Vous êtes sur la page 1sur 186

N° Ordre………/FSI/UMBB/2015

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE


SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE M’HAMED BOUGARA - BOUMERDES

Faculté des Sciences de l’Ingénieur


Thèse de Doctorat
Présentée par :

BECHIRI Mohammed

En vue de l’obtention du diplôme de DOCTORAT en :


Filière : Génie Mécanique
Option : Modélisation et Simulation en Mécanique

TITRE : Optimisation du stockage par chaleur sensible


et latente dans un module plan et cylindrique en régime
instationnaire

Devant le jury composé de :


Mr. R. SACI Professeur UMBB Président
Mme H. KAHALERRAS professeur USTHB Examinateur
Mr. A. HAMIDAT Directeur de Recherche A CDER Examinateur
Mr. I. BELAIDI Maitre de Conférences A UMBB Invité
Mr. K. MANSOURI Professeur UMBB Directeur de thèse

Année Universitaire 2014/2015


‫ي ھَ َدانَا إِلَى ھَ َذا و َما كنﱠا‬
‫ٍ‬ ‫ذ‬
‫ِ‬ ‫ّ‬ ‫ل‬‫َ‬ ‫ا‬ ‫ِ‬ ‫َ‬
‫‬ ‫ِ‬ ‫ُ‬
‫د‬ ‫م‬
‫ْ‬ ‫ح‬
‫َ‬ ‫ْ‬
‫ل‬ ‫اَ‬

‫ي لَ ْوالَ أَ ْن ھَ َدانَا َ ْ َ‬
‫ﷲ‬ ‫لِنَ ْھتَ ِد َ‬
Remerciement

Je tiens à exprimer ma gratitude à Monsieur Kacem MANSOURI qui m’a


encadré, pour l’échange permanent de vues, d’appréciables contributions et une
aide efficace dans la relecture de ce mémoire.

J’exprime ma reconnaissance aux membres de jury d’avoir bien voulu juger ce


travail.

J’adresse enfin mes remerciements à mes parents pour leurs contributions à la


réalisation de ce travail.

I
Résumé :
Nous traitons à travers ce travail le phénomène de stockage/déstockage de l’énergie thermique
par chaleur sensible et/ou latente, dans un système à plaques parallèles et tube cylindrique. L’étude
comprend trois parties essentielles: Dans la première partie, une solution exacte utilisant la technique de
la Transformée Intégrale Généralisée est développée, pour étudier le stockage par chaleur sensible dans
les conduites planes et cylindriques en régime laminaire et turbulent. Une comparaison des résultats
obtenus avec la littérature est réalisée. Dans la deuxième partie, le stockage par chaleur latente dans les
conduites cylindriques et planes est étudié en utilisant deux approches : analytique et numérique. Les
deux modèles sont comparés avec la littérature. Les méthodes de séparation des variables et de la
transformé de Laplace sont utilisées pour la résolution analytique. Et pour la résolution numérique la
méthode des différences finies est adoptée. Une corrélation donnant la variation du nombre de Nusselt le
long de la conduite (plane et cylindrique) est développée. L’effet de la convection naturelle dans la phase
liquide du matériau à changement de phase est étudié. La troisième partie, présente une étude sur l’effet
de l’injection des nanoparticules, dans les matériaux à changement de phase, dans une unité de stockage
cylindrique parcourue par un fluide caloporteur circulant en régime laminaire et turbulent. L’efficacité du
stockage et l’énergie stockée sont étudiées en fonction des différents paramètres physiques et
géométriques.

Mots-clefs : Stockage d’énergie thermique ; Chaleur sensible ; Chaleur latente ; Nanoparticules ;


Conduite cylindrique et plane.b31.

Abstract:
Through this work, we treat the phenomenon of the thermal energy storage by sensible and/or
latent heat in a system of parallel plate and cylindrical tube. The study includes three essentials parts: In
the first part, an exact solution is developed using Generalised Integral Transform Technique to study the
sensible heat storage in the flat and cylindrical ducts with laminar and turbulent flow. A comparison of
the results with the literature is performed. In the second part, the latent heat storage in flat and cylindrical
tube is investigated using two approaches: analytical and numerical. The two models are compared with
the literature. The variables separation and Laplace transform Methods analytical resolution. And for the
numerical solution a finite difference method is adopted. A correlation gives Nusselt number variation
along the duct (flat and cylindrical) is developed. The effect of natural convection in the liquid phase of
the phase change material is studied. The third part studies the effect of the dispersion of nanoparticles, in
the phase change material, on a cylindrical storage unit through which a heat transfer fluid flows in
laminar and turbulent regimes. The efficiency storage and the energy stored are studied as function of
different physical and geometrical parameters.

Keywords: Thermal energy storage; Sensible heat; Latent heat; Nanoparticles; flat and cylindrical duct.

II
‫ملخص‪:‬‬
‫نعالج في ھذه األطروحة ظاھرة تخزين‪/‬تفريغ الطاقة على شكل حرارة حساسة و‪/‬أو حرارة كامنة‪،‬‬
‫داخل قناة معدنية ذات شكال أسطواني أو مست ٍو‪ .‬ھذه الدراسة تنقسم إلى ثالث أجزاء رئيسية‪ :‬في الجزء‬
‫األول‪ ،‬وبتطبيق التقنية ‪ GITT‬تحصلنا على الحل الكامل إلشكالية تخزين الحرارة الحساسة‪ ،‬داخل وحدة‬
‫تخزين ذات شكل أسطواني أو مست ٍو أثناء نظام سيالن ھائج و طبقي‪ .‬النتائج المتحصل عليھا تم مقارنتھا مع‬
‫نتائج موجودة )منشورة( في دراسات سابقة‪ .‬في الجزء الثاني و من أجل دراسة الشحن الحراري الكامن في‬
‫قنوات ذات شكل دائري و مست ٍو قمنا بٳستخدام تقنيتين ‪ :‬تحليلية و رقمية‪ .‬و تمت مقارنة النموذجين مع‬
‫الدراسات السابقة‪ .‬تقنية فصل المتغيرات و تقنية البالص تم ٳستعمالھما للحصول على الحل التحليلي‪ .‬و من‬
‫أجل الحصول على الحل الرقمي ٳستعمانا تقنية التفاضالت المنتھية‪ .‬و لقد تم ٳقتراح عالقة توضح تغير عدد‬
‫نيوسيلت على مدى القناة )مستوية أو دائرية(‪ .‬و تمت أيضا دراسة تأثيرات الحمل الحراري الطبيعي داخل‬
‫الطور السائل من مادة الشحن الكامن‪ .‬وفي الجزء الثالث‪ ،‬قمنا بدراسة تأثير حقن النانوجزيئات‪ ،‬داخل مادة‬
‫التخزين‪ ،‬على وحدة التخزين ذات الشكل الدائري التي يعبرھا مائع في حالة سيالن ھائج و طبقي‪ .‬نجاعة‬
‫التخزين و الطاقة المخزنة تم دراستھما بداللة العديد من المتغيرات الفيزيائية و الھندسية‪.‬‬

‫كلمات مفتاحية ‪ :‬تخزين الطاقة الحرارية‪ ،‬حرارة حساسة‪ ،‬حرارة كامنة‪ ،‬نانوجزيئات‪ ،‬قناة دائرية و مستوي‪.‬‬

‫‪III‬‬
Table des matières

Table des matières

Remerciement І

Résumé ІІ

Table des matières ІV

Liste des figures VІ

Liste de tableaux XІ

Nomenclature XІI

Introduction 1

1 Recherche bibliographique 4
1.1 Introduction……………………………………………………………………………………... 4
1.2 Stockage par chaleur sensible…………………………………………………………………. 5
1.3 Stockage par chaleur latente…………………………………………………..………………… 15
1.4 Amélioration de stockage par les nanoparticules…………………………………………….. 28
1.5 Conclusion……………………………………………………………………………………… 35

2 Stockage d’énergie par chaleur sensible en régimes laminaire et turbulent 36


2.1 Introduction………….. ……………………………………………………………………….. 36
2.2 Description du problème …………………………………………………………………….. 37
2.3 Cas I : étude du stockage en régime laminaire……………………………………………….. 38
2.3.1 Formulation mathématique……………………………………………………………. 38
2.3.2 Méthode de résolution………………………………………………………………… 40
2.3.3 Bilan énergétique et efficacité de stockage…………………………………………… 43
2.3.4 Validation du modèle mathématique…………………………………………………. 45
2.3.5 Résultats et commentaires……………………………………………………………… 46
2.4 Cas II : étude du stockage en régime turbulent……………………………………………….. 55
2.4.1 Formulation mathématique……………………………………………………………. 55
2.4.2 Méthode de résolution 57
2.4.3 Bilan énergétique et fonction de stockage 60
2.4.4 Validation du modèle mathématique…………………………………………………. 61
2.4.5 Résultats et commentaires……………………………………………………………… 62
2.8 Conclusion …………………………………………………………………………………….... 68

3 Solution analytique du stockage thermique par chaleur latente 70


3.1 Introduction …………………………………………………………………………………….. 70
3.2 Cas I : Etude du canal rectangulaire.………………………………………………………….. 70
3.2.1 Modélisation mathématique…………………………………………………………… 70
3.2.2 Validation……………………………………………………………………………….. 80
3.2.3 Résultats et commentaires……………………………………………………………… 83
3.3 Cas II : étude du tube cylindrique..…………………………………………………………….. 90
3.3.1 Modélisation mathématique…………………………………………………………… 90
3.3.2 Validation……………………………………………………………………………….. 101
3.3.3 Résultats et commentaires……………………………………………………………… 103
3.4 109

4 Etude numérique du stockage par chaleur latente dans les PCM purs et impurs 110
4.1 Introduction……………………………………………………………………………………. 110
4.2 Cas I : Matériaux à changement de phase purs ……………………………………………….. 110

IV
Table des matières

4.2.1 Stockage dans les Plaques parallèles…………………………………………………. 111


4.2.2 Stockage dans le conduit cylindrique………………………………………………… 115
4.2.3 Validation de la solution numérique………………………………………………….. 117
4.2.4 Résultats et commentaires……………………………………………………………… 119
4.3 Etude du nombre de Nusselt…………………………………………………………………… 121
4.4 Effets de la convection naturelle dans les PCM-purs………………………………………… 126
4.5 Cas II : Matériau PCM impur…………………………………………………………………… 130
4.5.1 Cas des plaques parallèles……………………………………………………………….. 131
4.5.2 Cas du conduit cylindrique………………………………………………………………. 134
4.5.3 Résultats et commentaires……………………………………………………………….. 136
4.6 Conclusion……………………………………………………………………………………….. 140

5 Amélioration des performances de stockage par l’injection des nanoparticules dans le matériau
à changement de phase (NEPCM) 141
5.1 Introduction ……………………………………………………………………………………… 141
5.2 Formulation mathématique en régime turbulent ……………………………………………….... 141
5.3 Modèles mathématiques des NEPCM…………………………………………………………… 144
5.4 Validation………………………………………………………………………………………… 145
5.5 Résultats est commentaires………………………………………………………………………. 147
5.6 Conclusion………………………………………………………………………………………... 157

Conclusion générale 158

References 160

Annexe 167

V
Liste des figures

Listes des figures

Chapitre 1 : Recherche bibliographique


Fig. 1.1 : Les trois cas de géométrie à comparer.
Fig. 1.2 : Système de stockage d'énergie thermique sensible à base liquide.
Fig. 1.3 : Unité de stockage par chaleur sensible.
Fig. 1.4 : Vue isométrique de l'assemblage de briques.
Fig.1.5 : Dispositif expérimental de stockage.
Fig. 1.6 : Système de stockage d'énergie thermique latente.
Fig. 1.7 : Distribution de température en fonction de temps à X=12.73, (a) solidification, (b) fusion.
Fig. 1.8 : Fonction principale du système de refroidissement air-PCM: (a) pendant le jour, le PCM est en train de fondre et (b)
pendant la nuit, le PCM se solidifie.
Fig. 1.9 : Résultat de l'analyse DSC de la paraffine (P1)
Fig. 1.10 : Schéma de l'unité LTES avec différents PCMs.
Fig. 1.11 : Evolution des phases solide et liquide pendant la solidification.
Fig. 1.12 : Conductivité thermique du mélange paraffine/Al2O3 et de la paraffine pure.
Fig. 1.13a. Variation de la température fusion et de solidification de PCM par rapport au cycle thermique.
Fig. 1.13b. Résultat de l'analyse DSC de la NEPCM (Acide-Oléique/CuO).
Fig. 13c. Conductivité thermique du NEPCM (Acide-Oléique/CuO).
Fig. 14a. Conductivité thermique en fonction de la fraction massique.
Fig. 14b. Chaleur latente du NEPCM en fonction de la fraction massique.
Fig. 14c. Viscosité de NEPCM en fonction de la fraction massique.
Fig. 14d. Chaleur spécifique de NEPCM en fonction de la température et pour différente fraction massique.
Fig. 1.15 : Variation transitoire de la fraction liquide pour différente concentration.
Fig. 1.16 : Conductivité thermique de NEPCM Mesuré dans les deux phases : (a) liquide et (b) solide.

Chapitre 2 : Stockage d’énergie par chaleur sensible en régimes laminaire et turbulent


Fig. 2.1 : Circuit de stockage/déstockage.
Fig. 2.2a : Système de stockage d'énergie thermique.
Fig. 2.2b: Unité du stockage d’énergie thermique.
Fig. 2.3a : Amplitude de la température moyenne le long des plaques pour différentes épaisseurs de paroi.
Fig. 2.3b : Amplitude de la température moyenne le long du tube pour différentes épaisseurs de paroi.
Fig. 2.4a : température moyenne du fluide entre les plaques à x = 10m, τ+ = 24 h, Re = 500.
Fig. 2.4b : température moyenne du fluide dans le tube à x = 10m, τ+ = 24 h, Re = 500.
Fig. 2.5a : Efficacité du stockage dans les plaques pour différents fluides caloporteurs (Re=500, L=10m, R1=2cm et τ+=24h).
Fig. 2.5b : Energie stockée dans les plaques pour différents fluides caloporteurs (Re=500, L=10m, R1=2cm et τ+=24h).
Fig. 2.6a : Efficacité de stockage dans les plaques pour différents matériaux.
Fig. 2.6b : Efficacité de stockage dans les tubes pour différents matériaux.
Fig. 2.6c : Energie stockée dans les plaques pour différents matériaux.
Fig. 2.6d : Energie stockée dans les tubes pour différents matériaux.
Fig. 2.6e : Amplitude de la température moyenne à la sortie pour différents matériaux de stockage, (cas des plaques
parallèles).
Fig. 2.6f : Amplitude de la température moyenne à la sortie pour différents matériaux de stockage. (cas du tube).

VI
Liste des figures

Fig. 2.7a : Efficacité de stockage dans les plaques pour différentes périodes.
Fig. 2.7b : Efficacité de stockage dans le tube pour différentes périodes.
Fig. 2.7c : Energie stockée dans les plaques pour différentes périodes.
Fig. 2.7d : Energie stockée dans le tube pour différentes périodes.
Fig. 2.7e : Amplitude de la température moyenne à la sortie des plaques pour différentes périodes.
Fig. 2.7f : Amplitude de la température moyenne à la sortie du tube pour différentes périodes.
Fig. 2.8a : Efficacité de stockage pour différentes langueurs des plaques.
Fig. 2.8b : Efficacité de stockage pour différentes langueurs du tube.
Fig. 2.8c : Energie stockée pour différentes langueurs de plaques.
Fig. 2.8d : Energie stockée pour différente langueurs du tube.
Fig. 2.8e : Amplitude de la température moyenne à la sortie des plaques.
Fig. 2.8f : Amplitude de la température moyenne à la sortie du tube.
Fig. 2.9a : Efficacité de stockage dans les plaques pour différentes valeurs de Re (L=10m, R1=2cm et τ+=24h).
Fig. 2.9b : Efficacité de stockage dans le tube pour différentes valeurs Re (L=10m, R1=2cm et τ+=24h).
Fig. 2.9c : Energie stockée dans les plaques pour différentes valeurs de Re(L=10m, R1=2cm et τ*=24h).
Fig. 2.9d : Energie stockée dans les tubes pour différentes valeurs de Re (L=10m, R1=2cm et τ*=24h).
Fig. 2.9e : Amplitude de la température moyenne à la sortie des plaques (L=10m, R1=2cm, τ+ = 24h).
Fig. 2.9f : Amplitude de la température moyenne à la sortie des plaques (L=10m, R1=2cm, τ+ = 24h).
Fig. 2.10a : Amplitude de la température axiale pour différents rapports de capacité thermique (Biext = 1, Re = 105 et Ω = 1).
Fig. 2.10b : Amplitude de la température axiale pour différents rapports de capacité thermique (Biext = 10, Re = 105 et Ω = 1).
Fig. 2.11a: Amplitude de la température moyenne à la sortie en fonction de l’épaisseur des plaques pour différentes valeurs
de L (Re=105, τ =24h et R1=2cm).
Fig.2.11b: Amplitude de la température moyenne à la sortie en fonction de l’épaisseur du tube pour différentes valeurs de L
(Re=105, τ =24h et R1=2cm)
Fig. 2.12a: Efficacité du stockage en fonction de l’épaisseur des plaques pour différentes valeurs de L (Re=105, τ=24h et
R1=2cm).
Fig. 2.12b: Efficacité en fonction de l’épaisseur du tube pour différentes valeurs de L (Re=105, τ=24h et R1=2cm)
Fig. 2.13a: Amplitude de la température moyenne à la sortie en fonction de l’épaisseur des plaques pour différentes valeurs
de R1.
Fig. 2.13b: Amplitude de la température moyenne à la sortie en fonction de l’épaisseur du tube pour différentes valeurs de R1.
Fig. 2.13c : Variation de l’efficacité en fonction de l’épaisseur des plaques pour différentes valeurs de R1.
Fig. 2.13d : Variation de l’efficacité en fonction de l’épaisseur du tube pour différentes valeurs de R1.
Fig. 2.14a: Amplitude de la température moyenne en fonction de l’épaisseur des plaques (Re=104, R1=2cm, τ=24h et
L=15m) .
Fig. 2.14b: efficacité de stockage en fonction de l’épaisseur du tube (Re=104, R1=2cm, τ =24h et L=15m).
Fig. 2.15a: Amplitude de la température moyenne à la sortie en fonction de l’épaisseur des plaques pour différentes périodes
(Re=105, R1=2cm et L=15m)
Fig. 2.15b: Amplitude de la température moyenne à la sortie en fonction de l’épaisseur du tube pour différentes périodes
(Re=105, R1=2cm et L=15m)
Fig. 2.15c: Efficacité de stockage en fonction de l’épaisseur des plaques pour différentes périodes (Re=105, R1=2cm, and
L=15m).
Fig. 2.15d: Efficacité de stockage en fonction de l’épaisseur du tube pour différentes périodes (Re=105, R1=2cm, and
L=15m).
Fig. 2.16a: Efficacité de stockage en fonction de l’épaisseur des plaques pour différentes valeurs de Re (L=8m, τ=24h et
R1=2cm).
Fig. 2.16b: Efficacité de stockage en fonction de l’épaisseur du tube pour différentes valeurs de Re (L=8m, τ=24h et
R1=2cm).

VII
Liste des figures

Chapitre 3 : Solution analytique du stockage thermique par chaleur latente


Fig. 3.1a: Unité de stockage par chaleur latente
Fig. 3.1b: Module de stockage par chaleur latente
Fig. 3.2a: Comparaison entre la présente solution analytique et les résultats de la simulation numérique.
Fig. 3.2b: Comparaison entre la présente solution analytique et les données expérimentales
Fig. 3.2c: Comparaison entre la présente solution analytique et les résultats de la simulation numérique.
Fig. 3.3a : Evolution transitoire de la température pendant la fusion en trois points transversaux à x=1m.
Fig. 3.3b : Evolution transitoire de la température pendant la solidification en trois points transversaux à x=1m.
Fig. 3.4a: Evolution transitoire de la température du PCM pour différentes distances axiales pendant la fusion à y=3 cm.
Fig. 3.4b: Evolution transitoire de la température du PCM pour différentes distances axiales pendant la solidification à y=3
cm.
Fig. 3.5a: Positions de l’interface liquide-solide en fonction du temps pour différent ξ, (y2+=2).
Fig. 3.5b: Position instantanée de l’interface solide-liquide le long du conduit pour différent τ* (y2+=2).
Fig. 3.6a: Effets de l’épaisseur de la paroi sur la température adimensionnelle à η = 1.4 et ξ = 0.05.
Fig. 3.6b: Effets de l’épaisseur de la paroi sur l’interface adimensionnelle à ξ = 0.05.
Fig. 3.7a: Effet du nombre de Reynolds sur la température du PCM lors de la fusion à x=1m et y=3 cm, (y1=2 cm, et y2=4
cm).
Fig. 3.7b: Effet du nombre de Reynolds sur la température du PCM lors de la fusion for x=5m et y=3 cm, (y1=2 cm, et y2=4
cm).
Fig. 3.8a: Variation de l'énergie thermique stockée pour différentes longueurs L (y1=1cm et y2=2cm).
Fig. 3.8b: Variation de l'énergie thermique stockée pour différentes largeur y2 (y1=1cm et L=8m).
Fig. 3.9a: Efficacité du stockage pour différentes longueurs L+ (avec y2+=2).
Fig. 3.9b: Efficacité du stockage pour différentes épaisseur de paroi y2+ (avec ξ = 1)
Fig. 3.10a: Comparaison entre la fraction liquide et l'efficacité de stockage pour différentes longueurs L+ (avec y2+ =2)
Fig. 3.10b: Comparaison entre la fraction liquide et l'efficacité de stockage pour différentes épaisseur y2+ (avec L+ =1)
Fig. 3.11a : Unité de stockage par chaleur latente.
Fig. 3.11b : Module de stockage par chaleur latente.
Fig. 3.12a: Comparaison entre les résultats analytiques et expérimentaux, (T0-Tm = 5 K).
Fig. 3.12b: Comparaison entre les résultats analytiques et expérimentaux, (T0-Tm = 20 K).
Fig. 3.12c: Comparaison entre les résultats analytiques et ceux de la simulation numérique, (T0-Tm = 10 K).
Fig. 3.12d: Comparaison entre les résultats analytiques et ceux de la simulation numérique, (T0-Tm = 20 K).
Fig. 3.12e: Comparaison entre les résultats analytiques et semi-analytiques (température de la surface interne de la paroi
PCM).
Fig. 3.12f: Comparaison entre les résultats analytiques et semi-analytiques (position de l’interface liquide/ solide).
Fig. 3.13a: Evolution transitoire de l’interface solide-liquide pour différents ξ, avec R2+= 2.
Fig. 3.13b: Position de l’interface le long du conduit pour différentes périodes, R2+= 2.
Fig. 3.14a: Distributions radiale de la température pendant la fusion pour différents instants (x = 5m, R1 = 2cm et R2 = 4cm).
Fig. 3.14b: Distributions radiale de la température pendant la solidification pour différents instants (x = 5m, R1 = 2cm et R2 =
4cm).
Fig. 3.15a: Effet de l'épaisseur de la paroi sur la température adimensionnelle à η = 1.4, ξ = 0.05.
Fig. 3.15b: Effet de l'épaisseur de la paroi sur l’interface solide-liquide à ξ = 0.05.
Fig. 3.16a: Influence de nombre de Stefan sur l’évolution transitoire de la température, R1= 2cm, R2= 4cm, r = 3cm, x=1m.
Fig. 3.16b: Influence de nombre de Stefan sur l’évolution transitoire de l’interface solide-liquide, R1= 2cm, R2= 4cm, x=1m.
Fig. 3.17a: Energie stockée dans la paroi PCM, pour différent langueur L+, R2+=2.
Fig. 3.17b: Energie stockée dans la paroi PCM, pour différentes épaisseurs R2+ (L+= 1)

VIII
Liste des figures

Fig. 3.17c: Energie stockée dans la paroi PCM, pour différent nombre de Reynolds, R1=1cm, R2=2cm et L=10m.
Fig. 3.18a: Comparaison entre la fraction liquide et l'efficacité de stockage thermique pour différentes longueurs.
Fig. 3.18b: Comparaison entre la fraction liquide et l'efficacité de stockage thermique pour différentes épaisseurs R2+ (L+ =1).

Chapitre 4 : Etude numérique du stockage par chaleur latente dans les PCM purs et impurs
Fig. 4.1 : Enthalpie de PCM en fonction de la température (matériau pur).
Fig. 4.2 : Discrétisation du domaine de calcul.
Fig. 4.3b : Comparaison entre les résultats numériques et analytiques pour différentes températures du fluide à l’entrée, T0,
a) plaques parallèles, b) tube cylindrique, (R1=1cm, R2=2cm, L=1m, Re=1000).
Fig. 4.4a: Energie stockée dans les plaques par chaleur sensible pour différentes T0 (y1=1cm, y2=2cm, L=1m, Re=1000).
Fig. 4.4b: Energie stockée dans le tube par chaleur sensible pour différentes T0 (R1=1cm, R2=2cm, L=1m, Re=1000).
Fig. 4.5a: Position instantanée de l’interface liquide-solide le long des plaques (y1=1cm, y2=2cm, L=1m, Re=1000).
Fig. 4.5b: Position instantanée de l’interface liquide-solide le long du tube (R1=1cm, R2=2cm, L=1m, Re=1000).
Fig. 4.6a : Distributions transversales de la température des plaques lors de la fusion à différents instants (x=1m, L=1m,
R1=1cm et R2=2cm, Re=1000).
Fig. 4.6b : Distributions transversales de la température du tube lors de la fusion à différents instants (x=1m, L=1m, R1=1cm
et R2=2cm, Re=1000).
Fig. 4.7a : Variation transitoire du nombre de Nusselt pour différentes températures d’entrée et différentes positions axiales,
(cas de plaques parallèles).
Fig. 4.7b : Variation transitoire du nombre de Nusselt pour différentes épaisseurs de la conduite et différente position axiales,
(cas du tube)
Fig. 4.8a : Distribution axiale du nombre de Nusselt moyen pour différentes températures d’entrée, (cas de plaques
parallèles).
Fig. 4.8b : Distribution axiale de nombre de Nusselt moyen, (cas du tube).
Fig. 4.9a : Distribution axiale de nombre de Nusselt moyen pour différent nombre de Reynolds,(cas de plaques parallèles).
Fig. 4.9b : Distribution axiale de nombre de Nusselt moyen pour différent nombre de Reynolds, (cas du tube).
Fig. 4.10a : Variation transitoire de l’interface HTF-PCM à x = 1m, pour différentes températures d’entrée.
Fig. 4.10b : Variation transitoire de l’interface HTF-PCM à x = 1m, pour différentes températures d’entrée.
Fig. 4.11a : Variation transitoire de la température de PCM à x=1m et y=1.5cm, pour différentes températures d’entrée, (cas
de plaques parallèles).
Fig. 4.11b : Variation transitoire de la température de PCM à x=1m et y=1.5cm, pour différentes températures d’entrée, (cas
du tube).
Fig. 4.12a : Variation de température pendant la fusion en quelques points typiques dans les plaques à x=1m (y1=1cm,
y2=2cm, L=1m, Re=1720).
Fig. 4.12b : Variation de température pendant la solidification à quelques points typiques dans les plaques à x=1m (y1=1cm,
y2=2cm, L=1m, Re=1720).
Fig. 4.13a: Variation transitoire de l’interface solide-liquide pendant la fusion à x=1m.
Fig. 4.13b: Variation transitoire de l’interface solide-liquide pendant la solidification à x=1m.
Fig. 4.14a: Evolution de la fraction liquide pendant la fusion (y1=1cm, y2=2cm, L=1m et Re=1720).
Fig. 4.14b: Evolution de la fraction liquide pendant la solidification (y1=1cm, y2=2cm, L=1m et Re=1720).
Fig. 4.15a: Evolution de l’efficacité de stockage pendant la fusion (y1=1cm, y2=2cm, L=1m, Re=1720).
Fig. 4.15b: Evolution de l’efficacité de déstockage pendant la solidification (y1=1cm, y2=2cm, L=1m, Re=1720).
Fig. 4.16 : Enthalpie du PCM en fonction de la température (matériau impur).
Fig. 4.17a : Variation de température pendant la fusion en quelques points typiques dans les plaques à x=1m (y1=1cm,
y2=2cm, L=1m, Re=1000).
Fig. 4.17b : Variation de température pendant la fusion en quelques points typiques dans le tube à x=1m (R1=1cm, R2=2cm,
L=1m, Re=1000).

IX
Liste des figures

Fig. 4.18a: Comparaison entre la fraction liquide et l'efficacité de stockage pour différentes températures T0, y1=1cm,
y2=2cm, L=1m, Re=1000 (cas des plaques parallèles).
Fig. 4.18b: Comparaison entre la fraction liquide et l'efficacité de stockage pour différentes température T0, R1=1cm,
R2=2cm, L=1m, Re=1000 (cas du tube).
Fig. 4.19a: Variation temporelle de l'énergie stockée dans les plaques pour différentes épaisseurs y2 (y1=1cm, L=1m,
Re=1000).
Fig. 4.19b: Variation temporelle de l'énergie stockée dans le tube pour différentes épaisseurs R2 (R1=1cm, L=1m, Re=1000).
Fig. 4.20a: Variation temporelle de l'énergie stockée dans les plaques pour différentes longueurs (y1=1cm, y2=2cm,
Re=1000).
Fig. 4.20b: Variation temporelle de l'énergie stockée dans le tube pour différentes longueurs (R1=1cm, R2=2cm, Re=1000).
Fig. 4.21a : Variation transitoire du nombre de Nusselt pour différente température d’entrée et différentes positions axiales
(cas des plaques parallèles).
Fig. 4.21b : Variation transitoire du nombre de Nusselt pour différentes températures d’entrée et différentes positions axiales
(cas du tube).
Fig. 4.22a : Distribution axiale du nombre de Nusselt moyen pour différentes températures d’entrée.
Fig. 4.22b : Distribution axiale du nombre de Nusselt moyen pour différentes températures d’entrée.

Chapitre 5 : Amélioration des performances de stockage par l’injection des nanoparticules dans le matériau à
changement de phase (NEPCM)
Fig. 5.1: Module de stockage par chaleur latente
Fig. 5.2a: Comparaison entre les résultats numériques de la présente étude et ceux de la littérature (T0-Tm = 20 K et ϕ = 0).
Fig. 5.2b: Comparaison entre les résultats numériques de la présente étude et ceux de la littérature (T0-Tm = 10 K et ϕ = 0).
Fig. 5.2c: Comparaison entre les résultats numériques de la présente étude et ceux de la littérature (T0-Tm = 5 K et ϕ = 0).
Fig. 5.3a : Comparaison de l’efficacité de stockage et de la fraction liquide pour différent NEPCM, ϕ=30%, Re=103.
Fig. 5.3b : Comparaison de l’énergie totale stockée pour différent NEPCM, ϕ=30%, Re=103.
Fig. 5. 4 : Variation de l’énergie maximale stockée dans la paroi en fonction de la fraction volumique
Fig. 5.5 : Variation transitoire du flux thermique transféré au niveau de l’interface HTF-NEPCM pour différentes
concentration, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.6 : Variation transitoire de l’efficacité de stockage pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.7 : Variation de la fraction liquide en fonction de temps pour différentes concentration, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.8 : Variation de l’énergie stockée par chaleur latente pour différentes concentration, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.9 : Evolution de l’énergie stockée par chaleur sensible pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.10 : Variation transitoire de l’énergie totale stockée pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.11 : Evolution de l’interface solide-liquide pour différentes concentrations à x=0.6m, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.12 : Distributions radiale de la température à x=1m, pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.13 : Evolution de la température moyenne du fluide à la sortie de la conduite pour différentes concentrations, (a)
Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.14 : Evolution transitoire de la température du NEPCM pendant la fusion pour différentes concentration à x=0.6m,
r=1.5cm, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.15 : Evolution du nombre de Nusselt en fonction du temps en plusieurs positions axiales et pour différentes
concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Fig. 5.16 : Distribution axiale de nombre de Nusselt pour différentes concentrations. , a) Re=103 et b) Re=105.
Fig. 5.17a : Evolution transitoire du nombre de Nusselt en plusieurs positions axiales et pour différents types de
nanoparticules, Re=103.
Fig. 5.17b : Distribution axiale de nombre de Nusselt moyen pour différents types de nanoparticules, Re=103.

X
Liste des tableaux

Liste des tableaux

Chapitre 1 : Recherche bibliographique

Chapitre 2 : Stockage d’énergie par chaleur sensible en régimes laminaire et turbulent


Table. 2.1 : Propriétés thermophysiques des matériaux utilisés.

Chapitre 3 : Solution analytique du stockage thermique par chaleur latente


Table. 3.1: Propriétés thermophysiques de la paraffine et de l’eau.

Chapitre 4 : Etude numérique du stockage par chaleur latente dans les PCM purs et impurs
Table. 4.1: Propriétés thermophysiques du n-octadécane.
Table. 4.2: Propriétés thermophysiques de la paraffine RT50 et de l’eau.

Chapitre 5 : Amélioration des performances de stockage par l’injection des nanoparticules dans le matériau à
changement de phase (NEPCM)
Table : 5.1 : Propriétés thermophysiques des différents matériaux.
Table 5.2 : Effets de la fraction volumique sur les performances de l’unité de stockage.

XI
Nomenclature

Nomenclature

[A] matrice du système (2.27a)


A(ξ) amplitude
a+ rapport de capacités thermiques fluide/solide [(ρCp)f ˟ R1 / ((ρCp)w ˟ (R2-R1))]
anj élément de la matrice [A], équation (2.27e)
anj* défini par l’équation (2.26b)
Bi nombre du Biot
{C} vecteur constant, équation (2.31a)
Cp chaleur massique [J kg-1 K-1]
erf fonction d’erreur
erfc fonction d’erreur complémentaire
E énergie stockée dans les parois
{f} vecteur des conditions initiales défini par l’équation (2.27b)
fn constant défini par (2.26c)
fm coefficient de friction
fr fraction liquide/solide
H enthalpie totale
h coefficient de transfert thermique convectif à l’intérieur du conduit (W m-2 K-1)
i = √-1
Jn Fonction du Bessel de première espèce d’ordre n
k conductivité thermique (W m-1 K-1)
L langueur de la plaque (m)
L0 largueur des plaques (m)
N ordre de la matrice [A]
Nn normalisation défini par l’équation (2.7c)
Nu nombre de Nusselt [(22-m hR1) / kf]
Pr nombre de Prandtl [v / αf]
Prt nombre de Prandtl turbulent [εh / αf]
p variable de Laplace
q chaleur latente
R1 rayon intérieur du tube ou demi-espacement entre les plaques parallèles (m)
R2 rayon extérieur du tube (m)

XII
Nomenclature

R2+ rayon adimensionnel [R2 / R1]


Re nombre de Reynolds [ub De / v]
R+ parameter défini en Annexe (1)
r coordonnée radiale ( m )
S interface solide-liquide (m)
S+ interface solide-liquide adimensionnelle
Ste nombre de Stefan
T temperature (K)
t dimension temporelle (s)
u(r) vitesse d’écoulement (m s-1)
u+ vitesse adimensionnelle [u / ub√(fm / 8)]
Uis énergie interne des parois
{V} vecteurs propres de la matrice [A]
W(η) vitesse adimensionnelle [W(η) = u(r) / ub]
{X(ξ)} vecteur défini par l’équation (2.30a)
x coordonnée axiale (m)
y coordonnée radiale (m)
y1 demi-espacement entre les plaques parallèles (m)
y2-y1 épaisseur des plaques (m)
Yn Fonction du Bessel de deuxième espèce d’ordre n

Symboles Grecs
∆T amplitude de la température d’entrée (K)
Φ flux échangé à l’interface HTF/PCM (W)
Γ paramètre défini par [αf / αw]
Ω fréquence d’entrée adimensionnelle [ωR12 / αf]
α diffusivité thermique du fluide (m2 s-1)
β porosité
βw paramètre de diffusion du solide [(R2-R1)√(ω / 2αf)]
γ rapport des conductivités thermiques [kw / kf]
δij symbole de Kronecker
ε (η) diffusivité totale adimensionnelle [ε(η) = 1+ εh /αf ]

XIII
Nomenclature

εh diffusivité thermique turbulente (m2 s-1)


εm viscosité turbulente (m2 s-1)
η coordonnée radiale adimensionnelle
θ (ξ,η,τ) température adimensionnelle
λ, µ valeurs propres
v viscosité cinématique de fluide (m2 s-1)
ξ coordonnée axiale adimensionnelle
ρ masse volumique [kg m-3]
σ fonction défini par l’équation (3.5b)
τ temps adimensionnel [t αf / R12]
τtm temps de fusion totale
τ* période [2π / ω]
Ψ (ξ) fonctions propres
ω fréquence d’entrée (Hz)
ϕ fraction volumique

Subscripts et Superscripts
b, in valeur moyenne et valeur initiale
pcm matériau à changement de phase
f, w, l, s fluide, solide, PCM-liquide et PCM-solide
lat, sen, tot latente, sensible et totale
i, j indice des linges et des colonnes
n ordres des valeurs propres.

Abréviations
HTF fluide caloporteur
PCM matériau à changement de phase
NEPCM nano-matériau à changement de phase

XIV
Introduction 1

Introduction

En raison de l'épuisement rapide des ressources d'énergies fossiles et de la demande


énergétique croissante, de nombreuses recherches dans le monde entier ont commencé à
prêter attention aux énergies renouvelables et aux systèmes de stockage. Le stockage
d'énergie est indispensable, chaque fois que la demande ou la consommation d'énergie varie
dans le temps. L’action de stockage consiste à placer une quantité d'énergie en un lieu donné
pour permettre son utilisation ultérieure. Fondamentalement, il existe deux principales
méthodes de stockage de l'énergie thermique: le stockage par chaleur sensible et par chaleur
latente.

Avec le stockage par chaleur sensible, l'énergie est stockée sous la forme d'une
élévation de température du matériau de stockage. La quantité d'énergie stockée est alors
directement proportionnelle au volume, à l'élévation de température et à la capacité
thermique du matériau de stockage. Ce type de stockage est limité par la capacité de stockage
de matériaux avant le changement d’état (fusion ou solidification), et les déperditions
thermiques liées à la qualité de l’isolation. Plusieurs types d’installations de stockage par
chaleur sensible ont été développés, soit de courte durée comme dans les chauffe-eau solaires,
soit inter-saisonniers (stockage pendant l’été pour une utilisation en hiver) utilisés
généralement pour le chauffage des bâtiments.

Dans le stockage par chaleur latente, l'énergie est stockée/déstockée en fonction


du changement d'état du matériau de stockage (fusion ou solidification). L'énergie stockée
dépend alors de la chaleur latente et de la masse du matériau à changement de phase.
Contrairement au stockage par chaleur sensible, ce type de stockage peut être efficace pour
des différences de températures très faibles. Les PCM présentent une capacité de stockage
plus élevée et un comportement presque isotherme pendant les processus de charge/décharge.
Des systèmes de stockage thermique basés sur la chaleur latente, ont été conçus, en particulier
dans des applications solaires thermiques, tel que les centrales solaires pour la production de
l’électricité, ou le chauffage/refroidissement des bâtiments.
Introduction 2

Parmi plusieurs matériaux à changement de phase, la paraffine est considérée


comme la plus utilisée en raison de ses caractéristiques telles que la grande capacité
thermique, la faible température de fusion, une bonne stabilité thermique et chimique etc.…
Cependant, la faible conductivité thermique intrinsèque de la paraffine (0.21-0.24 W/mK)
représente son principal inconvénient. Récemment, avec le développement de la
nanotechnologie, les chercheurs ont commencé à améliorer la conductivité thermique par
l'ajout de nanoparticules dans différents fluides, dits «nanofluides», qui peut se traduire par
l'amélioration de la conductivité thermique du fluide de base. De nombreux résultats
expérimentaux ont rapporté que l'introduction de nanoparticules pourrait aussi améliorer le
transfert de chaleur dans les PCMs, [75], [79] et [80].

Dans la présente étude on traite le phénomène de stockage/déstockage de l’énergie


thermique par chaleur sensible et/ou latente, dans un système à plaques parallèles (et tube
cylindrique) constitué par un matériau à changement de phase (PCM), et parcouru par un
fluide caloporteur en régime laminaire ou turbulent, avec une température d’entrée constante
ou périodique. Les paramètres thermophysiques qui gouvernent la fonction de transfert tels
que la fréquence du signal thermique d’entrée, l’épaisseur des plaques ou le rapport des
capacités thermiques fluide/PCM sont étudiés.

Notre travail comporte cinq chapitres. Après une recherche bibliographique, le


deuxième chapitre est consacré à la recherche d’une résolution analytique au problème de
transfert thermique couplé, entre un fluide en écoulement et une paroi de stockage en régime
périodique, dans les deux configurations plane et cylindrique. Deux cas sont étudiés, dans le
premier nous traitons le stockage par chaleur sensible en considérant que le fluide caloporteur
s’écoule en régime laminaire, et dans le deuxième cas nous considérons le régime
d’écoulement turbulent. Les résultats obtenus sont comparés avec la littérature.

Dans le troisième chapitre, le stockage par chaleur latente est étudié. Une solution
analytique est obtenue pour les deux configurations (plane et cylindrique). Le fluide
caloporteur en écoulement laminaire et quasi-stationnaire est soumis à une température
constante à l’entrée. L’effet de la convection naturelle dans la phase liquide du PCM est
négligé. Les effets des paramètres thermophysiques et géométriques sur la position de
l’interface solide-liquide, la chaleur totale stockée et l’efficacité de stockage sont analysés
Introduction 3

pendant le processus de stockage et de déstockage. Les résultats obtenus sont confrontés avec
ceux da la littérature.

La quatrième chapitre de notre vient pour généraliser le cas étudié dans le troisième
chapitre, en tenant compte de la convection naturelle dans le PCM et en traitant le régime
transitoire dans le fluide. Une solution numérique utilisant la méthode des déférences finies
est obtenue sur la base de la méthode enthalpique. La comparaison entre les deux approches
(numérique et analytique) montre une bonne concordance. La convection naturelle dans la
phase liquide du PCM pendant la fusion et la solidification sera prise en considération en
adoptons le modèle utilisé autrefois dans la référence [71]. Aussi, dans cette partie, une
solution numérique basée sur la méthode « enthalpie-porosité » est appliquée pour les
matériaux de stockage impur (PCM-impur).

L’amélioration des performances de stockage est recherchée dans le cinquième


chapitre de ce travail. L’injection des nanoparticules de haute conductivité thermique dans les
matériaux à changement de phase, est étudiée dans une unité de stockage cylindrique en
régime laminaire et turbulent. Le stockage par chaleur latente en régime turbulent est traité en
adoptant le modèle de la viscosité turbulente proposé par Reichardt [91]. Les équations de
bilan sont résolues numériquement par la méthode des différences finies. Différent type de
nanoparticules sont utilisés, à savoir : le Cuivre (CuO), le Nickel (Ni) et l’Oxyde de
l’Aluminium (Al2O3). Les performances du stockage sont évaluées en fonction de la nature
des nanoparticules et de leurs concentrations volumiques.

Notre contribution dans le stockage par chaleur latente réside dans le développement
d’une solution analytique du problème couplé PCM/fluide caloporteur dans un module plan et
cylindrique, en effet d’après la littérature la majorité des travaux ont été consacrés à la
résolution numérique du problème. Aussi, l’étude numérique des performances du mélange
PCM/nanoparticules utilisé dans l’unité de stockage cylindrique, présente un apport
scientifique qui peut enrichir la recherche dans le domaine de la nanotechnologie.
Chapitre N° : 1 4

Chapitre 1 :
Recherche bibliographique

1.1 Introduction

Le problème du stockage thermique se pose lorsqu’on envisage l’intermittence de la


source de puissance, qui la rend inutilisable si on ne dispose pas d’un ‘volant d’inertie
thermique’ permettant au minimum de s’affranchir des passages nuageux. Dans une situation
idéalisée, on pourrait imaginer que dans ce type d’installation, et sous réserve d’un
ensoleillement régulier, on puisse obtenir au une source de énergie thermique à puissance
presque constante.

