Vous êtes sur la page 1sur 92

/"- r

)o v14t14qtte

Advanced Dungeon et DragonrM:


Les jeux Olympiorques

Cette aventure burlesque confrontera 4 à 6 joueurs de niveaux 2 à 4 à la nation


la plus décriée et néanrnoins incomprise des Ro1'aumes Oubliés r!',
llOu\ AVnn\ nOrrrrné: le- orques.
Voilà enfin ur.re occasion de les comprendre, de les aider et de faire la fête avec eux !

Legend of the Five Ringsrrt : Le pacte


Eurergé des Shadou' Lands, ce périple entraînera vos joueurs dans une nllsslon
un peu particulière : escorter coûte que coûte un irrdividu à la fors tascrrr.rnt,
perfide et vrairnent détestable..

Château FalkensteinrM : Adriana ou le loyau de Capri


Cette aventure s'adresse à des joueurs moyennement expérimenttis Llui
n'hésiterons pas à s'exposer corps et âmes aux frissons que peuvent procr.rr.t:. lr
plus grande vente aux enchères du siècle.
lls auront ainsi, tour à tour, la possibilité de voler (ou sun eiller)le jovarr le' 1.1-r.
convoité du monde; cotoyer des personnalités hautes en couleur ; percb.r ,r lL,Lil
des intrigues diplonatiqlres ou encore tomber éperduement amoureLl\...

VampirerM, la Mascarade : Neiges


Ce cauchemar nocturne vise des joueurs expérimentés qui, pris au r.r'liiieri
d'une igr.roble rnachination, chercher.rt à découvrir ce que cachc la I'illc errrrcig,:.
de Chicago. Quand le feu et la slace se rencontrent... il en reste des soulttrir.
souvent impérissables...
€di+o
ff imensuel ? Euh... Quel mois on est dejà, jai un Nous attendons toujours avec impatience vos
l\léger doute là...? Ah oui, quand même: mars. remarques et suggestions. D'ailleurs, un jour viendra
.l-l Dis donc. on était pas censé sortir en février ? où nous aurons la place de passer vos lettres
C'est bien ce qui me semblait. enllammées, et ce jour n'est pas si loin, alors n'hésitez
Bon les gars vous êtes prêts ? Parce que là il va plus !

falloir que I'on présente nos excuses.


Serait-ce une coincidence ? La grande roue du
Oh cher lecteur, ou chère lectrice d'ailleurs, puisses- hasard trounerait-elle en notre faveur ? Ou plutôt
tu nous pardonner, nous qui nous sommes I'intervention des puissances occultes toujours à
fourvoyés. Nous qui nous sommes abandonnés à la I'ceuvre pour semer le doute et le confusion ? Quoi
luxure en jouant aux jeux vidéos (fanatques de hral qu'il en soit, au moment où nos vénérables
FanusyVllrÀl comptez vous !) des nuits entières plutôt inspirateurs, Casus Belli et Dragon, déclarent
que d'écrire nos scénarios. Oui nos avons pêché, officiellement ouvert l'année de l'Orque, et au
mais écoutes le claquement du knout qui tente de moment où Pierre Fulla commente avec brio les jeux
nous ramener sur le droit chemin, écoutes la douce olympiques d'hiver de Na-ga-no, nous vous sortons
litanie de mes {rères à genoux qui se flagellent en un joyeux mélange des deux : les jeux olympiork
criant .'MEA CULPA ! MEA CULPA f . (pas d'hiver cette fois), un scénario pour AD & D.

Bien, après cet intermède musical, nous vous disons Lunatic Asylum sur le Ouaib, ça existe. Je sais bien
à tous un grand merci. Un grand grand merci, car si que cette affirmation, qui n'est pas étayée par un
vous lisez ces lignes c'est parce que vous avez été faisceau de preuves matérielles, peut en laisser
(suffisamment) nombreux à acheter notre premier certains totalement froid. : "Ranapété, j'ai même pas de
numéro (toujours en vente soit-dit en passant) et connexion à interneteeeee /" Soii. Néanmoins, il existe
que cela nous a permis de récolter assez de fonds quelque part dans l univers connu une poignée
pour que vous ayez ce splendide numéro 2 entre les d'hommes et de femmes résolument différents des
mains. Merci à vous, lecteurs, d'avoir oser dépenser dutres et qui parlent un langage étrange : 'tnin, j'ni
35 francs pour un malheureux magazine inconnu à choppé trois super images gifs àe Clnpi Chapo 2ncl ed.
I'air louche impossible à trouver en librairie. Merci à sw Ie Net, trop fort !"
vous, vendeurs, de votre soutien, de votre patience Pour ces rares privilégiés nous avons un site qui les
et de vos chèques pas en bois. Merci à vous, entraînera dans les profondeurs de notre asile de
critiques, de votre accueil qui nous évite la pierre fous préférés, Lunatic Asylum. Un voyage au cceur
autour du cou et I'eau froide de la Seine. Merci, de I'espace et du temps qui transformera pour
jeunes aliénés, d'avoir souscrit un abonnement pour touiours ceux qui l'auront effectué. Les
notre fabuleux magasine. Préparez-vous à recevoir pensionnaires (nous ?) n'auront de cesse de vous
les centaines de millier de letires d'amour qu'on vanter les mérites des horizons lointains, où leur
vous a promis. Merci à ma mère pour les crêpes de imagination débordante d'histoires mirifiques vous
Ia chandeleur (parce que moi i'aime bien les crêpes transportera par Ia grâce de Ieur prose.
au suc ,.

Donc surprise, il y a maintenant quatre scénarii


dans Lunatic Asylum. Cela fait un de plus que la La rédaction
dernière fois, vous voyez que finalement cela valait
le coup d'attendre un mois de plus. Au niveau du
choix des jeux nous allons essayé de cadrer comme
suit : deux scénariis pour des jeux phares, tels que
AD & D, l'appel de Keutulu, ou Star Wars. Un
scénario pour une nouveauté toute chaude sortie du
fourneau (on sait que notre nouveauté de ce
bimestre, Legend of the Five rings, sent un peu le
réchauffé mais bon...) qui sera Kindred of the East
dans le numéro suivant. Le dernier sera consacré à ,. ;È;
un jeu qui nous fait plaisir même s'il n'est pas .,.-*\\
forcément très joué, un peu comme Château
Falkenstein qui se trouve dans ce numéro. tulesg>
oulù!Y/a æ-
lN4eiÀù{cs.6 I

r^Àis KgsK€ çÀ,


P\E rÀ-|EDrrs)

,2 .ttl.\ .1,1 ré Vaiù "ri:l


,- Ê_r_-,,

rT-l-
lM"
Les Je.ux Olyv^pior"g ,"es
flve r^tis s e me r,ri
Ce scénario s'adresse à une compagnie d'aventuriers (4 à 6 joueurs) de niveaux 2 à 4. Mesurez bien leur puissance et
assurez-vous qu'ils disposent assez de points de vie pour survivre à cette aventure. Evitez les classes extrêmes comme le
paladin ou le ranger car ils ne pouront iamais accepter ce type d'épreuve ou alors préparez-vous à un changement de
classe inopiné. Je sais, c'est un peu réducteur mais pour pouvoir participer à I'aventure il faut avoir I'esprit large. L'action
se passe à Noël et tout le monde fête le Gros Barbu et sa brouette magique pleine de cadeaux.

Glis+er Instaurés depuis son avènenent, les Jeux Olympiorques offreni ainsi
I'occasion au peuple orque de se rassembler et de régler les différents
Cette aventure est sensée se dérouler dans les vastes Terres Grises du qui le déchirent pour les quaire années suivantes et ce, sans avoir
Thar. Cette région désolée des Royaumes Oubliés rM est faiblement recours aux armes. Tous les clans sont alors présents et dans l'euphorie
implantée par les humains ou toute autre forme de civilisation. des jeux, ils oublient leurs rivalités tribales dans un sentiment de con1-
Il n'y a qu'un seul avant-poste humain lortifié : Glister Ceite commu- munion raciale. Les orques forment alors des groupes sociaux doit le
nauté a pour unique raison d'exister le commerce de pierres précieuses but est purement revendicatif. En effet, le classement final de cette
qu'elle extrait de son sous-sol. Autant vous dire que du phs petit cou- compéiition " sportive " institue alors une éphémère échelle de respect
peur de bourse au plus grand nécromancien démoniaque, tout le dans la hiérarchie orqùe. Le gagnant ultime devait être gratifié d'un
monde iouche sur ceite petite bourgade. vceu que ZURIG devait lui exaucer Mais cette règle devint vite
Nombreux sont ceux qui rêvent de s'emparer de Glister, à commencer caduque dans la mesure oir le tyran a systématiquement remporté cette

iar Les maîtres incontestés de ces contrées hostiles : les orques. C'esi compétitioù.
ainsi que d'une manière quasi permanente la ville est en état de siège Au-delà de toute portée politique les jeur devaient permettre à tout à
mais jamais les lourdes portes de I'enceinte n'ont cédées. chacun d exprimei ses doléances ou celles du groupe social qu'il repré-
Vos joueurs sont donc là-bas pour des raisons diverses. Ils peuvent très sente. Le plus souvent les revendications étaient débiles ou très per-
bien être des pionniers venus ici pour faire fortune, ou des mercenaires sonnelles (comme de I'argent, des femmes et de la bière nom cie Dieu).
qui assurent la piotection des mineurs et de leurs caravanes. Mais il y a quaire ans, les jeux prirent une toute autre ioumure. En effet,
Nous sommes en plein hiver et le froid est intense. La neige a semble- f incroyable se produisit et pour la première fois l'équipe du roi fut
t-il contraint les orques à lever le siège et à accorder une trêve. Pour la vaincue par les champions de l'adstocratie guerrière (les Saigneurs), le
première fois, ils ont accepté de ne pas attaquer les humains durant les Grand Roi ivre de rage (ou d'autres choses) jura sur sa couronne que
fêtes de NoëI. plus jamais il ne perdrait cette compétition. Dans un ricanement sordi-
En attendani, ils se sont repliés dans leurs sombres collines. Une agiia- de les grands chefs de guerre le prirent au mot et ie laissèrent à ses
tion intense semble y régner. On ente[d leûs tambouis a des ki]o- angoisses noctulnes.
mètres à la ronde. Des pairouilles de reconnaissance ont signalées un Les joueurs I'aideront-ils a retrouver ses rê\'es et son sommeil ?
important rassemblement. Il y avait une centaine de bannières repré- Croyez-vous qu'ils en sont waiment capables ?
sentant des t bus issues des régions les plus reculées du Thar. Même le Regardez{es bien. Si au boui de quelques minutes, vous doutez, allez
roi des orques était là. Décidément quelque chose de terrible allait se à la page 72 et failes un Vampire.
préparer...
CHAPITRE UN:
Les jetrx ()lyrnpio '^ques JE VOUDRAIS ETRE AILLEURS (1ère partie)

Quittons ces bribes de civilisations pour nous intéresser maintenant à Scène un : Un mauvais plan
lâ -ieule naiion à avoir survécu durablement au sein de cette contrée
inhospitalière et même à y avoir " prospéré ". C'est Noèl. Apiès ùne dure journée de labeur où les joueurs ont escor-
Les orques sont des êtres violents, paresseùx ei à fori potentiel repro- té une caravane jusqu'aux frontières du Thar, ils s apprêtent à rentrer à
ductif. Depuis toujours, ils sont des adeptes de I'accouplement sauva- Glister Mais surpris par une tempête ils sont obligés de se réfugier
ge. En effet, le machisme est dans cetie société une vertu absolue et le dans I'abri le plus proche. C'est ainsi que, rapidement, ils paNiennent
culbuto est un vériiable sport national. Sans le moindre ménagement, à un relais postal qui fait aussi office d auberge. Il s'agit d'un petit bâti-
les femelles sont secouées comme des pruniers par le premier venu et ment colonial enfoùi sous la neige, qui semble avoir soufferi de maintes
traînées comme des sacs à patates d'une grotte à I'autre. attaques orques. En effet les volets tiennent à peine debout et la porte
Bien sflr, quand les grottes sont pleines à craquer de marmots et qu il y d'enirée a été plusieurs fois rafistolée. Malgré cette ambiance désceu-
a plus rien à manger, les orques vont chercher ce qui leur manque chez vrée, des sons de fête parviennent jusqu'aux joueuN. Ën effet une cou-
leurs voisins, ]es humains. ronne de gui a été placée au dessus de l'entrée et ces derniers réaiisent
Certes, les orques sont d infâmes pillards, pas beaux du tout ; néan- que la tradition du Cros Barbu a même été respectée dans cette contrée
moins, ils sont de caractère très joviai ce qui les pousge natureliement à des plus reculées.
faire la fête. Ces festivités font souvent le prestige des clans qui les orga- Porrssés par I'envie de se réchauffer, plus que par celle de faire la fête,
nisent et sont le prétexte à des compétitions oil s expriment les valités ils se précipitent alors sur ia porte et l'ouvre soudainement.
politiques ou idéologiques. Immédiatement, la foule qui est à l'intérieur se lève de table et lance un
Tous les quaiie ans se déroule la plus grande d'entre elles, celle du chef " Aaamtrnh " de soulagement suivi d'un inexplicable " Ooooooooolr " de
des Lancenoires, ZURIG, le puissant roi du Thar, l'omnipotent maître déception, puis tout le monde se remet à table.
des races maléfiques vivant dans ces contrées.
Les dessous de I'affaire En un mot, les joueurs débarquent dans dans la région. Én effet, cei:'.:iement
Glister est Ie genre de ville dont l'existencc et la prospéri- une salle pleine à craquer oil s'est réunie est toujours resté iner.pliq'.l : :.. peuF
té ne tiennent qu'à un fil. Et il appartient aux orques de le une douzaine de familles de pionniers èire qu aprè5 tout. ils féten: .:...-: ie Croc
couper Jreu pardon, de i'arracher - le jour où ils seront décrdeesa iaire la fète et oublier ieur Barbu ?

s'entendrepour constituer une selrie et même force dévas- nisérable coldition. Oubliez le .ôte D'ailleurs s'ils discutent a|e. Iaubergiste,
tatrice. Alors ce joùr là, Clister sera rayée de la catte du épique et hollywoodien du Moyen-Age, ils apprendront qu'un important groupe
Thâr et les bârdes viendront larmoyer cette funeste tragé- la réalité ici est implacable. Ils mangent de paladins rôde dans le coin. 11 serait
die 5ou5 les balcons deç donzelles de ld hdule tous conrme des porc-. bavenl, arà(hent. constifué des plus fines lame5 \lue comp-
Conscients de cetie perspective, les noiables de la ville rotent et \e balancent vanne. et victuaille5 te ld region. Le tenancier ne pourr.l s em-
de, iderenr de suivre le vieil àdate d'\'5er pour mieu\ sur la figure. Cette pièce sent le fauve, pècher de rajouter avec une certdine fier-
régner' etdesejouer de la légendaire sagacité des orques I'urine et l'alcool bon marché. Tout le té que les orques n'oni qu a bien se tenir,
en ies plongeanf dans une guerre civile sans précédent. monde sue à grosse goutte et latmosphè- ces jours sont certainement pour eu\ lec
Ainsi, poù ne pas rater leur coup, sinon les représailles re est irespirable au point qu'on oublie ia derniers.
seraient clures à digérer... -ces charmants notables tempête au dehors. Au moment le plus propice, on ftappe à la
envoient un émissaire aux poches pleines dans Ie royau- Rapidement, I'ambiance repart de plus porte et immédiatemeût tout le monde se
rne des agiiateurs professionnels, des manipuiateurs, des belle. L'orchestre se remet à jouer et, à la fige. C est alors que laubergiste prend la
comploteurs, des fourbes, des tueurs quituent: le zentha- plus grande joie des enfants, une chenille parole et s'écrie, faussement surp s : " A/1
rim (comme si vous ne vous en doutiez pas I). Cet émis- endiablée reprend sa route au milieu des bah, çn nlor, le. enfanl,. . '.t I'oncl...heu, ie
saire a pourmission de contacter Manshoom en personne tables. aetrx dire, ce doilêtre le Gtos Bnrbu !".
pour obtenir le meilleû service possible et ce, contte une A peine les joueurs oni-ils fait tur pas qu'ils Et là tout se fige. Il n'y a plus un bruit, rien
rétdbution sonnanie et trébuchante. sont emportéc dan.la tourmente. Les gobe- L,rubergste :e rapproche de I e"free ei se
Pari gagné (vous avez dit bizarre l), le zentharim leur lets volent au dessus de leurs têtes, les saisit de la poignée.
enverra la crèmedes crèmes:l'agent Moon,Mhee Moon. vieilles leur pincent les fesses en rigolant, Tout le monde le regar.le )\', c Line certdi-
Ce nom ne r.ous glace pas d'effroi... Vous riez..- VOUS les fillec.oni hyrterique5...et ler,r. fiances re excitahon.
\E DEVRIEZ PAS I jaloux.
Car ses méthodcs sont réputées. La preuve, quelques Si il\ cheKhent à sà-seoir. ils pourront Souddin la porte - oulr. ar .. ir. .a: êcra-
jours plus târd, il s infiltre dans la cour du grand Tharkul trouver dec plaLes à la tablee d'une famil- sant au passage le fau\re aubergiste
et obtient un appui de choix : ie chaman royal. Ensemble, le qui les accueillera volontiers el leur contre le mur Un grar.-1 .arbu, tout de
Lls élaborent un shatagème qui resiera dans le plus grand proposera de partager leur repas. Celle-ci rouge vètu. role . .r. \.-- Piece et
5ectet.,. est constituée d'un couple d'âge mur (uû sécrase lourdemelll-ur -. : I ,lrec lous
Sâchant que le Tharkùl recherche une équipe d'athlètes homme à moitié.hàuve et ventrjpotent; res cadeau\ La perrgqslç de ce dernier
qui donnerâient leur vie pour lui (donc introuvable), ils une grosse dame à la poitrine opulente esr ensanglantee et .J. _: i: demier
projettent d'exploiter les taients des humains pour sur- qui prend la moitié de la table), de deux souffle, il lâche... "/oyers! -r:,
monter les épreuves meurtrières des olympiorques. fillettes rachitigues (mal elevées et au
Le marché conclu, le chamân royal s en frotte encote ies sourire ruine par une rangëe honible de Lmmédiatement, un cri de -r:i-'eur enva-
pâluches et rit à gorge déployée de ce complot si intelli, chicots baveux) et d'une grand-mère. hit la pièce. Un orque vien: :1" pa:5er le
gemment pensé. Mais conune ditm vieil adage 'rirc ûiar 4ai Ce qui va se passer à table est tres parti- pas de la porte. Il avance r ers le Grand
culier. En elfet, c est ]e dernier Noèl de la Barblr et lui écrase 1a tête de -.on pied
P.5.: ' Le tlicfionlqile des prcïeùes est dispanible à la ftdac- mémé. Cela fait plusieurs années qu'il en botté et tout crotié. C es! un ."1( :ie, il est
tion de Lunalic Asyluû1 " . est ainsi, au grand dése.poir de ses herj- couvert de peaux de bête et cle olaques de
tiers. Celle-ci esi presque centenaire et métal, sa peau est noire, srrn reÉlard est
Mhee Moon tremble comme une feuille. Elle bave. Elle sanguinaire et brusquement il pousse un
est j8noble et.rlfreuse dvec tou\ ceu\ clui hurlemeni qui terro se I assemblé€.
Est n agent exhêmement ruse qiri connaîi admimblement Ientourenl. Cest une my(hom,rne elle
bien son métier. Denière cet air chétif et irrité se cache un agi- paile toute seule dans son coin et elle Regardez bien vos joueurs. ils sonr éner-
tateùr professionnel, qui a à son actif une bonne cinquantai racontera des histoires pas possible ves. II5 braillent, il! vociferent, ils vou-
ne de rebellions et de coups d'état. comme quoi elle est maltraitée par des draient tellement agir Faites durer la des-
ll est fortement extraverti iI paile tellement avec les mains enfants indignes et que tout le monde en cription par pur sadi.me. Atrirez leur
quil lui anive de clâ+rer son entouâge. Il a un ion empha- ! eut a son ma8ol (çd vd en inléresger (er- attenhon sur sa poitrine |eiue. se5 jambes
ti$le et une suscepiibiliié pénible ei exubérânte. De ptus il est tâin5). Dès qu on lui pàrle ou qu on s inlË- musculeuses, ses naseaux dilatés par le
mielleux- resse à elle, elle se met à brailler et jette ou froid, son casque recouvert d'une fine pel-
Il est à fond dans le personnage qu'il sest cré. C'est un pur crache cur les joueurs lout ce quon lur licule de neige..
mythomane qui se prend pour le mal incarné, l'ombre qui pré-ente à marger. Laissez vos joueurs Et dussitôt les ! itres des fenètres volent elr
rampe detière ses ennemis et qui hante leuJs nuits. agir comme ils le sentent, après tout, elle écidt. Dduires Orogs font irruption au
mérite bien une baffe. beau milieu des festoyant.. et là enfin
Sa phrase préférée : Vous êtes entièrement libre d'improviser vous Pouvez lancer le mot magique :
'Ptuto1 t lit tr ttn.. i tûr., I'r asp- tticnbnmllù la ! àm9l cette soirée. nednmoins si les joueurs di--
, INITIATIVE !'.
conltne une nûuche. Regarde tto pauce, je t'écrase contme ça, cutenl avec les autochlonec ils appren-
Hiil I Hitl ! Même Ws lu cries, q 'o1i t'ente dns." qesatsc'€fit dront que, comme tous ies quatie ans, les Allez-1 .q19r votre Lonscience. il y a dec
étrange mais il est comme ça). orqùes ont cessés toutes activités hostiles enfants, des families et des joueurs...
Lâchez-vous sur ceux que vous déiestez le Une silhouette sort alors de I'ombre el ù11 vieil
plus. La rédaction de Lunatic Asylum retire orque apparaît. ll est vêhr d'une rcbe mauve
toute responsabilité sur ce qui va suivre. en lambeaux et de toute une panoplie de brc-
Les joueurs ne doivent avoir aucune chance. loques qui tintent (nâchoires de nains, crânes
Gonllez les orques, grugez sur les jets de dés, vere et ftême une
de piafs, plumes, perles de
faites-vous plaisir : les maîhes de jeux ont bouteilie vide d'alcool bon marché), la cou-
droit ausci à leur Noë|, ne croyez-vou< pas I leur bleuiée et orangée de ses tatouages zoo-
morphiques contrasteni avec la pénombre.
De toute façon, ils finiront assommés, ligotés, Tout en rccitant une étrange litanie, il fait des
voire même humiliés et ils seront emmenés gestes sacrés ei égorge cle ses dents un rat et
vers leur sombre destin. asperge les joueurs de son sang.

Scène deux : Le contrat Pendant ce rituei les joueurs remarquent la


présence d'une autre pe$onne. Celle-ci est
C'est au bout dtÙl certÀin temps que le5 Pjs tapie dans l'ombre mais à en juger par sa sta-
repr€nnent connaissance. Ils sont debout, le dos turc, ils sont en présence d'une machine de
au mur, les bras et les jambes maintenus par de guerae.ll en suit un long moment de silence
sotdes chaînes. lls ont mal partout ei tandis pendant lequel les joueurs se sentent obser-
qu'ils cherchent à se débathe, ils sont gagnés pai vés par un regard intense et pénéhant. Puls
un vertige interse qui leur dorure envje de r omir d'rme voix caverneuse pousse un râle de conten- nallrurenses: la prenirc rle chaugcr d crlipc. cc
Ils sont dans la pénombre, probablement dars tement et déclare :" Mmmh, ce sant de belles bêfes. qui nr'oblige à fie lrcttet en présetlce tlcs
une gTotte et le ftoid leur lacèrc la peau. Ils trem- Ta nngie a
t'ait des nriracles !
" itn'trcnàe: crenltre- qrx ,,oir. alr.. la dc \i( rc
blent de toute part et decouwe rapidement qu'ils Le vieillard s'approche et visiblernent llatté il est que ditls utl ercès de t'u eur notre ûnû able roi
sont nus et que leuJ corps est éhangement bour- rajoute : " Merci ser'.gleur, rcgartlez-ntoi çn ! Ces a jurcr sro sa couro ne q 'il gagrc:,nit les pr1
souflés. Ces demiers dégagent une odeur épou- gras doîgfs b011di11és, cet eil gla q e et ce pél1is clntn, jctÀ.ll du,c ilioÆ r thoi,t pow i ripti
vantable et leû ventre semble être sous I'empri- minuscule, c'est pas d'la merde ! " sefiter. N'esf-ce pns une ûlerucilletv idée et u1
se d'une bruyalte mutaiion. A la réflexion s'est Et tandis qu'il parle, renifle, tripote les Pjs gra11d honnelo' ? Vous aaez d0 c fi10i1ûena11f la
toute leur anatomie qui semble se hansfomer comme de la vuJgaire marchardte, ceq demjerq choir. Partez et paus serez tué sin'efirctt. Restez et
décowrent à la lueur de sa iorche, qu'ils sont des uous sttotorez pe lAtl? et retrourte rcz rtot rc appn
Avant qu ils ne posenL des queslions, enchainez orques ! rence lépugrunfe. Et nlii tenifit qle fio s nr'011s

i-ûunédiatement avec ce qui suit. (Note de la rédaction : SW envoyez-nous un bien discuté. le uais aous laisseL le lenps q e la
mail de leur réaction.) thogue fasse son effet. "
Soudain un feu s'allume et ils sont plongés dans Et il s'en va tandis que les joueus sombrent dans
une semi-obscurité. Tout autour d'eux ils perçoi- Prenez un ù supérieur, soyez mépdsant dans le le sommeil.
vent les contours de ce qu'il6 considèrent n'être fond c'est p€ut-être un chaman mais c'est avant
qu'une Fotte. L'environnement est oasseux, rcur un orqne.
teme et opprcssant. !.all est rapidemmt enfu- " Mtnfi11 't)olts ne àilestez . . .
le Ie sais.'l ous aune
mé, il leur pique les yeux, le nez et la gorge. La riez ne tuer . . . (il approche son visage). Mars f. La transformation :
sentew âcre de I'encens s'élève alors dars la ne oous conseille pns tle le t'aire ou jnmais tous ne Comment le chaman a-t'il pu réussfu une telle
pièce et leur monte à la tête. C'est là qu'à Ia lueur retr7uûercz',)1trc 0lparellce origillelle. Il est ituli- prouesse ? C'est un mystèrc si épais qu'il n'y a
du feu ils constatent que lew co{ps est rccouvert le de clrctcher à t'ors enfrLir. Ën ce nonaù des que Mhee Moon qui en connaît la recefte. Tout ce
de ce qui leur semble êhe un Iiquide vert et nilliers tl'otques se rassenblenl au dessus tle uos qui compte c'est que les joueurs savent désormais
graisseur. tètes. De ll|b. rous rtt cottttiettdrez. 4rr' s/ .i'//. parler l'orque et que le sortilège dont ils sont l€s
rctatttliez à la cii,ilisati1ll s?us cette f1tne, L)os viclimes eçt à l épreuve du temps lsauf bien sùr
col1frèrcs lous ftserLteniefit n1 accueil to|t d'un sort de Dissipation de la Magie). Cependânt
pariicrlier (Là il prend du recul. Son air est plusi€us questions doivent bnûler les lè"!:r$ de vo6
plus solennel). Vous atrez l'ltonnert de parti chers ioueurs.
ciper dans qtrelqrcs lrctues aux plus grandes . Je suis un magicien, où est mon liwe de sort ?

festirtités que notre peuple a orgafiisé do1$ les Réponse : Tu lâs plus. Il va falloft faire travailler
telrcs dlt cllaos. T0r$ Ies qwtrc atls se dérorùe tes petits muscles au lieù de tâ grosse tête (on a
t1e épreu'le qli efface en appalence fios riuali. jamais aimé les premiers de la classe).
tés de clans. Cette calnpétitiotl iaait jusqu'ici . Je suis clerc, où sont m€s symboles ? Réponse :
potu buf de faû'e entelltlre les pattis les plus T'en â plus mÂis ton Dieu t'écoute quand meme.
defntori.e. dc nolrc qalian. En eflet l ëryipe Cependânt attention aux miracles pendant les
remportatlt ce totu tloi se ooViit ath ibtlé nl ae épreuves : crest mal vu {1 chânce sur 8 de se faire
deaillt êtrc enucé pûr Ie rci e pers7n1rc. El griller et à moins d'êhe le roi du pipeau tu vas
taus les quItrc ans cette épreu,Je ët|it rc 1pottée finir sur un bûcher).
par l'équipe clu rli. Mnlhe rc set eût,lots.lcs . Quelles sont mes noùvelles caractéristiques ?

derniers jets, cette inùattable équipe a potû la Réponse I On a une CA de 10; +1 en FOR et -2 en
premièrc fois de sal1 histoire connue ln dëfaite. CHA : on a l'infravision sur 18 m.
Celle-ci poussa Ie roi à prendre deut décisions
ments principaux. On y rehoùve tout ce que ces qui, n'est déjà pas très reluisante dans les
régions désolées peuvent comptei comme " contrées clu TIIAR.
exclus " et comne " hférieurs ". C'est sous de En effet les disclples de ce cultes ont une appa-
véritables petits chapiteau-\ confectionnés à la rence unique qui fait que lon ne peut guère se
va-viie que s'installe une population mêlant tromper sur leuj nahEe et qui proloque égale
toul à tow des esclaves, des vagabonds, arnsr ment un dégoût - voire ù1e \'éritable peul
qlre r,'UtÀ iorle- d abominâhons nee- d ruion pânique - cllez tout ceux qu'ils approchent. Ils
inter raciales bien souvent contre nahùe. sont vêtu de lambeaux et leur chair est en état de
Au (,'rrr! dc: dr\ er\$ édifions précedente! de: décomposition avancee. Ils n'ont pas de bouche
festivités, c'est créer au sein de cette petite com- car leurs lèwes ont été cousues en signe de dévo-
rnunaÙté lrne véritable cohésion qui s'est surtout tion et d'abstinence enveF leur dieu. Ce fait les a
manifestée par I'apparition d'un culte proche de obligés d'ailleus à développer leur chant reli-
ce que nous connaissons comme étani sous le gieux a partir de marmomemmts divers et
célèbre nom de vaudon. autres gons rauques et Suttuarrx.
I1 vfuèrent ies espdis des dieux des races gobli- ns portent des gants découpés dans de la peau
noidesinférieures. (Certainesmauvaises langues humaine ou elfique ce qui donne à leûrs mains
Zurig, chef de la Lance Noire : vous âffimercnt que, s'ils ne r'énèrent que des une couieur blanche conune la craie.
Cela fâit quarante ans quc Zu g est à la iête des espits, c'est tout simplement pârce qu'un grou- Certains portent des masques, façon " Ma'snr,t n
Lnncenoires. Quar:lnte âns qu il règne sans partage pe d'aYentu ers sans scrupules aurait fait un la 1|onçonneuse " ou des " armures " en peaux
sur le ierritoire Ie plus vaste du Thar Quarânte ans càrion dans leur panlhmn iJ v a queJques amees séchées.
que les autres chefs de guerre, pujs ses propres fils de ceia) durant des cérémonies pendant les lls so11t complètement putrides et visqueux ce
i€ cassent la iête contrc les rochers pour trouver quels ces deniers possèderaient le corps de qui fait qu'au moindre choc ru1 tantinet violent
rrc sohtion pour l11ettre fin à ses jours. Car Zurig ieurs fidèles. qu'iJs endure ça gicle de parlour (on en a mème
c\l ccftain€neni lêtre le plus horrible qui ait existé Orchestrant avec magnificence ces cérémorues !'u perdre des membrcs dans l'opération). Cela
J,rns ccs sonbrcs contrées, mais c est aussi, par sa lon- ou lalcool couie à fiots, les gobelils se sont pourrait pamître anodin vofe comique si ceia
!é!ité, une l*ende. imposés au fil des années comme les véritables n enhaînait pas des risques de bransmission de
/jrfiq 1r' rlt]/r .t1)tlntll , Zlti! l. tt10rl i)il\1tit', dfiteants de cette caste. C'est donc tout naturel- maladies normales ou magjclues (putréfaction
lni;.lL rlani lntll , Zrriq /f slrJoil'nrf'. Tous ceux lement que ce sont âù qui la rcprésenie au cou rs accélérée ou cf soit de Clerc niveau 3 :

qùi parle dù grând Thârkul en ces iermes se des épreuves. Contamination).


Jcniândent bien commeni a i il pu résisterà auiant Ils portent un chapeau haut de forme avec une Les représentants de cette équipes sont nom-
d attentais conire sa personne. plume, une veçte noire en queue de pie, ainsi breux car pendant ies épreuves iis perdent
Les coups de couteaux ne se conpteùt plus, Zurig que des binocles fait d'un cdstal noir au havers régulièrement do doigt>, un æil. une mdin,
est r.rne véitable passoire, le poison qu il a bu ne se duquel il ne voient en fait pas grand chose. Ce voire la tête. Leur amusement préféré lorsque
.alcule plus en ceniilitre mars en gallons et à force sonL quand à eux, des esdaves du grand peuple I'un de leurs camarades meurt est de jeter son
de sc prendre des coups de massues et des blocs de orque.,.equise voit a leur alluJe maigelette qui cadawe sur leurs fans qui détalent immédia-
pielre sur le crâne,le sommetde celuici en est iout laisse appaiaître leurs côtes. tement des gradins.
nflati.. il y en a même qui s ékrnne de la j€unesse Ils sont réputés pour leur pouvoir diabolique car Leur but avoué est de fonder une théoqatie sur
'l' -) p..rL mai- il lrut dire qu il r'en e.l pd. r .on il5.rpportcni l,r poisse (tu' leurs ad versa irer gràce le pdncipe de la sainte puh-éfactior! car pour eux
prcmicr bain d acide et encore nous ne savons pas à toutes sortes d'artiJices dérivés de leur culte il n'y a que la religion qui peut sen ir de vérihble
.e qui se passe dans son Lit... (des poupées, des ossements de poulet, des ciment à la nation orque et la crainte d'un dieu
pattes de grenouilles. . . ). Ce sont roublards et des rn',t n, ot n,, fri,lo
'i..inr
fins sÂboteurs. Ils sont entourés en pennanence d'une aura
I erû but L,lIiciel e<t de gagner les ieur pour am+ équivalent à un sort de nuage puant
Les ieux : les équipes : liorei leur sort et êhe mieux considérés et ce For : 5 ; DEX : 14; CON ; 10 ; INT r 9
grâce à leurs pouvoirs magiques ". Ils caresse- HD.5ipvt24
\ous alJons vous présenter ici touies les équipes mient également le fol espoir que leur religion
rlLli vont seproduire cette ainée aux jeux. soit enfin reconnûe par la nation orque. Les Saigneurs:
ii serait virhrellement impossible de les classer FOR : 6; DEX : 15 : CON : 8;INT : 13; HD : Ils représentent I'image ia plus primairc de Ia
selon ull cdtère qui serait commun à chacune 1+1 (et oui ce sont des champions); pv I I nation orque. Ils sont jeunet moches, vaillants
d'elle cat tout simplement, il n'y en a aucrm. (mais sans plus), ambitieux (si cela ne représente
C'est donc dalm ur ordre, à l'image du peuple Les Pourris : pas hop de nsques), conquérants (enfin.. pas tès
orque, c'esi à dire, chaoiique, que vous seront Cette équipe, tout comme la précédente a une loin quand même), brutaux, sans pitié (quand ils
exposés les participants. vocation religieuse impo.tante. Elie est com- sont en nombre suffisants), sans la moindre once
posé uniquement de demi-orques adeptes de de conscience (ni de cervelle non plus).
Les Vaudous : Yurtrus la Main Blanche, dieu orque de la En fait ils composent ce que I'oni pourrait appe-
Çous ce num assez évoLateur se cnche lrne equi- mort et de la maladie. Ce dieu, rejeté par le ler la jeune aristoqatie guerière.
pe composée de gobelir1s seùsés rcprésenter une peuple orque dans sa plus grande majorité, C'est pendant les nombreux siècles de raids sur
des classes les plus défavorisées du THAR. En demande à ses sujets une loyauté et un lp" region" entourant le TFIAR qu il' sesontenri-
ef{ei toùs les quatre ans c'est une véitable courc dévouenent sans failles ainsi qu'un lalsser chis par le meurhe et le pillage. Ce sont des purs
des mirâcles qui sinstalle à I ecart des campe aller complet,ru nr\(àu dc Ihygiène d..vie ei durs. Ils veulent faire peur, crier, boire plein de
bière et érucûer hauf et forf à la face du monde de lhssistance (er ce aû grand dam de la pauvre
q\\ls \o\i tDùt cassÊI. \ictNe qui so\s {âute de r:re pas répoldre sua
C'est dans le but évident de monûer à tous leur mis au ban de l.r -ociete pouJ le re\te de ld 5or-
force et leur supériorité qu'ils pâfticipent aux ree). L.r plup,rrl du tempc ce .onl \le\
jeux. Ils n'ont den à demander de sÉcial au ror phrases et des mois d esp ts qu'ils ont gla
si ce n'est de continuer à s'adomer à la sauva- ner ici et là et qui avec le bouche à oreille se
gerje et a ux brutal tés quileur sont coufumières. sont déformés au point de ne vouloir plus
L,eur equipe est constitué d Oro85 et c'est 81à(e rien dire.
au fait qu'ijs ont engagé alu demiers jeur un FOR:9; DEX:13; CON:13; INT r

merrenaire ogre qu'ils ont rcmporté \esdemieÊ HD:2 ; pv r 14


et provoqué la maintenant légendaire colère du
roi, En effet ce demier à réussi à faire gagner son Les Sans Tâches :
equipe à l'épreuve fiûale du concours de baffe. Voici le temps venu de vous présenter le
N'barsh, car cette éructation lui sert de nom, est parti, le plus conservateur et le plus puritain
donc devenu une sommité au sein du TFIAR et que comraisse le peuple orque.
est maintenant adulé par les foules. Beaucoup Ce véritable culte présidée depuis peu par I'rur
pensent que cette annee encore il pou-rrait faire des fils de ZURIG prône l'abstinence sexueile, la
basculer le cours des jeux. non violence ei la ferverù religreuse. Ses deux fils :
For:18; DEX:4; CON:16; lnt: 10; Cette nouvelle secte qui s'est érigée contre la
HD:3ipv:18 repioduction sallvage, source du mal orque . Un pctit ûaigre à grosse têie. Depuis toujours
L'ogre: FOR:19; Dex:4; CON : 17; compte de nombreux fidèles et ce srùtoui bien Tieg clétesie son père. Ch:rquc nuit il Ic voit en

INT :3; HD | 4+7; pv | 21 | sûr chez les femmes. Dans ce buL lls ont arnsr rêle gisant à ses pi€ds, le suppliani devani un
embauchés les Muscle- (qui esr eu iair lan.ien- peuple enthousiasné par leur noLrveau rci.
Les Suprêmes : ne éqùpe du ro ) car ranr que l* fenrme- fan Treg est urr requin, il\elrdrait bien ôtrc Tharkul i\
Voilà que mainten.tnt se presente la plus gra- tasment sur leus cam-Ùes, elles se refuse11t à la place clu Tharkul : en grcs il |eut IarÈent ct les

cieuse " et la pius " distinguée " de touie les leur maris et empechent toute procré.tiiùn . fe_ me. lour ... r. \r.'.r pr,
équipes.En effet comrne chacun le sait, les La chasteté est d'ailleurs également un pro- embauciler des mer cenâir€s €lfes noirs \t)Lrs arcr
orques qui aiment à espionner les us et les cou- blème pour les Musclés qui voudraient bien bien entendu, les jeu-\ r'ont êtr. sàlrllirnts l

:*: - ,lc hurnains apprécient tout particulière- pouvoir se taper des fans, comme à la grande
ment le fait de singer les faits et gestes des cours époque. Maiheureusement pour eux, ils sont . Crosavec Lrn petitcrâne, boutonneux et puceau
des plus grards dignitùes de cette race. étroitement surveillés par les cadres de ce à mort. Depuis toujoursJulik déteste son père ei
qui se
Ce sont pouJ la plupa-rt des demi-orques mouvement. ies femmes. Châque nuit il se voit en rêvc au
revendiquent comme étant la nouvelle aristo- l€ but de cette Euipe esi évidemment peEonnel cpnrre d ure rorde de Jellne: ùphcbe.. . r ppr.
qatie du TFIAR. au fils du roi qui Éve de s'ass€oir sur le hône gisant à ses picds, le suppliânt cle lui réleler ses
ûs sont pacifistes (en tout cas si il doit y avoir L'odre religieux n'aura bien sûr rien à y gagner seciets de beauté. Julik esi une roussette, ii vou-
une gueû€ c'est aux ûIanants et aua gens de iout manipu.ié qu'il esi p6r théritier de la couroile. drait êire Thnrkul à la plâce du Tharkrl : en gros

mauvaise naissanc€€ d'y pourvoù) et détestent FOR:16; DEX:16; CON:16; INT:6; il veut lârgent ei les hommes. Pour ça i1 seraii
faire usdge de toute forme de violence. IJs repu HD | 4; pv ;30 prêt à toui, même à entrer dans la secte des
à ces jeux même s'ils ont cnr.l;.he.
gnent donc à participer el
" sub\enlonnerl rch ri de l'cqurpe
obligation de s'y distinguer afin d'obtenir de Les Kroulants : d€s Musclés.

reels stahrts de nobles auprès de ZLIRIG. Voici Le qul e,t -uremenl Iequipe l,t plus me.e5-
Ainsi, aux dénonstsations de forcq qui selon timee de ces jeur.
eux ne mènent à derL ils pÉfèrcnt des joutes 11 est wai que la première impression que lon a
plu,s " spirihrelles ". En effet ils considèrent qu'au en les voyant est assez négative. Tout le monde péûence des participants des précédentes édi-
[eu de voler, piller et se lancer ainsi dans des se demande en fait comment rme bande de tions ils pourraient melL(e la tarùée à beaucoup
luttes stériles et pspétuelles, les or$res nont vieillards si chétifs a pu surviwe dans ce monde de petits jeunots dans la force de l'âge.
qu'à se "civiliser ". Autant vous dire que ces où seule semble régner ia loi du plus tort. Leur but officiel est bien sûr d'améliorer leurs
arguments soulèvent l'indignation de Ja qua:i L expiication est, semble-i-il, que chez cette Ëce, conditiol$ de vie et de pouvoir participer plus
uranimité de leurs congénères. En fait ce soni aussi barbare et primitive soit elle, f intelligence activement à la vie du royaume.
des parias aux yeru de ces demiers mais en et la ruse vieùrent avec ]âge à rnesure que la En quelques nots, ils en ont mÂrre d'être mls suJ
aftendanl gràce à leur ruse, ils ont réucsi à se force physique décline . En effet, même s'ils ont Ia touche et veulent sultout monher qu ils ne
Iairc admetbe dais l'entourage du roi. hoqués la hache de guene louide coùhe la sont pas finis.
Ils sont habillés dans le plus pur style Louis XIV -irnple canne de marthe r's n en 5ùni pd> noins Mais en fait ce qui les poûssent à pÈndre part
avec perruque, maquillage, dentelle, trous habiles et ruublards. aux épreuves est torlt siDlplen1ent qu'ils redou-
tâches et odeurs desagréabies en primes. Ce sont donc des vieu\ tour bareu\ el nl.ritn- tent de moudr et qu'ils voudraient bicn prcndrc
Ils passent le plus clù de leur temps à s empif- chons qui hemblotent de partoui. Mais ce sont connaissance du secret que recor.tvre léhange
frer à d'irnmenses et d'innombrables banquets. surtout de vieux lascars rués, qui font semblant jeunesse étemelle cie ZURIC.
Au cours de ceux-ci iis s'amusent à s'envoyer d'être gâterL\ pour endormir la méfiance de FOR r 5; DEX : 16; CON : 7; INT : 14;
des mots d'esprits assez douteux, dans le seul leus adver-airo. Ce :.nt dc. pro de l*quive. HD:1+1;pv:6
but d aHirer ldfteniion et là grahrude ephémère ils sont hès, hès, très souples. Ët oovez en I'ex
Les Maris Jaloux : comme pas deu-r.En géùéral ils passent toutes les soirées d,rns des fêtes
Ceite équipe c'est crée en réaction au succès cruissant des musclés sù la qu'ils oiganisent entre eux. L'alcool coule alors à flot, les filles sont hystê
gente féminine. Mais avant tout c'est la défaite des cl1ouchous de ces dames riques... Les garçons s en fouient. Ils en ressortent ie plus souYent dans des
qui a poussé leùs mâles à pafticlper aû\ épreuves. Ce sont tous cles orqûes. états lamentables et sont dans une fomle trop limite pour participer aux
Peu importe le gabarit iis sont vidJs avec du poil dans le dos et un kilo de épreuves.
paiates dans le slip. Ils sont odieux, se comportent comûre des porcs et so11t Iis sont souvent habillés de cuir de bovidés et certains mâle trainent en lais-
complètement frushés que leus femmes ne veulent plus d'eux et qu'elles se des cochons éie\,és poù le combat.Comme toùs les jeunes ils n'ont pas
soient assez bêtes pour suivre les conseils des Musclés. Ils ont donc plâlltés de buts propres si ce n cst cle faire la fête et de rejeter la société que les
leuts carrioles au milieu du campement et passent leurs jorunées à sii: anciens ont établi..
fler des verres d'hydronel aiomatisé à I anis iort en engueuiant ou en FOR : 8 ; DEX : 13 ; CON : 12 ; INT : 3 (ils savent à peine parler cor-
foutant des galoches à leurs " rectement) ; HD | 1+1; pv i 6
mioches ".
Leur but officiel est de pendre les Les Elfes noirs :
Musclés afin de reconquérir leurs Représentent la sur?rise de ces jeux
belles " . apres l'ogre d'il y à quatre ans. Treg
Leur but officieux étant de s'est basé sur le fait qu'un merce-
pendie les Musclés et de conqué- naire fo11cièrement mauvais aii éié
r leurc fans. accepté. Cro}'ant avoir fait une
FOR:14;DEX:9;CONr15; affaire, il s'est ar'éré que cette équi-
INT:5;HD:2;pv:14 pe est devenu vite encombrânte.
Avant accumulé suffisamment de
Les Tigresses: preuves poul compronettre Treg et
Nous dlons parler maintenant de son entourage afin de s'adjuger
la classe sociale la plus malhaiiée, d énormes prililèges (comme des
la plus iùsultée et , sans doute, la esclaves elfes, une tente luxueuse,
plus exp]oitée de la nation orque : etc. . . . ). Le fils du roi est inquiet il ne
La FEMME. sait pas jusquoir ils vont aller et
En effet elles ont le droit elles aussi quelles soni leurs intenLions \'éri-
à leur équipe ei ûe vous avisez pas tables. En etfet, ils veulent faire
à rire ou même à vous moquer gagner Treg pour le manipuler par
d'elles ou vous passeriez un sale la srite et faire de la nation orque
quart d'heure (enfirl ... Un quart leùr instru.'nent de plaisir favori
d'heure seulement si elle ne sont qdils rcjetteront une fois qu'ils s'en
pas en forme). En fait potr infor- seront lasses.
mation elles sont du genre domina- FOR : 14 ; DEX : 18 (rien que çd ;
tdce avec duîrcs, clous, fouets et CON : 14; INT : 17; HD : 5i pvi 34
tout le hemblement. En fait elles
sont pour ia plupart plus masculine
que les mâles et ne représentent
véritablement qu'une infime partie da la population orque fénùrine. Ce Scène trois : Le calme avant la tempête
sont toutes des orques style catcheuse mexicaine, acrobate et adepte du
combat rapproché. Elles sont musclées, i$lobles, adeptes de lécrase-fou- Pjs se iéveillent, ballottés, au fond d ùne carriole. Dehors, ils entendent
fome (vive I'odeur, un supplice). des cris de joies et d excitation. Ils entrouvrent deau et découwe le
Elles portent des masques tout bizane (style l'ange noire, rose, jaune de\:anl qu'ils foni parti d'uue caravane qui s'achemine vers un camps à la tom-
maûon denièrc) et sont obligés de I'arborer continuellemellt car il coile par- bée de la nuit. Ils soni au milieu de nulle part, au cceur d'une contrée
faiiement à ieur image de redresseurs de tors (si on leur fait la moindre sauvage oi1 le ciel est fortement voilé.
remarque du style " ofl dirait biofiû11 "(et ce mème si c est quelclue chose cle
plus élaboré) elles entrent dans une rage neufirière). Le camp se tient devant eux, il est immense. Jamais l€s joueurs auraient
Ce sont également des révolutionnaires qui, si elles gagnent.exigerort que pu inaginer un tel rassemblement. Rapidement le convoi s'engouffre
ce soit ùne femme qui prenne le pouvoir En attendant la \,'ictoire elles ont dans cet océan de tentes qui grouillent de vie. C'est une véritable cour
un plan : miner le moral de leurs adversaites gtâce à une arme secrète cléro- des miracles, une descente dans les bas fonds d'un monde sombre et
bée à un magicien un peu olêolé : la ceinhrre de changement de sexe. apocalyptique. Cet endroit inspire la mort, la laideur, la peur et le chaos.
Forr18; DEX :4; CON | 14; INT: 8; HD :4; pv: 20 Dans les ruelles qui seNent de dépotoir, des nécromanciens humains
au visâge osseux rasent les muls et se pressent dans l'ombre pour
Les Jeunols : joindre une esplanade oir l'on rassemble, à grands coups de fouets, une
Voici tout le contraire des KROULANTS. Ils sont jeunes, stupides, forts phy- foule d esclaves rachitiques. Tandis que plus loin un cracheur de
siquement et surtoul conplètement irresponsables. lls se réunissent ious flammes vient de se mettre le feu et tout le morde vient applaudi le
ensembles dans des grottes sombres où ils s'adonnent au plus grand dam pauvrc qui se consume telle une torche vivanie. Des gobelins travestis
de leurs ainés à l'alcool et à ia timide decouvefie du sexe . Ils se battent pour en femelle orque aguichent les passants dans I attenie qu'un gros bar-
un rien jouent les gros bms et crient à tous ceux qui veulent bien I'eniendre bare verdâtre vienne acheier leur vertu. Ils adressent aux joueurs des
que plus tard ils seront de grands guerrierc et qu'ils " blatteront " de l'elfe gestes évocaieurs sur tous ce qu'ils serâient capable de leur faire subir

10
S il persiste il prend une grosse patate dans le
bide." Ëf riaftirli4lf est ce q e tu étlit eiltlain de
rigolfr ? "
Le joueur est roué de coup jusqu à ce qr'il
affirme enfin qùe c'éiait le cas. A la suite de
quoi loque Épond :"T'es r\niment influe qble,
t'es qlar lopette, u1e lietite meùc, tme chitn e de
utouchc à nroins L1e tleux pièces de cuhtre ! "

C e>r un orque .r l.r gueule carre. au Lràne r,1sé.


aux manches noires retroussées et en armure
de cuir. C'est une caricature d un instructeur
C.1., c'est le coach de l'équipe et son nom est
Gordarok. A grand renfort de coups de
pieds au cul et de sifflet il éiecie les ioueurs de
la carriole. A peine oni ils posés le pied à ierre
qu'il les force à enfiler rapidement leul costu-
me d'athlète (cles maillot de corps bleu, un
coliant bleu ei une cape rouge).
" Allez à poils ! ËnfileHnoi pife que
çq et plus çn.
Ce spectade repoussant à de quoi choquer leur morale et ça ne s'anête pas là. Plris i'iir, I Plrls ritc ! Allez, il faut que ça rcnhe cotnne pipa dnns natnitl,
Au détour d'une rue, il croise une sorte de foire vers laquelle se presse corune PA-PA datts MA-M,4N " (avec les gestes c'est mieux/ les joueurs
une foule bigarrée. C'est sur une estracle que I on expose des créatures auront vrâiment I'impression d'être pds pour des crétins).
repoussantes, issue de dizaines d années de pillages, de viols et d'unio11
contre nâture. On peut voir, entre autrc, ull gobeiin squelettique à la tête Faites-leur iaire des jets sous la DEX â\,ec 4d6, si il)' en a un qui rate,
déùesùrée possédani vaguement les traits d'un ogre ainsi que, par lisez ce qui suit :

exemple, ce qui âurait pu être une fort belle elfe si elle n'avait pas eu la STOP ! Personne ne bonge...
peau verte, la vérolc et un pénis. C'esl à ca se rle qui si on esf à Lt traît1e ?

C'esi ù. cq,(ss de q(i ?

Au milieu de ce chaos règne la loi du plus fort. Des bagaûes éciâtent à C'esl pas à c,r$e de lnai. Non I Noir I
tous les coins de rues et si on ne fait pas une bonne centaine de kilos, C' esl à cause de ltlLts, pn rce q c aous fi e l' ûa ez pds aicl i ! Al ors, t ous al l ez t o u s

on a i11térêt à avoir debonnes relations pour survivre ici. En effet,la car- flûrc à qLntre pattes et aous allez tinglet les taupes ! AIlu 50 pontpcs pour
riole croise un groupe d'ogres qui, afin de rétablû Lul soi-disant ordre, torû le fionde ! ".
matraque tout ce qui bouge. Mais rapidement cette scène est masquée (Si vous voulez jouer la scène en grandeur'nature, ne vous gênez pas

par un nuage de graisse rance vient agresser les na nes et les yeux des et envoyez-nous les photos.)
ave[turiers. Sur un bouclier posé à même le feu, un cuistot orque fait Puis une fois que tout le monde est par terre, il les force à apprendre
rissoler des tripes de rats qu'il s'empresse d'enrouler autour d'un bâton leur lrymne : "Naus 0 est les rcyôôô\s ol1est p\s des trcrls d'bââlles. On ita
pour leur vendre. a0t6 briscr ln t tu q e, atl est pas des e ll ruttl es! "
Bien sûr torii ça se chante sur un ton bon chic, bon genre (c'est comme
Plus les Pjs avancent au cceur de ceite ville improvisée et plus la fbule ça quand on est un Royal). Ensuite il les laisse à leur propre sort. Qu'ils
semble s'acheminer vers une immense place de ûarché. Un peu partout ne cherchent pas à rattraper ieur entraîneur: c'est inuiile. ll les consi-
on a dressé de grands brasiers, les flammes soni hautes et puissantes et dère comme des moins que rien. En effet il passera le plus clair de son
dégagent une chaleur infernale. Des centaines d'étendards flottent au temps à les martyriser ou à parader devant les autorités locales.
vent. On se croirait Ie soir d'un conseil de guerre. La carriole a de plns
en plus de mal à se lrayer un chemin à travers la foule. Le spectacle Et soudain c'est le choc. Des armoires à glace encerclent les joueuls en
clu'offrent les orchestres y est pour beaucoup. On boit, on danse etmême se frotiant ies mains et en ricanant. Ce sont les Musclés qui, furieux
parfois ils qoisent des danseuses orques qui cléambulent à moitié nue. d'avoir éié renplacé par les Pjs, veulenl les tester et histoire de mettre
la pression ils ont décidés de les humilier en leû cassant la tête.
Soudain la carriole s'arrête. Le chauffeur met un pied à terre et soulève D abord ils les observent de haut en bas, pus ils éclatentderire et enton-
la grande bâche. nent à tue tête | "V'k les royals ils s1nt htlbillés com le des troLt d'b|lles, ou
"Vous allez
fetmer les yeux. Exécùiat1 ! Vaus êfes taus s|t
e plage, coucllés |n lerr Péler la uque,0naae fairedeseunrques!Ah!Ah !Ah I"
sur Ie sable. Il fait beau,la lner esl belle, clnire af chnltile. Le itent esf dot$ el (la rédaction du scénario s'excuse de la faiblesse des chants mais après
partout il ! a des palmierc. De xrperbes onhittés à lrtoifll à itoil .'0lr! .dl'esçd t.,ul (e ne sont que des orc. et puiù <i vous rvez mieux vou: 11.rve/
partout, partout... Vous êfes biett, heitr ? qu'à faire un disque.)
Alors réaeillez-aous ! A vous de gérer la situation comme bon vous selnble. Mais voici I'occa-
lci on est dtrts Lute éqnipe d'orques, des tnis, des tûtol!és. Alors, rcltllcz |toi sion pour les joueus de se lâcher Cependant, rapidement, les ogres de la
pnce que t'ots ni,e: le cul carté que .orLs allez chier 9écurité vont arriver et les Musclés détaleront tandis Llue ces derniers
cetlc griisse, ce n'est pas

desbiques ! Allez rctircz-Nt$ les daigfs tll ctl alatlt qrc çn cicilrise !" éciaseront les joueurs à coups de matraque. Ei ça fait mal. Les joueurs ont

Puis ii s'adresse à un joueur : vraiment de Ia peine à s habituer à leur nouveaux corps. lls sont lents et
t
"Qtesl ce que fo|'s fai, tu rigoles 7" vraimeni maiadroits. Au bout de qÙelques minutcs ils gisent sur le cani-
Si ce dernier répond par la négative. L orque rajoute : ' RlpÈfe t,] peir cr veau, la tête en bouillie. crachant des dents alors qu'ils tentent d âriiculer
qtLe tu aiens de dn,:. Ttt mr so fiefis q e tu fi'étais pas e tftth de igalrt ? une dernièrc insulte.

11
Honteux, le roi tourne les talons et quitie précipi-
tamment I'estrade. Le chaman prend à cet instant la
parole et s'écrie dans I'indifférence générale : " Qae
Ies jet* contnencent ! ".
Immédiatement les tambours entament un air
endiablé. Les flammes des torches et les brasie$ se
ravivent. Les orques se mettent à brailler et les
fomôllêc <^ht hvatênn,,êe
En effet ii se prépare le trâditionnel défilé des ath-
lètes. L'entraîneur va de nouveau avoir I'occasion
de faire entendre sa douce voix aux oreilles des
joùeurs. Il leur tend une lance noire, les insultes et
leur montre le chemin à suivle. Les acclamations de
la foule se font plus fo es au moment oil les
joueurs aûivent sur ia piste. C'est alors qu'ils
constatent avec stupeur qu'un magnifique gallinacé
orne la pointe de leur lance. Oui, c'est bien d'un
poulet dont il s'agit ! C'est une farce de l'équipe des
Vaudous qui veulent se moquer du roi ; mais ça les
joueurs n'en savent en. A peine ont-ils pénétré
dans le stade que les moqueries de la foule repren-
nent de plus belle. Si ils se retournentpour chercher
un conseil, ils verront leur entraîneû dépité leur
ordonner de continuer malgré tout.
Ils avancent alors jusqu'à une énorme tribune oil ils
aperçoivent à nouveau le roi. Ce dernier, fou de
rage, les massacre du regard tandis que ses deux
fils (cf description) hurlent de rire. Rapidement il
Et là soudairl tout le monde se taii. Un siience mortuaire a envahi I'as- s'en suit une bagane, le roi se saisit du nabot à grosse tête pour ftapper
semblée. Les orques semblent êkepéhifiés, toutes les têtes sont toumés le géant au petit crâne. Puis, profitant de la confusion, I'entraîneur
vers l'énorme estrade située plus loin au milieu de la place. rejoint les joueurs et rctire le poulet de la lance pour les giJler âvec.

roi, le Grand Tharkul, Zurig en personne, qui vient d'arriver I1


C est le Malgré cet incident, le défilé continue et toutes les équipes sont main-
est impressiotnant. Non seulement il est charismatique mais son phy- tenant à leur place (cf description). Toutes ? Non, il en manque une.
sique se prête à I'image d un chef tvrannique. Il a le regard féroce et
sombre d'un corsaire des mers du Sud. Son æil rnique est d un rouge L'ambiance retombe, la foule murmure en montrant du doit l'emplace-
scintillant, son crâne est démesuré et coùvert d'horribles cicat ces, ses ment vide et se toume vers " I'entrée des artistes ".
moustaches sont fines et tombantes. Son armure noire esi réhaussée " Cling ! Cling ! Cling !" Des éperons se font entendre. Soudain, ils s'ar-
d'une parure pectorale en bronze. Il porte une toque de fourrure omée rêtent et l'on voit, sortant des ténèbres, une nngée de boftes noires,
de divers ossements probablement humains et surmontée de comes de fines et pointues.
buff ies légèrement torsadées. Un grand silence se fait et même le roi en estbouchebée. C'est alors que
I1 pose sur son peuple un regard des plus dédaigneux et s'exclame : des visages au sourire diabolique se dessinent. CE SONT DES ELFES
" le rotLs méprise tous a tn11f que N s êtes ! Crottes dc paladùts ! Vous espé NOIRS ! Ils sont magnifiques de vice et de perversion que ce soit dans
rez tor$ que ces je|u ûtlttLtncent la fin de non règne. D'aillens il ! et1a nê rc ieur dégaine ou leurs vêtements provocateùs. En effet ils arborent
qut ant pctdu pifielrce... (Et là il jette un cadavre dans la foule). ,l'en suis d'imposants plastrons d'un cuir ressemblant à s'y méprendre à de la
à mn cett quaratxtiè\l1e tetltatioes d'issassitlal et il L'a fûlloir q e j'arftte d'en- peau d'orque.
lanter tles jttdas car ce petit jeu cotllt etrce à MARTELLEMENT ni enntyer ! La foule hurle de terreur et vide les gradins. On se bouscule, on se
Enfin, il panît qtte certaitts ont préparé pour ces jcur des iflt1cs seÛètes,lLL'ot1 marche dessus. Le roi se décompose tandis que Treg (le petit à grosse
i fai! iryel à des merceilaies plus puissaiûs les uls que les lutres . . . '. tête) s'exclame dans un fire de savant fou: " C'est MON équipe ! C'æt
Il s'arrête et regarde bier tout le monde. MON équipe ! '.
'' Ah ! Ah ! Cela ne chnngern rien car enlin je suis ptêt. Ltissezlnai oo s prë-
senler les plus barharcs,lcs plus sangLinaires, les pllts nLsés de fo s les atlr C'est grâce à beaucoup d'effort et de coups de matraques que la milice
lèles q i se sotlt pftsel1tés ius4u'ici : MON EQUIPE ! ogre paryient à rétablt ie calme au sein des tribunes. læ public agonise
Le roi sernbleclercler sor équipe du regard ei i) ae compreld pas. ll fandjs que les elfes noils pærnent place à la gauche àes joueuts Le
attrape son chaman au col et celui-ci lui monire alors du doigt les jouew le plus à gauche sera alpagué par l'un des elfes qui lui murmure-
joueurs. Et là, Ja foule se toume vers eux- Evidemment ils ne se sont ra: 'Toi, j'sens qtrc fu uas gagner... un aller simple plur MENZOBERRAN-
toujours pas remis cle leur entretien ai'ec les Musclés. Ils sont à teûe et ZAN 1" et il éclate d'un re sardonique.
cherchent encore leurs clents rcspectives pamri un tas de molaires.
Tout le mol1de éclate de rire et il s'en suit des injures ainsi que des jets C'est ainsi que, pour la seconde fois de la joumée, le rci quitte fiùieux l'es-
d'objets cliverc (des tripes pouries, des tomates (dontcertaines sont les- trade ofJicielle suivi de près par son chaman qui renonce à prendre la paro-
iées avec des pierres) et des couteaux...). Ie de peur de faire un nouveau bide retentissani.

12
Regardez vos joueurs. Ils ont envie d'êhe loiD dars les træ de leurs mamars ? " Bon allez les l)edeftes. Mailtenafit qu',Jaus êtes des ns ofi écontr ptlpa. Lc prc-
Alors allez à la page 52, ils sont bons pour un Château Falkenstein. mier qu'lulite sn p Lite KtLcule tt qLri en patle au roi, j'le suiciLle, j'lni crètte lo
paillnsse ! C'esl lti,:n conrltris ?

