Vous êtes sur la page 1sur 181

http://portaildoc.univ-lyon1.

fr

Creative commons : Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale -


Pas de Modification 2.0 France (CC BY-NC-ND 2.0)

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1
FACULTE DE PHARMACIE
INSTITUT DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES

2018 THESE n°67

THESE

pour le DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE


présentée et soutenue publiquement le 27 juin 2018 par

M FEKIR Younes
Né le 13 Octobre 1993 à Lyon

*****
Nutrition et consommation de compléments alimentaires en musculation : les
risques de dérives possibles et le rôle du pharmacien d’officine pour les éviter.
*****

JURY

Dr. GOUDABLE Joëlle – Professeur des Universités et Praticien Hospitalier


Dr. CARTIER Jérôme – Pharmacien titulaire en Officine
Dr. ASSENDAL Abdallah – Pharmacien adjoint en Officine
Dr. HACHICHI Ruchdi – Médecin Généraliste et Médecin du Sport

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
« Ce que nous pensons et ce que nous mangeons, combinés ensemble,
fabriquent ce que nous sommes, tant physiquement que mentalement. »
Hippocrate

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
3

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON 1

 Président de l’Université Frédéric FLEURY


 Présidence du Conseil Académique Hamda BEN HADID
 Vice-Président du Conseil d’Administration Didier REVEL
 Vice-Président de la Commission Recherche Fabrice VALLEE
 Vice-Président de la Formation et de la Vie Universitaire Philippe CHEVALIER

Composantes de l’Université Claude Bernard Lyon 1

SANTE

 UFR de Médecine Lyon Est Directeur : Gilles RODE


 UFR de Médecine Lyon Sud Charles Directrice : Carole BURILLON
Mérieux
 Institut des Sciences Pharmaceutiques et Directrice : Christine VINCIGUERRA
Biologiques
 UFR d'Odontologie Directrice : Dominique SEUX
 Institut des Sciences et Techniques de Directeur : Xavier PERROT
Réadaptation (ISTR)
 Département de formation et centre de Directrice : Anne-Marie SCHOTT
recherche en Biologie Humaine

SCIENCES ET TECHNOLOGIES

 Faculté des Sciences et Technologies Directeur : M. Fabien DE MARCHI


 UFR de Sciences et Techniques des Directeur : M. Yannick VANPOULLE
 Activités Physiques et Sportives (STAPS)
 Polytech Lyon Directeur : M. Emmanuel PERRIN
 I.U.T. LYON 1 Directeur : M. Christophe VITON
 Institut des Sciences Financières et Directeur : M. Nicolas LEBOISNE
 d'Assurance (ISFA)
 ESPE Directeur : M. Alain MOUGNIOTTE
 Observatoire des Sciences de l’Univers Directrice : Mme Isabelle DANIEL
4

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON 1

ISPB -Faculté de Pharmacie Lyon

LISTE DES DEPARTEMENTS PEDAGOGIQUES

DEPARTEMENT PEDAGOGIQUE DE SCIENCES PHYSICO-CHIMIQUE ET PHARMACIE GALENIQUE

 CHIMIE ANALYTIQUE, GENERALE, PHYSIQUE ET MINERALE


Monsieur Raphaël TERREUX (Pr)
Madame Julie-Anne CHEMELLE (MCU)
Madame Anne DENUZIERE (MCU)
Monsieur Lars-Petter JORDHEIM (MCU-HDR)
Madame Christelle MACHON (MCU-PH)
Monsieur Waël ZEINYEH (MCU)

 PHARMACIE GALENIQUE -COSMETOLOGIE


Madame Marie-Alexandrine BOLZINGER (Pr)
Madame Stéphanie BRIANCON (Pr)
Madame Françoise FALSON (Pr)
Monsieur Hatem FESSI (Pr)
Monsieur Fabrice PIROT (PU - PH)
Monsieur Eyad AL MOUAZEN (MCU)
Madame Sandrine BOURGEOIS (MCU)
Madame Ghania HAMDI-DEGOBERT (MCU-HDR)
Monsieur Plamen KIRILOV (MCU)
Madame Giovanna LOLLO (MCU)
Madame Jacqueline RESENDE DE AZEVEDO (MCU)
Monsieur Damien SALMON (MCU-PH)

 BIOPHYSIQUE
Madame Laurence HEINRICH (MCU)
Monsieur David KRYZA (MCU-PH-HDR)
Madame Sophie LANCELOT (MCU - PH)
Monsieur Cyril PAILLER-MATTEI (Pr)
Madame Elise LEVIGOUREUX (AHU)

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
DEPARTEMENT PEDAGOGIQUE PHARMACEUTIQUE DE SANTE PUBLIQUE

 DROIT DE LA SANTE
Monsieur François LOCHER (PU – PH)
Madame Valérie SIRANYAN (MCU - HDR)

 ECONOMIE DE LA SANTE
Madame Nora FERDJAOUI MOUMJID (MCU - HDR)
Madame Carole SIANI (MCU – HDR)
Monsieur Hans-Martin SPÄTH (MCU)

 INFORMATION ET DOCUMENTATION
Monsieur Pascal BADOR (MCU - HDR)

 HYGIENE, NUTRITION, HYDROLOGIE ET ENVIRONNEMENT


Madame Joëlle GOUDABLE (PU – PH)

 INGENIERIE APPLIQUEE A LA SANTE ET DISPOSITIFS MEDICAUX


Monsieur Gilles AULAGNER (PU – PH)
Madame Claire GAILLARD (MCU)

 QUALITOLOGIE – MANAGEMENT DE LA QUALITE


Madame Alexandra CLAYER-MONTEMBAULT (MCU)
Monsieur Serge MICHALET (MCU)

 MATHEMATIQUES – STATISTIQUES
Madame Claire BARDEL-DANJEAN (MCU-PH-HDR)
Madame Marie-Aimée DRONNE (MCU)
Madame Marie-Paule GUSTIN (MCU - HDR)

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
DEPARTEMENT PEDAGOGIQUE SCIENCES DU MEDICAMENT

 CHIMIE ORGANIQUE
Monsieur Pascal NEBOIS (Pr)
Madame Nadia WALCHSHOFER (Pr)
Monsieur Zouhair BOUAZIZ (MCU - HDR)
Madame Christelle MARMINON (MCU)
Madame Sylvie RADIX (MCU -HDR)
Monsieur Luc ROCHEBLAVE (MCU - HDR)

 CHIMIE THERAPEUTIQUE
Monsieur Marc LEBORGNE (Pr)
Monsieur Thierry LOMBERGET (Pr)
Monsieur Laurent ETTOUATI (MCU - HDR)
Madame Marie-Emmanuelle MILLION (MCU)

 BOTANIQUE ET PHARMACOGNOSIE
Madame Marie-Geneviève DIJOUX-FRANCA (Pr)
Madame Anne-Emmanuelle HAY DE BETTIGNIES (MCU)
Madame Isabelle KERZAON (MCU)
Monsieur Serge MICHALET (MCU)

 PHARMACIE CLINIQUE, PHARMACOCINETIQUE ET EVALUATION DU MEDICAMENT


Madame Roselyne BOULIEU (PU – PH)
Madame Catherine RIOUFOL (PU- PH)
Madame Magali BOLON-LARGER (MCU - PH)
Madame Christelle CHAUDRAY-MOUCHOUX (MCU-PH)
Madame Céline PRUNET-SPANO (MCU)
Madame Florence RANCHON (MCU-PH)
Monsieur Teddy NOVAIS (AHU)

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
DEPARTEMENT PEDAGOGIQUE DE PHARMACOLOGIE, PHYSIOLOGIE ET TOXICOLOGIE

 TOXICOLOGIE
Monsieur Jérôme GUITTON (PU – PH)
Madame Léa PAYEN (PU-PH)
Monsieur Bruno FOUILLET (MCU)
Monsieur Sylvain GOUTELLE (MCU-PH-HDR)

 PHYSIOLOGIE
Monsieur Christian BARRES (Pr)
Madame Kiao Ling LIU (MCU)
Monsieur Ming LO (MCU - HDR)

 PHARMACOLOGIE
Monsieur Michel TOD (PU – PH)
Monsieur Luc ZIMMER (PU – PH)
Monsieur Roger BESANCON (MCU)
Monsieur Laurent BOURGUIGNON (MCU-PH)
Madame Evelyne CHANUT (MCU)
Monsieur Nicola KUCZEWSKI (MCU)
Madame Dominique MARCEL CHATELAIN (MCU-HDR)

 COMMUNICATION
Monsieur Ronald GUILLOUX (MCU)

 ENSEIGNANTS ASSOCIES TEMPORAIRES


Monsieur Olivier CATALA (Pr-PAST)
Madame Mélanie THUDEROZ (MCU-PAST)

DEPARTEMENT PEDAGOGIQUE DES SCIENCES BIOMEDICALES A

 IMMUNOLOGIE
Monsieur Guillaume MONNERET (PU-PH)
Monsieur Sébastien VIEL (MCU-PH)
Madame Morgane GOSSEZ (AHU)
8

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 HEMATOLOGIE ET CYTOLOGIE
Madame Christine VINCIGUERRA (PU - PH)
Madame Brigitte DURAND (MCU - PH)
Madame Sarah HUET (AHU)
Monsieur Yohann JOURDY (AHU)

 MICROBIOLOGIE ET MYCOLOGIE FONDAMENTALE ET APPLIQUEE AUX BIOTECHNOLOGIES


INDUSTRIELLES
Monsieur Patrick BOIRON (Pr)
Monsieur Frédéric LAURENT (PU-PH-HDR)
Madame Florence MORFIN (PU – PH)
Monsieur Didier BLAHA (MCU)
Madame Ghislaine DESCOURS (MCU-PH)
Madame Anne DOLEANS JORDHEIM (MCU-PH)
Madame Emilie FROBERT (MCU - PH)
Madame Véronica RODRIGUEZ-NAVA (MCU-HDR)

 PARASITOLOGIE, MYCOLOGIE MEDICALE


Monsieur Philippe LAWTON (Pr)
Madame Nathalie ALLIOLI (MCU)
Madame Samira AZZOUZ-MAACHE (MCU - HDR)

DEPARTEMENT PEDAGOGIQUE DES SCIENCES BIOMEDICALES B

 BIOCHIMIE – BIOLOGIE MOLECULAIRE - BIOTECHNOLOGIE


Madame Pascale COHEN (Pr)
Madame Caroline MOYRET-LALLE (Pr)
Monsieur Alain PUISIEUX (PU - PH)
Madame Emilie BLOND (MCU-PH)
Monsieur Karim CHIKH (MCU - PH)
Madame Carole FERRARO-PEYRET (MCU - PH-HDR)
Monsieur Boyan GRIGOROV (MCU)
Monsieur Hubert LINCET (MCU-HDR)
Monsieur Olivier MEURETTE (MCU)
Madame Angélique MULARONI (MCU)
Madame Stéphanie SENTIS (MCU) Monsieur Anthony FOURIER (AHU)

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 BIOLOGIE CELLULAIRE
Madame Bénédicte COUPAT-GOUTALAND (MCU)
Monsieur Michel PELANDAKIS (MCU - HDR)

 INSTITUT DE PHARMACIE INDUSTRIELLE DE LYON


Madame Marie-Alexandrine BOLZINGER (Pr) *
Monsieur Philippe LAWTON (Pr)
Madame Sandrine BOURGEOIS (MCU)
Madame Marie-Emmanuelle MILLION (MCU)
Madame Alexandra MONTEMBAULT (MCU)
Madame Angélique MULARONI (MCU)
Madame Marie-Françoise KLUCKER (MCU-PAST)
Madame Valérie VOIRON (MCU-PAST)

 Assistants hospitalo-universitaires sur plusieurs départements pédagogiques (AHU)


Monsieur Alexandre JANIN

 Attachés Temporaires d’Enseignement et de Recherche (ATER)


Madame Camille ROZIER

Pr : Professeur

PU-PH : Professeur des Universités, Praticien Hospitalier

MCU : Maître de Conférences des Universités

MCU-PH : Maître de Conférences des Universités, Praticien Hospitalier

HDR : Habilitation à Diriger des Recherches

AHU : Assistant Hospitalier Universitaire

PAST : Personnel Associé Temps Partiel

10

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
11

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
REMERCIEMENTS

A Madame Joëlle GOUDABLE, directrice de thèse et présidente du jury,

Merci de m’avoir fait l’honneur de présider le jury de cette thèse, d’avoir accepté la rédaction
de ce sujet et merci de m’avoir accordé votre confiance quant à la réalisation de cette thèse
en un délai assez court.
Merci pour votre accueil, votre réactivité et votre disponibilité à tout instant, merci de m’avoir
accompagné tout au long de l’écriture grâce à vos remarques et corrections qui ont permis
d’améliorer ce travail final.

Veuillez trouver ici l’expression de mes sincères remerciements et de mon profond respect.

A Monsieur Jérôme CARTIER,

Merci de m’avoir fait l’honneur d’accepter d’être membre de mon jury et de l’intérêt que vous
portez au sujet. Merci de m’avoir permis de travailler à vos côtés durant toutes ces années,
de la deuxième année à la sixième année ; merci de m’avoir accompagné et formé tout au
long de ce parcours : grâce à vous j’ai beaucoup appris. Merci pour vos conseils avisés, votre
expérience, votre amitié à mon égard et votre confiance que vous m’accordez tous les jours.
Aujourd’hui encore j’ai beaucoup à apprendre de vous.

Veuillez trouver ici l’expression de ma gratitude et de mes sincères remerciements pour tout
ce que vous avez fait pour moi.

A Monsieur Abdallah ASSENDAL,

Merci d’avoir accepté de faire partie du jury de cette thèse et pour l’intérêt que vous portez
au sujet, merci pour vos remarques et idées dans l’amélioration de ce travail.
Veuillez, mon ami, recevoir l’expression de mes remerciements.

A Monsieur Ruchdi HACHICHI,

Merci d’avoir accepté d’être membre du jury et de l’intérêt que vous portez au sujet, merci
de votre accueil, de votre disponibilité et de vos encouragements à mon égard.
Veuillez recevoir ici l’expression de ma gratitude et de mon profond respect.

12

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
A mes parents,

Merci pour tout ce que vous avez fait pour nous, pour votre dévouement et votre sacrifice à
notre égard. Merci d’avoir été là et de m’avoir soutenu malgré la distance durant toutes ces
années. Merci Yam, merci Baba, vous êtes les piliers de ce que nous sommes aujourd’hui, et
même si on peine à vous le dire parfois, sans vous nous sommes perdus. Tous mes
remerciements ne sont pas assez pour tout ce que vous nous avez apporté.

A ma sœur Emna,

Merci à toi grande sœur pour ton accompagnement et tes encouragements durant toutes ces
années, ces quelques mots ne suffisent pas pour te décrire mais je profite de ce passage pour
te remercier et exprimer ici toute ma gratitude pour ce que tu as fait pour moi ; tout
simplement merci.

A mon frère Youcef,

A toi mon jumeau, mon bras droit, mon confident, merci de m’avoir soutenu à ta façon et de
m’avoir encouragé, merci d’avoir été là lorsque j’en avais besoin. Merci pour tous ces
moments partagés, ces éclats de rire et nos délires propres à nous… et que la suite nous
réserve de belles choses si Dieu le veut.

A mes petits frères Idriss, Ahmed et Ibrahim,

A mes « petits » frères Idriss et Ahmed, vous avez très et trop vite grandi… Merci d’avoir été
là pour rythmer ces années avec nos délires et vos éclats de rire. De belles choses arrivent
pour vous, soyez à la hauteur des attentes que l’on porte sur vous et comme vous aimez à le
dire « ikzoo teme». A Ibrahim, toi le petit dernier merci pour tes appels incessants et tes
« snaps » que tu m’envoies et qui m’ont encouragé ; bientôt arrive le tour de moto les petits !

A ma famille, la famille HANNACHI, REGUIGUI, et BENYAHIA,

Merci d’avoir été là et de m’avoir soutenu, encouragé et aidé lorsque j’en avais besoin, merci
pour vos invitations et tout ce que vous avez fait pour nous.

Merci à vous Azza et Lakdhar pour tout ce que vous avez fait, c’est en partie grâce à vous que
j’en suis là aujourd’hui.

13

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
A Yaniss et Tamime,

Merci mes frères d’avoir été là durant toutes ces années, de la P1 jusqu’à maintenant. Entre
nos révisions nocturnes et sans fin jusqu’à nos pauses et parties de foot également sans fin ;
ces moments de galère et de joie partagés, vous avez rendu ces années plus agréables et plus
courtes, sans vous je ne serais pas allé très loin. J’espère que notre amitié restera toujours
aussi forte.

A Mossab, Samir, Bilel et Abdallah,

Peu de mots pour décrire tout ce que je pense de vous mes frères, je vous remercie d’abord
de m’avoir aidé, encouragé et parfois supporté quand il le fallait. De l’Espagne à Lyon en
passant par Montpellier et l’Egypte, toutes ces aventures à vos côtés ont égayé ces sept
longues années de pharmacie. Toutes ces soirées passées ensemble à refaire le monde, à se
projeter, à rigoler entre nous, nos disputes parfois même, restent gravées dans mon esprit, je
sais que ceci n’est que le début et que la route ensemble n’est pas finie, je vous dis tout
simplement merci.

Abdallah, mon frère et confident, nos aventures passées ensemble depuis la P1 jusqu’à
aujourd’hui mériteraient d’être écrites tellement il y en a eu, ces quelques mots ne suffisent
pas pour exprimer mon remerciement pour ton soutien sans faille et ton aide. Je sais que nos
chemins resteront toujours proches, et que nos projets seront à la hauteur de nos espérances.
Une pensée pour Amira, je suis très heureux pour vous deux.

Une dédicace à toi Bilel pour ton aide et ton implication pour cette thèse les derniers jours,
sans toi je n’aurai pas pu aller aussi vite.

A toute l’équipe de Laënnec,

Assad, Driss, Benou, Mounir, Nawfel, Djalyss, Pocket, Zak, Yaniss B, Nadir, Atmane, Omid,
Rima, Soukaïna, Toufik, Liamine, Moudjo et tous les autres ; merci d’avoir été à mes côtés
durant toutes ces années et pour tous ces moments partagés ensemble, des révisions à Obj
aux futsal du jeudi en passant par Wide ! Merci à vous et je vous souhaite plein de bonnes
choses pour la suite.

Une pensée à tous ceux que je n’ai pas nommé mais le cœur y est !

14

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
A Emir,

Une pensée à mon Roumain préféré, malgré la distance on n’oublie pas !

A Zaid,

Mon frérot, mon acolyte de P1, on en a passé des nuits à réviser et rigoler ensemble, toutes
ces heures passées au téléphone, ces foots … tu fais partie de la famille et le meilleur reste à
venir ! Je te remercie pour tout mon ami.

A Sofiane,
Sans toi, ce travail n’aurait pas été aussi rapide, merci pour tes conseils, tes remarques, ces
délires chez Tat’s et tout le reste frérot.

A Clem, Nini, Audrey, Sara, Matthieu et tout le groupe 6,

Une pensée à vous tous qui m’avez accompagné durant toutes ces années, on aura bien rigolé
tous ensemble, je vous remercie pour ces moments partagés.

A Mac, Tiff, Laurine, les Romain, Pierrot, Nico et tous mes amis d’officine,

Merci à vous pour tous ces moments partagés, des soirées champignons aux soirées révisions,
merci pour tout : ces années d’officine n’en sont devenues que plus belles grâce à vous (merci
tiff’ pour les droits d’auteur !). Une dédicace à RP mon frérot, toi-même tu sais.

A toute l’équipe de la Pharmacie Porte des Alpes,

De la deuxième année à la dernière année, vous m’avez vu grandir et évoluer dans cette
pharmacie ; merci de m’avoir aussi bien accueilli et intégré dans votre équipe, merci pour
votre gentillesse à mon égard et tout ce que vous m’avez appris depuis et encore aujourd’hui.
C’est un plaisir de travailler avec vous chaque jour à vos côtés.

Une mention spéciale à Christine B. pour son aide et son implication dans ma thèse.

A Stéphane et la famille FORESTIER,

Je ne pouvais pas conclure sans avoir une pensée pour toi mon ami, mon acolyte et binôme
de pharmacie. Ton départ m’a marqué et nous a tous marqué, tu es parti trop vite ; je garde
de nous d’innombrables souvenirs de ces années ensemble et comme tu le disais « RPZ mon
frère ».
Une pensée pour la famille FORESTIER.
15

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Table des matières :
REMERCIEMENTS .................................................................................................................................. 12
Liste des abréviations ............................................................................................................................ 22
Table des figures ................................................................................................................................... 24
Table des tableaux : .............................................................................................................................. 25
INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 26
1 NUTRITION DU SPORTIF : .............................................................................................................. 29
1.1 Sport et énergie : ................................................................................................................... 29
1.1.1 Le sportif........................................................................................................................ 30
1.1.1.1 Définition ................................................................................................................... 30
1.1.1.2 Bénéfices ................................................................................................................... 31
1.1.2 Le muscle ....................................................................................................................... 34
1.1.2.1 Le tissu musculaire .................................................................................................... 34
1.1.2.1.1 Classification des muscles ................................................................................... 34
1.1.2.1.2 Le muscle squelettique ....................................................................................... 34
1.1.2.1.2.1 Présentation ................................................................................................. 34
1.1.2.1.2.2 Classification du muscle strié ....................................................................... 36
1.1.2.1.2.2.1 Fibres musculaires de type I .................................................................. 36
1.1.2.1.2.2.2 Fibres musculaires de type IIa ............................................................... 36
1.1.2.1.2.2.3 Fibres musculaires de type IIb............................................................... 36
1.1.2.1.2.3 Durant l’effort .............................................................................................. 37
1.1.2.2 En musculation .......................................................................................................... 39
1.1.2.2.1 Exercices polyarticulaires .................................................................................... 39
1.1.2.2.2 Exercices d’isolation ............................................................................................ 40
1.1.2.2.3 Différentes sollicitations ..................................................................................... 41
1.1.2.2.3.1 Mouvement isocentrique............................................................................. 41
1.1.2.2.3.1.1 Principe ................................................................................................. 41
1.1.2.2.3.1.2 Avantages .............................................................................................. 41
1.1.2.2.3.1.3 Inconvénients ........................................................................................ 41
1.1.2.2.3.2 Mouvement concentrique ........................................................................... 42
1.1.2.2.3.2.1 Principe ................................................................................................. 42
1.1.2.2.3.2.2 Avantages .............................................................................................. 42
1.1.2.2.3.2.3 Inconvénients ........................................................................................ 42
1.1.2.2.3.3 Mouvement excentrique ............................................................................. 42
1.1.2.2.3.3.1 Principe ................................................................................................. 42
1.1.2.2.3.3.2 Avantages .............................................................................................. 43

16

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.2.2.3.3.3 Inconvénients ........................................................................................ 43
1.1.3 L’ATP, réservoir énergétique ......................................................................................... 44
1.1.3.1 Définition ................................................................................................................... 44
1.1.3.2 Rôle............................................................................................................................ 44
1.1.3.3 Régulation ................................................................................................................. 45
1.1.4 Les voies de formation de l’ATP .................................................................................... 45
1.1.4.1 Voie Anaérobie Alactique .......................................................................................... 45
1.1.4.2 Voie Anaérobie Lactique ........................................................................................... 46
1.1.4.3 Voie Aérobie Alactique .............................................................................................. 46
1.2 Les macronutriments comme source d’énergie ................................................................... 47
1.2.1 Les glucides.................................................................................................................... 47
1.2.1.1 Présentation .............................................................................................................. 47
1.2.1.2 Classification.............................................................................................................. 47
1.2.1.2.1 Glucides simples .................................................................................................. 48
1.2.1.2.2 Glucides complexes ............................................................................................. 48
1.2.1.2.3 L’index glycémique : ............................................................................................ 49
1.2.1.3 Rôles .......................................................................................................................... 51
1.2.1.4 Sources de glucides ................................................................................................... 52
1.2.1.5 Apports et besoins en glucides ................................................................................. 53
1.2.1.5.1 Dans la population générale ............................................................................... 53
1.2.1.5.2 Chez le sportif...................................................................................................... 53
1.2.1.6 Régulation ................................................................................................................. 54
1.2.1.7 Métabolisme ............................................................................................................. 54
1.2.1.7.1 Catabolisme glucidique ....................................................................................... 55
1.2.1.7.1.1 La glycolyse .................................................................................................. 55
1.2.1.7.1.1.1 Les différentes étapes ........................................................................... 55
1.2.1.7.1.1.2 Bilan énergétique .................................................................................. 55
1.2.1.7.1.1.3 Régulation de la glycolyse ..................................................................... 57
1.2.1.7.1.2 Métabolisme du pyruvate ............................................................................ 57
1.2.1.7.1.3 Cycle de Krebs .............................................................................................. 57
1.2.1.7.2 Bilan énergétique du catabolisme glucidique ..................................................... 59
1.2.1.7.3 Réserve glucidique .............................................................................................. 59
1.2.1.7.3.1 Glycogénogenèse ......................................................................................... 59
1.2.1.7.3.2 Glycogénolyse .............................................................................................. 59
1.2.1.7.3.3 Régulation du métabolisme ......................................................................... 59
1.2.1.7.4 Anabolisme glucidique ........................................................................................ 60
1.2.1.7.4.1 La néoglucogenèse ....................................................................................... 60
17

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.2 Les lipides ...................................................................................................................... 61
1.2.2.1 Présentation .............................................................................................................. 61
1.2.2.2 Classification et structure des lipides ........................................................................ 61
1.2.2.3 Rôles .......................................................................................................................... 62
1.2.2.4 Sources ...................................................................................................................... 64
1.2.2.5 Métabolisme des lipides ........................................................................................... 64
1.2.2.5.1 Lipolyse................................................................................................................ 64
1.2.2.5.2 Lipogenèse .......................................................................................................... 65
1.2.2.5.3 Catabolisme des lipides ....................................................................................... 65
1.2.2.6 Régulation du métabolisme lipidique ....................................................................... 66
1.2.2.7 Apports et besoins en lipides .................................................................................... 67
1.2.2.7.1 Dans la population générale : ............................................................................. 67
1.2.2.7.2 Chez le sportif :.................................................................................................... 67
1.2.2.8 Interrelation glucides-lipides et activité physique .................................................... 68
1.2.3 Les protéines ................................................................................................................. 71
1.2.3.1 Présentation .............................................................................................................. 71
1.2.3.2 Rôles .......................................................................................................................... 71
1.2.3.3 Régulation ................................................................................................................. 72
1.2.3.3.1 Hormones anabolisantes .................................................................................... 72
1.2.3.3.1.1 L’insuline ...................................................................................................... 72
1.2.3.3.1.2 L’Hormone de croissance ............................................................................. 72
1.2.3.3.1.3 Les Catécholamines ...................................................................................... 73
1.2.3.3.2 Hormones catabolisantes.................................................................................... 73
1.2.3.3.2.1 Les Glucocorticoïdes .................................................................................... 73
1.2.3.3.2.2 Le Glucagon .................................................................................................. 73
1.2.3.4 Métabolisme des protéines....................................................................................... 73
1.2.3.4.1 Néoglucogenèse : ................................................................................................ 75
1.2.3.4.1.1 Relation lactate-pyruvate............................................................................. 75
1.2.3.4.1.2 Le cycle alanine-glucose ............................................................................... 76
1.2.3.4.1.3 Le glycérol .................................................................................................... 77
1.2.3.4.2 Cétogenèse :........................................................................................................ 77
1.2.3.5 Protéines et activité physique ................................................................................... 78
1.2.3.6 Apports et besoins en protéines ............................................................................... 79
1.2.3.6.1 Dans la population générale ............................................................................... 79
1.2.3.6.2 Chez le sportif...................................................................................................... 79
1.2.3.7 Sources ...................................................................................................................... 79
1.3 Nutrition et musculation ....................................................................................................... 80
18

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.3.1 Diététique de l’entrainement........................................................................................ 80
1.3.1.1 Avant entrainement .................................................................................................. 80
1.3.1.2 Pendant entrainement .............................................................................................. 82
1.3.1.3 Après entrainement .................................................................................................. 84
1.3.2 Prise de masse ............................................................................................................... 85
1.3.2.1 Définition ................................................................................................................... 85
1.3.2.2 Intérêts ...................................................................................................................... 85
1.3.2.3 En pratique ................................................................................................................ 86
1.3.3 Phase de « Sèche » ........................................................................................................ 87
1.3.3.1 Définition ................................................................................................................... 87
1.3.3.2 Intérêts ...................................................................................................................... 87
1.3.3.3 En pratique ................................................................................................................ 88
1.3.4 Maintenance ................................................................................................................. 89
1.3.4.1 Définition ................................................................................................................... 89
1.3.4.2 Intérêts ...................................................................................................................... 89
1.3.4.3 En pratique ................................................................................................................ 89
2 LES RISQUES DE DERIVES EN MUSCULATION :.............................................................................. 91
2.1 Utilisation de protéines à haute dose ................................................................................... 91
2.1.1 Rappels .......................................................................................................................... 91
2.1.2 Les risques pour la santé ............................................................................................... 92
2.1.2.1 A court terme ............................................................................................................ 92
2.1.2.2 A long terme .............................................................................................................. 95
2.2 Les Compléments Alimentaires utilisés en musculation ....................................................... 97
2.2.1 Le complément alimentaire .......................................................................................... 97
2.2.1.1 Définition ................................................................................................................... 97
2.2.1.1.1 Objectif ................................................................................................................ 97
2.2.1.1.2 Composition ........................................................................................................ 98
2.2.1.1.3 Présentation ........................................................................................................ 98
2.2.1.2 Encadrement ............................................................................................................. 98
2.2.1.3 Engagement qualité .................................................................................................. 99
2.2.1.4 Nutrivigilance ............................................................................................................ 99
2.2.2 Les poudres de protéines .............................................................................................. 99
2.2.2.1 Gainer ...................................................................................................................... 100
2.2.2.2 Whey ....................................................................................................................... 100
2.2.2.3 Isolat ........................................................................................................................ 101
2.2.2.4 Caséine .................................................................................................................... 102
2.2.2.5 Les protéines végétales ........................................................................................... 102
19

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.3 Les BCAA ...................................................................................................................... 103
2.2.3.1 Présentation des différents acides aminés ............................................................. 103
2.2.3.1.1 Les acides aminés essentiels ............................................................................. 104
2.2.3.1.2 Les acides aminés non essentiels ...................................................................... 105
2.2.3.2 Supplémentation en BCAA ...................................................................................... 111
2.2.3.2.1 Intérêts .............................................................................................................. 111
2.2.3.2.2 Rôles .................................................................................................................. 111
2.2.3.2.3 Lesquels ............................................................................................................. 113
2.2.4 Les compléments alimentaires enrichis en lipides ...................................................... 114
2.2.4.1 Rappels .................................................................................................................... 114
2.2.4.2 Intérêts .................................................................................................................... 117
2.2.5 La Créatine................................................................................................................... 118
2.2.5.1 Présentation ............................................................................................................ 118
2.2.5.2 La créatine dans l’organisme ................................................................................... 119
2.2.5.3 Effets d’une supplémentation en créatine.............................................................. 121
2.2.5.4 Les différentes créatines ......................................................................................... 122
2.2.5.5 La créatine chez le sportif ....................................................................................... 123
2.2.5.6 Usage de la créatine ................................................................................................ 124
2.2.5.7 Effets Indésirables de la créatine ............................................................................ 125
2.2.6 Vitamines et minéraux ................................................................................................ 127
2.2.6.1 Les vitamines ........................................................................................................... 127
2.2.6.2 Les minéraux ........................................................................................................... 128
2.2.6.3 Les oligoéléments .................................................................................................... 129
2.2.7 Autres compléments alimentaires .............................................................................. 130
2.2.7.1 Brûleurs de graisse .................................................................................................. 130
2.2.7.1.1 CLA..................................................................................................................... 130
2.2.7.1.2 L-Carnitine : ....................................................................................................... 132
2.2.7.1.3 Caféine .............................................................................................................. 133
2.2.7.2 Testostérone et compléments alimentaires ........................................................... 135
2.2.7.2.1 Le « ZMA » : Zinc et Magnésium ....................................................................... 135
2.2.7.2.2 Le Tribulus ......................................................................................................... 135
2.3 Le risque de dopage ............................................................................................................ 136
2.3.1 Le dopage .................................................................................................................... 136
2.3.1.1 Définition ................................................................................................................. 136
2.3.1.2 Règlementation ....................................................................................................... 137
2.3.2 Dans les compléments alimentaires ........................................................................... 139
2.3.2.1 Cas de substances dopantes ................................................................................... 139
20

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.3.2.2 L’achat de compléments alimentaires .................................................................... 140
2.3.3 Au comptoir ................................................................................................................. 141
2.3.4 Risques pour la santé .................................................................................................. 142
3 EN OFFICINE : .............................................................................................................................. 145
3.1 Que faire face à une demande spontanée .......................................................................... 145
3.1.1 Estimer le besoin de la personne ................................................................................ 145
3.1.1.1 L’IMC........................................................................................................................ 145
3.1.1.2 Les morphotypes ..................................................................................................... 146
3.1.1.3 Le calcul calorique ................................................................................................... 150
3.1.1.4 Besoin d’un complément alimentaire ? .................................................................. 155
3.1.2 Orienter sur le bon CA ................................................................................................. 157
3.1.3 Conseils aux sportifs .................................................................................................... 158
3.2 Promouvoir une bonne utilisation des compléments alimentaires .................................... 160
3.3 Prévention de la santé ........................................................................................................ 161
CONCLUSION ....................................................................................................................................... 163
BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................... 166

21

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Liste des abréviations
OMS : Organisation Mondiale de la Santé

PNNS : Programme National Nutrition Santé

HAS : Haute Autorité de Santé

ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l’environnement et du


travail

HDL : High Density Lipoprotein

LDL : Low Density Lipoprotein

APS : Activité physique et sportive

ATP : Adénosine TriPhosphate

ADP : Adénosine DiPhosphate

CA : Complément Alimentaire

IG : Index Glycémique

ADN : Acide DésoxyriboNucléique

ARN : Acide RiboNucléique

AET : Apport Energétique Total

AFSSA : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (devenue ANSES depuis)

NADH : Nicotinamide adénine dinucléotide (forme réduite)

AcoA : Acétyl-Coenzyme-A

AA: Acide(s) Aminé(s)

PPG : Phosphoglycérides

TG : Triglycérides

AG : Acides Gras

AGS : Acides Gras Saturés

AGMI : Acides Gras Mono-Insaturés

AGPI : Acides Gras Poly-Insaturés

ANC : Apport(s) Nutritionnel(s) Conseillé(s)

DET : Dépense Energétique Totale

22

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
DFG : Débit de Filtration Glomérulaire

DGCCRF : Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des


Fraudes

AFNOR : Association française de normalisation

BCAA: Branched-Chain Amino-Acids

NM/NT: Neuromédiateur / Neurotransmetteur

GABA : Acide γ-aminobutyrique

Ach : Acétylcholine

Pg : Prostaglandines

Cr /PCr : Créatine / Phosphocréatine

CNOSF : Comité National Olympique et Sportif Français

CIO : Comité International Olympique

CLA : Acide Linoléique Conjugué

EFSA : European Food Safety Authority

AMA : Agence Mondiale Antidopage

ASE : Agents Stimulants de l’Erythropoïèse

EPO : Erythropoïétine

SAA : Stéroïdes Androgènes Anabolisants

THC : TétraHydroCannabinol

DMAA : 1,3-diméthylamylamine

2,4-DNP : 2,4-dinitrophénol

FFHMFAC : Fédération Française d’Haltérophilie, Musculation, Force Athlétique et Culturisme

SFMES : Société Française de Médecine de l’Exercice et du Sport

SFNS : Société Française de Nutrition du Sport

CESPHARM : Comité d'éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française

MILDECA : Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives

AMPD : Antenne Médicale Prévention Dopage

23

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Table des figures
Figure 1-Les différents niveaux de la pratique physique et sportive (2)............................................... 29
Figure 2-Pyramide de l'exercice : activité physique et sportive (5) ..................................................... 30
Figure 3- Anatomie du muscle strié squelettique (17).......................................................................... 35
Figure 4-Sarcomère & filaments (22) .................................................................................................... 38
Figure 5-Contraction musculaire par glissement (22) ........................................................................... 39
Figure 6-Structure de l'ATP et de l'ADP (24) ......................................................................................... 44
Figure 7-Contribution relative des 3 sources énergétiques (22) .......................................................... 47
Figure 8-Monosaccharides : structure du glucose, galactose et fructose (9) ....................................... 48
Figure 9-Index Glycémique de quelques aliments (30) ......................................................................... 50
Figure 10-La glycolyse anaérobie (37) ................................................................................................... 56
Figure 11-Le cycle de Krebs (37) ........................................................................................................... 58
Figure 12-Structure d'un acide gras (27) ............................................................................................... 61
Figure 13-Propriétés physicochimiques d'un AG (28) ........................................................................... 62
Figure 14-Dépense énergétique & intensité de l'exercice (22)............................................................. 69
Figure 15-Dépense énergétique & durée de l'exercice (22) ................................................................. 69
Figure 16-Dépense énergétique & entrainement (22) ......................................................................... 70
Figure 17-Crossover concept (22) ......................................................................................................... 70
Figure 18-Schéma général du métabolisme protéique chez l'homme (52) .......................................... 74
Figure 19-Métabolisme des lactates (22) .............................................................................................. 75
Figure 20-Oxydation des acides aminés au niveau hépatique (25) ...................................................... 77
Figure 21-Structures chimiques des acides aminés (49) ..................................................................... 110
Figure 22-Apport en AA ramifiés et effets potentiels attendus (25) .................................................. 113
Figure 23-Carnitine et métabolisme des acides gras (27) ................................................................... 132
Figure 24-Caféine et autres bases xanthiques (100) ........................................................................... 133
Figure 25-Classification de l'IMC (157) ................................................................................................ 145
Figure 26-Les différents morphotypes (160)....................................................................................... 148
Figure 27-Apport calorique des macronutriments (55) ...................................................................... 153
Figure 28-Représentation de l'équilibre énergétique de l'organisme (55) ......................................... 153
Figure 29-Proportion des sujets pratiquant ou ayant pratiqué un régime dans l'année (157) .......... 154

24

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Table des tableaux :
Tableau 1- Classification des fibres musculaires squelettiques (22) ..................................................... 37
Tableau 2-Classification des Glucides (30) ............................................................................................ 49
Tableau 3-Index glycémique de quelques aliments et ingrédients glucidiques (31) ............................ 51
Tableau 4-Quantité de glucides dans différents aliments (33) ............................................................. 52
Tableau 5-Composition en lipides de quelques huiles végétales (en %) (32) ....................................... 64
Tableau 6-Description du stock énergétique d’un individu « standard » (25)...................................... 68
Tableau 7-Objectifs indicatifs d'alimentation avant effort (38) ............................................................ 82
Tableau 8-Suggestions d'alimentation pendant un effort (38) ............................................................. 84
Tableau 9-Exemple de répartition type à adapter en période de prise de masse (24) ........................ 87
Tableau 10-Exemple de répartition type à adapter en période de sèche (24) ..................................... 89
Tableau 11-Exemple de répartition type à adapter en période de maintenance (24) ......................... 90
Tableau 12-L'indice PRAL (58) ............................................................................................................... 93
Tableau 13-Indice PRAL de quelques aliments (58) .............................................................................. 94
Tableau 14-Rôles des acides gras ω3 et ω6 sur l'organisme (39) ....................................................... 116
Tableau 15-Propriétés générales des Vitamines (9) ........................................................................... 128
Tableau 16-Propriétés générales des sels minéraux et oligoéléments (9) ......................................... 129
Tableau 17-Effets du CLA sur l'organisme (9) ..................................................................................... 131
Tableau 18-Calcul théorique de la Dépense Energétique Totale (36) ................................................ 152
Tableau 19-Estimer le besoin de compléments alimentaire (9) ......................................................... 156

25

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
INTRODUCTION

La pratique de la musculation, dont le but est l’amélioration des qualités musculaires, est
aujourd’hui pratiquée par un grand nombre de personnes en raison notamment des réseaux
sociaux où la culture du « corps parfait » est prônée par ces personnes « influenceurs ».