Les équations modélisant des échanges thermiques par convection en régime


instationnaire sont écrites pour la première fois par Profos [1]. Depuis, de nombreux auteurs ont
poursuivi ces travaux avec des applications directes aux unités de stockage et aux échangeurs de
chaleurs. L'analyse des problèmes de transfert de chaleur dans le procédé de fusion et de
solidification, appelés problèmes avec limite déplaçant, est particulièrement compliqué en raison
du fait que la limite solide-liquide se déplace en fonction de la vitesse à laquelle la chaleur
latente est absorbée ou perdue au niveau cette limite, de sorte que la position de la limite n'est
pas connue à priori, et forme une partie de la solution. Lorsque la substance qui se solidifie est
pur, la solidification se produit à une température constante, tandis que dans le cas contraire,
comme avec les alliages et les matériaux impurs, la solidification a lieu dans une plage de
températures et donc il apparaît une zone diphasique (zône molle) entre la phase solide et
liquide. Dans ce dernier cas, il convient de considérer l'équation d’énergie en terme d'enthalpie,
qui, si les mouvements d'advection à l'intérieur du liquide sont ignorés, s'exprime
mathématiquement comme suit:

∂H   
ρ
∂t
(
= ∇ k ∇T .)
La solution de cette équation nécessite la connaissance de la fonction reliant la température et
l’enthalpie; même, il est nécessaire de connaître l’évolution de la conductivité thermique en
fonction de la température. Le point fort de cette méthode c’est bien que l'équation est
directement applicable aux trois phases, la température est déterminée en chaque point et la
valeur des propriétés thermo-physiques peut être évaluée, et, enfin, en fonction de la valeur de la
Chapitre N° : 1 5

température, il est possible de déterminer la position des deux limites si on le souhaite, bien que,
comme indiqué ci-dessus, ce n'est pas nécessaire. Shamsundar et Sparrow [95] ont démontré
l'équivalence entre l'équation de conservation de l'énergie appliquée dans les trois zônes (solide,
liquide et solide/liquide) et le modèle d'enthalpie. Ils ont analysé un problème spécifique associé
à une unité de stockage de l'énergie solaire. Le changement de phase multidimensionnel est
analysé via le modèle d'enthalpie utilisant un schéma de différence finie totalement implicite, à
résoudre pour la solidification dans un récipient carré.

Dans l’unité de stockage par chaleur latente la conductivité des PCMs est très faible, ce
qui conduit à un faible transfert de chaleur pendant les processus de charge/décharge. Pour
résoudre ce problème pendant chaque processus, l’injection des particules solides très fines dans
le PCM est proposée. Khodadadi et Hosseinizadeh [74] les premiers qui ont rapporté que le
transfert de chaleur dans les matériaux à changement de phase (PCM) est amélioré à travers la
dispersion des nanoparticules.

Nous allons dans ce qui suit passer en revue certains de ces travaux publiés que nous
avons classé selon les conditions transitoires imposées à la l’entrée des conduits et selon le type
du matériau de stockage.

1.2 Stockage par chaleur sensible

On distingue là aussi plusieurs types de conditions thermiques à l’entrée des conduits. En


effet, le fluide peut subir des variations périodiques de température de toute forme ; sinusoïdale,
carrée ou triangulaire de fréquence variable.

Sparrow et Farias [2] ont analysé au plan théorique la réponse, en régime laminaire, aux
variations sinusoïdales de la température d’entrée. Le couplage fluide-paroi est traité en écrivant
un bilan thermique à l’interface. Le profile de vitesse est supposé uniforme (écoulement piston)
et la paroi isotherme. La distribution spatio-temporelle de la température est cherchée sous la
forme :
θ ( t , χ ,η ) = Aeiωt X ( χ ) Y (η )
avec
X = exp(−λ 2 χ ) exp(−( L2 / α )iωχ )
Chapitre N° : 1 6

Y = cos(λη )
y x
η= ; χ= ;
L LPe
x et y sont respectivement la coordonnée axiale et transversale, L est l’espacement des
plaques. Le problème revient à déterminer les fonctions et les valeurs propres complexes
λ = ν + iδ racines de l’équation transcendante suivante :
λ tg (λ ) = ib* .

La deuxième partie de l’étude concerne l’approche quasi-stationnaire en supposant un coefficient


d’échange local h constant. Les résultats sont présentés pour des nombres de Nusselt différents.
L’auteur a tiré la conclusion suivante : dans une gamme de condition opératoire, le modèle
quasi-stationnaire est capable de prédire avec précision, spécialement lorsqu’il utilise un
coefficient de transfert de chaleur variable dans l’espace.

Kim et Özisik [3] traitent le transfert thermique d’un écoulement fluide turbulent
traversant deux plaques parallèles. La température d’entrée varie périodiquement en fonction de
temps. La paroi sans épaisseur est soumise à une température constante. Le modèle théorique
utilise la diffusivité thermique turbulente sans faire intervenir un coefficient d’échange fluide-
paroi, d’où le système suivant :
∂T ( x, y, t ) ∂T ( x, y, t ) ∂  ∂T ( x, y, t ) 
+ u( y) =  (α f + ε h ) 
∂t ∂x ∂y  ∂y 
T (0, y, t ) = T0 + ∆T0 exp(iωt ) , 0 ≤ y ≤ l', t >0

∂T ( x, y, t )
=0 x > 0, t >0
∂y y =0

T ( x, b, t ) = T0 x > 0, t > 0.

Les variations d’amplitude et de phase pour la température de mélange sont représentées


graphiquement pour différents nombre de Reynolds ( Re = 104 à Re = 106 ) et différentes

fréquence du signal d’entrée ( Ω = 0.1 à 2 ) à Pr = 0.7 .

Kakaç et Li [4] ont analysé de point de vue théorique et expérimental un écoulement


fluide en convection forcée turbulente entre deux plaques parallèles. Le fluide est soumis à
Chapitre N° : 1 7

l’entrée du canal à des variations sinusoïdales de température. Le bilan d’interface inclut les
caractéristiques thermiques de la paroi, considérée isotherme. Les mesures expérimentales
mettent en évidence l’existence dans la section d’entrée d’un gradient de température transversal
important. Ce profil d’amplitude de forme parabolique ( ∆θ (η ) = 1.035 + 0.098η − 1.04η 2 ) est,

d’après l’auteur, la source des écarts importants enregistrés entre le modèle analytique et les
mesures expérimentales. En injectant dans le modèle analytique ce profil de température dans la
section d’entrée, ces écarts se réduisent énormément.

En 2009, Hadiouche et Mansouri [5] présentent une étude théorique de la convection


forcée laminaire à l'intérieur d’un conduit cylindrique et plan, soumis à une température d'entrée
périodique. La diffusion thermique dans la paroi du conduit et les conditions aux limites qui
définissent la convection extérieure, sont pris en considération. Dans la première partie, ce
problème est résolu en appliquant la Technique de Transformée Intégrale Généralisée (GITT).
Les valeurs et les vecteurs propres complexes sont écrits et comparés avec la littérature. Dans la
deuxième partie, l'approche Quasi-stationnaire (QSA) qui utilise un coefficient du transfert
thermique constant à interface fluide-paroi est aussi utilisée et comparée avec la solution GITT.
La température moyenne, le nombre de Nusselt, le coefficient d’amortissement et de déphasage
sont calculés.

Brièvement, on peut citer les travaux de Brown et al. [6], Kakaç et Yener [7], Cotta et
Özisik [8,9], Kim et Özisik [10], Kakaç et al. [11], Guèdes et Cotta [12], Guedes et Özisik [13-
14], Travelho et Santos [15], Mansouri et Fourcher [16-19], Cheroto et al. [20], Mansouri et al.
[21-22], ArikL et al. [23] et Cossali [24], qui ont étudié explicitement la convection forcée
laminaire ou turbulent en régime périodique dans les conduite cylindriques et planes.

La réponse transitoire d'une unité de stockage par chaleur sensible qui reçoit/fournit de
la chaleur à un fluide caloporteur en écoulement est présenté par Schmidt et al. [25-27]. Dans la
référence [25], l'unité de stockage est composée de certain nombre de canaux de section
rectangulaire, traversés par le fluide en écoulement, montés en parallèle et séparés par le
matériau de stockage. L'équation de l'énergie pour le fluide et l'équation de la conduction
transitoire pour le matériau de stockage, sont résolus en utilisant la méthode des différences
finies. Les paramètres qui caractérisent le comportement transitoire de cette unité sont identifiés.
Chapitre N° : 1 8

Des résultats convenables concernent la prédiction du taux de stockage et la température du


fluide à la sortie de l'unité de stockage sont présentés en fonction des paramètres adimensionnels.

Dans l’article [26], l’auteur a cherché l’optimisation de la conception d'une unité de


stockage de chaleur sensible initialement à une température uniforme. L'unité de stockage est
composée de certain nombre de canaux de section transversale rectangulaire traversés par le
fluide caloporteur, connectés en parallèle et séparées par le matériau de stockage. L'optimisation
de la conception est basée sur exploitation maximale de l’unité de stockage pour un ensemble
donné de conditions de fonctionnement. Ce résultat est obtenu en faisant varier la géométrie de
l'unité de stockage, tout en imposant des contraintes sur la valeur maximale et minimale de la
longueur de l’unité, la longueur du canal traversé par le fluide, l'épaisseur du matériau de
stockage, la température maximale et minimale de fluide à la sortie, et la quantité minimale de la
chaleur qui peut être stockée.

Dans l’expérience [27], la réponse transitoire d'un échangeur de chaleur, fonctionne


avec deux fluides caloporteurs et conçu pour le stockage de la chaleur sensible à base solides, est
étudiée. L'unité de stockage est composée d'une série de canaux rectangulaires destinés pour
l’écoulement de fluides caloporteurs, séparés par des plaques de matériau de stockage. Les
fluides chaud et froid circulent en mode à contre courant, dans des canaux alternés de sorte que
chaque plaque de matériau de stockage est en contact avec les deux fluides. L'ensemble du
système est considéré comme étant initialement à l'équilibre à une température uniforme, une
variation de la température d'entrée de l'un des fluides est imposée, et la réponse thermique de
l'unité est prédite jusqu'à ce que l'état d'équilibre soit atteint.

Bardon, et al. [28] ont étudié la cinétique des transferts thermiques entre un fluide
caloporteur et un matériau de stockage. en tenant compte de la conduction dans le
matériau et de la durée limitée du cycle. les résultats obtenus pour des éléments
géométriques simples (plaque, cylindre, sphère) dans l’hypothèse d’un fonctionnement
sinusoïdal sont présentés, en soulignant le rôle essentiel que jouent les groupes adimensionnels
dont dépend 1’énergie stockée, pour le choix optimal des caractéristiques de ces éléments.
En suite les résultats sont examinés pour une plaque de grande étendue ainsi que pour une
loi périodique non sinusoïdale.
Chapitre N° : 1 9

Fourcher et Saint-Blanquet [29] ont proposé une solution analytique traitant le filtrage
d’une puissance thermique périodique de type énergie solaire, en montrant que ce but est
atteint en introduisant une unité de stockage par chaleur sensible jouant le rôle d’un Volant
d’inertie thermique, L’étude théorique réalisée sur une unité de stockage constituée de plaques
solides de forme rectangulaire balayées par un fluide caloporteur permet de définir une
géométrique optimale. Les résultats sont explicitement donnés pour deux couples fluide-
matériau de stockage différents : air-alumine et air-brique réfractaire. La formulation
mathématique est :

∂ 2θ 1 ∂θ
= ,
∂y 2
α s ∂t
∂T ∂T
( cρ ) f l '  +u

 = α (θ y =l − T )
 ∂t ∂x 
∂θ
en y = 0 =0
∂y
∂θ α
en y=l = (T − θ y =l )
∂y λs

à l’entrée : x = 0 T = T0 sin(ωt )

et la distributions de température dans le solide et dans le fluide sont respectivement de


la forme:

θ = θ ( x, y ) + sin (ω t + ψ s ( x, y ) )

(
T = T ( x ) + sin ω t + ψ f ( x ) )

Acker et Fourcher [30] ont traité le fonctionnement d’un module de stockage en régime
thermique périodique. L’écoulement de fluide caloporteur est laminaire. Les équations
d’énergie dans les deux milieux sont résolues simultanément avec des conditions aux limites de
4ième espèce. La solution trouvée est confrontée à une solution utilisant un coefficient d’échange
constant et uniforme, en concluant que ce modèle simplifie est satisfaisant avec Nu=12. Ce
résultat est ensuite utilisé pour comparer les performances de deux modules de stockage l’un
fonctionnant en régime turbulent (avec de l’air), l’autre en régime laminaire (avec une huile
organique). Donc, le problème est défini mathématiquement sous la forme :

∂ 2θ 1 ∂θ
= ,
∂y 2
α s ∂t
Chapitre N° : 1 10

∂ 2T 1  ∂T ∂T 
=  +u 
∂z 2
α f  ∂t ∂x 

∂θ
en y = 0 =0
∂y
∂T
en z = 0 =0
∂y

( )
θ ( x, l ) = T x, l '

en y = l z = l'  ∂θ ∂T
k s = −k f
 ∂y ∂z

à l’entrée : x = 0 T = T0 sin(ωt )

et la distributions de température dans le solide et dans le fluide sont respectivement de


la forme:

θ = θ ( x, y ) + sin (ω t + ψ s ( x, y ) )

(
T = T ( x, z ) + sin ω t +ψ f ( x, z ) )

Dans le travail de Bourouga et Fourcher [31], L’analyse de comportement d’un système


de stockage par chaleur sensible est abordée sous l’aspect de la réponse périodique. La
température de sortie est obtenue après résolution de l’équation de transfert couplée à celle de
diffusion dans le solide. Les résultats théoriques d’une comparaison des fonctions de transfert
pour trois dispositions classiques du matériau sont présentés. Dans la première configuration, le
fluide caloporteur circule dans des canaux rectangulaires disposés entre des plaques. Pour la
seconde, le matériau occupe l’espace entre des tubes cylindriques équirépartis. Le dernier cas est
un empilement de billes sphériques balayées par le fluide caloporteur, Fig. 1.1.

Fig. 1.1 : Les trois cas de géométrie à comparer.


Chapitre N° : 1 11

L’étude a montré qu’à volume total égal, la qualité du filtrage d’une puissance thermique
périodique discontinuées est liée à la porosité du module de stockage ce qui revient à dire
qu’à même quantité de matériau de stockage, les trois géométries considères donnent des
réponses pratiquement équivalentes.

Sragovich [32] a exploité une méthode pratique pour le calcul et la conception d'un
dispositif de stockage d'énergie thermique sensible à haute température. Cette méthode permet
l'évaluation de la performance du dispositif de stockage dans des conditions transitoires. Une
configuration tubulaire pour l’unité de stockage a été utilisée. La méthode est basée sur deux
modèles : le premier est quasi-stationnaire utile pour la simulation des paramètres de
performance et la conception préliminaire de système, et le deuxième est transitoire permettant la
vérification de ces paramètres. La géométrie, les paramètres thermiques et opérationnels
résultant de la simulation ont été analysés.

En utilisant la technique de perturbation, Kuznetsov [33] développe solution analytique


pour le problème de stockage de l’énergie thermique sensible dans une enceinte rectangulaire
balayée par un fluide caloporteur incompressible à température constante. Un modèle à deux
équations est utilisé pour simuler la différence de température entre le fluide et les parois de
stockage.

Dans la centrale cylindro-parabolique de PSA, Espagne, Tamme et al. [34] ont


développé et testé un système de stockage de l’énergie thermique sensible dans les milieux
solides. Un outil de simulation pour analyser les performances transitoires de ce système est
développé. Les résultats du calcul montrent l'influence des différents paramètres décrivant le
système de stockage. Bien que les effets des propriétés du matériau de stockage soient limités, la
géométrie sélectionnée du système de stockage est importante. L'évaluation d'un système de
stockage nécessite l'analyse de la centrale électrique complète et non seulement de l'unité de
stockage. Ensuite, la capacité du système est définie par le travail électrique produit par la
centrale, au cours de processus de décharge. Le choix de la stratégie de fonctionnement pour le
système de stockage est essentiel pour l’optimisation économique.
Chapitre N° : 1 12

Le stockage de l'énergie thermique à haute température a été étudié expérimentalement


par Vaivudh et al. [35]. Un échangeur de chaleur destiné au stockage de l'énergie thermique
sensible à base liquide est utilisé pour séparer deux liquides (le milieu de stockage et le fluide
caloporteur), Fig. 1.2. Il existe deux types de tubes dans l'échangeur de chaleur, un tube droit
vertical et un tube serpentin hélicoïdal. Un modèle mathématique est créé pour comparer les
résultats expérimentaux. Les températures de fluide caloporteur et de fluide de stockage ont été
mesurées pour valider le modèle mathématique à différents débits de fluide caloporteur. L'accord
entre le modèle et l'expérience présente une erreur inférieure à 10%. L'efficacité de stockage la
plus élevée est égale à 0,631, elle correspond à un débit de fluide caloporteur de 0,1 kg/s.

Fig. 1.2 : Système de stockage d'énergie thermique sensible à base liquide.


Chapitre N° : 1 13

Prasad et Muthukumar [36] traitent numériquement le comportement transitoire de la


capacité de stockage thermique d'une unité de stockage de chaleur sensible, conçue pour le
stockage de la chaleur dans la plage de température de 523K à 673 K. Une unité de stockage de
forme cylindrique avec des tubes de charge intégrés a été conçue en utilisant trois matériaux de
stockage, à savoir : le béton, l’acier et la fonte, Fig. 1.3. Pour étudier leurs caractéristiques de
stockage thermique, un modèle mathématique en 3D a été développé en utilisant COMSOL
Multiphysics 4.2. Le nombre de tubes de charge incorporée a été optimisé sur la base du temps
de stockage. Les performances de l’unité de stockage thermique ont été évaluées pour les trois
matériaux de stockage précités. Les études paramétriques sont effectuées en faisant varier le
nombre d’ailettes sur les tubes et le débit du fluide caloporteur (HTF) qui traverse les tubes. Si le
béton est utilisé comme matériaux de stockage, la diminution de temps de charge est de 35,48 %
(temps de charge 1307s) pour le cas de quatre ailettes, et de 41,41 % (temps de charge 1187s)
pour le cas de six ailettes en comparant avec le cas de tubes lisses. Pour l’unité de stockage
conçue par la fonte ou l’acier, l'augmentation de la vitesse du fluide caloporteur provoque la
diminution du temps de charge presque de même facteur, tandis que cet effet dans le béton est
mois remarquable à cause de la conductivité thermique qui est relativement faible et la capacité
calorifique qui est plus élevée.

Fig. 1.3 : Unité de stockage par chaleur sensible.


Chapitre N° : 1 14

Kuravi et al. [37] ont conçu un système de stockage l'énergie thermique sensible (TES)
à haute température, pour être utilisé dans une centrale solaire. L'air est utilisé comme fluide
caloporteur et la briques de haute densité est utilisée pour le stockage, Fig. 1.4. Des expériences
ont été réalisées en utilisant un système stockage prototype. La température d'air à l’entrée varie
entre 300 °C et 600 °C, et le débit a été varié entre 50 à 90 pieds cubes par minute. L’expérience
montre que le temps de charge diminue avec l'augmentation de débit massique. Un modèle 1D,
validé par les résultats expérimentaux, a été utilisé pour simuler le comportement thermique du
système. Les équations de conservation de l'énergie en régime transitoire ont été formulées pour
la convection forcée conjuguée et résolues numériquement pour les cycles de charge/décharge.
Une étude paramétrique a été réalisée en faisant varier les dimensions de système de stockage, le
débit de fluide, le rendement thermique global et le rapport de la capacité du système.

Fig. 1.4 : Vue isométrique de l'assemblage de briques.


Chapitre N° : 1 15

1.3 Stockage par chaleur latente

Rieger et al. [38] ont présenté une étude numérique de la fusion autour d'un cylindre
horizontal noyé dans un matériau à changement de phase. La conduction et la convection
thermique sont prises en compte pour traiter ce problème à frontière mobile. Les difficultés
associées à la structure complexe (fusion au cours de temps) ont été surmontées avec succès en
appliquant une technique de maillage numérique (coordonnées adaptées à la géométrie). Des
solutions numériques ont été obtenues pour des nombres de Rayleigh allant jusqu'à 1.5×105, des
nombres de Stefan entre 0,005 et 0,008 et Prandtl Pr = 50. Les résultats sont discutés en détail
montrant que l'influence de la convection naturelle n’est pas négligeable.

Lacroix [39-40] a développé un modèle théorique pour prédire le comportement


transitoire d'une unité de stockage constituée de tubes cylindriques en matériau à changement de
phase (PCM), avec un fluide caloporteur (HTF) circulant à l'intérieur des tubes en régimes
laminaire et turbulent. Le problème stockage est traité avec la méthode d'enthalpie couplée avec
le transfert de chaleur par convection dans le fluide caloporteur. Les prédictions numériques sont
validées avec les données expérimentales. Une série d'expériences numériques est réalisée pour
évaluer les effets de différents paramètres thermiques et géométriques sur le processus de
transfert de chaleur et sur le comportement du système de stockage. Les résultats montrent que le
rayon du tube, le débit massique et la température d'entrée du fluide doivent être choisis avec
soin afin d'optimiser les performances de l'appareil. La solution numérique est basée sur la
méthode d’enthalpie en résolvant les équations suivantes :
PCM
∂h 1 ∂  ∂h  ∂  ∂h  ∂f
= α r  + α  − ρ∆h f ;
∂t r ∂r  ∂r  ∂z  ∂z  ∂t
HTF
• ∂Tc
ρ cCcπ Ri = 2π RU (T − Tc ) − mCc .
∂z
i

Et les conditions aux limites


∂h
à z = 0, = 0, Tc = (Tc )in
∂r
∂h
à z = L, = 0,
∂r
∂T
à r = Ri , k = U (T − Tc )
∂r
Chapitre N° : 1 16

∂h
à r = Re , = 0.
∂r
Cependant, l'effet de la convection naturelle dans le PCM liquide est inclus dans l'équation de
conduction en utilisant la conductivité thermique effective pour le liquide ke, à l’aide de la
corrélation empirique suivante :
ke
= C1 Ra n
kl
L'unité de stockage considérée dans cet article est montrée dans la figure (1.5).

1m

1 0.004m 0.002m 0.001m 2

0.07 m 0.05 m

0.44 m 0.44 m

3 4 5

1 et 2 Thermocouples placés dans l’HTF à l’entrée et à la sortie du conduit

3 , 4 et 5 Thermocouples placés dans le PCM

Fig.1.5 : Dispositif expérimental de stockage.

Dans la référence [40], des ailettes sont placées à la paroi intérieure du PCM. Les résultats
montrent que les ailettes annulaires sont plus efficaces pour modérer les débits massiques du
fluide caloporteur et la température d'entrée.

La contribution de Zhang et Faghri [41-44] dans le domaine du stockage par chaleur


latente est très riche. Dans la référence [41] ils ont présenté une solution semi-analytique d’un
système de stockage d'énergie par chaleur latente constitué d’un cylindre creux en matériau à
changement de phase (PCM). La fusion du PCM a été étudiée en utilisant la méthode Intégrale
Chapitre N° : 1 17

Approximative, et le transfert de chaleur dans la paroi a été traité comme problème de


conduction radiale monodimensionnelle. Les résultats montrent que le transfert de chaleur par
convection forcée laminaire à l'intérieur du tube n'a jamais atteint le régime établi, même pour un
tube très long. Pour un fluide à nombre de Prandtl modérée, la convection forcée laminaire à
l'intérieur du tube doit être résolues simultanément avec le changement de phase du PCM. La
résolution semi-analytique est utilisée une autre fois dans [42], mais en convection forcée
turbulente. La corrélation de nombre du Nusselt local utilisée en régime laminaire et turbulent est
donnée par Kays et Crawford [94] telle que :

j ∞
 2λn2 
∑ ∆Tw.i ∑ n A exp −  X − ( i − 1) ∆X  
Nu ( X ) =
i =1 n =0  Pe 
j ∞
A  2λ 2

2 ∑ ∆Tw.i ∑ n2 exp − n  X − ( i − 1) ∆X  
i =1 n = 0 λn  Pe 

les constantes An et les valeurs propres λn font la différence entre le régime laminaire et le
régime turbulent. Les valeurs de j sont obtenues à partir de l’équation suivante :

 X 
j = int   + 1,
 ∆X 

ou ‘int’ est la valeur entière.

Dans la référence [43], l'amélioration de transfert de chaleur dans un système de


stockage d'énergie thermique latente, utilisant des tubes avec des ailettes placées sur la paroi
extérieur, est étudiée numériquement. La convection forcée à l'intérieur du tube a été résolue par
une méthode analytique. L'effet de la convection naturelle dans le PCM liquide est pris en
compte par l'introduction de la conductivité thermique effective, pour la région liquide en
utilisant la même corrélation empirique que [39]. L’effet de la paroi du tube sur le transfert de
chaleur est également étudié. Les équations gouvernantes pour la paroi du tube, les ailettes et le
PCM sont :
 C 0T 0  1 ∂  ∂T 0  ∂  ∂T 0  ∂S 0
∂  =  k r + k − 0 < x < l, ri < r < r0 .
 ∂t  r ∂r  ∂r  ∂x  ∂x  ∂r

Pour la paroi du tube

C 0 = Cw0 k = kw S0 = 0 .
Pour PCM
Chapitre N° : 1 18

Cs0 T 0 < Tm0 − δ T 0



1 ρH
C0 T 0( ) (
=  Cs0 − Cl0 +
2δ T 0
) Tm0 − δ T 0 ≤ δ T 0 ≤ Tm0 + δ T 0
2
Cl0 δ T 0 > Tm0 + δ T 0

ks T 0 < Tm0 − δ T 0



(
 kl − C s )
( )
k T0 = (T 0
− Tm0 + δ T 0 ) Tm0 − δ T 0 ≤ Tm0 + δ T 0
 2δ T
0

 kl T 0 > Tm0 + δ T 0

Cs0δ T 0 T 0 < Tm0 − δ T 0



1 ρH
S0 T 0( ) (
=  Cs0 − Cl0 δ T 0 + ) Tm0 − δ T 0 ≤ δ T 0 ≤ Tm0 + δ T 0 .
2 2
Cs δ T + ρ H
0 0
δ T 0 > Tm0 + δ T 0

La condition initiale et les conditions aux limites peuvent s'écrire sous la forme :

T 0 = Ti 0 0 ≤ x ≤, ri ≤ r ≤ r0 , t =0

∂T 0
−k
∂r
(
= h T f0 − T 0 ) r = ri

∂T 0
=0 r = r0
∂r
∂T 0
=0 r = 0, l
∂x

ou T f0 : est la température du fluide caloporteur, elle peut être déterminée par l'équation ci-

dessus, qui représente le bilan énergétique sur un volume de contrôle dans le fluide.

C π ri
0
f
2
∂T f0
∂t
= 2π ri h T ( 0
r = ri
−T f
0
) −πr U C
i
2
m
0
f
∂T f0
∂x
.

Les conditions initiales et les conditions aux limites sont :

T f0 = Ti 0 t =0

T f0 = Tin0 x=0.

Les résultats montrent que le nombre de Nusselt local à l'intérieur du tube ne peut pas être
simplement donné par la solution de Graetz.
Chapitre N° : 1 19

Le même travail que [41] est reproduit dans [44] mais les ailettes sont placées à
l’intérieur de tube. La figure suivante montre l’unité de stockage étudiée :

PCM
e
Um x
w
0
T in

PCM

Fig. 1.6 : Système de stockage d'énergie thermique latente.

Ismail et al. [45] présentent les résultats d'une étude expérimentale et numérique sur des
plaques parallèles constituées de matériau à changement de phase (la glace), l'objectif est
d'identifier l'importance relative des paramètres géométriques et opérationnels et leur influence
sur la performance de l’ensemble des plaques. Le modèle mathématique est basé sur une
formulation monodimensionnelle de problème de changement de phase, et sa solution numérique
a été réalisée en utilisant la méthode des différences finies. Les prédictions du modèle ont été
comparées avec l’expérience. L'énergie stockée, la position de l'interface et le temps de
solidification complète sont présentés en fonction de la température initiale du PCM, et de
l'espace entre les plaques. L'efficacité de l'unité expérimentale est également présentée et
discutée.

Ismail et Abugderah [46] ont étudié le changement de phase transitoire d’un système de
stockage thermique de type de tubes verticaux à l'aide d'un modèle numérique. La solution de ce
système consiste à résoudre les équations du fluide caloporteur (HTF), de la paroi du tube et du
matériau à changement de phase (PCM) en un seul domaine. La méthode des différences finies
sur le volume de contrôle est utilisée pour résoudre les équations décrivant le changement de
phase. Le schéma SIMPLE est utilisé pour résoudre les champs de pression et de vitesse dans
l’HTF. La répartition radiale de la température, la position de l'interface solide/liquide et les
Chapitre N° : 1 20

variations de la chaleur latente et sensible accumulées, sont présentés pour différents nombres de
Reynolds et de Stefan, et pour différente température de fusion/solidification et pour différente
période.

Dans le travail de Zivkovic et Fujii [47], un modèle de calcul simple pour le


changement de phase isotherme d’un matériau à changement de phase (PCM) encapsulé dans un
seul récipient rectangulaire est présenté. Le modèle mathématique est basé sur une formulation
d'enthalpie, les équations sont exprimées sous forme que la seule variable inconnue est la
température du PCM. Le modèle théorique a été vérifié avec une expérience réalisée afin
d'évaluer la validité des hypothèses du modèle mathématique, avec une très bonne concordance
entre les données expérimentales et numériques. Les résultats montrent que le récipient
rectangulaire nécessite près de la moitié de temps de fusion que le récipient cylindrique de même
volume et de même surface échange.

Le comportement transitoire d'un système de stockage d'énergie thermique a été étudié


numériquement par H. El Qarnia [48]. Le système de stockage est composé d'un certain nombre
de canaux rectangulaires, traversés le fluide caloporteur (HTF), séparés par un matériau à
changement de phase (PCM). Avec l’utilisation de la méthode d'enthalpie, la fusion du PCM est
résolue. Le transfert de chaleur par convection forcée à l'intérieur des canaux a été analysé par la
résolution de l'équation d'énergie, qui a été couplée avec l'équation de la conduction dans la
paroi. Le profil de vitesse pour le canal rectangulaire est donné par une solution analytique
exacte. Un code numérique basée sur la méthode des différences finies a été élaboré et validé en
comparant les prédictions numériques avec des solutions analytiques exactes disponibles dans la
littérature. Les paramètres qui contrôlent le comportement thermique ont été identifiés. Plusieurs
simulations numériques ont été réalisées pour évaluer les effets de nombre de Reynolds sur le
processus de transfert de chaleur lors de la fusion du PCM.

A. Trp [49] a traité un système de stockage d'énergie thermique latente constitué de


tubes enveloppés par un matériau à changement de phase, en étudiant expérimentalement et
numériquement la convection forcée, entre le fluide caloporteur (HTF) avec nombre de Prandtl
modéré et la paroi du tube. La conduction de la chaleur à travers la paroi PCM est basée sur la
formulation d’enthalpie. La comparaison entre les prédictions numériques et les données
expérimentales montre un bon accord pour deux types de paraffines, fusion non-isotherme et
Chapitre N° : 1 21

solidification isotherme. Afin de fournir des lignes directrices pour les performances du système
et l’optimisation de la conception, les distributions transitoires des températures de la HTF, de la
paroi du tube et du PCM ont été obtenues par une série de calculs numériques pour différentes
conditions de travail, et divers paramètres géométriques. La figure ci-dessous montre la
distribution de température en fonction de temps pendant la solidification et la fusion.

(a)

(b)

Fig. 1.7 : Distribution de température en fonction de temps à X=12.73, (a) solidification, (b) fusion.

Afin de refroidir une chambre avec l’air froid de la nuit, Hed et Bellander [50] ont
planté un matériau changement de phase, PCM, dans un échangeur de chaleur à plaques
parallèles qui utilise l’air comme fluide caloporteur (Fig. 1.8). Au cours de la nuit le PCM se
solidifie, et l'énergie est libérée. Au cours de la période du jour l'air est mis en circulation dans
l’échangeur, l'énergie est absorbée et l'air ambiant est refroidi. La principale caractéristique du
PCM, c'est qu'il y ait une augmentation de la chaleur spécifique sur une plage de température
Chapitre N° : 1 22

limitée. Dans ce document, l’auteur a développé un modèle mathématique décrivant l’échange


thermique entre l’air et le PCM, en considérant les différentes formes de la courbe Cp (T). Le
modèle mathématique est vérifié par une mesure sur un échangeur de chaleur d'un prototype.
L’auteur a remarqué qu’il est important d'utiliser une quantité appropriée de matériau dans la
conception de l'équipement pour répondre aux exigences requises.

Fig. 1.8 : Fonction principale du système de refroidissement air-PCM: (a) pendant le jour, le PCM est en
train de fondre et (b) pendant la nuit, le PCM se solidifie.

Akgün et al. [51] présentent une analyse purement expérimentale afin d'étudier les
processus de fusion et de solidification de la paraffine comme un matériau à changement de
phase (PCM), entre deux tubes coaxiaux et verticaux. L’objectif de cette étude est de concevoir
et construire une nouvelle unité de stockage répondant aux caractéristiques de
fusion/solidification de la paraffine. Le PCM est placé dans l'espace annulaire vertical entre un
tube interne, à travers lequel le fluide caloporteur (l’eau) s'écoule, et une enveloppe concentrique
externe. Cette étude focalise sur la possibilité d'améliorer le transfert de chaleur dans la
géométrie de stockage de chaleur. L’amélioration est obtenue en inclinant la surface extérieure
du récipient de stockage, c'est à dire la surface de l'enveloppe externe avec un angle d'inclinaison
de 5°. La paraffine (P1) est utilisée en tant que PCM. Dans un premier temps, les propriétés
thermo-physiques de la paraffine utilisée sont déterminées par un calorimètre différentiel à
balayage (DSC). Une série d'expériences sont menées pour étudier l'effet de l'augmentation de la
température d'entrée et le débit massique de l’HTF à la fois sur les processus de charge et de
décharge (fusion et solidification). La figure ci-dessous présente les résultats de l'analyse DSC de
la paraffine (P1).
Chapitre N° : 1 23

Fig. 1.9 : Résultat de l'analyse DSC de la paraffine (P1)

Erek et Dincer [52] traitent l'efficacité exergétique d'un système de stockage de chaleur latente
(autour d'un tube cylindrique) pendant le processus de charge. Tout d'abord, un modèle numérique est
développé et résolu par les équations régissant le fluide caloporteur (HTF), la paroi de la conduite et le
matériau à changement de phase pour différents paramètres géométriques et physiques. Deuxièmement,
de nombreuses études paramétriques sont menées pour étudier la façon dequelle l’interface solide/liquide,
la chaleur emmagasinée, le taux de transfert de chaleur, la génération d'entropie et l’efficacité exergétique
se changent avec le temps. Troisièmement, les résultats du modèle sont comparés à des données
expérimentales, et un bon accord est obtenu pour différents paramètres. Les résultats montrent que la
génération entropie est cruciale dans le système de stockage et doit être réduite au minimum afin
d'augmenter l'efficacité exergétique et donc les performances du système.

Fang et Chen [53] présentent un modèle théorique pour évaluer un système de stockage
d'énergie thermique latente (LTES), en utilisant différents matériaux à changement de phase
(MCPs) à la fois (Fig. 1.10). Le modèle est basé sur la méthode d'enthalpie. Des simulations
numériques sont réalisées pour étudier les effets de différents PCMs sur la fraction liquide,
l’énergie thermique stockée et la température du fluide à la sortie de l'unité (LTES). Les résultats
numériques indiquent que les fractions des PCMs et les températures de fusion jouent un rôle
important dans la performance de l'unité (LTES). En conséquence, les choix approprié des
différents PCMs est très important pour l'amélioration de la performance de l'unité (LTES).
Chapitre N° : 1 24

Fig. 1.10 : Schéma de l'unité LTES avec différents PCMs.

H. El-Qarnia [54] a développé un modèle théorique basé sur les équations de l'énergie
pour prédire le comportement thermique et les performances d'une unité de stockage par chaleur
latente solaire (LHSU) constituée par une série de tubes identiques noyées dans le matériau à
changement de phase (PCM). Pendant le mode de charge, un fluide caloporteur (eau chaude) part
de collecteur solaire et passe à travers les tubes et transfère la chaleur, collectée de rayonnement
solaire, au PCM. La chaleur stockée dans le PCM liquide est ensuite transféré à l'eau pendant le
mode de décharge pour produire de l'eau chaude. Un programme de simulation basé sur la
méthode des volumes finis a été également mis au point pour évaluer numériquement la
performance thermique de l’unité (LHSU). Le modèle a été validé en comparant les résultats des
simulations numériques aux données expérimentales de [59]. Une série de simulations
numériques ont été réalisées pour trois types de PCM (n-octadécane, la cire de paraffine et
l'acide stéarique) pour trouver la conception optimale pour des conditions climatiques estivales
données de la ville de Marrakech: le rayonnement solaire et la température ambiante.
L'optimisation de l’unité (LHSU) implique la détermination de la masse du PCM, le nombre de
tubes, et le débit de l'eau dans le collecteur solaire qui maximisent l'efficacité de stockage
thermique. Plusieurs simulations ont été également faites pour étudier l'effet de débit d'eau sur sa
température de sortie, pendant le mode de décharge.

Ait Adine et El Qarnia [55] ont étudié numériquement une unité de stockage de chaleur
latente (LHSU) constitué par deux tubes coaxiaux. L'espace entre les tubes est rempli de deux
matériaux à changement de phase (PCM), la paraffine P116 et le n-octadécane, avec des
températures de fusion différentes (50°C et 27,7°C, respectivement). Un fluide caloporteur (eau)
Chapitre N° : 1 25

circule par convection forcée à travers le tube intérieur, et transfère la chaleur au PCM. Afin de
comparer les performances thermiques de l'unité de stockage de chaleur latente en utilisant deux
matériaux à changement de phase (LHSU2) et un seul PCM (LHSU1), un modèle mathématique
basé sur les équations de conservation de l'énergie a été développé et validé avec les données
expérimentales [40]. Plusieurs investigations numériques ont été réalisées afin d'examiner
l'impact des principaux paramètres: la température d'entrée de l’HTF (varie de 50 à 60 °C), le
débit massique de l’HTF et les proportions massiques des PCMs, sur les performances
thermiques de l’unités de stockage utilisant deux PCM et un seul PCM, pendant le processus de
charge (fusion). Cette étude paramétrique fournit des directives pour la performance du système
thermique et l’optimisation de la conception.

Sur la base de la méthode d'enthalpie, Tao et He [56] ont établi un modèle de deux
dimensions physiques et mathématiques pour une unité de stockage à faisceau de tubes
enveloppés par un matériau à changement de phase. Pour analyser numériquement les effets de
la condition transitoire de la température de l’HTF à l’entrée du tube sur la performance
thermique de l'unité de stockage. Les résultats montrent que le temps de fusion (temps nécessaire
pour la fusion complète du PCM) diminue avec l'augmentation de la température d'entrée
initiale. Lorsque la température d'entrée initiale augmente de 30°C à 90°C, le temps de fusion
diminue de 42,75 min à 20,58 min. Dans tous les cas étudiés, le flux de chaleur sur la surface du
tube augmente dans un premier temps, jusqu'à ce qu'il atteigne un maximum puis il diminue au
fil du temps. La modélisation mathématique de ce problème était telle que :

pour HTF

∂θ f ∂θ f
∂t
= −A
∂χ
(
− B θ f −θ * )
ou θ f = T f − Tm ;

mf 2h
A= , B= .
ρfπ R i
2
( ρ c p ) Rif

pour PCM

∂θ ∂  ∂θ  1 ∂  ∂θ  ∂f
( ρc ) p p
=  kp +  r kp
∂t ∂χ  ∂χ  r ∂r 
 − ρ p ∆H
∂r  ∂t
(*)

ou θ = T − Tm ;
Chapitre N° : 1 26

f : est la fraction liquide du PCM,

L'équation de l'énergie (*) est formulée par la méthode de l'enthalpie. Et la fraction liquide est
déterminée comme suit:

 f = 0, θ <0

0 < f < 0, θ =0
 f = 1, θ >0

conditions initiales

θ f ( χ , t = 0 ) = Ti − Tm ,
θ ( χ , t = 0 ) = Ti − Tm ,

condition aux limites

pour PCM

∂θ ( χ , r = Ri , t )
−k p = U (θ f ( χ , t ) − θ ( χ , r = Ri , t ) ) ,
∂r

∂θ ( χ , r = R0 , t )
= 0,
∂r

∂θ ( χ = 0, r , t ) ∂θ ( χ = L, r , t )
= = 0,
∂χ ∂χ

pour HTF

θ f ( χ = 0, r , t ) = θ f ,in = f (t ),

∂θ f ( χ , r = Ri , t )
= U (θ f ( χ , t ) − θ ( χ , r = Ri , t ) ) .
∂r

Et l'effet de la convection naturelle dans le PCM pendant la fusion est pris en compte avec une
conductivité thermique effective de la phase liquide du PCM, comme représenté sur la l’équation
suivante :
0.8
k  δ 
= CRa 0.25  
kl  R − Ri 

C dépend de la température d’entrée :


Chapitre N° : 1 27

0.24 θ f ,in ≤ 10

C = 0.18 10 < θ f ,in ≤ 20

0.24 20 < θ f ,in

En 2012, Tao et al. [57] ont étudié le même problème que [56], mais avec température
constante à l’entrée du tube et un matériau PCM avec une température de fusion très élevée (les
sels fondus).

Plus récemment en 2013, Mosaffa et al. [58], présentent une investigation numériques
pour l'amélioration des performances d'un système de refroidissement en utilisant une unité
(TES) composée de plusieurs matériau à changement de phase (PCMs). L'unité est composée
d'un certain nombre de canaux rectangulaires, traversés par un fluide caloporteur, séparées par
des plaques de PCM. En utilisant la méthode de capacité calorifique effective, la fusion et la
solidification du PCM sont étudiées. Le transfert de chaleur par convection forcée à l'intérieur
des canaux est analysé par résolution de l'équation d'énergie qui est couplée avec l'équation de
conduction de la chaleur dans la paroi. Le modèle utilisé est validé par la comparaison des
résultats avec ceux obtenus par [47].

Lopeza et al. [59] ont élaboré un modèle numérique pour traiter le même problème que
[50], en tenant compte à la fois la conduction dans la plaque PCM et le transfert de chaleur entre
la plaque et l'air. Ce modèle est validé en comparant les résultats numériques avec des données
expérimentales.