C'est le moment que choisit I'entraîneur Pour battre le rappel de ses


troupes. A sa mine décomposée les joueurs comprennent vite qu'il en Cesi à ce momeni que Mhee Moon s'amusera avec son ar'uleat,t de

a gros sur la patate. Sans un mot, il leû indique du doigt la direction Téléportation el s'écriera, à chaque réappa tion et devant chaquc
du village oll,rnpique (etilsnontdaillerùspasintérêtà trâinerenIouie .) joueur qu'il pointera du doigt I
Ils commencent alors à quitter le stade au momeni même où Trcg débu- " Pattaut atl tu irts (Pouf I), l'irnis (Pouf l). 5i fu oses m'enbrouiller Patlt),
te son propre tour d'honneur au sein de son équipe décadente. Il lèr'e j't'éunse conlilr tut!: lt1otrclrc. Regnrde nton pouct (Ponft), j't'éuase cotllfile
"
les bras au ciel et pour un temps semble oublier la peur gue lui inspire Ça. Ha1l ! Hau ! Ha11 ! Mêl\1e Pas tu cties qu'ait f'el1tet1dfi !

ses compaB\o\s ùe toitune. SuI ce, i\ quitte préc\itaNme\\t la tente et pou(, il disgarÀit.
Si les joueurs tentent quoi que ce soit sur Mhee Moon pour le faire par-
Mhee Moon let savoir qui I envoie, etc...., ii disparaîtra. Maintenani les jotleurs so11t
Iivrés à eux-mêmes. Ils ont quartier libre pour la soirée. Voici plusieurs
Les joueurs ont à peine eu le iemps de réintégrer leur misérable tente possibilités que nous avons envisagées.
que l'entraîneur les incendie de sa voix la plus "hargneuse" : 1. Ils restent daûs la tente pour se rcposer. Bien joué, il re leur arrive
" -Bon dieu oous me faîfes honte. latntris je tt'di éfé aut'Inf hultlilié de rut oie. rien (quoi que...)
Si aous continuez, bande de b0 rce ntolles j'aais r)aus tal1fier les niches à 2. S'ils décident de se promener dans le village olympiqùe et de ren-
coups de sauates. ]'ïlus prfuiens les dattsetrses, si demair... " contrer les autres équipes, à vous d'utiliser ies encadrés pour restituer
"-Ne les brusque pas ! Si tu en pentis à les abîrnet,les fotcæ du nal se tléchaî l'ambiance de chacune d entre elle. Ils pounront, par exemple, tomber
nerc sut ta petite tête !"
s sur les Musclés. Ces denie$ soni vêtus de capes et tout en quittant
C'est instant qu'un orque imposant soft delombre. Sa voix leur est
à cet leur tente, ils avancent d'un pas furtif vers une grotie souterraine oil
familière ainsi que sa silhouette mâssive. Maintenant ils en soni sût d'autres formes encapuchonnées les attendent déjà.
cest bien ia personne qui se tenait dans l'ombre de la Srotte aux côtés C esi une orgie secrète et dans lellr cas, c esi très compromettani. En
du chaman lors de leur premier jour de captivité. effet, comme toui le monde le sait, ils prônent i abstinence et Ià ils sont
" Allez ouste. Va ! Va ! Va ! Moi ser peut les instruire pour les épreuttes de avec des femmes. Pour planter 1e décors, inspirez-r'ous d un bon film
del aiil et t|t le sois '. génital des années 70).
C'est en silence que l entraîneut qui semble subjugué par I'apparition 3. Si ils veulent s enfuir. C'est le moment de vous réjouir. Les Vaudous

decetinconnu, quitte alors la tente sans même lancer le moindre regard leur ont préparés un coup. En effet, tandis qu i1s erreront dans les
vers les joueurs. ruelles mal famées du viilage, ils tomberont sur un trou fraîchement
Au bout d'un court laps de temps, au cours duquel l'individu encapu- creusé. A I'intérieur de ce trou résonneiont des murmures d'excita-
chonné scrute les personnages un par un d un regard instigateur et tioùs t " A moi la libetté ! Atnis, super 0æc ce ttulfiel nagiqlte je xais pou
màgnétique, Ie quiddm prend Ia parole : ztoir m'ent'uir ". (Si vosjoueurs tombent dans le panneau, \'ous les féli-
. - . :(ist e p as, 1)ous fi ' aau jamais uu. Si il y en a u11 qui ouarc la b auclæ et citerez plus tard, ils sont plus bêies qu'un orque).
qui rcc1nte quoi que ce soit sw ce qul ua se passer dafis cette tente : c'est ut1 A cet instant un gobelin sort et feiûi la surpise :" Oh ûott, pitië. Ne nte
homme motl. C'est bien compris ? ' i ". Si les joueu$ se font menaçants et leur demande ce qu'il
fr.rez pas

Sur ce, il rabat le capuchon et un visage humain aPParaît. C'est l agent fab quait il fera semblant de résister puis ciachera le morceau.
Mhee Moon. Il est manifestement sattfaii
par I'e{iet de surprise qu'il vieût ainsi de
créer
" le tous félicite. Vous êtes des batfatrts.
Champion du monde ! Ze kingz of ze ring ! Mais
b\n, fûut pas trcp rCuer, si j'uaus \ide pas, ï7tls
Ies gagnera jamais ces jeur. v7us aaez cot1fiït1-
e en fiai ? Vous dnriez (ar j'suic @lre vai
enlraineur et oouc,uoûs èIes nes lJ'tit\ pouliin,.
Ensemble on lorme une yande lamille qui s'dit
tout, qai s'ciche rien ! Alorc les efifants, coilltne
c'est uoi le Gros Barbu et qu'oous aaez étë bien
sages, ooilà aos cadeaux !"
A cet instant il vide un sac et des objets étin-
celants tombent sur le sol (Pour PlLrs de
détails voir l'encart en fin de scéna o) :
Allez mes poulain'., esl pns du Io( ! On , pa'
se pas c\'questiolls. AIIez ! AIIez ! Faites itotrc
choix, on fouille, on essaye, on prend. Regardez-
moi q, con11 e aoL$ êles bearDi ! Mq pircle, on
ctoirait des yinces ! "
Une fois que tout le monde a fait son choix il
redevient sérieux.
Prenez votre voix la plus pitoyable. " Mes rrraîh.es sotlt si ûiéchanls aæc C'est ainsi que tout en marchant vers leur destin, l'entraîneur chante fiè-
noi.Ils nt fonf nal pat'to t ct pouttant je suîs si geillil.l'.ti crc sé ce tIt rement leur hymne et pousse son équipe à en faire autant.
ncl ni,e( kles |etites niaills fftrgiles po|t g]tLtlet enfi à l.t liherté .Sl avec C'est en franchissant I'entlée des artistes que les joueurs découwent un
ça ils n ont pas la larme à I'ceil rajoutez-en. Le but est de les faire entrer stade sun.olté. Le pùblic hurle d'impatience devant I'inutile défilé des
dais le tunnel et avancer. Alors qu'ils sont dans le noir et qriils ram- athlètes. Puis il s en suit un instant de répit où tout le monde attend I'ar-
pent à quatre pattes, le premier joueur en tête de la colonne rivée du rci.
ira dans un ftacas de bois bdsé
(en effet il vient de traverser une Dans la cour des Grands
planche pourrie qui dissimulait
un conduit d'âération menant à Les joueurs prennent place au
la chambre secrètedes Musclés). milieu des concurrents qui les
Immédiatement le joueur atter- regardent bizarrement. C'est
dt sur le chef de l'équipe qui comme si ils rentraient dans la
était en plein effort. Inutile de cour des grands.
vous dire la surprise de ce der Ils sont tout penauds au milieu
nier et la bagarre qui s'en suit. de ces athlètes professionnels qui
Quand soudain au cceur de I ac- se sont enhaînés ioute I'année.
iion, un elfe noir fera son appa- Leu$ muscles sont luisants, leurs
rition et criera :" /'di iolti irÙ I /'di torses puissants. Ils roulent tous
to t r,ù ! Vaus êtes f|
tu ! Ie dimis des mécaniques, les Musclés tor-
ljtLf tlu rct el à a)as eÛtt|ilrcurc ! " dent des barres d'aciers en pous-
et il disparÀît. sa\i des cis de taNes, les Mais
Cette excianafion a littérale jalotrx se ies remontent, les
ment calmé I'assemblée... Vaudous balancent des poulets
Le iendemain, quand les égorgés dans la foule, les Pouûis
joueurs croiseront à nouveau les terrorisent le public en slammant
elies noirs sur le stâde, ces der- dans les gradins, les Kroulants
nicrs se moqueroni d'eux en fai- font une séance de relaxation ei
sant cles mimes qui ne tiompent les Elfes noirs ne font rien.
pas ei rÂjouteront des allusions Chacun montue sa spécialité. 11 y
scabreuses conme | ' Pds t\)p en a même un qui s'approche et
Jatigué lcs gars ? On s'euf plus demande aux joueurs ce qu'ils
légu ?" savent faire. Peu importe la démons-
tratior! tout ce qu'ils vont ot'tent Cest
CHAPITRE DEUX: un déluge de rirc et d'insldtes.

C'est alors qu'un grand silence


Scène 1 : parcourt les t bunes. Le Grand Tharkul et sa suite (ses fils, ia reine tou-
jours saoule et le chaman) font leur entrée. Le roi est tlès énervé,
" Rûreil ! Oh bon Diet çn pue Ia d'dans . . . Réxeil ! Allez les tlanseuses , on agite comme à so11 habitude, et jette des regards mauvais aux joueurs.
s.s cn$fdgrcfics. A jourd'h i c'est l'gtil1d jotLt, flut Ws êttt ti la b| ttc. Rapidemeni Treg prend lâ parole et déclare :
Hûbillcz rtaus au plus oite,la lête dë 1arrc ti
f d'suite. Ah, j'fais rles ritrs " A.(tinl que les jew ca lnetrccnl , ie crcis qti il est tile tle préciser tr\k points
stns cn at'air l'air et si j'éfois noûts cott j'en
t'erais d.,s ùte,t ly'its lorslt.s lon ûnle,Æ : fot$ Ies coups satlt perlnis. Les deux éqlùpes !)y tt remportés Ie plus
sait ces rimes soit nulles, mais c'est I'enhaîneur. .. et on saitaussi qu'ila bon d'lprc r,es û(ntt ci fitlab. Et ltour firrir, il est strictement i terdit d'utiliser
dos) ". des ohjets nurgiqrcs. Ie'lorrs prûtietts c'est condannable. S'iI y en a un parmi
A peine les joueurs ont-ils mis les pieds dehors qdils décoû\,riront un i)ous q|i s'Nisefiit de jo er ipetit nalin, il sera imfiédiatement executé.
village en ébullition. C'est comme si ils assistaient à tln cârnavai. Toutes Hin ! Hil ! Hin !"
les tentes sont bordées de couleurs vives : du rouge, du bleu cyan, du Prds ii teste le public et (liarLt'. " le'oois qu'il pous qui
déjà ! en a Wrmi
jaune soleil... Les femelles orques se sont accoutrées de robes" décol-
frluisse. " Les athlètes se regardent entre eux, incrédules, mais rapide-
letées complètement ridicules. Elles se sont outrageusement fardées la ment un elfe noir se penche sur un des joueurs et lui murmure : " Tr ds
Iigure et sont couvertes de breioques. En voyant les athlètes, elles hur- une bien jolie ùa84e (ou autre chose de visible). I'afurerais bien avoir Ia
lent comme des hysté ques et cherchent à couvrir leur héros d'un jour Iiê 1e p1tt I'offrir à ma petite amie ". Le joueur peut réagir comme il le
de mille baisers colorés. Les enfants orques arboreirt fièrement le dra- veut. L'elfe noir ne dira rien d'autre.
peau de leur érluipe préférée et provoquent des bagarres aussi Pnis Treg continue : "Qre les je ! ctnlnencent et que Grû sh ait yitié de oous ".
bruyântes que destmctdces. Et ce, pour le plus grand désarroi des
câmelots qui ont bien du mal à sauvegarder leurs étalages dans ce Les jeux : Ia règle
caphamaùm. Dartres orqùes s'improvisent musiciens et apportent
lerlr contributior à cette cacophonie gigantesque. Les joueurs sont bel Pour les jeux, nous avons élaboré un système simple prcnant en compte
et bien les seuls à rester muets devant ce spectacle, car les entraînetlrs le roleplay et les jets sous les caractéristiques. Chacune des épreuves fait
ont déjà ertonnés leurs chants de victoires pour motiver leurs athlètes. appel à une habilité (si il y en a deux, il faut faire uùe moyenne). Lancez
Mais ce ne sont que quelques chorales " cacophoniques " de plus dals 1d20 et faites la différence enhe la caractéristique et le résultat. Cela
ce brouhaha infernal oil l'on doit hurler pour se faire entendte. donne un degré de réussite, ou une note. Celui qui a la plus haute rem-

14
porte l'épreuve. Cependant I'interprétation des personnages peui . La règle : On lance 1d20 sous la FOR (de 19-20 c'est un furnble : c'est
inTluencer les jets de dés. En effet, en fonction des astuces que les joueurs l'esclave qui a donné un coup d'boule aupjqui tombe immédiatement
trouveront pour rcmporter une épreuve, accordez-leur un bonus (de à tere i de 1-2 sur 1d20 on ajoute 1d6 au jet d'hécâtombes). Puis on
I'ordre du +1 pour la bousculade ; +2 si I'un d'enhe eux lâche une poi- lance 1d6 pour déterminer le nombre d'esclaves qui sont assommés.
gnée de clous sur une piste de course; +3 pour un tacle réussi ). Puis lancez 1d20 sous la CON du participant pour voir si après ça il ne
tombe pas dans les pommes. Ensuite, on recommence (jusqu'à ce que
Les 1ères épreuves : l'athlète tombe k.o.), en consultani
la table d'hécatombe.
1- Le lancer de Hobbits 1-6 esclaves i le public est mou et
(pour les chochottes rempla- se balade dans les gradins.
cez-les par des kobolds ou des 7-12 : le sang gicle sur le partici-
poulets) pant des dents d'esclaves sont
Demandez à vos joueurs, un hobbit incrustés dans son frcnt.
ieôt éneNant. Forcémmt, ça racon- 13-19 : L atNète est un destruc-
te des blagues pouries à iongueur teur. Les esclaves sont terrorisés
de ioumee. En plus ils sont gentils, (ils pleurEnt clie'pitié !" etse pis.q€nt
donc niais. dessus en le voyant arriver).
On est pas chez Candy ici, c'est les 20-26 : I'athlète ne s'aûête plus, rule
olympiorques, alors il faut que ça waie machine, il tape rnême l'ar-
saigne. Poul l'épreuve, on prend un bitre.
hobbit dans une cage. Bien stîr, il va Au delà : il dérive sur le public et
pas vouloir se laisser faire. Il va hur- peut même atteindre le roi (dans
ler, pleurer, leur pisser dessus et va ce cas ça entraîne un incident
tenter de leur retoumer le ceûeau diplomatique).
avec des blagues Carambar. Bref, il
faut que les joueurs n'aient aucun 3- Le tir à la corde
remord à le balancer sur un champ On place une équipe de chaque
garni de pieu-\. côté et au milieu d'une corde, un
. La règle : Chaque joueur a esclave et on tire. Celui qui a le
droit à un essai. On tiendra uni- plus gros rnorceau a gagné.
quement compfe de la meil.leure . La règ)e : chaque joueur lance
perlormance. Le\11, pour gagner 4à6 sous la For, au minimum 3
du temps, fait un jet par équipe personnes doivent réussir leur jet.
adverse. Pour projeter le hobbit il Le MD quant à lui lance une fois
faut réussir un jet sous FOR + 4d6 pour l'équipe adverse.
DEX/2.
. Si on obtient un fumble (c'est à dire un 20),le petit homme tombe 4- Le gourdin
par terre au pied du joueur(le public dégoutté par cette perfoman- Tous les joueurs participent à cette épreuve. Les concurrents font un
ce minable quitte les gradins). cercie, chacun à son gourdin. Le but : il ne doit en rester qu'un.
. Si le joueur rate son jet,le minus part dans le public (la foule meurt . La règle : Il faut tenir le coup en frappant uniquement son voisin de
d'emui, baille, soupire et adresse à I'athlete des bras d'honneur). gauche. Et la roue toune, celui qui tombe par terre est piétiné.
Pour une note de 4+ : le hobbit est ernpalé. Clap, clap mou du public. Faites un jet sous la FOR poul assoûnner et un jet sous la CON pour Ésjster
. Pour une nole de 6+ : le hobbit se désintè$e sur les pieux en lais-
sant tous les hois mètres un bout de bras, de crâne, d'æil (cette per- Une soirée royale :
formance mérite une hola).
. Pour une note de 8+ : le hobbit traverse le champs de pieux et Les joueurs sont tranquillement en tain de se reposer dans leur tente
s'écrase dans les gradinsdu fond (crise d'hystérie + hola). lorsque tout à coup leur entraîneur fait irruption et s'exclame :
. Pour une note de 10+ | le hobbit part loin dans le ciel (la foule " Debout les tiges d'Hobbit ! Faut s'astiquet et uite ! On ne lésine pas sur l'oi-
exulte de joie, la sécurité ogre est obligée d'inteNenir. Les joueurs 8non, il t'auf que aous sentiez bon !" et il pose sw la table deux gros sauts
croulent sous un déluge de pièces d'or, de rats morts, de culottes de d'eau croupis grouillant de têtards.
groupi(e)s, de Saines de grand-mères. " Ce soir, ça aa être génitl, on est inaité à Ia sauteie rcyale ! " ef c'est à cet
. 15+ ou 1/1d20: Dans la lune ! L'athlète est une star adulée. I1 pro- i stant q 'ils constateroflt que leur efitraînew s'est t'ait ne bea té : il poûe
voque des émeutes. On l'imite. Il devient un produit de marketing, une énorme lraise grotæque et il s'est tnqquillé les yetLx (si iI y en a un qui lui
une légende... lait la noindte remarque, il ne compreud pas , il se trouoe beau k'est olkitsch).
Puis il reptencl " AIla mes cocos et fiai tenant Ia cerise sur le gâtuu ! " . \
2- Le concours de coup d'boule Ieur tend à chacun une ftaise et un morceau de charbon de bois.
On aligne 4 rangées d'esclaves attachés. Ils sont tout chétif et baveux. Une fois maquillés, ils sortent de leur tente et traversent le villâge oiym-
. Le but : On sélectionne un champion qui doit éclater ur maximum pique. Devant le trajet une multitude de regard envieux les dévisagent
d'esclaves sans tomber dans les pommes. Les autres joueurs de l'équi- jusqu'à ce qu'ils atteignent un énorme édifice fait de bois et de boue.
pe incamerons les champions des équipes concurentes. Comme ça Des étendards se dressent de partout, des lances noires sont pointés
tout le monde s'amuse. vers le ciel.

15
C'est la demeure du grand Tharkul. Pendant un court instant, I'enhaîneu est décontenancé par ce qu'il
Au moment où l'entraîneur ouwe ia porte d'entrée il s'adresse aux vient de voir et de sa voix qui se veut la plus belle il s'adresse au rci et
joreljis : " I'aous préaiens. I'aeux plus aooir hoflte de oous. Sinotl j'aous pète déclaæ : " Noble ThtnkuL Maître des maîttes. Votue im)itatisû nous honore et
la nuque ef j'f'rais d'uous . . .. " nous nous fuisons une joie de fôter aaec aous Ie Gnx Barbu Tout Vert " .
Le roi se réveille et vire ses fils pour que l'équipe s'installe à côté de lui.
Je voudrais être ailleurs (bis) : La reine calmée se rassied comme si de rien n'était. Mais ce manège ne
durera qu'un instant car à peine le roi aura-t-il débuté son discouis
Les joueurs découwent ule immense salle noire de monde. C'est une élogieux sur son équipe que la reine (du nom de Guertrude) encore
véritable pissotière, I'air y est irrespirable. On sue tellement dans cette ivre fera du pied à un autre joueur et des clins d'æil à un hoisième. Le
Iournaise que les corps sont moites et luisants. Les joueurs avancent monarque se relève alors et regarde les joueurs... (Faites lzur peur, ils
dijficilement à travers une foule qui ondulent sur le rythme binaire et doivent croire qu'il a \''u sa femme en train de dlaguer).
abrutissant d'un orchestre de foire. L'alcool et le vomi coule à flot, on " Aman équipe, que tout Ie monde lèpe so aerre / ". Les ve(es sont en fait
se croirait dans les gorges de I'Enfer. de véritable baûique pleine de bière. On en dispose une devant cha-
Avant que vos joueu$ ne tounent de l'æil, ils sont conduits yers une cun d'eux. Le premier qui hésite ou farde à la vider sera immédiate-
grande table où se tient le roi et son entourage. Le Tharkul est rond ment conspué et bombardé de divers objets plus ou moins tranchants.
coûune une queue de pelle et fixe niaisement le vide, tandis que sa De toutes les manières ce genre de délire va se reproduùe tout au lont
fenme (aussi belle que son mari mais en beaucoup plus vieux) se de la soirée, ce qui fait que les joueurs vont vite êtle iwes, blindés, pin-
déhanche lascivernent sur la table en buvant au goulot. Manifestement tés, rétamés, schlass, défoncés, bref saoûls.
elle tente, désespérément, d'aguicher l'assemblée. Puis elle s'arrête Une fois que tout le monde à l'esprit ramolli par l'alcool, on pose sur
immédiatement en voyant l'un des joueurs, souritjùsqu'aux oreilles et la table un grand plat tout fumant : ça sent le cochon grillé, mais ce
s'écne | " Tu es reuenu...pour moi !". Elle se jette dans ses bras, I'enlace n'est pas du cochon. Rappelez-vous de la petite vieille du relais et bien
avec ses jambes et I'asphyxie avec son haleine chargée de vinasse, " ?ii cette fois, ça y est, c'est son demier NoêI. Elle est nue, couchée sur le
m'a mmqué I Les atûres sont si ttistes" ventre, ficelée et on lui a fourrée une patate dans la bouche.
Soyez lourd, tout le monde a vécu ce genre de situation au cours d'une " Aaah, u'là lo d.inde ! 's'exclame les invités.
soirée bien arrosée. C'est au bout d'un instant que le Tharkul annoncera une grande nou-
Les fils restent hébétés. Le petit à grosse tête dévisage les joueurs, tan- velle:" Mon fils lulik (gros à petite tête) d ùiefl tôt ses 33 lrirerc et iI fl'û fou-
dis que le gros à petite tête dévisage un joueur... jotrrs pas connu le plaisi de la chair. Les felnnes ne t'eulefit pas de lui . .. Mais
c'esl sans djule pgr ce tl.,t'il n'o pos eu I'occasiofl de faire ses p/erues | (Un

76
rapide coup d'ceil à Julik et les joueurs vont comprendre qu'il n'y a que Immédiatement le Grand Tharkul réplique : " Mais sortez d'ici ! Votts
le roi pour y croùe). Dans une équipe comme Ia oôtre, elles serotlt toutes à oous croyez où ? Ici, ilous êtes chez Ie roi du Tirar / ". Sur ce, le paladin
ses pids. C'est Wur cela qu'il sera désormais le chef des royals !" rétorque : " Mais qu'est ce qu'il me dit ce mariole . Même au plus élevé
(Atfenfion le rci n'est pa,s au courant que.lulil appartient à la secte des d'ton ûône, t'es assis que sur ton cul I - Ce qui ne manque pas de pro-
Santâches. Cette décision est indépendante de sa volonté. A vous de voquer un gloussement d'exiase et des applaudissements chez les
jouer sa surprise, sa peur évidente d'avoir à se battre mais aussi le désir Suprêmes.
d'être avec de si beaux athlètes). Ni une ni deux, les paladins poussent un cri de guerre et se jettent à

De la salle quelqu'un Ia ce | " Un enfant prcdi4e, c'est n enlant dont les corps perdu dans la foule. C est la boucherie. Les têtes sont tranchés, le

WTents ont bequcaup d'imagination.". sang gicie à flot, les filles sont hysté ques et les paladins ies frappent...
Jusqu'ici les joueury accaparés par I'entourage royal. n'ont pas remar- Treg saisit son père alin de s'en servir de bouclier, tandis que celui-ci
qué la présence des Suprêmes. Ceux-ci, tels des prédateurs, viennent de saisit sa femme pour en faire le même usage et cette demière tente alors
s'installer à la table du roi et déshabillent les joueurs d'un regard faus- d attraper un joueur pour les méme5 raisons.
sement compatissant. Encore une fois lâchez-vous, les paladins ne fontpas de détail mais des
"le pleurais quand je oins flu monde, et chaque jour me monlre pourquoi. " prix de gros dans ies coups d'épée. N'oubliez pas, dans cette situation,
Immédiatement ces grosses dindes fardées se mettent à glousser en de rappeler à vos joueus leû triste condition : ce sont des orques et ils
montrant les joueurs de leur index vernts. sont noyés dans une masse de sorllards qui, tout comme eux. sont inca-
Il y en a même qui, exaltés par ce quolibel applaudissent du bout des pables d'articuler le moindre mot. C'est le chaos, leurs comportements
doigts ou agitent des mouchoirs en I'air. sont anarchiques. Ils gueulent comme des veaux, éructent, sont inca-
Soyez agaçant et ne vous retenez pas si vous avez d'auhes piques à pla- pable de s enfuir et regardent bêtement les épées s'abattre sur leur
cer à propos de vos joreurs comme "On ne refuse pas le pitié aux nilheÈ crâne.
reux, pouruu qu'ils n'en demandent pas daaantage. Si les joueurs veulent négocier, les paioufs leur ront au nez. D'une part
Ah. ah. ah ! Oh, oh, oh !". comme tout le monde c e, ils entendent rien. D autre part ils sont pas
Le roi énervé par ce petit jeu va soudain en placer une qui va glacer ies là pour discuter.
Suprêmes | "Chu moi quafld 0n tue le cochon, toùt le monde rit ! Sauf Ie Au bout d'un certain temps, quand toutes les tables auront été retour-
cachot1." nées et que la moitié de la pièce aura été étripée, Mhee Moon, sous sa
Sur ce la reine se lève, titube, chancelle et s'écrie avant de s'écrouler:"Ol forme d'orque, fera son appa tion à l'entrée, un bouquet de fleur dans
LOMBNC !".
mais bordel, qu'æt-ce qu'on s'fuit chier ici : LE la main et un paquet cadeau dans l'auhe. Il est pét fié par ce qu'il vient
A ce cri mystérieux, la foule entière répond de plus belle : " LË IOM de voir et avant qu'il ait eu le temps de tourner les talons, les paladins
BNC ! LE LOMBNC ! ", aletés par une sofie de 6ème sens se refoument vers lui et leur chef
L'orchestre entame un air endiablé et tout le monde se lève en chceur et s'écrie " lL EST LA ! ATTMPEZ-LE ! ".
forme une chenille infernale qui serpente sur, sous et au milieu des
tables. Les assiettes fusent de pa out, on marche sur des plats, on écra- L'agent du Zenthafim saisit ses jambes à son coup et disparaît dans la
se Ia nourriture, on glisse, on tombe et à son tour on se fait piétiner nuit, traqué par cette horde huJlanfe.
Comgrenez que vos \oueus n'ont qu'ure altemative s'il ne veulent pas Dans la salle de fête, c'est le calme plat. Les orques s'en remettent avec
se faire piétiner : eh, oui il va falloir participer. De toutes les manières, peine. Ils ramassent les morceaux. Le roi frappe ses fils et les traitent
il faut l'avouer, la musique est enhaînante pour les vide-bouteilles que effrontément de lâches, n'hésitant pas à déformer la réalité à son avan-
sont devenus les joueus. Les gobelets volent au dessus de leur tête, les tage : comment ont-ils osé se servir de leul mère comme bouclier ?
vieilles leur pincent les fesses en rigolant, les filles sont hystériques...et D'ailleurs, cette dernière vient de sombrer dans un coma éthylique.
lews fiancés jaloux. C'est ainsi que le roi décide de quitter les lieux précipitamment. Pour
lui la fête s'arrête là et les joueurs n'ont pius qu'à regagner leur tente.
Soudain les personnes les plus proches de la porte arêtent de danser ei
font signe à l'orcheshe de se taire. La scène semble s'être figée dans un Lendemain de fête douloureux
silence pesant. Tout Ie monde maintient sa position aussi précaire goit-
elle, C'est alors que les coups à la porte sortent les danseurs de leur " RËVEIL ! Oh ban dieu ça pue là d'dqns . . . maîs. . .C'EST QUOI C'BORDEL ! .
létharyie et un murmure d'excitation envahit la salle. Le roi d un air Les joueurs sont tirés de leur sommeil par ce cd de fauve. lls ont mal au
faussement surpris s'ex clame aJorc . "Vite ouurez, ce d1it-êtrc le Gras Batbu crâne, ils sont pas bien. Partout ça sent la sueû et la vinasse. lls sont
Toul Vert" . moites, ils collent de partout. Ils ouwent péniblement un @il et c'est là
qu'ils ont un choc. Aussi mystédeux que cela puisse paraître ils sont
En effet à peine a-t-il dit cela que la porte s'ouvre avec ftacas et un entourés de corps à moitié dévêtus,
orque portant une fausse barbe vole au travers de Ia pièce. II s'écrase Un gobelin rachitique, avec une perruque et un faux maquillage qui
sur les tables, la perruque ensanglantée et le nez écrasé. Tout le monde coule de partout, se réveille péniblement et vient se blottir instinctive-
réalise alors que c'est avec la tête de ce dernier que I'on a frappé à la ment dans les bras d'un ioueur. A côté, vautré sur la couche d'un autre,
porte. Les regards se portent à nouveau vers I enhée d'où émergent une se tient une orque couverte de pustules.Eile se retoume vels lui, l'air
troupe de chevaliers aux armures étincelantes. ravi, et murmure quelque chose comme grandfo! 1". C'est un véritable
Ils sont beaux, {orts, la gueule carrée, les cheveux blonds et légèrement cauchemar. Nous laissons à votre appréciation la réalité des événe-
bouclés,leur regard est aussi clair que leur cervelle estvide. Et oui vous ments nochunes, en tout cas les joueurs n'en ont aucune idée. Ils sont
I'avez bien compris ce sont des paladins. Et oui de gros paloufs avec ia incapables de se rappeler comment ils ont fini la soirée. Quoi qu'il en
full plate, I'espadon et tout le tremblement (minimum 4ème niveau). soit I'entlaîneur s'amuse du spectacle et rajoute : ' OÀ, oh, oh. l'aous
Leur che{, une grande tige, ia coupe au bol et une croix rcuge sur le détûIge peut-être. I'peux 'oous laisset cinq rninutes de plus si uoLts itotùez " . Êl
plastron s'exclame : ' Faites moi le ménage ! le ne plus ooir qu'une seu.le pet- il sort de Ia tente. Les joueu$ n'ont plus quà se préparer pour les
sonne debout : le zentharim. Celui-là i'me I'réserae, " épreuves de la journée.

LT
2. La brochette partie
Il s agjt d un relâis par équipe.
Le but : il laui eùrpaler le plus possible d'esclaves fer-
rés et li€lot€is.
La règlc : on va chercher lesclâ\'c à bout de bras, on
déjoûe les obstâcles, on
se bagarre avec les arhes et on
leurpalc srrr une brocheite géante. Puis on letourne à
la case départ, pour en chcrcher un autre, saul que
c cst un aùire membrc de l équipe qui s'élance à son
tour.
Le teùps esi chronométré, mais nevous i11quiétez pas,
ne lancez pas de dé poûr les autles équipes : quand se
scra le tour deJulik, il ne \.oudra jamais revenir et crie-
ra à tuc tête 1 ' Il t'0 1t10rdu (en clésignant I'esclar,e
hr.rm.rin) ou Ah, rat1, i'ûi htJp peur". De touies fâçor1s,
con'ime d'liabitude, à cette épreuve, les plus fort ce
sont les ùh1sclés.
Les obstacles :

. Des plots ior-rneni des ùrarches de taille différenie, il


faui clorc sâLrtor dc plus en plus haut (jet sous la FOR
à -l;--i; -6;-3; si ol1 raic un jct, jl faut recommencer
et on perd un rollnLl).
. Des boulcts épjneu\ ùroniés sur tralancjcr : jet d es
quilc ou pan dans les clents | (1dB dc dmg).
. Unc lianc et hop, c est le grand saut au dcssus d une
rivière. Jet de FOR + DEX à -2 ou ur tonbe et là on
perd -l rounds à la traverser.

3. Le puzzle nagique
On présente aux joueurs uù tronc d'esclave (il Dlanque
les bras, Les jambes, la tête...) puis un gros tas dc
rnembres- Ils doivent recornposer le puzzle leplrrs vite
possible (1 jet dlNT par élén1eni) et ensuite il lâut
coucire (jet DEX). Mais les participarts vont se rendre
Arri\'és aù stade, ils décoûv ro^t un p bhc eDcore plus srr\oliés, voirc compie rlu il manque un phalius. De plus il n'V ella qu'un pour tout ie
peut-être plus chaleurerix en\'ers cllx. Sur le teûain, à leur eml.rlace monde. Jûlik lc trouvera le premier et ie meitra rapidement dans sou
ùent, ils trcû\'eront JLrlik affalé contre leût fanion (la lance rroire). ll paqne. L.rissez ros joueûrs chercher. Au bout d un momenL alors que
dort i moitié et lorsc}l tl réailsc que les joueurs sotrt là, il leÙr parlc .rlcc lcs participarlts s éner\rer1i, quclqu'un va s écrier I /e/oil/c/hil'.Mais
népris et cssaiera de les décourager quand à leur chanct'dc réussite. tout le monde \,errâ qlrc ce n est clu un doigi.
I'ourtant, les Iburris \'(nrt tout à cLrup s exclamer " On o /i,i 1 '. En fait
NB : N oubliez pas. \bs joueûis s(tnt fatigués. i1s out les jantL.res Lourrles ils ont ârrâchi url de ierlr Fhâlllrs cl 1on cousrl vite fait.
ct mal à la tête. Ils ont clonc un malus clc -1 à tous ieurs jeis dc caracté- Cependant, alors que la foule admire loluvre ils consiateront que ce
risiiclues pour les épreur,es de la journée. N oublicz pas Llut. lulik |tui n cst pas la bonne |eige car ellc est putricle, \,isqueùse l]t grouillante de
les faire perdre à iout prix. lers (con]me celle des pourris). Ce ne sera qu'à ce momentlà que le vrai
pilou tomlrera du pagne de Julik, à la vue de iout le monde. Une
1. Le patinage artistique L]atarre généralc s en suit (reportez-\'ous à la règle du gourdin pour
. Le btt : on doit daùser en patlù à rolrL'tte, en couple (do|c il iàut sar'oir qui aura h fèr'e).
qu un cies partenaires se ira\'estisse en lrallcrinc, c r'st .t clire mcttrc lc
tutu ei surtout le collani). 4. Le concours de boisson
. Le problème c cst que ioules Lcs êquipes pdrtr.ilre!\i \\êûte tc!\ls.
er1 ON choisit un candidai pÀr équipe (tes autJes peuve\t jouer \es adler-
Ce qui rc'présenie environ Lrne cincluantâine ,:J orclues sur la pisie. I-c satresl.
plus dur est de se faire remarqucr clu jurr'. Lcs couples voni icuter d êtr€ . Etape n"1 : saouler les candidats à grand renfori de bière. Pour celâ
imâginatifs, noiarrment les tricheurs qui vont balallcer 11u grarier et de on tcncl à chacun uu toineau. Pour le vider le plus vite possibie il faui
la nrerde cle chien. réussir 3 jets sous 1â CON (lim $is Ft\ralité, le derxième avec -2; lc hojsiè
' La rè8le : il t' en a pas. Conmc i1 s agit d ôtre cré.1tit, ol1 faii interre- nre à -1. Si il v â un ecllec, c'esf la galette et dodo. Si i1 v a un fumble, le buretÛ
nir la compéiercc ar.1é(}1âic. Cependâùt cùrlne qâ \'a dégénére1., tuui lL. sombre dans uu coma édr\4ique et est iicapable cle participer à la pnrhaine
Dronde \ â finir par se tnper desslrs. Dans ce câs, uiilisez la Ègledu gounlin. eprcu\e).
. NB : Le partenajre Julik va passer un
cle super où1eni cn sa compa ..Etàpe n'2 : on leur ienrl à chacun un récipicnt à gracluâtion ei ils doi-
gl1ic. Il \,a Ie fairc knrLret le pousser contre ses camaradcs, jouer au tros vcrlt le remplir Le plus possible cle leur urine. (un jet FOll (pour por.rs-
Lrurd cluj à ltrrr de la \'itesse ou qLri est catastrophé parce qu il a filÉ sorl ser) + CON).
collânt.

18
. Etape no3 : au moment ol) tout le monde a fini, on leur annonce qu'il cet instant qu ils verront débarquer un elfe noir Ce denier n'a pas
faut tout boire etfissa. Mais c'est au moment où le pjs'apprêtent à irem- assisté à toute iâ scène mais il est venu au moment le plus intéressant.
per ses lèvres qu'un adversaire (de votre choix) devient totû bleu. Son " Oooolt, conwe ça ,tt pas foit c phtisit à papi. AL'ec u1e bot ette pareille, pous
corps se gonfle et se couwe de cloques noires. Il hurle, s'accroche au pj risqrrcz de faire jaser les S ptêmes pendnnf des nois. Vor$ catltil.za bietl
et ltlr drt " Powquoi tu fl'as tué ? ". Pvis lI se liquéfie en dégageant une aofre jor ie à ce qLre je oois ". Après ça, il s'en va et si les joueurc tenlent
épouvantable odeur de bouse. Votre joueur a de quoi être dans l'em- quoi que ce soit contre lui, soriez votre mauvaise foi du placard et
baûas. Comment va t'il prouver son innocence aux yeux du jury. lâchez-vous. Les sorts l'atteignent à peine, il dissout toute magie, il
L'épreuve s'arrête là. esquive tors les coups et cle toute façon il a largement I'initiative.
Ensuite, le plus amusant reste à faire : se débarrasser du corps.
Une soirée chez les fauves Comment déplacer un tel mastodonte dans un endroit aussi peuplé ?

En sortant des épreuves, les Royals se sentent humiliés. Julik aura fait
En tous cas Zurig ne le croira pas et s'il force Julik à venir avec lui, il
tout son possible poul être lamentable. Vos joueurs dewaient avoir
lâchera Si jni bien compris cette grlsse clincle est mon fils... bien sûr.
envie de lui casser la tête mais I'entraîneùr ne leùr laissera pas cette
Ecoliez, si oor$ aoez pettr de me dite qu'il a tlispaTu, essayez de me ramenez
opportunité.
tLtl substitut oalible et au moins nnsculin... ". Quoi que dise son fils, il ne
" Vous aoez éfé fiuls, mais nuls ! l'ai jamais eu nt$si ho te de miaic. Qtiest
l'écoutera pas (Au fond de lui, il æ dit que le joueur a peut êbe raison mais il
ce qui cloche ? Vo s auu uft ploblème a|.)ec I i(et il montre du doigt Julik).
réalise aussi qu'ainsi Julik ne sem jamais rci En grcs il incendiera les jolreus,
Pourtont c'est bien le seul ici qui met tl ceur à I'orurnge. I'aor6 feuiens
pour la fome, mais ne bougera pas le petit doi$ dars rætte affairc).
j'aeux plus qu'ça s'renouztelle. On oa régler tout ça ce sair. Vous,'Ltotle nltes
se, uous pouuu y aller. Moi j'emmène ces paua'types à Ia tente et j'peux'!2us
dire qu'ils uont passer rut sale quart d'hei,ûe. ApTès all s'rchorft)e cofine Si les joueurs ramène le gros à p'tite tête devant l'entraîneur, celui-ci
conaenu paur la réunion. " s'étonrera : " O!ft Iâ, rro tLs faites tlans I'tulgaire ! '
Les joueurs regagnent leurs tentes avec l'entraîneur qui marmonne Il n€ croira pas du tout à cette histoire, il ne veut pas de femme dans
toutes les dix secondes : " Qu'est ce que j'ai fait au bon Gruumsh... ", et l'équipe et enverra le joueur devant le roi pour qu'il s'explique (Mêne
attendent lulik qui ne reviendra pas. En etfet, plus )es hewes passent
si cela a déjà été fait).
plus I entraîneur se décornpose et au bout dun moment il ùaque et
désigne un joueur (le plus faible si possible) pour aller le chercher Il Le Tharkul sera exaspéré par cette visite et s'écriera, sans même les
ajoute cette phase prophétiqùe t " I'espère qu'à c'lui lù, il lui esf rien arrî. êcorJter : " l'en ai tnarre de aos histoires. AIIez, aircza11oi cctte paut'. l'ai pis
!é parce que sinofi 'lllrs allez Ie petyer ". e oie ce soit !".

Trouver la tente du prince est chose aisée, c'est la plus grosse du villa-
ge olympique. Mais trouver le prince est une autre affaire car dès qu'il
Julik, très agacé, en a marre d'être ainsi humilié et va vouloir retourner
rentre dans sa demeure, il se rendra compte que celle-ci a été mise à sac. dans sa tente qu'il ne quittera pas de la nuit. Pendant les heures qui
En retournant les meubles renversés il va découvrir une robe de céré- vont suivre le prince tentera de se faire entendre auprès des siens puis
monie portant le symbole des Santâches et même mieux : une mihe qui des membres de sa secte sans le moindre résultat. Il arrêtera ses
révèle dairement que Julik dirige cette secte. Le joueur réalise que le démarches lorsque confronté aux musclés, ces demiers plutôt que de
prince est moins bête qu'il n'y paraît. l'écouter auront essayé de le culbuter. Les joueurs n'eniendront plus
Soudain un faible gémissement attire son attention. Une grosse femelle parler de lui pour le moment.
orque en pleurs est agenouillée dans un coin de la tente.
Al'approche du Pj, elle relève la tête et s'écire:" Non ! Ne ne rcgarde pas.
La nuit va se terminer sans le moindre incident et la réunion prévu par
k sttis ,norsl/uear(se) !".I
y a de quoi demander des exp)ications car
l'entraîneur sera annulée. Le lendemain le prince ne viendra pas aux
!È\\È\È$\r\\eù\'ùiù \$\\\$i\srdirra\rt." \s.s$is\ttcJc\$11c" .E\r({t\!:è.
se voit." Plus jqfiais je ne regarderai les hommes en /ace ".Là c'est illogique,
épreuves mais fera sa propre enquête. En fait, il se rappellera d'un
détail va le faire tiquer. En effet, il va réaliser que cette grosse femel- détail, ses agresseurs portaieni des masques... Ce sont les Tigresses. Il
ce
le à une petite tête. On diËit la sceur de Jrilik. .. rnais Julik n a pas de s<ærn..
a l'intention de profiter du moment où elles seront sur le stade pour
" pies outuages. Ils m'ont surprisk), attrapék) ptù detièrc et s'infiltrer dans leur antre. Ce ne sera qu'ei fin d'après-midi qu'il décou-
I'ai subi(e) les
ils m'ont agrafé(e) une ceinturc qui est t1mbée itnnédittemellt en poltssière...
vriia trois auhes ceintures... Maig c'est à cet instant que les catcheuses
(pleurs).. P a-waaaq... ". ieviennent et Jùlik se blottit derrière le coffre en attendant le moment
propice pour les prendre et s'enfuir.

Le prince ne veut plus quitter la tente et ne veut plus voir personne.


Que fait le joueur, sachant qu'il a I'entière responsabilité du p nce. En 3ème séries d'épreuves
eflet celui-ci, en tant que femme, ne peut plus être dans leur équipe. De
plus ilne sait pas qui sontses atresseurs, si ce n'est qu'il se rappelle que
" Rû)eil ! Tie11s, uous êtes seLis ce matin ? AIIez, on se dépêche, aos lans aous
le sol tremblait et que les meubles sont tombés tout seul. Si le joueur
ittenclent ! ". En effet, les joueurs ont-ils à peine mis les pieds dehors
mène l'enquête et cherchent des poids lourds dans le village oiympique
qu'iis sont accueillis par une nuée de tomates pourries et de crachats
il ne trouvera que trois spécimens : I'ogre des Saigneurs, les Musclés et
visqueux. Même dans le stade on se moque d'eux. Les jeux vo11t com-
les Tigresses. Sachanttout ceci,le plus important est de savoir comment
mencer, les joueurs ne sont pas les favoris du public mais c est à eux de
va réagir le joueur
se rattraper.

S'il est fortement embaÛassé et craint la réaction du Tharkul il peùt Cependant les Saigneurs ont décidé de s achaner sur les joueurs et les
décider de se débarrasser de la bonne femme. Après I'avoir supprimé il Vaudous. Alors soyez l'rargneux. Vous pouvez 1être sans hésité car les
sera bien embêté. Le cadavre aura repris sa forme originelle et c'est-à- Saigneurs ont corrompus les arbitres.

10
7- BZZZ saga il va aller embêter ses petits camarades en les ruant de coup.
Lesjoueurs sont conduis dans une petite arène coupée en deux par une Comme d'habitude ça va dégénérer.
palissade haute de 3 mètre. Laissez-les gamberger, se mettre des doigts
dans le nez, se iaper dessus puis au moment le plus inattendu annon- 4- La vachette landaise
cez ' C'est parti ! Vas ! Momo. Tu I'enooies ! Viciew,VicieÆ ! ' . Lâchez tout le monde dans i'arène. Iis ont tous les mains ligotées der-
Soudain un projectile arrive sur eux à grande vitesse. Il semble prove- dère le dos. Ils sont tous habillés de rouge et portentun bandeau sur les
nir de l'autre côté de la palissade. C'est une ruche et au Bzzz caractéris' yeux. Lâchez un troupeau de taureaux. Le but est de ne pas se faire rcn-
tique qui s'en dégage, elle est pleine. Elle va s'écraser, se casser sur le sol trer dedans et/ou de tomber par terre (sinon, on est éliminé). A chaque
et ça va faire mal... si vos joueurs ne la rattrape pas. round, vos joueurs doivent effectuer un jet sous I'INT pour savoir d'où
. A eur de la récupér€r. Lancez un dé (4 si 4 joueurs, 6 si ils sont 6, etc.) vient le taureau (ils peuvent le sentir c
quand la bête approche, le sol
pour savoir sur qui elle se dirige. Le joueur concerné doit réussir un jet tremble) puis un jet de DEX pour l'esquiver (si on rate on tombe sur le
de DEX pour l'intercepter. Si tel est le cas, la foule s écrie : Vas-y nor iaureau ou on percute un adversaire (dans ce cas il tombe aussi et est
çars. Balance Ia ! Tue-les ! Tue-les ! '. éliminé)). Si un de vos joueu$ est éliminé, laissez-le incarner un adver-
. Si iI tait un fumble, \a ruche lui explose en pleine tète et lotle équi saire. Si jamais il joue un Saigneur, à chaque {ois qu il iancera un dé, il
pe est disqualifiée (Pour la victime, elle s'en sortira à un point de vie et gagnera tout Ie temps (normal, ils ont achetés l'arbihe et le participant
ne pouffa pas participer à la prochaine épreuve). se balade en toute impunité avec le bandeau au-dessus d'un ceil).

. Pour la relancer, les joueurs peuvent effectuer des passes vers celui
qui est le plus apte à rendre la monnaie (FOR + DEX/2). A la fin de la iournée les ioueurs doivent avoir une dent contre les
Saigneurs. En efJet ces derniers leur ont pouûi la vie à toutes les
Si c'est un échec,l'équipe en face a un bonus de +3 pour récupérer la
épreuves. Ils n'ont pas aûêté de se prendre des tacles, des manchettes,
ruche. Si fumble r elle s'écrase contre la palissade mais du côté ioueur
des baffes sur la tête et tous ça devant les yeux des arbitres qui éton-
Le but de cette épreuve, r,ous l'avez compris est d'exploser la ruche
namment ne disent rien (normal ils sont corrompus). Les Vaudous ont
dans le camps de I'adversaire.
subi un sort encore plus terible ; le fl de leur effectif â été décimé. ll est
NB : Soyez rusé. Vous pouvez tenter des feintes plus ou moins subtiles,
donc urgent pour ces derniers de réagir et de proposer une alliance aux
comme un Oooft zrlf,on apedu 1"suivid'un Bzz foieux, vainement
joueurs pour se débarrasser le lendemain des Saigneurs. C'est en quit-
imité par l'équipe adverce qui veut leur faire qoire à la victoire et ainsi
tant le stade que les Bobelins leur feront cette proposition et les invite-
les déconcentrer Le Bzz est un match éliminatoire. Les Royals jouent
ront pour sceller leur accord à une petite fête en périphérie du village,
contre trois équipes dont la demière sera les Saigneurs,
dans la cour des milacles...

2- Le pont humain
Du poulet, mon ami ?
On prend un joueur dans chaque équipe.
. Son but : franchir une fosse pleine d'esclaves armés de bâton (de pré-
Pendant le debriefing, l'enhaîneu va insister sur le fait que les joueurs
férence ceux qui sont pris les coup d'boule). Le hic : cette manceuwe
se
ont intérêt à trouver une solution pour demain car les elfes noirs et les
s'effectue sur un pont humair (c'est-à-dire constitué d'esclaves qui font
Saigneurs sont bien patis pour être les finalistes. Puis il les laissera
une chaine en se tenant par la cheville). Il y a deux ponts, chaque équi-
seuls face à lew nouveau dilemme. C'e5t alols qu'un gobelin fera irrup-
pe doit les traverser en courant avec des boites hérissées de clous. La
tion dans la tente afin de leur rappeler leur invitation et leur proposeÉ
chaîne ne doit pas rompre (car si ils tiennent le coup, les esclaves seront
même de les conduire au village des esclaves.A mesure qu'ils s'en
libérés). Tous les coups sont pemis. Les joueurs peuvent se pousser ou
approchent les joueùrs entendent des hurlements mêlés à une musique
taper dans les esclaves de l'autre. hibale et chaotique. Un grand brasier illumine le campement projetant
ici et là I'ombre d'une centaine de corps dénudés et gesticulant.
. La règle : à chaque ror.ûrd, faites un jet de résistance pour les esclaves " Voilà, ttous y sommes " dit alors le guide. Les joueurs découvrent alors
de chaque equipe. Chaque pont à 14 charce sur 20 de résister. A chaque une place cernée de tentes délabrées et dominées par un bâtiment fait
round amputez ce scoæ de 2. ll faut en théorie 3 rounds pour haverser de pierre et d'excréments séchés (du goémon en fait),
mais en pratique les bousculades et Ies coups de pieds vont bon h.ain et " Bienuenu mes amis ' dit un vieux chaman édenté qui s'approche d'eux.
ralentissent les concuûents. De plus à chaque round les participants doi- Il porte une tunique faite de petits ossements et de plumes et tient
vent faire un jet sous la DEX pour voir si ils tiennent en équilibrc. Le pont amoureusement dans ses bras un pou)eL.
humain est un match éliminatoire. Quand les ioueus vont renconher les " Maintenaflt que uous êtes 1à, mes ami,Ia fête oa pouaofu commencer Vous
Saigneurs il va y avoir du sang, de la chique et du molard (cf iègle de fllus exctsercz, mes amis, mais eft vous attefidant, mes amis et moi, on a déià
gourdin). NB : si on tombe dans la fosse, on est récupéré in-extremis bu auelaues perres ".
mais à 1 point de vie. ll se toume alors vers les danseurs et hurle " Allez mes amis, lous qu
lemple !".
3- Le grand toumois La foule s'exécute aussitôt et dans un raffut de tous les diables chacun
Chaque équipe a deux participants qui font les chevaux (donc chaque attrape son poulet.
round un jet sous FOR + CON/2) ; deux autres leur montent dessus et Le chaman se retoume à nouveau vers les joueurs poû rajouter : " Bo
foni les cavaliers (donc chaque round un jet de DEX pour rester debout al1Ts mes amis,I)ous ne uous dæhabillæ pas ? ". Devant la mine déconfite
et un jei de FOR pour soulever la poutre de deux mètre qui fait office des joueurs il annonc era | " Mes amis, c'est une TJieille coutume ancestnle,
de gourdin. Si le porteur fait un fumble avec sa DEX, le crétin frappe sa mes anis. Allez à p1il et attrupeza1trc p1ulet !".
monturc),
. Le but : toutes les équipes soni dans l'arène. II faut être le dernier N hésiiez pas à rajouter dans chacune de vos phrases des mæamis!".
debout. Mais c'est bien connu, les orques sont mauvais joueurc. Ainsi faut que ça fasse amical, que vos joueurs s'amusent et se détendent.
dès qu'il y en a un qui est par teûe, au lieu de rester à l'écart et êire bien C est bien compris mes amis ?

20
La fête est colorée, i'ambiance est chaude, les corps sont moites, des iage. N'oub'liez pas qu'ici, toutle ûonde est nu et que'la mei)leure sdu-
plumes volent de partout, et les poules sont hystériques. Un cortège se tion est de fuir.
net en place, les femmes frappent dans leurc mains et ies hommes leur
poulet. Les joueurs sont nus, avec leur nouveau compagnon et mar- La cour des miracles est en feu et partout c'est la panique. Les joueurs
chent sur un tapis d'excrément de gallinacés qui semble les guider vers sont dispersés par la cohue de fuyards et finissellt pa. se retrouvet
l'enhée d'un temple dont les parois sont enduites de la même substan- cependant il en manque un à I'appel. ils aurcnt b€au chercher partout,
ce. De chaque côté de I'entrée, se tient une énorme statue de poulet. il restera iùtrouvable. Ce n'est que bien plus tard qu'ils seront alertés
L'intérieur du sanctuaire est composé d'une immense Pièce circulaire, par les pleurs d une femelle orque. Vous I avez bien compris, iI s'agii de
au milieu de laquelle irône un pilier sculpté en forme de poulet, mes voire joueû qui, à son tour, a éié victime des tigresses. En effet, ce sont
amis. Tout autour sont dispeisés dans une mare de sang, ça et là, des elles qui ont organisé le rapt et une fois leur forfait accompli, elles ont
ossements, des plumes, des poulets égorgés, ainsi que des objets volés emmené le Pj dans leur antre. Julik, de son côté, ravi du spectacle qui
dans les tentes des concuûents. soffrait à lui (clucun son tour), eùt le temps de s'emparer des deux
ceintures restantes (la troisième est sur le joueur) et de s'enfuir
Les gobelins s'affairent sur les ultimes préparatifs, pendant que le cha- Maintenant reveûons à nos moutons. Les joueurs sont effarés par ce
man élabore un plan avec les joueurs. Laissez-les trouver un shatagè- qu'ils viennent de voir et sans le moindre répit faites apparaîhe Julik. Il
me, le chaman sera touiouls conciliant et renché ra même sur leùrs surgit de l'ombre mais cette fois c'est un mâle.
proposition, allant même jusqu'au délire. De toutes faqons,les vaudous
'' Ah ! Ah ! Ah ! Ba tartignoles. Vous laites moins les lalins. De lautes
ne respecteront pas cet accord. Tout ce qu'ils veulent c'est prélever sur de de

les joueurs des poils afin de confectionner leur poupées vaudous pour façotts j'ai tots blairer. Regardez...j'ai we ceinture ! (tlla tient à
jatnaîs ptr

les épreuves de demain. bout de bras). T'aitnenis bie I'oaoir, hein la pouftiasse ! Et bie tuI'at'as
pns / " ei il s'en va en courant. Je parierais ma culotte que les joueurs

C'esi ainsi que pour sceller le 'pacte ",le chaman leur tendra le verre de vont le poursuivre. C'est exactement ce qu il espère.
lamitie et comme d habitude il e"t char8é.
" Mes anis , en l'lnwteur En effet les Musclés les attende[t en embuscade aù détorr d'une tente.
de nos nouueaux amis, mæ amis, demandons la bétté
Le prince hurlera ' Allez mes niguons. Aoolts dc jouct ! Erter linez les ! ' .
dictiotl tle fl1trc anti, le Gral1d Poulet " .

Comme à I'accoutumée, les joueurs risquent de prendre une raclée,


" Trois... Deux...".laioule suit le compte à rebours : " [-1t... Allez l '. Et
cependant le ralfut provoqué par la bataille va leur attirer un allié aussi
tout le monde, ensemble, dans la joie et l'allégresse, égorge son poulet
inattendu que puissant.
et s'asperge de leur sang. Que font nos amis, les joueurs, alors qu'on
Au cæur de l'action un des Musclés reçoit une tape sur lépaule et
leur tend un poignard émoussé ?
e\tend : " I'tenps qu'7n ûttendait ça". L'équipe entière des Ma s
DepLtis
La fête bat son plein , on amène plusieurs grosses marmites pleines
Jaloux se tient devant eux, craquant des doigts et vidant des bières. Un
d'une substance noire, visqueuse et puante. Tout le monde se jette des-
des Maris s'adressent aux joueurs : " Vors petfieftez les garc ? " etimmé-
sus en se battant à coup de gobelet. Le vieux chaman les pousse à en
diatement ils se lancent tous sur les Musclés.
lane autant : " Allez y, mes afiis. C'esf taut b1n, mes amis ".
Aux joueurs de réagir, ils n'ont pas beaucoup de temps pour rattraper
Si les joueusse laissent tenter et boivent une gorgée, ils seront en proie
Julik qui s'enfuit à toute jambe. Agrémentez la poursuite de sauts de
à de violentes hallucinations. Ils se veûont au milieu d'un poulailler ou
hàes, de bouscdade avec àes passants, de tentes qui s'ellondrcnt . .
À\È! \\î, \{\s {e}a\Le, te$À\\s a\\s* !r'è\ç'e\\nrçress\ss. dè\re agres-
ll iaut qu'ils réussissent de s'emparer dela ceinture au pix d'un terrible
sé par une dizaine de gobelins chétifs portant des perruques, ou, ils effort. Le prince, malgré son titre, piendra sûrement trois ou quatre
croircnt apercevoir un elfe noir dans un coin de la pièce qui se moque balfes mais dorénavant il n importunera plus les joueurs.
d'eux et semble murmwer à l'infini " /'4i fotl t tt "..
Si ces derniers choisissent de lui remettre la ceinture, ce dernier devien-
Mais les événements ékanges ne s'aûêtent pas là : la plupart des per- dra un Supervilain avide de vengeance qui vouera sa vie à la destruc-
sonnes présenient se sont mises à danser autow du totem, et certaines iion des Pjs.
semblent êhe possédées. En effet, plusieurs gobs sont pris de convul-
Quant aux Musclés, ils se font littéralement aplatir. Tous ont au moins
sion, tombent à teEe, gesticulent roulent, puis se relèvent, mais ils ont un bras ou une jambe cassée. Pour eux, les jeux s'arrêtent là. De leur
le regard vide et une voix qui n'est plus la leur C'esi alors que cela arri- côté les Ma s jaloux ont subi des pertes, ils seront af{aiblis pour le reste
ve à l'ur des joueurs, qui, pds de délire, hurlera à I'assemblée entière des épreuves.
que c est un humain, qui a éte hanqforme en orque, pour Bdgner au\
jeux. Tout le monde se mettra à rire... jaune.
Jeux : 4ème séries d'épreuves
Petit à petit, les joueurs se mettent tous à divaguer. C'est vrai que i'en-
cens qui brûle ici monte tlès vite à la tête.lls ne s'apercevront même pas " Mééaeeeil... Bonjour mes poulains, c'est pav ". Les jovelîs n'en croient
que des gobs leur toument autou en rigolant et en leur arrachant des pas leurs yeux, ils ont devant ellx Mhee Moon en pleine forme mais tou-
poils de leu] postérieur. jours aussi agaçant. "l'ai appris lu gtande nouuelle,les Musclés...c'esf du
passé ! Chanpiotts th montle ! Kingz of ze Ring ! l'ëtais sitr qu'aoec aous
Soudain, un hurlement se fait entendre, de gros molosses, le cou dardé j'iûtis loitr. C'est ça la confiance. On est une gtancl fatnille, papa n pensé à ses
de pointes, envahissent la salie et mordent toui ce qui est à leur portée. chers petîts.Vous êtes mal elt point, a
abobo?l'aifilissurlitable(leslntcs
Ils sont immédiatement suivi par leur maître : des orques en armures et qui rotll r'?us rcdInnet tn peu de peps " . Et (pouf)
il disparaît.
au casque corllé. lls soni aussi impressionnant que saoul. Sur Ia table ils frouveront en effet un assortiment de potions revitali-
" Moil poulet, mes auis ! Voilà les méchants SaigneLffs qui débaqtrci1t ! ". santes (au choix du MD).
N'hésiiez pas, mettez-y tout votre cæur. Cassez tout. li faut que ça " Rtt...bah, ûous ôtes leoés ? Allez les gars, j'd appris la grande nouaelle.
saigne. Que ça sente le mort, les Saigneurs mettent à feu et à sang le vil- Fitnlenenl oous en aoez et des belles. Allez, on cst unc gmnde famille, papt a

27
che6 petits. Qu'est-ce quioous ferail plaisir. Oh,ne le tlites
Pensé à ses pas.le . pour rn saut suicidaire : malus de -8; note : +8 ; si échec : le joueur
Alors j'ai pensé à oous. AIIez les
Ie sais. le ootts connais.
lilles..." tombe sur le roi (le pj iombe à 1 pv et ne peut participer à la prochaine
Et le
deau de la tente se soulève et un gobelin chétif portant une per- ePreuve).
ruque iait son apparition, suivi d'une grosse à veûues, accompagnée Faites un jet de DEX amputé du malus adéquat. S'il réussit : calculer sa
d'une elfe que les joueurs reconnaîtront comme étant celle de la foire note avec sa Dex initiale et rajouter les bonus adéquats.
aux monstres. Elles gloussent toutes d'excitation et I'entraîneur s'en va (ex. : |'ai 17 en DEX; je choisis la rnanceuvre suicidairc,
Je dois effechrer
en disant: " yoxs auez cinq minules... ". û jet inférieur à 7 (17-10). Mon résultat est de 5. Je calcule ma note (17-
5 = 12 + le bomrs de difficulté). Mon score est de 22.)
1- L'élastique En ca. de fumble : le joueur perd ses patins, devale la pente
Prenez un joueur de chaque équipe. sur la tête et se fait rouler dessus par
Posez un calice sur un autel. Attachez les autres participants... bref on le
Ie joueur à un élastique petit et résis- récupère à un point de vie et il est
tant. On attache l'élastique à une cage hors service pour l'épreuve suivante.
en bois remplie d'esclaves très éner- NB : Un accident ou plutôt un sabo-
vés et armés de massues. De l'autre tage va se dérouler pendant l'épreu-
côté de la piste, juste derrière l'autel ve. Les Vaudous ont hafiqués les
se trouve une autre cage, elle aussi patins des Saigneurs, ceux-ci se
remplie d'esclaves. désagégeront pendant la descente.
. La règle : on doit tirer un maximum
sur l'élastique pour saisir le calice. 3- Le deltaplane
Pour cela il faut effectuer 3 jets sous la On prend un membre de chaque
FOR pour tendre l'élastique. Le 1er à - équipe. On le met en haut dune
0 ;le
2ènte à -2 ; Ie 3ème à 4. Pour faiaise ef il est ieté, avec ies autres,
attraper le calice il faut réussir un jet dans le vide avec un coup de pied
sous la DEX. Pour résister à la pluie dans le derrière.
de gourdin qui attend le joueur dès . Le but: ii faut faire une série de
qu ii approche du calice : jet sous la figures acrobatiques, en se suivant à
CON pour ne pas tomber dans les la queue leuJeu et obtenir les
pommes. Puis il faut calmer l'élas- meilleures notes.
tique sinon on part tout droit vers la . Prendre de la vitesse et frôler le
cage de départ. (et sous FOR à -4; -2 public : -2 au jet de DEX
puis 0). Si jamais on lait un fumble : . F,iÉ "n niô,,é -4
on traverse la cage en bois et le joueur . Fairc un vùage serré : -6
se trouve au milieu des esclaves. .Faire un hammer-head: c'est à dirc
Biza ement pelsonne ne va lever le monter en flèche et se laisser tomber
petit doigt. sur le côté.
C'esi à ses coéquipiers d'intervenir Si on fait un fumble : on prend trop
(donc règle du gourdin) pour l'extirper de là.
Quand ce sera au tour des de vitesse en piqué et en se redressant brutalement I'aile s'arrache.
Saigneurs, l'élastique cassera et le candidat traversera les barreaux . Le hic : Les Vaudous qui veulent se débarrasser des joueurs ont sabo-
d'une cage et, le temps que ses camarades interviennent, il ne restera té leur aile qui se démonte en pleine course. Le pj doit maintenû tous
plus que sa carcasse. les éléments avec ses mains, ses pieds, ses dents (jet FOR + DEX à
chaque round ou il fait une chute vertigineuse C3d6 pv).
2- Le saut en patin à roulettes
Imaginez un hemplin géant de saut à ski (45", 100 m. de long) , placez 4- Le 50m. nage libre
à I'exhémité un candidat avec des patins à roulettes très rudimentaires On revêt chaque participant d'une combinaison spéciale faite de cuir et
et sans ftein. Et on s'élance avec grâce I Bon I'atterrissage sur une dalle de nétal qui les recouvre intégralement (sauf les yeux).
de béton est certes moins enthousiasmant. Mais il faut que le saut soit . L€ but I lls doivent traverser le plus loin possible une piscine remplie
le plus artistique possible. Le joueur choisit la difficùlté de son saut. d'acide. Leur combinaison devrait leur assurcr urle Drotection temDo-
. pour un saut aisé : aucun malus; note : 0 ; si échec : le joueur tombe raire.
par terle et s'éclase comme une tafte molle. A tout moment ils peuvent décider de remonter.
. pour un saut moyen: malus de -2; note : +2; si échec : le joueur Celui qui aura été le plus loin aurd gdgné.
tombe sur les supporters des Suprêmes qui les chassent à coup de . La règle : Chaque participant, pour tmverser l'acide en nageant, doit
baguettes (dmt superficiel : 2d4). effectuer 4 jets sous la FOR : le premier se fait à -2 ; le deuxièrne à -4 ;
. pour un saut difficile I malus de -4; note: +4; si échec I le joueur puis -6 et -8. Cependant à chaque round ils doivent faire un jet de sau-
tombe sur les esclaves (2d6). vegarde pour leur combinaison (en dessous de 12 sur 1d20) ou elle se
. poûun saut très difficile: malus de -5; note : +5; si échec: le joueur dissout. Si le joueur veut continuer malgré tout il se prendra alols 4d4
tombe sur les suppoters des Saigneurs qui digèrent mal le deuil de de dommage par round.
leurs idoles (dmg 2d8). Si il y a un fumble : le participant coule à pic et on le récupère in extre-
. pour un saut inctoyable : mahrs de -6; note : +6; si échec : le joueur mis à un point de vie.
tombe sur la reine et le roï lui fout une raclée (dme 2d10).

