Vous êtes sur la page 1sur 121

R O Y A U M U DU MAROC

M I N IS T Ù R U DU U T X O N O M IU N A T IO N A L U
D I R I X T I O X DUS M IN US UT DU LA G Û O L O G IU
SU R Y ICU G U O L O G IQ U U

NOTES ET MEMOIRES
N° 135

NOTES
DU SERVICE GÉOLOGIQUE
DU MAROC

Ed it io n s du s u r y ic u g u o l o g iq u u du maroc
RABAT
1956
M a h s 1058
SOMMAIRE

G ÉO LO G IE R É G I O N A L E - S T R A T IG R A P H IE

H . H o e i .a r d et P. J a c q u e m o n t : Le G olhlandien, le Dévonien et
le Carbonifère des régions du D ra et du Xemoul (Confins algéro-
m arocains du Sud) ................................................................................. 7

P A LÉ O N T O LO G IE

Calaloguc d ’invertébrés fossiles du Maroc : II - L am ellibranches,


p a r G. Coco et M.-L. P e t i t o t .............................................................. 35

P É TR O G R A P H IE

J. A g a r d : Les a n k a r a tr ilc s eL le volcanism e réc en t de la région de


ZebzaL ( H a u t A tlas de Midelt) .............................................................. 109

M IN É R A L O G IE

C. G a u d k f r o y : Calcite de la g ro tte de G orane près du cap Cantin


(Côte a tla n tiq u e du Maroc) ................................................................... 119

C. G a u d e i r o y : Questions
de cristallogénie - P h én o e risla u x de
gypse inclus dans le gypse saecharoïde de Sali (Maroc occidental) 139

Description provisoire des espèces minérales du Maroc V I 1 : Yalen-


tinile du Itoc Blanc (J. L u c a s ) - Pseudom orphose de q u a r tz
en stibire (C. G a u d e f r o y et Ph. M o r i n ) — Les arséniales,
p h ospha tes eL v a n a d a te s de cuivre au Maroc, d ’après Cl. Gun.i.i:-
m in ........................................................................................................................... 147

L r r a t a du tom e 14 159
G É O L O G I E R É G10 S A L E - STRATIGRAPHIE 7

LE GOTHLANDIEN, LE DÉVONIEN ET LE CARBONIFÈRE


DES RÉGIONS DU DRA ET DU ZEMOUL

par

H . H oli .aiîd et P. J acqu emont


(Service géologique du M aroc) ( Société chérifienne des pétroles)

Les te rrain s paléozoïques post-ordoviciens qui s’é te n d e n t entre le bord


sud de l ’A nti-A tlas et la H a m m a d a du D ra, lim itent, au X, le sy n ­
clinal de Tindoul'.

L a série sLraLigraphique est la suiva nte :

Le Gothlandien a dans l ’ensemble un faciès argileux cL on y rec onnaît


le L la n d o v e ry et le T a r a n n o n à graptolites, le W enlock (argiles et
bancs de calcaires bleus) et le Ludlovv, à sé d im e n tatio n plus gréseuse,
rouge, el de m êm e puissance que les étages p ré c é d e n ts réunis.

Le Dévonien inférieur p rése n te un faciès à brachiopodes et trilobites et


com prend : des grès, des calcaires d é tritiq u e s et des conglom érats
rouges, à la base, puis des m arnes ou des marno-calcaires, et enfin
les grès des Riclis.

Le Dévonien moyen est caractérisé p a r l ’a p p a r itio n de calcaires à g oniatites


dans des m arnes, et la fin des d épôts gréseux. On y rec onnaît le
Couvinien inférieur, le Couvinien su p é rie u r e t le Givétien.

Le Dévonien supérieur est argileux et on y rec o n n aît toutes les zones clas­
siques de goniatites ; il se te rm in e p a r des grès à faune stru n ie n n e
(brachiopodes).

D inantien - Le T ournaisien se compose d ’une moitié inférieure m a rn e u se


à goniatites, et d ’une moitié supérieure gréseuse à brachiopodes.
Le Yiséen inférieur est schisto-gréseux et le Viséen supérieur calcaire.
8 II. IIO L I,A R D ET P. JACQUEM ONT

Carbonifère continental - L’est une épaisse série schislo-gréseuse qui


com prend le N am urien el, peu l-è lre, le W eslphalien ou le S léphanion.

Ces terrains oui été plissés pen d a n t l’orogénèse hereynienne. 11 exisle


des preuves de m o u v e m e n ts postérieurs au Miocène.

Des doléritcs, injectées en sills dans la p artie esl, m o nte nt jusque dan s
le Viséen supérieur.

INTRODUCTION

L ’o b je t de ce tte note est d ’exposer b r iè v e m e n t les résu ltats strati-


g raphique s obtenus au cours des missions de préreconnaissancc effectuées
p o u r le B u re a u de recherche de pétrole (B. R. P.) sur le bord no rd d u
bassin de Tindouf.

U ne prem ière mission (P. J ., de février à m ai 1954) a v a it p o u r b u t


l’étu d e stra tig ra p h iq u e et str u c tu ra le des te rra in s dévoniens eL ca rbo­
nifères qui affleurent dans le bassin de l’oued Zemoul et j u s q u ’à T infouchy.
Elle a conduit à l’établissem ent et à la corrélation de coupes détaillées
et à des levés géologiques sur p hotos aériennes (1). Elle a am ené, entre
autres, la découverte du c œ u r d u v a s te anticlinal d u Zemoul (Couvinien
supérieur de H assi Sidi el M ouynir) (2).

U ne deuxièm e mission (I*. J. et H . H ., no v em b re -d é ce m b re 1954)


e u t lieu p o u r étu d ier les te rra in s prim aires post-ordoviciens qui affleurent
le long de la retom bée sud de l ’A nti-A tlas e n tre la H a m m a d a du D ra
et le jebel Bani.

L ’essentiel de la stra tig ra p h ie des te rra in s étudiés é ta it connu et


reposait s u r to u t sur les t r a v a u x de N. M e n c h i k o f f [1930j. D ’a u tre s
recherches, plus fragm entaires, a v a ie n t suivi e t l ’on tr o u v e r a dan s la
Géologie du Maroc [Choubcrt, 1952] l ’ensemble des connaissances acquises
à l’époque, ainsi q u ’un h istorique et un e bibliographie complète.

APERÇU GÉOGRAPHIQUE ET STRUCTURAL

L e domaine du D ra est c a ractérisé p a r une succession régulière de


reliefs allongés en gros du SW au N E , dus à l’existence de b a rre s résis­
ta n te s à p enda ge d ’ensem ble sud-est, a l te r n a n t avec les séries tendres

(1) C ’e st- à - d ire : u ti l i s a t i o n s u r le t e r r a i n d e la p h o t o c o m m e fo n d to p o g r a p h i q u e ; les


c a r a c tè re s des c ouche s é tu d ié e s , te ls q u e pciu la ges, faciès, fa une s, é t a n t in s crit s e n pla ce s u r
le s p h o to s ou le u r s calques.
(2) On tr o u v e r a tous les n o m s de lieu s u r la c a r t e géo lo giq ue jo in te .
CARTE GÉOLOGIQUE SCHÉMATIQUE D E L A RÉGION
DU DRA ET DU ZEMOUL

p a r H.HOLLARD,d'après les levés d e G.CHOUBERT, P.JACQUEMONTet les siens.

10 20 30 40 50 Km

Demin.:J.Ajrvcelin-
PALEOZOÏQUE DU DRA ET DU ZESKK'I. (I

qui forment les plaines. On traverse ainsi, au delà du jebel B ani, form é
de grès et quurlzilcs ordoviciens, les Bichs (3) dévoniens, le jebel Tazoul
tournaisien et le jebel Ouarkziz viséen. Les Richs sont gén é rale m en t affectés
de plis, mais l’ordre général n ’est tro u b lé que p a r les a n ticlin au x de l ’a d r a r
Zougar, au SK de F oum cl H assan e, et du jebel H am s aïlik h , a u S de F o u m
Zguid (pii font surgir les q u a r tz ite s ordoviciens en d ’im p o r ta n ts massifs
au sein du pays des Richs dévoniens. L a succession se com plique du fait
de l ’existence dans la p a rtie est du dom aine du D ra, d ’im p o r ta n ts sills
de dolérifes qui jo u e n t un im p o r ta n t rôle topograp h iq u e dès le méridien
de T a la , et singulièrem ent au S du jebel H am s a 'lik h . T oujours à l’E, à
p a r ti r de F oum Zguid et du jebel H am saïlik h , les unités to p o g ra p h iq u e s
p r e n n e n t une direction E -W , en m ê m e te m p s que leur pendage moyen,
qui v a ria it de 15 à 30°, s’affaiblit j u s q u ’à 5-10°. T o u t à fait à l’E, les terrains
paléozoïques dispa ra isse nt sous les K e m -K e m ( H a m m a d a crétacée) et
la grande H a n n n a d a .

Le dom aine que nous appelons domaine du Zem oul à Tinfoucluj


est celui d ’une zone anticlinale complexe, o u v erte dans la H a m m a d a de
direction générale W N W - E S E , subdivisée p a r des ensellements de direction
W S W - E N E en a n ticlin au x secondaires, légèrem ent décalés les uns p a r
r a p p o r t a u x autres. De l’W à TE, on trouve ainsi l’anticlinal du Zem oul
s. s., celui d ’Oudaï cl Gahouane, celui d ’Oum el K s i et enfin le double
anticlinal d ’Igma-Dra el Kelba. Plus loin, les an ticlinaux de Tinjouchy
fo n t p a rtie d ’un a u tre c o m p a rtim e n t, séparé du p réc édent p a r un accident
im p o r ta n t de direction E S E - W N W .

Le dom aine du Zcm oul-T infouchy est séparé de celui du D ra p a r le


synclinal de l’oued Branès, d o n t le liane n ord a p p a r tie n t au dom aine du
D ra , de m êm e que les affleurem ents m onoclinaux de Bou Zrazer et de
l’oued Besibissa, d o n t les couches ont, en effet, u n pendage sud com m e
celles du dom aine du D ra et où il n ’y a au c u n e s tr u c t u r e fermée (les t e r ­
m inaisons périclinales q u ’on a cru y voir, ne sont que la trace du passage
de failles le long desquelles certaines couches o n t été rebroussées).

Les sills de dolérites jo u e n t aussi, d an s le dom aine Z cm oul-T infouchy,


u n im p o r ta n t rôle to p o g ra p h iq u e fo rm a n t, dès la f e rm etu re orientale de
l ’anticlinal d u Zemoul s. s. et j u s q u ’à T infouchy, l’o ssa tu re de to u te la
région dévonienne.

Au po in t de v u e h y d ro g ra p h iq u e , le dom aine du Zem oul-T infouchy


a p p a r tie n t p our sa p a r tie occidentale, au bassin du D r a (oued Zem oul
et ses affluents) et p o u r sa p a rtie orientale au S a h a ra (oueds O um cl Assel,
K h o rb cl E lh e l et ceux des environs de Tinfouchy).

(3) Oïl a p p e l l e ainsi, d ’a p rè s le n o m local, la e rè le (les grès (lu D é v o n i e n in fé ri e u r q u i


de ss ine d e s plis é lé g a n ts p a r m i les v a s t e s é p a n d a g e s q u a t e r n a i r e s d u S d u B an i. Au sin gulier,
le m o t rich s uiv i cl’u n n o m p ro p r e , dé sig n e un d e s é l é m e n t s (1e la c rê te f o r m a n t u n s o m m e t
m i e u x in d iv id u a lis é .
10 H. H O I.L A U D ET I’ . J A CQ U K MO N T

STRATIGRAPHIE

GOTHLANDIEN

Les terrains gothlandiens, essentiellem ent argileux, occ u p en t avec


la base du D évonien, la dépression qui sépare le jebel B ani des Richs.
Cette dépression est envahie p a r les d épôts q u a te rn a ire s et nous ne possé­
dons que d e u x coupes complètes, d ’ailleurs très éloignées l’une de l’autre,
l’une à A i n Dcliouine, t o u t à fait à l’W, l’a u tre sur le flanc sud du jebel
Ila m sa ïlik h , beaucoup plus à l ’E. E n t r e ces d e u x points, nous n ’avons
pu, f au te d ’affleurements, lever que des coupes partielles.

Le faciès est argileux, mais, seule, la p a rtie inférieure p eu t être q u a ­


lifiée de faciès à graptolites. Dès le W enlock, en effet, il n ’existe plus que
des gisements très limités de ces organism es, d o n t une seule espèce est
alors représentée. E n m êm e tem ps, d ’ailleurs, on v o it a p p a r a îtr e des bancs
calcaires à O rthocères et à Cardiola inlcrrupta et des faciès plus néritiques.

a) Llandovery et Tarannon

Nous avons m o n tr é [Mollard et J a c q u e m o n t, 1956 b] que le G othlan-


dien débute, à Aïn Deliouine, p a r des couches argileuses riches en gros
grains de q u a r tz et c o n t e n a n t des lentilles d ’un conglom érat à galets de
granité. Ces couches, qui in d iq u e n t la p ro x im ité d ’un e te r r e émergée
a p p a r t e n a n t au Continent africain, f o n t place, 25 m au-dessus des q u a r t-
zites du Caradoc, à des argiles schisteuses bourrées de graptolites. On
y tr o u v e : Climacograptus scalaris var. miserabilis (z. 14 à 17), Climaco-
graptus scalaris (z. 19 à 22), Mesograplus cf. modestus (z. 16 à 18), Meso-
graplus sp., Glyptograplus sp. (z. 16) ( d é te n u . M.-L. P e t i t o t ).

Il s’agit là du L la n d o v e ry inférieur ; ce tte p a r ti e d ’étage est a b s en te


dans le S a h a ra nord-occidental. N ous en avions d é d u it que la m e r s’é ta it
avancée p a r l’W sur un co n tin e n t émergé à la fin du Caradoc.

Au Llandovery supérieur et au T ara n n o n , p a r contre, la m er à g r a p ­


tolites a envahi l’ensemble de la région, y com pris l’A nti-A tlas. Les gise­
m e n ts sont no m b reu x . A ceux d éjà cités p a r G. C h o u i i e r t [1952], nous
en a joutions d e u x d o n t les espèces o n t été énum érées dan s la n o te précitée.
L a liste en est très voisine de celle donnée p a r G. C h o u b e r t .

L es bra c h io p u .l e s , les l a m e l l i b r a n c h e s , les c é p h a lo p o d e s e l les e r in o ïd e s o n l élé d é t e r ­


m i n é s r e s p e c t i v e m e n t p a r Mlle .J. P r o t , M m e S. F r k n k i x , MM. J . S o h n a y el .1. R o m a n
a u C e n t r e d ' é t u d e s eL d e la d o c u m e n t a t i o n p a l é o n t o l o g i q u e s . L e s g r a p t o l i t e s l' o n l été p a r
M lle M. L. P e t i t o t a u S e rv ic e g é o lo g iq u e d u Maroc . N o u s t e n o n s à r e m e r c i e r to u s ces d é t e r ­
m i n a t e u r s , a i n s i q u e M. J . R o g e r q u i a b i e n v o u l u o r g a n i s e r ce t r a v a il e l n o u s a si a i m a b l e ­
m e n t perm is de ven ir trav ailler d a n s son laboratoire.
PALEOZOIQUIC I)U DHA HT DU ZIJMOUL 11

Le faciès esl celui d ’argiles schisteuses, le plus so u v e n t à p a lin e claire


(verle, rose ou blanche) et à cassure gris-verdâtre. Il n ’y a plus de grains
de q u a rtz . Les g rap to lites y existe n t à plusieurs niv e au x et m o n tr e n t,
com m e dan s l ’O u g arla , un certain m élange des zones définies en A ngle­
te r r e [Poueyto, 1952] avec toutefois une évolution d ’ensemble qui p e r m e t
de rec onnaître les élages.

Ce régim e des argiles schisteuses se p o u rsu it sur 200 m.

b) Wenlock
L ’existence de cet étage est m o n tré e p a r la présence de M onograptus
flemingi, que l’on tr o u v e dans des miches calcaires à orlhocères. Ces miches,
qui ca ractérise nt m a in te n a n t la série, d é b u t e n t à environ 300 m du to it
de l ’Ordovicien. Les argiles ne sont d ’ailleurs plus les mêmes, elles sont
noires à m ou c h etu res rouges d ’hé m a tite . Les miches calcaires sont n o m ­
breuses et p e u v e n t d o n n e r de v éritab le s bancs. C’est p ro b a b le m e n t au
W enlock q u ’il f a u t r a p p o r te r les calcaires bleus à orlhocères et Cardiola
inlcrrupta, signalés dans la région d u D r a p a r J . H o u r c a r t [1947, p. 92],

A Aïn Deliouine, le faciès que nous a ttr ib u o n s au W enlock m esure


140 m, mais on ne peuL fixer la lim ite supérieure de l’étage. L a série qui
suit est encore c e r ta in e m e n t gothla n d ie n n e (Scyphocrinus elegans) et le
Ludlow est p r é se n t ( Monograptus colonus var. ludensis). Comme on observe
un certain c h a n g e m e n t de faciès après les calcaires, les argiles d e v e n a n t
rouges el un peu « silteuses », nous avons a r r ê té le W enlock à ce change­
m e n t de faciès.

c) Ludlow
C om pte te n u de la lim ite qui vient d ’être fixée, cet étage a t te i n d r a it
environ 600 m, t a n t à Aïn Deliouine q u ’au jcbcl H am saïlik h . D ans la
prem ière de ces stations, il est formé d ’argiles silteuses rouges c o n te n a n t,
au tiers de leur épaisseur, une dalle encrinitique (Scyphocrinus elegans).
P e n d a n t ce te m p s au jebel H am saïlik h , le faciès c om porte des argiles à
n o m b r e u x et minces lits calcaires et gréseux. Ces n iv e a u x nous o n t fourni
des rhvnchonellidés, des gastéropodes, des trilobites, en m a uvais é t a t
et encore indéterm inés. Ce sont des plaques gréseuses micacées qui con­
tie n n e n t M onograptus colonus var. ludensis de la zone 33 (Ludlow).

d) Limite supérieure du Gothlandien


Au jebel H am saïlik h , à un peu plus de 50 m du dessus des derniers
graplolites, d é b u te un faciès de calcaires g én é rale m en t ferru g in eu x qui
co n tien n e n t d ’a b o n d a n ts trilobites t y p iq u e m e n t siegéniens (voir p. 13).
N ous avons fixé la lim ite supérieure du G othlandien au d é b u t des calcaires
ferru g in eu x soit à environ 750 m du to it de l’Ordovicien.

A Aïn Deliouine, l ’a rg u m e n t paléontologique du jebel H am s aïlik h


m a n q u e , mais le m ê m e faciès de calcaires fe rrugineux a p p a r a ît à 900 m
12 H. M O L L A H ]) HT l>. J A C Q U E J I O N T

au-dessus du loit des q u a r tz ite s ordoviciens et on peul convenir d ’y faire


d é b u t e r le Dévonien.

E n résumé le G othlandien de la région d u D ra esl surlouL caraelérisé


p a r des faeiès pélagiques. Les grès y sont rares, to ujours minces, et n ’exis­
t e n t q u ’à l ’ex lrè m e base ou dans les derniers niv e au x du Ludlow. L a
puissance au g m en te un peu du N E au SW. Elle dem eure bien inférieure
à celles du D istrict des Lacs ou du P a y s de Galles (3 <500 el 1 700 m) où
il y a subsidence dans le géosynclinal calédonien. N ous pourrions c a ra c ­
té riser le régime, ici, com m e celui d 'u n bassin m a rin, bien o u v e rt sur le
large, à appel de sé dim e ntation m odéré sur un fond assez stable. Le Ludlow,
d o n t l’épaisseur, légèrem ent croissante du N E au SW, esl plus forte que
celle des trois étages p récédcnls réunis (600 m), m a rq u e p e u t-ê tr e une
subsidence plus active. E n c o re fau d rait-il être sûr de la lim ite Wenloek-
Ludlow p our l'affirmer.

DÉVONIEN INFÉRIEUR

Au-dessus de la lim ite que nous venons de définir, le D évonien inférieur


c o m p re n d :

1) un term e d é tritiq u e calcaréo-gréseux, rouge, à la base ;

2) u n te rm e essentiellement m a rn e u x avec quelques calcaires ;

3) un te rm e gréseux, f o rm a n t les Richs.

1) Terme détritique calcaréo-gréseux

Son type occidental p e u l être pris à l ’E im m é d ia t de la rouLe de Tindouf,


au pied du jcbel Maïfid où il d é b u te p a r quelques lits de grès à pistes et
à très fine stratifica tion entrecroisée. Le régim e est dan s l ’ensemble très
côtier.

Il s’agit d ’une série de calcaires coquilliers, rouges, mêlés de lits


brécliiques ou conglom ératiques dan s des m a rn e s rouges ou violacées
(80 m). L a fau n e est s u r to u t form ée de brachiopodes, d o n t certaines espèces
f o rm e n t des bancs entiers : Platyorthis circularis, Camarotoechia sp., A lrypa
reticularis, Spirifer sp., A thyris campomanesi. Il y a aussi des polypiers,
des gastéropodes et des trilobites (in d éterm in a b les dans nos récoltes).
Cel te faune n ’est pas très ca ra c té ristiq u e mais est p r o b a b le m e n t dévonienne.

L a coupe reste id e n tiq u e j u s q u ’à l ’e x tré m ité occidentale du dom aine


du D r a (Aïn Deliouine). Seule, l’épaisseur a u g m e n te ra p id e m e n t en a lla n t
p A i.ic o /.o i y r r : j>r dua i :t du z k m o i i. i :i

vers l’W où (.‘lie dépasse 200 m, les a p p o rts terrigènes é la n l doue plus
a b o n d a n ts à l’W q u ’à l’L.

A ee type occidental s ’oppose n e tte m e n t le Igpe oriental, qui alllcure


au jebel H am saïlikh. Il y a là une centaine de m èlres de m a rn e s se te rm i­
n a n t p a r des calcaires bleus ferrugineux. La l'aune de brachiopodcs récoltée,
encore indéterm inée, est insuffisante pour définir l ’àge avec précision,
mais la corrélation de ces bancs avec ceux du jebel Maïtid a pu être assurée
c a rto g ra p h iq u e m en t.

La base du Dévonien évoluerait donc d ’un ja d e s franchement m arin,


quoique néritique au X K , vers un faciès 1res côtier et détritique au .S’IL.

Les faunes déterm inées ne p e r m e tte n t é v id em m en t pas de prendre


position dans la question si controversée du Gcdinnien. Loin' l’in sta n t,
nous signalons (pie le Spirifer sp. récolté au jebel Maïfid a p p a r tie n t au
groupe de S. elevatus, groupe qui passe la lim ite gothlando-dcvonicnne
avec l’espèce .S’, mereuri sans dépasser le Gédinnien. Il p o uvait y avoir là
des passage-beds entre le G olhlandien et le D évonien, analogues au Down-
lon. L ’élude approfondie des faunes de ces n iveaux p e r m e ttr a sans doute
de résoudre cet im p o rta n t problème.

2) Terme marneux et calcaréo-marneux

Ge terme forme le talus couronné par les grès des Kiclis.

Des lianes calcaires plus ou moins épais et résistants, souvent rouges


(surtout à l’W), y existent. Ils sont bien développés, p a r exemple dans la
région d ’Aouincl T orkoz (encriniles). La faune y est siegénienne : Faimsites
annulatus, Camarotoeehia sp., U ncinulus sp. (espèce non d énom m ée se
tro u v a n t p a r to u t à ces n iveaux dans 'e D ra) . I ttujris sp., / Igsterolites
hgslerieus.

Plus à l ’L, les m arnes conliennenl des nodules qui ont fourni la faune,
siegénienne du jebel Maïfid, récoltée p a r II. W a l i .ack et d éterm inée p a r
M adame G. T iïumiku ; on en tro u v e ra la liste dans le livret-guide de
l ’excursion A 30 (n° 11) : A nti-A tlas occidental, du 19° Congrès géologique
in te rn atio n a l ( I l a b a l 1952).

Au jebel H am saïlikh, on trouve, au-dessus des calcaires de base à


brachiopodcs, une série calcaréo-m arneuse, p uissante de 120 m, avec des
calcaires bleus ou noirs, gén é rale m en t massifs, séparés p a r des m arnes
souvent rouges, à v o lu m in e u x seplaria fe rrugineux ou gypseux. Les p r e ­
miers calcaires sont bourrés de trilobitcs siegeniens : Chcirurus ( Crota-
locephalus) gibbus, Parale juins brongniarli, Odontochile cf. cristatum,
Pliaeops ccphalotes, Digonus sp. Au-dessus, la série se p o u rsu it p a r 130 m
14 H. IIOLLAHD HT 1>. J.YCQUKMONT

de schistes et siltstoncs (avec quelques lits gréseux et une mince encrinite).


Quelques miches el des bancs calcaires s’in tercalent encore au som m et
de la série.

Cette série m arneuse, q u ’on p e u t a t tr ib u e r au Siegénien, p uissante


de 250 m au jebel H am s aïlik h , a t t e i n t près de 400 m au jebel Maïlid et
a u t a n t à Aïn Deliouine.

3) Grès des Richs

Ce dernier te rm e d u D évonien inférieur b orde la dépression occupée


p a r le G othlandien et le Siegénien. 11 est caractérisé p a r l’ab o n d a n ce des
sédim ents gréseux, grossiers, p a r m i lesquels on tr o u v e quelques bancs
plus calcaires. A la base, des encrinites rouges, pétries de débris de coquilles
brisées et m o n t r a n t so u v e n t une stratifica tio n entrecroisée, m a n ife ste n t
l’agitation d u milieu. D an s l’W, nous avons tr o u v é à ce n ive au des calcaires
oolithiques et des oolithes ferrugineuses, signalées égalem ent p a r J . D f. s -
tomuhs [1955].

Une intercalation schisteuse p ro v o q u e u n e étroite com be et divise


le rich en d e u x crêtes gréseuses, d o n t la plus élevée a fourni des faunes.
Les grès passent, en effet, localem ent à des g rauw aekes d an s lesquelles
se t r o u v e n t de n o m b r e u x brachiopodes. P lus h a u t , des calcaires appa rais-
senL et la série se te rm in e sous u n b a n c massif de calcaires bleus, p y r ite u x ,
caractéristiques.

Les faunes récoltées et citées p a r G. Ch o u b e i it [1952, p. 123] sont


emsiennes. C ep en d a n t cet a u t e u r a récolté, dans les d ern ie rs grès, de
rares Spirijer cultrijugatus, espèce qui d é b u te à l ’E m sicn te rm in a l et
s’ép a n o u it au Couvinien inférieur, ce qui m o n tr e que le so m m e t des grès
p e u t être pris com m e lim ite supérieure de l’E m sien, les calcaires à gonia-
lites couviniennes qui su ive nt é t a n t à la base d u Dévonien m oyen. L ’âge
de ces grès p o u v a n t être considéré com m e bien établi, nous n ’y avons pas
récollé de nouvelles faunes.

L ’ensemble gréseux des R ichs m esure 200 m dans la région occidentale


cl 210 m au jebel H am saïlikh.

Conclusion

Les trois te rm es de ce D évonien inférieur confirm ent les éléments


paléogéographiques fournis p a r l ’étu d e d u G othlandien. Les d épôts sont
plus a b o n d a n ts vers le SW en m êm e te m p s q u e les sédim ents sont plus
détritiques. L ’épaisseur to ta le passe en effet de 600 m è tres au jebel H a m ­
saïlikh à 800 m d an s la région occidentale. L ’élém ent principal de cette
période est la présence générale des grès des Richs. Ceux-ci m a n ife ste n t
pa l é o z o ïq u e du dra et du zemoul 15

la pro x im ité de reliefs, p e u t-ê tr e d a t a n t du Calédonien mais en tout cas


rapprochés ou rajeunis p a r une p hase p o sth u m e calédonienne. Le D é v o ­
nien m oyen é t a n t gén é rale m en t transgressif vers le N ( H a u t Atlas), ces
terres d o iv e n t se tr o u v e r au N ou au N \V de noLre région. P e u t- ê tre y
a-t-il eu, en effet, une ébauche calédonienne de l’A nti-A llas [Choubert,
1952],

DÉVONIEN MOYEN

Comme cela a été signalé, le D évonien m oyen est une période de


transgression. L a m e r e n v a h it en p articu lie r les régions émergées du N W
(Anti-Atlas, H a u t Atlas). D e fait, d an s la région du D ra, les dépôts
gréseux, si a b o n d a n ts à l’E m sien d im inuent. De Lels dépôts subsistent
p o u r ta n t encore, d ’une p a r t dans le Couvinien inférieur du jebel H a m -
saïlikh, d ’a u t r e p a r t dan s le Couvinien supérieur de la région occidentale,
à l’W d ’Assa. Au Givétien, il n ’y a plus de grès et le régim e argilo-m arneux
et calcaire d ev ien t général. D u m ê m e coup les affleurements sont beaucoup
plus rares et cela explique que le Couvinien supé rie ur et le Givétien aient
échappé a u x observateurs. P a r contre, le Couvinien inférieur éta it connu
p a r ses Anarcesies lateseptalus dans les calcaires qui suivent les grès des
Richs [Choubert, 'Fermier, Wallace, 1948],

Coupe type d’Akka n ’Harrouch

a) C ette coupe d u Dévonien m oyen, située e x a c te m e n t au S d ’A k k a,


dans la plaine d u D ra, m o n tre , au-dessus des grès em siens à Spiri/er
arduennensis :

1) calcaires et calcaires m a rn e u x lités, ble u âtres à Anarcesies laie-


seplalas var. applanala, Anarcesies neglecius, Ilercoceras inornatum, Asle-
ropygc sp., Phacops gr. jecundus., P anenka sp. (quelques m ètres) ;

2) une série essentiellem ent m a rn e u se de 1(H) m, in te r ro m p u e seule­


m e n t p a r de très minces lits gréseux et quelques cône in cône sur des nodules
calcaires ; à la base existe un n ive au ferru g in eu x à psilophylales, m a n i­
fe sta n t encore la pro x im ité d u co n tinent, e t on tro u v e parfois des n iveaux
à polypiers simples zaphrentoïdes, Lrilobites et gastéropodes ;

3) u n e série calcaire et m a rn e u se de 20 m à Anarcesies lateseptatus


var. plcbeius, Anarcesies noeggcrali, Foordites occullus, trilobites, polypiers
simples, suivie de m a rn e s à g oniatites p yrite uses : Pinacites jugleri, Ilolzap-
jeloceras convolutum, Agoniatiles coslulalus et d e u x espèces d ’A narcestidés
com m uns dan s le Couvinien supérieur de la S aoura (renseignem ent de
M adam e G. P e t t e r ) ;
Il) 11. IlOI.I.All]) MT I’. . l A C q V K M O X T

4) m a n ie s et m arno-ealeaires gris à scplaria (SI) m), p a s s a n l vers le


h a u t à des calcaires bleus à Agoniatiles obliquus ; le faciès est caractérisé
par une invasion de lentaculites, organism es que l’on considère g én é ra­
lement com me pélagiques.

Les iaunes in diquent que les Irois premiers Lermes sont eouviniens,
le lerme 2 étant couvinien supérieur. Le term e 1 forme le Givélien. Au
total nous avons 200 m de Couvinien eL <S0 m de Givélien.

b) Le m em e faciès du Dévonien m oyen existe à llassi S idi cl M ougnir,


où il constitue le cœ ur de l ’anticlinal du Zemoul. On y voit des m arnes el
calcaires gris suivis de calcaires bleus lités, caractéristiques, demi certains
lits sont bourré s de goniafites. D ans les m a rn e s el calcaires gris, il a été
recueilli : Pinacites jitgleri et Anarccstcs plebeius, sous forme pyrileuse
(Couvinien supérieur), Anarccstcs rouvillci (Givélien inferieur). Q uant a u x
calcaires bleus de .Ylouynir, on y a récolté (H. 11.) : A narccsles rouvillci,
Agonialiics coslulalus, Paradoccras discoïdeum, Tornoccras sp. indét., ce
qui perm et de les ranger également dans le Givélien inférieur (1).

L orsque l'on dépasse, vers l’W, le méridien d ’Assa, on voit, se d é v e ­


lopper dans le Couvinien supérieur à Pinacites juglcri (espèce que l ’on Lrouve
encore au S d ’Assa dans des calcaires gréseux) une im p o r ta n te série schisto-
gréseuse à c a ractère très côtier. Les grès à ripplc marks, cl à stratification
entrecroisée y abon d e n t. Nous avons pu m esurer l’épaisseur du Couvinien
(le Givélien est m a sq u é ici p a r les limons du D ra), au toit du Ricli T am el-
louaït (S\Y d ’Aouincl. Torkoz). Il y a là 50 m de calcaires à goniatites du
Couvinien inférieur (avec la mem e faune q u ’à A k k a n ’H a rro u e h ), 200 m
de m arnes vertes à peine schisteuses, à nodules noirs très lins, sans fossiles,
el 20 m de grès du Couvinien supérieur. A u to ta l 280 m, soit une épaisseur
plus forte, p o u r le seul Couvinien, q u ’à A k k a n ’H a r r o u e h po u r tout le
Dévonien moven.

Coupe du jebel Hamsaïlikh

Au jebel H am s aïlik h el dans les environs de J'oum Zguid, on trouve


la coupe suivante :

1) Au-dessus du Ri ch p r o p re m e n t dit, une série gréso-calcaire, séparée


des grès du Rich p a r des m arnes, ren ferm e la faune su iv a n te (d é te n u .
.J. D n o r) : f,ept:vna rhomboidalis, Camarotœchia cf. ngm pha, Camaro-
tocchia daleidensis, U ncinulus pilits, U. princeps, Atrgpa relicularis, A no-
plolhcca vcnusla, S piri/er pellico, S. gr. paradoxas, S. ef. elegans, S. joueauldi,

< 1) Col U* série esl on cou l a d p a r faille a v e c les ar gil es schis te use s à Cheiloceras de la z one 11
d u l ' a m e n u i e n e l l’on no po u l y v oir la su île do la série (C iv é lio n s u p é r i e u r , l ' r a s n i o n ol b a se
d e la z one 11).
PA L É O Z O ÏQ U E DU DBA ET DU ZEM O U I, 17

aux q u e ls nous ajouterons Spirifer carinatus et de n o m b r e u x S. arducn-


nensis (d é te n u . H . H.). U ne telle fau n e c ontient des form es couviniennes
e t d ’a u tre s rares dans l’E m sien (S. foucautdi, S. elcgans, S. carinatus,
A. venusta). P a r contre, S. pellico et S. a rd u e n n m sis sont des formes
emsiennes. N éanmoins, la position de ce tte fau n e au-dessus du to it du
R ich emsicn (c’est-à-dire au-dessus des Anarccstes lalescptatus de l’W)
e t la p roxim ité des faunes du Couvinien supérieur au-dessus d ’elle, in citent
à ran g e r ces grès calcareux dan s la base d u Couvinien. Cela e n tra în e que
le S. pellico et le S. arducnnensis p e rsis te n t dan s la base d u Couvinien.
Ce l'ail, signalé pour S. arduennensis en B re ta g n e seulem ent [R enaud,
1942], est nouveau p o u r S. pellico qui, classiquem ent, s’é p a n o u it à T u n i­
sien inférieur et ne dépasse ja m ais le to it de cet étage, t a n t en E urope
q u ’en Afrique d u N o rd [Le M aître, 1952]. Cette fau n e im p o r ta n te , puis­
q u ’elle précise la position respective des brachiopodes et des goniaLites,
sera d ’ailleurs réétudiée après de nouvelles récoltes.