En résumé, on peut citer les travaux d’Al-Abidi et al. [60], Medrano et al [61], Sohif
Mat et al. [62], Chiu et Martin [63], Mosaffaa et al. [64], Dubovsky et al. [65], Wang et al. [66],
Shabgard et al. [67], et Tay et al. [68], qui sont récemment publiés et traitent le stockage par chaleur
latente dans l’unité de stockage tubulaire avec des ailettes placées soit à l’intérieur soit à
l’extérieur du tube. D’ailleurs, pour les études récentes utilisant l’unité à plaque parallèles, on
peut citer les travaux de Rostamizadeha et al. [69], Dolado et al. [70], Doladoa et al. [71] et
Teggar et Mezaache [72], et Dolado et al. [73].
Chapitre N° : 1 28

1.4 Amélioration de stockage par les nanoparticules

L'amélioration des performances des matériaux à changement de phase (PCM) à travers


la dispersion de nanoparticules est rapportée dans le travail de Khodadadi et Hosseinizadeh [74].
Les matériaux à changement de phase renforcé par nanoparticules (NEPCM) présentent une
conductivité thermique élevée par rapport au PCM de base. Le problème consiste à étudier la
solidification dans une cavité carrée différentiellement chauffée qui contient un NEPCM (eau,
plus nanoparticules de cuivre). En raison de l'augmentation de la conductivité thermique et
également l'abaissement de la chaleur latente de fusion, l’augmentation de taux de dégagement
de la chaleur du NEPCM par rapport au PCM de base est observée. La figure suivante montre
l’évolution des phases solide et liquide pendant la solidification.

Fig. 11 : Evolution des phases solide et liquide pendant la solidification.


Chapitre N° : 1 29

Dans l’étude de Ho et Gao [75], un matériau à changement de phase noyée par les
nanoparticules (NEPCM) a été préparé par l’ajout des nanoparticules de l'alumine (Al2O3) dans
la paraffine (n-octadécane) au moyen d'un tensioactif non-ionique. Les mélanges formulés
paraffine/nanoparticules (NEPCM) contiennent des nanoparticules de 5% et 10%,
respectivement. Leurs propriétés thermophysiques effectives, telles que la chaleur latente de
fusion, la densité, la viscosité dynamique, et la conductivité thermique, ont été étudiées
expérimentalement. La densité du NEPCM mesurée convient parfaitement avec celle prédite sur
la base de la théorie du mélange. La conductivité thermique et la viscosité dynamique mesurées
du NEPCM montrent une variation non linéaire en fonction de la température, et une
augmentation en fonction de la fraction de massique quelque soit la température, Fig. 12.

Fig. 12 : Conductivité thermique du mélange paraffine/Al2O3 et de la paraffine


pure.

Jegadheeswarana et Pohekar [76-77] ont tenté d’étudier l'amélioration de la


performance d'une unité de stockage tubulaire perpendiculaire applicable aux chauffe-eau
solaires, par l'ajout des particules de cuivre à haute conductivité thermique. En basant sur
l’enthalpie, les équations transitoires à deux dimensions sont résolues numériquement pour
processus de décharge à l'aide du code FLUENT. Les résultats numériques montrent un bon
accord avec les résultats expérimentaux disponibles dans la littérature. Le comportement
thermique et la performance de l’unité avec des particules dispersées dans le PCM, a été
comparé avec celle de l’unité de PCM pur, en termes d'efficacité exergétique et exergie totale
Chapitre N° : 1 30

récupérée. Pour une fraction volumique de 0.1, le temps de décharge est réduit d'environ 28% et
de l'ordre de 85% pour 0.6. Cependant, la diminution du temps de décharge n'est pas beaucoup
plus appréciable au-delà de la fraction volumique des particules de 0.4. Les résultats révèlent que
le rôle du débit massique de l’HTF dans l'augmentation de la performance thermique globale de
l'unité (LHTS) est insignifiant. Les propriétés du mélange ‘NEPCM’ sont une combinaison entre
les propriétés de la nanoparticule et les propriétés du PCM :

• La densité
ρ npcm = (1 − φ ) ρ pcm + φ ρ p
• La chaleur massique
(1 − φ )( ρ cp ) pcm + φ ( ρ cp ) p
cpnpcm =
ρ npcm
• La chaleur latente
(1 − φ )( ρ q ) pcm
qnpcm =
ρnpcm
• La conductivité
 k p + 2k pcm − 2φ ( k pcm − k p ) 
knpcm = k pcm  
 k p + 2k pcm + φ ( k pcm − k p ) 
 

ou ϕ est la fraction volumique, elle est définie telle que le rapport entre le volume occupé par les
nanoparticules et le volume totale des parois de stockage.

Les mêmes auteurs [77], ont réalisée une étude numérique pour étudier l'amélioration
des performances d’un système de stockage par chaleur latente (LHTS) de configuration
cylindrique horizontale, en dispersant des nanoparticules à haute conductivité dans le PCM
pendant le processus de charge (fusion). Les équations gouvernantes ont été formulées et
résolues numériquement à la suite d'une itération alternée entre la température et la résistance
thermique. L'évaluation du rendement exergétique est considérée comme un aspect principal. Les
résultats numériques sont présentés pour plusieurs débits massiques et températures d'entrée du
fluide caloporteur (HTF). Les résultats indiquent une amélioration significative de la
performance de l'unité LHTS lorsque les particules à haute conductivité sont dispersées.

Jesumathy et al. [78] ont conçu un système de stockage d'énergie thermique pour
étudier les caractéristiques thermiques de la paraffine, dont laquelle les nanoparticules d'oxyde
Chapitre N° : 1 31

de cuivre (CuO) sont injectées. Des nanoparticules de taille de 40 nm ont été dispersées dans le
PCM en prenant de 2%, 5% et 10% de poids. Des expériences ont été réalisées sur un échangeur
de chaleur avec un débit de fluide (HTF) varie entre 1.5 et 10 l/min. Les résultats montrent
clairement que la conductivité thermique est améliorée de 6, 6.7 et 7.8% à l'état liquide et la
viscosité dynamique est améliorée de 5, 14 et 30% avec l'augmentation de la fraction volumique.
Le coefficient de transfert de chaleur au cours de la solidification est augmenté d'environ 78%
pour le débit maximal. L'analyse des résultats expérimentaux montre que l'ajout de
nanoparticules d'Oxyde de Cuivre à la paraffine améliore à la fois la conduction et la convection
naturelle dans le NEPCM.

L’acide oléique dans lequel des nanoparticules de cuivre sont dispersés avec différente
fractions massique a été étudié expérimentalement par Harikrishnan et Kalaiselvam [79], pour
déterminer l'énergie stockée et la vitesse de stockage au cours de processus de solidification et de
fusion. Les caractéristiques de transfert thermique dans le NEPCM avec différentes fractions
massiques ont été synthétisées. L'analyse de la stabilité du NEPCM, la taille et la forme ont été
analysés par la technique de TEM. Test de fiabilité thermique a été effectué pendant 150 cycles
thermiques. Les propriétés thermodynamiques du NEPCM comme la température de fusion et la
chaleur latente ont présenté un effet négligeable avec l’augmentation de la concentration des
nanoparticules de CuO, (Figes. 13a, 13b). Les résultats indiquent clairement que la conductivité
thermique de NEPCM augmente avec l'augmentation de la concentration des nanoparticules Fig.
(13c).

Fig. 13a. Variation de la température fusion Fig. 13b. Résultat de l'analyse DSC de la
et de solidification de PCM par rapport au NEPCM (Acide-Oléique/CuO).
cycle thermique.
Chapitre N° : 1 32

Fig. 13c. Conductivité thermique du NEPCM (Acide-


Oléique/CuO).

Qinbo et al. [80] ont développé un matériau à changement de phase amélioré


(NEPCM), par la suspension d'une petite quantité de nanoparticules de TiO2 dans une solution
aqueuse saturée de BaCl2. La conductivité thermique, le degré de sous-refroidissement, la
chaleur latente, la chaleur spécifique, et les comportements rhéologiques de NEPCM ont été
étudiés. Les résultats expérimentaux montrent qu’avec une fraction volumique de 1.13%, la
conductivité thermique de NEPCM est augmentée par 12,76% à 5 °C, le degré de sous-
refroidissement est réduit de 84,92%. La chaleur latente et la chaleur spécifique sont légèrement
diminuées. La viscosité augmente avec l’augmentation de la fraction volumique, ce qui n'a aucun
effet sur le système de stockage, Fig. (14). Les performances thermiques de NEPCM indiquent
qu'ils sont souhaitables pour les systèmes de stockage d'énergie à faible température.

Fig. 14a. Conductivité thermique en fonction Fig. 14b. Chaleur latente du NEPCM en
de la fraction massique. fonction de la fraction massique.
Chapitre N° : 1 33

Fig. 14c. Viscosité de NEPCM en fonction Fig. 14d. Chaleur spécifique de NEPCM
de la fraction massique. en fonction de la température et pour
différente fraction massique.

Arasu et al. [81] ont étudiée numériquement la fusion du mélange paraffine/Al2O3 dans
une enceinte carrée (25 mm x 25 mm) chauffée sur un seul côté. La fonction courant, les
isothermes et l'interface liquide-solide à différentes étapes du processus de fusion sont présentés
et discutés. L'effet de l'orientation de la surface chauffée et la concentration de l'Al2O3 dans la
paraffine sur le rendement du système de stockage de chaleur latente sont analysés. La figure
suivante montre la variation transitoire de la fraction liquide pour différente concentration.

Fig. 15 : Variation transitoire de la fraction liquide pour différente concentration.


Chapitre N° : 1 34

Dans les travaux de Fan et Khodadadi [82-84] des particules de taille nanométrique
hautement conductrices sont dispersées dans des matériaux à changement de phase (PCM) pour
améliorer leur conductivité thermique effective. Afin d'évaluer l’extension de changement de
phase accélérée en raison de la conductivité thermique renforcée, le processus de solidification
unidirectionnelle de NEPCM dans une plaque finie a été étudié expérimentalement [82]. Les
lectures des thermocouples ont été enregistrées à plusieurs positions équidistantes le long de la
direction de solidification afin de suivre les progrès d'avant-congélation. le PCM cyclohexane
(C6H12) et les nanoparticules de l'oxyde de cuivre (CuO), ont été choisis pour élaborer le
NEPCM par trois fractions volumiques différentes (0.5, 1.0, et 2.0%). L’expérience montre que
la vitesse de congélation pour une fraction volumique de 0.5 % est considérablement élevée par
rapport au cyclohexane pur. Cependant, l'augmentation de la fraction volumique de
nanoparticules à 1.0 et 2.0% n'a pas accéléré la congélation de façon linéaire. D’ailleurs, une
sédimentation significative des nanoparticules a été observée pour la fraction volumique de
2.0%, dans ce cas, le phénomène de sous-refroidissement indésirable a été amplifié. Dans la
référence [83], le modèle Stefan unidimensionnel a été ajouté pour étudier la solidification
unidirectionnelle du NEPCM. Seulement l'équation de l'énergie thermique a été examinée et la
présence de nanoparticules dispersées a été modélisée. Une combinaison des méthodes
analytique et intégrale a été utilisée pour résoudre ce problème.

Dans la référence [84], l’auteur a conclu que la conductivité thermique mesurée pour les
échantillons du NEPCM dans leur phase liquide est améliorée avec l'augmentation de la
concentration des nanoparticules, alors que les données de la phase solide présentent une
amélioration non monotone lorsque la concentration est supérieure à 2%, Fig. 16.

Fig. 16 : Conductivité thermique de NEPCM Mesuré dans les deux phases : (a) liquide et (b) solide.
Chapitre N° : 1 35

1.5 Conclusion

Le stockage de l’énergie thermique par chaleur sensible ou latente est un sujet très
important, si on observe le nombre important de publications présentées dans cette partie.
L’ensemble de ces travaux montre une claire préférence pour les approches numériques et
expérimentales par apport aux approches analytiques. Du point de vue analytique, ces travaux
portent sur le développement des méthodologies “simple“ de résolution, en s’appuyant sur un
nombre important d’hypothèses simplificatrices.

Les systèmes de stockage par chaleur sensible est une option intéressante de point de
vue coûts d'investissement et d'entretien. Le nombre de travaux traitant le stockage par chaleur
sensible en écoulement laminaire est beaucoup plus important que celui consacré aux
écoulements turbulents. Donc, notre contribution est venue compenser ce manque, en étudiant un
module de stockage en régime turbulent. La technique que nous allons adopter dans notre travail
(GITT) donne une solution complète.

Les études traitant le stockage par chaleur latente sont plus nombreuses par apport à
celles qui traitent le stockage par chaleur sensible.

La performance des systèmes de stockage par chaleur latente est limitée par la faible
conductivité thermique des PCMs utilisés. L'ajout de nanoparticules à haute conductivité est une
des techniques prometteuses pour l’amélioration des performances des systèmes de stockage.
Chapitre N° : 2 36

Chapitre 2 :
Stockage d’énergie par chaleur sensible en régimes laminaire et
turbulent

2.1 Introduction

dans ce chapitre nous étudions le stockage d'énergie par chaleur sensible dans un système
composé d’un assemblage de plaques parallèles ou conduites cylindriques. Le fluide caloporteur
qui circule à l'intérieur des conduites est soumis à une température d'entrée périodique. Quatre
matériaux de stockage, thermiquement différents à savoir le Silicium-carburé, l’Acier-
inoxydable, la brique-réfractaire et l’alumine sont testés. La Technique de la Transformée
Intégrale Généralisée (GITT) est utilisée pour étudier la réponse transitoire de l’unité de stockage
en régime laminaire et turbulent. Les performances thermiques de ces matériaux sont évaluées en
termes de la température moyenne du fluide à la sortie, de l’efficacité de stockage et de l’énergie
totale stockée, en faisant varier le nombre de Reynolds, la fréquence de la température d’entrée
et la longueur de la conduite. Le schéma représentant le circuit de stockage/déstockage est
présenté sur la figure ci-dessous :

Conduite de charge
Collecteur
solaire
Matériau de
stockage
Unité de stockage

Sortie
Application
Conduite de décharge
Entrée

Fig. 2.1 : Circuit de stockage/déstockage.


Chapitre N° : 2 37

2.2 Description du problème

Le système de stockage étudié est schématisé dans la figure (2.2a). Il est constitué d’un
ensemble de plaques parallèles ou de tubes cylindriques. Vu la symétrie géométrique du
dispositif, nous nous proposons d’étudier le système constitué de deux demi-plaques (ou un seul
tube) parcouru par le fluide caloporteur, cf. fig. 2.2b. Afin de simplifier la résolution
mathématique du problème, les hypothèses suivantes ont été appliquées :

(1) le fluide est incompressible, (2) la conduction axiale dans le fluide et le solide sont
négligeables, (3) les propretés thermophysiques de ces matériaux sont constantes.

Unité de stokcage

2R1

2R1
Fluide

2l

2l L0
L
L

Fig. 2.2a : Système de stockage d'énergie thermique.

r r

R2
R1 R2 R1
fluide x T= T0 sin (ωt) fluide
T= T0 sin (ωt) O
O
x
O

Paroi de stockage Paroi de stockage

Fig. 2.2b: Unité du stockage d’énergie thermique.


Chapitre N° : 2 38

2.3 Cas I : étude du stockage en régime laminaire

2.3.1 Formulation mathématique

Le modèle mathématique décrivant la convection forcée laminaire en régime périodique


peut être écrit sous forme dimensionnelle tel que :

Région fluide :
∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t ) 1 ∂  m ∂T f ( x, r , t ) 
+ u (r ) =αf r  0 < r < R1 , x > 0, t > 0 (2.1a)
∂t ∂x r m ∂r  ∂r 
T f (0, r , t ) = T0 + ∆T exp(iωt ) 0 ≤ r ≤ R1 , t > 0 (2.1b)

∂T f ( x, r , t )
=0 x > 0, t>0 (2.1c)
∂r r =0

Région solide :
1 ∂  m ∂Tw ( x, r , t )  1 ∂Tw ( x, r , t )
r = R1 < r < R2 , x > 0, t > 0 (2.1d)
r m ∂r  ∂r  αw ∂t
∂Tw ( x, r , t )
=0 r = R2 x > 0, t > 0 (2.1e)
∂r
Interface solide fluide :
∂T f ( x, r , t ) ∂Tw ( x, r , t )
kf = kw r = R1 x > 0, t > 0 (2.1f)
∂r ∂r
T f ( x, r , t ) = Tw ( x, r , t ) r = R1 x > 0, t > 0 (2.1g)

avec :
m = 0 : plaques parallèles
m = 1 : conduite cylindrique

En introduisant les paramètres adimensionnels :


r ( x / De )( De / R1 ) 2 tα f ω R12 R2 kw α
η= , ξ= , τ= , Ω= , R2+ = , γ= , Γ= f ,
R1 Re Pr R1
2
αf R1 kf αw

ω T ( x, r , t ) − T0 u (r )
β w = ( R2 − R1 ) , θ (ξ ,η ,τ ) = , W (η ) = ,
2α w ∆T ub

ou W(η) est le profil de vitesse adimensionnel, tel que :

2m + 2
W (η ) =
2
(1 −η 2 ) ,
le système précédent s’écrit sous forme adimensionnelle tel que :
Chapitre N° : 2 39

Région fluide :
∂θ f (ξ ,η ,τ ) ∂θ f (ξ ,η ,τ ) 1 ∂  m ∂θ f (ξ ,η ,τ ) 
+ W (η ) = η  0 < η < 1, ξ > 0, τ > 0 (2.2a)
∂τ ∂ξ η m ∂η  ∂η 
θ f (0,η ,τ ) = exp(iΩτ ), 0 ≤ η ≤ 1, τ > 0, (2.2b)

∂θ f (ξ ,η ,τ )
= 0, ξ > 0, τ > 0. (2.2c)
∂η η =0

Région solide :
1 ∂  m ∂θ w (ξ ,η ,τ )  ∂θ w (ξ ,η ,τ )
η =Γ 1 < η < R2+ , ξ > 0, t > 0, (2.2d)
η ∂η 
m
∂η  ∂τ
∂θ w
=0 η = R2+ , ξ > 0, τ > 0. (2.2e)
∂η
Interface solide fluide :
∂θ f (ξ ,η ,τ ) ∂θ w (ξ ,η ,τ )
=γ , η = 1, ξ > 0, τ > 0, (2.2f)
∂η ∂η
θ f (ξ ,η ,τ ) = θ w (ξ ,η ,τ ), η = 1, ξ > 0, τ > 0. (2.2g)

Comme le régime périodique est supposé établi, les températures dans le fluide et dans la paroi
solide peuvent s’écrire en notation complexes telles que :

θ f (ξ ,η ,τ ) = θɶf (ξ ,η ) exp(iΩτ ), (2.3a)

θ w (ξ ,η ,τ ) = θɶw (ξ ,η ) exp(iΩτ ) . (2.3b)

En introduisant les expressions (2.3a) et (2.3b) dans le système (2.2), on obtient le


système suivant:
Région fluide :

∂θɶf (ξ ,η ) 1 ∂  m ∂θɶf (ξ ,η ) 
W (η ) =  η ε (η )  − iΩθɶf (ξ ,η ) 0 < η < 1, ξ > 0 (2.4a)
∂ξ η m ∂η  ∂η 

θɶf (0,η ) = 1, 0 ≤ η ≤ 1, (2.4b)

∂θɶf (ξ ,η )
= 0, ξ > 0. (2.4c)
∂η
η =0
Chapitre N° : 2 40

Région solide :

1 ∂  m ∂θɶw (ξ ,η )   βw  ɶ
2

η  = 2i  *  θ w (ξ ,η ) 1 < η < R2+ , ξ > 0, (2.4d)


η m ∂η  ∂η   R −1 

∂θɶw (ξ ,η )
=0 η = R2+ , ξ > 0. (2.4e)
∂η
Interface solide fluide :
∂θɶf (ξ ,η ) ∂θɶw (ξ ,η )
=γ , η = 1, ξ > 0, (2.4f)
∂η ∂η

θɶf (ξ ,η ) = θɶw (ξ ,η ), η = 1, ξ > 0. (2.4g)

2.3.2 Méthode de résolution

En introduisant le paramètre complexe βɶw = β w (1 − i ) , la distribution de température dans


le solide est mentionnée en annexe (2). La distribution de température dans la veine fluide est
obtenue par la résolution du système suivant :

∂θɶf (ξ ,η ) 1 ∂  m ∂θɶf (ξ ,η ) 
W (η ) = η  − iΩθɶf (ξ ,η ) 0 < η < 1, ξ > 0, (2.5a)
∂ξ η m ∂η  ∂η 

θɶf (0,η ) = 1, 0 ≤ η ≤ 1, (2.5b)

∂θɶf (ξ ,η )
= 0, ξ > 0, (2.5c)
∂η
η =0

∂θɶf (ξ ,η )
+ Hɶ θɶf (ξ ,η ) = 0, η = 1, ξ > 0, (2.5d)
∂η

Le paramètre complexe Hɶ intègre le rôle de la paroi sur l’écoulement. Il est exprimé en annexe
(2). Il s’écrit en forme générale :

Hɶ = RH + iGH .

Une solution formaliste du problème (2.5) est développée à travers la Technique de la


Transformée Intégrale Généralisée (GITT). Cependant, la solution complète exige le calcul des
valeurs propres (eigenvalues), fonctions propres (eigenfunctions) et la normalisation d’un
système Sturm-Liouville complexe. Un problème auxiliaire aux valeurs propres est obtenu à
partir du système complexe originale (2.5) tel que :
Chapitre N° : 2 41

1 d  m dψ ( µ n ,η ) 
η  + µn ψ ( µn ,η ) = 0 0 < η < 1,
2
(2.6a)
η dη 
m
dη 
dψ ( µn ,η )
= 0, η = 0, (2.6b)
dη η =0

∂ψ ( µn ,η )
+ RHψ ( µ n ,η ) = 0, η = 1. (2.6c)
∂η

Les fonctions propres du problème auxiliaire sont données respectivement pour les plaques-
parallèles et les conduits cylindriques par:
ψ ( µn ,η ) = cos ( µ n η ) , (2.6d)

ψ ( µn ,η ) = J 0 ( µn η ) , (2.6e)

Les valeurs propres µn peuvent être déterminées respectivement par la résolution des équations
transcendantes suivantes:
µn sin ( µ n η ) = RH cos ( µn η ) , (2.6f)

et µn J1 ( µ n ) = RH J 0 ( µn ) . (2.6g)

Le problème auxiliaire (2.6) autorise la définition d'une transformé intégrale paire pour la
fonction θ̃f (ξ,η) tel que :

1
Inversion : θɶf (ξ ,η ) = ∑ 1/2
ψ ( µn ,η )θɶn (ξ ). (2.7a)
n =1 Nn
1
ψ ( µ n ,η ) ɶ
Transformée: θɶn (ξ ) = ∫ η m 1/ 2
θ f (ξ ,η )dη , (2.7b)
0
Nn

où l'intégrale de la norme est donnée par :


1
N n = ∫ η m [ψ ( µn ,η )]2 dη . (2.7c)
0

En multipliant l’équation (2.5a) par le terme :


1
ψ ( µ n ,η )
∫η dη
m
(2.8)
0
N n1/ 2

et en appliquant la formule inverse (2.7a) et les conditions aux limites (2.6c) et (2.5e), on abouti
au système différentiel ci-dessous :

dθɶn (ξ ) ∞ * ɶ
∑ a*jn
j =1 dξ
+ ∑ b jnθ n (ξ ) = 0
n =1
ξ > 0, (2.9a)
Chapitre N° : 2 42

∫η
m
W (η )ψ ( µn ,η ) ψ ( µ j ,η )dη
où : a = a =
*
nj
*
jn
0
(2.9b)
( N n N j )1 2

 ψ ( µ n ,1) ψ ( µ j ,1) GH 
et bnj* = δ jn µ 2j + i  δ jn Ω +  . (2.9c)
 ( N N )1/2
 n j 

Le système (2.9) forme un ensemble infini d’équations différentielles linéaires de premier ordre.
Cet ensemble peut être remplacé par un nombre fini d’équations couplées si un nombre de
termes suffisamment grand est considéré dans la sommation qui apparaît dans l’équation (2.9a).
L’équation (2.9a) s’écrite sous forme matricielle :

b*jn − λ a*jn  V jn = 0. (2.10)

Une fois le problème aux valeurs propres et aux vecteurs propres (10) résolu, la solution est
construite par la combinaison linéaire de solutions indépendantes:

N
θɶj (ξ ) = ∑ Cn V jn exp ( −λnξ ), (2.11)
n =1

où Vjn est la nième composante du vecteur propre. Les valeurs Cn seront déterminées en
satisfaisant la condition d'entrée :
N
f j = ∑ CnV jn , (2.12a)
n =1

1
ψ ( µ j ,η )
où f j = ∫ η m dη . (2.12b)
0
N 1/j 2

L’équation (2.7a) permet de calculer la solution complète:


N ψ ( µ j ,η ) N
θɶf (ξ ,η ) = ∑ ∑C n V jn exp ( −λnξ ). (2.13)
j =1 N 1j 2 n =1

Nous calculons la température moyenne adimensionnelle à partir de sa définition :


1
θɶb (ξ ) = ( m + 1) ∫η m W (η ) θɶf (ξ ,η ) dη . (2.14)
0

Les équations (2.13) et (2.14) sont des quantités complexes, la distribution de la température et la
température de mélange peuvent être écrites respectivement en coordonnées polaires tels que :

θ f (ξ ,η ,τ ) = A(ξ ,η ) exp {i[Ωτ + φ (ξ )]} (2.15a)


Chapitre N° : 2 43

θb (ξ ,τ ) = Ab (ξ ) exp {i[Ωτ + φb (ξ )]} (2.15d)

A(ξ ,η ) et φ (ξ ) sont respectivement l’amplitude et le déphasage.

2.3.3 Bilan énergétique et efficacité de stockage

Le stockage s’effectue pendant une demi-période, quand la chaleur accumulée par le


fluide à l’entrée est transférée à la paroi. Pendant la deuxième demi-période c’est le déstockage
qui s’effectue, la quantité de chaleur stockée est transmise au fluide.

En notant Esen , l’énergie stockée dans le solide et Φ (τ ) le flux thermique, alors :

Esen = ∫ Φ (τ ) dτ ,

Esen s’exprime également en fonction de l’énergie interne des plaques U is . Elle est égale à la
valeur maximale de celle-ci, c’est-a-dire au double de son amplitude.
Esen = 2 U is , donc, la chaleur sensible accumulée dans la paroi pendant le processus de stockage

(pendant la première demi-période) peut être exprimée par :

a/ Cas des plaques parallels

dU sen = 2 ( ρ C ) w Tɶw ( x, r ) dVw (2.16a)

où le volume de contrôle s’écrit :

dVw = L0 dx dr (2.16b)

donc, l'énergie totale stockée dans le solide est donnée par:


R2 L

U is = L0 ∫ ∫ 2 ( ρ C ) w Tɶw ( x, r ) dx dr (2.16c)
R1 0

En utilisant les groupes adimensionnels, l’expression (2.16c) peut être réécrite comme ci-
dessous:

R2+ L
1
U is = L0 R12 ( ρ C ) w Re Pr ∫ ∫ θɶ (ξ ,η ) dξ dη.
w (2.16d)
2 1 0

En se rapportant à la quantité E f = τ * π mC ( )
ɺ f , qui représente l’énergie maximale transportée

par le fluide à l’entrée du canal pendant une demi-période, l’efficacité de stockage est définie
comme étant la quantité : δ = Esen E f
Chapitre N° : 2 44

π  ρ C  H3 ψ ( µ j ,1)
(1 − exp ( −λ L )) ,
N N Cn V jn
et δ = 2 γ R + 
1
2

τ  k  w H 2

j =1 N 12 ∑
n =1 λn
n
+
(2.17b)
j

ou H 2 et H 3 sont données respectivement par :

 βɶ   βɶ 
H 2 = cos  + w  − H1 sin  + w  , (2.17c)
 R2 − 1   R2 − 1 

 R + − 1    βɶw R2+   βɶw    βɶw R2+   βɶw   


H3 =  2   +  1   +    ,
ɶ   +   + 
sin - sin - H cos - cos (2.17d)
 β w    R2 − 1   R −1    R 2 − 1   R2 − 1   

 βɶw R2+ 
avec : H1 = tan  + .
 R −1 

b/ Cas de la conduite cylindrique

Dans le cas la conduite circulaire, l'énergie totale stockée dans le solide est donnée par:
R2 L

U is = 2π ∫ ∫ ( ρ C ) w Tɶw ( x, r ) r drdx. (2.18a)


R1 0

En introduisant les groupes adimensionnels, nous obtenons:


R2+ L+

U is = 2 R ( ρ C ) w Re Pr
3
1 ∫ ∫ η θɶ (ξ ,η ) dξ dη .
w (2.18b)
1 0

L’efficacité de stockage s’écrit :

π  ρ C  H 6 N ψ ( µ j ,1) N Cn V jn
δ = 4γ R12 ∑ ∑
τ +  k  w H 5 j =1 N 1j 2 n=1 λn
(1 − exp ( −λnξ L ) ) , (2.18c)

ou H 5 and H 6 sont donnés respectivement par :

 βɶ   βɶ 
H 5 = J 0  + w  + H 4 Y0  + w  , (2.18d)
 R2 − 1   R2 − 1 

 R + − 1   +  βɶw R2+   βɶw   +  βɶw R2+   βɶw   


H6 =  2  +
ɶ  2 1  R+ −1  1  R+ −1   2 1  R + − 1  1  R + − 1   
4
R J - J H R Y -Y , (2.18e)
 β w    2   2    2   2   
Chapitre N° : 2 45

 βɶw R2+ 
J1  + 
 R −1 
avec : H 4 = − . (2.18f)
 βɶw R2+ 
Y1  + 
 R −1 

où J0 et J1 sont les fonctions de Bessel de première espèce d’ordre 0 et 1 respectivement, et Y0 et


Y1 sont les fonctions de Bessel de deuxième espèce d’ordre 0 et 1 respectivement.

2.3.4 Validation du modèle mathématique

Afin de valider notre modèle mathématique nous comparons l’évolution de l’amplitude


de la température moyenne le long de la conduite (cylindrique et plaques), dans les mêmes
conditions de travail adoptées par Mansouri et al. [22] utilisant la méthode variationnelle de Ritz.
La figure (2.3a) montre la variation axiale de l’amplitude de la température moyenne dans la
conduite à plaques parallèles pour différents rapports de capacités thermiques fluide/solide. La
figure (2.3b) affiche la même comparaison dans la conduite cylindrique. On constate que les
résultats obtenus sont en bon accord avec ceux de la littérature [22].

1 1
Présente étude Présente étude
0.9 Mansouri et al. [22] 0.9 Mansouri et al. [22]

0.8 0.8
a+ = 0.1
0.7 a+ = 0.1
0.7
0.6 8.5 10-2 0.6

0.5
Ab Ab 0.5
0.4 0.4
-3
0.3 8.5 10 0.3 8.5 10-2

0.2 0.2
8.5 10-3
0.1 0.1
0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5
ξ ξ
Fig. 2.3a : Amplitude de la température moyenne le Fig. 2.3b : Amplitude de la température moyenne le
long des plaques pour différentes épaisseurs de paroi. long du tube pour différentes épaisseurs de paroi.
Chapitre N° : 2 46

2.3.5 Résultats et commentaires

Les couples de matériaux utilisés sont donnés dans le tableau (2.1) ; En fixant la période
du signal thermique d’entée à τ + = 24h et l’espacement entre plaques R1 = 2 cm , le problème
consiste donc à définir la géométrie du système conduisant à un stockage optimal et un filtrage
meilleur de la température du fluide à la sotie.

Table. 2.1 : Propriétés thermophysiques des matériaux utilisés.


k (Wm−1 K −1 ) C ( J kg − 1 K − 1 ) ρ (kg m −3 ) ρ C ( J m −3 K −1 ) ν ( m 2 s −1 )
Alumine 9.83 3.32 106
Brique 0.66 1.428 106
Silicium-carburé 490 675 3160
Acier inoxydable 13.8 460 7817
Air 4.29 10-2 1047 0.596 624 4.92 10-5
Huile () 0.138 1800 869 1.10 10-5
Santotherm55 0.1104 2951 720 2.072 106 6.4 10-7
Vapeur d’eau 0.04341 2013 0.384 773 52.84E-6
Eau 0.6 4182 998.2 1.00510-6

La variation transitoire température moyenne du fluide caloporteur est représentée par la


figure (2.4) pour différents matériaux de stockage et pour le deux ces : plaques parallèles et tube
cylindrique à une distance axiale x = 10 m. nous constatons que l’amplitude de la température
moyenne est plus amorti pour le cas de la brique réfractaire. Ce qui signifie que l’énergie stockée
est plus importante.

1 Silicium/eau 0.8 Silicium/eau


Acier/eau Acier/eau
0.8 0.6 Alumine/eau
Alumine/eau
0.6 Brique/eau Brique/eau
0.4
0.4

0.2 0.2

θb 0 θb 0
-0.2 -0.2
-0.4
-0.4
-0.6
-0.6
-0.8

-1 -0.8
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
Ω τ/2π Ω τ/2π
Fig. 2.4a : température moyenne du fluide entre les Fig. 2.4b : température moyenne du fluide dans le
plaques à x = 10m, τ+ = 24 h, Re = 500. tube à x = 10m, τ+ = 24 h, Re = 500.
Chapitre N° : 2 47

La figure (2.5) montre une comparaison entre l’huile, l'eau, le Santotherm55 et l’air qui
sont utilisés comme fluides caloporteurs dans les mêmes conditions. La figure (2.5a) montre que
la meilleure efficacité de stockage est obtenue si on utilise l’air comme fluide caloporteur, mais
cela ne signifie pas que la quantité d’énergie stockée sera aussi meilleure (cf. fig. 2.5b). Cette
figure montre que l’utilisation de l’eau comme fluide caloporteur permet de stocker une plus
grande quantité d’énergie. Ce phénomène est lié à la capacité thermique de chaque fluide
caloporteur. L’air qui a une faible capacité thermique emmagasine une faible quantité d’énergie
à l’entrée du conduit, cette énergie sera facilement stockée dans les parois ce qui donne une
bonne efficacité de stockage. Le phénomène inverse se produit avec le remplacement de l’air par
l’eau. D’autre part, on voit bien que l’eau donne une meilleure efficacité de stockage et une
grande quantité d’énergie stockée comparativement à l’huile et le Santotherm55.

1 16 e3

0.9 Acier/air 14 e3
Acier/eau
0.8
Acier/huile 12 e3
0.7 Acier/Santotherm55
10 e3
0.6
Esen (kJ)

Acier/air
δ 0.5 8 e3 Acier/eau
Acier/huile
0.4 6 e3 Acier/Santotherm55
0.3
4 e3
0.2
2 e3
0.1

0 0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0 0.2 0.4 0.6 0.8
R2-R1 (m) R2-R1 (m)

Fig. 2.5a : Efficacité du stockage dans les plaques Fig. 2.5b : Energie stockée dans les plaques pour
pour différents fluides caloporteurs (Re=500, différents fluides caloporteurs (Re=500, L=10m,
L=10m, R1=2cm et τ+=24h). R1=2cm et τ+=24h).

Pour choisir le meilleur matériau de stockage, la figure (2.6) présente une comparaison
entre le Silicium-carburé, l’Acier inoxydable, l’Alumine et la Brique-réfractaire qui sont utilisés
dans les mêmes conditions opératoires (Re=500, L=10m, R1=2cm et τ*=24h) pour les deux
configurations plaques-parallèles et conduit cylindrique.
Chapitre N° : 2 48

0.7 0.8

0.6 0.7

0.6
0.5
0.5 Silicium/eau
0.4
Acier/eau
δ Silicium/eau δ 0.4 Alumine/eau
0.3 Acier/eau Brique/eau
Alumine/eau 0.3
Brique/eau
0.2
0.2

0.1 0.1

0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6
R2-R1 R2-R1

Fig. 2.6a : Efficacité de stockage dans les plaques Fig. 2.6b : Efficacité de stockage dans les tubes
pour différents matériaux. pour différents matériaux.

20 e3 1.4 e3

1.2 e3
16 e3
1 e3
Silicium/eau
12 e3 Acier/eau
Esen (kJ)

8 e2
Esen (kJ)

Alumine/eau
Silicium/eau
Brique/eau
Acier/eau
6 e2
8 e3 Alumine/eau
Brique/eau
4 e2
4e3
2 e2

0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6
R2-R1 (m) R2-R1
Fig. 2.6c : Energie stockée dans les plaques pour Fig. 2.6d : Energie stockée dans les tubes pour
différents matériaux. différents matériaux.
Chapitre N° : 2 49

1 1

0.9 0.9

Silicium/eau 0.8
0.8
Acier/eau
Alumine/eau 0.7
0.7 Brique/eau Silicium/eau
Ab Ab 0.6 Acier/eau
0.6 Alumine/eau
0.5 Brique/eau
0.5
0.4

0.4 0.3

0.2
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.6e : Amplitude de la température moyenne à Fig. 2.6f : Amplitude de la température moyenne à
la sortie pour différents matériaux de stockage, (cas la sortie pour différents matériaux de stockage. (cas
des plaques parallèles). du tube).

Les figures (2.6a) et (2.6b) montrent que l’efficacité de stockage est meilleure pour
l’Acier inoxydable et l’alumine jusqu’à une certaine valeur limite de l’épaisseur de paroi (20cm
pour les plaques et 10cm pour le tube). Au-delà de cette valeur, le Silicium-carburé devient
meilleur matériau de stockage. Un comportement semblable est observé sur les figures (2.6c) et
(2.6d) qui montrent l’énergie stockée en fonction de l’épaisseur de la paroi.

Les figures (2.6e) et (2.6f) présentent la variation de l’amplitude de la température


moyenne à la sortie en fonction de l’épaisseur de la paroi. Il est claire que le signale thermique
est bien filtré si on utilise le Silicium-carburé comme matériau de stockage. Donc, dans le reste
de ce chapitre nous étudions l’influence des autres paramètres tels que la période du signale
thermique, la longueur du conduit et le nombre de Reynolds en utilisant le couple de matériaux
Silicium-carburé/eau.

L’influence de la période du signale thermique à l’entrée sur l’efficacité de stockage,


l’énergie stockée et l’amplitude de la température moyenne à la sortie de la conduite est
présentée sur la figure (2.7), pour les plaques-parallèles et le conduit cylindrique. Sur les figures
Chapitre N° : 2 50

(2.7a) et (2.7b), nous constatons qu’avec une faible période le rendement de stockage arrive à sa
valeur maximale pour une faible épaisseur de paroi. Ce résultat est prévisible car pour les petites
périodes l’énergie transportée par le fluide à l’entrée est faible, ce qui nécessite moins d’espace
de stockage (faible épaisseur). D’ailleurs, l’augmentation de la période et de l’épaisseur de la
paroi augmentent l’énergie stockée, cf. fig. (2.7c)-(2.7b).

0.7
0.7

0.6
0.6

0.5
0.5

0.4
δ 0.4
δ τ* = 6h τ* = 6h
0.3 τ* = 12h 0.3 τ* = 12h
τ* = 24h τ* = 24h
0.2 τ* = 48h τ* = 48h
τ* = 96h 0.2
τ* = 96h
0.1 0.1

0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.7a : Efficacité de stockage dans les plaques Fig. 2.7b : Efficacité de stockage dans le tube pour
pour différentes périodes. différentes périodes.

80 e3 5200
τ* = 6h
τ* = 12h
70 e3
τ* = 24h
τ* = 48h τ* = 6h
4160
60 e3 τ* = 96h τ* = 12h
τ* = 24h
50 e3 τ* = 48h
3120 τ* = 96h
Esen (kJ)

Esen (kJ)

40 e3

30 e3 2080

20 e3
1040
10 e3

0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.7c : Energie stockée dans les plaques pour Fig. 2.7d : Energie stockée dans le tube pour
différentes périodes. différentes périodes.
Chapitre N° : 2 51

1 1
τ* = 6h
τ* = 12h
0.9 0.9
τ* = 24h
τ* = 6h
τ* = 48h
0.8 τ* = 12h
0.8 τ* = 96h
τ* = 24h
0.7 τ* = 48h
0.7 τ* = 96h
Ab Ab 0.6
0.6
0.5
0.5
0.4
0.4
0.3

0.3 0.2
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.7e : Amplitude de la température moyenne Fig. 2.7f : Amplitude de la température moyenne à
à la sortie des plaques pour différentes périodes. la sortie du tube pour différentes périodes.

Les figures (2.7e) et (2.7f) présentent l’amplitude de la température moyenne à la sortie


en fonction de l’épaisseur pour différentes périodes. Ces figures révèlent que le signale
thermique est rapidement amorti pour les faibles périodes, puisque l’énergie thermique
transportée par le fluide est faible et facile à être stockée dans les parois.

1 1

0.9 0.9

0.8 0.8

0.7 0.7

0.6 0.6

δ 0.5 δ 0.5
0.4 0.4

0.3 L = 25 m 0.3 L = 25 m
L = 15 m L = 15 m
0.2 L = 10 m 0.2
L = 10 m
L=5m L=5m
0.1 0.1

0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.8a : Efficacité de stockage pour différentes Fig. 2.8b : Efficacité de stockage pour différentes
langueurs des plaques. langueurs du tube.
Chapitre N° : 2 52

30 e3 2e3

1.8e3
25 e3
1.6e3

20 e3 1.4e3

1.2e3
Esen (kJ)

Esen (kJ)
15 e3 1e3

8e3
10 e3
L = 25 m 6e2 L = 25 m
L = 15 m L = 15 m
5 e3 L = 10 m 4e2 L = 10 m
L=5m L=5m
2e2
0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.8c : Energie stockée pour différentes Fig. 2.8d : Energie stockée pour différente
langueurs de plaques. langueurs du tube.

1 1

0.9 L = 25 m 0.9 L = 25 m
L = 15 m L = 15 m
0.8 L = 10 m 0.8
L = 10 m
0.7 L=5m 0.7 L=5m
0.6 0.6

Ab 0.5 Ab 0.5
0.4 0.4

0.3 0.3

0.2 0.2

0.1 0.1

0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.8e : Amplitude de la température moyenne à Fig. 2.8f : Amplitude de la température moyenne à
la sortie des plaques. la sortie du tube.

Les effets de la longueur du conduit sur l’efficacité de stockage, l’énergie stockée et


l’amplitude de la température moyenne sont présentés sur la figure (2.8). Il est clair qu'une
augmentation de la longueur de la conduite engendre une augmentation de la surface d'échange
(S= 2 L0 L ou 2πR1L) et le volume de stockage (V=2 L0 (R2-R1) L ou π (R22-R12)) ce qui engendre une
Chapitre N° : 2 53

augmentation de l’efficacité de stockage et la chaleur sensible accumulée dans la paroi du


conduit. Donc, plus le conduit est long, plus le signal thermique à sortie est amorti, cf. fig.
(2.8e)-(2.8f).

L'effet du nombre de Reynolds sur l'efficacité de stockage δ, pour le couple Silicium-


carburé/eau est montré sur les figures (2.9a) et (2.9b), respectivement pour les plaques parallèles
et le conduit cylindrique de longueur L = 10m et une période τ* = 24 h. L’efficacité de stockage
est définie par le rapport entre l’énergie stockée et l’énergie transportée par le fluide à l’entrée de
la conduite. D’une part, L’augmentation du nombre de Reynolds favorise l’échange thermique
entre la paroi et le fluide caloporteur, ce qui augmente l’énergie stockée dans la paroi. D’autre
part, avec un nombre de Reynolds élevé, le fluide caloporteur peut emmagasiner une quantité
d’énergie importante, cf. fig. (2.9a)-(2.9b). Dans ce cas, si on compare l’augmentation de
l’énergie stockée par rapport à l’énergie transportée par le fluide, on trouve que cette dernière est
plus importante, ce qui explique la diminution de l’efficacité de stockage avec l’augmentation du
nombre de Reynolds. Pour un nombre de Reynolds donné, l'augmentation de l'épaisseur de la
paroi engendre une augmentation de l'efficacité du stockage thermique jusqu'à une certaine
valeur limite. Au-delà de cette valeur asymptotique, l'efficacité devient insensible à
l'augmentation de l'épaisseur de la paroi.