/11
" Mon bel anou4 ma déùiru€ !" ver une bonne excuse car il restera ul1 morceau de tripe accroché à la
tente, ou un casque, une tête d ogre qui dépasse du sol.
La journée s'achève et les joueurs ont le sentiment d avoir été trahis par
les Vaudous. Cependant leur entraîneut qui dePuis ce matin, les Por- Ce n'esi qu au stade que la foule constatera la clisparition des Saigneurs.
tent mieux dans son cæur leû donne quartier libre. Et quant aux joueurs c est le moment de leur aluroncer qu'ils n'ont plus
Mais c'est au moment de se coucher qu'un incident malencontreux \,4 d'objets magiques I Il est trop tard pour reculer les épreuves vont com-
ieur arriver. Souvenez-vous de la sauterie royale et de la reine qui a eu mencer-

une illumination en voyant l'un des joueurs. Et bien pienez ce joueur à


part et tandis quil hume l'air du soir, faites intervenir cet événement- 1- Le cricouille
Une ombre tihrbante s'approche de lui. C'est la reine et elle esi beurrée C'est un poulet idiot avec cles grosses couilles. I1 ne vole pas, marche

comme un petit Lu. En voyant le joueur eile pousse un râle d'extase et peu et ii est aussi têtu qu un âne. En fait, le seul moyen de Iaite avancer

va se vautrer dans ses bras." Mon chéri l" lui souffle+-elle d'une halei- cette bestiole c'est delui taper sur les testicules.
ne à 90". " îr me clwchnis. Moi aussi. Etnmène-uo i.. . ENMËNË-MOI l Il faii alors un bond et lorsqu'il atterrit il crie t" ouille ".
Loilr ! Loin de ce ntofide sa s zalnour. T n'ûimes, heiil ? ". Le but de cette épreuve c'est de donner à chaque champion un cri-
Soyez lourd, accrochez-vous àlui mais n'allez pas plus loin... Elle cher- couille et une baguette. Devant eux se drcsse un parcours semé d'obs-
chera à I'embrasser et au bout d'un monent elle se crispe, ses yeux tacles. Il faut franchir la ligne d'arrivée. Mais il ne faut pas taper trop

deviennent ronds, son souIfle est retenu... et elle meurt dans ses fort (c'est à dire pas plus de 4 sur le d6 de dmg temporairc) car sinon il
bras...d'une cinhose. est stressé et fait n'importe quoi. Chaque participant a son couloir, le

j'ti but c est de ne pas dévier sur le corridor de son voisin pius de deux
" Oaooh, foul'otr !". Un elfe noir apparaît. ' Qtrcl totnbe l,sînwcçile
rounds sinon on est disqualifié.
roi n'eu e pas dnns l'éqtipe des Maris laloux " et il disparaît laissant le
joueur dans une situation fort embarrassante. Les règles :
. ii faut réussir un jet de touché CA de 10.
Pour frapper le cricouille
A lui de se débrouiller pour cacher le corps, tout en sachant qu avec le
, On lance 1d6 de dmg temporaire : si on lait l-4 toùt va bien, le ci-
:: if-rt qu'elle a provoqué il y a du monde qui va pas tarder à arriver. La
couille est motivé (cf table de direction). 5-6 on a tapé trop fort et le cri-
mei\\eure so\ut'ron est de rentrer lite lait et delentener sous son\i\.
couille esi stressé, si on récidive le round d'après il est paniqué.
. On consulte la table de trajectoire
Un autre é\'ènement va dérouler pendant la nuit : les elfes noirs vont
se
NB ; sur le dessin du parcours il y a des ronds qui feprésenie des étapes
s'inliltrer dans leurs tente laûçantdes sorts de sommeil et s'emparent
en
où l'on doit effectuer des jets.
de toùs leurs objets magiques. Mais ce qu'ils n'avaient pas pré\'u, c'est
Si on fait un 20 sur son jet de touché : la bestiole a pris un départ ful-
I'arrivée des Saigneurs qui comptaient bien en finir avec les joueurs.
gurant et on saufe une étape.
Si on fait un fumble : le cricouiile fait n'importe quoi (il pète ou che-
feux : Sèmes séries d'épreuves vauche un autre cricouille).
Si c'est un échec : il avance pas.
" Réu... ? Oh mot clieu que s'est il passé ? " . Les obstacles :
Les joueurs se réveillent et sont hoûifiés par ie spectacle qui s'offre à

leurs yeux : il y a du sang partout, sur la toile, sur le sol, sur eux !

Des tripes pendouillent ça et là. Un fois a éié écrasé sur leur tête et I lêeewc I
I o: ,tpl su^ q
quelque chose de bizarre colle dans leur paglle... C'est de la cervelle I
L'entnîneur est hotjfié, au point de flisset sùr un estomac et àe se
ï c,,ieut.*" J
t4\_._J'
lautler par te$e dans un lac de sang, leNetsant la pyramidc d.e

membres qui tient au miJieu de la pièce. " Bon Dieu, tmis qu'estca qtrc
se ô oEst-cPe
lous alJa foutu. C'est quai ce b|rdel ? ". Et il ramasse une tête casquée.
"Vous alla pas me dire que ce sont les Saigneurs ? O est nnl. Fnut cnclu Ça lfebu lss
au plus oite,le rci a décidé de descetûre au lillage olympique. le crois qu'il -fMJt G'L R€9

cherche sa femme. " NOI.MAC

Bien sûr,il sera diJficile pour eux de sortir les corps sans attirer l atterl- -ET,iti
tion de tout le monde, sutout lorsqu'ils entendent l'entraîneur des '\,r'
Saigneurs qui cherche ses gars. Le mieux est de creuser dans la tente et
nJrS
de les ente$er (si ça se ftouve à côié de la reine).
sTrçrsÉ
&i *^t +q
Laissez-les se débrouiller avec les moyens du bord (ils peuvent creuser \ l/r'
avec les casques, etc....). Faites-leur peur et accornplir dans le stress des l).,ro
jets sous la force ou dextérité pour cacher les corPs. PANreué
Régulièrement lancez une phrase du genre
"Bonjour monroi !","Bonjo r les
:

Kro î11|s,!ous 'ilûiez pasr lnnfaitlut ?" o1i


"ori)j"
-1VZ
"Tiens.Ies
lernots, e1r t'ot1t1e ce mùin !, " Owis kchellous, f'es pas tl1t\nèrc ! " ;

ou encore "Qri rnisle ooir nailtenant ? Alfl,strin,gran...".

Si les joueurs se débrouillent bien, le roi arrive dans leur tente et ne


s'aperçoii de rien. Par conire, s'ils ont été mauvais, ils ont intérêt à trou-

9?
1- Vitesse (jet simple)
sur le Vaudou :

2- Virage (jet -3 au touché) Qùe peut-on fâire âr,ec une poupée vaudou ? Et bien la ùrême chose
ctu avcc Lrne poupée Barbie. On peut l'habiller la déshabiller, la jeter
3- Ur1 nlurei (jet à -4 au touché pour faire décoller le poulet) contre les murs. la todre clans tous les sens et même s en servir de
4- Ligne droite (jet simple) cible pour les f]échettes. Bref on peût tout faire âvec. A chaque fois
5- Un iremplin (jet à -6 pour qu il face un saut) que les gobs les mânipulent, faites faire à vos joreurs un jet de
6- Ul1 tunnel : il n'y en a qu'un pour tout le monde.
protection contre ]a nagie. Si cest Ùn échec, voici quelques
ll va falloir se battre
exemples croùstillants :
POUr PaSSer le Premlet 1. La partie du corys qui est visée et piquée gonfle à vue d'ceii et
7- Charnp de mines: cette portion de la piste est semée de pièges à loup. clevieni âussi !Îosse clu une pasièclue. A chaque piqûre o obtient 1
Ii faut réussfu deux jets de toucher à -2 sâns faute ou le cricouiile expio- sur les jets de DEX.
sÙ qous la pre\sion des m,lchoire. d'a(ier.
2. On passe lâ poupée sous une Ilamme (id3 de dmg/round)
3. On donne iâ poupée à ur chien. C esi horrible. Le pj gesticule
8- Li8ne droite (jet simple)
co me un pantin désârticulé. Il hûrle, se vautre pâr teûe et dérape
sur 1000m... il est disqualifié.
2- Le schnitt 4- Total contrôle : Inagirez votrc petite s(Eur jouant à Ken et Barbie-
On place les équipes en haut d'une pente à 45o avec , pour chacun, une Que fait-elle ? Que faites-\'ous ? Votre joueur va t'il se jeter dans les
bras dù roi ? Frappera i il son coécluipier ?
énorme luge qui transporte une bonne toru1e de rondins de bois.
5. Et si les Jeunots s'enparâient des poupées. C est fou comment à
. Le but : ils doivent descendre la pente en retenant la luge avec leurs cet âge là on est pervers. Je vous laisse imaginer le tableau.
petits musc\es et cela sans glisset (car si non or,l est transiormé en
purée). . ll est borgne et vise mal car tout ce qui lui reste c'est son mauvais æil
. Le hic : la foule est répartie de chaque côté de la piste ei au coup de directeur.
sifflet, tous les concurreits partelt et la forde se déchaîne. Ils se metient Excité par les cris du public, il se met à baver et déambule comme un
à hurler, leur cracher dessus, leur lancent des déchets liquide ei vis- mastodonte qui chercherait à écraser une fourmi.
queux (comme de la merde) pour que les participanis dérapent. Au coup de sifflet, tout le monde courent dans tous les sens, se percu-
. La règle : chaque participant doit réussir à quatre reprises un iet sous tent, on se marche même dessus. Il y en a qui se font dessus, certains se
la For avcc 4d6 mais 3 persomres par équipe doit au mininrum réussir. sont mis à genoux pour pdet d'autres appellent ieur mère. Soudain le
Siion ils ont tous droit à un jet de DEX pour esquiver sinotr ils sont géant se rue sur le plus gros rassemblement ou il frappe au hasard. Le
grièr'enrelt blessés (c'est-à-dire un point de vie et la victime ne peut sol tremble, les joueurs surcautent sur place (le sol est devenu très
participe à la prochaire épreuve). instable et c'est un védtable casse+ête dès qu'il s'agit de courir, or
. Sabotage ! En plein effort, on jette sur les jouelrrs du poii à gratter ou tombe tout le femps).
iis entendent à nouveau ce d inquiétant : " Vas-y Motno. Tu l'enooies, . La règle :
ùcie r,rticie r !" et ln Bzz très caractéristique d'une ruche arrivant à - Le géant choisit sa proie
toute vitesse sur eux.. - ll lance la balle : théoriquement il a un thaco de 9 mais comme il est
bigleux il a 4 au touché.
3- Le concours de boisson bis Si il effectue un fumble : le boulet a démoli une rangée du public.
Vu l'accident des premiers jours le jury décide de rccommencer à nou- Si 20 : la balle rebondit sû une autre cible (et d'une pierre deux coups
veau l'épreuve. I1 laut sélectionner un joueur, les auhes joueront les !) ou c'est le full impact dévastateur de la mort (le joueur est désintégré,
champions des équipes adverses. Cependant, cette fois-c,i à peine les transformé en une pluie de confettis à la viande).
participants auront ils portés leurs lèvres sur leur bière qu'ils vont se Mais la cible a droit à un esquive (jet DEX avec un malus de 4).
méfier et se regarder du coin de I'ceil (surtout le joueur qui était accu- Si il touche: la cible est en purée étalée sur quinze mètres, Le public
sé). Au coup de siffiet tous les concunents devrolt boire en même applaudit et les fans versent une larme d'émotion.
temps. Si il rate : il y a 3 chance sur 8 de toucher le public et que la balle per-
Allez dehors (c'est mieux). Versez à chaque joueur un verre d'eau (c est cute le crâne d'un autre géant qui était en train de dormir. Ce demier
moins salissant) et sifflez. Tout le monde va gruget jeter le contenu de quand il voit que sa tête est en sang, il n'est pas content du tout. Le hic
son verre à côté.. Laissezles délirer, ensuite quand ils seront à court c'est quelui il a le bon ceil directeur et il renvoie la balle dans les gen-
d'idée il faudra bien se décider à boire. cives du borgne. Ils se disputent, se bousculent et rapidement ils en
. Sabotage ! Un des verres est rempli d'eau affreusement saiée. Celui viennent aùx mains. Ils se battent comme des furieux. Ils se tirent les
qui s en apercevra sera empoisonné.ll va rien lui arri.rer de terrible (les cheveux, se griffent, se mordent, s'aplatissent le pif à coup de baigne.
Vaudous n'ont plus en réserve leur super poison). Son ventre va juste Leurs bras s'agitent, leurs pieds aussi. Au passage ils renversent un gra-
se mettre à gonfler et il courra aux toilettes toùtes 1es cinq minutes (ce din, écrasent la foule et l'épreuve est suspendue. Si il y un survivant
qui le mettra hors service pour la prochaine épreuve). éventuellement, il est déclaré vainqueur
Les joueurs ont essuyés une rude journée et ils sont complètement les-
4- La balle aux prisonniers sivés lorsqu'ils rejoignent leur ente. Mhee Moon les attend et manifes-
Prenez toutes les équipes, laissez-les se défouler dans le stade. Ils peu- tement il est très agacé par le vol des objets maglques.
vent se balader. glander, se cracher dessus... Bref ils olrt du bon temps. " Les el1fat1ts, papa n'est pas content ! Vous wus êtes
fait apoir par ces elfes
Quand soudain,le so) semet à tremb)er ef la foule commence à àurler 011's et q? lisque de t1at c1ml/l1fiethe. V0u6 t|'/tztez q e ce €oir poat les
Un géant fait on apparition, il est rcux et sa peau est aussi tanné qu'un /er"ursl 'et (pouf) il disparaît.
sac en cuir. Ses vêtements sont dépareillés, on croirait un arlequin. Il
tient dans sa main un énorme boulet héiissé de pointes. Tout le monde Laissez vos joueurs établir un stratagème pour s'infiltrer dans la tente
vierlr dc comprendre, il 5,rgit d une bâlle du\ prisonniers. des elfes noirs (qui n'y seront pas) mais ils tomberont tout de même sur
Le problème : du monde (des esclaves apeurées, de I'or (à la discrétion du MD ils ont
. La balle pèse 300 kg et fait des dégâts monstrueux. un trésor de type C), des femmes mais aussi deux molosses sataniques
(On sait, c'est balaise mais si vos pjs se prennent pour des super-héros

,,4
c'e9t le moment de les transformer en torche humaine. Voici leurs carac- . 6:le champs cl arbre; dès la sortie du tunnel. Les concuûents débou-
té stiques CÀ : 4 ; HD : 5 ; pv : 40 ; #AIT : 1 ; dmg : 1d10+ cracher du
: chent dans une forêt. ll faut esqujver les troncs d'arbres pour éviier le
feu). Après cette aveûture il ne leur restera Plus qu à trouver les elfes. pire (jei à -6).
Cependant I'aflrontemeni armée est inutile. Les elfes ioirs sont très .7:virageà-2
puissants. C'est lorsque le lendemain ils se réveilleni que M)ree Moon . 8 : prendre de la vitesse (jet classiclue)
sera 1à pour les nouvelles. li ieur fera conprendre que les elfes noirs les Les Maris jaloux et les Tigresses ont I intention de régler leul compte et
portent sur eux et que dans ce cas ii ne faut pas hésitei à les dénoncef les pjs vont malencontreusement en faire les frais. Une fois entré dans
en public. lls seront ainsi disqualifiés. La victoire des Jeux les iénèbres du tunnel, ils sont pds au milieu cl un déluge de coup de
Olympiorques est désormais à portée de ieur main. pioches et de poing (cf règle du gourdin). Soyons héroiques, ils passent
à I'abordage I

Jeux : 6èmes séries d'épreuves


2- Le concours de baffes
1- La course de luge Or1 choisit un champion par équipe et on se donne des claques. toûi en
Pendant la matinée des nécromanciens créent un champs cle glace et iestânt stoïques. Le premiei qui perd son sang ftoid, craque ou verse
aménage un vaste circuit de Bob-sleigh (les couloi$ sont assez large une larme a perdu. Si il tombe par teûe, c'esi bon aussi. Dans cette
pour que tour le5 concurrerrts Pui-sent Pârlir en nlètne lemP5). épreuve on applique la règle du gourdin mais avec une pénalité de -1
Chaque équipe a une luge assez grande pou que tout le monde puisse cunulatif à chaque baffe sur ie jet de CON.
s y installer et on leul donne une paire de souliers griffus en acier qui
leur permettroni de freiner. 3- Le concours de dessin
. Le but : aûiver le premier et en vie. Vous avez envie de faire une pause ? D aller griller un clope ? Alors
. Le hic i la peute est à 60" et est hyPer verglacé. Les concurrents vont confiez à chacun de vos jor.reurs unc feuille blanche et un crayo11. C'est
se déchainer car c'est bientôt la fin des jeux. Les obstacles sont vicieùx un concoun de dessin sur le thème : " Drssitt a c'|ui tst bn l ".
et nombreux. Ah la beatrté chez les orques... ce n est pas n importe quoi. En effet par
. Règle : à chaque épreuve il Iaut qu'il y ait au moins deux joueurs sur exemple si un joueur dessine une elfe galnbatlant tlans un pré, uue
Lluatre Llui réussissent leur jet sous FOR + DËX /2 avec 1d20 avec les fleur dans les cheveux : ça ne passera pas. Alors que si il la dessine
pénalités clui suivent. En câs d'échec : c'est le crash, si ils ne se iaitraPe démembrée, il remportera sûrement l'épreuvc.
pas avec autre jet. Le crash provoque 3d6 de dmg et l'élimination cle N'oubliez pas que le9 orques n'aiment que le sexe, le pillagc et la mort.
l'équipe. NB : Les elfes noirs ne manqueront pas de rcrnarquer torit dessin à
' - . lieNdre de [a vitesse (iet classique) caractère trop humain et de le faire savoir. " TIr te déhroùllcs biet qtLuu un
. 2 : un tremplin (jet à -4 car ils font un bond de 6 m ) orqre.I'ai atL le même dessin à Glister ".
. 3 : un virage serré (jet à -2)
.4:idem La finale ou je voudrais être ailleurs (Ter)
. 5 ; le tunnel de I'amout dans le noir complet, à une vitesse vertigi-
neuse. (et à -4 pour stabiliser I'apPareil + jet sous FOR Pow rester D'ores et déjà, l'annonce des finalistes en titre divise la foule en deur
accroché à la luge avec la force centrifuge). camps. Le public s'agite. Les orques purs et durs soutieùnent... (léqûi-
pe adverse de votre choix) et le font savoir hÂut et fort en hurlânt cornme des

bceuls et en ftappart tout ce qui passe : femmes, mfanls et gobelhs.


Les supporters du car]1ps âdverse se contenient de scander leur nouvel
æôeN)e. espoir:" Les Ro.yals I " Lcs RorTnls /".
\DÊ? PR'l O: {jet de Bien que le quart soit déjà assommés par des coups dit " accidentels "
\---- --7 coHPetsNce ou " mal dirigés ', la majorité des tribunes est debout pour encourager
I ^ lvitessc
'- ï@ {p} ses écluipes favorites.

La question éliminatoire va tomber et le suspense est à son comble :

- Sur qtel arbre potsst dts chat)tls ? Le soule, Ie sapin,le borleau ?


- A quelle "-itesse t1L'dùct |11. litilace ? 'lntfhent ; Tqnlherte ou l)jtnlheurt
?

- Quel utlc cac.iitcllc qui a 7 poitrts ? Moins tl'rn an ?, Sept ans , phs
âgc à

,le sepf Réponse : ça n'a aucun rappofi.


drs ?

En priant très fort que vos joueurs aient au moins répondu à une bonne
question. Lisez ce qui suit.
Le dernier mot est lâché. Le public est figé telle des statues de sel. Les
_ :-/, veux se fixent sur les concurrcnts ou sorient de leurs orbites poussées
r *-:7'jl par I incompréhension du texle.

\_vd:
-\{o' ..-"
Des mâchoires se décrochent à en iomber par teûe. Et d attres se tour-
nent mutuelleDlent pour répéter bêtement la même questioll
ce qu'i! n dit ? . Suivi d un haussement d épauies.
QII'esf :
'
oo Nlais à peine ont-ils eu le temps de se demânder si la qûestion était dans
ure langue qu ils connaissait que les Rovals répondent.
@ vilese Un brouhaha de chuchote ents parcoùreni les tribunes.
:' lls dt)ilcùt ccrhli enrc t ftpt dr!: n Pif ".

25
" C'est du bluff. " dain la foule devient silencieuse et le cha- iiser la haine de son peuple en trouvant un
- Qu'est-ce qu'il dit ? " man laisse tomber le trophée. Des milliers responsable à leur malheur : Glister.
-' Y'a que des humains potÛ rcpondte des d'orques les fixent, les yeux ronds comme C'est ainsi, qu'un beau jour, la ville est
canneries Wreilles ". des melons, la bouche entrouverte et les assiégée par une immense armée magistra-
mais très vite l'arbitre coupe court aux bras ballants... lement ordonnée. Le nouveau Tharkul rem-
bavârdages. " Ce sont des hunains ! plit parfaitement son nouveau rôle de tyran
" La rcponse est exacte ! ' En effet si les joueurs se regardent ils : une foule d esclaves squelettiques l'accom-
constateront que c'est vrai. ' Le roi est un pagne en portant à bout de bras son énorme
Après troi5 secondes de silence ou un magi- gtos tticlrcu ! ll coûlplote auec les hrmaûts tlc irône fait de peaux et d'ossements humâins.
cien aurait cru à une immobilisation de la Glister ! Ma pilole, j'rtous jure qu'cest otai ! Ce détail à de quoi elfrayer le peuple de
foule, c'est une hystérie collective qui "... Mhee Moon. Glister qui constatera que chaque jour les
anime les bancs. Certains font des bonds, '' Fnul lcur {nic In pnu I 'et le peuple entier matédaux de ce siège royal ont été renou-
d'autres s'ernbrassent ou entament une hurle " Orrnis / ". Le roi paniqué, réalise le velés. La cité s'organise, machinalement on
gigue endiablée.Des cds survoltés s'élè- manège du chaman qui avait tani insisté di<tribue des armes aux hàbitant5 mais très
vent, presque des hurlements de loups. pour lui recommander cette équipe. " C'esf vite on s'aperçoit que cette fois-ci cela ne
D'auhes courcnt dans tous les sens sans pas noi, c'est lui ! " s'exclame le Tharkul en suffira pas. En effet, les orques ont I'air (or-
même savoir oil ils vont. Je balançant dans la foule. Mai: ce denrier tement déterminé et ils n'ont de cesse
Des femelles orques se pâment. Les gamlns attrape in extremis la manche du roi et l'en- d'hurler dans un commun épouvantable
marchent sur les têtes pour approcher leurs traine ave( lui : 'Oir Ic corr repond rapi- ' cette phrase mysté euse | " Dotlnezllol$ Ies
héros. dement Zurig en tentant d agripper le bras Royals oir on rnse la oille ! ".
Et \es fanatiques de léquipe adrerse ca\- d un des joueurs. (De toute {açon le8 leut Ëser 1a ri\e mais il
ment la Joie de leurs frères de race en éta- Ce dernier s'il ne veut pas finir dans la aimerait bien avoir les joùeurs sous la main pour
lant le plus de corps possible. Leurs narines fosse, devra faire un jet de DEX. Les joueûrs " égailler " ses longues soiÉes d'hiver. . . )
fument et leu$ yeux s'injectent de sang. ont très peu de temps devant eux. Le giand Dans ia ville le conseil apeuré se réunit aus-
Tharkul et son conseiller sont taillés err sitôt et leu! délégué, un certain Mhee
Du côté des joueurs, I'entraîneur embrasse pièce. Il faut fuit vite et loin. Qu'ils se Moon, proclame au peuple hébété que leur
le sol fténétiquement, le roi gonlle le torse débrouiilent (en marchant sur les têtes, en unique chance de s'en sortir vivant est de
fièremert et reBarde çes fils avec un sourire plongeant dans la foule, en avançant à faire appel à un allié à ia fois puissant et
carnassier, quatre pattes) : l'essentiel est qu'ils quittent 6rô.hê Ch;tê,',-Tpnthil
Et tous se dirigent vers les Royals pour les le village.
féliciter Faites-leur peur (au Iond ils aiment ça) et Glister résistera une semaine encore avant
A commencer par l'entraîneur qui s'excla- soyez spectaculaire : tout le monde se rue I'advée triomphale des troupes de Zenthil.
me : " Oh næ bichons, oous aou été très bons. sur eux en même temps. Le soi tremble, les Ces derniers n'ont pas eu besoin de se
Oh mnde, j'en chiale... " et au roi d'ajouter : gradins s'effondrent, la foule hurle, les baitre car à leur vue les orquec ont préféré
" Oh bon Gruumsh, qu'est ce que
ie suis c1nfenl poursuit en leur lançant des pierres, des se replier plutôt que de se faire exterminer
! Vous êtes araiment les neilleurc. Durallt toute vieilles s'élancent pour les tacler au sol. Il C'est ainsi que Glister, sauvée mais affaiblie
t û oie j'ai été eflfouré d'incapablæ mais, aoec faut que ça saigne, que les joueurs se débat- et vérolée par les actions de Mhee Moon
oous, je sais que je pe x faire des grantles tent, suent, donnent des coups de coude basculera sans la rnoindre résistance dans le
choses. Deflain, pow fêtet qt, ofl otr aller piler POUr SUrViVre. camp du Zentharim.
de I'hlmaîfi et je aous donne à ducun le con- Mais arrangez-r,ous pour qu'il ait de l'avan-
mandement tl'wte de mes arméæ ! Dorénaaaut ce, aussi petite soit-elle car à la sortie du vil-
je oous considèrc comme mes nouueaut.
t'ils ! A
" lage quelqu'un les attend. Fin
ces mots Treg et Julik se replient avec une ' AIIez nres pouhtitls, r,ite ! Prenez ces non
mine de dégoût et de haine. tures, il v n dnns ces sncoches tout 7.10trc ëqwpe Fin ?
" Bo les Ro,!Fls, e trûînons pas. Allons sur lc nrcnt Quoi ? Vous tt1'c1l ooulez, mnis tio s
pod.ium que le peuple nous acclqme... Mais au i,ott, z pn' qu',ttis iti I iûn' d L)ous stlu. lnric. Et les points d'Xp ?
fait aous n'awiez p6s ou ma lemme ? ". Allez o ste !Va,t'n,.,a !" et pouf il disparaît.
Voici un petit barême, pour vous guider :

Les joueurs ont-ils eu à peine le temps de Crâce à leurs montures, les joueurs distan- . Par épreuve swmontée avec succès : 200
répondre à cette question que la foule en ceront très ràpidement Ja horde de poursui- à 300 xp pour chaque joueur.
délire s'empare d'eux et ies po ent à bout vants. En effet les orques les abandonneront . Par situation embarassante (comme la
de bras. Les filles sont hystériques, leurs bien vite à ieur sort pour se taper dessus et mort des Saigneurs) résolue avec succès :

fiancés aussi. Partout on crie leur norn, des tout casser 100 à 200 xp chacrn.
culottes volent au dessus de leurs iêtes, Oil vont les joueurs ? S'iis partent pour . Pj a une bonne idée : 50-100 xp
ainsi que leurs propriétaires. Leurs vête- Glister ils seront témoins d'ùn événement .Pj a une idée qui sauve le groupe | 100-
ments sont arrachés, leur visage cares- bien inquiétant. Si ils s'enfuient loin du 500xp
sé...Ditesleur qu'ils sont devenus des That ils en entendront parler. .Joueur joue bien son perso : 100-200 xp
idoles, des dieux vivants et que tort le .Joueur encourage les autres à participer I

monde se prosteme à leurs pieds. On les En effet, après quelques semaines de guer- 100 à 200 xp
pousse sur le podium. Les joueurs se relè- re civile, les orques parviennent à procla-
vent fièrement face au chaman qui les mer un nouveau Tharkr,rl : Treg. Ce dernier
âttend avec une énorme coupe. Quand sou- a réussi à cana-
28
Obiets magiques de heures pour récupérer, à moins qu'il ne . Potion de durcissement des mains
MheeMo-on: consomne la potion de guérison.. Fortifie les mains qui font 1d12 de domma-
ge pendani 1d6+4 rounds.
Avertissement. Mhee Moon explique nen . Anneau de poignée électrique :

du fonctionnement des objets. C'est aux Mhee Moon 1a récupéré dans une poubelle, . 3 Potions de supra-guérison
joueurs de tout découvrir Pour les potiors il ne fait que 1d6+3 de dmt; max 3 utilisa
maudites, quand on goutte cela ne suflii tion par tour. .Huile glissante :

pas à en découwir les effets. ll n'y a qu'une Il est impossibie de s'emparer de son utili-
dose , donc il faut tout boire. En toute .Potion d'appendices utiles : sateur. Permet de enfuir si on est ligoté. Si
s

logique il y a un objet magique permanent Des membres pousseni sur le joueur pen- on en met sur le sol, 959o/round que I'on
çè.r ioueu, une potion maudite et deux dant 1d4 iours ou dès qu'ils grennent çtus glisse. ll faut huit heures pour que lhuile
potions bénéiiques. de 5 points de dmg. disparaisse.
1. Une queue dmg : 1d8
. Bonnet à corne : 2. Deux bras dmg : 1-2 chacun .Potion de confusion :
Ce bonnet est fait d'un épicrâne de bison 3. Deux pinces de crabe : 1d4 chacune Le buveur devient confus pendanf 1d4+4
avec les cornes. Ii est souvent décoré avec 4. Quatle tentacules : 1d6 chacune ï ,,n,j( or {rir .ô nl,i .rl
des plumes. Donne une force de 19 à son -1 | il ne fait rien et reste immobile
porteur mais :eulemenr pour les Lronus a . Potion de diminution -2 : il attaque la créature la plus proche
I'attaqùe et au dommage (+3 au touché, +7 -3 : Il donne/lâche son arme ou donne son
au dmg; dure 1 tour; lfois/jour). .Potion de bulles : nhiet m:oin,rp nrpiérp
Des bulles sorient de son nez et de sa -4 : Il ère sans but.
. Claquettes de piétinements : bouche. Dure une semaine ei affecte le
Son porteur peut courir à la vitesse d'un buveur d'une pér1alité cle -2 sur ses jets d at- . Potion d'élasticité :

cheval au galop avec un mouvement de taques, cle câractéristiques et de sauvegâr- Permet cl'étirer ses membres jusqu'à une
base de 24. Touies les 10livres au dessus de de. disLance ma\in1um de I nr. ou a une ep.ris-
200livres ralentit le porteur de une unité de seur de 25cm. Ne peut âttaquer ou lancer
moul,enreni. Ainsi un humain de 90 kg avec . Potion propre et sec : des sorts mais prend fi cles dmgs d'une
30 kg d'écluipement se déplacera à un mou- Le buveur et son équipement le seront arme contondante. Dure 1 iour.
vement de 20. Chaque heure de déplace- effectivement. .

ment rapide, doit se reposer une heure. Pas . Potion d'invisibilité : ne dure que
plus de huit heures de mouvement rapide .Potion d€ surdité ; 1d4+2 rounds
ne sontpossibles dans la mêmejournée. Les On a le droit à une sauvegarde contre le
!ràù\È\\tsà!!Èt\l\\\rùq\È'ri\È$\edêl\àlt- îr\rsr' B.srt \d{ \s's:s. . Rslisr, de Er€rissrr
ment et pas la CA, le nombre d'attaque, etc.
Cependant quand il se déplace le porteur . Potion de magnétisme :
fait trembler le sol comme si un éléphant Tous les objets nétalliques (dans ur rayon de
était en train de charger Les gradins s'ef- 6m) de moins de 25 kg sont irnmédiatement
(ondrent, les concurrents ont du mal a tenir attirés par le joueur. Les objets pointus ou
debout. hanchant ont 50 % de chance de blesser le
buveur Dure 5d4 rounds.
. Pantoufles de coup de pied :
Eiles sont rcses à tête de lapin avec de . Elixir de chance i
grandes oreilles. Elles permettent d'atta- Pendant 1d.l jours le buveur gagne +2 à
quer 2xlround à 1d6 dmg /1d4 sur taille tous ses jets de câractéristiques (maximum
géante. Mais il n'y a que la moitié des dom- lg), cependant pendanL le: ld4 jouun qui
mages qui sont réels. A .haque fois qu on suivent il a la poisse et a une pénalité de -4
lance les dés pour toucher ; si on obtient un sur tous ses jeis.
5core pair ron garde les (hausson. i -i
impair : on en perd un et il faut un round . Potion du buisson :

pour le récupérer Permet à son uiilisateur cle se métamorpho-


ser8x/jour mais pendant un round en buts-
. Anneau de régénération :I pv / tour son. il ne prend que la moitié des dom-
mages provenalli de armes contondantes.
. Anneau de sauterelle : Sa CA es cle 5 et la potion dure 2d10 jours.
charge maximale 125 kg; même effei que ie Cependant le buveur à chaque transforma-

'ortdeSaut; I foi./tour; FOR/Sutjlisatiorr tion a 10% de chance de prendre racine et


par jour. Si on tente de sauter plus, le por- de resLer plànler la -ous sa forme de buis-
Scénàrio: Le Grand StraiéBuerre,
ieur doii faireunjetde sauvegarde contre la son, à moins qu'on vienne I'arracher du sol.
Ambrelune, Marcow et Little
paralysie ou il perd 1d4+4 de dommage et a lllustrations : Gomes et Jrlien Mottelen€
son mouvement réduit de 3. Il hri faut 6d6 . Potion d'héroisme Plan: nD.Z.

27
Le. Pacle
Une avenlure pout L.gend of th. Five Rir,rgsTM

.T

.t- [.',"':

.f ,J..
.t .' '

rr I r'E{\r

il .'
tt,',r r. .
t lt r'
Le PacIe
Ce scénario est destiné à 3-5 ioueurs ayani déjà vécu quelques aventures dans Rokugan ll peui être
joué après le scénario du numéro précédent ("Le masque de Yoritomo") ou de manière totalement indé-
pendante afin qu'il s'insère dans votre campagne. Les seuls liens qui existent entre ces deux scénarios
sont certains !n]s qui apparaissent dans les deux histoires. Votts n aurez en aucune màniere a rrous
référer au "Masque de Yoritomo".

Le conlexle Des escarmouches de plus en plus nombreuses ont lieu entre les
Hérons et les Crabes au sud de Rokugan. Sans la volonté et la
on'rme dans notre scénario précédent, nous prenons le détermination des Daidojis, les Crabes auraient pu réussir à
parti de privilégier certains clans pour les joueurs afin gagner du terrain sur les Hérols.
qu'une motivation commune puisse en faire un groupe
soudé. Les Hérons, Ies Phænix et les Licornes sont touiours asso- Si les ioueurs ont fait "Le masque de Yoritomo" i
ciés contre les Crabes, les Scorpions et les Lions. Même s'ils ollt Après un peu de repos sur le continent, et petlt-être quelqtles
reçu des émissaires des deux partis,les Dragons n'ont pas donné aventures, Doji Shuki à la tête d'une petiie troupe solliciie de
de réponse quant à leur position. Si ces alliances ne conviennent nouveau les joueurs. Il leur demande dc I'accompagncr pour
pas à \,otre groupe de joueurs, libre à vous de les modifier une mission inportante. Il promei or et gloire aux indécis, et on
comrne bon vous semble. lre peut résister longtemps à son éloquence.

llêt.'n o,' ()ue ? Dans le (âs contraire i


On peEiste et sEne. Polll ceû qui n'aurait pas $rivi, rme petite rediffusion Doji Shuki loue les services de samurais qui doivent I'escorter
s impose. Nous avons pis le parii de tracluire Crane', qui signfie Grue, par jusque sur le territoire Crabe, au sud de Kyuden Hida. Aya|t
Héron. Crave entorse à la langue de Shakespeare me direz-vous. tri, mais entendu parler des joueurs en des termes élogieux, il leur pro-
àans Ia langue àe Mùèrc, Gr,te plulôt Éiora6f, d'oîr ce.hojx délil#-
c'est pose de )'accontpagnet. La récompense est à fixer selon .le rars ei
ré poul lequel nous nous batfons juEu à la mort (si, si Cest vrai). la répuiation des pe$onnages-

qu'il a reçr I'ordre de négocier la libération d'ûn prisonnier, un


Acle 1 : îr^ahison shugenja Héron qui serait tonbé aux mains des Crabes après
avoir effectué plusieurs actions controversées dans les
Scène 1 ' L' êc\ange Shadowlands. En échange de ce demier, le clan Héron apporte un
parchemin signé de I'Empemu qui exonère le clan Crabe de taxe sur
En ce début de pdntemps, une brise marine porteuse d'embruns le coûunerce madtime pour I'année à vellir C'est une faveur irnpor-
à la saveur d'iode souffle délicatement sur un groupe de guer- fante obtenue grâce à l'habileté des Hércns à la coui lmpériale. Tous
riers fatigués par leur périple. Comprenant une cinquantaine de les détails ont été réglés à l'avance, et l'échange doit avojr lieu dans
fantassins et une vingtaine de cavaliers dont font partie les une plaine située verc ie sud du château ancestral de la familie Hida
joueurs, la troupe est conduite par ie plus jeune frère du daimyo (121).

Doji. Venu du nord, cette petite armée batiant pavillon aux cou-
leurs du clan Héron avance lentement vers l'extrême limite des Une fois le passage dégagé,1'escofie s'avance prudemment surla
terres de Ia famille Daidoji, pour finalement se stopper devaùt bande rocheuse. Les soldats s'amuse]lt de voir les petits crabes se
les flots rugissants de l'océan. De I'autre côté du bras de met on cacher dans le sable et les rochers couverts d'algues, ce qui pro-
distingue les premiers paysages du teiritoire du clan Crabe et, si voque une vague de rires et queiques quolibeis sû ies aptitudes
on tourne la tête vers la gaucheet que I'o11 possède une vue assez de ceux qui ort choisi comme emblème un animal si lâche. Le
puissante, on peut deviner le début des contrées de Fu Leng le regard sévère de Doji Shùki tombe brùtaleneni sur 1es plaisan-
mauorr. tins, provoquant le silence le plus complet, et ceux-ci regrettent
soudain de ne pouvoir se cacher aussi Iacilement clue i'objet de
Après une attente silencieuse de quelques minutes, I eau com- leur risée. Le reste de la traversée s'effectue dans un silence rare-
nence à se retirer et laisse apparaître une bande de sable et de ment rompu, alors que les vagues viennent lécher les pieds des
rochers. Ceux qui souhaitent pénétrer sur les possessions du clan retardataires.
Crabe n'ont pas d'autre choix que de travercer ce pont nahrrel
qui ne se montre qu'à marée basse, ou d'accomplir un long trajet Arrivé de I autre côté, Shuki informe ses hommes que quelques
afin de contoumer la baie des poisgons morts (131). kilomètres de l'oyage leû permettront de rejoinclre le point de
rendez-vous, or) une délégation Crabe les attend déjà. Quelques
Les Pjs n ont que très peu d'informations sur la teneur de leur soupirs de soulagement se font entendre à cette nouvelle, la
rnission. Leur enployeur a juste révélé, au cours d'une halte, perspective d un repos bien mérité satisfaisant tout le monde.
Lâ plaine légèrement vallomrée fini par laisser apercevoir ce qui semble être le campement des
iroupes Crabes. Lorsque les Hérons sont repérés par ies sentinelles, une grande agitation s'empare
du camp : toutes les tentes sauJ une sont démontées. Les soldats s'équipent et aident les samurais à
s'hamacher, chactur se préparant à recevoir les honùnes qui s'avancent.
Doji Shuki donne I'ordre de s'arrêtei à environ 50 mètres de leurs advetsaires. La seule tente
qui n a pas été démontée se trouve au centre d'une légère dépression, juste entre les deux posi-
tions adverses. Alors que les cavaliers mettent pied à terre, ùne entrée s'ouwe dans le pan de
toile et un grand samurai en armure rutilante fait son apparition. Ce demier, que Shuki désigne
aux Pjs comme étant l'émissaire du clan Crabe, ouvre cordialement les bras en signe d'invita-
tion. Tandis que Doji Shuki descend vers son hôte,la tension montedes deux côtés. Arrivés l'un
en face de l'autre, les négociateurs se saluent aimablemen! puis ils entrent sous I'ab précaire.
Leun deux chefs s'étant isolés, les soldats attendent en se regardant en chien de faience,
inquiets de l'issue des négociations. Chacun obseNe I'autre des pieds à la tête en signe de défi.
Les Crabes sont en supédorité numériclue écrasante et arboreni de larges sourires, faisant
entendre des plaisanteries sur le peu de puissance militaire doni semble disposerle cian Héron.
Si les Pjs observent ladversaire, i\speurent aperceloir en arrière plar une cage aux \arges bar-
reaux dans laqueile un homme d'un certain âge est assis.
Soudain, à la surprise de tous, le ftacas des armes se fait entendre. La tente est agitée de sou-
bresauts et s'effondre bientôt, alors qu'un cd d'agonie retentii, glaçant le sang de tous les spec-
tateurs. Les deux armées restent Ioudroyées de stupeur, jusqu'à ce que Doji Shuki émerge de la
D"ji Sh"ki tente en tihrbant, son katâna ensanglanté à la main et son kimono déchiié.
Ilne fait aucun doute pour les Crabes que leur chef vient d'êhe honteusement assassinë par
Shuki est le plus jeune frère du dai- Shuki, ni pour les Hérons que le Crabe a tenté quelques haîtrises. Dans un rugissement de
myo Doji. Ayant pour modèle ses fureur les adversaires sortent leurs armes et se ruent sur l'escorte adverse en poussant des
aînés, il a toujous fait beaucoup d'ef- exclamations de haine et de vengeance.
fort pour leur ressembler et est
aujoud'hui I'un des fidèles tzute- Mais ce qui s'estÉellement passé dans la tente est tout autte. Hampa a iéussit à y entersans
nants de son père. se Iaire remarquer quelque temps auparavanl. Il s'est po6itionné denière le Crabe et, béné-
Ilparcourt Rokugan en tous æns ficiant de la protection de son pouvoir de caméléon, il deumeurait invisible aux yeux des
pour défendre les intâêts du clan deux samuraiô. Puis aumoment opportun il a planté un couteau dans la jambe du Cnbe et
Héron. Fin négociatew, c'est aussi un lui a murmuré à I'oreille : "Ce traitre de Héron oeut ta nort ! Abas le 1". La suggestion
génâal accompli et aimé par ses d'Hampa fit son chemain dans l'esprit du Crabe qui se rua sur son adversaire. Le Héron
hommes. Il est hès sévère envers lui- n'avait pas d'auhe choix que de se défendre, et fut contraint de tuer son homologue. Shuki
même et demande beaucoup des ne sait pas qui a déclenché la bagane, mais il sait que l€ Crabe ne I'a pas fait de son propre
auhes. Il est au coûant de nombreu-r chef et que quelque chose ou quelqu'un est derrière tout ça.
seqets concemant son clan, dont la
corruption d'Anegoshi. Son objectjf 9cène 2 ' Dons les pinces àu Crobe.
est de le refùe passer du bon côté
afin de protéger I'honneur de sa La différence entre les forces en présence est plus que tlagrante. La cohorte Crabe est compo-
farnilie et de garder les connaissances sée de cinquante cavaliers et d'une centaine de fantassins. Une dizaine de samurais de rang 1

que le shugenja a accumulé. Pour cela forment les sergents qui encadrent les soldats. Devant le meurtre de son chet le seul samurai
il a fait appel à Isawa Sayama avec de rang 2, Hida Kagista, prend automatiquement le commandement pour porter ses hommes
qui ii a sympathisé lors de ses châtier ses lâches asgassins. Comme un seul être, tous se ruent en avant à la poursuite de Doji
voyages à la cour du daimyo Phcenix. Shuki qui tente de leur échapper

Note : Le daimyo du clan Héron et Pour chaque round de bataillg laisser vos joueurs choisir leur degré d'engagement et faiies les
de la famille Doji se trouve être Doji tirer un jet sur la table des batailles. Si une opportunité Héroique est tirée, choisissez la dans la
Satsume, mais ayant gagné récem- liste que nous vous fournissons et qui contient celles que nous considérons comme étant ies
ment le titre deChampion plus adaptées. Nous avons également ajouté deux opportunités spéciales que vous pourrez
d'Emeraude ce demier n'a plus le proposer à vos joueurs pour pimenter la bataille.
temps de didger le clan. Cet hon-
neur est donc revenu de fait à son Round 1 | dans le camp des Hérons, I'hébétement fait place à la rage. Il ne fait aucun doute que la
fils le plus âgé, Doji Hoturi. Dès situation n'est pas en leur faveur, mù il n'est pas écrit que les Hérons seront les seuls à rejoindre leurs
qu'il est fait référence au daimyo ancêtres aujourd'hui. Les Pjs étant les plus expérimentés, c'est à eux de prendre les rennes.
du clan Héron, or désigne bien Doji Shuki est blessé et commence péniblement à gravir la pente qui Ie sépare de ses troupes.
Hoturi et non son Ère. Derrière lui rctentit les clameurs des premiers guerriers lancés à sa poutsuite.
Le plus urgent semble donc d'assurer la protection de leur chef qui Opporhnité héror,ques :

sque fort d'avoir maille à partir avec l'avant garde Crabe. - Pick up the bamrer
SpontanémenL les soldats chargent pouJ lui prêter main forte. - Take a unit
Rapidement, les prcmiem coups sont poftés et les corps sans \ie tom- - Be prepared to dig two graves.
ltonr,lôhirrdÀi'!ÈÉ
Opportunité spéciale : Sauver Anegoshi (impos-
Ce premier choc enhe les deux années est à l'avantage des Crabes. sible pour les Pjs ayants déjà tirés les opporlunités
Les Pjs font donc leurs jets sur la table des bataiJles du côté des per- Prctect the general, Pick up the banner et Save a woundcd
dants (losing su-r la table p115). coûraoel.

Opportunité héroTques : Le Pj ayant cetfe tâche, doit âiler affrcnter le samurai de rang 1 qui
- Protect the General (dans ce cas le Pj seË consid&é comme engaged garde la cage détenant I'otage des Crabes. Si le Pj à des difficultés à
durant les deur prochains rounds). hiompher, Anegoshi lui lancera Blood of Midnight discrètemert.
- Save a wourded comrade. L'adversaire tenasse, le joueur doit ramener le vieil homme qui
- Be pr€pared to dig two graves. s'agnppe à lui conùne un naufragé s'agrippe à une planche. Pout le
prochain round,la position du Pj est considâée comme reserve.
Round 2 : résistants tant bien que mal, les Pjs regardent les vagues
successives de gueûiers se masser conhe lelrrs positions. Doji Shuki Round 3 : Shuki voyant la situation désespérée, donne des ordres
les à rejoint et prend de nouveau la tête des opéntions, redonnant du ponr effechrer un repli shatégique vers la côte. Ëssayants de mainte,
corùage à tous en se jetant dans la mêlée malgré la $avité évidente nir ure ligne de défense efficace, les Pjs amorceni un mouvement de
de ses plaies. Utilisant adroitement le terrain,les Hérons parviennent recul vers les chevaux rnalgré le harcèlement constant des soldais
à contenir un moment I avance des assaillants. Tous combattent ûain- Crabes. Mais la charge décisive de la cavalerie lourde menée par Hida
tenant avec dans les oreilles les clameurs des duels et les râles des Kagista hansperce la faible résistance des Héruns comrne si il s'agis-
moumnts. Shuki confit une mission particulièrc au Pj qui est le plus sait d'une feuille de riz et porte Ie danger à I intérieur même des Jignes
ergagé dans la bataille. Il doit aller délirter I'hoûune qui est enfermé défendues pru les Pjs. Le chaos qui s'en suit est indescriptible et lis-
dans la cage, car il représente la raison de leur présence (voir oppor- sue du combat ne fait p1w aucul doute : c'est la débâcle I
hmiié spéciale Sauver Anegoshi). Opportunité héroiques :
Pendant ce temps, fiida Kagista harantue ses guerriers pour les sou- - Pick rp the banner
tenù dans leur effort. - A clear shot
- Take a unit.
Le deuxième roud de cette baiaille est considâé comme equilibré Opportunité spéciale : Vision d'Hampa. Au nilieu des combats
(even sur la tabie p115) qui font rage de toute part, un Pj qui réussit un jet de Perception
TN 15 pourra apercevoir un détail iroublant i émergeant de Ia toile de tente piétinée, sort un
jeune garçon en kirnono blanc tâché de sang frais. Du sang coule également d'un coin de sa
bouche et il passe sa langue dessus d'un air satisfait.
Au bout de quelques instants, ses contours deviennent flous et il disparaît dans le néant.

La fin semble proche lorsque Doji Shuli s'approche des joueurs. Il lew confie une lourde mis-
sion : ils doivent passer ouhe leur fierté de samunis et fuir ce combat pour aller apporter
Aûegoshi à son frère qui désire le voir. Après un ultime salut aux braves sur le départ, il
rctoume au combat en ralliant les survivants afin d'assurer un peu d'avance aux joueurs.
Crabe rang 1
9cène 3 , " luln tr^às vie.il êtangt une. g',e.nouille qui plo^ge/
Fire 2 plounp l" (Mais r,no Bosho)
Agility 3
Air 3 Seuls cinq cavaliers partent avec les joueurs. Le groupe sait confusément qu'il est poursuivi
Earth 3 par les Crabes et que, malgré les efforts de Shùki, ils n'ont que peu d'avance sur leurs enne-
Water 2 mis. Leurs chevaux ne sont pas habitués à maintenir un rythme si soutenu, mais les zébrures
Void 2 sanguinolentes qui leurs sont infligées lorsqu'ils ralentissent les empêchent de s'arrêter La
Hofineuf :2 terre des Daidojis est la seule échappatoire, en espérant que les flots n'ont pas recommencé à
Gloire : 1 déferler sur leur unique voie de salut.
Rang : 1 école Hida (Wayof the
Petit à petit les Crabes se rapprochent, leurs monhres étant plus ftaîches. Alors qu'ils arrivent
Crab).
en vue de la mer, les Pis essuient quelques tirs des archers montés ennemis.
Sftills r archery 1, defense 1,
iaijutsu 1, kenjutsu 2, tetsubo
2, battle 1, Shadowland lore 1. Trois flèches seulement ont la possibililé de loudrer les joueurs. Chaque membre du groupe a
TN to be hit : 25 une chance équivalente de se faire toucher ; tirez au hasard qui est la cible de chacune des
Arme princi?ale : tetsrlbo 5k2. flèches puis faites un iet de toucher (4k3) TN 20 et de dégâts (4k2) si nécessaire.
Armure pnncipale : arrnrehs.r&-
Lorsque le groupe arrive en vue de la côte, il est hop tard. La maree les empêche de passer : leurs
Crabe. ranq 2 t chevaux épuisés ne leul ont pas permis d'arriver à temps. Une silhouette solitaire semble les
rr f da r\og :tsla
l tt ,
attendre au bord du rivage, s'arnusant à faire des ricochets avec des pierres plates. l[ s'agit de
Gudo. Lorsqu'il les aperçoit, son visage s'illumine d'un sourire gracieux. Il se lève et vimt à
Fire 3 leur renconhe d'une démarche souple et assuree. Arrivé à leur hauteq, il s'exprime:
Air 3 "Leurs Seignewies setnblent aaoir de légèræ difficultés apec certaines Wsonnes fial intentimnées que
Earth 3 je ulis wripet à bride abattue uers naus. Une dh.tergence d'opinion sans doute. LaisseTiez uous tu
Water 2
modeste personne oous aenir en aide, bien que je ne sois pas digne de cet honneur ?"
Void 3
Honneur : 2
Si les Pjs ont joué "Le masqùe de Yoritomo" et connaissent délà Gudo, ce demier fera
Gloire : 3
Rang r 2 école Hida (Way ol comme s'il les voyait pour la première fois de son existence.
the Crab, The mountain does
not move). Son ton est ouvertement ironique, mais les Pjs sont dans une situation plus qu'inconfortable,
S,kllls r archery 1, defense 1, I'avant garde Crabe étant bien proche de les atteindre. Ils n'ont pas beaucoup d'auhes choix
iaijutsu 3, kenjutsu 3, tetsubo que celui d'accepter l'offre de I'individu où de combathe et de houver une mort misémble,
2, battle 3, Shadowland lore 1. liée à l'échec de leur mission.
TN to be hit : 25 Gudo continue en voyant cefiains membres de l'équipe descendre de cheval et se methe en
Arme principale : kala\ak2. posture pour le combat imminent.
Armure ptncipnle : arll:.Ùtr.elolfde. je me ptopose
"le possède un moyen sûr de oous faire rfoindre les tetres hospitalièrel des Daidojis, et

de uous en faie ïofileL Malgré fout , iI faut que aous sachiez que ce seroice que je oous rends appelle
une tétribution de aofue part, modeste je pous I'assure cofiparée à Ia saupegaTde de uos existences et à
celle de ootre précieux com\gnon."

Si les joueurs demandent quel est le prix de son aide, l'ancien Scorpion répond qu'il fixera la
compensation plus tard.

Si vos joueurs sont hésitants ou désirent faire rendre gorge à ce malohu, Ëmenez les à la situa-
tion pÉsente en faisant intervenir une nouvelle volée de proiectiles. Des flèches se fichent dans
le sol tout près des joueurs, ainsi que dans le dos d'un de leur compagnon de rcute.

)r
Une fois que les Pjs auront accepté et aùront juré sur leur daisho de respecter leur engagement, Gudo semble-
ra entrer dans une profonde méditation. On peut remarquer que les étranges cicatrices représentant des hippo-
campes sui ses avant-bras s'animent ei semblent prendre vie. Les secondes passent, et les Crabes se rapprochent
toujours. Quand tout espoir semble perdu, Gudo ouvre enfin les yeux. Il leur dit de lancer leurs chevaux au galop
et de trave$er les eaux. A leur grand étonnement, ieurs montures galopent sur la mer comme si c'éiait la terre
ferme. Gudo reste sur le rivage et les obseNe tandis qu'ils s'éloignenL puis ii saute dais la mer avant que les Crabes
ne fatteignent. Ces demiers restent médusés en contemplant leurs proies qui s'échappent d'une manière si étrange.

Guào
Cet aûcien membre du clan Scorpion est devenu maintenant un Ronin au service de Dakoshuwa. Si les joueurs ont joué Le masque
de Yoritomo' ils peuvent reconnaître l'émissaire envoyé par son clan pour la cérémonie d'inkyo du daimyo du clan Mantis. Mais
il bien changé : son comportement s'est radicalement modifié, et il porte des scarifications. Sa mission est simple, il doit organi-
a
ser une rencontre entre son maître et Anegoshi. C'est poù cette raison qu'il sauve Ia vie des Pjs afin qu'ils ne puissent lui refuser
ia Iaveur qu'il leur demande. Il a prit un nouveau départ dans la vie. ll a réussit à se débanasser de ses mauvaises habitudes vis
à vis de I'alcool, et suit les enseignemerts ascétiques de Dakoshuwa, Toutefois, il garde ùn sens aigu de I'humour noir, et aime à
surprendre ceux qui l'ont connu autrefois par soû changement d'attitude.

CMactéristiques :

Fire 3
Agility 3
Intelligence 3
Air 3
Reflexes 3
Awareness 3

Earth 2
Stamina 2
Willpower 2
Water 3
Strength 3
Perception 3
Void 4
Honneur : -
Glaire : -
Rarg: 1 école Bayushi (Way ol the Scorpion).
Skills: archery 2, poison 1, iaijutsu 1, kenjutsu
2, sincerity 1, defense 1, stealih 3, meditation
2.
Ao ant a ge : Scarifications (dauphin, hippocam-
pe, tsunami, cf aide de jeu).
Désaoanfages i Social disavantage Ronin (3),
Bad reputation (2).
TN to be hit :1,5
Arme Wilrcipale : kata a 7k2 / 10k5 (vou cr-
dessous).
Armure principale : a]l!ùne.
Notes : Gugo utilise un katana fait de crystal
et de corail que lui a donné Dakoshuwa et qui
a été fabriqué par les Nagas. Il donne +l aux
Dg en général, et permet de lancer et de gar-
der trois dés supplémentaires pour les Dg
contre les porteurs de la teinte noire. Ses sca-
rific.rtions fonctionnent selon le mème princi-
pe que les tatouages du clan Dragon (cf The
way of the Dragon).
Caractédstiques :

Doji /\negoshi Fire 2


Agility 2
Intelligence 5
Ce shugenja du clan Héron a toujoun été une
Air 3
dnomdlie pour sa lamille. Préfêrant la poussiere
Reflexes 3
des chemins de haverse al-rx doùx froissement
Awareness 3
des soieries de la cité irnpériale, ilà passé la majeure Earth 7
partie de son existence par nonts et par vaux, obsédé par sa Stamina 7
quête de puissance magique. Au fil de ses périples, il rencontra au Willpower 7
bord de la route un jeune garçon nommé Harnpa. Celui-ci lui avoua Water 2
dans un sangloi qu'il éiait élève d'un puissant shugenja qui, plutôt Strength 2
que lui enseigner son art, passait son temps à lui iulliger des sévices Perception 3
corporels divers et variés. Emu par la détresse de l'enfant, mais éga- Void 5
lement par la perspective de découvrir quelques parchemins inédits, Hotlneuf : -
Gloire : -
Anegoshi décide de lui venir en aide, même si au fond de son cæur
Rang;3écoleAshina.
il sent que quelque chose ne va pas. Guidé par Hampa, il aniva rapi,
S/tills : calligraphy 5, sincerity 3, Shadowlands lore 5,
dement chez le prétendu maîhe et trouva ce denier en pleine crise
meditation 3, tetsubo 2, kenjutsu 1, investigation 2.
de démence. Avant qu'Anegoshi ait pu prononcer une parole d'apai- Désaamtage : Dtiven (3).
sement I'horûne se jeta sur le jeune garçon avec la volonté farouche Sotts (Mttho) : dark divination, blood of midnight,
de le faire périr N'obéissant qu'à son instinct Anegoshi du se Summon Oni, Touch of death, animate dead, curse.
résoudre à le terrasser Laissant Hampa pleurer la perte de son sen- Sorts (normaux) : weapon of earth (Earth), strike at the
il se rendit dans la demeure du défunt et la fouilla sans ménage-
sei, roots (Earth), elemental ward (Earth), force of will (Earth),
meni. Ses découvertes furert inquiétantes. Il trouva un parchemin cloak of night (Air), know the mind (Air), tempest of air
portant le nom d'Hampa ainsi qu'une leth'e du dément Évélant la
(Air), heart of inferno (Fire), plus tous ceux que vous
véritable nature du garçon. Anegoshi comprend dés lors qu'il a été
souhaitez...
TN fo be hit : -15
hompé par un Oni et s'apprête à bniler le parchemin afin de détrui-
Arme principale : Tetsubo 3k3 (weapon of eath).
rc cefte abomination. Mais Hampa le devance. Se voyant perdu, il
Arffiure principale : a.ucur.e.
promet gloire et puissance à Anegoshi dans I'espoir de sauver son
existence et de se débanasser plus tard du shugenja devenu encom-
brant. Anegoshi ne peut refuser une ielle offre, car il est alléché par
un tel inventaire de hésors potentiels. Ils prcnnent tous deu-\ la route
et, après quelques mois de voyage, aûivent jusqu'à la tombe de
Iuchiban. Hampa révèle qu'il connaît un moyen prcsque sûr d'enher
dars ce lieu maudit, mais qui n'est accessible que par un "cceur pur".
læ Héron se trouve poul I'instant libre de la teinte noirc et décide de
tenter sa chance. ll troùve les ossements de Iuchiban, et par la même
occasion le fantôme du sorcier maléfique. Le goût du pouvoir perd
Anegoshi. Au lieu de s'enfuir, il ne peut résister à l'appât des
connaissances que lui fait enhevoir Iuchiban. Ce dernier lui apprend
quelques maléfices et lui promet d'en faire son disciple et de lui
enseigner la totalité de son savoir Mais pour cela, il faui qu'il se
rende digne de son maître : il doit obtenir le pardon de son daimyo
pour les fautes qu'il ne va pas manquer de commettre, et le refuser
afin de se damner sans espoir de retour luchiban veut que son fuhu
disciple soit totalement corrompu et qu'il le fasse de façon totale-
ment volontaire. Quand Aregoshi ressort de la tombe au bout de
quelques jous, il a beaucoup changé. Il rappelle à lui Hampa, qui
espérait secrètement que son maître aurait houvé la mort dans la
ur message décrivant la situation au
tombe, et lui ordonne de porter
daimyo de son clan. Après avoft commis quelques atrocités
mineures, Anegoshi se rend aux Crabes. Le démon s'acquitte de sa
tâche périlleuse, mais ne sachant pas quelle autre mission Anegoshi
risque de lui domer, il décide de chercher un moyen radical de se
débarasser de lui. Soucieux de préserver les intérêts du clan, le dai-
myo charge Doji Shuki de négocier la vie du shugenja dans les plus
brefs délais.
Comment iouer Anegoshi

Ce dernier souhaite convaincre les jotreurs que lc ma1 qr.ri l habite n est dû qrià une suite de malheureuses coin-
cidences, et qu'il veui trouver le pardon auprès de Doji Hoturi. Il joue donc une comédie que son esprit corrom-
pu a parfois du mal à garder cohérente.
Dans la première pariie du voyage Aregoshi prendra sur lui pour essayer de rester ainable avec toui le monde, ce qui
pour est une performance d acteur non négligeable. Puis, au fir et à mesure que soù total de poiits de Shadon'lards aug-
mente, il laisse âpparaître des chalgeDlents d humeu brutaux, passant d'une hilarité inquiétante qui se manifeste sans r.rison app.r-
rente, au mutisne le plus total. Se changement d'attitude se fera réellenent sentû dès qu il dépassera la barre fatidique des 65 poillts
de Shadou'lands.
Si?tr des Pp s?niércsse partlcrlièrenlenf à fui, Anegoshi se foRrrd à rester corrrois ef anirca? avec lûi en roûfes clrc-onstances. Son
but inavoué, sùrtout si le joueu est un shugenja, est de l'attirer du côté obscur en le tentant avec des bribes de connaissarccs.