2) V ient ensuite, après une p e tite com be m a rn e u se où on a récolté


en g ran d e ab o n d a n ce : Camarolœchia gr. n ym pha, L eplæ na rhomboïdalis,
Siebcrella costata, A lry p a reticularis, Iielicularia cf. indifférais, Cyrtina
heleroclila, Spirifer supraspeciosus, Trigeria sp., U ncinulus pilus, une série
de calcaires bleus à Anarcesles laleseplatus var. plebcius et Phacops fe.cu.ndus
accom pagnés de Subanarccslcs macrocephalus, Prœlus liiberculalus, qui
in d iq u e n t déjà le Couvinien supérieur.

3) L a série qui suit, très m asquée p a r le Q u aternaire, est constituée


p a r des m arno-calcaires et des m a rn e s ja u n e s à trilobites et polypiers non
caractéristiques. Ces couches d o n n e n t une large com be p r éc éd an t la ligne
de reliefs des calcaires bleus massifs qui t e r m in e n t le Dévonien m oyen
d a n s la région du jebcl H am saïlikh.

Nous n ’avons pas p u d é te r m in e r le Givétien ici. Il est possible q u ’une


p artie du te rm e 3 et les calcaires bleus en fassent p a r tie (5).

D ans ce type oriental du Dévonien m oyen, on tr o u v e une épaisseur


de 250 à 280 m, sensiblement égale à celle de la coupc-type.

E n résumé, le Couvinien inférieur, g én é rale m en t m a rn e u x et calcareux,


à goniaLites et trilobites, p rend, à l’E , un faciès de grès calcaires à b rac hio­
podes analogue à celui des Richs. P a r contre, le Couvinien supérieur,
form é de calcaires m a r n e u x à goniatites à TE du m éridien de F o u m cl
H assan e, se charge en grès vers l’W, et p r e n d un faciès très côtier, sans
fossile. Ces faits m o n tr e n t encore une certaine instabilité p e n d a n t le Couvi­
nien. Ce sont les dernières m a nifesta tions des phases po sth u m es calédo-

(.">) D a n s u n e c o u p e voisine, o n a t r o u v é d e p u i s (H . I L ) , a u Loit des calca ir e s ble us, une


g o n i a t i t c (le la b a s e d u l ' r a s n i c n (K o e n en ites) el, d a n s le s m a rn o -c a lc a ir e s ja u n e s , des P in a citcs
ju y lc r i d u C ou v in ie n s u p é r ie u r . Cela co n fir m e les a l l r i b u t i o n s fa it e s p lu s h a u t p o u r le t e r m e A.
18 II. MOLLARD ET P. .lA C Q E E M O N T

nicniies. Désorm ais, et j u s q u ’à la fin du D évonien, la sé dim e ntation sera


tranquille, p resque e n tiè re m e n t argileuse, ou parfois calcaire, sans trac e
de grès. Ce régim e s’in sta u re au Givétien, d o n t les m a rno-ea lc aircs à te n ta -
culites et les calcaires à goniatites in d iq u e n t une m e r o uverte , ab ritée
des venues continentales. Il semble n ’y avoir q u e trè s peu de v a r ia tio n s
du Givétien dan s la vallée d u D r a et le Zcmoul. Il f a u t souligner aussi
l’absence des faciès récifaux qui c a ra c té rise n t cet étage dans le Tafilalet.

DÉVONIEN SUPÉRIEUR

Le D évonien supérieur est caractérisé p a r la p r é d o m in an ce des faciès


argileux et donne un pays p la t,le plus souvent enva hi p a r l e Q u aternaire.
C ependant, le F ra snien, dan s la région qui e n to u re le jebel H am s aïlik h
se charge de bancs calcaires massifs qui d é t e r m in e n t quelques crêtes en
arrière des Richs. D ’a u t r e p a r t, le F am e n n ien te rm in a l c o n tien t des grès,
localem ent bien développés, et p e u t alors d o n n e r des collines en a v a n t
du jebel T azout. E nfin les sills de dolérites, accom pagnés des couches
(ju’ils m é ta m o rp h is e n t, f o rm e n t des barres rocheuses à l’E du confluent
de l’oued Zemoul et du D r a et se déve lo p p e n t en masses im posante s à
p a r ti r du m éridien d ’A g ad ir Tissint.

Quoi q u ’il en soit, les affleurem ents sont rares et l ’établissem ent de
coupes complètes, difficile. Les sills de dolérites a u g m e n te n t aussi ce tte
difficulté. Les puissances que nous donnerons do iv e n t donc être considérées
seulem ent com m e des ordres de grandeur.

On tro u v e, im m é d ia te m e n t a u to it des calcaires bleus à Agonialites


ubliquus d u Givétien, des m a rn e s à goniatites de la base d u F rasnien.
A vec ces m a rn e s com m ence la g ra n d e série argileuse du D évonien su p é­
rieur dans laquelle on p e u t distinguer :

1) u n faciès d ’argiles grises avec miches calcaires (ou bancs calcaires) ;

2) un faciès d ’argiles versicolores lé gèrem e nt schisteuses, so u v e n t à


nodules calcaires ;

3) un faciès d ’argiles à lumachelles de brachiopodes ;

4) u n faciès d ’argiles où s’in te rc a le n t des banc s gréseux et gréso-


calcaires.

Grâce a u x goniatites, nous avons p u diviser le D évonien supé rie ur


en ses zones classiques d ’A llemagne et d a t e r ainsi les faciès ci-dessus.
U n n ive au de goniatites fam enniennes de la zone II a v a it d ’ailleurs déjà
été reconnu dans le D r a p a r H . W a l l a c e [Choubert, 'fe rm ier, W allace,
l'A I.K O Z O IQ l'F . D I' D1IA liT 1)1’ Z l i M O I ’ I. 19

1948] (6). E n gros, le p rem ier laciès correspond au F ra snien, le second


à la zone II, le troisième a u x zones I I I et IV et le q u a triè m e à la zone V
et au Strunien.

a) Frasnien

La coupe d ’A k k a n ’H a r r o u c h se p o ursuit p a r une série m arneuse,


coupée de quelques lits de calcaires encrinitiques, c o n te n a n t de petites
goniatites pyriteuses :

1) à la base : ISeloceras sp., rares Manlicoceras, Tornoceras sim plex ;

2) plus h a u t : le m êm e Manlicoceras, en g ra n d nom bre, Tornoceras


auris, T. simplex.

E n m êm e te m p s réap p araissen t, dans les m a rn e s, des miches calcaires


du ty p e septaria. U n peu plus h a u t , des nodules calcaires gris, très fins,
renferm ent des céphalopodes (goniatites et orthocères), c r a y e u x et p u lv é ­
rulents, indéterm inables, faciès qui annonce déjà celui de la zone II, avec
laquelle le c o n ta c t est invisible.

L a série ci-dessus, connue sur 140 m d ’épaisseur, est à a t tr ib u e r au


Frasnien.

A l’E la coupe du jebel H am saïlikh, m o n tre ce faciès dégagé sur une


plus grande épaisseur e t d é b u t a n t p a r des bancs calcaires puissants. L a
série est essentiellement caractérisée p a r la présence de te n tac u lites et
ressemble beaucoup, de ce fait, à celle du Givétien, où, eu l ’absence de
faune nous l ’avions d ’a b o r d rangée. Plus Lard, les m a rn e s s é p a r a n t les
bancs calcaires nous o n t fourni quelques goniatites : u n Kœneniles, genre
qui indique la base du F ra sn ie n et quelques exemplaires d ’un Manlicoceras.
Cela m o n tre que les calcaires de c e tte région sont à paralléliser avec les
faciès plus argileux du F rasnien d ’A k k a n ’H a r ro u c h . Les septaria y sont
aussi en g ran d n o m b re et p e u v e n t a t te in d re de grandes dimensions (de
l’ordre d u m ètre). Bien que la lim ite supérieure soit invisible, com m e à
A kka n ’H a r ro u c h , on p e u t estim er que les alllcurcm cnts cessent dès que
ce faciès r e la tiv e m e n t ré sis ta n t fait place à celui des argiles sans calcaire.
J u s q u ’à plus am ple inform é, nous fixons donc la lim ite d u F’rasnien et
du F am e n n icn à ce c h a n g e m e n t de faciès.

(6) D a n s sa Géologie d e l’AnLi-Allas [15)52, p . 12 IJ, G. C i i o u i i u h t nU riln i e la d é c o u v e r t e


de ces g o n ia tite s à N. M e n c h i k o f f . lin r é a li té , les g o n i a l i t e s c it ées p a r c e t a u t e u r [1948]
son t to u rn a is ie n n e s e t il s’a g i t d ’u n g i s e m e n t d i s t i n c t d e c e l u i d e H . W a l l a c e . Le S p ir ife r
fornacensis f a i t p a r t i e n o r m a l e m e n t d u g i s e m e n t to u r n a i s i e n d e X. M e n c i h k o f f [cf. M o lla rd
15)56].
20 I I. I-IO U ,.\R D IiT I>. J A C Q U E M O X T

Ces m a rn e s à septaria affleurent égalem ent a u t o u r de la term inaison


périclinalc orientale des calcaires bleus givétiens de l ’anticlinal du Zemoul.

Au jebel H am saïlikh, l ’épaisseur du faciès a t tr ib u é au b'rasnien dépasse


un peu 200 m. Il p ara îl moins épais dans les régions plus occidentales.

b) Zone II

CeLLe zone est prin cip ale m en t représentée p a r le faciès des argiles
légèrem ent schisteuses qui fo rm e n t une m asse im p o r ta n te et d o n t les
affleurements, se tr o u v a n t dan s les ta lu s des terrasses q u atern aire s, p r e n ­
n e n t le plus souvent une te in te gris-bleu clair. L o rs q u ’il est frais, l ’éboulis
est form é de plaques te n d re s, se ca ssa nt à la m ain, qui finissent p a r se
déb iter en très fins débris gris, ou légèrem ent violacés, parfois roses ou
v erdâ tre s. Les rares niv e au x ferru g in eu x très minces ou les lits plus m a r ­
n e u x n ’intcrrompenL pas la m onotonie de la série. Il y existe très souvent
des nodules p la is qui jo n c h e n t le sol à la m a n ière de galeLs. D ans la p a rtie
supérieure, co m m enc ent les lumachelles et la d a t e de leur a p p a ritio n au
sein des argiles v arie avec la région. Elles sont plus précoces dans le dom aine
du Zemoul que dans celui d u D ra.

Les goniatiLes, d ’ailleurs rares, se tr o u v e n t dan s les nodules, en com ­


pagnie de lam ellibranches eL d ’orthocères, ou d an s des lumachelles avec,
en plus, des brachiopodes.

Un gisement, très riche en individus, c o n tien t Cheiloceras verneuili


et P seudodym enia planidorsata. L a p rem ière de ces gonialitcs caractérise
la zone II. L a m êm e association existe dans le Zemoul, ainsi que dans les
nodules de la région n o rd-orientale de la vallée du D ra.

D ans le dom aine du Zem oul-Tinfouchy, les lumachelles fournissent :


P ro d u d u s sp., Sch d lw ie n n d la sp., Calvinarici undulala, Camarotaechia cf.
pleurodon, Leiorhynchus cf., letiensis, Cydospirifer verneuili, p o u r les b r a ­
chiopodes ; Cardiomorpha oblonga, E dm ondia sp., Protoschizodus im pressus,
P. Iriangularia Sanguinolilcs slrialo-granulosus, Allorisma sp., p o u r les
lam ellibranches ; Dimeroceras lenlijorme, Sporadoceras cf. aculolaterale, S.
gr. rolundolobaliun, p our les goniatites.

D ans l’oued A k k a (dom aine du D ra), les argiles de la zone II sont


visibles sur 500 m d ’épaisseur, mais leur p a rtie inférieure est masquée.
D an s l’oued Zemoul, elles sont en c o n ta c t p a r faille avec le Givétien (à
Sidi el Mouynir) et la coupe levée sur le flanc n ord de l’anticlinal donne
une épaisseur de 800 m. L a subsidence semble donc avoir été active p e n ­
d a n t cette période du D évonien, do n t, p a r ailleurs, le faciès à nodule indi­
quera it le m a x im u m de transgression.
l'AI.EOZOIQl'U 1) 1' DH A UT DI' ZEJIOl'I. 21

c) Zone III et zone IV

Le faciès des argiles à lumachclles calcaires, in stitue dès la zone II


dans le dom aine d u Zemoul, se généralise et v a s’éten d re dans to u te la
région. Il est connu, en effet, trè s à l’W (Assa) et to u t à fait à l ’K (Tin-
l'ouchy). 11 d u r e r a p e n d a n t les zones I I I et IV du D évonien supérieur.
Ces « lumachelles » sont des bancs calcaires, qui p e u v e n t a tte i n d r e 30 à
40 cm d ’épaisseur, mais qui re s te n t gén é rale m en t plus minces et sont
formés de fossiles accumulés, réunis p a r u n cim ent calcaire. Les fossiles,
bien conservés et non brisés, n ’o n t p ro b a b le m e n t subi aucun déplacem ent.
Les épaisseurs de ces zones sont de l’o rd re de la centaine de m ètres, ce
qui m o n tre bien la d im inution de la subsidence p a r ra p p o r t à la zone IL

Faunes de la zone I I I : Hiles p ro v ie n n e n t uniq u e m en t des lumaebelles


où elles sonL très a b o n d a n te s et où les gisements sont aussi n o m b re u x
que les affleurements. Nous les avons tro u v ée s aussi bien dans la vallée
du D ra que dans le Zemoul. Voici ce qui est déLerminé à l’heu re actuelle :
Produclus sp., Schellwiennella sp., Camarotœchia sp., P u g n a x pugnus,
Spirijer verneuili, Bcllerophon sp., E dm ondia aff. solida, Palæoneilo sp.,
Sporadoceras p r i m x v u m et S. biferum.

Faunes de la zone I V : D eu x gisements : l’un au S d ’A k k a dans les


marnes, a b o n d a n t en goniatilcs et clyménics : Platgc.lgnienia gr. integricosla,
Sporadoceras cf. rolundolobatum, Postprolobites yakovlevi, Cgrloclymenia sp. ;
l’a u tre à l ’E d ’Ig m a d an s des calcaires lumachelliques a donné également
des P latyclvm énies et un Poslprolobiles.

11 faut noter, au so m m et de la zone IV, un niveau riche en restes


d ’a rthodire s dans l’oued A k k a ; R. L a v o c a t en a signalé également sous
une gara de l’anticlinal de l’Igma où affleurent aussi des calcaires de la
zone IV. Ces poissons p o u r ra ie n t être analogues à ceux de T aouz |L eh-
mann, 1952].

Ces deux zones ne m o n tr e n t pas de v a ria tio n s sensibles des faciès,


ni des épaisseurs, qui re s te n t voisines de 160 in. On p e u t seulem ent r e m a r ­
quer que les calcaires de la zone IV sont plus développés et en bancs plus
épais dans les a n ticlin au x d ’Igm a et de D ra el K elba (50 km à l’W de
Tinfouchv).

d) Zone V et zone d’Etroeungt

L a série argilo-gréseuse, avec encore quelques lumachelles, qui te rm in e


le D évonien, p e u t ê tre reconnue dan s toutes les coupes, sauf là où les
alluvions limoneuses d u D r a ne l ’o n t pas noyée.

L a prospection d u dom aine d u Zem oul a perm is de d écouvrir (P. J.)


au toit de ce tte série, un conglom érat rouge, ferrugineux, p a s s a n t p a r
22 II. IIOI.I..VIII» KT l>. . I A<: y l ' K M O X T

p l a t e à une sorle de lumaehelle de braehiopodes. Les galets y sont bien


roulés, gén é rale m en t assez p etits (gravier), et sem blent a u g m e n te r de
taille vers l’L. L ’épaisseur du b a n c v arie en tre 10 cm et ôO cm. Parfois,
dans l ’Igm a p a r exemple, il est accom pagné de grès à ripple m arks et à
stratification entrecroisée, qui p e u v e n t être développés (plus de 20 m
sur le liane sud de D ra el K elba). Il p e u t être précédé p a r de minces lits
conglom ératiques semblables des la zone V (Dfeil, Ilou Zrazer) et e ’esl
pourq u o i nous le considérons com me r e p ré se n ta n t p lu tô t une régression
fini-dévonienne que la transgression dinantienne. Les a rg u m e n ts paléon-
tologiqucs d é te rm in a n ts p o u r placer la lim ite du Dévonien à ce niveau
sont :

1) la présence de Gatlendorfia au toit de ces couches ;

2) la présence de goniatites de la zone V d u F am e n n ien au dessous,


suivies d ’une faune de braehiopodes où l ’on p e u t rec onnaître les éléments
de la faune d ’E tr œ u n g t , et où nous avons aussi tr o u v é quelques goniatites
de la zone VI [Hollard I0r>(>] ;

.1) la disparition de Spirifer verneuili au dessus du conglom érat el


l'appa rition de Spirifer lornacensis (déjà un p eu en dessous).
11 a été impossible, p o u r l’in sta n t, de d éte rm in e r rigoureusem ent la
lim ite inférieure de la zone d ’E tr r e u n g t qui p a r a ît ici se r a tt a c h e r à la fin
d u Dévonien p lu tô t q u ’à la base du Carbonifère.

Celle série est visible dans l ’ig m a et dans les environs de Tinfouchy.
On p e u t l ’é tu d ie r aussi a u t o u r de l’anticlinal du Zemoul. Mais, dans ces
d eux régions, nous avons été gênés p a r les sills de doléritcs. Ceux-ci y sont
en effet, le plus souvent localisés entre les zones IV et V, et p a s se n t de
l’une à l ’autre. Le m é ta m o rp h is m e rend très difficile l’étu d e de la série.
P a r contre, au Bou Z razer et à Dfeil, les doléritcs restent dans les zones 11
ou III. On a pu y faire les observations suivantes :

Au dessus des calcaires lumachelliques bleus de la zone IV, on trouve


une série de 300 m d ’argiles plus ou moins marneuses, avec de minces lits
gréseux à stratification entrecroisée et ripple-marks, q u ifo rm e n l des collines
basses et molles. Les argiles ont donné, à Dfeil, une faune de goniatites
pyritcuses de la zone V. Plus h a u t, ap paraissent de p e tits lils conglomé­
r atiq u es et des colorations rouges et dans les 100 derniers m è tres des
grauw aekes (pii fournissent la faune suivante : Produrlus sp., I.cplænu
gr. rhomboidalis, I .eiorhijnchus letiensis, Spirifer verneuili, Spirifer penla-
gonus, Compnsila gr. slruniensis, crinoïdcs, au Bou Z razer, eL Cipnachi-
m enia sp., Lobotornoceras dclepinei, Imiloccras sp., à Dfeil. Ces faunes
i n d iq u e n t la zone V I (ou (l’E tr œ u n g t ) . Il f a u t n o te r des n iv e a u x de coin
in cône assez n o m b r e u x dans to u te la série. L’un d ’eux p articulièrem ent
beau, semble a c co m p ag n e r régulièrem ent le conglom érat-lim ite.
I'AI.KOZOIQl'i: 1)1’ DMA KT 1)1’ Z I I M O I T . 23

Variations de faciès du Dévonien supérieur

Les dolcril.cs en re n d e n t l ’étu d e difiicile. Ou eonsLalc ce p e n d a n t


l ’enrichissement en grès de ces n iv e a u x lo r s q u ’on les suit vers l’W. Un
elTet, à p a r ti r du m éridien d ’A kka, les grès sont si im p o r ta n ts q u ’ils s’acco­
lent sous forme d ’une crête su p plém entaire a u x au tre s barres gréseuses
tournaisiennes du jebel T azoul. C’csl dan s ces grès que la faune strunicnne
d ’Assa a été récoltée p a r (i. C iiouümht [1948|. P a r contre, le conglom érat
n ’a pas été découvert dans ce lte région. 11 est possible q u ’il y soit rem placé
p a r des grès puisque ses élém ents s’a m en u is en t d ’I-i en \Y, de Tin fouehv
à l ’oued Xcmoul, com me nous venons de le signaler (p. 22).

Les grès, les faciès côtiers et les influences continentales de cetLc série
c o n tra s te n t suffisamment avec les faciès qui les ont précédés p our q u ’on
puisse parle r de phase tectonique. U ne telle phase a u r a it fait sentir ses
prem iers effets dès la zone Y p o u r se te rm in e r à la fin du Sfrunicn p a r
l'ap p a ritio n probable, non loin à l’I-i d ’une terre émergée, origine des
éléments du conglom érat (7). 11 ne semble pas que ce lle p hase a it déterm in é
une discordance, mais p o u r en décider il f a u d r a étu d ier la base de la t r a n s ­
gression to urnaisienne, en p a rtic u lie r la m a n iè r e d o n t disp a ra ît le conglo­
m érat vers l ’W.

Résumé et conclusion

Le Dévonien supérieur com prend donc :

1) le Urasnien marno-calcaire et argileux à le nlaeuliles (200 m ) ;

2) la zone 11 du l-’am ennien, argileuse, avec des nodules (800 m) ;

3) les zones 111 et IV, argileuses à lumachelles (100 ni) ;

1) les zones Y et Y1 (ou d ’L Irreungl) argilo-gréscuses (300 m).

soit au total, avec les réserves signalées plus h a u l , 1 -100 m de sédiments


essentiellement argileux.

(7) S u r lu b o r d d e l;i e u v e l l e s y n cli n u le d u M aï der, près d r Fo zzou, ou eoimail le be au


g is e m e n t d e g o n ia tile s d e la zone V, d é c o u v e r t p a r L. Cr..\iuoNi> a u pie d d ’u n la ïu s m a r n e u x
c o u ro n n é d e grès | Ces grès sonl 1res s e m b l a b l e s à c e u x d u T a z o u l el l’u n d e n o u s (1 \ .1.)
a d é c o u v e r t , à l e u r m u r , u n e W o cklu n w ria el u n e G atlcndorfia, ce <[ui c u l m i n e le p a ra ll é li sm e
de ces grès a v e c ceux, lo u rn a is ie n s, d u T a z o u l . La c o u p e d e l ’ezzou m o n l r e q u e la zone Y el
l a z one d ’K l r o e u n g t , m o in s épai ss es q u ’à J) le il eL a u Jîou / r a z e r , oui a uss i un faciès m a r n e u x
e t no n gré seux, les c o n d itio n s d e la m e r o u v e r l e à g o n ia lile s a y a n t pers is té ici. Les m o u v e m e n t s
é v oqués p lu s h a u l à la lin d u s l r u n i e n ne se s e r a i e n t pas lail s e n l i r ju s q u 'i c i, la s é d i m e n l a l i o n
r e s t a n t e o n lin u e d u D é v o n ie n a u D i n a n l i e n .
24 I I. IIO LEA RD ET P. JA C Q U EM O N T
V
C om pte te n u des imprécisions de mesure, il faut a d m e tt r e po u r le
D évonien to ta l une épaisseur com prise entre 1 900 et 2 300 m. Ces chiffres,
bien que plus faibles que ceux que l’on adm et la it j u s q u ’ici, suffisent n é a n ­
m oins à considérer le Dévonien du D ra , dan s son ensemble, com m e sub-
sident. Il n ’est pas très différent de ce que l’on conn a ît dans la Saoura.
Les goniatites sem blent être moins a b o n d a n te s, s u r to u t en ce qui concerne
le n o m b re des espèces, sauf à certains n iv e a u x où elles pullulent (zone II
et zone IV) ; les com m unications en tre la S aoura et la région du D ra
dev a ie n t donc être faciles. Au m o m e n t du d é p ô t des zones V et V I, la sédi­
m e n ta tio n é t a it plus gréseuse d an s le D ra et le Zcmoul que dan s la S ao u ra
et dans le Maïder. L a p a u v r e té relative de ces zones en goniatites est p r o ­
b a b le m e n t en liaison avec ce fait.

E nfin le conglom érat-lim ite n ’a pas été signalé dans la Saoura. 11


semble spécial à la p a rtie est de n o tre région.

Les faunes du Dévonien inférieur et m oyen ne sont pas non plus


Liés différentes de celles de la S aoura et il est pro b ab le que des recherches
supplém entaires confirm eront ce tte sim ilitude. P a r contre le D évonien
du Tafilalet, caractérisé p a r la faible épaisseur de ses couches et une sédi­
m e n ta tio n s u r to u t calcaire, diffère beaucoup de la série du Dra.

DINANTIEN

Nous ne faisons que résu m e r b riève m ent ici les r é su lta ts déjà publiés
|M ollard et J a c q u e m o n t, 19511 a ; Ilo lla rd 195(1],

L a série sLratigraphiquc esL divisée en trois parties :

1) le jebel T a z o u t d o n t les grès sont lournaisiens ;

2) la H étaïna d o n t les grès tendres eL les m a rn e s d a t e n t en gros, du


Viséen inférieur (la base to u c h e le T ournaisicn, le so m m et le Viséen supé­
rieur) ;

3) le jebel Ouarkziz, s u rto u t calcaire, a p p a r t i e n t au Viséen supérieur.

a) Tournaisien

Cet étage se com pose de trois Lermes :

1) des m a rn e s à nodules et cône in cône, suivis de grès en p la q u e tte s,


qui ont fourni, à Dfeil : Galtendorfia crassa, Imiloceras sp. cl A vonia nigra ;
pa léozoïqu e du dra iît d u zemoul 25

ces m arnes, puissantes de 150 m, sont envahies c o m p lètem e n t p a r les


grès en p la q u e tte s lo rsq u ’on se déplace vers l’W , et, au SE d ’Assa, leim
niveau form e la b a r r e m oyenne du jebel T azoul ;

2) des grès variés, le plus so u v e n t grossiers, à stratification e n tre ­


croisée ou ripple-marks, puissants de 150 m, f o rm e n t le jebel T a z o u t au
sens stric t (barre supérieure d ’Assa) ; le so m m et de ces grès renferm e une
faune de brachiopodes tournaisiens ; ces grès ne subissent com m e c h a n ­
gem en t q u ’une d im inution d ’épaisseur vers l’E (Tinfouchy) ;

3) des m a rn e s et grès de la base de la série de la B é la ïn a a p p a r tie n ­


n e n t encore au Tournaisien, mais form ent déjà le passage au Viséen. L a faune
est la suivante : Munsteroceras duponLi, Pcricijclus jasciculalus, Spiri/cr
tornacensis, Relzia ulothrix, Acam bona serpentina, Produclus corrugalus.
Cette faune existe sur 100 m environ de puissance.

Le Tournaisien a ainsi une puissance de 400 m. Après la régression


post-dévonienne, c o rre sp o n d a n t au x grès et au con g lo m érat des zones V
et VI, une prem ière transgression a lieu au d é b u t du T ournaisien (term e 1).
Le te rm e 2, m o n t r a n t l’existence de m o u v e m e n ts au T ournaisien supérieur,
correspond à une régression relative et la transgression viséenne ( d é b u ta n t
à la fin du T ournaisien) se m anifeste ici p a r le faciès moins gréseux de la
série de la BéLaïna (term e 3).

b) Viséen inférieur

Le régim e in stitué à la fin du T ournaisien se p o u r s u it et il existe


encore 300 m de grès dan s les zones de passage a u Viséen. S eulem ent, ici,
il n ’y a plus S. lornacensis, qui est rem placé p a r S. striatus, associé d ’ailleurs
à d ’au tre s form es viséennes. A u to ta l, la zone de passage du T ournaisien
au Viséen a t t e i n t 400 m. II s’agit là d ’une subsidence et, de fait, le faciès
est to u jo u rs très côtier. Il y a s u r t o u t des grès fins à stratification e n tre ­
croisée et quelques lits de calcaires rouges grossiers, à galets, avec des
alternances de marnes.

A près ce faciès, essentiellem ent gréseux, v ie n n e n t des couches plus


argileuses avec quelques lits de calcaires. C ette série, qui mesure 200 m,
contien t une faune viséenne de brachiopodes et u n e nouvelle espèce de
Beyrichoceras.

Des grès roses azoïques, bien lités, sans stratifica tions entrecroisées
ni ripple-marks, p u issan ts de 80 m et f o r m a n t une côte régulière vers le
h a u t de la B é ta ïn a, te r m in e n t le Viséen inférieur qui a ainsi au to ta l
580 m (on n o te une a u g m e n ta tio n d ’épaisseur de la série gréseuse infé­
rieure de l’E (300 m) à l’W (600 m).
21 i II. I I OI . I . AK1 ) ICI l ‘. .1A C Q I IC.MON I

c) Viséen supérieur

L a série tendre de la B é laïua se te rm ine, sous les premiers calcaires


du jebel Ouarkziz, p a r des couches argilo-gréscuses qui nous o n t fourni
une fau n e visccnne b an a le de brachiopodes et déjà Beyrichoceras micro-
notum et Dimorphoceras discrepans, goniatites qui conduisent à range r
ces couches dans le Viséen supérieur, m algré l’analogie de faciès avec la
série de la Bétaïna. Celte série m esure 130 m.

Le jebel Ouarkziz, qui dom ine la B étaïna, est formé d ’une allernanc c
de bancs calcaires massifs el de couches argileuses ou m arneuses, tendres.
On peut diviser la série en trois parties très inégales :

1) les calcaires inférieurs (500 m) ;

2) la série gypso-m arneuse in term édiaire (80 à lO O m );

3) les calcaires supérieurs (150 m).

1) Calcaires inférieurs. Les barres de calcaires, qui fo rm e n t les


gradins de la m onta gne, sont massives, a t te i g n a n t parfois 2 m de p u is­
sance. Mlles p e u v e n t se grouper en des ensembles presque en tiè re m e n t
calcaires. C’est ainsi q u ’à O um el A char, l’O uarkziz est couronné p a r
00 m de calcaires. A ucune série dure, homogène, n ’a t t e i n t une telle p u is­
sance dans la série paléozoïque de la région et, en fait, l ’O uarkziz est le
relief le plus m a rq u a n t au S du jebel Bani.

Les calcaires sont variés, détritiques, m arno-gréseux, ou au contraire


oolilhiques ou Ornement cristallins. B eaucoup sont zoogènes et certains
bancs sont littéralem ent formés de p ro d u clid és f Gignnloproduclus).

Cette série présente quelques différences de la base au som m et. Lu


elïel, dans la prem ière moitié, on tr o u v e des grès souvent grossiers et à
ripplc-marks. Ces grès rappellent le régime qui a précédé les calcaires.
Les calcaires gréseux sont aussi c a ntonné s dans ce lle première, moitié.
Plus h a u t , il n ’y a plus de grès, el, vers le som m et, ap paraissent quelques
calcaires dolomiliques et mêm e des dolomies.

La faune est su rto u t composée de Gigunioproduclus, qui semblent


évoluer sur place, sans apport extérieur. C’est une faune p a u v r e en espèces,
riche en individus. Ce n ’est cpie dans les couches inférieures que d ’a u tre s
brachiopodes ont été récoltés [Mcnehikoff, 1930]. Cela p o u rra it indique r
que le bassin subsidenl, où s’est déposée ce tte im p o r ta n te série, s’est
progressivem ent isolé de la m er o u v erte p o u r a b o u t ir à un régim e to u t à
fait lagunaire au m o m e n t du d é p ô t des gypses. Cela ex p liq u e ra it la p a u v r e té
de la faune, la tran quillité des dépôts et les dolomies du somm et de la
■AI.KOZOïqi K 1)1' DBA KT 1)1' ZKMOl'I. 27

strie. Il existe ici, une a b o n d a n te inicroraunc ( d é te n u . ( 2 T i c m p k i u ;).


Cette m icrofaunc se mon Ire très voisine de celle qui est connue dans le
Yisécn supérieur de la Zousfana.

Les (liganloproductus el les g oniatiles que nous avons cités plus h a u t,


au-dessous des calcaires, m o llire n t bien que l’O uarkziz est à r an g e r dans
le Yiséen supérieur depuis sa base.

2) Série gijpso-marneuse intermédiaire. A u LoiL des derniers


calcaires, elle d éb u te soi! p a r des argiles gypseuses (à l’W), soit p a r du
gypse (à l ’M) ; aucune émersion n ’a in te r ro m p u ce régim e lagunaire, qui
p a r a ît avoir com mencé à s’établir à l’K et s’être déplacé progressivem ent
vers l ’W où il éta it troublé, au d é b u t, p a r l a persistance d ’ap p o rts vaseux.

2) Série des calcaires supérieurs. Mlle est plus argileuse que la série
intérieure et les intervalles en tre les bancs p e u v e n t encore être gypseux.
Ces calcaires sont souvent dolomitiques.

L a m icrofaune est devenue rare. Mais, au Loi L de la série, on tro u v e


une riche laune de hrachiopodes et de polypiers : M arginifera prœcursor,
Productifs elcgans, Kchiiioeonc.hus punctalus, Composita subtilita, Schell-
unennella erenistria, Schellwicnnella erenistria var. arachnoidea, S. crenistria
var. radialis, Spiri/cr et. integrieosta, Spirijer bisulcatus ; Phricodothgris
lineata, Phipidomclla michelini, Diclasma hastala, e tc... Les polypiers n ’o n t
pas été déterm ines, mais les hrachiopodes a p p a rtie n n e n t encore au Yiséen
supérieur (<S) (délerm . .1. D iîot ).

Ces calcaires supérieurs, qui a t te ig n e n t 150 m de puissance, m o n tr e n t


un dernier re to u r de la m er à la lin du D in an ticn , a v a n t que ne s’installent
les conditions continentales (pii régneront ensuite p e n d a n t le reste du
Carbonifère.

Résum é et conclusion

Le D inanticn, qui a une épaisseur d ’environ 1 800 m, d éb u te p a r


les dépôts argileux de la m er à goniatites du Tournaisicn inférieur, t r a n s ­
gressive p a r r a p p o rt a u x d épôts de la zone d ’iït r œ u n g t . A u Tournaisicn
supérieur, les a p p o r ts sableux côtiers e n v a h isse n t to u te la région, m a r q u a n t
ainsi l’existence nouvelle de reliefs, m a nifestation des phases prém onitoires
liercvnienncs.

(H) J .a l a u n e d e ees n i v e a u x a é té ré colt ée p lu s c o m p l è t e m e n t e t é t u d i é e p a r les géologues


d u I h ir e a u d e re c h e r c h e s g é olo giq ue s, g é o p h y s iq u e s e t m in iè r e s , d o n t n o u s c ito n s , à p ro pos
d u C ar b o n if è re , le r a p p o r t in é d i t . Ils o n l é t a b l i q u e c e l l e f a u n e a p p a r t i e n t e n co r e a u Viséen
supérieur.
28 II. IIO LLA RD ET l>. JA C Q U EM O N T

L a transgression viséenne, générale dans le S a h a ra nord-occidenlale


[Délépine 1941], ne se m anifeste ici que p a r la dim in u tio n relative des
dépôts gréseux et le d é b u t d ’une subsidence. Quelques g oniatites in d iq u e n t
encore des ou v ertu res sur une m e r ouverte. Le Viséen supérieur a dû se
déposer dans une c u v e tte de plus en plus isolée. F eu à peu les a p p o r ts
c o n tin e n ta u x d im inuent, l’é v a p o ra tio n s’accentue, et, apres une période
fra n c h e m e n t lagunaire et un co u rt retour, la m e r se relire définitivem ent.
L a suite de la sédim e n tatio n m o n tr e l ’existence de reliefs rapprochés,
soumis à une forte érosion. Il y a donc eu, à la fin du D inan lien , une im p o r­
ta n t e phase tectonique, p rép a ré e déjà p a r la subsidence c ontinue du bassin.
Il est possible que cette p hase ait défin itiv em en t séparé le bassin de T in d o u f
des au tre s bassins carbonifères et que les grandes lignes de la s tr u c tu re
de la région fussent ainsi déjà dessinées.

