Vous êtes sur la page 1sur 2

BAYALA Darren

TSB

SVT

Le SIDA ou syndrome d’immunodéficience acquise, est une maladie due


à un virus, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). La gravité de la
maladie qu’engendre le VIH est liée au fait qu’elle touche le système
immunitaire, garant de l’intégrité biologique. Le déclanchement est
central. On peut dès lors se demander comment évolue le VIH dans
l’organisme.
Dans un premier temps, nous verrons le Mécanisme d’action du virus,
puis nous verrons l’évolution de la maladie et enfin les conséquences de
la maladie.

I) Mécanisme d’action du virus


. Le virus du sida fait partie de la famille des rétrovirus. Il s'agit d'un virus
possédant un génome sous forme d'ARN, contenu dans une capside protéique,
elle-même entourée par une enveloppe formée d'une membrane lipidique. Son
nom correspond à son effet pathologique : VIH = Virus de l'Immunodéficience
Humaine. La maladie qu'il cause chez l'Homme est le SIDA : Syndrome
d'Immuno Déficience Acquise.
Les LTCD4 reconnaissent l’antigène présent dans le CMH d’une cellule et
l’active enfin de differencier en Lt permettant ainsi le clonage. Cela permet une
repose immunitaire de l’organisme. On distingue actuellement deux types de
VIH : le VIH-1 et le VIH-2, ils ont la particularité de rendre une les LTCD4 inactifs
empechant ainsi le declanchement du système immunitaire.

II) Evolution du SIDA


On distingue 3 phases lors d'une infection par le virus du SIDA :
Tout d’abord, La primo infection : juste après la contamination par le VIH, le
nombre de virus présents augmentent fortement, puis diminue rapidement, du
fait de la réponse du système immunitaire. Puis la phase asymptomatique,
l’individu est un porteur sain : l'individu atteint ne présente aucun symptôme
de la maladie, et le nombre de virus n'augmente que très légèrement; mais le
nombre de variantes augmente fortement... Malgré le contrôle de la maladie
par le système immunitaire, les lymphocytes T4 sont progressivement détruits
par le virus. Enfin, le système immunitaire est débordé; le nombre de virus
augmente fortement (mais le nombre de variants se limite aux plus efficaces) ;
les symptômes apparaissent : le patient est atteint du SIDA

III) Conséquences de la maladie


Le SIDA n’est pas mortel, mais il pemet a certaines maladies opportunistes de
l’etre. La charge virale augmente à nouveau et souvent les LT4 passent en
dessous d’un seuil qui a longtemps été considéré comme critique : 200 LT4 par
mm3 de sang (donc reprise de la trithérapie). Ce sont néanmoins les maladies
opportunistes qui caractérisent le SIDA déclaré : maladies bénignes, les agents
qui en sont responsables « profitant » de l'immunodépression due à la
destruction des LT4 pour envahir l'organisme. Le malade meurt finalement
d’une affection normalement bénigne.

Pour conclure, le SIDA est une maladie qui touche le système


immunitaire. Le VIH et la primo-infection Le VIH (virus de
l’immunodéficience humaine) est transmis par voie sexuelle, par voie
sanguine ou au cours de la grossesse de la mère à l’enfant. La phase
asymptomatique. Deux semaines à quelques mois après la
contamination, la présence dans le sang de différents anticorps anti-VIH
est décelée, le sujet est dit alors “ séropositif pour le VIH”.La phase
asymptomatique - Deux semaines à quelques mois après la
contamination, la présence dans le sang. Le sida se caractérise alors par
diverses maladies opportunistes.