Vous êtes sur la page 1sur 4

UNS - Calcul intégral L3 2018-2019

Feuille de TD 4 : Fonctions mesurables

Les exercices marqués d'une F sont censés être plus compliqués. L'ensemble des autres exercices
serons supposés avoir été fait en TD.

1 Généralités
Exercice 1. Soit (E, E) et (F, F) des espaces mesurables. Décrire l'ensemble des fonctions mesurables
lorsque
• E = P(E) et F = P(F ),

• E = {E, ∅} et F = {F, ∅}

• E = {E, ∅} et F = P(F ),

• E = P(E) et F = {∅, F },

• E = {E, ∅, A, Ac } et F = {F, ∅, B, B c }.
Corrigé 1. • Toute fonction est mesurable : pour toute fonction f et tout A ∈ F , on a f −1 (A) ∈
P(E) = E .

• Toute fonction est mesurable : pour toute fonction f , on a f −1 (F ) = E et f −1 (∅) = ∅.

• Seules les fonctions constantes sont mesurables. Si f prend au moins deux valeurs a et b dans F ,
alors f −1 (a) 6= ∅ et f −1 (a) 6= E , donc f n'est pas mesurable.
En revanche, si f est constante, alors elle est mesurable. En eet, si f prend pour unique valeur
a ∈ F , alors pour tout A ⊂ F , on a soit f −1 (A) = E (si a ∈ A), soit f −1 (A) = ∅ (si a ∈/ A),
donc f est mesurable.
• Toute fonction est mesurable, de même que dans le deuxième point.

• Une fonction f est mesurable si et seulement si f −1 (B) = A. En eet, si c'est le cas, on a aussi
f −1 (B c ) = Ac , et on a déjà vu que f −1 (F ) = E , f −1 (∅) = ∅.
1. Montrer que si (A1 , · · · , An ) ∈ E n et (α1 , · · · , αn ) ∈ Rn alors ni=1 αi 1Ai est
P
Exercice 2.
mesurable.
2. Réciproquement, supposons qu'il existe (α1 , · · · , αn ) ∈ (R\{0})n tels que 1 est mesu-
Pn
i=1 αi Ai
rable. Peut-on en déduire que (A1 , ..., An ) ∈ E n ?
Corrigé 2. 1. Pour chaque 1 ≤ i ≤ n, 1Ai est mesurable, car l'image réciproque d'un borélien est soit
∅, soit E , soit Ai , soit Aci , selon que le borélien contient 0, 1, les deux, ou aucun.
On sait que l'ensemble des fonctions Pnmesurables de (E, E) dans (R, B(R)) est stable par combinai-
sons linéaires. On en déduit bien que i=1 αi 1Ai est mesurable.
2. Non ! Soit A ⊂ E , A ∈/ E . La fonction 1A + 1Ac est constante égale à 1, donc est mesurable, mais
/ E 2.
(A, Ac ) ∈

1
Exercice 3. Soit T l'ensemble des parties A ⊂ R telles que A est dénombrable ou Ac est dénombrable.
On rappelle que T peut assi être vue comme la tribu engendrée par les parties nies de R.
1. Soit f une application injective de R dans R. Montrer que f est mesurable lorsqu'on muni R de
la tribu T au départ et à l'arrivée.

 une application qui est mesurable de R, B(R) dans R, B(R) mais pas de R, T dans
2. Donner
  

R, T .
Corrigé 3. 1. Soit A une partie nie de R. f étant injective, f −1 (A) est aussi une partie nie de R,
donc est mesurable. Les parties nies de R engendrant T , on en déduit que f est mesurable.
2. Soit f : R −→ R l'application vallant 1 en chaque rationnel, et −1 en chaque irrationnel. f est
bien mesurable pour la tribu borélienne, car Q et R\Q sont des boréliens. Cependant, {1} ∈ T , mais
f −1 ({1}) = Q ∈ / T , donc f n'est pas mesurable pour la tribu T .

Exercice 4 (Fonction et son module). Donner un exemple d'espace mesurable (E, E) et d'application
f : E → R qui n'est pas mesurable, mais telle que |f | est mesurable.