Cette activité est à la base de la pratique du culturisme, de la force athlétique ou de


l’haltérophilie mais également présente dans la préparation physique de nombreux sports
(athlétisme, football etc.). Le développement de la masse musculaire et la diminution de la
masse grasse sont des objectifs poursuivis par des millions de personnes. De ce fait, la
musculation à visée esthétique est un des principaux objectifs de la pratique de ce sport sans
compter les nombreux bienfaits pour la santé.

Ainsi, de nombreux sportifs de tout âge, de tous niveaux et souhaitant participer à une
manifestation sportive peuvent avoir recours à des compléments alimentaires afin
d’améliorer leurs performances physiques.

Cette pratique, culturelle dans ces milieux de sports de force, est de plus en plus répandue
parmi le grand public et s’est banalisée, parfois même chez les plus jeunes pratiquants : ceci
est en adéquation avec le marché des compléments alimentaires en France qui a progressé
de 6,4 % en 2014, l’officine étant le circuit de distribution privilégié (51 % des ventes totales).
D’autres circuits peuvent cependant prédominer tels que les magasins spécialisés et la vente
sur internet.

Certains compléments alimentaires peuvent contenir des substances dopantes avec pour
risque, pour les sportifs qui les consomment, d’être déclarés positifs suite à un contrôle
antidopage et de faire l’objet de sanctions ; sans oublier les effets indésirables pour
l’organisme imputables à ces substances dangereuses.

Ainsi quels seront les conseils nutritionnels à respecter chez les pratiquants de musculation et
quels sont les choix possibles de compléments alimentaires en termes d’efficacité et
d’innocuité que peut conseiller le pharmacien d’officine ?

26

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Pour répondre à cette question, nous étudierons dans un premier temps la physiologie de
l’exercice musculaire, dépendante de l’alimentation et donc de la biochimie métabolique ;
nous permettant d’observer l’ensemble des réactions chimiques de l’organisme liées à la
pratique de l’exercice physique.

Une seconde partie sera réservée à la consommation des compléments alimentaires par les
sportifs et les risques potentiels qui en découlent.

Enfin, nous aborderons dans une troisième partie le rôle que peut avoir le pharmacien
d’officine en terme de santé publique concernant la diététique de la musculation, l’utilisation
des compléments alimentaires, le suivi du sportif à l’officine tout en évitant les risques
possibles de dérives chez ces derniers.

27

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
28

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1 NUTRITION DU SPORTIF :

1.1 Sport et énergie :


Aujourd’hui la pratique d’une activité physique est préconisée à tous les niveaux et fait l’objet
d’un message de promotion et de sensibilisation par les pouvoirs publics : cette
démocratisation du sport est illustrée par des chiffres : une enquête Eurobaromètre a été
menée par la Commission européenne sur un échantillon non négligeable (26 788 citoyens) et
a révélé les habitudes sportives de ces derniers : 40% de ces personnes font du sport une fois
par semaine. (1)

Le sport aujourd’hui fait donc partie du quotidien et de nombreuses personnes pratiquent une
activité physique que ce soit au niveau amateur ou bien professionnel.
Cette tendance se voit au niveau national également avec près de deux personnes sur trois
qui reconnaissent avoir pratiqué, au cours des douze derniers mois, une activité physique ou
sportive au moins une fois par semaine selon une enquête menée en 2010. (2)

Figure 1-Les différents niveaux de la pratique physique et sportive (2)

29

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.1 Le sportif

1.1.1.1 Définition
Selon l’OMS, l’activité physique se définit par tout mouvement produit par les muscles
squelettiques, responsable d’une augmentation de la dépense énergétique. Le sport est,
quant à lui, un sous-ensemble de l’activité physique, spécialisé et organisé.

Le sport est donc la forme la plus sophistiquée de l’activité physique, cependant l’activité
physique ne se réduit pas seulement au sport, elle englobe également les activités physiques
de la vie quotidienne. (3) (4)

L’OMS recommande d’effectuer l’équivalent de 10 000 pas quotidiens comme minimum


d’activité physique requise pour se maintenir en forme et préserver son capital santé.
Le sportif lui pratique plus de deux entrainements par semaine et une compétition par mois.
(5)

Figure 2-Pyramide de l'exercice : activité physique et sportive (5)

30

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
En France, les recommandations actuelles en matière d’activité physique ont été élaborées
par le Ministère de la Santé avec la création du Programme National Nutrition Santé,
communément appelé PNNS ayant pour objectif principal la diminution de l’incidence des
pathologies cardiovasculaires et chroniques.

Le PNNS recommande la pratique de la marche soutenue ou équivalent pendant 30 minutes


chaque jour de la semaine.
De plus les activités de la vie courante ont été intégrées dans l’activité physique, ainsi le cumul
de ces petits efforts vise à atteindre ces 30 min d’activité journalière.

Ce programme national a pour but principal la promotion de l’activité physique au service


d’une meilleure santé, l’objectif principal étant la lutte contre l’obésité et ainsi diminuer
l’incidence des pathologies cardiovasculaires et chroniques. (6)

1.1.1.2 Bénéfices
 Sur le bien-être :

Les motivations et bénéfices qui nous poussent à effectuer des activités physiques et sportives
sont nombreuses et variées. On retrouve souvent comme thématique le développement de
notre bien-être, ceci passe d’abord par le plaisir à effectuer ces activités physiques ou
sportives. En effet si ce plaisir n’est pas présent, les performances ne seront pas au rendez-
vous mais également la fréquence de ces activités va diminuer.

On retrouve également d’autres thématiques comme le dépassement de soi et la création de


relations sociales. Le sport, peu importe le niveau, est un vecteur de dépassement de soi et
un outil de motivation très puissant qui va permettre au sportif de donner le maximum de lui-
même, de toujours chercher à repousser ses limites. Il permet également d’entretenir et de
créer des relations sociales.

31

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
La gestion du stress et du sommeil grâce au sport est aussi très importante, le sport permet
de se concentrer sur autre chose que les tracas et les problèmes du quotidien et permet de
les aborder avec plus de sérénité. Le sport sert donc d’antidépresseur naturel et est tout aussi
efficace. En plus du moral, le sommeil sera lui aussi amélioré. Des études menées sur des
personnes insomniaques ou des dépressifs ont ainsi montré que l’activité physique et sportive
permet d’améliorer le sommeil et le moral de ces personnes. (7)

Enfin le dernier aspect est celui de la perte du poids et du maintien de la forme, l’obésité étant
devenue un problème de santé majeur dans de nombreux pays, la pratique du sport est
devenue la figure de proue pour préserver et améliorer notre capital santé. Ainsi la HAS et
l’ANSES recommandent une activité physique structurée au moins deux fois par semaine en
prévention des maladies cardiovasculaires et de l’obésité. (8)

La pratique régulière d’activités physiques d’intensité modérée va donc pleinement


contribuer au bien-être et à la qualité de vie.

 Sur la santé :

Le bénéfice du sport sur la santé est connu de tous, tous les professionnels de santé sont
unanimes : faire du sport est bon pour la santé. Il a été démontré que quinze minutes
seulement d’activité physique quotidienne augmentent l’espérance de vie de trois ans. (9)

Après l’âge de 40 ans, marcher rapidement pendant 75 min par semaine pourrait allonger la
durée de la vie de deux ans ; avec l’équivalent d’une heure de marche rapide par jour cette
durée de vie augmenterait à quatre ans. (10)

Une réduction de la mortalité générale comprise entre 2% et 58% est observée selon le type
et le niveau d’activité considérée et selon le niveau d’études, autant de variables qui vont agir
sur la mise en place d’une activité physique ou non. (4)

- la pratique d’une activité physique et sportive va également avoir des conséquences sur le
profil métabolique. En effet les personnes effectuant une activité physique modérée régulière
présentent des taux de cholestérol HDL, communément appelés « bon cholestérol », 20-30%
supérieurs que les personnes inactives. On observe également une diminution du « mauvais

32

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
cholestérol » qui est représenté par le cholestérol LDL. Ces mécanismes s’expliquent par une
augmentation de l’activité d’enzymes comme les lipoprotéines lipases musculaires et du tissu
adipeux qui vont découper les triglycérides en acides gras simples. De plus l’entrainement
physique améliore l’action de l’insuline et l’utilisation du glucose au niveau métabolique et
musculaire.

-le risque de cancer est également diminué grâce à l’activité physique et sportive (APS), c’est
ce qu’indiquent des études d’observations : le risque d’incidence de cancer et de mortalité
associée étant inférieur chez les personnes que l’on qualifiera d’actives. Ainsi chez les femmes
atteintes d’un cancer du sein localisé et pratiquant une activité physique égale à 150 minutes
par semaine divisées en trois séances, le risque de mortalité est réduit de 34%. Cet effet est
également retrouvé chez les personnes atteintes de cancer du côlon, pour une activité
physique encore plus soutenue, correspondant à environ 1000kcal par semaine. (11)

L’APS va également avoir des effets positifs sur le système osseux et sur l’immunité. D’une
part l’exercice physique va renforcer la densité osseuse, augmenter la souplesse articulaire et
l’amplitude des mouvements et ainsi diminuer le risque d’ostéoporose sur le long terme.
D’autre part les défenses immunitaires seront stimulées lors d’exercices modérées en
intensité et en volume, elles peuvent cependant diminuer dans le cas d’exercices intenses.

Enfin une APS améliorerait les performances cognitives en améliorant le bien être
psychologique de la personne, en outre l’incidence des maladies neurodégénératives serait
également diminuée. (12)

Selon l’OMS, pratiquer une activité physique régulière et adaptée va permettre :


- de réduire le risque d'hypertension, de cardiopathies coronariennes, d'accident vasculaire
cérébral, de diabète, de cancer du sein et du côlon, de dépression et de chute;
-d’améliorer l'état des os et la santé fonctionnelle ; et est un déterminant clé de la dépense
énergétique et est donc fondamental pour l'équilibre énergétique et le contrôle du poids. (3)
(13)

33

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Toutes ces données nous permettent de conclure et nous montrent que le sport, pratiqué
quotidiennement et/ou à des hauts niveaux d’entrainements chez les sportifs, contribue et
présente de nombreux bénéfices pour la santé.

1.1.2 Le muscle

1.1.2.1 Le tissu musculaire


En musculation plus que dans n’importe quel autre sport, les muscles seront sollicités
quotidiennement et, nous le verrons par la suite, selon des régimes de contractions
particuliers ; nous allons voir tout d’abord de plus près les éléments entrant en jeu lors de la
contraction des muscles.

1.1.2.1.1 Classification des muscles


Le tissu musculaire est caractérisé par une propriété physiologique qui lui est propre : la
contractilité. Cette possibilité est assurée par les cellules qui le constituent : les myocytes.

Dans l’organisme on retrouve différents types de cellules musculaires : on différencie le


muscle strié squelettique à contraction volontaire, le muscle lisse à contraction involontaire
et le muscle cardiaque à contraction automatique. (14)

Le muscle strié sert ainsi de support pour porter et déplacer le squelette, il est innervé par le
système nerveux autonome.

Ces différents muscles sont sollicités en musculation : lors de l’effort il y a une augmentation
de la fréquence cardiaque ainsi le muscle cardiaque est stimulé en réponse à l’effort ; les
muscle lisses sont indirectement impliqués en raison de l’action facilitatrice de l’activité
physique sur ces derniers : c’est le cas par exemple de la musculation des abdominaux pouvant
faciliter le transit intestinal ; et principalement le muscle squelettique. (15)

1.1.2.1.2 Le muscle squelettique

1.1.2.1.2.1 Présentation
Le muscle strié squelettique est rattaché au squelette par l’intermédiaire des tendons, et est
composé de fibres musculaires juxtaposées parallèlement et organisées en faisceaux. Ces
fibres s’apparentent à de longues formes cylindriques contenant noyaux, mitochondries,
réticulum endoplasmique et myofibrilles. Chaque fibre musculaire est donc formée de
34

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
myofibrilles eux-mêmes organisées en faisceaux, et contenant des structures contractiles : les
filaments fins d’actine et les filaments épais de myosine. (16)

Plusieurs couches de tissus conjonctifs séparent et protègent les nombreux composants du


muscle squelettique. L’endomysium sépare chaque fibre musculaire, le périmysium organise
de 10 à 100 fibres musculaires en faisceaux et l’épimysium est la couche extérieure qui
enveloppe tout le muscle. Ces membranes fournissent des fibres de collagène aux tissus
conjonctifs qui attachent le muscle à d’autres structures (muscle, os, tendons).

Figure 3- Anatomie du muscle strié squelettique (17)

Le muscle squelettique sera donc celui qui nous intéresse le plus dans le cadre d’un
développement musculaire chez le sportif en musculation ; au niveau anatomique il est
constitué d’un ensemble de fibres musculaires ou myocytes, un myocyte étant l’assemblage
de plusieurs myofibrilles.

Il s’agit d’un organe plastique dont la masse peut varier en fonction de situations
physiologiques telles que l’exercice ; une activité musculaire accrue (comme l’entraînement
du sportif) entraînera ainsi une hypertrophie.

35

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.2.1.2.2 Classification du muscle strié
On distingue trois principaux types de fibres musculaires squelettiques, variant selon leur
teneur en myoglobines, nommées fibres rouges, fibres intermédiaires ou fibres blanches. (18)

1.1.2.1.2.2.1 Fibres musculaires de type I


Ce sont des fibres rouges de petite taille, 26 µm de diamètre. Elles possèdent un réseau
capillaire très dense, chaque fibre étant en contact avec 6 à 8 capillaires. Ces fibres sont riches
en mitochondries, qui correspondent aux « centrales énergétiques » de l’organisme. Elles ont
une activité tonique de petite puissance mais pour une longue durée, elles se contractent donc
lentement mais sont très résistantes à la fatigue. Elles sont principalement sollicitées pour un
métabolisme aérobie oxydatif et sont donc nommées fibres oxydatives ou communément
appelées « fibres de l’endurance » : elles sont ainsi adaptées aux efforts longs et en condition
aérobie tels que le marathon, ou le ski de fond à titre d’exemples.

1.1.2.1.2.2.2 Fibres musculaires de type IIa


Ce sont des fibres de couleur et de taille intermédiaires, d’environ 28 µm de diamètre. Elles
ont une activité tonico-phasique, ce qui leur permet de se contracter rapidement et d’être
résistantes à la fatigue. Elles présentent une bonne capacité anaérobie et aérobie, elles sont
donc communément appelées fibres intermédiaires.

1.1.2.1.2.2.3 Fibres musculaires de type IIb


Ce sont des fibres blanches et de grande taille, 46 µm de diamètre. Elles sont caractérisées
par une activité phasique de grande puissance mais de courte durée, elles se contractent donc
très rapidement mais sont également très fatigables. Les fibres IIb sont riches en glycogène
mais pauvre en mitochondries, elles seront principalement sollicitées pour un métabolisme
anaérobie et sont donc nommées fibres glycolytiques. Ces fibres à contraction rapide sont
adaptées aux efforts brefs et intenses, en anaérobie, tels que le sprint ou l’haltérophilie.

36

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 1- Classification des fibres musculaires squelettiques (22)

1.1.2.1.2.3 Durant l’effort


Comme vu précédemment la propriété de contractilité est propre aux fibres musculaires, et
portée par des unités contractiles présentes dans la myofibrille.

La myofibrille est l’unité de base de la fibre musculaire squelettique, son raccourcissement


permet la contraction du muscle. Les myofibrilles sont constituées d’une répétition de
sarcomères.
Dans un sarcomère on retrouve ces protéines contractiles que sont les filaments épais de
myosine, bipolaires et autoassemblés, associés en quinconce avec des microfilaments plus fins
d’actine.

37

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 4-Sarcomère & filaments (22)

La contraction musculaire est observée lors du rapprochement de deux disques Z jusqu’à une
distance de 1,2 µm environ (alors qu’ils sont distants de 2,2 µm environ lorsque le muscle est
relâché). Ceci est possible par le déplacement des filaments d’actine sur les têtes de myosine
qui pivotent en réponse à une élévation de la concentration intracellulaire en ions Ca2+.

La contraction musculaire est donc permise grâce à l'interaction entre ces deux types de
filaments : elle est réalisée par le raccourcissement des fibres musculaires et résulte du
glissement actif des filaments épais de myosine entre les filaments fins d'actine. (14)

38

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 5-Contraction musculaire par glissement (22)

1.1.2.2 En musculation
La musculation possède plusieurs régimes de contraction, et est basée sur l’application du
principe de surcharge progressive, principe sur lequel se base la plupart des méthodes
d’entraînement. (19)

La musculation, retrouvée bien sûr dans le bodybuilding, l’haltérophilie, le fitness ou tous les
autres sports nécessitant une phase de force, va faire intervenir de nombreuses contraintes
sur le muscle et le solliciter de différentes façons et ainsi permettre de travailler différents
aspects tels que l’endurance, la force, ou le volume musculaire. (20)

On peut grossièrement classer les exercices de musculation en deux parties distinctes : les
exercices poly-articulaires et les exercices d’isolation.

1.1.2.2.1 Exercices polyarticulaires


Ce type d’exercice permet de solliciter lors d’un même exercice de nombreux muscles en une
seule fois, ils sont très complets et font partie des exercices de base que l’on retrouve souvent
dans toutes les préparations physiques.

39

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Nous pouvons par exemple s’intéresser au squat, qui va faire travailler le membre inférieur
dans son ensemble : il consiste à effectuer une flexion du genou, donc du fémur par rapport
au tibia, en induisant également une bascule du bassin vers l’avant.
Ainsi, les muscles sollicités seront très nombreux : les principaux seront les quadriceps, les
ischio-jambiers, les adducteurs, le muscle grand fessier, et dans une moindre mesure le triceps
sural, les nombreux muscles stabilisateurs du bassin mais également certains muscles du
membre supérieur.
Ces exercices se font avec une charge apposée sur les trapèzes et exercent une force et une
contrainte importantes aux muscles, ce sont donc des exercices qui vont puiser très vite dans
le stock d’énergie car ils sont très épuisants et très demandeurs d’énergie.

1.1.2.2.2 Exercices d’isolation


A l’opposé des exercices polyarticulaires on retrouve les exercices d’isolation, qui sont plutôt
utilisés en fin de séance pour un travail plus spécifique et plus ciblé sur un muscle.
On peut prendre l’exemple du curl biceps qui va consister à ramener une charge en ayant
comme point de départ les bras tendus (jamais en totale extension pour préserver les tendons
et les articulations) et arriver en position finale à une complète contraction des biceps.
Ici, les muscles du bras comme le biceps brachial, le brachial antérieur et le long supinateur
vont intervenir mais le travail appliqué avec ce type d’exercice reste localisé.

40

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.2.2.3 Différentes sollicitations
Les sollicitations imposées aux muscles lors d’exercices de force en musculation sont diverses
et variées, on décompose ainsi les exercices de musculation selon des termes précis.

On retrouve ainsi différents paramètres variables tels que le nombre de séries, le nombre de
répétitions, le tempo utilisé pour la répétition, mais également le temps de repos. Une
répétition va consister à appliquer une amplitude complète ou quasi-complète en partant
d’une situation de départ où le muscle est en extension et se retrouver à l’arrivée en
contraction puis revenir à son point de départ. Ceci va définir ce qu’on appelle une répétition,
et la continuité de ces répétitions va définir une série. Ces séries étant entrecoupées d’un
temps de repos pouvant varier.

Il existe différents types de contractions, on compte trois contractions majeures : les


contractions excentriques, les contractions isométriques ainsi que les contractions
concentriques. Chacune d’elle va avoir un axe de travail totalement différent des autres,
permettant ainsi de cibler un peu mieux un élément que l’on souhaite travailler. (21)

1.1.2.2.3.1 Mouvement isocentrique

1.1.2.2.3.1.1 Principe
En régime isométrique, le principe est que les muscles se contractent, mais les leviers ne
bougent pas et les points d’insertion sont fixes. Les contractions isométriques, également
appelées travail en statique, ne modifient pas la longueur du complexe tendino-musculaire.
(22)

1.1.2.2.3.1.2 Avantages
Ce mouvement est extrêmement intéressant lorsque l’on souhaite travailler la force, il permet
une activation maximale des muscles grâce à la fatigue tout en réalisant des exercices faciles
à mettre en œuvre et ne nécessitant pas de matériel particulier. (23)

1.1.2.2.3.1.3 Inconvénients
Le principal inconvénient de cette méthode est qu’il n’y a que la force qui est travaillée, il n’y
pas d’hypertrophie musculaire avec ce type de contraction. Il convient de noter que le risque
de blessure augmente avec la charge utilisée, que le régime isométrique n’est effectif que sur

41

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
une durée très courte, de quelques secondes ; c’est donc un axe de travail complémentaire
avec d’autres exercices de contractions.

Cependant le plus gros inconvénient concerne la récupération : plus la charge soulevée sera
lourde, plus la récupération musculaire, articulaire et nerveuse sera longue. (23)

1.1.2.2.3.2 Mouvement concentrique

1.1.2.2.3.2.1 Principe
Les contractions concentriques sont les plus utilisées, que cela soit de manière consciente ou
inconsciente. On appelle également ce type de travail la phase positive, il s’agit du mouvement
qui consiste à soulever une charge, mouvement généré par l’augmentation de la tension
musculaire.
La contraction concentrique est la contraction d'un muscle qui entraîne un mouvement lié à
son raccourcissement en rapprochant les points d’insertions. (22)
Il s’agit d’une activité musculaire mobilisatrice selon l’agence nationale d'accréditation et
d'évaluation en santé (ANAES).

1.1.2.2.3.2.2 Avantages
Les exercices en régime concentrique vont permettre un développement de l’hypertrophie
musculaire mais également un développement de la circulation sanguine locale au niveau du
muscle sollicité. (15)

1.1.2.2.3.2.3 Inconvénients
La phase concentrique est cependant la phase pour laquelle il y a le moins de force employée.

1.1.2.2.3.3 Mouvement excentrique

1.1.2.2.3.3.1 Principe
En régime excentrique, les points d’insertions musculaires vont s’écarter les uns des autres et
par conséquent le muscle s’allonge. On définit ce type de travail comme étant la phase
négative, il s’agit du mouvement qui consiste à retenir une charge, le mouvement étant
généré quand la résistance opposée au mouvement est supérieure à la force développée par
le muscle. Il s’agit donc d’une activité musculaire frénatrice. (22)

42

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.2.2.3.3.2 Avantages
Les avantages de la contraction excentrique sont nombreux, il permet de focaliser le travail
sur les différentes fibres musculaires ; le résultat est plus important lorsqu’il est couplé à une
contraction concentrique. Il permet également une tension supérieure à l’isométrique, et
donc un gain de force associé.

Le travail en excentrique est également utilisé pour la rééducation lors d’une blessure car en
étirant le muscle on va soulager les tensions musculaires. En améliorant la force excentrique,
on retarde le seuil d’apparition des lésions musculaires, tendineuses ou ligamentaires.

Dans les séances de musculation, il est régulièrement couplé avec d’autres régimes car fort
éprouvant. Il est également utilisé pour le gain d’amplitude du mouvement car le muscle
s’étire par éloignement des insertions musculaires.

1.1.2.2.3.3.3 Inconvénients
Le travail en excentrique est donc beaucoup plus fatiguant qu’en concentrique puisqu’il s’agit
de lutter contre la descente de la charge appliquée par la gravité.

Plus la charge est lourde et plus le risque de blessure augmente, et la récupération qui s’en
suit est assez longue car elle impose une contrainte élevée aux muscles et articulations lors
de l’exercice.

De plus, utilisée seule, elle ne permet pas un gain de masse musculaire ; pour toutes ces
raisons il ne faut pas travailler exclusivement avec cette méthode.

Toutes ces méthodes de contractions sont rendues possibles grâce au glissement relatif de
ces myofilaments, ce qui entraîne un raccourcissement de la cellule. Le phénomène de
contraction musculaire nécessite de l’énergie et est fournie par une molécule particulière :
l’ATP ou Adénosine-TriPhosphate.

43

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.3 L’ATP, réservoir énergétique

1.1.3.1 Définition
L’ATP représente donc l’unique structure permettant au muscle squelettique de transformer
l’énergie biochimique en énergie mécanique externe via le phénomène de contraction des
fibres musculaires ; l’ATP est constituée d’une molécule d’adénosine, contenant un
groupement ribose associé à un groupement adénine ; le tout étant lié à trois groupements
phosphates, chaque groupement étant constitué d’atomes de Phosphore et d’Oxygène.

Figure 6-Structure de l'ATP et de l'ADP (24)

1.1.3.2 Rôle
Comme vu précédemment, la contraction des muscles va nécessiter une certaine quantité
d’énergie que fournira l’ATP : en effet la dégradation de la molécule d’ATP par hydrolyse et
rupture de la liaison phosphoanhydre fournit l’énergie nécessaire aux réactions chimiques du
métabolisme, avec pour produits également libérés une molécule d’ADP et un Phosphate.

ATP + H2O  ADP + Pi + ENERGIE


La dégradation de l’ATP se résume ainsi :

44

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.3.3 Régulation
La concentration d’ATP reste constante au sein de la fibre musculaire, même lors d’un exercice
musculaire intense, il n’y a pas de constitution de réserves en ATP au repos ou lors de la
récupération.

L’organisme possède cependant des réserves limitées en ATP dans le muscle (5mmol/kg de
muscle) et dont la disponibilité n’excède pas quelques secondes. Les stocks doivent donc être
renouvelés rapidement si l’effort est prolongé et ainsi fournir l’énergie chimique nécessaire
aux fibres musculaires. (25)

Cette molécule d’ATP est produite dans l’organisme par trois voies énergétiques différentes,
ces voies se mettant en place successivement selon la durée et l’intensité de l’effort.

1.1.4 Les voies de formation de l’ATP

1.1.4.1 Voie Anaérobie Alactique


La voie anaérobie alactique ou voie des phosphagènes entre en action immédiatement pour
des efforts intenses mais de quelques secondes seulement (environ 10 secondes), elle
constitue la première source d’énergie et permet de développer rapidement une puissance
importante.

La créatine constitue ici l’élément clé de cette voie et se présente sous la forme de créatine
phosphate, cette molécule permet le transfert du groupement Phosphate à un ADP pour ainsi
aboutir à la formation d’ATP ; la créatine joue donc un rôle prépondérant en réponse aux
efforts brefs et intenses, c’est pourquoi elle est utilisée et retrouvée aujourd’hui dans les
compléments alimentaires (CA) pour les sportifs.

Comme son nom l’indique, cette voie n’a pas besoin d’oxygène pour se mettre en place et
fonctionner et de plus, cette voie n’aboutit pas à la formation finale d’acide lactique.
On peut citer l’haltérophilie et le sprint comme principaux sports impliqués dans cette voie.

45

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.1.4.2 Voie Anaérobie Lactique
La voie anaérobie lactique fait suite à la précédente et contrairement à la voie anaérobie
alactique, elle nécessite l’utilisation de substrats préalablement assimilés via l’alimentation :
elle va ainsi utiliser les réserves de glucose circulant ou les réserves de glycogène présent dans
le muscle après 10-20 secondes d’effort. (26)

Elle nécessite cependant plus de temps que la voie des phosphagènes avant d’être
opérationnelle mais elle permet un apport supérieur en énergie. Elle aboutit cependant assez
rapidement à la production d’acide lactique, dernier métabolite formé par cette filière et
constituant le facteur limitant.

Après environ deux minutes, elle est supplée par la filière aérobie qui va elle permettre de
continuer l’effort sur une plus longue durée comme illustré sur le schéma ci-après.

1.1.4.3 Voie Aérobie Alactique


La voie aérobie alactique représente la dernière voie de production d’ATP, cette filière entre
en jeu pour des efforts d’une durée supérieure à deux minutes. Elle va permettre de fournir
de l’ATP en grande quantité, et ceci grâce à l’oxydation de substrats énergétiques apportés
par l’alimentation, et d’origines diverses :

- les glucides provenant du glycogène musculaire et du glucose sanguin.

- les lipides : les acides gras présents dans les muscles, et acides gras libérés par le tissu
adipeux.

- les protéines : cette dernière source est cependant minoritaire comparée aux deux
autres.

La voie aérobie alactique a pour caractéristique deux particularités : elle nécessite la présence
d’oxygène et se déroule donc seulement en condition aérobie ; et elle n’aboutit pas à la
formation d’acide lactique, ce qui rend son fonctionnement quasi-illimité dans le temps,
contrairement au système anaérobie.

La majorité des sports fait appel à la voie aérobie alactique, c’est la voie de remplacement
principale des molécules d’ATP.

46

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 7-Contribution relative des 3 sources énergétiques (22)

La molécule d’ATP est donc produite de façon complexe par ces différentes voies
métaboliques au sein de l’organisme, et ce à partir de l’alimentation et plus particulièrement
des macronutriments, représentés par les glucides, lipides, et protéines.

1.2 Les macronutriments comme source d’énergie

1.2.1 Les glucides

1.2.1.1 Présentation
Les glucides peuvent être classés selon leur structure en monosaccharides ou polysaccharides.
Les glucides possèdent dans leur structure des atomes de Carbone, d’Oxygène et
d’Hydrogène, d’où leur nom d’hydrates de carbone. (27)

1.2.1.2 Classification
Cette classification est purement structurelle, elle n’intègre pas les propriétés des glucides
pour les classer. On verra par la suite que les glucides peuvent être classés selon d’autres
critères.

47

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.1.2.1 Glucides simples
Parmi les monosaccharides on retrouve la structure centrale qu’est le glucose. C’est le
monosaccharide central de notre métabolisme. Le glucose est un carrefour métabolique, c’est
celui dont la concentration est la plus finement régulée.

On peut également citer le galactose et le fructose appartenant aux monosaccharides.

