées Variables retenues Résultats


Baur et Tester l’effet des Clubs européens • Régression avec Performance sportive : • L’introduction en
McKeating matchs sur le marché côtés inclus dans données de panel • Résultats des matchs bourse n’affecte pas
(2009) boursier en utilisant le Dow Jones Performance boursière : les résultats sportifs
les dates STOXX Football • Date d’introduction en des clubs de 1ère
d’introduction en Index bourse division, mais ceux
bourse des clubs. 1995-2008 • Rendement des actions de 2ème division.
• Les clubs ont une
meilleure
performance
sportive européenne
après l’IPO.
Godinho et Tester l’effet des 13 clubs • Méthode Performance sportive : • Impact significatif
Cerqueira matchs sur le marché européens côtés MGARCH • Résultats des matchs des résultats des
(2016) boursier en utilisant inclus dans le • Importance des matchs matchs pour 12 des
les données de paris Dow Jones • Données de paris 13 clubs.
pour définir STOXX Football Performance boursière : • Impact de
l’expectation des Index • Indice du marché l’importance des
résultats des matchs. 2001-2013 matchs.
Benkraiem, Le Tester l’effet de la Clubs anglais • Méthode Performance sportive : • La performance
Roy et performance sportive côtés et inclus EGARCH • Résultat des matchs sportive a un
Louhichi des clubs côtés sur dans le Dow (victoire, défaite, match impact significatif
(2010) leur volatilité en Jones STOXX nul) sur la valeur
bourse. Football Index • Lieu du match (domicile boursière des clubs
2006-2007 ou extérieur) de football.
Performance boursière :
• Jours entre le match et
l’ouverture du marché
• Volatilité des actions
37

Castellani, Tester l’effet des 23 clubs côtés et • Méthodologie Performance sportive : • Les résultats et le
Pattitoni et matchs sur le marché inclus dans le d’étude • Résultats des matchs type des matchs ont
Patuelli (2015) boursier en utilisant Dow Jones d’évènements • Goal average un effet sur la
les données de paris STOXX Football • Régression • Lieu du match (domicile performance
pour définir Index ou extérieur) boursière des clubs.
l’expectation des 2007-2009 • Type de compétition et • Le lieu des matchs,
résultats des matchs. date et les données de
Performance boursière : paris n’en ont pas.
• Données de paris
• Prix des actions en
bourse
Zeren et Tester l’effet des 4 clubs du • T-Test Performance sportive : • Galatasaray est le
Gümüş (2013) matchs des clubs sur championnat turc • Résultat des matchs seul club qui
leur performance AS Roma (victoires et défaites montre une relation
boursière. Borussia uniquement) entre les victoires et
Dortmund Performance boursière : le prix de ses
Olympique Lyon • Prix des actions actions dans le
Juventus marché.
2007-2011 • Fenerbahçe,
Juventus, Roma et
Borussia Dortmund
sont, quant à eux,
les clubs qui
influent leur prix de
marché uniquement
après une défaite.
38

4. PRÉSENTATION DES CLUBS SUJETS À CE TRAVAIL

Dans cette rubrique, nous présenterons brièvement les championnats et les clubs sujets
à ce travail en mettant en évidence les points qui nous seront utiles lors de notre recherche. La
présentation des championnats comporte la date de création, le nombre de participants, le
classement UEFA et le nombre d’équipes ayant remporté le titre, tandis que celle des clubs
contient la date de création, le nombre de titres en championnat et en coupe, les changements
de présidence durant la période analysée (2007-2017), la date d’entrée en bourse et les
informations concernant le stade.

4.1. Le championnat turc

Le championnat turc, connu sous le nom de Süper Lig, est une compétition nationale
fondée en 1959 par la Fédération turque de Football22. Il se dispute chaque année entre 18 clubs
et est actuellement classée en 10ème position au classement des championnats de l’UEFA. Cinq
équipes l’ont remporté jusqu’à ce jour (2018) : Galatasaray (21), Fenerbahçe (19), Beşiktaş
(15), Trabzonspor (6) et Bursaspor (1)23. Les quatre premières seront présentées dans ce travail.

4.1.1. Beşiktaş

Fondé en 1903 à Istanbul, Beşiktaş Jimnastik Kulübü est un club de sport performant
professionnellement dans le football et de manière amateure dans les domaines comme le
basketball, le volleyball, le handball, l’athlétisme, la gymnastique, la boxe, les échecs ou encore
l’eSport24.

Beşiktaş a remporté le championnat à 15 reprises, 3 d’entre eux (2008/2009, 2015/2016


et 2016/2017) se situant dans la période incluse dans ce travail. Le club détient également 9
coupes nationales, les deux dernières étant gagnées en 2008/2009 et 2010/2011.

Le club a subi un changement de direction en 2012 et est présidé par Fikret Orman
depuis cette date. Le club est côté en bourse depuis 2002.

Les matchs de Beşiktaş se jouent dans sa nouvelle enceinte, le Vodafone Park, inaugurée
en 2016 et d’une capacité de 41,903 personnes. Le centre d’entrainement est le centre Nevzat
Demir.

22
http://www.tff.org/default.aspx?pageID=545
23
http://www.tff.org/default.aspx?pageID=545
24
http://www.bjk.com.tr/tr/cms/hakkinda/1/
39

4.1.2. Fenerbahçe

Fenerbahçe Spor Kulübü a été fondé en 1907 et est basé à Istanbul, mais de la côte
asiatique contrairement à ses deux rivaux basés en Europe. Active principalement en football
et en basketball, le club possède des branches amateures comme le volleyball, le tennis de table,
l’athlétisme, la natation, la boxe ou encore l’eSport25.

Fenerbahçe a remporté 19 fois le titre en championnat, dont deux en 2010/2011 et


2013/2014, et 6 fois la Coupe de Turquie, notamment en 2011/2012 et 2012/2013.

Le club est présidé par Aziz Yıldırım depuis 1998 et est côté en bourse depuis 2004.

Le stade de Fenerbahçe, l’Ülker Arena, construit en 1908 et rénové entre 1999 et 2006
a une capacité de 50,509 places. L’équipe s’entraine dans le centre Can Bartu.

4.1.3 Galatasaray

Galatasaray Spor Klübü, fondé en 1905 à Istanbul, performe, lui aussi, dans plusieurs
branches sportives. Tout comme ses rivaux, son principal centre d’intérêt est le football26.

Galatasaray est le club le plus titré de Turquie avec ses 21 victoires en championnat et
17 en coupe. Le club a remporté sept de ces titres (4 championnats en 2007/2008, 2011/2012,
2012/2013, 2014/2015 et 3 coupes en 2013/2014, 2014/2015, 2015/2016) durant la période
considérée dans ce travail. Galatasaray détient également deux coupes européennes : la coupe
de l’UEFA et la Supercoupe, tous deux gagnées en 2000.

Le club a changé quatre fois de présidents durant la période de notre travail. Adnan Polat
a succédé à Özhan Canaydın en 2008 et a laissé sa place à Ünal Aysal en 2011. Duygun
Yarsuvat a pris le contrôle de la direction en 2014 pour le léguer à Dursun Özbek une année
plus tard, en 2015. Le président actuel est Mustafa Cengiz depuis 2018. Le club est côté en
bourse depuis 2002.

Galatasaray joue ses matchs au Türk Telekom Arena depuis 2011 et s’entraine au centre
de Florya Metin Oktay. Le Türk Telekom Arena peut accueillir jusqu’à 52,223 spectateurs27.

25
http://www.fenerbahce.org/kurumsal/detay.asp?ContentID=2
26
http://www.galatasaray.org/sl/galatasaray-tarihi-ne-zaman-ve-kim-kurdu/3
27
http://www.galatasaray.org/sl/galatasarayin-tesisleri/13
40

4.1.4. Trabzonspor

Trabzonspor Kulübü est le seul club côté en bourse qui n’est pas fondé à Istanbul, mais
à Trabzon. Moins présent que ses rivaux dans les branches amateures, Trabzonspor s’implique
surtout dans le football depuis sa création en 196728.

Le club a gagné six fois la Süper Lig et huit fois la Coupe de Turquie. Seule la victoire
en coupe en 2009/2010 est comprise dans ce travail.

Les quatre derniers présidents du club sont Sadri Şener (2008-2013), İbrahim
Hacıosmanoğlu (2013-2015), Muharrem Usta (2015-2018) et Ahmet Ağaoğlu (depuis 2018).
Trabzonspor est côté sur la bourse d’Istanbul depuis 2005.

Le stade du club est le tout nouveau Medical Park Arena, inauguré en 2017 et dont la
capacité est de 41,461. L’équipe s’entraine dans le centre Mehmet Ali Yılmaz.