CARBONIFÈRE CONTINENTAL

Au dessus des derniers calcaires m arins du Viséen supé rie ur, d é b u t e


une im p o r ta n te série, es sentiellem ent gréseuse et argileuse, qui a p p a r t i e n t
au Carbonifère et est e n tiè r e m e n t c o n tin en tale .

L ’étu d e de cetLe série a été reprise ré c e m m e n t p o u r le B u r e a u de


recherches géologiques, géophysiques et m inières (B. R. G. G. M.) p a r
M. B o u r g e o i s , J. F a u r e et Ch. G r f . b e r ( r a p p o rt inédit, 1954). E n a t t e n ­
d a n t q u ’ils aient public leurs ré su lta ts , nous nous c o n ten te ro n s de do n n er
ici ceux qui é ta ie n t connus a u p a r a v a n t et les observations que l’un de
nous (F. J.) a faites dans le ca d re de sa mission.

R appelons que X. M e n c h i k o i - e ] 1950] a t t r i b u a i t ce tte série au Wesl-


phalien (s. 1.), laissant aussi les calcaires supérieurs de l’O uarkziz dans
le Viséen supérieur (calcaires que G. C h o u r e r t a v a it te n d a n c e à placer
dans le N am u rie n p o u r des raisons de sym étrie avec le flanc sud du bassin
de Tin douf) [1952, p. 1,'53|.

Nous n ’avons pas trouvé de pla n tes déterm in a b les dans ces séries,
et com m e les calcaires supérieurs de l’Ouarkziz o n t une faune de brachio-
podes d ’affinité encore dinan tie n n e, nous placerons la base du N am u rie n
au to it des calcaires, a t t r i b u a n t l ’ensemble a u W estphalien. L a série nous
a semblé tr o p hom ogène p o u r q u ’on puisse la diviser et nous n ’avons pas
observé de discordance susceptible de séparer, au som m et, un S téphanien,
com m e l’o n t fait les géologues du B. R. G. G. M. qui y signalent d ’ailleurs
une p la n te du W estphalien d - Stéphanien.

Quoi q u ’il en soit, la série est form ée de grès cl d ’argiles auxquels


s’a jo u te n t, à la base, quelques minces lits calcaires.
[W L E0Z01Q U E DU DR.Y E T DU ZEMOUL 29

Les grès onL fré q u e m m e n t une stratifica tio n entrecroisée et les ripple-
m arks so n t fréquents. Ces grès massifs, grossiers ou fins, el en bancs
minces, o n t un cim ent calcareux, fe rrugineux ou cbloriteux. Les grès
les plus fins se trouvenL p lu tô t à la base. Ceux du milieu de la série s ’ac co m ­
pag n e n t de lentilles conglom ératiques plus ou moins éLenducs la té r a le ­
m ent. Les traces de plantes y sont assez fréquentes.

Vers le h a u t, les teintes lie-de vin d o m ine nt, en mêm e tem ps que les
argiles sont rela tiv e m e n t plus a b o n d a n te s. Les grès y sonL égalem ent en
b ancs plus réguliers que dans la p a rtie m édiane, où ils o n t souvent une
allure lenticulaire.

L ’épaisseur du Carbonifère con tin en tal que nous avons mesurée est
de l’ordre de 1 400 mètres.

Remarque : On p e u t se d e m a n d e r s’il y a bea ucoup de sédim ents


carbonifères cachés entre le kreb de la H a m m a d a et le cœ u r du synclinal
de T indouf qui semble d is t a n t d ’une c in q u a n ta in e de kilom ètres a u S.
Le pendag'c du Carbonifère a u m o m e n t de sa disparition sous la H a m m a d a
est très faible (1° à t°,5). Il est voisin de celui de la H a m m a d a d o n t la
surface est inclinée vers le S. Il y a u r a it 100 m au plus de sédim ents cachés
si la H a m m a d a n ’a v a it pas de pente. E t a n t donné q u ’elle en a une, 100 m
r e p ré se n te n t un m a x im u m et les couches que l’on v o it affleurer à M erkala
p o u rra ie n t mêm e r ep rése n ter la fin de la série primaire.

CONCLUSIONS

J u s q u ’au Caradoc, le bord nord du bassin de T indouf a p p a r te n a it


à la zone de forte sédim e n tatio n du ty p e A nti-A tlas, ta n d is que le bo rd
sud é ta it le lieu de dépôts épiconLinentaux très minces, parfois nuis. Il y
a v a it donc, quelque p a r t e n tre ces d eux régions, un ta lu s qui sé p arait la
zone sLable de la zone instable. Au C aradoc les choses c h a n g èren t : d ’im ­
p o r ta n t s dépôls m o n tr e n t un soulèvem ent général et, finalement, il y
eût émersion, puisque l’Arenig m a n q u e p a r to u t , tandis que le L la n d o v ery
inférieur n ’est connu q u ’à Aïn Deliouine. L ’A nti-A tlas f u t aussi émergé
et cessa d ’être une région su b id e n te p u is q u ’il ne f u t enva hi à n o u v e a u
q u ’au T aran n o n . Cela m o n tre l 'importance profonde de la phase laconique.
E n m êm e te m p s a p p a r a ît un élém ent n o u v ea u de la paléogéographie :
une subsidence, qui d u r a j u s q u ’à la fin d u Carbonifère, se déclencha en tre
l’A nti-A llas et le talus d u bloc stable des Yetti.

A u tr e t r a i t de la paléogéographie : Vabondance des dépôts détritiques


dans le SIV de la région du Dra (au d ro it d ’Aïn Deliouine), en relation
:i() I I. IIO l.l.A IU ) KT I’. .IA CQ l ’ KM O N T

avec une subsidence plus active dans celle région. Ce l'ail se m anifeste
p a r la précocité de la transgression gothlandienne, l’épaisseur plus grande
des sédim ents, la présence de grès rouges a b o n d a n ts en tre G olhlandien
et D évonien, la plus g ran d e épaisseur des grès des Richs et la présence
de grès puissants au Couvinien supérieur. Ce caractère semble se re tr o u v e r
encore à la fin du D évonien, au Tournaisien et au Yiséen inférieur.

De plus, la région subit les cou Ire-coups des difTérenles phases te c to ­


niques connues plus au N ou plus à l’R [Choubert, 1951 el 1952] :

a) il y a des l races nettes de la p hase calédonienne (grès rouges,


conglom érais de la base du Dévonien), qui n ’a b o u t it pas à une v éritable
discordance :

b) l’existence des grès (côtiers) des Richs pro u v e des m o u v e m e n ts


épirogeniques et l ’a p p a ritio n de reliefs assez proches ; elle est suivie p a r
la transgression couvinicnne qui éten d le dom aine m arin, vers le N ( H a u t
Allas) et vers l’E (Tafilalet) ;

c) to u t se calme ensuite j u s q u ’à la lin du D évonien, où de n o u v e a u x


m ouvem ents com m en c en t dans la zone Y p o u r finir au Slrunien, p a r des
ém trsions au moins locales ;

d) le T ournaisien est alors tran s g r e s s if : il s’installe, au N E , u n e


m e r à goniatites de la base d u Tournaisien ; de n o u v e a u x m o u v e m e n ts
d o n n e n t les grès du T a z o u t au Tournaisien su p é rie u r et, sans q u ’il y ait
d ’ém ersions, r e j e t t e n t la m e r à goniatites plus à l’E ou au SE ; c e tte p hase
nous a p a r u im p o r ta n te , car, d ’une p a r t les grès sont très ré p a n d u s a u
T ournaisien supérieur, d ’a u t r e p a r t elle semble m e ttr e en place défini­
tiv e m e n t les unités palcogéographiques qui v o n t servir de ca d re a u x d ép ô ts
suiva nts ;

e) A p a r t i r du Viséen inférieur, le bassin co m m u n iq u e difficilement


avec la m e r libre ; la sé dim e ntation évoque en effet, p a r sa m onotonie,
une subsidence sur une v a s te p late-form e rec ouverte d ’une faible tr a n c h e
d ’eau, ce qui dev a it em pêcher une circulation rap id e des ea ux et des org a­
nismes (de fa it les goniatites sont très rares et limités à de très m inces
n iveaux calcaires) ; c’est l’ac ce n tu a tio n de la subsidence au Viséen su p é­
rieur qui v a e n tra în e r un isolem ent encore plus g rand, d é m o n tr é p a r
l’absence d u re n ouve llem ent de la faune et les faciès d ’é v a p o ra tio n de plus
en plus nom breux.

I) enfin, la m e r d isp a ra ît et le bassin « appelle » alors les sé dim e nts


c o n tin e n ta u x v enus des n o u v e a u x reliefs qui l’e n t o u r e n t au Carbonifère.
P A i.fc o z o ïy i'i-: n i' m u i:r n r z k m o ii . 31

APERÇU TECTONIQUE

Ce sont les phases hercyniennes m ajeures qui sont év id em m en t res­


ponsables de la te cto n iq u e de l’ensemble de la région. Elles ont élé, nous
l’avons vu, précédées de m o u v e m e n ts épirogéniques depuis la fin du
Dévonien. Certaines des failles qui t r a v e r s e n t la région avec une direction
d ’ensemble W S W - E N E , et qui sont p o u r la p lu p a r t hercyniennes, o n t
p eu t-ê tre joué a u p a r a v a n t , mais, ce qui est le plus facile à m o n tre r, c’est
q u ’elles o n t rejoué depuis le d é p ô t de la g ra n d e H a m m a d a d o n t l’âge
est pliocène et m ê m e p e u t-ê ire villafranchien. L a g rande cassure d ’Oum
el Assel, m a rq u é e sur la carie, est un de ces accidents à rejeu récent.

Les m o u v e m e n ts de la H a m m a d a so n t connus depuis longte m ps


[Choubert et L av o c at, 1950]. Ils sont p ro b a b le m e n t dus au rejeu des
failles hercyniennes.

DOLÉRITES

L eur extension est g ra n d e à l’E du méridien de TaLa. Ce sont des


dolérites à stru c tu re o p hitique ou interscrlale. Il en existe (rois ty p e s de
gisements : des sills, des massifs, et des dykes.

a) Les sills. - C’est sous c e tte form e que les dolériles jo u e n t le rôle
carto g ra p h iq u e le plus im p o r ta n t. Les sills p e u v e n t dépasser 100 m de
puissance. Us c h a n g e n t de n ive au et s’in te r s tr a tif ie n t dan s les couches de
l’Emsien j u s q u ’a u Viséen supérieur, avec toutefois un m a x im u m d a n s
celles du D évonien supérieur. Ils o n t été plissés p a r la tectonique h e r c y ­
nienne et m é ta m o rp h is e n t les roches encaissantes. L eur mise en place se
situe donc entre le Viséen supérieur et la phase hercynienne majeure (west-
phalicnnc ou stéphanienne).

b) A u cœ u r de l’anticlinal d u Zemoul, il existe d eux p e tits m assifs


de dolérites qui o n t coupé les séries à l’em porte-pièce, d ig é ra n t ou b ous­
culant plus ou moins des roches déjà m élam o rp h isée s p a r les sills préc é­
dents. Il y a p e u t-ê tr e d ’a u tre s venues du m êm e ty p e au cœ u r d ’O um
el Ksi et de D r a el Kclba.

c) Des dykes su ive nt des failles à faible rejet. L ’un d ’eux a été suivi
ju s q u ’au so m m et de la série carbonifère. Il s’agit là d ’une v e n u e p o sté ­
rieure a u x sills et p e u t-ê tr e contem poraine de la phase majeure.
32 II. IIO LI.A IÜ ) ET 1>. J A C Q U E M O N Ï

LISTE DES PUBLICATIONS CITÉES

B otrcart J. (1947) : D u Souss au D ra. Rev. Géogr. marocaine, R a b a t ,


il» 2-3-4, pp. 71-103,

M., F a u r e J., G i œ u e r Ch. (1954) : Le Carbonifère supérieur


B o u r g eo is
du b ord nord du bassin de Tindouf. R app. inédit, n°A 629 15 d u
B. R. G. G. M.

CiiouuKRT G. (1948) : Sur la géologie des plaines du D ra et le T azout.


C. R. somm. Soc. géol. Fr., pp. 99-100.

(1951) : F ssai de chronologie hercynienne. Noies Scrv. géol.


Maroc, t. IV, pp. 9-78.

- - (1952) : H istoire géologique du dom aine de l ’A nti-A tlas, in


« Géologie du Maroc >■, l'asc. 1, 2e p artie, Noies et M . Serv. géol.
Maroc, n" 100.

(1952 li) : L ivret-guide de l ’excursion A 36, A nti-A tlas occi­


dental. X I X e Congr. géol. inlern., Alger 1952, Série : Maroc, R a b a t ,
n° 10.

C iio u h e r tG. et L a v o c a t R. (1950) : Les défo rm atio n s et plis de la H a m -


m a d a du Dra. C. R. Acad. Sci., P aris, L. 231, pp. 451-453.

G., 'F e r m i e r H. et G., W a l l a c e H. (1948) : Sur d eux niv e au x


C iio u h e r t
à gonialilcs des plaines d u D ra, C. R. somm. Soc. géol. Fr., pp. 281-
282.

G. (1941) : Les gonialiLcs d u Carbonifère du Maroc et des confins


D e i .é r i n e
algéro-m arocains d u Sud. Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 58.

D e st o m iiesJ. (1955) : Sur la présence de m inerai de fer oolithique dans


le Dévonien inférieur de la b o rd u re n ord du synclinal de Tindouf.
C. R. somm. Soc. géol. Fr., pp. 237-238.

H ollahd H. (1956) : S ur le Tournaisicn de la vallée du Dra. C. R. Acad.


Sci., Paris, t. 242, pp. 2752-2755.

M ollard H. et J a c q u e m o n t P. (1956 a) : Sur l ’âge de la série de la Bétaïna.


Ibid., t. 242, pp. 2651-2654.

M ollard H . et J a c q u e m o n t P. (1956 b) : Sur l’âge de la tran sg re ssio n


gothlandiennc au S de l’Anti-A tlas. Ibid., t. 243, pp. 75-77.
pa léozoïqu e d u dra et du zemoul 33

L uhmann J . P. (1952) : L es A rth ro d irc s d u M aroc m éridional. Ibid.,


t. 234, pp. 2631-2633.

N. (1930) : Recherches géologiques et m orphologiques d a n s


M k n c h ik o ff
le N du S a h a ra occidental. Rev. Gcogr. phys. et Géol. dynam ., Paris,
vol. 3, pp. 103-247.

P ouuyto A. (1952) : C o ntribution à l ’é tu d e d u G oth la n d ien des chaînes


d ’O ugarta. C. R . somm. Soc. géol. F r., pp. 244.

R enaud A. (1942) : Le D évonien du synclinorium m édian B r e s t Laval.


M . Soc. géol. et miner. Bretagne, R ennes, t. V II.

(M anuscrit reçu le 15 n o v e m b re 1956)

N otes Sert), géol. Maroc., l. 15, 1956.


PA L É O S T O L O G I E 35

CATALOGUE D’INVERTÉBRÉS FOSSILES DU MAROC


(Espèces et variétés types ou peu connues)

Il - LAMELLIBRANCHES (O

par
G. Coi.o el M.-L. PicrrroT
(Service géologique du M aroc)

a lv e o lu s G. Dun.vn - C orbis

Hél'érences : G. D uhar (1948) : E tu d e s paléontologiques sur le


Lias du Maroc : L a faune dom érienne du jebel B o u -D ah a r,
près de Béni-Taj jite. Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 204, PI. X X V I Fig. 1 (type), 2-3 et 7 ; cf. PI. X X V I Fig.
4-6 ; cf. PI. X X V Fig. 16.
E ta g e : Doniérien.
Provenance : Mines d u Bou D a h a r (hololype carrière B).
Feuille au 1 /200 0 0 0 : A noual ( H a u t A llas oriental).
Bécolle de : G. D u b a u ; N. M i i n c h ik o i k (PI. X X V I fig. 3) ;
G. C iioubkrt (PI. X X V I Fig. 6).
D éterm in atio n de : G. D ubaii .
E chantillons conservés : Lab. géol. l-'ac. libre sei. Lille ;
coll. Serv. géol. M aroc : lm 0 030 et
lm 6 019 (niétatype s) ; lin 6 006
(topotype).

(J) P a r s u ite d e l ' i n v a r ia b i lilé (les n o m s d 'e s p è c e s c o n t r a i r e m e n t à la v a r i a ­


bil it é des n o m s d e g e n r e s — les l a m e l l i b r a n c h e s sont ordonnés a lp h ab étiq u em en t
p a r n o m s d'espèces, e t g ro u p e s e n r u b r i q u e s : les espèces e t v a rié té s t y p e s ;
les espèces e t va rié té s n o u v e lle s m a is n o n d é n o m m é e s ; U n in d e x s l r a t i g r a p h i q u o
ré s um e la position, a u Maroc, des e spèces e t v a rié té s ty p e s .
IN V E R TÉB R É S K O SSIIÆ S DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 37

am eliæ P é r o n var. m a g h r e b ia n a H . S a l v a n — C a r d ita


( V e n e r ic o r d ia )

Références : H . S a l v a n (1954) : Les In v e rté b ré s fossiles des


p h o sp h a te s m a roc ains ; t. I I : Paléontologie. Noies et M .
Serv. géol. Maroc, n° 93, p. 59, PI. V fîg. 15, 16, 21 (holo-
type), 17 à 20, 22 à 25 (cotypes).
L ia g e : M æ strichtien.
P ro v e n an c e : B o u a b o u t, dalle à Baculitcs. Feuille au 1 /200 000 :
Chichaoua (Fosse des H ah a ).
Récolte de : H . S a l v a n .
D éte rm in atio n d e : H . S a l v a n .
E c ha ntillons conservés : coll. Serv. géol. M aroc : es 6 003 (holo-
ty p e ) ; es 6 003 bis et es 6 028
(cotypes).

a m e lla g e n sis G. D u b a r — A le c tr y o n ia ( A r c t o s t r e a )

Références : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléontologiques sur le


Lias du Maroc : L a fau n e dom érienne du jebel B o u -D a h a r,
près de B é ni-T ajjite - E t u d e suivie de celle de quelques
Mollusques d ’a u tre s gisem ents m arocains. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 216, PI. X X V I I I fîg. 20.
L ia g e : D om érien supérieur.
P ro v e n an c e : P rè s de la k a s b a d ’Amellago. Feuille au 1 /200 000 :
Rhéris ( H a u t A tlas central).
Récolte de : G. D u b a r .
D éte rm in atio n de : G. D u b a r .
E chantillons conservés : Lab. géol. l-'ac. libre sci. Lille ;
coll. Serv. géol. Maroc : lm 6 022 (topo-
lype).
IN V E R T É B R É S F O SSIL E S DU M AR O C: . II - LA M ELL IB R A N C H ES 39

a r i c h e n s i s H . e t G. T e r m i e i i — N u c u la ?

R éférences : H . e t G. T e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro cain e ;


t. I I : In v e rté b ré s de l’ère p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Scrv. géol. Maroc, n° 78, p. 112, PI. C L X V fig.
36 à 39.
E ta g e : F am en n ien .
P ro v e n a n c e : O ued A rieha. F euille au 1 /200 000 : B en ah in cd
(M assif d u M aroc central).
R éco lte de : H . e t G. F e r m i e r .
D é te rm in a tio n de : H . e t G. T e r m i e i i .
E ch a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : ds 601 (ty p e).

N. B. - Le nom de genre est suivi d ’u n ? [H. e t G. T erm ier,


1950, p. 112] q u i n ’est p a s p o rté [ibidem, p. 86 e t PI. C L X V fig.
30 à 39],

a t l a n t i s G. D ubar — G e rv ille io p e rn a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e dom érien n e du je b cl B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m arocain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 152, PI. X I I fig. 11 (tv p e), 1 2 ,1 3 , PI.
X I I I fig. 1 (ty p e), 2.
E ta g e : D om érien.
P ro v e n an c e : 1 - L ’h o lo ty p e (PI. X I I fig. 11 e t PI. X I I I fig. 1)
e t le co ty p e (PI. X I I I fig. 2) p ro v ie n n e n t des m ines d u B ou
D a h a r (c a rriè re B). F euille au 1 /200 000 : A n o u al (H a u t
A tla s oriental).

2 - Les co ty p es (PL X I I fig. 12 e t 13) p ro v ie n ­


n e n t d u tiz i n ’O um zour, d escente v ers le S. F euille au
1 /200 000 : R h é ris (H a u t A tlas cen tral).
R écolte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci., Lille.
IN V E R TÉB R É S FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 41

a y a r t i G. D u b a r — P e c t e n ( N e i t h e a ?)

R éférences : G. D u b a r (1948) : E lu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fa u n e d o m érienne d u je b el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle d e q u elq u es
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m arocain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n» 68, p. 217, PI. X X V I I I fig. 26 (ty p e).
E ta g e : D om érien supérieur.
P ro v e n an c e : E n v iro n s d ’A m ellago. F euille au 1 /200 000 : R liéris
(H a u t A tla s ce n tral).
R éco lte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci., Lille.

a z e m m o u r i M. G i g o u t — T rig o n ia

R éférences : M. G i g o u t (1951) : E tu d e s géologiques su r la M éséta


m aro cain e o ccidentale (arrière-p ay s de C asab lan ca, M azagan
et Safi). Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 86, t. I : te x te ,
p. 364 ; t. II : A tlas, PI. X I fig. 11-16.
E ta g e : C énom anien.
P ro v e n an c e : Sidi el O uadoud au N d ’A zem m o u r, calcaires
gréseux durs, à m oules de coquilles (coord. : x = 226 -
y = 304,6). F euille au 1 /200 000 : M azagan (M eseta m a ro ­
caine occidentale).
R écolte d e : M. G i g o u t (4 6 6 ).
D é te rm in a tio n de : M. G i g o u t .
E ch a n tillo n s conservés : coll. In st. sci. chérif., R a b a t.

b ic r is ta ta G. D u b a r — O p is

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e dom érien n e d u jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m arocains. Notes el M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 200 ; fig .-tex te 82 (ty p e) p. 192 ; PI.
X X X fig. 3 (type).
E ta g e : D om érien inférieur.
P ro v e n a n c e : A guelm am A zouggouarh. F eu ille au 1 /200 000 :
A zrou (M oyen A tlas).
R é co lte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E c h a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. libre sci. Lille.
IN V E R T É B R É S l-'O SSII.ES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 43

b o u r c a r t i G. D ubar — O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e d o m érienne d u je b el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de quelq u es.
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m arocain s. Notes et M . Serv.
yéol. Maroc, n° 68, p. 194, fig .-tex te 88 (ty p e) p. 196 ; fig.-
te x te 71-72 (p. 188) ; PL X X X fig. 9.
E ta g e : L ias m oyen : L ’h o lo ty p e (fig .-tex te 88) p ro v ie n t d ’un
n iv e au im précisé « a n lé to a rc ie n » ; c e tte espèce est connue
du P liensbachien ( ?) au F o u m K h en eg (M oyen A tlas) eL
du D om érien (Fig.-texte 71 e t PL X X X fig. 9) d ’E l K a n se ra
(R ides prérifaines).
P ro v e n an c e : L ’h o lo ty p e de c e tte espèce, fré q u e n te au M aroc,
p ro v ie n t de l ’éperon occid en tal d u d jo rf K h o rch ef. F euille
au 1 /200 000 : O u jd a (N d u m assif de G h ar-R o u b an ).
R é co lte de : G. D u b a r (holotvpe) et J . B o u r c a r t (Pl. X X X
fig. 9).
D é te r m in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci., Lille.

b o u r c a r t i G. D ubar v a r. A G. D u b a r — O p i s o m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d om érienne d u je b el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elq u es
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m aro cain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 195, PL X X X fig. 5 ; fig .-tex te 89
p. 196.
E ta g e : P liensbachien ?
P ro v e n an c e : dolom ies du foum K heneg, ro u te d ’A zro u à M idell.
F euille au 1 /200 000 : Itz e r (M oyen A tlas).
R éco lte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.
IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 45

b o u r c a r t i G. D ubar v a r . a l t a G. D ubar — O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e dom érien n e d u je b el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elq u es
M ollusques d ’au tre s gisem ents m arocain s. Noies et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 197, PI. X X X fig. 4 (ty p e) ; fig .-tex te
90-91 p. 196 ; cf. PI. X X X fig. 8 et fig .-tex te 92 p. 196.
E ta g e : L o th a rin g ien élevé et P lien sb ach ien ? ; le ty p e p ro v ie n t
d u P lien sb ach ien ?
P ro v e n an c e : F o u m K heneg, ro u te d ’A zrou à M idelt ( = holo-
type). P’euille au 1 /200 000 : Itz e r (M oyen A tlas).
R écolte d e : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.

b o u r c a r t i G. D ubar v a r . B G. D ubar — O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érien n e d u je b el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elq u es
M ollusques d ’a u tre s g isem ents m arocain s. Notes et M . Sert),
géol. Maroc, n° 68, p. 197, fig.-texte 93 (ty p e) p. 196.
E ta g e : P liensbachien ?
P ro v en an ce : F oum K heneg, ro u te d ’A zrou à MidelL. Feuille
au 1 /200 000 : Itz e r (M oyen A tlas).
R écolte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : Lai), géol. F ac. libre sci. Lille.

b o u r c a r t i G. D u b a r v ar. C G. D ubar - O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e dom érien n e d u jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m aro cain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 198 ; Pi. X X X fig. 10 (ty p e ); fig.-
te x te 94 (ty p e) p. 196.
E ta g e : P liensbachien ?
P ro v e n an c e : F o u m K heneg, ro u te d ’A zro u à M idelt. Feuille
au 1 /200 000 : Itz e r (M oyen A tlas).
R écolte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.
NVERTÉBRÉS K OSSII.K S DU MAROC. II - T .A M K I.I.IB R A N C H E S 47

B o u r c a r ti G. D ubau v ar. k a n s e r e n s is G. D ubar - O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E lu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e dom érien n e du jebel B o u -D ah ar,
près de B é n i-T ajjite - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m arocains. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 198, Fl. X X X fig. 6-7 (lype).
E ta g e : L ias in férieu r ou P liensbachien.
P ro v e n an c e : G orges de l’oued B e th à E l K an sera. Feuille au
1 /200 000 : M eknès (R ides prérifaines).
R écolte d e : J . B o u r c a r t .
D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.

c h o u b e r t i G. D e c h a s e a u x e t G. G a r d e t — Æ q u i p e c t e n

R éférences : in G. G a r d e t e t Ch. G é r a r d (1946) : C o n trib u tio n


à l’é tu d e paléo n to lo g iq u e d u M oyen-A tlas se p ten trio n a l.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 64, p. 61, PI. V II fig. 39.
E ta g e : B ath o n ien .
P ro v en an ce : G uellit T u aien = G uelb e t T ine. F euille au 1 /200 000
D aya N efouika (H a u ts P la te a u x ).
R écolte de : G. C h o u b e r t .
D éte rm in atio n de : C. D e c h a s e a u x e t G. G a r d e t .
E ch a n tillo n s conservés : coll. U niv. N an c y ( ?) : ty p e ;
coll. Serv. géol. M aroc : J m 6 159
(m étaty p e ).
N. B. - Les m o difications c o n c e rn a n t la p ro v en a n ce o n t
été précisées p a r G. C h o u b e r t .
IN V E R T É B R É S FOSSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 49

c h o u b e r t i C. D echaseaux e t G. G a r d e t — E x o g y r a

R éférences : in G. G a r d e t e t Ch. G é r a r d (1946) ; C o n trib u tio n


à l’é tu d e paléo n to lo g iq u e d u M oyen A tla s se p te n trio n a l.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 64, p. 61, PI. Y I I fig. 30-31.
E ta g e : B a th o n ie n su p é rie u r - Callovien ?
P ro v e n an c e : P iste de Z aouillet - A ssouag = de Z ero u ilet à E l
A ssouag. F euille au 1 /200 000 : D a y a N efo u ik a (H a u ts
P late au x ).
R éco lte de : G. C h o u b e r t .
D é te rm in a tio n d e : C. D e c h a s e a u x e t G. G a r d e t .
E ch a n tillo n s conservés : coll. U n iv e rsité de N an c y ( ?) : ty p e ;
coll. S erv. géol. M aroc : J m 6 157
(m étaty p e ).

N. B. - Les m o d i f i c a t i o n s c o n c e r n a n t l a p r o v e n a n c e o n t é t é
précisées p a r G. C h o u b e r t .

c h o u b e r t i G. L e c o i n t r e e t G. R anson — G ryph æ a

R éférences : G. L e c o i n t r e (1952) : R ech erch es su r le N éogène


e t le Q u ate rn aire m arin s de la cô te a tla n tiq u e d u M aroc.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 99, t. I I, P aléo n to lo g ie :
O streidés (avec la co llab o ratio n de G. R a n s o n ) p . 35, PI.
X I fig. 1-5, Pi. X I I fig. 1-4.
E ta g e : Pliocène.
P ro v e n a n c e : E l M hasseur. F euille au 1 /2 0 0 0 0 0 : T a ro u d a n n l ;
e t oued L ah o u a r. F euille au 1 /200 000 : A g ad ir (région
d ’A gadir).
R éco lte de : G. C h o u b e r t e t G. L e c o i n t r e .
D é te rm in a tio n de : G. L e c o i n t r e e t G. R anson.

E ch a n tillo n s conservés : coll. S erv. géol. M aroc : p 6 511 (ty p e) ;


p 6 505, p 6 515, p 6 517 et
p 6 553 (cotypes).
IN V E R T É B R É S F O SSIL E S OU MAROC. II - L A M E L L IB R A N C H E S 51

cla rio n d i H . el G. T e i i m i e r — A lnifia

R éférences : II. e t G. T e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro ­


caine ; t. II : In v e rté b ré s de l ’ère p rim a ire ; l'a sc . 3 : Mol­
lusques. iYoies et M . Serv. qéol. Maroc, n° 78, p. 112, PI.
C L X X V 1 fig. 1-3.
lita g e : L landeilo.
P ro v en an ce : Je b e l A lnif. F euille au 1 /200 000 : M aïder (A nti-
A tla s orien tal).
R écolte de : L. C i .a r i o n d .
D éte rm in atio n de : H . e t G. T e r m i e r .
lie h a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : Si 68 (ty p e).
N. B. - C ette espèce est le g én o ty p e d u genre A lnifia.

c o c h l e a r i s G. D u bar C o rb is

R éférences : G. D urab (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a faune d o m érienne du jebel B o u -D ah ar,
près de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 205, PI. X X V fig. 12 (ty p e), 13.
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du Rou D a h a r (holoLype = carriè re B).
Feuille au 1 /200 000 : A llouai (H a u t A tlas o riental).
R écolte de : G. D u b a r .
D éte rm in atio n d e : G. D u b a r .
E ch an tillo n s conservés : I.a b . géol. F ae. lib re sci. Lille ;
coll. Serv. géol. M aroc : lm 6 036 (topo-
ty p e ).

co n cen trica H . e t (î. T e r m i e r G r a m m y sia

R éférences : H . et G. 'Te r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m aro cain e ;


t. II : In v e rté b ré s de P ère p r im a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n» 78, p. 113, PI. C L X X X II
fig. 13-16.
E tag e : Siegénicn.
P ro v en an ce : 27 km au SE d T e h t, su r la ro u te de T in d o u f, jeb el
el M aïfid. F euille au 1 /200 000 : F o u m el H assan e (A nti-
A tlas occidental).
R écolte de : H . W a l l a c e (S ta n d a rd Oil Cy).
D éte rm in atio n de : H . et G. T e r m i e r .
E ch a n tillo n s conservés : coll. S erv. géol. M aroc : di 649 (ty p e).
NVKRTÉBRKS IO S S II.I.S DU MAROC. II - DAM ICI.I.l B U A N C I I I.S 53

c u r v id e n s G. D u b a u — O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E lu d e s p aléo n lo lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e dom érien n e du jebel B o u -D ah ar,
près de B é n i-T ajjite. Noies cl M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
1>. 185, PI. X X I I I fîg. 4 (ty p e), 5 -7 ; fig .-tex te 76 (type)
el 75 p. 192.
E la g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du B ou D a h a r (ho lo ty p e --- gisem en t n H 1).
Feuille au 1 /200 000 : A noual (H a u t A tla s o rien tal).
R é c o l t e d e : G. D u b a r .
D éte rm in atio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. l-'ac. lib re sci. Lille.

d a h a re n sis G. D u b a r B e u sh a u s e n ia ? ( A re o c u c u lla )

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e dom érien n e d u jebel B o u -D ah ar,
lires de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n" 68,
p. 148 ; PL X I I fig. 4 (ty p e), 5-8.
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du B ou D a h a r (ho lo ty p e — carrière B).
F euille au 1 /200 000 : A noual (H a u t A tlas o riental).
R écolte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. Eac. lib re sci. Lille.

d a h a r e n s i s G. D ubar — P lica tu la

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érienne d u jeb el B o u -D ah a r,
p rès d e B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 164, PL X IV fig. 5 (ty p e), 6-8.
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : M ines d u B ou D a h a r (ho lo ty p e = carriè re B).
F euille a u 1 /200 000 : A n o u al (H a u t A tla s o rien tal).
R écolte d e : G. D u b a r .
D éte rm in atio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab . géol. F ac. lib re sci. Lille ;
coll. Serv. géol. M aroc : lm 6 020 (m éta-
ty p e ) ; lm 6 007 e t lm 6 032 (to p o ­
ty p es).
NVERTÉBRÉS F O SSILES DU MAROC. II - LA M ELLIB R A N C H ES 55

d a h a re n sis G. D u b a r v a r . b e r b e r ic a G. D u b a r — P licatula

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


Lias d u M aroc : L a fau n e d o m érien n e du jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m arocain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 165, PI. X IV flg. 9, PI. X X I X fig.
14, PI. X X X fig. 1 ; flg .-te x te 52 p. 160.
E tag e : D om érien.
P ro v en an ce : 1) M ines du Bou D a h a r (gisem en t n° 3). Feuille
au 1 /200 000 : A llouai ( H a u t A tla s orien tal).