Figure 8-Monosaccharides : structure du glucose, galactose et fructose (9)

On peut inclure dans cette catégorie les disaccharides, formés par condensation de deux
monosaccharides et liés entre eux par une liaison osidique, car ils nécessitent une action
enzymatique très rapide et libèrent ainsi des molécules d’oses directement assimilables.
On peut citer le lactose et le maltose dans cette catégorie. (27) (9)

1.2.1.2.2 Glucides complexes


Les glucides complexes sont représentés par les osides, qui résultent de l’association, par
liaison glycosidique, d’oses ou dérivés soit entre eux ce sont les holosides, soit avec d’autres
molécules non glucidiques appelés aglycones et correspondant aux hétérosides. (28)
Ils correspondent aux glucides « complexes » et sont hydrolysables.

Les polysaccharides (holosides) sont constitués de plusieurs molécules de glucose, ce qui


donne de grandes molécules, difficilement hydrolysables au premier abord. On retrouve dans
cette catégorie l’amidon et le glycogène mais également les fibres.

48

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Parmi les hétérosides, nous retrouvons des résidus d’oses liés à des protéines et formant une
glycoprotéine, ou liés à des lipides et formant un glycolipide. On peut également retrouver
des groupements alcools, acides, désoxy-oses, phosphates, sulfates etc.

En l’absence de consensus sur ce point cette classification en glucides simples et complexes


est un peu délaissée aujourd’hui, en effet maintenant on classe les glucides selon ce qu’on
appelle leur index glycémique (IG), que l’on verra par la suite. (29)

Tableau 2-Classification des Glucides (30)

1.2.1.2.3 L’index glycémique :


L’autre classification, aujourd’hui la plus répandue, consiste à classer les glucides en fonction
de leur index glycémique (IG), c’est-à-dire en fonction de leur pouvoir hyperglycémiant après
un repas. Cette classification se base ainsi sur les propriétés métaboliques résultant de la
digestion des glucides. (29)

L’index glycémique est une valeur comprise entre 0 et 100 et ne comporte pas d’unité, la
molécule de référence est le glucose auquel on attribue par convention la valeur 100.

Ainsi plus l’IG d’un aliment est élevé, plus il va augmenter la glycémie après son ingestion.

49

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Cependant il convient de préciser que d’autres paramètres influent sur l’index glycémique des
aliments et vont donc permettre d’optimiser l’apport alimentaire avec l’activité sportive.

Ces paramètres sont représentés par la proportion d’amylose et d’amylopectine d’un aliment,
le mode et le temps de cuisson, la conservation, la proportion de protéines et de fibres
contenues dans un aliment, le degré de mûrissemnt notamment pour les fruits, et enfin la
taille des particules. (9)

Figure 9-Index Glycémique de quelques aliments (30)

50

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 3-Index glycémique de quelques aliments et ingrédients glucidiques (31)

1.2.1.3 Rôles
On a donc des glucides simples, dont le chef de file est représenté par le glucose et des glucides
complexes comme l’amidon.

Le rôle des glucides est avant tout énergétique, l’oxydation d’1g de glucose fournit 4kcal, il
représente le carburant principal et nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme.
Certaines cellules sont même entièrement dépendantes du glucose et ne catabolisent que ce
substrat : il s’agit des érythrocytes, des leucocytes, mais également au niveau du système
nerveux central (SNC) dont la moitié des besoins sont assurés par le glucose. (25)

Il est directement utilisable sous sa forme la plus pure qu’est le glucose ; nous verrons par la
suite que ce n’est pas le cas des protéines et des lipides qui doivent subir des transformations
avant d’être mobilisables par l’organisme.
51

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Les glucides ont différents rôles au sein de l’organisme : outre la production énergétique ou
la mise en réserve, on retrouve la synthèse de glycoprotéines retrouvées dans les membranes
cellulaires, dans le collagène ; mais également la formation de l’ADN et ARN via le ribose et
désoxyribose, provenant d’un métabolite issu du glucose : le glucose-6-Phosphate.

Les glucides interviennent dans l’élimination des produits toxiques de l’organisme (bilirubine
par exemple), et jouent un rôle également dans la protection des radicaux libres, molécules
formées dès le début de l’effort et qui peuvent être à l’origine de microlésions musculaires et
tendineuses, en les neutralisant suite à une série de réactions. (30)

1.2.1.4 Sources de glucides


Un grand nombre d’aliments contiennent des glucides, le choix de ces derniers sera en
fonction de leur IG, de la proportion de fibres mais également selon le moment d’ingestion
(post-effort immédiat ou période de récupération).

Tableau 4-Quantité de glucides dans différents aliments (33)

52

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.1.5 Apports et besoins en glucides

1.2.1.5.1 Dans la population générale


Les recommandations nutritionnelles issues du PNNS préconisent un apport glucidique
correspondant à 50% des AET, alors que selon un rapport de l’AFFSA publié en 2004 les
apports glucidiques sont encore en dessous et atteignent 40-43% chez les hommes et 38-43%
chez les femmes, « ce qui est nettement inférieur aux recommandations nutritionnelles ». (29)

L’ANSES a, depuis 2017, publié de nouvelles recommandations visant à actualiser les repères
de consommation issues du PNNS : en ce qui concerne les glucides il a été défini un apport de
glucides couvrant 40-55% de l’AET en préférant les glucides à IG faible. (31)

Dans un régime alimentaire équilibré, les besoins quotidiens en glucides sont de 4 à 8 g de


glucides par kilo et par jour, cela représente en moyenne 220 à 250 g de glucides par jour,
cette proportion de glucides dans l'alimentation permet de maintenir les réserves en glucides
de l'organisme (glycogène hépatique et musculaire) à un niveau stable d’environ 500 g. (32)

1.2.1.5.2 Chez le sportif


Pour les sportifs, les glucides doivent représenter au minimum 55% de la ration calorique
totale et peuvent atteindre jusqu’à 65% des AET lors d’activités intenses importantes. Les
performances sportives sont donc dépendantes des réserves glucidiques du sportif, et de la
manière dont celles-ci sont gérées. (25)

Toute une stratégie alimentaire est à mettre en place, avant, pendant et après l'épreuve
sportive.
Ainsi la part des glucides sera variable en fonction de l’activité physique mais également des
objectifs fixés. Si l’on pratique une activité physique avec une prise de poids nécessaire ou
bien un maintien, le taux de glucides à apporter varie de 3 à 7g/kg/j ; et pour une perte de
poids il se situera plutôt aux alentours de 2-4g/kg/j ce qui représente un AET total de 20%,
ceci étant possible sur une courte durée seulement. (33)

53

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.1.6 Régulation
La régulation de la glycémie est assurée principalement par les cellules β du pancréas qui vont
produire deux hormones indispensables et complémentaires pour maintenir une homéostasie
glycémique, de l’ordre de 0,7-1,1g.mol-1 ; il s’agit de l’insuline, hypoglycémiante, et du
glucagon, hyperglycémiant.

D’autres hormones participent à cette régulation avec un pouvoir hyperglycémiant, il s’agit du


cortisol, l’adrénaline et la noradrénaline.

1.2.1.7 Métabolisme
Le métabolisme du glucose est le seul capable de donner de l’énergie en l’absence d’oxygène.
Certains tissus comme le cerveau ou les globules rouges dépendent étroitement du
métabolisme anaérobie du glucose. D’autres tissus comme le muscle strié en dépendent
occasionnellement comme lors d’un effort court et intense.

Le métabolisme du glucose est soumis à de nombreuses réactions dans l’organisme, nous ne


rentrerons volontairement pas dans le détail de ces réactions car ceci n’est pas l’objectif de ce
travail.
Il faut cependant avoir une idée générale du métabolisme glucidique pour bien comprendre
la relation entre l’alimentation et l’activité physique et sportive qui en résulte.

En résumé, en post prandial l’organisme est en excédent d’énergie, il va donc opter pour la
forme de stockage, on parle alors d’anabolisme. C’est la phase du métabolisme concernée par
les biosynthèses, phase coûteuse en énergie et se traduisant par une consommation d’ATP.

Ainsi, lors d’un effort l’organisme sera en déficit d’énergie, il va donc favoriser la production
d’énergie pour répondre à ce besoin : c’est le catabolisme. Cette phase correspond à la
dégradation des molécules nutritives pour produire de l’énergie représentée par la formation
d’ATP. (34)

54

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.1.7.1 Catabolisme glucidique
Il correspond à la dégradation des molécules de glucose permettant la formation de molécules
riches en énergie. La première étape de la dégradation du glucose s’effectue dans le
cytoplasme de la cellule et en condition anaérobie : il s’agit de la glycolyse.

1.2.1.7.1.1 La glycolyse

1.2.1.7.1.1.1 Les différentes étapes


La glycolyse correspond à l’oxydation du glucose après absorption et digestion de glucides.
Elle est constituée de dix étapes et a comme fonction la synthèse de molécules dites
énergétiques ainsi que la formation de pyruvate qui aura plusieurs destinées selon les
conditions. (35)

1.2.1.7.1.1.2 Bilan énergétique


La synthèse du pyruvate est accompagnée de la formation de molécules riches en énergie : 2
ATP et 2 NADH qui permettront de produire chacun d’entre eux 2 ATP en condition aérobie.
Le bilan final théorique est donc de 6 ATP.

La glycolyse est ainsi schématisée comme suit :

55

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 10-La glycolyse anaérobie (37)

56

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.1.7.1.1.3 Régulation de la glycolyse
La régulation de la glycolyse s’effectue au niveau des enzymes catabolisant les réactions et
étant régulée par différents mécanismes : il y a une régulation par des effecteurs allostériques,
une régulation par le système de phosphorylation/déphosphorylation et enfin par l’expression
des gènes de ces enzymes.

1.2.1.7.1.2 Métabolisme du pyruvate


A partir d’une molécule de glucose, on obtient suite à la glycolyse 2 molécules de pyruvate
dont le devenir dépendra des conditions d’oxygénation rencontrées dans l’organisme.

- en anaérobie, rencontrée dans un premier temps, le pyruvate sera transformé dans le cytosol
en acide lactique ou lactate. Cette phase correspond à la voie anaérobie lactique vue
précédemment.

- si l’effort continue après environ deux minutes, l’oxygénation de la cellule est suffisante et
en condition aérobie, cette fois, le pyruvate va poursuivre sa transformation mais dans la
mitochondrie. Le pyruvate va ainsi former une molécule d’acétyl-coenzyme-A (AcoA),
véritable carrefour métabolique, qui entrera dans le cycle de Krebs pour poursuivre sa
transformation et aboutir à la formation de nombreuses molécules énergétiques.
Cette voie de production énergétique correspond à la voie aérobie alactique citée auparavant.
Il est important de noter que cette voie n’est pas exclusivement réservée aux glucides, en effet
après 10-20 min d’effort, les lipides y participent également en étant dégradés à leur tour en
AcoA.

1.2.1.7.1.3 Cycle de Krebs


Le cycle de Krebs correspond à la plateforme énergétique de la cellule, se réalisant dans la
matrice mitochondriale et en condition d’aérobie exclusivement. Il permet une dégradation
progressive de la molécule d’AcoA issue de la glycolyse et permet la production d’énergie sous
forme d’ATP et libération de CO2 et d’eau. (27)

Le bilan de la réaction se résume ainsi :

(27)

57

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le cycle de Krebs est composé de neuf étapes et aboutit à la formation de 12 ATP par molécule
d’AcoA transformée.

Figure 11-Le cycle de Krebs (37)

58

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.1.7.2 Bilan énergétique du catabolisme glucidique
-En anaérobie, le résultat obtenu est la formation seulement de 2 molécules d’ATP
immédiatement utilisables.

-En aérobie, le bilan global théorique de la dégradation d’une molécule de glucose est de 38
molécules d’ATP formées mais non utilisables directement car ils sont issus pour la plupart de
la phosphorylation oxydative, aussi appelée chaîne respiratoire.

1.2.1.7.3 Réserve glucidique

1.2.1.7.3.1 Glycogénogenèse
Elle correspond au stockage de glucose sous forme de glycogène dans le foie ou les muscles.
Ce mécanisme est réalisé au niveau du cytosol et se met en place après un repas riche en
glucides.

1.2.1.7.3.2 Glycogénolyse
Elle correspond à la réaction inverse de la glycogénogenèse, elle permet la formation de
glucose-6-Phosphate et se réalise principalement dans le foie et les muscles, mais à des fins
différentes.

En effet le foie est l’organe clé dans le maintien de l’homéostasie glucidique puisqu’il permet
le stockage du glucose mais également sa libération dans le sang.
Les muscles vont stocker le glucose sous forme de glycogène en prévision d’une utilisation
ultérieure et dégraderont ce glycogène lors d’un effort.

1.2.1.7.3.3 Régulation du métabolisme


La glycogénolyse et la glycogénogenèse sont des mécanismes inverses l’un de l’autres et sont
régulés par des signaux en fonction des besoins de l’organisme : ainsi ces deux mécanismes
ne peuvent pas fonctionner simultanément. (29)

59

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le glucagon et les catécholamines (adrénaline et noradrénaline) vont avoir des actions
similaires sur le métabolisme glucidique, le glucagon agissant préférentiellement au niveau du
foie et les catécholamines au niveau des muscles. Ils vont ainsi inhiber les voies d’utilisation
du glucose, donc la glycogénogenèse et la glycolyse seront inhibées. A l’inverse la
glycogénolyse et la néoglucogenèse seront déclenchées pour libérer du glucose.

L’insuline aura un effet inverse en favorisant cette fois les voies d’utilisation du glucose : ainsi
la glycogénogenèse et la glycolyse seront déclenchées contrairement à la glycogénolyse et la
néoglucogenèse qui seront inhibées.

1.2.1.7.4 Anabolisme glucidique

1.2.1.7.4.1 La néoglucogenèse
Cette étape est particulière puisqu’elle permet à l’organisme de produire des glucides et donc
du glucose à partir de précurseurs non glucidiques issus du catabolisme des lipides du tissu
adipeux et des protéines provenant des muscles essentiellement.

Ces précurseurs non glucidiques sont représentés principalement par les acides aminés (AA)
(issus de l’hydrolyse des protéines) à hauteur de 45%, ensuite le lactate formé au niveau des
muscles pour 30%, et enfin le glycérol issu du métabolisme des acides gras pour 25%. (33)

Elle est réalisée majoritairement dans le foie (le rein participe également) au niveau du cytosol
et permet de fournir en permanence le glucose aux organes gluco-dépendants.

La néoglucogenèse est activée lors d’un jeûne prolongé, lorsque les stocks de glycogène sont
épuisés et que les nutriments apportés par l’alimentation ne permettent plus de répondre aux
besoins de l’organisme.

Le glucose joue donc un rôle prépondérant dans le métabolisme et permet de répondre aux
différentes situations comme après un repas, lors d’un effort, ou bien encore lors du jeûne.

Mais tout ceci ne fait pas pour autant du glucose un nutriment essentiel. En effet, en cas
d’alimentation restrictive en glucides, les protéines et les lipides peuvent être transformés en
glucose.

60

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.2 Les lipides
Les lipides sont la deuxième source principale d’énergie pour l’organisme après les glucides.
Ils interviennent pour les efforts de longue durée, la voie aérobie alactique va utiliser un
mélange de glucides et lipides après 10-20 minutes d’effort, ils représentent le carburant de
l’effort à long terme.

1.2.2.1 Présentation
On retrouve différentes structures dans la famille des lipides tels que les TG, les AG, les PPG,
les stéroïdes, et les vitamines liposolubles A, D, E, K. Les lipides représentent entre 12-25% de
la masse corporelle totale pour un individu sain et de morphologie normale.

Les triglycérides représentent la part la plus importante des lipides dans l’organisme, environ
75%, mais également dans l’alimentation où ils sont majoritaires (9)

1.2.2.2 Classification et structure des lipides


Les triglycérides sont la forme majoritaire des réserves lipidiques, on parle d’acylglycérol car
ils sont composés d’une molécule de glycérol auquel est lié trois acides gras.

Figure 12-Structure d'un acide gras (27)

La molécule d’AG présente deux caractères physicochimiques importants : elle possède un


groupement carboxyle COOH ce qui lui confère un caractère acide et donc polaire, et une
chaîne hydrocarbonée hydrophobe. (28)

61

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 13-Propriétés physicochimiques d'un AG (28)

Ces acides gras peuvent être de trois types :

- Les AGS : ce sont des AG qui, au niveau de la structure chimique, ne présentent aucune
liaison multiple entre les atomes de carbone.

- Les AGMI : ils présentent cette fois une double liaison entre deux atomes de carbone
au sein de la molécule, il n’y a cependant qu’une seule liaison multiple, d’où le terme
« monoinsaturé »

- Les AGPI : on retrouve plusieurs doubles liaisons entre deux atomes de carbone
adjacents au sein de la molécule.

Parmi ces AG on retrouve des AG « essentiels » car l’organisme est incapable de les synthétiser
mais sont présents dans l’alimentation, c’est pourquoi les lipides sont indispensables à la vie.
Les plus importants sont les AG linoléiques (chef de file des oméga-6) et alpha-linoléniques
(chef de file des oméga-3), appartenant aux AGPI. (36)

1.2.2.3 Rôles
 Rôle énergétique :

Le compartiment de réserve énergétique est constitué majoritairement par les triglycérides


(75%) du tissu adipeux blanc ; ce tissu représentant 12 à 25% de la masse corporelle selon le
sexe. Ces réserves énergétiques, particulièrement importantes pour le muscle squelettique,
le muscle cardiaque et le foie, sont sollicitées en période interprandiale pour fournir l’énergie
aux cellules. (25)
Pour rappel, 1g de lipides fournit 9kcal, soit l’équivalent d’environ 38kJ, c’est la principale
source d’énergie en complément des glucides avec cependant un rendement supérieur, ainsi
tout excès en lipides se traduira par un apport énergétique élevé. (25)
62

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 Rôle structural :

Ils représentent avec le cholestérol les éléments constitutifs principaux des membranes
cellulaires à tous les niveaux. Pour rappel, la membrane est formée par une bicouche lipidique
essentiellement constituée de lipides complexes dont les phospholipides représentent une
part importante d’environ 70-90%. (25)

 Rôle fonctionnel :

Les lipides ont également un rôle fonctionnel important, intervenant à différents niveaux de
l’organisme : (37)

-Au niveau hormonal, on retrouve le cholestérol qui va subir différentes réactions


enzymatiques pour donner les hormones stéroïdes, on peut ainsi citer la testostérone, ou
l’œstrogène.

- Au niveau digestif également puisque les sels biliaires, synthétisés par le foie et stockés dans
la vésicule biliaire et dont la fonction principale est de solubiliser les particules lipidiques après
absorption d’un repas, sont fabriqués à partir de lipides et plus précisément à partir de
cholestérol.

-Rôle dans l’inflammation :

Les lipides favorisent la synthèse des eicosanoïdes, constitués par les prostaglandines et les
leucotriènes, et impliqués dans les processus inflammatoires vasculaires et immunitaires.

Les prostaglandines ont un rôle dans l’agrégation plaquettaire alors que les leucotriènes ont
un rôle dans les mécanismes inflammatoires.

En résumé, les lipides de la série ω6 élèvent globalement le niveau de cytokines pro-


inflammatoires alors que ceux de la série ω3 les diminuent, on a donc un rôle protecteur de
ces derniers. Les acides gras sont ainsi essentiels à l’organisme.

63

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.2.4 Sources
Les lipides alimentaires sont apportés à la fois par les produits animaux tels que le poisson, les
œufs, la viande mais également à partir des produits végétaux comme les oléagineux (noix,
noisettes, amandes), les huiles (olive, colza, lin, noix, noisette) ou bien l’avocat. (38)

On retrouve ces AGS de façon abondante dans les viandes rouges mais également dans les
produits laitiers non écrémés ainsi que les œufs. Les AGMI sont retrouvés dans l’huile d’olive,
d’arachide, de noix, et les avocats. Les AGPI sont quant à eux retrouvés dans les huiles de maïs,
de tournesol et de soja, mais également dans les poissons gras.

Tableau 5-Composition en lipides de quelques huiles végétales (en %) (32)

1.2.2.5 Métabolisme des lipides


Les lipides sont stockés essentiellement sous forme de triglycérides dans le tissu adipeux par
le phénomène de lipogenèse, et sont libérés sous forme d’AG libres dans la circulation pour
fournir de l’énergie via le mécanisme de la lipolyse. (25)

1.2.2.5.1 Lipolyse
Le phénomène de lipolyse permet de diviser la molécule de triglycéride, qu’elle provienne de
l’alimentation ou des adipocytes, et de libérer ainsi une molécule de glycérol et une molécule
d’acide gras.

64

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le glycérol ainsi libéré va rejoindre la voie de la glycolyse si la production d’ATP est
insuffisante, sinon il sera transformé en glucose grâce à la néoglucogenèse ou en glycogène.
Les acides gras ainsi libérés passent dans la circulation sanguine et sont transportés vers les
tissus grâce aux lipoprotéines pour être oxydés : c’est le mécanisme de β-oxydation,
caractérisé par un catabolisme intracellulaire des AG et plus précisément intra-
mitochondriale.
La lipolyse permet de fournir de l’énergie en réponse à une période d’effort prolongé ou en
période de jeûne, elle se met en route pour des taux faibles en acides gras circulants.

1.2.2.5.2 Lipogenèse
Les voies de biosynthèse sont différentes des voies de dégradation : il y a une
compartimentalisation des voies anaboliques par rapport aux voies cataboliques, en effet la
synthèse des acides gras a lieu dans le cytosol et leur oxydation dans la mitochondrie.

De nombreux tissus sont capables de synthétiser les AG, mais elle se déroule
préférentiellement dans le foie et le tissu adipeux à partir d’un précurseur commun : l’acétyl-
coenzyme-A.

La lipogenèse de novo nécessite l’intervention de l’AcoA carboxylase et l’AG synthase


permettant cette synthèse d’AG, ceci étant possible lorsque l’organisme est en excédent
d’énergie : ainsi « lorsque l’apport calorique alimentaire dépasse les besoins énergétiques, il
existe une mise en réserve de ce surplus nutritionnel sous forme de triglycérides ». (39) (29)

1.2.2.5.3 Catabolisme des lipides


Le catabolisme des AG est intracellulaire et plus précisément intra-mitochondriale, via le
mécanisme de β-oxydation.

En fonction de la longueur de leur chaîne carbonée, les AG subiront ou non une transformation
pour pénétrer dans la mitochondrie : les AG à chaîne courtes et moyennes (<12C) diffusant de
manière passive dans la mitochondrie, les AG de plus de 20C vont subir une réduction de leur
taille jusqu’à obtenir 12C et ainsi diffuser dans la mitochondrie.

65

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Les AG doivent ensuite être activés sous forme d’acyl-CoA au niveau de la membrane externe
mitochondriale, puis sont pris en charge par un transporteur d’acyl-CoA faisant intervenir la
L-carnitine : une fois associé à la L-carnitine le complexe AG/L-carnitine pénètre dans la
mitochondrie. La carnitine est alors régénérée et l’AG (sous forme acyl) sera par la suite
transformé. (40)

Cette transformation intra-mitochondriale des AG correspond à la β-oxydation : phénomène


qui va aboutir à la production d’AcoA, qui pourra ensuite intégrer le cycle de Krebs pour
produire de l’ATP.

Pour exemple, l’acide palmitique, AG à 16 Carbones sera entièrement oxydé par le mécanisme
de la lipolyse et β-oxydation, et produira 8 moles d’AcoA pour ainsi fournir 129 ATP : comparée
à une mole de glucose oxydée par la glycolyse où l’on obtient 38 ATP, la production d’ATP est
donc supérieure de 70%.

1.2.2.6 Régulation du métabolisme lipidique


L’étape principale permettant de réguler la β-oxydation est le contrôle du passage des AG
dans la mitochondrie, ceci grâce aux transporteurs d’acylCoA faisant intervenir la carnitine.
L’enzyme impliquée est la carnitine-palmityl-transférase I, localisée sur la membrane externe
de la mitochondrie, elle catalyse l’étape d’engagement de l’AG dans le métabolisme
énergétique, c’est donc l’enzyme clé de la β-oxydation.

L’insuline va également participer à la régulation du métabolisme lipidique puisqu’elle est à


l’origine d’une inhibition de la lipolyse et stimule la lipogenèse en activant l’AcétylCoA
carboxylase et donc augmente la biosynthèse des AG ; de plus elle favorise l’entrée du glucose
dans les cellules et si l’organisme est en excédent d’énergie, ce glucose sera converti en
triglycérides au niveau des adipocytes. (41)

Le glucagon aura un effet inverse sur le métabolisme des AG en inhibant via une réaction de
phosphorylation l’AcoA carboxylase, le glucagon inhibe donc la β-oxydation mais également
la lipogenèse ; il sera cependant activateur de la lipolyse. (42)

66

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.2.7 Apports et besoins en lipides

1.2.2.7.1 Dans la population générale :


Pour la population générale, les ANC pour les lipides et les acides gras en 2001
recommandaient un apport lipidique correspondant à 30-35% de l’AET, alors que l’Institute of
Medicine des États-Unis préconisent un intervalle de référence pour les lipides compris entre
20-35%, ceci afin d’éviter un apport lipidique élevé se traduisant par une augmentation des
apports énergétiques totaux et donc augmentant le risque de prise de poids et d’obésité. (43)
(44)

Depuis l’ANSES a actualisé ces données et recommandent quant à eux un intervalle de 35-
40% de l’AET sous forme de lipides, cet apport devant « favoriser à la fois la couverture du
besoin en AG indispensables et d’une part les besoins énergétiques, et la réduction du risque
de maladies chroniques nutritionnelles ». (31)

1.2.2.7.2 Chez le sportif :


Chez le sujet sportif, un apport compris entre 1,3 et 1,5g de lipides par kilo de poids de corps
et par jour est recommandé afin que l’organisme fonctionne dans les meilleures conditions,
et que les besoins en AG essentiels soient couverts, sans toutefois entraîner une prise de
poids, ce qui serait contre-productif.

Pour chaque catégorie d’acides gras, on peut retenir les chiffres suivants chez le sportif : (9)

- AGS : 25-30% de l’apport lipidique total, donc pour un sujet de 70 kg cela équivaut à
un apport compris entre 17,5 et 31,5g / jour.

- AGMI : 60% de l’apport lipidique total, soit un apport de 42-63g/j selon le même
exemple.

- AGPI : 10-15% de l’apport lipidique total, avec 6g/J d’acide linoléique et 2-3g/j d’acide
alpha-linolénique.

Le rapport ω3/ω6 devant être compris entre 3 et 5.

67

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.2.8 Interrelation glucides-lipides et activité physique
Dans le cadre de l’exercice physique, glucides et lipides sont utilisés comme substrats
énergétiques : cependant plusieurs paramètres influencent la proportion du mélange G/L
utilisé à l’effort. Il s’agit tout d’abord de la durée et de l’intensité de l’effort, des apports
réalisés avant et pendant l’activité, et du statut hormonal.

La réserve de TG étant bien plus importante que celle du glycogène musculaire, le facteur
limitant à l’effort sera le glycogène : l’organisme va donc économiser son stock de glycogène
en augmentant la part des lipides utilisés à l’effort : on note ainsi une augmentation de la
concentration et de l’activité des enzymes du métabolisme lipidique qui vont libérer des AG
issus des triglycérides pour être ensuite oxydés au niveau musculaire, les plus faciles à oxyder
par la lipase et ayant une meilleure affinité étant les ω3.

Tableau 6-Description du stock énergétique d’un individu « standard » (25)

Les glucides fournissent une large part d’énergie, la quantité de glucose oxydé à l’effort
dépendra de la fréquence, de la durée et de l’intensité de l’exercice, mais également du niveau
d’entraînement des sportifs : ceci est également valable pour les lipides.

Ainsi plusieurs observations ont été faites lors d’études : (45) (46) (47)

- la part de glycogène augmente avec l’intensité de l’exercice.

- la part des lipides est maximale à 57% de VO2max, puis diminue nettement à 72% de
VO2max.
- quand l’exercice se prolonge, la part de glycogène diminue alors que celle des lipides

68

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
augmente : seul l’exercice physique prolongé permettra d’obtenir une augmentation de
l’oxydation lipidique.

- pour un même exercice, situé à 40% de VO2max, la part des lipides augmente avec
l’entraînement.

Figure 14-Dépense énergétique & intensité de l'exercice (22)

Figure 15-Dépense énergétique & durée de l'exercice (22)

69

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 16-Dépense énergétique & entrainement (22)

La participation des glucides et lipides évolue donc en sens inverse, on parle de concept de
cross-over, qui correspond à la balance énergétique de ces derniers à l’effort. (48)

Figure 17-Crossover concept (22)

70

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.3 Les protéines

1.2.3.1 Présentation
Les protides sont des substances organiques azotées, comprenant une fonction amine NH 2 et
une fonction carboxylique COOH.

Les protéines représentent le dernier type de macronutriment que l’organisme utilise, il s’agit
de polymères fabriqués à partir de monomères : les acides aminés (AA). (49)

On retrouve vingt AA différents dans l’organisme, reliés entre eux par une liaison peptidique
et l’assemblage de ces AA va constituer une séquence spécifique pour chaque protéine et est
responsable des propriétés particulières de la molécule ainsi formée.

Chaque protéine possède donc sa propre structure, composée de quatre niveaux : la structure
primaire correspondant à l’enchaînement des acides aminés, la structure secondaire
correspondant à un arrangement non linéaire (en hélices ou en feuillets plissés), la structure
tertiaire représentant une configuration spatiale complexe due aux repliements de la chaine
protéique sur elle-même, et enfin la structure quaternaire facultative représentée par
l’assemblage de plusieurs chaînes polypeptidiques semblables ou différentes entre elles ; le
tout permettant de remplir une fonction spécifique ; ainsi différentes activités sont assurées
par les protéines. (49)

1.2.3.2 Rôles
Les protides (terme englobant les protéines, peptides et AA) représentent chez un adulte de
taille moyenne 55-85% du poids sec de l’individu, quantitativement entre 10-12kg de
protéines (soit environ 40 000kcal), ce sont donc des biomolécules très importantes. (50)

Les protéines assurent ainsi un grand nombre de fonctions essentielles pour l’organisme, en
effet les protéines interviennent dans les réactions métaboliques au travers des enzymes en
tant que catalyseurs, elles représentent également les éléments de structure apportant un
support mécanique intracellulaire (exemple de l’actine et la myosine) et extra cellulaire
(collagène et élastine), permettant ainsi les mouvements biologiques assurées par ces unités
contractiles.

71

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le rôle du transport sanguin est assurée par les protéines, nous pouvons citer l’albumine,
protéine plasmatique la plus abondante, qui permet le transport de certaines vitamines et des
AG libres ou bien les lipoprotéines assurant le transport du cholestérol ; de façon non
exhaustive nous pouvons ajouter le rôle des protéines dans la signalisation hormonale,
insuline et glucagon en tête ; dans la défense de l’organisme au travers des anticorps, et enfin
comme activateurs de gènes permettant des fonctions régulatrices nombreuses et diverses.
(49) (28)

En outre, les protéines, au même titre que les glucides et lipides, peuvent également
contribuer à l’apport énergétique, avec cependant une utilisation limitée atteignant 8 à 10% :
de même que pour les glucides 1g de protéines apporte 4kcal. (51)

1.2.3.3 Régulation
La régulation du métabolisme des protéines est majoritairement hormonale, même si la
possibilité d’une régulation dite nutritionnelle, c’est-à-dire par les substrats eux même est
possible.

Les hormones pouvant ainsi favoriser un gain protéique sont dites anabolisantes,
contrairement à celles favorisant la perte protéique et dites catabolisantes. (52)

1.2.3.3.1 Hormones anabolisantes

1.2.3.3.1.1 L’insuline
L’insuline, protéine constituée de 51 AA et sécrétée par les cellules bêta du pancréas, permet
d’augmenter la synthèse protéique en stimulant la transcription et la traduction au niveau
cellulaire, mais également grâce à une inhibition de la protéolyse ; ce qui se traduira par une
augmentation de la masse musculaire. C’est pourquoi l’insuline est parfois utilisée de façon
illicite par les pratiquants de musculation pour augmenter leur masse musculaire.

1.2.3.3.1.2 L’Hormone de croissance


L’hormone de croissance, aussi appelée GH pour Growth Hormone stimule la synthèse
protéique de façon directe mais également par l’intermédiaire de facteurs de croissance. Elle
permet donc d’éviter la fonte musculaire d’où son utilisation illégale dans les milieux sportifs
pour augmenter la masse musculaire.
72

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.3.3.1.3 Les Catécholamines
Les catécholamines ont longtemps été classées parmi les hormones catabolisantes mais il est
bien démontré aujourd’hui que ces dernières sont anabolisantes vis-à-vis du métabolisme
protéique en réduisant la protéolyse ou bien en augmentant la synthèse protéique. On
retrouve l’utilisation des catécholamines pour leurs propriétés anabolisantes via l’utilisation
du clembutérol (β2agoniste), également retrouvé dans les milieux sportifs en vue d’une
utilisation illégale.

1.2.3.3.2 Hormones catabolisantes

1.2.3.3.2.1 Les Glucocorticoïdes


Ils augmentent la protéolyse musculaire et inhibent la traduction des protéines, ce qui se
traduit par une fonte musculaire.

1.2.3.3.2.2 Le Glucagon
La participation du glucagon dans la régulation du métabolisme protéique est contestée mais
on peut cependant noter un effet catabolisant prédominant au niveau musculaire.

1.2.3.4 Métabolisme des protéines


A l’inverse des glucides et des lipides, il n’y pas de forme de réserve pour les protéines, ainsi il
y a un pool d’AA dans l’organisme devant rester stable donc l’organisme va réguler ces taux
de protéines via différents mécanismes.

Malgré leurs structures et fonctions très variables, toutes les protéines ont en commun une
propriété, leur renouvellement permanent : en effet la masse protéique est renouvelée à une
vitesse d’environ 300g/j en moyenne. (33)

73

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 18-Schéma général du métabolisme protéique chez l'homme (52)

Les protéines seront assimilées et utilisées sous forme d’AA de différentes façons :

- Soit libres dans le sang = le pool d’AA est directement utilisable par les cellules suite à
la digestion ou suite à la protéolyse.

- Soit servant à la synthèse protéique en contribuant à la régénération musculaire après


un effort intense.

Le maintien de la masse des protéines corporelles résulte donc de l’équilibre entre les phases
d’anabolisme et catabolisme dépendant des apports alimentaires et de l’activité sportive
pratiquée.

Après digestion et absorption des protéines, il y aura action d’enzymes au niveau de l’estomac
et de l’intestin (protéases) dégradant les protéines en AA et oligopeptides, ces AA seront par
la suite intégrés au métabolisme pour répondre aux besoins de l’organisme via la
néoglucogenèse principalement et dans une moindre mesure via la cétogenèse. (49)

74

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.3.4.1 Néoglucogenèse :
Elle correspond à la formation de glucose/glycogène à partir de précurseurs non glucidiques.
Les substrats utilisés par le foie durant l’exercice sont le lactate/pyruvate (les deux étant
facilement réversibles l’un-l’autre), les AA et plus particulièrement l’alanine, et enfin le
glycérol. (53)

1.2.3.4.1.1 Relation lactate-pyruvate


Le lactate à l’exercice provient de la dégradation du glycogène et du glucose musculaire à
travers la formation du pyruvate qui sera transformé en lactate. Ce dernier sera ensuite
transporté dans le foie et retransformé en pyruvate pour donner du glucose : ce mécanisme
de « récupération » du lactate comme fournisseur de glucose correspond au cycle de Cori.

