Vous êtes sur la page 1sur 3

e management visuel repose sur un ensemble d’affichages d’indicateurs visuels,

quantitatifs et qualitatifs, situés à des endroits stratégiques de la zone de production,


mis-à-jour quotidiennement par les collaborateurs responsables.
Responsabilités et Management Visuel :
1. Indicateurs Visuels
2. Responsabilités Journalières
3. Kamishibai
1. Indicateurs Visuels
 Tout ce qui permet de détecter en temps réel des anormalités, des problèmes, des
écarts par rapport à un objectif…
Que peux-t-on surveiller visuellement ?

À Peu Près Tout!


Comment implémenter le management visuel ?
1. Identifier les endroits stratégiques où les indicateurs visuels seront affichés.
2. Définir le type d’informations à afficher (Indicateurs, objectifs, standard, actions…).
3. Définir le format de l’affichage.
4. Assigner des responsables et la fréquence de mise à jour et de vérification des affichages.
Recherchez des exemples d’indicateurs visuels sur le terrain, dans votre organisation.
Discutez de management visuel avec vos équipes :
 Quel affichage est efficace? Pourquoi?
 Quel affichage n’est pas efficace? Pourquoi?
 Que reste-t-il à faire?
Mettez-vous d’accord sur un standard minimum attendu, d’informations visuelles entre toutes les
équipes.
2. Responsabilités journalières
Un processus de Responsabilité Journalière est le 3ème élément principal du système de
Lean Management Visuel.
Il apporte les informations nécessaires aux responsables de réunion afin d’assigner les tâches
permettant de résoudre un problème ou améliorer une situation.
Un objectif significatif de la responsabilité journalière est le renforcement du système de Lean
Management en se concentrant sur le processus, pour identifier et implémenter les opportunités
d’amélioration.
La Responsabilité journalière, concrètement, c’est quoi ?
 Une série de sessions de revue courtes (meeting d’équipe ou de groupe)
 Mise en place d’actions pour réduire les écarts
 Visualisation de la Responsabilité

Ne contrôlez pas tout : concentrez-vous sur les exceptions, les anormalités, les hors-contrôles.

 Courbes horaires
 Tableaux listant les problèmes
 Tâches Standardisées pour les opérateurs
 Travail Standard pour les Leaders
Revoir les actions de résolution de problèmes, encore ouvertes et prendre des résolutions
aujourd’hui.

Mettre à jour les panneaux d’affichages des Indicateurs et plans d’actions chaque jour.

3. Kamishibai
C’est un terme Japonais signifiant « théatre de papier » : cartes avec une image d’un coté et un
texte de l’autre, utilisé pour raconter des histoires aux enfants.
Kamishibai est donc un simple système de fiches utilisé pour contrôler les items critiques sur le
terrain.
Les contrôles sont liés au standards de sécurité, qualité, livraison ,coûts, productivité…
Kamishibai en pratique :
Chaque Leader vérifie un processus chaque jour.

Par exemple :

 Prendre une fiche au hasard sur le tableau kamishibai


 Suivre les instructions inscrites sur la fiche (ie auditer une opération conformément à
l’instruction de travail)
 Positionnez la fiche coté vert, si le contrôle est OK, rouge sinon
Une usine Toyota peut avoir 100 tableaux kamishibai sur l’ensemble du site.
Mise en place du système Kamishibai :
1. Identifier les points clés à auditer
2. Créer une simple fiche d’audit kamishibai (en référence à un standard existant) pour chaque
point clé
3. Pratiquer les audits sur le terrain
4. Débriefer après chaque audit
Kamishibai, les points clés :
 Exécuter fidèlement les audits est aussi important que le résultat de l’audit lui-même.
 Prendre des mesures immédiates pour les non-conformités.
 La fréquence, l’achèvement et l’état des contrôles devraient être affichés visuellement.