Vous êtes sur la page 1sur 2

MPSI B 29 juin 2019

Énoncé Corrigé
On note D l'ensemble des nombres complexes de module strictement plus petit que 1. 1. Pour z et p dans D, le module de de pz est strictement plus petit que 1 donc 1 − pz
1. Montrer que, pour des éléments p et z quelconques de D, le nombre complexe 1 − pz n'est pas nul. Pour la relation demandée ensuite, on utilise la formule de cours :
est non nul et : 2 ∀(u, v) ∈ C2 : |u + v|2 = |u|2 + |v|2 + 2 Re(uv)
2 2

p−z
1 − = (1 − |z| )(1 − |p| )
1 − pz |1 − pz|2 Il vient :
Que peut-on en déduire pour p − z 2
2 2 2 2 2
p−z 1−
= 1 − |p| + 2 Re(z(p − p)) + (|p| − 1)|z| )) = (1 − |p| )(1 − |z| )
1 − pz 1 − pz |1 − pz|2 |1 − pz|2

2. Pour tout p ∈ D, on considère l'application αp Pour z et p dans D, les modules sont strictement plus petits que 1, donc l'expression

du dessus est strictement positive ce qui signie :
 D →D p−z
p−z ∀(u, p) ∈ D2 : ∈D
 z→ 1 − pz
1 − pz
2. D'après la question précédente, pour p ∈ D xé, l'application αp est bien dénie de D
Montrer que cette application est bijective. Quelle est sa bijection réciproque ? dans D. Pour montrer qu'elle est bijective, on va montrer que :
3. On suppose ici que pour tout w ∈ D, il existe un unique z ∈ D tel que αp (z) = w.
π
Considérons l'équation
p = (sin ϕ)eiθ avec ϕ ∈ [0, [ et θ ∈] − π, π] p−z
=w
2 1 − pz
Déterminer la forme trigonométrique des nombres complexes z tels que d'inconnue z avec p et w des paramètres dans D.
p−z p−z p−w
=z = w ⇔ (1 − pw)z = p − w ⇔ z =
1 − pz 1 − pz 1 − pw

Un seul de ces nombres est dans D, préciser lequel. car 1 − pw 6= 0 du fait que w et p sont dans D.
L'équation d'inconnue z admet donc une unique solution
p−w
= αp (w)
1 − pw
Ceci montre que αp est bijective est qu'elle est sa propre bijection réciproque.
3. L'équation proposée par l'énoncé est équivalente à
pz 2 − 2z + p = 0

Son discriminant est


∆ = 4 − 4|p|2 = 4(1 − sin2 ϕ = (2 cos ϕ)2

Cette création est mise à disposition selon le Contrat 1 Rémy Nicolai Aautd
Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France
disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/
MPSI B 29 juin 2019

On en déduit les racines de l'équation :


2 + 2 cos ϕ 1 + cos ϕ iθ ϕ
= e = (cotan )eiθ
2(sin ϕ)e−iθ sin ϕ 2
et
2 − 2 cos ϕ 1 − cos ϕ iθ ϕ
= e = (tan )eiθ
2(sin ϕ)e−iθ sin ϕ 2
De plus ϕ ∈ [0, π2 [ donc ϕ
2 ∈ [0, π4 [ d'où
ϕ ϕ
tan < 1 < cotan
2 2
Ainsi, une seule des deux solutions est dans D. Il s'agit de
ϕ iθ
tan e
2
C'est un point xe de αp .

Cette création est mise à disposition selon le Contrat 2 Rémy Nicolai Aautd
Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France
disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/