Figure 19-Métabolisme des lactates (22)

Le lactate pourra être oxydé dans différentes cellules et non uniquement à partir des muscles
actifs, ainsi les muscles non actifs peuvent augmenter leur réserve totale de glucides à
l’exercice.

75

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.3.4.1.2 Le cycle alanine-glucose
Durant un effort intense et si les réserves en glycogène ne satisfont pas les besoins, il peut y
avoir participation des protéines et donc des AA dans la fourniture énergétique en produisant
des intermédiaires de la glycolyse et/ou du cycle de Krebs pour produire du glucose.

Ces acides aminés sont ainsi appelés acides aminés glucoformateurs, on retrouve à titre
d’exemple l’alanine et la glycine donnant le pyruvate (intermédiaire de la glycolyse), ou encore
le glutamate et l’arginine donnant l’alpha-cétoglutarate (intermédiaire du cycle de Krebs).

D’autres AA aboutissent également à la formation de l’AcoA, molécule centrale du


métabolisme puisque la dégradation des protéines, mais également celle des lipides et
glucides peuvent aboutir à la formation de ce dernier : il y a donc une interrelation entre les
différents métabolismes.

La désamination des AA va donc libérer des groupements amines NH2 qui seront transformés
en ammoniac, puis éliminés par les reins sous la forme d’urée.

L’alanine est l’acide aminé principal dans la néoglucogenèse, en effet il s’agit du premier acide
aminé libéré par les muscles actifs dans le milieu sanguin à l’exercice via une production élevée
de pyruvate intramusculaire. L’alanine est ensuite transportée jusqu’au foie où elle sera
convertie en pyruvate puis en glucose : ceci correspond au cycle glucose alanine.

76

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 20-Oxydation des acides aminés au niveau hépatique (25)

1.2.3.4.1.3 Le glycérol
Le dernier précurseur permettant la production de glucose est le glycérol, issu du catabolisme
lipidique correspondant à la lipolyse adipocytaire et musculaire.

1.2.3.4.2 Cétogenèse :
La cétogenèse est une étape particulière du catabolisme, elle correspond à la synthèse de
corps cétoniques que sont l’Acétoacétate, le 3-β-hydroxybutyrate et l’Acétone : ces corps
cétoniques sont formés à partir de l’AcoA, provenant du métabolisme des AG mais
également à partir des AA appelés « cétoformateurs » comme la leucine et la lysine. (27)

77

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
La synthèse de ces corps cétoniques est hépatique et mitochondriale, elle intervient lorsque
le cycle de Krebs n’est plus fonctionnel, caractérisé par un déficit en pyruvate et oxaloacétate :
les AcoA ne peuvent donc être utilisés et vont ainsi former ces corps cétoniques.

La cétogenèse est notamment augmentée lors de situations particulières comme le jeûne (où
la néoglucogenèse et la lipolyse sont activées) ou lors du diabète avec un défaut d’utilisation
du glucose. (25)

1.2.3.5 Protéines et activité physique


Lors d’un effort physique bref et intense, la concentration plasmatique en AA est susceptible
d’augmenter légèrement, cependant si l’exercice se prolonge la concentration en AA diminue.

Les AA, après désamination ou transamination dans le foie ou muscle squelettique, seront
ensuite oxydés via le cycle de Krebs et ainsi produire de l’énergie. Les AA seront intégrés au
cycle de Krebs via différents intermédiaires et en particulier celui de l’AcoA, véritable carrefour
métabolique.
Cependant tous les AA ne peuvent être utilisés à des fins énergétiques, les acides aminés
ramifiés représentés par la leucine, l’isoleucine et la valine seront préférentiellement utilisés
et dans une moindre mesure l’acide glutamique et l’acide asparagique. (54)

Lors d’un exercice prolongé, le niveau d’oxydation des AA sera conditionné par la disponibilité
des autres substrats énergétiques et notamment les glucides, représenté par la disponibilité
en glycogène ; dans le cas contraire où les réserves glucidiques sont épuisées, la participation
du métabolisme protéique sera augmentée, ce qui peut aboutir à une protéolyse musculaire.

Un apport protéique alimentaire adapté est alors nécessaire pour combler ce risque de
protéolyse.

78

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.2.3.6 Apports et besoins en protéines

1.2.3.6.1 Dans la population générale


Les apports nutritionnels conseillés (ANC) en terme d’apport protéique varient peu, l’ANSES
recommande pour la population générale un apport compris entre 0.8-1g/kg de poids de
corps par jour, soit l’équivalent de 10-20% de l’AET. Cet apport protéique se doit d’être de
bonne qualité, en apportant tous les AA indispensables en quantité suffisante afin de couvrir
les besoins de l’organisme. (31)

1.2.3.6.2 Chez le sportif


Les besoins protéiques chez le sportif sont compris entre 1,2-2 g/kg de poids de corps par jour
en moyenne, cet apport pouvant varier en fonction de l’activité musculaire.

Chez le sportif de force ces taux peuvent augmenter jusqu’à atteindre 2-3g/kg/j en vue d’une
hypertrophie musculaire, toutefois ces taux apportant plus de 2g/kg de poids de corps ne
devraient pas excéder six mois par an : les données de la littérature établissent que la capacité
maximale d’uréogenèse et donc de l’activité rénale est atteinte pour une valeur de 3,5g de
protéines/kg/j. (43)

1.2.3.7 Sources
Une alimentation équilibrée satisfait à ces besoins protéiques, à condition d’avoir des sources
de protéines lors de chaque repas ; ainsi toute source de protéines doit être comptabilisée.
Les protéines animales, provenant pour la plupart des poissons, de la viande, des œufs et du
lait sont dites complètes car contiennent tous les AA, au contraire des protéines végétales qui
en contiennent en moyenne seulement 40% et où certains AA essentiels sont moins bien
représentés.
C’est le cas par exemple des légumineuses riches en lysine mais pauvres en acides aminés
soufrés comme la méthionine et la cystéine ; mais également des céréales où le rapport est
inversé : les céréales sont riches en acides aminés soufrés mais pauvres en lysine. (51)

Les protéines peuvent être également apportées de façon supplémentaire par l’utilisation des
CA, notamment chez les sujets sportifs : ce sont les poudres de protéines, que nous traiterons
de façon détaillée plus tard.

79

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.3 Nutrition et musculation
Dans ce paragraphe, nous traiterons de l’alimentation du sportif en musculation mais nous
n’aborderons pas l’alimentation du sportif de haut niveau, notamment en compétition, car
celle-ci doit être prise en charge par un spécialiste et nécessite un schéma alimentaire adapté
et très précis.

Il faut avoir à l’esprit que l’alimentation du sportif en musculation ne diffère que très peu de
l’alimentation pour tous, ainsi si l’on se base sur les ANC les apports seront presque similaires.
Pour cela, on peut appliquer le modèle de la pyramide alimentaire d’inspiration crétoise et
permettant de subvenir aux besoins de l’organisme de manière optimale. (25)

De façon générale, une séance de musculation va faire intervenir deux paramètres que sont
la force et l’explosivité, qui vont épuiser le stock d’énergie et contraindre le muscle à diverses
sollicitations intenses. Pour pallier cette dépense conséquente, on peut schématiser l’apport
alimentaire du sportif en musculation avec une moyenne de cinq repas, à savoir les trois
principaux repas de la journée plus des collations ; le tout étant articulé autour de
l’entraînement.

Pour atteindre les objectifs liés à la nutrition, l'évaluation de la distribution des nutriments au
cours de la journée est importante, en particulier avant, pendant et après l'exercice.

1.3.1 Diététique de l’entrainement


La nutrition autour de l’entraînement sera variable en fonction de l’intensité et de la durée de
l’effort, mais on retrouve une base sur laquelle se reposer. (38)

1.3.1.1 Avant entrainement


Boire avant l'exercice est la première des règles à suivre pour un bon entraînement, cela
permet d’obtenir un équilibre hydrique optimal et de ne pas être en déficit suite à
l’entraînement précédent. Il faut cependant 8 à 12h pour se réhydrater complètement, il
faudra donc commencer par s’hydrater plusieurs heures avant la séance, à raison de 5-7ml
d’eau par kilo, et ainsi avoir du temps pour éliminer l’excès hydrique avant de commencer
l’entraînement.

80

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Avant un effort, il convient d’apporter à l’organisme l’énergie nécessaire à la réalisation de
l’exercice, cet apport se faisant par l’alimentation lors du repas ou bien lors d’une collation ;
ainsi plusieurs avantages apparaissent :

- cet apport permet de prévenir une hypoglycémie, se caractérisant par des symptômes tels
que vertiges, troubles de la vision, fatigue, etc. et qui peuvent nuire aux performances.

- il permet de soulager l’estomac en absorbant une partie des sucs gastriques et permet
également de calmer la sensation de faim pouvant apparaître parfois lors de l’effort.

- il permet d’alimenter les muscles en glycogène grâce aux glucides apportés à l’avance et aux
glucides ingérés en début d’exercice qui passent dans le sang et alimentent le cerveau.

- enfin, cela améliore l’entraînement car l’intensité de l’effort pourra être augmentée et ainsi
brûler plus de calories en retour, ce qui peut être avantageux en vue d’une perte de poids.

Choisir les bons aliments pour éviter les troubles intestinaux est une règle importante à suivre,
les choix alimentaires avant entraînement dépendent du type d’activité exercée mais
également de la personne, selon ses préférences alimentaires.

En musculation, la majorité des exercices ne durent que quelques minutes au total, avec
cependant une intensité relativement élevée ; par conséquent les séances de musculation en
général ont une durée d’environ 60-90min, et pour ce type d’effort il est préférable d’opter
pour les glucides avant effort car ils sont rapidement assimilés et métabolisés par l’organisme
en comparaison des protéines et lipides et seront donc rapidement utilisables par les muscles.
Il convient donc de s’alimenter 3-4h avant un entraînement, et parfois même juste avant avec
bien sûr une adaptation des apports alimentaires.

81

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 7-Objectifs indicatifs d'alimentation avant effort (38)

A titre d’exemple, avant effort il faut au moins 1g/kg de poids de corps soit 4kcal de glucides
par kilo dans l’heure qui précède le début de l’entraînement, cela correspond pour une
personne de 70kg à environ 300 calories.

Il est nécessaire de rappeler aux sportifs de ne pas s’entraîner à jeun car durant la nuit le stock
de glycogène hépatique est consommé pour maintenir l’homéostasie glycémique, et ceci
nuira à l’entraînement, l’idéal étant au minimum d’avoir un apport d’environ 100kcal avant
l’effort. (38)

1.3.1.2 Pendant entrainement


Pendant l’effort, s’hydrater prévient l’apparition d’une déshydratation excessive,
correspondant à plus de 2% de la masse corporelle suite à un déficit hydrique.

Selon l’intensité et la durée de l’entraînement, il conviendra d’adapter au mieux son


hydratation, le plus simple étant de s’hydrater à intervalle régulier, environ 250mL toutes les
20min.
Les boissons sportives sont à utiliser pendant l’effort, après elles sont inutiles.

Les crampes, caractérisées par des douleurs aiguës au niveau musculaire, apparaissent
lorsque les muscles sont épuisés, on note cependant d’autres facteurs déclenchants comme
une condition physique insuffisante, une déshydratation ou bien un désordre électrolytique.

82

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Attention à la prise de glucides à IG élevé avant l’effort, ils vont apporter de l’énergie
rapidement mais en contrepartie ils vont produire un pic important d’insuline, ce qui engendre
une hypoglycémie en réaction, caractérisée par « le coup de pompe » dès les premières
minutes de l’effort.

Cependant, un apport de glucides à IG élevé pendant la séance peut avoir un intérêt en


musculation s’il est pris tout au long de la séance (toutes les 20-30min). En effet l’insuline
sécrétée permet une meilleure pénétration du glucose dans les cellules musculaires et ainsi
lutter contre la déplétion de glycogène, les glucides fournissant près de la moitié de l’énergie
lors d’un exercice d’intensité moyenne ou forte.

Trop de glucides peuvent cependant causer un ralentissement de la digestion et ainsi « peser


sur l’estomac ».

Les apports alimentaires vont donc varier selon l’activité pratiquée, selon son intensité mais
également selon sa durée comme illustrée sur le tableau ci-dessous.

83

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 8-Suggestions d'alimentation pendant un effort (38)

1.3.1.3 Après entrainement


Suite à un effort intense, l’objectif principal est de remplacer les pertes hydriques,
correspondant aux fluides et électrolytes éliminés par la sueur principalement ; il faudra donc
boire régulièrement de petits volumes plutôt que boire de grands volumes en une fois : cela
est préférable pour l’organisme car améliore la rétention d’eau.

Il convient de noter que boire 50% de plus que les pertes sudorales permettent d’accélérer la
récupération de l’organisme, en pratique pour estimer les pertes sudorales il suffit de se peser
avant et après exercice et la différence de poids correspond au volume hydrique éliminé
durant l’effort.

Après l’effort, les aliments consommés vont influencer sur la récupération ; les muscles par
exemple assimileront plus facilement les protéines présentes dans le sang pour reconstituer
la masse musculaire et absorberont également plus efficacement les glucides afin de restaurer
le stock de glycogène.
84

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
En effet, comme lors de l’exercice, un apport de glucides stimulera la production d’insuline et
transportera les glucides vers les muscles pour rétablir les réserves de glycogène.

De plus, cette réaction est d’autant plus efficace et est accentuée s’il y a ingestion de protéines
(10-20g) associée aux glucides, ceci permet également de réduire le taux de cortisol, néfaste
pour l’organisme car catabolise le tissu musculaire.

Une meilleure récupération passe par une meilleure alimentation post-entraînement : 1g de


glucides et 0,2 à 0,4g de protéines/kg, consommés à 30 min d’intervalle pendant 4h ou
jusqu’au repas suivant, cela nécessite de consommer trois fois plus de glucides que de
protéines : l’idéal serait donc d’articuler les séances de musculation juste avant un repas
contenant les quantités citées auparavant. (38)

Il y a une période déterminée après l’effort (jusqu’à 2h post-effort) où l’absorption des


nutriments est maximale, cette période est communément appelée la fenêtre de
récupération. L’utilisation de cette fenêtre métabolique est majeure car elle permet de
restaurer rapidement le stock de glycogène (80% du stock restauré en moins de 24h). (55)

1.3.2 Prise de masse

1.3.2.1 Définition
La prise de masse est par définition une étape en musculation consistant à augmenter sa
masse musculaire via une augmentation des apports énergétiques. Cette prise de masse se
veut qualitative, ainsi la prise de masse grasse se veut la plus faible possible. (33)

1.3.2.2 Intérêts
La prise de masse est un des premiers objectifs de la musculation, que ce soit dans un but
sportif pour une compétition par exemple ou dans un but personnel dans une optique
d’esthétique et d’entretien.

La prise de masse peut également s’avérer utile en vue d’un gain de force.

85

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.3.2.3 En pratique
Tout est question de balance, pour augmenter sa masse (et plus particulièrement musculaire),
il faudra être en excès calorique par rapport aux dépenses et ainsi obtenir un gain de poids. Il
faut cependant veiller à respecter une alimentation équilibrée et respectant les principes de
nutrition sous peine d’avoir pour résultat une prise de masse grasse plutôt qu’une prise de
masse maigre. En effet, l’excédent de glucides et les excès en lipides vont favoriser la
lipogenèse et ainsi mettre le tout en réserve sous la forme de triglycérides dans le tissu
adipeux. (25)

Quelques règles sont à respecter pour effectuer une prise de masse qui se veut « propre » :

- calculer sa dépense énergétique totale DET et augmenter les apports de 10% au-delà des
besoins estimés par la DET.

- avoir un apport en protéines satisfaisant, pour une prise de masse ils seront de l’ordre de
1,6-2g/kg de poids de corps ; choisir des sources de protéines de bonne qualité et maigres de
préférence comme les viandes blanches tels que le poulet ou la dinde, les poissons tels que le
colin ou cabillaud, avec toutefois 1-2 fois par semaine la prise de poissons gras pour l’apport
en AGPI ; sans oublier les œufs et les laitages.

- de même un apport en glucides est indispensable, comme vu auparavant, pour la contraction


musculaire ; les besoins sont de 4-7g/kg de poids de corps en fonction des besoins et de
l’intensité des entraînements. La règle qui prédomine dans le choix des glucides se fait selon
leur IG, il est donc important de choisir des aliments avec un IG moyen voire bas, en favorisant
les aliments complets et non transformés et de limiter l’apport en sucres rapides néfastes pour
l’organisme.

- l’apport lipidique est quant à lui estimé à 1-2g/kg de poids de corps, ces apports devant être
couverts par les bonnes graisses et donc limiter celles non indispensables ; choisir des sources
de qualité telles que les huiles d’olive ou de colza, ainsi que les oléagineux comme les amandes
et les noix.

- les besoins en vitamines et minéraux sont couverts par une alimentation équilibrée associant
les fruits et légumes aux glucides, lipides et protéines.

86

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
- s’hydrater régulièrement est indispensable, avec un apport de 1,5L jusqu’à 3L en période
d’efforts. Une perte de 1% de son poids de corps diminue les capacités physiques de 10%, le
sportif a donc tout intérêt à garder un équilibre hydrique pour optimiser ses performances.

Tableau 9-Exemple de répartition type à adapter en période de prise de masse (24)

1.3.3 Phase de « Sèche »

1.3.3.1 Définition
La deuxième étape qui suit la prise de masse est communément qualifiée de phase de
« sèche », cette phase a pour but de réduire la masse graisseuse tout en gardant au maximum
la masse musculaire acquise lors de la phase précédente. (56)

1.3.3.2 Intérêts
L’intérêt est plus particulièrement prononcé pour les sportifs culturistes en compétition, où
l’on va juger de l’aspect physique et de la symétrie des muscles, ils doivent donc être le plus
visible possible : ainsi en compétition on observe des taux allant de 4-6% de masse grasse
seulement, ce qui n’est possible en pratique que sur quelques jours.

L’aspect esthétique est également important pour les sportifs occasionnels puisque l’objectif
est d’avoir un physique défini avec des muscles dessinés, ainsi cette étape est majoritairement
effectuée à l’approche des beaux jours.

87

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
1.3.3.3 En pratique
Pour « sécher » et donc perdre du poids, il faut être en déficit calorique par rapport à son
métabolisme basal, tout en maintenant la masse maigre ; il faudra donc là aussi tenir compte
de certaines règles pour effectuer au mieux cette période de « sèche », qui peut être parfois
contraignante si poussée à l’extrême : (33)

- calculer sa DET et réduire progressivement le nombre de calories ingérées, une baisse


d’environ 250-500 kcal, tout en gardant un minimum de 2000 kcal/j pour les hommes et 1600-
1800 kcal/j pour les femmes. (31)

- ne pas baisser trop vite ses apports sous peine d’obtenir l’effet inverse que celui souhaité,
en effet si l’on va trop vite on va orienter le métabolisme à puiser dans les réserves
musculaires pour apporter de l’énergie grâce à la néoglucogenèse : on obtiendra ainsi une
fonte musculaire.

- les apports en protéines sont liés à l’activité physique et servent à préserver la masse
musculaire, ainsi les apports en « sèche » seront sensiblement identiques qu’en prise de
masse. On a donc un apport de 1.5-2 g/kg de poids de corps, en se basant sur le poids souhaité
et non sur le poids réel.

- concernant les glucides l’erreur la plus fréquente est de les bannir totalement de
l’alimentation, or les glucides représentent la source énergétique la plus rapidement
mobilisable par le muscle, il ne faut donc pas les supprimer sous peine là aussi d’obtenir une
fonte musculaire. Il faut cependant veiller à les réduire progressivement, en choisissant des
sources glucidiques de qualité.

- les lipides seront apportés avec un apport minimum à respecter de 1g/Kg de poids de corps
souhaité, en veillant à garder les graisses indispensables au bon fonctionnement de
l’organisme tout en optant pour des sources de qualité et éviter les graisses industrielles que
l’on retrouve par exemple dans les produits comme les pâtes à tartiner et les viennoiseries,
où la part d’acides gras saturés est élevée et donc néfastes pour l’organisme.

- une hydratation nécessaire allant jusqu’à 4L les jours d’efforts intenses, ne pas oublier
qu’une déshydratation peut mener aux blessures, ce qui est préjudiciable pour le sportif.

88

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 10-Exemple de répartition type à adapter en période de sèche (24)

1.3.4 Maintenance

1.3.4.1 Définition
La phase de maintenance ou de stabilisation se caractérise par un équilibre du poids
caractérisé par des apports énergétiques égaux aux dépenses énergétiques.

1.3.4.2 Intérêts
L’objectif est double ici, à savoir optimiser ses performances tout en maintenant son poids de
forme, mais également de revenir à un poids d’équilibre après une étape de prise de masse
ou de « sèche ».

1.3.4.3 En pratique
La diététique de la stabilisation doit respecter les mêmes règles qu’auparavant quant aux
choix des aliments ingérés, à savoir :

- un choix de qualité pour les aliments

- des sources glucidiques avec IG moyen à bas

- éviter les produits sucrés

- privilégier les bonnes graisses

- avoir des apports suffisants en énergie mais sans excès

- continuer la consommation de fruits et légumes

- possibilité de faire des « extras », à raison de 1-2 fois par semaine.

89

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 11-Exemple de répartition type à adapter en période de maintenance (24)

90

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2 LES RISQUES DE DERIVES EN MUSCULATION :

2.1 Utilisation de protéines à haute dose

2.1.1 Rappels
Les protéines sont principalement présentes dans le plasma sanguin, les tissus viscéraux et les
muscles ; il n’existe pas de réservoir de protéines dans l’organisme, ces dernières représentent
entre 12-15% de la masse corporelle.

Le contenu protéique des muscles squelettiques, représentant environ 65% de la teneur totale
des protéines, peut augmenter selon des degrés variables en fonction de l’entraînement
réalisé. Les acides aminés constituant les protéines peuvent voir leurs besoins augmentés de
façon importante.

Les protéines sont renouvelées en permanence par des processus biochimiques consommant
de l’énergie et associant synthèse et catabolisme protéique : cette synthèse protéique se fait
à partir du pool d’AA libres, ce qui représente 70g d’AA, et la dégradation protéique va elle
libérer des AA dans ce pool.

Ces deux phénomènes sont simultanés et conditionnent le renouvellement protéique et donc


responsables de la conservation de la masse protéique totale. Ainsi, une synthèse protéique
supérieure à la protéolyse engendre un gain protéique, ce que recherchent les pratiquants de
musculation ; et à contrario une protéolyse supérieure à la synthèse résultera en une
diminution de la masse protéique.

Ce renouvellement protéique est modulé par de multiples facteurs nutritionnels et


hormonaux et au cours de diverses situations pathologiques, les besoins en protéines doivent
donc être assurés par un apport suffisant à la fois en azote et en acides aminés essentiels, et
ce par l’ingestion de protéines d’origine animale et/ou végétale.

Les protéines peuvent également fournir de l’énergie, ceci étant possible dans certaines
situations avec cependant une participation assez faible en comparaison des glucides et des
lipides.

91

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.1.2 Les risques pour la santé
Les protéines font souvent l’objet d’une discussion concernant leur probable incrimination sur
l’état de santé chez les personnes ayant un fort taux de consommation en protéines, allant de
2-3g/kg/j et ceci sur une longue période.

2.1.2.1 A court terme

 Déséquilibre acide-base

Au sein de l’organisme se trouve différents mécanismes afin d’assurer un équilibre du pH


sanguin et donc maintenir l’équilibre acide-base, notre organisme ayant une tendance
naturelle à l’acidification.
Le pH sanguin étant compris entre 7,35 et 7,45 ; toute variation en dessous de 7,35 résultera
en une augmentation de l’acidité du milieu : on parle alors d’acidose ; à contrario toute
variation au-dessus de 7,45 engendrera une baisse de l’acidité du milieu : on parle alors
d’alcalose.

Les aliments ont une influence sur notre équilibre acide-base, ils disposent d’un potentiel
alcalinisant ou acidifiant ce qui peut amener parfois à des déséquilibres pouvant avoir des
conséquences.

Chez le sportif les déséquilibres acido-basiques ont différentes origines :

- l’acidose chronique de faible niveau, trouble causé par une alimentation déséquilibrée
puisque trop riche en aliments acidifiants

- les acidoses métaboliques et respiratoires

- les alcaloses métaboliques et respiratoires.

Ces déséquilibres peuvent être rencontrés au décours d’un effort violent et prolongé, et ont
des conséquences pouvant engager le pronostic vital du sportif. Nous ne traiterons
volontairement pas de ces deux derniers déséquilibres car ils restent rares en pratique et
n’apparaissent que chez les sportifs de très haut niveau et dans des conditions particulières
(travail en apnée, déshydratations et vomissements etc.).

92

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
L’acidose chronique de faible niveau est la plus connue des sportifs et s’installe
progressivement suite à une alimentation inadaptée car trop acidifiante et pas assez
acalinisante.

On peut cependant aujourd’hui évaluer le degré acidifiant ou alcalinisant des aliments ingérés
et donc leur impact sur l’organisme grâce à l’indice PRAL (Potential Renal Acid Loading) traduit
par le potentiel de charge acide rénale. (57)

En pratique, plus la valeur de l’aliment est négative plus celui-ci est alcalinisant ; et
inversement plus elle est positive plus celui-ci est acidifiant.

Nous pouvons ainsi voir dans les tableaux ci-dessous que la plupart des aliments ont un
pouvoir acidifiant important et notamment les protéines.

Tableau 12-L'indice PRAL (58)

93

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 13-Indice PRAL de quelques aliments (58)

94

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
L’acidose provoquée par cet apport excessif de protéines cumulé à une alimentation
inadaptée est à l’origine de syndromes inflammatoires persistants au niveau musculo-
tendineux, d’une déminéralisation osseuse et d’une diminution de la capacité de résistance
au stress.

La surconsommation de protéines peut donc avoir des effets néfastes sur l’organisme à court
terme, mais également à long terme.

2.1.2.2 A long terme


L’effet d’une alimentation hyperprotéinée (>3g/kg/j) doit rester transitoire et ne pas dépasser
plus de six mois dans l’année, au-delà on expose l’organisme à des risques d’atteintes rénales
et osseuses, ce que conclut le rapport de l’ANSES sur l’apport protéique. (43)
En effet, le groupement amine issu des AA va donner de l’ammoniac est sera éliminé par les
reins, ainsi en cas d’apports protéinés trop important cela provoquera une augmentation des
processus d’élimination de l’ammoniac produit en excès et se traduira par une atteinte rénale
de type glomérulonéphrite.

Un apport trop élevé en protéines engendre un surplus d’urée qu’il est nécessaire d’éliminer
dans les urines. L’excrétion urinaire de l’azote tend à accentuer les pertes hydriques et peut
donc mener à une déshydratation (phénomène d’autant plus visible chez le sportif dont la
sudation peut être importante). Ainsi, chez les sujets entraînés consommant beaucoup de
protéines, il est important de veiller à une bonne hydratation pour ne pas favoriser la
rétention de l’urée, produit toxique.

En théorie, un apport massif de protéines et d’AA va nécessiter une suractivité du foie


(oxydation nécessaire des AA) mais aussi des reins (par hyperfiltration).
Cliniquement il ne semble pas que le foie ou les reins pâtissent d’un apport excessif en
protéines. Par contre, il est bien connu qu’un apport important en protéines stimule
l’excrétion urinaire en calcium.

95

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
De nombreuses études (réalisées sur animaux) affichent des résultats similaires montrant des
déséquilibres pouvant engendrer des atteintes rénales, il a été rapporté qu’une
surconsommation en protéines augmente le calcium urinaire et le sodium urinaire, avec une
diminution du pH urinaire, et inversement une diminution du taux de citrate urinaire. (58)
(59).

D’autres études, en plus des résultats cités auparavant, ont montré qu’une supplémentation
en protéines entraîne une augmentation considérable du poids des riens et du volume urinaire
et concluent que cet apport excessif affecte la fonction rénale mais également la fonction
hépatique, avec altérations de certains paramètres métaboliques. Le statut osseux n’a
cependant pas semblé être affecté par cette supplémentation. (60) (61)

Un excès de consommation en protéines animales peut également engendrer des taux


sanguins d’acide urique trop élevés. Dans le sang, l’acide urique est sous forme d’urate, sel
soluble. Lorsque son taux s’élève significativement, l’acide redevient insoluble et peut
précipiter, notamment au niveau articulaire provoquant ainsi une crise de goutte mais peut
précipiter également au niveau des reins et donc être source de coliques néphrétiques et
d’insuffisance rénale à long terme.

Concernant les études chez l’homme, les résultats d’une étude américaine s’étalant sur deux
ans et englobant un nombre important de personnes (153) ne montrent pas d’effets néfastes
sur l’organisme pour un apport protéique allant jusqu’à 35% de l’AET, celles des lipides pour
45% et enfin les glucides pour 25%.

Il s'agit donc d'un régime pauvre en glucides, modérément riche en protéines, plutôt riche en
graisses (par comparaison, le régime Dukan évalué par le rapport de l'Anses est un régime
hyperprotéiné, les protéines apportant 40 à 50% des calories).

L’autre groupe de l’étude respectait les recommandations officielles dans la répartition des
macronutriments, 55% de glucides, 30% de lipides, et 15% de protéines.
Trois paramètres ont été étudiés pour évaluer la fonction rénale : la créatinine sanguine, la
clairance de la créatinine, et la cystatine C (protéine exclusivement filtrée par le glomérule
rénal et dont le dosage permet d’évaluer le DFG) ; les résultats montrent que l’alimentation
riche en protéines n’a eu aucun effet néfaste sur la fonction rénale. (62)

96

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Cette étude était cependant portée sur des personnes obèses en bonne santé, or chez les
pratiquants de sport de force il n’est pas rare d’avoir un déséquilibre alimentaire avec des
apports protéiques supérieurs à ceux que rapportent l’étude et une faible consommation de
fibres et de fruits et légumes associés, sans oublier l’apport protéique sous forme de CA que
l’on retrouve chez la majorité des pratiquants de sports de force.

Ainsi, il est nécessaire d’avoir d’une part une adéquation du régime alimentaire et d’autre part
une surveillance plus étroite de ces paramètres compte tenu de la grande variabilité
individuelle : il sera recommandé aux personnes ayant des problèmes de santé comme du
diabète, de l’hypertension, ou une maladie rénale préexistante d’en informer les
professionnels de santé et d’évaluer conjointement avec le médecin les possibilités s’offrant
à eux.

2.2 Les Compléments Alimentaires utilisés en musculation

2.2.1 Le complément alimentaire


Dans les sports de force et les sports à catégorie de poids, les CA ciblant une prise de masse
musculaire et/ou une réduction de la masse grasse sont très nombreux aujourd’hui ; nous
devons cependant préciser que le marché des CA est ouvert à de nombreux pays et de
nombreux laboratoires, ainsi une règlementation stricte de ces CA est nécessaire.

2.2.1.1 Définition
Selon la définition figurant au journal officiel de mars 2008, le CA est une « denrée alimentaire
dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constitue une source
concentrée de nutriments ou d’autres substances […] destinée à être prise en unité mesurée
de faible quantité ». (63)

2.2.1.1.1 Objectif
Ces produits complètent le régime alimentaire. Ils ne viennent donc pas se substituer aux
aliments courants. Leurs apports nutritionnels s’ajoutent aux apports issus de l’alimentation
courante, y compris ceux provenant des aliments enrichis.
97

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.1.1.2 Composition
Ces produits sont essentiellement constitués d’ingrédients ayant un effet nutritionnel ou
physiologique (plantes, nutriments, autres substances…). A la différence des aliments
classiques, les compléments alimentaires ne sont pas constitués d’une matrice alimentaire
c’est-à-dire d’une structure physique complexe associant notamment des macronutriments
(glucides, lipides et protéines).

2.2.1.1.3 Présentation
Ces produits sont vendus sous la forme de doses, ce qui implique de définir une unité de prise.
Cette unité de prise doit être mesurable et de faible quantité, comparativement aux quantités
d’aliments consommés habituellement.

Les CA peuvent donc être ici utilisés d’une part en tant que complémentation, ce qui
correspond à un apport du dit nutriment dans la limite de trois fois la valeur des ANC ; et
d’autre part comme supplémentation si l’apport est ici entre trois et dix fois celle des ANC ou
bien pour des molécules dont aucun ANC n’a été défini (exemple des polyphénols).

Le but des CA est donc de renforcer la densité nutritionnelle d’une alimentation équilibrée ou
de corriger un déséquilibre afin de combler les besoins spécifiques de l’organisme sans
surcharger le système digestif, ils doivent ainsi ne pas nuire à l’organisme

2.2.1.2 Encadrement
En Europe, l’autorité compétente en matière de sécurité du marché des CA est l’Agence
Européenne de Sécurité des Aliments. (64)

Dans la règlementation française, la présence d’un nutriment dans un CA est limitée à 100%
des ANC, cependant pour des doses ne dépassant pas trois fois celle des ANC ceci est toléré.
La DGCCRF veille ainsi à la bonne utilisation des CA concernant les ingrédients présents et
donc leur quantité, l’étiquetage, la sécurité et la qualité de ces derniers garantissant aux
consommateurs une sécurité d’utilisation. (65)

98

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.1.3 Engagement qualité
Depuis 2012 existe pour les CA à destination des sportifs la norme AFNOR NF V94 -001,
intitulée « Prévention du dopage dans le sport - Compléments alimentaires et autres denrées
alimentaires destinées aux sportifs - Bonnes pratiques de développement et de fabrication
visant l’absence de substances dopantes ». Elle permet d’attester de la non-présence de
produits dopants dans le CA, ce label qualité doit être mentionné sur les différents produits
afin que tout consommateur potentiel puisse l’identifier. (66)

2.2.1.4 Nutrivigilance
En France, le dispositif de nutrivigilance, piloté par l’ANSES, permet la surveillance des effets
indésirables liés à la consommation de compléments alimentaires, ainsi tout effet indésirable
doit être déclaré à l’ANSES.

Nous nous devons, en tant que professionnels de santé, d’être vigilants quant à l’utilisation
des CA et les risques potentiels qu’ils peuvent engendrer dans certaines conditions. (67)

2.2.2 Les poudres de protéines


Les poudres de protéines constituent la part majoritaire des CA destinés à la prise de masse
musculaire chez les pratiquants de sports de force.

Il y a différentes gammes de produits disponibles offrant un large choix, mais tous ne se valent
pas et ne sont pas destinés aux mêmes personnes : ce sont les poudres de protéines de lait,
ces dernières sont composées à 80% de caséine et de 20% de lactosérum.

Chez le sportif, les besoins en protéines sont accrus en raison du catabolisme musculaire
supérieur au niveau des muscles squelettiques : il faut donc nécessairement des apports
réguliers en AA indispensables afin de répondre aux besoins liés à la stimulation de la synthèse
protéique lors de la phase de récupération d’exercices de force.

