Vous êtes sur la page 1sur 13

Fiche de synthèse – IAS 33 Résultat par action

RESULTAT DE BASE PAR ACTION – DEFINITION


Résultat attribuable aux porteurs d’actions ordinaires de l’entité mère

Nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation au cours de


la période

RESULTAT DE BASE PAR ACTION – NUMERATEUR


Détermination du résultat attribuable aux porteurs d’actions ordinaires de
l’entité-mère

Résultat attribuable aux Résultat attribuable aux porteurs des actions


porteurs d’actions ordinaires ordinaires de l’entité mère
de l’entité mère et
Résultat des activités poursuivies attribuable à
l’entité mère
Dividendes sur actions préférentielles après impôts
classées en capitaux propres,
Ecarts résultant du règlement des actions
préférentielles,
Autres effets similaires d’actions préférentielles
classées en capitaux propres.

Dividendes préférentiels à déduire du résultat attribuable aux détenteurs de


l’entité-mère pour le calcul du résultat de base
Les actions à dividendes préférentiels peuvent être comptabilisées en fonction de la substance des
droits attachés, soit en tant que passifs financiers, soit en tant que capitaux propres selon la norme
IAS 32 Instruments financiers.
Lorsque ces actions préférentielles sont comptabilisées en capitaux propres, ces actions sont
rémunérées par un dividende non comptabilisé au compte de résultat. Cette rémunération ne revenant
pas aux détenteurs des actions ordinaires de l’entité mère, il convient de les déduire du résultat
attribuable aux détenteurs de l’entité mère.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 1/13


Actions préférentielles à dividendes non cumulatifs
Si décision de distribution dividendes Déduction des dividendes préférentiels après
non cumulatifs prise au cours de la impôts du résultat attribuable aux détenteurs
période des actions ordinaires de l’entité mère.

Si aucune décision de distribution Pas de versement de dividendes préférentiels


au cours des exercices futurs donc aucun
ajustement n’est à réaliser.

Actions préférentielles à dividendes cumulatifs


Un dividende cumulatif est un dividende qui peut être prélevé sur les bénéfices ultérieurs lorsque les
bénéfices d’une année ne permettent pas de le servir.

Si décision de distribution au titre de Déduction des dividendes préférentiels


la période prise ou non après impôts au titre de la période du
résultat attribuable aux détenteurs des
actions ordinaires de l’entité mère.

Si un versement de dividendes est réalisé pour plusieurs périodes comptables, il convient d’ajuster
le résultat attribuable aux détenteurs de l’entité mère uniquement à hauteur du dividende qui est
relatif à cette période, sans tenir compte des dividendes versés au titre des périodes précédentes.

Décote ou surcote d’une émission d’actions préférentielles à taux croissant à


déduire du résultat attribuable pour le calcul du résultat de base
Caractéristiques des actions préférentielles à taux croissant
− Actions préférentielles assorties d'un dividende initial faible destiné à offrir une compensation à
l'entité qui a vendu ces actions préférentielles moyennant une décote.
− Actions préférentielles assorties d'un dividende supérieur au marché au cours de périodes
ultérieures pour offrir une compensation aux investisseurs qui ont acquis des actions
préférentielles moyennant une surcote.

Traitement comptable de la surcote / décote


− Amortie en capitaux propres en appliquant la méthode du taux d’intérêt effectif lorsque les actions
préférentielles sont classées en capitaux propres selon la norme IAS 32 Instruments financiers,
information et présentation.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 2/13


Incidence de la surcote/décote sur le résultat de base par action
− Amortissement de la décote à soustraire du résultat attribuable aux porteurs des actions
ordinaires de l’entité mère. (Rendement des actions préférentielles à taux croissant est au
détriment des porteurs des actions ordinaires).
− Amortissement de la surcote à ajouter au résultat attribuable aux porteurs des actions ordinaires
de l’entité mère. (Rendement des actions préférentielles à taux croissant est inférieur au
rendement des actions ordinaires, ainsi il constitue un profit pour les porteurs des actions
ordinaires).

