Vous êtes sur la page 1sur 8

LES TIC ET LA RELATION ENTRE ENSEINGNANT ET ETUDIANT À

L’UNIVÉRSITÉ DE FIANARANTSOA
Introduction
Nous vivons dans un monde globalisé marqué par l'avènement des
Technologies de l'Information et de la Communication qui ont
révolutionné la circulation de l'information et le partage du savoir.
Les usages des TIC sont à l'origine de la naissance d'une « société de
l'information et de la connaissance » ayant permis à l'humanité de
vaincre les facteurs temps et espace. L’université, comme tout
élément constitutif et participatif de la société, n’a pas échappé à
l’avènement des technologies de l’information et de la
communication (TIC). C’est ainsi que les TIC se sont invitées dans les
situations pédagogiques à l’université et sont susceptibles d’exercer
un impact sur la relation éducative. Étudier la relation éducative à
l’université aujourd’hui demande donc, selon nous, d’introduire les
TIC comme facteur émergent dans cette étude, et c’est en cela que
réside l’originalité de ce texte. Que font les TIC à la relation éducative
? Comment les questions essentielles liées à la relation éducative,
sont-elles travaillées et réactualisées par les TIC ? Notre texte tente
d’apporter quelques éléments de réponses à ces interrogations.
Notre propos et notre réflexion se situent dans le cadre général de
l’introduction des TIC à l’université, quel que soit le type
d’enseignement dispensé (présentiel ou à distance). Nous proposons
donc un texte de synthèse qui, sur la base de la littérature déjà
produite, analyse l’impact éventuel des TIC sur la relation éducative à
l’université et tente ensuite d’envisager le type de travaux de terrain
manquant sur le sujet. Nous étudierons successivement dans ce
texte, dans le contexte de l’université, la place des TIC et, les liens
éventuels entre TIC et la relation éducative, et enfin la relation entre
enseignants et étudiants, dans le domaine d’université Fianarantsoa.
1-LA PLACE DES TIC
Les notions de technologie de l’Information et de la communication
(TIC) regroupent des techniques utilisées dans le traitement et la
transmission des informations, principalement de l’informatique, de
l’internet et des Télécommunications. Les TIC jouent un rôle majeur
dans la compétitivité des entreprises et dans l'eccéité des
administrations et des services publics (santé, éducation, sécurité).
Les TIC sont devenus également un enjeu crucial pour la production
et la diffusion des biens culturels.
Les Technologies de l'Information et de la communication à travers
l'Internet, le téléphone portable, et autres outils modernes sont en
passe d'imprégner tous les secteurs de notre vie contemporaine
parmi lesquels comptent l'enseignement et la formation. Ainsi,
L’Université de Fianarantsoa a compris que les TIC peuvent permettre
d’apporter des innovations pédagogiques significatives à l’éducation
des étudiants. Les jeunes ont intérêt à être bien instruits et
compétents, mais surtout doivent être mieux éduqués. Dès lors cette
noble tâche engage d'emblée la responsabilité des enseignants,
pouvoirs publics et parents qui devraient chercher à intégrer les TIC
dans les vecteurs éducationnels, tout en veillant à en limiter leurs
répercussions perverses sur la personnalité et le cursus scolaire des
jeunes. Si les élèves sont appuyés pédagogiquement par les
enseignants qui les guident ou les orientent vers l'usage avantageux
de l'Internet qu'ils devraient primordialement considéré comme un
outil cognitif et leurs cellulaires comme des instruments de
communication, ils seraient à même de les utiliser pratiquement à
bon escient. Ainsi leurs impacts sur leurs aptitudes pédagogiques et
comportements seraient amoindris pour le bien de tous.
Implantée au niveau de la province de Fianarantsoa. La Faculté de
Droit d’Economie, de Gestion et de Sociologie (DEGS) y contribue de
façon accentuée à cette notoriété stupéfiante. Depuis quelques
années, l’introduction des NTIC se fait sentir au niveau de
l’établissement tant pédagogique qu’administratif. La tendance
pédagogique nous renseigne l’utilisation timide des outils
informatiques dans lesquels des bibliothèques numériques, munis
d’ordinateurs et de connexion ADSL ont été installés aux fins de
permettre aux jeunes étudiants de s’adonner massivement aux
prémices de la nouvelle économie dans leur recherche documentaire.
Les séances de soutenance et d’exposé (diaporama, vidéoprojecteur)
démontrent aussi le fruit inéluctable de l’imprégnation progressive
des nouvelles technologies au sein de l’établissement.

2-Le TIC et la relation éducative


L’utilisation des TIC ne renvoie pas uniquement aux questions
techniques, mais implique un changement du contexte et des
interactions éducatifs. La relation être humain-être humain dans le
triangle pédagogique se voit transformée par la médiation
technologique qui impose une nouvelle géométrie pédagogique.
Ce changement contextuel ne peut pas se faire sans tensions ni
conflits, ni sans heurter frontalement certaines normes et traditions
de l’université et de la culture des partenaires pédagogiques. Les
éléments constitutifs de la relation éducative comme le rapport au
savoir, l’autorité et l’asymétrie, le statut de chaque partenaire, les
modalités d’interactions, le rapport à l’autre, sont questionnés et
susceptibles de se voir transformés. Dans cette perspective, la
sociologie doit aider à mieux comprendre les perceptions
développées par chaque partenaire et les changements effectifs et
symboliques des interactions dans un contexte technologique.