Les moments où Anegoshi peut utiliser la Maho


Voici un résumé qui vous indique à quel moments et dans quelles conditions Anegoshi utilisera la magie noire. La paragraphe sui-
vant vous nontrem ce qu'il lui en coûte de demander I'aide des puissances infen1ales.

Pendant la bataille contre les Crabes: il lance le sort blood of midgnight si le Pj qui le délivfe est en danger pendant la
bataille (8 points de Shadowlands).
Empoisonnemenl : il fait appel à sa constitution surnaturelle (1 point de Shadowlands) pour résister au poison. S'il doit
s'en sortir tout seul, ii lance touch of death sur la ninja pour la tuer (10 poillts de Shadowlands), puis heâri of inferno sui
les porteurs du brancards, ainsi que sur quelques malheureux passants.
Pendant I'attaque des zombies: il lance le sort blood of midgnighr sur I'un des Pjs si ces derniers sont en danger (8
points de Shadowlands).
Pendant I'attaque d'Hampa : il fait appel au pouvoir noir pour augmenter ses caractédstiques (5 points de
Shadowlands).

Dans tous les cas de figure, Anegoshi augmente son total de points de Shadowlands de 6 (à cause de I'empoisonnement
et de I'attaque d'Hampa), ce qui le fait passer à 57 points et ne met pas les Pjs en danger.
Si jamais Anegoshi a un total de 80 points ou plus, il sombre dans la démence la plus totale et se retourne conbe les
).i\È\IS.Ces\ts çi\e q\i!\isse À\ii\èr a\!r-ljs.l(s.iisqrrest (e ro.surir qtLqs sN\i\a\\s !e\dq\t\q.,lr \rsr\r\qrrr can t\s \s\(
pas rempli leur mission. Cette extrémité doit êtrc le bâton qui motive les joueurs à tout faire pour qu'Anegoshi n'utilise
pas ses pouvoils. Ils doivent s'en renclre compte assez rapidement afin qu'ils ne soient pas surpris par la violence des
attaques d'Anegoshi si celui-ci est consumé par la teinfe noire. II faut bien insister à chaque étape que franchit Anegoshi
pour que les joueurs se rendent compte du danger qui les gr.rette s'ils se laissent aller à la facilité.
Le pire n'allive que si Anegoshi utilise ses pouvoirs dans toutes les occasions décrites ci-dessus. Dans le cas contraire, il
ne peut mathématiq(ement pas dépasser 79 points.

Les transformations d'Anegoshi

Selon 1e rombre de poillts de Shadowlands qu'il aura accumulé, Aùegoshi sùbira des altératio1rs physiques et mentales
dues à la corruption :

55 : des tâches de vieiliesses lie-de-vin appâraissent sur son visage et ses mains.

60: Anegoshi développe une rnaladie de peau contagieuse. Les Pjs et leur escorte peuvent la contracter (jet de stamina
TN l0). La malaclie n'est pas grave : des rougeurs localisées sur les mains et les bras démangent fortement ceux qui sont
abteints, et ils perdent 1 dé à tous leurs jets sociaux. La maladie guérit d elle même au bout de quatre ou cinq jourb.

65: sa langûe clevient pûtrescente. Il a des difficultés pour parler normalement. Sa voix devient sifflante et son haleine
est insupportable. A partii de ce monent, Anegoshi a beaucoup plus de mal à se contrôler Il ne parle quasiment plus et
est pris de crises de rire démentielles au moments les plus inopportuns.

70 : Anegoshi disparaît pendant une heure, puis rejoint les joueurs. Plus loin sur la route ils voient les restes d'une malson
réduite en cendres, il y a quelques heures.
75 : en proie à une fureur incontrôlable, Anegoshi tue l'un des soldats Daidoris de I'escorte. Timura est furieux, et les Pjs
ont du mal à le ramener dans la voie de I'honneur Anegoshi, quant à lui arborera un petit sourire satisfait.
Ç

A.+- o Ils sont accueillis avec respect et sont immédiatement conduits


Làa1!l^ àes 6,ov"s auprès du daimyo. Ce demier est assis sur rm hône massif de basal-
te magnifiquement sculpté. Il porte une armurE lourde, d'apparat
Scène 1 ,La cilé d" jo,^di" certes mais une armurc tout de même, ce qui en dit long sur I'am-
s.^s l'.,,rbr. (129) biance de la cité. ApÈs de courtes mù civjles présentations et saluta-
tions, celui<i demande un rapport complet sur la situation.
Ayant échappé aux Crabes, les Pjs aûivent sur les Le récit de la bataille inquiète les Daidojis. Que s'est il passé sous la
teiies de ia famille Daidoji, ou comme les appellent res- tente ? Shuki a-t-il waiment tué le CÉbe ? Doji Shuki est-il mort ?
pechreusement les Crabes les 'Testu-tsuru", soit les "Hérons de Autant de questions qui ne trcuveront waisemblablement pas de
fer". Vu l'état de leurs montures et de leurs compagnons, dont réponses.
beaucoup souffrent des séquelles du combat, ii serait judicieux de Lors de leur entretien avec le daimyo, la cour est présente et émet
sanêter dans la cité du jardin sous I'ombre, et de demander I'aide des commentaires honifiés à la mention de l'événement. Les
du daimyo Dajdojj. C'était du reste la route prévue pour le retour. joueurs pouûont d ailleurs remarquer une shugenja qui les écou-
te avec une attention soutenue. Chose cul'ieuse, elle porte un kimo-
Malgré leur empressement, les Pjs constaient que le shugenja ne no aor couleurs des Crabes, associé à un s',rnbole Phcenix.
semble pas aller pour le mieux et doivent aclmettre qu'ure halte lui Elle sera présentée aux Pjs comme étant Isawa Sayama. Doji Shuki
serait plus que profitable. Dè5 I'aûêt décrété, Anegoshi s'effondre plus lui avait demandé de venir ie rejoindre ici. Si on lui en demande
qu'il ne descend de sa monture. Il paraît épuisé ei semble avoir du n1al pourqùoi il voulait la rencontrer, elle sera évasive et se contentera
à se remettre des événements qu'il a subit. D'une voix suppliante, il de repondre qu il rouh.iitdrt des conseil5
denande à manger car les Crabes ne l'on pas nourris depuis deux Elle jette des regards noirs à Anegoshi. Elle n'est pas la seule : de
jours.Tout en engloutissant ce qubn lui prsente, il mcontera en chevrolant nombreuses personnes ont une réaction de dégoût nettement affi-
une version hb personnelle de son histoirc. chée lorsqu'elles rencontrent ie personnage.

" j'ëtais ell aryage pour senrir na fatnille et uon clan, j'ai été
A10"5 que Il est temps poû les jor€urs de faire leur premier jet de stamina TN
enooftté pnr tot clémonqri m'æt ayparu sous ln forne d'un mlmt $in de 5 pour savoir s'ils résistent à la teinte des Shadowlands. Ceux qui
nriwx m'abuser. Prëtexlont que sa mète élait retenîæ qtptioe pat des ratent gagnent de 1 à 5 points de Shadowlands (d, rÈgles sur la
lnonstrcs des Shadawlinds, il n'a attiré et usé de ses naléfices Wur me cot- Maho), et ont du mal à comprendre le dégoût ressenti fâce à
/ompre et ne contrôler. L e temps q:ae je m' apercobe àe lo sttpuchuie,le mal Ànegoshi, Ceux qui rÊussissent se rmdent compte qùe \a lrésence
étt:tit d4à femenent ancré e mai I'ai fiené une lutfe âpre et sans nerci du shugmja pourrait influer sul leû esprit d'une manière peu
c\nlre ce monstre afin de me soustraire à sotl étleinle. I'\i Téussi nais ce com recoûmandable.
bat m'a oidé de mon pide.
fbide uital, Inissant mon coryx comme un coquille
le me suis rendu compte Er'il m'avait ittculqué dæ seûets innommables et Le Daimyo les libèrc ensuite du protocole, les guerriels Daidojis
dangoarx pout le fionde altier. I'oi en'é des jours duriftt d\ns les étant moins tatillons que les autres sur les manières. Les joueurs peu-
Shidowlands aoant de tzmber sur une patrcuille Cmbe.I'implorais leur aide vent se reposer et bénéficier des soins attentifs des praticiens per-
mais au lîa de I'obtenir, ie reçus un caup snt1.)ige srr le crâ e qui me laisstl sorLnels du dairnyo. On leur donne une chambre pour s'installer avec
inconsci t et sn11s d4e se.lnrsquc je me suis réueillé, j'étais m wge et maÉ Anegoshi. Ils sont parfaitement libr€s de sofiir du palais pour aller
lel unc bcle nfn de scnr fu monmr d iclnngc. prendre du bon temps dans l'une des maisons de thé de la ville.
Anegoshi choisira son programme en fonction des jouews : si ceux-
Il sarrête alors pour pousser un énorme soupir puis reprend sur ci restent au château, il demandera une masseuse et ùa aux bains,
un ton plus ferme :"
/'si désltonoré mon clan et ù cause de mai dæ braaes s'ils sortent en ville, il ira dans une rnaison de gejsha. Dans les deux
1nt peri sur rme terre llastile.le')eux dés\mttis rejoindre non dainyo et cas, ure envofe du clan Scorpion l'attend pour essayer de le caPtu-
implorersonpa on pour qiil me lnisse kaer de mon sang la lôche qui souille rer Ses connaissances sont hès importantes aux yeux de certains
0n 110111.Ie oous renrcrcie de aotre aide nes seitneûs et je suis à jnmais membres de leur clan.
aotrc débitew. Mais je ne aenx pas 1)or$ rctarder iaec mes malheuts,
hàlots no , d, ,nllier I n'il, lc pln, prochr. 1, Dans le Palais
à lerendre s)'ût-
Cette tirade larmoyante d'Anegoshi est destinée ApÈs avoù eu rccours aux soins attentiJs des médecins,les Pjs se font
pathique aux yeux des joueurs. Il espère ainsi parvenir à les conduire jwqu'aux appartements qui leus sont r6ervés en tant qu'in-
duper suffisamment pour parvent à ses fins. vités d'honnetÙ. l.€s autres membres de l'escorte sont en hain d'êhe soi-
gnés, ou se reposent dans une autre aile dtr palais. Bien que les Daidojis
Renontanl rapidement en selle, les Pjs et leus horîmes se diiigent vers la appartiennent au clan Héron, leur natur€ guerrière s€ retrouve même
cité des Daidojis distante de clue\ues lieues. dars leur architechre. Ici pas de fiorihreg iuste le nécessaire, ce qui
Ils entrent dans une vilie en armes. Les récentes frictions entre le donne à l'eisemble du bâtiment un aspect spartiate. Comme dalls la
cian Crabe et le clan Héron ont porté une fois de plus les Daidojis ville, le palais est en alefie et de nombreû\ gârdes Pahouillent dans les
en piemièrc ligne des hostilités. Une patrouille de samurais les couloirs ou aux alentours du château, contribuant à donner tme
intercepte rapidement, et après une courte discussion, les conduit ambiance de conflit imminent. la chambre, bien que dépouillee, est
au pâlais. chaleureuse et les Pjs ne mettent pas lon$emps à se senfu chez eux.
Anegoshi émet le désir de prendre un bain et de disposer d'une les geishas en faisant croire que l'on va
masseuse pour soulager son corps enclolori, jusie aspiration boire un saké, ce qui satisfait évidem-
lorsque l'on a subit un emprisonnement tei que le sien. ment lensembie des clients de I'étabiis-
sement. Ce demier est donc fréquenté
autant par les diplomates de la cour que
/.J i,',jas par les samurais Héron.
Ces deux sceurs ont été élevées ersemble dans une famille ninja Les visiteurs sont pris en charge dès leur arrivée
du clan Scorpion. Le daimyo de leur clan ayant appdt qu'un shu- par un petit homme âu visage ridé comme une vieille
genja avait réussi à penéher dans la tombe de luchibarç il veut pomme qui arbore un sourire jovial.ll s enquiert immédiatement
s'approprier ses colnaissances et a envoyé les deux sæurs afin de sur leurs désirs alin de les diriger vers les lieux appropriés.
lui ramener vivant. Pour les caractéristiques de ces deux mnjas uti- Comme dans tous les établissements dc ce genre, les clienis doi-
lisez les I'njs prédéfinis dans les règles dans le chapitre concemant vent déposer leu$ armes avant d'entrer
ces gueniers de I'ombre. Nornalement vous ne dewiez pas en Anegoshi souhaite se relaxer en compagnie d une des ravissantes
avoir besoin, mais sait on jamais... hôtesses que propose la maison. Les joueurs peuvent I'accompa-
gner ou se désaitérer avec le meilleur saké de tout Jempirc en
Les bains provenance directe du village du voyageur sympatlique.

Les bains sont aussi st cts que le reste du palais et ne comportent La maison de thé
que le minimum vital pour mener à bien les opérations. La pièce Au-dessus de la porte menant à la seciion de ces dames, ie pro
est envahie par la vapeur parfumée qui s'échappe du réservoir priétaire a fait inscrire une maxime : "L,dlsir fnit soufi'it.Il sutblt
d eau bouillante situé en son cenfie. bon , lndis l ttt ûtou',Jais" .
l\ y a dans\a autart àe seNantes qùe ùebaigneurs, prètes à
sa\\e L rntérieur )uxueux et miiinê, toui en matières nob)es et cha-
est
les laver et à les masser. Lorsque Anegoshi entre, un ftisson de toyantes. Anegoshi jette ur froid sur la manasan et I'auhe femme
répulsion parcourt I'assemblée féminine. Les Pjs se rendent bien I'accompagnant pour accueillir les nouveaux arrivants.
compte qu'aucune ne souhaite le toucher, ei cette peur fait hurler L'argent qu'il propose â dù mal à les décider de le laisser profiter de
de rire le sorcier qui se déiecte de provoquer tant d'émois. Les l'étabiissemenL et seul le regard appuye de I'homme de I entrée les
femmes se parhgent les inviÉs et c'est appareûunent la plus i.une qui, convint de le fairc.
avec un ùd'enteûemmt, est obligée de s'occuper d'Anegoshi. Anegoshi souhaite une hès jeune fille qui saùa le distraire en réci-
Apiæ quelques instants nécessaires pour s habihrer à la chaleur tant de la poésie et en jouant de ia rmrsique.
exkême, ies corps se détendent et piongent avec délice dans le bain. Une des deux fernmes Irappe dans ses mains et, quelques ins-
Les feinmes se dévêtent et enhent dans l'eau à leur sldte. Usant tants après, une jeune femme maquillée fait son entrée avec un
d'éponges douces et de savon, elles effacert délicatement le sang et koto. Elle est surpdse par l'apparence du sorcier mait apÈs un ins-
la poussière, demiers vestiges visibles du camage. L'épaisse fumee tant d'émotiory elle se reprend et le dirige vers une petite salle. Si un
n'empêche pas de constater que la jeune femme chargée d'Anegoshi des Es souluite l'accompagner, il rcfusera de façon catégoique. Si on
est blême et que ce demier porte sru elle des regards lubriques aux- veut le suweiller, il faudra rester devant ia porte.
quels elle tente de se soushaire tant bien que mal. Lâ maison Foposant ioutes sotes de dishactioru, les autres person-
Une fois le bain terminé, les Pjs sont séchés, puis massés avec de nages désireux de profiter de I'occasion peuvent le faire, moyennant
l'huile odorante. finance bien enteldu.
La geisha d'Anegoshi est une des ninjas du clan Scorpion. Elle
Crest à ce mom€nt que la servante d'Anegoshi, qui est en fait une des empoisonnera son saké et fera prévenir sa complice au palais que
ninias envoyee par le clan Scorpion pour le Écupérer , emploiera de le shugenja sera prêt le lendemain.
I'huile empoisonnée pour fùe croire à sa mort le lendemain. Un
obseûateur poûrra houver nomral qu'elle s'acquifte de sa tâche avec La maison de saké
tant de hâte, et sorte si rapidement des bain5. Elle va en fait prendre En approchant du bâtiment, les Pjs peuvent entendre des eclats de
I'antidote au poison qu'elle vient d'adrninisher au shugenja. rire provenant de l'intâieur. Sur le fronton, ure citation est gravée :

"Quancl tme
fetnne te |ntle, soutis lui et n'éco te ptis ui1t11ot."
L Dans la cité L'ensemble esi divisé en petites sections privées où les clients peu
vmt se retrouver pour savourer leur breuvage favori en groupe ou
Le modeste réconfort en toute intimité. Chaque salon est meublé de la même manière I des
tatamis sur le sol et une longue table basse en bois laqué. Les mùs
popriaire dans la cité et qui, malgré les mau-
Si il y a bien r.ur endroit sont décorés avec des ftesques représentani les étapes de fabrication
vais augures sw rure guerre prête à éciater ne déæmplit jamais, c'est du saké. Des femmes font le seruice et apportent le FécierL\ liqurde
bien l auberge du "modeste réconfort". Auberç est un mot bien dans des petits récipients en farence. A leur entrée, les Pjs sont hélés
réducteùr car en réalité le bâtiment lait olfice de maison de saké et de par des soldats et des samurais Daidoji. Ils souhaiient que les joueurs
maison de thé. Le bâtiment possède deux enhées situees sur delu se joigneni à eux et semblent très désireux d'avoir leur compagnie.
rues parallèles et, à I'intérieur, les différentes activités sont séparees Ils ont déjà commencé à boire et un refus serait évidemment
par un petit jardin. Cet astucieux stratagème permet de ftéquenter interprété comme une insulte.
Tout en leLrr olfrànt à boire, les guerrierr Elle posera quand même des quætions à ceux qu'elle sentira les
ies prient de leur conter la bataille contre plus mal à 1aise.
les Crabe.. Durart lc recil, un dec homme\ Elle demandera qu on lui décrive attentivement I'altercation ente
qui a bu plus que les arùres fait des com- les Crabes et les Hérons et insistera particulièrement sur ce que les
rnentdire. mépri-ànts >ur le: Pjs et leur,rtti- joueurc pensent de celle-ci. Eile s'intércsse aux conditions de i'af-
tude devant I'ennemi. Les autres membres du hontement et aux æsponsabilités. Elle souhaite des réponses sans
groupe semblent ignorer ses remarques et font des fioriturcs et ne semble pas apprécier les remarques désobligeantes
efforts pour couvir le son de sa voix. contre les Cmbes.
A uù moment critique, une femme fera son apparition dans la Elle passera ersuite à I'interrogatoire d'Anegoshi. Pour cela, elle
pièce. Elle est aveugle et semble très âgée. Dans un paniei en demandera aur Pjs de la laisser seule avec lui pendant quelques
osier, elle transporte un magnifique nénuphar dont la tige est instants. Après un tel numâo,les joueurs dewaient êhe heureux de
entourée avec un mince parchemin. Un des guerriers indiquera fuir un tel personnage. En fait, ils n'ont pas waiment le choi\, car
aux Pis que c'est une marchande de destin. Eile dit retranscrire s'ils refusent elle usera des pÉrogatives de son rang et leur ordon-
sur ses parchemins ce que les fortunes lui indiquent. Si un des nera de sortir. Anegoshi insistera sur le fait qu'il a une totale
Pjs souhaite acheter la fleuç il iui en corlitera 10 zeni. confiance en Sayama et les assurera de sa parfaite collaboration.
Sur le papier, une phrase est notée : '/l t1'V a tie a espérù d'lt1
honune de nattoaisefoi : rien ne san'tit redresset si ca dtLitc" . Elle veut jauger son degré de malfaisance afin de savoû si elle
Si on questionne la vieille femme sur la signification de cette doit utiliser le dtuel de purificatiory ou si elle doit le tuer dans le
phrase, elle indiquera que les fortunes se servent d'elle pour cas où il n'y aurail pas d'espoii de Rédemption. C'est cette der-
transmethe la bonne paroles mais ne prennent pas la peine de lui nière solution qu'elle retiendra. En effet, malgé ses dons de
en expliquer le sens. comédieq Anegoshi est percé à iour : Sayama ne parle presque
L'homme qui les dérangeait précédemneni dort maintenant sw la pas et laisse le sorcier tisser sa toile de mensonges. Mais elle n'est
table dans un concert de ronJlements. les autres soldats s'excusent pâs dupe.
de sa conduite et pdent les Pjs de ne pas relever I'affronl.
Elle rejoindra les joueus, accompagnée par Anegoshi, et ne fera
Il est honorable de pemrettre à une personne d'évitet la honte aucun commentaire srù leur entrerme. Elle indiquera qu'elle comp
en ne cherchant pas à obtenir réparation. Se battre contre un te se rendre dès ie lendemain à Kluden Hida car elle est peGuadee
homme ivre n'a jamais été une action héroique ! clue les Crabes n'ont pas tué Doji Shuki et veut négocier sa libéra-
Si les jouÊ\rs insistent pour en ùêcorrùre, laissez \es sa.ùoùret hon. E\\e sodnar\en ensurte boîne n].ùt etborme conbnuabon ?ouT
ce moment de cou
victoire €t faites leur faire un jet d'hon-
e leur voyage.
neur. Le futur se chargera de leur faire regretter de tels actes.
4, )negoshi esl moû
3, Jsowa Soyo^o
Le lendemain, ure servante décour.re Aregoshi mide mort dans sa
De retour au palais, ou après avoir vaqué à leurs activiiés au couche. Les Pjs sont aùssitôt avertjs, et peuvent exarniner le corps.
sein de ceiui-ci, les Pjs sont invités par Isawa Sayama à prendre Il git sur son lit, les muscles crispés par un ultime spasme, la bouche
le thé dans ses appartements. Elle inclut bien entenduAnegoshi légèrement entrouverte d'où s'échappe ur ûlet de bile visqueuse,
dans son invitation, sachant que l'homme a une importance comme si il avait voulu appeler lors des demiers instants de son
particulière pour eux. agonie.
Sayama les accueille elle-même lorsqu'ils se présentent à l'en-
trée. Malgré son rang, elle ne semble pas bénéficier de I'aide de Un joueur possédant la compétence médecine peut remarque4 en
serviteurs. Interrogée sur ce slljet, elle répond qu'elle a choisi de cas de jet Éussi TN 15 que la nideur du corps laisse à penser que
mener une vie ascétique et qùe les usages de la cour impériale nuil Un jet de poison ou her-
le décès est survenu au milieu de la
troublerait sa méditation. Elle a revêtu un kimono aux couleurs bodstede TN monhe des indices empoisonnement Un iet par-
20
de son clan. Si une qùestion est posée sur sa tenue précédente, ticulièrement bien réussi indiquera que le poison devait être un
elle répondra évasivement qu'elle a un profond respect et une prdssant pdâlysant qui a !.raisemblablement causé un aûêt car-
amitié sincère pour le clan Crabe. diaque. N'oubliez pas cependant qre toucher ûn mort est rne
Elle conduit entièrement la cérémonig saul si un des joueurs se pro- chose indigne des samurèis et est considérée (omme réservée au
pose pour l'effectuer Pendant toute la durée du rihtel son regard etas, c'est à dire au non personnes, indignes de l'ordre céleste.
scrutateur se posera altenrativement sù chacune des personnes
présentes. Quand un des Pjs en est 1a cible, il a limpression que son Une fois lexamen du corps terminé, des serviteûs viennent pour
âll\e est Nise à N et q(d ne çeut nen drssrsrsler. s'ccsrler de la déçosille. \-es F\e\.rs (oi\e\t îe çose'r des qses
Ce n'est pas tout à fait exact mais enhetenez ia paranoïa, swtout tions sur la suite de ieur mission.
aùprès de ceux qui ont quelque chose à se reprocher. Les coupables Cornme Sayama est la demière personne a avoû m Anegoshi, ils
se dénoncent souvent d'eur même par ieur attitude et Sayama est auront peut-être des doutes sur cette dernière et voudront la voir.
une virtuose de la torture psychologique. Elle se moque des secrets Malheureusement pour eu-\ elle a, comme convenu, quitté le palais
des Pjs, car seul Anegoshi l'intéresse pour le mal qu'il rcpÉsente. ce matin en direction de Kluden Hida.
Jsawa Soyor o
Depuis sa plus imdre enJâùce, Sa),amâ a toujours éié considérée comme une enJani prollige. A juste tihe d ailleurs puisque à I âge ou
d'autres se font novices, elle atteignait le premier râng de l'école lsawa. Elle semblait nalurellement en accord avec les élénents, conprenait
aisément les taos plulosophiques ies plus ardùs. L€s seuseis ne târissaient pas d éloges à son sujet, regrettant seulemeni de ne pas arriver à lui
apprendre i'humilité.I'orgueil n étant pas nat!Ùel pour les rnembres du clan.
Alors que tout la prédestinait à devenir membre des hautes sphères des maifres, un évé'
nement inopiné bouleversa toùtes les praiciions. Sayama croisa le desth d'Hida
_.'
,r)
tl ?,
I ,)
(,9),
(, (r s:i''i
Hamashi, jeune bushi du clân Crabe venu lemeitre une missive au clan Phéni\. ,l ,.^
-.^ f..,;:)" -,,!
).
Elle n avait senii une telle force. une telle prêence, d€z auom des guerriers de son clân.

Il n'avait jamâis vu ui mélange si subtil de puissance et de sagesse, allié à t t de grâce.


a''* 5t'Âl
l','(,;;a
Aussi sûrement que les opposés s atlirent inexorablement, ils succombùeni à la passion.
Comme il ne pouvâit se soushairE au devoir sacré de son clan et qu'elle ne pouvait sup Jl / ,t, ,

il
porter f idê de la separation, elle ddda de le suil,re et d'abandonner ses éhrdes. Mâlgré

les regrets et les chagrins, tous la lajssèrent partir âv€c benediction, conlortés pâ.r I'idée
^- )'. ",-,15
que chacùn doit lrouver sa voie dans ses prcpres ténèbres.
La vie sur les terres du clan Crabe ne fut ajsê pouj Sayama, Par amour pour
:t_\'l
ù.i
pas chose

Hamashi, elle appdt avec pâtience les mceurs hès difiérentes de celles qu'elle connùsait
et pawint à les comprendre. Par amour pour Hamashi, elle se Ésolut av€c abnégation à
,u( [ t'/

se familiariser avec la pÉsence de la teinte des Shado\a'landi. Par âmoû pour lù elle
.!.torta âvec coûage Ie baptême de Ia guene et de Ia mort, gagnant le rcspect de ses

hôtes.
Une annee passa. On les voyait toùjoùrs toùs les deûx, elle I'accompagnant batailler dans
F"{
les Shadowlands,lui la souteùant dâtls ses discutions avec les shugenja
Au début de leur seconde arurée de bonheur,
Kud.
il mourut lors d'un raid dogre contre le #-
r$
Carpenier s Wall. Elle n avait rim pu faire poùr empêcher Ia créatue de le frapper dans le do6

car elle cornbattâit pour évittr qu une brèùe puisse êhe perce dans Ia défg]se.

lâ vie de Sayama s'anêta ce jour la.


Elle s'en voulait de ne pas avoir été à son côté pour le sâuver ou poùr trouvel la mort avec
lui. Tout ce qui était positif chez elle disparu, se dispe$ant aux quahe vents avec les

cendres d'Himâ$i. l€ dan Crabe tenta de la soutenir daff sa trjstesse, mais ce fut inuti-
ie, rien ne pouvait plus la toucher Elle retouma dais les montagnes des Phénix pour
demaider à son Daimyo l'autodsaiion de faire Seppuku.
Ce demier rnis un jour et une nuii miière à discuter avec elle porr lui faire comprendre
que sa haine étaji mal didgée et qu'elle pourrait uliliser celle ci à des fins ûoins destruc-
hices. Say&nâ acquiesg, mais ne compris qu'ûle partie du message qui lui étaii destiné.

Elle venait de decouwir sa voie véritable : elle utiliserait sâ colère pour lutter confe les
Shadowlands.Elle continua à éhrdier et devint une des râres détentrices du riiuel de Puriication, arme nécessaire poul son combat conire la piopâgâtion de la cor
ruption de Fu l€ng.tors d'une retraite au Tempie du soleil levanL elle affina sa perception en apprenant des teclùiques méditatives. Depuit elle traque ceû\ qui
portent la teinte. CeÙ-\ qu elle estime dignes sont purifiés, les auhes sont impitoyablement détluits. Et elle ne recule devant aucun moyeis pour atteindre ses buis.

Fire 2 ll Hontpur 2.5


ACilliy 2 ll CIoi," r a.0
TnielLi8ence 3 ll Âfir3 :3 ecole Jsarva

Air2 ll Skilis . ca lJrgraphy 2, investigation 4 meditâtion 3, shintâo 3, theology 2, Shadowland lore 4, tea cercmony 1, sincerity 2, hor
Refle\es 2 ll semaffhjp 1.

Awarene5s 4 ll ,4mnh8c iAlliêCrabes {3).


t"rnh 5 ll Drsarurtnge. : Driven t3), tost love (2).
Stamina 5 ll fN io IrÉ irif i l0
Willpower 5 ll Ar,nc Wndrylc : àuc.rr'e.
Waler 4 ll Arnuv priwiryle : aucjr'e.
Sfren$h 4 ll purily (!Vater), tonential rain (Water), ride though
Sods i sense, conunune, summon, path to ilmer peace Ovater), blessirg of
Perc€ption 4 ll ihe njght fwater), muage of ihe seven thundeis Garth), ilnmortal steel (Earth), jâde strike (Earth), ritual of purificâlion
vord 4 ll Garù), doâl< of niSht (Air), s€sets on the wind (Air).
Un Pj attentit iéussissant un jet de percep- 9cène 2 r Les l-lér^or,rs noirs
tion + investigation TN 15, auia un doute sur
I'une des servantes qui attend a I'extéieur et Les Pjs doivent reprendre la route pow conti-
accompagne le brancard. Après un moment nuer leur mission. Après un tel affront à l'inté-
d'indécision assez long, durant lequel les etas rieur même de leurs murs, les Daidojis leur
partent avec le corps, le joueur se souviendra proposent une escorte d'une quinzaine de
d'avoir vu cette femme auparavant : il sragit cavaliers pour remplacer les hommes blessés
1_-\'1.._1-
L'o.tqo)t r(] de la servante/geisha qri s'esl occupée
L InrL,l dans la bataille. Ils sont menés pai Daidoji
d'Anegoshi la veille âu soir, et qui semble Timura.
Itt Ce fidèle soldat de la familLe avoir prit des précautions particulières pour
t'l Daicloji respecte le Bushido scrupu- ne pas êtrc reconnue. Ce demier a déjà entendu parlé des Pis et
' t\/ leusemeni. ll aiDe ses hommes, et s'est folgé une idée assez précise de ce qu'ils
i'lri 1 ceux-ci le lui rendent bien. ll esi A ce Noment le corps et ceux qui le hanspor- valent. En effet,les hommes de I'auberge font
sévèrc, nâis juste. 1l fera toui pour tent sont encore en vue. Si les etas ont le partie de sa compagnie. Ils ont donc fait un
protôger la vie de ses hommes. Il moilldre soupçoll sur le fait d'être découverts, râpport circonstancié sur l'attitude des
ncst pas consiLléré comne étant ils s'enfuiront avec Anegoshi. joueurs et leurs remarques.
soûs les ordres cles Pjs, mais comme qi le- lj> ne r( rendent .onrple de rier, Si les Pts ont étés bienveillantt il leur fera
leur égal ct leur âllié- 5i ceux-ci Anegoshi devra puiser dans ses réserves. Au des excuses personnellement pourle compor-
prennent des risques inconsidérés, moment où les etas vont sortir de leur champ tement de son homme et les agsurera qu'il a
ou font quoi que ce soit qui soit de vision, I'un d'eux croit voir la main du été puni pow sa faute. Timura sera beaucoup
dangereux (inutilement) poul ses "nort" bouger. A eux de réagir rapidement plus enclin à prendre des risqres pour eux et
hommes, Timura s'y opposer avec n^',r iÈôtêr l'êâ',inidê se montrera un compagnon très agréable.
douceur mais fermeté. Si âucune Une poùrsùite dewait s'ensuivre dans les cou- S'ils ont insisté sûl'outrage, faites de Timûa
entente ne peut êtle trouvée, il ira loirs du pal.ris. Les quatre hommes et la femme un homme froid qui ne laissera rien passer.
jusLlu'au duel plutôt que d'avoir à ont quelques mètres d'avance mais sont Les Pjs ne sont pas les seuls à savoir jouer au
donner des ordres qu'il trouve encombrés par le poids mort qu'ils transpor- jeu de I'honneur poussé à son parorysme,
insensés. Toutefois sa credulité lui a tent. Si les Pjs appellent la garde ou font suffi-
parfois joué des tours, ei sans l'aide samment de bruit, les ravisseurs sont vite Le groupe emprunte la route menant à Ia cité
de son sensei, un maître de l'écoie interceptés par une patrouille. Les hommes du rivage solitaire. La petite troupe arrive près
Kakita. il aurait pu âvoir de gros lâcheront la civière et
se battront avec des nun- des conheforts des montagnes, et des teûes de
cnnuis, chakus,la femme se volatilisera. Dès que deux la famille qui s'est rebellée contre le clan
Câraatéristiques : hommes seront terrassés, les deux autres se Héron, la famille Yasuli appelée également les
Fire 2 rendrolrt. Avant quils aient eu le temps de "Hérons noirs".
Agility 3 rèr cler rluoi que ce soit, ils tomberont frappés L'escorte formée par les Daidojis devient ner-
Inielligence 2 par des shurikens empoisonnés. Chacun reste- veuse au fur et à mesure que I'on s'approche
Air 2 ra médusé. Les ninjas ne sont après tout des montagnes. Lew chef explique au-r joueurs
Reflexes 3 clu une légende de paysans, et il faut touf de que la communication entre Krrden Hida et le
Awareness 2 ù1ême avouer que clisparaître devallt tout le château Yasuki est très rapide grâce à I'emploi
Earth 3 nonde n'est pas très naturel I Cette démons- de pigeons voyageurs/ et que ses hommes
Staninâ 3 iration devrait mettre les Pjs en garde et les rcdoutent une embuscade des Hérons noirs.
Willpower 3 convaincre que la place n'est pas si sûre, les C'est exactement ce qui se produit quelques
Wâter 2 poussant à partir rapidement. Anegoshi sortira heures plus tard : ceux qui ont une bonne vue
Strength 3 de sa torpeur quelques moment après grâce à son peuvent voir un groupe important de cavaliers
Perception 2 extraordinaire résistance. chevauchant à bride abattue dans leur direc-
Void 2 tion.
Ho|t'|ur:3.5 Si les ioueuIs n'ont fien remarqué d'éhange et
G/or? : 1.5 n'ont pas réagi devant les événements, Un jet réussi de perceplion + héraldique TN
Rang : 1 école Kâkita (Way of the Anegoshi finin par s'en sortir seul avec pour 15 indique que les armùres sombres sont
Crane). conséquence un carnage retentissant qui oblige- frappées avec le mon du clan Crabe ce qui
SÀi//s j archery 1, etilluette 1, iâijutsu ra les Pjs à quitter la ville immédiatement sur confirme les craintes des soldats.
1, kenjutsu 2, sincerity 1, battle 2. ordre du daimyo, pour ne pas saper le moral des
,4?l,rlrur: Sersei (3). houpes qui déjà murmurent et s'écadent srir le Les Crabes ont pu prévenirla famille Yasuki de
Dlsri)n,rtdge j Cuilible (3). passage des Pjs. Procédez au,\ aiustements slrr dépêcher des hommes pour les intercepter
TN to l.lit i 20 les points de Shadowlands d'Aregoshi et égale- Les joueurs et leur escorte doivent dotc, enco-
Anne priltci\b : kalâna 6k2. ment sur son comportement s'il y a lieu de le re une fois,fuir devant les cavaliers Yasuki qui
A ,r/r'e p,1,rcip1le : armure légère. faire. sont trop nombreu\ pour êhe combàtLus.
Ces demiers les pou6uivent jusqu'au temple du soleil du matin rée, quel que soit I auteur de cette
(133), qui est le seul espoir des Pjs de s'en sortir sans sque. lls doi- C'est la manière Ia plus simple ei ia
vent le rejoindre avant de se faire rattraper par les Hércns noi$. rapide pour les joueurs d'échapper à
Daidoji ïrmula prend la tête de la troupe et la guide jusqu'au temple. POUiSUlVantS.
Le domaine des moines est ciôturé par un petit
Un jet de agility + riding TN 15 s'impose. ceux qui échouent se mur d'enceinte de pierre blanche à I'aspect plus
trouvent légèrement distancés par Timura et ses hommes. Les esihétique que défensif. Deux lourdes portes de bron
Pis qui ont raté le premier jet doivent en faire un deuxième. Un ze permettent le passage à une cour intérieure. L un des bat-
nouvel échec signifie qu'ils n'ont aucune chance de recoller au tants est ftappé du chrysanthème, synbole du champion d'éme-
groupe: ils doivent fut dans la campagne pour éviterd'être pris raude et par extension inlage de la protectioù de 1'empereur
par les Crabes. Ceux qui réussissent le deuxième iet aûive à rat- lui-même. L'autre battant est finement gravé et pofie la représen-
traper Timur4 et paiviennent J'usqu'au temple. tation de l'astre solaire.
Le temple doit son nom a I orienidtion Je ses portc. vcr - lr I'\.r ni.
Dès que les premiers rayolls du soleil frap-
pent les portes, elles resplendissent de
lumiere et 5e trdn5formenl en JcLr\iemc
astre de brillance pour ceux qui regardeni
dans cette direciion.
Voyant la cavalcade, 1es résidents du temple
ont ouvert les portes devant les fuyards, leur
livrantaccès au périmètre inviolable dc leuls
terres. Le groupe pénètrc dans une cour lntè-
rieure sablée et close où les attendent
quelques hommes à I'aspect jovial. Ils sont ià
pour accueillir les Pjs et lew souhaiter la
bienvenue.Il leûr est indiqué qu ils vont être
présentés au vénérable du temple qui ieùr
expliquera les règles de leur séjour en ce
lreu,
Il'sonl donc rapidemenl colduit5 vers le
fond de la cour et, passant une petiie porte
enbors, i\s accèden\ aux )ard\ns et au \emp\e
en lui-même. Le bâtimert est typique des
édifices religieux Rokuganais par son archi-
au contraire des autres
tecture, mais
temples, ies fortunes ne sont représentées
Ceux qui sont obligés de se séparer du reste du groupe doivent de que dans leul aspect amical, ce qui exclut Osaùo-Wo.
débrouiller pour échapper aux troupes adverses. Quant aux jardins, ils sont visiblement très soignés et conscien-
Une bonne solution consiste à se cacher dans une des fermes de la cieusemeùt entretenus par les mernbres de la ftatemité ieligieuse.
région. Le hinin se fera une joie de cacher le fuyard, moyennant Pris au piège
une somme rcndelette pour I'aider dans ses menus frais. Il pour- Une fois sous la protechon des moines, qui apprecient plus que
Ia également rejoindre le temple pour livrer un message à qui de moyennement la présence d'Anegoshi et jeitent à ses accompagna-
droit. Le Pj dsque une bonne suée en entendant les soldats Crabes teurs des regards interloqués, les joueurs s'apercewont que le tenple
passer à côté de lui en posant des questions I est cemé par les houpes eùemies. Craignant le courrour de I'eûpe-
Si vos joueurs ne pensent pas à se cacher, il ne restera plus qu'à se reur les Crabes n'attaqueront pas et se contentercnt d'attendre arr\
résigner à être capturé car les Hâons noirs ne lâcheront pas leurs alentows afin d'avorter toute tentative de rurre.
proies. Et il est bien évident que le combat est perdu d'avance. Parvenants à I'intérieur du bâtiment, les Pjs s'immertent cians une
ambiance qui est impÉgné du calme et de la méditaiion de ceux qui
letupleduSoleilduMdin y résident.
L'endJoit semble partagé enhe les deù\ principales activités I une par-
Ce iernple réunii des shugenjas et des moines pacifistes qui refu- . tie pour la prière et le recueillement d où prcviennent les sons graves
sent l'emploi de la violence dans Rokugan. Depuis sa création, il a d'une cérémonie en cours, ùne autre partie destinée à la recherche et
toujours été placé sous la prctection dûecte de l'emperew et à I'enseiglement qùi surprend par son silence presque palpabie. Dans
aucun samurai, aussi fou soit-il, ne I'attaquerait ou ne se battrait chaque section, toutes les commodités sont réunies pour éviter aux
en son sein. Les règles qui le régrssent, impliquent que chacun est membres d avoir à cluitter leur lieu d'étude et seuls les repas sont pis
le bienvenu enhe ses murs. Toute demande d'hospitalité est hono- en corùr]un dans une grande salJe à manger prewc d (et HÉlet.
Le vénérable possède cles apparte-
ments pri\'és situés aù fond cle la
!'as"ki Ki+"
Ce jeune samuraj est plus à l'aise à cheval qu'à pied, même s'il
construction. Il reçoit clans son cabinet n'appartient pas au clan Licome. [1 s'est fait aûaché le pied par un
de travail, petite pièce confortable entiè- oùrs descenclus des montagnes lorsqu'il était enfanL ei il tente
depuis de contourner son handicâp en restânt le plus soûvent
rement lanbrissée, dort les murs sont
possible en selle. Une prothèse de bois sculpté lui permet de se
couverts d étagères ployant sous les liwes. déplacer erl clâudiquant. Cette démarche mal âssuÉe fait qu'il est
C'est un petit homme replet au regard franc et souvent sous-estim4 rnais sa fâmille comâît Ia vÉie valeur de
anical qùi se présentera à eux sous le nom d'Otoka. son courage et de son hotuleur,
Lorsque ses yeux se porteront sur Anegoshi, il aura un nrou- Câractéristiques :
Fire 2
vement de recul imperceptible ei demandera à ce qu'il n'assis-
Agility 3
te pas à I entretien. Cetie formalité remplie, la conversation
s engagera abruptement sur SaVaDla et la raison pour laquelle Earth 3
elle n accompagne pas le groupe. Il laissera les Pjs lui expliquer Water 2
Void 2
la situation dans son ensemble.
Ha naro :2.2
Gloite :7.6
C'est avec lui que
Sâyama a apprit à déceler la véritable naturc Rnng j 1 école Hida (Way of the Crab).
humaine par l'observation. Il est donc inutile d'essayer de lui Ski/ls j archery 2, defense 1, iaijutsu 1, kenjutsu 2, tetsubo 2,
mentir et il rappellera les fautifs à I'ordre par des grognements battle 1, Shador'r4ancl lore 2, borsemanship 2.
Dlsatd,fdSc : Missing limb : pied (3).
et des haussements d'épaûles. TN to be hit :25
Anle prillcipale : tetsùbo 5k2.
Si on lui pose des questions sur Sayama., i\ répondra qu elle Alrnure prirlcipale : armure lourcle.
rivait là avant d'être appelée par Doji Shuki et qu'elle est une
brillaùte étudiante. Si on iui parle cle l'empoisonnement en Son discours estclair: ses guerriers entourentla place et empê-
laissant planer des doùtes, il affirmera que Sayama est inca- deleurpart.ll demande aux Pjs de lui rendre
chent toute sortie
pable de faire une chose pareiile (ce qui n'est pas tout à {ait Anegoshi qu'ils ont délivré par traîtrise et lew promet en
vrai, mais persome ['e9t parfait). échange la vie sauve et le libre passage. Il leur laisse jusqu'au
Ilsemble qu il soit au Iait du but de leur mission et de leurs lendemain pour donner une réponse.
péripéties. Afin de les aider, il les tiendra au couiant des der- C'est désormais à eux de jouer. Toutes les méthodes sont envi-
nières évolutions des déplacements diplomatiques du clan sageables si elles restent raisonnables : ils peuvent se déguiser
Héron. Selon les demiers rapports, Ie daimyo du clan Héron a en moines poul sortir, il faudra juste qu'ils se rasent tous les
prévu d'assister au festival du printemps dans la cité du dva- cheveux et qu'ils cachent bien leur équipement en passant
ge solitaire. Cela dit, il répétera lâ règle de non agression du devant une sentinelle, ce qui est délicat. Il peuvent également
temple et laissera les joueurs vaquer à leurs activité9. défier Kito en duel contre sa parcle qu'ils seront libret ou ten-
ter une diversion avec un moine consentant qui attireË le gros
Pendânt ce temps, le chef de la houpe de Hérons noirs, Yasuki des troupes ennemies au loin, ...
Kitq ainsi que hois de ses soldats demarderont erL\ aussi asile. Si les joueurs n'ont aucun plan pour s'échapper, les moines les
Kito est un guerrier honorable. Il veut rcncontrer les Pis poùr pou- aideront, soucieux d éviter un bain de sang dans leur temple et
voir négocier leur reddition dans les rneilleures conditions, (sur- pressés de se débarrasser d'Anegoshi qui désacmlise l'endroit
tout si certains sont prisonnierc de ses hommes). par sa présence. Soucieux que la chose ne se répète pas, ils leur
banderont les yeux et leur feront quitter le temple par un pas-
Les Pjs sont libres de leurs Dlouvement dans le temple. Iis peu- sage dérobé qui donne en pleine campagne.
vent se reposer, nanget discourir avec les shugenjas sur le Quoi qu il en soit, ils dewaient s'éloigner au plus vite de I'en-
thème'Ul1e feuille dc prltier lteuf contcnir I itrfi,ri" ou bien médi- droit pour reprendre leur périple.
ter avec les moines suI ie concept suivant : "Puisque je ne puis
admettrc tl t Ia Éûlilé est' ftellc, connlent potn'ais-je croire que les Après êhe paftis du temple, les joueurs qui ont résisté à la tein-
ftoes sotlt des réi'es ? (Si vos joueurs veulent entendre les te noire la pæmière fois, doivmt faûe un second iet de stamina
débats, bonne chance pour I'improvisation l). TN 10 pour savoir srils résistent de nouveau. Ceux qui ont déia
succombé n'ont pas à faire de jet Ceux qui ratent gagnent de 1 à
Si un des Pjs pose des questions sur Sayama à un des shugen- 5 points de Shadowlands (cf. règles sur la Maho).
il apprendra que son brt est de détruire tout ce qui €st cor-
jas,
rompu et qu'elle étudie avec le vénérable entre deux missions, Scène 3, Dê^èl.t
^oc+ut^tes
Oùr qu'ils aillent, ils sercnt rejoints par Kito qui demandera à s'en- 1, D e,tIe d'ho^ '""" n
tretenir avec eu),.C'est ur
homme de taille moyenne qù avance
vers eux eû boitant de la jambe droiie. Il lui manque un pied, qui Après deux jours de voyage, à un endroit où la route longe ia
à été astucieusement rcmplacé par une prothèse en bois.ll s expri- côte, les Pjs aperçoiveni une silhouette qui ne leur est pas
n]e d'une voix grave et emprcinte de comnandenent. inconnue installée près d'un feu de camp.
Une nouvelle fois, il s'agit de Gudo. C'est la firl d'après-midi, et le Celui-ci utilise son pouvoir de suggestion sur
soleil commence à disparaître deûière I'horizon. le joueur à peine sorti du somneil, et lui
Après avoir salué les joueurs, Gudo les invite à partager son cam- demande de Ie rejoi rdre dans lc5 >uus-bois
pement de Iortune. I1 lui semble que le moment est aûivé de renr- avec ses amis car il a des informations iùrpor-
bourser la dette que les joueurs ont contractés envers lui. Il veut tantes à lui rér'éler.
qu'Anegoshi monte seul sur une barge pour rencontrer une per-
sonne très intéressée par son histoire. L'aller-retour doit durer En fait le but d'Hampa est d'attirer le joueur dans u11
toute la nuit. Pour prouver sa bonne volonté, il restera le prison- piege. ll r eur proiiter de I abscence d Anego.hi pour atta
nier des Pjs tant qu'Anegoshi ne sera pas revenu. Ce dernier se quer I'escorte et nuire au plan clu shugeûa. Dans un premier
pliera à la volonté des joueurs. tenps, il veui se débarrasser des chefs, c'est à dire des Pjs, pour
attaquer un groupe désorganisé. Mais con1me1lt le petit Haû1pa
Gudo ne s'adressera iamais directement à Anegoshi, pÉférant va-t-il pouvoi venir à bout des jotieurs ? Le démon profite d'atti-
poser ses questions ou donner ses ordres par I'intermédiaire des rer ies joueurs sur les lieux d'une ancienne escarmor.rche pour
Pjs. Comme son maître il n'a qu'une confiance relative dans le ramener ies morts à la vie et les envover contre eux.
repentir du shugenja. De même, il fera
quelques commentaires acerbes à tous ceux
qui ont des points de Shadowlands. Il ne
répondra à aucune question des joueurs
concernant I'identité de son commanditarre.

Anegoshi, de son côté, a remarqué des indices


qui lui indiquent qu'il ne peut se dérober : il
sent que les scarifications que portent Gudo
sont ia marque d'une puissance magique
majeure et il est curieux de connaître celui qui
se donne tant de mal pour le rencontrer. Au
soleil couchant il prend donc place dans une
petite barge qui file vers Iest, sans que per-
sonne ne prenne la peine de ramer, sous les
regards inquiets des Pjs. Gudo se Iera rassu-
rant et leur promet qu'ils reverront Anegoshi
demain à l'aube.

Attaque de nuit
Après avoh laissê s'è)oigner Anegoshi vers )e
large et un avenir incertain, les joueurs et lexr
escorte établissent leur campement sur la plage. L'ambiance
parmi les soldats esi un peu plus joyeuse qu'à l'accotrtumée, car la Les joueurs s'éloigneni donc du camp, convaincus par leur cama-
préserce d'Anegoshi n'est plus là pour peser sur les esprits. rade qu'ils vont apprendre des choses intéressantes. Légèrement
Autour du feu, ceftains soldats racontent les exploits de samùrais désorientés, ils finissent par entendre la voix enfantine d'HaDpa
mortg depuis longtemps, ou des légendes se rapportant à la trahi- qui les appelle et les guide. Au fur et à mesure c1u'ils se rappro-
son des Hérons noirs. Gudo se joint d'ailleurs volontiers aux sol- chent, ils distinguent des silhouettes da1rs les sous-bois, et enten-
dats, après avoir rnédité quelque temps sur la plage à la lueur du dent quelques grognements inquiétants.
soleil couchant. Ses récits de marins perdus et de bêtes mysté-
rieuses venues des profondeurs pimentent ia soirée, mais ne sont Si les jouetrrs se posent des questions sur ce
qui est à l'origine cle
pas faits pour diminuer I'anxiété du cceur des joueurs. lls ne cesbruits, ou essayent de voir distilctement une si]houette, ils se
savent si Anegoshi va réellement revenir malSré les promesses de rendront compte que les bois sont infestés de zombies. A ce
Gudo. Ce n'est peut-être qu'un sale tour de cet ancien Scorpion. moment, ils peuvent décider de faire retraite, ce qui leur donnera
Ceux qui I'ont déjà rencontré houvent qu'il a d'ailleurs développé plus de chances de survivre. Dans le cas contraire, ils se trouve-
un étrange goût pour les affaiies marines qui ne lui étaient pas ront totalement encerclés par les mort-vivants lorsque Hampa
familières auparavant. Si les joueurs craignent que Gudo ne s'enfuit donne à ses troupes l'ordre d'attaquer
et ie mettent sous bonne garde, celui-ci ne se rebellera pas, honorart
ainsi sa parole. Il n'a de toute façon aucune intention de fuir. Si les Pjs se retirent : ils devront affronter un zombie par personne.
Si les Pjs se laissent encercler I leur retraite coupée, ils doivenl
Environ ure heure avant le lever du soleil I'un des joueurs, celui qui faire face à trois zombies chacùn. Ils 11 ont pas d'autre choix que de
a lu Hampa sw le champ de bataille de préférence, est réveillé paI se battre, d appeler à I'aide et d'attendre clue les rcnforts arrivent
I'Oni. trois rounds plus tard.
La houpe d'Hampa est composée d'une n'ont jamais fait l'expérience, laisser décou-
hentaine de zombies. Les joueurs et leur vrh ce fait intéressant au cours de la bataille.
escorte sont donc obligés de se battre à un Selon le comportements des joueurs au couls
conhe deux. L'Oni n'est pas un grand shatè- leur
de la bataille aiustez les pertes subies par
ge, et on ne peur pas dire que les zombies e€corte.I€s zombies awont faits entoe 5 et 10
soient très intelligents non plus. Bret si les victimes chez læ Daidojis, sur les quinze sol-
joueus ont des idées intéressantes, comme dats qui ont pris Ia route avec les Pjs.
essayer d'utiliser leùT chevaux pour manceu-
vrer les zombies plus facilement, iis peuvent Pour ies caractéristiques des Zombies, réfô
tenir e1l attendant l'aube- rez vous aux règles de base.