Ecart de règlement sur actions préférentielles à déduire du résultat attribuable


aux détenteurs de l’entité-mère pour le calcul du résultat de base
Les écarts de règlement des actions préférentielles entre leur valeur de remboursement et leur valeur
comptable peuvent avoir une incidence sur le résultat attribuable aux détenteurs des actions
ordinaires de l’entité mère.
2 cas de figures peuvent se rencontrer :

Actions préférentielles faisant l’objet d’un rachat par voie d’offre publique d’achat aux porteurs
émises par l’entité
Si la juste valeur de la contrepartie > Valeur comptable Excédent à déduire du
versée lors du rachat de ces actions résultat attribuable
préférentielles aux détenteurs de
l’entité mère.

Actions préférentielles convertibles faisant l’objet d’une conversion anticipée à des conditions plus
favorables que les conditions de conversion initiale ou en payant une contrepartie supplémentaire
Si la juste valeur des actions > Juste valeur des Excédent à déduire
ordinaires ou de la contrepartie actions ordinaires du résultat attribuable
versée susceptibles d’être aux détenteurs de
émises dans les l’entité mère.
conditions initiales

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 3/13


RESULTAT DE BASE PAR ACTION – DENOMINATEUR
Principe de détermination du nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en
circulation au cours de la période

Nombre moyen pondéré Nombre d’actions Nombre d'actions


d'actions ordinaires en ordinaires en circulation en ordinaires remboursées ou
circulation au cours de la début de période émises au cours de la
période période

Prorata temporis

Prorata temporis = Nombre de jours durant lesquels les actions sont en circulation par rapport au
nombre total de jours de la période.

Date de prise en compte des actions ordinaires émises


En principe, les actions nouvelles émises sont prises en compte dans le calcul du nombre moyen
pondéré d’actions ordinaires à partir de la date où la créance est née, qui est en général, la date
d’émission des actions. C’est à partir de cette date que ces actions contribuent à augmenter la
performance de l’entité.

Calcul du nombre moyen d’actions ordinaires – Cas des actions partiellement


payées
Lorsque des actions ordinaires sont émises mais ne sont encore que partiellement libérées, elles sont
traitées dans le calcul du résultat de base par action comme une fraction d’une action ordinaire dans
la mesure où elles sont autorisées à participer aux dividendes de la période relatifs à une action
ordinaire entièrement libérée.

En pratique, lors de l’émission d’actions ordinaires partiellement libérées, il convient de calculer le


nombre équivalent d’actions ordinaires que représente la libération d’une fraction d’action dès lors
qu’une fraction libérée d’actions donne droit à une proportion de dividendes au cours de la période.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 4/13


Calcul du nombre d’actions ordinaires – Cas des instruments obligatoirement
convertibles en actions et des émissions conditionnelles d’actions
Emission d’instruments obligatoirement convertibles en actions
Date de prise en compte de ces Date de la conclusion du contrat et non la
actions à émettre pour le calcul du date de conversion.
résultat de base

Emission conditionnelle d’actions


Date de prise en compte de ces Date de la conclusion du contrat et non la
actions à émettre pour le calcul du date de conversion.
résultat de base

Les actions qui ne peuvent être émises qu’après l’écoulement d’un certain délai ne sont pas des
actions dont l’émission est conditionnelle, parce que l’écoulement d’un délai est une certitude.

Détermination du nombre d’actions dans le cadre d’un regroupement


d’entreprises
Les actions ordinaires émises en règlement total ou partiel du prix d’achat lors d’un regroupement
d’entreprises qui est une acquisition sont incluses dans le nombre moyen pondéré d’actions à compter
de la date d’acquisition.

Détermination du nombre moyen pondéré d’actions lors d’émission d’actions ou


de réduction du nombre d’actions sans modification de ressources
Des actions ordinaires peuvent être émises ou, le nombre d’actions ordinaires en circulation peut être
réduit, sans qu’il y ait de modification correspondante des ressources. Dans ce cas, le nombre moyen
pondéré d’actions ordinaires en circulation doit être ajusté pour tenir compte d’événements, autres
que la conversion d’actions ordinaires potentielles, qui ont changé le nombre d’actions ordinaires en
circulation sans changement correspondant des ressources.
L’ajustement du nombre moyen pondéré d’actions ordinaires doit être réalisé au cours de la période et
pendant toutes les périodes présentées de façon rétrospective comme si l’événement s’était produit à
l’ouverture de la première période présentée.
Situations d’émissions d’actions ordinaires / réduction du nombre d’actions ordinaires en circulation
sans modification de ressources
− Emission par capitalisation des bénéfices
− Emission d’actions gratuites (parfois appelée dividendes en actions)
− Elément gratuit dans toute autre émission (élément gratuit dans le cadre d’une émission de droits
au profit des actionnaires existants)
− Fractionnement d'actions
− Regroupement d'actions (ou fractionnement inversé) ne générant aucun résultat.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 5/13