Tableau 11 : Récapitulatif des clubs turcs

Beşiktaş Fenerbahçe Galatasaray Trabzonspor


Date de création 1903 1907 1905 1967
Nombre de titres 15* 19 21 6
Président Fikret Orman Aziz Yıldırım Mustafa Cengiz Ahmet Ağaoğlu
Entrée en bourse 2002 2004 2002 2005
Capacité du stade 41903 50509 52223 41461
UEFA FFP 2015-2019 2016-2020 2014-2016 2014-2019
* 2 de ces titres ont été acquis avant 1959, mais ont été compté comme un titre de Süperlig

4.2. Le championnat anglais

Le championnat anglais, à ce jour plus connu sous le nom d’English Premier League
(EPL), est une compétition nationale fondée en 1992 par la Fédération anglaise de Football 29.
Il se dispute chaque année entre 20 clubs et est actuellement en 3ème position dans le classement
des championnats de l’UEFA. Depuis l’instauration du nouveau règlement en 1992, six équipes

28
http://www.trabzonspor.org.tr/tr/kulup/tarihce
29
https://www.premierleague.com/history
41

l’ont remporté jusqu’à ce jour : Manchester United (13), Chelsea (5), Arsenal (3), Manchester
City (3), Blackburn Rovers (1) et Leicester City (1)30.

4.2.1 Arsenal

Arsenal Football Club est un club professionnel de football fondé en 1886 et basé à Londres31.

Le club a remporté 13 fois le championnat et 13 fois la Coupe de la Fédération. Les trois


victoires (2013/2014, 2014/2015 et 2016/2017) en coupe sont comprises dans ce travail.

Le club est présidé par Sir Chips Keswick depuis 2013 et est côté sur un marché privé (le NEX
Exchange).

Arsenal joue ses matchs à l’Emirates Stadium, construit en 2006 et pouvant contenir 60,432
supporters. Le centre d’entrainement est le Shenley Training Centre32.

4.2.2. Chelsea

Chelsea Football Club, club professionnel de football fondé en 1905, est basé à Londres33.

Chelsea a remporté six fois le championnat anglais, dont trois en 2009/2010, 2014/2015 et
2016/2017 et sept fois la Coupe de la Fédération, dont trois en 2008/2009, 2009/2010 et
2011/2012. Le club détient également une Ligue des Champions (2011/2012) et une Europa
League (2012/2013).

Le propriétaire Roman Abramovitch a nommé Bruce Buck à la présidence de la direction en


2003.

Le stade de Chelsea, le Stamford Bridge a une capacité de 41,631 personnes.

4.2.3. Everton

Everton Football Club, fondé en 1878 à Liverpool, est un club de football professionnel qui
participe au championnat anglais34.

Le club a remporté neuf fois le championnat et cinq fois la coupe nationale. Aucune de ces
victoires ne sont comprises dans ce travail.

30
https://www.premierleague.com/history
31
https://www.arsenal.com/history
32
https://www.arsenal.com/the-club
33
https://www.chelseafc.com/en/about-chelsea/about-the-club
34
http://www.evertonfc.com/content/club
42

Le propriétaire du club est Farhad Moshiri depuis 2016 et le président est Bill Kenwright depuis
1989.

Everton joue ses matchs au Goodison Park depuis 1892 après avoir quitté l’Anfield.

4.2.4. Liverpool

Créé en 1892, Liverpool Football Club est un club professionnel de football basé à Liverpool35.

Le club a remporté 18 titres en championnat et 7 en Coupe de la Fédération. Liverpool détient


également 5 Ligues des Champions et 3 Coupes d’UEFA. Aucun de ces titres n’a été remporté
après 2007.

Le club est présidé par Tom Werner depuis 2010.

Le stade d’Anfield accueille le club depuis sa création en 1892.

4.2.5. Manchester City

Fondé en 1894, Manchester City Football Club est un club professionnel de football basé à
Manchester36.

Le club a remporté cinq fois le championnat et cinq fois ls coupe nationale. Les titres en
championnat de 2011/2012 et 2013/2014 et en coupe de 2010/2011 seront pris en compte dans
ce travail.

Le club est présidé par Khaldoon Al Mubarak depuis 2008.

Le stade du club, le City of Manchester Stadium peut accueillir 55,097 personnes.

4.2.6. Manchester United

Manchester United Football Club est un club professionnel de football fondé en 1902 et basé à
Manchester37.

Manchester United est le club le plus titré d’Angleterre avec 20 victoires en championnat et 12
en coupe. Cinq de ces victoires (quatre en championnat : 2007/2008, 2008/2009, 2010/2011,
2012/2013 et une en coupe : 2015/2016) seront traitées dans ce travail.

Le club est présidé par les frères Joel et Avram Glazer depuis 2015.

35
https://www.liverpoolfc.com/history
36
https://www.mancity.com/fans-and-community/club/club-history
37
http://www.manutd.com/en/History.aspx
43

Le stade de Manchester United est l’Old Trafford, qui a une capacité de 74,994 personnes.

4.2.7. Tottenham

Tottenham Hotspur Football Club est un club professionnel de football créé en 1882 et basé à
Londres38.

Le club a remporté deux fois le championnat et huit fois la coupe nationale. Toutes étant datées
d’avant 2007, aucune ne sera traitée dans ce travail.

Tottenham est présidé par Daniel Levy depuis 2001.

La maison de Tottenham, le White Hart Lane, étant détruit en 2017 pour être reconstruit, le club
joue actuellement ses matchs au stade national, le Wembley Stadium doté d’une capacité de
90,000 places.

Tableau 12 : Récapitulatif des clubs anglais

Arsenal Chelsea Everton Liverpool


Date de création 1886 1905 1878 1892
Nombre de titres 3 5 0 0
Président Chips Keswick Bruce Buck Bill Kenwright Tom Werner
Entrée en bourse 2007 - - -
Capacité du stade 60432 41631 39572 54074
UEFA FFP - - - -

Tableau 13 : Récapitulatif des clubs anglais (suite)

Man City Man Utd Tottenham


Date de création 1894 1902 1882
Nombre de titres 3 13 0
Président Al Mubarak Joel et Avram Daniel Levy
Glazer
Entrée en bourse - - -
Capacité du stade 55097 74994 90000
UEFA FFP 2013-2016 - -

38
http://www.tottenhamhotspur.com/history/honours/
44

4.3. Le championnat portugais

Le championnat portugais, connu sous le nom de Primeira Liga, est une compétition
nationale fondée en 1934 par la Fédération portugaise de Football39. Il se dispute chaque année
entre 18 clubs et est actuellement classé en 7ème position au classement des championnats de
l’UEFA. Cinq équipes l’ont remporté jusqu’à ce jour : Benfica (36), Porto (28), Sporting (18),
Belenenses (1) et Boavista (1)40. Les trois premières seront présentées dans ce travail.

4.3.1. Benfica

Le Sport Lisboa e Benfica est un club professionnel de football, également présent dans d’autres
branches sportives. Fondé en 1904 à Lisbonne, le club est un des « trois grands » du pays41.

Club le plus titré du Portugal, Benfica possède 36 titres en championnat et 26 en coupe


nationale. Les titres en championnat de 2009/2010, 2013/2014, 2014/2015, 2015/2016,
2016/2017 seront analysé dans ce travail. Les coupes de 2013/2014 et 2016/2016 en feront
également partie.

Benfica est présidé par Luis Filipe Vieira depuis 2003.

Le stade du club, l’Estadio da Luz, a été reconstruit en 2003 et a une capacité de 65,647 places.

4.3.2. Porto

Le Futebol Clube do Porto, fondé en 1893 à Porto et passé en professionnel en 1906, est un
club omnisports dont la principale activité est le football42.

Le championnat du Portugal a été remporté 28 fois et la Coupe du Portugal 20 fois par Porto.
Une partie des victoires successives en championnat entre 2003 et 2013, ainsi que les victoires
en coupe de 2008 à 2010 feront partie de ce travail. En outre, Porto a gagné quatre compétitions
européennes, dont une Europa League en 2010/2011.

Le club est présidé par le très influent Jorge Nuno Pinto da Costa, qui est à la tête du club depuis
1982.

Porto joue ses matchs à l’Estádio do Dragão qui a une capacité de 50,431 places.

39
http://www.fpf.pt/competicoes/futebol/masculino/liga-nos
40
http://www.fpf.pt/competicoes/futebol/masculino/liga-nos/vencedores
41
https://www.slbenfica.pt/en-us/slb/historia/fundacao
42
http://www.fcporto.pt/en/clube/historia/Pages/historia.aspx
45

4.3.3. Sporting

Le Sporting Clube de Portugal est un club omnisports, spécialisé en football depuis sa création
en 1906 à Lisbonne43.

Le club a gagné 18 fois le championnat et 16 fois la coupe nationale. Les deux seuls titres que
l’on analyse dans ce travail sont les victoires en coupe en 2007/2008 et 2014/2015.

Jose Eduardo Bettencourt (2009-2011) a succédé à Filipe Soares Franco à la présidence du club.
Godinho Lopes était, lui, à la tête du club entre 2011 et 2013, tandis que le président actuel
Bruno de Carvalho a succédé à Lopes.

Depuis 2003, Sporting joue ses matchs à l’Estádio José Alvalade qui peut acceuillir 50,095
spectateurs.

Tableau 14 : Récapitulatif des clubs portugais

Benfica Porto Sporting


Date de création 1904 1893 1906
Nombre de titres 36 28 18
Président Luis Filipe Vieira Jorge Nuno Pinto da Bruno de Carvalho
Costa
Entrée en bourse 2007 2000 2000
Capacité du stade 65647 50431 50095
UEFA FFP - 2017-2021 2015

43
http://www.sporting.pt/en/club/history/resume
46

5. RECHERCHE

Dans cette section, nous présentons l’objectif, les contraintes, l’échantillonnage, les
variables retenues, la méthode, le modèle et les résultats de la recherche.