1 1
0.9 0.9
0.8 0.8
0.7 0.7
0.6 0.6
δ 0.5 δ 0.5
0.4 0.4
0.3 0.3
Re = 2000 Re = 2000
0.2 Re = 1500 0.2 Re = 1500
Re = 1000 Re = 1000
0.1 Re = 500 0.1 Re = 500
Re = 200 Re = 200
0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.9a : Efficacité de stockage dans les plaques Fig. 2.9b : Efficacité de stockage dans le tube
pour différentes valeurs de Re (L=10m, R1=2cm et pour différentes valeurs Re (L=10m, R1=2cm et
τ+=24h). τ+=24h).
Chapitre N° : 2 54

35 e3 2.5 e3

30 e3
2 e3
25 e3

1.5 e3
20 e3
Esen (kJ)

Esen (kJ)
15 e3
1 e3 Re = 2000
Re = 1500
10 e3 Re = 2000 Re = 1000
Re = 1500 5 e2
Re = 1000 Re = 500
5 e3
Re = 500 Re = 200
Re = 200
0 0
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.9c : Energie stockée dans les plaques pour Fig. 2.9d : Energie stockée dans les tubes pour
différentes valeurs de Re(L=10m, R1=2cm et différentes valeurs de Re (L=10m, R1=2cm et
τ*=24h). τ*=24h).

1 Re = 2000
Re = 1500 1
Re = 2000
0.9 Re = 1000 Re = 1500
Re = 500 0.9 Re = 1000
0.8 Re = 200 Re = 500
0.8 Re = 200
0.7

0.6 0.7

0.5 0.6
0.4 Ab
Ab 0.5
0.3
0.4
0.2

0.1 0.3

0 0.2
0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5 0 0.1 0.2 0.3 0.4
R2-R1 R2-R1

Fig. 2.9e : Amplitude de la température moyenne à Fig. 2.9f : Amplitude de la température moyenne à
la sortie des plaques (L=10m, R1=2cm, τ+ = 24h). la sortie des plaques (L=10m, R1=2cm, τ+ = 24h).
Chapitre N° : 2 55

2.4 Cas II : étude du stockage en régime turbulent

2.4.1 Formulation mathématique

Le modèle mathématique, décrivant la convection forcée en régime turbulent peut être


écrit sous forme dimensionnelle telle que:
Région fluide :

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t ) 1 ∂  m ∂T f ( x, r , t ) 
+ u (r ) =  r (α + ε )  , 0 < r < R1 , x > 0, t > 0 (2.19a)
∂t ∂x r m ∂r  ∂r
f h

T f (0, r , t ) = T0 + ∆T exp(iωt ) 0 ≤ r ≤ R1 , t > 0, (2.19b)

∂T f ( x, r , t )
=0 x > 0, t > 0. (2.19c)
∂r r =0

Région solide :

1 ∂  m ∂Tw ( x, r , t )  1 ∂Tw ( x, r , t )
r = R1 < r < R2 , x > 0, t > 0, (2.19d)
r m ∂r  ∂r  αw ∂t
∂Tw ( x, r , t )
kw = 0, r = R2 x > 0, t > 0. (2.19e)
∂r
Interface solide fluide :

∂T f ( x, r , t ) ∂Ts ( x, r , t )
kf = kw , r = R1 x > 0, t > 0, (2.19f)
∂r ∂r
T f ( x, r , t ) = Tw ( x, r , t ), r = R1 x > 0, t > 0. (2.19g)

En introduisant les paramètres adimensionnels cités au régime laminaire, le problème s’écrit sous
forme adimensionnelle :
Région fluide :

∂θ f (ξ ,η ,τ ) ∂θ f (ξ ,η ,τ ) 1 ∂  m ∂θ f (ξ ,η ,τ ) 
+ W (η ) = η ε (η )  , 0 < η < 1, ξ > 0, τ > 0 (2.20a)
∂τ ∂ξ η ∂η 
m
∂η 
θ f (0,η ,τ ) = exp(iΩτ ), 0 ≤ η ≤ 1, τ > 0, (2.20b)

∂θ f (ξ ,η ,τ )
= 0, ξ > 0, τ > 0. (2.20c)
∂η η =0

Région solide :

1 ∂  m ∂θ w (ξ ,η ,τ )  ∂θ w (ξ ,η ,τ )
η =Γ 1 < η < R2+ , ξ > 0, t > 0, (2.20d)
η ∂η 
m
∂η  ∂τ
Chapitre N° : 2 56

∂θ w
=0 η = R2+ , ξ > 0, τ > 0. (2.20e)
∂η
Interface solide fluide :

∂θ f (ξ ,η ,τ ) ∂θ w (ξ ,η ,τ )
=γ , η = 1, ξ > 0, τ > 0, (2.20f)
∂η ∂η
θ f (ξ ,η ,τ ) = θ w (ξ ,η ,τ ), η = 1, ξ > 0, τ > 0. (2.20g)

εh Pr ε m
avec: ε (η ) = 1 + = 1+ .
αf Prt v

Les modèles utilisés pour les profils des vitesses W(η) et la viscosité turbulente ε(η) sont
données en Annexe (1). Dans cette étude, on s’intéresse au régime périodique établi. La
température de fluide et de solide sont écrites en notation complexe sous la forme :

θ f (ξ ,η ,τ ) = θɶf (ξ ,η ) exp(iΩτ ), (2.21a)

θ w (ξ ,η ,τ ) = θɶw (ξ ,η ) exp(iΩτ ). (2.21a)

En introduisant les expressions (2.21a) et (2.21b) dans le système (2.20), on obtient le


système suivant:
Région fluide :

∂θɶf (ξ ,η ) 1 ∂  m ∂θɶ f (ξ ,η ) 
W (η ) =  η ε (η )  − iΩθɶf (ξ ,η ), 0 < η < 1, ξ > 0 (2.22a)
∂ξ η m ∂η  ∂η 

θɶf (0,η ) = 1, 0 ≤ η ≤ 1, (2.22b)

∂θɶf (ξ ,η )
= 0, ξ > 0. (2.22c)
∂η
η =0

Région solide :

1 ∂  m ∂θɶw (ξ ,η )   βw  ɶ
2

 η  = 2i  R* − 1  θ w (ξ ,η ), 1 < η < R2+ , ξ > 0, (2.22d)


η m ∂η  ∂η   

∂θɶw (ξ ,η )
=0 η = R2+ , ξ > 0. (2.22e)
∂η
Interface solide fluide :

∂θɶf (ξ ,η ) ∂θɶw (ξ ,η )
=γ , η = 1, ξ > 0, (2.22f)
∂η ∂η
Chapitre N° : 2 57

θɶf (ξ ,η ) = θɶw (ξ ,η ), η = 1, ξ > 0. (2.22g)

2.4.2 Méthode de résolution

En introduisant le paramètre complexe βɶw = β w (1 − i ) , la distribution de température dans


le solide est mentionnée en annexe (2). La distribution de température dans la veine fluide est
calculée par la résolution du système suivant :

∂θɶf (ξ ,η ) 1 ∂  m ∂θɶf (ξ ,η ) 
W (η ) = m η ε (η )  − iΩθɶf (ξ ,η ) 0 < η < 1, ξ > 0 (2.23a)
∂ξ η ∂η  ∂η 

θɶf (0,η ) = 1, 0 ≤ η ≤ 1, (2.23b)

∂θɶf (ξ ,η )
= 0, ξ > 0, (2.23c)
∂η
η =0

∂θɶf (ξ ,η )
+ Hɶ θɶf (ξ ,η ) = 0. η = 1, ξ > 0, (2.23d)
∂η

où : Hɶ = RH + iH .

Un problème auxiliaire aux valeurs propres est obtenu à partir du système complexe originale
(2.23) tel que :

1 d  m dψ ( µn ,η ) 
η ε (η )  + µ n W (η ) ψ ( µn ,η ) = 0, 0 < η < 1,
2
(2.24a)
η dη 
m
dη 
dψ ( µn ,η )
= 0, η = 0, (2.24b)
dη η =0

∂ψ ( µn ,η )
+ RHψ ( µ n ,η ) = 0, η = 1. (2.24c)
∂η
En utilisant les fonctions propres (ψ ( µ k ,η ) ), nous définissons la transformé intégrale paire
suivante :

1
Inversion : θɶf (ξ ,η ) = ∑ ψ ( µ n ,η )θɶn (ξ ). (2.25a)
n =1 N n1/2
1
ψ ( µ n ,η ) ɶ
Transformée: θɶn (ξ ) = ∫ W (η ) θ f (ξ ,η )dη . (2.25b)
0
N n1/ 2
Chapitre N° : 2 58

1
Normalisation : N n = ∫ W (η )[ψ ( µ n ,η )]2 dη . (2.25c)
0

En multipliant l’équation (2.23a) par le terme :


1
ψ ( µn ,η )
∫η dη ,
m

0
N n1/2

le problème aux valeurs propres (2.24), les équations (2.24c) et (2.23d) sont utilisées pour
obtenir l’équation ci-dessous :

dθɶn (ξ ) ∞
+ µn2θɶn (ξ ) + iΩ∑ anj* θɶ j (ξ ) = 0, (2.26a)
dξ j =1

avec :

1  ε (1) ψ ( µ n ,1) ψ ( µ j ,1) GH 1 


a =a =
* *
 + ∫0 ψ ( µ ,η )ψ ( µ ,η ) dη . (2.26b)

nj jn n j
( N n N j )1/ 2  

La condition d’entrée est donnée par :

ψ ( µ n ,η )
1
θɶn (0) = f n = ∫ W (η ) dη . (2.26c)
0
N n1/ 2

Le système (2.26) forme un ensemble infini d’équations différentielles linéaire de premier ordre.
Cet ensemble peut être remplacé par un nombre fini d’équations couplées si un nombre de
termes suffisamment grand est considéré dans la sommation qui apparaît dans l’équation (2.26a).
L’équation (2.26a) s’écrit sous forme matricielle :

{ X '(ξ )} + [ A]{ X (ξ )} = 0, (2.27a)

avec la condition aux limites :

{X (0)} = { f } (2.27b)

où l’indice prime ('), dénote la première dérivé par apport à ξ , les vecteurs {X (ξ )} et { f } sont
définis par :

{
{X (ξ )} = θ~1 (ξ ),θ~2 (ξ ),..............,θ~N (ξ ), }T
(2.27c)

{ f } = { f1 , f 2 ,............, f N } (2.27d)

Les éléments (a kj ) de la matrice [ A] sont définis par :


Chapitre N° : 2 59

(anj ) = (δ nj µn2 + iΩanj* ), n, j = 1, 2,........, N (2.27e)

anj* est défini par l’équation (2.26b) et δ nj est le symbole de Kronecker qui s’écrit :

0 k≠ j
δ nj =  . (2.27f)
1 k= j

Pour résoudre le système (2.27), nous supposons que la matrice [ A] a un ensemble de N


vecteurs propres linéairement indépendants. Nous cherchons une solution de la forme :

{ X (ξ )} = {V } e−λξ , (2.28)

où les valeurs propres et les vecteurs propres, respectivement λ et {V } seront calculés.

En introduisant l’équation (2.28) dans l’équation (2.27a), nous obtenons le système d’équations
algébriques homogènes suivant :

{[ A] − λ[ I ]}{V } = 0. (2.29)

[ I ] est la matrice unitaire. L’équation (2.29) permet de déterminer les valeurs propres et les

vecteurs propres de la matrice complexe [ A] . La solution du problème (2.27) peut être écrite
sous forme d’une combinaison linéaire des solutions fondamentales sous la forme :

{X (ξ )} = c1 {X (1) (ξ )}+ ....... + c N {X ( N ) (ξ )} (2.30a)


ou

{ X (ξ )} = c1 {V (1) } e− λ ξ + ....... + cN {V ( N ) } e− λ ξ .
1 N
(2.30b)

Les vecteurs { X (1) } , { X (2) } ,.............., { X ( N ) } forment l’ensemble des solutions fondamentales

de l’équation (2.27). Le système équations (2.30b) peut être écrit sous la forme :

{X (ξ )} = [Ψ (ξ )]{C} (2.30c)

[Ψ (ξ )] est la matrice fondamentale du système (2.26), elle est définie par :

v1(1) e − λ1ξ . . . v1( N ) e − λN ξ 


 
 . . . . . 
[Ψ (ξ )] =  . . . . . 
 
 . . . . . 
v (1) e −λ1ξ ( N ) −λN ξ 
. . . vN e
 N 
Chapitre N° : 2 60

Pour déterminer les constantes d’intégration {C} , il faut satisfaire la condition aux limites

(2.27b) et obtenir le système d’équations algébriques linéaires suivant :

[Ψ (0)]{C } = { f } (2.31a)

[Ψ (0)] = [vn( j ) ] k , j = 1,2,........., N (2.31b)

où vn( j ) sont les éléments de la matrice [Ψ (0)] .

Connaissant les valeurs propres, les vecteurs propres et les coefficients {C }, la fonction { X (ξ )}
(représente la distribution de température transformée θɶn (ξ ) ) peut être déterminée ; Ainsi la

fonction θɶf (ξ ,η ) est également obtenue par la formule inverse (2.25a). En notant que la

température adimensionnelle θ f (ξ ,η ,τ ) est reliée à la fonction θɶf (ξ ,η ) par l’équation (2.21a),

la température moyenne est évaluée à partir de sa définition :


1
θɶb (ξ ) = ( m + 1) ∫η m W (η ) θɶf (ξ ,η ) dη . (2.31d)
0

La distribution des températures et la température de mélange peuvent être écrites


respectivement en coordonnées polaires tels que :

θ f (ξ ,η ,τ ) = A(ξ ,η ) exp {i[Ωτ + φ (ξ )]} (2.32a)

θ b (ξ ,τ ) = Ab (ξ ) exp{i[Ωτ + φb (ξ )]} , (2.32b)

A(ξ ,η ) et φ (ξ ) sont respectivement l’amplitude et le déphasage.

2.4.3 Bilan énergétique et fonction de stockage

• Pour les plaques parallels

L’énergie totale stockée dans le solide est donnée par:

R2+ L+
1
U is = L0 R12 ( ρ C ) w Re Pr ∫ ∫ θɶ (ξ ,η ) dξ dη.
w (2.33a)
2 1 0

L’efficacité de stockage et donnée par :

L+
π  ρ C  H3 N
1
δ = 2γ R +  2
∑ ψ ( µn ,1) ∫ θɶn (ξ ) dξ . (2.33b)
τ  k  w H 2
1
n =0 N 1/2
n 0
Chapitre N° : 2 61

• Conduite cylindrique

L’énergie totale stockée dans le solide est donnée par:


R2+ L+

U is = 2 R ( ρ C ) w Re Pr
3
1 ∫ ∫ η θɶ (ξ ,η ) dξ dη .
w (2.33c)
1 0

L’efficacité de stockage et donnée par:


L+
π  ρ C  H6 N
1
δ = 4γ R +  2
∑ ψ ( µ n ,1) ∫ θɶn (ξ ) dξ . (2.33d)
τ  k  w H 5
1 1/2
n=0 N n 0

2.4.4 Validation du modèle mathématique

Dans le but de valider notre modèle mathématique, les figures (2.10a) et (2.10b)
montrent une comparaison entre les résultats de la présente étude et ceux obtenus par Kakaç et Li
[4] dans le cas particulier d’une paroi isotherme. La géométrie considérée est un conduit
constitué de deux plaques parallèles d’épaisseur l, séparées par une distance 2R1 , et parcouru par
un écoulement fluide en régime turbulent dont la température d’entrée varie périodiquement. Les
faces extérieures des parois échangent avec le milieu extérieur à température constante T∞ . La
comparaison des résultats relève une bonne satisfaction sur le plan de la précision.

1 1
Présente étude Présente étude
0.9 Kakac et Li [4] 0.9
Kakac et Li [4]
0.8 a + ≥ 0.5 0.8
0.7 0.7
0.6 0.6
A(ξ,0)

A(ξ,0)

a + ≥ 0.5
0.5 0.5
a + = 5 × 10 −5 a+ = 0.1
a+ = 0.1 0.4
0.4
a + = 8.5 × 10 −3
0.3 0.3
a + = 5 × 10 −5
0.2 0.2
a + = 8.5 × 10 −3
0.1 0.1
0 0
0 0.035 0.07 0.105 0.14 0.175 0 0.035 0.07 0.105 0.14 0.175
ξ ξ
Fig. 2.10a : Amplitude de la température axiale pour Fig. 2.10b : Amplitude de la température axiale
différents rapports de capacité thermique (Biext = 1, pour différents rapports de capacité thermique (Biext
Re = 105 et Ω = 1). = 10, Re = 105 et Ω = 1).
Chapitre N° : 2 62

2.4.5 Résultats et commentaires

Dans cette partie du travail, l’eau en écoulement prise à température de 300 °C est
utilisée comme fluide caloporteur circulant en régime turbulent. Ses propriétés thermophysiques
sont mentionnées dans le tableau (2.1).

La pertinente propriété thermophysique du matériau de stockage est spécifiquement la


capacité thermique, qui détermine la masse totale nécessaire pour stocker une certaine quantité
d'énergie. La figure (2.11) illustre l'effet de l'épaisseur de la paroi sur l’amplitude de la
température moyenne à la sortie du conduit pour différentes longueurs de plaques (L= 4, 8 et
15m), avec Re=105, et τ* =24 h pour deux types de matériaux, Silicium-carburé et l’Acier
inoxydable. La différence entre ces deux cas est claire, pour le premier couple fluide/solide
(Acier/vapeur) le rapport de capacité thermique ( a + = (C ρ ) f R1 ( ρ C ) s ( R2 − R1 ) ) est plus petit
+ +
que pour le deuxième couple ( aSilicium / Vapeur / a Acier / Vapeur = 1.69 ) alors, l'amplitude de la température

moyenne à la sortie est rapidement amorti pour le couple Acier/vapeur que pour le couple
Silicium/Vapeur. Pour une grande capacité thermique de paroi ( a + petit), une grande quantité
d'énergie est stockée dans la paroi et le signale thermique est rapidement amorti après une petite
distance axiale. D'autre part, pour les plus petites valeurs de capacité thermique de la paroi, la
quantité d'énergie collectée est moins importante et la température moyenne à la sortie diminue
légèrement. Aussi, pour le couple Acier/Vapeur les courbes de la température moyenne à la
sortie sont aplaties dans la région où l’épaisseur de la paroi est supérieure de 0.6m. Par contre,
pour le couple Silicium/Vapeur, la température moyenne à la sortie diminue de façon monotone
avec l’augmentation de l’épaisseur de la paroi.

Un comportement semblable est observé dans le cas du tube circulaire, cf. fig. (2.11b)
avec une diminution importante de l'amplitude de la température moyenne, même pour une petite
épaisseur de paroi. Le signal thermique est rapidement amorti le long du conduit,
comparativement au cas de deux plaques parallèles.
Chapitre N° : 2 63

1 1

0.9 L=4 0.9 Acier/Vapeur


Silicium /Vapeur
0.8
0.8 8m
0.7
L=4
0.7
0.6
Ab 0.6 15m
Ab 0.5
8m
0.5 0.4

0.3
0.4
0.2
Acier/Vapeur
0.3
Silicium/Vapeur 0.1 15m
0.2 0
0 0.5 1 1.5 2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
R2-R1 R2-R1

Fig. 2.11a: Amplitude de la température moyenne à Fig.2.11b: Amplitude de la température moyenne à


la sortie en fonction de l’épaisseur des plaques pour la sortie en fonction de l’épaisseur du tube pour
différentes valeurs de L (Re=105, τ =24h et R1=2cm). différentes valeurs de L (Re=105, τ =24h et R1=2cm)

0.8

Acier /Vapeur 1 15m


0.7
Silicium/Vapeur
0.6 15m
0.8
0.5
0.6 8m
δ 0.4 δ
8m
0.3 0.4
L=4m
0.2
0.2
0.1 L=4 Acier /Vapeur
Silicium/Vapeur
0 0
0 0.5 1 1.5 2 0 0.2 0.4 0.6 0.8
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.12a: Efficacité du stockage en fonction de Fig. 2.12b: Efficacité en fonction de l’épaisseur du
l’épaisseur des plaques pour différentes valeurs de tube pour différentes valeurs de L (Re=105, τ=24h
L (Re=105, τ=24h et R1=2cm). et R1=2cm)
Chapitre N° : 2 64

Du point de vue stockage de chaleur, la fonction δ augmente pour l’Acier plus


rapidement que le Silicium jusqu'à une valeur limite où ce comportement devient insensible à
l'épaisseur de la paroi (cf. figes. 2.12). Pour le Silicium carburé, l'efficacité de stockage
augmente toujours avec l'épaisseur. La chaleur stockée devient par conséquent plus importante
pour le cas du Silicium. L’augmentation de la longueur de la plaque engendre une augmentation
de la surface d'échange ce qui augmente la chaleur sensible accumulée dans la paroi du conduit.

L'évolution de l’amplitude de la température moyenne à la sortie et l'efficacité du


stockage thermique ont été étudié pour plusieurs valeurs d'espacement entre plaques 2˟R1 (ou
rayon intérieur du conduit cylindrique R1) pour L = 8m, Re=105 et τ* = 24 h. La figure (2.13)
montre qu’avec le couple Silicium/Vapeur, l'augmentation du Rayon R1 induit une diminution de
l’efficacité δ.

1 1
R1=0.10m
0.9 R1=0.05m
0.9
0.8
R1=0.02m
R1=0.01m
0.8 0.7

0.6
0.7
Ab Ab 0.5
0.6
0.4

0.5 R1=0.10m 0.3


R1=0.05m
0.2
R1=0.02m
0.4
R1=0.01m 0.1

0
0 0.5 1 1.5 2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.13a: Amplitude de la température moyenne à Fig. 2.13b: Amplitude de la température moyenne
la sortie en fonction de l’épaisseur des plaques pour à la sortie en fonction de l’épaisseur du tube pour
différentes valeurs de R1. différentes valeurs de R1.
Chapitre N° : 2 65

0.8
1
0.7

0.6
0.8 R1=0.10m
0.5 R1=0.05m
R1=0.10m R1=0.02m
R1=0.05m 0.6 R1=0.01m
δ 0.4 R1=0.02m
R1=0.01m δ
0.3 0.4

0.2
0.2
0.1

0 0
0 0.4 0.8 1.2 1.6 2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.13c : Variation de l’efficacité en fonction Fig. 2.13d : Variation de l’efficacité en fonction
de l’épaisseur des plaques pour différentes de l’épaisseur du tube pour différentes valeurs de
valeurs de R1. R1.

1 1
0.9 0.9
0.8 0.8
0.7 0.7
0.6 Silicium/Huile Silicium/Huile
0.6
Silicium/Vapeur Silicium/Vapeur
Ab 0.5 δ 0.5
0.4 0.4
0.3 0.3
0.2 0.2
0.1 0.1
0 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.14a: Amplitude de la température moyenne Fig. 2.14b: efficacité de stockage en fonction de
en fonction de l’épaisseur des plaques (Re=104, l’épaisseur du tube (Re=104, R1=2cm, τ =24h et
R1=2cm, τ=24h et L=15m) . L=15m).
Chapitre N° : 2 66

La figure (2.14) montre une comparaison entre l’huile et la vapeur d'eau, qui sont utilisés
comme fluides caloporteurs dans les mêmes conditions. Le fluide actif détermine le rapport de
transfert d'énergie par unité de masse. Pendant le processus de charge (première demi-période),
le fluide chaud chauffe la paroi dans laquelle la chaleur sensible sera stockée. Les matériaux qui
ont une haute capacité thermique sont capables de stocker une grande quantité d'énergie
transportée par le fluide. Pendant le processus de décharge (deuxième demi-période), la chaleur
stockée est délivrée au fluide froid. Les fluides possédant une grande capacité thermique sont
capables de restituer une importante quantité d'énergie stockée par la paroi, par conséquent la
température moyenne à la sortie est importante. Le rapport de capacités thermiques du couple
huile/vapeur ( ρC ) Huile / ( ρC )Vapeur = 2748.7 , d’où la température du fluide est plus atténuée à la

sortie.

Les figues (2.15a) et (2.15b), montrent les variations de l’amplitude de la température


moyenne pour différentes fréquences d'entrée, respectivement pour les plaques parallèles et le
conduit cylindrique pour le couple Silicium/Vapeur. Il est observé que la température moyenne à
la sortie augmente avec la période τ* et diminue exponentiellement avec l’accroissement de
l'épaisseur de la paroi à une période donnée. L'efficacité du stockage thermique correspondant δ
est présentée dans les figues (2.15c) et (2.15d).

1 1
τ* =6 h
τ* =12 h 0.9 τ* = 6 h
0.9
τ* =24 h τ* =12 h
0.8 τ* =48 h 0.8 τ* =24 h
τ* =96 h τ* =48 h
0.7 τ* =96 h
0.7
0.6
0.6
Ab 0.5
Ab 0.5
0.4
0.4
0.3
0.3 0.2
0.2 0.1

0.1 0
0 0.4 0.8 1.2 1.6 2 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.15a: Amplitude de la température moyenne à Fig. 2.15b: Amplitude de la température moyenne
la sortie en fonction de l’épaisseur des plaques pour à la sortie en fonction de l’épaisseur du tube pour
différentes périodes (Re=105, R1=2cm et L=15m) différentes périodes (Re=105, R1=2cm et L=15m)
Chapitre N° : 2 67

0.9 1.1

0.8 1

0.7
0.8
0.6

0.5 0.6
δ
0.4
δ
τ* = 6 h
τ* = 6 h τ* =12 h
0.3 τ* =12 h 0.4
τ* =24 h
τ* =24 h τ* =48 h
0.2 τ* =48 h τ* =96 h
τ* =96 h 0.2

ε
0.1

0 0
0 0.4 0.8 1.2 1.6 2 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6
R2-R1 R2-R1

Fig. 2.15c: Efficacité de stockage en fonction de Fig. 2.15d: Efficacité de stockage en fonction de
l’épaisseur des plaques pour différentes périodes l’épaisseur du tube pour différentes périodes
(Re=105, R1=2cm, and L=15m) (Re=105, R1=2cm, and L=15m)

0.8 1

0.7 0.9
0.8
0.6
0.7
0.5 Re=1 .104
Re=5 .104 0.6
δ Re=1 .105
0.4 δ 0.5
Re=5 .105
0.3 Re=1 .106 0.4
Re=1 .104
0.3 Re=5 .104
0.2 Re=1 .105
0.2
Re=5 .105
0.1 Re=1 .106
0.1

0 0
0 0.4 0.8 1.2 1.6 2 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7
R2-R1 R2-R1
Fig. 2.16a: Efficacité de stockage en fonction de Fig. 2.16b: Efficacité de stockage en fonction de
l’épaisseur des plaques pour différentes valeurs de l’épaisseur du tube pour différentes valeurs de Re
Re (L=8m, τ=24h et R1=2cm) (L=8m, τ=24h et R1=2cm)

Sur les figures (2.16a) et (2.16b), sont présentés l’influence du nombre de Reynolds sur
l’efficacité de stockage respectivement dans les plaques et le tube. Ces figures révèlent que
Chapitre N° : 2 68

l’augmentation du nombre de Reynolds fait diminuer l’efficacité de stockage. Ce comportement


est déjà bien commenté pour le régime laminaire.

2.5 Conclusion

Dans le présent chapitre, les performances du système de stockage de l'énergie par


chaleur sensible composé de plaques parallèles/conduite cylindrique ont été étudiées en régime
laminaire et turbulent. Le fluide caloporteur qui circule à l'intérieur du canal est soumis à une
température d'entrée périodique. Une solution analytique utilisant la Technique de la
Transformée Intégrale Généralisée (GITT) est développée et la performance thermique de l'unité
de stockage est examinée.

Une analyse de l’influence de certains paramétriques pertinents sur la température


moyenne à la sortie et l’efficacité de stockage a été réalisée. Les résultats obtenus dans le présent
chapitre peuvent être résumés brièvement comme ci-dessous:

• La meilleure efficacité de stockage est obtenue si on utilise l’air comme fluide


caloporteur, cela ne signifie pas que la quantité d’énergie stockée sera aussi meilleure

• Pour le couple Acier-inoxydable/vapeur, le rapport des capacités thermiques fluide/solide


a + = ( C ρ ) f R1 ( ρ C ) w ( R 2 − R1 ) est plus petit par rapport au couple Silicium-carburé/Vapeur.

Alors, l'amplitude de la température moyenne à la sortie pour le premier couple est rapidement
amorti par rapport au deuxième couple. L'efficacité de stockage δ augmente plus rapidement
pour l’Acier-inoxydable que pour le Silicium-carburé jusqu'à une valeur limite où ce
comportement devient insensible à l'épaisseur de la paroi du conduit.

• Une augmentation de la longueur des plaques engendre une augmentation de la surface


d'échange et du volume de stockage, ce qui augmente la chaleur sensible accumulée dans la paroi
du conduit.

• L'évolution de l’amplitude de la température moyenne et l'efficacité du stockage δ sont


présentés pour différentes valeurs de l'espace entre plaques (ou rayon intérieur du conduit
cylindrique R1). Il est observé que l'augmentation d'espace entre plaques induit une diminution
de la fonction δ.
Chapitre N° : 2 69

• Pour une épaisseur de paroi fixe et une fréquence, Ω, donnée, la fonction δ baisse plus
vite quand le nombre de Reynolds augmente de 104 à 106.

• Les fluides avec une grande capacité thermique sont capables de transférer une grande
quantité d'énergie stockée dans la paroi et par conséquent la température moyenne à la sortie est
importante. Le rapport entre les capacités thermiques de l'huile et de la vapeur est très grand,
d’où la température de vapeur à la sortie plus amortie.

• La température moyenne à la sortie augmente avec la diminution de la période d'entrée τ*.


A période donnée, la température moyenne à la sortie du conduit diminue exponentiellement
avec l’augmentation de l’épaisseur de la paroi.
Chapitre N° : 3 70

Chapitre 3 :

Solution analytique du stockage thermique par chaleur latente

3.1 Introduction

Dans ce chapitre, une étude analytique d’un système de stockage thermique par chaleur
latente constitué de plusieurs plaques parallèles (ou tubes cylindriques) en PCM (matériau à
changement de phase), est présentée. Le fluide caloporteur (HTF) qui circule à l’intérieur des
canaux en régime laminaire est soumis à une température d’entée constante. La solidification et
la fusion du PCM sont traitées comme un problème à conduction monodimensionnelle. La
chaleur totale stockée et l’efficacité de stockage du système sont étudiées en fonction des
différents paramètres géométriques, tels que l’épaisseur de la paroi et la longueur du conduit.

3.2 Cas I : Etude du canal rectangulaire

3.2.1 Modélisation mathématique

Parmi les configurations possibles d’une unité de stockage par chaleur latente, nous
retiendrons le schéma élémentaire, à savoir un module constitué de plaques de forme
rectangulaire en matériau à changement de phase (PCM), balayées par un fluide caloporteur
circulant à sens unique (Fig. 3.1a). Dans le module présenté, nous supposons que toutes les
plaques sont identiques ainsi que les canaux aménagés entre plaques successives. Cette
configuration classique permet par symétrie de réduire le problème à celui d’une demi-plaque
d’épaisseur l = y2 − y1 , isolée sur une face (Biext = 0) et balayée sur l’autre face par un fluide
dont la température d’entrée T0 est constante (Fig. 3.1b).

y
interface solide-liquide S(x,t)

2 y1 PCM
y2
Fluide u(y) HTF y1
L x
T0 O
2l

PCM
L0

Fig. 3.1a: Unité de stockage par chaleur latente Fig. 3.1b: Module de stockage par chaleur latente
Chapitre N° : 3 71

Afin de simplifier la solution mathématique du problème, les hypothèses suivantes ont été
appliquées :
(1) la conduction axiale dans le fluide et le solide est négligeable, (2) les propriétés
thermophysiques de PCM et HTF sont constantes, (3) L’écoulement fluide est dynamiquement
établi, (4) la couche de séparation PCM/HTF est mince, (5) la convection naturelle est négligée,
(6) le régime d’écoulement est quasi-stationnaire.

Le modèle mathématique formulé en coordonnées cartésiennes bidimensionnelles peut être écrit


tel que :
Pour le HTF

∂T f ( x, y, t ) ∂T f ( x, y, t ) ∂ 2T f ( x, y, t )
+ u ( y) =αf t > 0, 0 < y < y1 , x > 0 , (3.1a)
∂t ∂x ∂y 2

T f (0, y, t ) = T0 , t > 0 , 0 ≤ y ≤ y1 , (3.1b)

∂T f ( x, y, t )
=0, t > 0, x > 0, (3.1c)
∂y y =0

T f ( x, y, t ) = Tl ( x, y, t ), t > 0, y = y1 , x > 0. (3.1d)

Pour le PCM (phase liquide)

∂Tl 2 ( x, y, t ) 1 ∂Tl ( x, y, t )
= , t > 0, y1 < y < S ( x, t ), x > 0, (3.1e)
∂y 2
α pcm ∂t

∂Tl ( x, y, t )
− h (T f ( x, y, t ) − Tl ) = k pcm , t > 0, y = y1 x > 0, (3.1f)
∂y

Pour le PCM (phase solide)

∂Ts2 ( x, y, t ) 1 ∂Ts ( x, y, t )
= , t > 0, S ( x, t ) < y < y2 , x > 0, (3.1g)
∂y 2
α pcm ∂t

∂Ts ( x, y, t )
= 0, t > 0, x > 0, (3.1h)
∂y y = y2

Ts ( x, y, t ) = Tint , t = 0, y1 < y < y2 , x > 0, (3.1i)


Chapitre N° : 3 72

Interface solide-liquide:

le bilan énergétique à l'interface solide-liquide peut être exprimé comme suit:

∂Tl ( x, y, t ) ∂T ( x, y, t ) ∂S ( x, t )
− k pcm + k pcm s = ρ pcm q , t > 0, y = S ( x, t ) , x > 0, (3.1j)
∂y ∂y ∂t

Ts ( x, y, t ) = Tl ( x, y, t ) = Tm , t > 0, y = S ( x, t ) , x > 0. (3.1k)

En utilisant les variables adimensionnelles suivantes :

y 1 4x tα pcm S k pcm αf u( y)
η= , ξ= , τ= 2 , S+ = , γ= , Γ= , W (η ) = ,
y1 Γ y1.Re.Pr y1 y1 kf α pcm ub

T ( x, y, t ) − Tm 4h y1 Nu cp pcm (T0 − Tm ) ɶ θ
θ (ξ ,η ,τ ) = , Nu = , Bi = , Ste = , θint = int ,
T0 − Tm kf 4γ q θb (ξ )

les équations gouvernantes deviennent :

Pour le HTF

∂θ f (ξ ,η ,τ ) ∂θ f (ξ ,η ,τ ) ∂ 2θ f (ξ ,η ,τ )
+ W (η ) =Γ , τ > 0, 0 < η < 1, ξ > 0, (3.2a)
∂τ ∂ξ ∂η 2

θ f (0,η ,τ ) = 1, τ > 0, 0 ≤ η ≤ 1, (3.2b)

∂θ f (ξ ,η ,τ )
=0, τ > 0, η = 0, ξ > 0, (3.2c)
∂η η =0

θ f (η , ξ ,τ ) = θl (η , ξ ,τ ), τ > 0, η = 1, ξ > 0. (3.2d)

Pour le PCM (phase liquid)

∂θl2 (ξ ,η ,τ ) ∂θl (ξ ,η ,τ )
= , τ > 0, 1 < η < S + (ξ ,τ ) , ξ > 0, (3.2e)
∂η 2 ∂τ

∂θl (ξ ,η ,τ ) Nu

∂η
=

(
θ f (ξ ,η ,τ ) − θl (ξ ,η ,τ ) η =1 ) τ > 0, η = 1, ξ > 0, (3.2f)

Pour le PCM (phase solide)


Chapitre N° : 3 73

∂θ s2 (ξ ,η ,τ ) ∂θ s (ξ ,η ,τ )
= , τ > 0, S + (ξ ,τ ) < η < y2+ , ξ > 0 (3.2g)
∂η 2 ∂τ

∂θ s (ξ ,η ,τ )
=0 τ > 0, η = y2+ , ξ > 0, (3.2h)
∂η η=y +
2

θ s (ξ ,η ,τ ) = θint τ = 0, η > 0, ξ > 0, (3.2i)

Interface solide-liquide:

1 ∂S (ξ ,τ )
+
∂θl (η , ξ ,τ ) ∂θ s (η , ξ ,τ )
− + = , τ > 0, η = S + (ξ ,τ ), ξ > 0, (3.2j)
∂η ∂η Ste ∂τ

θl (ξ ,η ,τ ) = θ s (ξ ,η ,τ ) = 0 , τ > 0, η = S + (ξ ,τ ) , ξ > 0. (3.2k)

La température dans les phases liquide et solide peut être écrite respectivement sous la forme
suivante :

θl (ξ ,η ,τ ) = θɶ l (η ,τ ) × θb (ξ ), (3.3a)

θ s (ξ ,η ,τ ) = θɶ s (η ,τ ) × θb (ξ ), (3.3b)

où la température moyenne du fluide est :

1
θb (ξ ) = ∫ W (η ) θ f ( ξ ,η ,τ ) dη , (3.3c)
0

et le profil de la vitesse W (η ) est donné par l’équation suivante

W (η ) =
3
2
(1 −η 2 ) .

En utilisant le coefficient de transfert de chaleur à l’interface HTF-PCM, nous obtenons :

∂θ f (ξ ,η ,τ ) Nu (ξ )
∂η
=
4
(θ f (η , ξ ,τ )η =1 − θb (ξ ) ) τ > 0 , η = 1, ξ > 0 . (3.3d)
η =1

Le nombre Nusselt local proposé par Shah and London [85], est utilisé pour les plaques
parallèles comme suit :
Chapitre N° : 3 74

1.233 ( x )( −1/ 3) + 0.4 x ≤ 0.001



Nu (ξ ) =  (3.3e)
7.541 + 6.874 (10 x )
−0.488
3
exp ( −245 x ) x > 0.001

x Γ
ou, x = = ξ.
De Re Pr 16

L’approche quasi-stationnaire est appliquée pour le transfert thermo-convectif à l’interface HTF-


PCM. Donc, le système décrit au-dessus peut être récrit comme suit:

Pour le HTF

dθb (ξ ) Nu (ξ )

=
4
( )
Γ θɶl (η ,τ )η =1 − 1 θb (ξ ) τ > 0, η = 1, ξ > 0 (3.4a)

θb (0) = 1 , 0 ≤ η ≤ 1. (3.4b)

Pour le PCM (phase liquide)

∂ 2 θɶ l (η ,τ ) ∂θɶ l (η ,τ )
= τ > 0, 1 < η < S + (ξ ,τ ) (3.4c)
∂η 2 ∂τ

∂θɶ l (η ,τ )
∂η
( )
= Bi θɶ l (η ,τ ) − 1 τ > 0, η = 1. (3.4d)

Pour le PCM (phase liquide)

2
∂θɶ s (η ,τ ) ∂θɶ s (η ,τ )
= τ > 0, 1 < η < S + (ξ ,τ ) (3.4e)
∂η 2 ∂τ

∂θɶ s (η ,τ )
=0 τ > 0, η = y2+ (3.4f)
∂η η = y +
2

θɶ s (η ,τ ) = θɶint τ = 0, η > 0 . (3.4g)

Interface solide-liquide:

1 ∂S ( ξ ,τ )
+
 ∂θɶ l (η ,τ ) ∂θɶ s (η ,τ ) 
 − +  b( )
θ ξ = , τ > 0, η = S + (ξ ,τ ), ξ > 0 (3.4h)
 ∂η ∂η  Ste ∂τ
Chapitre N° : 3 75

θɶ l (η ,τ ) = θɶ s (η ,τ ) = 0, τ > 0, η = S + (ξ ,τ ) , ξ > 0 . (3.4i)

La solution de l'équation (3.4a) avec la condition aux limites (3.4b) donne la distribution de la
température moyenne :

ξ
 
θɶb (ξ ) = exp  − ∫ σ (ξ ) d ξ  , (3.5a)
 0 

avec : σ (ξ ) =
Nu
4
(
Γ 1 − θɶ l (η ,τ )η =1 . ) (3.5b)

En introduisant la transformée de Laplace sur la variable adimensionnelle τ, les équations (3.4c)


et (3.4d) deviennent :

2
∂θɶ l (η , p )
− p θɶ l (η , p) = 0 1 < η < S + (ξ ,τ ) (3.6a)
∂η 2

∂θɶ l (η , p )  1
= Bi  θɶ l (η , p ) −  , η = 1. (3.6b)
∂η  p

où p et la variable de Laplace, il doit être différente de zéro.


La solution des équations (3.6a) et (3.6b) peut être écrite comme suit :

p (η −1)
e−
θɶ l (η , p) = Bi
( )
(3.6c)
p p + Bi

~
La fonction θl (η ,τ ) est évaluée par la transformée inverse de Laplace, donné par Özisik [86]

  η − 1  Bi (η −1) + Bi2τ  η − 1 
θɶ l (η ,τ ) = 1 − A erf  +e erfc  Bi τ +  , (3.6d)
 2 τ   2 τ 

où erf et erfc sont respectivement la fonction d’erreur et la fonction d’erreur complémentaire, la


variable inconnue A sera déterminée en utilisant la condition (3.4i), nous obtenons:
−1
  S + − 1  Bi ( S + −1) + B2τ  S + − 1 
A = erf  +e erfc  Bi τ +  . (3.6e)
  2 τ   2 τ 

Alors, la distribution de la température dans la phase liquide est donnée par :


Chapitre N° : 3 76

 η − 1  Bi (η −1)+ Bi2τ  η −1 
erf  +e erfc  Bi τ + 
 2 τ   2 τ 
θ l (η ,τ ) = 1 −
ɶ (3.6f)
 S + − 1  Bi ( S + −1) + Bi2τ  S + −1 
erf   + e erfc  Bi τ + 
 2 τ   2 τ 

Par conséquent, le profil de la température dans le PCM liquide est :

  η − 1  Bi (η −1)+ Bi2τ  η −1  
 erf  +e erfc  Bi τ +  
 2 τ   2 τ  
θl (η , ξ ,τ ) = θb ( ξ ) 1 −
 . (3.6g)
  S + − 1  Bi ( S + −1) + Bi2τ  S + −1  
 erf  +e erfc  Bi τ + 
  2 τ   2 τ 

En utilisant la technique de la transformée de Laplace sur les équations (3.4e), (3.4f), (3.4g) et
(3.4i), nous obtenons:

2
∂θɶ s (η , p )
= p θɶ s (η , p) − θɶint 1 < η < S + (ξ ,τ ), (3.7a)
∂η 2

∂θɶ s (η , p)
= 0, η = y2+ , (3.7b)
∂η η=y +
2

θɶ s (η , p) = 0, η = S + (ξ ,τ ). (3.7c)

Donc, la solution du système d’équations (3.7a), (3.7b) et (3.7c) peut être écrite telle que :

θɶ
θɶ s (η , p) = int

1 −
cosh ( p ( y −η ))  ,
+
2
(3.7d)
p  cosh
 ( p ( y − S )) 
+
2
+

~
La fonction θ s (η ,τ ) est évaluée par la transformée inverse de Laplace, donné par Sciff [87]

( −1)
n
4 θɶ int
∑ 2n − 1 exp ( −λ τ ) cos ( λ ( y )

θɶ s (η ,τ ) = − 2 +
−η ) , (3.7e)
π n =1
n n 2

avec : λn =
( 2n − 1) π .
2 ( y2+ − S + )

Par conséquent, le profil de température dans la phase solide est :


Chapitre N° : 3 77

4θin ( −1)
n

∑ 2n − 1 exp ( −λ τ ) cos ( λ ( y )

θ s (η , ξ ,τ ) = − 2 +
−η ) . (3.7f)
π n =1
n n 2

Substituant les équations (3.5a), (3.6f) et (3.7f) dans l’équation (3.4h), l'équation suivante est
obtenue:

Bi e χ 2 erfc ( χ 2 ) θb (ξ ) ( −1) λ exp −λ 2 τ sin λ y + − S + = 1 ∂S (ξ ,τ )


2
+
4θint
n

( n ) ( n ( 2 ))

e χ1 erf ( χ1 ) + ec2 erfc ( χ 2 )


2 2 −
π

n =1 2n − 1
n
Ste ∂τ
(3.8a)

avec: S + (ξ ,τ ) = 1 , à τ = 0 , (3.8b)

S + (τ ) − 1
où : χ1 = et χ 2 = Bi τ + λ1 .
2 τ

Le système d’équation (3.8) peut être résolu en utilisant la méthode itérative sous-
relaxation, car le terme gauche de l'équation (3.8a) est une fonction de temps très complexe. Une
fois l’interface liquide-solide S+(ξ,τ) est obtenue, la distribution de température dans région PCM
(θ̃l (η,τ) et θ̃s (η,τ)) peut être obtenue à partir des équations (3.6f) et (3.7f), respectivement. La
distribution de température dans la région HTF sera simplement obtenue en remplaçant équation
(3.6f) dans l’équation (3.5c).