Corrigé 4. Soit E un ensemble au moins deux points, et E := {E, ∅}. Soit a ∈ E et f : E −→ R telle
que f (x) = −1 si x 6= a et f (a) = 1. Si R est muni de la tribu borélienne, alors f n'est pas mesurable,
car f −1 (1) = {a} n'est pas dans la tribu E . Cependant, |f | est constante, donc est bien mesurable.
F Exercice 5 (Une fonction mesurable dont la réciproque n'est pas mesurable). Le but de cet exercice
est de construire un espace mesurable (X, E) et une application bijective f : (X, E) → (X, E) mesurable,
mais dont la réciproque f −1 n'est pas mesurable. Pour cela, on pose X = Z et E est l'ensemble des
parties A de Z ayant la propriété suivante : pour tout entier n ≥ 1, 2n ∈ A si et seulement si 2n+1 ∈ A.
1. Donner des exemples d'éléments de E .
2. Montrer que E est une tribu.
3. On pose f : Z 3 n 7→ n + 2 ∈ Z. Démontrer que f est mesurable, mais que f −1 ne l'est pas.
Corrigé 5. 1. Les ensembles An := {k ∈ Z|k ≥ 2n} sont tous dans E pour chaque n ≥ 1. Les ensembles
{2, 3} et {0} sont aussi dans E .
2. E contient bien Z. Soit A ∈ E , et soit n ≥ 1. On a (2n) ∈ Ac ⇔ (2n) ∈/ A ⇔ (2n + 1) ∈/ A ⇔
(2n + 1) ∈ Ac , donc Ac ∈ E .
Soit (Ai )i∈N une suite d'élémentsTde E . Soit n ≥ . On a i∈N Ai ⇔ ∀i ∈ N, (2n) ∈ Ai ⇔
T
1 (2n) ∈
∀i ∈ N, (2n + 1) ∈ Ai ⇔ (2n + 1) ∈ i∈N Ai , donc i∈N Ai ∈ E . L'ensemble E est donc une tribu.
T
3. Soit A ∈ E . On veut montrer que f −1 (A) ∈ E . Soit n ≥ 1. On a 2n ∈ f −1 (A) ⇔ f (2n) ∈ A ⇔
2(n + 1) ∈ A ⇔ 2n + 3 ∈ A ⇔ f (2n + 1) ∈ A ⇔ (2n + 1) ∈ f −1 (A), donc f −1 (A) est mesurable.
On a {0} ∈ E , mais f ({0}) = {2} ∈/ E , donc f −1 n'est pas mesurable.

2 Boréliens
Dans cette partie, on munit R de la tribu borélienne B(R).
Exercice 6. Soit f : R → R une fonction telle que f ◦ f est mesurable. Est-ce que f est mesurable ?

2
Corrigé 6. Non ! Soit A ⊂ R un ensemble non mesurable, comme construit dans la feuille d'exercices
précédente. Soient x0 6= x1 ∈ A. On construit la fonction f (x) = x0 si x ∈ A et f (x) = x1 si x ∈ R\A.
f n'est pas mesurable, car f −1 ({x0 }) = A. Pourtant, f ◦ f est la fonction constante égale à x0 , donc
est mesurable.
Exercice 7. Prouver que les fonctions suivantes sont mesurables (boréliennes) :
1. la fonction indicatrice de Q ;
2. la fonction f : x 7→ x + 1 si x > 0 et −x si x ≤ 0 ;
3. la derivée f 0 d'une fonction dérivable f .
Corrigé 7. 1. Q est un ensemble borélien, car dénombrable. Sa fonction indicatrice est donc me-
surable.
2. Notons g : R 3 x 7→ x + 1 ∈ R et h : R 3 x 7→ −x ∈ R. Ces applications sont continues, donc
mesurables. Soit A ⊂ R un ensemble mesurable. On a
f −1 (A) = g −1 (A)∩] − ∞, 0[ ∪ h−1 (A) ∩ [0, +∞[ .
 

Cet ensemble est bien un borélien, donc f est mesurable.