5.1. L’objectif de la recherche

L’objectif principal de cette recherche est de tester l’effet des variables explicatives
financières sur la performance sportive et boursière des clubs de football et de trouver les
déterminants financiers qui affectent la performance sportive et boursière des clubs. De plus,
l’introduction de l’UEFA FFP dans une telle recherche permettra de tester économétriquement
l’effet de celui-ci sur la performance sportive et boursière des clubs et de discuter de l’éventuelle
réussite ou de l’échec de cette application.

Notre question de recherche est donc la suivante : « Quels sont les déterminants
financiers de la performance sportive et boursière des clubs de football ? » Pour tenter de
répondre à cette question, nous utiliserons deux hypothèses :

• Hypothèse 1 : « La performance sportive des clubs de football est significativement


affectée par des déterminants financiers. »
• Hypothèse 2 : « La performance boursière des clubs de football est affectée par des
déterminants financiers. »

5.2. Les contraintes et l’échantillonnage

La contrainte principale de ce travail a été l’accès aux données financières et boursières


de certains clubs. Les clubs côtés en bourse étant obligés de publier leur rapports financiers,
l’accent a été donné à ces clubs en ce qui concerne les équipes turques et portugaises, qui
comptent respectivement quatre (Beşiktaş, Fenerbahçe, Galatasaray et Trabzonspor) et trois
(Benfica, Porto et Sporting) clubs côtés en bourse.

L’échantillonnage a donc été fait par rapport aux données accessibles, en nous appuyant
sur les recherches empiriques et sur les critères que la société d’audit KPMG a utilisées dans
son rapport d’évaluation des clubs de football pour sélectionner une élite du football européen
(Football Clubs’ Valuation 2018 : The European Elite), ces critères étant :

1. Les clubs doivent être parmi les 50 clubs européens qui génèrent le plus de revenu
opérationnel.
47

2. Les clubs doivent être parmi les 50 premiers clubs sur la liste du coefficient UEFA de 5
ans.
3. Si l’un des critères ci-dessus n’est pas respecté, un club peut tout de même être
sélectionné si elle fait partie des 30 clubs les plus suivis sur les réseaux sociaux
(Facebook, Twitter, Instagram).

En plus des quatre clubs turcs et des trois clubs portugais côtés en bourse, nous avons
ainsi également sélectionné sept clubs anglais (Arsenal, Chelsea, Everton, Liverpool,
Manchester City, Manchester United et Tottenham) qui sont dans l’élite selon KPMG. Parmi
eux, seul Arsenal est côté en bourse à ce jour. La performance boursière des clubs anglais ne
sera donc pas prise en compte dans ce travail.

La recherche a été faite pour les saisons comprises entre 2006/2007 et 2016/2017. Les
données sportives en championnat et coupe ont été recueillies des sites web des fédérations
respectives de chaque pays. Le coefficient UEFA des clubs a été tiré du site web de l’UEFA.
Toutes les données financières, sauf la valeur des équipes et le montant des transferts qui ont
été collectés sur www.transfermarkt.com, ont été recueillies des tableaux financiers publiés par
les clubs. Yahoo Finance a été utilisé pour trouver les données boursières des clubs.

5.3. Les variables retenues

Les variables dépendantes de la recherche sont la performance sportive et boursière des


clubs, tandis que les indicateurs financiers représentent les variables indépendantes.

La performance sportive est calculée par deux variables : la moyenne des points gagnés
en championnat par rapport au nombre de matchs qui représente la performance sportive en
championnat et le coefficient UEFA annuel qui représente la performance sportive en
compétitions européennes. Le choix de la moyenne des points par match a été fait afin de
pouvoir comparer les clubs de différents championnats car ceux-ci comportent différents
nombres d’équipes, donc de matchs.

La performance boursière est représentée par le rendement des actions, qui est calculée
en utilisant les prix d’actions des clubs au 31 mai de chaque année étudiée. Cette date représente
la fin de la saison sportive, ainsi que la date à laquelle les clubs présentent leurs tableaux
financiers. La performance boursière ne sera pas utilisée pour le championnat d’Angleterre car
le championnat ne comporte qu’une seule équipe cotée en bourse. Par ailleurs, le rendement
des actions de Galatasaray en 2012 représentait un « outlier », donc une aberration qui falsifiait
48

le résultat. Il a donc été écarté de l’analyse, tout comme le rendement des actions de Benfica
pour l’année 2007 par manque d’informations (voir Figure C en annexe).

Les indicateurs financiers sont, quant à eux, représentés par le rendement des actifs, le
rendement des capitaux propres, le coût des transferts de joueurs, le revenu généré de la vente
de joueurs, la somme nette des transferts, la valeur de marché de l’équipe, le ratio de dettes, le
ratio de liquidité général, le revenu net, le revenu des droits de TV, le revenu de la billetterie,
le revenu de sponsorship et de publicité, et le revenu des droits de participation aux compétitions
de l’UEFA.

Les accords avec l’UEFA concernant le FFP et la victoire d’une coupe nationale
représentent les variables indépendantes de contrôle.

Les variables dépendantes et indépendantes retenues sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau 15 : Les variables dépendantes et indépendantes retenues

Variables Dépendantes Variables Indépendantes

Performance Sportive Indicateurs Financiers


Moyenne de points par match Rendement des actifs
Coefficient UEFA Rendement des capitaux propres
Performance Boursière Coûts des transferts
Rendement des actions Revenu des transferts
Valeur de marché de l’équipe
Salaires des joueurs
Ratio de dettes
Ratio de liquidité
Revenu des droits TV
Revenu de la billetterie
Revenu du sponsorship
Revenu des compétitions UEFA
Variables de Contrôle
Engagements FFP (dummy)
Victoire de coupe nationale (dummy)
49

La définition et le code des variables retenues sont présentés dans le tableau suivant :
Tableau 16 : Définition et code des variables retenues

Variables Définitions Codes


Performance Sportive
Moyenne de points par match Pts total / Nb de matchs PTS
Coefficient UEFA UEFA
Performance Boursière
Rendement des actions (P1-P0) / P0 RET
Indicateurs Financiers
Rendement des actifs Revenu net / Actifs totaux ROA
Rendement des capitaux propres Revenu net / Capitaux propres ROE
Coûts des transferts En € CTR
Revenu des transferts En € RTR
Valeur d’équipe En € VAL
Salaires des joueurs En € SAL
Ratio de dettes Dettes / Actifs DET
Ratio de liquidité Actif à c.t. / Passif à c.t LIQ
Revenu des droits TV En € RTV
Revenu de la billetterie En € BIL
Revenu du sponsorship En € SPO
Revenu des compétitions UEFA En € RUEFA
Variables de Contrôle
Engagements FFP (dummy) 1=oui, 0=non FFP
Victoire de coupe nationale (dummy) 1=oui, 0=non CUP

5.4. La méthode et le modèle de la recherche

La méthode utilisée dans cette recherche est une régression avec données de panel. Cette
méthode est particulièrement efficace pour contrôler à la fois l'effet d'unité de panel et l'effet
temporel lors de l'estimation des coefficients de régression.

Le modèle de la régression des données de panel est le suivant :


𝑌𝑖,𝑡 = 𝑎 + 𝑏𝑋,𝑖,𝑡 + 𝑒𝑖,𝑡
où 𝒀𝒊,𝒕 représente les variables dépendantes,
𝒂 le coefficient de chaque variable indépendante,
bX,𝒊,𝒕 les variables indépendantes,
𝒆𝒊,𝒕 le terme d’erreur,
i l’individu et
t la période44

44
http://cabannes.org/panels.pdf
50

Nous avons choisi cette méthode en nous basant sur les recherches empiriques dans la
littérature et pensons qu’elle est appropriée pour notre recherche, considérant le grand nombre
de variables à évaluer et la période choisie (11 ans).

Les analyses ont été conduites sur le logiciel R.

5.5. Les résultats de la recherche

Dans cette partie, nous présentons les résultats de notre recherche pour le championnat
turc, anglais, portugais et finalement pour l’ensemble des clubs étudiés dans ce travail.

5.5.1. Le championnat turc

Tout d’abord, nous avons commencé par déterminer les variables financières affectant
la performance sportive des clubs, les deux variables mesurant la performance sportive étant la
moyenne des points par match gagnés en championnat et le coefficient UEFA annuel.

Nous avons testé ces données sur le logiciel R et nous avons déterminé le modèle à
utiliser en effectuant le test d’Hausman. La valeur de p étant plus grande que 0.05, nous avons
utilisé le modèle des effets aléatoires pour chaque test présenté ci-dessous.