L'analyse précédente traite le processus de changement de phase jusqu'à ce que l’interface


solide-liquide arrive à la surface externe du PCM (S+(ξ,τ) = y2+ à l’instant τ = τtm). À la fin du
processus de fusion, l'énergie sera chargée seulement par chaleur sensible et la conduction
devient le mécanisme de transfert de chaleur prédominant. L’équation de diffusion et les
conditions aux limites correspondantes s’écrivent comme suit:

∂ 2 θɶ l (η ,τ ) ∂θɶ l (η ,τ )
= , τ > τ tm , 1 < η < y2+ , (3.9a)
∂η 2 ∂τ

∂θɶ l (η ,τ )
∂η
(
= Bi θɶ l (η ,τ ) − 1 , ) τ > τ tm , η = 1, (3.9b)

∂θɶ l (η ,τ )
= 0, τ > τ tm , η = y2+ . (3.9c)
∂η η = R+
2
Chapitre N° : 3 78

La distribution de la température dans la phase liquide à l’instant τ = τtm, est donnée par
l’équation (3.6f) telle que :

 η − 1  Bi (η −1)+ Bi2τ tm  η −1 
erf   +e erfc  Bi τ tm + 
2 τ   2 τ
θɶ l (η ,τ tm ) = 1 −  tm   tm  = 1 + F (η ) , τ = τ tm , 1 > η > y2+ , (3.9d)
 y2+ − 1  Bi ( y2+ −1)+ Bi2τ  y2+ − 1 
erf  +e erfc  Bi τ tm +
 2 τ   2 τ tm 

 tm  

~
Nous définissons la fonction θ l (η ,τ ) telle que:

~ ~
θl (η ,τ ) = θl (η ,τ ) − 1 ,

donc le problème (3.9) devient :

∂ 2 θ l (η ,τ ) ∂θ l (η ,τ )
= , τ > τ tm , 1 < η < y2+ , (3.10a)
∂η 2 ∂τ

∂θ l (η ,τ )
= Bi θ l (η ,τ ) , τ > τ tm , η = 1, (3.10b)
∂η

∂θ l (η ,τ )
=0, τ > τ tm ,η = y2+ , (3.10c)
∂η
η = y2+

θ l (η ,τ ) = F (η ) , τ = τ tm , 1 > η > y2+ . (3.10d)

En utilisant la technique de séparation des variables, la solution de l'équation (3.10a) prend la


forme suivante:


θ l (η ,τ ) = ∑ Dn H n (τ ) Gn (η ) , (3.11)
n =1

( )
ou Gn (η ) = cos µn ( y2+ − η ) sont solutions du problème suivant :

d 2Gn (η )
= − µ n2 Gn (η ) , 1 < η < y2+ , (3.12a)
dη 2

dGn (η )
= Bi Gn (η ) , η = 1, (3.12b)

Chapitre N° : 3 79

dGn (η )
= 0, η = y2+ . (3.12c)
dη η = y +
2

Les valeurs propres µn sont les solutions de l’équation transcendent (3.13) résolue par la
méthode itérative de Newton.

µn tan ( y2+ − 1) µ n  = Bi . (3.13)

Nous définissons la fonction H n (τ ) = exp ( − µn2 τ ) comme la solution de l'équation suivante:

dH n (τ )
= − µ n2 H n (τ ) , pour τ > τ tm . (3.14a)

Par conséquent, la solution générale du système (3.10) est obtenue comme suit :


θ l (η ,τ ) = ∑ Dn exp ( − µn2 τ ) cos µ n ( y2+ − η ) .
n =1
( ) (3.14b)

La solution particulière est donnée en utilisant la condition (3.10d) telle que :

∑D
n =1
n (
exp ( − µn2 τ tm ) cos µn ( y2+ − η ) = F (η ) . ) (3.14c)

En utilisant les séries de Fourier, nous obtenons

y2+

exp ( µ τ 2
n tm ) ∫ F (η ) cos ( µ ( y n
+
2 )
− η ) dη
Dn = y2+
1
. (3.14d)

∫ cos ( µ ( y )
− η ) dη
2 +
n 2
1

Donc, la distribution de la température dans le PCM phase liquide peut être déterminée par :


θɶ l (η ,τ ) = 1 + ∑ Dn exp ( − µn2 τ ) cos µ n ( y2+ − η ) .
n =1
( ) (3.14e)

Finalement, la solution générale peut être écrite de la façon suivante :


Chapitre N° : 3 80

  η − 1  Bi (η −1)+ Bi2τ  η −1  
 erf  +e erfc  Bi τ +  
 2 τ   2 τ  
θl (ξ ,η ,τ ) = θb ( ξ ) 1 −
 , 0 < τ ≤ τ tm , (3.15a)
  S + − 1  Bi ( S + −1) + Bi2τ  S + −1  
 erf  +e erfc  Bi τ + 
  2 τ   2 τ 

( ) 


θl (ξ ,η ,τ ) = θb ( ξ ) 1 + ∑ Dn exp ( − µn2 τ ) cos µ n ( y2+ − η )  , τ > τ tm . (3.15b)
 n =1

L'efficacité de stockage δ, est définie comme étant le rapport entre l'énergie réellement stockée et
l’énergie maximale qui peut etre stockée par la paroi, elle s’écrit :

+
L+  S+ y2 
fr q L ( y − 1) + cp pcm
+ +
L ( Tm − Ti ) ( y − 1) + cp pcm (T0 − Tm ) ∫  ∫ θl dη + ∫ θ s dη  d ξ
+ +
2 2

0  1

δ=
S+  . (3.16a)
L+ ( y2+ − 1) ( q + cp pcm (T0 − Ti ) )

La fraction liquide/solide, fr, est calculée par la relation suivante :

L+ S +

∫ ∫ dη dξ
fr = 0 1
. (3.16b)
L ( y2+ − 1)
+

Quand le processus de fusion est accompli, la fraction liquide est égale à 1, et l'efficacité du
stockage thermique correspondant est inférieure à 1 (δ <1). Quand le régime stationnaire est
atteint, le PCM est complètement fondu et chauffé, l'efficacité du stockage thermique
correspondant est égale à 1.

3.2.2 Validation

Le modèle mathématique développé est d'abord validé par rapport aux données
expérimentales effectuées par Zivkovic et al. [47], par simulation dans les mêmes conditions de
fonctionnement du processus de fusion de CaCl2 6H2O utilisé comme PCM. Deuxièmement, la
solution exacte proposée a été vérifiée en comparant les prédictions analytiques actuelles avec
les résultats numériques existants obtenus par Mosaffa et al. [58] qui a utilisé la même approche
que Lamberg et al. [88]. Les résultats comparatifs sont présentés dans la figure. (3.2a). La
température du PCM au cours du processus de fusion au centre d'un récipient rectangulaire
coïncide relativement bien avec les résultats numériques. Dans l'expérience [47], le débit
Chapitre N° : 3 81

massique de l’air a été fixé à 0,0123 kg/s. La longueur des plaques (PCM) et l'espacement des
canaux d'air sont respectivement l = 100 mm et δ = 20 mm. Dans la figure (3.2b), les
distributions transitoires de la température du PCM sont montrées à la fois pour l'expérience et
pour la simulation. On peut constater que les prédictions analytiques coïncident bien avec les
résultats expérimentaux sous la condition Tint-T0 = 43 K. Les mineures divergences entre le
présent calcul et les mesures expérimentales peuvent être attribuées aux incertitudes de mesures
et aux hypothèses simplificatrices. Les comparaisons sont réalisées pour un écoulement turbulent
et un nombre de Nusselt calculé à partir de la corrélation de Colburn donnée par: Nu=0.023Re0.8
Pr0.3. Une troisième validation est effectuée en comparant les positions prédites de l’interface
solide/liquide avec ceux obtenus numériquement dans la réf. [48]. La Fig. (3.2c) montre que
l'accord entre les deux méthodes est excellent.

60

50

40
Tpcm (°C)

30

20

Présente étude
10 Mosaffa et al. [58]

0
0 20 40 60 80 100 120 140

t (min)

Fig. 3.2a: Comparaison entre la présente solution analytique et les résultats de la


simulation numérique.
Chapitre N° : 3 82

55

50

45

40
Tpcm (°C)

35

30

25

Présente etude
20
Zivkovic et Fujii [47]
15

10
0 20 40 60 80 100 120 140
t (min)

Fig. 3.2b: Comparaison entre la présente solution analytique et les données expérimentales

10

8
S(t)-y1 (mm)

Présenté étude
2 El Qarnia [48]

0
0 456 912 1368 1824 2280
t (s)

Fig. 3.2c: Comparaison entre la présente solution analytique et les résultats de la


simulation numérique.
Chapitre N° : 3 83

3.2.3 Résultats et commentaires

Dans le présent chapitre, la Paraffine est utilisée comme matériau de stockage par chaleur
latente et l’eau comme fluide caloporteur. La paraffine est un matériau chimiquement stable et
non-toxique; elle a une haute capacité de stockage en chaleur latente à basse température de
fusion/solidification. Les propriétés thermiques de la paraffine et l’eau sont données dans le
tableau (3.1). Une série de calculs a été réalisée pendant la fusion/solidification de la paraffine en
fixant le nombre de Reynolds à Re=1000, et le nombre de Stefan à Ste=0.175.

Table. 3.1: Propriétés thermo-physiques de la paraffine et de l’eau


Paraffine Eau
température de fusion/solidification (K) 300.7 /
-1
chaleur latente (kJ kg ) 206 /
conductivité thermique (W m-1 K-1) 0.18 0.6
chaleur spécifique (kJ kg-1 K-1) 1.8 4.182
masse volumique (kg-1m-3) 789 998.2
2 -1
viscosité (m s ) / 1.005E-6

La distribution de la température dans le PCM pendant le processus de charge à une


position axiale x = 1m est montrée sur la figure (3.3a). La paraffine est initialement en phase
solide à la température Tin = 280 K. La température de fluide à l’entrée T0 = 320 K et le nombre
de Stefan Ste = 0.175. L’espacement entre les plaques y1= 2 cm et l’épaisseur de plaques y2-y1 =
2cm. La variation transitoire de la température du PCM passe par trois étapes distinctes. Pendant
la première étape, la température du PCM augmente avec le temps, jusqu'à ce que le matériau
commence la fusion. Le transfert de chaleur est prédominé par la conduction dés le début du
processus d’échauffement jusqu’au début de changement de phase, le matériau stocke l’énergie
uniquement par chaleur sensible. Pendant la deuxième étape, l'énergie est stockée principalement
par chaleur latente. Le changement de phase commence par l’interface HTF-PCM et s’étend à
l'intérieur du PCM.

Pour les zônes loins de l’interface HTF-PCM, le processus de changement de phase prend
plus de temps pour qu’il soit accompli (de 40min à 70min pour y=3cm et de 50min à 200min
pour y=4cm). À la fin du processus de fusion, une augmentation plus rapide de la température
PCM a été observée. La troisième étape commence quand tous le PCM sera fondu. Pendant cette
Chapitre N° : 3 84

étape, l'énergie est chargée dans le "PCM-liquide" par chaleur sensible jusqu'à ce que le régime
soit stationnaire.

La distribution transversale de la température du PCM obtenue pendant le processus de


décharge est montrée dans la figure (3.3b). Le nombre de Reynolds aussi bien que la distance
axiale et les positions radiales dans le PCM sont les mêmes que ceux utilisés pendant le
processus de fusion. La température de fluide à entrée est 280 K et le nombre de Stefan Ste =
0.175. La Solidification de PCM commence à l’interface eau-PCM et s'étend à l'intérieur du
matériau. Pendant la solidification, la courbe de la température se déplace vers le bas. Pendant la
décharge, le transfert de chaleur est gouverné par la conduction jusqu’au début du changement
de la phase. Pendant le processus de refroidissant, la température reste constant jusqu'à la fin de
la solidification, et alors une autre diminution de la température s'est produite. Les profils de
température montrent la durée de chaque étape de solidification pour chaque position radiale.

320 320

315 315 y = 2.2cm

310 y = 3cm
310
y = 4cm
305 305
Tpcm (K)
Tpcm (K)

300 300

295 y = 2.2cm 295


y = 3cm
290 290
y = 4cm
285 285

280 280
0 50 100 150 200 250 300 350 0 50 100 150 200 250 300 350
t (min) t (min)

Fig. 3.3a : Evolution transitoire de la température Fig. 3.3b : Evolution transitoire de la température
pendant la fusion en trois points transversaux à pendant la solidification en trois points
x=1m. transversaux à x=1m.

Les figues (3.4a) et (3.4b) montrent la variation transitoire de la température de


paraffine pour différentes distances axiles (x = 0.1, 1 et 5m) pendant la fusion/solidification, à la
coordonnée transversale y = 3cm. Pendant le processus de charge, le fluide chaud qui s’écoule
suivant la direction axiale transfère une grande partie de son énergie au PCM dans la zone
Chapitre N° : 3 85

proche de l’entrée, par conséquence un cycle du stockage complet dans les zônes loins de
l’entrée un temps plus grand. Pendant la décharge (Fig. 3b), et pour des distances axiales plus
importantes (x = 5 m), l’eau froide nécessite plus de temps pour compléter la solidification du
PCM.

320 320

315 315 x = 0.1m


x = 1m
310 310
x = 5m
305 305
Tpcm (K)

Tpcm (K)
300 300

295 295
x = 0.1m
290 290
x = 1m
285 x = 5m 285

280 280
0 50 100 150 200 250 300 350 0 50 100 150 200 250 300 350
t (min) t (min)
Fig. 3.4a: Evolution transitoire de la température Fig. 3.4b: Evolution transitoire de la température
du PCM pour différentes distances axiales du PCM pour différentes distances axiales pendant
pendant la fusion à y=3 cm. la solidification à y=3 cm.

La figure (3.5a) présente la position de l'interface solide-liquide en fonction du temps


pour différentes distances axiales (ξ= 0.01, 0.1, 0.5 et 1). Nous constatons que la fusion
commence à par la l’interface HTF-PCM (S+ = S/y1 = 1) et s’étend vers la surface extérieur du
PCM. L'interface S+, augmente en fonction du jusqu'à une valeur limite qui correspond à une
fusion complète, obtenue pour la coordonnée transversale externe (S+= y2/y1 = 2). D’autre part, la
fusion est plus rapide dans la région d'entrée à cause de la présence d’un fort gradient de
température. Pour ξ1 = 0.01 (proche de l'entrée), l’interface solide-liquide se déplace dans le
PCM et arrive à la surface extérieure (S+= 2) à l’instant adimensionnel τ1 = 3.5. L’interface
solide-liquide atteint rapidement (à τ2 = 4) à la surface extérieure pour une distance axiale ξ2 =
0.1. Plus de temps est nécessaire (τ4 = 7.5) pour que l’interface S+ arrive à la surface extérieure
pour ξ4 = 1.

La figure (3.5b) présente la position instantanée de l'interface solide-liquide le long du


conduit. On note que pour une longueur adimensionnelle du conduit ξ ≤ 1, tous le PCM est dans
Chapitre N° : 3 86

l’état liquide à l’instant adimensionnel τ = 7. Cependant, le PCM loin de l'entrée du conduit (ξ >
2.5) reste en état solide.

2 2
τ =1
1.9 1.9
τ =3
1.8 1.8
τ =5
1.7 1.7 τ =7
1.6 1.6

S+ 1.5 S+ 1.5
1.4 ξ = 0.01 1.4
ξ = 0.10
1.3 1.3
ξ = 0.50
1.2 1.2
ξ = 1.00
1.1 1.1

1 1
0 1 2 3 4 5 6 7 8 0 0.5 1 1.5 2 2.5
τ ξ
Fig. 3.5a: Positions de l’interface liquide-solide Fig. 3.5b: Position instantanée de l’interface
en fonction du temps pour différent ξ, (y2+=2). solide-liquide le long du conduit pour différent
τ* (y2+=2).

1 2.1

0.8 2

0.6 1.9
1.8
0.4
1.7
0.2
1.6
θpcm 0 S+
1.5
-0.2
1.4
-0.4
y2+ = 1.5 y2+ = 1.5
1.3
y2+ = 2.0 y2+ = 2.0
-0.6 1.2
y2+ = 4.0 y2+ = 4.0
-0.8 1.1
-1 1
0 1 2 3 4 5 0 0.9 1.8 2.7 3.6 4.5 5.4
τ τ
Fig. 3.6a: Effets de l’épaisseur de la paroi sur la Fig. 3.6b: Effets de l’épaisseur de la paroi sur
température adimensionnelle à η = 1.4 et ξ = 0.05. l’interface adimensionnelle à ξ = 0.05.
Chapitre N° : 3 87

Les figures (3.6a) et (3.6b) présentent la variation de la température adimensionnelle du


PCM et la position de l’interface solide-liquide respectivement, pour différentes épaisseurs de la
paroi. Pour une petite épaisseur de PCM (y2+ = 1.5), une petite quantité d'énergie peut être
stockée. Par conséquent, le processus de stockage est accompli rapidement et le régime
stationnaire est rapidement établi. Inversement, pour une épaisseur de PCM plus grande (y+2 = 4)
la quantité d'énergie thermique stockée est plus importante, donc le temps de stockage devient
plus important.

L'influence du nombre de Reynolds sur la variation de la température PCM est montrée


sur les figures (3.7a) et (3.7b) pour deux distances axiales à savoir x = 1m et x=5m. La variation
du débit massique du fluide provoque une variation correspondante du nombre de Reynolds et
par conséquent de l'énergie stockée dans le PCM. Pour une épaisseur de paroi fixe et un nombre
de Stefan donné, quand le nombre de Reynolds augmente de 100 à 2000 (correspond à une
vitesse de fluide entre 0.125-2.25 cm/s), l'énergie thermique transportée par le fluide à l'entrée du
conduit augmente. D'où, la chaleur transmise au PCM devient importante; par conséquent le
processus de fusion exige moins de temps. Sur la figure (3.7b), observe un comportement
semblable pour une distance plus loin de l'entrée du conduit, mais l’opération de fusion est plus
retardée.

320 320

315 315

310 310

305 305
Tpcm (k)

Tpcm (k)

300 300
Re = 2000 Re = 2000
295 Re = 1000 295 Re = 1000
Re = 500 Re = 500
290 290
Re = 200 Re = 200
285 Re = 100 285
Re = 100
280 280
0 50 100 150 200 250 300 350 0 100 200 300 400 500 600
t (min) t (min)

Fig. 3.7a: Effet du nombre de Reynolds sur la Fig. 3.7b: Effet du nombre de Reynolds sur la
température du PCM lors de la fusion à x=1m température du PCM lors de la fusion for x=5m
et y=3 cm, (y1=2 cm, et y2=4 cm). et y=3 cm, (y1=2 cm, et y2=4 cm).
Chapitre N° : 3 88

La figure (3.8a) présente les variations en fonction du temps de l'énergie thermique


transférée et stockée dans le PCM pour quatre longueurs du conduit (4m, 8m, 12m et 16m). La
plus grande quantité d'énergie est accumulée dans le cas L = 16m. En effet, une augmentation de
la longueur des plaques augmente la surface d’échange (S = 2 L0 L). Donc, la chaleur accumulée
dans le PCM plus importante. Pour une longueur du conduit fixe, l'énergie totale accumulée
augmente de façon monotone avec le temps jusqu’à la valeur limite que la paroi peut stocker.

L'énergie stockée pour trois valeurs de l’épaisseur de paroi (y2=1.5, 2 et 2.5cm) pour une
longueur du conduit L = 8m est montrée sur la figure (3.8b). Il est évident que pour une paroi
mince (y2=1.5cm) une petite quantité d'énergie peut être stockée (8000Kj). Par conséquent, le
processus de stockage est rapidement accompli (environ 50 mn). D’autre part, pour une épaisseur
de paroi plus grande (y2 =2.5) une quantité considérable d'énergie thermique peut être stockée,
alors le temps de chargement devient plus important. Réellement, l'énergie stockée dans le PCM
est donnée par le nominateur de l'équation (3.16a). Cette expression montre que l'énergie
maximale stockée est obtenue pour un conduit plus large et plus long avec température d’entrée
élevée, (L0, L et T0).

32 e3 24 e3
L = 16 m y2 = 1.5cm
28 e3 L = 12 m 20 e3 y2 = 2.0cm
24 e3 L=8m y2 = 2.5cm
L=4m 16 e3
20 e3
Etot (kJ)

Etot (kJ)

16 e3 12 e3

12 e3
8 e3
8 e3
4 e3
4 e3

0 0
0 20 40 60 80 100 120 130 0 20 40 60 80 100 120 130
t (min) t (min)
Fig. 3.8a: Variation de l'énergie thermique stockée Fig. 3.8b: Variation de l'énergie thermique stockée
pour différentes longueurs L (y1=1cm et y2=2cm). pour différentes largeur y2 (y1=1cm et L=8m).
Chapitre N° : 3 89

Comme l’on peut constater sur la figure (3.9a), l’efficacité maximale de stockage
thermique correspondant à un temps de fusion minimal est obtenue pour une courte longueur du
conduit (L = 0,5m). En effet, pour une courte longueur de plaque, la quantité de PCM est réduite,
donc la fusion totale est rapidement atteinte. Afin d'examiner les effets de l'épaisseur de PCM sur
l'efficacité de stockage, la figure (3.9b) est introduite. L'analyse de ces figures montre que,
lorsque l'épaisseur de PCM augmente, (paroi épaisse), une quantité importante d'énergie
thermique peut être stockée et le temps nécessaire pour la fusion devient important. Par
conséquent, l'efficacité de stockage thermique augmente lentement.

1 1

0.9 0.9

0.8 0.8

0.7 0.7

0.6 0.6

δ 0.5 δ 0.5
L+ = 0.5
y2+ = 1.5
0.4 + 0.4
L = 1.0
y2+ = 2.0
0.3 +
L = 1.5 0.3
y2+ = 2.5
+
0.2 L = 2.0 0.2

0.1 0.1

0 0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
τ τ
Fig. 3.9a: Efficacité du stockage pour différentes Fig. 3.9b: Efficacité du stockage pour différentes
longueurs L+ (avec y2+=2). épaisseur de paroi y2+ (avec ξ = 1)

La figure (3.10a) montre la variation de l'efficacité du stockage thermique en fonction du


temps, pour différentes longueurs de plaque et un nombre de Reynolds de 400. L'efficacité du
stockage, augmente de façon monotone avec le temps jusqu'à une valeur maximale (égal à 1).
Quand le processus de changement de phase est accompli, la fraction liquide fr est égale à 1.
L'efficacité de stockage correspondante est inférieure à 1 (δ <1). Quand le régime stationnaire
est établi, le PCM sera complètement fondu et chauffé, l'efficacité du stockage thermique
correspondante est égale à 1 (δ = 1).
Chapitre N° : 3 90

1 1
0.9 0.9 y2+=1.5
+
L = 0.5
0.8 0.8
+ y2+=2
0.7 L =1.5 0.7
0.6 0.6
0.5 fr
fr 0.5
δ
0.4 δ 0.4
0.3 0.3

0.2 0.2

0.1 0.1

0 0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 0 1 2 3 4 5 6 7 8
τ τ
Fig. 3.10a: Comparaison entre la fraction liquide Fig. 3.10b: Comparaison entre la fraction liquide
et l'efficacité de stockage pour différentes et l'efficacité de stockage pour différentes
longueurs L+ (avec y2+ =2) épaisseur y2+ (avec L+ =1)

3.3 Cas II : étude du tube cylindrique

3.3.1 Modélisation mathématique :

Le système de stockage par chaleur latente à étudier est composé de plusieurs tubes en
PCM, cf. fig. (3.11a). Le fluide caloporteur en écoulement laminaire charge/décharge le PCM.
Une approche simpliste permet d’étudier l'échange de chaleur et le comportement transitoire d'un
élément typique à savoir un conduit cylindrique avec une surface extérieure adiabatique et une
température d'entrée constante, cf. fig. (3.11b).

r interface solide-liquide S(x,t)

PCM
R2
fluide fluide u(r) HTF R1
x
O

PCM

Fig. 3.11a : Unité de stockage par chaleur latente. Fig. 3.11b : Module de stockage par chaleur latente.
Chapitre N° : 3 91

Le modèle mathématique, formulé en coordonnées cylindriques bidimensionnelles peut être écrit


sous la forme dimensionnelle tel que:

Pour le HTF

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t )  ∂ 2T f ( x, r , t ) 1 ∂T f ( x, r , t ) 
+ u (r ) =αf  +  , t > 0, 0 < r < R1 , x > 0 (3.17a)
∂t ∂x  ∂r 2 r ∂r
 

T f (0, r , t ) = T0 , t > 0 , 0 ≤ r ≤ R1 , (3.17b)

∂T f ( x, r , t )
= 0, t > 0, x > 0, (3.17c)
∂r r =0

T f ( x, r , t ) = Tl ( x, r , t ), t > 0, r = R1 , x > 0. (3.17d)

Pour le PCM (phase liquid)

∂Tl 2 ( x, r , t ) 1 ∂Tl ( x, r , t ) 1 ∂Tl ( x, r , t )


+ = , t > 0, R1 < r < S ( x, t ), x > 0, (3.17e)
∂r 2
r ∂r α pcm ∂t

∂Tl ( x, r , t )
− h (T f ( x, r , t ) − Tl ) = k pcm , t > 0, r = R1 x > 0. (3.17f)
∂r

Pour le PCM (phase solid)

∂Ts2 ( x, r , t ) 1 ∂Ts ( x, r , t ) 1 ∂Ts ( x, r , t )


+ = , t > 0, S ( x, t ) < r < R2 , x > 0, (3.17g)
∂r 2
r ∂r α pcm ∂t

∂Ts ( x, r , t )
= 0, t > 0, x > 0, (3.17h)
∂r r = R2

Ts ( x, r , t ) = Tint , t = 0, R1 < r < R2 , x > 0. (3.17i)

A l’interface solide-liquide

∂Tl ( x, r , t ) ∂T ( x, r , t ) ∂S ( x, t )
− k pcm + k pcm s = ρ pcm q , t > 0, r = S ( x, t ) , x > 0, (3.17j)
∂r ∂r ∂t

Ts ( x, r , t ) = Tl ( x, r , t ) = Tm , t > 0, r = S ( x, t ) , x > 0. (3.17k)

En utilisant les variables adimensionnelles suivantes :


Chapitre N° : 3 92

r 2 x tα pcm S k pcm αf u (r )
η= , ξ= , τ= 2 , S+ = , γ = , Γ= , W (η ) = ,
R1 Γ R1.Re.Pr R1 R1 kf α pcm ub

T ( x, r , t ) − Tm 2h R1 Nu cp pcm (T0 − Tm ) ɶ θ
θ (ξ ,η ,τ ) = , Nu = , Bi = , Ste = , θint = int ,
T0 − Tm kf 2γ q θb (ξ )

les équations gouvernantes deviennent :

Pour le HTF

∂θ f (ξ ,η ,τ ) ∂θ f (ξ ,η ,τ )  ∂ 2θ f (ξ ,η ,τ ) 1 ∂θ f (ξ ,η ,τ ) 
+ W (η ) = Γ

+  τ > 0, 0 < η < 1, ξ > 0 (3.18a)
∂τ ∂ξ  ∂η 2 η ∂η 

θ f (0,η ,τ ) = 1 , τ > 0, 0 ≤ η ≤ 1, (3.18b)

∂θ f (ξ ,η ,τ )
=0, τ > 0, η = 0, ξ > 0 , (3.18c)
∂η η =0

θ f (η , ξ ,τ ) = θl (η , ξ ,τ ) , τ > 0, η = 1, ξ > 0 , (3.18d)

Pour le PCM (phase liquide)

∂θl2 (ξ ,η ,τ ) 1 ∂θl (ξ ,η ,τ ) ∂θl (ξ ,η ,τ )


+ = , τ > 0, 1 < η < S + (ξ ,τ ) , ξ > 0 , (3.18e)
∂η 2 η ∂η ∂τ

∂θl (ξ ,η ,τ ) Nu

∂η
=

(
θ f (ξ ,η ,τ ) − θl (ξ ,η ,τ ) η =1 , ) τ > 0, η = 1, ξ > 0. (3.18f)

Pour le PCM (phase solide)

∂θ s2 (ξ ,η ,τ ) 1 ∂θ s (ξ ,η ,τ ) ∂θ s (ξ ,η ,τ )
+ = , τ > 0, S + (ξ ,τ ) < η < R2+ , ξ > 0, (3.18g)
∂η 2 η ∂η ∂τ

∂θ s (ξ ,η ,τ )
= 0, τ > 0, η = R2+ , ξ > 0, (3.18h)
∂η η = R+2

θ s (ξ ,η ,τ ) = θint , τ = 0, 1 > η > R2+ , ξ > 0. (3.18i)


Chapitre N° : 3 93

A l’interface solide-liquide

1 ∂S (ξ ,τ )
+
∂θl (η , ξ ,τ ) ∂θ s (η , ξ ,τ )
− + = , τ > 0, η = S + (ξ ,τ ), ξ > 0, (3.18j)
∂η ∂η Ste ∂τ

θl (ξ ,η ,τ ) = θ s (ξ ,η ,τ ) = 0, τ > 0, η = S + (ξ ,τ ) , ξ > 0. (3.18k)

Les températures dans les phases liquide et solide peuvent être exprimées respectivement sous la
forme suivante:

θl (ξ ,η ,τ ) = θɶ l (η ,τ ) × θb (ξ ) , (3.19a)

θ s (ξ ,η ,τ ) = θɶ s (η ,τ ) × θb (ξ ) , (3.19b)

ou la température moyenne du fluide caloporteur est définie telle que :

1
θb (ξ ) = ∫η W (η ) θ f (ξ ,η ,τ ) dη , (3.19c)
0

W (η ) est le profil de vitesse adimensionnelle donné par :

W (η ) = 2 (1 − η 2 ) . (3.19d)

En utilisant le coefficient de transfert local à l’interface PCM-HTF, nous obtenant

∂θ f (ξ ,η ,τ ) Nu (ξ )
∂η
=
2
(θ f (ξ ,η ,τ )η =1 − θb (ξ ) ) , τ > 0 , η = 1, ξ > 0. (3.19e)
η =1

La corrélation du nombre de Nusselt proposée par Shah and London [85] est utilisée pour le
l’écoulement laminaire :

1.077 ( x )( −1/ 3) − 0.7 x ≤ 0.01



Nu (ξ ) =  (3.19f)
3.657 + 6.874 (10 x )
−0.488
3
exp ( -57.2 x ) x > 0.01

x Γ
où, x = = ξ.
De Re Pr 4

L’hypothèse du régime quasi-stationnaire est appliquée à l’écoulement fluide à l'intérieur du


conduit. Donc, le système ci-dessus peut être récrit tel que:
Chapitre N° : 3 94

Pour le HTF

dθb (ξ ) Nu

=
2
(
Γ θɶl (η ,τ )η =1 − 1 θb (ξ ) , ) τ > 0, η = 1, ξ > 0 , (3.20a)

θb (0) = 1, 0 ≤ η ≤ 1. (3.20b)

Pour le PCM (phase liquide)

∂ 2 θɶ l (η ,τ ) 1 ∂θɶ l (η ,τ ) ∂θɶ l (η ,τ )
+ = , τ > 0, 1 < η < S + (ξ ,τ ), (3.20c)
∂η 2 η ∂η ∂τ

∂θɶ l (η ,τ )
∂η
(
= Bi θɶ l (η ,τ ) − 1 , ) τ > 0, η = 1. (3.20d)

Pour le PCM (phase solide)

2
∂θɶ s (η ,τ ) 1 ∂θɶ s (η ,τ ) ∂θɶ s (η ,τ )
+ = , τ > 0, 1 < η < S + (ξ ,τ ), (3.20e)
∂η 2 η ∂η ∂τ

∂θɶ s (η ,τ )
= 0, τ > 0, η = R2+ , (3.20f)
∂η η = R+
2

θɶ s (η ,τ ) = θɶint , τ = 0, 1 > η > R2+ . (3.20g)

A l’interface solide-liquide

1 ∂S ( ξ ,τ )
+
 ∂θɶ l (η ,τ ) ∂θɶ s (η ,τ ) 
 − + θ
 b ( ξ ) = , τ > 0, η = S + (ξ ,τ ), ξ > 0, (3.20h)
 ∂η ∂η  Ste ∂τ

θɶ l (η ,τ ) = θɶ s (η ,τ ) = 0, τ > 0, η = S + (τ ) , ξ > 0. (3.20i)

La solution de l'équation (3.20a) associée à la condition aux limites (3.20b) donne une
distribution de la température moyenne :

ξ
 
θɶb (ξ ) = exp  − ∫ σ (ξ ) dξ  , (3.21a)
 0 

Nu (ξ )
ou σ (ξ ) =
2
( )
Γ 1 − θɶ l (η ,τ )η =1 . (3.21b)
Chapitre N° : 3 95

La solution exacte de l'équation (3.20c) est déterminée en introduisant la Fonction Exponentielle


Intégrale Ei(η) [86]. Nous cherchons maintenant la solution dans la phase liquide du PCM sous
la forme:

 η2 
θɶ l (η ,τ ) = A − B × Ei  − , 1 < η < S + (ξ ,τ ). (3.22a)
 4τ 

La dérivée de l'équation (3.22a) par rapport à la variable adimensionnelle η est :

∂θɶ l (η ,τ ) 2B  η2 
=− exp  −  , η = 1. (3.22b)
∂η η  4τ 

Les variables inconnues A et B sont calculées en utilisant les équations (3.20d) et (3.20i), nous
obtenons:

 S +2 
A = B × Ei  − , (3.22c)
 4τ 

Bi
B= . (3.22d)
 1    S +2   1 
2 exp  −  + Bi ×  Ei  −  − Ei  − 
 4τ    4τ   4τ 

Alors, la distribution de température peut être écrite telle que:

  S +2   η2 
Bi ×  Ei  −  − Ei − 
  4τ   4τ  
θɶ l (η ,τ ) = , (3.22e)
 1    S +2   1 
2 exp  −  + Bi ×  Ei  −  − Ei  − 
 4τ    4τ   4τ 

Notant que la température adimensionnelle θl (η, ξ, τ) est en rapport avec la fonction θ̃l (η,τ) par
l’équation (3.19a), alors le profil de température dans la phase liquide du PCM est:

   S +2   η2  
 Bi ×  
Ei −  − Ei −  
 4τ   4τ  
θl (η , ξ ,τ ) = θb (ξ )   .
 (3.22f)
  S  +2

 2 exp  −  + Bi ×  Ei  −  1  
1
  − Ei  − 
  4τ    4τ   4τ   
Chapitre N° : 3 96

La distribution de température dans phase solide est recherchée en utilisant la technique de


séparation des variables pour les équations (3.20e), (3.20f), (3.20g) et (3.20i). Donc, la
température dans phase solide est :


θɶs (η ,τ ) = ∑ Cn ψ n (τ ) ϕn (η ) , τ > 0 , S + (ξ ,τ ) < η < R2+ , (3.23a)
n =1

où les fonctions φn(η) sont solutions du système suivant:

d 2ϕ n (η ) 1 ∂ϕn (η )
+ = − λn2 ϕn (η ) , S + (ξ ,τ ) < η < R2+ , (3.23b)
dη 2 η ∂η

ϕ n (η ) = 0 , η = S+ , (3.23c)

dϕn (η )
= 0, η = R2+ . (3.23d)
dη η = R+
2

La solution de l’équation (3.23c) peut être exprimée par

ϕ n (η ) = J 0 ( λnη ) Y0 ( λn S + ) − J 0 ( λn S + ) Y0 ( λnη ) . (3.23e)

En utilisant la condition aux limites (3.23d), les valeurs propres λn sont solution de l'équation
transcendante suivante :

− J1 ( λn R2+ ) Y0 ( λn S + ) + J 0 ( λn S + ) Y1 ( λn R2+ ) = 0 . (3.23f)

où J0 et J1 sont les fonctions de Bessel de première espèce d’ordre 0 et 1 respectivement, et Y0 et


Y1 sont les fonctions de Bessel de deuxième espèce d’ordre 0 et 1 respectivement.

La fonction ψ n (τ ) = exp ( −λn2 τ ) est définie comme étant la solution de l’équation différentielle

suivante:
dψ n (τ )
= −λn2 ψ n (τ ) , τ > 0. (3.23g)

La solution générale des équations (3.20e), (3.20f), (3.20g) et (3.20i) est obtenue comme ci-
dessous :

θɶ s (η ,τ ) = ∑ Cn e − λ τ
(J ( λnη ) Y0 ( λn S + ) − J 0 ( λn S + ) Y0 ( λnη ) ).
2
n
0 (3.23h)
n =1
Chapitre N° : 3 97

Pour déterminer les inconnues Cn, la solution précitée doit satisfaire la condition (3.20g), telle
que :

(
θɶ in = ∑ Cn J 0 ( λnη ) Y0 ( λn S + ) − J 0 ( λn S + ) Y0 ( λnη ) ,
n =1
) (3.23i)

utilisant les séries de Fourier, nous obtenons:

+ +
 R2 R2 
θin  Y0 ( λn S ) ∫ η J 0 ( λnη ) dη − J 0 ( λn S ) ∫ η Y0 ( λnη ) dη 
ɶ + +
 
Cn =  S+ S+  (3.23j)
R2+ R2+ R2+

Y02 ( λn S + ) ∫ η J 02 ( λnη ) dη + J 02 ( λn S + ) ∫ η Y02 ( λnη ) dη − 2 J 0 ( λn S + ) Y0 ( λn S + ) ∫ η J 0 ( λnη ) Y0 ( λnη ) dη


S+ S+ S+

Donc, la température dans la phase PCM solide peut être écrite comme ci-dessous :


θɶ s (η ,τ ) = ∑ Cn e − λ τ
(J ( λnη ) Y0 ( λn S + ) − J 0 ( λn S + ) Y0 ( λnη ) ).
2
n
0 (3.23k)
n =1

La température θs (η, ξ, τ) est en relation directe avec la fonction θ̃s (η, τ) par l’équation (3.19b),
donc le profil de température dans la phase solide du PCM est:


θ s (ξ ,η ,τ ) = θb (ξ ) ∑C ( )
e − λn τ J 0 ( λnη ) Y0 ( λn S + ) − J 0 ( λn S + ) Y0 ( λnη ) .
2

n (3.23l)
n =1

En remplaçant les équations (3.21a), (3.22e) et (3.23k) dans l’équation (3.20h), l’équation
suivante est obtenue :

 S +2 
2 Bi θb (ξ ) exp  − 
 4τ  +
 1    S +2   1 
2S + exp  −  + Bi  Ei  −  − Ei  − 
 4τ    4τ   4τ 

1 ∂S ( ξ ,τ )
+

( )

+θb ( ξ ) ∑ Cn e − λn τ − J1 ( λn S + ) Y0 ( λn S + ) + J 0 ( λn S + ) Y1 ( λn S + ) =
2
, (3.24a)
n =1 Ste ∂τ

S + (ξ ,τ ) = 1 Pour τ = 0 . (3.24b)

Le système d’équation (3.24) peut être résolu en utilisant la méthode itérative sous-relaxation,
Une fois l’interface liquide-solide S+(ξ,τ) est obtenue, la distribution de la température dans
Chapitre N° : 3 98

région PCM (θ̃l (η,τ) et θ̃s (η,τ)) peut être obtenue à partir des équations (3.22e) et (3.23k),
respectivement. La distribution de la température dans la région fluide sera simplement obtenue
en remplaçant équation (3.22e) dans l’équation (3.21b).

L'analyse précédente traite le processus de changement de phase jusqu'à ce que l’interface


solide-liquide arrive à la surface externe du PCM (S+(ξ,τ) = y2+ à l’instant τ = τtm). À la fin du
processus de fusion, l'énergie sera stockée seulement par chaleur sensible et la conduction
devient le mécanisme de transfert prédominant. L’équation de diffusion et les conditions aux
limites correspondantes s’écrivent comme ci-dessous:

∂ 2 θɶ l (η ,τ ) 1 ∂θɶ l (η ,τ ) ∂θɶ l (η ,τ )
+ = , τ > τ tm , 1 < η < R2+ . (3.25a)
∂η 2 η ∂η ∂τ

∂θɶ l (η ,τ )
∂η
( )
= Bi θɶ l (η ,τ ) − 1 , τ > τ tm , η = 1, (3.25b)

∂θɶ l (η ,τ )
= 0, τ > τ tm , η = R2+ . (3.25c)
∂η η = R+
2

En utilisant l’équation (3.22e), la distribution de température dans phase liquide est donnée par
l’équation (3.25d) :

  R +2   η2 
Bi ×  Ei  − 2  − Ei  − 
  4 τ   4τ  
θɶ l (η ,τ tm ) = = 1 + F (η ) , τ = τ tm , 1 > η > R2+ . (3.25d)
tm tm

 1    R2  +2
 1 
2 exp  −  + Bi ×  Ei  −  − Ei  − 
 4τ tm    4τ tm   4τ tm  

~
On défini la fonction θ l (η ,τ ) telle que :

θɶl (η ,τ ) = θɶl (η ,τ ) − 1,

le problème (3.25) devient:

∂ 2 θ l (η ,τ ) 1 ∂θ l (η ,τ ) ∂θ l (η ,τ )
+ = , τ > τ tm , 1 < η < R2+ , (3.26a)
∂η 2 η ∂η ∂τ
Chapitre N° : 3 99

∂θ l (η ,τ )
= Bi θ l (η ,τ ) , τ > τ tm , η = 1, (3.26b)
∂η

∂θ l (η ,τ )
= 0, τ > τ tm ,η = R2+ , (3.26c)
∂η
η = R2+

θ l (η ,τ ) = F (η ) , τ = τ tm , 1 > η > R2+ , (3.26d)

Avec la technique de séparation de variable, la solution de l’équation (3.26a) prend la forme


suivante :


θ l (η ,τ ) = ∑D n H n (τ ) Gn (η ) , (3.27)
n =1

où Gn (η ) = J 0 ( µnη ) Y1 ( µn R2+ ) − J1 ( µn R2+ ) Y0 ( µnη ) sont solution du système suivant:

d 2Gn (η )
= − µn2 Gn (η ) , 1 < η < R2+ , (3.28a)
dη 2

dGn (η )
= Bi Gn (η ) , η = 1, (3.28b)

dGn (η )
= 0, η = R2+ . (3.28c)
dη η = R+
2

Les valeurs propres µn sont solutions de l’équation transcendante (3.28d), obtenues par la
méthode de Newton.