3. On sait que, si fn est une suite de fonctions mesurables convergeant simplement vers f , alors f
est mesurable.
Soit f une fonction dérivable ; en particulier, f est continue, donc mesurable. Notons fn (x) =
n f (x + n1 ) − f (x) . Les fonctions fn sont mesurables, car f est mesurable. f étant dérivable,
(fn ) converge simplement vers f 0 , don f 0 est mesurable.

F Exercice 8 (Image d'une fonction mesurable). Donner une exemple de fonction mesurable, telle
que λ({x ∈ R : f (x) 6= 0}) = 0 mais telle que f (R) = R.
Corrigé 8. On utilise ici l'ensemble triadique de Cantor C construit dans la feuille d'exercices pré-
cédente. On a vu que C est borélien, de mesure nulle, et qu'il est en bijection avec [0, 1]. Notons
/ C+Z, et f (x) = ψ(y)+n
ψ : C → [0, 1] une telle bijection. On construit alors la fonction f (x) = 0 si x ∈
si x = y + n avec n ∈ Z, et y ∈ C .
On vérie sans mal que f (R) = R, et que f −1 (R\{0}) ⊂ C + Z, qui est de mesure nulle.
Exercice 9 (Fonctions monotones). Soit f : R → R une fonction monotone.
1. Montrer que, pour tout c ∈ R, f −1 (] − ∞, c[) est un intervalle.
2. En déduire que f est mesurable.
Corrigé 9. 1. Quitte à remplacer f par −f , on peut supposer que f est croissante. Soit c ∈ R.
Notons a = sup{x ∈ R|f (x) < c}. Alors, f étant croissante, pour tout x < a, on a f (x) < c, donc
] − ∞, a[⊂ f −1 (] − ∞, c[). D'autre part, pour tout x > a, on a f (x) > c, donc f −1 (] − ∞, a[) ⊂] − ∞, a].
On en déduit que f −1 (] − ∞, a[) =] − ∞, a] ou f −1 (] − ∞, a[) =] − ∞, a[.
2. Les intervalles ] − ∞, c[ engendrant la tribu borélienne, la fonction f est mesurable.

3
Exercice 10 (Développement décimal). Soit n ≥ 1. On note fn l'application de [0, 1[ dans {0, ..., 9}
dénie par fn (x) vaut la n-ième décimale de x dans son développement décimal propre.
1. Montrer que la fonction partie entière [0, ∞[3 x → [x] ∈ N est mesurable.
2. Démontrer que fn est mesurable.
1. Soit A ⊂ N. On a [·]−1 (A) = n∈A [n, n + 1[, qui est un ensemble borélien, car réunion
S
Corrigé 10.
dénombrable d'intrevalles. L'application partie entière est donc mesurable.
2. On a f1 (x) = [10x] et fn (x) = [10n x] − 10n−1 fn−1 (x). Par récurrence immédiate, on a obtient
donc que fn est mesurable.
F Exercice 11 (Troncature). Soit (X, E) un espace mesuré, et soit f : (X, E) → (R, B(R)) une
application mesurable. Soit a > 0 et fa la fonction dénie sur E par
si |f (x)| < a

 f (x)
fa (x) = a si f (x) ≥ a
−a si f (x) ≤ −a.

Démontrer que fa est mesurable.


Corrigé 11. Soit A ⊂ B(R) un ensemble borélien. L'ensemble Aa := {y ∈ A||y| < a} = A∩] − a, a[
est aussi borélien.
Si a, −a ∈/ A, on a f −1 (A) = f −1 (Aa ), qui est mesurable. Si a ∈ A, −a ∈/ A, on a f −1 (A) =
f (Aa ) ∪ f −1 ([a, +∞[). Si a ∈
−1 / A, −a ∈ A, on a f −1 (A) = f −1 (Aa ) ∪ f −1 (] − ∞, a]). Finalement, si
a, −a ∈ A, on a f −1 (A) = f −1 (Aa ) ∪ f −1 ([a, +∞[) ∪ f −1 (] − ∞, a]). Dans tous les cas, cet ensemble
est mesurable, donc fa est mesurable.