Pour déterminer les facteurs financiers affectant la moyenne des points gagnés en
championnat, nous avons éliminé un par un les facteurs qui n’ont pas d’effet en commençant
par ceux qui ont la plus grande valeur de p. A la suite de cette étape, nous avons trouvé les
déterminants de la moyenne des points gagnés en championnat. Le tableau suivant présente le
résultat :

Tableau 17 : Déterminants des points par match gagnés en championnat turc

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA 0.411009 0.098028 4.1928 0.0001434 ***
RTV 0.944869 0.262408 3.6008 0.0008484 ***
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants des points par match gagnés en championnat turc sont les suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et les points par match gagnés en championnat turc est positive.
Cela signifie qu’une augmentation du rendement des actifs augmente également les
51

points gagnés en championnat. Ce résultat est attendu car les actifs principaux des clubs
étant leurs joueurs, le rendement de ceux-ci ont un impact sur les résultats sportifs.
2. Le revenu des droits TV : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu des droits TV et les points par match gagnés en championnat turc est positive.
Plus le club reçoit de gains des droits télévisés, plus il a des bons résultats sur le terrain.
On peut interpréter cela par le fait que les clubs jouant pour le titre sont plus suivis ou
regardés.

L’autre variable mesurant la performance sportive des clubs turcs est le coefficient
UEFA. Le résultat de la recherche est présenté dans le tableau suivant :

Tableau 18 : Déterminants du coefficient UEFA des clubs turcs

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


SAL 20.9374 10.3751 2.0181 0.05362 *
RTV -24.6719 12.6258 -1.9541 0.06112 *
RUEFA 7.1078 1.3086 5.4315 9.575e-06 ***
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants du coefficient UEFA des clubs turcs sont les suivants :

1. Le salaire des joueurs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le


salaire des joueurs et le coefficient UEFA des clubs turcs est positive. Cela signifie que
plus les salaires des joueurs sont élevés, plus l’équipe a de bons résultats en compétition
européenne. Cela est probablement dû à la qualité et à l’expérience que les bons joueurs,
chers en salaires, apportent à leur équipe lors de ces matchs.
2. Le revenu des droits TV : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu des droits TV et le coefficient UEFA des clubs turcs est négative. Cela signifie
que plus les revenus des droits TV augmentent, moins les équipes ont de bons résultats
en compétitions européennes. Cela peut s’expliquer par le fait que les revenus TV
augmentent si les clubs ont une bonne performance en championnat, considérant que la
grande partie des revenus TV provient du championnat national. Ceci implique que les
clubs se focalisent plus sur une compétition que sur une autre.
3. Le revenu des compétitions UEFA : Le résultat est statistiquement significatif et la
relation entre le revenu des compétitions UEFA et le coefficient UEFA des clubs turcs
est positive. Ce résultat est attendu et souhaité puisque les revenus des compétitions
52

UEFA augmentent uniquement si les clubs ont des bons résultats dans les compétitions
de l’UEFA.

En résumé, notre première hypothèse est vérifiée pour les clubs turcs ; la performance
sportive des clubs de football est significativement affectée par des déterminants financiers, que
sont le rendement des actifs, le revenu des droits TV, le salaire des joueurs et le revenu des
compétitions UEFA.

Après avoir déterminé les indicateurs financiers affectant la performance sportive des
clubs turcs en championnat et en compétitions européennes, nous avons déterminé les
indicateurs financiers affectant leur performance boursière. Le tableau suivant présente le
résultat :

Tableau 19 : Déterminants du rendement des actions des clubs turcs

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA 0.69076 0.35488 1.9464 0.059224 *
VAL 3.92731 1.42154 2.7627 0.008876 ***
DET 0.49812 0.25470 1.9557 0.058085 *
SPO -2.85103 0.91067 -3.1307 0.003398 ***
CUP 0.53037 0.30080 1.7632 0.086126 *
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants du rendement des actions des clubs turcs sont les suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et le rendement des actions des clubs turcs est positive. Cela
signifie qu’une augmentation du rendement des actifs augmente également le rendement
des actions en bourse. Ceci peut être dû au fait que les actifs principaux des clubs, donc
les joueurs peuvent faire augmenter la valeur des actions en bourse par leur performance
sportive et par l’augmentation de leur valeur.
2. La valeur de l’équipe : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre la
valeur de l’équipe et le rendement des actions des clubs turcs est positive. Cela signifie
qu’une augmentation de la valeur de marché de l’équipe augmente également le
rendement des actions en bourse. Ce résultat est attendu car il signifie que plus les
joueurs sont valeureux, plus les actions des clubs en bourse le sont également.
53

3. Le ratio de dettes : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le ratio


de dettes et le rendement des actions des clubs turcs est positive. Cela signifie qu’une
augmentation du ratio de dettes augmente également le rendement des actions en bourse.
Ceci peut être expliqué par le fait que les clubs turcs s’endettent généralement pour
acheter des nouveaux joueurs. Ils peuvent donc atteindre de meilleurs résultats sportifs
qui affecteraient le rendement des actions en bourse.
4. Le revenu de sponsorship : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu de sponsorship et le rendement des actions des clubs turcs est négative. Cela
signifie qu’une augmentation du revenu de sponsorship affecte négativement le
rendement des actions en bourse. Ce résultat est inattendu, mais peut néanmoins être
expliqué par le fait que la somme des revenus de sponsorship perçue par les clubs turcs
est relativement inférieure à celle perçue par les autres clubs européens. Ces revenus
seraient donc peut-être insuffisants et affecteraient négativement le rendement des
actions en bourse.
5. La victoire de la coupe nationale : Le résultat est statistiquement significatif et la relation
entre la victoire de la coupe nationale et le rendement des actions des clubs turcs est
positive. Cela signifie qu’une victoire de coupe nationale affecte positivement le
rendement des actions en bourse. Ce résultat est attendu et prouve que les actions des
clubs sont affectées par les résultats sportifs des clubs.

En résumé, notre deuxième hypothèse est vérifiée pour les clubs turcs ; la performance
boursière des clubs de football est significativement affectée par des déterminants financiers,
que sont le rendement des actifs, la valeur de l’équipe, le ratio de dettes, le revenu de
sponsorship et la victoire de la coupe nationale.

5.5.2. Le championnat anglais

Nous avons conduit la même recherche pour le championnat anglais que sur le
championnat turc, à la différence que la performance boursière n’est pas prise en compte pour
les clubs anglais dans ce travail. Nous avons donc déterminé les indicateurs financiers affectant
la performance sportive des clubs anglais. Le tableau suivant présente le résultat pour la
performance sportive des clubs anglais en championnat :
54

Tableau 20 : Déterminants des points par match gagnés en championnat anglais

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA 0.57454 0.29797 1.9282 0.058272 *
VAL 0.82610 0.31351 2.6350 0.010543 **
BIL 0.73389 0.27608 2.6582 0.009911 ***
SPO -0.42263 0.21619 -1.9549 0.054968 *
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants des points par match gagnés en championnat anglais sont les suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et les points par match gagnés en championnat anglais est
positive. Cela signifie que l’augmentation du rendement des actifs affecte positivement
la performance des équipes en championnat. Tout comme pour le championnat turc, ce
résultat est attendu car les actifs principaux des clubs étant leurs joueurs, le rendement
de ceux-ci ont un impact sur les résultats sportifs.
2. La valeur de l’équipe : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre la
valeur de l’équipe et les points par match gagnés en championnat anglais est positive.
Cela signifie que l’augmentation de la valeur de marché de l’équipe affecte positivement
la performance des équipes en championnat. Ceci prouve que les équipes comportant
des joueurs valeureux, donc de plus grande qualité, ont plus de chances d’avoir de bons
résultats en championnat.
3. Le revenu de la billetterie : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu de la billetterie et les points par match gagnés en championnat anglais est
positive. Cela signifie que l’augmentation du revenu de la billetterie affecte
positivement la performance des équipes en championnat. Ceci peut être expliqué avec
deux arguments. Le premier est que la billetterie est une grande source de revenu et que
les clubs ayant des grands revenus peuvent créer des équipes de grande qualité. Le
deuxième argument est que la billetterie prouve le niveau de soutien des supporters.
Dans ce cas, nous pouvons dire que les clubs ayant de grandes ambitions sont plus
soutenus par leurs fans aux niveaux financier et psychologique.
4. Le revenu de sponsorship : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu de sponsorship et les points par match gagnés en championnat anglais est
négative. Cela signifie que l’augmentation du revenu de sponsorship affecte
55

négativement la performance des équipes en championnat. Ce résultat est étonnant,


considérant le fait que les contrats de sponsorship en Angleterre sont très élevés. On
peut peut-être expliquer ce phénomène avec le fait que tous les clubs ont de très bons
contrats de sponsorship et que cela peut favoriser plutôt les autres clubs du championnat
qui, sans ces revenus, ne pourraient pas être assez compétitifs avec les grands clubs.