,/,+ Si rien n'est fait pow protéger les chevaux, Z, J- o.L\loetqe


ùne Partie des zombies se toumeront vers
ses ploies bien plus faciles à tuer, ce qui pla- Le lendemain de la bataille avec les zombiet
cerait I'escorte dans ure sihlation embaûas- les joueurs et leur escorte s'arêtent dans un
sante pour la suite du voyage. Hampa utili' relais pour la nuit afin de s'y reposer A leur
se ses pouvoirs pour observer la bataille sans grande surprise, ils sont rejoints par Isawa
être vu. Quand I'aube approche et menace Sayama. Celle-ci vient directement voir les
de pohdre, il s'enfuit laissani ses suivants à joueurs à leur table pour discuter avec eux.
leur triste sort. I1 est impossible pour les Pjs Elle leur rend compte de la mission qu'elle a
de trouver Hampa au cours de la bataille. Il mené. Elle s'est rendue sur les terres de la
tl
TtatAPa faut absolument que I'Oni reste en vie, car il famille Hida pour négocier la vie d'éventuels
Cet Oni a été invoqué il y a des réapparaît plus tard (d L'auberge). survivants, et essayer d'arlanger les choses
années par un shugenja con:ompu. Vous avez le choix sur la façon dont vous entre les deux clans. Elle apprend aux
Ce dernier s'attendait à invoquer un voulez gérer la bataille avec les zombies. Soit joueurs que Doji Shuki et quelques uns de
monstre de combat. et fut très déçu
vous faites combathe les joueurs en vadant ses hommes étaient toujours en vie, retenus
de voir un Oni ayant la taille d un
enJant. Mais Hampa hd montra les situations, soit après le combat dans les prisonniers par les Gabes à Kyuden Hida,
rapidement ses pouvoirs de sous-bois vow lew faites tirer un jet sû la Elle a réussit à négocier leui rctour conhe
persuâsion et de dissimulation. très table des batailles. Cette solution est la plus une forte rançon. Shuli était grièvement
utiles dans de nombreux cas. facile à gérer et permet d'éviter les lourdeurs blessé, mais son existence est maintenant
Hampa a toujouE été égoiste, et n'a
quun seul but celui de rcster sur d'un combat qui n'en fini pas. Si vous optez hors de danger. Lui et ses hommes doivent
terre le plus longtemps possible. Il a pour cette solution, décidez en fonction des ,rvoir reioints la cité du jardin sous l'ombre à
p€ur d'Anegoshi, car il a faillit ne idées des joueurs s'ils sont du côté perdant, Jheure qu'il est. EUe a chevauché de manière
jamais revenir de la mission qu'il lui
gagnant, ou si la bataille est equilibrée. Dans ininterrompu ses demierc jours pour arriver
avâit confiée auprès du daimyo
Héron. Il cherche donc à changer de
ious les cas I'aide de Cudo se révèle précieu- à rejoindre les Pjs et leû hanEmethe les
mr;hâ à!r nllrc t;rô se : il terasse apparemment sans effoft tous ordres que Shûki lui a donné pow eux.
Caractéristiqu€s I l€s zombies qui passent à sa portee. Son kata- Celui-ci leur demande de continuer leur mis-
Fire 3 na I'aide bien sûr beaucoup dans cette tâche. sion et compte sur eux pour la mener à bien.
Air 2
Aregoshi arrive avec le soleil levant sur sa
Earth 2
Water 2 barge. Si les joueurs sont en difficulté, il les Sayama cherchen à avoir ur entetien parti.
Void 2 aidera en lançant le sort blood of midnight olier avec un ioueur. ElJe en choisira un qui
Potroi's r animate dead (3/j), sù I'un des Pjs et s'enfoncera un peu plus nra pas de points de Shadowlands, ou celui
suggestion (3/j), caméléon (à
loin du côté obscur. Il a I'air fatigué et tendu. qui en a le moins Pour dépa ager de6 ex
volonté).
TN to be hit :10 Il est inutile de I'intenoger sur: sa visite car il aequo, prenez celui qui a le plus en honneu.r,
Amle princiryle : a.uc]une. semble frappé d'amnésie subite. Mais il y a
Ann re prûlcipale : aucùne. plus urgent que les questions poru I'instant. Sayama le rejoindra alors qu'il sera dans
Noles r le pouvoir d animate deâd
Même si la lumière du soleil levant gêne les son bain. Ils se retouvercnt tous les deux
fonctionne comme celui du sort de
maho du même nom. l,e pouvoir
zombies, ces demiers sont toujours présents. dans I'eau chaude et délassante. Sayama
cle suggestion lui permet de donner Pout en finir avec etrr vous pouvez deman- renveûa d'évenhrels serviteurs et attendra
cles instructions simple non- der un second jet $Lr la table des batailles d'être seule avec le Pj avani de lui parler.
suicidâircs, qu une persoine mtant Lôtes gagnànt à vos jouelrD, oLr leur faire Elle lui dira qu'elle est consciente que
un jet de willpower TN 15 se sent
combathe encore quelques zombies, seion lhonneur lui commande de mener sd mis-
obligé d'exécuier Le pouvoir de
caméléon lui donne une quasi- votre choix. sion à bien, mais qu'il doit se méfier
invisibilité lorqsu'il est inrnobile, et N'oubliez pas qu'ur coup bien placé (TN 25) d'Anegoshi. Elle dit qu'il est terriblement
un score de 5 en stealih lorqu'il se qui eniève le masque de porcelaine que por- corrompu, vraisemblablement au-delà de
déplace.
tent tous les zombiet permet de tuer instan- toute Rédemption, malgré ce qu'il veut
tanément la créature. Si vos joueurs n'en laisser croire à tout le monde. De plus, lui
et ses compagnons risqueni de suivre le même cheùin D'autre part, partant du p ncipe qu il faut
qu'Anegoshi s'ils restent trop longteûps en sa présence. De plus, diviser pour régner, cela permet cle cloison-
elle précisera que Doji Shuki lui a coDfié que c esi un jeune enfâùt ner les éventuels opposants dans des
qui est à I'origine de l'altercation sous la tente. Il est apparu direc- endroits ou il
est facile de surveiller leurs
tement sous la toile sans que personne ne le reDurque et a ù14ù(eu- manigances- En cilei, le iemps a créer de verl-
vré pour que ie conflit soit inévitable. Sayama pense que c'est un rable. perites ville. J.rls l.r vrlle lu ler lrnbit,rrrr-
démon envoyé par Anegoshi pour déclencher les hostilités. n'apprécieit pas de voir roder ceux des autrcs clâns.
Si le joueur réagit favorablement à son discours, elle laissera Ën développant la méfiance enhe tous, on évite de voir lâ
entendre que le jade a des vertus contre la teinie noirc. Dans le cas création d'une cible commune.
contraire elle se résigne et passe à la suite de son plan d'action. Au centre de Ia ville, se tient le forun des marchandises. C est une
Sayama pense qu'elle ne poùIla pas convaincre tous les person- petite place carrée oir se retrouvent les marchands de tous les clâns
nages comme elle a peut-être réussi à faire avec celui des bains. et ieuls commandiiaires. Ce n estpas un marché populaire, icipas de
Lors de son séjour chez les Hidas, elle en a profité pour récupérer venie au détail,les transactions portentsur des caravanes eniières de
les affaires d'Anegoshi et a trolr\,é le parchemin qui porte le nom biens les plus communs, mais également de biens les plus rares.
d'Harnpa. Elle sait exactement à quoi il sert et comment s'en servir. La vision de ces hommes gesticulant et haussant la voie pour tenter
Elle compte donc I'employer pour obliger Anegoshi à utiliser ses de s approprier telie ou telle denrée est un spectacle fort apprécié des
pou\ oir( ei montrer a tous i'ampleur de 5a per\ ersjon. mres persollnes qui n'ont pas d'intérêts en jerL dans ce clofiaine.
A un moment dans la soirée, Anegoshi va prendre l'air dehors.
Sayama en profite pour donner I'ordre à Hampa d attaquer le shu- )cène 1r JnT,^ig,nes à lo co"r'
genja. Hampa obéit à contre cceur car il connaît la puissance de son
ancien maître, mais il est obligé d'obéir ll l'attaque donc par sur- Les joueurs arriveûi clans 1a cité du rlvage solitaire ('1,16) cincl jor.rfs
prise, mais ses petiis tours ne fonctionnent plus sur Anegoshi. qui enviror avant le début du fesiival du printemps et donc par coùsé-
augmentent ses capacités physiques pour se débarrasser de I'im- quent I'arrivée pré\'ue du daimyo Hérol
portun. Les Pjs, entendant du bruit, sortent pour constater que le Après quelques explications auprès des homDles montânt la garde
shugenja a infligé de sévères blessures à Hampa, et que ce dernier devant lenhée de la ville, les Pjs sont autorisés à se renclre au
implore sa pifié en disani que c'est ELLE qui i'a obligé à agir ainsi. paiais afin de voir Je chef de ]a ville. Une fois dans ie bâ fimen t offi-
Après ces paroles, il est soudainement immolé dans un brasier de ciel, ils sont séparés de leurs compagnors suNivanis et sont
f\ammes vertes venu de nulle part qui le consume presque instan- conduits dans une antichambre oir ils dorveni atiendre que ie
tanément. Un Pj resté dans I'auberge pourra voir au mème Seigneur puisse les recevoir
moment Sayama jeter quelque chose dans la cheminée, il lui
semble que ('était un ,'imple parchemrn... 1, La co"rr
C'est après cet épisode que les joueurs les plus résistants font un Le daimyo de la cité du vage soiitaire, se nomme Kakita Shuro.
demier iet de slamina TN pour savoir s'ils résistent à la tein-
15 C'est un homme d'environ quarante ars possédant un surplus
te des Shadowlands. Ceux qui iatent gagnent de 1 à 5 points de pondéral important, au visage rnarqué par les soucis et le manque
Shadowlands (cf. règles sur la Maho). de sommeil. Il est de rumeur publique qu'il eùtietient un nombie
important de concubines, étant veuf depuis quelques années. La
/,cte 3 : la citê drn rivoge soliloire. favorite du moment se prélasse à ses côtés durant ses entretiens.
Shuro n'a pas gagné son rang sur le champ de bataille, mais par
La création de cette grande ville marchande trouve sa signification d'habiles manæuvres politiques et grâce à la puissance de sa for-
dans sa position limitrophe des contreforts de l'Epine dorsale du tune personneile. Certaines mauvaises langues prétendent qu'ii a
monde. Cette haute chaîne de montagnes rend malaisé le passage du sang Scorpion dans les veines. Il possède une nultitude de ser-
des lourdes caravanes de marchandises à destinaLion des terres du viteurs qui vont et viennent dans Ie palais, et Shuro n hésite pas à
nord. Ainsi, de nombreux bateaux font la navette avec la cité du veùt Inontrer son opulenLe d.rns loules le> orL.rriorr..
froid (147) réalisant la jonction des deux moitiés de Rokugan, et par- Vu I'importance de la cité pour le commerce, tous les clans sont
ticipant ainsi à la prospé té de l'endroit et de ses marchands. La for- inviiés à résider dans la ville, les ennemis du clan Héron éiant
hrne de ceux<i a d'ailleurs rapidement attùé des hommes d'affaires étroitement surveillés par un réseau d'espions hès compétenis mis
de tous les clans, transformant immuablement la ville en utr lieu de en place par le daimyo, ce qui lui permet de monnayer certaines
commerce cosmopolite et animé. informations compromettantes.
Le clan Héron, qui dirige et contrôle l'adminishation, a trouvé un Il tient une cour régulière se déronlani chaque jour de 15 à 17
moyen judicieux pour profiter de l'aubaine. Ii a divisé l'ensemble du heures (heure du Singe). Toutes les annonces et les convocations
cadastre en quartiers et en sections destinés aux différents clans, C'esi publiques se font dans cetie plage horaire. Acluellement on peut
un système qui a plusieuÉ rdlsons d'ètre. trouver à la cour une quinzaine de samurais Héron, pour la plu-
D'lure part, cela pelmei aux Hércns de faire payer des concessions part des subalternes de Shuro, ainsi qu'au moins un représentant
renouvelables chaque année pour la possession des différenis bâti- de chacun des grands clans. Chacurl des samurais est responsable de
ments. Cela va de la location des habitations, à celle des entrepôts et son quartier ei de la bonne marche des acti\,ités se déroulant daln
des accès aux ouais de débarquement. celui-ci. lls portent donc le titre de Cardien.
Un bushi Mantis est également en Le sou re satisfait de Matsu Inoki n'échappe à personne. Le Pj
ambassade actuellement car il a oes qui perd la face ne peui rien dire, ni rien faire d'autre que de se
affaires à régler avec des marchands de confondre en remerciements : il a accepté Ie cadeau, qu'il ne
ia cité. pouvait d'ailleurs refuser qu'en insultant les Matsus. lnoki,
Après ul1e ireure d attente, Kakita Shuro trionphante, lui expliquera que pour le clan Lion ce genre de
reçoit les Pjs dans sa salle d'audience en pré, présent n'est rien.
sence de I'assemblée des plénipotentiaires. ll se Le Pj n'a pas tout perdu, car s'il peut faire un cadeau de valeur
montre de pime abord très froid avec eux et les somme de équivalentg il tetournera la honte sur I'offenseur, dont l'afftont
s'expliquer sur leur présence. La chose étant faite, et le nom de se révélem sans fondement.
Doii Shuki étant prononcé, sol1 ion se radoucit considérable-
ment. Contre loute dttente, il ordonne a ses gardes de
_'i 3, Les marchands I
conduire Anegoshi en prison, car il craini de laisser a-----.-
en liberté un homme tel que lui. Il a en effet enten- Deux marchands issus du clan Scorpion et du clan
du des rumeurs sur les aglssements du soraier et Héron se disputent pour la possession d'une col-
souhaite protéger les honnêtes gens contre ses lection de sept katanas fabriqués par Nokomo le
méfaits. célèbre armurier de la famille Kazuya du
clan Mantis.
Toute opposition des Pjs sera haitée pâr Le sarnurai Mantis venu proposer ces
l'ignorance. Shuro a entendu le rapport de pièce. inestimables a fait monter les priÀ
son seryice de renseignement qui a inter- entre le5 diffërent5 dcheteurs potentiels,
rogé les Daidoiis âyant escortés les et i] se réjouit d'avance de la fortune
ioueurs. Leur description d'Anegoôhi qu'il va tirer de ces splendeurs. 11 a
étant plus que précise, il ne veut pas dressé la liste de toutes les personnes
pr€ndft le dsque de le laisser hatrter sa intéressées par I'acquisition, et, afin
ville.Quânt au shugeni4 il ne proteste d'attiser la convoitise des mar-
pas malgré sa fureur: il
n'a que chands, il a souscrit à la méthode
quelques iours à attendre avant larri- des enchères pour procéder à la
vée du daimyo et il peut patienler en vente.
cellule. Il sait qu'il touche au but
Celles-ci ont débutées il y a main-
Shuro met évidemment des apparte- tenant six jours. La méthode de
ments à leur disposition, puis leur mise a pdx est un peu particulièrg
Permet de se retilel pour se toumer ven chacun des concuûents annonçant le
d'autres discussions. prix qu'il peut donner pour les katanas
une fois chaque jour. Le Mantis relève
9. L' in s ra lte toutes les propositions et élimine le
participant qui a donné le prix le plus
Matsu Inoki, la samurai-ko repré-
sentant le clan Lion, est présente à la cour lorsque les Pjs s'y d'enchère. Ensuite, il communique à ceux restant en lice le
présentent. Apprenant qu'ils sont envoyés par Doji Shuli, nom de celui qui a fait I'enchère la plus haute, ainsi que son
contre qui elle a une revanche à prendre, elle décide de les montant.
humilier publiquement afin que la honte retombe sur les Dojis.
Un peu plus tard,lors d'une autre occasion où les Pjs seront à Au bout de six iours de ce petit jeu, il ne reste plus en compéti-
la cour, elle offre publiquement un présent à I'un des joueurs, tion que le marchand Héron et celui du clan Scorpion, le Héron
de préférence quelqu'un appaftenant au clan Héron comme ayant fait dernièrement l'enchère la plus haute. Il reste donc
Doji Shuki. Seion la tradition, le Pj qui pourrait se réjouir de ce une jounée décisive, et la tension est à son comble.
cadeau inâttendu, doii refuser deùx fois avant d'accepter.
Dépliant le caûé de soie qui entoure le présent, le joueur Le marchand Héron, a atteint sa limite d'enchèæ monétaire.
découvre un collier de jade dont le pendant est ut1 clrysanthème Il sait que I'autre commerçant peut surenchérir surson offre.
taillé dans I'ivoire le plus fin. lI n'a donc plus qu une solution pour remporter la victoire :
Ce bi;-'cu a ure valeur considérable, et quiconque ne connaissant s'il parvient à empêcher que le Scorpion puisse aller voir le
Pas létiquette de Rokugan pourrait bondir de joie. En effet, Mantis, ceia éliminerait directement ce demier en laissanL le
lorsque I'on fait ur cadeau, on adapte sa valeu aux moyens du Hëron comme seul compétiteur et donc !ainqueur.
destinataire, pour que celui-ci puisse retourner un objet de valeur Sachant ce qui c'est passé à la cour, le marchand va humble-
equivalente. Offdr uû cadeau au-dessus des possibilités du des- ment s'adresser aux joueurs pour leur proposer de s'aider
hnataire est une marque profolde de mépris, car elle souligne la muhrellement. Il leur racontera la situation dans laquelle il se
différence sociale enhe les deux personnes. houve ei leur proposera un petit travail sans risque.
Si les Pjs acceptent de l'aider et mènent à bjen la nission, le mar- TN 15 . après unc discussion avec.le
chand est prêt à donner un des katanas aux joueurs afin qu'ils ren- dant de la pièce, ils sont partis toùs les
dent le cadeau que leur a faitMatsu lnoki, et ainsi retourner le ridi- ei ont retèrmé la porte clerrière eux.
cule contre le clan Lion. TN 20 : avant de st'rtir, Anegoshi â
Ce qu'il demande est simple, il leur suffit d'empêcirer le marchand discrèteDent avec son doigi les caractères Sc \
Scorpion de surenchérir, car c'est lui qui peut fixer la barre la plus sur le mur, afin que 1es esprits de la Terre s'en
haute.Comnent décourager le Scorpion ? Ça, c'est aux joueurs de soLrvrennelt.
le trouver, c est pour cela qu'il les engage.
Le marchand Scorpion se nomme Jiru ei est actuellement en villé- Anegoshi a suivi la ninja sans faire d'histoire, (ai il sait qu'il est
giature dans une riche auberge du qua ier possédé par son clan. proche de la folie, et il ne veut pas êhe totalement consumé
Les Pjs oni plusieurs possibilités, des plus raclicales aux plus le mal avant d'avoir pu obtenfu le pardon de son daimyo.
inventives. Ils peuvent tenter de le tuet de le kidnapper ou de lui
faire perdre du temps par toute sorte de ruses de leui invention. Si les joueurs n'arrivent pas à obtelir suffisalu ent d'jnfomlâtio11s
des esprits de ia Terre, ils devraient logiqùement essaver d inter-
Quoi qu'il en soit, si les Pjs optent pour une solution définitive, roger la seule personne qui leur avait parlé cle cet événemcnt :Jiru.
ils prennent de gros risques s'ils sont découveits, et leur hon-
neut seta tetnl, Ce dernier sait que Ie Gardien du qtraftier Scorpion lui a

des inlormàtions sur \e c\àteau et ses prisons. \\ \ui a iourm ur


à l'air En effet Jiru,
Mais la situation n'est pas aussi facile qu'elleen plan détaillé grâce à un de ses informâteurs. Jiru en a déduit clue
qui a des informateurs bien placés, sait que le marchand Héron a queique ce chose tramait, et qûe 1e shugenja récenncnt mis âux
pris contact avec les Pjs pour qu'ils tentent quelque chose contre aûéts était au centre de I'affaire. Il a donc essavé de sauver
lui. Aussi, dès qùe les Pjs mettent leur plan en action et qu'il en a affaires en glissant un mot sur le sujei à ceux qù il sait être les coln-
l'opportunité, il fera une contre proposition aux joueu6 et laissera pagnons de route du sorcier.
entendre qu'une certaine personne qui leur est précieuse va se
faire kidnapper Il n'en sait pas plus sur ce sujet mais il est prêt a Quancl ies joueurs reviennent le voit Jiru est rrrourant. Son dos
laisser ses oreilies traîner pour leul compte si les Pjs le laisse en cambré dans un angle douloureux et de la biie s échappe de la
paix. Si ils négocient avec lui, il acceptera de leur laisser un des commissure de ses lèvres. il est é\'ident ctu il a été emooisomé
katanas. qu'il vit les affres de son agonie. Les Pjs peuvent reconnaître les
Aux joueurs de prendre leur décision, ce n'est qu'une question de symptômes de la tentalive d'enpoisonnement d'Anegoshi. Il sem,
conscience et les marchands ne sont pas des samurais. Dans tous blerait que cette fois-ci le bui ait été atteint.
les cas, ils dewaient posséder un présent pour pouvoir effacer la
honte qui pèse sur leu$ épaules. Une ninia I'ayant vu haiter avec les Pjs et ne voulant pas prendre
de risques, a décider de se débarrasser de ce témoin gênant.
Au cas où le joueur qui récupère le katana souhaite le gardel
pour lui, un bushi de son clan lui fera remarquer qu'il pourrait Il leur raconte tout ce qu'il sait, car il se doùte que c'est son propre
laver l'affront fait pâr Mâtsu lnoki sur le clan Héron tout entiet clan qui l'a fait tuer Il a des informations qui vont être tiès utiles
grâce à ce sabre. Si le Pj persiste, il ira jusqu'au duel âfin de "per- aux Pjs.
suader" le ioueur. Jiru se doute que les personnes qui ont fait sortir Anegoshi de pri-
son sont sous la proiection du Cardien, il y a donc de
De toute manière, la vision de Ia fureur interne qui consume la samu- chances pour clue ce clernier les cache clans I'un des entrepôts
rai-ko lorsque celle-ci décour.rira ia splendeur du présent qu on lui quartier. Une fouille est inpossible car toute iùtrusion dans
fait vaux largement tous les labeu$ que les Pjs pouûont avoir quartier Scorpiou, et plus particulièrement dans ies entrepôts,
accomplis. Le gardien Lion se retirera de la cour sous les regards pourrait être interprétée comne un acte cle piiatede contre les
moqueun de ses pairs. Un petit moment de gioire pour les Pjs I intérêts dr1 clan.
D autre part une carâ\,ane doit partir le lendemain en direction des
9cène 2 r La disp,,rriiion terres du clan Scorpion. ll y .r gro: a p.:rrer que les ràvi-\eur\
tenter de s'infiltrer dans la caravane avec leur victime aiin de
Quand les joueurs reviennent au château, oi leur apprend une ter- s'échapper Là encore, ies Pjs n'ont pas la possibilité de faire stop-
rible nouvelle : Anegoshi a disparu ! Si les Pjs se sont dépêchés de per ie convoi.
revenir après ce que leur a ditJiru, ils pouÛont constater la dispa- Mais un détail iniéressant devrait permettre alu joueurs de s'en
tion eux-mêmes. La porte de la p son est fermée à clet mais la sortir: firu leur avoue qu'il a caché, avec Ia complicité et la béné-
cellule est désespérément vide. Les gardes présenis à ce moment diction du Gardien cies herbes rares utiiisées dâns la fabricatioll de
n'oni rien remarqués d'anormal. Un sort de commune avec ies poisons violents. Tout commerce de ces sûbstances étant natutel-
esprits de ia Terre permettra d'apprendre plusieurs choses intéres- lement interdit dans I'Empire, il n'est pas impossiL'rle que ce pré-
5ânle5 selon le degre de réussite du sort. texte permette aux Pj's de passer la caravane âu peigne tin et de
TN 10 rune personne habillée touten noir est entrée en contrariant retrouver Anegosili si il y est dissimulé.
Ia porte (crochetage).
Ce demier est drogué régulièrement des se prosterner en I'homeur de leur maîhe. Dès que le chef
par les ninias afin qu'il pose le moins du clan fait son apparition, la foule se met à plat ventre tandis
de problème possible. Sa très forte que les samurais présents posent un genou à terre et tournent
constitution reste un handicap majeur, leurs visages vers le sol. Kakita Shuro indine rcspectueusement
car elles ont besoin de grandes quantites la tête face au daimyo du clan Héron et lui souiaite la bienve-
d'herbes pour réussir à le faire tenir tran- nue dans une cité qui lui est entièrement dévouée. Ce demier
odlle.C'est l'une des raisons oui a motivé hoche la tête et jette un regard circulaire appréciateur autour de
leur choix de voyager avec la caravane, car elles en lui. Quelques secondes oppressantes s'écoulent.
connaissent la cargaison secrète.
Enfin, le daimyo s'exprime d'une voix pleine de force. I1répond
Il faut donc que les joueurs préviennent les autorités compé- à Shuro qu'il est honoré de son accueil et de son hospilité. I
tentes de ce qui se trame et qu'ensembie ils interceptent la cara- souhaite se rendre au palais le plus rapidement possible car le
vane et découvrent les herbes rapidement. Il deviendra alors voyage à été long et fatigant. Il termine sa phmse par un mou-
évident que la fouiile complète de la caravane sera considérée vement discret de la main qui permet à tous de se relever. La
comme une simple vérification des douanes pour lutter contre famille et les proches du daimyo débarquent alors à leur tour et
la contrebande. ensemble ils se dirigent vers ie palais escortés par l'élite des
Si elles se voient découvertes, les deux cminelles s'enfuiront gueniers de la cité.
dans un éclair de fumée... Les ninjas resteront un mythe vivace. Les Pjs ne peuvent approcher ni le chef du clan, ni son entou-
rage. Ils devront pour cela attendre une convocation officielle
Les joueurs ont également la possibilité de faire chanter le qui ne devrait pas tarder pùisque Shuro s'est engagé à parler
Gardien afin d'obtenir sa coopération. Ce demier menant un pour eux auprès du daimyo.
double jeu en détoumant d'importants bénéfices et étant res-
ponsable des marchandises transportées par son clan, sera plu- Un peu plus tard dans la journég un messager vient trouver les
tôt enclin à faire porter le chapeau aux deux ninjas et à se déso- joueurs pour leur annoncer une nouvelle importante :

lidariser des agissements d'ignobles contrebandiers et Anegoshi à ure nouvelle fois disparu, et ils ont une heure pour
empoisonneurs notoires. Il ordonnera a ses hommes de stopper le retrouver, car le daimyo a sollicité leur présence à l'heure du
le convoi de marchandises et, ô ! surprise, houveÉ une cargai- Cheval. Ce qui s'est passé est très simple : Anegoshi n'en pou-
son suspecte ainsi quun prisonnier fraîchement évadé. Les vait plus d attendre I'aûivée du daimyo. Ayant entendu deux
deux responsables de ce forfait seront arrêtées et, bien entendu, gardes discuter de son anivée au poû le shugenja n'a pas résis-
rapidement exécutées afin qu'elles ne puissent passer aux té à la tentation de sortfu de sa prisorr même si elle était dorée.
aveux,
Ce passage n'est destiné qu'à mettre la ptession sÙr les
Les jouetus dewont faire le compte-rendu de leurs actions à la joueurs.Ils n'ont qu'une heure etn'ontpas la moindre idée de
cour. Anegoshi sera remis en pdson, sous bonne garde cette fois. ce qui a pu se passer. Toutes leurs r€chercheÊ sont vouées à
l'échec et ils voient avec horreur l'échéance arriver.
9cène 3' L'arûvêe d^ doi,tyo
Après des recherches actives qui s'avéreront infructueuses, ils
Le lendemain en début de matinée, les joueurs sont invités à n'ont plus d'autre choix que de se présenter devant le daimyo
venir assister à l'arrivée de la barge du daimyo du clan Héron les mains vides, ce qui est hès grave car ils risquent leuls têtes.
avec la délégation officielle de la cité. La cour et la ville elle- Conduits dans l'aile du palais réservée aux hôtes de prestige, ils
même ont toutes deux revêtues leurs habits de fête pour célé- attendent anrieusement que les gardes reçoivent l'ordre d'ou-
brer le sacre du pdntemps et la visite d'un si illustre perconna- vrir les portes afin qu'ils soient reçus dans la salle d'audience.
ge. Les rues sont parées de guirlandes de papier multicolores et
le peuple se prépare pour le gmnd carnaval qui sera domé le Afin d'augmenter encore un peu le shess, le daimyo les
sot même. Les gardiens sont déjà présents sur le quai et atten- convoque un piu rm (prenez chaque Pj à part) dans la salle
dent patiemment en s'abdtant du soleil sous de minces d'audience. Tandis que l'un d'eux enhe,les arhes ne peuvent
ombrelles. voir ce qûi se passe.
Kakita Shuro et les Pjs sont salués dès leur arrivée, sauf par
Matsu Inoki qui semble désireuse de ne pas croiser leur regard. Quand les portes s'ouvent enfin, ils ont le soulagement de voir
Les eaux du port ont éte recouvertes de minces pétales roses de Anegoshi agenouillé devant le daimyo, ainsi qu'lsawa Sayama
grunu\ qui vont et viennent au gré des vaguelettes. et la garde çersonnelle du daimyo. Le sitence indique aux Pis
qu'ils doivent s'agenouiller devant le chefdu clan Héron. Ceiui-
Un frisson d'excitahon parcourt l'assistance lorsque le navire ci leur résume la sihration. Anegoshi a demandé une chance de
tant attendu apparaît à l'horizon et le calme ne revient réelle- recouvrer sa dignité. Se sachant conompu Par le mal qu'il a
ment que lors de I'arrêt complet du bateau. Du ponton descend découvert dans la tombe de luchiban et dont il ne veut pas par-
tout d'abord la garde persomelle du daimyo. Les bushis jau- ler, il demande à son daimyo l'auiorisation de faire seppuku
gent I'assistance et d'un seul regard évocateû ordonnent à tous afin de racheter ses fautes.Le daimyo ne sachant siAnegoshi est
sincère ou non, demande à chaque joueur de donner son avis sur rure somme de 15 kokus rcmise par Doji Shuli
le personnage. au nom clu clan Héron.
Le nornbrc de points cle gloke qu ils reçoivent
A priori les Pjs devraient s'être rendus compte de la profonde varie en fonction de leur comportement rlurani
malfaisance du shugenja/ et donner un avis négatif au daimyo. I aventurc et l€'ur bon sens sur la réaliié cle la cor-
Néanmoins, ceux qui ont ieçu des points de Shadowlands se ruption d'Anegoshi.
sentent dangereusement proches d'Anegoshi et ont du mal à Ceux quiont été corroûpus parla présence d'Al1egoshi
parler en sa défaveur, Tous les personnages voulant donner un et qui souhâitent êhe purifiés, peuvent recevolr Jaide de
avis négatif et possédant des points de Shadowlands doivent Sayama. Elle conduira le diuel aidée pârdes moines. Mais les joueurs
réussir un jet d'honneur dont le TN est de 5 + le nombre points peuvent très bien décider de garder cette pari d'ombre qui dsque, un
de Shadowlands du ioueur, Un échec à ce jet indique que le per- joû ou I'autre, de les mener à leur pefte.
sonnage a donné un avis positif au daimyo malgré ce qu'il sait.

Isawa Sayama a déjà donné son avis et a déconseillé au daimyo de


donner son autorisation au shuganja de faire seppuku. Le daimyo Les pe*its plL^s de.7M, IiL's
fera son choix en fonction de la majorité qui se dégagera. En cas
d'égalité, la balance penchera en faveur de Sayama. Une fois qu'il Vous allez irouver daùs cette section diverses âides cle jeu desti-
a domé son avis au daimyo, le Pj est conduit dans une salle attenan- nées à Legend of the five rings. Tout d abord nous vous présentc-
te, et ùn autre prend sa place. Il est important que le nouveau Pj qui rons de nouveaux tatouages que vous pourrez utiliser dans le
enhe ne sache pas ce qu'est devenu son camarade. cadre des taboed me| du clan Dragon, ou connne des scarificâ-
tions doinées par Dakoshuwa. Ensuite deux récits voûs permet-
Suivant la réaction des Pjs, la situation va évoluer dans deu-\ diiections tront de donner plus de profondeur à certaines inttigues secon-
possibles I daires du scénario que llous ]r'avons volontairement pas
Si le daimyo donne son autorisation a Anegoshi pour qu'il meure dans développées afin de vous iaisser la liberté de choisir la façon dont
la digmté, un large sourire se dessinera sw la face dechamée du shu- vous voulez utiliset si vous voulez les utiliser. Dans le premier
genja. C'est avec un soulagement perceptible dans la voix qu'il amon- récit vous saurez comment s'est déroulée la première rencontre
cera son refus totai de se suicider et son acceptation volontaire d un entre I ancien Scorpion et Dakoshuwa. Le second décrii plus en
seul maître, Fu Leng et la damnation éternelle. détail les motivations de ce dragon sorti depuis peu d'un sommeil
millénaire.
Si le daimyo ne donne pas son autoisation, Anegoshi bredouillera
quelques phrases pour tenter de faire changer d'avis le chef du clar. Nouvelles scarificâtions / tatouages
Devant la situation immuable, ses haits se hansformeront pour expi- Dakoshuwa a observé son cousin Togashi Yokud, et en a deduit que
mer une rage teûifiante, qu'il laissera exploser dans ur tourbillon de à ur humain était une bonne façon de ltLi donner du
donner son salg
flamme€ et d'impr&ations à I'encontre de ceux qui ont témoigné pouvoir tout en le maintenant sous son contrôle. Les différents
contre lui. tatouages / scaifications que nous vous présentons ici peuvent hès
bien être utibsê par 1e9 membres du clan Dragon si \,.ous le souhaitez.
Dans un cas conùne dans I'auhe, la garde personnelle du daimyo
interviendra pour tuer ie shugenja qui, malgré sa puissance, ne peut Hippocampe : le pouvoir donné par le cheval des mers est de pou-
pas faire grand chose conhe plusiews samurais de hallt rang. Son voir marcher sur les eaux. Pour chaqlle point de Void dépensé par
colps sera ensuite emporté par des serviteurs. et disparaîtÉ mysiê le porteur du tatouage, il peut faire marcher sur l'eau 5 créatures
rieusement quelques heur€s plus tard, quoi que fassent les Pjs, ne lais- pendant une heure. L'utilisateur n'a pas besoin de dépenser de
sant derrièæ lui qu'une odeur putride rappelant à ceù\ qui I'oùt connu point de Void pour marcher lui-même sur les eaux.
celle des Shadowlands... Inconvénient : pour chaque point de Void dépensé ou chaque
heure passée à marcher sur l'eau, I'uiilisateur cloit passer Lll1e
Conclusion heure à moitié immergé dans I ear.r et ne peut marcher sur la terre
formô .1,,'rnf .ôrtô nôri,\.1ô
Quelques hewes après I'entrer'ue avec le daimyo, les joueurs appren-
nent que Doji Shuki vient d'arriver dans la cité du rivage solitaire. Il est Dauphin : le dauphin permet à celui qui en invoque le pouvoir de
encore blessé, mais il a néanmoins chevauché sars relâche pour ve r rester sous I eau sans respirer durant 20 minutes, el cie lager aussi
rejoindre son frère. Il convoquera les Pjset leur demandera de lui faire vite qu'ùn dauphin.
un rappo* circonstancié. Si tout s'est bien passe, il les remerciera cha- Inconvénieni : le porteur doit toujou$ aider les personnes qui soDt
Ieureusement. Dans Ie cas contraire, c'est à dire s'ils ont parlé en faveur en difficulté en mer.
du shugenja, Siruki leur ordome au nom de son frère le daimyo de
déLIuire Anegoshi une fois pour ioutes, ce qui laisse présager une Requin : ceux qui porient les scarifications prenant la forme du plus
longue et dangereuse quête. graûd prédateur des mers gagnent sa peau aussi rugueuse que du
Apres ies multiples avenh.ûes +r'ont eu à haverser les joueurs, leur papier de verre. Ils peuve[t garder un dé supplémentaire quand ils
peine mérite un salaire consequent. Environ 15 points d'expérience et
L
des clégâts à nuins nues, et gagnent I Toujours sans bouget car il sentait confusément que son
stanina, et perdent 1 en perception. corps refuserait obstinément de lui obéir de toute façon,
: tout contact est avec la peau du Cudo se fit un devoir d'observer son envtonnemenr.
est iûitant pour celui qûi la subit. De L'endroit oii il reposait baignait dans une phosphores-
le sens du toncher est amoindri. cence vacillante qui semblait provenir de partout à la
fois. Il distinguait des bas reliefs représentant des
: cet animal donne à celui qui fait monstres marins et des entités anthropomorphes à l'as-
appel à son pouvoir la possibilité de changer la couleur de sa pect inquiétant, courant le long de la paroi Ia plus proche
peau en fonction de son environnement, un peu à la manière de lui. Au-dessus de lui, et sur le plafond en général,
du caméléon. Quand il ûilise ce pouvoir,le porteur du tatoua- pendaient des chapelets de plantes brunâtres semblables
ge gâgne 4 en stealth s'il reste immobile où bouge très lenie- à des algues. Le sol était fait dans une matière qui était
ment. Pour que ce pouvoir soit efficace, ii ne faut bien sûr ne polie comme du verre. Çà et là, des flaques d'eau noire
porter presque aucun vêtement. stagnaient à côté d'amas indistincts de coquillages. Il n'y
avait aucune ouverture, seul Ies contours d'une porte sur
Tsunami : en faisant appel à I énergie brutale de I'océan en le mur du fond brisait la rectitude de la pièce. Le bushi
colère le porteur décuple ses capacités physiques dans une fenta de se lever, provoquant un refus immédiat de son
vague de fureur Il ajoute 2 à ses scores de reflexes, strength et estomac ainsi qu'un profond vertige. Il avait du rester
stanina, et ignore les pénalités de blessutes pendant 3 rounds. inconscient pendant longtemps car il mounait littérale-
Passé ce délai, l'utilisateur, épuisé par l'effort, voit ses caracté- ment de faim.
ristiques de strength, reflexes, et stamina réduites à 1 durantun Ayant jeté son dévolu sur les fruits de mer les plus
joumée complète. Il ne peut plus uiiliser ce pouvoir durant proches qui, malgré leur aspect comestible s'était révélé
cette période. avoir un arrière goût de moisi prononcé, il se baissa pour
prendre une gorgée d'eau. Ce geste lui app t plusieurs
Anguille r permet de créer une décharge élechique causant 2kl choses : le liquide était salé comme I'eau de Ia mer et, il
de dégâts pour chaque point de Void dépensé. La décharge ne pouvait apercevoir la totalité de son visage sur la surfa-
marche qu'au toucher Il n'est pas possible de la faire à distance. ce réfléchissante. Cela signifiait que son masque, symbo-
ùrr ne peu\ ui\su pourciu penôan\ rm nombre ôe ;ours êgà
ce \e inhêrent àu c\an Scorpiorç àevait èhe ïrrêmêàiab\e-
au nombre de points de Void dépensés pour créer la décharge. ment perdu puisqu'il n'était pas visible aux alentours.
Poursuivant son investigation, il constata que son obi et
son daisho manquaient également à l'appel. La chose
était plus grave, car le daisho appartient aux ancêtres de
RONJN la famille. La perte d'un tel objet était cause de déshon-
neur immédiat et irréversible. II devait partir à sa
Des scintillements rouge vif dans les ténèbres. Petit a recherche et trouver par la même occasion où il était et
petit, émergeant lentement des brumes de I'inconscien- comment il était aûivé là. La nourriture l'avant renforcé.
ce, le cerveau paryint à les associer avec les vagues il reus'it à se lever et à avancer gauchemeni vers la porte
sourdes de douleur qui lui paryenait à intervalles régu- constituée de la même matière cue le sol et les murs.
liers. Un rapide examen lui apprit que le corps qu'il était Gudo déboucha dans une suite dè couloirs et de salles à
censé diriger refusait d'obéir à ses injonctions. Les l'aspect identique à celle qu'il venait de quitter. Toutes
lambes et les bras se situaient toujours aux extrémités de étaient vides ei silencieuses. Le sol était recouvert de
son être, mais les membres semblaient engourdis et par- sable et d'une matière visqueuse noirâtre. Tandis qu'il
courus de spasmes musculaires sporadiques, avançait prudemment, il sentit plutôt qu'il ne vit de
Lorsque l'esprit s'éveilla à son tour, Bayushi Gudo fut de petites formes qui fuyaient à son approche, se cachants
nouveau entier. Sa bouche s'ouvrit en un cri muet de dans les recoins sombres. Il claudiquait depuis quelques
souffrance tandis que le sang investissait de nouveau minutes verc le centre du bâtiment lorsau'il entra dans
I'ensemble du réseau veineux, transformant le fourmille- une salJe pouruue d'une ouverture et qu:un seul regard
ment lancinant qu'il ressentait en coulée de lave interne. au havers le paralysa d'effroi.
La torture achevée, Gudo resta immobile cherchant à Derrière la fenêtre s'étendait ce qui semblait êhe le fond
reprendre son souffle et tentant de se remémorer les évé- sous-marin de la baie des eaux noires. Loin des paysages
nements ayants précédés cette torpeur et ce qui avait pu idylliques des atolls, la vision qui s'imposait était lugubre
\a pro-roquer. limage dune embarcatron S ê\oïgnant et te[itiante : àunes de sab]e vaseur oir survivaient des
ùans \a nuit bord deux silhouettes lndistinctes
avec à son monceaux d a)gues plus mortes que vivantes et des
s'imposa rapidement à lui. Il se souvint également de la groupes de coquillages barbus aux formes grotesques.
première gorgée d'eau salée qui avait pénétré ses pou- Ici pas de danses des poissons aux couleurs chatoyantes,
mons, lui procurant l'accueil bienfaisant du néant... mais à la place le lent déplacement des léviathans
enfin Ie réveil brutal depuis quelques instants. aveugles et hideux des profondeurs qui rodaient, sen-
tant la présence d'un intrus sur leur domaine. L'eau était
retenue par une sorte de membrane <liaphane qui sem- sant du moment où il pourrail se
blait pouvoir rompre à tout moment, tout comme la santé deroiler. II ob'erva egalement ceJui
mentale du bushi scorpion qui gémissait, incapable de des enfants qui avait cl.ru sous la te[e,
détourner son regard de I'eau ténébreuse. Fu Leng.
Gudo suffoquait, chancelait, les muscles tétanisés comme Car la première dtt,rque du "eigneur du
si il supportait la masse aquatique sur ses épaules. Il était n-tal ne vint pas déferler sur les terres de
prisonnier sous la mer d'Amaterasu sans aucune chance sec frere5 et sceurs, elle vint in>idieusement
d'échappatoire. Il sentait I'eau maléfique s'immiscer dans par la mer. De Ieau croupie et .t,tgn,tnte des
les anfractuosités de la roche, attendant le moment propi- nappes soutefiaines, Fu Leng créa le grand vers corrup-
ce pour déferler et tout engloutir. Il hurla, sentant la peur teur et I'envoya à I'assaut de Rokugan.
et la folie l'envahir, le forçant à courir au hasard des pièces Le dragon avait trop attendu la venue de nouveaux ado-
pour fuir ce passage impossible qui aspirait sa raison. ll rateuru pour laisser I'abomination tout détruire. Sans
hurlait encore lorsqu'il parvint au centre de la construc- qu'aucun humain n'en ai conscience, il affronia la création
tion et que la voix retenti dans sa tête, s'imposant sur la du dieu du mal lors d'un courbat qui dura des semaines.
terreur et les inteffosations. Malgré sa puissance, Dakosl.ruwa fut surpris par les port
' Vipu' 0 t1tùi tsnyushi Cutlo. Vitns 0 tnoi el I?s d1ults s?ronl voirs invoqués par Fu Leng, pouvoirs qui échappaient à
Ieïes. sa sphère de connaissance. I1 n'y eut pas de vainqueur à
Il se trouvait au pied d'une immense colonne de roc brute cet affrontement : les deux adt ersaires, mortellement
clui montaii en spirale vers Ie sommet de ce qui semblait blessés, cessèrent leurs attaques. Ils battirent Lous les deux
être une tour. Attiré iffémédiablement Dar cette voix oui en retraite et entrèrent dans une profonde torpeur.
resonnaif d'ondes de serénité. il emprunta le chemin qui Dakoshuwa venait de sauver Rokugan en affaiblissant Fu
serpentait autour de la colonne. Il savait, sans en Leng, laissant âux hommes un répit supplémentaire pour
connaître la raison, que ceux qui avait jadis arpenté cette se préparer.
voie l'avaient faite plate car ils ne pouvaient pas grimper Lorsque bien plus tard, les hommes surent naviguer et
les marches d'un escalier Pensant aux mythiques Nagas il menèrent leurs embarcations vers le sud, iis ne trouvèrent
frissonna. pas d'immense île. Ils ne trouvèrent que des petites îles
L'ascension prit fin rapidement en débouchant sur une entourant une baie à l'eau sombre comme la nuit.
plate-forme ronde de quelques mètres de circonférence. Le combat des deux entités avait stigmatisé à jamais le
Sui tout le pourtour de cette plate-forme était gravé l'image paysage et le sang du grand vers avait, en s'écoulant, tein-
ancestrale et maiesh-reuse d'un dragon céleste et la voix lui té l'eau de la mer
appafienait ainsi que I'ancien bushi du clan Scorpion à qui En trouvant certains débris de constructions antiques et
il avait beaucoup de choses à expliquer, ce qui allait lui en observant les formes sombres qui nageaient dans la
prendre un Iaps de temps assez long à l'échelle humaine. baie baptisée "des eaux noires", les navigateurs conclurent
à l'existence d un peuple de créatures,rous-marines.
DÀKOSftt4WÀ Avec le temps, cette légende est devenue celle de
monstres qui âttendent les navigateurs et iettent sur eux
Comme tous les dragons, Dakoshuwa appartient à l'ordre Ies pires malédictions si ils ne donnent pas en offrande
céleste. Mais contrairement aux auhes, il a toulours eu une poignée de dz.
conscience de son rôle de divinité. Au lieu de n'être Des millénaires passés, une éruption volcanique sur un
qu'une idole révérée et adulée dans les temples, il s'est atoll réveille un dragon soucieux de reprendre le combat
monké prodigue de sa présence sur Rokugan. Son élé- contre son Némésis. Il sait que les hommes ont considéra-
ment de prédilection est l'eau. C est donc tout naturelle- blement progressé et qu'ils sont mûrs pour apprendre sa
ment qu'il avait élu résidence dans la mer d'Amaterasu, présence. ll sait même qu'un de ses frères dragon dirige
autrefois appelée flots de Dakoshuwa par les Nagas. secrètement la destinée d'un clan.
Ces derniers le vénéraient et lui rendirent hommase en Il décide donc d'attirer vers lui le premier de ses disciples :
construisant un grand femple en son honneur Celuici se Bayrrshi Gudo.
dressait sur une immense île, à I'endroit actuel de la baie
des eaux noires. Les élus d'entrc les Nagas se rendaient
dan' ce lieu afin que Dakoshuwa leur apparaisse et
'acre
Parrage avec eux son savof et sa sagesse.
Puis le grand sommeil vint, et Ies Nagas s'en furent vers
leur destin.
Dakoshuwa se trouva seul, sans fidèles pour recevoir sa rÀr
Scénârio I Le Roi des Nains et J.S.A.lNc
bonne parole, pendant une période qu'il considéra Illustrations : ,an et Peggy
comme interminable.
Aussi fut-il ravi de voir débuter l'ère des hommes. Il
obserua attentivement leur développement, se languis-
tianc_
o^ l. Joyou de CapÂ
[-4n ^d
t.:"illeto,. por.rr 2 à 4 jo'reurs d. ChâTea" Folke,rsTeir^

: ( eci e-t Lrne nventure (r' \uc slrr un lon plu' ùrl est propre à
'esprit de ce jeux. Chaque Pnj est présenté avec une personnalité et des motivations très précises. A
de ça, un décor et une ambiance sont plantés. Ces différents éléments doivent vous permettre de
le cap. Aiors Maître de jeu, à vous de jouer et bon

52
pilre un t

() tn l'on opp,^.^d la rorise c'ux e.nchè,n.s d^ lêg.ndai'"e. Kola-J-f oor^


po^r, les b.auv ye.^v à'^m.Da,..,eFaè,

J Jn dragon milliardaire, Syrius le Colereux, r ient de La vente doit se faire devant du monde, il faut que cela se voit,

I I s'enticher une énieme fois d une belle ieune femme. s'entende et se sache aux alentous. Il aime I'ostentatoire, le
V Mais cetLe fois-ci, il s'agrt d une ensorcelante Dame clinquant et les snoberies. Il faut que la vente soit à son image
Faëqui répond au doux nom de Eurydice de Montvermeil. de milliardaire superflu. C'est ainsi qu'il décide d'organiser
Pour satisfaire ses moindres caprices, il a besoin de beaucoup une vente aux enchères en réunissant le plus beau gratin de la
de liqlridité en permanence. C'est dans ce but qu'il décide de noblesse et des ches commerçants du royaurne de Naples. Il
vendre le plus beau fleuron de sa fabuleuse collection de dia- prévient même Ia population entière en l'annonçant sur des
mants r le légendaire KohJ-Noor affichettes placardées sur tous Les muts et les portes des cafés
les plus fréquentés. La presse intemationale se saisii de l'affai-
A I'annonce de cette nouvelle, le monde des diamantaires est re. Dès lors l'Europe eniière se passionne pour cet événement
en émoi. En effet, cette pierre avait disparu depuis un siècle du et ne vit plus qu'alr rythme de cette petite île italienne, retenant
palais du grand Maharadjah du Cachemire. Un esclave I'avait son souffle jusqu'à la délibération de la vente.
dérobée et dissimulée dans la plaie béante qu'il s était infligé à
l'une de ses cuisses. Nul ne sait ce qui arriva à I'esclave mais ce La police italienne s'affole et contacte le vendeur pour lui
fut la Compagnie des lndes qui récupéra le joyau. rendre raison et a(êter ce cirque qui va attirer les plus grands
Rapidement, cette piene attira les convoitises du monde entier bandits et cambrioleurs du pays. Mais c'est sans succès. ll
car, selon les experts de l'époque, il s'agissait d'unfragment du accepte toutes sécurités sur le lieu (des patrouilles, des bar-
plus gros diamant connu à ce jour : le "Grand Moghol" perdt rages...), mais se refuse à annuler "la phs belle oente dtt siècle",
depuis 1747 et dont le "Qand Orlofl ", détellue par la couronne De plus, il tient à organiser sa mise en scène grotesque dans ie
de Russie, serait la seconde moitié. plu< grand palais de la region : "le sien .

Le Kho-I-Noor transita de mdn en main, d'un continent à


l'autre, de façon plus ou moins honnête jusqu'à ce qu'il par- "Dnpur tlélire!Le caprice cl'tm vieux be Loaniletn /" s'exclama le
vienne à Spius. Ce fut à Rome, dans l'ombre d'une impasse, capitaine de la police. "On oa être \blv d'engager le plus grand
qu'il en fit I'acquisition. Son propriétaire paniqué cherchait à détectiLJe du Sud de Ia Noupelle-Europe : Léopold Maximilien
tout prix à s'en débarrasser Le dragon fut méfiant mais au pre- Grùber en personne !".
mier regard, ce fut le coup de foudre. Depuis son achat, chaque
matin, il passait de longues heues à le contempler et à rêver. Ce feuilleton s'adresse à un groupe de joueu$ mixte voué à
un intérêt commun (comme celui d'assister à la vente aux
Et un jour, Eurydice fit son appadtion et depuis lors, plus rien enchères ou de voler le diamant) ou deux groupes de joueurs
ne fût comme avant. Syrius en avait connues des belles que vous pouvez opposer (un groupe serait chargé de la
femmes mais pas comme elle. Elle les surpassait toutes en sécurité du joyau, I'autre tenterait de le voler). Etant donné
esprit comme en beauté. Son charme était si puissant qu elle que cette vente aux enchères s'adresse à lélite sociale Néo.
I'avait terrassé en moins d'une seconde. De suite, elle eut I'art européenne, il est évident que vos ioueu$ dewont avoir une
et la manière d'adoucir son caractère. Sa bestialité et ses ins- raison valable pour êhe invité à cet événement (soit leur das-
tincts disparaissaient de jour en jour A tel point, qu'elle réus- se de peEonnage et leurs compétences justifient leur présence
sit à le convaincre de quitter ses sombres montagnes pour un (c'est-à-dire une Aisance sociale [EXT] ou Finances [EXP]) soit
;
palais d'or et d'albâtre au Sud de l'Italie, sur l'îie de Capri. leurs relations ou leùr imagination dewont y pallier).
Cependant une solution est envisageable : l,espion, Dans ce
Pour elle, il était capable de mille folies et la plus grande fut cas, le gouvernement du ioueu! (français, bavatois, de
certainement de se décider à vendre le Kho-I-Noor. Le plus I'Etendard de I'Ous, etc... sauf prussien) lui oflre une fausse
précieux de sesjoyaux mais aussi celui qui faisait le plus d'orn- identité et suffisamment d'argent pour couvrir ses frais sur
brage à la beauté féerique de sa douce et tendre compagne. place. Il devra ioindre ur contact qui va profitel de la soirée
Mais qu'est-ce qu'un caillou brillant face à une beauté de chair précédent la vente pour lui remettre des documents ulha-
eL d'esprit aussi resplendissant ? Surtout quand il y a possibi- confidentiels. Il ne connaît rien de son identit4 mais l,agent
lité de faire remarquer et admirer en créant l'événement de
se saura l'identifier,
l'année. C'était là, I'occasion de faire parler de lui du Nord au
Sud de I'Europe. C'est par un beau matir d'été, alors que vos joueurs vaquent à
La belle avait eu raison de son animalité mais pas de sa saga- leur occupation quotidienne (comme boire son thé, rendre
cité draconienne. I1 avait cédé au caprice d'Eurydice mais pas visite à son club ou tout simplement travailler) qu'ils appren-
à sa notoriété tant chérie. Et à ses yeux, ce n'était pas si chèrc- nent, par le biais de la presse ou par invitation, la vente aux
ment payé. Car désormais, il sait que son prestige sem immen- enchères du Kho{-Noor Il ne leur reste plus qu'à faire leur
se et qu'il sem LE phénomène de bal que toutes ies couis s'ar- malle et à prendre le train pour Naples. Une fois là-bas, un
racneront. steamer les attend pour les emmener à Capri.

53
Dame Eurydice de Montvermeil
Dame Fâe be e et irÉsistible, se iouant de la passion
de ses arnants qui sont pÉts à se ruiner pour s'afficher
en sa comPagme.

*Elle peLû
lfiire plier lalolottti des htnnains, les enclntieL
les clanter ou lcs rettlre a oureur.

Comment I'interpreter ?
Son charme est simplement dévastateÙr, surtout lors-
qu'elle fait la moue quard on ne se plie pas à sa volonté.
Elle est belle à en iomber par terre. Ses gestes sont déli-
cats et aériens. Son visage est un prélude à I'amour ei s^lù
corps est une incitation à la damnation étemelle. Elle ne
supporte pas les rusbres et elle considère que la plus gros-
se des \,'r garites est de lui faire des cadeaux pour ache
ter son affection.
Syrius
' Le Coléreux C'est pour cela ç'elle est impitioyable avec ses amants.
dit "Chouchou" Auom d'eru iusqu'à prêent n'a su prouver leur amoui
sans avoir recor-rs à leur portefeuille. Ainsi tout ce qdils
Seigneur Dragon, collectionneur de diamants, milliar- y ont gagné c'est de se rekouver rm matin sans un sou et
daire généreux et fou âmoureux de Dame Eurydice de à domrf sous les ponts. S)'mrs risque d'êhe le pochain
Montvermeil. sur la lisbe et plus vite qu'on ne le cr,oit.

Perception [BON] Finances IEXP]


Bricolage IFAII Phvsique IEXCl
Jet de flamme [BON] Tir [FAI]
Insiruction IBON] Agiiité [ FAI1
Sorcellerie IEXC] Charisme IBONI
Aisance sociale [EXC] Médecine [FAI]

Comment l'interpréter ?
Il est froid et parle rarement. Son visage est vraiment
austère et ses veux de chat, ses longs cheveux de feu
plaqués en arrièrc ne font rien pour adoucir ses traits. A
la première impression on se dit qu'il n'est pas commo-
de, et c'est vrai. Sa voix est si ionnante que lorsqu'il rit
ou enire dans des colères noires il fait trembler les
verres et glace d'effroi son entourage...
Un détail, il faudrait être suicidaire ou s'appeler
Eurydice pour sumommer Syrius Cftouclrou". Ceux qui
s'y sont essayés ne sont plus que des pafticules de pous-
sières qui virevoltent au l'ent.

54
Armand de la Bézière
Gentleman-cambrioleu.r et amaqueur français. Beau pat-
leur, un peu gigolg un peu esooc, il est le gendre idéal
des bourgeoises de quarante ans. Il revient après un long
voyage aux Indes avec une mission très particulière...

Agilté [BON] 1lr [EXC]


Aisance sociale [EXC] Ntêlée [FAl]
Courage [FAIJ Sorcellerie IFAI]
Charisme [EXC] lvledecine [FAl]
Perception [EXC] Physique [BON]
Discrétion [EXC] Relations [BON]
lnterprétaiion[BONJ AttractionIEXC]

Comment l'interprétei ?

ArmandJutard de son wainom. C'est un escruc de la pire


espèce qui À réussi à sÊ {a\re une réputatron de séducteur
auprès cles femmes mûres et des grands-mères. I1 a le sorl-
rire accrocheur, le verbe léger I1 parle avec les mail$ (hès
pratique pour le pickpockei) et utilise toujours des intona-
tions snobinardes et pédantes. il a une sainte horreur du
bas-peuple (qui lui rappelle trop le milieu dont il est issu)
et le fuit comme la peste. Il ne faii presque rien par 1ui-
même, il est entouré d'une armée de Jeunes sbires en tur-
bans, des silhs, qui sont là pour lui ouwir les poftes, le
Léopold-Maximilien Grûber déshabiller,le faire manger et le macluiller Il est également
accompagné d ur étrange fakir au rcgard e:rvoiltant qrd le
Détective-conseil autuichien à la Éputâtion intematio- suii comme une ombre.
nale, responsable de la sécurité du palais de Sltius.
Entêté, méticuleux, il fait I'admiration de ses asents
qui lui vouent un véritable clilte.

Comment linterpréter ?
Léo-Max a deu-x vices dans la vie : les saucisses
âcconpagnées de bière et les déguisements. Depuis
qu'il a lu dans une gazette que son confrère Sherlock 7Â t-e'-:
t';'1-
Holmes n'hésitait pas à se travestir pour coincer les :-l -
"
malfrats les plus retors, il a décidé d'en fairc autant.
C'est allsi qu il e.t der eru le roi .le la mise en scene

$otesq'ùè. Cest ùn hès rnau.rais comédien, pas crê


dible pour un sou. Il se sent toujours obligé den
ra jor.rter des tonnes. De plus son p\sique joue contre
lui, surtout lorsqu'il se déguise en petite fille pour
filer un suspect. Mais il n'a jamais connu d'échec, ce
qui veut dire que quelque part sa méthode marche.
C'est ainsi qriil est suivi scrupuleusement par ses
hommes de mains qui, tels des fans, imitent leur
maihe. Ils portent donc sa moustache et on même
adopté son tic nerveux qui I'a rendu célèbre : ils
titillent le bout de leur nez avec leur index.

55
Radj
Fakia grand hypnotiseur et assassin du maharadjah du Cachemire.

*II peut pousser les ladies à ret aêtel ents,letr faire accom-
er leurs
plir des closes contle leur oolonté du moment qu'elles ne rkqumt
pas lett aie.

Comment l'interpréter ?
C'est très facile, Radi ne parle pas. 11 est d'un flegme désar-
mant, vous pouvez lui renverser de I'huile bouillante sur les
pieds, il ne bougera pas. Il a pour ordre de surveiller et de pro-
téger le français. D'ailleurs, Armand n'en est pas mssuré pour
autant car les kfiss que le fakir a dissimulé dans son hùban pouJ-
raient très bien être utilisées contre lui. Mais pour le moment, c'est
merveilleux, il lui obéit au doist et à l'ceil.

Lord Thncrède Hammond


Lord anglais et serviteùr des Maîtres de la Vapeur. Il est froid, calculateur
et ses propos maniérés sont d\m ennui mortel. Pour accomplir sa mis-
sio4 on I'a suréquipé en gadg€ts et en amles redoutables. C'est un
agent qui n'a pas droit à I'errew et qui est prêt à tout pow réussir.

Agilité IBONI Discrétion [BON]


Perception [EXC] Instruction IMOY]
Aisance sociale [FAI] Courage [EXC]
Tir [BON] Bricolage IBONJ
Perception [EXC] Mêlée [BON]

Comment I'interpréter ?

Ce Lord anglais est I'une de ces personnes que I'on évite d'inviter
aux gÉndes soirées. Hautain et prétentieux, il est l'image même de
I'ennui et de la monotonie. Ses convenations sont plates et dénuees
d'intérêts quând ce n'est pas pow défendre la grandeur économique
de la Vieille-Angleterre. Il passe son temps à toiser les autres du regard
en suélevant son menton pour mieux expimer son dédain. Lui faiæ
esquisser un soudre est quasiment impossible. Seul le succès de sa mission
lui procuremit une jouissance intense.
Ses gadgets :

. Son bras Bauche est ùne prothèse mécanique qui est équipée d'un rédprocateur.
Pour l'utilise4 il suffit de dévisser la main et d'enclencher le percuteur pow tirer ure rafa-
le dévastatrice.
'Lorsqu'il est au corps-à-corps, il appuie sur un bouton situé sur son bras mécanique et une lame de 30 cm jaillit.
. a un passe-patout (4 crochet de serurier + 1 lot de fausses clefs) dans ure poche seoète de son g et en satin. Il a aussi une boite
Il
à priser qui contient un atomiseur à Baz avec 2 doses de chloroforme (1 m. de portée).

56
Mickey Tobby Tubbs IV
Fils excentiique d'un multimilliardaire de l'Empire de
I'Etendard de I'Ours. C'est le roi de l'épate organisée,
ilveut être admiré de tous et aimé par les plus belles
femmes de la terre.

Comment l'interpréter ?

C'est un mauvais danseur (et encore c'est un euphémis-


me, quand il danse il ressemble à un pantin désarticu-
lé), dont les manières ie lont passer pour un sauvage
aux yeux des néo-européens. Il garde son cl'upeau sur
la tête pour dormir ou pour aller au petit coin; il tire en
l'air chaque fois qu'il est content, il mange avec ses
doigts, fume à table... Mais il plaît car tout ce qu'il fait,
il le fait avec une aisance extraotdinaire er cela amuse
son entourÀ8e. Tl !e croit partout che,/ lui.
Alexei Vassiliévitch A ses yeux, I'argent fait tout: il fait toumer la tête des
femmes, il apporte le respect des autres et surtout il per-
Noble russe, grand sédu.teut, espion du bar et ioueur met de tout acheter.
professionnel. Il est I'essence.même de la noblesse qui Toutes les folies sont alors possibles, mêne de devenir
ha$paraît dans son chamre, ses maniùes et son ceur empereur du monde I

Comment I'interpréter ?
Les femmes l'ont rêvé, la Natue l'a fait. Ainsi, pour-
rions-nous définir cet honùne. C'est un sducte!Ù
mais il n'a jarnais un mot trop déplacé qui pùsse
fâcher le mari. C'est un garçon ratriné et intelligenL
mais il sait se tairc pour que son inte ocutew se sente
dominart. Son style de jeu n'est qu'un pâle rcflet de
ses capacitê de réflexion et il s'en sert souvent pour
exercer l'art de la diplomatie (qu'il maîtrise à merveille
bien entendu). lâ gente féminine rafole de lui. Ses
manières, sa façon de s'exprimer, sa démarche, son
regard caressant mais pas trop. TouL absolument tout
chez lui est un modèle de pedection. En fait, si on doit
ajouter une ombre à son tableau, il suffit de dénoncer
la waie motivation de ce comportement enchanteur: :
l'espionnage. Car si il y a une mdtresse qui pàsùe
avant toutes les autr€s, c'est bien la Russie. Celle-là, il
ne la tromDerait Dour rien au monde...
Baron Heinrich Von Streider
Agenl seqet rancunier et assassin plussielL Irnpitoyable et intel
ligent Une des plw gnndes fines lames de la NouvelleEumpe.
lictime d'un édrec quï n'a jamais pu digeq. Bismark tui
donne I'occasion de se racheter et de se vengei

Comment |interpréter ?
Si on devait lui attribuer un violon d'lngres, ce semit sans
aucun doute le goût pour les plans machiavéliques. C'est un
personnage au regard sombrc et perfide qui n'a de cesse de
rechercher le détail qui pouûait vous mener à votre pefte. Ses
yeux sont donc souvent plissés et brillants d'impatience quand
il ooit déceler en vous une faille. Son comportement peut faci-
lement s'idenÛJier à celui d'ùn rapace qui exerce des cercles
autour de sa proie jusqu'à s'en approcher pour le coup fatal.
C'est un homme hès intelligent qui est capable de s'infiltrer
dans n'importe quel milieu et d'en rctirer tous les renseigne.
ments possibles et imaginables. Il est considéré comme effica-
Adriana Orsini ce mais dangereux car très vindicatif. Et notre héroi'ne risque
d'en faire les frais.
Dame-cambrioleuse italienne. Noble déchue du Nord
de I'Italie, chef d'une bande de pitates des rners en Gadgets :
lutte contre lâ domination autrichienn€ Dans les manches de sa chemise il a dissimulé un Derringer,
les chargeurs se trouvent dans sa ceinture. Dans son chapeau,
il a une lampe à signaux ei un télescope. Il a une canne épée
dont le pommeau contient une capsule qui libère un poison
virulent sû la lame.

Comment I'interpréter ?
Cetains vous diront que c'est Vénus incamée et d'auhes, les
mauvaises langues, vous dircnt qu'elle a dû faire un pacte
avec les démons pour emprisormer le regard des hommes
de la sorie. I1 est vlai que m beauté sauvage fascine. Son visa-
ge, tout comme son corp6, semblent sculptes par le doi$ de
Dieu. l€ tout est animee par une nahre fougueuse et pas-
siormée que rien ne semble pouvoù anêter. Adriana est une
femme qui compte bien se forger sa propre destinee.
Personne iusqu'à piésent ne l'a lue se soumethe à une quel-
conque autorité; pâs même son père lorsqu il était encore de
ce monde. Elle a toujours tout fait à sa manièrc et elle défie
en permanence les pe6onnes qui voudraient I'en empêcher
C'est sans doute cette impétuosité qui lui a value sa réputa-
tion de tête brûlee et la loyauté infaillible de toute sa bande
de pirates des mers. Tout le monde en Italie la coturait de
pies ou de loin. Mais persorne ne saurait dirc ce qui hit
autant bdller cette étoile filante.,.

58
ChapiTre deqx :
()t^ l.s joueuts dêcor,vreml l.t .hcn^.t d. l'île
ei font des renconlres êIonncnIe,s

es personnates joueu$ sont sur le steamer et nous Pendant que ces messes basses vont bon train, le français
somrnes en fin de matinée. Tranquillement ils se frayent impassible, mène ses sikhs à la baguette. Il faut dire qu'ils ont
un passage à tmvers les ombrelles des dames afin d'at- l'air obéissant, mais les accouher de la sorte, quelle idée !
teindre le bord du bateau et profiter de la brise légère et cares- Turbans violets, chemises oranges... Pas un détail ne manque
sante. Le ciel est d'un bleu profond et la met à peine ridée par pour se faire remarquer; sans compter le nombre de malles qui
des vaguelettes, a la transparence de I'émeraude. Quelques l'accompagne.
mouettes planent au-dessus des passagers et houblent le silen-
ce de leurs piaillements. "Un wai cique alnbulanf /" s'exclame un gentilhomme italien.

I-île de Capri n'est plus qu'à quelques encablures. Pour l'ins- C'est ainsi que cette petite troupe se dirige vers le furiculaire
tant, on ne distingue que des camaièux de vert qui s'entremê- à vapeur à destimtion du cenhe-ville. Comme Armand prend
lent avec des petites touches de couleurs vives ici et là... toute la place les joueurs ne peuvent pas en faire autant. Il ne
leur reste plus que la possibilité de monter en fiacre et mieux
Mais, petit à petit, au rythme du bateau, I'ceil aveti découvre apprécier la vue splendide qui s'ofIre à eux. A leur droite, ils
de nouvelles formes. Les couleurc vives sont des fruits encore peuvent admirer les falaises accidentées du plateau
accrochés aux arbres ou bien des bosquets de fleurs sauvages d'Anacapri et, à leur gauche, le mont Tibère. Les sentierc étant
parsemés sur ces grandes étendues d'herbes. Des jardins aux cahoteux, le fiacre adopte un balancement propice à la rêverie.
géométries parfaites se révèlent en même temps que de belles
/^ . I
. eôPrlt, ,ll
bâtisses blanches et ocres. Quelques cyprès ponchtent ce pay- ta vt||e
sage d'un vert plus foncé, donnant ainsi un contraste encore
p\us prononcé. Les p\ages au sab\e blanc rivallsent de \umlno- Une lois arrivé au sommet, \a lue change pour laire p\ace à un
sité avec les falaises au ton terre de Sienne. décor d'opérette. De petites maisons blanches imbriquées les
unes dans les autres longes des ruelles mal pavées qui mon-
C'est un festival de couleurs qui vient éblouir les yeux des tent en serpentin. Elles affichent des couleurs éclatantes sur
voyageurs. Mais bientôt ce sont les parfums qui aff:luent leurs balcons où se superposent linge et jardinières. C'est sans
comme pour mieux étourdir le nouvel arrivant. Jasmin, lavan- doute pour cette raison que les têtes des passants sont vées
de, fleur d'oranget citronnier dansent dans un même tour- vers le ciel occasionnant ainsi des collisions malencontreuses.
billon d'effluves. La terre chaude exhale une odeur entêiante Ou peut-être est-ce la présence des félins qui jouent sur les
qui soulève certainement les passions les plus folles. Et enfin toits à attraper leurc ombres de leurs fines pattes griffues
? En
viennent s'y mélanger les senteu$ toniques de l'embrun trans- tous cas, tous se dirigent comme des automates verc la piazza
portés par un ultime souffle d'air, Umberto 1er Minuscule, elle est cernée par l'immense Tour de
La traversée prend fin et déjà les touristes se bousculent sur le l'horloge, la maifie t'?ique et les teûasses de café bondées
débarcadère. autant les unes que les autres.

" Place ! Place ! Faitæ place au grand Armand de la Bézièrc ! Et uous A la tour de I'horloge, les pjs pourront remarquer que midi va
Ià, bougez-aous ! " lance une voix hautarne. "Ne restu pas plan- bientôt sonner Après avoir déposé lews bagages à leur hôtel,
té là comtne ut1piq et !" ils ont la possibilité de se rendre dans un restaurant. Atfués
par I'odeur des plats typiques composés de tomates, d'origan,
Apparemment l'annonce même du nom réussit à disperser la d'ail et de basilic, ils n'auront aucun mal à repércr les établis-
foule amassée autour du français et de ses valets enhrrbannés. sements déjà envahis par une foule de touristes affamés.
Toutes les têtes sont braquées vers lui comme choquées par un
ton aussi insuppoftable. Le regard des gens se fixent sur I'im- . En recherchant leur restaurant, ils pouûont apercevoir
portun comme pourle statufier. Le temps est suspendu l'espa- Léopold-Maximilien Gdber assis à une table de terrasse,
ce d'un souftle. dégustant un gand plat de vermicelles aux coquillages arrosé
d'un verre de vin blanc de Capri. Il discute avec I'un de ses
"Bah ! Quoi. C'est L)mi, quoooii ? Qu'est-ce qu'il y a ?" sbires qui se titille le nez chaque fois que son maître le fait
(pour les petits curieux, il s'agit d'une discussion sans intérêt).
A peine la phrase tombe que des sourcils se froncent pour
marquer le mécontentement. Et les activités des voyageurs ' Les pjs peuvent observer des petits vieux qui papotent à
rcprennent dans un brouhaha général : I'ombre des arbres (ils sont une mine d'informations tou s-
tiques pour le néophyte). Certains jouent aussi aux cartes sur
:'Q elle outrccuidance !", "Quel hotnme meprisable ! les terasses, laissart échapper des éclats de voix et d'auhes
- In-sup-por-table, je I'ai tléjà uu Ie printemps demier à Paris. entonnent des airs d'antant avec leur accent si empreint de
- C'est une ho te pour l'ûistocratie frs çaise !". légèreté et de joie de viwe.

