Vous êtes sur la page 1sur 2

Lycée Technique ERRAZI Année Scolaire 2020/2021

Classes Préparatoires PCSI

Devoir libre N°= 2


Physique Chimie
Exercice 1 : Dosage colorimétrique en retour
On s’intéresse à un dosage colorimétrique d’une solution de dichromate de potassium par les ions fer (II)
dans en milieu sulfurique garantissant un pH très acide. On donne les potentiels standard
E10  E 0 Cr2 O72 / Cr 3   1,33V
 
E10  E 0 Fe 3 / Fe 2  0,77V
En milieu acide, l’ion dichromate Cr2 O72 est orange et l’ion chrome (III) Cr 3 est vert, alors que l’ion
Fe 2 est vert pâle et l’ion Fe 3 est jaune-orangé.
1 - Écrire l’équation bilan du titrage redox direct.
2 - Calculer sa constante d’équilibre. Cette réaction est-elle adaptée à un titrage ? Pourquoi est-elle, malgré
tout, peu adaptée à un titrage colorimétrique ?
3 - Justifier qu’il serait possible de suivre la réaction par potentiométrie. Déterminer le sens du saut de
potentiel qui serait observé : est-il descendant ou montant ?
Pour contourner la difficulté sans montage de potentiométrie, on effectue un dosage en retour. Dans un
bécher, on verse V1  4,0mL de la solution de dichromate de potassium dont on cherche la concentration
C1 . On y ajoute V2  10,2mL d’une solution de sulfate de fer (II) en milieu sulfurique de concentration
C2  0,10mol / L et 90,0mL d’eau. On verse ensuite par une burette une solution de permanganate de
potassium de concentration C3  1,0.102 mol / L . Une coloration violette caractéristique du permanganate
en solution, apparaît lorsque V3 E  12mL ont été versés.
4 - Comment peut-on s’assurer qualitativement que les ions fer (II) ont bien été apportés en excès par
rapport au dichromate ?
5 - Écrire l’équation bilan du titrage en retour.
6 - Déterminer la concentration C1 de la solution de dichromate de potassium.
Exercice 2: : Diagramme E- PH du C uivre
1. Déterminer les degrés d’oxydation du cuivre pour les quatre espèces chimiques apparaissant dans le
diagramme potentiel-pH du cuivre représenté ci-dessous.

2. Le diagramme E-pH est tracé pour une concentration de référence en cuivre c  0,010mol / L .
Déterminer le potentiel standard du couple Cu 2 Cu  S  .
3. Déterminer le produit de solubilité de l’hydroxyde de cuivre CuOH 2S  .
4. L’ion Cu aq  existe en solution aqueuse, mais il n’est jamais prédominant. La constante de la réaction
de dismutation de Cu aq  en Cu S  et Cu 2aq  a pour valeur K  5.105 . Calculer la concentration en ions Cu aq 
au niveau des frontières 1 , 2  et 3 .

5. Déterminer les potentiels standard des couples : Cu  Cu  S  et Cu 2 Cu . Pourquoi l’ion Cu  ne
peut-il
pas être prédominant en milieu acide ?

6. Les pentes des frontières 2  , 4  et 5 sont prévisibles. Expliquer pourquoi.


7. Les droites en pointillé représentent le diagramme potentiel-pH de l’eau. Exprimer les couples redox
correspondant et identifier sur le diagramme les domaines de prédominance. Que peut-on en conclure
concernant la stabilité chimique du cuivre vis-à-vis de l’eau ?
Exercice 3 : Problèmes de lentilles

1. Un objet transverse réel, de 10 cm de hauteur, est situé à 37.5 cm d’une lentille dont la distance focale est
f   26,5cm . A quelle distance de la lentille se formera l’image ?
2. Un objet virtuel de 2m de hauteur est situé à 2.2 m d’une lentille dont la distance focale est f   4m .
Quelle sera la hauteur de l’image formée ?
3. Un objet AB transverse virtuel est situé à 3 cm d’une lentille de distance focale f   5cm . Construire
l’image de AB à travers la lentille. Retrouver la position de l’image et le grandissement par le calcul.
4. A quelle distance d’une lentille convergente, dont la distance focale est f   1,5cm ,Où doit-on
placer un objet pour obtenir une image droite trois fois plus grande ? Où se trouve
l’image ? Quelle est la nature de l’objet ? de l’image ?
Exercice 4 : Microscope

Un microscope est constitué par association de deux lentilles convergentes jouant respectivement les rôles
d’objectif et d’oculaire. L’objectif est de focale f 1  5mm et l’oculaire de focale f 2  25mm . Le foyer image
F1 de l’objectif et le foyer objet F2 de l’oculaire sont écartés de l  25cm .
1. Un observateur, l’oeil placé au foyer image de l’oculaire, étudie un petit objet AB disposé dans un plan
de front, le point A étant situé sur l’axe optique. Où doit être A pour que l’oeil effectue l’observation sans
Accommoder ?
2. Représenter la marche d’un pinceau lumineux étroit issu du point B.
3. Soient   l’angle sous lequel l’oeil voit l’image définitive de AB à travers le microscope et  l’angle sous

lequel il apercevrait AB sans instrument. Calculer le grossissement G  .

Exercice 5 : Observation de Saturne

On observe Saturne et ses anneaux à l’aide d’une lunette afocale constituée d’une première lentille mince,
l’objectif, de centre O1 et de vergence V1  1,0 et d’une seconde lentille mince, l’oculaire, de centre O2 et
de vergence V2  5,0 ; elles sont distantes de O1O2  0,8m . La lunette pointe vers le centre de la planète
distante de D  1,5.1012 m . On note  l’angle entre les rayons issus du centre de la planète et ceux issus du
bord de l’anneau le plus grand, de rayon R A  108 m .
1. Calculer numériquement l’angle  .
2. Expliquer pourquoi cette lunette est bien afocale.
3. On note   l’angle entre la direction des faisceaux de rayons émergents issus du bord des anneaux et l’axe

optique. Déterminer le grossissement angulaire G  et faire l’application numérique.

4. Vérifier que l’utilisation de la lunette est indispensable pour distinguer les anneaux de Saturne, sachant que
le pouvoir séparateur de l’oeil est  0  3  104 rad .