Comme nous l’avons déjà constaté, la richesse et la fertilité ou, à


l’inverse, la pauvreté et la stérilité de l’usage des TIC dépendent
avant tout de la conception pédagogique et de la capacité des
partenaires à appréhender la nouvelle mise en scène pédagogique, à
interagir. L’utilisation appropriée des TIC dans le cas d’université de
Fianarantsoa est susceptible de pousser les enseignants à adopter de
nouvelles postures pédagogiques, à modifier leur conception de
l’apprentissage, de l’enseignement et de la relation avec les
étudiants. Si l’enseignant s’adopte d’une médiation technologique ça
peut le conduire à reconsidérer la part d’initiative des étudiants dans
le rapport enseignement-apprentissage.

3-Relation entre enseignants et étudiants


Parmi les travaux de recherche en sociologie visant la relation entre
étudiants et enseignants à l’université Fianarantsoa, on peut repérer
deux grandes tendances. La première tente de montrer l’impossibilité
d’abstraire la relation éducative de l’ensemble de l’organisation du
système éducatif, de ses fonctions sociales, de ses liens avec la
société globale. Dans cette vision, le système éducatif reproduit des
rapports de division du travail au sein de la société. La théorie de la
reproduction perçoit l’enseignant comme le représentant de la
culture « légitime » et l’agent de la sélection culturelle. Les modalités
pédagogiques sont également perçues comme des pratiques de
contrôle symbolique fondées sur une hiérarchie graduée de positions
et des processus de reproduction culturelle.
La deuxième tendance, en refusant un déterminisme mécanique et
linéaire, tente d’examiner la relation entre partenaires pédagogiques
comme une réalité sociale à l’origine d’un ensemble d’interactions,
de transformations et de transactions entre des sujets agissants.
L’université ne constitue pas uniquement un cadre de reproduction
des rapports sociaux qui existent en dehors de ses murs, elle est
également le lieu de développement des phénomènes sociaux et de
la subjectivation des partenaires pédagogiques. Les décalages et les
tensions inhérents au lien éducatif institutionnel sont aussi présents à
l’université : le conflit culturel, l’asymétrie, l’autorité, la relation au
savoir différenciée, l’altérité, l’écart générationnel et les relations de
pouvoir. La relation éducative ne se réduit pas à la dimension
existentielle (événementielle, ici et maintenant) car elle met en jeu,
en même temps, la dimension temporelle (inscrite dans la durée, au
niveau des personnalités singulières) et l’historicité des collectifs et
des groupes.
Selon un enseignant responsable des multimédias, la TIC est d’une
aide inestimée et inestimable pour le basculement vers la LMD :
dans un premier sens, il est plus facile de réactualiser les
informations au niveau de cet outil vu la facilité de convertir les
données avec quelques manipulations et ce grâce à l’ordinateur
connecté pour la préparation des cours prêts à être projetés et
l’ordinateur lié au vidéoprojecteur pour les cours proprement dits,
sans oublier la visioconférence.
Par rapport à l’internationalisation de l’enseignement, Madagascar
ne sera en reste car au niveau de la capitale par exemple, les
techniques de fonctionnement sont entièrement mises en œuvre. Le
doute plane au niveau de la réactualisation du système dépendant
entièrement de l’extérieur. On ne peut s’appliquer en toute aisance à
la LMD et à l’évolution de la TIC. On devrait toujours se référer aux
autres.
Par rapport à cette position, les étudiants ont aussi leurs mots et
leurs maux à dire par rapport à ce système. C’est une structure qui a
changé la méthodologie d’apprendre. En ce sens, une faculté
d’adaptation serait de
Mise pour mieux se brancher avec la réalité. Mais la présentation
visuelle du cours pressenti et projeté d’une manière exhaustive et
plus visible est d’un autre type de motivation : elle facilite
l’acquisition et l’assimilation des connaissances. Cette nouvelle
tendance permet aussi aux initiés de faciliter les Travaux Personnels
des Etudiants, complétés à partir différentes recherches. En d’autres
termes, ils servent de compléments aux ouvrages imprimés.
Les étudiants ont constaté quand même que l’application de la TIC au
niveau du LMD s’annonce très chère et quelquefois, elle n’est pas à la
hauteur des initiés. Néanmoins, selon leurs dires, c’est actuellement
sinon, on ne sera plus branché à la mondialisation.
CONCLUSION
Comme toile de fond, il convient de souligner que le basculement de
l’enseignement vers le LMD est devenu une nécessité plutôt qu’une
trajectoire liée à la mondialisation au niveau du pays. Cette réalité
n’est à surestimer car son application exige au niveau des individus
du savoir, du savoir-faire et du savoir être : des paramètres réclamant
la motivation de tous les acteurs sociaux impliqués dans cet
engrenage éducationnel. L’usage des TIC à l’université fait émerger
certaines questions inédites liées à la relation éducative. De nouvelles
formes de relation et une nouvelle dialectique du pouvoir semblent
s’inventer dans les contextes technos pédagogiques en évolution
permanente. On peut même parler d’une nouvelle culture
relationnelle émergente, ou d’une culture d’enseignant et d’une
culture d’étudiant, générées toutes deux par l’usage des TIC et cette
présence à distance. Très peu de recherches de terrain en France
nous informent à propos de ce que les TIC font effectivement à la
relation éducative et à ses dimensions objectives et subjectives. La
relation éducative dans un environnement utilisant les TIC en tant
que processus social émergeant dans un ordre symbolique reste plus
ou moins une « boîte noire ». On se demande ce que gagnent ou
perdent les enseignants et les étudiants impliqués dans un
environnement technologique. Mais le problème persiste et signe :
les hypothèses, si elles sont vérifiées par rapport à la réalité devront
être garantes d’un changement graduel des acteurs concernés
(enseignants, étudiants et parents) car ce phénomène risque de
provoquer une rupture épistémologique de l’éducation.