59
t,
d" 7^v

1-".,

,. lr.l
'lnstallés sur une terrasse,les joueurs peuvent admirer lechar- t)CcÀPallons Sr4r^ | lle I

me italien incamé. De belles jeunes filles défilent sous leurs


yeux ébahis pour se rendre au lavoir. La jupe à peine relevée et .Lo 7\4or^ino Piccola '
les manches retroussées. La blancheur de leurs robes laisse
apparaître une peau satinée et ambrée par le soleil. Leur Une fois restaurés, nos pjs peuvent descendre les petites
démarche est sûre et altière. Leur regard est incandescent et ruelles qui mènent vers le port surnommé "la Marina Piccola".
leur sillage abandonne des senteurs enivrantes de miel et de Situé au pied de la paroi abrupte du Mont Solaro, elle est sur-
cannelle. Les silhouettes s'éloignent lentement au rythme de tout connue pour sa grande étendue de sable blanc oir repo-
leur pas cadencés, ne laissani plus que le souvenir d'un déhan- sent des dizaines de bateaux de pêche aux coques multico-
chement h,?notique et sensuel souligné par le balâncemelt de lores. Couchés sur le flanc, ils exposent leû ronde armature au
leurs longues chevelures brunes. soleil alors que l'écume vient lécher ie bois de sa langue mous-
seuse et pétillante. Un paysage d'autant plus typique quand on
. Le matchê
' y rajoute la population locale : les pêcheurs.

Si un personnage décide de flâner vers Ie marché, il pourra y


Ils évoquent à eux seuls les charmes de I'Italie poul ces Dames.
découvri un camavai de couleurs et de senteurs. Les étaiages
Robustes, leurs corps sont finement musclés et légèrement cuÊ
sont bondées de produits aux teintes vives : du jaune, du vert,
vrés par le soieil. Leurs visages renvoient la gaieté par un sou-
du rouge, du violet... Sans compter les toiles de tentes et autres
rire éclatant et ieurs voix mélodieuses fredonnent des airs
parasols qui se disputent les motifs les plus fantaisistes. Des
envoûtants. Démêlant leurs Iilets de pêche d'un geste sfu et
odeurs de fruits et d'épices se mélangent. Le bruit de l'eau
rythmé, ils regardent ies passantes avec des yeux de velours
jaillissant de la fontaine, les marchands qui vendent à la criée,
brun. Un peu plus loin, se détache une silhouette noire aux
un musicien qui improvise...
En s'éloignant, les rues sont moins bruyantes mais les bou- allures plus mondaines. C'est le Baron Von Sheider qui scrute

tiques attirent quand même. Le folklore et I'artisanat y sont les îles Faraglioni avec beaucoup d'attention. ll faut dire que

rois I des céramiques, des bronzes, des coraux; sans oublier ia ces curieux îlots rocheux ont des forrnes fantastiques unique-

charcuterie locale, la pâtisserie. ment dues aux allées et venues des flots.
En quelques minutes, les joueurs découvriront les mille et un
athaits du tourisme à Capri. Ils se laisseront facilement porter - Si les joueurs observent les îles, ils verront des ombrcs se dis-

vers le calme du petit port et des criques qui longent la sotie perser rapidement et peu après, des signaux lumineux sont
de la ville en conhebas des falaises du Mont Solaro. émis en leur direction.

60
- Si les joueurs observe le baron Von Streider, ils le verront
enlever son chapeau haute forme et en sort une lanteme a fais-
ceau miniatwe q\ iI active à deux reprises.

PS : Au bout d'un instant, alerté par une sorte de sixième sens,


le Baron se sentira épié et se dirigera directement sur les
joueurs pour les interroter (Son but n'est pas de les effrayet, il
veutjuste savoir qui ils sont. Il s'agit donc d' un interrogatoire
poli qui se limite aux présentations et à la raison de leur pré-
sence sur l'île).

.Visi+"n a\nacapri
'

C'est un joli bourg niché en haut d'un plateau qui domine verti-
gineusement la mer. Les maisons cubiques ont toutes leur peti-
te teûasse envahie par la vigne. Les ruelles sont ombragées et
fraîches car de nombreux arbres les protègent des rayons
ardents du soleil. C'est un lieu calme bercé par un vent frais.
C'est là que se houve le palais de Slrius dont le magnifique jar-
din offre une rwe îormidable sû Capi, Marina Grande , le
mont Solaro et le mont Tibèrc.

. Les criqr,re.s , (Ce.t1e renconlre ne <joij concerner


q"'"n s""l j""""n soigneusemen+ choisi)

Ce sont de véritables bijoux de la nature. Le sable y est jaune


d'or, comme parsemé de paillettes métalliques. L'eau est d'une
pureté c stalline et prcnd des reflets vert turquoise. Le rivage
est bordé par des rochers gris ardoise et des arbres dont le
feuillage vert prolond tranche avec le bleu azur du ciel. Et là,
le regard perdu dans ce décor paradisiaque, le joueur
découvre une créature gui sorl de ces eaur limpides.
D'autant plus que la belle s'approche de lui pour inteNenù en
D'abord, c'est un visage entouré par une soyeuse chevelure sa faveur. Son regard à une lueur enfantine mais sa démarche
brune et éclairé pardeux grands yeux vertjade. Les lèvres sont chaloupante s'apparente à celle d'un félin.
pulpeuses et couleur grenade. L'eau ruisselle jusqu'à ses Puis elle se met à parler en le fixant droit dans les yeux :

rondes épaules pour couler jusqu'à sa poitdne planhrreuse à "le crcis que je ne pourtais pas le retenir bien longtemps.Ie wus
peine couverte par sa longue chemise blanche devenue trans- conseille de vot6 en aller au plus aite."
parente. Cette dernière se colle à sa peau pain d'épice et moule Sa phrase se termine par un sourire en coin et le joueur n'a
une tailie fine mise en valeur par des hanches généreuses. Ses plus qu'à se retoumer et mémodser cet instant de bonheur.
longues jambes fuselées avancent vers le bord lentement pour
venir fouler le sable chaud de ses pieds menus. . Le.lou'. de lîe e'r ba+ea,^ (clipger^ ou voporefio) r

Cette créature de rêve apparaît au joueur telle la Vénus sortant Il pemet de découwir une côte accidentée où se dressent d'im-
des eaux. Les fines gouttelettes d'eau de mer qlri roulent sur nenses falaises anthracytes trouées d'innombrables grottes,
son corps sculptural la font scintiller de mille feux . bordées de rochers sculptés par la mer
- le pj peut être paralysé par sa splendeur et reste planté
li .^-n- "- -i-"-r Le départ se fait à Marina grande. On passe par la grotte du
- le pj peut aussi s'avancer vers elle comme aimanté par Bceuf marin (qui mugit lorsque, par mauvais temps, les vagues
cette vision iûéelle. s'y engouffrent). Les joueurs croiseront des bateaux de pêche
Dans les deux cas, le pj est réveillé par une grosse main de typiques, des cascades d'eaux vives qui se jettent dans la met
brute au rcgard noir C'est clait il cherche à I'aplatir. Il ne veut des criques au sable fin.
pas qu'on approche sa protégée. Il doit êhe d'origine italienne, Puis, ils ariveront au pied du Mont Tibère oir se distinguent
parler un patois du coin, ce qui est sûr c'est qu'il parle trop vite les ruines de la villa de I'ancien empereur ainsi que la célèbre
et que le joueur ne comprend rien ; même avec la meiileure falaise dit du "saut de Tibère" où ce dernier précipitait ses
volonté du monde. De toute façon, il est abasourdi et est inca- ennernis. Ënfin, il aniveront en vue de Capri et de la Madna
pable de répondre ou de réagir. Piccola.

bl
Là, ils s'approcheront des îles Faraglioni. Ces curieux îlots, .Lo villo Jovis ,

creusés par les flots, sont d'une beauté à la fois sauvage et


recherchée (car'libàe y amenagea une q,rnphê, et lon peut d&ou- La visite se fait sous un soleil de plomb et à première l'ue la
wù ici et 1à des vestig€s de fontainæ, des colormes et d antiques ba$ solitude dr lieu peut surprendre. Les ruines du palais de l'em-
siru). Cependant, il semble y avoir quelqu'un au loin. pereur Tibère sont dése*es et il n'y a pas de guide. Les pjs sont
seuls au bord d'une vertigineuse falaise qui domine la mer Le
Une flottille devaporetti sontà quai et des hommes y chargent vent y est puissant et des cormorans, par nuages entieÉ, se
des caisses. Avec une longue \,ne, ils pouûont identifier le laissent emportés. Charmés par I'eclat irisé des vieilles pieûes,
prussien qui discutent avec des individus louches et armés eniwés par les douces senteuJs du jasmin et des fleus sauvages,
(attention, armement léger, un fusil ou deux pas plus). Sheider les joueurs plongent rapidement dans une sorte de rêverie.
regardera passer le vaporetto des joueurs et sortira sa longue-
Il recomaîira les pis, surtout si ils se sont déjà croisés à
r,ue. Soudain , alors qu'ils flânaient près des thermes, un des
Marina Piccola, et ne semblera pa. s en rêjouir joueurs entend un étrange chuchotement. Guidé par
cette voix mystérieuse, il parvient à I'ombre
.R"go*d"r l'arrivée des yachis d'n d'une de ces caves qui truffent les rumes.
roi de /'Japles eI de sa cour : Deux hommes discutent et I'un d'eux semble
particulièrement aglté. "... Peu inryrte Ia.

En milieu d'après-midi, ceux qui se manière. le ne L,w$ lns qu'il gagne. Vous
houveront à Marina Grande auront fioa ce qu'il wus Teste à faiTe,"

l'honneur de voir arriver le clipper C'est Lord Hammond qui vient de


de sa majesté le roi de Naples parler De son bras mécanique il
François II. referme une caisse bounée d'explo-
Sur une mer calme et scintillante, le sifs. L'homme qui se tient devant
bateau royal avance fièrement en lui en a les yeux qui brillent. C'est
fendant les eaux de sa poupe sculp- un italien à la mine patibulaire, du
tée. Les voiles gonflées et les cordes nom de Matteo Cappueri.
tendues, le navire arbore son éten- ( Mêlée [BON] ; Escriûe IBONI; Physique
dard qui ondule au gré du vent. IBON]Ttu [BON]; Santé {71

Il a sur lui deux réciprccateurs et une ceinture


Une flottille de bateaux à voile I'en- qui dissimule deux dâgues de iet,)
cadre imitant ainsi une escadrille d'oi- Conhafuement à ce que pourront croire les
seaur de mer Un equipage vètu de blanc joueuJs, ce n est pac un revoluLionnaire ita-
et coiffé d'un petit canotier en paille se lien qui a llintention de désintégrer le palais de
dresse au garde à vous au milieu des grée- SFius avec ses explosifs mais un brigand de la
ments telles des statues de sel et bientôt la sil- pire espke, un pion darrs le jeu de lard Hammond.
houette du roi des Deux Siciles se distinsue nettement. Soudain, Lord hanmond remarque la présence du
Assis sur un trône potatit il
maintient un sceptre de la main pe$onnage qui l'espionne. II lait pivoter sa fausse mair,
droite et s'accolrde de la main gauche pour se donner de I'im- dévoile son récipiocateur et tire sans sommation.
portance. La tête haute, il toise ses Bens qui I'observent dans Immédiatement, Matteo se met à hurler et ses hommes surgis-
un brouluha de chuchotements; comme si son peuple s'atten- sent des ruines. Ils faisaient la sieste dans les caves. -( Mêlée
dait à un geste ou une parole de sa part qu'il ne faudrait sur- IMOY]; Escrinle [BOl{l ; Physique IBONI; Tu [BONI; Santé [6]. Ils sont
t^r,t n,. intân^mhro ârmés de fusil de chasse et quelques uns de réciprocateu mais tous ont

sul eux un (outeau. ).


La scène se déroule si lentement que les bateaux semblent ne Les balles vont voler de partout. Ils fuent sans chercher à être
jamais vouloir s'approcher du débarcadère. A croire, qu'ils précis, le but est d'intimider les joueurs le temps d'assurer la
auÉient une appréhension à approcher cette foule de per- retraite de Lord hammond, de Matteo et des explosifs,
sonnes, L'anglais et ses hommes vont traverser les thermes en courant
et se précipiter au fond d'une crypte où se trouve un passage
Mais mpidement cefte paralysie est rompue par ure horde de secret. En activant une pieûe, le mur pivote et les joueurs
valets qui déroulent Ie tapis rouge pour accueillir son seigneur découvrent à leur tour un tunnel fort obscur où url sbire de
en bonne et due forme. Les gens s'agitent, se bousculent. "Or? Matteo, armé de deux réciprocateurs, se tiendra embusqué.
tie t t\utde mêne à ooir sû tête à celuilà" s'écrie une large mama. Une fois cet obstacle surmonté, les joueurs découvriront un
D'autres se demandent ce qu'il fait là et certains rajouteront escalier en colimaçon qui les conduùa vers une grctte marine.
qu'il a un sacré culot. Et enfin, pour les oreilles les plus atten- Au milieu de l'eau turquoise, un petit vaporetto est en hain de
tives . " Powtant , il sdit qu'ot1 ueut sa peau. Apparemment, il a déci- prendre la fuite. Lord Hammond est à son bord et, après une
dé de mourîr ce soir en public...". Le joueur sera incapable de dernière salve de son arme dévastatrice, il maudira les joueurs
savoir d'où venait cette voix. en hurlant rageusemeût:- "On se rctrouDera !"

62
c.pi+re frois r

Dorls | 'o ir^ d,n soi,^,,.

e jour décline et il est temps de se methe en route pour 5- Le tsar en personne viendrait au bal déguisé en ambassa-
le palais de Syrius. La villa se trouve au bord des deur Il veut se rendre compte, par lui-même, de la valeur du
falaises d'Anacapri. La route fait au moins quatre bons joyau; car il est détenteur du grand Orlof qui , selon les
kilomèhes et, par cette chaleur de fin d'après-midi, il vaut experts, serait l'autre moitié du Grand Moghoi. Lui seul serait
mieux prendre un fiacre ou un cheval. Nos joueurs vont donc capable de le vérifier(Faux, le tsar ne viendra pas ce soir, mais
quitter les ruelles bruyantes de Capri pour une campagne sau- ilest vrai qu'il est intéressé par le diamant cat si il paNient à
vage et solitaire. Le spectacle est enchanteur : la mer scintille reconstituer le Grand Moghol, il espère que ses thaumaturges
au loin, les faucons virevoltent dans la lumière et autour d'eux paruiendront à en faire un puissant artifact.)
les pins balancent ieurs branches sous la carcsse des vents
marins en libérant un lourd parfum. 6- Sydus a fait appel au grand détective Léopold Maximilien
Grùber Il parait que c'est le roi du déguisement, les voleurs
C'est en arrivant sur les hauteu$ du bourg qu'ils commence- n'ont qu'a bien se tenir ! (Vrai)
ront à apercevoir le fantastique embouteillage de carrosses qui
se concentrent à l'enhée
du palais. C'est la sécurité de Grtber 7- Le roi François II de Naples vient ce soir, il est fou ! Les maz-
qui en est la cause. Tout le monde s'énerve. On avance au ziniens (partisan du républicain Mazzini), les anciens carbo-
compte-gouttes. En tête de la foule, les joueurs pourront na et les chemises rouges de Garibaldi ont jurés de lui faire la
remarquer la présence d'Armand de la Bézière et de son hou- peau. (Vrai, mais pas ce soir)
peau de valets enturbaûnés. Il est venu en chaise à pofteur et
une fois àe plus, ttouve Ie moyen de po*er I'attelltjon sur lui 8- Un des invités prestigieux croit rcconnaîte Amand de Ia
: ùes qul\ lrarrc\i\\es gn\\es ùu pa\ais, \\ jubr\e, cne comme un Bêirère sous )e nom à'Àrmanà lutarô \\rai). Ce dernier, a
hystériquej ses sikhs le couwe de pétales de roses et font tinter l'appel de son nom, se volatilise dans la foule et évitera le per-
des clochettes en son honneur. De toute évidence il nargue bonnage en que5tion tout le temps de la soirée.
tous ceux qui sont restés bloqués ici depuis des heures et dans
l'énervement général fusent les premières rumeuts. 9- (A divulguer uniquement quand Mickey entre en scène).
Mickey Tobby Tubbs lV veut acheter le diamant pour le broyer
(Consulter le tableau des rumeurs et annoncez celles qui sont et en Iaire de la poudre pour vernir les ongles de ses maîhesses
le plus appropriées à la situation). ou s'en faire un breuvage énergétique en le mélangeant à son
soda du matin. (Faux, il ne ferait jamais ça avec le Kho-I-Noor
La table de.s rurne,^ns i quolque....)

1- Ce n'est pas le vmi Kho-i-Noor qui est mis en vente. Syrius 10- Le Baron Sheider a défrayé la chronique il y a cinq ans.
I'a acheté plus ou moins légalement à Rome et voudrait s'en Lors d'une soirée tenue par I'ambassadeur de Prusse à
débarrasser (Faux) Londres, il se serait battu au sabre avec une femme. Ils étaient
sur les toits de I'ambassade, aurait glissé et serait tombé.
2- Le Kho-i-Noor est un joyau maudit. Tous ses anciens pro- Depuis, il porte une canne. (Vrai)
priétaires sont morts dans d'étranges circonstances (à vous
1\
d'inventer des histoires incroyables). Sy us va-t-il mourir ce L,,, ans |te )ôI^ô,tn
' t. |
dt^ |
PolotS.,,
soir ? (Vrai. Les Maharadjas du Cachemire sont depuis un
siècle à la poursuite du diamant et ils envoient à travers le Après avoir décliné leur identité et montré leur carton d'in-
monde leurs assassins pour tuer de nouveaux acquéreurs. vitation, les joueuF ont enfin réussi à franchir la grille d'en-
Faux, car logiquement Syrius ne devrait pas mourir ce soi! à bée. Ils empruntent une longue allée de gravier qui traver-
moins que Radj en décide autrement). se un vaste parc.
L'allée aux carrosses est bordée de statues de maître repré-
3-Dame Eurydice a ruiné tous ses amants. Syrius sera le pro- sentant des nymphes et des naiàdes chères à la mythologie
chain. Vrai (Cette rumeur se dit tout bas car si le dragon I'en- grecque (d'ailleurs, si l'on fait particulièrement attention à
tend sa colère sera terrible). ces statues, un Gil averti, possédant un niveau [EXP] en
Relations, remarquera qu'il s'agit des anciennes maîtresses
4- Les thaumaturges, comme les disciples du terrible Temple de Syrius).
de Seth, seraient très intéressés par le joyau car, dit-on, il a des Sur les côtés, de grands massifs de fleurs jonchent le gazon
propriétés magiques. lls pourraient ainsi créer une arme et des conifères géants touchent le ciel de leurs têtes majes-
dévastatrice qui leur permettrait de contrôler le monde. tueuses. Au bout de I'allée, s'élève un palais à I'architecture
( Faux : les gens ont une vague idée de ce que sontles disciples fantastique.
du Temple de Seth et lorsqu'ils verront le fakir et ses sikhs, ils Le pavillon principal est cemé de deux tou$ crénelées puis
les prendront pour des mates et auront peur). suivent deux ailes aux dimensions incroyables.

63
Ocre et blanc, le bâtiment est une ceuvre d'art à lui seul : L'étendue d'eau est cernée par une dizaine de bancs en marbre
rebords des fenêtres sculptés, portes ciselées, vitraux mul- blanc et par des sentiers qui partent en éioile vers Ie fond du
ticolores et sujets en marbrc ornent les façades. jardin. Là se promènent cles officiers dans leurs beaux uni-
formes d'apparat ou des lemmes aux robes froufroutantes
Le nombre de pièces paraît incalculable et même la terras- munies de leurs fines ombrelles pour se protéger des ultimes
se semble avoir été aménagée poul I'atterrissage d'aéros- râis de lumière.
tiels. Les fiacres s'approchent du perron où trois major-
domes accueillent les invités. Apparemment, l'entrée est Certains préfèreni l'ombrage des pins parasols pour converser
une seûe immense où la végétation luxuriante abrite des en dégustant leur vin pétillant. Et malgré l'abondance des pro-
oiseaux exotiques. L'ensemble est soutenu par des meneurs, un calme voluptueux règne dans la proprié-
colonnades en marbre rose. Ce Datio oaraît sans té laissant place aux gazouillis des oiseaux.
fin, à moins d'v entrer
scène
',es de
,\Aéco iq ,
'^
Deç leur arrivee, les pjs sont dccueillis
par I'un des majordomes qui leur Au fur et à mesure que les pjs se
propose lunch et rafraîchissements promènent dans le jardin, ils peu-
au Grand Lac du jardin. vent remarquer des agents de la
On les infome que la salle de bal ne sécurité déguisés (en nuse avec un
sera ouverte qu'à 21 heures et le bébé en porcelaing en valet avec un
dîner, selon la mode du momenf plumearç en jardinier, en portier..
se déroulera à minuit. et pour les plus forts, en statue).

Pour les plus fatigués, le Salon 1. Le joueur qui était présent


Bleu au décor antique est dispo- dans la crique croise Adriana.
nible. Il offre de grands sofas etdes Cette fois la belle créature s'est
"convercations" très confortables. revêtue d'une robe splendide. En
soie blanche, elle épouse parfaite-
Pour les plus baladeurs, ils remar- ment les rondeurs de son coips
queront vite que ies entrées d'escalier auquel elle rend des reflets de
sont closes par des cordes dorées, les lumières llatteurs. Le bas de la robe
salles ont leurs doubles portes fermées et ainsi que le décolleté sont bordés d'une
ioutes sont gardées par un duo de vaiets en line dentelle. Un fin collier vient soultgner la
bas rose ("Rose, conrue ln cot eur de I'auottr ptùsqtrc délicatesse de son cou et une étole de velours
c'est Ie thèn1e de la soirl?" dixit Grùber très inspiré ce vert retombe sur ia cambrure sensuelle de ses reins.
jour 1à pour déguiser ses agents en valets du XVIIIème siècie). Lejoueur immobilisé par tant cle charme aura tout ie temps de
remarquer qu'elle est encore plus belle lorsqu'elle se meut et
Il y a donc la possibilité d'aller directement au jardin où l'en- s'exprime. Mais avec qui parle{-elle ? Le Roi de Naples !
semble des invités s'est déjà précipité pour être sfrr d'avok à Quelle caricature celui là ! Avec ses mains qui s'agitent à tout
manger I va. It quelle impudence ! Ses yeux qui la déshabillent comme
un malpropre. Et ta, ta, ta... bla... bla... bla... Et il en rajoute.
Le jardin est immense et offre une vue splendide du soleil se Mais elle. Elle est tellement plus émouvante à regarder Cette
couchant sur la mer. Le ciel se teinle, comme I'océan, de tête penchée d un air pensif et intéressé. Ses grands yeux qui
faceites dorées et ârgentées. Quelques bateaux voguent encore acquiescent d'un air entendu. Ëlle regarde par teûe cherchant
sur les flots scintillants et s'éloignent pour rejoindre l'horizon. un moyen de se dérober puis relève sa tête altière pour le fixer
droit dals les yeux avec ce regard insolent et pétillant d'esprit.
Le parc, quant à lui, est inondé par ies derniers rayons du Elle attend qu'il se sente gêné soutenu par ce regard de feu.
soleil et profite d'une douce lumière qui donne un pâle éclat à Confus et les joues empourprées, le Roi salue et se retire sous
la floraison estivale. La chaleur se disperse au gré du vent qui un quelconqùe prétexte. Amusée, elle détourne sa tête et voit
devient frais et léger pour ce début de soirée. Il est assez fort le joueur. Un sourire éclaire son doux visage et le temps d'un
pour faire Irérnir les leuillages et trop doux pour ébouriffer les souffle, elle est à nouveau accaparée par un officier de la mari-
coiffures de ces dames. Mais surtout, il permet de porter le ne napolitaine.
dernier souffle parfumé des fleurs et ainsi enivrer le cceur des
plus romantiques. 2. Syriùs et Eurydice apparaissent comme un couple princier
La classe du Dragon et la grâce de la Dame Faë s'allient à mer-
Un grand lac est au centre du jardin orné d'une magnifique veille malgré leurs différences. L'un inspire une fascination
fontaine. Celle-ci représente des sirènes aux corps de rêve ténébreuse et l'autre l'enchantement féerique surtout avec sa
soufflant dans des conques. rcbe vaporeuse de mousseline blanche. Syrius est lier de sa
conquête et cela se voit sans peine. Mais, elle, saii qtielle TMickey orr"ir,.: I

détient le pouvoir de l'émouvoir à sa guise et elle en use. ll


suffit de la voir chuchoter au creux de I orcille du Dragon en Tout à coup, une ombre immense cache le soleil rougeoyant.
rdjorrtd rl Helr,.c/rorr.l, r,.' d'une roi.,duurereltsepourvoir Les têtes se lè\'ent, scrutent le ciel ei 1à, un cri d admiration
le visage de ce dernier s'empourprer et se déc sper en un s élèvc de ia foule comme d'un seul homrne.
Jarge sourire. Mais gare à celui qui s'en amusera I
Lrn aéronef aux dimenlsions faniastiques s avarce au dessus
3. Les joueurs croisent Matico déguisé en officier napolitain du jardin. La machine, faii de bois sculpté et de métal ciselé,
(c'est le seul moyen qu il a trouvé pour entrer dans la pro- approchc eù un bruit soûrd et régulier. Mais le regard des
priété sans que la sécurité ne lui pose trop de questions. Aux invités ne peut s'âttarder davantage sur la facture de i engin
veux des hommes de Crùber, il fait parti de l'entourage car leur aitention est captée par des danseuses qui descen-
royal). Dès que Matteo voit les joueurs, et si ils se soni croi- dent le Jong de cordes en soie. A peine toucirent-elles le sol
sés à la villa Jovis, il s enfuit et essaye de les sener dans le qu elles entament une danse effrénée, munies de plumes
\ardrn. Un bon lnoyen de couper court à \a çq\rs\ite, un des d autruches roses en tlise de restune.
joueurs percutent de pleil1 fouet le baroD Von Streider qui, Une musique pompeuse accompagne leurs mouYements et
ennerr'é, va exiger des excuses (dans ce cas passez à la 4ème vu son intensité sonore, ce doit être un véritable orchestre
rencontre) ou il peut croiser Adrianâ (rencontre l). qui joue là+aut I
Des confettis pleuvent du ciel orangé. Et à ce moment là,
4. lls croisent le baron Von Streider. Au premier abord, il est I émerveillerneni est à son paroxysme. llrl ascenseur D1èca-
vraimelt surpris de voir les joueurs ici. Puis, il cherchera à nique se clétache du centre de la coquc pour atteûir douce-
leur parler et les menacera si il les a aperçu sur la plage ou nent sur le gazon préalablement rccouveri d'un tapis rouge.
surles îles Faraglioni: lc ttous Lti ttu sut ln plnge (orL le b cau). Un homme d'une trentaiùe d'années en descend, dévissant
le nc sais pas ce quc itous at'ez à tn'esltionner. Mais sachez ceci, je de sa tête son cl'rapeau de cov,-boy chaclue fois qdil ren-
ne ntt laisscrui las fair?.f Ji ools Percist.. à tl'inryarhLncL jr contre ûn visage féminin (c'est vous dire...).
n'ûùmis nrrc n rcûrcft| à i,olls L/dsar".
Il affiche un sourire à Ia blancireur immaculée à la foule effa-
5. En pleine conversation avec Streider, Crùber surgit d'un rée par taDt de frime et déclame :

bosquet et se félicite de ce qu'il a entendu. Streider sera par


ticûlièreneut éùeûé, c'cst ce qui va sans doute notivé son 'Ëo,rsoi| tcrl.s dûti1cs el ge tilsln lnts, je suis Mickal Toby
envie d'élirniner les joueurs. Mais il n'aura pas le temps d'el IVèfitc du nont,le seul ,l'uniqLLt ei lr.qrnirrlissi,rr' et de
TtrLtbs
arriver là, du moins pour I instant car soudain... rajouter plus bas Qirclq 'ltl Pltul iit m'ùldiq u
: l'
tréc ?"

65
api+re q^atre I

L", bol

es portes à double bdttdnt souvrent enfin et les hôtes C'estun tournant décisif dujeu.ll regarde son adversaire droit
T
I saluent leur\ invite5 à tour de rôle. La >alle de bal e.t dans les yeux, regarde sonjeu etesquisse un sourire en fumant
.LJgrandiose. lmmen\ement longue, elle ol'fre une piste de son cigare.
danse spacieuse. Le plalond paraîi d'autant plus lointain qu'il Toutes ses admiratrices sont en émoi, elles battent des cils, agi-
a été tapissé d'un drap de soie bleu nuit constellé d'étoiles aux tent leurc éventails pour dissiper la chaleur qui les envahit.
milles reflets. C'est à lui de jouer..
Cette voûte est soutenue par de grandes colonnes ciselées de VICTOIRE I Les unes sautent de joie, les autres s'exclament :

volutes et autres arabesques. L'ensembie est décoré comme "ll est meraeilleÆ !"
I'antre de l'Ëlysée : des bras de lierre et de glycine enserrent les "QueI tnlent !"
colonnades. Une végétation exotique envahit ies moindres "Et puis, il a tle belles mains..;'
recoins de la salle et recèle des oiseaux les plus rares. La plus Les autres commentaires suivront sur Ie même thème, c'esFà-
iniéressante des curiosités reste I'installation de séraphins à dire son physique. Une quegtion brûle toutes les lèvres : qui
vapeur. Ces automates survoleront les invités toute la soirée est-il ?
pour leur envoyer des messages mystérieux accompagnés de La partie finie, il se lève et se dirige vers la piste de danse sui-
pétales de rose et de jasmin. vie d'une nuée de "mantes religieuses"...

Si I'un des joueurs est un espion,


il recevra les plans d'un - €n piste mesdames l

sous-marin britannique par l'intermédiaire d'un sén-


phin. Comme c'est étrange, le bel inconnu qui s'avérait être un
ambassadeur russe, semble être noté sur tous les carnets de
Une fois l'émerveillernent passé, les invités peuvent prendre bal. Toutes les femmes assurent avo été invitées par le russe
place autour de la piste et ainsi commencer leur activité favo- en Perconne.
rite : le bavardage. Que ce soit pour c tiquer le taffetas rose En fait, en bon séducteur, il ne sait décliner les offres et les
d'unetelle, arranger le mariage de Berthe ou échanger les der- accepte toutes et parfois trois danses de suite au grand damne
niers potins mondains, un tumulte de mots et de piailleries des moralisateurs. Ainsi, pendant la soirée, il fait toumoyer et
s'élève de la foule excitée. L'orchestre joue les premières notes valser une bonne cinquantaine de dames,les laissant toutes les
et déjà, les femmes emboîtent le pas du Dragon et de la belle yeux humides de bonheur et ies mains moites de désiJ.
et virevoltent au bras de leur cavalier en soulevant leur robe Tels sont les effets de la coqueluche amoureuse...
fâstueuse. La musique couvre à peine le frou-frou des robes et
les battements d'alr des êventails qui s'agitent comme des ' Le croqueur de diamanls
papillons.
Alors que de prudes jeunes filles couvent du regard d'éven- Le gringalet français attirent les lemmes en mal de cudosité ou
hrels fiancés, les plus grands hommes d'affaires traitent entre d'exotisme. Comme une fleur camivore qui attire les insectes
eux. Et pendant que certaines se complimentent sur leur toi- avec des couleurs chatoyantes, il se pavane avec ses sikhs
lette ou commentent leur carnet de bal, des secrets diploma- enturbannés de soie multicolore. Il atiend qu'elles se posent
tiques se chuchotent au creux de I'oreille. devant lui et qu'elles boivent ses paroles.
Et pendant, ce temps il installe son piège devant elles : RADJ
Mais où sont donc les personnages-joueurs ? l'hypnotisew qui agite ses mains comme des antennes.
Puis, à grand renforts de compliments mielleux, Armand les
.Lo partie de Whist emp sonne pour mieux prendre leû moelle substantielle :
leurs bijoux.
Une foule à dominante féminine s'amasse autour d'une table Ën un simple baisemain, il croque les bagues pour en extraire
de jeu. Les dames s'intéressent-elles tant au whist ? les joyaux et lorsqûe I'attention de son entourage se relâche, il
Evidemment non. C'est un homme, et un seul, qui retient toute subtilise les parures de ses proies endormies.
leur attention. A wai dire, c'est le charme masculin incamé |
bien bâti, traits harmonieux, gesies coutois et l'art de manier ' fla^^o^d, le relout
les mots. Rien ne manque. Même la chance est avec lui et ç4 c'est
le genre de choses que les femmes rcmarquent tout de suite. Alors qu'un des joueurs est parti aux toilettes et qu'il se soula-
A tel poini que ce bel inconnu suscite les comportements les ge dans I'urinoir, la porte s'ouvre et quelqu'un fait son enhée.
plus amusants dans ce monde d'apparat et de bienséance. ''Borr,oir..." lance Iinconnu sur un ton narquois.

Les femmes d'âge mûr se donnent des coups de talons sur les Le joueur a immédiatement reconnu la voix de Hammond.
pieds pour gagner les premières "loges "du spectacle. des Il a à peine le temps de se retourner qu'une lame de 30 cm
jeunes filles tentent de lui soutenfu le regard et en oublient leur jaillit de la prothèse de Tancrède ei se loge droit sous sa gorge.
cavalier officiel. Même les vielles pies bavardes retiennent leur "
l'aoais dit qu'ot1 se rctrouueruit , sale petit curieux...Ie ne ssis pas ce

langue tant Ie suspense est à son comble. que aous mafiiSancez auec oos aflis, mais ça 4le don de m'agacer."

66
SOUDAIN, un gros bourgeois italien fait son entrée. La lame - Allons, calnez-oous... vlus 1)ene2 ceùaitrctnetû pour Ie joyatt,
se rétracte immédiatement. Hammond, crispé, Iixe le joueur clmile ûal$ tous. Le Kho-I-Noor, chet conte,u'est ce pns le diatjntlt
droit dans les yeux et se rapproche de lui pour chuchoter : le pl s cotlooité rl û1onde, stLttotù lorsque I'011 snit que oah,e Tsar
" La clnnce I)ous s?lttit ce soil , 1t10n ani... e11 dél ient I'irûrc noitië .

le trc tnis pas uous tnq... Du noins potu le mome11t. Alots suil)ez - Vous les anglais, tous ne changerez jamais. Vous êfes de arai ch.r
biet non conseil, rlisparaîsscz rie na tae. Vous fie snaez pas à qui ragt1\rd . Re luet le p1ûit1, c'est ootre passe,tenps
laooi.
ttous L)otLs me1urez , - Ah ! ah ! ah ! I'aitouclté rLue corde sensible.
Puis il
se retire, tout en marchant prudemment en arrièrc. - Taisez aous Hanunoncl ou je oous arraclrc la lmgtrc.le oons nëpi,
'J'espère ne plus vous revoir, très cher' se,ltous et uoh'e p
/s.Vauspuezla mëdiocrité et I'orgueil .
- ]e ftifère ma rctio( ltrode{ne st pr"lissqrts ù loiTr plys dt
. Lo renconlre rlloc de Ionnée leqrenots
nlcooliqucs. Vous uou< tlrjn dnts ln t,nit,.
'unryez
- Espèce d'itlsolctlt,le règne absolu de I'Attgletefte est tenùt ! La
Un couple mystédeux se forme à la nuit tombée : la belle
Srande Rr$sie ua etltrct dnns nte èrc nowclle. No s, t10us nlotleni-
Eurydice aux allures dange et le milliardaire ngard, nous sons à gtotrds pas, tlotre arnée conpte un million d'lnntncs ! NotLs
avols nommé Mickey Tobby Tubbs IV all7us uous rabnisser, uot$ et' lotre rci e tnniferLse. A oh.e colu.,
Tout conmence lorsqu'il lui fait visiter son aéronef. nous ûrtotls ti puissant génie qù rulise pour nous des expériences
fantastiques. Utt ttouoel iige i)a aftiier et le nonde ua tretnbler.
Son goût pour la décoration la subjugue : I'ensemble des Voyrz-aots,le tsar uert le KhoJ-Noor car ce bijou prestigieux ad
pièces est lambissé et des colonnes taillées dans du merisier ntarquet nolrc elttrée dans wte ère ttour.telle de gloit e et de puissance.
massif soutiennent le plafond. Une tenture de soie y est ten- - Pauttre fou, uots ne sapez màne pas à qùi ao s Ltolts t1rcstnea.
due; elle représente le drapeau de I'empire de l'Ours. Des têtes - Si c'est Victorii qui aous e1fi\ie, je me permet de tîre.
de cerfainsi que des tableaux de rnaîires décorent les murs. Un -Ce'estpasVictolia."
immense tapis d'Orient recouvre le sol parqueté et par dessus
gisent, ça et là, des peaux d'ours ou de lion à la gueuie ouver- Alexei Vassiliévitch recule brusquemeni, comme si il avait vu
te. Des cheminées de marbre et de bois ciselé chauffent chaque le diable.
pièce et au dessus de chacune d'elles trônent des portraits de "- Ce sont les Maîtrcs de la Vapeu. qui uous enuoient !
la famille Tubbs (apparemment le soudre carnassier est héré- - Enctement nlot1 clter, et je oo s conseille dc rous teni à cafteaLt.
ditaire...). Un léger parfum distillé sous iorme de brise embau- Vous n'aurez janais le Kûo l-Nofi Nous a?ors /'i1ûe tîon de I'lt'-
me l'habitation. De nlêne qu'une douce mélopée berce chacun à Victaria. Mê c'est incarruptible, ce n'cst qrirate
frit 1e si re rci11e
de ses pas d'un bout à l'autre de I'aéronef.
fentne. Elles sotlt totûes sensibles aux bijout. Lc Kha l-Noot sera Ia
Le plus impressiomrant restera sans doute la fontaine à chan- canq érir. N?us oaotls bes1itl dc soutieû el aujounl'hui plts que
pagne lumineuse qui foncfionne devant le lit à baldaquin e\
iallnais. ELle o rl slit s0 co:l.rgfine,le joyau le ptts conloité rle ia
forme de cæur En fait, c'est ure sorte d'exotisme civilisé qui Terre. Ce qti , dans ut cerlaill sens, rcprése11te parlaitenent la situq-
caractériserait cette embarcaiion. Et c'est certainement, cette tiot de I'Angleterre. Si Ia tnletLr marclnnde rlu diam\nL n'aTlil)eri
attirance pour I'aventure confortable qui conquit la Dame Faê. pas à I'achefeL sa signtfîcntiott, son symbole la séduira. Nous
Elie aime son compte en banque qu'il déclare inépuisable, il somnes nachiauéliques, t1'est-ce pas ?
aime ies raretés. C est la rencontre choc de I'anûée ! - Vous êtes nalncles. Mais que les choses s0ie11t claites el1tre tn s.
Itutrais L)ous l1'ottru le Kllo-l-Noot. I'en lais le sennent."
. (4ne co've.',salion dans le
f"moir Et il s'en va rageusement.

Alors qu'un des joueurs va dals le fumoir, pour savourer l'arô- 'Àd"i....n.'
me puissant d'un bon cigare accompagné d'un cognac, il sur-
prend une conversation fort intéressante entre l'anglais et le Il faudra que le pj amoureux attende plusieurs danses avant
russe. d'avoir I'opportunité d'apercevoir sa belle. C'est au courc
:'On dirnit que L7ut ce que Ltous touchez -i)ous réussi, mon chet d'une danse avec échange de partenaire que le joueur aun le
cante.l'di ùu 'ootrc petit jeu, c'est très ostrrcieux. Vous êtes M1 orai maximum de cirance de la renconher
ltetit trichew. Alorc qu'il fait quelques pas face à une grosse rombière qui
- Cessez ros simagrées, Hatnrnond, oos contplinrcnts nielletx ef empeste le parfum et qui sue des mains, il jette un rapide coup
uotre chnfifage e n|rche pus auec oi. VotLs êtes -ttttlgaire, on t'ous d'ceil sur la rangée de dames et n'entrevoit que des têtes
ûoit uenir à cles kilonètres. blondes, brunes ou rousses. Il continue tant bien que mal ses
- Qtrcl esprit de décltrctiotl ! Vous êtes on1ifiet1t ét'onl1ant. cabrioles avec une jeune et ronde blonde qui le boit des yeux
- Qu'esf ce que uoûs L'oulez, Hanmond. ? et lui marche sur les pieds.
- le aoulais juste snaoir ce qtL'nt ambassadeu rle Ia grande Russie Changement de pâitenaires. Les mains, cette fois, sont douces
fiit ici, e ul1e si petite île. et délicatement parfumées. Le visage est souriant et le regard
- le traeaille pour nou gornetnene t à tifrc rcpftse tatit'.Ies is Lu1 espiègle. Mais c'est la belle italienne I
ambassadeur;si uous e suoapas ce q e c'est, regardez la délittition Trop tard, la cavalière disparaît. A rouveau quatre ou cinq
da s ue ellcyclopédic. femmes dansent au rythme de ses pas. Ce n est qu,une affaire

67
de patience, c'est bientôt le tour de sa bien-aimée. Elle revient. - "Vous aoyez cef llomme là-bos, aæc cel ait patib laire, oui... Celui
le sourire moq[eur et le regard amusé. qui itotrs dif bofisoir. ll s'appelle Mnlteo et il a tlans ses ntains un
" Bonsoir. An a pas eu le tenrys de se présentel' tout à I'heure ... le stis détaattetu rclié à t)|trc ûëtu1ef.
la cofifesse Adrinna Orsijli el po s ?". - Ben, pourquoi...
La réponse sera brève car écourtée par cette maudite danse qui - Pout le faire sauter bien sûr.
esi irop rapide au goût du joueur Déjà éloignée, elle lui adres- - Beli , pourqrrci ?
se un large sourire enjôleur suivi d'un clin d ceil. - Parce que je e oeux pûs q c ûus achetiez le Kln-l-Noor. Il ne
Décontenancé, le pj se rehouve dans les bras d'un officier itâ- retient tle tlroit ur là, je suis le !"
phLs fort... ah! ah! ah

lien au regard noir de colère. Mais après tout, cela lui est égal Mickey se décompose.
car cette fois, il ne l'a pas perdu de vue et elle l'attend près du '- Al1t1oi1 ]lors, c'est trop iiljt$te !
balcor. - N e prcl1ez l14s cet air Lle l1elit poussitl il.)ec urc caqtille
sn la tête ,
r|us trc ne laites nêne pas pitié.Ie æ|lx que de tail1, rtous restiez
.Le cho nlage bieti sage dotls -,.ltrc cain et que tous hissiez la letlfe se dénLler tlor
malenent.ll a c111lptis Mickey ? Il a conpris ? "
Au cours de la soirée, Hammond se dirige vers Mickey Tobby Et il s'en va dans un éclat de rire diabolique.
Tubbs alors qu'il fait le pitre devant une assemblée de belles
dalnes. .Le d"el
Je lous l'tssiire, cette Jrlonire i goirsset Jorlctiol1t1e d l'énergie de
non corps. le l'ai poyée zssez cho paltr cell Au cours de Ia soirée, les pjs peuvent remârquer que le barol
- O,too,-toool' fuul-ellrs ;t
un tott incruLllc. Von Streider semble très attiré par Adriana nais ce n esi pas
- ClnqtLe natin jeprend wt bnin de Init delionrc,c'esl ll fortifii t pour les raisous que I'on suppose.
crtnoftlitlaie ( et rl lait le geste). Et pon' renlplir utle b|ig|1oirc, Alors que la belle italienne et le pj amoureux s'éloignent vers
laissez-noi tous dire qr'il en fuut des lionnes. le Grand Lac du jardin pour admirer la lune et le ciel étoilé, le
- ooooooh ... prussien fait brusquement son appa tion.
- Au ytetit dijcnw,
je fais écraser nt petît diannltl paur en liit e utrc Adriana sursaute alors qu il s'avance vers eux en canant.

lniudrc quc i'itlgurgite Llût1s n10ti sodn. Les bullcs entprisonnent ln " - Orsinr, ie sm,ais qu'011 se reh'otruefiit. Vous naez et beatrcoup de
paÆsière Lle dinnnnL . Eilsrite , elles éclatel1t dal1s ma blLtche et libè clnttce à Londres, d'lnbihule on ne se débtrrasse pis de tlûi cotnne
rcle r inergic.To f le nanfu siif qrrc le tlii:|r,ant esf éfer11el, dol1c en çn.le uorrs propose de reprcndrc otre discussia là oit nous I'aoons
to te logique je senis élenEl. laissi. Les phtts, contesse, oit sotll-ils ? Bismark en nge depuis que
- C'est farf inf&essallt !
S'exclame l'anglais avec un brin d'irunie. l)o]ls ûle les ntez dérobi.
-'Vous nc semblez êtt( tm persotuûge étal1t1ant et c'est bietl la prc - Ces platls ne sonl pas à I)aus. lls sotû la pr\priété de la co tofi e
n1ièrc fois que je cr]ise uu anéricuitl. PLris-jc ne \ttésettter ? Lord d'At1&leterrc. D'nilleurs ils ne sottl plus en mt passessiall, j'oi ttou
Tntlcrède Hnmnotd, pour ùaus scrair." aë Lm ncquérew qui en fera tn bien neilleut usnge qtrc Ltous. Vous
Son ton est mielleux au possible. Il prend i'américain par l'épaule pourru lLire à ce clrcr clnncelier qtte ce n'est pas demaifi la iteille
hanquille (le fumoir par exempie).
et l'emmène dans rur coin bien qu'il ptlrriendrc à cofistrûre des stùnersibles.
Les joueurs nont plus qu'à s'approcher discrètement et iendre - Vous blufez Orsitti .
l'oreille. La conversation qui va suivre est des plus intéressante. - Vorts crctfz ?
-'V?ns êtes...lllissant non chct lltbbs... - le ie sLtis pas ftès pntie t,j'.Lidéjàbea colq de 0l à réptitller tl\o
- Absohnrcnt, nais aotls sa'i.tez, 'aous potft'ez n'appeler Mickey." entie de uons TAJLLER ÈN PIECË l'
Rien que d'entendre ce prénom toul niais, iout gentil, Lord Et à cet instant, il sort la lame de sa canne-épée.
Hammond en a des boutons. : Preparcz-uaus à mowir c\ntesse, -!01rc carriàrc d'at enturière s'ar-
: Mi..ck..ckev..,bbbbuaacanr k/r... (Tancrède est parcouru d'un rête Ià !".
Irtson de degout) Qrrel ptetat, (hn,tunul.
- Ic siis, merci. Streider serue surAdriana (qui n'est pas armée). Logiquement
- lc disais 110trc que oo s étie. p isstitlt cttr ticlle, fÈs très riche... le joueur devrait chercher à la protéger Un duel fantasiique (
Bien sûr, nnis ltotu' tjui 1e pre ez-rt] s ? Cela l1e se i)oit pns ?. si le joueur est armé) ou une course-poursuite (s'il ne l'est pas)
-.....Bbbtutumamarklt... il est drôlc. Dot1c, et1 toule lagique, petsotltle va alors s'engager A cette heure, personne ne Pourra les
e peut résister à aotrc formilable pLtuoair d'nclnl. aider. Tout le monde est au bal,
- Instj|t'à pftsent peÆlkne. Mais bott, j'aime I'tnbiance de la ue te Skeider est un adversaire acharné mais pas inconscient, si
ntx ctlchèrcs et j'ndarc nùner les esltoirs des nutres acheteltÆ. Le jamais on ameute la foule, ii cherchera à s'enfuir Son objectif
Kho-l-Noot serc à rfloi , rous sa'Lrez. est tout de même d'éliminer Adriana et le pj, qu'il soupçonne-
- Mott cfur Mick..ck..a1, btunannnh... Puis-je tous proposer de iaire ra d'être un agent secret. Si jamais les fugitifs tentent d'at-
uû petit taw s t ln terrnsse du jnrdùt. l'ai tprclque chosc de t'ort itlté teindre le palais, il sortira ses dellingers et cherchera à les
ressdtlt à L)a s t onher ". Il s'exécute. abattre.Peu importe la tournure des événements pourvu que
"- F fitt1cl1ùnent, aatre aûoncf est le plus bearL que je'ni jannis i)u ).çn Streider sùivive et qu'Adriana trouve uù moyen de s'enfuir
serait aninrcnt do lmnge dd 1r pddru " .A cet iNtant, Lord Tancrède Elle aura tout simplement échappé à la vigilance du jol]eur et
fait un signe de la main en direction d'un buisson. se sera évanouie dans la nature.

68
api+re cir'rq :

'Je vois vo.^s do,rne,. àu specTacle,.,,,


1' espà*z q qe voL^s c1lezz apprêcie:+ l"

f)eu après le diner de minuit, lcs in! ite5 .e dirjgent vers le Mais à cet instant la porte de l'antichambre s ouvre avec fracas
l/ve.tiaire pour y prendre capes et mdnteau\ car un et une foule d'agents de la sécurité s y engouffre.
I superbe feu d artiiice e,r donne en I honneur d Eurvdi(e "Ah, nh. ah ! Che
fous ni et I Llt ,njl1 tnl1s tc snr i
dans \e jarù\n. De magmiiques gerbes \umineuses embrasent CheJors nrrôtcs tors I B nndes àe pelils zncripnns )"
le ciel de Capri. Elles s'élèvent, éclatent et meurent en une Les joueurs n'ont pas le temps de réagir ou si vrainent ils veu-
poussière d'étincelles multicolores devantles yeux ébahis de la lent faire quelque chose, ils ont pell de chance de réussir face
foule. Jamais on aura vu un tel spectacle et c'est sous un ton- à cette "armée mexicaine". Grùberjubile, c'est le phls beau jour
nerre d'applaudissements et d'acclamations que l'un des de sa vie. La plus belle prise du siècle I
joueu$ est attiré par des ombres suspectes cians une salle du
palais qui est très faiblement éclairée. Soudain, un de ses agents ou\,re une lenêhe et s'écriet Meù g0f,
Si il a le réflexe de chercher Gniber ou ses hommes de la sécurité, der kûnlissnr, rega ez ils zant ui c1mplizc q iz'ent'uit W les toits !"
il remarquera tres vite qu'aucun d'eux ne se trouve aux alentours. Immédiatement tout le monde se me vers la fenêtre et ils dis-
tinguent une silhouette fine et élancée qui court sur le toit de
Jl vo fo llo ir ag ir^ serl.., I'aile droite du palais. Crùber clevient bleu, il se précipite vers
la porte du fond et découvre que toute la colleciion du dragon
En arrivant devant le vaste escalier qui mène à l'étage supé- a disparrr. " Aie, ai?, die zi le zeigtrcw Zirius apprentl za il ne fu pas
eut les joùeurs découvriront les agents de Crùber dans un être calltent rllt tout."
état plutôt étrante. A leur grande surprise, ils semblent figés.
Leurs yeux sont inexpressifs, leurs visages expriment la béati- Et à peine a-t-il prononcé son nom que le dragon fait son appa-
tude et leurs membres se balancent au gré d'un invisible cou- tion. Il foudroye tout le monde du regard et se précipite vers
rant d'aii. Leur dos est voûté et leur regard semble dans I'ex- la bibliothèque. "Rtoannsnnaaiaaaaaaaqaaaaiadaaahhhlth !"
pectative. Les joueurs curieux pouûont découvrir avec Le temps est comme suspendu. Les invités sont statufiés, les
stupéfaction qu'à I'intûieur de ieurs pupilles se dessinent oiseaux aûêtent de voler, les étoiles filantes arrêtent de filer..
inlassablement des cercle.. Radj les a charmes. et lorsque ie cri s'achève, les vitres du palais explosent, les
lushes tombent, les fernmes s'évanouissent et les vieux iécla-
Si les pjs montent les escaliers, ils rencontreront les gardes dlr ment leur pilule.
hall dans le même état. Le plus obseNateur des joueurs peut
remaiquei que la porte menant aux appartements de Syrius a IIs ont tous la même idée en tête : fuir au plus vite.
été fracturée. "Quia t'aif ça?lecroisq e jeuis M'ENERVER ! GRUBER,attm
pez-noi or je lais wt mtssate !'
Ie cotryable
Dès qu'ils en franchissent le seuil, ils entendent des voix. Elles Tout le monde précipite vers les fenêtres pour se
s exécute et se
semblent provenir du fond de l'antichambre. D'ici, ils peuvent lancer à la poursuite du voleur. La silhouette noire s'éloigne
distinguer un halo de lumière clui perce I'obscurité. avec une rapidité étonnante, sautant de balcon en balcon, cou-
En s'approchant, les pjs surprendront Armand de la Bézière rant sur les teûasses...
escorté par son fakir et deux ou trois sikhs. Ils viennent de cro-
cheter Ia serrure de la bibliothèque où se trouve exposé le Kho- Le scandale attire I'attention de la foule qui ne tarde pas à
I-Noor Armand jubile, il exulte même. En passânt la porte, il s'amasser dans un coin du jardin pour srdvre les acrobaties du
effechre deux ou trois pas de daise et prend dans ses bras le fakir cambrioleur et de Grùber. L'un suscitant des cris d'admiration
qui reste impertuibable. Puis, ils avancent toùs en coubant l'échi. (ooooooù i), I'autre des éclats de rire (aft / d/r I a/t /). Armand, qui
ne, vers le piédqital central où rayonne I'aura scintillante du plus veut s'emparer de la collection à son tout lâche ses sikhs sur
beau joyau de la Tene. Amand sofi de sa veste un joyau identique les toits tandis que Radj et lui dévalent les escaliers pour ten,
au Kho-l-Noor et s'apprête à l'échanger avæ le wai. ter de couper la route au malfrat.

Soudain, une fusée éclate devant le peûon et illumine toute la Streider (si il est toujours en vie) monte sur une terrasse pour
pièce. Les joueurs sont immédiàtement reperes. émettre des signaux de son chapeaù en direction de la mer
Le français ordonne à ses hommes de les maîtdser. Pendant la Hammoncl, lui, persuadé que ie Kho-I-Noor vient d'être déro-
bagarre, Armand perd l'équilibre et les deux joyaux roulent bé, se lance dans une course effrénée dans l'espoir d abattre le
par terre. Furieux, il hurle]."1'en ai assez,i.tiles coquins, aotLs nllez voleur et de iécupérer le joyau.
ooit dc quel bois je me chauffe !".
I1 se met en garde et plie ses jambes comme un gymnaste. Tout . Si les joueurs avaient I'intention de voler le joyau ou de le
en s'avançant, il fait des moulinets avec ses poings et iève la protéget ils pou.suivront la mystérieuse silhouette. Pour
jambe comme une danseuse de cabaret. semer ses adversaires, elle plonge dans le vide et aiteûit dans
A la première claque, il roule par terre et mmpe pour ramasser les un bosquet. Puis, elle se faufile dans les allées labyrinthiques
joyaux. Dans la confusion il ne sait plus quel diamant est le bon. du jardin pour égarer ses plus proches poursuivants.

69
Au détour d'un buisson, i'un des joueurs (si possible l'amou- Et ils enfourchent tous leur vélocipèdes à moteur pour ariver
reux) verra une ombre s'approcher de lui à grands pas, puis le plus vite possible à Marina Grande.
s'alrêter pour retirer son masque : c'est Adriana. - Ils peuvent suivre Hammond. C'est assez facile, on le repère
"Ne dit rien", elle se plaque contre lui, l'entraîne derrière une à ses coups de feu et c'est lui qui est le plus proche des fugrtifs.
haie, laissant passer un petit groupe d'hommes enturbanés. - Si les joueurs sont plus rapides que Grûber et décide de s'em-
Son cceur bat très fort et l'espace d'un court instant, elle le fixe parer de I'aéronef la seule personne capable de le piloter effi-
droit dans les yeux, entrouvre sa bouche et I'embrasse pas- cacement c'est Mickey. L'américain les aidera volontiers. La
sionnément. perspective d'une escapade dangereuse va le rendre fou. Il a
C'est à cet instant qu'un agent de Grùber déguisé en statue se toujours rêvé d'être un aventurier.
jette sur eux en hwlant : " AAMrr, che fous tiens !".
Il esi nu et maigre comme un clou et s'accroche au joueur . "Je les ai 6ien eu,, ,"
désespérément. Ce n'est pas un champion en lutte mais le raf-
fut qu'il provoque a pour seul mérite d'attirer I'attention Armand va profiter de la diversion qu'offre la colère de Syrius
d'Hammond. Celui-ci se rapproche à grand pas et, les yeux (qui en cet instant ne pense qu'à récupérer sa collection). Tout
remplis d'une lueur peu commune, lève son faux bras pour penaud, il regarde autoru de lui et glisse les deux gemmes
déclencher son Réciprocateur dans sa poche (puisqu'il ne sait plus quelle est Ia bonne). Puis,
A peine a+-il eu le iemps d'appuyer sur la détente qu'Adriana lorsque tout le monde s'élance à la poursuite du cambrioleur,
saisit le bras du joueur et I'entraîne verc le fond du jardin où se il part aussi mais, dès qu'il verra qu'Adriana est insaisissable,
trouve un passage dissimulé. Souffle court, les deux amants ilse planquera dans un coin avec Radj.
dévalent un sentier tortueux qui les mène vers les ruelles Immédiatement il sort les deux joyaux et jubile :

pavées d'Anacapri. L'anglais les poursuit avec peine et ralen- "le les ai bien er ! Regarde Radj, to11 maître ùa être cotltent.
tit pour choisir sa direction. Un faible bruit de pas rapides sur 1I oa pou1.)oi rccupéret son dû et moi mû libe:,té ! l'en ai fini de ce

sa droite met fin à ses hésitations et il s'engage, suivi par des caucltemnr ! le ne letrais plus aos têtes d'ahrûis ! "
agents de Grùber, dans le vieux bourg endormi. Radj fronce des sourcils el sorf de son turban un énorme lriss bien
Nos deux échappés courent en direction de la fameuse crique, ta dlant. "Je plaisafitais ! Rifige toil corùeau ! Ne t'meftE pas."
sautent par dessus une muraille et s'engouffrent dans une A cet instant, un des joueurs qui poursuivait le cambrioleur
grotte à I'air humide et froid. Ils n'entendent plus que le clapotis tombe sur ces deux lascars et a tout entendu de cette conver-
de I'eau sur les parois et I écho de leur respiËtion haletante. sation, il n'a plus qu'à intervenir. Il sera facile d'intimider
Adriana prend Ia main du joueur pour I'amener vers une Armand, surtout si le joueur est armé (sinon c'est un peu plus
mince faille. Elle s'y glisse et I'invite à en faire autant. Une fois délicat, avec Radj il se sentira en force). Mais il faut tout de
dissimulée dans la roche, elle respire profondément, Et après mêrne se méfier de Radjqui profitera de la moindre inatten-
avoir fixé les yeux de son compagnon, elle lui adresse un sou- tion du joueur pour utiliser son pouvoir d'hypnotiseur
rire. Comme si elle lui était reconnaissante d'avoir partager un De toutes les manières, Armand tentera un ultime tour de
moment si fort. passe-passe. Si le joueur est armé, il se montrera très coopérant
Le temps n'est pas aux paroles et ils le savent : ils entendent et lui tendra une gemme tandis qu'il dissimule I'autre.
s'approcher la meute à leurs trousses. Ils ne diront donc rien et Mais que cette manceuvre marche ou pas, que Radj réussisse
se parleront uniquement avec les yeux comme Ie veut Ia bien- ou non à h'?notiser le joueur, au bout de quelques instants,
séance. (Au joueur de savourer ce troisième instant de bon- Alexei Vassilévitch fera son apparition. Il sortira de l'ombre
heur...). I'arme à la main (un rer,olver chromé). Selon la situation, il
Profitant de cet instant de caime, elle lui confie les profondes peut très bien voler au secours du joueur, notamment si il est
motivations de son geste: l'argent de cebutin financera la plus hypnotisé; dans d'autres cas il les menacera tous avec son
grande offensive jamais livrée contre l'empire autrichien. arme. Bien sûr dans cette situation, il s'excusera . Il déteste en
"Désorfiais, fia L'ie repose stû tan silence" ftjoute Adriana avant venil à cette extrémité, mais il a des ordres très précis et pour
de I'attirer contre elle pour un baiser langoureux. rien au monde il ne voudrait décevoir le Tsar. Il veut la gemme
ou plutôt les gemmes. Celle que possède le joueu et celle que
. Ral|^apez-les I cache le français.