2) A guelm am A zougg o u arh . F euille au 1 ,/200 000 :


A zrou (M oyen A tlas).
R écolte de : G. D ubar

D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.

d a h a re n sis G. D u b a r v a r. m a jo r G. D u b a r — Plicatula

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e dom érien n e d u jebel B o u -D ah ar,
près de B é n i-T ajjite - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m arocain s. Notes cl M . Serv.
géol. Maroc, il0 68, p. 165, Pi. X X IX fig. 13.
E ta g e : D om érien inL
P ro v en an ce : A guelm am A zouggouarh. Feuille au 1 (200 000 :
A zrou (M oyen A tlas).
R écolte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.
IN V E R T É B R É S EO SSIL ES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 57

d e s p u j o l s i G. L e c o i n t r e el J . R o g e r — F la b e llip e c te n

R éférences : G. L e c o i n t r e (1952) : R e ch erch es su r le N éogène


e t le Q u a te rn a ire m a rin s de la côte a tla n tiq u e d u M aroc.
Xotes et M . Serv. géol. Maroc, n° 99 ; t. I I : P aléo n to lo g ie :
P ectin id és (avec la co llab o ratio n de J . R o g e r ), p. 49, PI.
X X I I fîg. 1 (ty p e) e t 2, fig .-tex te 10 p. 50.
K tage : Pliocène.
P ro v e n an c e : C habet el A m ira (ty p e). F euille au 1 /200 000 :
C asablanca (Zone a tla n tiq u e côtière).
R écolte de : G. L e c o i n t r e .
D é te rm in a tio n de : G. L e c o i n t r e e t J . R o g e r .
K chantillons conservés : eoll. Serv. géol. M aroc : p 6 479 (ty p e) ;
p 6 478 (cotypc).

g a le n æ G. D ubar — C a rd iu m

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fa u n e dom érien n e d u jeb el B o u -D ah ar,
près de B é n i-T ajjite. Notes el M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 209, PI. X X V I I fig. 9 (ty p e), 10-11 ; lïg .-te x te 83 (ty p e)
p. 192.
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du B ou D a h a r ; g isem en t n ° 2 (holotype)
e t n° 7. F euille au 1 /200 000 : A noual ( H a u t A tla s o rien tal).
R écolte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.

g e n t i l i S. G i l l e t — A v i c u l a

R éférences : S. G i l l e t (1924) : E tu d e s su r les L am ellib ran ch es


néocom iens. M . Soc. géol. France, P a ris (nelle série), n ° 3,
p. 33, PL I 11g. 6.
E ta g e : G argasien.
P ro v e n an c e : Souk el T le ta des Id a ou T a n a n . F eu ille au 1 /200 000 :
A rg a n a (F osse des H ah a ).
R é co lte de : L. G e n t i l .
D é te rm in a tio n de : S. G i l l e t .
E ch a n tillo n s conservés : ?
IN V E R T É B R É S F O SSILES OU MAROC. I l ---- L A M E L L I B R A N C H E S 59

g e n t i l i Ch. D epérkt et F. R oman — F la b e llip e e te n

R éférences : Ch. D e p é r e t e t P'. R o m a n (1902-1928) : M on o g ra­


p h ie des P ectin id és néogènes de l’E u ro p e e t d e s régions
voisines. II. G enre Flabellipecten S a c c o . M . S oc. géol. Fr.
P aléontologie, n» 26 ( = t. X IX , fasc. 1), p. 146, Pi. X X
( = PI. III ) flg. 2, fig .-tex te 64 p. 146.

J . R o g e r (1839) : L e genre Chlamys d an s les for­


m atio n s néogènes de l’E u ro p e . Conclusions g énérales su r la
ré p a rtitio n géog rap h iq u e e t s tra tig ra p h iq u e des P ectin id és
du T e rtia ire récen t. M . Soc. géol. Fr. nelle série, n° 40, p. 251.

G. L e c o i n t r e (1952) : R e ch erch es su r le N éogène


e t le Q u a te rn a ire m a rin s de la cô te a tla n tiq u e d u M aroc.
Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 99, t. I I : P aléo n to lo g ie :
P ectin id és (avec la co llab o ratio n de J . R o g e r ), p. 51,
P I .X V I I I flg. 1, PI. X I X fig. 1, 2 e t 4, PI. X X Ïf ig . I e t 2 .

ELage : Pliocène.
P ro v en an ce : 1) L ’h o lo ty p e eL les to p o ty p e s (PI. X V II I fig. 1,
PI. X I X fig. 2, PI. X X I flg. 2) p ro v ie n n e n t de l ’A ïn Cheri-
chira ; 326,5 - 319,3. F eu ille au 1/200 0 0 0 : C a sab lan ca.
2) Les p lé sio ty p es (PI. X IX fig. 4 et PI. X X I
fig. 1) p ro v ie n n e n t de C h a b et el A m ira ; 322 - 326,75.
Feuille au 1 /200 000 : C asablanca.

3) Le p lé sio ty p e (PI. X I X fig. 1) p ro v ie n t de


J o rf cl Ihoudi. F euille au 1 /200 000 : Safi.
(Zone a tla n tiq u e côtière).
R écolte de : L. G e n t i l (holo ty p e) ; G. L e c o i n t r e (to p o ty p e s
e t plésiotypes).
D é te rm in a tio n de : Ch. D e p é r e t e t F. R o m a n (h o lo ty p e) ; G.
L e c o i n t r e et J . R o g e r (to p o ty p e s et p lésio ty p es).
E ch a n tillo n s conservés : eoll. Fac. sci. P aris (h o lo ty p e) ;
coll. Serv. géol. M aroc : p 6 409 (to p o ­
ty p e s), p 6 405, p 6 432 e t p
6 490 (plésiotypes).
IN V H R TÉ B R ÉS FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES (il

g e n t i l i Ch. D e p é r e t e t F . R o m a n
var. s u l c i c o s t a t a G. L e c o i n t r e e t J . R o g e r - F l a b e l l i p e e t e n

R éférences : G. L e c o i n t r e (1952) : R e ch erch es su r le N éogène


e t le Q u a te rn a ire m arin s de la côte a tla n tiq u e d u M aroc.
Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 99 ; t. I I : P aléo n to lo g ie :
P ectinidés (avec la co llab o ratio n de J . R o g e r ) p. 51, PI.
X V I I I flg. 2 (ty p e), 3 -4 ; PL X I X flg. 3 ; PI. X X I flg. 3.
E ta g e : Pliocène.
P ro v en an ce : 1) A ïn C herichira (PL X V I I I flg. 2 (ty p e ) e t 3).
F euille au 1 /200 000 : C asab lan ca (Zone a tla n tiq u e cô tière).
2) J o rf el Y houdi (Pl. X I X flg. 3). F eu ille au
1 /200 000 : Sali (Zone a tla n tiq u e côtière).
3) A ïn el K sob de L alla Z o h ra (P l. X V I I I flg. 4).
F euille au 1 /200 000 : O uezzane (R h a rb ).
4) B ir A ssoufld (PL X X I flg. 3). F euille au 1 /200 000
T a m a n a r (Zone a tla n tiq u e côtière).
R éco lte de : G. L e c o i n t r e .
D é te rm in a tio n de : G. L e c o i n t r e .
E ch a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : p 6 304 (ty p e)
p (i 458, p 6 477 e t p 6 303 (cotypes)

g e n t i l i G. D u b aii — M yo co n ch a (D a h a rin a )

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e dom érien n e d u je b el B o u -D a h a r,
près de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 170, PL X V I flg. 1 (ty p e), 2 ; Pl. X V II flg. 1.
E ta g e : D om érien.
P ro v e n an c e : Mines du Bou D a h a r, g ise m e n t n° 7 (Pl. X V I
flg. 1-2) e t carriè re B (Pl. X V II flg. 1). F euille au 1 /200 000 :
A noual (H a u t A tla s o rien tal).
R éco lte d e : G. D ubar.

D é te rm in a tio n d e : G. D ubar.

E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.


IN V E R T É B R É S F O SSILES DU MAROC. II - I.A M E I.I.IB R A N C H E S 63

g e v i n i H . e t G. 'F e r m i e r — P a ch yp teria

R éférences : H. et G. 'Ferm ier (1949) : R ôle des A v icu lo p ectin id æ


d ans la m orphogénèse des D y so d o n te s m ésozoïques.
B. M u s é u m d ’Hist. natur., P aris, 2° sér., t. X X I, n° 2, p.
296, Fig.-texte 5 à 8 p. 295.
IL e t G. 'F e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro cain e ;
l. II : In v e rté b ré s de l ’ère p rim a ire ; F ase. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 105, PI. C L X X V II
fig. 1-9 ; PI. C L X X V III flg. 1-5.
E ta g e : V iséen supérieur.
P ro v e n an c e : R égion d ’A o u in et L egra. F euille au 1 /1 000 000 :
'Findouf (B assin de T indouf).
R éco lte de : P . G e v i n .
D é te rm in a tio n de : H . e t G. 'F e r m i e r .
P 'chantillons conservés : ?

g i g o u t i H . S a i .v a n — Chama

R éférences : H . S a l v a n (1954) : Les In v e rté b ré s fossiles des


p h o sp h a tes m aro cain s ; t. I I : P aléontologie. Notes et M .
Serv. géol. Maroc, n° 93, p. 81, PI. V I I Fig. 4 (h o lo ty p e).
E ta g e : L u té tie n supérieur.
P ro v e n an c e : L ouis-G entil (C habet H allouf, n iv e au A). F euille
au 1 /200 000 : M echra B en ab b o u (P la te a u des p h o sp h a tes).
R écolte de : H . S a l v a n .
D é te rm in a tio n d e : H . S a l v a n .
E ch a n tillo n s conservés : col], Serv. géol. M aroc : ei 647 (holo­
type) ; ei 639 (m étaty p e ).
IN V E R T É B R É S FOSSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 65

ju re n s is M ér a in v a r. l a t u s J . D a r e s t e de la C h a v a n n e
P e rn o m ytilu s

R éférences : J . D a r e s t e de la C h a v a n n e (1930) : M onographie


paléo n to lo g iq u e de faunes liasiques e t ju ra ss iq u e s d u M aroc
n o rd o rien tal (Brachiopodes, Echinoderin.es, Lamellibranches
et Gastropodes) co m m uniquées p a r M. S a v o r n i n . in J.
S a v o r n i n (1930) : L a région d ’O u d jd a. E sq u isse géologique.
Notes et M . Serv. M in e s et Carte géol. Maroc, n° 10, p. 93.
ELage : K im éridgien.
P ro v en an ce : Jc b e l bo u M azouz. F euille au 1 /200 000 : T a o u rirl
(chaînon des B éni Bou Y ahi).
R écolte de : J. Sa v o r n in .
D é te rm in a tio n d e : J . D a r e s t e d e la C h a v a n n e .
E ch a n tillo n s conservés : coll. F ac. sci. A lger ?

N. B. - Le nom du c ré a te u r de l ’espèce jurensis est o r th o ­


g rap h ié différem m en t s u iv a n t les a u te u rs : M é r i a n o u M é r a i n :
ig n o ra n t l ’o rth o g ra p h e exacte, nous citons ici, sous to u te réserve,
celle a d o p tée p a r J . D a r e s t e de la C h a v a n n e .

l i n g u æ f o r m i s G. D ubar — M yoconcha

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u cs su r le


L ias du M aroc : L a fau n e d o m érien n e d u je b el B ou D ah a r,
près de B éni T a jjite . Notes et M . Serv. géol. Maroc, n" 08,
p. 170, PI. X V I fig. 4 (ty p e), flg. te x te 54 p. 171.
E ta g e : D om éricn.
P ro v en an ce : Mines d u Bou D a h a r, g isem en ts n° 7 (h o lo ty p e)
e t n° 3 (fig .-tex te 54). F’euille au 1 /2 0 0 000 : A n o u al (H a u t
A tlas oriental).
R é c o l t e d e : G. D ubar.

D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. libre sci. Lille.
IN V E R T É B R É S FO SSIL E S HT MAROC. II I.AM ICI ,1.1 R R A N C il RS 6 /

m arça isi IL S a i. va N A nadara (N o e tia )

R éférences : H . S a l v a n (1954) : Les In v e rté b ré s fossiles des


p h o sp h a tes m arocains. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n"
911, p. 8, PL I fig. 1 -1 0 ; fig.-Lexte 3 p. 9.
Iflâge : L u té tien .
P ro v en an ce : L ouis-G entil (C h ab e t H allo u f, n iv eau A). F euille
au 1 /200 000 : M echra B en ab b o u (P la te a u des p h o sp h a tes).
R écolte de : G. A r a m b o u h g et H . S a l v a n .
D é te rm in a tio n d e : H . S a l v a n .
H ehantillons conservés : eoll. C. A r a m b o u h g - M uséum d ’H ist.
n a tu r., P a ris (ty p e) ;
eoll. Serv. géol. M aroc : ei 625 (eotype) ;
ei 056 (m étaty p e ).

m a rça isi G. D uhah A sta rte

R éferences : G. D u b a u (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e d o m érienne du jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T ajjitc. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 179, PL X V I I I flg. 3 (type).
ELagc : D oinérien.
P ro v en an ce : M ines d u B on D a h a r, g isem en t n" 12 (h o lo ty p c).
F euille au 1 /200 000 : A noual (H a u t A tla s o rien tal).
R écolte de : G. D u b a i i .
D é te r m in a tio n de : G. D u ba r .
F lchantillons conservés : L ab. géol. F ac. libre sci. Lille.

m a ro c a n a L. M o r e t — A r e a ( B a r b a tia )

R éférences : L. M o h e t (1938) : C o n trib u tio n à la paléontologie


des couches crétacées e t éocènes du v e rs a n t sud de l ’A tlas
de M arrak ech . Notes et M . Serv. géol. Maroc, n" 49, p. 43,
PL V I flg. 12.
S ynonym ie : Barbatia marocana L. M o r e t in H . S a l v a n (1954) :
Les In v e rté b ré s fossiles des p h o sp h a te s m a ro cain s ; 1. II :
P aléontologie. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 93, p. 12.
E ta g e : E ocène.
P ro v e n an c e : Couches à CyLhérées siliciflées des calcaires conglo-
m ératicjues in férieu rs de la région de S k o u ra (F a u n e C)
(R égion d ’O u arzazatc).
R écolte de : L. M o r e t .
D é te rm in a tio n de : L. M o r e t .
E ch a n tillo n s conservés ; L ab . géol. F ac. sci. G renoble (holotype).
IN V E R T É liR É S FOSSILES DU MAROC. H - I . A M E L T . I R R A N Ci l E S 09

m a r o c c a n a H . e t G. T f.r m ie r — C t e n o d o n t a

R éférences : H . e t G. 'F e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m aro cain e ;


t. II : In v e rté b ré s de l’ère p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 86, PI. C L X V fig. 20-21.
E ta g e : F am en n ien .
P ro v en an ce : O ued A richa. F euille au 1 /200 000 : B en ah m ed
(M assil d u M aroc cen tral).
R écolte de : H . et G. 'Fe r m ie r .
D é te rm in a tio n de : H . el G. 'F e r m ie r .
E ch an tillo n s conservés : ?
N. B. - Ce Lie espèce, citée com m e maroccana nov. sp. dans
le Lexte |I I . el G. 'Ferm ier, 1950, p. 86], est ra p p o rté e à Ctenodonta
sp. sur la légende de la PI. C LX V fig. 20-21.
L égende de la Pi. CLX V fîg. 20-21 : lire Fig. 20 el fig. 21
p o u r resp e ctiv em e n t fig. 7 e t fig. 8.

m o u r u s G. D ubau M y tilu s ?

R éférences : G. D urai ! (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


Lias du M aroc : L a faune d o m érienne du jebel B o u -D ah ar,
près de B én i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 172, PI. X V I Fig. 3 ; PI. X V II Fig. 2 (ty p e), 3-5 ; fig.-
le x te 55-56 p. 171.
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du B ou D a h a r (h olotyp c — g isem en t n° 6).
Feuille au 1 /200 000 : A noual (H a u t A llas o rien tal).
Récolte de : G. D u b a r .
D éte rm in atio n de : G. D u b a u .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. Fac. libre sci. L ille ;
coll. Serv. géol. M aroc : hn 6 015 (in éta-
L.vpe).

m e g a l o d o n t o i d e s IL et G. 'F e r m i e r Redonia

R éférences : H . et G. 'F e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m aro cain e ;


L. II : In v e rté b ré s de l ’ère p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 87, PI. C LX V Fig. 4-5.
E ta g e : L la n v irn supérieur.
P ro v e n an c e : El H a rc h a près d ’O ulm ès. Feuille au 1 /200 000 :
O ulm ès (M assif d u M aroc cen tral).
R éco lte de : H . e t G. F e r m i e r .
D éte rm in atio n d e : H . e t G. T e r m i e r .
E ch a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : Si 602 (Ivpe).
IN V E R T É B R É S FO SSILES DE MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 71

m e n c h i k o f f i G. D ubau — O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e d o m éricn n e d u je b el B o u -D ah a r,
près de B én i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n ° 68,
p. 182, PI. X V I I I fig. 5-7, PL X I X fig. 1-4, PL X X fig. 1
(ty p e ), 2-5 ; PL X X I fig. 1-3 ; P l. X X I I fig. 1-2 ; fig .-tex te
63 (ty p e) 64-66 p. 183 ; cf. PL X X I fig. 4-5.
E ta g e : D om érien.
P ro v e n an c e : M ines d u B ou D a lia r (h o lo ty p e = g isem en t n° 8).
F euille a u 1 /2 0 0 000 : A noual ( H a u t A tla s o rien tal).
R éco lte de : G. D u b a r e t N. M e n c h i k o f f .
D é te r m in a tio n de : G. D uiîa r .
E c h a n tillo n s conservés : L ab . géol. F ac. lib re sci. L ille ;
coll. S erv. géol. M aroc : lm 6 013 (m éta-
ty p e ) ; lm 6 011 e t lm 6 033 (to p o ­
types).

m e t a l l a r i a G. D ubar — B a rb a tia

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érien n e d u je b el B o u -D ah ar,
près de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 149, PL X I I fig. 9 (tvpc)-lO .
E ta g e : D om érien.
P ro v e n an c e : Mines du B ou D a h a r (h o lo ty p e -■= gisem en t n" 3).
F euille au 1 /200 000 : A noual (H a u t A tla s o rien tal).
R é co lte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E c h a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.

rt a s s a e n s e G. D ubar — Of» iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érien n e d u jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d 'a u tr e s gisem ents m aro cain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 193, Pl. X X I X fig. 6, fig .-tex te 77 p. 192.
E ta g e : T oarcien inférieur.
P ro v e n an c e : T izi N ah ssa ( = tizi n ’N assa). F euille a u 1 /200 000 :
M issour (M oyen A tlas).
R é co lte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E c h a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci., Lille.
IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 73

n u m i d u s G. D ubar — Sp o n d ylu s

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e dom érien n e du je b el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T ajjite. Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 166, PL X V fig. 1 (type).
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines d u Bou D a h a r (gisem en t im précisé). Feuille
au 1 /200 0 0 0 : A noual (H a u t A tlas orien tal).
R écolte de : N. M k n c i i i k o f f .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. l-’ac. libre sci. L ille ;
coll. Serv. géol. M aroc : lm 6 009 (m é-
ta ty p e).

o p im u m G. D ubar — P a ch yerism a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e dom érien n e d u jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serp. géol. Maroc, n° 68, p.
210, PL X X V II fig. 4 (ty p e), 5-8.
Filage : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du B ou D a h a r (ho lo ty p e = carrière B).
Feuille au 1 /200 000 : A noual (H a u t A tlas o rien tal).
R éco lte de : G D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. libre sci. Lille ;
coll. Serv. géol. M aroc : lm 6 010 et
lm 6 018 (m étaty p e s).

p a p i l l o t a G. D ubar - H arpax

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e d o m érienne du jebel B o u -D ah ar,
près de B eni-TajjiLe - E tu d e suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s g isem ents m arocains. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n ” 68, p. 218, PL X X V I I I fig. 21 (ty p e).
E ta g e : D om érien supérieu r.
P ro v e n an c e : P rès de la k asb a d ’A m ellago. F’euille au 1 /200 000 :
R h é ris (H a u t A tlas cen tral).
R éco lte d e : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. Fac. lib re sci. Lille.
IN V E R T É B R É S F O SSIL E S DU MAROC. II. - LA M ELL IB R A N C H ES 75

p lacu n ea L amaiick p ré in u t. n e o c o m i e n s i s E . R och - P l i c a t u l a

R éférences : E. R och (1930) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es clans la


région m éridionale d u M aroc o ccidental. Notes et M . Seru.
M in e s et Carte géol. Maroc, n° 9, p. 320, PI. X X I I flg. 2-5.
E ta g e : H a u te riv ie n in férieur.
P ro v e n an c e : G isem ent de Sidi bel K ra ra . F eu ille au 1 /200 000 :
Safi (Zone a tla n tiq u e côtière).
Récolte de : E . R och .
D é te rm in a tio n de : E . R o c h .
E ch a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : ci 657 (ty p e).

p r æ c a l v a G. D ubar — P ro to ca rd ia

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e clom érienne d u jeb el B o u -D aîiar,
p rès de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 207, PI. X X Y I flg. 9 (ty p e), 10-11.
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du B ou D aliar. F euille au 1 /200 000 : A noual
(H a u t A tla s orien tal).
R éco lte d e : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. L ille.

p r æ f o r m o s a S. G i l l e t — A s t a r t e

R éférences : S. G i l l e t (1924) : E tu d e su r les L am ellib ra n ch e s


néocom iens. M . Soc. géol. Fr., P aris, ( n clle série) n° 3, p. 101,
PI. I I fig. 5.
E ta g e : G argasien.
P ro v en an ce : Id a ou T an a n . F euille au 1 /200 000 : A rg a n a (Fosse
des H ah a).
R éco lte de : L. G e n t i l .
D é te rm in a tio n d e : S. G i l l e t .
E c h a n tillo n s conservés : ?
IN V E R T É B R É S F O SSIL E S DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 77

p r e c h u d e a u i L. M o r e t — O s tr e a

S ynonym ie : Ostrea chudeaui H . D o u v i l l é in II. S a l v a n (1954) :


Les In v e rté b ré s fossiles des p h o sp h a te s m a ro c ain s ; t. I I :
P aléontologie. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 93, p. 34.
R éférences : L. M o r e t (1938) : C o n trib u tio n à la paléo n to lo g ie
des couches crétacées e t éocènes d u v e rs a n t su d de l ’A tlas
de M arrakech. Notes et M . Serv. M in e s cl Carte géol. Maroc,
n° 49, p. 17, PI. I I I fig. 1-19, PI. IV lïg. 12.
E ta g e : H . S a l v a n [1954, p . 34], ran g e d an s l ’E o cèn e c e tte espèce
considérée com m e d ’âge cré tac é to u t â fa it su p é rie u r p a r
L. M o r e t (1938, p. I l ] ,
P ro v en an ce : F a u n e silicifiée des calcaires in férieu rs de l ’Im ini
e t de K h ela T a m rh a k h t. F’euille au 1 /200 000 : T elo u el
(R égion d ’O u arzazate).
R écolte d e : L. M o r e t e t H . S a l v a n .
D é te rm in a tio n de : L. M o r e t .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. sci. G renoble ;
coll. Serv. géol. M aroc : ei 643, ci 6 024.

p r e c o r d ia lis M. G i g o u t — R o u d e r e ia

R éférences : M. G i g o u t (1951) : E lu d e s géologiques su r la M éséta


m aro cain e occidentale (a rrière-p ay s de C asab lan ca, M azagan
et Sali). Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 86, t. I : T e x te
p. 369, 1. II : A tlas, PI. X I I fig. 6-7 (ty p es), 8 (cotype).
Fltage : C énom anien.
P ro v e n an c e : Cuesta au SW du S eb t des O ulcd D ouib, niv eau
inférieu r, m arn o -ca lc aire ja u n e (coord. : x = 209,5 - y
279). F'euille au 1 /200 000 : S e tta t (M eseta m a ro cain e occi­
dentale).
R écolte d e : M. G i g o u t .
D é te rm in a tio n de : M. G i g o u t .
I-lehantillons conservés : coll. In st. sci. cliérif., R a b a t (ty p e).
IN V E R T É B R É S F O SSILES DU MAROC. II - L A M M IÏL IB R A N CIIES 79

p re m o ka tta m e n sis L. M o ret — Lu c in a

S y nonym ie : L u cin a mokattamensis O p p e n h e i m in H . S a l v a n


(1954) : Les In v e rté b ré s fossiles des p h o sp h a te s m a ro c ain s ;
t. I I : P aléontologie. Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 93,
p. 78 ; fig .-tex te 30, p. 78.
R éférences : L. M o r e t (1938) : C o n trib u tio n à la paléo n to lo g ie
des couches crétacées e t éocènes d u v e rs a n t su d de l’A tlas
de M arrak ech . Notes et M . Serv. M in e s et Carte géol. Maroc,
n» 49, p. 19, PI. V I I I fig. 2.
E ta g e : H . S a l v a n [ 1 9 5 4 , p. 78] ran g e d ans l’E ocène c e tte espèce
considérée com m e d ’âge cré tac é to u t à f a it su p é rie u r p a r
L. M o r e t [ 1 9 3 8 , p. 11 ].
P ro v e n an c e : 1) F a u n e silicifiée des calcaires inférieu rs de l ’Im ini
e t de K h ela T a m rh a k h t (F a u n e A). F eu ille au 1 /200 000 :
T elo u et (R égion d ’O uarzazate).

2) O ued E rg u ita . F euille au 1 /200 000 : T aro u -


d a n n t (Zone su b atlasiq u e).
R éco lte de : L. M o r e t e t R . A m b r o g g i .
D é te rm in a tio n d e : L. M o r e t .
E ch a n tillo n s conservés : L ab . géol. F ac. sci. G renoble ;
coll. S erv. géol. M aroc : ei 687.

p r u m i e n s i s S tf . i n i n g e r v a r. m a j o r H . e t G. T e r m i e r - B u c h i o l a

R éférences : H . e t G. T e r m i e r (1950) : P aléonto lo g ie m a ro cain e ;


t. I I : In v e rté b ré s de l’ère p rim a ire ; Fasc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 90, PI. C L X IV fig. 3.
E ta g e : F am en n ien .
P ro v e n an c e : Mfls, tra v e rs -b a n c C astelain. F euille au 1 /200 000 :
T aouz (A n ti-A tlas oriental).
R éco lte de : A. R obaux e t P. T a l t a s s e .
D é te rm in a tio n de : H . e t G. T e r m i e r .
E ch a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : ds 616 (ty p e).
N VERTÉBRÉS FOSSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 81

p u stu la tu m G. D ubar — C a rd iu m ?

R éférences : G. D u b a i i (1948) : E lu d e s paléon to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érienne du jeb el B o u -D ah a r,
p rès de B é n i-T ajjitc. Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 208, PL X X V I I fig. 1 (ty p e), 2-3.
E ta g e : D om érien.
P ro v e n an c e : M ines du B ou D a h a r (h o lo ty p e = gisem en t im p ré-
cisé). F euille au 1 /200 000 : A noual ( H a u t A tla s o rien tal).
R éco lte de : N. M e n c h i k o f f (ty p e) e t G. D u b a r .
D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.

q u a d r a t a G. D ubar — A n iso c a rd ia ?

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléon to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fa u n e dom érien n e du je b el B o u -D ah a r,
p rès de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 174, PI. X V I fig. 5 (ty p e), 6-8 ; fig .-te x te 57-58, p. 175
(PI. X V I fig'. 8 e t fig .-tex te 57 = espèce voisine).
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines du B ou D a h a r (h o lo ty p e = g isem en t im pré-
cisé). F euille au 1 /200 000 : A noual (H a u t A tlas o rien tal).
R écolte de : G. D u b a r .
D éte rm in atio n de : G. D u b a r .
E chan tillo n s conservés : L ab. géol. Fac. libre sci. Lille.

r e x G. D ubar — O p iso m a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléon to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érienne d u jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 190, je u n e exem p laire ( ?) PI. X X I fig. 6 ; PI. X X II
fig. 5-6 ; PI. X X I I I fig. 1 (ty p e), 2-3 ; PI. X X IV fig. 1 (ty p e),
2-3 ; fig .-te x te 68 (ty p e) 69-70, p. 188 e t ( ?) fig .-tex te 86,
p. 196.
E ta g e : P liensbachien p résu m é e t D om érien.
P ro v e n an c e : B ou D a h a r (h o lo ty p e = g isem en t im précisé). Feuille
au 1 /200 000 : A noual ( H a u t A tla s orien tal).
R écolte de : N. M e n c h i k o f f (ty p e) e t de G. D u b a r .
D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab . géol. F ac. libre sci. L ille ;
coll. Serv. géol. M aroc : lm 6 012 (topo-
tvpe).
NVERTÉRRÉS F O SSIL E S DU MAROC. II -- I,A M K] .1J U ItA N C.IIKS 83

r u g o s u s II. e t G. T e r m i e r — A vicu lo p ecten

R éférences : II. e t G. T e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro c ain e ;


t. II : In v e rté b ré s de l’ère p rim a ire ; I-’asc. 3 : M ollusques.
Noies el M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 113, PI. C L X X V I
fig. 23.
lita g e : Yiséen supérieu r.
P ro v en an ce : D je ra d a . l-’euille au 1 /200 000 : R e rg u e n t (Bassin
de D jerad a).
R écolte de : B. O w o d k n k o .
D é te rm in a tio n de : H . et G. T e r m i e r .
E c h a n tillo n s conservés : ?

sca lp ru m G. D u r a r — O p i s o m a

R éférences : G. D u r a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fa u n e dom érien n e d u jeb cl B o u -D ah a r,
près de B é n i-T ajjite. Noies et M . Serv. géol. Maroc, n° 08,
p. 187, PI. X I X fig. 5 ; PI. X X I I fig. 3-4 ; PI. X X V fig. 1
(ty p e), 2-3 ; fig .-tex te 73 (ty p e), 74 p. 192 et lig .-tex te 87
p. 196.
E ta g e : D om éricn.
P ro v en an ce : Mines du Bou D a h a r (h o lo ty p c =- ca rriè re B).
Feuille au 1 /200 000 : A llouai (H a u t A tla s o rien tal).
R écolte de : G. D u r a r .
D é te r m in a tio n de : G. D u r a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. Fac. lib re sci. Lille.

i c h w a r t z i G. D u i ï a i i C œ l a s t a r te

R éférences : G. D u r a r (1948) : E tu d e s paléonLolog'iques su r le


L ias du M aroc : L a faune dom érien n e d u jebel B o u -D ah a r,
p rès de B é n i-T a jjite - IïLude suivie de celle de q u elques
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m aro cain s. Noies et M . Serv.
géol. Maroc, n« 08, p. 222, PL X X IX fig. 12 (ty p e).
E ta g e : D om érien inférieur.
P ro v e n an c e : A guelm am A zougg'ouarh. F euille au 1 /200 000 :
A zrou (M oyen A tlas).
R écolte de : G. D u r a r .
D é te rm in a tio n d e : G. D u r a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab . géol. F ac. libre sci. Lille.
IN V E R T É B R É S F O S S II.K S IH ' MAROC. II RA M H 1.1,1 B R A N C H E S «S3

sc u ta ta G. D i ' iiar P erna

R éférences : G. D ubar (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


Lias du M aroc : L a fau n e d o m érienne du jebel B o u -D ah ar,
près de B é n i-T ajjite. Noies el M . Scrv. géol. Maroc, n ° (58,
p. 158, PI. X IV fig. 1 (ty p e), 2-3.
L iag e : D om érien.
P ro v en an ce : M ines du Bou D a h a r (ho lo ty p c = g isem en t n° 12).
F euille au 1 /200 0 0 0 : A noual (H a u t A tla s o rien tal).
R écolte de : G. D u b a u .
D éte rm in atio n de : G. D ub a ii .
L eh a n tillo n s conservés : Lal). géol. Lac. lib re sci. L ille ;
coll. Scrv. gcol. M a ro c : lm 0 017 (mé-
la ty p e).

s k o u r e n s i s L. M oiiht A rea

D éféren c es: L. M orkt (1 9 3 8 ): C o n trib u lio n à la paléontologie


des couches crétacées et éocènes d u v e rsa n t sud de l’A tlas
de M arrakech. Notes el M . Scrv. M in es el Carie géol. Maroc,
n “ 49, p. 43, PI. V I flg. 0 a et h, PI. V i l lig. 29.
L ia g e : lïocène.
P ro v en an ce : F au n e silicifiée des calcaires cong lo m ératiq u cs
inférieurs de la région de S koura (F a u n e G). Feuille au
1 /200 0 0 0 : O u arza za le (R égion d ’O u arzazale).
R écolte de : L. M o k e t .
D é te rm in a tio n de : L. M orkt .
L eh an tillo n s conservés : I.a b . géol. Lac. sci. G renoble.

s k o u r e n s i s L. M o r k t - C a rd ita

R éférences : L. M o r k t (1938) : C o n trib u lio n à la paléontologie


des couches crétacées et éocènes du v e rs a n t sud de l’A tlas
de M arrak ech . Notes et M . Serv. M in es et Carte géol. Maroc,
n° 49, p. 41, PI. V I fig. 1-4, e t 24.
L tag e : E ocène.
P ro v e n an c e : F a u n e silicifiée des calcaires conglom éra tiques
in férieurs de la région de S koura (F a u n e C). F euille au
1 /200 000 : O u arza za te (R égion d ’O u arzazate).
R éco lte de : L. M o r e t .
D é te r m in a tio n de : L. M o r e t .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. sci. G renoble.
IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - L A M E L L IB R A N C H E S 87

s p l e n d i d u s H . et G. T e r m i e r — P a ra lle lo d o n

R éférences : H . eL G. T e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro cain e ;


t. II : In v e rté b ré s de l ’ère p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 112, PI. C L X V fig,
53-54.
E ta g e : T ourn aisien .
P ro v e n an c e : K h e tt a t n ’A ït K h eb b a ch e (T afilalet). Feuille au
1 /200 000 : M aïder (A n ti-A tlas o rien tal).
R éco lte d e : L. C l a r i o n d .
D é te rm in a tio n de : H . e t G. T e r m i e r .
F ichantillons conservés : coll. Serv. géol. M aroc : b d 642 (ty p e).

s p o r t e lla D u m o r t ie r v a r. d im id ia ta G. D ubar — G ryphæa

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a fau n e dom éricn n e d u jeb el B o u -D aliar,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de quelques
M ollusques d ’a u tre s g isem ents m arocain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 215, PI. X X V I I I fig. 15 (ty p e), 16-17.
E ta g e : D om érien supérieu r.
P ro v en an ce : P rès de la k a sb a d ’A m elIago (ho lo ty p e). Feuille
au 1 /200 0 0 0 : R h é ris (H a u t A tlas central).
R écolte d e : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. Fac. libre sci. Lille ;
coll. Serv. géol. M aroc : 1m 695 (m éta-
ty p e ), lm 6 024 (to p o ty p e ).

s u p e r b u s G. D ubar - P a c h y m y tilu s

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


Lias du M aroc : L a fau n e dom éricn n e d u jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 173, PI. X V I I I fig. 1 (ty p e) e t 2.
E ta g e : D om érien.
P ro v e n a n c e : B ou D a h a r (gisem ent im précisé). Feuille au 1 /200 000
A n o u al ( H a u t A tla s orien tal).
R é co lte d e : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab . géol. F ac. libre sci. Lille.
IN V K R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 89

t a l t a s s e i A. C h a v a n Tu g o n ia

R éférences : A. C h a v a n (1950) : S ur la p résen ce d u gen re T ugonia


d an s le M iocène su p é rie u r m aro cain . Cahiers géol. Thoiry,
n° 3, p. 31, fig .-tex te p. 32.
E ta g e : Sahélien.
P ro v e n an c e : D a r bel H an iri. F euille au 1 /200 000 : M eknès
(R h arb ).
R écolte de : P. T a l t a s s e .
D é te rm in a tio n de : A. C h a v a n .
E ch a n tillo n s conservés : ?

t e n u i s t r i a t a H . et G. T e r m i e r — G r a m m y sia ?

R éférences : H . et G. 'F e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m aro cain e ;


t. II : In v e rté b ré s de l’èrc p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes el M . Serv. géol. Maroc., n° 78, p. 109 et 113, PL
C L X X X II fig. 10-12.