Détermination du nombre d’actions lors d’émission de droits avec un prix
d’exercice inférieur à la juste valeur constituant un élément gratuit
Dans une émission de droits de souscription, le prix d’exercice est souvent inférieur à la juste valeur
des actions. Par conséquent, une telle émission de droits inclut un élément gratuit qui a une incidence
sur le nombre moyen pondéré d’actions ordinaires à prendre en compte pour le calcul du résultat de
base par action et du résultat dilué par action.
Le nombre d’actions ordinaires à prendre en compte est le nombre d’actions ordinaires en circulation
avant cette émission, multiplié par un coefficient d’ajustement.

Nombre d’actions ordinaires Nombre d’actions ordinaires en Coefficient d’ajustement


pour le dénominateur du circulation avant l'émission
résultat de base par action
(et dilué par action)

Juste valeur par action immédiatement avant l’exercice du droit


Coefficient d’ajustement ———————————————————————————————
Juste valeur théorique par action hors droits

Valeur globale de marché des actions Produit de l’exercice


immédiatement avant l’exercice des droits des droits
Juste valeur théorique par
———————————————————————————————
action hors droits
Nombre d’actions en circulation après l’exercice des droits

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 6/13


RESULTAT DILUE PAR ACTION – DEFINITION
Résultat dilué par action
Résultat dilué
———————————————————————————————————————————————
Nombre moyen pondéré d’actions ordinaires et d’actions ordinaires potentielles dilutives qui auraient été
en circulation dans l’hypothèse d’une conversion de toutes les actions ordinaires potentielles dilutives

Les actions ordinaires potentielles incluent


les instruments de passifs financiers ou de capitaux propres, y compris les actions préférentielles,
qui sont convertibles en actions ordinaires,
les options et les bons de souscription d’actions,
les actions qui seraient émises si des conditions résultant d’engagements contractuels tels que
l’acquisition d’une entreprise ou d’autres actifs sont remplies.

Notion de dilution et d’antidilution

Réduction du résultat par action /


augmentation de la perte par action Dilution

instruments ayant comme effet

Augmentation du résultat par action / Antidilution


diminution de la perte par action

Le résultat dilué par action tient compte uniquement des actions ordinaires potentielles dilutives, sans
les actions ordinaires non dilutives.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 7/13


RESULTAT DILUE PAR ACTION – NUMERATEUR
Principe de détermination du résultat dilué

Résultat
Résultat attribuable aux porteurs d’actions ordinaires
dilué
Dividendes après impôt ou autres éléments au titre des actions
ordinaires potentielles dilutives
Intérêts comptabilisés après impôt pour les actions ordinaires
potentielles dilutives selon la norme IAS 39 Instruments financiers,
Comptabilisation et évaluation (Par exemple, les coûts et remises de
transactions comptabilisés en charges selon la méthode du taux d’intérêt
effectif.)
Variation des produits ou des charges qui résulterait de la conversion
des actions ordinaires potentielles dilutives, telle qu’une variation de
l’intéressement ou d’un bonus aux dirigeants calculé en pourcentage du
résultat. Cet ajustement permet au résultat dilué par action de refléter
toutes les conséquences de l’hypothèse de conversion des actions
potentielles.

RESULTAT DILUE PAR ACTION – DENOMINATEUR


Principes de détermination du nombre moyen d’actions servant au calcul du
résultat dilué par action
L’objectif du résultat dilué est de déterminer le résultat par action en tenant compte de la conversion
maximale des actions ordinaires potentielles. Ainsi, les actions ordinaires potentielles qui sont en
circulation au début de la période sont supposées être converties en actions ordinaires au début de la
période.
Les actions ordinaires potentielles qui sont émises au cours de la période sont supposées
converties en actions ordinaires dès la date de leur émission.
Les actions ordinaires potentielles qui sont annulées ou expirées au cours de la période sont prises
en compte dans le calcul du résultat dilué par action, uniquement durant la période pendant laquelle
elles étaient en circulation.
Les actions ordinaires potentielles qui sont converties au cours de la période sont prises en compte
dans le résultat dilué par action de la date de début de la période jusqu’à la date de leur conversion.
Les actions ordinaires en résultant sont à fois inclues dans le résultat de base par action et dans le
résultat dilué par action.