Si les joueurs partent à la poursuite du cambdoleur, le meilleur . Si le joueur se monhe coopérant, Alexei lui proposera un marché
moyen de le coincer dans ce labl,rinthe végétal est de se dispercer. . Si il est réfractaire : Alexei essayera de I'acheter (l'Hôte déter-
Il est prévu qu'ils perdent la hace d'Adriana et de leur ami minera la somme).
mais pour eux,l'aventure ne s'arrête pas là. Si il résiste : le russe proposera un duel et le Khol-Noor
Piusieurs possibilités s'offrent à eux : reviendra au vainqueur (vu son niveau d'escrime il est sfir de
- Ils peuveni avoir la puce à l'oreille en suivant Sbeider qui se dfi- gagner). En tant que gentlemen, le duel dewait se dérouler au
ge ven la marina grande pour monter à bord de son vaPoretto. Premler sang.
- Sinon, Grûber va ordonner la perquisition de I'aéronef de Si le Pj n'a pas d'arme Alexei sortira deux dagues de sa botte
Mickey ou si il est pris de col.ût va ordonner à ses hommes de et lui en tendra une. Pendant qu'ils se battent ou qu'ils discu-
foncer vers le port car ces malfrats vont tenter de quitter l'île. teni. Ils vont entendre une énorme détonation (le réciprocateur

70
de Lord Hammond/ et s verront deux silhouetfes s enfuir âu Mais il faudra faûe vite et effectuer de bons tirages en Agilité
loin. Sous le clair de lune, ils auront pu identifier Adriana et (au nombre de deux, soit un par round) car, pendant qu'ils s'af-
leur ami pj qui sont poursuivis par l'anglais. Le regard du russe fairent, deux containers situés au pied de la tour s'ouwent et
et du Pl se croise. deux ailes mécaniques se déploient au des5us du sous-marin.
"C'est I'italienrte ! Ie n'en crois pas mes yeux. Quelle audace ! La voilure est impressionnante. On croirait une glgantesque
QueIIe
silh1uette ! Mais qu'est-ce qu'elle fait,raec celui là. Qui estce ?" chauve-souris.
s'écde Alexei. Deux énormes rotors situés au milieu de chaque aile se mettent
A peine le joueur aura-t-il le temps de donner une réponse en branle dans un vacarme assourdissant, crachant des gerbes
qu'une nouvelle détonation retentira. Son sang de gentleman de flammes et une épaisse furnée noire.
ne fait qu'un tour. "I est fou, il aeut les tuer. Allons les aider !". Hammond, sautille sur son siège tout en poussant des cds hys-
tériques.
Ils sont bien hop loin pour les rattraper mais ils auront juste le "Ah ! qh ! sh! ah ! Accrochez-oous mes cocos ! le oais uous donnez
temps de voir disparaîhe Hammond denière une porte déro- dLt spectacle. ]'espère que aous alla apptécier !",
bée situé sur un mur au fond du jardin. Le temps d'actionner Et immédiatement, l'engin prend une vitesse phénoménale.
le mécanisme d'ouverture, ils ne verront plus que I'ombre du Les rotors, par leur puissance, écrasent les vagues. Celles-ci
Lord dévaler à toute vitesse une ruelle puis hésiter à un carre- défilent de plus en plus rapidement. Par petits bonds succes-
four. li enrage, et sëcrie "Vous ne m'échapperez pas comfie çal sifs, I?ngin tente de prendre son envol.
sqles aoleurc. ]'ûi t1ut prévu, personne ne sartia I)iaafit de cette île!" . Il frôle les rochers, provoque des éclaboussures extraordi-
naires. Puis c'est le décollage. Les joueurs doivent s'accrocher
. Si le joueur a I'envie soudaine d'abattre Hammond dans la du mieux qu'ils peuvent au parapet qui encercle la tour.
rue, même s'il fait un excellent tirage, laissez lui l'oppoùrnité
de s'enfuir jusqu'à sa base secrète. Le corps tâché de sang, il Dans ces conditions, ouvdr le sas est un véritable défi.
laissera des taces derrière lui. Hammond, qui maîhise à merveille son engin, n'hésite pas à
' Sinon, ils peuvent toujours le filer discrètement. Ils le venont faire des piqués vertigineux. Mais ii ne pourra pas en faire
se précipiter hors de la ville vers une petite crique désefie. plus, du moins il serait préférable que lejoueur ne lui en laisse
. S'il est grièvement blessÇ il s'effondrera sur la berge. Avec un pas le temps, car une fois le sas ouvert, Hammond qui tient les
bon tirage en perception, ils pourront remarquer un détail vrai- commande de son engin est à lew merci. Tout au plus, il ne
me{lt bouleversant : dans sa main droite il tient un petit tuba. pouûa tirer qu'une seule fois avec son réciprocateur et balayé
Manifestement, sa dernièrc intention était de plonger Il ne lui les airs avec la lame de son faux bras. Mais en faisant cela il
reste plus qu'à chercher où il voulait se rendre et pouûont prend des risques incroyables. A chaque fois qu'il se bat, il perd
identifier son appareil. momentanément le contrôle de son appareil.
. Sinon , ils le verront rcntrer dans l'eau comme si il allait Pour chaque round effectuer des tirages de conduite pour le
prendre un bain de minuil Il va nager jusqu'à un gros rocher pilote et des tirages d'Agilité pour les assaillants : un accident
immergé qui sous l'éclat de la lune prendra une teinte argenté. est si vite arivé.
Puis il le venont plonger pour ne pas remonter. Ce demier
détail dewait attirer I'attention des joueurs. Une fois Lord Hammond éliminé ou maît sé, ils ne leur reste-
ra plus qu'à prendre les commandes de l'engin. Il y a des
Au bout de quelques instant, I'eau se metha à bouillonner De cadrans partout, des voyants lumineux et des leviers de diffé-
grosses bulles d'air viendrcnt édater à la surface et
un engin rylin- rentes tailles.
drique mmi d'une petite tour metallique fera son apparition. Quelqu'un avec un niveau IEXCI en Bricolage pourrait faire
Sa coque est en bois renforcé de plaques de cuiwe. Une énor- des déductions et piloter I'engin avec une certaine aisance.
me hélice placée à I'arrière du fuselage s'active et un périscope Cependant, seul un succès total ou partiel en conduite (que les
est en train de se déplier C'est un sous-malin de poche ! A tla- jouews possède à un niveau [FAI] ou [MOY] selon les classes)
vers le gros hublot lumineux de la tout le joueut pourra aper- permettrait de le piloter sans problème et d'éviter le pire.
cevoir le visage dément de Hammond. Il actiome de grands
leviers métalliques et consulte fiéweusement ses cadmns. ' Pour les joueurs qui ont liquidé Hammond sur la plage, avant
qu'il ne rejoigne son appareil : ils auront un moyen d'y péné-
Les joueurs n'en croiront pas leurs yeux. Deux petits phares her Tout d'abord il ne Iaudra pas le couler en commettant I'er-
s'enclenchent brusquement et illuminent les récifs. Il est temps reur d'ouvrir le sas du haut de la tourelle. Sous le fuselage se
d'agir au plus vite, l'idéal est d'intercepter le sous-marin en trouve un autre sas, dont l'ouverture est sans danger pour le
pleine course. Un peu d'héroisme que diable I sous-marin.
Ensuite, pour le faire démarrer, "le pilote en herbe "sera soumis
En sautant sur le submersible, Hammond remarquera leur prê aux mêmes conditions que ci-dessus. Pour simplifier les
sence et se metha à rire et à baver de partout. Il est devenu fou. choses, il lui est impossible pour le moment de découvrir la
A côté du périscope, au sommet de la tout se trouve un sas. Ies fonction qui lui permettrait d'utiliser I'appareil en mode sub-
joueurs peuvent l'ouvrir de I'extéiieur, d'autant plus mersible. Mais en tripatouillant les boutons et les manettes il
qu'Hammond a commis l'erreur de ne pas le verrouiller. parviendra sans problème à activer le mode "hydravion". Le
décollage sera tout aussi risqué et spectaculaire.

71.
Bon gré, mal gré,I'appareil suryole l'océan aux reflets sombres Ils sont immergés jusqu'à la taiile. Ils s'approchent d'un gros
et argentés. Et alors qu'il longe la côte, le soleil comrnence à se rocher etAdriana dévoile une bâche. Le joueur découwe alors
lever En regardant à I'intérieur de i'engin, une lueur d'espoir un vaporetto. Il est petit mais très élancé. Au maximum, il
leur apparaît sous la forme d'une caisse d'explosifs (celie qu'ils peut contenir quatre personnes.
ont vu dans les ruines). Adriana allume la chaudière, ouvre des vannes et lance la
Adriana et le pj attendeni qu'il y ait un peu de calrne. Puis ils vapeur Elle accompagne chacun de ses gestes d'un sourire
sortent de la faille pour s'enfoncer dans l'eau de la grotte. charmeur qu'elle adresse au pj.
Chartilre six t

A 1'assor,i I

u moment où ils sortent de la grotte, la mer est bai- Les balles éclatent sur la coque, provoque d'énormes étincelles

;L\ Bnée dune pale clarté. La lune est immense, belle et sur les plaques de cuivre, explose le hublot et fait voler en éclat
I ^ Itoute argentée.L horizon se teinte d une lueur oran- le bois du fuselage.
gée. Le jour ne va pas tarder à poindre. L'engin va cracher des flammes, perdre de I'altitude ei finira
Tout est cdite et sletcjeut. L'embarcatjon )onge )a côte. par s écraset dans )es Édle. ne rcste p)us qu'à piel poùt que

Quand souàaiLn, àes vaporetïi swgrssent des réctfs : Cest )es joueurs aient eu le temps de sauter.
Sheider et ses sbires.Ils foncent sur eux à toute vapeur.
Streider n'hésitera pas à faire feu, il sera impitoyable. Son A cet instant, Adriana décide de voler au secours des naufta-
objectif est d'abattre Adriana. Les vaporetti des prussiens n'ont gés. Ensuite, malgré l'acharnement de ses adversaires, elle
rien de remarquable au niveau de leur rapidité, ce qui fait la fonce vels une vaste grotte.
différence avec celui d'Adriana, c'est qu'ils sont lourdement
armês, Leur folle course se termine dans la grotte d'Azur que les
joueurs auraient préféré découwir en d'autres circonstances.
Ce sont de vrais petits torpilleurs banalisés, équipés de hlr- Le cadre est superbe, I'eau y est hansparente et hrrquoise.
bines à vapeur et, pour l'appareil de Sheider, d'une longue tor- Mais cette fois elle n'inspire que froideur et inquiétude.
pille-éperon murLie d'une charge explosive. Sur le bord, il y a Chaque bruit est amplifié comme pour accentuer le stress qui
une Gatling avec deux seryants, un pilote et deux hommes les envahit tous. La moindre goutte d'eau résonne en mille
munis de fusils à aiguille prussiens et de larges couteaux. échos. Cette grotte aux dimensions gigantesques semble les
Il y a en tout cinq bateaux dont celui de Sheider qui, en cas de emp sonner dans la rcche. Aucune issue n'est visible et
coup du4 n'hésitera pas à tirer persormellernent avec la 9freider se rapproche; le ronrornemett des moteus s'entend
Gatling. de plus en plus. Les bateaux font leur apparition et le prussien
exhllte | "Cette fois, aous êles foit comfie des nts. Messieu$, pour
Adriana est glacée d'effroi mais rapidement elle dirige son I'empereur, en ioue !"
embarcation vers les récifs pour semer ses poursuivants. Un Une pression intense s'emparc des joueurs qui s'imaginent
védtable combat dans la semi-obscurité va alors s'engager Ils déjà le corps inerte et criblé de balles.
vont devoi manæuvrer avec précision parmi les técifs, jouer Quand tout à coup, des phares illuminent les fonds marins.
à cache-cache, se lancer dans de brusques accélérations (rnais Une masse métallique monte du fond des eaux. Brillant
pas tlop car sur un échec critique ils peuvent faire exploser comme de I'argent massit l'engin est cylindrique et lisse. C'est
leur chaudière) et ralentir au dernier moment. S'ils se sentent un submersible qui émerge alors que les vaporetti se précipi,
l'âme de pirates, ils poûront passer à I'abordage ou éperonner tent dans la gotte. Les petites coques de bois aux jets de
la coque de leur adversaire. vapew ne résistent pas aux remous et aux tourbillons provo-
qué par l'engrn et se renversent en quelques secondes.
En plein combat, la flottille de Grùber fera son appadtion. Les
vedettes de Steider vont fondre sur eux comme une meute de Adriana s'attend à une éventuelle riposte de son perfide enne-
loups. Ils vont les accueillir par un tir nourri de mitrailleuses mi et se prépare à monter à bord du sous-marin pour s'enfuir
qui va faire voler en éclats leur coque et les envoyer tous par au plus vite. Et c'est à ce moment précis qu'un sas s'ouvre lais-
le fond. sant appamître un madn à l'air bourru qui tend une main
impatiente à l'iialienne. Le regard illuminé par I'intensité de
Si des joueurs arivent à bord de l'aéronef de Mickey, le prus- l'instant, Addana se jette dans les bras de son amant d'un jour
sien se fera un plaisir de le descendre avec une petite pièce pour une demière étreinte passionnée et lui susurre au creux
d'artillerie qui pourrait remplacer le lance-torpille. de I'oreille : "Tu æ I'homne que j'attmdais. Gatde-moi une place dans
to ceur, tu as été le neilleur Wrte-bonheut q
e ..;'e ie n'ai jamais
Streider, gagné par un formidable sentiment de puissance, se L'appareil stabilisé, elle s'engouffre dans l'entrée du sous-
mettra à hurler : "Àh I ah ! ah ! Rien ne peut plus fi'aftêtet main- marin, fait un dernier signe de la main et s'enfonce dans les
tenant Orsini, ton heurc a sonné !" profondeurs marines,
Ou si vous voulez que l'aventure continue...
Soudairç dans les premiers rayons du soleil levant, va appa- "Si tu te crois capable de me suilrc n'imporfe où, même en ent'er,
raître la silhouette d'une énorme chauve-souris. Ce sont le5 alors uiens apec moi" .

auhes joueurs qui, à bord, de cet engin de cuiwe et de bois Et vos jouews seront rapidement entraînés dans le monstre de
voleût à leur secows. métal et s'évanouiront dans les profondeurs mannes...
Les joueurs qui sont à bord, vont pouvoir s'en donner à cceur
joie : les explosifs de Lord Hammond font de védtables mer-
veilles. Dans de puissantes détonations, les vaporetti sont pul-
vérisés. Sheider hurle de rage, se poste derrière la GatJing et Scénario : Ambrelune et le Grand Stiatéguerre
Illusttâtions : Gomes
mihaille le volatile.

738
ACTE T : pable el sernbe nvter es joueuE comme la ma n câressante Clroc I Ce magazine télévisue s inlitu e CEHENNA.

" Chicasa est une ville à pa!1. C6t M peu @ûne si les d lne rnalresse où d un êmant C est cudeusement e nom que es vampircs do,rneft à a f n du

anges dechus dè L.A et lesvets qui n'oit pas .éu*i à æ hire Deboû a leftrée de I rnmense pisle de danse s peuveni voir monde, e moment oi, es secondes gènûalions se réve eronr

une plaæ à N.Y BIG APPLE Bdiquaient tous en nêne ànsidê< .elto "soê fonêts oo 19' e. irt-mê... oè. \o-..l pou délo€r eurs enlants. Les letl€s exp osem l bûanr alors un
pùssants que estouelrs les senteft vibr€r dans eùrmrps: des i o1 de scenes ûées de reportages : une équipe du SWAT de chl

d'âprÈ Tyler pdmogen Brujah dé Chicâgo. ombres bougeêft asc !€rnent frôlent des danseuG so G res aux cêgo porlant crgoules et terllis noirs déloncent une pone, lond!
Chicaso 2r decembrc. gestes syncopés Enfn sur fios platêionres .ésevées à des au rcù sur des illcs av€c des coupe vems du DEA {DRUG
pogos des rnasses de mlsces se ietlenl es unes sur les auùes ENFOBCEI\,1ENT AGENCY) qu vlenne d arêrer des narcos-lra-
SCENE t :POUVOIR : ave. vioence aloG qu un ecran de fuméê se répand suf cêne lquê.1s menotes aux poisnels. fo.du au rcù puis gros pan sû
La palbe n anive toujaurs pas à c.oîrryendte 1e nodus opeentl rnrnense iosse, deux aLtes vdeurs reloignenl es loueuG el es des corps iracés à a cEe à mêrne le sol parapocede
dù tùpL' oes %îj àot; dê ah. dgoq.e tot srrcit.1àfF- d ngenl verc ce cyclone viva Leulsquêtemoossesèforcede Chcago..

na le tueut au calice. Cela va bientat lâie deox môls qLe tes Jouer des bÉs pafre.nent à eur lrêyer Lrn p€ssêge tusquà un D êulres seqlences{hoc se borscu ent les unes aux aufies ma s

cadaves de clochâtds sont Êttuùvés par le CPD ICNCAGA esca erDeuxêulrespùu s au nez cassé les rece onn€nter es les ioleu|s n onl pês beso n de crntinuer à regader plls long
POLCE DEPAFTEMENTI dant tes rccherches Êstent vtut* condu sent au prem er ètêge. Une Io s e. haul !]| choc les ate,rd €rnps ce zappl.g d€ meuftres et de sang polr sais r e concepl
Seulndiæ. ùn calæ en gÆe de signatue"tê9é su tes nus des deGENENNA:ils agit d une sûie de reponages ve qu lihe en

uelles ou sant retowés les cotps Une To! e mp.essionnante de k ndreds venus des qlatres corns direcl es arestêlo.s, lus ades ei aLlres polrsuites. Et e pre.
C e$ la seu e eclure que es loueurs p€uvent Îlouver dans ia de av esontasssàpllsieurslablesavecvLreporyeanresuk mer reporrage de ce so r commence très lon. En e1lel es loueu.s
longue limolsine nore venue les clrerclrer ls sont conforiabe p ste de dânse. C est p us euls d za nes de regards de préda€urs peûvenl vor la police de Chicago soni du Iac Michgan geé te

mentinstallesdans es s €ges de cu rdescad acs qu Lesmène.l qur sonl bEq!és sû les nroneb. Dans la pénornbre les ioueur ircic de cinq iemmes La speakine prend sra.d soin de corn,
drola!SuccubLrsCub Iousonlprsgrandsondeprendreâvec nontpasgcndmâ àdscerner'écatdelenvedesêngqu brûle memer e lal que es membres sonr abse.ls ai|rs que es
eux nvhon oifciele eNoyé par Lodin, ve.Îtu el prnce de ê la pJp êdp,wlo er sso.tcorre1yplorse< pà, cÊ1evè 1êles.Ma6 on ne pourâ pas en apprendre plus ce soir slr celle

cléde Chrcago. L ancien ê supervisé personnellernent lorgan6â- qu se donne e. spætacle sans retenue.

ton de cette soirée spéciâe âu cour de aque e deux de ses Demandê: aux joueurs commeût lelrs p€rsonnaseG se sont Oueque parl dans le Succlbus Club on ventde âncer une æs

enlants vont en n se Écaûdliet BeseNet le prcûiet ëbge do ha n6 pour loæâsiù. Cê débil pour I'instant ûodit prn- setle vdÊo tésûæ de plùsietts enei]6 de jts, flashs spé.Bù
cNhle d\ùsismê ôè\èlNe ne\r\ è ptÂê a!c!n gdo\èrnè Ali!êrel ùra toùè $nimpor\âncs pd\à $ilrè. d $lomaion, sèquences ltanoens slte\s de GËiÊNNA e'r d ùn

Jr e non" op lr o q-ê' po olo. a $ [e es êl .oeL s oP I RegroùÉ auro$ de ieurêncie.ne. Annêbelle.le cêi des a.r e îaqaTne èopCe VUCD-F 0\t e\pofê - nÀT" r-
Caln ne a pas p us déEngé. Lod n â le pouvoil Ceîe v e est sa Torcâdots (p165 CHICAGO BY NGHT )sembe éco!€r

ville. Et en cefte nuit i a fârt en sor'te de e Gppe er à 1ous. bâftre e grondement du coeu embGllé de ê ioule Le sor e* coupe et c est un macabre fi m muel qu cornmence

Les ioueurs preinent consc ence de cetle implacabe réaliié : 2. Les Gangrcls du Woll Pâck I p.162 CH CAGO BY N GNT devênl !n pub c de varnpires s encielx Olvertl|e su plus eurs

ces uxuelses vo tures ne sonr passées es prendre que pour eur ) ont les po ngs seÉs tenlanl de maln ser leur e.vie de se corps enveloppés dâns des sacs è v afde. Ce soft des rnembres

signferq! sdevaeft venr A es invÈtonsquils ponenlsur mèer aù ombaldes pogoteuls de gangs rMUx qLr se sont entretuès

eux ne snt que des convæalons couchées sur pap er I acé. Le 3 Les Tremercs sônt imrnob es et mp€ss bles, d sséquanl Brùsquement un iene surg t presqle comme une mage slb .

pouvo r e$ en mêrche el es a emporlés da.s so. s lage les danseuE comme s ils ag ssêt d i.sectes nîale : 'Cl$ttièûe tradilbn : ceux que tu dÉ6 wt tus
Ma qre consoh on pour eux, es v sage des lares pêssan$ qu se 4. Cachésderèrc Les rnmenses bafles et hauts pareulsde Foqes anknrs. Tu læ dnigeas û toute dtose. Tu devâs
retoufnent êlin d essâyer d apercelor es seigneuE modemes la boîte, es Noslffitus coftenrplent lasciiés le corps des suPPo,tet les conseque6e5 de burc péches. .

ass s codonâb ernent dâns ces longues âuromob es no res danseuE appaGîlre el disparcire dans les ilashs er I obscun- Déve oppeme.l sur deux ombres qù se I rent dessus arrnées de

Soidi, le . , le n .,ôppe o "l !Lê Alos qle le) e.sie revolverc de gros câlible. E es cou€nt lnesûLê!rre.Achêque
I aces enlèvent en crssa.t des paquels de neqe co és au pêre 5 Les Bruiahs sont tous êssis en cerceet se.l touàrour nouveau pas u.e ba e Ia 1 mouche de châque côté Au leme de
brise, es loueurs peuvent apercevo r lne d|?ame de limousines un Lact. Après lêvor u cest sysrérnatquement e même cete coulse les deux corps sonl criblés de ba es. MaÈ les delx
garéesenTeindienne Eesso à |anêr devant la pone de sour re moqueur q! âpparan sur lelr visage. âdve6ares se saulenl muluelememsurceqr .estenl de leurs

Succubus Cub. Deho6 sous ê neige. rne fole de personnes 6. Les lvlalkavians loument e dos à la p ste et scrutent êvec vsâges empoftés par les dumsdums. lls luteft cro.s cor(e
s aglulircnr avec Iespoi de pouvo r bemÔl renÙer ls sonl polr âcuité dix écrêns geinîs de iélév sions desespérernenl norc. ûms emponés par le jrénésie
êplupânvàùsdenoiret$ e caârelle sur cigarette poùrluer 7 Les Vënùus sont lrop nomb€ux pour élre lous Nouveau iene qu saule ê!x yeu! des kindreds 'Chguiàme ra.
elemps Des hommes el des femmes qui lapent des pieds ou à(sis Cè\ pol q.or çêJls lese.lal_s oe la perelegêt- dltion : tu ne dois W rcvêler ta waie Mûre à ceux ryi nê
bien souflenl daôs euls mans regarde dun ai envieux les Elon de Lod n sont conTonabernent nea és Deboul dets sùt pas du sang. Lê laié @ient à rcnoncs à tæ drciÉ de
nconnus asss au chaud à labr de k neqe er du imd. Mas lls rcre eu les ædets se tennent raides comme la iuslce el
son encore plus écoeurès de con$der que les prlilig és quisor promùent leurc regards d une lab e à â!tre. Fin slr une sbtùe de cend.es décâplée. lsagitducolpsdun
1ent, a pone renue p:r leurs chauifelE en ivrèe, s engouflrent . -o,r è .oD l" rese oes N.4êlrêùa1s t L. erl e rele K ndred. I a éte lué par 'ce!x qur sâvenr que irancher une têle

d reclernent dans le dub. Après avo I ciosé une success on de lemps que estéés Tous es 1rères el soeurc se burneft rmch - en un allez s rnpe pour e grand nulle pan. Ob vion, a morl 1 na

vsagesd'nconfus e tor des loueuu ar ve ent'n 0n leur ouvre nalement vers es posles qLr commencenl è cracher euls le.DemerÎe{eqoiarvecommeunêvenssemenl'Stêdeûa
la pone el delx vdeurs avec des cous de$ureauxvennenl se irag"s c'e.tao.sqL" " rsageo .lÊ o!ft srêàr .,;1èÉ\ô diton : i] t est inteftin de dé1rue queku un de ta Êce Seuls les
pdæ oe c.q oe- .ôre.. cesr à1. ès 01è\qr r pelôrrè et por(êfl un piercru à æâde sourc ère gauche efwhit es êinés peuvent denander la chasse du sêng .

écra.s Avec étonnement es joue!6 constêtent qùe ce vsage A aindecefte"proF.lionpdvée, esvsagestrahissenrlnevve


Dès eûr entrée u.e boùftée de chaleur es enveloppe. La umre est beô coni! des aulres k ndreds. Cena ns wenl les yelx au eaorol Ciez Ês Edes cptr r. rdsque oÊ æ.\'c ldLo1qL.
re baiarde des rues en.egées cède a pace à une obscurité ce en signedexaspéGlon, darlres s msi8 e.l bien crilés dans f ge es traûs a 0lS que es neonights et ancillas rrpoteft neryeu
zébree d ec ars de cou eu rouge sang. Alols que le moindre des leurs iauleu s clmme pour prcT ler du sp€€tac e, landls que es sernent lêuB ma ns, euls yeux rej ââ !n senl ment de crE nte

br! ls à eRérieur est élouifé par â neige, ic c esl lne avalancrre 0 .. c1.ers c os4 | eç dTbeo o.lô\ b o. er r/e1. avq çe!è
de sons iechno €l hard.core qu vr ent elr \mpans. Les v6a9es ié e générque qu cornrne.ce è appêratre De ggantesqres C e$ ê ors que e prince Lodin eflre.
rougÈpar]acâressede aùlrodsomdevenusdesmasquesde eltres de Teu se dess n-ani une par une el fomenl peu à peu e

chair rui$e anrs de sueur. Ma s sunoùr c est I odeur épicée du tl.e de èmsson:d abord un G, puis !n E, suiv d un H, ên@re SC€NE 2r M. FEU ET M. GLACE :

sang qu llofte dans a r qu enivre eLrrs sens. I esl presque pal u. E, arr venl deux N. et lrn A poû mnclure.

75
r
- 1olqLé à se( ca'és dê dê . de.ê. s tÀà.rê osalr à compbb ré et aiolle d un lon ca me parios es ch tfres sonl ben - Les Ventrus n onl bien sÛr pas du loLl1 êpprédé la pla santede, et

:rrs !n regad aùloriÈ re. Son vÈage esl légèrement ndine vers p us ef1 c:ces que les balles pou ta re lomber es calTs lalluson Shedir b arbin de Ladin lente de lrclver es auleurc de celte pi>
làLr pà.
. .i. de rcle 'aç!r qle d lLaie'e p ojene des o' b es T. e d rede à I arcstalion de Capone en I %0 pour rrâude iÈcê e ). !o dro Cèpqdè r e p |næel a co1s de e qL il r e orè-

::.ies reniorçênl plus e.core a dlrrelé de ses trêits | 1 ent ses Lod n inre&enl et rernercie es K ndGds de sêl.e dépaés pour ler lrop d'altention à cefte p aisanrede de f n d annæ.

- -a.splresda s so. dos er sa silfo"e]le esse.b'e a s assisler à ê réconcllÈlon des delx enlants lerdbes. I sêlue lae - O,r s intenoge slr e probème posé pêr es nowe es émÉsons
: â 3ne efi eedunedague. sislance e! en s adres$ ê!x deux gêigsters préc se qu il éÎâiÎ
de lèévs on qul têqueni 2424 es opérato.s po cièrcs. I exste
:-' s gauche, une slhouete rnassve ei ftpue rnarche a tè€ relps q-e le- q æ e e5 \ on e -r I a r ' so . e deuse a nascà.
un rée dangef qre opir on via ce gerc de rnagazirc dëcolwe
.-'.icèedê.sde êrs€s épaules Les ioueuG o.l mpresson de rade. Edin Têilsgieque'alêlecommence". lexistence des vârnpres, cornrne cea laillft Are e cas a!€c h
.: lie bole de hane sur e poinl dexpose( Ouand eili a Au lina Gpone se pace d! coté galche de a sa e du prem e. guere eftre N4 FEU ei N,'1. GLACE. La.cien Critas el le venlru
-^.e,elamiséeécaire evÉagedeceteombre, deuxyeux nols érage ento,rré par ses gâchetes lace à Jackson prot€gé par ses
Joseph Pelerson lrêvêllleft de concen Four essayer de $rder
. d I dè\ 4-à:,< àilliqse" d r nçoe aJ\ r?rs Lde. . e. gardes du cops backs. Les joueurc ont alo|s mpressondevor sols conlrôle les ém ss ons du qpe GEHENNA. Ma s avec le càblê
.:"îeiles o.l é1é cêssées à plus elrs reprises. la mâcho re esl lhistoûe de la rnaliâ ncâme€ en charelenosdevanteux. et les m! tlmédias cefie iâche devienl de plus en plus adue. Les
!::sse et cispée comme la gleule d u,r bu dog prei à briser |Jn Dun co1é, e mylhe vwft de âge dorde ê prohibton encad.é
irèrcs et soeurs de caih réa sem à que po nt e pouvo r de dema n
r: des lelres chanres son! délormées par une more de cge, et F3r une brochete de po'le lLingues veGion annèes 3040 :
appanlendra à celui qui domineG les medias

-"e c æÙ ce proionde bane a loue droite. trcrches d anc ens boxeuG cÎégor e poids lolrrds âv€c borsa no
- Uf gmnd coicou|s ofiicleùN se déôule entre des vamprres de
: : dro te du pr nce. m rrère de Calh svele et éêncé ei avênce nsses- ecrc e.Lor4b L! eràceeda s e.Iosrelsdecil
Chicêgo (un gmnd nombrc de Noslérêtus, des Ventrus .lônr
: -re démarche souple l-ê ma. drole negligemmenl dans la h! é polr dégainer p us vite, el sans aucun doute ba es dlrndum
Gpone et son bÉs drcit Garghan êi.si qle Joseph Peterson. I eÈ
:r.r: qauche de son costume taillé suf mesure chez es plus Trottées avec de ailpolr i.le.ter la mo nd€ blessure lerson"EÉn-
semble dês Ma kavians, et c€da ns pensenl mème We N co a le
r ' oj o-,1i"\ l,d-{s. \è dépd-è dvp. âr.. a.cê. à îère Eène puis êu êwit et à jânaÈ.
teÎe e pdn cpe êL eJ 0-pd,Êac_vereflooJr5trirsioLio-
el o. er danalr, sclrile c .o1 poig e( D-^ I autre, ùeurc verclon prc€he an 2000 : cops d alhlètes et spê
non a po ce de ch cêgo potuie,rdÉ à êrreler e Ùeur au ælice. Les
:?!che regêde droit deva.l lui et son vÈage une los dans a c àlÉes bo e. p eds poi 9. er .J1es a1s . o1,a,\ bole; /éD
av s so panagés lvlêis æur l nslânt a cote esl de 4/1 en taveur
--,è€ne aÉsetansparaîtreauculreémotof Sesyeuxsontdurs o r d ed. o. æ. çL vèreme r N \e o- Ad dâs a'€c - . Jz sëe
dlneaffeslalion Gpideduseral killer
::',ods comrne deux écats dobsdiennes Les écarêqes don asersous esvestesennylon, etmunitonspedoGnlespolrlrans-
- Les Ma kavians rirent un presùge de cette sinislreêii€ire En etlet
^..: à a peau nore de son visqe écal du bronze Les loueurc percer e kevar des I ets parêbâlles un seulpo m cornmun enlre
ils sonl considérés comme des spécalisles câpabes de tacer le
:_: mpressiof qu u.e pênthè€ hâb te ce vêmp re. es deux qé.éralions : e goù du mng.
ponra r psychologiq ue de 'assassin. Le problème esl qu ls ne som
-_. chose est sûre, ils onl delant elx deux prdateurs, deux
.. pas d accod ente eux:cena ns penseftque letu€lresl un mys
-rr nes à tuer parlaiteme,rl affulées, chacune dans un sly e dif SCENE 3r 'J|LTED G€NERATION"
':'ê.: ique religieux. d aulres quilest !n godef boy que la vue des
ma s rcdoliablemenr eTliGce. Les coler es se sonl ma fienani séparées et les varnp res iormenl
homeless rend loLr. Déla inlêressail !n Nôsfâatu du nom
-.: . s a(ête ê o.s er pade d une \ax lotte N capone a na une rnuritude de pe11s groupes Tous commenlenl a écon€ilia
d Elkoy, anc en jolrnâli$e et éû vË n de rcmans noi6, préiend que
):r.he eî Kevin Jackson à nâ ûorte ont comn6 des eieus. tion entre Cipoie elJackson C esl !n momeni pr ùligié polr que
es clochards so.l êssass nés par un varnpire I terle de réun( des
.:rs en ava w un apery à linstaht. lnut e dnststet dahc. les joueù6 échaigem des nfoirnatons el .enconfienl d aulres
p e-vesel sesln's er é€ded6rasoLer lê ostt.]o lerrébu'
r.ète qLe ce peti frhn vaus a ÊWeE à tôus canbel, I esl ptt lrèrcs el soeuls Au Ti des dÈcussions les pJs vont conslaler que

"xdatcie rcspectet nos taditians. Ae cela æNe ddffiple. lé par !n N4a kavian du .om de Klen qui aiilrme que le tueur
soutfre d un d&olblement de personna té. I p€nse à ce Ùtre, que
:..cne et Kevtn Jackson sant décrdés à aiêtet cette luene .]e Les Brulahs sêmlseni d un ùacl d flusé ênonymernent dep! s
I assâssin ne se solvienl même pas de ses acies. Lâ seu e lrêce
..'9 stupde Aue h paù qu ls vant s.e\et nantenaft son egê- quelqle joLrrc au Succubus C ub. Ce dern er a un 1on lrès anarch et
qu lldoit garder, se sofi des rêves étmnges.
.1eft ûe teçôn pou vau; !' sirl\re .h Ia din h pour Noél:

-r!. s écane êlols et la sse es deux iràes ennemÈ iâce à lace. " l,lotrs aun s avons &ésnèâ sages æate annèe duftttt - Les Toréâdorc ne taùseil plus d'éloges que pour les c nq blood

}oorecaquedesdogtseton u appone un paquet cdeau qu Cest.lonc contants q@ nous tec'îvoF Ie @t nant dollsquelhunb propéiarcducllrbaengagéilyaqlelquesmos.
':_r aJækson Lâ panrhère sans qr lter des yeLrx le visage de M. pæ q!ê dê cadcaux nM voulons ,r'ainten,/rt Ces cim danselses snl"toLl simplemenl délicieuæs" pour
::J barr€ dunsuire narquos, o!!Îe evolrnnelxcartoneten c'6t .ks Ektets soLÊ nos croÉ qæ M souhaitoqs 6ous- 'ep€rdrere.rene oAnooe eleàoe dLcldld"' osF.Cerà's

.:: u. g lel p€rei€lles. Gpone cyn qlenreft aTlime qu Ùeni à tillan&" esi panagé paf immense maionté des Kind€ds qri ne manquent

: santé de son nolve hmi'. Jackson sourit po menl el douce Aûis schêz Ere la neineue fagon po'n attapet une ù1de pas de borre e neclâl s préc eux de ces c nq câlrces Ê€s A tel

_.ni g sse ê mal. sous $n veslon Lentemeft el loulourc en c'est encore .h tui diê en hcc cqe v.us avd rhtuitlon de poift d ailleurs qr'elles sonr ob gées de se câcher dans le laby-

:rJraôt drgesamai. sols son épaùe galche. Les loueurs ne tavoit dans vone astiettule tuit de lloô1. Ce Ià le n iLù diihe d! club situé a! soussol lrùlisq Ie supplém€.t
pewe s empêcher de penser qu'il a peulêl€ un holster d épau dè. .libis Oui pounait croir€ guelqù'un ass€z tlupide pour Sucrxbus Club pou une de.criFion Plus aPPronfondie du

e avec une balle exposive dans le banLet dun 44 magnum en ùM à tavancc son forhi. Uoilà h neileurc des club et des us st æutum€. dês pnis vamPiriqu6 habituê à

!use de cêdeau polrCapone. N4as M. GLACE €nd !n lvre de detent€3.

76
Aorsque esloue!6 d sc!1ent, ils sont bouscu ès par une mort€l A æne les poa€s se sont€lles temées, que deux qor lies se pla-

le.E.proeà apanq!e,eesexclserapdementelrepartauss cent devanl, euls bÉs mass Is c.o sés, sqne évdent que cefte

tôt se relenant vraÈembabement de panren colrant oelrc e1_e..e Ê< or . eô Si 16 jouêu6 tienneit à s'infilùa à SCENE | |LAPPEL.

Si un jousur vous dêmàndê èxprNémênt dè véffd si rièn llntfieû du Suæubur ils nbd on lait d'sutE slution que de Lé n!1suryan€ Épproche !n peu plls esJoLrelrsde Noël Ouand

ne lui a été dércb4 ou bien s i! rient à vérifier que den ne lui a gimpû sû le toit du club. Et encore une lois en haut il leur i. .o-p- d" "L ro." e.oe.rf s corsràre. . o.e o T9" "\l
âé glissé dâns l€€ poches hites lui tuire un jet de pen2prioî hut déjoueur le systemè dê securite lpoû plus de rcnsignè- .or be" dL?,t ore c jo..€Ê. F p.p o.,.F te. ?ot-.e- et c

+ vigilance difficrho 8. S'il ohi€nl plus de 5 sc!è, il rsalisê ments reporiez-vous au solrc€book Succubus Club). En déî- chalssée. A ce Mhrne, es rues de ê v e seronr b enrft envâh es

que la mortelle viênt de dissimuler un obiet dans sa poche. Au nirivé, il €rt prclquê impossible de s iûùoduirc à l intûieui Le parleschassesn€ ge des serycesdevonede ama re Mêspour
es où la lillê pôniquê sè sit décowerte êlle supplie le joueur moyen le plus sÙ c'6t encorc d'uliliser prcjëction aslBle lheure es louçonetles p€uveft encore vrer es édtoisd! soiL

dè né dèn dne, lui pÉcisnt qu'on le !@ntactera. En Édn4 mais cela ne râpportera aucun EÉignmènt, Tyrus 6t D êllleuls est .rpossibe de rater les manchefi es qu s âa en1 en

ellè a laiss tomber dans les poches de châcun de6 ioueuÉ inùouvable ld pour 6us Héléna sonde son espft dans 16 caradère Eês cinq colonnes à la une r 'LI TUEUR AU CAUCE
profondéuE dê son antrc protegé d'au!e€)( par des GlyphèçI. FMPPE ENCOSE. POUR NOEL IlS SANS ABRIS ONT COI!'I.
ses bagues. Pou la sllito d! sénaio il conviendEit que les
joueuts ne rcmarquent pas dè maintenait ce détâil. Pa. Dsns I'hypothèEê ou lês pjs sont decouverts, ils peuvern II4ANDE A SAMTA KIAUS FUSILS ET REVOIVEfiS, LA POU.

aillêuB à pâdir dè lô nuh sivante, insislèz poû qu'ils vous sltchapper st .e pas éûe vus par I€6 vtd€u6 du club. Dans te CE SE REFUff A FAIRE IlN COMIIIENIAIÆ, MAIS PENOAIII

dæivênt la laçon dont leù pelsonnage esi habillé. lly a peu câs où eux-ci 16 apercoivent ils informént immédiatemmt CE IEIVIPS LA TENSION IV1ONTE DU COTE DE LA GABE CEN.

do chônce pou qu'ih portént ds vètëmënts mis spsiale- Thuhbill qui s'empr€ssent de signaler à todin làcle mal. ÏMI-E UEU PANCIPAL DE REUNION DES HOIV]EIESS OE

ment pour cette soirce. En oubê, dès la nuit 3uivantê à veillant des joueuls. Cè qui isque lort de lew causer du iort cHtcaco.

chaqueloisqu'unjoueû met les môins dans une poche ou so Les camons des livre!6 panis .e reste que a llmée vomre par

trcwë une basue, lâit€6 pour lui un iet de perception . after. Cen près d u.e heure pus lard que e Caln te.esson nrêrche
lespêquesdégoûtel es grillesdevent aton d! méVo Leslam-

n€3s diff. 5. Au moindrc su6ès il decouvrê unê des bâgues ) doit vers lne ruelle sombre dans aquelle s enionce Oueqùes
pada res reæuveitsrÉf uneépassecroutede ne gesur epoinlde

secondes s égrennen! pus u. brur sombre de motelr rebond r geer proleile une ueur balarde sû lesvtes des cabnestélé
Les iaueurs pewent lourner la lé1e en tous sens mas s ne

qu ds de mlr en mlr S es joueÆ s approclrert ils rnânqueft d âre €'oroLe. cêqo" "p1qroLt i jo.e- lros àLtasao
remarquentrendepancùierlronis es lrères et soeurs
renversés par une pu ssanle moto qu sorr€nwombssanl sur sa
p3r le VIJ passe devênt lùne de es qle e léèplrone sonne
culenlenÙeelx Mascette.éuniondeiam e%tuebrulaemenÎ
roue arière Le ieu aûière dspâc t cpdement dans ùn.!age de Personnedans la rue. aucune voiture quarve. Leloleurdoit se
.renompue Lajeunei e s éûoule dans esb€sdudemerjoueû
nege boueuse aracirée au btlme Les joueu6 doivent réagir refdreà évdencececoupdetéèphonenoclurne u estdestiné
qu elle a boùscLr é el commence à é1re ag lée de spasmes E e ra't
vite s'ils desi.ent suivG Tyrus qui rcule à tombeâu ouve.t en OL._o dec orre oe cof d", o, nr. oô j o1 ed\d, rq.e r
a ors m bord specracua re et lombe par lere en hudanr et lom s
lqne ne sol sublement coLpée
sant sê b e ses yeux rouleftdans ses orb tes comnre deux b es dircction d6 highways du Nord.
A padft de majnlenad tous les jouèu6 vont connàiùè un p€r
de rnercure. Sa tête et son corps rebond ssent sur e solavec une Après qlelques mnutes à pei.e, Anarch sêæte dans Lrn long
un lâ mêmè sitwtion . En@ie plus irùiguant âpÉs avotr Éc-
voe.ce noulè Pus eudain ses membres æ râidssent er son dèapàg" l,Fqàd" doi d+.1 - de .oT. dè BiLq qii
mché ils p€uvent voù un bout de roulëâu dê papid à @rd-
deri er regê.d esl por e loùeû mpuissant. Les deùx yeux de la sênruse|1 pargroupedeqlatremolardsê remonterà sensr.veÊ
Irtdce collé devânt elx sur unë d6 virB de la cabine. Dessus
rnone se grave.t dâns sa mémo re ces deùx m roirs de âme ont se une autoro!1e huLt voes s prenrcnt une séreLrse décharge

altanl pus que


: I'adrcssê d'un dbinet d'avocab situé dâns le qua.tiër d6
gardé lemprente d une te(eur i.dcrbe. Jamas n ê!uchose d adréna ne, d la langue de macadam e$ sunout
affanB. I Si ùn ioue{r ne decroche pas il auÊ I'imprsion de
pareie. La serEnr conte son son coeûd immone, senl benrÔt empûr.tée par dénomes camons cÈrne qui revennenl
marchef dans line succession de rues s.ns,amais tfouver son
es autres vampires qu lormenr uncerceautourde ui dAêska, eu6 cuves pie nes Déià que a peEpectve de se cra
chemin. dê plus à cnaque lois qu'il passera devâtrt unë câbhe
sher contre u. de ces monstres de.râa esl peu reuissan€, ma s
Les ioleurc ontune m nuteà pe ne s ils dés Énl examiner le corps
de télephone cellèd sonne.â inmanquablêment, et ce iusquâ
alo!1eràcea a pDbêlrtéd'erploserenfammesencasdechoc,
un jet Éuside psæption + invesrigâtion avec une ditrcuhé
æ que lë pèMnnôge prcnn€ le combiné en main
quiven-
d.os o-ei. de. aê r,erlec. aapL roEa.aroesela-re'a ).
de7 eur permer de vo r des lEces de baquesaux dosts
la poursu(e du Ga.gre Carde poursule i esr queslon Avec stu-
nent d étre e. ev€es En efiel, of pelt voir de petites é961gnures
SCEruE 2 i KRACH.
quprouvefl quelesblolxon1âéarachés tvlarssu.loûce sont
peur les pis constale|l en eTfet qùe Tyrùs se retoùme dans leur
dired on. leùr iend so,r majeur b ei dresse el eur falt clmprefdre
le. 0!ÊL s r0- 'êroTaô1 \" erdeàloÙessetrdq!Fê4cÈ
les lztouages qu elle pone sur toû e corps quiâftreni elr aten'
retroùver es uns el es ê!1res iace à iace Léronnement passé ils
to,r. ls sonl rnagnif qres et Jorment un vérrable têb eau pe nl à
o! e$ pre1 à co,rlnuer e le! de ile suis' mais alec des r€gles
réa seni que tous ont reçu le même êppe téléphonique I pârair
même a peau ls sont d un slye qu n'e$ pas sans rappeer es
évdentquequequ un s esl donné beaucolpde malpourq! lsse
rresques reçeùses de la BenâÈsance. Un iêt éussi d'intélli L6 iouéu6 nbm pas d'auùe dloix que le suivre, du moins
re.denl dans le quanrer des afiair€s de Chcaqo En oure cefte
gence + lheologie mdqle qu sagt d'une représenlêton de s'ils liennent toujouE à intëroser Ie Cainite. Auquel @s ils
personne â ba sé avæ son itnéra re à suvre. En etiel ladresse
lApocâlrpse se on Sa nt Jea. U. autre iet ré!ss, d nle gence + dewont slalomer énùe les emions d iÉû$ir d6 jèrs dè d€x-
rnpr mée sur le boul de orr eau esi exacte lsagt d un burld ng
nrédecne avec lne diircuté de 7 pemet de dagnostqler qle lérité r cûnduné. Si lss ioueuF snt ên wituE .ugmenl€r
dune vingtane d elages ê.onyrne au mi€! d autres gGndes
cetlefemmeesl moneâprèsavor nguqûé u.edoselrèsconcen. leû difficafté de 1. Cep€nclant cette s.àne doit êùe sbe6san-
tou6 Une fos franches es pones tournantes es ioueuls se
trèe de cyanure il eu. estlolleio s mæsslbe de briser la mêcho. té et non mortèlls. Fâites leu peur, à la limite laitêç l€6 percu'
retrouve,rl dans !n ha de mtrbre au centre dlque irÔne unsêpn
re et découvr r la dent creuse qr co.renaI uie câpsir e de poson) ter un ùuck, mais éviter dê tEnsloher un âæident mémG
deNoèl uminè Lemurdegaucheestcouvendepaqlesdorées
Éblé ên unê mortviolenie.
Thurnb se penche sur e coQs et d une voix lrode déclare que oir so.t grâvés des noms de cabnel dexpens cornprâbes et
Si toutêfois les ioueuls paryiennent à latt aper le Gangrcl,
c est à e colps d une des cinq Booo Dols Chacln cherche d! êltes avocâts d atia res lsnonlaucun€dlficuréàrouver era-
regard es qualre autres ca ces. La mème concùsion s mpose
celuid ne lêû sera pas dun grand secouÉ. Héléna a pns
oeoL co esooldote., od.êr." ! .o. ïnLe-r(èpp.. e. oF p\ Ê
gÉnd soin en effel d'è{lacer lês souvenils de leur rcncontrc
êlors : e es ont disparu DécÈonestprsea06delermerlecub en prenâ,Î ascenseur qr es envoe vn$ âages plus naui.
er ae renvoyer cnaque vamp re cnez s0
une heurc plus lôt. lmpo$iblë donc poû lè vampiE dé *
hpossib e pour eux de Grer 'un qle pone à double battanls en
souvent de quoiqùê soit. L. mydim reste total.
Tou1eIo6 s es pe6o..ages dés rent resier devant e Slccùbus

Club, s venom â(ver peu de lenips après un Jrère de Cai. { il l- .oreo.: lorooaol" o" Foosrôpqe qreeesroL.e-eer
ACTE 2 o-
sbgit du Gangt€l Tyrus cl p. 85 ) C est Thurnb . e palon du
:
æ tu.è dô 'o. - nes; taLr r ar i e d"È1. ê
pouvoh de dêùuhe une chæe en naîre da
"or
Succubusqur es accle eà lentrèeducrlb ApÈs |rn colpdoe '' Celui qui a le lrée Dès que la ourde pone esl poussée, is ne peùvenl que seÈ
râpde pourvérler s peGonie nêvua(ver evampire. ulal lrdans ar odeurâcre de la poldre ei constaler qle la pare de

D'aprè DUNE de F6nk Hèôèrt. lambes q! vê avec les clrêlssures abandon.ées do I à | accrur-

77
nrèe venù se pacer sous Le bureau de secréÈ re modèe quils ongées de lorc siercieux Lesjoueuls emenden dslndeme.t e Apene lesjoleu6volenl- s â muslang de Îy er disærEîlrc. qu lie
voenldevanteux. N4aspour'heurelesdeuxiambesenquesto,r creprenen de ra L es dd L€s "r L " !o.. -à( d d" deror ee pr' longue cadillac no re modèle année 5060 arrive au rc enli lusgr'à

"r oe1 rdr bq q "1dlde.one, L erll'o.ênêbL-eelalcâê ê.àppàê sqL ool.pr.oroes rye cHapu Ltst Ltnàft leur n vea!. Douceme.t es qualres loùrdes pones blindées s ou-

et ag iée de sanglols Lê lemme se i eni droûe à l en1lée d unEând €mps qùe es moucires âffnenr leurc automalques elles hùenr /?1 po!''a sse'so,] qral €goLesrrabilee,!oç r" o-oÈ"e'
burea! c rcula re qoi otf.e une vue magn lique sû Chicaqo. Ma s es semblêtil hêb 1uées ONSEFXEI Puis poumonterque es ne avec ê borca no âssoni à â veste lmpossLble de Gler la bosse

loleuls ne peuvent en prof €r En eflei lne lempêle de ieige s esl plaisanrenl pês. e es lâched ùne raiê e de ba es : brers écarc à a sous es vêlements. E e est carâclédslque des colts 45 crcsse
êbatlue sur la viLle. ls n oil do.c d autre cho x qle de conienrplêr sû1e des cênons, chulm€ment des s enoeux, elgémssememd! nâcrée, sgnalure des gacheties de MFEU. Autre mê.que de

celL.Jê \osrê I àgà l'Êp <Ênc p6.+nç or'qro_1eJ mé1a de la porle coupeleu qui reçot â volée de pomb fabr que si besoin est. I accent nm tâ ble d u qua nier italien qu traine

dans un rnu de maôre non A autre exlrémité un mmense b!re?! Si les joueuE ne tentont p.s dê tuir, lB mouche leù ordon. dais ê vox de baMon des qraire hommes quând s nvlem les
no r ui auss , se dre$e avec comme se! mobliier u. ord naleû deÊ nent de plaquer au sol. Une fois dans 16 f.ques dhuile ils joueurs à es suivre 'Monsreur C€pore veùt vaus wi .. TOUT DE

nler crl avec écrân ex1Ê pa! lne clculalice è rolear et le ertendeût dêç bruils de pas quiæuie|n sû le beton et des cds- SU]TE

cadavre d un conse er fnancier et exper( comptabe gsanl a! S les ore.lg ?'rsel Capo e es co.voqrefl er rlili-dr rp".er'
m eu de son oul delrêvail. n est pas ne.essaire d ê1lê rnédecin Si 16 ioueuElont minè dè ripostër ou tentent de tuir le conc€rt
Èa qe poL dere ni.4 àcèL\èdJd" -s L" rype ere.posea d€s silencieux va repr€ndrc. La tusjll.de và cetendânt êùe Cest un athont dircct que de rcluser son inrlalion et M.FEU
tète avec son 38 A!1re délail cuielx DANS LE BUÊEAU UNE ne manqudà pas dê leû âpprcndrc la politêsçe. commê il
CUBIEUSEODEUR DE FORIV1OLFLOTTE DANS L AB. Alor, qle es pr., or eclilrôcdF5w fâ< â\po:e1r pL .e1ses nhe€itêh pas à ù.nsgrsss€l l. cinquième tEdilion sr s
S es loueurs niercgeft la secrâaire ou iouille dans ses souve. rs par les ralêles, le moteu d u.e vo llre puissante rugit bientôt suiv goul€6 reviennent en mauvais état.

a! rù .i: _dù',$if\ . $È r! :\riir6\\nrd\ \l\$jèin !-.$\r1\5-\\jù\r\rÈ\ ià$È\ \!iÈ \èt\@\ riÈii.:\s!$ \.\
\ùrô à !é .s rs-F$F\\\\sFÈL !nÈ\à\'èrsèè àù ràr1\\
h,È.op\" \,Irvo. ro..i oac&e oêdê,p-oôdopse hL e q.e romber au so les chârgeùrs vdes, une voix de lemme ordoine ure€nrpàede.eise, les joueuEarventsoudain daf s unquaner
a bou6e de Tokyo. celle de Wall siræt. de FGncforç de ParÉ, dâns es têlk es de cesser le Ieù. Puis e e appelle les loueurs par parlateme qpque. Des deux côlés dùne pelle rue s pelvent
venâient de s eTrondrel El de Giouter que mons eur Jackson éla I leurs nonrs et leur nùnre de son r de eur p a,rque êu nom du pri !o r des ba,rdero es tendues qu ckquent au vent On peut y re

ru né Se! petit prob ème es télév seuls 16Æeme quicÉchenr en mogen de Chiægo el de sa popre allorlé e.lanl que TYLEB bru 'JqEL Naèl à la petite |taie". Des d za nes de p zerias som décÈ
coft nu les cou.s des va euls rnond âles d fllsenl p |nôt des bonnes Èlr et rnernbre dudû primogen Elle ab!€ qu e e s excùse que des rées de ampions el autres gu randes é ecllques Chaque resta!-
noLrvelles, m elx encore ind ce CAC 40 de Peis e$ ei ple ne .Eû .lF. dip- ù'F dôc5Js r di. o,e. e qJ è ê l d ne pas €pe. ranl esl en plelfe éb! {on A méreur de ces p€ils bouis de
(ohêê lê. onsdl-ra or od(1e q b'dcr
IL e sanle rnàncrere n{- ler deux io s es mèmes ordres el qu serâit bo. qu ils obéssentl Lrol aF. b€ldrdpl ê1 bL-- d" td g?opd oL bÈl n

laute de quo e e usera de préseice dans un premier iemps ei de calé presque arss norquelesnliGdeChcago Mas esbrulsdes
Côncusion que qle chose c oche. polence el cé ér ré dâns un secônd €nrps. r'eres q. ûT-err er des cl'arso s pa ades rulie1.es safle.
Ouest of qu est ce qle es rou eaux de ælcu ar ce sonis de lâ câf A peine es ioleu6 se so.lils exéculés qu un van déGpe devâni - F1 pe I d pê | h o1r'obel "rr d -p6' . q-ar d I .dilld -oir"
culelte du mec avec lrn lrou dans e lront font dans euls poches ? une rnLrslang rouge ioire auvolanide aque e serenrTYLEF La s mmobilisedaislne ruelle. Par ellsvùesles joueursaperçoive.r
Ei eskeque emonseûJâcksondonl ê padé avanl de pân r pour pode du !€. s ouv.e el e cowboy en descend ( cT CH CAGo BY e squeletê rouié des escalers de secôu6 typiques des
le grênd nul e pan est LI Jacl(son , alias monsieû glace ? NIGHT P68 ). Les ænofs de e!'s ames encore iumantes les mmeublesbâlsdanslesann€eslo es Les muls soil colverrs de

Les ioueuG .e vo pasavoirle€mpsderefèchL aclmne ede mouches se co ent derrlère e varnpire é,lors que ce ui c ance !n€ d æ nes d atliches iaun es par le lemps. A tel po nt qu ils o.r du mêl
Ch cago accompagnée p* !.e équ pe de léévson de lémission bordée d nsutes à TYLER,la btujâh sule d un bond par dessus sa à d st nguer une peiG pone e,r fer nrlrnie d |Jn jLrdas Elle s ouvre en
qu monte:GEHENNA déboLre . Déjà s enendeft le bruit des pod ùe er se pranle devanl l! en Le tus anl du regard. Le duel ne méme temps qLr on eur indiqle qu il esl lemps de sonr

s rènes de po ce et ascenselrrqu on appelle. Pour éviier les ques- dure que queques secondes es mouches etlelr palrcn reculefl Levsage gtlépardeslocons geésilsdsinguenr asilhouette d'un

l ons gêna ntes m eux vâu1 dÉpaÊ{_lre Beste un problème:que ia re doucement vels le van et dispam ssenr dans un nuage de gomme veuxboihommequ leurfaisgnedenlrerlsse@lrolventdâns
de a s€.rela re ? Les loùeu6 doivenl rélléchi vle. En prenâft es de pneu brû ée sr 'aspha le. une vie lle sa le de boxe cer'tainenre,rt plus ancienne qu eux

esca ers s pourcnt desceture directenrenl eÎsédipser pâr lne E e se lourne êlols vels es ioueurs et s adosse au câpot de sâ vo - ls peuveft seft r I odeû du cu r !sé des sâcs de Trappes ei des
des mmbrelses sodes de secours dont r€gorge e bâliment 1!re. E e croise Les brasetd une voix ca me comrnence !n leu de ganls lloner loût autoùr deux. Aù centre de la sa e deux mon-

Des joueuls auro pelt€ire dée de ne pas pad rêvanl de prendre que$ons-reponses avec es loueuG : lagnes de musces. de plls de cenl k os el dépassanl es deux

es æsseftes des cârnéras de s!toeillanc€ Le ocâlest au rezne - Elle dâeste e cowboy el s êst fâft une jo e de I hum eL E e sur .rètres, sont en train de sexplique/.

châussé et vê bM vle gou ler d ispecleurc de a cnmine e qùi veilla I clmme ui mmeuble el a merait savo r pouquoi es toueurs Les loueurs comprennent rêpdemenl que es delx coiosses sont
tout natlrelLemenl cherchem eux auss les pécieuses bobines. 'dopé$ aù sâng d anoen Le premier alec !'n ne? presque enloncé

Mas même s es j,oueu6 reâgisse vjre s voft clnstaier dépités - Polrquo som-is allés droit &ns le burcâr de Chrislopher Ma!o. dans son vsage l€ppe avec la pu,ssance d une ocomotve

qre qlrelq!'un a réaqi encore p !s promptement q! €ut. Lâ câssel- chryé peMnnellemenldu blanchmenldelârsentde la drogue de Ses coups sont prévls bles ma s quand ils loucheni c e$ po€nce
N4,GLACE ? qu parle I L aulre en lace a lne muscu ature sec et à chacm de ses
Cêpone es al eigagés pour de€lencher à nouv€au une gùene moûvemenis lous ses mlsces se dessneit. I bouge avec une

SCENE3:LESIIOUCHES Gpdlé effrayanle. passâ.I d esq uives lalér?es à des relrnils d!