J1 ( µn R2+ ) ( µ nY1 ( µ n ) + Bi Y0 ( µn ) ) − Y1 ( µn R2+ ) ( µ n J1 ( µn ) + Bi J 0 ( µn ) ) = 0. (3.28d)

La fonction H n (τ ) = exp ( − µn2 τ ) est la solution de l’équation différentielle suivante:

dH n (τ )
= − µn2 H n (τ ) , pour τ > τ tm . (3.29)

Chapitre N° : 3 100

Par conséquent, la solution générale du système (3.26) est obtenue :


θ l (η ,τ ) = ∑ Dn e − µ τ  J 0 ( µnη ) Y1 ( µn R2+ ) − J1 ( µ n R2+ ) Y0 ( µnη )  .
2
n
(3.30a)
n =1

La solution particulaire est obtenue en utilisant la condition (3.26d) :

(
F (η ) = ∑ Dn exp ( − µn2 τ tm ) J 0 ( µnη ) Y1 ( µ n R2+ ) − J1 ( µn R2+ ) Y0 ( µ nη ) .
n =1
) (3.30b)

En utilisant les séries de Fourier, nous obtenant :

R2+

exp ( µ τ 2
n tm ) ∫ F (η ) (η J ( µ η ) Y ( µ R ) −η J ( µ R ) Y ( µ η ) ) dη
0 n 1 n
+
2 1 n
+
2 0 n

Dn = R2+
1
R2+ R2+
(3.30c)
Y12 ( µn R2+ ) ∫ η J 02 ( µ nη ) dη + J12 ( µn S + ) ∫ η Y02 ( µnη ) dη − 2 J1 ( µn S + ) Y1 ( µ n S + ) ∫ η J 0 ( µ nη ) Y0 ( µ nη ) dη
1 1 1

Ainsi, la distribution de température dans la phase PCM-liquide peut être calculée par:


θɶ l (η ,τ ) = 1 + ∑ Dn e − µ τ
(J ( µnη ) Y1 ( µn R2+ ) − J1 ( µn R2+ ) Y0 ( µnη ) ) .
2
n
0 (3.30d)
n =1

Enfin, la solution générale peut être exprimée par :

   S +2   η2  
 Bi ×  Ei  −  − Ei −  
   4τ   4τ   ,
θl (η , ξ ,τ ) = θb (ξ )   pour 0 < τ ≤ τ tm , (3.31a)
  S +2   
 2 exp  −  + Bi ×  Ei  −  1
1
 − Ei  − 
  4τ    
   4τ   4τ


 
θl (ξ ,η ,τ ) = θb ( ξ ) 1 + ∑ Dn e − µ τ  J 0 ( µ nη ) Y1 ( µn R2+ ) − J1 ( µn R2+ ) Y0 ( µnη )   pour τ > τ tm . (3.31b)
2
n

 n =1 

L'efficacité du stockage thermique δ, est définie comme le rapport entre l'énergie réellement
stockée et l’énergie maximale qui peut être stockée par la paroi :

+
 S+ L+
R2 
fr q L +
(R+ 2
2 − 1) + cp pcm L (Tm − Ti ) ( R − 1) + 2 cp pcm (T0 − Tm ) ∫  ∫ θl η dη + ∫ θ s η dη  dξ
+ + 2
2
 
0  1 S+ 
δ= (3.32a)
L+ ( R2+ 2 − 1) ( q + cp pcm (T0 − Ti ) )
Chapitre N° : 3 101

où la fraction liquide/solide fr peut être calculée telle que :

L+ S +

∫ ∫ η dη dξ
fr = 0 1
. (3.32b)
L ( R2+2 − 1)
+

Lorsque le régime stationnaire est établi, le PCM est complètement fondu et chauffé. L'efficacité
de stockage thermique correspondante est égale à 1.

3.3.2 Validation

Le modèle mathématique développé ici a été d'abord validé avec les résultats
expérimentaux de Lacroix [39] en simulant dans les mêmes conditions opératoires le processus
de fusion de n-octadécane utilisé comme PCM. Deuxièmement, la solution exacte proposée a été
vérifiée en comparant la solution analytique avec les résultats numériques obtenus par Ait Adine
[55] en utilisant la méthode des volumes finis. Les résultats comparatifs sont présentés sur la
Figure (3.12a-d) et les températures calculées pour les deux méthodes sont en bonne
concordance.

Dans l'expérience [39] et la simulation [55], le débit massique de l’HTF (eau) a été fixé à
0,0315kg/s. Les longueurs du tube, les rayons intérieur et extérieur sont respectivement 1m,
2,27cm et 2,58cm. Les températures sont mesurées et calculées à l'intérieur du PCM à deux
points de référence (situé à x = 0,95m, r = 0,001m et x = 0,51m, r = 0,002m). Sur les Figures
(3.12a) et (3.12b), les évolutions transitoires de la température de PCM pour les deux points de
référence sont représentés à la fois pour l'expérience et la simulation. On peut voir que les
prédictions analytiques coïncident bien avec les résultats expérimentaux et numériques sous
T0-Tm= 5K, 10K et 20K. Pour l'écoulement turbulent, le nombre de Nusselt dans le fluide
caloporteur est déterminé à partir de la corrélation de Colburn : Nu=0,023Re0.8 Pr0.3. la
convection naturelle dans la phase liquide du PCM est prie en considération en utilisant le
modèle utilisé autrefois dans la référence [48], Les différences entre nos calculs actuels et les
mesures expérimentales sont attribuées aux incertitudes de mesures et aux hypothèses du
modèle.

La troisième validation est faite avec Zhang et Faghri [41], en comparant la température
de la surface interne de la paroi PCM et la position de l’interface liquide/solide de solution semi-
analytique avec celles de la solution analytique. Les figures (3.12e) et (3.12f) montrent que la
Chapitre N° : 3 102

différence entre les deux solutions ne dépasse pas les 2.5% pour la température et les 7.39% pour
la position de l’interface liquide/solide.

5 20

3 P2 P2
15

0 P1 10
P1

Tpcm – Tm (K)
Tpcm – Tm (K)

5
-3

0
-6 Présente étude
Présente étude
-5
M. Lacroix [39]
-9 M. Lacroix [39]
-10

-12
-15

-15 -20
0 10 20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 50 60
t (min) t (min)
Fig. 3.12a: Comparaison entre les résultats Fig. 3.12b: Comparaison entre les résultats
analytiques et expérimentaux, (T0-Tm = 5 K). analytiques et expérimentaux, (T0-Tm = 20 K).

10 20

P2 15
P2
5
Tpcm – Tm (K)

10
Tpcm – Tm (K)

P1
5
0 P1
0

-5 Présente étude
Présente étude -5
Ait Adine et El Qarnia [55]
Ait Adine et El Qarnia [55]
-10
-10
-15

-15 -20
0 10 20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 50 60
t (min) t (min)

Fig. 3.12c: Comparaison entre les résultats Fig. 3.12d: Comparaison entre les résultats
analytiques et ceux de la simulation numérique, (T0- analytiques et ceux de la simulation numérique, (T0-
Tm = 10 K). Tm = 20 K).
Chapitre N° : 3 103
τ=4
1 1
τ=2

0.9 τ=4 0.8


τ=2

(S+ – 1)/(R+2 – 1)
0.8 0.6
θ (η =1)

τ=1 τ=1
τ = 0.25
0.7 0.4

τ = 2.5
0.6 Present study 0.2
Semi-analytical [41] Present study
Semi-analytical [41]
0.5 0
0 10 20 30 40 50 0 10 20 30 40 50
L/2R1 L/2R1

Fig. 3.12e: Comparaison entre les résultats Fig. 3.12f: Comparaison entre les résultats
analytiques et semi-analytiques (température de la analytiques et semi-analytiques (position de
surface interne de la paroi PCM). l’interface liquide/ solide).

3.3.3 Résultats et commentaire

Dans cette partie les mêmes matériaux (eau et paraffine) sont étudiés, le comportement
thermique de l'unité de stockage pendant la charge/décharge a été simulé. Les distributions de
température ont été obtenues pour différents paramètres géométriques, dynamique et thermique.
Le processus de charge/décharge est étudié en termes de température, position de l'interface
liquide-solide, énergie totale emmagasinée dans le PCM et l’efficacité thermique de stockage δ.

2 2 τ=1
1.9 1.9 τ=3
1.8 1.8 τ=5

1.7 1.7 τ=7

1.6 1.6

S+ 1.5 S+ 1.5 5
ξ = 0.01
1.4 1.4
ξ = 0.10
1.3 1.3 3
ξ = 0.50
1.2 ξ = 1.00 1.2
1
1.1 1.1

1 1
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 0 0.5 1 1.5 2 2.5
τ ξ
Fig. 3.13a: Evolution transitoire de l’interface Fig. 3.13b: Position de l’interface le long du
solide-liquide pour différents ξ, avec R2+= 2. conduit pour différentes périodes, R2+= 2.
Chapitre N° : 3 104

La figure (3.13a) montre la position de l'interface solide-liquide S+ dans le PCM pour


différent emplacement axial (ξ = 0.01, 0.1, 0.5 et 1). Comme l’on peut le constater, le processus
de fusion commence sur la surface de paroi du conduit (S+ = S/R1 = 1) et s'étend à l'intérieur du
PCM. Au fil du temps, la position de l'interface, S+, progresse jusqu'à une valeur limite
correspondant à la fusion complète obtenue pour une coordonnées radiale externe (S+ = R2/R1 =
2). Les positions de l’interface indiquées sur cette figure, montrent la rapidité de la fusion dans la
région d'entrée en raison de la présence d’un fort gradient de température. Comme prévu, le
fluide chaud (pendant le processus de charge), se déplaçant le long de la direction axiale
nécessite beaucoup de temps pour obtenir un cycle de charge complet. À ξ1 = 0,01 (proche de la
zone d'entrée), le front de fusion se déplaçant dans le milieu PCM atteint la surface extérieure (S+
= 2) à l’instant adimensionnel τ1 = 5. Le front de fusion atteint rapidement (τ2 = 6) le rayon
extérieur à la position axiale ξ2 = 0,1. Plus de temps est nécessaire (τ4 = 11) pour que le front de
fusion atteigne le rayon extérieur à la position axiale ξ4 = 1. Pendant le processus de décharge,
avec une augmentation de la position axiale, l’eau froide nécessite plus de temps pour obtenir
une solidification complète.

La figure (3.13b) représente la distribution instantanée de l'interface solide-liquide le long


du conduit. On remarque que, pour une longueur adimensionnelle du conduit (ξ ≤ 0,5), tout le
PCM est fondu à instant adimensionnel τ = 7. Toutefois, le PCM situé assez loin de l'entrée du
conduit (ξ> 2,5) est maintenu à la phase solide.

320 320 t = 10min


t = 20 min
315 315 t = 100 min
t = 350 min
310 310 t = 400 min

305 305
Tpcm (K)

Tpcm (K)

300 300

295 295
t =10min
290 290
t = 20 min
t = 100 min
285 t = 350 min 285
t = 400 min
280 280
2 2,4 2,8 3,2 3,6 4 2 2,4 2,8 3,2 3,6 4
r (cm) r (cm)

Fig. 3.14a: Distributions radiale de la température Fig. 3.14b: Distributions radiale de la température
pendant la fusion pour différents instants (x = 5m, pendant la solidification pour différents instants
R1 = 2cm et R2 = 4cm). (x = 5m, R1 = 2cm et R2 = 4cm).
Chapitre N° : 3 105

Dans les figues (3.14a) et (3.14b), l’évolution de la température radiale à l'intérieur du


PCM a été présentée à différents instants, pendant les processus de charge et de décharge
respectivement.

L’effet de l'épaisseur de paroi sur la distribution de la température et la position de


l'interface liquide-solide à ξ = 0,05 est montré sur la figures (3.15a) et (3.15b) respectivement.
Pour une petite valeur de l'épaisseur de paroi (R2 = 1,5), une petite quantité d'énergie peut être
stockée. La surface extérieure est rapidement atteinte par la progression du front de fusion (cf.
Fig. 3.15b), par conséquent, le processus de charge est réalisé rapidement. D'autre part, pour une
paroi plus épaisse (R+2 ≥ 2), plus d'énergie peut être stockée, donc le temps de charge devient
important (le front de fusion met plus temps pour atteindre le rayon extérieur).

1 2.1
2
0.8
1.9
0.6
1.8
0.4
1.7
0.2
1.6
θpcm 0 S+
1.5
+
-0.2 R2 = 1.5 1.4
+ R2+ = 1.5
-0.4 R2 = 2.0 1.3
+ 1.2
R2+ = 2.0
-0.6 R2 = 4.0
-0.8 1.1 R2+ = 4.0

-1 1
0 1 2 3 4 5 6 7 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
τ τ
Fig. 3.15a: Effet de l'épaisseur de la paroi sur la Fig. 3.15b: Effet de l'épaisseur de la paroi sur
température adimensionnelle à η = 1.4, ξ = 0.05. l’interface solide-liquide à ξ = 0.05.

L’influence de nombre de Stefan sur l’évolution de la température PCM et sur la


position de l’interface solide-liquide, est présentée sur la figure (3.16). L’augmentation de
nombre de Stefan conduit à un faible temps de fusion et donne plus de transfert d’enthalpie entre
le fluide caloporteur et le PCM. Nous observons que Ste = cppcm (T0-Tm)/q, donc, l’augmentation
de la température de fluide à l’entrée engendre un fort gradient de température au niveau de
l’interface HTF-PCM, ce qui diminue le temps de fusion. D’autre coté, la diminution de la
Chapitre N° : 3 106

chaleur latente du PCM fait diminuer le temps de fusion. Dans la figure (3.16b) on constate que
la vitesse de déplacement de l’interface liquide-solide diminue avec la diminution de nombre
Stefan (Ste).

320 4

315 3.8

3.6
310
3.4
305
3.2
Tpcm (K)

S (cm)
300 3

295 Ste =0.20 2.8


Ste =0.20
Ste =0.10 2.6
290 Ste =0.10
Ste =0.05 2.4
Ste =0.05
285 Ste =0.02
2.2 Ste =0.02
280 2
0 5 10 15 20 25 30 35 40 0 5 10 15 20 25 30 35
t (heur) t (heur)

Fig. 3.16a: Influence de nombre de Stefan sur Fig. 3.16b: Influence de nombre de Stefan sur
l’évolution transitoire de la température, R1= l’évolution transitoire de l’interface solide-liquide,
2cm, R2= 4cm, r = 3cm, x=1m. R1= 2cm, R2= 4cm, x=1m.

La figure (3.17a) montre la variation transitoire de l'énergie thermique stockée dans le


PCM pour quatre longueurs adimensionnelles de conduite (L+=0,5, 1, 1,5 et 2). Comme on peut
le constater, la plus grande quantité d'énergie est recueillie dans le cas L+=2. En effet, une
augmentation de la longueur du tube engendre une augmentation de la surface d’échange (S = 2
πR1 L). Ainsi, la chaleur accumulée dans la paroi du conduit est augmentée. Pour une longueur
du conduit fixe, l'énergie totale stockée augmente de façon monotone en fonction du temps.

L'énergie stockée pour trois valeurs de l'épaisseur de paroi (R2+ = 1,5, 2 et 2,5) et une
longueur adimensionnelle du conduit L+ = 1 est montrée dans la figure (3.17b). Il est clair que
pour une paroi mince (R+2 = 1,5), une petite quantité d'énergie peut être stockée (1359kj). Par
conséquent, le processus de chargement est rapidement atteint (environ 40 mn). D'autre part,
pour un plus grand rayon extérieur (épaisseur de paroi, R+2 = 2,5), une quantité importante
d'énergie thermique peut être collectée, et le temps du processus de charge devient important. En
Chapitre N° : 3 107

fait, l'énergie stockée dans le PCM est donnée par le numérateur de l'équation (3.32a), comme on
peut le voir à partir de cette expression, l'énergie maximale stockée est obtenue pour une
conduite épaisse et plus longue.

6 e3 L+ = 0.5 5 e3
R2+ = 2.5
L+ = 1.0
5 e3
L+ = 1.5
R2+ = 2.0
4 e3
L+ = 2.0 R2+ = 1.5
4 e3
3 e3

Etot (kJ)
Etot (kJ)

3 e3

2 e3
2 e3

1 e3
1 e3

0 0
0 40 80 120 160 200 0 40 80 120 160 200
t (min) t (min)

Fig. 3.17a: Energie stockée dans la paroi PCM, Fig. 3.17b: Energie stockée dans la paroi PCM,
pour différent langueur L+, R2+=2. pour différentes épaisseurs R2+ (L+= 1)

2.1 e3

1.8 e3

1.5 e3

1.5 e3
Etot (kJ)

Re=2000
9 e3
Re=500
Re=200
6 e3
Re=100
3 e3

0
0 45 90 135 180 225 260
t (min)

Fig. 3.17c: Energie stockée dans la paroi PCM, pour différent


nombre de Reynolds, R1=1cm, R2=2cm et L=10m.
Chapitre N° : 3 108

L'influence du nombre de Reynolds sur l'énergie thermique stockée est montrée dans la
figure (3.17c). La variation de la vitesse d'écoulement entraîne une variation correspondante du
nombre de Reynolds et affecte par conséquent l'énergie stockée dans la paroi du conduit. Pour
une épaisseur de paroi fixe et un nombre de Stephan donné, lorsque le nombre de Reynolds
augmente de 100 à 2000 (correspondant à des vitesses d'entrée de l’HTF comprise entre 0,5 et
10cm/s), l'énergie thermique emmagasinée par le fluide à l'entrée du canal augmente. Ainsi, la
chaleur transmise à la paroi devient importante; par conséquent, le processus de fusion demande
moins de temps.

La figure (3.18a) montre les variations transitoires de l'efficacité de stockage δ et la


fraction liquide fr, pour deux longueurs adimensionnelles de tube (L+ = 0,5 et 1,5) et un nombre
de Reynolds égal à 400. Au fil du temps, l'efficacité du stockage et la fraction liquide
augmentent de façon monotone jusqu'à une valeur maximale (égale à 1). Lorsque le processus de
fusion est achevé, la fraction liquide est égale à 1, tandis que l'efficacité de stockage
correspondante est inférieure à 1 (δ <1). Lorsque le PCM est complètement chauffé et fondu,
l'efficacité de stockage thermique correspondante est égale à 1. On peut constater que,
l’efficacité maximale de stockage thermique correspondante à un temps de fusion minimale est
obtenue pour une courte longueur de conduit, L+ = 0,5 m. En effet, pour une longueur du conduit
courte, la quantité de PCM est réduite, donc la fusion totale est rapidement atteinte.

1 1
+ R2+=1.5
0.9 L =0.5 0.9

0.8 0.8
+
L =1.5 R2+=2
0.7 0.7

0.6 0.6

0.5 0.5
fr
0.4 0.4
fr δ
0.3 0.3
δ
0.2 0.2

0.1 0.1

0 0
0 3 6 9 12 15 0 2 4 6 8 10 12 14
τ τ
Fig. 3.18a: Comparaison entre la fraction Fig. 3.18b: Comparaison entre la fraction
liquide et l'efficacité de stockage thermique liquide et l'efficacité de stockage thermique
pour différentes longueur L+ (R2+ =2). pour différentes épaisseurs R2+ (L+ =1).
Chapitre N° : 3 109

Afin d'examiner les effets de l'épaisseur de PCM sur efficacité du stockage et la fraction
liquide, la figure (3.18b) est présentée. L'analyse de cette figure montre que pour une paroi
épaisse, une quantité importante d'énergie thermique peut être stockée et le temps de charge
devient important. Par conséquent, l'efficacité de stockage et la fraction liquide augmentent
lentement.

3.4 Conclusion

Un modèle mathématique est développé pour prédire le comportement thermique d'une


unité de stockage par chaleur latente (LHSU) constituée de plusieurs plaques parallèles ou de
tubes cylindriques en PCM. Le fluide caloporteur (eau) circule en convection forcée laminaire
entre les plaques ou à l’intérieur des tubes en chargeant/déchargeant l'unité de stockage.
Plusieurs simulations ont été effectuées afin d'étudier les effets de paramètres géométriques
pertinents. Les résultats obtenus dans le présent chapitre peuvent être résumés comme suit :

• Les comparaisons entre la solution analytique développée dans ce chapitre et les résultats
numériques et expérimentaux publiés dans le littérature montrent une bonne concordance.

• Lorsque le nombre de Reynolds augmente, l'énergie thermique emmagasinée par le fluide


à l'entrée du canal augmente. Ainsi, la chaleur transmise à la paroi PCM devient importante; par
conséquent, le processus de fusion demande moins de temps.

• Une augmentation de la longueur de la plaque engendre une augmentation de la surface


d'échange. Ainsi, la chaleur accumulée dans la paroi du conduit est augmentée.

• Pour une paroi mince, une petite quantité d'énergie peut être stockée. Par conséquent, le
processus de charge est rapidement réalisé. D'autre part, pour une paroi épaisse, une quantité
importante d'énergie thermique peut être stockée, donc, le temps de charge devient important.

• Comme les températures les plus élevées sont localisées dans la zône proche de l’entrée
de la conduite. Donc, plus de temps est nécessaire pour atteindre les températures de fusion du
PCM dans les zônes loins de l’entrée.
Chapitre N°: 4 110

Chapitre 4 :

Etude numérique du stockage par chaleur latente dans les PCM purs et
impurs

4.1 Introduction

Le problème traité dans le chapitre précédent sera résolu numériquement dans ce chapitre en
utilisant la méthode d’enthalpie et d’enthalpie-porosité, en régimes laminaire. La convection
naturelle dans la phase liquide sera considérée, ainsi que la variation de la conductivité thermique en
fonction de la température du PCM. Dans la région fluide, l’équation de l’énergie est résolue en
régime instationnaire alors que dans le chapitre trois, l’hypothèse d’un écoulement quasi-
stationnaire était retenue. La discrétisation selon un schéma aux déférences finis est adopté dans le
fluide et le PCM. Dans la première étape nous traitons le PCM comme un matériau pur (c’est-à-
dire : le changement de phase s’effectue à température constante), et dans la deuxième étape nous
étudions un matériau impur (c’est-à-dire que le changement de phase s’opère sur un intervalle de
température). La paraffine RT50 sera choisie comme étant un matériau PCM-impur [89], ses
propriétés thermophysiques sont mentionnées dans le tableau (4.2). Le processus de charge/décharge
est étudié en termes d'interface liquide-solide, de fraction liquide et d'efficacité de stockage
thermique pour différents paramètres géométriques.

4.2 Cas I : Matériaux à changement de phase purs

Le matériau pur est le PCM qui change de phase en conservant une température constante.
L’évolution de l’enthalpie totale en fonction de la température est présentée sur la figure (4.1).

Hpcm

0
Tm Tpcm

Fig. 4.1 : Enthalpie de PCM en fonction de la température (matériau pur)


Chapitre N°: 4 111

À la température de fusion du PCM, l’enthalpie des phases solide et liquide sont 0 et q


respectivement, il existe un saut d'enthalpie égale à la chaleur latente de PCM.

4.2.1 Stockage dans les Plaques parallèles

En utilisant la méthode enthalpique, l'équation de l'énergie est écrite pour le PCM (phase
solide et liquide), en supposant que la masse volumique est identique. Dans ce cas, le modèle
mathématique est formulé en coordonnées cartésiennes tel que :

Région HTF

∂T f ( x, y, t ) ∂T f ( x, y, t ) ∂T f2 ( x, y, t )
+ u( y) =αf , 0 < y < y1 , x > 0, t > 0, (4.1a)
∂t ∂x ∂y 2

T f (0, y , t ) = T0 , 0 ≤ y ≤ y1 , t > 0, (4.1b)

∂T f ( x, y , t ) ∂T f ( x, y , t )
= = 0, x > 0, t > 0, (4.1c)
∂x x=L
∂y y =0

T f ( x, y , 0) = Tint , x > 0, t > 0, x > 0, t = 0. (4.1d)

Région PCM

∂Tpcm
2
( x, y , t ) ∂H ( x, y, t )
k pcm = ρ pcm , y1 < y < y2 , x > 0, t > 0, (4.1e)
∂y 2
∂t

∂Tpcm ( x, y, t )
= 0, y = y2 , x > 0, t > 0, (4.1f)
∂y y = y2

∂Tpcm ( x, y, t ) ∂Tpcm ( x, y, t )
= = 0, y1 < y < y2 , t > 0, (4.1g)
∂x x =0
∂x x=L

Tpcm ( x, y , 0) = Tint , y1 < y < y2 , x > 0, t = 0. (4.1h)

Interface PCM-HTF

∂T f ( x, y, t ) ∂Tpcm ( x, y, t )
kf = k pcm , y = y1 , x > 0, t > 0, (4.1i)
∂y ∂y
Chapitre N°: 4 112

T f ( x, y , t ) = T pcm ( x, y , t ), y = y1 , x > 0, t > 0. (4.1j)

L’enthalpie H, est fonction de la température T selon la relation :

cp pcm ( T − Tm ) T < Tm


H (T ) =  (4.2)
cp pcm ( T − Tm ) + q T > Tm

A partir de l'équation (4.2), La température, T, est :

Tm + H cp pcm H ≤0

T = Tm 0<H <q (4.3)
T + H − q cp
 m ( ) pcm H ≥q

Dans ce qui suit, nous allons adopter la résolution numérique en utilisant la méthode des différences
finies. La discrétisation spatiale et temporelle est présentée sur la figure (4.2), chaque point à chaque
instant est représenté par i, j et n. La température à x=j∆x, y=i∆y et t=n∆t peut être représentée par
le symbole Ti ,nj , où :

Ti.nj = T ( x, y, t ) = T ( j.∆x, i.∆y, n∆t ) (4.4)

L
N : est le nombre de nœuds suivant l’axe x tel que : N = .
∆x

y1
M : est le nombre de nœuds suivant l’axe y tel que : M = .
∆y

Interface HTF-PCM
y PCM HTF

i = M1

i = M
∆y

i = 0
j =0 j = N x
∆x
Fig. 4.2 : Discrétisation du domaine de calcul
Chapitre N°: 4 113

Le système d'équations (4.1) est discrétisé par un schéma explicite avancé pour le temps et centralisé
pour l'espace.

∂H ∂H H in, +j 1 − H in, j
= = + Θ ( ∆t )
2

∂t p ∂t i, j ∆t

∂T ∂T Ti ,nj+1 − Ti ,nj
= = + Θ ( ∆t )
2

∂t p ∂t i, j ∆t

∂T ∂T Ti ,nj +1 − Ti ,nj −1
= = + Θ ( ∆x )
2

∂x p ∂x i, j 2∆x

∂ 2T ∂ 2T Ti +n1, j − 2 Ti ,nj + Ti −n1, j


= 2 = + Θ ( ∆y )
2

∂y 2 ∂y ( ∆y )
2
p i, j

Donc, la distribution de température est obtenue sous la forme:

Région HTF

∆t α f 3 ∆t ub   i ∆y   ∆t α f
2
 
T n +1
f i. j = 1 − 2
∆y 2
 Tf
n
i. j − 1 − 
4 ∆x   y1 
 
(
 Tf n
i . j +1 − Tf n
i . j −1 )+ ∆y 2 (T n
f i +1. j + Tf n
i −1. j )
   

i = 0,......, M − 1, j > 0, n > 0, (4.5a)

Tf n
i ,0 = T0 , i = 0,.......M − 1, n > 0 , (4.5b)

Tf n
1, j = Tf n
0, j , j = 0,.......N , n > 0 , (4.5c)

Tf n
i,N = Tf n
i , N −1 , i = 0,.......M − 1, n > 0 , (4.5d)

Tf 0
i, j = Tint , i = 0,.......M − 1, n = 0. (4.5e)

Région PCM

∆t k pcm
H in. +j 1 = H in. j +
ρ pcm ( ∆y )
2 (T n
pcm i +1. j − 2 Tpcm in. j + Tpcm in−1. j , ) i = M + 1,......, M 1 , j > 0, n > 0 (4.5f)

Tpcm n
2M , j = Tpcm n
2 M −1, j , j > 0, n > 0, (4.5g)
Chapitre N°: 4 114

Tpcm n
i,N = Tpcm n
i , N −1 , i = M + 1,....., M 1 , n > 0, (4.5h)

Tpcm n
i ,1 = Tpcm n
i ,0 , i = M + 1,....., M 1 , n > 0. (4.5i)

Tpcm 0
i, j = Tint , i = M + 1,....., M 1 , n = 0. (4.5j)

Interface PCM-HTF

k pcm Tpcm in+1. j + k f T f n


i −1. j
Ti.nj+1 = . (4.5k)
k pcm + k f

Lorsque la fonction enthalpie dans le PCM à l’instant (n+1) est obtenue, la distribution de la
température à cet instant peut être calculée à partir de l'équation (4.3) :

Tm + H in, +j 1 cp pcm H in, +j 1 ≤ 0


n +1

Tpcm i, j = Tm 0 < H in, +j 1 < q (4.6)

Tm + ( H i , j − q ) cp pcm
n +1
H in, +j 1 ≥ q

La position de l'interface solide-liquide à l’instant (n+1) peut être facilement déterminée en fonction
de la température. Si l'enthalpie à un point satisfait la condition 0<H<q, les coordonnées de
l’interface solide-liquide s’écrivent :

S ( x, t ) = S nj +1 = ( i.∆y , ( n + 1) .∆t ) (4.7a)

L'efficacité du stockage d'énergie thermique δ, est définie comme étant le rapport entre l'énergie
stockée et l’énergie qui peut être stockée par la paroi :

y2 L

fr q L ( y2 − y1 ) + cp pcm ∫ ∫ (Tpcm ( x, y, t ) − Tint ) dx dy


δ=
y1 0
. (4.7b)
L ( y2 − y1 ) ( q + cp pcm (T0 − Tint ) )

La fraction liquide/solide, fr, est calculée par la relation suivante :


L

∫ ( S − y ) dx 1

fr = 0
. (4.7c)
L ( y2 − y1 )
Chapitre N°: 4 115

4.2.2 Stockage dans le conduit cylindrique

La formulation mathématique qui décrit l’écoulement laminaire à l’intérieur d’un conduit


cylindrique en PCM s’écrit en cordonnées cylindriques telle que :

Région HTF

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t )  ∂ 2T f ( x, r , t ) 1 ∂T f ( x, r , t ) 
+ u (r ) =αf  +  , 0 < r < R1 , x > 0, t > 0, (4.8a)
∂t ∂x  ∂r 2 r ∂r
 

T f (0, r , t ) = T0 , 0 ≤ r ≤ R1 , t > 0, (4.8b)

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t )
= = 0, x > 0, t > 0, (4.8c)
∂x x=L
∂r r =0

T f ( x, y , 0) = Tint , 0 ≤ r ≤ R1 , t = 0. (4.8d)

Région PCM

 ∂Tpcm
2
( x, r , t ) 1 ∂Tpcm ( x, r , t )  ∂H ( x, r , t )
k pcm 

+  = ρ pcm , R1 < r < R2 , x > 0, t > 0, (4.8e)
 ∂r 2
r ∂r  ∂t

∂Tpcm ( x, r , t )
= 0, r = R2 , x > 0, t > 0, (4.8f)
∂r r = R2

∂Tpcm ( x, r , t ) ∂Tpcm ( x, r , t )
= = 0, R1 < r < R2 , t > 0, (4.8g)
∂x x =0
∂x x=L

Tpcm ( x, y , 0) = Tint R1 < r < R2 , x > 0, t = 0. (4.8h)

Interface PCM-HTF

∂T f ( x, r , t ) ∂Tpcm ( x, r , t )
kf = k p cm , r = R1 , x > 0, t > 0, (4.8i)
∂r ∂r

T f ( x, r , t ) = T pcm ( x, r , t ), r = R1 , x > 0, t > 0. (4.8j)


Chapitre N°: 4 116

Nous appliquons les mêmes étapes que précédemment (cas des plaques parallèles), la distribution de
la température est obtenue sous la forme:

Région HTF

∆t α f ∆t ub   i ∆r  
2
 
T n +1
f i. j = 1 − 2
∆r 2
 Tf
n
i. j − 1 − 
∆x   R1  
  Tf ( n
i . j +1 − Tf n
i . j −1 )+
   

∆t α f  Tf n
i +1. j − Tf n
i −1. j

+ Tf
n
+T n
+  , i = 0,......, M − 1, j > 0, n > 0. (4.9a)
∆r 2 
i +1. j f i −1. j
2i 

Tf n
i ,0 = T0 , i = 0,.......M − 1, n > 0, (4.9b)

Tf n
1, j = Tf n
0, j , j = 0,.......N , n > 0, (4.9c)

Tf n
i,N = Tf n
i , N −1 , i = 0,.......M − 1, n > 0, (4.9d)

Tf 0
i, j = Tint i = 0,.......M − 1, n = 0. (4.9e)

Région PCM

∆t k pcm  T f in+1. j − T f n
i −1. j

H in. +j 1 = H in. j + T n
2  pcm i +1. j
− 2 T n
+ T n
+  ,
ρ pcm ( ∆r ) 
pcm i . j pcm i −1. j
2i 

i = M + 1,......, M 1 , j > 0, n > 0, (4.9f)

Tpcm n
2M , j = Tpcm n
2 M −1, j , j > 0, n > 0, (4.9g)

Tpcm n
i,N = Tpcm n
i , N −1 , i = M + 1,....., M 1 , n > 0, (4.9h)

Tpcm n
i ,1 = Tpcm n
i ,0 , i = M + 1,....., M 1 , n > 0, (4.9i)

Tpcm 0
i, j = Tint i = M + 1,....., M 1 , n = 0. (4.9j)

Interface solide-liquide

n +1
k pcm Tpcm in+1. j + k f T f n
i −1. j
T = . (4.9k)
k pcm + k f
i. j
Chapitre N°: 4 117

La répartition de la température à l’instant (n+1) peut être obtenue telle que :

Tm + H in, +j 1 cp pcm H in, +j 1 ≤ 0


n +1

Tpcm i , j = Tm 0 < H in, +j 1 < q (4.10)

Tm + ( H i , j − q ) cp pcm H i , j ≥ q
n +1 n +1

La position de l'interface solide-liquide à l’instant (n+1) est :

S ( x, t ) = S nj +1 = ( i.∆r , ( n + 1) ∆t ) . (4.11a)

L'efficacité du stockage d'énergie thermique δ, est :


R2 L

fr q L ( R − R ) + 2 cp pcm ∫ ∫ (Tpcm ( x, r , t ) − Tint ) r dx dr


2
2 1
2

δ= R1 0
, (4.11b)
L (R − R
2
2
2
1 ) ( q + cp (T
pcm 0 − Tint ) )

et la fraction liquide/solide, fr, est calculée par la relation suivante :

∫(S − R12 ) dx
2

fr = 0
. (4.11c)
L ( R22 − R12 )

4.2.3 Validation de la solution numérique

La comparaison entre les résultats numériques et ceux obtenus analytiquement (dans le


chapitre précédent) est présentée sur les figures (4.3), pour les plaques parallèles et la conduite
cylindrique, et pour différentes températures du fluide à l’entrée de la conduite (T = 305 K, T =310K
et T = 320 K). Ces figures montrent la position instantanée de l’interface solide-liquide à deux
positions axiales (x = 0.2 m et x = 1 m), la comparaison montre une bonne concordance pour tous les
cas testés.
Chapitre N°: 4 118

2.

T0=320 K
1.8 T0=310 K
T0=305 K

1.6
S (cm)

(a)

1.4
x = 0.2m, solution analytique
x = 1.0m, solution analytique
1.2 x = 0.2m, solution numérique
x = 1.0m, solution numérique

1
0 30 60 90 120 150 180 210
t (min)

T0=320 K
1,8
T0=310 K T0=305 K

1,6 (b)
S (cm)

1,4
x = 0.2m, solution analytique
x = 1.0m, solution analytique
1,2 x = 0.2m, solution numérique
x = 1.0m, solution numérique

1
0 40 80 120 160 200 240 270
t (min)
Fig. 4.3b : Comparaison entre les résultats numériques et analytiques pour différentes températures du
fluide à l’entrée, T0, a) plaques parallèles, b) tube cylindrique, (R1=1cm, R2=2cm, L=1m, Re=1000).
Chapitre N°: 4 119

4.2.4 Résultats et commentaires

Les figures (4.4) présentent la variation de l’énergie stockée dans le PCM par chaleur
sensible, pour différentes températures de fluide à l’entrée du conduit respectivement pour les
plaques parallèles et le tube cylindrique. Nous constatons que la quantité d’énergie stockée par
chaleur sensible augmente avec l’augmentation de la température d’entrée. D’autre part, le temps
nécessaire pour le stockage maximal diminue avec l’augmentation de la température du fluide à
l’entrée.

600 600

500 500

400 400
Esen (kJ)

Esen (kJ)

300 300

200 T0=320 K 200 T0=320 K


T0=310 K
T0=310 K
100 T0=305 K 100 T0=305 K

0 0
0 50 100 150 200 250 0 50 100 150 200 250 300
t (min) t (min)
Fig. 4.4a: Energie stockée dans les plaques par Fig. 4.4b: Energie stockée dans le tube par
chaleur sensible pour différentes T0 (y1=1cm, chaleur sensible pour différentes T0 (R1=1cm,
y2=2cm, L=1m, Re=1000). R2=2cm, L=1m, Re=1000).

La figure (4.5), représente la position instantanée de l'interface solide-liquide le long du


conduit. Avec le temps, l’interface solide-liquide se déplace de la paroi intérieur de la conduite vers
la paroi extérieure. Après la fusion totale du PCM, l’interface solide-liquide devient une ligne droite
collée à la paroi extérieure. D’autre part, nous remarquons que la vitesse de déplacement de
l’interface est plus grande à l’entrée du conduit, à cause de la présence d’un fort gradient de
température.
Chapitre N°: 4 120

2 2

1,8 1,8

1,6 1,6
S (cm)

S (cm)
1,4 1,4

t=1min
t=10min t=1min
1,2 1,2
t=10min
t=20min
t=35min t=20min
t=40min t=35min
1 1 t=50min
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
x (m) x (m)

Fig. 4.5a: Position instantanée de l’interface Fig. 4.5b: Position instantanée de l’interface
liquide-solide le long des plaques (y1=1cm, liquide-solide le long du tube (R1=1cm,
y2=2cm, L=1m, Re=1000). R2=2cm, L=1m, Re=1000).

320 320

315 315

310 310

305 305
T (K)

T (K)

300 300
t = 1min
295 295
t = 10 min t = 1min
290 290 t = 10 min
t = 20 min
t = 20 min
285 t = 50 min t = 50 min
285
t = 60 min
t = 60 min
280 280
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.1 1.2 1.4 1.6 8
y (cm) r (cm)

Fig. 4.6a : Distributions transversales de la Fig. 4.6b : Distributions transversales de la


température des plaques lors de la fusion à température du tube lors de la fusion à différents
différents instants (x=1m, L=1m, R1=1cm et instants (x=1m, L=1m, R1=1cm et R2=2cm,
Re=1000).
Chapitre N°: 4 121

La figue (4.6a), montre l’évolution de la température transversale à l'intérieur de la paroi


PCM à différents instants, pendant le processus de charge. A l’instant t = 20 min et pour une
distance transversale variant entre y = 1.5 cm et y = 2 cm, la température est constante et égale à la
température de fusion. En réalité pour y = 1.5 cm à l’instant t = 20 min le PCM en ce point est en
état de terminer la fusion, tandis que pour y = 2 cm le PCM est en train de débuter la fusion. Nous
observons le même phénomène dans le cas du tube (4.6b) à l’instant t = 30 min pour une distance
transversale variant entre r = 1.6 cm et r = 2cm.

4.3 Etude du nombre de Nusselt

Dans cette étape nous étudions l’évolution transitoire du nombre de Nusselt dans la région
fluide de la conduite (cylindrique et plane). Le nombre de Nusselt est défini comme étant le rapport
entre le flux thermique échangé au niveau de l’interface HTF-PCM par conduction, et le flux
échangé par convection :
dT f ( x, r , t )
22− m R1
dr
Nu ( x, t ) = −
r = R1
,
T f ( x, r , t ) − Tb ( x, t )
r = R1

Tb (x,t) : est la température moyenne du fluide définie par :


R
1 1
Tb ( x, t ) =
R1 ∫0
T ( x, r , t ) dr .

On défini aussi, le nombre de Nusselt moyen sur un intervalle de temps ‘tst’ par :
tst
1
Nub ( x ) = ∫ Nu( x, t ) dt ,
tst 0

tst : est le temps de stockage par chaleur sensible et latente.

Sur la figure (4.7a), est présentée la variation transitoire du nombre de Nusselt dans la
conduite à plaques parallèles pour différentes températures d’entrée en plusieurs positions axiales.
On constate que le nombre de Nusselt évolue de la même façon quelques soient la température
d’entrée et la position axile. L’évolution transitoire de nombre de Nusselt passe par trois phases
distinctes, au début de l’écoulement le nombre de Nusselt augmente rapidement avec le temps
jusqu’à ce que le PCM commence sa fusion. À cet instant, le nombre Nusselt prend une valeur
constante jusqu’à l’instant où le PCM devient totalement liquide. Après la fusion totale, le nombre
Chapitre N°: 4 122

de Nusselt recommence à augmenter jusqu’à une valeur limite qui correspond au temps de
saturation du PCM, c’est-à-dire le stockage maximal par chaleurs latente et sensible.

Dans la figure (4.7b), on examine l’effet de l’épaisseur de la conduite cylindrique sur la


variation transitoire du nombre de Nusselt. Nous constatons que le nombre de Nusselt garde la
même allure générale quelque soit l’épaisseur de la conduite R2, sauf qu’il y a un décalage dans le
temps. Ce décalage est lié aux temps de fusion et de saturation du PCM, puisque l’augmentation de
R2 augmente le temps de fusion. D’ailleurs, quelque soit la température d’entée et l’épaisseur de la
conduite, le nombre de Nusselt diminue chaque fois qu’on s’éloigne de l’entrée de la conduite.

32 18

28 16
0.1m
14
24 0.1m
12
20
0.3m
0.3m 10
Nu 16 Nu
8
x = 1m x = 1m
12
6
8 T0 = 320 K R2 = 2.5 cm
4
T0 = 310 K R2 = 2.0 cm
4 2
T0 = 305 K R2 = 1.5 cm
0 0
0 40 80 120 160 200 240 0 50 100 150 200 250
t (min) t (min)
Fig. 4.7a : Variation transitoire du nombre de Nusselt Fig. 4.7b : Variation transitoire du nombre de
pour différentes températures d’entrée et différentes Nusselt pour différentes épaisseurs de la conduite
positions axiales, (cas de plaques parallèles). et différente position axiales, (cas du tube)

Dans la figure (4.8a), est comparé le nombre de Nusselt moyen le long du canal à plaques
parallèles pour différentes températures d’entrée, avec le nombre de Nusselt proposé par Shah et
London [85]. Cette figure montre que l’influence de la température d’entrée sur le nombre de
Nusselt moyen est insignifiante, car la température de fusion du PCM est le paramètre le plus
influant sur nombre de Nusselt. D’autre part, une différence de ∆Nu=5 est observée par rapport au
nombre de Nusselt donné dans la Réf. [85]. La même chose est remarquée sur la figure (4.8b), où le
Chapitre N°: 4 123

Nombre de Nusselt moyen est présenté pour le cas du tube cylindrique. La comparaison montre une
différence de, ∆Nu = 6, entre le nombre de Nusselt moyen de la présente étude et le nombre de
Nusselt de la Réf. [85].