L’autre variable mesurant la performance sportive des clubs anglais est le coefficient
UEFA. Le résultat de la recherche est présenté dans le tableau suivant :

Tableau 21 : Déterminants du coefficient UEFA des clubs anglais

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA 1.41872 0.71068 1.9963 0.05023 *
VAL 18.13408 10.39979 1.7437 0.08609 *
SAL -22.61021 10.30655 -2.1938 0.03195 **
DET -3.66691 1.76273 -2.0802 0.04158 **
BIL 19.97898 4.74926 4.2068 8.357e-05 ***
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants du coefficient UEFA des clubs anglais sont les suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et le coefficient UEFA est positive. Cela signifie que
l’augmentation du rendement des actifs affecte positivement la performance des équipes
en compétitions européennes. Le résultat est le même que pour le championnat anglais
et il est attendu car les actifs principaux des clubs étant leurs joueurs, le rendement de
ceux-ci ont un impact sur les résultats sportifs.
2. La valeur de l’équipe : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre la
valeur de l’équipe et le coefficient UEFA est positive. Cela signifie que l’augmentation
de la valeur de marché de l’équipe affecte positivement la performance des équipes en
compétitions européennes. Ceci prouve que les équipes comportant des joueurs
valeureux, donc de plus grande qualité, ont plus de chances d’avoir de bons résultats
dans les compétitions de l’UEFA. Les clubs anglais, possédant les équipes les plus
chers, profiteraient de cet avantage contre les autres clubs européens.
3. Le salaire des joueurs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le
salaire des joueurs et le coefficient UEFA est négative, ce qui signifie que plus les
salaires des joueurs sont élevés, moins l’équipe a de bons résultats en compétitions
56

européennes. Ce résultat est inattendu, mais ceci peut être interprété par le fait que les
clubs qui gèrent mieux leur niveau de salaires ont plus de succès sur le terrain que ceux
qui surpayent leurs joueurs. Il peut donc être dit qu’en Premier League, les salaires des
joueurs ne reflètent pas leur performance sportive.
4. Le ratio de dettes : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le ratio
de dettes et le coefficient UEFA est négative, ce qui implique qu’une augmentation du
ratio de dette résulte en une mauvaise performance sportive en compétitions
européennes. Le résultat est le contraire de celui pour le championnat turc et portugais
et il peut être expliqué par le fait que les clubs anglais, contrairement aux clubs turcs et
portugais, sont détenus par des propriétaires dont le but est non seulement d’atteindre
des bons résultats sportifs mais également de faire du profit. Contrairement aux clubs
turcs et portugais, la croissance de l’endettement peut montrer un certain affaiblissement
aux niveaux sportif et financier, et les clubs s’endetteraient plus uniquement en cas
d’urgence. Cela affecterait négativement les résultats sportifs par le fait de devoir
réduire son budget et affaiblir son équipe, par exemple.
5. Le revenu de la billetterie : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu de la billetterie et le coefficient UEFA est positive. Cela signifie que
l’augmentation du revenu de la billetterie affecte positivement la performance des
équipes en compétitions européennes. Ceci peut être expliqué par le fait que l’on analyse
l’élite du championnat et que tous ces clubs sont fortement soutenus par leurs fans au
niveau financier et psychologique.

En résumé, notre première hypothèse est vérifiée pour les clubs anglais ; la performance
sportive des clubs de football est significativement affectée par des déterminants financiers, que
sont le rendement des actifs, la valeur de l’équipe, le revenu de la billetterie, le revenu de
sponsorship, le salaire des joueurs et le ratio de dettes.

Cependant, notre deuxième hypothèse ne peut pas être vérifiée pour le championnat
anglais car ce championnat ne comporte qu’une seule équipe cotée en bourse. C’est la raison
pour laquelle nous avons décidé d’ignorer la mesure de la performance boursière pour ce
championnat.
57

5.5.3. Le championnat portugais

Nous avons conduit la même recherche pour le championnat portugais que sur le
championnat turc. Nous avons d’abord déterminé les indicateurs financiers affectant la
performance sportive des clubs portugais. Le tableau suivant présente le résultat pour la
performance sportive des clubs portugais en championnat :

Tableau 22 : Déterminants des points par match gagnés en championnat portugais

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


SPO 1.920425 0.283525 6.7734 1.956e-07 ***
CTR -0.394971 0.142000 -2.7815 0.009411 ***
BIL 0.759051 0.264410 2.8707 0.007572 ***
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants des points par match gagnés en championnat portugais sont les suivants :

1. Le revenu de sponsorship : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le revenu de sponsorship et les points par match gagnés en championnat portugais est
positive. Cela signifie qu’une augmentation des revenus de sponsorship fait également
augmenter la performance sportive au championnat, ce qui pourrait s’expliquer par le
fait d’avoir un budget important pour créer une équipe suffisamment bonne. De plus,
nous analysons l’élite du championnat et ces clubs sont ceux qui reçoivent les meilleures
offres de la part des sponsors.
2. Le coût des transferts : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le
coût des transferts et les points par match gagnés en championnat portugais est négative,
ce qui signifie que moins les clubs dépensent en transfert de joueurs, plus ils ont de bons
résultats en championnat. Ce résultat prouve que les transferts des clubs portugais sont
productifs et qu’ils parviennent à atteindre des bons résultats sportifs en dépensant des
sommes raisonnables pour les transferts.
3. Le revenu de la billetterie : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu de la billetterie et les points par match gagnés en championnat portugais est
positive. Cela signifie que l’augmentation du revenu de la billetterie affecte
positivement la performance des équipes en championnat. Tout comme pour les deux
autres championnats, ceci peut être expliqué par le fait que l’on analyse l’élite du
58

championnat et que tous ces clubs sont fortement soutenus par leurs fans au niveau
financier et psychologique.

L’autre variable mesurant la performance sportive des clubs portugais est le coefficient
UEFA. Le résultat de la recherche est présenté dans le tableau suivant :

Tableau 23 : Déterminants du coefficient UEFA des clubs portugais

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROE -1.23299 0.31123 -3.9616 0.0004439 ***
CTR 10.34342 2.29225 4.5124 9.813e-05 ***
RUEFA 7.00879 1.90586 3.6775 0.0009530 ***
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants du coefficient UEFA des clubs portugais sont les suivants :

1. Le rendement des capitaux propres : Le résultat est statistiquement significatif et la


relation entre le rendement des capitaux propres et le coefficient UEFA est négative, ce
qui signifie que l’augmentation du rendement des capitaux propres affecte négativement
les performances sportives en compétitions européennes. Ce résultat est étonnant mais
pourrait être expliqué par le fait que les clubs portugais sont ouverts au public et que les
dirigeants ne subiraient pas de pression de la part des propriétaires. Ils n’utiliseraient
peut-être pas assez efficacement les fonds provenant des investisseurs pour atteindre des
bons résultats en compétitions européennes.
2. Le coût des transferts : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le
coût des transferts et le coefficient UEFA est positive, ce qui signifie qu’une
augmentation des coûts de transfert implique des bons résultats en compétitions
européennes. Ce résultat démontre l’efficacité des transferts des clubs portugais qui
parviennent à rentabiliser leur investissement en obtenant des bons résultats sur le
terrain dans les compétitions de l’UEFA.
3. Le revenu des compétitions UEFA : Le résultat est statistiquement significatif et la
relation entre le revenu des compétitions UEFA et le coefficient UEFA est positive.
Cela signifie qu’une augmentation des revenus de l’UEFA résulte en de bonnes
performances sur le terrain. Contrairement aux revenus générés au Portugal, ceux-ci
sont des montants plus importants et pourraient expliquer ce résultat. Par ailleurs, tout
comme pour le championnat turc, ce résultat est attendu et souhaité puisque les revenus
59

des compétitions UEFA augmentent uniquement si les clubs ont des bons résultats dans
les compétitions de l’UEFA.

En résumé, notre première hypothèse est vérifiée pour les clubs portugais ; la
performance sportive des clubs de football est significativement affectée par des déterminants
financiers, que sont le revenu de sponsorship, le coût des transferts, le revenu de la billetterie,
le rendement des capitaux propres et le revenu des compétitions UEFA.

Après avoir déterminé les indicateurs financiers affectant la performance sportive des
clubs portugais en championnat et en compétitions européennes, nous avons déterminé les
facteurs financiers affectant leur performance boursière. Le tableau suivant présente le résultat :

Tableau 24 : Déterminants du rendement des actions des clubs portugais

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA 1.204036 0.424813 2.8343 0.0089580 ***
ROE -0.041786 0.016115 -2.5930 0.0156745 **
RTR -0.189604 0.088561 -2.1409 0.0422172 **
DET 1.105729 0.257513 4.2939 0.0002322 ***
RTV 1.080844 0.243630 4.4364 0.0001606 ***
RUEFA -0.243581 0.130397 -1.8680 0.0735279 *
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants du rendement des actions des clubs portugais sont les suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et le rendement des actions des clubs portugais est positive. Cela
signifie qu’une augmentation du rendement des actifs augmente également le rendement
des actions en bourse. Ce résultat est identique à celui du championnat turc et ceci peut
être dû au fait que les actifs principaux des clubs, donc les joueurs peuvent faire
augmenter la valeur des actions en bourse par leur performance sportive et par
l’augmentation de leur valeur.
2. Le rendement des capitaux propres : Le résultat est statistiquement significatif et la
relation entre le rendement des capitaux propres et le rendement des actions des clubs
portugais est négative, ce qui signifie qu’une augmentation du rendement des capitaux
propres résulte en une diminution du rendement des actions en bourse. Tout comme
pour la performance sportive, ce résultat est étonnant mais pourrait être expliqué par le
fait que les clubs portugais sont ouverts au public et que les dirigeants ne subiraient pas
60

de pression de la part des propriétaires. Ils n’utiliseraient peut-être pas assez