Les études sur l’utilisation des protéines autour de l’entrainement montrent tous un intérêt
théorique potentiel à la prise de ces CA en vue d’une synthèse musculaire, sans toutefois
consommer de grandes quantités de protéines, puisque qu’il « semble exister un
plafonnement des synthèses protéiques [….] et ne permettent pas de montrer de relation

99

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
linéaire entre apport protéique et anabolisme musculaire […] mettant en doute l’intérêt que
pourrait représenter la consommation de grandes quantités de protéines au-delà du besoin
induit par la pratique de l’exercice, pour le développement de la masse musculaire » conclue
le rapport de l’AFSSA. (54)

2.2.2.1 Gainer
Les poudres de protéines dénommées « gainer » sont composées d’un mélange de glucides
et de protéines, auquel on rajoute parfois des lipides, vitamines et minéraux ; la particularité
des « gainers » est leur contenance en glucides puisque relativement plus importante que
celle des protéines (65% de glucides pour 35% de protéines environ).

Cette gamme de produits est destinée aux personnes ayant des difficultés à prendre du poids
et plus précisément de la masse musculaire malgré un apport alimentaire adapté, il y aura
donc un apport calorique important suite à l’ingestion de ces produits dans un objectif de prise
de poids.

Il faudra toutefois veiller à ce que cet excédent calorique, en raison de la teneur en glucides
parfois très élevée, ne soit pas à l’origine d’un gain de poids caractérisé par une augmentation
du volume des adipocytes ce qui se traduira par un gain de graisse préférentiellement à un
gain de muscle.

2.2.2.2 Whey
La plus connue des poudres de protéines est la Whey, constituant 20% des protéines du lait,
et où la part des glucides est inférieure à celle des protéines qui devient majoritaire, selon un
rapport 75/25 pour les protéines en moyenne.

Cette gamme est destinée aux personnes ayant une alimentation adaptée mais où les besoins
en protéines peuvent être augmentés tout en prenant soin de ne pas passer à un régime
hyperprotéinée (>3g/kg/j) : elle sera ainsi profitable en vue d’une prise de masse maigre.

La whey ou protéine de lactosérum est une protéine issue du lait, elle est riche en AA
essentiels et notamment en BCAA. Elle offre une très bonne digestibilité, une absorption plus
rapide que la plupart des autres sources de protéines, ce qui lui confère un effet

100

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
anticatabolisant après le sport mais également favorisant l’anabolisme musculaire de façon
supérieure comparée aux autres (+68% d’augmentation contre +30% d’augmentation après
ingestion de caséine). (9)

La whey offre une disponibilité presque immédiate en acides aminés : en effet la présence des
AA dans le compartiment intracellulaire se traduira par une stimulation des synthèses
protéiques.
Dès la fin de l’exercice, ces poudres de lait peuvent être consommées afin d’optimiser
l’anabolisme musculaire : en effet après un exercice intense les AA seront mieux utilisés et
ceci plus l’apport en protéines est précoce après la fin de l’exercice. (54)

De nombreuses études ont été réalisées ces dernières années sur les protéines de lait et leurs
intérêts potentiels quant à leur utilisation, il en ressort pour la plupart des résultats
similaires avec un profil plutôt favorable : la supplémentation en whey permettrait une
amélioration des performances à l’exercice, une réduction de la masse grasse associée à une
augmentation de la masse maigre, pouvant ainsi être intéressante également pour certaines
personnes obèses, hypertendues ou à risque d’accident vasculaire cérébral (AVC), mais
également pour prévenir le risque de diabète de type 2. (68) (69) (70) (71)

2.2.2.3 Isolat
L’isolat permet une purification plus poussée des protéines de lait, ici la part des glucides est
encore plus faible voire presque nulle tandis que celle des protéines est supérieure encore à
la whey (90%) ; cette gamme de produits est à destination des personnes prenant facilement
du poids et où un contrôle strict des apports et donc de l’alimentation est nécessaire, elle est
donc particulièrement intéressante lors des périodes de « sèche » où la perte maximale de
masse grasse est l’objectif.

L’isolat est la technique permettant d’obtenir un rendement supérieur en protéines par des
procédés de filtration très poussés, ainsi il y aura le maximum de protéines disponibles et le
minimum de glucides et de lipides afin d’optimiser le gain musculaire, on retrouve l’isolat de
whey obtenu par microfiltration et l’isolat de caséine défini par l’isolat micellaire.

101

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.2.4 Caséine
La caséine est une protéine elle aussi issue du lait mais à la différence des protéines de
lactosérum qui définissent les produits cités ci-dessus, la caséine à un profil métabolique
différent : en effet elle reste plus longtemps dans l’organisme du fait qu’elle coagule au
contact des liquides gastriques et sera donc absorbée plus lentement que celles issues du
lactosérum (aussi appelées α-lactalbumines).

La caséine est ainsi favorisée lors des phases de jeûne où les apports seront séparés de
plusieurs heures, ce qui est le cas lors du ramadan ou bien lors de la nuit où l’organisme a
jeûné durant la nuit entière.

La caséine contient également une part importante d’AA essentiels et est de très bonne
qualité également, son assimilation est plus lente que pour la whey du fait de sa coagulation
dans l’estomac et donc retarde son arrivée dans l’intestin ce qui la rend plus longue à digérer ;
ainsi les AA arriveront plus progressivement dans le sang.

Son principal inconvénient est qu’elle favorise la perméabilité intestinale, elle est donc à
déconseiller chez les personnes présentant déjà des troubles intestinaux, une intolérance au
lactose ou un terrain génétique favorable aux maladies auto-immunes telles que les maladies
inflammatoires chroniques intestinales (MICI).

2.2.2.5 Les protéines végétales


Elles représentent une alternative pour les végétariens et/ou les végétaliens, on peut citer la
protéine de soja ou de riz, et la protéine de chanvre.
La protéine de soja a un profil d’AA satisfaisant puisque tous les AA essentiels sont présents,
elle est cependant riche en phyto-œstrogènes et en anti-nutriments (inhibiteurs de trypsine)
ce qui peut parfois limiter l’absorption des vitamines et minéraux, voire même celles des
protéines alimentaires.

La protéine de riz ou la protéine de pois contiennent des AA limitants puisqu’issues des


céréales et légumineuses, ce qui réduit leur qualité globale en comparaison des protéines
animales.
Enfin la protéine de chanvre constitue une alternative idéale aux protéines animales, elle
contient tous les AA essentiels et représente une bonne source d’oméga-3.

102

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Les recommandations d’apport en protéines chez le sportif doivent donc être envisagées en
fonction de la discipline sportive et du niveau de pratique. L’efficacité nutritionnelle des
protéines est fondamentale à considérer pour la reconstruction musculaire en récupération
des exercices intenses.

Les protéines du lait ou dérivées de produits laitiers (caséine et/ou lactosérum) ont montré
leur efficacité sur l’augmentation du flux de synthèse protéique musculaire. Ces protéines
doivent être consommées le plus tôt possible, dès l’arrêt des exercices intenses, à raison de
20-25g pour un sujet de 80-95kg. (72)

2.2.3 Les BCAA


Les acides aminés sont, nous l’avons vu, les constituants de base des protéines et proviennent
pour la plupart d’une synthèse endogène mais également via notre alimentation (dans les
protéines). Ils peuvent également être apportés de façon exogène grâce aux compléments
alimentaires riches en acides aminés branchés, plus connus sous le nom de BCAA (Branched-
Chain Amino-Acids).

Parmi les vingt acides aminés existant, certains sont qualifiés d’essentiels car ils nécessitent
d’être apportés par l’alimentation, les douze autres étant synthétisables au sein de notre
organisme.

Chaque acide aminé joue cependant un rôle fonctionnel propre à lui-même, que nous allons
détailler par la suite : (73) (9)

2.2.3.1 Présentation des différents acides aminés


Tous les AA ont une organisation structurale commune : ils possèdent un groupement
carboxyle et un groupement amine, séparés par un seul atome de Carbone et une chaîne
latérale de structure différente leurs conférant des propriétés physico-chimiques
particulières ; ils proviennent de la dégradation des molécules de protéines mais peuvent
également être issus des intermédiaires de la glycolyse et du cycle de Krebs. (49)

103

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.3.1.1 Les acides aminés essentiels

i. Isoleucine

C’est l’un des trois AA branchés, ces BCAA contribuent à la croissance et à la « réparation »
musculaire, le muscle en contenant plus de 30% ; il est nécessaire à la formation de
l’hémoglobine et participe à la production d’énergie, l’isoleucine étant un AA glucoformateur
ainsi que cétoformateur.

ii. Leucine

C’est le deuxième AA branché, la leucine apparait depuis plusieurs années comme étant le
plus efficace pour moduler la synthèse des protéines.

iii. Valine

C’est le troisième acide aminé branché, que l’on retrouve dans les CA enrichis en BCAA.
Ces acides aminés en leucine, isoleucine et valine doivent être apportés selon un rapport
2:1:1. Il faut donc qu’il y ait deux fois plus de leucine que de valine et d’isoleucine. On retrouve
cependant dans certains CA des rapports plus élevés.

iv. Lysine

Acide aminé participant dans la synthèse de l’hormone de croissance et du collagène, la lysine


est également un précurseur de la carnitine, retrouvée dans d’autres CA et que nous traiterons
un peu plus tard. Enfin elle joue également un rôle dans la stimulation du système
immunitaire.

v. Méthionine

C’est l’acide aminé par lequel toute séquence d’ADN commence, il participe activement dans
la synthèse de la kératine, mais également dans la synthèse de la créatine et de la carnitine.

vi. Phénylalanine

La phénylalanine est le précurseur d’un autre AA, non essentiel, qu’est la tyrosine, et
permettant la synthèse de neuromédiateurs (NM) importants comme la dopamine, la
noradrénaline et l’adrénaline.

104

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
vii. Thréonine

Elle participe à la synthèse du collagène, de l’élastine et de l’émail dentaire ; c’est le


précurseur d’autres AA comme la glycine et la sérine, et est impliquée dans la réponse
immunitaire du fait de la teneur élevée en thréonine des immunoglobulines (Ig).

viii. Tryptophane

Il est le précurseur de deux NM jouant un rôle dans la régulation de l’humeur et dans la


synchronisation des phases de veille-sommeil : ces NM sont la sérotonine et la mélatonine.
Il intervient également dans la régulation de l’appétit et stimule la libération de l’hormone de
croissance.

2.2.3.1.2 Les acides aminés non essentiels

ix. Le glutamate

Aussi appelé acide glutamique, il est formé à partir d’un autre AA : la glutamine ; c’est un des
neuromédiateurs fondamentaux du SNC : en effet il s’agit du neurotransmetteur (NT)
excitateur le plus important du SNC dont l’action est contrebalancée par le GABA, NT
inhibiteur, le glutamate étant le précurseur principal du GABA.

C’est également un constituant de base pour la formation des bases de l’ADN et du glutathion,
molécule anti-oxydante essentielle à l’organisme.

x. L’alanine

L’alanine représente quantitativement l’acide aminé glucoformateur le plus abondant : ainsi


lors d’un effort où la réserve de glycogène diminue, l’alanine permet la production de glucose
via son oxydation par la néoglucogenèse ; elle intervient aussi dans la synthèse du collagène
et de l’élastine.

105

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
xi. L’arginine

L’arginine est un précurseur de la créatine mais également du monoxyde d’azote (NO),


molécule vasodilatatrice très puissante. L’arginine possède de nombreuses fonctions au
niveau physiologique : elle intervient dans différents processus tels que l’immunité, la
sécrétion de l’hormone de croissance, la cicatrisation ou la détoxification hépatique.

On retrouve souvent cet acide aminé dans les CA optimisant l’endurance et la prise de muscle,
donc susceptibles d’être utilisés chez les pratiquants de musculation.
Les effets potentiels d’un apport en arginine en tant que précurseur du NO seraient
potentiellement bénéfiques pour la performance sportive : en effet l’augmentation de NO
entraînerait une meilleure dilatation des vaisseaux et améliorerait ainsi le travail en aérobie
avec une meilleure élimination des toxines à l’effort.

Cependant ces allégations n’ont pas été vérifiées ou très peu en pratique lors d’études
scientifiques, ainsi il n’y a eu aucune amélioration de l’endurance, de la force ou de la réponse
de l’organisme à l’effort ; le seul effet bénéfique à la supplémentation en arginine à l’exercice
semble intéressant pour les personnes non entraînées. (74) (75)

Ainsi, en l’état actuel des connaissances, ces CA à base d’arginine ne semblent pas avoir
d’intérêt chez les sportifs régulièrement entraînés. (76)

xii. L’asparagine

C’est un des précurseurs des bases de notre ADN, elle intervient aussi dans le bon
fonctionnement du système nerveux, l’asparagine peut être utilisé à des fins énergétiques
notamment à l’effort prolongé.

xiii. L’aspartate

Les fonctions attribuées à l’aspartate sont nombreuses : il permet la synthèse de NT, participe
à la synthèse d’ADN et d’ARN et celles des Ig. L’aspartate est un précurseur du cycle de Krebs
permettant la formation de l’oxaloacétate, il sera ainsi utilisé à des fins énergétiques en vue
d’une épargne des réserves en glycogène.

106

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
xiv. La cystéine

Cet AA soufré, comme la méthionine, entre dans la composition des unités contractiles du
muscle squelettique que sont l’actine et la myosine.

La cystéine permet également la formation de la mélanine et kératine, constituant principal


des cheveux, de la peau et des ongles ; la cystéine est impliquée dans les processus de
détoxication de l’organisme (chélation de métaux lourds).

xv. La glutamine

C’est l’AA le plus abondant dans l’organisme et notamment dans le muscle, cet AA intervient
dans de nombreuses réactions, il est donc indispensable au bon fonctionnement de notre
organisme : il n’est toutefois pas considéré comme un AA essentiel du fait qu’il soit produit
par l’organisme.

La glutamine intervient dans la synthèse de glucosamine, molécule protectrice de


l’articulation, dans le renforcement du système immunitaire, dans la synthèse du glutathion
et dans celle des bases de notre ADN.

La glutamine est impliquée dans les processus de mémorisation et de concentration étant


indirectement le précurseur du NT GABA.

Dans les heures qui suivent l’effort le sportif présente une plus grande sensibilité aux
infections ORL, des études ont montré que la supplémentation en glutamine permet de
diminuer significativement ces risques d’affection ORL lors de cette période, aussi appelée
l’open window phenomenon. (77) (78)

La glutamine, mise en réserve dans le muscle squelettique aura pour rôle de maintenir un
niveau optimal en protéines et de réguler le métabolisme glucidique, on la retrouve donc pour
toutes ces raisons souvent associée aux BCAA, toutefois les résultats sont encore limités ce
qui leur confère peu d’intérêts quant à leur utilisation par les adeptes de sports de force.

107

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
xvi. La glycine

Comme d’autres de ses pairs, cet AA intervient dans de nombreux processus physiologiques
dans l’organisme, la glycine étant un des précurseurs à la synthèse de l’ADN, de la créatine,
du glutathion, du collagène et de l’hémoglobine.

xvii. L’histidine

Il est selon certains auteurs classé comme étant un AA essentiel, ce qui est le cas notamment
lors de la période de croissance chez les enfants.

C’est le précurseur de l’histamine, molécule impliqué dans les mécanismes allergiques,


l’histidine favorise également la production de l’hémoglobine et du glutamate.

xviii. La proline

Essentielle à la production de l’acide hyaluronique contribuant à la lubrification des


articulations, et à la synthèse du collagène : elle a donc un rôle fondamental au niveau des
tissus conjonctifs.

xix. La sérine

La sérine est le précurseur de la molécule de choline, elle-même permettant la synthèse du


NT qu’est l’acétylcholine. Cette molécule d’acétylcholine (Ach) joue un rôle dans les processus
de mémorisation, de concentration, mais aussi dans le bon fonctionnement du système
nerveux parasympathique, elle est à l’origine du processus de contraction musculaire au
niveau de la jonction neuromusculaire.

Par extension, toute carence en sérine peut être à l’origine d’une carence en Ach, ainsi tout
dérèglement dans le métabolisme de l’Ach peut être à l’origine de pathologies comme la
myasthénie (atteinte des récepteurs neuromusculaires ou défaut de libération d’Ach) ou à
l’origine de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer (déficience
cholinergique).

108

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
xx. La tyrosine

Elle est le précurseur de différents NM comme la dopamine, l’adrénaline et la noradrénaline.


Elle permet également la synthèse de mélanine à l’origine de la couleur de peau, et est à
l’origine des différentes hormones thyroïdiennes.

Certaines études font état d’une amélioration de l’endurance lors d’exercices intenses et
prolongés, même si d’autres études doivent être réalisées pour justifier l’intérêt d’une
supplémentation en tyrosine. (79)

109

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 21-Structures chimiques des acides aminés (49)

110

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Les acides aminés sont donc particulièrement importants dans l’organisme au travers des
réactions de synthèse de nombreuses molécules et protéines, en plus de leur rôle dans la
synthèse musculaire.

2.2.3.2 Supplémentation en BCAA

2.2.3.2.1 Intérêts
Au niveau métabolique nous avons vu que les acides aminés peuvent servir de substrats
énergétiques ; toutefois les protéines ne peuvent être comparées aux glucides et lipides en
terme de réserve énergétique. En effet la protéolyse à visée énergétique est restreinte dans
l’organisme : durant l’effort la part des protéines intervient pour +/- 5%.
Il y a cependant une majoration de l’oxydation des AA à hauteur de 3 à 5g par heure d’activité
chez l’adulte, ce qui rend intéressant leur supplémentation chez le sportif. (80)

Parmi les acides aminés, les BCAA représentés par la Leucine, l’Isoleucine, et la Valine
représentent les AA les plus transaminés au niveau musculaire pendant l’exercice ; ils servent
ainsi de carburant au muscle en produisant de l’énergie, d’autant plus lorsque les réserves de
glycogène sont épuisées ; cela peut engendrer une protéolyse aboutissant à un catabolisme
musculaire.

Ainsi chez le pratiquant de musculation, il est intéressant d’en apporter de manière exogène
au travers d’une supplémentation.

2.2.3.2.2 Rôles
Avant l’effort ils permettent ainsi à l’organisme de ne pas puiser dans le muscle et ainsi garder
ses réserves et donc éviter un catabolisme ; pris durant l’effort ils seront à l’origine de la
production énergétique sous forme d’ATP.

De plus, les BCAA agissent également comme des neurotransmetteurs qui vont agir en
activant l’anabolisme musculaire, sous l’influence de nombreux paramètres comme
l’intervention des hormones de croissance et de l’insuline, mais également selon le type
d’exercice : de nombreuses études ont ainsi montré que les exercices de force stimulaient

111

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
l’anabolisme musculaire. Les BCAA jouent un rôle fondamental dans la modulation de la
synthèse et la dégradation des protéines musculaires. (81)

Durant l’effort la protéosynthèse est inhibée au profit d’une protéolyse : cette dégradation
musculaire est lié à l’activité effectuée : ainsi « il existe maintenant un consensus pour penser
que l’exercice de force augmente de manière sensible les dégradations protéiques au sein
même du muscle ». (54)

Après effort, ils permettent de reconstituer les réserves épuisées et aident à la reconstruction
des fibres musculaires par stimulation de la voie spécifique mTOR. (82)

Cette reprise de l’anabolisme protéique dès l’arrêt de l’exercice est favorisée par
l’accumulation d’acides aminés au niveau du sarcoplasme, créant ainsi des conditions
favorables à la resynthèse protéique.

Ils amélioreraient également la récupération compte tenu de la compétition entre les BCAA
et le tryptophane pour franchir la barrière hémato-encéphalique ou BHE : le tryptophane
étant le précurseur de la sérotonine il serait à l’origine de l’apparition de la fatigue lors de son
entrée dans le SNC, ainsi tout apport supplémentaire en BCAA permettrait de réduire cette
entrée dans le système nerveux, donc la sensation de fatigue et par conséquent améliorer la
performance physique. (83) (84)

112

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 22-Apport en AA ramifiés et effets potentiels attendus (25)

Il n’est pas rare aujourd’hui que les BCAA soient additionnés aux poudres de protéines de lait,
ainsi la prise orale de ces derniers « augmente leur disponibilité locale et optimise
l’augmentation des synthèses protéiques liée à la pratique de l’exercice de développement de
force ». (54)

2.2.3.2.3 Lesquels
Il convient de bien choisir ses BCAA en vue d’une supplémentation, ainsi il est important de
choisir des CA avec un rapport entre les AA respecté, rapport minimum de 2 :1 :1.
De nombreux CA ont cependant des rapports plus élevés, avec un apport de leucine allant
jusqu’à 4-6 fois plus que l’isoleucine et la valine. Or il a été prouvé qu’il existe un plafonnement
de la synthèse protéique par ces AA, ainsi tout excès sera éliminé avec pour seul résultat une
augmentation de la production d’urée, ce qui est sans intérêt. (85)

La source de ces BCAA peut également amener à la vigilance, en effet dans la majorité des cas
la source de ces AA est fiable mais pour certains ils peuvent être extraits de produits non
présents dans l’alimentation humaine, ainsi il convient de toujours s’interroger sur leur source
et donc leur provenance.

113

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Afin de prévenir tout effet indésirable potentiel, il convient d’utiliser les CA respectant la
norme qualité AFNOR présentée auparavant, ceci représentant un gage de qualité et de
sécurité à destination des consommateurs.

2.2.4 Les compléments alimentaires enrichis en lipides

Les compléments alimentaires à base d’acides gras sont également utilisés par les sportifs en
musculation, il s’agit tout particulièrement des AG de la série ω3, ω6 ou ω9. (37)

2.2.4.1 Rappels

 Les oméga-3 :

Les AG de la série ω3 interviennent dans la synthèse de différentes molécules impliquées dans


les réactions immunitaires et inflammatoires, et dans la régulation de la pression artérielle.
L’acide-α-linolénique est le seul AG essentiel de la série des ω3 : il doit nécessairement être
apporté par l’alimentation et de lui dérivent d’autres AG.

On retrouve deux molécules principales dérivant de l’acide-α-linolénique que sont l’EPA


(acide eicosapentaénoïque) et le DHA (acide docosahexaénoïque) :

- L’EPA donne naissance aux acides gras présentant des propriétés cardioprotectrices,
anti-inflammatoires et antiallergiques reconnues dans de nombreuses études
(Prostaglandines (Pg) de type 3).

- Le DHA joue quant à lui un rôle dans le développement du cerveau et de la rétine, la


structure des membranes cellulaires, mais également au niveau de la spermatogenèse.

L’apport d’1g d’acide-α-linolénique représente à titre d’exemple 2 cuillères à café de graines


de lin broyées ou 1 cuillère à soupe d’huile de colza ; les apports recommandés en ω3 sont de
2g/j pour l’homme et 1,6g/j pour la femme, avec comme apport minimal quotidien moyen
conseillé 500 mg d’EPA et de DHA.

114

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 Les oméga-6 :

Les AG de la série ω6 interviennent dans le bon fonctionnement du SNC, du système


immunitaire, au niveau allergique et CV, et sont également impliqués dans les processus de
cicatrisation.
Cependant de nombreuses études ont prouvé qu’une consommation excessive d’ω6 va
inhiber l’activité des ω3 et conditionne l’apparition de pathologies inflammatoires et CV. (43)

Seul l’acide linoléique est essentiel parmi les ω6, il sera transformé par la suite en acide
dihomo-γ-linolénique (DGLA) aux propriétés cardioprotectrices, anti-inflammatoires et
modulant les réponses immunitaires via les Pg de type 1.

Le DGLA sera cependant transformé pour donner l’acide arachidonique impliqué dans la
synthèse des Pg de type 2 aux rôles cette fois pro-inflammatoires, vasoconstricteurs, pro-
agrégants au niveau plaquettaire (permet la cicatrisation), et enfin pro-allergiques.

L’apport fixé en ω6 est d’environ 10g pour un homme et de 8g pour une femme.

En micronutrition, le rapport ω6/ω3 dot être idéalement compris entre 3 et 5 alors qu’en
réalité il se situe autour de 10-30 compte tenu des habitudes alimentaires riches en lipides,
plus particulièrement en acides gras de la série ω6.

115

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 14-Rôles des acides gras ω3 et ω6 sur l'organisme (39)

 Les oméga-9 :

Les AGMI de la série ω9 constituent la dernière famille d’acides gras, l’acide gras principal est
représenté par l’acide oléique : il ne s’agit toutefois pas d’un AG essentiel car l’organisme est
capable de le synthétiser.

Ils seront retrouvés principalement dans les huiles végétales à base d’olive, ainsi l’organisme
peut puiser dans notre alimentation pour satisfaire ses besoins en ω9.

Selon l’American Heart Association, la moitié des graisses consommées devraient provenir des
ω9, un quart des AGPI ω3 et ω6, et le dernier quart pour les AGS ; représentant au minimum
30% des AET selon les nouvelles recommandations du PNNS. (31)

116

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.4.2 Intérêts
Les acides gras mono-insaturés jouent plusieurs rôles importants, dont la prévention de
l’athérosclérose. Les acides gras polyinsaturés, dont les deux principales classes sont les ω3 et
ω6, représentent une classe particulière de lipides qui semble intéressante dans le domaine
du sport et de la santé. (86)

Une relation inverse est observée entre la prise d’ω3 et le taux de mortalité lié aux maladies
coronariennes, une consommation moyenne allant de 250-500mg d’EPA et de DHA diminue
le risque relatif de décès de plus de 25%, cependant des consommations plus importantes ne
diminuent pas plus ce risque : il y a donc existence d’un effet seuil. Ces bénéfices sont
attribuées à la consommation de poissons gras (saumon, sardine) plutôt que maigres (morue,
flétan). (87)
La consommation régulière en ω3 et DHA notamment améliore les facteurs de risque CV
comme la PA, les TG, l’agrégation plaquettaire, le dysfonctionnement épithélial et enfin
l’arythmie ; ces effets apparaissant en quelques semaines. (87) (88)

Certaines études font état d’une diminution de la masse grasse, qu’il y ait ou non une
restriction alimentaire associée mais ceci reste controversé. (89)

Il semble cependant qu’une supplémentation nutritionnelle en ω3, combinée à une activité


physique en aérobie, contribuerait à améliorer le profil lipidique chez des personnes en bonne
santé, et semble efficace dans le traitement des dyslipidémies. (90) (91)

Chez les sportifs de force le risque de blessure dû à la charge utilisée peut parfois provoquer
une inflammation au niveau tendineux et/ou ligamentaire, il apparait qu’une
supplémentation en lipides et plus particulièrement en ω3 est bénéfique sur l’inflammation
liée à l’exercice physique.

Ceci s’explique par une compétition entre les prostaglandines anti-inflammatoires issus de
l’EPA (ω3) et ceux pro-inflammatoires issus de l’acide arachidonique (ω6) au profit d’une
inhibition de ces derniers : ainsi il y aura prédominance des effets anti-inflammatoires.
Les AGPI ω3 inhibent aussi la production de cytokines pro-inflammatoires telles que le TNFα,
IL-1β et IL6, ceci étant dû à leur incorporation dans les membranes des cellules mononuclées.
(92) (93)

117

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Chez le sportif la supplémentation en lipides ne semble présenter aucun bénéfice sur la
performance physique contrairement aux glucides ; au contraire il apparaît un déséquilibre du
profil lipidique chez de nombreux sportifs en raison d’une restriction des apports lipidiques
(<25% AET) touchant les AG de la série ω3 malgré un apport lipidique satisfaisant de l’ordre
de 1,5g/kg/j.

Ces déséquilibres lipidiques chez les sportifs sont corrélés à une alimentation dont la ration
glucidique est déficitaire, de l’ordre de 5g/kg/j : les auteurs concluent qu’un « apport
glucidique optimal est indispensable à la satisfaction des besoins lipidiques du sportif ». (94)
(95)

Une supplémentation en ω3 peut donc paraitre nécessaire en vue d’améliorer le profil


lipidique et ainsi éviter tout déséquilibre de l’organisme, toutefois ceci est possible en
corrigeant l’alimentation en adoptant un régime proche du régime crétois, à savoir riche en
AGMI, pauvre en AGS, ainsi qu’une consommation journalière en AGPI ω3 et ω6 sans toutefois
excéder les apports recommandés concernant les ω6.

En pratique cela se traduira par une réduction de la consommation d’huile de tournesol ne


contenant pas d’ω3 au profit d’une augmentation de la consommation d’huile de colza et
d’huile d’olive, sans oublier les poissons gras contenant des AGMI ω9, des ω3 et ω6, ainsi que
des antioxydants.

2.2.5 La Créatine

2.2.5.1 Présentation
Découverte au début du 19e siècle par le scientifique français Michel Eugène Chevreul, la
créatine (Cr) est aujourd’hui très étudiée et est à l’origine de nombreuses études à l’origine
des allégations de la créatine dans le sport, elle est actuellement très répandue dans le monde
du sport (culturistes, lutteurs, rameurs …).

La créatine est la molécule de « stockage » d’ATP, en effet lors d’un effort bref et intense, la
production d’ATP ne peut satisfaire immédiatement la demande en énergie car les voies de
production d’énergie (glycolyse anaérobie) ne sont pas disponibles de suite ; ainsi la créatine
intervient dans ce contexte en créant très rapidement de l’énergie en permettant le passage
d’une molécule d’ADP en ATP en cédant un groupement phosphate.
118

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Cependant la créatine ne constitue aucunement une forme d’énergie entre les tissus, les
réserves de phosphocréatine (PCr) étant limitées dans le muscle : cet apport d’énergie très
limité permet une autonomie supplémentaire de seulement 5-10 secondes. (25)

La créatine est ainsi devenue une substance ergogénique représentant une part importante
des CA utilisés dans les sports de force, arguant que si les réserves musculaires en
phosphocréatine peuvent être augmentées, cela reporterait ainsi sa déplétion et donc
améliorerait favorablement les capacités à fournir un effort bref et très intense.

2.2.5.2 La créatine dans l’organisme


La créatine est naturellement présente dans l’alimentation, on la retrouve en grande quantité
dans la viande et le poisson, ainsi environ 1g de créatine est absorbée par jour.
La créatine est également synthétisée par l’organisme en particulier par le foie et les reins :
elle est issue de l’assemblage d’AA avec comme précurseurs la glycine, la méthionine, et
l’arginine. (53)

La créatine ainsi formée est majoritairement stockée dans les muscles squelettiques (95%)
mais également au niveau du cerveau.

Dans le muscle squelettique, elle est retrouvée sous deux formes : une forme phosphorylée
représentée par la PCr à hauteur de 67%, et une forme libre (Cr) non phosphorylée d’environ
30% ; cette teneur en créatine musculaire peut varier selon leur typologie avec 30% de Cr de
plus dans les fibres musculaires blanches en comparaison des fibres musculaires rouges.

La synthèse endogène de créatine peut être augmentée lorsque l’équilibre alimentaire n’est
pas respecté est que la disponibilité alimentaire en Cr est faible : ainsi chez les végétaliens
l’apport en Cr est presque nul et provient entièrement de cette synthèse endogène, chez la
personne respectant les recommandations d‘ANC, la Cr provient de l’alimentation à hauteur
de 50% et le reste par la synthèse endogène.

119

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 Métabolisme de la créatine :

Après absorption intestinale, la Cr est essentiellement captée par le muscle squelettique où


elle sera transformée en PCr favorisant ainsi sa rétention dans le muscle. Elle sera par la suite
transformée de façon réversible en Cr, puis en créatinine de façon irréversible, toujours au
niveau du muscle même. La créatinine est excrétée dans l’urine, parfois également au niveau
sudoral ; cette excrétion urinaire (environ 2g/j) est augmentée lors de l’exercice physique.
Lors d’exercices répétés et intenses, la PCr est transformée en Cr qui va rapidement redonner
de la PCr, il y a donc une utilisation des mêmes molécules et ceci de nombreuses fois.

Il n’y a pas d’ANC en Cr puisqu’elle peut être synthétisée par l’organisme et peut répondre aux
besoins de l’organisme selon des mécanismes ajustables : cependant une estimation des
besoins a été réalisée et évalue le besoin en Cr à hauteur de 2g/j. (96)

 Fonctions métaboliques de la créatine

Comme présenté plus haut dans cette étude, l’ATP est la seule molécule utilisée par les
myofilaments d’actine et de myosine : ceci permet la contraction musculaire lors de l’effort.
Du fait de ces réserves très faible, l’ATP doit être très vite resynthétisée à partir de l’ADP par
l’intermédiaire de la PCr, celle-ci étant 3-4 fois plus abondante que l’ATP dans le muscle ; elle
va permettre très rapidement la régénération de l’ATP en fournissant un phosphate riche en
énergie à une molécule d’ADP grâce à la Créatine Kinase.

La Cr sera par la suite resynthétisée en PCr, en effet la réaction : PCr + ADP donnant Cr + ATP
est réversible. L’ATP proviendra par la suite des autres filières énergétiques que sont la voie
anaérobie lactique et la voie aérobie alactique. (26)

La PCr sert avant tout de filière énergétique et correspond à la voie anaérobie alactique, elle
a une disponibilité presque immédiate même si les réserves sont limitées : ainsi la voie de la
PCr est très utile pour les exercices de très forte intensité et de courte durée, ou bien pour les
changements rapides de puissance comme l’haltérophilie, la natation courte distance, et le
sprint.

120

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
D’autres fonctions ont été attribuées à la créatine comme un rôle tampon de l’équilibre acide-
base, ou le rôle de molécule-signal augmentant la pression osmotique et la synthèse
protéique.

2.2.5.3 Effets d’une supplémentation en créatine


De nombreuses études au sujet de la créatine existent mais avec des résultats différents, il est
ainsi difficile aujourd’hui de se positionner tant les conclusions diffèrent à ce sujet.

L’ANSES a cependant publié un rapport sur l’utilisation de la créatine, ses effets, et ses dangers
potentiels, ce qui a permis d’établir différents éléments : (96)

- étant donné que la créatine est apportée par l’alimentation et synthétisée par l’organisme
en quantité suffisante, aucune carence n’a été apportée parmi les populations sportives.

- l’ingestion de créatine permet une augmentation de la teneur en Cr intramusculaire de


l’ordre de 18-20%, cependant aucune étude n’a montré une augmentation de l’ATP
intramusculaire lors d’une supplémentation.

- aucune étude n’a démontré que l’utilisation de la créatine en supplémentation permet


d’augmenter l’anabolisme musculaire et donc d’optimiser la prise de masse ; la prise de masse
sous créatine est seulement due à la rétention hydrique que provoque la créatine : cette
rétention d’eau peut se traduire par une prise de poids allant jusqu’à 6% supplémentaire,
survenant dès les premiers jours de prise.

- selon ce rapport aucune étude n’a mis en évidence une augmentation de la force, de la
vitesse de course ou de la hauteur de saut suite à la prise de créatine. De plus, la créatine ne
permet pas également d’améliorer l’endurance, la fatigue, ou la motivation donc toute
allégation faisant référence à un effet bénéfique d’une supplémentation en créatine sur des
exercices sportifs relevant de la filière aérobie (supérieure à 30 secondes) n’est pas fondée.