Le nombre d'actions ordinaires qui seraient émises lors de la conversion d'actions ordinaires
potentielles dilutives est déterminé à partir des caractéristiques des actions ordinaires potentielles.
Lorsque plusieurs bases de conversion coexistent, le calcul retient le taux de conversion ou le prix
d'exercice le plus avantageux du point de vue du porteur des actions ordinaires potentielles.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 8/13


Prise en compte au dénominateur des actions ordinaires potentielles dilutives et
exclusion des actions ordinaires potentielles antidilutives
Par principe, seules les actions ordinaires potentielles dilutives sont incluses dans le dénominateur du
résultat dilué par action. Leur conversion en actions ordinaires aurait pour effet de diminuer le résultat
par action.
Pour déterminer si des actions ordinaires potentielles sont dilutives ou antidilutives, il faut comparer le
résultat de base par action et le résultat dilué par action et analyser si l’effet est une hausse du
résultat par action ou une baisse. Cette analyse est à réaliser à partir du résultat des activités
poursuivies attribuable à l’entité mère, sans tenir compte de l’incidence sur un résultat de base calculé
à partir du résultat des activités abandonnées, qui peut en cas de perte être antidilutive.
Par ailleurs, les actions ordinaires potentielles dilutives doivent être identifiées de manière
indépendante pour chaque période séparée car leurs incidences peuvent être différentes d’un
exercice à l’autre en fonction du résultat de la période concernée..

Détermination du résultat dilué par action à partir de plusieurs catégories


d’actions ordinaires potentielles dilutives – Nécessité de maximiser l’effet de
dilution
Lorsque l’on détermine l’effet dilutif ou antidilutif des actions ordinaires potentielles, il est nécéssaire
de considérer chaque émission ou série d’actions ordinaires potentielles séparément et non
globalement car la séquence selon laquelle les actions sont prises en compte peut affecter leur
caractère dilutif ou non. Ainsi, pour maximiser la dilution du résultat de base par action, chaque
émission est considérée de manière séquentielle depuis la plus dilutive jusqu’à la moins dilutive.
Autrement dit, les actions ordinaires potentielles dilutives ayant un résultat par action supplémentaire
le plus faible participent en premier dans le calcul du résultat par action, avant celles assorties du
résultat par action le plus élevé.

Démarche pratique en 3 étapes

Dans un premier temps, il convient de déterminer l’impact de la conversion de chaque catégorie


d’actions ordinaires potentielles sur le résultat attribuable aux porteurs d’actions ordinaires et ce,
afin d’identifier si la conversion de chaque catégorie a un effet dilutif.
Dans un second temps, il convient d’ordonner les actions ordinaires potentielles dilutives en
fonction de leur effet plus ou moins dilutif afin de déterminer l’ordre de prise en compte des
actions ordinaires potentielles. Le classement est à réaliser du plus dilutif au moins dilutif.
Enfin, le résultat dilué par action peut être calculé en excluant les actions ordinaires potentielles
antidilutives du calcul du résultat dilué par action.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 9/13


Prise en compte des options, des bons de souscription ou autres produits
équivalents dans le calcul du résultat dilué par action
Les options et les bons de souscription d’actions n’ont un effet dilutif que lorsque le cours moyen de
marché des actions ordinaires excède le prix d’exercice. Le montant de la dilution est le cours moyen
de marché des actions ordinaires pendant la période, diminué du prix d’émission.
Principe
Le produit supposé de ces instruments doit être considéré comme ayant été perçu lors de l’émission
d’actions ordinaires au cours moyen du marché des actions ordinaires durant la période.
Nombre d’actions Nombre d’actions qui aurait été émises au cours : A traiter comme une émission
ordinaires émise moyen du marché d’actions ordinaires pendant la d’actions sans contrepartie
période

Démarche pratique
1. Déterminer le nombre d’actions ordinaires potentielles qui serait émis à leur cours moyen
de marché de la période
= Montant encaissé lors de l’émission de ces options / Cours moyen de marché des actions
ordinaires
Cette émission d’actions n’a pas d’effet dilutif car ces actions ordinaires potentielles sont supposées
être émises au cours moyen de marché. Elles ne sont pas à inclure dans le calcul du résultat dilué
par action.
2. Déterminer le nombre d’actions ordinaires potentielles qui sont supposées être émis sans
contrepartie
Nombre d’actions Nombre d’actions à émettre Nombre d’actions qui aurait été émis au
restant à émettre cours moyen du marché
Cette émission d’actions a un effet dilutif car ces actions ordinaires potentielles sont sans
contrepartie. Elles sont à inclure dans le calcul du résultat dilué par action.