efficacement les fonds provenant des investisseurs pour atteindre des bons résultats
sportifs, ce qui affecterait négativement les actions des clubs en bourse.
3. Le revenu des transferts : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu des transferts et le rendement des actions des clubs portugais est négative, ce
qui signifie qu’une augmentation des revenus de transferts implique un moins bon
rendement des actions en bourse. Ce résultat est étonnant, mais pourrait à nouveau être
expliqué par le fait que les clubs portugais sont ouverts au public et que les revenus ne
seraient peut-être pas utilisés assez efficacement, considérant le fait que les dirigeants
ne subissent pas de pression de la part des actionnaires.
4. Le ratio de dettes : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le ratio
de dettes et le rendement des actions des clubs portugais est positive, ce qui signifie
qu’une augmentation des dettes résulte en un meilleur rendement des actions en bourse.
Tout comme pour le championnat turc, ceci peut être expliqué par le fait que les clubs
portugais s’endettent généralement pour acheter des nouveaux joueurs. Ils peuvent donc
atteindre de meilleurs résultats sportifs qui affecteraient le rendement des actions en
bourse.
5. Le revenu des droits TV : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu des droits TV et le rendement des actions des clubs portugais est positive, ce
qui signifie qu’une augmentation des revenus des droits télévisés implique un meilleur
rendement des actions en bourse. Ce résultat est inattendu et assez contradictoire par
rapport au fait que les autres types de revenu causent une diminution du rendement des
actions alors que celui-ci provoque une augmentation. On pourrait toutefois expliquer
ce résultat par le fait que ces sommes sont relativement basses pour le championnat
portugais, comparé aux revenus des transferts et des compétitions UEFA.
6. Le revenu des compétitions UEFA : Le résultat est statistiquement significatif et la
relation entre le revenu des compétitions UEFA et le rendement des actions des clubs
portugais est négative. Cela signifie qu’une augmentation du revenu des compétitions
UEFA implique une diminution du rendement des actions en bourse. Tout comme pour
les revenus de transferts, ce résultat est étonnant, mais pourrait à nouveau être expliqué
par le fait que les clubs portugais sont ouverts au public et que les revenus ne seraient
peut-être pas utilisés assez efficacement, considérant le fait que les dirigeants ne
subissent pas de pression de la part des actionnaires.
61

En résumé, notre deuxième hypothèse est vérifiée pour les clubs portugais ; la
performance boursière des clubs de football est significativement affectée par des déterminants
financiers, que sont le rendement des actifs, le rendement des capitaux propres, le revenu des
transferts, le ratio de dettes, le revenu des droits TV et le revenu des compétitions UEFA.

5.5.4. L’ensemble des clubs


Nous avons conduit la même recherche que celle sur les championnats turc, anglais et
portugais, mais cette fois-ci en considérant l’ensemble des 14 clubs étudiés dans ce travail.
Nous avons d’abord déterminé les indicateurs financiers affectant la performance sportive de
l’ensemble des clubs. Le tableau suivant présente le résultat pour la performance sportive de
l’ensemble des clubs en championnat :

Tableau 25 : Déterminants des points par match gagnés en championnat de l'ensemble des clubs

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA 0.490417 0.092998 5.2734 5.051e-07 ***
CTR -0.114989 0.068916 -1.6685 0.097478 *
VAL 0.490516 0.175022 2.8026 0.005799 ***
BIL 0.270810 0.117208 2.3105 0.022343 **
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants des points par match gagnés en championnat de l’ensemble des clubs sont les
suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et les points par match gagnés en championnat de l’ensemble
des clubs est positive. Cela signifie que l’augmentation du rendement des actifs affecte
positivement la performance des équipes en championnat. Ce résultat est attendu
puisqu’il est présent également dans les résultats de deux des trois championnats
étudiés. L’explication de ce résultat peut à nouveau être faite par le fait que les actifs
principaux des clubs étant leurs joueurs, le rendement de ceux-ci ont un impact sur les
résultats sportifs.
2. Le coût des transferts : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le
coût des transferts et les points par match gagnés en championnat de l’ensemble des
clubs est négative, ce qui signifie que moins les clubs dépensent en transfert de joueurs,
62

plus ils ont de bons résultats en championnat. Ce résultat n’était présent uniquement
pour les clubs portugais, mais prouve que les transferts de l’ensemble des clubs sont
plutôt productifs. Les clubs atteindraient donc des meilleurs résultats en championnat
lorsqu’ils dépensent moins en transfert. Ceci peut également être expliqué par le fait que
les équipes stables qui n’ont besoin que de peu de nouveaux joueurs atteignent des
meilleurs résultats en championnat.
3. La valeur de l’équipe : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre la
valeur de l’équipe et les points par match gagnés en championnat de l’ensemble des
clubs est positive. Cela signifie que l’augmentation de la valeur de marché de l’équipe
affecte positivement la performance des équipes en championnat. Ceci prouve que les
équipes comportant des joueurs valeureux, donc de plus grande qualité, ont plus de
chances d’avoir de bons résultats en championnat. Ce résultat était également présent
pour le championnat anglais et cela a dû jouer un grand rôle pour qu’on le retrouve à
nouveau ici.
4. Le revenu de la billetterie : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu de la billetterie et les points par match gagnés en championnat de l’ensemble
des clubs est positive, ce qui signifie que plus les revenus de la billetterie augmentent,
plus les clubs ont de bons résultats en compétitions européennes. Ce résultat était présent
pour les championnats anglais et portugais. Cela peut signifier que les clubs générant le
plus de revenus de billetterie sont ceux qui se battent pour gagner le titre et qui sont
donc les plus soutenus aux niveaux financier et psychologique.

L’autre variable mesurant la performance sportive de l’ensemble des clubs est le


coefficient UEFA. Le résultat de la recherche est présenté dans le tableau suivant :

Tableau 26 : Déterminants du coefficient UEFA de l'ensemble des clubs

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA -0.72871 0.28962 -2.5161 0.0141272 **
VAL 18.15972 4.56777 3.9756 0.0001668 ***
RTV -11.76231 3.22956 -3.6421 0.0005105 ***
RUEFA 7.48107 1.00094 7.4740 1.574e-10 ***
FFP -4.17895 1.85652 -2.2510 0.0274858 **
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%
63

Les déterminants du coefficient UEFA de l’ensemble des clubs sont les suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et le coefficient UEFA est négative. Cela signifie que
l’augmentation du rendement des actifs affecte négativement la performance des
équipes en compétitions européennes. Ce résultat est inattendu et étonnant car le
rendement des actifs affecte uniquement la performance sportive européenne des clubs
anglais, et ce positivement. On peut toutefois essayer d’expliquer ce résultat par le fait
que la performance sportive européenne des clubs turcs est très mauvaise et que les
clubs anglais accordent plus d’importance au championnat national qu’aux compétitions
européennes.
2. La valeur de l’équipe : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre la
valeur de l’équipe et le coefficient UEFA est positive. Cela signifie que l’augmentation
de la valeur de marché de l’équipe affecte positivement la performance des équipes en
compétitions européennes. Ce résultat est attendu est retrouvé également dans le
championnat anglais. Ceci peut prouver que les équipes comportant des joueurs
valeureux, donc en principe de qualité et expérimentés, ont plus de chances d’avoir de
bons résultats dans les compétitions de l’UEFA.
3. Le revenu des droits TV : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu des droits TV et le coefficient UEFA est négative. Cela signifie que plus les
revenus des droits TV augmentent, moins les équipes ont de bons résultats en
compétitions européennes. Ce résultat était retrouvé également dans le championnat turc
et peut s’expliquer par le fait que les revenus TV augmentent si les clubs ont une bonne
performance en championnat, considérant que la grande partie des revenus TV provient
du championnat national. Ceci implique que les clubs se focalisent plus sur une
compétition que sur une autre, en l’occurrence celle qui rapporte plus de gains en droits
TV.
4. Les engagements FFP : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre les
engagements FFP et le coefficient UEFA est négative. Cela signifie que si un club a un
engagement FFP envers l’UEFA, celui-ci a de moins bons résultats en compétitions
européennes. C’est la première fois que nous voyons ce résultat dans ce travail et il peut
être expliqué par le fait que les équipes ont besoin de joueurs expérimentés et de qualité
pour être compétitif à un haut niveau européen et que les restrictions imposées par le
FFP empêchent les clubs d’acquérir ces joueurs car ils ne peuvent plus se permettre de
64

dépenser plus d’argent que ce qu’ils n’en gagnent. Ceci est une barrière importante
puisque les clubs se procurent des bons joueurs, qui coûtent généralement cher, en
s’endettant.

En résumé, notre première hypothèse est vérifiée pour l’ensemble des clubs ; la
performance sportive des clubs de football est significativement affectée par des déterminants
financiers, que sont le rendement des actifs, le coût des transferts, la valeur de l’équipe, le
revenu de la billetterie, le revenu des droits TV et les engagements FFP.