- toutefois, la prise de Cr permet d’améliorer la répétition d’exercices cours et intenses, pour


une durée d’exercice inférieure à 15 secondes caractérisés par un meilleur maintien lors de la
répétition de mouvements relevant des forces isométriques, isotoniques, ou isocinétiques ;
un meilleur maintien de la vitesse du sprint court et/ou répété ; un meilleur maintien de la

121

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
hauteur lors de détentes verticales répétées. Ces allégations sont fondées avec toutefois des
effets observés inconstants

De nombreux industriels vantent les mérites d’une supplémentation en créatine chez le sportif
en vue d’une amélioration de la puissance, une augmentation de la masse musculaire ainsi
qu’une amélioration de l’endurance sous couvert de nombreuses études confirmant ces
allégations : toutefois certaines études manquent de rigueur scientifique, c’est pourquoi ces
allégations doivent être confirmées scientifiquement sans occulter les possibles conflits
d’intérêts.

2.2.5.4 Les différentes créatines


La créatine est disponible sous différentes formes comme des poudres, gel, sirop, tablettes et
est soit seule, soit associée à des glucides ou des protéines ; ainsi différentes formes de
créatines ont vu le monde et permettent de répondre aux différentes exigences que peut avoir
le sportif. (9)

 Créatine monohydrate :

Elle représente la créatine sous sa forme la plus simple, avec comme allégation une meilleure
efficacité que sous forme de citrate, elle contient environ 900mg de créatine et son taux de
conversion en créatinine est très faible.

 Créatine Kre-alkalyn® :

Cette forme de créatine se veut la plus stable et avec une assimilation parfaite : en effet plus
le pH est acide et plus la dégradation de la créatine augmente. La créatine Kre-alkalyn® est
donc une créatine en poudre tamponnée à pH basique afin d’éviter sa dégradation dans
l’estomac où le pH est acide. Cependant il apparait que la dégradation de la créatine sous
forme de monohydrate est seulement d’1% dans l’estomac, ce qui n’est pas significatif : en
outre des études ont montré que cette forme de créatine alcaline était moins efficace que la
forme monohydrate standard. (97)
122

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 Créatine Créapure® :

Elle représente la forme la plus pure de créatine monohydrate puisqu’elle ne contient que peu
de résidus de fabrication comme la dihydrotriazine et le dicyandiamide, pouvant altérer la
qualité du produit fini et dont la toxicité n’est pas connue à l’heure actuelle.
La créatine Créapure® est ainsi très bien assimilée par l’organisme, ce qui en théorie permet
de maximiser les résultats attendus.

 Créatine effervescente :

Elle représente la créatine monohydrate sous forme effervescente, permettant ainsi


d’améliorer son absorption et sa digestion par l’organisme. Un apport de 1g de Cr
effervescente est ainsi équivalent à environ 3g de Cr monohydrate simple.

 Créatine phosphate :

Cette créatine sous forme de sel de phosphate est directement assimilée par les muscles, elle
présente cependant un profil d’effets indésirables négatifs avec une mauvaise tolérance sur
le plan digestif (crampes, vomissements).

2.2.5.5 La créatine chez le sportif


La quantité moyenne de Cr est environ de 120g pour un individu de 70kg équivalente à
120mmol de Cr par kg de muscle sec. Il existe une certaine variabilité interindividuelle des
teneurs avec cependant un plafond, même lors de supplémentation ne dépassant pas, en
moyenne, 160 mmol/kg de muscle sec soit l’équivalent de plus de 160g chez les sportifs.

Du fait de son excrétion urinaire augmentée lors de l’exercice et en raison des dégradations
protéiques supplémentaires chez le sportif, le besoin en Cr est estimé à environ 4g/j :
cependant compte tenu d’un apport en protéines satisfaisant pleinement les ANC voire même
les dépassant largement chez les sportifs les besoins en Cr sont souvent couverts.

123

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
La créatine peut donc être intéressante pour les sportifs réalisant des exercices en puissance
anaérobie, on la retrouve donc dans l’athlétisme chez les sprinteurs et les sauteurs, chez les
nageurs, et bien sûr chez les haltérophiles et plus largement chez les pratiquants de
musculation.
Elle ne présente cependant aucun intérêt dans les sports d’endurance comme le marathon
ou le cyclisme, donc en exercice aérobie ; au contraire elle majore le risque de déshydratation
et donc de crampes dans ce type de sport.

2.2.5.6 Usage de la créatine


La créatine est à destination des sportifs de niveaux intermédiaires et avancés pratiquant les
sports de force et donc la musculation, elle n’est d’aucun intérêt chez le sportif débutant.

La créatine est parfois l’objet d’une surconsommation par les pratiquants durant un court laps
de temps, une semaine environ, on parle alors de dose de charge (0,3g/kg) : elle est
caractérisée par un apport 4-5 fois supérieur à la dose d’entretien (0,03g/kg), ce qui
représente environ 20g de créatine par jour répartis en 3-4 prises. En comparaison, l’apport
de créatine lors de la dose de charge est comparable à la consommation de 4kg de viande par
jour, ce qui peut être dangereux pour la santé du sportif.

Cette dose de charge peut être plus progressive avec un apport de 3g/j pendant un mois suivi
d’une dose d’entretien allant de quelques semaines à quelques mois : la presque totalité sera
absorbée et tout excès, non fixée dans le muscle, sera rejetée dans les urines.

Plusieurs études ont ainsi montré que cet apport excessif en créatine n’a pas d’impact sur la
performance, et que de telles doses (20 g/j) ne sont pas nécessaires, puisque le même effet
est obtenu avec seulement une dose de 3g/j ! (98)

Cet excès de créatine s’ajoute à celle de l’alimentation mais va remplacer la synthèse


endogène de cette dernière en l’inhibant, de nombreux sportifs ne savent pas quelle quantité
de créatine ils ingèrent ce qui peut à long terme être néfaste pour la santé ou n’apporter
aucun bénéfice. (95) (99)

124

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le consensus de nombreuses études scientifiques aujourd’hui sont en faveur d’une
supplémentation en créatine à doses plus faibles (3-5g/j) sans passer par cette phase de
charge.
Enfin, un usage de créatine occasionnel « à la séance » est aussi efficace qu’un usage continu,
puisque les réserves de créatine musculaire chez un individu sans supplémentation sont
pleines aux ¾. Ainsi une fois les réserves en créatine musculaire comblées, celles-ci peuvent
le rester pendant plusieurs semaines en l’absence d’efforts physiques.

La créatine est à consommer avant l’effort ou immédiatement après l’effort, il est possible
d’ajouter des glucides à IG élevé en association pour augmenter l’absorption de cette
dernière.

2.2.5.7 Effets Indésirables de la créatine


Les effets indésirables principaux rencontrés lors d’une supplémentation en créatine sont peu
nombreux mais peuvent cependant avoir de graves conséquences, on note ainsi : (96) (100)

- une déshydratation, en effet nous avons vu précédemment que la créatine favorise l’entrée
d’eau dans les cellules musculaire et induit donc une rétention d’eau. Par précaution, nous
devons donc préciser qu’en période de supplémentation en Cr, il ne faut pas négliger
l’hydratation et donc conseiller aux sportifs de suivre les recommandations de 2L d’eau par
jour au minimum. Toutefois certains auteurs ne considèrent pas la Cr comme étant la cause
d’une déshydratation. (55)

- des troubles digestifs ont également été rapportés, tels que des nausées, vomissements,
diarrhées et irritations gastriques, troubles présents principalement lors de la prise de créatine
en dose de charge. La prise de créatine à dose d’entretien (3g/j) et de façon non continue
permet de diminuer la survenue de ces effets indésirables.

- des crampes musculaires ont été décrites fréquemment, c’est l’effet indésirable le plus
rapporté ; d’autres incidents ont été rapportés comme une élévation du taux plasmatique
d’enzymes musculaire ou hépatique.

- d’autres troubles, plus graves, tels que des arythmies cardiaques, rhabdomyolyses et IR ont
été rapportés ; cependant certains de ces troubles ne semblent pas directement imputables à
la prise de créatine.
125

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
- aucune étude chez le sportif sain n’a montré un effet délétère des fonctions rénales (Cl
créatinine, urée, micro-albuminurie) et ce même pour une ingestion de créatine de longue
durée. (101) La créatine sera cependant déconseillée chez les personnes souffrant de troubles
du rythme ou d’atteinte rénale même mineure.

- nous ajouterons que la créatine peut perturber la prise de sang, ceci étant dû à son
métabolisme : la créatine sera métabolisée en créatinine, paramètre étudié pour détecter une
IR, et peut donc entraîner des résultats faussement alarmants chez le sportif. Un retour à la
normale est observé à l’arrêt de la supplémentation.

- des effets possibles mutagènes et oncogènes d’une supplémentation en créatine ont


également été présentés, toutefois cela relève d’hypothèses devant être vérifiées en
particulier à très long terme ; en pratique rien ne montre que la créatine puisse avoir de tels
effets.

L’ANSES conclue que « la supplémentation en créatine semble être un facteur déclenchant de


pathologie chez des sujets prédisposés, que des mesures de prévention doivent dépister ».

Le principe de précaution s’applique alors devant les possibles effets délétères et les risques
potentiels d’une supplémentation en créatine sur l’organisme, alors même que la pratique
d’une activité physique et sportive est censée être bénéfique pour la santé des pratiquants.
L’ANSES va plus loin puisqu’en vue de ce principe de précaution cela « conduirait à ne pas
autoriser la prescription, ni la mise sur le marché et donc désormais à l’interdire ».

La créatine est autorisée à la vente en France, sa consommation est autorisée et fait partie
des compléments alimentaires, elle n’est pas jugée comme étant un produit dopant par le
CNOSF ni par le CIO.

Toutefois, une supplémentation en créatine doit être encadrée par un professionnel de santé,
médecin du sport et/ou pharmacien d’officine, au travers de produits dont la qualité et la
traçabilité sont irréprochables.

126

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.6 Vitamines et minéraux
Les micronutriments sont des éléments non énergétiques, mais ne sont pas synthétisables par
l’organisme, leur apport est donc indispensable et nécessaire au métabolisme et à la survie.
Les micronutriments regroupent différentes familles, à savoir celles des vitamines, des
minéraux et enfin celles des oligoéléments.

2.2.6.1 Les vitamines


Les vitamines sont essentielles à l’organisme en participant à de nombreuses réactions
métaboliques. Elles ne sont pas synthétisables par l’organisme donc leur apport par
l’alimentation les rend indispensables.

Les vitamines peuvent être classées en deux groupes : nous aurons d’une part les vitamines
liposolubles, représentées par les vitamines ADEK, et d’autre part les vitamines hydrosolubles
que sont les vitamines du groupe B et la vitamine C. (102)

Leurs actions dans l’organisme sont ainsi résumées dans le tableau ci-dessous.

127

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 15-Propriétés générales des Vitamines (9)

2.2.6.2 Les minéraux


Les minéraux sont représentés par différents sels, parmi lesquels nous retrouvons le Sodium,
le Potassium, le Calcium, le Phosphore, et le Magnésium.

A l’instar des vitamines, les minéraux sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisme.

128

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.6.3 Les oligoéléments
Les OE représentent, avec les minéraux cités ci-dessus les différents composants de notre
organisme d’origine minérale. Sont retrouvés dans les OE le Zinc, le Fer, le Cuivre, le
Manganèse, l’Iode et enfin le Sélénium. Ces oligoéléments constituent des cofacteurs d’un
grand nombre d’enzymes et permettent ainsi le non dysfonctionnement de notre organisme.
(103)

Les minéraux et les OE permettent un grand nombre de réactions et sont impliqués à travers
différents niveaux dans l’organisme, leurs propriétés étant résumées dans le tableau ci-
dessous.

Tableau 16-Propriétés générales des sels minéraux et oligoéléments (9)

129

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
La supplémentation en vitamines, minéraux et OE chez le sportif mérite d’être posée au vu de
leur disponibilité sur le marché des compléments alimentaires (ALVITYL®, ISOXAN®,
AZINC®…) ; toutefois dans la grande majorité des cas une supplémentation ne semble pas
nécessaire : aucune amélioration des performances n’a été signalée. (104) (105)

Ainsi, une alimentation équilibrée et respectant la pyramide d’inspiration crétoise permet de


couvrir les ANC en vitamines, minéraux et OE chez le sujet sportif.

2.2.7 Autres compléments alimentaires

2.2.7.1 Brûleurs de graisse


Cette catégorie de CA s’adresse aux pratiquants de musculation ou autres sports de force
désireux d’améliorer leur perte de masse grasse tout en réduisant la fonte musculaire induite
par un régime hypocalorique lors de la « sèche » : ces CA s’adressent donc plutôt aux
pratiquants non débutants.

2.2.7.1.1 CLA
Le CLA ou Acide Linoléique Conjugué est un mélange de différents types d’isomères de l’acide
linoléique, l’isomère c9t11-CLA et le t10c12-CLA, l’acide linoléique étant, nous l’avons vu, le
chef de file des oméga-6. Le CLA est retrouvé dans les produits laitiers ainsi que certaines
viandes, il peut également être synthétisé par l’organisme en petite quantité.

Bien qu’il soit chimiquement lié à l’acide linoléique, le CLA a des effets contraires quant à
l’utilisation des lipides comme substrats énergétiques ; en effet l’acide linoléique favorise la
formation de tissus adipeux via le phénomène de lipogenèse alors que le CLA empêche cette
formation en inhibant les enzymes impliquées dans la lipogenèse.

De plus, on observe une activité des lipases augmentée, ce qui accélère l’utilisation des
triglycérides : le CLA est ainsi présenté comme un brûleur de graisses particulièrement
intéressant pour aider à la perte de masse grasse. (106)

130

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
De nombreuses études ont été menées afin d’identifier les différents effets du CLA sur
l’organisme et il semble que ces effets soient significatifs : en effet le CLA entraînerait une
diminution de la graisse corporelle, une augmentation de la masse musculaire ainsi qu’une
amélioration de l’endurance et une réduction de la fatigue, avec toutefois un apport de CLA
en moyenne allant de 3 à 6g/j selon les études. (107) (108) (109)
Ces résultats sont toutefois inconstants et certaines études ne rapportent aucun effet du CLA
sur l’organisme, malgré une supplémentation sur une longue période. (110)

En outre, le CLA aurait également une action au niveau du métabolisme glucidique en plus de
son action au niveau lipidique : les différents effets du CLA sur l’organisme sont ainsi décrits
dans le tableau ci-dessous. (111)

Tableau 17-Effets du CLA sur l'organisme (9)

Les effets indésirables d’une supplémentation en acide linoléique conjugué à long terme sont
inconnus à ce jour en raison du nombre limité d’études à long terme ; il apparait cependant à
court terme que ces effets indésirables soient principalement des troubles digestifs (nausées,
vomissements, diarrhées).

131

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.7.1.2 L-Carnitine :
En raison de l’action de la carnitine sur le métabolisme lipidique, de nombreux CA à base de
L-carnitine existent aujourd’hui et sont présentés comme brûleurs de graisse à destination des
sportifs visant une réduction de leur masse grasse.

Nous avons vu dans la partie consacrée aux lipides que la carnitine intervient pour permettre
l’entrée des AG dans la mitochondrie afin d’être utilisés par la suite comme substrats
énergétiques. L’intérêt d’une supplémentation en carnitine vise à accélérer ce processus et
donc en théorie augmenter la proportion d’AG utilisés par l’organisme.

Cependant des études ont mis en évidence qu’une telle supplémentation n’a pas d’intérêt
chez des individus non carencés en carnitine mais améliore les capacités physiques chez les
sujets ayant un défaut du métabolisme mitochondriale. (112)

Figure 23-Carnitine et métabolisme des acides gras (27)

La L-carnitine est synthétisée par l’organisme à partir de deux AA essentiels que sont la
méthionine et la lysine, apportés par l’alimentation. Par ailleurs les viandes constituent la
meilleure source d’apports en L-carnitine (200g steak bœuf = 120mg L-carnitine), et la
majorité des pratiquants de musculation ont des apports protéinés largement satisfaisant ce
qui exclut une possible carence en L-carnitine.
132

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
D’autres études soulignent l’intérêt d’une supplémentation en L-carnitine dans la population
sportive : les premières recherches semblent indiquer des effets bénéfiques sur les
performances physiques (augmentation de la consommation maximale d’oxygène, puissance
plus élevée), la récupération après l’effort semble également être impactée ainsi qu’un
possible rôle dans l’augmentation de la masse musculaire associée à une réduction pondérale.
(113) (114)

2.2.7.1.3 Caféine
La caféine ou 1,3,7-triméthylxanthine appartient à la famille des méthylxanthines, c’est une
molécule présente dans de nombreuses plantes comme le café, le guarana, le thé, et la noix
de kola ; elle peut également être produite industriellement par synthèse chimique. (115)

Figure 24-Caféine et autres bases xanthiques (100)

La caféine stimule le système nerveux, il s’agit donc d’un psychostimulant ; les effets de cette
stimulation sont nombreux et très intéressants pour les sportifs : (116) (117)

- la caféine permet de retarder le seuil d’épuisement du sportif lors d’exercices aérobies


et donc de lutter contre la fatigue.

- elle entraîne une augmentation de la concentration plasmatique en glycérol chez les


sujets entraînés : de par son activité lipolytique la caféine va stimuler le découpage des
TG en libérant du glycérol et des AG, ces derniers seront par la suite utilisés comme
substrats énergétiques via leur oxydation. Elle a donc son intérêt dans le cadre d’une
réduction de la masse grasse, en association avec une activité physique.

133

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
- elle augmente et améliore la vigilance.

- elle stimule la sécrétion d’Ad et Nad qui vont accélérer le phénomène de


glycogénolyse afin de libérer in fine du glucose pour la production d’énergie.

- la consommation de caféine avant l’effort ou pendant un effort de longue durée


présente de réels bénéfices, ceci est cependant discuté pour des exercices intenses et
de courte durée.

Les principaux effets indésirables de la caféine doivent être connus et reconnus du sportif, ces
effets indésirables pouvant parfois être graves à hautes doses : il est fréquemment retrouvé
des troubles neuropsychiatriques (nervosité, irritabilité, anxiété), des tremblements, des
troubles cardiovasculaires (arythmie, tachycardie), une augmentation de la diurèse, une
élévation de la température corporelle et des troubles du sommeil (insomnie, réduction de la
durée et de la qualité du sommeil). (100)

Ces effets sont doses-dépendants mais également personnes-dépendantes, certaines seront


plus sensibles aux effets de la caféine que d’autres, cependant l’EFSA a ainsi estimé que la
caféine ne présente pas d’effets indésirables dans la population générale pour des doses
inférieures à 400mg/j, l’apport maximal recommandé chez les femmes étant de 300 mg et de
400mg chez les hommes. (118)

Néanmoins, ces effets stimulants de la caféine s’ajoutent à ceux d’autre substances, plantes,
boissons ou médicaments stimulants, elle peut augmenter les effets de certains analgésiques
et réduire les effets de certains sédatifs.
Il est donc indispensable pour le pharmacien d’officine de questionner les potentiels
utilisateurs de CA à base de caféine de la présence ou non de traitements médicamenteux et
vérifier toute interaction potentielle avec ces derniers mais également avec d’autres CA.

134

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.2.7.2 Testostérone et compléments alimentaires

2.2.7.2.1 Le « ZMA » : Zinc et Magnésium


Le ZMA est une marque déposée de compléments alimentaires visant à améliorer le sommeil
et la récupération, ainsi que la production naturelle de testostérone.

Le ZMA est un CA breveté composé de monométhionine de zinc à 30mg, d’aspartate de


magnésium à 450mg et de 10,5mg de vitamine B6. Pour avoir l’appellation de ZMA ces
quantités doivent être respectées et utiliser les mêmes formes spécifiques de zinc et de
magnésium. La vitamine B6 a pour rôle d’améliorer l’assimilation de ces derniers.

Le zinc et le magnésium servent de cofacteurs à la production d’hormones anabolisantes, ainsi


toute carence en zinc et magnésium peut réduire la production d’hormone comme la
testostérone ; la consommation de magnésium va en outre améliorer le sommeil et donc la
récupération. (119)

Peu d’études confirment ces allégations, seules quelques études semblent prouver l’efficacité
du ZMA dans la production de testostérone mais sont principalement issues du fabricant ce
qui peut être source de conflits d’intérêts.

Ainsi le ZMA peut être utilisé par les sportifs, non pas dans le cadre d’une augmentation de
testostérone mais s’ils présentent des troubles du sommeil. Cependant la supplémentation
en ZMA n’est pas nécessaire si le plan alimentaire est adapté et respecte les apports
nutritionnels conseillés. (120)

2.2.7.2.2 Le Tribulus
L’extrait du Tribule terrestre ou Tribulus terrestris L est souvent retrouvé dans les CA vantant
une augmentation de la production de testostérone, le T. terrestris est une plante annuelle
rampante de la famille des Zygophyllaceae et contient de nombreux composés tels que des
saponines, des flavonoïdes et des alcaloïdes. (121)

Cette plante, non référencée dans la Pharmacopée française et européenne, est utilisée en
médecine traditionnelle pour le traitement de diverses maladies dont les dysfonctions
sexuelles masculines et féminines, elle est le plus souvent utilisée pour l’infertilité et la perte
de libido. (122) (123)
135

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Au vu de ses propriétés, une supplémentation en T. terrestris peut paraitre adéquate, en
particulier chez les sportifs de force ; toutefois ces allégations n’ont pas été confirmées par les
récentes études. En effet, la prise de T. terrestris chez différents athlètes et sur différentes
durées ne semble pas avoir d’effet sur l’augmentation de la force musculaire, ni sur la perte
de masse grasse, ni sur l’augmentation de la concentration de testostérone. (124) (125)

Cependant une augmentation de la testostérone et de la libido a été mise en évidence chez


les animaux, mais n’a pas été observée chez des sujets sains ; en revanche une
supplémentation en T. terrestris permet d’augmenter la concentration de testostérone
lorsque celles-ci sont inférieures aux niveaux physiologiques sans toutefois provoquer de
changements chez les sujets dont les concentrations initiales de testostérones sont dans les
valeurs normales. (126) (127)

Le T. terrestris peut donc présenter un intérêt chez les sportifs de force, même si ses effets
demeurent limités et inconstants. Concernant son profil d’effets indésirables peu d’effets
indésirables sont à signaler dans les spécialités vendues en pharmacie, ces spécialités sont
ainsi à privilégier de celles vendues sur internet où la composition des CA n’est pas clairement
établie et contenant potentiellement des substances dopantes aux conséquences néfastes
pour la santé.

2.3 Le risque de dopage


Nous ne traiterons volontairement pas du dopage intentionnel en détail dans notre étude, il
s’agit d’avoir une idée globale sur la question.

2.3.1 Le dopage

2.3.1.1 Définition
Selon la définition du Comité International Olympique, « est qualifié de dopage :
1. l’usage d’un artifice (substance ou méthode) potentiellement dangereux pour la santé des
athlètes et/ou susceptibles d’améliorer leur performance ;

2. la présence dans l’organisme de l’athlète d’une substance ou de la constatation de


l’application d’une méthode qui figure sur la liste annexée au présent code ».

136

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le dopage est un terme réservé au monde du sport, il représente la pratique du sportif, peu
importe le niveau, amateur ou professionnel, à consommer des produits interdits. Une liste
de ces produits dopants existe et est réactualisée tous les ans par l’agence mondiale
antidopage (AMA) et repris par les textes de loi. (128)

Aujourd’hui le terme «conduite dopante » est également utilisé, introduit par le médecin
Patrick LAURE et qualifie l’usage d’une substance dont le but est d’optimiser la performance
physique ou psychique afin d’affronter ou surmonter un obstacle réel ou ressenti, quelle que
soit la personne et la substance consommée. Le dopage fait donc partie des conduites
dopantes et ne concerne que les sportifs alors que les conduites dopantes concernent le grand
public. (129)

2.3.1.2 Règlementation
Les produits interdits comportent de nombreuses familles chimiques et sont classés selon
différents volets : (130)

 Les substances interdites en permanence :

On retrouve dans cette classe les agents anabolisants, les agents stimulants de l’érythropoïèse
ou ASE, les hormones et modulateurs hormonaux, les β2-agonistes, et les diurétiques.
- Parmi les agents anabolisants se trouvent les stéroïdes androgènes anabolisants (ou SAA),
souvent utilisés dans les sports de culturisme et de force : à titre d’exemple on retrouve
comme chef de file la testostérone et ses dérivés (danazol, nandrolone etc.) et d’autres agents
anabolisants comme le clenbutérol ou la tibolone. Ils permettent d’augmenter la masse
musculaire d’où leur mésusage mais sont également responsables de nombreux effets
indésirables.
- Les ASE sont également souvent impliqués dans les scandales de dopage et notamment
l’érythropoïétine (EPO) et ses dérivés dans le cyclisme ; ils permettent d’augmenter la
production d’érythrocytes ce qui permet un meilleur transport de l’oxygène et donc une
amélioration de l’endurance et des performances.

137

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
- Différentes hormones telles que l’insuline, l’hormone de croissance et leurs dérivés font
partie des substances retrouvées fréquemment chez les culturistes et leur utilisation illégale
présente un risque pour la santé des utilisateurs.

- Les β2 agonistes sélectifs et non sélectifs que sont le formotérol, la terbutaline, le salbutamol
et autres sont interdits avec toutefois une exception pour le salbutamol, le formotérol et le
salmétérol inhalés sans excéder une valeur seuil à ne pas dépasser. Leur mésusage s’explique
par leur mécanisme d’action bronchodilatateur améliorant ainsi les capacités respiratoires et
donc les performances qui en découlent.

- Les diurétiques tels que le furosémide ou l’hydrochlorothiazide sont également détournés


de leurs indications principales et ce pour deux raisons : ils permettent d’une part
d’augmenter les pertes hydriques ce qui se traduira par une perte de poids, et d’autre part de
favoriser l’élimination des agents dopants avant une compétition en vue d’un contrôle.

 Les substances interdites en compétition :

En compétition les molécules interdites sont représentées par les stimulants, les narcotiques,
les cannabinoïdes et les corticoïdes.

- Sont inclus dans les stimulants la cocaïne et dérivés amphétaminiques ainsi que des
molécules commercialisées en pharmacie comme l’heptaminol (retrouvé dans l’HEPTAMYL®
mais arrêt de commercialisation depuis février 2018) ou la pseudo-éphédrine.

- Les narcotiques regroupent la morphine et ses dérivés comme le fentanyl et la méthadone,


et induisent une dépendance physique et psychique ; les cannabinoïdes (le THC est le plus
connu) peuvent également être à l’origine des mêmes effets.

- Les glucocorticoïdes où l’on retrouve par exemple la cortisone et la prednisone sont tous
interdits quel que soit la voie d’administration : ils sont utilisés pour leur effet anti-
inflammatoire.

138

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 Les substances interdites dans certains sports :

Les β-bloquants font partie des substances interdites seulement dans certains sports, en
compétition et parfois même hors compétition : l’aténolol et le bisoprolol sont les plus
représentés et sont utilisés pour leur action bradycardisante et ainsi diminuer le stress chez le
sportif.

La loi en matière de dopage repose sur un volet préventif mais également répressif, le
Ministère des Sports met en œuvre des campagnes de sensibilisation au dopage chez les
sportifs et procède parfois à des contrôles lors des compétitions ou entraînements. Se basant
sur la liste des substances et procédés interdits cités auparavant, les sportifs s’adonnant à ces
pratiques s’exposent à des sanctions sportives et pénales

2.3.2 Dans les compléments alimentaires

2.3.2.1 Cas de substances dopantes


En perpétuelle quête de performance, le sportif est souvent à la recherche de produits
susceptibles d’optimiser ses capacités physiques ; la consommation de ces produits chez le
sportif encadré par des professionnels de santé ne fait pas de la complémentation alimentaire
une conduite dopante.

En effet le respect des ANC de la population générale et celle des sportifs est loin d’être
respectée selon les résultats de l’étude INCA3 (étude individuelle des consommations
alimentaires) : une supplémentation peut donc parfois être nécessaire.

Les risques d’une contamination (intentionnelle ou non) des CA par des substances dopantes
existent et sont fréquentes, l’ANSES a ainsi publié un rapport relatif aux risques liés à la
consommation de CA destinés aux sportifs visant le développement musculaire ou la
diminution de la masse grasse. (100)

139

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Des substances dopantes comme la pseudoéphédrine, la strychnine, et des hormones
anabolisantes proches de la testostérone ont ainsi été retrouvés dans les CA et les boissons
de l’effort à destination du sportif. (131) Certains sportifs se retrouvent ainsi positifs lors de
contrôles par les instances sportives malgré une supplémentation se voulant « naturelle » : ce
dopage n’est donc pas de leur fait mais dû aux CA. (132)

Le même constat est établi dans une étude réalisée pour le CIO et qui montre que parmi plus
de 600 CA utilisés par les sportifs, plus de 15% d’entre eux contenaient des substances
dopantes interdites non renseignées sur l’étiquetage. (133)

2.3.2.2 L’achat de compléments alimentaires


L’intérêt d’une complémentation nutritionnelle chez le sportif est réel et nous amène à se
poser la question des origines de ces derniers : ils sont disponibles à la vente sur internet, dans
les magasins de sport et enfin en pharmacie d’officine.

Les CA issus d’internet représentent la principale solution d’achat, ils proviennent de


différents pays où la législation en matière de sécurité alimentaire est plus souple qu’en
France : le risque de contamination des CA par des substances dopantes ou par des métaux
lourds est donc plus élevé, avec parfois des conséquences potentiellement mortelles chez le
consommateur. (134)

Il est ainsi préférable d’opter pour des CA dont le sérieux du laboratoire et la qualité des
produits sont reconnus afin de préserver la santé des consommateurs ; des labels de qualité
sont aujourd’hui nombreux et attestent des bonnes pratiques de fabrication que l’industriel
met en œuvre pour assurer une protection contre le dopage. Le label SPORT PROTECT apparu
en 2012 en est un exemple et permet ainsi d’assurer un label qualité, s’appuyant sur la norme
NF V94-001. (135)

L’achat de compléments alimentaires est également possible dans les magasins spécialisés et
en officine, où le risque d’adultération des CA est le plus faible.

140

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.3.3 Au comptoir
Au comptoir, le risque de dopage existe et il est parfois recherché par certains pratiquants : il
convient cependant de distinguer le dopage intentionnel et non intentionnel.

De nombreux médicaments sont disponibles assez facilement, parfois même sans ordonnance
et contiennent des substances qualifiées de dopantes pour la pratique sportive : nous pouvons
par exemple citer la pseudo-éphédrine contenue dans de nombreuses spécialités telles que
ACTIFED®, DOLIRHUME®, ou bien RHINADVIL®, indiquées dans le traitement symptomatique
de la congestion nasale lors d’épisodes rhinopharyngés.

D’autres médicaments souvent rencontrés en officine tels que la VENTOLINE® Salbutamol, ou


le LASILIX® Furosémide sont détournés de leurs indications principales par certains
pratiquants dans l’optique d’améliorer leur performance.

Les agents anabolisants représentés par les stéroïdes sont disponibles en officine comme
l’ANDROTARDYL® Testostérone et ses dérivés comme le DECA-DURABOLIN® Nandrolone ;
mais également les hormones que sont l’insuline, l’EPO, ou encore la somatotropine
(hormone de croissance) retrouvées dans des spécialités telles que la NOVORAPID® Insuline
aspartate, l’EPREX® Epoïétine-alpha, ou l’OMNITROPE ® Somatotropine à titre d’exemples.

Malgré une délivrance uniquement sur ordonnance, permettant en théorie de limiter le risque
d’utilisation et donc de dérives de ces produits, certains pratiquants réussissent à se les
procurer parfois même en toute légalité puisque prescrits par leur médecin ou parfois délivrés
de façon frauduleuse en pharmacie. (136) (137)

Il convient donc au pharmacien de prévenir ce risque de dopage chez les sportifs et de les en
informer puisque les officines, nous venons de le voir, constituent un circuit potentiel
d’utilisation de ces produits, responsables d’effets néfastes sur l’organisme.

141

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
2.3.4 Risques pour la santé
Les compléments alimentaires destinés aux sportifs présentent des risques quant à leur
contamination possible par des substances dopantes nocives pour la santé, ainsi de nombreux
signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à leur consommation ont été
rapportés à l’ANSES sur une période s’étalant depuis 2009 jusqu’à 2016 et au nombre de 49.
(138)

Les compléments alimentaires visant le développement de la masse musculaire ou la


diminution de la masse grasse sont particulièrement visés en raison de leur adultération
possible par des substances dopantes diverses.

Les effets indésirables rencontrés sont surtout d’ordre cardiovasculaires puis moins
fréquemment des effets indésirables d’ordre hépatiques, néphrologiques, neurologiques,
parfois dermatologiques et enfin gastro-entérologiques.

 Effets indésirables cardiovasculaires :

Les principaux effets indésirables rapportés sont une arythmie, une agitation, une tachycardie,
avec un risque d’accident cardiovasculaire majoré si présence de nombreuses substances
agissant au niveau cardiaque : ainsi des infarctus du myocarde ont été rapportés et ce chez
des individus en bonne santé, des accidents vasculaires cérébraux, et des morts subites
causées par une hémorragie cérébrale.

L’imputabilité de ces effets indésirables a été confirmée suite à la consommation de ces CA


contenant des substances telles que la caféine associée à la p-synéphrine ou autres substances
comme la 1,3-diméthylamylamine (DMAA) ou l’éphédrine. (139) (140) (141) (142)

Les SAA, majoritairement retrouvés dans les sports de force, peuvent également provoquer
des atteintes cardiovasculaires en augmentant les concentrations totales de cholestérol et
plus particulièrement celles en LDL-cholestérol par augmentation de l’expression du gène
codant pour l’enzyme responsable de la synthèse de cholestérol, la 3-hydroxy-3-méthyl-
glutaryl-coenzyme A (HMG-CoA) ce qui semble favoriser le développement de
coronaropathies et d’évènements thromboemboliques. (143) (144)

142

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 Effets indésirables hépatiques :

De rares cas d’hépatites ont été signalés suite à la prise de produits visant un anabolisme
musculaire, et contenaient des produits comme de la créatine, des protéines de lactosérum,
des AA ainsi que de la L-carnitine. La cause la plus probable étant une toxicité due à un
surdosage. (145)

Les substances interdites comme le DMAA et les SAA sont également susceptibles de
provoquer des atteintes hépatiques telles que des ictères, une augmentation des
transaminases (ALAT et ASAT), voire des carcinomes hépatocellulaires. (146) (147)

 Effets indésirables néphrologiques :

Les possibles effets indésirables au niveau du rein sont les premiers avancés lorsqu’il s’agit de
la consommation de protéines de lactosérum ou de créatine : en pratique et comme discuté
auparavant, il est assez rare de voir apparaitre de tels dommages hormis lors d’un apport
excessif en protéines et sur une longue période, et lorsqu’une maladie rénale non
diagnostiquée est préexistante chez certains pratiquants. Ainsi l’ANSES déclare dans son
rapport de novembre 2016 concernant les CA destinés aux sportifs que « l’état actuel des
connaissances ne permet pas d’affirmer que la créatine exerce un effet délétère sur le rein à
long terme ». (100)

 Effets indésirables neurologiques :

Les substances stimulantes de types amphétaminiques peuvent être à l’origine d’une certaine
neurotoxicité et entraîner des symptômes tels qu’une agitation, des hallucinations, voire une
altération de la fonction cognitive sans oublier le phénomène de dépendance en résultant.
(100) (148)

La consommation de stéroïdes androgènes anabolisants va également perturber les


performances cognitives : en effet des études ont montré que la mémoire visuelle était
significativement réduite chez les utilisateurs de stéroïdes comparée aux non-utilisateurs,
ainsi que des changements neuro-comportementaux tels que l’agressivité et l’irritabilité ; ceci
étant corrélé avec une prise de fortes doses et sur une longue durée. (149) (150)

143

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 Autres effets indésirables :

Certains effets indésirables dermatologiques comme de l’urticaire ou des éruptions cutanées


parfois sévères ont été décrites suite à la consommation de substances interdites retrouvées
dans les CA : la sibutramine et le 2,4-dinitrophénol (2,4-DNP).