E ta g e : E m sien.
P ro v en an ce : Z aouia Sidi E l H aj T arh i. F euille au 1 /200 000 :
B cn ah m ed (M assif d u M aroc central).
R éco lte de : H . e t G. T e r m i e r .
D é te rm in a tio n de : H . e t G. T e r m i e r .
E ch a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : di 69 (ty p e).

N. B. - L e nom d u genre e st suivi d 'u n ? [H . e t G. T erm ie r,


1950, p. 113] qui n ’est p a s p o rté [ibidem, p. 109, PI. C L X X X II
fig. 10-12].
IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - L A M ELL IB R A N C H ES 91

t e r m i e r i G. D udar — G e rv ille io p e rn a

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érien n c d u jeb el B o u -D a h a r,
près de B é n i-T a jjite - E tu d e suivie de celle de q u elq u es
M ollusques d ’a u tre s gisem ents m aro cain s. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 155, PI. X X X fig'. 11 (ty p e) e t 12 ;
PI. X V II fig. 7 (ty p e à large b o u rre let), fig. 8 (ty p e carén é) ;
PI. X I X fig. 7 (v a rié té sans b o u rre le t d istin c t) ; PI. X X I
fig. 7 ; fig .-te x te 47-48, p. 156.
E ta g e : L o th a rin g ien , P liensbachien e t D om érien (le ty p e est
dom érien).
P ro v en an ce : 1) A it O ufella, N du défilé le long de la g ran d e
ro u te de M eknès (ho lo tv p e PI. X X X fig. 11) ;

2) T isfoula, S d ’A in L eu h (PI. X V II fig. 7-8 ;


Pi. X IX fig. 7) ;

3) S du tiz i n ’R ech o u (fig .-tex te 47-48 p. 156).


E cuille au 1 /200 000 : Itz e r (M oyen A tlas).
R écolte de : G. D u b a ii .
D é te rm in a tio n d e : G. D ubar.

E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. Eac. libre sci. Lille.

t e r m i e r i G. G a r d e t — P h o l a d o m y a

R éférences : G. G a r d e t e t Ch. G é r a r d (1946) : C o n trib u tio n


à l ’étu d e paléo n to lo g iq u e d u M oyen A tlas se p te n trio n a l.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 04, p. 22.
E ta g e : T oarcien inférieu r.
P ro v e n an c e : E de tizi N ahssa. F euille au 1 /200 000 : M issour
(M oyen A tlas).
R éco lte de : H . T e r m i e r .
D é term in a tio n d e : G. Gardet.
E ch a n tillo n s conservés : coll. U n iv ersité de N an cy ?
X . B . E spèce non figurée.
IN V E R T É B R É S EO SSIL ES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 93

t r u l l a G. D ubar — C o rb is

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le


L ias du M aroc : L a faune dom érien n e d u jeb el B o u -D ah a r,
près de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68,
p. 206, PL X X V fig. 14 (ty p e), 15.
E ta g e : D om érien.
P ro v en an ce : Mines d u B ou D a h a r (h o lo ty p e = g isem en t n° 1).
F euille au 1 /200 000 : A noual ( H a u t A tla s o rien tal).
R écolte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n d e : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. L ille ;
coll. Serv. géol. M aroc : 1m 6 008 (m é-
la ty p e).

v e n u s t a M u n s t e r v a r . d e p r e s s a H . e t G. T e r m i e r — P o s i d o n i a

R éférences : H . e t G. 'F e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro c ain e ;


t. II : In v e rté b ré s de l ’ère p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 106, PI. C L X X X I
fig. 4-6, PL C L X X X II fig. 27.
E tag e : F am ennien.
P ro v e n an c e : 1) Mfis (PL C L X X X II fig. 27). F euille au 1 /200 000 :
T aouz (A n ti-A tlas o rien tal) ;
2) P rès de T a m te r t ; 49 k m au S E de B éni A bbés
(Pl. C L X X X I fig. 4-6). Feuille au 1 /2 0 0 000 : Za G uerzim c
(C haîne d ’O ug arta).
R écolte de : 1) E. S e g a u d ; 2) H . W a l l a c e (S ta n d a rd Oil Cy).
D é te rm in a tio n d e : H . et G. 'F e r m i e r .
E ch a n tillo n s conservés : ?

w a l l a c e i H . e t G. 'F e r m i e r — K ra lo w n a

R éférences : FL e t G. 'F e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro cain e ;


1. II : In v e rté b ré s de l’ère p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, p. 112, P l. C L X X fig. 1-2.
E ta g e : Siégénien.
P ro v e n an c e : 27 km au S E d ’Ic h t su r la ro u te d e T in d o u f -
jebel el M aïfid. F euille au 1 /200 000 : F o u m el H assan e
(A n ti-A tlas occidental).
R éco lte de : H . W a l l a c e (S ta n d a rd Oil Cy).
D é te rm in a tio n de : H . e t G. T e r m i e r .
E ch a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : di 647 (ty p e).
IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 95

z i z e n s i s G. A s t r e — E o ra d io lite s

R éférences : G. A s t r e e t F . D a g u i n (1991) : S u r u n e fau n e


de R u d iste s du C rétacé des P la te a u x sa h arien s, au Sud de
l ’A tla s m a ro c ain (vallée de l’oued Ziz). B . Soc. H ist. X at.
Toulouse, t. L X I, 3 e trim ., p. 343, PI. X I X fig. 1-3, 5.
E ta g e : C énom ano-T uronien.
P ro v e n an c e : K sa r J d id ; 7 k m a u X d ’A oufous. F euille au
1 /200 000 : B o udenib (R égion de B oudenib).
R écolte de : F. D a g u i n .
D é te rm in a tio n de : G. A s t r e .
E ch a n tillo n s conservés : ty p e ? ;
coll. Serv. géol. M aroc : cm 6 351 (m étaty p e ).

z i z e n s i s G. A s t r e v a r. f o l i a c e a G. A s t r e — E o r a d i o l i t e s

R éférences : G. A s t r e e t F . D a g u i n (1931) : S ur u ne fa u n e de
R u d iste s du C rétacé des P la te a u x sa h arien s au Sud de l’A tlas
m a ro c ain (vallée de l ’oued Ziz). B . Soc. Hist. nat. Toulouse,
t. L X I, 3 e trim ., p. 343, PL X I X fig. 4.
E ta g e : C énom ano-T uronien.
P ro v e n an c e : K sa r J d id ; 7 km au N d ’A oufous. F euille au
1 /200 000 : B oudenib (R égion de B oudenib).
R éco lte de : F. D a g u i n .
D é te rm in a tio n d e : G. A s t r e .
E c h a n tillo n s conservés : ?
IN V E R TÉB R É S F O SSIL E S DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 97

ESPÈCES NOUVELLES MAIS NON DÉNOMMÉES

A s t a r t e nov. sp. ?

R é fé ren ce s : H . T i s r m i e r (1936) : E tu d e s géologiques su r le


M aroc c e n tra l e t le M oyen A tla s se p te n trio n a l. Notes et M .
Serv. M in es et Carte gêol. Maroc, n° 33, t. III : P a lé o n to ­
logie, p. 1 321.
E ta g e : A alénien.
P ro v e n a n c e : Seloum . F euille au 1 /200 000 : Itz c r (Moyen A tlas).
R éco lte de : H . T e r m i e r .
D é te rm in a tio n de : H . T e r m i e r .
E c h a n tillo n s conservés : ?

non L am ellib ra n ch e i n c e r t æ s e d i s nov. sp. ?


= V lasta b o h e m ic a B a r r a n d iî

R éfé ren ce s : H . T e r m i e r (1936) : E tu d e s géologiques su r le


M aroc c e n tra l e t le M oyen A tlas se p te n trio n a l. Notes et M .
Serv. M ines et Carte géol. Maroc, n° 33, t. I I I : P a lé o n to ­
logie, p. 1 103, PI. II fig. 16.
H . e t G. T e r m i e r (1950) : P aléontologie m aro cain e ;
t. II : In v e rté b ré s de l ’èrc p rim a ire ; b ase. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, il" 73, p. 9<S, Pi. C L X Y II fig. 34.
E ta g e : G olhlandicn.
P ro v e n an c e : Pied de la falaise d ’E l K ra d ; 479,5 - 273,2. Feuille
au 1 /200 000 : B oujad (M assif du M aroc cen tral).
R écolte de : H. T e r m ie r .

D é te rm in a tio n de : IL T e r m i e r ; IL cl G. T e r m i e r .
E ch an tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : ss 654.

X. B. - C ette espèce est citée com m e nov. sp. ‘?, seu lem en t
d ans la légende de la PL I I fig. 16 [II. T erm ie r, 19361.
NVERTÉHHÉS FOSSILES 1)1' MAROC. II -- L A M E L L I B R A N C H E S 99

L u c i n a ( P h a c o i d e s ?) nov. sp.

R éférences : G. D u b a r ( 1 9 4 8 ) : E tu d e s p aléo n to lo g iq u es su r le
L ias d u M aroc : L a fau n e d o m érien n e d u je b el B o u -D ah a r
p rès de B é n i-T aijite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n ° 68,
p. 203, PI. X X V fig. I L
E ta g e : D om érien.
P ro v e n an c e : M ines du B ou D a h a r, carriè re B. F euille au 1 /200 000:
A n o u al ( H a u t A tla s orien tal).
R éco lte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab . géol. F ac. lib re sci. Lille.

O s t r e a nov. sp.

R éférences : H . 'F e r m i e r (1936) : E tu d e s géologiques su r le M aroc


c e n tra l e t le M oyen A tla s se p te n trio n a l. Notes et M . Seru.
M in es et Carte géol. Maroc, n° 33, t. III : P aléo n to lo g ie,
p. 1 3 7 1 .
lÀtage : D ogger.
P ro v en an ce : S E d u N if ; N E d ’EI A d erj. F eu ille au 1 /200 000 :
R eggou (M oyen A tlas).
R écolte d e : H . T e r m i e r .
D é te rm in a tio n de : H . T e r m i e r .
E ch a n tillo n s co n serv és : ?

P a n e n k a nov. sp. ?

R éférences : H . 'F e r m i e r (1936) : E tu d e s géologiques su r le


M aroc c e n tra l e t le M oyen A tla s se p te n trio n a l. Notes et M .
Serv. M in e s et Carte géol. Maroc, n° 33, t. I I I : P a lé o n to ­
logie, p. 1 101, PL I I fig. 10 e t 11.
H. e t G. T e r m i e r (1950) : P aléo n to lo g ie m a ro c ain e ;
t. I I : In v e rté b ré s de l’ère p rim a ire ; F asc. 3 : M ollusques.
Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 78, PI. C L X X IV fig. 9
e t 10.
lÀtage : L udlow .
P ro v e n an c e : T ag g o u rt-Iz ze m ; 490,2 - 293,2. F euille au 1 /200 000:
Itz e r (M assif d u M aroc cen tral).
R écolte de : H . T e r m ie r .
D é te rm in a tio n d e : H . T e r m i e r .
E c h a n tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : ss 653.
N . B. - C ette espèce est citée com m e P anenka sp. p a r H .
e t G. 'F e r m i e r [1950, PL C L X X IV fig. 9 e t 10].
IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - L A M E L L IB R A N C H E S 101

P e r n a nov. sp.

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fa u n e d om érienne d u je b el B o u -D ah a r
p rès de B é n i-T ajjite. Notes et M . Serv. géol. Maroc, n° 68, p.
159, PL X I I I flg. 10 ; fig .-te x te 51 p. 160.
E ta g e : D om érien.
P ro v e n a n c e : M ines d u B ou D a h a r, g isem en t im précisé. F euille
a u 1 /200 000 : A noual (H a u t A tla s orien tal).
R éco lte de : N . M e n c h ik o f f .

D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E c h a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. lib re sci. Lille.

T e r q u e m i a nov. sp. ?

R éférences : G. D u b a r (1948) : E tu d e s paléo n to lo g iq u es su r le


L ias d u M aroc : L a fa u n e d o m érienne d u jeb el B o u -D ah a r
p rès de B é n i-T ajjite. E tu d e suivie de celle de q u elques M ol­
lu sques d ’a u tre s gisem ents m arocains. Notes et M . Serv.
géol. Maroc, n° 68, p. 221, PL X X I X fig. 11.
E ta g e : D om érien inférieur.
P ro v e n an c e : A guelm am A zzougouarh. F euille au 1 /200 000 :
A zrou (M oyen A tlas).
R éco lte de : G. D u b a r .
D é te rm in a tio n de : G. D u b a r .
E ch a n tillo n s conservés : L ab. géol. F ac. libre sci. Lille.
IN V E R T É B R É S F O SSILES DU M AROC. II - L A M E L L IB R A N C H E S 103

INDEX STRATIGRAPHIQUE
'Ordovicien :

d a rio n d i H . et G. T e r m i e r - A ln ifia (Llandcilo)


rnegalodonloides H . e t G. T e r m i e r - R edonia (L lan v irn sup.)

Dévonien :
arichensis H . et G. T e r m i e r - N u c u la ? (F a m ennien)
concentrica H . e t G. T e r m i e r - G ram m ysia (Siegénien)
maroccana H . et G. T e r m i e r - Ctenodonla (F am ennien)
prum iensis S t e i n i n g e r var. m ajor H . et G. T e r m i e r - B uchiola
(F'amennien)
lenuistriata H . e t G. T e r m i e r - G ram m ysia ? (Emsien)
venusta M u n s t e r var. depressa H . et G. T e r m i e r - P osidonia ( F a ­
mennien)
wallacei H . et G. T e r m i e r - K ralow na (Siegénien)

’Tournaisien :
splendidus H . e t G. T e r m i e r - Parallelodon

Viséen :
gevini H . et G. T e r m i e r - P achypteria (Viséen sup.)
rugosLis H . et G. T e r m i e r - A vicu lo p ed en (Viséen sup.)

Lias inférieur :
bourcarti G. D u b a h var. kanserensis G. D ubau - O pisom a (Lias inf.
ou Pliensbachien)

Lotharingien :
bourcarti G. D u b a r var. alla G. D u b a r - O pisom a (L o th arin g ie n
élevé - P liensbachien)
term ieri G. D u b a r - Gervilleioperna (L otnaringie n, Pliensbachien,
D omérien)

Pliensbachien :

bourcarti G. D u b a r - O pisoma (Pliensbachien ? - D omérien)


bourcarti G. D u b a r var. A G. D u b a r - O pisom a (Pliensbachien ?)
bourcarti G. D u b a r v a r . alta G. D u b a r - O pisom a (L o th arin g ie n
élevé et P liensbachien ?)
bourcarti G. D u b a r v a r. B G. D u b a r - O pisom a (Pliensbachien ?)
.bourcarti G. D u b a r var. C G. D u b a r - O pisom a (Pliensbachien ?)
104 IN V E R T É B R É S F O SSIL E S ])U MAROC. II - .L A M E L L IB R A N C H E S

bourcarti G. D u u a h var. kanserensis G. D u baii - O pisom a (L ia s


inférieur ou Pliensbachien)
rex G. D u b a r - O pisom a (Pliensbachien présu m é et D om érien)
icrm icri G. D u b a r - Gervilleioperna (Lotharingien, Pliensbachien,.
D omérien)

Domérien :

alveolus G. D u b a r - Corbis
am ellagcnsis G. D u b a r - A lectryonia (A rctostrea) (D om érien su p .)
atlanlis G. D u b a r - Gervilleioperna
ayarti G. D u b a r - Peclen (N eilh ea ) ? (D om érien s u p . )
bicristata G. D u b a r - Opis ( D o m é r i e n in f .)
bourcarti G. D u b a r - O pisom a (Pliensbachien ? - D om érien)
cochlearis G. D u b a r - Corbis
curvidens G. D u b a r - Opisoma
daharensis G. D u b a r - B eushausenia ? ( A reocuculla)
daharensis G. D u b a r - P licalula
daharensis G. D u b a r v a r . berberica G. D u b a r - P licalula
daharensis G. D u b a r var. m ajor G. D u b a r - P licalula (D om érien inf.)
galenæ G. D ubar - Cardium
gentili G. D u b a r - M yoconcha (D aharina)
linguæ jorm is G. D u b a r - M yoconcha
m arçaisi G. D u b a r - A starlc
m aurus G. D u b a r - M y lilu s ?
m enchikoffi G. D ubar - Opisoma
m etallaria G. D u b a r - Barbatia
n u m id u s G. D u b a r - Spondylus
opim um G. D u b a r - Pachycrism a
papillata G. D u b a r - Ila r p a x ( D o m é r i e n s u p . )
præ calva G. D u b a r - Protocardia
p ustulatum G. D u b a r - C ardium ?
quadrala G. D u b a r - A nisocardia ?
rex G. D u b a i i - O pisom a (D om érien et Pliensbachien p r é su m é )
scalprum G. D u b a i i Opisoma
schwartzi G. D ubar - Cœlaslark ^Domérien inf.)
scutata G. D u b a i i - Perna
IN V E R T É B R É S FO SSILK S DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES 105

sportella D u m o r t i e r v ar. dim idiala G. D u b a r - G ryphæa (D om érien


siip.)
superbus G. D u b a r - P achym ytilus
lerm ieri G. D u b a r - Gervilleioperna (Lolharingien, P liensbachien,
D omérien)
Irulla G. D u b a r - Corbis

Toarcien :
nassaense G. D u b a r - O pisom a (Toarcien inl.)
tennieri G. G a r d e t - Pholadom ya (Toarcien inl.)

Bathonien :
chouberli G. D e c h a s e a u x et G. G a r d e t - Æ quipecten
chouberli C. D e c h a s e a u x et G. G a r d e t - E xogyra (B athonien sup.
- Callovien ?)

Callovien :
chouberli C. D e c h a s e a u x et G. G a r d e t - E xogyra (B athonien sup.
- Callovien ?)

Kiméridgien :
jurensis M é r a i n var. latus J . D a r e s t e de la Ch avanne - Perno-
m ylilu s

Crétacé inférieur :
gentili S. G i l l e t - A vicu la (Gargasien)
placunea L a m a r c k p r é m u t. neocom iensis E. R o c u - P licatula ( H a u te -
rivicn inf.)
præ jorm osa S. G i l l e t - A starte (Gargasien)

Crétacé moyen :
azem m ouri M. G i g o u t - T rigonia (Cénomanien)
precordialis M. G i g o u t - Roudereia (Cénomanien)
zizensis G. A s t r e - Eoradiolites (C énom ano-T uronien)
zizensis G. A s t r e var. foliacea G. A s t r e - Eoradiolites (Cénom ano-
Turonien)

Crétacé supérieur :
am eliæ P é r o n var. m aghrebiana H . S a l v a n - Cardila ( Venericardia)
(M æstrichtien)
non prechudeaui L. M o r e t - Ostrea (Crétacé sup.)
— chudeaui H . D o u v i l l é - Ostrea (Eocène)
non prem okatlam ensis L. M o r e t - L u cin a (Crétacé sup.)
= m okatlam ensis O p p f . n h e i m - L u cin a (Eocène)
100 IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELL IB R A N C H ES

Eocène :
gigouti H . S a l v a n - Cham a (L u té tie n sup.)
m arçaisi H . S a l v a n - A nadara (N o etia ) (L utétien)
m arocana L. M o r e t - Area
skourensis L. M o r e t - A rea
skourensis L . M o r e t - Cardita

Miocène :
taltassei A . C h a v a n - T ugonia (Sahélien)

Pliocène :
chouberti G. L e c o i n t r e et G. R a n s o n - G ryphæ a
despujolsi G. L e c o i n t r e et J . R o g e r - Flabellipecten
gentili C h . D e p é r e t et F. R o m a n - Flabellipecten
gentili C h . D e p é r e t et F. R o m a n var. sulcicostata G. L e c o i n t r e
et J . R o g e r - Flabellipecten
IN V E R T É B R É S FO SSILES DU MAROC. II - LA M ELLIB R A N C H ES 107

ADDENDA ET ERRATA AU CATALOGUE D ’INVERTÉBRÉS


FOSSILES DU MAROC. I — ÉCHINIDÉS

(N otes du Service géologique du M aroc, l. 13J

fim b r ia ta R . E t h e r i d g e — R otu lo id e a

Références : R . E t h e r i d g e (1872) : A p p e n d ix to Mr. M aw ’s P a p e r


on th e geology of Morocco being a description of a New
Genus of fossil Scutelloid from Safïe N. A frica - Quart.
J . Geol. Soc., L ondon, t. X X V I I p. 97-102, fig. 1-4.
E ta g e : Pliocène.
P ro v e n an c e : D jorf el Y houdi. Feuille a u 1 /200 000 : Safi (Zone-
a tla n tiq u e côtière).
Récolte de : G. L e c o i n t r e , G. C h o u b e r t et A. R o l l a n d .
D éte rm in atio n d e : M . - L . P e t i t o t .
E chan tillo n s conservés : coll. Serv. géol. M aroc : p. 3, p. 30,
p. 31, p. 36 (topotypes).

le c k w y c k i J. L a m b e r t — P seu d o c id a ris

Références : J . L a m b e r t (1937) : E chinides fossiles d u Maroc.


Notes et M . Serv. géol. M aroc, n° 39, p. 50, PI. IV flg. 8-9.
E ta g e : Séquanien [T erm ier in L a m b e r t, 1937, p. 21].
P ro v e n an c e : G uern S ak k a (coord. : x = 687 - y = 443,5). Feuille
au 1 /200 000 : T a o u r ir t (Massif des Béni bou Yahi).
R écolte d e : W . van L e c k w ijc k .
D é te rm in a tio n d e : J. L a m b e r t .
E chantillons conservés : ?

p. 109, ligne 11 : su p p rim e r lm 332 ;


p. 121, ligne 23 : au lieu de ci 39, lire li 39 ;
p. 127, ligne 1 : au lieu de D iplocidaris, lire P legiocidaris et
a jo u te r : S ynonym ie : D iplocidaris m enchikoffi 1937 ;
p. 127, ligne 4 : après PI. I fig. 5-7, a jo u te r : J . L a m b e r t 1938 :
B . Soc. géol. F r., t. V I I I , p. 285.
PÉTROGRAPHIE 109

LES ANKARATRITES ET LE VOLCANISME RÉCENT


DE LA RÉGION DE ZEBZAT
(Haut Atlas de Miclelt)

par

J . A gard

(Service géologique du M aroc)

Ces affleurements d ’a n k a r a lr ite s , d o n t cerlains avaient été signalés par


G. D u b a r , sont situés sur la b o rd u re nord du H a u t Atlas. Ce sont
des fiions, des necks, des ép a n ch e m e n ts très réd u its d ’a n k a r a tr ite s
sans ou avec mélilite (une analyse est donnée) et des laves à sodalilc
et augite œ gyrinique ; des brèches à v erm iculite les accom pagnent.
D ’âge q u a te r n a ir e ancien, les a n k a r a lr ite s sont analogues à celles
contem poraines, connues dans le reste d u Maroc.

Sur sa c a r te géologique provisoire du H a u t A tlas de Midclt et dans


la notice explicative qui l ’accom pagne, G. D u b a r [1943] a figuré et signalé,
dans la région de Z ebzat, d e u x p e tits affleurements de « basaltes » récents (1).

Au cours de l ’étu d e du massif de. roches alcalines du TamazerL (Hou


Ag'rao), voisin de la région de Z ebzat, nous avons p u étu d ier les laves
déjà signalées et en tr o u v e r de nouvelles plus à l ’W a u voisinage de B a
Y ahia et d u Tizi M inourah (fig. 1). Au voisinage de ces divers affleurements
de laves, des brèches volcaniques à verm iculite, o n t d ’a u tre p a r t été
repérées. T o u te s ces laves et ces brèches so n t alignées s u iv a n t u n e direc­
tion N lî, c o rre sp o n d a n t en gros à l ’axe d ’un anticlinal de te rra in s crétacés,

il» L ’a u t e u r a b i e n précisé q u e : « ces ro c he s o n t élé s i m p l e m e n t dé lim ilé e s s u r lu curie


e l n o n e n co r e d é t e r m i n é e s » (p. 17).
110 .1. VGA.RD

I-'io. 1. — Les aflleurem ents d ’a n k a r a tr ite s et de brèches volcaniques de


la région de Zebzat : leur a lignem ent a p p a r a î t le long d ’une s tr u c tu re
nord-est, soulignée p a r les calcaires crétacés et des fractures.
Le cartouche, m o n tre , e n tre le Moyen et le H a u t A tla s plissés,
la localisation des a n k a r a tr ite s dans la région ta b u la ire de la h a u t e
M oulouya où a p p a ra iss e n t les massifs anciens d ’Aouli cl de Bon Mia.

d o n t les aflleurem ents se su iv e n t d ’une façon quasi-continue, plus ou


m oins m a squés loc ale m e nt p a r les te rr a in s plus récents (Eocène-Oligocène ;
P ontico-Pliocène ; Q u ate rnaire) depuis le N E de Z eb z at j u s q u ’au delà
de l ’oued Ouislane.

L a s tr u c t u r e des te rr a in s crétacés est bien soulignée p a r des bancs


de calcaires blancs, r e c o u v ra n t des te rr a in s plus m a rn e u x , rouges, v erts,
ja unes, à faciès la gunaire avec banc s de gypse e t de grès rouges, f o r m a n t
le c œ u r des anticlinaux.
ANKARATR1TES DE ZEBZAT 111

DESCRIPTION DES AFFLEUREMENTS

Affleurement de Zebzat-marabout

C’est le plus é te n d u ; ses laves f o rm e n t un e p e tite ca lo tte de 200 à


300 m de large sur 500 m de long, a u S E d ’une faille N E d an s le Crétacé.
L a lave, très noire en surface, est plus grise d a n s la cassure e t m o n tr e
d ’assez n o m b r e u x p h é n o c r is ta u x d ’olivine. T rès localem ent des tr a în é e s
irrégulières de m in é r a u x blancs avec a p a tite , p y r o x è n e et zéolites en
sphérolites, c o n s titu e n t des « p eg m a tito ïd e s » de ces laves, au sens de
A. L a c r o i x [1 9 2 8 ].

Description pétrographique : la lave est une a n k a r a t r i t e c onstitué e


essentiellem ent de p h é n o c r ista u x d ’olivine altérée en chrysotile, oxyde
de fer et, sur plusieurs m illim ètres en b o rd u re des traîn ées zéolitisées, en
un m inéral pléochroïque du ja u n e d ’or au beige-m arron, bia x e nég a tif,
de biréfringence fo rte m ais voilée p a r sa couleur propre, et qui est v r a i­
sem b la b lem e n t de la bow lingitc (PM 10 644) (2).

Le second te m p s m o n tr e des microlites d ’augite très a b o n d a n ts ,


associés à de la tit a n o m a g n é t ite fré q u e n te et quelques grains de pérow-
skite. Ces m in é r a u x so n t englobés p a r u n m inéral bla n c d ’indice inférieur
a u b au m e, f o r m a n t le fond de la roche, et qui m o n tr e d e u x clivages assez
nets, f o r m a n t u n angle de 48°. Les sections parallèles à ces d e u x clivages
o n t une e x tinction droite, allongem ent négatif, te in te de polarisation
dans les gris-noir du p re m ie r ordre, biaxe. Les sections perpendiculaires
à ces d e u x clivages so n t éteintes. L e m in é ral b ia x e a un e sy m é trie ortho-
r h o m b iq u e : il s’agit v r a ise m b la b le m e n t de th o m so n ite , zéolite sodique
et calcique.

L a th o m s o n ite p résu m é e im prègne certaines zones limitées de la


roche, lui d o n n a n t u n aspec t m ésocrate. L o ca lem ent, la th o m s o n ite est
rem placée p a r un e zéolite c o n s titu a n t des g ro u p e m e n ts fibro-radiés, p a r ­
fois rosés e t zonés p e rp e n d ic u la ire m e n t à l’allo n g em en t des fibres. Ces
fibres sont à extinction droite, allongem ent négatif, d ’indice inférieur à
celui de la th o m so n ite , te in te de p o la risation gris som bre et d ’a p p a ren ce
finem ent maclée. Il s’agit v r a ise m b la b le m e n t d ’une zéolite de la série

(2) Ces n u m é r o s s o n t c e u x d e la c o ll e cti o n d e p l a q u e s m in c e s e t de sec tio ns poli es d e la


Secti on d ’é t u d e s d e s gî te s m i n é r a u x ù I l a b a t .
112 J. AGARD

stilbite-christianite. L a th om sonite , au voisinage des zones à stilbite, est


recoupée de fines aiguilles d ’a p a lil e hexagonales.

Les traînées blanches à zéolites et a p a tite , sans olivinc, sem blent


résu lter de l ’action sur l ’a n k a r a tr ite consolidée de fluides riches en agents
volatils d o n t H 20 , N a 20 , P , 0 5 e t c . . , p r o v e n a n t d u m a g m a lui-même.
L a zéolitisation semble ici u n p hénom ène d ’a u to p n e u m a to ly s e et on. a
bien affaire à des pegm atito ïd e s au sens de A. L a c r o i x .

Affleurement de Zebzat village

Il est c o nstitué : d ’une pari, p a r des brèches volcaniques, d ’a u t r e p a r t,


a u N du village, au flanc d ’une p e tite colline, p a r un d yke d ’a n k a r a lr ite
à mélilite, de direction N N W , de 2 à 3 m de puissance sur 100 m de lon­
gueur.

D escription pélrographique : ce lte lave est noire, massive, et m o n tre


des phénoc.ristaux d ’olivinc, plus ou moins altérés et do n t la disparition
p ro v o q u e la form ation de Irons, et quelques p h é n o c r is ta u x d ’augile.

E n plaques minces (10 149) on v o it une orien tatio n générale d ’ensemble


des p h é n o c rista u x allongés, t r a d u i s a n t u n e te x tu r e fluidale. Les p h é n o ­
c rista u x très a b o n d a n ts d ’olivinc, de 1 à 2 m m et plus, a u lo m o rp h es,
m o n tr e n t une a lté ra tio n en anligoritc. Ceux d ’augiLe, assez rares, m o n tr e n t
u n e str u c tu re zonée. Quelques gros c ristau x de lila n o - m a g n é lile , sem blent
a p p a r te n ir à ce p rem ier tem ps.

Le second te m p s m o n tre un e n c h e v ê tre m e n t de microliles r e c ta n g u ­


laires de mélilite de 0,02 à 0,03 m m sur 0,13 à 0,2 m m de long, m o n t r a n t
la « str u c tu re en échelle >, de micro!ile d ’augitc de dim ensions u n peu
m oindre et d ’un semis de grains à formes géom étriques (0,01 à 0,05 m m)
de lita n o m a g n é lite et de pérow skite en grains de dim ensions ana'ogues.
Ces m in é ra u x sonl cimentés p a r de la néphélinc. De la b iolite peu a b o n ­
d a n t e existe localem ent dans le second tem ps. Enfin, de la p y rite en grains
très fins et très rares s’observe localement.

La composition minéralogique q u a n t ita tiv e , déterm inée à la platine


intégratrice, est la su iv a n te : mélilile 20 %, néphélinc 12,5 %, augile
30 %, o l i v i n e 20 %, tit a n o m a g n é l ile 10,5 % , pérow skite 7 %.

La composition chimique. (3) est donnée dan s le ta b le a u ci-après

Cil A na ly se eff ectu ée au la b o r a t o i r e d e la D iv is io n d e s m i n e s e l d e la géologie, sous la


d i r e c t i o n de T h . ni-: (’ac.Moc.Ki, q u e n o u s re m e r c io n s ici (a n a ly s e AC 1291, c o r r e s p o n d a n t à
l a p l a q u e m in c e in 1 19).
A N K A IIA TR ITES 1)1. Z H U Z A T 113

A n k a u a t r ite de Z e i j z a t - v i i . i .a g k

A nalyse brûle Com position virtuelle

SiOa 38,70 an 10,3


T i0 2 3,00 ne 13,35 20,75
A120 2 9,30 le 3,1
1-'o20 3 4,47 ap 1,2
l-'eO 8,40 il 0,8
MnO 0,21 ce 0,2
MgO 15,10 ml 0,5 70,08
OaO 13,50 ol 20,75
X a20 2,93 di 31,23
K 20 0,02 OS 4
ij 2o 5 0,55 H 20 + 1,95
co2 0,10 I-I20 - 0,05
H 20 + 1,95
1120 0,05 100,03

T otal 100,08 Param ètres : IV . 7 .3 . .4 [ 2 . 3 . 2 . • 2 . |

o u L a c r o ix : IV. 7 (8 ). (2 )3 .4 (5 ). [2 . (2 ) 3 .2

T outes ces données p e r m e t t e n t de range r ce tte roche dans les anka-


raLriLes à mélilite de A. L a c r o i x [191(1], term e très m é lanoc ra tc des
« basaltes » néphéliniques et ca ractérisé p a r une n e t te p ré d o m in a n c e des
éléments ferrom agnésiens (olivinc en p h é n o c rista u x , augite, un p eu de
b io li le et présence assez n o ta b le de pérow skitc e t tit a n o m a g n é t ite en
p h é n o c r is ta u x et microlitcs), la néphéline, n ’e x c é d a n t pas 10-15 %. L a
mélilite p e u t être parfois a b o n d a n te , mais n ’est pas c o n s ta n te dans une
m êm e coulée, sa cristallisation ne ré s u lta n t que de très m inim es v aria tio n s
d a n s la com position chimique.

Dans la roche de Z ebzat, la soude p rédom ine sur la pota sse et la faillie
te neur en silice et la forte t e n e u r en c h a u x et titan e e x p liq u en t la présence
de la mélilite et de la pérow skitc qui so n t le plus so u v e n t associées dans
ce ty p e de roche.

On p e u t r a p p ro c h e r ceLLe roche des a n k a r a tr ite s à mélilite signalées


p a r LI. T e r m ie ii [193G, pp. 1540-41] au jebel Sidi Mguid et a u jcbel Anaeli
(entre B e krit et Aïn L euh, Moyen Atlas) de p a r a m è tr e 1V.7(8).3.4.[2.1.
'(2) 3.2.J, mais sans h o rnblende , rem placée p a r la b io titc e t sans ap a tite.
D e même, on p e u t la ra p p r o c h e r des olivin-m élilith de E. T rogeii |1934|
avec moins de mélilite et plus d ’augite, de tit a n o m a g n é t ite et de néphéline.

Des brèches volcaniques plus ou m oins cendreuses affleurent au X


e t X X E du village. Ce so n t des roches m ulticolores (rouges violacées,
grises, jaunes) dans lesquelles on ren c o n tre de p e tits éléments de calcaires
114 J. AGARD

du Crétacé, des m o rce au x de laves et des lamelles so u v e n t hexagonales


de verm iculite m arron-violacé a t te i g n a n t parfois plusieurs c e n tim ètres
et se m b la n t de néoform ation. Les éléments laviques (PM 10 148), assez
grum eleux, m o n t r e n t des p b é n o c r is la u x d ’augite noire a t t e i g n a n t 1 à
d m m , aussi a b o n d a n ts q u e les p h é n o c r is ta u x au to m o rp h e s, de 1 à 3 m m ,
d ’olivine altérée en oxyde de fer. Ces p h é n o c rista u x sont corrodés p a r un
second te m p s m icrolitique, les m icrolites d ’augite a y a n t 0,08 à 0,16 sur
0,016 m m é t a n t associés à des grains très a b o n d a n ts de 0,016 à 0,03 m m
de tit a n o m a g n é t ite et de pérow skite, le t o u t cim enté p a r de la néphéline.
Il f a u t n o te r l ’absence de mélilite. De la calcite secondaire form e de p e tite s
ilam m es de 1 cm de long sur 0,5 m m de large dan s to u te la roche.