Après avoir déterminé les indicateurs financiers affectant la performance sportive de


l’ensemble des clubs turcs et portugais en championnat et en compétitions européennes, nous
avons déterminé les facteurs financiers affectant leur performance boursière. Le tableau suivant
présente le résultat :

Tableau 27 : Déterminants du rendement des actions de l'ensemble des clubs turcs et portugais

Estimate Std. Error t-value Pr(>|t|)


ROA 0.55365 0.26489 2.0901 0.040351 **
VAL 2.14018 0.71496 2.9934 0.003843 ***
DET 0.44561 0.19701 2.2618 0.026908 **
SPO -2.23871 0.62901 -3.5591 0.000684 ***
CUP 0.38064 0.18096 2.1035 0.039128 **
FFP 0.45167 0.26086 1.7315 0.087902 *
* statistiquement significatif jusqu’à 10%
** statistiquement significatif jusqu’à 5%
*** statistiquement significatif jusqu’à 1%

Les déterminants du rendement des actions de l’ensemble des clubs turcs et portugais sont les
suivants :

1. Le rendement des actifs : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre


le rendement des actifs et le rendement des actions de l’ensemble des clubs turcs et
portugais est positive, ce qui signifie qu’une augmentation du rendement des actifs
implique un meilleur rendement des actions en bourse. Ce résultat est attendu puisqu’il
est également présent dans les deux championnats concernés. Ceci peut être dû au fait
que les actifs principaux des clubs, donc les joueurs peuvent faire augmenter la valeur
des actions en bourse par leur performance sportive et par l’augmentation de leur valeur.
2. La valeur de l’équipe : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre la
valeur de l’équipe et le rendement des actions de l’ensemble des clubs turcs et portugais
est positive. Cela signifie qu’une augmentation de la valeur de marché de l’équipe
65

augmente également le rendement des actions en bourse. Ce résultat est également


présent dans le championnat turc et est attendu car il signifie que plus les joueurs sont
valeureux, plus les actions des clubs en bourse le sont également.
3. Le ratio de dettes : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre le ratio
de dettes et le rendement des actions de l’ensemble des clubs turcs et portugais est
positive, ce qui signifie qu’une augmentation des dettes résulte en un meilleur
rendement des actions en bourse. Ce résultat est attendu puisqu’il est présent dans les
deux championnats concernés et il peut être expliqué par le fait que les clubs turcs et
portugais s’endettent généralement pour acheter des nouveaux joueurs. Ils peuvent donc
atteindre de meilleurs résultats sportifs qui affecteraient le rendement des actions en
bourse.
4. Le revenu de sponsorship : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre
le revenu de sponsorship et le rendement des actions de l’ensemble des clubs turcs et
portugais est négative. Cela signifie qu’une augmentation du revenu de sponsorship
affecte négativement le rendement des actions en bourse. Ce résultat est présent dans le
championnat turc et il est inattendu comme précisé plus haut. On peut, cependant,
essayer d’expliquer ce résultat par le fait que la somme des revenus de sponsorship
perçue par les clubs turcs et portugais est relativement inférieure à celle perçue par les
autres clubs européens. Ces revenus seraient donc peut-être insuffisants et affecteraient
négativement le rendement des actions en bourse
5. La victoire de la coupe nationale : Le résultat est statistiquement significatif et la relation
entre la victoire de la coupe nationale et le rendement des actions de l’ensemble des
clubs turcs et portugais est positive. Cela signifie qu’une victoire de coupe nationale
affecte positivement le rendement des actions en bourse. Ce résultat est présent dans le
championnat turc et il est donc attendu. Ceci peut prouver que les actions des clubs sont
affectées par les résultats sportifs des clubs.
6. Les engagements FFP : Le résultat est statistiquement significatif et la relation entre les
engagements FFP et le rendement des actions de l’ensemble des clubs turcs et portugais
est positive. Cela signifie que si un club a un engagement FFP envers l’UEFA, celui-ci
a un meilleur rendement des actions en bourse. Ce résultat est présent pour la première
fois et peut signifier que le FFP guide suffisamment les clubs afin qu’ils gèrent mieux
leur budget. Une amélioration de la situation financière pourrait donc impliquer une
meilleure performance boursière des clubs.
66

En résumé, notre deuxième hypothèse est vérifiée pour l’ensemble des clubs turcs et
portugais ; la performance boursière des clubs de football est significativement affectée par des
déterminants financiers, que sont le rendement des actifs, la valeur de l’équipe, le ratio de dettes,
le revenu de sponsorship, la victoire de la coupe nationale et les engagements FFP.

6. CONCLUSION

En conclusion, nous pouvons dire que nous avons atteint notre objectif, qui était de
déterminer les indicateurs financiers de la performance sportive et boursière des clubs de
football. Pour ce, nous avons conduit une régression avec données de panel sur 14 clubs
représentant l’élite des championnats turcs, anglais et portugais sur la période allant de la saison
2006/2007 jusqu’à la saison 2016/2017.

Pour répondre à notre question de recherche, nous nous sommes servis de deux
hypothèses, qui ont été vérifiées pour le championnat turc, anglais et portugais séparément ainsi
que pour l’ensemble des clubs. La performance sportive et boursière des clubs est donc affectée
par des déterminants financiers.

Les indicateurs financiers qui affectent le plus la performance sportive des clubs sont le
rendement des actifs et le revenu de la billetterie. Les autres indicateurs ayant un impact
important sur la performance sportive des clubs sont le coût des transferts, le revenu des droits
TV, la valeur de l’équipe, le salaire des joueurs, le revenu des compétitions UEFA et le revenu
de sponsorship. Finalement, on retrouve également d’autre indicateurs comme le ratio de dettes,
le rendement des capitaux propres et les engagements FFP, qui ont également un effet sur la
performance sportive des clubs.

Les indicateurs financiers qui affectent le plus la performance boursière des clubs sont
le rendement des actifs et le ratio de dettes. La performance boursière des clubs est également
affectée par la valeur de l’équipe, le revenu de sponsorship et la victoire de la coupe nationale.
Finalement, le rendement des capitaux propres, le revenu des transferts, le revenu des droits
TV, le revenu des compétitions UEFA et les engagements FFP représentent les autres
indicateurs financiers affectant la performance boursière des clubs.

Il faut noter que le rendement des actifs affecte la performance sportive et boursière de
presque tous les clubs sujets à ce travail, ce qui est un résultat attendu si l’on considère que les
67

actifs sont le cœur de toute entreprise et d’autant plus des clubs sportifs puisqu’ils sont
principalement constitués des joueurs de l’équipe.

Nous avons également trouvé plusieurs différences entre les déterminants des différents
championnats. Par exemple, les revenus et les coûts ont des effets différents selon leur type et
selon les championnats concernés. De manière générale, nous pouvons dire que les clubs du
championnat anglais, qui comporte le niveau sportif et les moyens financiers les plus élevés de
notre recherche, essaient d’atteindre des bons résultats sportifs tout en visant le profit au niveau
financier. Ceci est probablement le résultat de la différence de structure de propriété avec les
deux autres championnats. Les clubs turcs et portugais, qui sont donc ouvert au public et qui
n’ont pas de propriétaire, visent plutôt à atteindre leurs objectifs sportifs en profitant de leurs
revenus et en s’endettant.

Par ailleurs, les engagements FFP affectent négativement la performance sportive des
clubs en compétitions de l’UEFA et positivement leur performance boursière. Nous pouvons
donc en déduire que l’objectif du FFP n’a été que partiellement atteint si l’on considère que les
clubs doivent se passer de bonnes performances sportives en compétitions européenne pour
pouvoir rectifier leur situation financière et atteindre les critères imposés par le FFP.

Finalement, cette recherche pourrait guider les dirigeants des clubs de football, des
fédérations nationales, ainsi que ceux des institutions européennes (UEFA) et mondiales (FIFA)
à se focaliser sur les indicateurs financiers que nous avons déterminés. Les fans de ce sport et
les investisseurs potentiels pourraient également juger les clubs en fonctions de ces indicateurs.

De plus, la totalité de notre recherche et plus spécifiquement l’utilisation des


engagements FFP comme variables indépendantes pourraient servir aux autres chercheurs dans
leur travaux académiques.
68

7. BIBLIOGRAPHIE

BARAJAS, Ángel and FERNÁNDEZ-JARDÓN, Carlos M. and CROLLEY, Liz, Does Sports
Performance Influence Revenues and Economic Results in Spanish Football? (September
2005).

BARAJAS, Ángel and RODRIGUEZ, Plácido, Spanish Football Clubs Finances: Crisis and
Player Salaries (February 2010). International Journal of Sport Finance, Vol. 5, No. 1, 2010.

BAUR, Dirk & MCKEATING, Conor. (2009). The benefits of financial markets: a case
study of European football clubs. DCU Business School Research Paper Series. (Paper No.
45). Dublin City University, Ireland.

BENKRAIEM, Ramzi & LEROY, Frédéric & LOUHICHI, Wael. (2012). Sporting
Performances and the Volatility of Listed Football Clubs. International journal of sport
finance. 6(4).

BERUMENT, H., CEYLAN, N. B., & GÖZPINAR, E. (2006). Performance of soccer on the
stock market: Evidence from Turkey. The Social Science Journal, 43(4), 695-699.

BUDZINSKI, O. & FEDDERSEN, A. (2014) Contemporary Research in Sports Economics,


Proceedings of the 5th ESEA Conference, p.207-229

ÇAM, Alper Veli. The Effects of Sporting Success on Stock Returns: An Application in
Istanbul Stock Exchange. Journal of Economics Library, [S.l.], v. 2, n. 3, p. 147-154, sep.
2015.