Cours moyen de marché des actions ordinaires


− en termes pratiques, une simple moyenne des cours hebdomadaires ou mensuels suffit.
− en cas de fluctuations amples des cours une moyenne des cours les plus hauts et les plus bas
produit généralement un cours plus représentatif.
La méthode utilisée pour calculer le cours moyen du marché est utilisée uniformément, sauf si elle
n'est plus représentative à cause d'un changement de conditions.

Prise en compte des options sur actions réservées au personnel et actions


ordinaires non acquises dans le calcul du résultat dilué par action
Les options sur actions réservées au personnel, selon des modalités fixes ou déterminables, ainsi que
les actions ordinaires non acquises, sont traitées comme des options dans le calcul du résultat dilué
par action.
Elles sont traitées comme en circulation dès leur date d’octroi.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 10/13


En revanche, les options sur actions accordées aux salariés basées sur la performance sont traitées
comme des actions dont l’émission est conditionnelle parce que leur émission est subordonnée à la
réalisation des conditions spécifiques en plus de l’écoulement d’un délai.
Les options sur actions réservées au personnel conditionnées à une période d’acquisition des droits
ne sont pas traitées comme des actions conditionnelles, car l’écoulement du temps n’est pas un
élément conditionnel mais certain.

Prise en compte des options sur actions propres dans le calcul du résultat dilué
par action
Dans le cas particulier des options sur actions propres, il convient de distinguer deux catégories de
contrats.
La première catégorie est relative à des options acquises, de vente et d’achat, c’est à dire à des
options détenues par l’entité pour la vente ou l’achat de ses propres actions ordinaires. Ces options
ne sont pas à prendre en compte dans le résultat dilué par action, car leur effet est antidilutif.
En effet, l’option de vente ne serait exercée par l’entité que si le prix d’exercice est supérieur au
cours de l’action et l’option d’achat ne serait exercé que pour un prix d’exercice inférieur au cours du
marché.
La deuxième catégorie de contrats impose à l’entité de racheter ses propres actions, tels que les
options de ventes émises et les contrats d’achat à terme de gré à gré. Dans ce cas, la société n’a
pas le choix d’exercer ou non ces options en fonction des cours. Par conséquent, ces contrats
interviennent dans le calcul du résultat dilué par action uniquement si leur effet est dilutif.
L’effet de ces contrats est dilutif, s’ils sont « dans la monnaie », c’est-à-dire lorsque le prix
d’exercice ou de règlement est supérieur au cours moyen de la période des actions ordinaires.

Démarche pratique
1. Supposer qu’au début de la période, des actions ordinaires seront émises en nombre
suffisant et ce, au cours moyen de marché, afin d’augmenter le produit pour lui permettre
d’honorer le contrat.
Nombre d’actions Nombre d'options Le prix d’exercice / Cours moyen de marché
potentielles de ventes émises

2. Supposer que le produit de l’émission doit être utilisé pour honorer le contrat, c’est-à-dire
pour procéder au rachat des actions ordinaires.
En contrepartie de l’exécution du contrat, l’entité reçoit des actions ordinaires.

3. Inclure les actions supplémentaires issues des ces opérations dans le calcul du résultat
dilué par action.
Nombre d’actions Nombre d’actions ordinaires Nombre d’actions reçues lors de l’exécution du
supplémentaires supposées émises contrat

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 11/13


PRESENTATION ET INFORMATIONS A FOURNIR EN ANNEXE
Ajustements rétrospectifs requis pour toutes les périodes présentées sur la base
du nouveau nombre d’actions
Modification du nombre d’actions ordinaires ou d’actions ordinaires potentielles en circulation sans
augmentation de ressources en contrepartie
Le calcul du résultat par action, de base et dilué, est ajusté de façon rétrospective pour toutes les
périodes présentées, sur la base du nouveau nombre d'actions lorsque le nombre d'actions ordinaires
ou d'actions ordinaires potentielles en circulation augmente à la suite d'une capitalisation ou d'une
émission d'actions gratuites, ou d'un fractionnement d'actions, ou diminue à la suite d'un
regroupement d'actions. Ces changements peuvent intervenir, soit avant la date de clôture, soit après
la date de clôture mais avant la date à laquelle la publication des états financiers est autorisée.
Le fait que les calculs par action reflètent de tels changements dans le nombre d'actions doit être
indiqué.