Ces brèches, liées à de p e tite s failles E N E , co rre sp o n d e n t à des che­


minées d ’explosion. On en re tr o u v e de semblables, avec de la verm iculite
plus a b o n d a n te , un peu plus au SW, près de la r o u te de Midelt à K s a r es
Souk dans le c œ u r de l'an liclin al crétacé ; elles sem b le n t là liées à une
f ra c tu r e N E.

Affleurement de Ba Yahia

A u delà de la fe r m e tu re p érianticlinale des calcaires crétacés ; on


r e tr o u v e u n e cassure analogue u n peu a v a n t la maison de B a Y ahia,
jalonnée p a r une brèche sem blable et u n m inuscule aflleurem ent de laves
de 5 à 6 m è tres carrés, c o n s titu é p a r d e u x sortes de roches.

D escription pétrographique : l ’une est un e a n k a r a t r i t e analogue à


celle de Z ebz at mais sans mélilite (PM 8 943, éch. 90), de couleur gris-noir,
m o n t r a n t des cavités p r o v e n a n t d ’e m pre inte s d ’anciens c rista u x d ’olivine.
A u microscope, ce tte roche m o n tr e de très n o m b r e u x c r is ta u x d ’olivine
a u to m o rp h e s, parfois b ordés d ’un liseré de grains de tit a n o m a g n é t ite et
de rares p h é n o c r is ta u x d ’augite trè s allongés. Le second te m p s est cons­
tit u é de n o m b r e u x m icrolites d ’aug ite et des grains très n o m b r e u x et de
dim ensions variées de tit a n o m a g n é t ite et de pérow skite. L e fond est cons­
tit u é de néphéline tran sfo rm ée dans des fissures en zéolites (indice inférieur
au bau m e, très faible biréfringence).

L ’a u t r e roche est un e lave trè s noire dans la cassure, à p a l inc grise,


ou m arron-gris, m o n t r a n t des p h é n o c r is ta u x a t te i g n a n t 1 cm, arrondis,
blanc-ivoire en surface et ja u n e à b r u n cireux dan s la cassure, et d o n t la
masse a u n e s tr u c tu re noduleuse, avec nodules noirs dan s fond plus gris.
A u microscope : en dehors des p h é n o c r is ta u x isotropes de sodalite sans
form e n e tte , la roche est parse m ée de m ultiples c r is ta u x en d o d éc aè d re s
à sections à 6 côtés de sodalite, de dim ensions de 0,08 à 0,25 m m , p arfo is
en voie de zéolitisation ou de calcitisation. U ne section de néphéline,
associée à un phén o c rista l de sodalite est présente. L e reste de la ro ch e
est co n s titu é de p e tits microlites d ’au g ite æ gvrinique et de rares g ra in s
de minerai.
A N K A H A TR IT R S DK /. KISZAT 115

Affleurements au N de Tizi Minourah

A u N de Tizi M inourah, e n tre une l'aille c h e v a u c h a n te qui les sépare


du Lias a u S et une faille qui les sépare du P ontico-Plioeène redressé au
N, les te rra in s crétacés, soulignés p a r des bancs calcaires blancs, fo rm e n t,
du N au S, u n synclinal aigu suivi d ’u n anticlinal sectionné lo n g itu d in a ­
lem ent p a r la faille S. Le P ontico-Pliocène et le Q u a te rn a ire les r e c o u v re n t
localement. D ans les te rra in s m a rn e u x , gréseux et parfois gypseux, rouges
ou verts, qui f o rm e n t le c œ u r de l ’anticlinal, on renc ontre , en plusieurs
points, des affleurements volcaniques (4).

D ans l’oued qui coule grossièrement sur le m éridien p a s s a n t a u Tizi


M inourah, d e u x filons de direction E N E , presque c onc ordants avec les
strates sédim entaires, so n t constitués d ’une lave de m êm es c a ractéris­
tiques p é tro g rap h iq u es que celle de Z eb z at et de B a Y ahia, m ais sans
mélilite. C’est u n e a n k a r a tr ite , m o n t r a n t de très n o m b r e u x p h é n o c rista u x
d ’olivine a u t o m o r p h e et d ’augite zonée, violacée à l’extérieur, dan s un
fond constitué d ’un e n c h e v ê tr e m e n t de m icrolites d ’augite et de n o m b r e u x
grains de tit a n o m a g n é tite et de pérow skite, l’ensemble est cim enté p a r
de l ’analcime p r o v e n a n t sans d o u te de l’a lté ra tio n de la néphéline. Quel­
ques rares lamelles de m ic a b r u n so n t aussi présentes.

A u voisinage de ces d e u x filons, on re tro u v e la brèche volcanique


observée à Z ebz at et B a Yahia.

A 800 m plus à l’W, u n affleurem ent plus i m p o r ta n t d ’a n k a r a t r i t e


s’étend sur 100 m de long et 10 m de large. L a lave y recoupe, en les rele­
v a n t à son con tac t, les bancs d u C rétacé rouge. C ette lave m o n tre de très
n o m b reu x c rista u x d ’olivine et plus r a r e m e n t d ’augite. D ans le second
tem ps, la tit a n o m a g n é tite m o n tr e u n e zonalifé, les bords des c r is ta u x
é t a n t plus réfléchissants que leurs centres. L a pérow skite est en grains
beaucoup plus fins que dan s les roches de Zebzat. De la p y r ite assez a b o n ­
d a n te en p e tits grains p r é s e n ta n t parfois une légère b iréflectancc est
souvent rem placée p a r de très fines lamelles de covelline (SP 10 231).
Des zéolites fibroradiées rem plissent les y e u x de la roche.

ÂGE DES ANKARATRITES DE LA RÉGION DE ZEBZAT

L a p lu p a r t des laves en dykes ou des brèches r e c o u p en t les te rra in s


crétacés et sont postérieures a u x plissements de ces terrains. D ’a u t r e p a r t
la coulée de Z c b z a t- m a ra b o u t se raccorde à la terrasse IV. A près la p hase

(4) Ils o n t élé d é c o u v e r t s en c o m p a g n ie d e R . R a y n a i ..


1 1() J. A(iAltl)

fin i-villafran chienne épirogénique, des m o u v e m e n ls loc aux dan s le QuaLer-


n aire o n t été à l ’origine d u volcanisme. Des m o u v e m e n ts, mis en évidence
p a r H. R a y n a l dan s t o u t le bassin de la h a u t e M oulouya, se m a n if e s te n t
p a r des cassures N E , d o n t la direction est analogue a u x alignem ents des
m a nifesta tions volcaniques de Zcbzat.

LIAISON AVEC LES AUTRES ANKARATRITES DU MAROC

E. J é u é m i n e dan s une n o te ré c e n te [1956] a fait le p o in t des anka-


raLriLcs de n a tu re s diverses (néphélinique, à mélilite, à h a ü v n e , lim bur-
gitique, analcimique) déjà connues d an s le Maroc ce ntral, le Moyen A tlas
e t le Maroc oriental. Les affleurem ents de Z eb z at sont des jalons supplé­
m entaires, sur la b o rd u re n o rd d u H a u t Atlas. Des a n k a r a tr ite s , avec ou
sans mélilite, so u v e n t zéolitisées, o n t été mises en évidence ainsi que des
laves particulières à sodalite et ægyrine.

Le m ode de gisem ent (filons, necks, épanehemenLs très réd u its des
laves) et la n a tu re des laves d ’une p a r t, la présence de brèches volcaniques
associées d ’a u tre p a r i, ra p p r o c h e n t ce volcanism e ré c e n t de celui du Maroc
oriental, où P. K u n t z [1955] a d écrit de m ultiples volcans d ’explosion.
N ous n ’avons pas, dans la région de Z ebzat, observé de dépressions d iatré-
miques, mais les brèches volcaniques nom breuses et la b r u sq u e a c c e n tu a ­
tion du pendage des couches crétacées a u c o n ta c t de l ’affleurem ent p r in ­
cipal du Tizi M inourah, sonL des a rg u m e n ts p o u r penser à un volcanisme
explosif dans la région.

LIAISON AVEC LE COMPLEXE ALCALIN DU TAMAZERT (BOU AGRAO)

Au S des affleurements d ’a n k a r a tr ile s q u a te rn a ire s de Z ebzal, le


massif de roches alcalines d u T a m a z c r t co m p re n d un com plexe volcanique
(oued Ouislane) postérieur a u x syénites néphéliniques avec n o ta m m e n t
des a n k a r a tr ite s, a n k a ram ilcs, phonolilcs à haiiyne, e tc... associées à
des syénites sans néphélinc. L ’âge de ce com plexe est encore m a l précisé :
les dykes cpii en font p artie, r ec o u p en t les te rra in s du Dogger et décalent
les dolériles et gabbros du H a u t Allas, eux-m êm es an térieu rs au Crétacé
rouge. On ne tr o u v e pas de galets des roches du complexe volcanique,
ni dans le Crétacé, ni dans le con g lo m érat de l ’Eocènc-Oligocène, mais
seulem ent d an s les conglom érais d u Pontico-Pliocène.

D ans ceLLc région, à d e u x époques différentes, se sont donc épanchés


des m a g m as de n a tu re analogue.
A N K A K A TH ITH S DU ZHIÏZAT 117

BIBLIOGRAPHIE

DvitAit G. (1939-43) : Carte géologique provisoire au 1 /200 000 el notice


explicative. X otes et M . Serv. géol. M aroc, n° 59 et 59 bis.

.Jkhémi nh K. (1956) : L ’a n k a r a t r i t e à haiiyne du jebel T ourguejid (IlauL


Allas de Midelt). Quelques considérations sur les a n k a r a tr ile s du
Maroc et sur les a n k a r a tr ite s en général. Xotes Sera. géol. M aroc,
l. 12, pp. 59-77, 2 fîg., 2 pl. photo.

A. (1916) : L a constitu tio n des roches volcaniques de l ’ex trê m e


I .a c iio ix
Nord de M adagascar et de N osy Bé ; les a n k a r a tr ile s de M a daga sca r
en général. C. H. Acad. S ri., Paris, 1. 163, pp. 253-258.
(1 928): Les p egm aliloïde s des roches volcaniques à l'aciès
basaltique. Ib id ., t. 187, p. 321.

K untz P. (1955) : S ur les volcans d ’explosion au Maroc oriental. ('.. K.


sonun. Soc. géol. Fr., n° 16, 19 déc., pp. 338-340.

T i :iïmii :h H. (1955) : E lu d e s géologiques sur le Maroc central el le Moyen


Allas septentrional. A'oies et M . Serv. M ines et Carie géol. M aroc,
n" 33, t. III , pp. 1534-1544.

(M anuscrit reçu le 15 juin 1956).

X o tes Serv. géoi. M aroc * L 15. 1956.


M i \ f : i t . \ i . o g u -: 1 19

CALCITE DE LA GROTTE DE GORANE,


PRÈS DU CAP ÇANTIN
(Côte atlantique du Maroc)

pa r

C. i;ov
(Service géologique du M aroc)

Les crislaux de celle g ro llc oui la forme d ’un r h o m b o è d re 1res aigu.


Chacun d ’eux esl le Irone d ’une curieuse arborescence : il porte, en
effet, Irois séries de pclils c rislau x maelés au cours de sa croissance.
Sur celle deuxièm e génération, une Iroisième s’esl «^l'ofTée dont ccr-
lains individus sont parallèles au cristal primilif.
l ’nc discussion établil (pie ce sont des macles suivanl />' (110) ((Il 12) el
non des macles suivanl e5 (.">1 1) (2021).

CARACTÈRES GÉNÉRAUX DE CES CRISTAUX


ET DE LEUR FORMATION

La gro tte de Gorane (pii s ’éten d d ’K en \Y sur plus de mille m ètres


de longueur, para llèlem e nt à la mer, s’est formée dan s un e d une calcaire
qu atern aire . Grâce à la com plaisance et à l’aide ellicaee d u Club spcléolo-
gique de Casablanca, G uy H kisgiui a p u en r a p p o r te r , n on sans difficultés,
des échantillons de caleite qui, p a r leurs formes, p a r les circonstances de
le ur form ation et la q ualité de leurs macles, m é r i te n t une a t te n t io n p a r t i ­
culière. Ils p ro v ie n n e n t (l’une salle située à l’e x tré m ité de la p a rtie explorée
jusqu'ici, la salle dite « d u P a ra p lu ie ». Ils é ta ie n t im m ergés dans une
pièce d ’eau d o r m a n te et lim pide, peu profonde, im p lan té s p a r groupes
en faisceaux divergents sur le p la n c h e r stala g m itiq u e . Chaque groupe,
en forme de m a ca ro n , si l ’on p e u t dire, h a u t de 3 à 5 cm (Planches 1 el
II) contient une foule de c rista u x allongés en p y ra m id e tria n g u laire liés
120 OAUDEIHOY

aiguë. Ils sont au c o n ta c t les uns des au tre s dans le pied, mais séparés;
dans la p a r tie supérieure, m o n t r a n t la moitié des laces d ’un rh o m b o èd re
voisin de e1 ( l l ï ) (0221) mais plus aigu : e h (778) (0552). D ’ailleurs, ce
ne so n t pas des faces trè s planes mais courbes, de plus en plus verticales
dans leur p a r tie inférieure et le plus souvent striées ou m am elonnées.
Les arêtes de ce lte p y ra m id e sont so u v e n t a b a ttu e s p a r des facettes d ’un
scalénoèdrc sur l ’a rê te d, striées p ara llèlem e nt à d. L eurs pointes aussi
sont émoussées p a r de p etites faces te rn e s p (100) (10Ï1).

Les plus gros p a rm i ces c rista u x n ’o n t pas de pointe, mais sonl tronqués
su iv a n t une section tria n g u laire très n e t te (P la nche I, b). Si on pose une
p la q u e de v e rre sur un de ces m acarons, elle s’applique e x a ctem e n t sur
tous les triangles à la fois (P la nche I, a). C ette p a rtic u la rité s’explique
facilem ent, les c r is ta u x o n t grossi dan s l’eau de la v asq u e sa tu ré e de b ic a r­
b o n a te de calcium ; t a n t q u ’ils éLaicnt co m p lè te m e n t imm ergés, ils crois­
saient dans to u te s les directions ; mais dès q u ’ils o n t eu a t t e i n t la surface,
ils ne se so n t plus développés que la téralem e n t. P o u r que ce ph én o m èn e
se soit si sim plem ent réalisé, et particu liè rem e n t, p o u r qu e les sections
triangulaires soient si netLes, et leurs arêtes si rectilignes, il f a u t que le
niveau de l ’eau nourricière n ’ait p r a ti q u e m e n t pas changé depuis que la
poin te des c ris ta u x a a t t e i n t la surface. E t même, com m e ils n ’ont pas
de zone d ’accroissement, et q u ’ys p ara isse n t hom ogènes du c œ u r à la
surface, il f a u t aussi que la com position de l’eau et ses im p u re tés n ’a ien t
pas varié p e n d a n t to u te leur croissance à p a r t i r du pla n ch e r slalagm ilique.

L a ra p id ité de croissance dan s les fo rm a tio n s spéléologiques est mal


connue ; c e tte m esure n ’est p o u r t a n t pas impossible. Elle a été faite, en
ce qui concerne les pisolites ou les dragées de calcitc, p a r S. G. D avid son
( 1). Il a mis des fra g m en ts de roche colorée dans un e m a re de g r o tte où
se fo rm e n t des oolites blancs. Au b o u t d ’un an et demi, ces fra g m e n ts
é ta ie n t recouverts d ’une couche de calcite de 1 à 2 m m d ’épaisseur. L a
vitesse d ’accroissement est donc d ’un m m p a r an, a p p r o x im a tiv e m e n t.
A ce tte vitesse, nos c rista u x d a t e r a ie n t d ’un demi-siècle. C e penda nt, il
est p robable que les oolites formés dans une eau agitée croissent plus
ra p id e m e n t que les c rista u x des ea ux tran q u illes ; de plus, ta grosseur
de nos cristau x et le ur tran sp a ren ce relative, com parées à l’opacité des
oolites p la id e n t d an s le m êm e sens.

Les crisLaux de la grolLe de Gorane, sans être d ’une p u r e té p a rfa ite


sont to u jo u rs translucides et m êm e parfois tra n sp a re n ts. Ils sont d ’une
couleur jaunc-paillc à la lum ière du jo u r et, sous la lam pe de W ood, ils
p r e n n e n t une te in te bleu pâle intense.

(1) S. C. Davidson ami II. K. McKinstuy ( 1DI51>: >Cavepcarls o.ililcs aiul is ola lod.
in c lu sio ns in ve ins. Econom ie (icoloyu, vol. X X V I , p. 21)2.
CA J.C ITU DK I.A (iR O TT U DU G O IÎA N K

MACLES ARBORESCENTES

O ulre les gros c rista u x qui com posent ces m acarons, il y en a beaucoup
de pelits, enchevêtres en tre les gros ; et leur s tr u c tu re n ’a p p a r a ît que
lo rsq u ’on sépare u n gros cristal d u reste d u bloc. Alors l'a rc h ite c tu r e
d ’ensemble d ’un gros cristal accom pagné de ses p e tits satellites a p p a r a î t
ordonnée (P la nche II, f, h), m algré sa com plexité. Sans d o u te un certain
n o m b re de p e tits c ristau x sont allongés dans des directions variées, com m e
au h as ard , mais la p lu p a r t so n t grelïés sur les trois faces de la p y ram id e,
de telle façon que leurs axes so n t égalem ent inclinés sur celui d u cristal
central, et le ur grosseur décroît généralem ent, du pied au som m et (Planche
II, f).

Chacun de ces groupes est à r a p p ro c h e r du p h én o m èn e des macles


p o lv sy n th é tiq u e s b1 bien connues dan s la calcite.

Assimilation de ces arborescences à des macles suivant b1

Ce sont, en effet, des macles s u iv a n t b'. Ce genre de macles de la


calcite est très fré q u e n t et très simple en apparence, mais dans le cas
présent, la vérification en est délicate, et on s’y csL trom pé.

Voici les procédés de vérification.

D ’abord, on sait que dans la macle b1, chacun des com posants a d e u x
clivages parallèles à d e u x clivages de l ’au tre . On se souvient en elTet que
la macle artificielle s u iv a n t b1 (B au m h au e r) s’o b tie n t en a p p u y a n t le
t r a n c h a n t d ’un canif sur l’a rê te b d ’un r h o m b o è d re de calcile : un glisse­
m e n t se p r o d u it d o n t le r é s u lt a t est que la parLic tra n sfo rm é e est un cristal
sy m é trique de l’a u tre p a r tie p a r r a p p o r t a u pla n b1, sans que l ’orien tatio n
des clivages la té r a u x soit changée (flg. 1). Ainsi la face p (p souligné)
du cristal tra n sfo rm é est sur le pro lo n g em en t de la face p d u crisLal p ri­
mitif. P o u r vérifier que c e tte p ro p rié té est réalisée sur nos cristaux, on
p ro v o q u e trois facetLes de clivage sur le cristal central et sur chacun de
ses satellites, de m anière à o b te n ir des réflexions bien vives de la lumière,
et alors, si l ’on fait m iro iter l ’un des clivages du cristal central, on v o it
m iroiter en m ê m e te m p s d eux séries de ses satellites. E n essa y a n t succes­
sivem ent les trois faces de clivage d u cristal ce n tral u n p hénom ène analogue
se r e p ro d u it d e u x fois p a r t o u r en m ê m e te m p s que le cristal central.

A u tr e m e n t dit, ch a q u e satelliLe a d e u x clivages et d e u x seulem ent


parallèles à d e u x clivages du cristal central.
vn (;.\l'])KIl!OY

Le parallélisme n ’est pas p a r la it. On 1’apprécie p a r Ja p ro x im ité des


images réfléchies ou le ur coïncidence. Il s’esl m o n tr é quelquefois com plet ;
il é ta it seulem ent app ro c h é d an s certain cas ; il est d u m êm e o rd re que
celui que l’on o b tie n t sur des fac ette s de clivage p rovoquée s sur un seul
cristal en des points différents : car ces c ristau x ne so n t pas t o u t à fait
homogènes, ils ont la slr u c lu re m osaïque. C e penda nt, l’angle des images
d ép a ssa it r a re m e n t 15'.

Fin. I. Macle arlificielle b' de la calcile, p a r action mécanique.


Fie,. 2. Faces p de deux c ristau x m a riés suivant b'. I.es clivages p
et i> sont sur le prolongem ent l'un de l’autre.

Une deuxièm e condition de la macle suivant b', c’est que le troisième


clivage de chaque satellite fait l ’angle de 3>S017' avec son sym étrique.
L ’app ro x im atio n des mesures esL ici du m êm e ordre que dan s la vérifi­
cation précédente. Kn fait, j ’ai tr o u v é : ILS010', ;t,8°15', .'LS°!2 t ' ou a p p r o x i­
m a tiv e m e n t :>iS"lü' ± 8'.

Une troisième vérification a été plus ditlicile à obtenir. On sait cpie,


dans cette macle, le plan b' esL à la fois plan de sym étrie et plan d ’acco-
lemenl. Le m oyen le plus simple {l’observer ce plan d ’accolem enf est de
l ’obtenir sous forme de plan de sé paration, ce qui ne se p r o d u it pas à coup
sur. Fn d é t a c h a n t les c rista u x adventices, p o u r tâ che r de tro u v er cette
lace b', on s’aperçoit ([ue la surface com m une au x d eux c ris ta u x n ’est
pas un plan mais une p y r a m id e plus ou moins a rrondie, hexagonale ou
triangulaire, creuse dans le gros cristal et saillanLe sur le petit. D an s ces
conditions, la face d ’accolemeiiL b1 ne p e u t être que toute petite. D an s la
pluparL des cas elle est invisible à la loupe. P o u r t a n t j ’en ai ob te n u q u a tre ,
situées a u som m et de la p y ram id e. Elles a v a ie n t une g r a n d e u r de l’ordre
du dixième de m illim ètre et elles é ta ie n t peu réfléchissantes. L ’angle
(pie lait chacune d ’elles avec la face du clivage p n ’a pas p u être mesuré
C.W.OITK DK J,A G ltOÏTli DU OOUAN'K 123

avec précision, mais à un ou d e u x degrés près : il a donné des cliirïres de


71°, (iO®.

Un a u tre essai a consisté à placer le cristal étudié sur le. goniom ètre,
de façon à régler la zone des d eux faces /; différentes de la p r é c é d e n te :
c’est-à-dire à le faire to u rn er a u t o u r de l’a rè te b de leur dièdre ; et alors
le reflet dû a u plan de sé paration en question se présente dans la zone
com m e doit se p ré se n te r une face b'. Malgré l'imprécision de ces deux
essais, ils concordent avec l'h y p o th è se de la face b1 com m e plan d ’acco-
lem ent. L ’orientation de ce lle face dans la figure d ’ensemble des deux
cristau x com posants est donnée dan s la figure 3.

i io. 3. Laïcité de la gro tte de Gorane. Section d ’un cristal suivant


le plan de sym étrie, m o n tr a n t l ’o rientation du plan de maelc b' et
les positions relatives des clivages p.
.1,, .1,, axes ternaires des c ristau x mariés.

Les efforts de vérification, p o u r une macle aussi com m une (pie la


m a d e b1 de la calcitc, p e u v e n t p a r a îtr e superflus, d é p e n d a n t, il fallait
les en tre p re n d re p our po u v o ir disc u te r l ’in te r p ré ta tio n différente qui en
a été proposée, com m e on le v e r r a plus loin.

Le fait que les c rista u x de la g ro tte de Gorane sont m a riés s u iv a n t


b', c ’est-à-dire su iv a n t un m ode très ban a l dans la calcitc n ’a m o in d r it
pas l’in té rêt q u ’ils p rése n ten t, car la richesse de leurs m a nifesta tions sy m é­
triques est bien supérieure à celle de la p lu p a rt des c rista u x maclés s u iv a n t b'.Il
Il n ’est pas rare de Lrouver des c rista u x de calcitc dont les rhom boèdres
de clivage m o n tr e n t des stries parallèles à la g ran d e diagonale des faces
losanges. Le sont les traces de lamelles fi1 très fines, très nom breuses, plus
124 ('.. « A L ’D E l ' R O Y

r2

F i g . 4. — ProjeeLion stéréographiquc (le la calcitc avec les n o ta lio n s à


trois caractéristiques.

F ig . 5. — P r o j e c t i o n s t é r é o g r a p h i q u e (le l a c a l c i t e a v e c le s n o t a t i o n s à
q u a tr e cara cté ristiq u es.
C.A I. CI TK I)K J.A C i H O T Ï H I)K G OIIA N K 125

nom breuses que les satellites des e ristau x de Gorane, e t d ’une très grande
régularité, m a is leur ord o n n an c e est très uniform e. Les angles saillants
et r e n tr a n t s de leurs rainures, so n t ceux de c ris ta u x alternatifs d o n t les
te rm es contigus sont sym étriques, ta n d is que les te rm es de m êm e parité,
d e u x p a r deux, sont parallèles. E t en p la q u e mince, ces c r is t a u x m o n tr e n t
le ph én o m èn e des macles po ly sv n th étiq u es.

Toutefois, com m e il y a trois systèm es possibles de macles su iv a n t


b1 dans le m ê m e cristal, on s’a t t e n d r a i t à tr o u v e r dan s ces c rista u x trois
systèmes de macles, ta n d is que la p lu p a r t d ’en tre eu x n ’en o n t q u ’un,
r a r e m e n t deux. E t, en effet, ces macles so n t accidentelles et postérieures
à la form ation des c r is ta u x : elles ré s u lte n t de glissements dus à des pressions
qui s’exercent dans des directions sans r a p p o r t avec la symétrie.

A u contraire, les c r is ta u x de Gorane, s u r to u t ceux qui sont orientés


v e r ticalem e n t dan s leur v a s q u e d ’origine, so n t chargés de satellites sur
les Lrois faces libres, en n om bres à peu près égaux, ch a cu n des c r is ta u x
satellites a ses formes propre s ; e t il donne une idée de son âge p a r sa gros­
seur. Sur le tr o n c du cristal central, ceux de la deuxièm e g éné ration sont
greffés com m e des bras, et lo r s q u ’ils so n t eux-m êm es assez développés
ils p o r t e n t à leur to u r de p e tits c rista u x d ’une troisièm e génération, com me
a u t a n t de branches. L 'ensem ble fait penser à une v é g é ta tio n arborescente.

Relations de parenté entre les cristaux des macles arborescentes

E x am in o n s d ’a b o r d la p a r e n té c ristallogra phique e n tre d e u x crisLaux


maclés s u iv a n t b1 dans le cas le plus sim ple où d e u x c rista u x seulem ent
sont en jeu.

Le plan de macle bL (011) ou (1012) (fig. 4 et 5) est à la fois plan


d ’accolem cnt e t de sym étrie. E t com m e ch a cu n des c o m p o san ts sé p a ré ­
m e n t possède un pla n de sy m é trie (011) ou (1210) p erpendiculaire à ce
plan d ’accolemcnt, et u n c e n t r e ; il en résulte que l ’assem blage des d eux
c ristau x possède la sym étrie o r th o rh o m b iq u e com plète : trois plans de
sym étrie rectangulaire, un centre et trois axes binaires d o n t l’u n est parallèle
à l’a r ê te b [lOOj ou [1011].

En plus des éléments de sym étrie, ces d e u x c r is ta u x o n t en com m un


d e u x clivages (figure 1) : dan s la m acle su iv a n t (011), les d e u x clivages
com m uns so n t (010) et (001). C ette p r o p rié té s’explique p a r la sym étrie
de macle. Car si l ’on fait t o u r n e r la face de clivage p (fig. 2), de 180° a u to u r
de la ligne O A, de direction [100], qui est u n a x e bin a ire de la macle,
elle p r e n d une position p (p souligné) qui coïncide p a r son o rientation
avec p. —
12fi C. (i.\U I)i:i'R O Y

N otons LouLcfois que ce parallélisme de d eux laces n ’e n tra în e pas


le parallélisme de leurs rangées, sauf pour [100]. Malgré cela, le para llé­
lisme d ’orien lalio n est à re te n ir parce q u ’il donne lieu à des m iro item e n ts
com muns.

Ce résultat s’applique a u x c rista u x satellites des macles arborescentes,


et leur com préhension sera facilitée grâce au ta b le a u de la figure G. C’est
une rep rése n tatio n sym bolique de l’a rb re généalogique de tous les satellites
d ’une macle arborescente j u s q u ’à la q u a triè m e génération. A u centre,
le po in t 0 symbolise le cristal prim itif et son orientation est indiquée p a r
la projection du r h o m b o è d r e de clivage su r le plan a1 (111) ou (0001).
On convient de r ep rése n ter p a r un seul p o in t to u s les satellites d ’un m ê m e
groupe, nés sur la m êm e face, puisqu'ils o n t la m êm e o rientation et se
c om portent com me un seul cristal. Mais ch a q u e p o in t r e p ré se n ta tif d ’un
groupe, est disposé sur un cercle d ’a u t a n t plus g r a n d que sa génération
est plus tardive. L a deuxièm e g éné ration seule p a rticip e à la sym é trie
te rn a ire qui est celle de trois groupes satellites d ’un m êm e ascendant.
P o u r les générations suivantes, on n ’a conservé q u ’un plan de sym é trie,
ou u n souvenir sym bolique de ses p ro p rié té s rlm m boédriques.

Com me les satellites d ’un m êm e cristal so n t to u jo u rs au n o m b re


de trois, on les représe nte p a r trois points voisins reliés à leur a s c e n d a n t
direct. Il y en a trois à la deuxièm e g éné ration, neuf à la troisièm e et v in g t
sept à la quatrièm e.

A chacun d ’eux, il f a u t une n o ta tio n qui les distingue de to u s les


autres, sans am biguïté. Les trois groupes nés sur un m ê m e cristal p o r te n t
les chiffres 1 ou 2 ou 3 ; et à la suite de ce n u m é ro individuel, on a jo u te
le n u m é ro de son a s c e n d a n t direct, puis de son a s c e n d a n t a n té r ie u r et
ainsi de suite j u s q u ’a u cristal prim itif désigné p a r 0.

D ’a bord, le cristal prim itif est orienté com m e dan s la projection


sté ré ographique (fig. 4 et 5). P a rm i ses trois groupes satellites, le n° 1
est celui d o n t l’axe de macle est [100]. Il p o rte la n o ta tio n 10 et se place
sur la tra c e du plan de sym étrie (011) qui lui est co m m u n avec 0, et du
côté du plan b1 (011) qui le caractérise. Le deuxièm e, 20, se place sur le
m êm e cercle que 10 et vis-à-vis du plan de macle 101, le troisièm e a ainsi
sa place to u te désignée.

P o u r r e p ré se n te r la troisième g éné ration, chaque groupe d ’un mêm e


tr ip le t est n u m é ro té dan s le sens g v ra to ire p ré c é d e m m e n t a d o p té et le
n° 2 de chaque trip le t est disposé sur la tra c e du plan de sym étrie de ses
d e u x an té c é d e n ts : p a r exem ple le n° 210 est placé sur la tr a c e du plan
(011). C ette règle est généralisée et s’ap plique aussi au q u a triè m e ordre.

Ce schém a v a nous aider à re tr o u v e r le degré de p a r e n té cristallo­


g r a p h iq u e en tre d eux groupes quelconques.
C A l.C IT U DU LA C K O ÏT H DU G O ItAN U 127

A - R ésum ons d ’a b o rd les éléments com m uns au cristal p rim itif


et à l’un de ses satellites. Le groupe 10, maclé avec 0 s u iv a n t (011), (macle
011
que nous désignerons b r iè v e m e n t p a r l’expression (10 0), a p o u r élém ents
com m uns : 1° (011), le plan de macle ; 2° (011) le ur plan de sym étrie ;
3° le plan p erpendiculaire à ces d e u x p ré c é d e n t (nous ne nous en servirons
pas) ; 4° l ’axe de macle [100], et 5° les d eux droites perpendiculaires a u x
plans nom m és (nous ne les utiliserons pas non plus) ; et enfin les d eux
plans de clivage (010) et (001).

P a r homologie circulaire, on o b tie n t le ta b le a u s u iv a n t :

T a b l e a u I : P a r e n té cristallographique
e n tre le cristal prim itif et ses trois satellites
de la deuxièm e génération

P lans A xe bin a ire Clivages E lé m e n ts


de sym étrie de macle parallèles c om m uns
com m uns

011
10 | 0 (OU) (01Ï) [100] (010) (001) ^
( 001 )
101 !
!i
20 | 0 (101) (10 Ï ) ; [oio] (001) (100) >1
( 100 )
110
30 | 0 (110) (110) [001] (100) (010)
( 010 )*01

D an s la suite nous n ’aurons p as besoin de tous ces chiffres, et, p uisque


les éléments d ’une m êm e ligne se c o m m a n d e n t, il suffira d ’in d iq u e r ceux
qui p e r m e t t e n t de r e tr o u v e r les au tre s, p a r exem ple les clivages. E t c e tte
r e m a rq u e p e r m e t de r e n d r e le schém a plus p a r l a n t : a ttr ib u o n s au clivage
(100) d u cristal prim itif la couleur rouge, à (010) la couleur v e r te et a
(001) le bleu, il s’en s u it q u e le p o in t sym bolique 10 p e u t être relié a u p o in t 0
p a r u n t r a i t v e r t et p a r u n bleu, dan s l’ordre indiqué p a r les couleurs des
faces voisines du r h o m b o è d re central, et de com pléter le dessin p o u r 20
et 30 p a r homologie circulaire.

B - L a série généalogique qui ja lo n n e la tr a c e d u p re m ie r pla n de


sym étrie : 0, 10, 210, 2210, nous a p p o r te une notio n nouvelle sur la p a re n té
1 2 .S C. GALDIil'KOY

des groupes. Tous les groupes de ce lle série o u i m êm e pla n de macle (011)
et mêm e plan de sym étrie (011). On p e u t écrire ce tte série sous la forme
suiva nte :

011 011 011


0 | 10 | 210 | 2210. . .

On y lit ceci : le p rem ier groupe 0 est sy m é triq u e p a r r a p p o r l à (011) du


deuxièm e groupe, 10, qui est s y m é triq u e p a r r a p p o r t au m êm e plan (011)
du troisième groupe 210. Or d e u x figures s y m é triq u es d 'u n e m ê m e t r o i­
sième p a r r a p p o r t au m êm e plan so n t identiques. D onc le p re m ie r
groupe de c e tte série et le troisièm e sont ide n tiq u e s p a r leur orien tatio n
cristallographique. Le m êm e r a iso n n e m e n t s’a p p liq u e r a it au cinquièm e
te rm e et à to u s les te rm es im pa irs de ce lle suite généalogique. Il s’applique
aussi bien a u x relations m utuelles des deuxièm e et q u a triè m e te rm e s et
à tous les term es pairs.

Nous re trouvons ici les observations faites p ré c é d e m m e n t sur les


blocs de macles p o ly sv n th étiq u es su iv a n t b', à ce lte différence près que
le cas p r é s e n t est celui d ’une macle trip le m e n t p o ly sy n th étiq u e.

Les résu ltats o btenus dans ce p a r a g r a p h e B so n t incorporés au schém a


p a r des dessins : sur les taches 210, 220, 230, so n t représe ntés des r h o m ­
boèdres orientés para llèlem e n t à celui de 0 ; les ta che s 10, 20, 30 p o r te n t
l’a p p a ren ce simplifiée d ’un rh o m b o èd re maclé p a r r a p p o r t à l ’un des
plans b1 et le m êm e m otif est r e p r o d u it en 2210, 2220, 2230 et aussi en
2110 et à ses homologues.