CASTELLANI, Massimiliano, PATTITONI, Pierpaolo and PATUELLI, Roberto, Abnormal


Returns of Soccer Teams: Reassessing the Informational Value of Betting Odds (August
26, 2013). Journal of Sports Economics, Vol. 16, No. 7, 2015

DEMIR, E. & DANIS, H. (2011) The Effect of Performance of Soccer Clubs on Their Stock
Prices: Evidence from Turkey, Emerging Markets Finance and Trade, 47:sup4, 58-70.

DOBSON, S. & GODDARD, J. (2004) The Economics of Football, Cambridge University


Press

DOWNWARD, P. & DAWSON, A. (2002) The Economics of Professional Team Sports,


Routledge
69

GALARIOTIS, Emilios & GERMAIN, Christophe & ZOPOUNIDIS, Constantin. (2017). A


combined methodology for the concurrent evaluation of the business, financial and sports
performance of football clubs: the case of France. Annals of Operations Research.

GODINHO, Pedro & CERQUEIRA, Pedro. (2016). The Impact of Expectations, Match
Importance, and Results in the Stock Prices of European Football Teams. Journal of Sports
Economics, 2018, Vol. 19(2) 230-278

GÖLLÜ, E . (2012). Impact of the Financial Performances of Incorporations of Football


Clubs in the Domestic League on their Sportive Performances: A Study Covering Four
Major Football Clubs in Turkey. Pamukkale Spor Bilimleri Dergisi, 3 (1), 20-29.

GRATTON, C. & TAYLOR, P. (2002) Economics of Sport and Recreation, Spon Press, p.163-
178

GUZMAN I & MORROW S (2007) Measuring efficiency and productivity in professional


football teams: Evidence from the English Premier League, Central European Journal of
Operations Research, 15 (4), pp. 309-328.

HENDERSON, S. (2010) Football broadcasting: tipping point or bleeding edge ?, Soccer


& Society, Vol. 11, No. 5, September 2010, p.614–626

HORTON, E. (1997) Moving the Goalposts: Football’s Exploitation, Edinburgh:Mainstream

NURCAN E., ERDOĞAN M., ERDOĞAN E., Evaluation of Financial Performance of


Football Clubs : An Application in the BIST., International Journal of Business and
Management Invention, vol.5, pp.1-5, 2016

ÖZDURAK, C. & ULUSOY, V., 2013. Moneyball in the Turkish Football League: A Stock
Behavior Analysis of Galatasaray and Fenerbahce Based on Information Salience, Journal
of Applied Finance & Banking, SCIENPRESS Ltd, vol. 3(4), pages 1-1.

PESTANA BARROS, Carlos & LEACH, Stephanie. (2006). Analyzing the Performance of
the English F.A. Premier League With an Econometric Frontier Model. Journal of Sports
Economics - J SPORT ECON. 7. 391-407.

ROHDE M, BREUER C., Europe’s Elite Football: Financial Growth, Sporting Success,
Transfer Investment, and Private Majority Investors. International Journal of Financial
Studies. 2016; 4(2):12.
70

SAMAGAIO, A., COUTO, E., CAIADO, J., & LÚPI, M. (2009). Sporting, financial and
stock market performance in English football: an empirical analysis of structural
relationships.

SARAC, M.F., & ZEREN, F. (2013). The Effect of Soccer Performance on Stock Return:
Empirical Evidence From “The Big Three Clubs” of Turkish Soccer League. Journal of
Applied Finance & Banking, vol. 3, no. 5, 2013, 299-314.

SZYMANSKI, S. (2009) Playbooks and Checkbooks, An Introduction to the Economics of


Modern Sports, p.125-154

WILSON, R., PLUMLEY, D., RAMCHANDANI, G. (2013) The relationship between


ownership structure and club performance in the English Premier League, Sport, Business
and Management: An International Journal, Vol. 3 Issue: 1, pp.19-36.

ZEREN, F. & GÜMÜŞ, F.B. (2013). Türk ve Yabancı Futbol Takımlarının Borsa
Performansları Üzerine Bir Uygulama. Çankırı Karatekin Üniversitesi İktisadi ve İdari
Bilimler Fakültesi Dergisi, 3(2), 34-54.

DOCUMENTS :

UEFA Club Licensing and Financial Fair Play regulations - Edition 2018,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/Tech/uefaorg/General/02/56/20/15/256201
5_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Beşiktaş Futbol Yatırımları Sanayi ve Ticaret A.Ş., Club
Financial Control Body, Investigatory Chamber, 2015,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/24/67/76/2246776_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Fenerbahçe Futbol A.Ş., Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2016,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/36/75/02/2367502_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Galatasaray Sportif Sinai ve TIC Yatirimlar A.Ş., Club Financial
Control Body, Investigatory Chamber, 2014,
71

https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/10/69/01/2106901_DOWNLOAD.pdf

DECISION in case AC-01/2016 Galatasaray Sportif Sinai ve Ticari Yatirimlar A.S., Club
Financial Control Body, Investigatory Chamber, 2016,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/34/35/81/2343581_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Trabzonspor Sportif Yatirim ve Futbol Işletmeciliği Ticaret A.Ş.,
Club Financial Control Body, Investigatory Chamber, 2014,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/10/68/97/2106897_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Trabzonspor Sportif Yatirim ve Futbol Işletmeciliği Ticaret A.Ş.,
Club Financial Control Body, Investigatory Chamber, 2016,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/36/75/00/2367500_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Bursaspor Kulübü Derneği, Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2014,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/10/69/06/2106906_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Kardemir Karabükspor Kulübü Dernegi, Club Financial Control
Body, Investigatory Chamber, 2015,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/24/67/81/2246781_DOWNLOAD.pdf

DECISION in case AC-05/2014 Bursaspor Kulübü Dernegi, Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2014,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/19/96/94/2199694_DOWNLOAD.pdf

DECISION in case AC-02/2016 Kardemir Karabükspor Kulübü Dernegi, Club Financial


Control Body, Investigatory Chamber, 2017,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/43/98/09/2439809_DOWNLOAD.pdf
72

Settlement Agreement with Manchester City Football Club, Club Financial Control Body,
Investigatory Chamber, 2014,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/10/69/00/2106900_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with FUTEBOL CLUBE DO PORTO – FUTEBOL, SAD, Club


Financial Control Body, Investigatory Chamber, 2017,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/47/77/29/2477729_DOWNLOAD.pdf

Settlement Agreement with Sporting Clube de Portugal - Futebol, SAD, Club Financial
Control Body, Investigatory Chamber, 2015,
https://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/OfficialDocument/uefaorg/ClubFinancialC
ontrol/02/24/67/84/2246784_DOWNLOAD.pdf

Football Clubs’ Valuation 2018 : The European Elite, KPMG


https://www.footballbenchmark.com/documents/files/public/KPMG%20Football%20Clubs%
20Valuation%20The%20European%20Elite%202018%20web.pdf

LIENS INTERNET :

https://www.eurosport.fr/football/ligue-1/2017-2018/officiel-neymar-signe-5-ans-au-
psg_sto6276146/story.shtml

http://www.sofoot.com/le-parlement-espagnol-veut-controler-les-dettes-des-clubs-
438647.html

http://www.heraldscotland.com/news/12055728.Bradford__Heysel__and_the_horrific_lesson_of_Hill
sborough/

https://www.uefa.com/insideuefa/protecting-the-game/club-licensing-and-financial-fair-
play/index.html

https://www.theguardian.com/football/2012/aug/31/michel-platini-financial-fair-play

http://www.uefa.com/community/news/newsid=2064391.html

http://www.tff.org/default.aspx?pageID=545

http://www.bjk.com.tr/tr/cms/hakkinda/1/
73

http://www.fenerbahce.org/kurumsal/detay.asp?ContentID=2

http://www.galatasaray.org/sl/galatasaray-tarihi-ne-zaman-ve-kim-kurdu/3

http://www.galatasaray.org/sl/galatasarayin-tesisleri/13

http://www.trabzonspor.org.tr/tr/kulup/tarihce

https://www.premierleague.com/history

https://www.arsenal.com/history

https://www.arsenal.com/the-club

https://www.chelseafc.com/en/about-chelsea/about-the-club

http://www.evertonfc.com/content/club

https://www.liverpoolfc.com/history

https://www.mancity.com/fans-and-community/club/club-history

http://www.manutd.com/en/History.aspx

http://www.tottenhamhotspur.com/history/honours/

http://www.fpf.pt/competicoes/futebol/masculino/liga-nos

http://www.fpf.pt/competicoes/futebol/masculino/liga-nos/vencedores

https://www.slbenfica.pt/en-us/slb/historia/fundacao

http://www.fcporto.pt/en/clube/historia/Pages/historia.aspx

http://www.sporting.pt/en/club/history/resume

https://finance.yahoo.com/

https://www.transfermarkt.com/

http://cabannes.org/panels.pdf
74

8. ANNEXES

Figure A : Données des points par match au cours des années de tous les clubs étudiés

Figure B : Données des coefficients UEFA au cours des années de tous les clubs étudiés
75

Figure C : Données du rendement des actions au cours des années des clubs turcs et portugais
étudiés