100 70

90
60 Calcul numérique
80 Calcul numérique T0 = 320 K
Corrélation donnée dans [85]
Calcul numérique T0 = 310 K 50
70
Calcul numérique T0 = 305 K
60 Corrélation donnée dans [85] 40
Nub 50 Nub
30
40

30 20
20
10
10

0 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.3 0.6 0.9 1.2 1.5
x (m) x (m)
Fig. 4.8a : Distribution axiale du nombre de Nusselt Fig. 4.8b : Distribution axiale de nombre de Nusselt
moyen pour différentes températures d’entrée, (cas moyen, (cas du tube).
de plaques parallèles).

A partir des résultats numériques nous avons construit des corrélations donnant les variations
du nombre de Nusselt dans le cas des plaques parallèles et du tube cylindrique.

• Pour la conduite à plaques parallèles proposant ;

Nub ( x ) = 10.5537 + 9.5465 (103 x )


−0.4136
exp ( −245 x ) ,

x Γ
avec : x = = ξ.
De Re Pr 16

• Pour la conduite cylindrique la corrélation proposée est ;

Nub ( x ) = 4.7145 + 9.4607 (103 x )


−0.4118
exp ( −57.2 x ) ,

x Γ
avec : x = = ξ.
De Re Pr 4
Chapitre N°: 4 124

En effet, ces corrélation sont fonction du nombre de Reynolds c’est-à-dire de la vitesse moyenne du
fluide. Donc, pour les vérifier nous avons refait les calculs numériques pour plusieurs nombres de
Reynolds (Re = 200, 1000 et 2000). Les figures (4.9a) et (4.9b) présente une comparaison entre le
Nusselt moyen obtenu par les calculs numériques et celui obtenu par les corrélations décrites ci-
dessus. On peut conclure d’après ces figures, que les corrélations sont valables en régime laminaire
quelque soit le nombre de Reynolds.

100 100
90 90
80 Solution numérique Solution numérique
80
Notre corrélation Notre corrélation
70 70
60 60

Nub 50 Nub 50
40 40
30 Re = 1000 30 Re = 1000

20 Re = 2000 20
Re = 2000
10 Re = 200 10
Re = 200
0 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
x (m) x (m)
Fig. 4.9a : Distribution axiale de nombre de Nusselt Fig. 4.9b : Distribution axiale de nombre de Nusselt
moyen pour différent nombre de Reynolds,(cas de moyen pour différent nombre de Reynolds, (cas du
plaques parallèles). tube).

Pour valider nos corrélations, nous les avons injectées dans les modèles analytiques que nous
avons développés dans le chapitre précédent, en comparant la position instantanée de l’interface
solide-liquide et la variation de la température du PCM. Les figures (4.10a) et (4.10b) comparent la
position de l’interface solide-liquide calculée numériquement avec celles obtenues analytiquement
en utilisant les corrélations de la présente étude. Et les figures (4.11a) et (4.11b) comparent
l’évolution de la température du PCM. Les écarts rapportés entre le modèle numérique et la modèle
analytique utilisant nos corrélations ne sont pas liés aux corrélations, mais ils sont engendrés par la
différence entre les conditions initiales des deux modèles imposées dans la région fluide. En effet,
dans le modèle numérique le régime d’écoulement dans la région fluide est purement transitoire,
Chapitre N°: 4 125

tandis que dans le modèle analytique le régime d’écoulement est considéré comme étant quasi-
stationnaire.

2 2

320 K 320 K
1.8 1.8
310 K 310 K T0 = 305 K
T0 = 305 K

1.6 1.6
S (cm)

S (cm)
1.4 1.4

Solution numérique Solution numérique


1.2 Solution analytique 1.2 Solution analytique

1 1
0 30 60 90 120 150 180 210 0 40 80 120 160 200 240 270
t (min) t (min)
Fig. 4.10a : Variation transitoire de l’interface HTF- Fig. 4.10b : Variation transitoire de l’interface HTF-
PCM à x = 1m, pour différentes températures d’entrée. PCM à x = 1m, pour différentes températures d’entrée.

320 320
320 K
315 315 320 K

310 310 310 K


310 K
305 305
Tpcm (K)
Tpcm (K)

300 T0 = 305 K 300 T0 = 305 K

295 295
Solution numérique Solution numérique
290 Solution analytique 290 Solution analytique

285 285

280 280
0 50 100 150 200 250 0 40 80 120 160 200 240 280 320
t (min) t (min)
Fig. 4.11a : Variation transitoire de la température de Fig. 4.11b : Variation transitoire de la température de
PCM à x=1m et y=1.5cm, pour différentes PCM à x=1m et y=1.5cm, pour différentes
températures d’entrée, (cas de plaques parallèles). températures d’entrée, (cas du tube).
Chapitre N°: 4 126

4.4 Effets de la convection naturelle dans les PCM-purs

Dans tous les cas que nous avons traités précédemment, la convection naturelle dans la phase
liquide du PCM n’a été pas prise en considération. En effet, la convection naturelle dans la phase
liquide du PCM joue un rôle important, du fait qu’elle accélère les échanges thermiques entre les
deux phases du PCM ainsi qu’entre le PCM et le fluide caloporteur. Donc, nous proposons
d’analyser l’influence de la convection naturelle sur le processus du stockage thermique.

L’effet de la convection naturelle dans le PCM pendant la fusion et la solidification sera


pris en compte via un modèle décrit dans les Réfs. [70, 71] :
m
keff  S − R1 
= C Ra  n

kl  R2 − R1 

avec keff : est la conductivité thermique effective de la phase liquide.


et ( T −T
α l vl r = R1 m
)( R
2 − R1 )
3

où : m = 0.8, n = 0.25 et C dépend de la température du fluide caloporteur à l’entrée, tel que :

0.24 (T0 − Tm ) ≤ 10

C = 0.18 10 < (T0 − Tm ) ≤ 20

0.16 (T0 − Tm ) > 20

k s T < Tm
et k pcm (T ) = 
keff T > Tm

Pendant cette simulation le n-octadécane est utilisé comme matériaux à changement de


phase, ces propriétés thermophysiques sont données par le tableau (4.1). L’unité de stockage est
composée de plusieurs tubes cylindriques de rayon intérieur R1 = 1cm et rayon extérieur R2 = 2cm et
de longueur L = 1m. Le fluide caloporteur (l’eau) s’écoule à l’intérieur du tube en régime laminaire
avec un nombre de Reynolds Re = 1700. La convection naturelle dans la phase liquide du PCM est
considérée pendant la fusion et la solidification.
Chapitre N°: 4 127

Table. 4.1: Propriétés thermophysiques du n-octadécane [38]


n-octadécane Eau
température de fusion (K) 300
chaleur latente (kJ kg-1) 243.5 /
conductivité thermique (W m-1 K-1) 0.148 (liquide) 0.6
0.358 (solide)
chaleur spécifique (kJ kg-1 K-1) 2.222 4.182
masse volumique (kg-1m-3) 771 998.2
viscosité (m2 s-1) 4E-6 1.005E-6
Coefficient d’expansion (K-1) 9E-4

320 320
avec convection naturelle
315 315
sans convection naturelle
310 310

305 305 y=2, 1.7, 1.5 et 1.3 cm


Tpcm (K)
Tpcm (K)

300 300

295 295
y=2, 1.7, 1.5 et 1.3 cm
290 290
avec convection naturelle
285 sans convection naturelle 285

280 280
0 20 40 60 80 100 120 0 20 40 60 80 100
t (min) t (min)
Fig. 4.12a : Variation de température pendant la Fig. 4.12b : Variation de température pendant la
fusion en quelques points typiques dans les plaques à solidification à quelques points typiques dans les
x=1m (y1=1cm, y2=2cm, L=1m, Re=1720). plaques à x=1m (y1=1cm, y2=2cm, L=1m,
Re=1720).

Dans la figure (4.12a) nous comparons la température du PCM pendant la fusion avec et sans
convection naturelle. D’un point de vue général, l’évolution de la température du PCM garde la
même allure avec un décalage dans le temps. Ce décalage commence à apparaitre à l’instant où le
changement de phase du PCM commence. Le changement de phase pendant la fusion/solidification
est réalisé plus rapidement en considérant la convection naturelle. Après la fusion, la température du
PCM augmente plus rapidement si on prend en considération la convection naturelle.
Chapitre N°: 4 128

La comparaison de la température du PCM durant la solidification est présentée sur la figure (2.12b)
on remarque que le décalage dans le temps pendant la solidification commence au début de
l’écoulement, et devient maximal après la solidification totale. À cet instant, la température du PCM
commence à diminuer à la même vitesse pour les deux cas (avec ou sans convection naturelle), toute
en gardant le même déphasage, car la convection naturelle n’existe pas dans la phase solide du
PCM.

Sur les figures (2.13) on représente les positions instantanées de l’interface liquide-solide
pendant la fusion, et de l’interface solide-liquide pendant la solidification. Durant la fusion, on
constate qu’au début de l’écoulement la convection naturelle n’influe pas sur la position de
l’interface, puisque la conductivité thermique effective dans la phase liquide est moins importante
que la conductivité thermique du PCM-liquide. Par contre, à l’instant ou la conductivité thermique
effective pend des valeurs importantes, l’interface liquide-solide se déplace plus rapidement dans le
cas ou la convection est considérée. Durant la solidification, l’interface solide-liquide est toujours
(quelque soit le temps) avancée dans le cas où la convection naturelle entre en jeux.

2.0 2.0

1.8 1.8

1.6 1.6
S (cm)
S (cm)

1.4 1.4

avec convection naturelle


1.2 sans convection naturelle 1.2 avec convection naturelle
sans convection naturelle

1.0 1.0
0 9 18 27 36 45 54 0 10 20 30 40 50 60
t (min) t (min)

Fig. 4.13a: Variation transitoire de l’interface Fig. 4.13b: Variation transitoire de l’interface
solide-liquide pendant la fusion à x=1m. solide-liquide pendant la solidification à x=1m.
Chapitre N°: 4 129

1.0 1,0
avec convection naturelle
0,9 0,9
sans convection naturelle
0,8 0,8
0,7 0,7

0,6 0,6

fr 0,5 fr 0,5
0,4 0,4

0,3 0,3
avec convection naturelle
0,2 sans convection naturelle 0,2

0,1 0,1

0 0
0 10 20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 50 60 70 75
t (min) t (min)
Fig. 4.14a: Evolution de la fraction liquide pendant Fig. 4.14b: Evolution de la fraction liquide pendant
la fusion (y1=1cm, y2=2cm, L=1m et Re=1720). la solidification (y1=1cm, y2=2cm, L=1m et
Re=1720).

1,0 1,0

0,9 0,9

0,8 0,8

0,7 0,7

0,6 0,6

δ 0,5 δ 0,5
0,4 0,4

0,3 0,3 avec convection naturelle


avec convection naturelle
0,2 sans convection naturelle 0,2 sans convection naturelle
0,1 0,1

0 0
0 20 40 60 80 100 0 15 30 45 60 75 90
t (min) t (min)
Fig. 4.15a: Evolution de l’efficacité de stockage Fig. 4.15b: Evolution de l’efficacité de déstockage
pendant la fusion (y1=1cm, y2=2cm, L=1m, pendant la solidification (y1=1cm, y2=2cm, L=1m,
Re=1720). Re=1720).
Chapitre N°: 4 130

Les figures (4.14) montrent les variations transitoires de la fraction liquide pendant la fusion
et la solidification. Ces figures dévoilent que la convection naturelle fait diminuer le temps de
fusion du PCM d’environ 30%, et le temps de solidification d’environ 50%. D’autre part, les temps
de stockage (fusion) et de déstockage (solidification) sont également diminués par la convection
naturelle d’environ 70% et 26% respectivement, cf. Figes. (4.15a) et (4.15b). Donc, nous concluons
que la convection naturelle participe fortement aux échanges thermiques dans le PCM et qu’elle doit
être prise en considération.

4.5 Cas II : Matériau PCM impur

Le PCM impur est le matériau qui change de phase sur un intervalle de température
∆T=Tliquidus - Tsolidus. L’évolution de l’enthalpie totale en fonction de la température est présentée sur
la figure (4.16). La technique d’enthalpie-porosité [90] est utilisée pour la modélisation du processus
de solidification/fusion. Dans cette technique, l'interface liquide n’est pas suivie de manière
explicite. À la place, une quantité appelée la fraction liquide (ou porosité) est associée à chaque
cellule dans le domaine et indique la cellule qui est sous forme liquide. La fraction liquide est
calculée à chaque itération, sur la base d'un bilan d’enthalpie.

Hpcm

0
Tsolidus Tliquidus Tpcm
Fig. 4.16 : Enthalpie du PCM en fonction de la température (matériau impur)

La région pâteuse « mushy region » est une région dans laquelle la fraction liquide est comprise
entre 0 et 1. La zône pâteuse est modélisée comme un milieu poreux dans lequel la porosité diminue
de 1 à 0 quand le matériau se solidifie. Lorsque le matériau est complètement solidifié dans une
cellule, la porosité devient nulle.

L'enthalpie du PCM est calculée comme la somme de la chaleur sensible, et la chaleur latente, ∆H:
Chapitre N°: 4 131

H = cp T + ∆H (4.12a)
La porosité β, peut être définie comme ci-dessous :

β =0 si T < Tsolidus (4.12b)

β =1 si T > Tliquidus (4.12c)

T − Tsolidus
β= si Tsolidus < T < Tliquidus (4.12d)
Tliquidus − Tsolidus

La chaleur latente peut être maintenant écrite en fonction de la chaleur latente du PCM, q, comme
suit :

∆H = β q (4.12e)
Donc, la chaleur latente contenue peut varier entre zéro (pour la phase solide) et q (pour la phase
liquide).

4.5.1 Cas des plaques parallèles

Dans cette partie, nous retiendrons la même formulation mathématique écrite au-dessus
(système d’équation 4.1) en remplaçant l’enthalpie totale par sa valeur (équations 4.12a et 4.12e).
Donc, le problème est défini par :
Région HTF

∂T f ( x, y, t ) ∂T f ( x, y, t ) ∂T f2 ( x, y, t )
+ u( y) =αf , 0 < y < y1 , x > 0, t > 0, (4.13a)
∂t ∂x ∂y 2

T f (0, y , t ) = T0 , 0 ≤ y ≤ y1 , t > 0, (4.13b)

∂T f ( x, y , t ) ∂T f ( x, y , t )
= = 0, x > 0, t > 0, (4.13c)
∂x x=L
∂y y =0

T f ( x, y, t ) = Tint , 0 ≤ y ≤ y1 , t = 0. (4.13d)

Région PCM

∂Tpcm
2

( cp pcmT ( x, y, t ) + β q ) ,
( x, y , t )
k pcm = ρ pcm y1 < y < y2 , x > 0, t > 0, (4.13e)
∂y 2
∂t
Chapitre N°: 4 132

∂Tpcm ( x, y, t )
= 0, y = y2 , x > 0, t > 0, (4.13f)
∂y y = y2

∂Tpcm ( x, y, t ) ∂Tpcm ( x, y, t )
= = 0, y1 < y < y2 , t > 0, (4.13g)
∂x x =0
∂x x=L

Tpcm ( x, y , t ) = Tint , y1 < y < y2 , x > 0, t = 0. (4.13h)

Interface PCM-HTF

∂T f ( x, y, t ) ∂Tpcm ( x, y, t )
kf = k pcm , y = y1 , x > 0, t > 0, (4.13i)
∂y ∂y

T f ( x, y , t ) = Tpcm ( x, y , t ), y = y1 , x > 0, t > 0, (4.13j)

La solution est une itération entre l’équation de l’énergie (4.13e) et l’équation de la porosité
(4.12d). Directement en utilisant l’équation de (4.12d) pour mettre à jour la porosité. Le système
d’équations (4.13) est discrétisé par un schéma explicite avancé dans le temps et centralisé dans
l’espace. Donc, la distribution de température est obtenue sous la forme suivante :

Région HTF

∆t α f 3 ∆t ub   i ∆y   ∆t α f
2
 
T n +1
f i. j = 1 − 2
∆y 2
 Tf
n
i. j − 1 − 
4 ∆x   y1  
(
  Tf
n
i . j +1 − Tf n
i . j −1 )+ ∆y 2 (T n
f i +1. j + Tf n
i −1. j )
   

i = 0,......, M − 1, j > 0, n > 0, (4.14a)

Tf n
i ,0 = T0 i = 0,.......M − 1, n > 0, (4.14b)

Tf n
1, j = Tf n
0, j j = 0,.......N , n > 0, (4.14c)

Tf n
i,N = Tf n
i , N −1 i = 0,.......M − 1, n > 0, (4.14d)

Tf 0
i, j = Tint i = 0,.......M − 1, n = 0. (4.14e)

Région PCM

si βin j = 0 ou βin j = 1
Chapitre N°: 4 133

 ∆t α pcm  ∆t α pcm
Ti.nj+1 = 1 − 2  T n
+ Tpcm in+1. j + Tpcm in−1. j ( ) i = M + 1,......, M 1 , j > 0, n > 0 (4.14e)
 ( ∆y )  ( ∆y )
2 pcm i . j 2

si 0 < βin j < 1

−1
∆t α pcm  
T n +1
=T n
+  1 +
q
 (T n
)
− 2Tpcm in. j + Tpcm in−1. j ,
( ∆y )  cp (Tsolidus − Tliqidus ) 
i. j pcm i . j 2 pcm i +1. j

i = M + 1,......, M 1 , j > 0, n > 0, (4.14f)

Tpcm n
2M , j = Tpcm n
2 M −1, j j > 0, n > 0, (4.14g)

Tpcm n
i,N = Tpcm n
i , N −1 i = M + 1,....., M 1 , n > 0, (4.14h)

Tpcm n
i ,1 = Tpcm n
i ,0 i = M + 1,....., M 1 , n > 0, (4.14i)

Tpcm 0
i, j = Tint i = M + 1,....., M 1 , n = 0. (4.14j)

Ti nj − Tsolidus
avec β n
= .
Tliquidus − Tsolidus
i j

Interface PCM-HTF

n +1
k pcm Tpcm in+1. j + k f T f n
i −1. j
T = , (4.14k)
k pcm + k f
i. j

La région pâteuse à l’instant (n+1) peut être facilement déterminée en fonction de la porosité β si
elle satisfait la condition 0 < βin. j+1 < 1 .

L’efficacité de stockage d’énergie thermique δ, est définie comme le rapport entre l’énergie
réellement stockée et l’énergie maximale que la paroi du conduit peut stocker :
y2 L

∫ ∫ ( q β ( x, y, t ) + cp (T ( x, y, t ) − T ) ) dx dypcm pcm i

δ=
y1 0
. (4.15a)
L ( y − y ) ( q + cp (T − T ) ) 2 1 pcm 0 i
Chapitre N°: 4 134

et la fraction liquide est :


y2 L

∫ ∫ β ( x, y, t ) dx dy
fr =
y1 0
. (4.15b)
L ( y2 − y1 )

4.5.2 Cas du conduit cylindrique

Nous retiendrons la même formulation mathématique écrite au-dessus (système d’équation


4.8) en remplaçant l’enthalpie totale par sa valeur (équations 4.12a et 4.12e). Donc, le problème est
reformulé en coordonnées cylindrique tel que :

Région HTF

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t )  ∂ 2T f ( x, r , t ) 1 ∂T f ( x, r , t ) 
+ u (r ) =αf  +  , 0 < r < R1 , x > 0, t > 0, (4.16a)
∂t ∂x  ∂r 2 r ∂r
 

T f (0, r , t ) = T0 , 0 ≤ r ≤ R1 , t > 0, (4.16b)

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t )
= = 0, x > 0, t > 0, (4.16c)
∂x x=L
∂r r =0

T f ( x, r , 0) = Tint 0 < r < R1 , x > 0. (4.16d)

Région PCM

 ∂T 2 ( x, r , t ) 1 ∂Tpcm ( x, r , t )  ∂
k pcm  pcm 2 +  = ρ pcm ( cp pcmT ( x, y, t ) + β q ) , R1 < r < R2 , x > 0, t > 0 (4.16e)
 ∂r r ∂r  ∂t
 

∂Tpcm ( x, r , t )
=0 r = R2 , x > 0, t > 0, (4.16f)
∂r r = R2

∂Tpcm ( x, r , t ) ∂Tpcm ( x, r , t )
= = 0, R1 < r < R2 , t > 0, (4.16g)
∂x x=0
∂x x= L

Tpcm ( x, r , 0) = Tint R1 < r < R2 , x > 0, t = 0. (4.16h)

Interface PCM-HTF
Chapitre N°: 4 135

∂T f ( x, r , t ) ∂Tpcm ( x, r , t )
kf = k p cm , r = R1 , x > 0, t > 0, (4.16i)
∂r ∂r

T f ( x, r , t ) = Tpcm ( x, r , t ), r = R1 , x > 0, t > 0. (4.16j)

Nous retenons les mêmes étapes que dans le cas des plaques parallèles, la distribution de la
température est obtenue sous la forme:

Région HTF

∆t α f ∆t ub   i ∆r  
2
 
T n +1
f i. j = 1 − 2
∆r 2
 Tf
n
i. j − 1 − 
∆x   R1  
  Tf ( n
i . j +1 − Tf n
i . j −1 )+
   

∆t α f  Tf n
i +1. j − Tf n
i −1. j

+ Tf
n
+T n
+  , i = 0,......, M − 1, j > 0, n > 0, (4.17a)
∆r 2 
i +1. j f i −1. j
2i 

Tf n
i ,0 = T0 , i = 0,.......M − 1, n > 0, (4.17b)

Tf n
1, j = Tf n
0, j , j = 0,.......N , n > 0, (4.17c)

Tf n
i,N = Tf n
i , N −1 i = 0,.......M − 1, n > 0, (4.17d)

Tf 0
i, j = Tint , i = 0,.......M − 1, n = 0. (4.17e)

Région PCM

si βin j = 0 ou βin j = 1

n +1  ∆t α f  ∆t α f  T f in+1. j − T f n
i −1. j

T = 1 − 2  Tf
n
+  Tf
n
+T n
+ 
∆r 2 
i +1. j f i −1. j
∆r 2
f i. j i. j
  2i 

i = M + 1,......, M 1 , j > 0, n > 0 (4.17f)

si 0 < β in j < 1

−1

n +1
∆t α f  q   Tf n
i +1. j − Tf n
i −1. j

T =T n
+ 1 +   T f
n
− Tf n
+ Tf n
+ 
∆r  cp (Tsolidus − Tliqidus ) 
f i. j f i. j 2 i +1. j i. j i −1. j
 2i 
 
Chapitre N°: 4 136

i = M + 1,......, M 1 , j > 0, n > 0, (4.17g)

Tpcm n
2M , j = Tpcm n
2 M −1, j , j > 0, n > 0, (4.17h)

Tpcm n
i,N = Tpcm n
i , N −1 , i = M + 1,....., M 1 , n > 0, (4.17i)

Tpcm n
i ,1 = Tpcm n
i ,0 , i = M + 1,....., M 1 , n > 0, (4.17j)

Tpcm 0
i, j = Tint , i = M + 1,....., M 1 , n = 0. (4.17k)

Interface solide-liquide

k pcm Tpcm in+1. j + k f T f n


i −1. j
Ti.nj+1 = . (4.17l)
k pcm + k f

L'efficacité du stockage d'énergie thermique δ, est :


R2 L

2 ∫ ∫ ( q β ( x, r, t ) + cp (T ( x, r, t ) − T ) ) r dx dr
pcm pcm i

δ=
R1 0
, (4.18a)
L ( R − R ) ( q + cp (T − T ) )
2
2
2
1 pcm 0 i

et la fraction liquide s’écrit :


R2 L

2 ∫ ∫ β ( x, r, t ) r dx dr
fr =
R1 0
. (4.18b)
L ( R22 − R12 )

4.5.3 Résultats et commentaires

Les propriétés thermophysiques de la paraffine RT50 sont mentionnées dans le tableau (4.2) :

Table. 4.2: Propriétés thermophysiques de la paraffine RT50 et de l’eau [89]


Paraffine RT50 Eau
température de solidification (K) 318 /
température de fusion (K) 324
chaleur latente (kJ kg-1) 168 /
conductivité thermique (W m-1 K-1) 0.2 0.6
chaleur spécifique (kJ kg-1 K-1) 2.0 4.182
masse volumique (kg-1m-3) 780 998.2
viscosité (m2 s-1) / 1.005E-6
Chapitre N°: 4 137

343 343

338 338

333 333

328 328
Tpcm (K)

Tpcm (K)
323 323

318 y = 1.0 cm 318


r = 1.0 cm
313 y = 1.3 cm 313
r = 1.3 cm
y = 1.5 cm
308 308 r = 1.5 cm
y = 2.0 cm
303 303 r = 2.0 cm

298 298
0 20 40 60 80 0 20 40 60 80 100
t (min) t (min)

Fig. 4.17a : Variation de température pendant la Fig. 4.17b : Variation de température pendant la
fusion en quelques points typiques dans les plaques fusion en quelques points typiques dans le tube à
à x=1m (y1=1cm, y2=2cm, L=1m, Re=1000). x=1m (R1=1cm, R2=2cm, L=1m, Re=1000).

1 1
320 K 0.9 320 K

0,8 310 K T0=305 K 0.8 310 K T0=305 K


0.7

0,6 0.6

0.5
fr fr
0,4 0.4
δ δ
0.3

0,2 0.2

0.1

0 0
0 20 40 60 80 100 110 0 20 40 60 80 100 120
t (min) t (min)
Fig. 4.18a: Comparaison entre la fraction liquide Fig. 4.18b: Comparaison entre la fraction liquide et
et l'efficacité de stockage pour différentes l'efficacité de stockage pour différentes
températures T0, y1=1cm, y2=2cm, L=1m, température T0, R1=1cm, R2=2cm, L=1m, Re=1000
Re=1000 (cas des plaques parallèles). (cas du tube).
Chapitre N°: 4 138

3 100 350

2 600 300

250
2 080

Etot (kJ)
Htot (kJ)

200
1 560 R2 = 2.5 cm
150 R2 = 2.0 cm
1 040 R2 = 1.5 cm
100
y2 = 2.5 cm
520 y2 = 2.0 cm
50
y2 = 1.5 cm
0 0
0 20 40 60 80 100 120 0 30 60 90 120 150 180
t (min) t (min)

Fig. 4.19a: Variation temporelle de l'énergie Fig. 4.19b: Variation temporelle de l'énergie
stockée dans les plaques pour différentes stockée dans le tube pour différentes
épaisseurs y2 (y1=1cm, L=1m, Re=1000). épaisseurs R2 (R1=1cm, L=1m, Re=1000).

3 100 300

2 500 250

2 080 200
Etot (kJ)

Etot (kJ)

1 560 150

L=1cm
1 040 100 L=1cm
L=1cm
L=1cm
L=1cm
520 50 L=1cm

0 0
0 10 20 30 40 50 60 70 0 20 40 60 80 100
t (min) t (min)

Fig. 4.20a: Variation temporelle de l'énergie Fig. 4.20b: Variation temporelle de l'énergie
stockée dans les plaques pour différentes longueurs stockée dans le tube pour différentes longueurs
(y1=1cm, y2=2cm, Re=1000). (R1=1cm, R2=2cm, Re=1000).
Chapitre N°: 4 139

28 18

24 0.1m
15 0.1m

20
12
0.3m
0.3m
Nu 16
x = 1m Nu 9
12 x = 1m
6 T0 = 343 K
8
T0 = 343 K T0 = 334 K
T0 = 334 K 3 T0 = 329 K
4
T0 = 329 K

0 0
0 20 40 60 80 100 120 0 30 60 90 120 150
t (min) t (min)
Fig. 4.21a : Variation transitoire du nombre de Fig. 4.21b : Variation transitoire du nombre de
Nusselt pour différente température d’entrée et Nusselt pour différentes températures d’entrée et
différentes positions axiales (cas des plaques différentes positions axiales (cas du tube).
parallèles).

100 80
T0 = 343 K T0 = 343 K
90 70
T0 = 334 K T0 = 334 K
80 T0 = 329 K T0 = 329 K
60
Corrélation de PCM pur Corrélation de PCM pur
70
50
60
Nub Nub 40
50
30
40
20
30

20 10

10 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
x (m) x (m)
Fig. 4.22a : Distribution axiale du nombre de Fig. 4.22b : Distribution axiale du nombre de
Nusselt moyen pour différentes températures Nusselt moyen pour différentes températures
d’entrée. d’entrée.
Chapitre N°: 4 140

A partir des figures affichées ci-dessus, on remarque que le comportement thermique de


l’unité de stockage (plaques et tube) construite avec un PCM impures, est généralement semblable à
celui de l’unité construite avec les matériaux à changement de phase purs. La différence qu’on peut
réside dans l’évolution transitoire de la température, figs. (4.17). Sur ces figures on peut bien
mentionner le comportement non-isotherme de la température pendant la phase de fusion. En ce qui
concerne le nombre de Nusselt, nous pouvons dire que les corrélations que nous avons développées
pour le PCM pur sont aussi valables pour le PCM impur.

4.6 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons étudié numériquement le stockage par chaleur latente dans un
module de stockage, composé de conduites de type ‘plaques parallèles’ ou ‘tubes cylindriques’
constitué par un PCM-pur ou PCM-impur. Les effets de la convection naturelle sont aussi étudiés
dans le cas d’un écoulement dans une conduite cylindrique avec un PCM-pur, les principaux
résultats de ce chapitre sont :

• Le nombre de Nusselt moyen est toujours égal au nombre de Nusselt pendant le changement
de phase du PCM. Donc, le nombre de Nusselt moyen est fortement dépendant de la température de
fusion. D’ailleurs, la température du fluide à l’entrée n’a pas une grande influence sur le nombre de
Nusselt.

• la convection naturelle diminue le temps de fusion et le temps de solidification du PCM,


mais son influence le plus important est remarquée pendant la solidification. Donc, la convection
naturelle participe fortement aux échanges thermiques dans le PCM et qu’elle ne doit pas être
négligée.

• Pour l’unité de stockage construite par les PCMs impures, à part l’évolution non-isotherme la
température, le comportement thermique est similaire à celui de l’unité constituée par les PCMs
purs. Aussi, les corrélations que nous avons développées pour les PCMs purs sont valables pour les
PCMs impurs.
Chapitre N° : 5 141

Chapitre 5 :

Amélioration des performances de stockage par l’injection des nanoparticules dans le


matériau à changement de phase (NEPCM)

5.1 Introduction

Les matériaux à changement de phase (PCM) présentent un inconvénient majeur, à savoir leur
faible conductivité thermique. L'addition de nanoparticules de haute conductivité thermique
favorise sensiblement le transfert de chaleur. Ce chapitre présente une étude détaillée sur
l’influence de l’injection des nanoparticules dans les matériaux à changement de phase
(NEPCM). L’unité de stockage est composée par des tubes cylindriques, parcourus par un fluide
caloporteur circulant en régimes laminaire et turbulent, la figure (5.1) présente le module de
stockage étudié. Les nanoparticules choisies sont : Cu, Ni et Al2O3. Les effets de la fraction
volumique et de la nature des nanoparticules sur l’énergie stockée, la fraction liquide et
l’efficacité de stockage sont étudiés.

Nanoparticules

NEPCM
R2

r u(r) HTF R1
x
O

NEPCM

Fig. 5.1: Module de stockage par chaleur latente

5.2 Formulation mathématique en régime turbulent

Le stockage thermique par chaleur latente dans les conduites cylindriques en régime turbulent est
étudié. Le phénomène de turbulence à l’intérieur de la conduite est modélisé en adoptant le
modèle proposé par Richardt [91]. La convection naturelle dans la phase liquide sera prise en
compte en utilisant le modèle proposé dans les réfs. [54-55] et présenté dans le chapitre
Chapitre N° : 5 142

précédent. La formulation mathématique qui décrit l’écoulement turbulent à l’intérieur de la


conduite cylindrique s’écrit en cordonnées cylindriques telle que :

Région HTF

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t )   ε ( r ) d ε ( r )  ∂T f ( x, r , t ) ∂T f2 ( x, r , t ) 
+ u (r ) = α f  +  + ε (r) 
∂t ∂x  r dr  ∂r ∂r 2
 
0 < r < R1 , x > 0, t > 0 (4.19a)

T f (0, r , t ) = T0 0 ≤ r ≤ R1 , t > 0 (4.19b)

∂T f ( x, r , t ) ∂T f ( x, r , t )
= =0 x > 0, t > 0 (4.19c)
∂x x=L
∂r r =0

Région PCM

 ∂Tpcm
2
( x, r , t ) 1 ∂Tpcm ( x, r , t )  ∂H ( x, r , t )
k pcm  +  = ρ pcm R1 < r < R2 , x > 0, t > 0 (4.19d)
 ∂r 2
r ∂r  ∂t
 
∂Tpcm ( x, r , t )
=0 r = R2 , x > 0, t > 0 (4.19e)
∂r r = R2

∂Tpcm ( x, r , t ) ∂Tpcm ( x, r , t )
= = 0, R1 < r < R2 , t > 0 (4.19f)
∂x x=0
∂x x=L

Interface PCM-HTF

∂T f ( x, r , t ) ∂Tpcm ( x, r , t )
kf = k pcm , r = R1 , x > 0, t > 0 (4.19g)
∂r ∂r
T f ( x, r , t ) = Tpcm ( x, r , t ), r = R1 , x > 0, t > 0 (4.19h)

 k s T < Tm
k pcm (T ) = 
 keff T > Tm

Les modèles utilisés pour les profils de vitesse u(r) et la viscosité turbulente ε(r) sont donnés en
Annexe (1). La discrétisation du système d’équation (5.1) s’écrit sous la forme:
Région HTF
 ∆t α f ε i  ∆t ui ∆t α f ε i
Tf n +1
i. j = 1 − 2
∆r 2 
Tf
n
i. j −
2∆x
Tf ( n
i . j +1 − Tf n
i . j −1 )+ ∆r 2 (T n
f i +1. j + Tf n
i −1. j )+

Chapitre N° : 5 143

∆t α f  ε i  dε  
+ 
2∆r  i ∆r
+   Tf
 dr i 
( n
i +1. j − Tf n
i −1. j ) i = 0,......, M − 1, j > 0, n > 0 (4.20a)

Tf n
i ,0 = T0 i = 0,.......M − 1, n > 0 (4.20b)

Tf n
1, j = Tf n
0, j j = 0,.......N , n > 0 (4.20c)

Tf n
i,N = Tf n
i , N −1 i = 0,.......M − 1, n > 0 (4.20d)

Région PCM

n +1
∆t k pcm  Tf n
i +1. j − Tf n
i −1. j

H =H + n
2 
Tpcm in+1. j − 2 Tpcm in. j + Tpcm in−1. j + 
ρ pcm ( ∆r ) 
i. j i. j
2i 
i = M + 1,......, M 1 , j > 0, n > 0 (4.20e)

Tpcm n
2M , j = Tpcm n
2 M −1, j j > 0, n > 0 (4.20f)

Tpcm n
i,N = Tpcm n
i , N −1 i = M + 1,....., M 1 , n > 0 (4.20g)

Tpcm n
i ,1 = Tpcm n
i ,0 i = M + 1,....., M 1 , n > 0 (4.20h)

Interface solide-liquide

n +1
k pcm Tpcm in+1. j + k f T f n
i −1. j
T = (4.20i)
k pcm + k f
i. j

La répartition de la température à l’instant (n+1) peut être obtenue telle que :


Tm + H in, +j 1 cp pcm H in, +j 1 ≤ 0
n +1

Tpcm i, j = Tm 0 < H in, +j 1 < q (4.21a)

Tm + ( H i , j − q ) cp pcm H i , j ≥ q
n +1 n +1

La position de l'interface solide-liquide à l’instant (n+1) est :


S ( x, t ) = S nj +1 = ( i.∆y, ( n + 1) ∆t ) (4.21b)

L'efficacité du stockage d'énergie thermique δ, est :


Chapitre N° : 5 144

R2 L

fr q L ( R − R ) + 2 cp pcm ∫ ∫ (Tpcm ( x, y, t ) − Ti ) r dx dr
2
2 1
2

δ= R1 0
(4.21c)
L (R − R
2
2 1
2
) ( q + cp (T
pcm 0 − Ti ) )

et la fraction liquide/solide, fr, est calculée par la relation suivante :


L

∫(S − R12 ) dx
2

fr = 0
(4.21d)
L ( R22 − R12 )

5.3 Modèles mathématiques des NEPCM

Lorsque les particules de haute conductivité thermique sont ajoutées dans le PCM, les propriétés
thermophysiques du mélange NEPCM dépendent de la fraction volumique et de la nature des
nanoparticules. Les propriétés du mélange sont donc une combinaison entre les propriétés des
nanoparticules et du PCM [74] tels que :

• La masse volumique

ρ npcm = (1 − φ ) ρ pcm + φ ρ p (5.4a)

• La chaleur massique

(1 − φ )( ρ cp ) pcm + φ ( ρ cp ) p
cpnpcm = (5.4b)
ρ npcm

• La chaleur latente

(1 − φ )( ρ q ) pcm
qnpcm = (5.4c)
ρnpcm

• La conductivité thermique

 k p + 2k pcm − 2φ ( k pcm − k p ) 
knpcm = k pcm   (5.4d)
 k p + 2k pcm + φ ( k pcm − k p ) 
 

• La viscosité cinématique

vl
vnpcm =
(1 − φ )
2.5
Chapitre N° : 5 145

où ϕ est la fraction volumique, elle est définie comme le rapport entre le volume occupé par les
nanoparticules et le volume totale des parois de stockage.

On définit aussi les quantités suivantes :

• le flux de chaleur transféré du fluide vers le NEPCM au niveau de l’interface HTF-PCM, à


chaque instant

L
dT f ( x, r , t )
Φ(t ) = −2π R1k f ∫ dx (5.5a)
0
dr
r = R1

• l’énergie maximale stockée par chaleur latente :

Elat = π L ( R22 − R12 ) (1 − φ )( ρ q ) pcm (5.5b)

• l’énergie maximale stockée par chaleur sensible :

Esen = π L ( R22 − R12 ) (1 − φ )( ρ cp ) pcm + φ ( ρ cp ) p  (T0 − Ti ) (5.5c)


 

• l’énergie totale stockée est la somme de la chaleur latente Elat et la chaleur sensible Esen :

Etot = Esen + Elat (5.5d)

5.4 Validation

Afin de valider la fiabilité du modèle physique et du code de simulation, les comparaisons entre
les présents résultats numériques et les données expérimentales [39] ont été effectués dans les
mêmes conditions opératoires, c'est-à-dire dans le cas particulier du PCM sans nanoparticule.
Dans l'expérience, deux thermocouples sont installés à l'intérieur du PCM dans les emplacements
P1 (x= 0,95 m, r = 0,001 m) et P2 (x = 0,51 m, r = 0,002 m). Les résultats comparatifs sont
présentés dans les figures (5.2). Les résultats numériques pour les deux points de référence sont
bien concordants avec les résultats expérimentaux de la Réf. [39]. Nous vérifions aussi que le
modèle physique utilisé et la méthode numérique choisie dans la présente étude sont fiables.
Chapitre N° : 5 146

20

15
P2
10

5 P1
T-Tm (K)

-5

-10
Présente étude numérique
-15 Lacroix [59]

-20
0 10 20 30 40 50 60
t (min)
Fig. 5.2a: Comparaison entre les résultats numériques de la présente étude et
ceux de la littérature (T0-Tm = 20 K et ϕ = 0).

10
P2
5

0 P1
T -Tm (K)

-5

-10
Présente étude numérique
M. Lacroix [59]
-15

-20
0 10 20 30 40 50 60
t (min)

Fig. 5.2b: Comparaison entre les résultats numériques de la présente étude et


ceux de la littérature (T0-Tm = 10 K et ϕ = 0).
Chapitre N° : 5 147

5
P2

0
P1

-5
T -Tm (K)

-10
Présente étude numérique
M. Lacroix [59]
-15

-20
0 10 20 30 40 50 60
t (min)

Fig. 5.2c: Comparaison entre les résultats numériques de la présente étude et


ceux de la littérature (T0-Tm = 5 K et ϕ = 0).

5.5 Résultats est commentaires

Dans cette simulation, les paramètres géométriques du module de stockage sont fixés, la
longueur du tube, les rayons intérieur et extérieur sont respectivement 1m, 1cm et 2cm. La
température initiale du PCM est 280 K, et la température du fluide à l’entré du conduit est 320.
Les propriétés du fluide de transfert, du PCM et des nanoparticules utilisées dans cette
simulation sont mentionnées dans le tableau (5.1).

Table : 5.1 : Propriétés thermophysiques des différents matériaux


Paraffine Eau Cu Ni Al2O3
température de fusion/solidification (K) 300 / / / /
chaleur latente (kJ kg-1) 206 / / / /
conductivité thermique (W m-1 K-1) 0.18 0.6 400 90.7 36
chaleur spécifique (kJ kg-1 K-1) 1.8 4.182 0.383 0.444 0.765
masse volumique (kg-1m-3) 789 998.2 8954 8900 3970
viscosité (m2 s-1) / 1.005E-6 / / /
Chapitre N° : 5 148

Pour choisir les meilleures nanoparticules (fournissant le meilleur stockage thermique), nous
avons testé trois matériaux différents utilisés comme nanoparticules dans les mêmes conditions,
avec deux nombres de Reynolds Re = 103 et Re = 105. La figure (5.3) présente l’efficacité de
stockage, la fraction liquide et l’énergie stockée pour différent NEPCM (Cu, Al2O3 et Ni), nous
constatons que les trois matériaux donnent pratiquement les mêmes résultats, avec une différence
qui ne dépasse pas les 5%. Donc, nous utiliserons dans ce qui suit le mélange Paraffine+Cuivre
comme NEPCM.

1 220

0.9 200
fr
180
0.8
δ 160
0.7
140
0.6
Etot (kJ)
Cu 120
0.5 Al2O3 Cu
Ni 100 Al2O3
0.4 Ni
80
0.3 60
0.2 40
0.1 20

0 0
0 4 8 12 16 20 24 28 32 0 10 20 30 40 45
t (min) t (min)

Fig. 5.3a : Comparaison de l’efficacité de Fig. 5.3b : Comparaison de l’énergie totale


stockage et de la fraction liquide pour différent stockée pour différent NEPCM, ϕ=30%, Re=103.
NEPCM, ϕ=30%, Re=103.

La figure (5.4) présente l’effet de la fraction volumique sur l’énergie maximale que la
paroi peut stocker, cette énergie est définie comme étant la somme de l’énergie stockée par
chaleur sensible et par chaleur latente. Cette figure montre que l’énergie maximale stockée est
inversement proportionnelle à la fraction volumique. L’augmentation de la fraction volumique
diminue l’énergie totale stockée, ce qui est dû à la diminution de la chaleur latente du mélange
du NEPCM. La diminution de l’énergie totale stockée, pour une variation de la faction
volumique entre 0 et 1, est égale à 37% pour une différence de température ∆T=T0-Ti=40K, et
égale à 64% et 80% pour ∆T=20K et ∆T=10K respectivement. D’autre part, on voit bien que
l’énergie stockée par chaleur sensible est proportionnelle à la fraction volumique, car la capacité
thermique du NEPCM est plus élevée que celle du PCM pur. Donc, de façon générale, on peut
dire que l’énergie stockée par chaleur sensible augmente avec ∆T et la fraction volumique ϕ. Par
Chapitre N° : 5 149

contre, l’énergie stockée par chaleur latente diminue linéairement en fonction de la fraction
volumique, ce qui conduit à une diminution de l’énergie totale stockée.