C - Cherchons m a in te n a n t la p a re n té e n tre groupes d ’une mêm e


génération.

Définissons-la d ’a b o rd en tre les groupes de la deuxièm e génération.


L a solution est conten u e dans le ta b lea u I. Com parons les d e u x prem ières
lignes de ce ta b le a u relatives a u x groupes 10 et 20 : plans de sym étrie
com m uns n é a n t ; axe binaire co m m u n , n é a n t ; clivage parallèle (001).
Il faut donc enrichir le schém a d ’un t r a i t bleu en tre 10 et 20. P a r h o m o ­
logie, il f a u t un tr a it rouge e n tre 20 et 30, cl un v e rt en tre 30 et 10.

D - V oyons m a in te n a n t les liens de p a r e n té en tre les groupes de la


troisième génération. U n groupe quelconque fait p a r tie d ’un trip le t analogue
au tr ip le t 10, 20, 30. E t tous les trip le ts so n t justiciables d ’une mêm e
règle qui d evient évidente dès q u ’on Ta bien rem a rqué e. Les points
0 - 1 0 - 2 0 sont les som m ets d ’un tria n g le d o n t les côtés sont tous bleus.
L a raison en est évidente. De m ê m e 0 - 20 - 30 fo rm e n t un triangle rouge
et 0 - 30 - 10, u n triangle v ert. Or t o u t groupe form e avec ses trois satellites
u n ensemble analogue à celui-là. On d o it donc y tr o u v e r trois triangles
de couleur hom ogène d o n t chacun jo in t le p o in t re p ré se n ta tif d u groupe
a s c e n d a n t et de d eux de ses satellites.
2210

3110

2310 2110

2 330

1330

1220

2220

322 0 1230

1320 3130

2 32 0 2130

Clivages communs:

(100) - _ symétrique de (100) sur ( Oll) ---------------------- symétriques de symétriques de ( 100)

(010) „ (0/0) » (101) _____ „ rr (010)

(001) „ (ooi) » (no) 7 , n (001)

F i g . 6. — Schém a (les macles arborescentes de la calcite. Le cristal prim itif est a u centre, les
trois groupes de la seconde génération sur le p re m ie r cercle, les g énérations suivantes sur
des cercles successifs ; chaque groupe de c rista u x parallèles est re p ré se n té p a r un seul point
relié à son s u p p o r t p a r un t r a i t radial.
Les n o m b r e u x clivages com m uns sont indiqués p a r des tr a i ts joig n a n t les p oints d eu x à deux.
U n t r a i t plein correspond à un clivage du prim itif ; des tirets à un clivage s y m é triq u e du
prem ier p a r r a p p o r t à u n plan b1 ; des tire ts-p o in ts à un clivage s y m é triq u e du p rem ier
p a r r a p p o r t à d e u x plans b1 différents.
C A L C IT E DE I.A GROTTE DE GO R,VN E 129

11 n ’est c e p e n d a n t pas possible d ’éviter les confusions si l’on v e u t


se c o n te n te r de trois couleurs. Le groupe 10 p a r exemple a seulem ent
d eux clivages com m uns avec 0 : les clivages (010) (vert) et (001) (bleu).
Le troisièm e clivage de 10 est sy m é triq u e du clivage (100) rouge. Ce clivage
lui sera com m un avec d eux de ses desce ndants : il f a u t donc lui a t tr ib u e r
un t r a i t de liaison nouveau. C’est pourq u o i le troisièm e t r a i t est formé
de tire ts rouges ; il relie les points 10 - 310 - 110. P a r homologie on p e u t
tr a c e r tous les triangles de couleur hom ogène de la troisième génération.

Il n ’esL p as inutile de n o te r que les groupes qui descendent de 10


ne sont pas in d é p e n d a n ts de ceux qui d esce ndent de 20, car les d e u x points
310 et 120 reliés p a r un t r a i t bleu au p o in t 0, o n t en c om m un le clivage
(001). C’est pourq u o i ils sont reliés d ire c te m e n t p a r u n t r a i t bleu. C’est
pourq u o i aussi il y a un tr a it rouge entre 320 et 130, et un t r a i t v e r t en tre
330 et 110.

E - E nfin considérons la q u a triè m e génération. Si nous prenons


sé p a ré m e n t les groupes issus de 10, de 20 et de 30, chacune de ces parties
a les mêmes relations avec son prédécesseur de la deuxièm e génération
que tous les groupes de la troisièm e génération avec le cristal primitif.
C ette indication suffit p o u r y rec o n n aître plusieurs analogies. P a r exemple,
dans l’ensemble des groupes issus de 10, on re tro u v e d e u x groupes reliés
p a r une couronne continue de neuf tr a its , si l ’on n ’oublie pas la ligne
1110 - 3310. C ette couronne est ap latie tandis que la couronne de la t r o i­
sième génération est inscriplible dans un cercle, mais c’est u n d é f a u t du
procédé sym bolique utilisé, d é fa u t qui est d û à ce que l’an c être com m un
de ces groupes, 10, n ’est pas au centre d u cercle ; mais les relations des
groupes d e u x à d e u x sont les mêmes. De ces neuf Lraits, trois v e r ts et trois
bleus re p ré s e n te n t des clivages parallèles à ceux de 10 d u cristal origine ;
trois so n t en tire ts rouges, ils ind iq u e n t un clivage parallèle à celui de 10
qui est sy m é triq u e du clivage (100). Il s’y ajo u te u n t r a i t rouge entre
1210 et 3210 qui indique u n clivage (100) parallèle à celui du groupe 210,
lequel est, com m e on s’en souvient, parallèle à 0. On y voit aussi une f a is o n
bleue e n tre 1110 et 3110, ainsi q u ’un t r a i t v e r t entre 1310 et 3310 qui
n ’in d iq u e n t pas des clivages parallèles à ceux de 10 mais à ceux des a n t é ­
cédents directs 110 p o u r le bleu, 310 p o u r le v ert. P o u r ce tte raison, il
convient de leur do n n er un c a ractère distinctif : des tr a i ts a lte r n a n t avec
des points.

Signalons ensuite une parLiculariLé de la q u a triè m e génération :


l’existence de d eux groupes qui n ’o n t a u c u n clivage co m m u n avec le cristal
primitif. Tel est le groupe 1110. Il fait p a rtie du tr ip le t 1110 - 2110 - 3110.
Son a s ce n d an t 110 n ’a q u ’un clivage co m m u n (010) avec le cristal primitif,
symbolisé p a r le v ert. Ce clivage lui sera c om m un avec d e u x de ses groupes
descendants, à l’exclusion du troisième, 1110.
130 G. GAUDEFROY

I ’ig . 7. — Calcilc de Rancié (Ariègc). R e p ro d u c tio n d u schéma de A.


D uffour.

Ri o . 8. Section d ’un cristal maclé s u iv a n t b1.


M : tra c e du plan bissecteur de l ’angle aigu des axes te rn a ires
voisin d u plan réticulaire e6.
N : tra c e du pla n bissecteur de l ’angle obtus, coïncide avec le
plan de macle b'.
C A LC ITE DE LA GROTTE DE GORANE 131

Le groupe 3310 est passible d 'u n r a iso n n e m e n t analogue, et p a r


homologie circulaire, on en trouve six p a r m i les v in g t sept de ce tte q u a ­
trième g énération ; p a r contre, il y en a douze qui o n t un seul clivage
parallèle à l’un de ceux du cristal prim itif, et neuf a u tre s qui en o n t d eux :
ce sont 1210, 2210, 3210, et leurs homologues.

N otons aussi un lien cuire groupes plus lointains. On v o it sur le schém a


un t r a i t bleu en tre 2310, d e s c e n d a n t de 10, et 2120, d e s c e n d a n t de 20.
Le t r a i t est justifié p a r le fait que ces d e u x groupes o n t en com m un le
clivage (001) du cristal primitif. P a r homologie to u r n a n t e , 2320 et 2130
sont reliés p a r un tr a it rouge el enfin 2330 et 2110 p a r un t r a i t v ert.

P a r ces trois dernières liaisons, tous les groupes de la q u a triè m e


génération, à p a r t six d ’e n tre eux, so n t reliés p a r une couronne com plète
de tr a i ts simples. Chacune des trois couleurs règne dans le m êm e secteur.
On les tr o u v e déjà dans la troisièm e et la deuxièm e génération.

D ans les générations qui p e u v e n t suivre la q u a triè m e , les groupes


tel que 1110, qui n ’o n t pas de clivage co m m u n avec le cristal prim itif,
fero n t souche de c ristau x qui eu x non plus n ’a u r o n t pas de clivage com m un
avec lui, mais ils a u r o n t des clivages com m uns avec leur an c ê tre de la
deuxièm e g énération et ses descendants. Q u a n t a u x cristaux- qui ont
un clivage co m m u n avec le cristal prim itif, ils a u g m e n te n t en nom bre
à ch a q u e génération.

Discussion sur l’interprétation : macle suivant b' et non suivant e5

N ous avons diL que l’in te r p ré ta tio n de ce tte macle a été discutée.
C’est le m o m e n t d ’ex a m in e r la question.

II y a quelques années, le r e g r e tté A. D u f f o u r [1923] (2) d e v a n t un


échantillon assez sem blable à ceux de la g r o tte de Gorane, et do n t le schém a
dessiné p a r lui est re p r o d u it ici (fig. 7), a v a it d ’a bord défini les g roupe­
m e n ts singuliers q u ’il o b se rv a it com m e des macles s u i v a n t e 5 (511) (2021),
com m e si les d eux c r is ta u x maclés é ta ie n t sy m é triq u es p a r r a p p o r t à ce
plan (la figure 8 m o n tr e la position d u plan e5 dan s l’ensemble des c ristau x
com posants).

Mais ensuite, s’a p e r c e v a n t du rôle q u ’y jo u a it le plan b1 com m e cor­


r e sp o n d a n t de e5, il é ta b lit u n e com paraison e n tre les angles q u ’il o b te n a it

(2) Sur une macle oxlrcmemoiil rare de la caleHe. Ji, Soc. jranç. M in é r a lt. 46, pp
05-101.
132 C. GAUDKFROY

p ar des m esures directes et celles que l ’on calcule en tre les clivages sy m é­
triques p et P dan s la macle s u iv a n t e5 ou dans la macle s u iv a n t b1. E n
rep ro d u isa n t son tab lea u , j ’v ajo u te mes propres m esures (tableau II).

T ableau II : Différences e n tre les angles


p A P calculés cl les angles observés
— ----------------- • ------ ' ------------- ,
Angles Angles
Angles observés Différence observés iDifférence
calculés p ar D. p a r G.

D ans le cas
de la macle 37°<)1 1 11 38° 10' 1015 '

CO
su iv a n t e5 3 8 ul)l' ± 5' 3 8 °1 5 '

-H
37°50' 3 8°24'

D ans le cas ’ i4 t°4 ;r soiL soit


de la macle OU 38°0t 0°10' 38° 10' ! 0° 1'
s u iv a n t b1 38° 17 ± 5' ± 5'
! 1 ± 8' ; ± «'

Le fait que les m esures de A. D u f f o u r et les m iennes sont p r a ti q u e ­


m e n t concordantes ainsi que les formes, m o n tr e que l ’échantillon étudié
p a r lui, en pro v en a n ce de la m ine de R ancié et celui de la g r o tte de Gorane
sont d u m êm e type.
Nos angles s’é c a r te n t n o ta b le m e n t de l’angle théorique de la macle
c5 (1° ou plus) et bea ucoup m oins de celui de la macle b1 (16' ou moins).
Aussi D u f f o u r p e n c h a it p o u r b1, et c e p e n d a n t ne se décidait pas
f e rm e m e n t en sa faveur. Sa conclusion est celle-ci : « Comme le critérium
« des faces d ’accolem ent nous échappe, on ne p e u t d istinguer en tre les
« deux macles corresp o n d a n tes que la p se udo-sym étrie du réseau rend
« possibles. On ne s a u ra it dire s’il s’agit d ’un g roupem ent inédit a y a n t
« c5 p o u r plan de macle, ou d ’un aspect n ouvea u et r a r e de la macle sui-
« v a n t b1. »
P o u r ce qui est des c ristau x m arocains, le critérium , c’est-à-dire la
face d ’accolem ent, nous l ’avons vu, est b1 et non e5 qui fe ra it avec b1 l’angle
de 89°21 '.
L a conclusion semble s’im poser : ce n ’est pas une macle s u iv a n t c5
mais su iv a n t b1. C ependant, D u f f o u r a exprim é d ’a u tre s motifs d ’hési-
lation qui m é r i te n t d ’être relevés et réd u its à le ur im p o rta n c e réelle.
Le p rem ier tie n t à l’aspec t extérieu r du g r o u p e m e n t et le deuxième
à une publication de A. L a c r o i x , n o tre m a îtr e c om m un, d o n t les erreurs
sont rares et d o n t les observations o n t to u jo u rs été accueillies avec la plus
p arfaite confiance.
CALC1TE DE LA GROTTE DE G O R A iV E 133

« D ’abord cnLre les d e u x in te r p ré ta tio n s possibles de la macle, e5


« ou b1, la prem ière (e5) », d it A. D u f f o u r , « est celle qui v ie n t im m édia-
« te m e n t à l’esprit lo r s q u ’on v o it la macle. C’est p o u rq u o i je l ’ai ad optée
« dans la description qui précède. Elle consiste à n ’envisager p o u r les
« édifices cristallins associés que la sym é trie qui est la plus manifeste. »

Sa figure théorique (fig. 8) est bien conform e à ce q u ’il exprim e ;


la figure 7 précise 1’a v a n la g e a p p a r e n t d u plan e5, et la préférence q u ’il
lui a donnée d ’abord.

Mais cela tie n t à ce que les échantillons ne p r é s e n te n t que des demi-


cristaux. Si chacun de ces c rista u x a v a it ses d e u x p o in te m e n ts ternaires,
on v e r r a it to u t de suite que les deux axes Lernaires croisés o n t d eux plans
bissecteurs, l ’un M p a r ta g e a n t l ’angle aigu ; l’a u t r e N l ’angle o b tu s des
axes (voir la ligure 8). Sur ses cristau x , on ne v o it que l’angle aigu d o n t
le dièdre bissecteur est voisin de e5 et n ’en diffère que de 38' ; le dièdre
obLus qui est b1 passe inaperçu. Mais dans la suite, D u f f o u r a v u q u ’il
fallait en tenir com pte.

P récisém ent l’idée de ce lte critique c o m p a ra tiv e des d e u x macles


ne s’é ta it pas présentée à L a c r o i x lo r s q u ’il a v a it eu l ’occasion de parler
d ’une macle e5, et son avis a pesé sur les conclusions d ’A. D u f f o u r . R a p p e ­
lons que, dans sa Minéralogie de la F ra n c e et de ses colonies [1909, p. 563,]
A. L a c r o i x décrit les diverses macles a1, b1, p, e1 de la calcite de St-Julien
de Valgalgues ; et finalem ent il ajo u te ce passage que je cite in té g rale m en t :

« Les figures 227 el 228 re p ré s e n te n t une macle nouvelle s u iv a n t


«e3 (2021) inverse de e1, d o n t je n ’ai tr o u v é q u ’un exem plaire im p la n té
« sur un échantillon p r é s e n ta n t les macles précédentes. Les faces b1 et
« l’i sont presque sur le m êm e plan. »

C’est to u t : il ne fait aucune allusion à la possibilité d ’une macle


su iva nt b'. E t si l’on se re p o rte à ses d e u x figures 227 et 228, d o n t la p r e ­
mière r e p r o d u it la p h o to g rap h ie de la macle et l’a u t r e sa représentation
schém atique, on c o n s tate que les dem i-crista u x maclés n ’o n t q u ’un plan
de sym étrie a p p a r e n t, q u ’il place verticalem e n t, celui qui est voisin de
er>, ta n d is que les faces b1, sans signification sy m é triq u e a p p a r e n te , sont
horizontales.

S ur la préférence à d o n n e r à l’une des d eux significations possibles


de la macle, l’opinion de A. L a c r o i x ne p o u r r a it être invoquée q u e s’il
s’é ta it posé la question. E t s ’il y a v a it pensé, ou bien s’il a v a it seulem ent
soupçonné la possibilité d ’une critique, il a u r a il é v id e m m e n t m esuré
l’angle entre les faces b1 des d eux c om posants au lieu de dire négligem m ent
q u ’elles sont presque sur le m êm e plan.
134 C. GAUDEFROY

L à aussi il é ta it indiqué de chercher le critérium , réclam é p a r A. D u f -


four, dans la surface d ’accolement. J u s t e m e n t, la trace de c e tte surface
est assez bien indiquée sur la figure 228 (p. 564) de A. L a c r o i x . On y voit
un élém ent de courbe suivie d ’un e ligne horizontale ; or, la trace de e5,
verticale, n ’y figure pas, ta n d is que celle de b1, horizontale, s’y tr o u v e :
à v ra i dire la p h o to g ra p h ie ne suffit pas, il f a u d r a it ex a m in e r de n o u v ea u
ce cristal p o u r vérifier si ce tte Lrace horizontale esl v r a im e n t celle de
b1 ou si c’est seulem ent la Lrace d ’une face de la zone p b l; en tous cas,
elle n ’est pas favorable à l’h y p o th è se é . Quoi q u ’il en soit de ce tte v é r i­
fication, l’opinion de A. L a c r o i x n ’est pas en cause ici (3'.
D ans les crisLaux étudiés p a r A. D u f f o u h , un a u t r e critère au ra it
pu être essayé : le parallélisme e n tre d e u x des clivages p dans les c ristau x
maclés. Ce parallélisme existe d an s la maclc b1 et no n dans l ’h y p o th è se
d ’une macle e5.
L ’in te r p ré ta tio n que A. D u f f o u r et A. L a c r o i x o n t faite de ce tte
macle de la calcite a été reprise p a r J. D r u g m a n (4), qui se prononce
en f av e u r de la m acle su iv a n t b1. D ans ce m ê m e article sur ce q u ’il appelle
les « associations c um ulatives », il publie les p h o to g ra p h ie s de q u a tre
échantillons de provenances diverses qui rap p e llen t ceux d e l à g ro tte de
Gorane. E n outre, il passe en rev u e la bibliographie du sujet et cite les
publications d ’a u te u rs anciens : H a i d i n g e r , W e i i n e r , V r b a , tous p a r ­
tisans de l ’in te rp ré ta tio n : macle s u iv a n t b1. L ’une des références, celle
de A. F. R o g e r s et R . D. R e e d (5), p osté rieure à l’article de A. D u f f o u r
est très significative p uisque ces a u te u rs connaissent les in te rp ré ta tio n s
de D u f f o u r et L a c r o i x : A. F. R o g e r s , en d é c r iv a n t des c rista u x de
calcite qui englobent d u sable et maclés com m e ceux décrits p a r A. D u f f o u r ,
conclut aussi que c’est u n e macle su iv a n t b1.

F in ale m e n t, to u s les scrupules de A. D u f f o u r en f av e u r de l a macle


s u iv a n t e5 s’évanouissent.

Fréquence des maclés arborescentes, suggestion sur leur genèse

Ce faciès de c ristau x de calcite est-il « très rare » ? Il f a u t répondre


d ’a b o rd que là où on en tr o u v e quelques-uns, il y en a b ea ucoup. D ans
la m ê m e v as q u e il n ’y a p o u r ainsi dire pas de c rista u x qui ne soient maclés ;
on tr o u v e facilem ent une v ingta ine de bourgeons maclés p a r ce n tim ètre
carré de surface d ’un gros cristal. Certains d ’en tre eu x sont v é rita b le m e n t
hérissés de pointes. 543

(3) V oir p . 136.


(4) J . D r u g m a n (1943). — S u r q u e l q u e s e x e m p l e s d e c r i s t a u x m a c lé s e n g ro u p e s s y m é ­
tr i q u e s e t s u r le s « ass oc ia tio ns c u m u l a t i v e s » d e m a c lé s clans l ’o rth o s e . I — G r o u p e m e n t s
q u a d r u p l e s d e l a cal cit e , e n mac.les t r i p l e s . B u ll. Soc. franç. M in é r a l., t . 66, p. 625.
(5) A. T. R o g e r s e t R . D . R e e d (1926). — S a n d - c a lc ite c r y s ta l s fr o m M o n t e r e y C o u n lr,
Cal ifornia. A m e rica n M inéralogiste v ol. 11, p. 23.
CA LCITE DE LA GROTTE DE GORANE 135

Q u a n t à la r a r e té des gisem ents de ces m acles « cum ulatives » et


arborescentes, il f a u t dire au m oins q u ’on en a signalé d ’au tre s dan s des
régions diverses d u monde. A u M aroc il y en a plusieurs. D ans la collec­
tion de l’I n s t i t u t scientifique chérifien à R a b a t , on tr o u v e un exem plaire
de ce tte macle qui p ro v ie n t de la g r o tte de l ’oued A k re u ch (planche II g)
et un a u t r e d ’une g r o tte m a roc aine inconnue. E n F ra n c e , A. D u f f o u r ,
dans l’article p récité a publié un exem plaire p r o v e n a n t de la m ine de
Rancié, un a u tre de V alm an g a (P yrénées-O rientales) et un troisième de
L a V ale tte (Corbières). P a r m i les n o m b r e u x d o cu m en ts p h o to g rap h iq u es
de A. L a c r o i x [1909], il y en a un (flg. 170, p. 523) qui p ro v ie n t des ca r­
rières de H a m m a , à Alger, et qui est du m ê m e genre. Ceux de D r u g m a n
p ro v ie n n e n t : l’un de la F o re st of D ean (Gloucestershire), l’a u tre de S a n ta
E ulalia (Mexique), etc... Les gisem ents ne sem blent p as très rares.

Les conditions de fo rm a tio n de ces c rista u x sont variables p u is q u ’on


re tr o u v e le m êm e t y p e de macles dan s des sables de régions arides, à
Cholane Hills (California) d écrit p a r A. F. R o g e r s [1926] aussi bien que
dans le fond des g ro tte s hum ides.

L eur f o rm a tio n est to u te différente des actions m écaniques qui sont


à l’origine des macles p o ly sy n th é tiq u e s com m unes. D an s l ’eau des grottes
to u te compression la térale est exclue. Il semble bien que les bourgeons
maclés a ien t com m encé à la surface m ê m e d u cristal en voie de croissance.
Il est à r e m a r q u e r q u ’on en tr o u v e a u t a n t sur les faces inférieures des
c rista u x penchés que sur les faces supérieures, ce qui exclut, com m e
causes possibles de ces macles, les chocs p ro d u its p a r les chu tes de p o u s­
sières.

On ne p e u t é m e ttre q u ’une h y p o th è se bien risquée sur le ur form ation.


Les c ristau x les plus p u rs de la g ro tte de G orane ne sont pas p a r f a ite m e n t
limpides. Ils o n t englobé des poussières étra ngères qui é ta ie n t en suspen­
sion dans l ’eau. Sans doute, une fois incluses dan s la m asse cristalline,
ces im p u re tés sont im puissantes à tro u b le r le d é p ô t des nouvelles couches
cristallines. Mais lo rsq u ’une poussière arrive en c o n ta c t avec une face de
croissance, elle gêne la nouvelle couche qui se form e, et p e u t l’em pêcher
de s’y déposer s u iv a n t l’o rie n ta tio n la plus stable qui est celle d u réseau
simple. Alors p e u t n a îtr e un cristal maclé.

J ’ai été aidé dan s ce tte description p a r M. M. G i g o u t , professeur


de géologie à l’I n s titu t scientifique chérifien, qui m ’a co m m u n iq u é les
échantillons de sa collection ; p a r M. F. P e r m i n g e a t et M. J . L u c a s
qui m ’ont donné de précieuses suggestions. J e les rem ercie bien sincè
rem ent.
13 ( 5 C. GAUDEFROY

ADDENDA AU SUJET DES


MACLES ARBORESCENTES DE LA CALCITE DE GORANE

Au cours de l ’impression de ce tte note, j ’ai eu l’occasion de voir,


au M uséum d ’H istoire natu re lle de P aris, le cristal de calcite de S t-Julien-
de-Valgalgues qui fait l’ob je t de la discussion p réc éd en te sur l’existence
d ’une macle s u iv a n t c5 (6). Grâce à l ’obligeance de M. J . O r c e l et de Mlle
S. C a i l l è r e , j ’ai re tro u v é cet échantillon : c ’est le n° 109 2 4 3 ; le registre
en donne la description su iv a n te : « Groupe de cristaux d 2 avec rnacles
suivant b1 et une macle suivant e5 ». L ’ensemble a 10 cm de diamcLre et
co m porte un cerLain n o m b re de c rista u x maclés s u iv a n t b 1, et a u milieu
d ’eux se tr o u v e le cristal p h o to g ra p h ié dans la Minéralogie de la F rance
et de ses colonies ( II I) , p. 5 6 3 , n° 2 7 7 où il est donné com m e un cas de
macle su iv a n t e5. Il n ’a q u ’un c e n tim ètre de longueur ; la légende dit p a r
e rreu r : grossissement 1 /3 au lieu de grossissem ent 3.

J ’ai p u vérifier avec une précision suffisante que la macle en question


est une macle su iv a n t b1 et non s u iv a n t e5. On p e u t suivre la justification
que je vais en do n n er à l’aide d u dessin de L a c r o i x , fig. 2 2 8 , p. 5 6 4 , qui
est très fidèle. Les d e u x c ristau x maclés se te r m in e n t à leur p a rtie supé­
rieure p a r des faces b 1, l’une à gauche, l’a u tre à droite, lin r e g a r d a n t p a r
réflexion les im ages d ’une lam pe en tu b e rectiligne, ces d eux im ages se
c o n tin u e n t com m e s’il n ’y en a v a it q u ’une, m êm e en t o u r n a n t le cristal,
p o u r changer le plan d ’incidence. Ces d e u x faces b1 sont donc parallèles ;
il d o it en être ainsi d an s le cas d ’une macle suivant b1. Au contraire, dans
l’h y p o th è se d ’une macle s u iv a n t e5, les d e u x faces b1 feraie n t l ’angle de
1 014’ et leurs im ages se ra ien t n e t t e m e n t distinctes com m e sur un miroir
brisé.

<fi) V oir p. 131.

P lanche 1

aJ Macaron de calciLe, vu de profil, lim ité à sa p artie supérieure p a r le


plan d ’eau. G ro tte de G orane x 0,75.
b) Macaron v u de dessus m o n t r a n t les sections triangulaires des cristaux
p a r le plan d ’eau. G ro lte de Gorane. x 0,75.
c ) , d ) . e) C ristaux de ealeile arborescents. G ro lte de Gorane. x 0,75.
j ) U n cristal de cal­
cite d étac h é, en p y r a ­
m ide tria n g u la ire e h ,
a u x faces arro n d ies,
m o n tr a n t d eu x g ro u ­
pes de c rista u x sa te l­
lites, m aclés su iv a n t
h1. G ro tte de G orane.
x 3.
g) C alcite en m acles
arb o rescen tes. Oued
A k reu ch , M aroc, x 3
h ) C alcite en m acles
arb o rescen tes, d ’o ri­
gine m a ro cain e non
précisée, x 3.
139

QUESTIONS DE CRISTALLOGÉNIE
PHÉNOCRISTAUX DE GYPSE
INCLUS DANS LE GYPSE SACCHAROÏDE DE SAFI

par

C. G a u d e k k o y
(Service géologique du Maroc)

L a form ation de phénocrisLaux de gypse en nodules isolés, arrondis, dans


le gypse saccharoïde de la région de Sali, est a ttr ib u é e à la présence
du sel, et leur f o rm e a rrondie à la le n te u r de la diffusion p a r rap p o rl
à la vitesse de la cristallisation.

L a form ation des c rista u x de gypse est à ra p p r o c h e r de celle des


c ristau x de stibine d o n t il est question p a r ailleurs (p. 150) : to u te s d e u x
m o n tr e n t des solides qui s’accroissent au contact d ’a u tre s solides. Ces
d e u x cas different en ce que la stibine au c o n ta c t du q u a r tz conserve des
formes cristallines, ta n d is que le gypse a u c o n ta c t du gypse p e rd ses faces
planes. On se propose de préciser les divers problèm es que pose ce p h é ­
nomène.

GISEMENTS

Le J u r a s s iq u e supé rie ur de la Mcseta m arocaine en tre Sali et Louis-


Gentil renferm e des bancs g ypse ux im p o r ta n ts , E. R o c h [1930] en décrit
trois superposés. L ’un d ’en tre eux, com posé prin cip ale m en t de gypse
saccharoïde à grain très fin, contient des nodules qui a p p a ra iss e n t sur les
cassures de la roche com m e des taches plus ou moins sombres, ou colorées
de diverses nuances, d o n t le rose orangé (voir les figures 1, 2, 3 et 4).
140 C.. GAUDEFROY

F ig . 1. — Masse de gypse sacch aro ïd e c o n te n a n t des n odules de gypse


en gros c rista u x (1 /3 de g ra n d e u r n atu re lle ). O rigine : 10 k m au N
de Safi.
F i g . 2, 3, 4. — M on o cristau x de gypse dégagés du gypse saccharoïde,
m o n tra n t leurs clivages e t le u rs form es n atu re lle s arro n d ies (un peu
plus p e tits que n a tu re ).

Signalons en p a s s a n t que ces nodules se m b le n t c a ra c té rise r l’u ne des


couches gypseuses e t la d istin g u er des au tre s.

Les p rin c ip a u x en d ro its où l ’on tro u v e ces n odules sont : la falaise


q ui s’écroule sur la p lage à 10 k m au N de Safi au p o in t 137 - 207 de la
c a rte (1), la carriè re du S p h y n x à Safi, la carriè re de T ijji à 38 k m au SE
de Safi au p o in t 174 - 181 e t à la ca rriè re L ouis-G en til, à 10 k m W de la
ville de ce nom . 1

(1) F e u ille S afi a u 1 /2 0 0 0 0 0 , é d it. o c t. 1952.


Q U E ST IO N S DK C R ISTA LLO G EN IE 141

DESCRIPTION DES NODULES

Les nodules p e u v c n l a tte in d re 3 à 5 cm de dia m ètre , ils se brisent


s u iv a n t un clivage p a r f a it et m o n tr e n t to u te s les propriétés du gypse
sauf les faces. Chacun d ’eux est formé d ’un seul cristal ou d ’un p e tit nom bre
de c ristau x :;il est isolé des au tre s p a r une distance de quelques centim ètres.
On n ’y trouve pas les macles en fer de lance ou en queue d ’aronde si fré­
q u entes ailleurs, mais on y trouve souvent les plans de sé paration ni,
h1, e‘, de la n o ta tion de A. L a c r o i x [1910], soit (210), (100), (011) de la
n o ta tio n du D a n a ’s System of Mineralogy [1951],

Les nodules sont so u v e n t translucides, r a r e m e n t limpides ; on y voit


au microscope de p etits fra g m e n ts étrangers, biréfringents, ainsi que
des c ristau x négatifs allongés s u iv a n t le clivage Adtreux, qui se lim ite n t
p a r les faces du prism e et g1 (010), Landis q u ’à leurs e x tré m ité s on v o it
les traces obliques des faces p (001) et a1'2 (201) suivant A. L a c r o i x ou
(101) s u iv a n t D ana. Quelques uns de ces c ristau x o n t des zones concen­
triques d o n t les traces sont parallèles a u x contours sinueux du cristal.

P a r to u t ailleurs, dans les au tre s gisem ents en général, les crisLaux


de gypse o n t quelques laces arrondies, ce p e n d a n t ils o n t aussi des faces
planes notammenL celles de la zone verticale m et g1. Ici, a u contraire,
il n ’v a pas de face plane, ces nodules sont arrondis, oblongs, parfois un
peu aplatis p ara llèlem e nt a u x faces g1, avec de faibles excroissances et
des bourrelets qui signalent l’orienLaLion du prism e vertical. Les divers
nodules q u ’on trouve dans un m êm e bloc ne semblenL pas avoir d ’o rie n ­
tation com m une, même appro x im ativ e .

FORMATION DES NODULES

Q u a n t à l’origine de ces phénoerisLaux de gypse, on p o u r ra it penser


d ’abord q u ’ils ont préexisté à la roche saccharoïde et que celle-ci les ronge
progressivem ent. J e ne m ’a r r ê te pas à ce tte idée, car les zones concentriques
q u ’on y voit, s’in te r p r è te n t n a tu re lle m e n t com m e des zones de croissance
q u ’on tr o u v e si souvenL sur les cristau x impurs. Elles dessinent des courbes
parallèles a u x bords incurvés du cristal, com m e le seraient les traces des
limites successives d ’un cristal en voie de croissance. Il y a t o u t lieu de
penser que ces nodules o n t grossi sur place dans le milieu saccharoïde
et a u x dépens de lui.
142 C. GAUDEFROY

Les difficultés qui se p r é s e n te n t dans l’explication d ’un pareil p h én o ­


m ène ne d o iv e n t pas faire oublier que le co m m encem ent de ce tte crois­
sance est facile à com prendre. E n effet, une f o rm a tio n gypseuse n ’est pas
im m uable, elle se transform e à certaines périodes, et p e u t-ê tr e co n tin u el­
lem ent. Si au d é p a r t les c rista u x de gypse sont très petits, ils s ’accroissent
p rogressivem ent p a r « l’in té gration » des p e tits dans les gros. C’est le sens
général de l’évolution d ’un gisement de gypse adm is p a r G o i . d m a n [1952]
et C a r o z z i [1949]. Voici l’explication ou l ’une des explications que l ’on
p e u t do n n er de ce fait. L ’eau « de carrière « qui im prègne la roche eL y
circule le n te m e n t est saturée, év id em m en t. On connaît la solubilité du
gypse dans l’eau ; elle est de 0,208 S 0 4Ca dan s 100 H , 0 à la te m p é r a tu re
de 25° C. Or les conditions physiques dont dép e n d la solubilité ne sont
pas absolum ent stables. L a t e m p é r a t u r e de la solution, sa composition
en im puretés, son p H , le sens de son écoulem ent p e u v e n t se m odifier et
e n tra în e r des alternances de dissolution et de cristallisation, qui p e u v e n t
être plus grandes en certains points. P e n d a n t une phase de dissolution,
chaque grain est décapé d ’une couche d o n t l’épaisseur est définie ; les
grains trop p e tits disparaissenL co m p lè te m e n t et, p e n d a n t la p hase de
cristallisation qui suit, le ur su b stan ce se dépose sur les n o y a u x r e sta n ts :
les gros m a n g e n t les petits.

Rôle du sel dans l’accroissement des phénocristaux

Mais un a u tre p hénom ène autorise à p enser que certains c rista u x sont
plus favorisés, et que l'a lte r n a n c e de ces d eux phases les favorise toujours.
On sa it que la solubilité d u gypse dép e n d en p articu lie r de la prop o rtio n
de sel que c o n tie n t l ’eau. Voici le ta b le a u de correspondance où la solu­
bilité du gypse est donnée en fonction du p o u rc e n ta g e de sel. Ce ta b lea u
est cité d ’après le T ra ité de Chimie m inérale de P . P a s c a l [1934],

CINa C oncentration en gra m m e p a r litre

0 2,925 14,62

Solubilité en S 0 4Ca à
14° C.
1,70 2,79 3,68
Q U E ST IO N S 1)E C H IST A I,I,O G F.N IE l4:i

Comme on le voil, la solubilité du gypse d an s l’eau a u g m e n te sensi­


b le m e n t avec la prop o rtio n de sel. Ce ren se ig n em en t m ’a incité à chercher
si le gypse où l’on tr o u v e des nodules contient du sel. Des analyses com ­
parées o n t été faites sur le gypse de la carrière de Tijji, à 35 km environ
de la mer. L ’une des prises d ’essai a été faite sur un nodule ; l’a u tre sur
le gypse saccharoïde voisin à 3 ou 4 cm du nodule précédent.