La sibutramine était à l’origine un médicament indiqué dans la prise en charge de l’obésité et


du surpoids mais a été retiré par la suite car son profil d’effets indésirables jugé trop
important, de même pour le 2,4-DNP utilisé auparavant comme teinture ou conservateur et à
l’origine de divers effets indésirables. (151) (152)

Les SAA ont un profil d’effets indésirables majeur où l’on retrouve, en plus des effets délétères
décrits ci-dessus, d’autres symptômes comme l’apparition d’une acné diffuse localisée au
niveau du tronc, et une affection des organes de reproduction chez l’homme comme une
gynécomastie, un hypogonadisme ou encore une infertilité. Une augmentation de la
concentration sanguine en œstrogènes est également observée suite à la prise de SAA et
semble augmenter le risque d’hypertrophie de la prostate ou de cancer de la prostate. (153)
(154)

Chez la femme l’utilisation des SAA est également à risque : ils entrainent une masculinisation,
un hirsutisme, des troubles de la libido, des aménorrhées et une possible infertilité. (155)

144

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
3 EN OFFICINE :

3.1 Que faire face à une demande spontanée

3.1.1 Estimer le besoin de la personne

3.1.1.1 L’IMC
L’IMC ou indice de masse corporelle est un outil établi par l’OMS et est fréquemment utilisé
en pratique afin d’estimer la corpulence de la personne à partir de deux indicateurs que sont
le poids et la taille. Le résultat obtenu sera ensuite comparée aux valeurs (et donc aux
corpulences) prédéfinies par l’OMS. (156)

Figure 25-Classification de l'IMC (157)

Toutefois, cet IMC n’est pas garant de la réalité et présente des limites :

- l’âge : l’IMC ne s’utilise que chez les personnes âgées de 18 à 70 ans, il n’est pas applicable
chez les enfants, les femmes enceintes, et les personnes âgées.

- l’IMC utilisé comme seul outil a une valeur prédictive faible : en effet il a été défini selon des
études statistiques et non sur un individu, ainsi les situations que l’on rencontre en officine
vont au-delà de la simple affiliation de l’individu aux cases « maigreur », « normal »,
« surpoids », et « obésité » et varient selon les individus et les pathologies, traitements, et
hygiène de vie qui les entourent.

145

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
- l’IMC ne prend pas en compte les différents paramètres comme la répartition de la masse
grasse, de la masse maigre, de la masse osseuse, ou bien même de la quantité d’eau : ces
compartiments de l'organisme varient selon les individus et plus particulièrement selon l’âge,
le sexe, la masse musculaire, la taille etc. Ainsi une personne avec une masse musculaire
importante se verra classée dans une des catégories « obèses » à tort. (157) (158)

Il y a donc différentes variables dont l’IMC ne tient pas compte, ce qui peut présenter des
limites quant à son utilisation mais cela peut servir de point de départ pour la réalisation du
conseil à destination des sportifs en officine.

D’autres critères doivent être pris en compte pour une meilleure prise en charge globale des
attentes du sportif ; ainsi est née la théorie des morphotypes, très présente dans les sports de
force et de culturisme.

3.1.1.2 Les morphotypes


Ces morphotypes, édifiés par un psychologue américain du nom de William Sheldon dans les
années 1940, permettraient d’estimer les aptitudes de la personne à prendre du muscle ou
du gras, la classification la plus répandue présente ainsi trois morphotypes : l’ectomorphe,
l’endomorphe, et le mésomorphe. (159) (160)

 Le type ectomorphe désigne une personne dont la caractéristique principale est la


minceur/maigreur, qui va avoir du mal à prendre de la masse musculaire et plus
généralement des difficultés à prendre du poids de façon général malgré un apport
alimentaire qu’ils jugent importants.

Au niveau anatomique, ce dernier présente un squelette fin principalement au niveau


des chevilles et poignets, un bassin et des épaules étroits avec les membres plutôt
longilignes.

Compte tenu d’une dépense énergétique supérieure à leurs apports et des apports
faibles en macronutriments, les personnes ectomorphes ont beaucoup de difficultés
pour favoriser l’anabolisme musculaire : ainsi il leur sera plutôt conseillé de prendre
par exemple un « gainer » parmi les protéines de lactosérum disponibles afin
d’augmenter leur apport calorique.
146

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
 L’endomorphe est généralement désigné comme l’opposé du type ectomorphe : en
effet leur caractéristique majeure est leur facilité à prendre du poids et principalement
de la masse grasse, se traduisant par un aspect physique général plutôt rond.

Ils sont dotés d’un métabolisme qualifié de « lent », ainsi la dépense énergétique
globale reste assez faible tandis que les apports énergétiques sont eux importants : il
leur sera conseillé, dans l’optique de favoriser une prise de masse musculaire, les
protéines de lactosérum isolat afin d’augmenter la part protéique et donc de créer un
environnement propice à la construction musculaire.

 Le mésomorphe est dans les sports de force le morphotype idéalisé par de nombreux
pratiquants puisque ces derniers présentent une morphologie assez forte alliant un
large squelette notamment au niveau des chevilles et poignets à une musculature déjà
existante et dont la masse grasse est assez faible.

La prise de masse musculaire est relativement plus rapide que pour les endomorphes,
il leur sera conseillé la whey parmi les protéines de lactosérum pour les aider à y
parvenir.

Cette classification en morphotypes permet ainsi de mieux cibler la catégorie auquel


appartient le sportif et donc de personnaliser notre conseil, qu’il soit basé sur les
recommandations hygiéno-diététiques ou bien sur le choix d’un CA.

Attention toutefois à ne pas généraliser ce conseil : en effet il s’agit là seulement d’une


classification basée sur de simples observations et donc non fondée scientifiquement, il est
donc parfaitement possible d’avoir des caractéristiques appartenant à plusieurs morphotypes
et cela est même rencontré très souvent en pratique.

147

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Figure 26-Les différents morphotypes (160)

148

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Ectomorphe Mésomorphe Endomorphe

Caractéristiques -minceur -musculature déjà -corps « gras »


physiques : -squelette fin présente, peu de gras -visage rond
-membres longs -squelette large -ossature fine avec membres
-buste en « V » courts

Métabolisme : -métabolisme rapide : -métabolisme -métabolisme lent : brûle


brûle vite les calories intermédiaire avec une doucement les calories
-difficulté à prendre du bonne absorption des -prend facilement du gras et
poids nutriments du « ventre »
-prise de masse -prise de masse musculaire -prise de masse musculaire
musculaire difficile mais rapide et facile et « sèche » facile mais « sèche » plus
« sèche » facile également difficile

Entraînement : -entraînements « full- -entraînements alternant -entraînements avec séries


body » charges légères puis longues et gros volumes
-Courte durée (+/- charges lourdes -durée d’entraînement 1h30
45min) mais intense -durée d’entraînement de environ
-peu de cardio +/-1h -cardio à mettre en place
-cardio possible

Nutrition / CA : -augmenter l’apport -augmenter l’apport - augmenter la dépense


calorique calorique en qualité calorique et maintenir ou
-multiplier les repas (4-5 -multiplier les repas réduire l’apport
repas par jour) -bien choisir les sources de -repas hypocaloriques
-Gainer si besoin glucides fractionnés et nombreux
-Whey si besoin -qualité des sources en
macronutriment
-Isolat whey si besoin

Répartition -55% AET issu des -55% AET issu des Glucides -35% AET issu des Glucides
énergétique : Glucides -15% AET issu des Lipides -20% AET issu des Lipides
-20% AET issu des Lipides -30% AET issu des Protéines -45% AET issu des Protéines
-25% AET issu des (sur une courte durée)
Protéines

149

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
3.1.1.3 Le calcul calorique

Les principales difficultés rencontrées chez le sportif (et plus généralement dans la population)
concernent la gestion du poids et l’alimentation qui en découle : afin de leur apporter des
éléments de réponse, il est nécessaire de comprendre la machinerie de l’organisme et
notamment les besoins énergétiques.

Les besoins énergétiques de notre organisme vont correspondre à l’apport énergétique


permettant d’équilibrer la dépense énergétique : cet apport énergétique sous forme de
calories provient de l’alimentation et sont plus précisément issues de l’oxydation des
macronutriments, ainsi 1g de glucides et de protéines valent 4kcal alors qu’1g de lipides
apporte 9kcal.

Les besoins énergétiques sont conditionnés par différents composants tels que les dépenses
associées au métabolisme de base, à la thermorégulation, au travail digestif et enfin au travail
musculaire : l’ANSES a, pour rappel, émis des besoins énergétiques moyens pour l’homme et
la femme, respectivement de l’ordre de 2400-2700kcal et 1900-2200kcal. (31)

La dépense énergétique journalière (DEJ) ou dépense énergétique totale (DET) sera ainsi la
somme de la dépense énergétique de repos (DER), correspondant à la consommation de
calories par l’organisme au repos pour maintenir les fonctions vitales, additionnée à la
dépense énergétique physique (DEP) soit : DET = DER + DEP.

La DEP sera fonction de l’activité physique effectuée, le type d’entraînement (résistance,


vitesse ou endurance), la durée, la fréquence et la méthode d’entraînement sans oublier
l’environnement qui entoure cette pratique (saison, humidité, température…) et selon des
facteurs liés à l’individu à savoir le niveau de pratique (amateur ou professionnel), l’âge, le
sexe, la composition corporelle, l’état de santé général ainsi que le statut nutritionnel (prise
de masse, maintenance, « sèche »). (25)

150

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Le calcul de la DET est la première étape afin de savoir ses besoins caloriques moyens, cette
DET est propre à chacun de par la grande variabilité de la dépense calorique des individus, il
est toutefois possible de l’estimer selon différentes méthodes :

- la première méthode est fondée sur l’application de calculs, appelés équations de Harris et
Benedict, pour déterminer le métabolisme basal (ou DER) auquel s’applique un coefficient
d’activité journalier en fonction des activités du quotidien et ainsi déterminer la DET, comme
indiqué sur le tableau ci-dessous. (161)

151

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 18-Calcul théorique de la Dépense Energétique Totale (36)

152

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
- la deuxième méthode consiste à calculer les calories ingérées lors des repas et de maintenir
ce même apport calorique sur une certaine durée (une semaine par exemple) et d’observer la
variation de poids : si le poids reste stable l’organisme est considéré en « maintien calorique »
donc les apports sont égaux aux dépenses ; si le poids est en baisse cela signifie que
l’organisme est en déficit calorique donc que les dépenses sont supérieures aux apports ; enfin
si le poids augmente cela signifie cette fois que l’organisme est en excédent calorique donc
que les apports sont supérieurs aux dépenses.

En pratique cela consiste à peser les aliments qui seront consommés et de calculer l’apport
calorique de chaque macronutriment qui constitue le repas.

Figure 27-Apport calorique des macronutriments (55)

De ces simples observations nous pouvons aisément comprendre sur le plan quantitatif que
toute calorie absorbée aura un impact sur le poids corporel et ses variations ; sur le plan
qualitatif le choix porté sur les aliments et leur qualité nutritionnelle est également
important : tout est question d’équilibre.

Figure 28-Représentation de l'équilibre énergétique de l'organisme (55)


153

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
En officine, le conseil délivré aux sportifs ou aux personnes désireuses de perdre du poids sera
donc fonction des différents paramètres cités auparavant : le principal conseil sera
d’augmenter les dépenses caloriques en pratiquant une activité physique régulière et de
limiter les apports excédentaires caloriques, en somme respecter le slogan « manger moins et
bouger plus » délivré par les instances publiques pour prévenir le risque d’obésité dans la
population générale.

Les régimes sont également à déconseiller aux comptoirs, en effet l’ANSES a publié un rapport
sur l’évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement dans lequel il est
montré que de nombreux français multiplient les régimes, sans pour autant être en surpoids.
(162)

Figure 29-Proportion des sujets pratiquant ou ayant pratiqué un régime dans l'année (157)

154

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
La pratique de ces régimes amaigrissants dans l’optique de la perte de poids est souvent
réalisée pour des raisons essentiellement esthétiques, et non pas selon une indication
médicale : ces pratiques peuvent être à risque puisque peuvent induire des déséquilibres
nutritionnels et exposer l’organisme à divers risques néfastes pour la santé :

- perte de masse musculaire et osseuse

- risques aux niveaux rénal, osseux et cardiaque en raison d’un apport en protéines très élevé

- dépression et perte de l’estime de soi

- reprise du poids perdu, voire surpoids : c’est « l’effet yo-yo ». (163)

Cette démarche doit donc être réalisée et justifiée pour des raisons de santé, et prise en
charge par des spécialistes.

L’association française des diététiciens nutritionnistes (AFDN) pointe également ces pratiques
amaigrissantes comme les régimes ou la succession des périodes de « sèche » pouvant
provoquer en plus des carences nutritionnelles une augmentation du risque de blessure chez
les sportifs en raison d’une mauvaise hydratation (parfois volontaire) associée à ces pratiques.
(100)

3.1.1.4 Besoin d’un complément alimentaire ?


Après avoir estimé et analysé les caractéristiques du sujet sportif, il nous est indispensable
d’évaluer le besoin d’une supplémentation en CA et plus particulièrement chez le sportif
amateur.

En effet, nous avons identifié auparavant que les compléments alimentaires peuvent être
utiles dans l’obtention d’un gain de muscle ou bien pour améliorer la récupération ; cependant
tous n’auront pas ce besoin de CA et il est judicieux d’en évaluer la nécessité grâce notamment
à des questionnaires disponibles, comme illustré par la suite :

155

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Tableau 19-Estimer le besoin de compléments alimentaire (9)

156

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
3.1.2 Orienter sur le bon CA
Si la prise de CA est intéressante pour les sportifs pratiquant des sports de force, la diversité
des offres disponibles peut rendre difficile la justification d’un complément alimentaire donné
par rapport à un autre.

Ainsi, si la personne recherche un moyen d’obtenir un gain de muscle nous pourrons l’orienter
en premier lieu sur les CA sous forme de poudres de protéines, à savoir la whey et la caséine
principalement sans oublier leurs isolats respectifs : ceci selon le morphotype estimé de la
personne et comme illustré auparavant.

A cela s’ajoute également les BCAA, souvent déjà présents dans les poudres de protéines ou
bien pouvant être pris séparément et la créatine, ces compléments alimentaires étant les plus
utilisés en pratique et permettant en théorie une meilleure récupération tout en optimisant
l’anabolisme musculaire.

157

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Les CA appartenant aux lipides comme les oméga-3 sont intéressants et parfois utiles si les
habitudes alimentaires ne respectent pas les apports conseillés, d’autres comme le CLA ou la
L-carnitine intervenant dans le métabolisme des lipides et communément présentés comme
des « brûleurs de graisse », au même titre que la caféine, peuvent être utilisés même si les
résultats restent mineurs et variables selon les individus.

Les vitamines et minéraux et CA à base d’extraits de plantes sont également disponibles et


destinés à la récupération des sportifs, ils sont toutefois peu utilisés en pratique par les sportifs
de force.

La multitude de compléments alimentaires offrent de nombreuses alternatives et tous


vantent leurs bienfaits et leurs résultats sur l’organisme, il convient cependant de s’interroger
sur la pertinence de certains de ces CA compte tenu du faible rendement qu’ils offrent,
d’aucun argumentaire ou résultat scientifique prouvé, et du risque potentiel sur l’organisme
avéré.

3.1.3 Conseils aux sportifs


Le pharmacien d’officine, parmi ses prérogatives se distingue la nécessité de conseiller les
patients lors de la délivrance d’un médicament ; par extension il en est de même lors de la
délivrance des CA puisque ceux-ci, même si n’étant pas des médicaments, ne sont pas non
plus anodins.
Ainsi, nous pouvons émettre quelques conseils à destination des sportifs pratiquant la
musculation mais également à destination des sportifs en général.

Ces conseils ne sont pas exhaustifs, cependant ils constituent les règles de base à respecter
afin d’optimiser les performances, d’améliorer la récupération mais également la diététique
et la micronutrition du sportif. (6) (38)

- Prendre ses repas à heures régulières, cela permettra un apport énergétique régulier
pour l’organisme afin que ce dernier puisse s’adapter et gérer la digestion des
aliments.

- Ne pas sauter le petit déjeuner, l’importance d’un apport en glucides et en protéines


lors du petit déjeuner va conditionner le bon déroulement de la journée et ainsi

158

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
permettre d’éviter tout risque d’hypoglycémie, de fringale ou autre. L’importance est
majorée d’autant plus si une activité sportive est pratiquée dans la matinée.

- Par conséquent, cela nous amène à la règle suivante : ne pas s’entraîner à jeun !

- Avoir une alimentation variée et équilibrée couvrant les besoins en micronutriments


et macronutriments, en adaptant les apports selon le sport pratiqué, selon sa durée et
son intensité.

- Eviter la déshydratation : cela passera par une hydratation régulière tout au long de la
journée, sans oublier autour de l’entraînement : cela permettra de prévenir les
conséquences d’une déshydratation qui peuvent amener à une réduction des
performances et une augmentation des risques d’accidents musculaire.

- Ne pas supprimer les glucides : lors d’une activité physique importante, les stocks de
glucides et de glycogène sont au plus bas, il faut donc renouveler ce stock
régulièrement, notamment en apportant à chaque repas des glucides complexes.

- Augmenter raisonnablement les protéines, cela permettra d’optimiser l’anabolisme


musculaire en augmentant la synthèse protéique puisque lors de l’effort il y aura eu
des microtraumatismes au niveau des muscles squelettiques, traumatismes qui seront
« réparés » par cet apport en protéines.

- Ne pas oublier la récupération : ainsi après un effort l’organisme a besoin de refaire


ses réserves, sans oublier l’importance et l’impact d’un sommeil régulier sur les
performances futures.

- L’alcool et l’activité physique sont antagonistes l’un de l’autre, en effet l’apport


calorique apporté par ce dernier ne permet pas à l’organisme de les utiliser ; de plus
l’alcool réduit les capacités physiques et augmente la quantité de toxines que
l’organisme doit éliminer. Enfin l’alcool accélère le mécanisme de déshydratation en
modifiant les capacités de régulation de la transpiration (alcool considéré comme
dopant dans certaines fédérations).

- Utiliser à bon escient les CA et seulement si besoin : les CA chez le sportif peuvent
apporter une aide parfois non négligeable, sans pour autant rentrer dans la catégorie
des produits dopants. Toutefois certains de ces CA apportent une aide minime et
présentent parfois aucun intérêt à les utiliser.
159

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
L’amélioration des performances et du physique nécessite donc une alimentation équilibrée
et adéquate, répondant aux attentes du sportif et respectant ses besoins.

3.2 Promouvoir une bonne utilisation des compléments alimentaires

Une complémentation alimentaire peut s’avérer intéressante et parfois nécessaire, mais elle
doit être encadrée par un professionnel de santé connaissant de près l’athlète et son mode
de vie.
Lors d’une utilisation de compléments alimentaires, le sérieux du laboratoire et la qualité des
produits doivent être l’une des principales préoccupations du consommateur, mais également
celles du pharmacien d’officine puisque la législation en matière de sécurité alimentaire est
parfois plus souple dans certains pays (USA, Italie), et il n’est pas rare de trouver des
substances dangereuses (métaux lourds, substances toxiques) ou interdites (anabolisants et
autres) dans les produits achetés à l’étranger ou sur internet.

Il est donc fortement conseillé de ne recourir qu’à des produits de marques réputées et
certifiées, lesquelles procèdent à des contrôles stricts en matière de qualité. Ainsi le sportif,
quelques soit son niveau, peut se tourner vers un spécialiste de la nutrition sportive afin de le
conseiller dans son choix de CA afin d’éviter tout risque potentiel. (164)

L’intérêt d’une complémentation nutritionnelle doit systématiquement être évalué à l’aide


d’un bilan réalisé par un professionnel, qui s’appuiera également le cas échéant sur la biologie
médicale afin de faire le bon choix dans le complément qu’ils conseillent.

Ainsi certaines règles de base se doivent d’être rappelées concernant la consommation des
CA visant le développement de la masse musculaire ou la diminution de la masse grasse chez
le sportif :

- la consommation de ces produits est déconseillée chez les personnes présentant des facteurs
de risque CV, une altération de la fonction rénale ou hépatique, ou des troubles
neuropsychiatriques.

160

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
- ces compléments alimentaires sont déconseillés chez les enfants et adolescents, ainsi que
chez les femmes enceintes ou allaitantes ; de même qu’ils sont déconseillés de les associer
avec des médicaments.

- les CA à privilégier sont de préférence ceux attestant de l’absence de produits dopants et


dangereux, et donc de la qualité de ces derniers (norme AFNOR NF V94-001).
- les objectifs de la consommation de CA devraient être discutés avec un professionnel de
santé tel que le médecin ou le pharmacien et, à minima, les en informer de leur
consommation.

L’ANSES considère donc comme nécessaire, au vu des risques possibles de la consommation


de ces CA sur la santé des utilisateurs, que « les professionnels de santé bénéficient d’une
formation initiale et continue en matière de nutrition, incluant la nutrition du sportif […] et
d’une approche pluridisciplinaire dans ce domaine qui devra impliquer tant les cadres sportifs
que les professionnels de santé ».

Différents organismes tels que la FFHMFAC, la SFMES, ou encore la SFNS se sont prononcés
sur la consommation de ces CA et tous sont favorables à sécuriser l’utilisation de ces CA afin
de protéger le consommateur de tout risque potentiel, avec toutefois une meilleure
réglementation encadrant ces produits.
Elles mettent également en garde les sportifs de l’achat de tels produits sur internet, et sont
actives dans la prévention et la lutte contre le dopage présent dans les sports de force
majoritairement. (100)

3.3 Prévention de la santé

Selon la loi de modernisation de notre système de santé, le pharmacien d’officine est reconnu
comme un acteur majeur dans le parcours de soins de la personne entrant dans l’officine :
cela se traduit par différentes actions comme les conseils associés à la délivrance des
médicaments ou des compléments alimentaires, les règles hygiéno-diététiques,
l’automédication, les règles de bon usage du médicament, les entretiens pharmaceutiques ou
plus récemment les bilans de médication partagés, tout ceci dans un seul et unique but :
promouvoir la (bonne) santé et donner différents moyens afin de l’améliorer. (165)

161

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Par conséquent, toute action jugée par le pharmacien comme à risque pour la personne sera
à éviter, à déconseiller et à interdire selon les moyens qui lui sont donnés, cette éducation
pour la santé est une obligation déontologique pour le pharmacien comme précisée dans le
Code de la Santé Publique : le pharmacien « doit contribuer à l’information et à l’éducation du
public en matière sanitaire et sociale ». (166)

Compte tenu de la possible vente des CA en officine le pharmacien se doit de connaître les
subtilités de ces différents produits. En effet, qu’il s’agisse de réaliser la commande aux
laboratoires ou bien de conseiller un des produits à un patient/client ; le pharmacien est
amené à se poser des questions sur la qualité des produits qu’il détient et est amené à savoir
répondre aux questions que les clients peuvent lui poser ; ainsi toute l’expertise du
pharmacien d’officine est requise afin de limiter les risques pour les consommateurs.

Outre la promotion de la bonne utilisation des CA, cette promotion de la santé est plus large
que la prévention et inclus différents conseils et actions que peut mettre à profit le
pharmacien d’officine : elle n’est pas orientée vers un risque spécifique mais s’appuie plutôt
sur la participation active du sujet en conférant plus de connaissances et ainsi un plus grand
pouvoir sur les décisions affectant sa santé, son bien-être et sa qualité de vie.

La promotion de la santé constitue une approche transversale et globale, incluant différents


axes de travail possible comme par exemple la lutte contre les addictions, la promotion de
l’activité physique et sportive, l’éducation à la santé, ou encore la lutte contre le dopage.

Concernant ce dernier volet, le CESPHARM, en collaboration avec le Ministère de la Jeunesse,


des Sports, et de la vie associative ; la MILDECA et l’AMPD du Languedoc-Roussillon, a élaboré
des outils téléchargeables et accessibles aux pharmaciens d’officines afin de lutter contre le
dopage en veillant tout particulièrement à la composition et à la délivrance des compléments
alimentaires destinés aux sportifs mais également, comme le rappelle l’ANSES « de déclarer
auprès de son dispositif de nutrivigilance les effets indésirables susceptibles d’être liés à la
consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs dont ils auraient
connaissance ». (167)

162

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
CONCLUSION
La musculation comme pratique sportive et plus généralement les sports de force
(haltérophilie et culturisme) est aujourd’hui pratiquée par de nombreux sportifs -
professionnels ou amateurs- et suscite un grand intérêt particulièrement chez les plus jeunes.
La pratique quotidienne d’une activité physique et sportive (sports de force ou autres) est
bénéfique à plus d’un titre du point de vue de la santé et du dépassement de soi, et est
recommandée par le Ministère de la Santé et relayée par les professionnels de santé.

La pratique de la musculation est basée sur l’application du principe de surcharge progressive,


accompagnée de plusieurs régimes de contraction, ceci servant de base à la plupart des
méthodes d’entraînement. Les exercices de musculation, poly-articulaires ou d’isolation, vont
faire intervenir majoritairement la filière anaérobie alactique et lactique : ils demandent ainsi
un effort soutenu et intense sur une durée très brève.

La nutrition occupe une grande place dans la préparation du sportif : en effet toute
modification des apports alimentaires et de sa qualité va influencer le métabolisme du sportif
à l’effort mais également au repos. De ce fait une stratégie nutritionnelle doit être mise en
place par le sportif en fonction de l’activité physique (durée, intensité), mais également en
fonction des objectifs de poids (prise de masse, « sèche », ou maintenance) et de gain en
masse musculaire.

Par voie de comparaison des différentes filières biochimiques permettant la production de


l’énergie nécessaire à l’exercice musculaire, mais également en fonction des apports en
macronutriments pour optimiser les adaptations aux exercices de force, ce travail a eu pour
objectif d’établir et de mettre en lumière différents conseils nutritionnels à destination des
sportifs en musculation.

Toutefois, de nombreux pratiquants consomment des compléments alimentaires, plus


particulièrement ceux visant une prise de masse musculaire et/ou une réduction de la masse
grasse. Ces compléments alimentaires dont le but principal est de compléter un repas et non
le supplanter, sont très nombreux et offrent aujourd’hui une solution aux sportifs dans leur
perpétuelle quête de performance : la question de l’intérêt de la prise de compléments
alimentaires est justifiée et peut se poser.

163

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Une supplémentation est parfois nécessaire et ce pour plusieurs raisons : par simplicité, par
manque de temps ou encore selon la pratique sportive effectuée ; il peut donc être intéressant
et justifiée dans certains cas d’y recourir comme nous l’avons souligné au cours de cette étude.

Cette complémentation nutritionnelle n’est pas en opposition avec les valeurs que prodiguent
le sport comme l’éthique et le dépassement de soi ; il peut cependant arriver que ces
compléments alimentaires soient adultérés par des substances dopantes et/ou dangereuses
puisque disponibles à la vente facilement, en officine comme sur internet.

Il sera donc du devoir des professionnels de santé de prévenir le sportif et de l’informer du


risque de dopage au travers des compléments alimentaires ou parfois même suite à la prise
de médicaments, certains étant disponibles sans ordonnance. La question du dopage
intentionnel n’a pas été traitée dans son ensemble puisque ce travail porte majoritairement
sur le risque de dopage dans les compléments alimentaires mais mériterait qu’une autre
étude y soit consacrée.

Ce travail a mis en évidence que ces dérives, intentionnelles ou non, sont majoritaires dans
les sports de force et sont à risque pour la santé du sujet sportif, à court terme comme à long
terme : elles sont le fruit d’une mauvaise utilisation des compléments alimentaires mais
surtout d’un choix de compléments alimentaires dont la qualité, la traçabilité et le sérieux du
laboratoire sont parfois à mettre en cause.

Il convient donc au pharmacien d’officine et/ou au médecin d’évaluer l’intérêt d’une


complémentation nutritionnelle chez le sportif, s’appuyant le cas échéant sur la biologie
médicale.

Il sera avant tout nécessaire d’orienter le sportif vers des aliments à hautes densités
nutritionnelles et de procéder à un « rééquilibrage alimentaire » en raison souvent des
pratiques alimentaires dans le but de perdre du poids mais étant plus à risque pour la santé
et conduisant même à des contre-performances. Ces pratiques seront donc à éviter et il sera
du rôle du pharmacien d’officine de délivrer les bons conseils nutritionnels aux sportifs et de
les orienter dans leurs choix de compléments alimentaires, de qualité, afin de satisfaire les
besoins de ces derniers. (168)

164

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Un suivi renforcé des sportifs par les professionnels de santé et plus particulièrement par le
pharmacien d’officine est à envisager dans le futur proche afin de mieux accompagner et
mieux prendre en charge les besoins et demandes des sportifs. (169)

165

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
BIBLIOGRAPHIE

1. COMMISSION EUROPEENNE-Eurobaromètre spécial 334, Sport et activités physiques, Mars 2010.


[Internet]. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur:
http://ec.europa.eu/commfrontoffice/publicopinion/archives/ebs/ebs_334_fr.pdf

2. B. LEFEVRE, P. THIERY, Ministère des sports, les résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques
physiques et sportives en France [Internet]. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur:
http://www.sports.gouv.fr/IMG/archives/pdf/Stat-Info_01-11_decembre2010.pdf

3. OMS | Activité physique [Internet]. WHO. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur:
http://www.who.int/dietphysicalactivity/pa/fr/

4. INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) - Activité physique : contexte


et effets sur la santé. 2007 [Internet]. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur:
http://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/1-inserm.pdf

5. Recommandations en termes d’activité physique - Bouger santé [Internet]. [cité 11 mars 2018].
Disponible sur: http://www.bougersante.ch/site/ap/recommandations

6. PNNS | Manger Bouger [Internet]. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur:


http://www.mangerbouger.fr/PNNS

7. F. DUFOREZ-Activité physique et sommeil [Internet]. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur:


https://ac-els-cdn-com.docelec.univ-lyon1.fr/S1769449306700759/1-s2.0-S1769449306700759-
main.pdf?_tid=6c4f6056-3ce9-4ba0-b776-
9b51b404c7ad&acdnat=1520780613_ec4a657251f9489ccc6a84a7a3fbf031

8. Haute Autorité de Santé - Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent (actualisation des


recommandations 2003) [Internet]. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur: https://www.has-
sante.fr/portail/jcms/c_964941/fr/surpoids-et-obesite-de-l-enfant-et-de-l-adolescent-
actualisation-des-recommandations-2003

9. Françoise COUIC MARINIER, Pierre-Xavier FRANK. SPORTIFS : BOOSTEZ VOS PERFORMANCES AU


NATUREL. 2014. 543 p.

10. Moore SC, Patel AV, Matthews CE, Gonzalez AB de, Park Y, Katki HA, et al. Leisure Time Physical
Activity of Moderate to Vigorous Intensity and Mortality: A Large Pooled Cohort Analysis. PLOS
Med. 6 nov 2012;9(11):e1001335.

11. Santi P. Le sport, un médicament contre le cancer. Le Monde.fr [Internet]. 13 oct 2016 [cité 12
mars 2018]; Disponible sur: http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/10/13/le-sport-un-
medicament-contre-le-cancer_5012713_1651302.html

12. Barnault M, Dutruel D. Place de l’activité physique dans la prise en charge des pathologies
neurologiques. Actual Pharm. 1 févr 2017;56(563):26‑32.

13. OMS | Activité physique [Internet]. WHO. [cité 11 mars 2018]. Disponible sur:
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs385/fr/

166

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
14. KOHLER C. Le tissu musculaire-Collège universitaire et hospitalier des histologistes,
embryologistes, cytologistes et cytogénéticiens (CHEC). 2011 2010;14.

15. Paulo Fernandes C, Popineau C, Université du droit et de la santé (Lille). Présentation de


concepts de physiothérapie selon trois disciplines les étirements, la musculation et l’endurance,
applications médicales et sportives. [S.l.]: [s.n.]; 2008.

16. AFM-Association Française contre les Myopathies. Le muscle squelettique. juin 2003;8.

17. LO Ming. Physiologie du sport et de l’exercice-UELC Sport. Université Claude Bernard LYON1;
2015.

18. CAMIRAND Geoffrey. Développement d’un protocole d’induction de tolérance immunologique


applicable à la transplantation de myoblastes comme traitement de la dystrophie musculaire de
Duchenne [Internet]. 2004 [cité 13 mars 2018]. Disponible sur:
http://theses.ulaval.ca/archimede/fichiers/21784/21784.html

19. William McARDLE, F. KATCH, V. KATCH. Physiologie de l’activité physique: Energie, nutrition et
performance. 4ème édition. Paris: Maloine; 2001. 712 p.

20. FFHM-MUSCULATION-Discipline pour tous [Internet]. [cité 9 avr 2018]. Disponible sur:
http://www.ffhaltero.fr/Musculation/Accueil

21. Evelyn B, William B, J B. Le Renforcement Musculaire en Rééducation. Kinesitherapie. 1 janv


2003;17:69‑77.

22. LES APPAREILS D ISOCINETISME EN EVALUATION ET EN REEDUCATION MUSCULAIRE : INTERET ET


UTILISATION - PDF [Internet]. [cité 8 avr 2018]. Disponible sur: http://docplayer.fr/4150104-Les-
appareils-d-isocinetisme-en-evaluation-et-en-reeducation-musculaire-interet-et-utilisation.html

23. La phase positive, la phase négative et le statique [Internet]. [cité 13 mars 2018]. Disponible sur:
https://www.all-musculation.com/exercices-entrainement/contraction-isometrique-
excentrique-concentrique.html

24. ATP/ADP [Internet]. Chemistry LibreTexts. 2013 [cité 9 avr 2018]. Disponible sur:
https://chem.libretexts.org/Core/Biological_Chemistry/Metabolism/ATP%2F%2FADP

25. BOISSEAU Nathalie. Nutrition et bioénergétique du sportif- Bases fondamentales. Masson.


Masson; 2005. 213 p.