Erreurs et changements de méthode comptable comptabilisés rétrospectivement

Le résultat par action de base et dilué de toutes les périodes présentées doit être ajusté pour tenir
compte des effets des erreurs et des ajustements résultant de changements de méthodes comptables
comptabilisés de manière rétrospective.

Principes de présentation du résultat de base par action et du résultat dilué par


action
Présentation au compte de résultat du base et dilué par action
− pour les activités poursuivies attribuables aux porteurs d’actions ordinaires de l’entité-mère,
− pour le résultat attribuable aux porteurs d’actions ordinaires de la mère pour la période pour
chaque catégorie d’actions ordinaires assortie d’un droit différent à une quote-part du bénéfice
pour la période,
− si le résultat de base par action et le résultat dilué par action sont égaux, possibilité de les
présenter tous les deux en une seule ligne.

Présentation en cas d’activité abandonnée


− Présentation au compte de résultat, soit dans les notes annexes, présentation du résultat de base
et dilué par action pour l’activité abandonnée
(Se référer à la norme IFRS 5 Actifs destinés à être cédés et abandon d’activité pour les
situations d’application)

Information comparative
− Résultat par action présenté chaque période dont le compte de résultat est présenté ;
− Si le résultat dilué est présenté pour une période, nécessité de le présenter pour toutes les
périodes présentées, même s’il est égal au résultat de base par action ;
− Avec la même importance pour toutes les périodes présentées.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 12/13


Distinction états financiers consolidés et états financiers individuels
Lorsqu’une entité présente des états Présentation du résultat par action sur la base
financiers consolidés des informations consolidées.

Si elle présente des états financiers Possibilité de présenter le résultat par action
individuels d’après ses états financiers individuels, mais
obligatoirement présenté au compte de
résultat individuel et interdiction de présenter
ces informations portant sur le résultat par
action dans ses états financiers consolidés.

Autres informations à fournir en annexe


Montants utilisés aux numérateurs pour le calcul du résultat de base et dilué par action.
Rapprochement de ces montants avec le résultat attribuable à l’entité mère pour la période,
comprenant l’effet individuel de chaque catégorie d’instruments qui affecte le résultat par action.
Nombre moyen pondéré d’actions ordinaires utilisé au dénominateur dans le calcul du
résultat de base et dilué par action.
Rapprochement de ces dénominateurs l’un avec l’autre, comprenant l’effet individuel de chaque
catégorie d’instruments qui affecte le résultat par action.
Instruments (y compris les actions dont l’émission est conditionnelle) qui n’étaient pas
incluses dans le calcul du résultat dilué par action car ils sont antidilutifs pour les périodes
présentées.
Description des transactions sur actions ordinaires ou sur actions ordinaires potentielles
intervenant après la date de clôture non inclus dans le résultat de base ou dilué par action et
qui auraient modifié de manière significative le nombre d’actions ordinaires ou d’actions ordinaires
potentielles en circulation à la fin de la période.
En cas de présentation en, outre, du résultat de base par action et du résultat dilué par
action, des montants par action en utilisant une composante du résultat autre que celui
qu’impose la norme IAS 33 :
− ces montants doivent être calculés en utilisant le nombre moyen pondéré d'actions ordinaires
déterminé selon la norme IAS 33,
− les montants de base et dilué par action relatifs à une telle composante doivent être indiqués
avec la même importance et présentés dans les notes annexes aux états financiers.
− Une entité doit indiquer la base de détermination du (des) numérateur(s), et notamment si les
montants par action s’entendent avant impôt ou après impôt.
− En cas d’utilisation d’une composante du résultat qui n'est pas présentée comme un poste du
compte de résultat, l’entité doit fournir un rapprochement de la composante utilisée avec un
poste présenté dans le compte de résultat.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 13/13