Le chlore a été dosé au la bora toire du Service des Mines p a r C. G r a u d é :


Si on évalue la q u a n t ité de chlore p a r la q u a n t ité de NaCl co rresponda nte,
ce gypse saccharoïde en contient 0,43 %, ta n d is que le nodule n ’en contien t
pas.

Ce ré s u lta t est rem a rq u a b le ; il confirme les h ypothè ses émises ici,


com m e nous allons le voir. Mais avanL toute explication, il co n v ien t de
faire r e m a rq u e r que la présence du sel n ’a rien de s u r p r e n a n t dan s ce
d é p ô t qui est d ’origine m arine, com m e l’a m o n lr é Marcel G i g o u t [1951].
Ce qui est plus é to n n a n t, c’esl que les nodules, inclus dans ce dépôt m arin,
ne co ntiennent pas de sel.

Mais c’est précisém ent ce qui est a t te n d u dans l’h y p o th è se où les


nodules sont postérieurs au gypse saccharoïde, s’ils sont dus à une recris-
lallisation. On sait, en effet, que la cristallisation des substances solubles
les purifie. C’est sans d o u te p a r un procédé n a tu re l de recristallisation que
les nodules e xe m pts de sel se sont développés.

Voici c o m m en t on p e u t se rep rése n ter celte opération. Nous avons


vu que la te m p é r a t u r e et les a u tre s conditions physiques, p a r leurs v a r ia ­
tions, p r o v o q u e n t des alternanc es de dissolution et de recristallisation,
grâce à la présence d ’une p e tite q u a n t ité d ’eau entre les grains de la roche.
Le sel co n te n u dans les grains saccharoïdes joue dan s ces alternances un
rôle favorable a u x nodules.

Suivons en effet l’évoluLion de la roche p e n d a n t un cycle com plet,


c ’est-à-dire c o m p re n a n t une phase de dissolution et la phase de recris-
lallisation qui la suit. D ans la prem ière phase, tous les c ristau x p e rd e n t
une pellicule de leur substance ; mais ce tte couche esL moins épaisse sur
les nodules e x e m p ts de sel que sur les grains saccharoïdes, car le sel libéré
p ar ces derniers au g m e n te la solubilité du sulfate de calcium. L a diffusion
égalisera ensuite la c o nc entra tion, mais il y fa u d ra du temps, car l ’espace
où p e u t se faire ce tte diffusion est très restre int. C ette diffusion et p a r
suite l’égalisation a u r a p o u r r é s u lta t de tr a n s p o r te r un peu de sulfate de
calcium j u s q u ’au c o n ta c t des nodules. Puis lo rsque v ie n d ra la p hase de
recristallisation, une couche égale de gypse se déposera sur tous les cristaux,
sur les nodules aussi bien que sur les autres.

E n somm e, dans la prem ière phase, les nodules p e r d e n t m oins de


substance que les grains saccharoïdes, et dan s le deuxièm e ils en reçoivent
a u t a n t q u ’eux. Le bilan d ’un cycle entier est favorable a u x nodules.
144 C. G A l ' D E I ’H O V

Surface courbe et diffusion

Les c ristau x nourris dans une solution a b o n d a n te se lim itent p a r des


faces planes. L a diffusion p e rm e t d ’en ren d re com pte, com m e l’absence
de diffusion rend com pte, j u s q u ’à un certain point, des surfaces courbes
des nodules.

Les faces planes des cristaux s’expliq u en t assez bien p a r un raison­


n em en t a p p ro x im a tif qui suffit p o u r le cas présent. Une molécule qui
to m b e sur un cristal, ou m ieux une maille cristalline qui se fixe sur lui,
est co m parable à un objet p e s a n t qui tom be sur le sol. Mais, entre les
d eux phénom ènes, il y a d eux différences im p o rta n tes. D ’abord, le corps
p e s a n t suit la verticale, tandis que la maille se dirige vers la paroi cris­
talline voisine, quelle que soit son orien tatio n p a r r a p p o r t à la verticale.
L ’a u tre différence est celle-ci : l’intensité de la p e s a n te u r est à peu près
la m êm e sur des distances kilom étriques, tandis que l’intensité de la gravité
qui affecte une maille dim inue r a p id e m e n t avec l’éloignement du cristal
et d evient négligeable à la dislance de quelques mailles.

Si l’on com pare entre elles les différentes régions de la surface d ’un
cristal, on rec onnaît facilem ent celles qui sont plus favorables à la fixation
d ’une maille. Une face cristalline, c ’est la surface extérieure d ’une str a te
de mailles ; et p e n d a n t la croissance du cristal les s tra te s s’em pilent les
unes sur les autres. D u reste ce n ’est pas une s tr a t e entière qui v ie n t se
fixer d ’un seul coup, mais une s tr a te nouvelle com m ence à p a r ti r d ’un
ou de plusieurs points et s’étend p rogressivem ent com m e un p a v a g e de
pierres égales entre elles. L a limite de ce tte str a te en form ation se présente
com m e une m arche d ’escalier, avec une arclc saillante et un dièdre r e n tr a n t.
C’est le dièdre r e n t r a n t qui forme une zone favorable à la fixation des
nouvelles mailles p lu tô t q u ’un po in t isolé loin du bord. Un effet, une maille
qui se tr o u v e d an s l ’angle rentranL est influencée à la fois p a r la s tr a te
inférieure et p a r la tranc he ; au contraire une maille qui se trouve loin
du bord n ’est influencée que p a r la strate. On com prend que les mailles
se fixent a u x points où la r é s u lta n te esL plus grande, et, p a r suite, que la
s tr a t e com mencée se prolonge très loin av a n t q u ’une nouvelle se forme.
Mais, notons-lc bien, no tre raiso n n e m e n t ne v a u t que si la concen­
tratio n de la solution m ère est la m êm e a u x d e u x points com parés ; et
c’est bien ce qui se p r o d u it a p p ro x im a tiv e m e n t dans un bain large, parce
q u ’alors la diffusion égalise ra p id e m e n t la concen tra tio n . Il en est to u t
a u t r e m e n t lorsque le cristal est baigné dans un mince iilm liquide où la
co n c en tra tio n ne s ’égalise que très len tem en t. C’est ce qui se passe dans
une roche com pac te où la solution est enfermée en tre les parois des frag­
m ents contigus. Ulle y est c o m p a rtim e n té e et ne dépose ses mailles que
sur les portions de surface cristalline les plus voisines. Alors ch a q u e élément
de surface se recouvre d ’une épaisseur à peu près égale p a r to u t.
Or un solide qui s’accroît d ’une m êm e épaisseur p a r to u t , tend vers
la forme sphérique, quelle que soit sa forme prim ilive. C’est le cas des
nodules de gypse.
C. GAUDEFROY 145

RÉFÉRENCES

A. C a r o z z i (1949) : P é tro g ra p h ie des roches sédimcntaires. F . Rouge, et


Cie édit., L ausa nne, pp. 214-215.
D a n a ’s System of Mineralogv, p a r C. P a l a c i i e , H. B e r m a n et C. F r o n d e i ,
(1951) vol. II, p. 482“
M. G i g o u t (1951) : E tu d e s géologiques sur la Méséta m arocaine occi­
dentale (arrière-pays de Casablanca, M azagan et Safl). Noies et M .
Serv. géol. Maroc, n° 86.
M. I. G o l d m a n (1952) : D eform ation, m e ta m o rp h is m and m inéralisation
in gvpsum anliy d rite Cap R ock of sulfur salL Dôme, Louisiana. Geol.
Soc. of America, mem. 50, inarch.
A. L a c r o i x (1910) : Minéralogie de la F ra n c e et de ses colonies, t. IV,
p. 164.
P. P a s c a l ( 1 9 3 4 ) : T ra ité de chimie minérale. Masson édit., P aris, t . VI,
p. 1044.
E. R och (1930) : E lu d e s géologiques dan s la région m éridionale du Maroc
occidental. Notes et M . Serv. M ines et Carte géol. Maroc, n° 9, pp.
223-263, et fig. 45, p. 243.

( l l’r déc. 1956)

Xnt es Serv. (/éol. M a r n e , l. 1 5 , H)5fi.


147

DESCRIPTION PROVISOIRE DES ESPÈCES MINÉRALES


DU MAROC - VII

VALENT1NITE DU ROC BLANC

Sb20 3 ; o rth o rh o m b iq u e
a : b : c = 0,3939 : 1 : 0,4339 (1)

D ans un échantillon de m inerai - schiste im prégné de galène, blende,


sulfoarséniures et sulfoantim oniures de plom b - p r o v e n a n t de la mine
d u R oc Blanc, située au pied n ord du jebel Salhref (Jebilet), nous avons
trouvé, dans une géode, des la m es cristallines, incolores, de v alentinite.

Les c ristau x se p ré s e n te n t sous form e de lamelles très minces, aplaties


sur g1 (010), de 1 à 2 m m dan s le ur plus g ran d e dimension. Ils sont so u v e n t
groupés en éventails, b'ragiles, ils so n t d ’u n m a n ie m e n t difficile car la
facilité de leurs clivages les f ra g m e n te au m o in d re contact. P a r ordre
de faciliLé, ces clivages sont :

- le clivage g \ e x trê m e m e n t facile, pro v o q u é p a r t o u te m a n ip u la tio n


u n peu rude, débite les c rista u x en lamelles de plus en plus minces, leur
d o n n a n t un peu l ’aspect d ’un m ica ;

- le clivage m (110), à 68°04' d u p récédent, parallèle à l ’allongem ent


des lamelles, te n d à d é b ite r les c ristau x en la tte s étroites et longues. Bien
qu e moins facile que le clivage g1, ce clivage est ce p e n d a n t pro v o q u é très
aisém ent.

La présence de ces clivages appelle une discussion. E n eiîet, alors


que de n o m b re u x a u te u rs s’ac co rd en t à rec o n n aître un clivage g1 parfait,
H . I ' ngicmac . m (2) dénie la présence de ce clivage, q u ’il considère com me 21

(1) ( 5 I ' a l a c ï i k , 11. II k h m a s , (.. I-'h o n d i :!. T h e D a n a ’s s y s l e m o f M i u e r u l o g y ,


7 e é d i t i o n , p. 51 7 .
(2) 1 F. T nc . icmac .ii M 0 1 2 Ï : S u r la v a l e n l i n i l e . Ji. S o c , j r u n ç . M i n e r , , t. 5 5 . p . 5 5 1 - 5 5 2 .
148 ESPÈCES M IN É R A L ES DU MAROC - V II

plans de séparation de c ristau x aplatis. Il semble q u ’ici ce tte explication


ne soit pas valable. E n effet, le clivage g1 p rovoque des lamelles d ’une
très g ran d e finesse, p o la risa n t dans les noirs d u p re m ie r ordre, ce qui
in d iq u e ra it dans l’h y p o th è se d ’UNGEMACn un e m p ile m en t de c ristau x
e x trê m e m e n t minces. D ’a u t r e p a r t les images données p a r les faces de
clivage g1 sont quasi-parfaites, et ce fait, com m e le signale U n g e m a c h
lui-même, semble p r o u v e r l ’existence d ’un tel clivage. Ce problèm e sera
d éfinitivem ent résolu, nous semble-t-il, q u a n d des essais a u r o n t p u être
faits sur des c ristau x de synthèse de v alen tin ite , a b s o lu m e n t ex e m p ts
S b 20 3 pseudo-cubique.

E n plus de ces clivages, les lamelles possèdent un axe de pliage, p a r a l­


lèle à [010]. U ne fois pliés, les c rista u x re s te n t dans la position qui leur
a été donnée ; c ’est cet axe de pliage, qui, associé au clivage g1 si facile,
donne cet aspect d ’éventail d o n t nous avons parlé. P o u r a u t a n t que soient
correctes les mesures que nous avons p u faire au goniom ètre sur des cris­
t a u x aussi fragiles, il semble q u ’à la limite, les c rista u x pliés se cassent
s u iv a n t une face quelconque de la zone pg1.

L a faible q u a n t ité de m a tiè re que nous possédons ne nous a pas perm is


de faire une analyse chim ique q u a n t ita tiv e de ces cristaux. C e p en d a n t
les essais effectués confirm ent l ’h y p o th è se de la v alentinite . Au tu b e fermé,
la su b stan ce se sublime e n tiè re m e n t en d o n n a n t un épais an n e a u blanc,
cristallin.

Très dillicilement solubles dans N 0 3H à chaud, les c ristau x sont


facilem ent a tta q u é s p a r CIH dans lequel il se dissolvent sans résidu. L a
m icro-analyse q u alita tiv e , faite en collaboration avec Th. d e C i c h o c k i ,
n ’a révélé que la seule présence de l’antim oine. Les recherches de P b,
Ca, Zn, Ee, As et S sont restées vaines.

Le spectre de poudre a u x rayons X , elTectué p a r L. O r t e i . l i , p erm e t,


avec les ré su lta ts énum érés ci-dessus, de conclure q u ’on se tr o u v e en p r é ­
sence de v alen tin ite p a rtic u liè re m e n t pure.

J . L ucas

15 décem bre 1956.


F.SP E C E S M IN E R A L ES DU MAROC V II 149

Spectres de rayons X de la v a l e n t in it e

Y alentinitc de rél'crence, fichier


V a le ntinite du Roc Blanc (Jebilet) A. S. M. T., fiche n° 3-0530.
m é thode D ebye-S cherrer, rayonne- S ublim é o b te n u p a r chauffage de
m e n t Cu K a S b 20 3 sous vide ou a tm o sp h è re
d ’azote.

d I d I

! 5,40 4
4,56 m 4,58 25
3,48 m 3,50 20
3,12 TF 3,14 100
2,96 r
2,73 m 2,72 8
2,64 m 2,64 8
2,45 m 2,45 12
2,27 ; r 2,27 3
2,20 ! f 2,21 2
j
2,09 f 2,09 2
2,04 m 2,05 12
1,97 3
1,92 AF 1,93 12
1,89 3
1,83 6
1,80 F 1,80 32
|
1,665 1,67 16
!
1,625 > f 1,62 3
1,565 ni 1,57 12
1,515 ni 1,52 12
150 ESPÈCES M IN É R A L ES DU MAROC - V II

PSEUDOMORPHOSE DE QUARTZ EN STIBINE

On c onna ît de n o m b r e u x exemples où la stibine se prése nte en longs


c rista u x inclus dans le qu artz . Or, on ne p e u t g éné rale m ent pas affirmer
l’an tério rité de l ’un p a r r a p p o r t à l’au tre . C ependant, dans le cas du gîte
de M guedh (Massif h ercynien central), la stibine rem place le q u a r tz auto-
m o rp h e d ’un m icrogranitc à m uscovite, é v id e m m e n t a n té r ie u r à la m iné­
ralisation. L ’idée de s u b stitu tio n s’impose, en particu lie r p a r l ’exam en
des sections polies. L a figure 1 représente le m icrogranitc à m uscovite :
on y voit des p h é n o c rista u x de q u a r tz idiom orphes, so u v e n t corrodés,
sur un fond de second te m p s finem ent cristallin de q u a r tz , de l'eldspaths
séricilisés et de m uscovite ; des p h é n o c rista u x d ’orthosc et de m uscovite
existent égalem ent dans la roéhc. On v o it aussi des polyèdres semblables
a u x c rista u x de q u a r tz voisins et qui sont com plètem e nt remplis de stibine
en cristau x très n o m b re u x et distribués sans ordre a p p a re n t. C’est un
exemple bien caractérisé de p se udom orphose : év id em m en t, la stibine
a rem placé le q u a r lz p rée xista nt.

De tous les m in é ra u x de la roche, le q u a r tz est le p rem ier atte in t


p a r cette tran sfo rm atio n . P arm i les c rista u x pseudomorpliisés, il s’en
tr o u v e qui sont hérissés de pointes r a y o n n a n t dans les l'eldspaths voisins ;
en d ’au tre s endroits, c’est l ’ensemble du second temps de la roche qui
a été su b stitu é p a r la stibine.

O 11 p e u t saisir le phénom ène de la tra n sfo rm a tio n en voie de réali­


sation dans les c ristau x de q u a r tz in c o m p lè tem en t remplacés. L a figure 2
représe nte une plaque de 0,(1 m m d ’épaisseur, où le q u a r lz laisse voir,
p a r tran sp a ren ce , des aiguilles opaques. Ce so n t des c ristau x de sLibine
que l ’on peut rec onnaître p a r leur Tonne générale, et aussi p a r des caractères
visibles en lum ière réfléchie. Car, ce tte p h o to g ra p h ie a été prise avec
d eux éclairages, p a r tran sp a ren ce et p a r réflexion : le p rem ier m o n tre
la disposition des c ristau x de stibine dans le q u a rtz , le ur m ultiplicité
e t leurs o rientations variées, quelconques p a r r a p p o r t a u x axes cristallo­
graphiques d u q u a rtz , mais divergentes à p a r ti r d ’une région centrale
éloignée ; l ’éclairage p a r réflexion m o n tr e des faces b rillantes et des c a n n e ­
lures com m e les faces d u prism e de la stibine. Des exemples plus favorables
à l ’observation de quelques déLails m o n tr e n t des élém ents de clivages,
des cannelures accusées, parallèles à l’allongem ent d u prisme, ailleurs
encore le r a y o n n e m e n t des c ristau x à p a r ti r d ’un po in t central.

Les c ristau x de stibine qui se sont formés a u x dépens d u q u a r lz sont


p a r f a ite m e n t rectilignes dan s le ur a llongem ent su iv a n t l’axe verLical. C’est
là un p hénom ène q u ’il f a u t relever, m ê m e si on n ’en tr o u v e pas d ’expli­
cation, car il est v r a im e n t très é t o n n a n t p a r com paraison avec
ESPÈCES M IN É R A L ES DU MAROC - VII 151

F i g . 1. S u b stitu tio n p a r l a stib in e clans le m ic ro g ran ite de M guedh.


Si) : stibine, q : q u a rtz , p : p y rite , x 6, d ’ap rè s P h . M o r i n (1952) :
A ntim oine, in « Géologie des gîtes m in é ra u x m a ro c ain s ». Notes et M .
Serv. géol. Maroc, n° 87, pp. 142-143.
152 ESPÈCES M IN É R A L ES DU MAROC - VII

F i g . 2. - C ristau x de stib in e j n d u s d ans le q u a rtz du m ic ro g ra n ite de


M guedh. x 40. E clairag e m ix te : p a r tra n sp a re n c e e t p a r réflectio n ,
qui f a it b rille r ce rtain es faces de la stibine. L a ligne v erticale, au tie rs
d ro it du cliché, lim ite la p ré p a ra tio n .
F i g . 3. — G éode d ’u n q u a rtz de M asser A m an e m o n tr a n t les c rista u x
de stib in e pliés, x 4 environ.
ESPÈCES M IN É R A L E S DU MAROC - VII is a

ce que l’on sait sur la m orphologie des c rista u x de stibine. Ceux-ci


ne sont pas to u jo u rs rectilignes, t a n t s’en f a u t ; bien souvent ils sont
ondulés dans u n sens bien défini, to u jo u r s p a r des pliages oscillants
a u t o u r de l ’axe [100]. E t les conditions de ce pliage ap p a ra iss e n t
parfois avec évidence. L ’exem ple r e p r o d u it dans la figure 3 est
assez f r a p p a n t à cet égard : c’est une géode de Masser Arnane où tous
les c rista u x de stibine so n t pliés. L ’un d eux a dix coudes où le cristal est
incliné a l te r n a tiv e m e n t en sens contraire. Q uan d on y r eg a rd e de près,
la raison de ces pliages a p p a r a ît to u te simple : à chaque coude, la stibine
touc he un cristal de q u a r tz ; com m e on le conçoit facilem ent, au cours
de son allongem ent, elle a ren c o n tré cet obstacle, et sa p o in te a changé
de direction. L ’opposition est frappanLe e n tre ce cristal et celui qui est
em prisonné de toutes p a r ts p a r le quarLz eL qui se développe aussi libre­
m e n t que dans un milieu liquide. Kaut-il penser q u ’il n ’a aucun c o n ta c t
avec le q u artz , m algré les apparences d ’une observation grossière, ou
bien q u ’il subit des pressions égales en tous sens ?

L a s u b stitu tio n de la stibine au q u a r tz , pose bien des problèm es


difficiles, d o n t voici le plus élém entaire: la croissance d ’un cristal de stibine
au sein du q u a r tz suppose un d é p a r t de silice, et un a p p o r t des élém ents :
soufre, antim oine. Or, on cherche en vain une « gaine » libre a u t o u r de
l’aiguille de stibine qui p e r m e tte ces d eux co u ra n ts en sens contraires.
C ette gaine exisLe p eu t-ê tre, mais alors son épaisseur est inférieure a u x
limites de l’observation. On p e u t aussi penser q u ’il s ’agit de p h é n o m è n e s
de diffusion.

C. G a u d e i r o y et Pli. M o r i n .

(15 déc em bre 1956).

Notes Setv, géol. Maroc, t. 15, 1956.


154 ESPÈCES M IN É R A L ES DU MAROC - V II

LES ARSÉNIATES, PHOSPHATES


ET VANADATES DE CUIVRE AU MAROC

(d’après CI. Guillemin)

L a thèse de d o c to ra t de Claude G u i l l e m i n (1) concerne en p a r tie


le Maroc : plusieurs espèces non encore signalées en ce p a y s y so n t décrites ;
plusieurs gisements m arocains so n t notés, d o n t le plus in té ressa n t, au
p o in t de vu e de ces nouvelles espèces, est H assian ed Diab (Maroc oriental)
<fig. 1).

N ous e x tra y o n s de cet ouvrage ce qui intéresse la minéralogie du


Maroc, en y a j o u t a n t quelques précisions relatives a u x gisements, dues
à J. A g a r d , G. J o u h a v s k y et H. M o u ssu (2).

A v a n t to u te analyse détaillée, signalons que l ’a u t e u r a déc o u v ert


u n e nouvelle espèce, la vésigniéïte, v a n a d a t e b asique de cuivre et de b a r y u m ,
prése nte au Maroc ; q u ’il a redéfini, en tre a u tre s espèces, la v o lborthite,
qui se tr o u v e aussi au M aroc ; q u ’il a réussi à l'aire la synthèse de ces
d eux m inéraux. L ’étu d e q u ’il a laite de la tvrolite, espèce qui est signa­
lée p our la prem ière lois au Maroc, p e r m e t de ne plus la confondre avec
la LrichalciLe qui se trouve discréditée.

Il est très utile aussi d ’a p p r e n d re l’existence d ’une série isom orphe


e n tre la lib é th é n ite et l’olivénite, et d ’une a u t r e e n tre la ta n g é ite et la coni-
chalcite.

On tr o u v e dan s ce tr a v a il des ta b le a u x , p a rtic u liè re m e n t utiles a u x


métallogénistes, qui r é s u m e n t les tran sfo rm atio n s, la filiation, d ’espèce
en espèce, dans la zone d ’o x y d atio n des gisem ents à p a r t i r d u m inerai
de p ro fo n d e u r : p o u r les arséniates (p. 83) et p o u r les p h o sp h a te s (p. 236).

E nfin, renseignem ent préc ieux p o u r les m inéralogistes m arocains,


l ’a u t e u r d onne les t a b le a u x des intervalles réticulaires D eb y e et S cherrer
p o u r to u te s les espèces décrites.

A la suite de ce tte étude d ’ensemble, un exa m e n, plus approfondi


des arséniates, p h o sp h a te s et v a n a d a te s de cuivre du M aroc v a être facilité ;

(1) (1956) : C o n trib u tio n , à la m in é ra lo g ie d e s arséniaL es, p h o s p h a te s c l v a n a d a te s d e


c u iv re . B . Soc. fraiiç. M in é ra l, et C ristall., t . L X X I X , p p . 7-89 p o u r le s a rs é n ia te s , p p . 219-
2 75 p o u r le s p h o s p h a te s e t le s v a n a d a te s .
(2) P lu s ie u rs d e s é c h a n tillo n s d é c r its p a r Cl. G u i l l i -i m i n p ro v ie n n e n t d e s c o lle ctio n s
d e la S e c tio n d 'é tu d e s d e s g îte s m in é ra u x e t lu i o n t é té re m is , e n 1953, lors d ’u n e m issio n a u
M aroc.
ESPÈCES M IN É R A L E S DU MAROC - V II 155

d é jà l’on p e u t p révoir que plusieurs des au tre s espèces décrites p a r Cl.


G u i i .l e m i n et non encore trouvées au M aroc y seront découvertes.

Voici la liste des espèces du Maroc décrites dan s cet ouvrage :

Olivénile : Cu2( A s 0 4) ( 0 H ) ; o rth o rh o m b iq u e, avec h ém édrie sphé­


noïdale, et d o n t la piézoélecLricité a été vérifiée p a r lui.

D ans le gisem ent de H assiane ed D iab, très riche en arséniates, l’oli-


v é n ite se prése nte sous différents aspects ; ra re en p etits c rista u x v ert-
olive brillant, elle est p a r co n tre fré q u en te sous une form e massive, qui
n ’a v a it été signalée q u ’à T sum cb (SW Africain) ; elle form e une p artie
im p o r ta n te des spécim ens et p e u t être considérée com m e u n minerai.
C ette olivénitc massive rem place les m in é ra u x prim aires, son asp ec t est
résineux ou te rre u x avec une teinte v a r ia n t du noir au vert-olive et une
cassure conchoïdalc ; elle est parfois m élangée à des h y d ro x y d e s de fer ;
les espèces qui l’accom pagnent sont, dans l’ordre d ’ap p a ritio n : la tyrolile,
la clinoclasite, la conichalcite, l ’azurite, la m a lachite et enfin des cristau x
de gypse.

Dans le célèbre gile de R liar et Anz (Meseta côtière), o ù R. U n g k m a c i i


a découvert jadis la ehaleosLilbitc, l’olivénite se tro u v e en p etite s aiguilles
vert-olive avec azurite et m alachite.

D ans l’O unein ( H a u t Atlas), au filon 1 de T a o u rirl, constitué, d ’après


R. M o u ssu , de q u a r tz à bornile, chalcopyrilc, cuivre-gris, énargitc et
fa m a lin ite , on re tro u v e de l ’olivénite massive, analogue à celle de H assian
ed D iab, et qui est rec ouverte d ’érinite en croûtes m am elonnées, finem ent
cristalline, vert-malachiLe. Puis v ie n t une seconde génération d ’olivénite
bien cristallisée et enfin de l’azurite.

Hrinile : Cu5( A s 0 4) ( 0 H ) 4. Monoclinique, r e p ro d u ite s y n th é tiq u e m e n t


p a r Cl. G u i l l e m i n . Il y a une série isom orphe entre l’érinite et la pseudo-
m alac h ite C u5( P 0 4)2( 0 H ) 4.

A Bou Skour (Massif du Sarhro) dans un filon de q u a r tz à chalco-


py rite , chlorite et divers au tre s sulfures, l’érinite se prése nte in tim e m e n t
liée à la conichalcite ; elle form e des croûtes v e r t- ja u n â tr e à la surface
du quartz.

D ans l’O unein on la tr o u v e aussi, com m e il v ie n t d ’être dit à propos


de l’olivénite, dans le filon 1 de T a ourirt.

Clinoclasite : Cu3( A s 0 4) ( 0 H ) :, monoclinique. Couleur v e r t som bre à


bleu verdâtre.

A R h a r el Anz, la clinoclasite a p p a r a ît en c ristau x ne d é p a ssa n t pas


0,3 m m et p r é s e n ta n t la couleur bleu, v e r t foncé, très ca ra c té ristiq u e de
ce tte espèce.
156 ESPÈCES M IN É R A L E S DU MAROC - VII

Cl. G u i l l e m i n cite, com m e p r o v e n a n t d ’O um Lil (3), Bou Azzer,


des peLiLs c ristau x de clinoclasite apletis.

A u filon 6 d ’H assiane ed D iab, filon de q u a r tz avec w olfram Le, chalco-


pyrite, mispickcl, p y rite et m uscovite. la clinoclasiLe se tr o u v e en certaine
q u a n tité ; elle est s u r to u t concentrée au voisinage im m é d ia t de masses
am orphes, b ru n ro u g eâ tre foncé avec cassure résineuse, qui sont formées
p a r un mélange intim e d ’olivénite et de lim onilc. La clinoclasite a p p a r a ît
en filonnets à s tr u c tu re lamellaire de couleur bleue ca ra c té ristiq u e ;
elle a été rec ouverte p a r de la conichalciLc en croûtes mam elonnées. L a
clinoclasite lamellaire p e u t aussi se tro u v er sur la gangue q u artz eu se
avec de la m alachite.

Tyrolile : C u ilCa2(AsO)4(OLI)lü.9-10H2O ; orlh o rh o m b iq u e. Iispèce red é­


finie p a r l’a u te u r, qui discrédite le nom de Lriehalcite.

A H assian : ed Diab, la Lyrolite est ra re ; on l’v tro u v e en p elites lamelles


verl-bleu.

F ig . 1. — Gisements d ’arséniates, p h o sp h a tes et v a n a d a t e s de cuivre


du Maroc.

(3) D ’a p rè s G . J o u r a v s k y , le g î t e d ’O u m lil (blanc* e n b e rb è re , e l q u ’il e s t p lu s c o rre c t


d ’écrire ain si) n e re n fe rm e p a s d e m in é ra u x d e c u iv re . L a c lin o c la s ite p ro v ie n t p e u t- ê tr e d u
g îte d e T a m d ro s t, s itu e im m é d ia te m e n t à l ’IC, ou d e s g ra tta g e s voisin s d e T a m d r o s t ?
ESPÈCES M IN É R A L E S DU MAROC - VII 157

Conichalcite : C u C a(A s04) (0 H ) ; orLhorhombique ; rep ro d u ite s y n th é ­


tiq u e m e n t p a r l’auteur.

A H a s s ia n e c d Dial»,la conichalcite esL très r é p a n d u e en minces couches


mam elonnées, sLalactiliques, soit sur la clinoclasite, soit d ire c te m e n t dans
les Assures de la roche quartzeusc.

D ans la région de Bou Azzer, m ais sans que l’on puisse préciser le
gisement, ce m inéral se présente en p e tits filonnets, v e rl-ja u n e sale avec
l’aspect de la garniérite ; il ne c o n tien t pas de nickel.

Volborthite : Cu3( V 0 , ) 2.3H20 ; p r o b a b le m e n t monoclinique. P etites


lamelles mal cristallisées, d ’a p p a ren ce hexagonale.

Faciès : clivage p a r f a it (001), moins p a r f a it (010), macles. Très fragile :


d u r e té 3,5 ; densité 3,42 ± 0,02. Couleur vert-bouteille à verL-jaune, le
plus souvent vert-olive.

U ne déAnition précise de ce tte espèce est donnée, à p a r ti r de la volbor-


th it e artiAciclle, p a r Cl. G u i i . i . k m i n .

D ans les basaltes perm o-lriasiques de la région de M archand, à 00 km


au SSL de R a b a t (4), celte m a tiè re csl formée p a r une croûte épaisse
de 4 à 5 m m , lamellaire, v e r t foncé, d ’aspect homogène. D ensité 3,50 ± 0,05.
L ’analyse m o n tre la présence de b a r y u m dosable. Les résultats de l ’analyse
q u a n t ita tiv e sont les su iva nts :

BaO 1,3
F e 20., 0,1
v 2o 5 3cS,5
CuO 49,2
IL, O 10,2

99,3

Ce n ’est pas une v ariété barifôrc de volborLhiLe : l ’étude optique


a révélé q u ’il s ’agit d ’un m élange ; de m em e l’exam en des d ia gra m m e s de
p o u d re a m o n tr é la présence de raies faillies de la vésigniéïle, enfin des

( I ) K n d e u x p o in ts : s u r la ro u le d e M a rc h a n d à B o u lh a u l a u k m e l s u r la ro u le
d e M a rc h a n d à O u e d X em à d(M) m d es d e rn iè re s m aiso n s d e M a rc h a n d .
T /u n d e n o u s se p ro p o se d e re v e n ir s u r la d e sc rip tio n d e ces tfisem en ls el d e le u rs m in é ra u x .
158 ESPÈCES M IN É R A L ES DU MAROC - V II

différences d ’intensité des raies s u iv a n t les proportions relatives de vol-


b o r th ite et vésigniéïte.

Vésigniéïte : Cu3B a ( V 0 4)2( 0 H ) ou 3C u 0 B aO .V 20 5- H 2O ; m onoclinique


(nouveau minéral).

Elle existe, in tim e m e n t m élangée à la volb o rth ite, dans les gîtes de
v a n a d a t e cuprifères des basaltes p erm o-triasiques des environs de M archand.

Coordonnées Lambert approximatives des gisements cités (Nord-Maroc ou


Sud-Maroc suivant les cas).

Bou Slcour : (feuille J b e l Sarhro) : 413,8 - 436,8.

H assiane ed D iab : (feuille D ebdou) : 758 - 372.

M archand : (feuille Casablanca) : 383,8 - 327,4 et 387,8 - 325.

B h a r el Anz : (feuille Casablanca) : 356 - 328,2.

T a o u r ir t (Ounein) : (feuille Tizi n ’Tesl) : 236,4 - 432,2.

Oumlil : (feuille Alougoum) : 367,3 - 392,4 (?).

Sec t io n d ’é t u d e s des g îtes m in é r a u x

(15 décem bre 1956)

.Yotes Srrv. (fvol. Maroc, I. 15. 1’.IÂli.


E rratum d u tom e 14 p. 17,
a jo u te r : P l a n c h e I.

Le gérant : Ph. M o h i n .
É D I ' A - C A S A B L A N C A
Achevé d'imprimer le 5 Avril 1958
Dépôt légal : 338-11-58 ---------
SOMMAIRE

G ÉO LO G IE R É G I O N A L E — S T R A T I G R A P H I E

H . H o l l a r d et P . J a c q u e m o n t : Le Gothlandien, le Dévonien et
le Carbonifère des régions du Dra et du Zemoul (Confins algéro-
marocains du Sud .......................................................................... ■ 7

P A L É O N T O L O G IE

Catalogue d’invertébrés fossiles du Maroc : II — Lamellibranches,


p a r G. C olo et M.-L. P e t it o t ........................................................ 35

P É TR O G R A P H IE

J. A g a r d : Les ankaratrites et le volcanisme récent de la région de


Zebzat (Haut Atlas de Midelt) .......................................................... 109

M IN É R A L O G IE

C. G a u d e f r o y : Calcite de la grotte de Gorane près du cap Cantin


(Côte atlantique du Maroc) .................................................................. 119

C. G a u d e f r o y : Questions
de cristallogénie — Phénocristaux de
gyspe inclus dans le gypse sacchâroï de de Safi (Maroc occidental) 139

Description provisoire des espèces minérales du Maroc — VII : Valen-


tinite du Roc Blanc (J. L u c a s ) — Pseudomorphose de quartz
en stibine (C. G a u d e f r o y et Ph. M o r in ) — Les arséniates,
phosphates et vanadates de cuivre au Maroc, d’après Cl. G u i l l e -
M IN .................................................A ..................................................... 147

Errata du tome 14 159