26. Guezennec C-Y. Physiologie de l’activité musculaire lors de la pratique sportive. [Internet]. [cité 9
avr 2018]. Disponible sur:
http://essonne.franceolympique.com/essonne/fichiers/File/physiologieeffort.pdf

27. Catherine Baratti-Elbaz PLM. Biochimie - 2e édition [Internet]. Dunod; 2015 [cité 20 mars 2018].
160 p. Disponible sur: https://www-dawsonera-com.docelec.univ-
lyon1.fr/abstract/9782100722877

28. Françoise Quentin P-FG. Maxi fiches - Biochimie [Internet]. Dunod; 2015 [cité 20 mars 2018]. 222
p. Disponible sur: https://www-dawsonera-com.docelec.univ-lyon1.fr/abstract/9782100739226

29. Ancellin R, Saul C, Thomann C, Coipel M. Glucides et santé : Etat des lieux, évaluation et
recommandations. 2004;167.

167

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
30. Davies KJA, Quintanilha AT, Brooks GA, Packer L. Free radicals and tissue damage produced by
exercise. Biochem Biophys Res Commun. 31 août 1982;107(4):1198‑205.

31. ANSES. Actualisation des repères du PNNS : élaboration des références nutritionnelles [Internet].
2016 [cité 20 mars 2018]. Disponible sur:
https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012SA0103Ra-2.pdf

32. Les glucides [Internet]. [cité 20 mars 2018]. Disponible sur: http://www.caducee.net/Fiches-
techniques/glucides.asp

33. Olivia MEEUS, Frédéric MOMPO. Diététique de la musculation. Amphora. PARIS: Amphora; 2014.
207 p.

34. LEHNINGER A., NELSON D.I., COX M.M. Principes de Biochimie. Flammarion. 1998. 1032 p.

35. Métabolisme des glucides – Cours Pharmacie [Internet]. [cité 20 mars 2018]. Disponible sur:
http://www.cours-pharmacie.com/biochimie/metabolisme-des-glucides.html

36. Les lipides | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement
et du travail [Internet]. [cité 18 mars 2018]. Disponible sur: https://www.anses.fr/fr/content/les-
lipides

37. Gomez-Merino D, Portero P. Nutrition lipidique, santé et sport. Kinésithérapie Rev. 1 janv
2008;8(73):57‑62.

38. Nancy CLARK. NUTRITION DU SPORTIF. Vigot. PARIS: Vigot; 2015. 381 p.

39. Ghemri S, Goudable J. La nutrition du sportif en vue d’une préparation: exemple du judoka.
[Lyon]: Bibliothèque Lyon 1; 2017.

40. Adeva-Andany MM, Carneiro-Freire N, Seco-Filgueira M, Fernández-Fernández C, Mouriño-


Bayolo D. Mitochondrial β-oxidation of saturated fatty acids in humans. Mitochondrion
[Internet]. 15 mars 2018 [cité 10 avr 2018]; Disponible sur:
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1567724917302891

41. VERGÈS B. Insulinosensibilité et lipides. Httpwwwem-Premiumcomdocelecuniv-


Lyon1frdatarevues1262363600270002223 [Internet]. 17 févr 2008 [cité 25 mai 2018]; Disponible
sur: http://www.em.premium.com/article/80000/resultatrecherche/3

42. GRIMALDI A. Traité de diabétologie. 2ème édition. PARIS: LAVOISIER; 2009. 1044 p. (Traité).

43. MARTIN Ambroise, AFSSA. Apports nutritionnels conseillés pour la population française. Paris;
2001. 610 p.

44. Trumbo P, Schlicker S, Yates AA, Poos M, Food and Nutrition Board of the Institute of Medicine,
The National Academies. Dietary reference intakes for energy, carbohydrate, fiber, fat, fatty
acids, cholesterol, protein and amino acids. J Am Diet Assoc. nov 2002;102(11):1621‑30.

45. van Loon LJC, Greenhaff PL, Constantin-Teodosiu D, Saris WHM, Wagenmakers AJM. The effects
of increasing exercise intensity on muscle fuel utilisation in humans. J Physiol. 1 oct 2001;536(Pt
1):295‑304.

46. van Loon LJC, Koopman R, Stegen JHCH, Wagenmakers AJM, Keizer HA, Saris WHM.
Intramyocellular lipids form an important substrate source during moderate intensity exercise in
endurance-trained males in a fasted state. J Physiol. 1 déc 2003;553(Pt 2):611‑25.
168

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
47. Saltin B, Astrand PO. Free fatty acids and exercise. Am J Clin Nutr. mai 1993;57(5 Suppl):752S-
757S; discussion 757S-758S.

48. Brooks GA, Mercier J. Balance of carbohydrate and lipid utilization during exercise: the
« crossover » concept. J Appl Physiol Bethesda Md 1985. juin 1994;76(6):2253‑61.

49. KARP. Biologie cellulaire et moléculaire. De Boeck. PARIS; 2010. 816 p.

50. McARDLE W.D., KATCH F.I., KATCH V.L. NUTRITION ET PERFORMANCES SPORTIVES. De Boeck.
PARIS: De Boeck; 2004. 687 p.

51. Les protéines | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de


l’environnement et du travail [Internet]. [cité 23 mars 2018]. Disponible sur:
https://www.anses.fr/fr/content/les-prot%C3%A9ines

52. Collège des Enseignants de Nutrition. Métabolisme protéique. 2010 2011;30.

53. POORTMANS Jacques, BOISSEAU Nathalie. Biochimie des activités physiques et sportives. de
boeck. PARIS; 2017. 688 p.

54. AFSSA. AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS-Apport en protéines :


consommation, qualité, besoins et recommandations. 2007;461.

55. Julien VENESSON. NUTRITION DE LA FORCE. THIERRY SOUCCAR. Vergèze; 2011. 270 p.

56. Slater G, Phillips SM. Nutrition guidelines for strength sports: Sprinting, weightlifting, throwing
events, and bodybuilding. J Sports Sci. janv 2011;29(sup1):S67‑77.

57. DAVICCO MJ. DEMIGNE C., COXAM V. Etat des lieux : Alimentation et équilibre acido-basique.
[Internet]. Fonds français alimentation et santé; 2013. Disponible sur:
http://docplayer.fr/13846834-Alimentation-et-equilibre-acido-basique.html

58. Hattori CM, Tiselius H-G, Heilberg IP. Whey protein and albumin effects upon urinary risk factors
for stone formation. Urolithiasis. oct 2017;45(5):421‑8.

59. Aparicio VA, Nebot E, Tassi M, Camiletti-Moirón D, Sanchez-Gonzalez C, Porres JM, et al. Whey
Versus Soy Protein Diets and Renal Status in Rats. J Med Food. 23 juill 2014;17(9):1011‑6.

60. Nunes R, Silva P, Alves J, Stefani G, Petry M, Rhoden C, et al. Effects of resistance training
associated with whey protein supplementation on liver and kidney biomarkers in rats. Appl
Physiol Nutr Metab. 20 juin 2013;38(11):1166‑9.

61. Aparicio VA, Nebot E, Porres JM, Ortega FB, Heredia JM, Lopez-Jurado M, et al. Effects of high-
whey-protein intake and resistance training on renal, bone and metabolic parameters in rats. Br J
Nutr. 28 mars 2011;105(6):836‑45.

62. Friedman AN, Ogden LG, Foster GD, Klein S, Stein R, Miller B, et al. Comparative effects of low-
carbohydrate high-protein versus low-fat diets on the kidney. Clin J Am Soc Nephrol CJASN. juill
2012;7(7):1103‑11.

63. Décret n°2006-352 du 20 mars 2006 relatif aux compléments alimentaires. 2006-352 mars 20,
2006.

64. Compléments alimentaires | Autorité européenne de sécurité des aliments [Internet]. [cité 27
mars 2018]. Disponible sur: http://www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/food-supplements
169

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
65. Compléments alimentaires - Présentation générale [Internet]. Le portail des ministères
économiques et financiers. [cité 27 mars 2018]. Disponible sur:
https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/s%C3%A9curit%C3%A9/produits-
alimentaires/complements-alimentaires

66. Prévention du dopage et alimentation - Une norme AFNOR pour apporter de la confiance aux
sportifs [Internet]. AFNOR Normalisation. 2012 [cité 16 avr 2018]. Disponible sur:
https://normalisation.afnor.org/actualites/prevention-du-dopage-et-alimentation-une-norme-
afnor-pour-apporter-de-la-confiance-aux-sportifs/

67. Le dispositif de nutrivigilance : objectif et principaux résultats | Anses - Agence nationale de


sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail [Internet]. [cité 27 mars
2018]. Disponible sur: https://www.anses.fr/fr/content/le-dispositif-de-nutrivigilance-objectif-
et-principaux-r%C3%A9sultats

68. CHEN W-C, HUANG W-C, CHIU C-C, CHANG Y-K, HUANG C-C. Whey Protein Improves Exercise
Performance and Biochemical Profiles in Trained Mice. Med Sci Sports Exerc. août
2014;46(8):1517‑24.

69. Singh A, Pezeshki A, Zapata RC, Yee NJ, Knight CG, Tuor UI, et al. Diets enriched in whey or casein
improve energy balance and prevent morbidity and renal damage in salt-loaded and high-fat-fed
spontaneously hypertensive stroke-prone rats. J Nutr Biochem. 1 nov 2016;37:47‑59.

70. Pasin G, Comerford KB. Dairy Foods and Dairy Proteins in the Management of Type 2 Diabetes: A
Systematic Review of the Clinical Evidence. Adv Nutr. 1 mai 2015;6(3):245‑59.

71. Ormsbee MJ, Willingham BD, Marchant T, Binkley TL, Specker BL, Vukovich MD. Protein
Supplementation During a 6-Month Concurrent Training Program: Effect on Body Composition
and Muscular Strength in Sedentary Individuals. Int J Sport Nutr Exerc Metab. 27 févr 2018;1‑27.

72. Bigard X. Protéines et sport, pour quoi faire? Httpwwwem-Premiumcomdocelecuniv-


Lyon1frdatarevues17667305v9i36S1766730513001113 [Internet]. 20 nov 2013 [cité 23 mars
2018]; Disponible sur: http://www.em-premium.com.docelec.univ-
lyon1.fr/article/851821/resultatrecherche/1

73. LES ACIDES AMINES [Internet]. Les acides aminés. [cité 17 avr 2018]. Disponible sur:
http://www.les-acides-amines.com/les-acides-amines/

74. Campos HO, Drummond LR, Rodrigues QT, Machado FSM, Pires W, Wanner SP, et al. Nitrate
supplementation improves physical performance specifically in non-athletes during prolonged
open-ended tests: a systematic review and meta-analysis. Br J Nutr. mars 2018;119(6):636‑57.

75. Sureda A, Pons A. Arginine and citrulline supplementation in sports and exercise: ergogenic
nutrients? Med Sport Sci. 2012;59:18‑28.

76. Liu T-H, Wu C-L, Chiang C-W, Lo Y-W, Tseng H-F, Chang C-K. No effect of short-term arginine
supplementation on nitric oxide production, metabolism and performance in intermittent
exercise in athletes. J Nutr Biochem. juin 2009;20(6):462‑8.

77. Castell LM. Glutamine Supplementation In Vitro and In Vivo, in Exercise and in
Immunodepression. Sports Med. 1 avr 2003;33(5):323‑45.

78. Song Q-H, Xu R-M, Zhang Q-H, Shen G-Q, Ma M, Zhao X-P, et al. Glutamine supplementation and
immune function during heavy load training. Int J Clin Pharmacol Ther. mai 2015;53(5):372‑6.

170

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
79. Tumilty L, Davison G, Beckmann M, Thatcher R. Oral tyrosine supplementation improves exercise
capacity in the heat. Eur J Appl Physiol. déc 2011;111(12):2941‑50.

80. Poortmans JR. Principles of Exercise Biochemistry. Karger Medical and Scientific Publishers; 2004.
315 p.

81. Waldron M, Whelan K, Jeffries O, Burt D, Howe L, Patterson SD. The effects of acute branched-
chain amino acid supplementation on recovery from a single bout of hypertrophy exercise in
resistance-trained athletes. Appl Physiol Nutr Metab Physiol Appl Nutr Metab. juin
2017;42(6):630‑6.

82. Jackman SR, Witard OC, Philp A, Wallis GA, Baar K, Tipton KD. Branched-Chain Amino Acid
Ingestion Stimulates Muscle Myofibrillar Protein Synthesis following Resistance Exercise in
Humans. Front Physiol. 2017;8:390.

83. Blomstrand E, Hassmén P, Ekblom B, Newsholme EA. Administration of branched-chain amino


acids during sustained exercise--effects on performance and on plasma concentration of some
amino acids. Eur J Appl Physiol. 1991;63(2):83‑8.

84. Ra S-G, Miyazaki T, Kojima R, Komine S, Ishikura K, Kawanaka K, et al. Effect of BCAA supplement
timing on exercise-induced muscle soreness and damage: a pilot placebo-controlled double-blind
study. J Sports Med Phys Fitness. 22 sept 2017;

85. Bohé J, Low A, Wolfe RR, Rennie MJ. Human muscle protein synthesis is modulated by
extracellular, not intramuscular amino acid availability: a dose-response study. J Physiol. 1 oct
2003;552(Pt 1):315‑24.

86. Silvers KM, Scott KM. Fish consumption and self-reported physical and mental health status.
Public Health Nutr. juin 2002;5(3):427‑31.

87. Mozaffarian D, Rimm EB. Fish intake, contaminants, and human health: evaluating the risks and
the benefits. JAMA. 18 oct 2006;296(15):1885‑99.

88. Mori TA, Woodman RJ. The independent effects of eicosapentaenoic acid and docosahexaenoic
acid on cardiovascular risk factors in humans. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. mars
2006;9(2):95‑104.

89. Fontani G, Corradeschi F, Felici A, Alfatti F, Bugarini R, Fiaschi AI, et al. Blood profiles, body fat
and mood state in healthy subjects on different diets supplemented with Omega-3
polyunsaturated fatty acids. Eur J Clin Invest. août 2005;35(8):499‑507.

90. Smith BK, Sun GY, Donahue OM, Thomas TR. Exercise plus n-3 fatty acids: additive effect on
postprandial lipemia. Metabolism. oct 2004;53(10):1365‑71.

91. Varady KA, Jones PJH. Combination diet and exercise interventions for the treatment of
dyslipidemia: an effective preliminary strategy to lower cholesterol levels? J Nutr. août
2005;135(8):1829‑35.

92. Delarue J. Acides gras polyinsaturés et inflammation. Nutr Clin Métabolisme. 1 janv
2001;15(3):172‑6.

93. Machado Andrade P de M, Tavares do Carmo M das G. Dietary long-chain omega-3 fatty acids
and anti-inflammatory action: potential application in the field of physical exercise. Nutr Burbank
Los Angel Cty Calif. févr 2004;20(2):243.

171

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
94. Jeukendrup AE, Aldred S. Fat supplementation, health, and endurance performance. Nutr
Burbank Los Angel Cty Calif. août 2004;20(7‑8):678‑88.

95. Chos D, Riche D. Apports de sécurité en lipides chez le sportif à haut niveau d’entraînement.
Httpwwwem-Premiumcomdocelecuniv-Lyon1frdatarevues076515970020000204001145
[Internet]. [cité 17 avr 2018]; Disponible sur:
http://www.em.premium.com/article/30839/resultatrecherche/1

96. AFSSA. L’évaluation des risques présentés par la créatine pour le consommateur -Véracité des
allégations relatives à la performance sportive ou à l’augmentation de la masse musculaire. janv
2001;104.

97. Jagim A, Oliver JM, Sanchez A, Galvan E, Fluckey J, Reichman S, et al. Kre-Alkalyn®
supplementation does not promote greater changes in muscle creatine content, body
composition, or training adaptations in comparison to creatine monohydrate. J Int Soc Sports
Nutr. 19 nov 2012;9(Suppl 1):P11.

98. Terjung RL, Clarkson P, Eichner ER, Greenhaff PL, Hespel PJ, Israel RG, et al. American College of
Sports Medicine roundtable. The physiological and health effects of oral creatine
supplementation. Med Sci Sports Exerc. mars 2000;32(3):706‑17.

99. Smith J, Dahm DL. Creatine use among a select population of high school athletes. Mayo Clin
Proc. déc 2000;75(12):1257‑63.

100. ANSES. Les compléments alimentaires destinés aux sportifs-Avis de l’Anses [Internet]. 2016.
Disponible sur: https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2014SA0008Ra.pdf

101. Poortmans JR, Francaux M. Adverse effects of creatine supplementation: fact or fiction?
Sports Med Auckl NZ. sept 2000;30(3):155‑70.

102. Que sont les vitamines ? | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation,
de l’environnement et du travail [Internet]. [cité 1 avr 2018]. Disponible sur:
https://www.anses.fr/fr/content/que-sont-les-vitamines

103. Les minéraux | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de


l’environnement et du travail [Internet]. [cité 1 avr 2018]. Disponible sur:
https://www.anses.fr/fr/content/les-min%C3%A9raux

104. Theodorou AA, Nikolaidis MG, Paschalis V, Koutsias S, Panayiotou G, Fatouros IG, et al. No
effect of antioxidant supplementation on muscle performance and blood redox status
adaptations to eccentric training. Am J Clin Nutr. juin 2011;93(6):1373‑83.

105. Yfanti C, Akerström T, Nielsen S, Nielsen AR, Mounier R, Mortensen OH, et al. Antioxidant
supplementation does not alter endurance training adaptation. Med Sci Sports Exerc. juill
2010;42(7):1388‑95.

106. Troegeler-Meynadier A, Enjalbert F. Les acides linoléiques conjugués : Intérêts biologiques en


nutrition. Rev Médecine Vét. 2005;1(n° 4):207‑16.

107. Baddini Feitoza A, Fernandes Pereira A, Ferreira da Costa N, Gonçalves Ribeiro B. Conjugated
linoleic acid (CLA): effect modulation of body composition and lipid profile. Nutr Hosp. août
2009;24(4):422‑8.

172

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
108. Kim Y, Kim D, Park Y. Conjugated linoleic acid (CLA) promotes endurance capacity via
peroxisome proliferator-activated receptor δ-mediated mechanism in mice. J Nutr Biochem.
2016;38:125‑33.

109. Terasawa N, Okamoto K, Nakada K, Masuda K. Effect of Conjugated Linoleic Acid Intake on
Endurance Exercise Performance and Anti-fatigue in Student Athletes. J Oleo Sci. 1 juill
2017;66(7):723‑33.

110. Tajmanesh M, Aryaeian N, Hosseini M, Mazaheri R, Kordi R. Conjugated Linoleic Acid


Supplementation has no Impact on Aerobic Capacity of Healthy Young Men. Lipids. août
2015;50(8):805‑9.

111. Cho K, Song Y, Kwon D. Conjugated linoleic acid supplementation enhances insulin sensitivity
and peroxisome proliferator-activated receptor gamma and glucose transporter type 4 protein
expression in the skeletal muscles of rats during endurance exercise. Iran J Basic Med Sci. janv
2016;19(1):20‑7.

112. Gimenes AC, Bravo DM, Nápolis LM, Mello MT, Oliveira ASB, Neder JA, et al. Effect of L-
carnitine on exercise performance in patients with mitochondrial myopathy. Braz J Med Biol Res
Rev Bras Pesqui Medicas E Biol. avr 2015;48(4):354‑62.

113. Orer GE, Guzel NA. The effects of acute L-carnitine supplementation on endurance
performance of athletes. J Strength Cond Res. févr 2014;28(2):514‑9.

114. Fielding R, Riede L, Lugo JP, Bellamine A. l-Carnitine Supplementation in Recovery after
Exercise. Nutrients. 13 mars 2018;10(3).

115. Caféine et santé | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de


l’environnement et du travail [Internet]. [cité 22 avr 2018]. Disponible sur:
https://www.anses.fr/fr/content/caf%C3%A9ine-et-sant%C3%A9

116. Grgic J, Trexler ET, Lazinica B, Pedisic Z. Effects of caffeine intake on muscle strength and
power: a systematic review and meta-analysis. J Int Soc Sports Nutr. 2018;15:11.

117. Meeusen R, Roelands B, Spriet LL. Caffeine, exercise and the brain. Nestle Nutr Inst
Workshop Ser. 2013;76:1‑12.

118. EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA). Scientific Opinion on the
safety of caffeine: Safety of caffeine. EFSA J. mai 2015;13(5):4102.

119. JimStoppaniPhD. The Benefits Of ZMA: More Than A Sleep Supplement [Internet].
Bodybuilding.com. 2014 [cité 25 mai 2018]. Disponible sur:
https://www.bodybuilding.com/content/the-benefits-of-zma-more-than-a-sleep-
supplement.html

120. Le ZMA va-t-il réellement booster votre testostérone ? [Internet]. [cité 25 mai 2018].
Disponible sur: http://www.guide-vitamines.org/actualites-promotions/zma-va-t-il-reellement-
booster-votre-testosterone.html

121. Contribution à l’étude de Tribulus terrestris [Internet]. [NANCY]: UNIVERSITE HENRI


POINCARE; 2002. Disponible sur: http://docnum.univ-
lorraine.fr/public/SCDPHA_T_2002_JACOT_ELISE.pdf

173

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
122. Pharmacopée française - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des
produits de santé [Internet]. [cité 25 mai 2018]. Disponible sur:
http://ansm.sante.fr/Mediatheque/Publications/Pharmacopee-francaise-Plan-Preambule-index

123. Shahid M, Riaz M, Talpur MMA, Pirzada T. Phytopharmacology of Tribulus terrestris. J Biol
Regul Homeost Agents. sept 2016;30(3):785‑8.

124. Rogerson S, Riches CJ, Jennings C, Weatherby RP, Meir RA, Marshall-Gradisnik SM. The effect
of five weeks of Tribulus terrestris supplementation on muscle strength and body composition
during preseason training in elite rugby league players. J Strength Cond Res. mai
2007;21(2):348‑53.

125. Antonio J, Uelmen J, Rodriguez R, Earnest C. The effects of Tribulus terrestris on body
composition and exercise performance in resistance-trained males. Int J Sport Nutr Exerc Metab.
juin 2000;10(2):208‑15.

126. Gauthaman K, Ganesan AP. The hormonal effects of Tribulus terrestris and its role in the
management of male erectile dysfunction--an evaluation using primates, rabbit and rat.
Phytomedicine Int J Phytother Phytopharm. janv 2008;15(1‑2):44‑54.

127. Neychev VK, Mitev VI. The aphrodisiac herb Tribulus terrestris does not influence the
androgen production in young men. J Ethnopharmacol. 3 oct 2005;101(1‑3):319‑23.

128. Décret n° 2016-1923 du 19 décembre 2016 portant publication de l’amendement à l’annexe I


de la convention internationale contre le dopage dans le sport, adopté à Paris le 29 novembre
2016 | Legifrance [Internet]. [cité 23 avr 2018]. Disponible sur:
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/12/19/MAEJ1634743D/jo/texte

129. Tous dopés ! Le Moniteur des pharmacie.fr [Internet]. 13 oct 2007 [cité 23 avr 2018];
Disponible sur: https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/revues/le-moniteur-des-
pharmacies/article/n-2696/tous-dopes.html

130. Agence Mondiale Antidopage. Liste des interdictions [Internet]. Agence mondiale
antidopage. 2017 [cité 23 avr 2018]. Disponible sur: https://www.wada-ama.org/fr/node/8531

131. Positive drug tests from supplements [Internet]. [cité 23 avr 2018]. Disponible sur:
http://physrev.sportsci.sportsci.org/jour/0003/lmb.html

132. van der Bijl P, Tutelyan VA. Dietary supplements containing prohibited substances. Vopr
Pitan. 2013;82(6):6‑13.

133. Geyer H, Parr MK, Koehler K, Mareck U, Schänzer W, Thevis M. Nutritional supplements
cross-contaminated and faked with doping substances. J Mass Spectrom JMS. juill
2008;43(7):892‑902.

134. Leplongeon M. Dopage : le scandale sanitaire qui monte, qui monte... [Internet]. Le Point.
2017 [cité 25 mai 2018]. Disponible sur: http://www.lepoint.fr/societe/dopage-le-scandale-
sanitaire-qui-monte-qui-monte-27-11-2017-2175470_23.php

135. SPORT Protect – le Sport, l’Esprit en Plus – Labellisation antidopage [Internet]. [cité 24 avr
2018]. Disponible sur: http://www.sport-protect.org/labellisation-antidopage/

136. pharmacies.fr LM des. Dopage : prison avec sursis pour un officinal - Le Moniteur des
Pharmacies n° 2581 du 07/05/2005 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr [Internet]. Le

174

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
Moniteur des pharmacie.fr. [cité 23 avr 2018]. Disponible sur:
https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/revues/le-moniteur-des-pharmacies/article/n-
2581/dopage-prison-avec-sursis-pour-un-officinal.html

137. pharmacies.fr LM des. Dopage : Un pharmacien dans la tourmente Cofidis - Le Moniteur des
Pharmacies n° 2651 du 18/11/2006 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr [Internet]. Le
Moniteur des pharmacie.fr. [cité 14 mai 2018]. Disponible sur:
https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/revues/le-moniteur-des-pharmacies/article/n-
2651/dopage-un-pharmacien-dans-la-tourmente-cofidis.html

138. Compléments alimentaires destinés aux sportifs : des risques pour la santé pour des
bénéfices incertains | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de
l’environnement et du travail [Internet]. [cité 14 mai 2018]. Disponible sur:
https://www.anses.fr/fr/content/compl%C3%A9ments-alimentaires-destin%C3%A9s-aux-
sportifs-des-risques-pour-la-sant%C3%A9-pour-des-b%C3%A9n%C3%A9fices

139. Hansen DK, George NI, White GE, Pellicore LS, Abdel-Rahman A, Fabricant D, et al.
Physiological effects following administration of Citrus aurantium for 28 days in rats. Toxicol Appl
Pharmacol. 15 juin 2012;261(3):236‑47.

140. Karnatovskaia LV, Leoni JC, Freeman ML. Cardiac arrest in a 21-year-old man after ingestion
of 1,3-DMAA-containing workout supplement. Clin J Sport Med Off J Can Acad Sport Med. janv
2015;25(1):e23-25.

141. Andraws R, Chawla P, Brown DL. Cardiovascular effects of ephedra alkaloids: a


comprehensive review. Prog Cardiovasc Dis. févr 2005;47(4):217‑25.

142. Vukovich MD, Schoorman R, Heilman C, Jacob P, Benowitz NL. Caffeine-herbal ephedra
combination increases resting energy expenditure, heart rate and blood pressure. Clin Exp
Pharmacol Physiol. févr 2005;32(1‑2):47‑53.

143. Gårevik N, Skogastierna C, Rane A, Ekström L. Single dose testosterone increases total
cholesterol levels and induces the expression of HMG CoA reductase. Subst Abuse Treat Prev
Policy. 20 mars 2012;7:12.

144. Hatton CK, Green GA, Ambrose PJ. Performance-enhancing drugs: understanding the risks.
Phys Med Rehabil Clin N Am. nov 2014;25(4):897‑913.

145. Avelar-Escobar G, Méndez-Navarro J, Ortiz-Olvera NX, Castellanos G, Ramos R, Gallardo-


Cabrera VE, et al. Hepatotoxicity associated with dietary energy supplements: use and abuse by
young athletes. Ann Hepatol. août 2012;11(4):564‑9.

146. Foley S, Butlin E, Shields W, Lacey B. Experience with OxyELITE pro and acute liver injury in
active duty service members. Dig Dis Sci. déc 2014;59(12):3117‑21.

147. Dhar R, Stout CW, Link MS, Homoud MK, Weinstock J, Estes NAM. Cardiovascular toxicities of
performance-enhancing substances in sports. Mayo Clin Proc. oct 2005;80(10):1307‑15.

148. Momaya A, Fawal M, Estes R. Performance-enhancing substances in sports: a review of the


literature. Sports Med Auckl NZ. avr 2015;45(4):517‑31.

149. Kanayama G, Kean J, Hudson JI, Pope HG. Cognitive deficits in long-term anabolic-androgenic
steroid users. Drug Alcohol Depend. 1 juin 2013;130(1‑3):208‑14.

175

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
150. Estrada M, Varshney A, Ehrlich BE. Elevated testosterone induces apoptosis in neuronal cells.
J Biol Chem. 1 sept 2006;281(35):25492‑501.

151. Ha YJ, Han YJ, Choi YW, Myung KB, Choi HY. Sibutramine (reductil®)-induced cutaneous
leukocytoclastic vasculitis: a case report. Ann Dermatol. nov 2011;23(4):544‑7.

152. Grundlingh J, Dargan PI, El-Zanfaly M, Wood DM. 2,4-dinitrophenol (DNP): a weight loss
agent with significant acute toxicity and risk of death. J Med Toxicol Off J Am Coll Med Toxicol.
sept 2011;7(3):205‑12.

153. Castell LM, Burke LM, Stear SJ. BJSM reviews: A–Z of supplements: dietary supplements,
sports nutrition foods and ergogenic aids for health and performance Part 2. Br J Sports Med. 1
oct 2009;43(11):807‑10.

154. ANSM. Résumé des Caractéristiques du Produit-ANDROTARDYL [Internet]. 2013 [cité 15 mai
2018]. Disponible sur: http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/rcp/R0222159.htm

155. Vorona E, Nieschlag E. Adverse effects of doping with anabolic androgenic steroids (AAS) in
competitive athletics, recreational sports and bodybuilding. Minerva Endocrinol. 19 févr 2018;

156. Obésité et surpoids [Internet]. World Health Organization. [cité 24 mai 2018]. Disponible sur:
http://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/obesity-and-overweight

157. Ma Formation Officinale. Support de formation -Diététique minceur [Internet]. 2016.


Disponible sur: https://app.maformationofficinale.com/formation/doc/a0m5700000HpgaOAAR

158. Qu’est-ce que l’IMC, Indice de Masse Corporelle, et pourquoi le mesurer ? [Internet].
https://www.passeportsante.net/. 2017 [cité 24 mai 2018]. Disponible sur:
https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche.aspx?doc=IMC

159. Conseils - Quel est votre morphotype ? [Internet]. [cité 16 mai 2018]. Disponible sur:
https://www.lequipe.fr/Ilosport/Archives/Actualites/Quel-est-votre-morphotype/743788

160. Ectomorphe, Mesomorphe et Endomorphe : les morphotypes en musculation [Internet]. [cité


16 mai 2018]. Disponible sur: https://www.all-musculation.com/musculation/types-
morphologiques/

161. Roza AM, Shizgal HM. The Harris Benedict equation reevaluated: resting energy
requirements and the body cell mass. Am J Clin Nutr. 1 juill 1984;40(1):168‑82.

162. ANSES. Risques sanitaires liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement [Internet]. PARIS;
2010 nov p. 16. Disponible sur: https://www.anses.fr/fr/system/files/PRES2010CPA17.pdf

163. Régimes amaigrissants | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de


l’environnement et du travail [Internet]. [cité 20 mars 2018]. Disponible sur:
https://www.anses.fr/fr/content/régimes-amaigrissants

164. Compléments alimentaires [Internet]. Ministère des Solidarités et de la Santé. 2013 [cité 24
mai 2018]. Disponible sur: http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/denrees-
alimentaires/article/complements-alimentaires

165. LOI n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé. 2016-41 janv
26, 2016.

166. Code de la santé publique - Article R4235-2. Code de la santé publique.


176

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
167. Cespharm - Compléments alimentaires & dopage : un risque à prévenir [Internet]. [cité 23 avr
2018]. Disponible sur: http://www.cespharm.fr/fr/Prevention-
sante/Actualites/Archives/Complements-alimentaires-dopage-un-risque-a-prevenir

168. Et si votre pharmacien devenait votre coach sportif ? [Internet]. Allo docteurs. 2014 [cité 24
mai 2018]. Disponible sur: https://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-et-si-votre-pharmacien-
devenait-votre-coach-sportif-_13304.html

169. Ça bouge chez les pharmaciens [Internet]. L’ACTU de l’Université de Franche-Comté. [cité 22
mai 2018]. Disponible sur: http://actu.univ-fcomte.fr/article/ca-bouge-chez-les-pharmaciens-
006039

177

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
L’ISPB - Faculté de Pharmacie de Lyon et l’Université Claude Bernard Lyon 1 n’entendent
donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses ; ces
opinions sont considérées comme propres à leurs auteurs.

L’ISPB - Faculté de Pharmacie de Lyon est engagé dans une démarche de lutte contre le
plagiat. De ce fait, une sensibilisation des étudiants et encadrants des thèses a été réalisée
avec notamment l’incitation à l’utilisation d’une méthode de recherche de similitudes.

178

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
179

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)
FEKIR Younes
Nutrition et consommation de compléments alimentaires en musculation : les risques de dérives
possibles et le rôle du pharmacien d’officine pour les éviter.
Th. D. Pharm., Lyon 1, 2018, 180 p.

RESUME
La musculation comme pratique sportive, dont le but est l’amélioration des qualités musculaires est
aujourd’hui pratiquée par de nombreux sportifs -professionnels ou amateurs- et suscite un grand intérêt
particulièrement chez les plus jeunes. Le développement de la masse musculaire et la diminution de la
masse grasse sont des objectifs poursuivis par un grand nombre de personnes : de ce fait, la musculation
à visée esthétique est un des principaux objectifs de la pratique de ce sport sans compter les bénéfices
certains d’une activité physique et sportive sur la santé.
La pratique de la musculation est basée sur l’application du principe de surcharge progressive,
accompagnée de plusieurs régimes de contraction, ceci servant de base à la plupart des méthodes
d’entraînement. Outre l’entraînement, le régime alimentaire est également très important dans la
préparation du sportif puisque la qualité de ces apports alimentaires va impacter les performances : ainsi
une stratégie nutritionnelle doit être établie par le sportif en fonction des objectifs définis.
De nombreux sportifs ont également recours à des compléments alimentaires afin d’améliorer leurs
performances physiques, toutefois certains compléments alimentaires peuvent contenir des substances
dopantes et/ou dangereuses et donc être à risque pour le consommateur.
Cette étude a pour but d’établir et de prodiguer différents conseils nutritionnels destinés aux pratiquants
de sports de force selon leurs objectifs et d’orienter ces derniers dans leurs choix de compléments
alimentaires. Les professionnels de santé comme le pharmacien d’officine se doivent également de
prévenir et d’informer le sportif du risque de dopage possible au travers des compléments alimentaires et
des médicaments disponibles en pharmacie.

MOTS CLES
Sportifs
Musculation
Nutrition
Compléments alimentaires
Dopage

JURY
Dr. GOUDABLE Joëlle, Professeur des Universités – Praticien Hospitalier
Dr. CARTIER Jérôme – Pharmacien titulaire en Officine
Dr. ASSENDAL Abdallah – Pharmacien adjoint en Officine
Dr. HACHICHI Ruchdi – Médecin Généraliste et Médecin du Sport

DATE DE SOUTENANCE
Mercredi 27juin 2018

ADRESSE DE L’AUTEUR

33 route de Paris - 03460 Villeneuve sur Allier

180

FEKIR
(CC BY-NC-ND 2.0)