250
Elat_max (kJ)
225 Esen_max (kJ)
Etot_max (kJ)
200 ∆T=T0-Ti=40 K
∆T=20 K
175 ∆T=10 K

150

125

100

75

50

25

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
ϕ
Fig. 5. 4 : Variation de l’énergie maximale stockée dans la paroi en fonction de la fraction
volumique

240 500
(b)
(a) 450
200 400
ϕ=0.0
ϕ=0.1 ϕ=0.0
350 ϕ=0.1
160 ϕ=0.2
ϕ=0.3 300
ϕ=0.2
ϕ=0.3
Φ (W)
Φ (W)

120 250

200
80 150

100
40
50

0 0 10 20 30 40 50
0 10 20 30 40 50 60 70
t (min)
t (min)

Fig. 5.5 : Variation transitoire du flux thermique transféré au niveau de l’interface HTF-NEPCM pour
différentes concentration, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Chapitre N° : 5 150

Sur la figure (5.5), est présentée l’influence de fraction volumique sur le flux thermique
échangé à la paroi HTF-PCM pour Re=103 et Re=105. Au début de l’écoulement, le flux
thermique est plus important pour des fractions volumiques plus élevées, mais avec le temps ce
flux devient moins important par apport à celui de faible fraction volumique, puisque avec une
haute fraction volumique le fluide cède plus vite l’énergie thermique au NEPCM, ce qui sature
(stockage maximale) rapidement le PCM et le rend incapable de recevoir plus énergie.

La variation transitoire de l’efficacité de stockage pour différentes concentrations


(fraction volumique) est représentée sur la figure (5.6). Cette figure montre que l’augmentation
de la fraction volumique fait diminuer le temps nécessaire pour atteindre le stockage maximale.
L’augmentation de concentration accélère la vitesse de stockage.

1 1
(b)
0.9 0.9
(a)
0.8 0.8

0.7 0.7

0.6 0.6

δ 0.5 δ 0.5 ϕ=0.0


ϕ=0.0 ϕ=0.1
0.4 ϕ=0.1 0.4 ϕ=0.2
ϕ=0.2 ϕ=0.3
0.3 0.3
ϕ=0.3
0.2 0.2

0.1 0.1

0 0
0 10 20 30 40 50 55 0 5 10 15 20 25 30 35
t (min) t (min)

Fig. 5.6 : Variation transitoire de l’efficacité de stockage pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b)
Re=105.

Pour étudier les conséquences de l’injection des nanoparticules sur le phénomène de


changement de phase, on présente sur la figure (5.7) l’effet de la fraction volumique sur la
variation transitoire de la fraction liquide en régime laminaire et turbulent. Il est bien clair que le
processus de changement de phase est accéléré par l’injection des nanoparticules dans le PCM.
Chapitre N° : 5 151

1 1

0.9 0.9

0.8 0.8

0.7 0.7

0.6 0.6

fr 0.5 fr 0.5 ϕ=0.0


0.4 ϕ=0.0 0.4 ϕ=0.1
ϕ=0.1 ϕ=0.2
0.3 ϕ=0.2 0.3 ϕ=0.3
ϕ=0.3
0.2 0.2

0.1 0.1

0 0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 0 5 10 15 20 25 30 35
t (min) t (min)

Fig. 5.7 : Variation de la fraction liquide en fonction de temps pour différentes concentration, (a) Re=103 et (b) Re=105.

L’évolution transitoire de l’énergie stockée par chaleur sensible, latente et l’énergie totale
stockée sont représentées respectivement sur les figures (5.8), (5.9) et (5.10), pour différentes
valeurs de la fraction volumique. La figure (5.8) montre que l’introduction des nanoparticules
dans le PCM, engendre une augmentation dans l’énergie maximale que la paroi peut stocker par
chaleur sensible, ce qui est l’inverse pour la chaleur stockée par chaleur latente (fig. 5.9). Par
conséquence, l’énergie totale (sensible+latente) doit diminuer puisque la chaleur latente est plus
importante par apport à la chaleur sensible (fig. 5.10).

180 180
(a) (b)
150 150

120 120
Elat (kJ)
Elat (kJ)

90 ϕ=0.0 90
ϕ=0.1 ϕ=0.0
ϕ=0.2 ϕ=0.1
60 ϕ=0.3 60
ϕ=0.2
ϕ=0.3
20 30

0 0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 0 5 10 15 20 25 30 35
t (min) t (min)

Fig. 5.8 : Variation de l’énergie stockée par chaleur latente pour différentes concentration, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Chapitre N° : 5 152

90 90
(a)
80 80 (b)

70 70

60 60

Esen (kJ)
Esen (kJ)

50 50

40 40
ϕ=0.0
30 ϕ=0.1 30 ϕ=0.0
ϕ=0.2 ϕ=0.1
20 ϕ=0.3 20 ϕ=0.2
ϕ=0.3
10 10

0 0
0 10 20 30 40 50 60 65 0 10 20 30 40 50
t (min) t (min)

Fig. 5.9 : Evolution de l’énergie stockée par chaleur sensible pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b)
Re=105.

250 250
(a) (b)

200 200

150 150
Etot (kJ)
Etot (kJ)

ϕ=0.0
100 ϕ=0.0 100
ϕ=0.1
ϕ=0.1
ϕ=0.2
ϕ=0.2
ϕ=0.3
50 ϕ=0.3 50

0 0
0 10 20 30 40 50 60 65 0 10 20 30 40 50
t (min) t (min)

Fig. 5.10 : Variation transitoire de l’énergie totale stockée pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b)
Re=105.
Chapitre N° : 5 153

La figure (5.11) montre l’évolution transitoire de l’interface solide-liquide, pour


différentes concentrations à Re = 103 et Re = 105. Nous constatons sur ces figures que l’interface
solide-liquide se déplace plus vite dans le PCM vite avec l’accroissement de la concentration des
nanoparticules. D’autre coté, quelque soit le temps l’interface solide-liquide est toujours avancée
pour les hautes valeurs de ϕ.

2.0 2.0
(b)
(a)
0.8 1.8

0.6 1.6
S (cm)

S (cm)

ϕ=0.0 ϕ=0.0
0.4 ϕ=0.1 1.4 ϕ=0.1
ϕ=0.2 ϕ=0.2
ϕ=0.3 ϕ=0.3
0.2 1.2

1.0 1.0
0 10 20 30 40 50 0 10 20 30 40
t (min) t (min)

Fig. 5.11 : Evolution de l’interface solide-liquide pour différentes concentrations à x=0.6m, (a) Re=103 et (b)
Re=105.

D’après la figure (5.12) nous constatons que la concentration en nanoparticule influe sur
la température du NEPCM ainsi que sur la température du fluide. Au début de l’écoulement (t =
3 min), la température du fluide diminue avec l’augmentation de la concentration, tandis que la
température du NEPCM augmente. Ce phénomène est dû à l’augmentation du flux thermique
entre le fluide caloporteur et la NEPCM quand on augmente la concentration. Mais à la fin du
stockage (t = 35 min), les températures du fluide et du NEPCM sont élevées pour une valeur de ϕ
élevée. Ce résultat est approuvé sur la figure (5.13), qui présente l’évolution transitoire de la
température moyenne du fluide à la sortie de la conduite, et aussi sur la figure (5.14) affichant la
température du NEPCM pour différente concentration.
Chapitre N° : 5 154

t=35 min 320 t=23 min


320
(a)
315 315

310 310
(b)
305 305
Tpcm (K)

Tpcm (K)
300 300
ϕ=0.0
295 295 ϕ=0.1 t=2 min
ϕ=0.0 t=3 min ϕ=0.2
290 ϕ=0.1 290 ϕ=0.3
ϕ=0.2
ϕ=0.3
285 285

280 280
0 0.5 1 1.5 2 0 0.5 1 1.5 2
r (cm) r (cm)

Fig. 5.12 : Distributions radiale de la température à x=1m, pour différentes concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.

320 320

318 318

316 316
Tb (K)
Tb (K)

ϕ = 0.00 ϕ = 0.00
314 ϕ = 0.10 314 ϕ = 0.10
ϕ = 0.20 ϕ = 0.20
ϕ = 0.30 ϕ = 0.30
312 312

310 310
0 10 20 30 40 50 60 70 0 10 20 30 40 50
t (min) t (min)
Fig. 5.13 : Evolution de la température moyenne du fluide à la sortie de la conduite pour différentes
concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.
Chapitre N° : 5 155

320 320

315 315 (b)


(a)
310 310

305 305
ϕ=0.0
Tb (K)

Tb (K)
300 ϕ=0.0 300 ϕ=0.1
ϕ=0.1 ϕ=0.2
295 ϕ=0.2 295 ϕ=0.3
ϕ=0.3
290 290

285 285

280 280
0 10 20 30 40 50 60 65 0 10 20 30 40 50
t (min) t (min)
Fig. 5.14 : Evolution transitoire de la température du NEPCM pendant la fusion pour différentes concentration à
x=0.6m, r=1.5cm, (a) Re=103 et (b) Re=105.

18 38 ϕ = 0.00
(a) ϕ = 0.10
16 ϕ = 0.20
37
ϕ = 0.30
14
36 (b)
12 0.1m
(min)
10 35
Nu Nu 0.1m
8 0.4m 34 (min
(min)
6 x = 1m
(min) ϕ = 0.00 33
0.4m
4 ϕ = 0.10 (mi
ϕ = 0.20 32 x = 1m
2
ϕ = 0.30 (min)
0 31
0 10 20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 50
t (min) t (min)
Fig. 5.15 : Evolution du nombre de Nusselt en fonction du temps en plusieurs positions axiales et pour
différentes concentrations, (a) Re=103 et (b) Re=105.

La figure (5.15), montre l’effet de la fraction volumique sur la variation transitoire du


nombre de Nusselt. Nous constatons que le nombre Nusselt garde la même allure quelque soit la
valeur de ϕ, avec un décalage dans le temps lié aux temps de fusion et de saturation du PCM
puisque l’augmentation de ϕ diminue le temps de fusion. Aussi, sur la figure (5.16) qui monte la
Chapitre N° : 5 156

variation axiale de nombre de Nusselt moyen pour différentes valeurs de ϕ, nous pouvons
conclure que le nombre de Nusselt moyen est indépendant de la concentration, et garde la même
allure quelque soit la valeur de la fraction volumique.

Dans la figure (5.17), on veut comparer l’effet de Cuivre, d’Oxyde de l’Aluminium et du Nikel
sur l’évolution de nombre de Nusselt et le nombre de Nusselt moyen. Il est bien clair que le
matériau de la nanoparticule n’ait aucune influence sur le nombre Nusselt.

70 80
(a) (b)
60
(min) (min)
70
ϕ = 0.00
50 ϕ = 0.10
ϕ = 0.00
ϕ = 0.20
ϕ = 0.10 60 ϕ = 0.30
40 ϕ = 0.20
Nub ϕ = 0.30 Nub
30
50

20
40
10

0 30
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
x (m) x (cm)
(min) (min)
Fig. 5.16 : Distribution axiale de nombre de Nusselt pour différentes concentrations. , a) Re=103 et b) Re=105.

18 70

16
60
14
50 Cu
12 0.1m Al2O3
(min) 40 Ni
10
Nu Nub
8 0.4m 30
6
(min)
x = 1m
(min) Cu 20
4
Al2O3
10
2 Ni

0 0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
t (min) x (m)
Fig. 5.17a : Evolution transitoire du nombre de Fig. 5.17b : Distribution axiale de nombre de
Nusselt en plusieurs positions axiales et pour Nusselt moyen pour différents types de
différents types de nanoparticules, Re=103. nanoparticules, Re=103.
Chapitre N° : 5 157

Le tableau (5.2) donne un résumé montrant l’influence de l’introduction des nanoparticules dans
le PCM sur les performances de l’unité de stockage. Pour Re=103 et une fraction volumique
ϕ=30%, le temps de fusion et de stockage diminuent de 48.27% et 39.26% respectivement, avec
une perte d’énergie stockée égale à 13.91%. Et pour Re=105, le temps de fusion et de stockage
diminuent de 55.17% et 51.03% respectivement. Donc, il faut chercher un point optimal ou
l’énergie perdue sera moins importante par apport au temps gagné. D’autre coté, on constate que
le temps de fusion et de stockage gagnés pour Re=105 sont plus importants par apport à ceux
gagnés pour Re=103, ce qui signifie que l’intensification de transfert de chaleur par l’ajout des
nanoparticules devient plus efficace en régime turbulent.

Table 5.2 : Effets de la fraction volumique sur les performances de l’unité de stockage
ϕ (%) Re Temps de fusion Temps de stockage Energie totale stockée
valeur différence valeur Différence valeur Différence
(min) (%) (min) (%) (kJ) (%)
103 43.17 00.00 49.67 00.00
00.00 241.5 00.00
105 29.00 00.00 32.67 00.00
103 34.33 20.48 41.00 17.45
10.00 230.5 04.55
105 22.17 23.55 25.50 21.95
103 27.67 35.90 34.83 29.88
20.00 219.1 09.27
105 17.00 41.38 20.17 38.26
103 22.33 48.27 30.17 39.26
30.00 207.9 13.91
105 13.00 55.17 16.00 51.03

5.6 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons étudié l’amélioration du transfert de chaleur par l’injection de
nanoparticules dans le matériau de stockage. Les propriétés géométriques de l’unité de stockage
et les propriétés thermophysiques du fluide caloporteur et du PCM sont gardées constantes, en
variant seulement la concentration des nanoparticules dans le PCM. Les résultats obtenus dans ce
chapitre peuvent être résumés comme ci-dessous :
• Les meilleures nanoparticules sont ceux qui ont des bonnes conductivités et capacités
thermiques.
• L’unité de stockage devient plus performante (en termes d’efficacité de stockage et du
temps de fusion) quand on disperse les nanoparticules dans le PCM,
• L’énergie totale stockée par le PCM pur est supérieur que celle stockée par NEPCM mais
le temps de stockage est meilleur.
• Les NEPCM sont plus performants en régime turbulent qu’en régime laminaire.
Conclusion générale 158

Conclusion générale

Nous avons présenté dans ce travail une étude traitant le problème de stockage par
chaleur latente et chaleur sensible dans les conduites cylindriques et planes. Le fluide
caloporteur traverse la conduite en échangeant la chaleur avec les parois de stockage. Ce
travail est composé de cinq chapitres, le premier chapitre est consacré à l’étude
bibliographique des principaux travaux effectués sur le sujet. Nous avons montré au cours de
cette recherche l’intérêt du sujet à travers les nombreuses applications liées au stockage de la
chaleur.

Dans le deuxième chapitre, nous avons présenté le problème de stockage par chaleur
sensible dans un conduit à deux plaques parallèles ou un tube cylindrique, parcouru par un
fluide incompressible en écoulement laminaire ou turbulent. La température du fluide à
l’entrée du canal varie de façon sinusoïdale. Les équations régissantes le problème sont
résolues analytiquement, par la Technique de la Transformée Intégrale Généralisée.

Dans le chapitre trois, nous avons présenté une étude analytique sur le stockage
thermique dans les conduites cylindriques et planes constituées d’un matériau à changement
de phase (PCM) parcouru par un fluide caloporteur en régime laminaire. L’influence de la
géométrie des conduits et les caractéristiques du fluide caloporteur sur l’efficacité du stockage
est étudiée. Les résultats obtenus pour les deux configurations sont validés avec les résultats
publiés dans la littérature [39], [55], [47-48], [58] et [79]. Le modèle quasi stationnaire
supposant un régime permanent dans la veine fluide est appliqué. La convection naturelle est
négligée pendant le processus de fusion du PCM.

Dans le chapitre quatre, le problème de stockage en régime transitoire a été résolue


numériquement par la méthode des différences finies. Les techniques d’enthalpie et
d’enthalpie-porosité ont été appliquées pour les PCM purs et impurs respectivement. L’effet
de la convection naturelle a été pris en considération en utilisant des corrélations
expérimentales utilisées autrefois dans la littérature.

L’amélioration du transfert de chaleur par l’injection des particules métalliques


ayant la taille nanométrique, dans le matériau à changement de phase est présentée dans le
chapitre cinq. Plusieurs types de nanoparticules ont été testés. L’injection des nanoparticules
dans le PCM favorise le transfert de chaleur entre le fluide en écoulement et la paroi NEPCM,
et par conséquent, le processus de stockage/déstockage sera accéléré.
Conclusion générale 159

Les conclusions tirées à partir des résultats présentés dans les chapitres précités
peuvent être résumées par les points suivants :

• Le stockage par chaleur sensible dans les milieux solides est une option intéressante de
point de vue coûts d'investissement et d'entretien. En effet, les parois de stockage en PCM se
dégradent avec le temps et présentent un risque d’incendie. Les fluides avec une grande
capacité thermique sont capables de transférer une grande quantité d'énergie stockée dans la
paroi et par conséquent la température moyenne à la sortie est importante pendant le
déstockage.

• Les températures les plus élevées sont localisées proche de la zône d’entrée du fluide,
et plus de temps est donc nécessaire pour atteindre les températures de fusion du PCM dans
les zône loins de l’entrée.

• Le nombre de Nusselt moyen est toujours égal au nombre de Nusselt pendant le


changement de phase du PCM. Donc, le nombre de Nusselt moyen est fortement dépendant
de la température de fusion. D’ailleurs, la température du fluide à l’entrée n’a pas une grande
influence sur le nombre de Nusselt.

• la convection naturelle diminue le temps de fusion et le temps de solidification du


PCM, mais son influence le plus important est remarquée pendant la solidification. Donc, la
convection naturelle participe fortement aux échanges thermiques dans le PCM et qu’elle ne
doit pas être négligée.

• Pour l’unité de stockage construite par les PCMs impures, à part l’évolution non-
isotherme la température, le comportement thermique est similaire à celui de l’unité
constituée par les PCMs purs. Aussi, les corrélations que nous avons développées pour les
PCMs purs sont valables pour les PCMs impurs.

• Lorsque le nombre de Reynolds augmente, l'énergie thermique emmagasinée par le


fluide à l'entrée du canal augmente. Ainsi, la chaleur transmise à la paroi PCM devient
importante; par conséquent, le processus de fusion demande moins de temps.

• L’unité de stockage devient plus performante (en termes d’efficacité de stockage et de


temps de fusion) quand nous ajoutons les nanoparticules.

• L’intensification de transfert de chaleur par l’ajout des nanoparticules devient plus


efficace en régime turbulent.

En fin, comme perspectives, nous proposant d’utiliser les modèles développés dans ce travail
pour des études réelles dans le champ industriel.
Références 160

Références

[1] Paul Profos, Die behandlung von regelproblemen vermittels des frequenzganges des
regelkreises und ihre anwendung auf die temperaturregelung durchströmter rohrsysteme.
Published in Zürich, (1943)

[2] E. M. Sparrow et F. N. Farias, Unsteady heat transfer in ducts with time varying inlet
temperature and participating walls.
Int. J. Heat Mass Transfer, Vol. 11, pp. 837- 853, (1968)

[3] W. S. Kim et M. N. Özisik, Turbulent forced convection inside a parallel-plate channel with
periodic variation of inlet temperature.
Trans. ASME, J. Heat Transfer, Vol. 111, pp. 882-888, (1989)

[4] S. Kakaç et W. Li, Unsteady turbulent forced convection in a parallel-plate channel with
timewise variation of inlet temperature,
Int. J. Heat and Mass Transfer, Vol. 37, pp. 447-456, (1994)

[5] A. Hadiouche, et K. Mansouri, Application of integral transform technique to the transient


laminar flow heat transfer in the ducts.
Int. J. of Thermal Sciences, Vol. 49,pp. 10–22, (2010)

[6] D. M. Brown, W. Li et S. Kakaç, Numerical and experimental analysis of unsteady heat


transfer with periodic variation of inlet temperature in circular ducts.
Int. J. Heat and Fluid Flow, Vol. 20, pp. 883-899, (1993)

[7] S. Kakaç et Y. Yener, Exact solution of transient forced convection energy equation for
timewise variation of inlet temperature.
Int. J. Heat Mass Transfer, Vol. 16, pp. 2205-2214, (1973)

[8] R. M. Cotta et M. N. Özisik, Laminar forced convection inside ducts with periodic variation
of inlet temperature.
Int. J. Heat Mass Transfer, Vol. 29, N° 10, pp. 1495-1501, (1986)

[9] R. M. Cotta, M. D. Mikhailov et M. N. Özisik, Transient conjugated forced convection in


ducts with periodically varying inlet temperature.
Int. J. Heat Mass Transfer, Vol. 30, N° 10, pp. 2073-2082, (1987)

[10] S. Kim et M. N. Özisik, Conjugated laminar forced convection in ducts with periodic
variation of inlet temperature.
Int. J. Heat and Fluid Flow, Vol. 11, N° 4, pp. 311-320, (1990)

[11] S. Kakaç, W. Li et R. M. Cotta, Unsteady laminar forced convection in a duct with periodic
variation of inlet temperature.
Int. J. Heat Transfer, Vol. 112, pp. 913-920, (1990)

[12] R. O. C. Guèdes et R. M. Cotta, Periodic laminar forced convection within ducts including
wall heat conduction effects.
Int. J. Engng. Sci, Vol. 29, N° 5, pp. 535-547, (1991)

[13] R. O. C. Guedes and M. N. Özisik, Hybrid approach for solving unsteady laminar forced
convection inside ducts with periodically varying inlet temperature.
Int. J. Heat and Fluid Flow, Vol. 15, N° 2, 116-121, (1994)
Références 161

[14] R. O. C. Guedes, M. N. Özisik et R. M. Cotta, Conjugated periodic turbulent forced


convection in a parallel-plate channel.
Trans. ASME, J. Heat Transfer, Vol. 116, pp. 40-46, (1994)

[15] J. S. Travelho et W. F. N. Santos, Solution of transient conjugated forced convection in the


thermal entrance region of a ducts with periodic varying inlet temperature.
Trans. ASME, J. heat transfer, Vol. 113, pp. 558-562, (1991)

[16] K. Mansouri et B. Fourcher, Réponse à un signal thermique sinusoïdal dans le cas d’un
écoulement sur un plan directeur.
Int. Comm. Heat and Mass Transfer, Vol. 22, N° 5, pp. 305-315, (1995)

[17] K. Mansouri, Etude théorique et expérimentale du transfert de chaleur en régime périodique


pour un écoulement forcé à plan directeur. Thèse de Doctorat. Science pour l’ingénieur
université de Nantes, Nantes, France, (1995)

[18] B. Fourcher et K. Mansouri, An approximate analytical solution to the Graetz problem with
periodic inlet temperature.
Int. J. Heat and Fluid Flow, Vol. 18, pp. 229-235, (1997)

[19] B. Fourcher et K. Mansouri, Theoretical study of periodic turbulent forced convection inside
a parallel-plate channel.
Int. J. Engng. Sci, Vol. 36, N° 4, pp. 411-420, (1998)

[20] S. Cheroto, M. D. Mikhailov, S. Kakaç et R. M. Cotta, Periodic laminar forced convection:


solution via symbolic computation and integral transforms.
Int. J. Therm. Sci, Vol. 38, pp. 613-621, (1999)

[21] A. Hadiouche et K. Mansouri, On the solution of periodic internal laminar flow.


Int. Symposium on Advances in Computational Heat Transfer (ICHMT), pp. 248-260, Maroc
(2008)

[22] K. Mansouri, A. Hadiouche et M. Bechiri, Application of variational formulation to the


periodic conjugated laminar forced convectionwithin ducts.
Journal of Enhanced Heat Transfer, Vol. 18 (2), pp. 91–106, (2011)

[23] M. ArikL, C. A. Santos et S. Kakaç, Turbulent forced convection with sinusoidal variation of
inlet temperature between two parallel-plates
Int. Comm. Heat Mass Transfer, Vol. 23, N° 8, pp. 1121-1132, (1996)

[24] G. E. Cossali, Analytical solution of Graetz problem in pipe flow with periodic inlet
temperature variation.
Int. J. of Heat and Mass Transfer, Vol. 52, pp. 3396–3401, (2009)

[25] F. W. Schmidt et J. Szego, Transient response of a solid sensible heat thermal storage
units single fluid, J. Heat Transfer, Vol. 98, pp. 471-477, (1976)

[26] F. W. Schmidt, R. R. Somers, J. Szego et D. H. Laananen, Design Optimization of a Single


Fluid, Solid Sensible Heat Storage Unit.
J. Heat Transfer, Vol. 99 (2), pp. 174-179, (1977)
Références 162

[27] J. Szego et F. W. Schmidt, Transient Behavior of a Solid Sensible Heat Thermal Storage
Exchanger.
J. Heat Transfer, Vol. 100 (1), pp. 148-154 (1978)

[28] J. P. Bardon, B. Fourcher et B. Cassagne, Stockage périodique par chaleur sensible-


aspects fondamentaux lies a la cinétique des transferts.
Int. J. Heat Mass, Transfer. Vol. 22, pp. 229-236, (1979)

[29] B. Fourcher et C. Saint-Blanquet, Fonction de transfert d’un élément de stockage par


chaleur sensible fonctionnant en régime périodique.
Int. J. Heat Mass Transfer. Vol. 23, pp. 1251-1962, (1980)

[30] M. T. Acker et B. Fourcher, Analyse en régime thermique périodique du couplage


conduction-convection entre un fluide en écoulement laminaire et une paroi de stockage.
Int. J. Hear Mass Transfer, Vol. 24, N° 1, pp. 1201-1210, (1981)

[31] B. Bourouga et B. Fourcher, Comparaison des fonctions de transfert d’un stockage en


régime périodique pour trois géométries fondamentales. Exemples d’optimisation.
Int. J. Heat Mass Transfer, Vol. 28, No. 8, pp. 1425-1439, (1985)

[32] D. Sragovich, Transient analysis for designing and predicting operational performance of a
high temperature sensible thermal energy storage system.
Solar Energy, Vol. 43, No. 1, pp. 7-16, (1989)

[33] A. V. Kuznetsov, A perturbation solution for heating rectangular sensible heat storage
packed bed with a constant temperature at the walls.
lnt. J. Heat Mass Transfer, Vol. 40, No. 5, pp. 1001-1006, (1997)

[34] R. Tamme, D. Laing and W. Steinmann, Advanced Thermal Energy Storage Technology for
Parabolic Trough.
International Solar Energy Conference, pp. 563-571, (2003)

[35] S. Vaivudh, W. Rakwichian et S. Chindaruksa, Heat transfer of high thermal energy storage
with heat exchanger for solar trough power plant.
Energy Conversion and Management, Vol. 49, pp. 3311–3317, (2008)

[36] L. Prasad et P. Muthukumar, Design and optimization of lab-scale sensible heat storage
prototype for solar thermal power plant application.
Solar Energy, Vol. 97, pp. 217–229, (2013)

[37] S. Kuravi, J. Trahan, Y. Goswami, C. Jotshi, E. Stefanakos et N. Goel, Investigation of a


high-temperature packed-bed sensible heat thermal energy storage system with large-sized
elements.
J. Sol. Energy Eng, Vol.135, N° 4, 041008 (9 pages), (2013)

[38] H. Rieger, U. Projahn et H. Beer, Analysis of the heat transport mechanisms during melting
around a horizontal circular cylinder.
Int. J. of Heat and Mass Transfer, Vol. 25, N° 1, pp.137–147, (1982)

[39] M. Lacroix, numerical simulation of a shell-and-tube latent heat thermal energy storage unit.
Solar Energy, Vol. 50, N° 4, pp. 357-367, (1993)

[40] M. Lacroix, Study of the heat transfer behavior of a latent heat thermal energy storage
unit with a finned tube.
Int. J. Heat Mass Transfer, Vol. 36, N° 8. pp. 2083-2092, (1993)
Références 163

[41] Y. Zhang et A. Faghri, Semi-analytical solution of thermal energy storage system with
conjugate laminar forced convection.
lnt. J. Heat Mass Transfer, Vol. 39, N° 4, pp. 717-724, (1996)

[42] Y. Zhang et A. Faghri, Analysis of Thermal Energy Storage System with Conjugate
Turbulent Forced Convection.
J. of Thermophysics and heat Transfer, Vol. 9, N° 4, pp.722-726, (1995)

[43] Y. Zhang et A. Faghri, Heat Transfer Enhancement in Latent Heat Thermal Energy Storage
System by Using an External Radial Finned Tube.
J. of Enhanced Heat Transfer, Vol. 3, N° 2, pp. 119-127, (1996)

[44] Y. Zhang et A. Faghri, Heat transfer enhancement in latent heat thermal energy storage
system by using the internally finned tube.
Int. J. Heat Mass Transfer. Vol. 39, N° 15, pp. 3165-3173, (1996)

[45] K. A. R. Ismail, O.C. Quispe et J. R. Henrõquez, A numerical and experimental study on a


parallel plate ice bank.
Applied Thermal Engineering, Vol. 19, pp. 163-193, (1999)

[46] K. A. R. Ismail et M. M. Abugderah, Performance of a thermal storage system of the vertical


tube type.
Energy Conversion and Management, Vol. 41, pp. 1165-1190, (2000)

[47] B. ZIVKOVIC et I. FUJII, An analysis of isothermal phase change of phase change material
within rectangular and cylindrical containers.
Solar Energy, Vol. 70, N° 1, pp. 51–61, (2001)

[48] H. El Qarnia, Theoretical study of transient response of a rectangular latent heat thermal
energy storage system with conjugate forced convection.
Energy Conversion and Management, Vol. 45, pp. 1537–1551, (2004)

[49] A. Trp, An experimental and numerical investigation of heat transfer during technical grade
paraffin melting and solidification in a shell-and-tube latent thermal energy storage unit.
Solar Energy, Vol. 79, pp. 648–660, (2005)

[50] G. Hed et R. Bellander, Mathematical modelling of PCM air heat exchanger.


Energy and Buildings, Vol. 38, pp. 82–89, (2006)

[51] M. Akgün, O. Aydın et K. Kaygusuz, Experimental study on melting/solidification


characteristics of a paraffin as PCM.
Energy Conversion and Management, Vol. 48, pp. 669–678, (2007)

[52] A. Hadiouche, et K. Mansouri, Application of integral transform technique to the transient


laminar flow heat transfer in the ducts.
Int. J. of Thermal Sciences, Vol. 49,pp. 10–22, (2010)

[53] G. E. Cossali, Analytical solution of Graetz problem in pipe flow with periodic inlet
temperature variation.
Int. J. of Heat and Mass Transfer, Vol. 52, pp. 3396–3401, (2009)

[54] H. El Qarnia, Numerical analysis of a coupled solar collector latent heat storage unit using
various phase change materials for heating the water.
Références 164

Energy Conversion and Management Vol. 50, pp. 247–254 (2009)

[55] H. Ait Adine et H. El Qarnia, Numerical analysis of the thermal behaviour of a shell-and-
tube heat storage unit using phase change materials.
Applied Mathematical Modelling, Vol. 33, pp. 2132–2144, (2009)

[56] Y.B. Tao et Y.L. He, Numerical study on thermal energy storage performance of phase
change material under non-steady-state inlet boundary.
Applied Energy, Vol. 88, pp. 4172–4179, (2011)

[57] Y.B. Tao, Y.L. He et Z. G. Qu, Numerical study on performance of molten salt phase change
thermal energy storage system with enhanced tubes.
Solar Energy, Vol. 86, pp. 1155–1163, (2012)

[58] A. H. Mosaffa, C. A. Infante Ferreira, F. Talati et M. A. Rosen, Thermal performance of a


multiple PCM thermal storage unit for free cooling.
Energy Conversion and Management, Vol. 67, pp. 1–7, (2013)

[59] J. P. Arzamendia Lopeza, F. Kuznika, D. Baillisc et J. Virgonea, Numerical modeling and


experimental validation of a PCM to air heat exchanger.
Energy and Buildings, Vol. 64, pp. 415–422, (2013)

[60] A. A. Al-Abidi, Sohif Mat, K. Sopian, M. Y. Sulaiman et A. Th Mohammad, Numerical


study of PCM solidification in a triplex tube heat exchanger with internal and external fins.
Int. J. of Heat and Mass Transfer, Vol. 61, pp. 684–695, (2013)

[61] M. Medrano, M. O. Yilmaz, M. Nogués et I. Martorell, Joan Roca et Luisa F. Cabeza,


Experimental evaluation of commercial heat exchangers for use as PCM thermal storage
systems.
Applied Energy, Vol. 86, pp. 2047–2055, (2009)

[62] Sohif Mat, A. A. Al-Abidi, K. Sopian, M.Y. Sulaiman et A. Th Mohammad, Enhance heat
transfer for PCM melting in triplex tube with internal–external fins.
Energy Conversion and Management, Vol. 74, pp. 223–236, (2013)

[63] Justin N.W. Chiu et Viktoria Martin, Submerged finned heat exchanger latent heat storage
design and its experimental verification.
Applied Energy, Vol. 93, pp. 507–516, (2012)

[64] A. H. Mosaffaa, F. Talatia et H. Basirat Tabrizib, M. A. Rosen, Analytical modeling of


PCM solidification in a shell and tube finned thermal storage for air conditioning system.
Energy and Buildings, Vol. 49, pp. 356–361, (2012)

[65] Vadim Dubovsky, Gennady Ziskind et Ruth Letan, Analytical model of a PCM-air heat
exchanger.
Applied Thermal Engineering, Vol. 31, pp. 3453-3462, (2011)

[66] Wei-Wei Wang, Kun Zhang, Liang-Bi Wang et Ya-Ling He, Numerical study of the heat
charging and discharging characteristics of a shell-and-tube phase change heat storage unit.
Applied Thermal Engineering, Vol. 58, pp. 542-553, (2013)

[67] H. Shabgard, T.L. Bergman, N. Sharifi et A. Faghri, High temperature latent heat thermal
energy storage using heat pipes.
Int. J. of Heat and Mass Transfer, Vol. 53, pp. 2979–2988, (2010)
Références 165

[68] N. H. S. Tay, M. Belusko et F. Bruno, Designing a PCM storage system using the
effectiveness-number of transfer units method in low energy cooling of buildings.
Energy and Buildings, Vol. 50, pp. 234–242, (2012)

[69] M. Rostamizadeha, M. Khanlarkhani et S. M. Sadrameli, Simulation of energy storage


system with phase change material (PCM).
Energy and Buildings, Vol. 49, pp. 419–422. (2012)

[70] Pablo Dolado, Ana Lazaro, Jose M. Marin et Belen Zalba, Characterization of melting and
solidification in a real-scale PCM-air heat exchanger: Experimental results and empirical
model.
Renewable Energy, Vol. 36, pp. 2906-2917, (2011)

[71] P. Doladoa, A. Lazaro, M. Delgado, C. Peñalosa, J. Mazo, J. M. Marin et B. Zalba, Thermal


energy storage by PCM-air heat exchangers: temperature maintenance in a room.
Energy Procedia, Vol. 30, pp. 225–234, (2012)

[72] Mohamed Teggar et El Hacène Mezaache, Numerical Investigation of a PCM Heat


Exchanger for Latent cool Storage.
Energy Procedia, Vol. 36, pp. 1310–1319, (2013)

[73] Pablo Dolado, Ana Lazaro, Jose M. Marin et Belen Zalba, Characterization of melting and
solidification in a real scale PCM-air heat exchanger: Numerical model and experimental
validation.
Energy Conversion and Management, Vol. 52, pp 1890–1907, (2011)

[74] J. M. Khodadadi et S. F. Hosseinizadeh, Nanoparticle-enhanced phase change materials


(NEPCM) with great potential for improved thermal energy storage.
Int. Com. in Heat and Mass Transfer, Vol. 34, pp. 534–543, (2007)

[75] C. J. Ho et J. Y. Gao, Preparation and thermophysical properties of nanoparticle-in-paraffin


emulsion as phase change material,
Int. Comm. in Heat and Mass Transfer, Vol. 36, pp. 467–470, (2009)

[76] S. Jegadheeswaran et S. D. Pohekar, Exergy analysis of particle dispersed latent heat thermal
storage system for solar water heaters,
J. of Renewable and Sustainable energy, Vol. 2, pp. 023105, (2010) 

[77] S. Jegadheeswaran et S. D. Pohekar, Energy and exergy analysis of particle dispersed latent
heat storage system.
Int. J. Energy and Environment, Vol. 1, N° 3, pp. 445-458, (2010)

[78] S. Jesumathy, M. Udayakumar et S. Suresh, Experimental study of enhanced heat transfer by


addition of CuO nanoparticle.
Heat Mass Transfer, Vol. 48, pp. 965–978, (2012)

[79] S. Harikrishnan et S. Kalaiselvam, Preparation and thermal characteristics of CuO–oleic


acid nanofluids as a phase change material.
Thermochimica Acta, Vol. 533, pp. 46–55, (2012)

[80] Qinbo He, Shuangfeng Wang, Mingwei Tong et Yudong Liu, Experimental study on
thermophysical properties of nanofluids as phase-change material (PCM) in low temperature
cool storage.
Energy Conversion and Management, Vol. 64, pp. 199–205 (2012)
Références 166

[81] A. Valan Arasu et Arun S. Mujumdar, Numerical study on melting of paraffin wax with
Al2O3 in a square enclosure.
Int. Comm. in Heat and Mass Transfer, Vol. 39, pp. 8–16 (2012)

[82] Liwu Fan et J. M. Khodadadi, Experimental verification of expedited freezing of


nanoparticle-enhanced phase change materials (NEPCM).
ASME Proceedings, AJTEC2011-44165, pp. T10221-T10221-7, (2011)

[83] Liwu Fan et J. M. Khodadadi, A theoretical and experimental investigation of unidirectional


freezing of nanoparticle-enhanced phase change materials.
J. Heat Transfer, Vol. 134, N° 9, 092301 (9 pages), (2012)

[84] Liwu Fan et J. M. Khodadadi, An experimental investigation of enhanced thermal


conductivity and expedited unidirectional freezing of cyclohexane-based nanoparticle
suspensions utilized as nano-enhanced phase change materials (NePCM).
Int. J. of Thermal Sciences, Vol. 62, pp.120-126, (2012)

[85] R. K. Chah, et A. L. London, Laminar Forced Convection in Ducts. Academic press, INC.
New York, (1978)

[86] M. N. Özisik, Heat conduction. 2nd ed. New York: John Wiley and Sons; (1980).

[87] J. L. Sciff, The Laplace transform: theory and application. New York: Springer-Verlag. Inc,
(1999)

[88] P. Lamberg, R. Lehtiniemi et A. M. Henell, Numerical and experimental investigation of


melting and freezing processes in phase change material storage.
Int. J. Thermal Sciences, Vol. 43, pp. 277–287, (2004)

[89] M. J. Hosseini, A. A. Ranjba, K. Sedighi et M. Rahimi, A combined experimental and


computational study on the melting behavior of a medium temperature phase change storage
material inside shell and tube heat exchanger.
Int. Comm. in Heat and Mass Transfer, Vol. 39, pp. 1416–1424, (2012)

[90] V.R. Voller et C. Prakash, A Fixed-Grid Numerical Modeling Methodology for Convection-
Diffusion Mushy Region Phase-Change Problems.
Int. J. Heat Mass and Transfer, Vol. 30, pp. 1709-1720, (1987)

[91] S. Kakaç et Y. Yener: Convective Heat Transfer. CRC. Press, Inc. (1993)

[92] B. Weigand, Analytical Methods for Heat Transfer and Fluid Flow Problems, Springer-
Verlag Berlin Heidelberg (2004)

[93] M. Jischa et H. B. Rieke, About the prediction of turbulent Prandtl and Schmidt numbers. Int.
J. Heat Mass Transfer, Vol. 24, pp. 1179 – 1189, (1979)

[94] M. Bechiri et K. Mansouri, Analytical solution of heat transfer in shell-and-tube latent


thermal storage system. Renewable Energy, Vol. 74, pp. 825–838, (2015)

[95] M. Bechiri et K. Mansouri, Exact solution of thermal energy storage system using PCM flat
slabs configuration. Energy Conversion and Management, Vol. 76, pp. 588–598, (2013)
Annexe 167

Annexe (1)

1.1. Profile de vitesse et viscosité turbulente

• Profile de vitesse

Nous pouvons exprimer le profil de vitesse établi en régime turbulent, par le modèle
développé empirique de Reichardt [91] :
  y+   y+  
u + = 2.5ln(1 + 0.4 y + ) + 7.8 1 − exp  −  −   exp ( −0.33 y + ) 
  11   11  
 + u (η )
u =
 τw / ρ
 u ( y) y y
u (η ) = , avec η = =
avec :  um b R1
 y + = (1 − η ) R +

 + Re f m
 R = 2−m
 2 8
m = 0: Plaques parallèles

m = 1: Conduit cylindrique
y + : est la distance adimensionnelle mesurée à partir de la paroi vers le centre du conduit.

• Viscosité turbulente

Il est essentiel de connaître la viscosité turbulente ε m et la diffusivité thermique

turbulente ε h , l’expression empirique de la viscosité turbulente d’après Reichardt [91], s’écrit :

−1
εm   1   y+   1  
−  −   exp ( −0.33 y + ) + 0.03 y + exp(−0.33 y + )  
1
= −1 +  + 7.8    exp 
 1 + 0.4 y + 
v   11   11   11  

Le nombre de Prandtl turbulent est défini comme étant le rapport entre la viscosité turbulente et
la diffusivité thermique turbulente :
εm
Prt = .
εh
Kays and Crawford [81], ont proposé un modèle pour le nombre de Prandtl, donné par :
Annexe 168

−1
 1 1   1  
Prt =  + C P et − ( C P et ) 1 − exp  −  
2

 2 Prt∞ Prt∞   C P e Pr   
   t t∞  

εm
où : P et = Pr , C = 0.3 et Prt∞ = 0.85 ;
ν
Ce modèle peut être amélioré en utilisant la relation suivante pour Prt∞ [92, 93]:

182.4
Prt∞ = 0.9 + .
Pr Re0.888
D

1.2. Détermination du coefficient de frottement

Dans le ces des plaques parallèles, la relation entre le nombre de Reynolds ( Re = um De v )

et R + est donnée d’après [3] par :

Re R+
2−m
= ∫ u + dy + (*)
2 0

ou bien :

fm 1

8 ∫ u (η )dη = 1
0
(**)

Pour un nombre de Reynolds donnée, l’équation (**) fournit une équation transcendante qui
permet de déterminer le coefficient de frottement f m .

Dans le cas du conduit cylindrique, le coefficient de frottement peut être évalué par une
corrélation empirique fournit par [23] :

A2
f m = A1 + , 4 ×103 ≤ Re ≤ 1× 107
Re1 n

 A1 = 1.28 × 10 −3

avec :  A2 = 0.1143
n = 3.2154

Annexe 169

Annexe (2)

2. Détermination du paramètre complexe Hɶ :

La distribution de la température dans la paroi du conduit, respectivement pour les


plaques parallèles et le conduit cylindrique pend la forme suivante :
θɶw (ξ ,η ) = C1 cos( βɶwη ) + C2 sin( βɶwη )
θɶw (ξ ,η ) = C3 J 0 ( βɶwη ) + C4Y0 ( βɶwη ).

~
Pour les plaques parallèles le paramètre complexe H est donné par:

βɶw  βɶw 
Hɶ = γ  * ( R2 − 1)  .
+
+
tan
R2 − 1  R − 1 

~
Pour le conduit cylindrique le coefficient H s’écrit :

 βɶ   βɶ R +   βɶ R +   βɶ 
J1  + w  Y1  w+ 2  − J1  w+ 2  Y1  + w 
βɶ
Hɶ = γ + w  R2 − 1   R2 − 1   R2 − 1   R2 − 1  .
R2 − 1  βɶw   βɶw R2+   βɶ R +   βɶ 
J 0  +  Y1  +  − J1  +w 2  Y0  + w 
 R2 − 1   R2 − 1   R2 − 1   R2 − 1 