S, les joleurs âa enl enmre models il est cenain qu après avoù des- - Jackson es al l engagés porr dessouder so. propre pon ai n blste I pâtuie.t sttérnatquemenl à ùouver e to! dans lâ gade

cendJ en couranl les ceniaines de marches dtr v nglième él,æe lus, dalorune€son égtmededéclencherhEreffe ? haute du boxelr à a tê1e de chien. Et quand il s enqoutfre. enchai
qu aux soussolsilsauÊientcEchès elrs coeuls et poumons À,4ais - On! s été conraclés par d autres wmpires de la v Le qui eur ont ne une sâ e de crochets couns aux i ancs qui toni iomber a garde

ceslsanselsaufsqu ls pousseni la pone colpeieu q! condu( a! de o advFrair"oJ eço âlos r -operclrd 'gd r.teàrapoirrê
-La rnone e nrone herau Succubus eua l€1€ dtqùequechose d! menloi. u. crcchet du drol è la lempe. lrn cræhet dù gauche
A oêra solr ' ddn\ "pér\Tq-e es -eols dês pàlo.d( s érF. de p€rticulier avanl de mouf r ? dans ce qu resle de sonirez, ei pour linr une drole plongeaile
gnent les urc après ies êllres La llrnière agress ve disparâit dâ.s - Où bien leur ê r€lie donne€ que que chose ? dâ.. epe Lç Ë!d r re evresseqJe anecorpredapeæ
â pénombre la p us lotale. Au lo n on emend €! d unecana sation LJne los gree a obtenLr réFonse è toules ces qlestions, eê qùilvent de se Iâre rosser, que Le danseur se remet en mowe
quisècoule sur e bûume er a $ufllede p! ssô.te des vent a€urs remercle lesjouer6 el leur ance â Éssete de suNe ance com' rnent. Ma s a rnontagne encâÈse sans plob ème, preuve que iorce

qu bGssenr I ar pol ué du g6rage. P! s un bturl de pês slr e cô1é plàernenl brûlée. Elle les irouve sfnpatqles et ne velt pas que d âme esl passee par là
galche trah I a prése'rce d !n homme qu pode lne gabard ne ainsi LODN eû pose des quenions à sâ manièÊ. Dem ère précaoi: Tous es afiÉnchs €gardeil d !n arblasécechocdeslitêis Dans
quedes unetes de vùe rcc1ume qu lefo.lrcssemberàlnegros- elle es mel en garde mnire Cdliês. e Tond de a sa le un grand nÆe ei rnarce prép€rc lne marm le de

semouche lMais iln est p€s seul D autres mouches'som âve. ui. pâlês au bâs c èt p sse lês yeux quând r eftend I ava anche de

Trorspus p@iséme.tqu âv?nc€nt!€rseuxarnes aux pofgspro SCENE 4 : CHAUD ET FROIO colps. Un groupe de gâchenes foyées dâns ùi n!âge de tumée de

78
cigares louenl a u b afd de l'âuùe côté du r ng et enc!,irage mon. dolte n est p us perrn s ls ne loænr pas dans la même dMson 'Cette ladv est nvee à k fin de lâ nùit denièrc Un iet ptivé à fait
lagne quand e$ presqire sur e pont de pacer une droûe. El que les Chicago Bulls. Pâr onlre les coule!6 rcLrges qu its ponenl Ialleretôtn Chicagclstâîtbul pau ne ranenù h neilleute des
àscsdo.rur t- de la C.p.he e. pe, ço4æ o$!rê pass.orre- sont æraclé.istiques des SLOODS're gang eni€ùé par le c@ch prc|e tbnç .aopqaees Ic\'stêe. ùttuê ù.è veiÉ ercte <F
meft ôu comb6i Pendanl ce terops une clssanle motute aur sGr r Kevii Jackson. êlias M GLACE. ciahsæ dâns cenai.es cdilpétences el danl k reputatan n esl
loæ cheveux noils comrne le lâis esl en lrain de luimanucurerles plus à lairc ll suft de cûsùltet ]e wha s wlD de cette 'caûpa-
orules. Ouand Cipone apprend que les joueurc sont à ii eur lait of Fi ses o'ræs orr Êr dppet c .eus
D'aill€urs le pus gEnd des gangslas vênl co|f mer leurs o€ouc- 94e Des scmc. et 1.

ttons:' ça var,s dn une ballade tusqu à une soiee âgganulfin I peuvall æ wntet de coups d éclats Bten sÙ Iercelence a un pnx
'Vatswye'z ces deù
9a6. Chacun d eux a une patrie de nal. Ta6 C esr Jàcl sa. ]c MC et t ù.r< tat I tMeù d- wtts t.t.ret çÀ se
Ws pat chance nû conseillet linancer du nanent Chtslopht
tes dtux ont non sang qut coule dans leurc veines C est pau ÇÂ Êtusc æs n esrceaos , Caponè âr Jachon ont lâ mèmé Map s est sùicide. De san vivênt il êuaii cetâtnenent cant5re
.te nes gag ont dntt 1aules les nuits aù mene canbaL La concegtion de l Rdlg uM invidion si ge(wN- le bieÈlandé de lelles depûses Mars peur êre connaÈsièz wûs
Sotitæ.
Mantagne contÊ l Edôn s savent qre nêne si an leu * c.tt
latssâit preMre lê dsqûe & vexer M.GLACE. En ouûE,
clnÊi on des deu bùeùts eî bien its se feraient ûassacg I Jâckson appone ùrc att€ntion toute paniculièrc à h $ e lrva lusquà a chem née et s applv?nr sùr le dessus de ce æi
Et ils svent que lils encontaient û boss à h fois mûtêgne et des s€5 "iouéuF'. Si c€s demieE menaiFt btër$5 ou pirc, coft nue a rumer $ cigarene en prenant soin de jeler ê cendre
èchr 'e> septs g$eaia.< à ve.t do.s teù! Idnile /aùrè,ent pas il ne chrchenit pas à comprerdle si l€s Èsl€6 dtl ieu o'n iftiÉ dans âtre. I ne vê p us dke un rnor lva écouter ce que esjoueuE
assez de tams pôt pleuet leuÊ câdâvrcs. Ala6 Mne ça 1è
r€spectée5. ll s€ cont€nierait d'exclurc 1ë5 pis dô la panje. De onl È lu dîe sans profâer une seu e rnenâce. Une Tois que es
canfiance s Installe. lvlaintenant qu on se mîL an peut se fanÊ façon défnitive il va s€ns di@. puelrs onl lin de pader, lallurne une aulre cigarette. Ér 'arenle
canfânce Alôts le w6 wus p6et une seule questiorl : èst4egue
Les goùles de Jackson sont des conduct€lE bien plus netuelx va cornrnencer nsuppoaGble. Les joleurs soft nc?pâbles de ceÊ
c est wus qùi ave buté l",|ayo ? Si c est le cas pæ de pêngue Je
que celles de Capone En oure es !€itures qu e es condir sent se ner les pensées de rnonserr glace. rcapâbes de dre si o! ou
vtux :ùste te non du type q,l wos clenandé de le faie.
prêtentmeuxàlnecondulesponveque es ourdes €d acs de non is lo.l coN? ncu qu s n'étaent en ren respoisabtes du
Der 'er" crcse à\à.1oe i" pDono'. tp /e
I ueneît Ws tè

stn la tête de ltlaia (à æt tnslant la nanuùê bnne sauit avec


C ee donc dans un concert de crissement de pneus, de m! 1p es Le silence qui es enveloppe % devenir 'assoudssânl Les
anau au cÀtd de Chtcagd qu n est h ch6e la dus pecteuse We
i.IGctons au code de la rorne, er que ques passages en trombe pueurs nontquune envie le briser llu eràJackson q! s sont
târ aù nonde. je wus pronets de vous naccùpet de wus sl
dewnl des vol!€s de patroùille de po ce p€t nant sur e ve€las i.nocenls, mu tip er les arglments, lui soumetre euls a b s tvlâÈ
iamais wus ûe mentez ! CapÊe ?
que es puelrs se retouvenl en lG n de longer e ac Micir gan. ilsofl der'êlr e-.,1boc de ga(êe - ea,e1ra q.elpo.. ".L.
Le lo1 àvec eqLel Càoole à i'r û d ol_s d s5 pe les ia qes
Les lxueuses vi as installées sur es r ves du ac ge é es rassurenl norn de Jackson f'esl pas usuQe.
soupçons qu polw ent reslel
Weque peu. I esl Fe! probable qu ils i nÉsenl le cops cribé de Concretement r€rtez unê ou ddx minut€s silèncièu puis
N4.FEUnepaisanlepas [,4 FEUi hésiterâpêsu,rseulinslantàbr
balles eÎ jetés ê! Iond du lâc. S leile aw 1 été | nte.tron de leur pour cfiàquo nouvêllê cigaEtt€ que Jacksôn allume fait€s
ser euls crânes. v der !n bidon d essence dans les pla es béê.tes.
hôle. a!rct cenâneme.t iidiqué à ses iueu|s es vielx docks hirc aux pis un ,êt de maîbise dê soi .væ une difficulté crors-
et leter ùne ê llmetle pour voir leurs lêles explosef de inéreû I
srnâ M.GLAÉ va lùmd aûtaût de cigâEn6 qu'it y a de
Capone nâtoute pâs un md de plus. lplorue ses yeur haineux
La vle de delx Vlerc€des rouges dem er madè e garées de%nt
dans ceux desjoueûs et ilatlend leuls réponses Lestoueurs sonl
unesplefdidev a moderne f nit de les rassurer. Soudan le s ence d outreiombe e$ brisé par â voix mâsnitiqle
né€ement cruclés par lintensité de son regârd. Les deux
pro p5 oJ ) 4\e1r sorl contre oe. asLrlle\ dp sômgJe c1a' De {er dé,apage, pon e'es qL s or?1t, b - ls oa pds qL l$e1l d une iemme qul appe e Jêcksn du prcm er ûagê. Les jouelrs

dans a neige, escalier de rnarbre qui mène dro r à une graide b€ie co.stalent que Jackson a élé appellé par son pénom. En ouve s
geesaL pe.ûola qLs es,ore. s '.elr ,p\deL\ ora ses 1ær-
vlrée, el es jouelrs pé.àrent dans'the Temple of Boom" : une !n perconnâge réussil un jet d'intélligênc6 + empâthie avæ une
descemes eî pius le Élii de Chicago leur paËî1être le partâ I délec-
pr€.e nrrnense dépourvue du mo ndre mobilier exceplé un lory difrcuhédê7 s?perçoilqu une lueud nq!éùde passedans te
€ur de mensonges len Éâlité cêtùe hprBsion €st lie€ au
prano à queue et regard de bênqu se de Jacksof.
pouvol de pésêne nivëau 5 dilis€ p Capone). Dès que les
u.e cheminée érenre. el au cenùe un glrefto
basler avec le nivæ! des bass au rnax m!]r. Auloû du pÈno 5 Plus encorc, celur€ sse romber au sol !rc cendre de cgarelre
loueuls la lrouille au venl.e uioni répond!, Caæne es tut €c a

gangslas, certainerneft les TempâÇanls'de lequ pe venue avec pLperddlloLe'ole oel de or"sld.ce cof aplæ a I .e
cof pag.er avalr q-e à polp de ld . e dF bo.e æ se re'e,re sd o'
"pr
de æ?eI selrerdefl Gporele n t (e .1dere.à.en.qe- les loueuu, regardent hallucnes une Kindred es yeux bandés faire deme.t les marches. I réapparait ercu te avec une splendide moÊ

sa pelne démonstfaljon. Ses cheveux rcux so.t coupés couns er ê! bGs Son visagê et sa ongue sihouene élancee
ne t :'J ai juté sLn la téte de Maia . n aubliez laî'ais çâ...'. telle ui do,rne

Dehors a lempèle de .eige rugit avec encore deux iols p us d È elle æne u,r débdeur grs sur !n tern déavé €l/e b€sse N,,las I élegBnce d uie reine ùlassâi: lls lomeit lols les deux ùn couple

es ioueurc remarqrenr à pe ne sa beauté. s tentent ef etfel de odro re1 e.r à<s01 . l e r c.icaedL 1Ûe.pprtro'sÊe
le ste. Les desc€1dmrs des rib-s d Èder 5 q-ivv€efl sL. e. e oàlrrere

ga.. pensenl que quand e lemps dev ent fou suNre re mowernent de ses mans en râin de danse. sur les 0a -1e bedLlè èpoJsloJ'dr le. cete,noressol e,trq roçee
bords du ac M ch
pèces rnàalliques d !n belênê démonté. Un clignemed d oeilei par es gesies daftenriofs avec resquels Jackson aide sa corn-
clmme cette nuit cesl parce que lesprit mauvais wendgo
souTle sâ rage sû es cûii$tions de ler de hornrne blânc Les le pstoiet est remonlé. aLnre baneme.t de ci eÎ un p|srolet pagie à descendre les marches. Les joùeu6 comprenneft alorc

indie.s âii menl que les lisages pâ et sont rnaudûs et qùe ôl où mitraile'rr H&K lvlP 5 surgii à son tour su le piano polr àre reou I que si l\,4 GLACE esl auss déliæl c esr parce que la femme esr

e- orèLes dèta.leèo. oJeqles roLvene-ls oe pê.pF es pJJ aveuge. Une los e coupe arivé en bas, ils se drgent vers e
Drdreli ûioes Se"e. par esllflledeWerdgole. ,,ar'p€\e
ronl le ve.lre Une chose esl sÙe en ioû cas : même si les i.tes lard et le T n!!e puale està nolveau en un sêulmorceau Ouarc pano.LêsBoodssepoussentprêGèbondif s quoiquecesota(

tirc des jouelrs sont encore en place. ces den erc ont vÉ meft â Kindred appu e sur a gâchefte de lame lide polr sgnitierqle vd à cene ro']e e. Lâ leane s dsseor au ponoerLoamelcea
e pet I tour est termlné, e e reçoft une satue de s lllements admi .oLer aJeqLe æres Les sors solr dLs5 oL s oJê lâ rège qJl
I impress on d êlre maud ls !

A peine oni- s iranchi lâ mile du quartier de rê petle lialie, qu ils


afs. Ur d"s bo$erjpJE deLoeqL coll|e1r o et àsser 'a lombe surlelac. Ei avoxde lê lemrne quicornmence à chanter

sonl éblouÉ par la um ère p e ns pharcs de deux grosses BMW


maEc enne d! gmn' ei f n I su le sol un lnlon dans la go€e eÎ son esl pllrs plle encore qle a suriace de I acê qui recouvre es eaux.
bEs mmob sé par une clé réussie magistrdl€menr par la rousse joleurs. oub e
Des v tres r€ nlées enrr ouve(es se déversenl des i ors de Êp en Jackson . debout de l altæ côté dù plano. olb e es
dont ies yeux som Îoujouls bandés
même lemps que la iumée padumée de h mar!âne. A côté des ses lueuls Bloods, oublie ê kidred, oublie le Toft ælaté de Mâyo,

Eos g eLs lo ges rudèle colpérir o. des Eo.,e\ se1 elles oe C esl a ors que les joueurs roùrnent la 1éte lers N4 GLACE q! du pour la sser son esprl envah par ra vox de la morre e qu it a rne...

'A_Jodàaso1_pàrFêsdrs d 1"i9" Do er) esJoLeL<e- haut d !n gÉnd escalier appaudit. Silelce,seme-r es Gdlgslds e_ à ,o.sse çole1r dvec es
Mll èç yF h )ô rerroLrer r' ez à rez avec J.e ea'ipe de ba- vêr! d !n cosrume er câshmife er d un col rou é en soie et ai.e, joleuls, refemanl derière eux a pofte. aù dehors a rc ge rornbe
ket au gÉnd compei : h!1n/pes qu dépassent tous es deLrx descend avec casse les marches et arête e poste. I sort une oll, doLceme.r rà lrerd L r on-e elso.ce ee par ld \o, qj
rnèûes. Seùlè dflérence avæ u. leam oflice de a : NBA leurc cgarene d un étui en or el avec !n briquet du rnêrne métal pé sod des muG de la villa. A! ralenti les ioueurs à arrière de ê BIVW

équipernenls. E. p us des doudounes el des bonrcts s ont av€. .eLr 'allùne. I orprd J.e Earde boufée qr sêvol e pJF quite es reux, presque persuadés q! aussi longtemps oue a
eux des pislo els m rra leuls el des AK 47 non É9 ernenla res I Le recraclre onguemenl ra iurnée. voix chan€Ê Jacken reste€ prisonnier des notes

79
Après aloir été b€llorés de la sone d un boui à auùe de a v e, â!1oû du frgo. U,re maii softde I ntâieur du réftgéraleuli pLrs vous pâleL Je ne vaus ctois côupabtes de tun. Mâis P pornats

estouelrsdovenileprcnd€queqle peur econr.ôed! dÛo!' uf corps 10û ent er I s'ag 1 i dls ni mo ns qle des loueuls I .letpteÊt \oup p!p.cLP td carûûe sùspecle et \o|c telus de

lement de lêû so rée. Libre è eux donc d a er où bon eu semb e. Une los sons s éco!€ft esiemmesdoft es étes sembenl ne suMe canne encorc pl6 ètÔnnant auquet cas p sêtâl

Voci qFqùe. pi\rFs sLsLêpr blês dèr,e ârp,L'r+< pa les alor e€ ei o-rles\L te.,bÉre es aeaFplqdde ceL\ qrt dans |abligaioh den Èféret at p nagen Je ctus que vous

joueuls. Toules ont pour pô nt de dépânle Succubus Cub: naus ont ùJe veulenl w6 tuet ! Venez hous tbétet I Votrc vie est n avez guerc le chotx, n est cePês 1

. Evan K€in I ChicaSo by n Sht p. 93 ) expose sâ ihéor e slr en dar,get ! lktis avans érhoùé one Uenièrc fois ! lnpossbte Libre aux joueurs dacceprerou non L nvtalon. s peuve panr

le ùeu au calice. Seon u s âgit d !n indvidu anelil de de wus pÉveù au Succubos... Mais venez nôus libérct pour qUe rft ntena,rl et ploliter de la voturê de lancien ; o! bien Iu r ê1

p.s lot naus puissons enfi.toutwùs tévélerl Lespuelrlsse.ëverllent paGître suspecls d unepan, el avoi. d autre panunegÉndechan_
oedo.oleTâ.r de peGolna te. Le Ma la,a1 ,€
encore dans ses hrpolhèses et atiime que I assass n doit après ces propos syb lns L image d un enlre pôl dâns le nord de ce d èlre repérés ptr a police.

o9- d là 1dr â,e oLl cor-âabrle. E1'èr.le nelt.e oi Ch câgo resie gravé dans €urmémoire. . Si Les ioueuG reiùsent Lâ cr minelle de Chicago lâ 1 à iouveau

doften ui se réve lle quand le sornrne L vieni La perconnali' .Lelrsrêresleslancenielàpenesont- sdeborrlsq!lssontobli- trruption accomp€gnée par une équipe de lémisson GEHENNA.

té meuftrlère slrgn doic des prolondeurc des cêlchernarc. qe( dê se rer colre esriJpoL ôr'ê de o.b4 Dè!o,.la U,re pours! 1e à pieds % s engâger avec les Jorc€s de I ord.e sou-

I condll e. precisanl qu il se peut qu soû lùl même le lunebr ecommeunsoeilden!lsurleli.ceulblâncqr recouvre Gnues par un hélicoptère quiva imma.quablement es reÉrer

ùeut ou b en ioû aure irère orr soeur ciprésents. D a eurs, elr.ercne, ld\ e wq dqo o coLflle s 'on d r'deFieeale Aoutez à cela le delxième hé icoptûe de GEHENNAqlif rne ef

i lem ne $ phEse en poinlâm son do$ vers unjouelr q! a grandê cté de fer est paGlysée Plrsunelonurequicrcue,hoÊ drâcr e es oLeLs r sqù"r' oe \" €rtLver dars .re s -alio-
lécoule Peu de temps après son exposé. e Malkêvian ms es chassseige el les nconscen$ qr roulenl sans dépae oiGF S c pàae.1e1la s ecrlapæ| Cr, oç Fs.o1!oo-erc;
prend congé. Unelosdans a rue. ils enfoice dans uneruel ser Les zoktrlh L'enrrepor est à laûre boul de la v e. Aucune son 1ou. ls. auront d aûre cho x qre de monter i na emenl en

e somb€ et olvre l€ cotf€ ava,rl d Lne v e e cocc ne !e. S qne de méùo n y condu L mpôss ble de prendre sa vo tlre pour vo1u.e. Passez à la scène 2. Bien sù a d scu$on prendrc ufe

es iouelrs Iont suvijlsqu ci, ils e voient se dévâù entùe syrendre. sa,rJ enymenadpuseurs heLrres La seule solullon

m€nt. Une ioÈ .u il perc€ soi Îorce de piercngs, r€garde pôu les joueurs e$ do,rc de traverser les tues ei es avenues

qleques nsrants son sâng d4oulircr slr sa ppru blanche déserres, parcourir puseurc k ornètres les peds se.loncanl SCENE2TïËTEAOUEUE.

comme e maôre des lombes, puis s habllle de cui. I repan dans des ceôt rnàres de neige.. Elloulcelâ pourvérfersieifec- ._ lrereL.de a ToJs "esrçp6' âJ,.De.r ba qLecês"rcir

!n ong éiui sous e bGs. ll marche so'rs la neige e oru de vere.r b olooo oo \, " +èl esènelderrpo r è-e bePês' noirseTonttâce.Unevlre isonodsjesépâe ariè|ede avortu_

quelqlesbocsêvêitde s enqôuler dafs un club En lait il lmprobab e donc qu ils perdent tout ce ternps ! € de l'ava.t. Cû as a dit vË au sujet de en châuneû +,i condut

reioiil es Baby Chorus lse reporter à Chicâso by nightp. N,,las délà es iouelrs sorlenl pé.iplame de eurs havens. Lls a/ec !1eree ôoe4plrè.a pe-eq. nelt t'qlFpôroL ilsc'oi
'bl)Ld.o€d"tb"seoLôle L d4dnr r è perire coured $ns perdre !n seul nstanl dans des rues vdes de loLne selr Lle .te d LT dtai - da roiures gyropide- d rès et sL

pésence ls bondÈsefipafdessus es voitures abandonnées pâr vo ées par deux hél coplères. Cr t âs est assis avec à côté de ul

. Ellrcy gÉndes olêill€6 dii à qu veut ent€nd€ qrre le Ê. rcp eGres aJ beal î."1oe ! c1anee a 1ulpecedel€ lne malette en cun Lr€garde le corège de pô cierc passer à côlé

polP olelolec ca.- ls €montenr e ong des ênùes dép€ssant d aldac eux conduc deuxetens!rea ume!nléévselrinsiallëdans e paneâude
TadJsope?t dJ rL"ù a r"d
"ê ol
teursqu malgré les chaînes doni sont éq! pés leurs véh c! es res séparêtiondelhabilacle.Aorsque avoùreacéàe, lesanères
ùdes avec unesèie de crirne qu a p ongé Dùsse dod dans

a lereur durênt les années vlngt En eT1ê! e tueu de lent quas eme surpbce. p'1C pales de Cl Ggo - |r oPqaqeesaoresd"sre nesdera,€

vcimes ave .ls .e vpr cer Ê1'repot,.cnpabeJ dp ésFF aLpÀs des équipes de déblâyage, i expose aux pue!6 la cEon de sa
Chiægo assassi.e ses 'Ler
appe donl s so.l vicxmes. Leu !€loié leù échappe. Ouând p.Êselce a entrepo| ddT lF cld ÊdÊ soleroJér" <Jr èa,s.
eâ!, llilisart ainsi a mêfre arme qle ceui que l'on suÊ
belTène c re. efl ressl"r. qle àppelrep e.d lss.!e-]qæ son GEHENNA ila nterceplé un message téléphonique de 1â
nonna le vampie de Ussddod. lrnpossibe def lrer
plus. le Noslératu s écroule esprl va ncu par lalcool el le
rot o. aro 5eD1 ob ges de ceder alo s irs.o. ellld ?9e a. louna ste vederle wyno'ra câmpbell desl né à ]a po ce crimine

sông d€ monels ûes courâm dans ses ve nes


, oF-. sàrtàrI qLe be.lor, p 01. Fl là.e de a.r'e. cell oL e Un bret appe il y a une helre à pe ne dâns eqre e le atiinnâit

es coivoque de la sorte. Enti,r s a(vent Tace à entrepôl ls qu e e même avail reç! !n message anonymè qu u revèa
' Annabelle Triabslle. lrne rose no re en boLnonn ère, esi
voentpuseuls chambresiroides q! salig.entslr e!.gaucheet lemplacernent des 5 lêtes dê lemmes relrouvées dâns l-ê hc
a(cse t,rrefe.l aL prer er edge teregrde6€gled
eUldro€. ncréd! es s réa seni qu s ont tols éléappeés lls M chlgan il y a deux n! ls. Le lemps poû la polÈe de reqt sft on_
àme les dêiserÉ sernbèbles a des roes Orld les
ne peuvem s empêcher de penser à ia nuû précédente qlrand s re L11p'opre,eeroarv€ jLeq- d elrrepornaEe aregF.
loùe!6 passerr près d elle la Toréador leu Iait signe de s as
se sonr ærouvés devant immeuble dechrstopher Mayo aval pemià cdlÉs d ane nd|e les lieux eânt eux.
seo r Dès qu ils oft pris pace à ses côtés, elle lelr explique
Dera r eL'. la æie o.-".|'àrbre
iod" ès oJr'q ô Dês Mâ s que e a élé sa surpr sè 3 orc de iomber sur les lo'reu.s, qul
+r e e recherche des bijoux ayanl apparlenu à a goùle mone
vollptes de brume g acée se déversenl à extéreur el vennent ont ure lâcheuse hâbitude à se trouver'au mâuvais endrcit au
hier a! sn Sâ rnon | â boutuercée, ei e e aime6it pouvo r
s e.rouLer autoùr de eùls p eds. Line Lrm ère Éle dltfuse I ombre ûrauvais rnornenl'. A dire vÊ cete coihcidence arange puÉqu il
éclpérer des baques que lâ nronelle a cenêlnernenr dû
de fomesqu sonlà | nlérielr:ilsagtdelêtes de che!.ux. ves_ âvail I inÈni on de l€s contaclel
ærdre p€ndanl sa chlle. ls n onl arcune valeur aLltre que
lges de câræsses desl nées à lâ bouchere che!€ ne Mas iy Apres cette m se au poin! l aicien slrnommé le doclew mel le
seôiimenlaLe péc se l€lle ôvanl de dispaEitre en ompagn e
a pas quê ce ê, il y a ies AUTRES TEIES. CelLes des 5 B ood do s son du 1é év se$ êlin d écouler lnleNenl on en di€ct de Wynona
o" -Jrb . La rasresseàdispal desolvsaqe poL àsser
dspatues depù s 2 nu$ du Succubùs. Carnpbe Ce ec lent en qlelques mols â police vienl de
a pbce à 1â todelr %l teûe, jusie à cété de eu lable, les
E es sonl a g.ées es ùnes à côté des allres Des empreinles de 'Frro.vF'lesc-qIe€sapparerorrâ.icoros epecrr"dê1. lLrs
louerc remarqlrenr a rose none piélinée.
do($ blen v sibles se sonl ncruslées dar s la glace q ui €couvre la de cela Les sôupçons de a po Lce slr 'ldenlité des corps onl éié
ACTE 3 |
peau. Si l€6 iousuE I€5 compsreût aux lêù6 ils conslat6nt conT més par cett€ macâbre décowêrle. Les cêdavres ma nie_
" Lê ûnmeil dê Ia .aiton engefthê k moÉiÉ; propB
qu" s'asit rlê leurs êmprêinies I Dauù€s sont nait au compLel âppaniennent à 5 danselses du succubus club
In'è d'un tâblêâ! dê Goyâ.
vi.ibl6 $r lê mé{al givÉ cls6 port€s ainsi que su. les parcis

métalliqu€r. A diE uli il y en a partoùt ! Un détail doit fEpper I'esptt des iouoùts I LIS CINO BLOOD

SCENE !:TÊIEATÊTE, Toul a coup es phdes pù ssânls d lne mous ne noire les écla _ DOI.IS DU SUCCUBUS ONT DISPARU APNES LA OECOU.
.ù o\ptl\n Lr ,19o
Lapo.esoLvrclbe.aflL1rorde lr " renr Ele esljuste à entrée. L? pônê affère gauche s'olwe el es VEAIE SUPPOSEE DE IIUR COEPS I DE PLUS UNE OES

re en neTe reTp\ qL LT or |ne oe!.oro. Le orà1sela ol êo s iouelrs enlendent une wix d homme qu s re.onnaÈserî : TEIES EST BESIEE ATTACHEE A SON CORPS, IL S'AGIT DE

et le 1ri9ô se retrouve a! cenire d une clr siie mmense Les murs CELIT DE LA FEII/IME IV]ORTE EMPOISONEE DANS t"ES

sonl cowel(s de peintures qu semblènt sonies loLn drot de la 'MessteuÊ je vaus conseitteÊts de mantet Gpdenent. La NE BRAS D'UN DES JOUEURS.

chapelle S xr ne Elles ressemblênt aux taouaqes de a rnone d,l ce ctiminelle de Chicagô ne vas plus tader nantenânt Man Ce déc L n echappe pas à Cri as quitorxerois ne pêrtage pas ses

Succubus Le pên sélarg1el Les 5 blæd dolls du Succublsêppa châdfeu est excellent et il condun fts bten. SuttoLt dans de lntenogaions avec les loueurs Eien au conùa € ilse lance dans

raissenr toutes slr e dos de 5 chevâùx. Elles ioflnent !n cerc e telles candttians né1æralôgtque. Je wus en prc nû14. r'â1 â

80
. Ouê faisaient les l'ênaêpôt ? celemotrdse èveen braillanteten gesrculanrêvânidesepé
ioueuls à du club. I s engoltfrc alo|s dârs e âbyrinlhe (vo r Succubus C ub
. Oue pèMntils dë l. théoris du vâmpirc lueù au calice c p er pa. oessls E poni Sourcebæk) Silespueurs onl suivl ih le perdenr dâns ce dédê

C esl le mornenl idéalpour prof ter de la conllsion et iler a an- e somb€ is ont bea! le checherdais ce pandémon um moder
. O!èlak i€nt ils chez Mayo 7 glase !C e aussii ns1ênl déa pouvoer amaetleencurqle ne, is ne renconirent qu lne laune nteiope : ùêliquanrs et dea

' Lâ biood doll du Succ{bus a"t+lle dit quëhuë .hose .vant Critas sembe sue€ er de lres, ùès près. Pendanr ce Èrnps ies l"r 'o cos oL se pqLelr oc.s à a1o.e. B'mo Dolls qLl
louûralisies el es f lcs bâ bunenl que c esi la coke qui raû qûe e s entêllent es pognels, souvrenr elrs èves el panagent eur
, LÀr ..t€lle donné qu€lqus d'o6o, un olid qudconqlle ? motad éta I encore en ve. la mascardde est $uve I sang en de onqs
Les loueurs ba sels. Le sâng et le vice s of{rent en speclâc e
. Ont-ils dlne taçon o'r d'unê âutrê télephoné à Wynonâ en cêva e essayenl de rnetlre un max rnun de d s€nce enre eLrx aL ,eù.dosf 101e .. crsdLcLlê ùâÉdeGer9,. Drlors
Câmpbëll7 et eLls bo.s sarnar Èins I C esl to!Îjls€ s ils remarqrenr le va. lusqu à ce q! s surgssem de onnbre ei qu ils se ruent vers lâ

Le jeu des queslonsrépoises va c€pendant êve bru1â emeni noir qLr maique de les renverse. Par conl.e es ornbres dans a psle de danse Les joueûs le repèrent grâce au btut des

câmionnede lixenl es joueurs. pou. eux e. efiet e leu ne 1aft que seringues us.gées ei des cadawes de boureilles p! vérlsées pâr

les Gnge.s lenees du Ciih te


SCËNE 3 : UBGENCES. .Apârtrdemanl€nantsiun jo!êurprécÉequ lve eàceque Sur ses têlons, s e voient monrer quaûe à quatre tes es.ê els
. Sôuda n eû volûr€, q! s ensage su. u. poni, esl percutée de oe so .e e_e.rad"lesi/ê. %.e) - t e fF'oeP" cep ol méta ques el slrg r comme un diable su la pisre de pogos. ise
plein foletpffunemoroTolle Le mobrd passe âù ftvers du pare +Alenness. I remêquera a ols q! unvannoresêprse.iêtU retrouve â106 ddanl le g€nd roux, qu er ranllu assèneunvo-
q! porÉû
brse dêfs un nlage de cocaihe expu sée des sachels re. Dans hlpothèse où es ioueuls se séparer1. ce soni des qI o pdelèrp vè\L"rr" bi. te /aÎo.ree<q- rô èr ê-ed so-
dd .o. bo,sr i€1ldel.lorLeesrpL,"iéer aél" moiârds {qlate au max mum) qu es s! vronr Là encore, fê les 1ou son lonl dâns e nez de laure pogoreul Un crac sisnste
iemps que la tête du cbautfeur La circulaton s arrête au nÙeê! de la e de\ Èb d ' o dror q.e es p,e..s \oL, drè ce. oF srl afte jlsq u aux oreilles des ioueurc q ui constêle nt q ue le roux êst
laccdeit âlors que presque imrnédatemenl une patrouille de eurc gdes Ar cas oÙ es inconnG æ savent repéres. s d spa enÙêr. d être évacué sonappendice.asa €stréduûenbou eer
poce anve. ll est lop Îârd pour esÉrer flr dscrèteme,r1. rêrssenr sur ies cnapeaux de .oùes. .e. vé. ro-err colaÊ dèl, ble. d.1s ses oro "\ Gq9,
O ailleuÊ. Cnttas tait s gne êux jaueuts de gadet leu( carne ll9ot1 poùr sa pan hude comme polr signifis aux âL]tres 'Je s.r,s de

de lâ cêrcâsse lumânte el@mmence à dsclter avec les agenls . LA MALETTE : @tai, pâtdanne2 t tntetupùatt. Sr les jouelrs ont Iinienuon de

Elle contentpuseu6 documenls re atJs à lémssion GEHENNA I nlercger sur son éùange comportement libre à eu{ mâis polr
. rvlais pluselrs ambuances anvent délà. Des équpes medf et $ présenbtice vedene Wynona Campbeil U]r mppon conli .et e . dole r oaoo,o oF-oF oa.I a la relêâ. pàtoêT 1..
calês se pressent auprès des loLeure et su'%nl la p@cédure s ap defteldu CPD afi nre que a jouna sre esÎen conracr lé épho qr'au centre de ê p sre farolchemenl gardé par e K ndred. et u
prêtent à les eÆm ner . LA STTUAnON PEUT SAPIDE|EM 1|0.e dle lds.dsr dês Lmnea<s. Ê qLr e do' T se eT"i iêre comprendre qu sdésrentlu parerI

DEVENIB CBMOUE POUR IIS JOUEURS, I.I IVEDECINS EN gnements conlre lâ garaft e dâvor'excuslvté de la collerllre Ei ioû ce â poùr presque r en.

EFFET RISOUENT DE DECOUVRIR OUE LEURS PANENIS Hélénà à convoqué Gengis p€ndânt qu'il pogorâit. HébérÉ

NE RESPISENT PLUS ET SONT EN ANFET CARDIAOUE. CrilâsaoblenucesrensegnenrenbgÉceà ancien peliramide par llappel, il s'est làis:é sorl brutalemènt dè la piite, avant
. E_.orae lr na heL r'à. vetaià s sel des.or rô5 oF d Lr a iouûrlisle, lu auss pGsenrateLrr ved€ne du nrême qenre dê Eioindrc la câd|e de I'anci€nne dissimulê dans le lâby.

minelle s!ruoées pâr lhelicoptère de GEHÊNNA arivent à haLr' d émÈsion Tous es deux présenG enr â.cennement TMURDER dnthe. Elle a fouillé sâ mémone et a tsrowé dans s
rel d" l d dq De -ro n d" i e1_epo lee po.( els boL re.e. ONE. Mêis s se sonr mrstérielsemenr séparés Lôdresse de poch6 une bôgue de la Blood Doll. ApÈs quoi elle a êfladi
pâr la sanglante d&ouvede se retroUvenl bloqués. C esl donc un l er est lointe au documert LÊS JOUEUBS PEUVENT DESOÂ- les souvsnirs dê Gêl|gis Cëlui.(:i s'on reùouvé daB lé dédâ.
embootellage siganlesqLe quise iome Les joueurs s€ relroir l\4AlS ENOUETEÂ AUPEÉS DE CE JOUANALISTE 1 se reponer l€, avec en tCte lê visâgê du roux r€6ponsâblè dë en ne
venl ains cemés par lne amée de beus el d nf rm ers, le Îoul à la section iflitu ée lenquête) bdsê. Sans pBndrs le temps dê réiéchn sr Ia raison de sâ

écairé par es prclots de lhélico q! tolrnoie êu dessus de eùr . Lesloueurc lrowenr éSa emenl des rnysrèreuses cés Desle$ pnÉ6ènÉ ici, il s'êçl prccipité vols la piste dê dansê pour

crâfe dans e bruit intemaldes hé ces d âuxpex ne révèlenl ren s ce nestqueesappanenrcnlè régler s€s @mpt6. Comme pour Tyrus, il ns se souvied de
. Toll va lrès v ie, top v te pour les pueurs pr s comp élemenl au Crlas. En 1ai! sagit d émeteu.s qu peuveit r€nsegner ?n- den. P.r conùe les joueu6 peuvrt lairc le rapprcchmèm
dépourvu : s !oenl âdver devânl eùx des T cs zéés er des nn. c,ensu apostondes joueursà chaqueinsiâ l yade plus un mlrê Tyrus êt Gensis qui $ ùouvaient tous dêu à oôré
mie6 dwoués aidés de pompeG coslalds bie. décdés à es rnn cdrom qu esl uiauss un leurre quicâche un récepteùr d'out quand la Bood Doll 6t none.
elrirper de lâ voiture Leurs oreilles sempEsent de bruits de Crlias avait i.lention 'd egarea sa ma efte en espé.ant que les . Aux envibns de 06.00, les
loLreurc vo em pâsser deva.t elx un

mau!€ s augurc rbrul des pon ères aff àes qle onouvre,crép- loùeuls â récupèred el gardenl su eux ces mlslÛ eux oble$. vân iotr purs pus rien... le néant total ls es jouelrs som âu
iemeni des rados de a police et des ambuances. srènes des Dâns un certai. sens aæidenl a Aé une albaine, à cond lron b en Succubus c e$ heure de ê lermeture er is se retrouvent dehors.
gyroptures sur e ponl, claqreme.l sec des bra,rcârds, chu nte- sLlr que les pLreurc s emparenl de la mêlete Crlasêvoonkre S s se ùouvent n rnpode où ê lleuls. les ncon,rus qui les s! ver
rnent des b€teries d€s câmàês q! T mem en d recl eten gros me]rl aissé des documents sur GEHENNA afn de reidre pus ont ndq!é leû positon au van noi.). sserévellentt heurcpus
plân e vÉase des ioueuB v sib emenl e. éL1 de cho€. oue faire credib e a ichesse des documents aux yeux des toueurs ll tard, incapâbles de dire ce a pu se p€sser LesparoesdeKten
es1 +i
7 Pêrlr en couÉnt devânr ies €méËs de iâ réié et ercerclés par possible de découv r le stËrêgèm-e siâce à un
iet dlntsllige.ce e'r€ndues â! Sùccubus Club leur tcve&nl I espar Pa.loE ies
ùne tentalne de îlcs rendus neeelx parla preseice dans leur + sÉ.urite avec 8 de dficulté tueurs nêgssenl que lorsqle es monslre iapls dars elrs cêu-
lille d !n malade qr coupe es têtes des danseuses de botes ? . Le etede è troepe.dde. cçro.sdes.oLeL s ap Êsàrc{ chemars slrg ssent el s ernpêrent d eur
Resterpantés à eleniendrequelepremermédecn pousse un èlè coNoques el ba âdés d un bout à lêute de a ville, il est
hudement de lereur en conslâia|]l qLr il a devanr l! des gars imponant de les aÈseragrà eu.guse Ne soyez pas drgsre ACTE 4:
rayonnant de sanié e1 qui pounant oft un€ lempérôlure coporel " ll poftê un chiffÉ dhùne æ chifr.e .'6t le ffi:
e proche du zéro, un coeul âlss vf qu ùi 8g Mac. et +rilespi Au Sûdbus Club les toueurc pewem lne ToÈ de pus D'âprÈ l'.pocalypse s€lon sâi Je.n.
.ent en6re mo ns que des hulres ? àpp,e,dr" dê Lrose.
. tMa s es joueurs vont êl@ efcore p us surp. s ! En e1le1 e

molard denère son cisque commence è eu parier I ( | s aqû de . GenSs (ChæSo by nshl p 72) qu êpp.éce loul pa.(cu ùe SCENE 1 : 20.00 .TAXIDRIVER.
Ïyer qui agit sous la do.nimtio,r d Héârâ Afn de ne pas érre ê) no1" .. "s, debon zde con. e la_.{l . ChiÉgo au même iish]rldans des lieux dtiérents: es loueurc

reconnue ele degu se sa rcix). Ne fates pas canliance à Cilas ce au rn eu d une p†fome du BDC Les bGs ba anls, il .e se dressenl leurs ma ns relemées cornme des serres sur es
Voos êtes au caeu d un condat. Vaus â ez crcie qoe wus étes réag I même pas qland des monlag.es de muscles Lulbêlanc€nt dÉps Leurs corpssonllendus elchâque musce cdspé. Urciie
sû le palnt de devent( dtngùes. MaÊ c est exâctenent ce qL ils de voenls coups de coudes dans es côles P re e.core, il resre pe 1rculle de sùeur de sang cou e sur eur pear de maôre Leurs
veulent ! Si vaùs écupercz les bâgoes nôus vaùs aiderant. ' Srl télanÈé qland un grand roux erpulse à coup de lêle du cetue yeux en1 ecarqurllés el fixenl les énèbres de eri haven. Lelrs
de ê p s€ de pogo Le nez ei sang des€eid verc es sousso pup es bdllent comnre des sole smouGn$su epointdexpo-

81
se.Elesbnlenide écatde eurs caucheniars Desmuclrenrars lisualisêtondelâaldutrâf c E.Jiietés pêleméeslrleËbreâ! CAI\4lt4E D HABTTUDE LE CALICE PENCHE iÔU..tOUÊS UN

qu les plangent dans lne abine de doute En eilel esloleu6 debordpùse!6oblecs€ntâssent pe c! es, obiect ls d appa PEU PLUS ALARS AUE LA POLICE AUANCE UN PEU MAINS

.rême s ls sont éve és ont impresson qùe leùrs esprls sont reis Dholôs, ceméra mna:lre avec slppon cd cênons à sons . s on nrercce E roy su deîrédesescenG, faconlequi
.estes
Esonne6 de a gange norâtre de Ieù|s sombres ch pour capter les co.veEatons à p usieurs d za.es de mètres, caÊ 3 tollours èt€ contacté tcllours îâr té éphane BÉn sûr a vo x

.rères. Le!6 yelx sont comme es dernrères pones ouvedes sur tolches de chevot.es, el lùs dechassecanoôscéêccrochea éia t 1laiquee et ben sùr u s€n.er brouila i la iréquence donc

e put no rde leur rêve Et es de.ni€rs vest ges des songesq! s cÔtedulevierd-Êvtesse. Sur esegepassag€ravantui9rosdog mpossb€ d€ repére. ongnede appe

a ssent passerabandonne es loueurs au seùl de a 1o e:ale argentneslassset i'xedesespetlsyeuxvceux es oùeurs Et Elrovestprelàader es joueusetà neren révélerà condlon
.e.ser en effet qland on se vot te. r de longs pognards ou de à sa drole E roy uô bonôe1vssé slrsoncrâiedflome lnecaa q! ilcaopère.t avec Lr poùrde.oùvnr 'denlré du luelr au ca ce

'oè! 5o.Iê. dôqo- dr 15de5d.9 0."aÉq,âloo-\".o" rete à â bouche le p ed au pan€her a sse colrr ses ma ns sur Ën €l1et e Nos,'érâtu coôsdère que es ioueuE sonl des cou-
-acæser furielsement des masqles de Comedia De Ane ? le vo ant Detemosentenps je1îe !n colp d oelè son rârov' eJvres qu reflse dâvae. cesràdre des oons qùe onveul
a.mmenl nlerpréler |]n reve où on se vor .rêiclrer dans lne seu nlèreur pour repèrs déventues voitures er filailre. Sa.s fâre passer po$ es resFoisêbes d€s meu.tres des homeess.

. ece sans in dont le sole$ recouven de scâlps blords comme d? . -o o-.". . oLô.. .ê., êq.deôdF o.o-d Depùs quilenq!ète sur es assassnats est p€toenu à d.ess-êr

.s bès ? Ou bien encorece songe où ih mæhenr preds colrés qaLques el sombres de ch cgo sloenrains del er des sex Lrn ponra t robol dù tùeù. En fê t afarappeâuxmeieursndcs
3u oâfond prenant soin d évler une forêl de vent ateurs.. de ô vrlle es rats et autres anmâ0r orésents a! moment des
,\;. "brÈLdê.r dIFt"pLoT ôq-ôb dôr ô e. reudres Avec son poLrvor d an ma sme a fouilé leurc solve

..nesde leurs rêves. lestcomme u.e corne de brlme qu âver nirs et a décllven qle e tueur esl ùn vampre possédanl
'1 espri des loueù.s des écueils de eur noriscenl. Les seôs obiuscâte et qu dépass€ es deux mèlres Ces eéments se

r:sloueùrs s accrochenl à a so.neie de eurréléphone devenue r€coupent el exp qle pourquo a police ne rolve iamas ùn

.1 qLelque sorle un passepon pour eû re1our à â Èalité une se! lemoin I donne aux loueuls le ôuméro de t€ éphoie de son

.à E,odê oi .êCF,oqo\o. o ddoo êde.è9e U-erea 'e'erped.o'qeoq.eo do qdô. 4ovlô oLÊ1o À

iÊ où s ncarne à travers â vo x métailique d !n Nosrâatu d! t€ avec uisur e tleur ô! ca ce.ouaid es feux arère de son 1ax

_.n d E lroy di grandes orei e{. Une rèallé qu pr€nd a jorme


r J.,e.dezvouspour21 00dâisleq!a.(erpapillondeChl€go,
:'- . èchânger des plrotos lrès ntéressantes, alec en guse SCENE2:22.45.MARIA.
r :! revo r e pett rre cyn que d E roy qù alsse aux ioleuls ui . ncrédùles esloue!6seÎévellentdânsu.appa.temenlvded!

!.11èlanse dans eur boùche Cel! de la peur Lê pelr davor quad er


'tallen de ch æ9o aurolr deux a pièce esl dèse(e hoÊ

e]è pègésdans a 1o e g uanle d u.e aragnèe âfiamèe. rn s ufe ongu€ vue monrée slr !n liép ed el d r9ée vers la ruÊ

. 2'1.00 : lmpossbe de manqrer le blrear'du Nostérat! Elkoy Srùpeur LeÆ derneu souvenirc remonlenr à fstanl oÙ s

: a! b/andes ore es l sagl en effer d'un vleux laxi route q -ê1 ê a..o, .de ga.oe.o-
- érave roulante esl saÉelùste aù dessus d'unegr e d €goùts tanl et ma ntenanl s on1 perdu une heure de eùf lemps
r! c€che M flmée b êiche Cenebrlmedo.ieu.aspeclenco. shops et eus .éons electrques, prns des rùes sais umère -.apore€oo o,é rô m :bôdè<o.o'cêoL sesroq.5è

'. o!s lantÔmalque à a voiture qu sernb e sort e tout drol des ô @1 b èô. d ôtu.4 dè b, .r< sq,àrée, oj e5 ro-ête.s ê eôre2145er2245 lsnontpêsvÛtabemenl e temps de réf é

sTdowknds Lenseisne umneuse TAXI est coùverle d une iumeuB de ùac( La rcioe sae vient s étêler slr e par+brse chn âant don.è lanmaton qu.ègne 3 é1ages pus bâs dans a

oo. ô o.lô dô,ro,.ê o. | .ae .'e qæ e5 ,ïes Lec cGsseux du cab, ei les loueùrs en venneft presqle a do!1er rue ùnedzane devoituresde patou e de ê po ce de ch cago

3.€us arges ont perdu eurc enlo veurs el sonl dune no rceùr qù ls soni es pus dangereux des prédaieurs de cete cîé. llne broquefi a rue Ecairés par a umière rouse el bele des qyrc

epoussanle Les pare{hocs renlorcés sont écaboussés par iaune de .râcs, dælers, flics véreux banent soùs elrs yeux le phce.oô.po ôç o è1'o dddo n pe_efôd4-ê ..
:idral de làches de sang séclré Et es loueu.s onl es pùs bitume boùelx a a recherclre d !n mauva s coup à ia re Le to!1 1é devânt u. mnlscLre salon de coflûeà adedlne bandede

ç'andes pe nes à dstinguer a s houelte dù chalilelr êssrs deÊ dans e crachorement des messages de a ælce. échodu chaos prâslque Flne barrée de etlres nores "DEPARTEN,IENT DE

'ere son voanl A dire vra sais la petle um,ère rouge frèe sur de av eoi,resbagarr€sd vrognesslccèdeft auxcambroases POL CE DE CHICAGO/ NE PAS FBANCH R LA LIGNE

.par+soe condL,cteL,r seiait mpossbededislinguerquoque 'LesioùeùrsdoÙ ssontpacèsontlnevueplo.geântesur rn

:. sot à ntûelr de l habilâce Le caquenreft snste qui pre- .21.15 iLelaxisâûètedevânt u. père Noè enÉdonpâtequa lereu du saon ls peuvent voir lne équ p€ du aborao re de la

:.ie orvenure des portes anière en une nvlalon drecte à seto de c ble aLrx fus s à p€mpe Énons sc és des ganss E roy police crim ne e nrlla er, avec ells appêrerls pholos mun s de
...ier Enve opées par des vo lles banches et auréoés par k iâûglissersols avtepar€ialles,qu leséparede a(èredesa p!6sants frashes. re cops d unelelne ienTne ass se a lêle fen

:aèreFUnedupafonner esloueursmonlentàlêrere !o1ùre ùne enveoppe de paper cral P!s pare enfn r 'Des ve6ée dans un bac de shâmpounelse Meuxencore.enresar

i pene s entassent- s sur a ongue banqlene êdère que e ne.s û oni pêyé pout que )e vaûs tle et penne des phôtôs de danl ben s réa sent qu s agit de â mailclre de Capone apeÊ
l.ns1re de fer s ébcnle:btur eeclrqùe d! vercuilage centa ros ê.hrls de Noel Vaos lênes de dôles de ûù'ses ûe.s I çL,e à ê sa e de boxe et accessoremefl sa goue préférée Seù

s€ des podes. l ense gne passe è occupe , grondernent d un gros Excosez ta coùleû kt dû ûùIset une petbche ntz rcuqe gros détailgênanl sa ongue cheve ure no re coôeau est ma nle

-cteJrV8 sols ecapo! crissenrenldes pnels surle bitume.er Sen sud une séne de clichés quimonteft un des loueurs ache- nant cou eû b ond orydé€. I sembleral que a ma heureusealeu

!:LX demarcge sû es chapeauxde roues. +reues de poisson ter dans uie épcere!elnâm eine ùn-ê quanlité ncroyêb e d eaLl le crône percé pe des ag! es par où, e ou les assassns ont

:!i êrtres vo tures, suv eniin d ff concen de kâxons. o^,gdôôê do9. è. osoo dèb4 d, z}lzg-àml( déversé des tres d eaLr oi"ygénée

'las ùn coùp doeil rapde auioLrr deur remel en caus€ a pre' Pu s une autre sére de c rchés oir un autre iouerechète solrs un . Mas es loueurs ne restenl pas onglemps frtés surcette vson

mrè.e imûession lâissée par ]aspÊcl ex1érielr d! laxl lls sont ècfanqeurde Ch caqo des anes biânches à !n Feft mectoô rid! d horeu. U.e Cadillac noi@ se gl6se à côté des !o\!res de

s.oarés de I avânt de la voiture par ufe épaisse vlre blindee a culeàrêllûredenaz on -pholos daées du 23112,€7 à 06.33-. paûou e Le motelr s arêle Les vÈage des tlas se décompo

eprelve des ba es De aulre côlé lrne sère de sæinels Eiii. a cerse sur le gâlea! ùn loleur q! sorldlneruee sent Les bôdâuds massés comme des lauto!rc bassenl es

oaae.l es néquences de â pa ce. des servces d urgence de sonbre avec le calps d u.cochardlelé en tavers de épaùe l yeùx Même a nege paQit sur e pa nl de sarêter Dolceme.t
C. cngo, et des c bisies auxâ enlourc. L ensembe esl re è des asse denière lu un tes sur e mlr s! ntail d hùmdté u.ca€e Gpo.eso'ld" nô4 \oppo èoê e1_ee " Fti|g i''
à
'\o
.T€g strelrrs cd qlr ngurglenttollesles nfomalons accroché sur e po nt de se renveGer oholos datées du 231 æ7 à 07 0S pés I l6nchl â g.e de plastqLre lalne qu se sectonne et
: apaced!paresole pâssaget s peuvenlvotr écrane\1rapar tombe clmme a! 6 enti sui e lrono r boleux EnJin $ s lrolet.

i Jn ordnateùf branclré en loute égalité sû esetocedevérfl E roy a prs son de decoùper un passâge d lne éd ion d! so r tedspa6rtdais €mbrêslrre de a pone. esten1lè
:tondescanes gises mmal.icu alions et æselsludicaires du qu a fxe avec u.lrombone su. cetle demàe sére dec chés Toù1à coup, ious es f cs à ntérelrdù sa oo soned en colrani

aPD Alnessls de a boîle à gangs se tro,rve !n deuxièmeécran ENCOAE UN HOMELESS ENLEVE IOUJÔUFS LE tçtEtt'tE aorsq! unappare photcvoeparunelenêlredansunnuagede
d crdnaleùravecdes pans 3 d mens o.s de a ville de Chcâgo et DESS/N I,4iSSE SU,9 L5S MUFS EN GUISF DE S/GNAIUAÊ veres pulvér ses ls cour€ft se menre è abf d€nrère es capo$

82
de eurs !o lures. PEr a devamlre br séê chacun peut voir le Eand oMe son pog.et 4 verse de son sang sur les lèvres iroides de aet M.FEU et M.GUCE qL" noLs ant WÊanndlemenl eryasé.
Capone€nrdanssesbEs ecorpsdesâ'À/ara". leslùmbéà ê lernrne dé€plée. I enlend son $ng se dév€rser en u. Jlot les declarcns ex aeg@, taus hs deox ônt eu I idee en etù
qenou et ses epâules massvessontagilées parlesspasmes de ^bùs
orntnue sur e pano el su e sol. . de s en prenùe à ce qE I Butre avaû Cre plus chù. Coûûe dtt on
'F o-glots rreslec , beçinlercÊ.ranrle"op, ,1 ,É Sans relermer sof pognet va vers une chaîne et enclenche le wux dcta. bherchez h fenne'. lv,lerci pM I aide UecieL6e de
P us ells de ses gâchetes venne dânverelseposientdevanl lecteurcd Lavox pure dela chantelse envahit le loft. E e chân- Mana et canrne dÊt M Jackson speciâl dedicace à une cerffie
le sâlon. E es iormed coûrme un mûr de chêi. et de.nusces er leunffgospeldunelrstesse flnie lraîie ses pâs orrdswrs chanteLse â k vue basse nais à la wi, haue. Enftn paû wus
empéchent quiconque de !€r leur'boss'plelrer des lêmes de re robLnet à 9a2. I ouvre à tond el gÉvil doocement les mêrches tetèspectateus du gnnd spectâcle. Vaus attendie, I Apacarpse.
sang. PuÈ le caid son enlin. Le vsage baissé, il rnonle penrbe, qL cor dLse. <J, e oir cie che ddrs ses ao.fes <e( r€- /a rc/â L Sur ce es ioueurs sonenl eur crocs et déclriquerent a
mentdans sa vo llre I fêil signe è ses hommes de s approcher. rettes el son br+rel en or. une io s ên haû écoLnelafi.dela gorge de a tolmâl sle loû en cont nuani à lilmer Une fo s vldée

Tols se penchenl el éco!1ent :' MainteÊnt tôùs les gêrs sha chan$n. Le vent gi/e sof vÈage. De son polgnel ui rnrrce lilel desonsang, s lajefte dans e vide.
ûttehl en nar. Apeswus âllez dans toutes les églses et chapelles rouqe s écoule La chanson e$r nie. Jêckson lance ve|s IescaLLer Son coas d€€f( une â(abesque et s encas(e en bout de cosrs
de la vile bûlet ùn aerye en sa nënoie A,uès wus rcnue, vas sê cgarene ifcandêscente. E e tombe. Touche u.e première dansune mmense ense gne lumi.euse Pepsl eto|ndansune
irdcs et les flÊs npot . p veux rctauvet les salopatds qot sont marche, une deuxème, pus embrasse lai saturé de gâ2. Une g'?nde geôe d élnce es. E e re$ê âccrcchée aux f ts ators qrc

çenus êu théétre y ê deux nuns PeÊanne ne lês ntenogenL je boule de ie! se forme Le silence est brutâleme nt nterorn pu par clrgnole en etlres rclges Ïht* d,lTerenl. P! s la câmérê cesæ oe
vas ne1.hàgc. ôq.arel.npr, Ld r€9e eloarê1.Ê â le tracas d une exp osion. Les vitres se pulvér seni. Denr vice ârde fllm€f, il est 00.55.

tomber il est æ.00 e{ dé\1."9 e e. ftîe ero(qle ô pdroê e cops dis oqLp . Les loueurs ne pelvent s empêcher de penserauxmasqLresse

Unecoon,redeieuÈ I sur e tot. Jackson reste mmobie llseni brsêildansleurc.éves. lsréa semquecesmasquesbaséssonl
SCENE 3 :00.00. GLACE BRISEE. de(ère uile rdeâu de flammes preià eigouln Isenrà|lnté le syrnbole de la o de la mascârade quiveni de voter en écar.
. L horcur continre pour les iouelrs D abord ils consta€ qùils /ieu de lui la béte qui monte. Lé peur du feu el la sof qui leruille Soudah des prqecteurs les i um neft et I ar bourdoine du fGcas

sonl couvens de sang lrumâ n IG s. Ensu'te. ils réal sent ry ils son mps presque exsangue sonl s!. a €r smpe pour la mon d-"5rètæsde. 5élioore esdela oo (F Ur lLrpa |ei'eJ 1 .
soft nus et a ongés dans !n mmense loll avec une vle inrpre- I na e. lvais c e$ à cel nstant qu i voit des races d-È pas sur e me lodre de se ieler a! sol ma ns sur la tè1e. ls voenl dafser
mbe sur Chcago A leurs peds s voenl des hêches, des poi îôit. lgace êlors h Tolie qu tu91en lùr I enloure de murailles dLro- der\ les polrs Drge- des visée< dsê'. der s.pels qL,
gnê'!s, et une lro.çonneuse s! nlails d hémoglob ne. Les eux frodes. Benlôti a ibèrerc. À4ais avant va relrower ceux qL oft les liennenl en respect des appêre s burnanls au dessus d eLx.

sont déseds eÎécânés par m€mûence par une gurande élec aissé c€s emprci|les Avant va cêpturer es meuftders de sa C est a oG qle des homûres vètus de t|e s noirc se Tâuilenl en
fique accrochéê è un giganlesque $pn. Au pred de lâôre de € ne El à. seu ernenr à ce momenl précs. il aisseÉ la g ace se passanldevoituresenvotures Très €pdemeft ilsencerclênttes
\oëldecdiâi"sd"9o. cadec, so.r errasses Errr sÊ.€1 bmer pour bûer a bâe sur ces monstres loueuGel res merenrenloue L aù resonne Îolt à coup d! fÉcâs
quillent es yeux d ncrédulrté lorsqr'ls sapercoveft q! ls vèn- des armes des SWATS : c aquement s nistre des fus s d assaurc

nent à nouveau de pedre une heure dêns leû emploidu temps SCENE4r01.00 L'ENFER. que on âme. brul caractér$que d une pompe dun shotgun
. Lê seule chose dont se souviefnent les louelrs, c est d âre soÊ qu on manoeuvre poLr lafe mofter une cânolche dalls le canôn,
Le chronomàre meuû er s est enclenché à nouvea! entre 23.00 G nùscommeAbelel Cain au premierlourde a créaion su e crssemenl des gants de cuir sur les gachetes...
et 00.00, el les joleuls sont vs blement imp! ssants et incâpab es ro,l PL5oecëLe eûo-\e, cce; Lceè.e. ' 1l-ê oprerFpore Lesloueursreâlisentaveceflro qu lssnlprsaupè9e. uneùe.-
d arêter sa coulse Un brui dais ra grande cu sine es tuit suÊ sLrr lhépon personne de M.Glâce. Mas poû heure ils se la ne de policels cagoulés haquenl sur eut les canons de €urs
saule.lJnpnb! qu s soni cenains dâvoù déÈ vue s approche 'é\e e|| . bod d. i ÀTe l-er.oor"rp . oppare.i er pose èL srrnes prêles à ia € teu. Au loi.. ls peweni voù €l enlendre es
des cadeaux en mlinâm et ienfLant Pas de doule posstbLe ce cenie dune avenue pinopale de Chicêgo. Les lumràes dês dizaines de voitùes de poke qli approchenr sirènes hudanres. lls
corniaud è a[ déiêilË est borgne ! ]s onr donc devânl eux dent déco€lons de Noë se reflèreni sur a iôle des duêJres de vo d slingue nt es p n ceaux lumineùx des lasels rolges des v seurs
v celard , le ch en de combâÎ preléré de N4. Oace ! tures mmobrles avec leurs rnoteuls toujouls en rnarche. La s entecroEer a'rlour d eùx. Er s sâvenl que des po nrs éæ ates
I s do ve.l reléch r vire sur a m son de leû préserce c En efiet lumée des pôÎs d echappemenb Tonne !n nuêge sufroquê.r au sont posés ar n !€au de leû coeur et de leur lront. Cêux qui les
sÊ.re'deltlàr.en\en qi -èlFdir" e- el( odr s e lotl s e.. dessus de I adùe. Poûr une raison qu s gnorent es condudeurc vise.1 ainsi leu envo ent !n message c air : ils I reront pou tuer
clerchel Sur les Émèras de sutue aice. ils voieni N,1 Ghce avec ont tous q s a 1u€. Les portes de elrs véhicules sof l ouvenes Le moindre geste, le mo ndr€ rnouvemed brusque et les ba es

5 gardes du cops rêplique. avec leuls uzs et Ak 47 prels à cc- el ceda nes vortùres se sonl rentrees les unes der ères les aulres exposvess!vrodleschernnsl6céspar es aselspourloùcher
cher euJs ba esdumsdums. [/ais ce qu lesinquièlentp]!senm après âvoù I.e né desespérérnent. Une Bu ck â év lé de ilnesse es zones vc es marquées par ês pomts rclges. Ïrer pour rirer.

re c esr la Kindred aux cheveux.oux quilenl dans chaque ma n aco so.malsadéfoncéu.eboucheà nc€ndie.et ea!quisen La seule esl mème dée obsédante dans lâ rête des i reurc ïrer
dèux N&K avec vsê laser Pendanl ce lemps dent vicelârde echappe iorme une lo,na ne mprovisée. De l auÎle cdé du trot poul iuer : a seule est rnénre idée ellrayafre dans a Èle des
déch quete Lrn Eos paquet ei onge en bâvâit un boû de bras b r un bus. avec e 10[ crevé, â r ni sa coulse dafs a vhine d ùn joleurs Car même e lê morsure du rnàâ est moins mone e que
Îêichemenl coupé ls r€connêlssent alo|s e bÉcelel momre de d scourl de GlévÈ on. Les téléviseurc sont €n marche. Ce qre res e baserdu soeilou leùânchântdes qrtl€s.. desdzanesdirn,
a chantelse prol€gé€ de M.G ace, lne des rêres choses pour joueurs voieft âlors res renif em .. pacts de b€lLes vansperç"nt a chai ei les nrùsles. brssaft es
lesqueiles peut perd.e son câime égendâire. Endéfn1ve. eur . | ..Sir d rle reûàn'r rqon or e ôF oe qleqLe, r rles a os, peuveni en une seco.de purvâiser e corps d un vampire el
un qre chance de soft e c esr de rnonler sur e toit .. pe ned u.eémssondeGEHENNA. Le reponage commence par
. Le ûutde eurs pâsrésonneftauxorcilles desioueus. Lâ oeur unevue. prsede hé coptÙe. du lo I du olt de Jackson PuEon C est pourqloi les n€rfs des joleuls sonr lendus à iexlréme.
tEwrse leurs co.ps comme une decha€ee€.ùque. En bas es passe souda n êux vrsêges des loueùrs thâbillés) qr vie.nem de préts à cEqrer Garder leur $.9lroid leur pârêù de plus en ptus
pones de Iasc€nseur s ouvrent Lâ umère des néons écabous- p Éter 'héiicoplère. ls ordonnent au pilole de se diiger vers â ditfcile.
seft e vi.g. Jlste assez polr que Jackson e1 son esmne w ent gâr€ cedra e ê1 Jelten! lne iois â! dessus de cê e c . des d za nes ls doivenl reléch r penser, ne pas céds à ê pâniqle, ne slnour
les mares de sang no râl€s répandues sur e sô . Juste assez pout de tâcis Apres ils forcenr a jolrnêlisre à p€ndre la camâa ei à pas liberer la bêle qui gronde en eux I FÊFLECN R, er évier de
qu ils todbent s$ "dentvicearde grgnotant la podion g6lche î mer son caméG.nân anaché à lne corde et b€lanÉ dans e bouge. REFLECH 8, lrouver ui moyen de s æhapper de cene
duvsagede achâmeuse. Justêâssezpourqùe N,lGLACEcom, {LrÛe. lais s-10. re pos d

prenne que a mone e âvec laque e il volr ait passer | élernité git Les m nures qu suved sont horibjes Lhé coptàe pêsse en d o v eleravalr o.!o rore re solLror Rf rLtCHtF, ràs
mone à ses peds. découpee comme un vulga re anrma. .luste rase mottes aunessrrs de torts bardés d une lorel danrennes ! le oaîe qLê déa d dutes vor res oe polce ver-err o àne
assez polr qle h Ége pên e du coeur de Jâckson fasse rrupto. té evisons. Le malhelreu preciplé pn dessùs bord es1 térare- e'r rênlort BEFLECNIR...
dans son eW I el pu vû se sa vo onté. Les poa€s de | êscenseur me|l ùa,rsperce pê. es tiges de le( Un ioleu coupe soudâ na La ladio de lhé coptère se rnet soùdâ nemed à cmchoÎe| ur
commercent à se rcfe.rne.. Les B oods eÎ "a nrâg cienne du gmn' corde, et lâ cêméÉ sut e corps quiva se fracasser dâns un bus messâge eÎ nterompl les joleurs dafs lelrls €llexions 'Sorsor

se la ssenr Ém ef er vers e bas l\lâin€ nê.1 seù], .lac kson rcg rou q! q!îêlâvenueetpercureunrnagasn. PulslestoueùrssetouÊ kindet! Juste à cote de h buick il v a ae tuuche d egotns auver
pe les membres de ce e qu i a mat. I es dépose slr un pano, nemvers oblectif et passenl un mesÉge 'Nous lenors â rem€F îe. Prena 1 ëchelle et coninæz lusqu au baut du ctuktr Ensure

83
pbngù, et nagù saus |eâu dâns un candott nnneqe 3 klo. comme légendê " 16 fli6 n'adve pas à mbvoft | A vous de ' 05,30 INTERVENTION DU IVIAIFE OUI TANCE UN APPEL AU

nètes p|ùs btn wus sont@ dans le lêc lr'llCHlGAN. C est vote CAIJVIE.

seule chance t Regader le paliæt en noi st vole drcie ame . 01,25 I.E STANDABD DE LA POUCE SAUTE, SATURE D' . 06.00 DISPARMON DE TBOIS ANCIENS DE LA VIUE
.! un tusil à panpe Aùl ||i.1e6en APPELS SIGMLANT I.A PRESENCE DE VAMPIBES DANS . 06,15 L! PRIIVIOGEN SE BEUNIT ET CONVOOUE CAPONE

Aircune dé1onalon. mas e sommet du crâ.e d€ homme en LIS RUES, ET JACKSON,

qlestion expose. Soi corps désanicué esl proleté en a( ère et . 01.30 UNE BANDE DE BLOODS AII.IES DE IGMN JACKSON . O7.OO UNE TBEVE EST CONCTUE ENIBE M,GLACE EI
tombe surun pareb.ise qui se iissu.e sous echoc EXCECIJTEE A LA CHEVRONNE PAB DES GÀCHETTES DE M.TEU.

REFLECHIR, d où le coup d€ leu proveil ? CAPONE, . 07.15 TOUS I.!S MERES FT SOEURS DE CAIN SOMI

1 secondê apÈs I'impact son cons gliss€ le long du capot. . OT 36 UN CLUB APPABTEIIANT A CAPONE EST CRIBIE DE SOIINNEIIMENT APPEI,.ES A PAFTCIPEB DES LA NUIT

REFLECHIR, é!€ uer es probêlités que les policelsl rent sans se BA[1IS,BILAN:IMOEIs. PBOCHAINE A LA BLOOD HUNI LANCE CONTBE LES
poser de queslons:prochent de r00% JOUEURS,

3 second€s apres lïmpact le rugissÈ . O?.30 AVAIVT OUE tT SOIIIL NE SE

mënt d6 amës prædè dë peu le bruit IIVE IIS PONIPIERS PARVIENNENT

€flroyablê dé la tôle el & plqiglas de A STOPPER UINCENDIE.

l'hélicoprère rranspercés par des .07.45 LEVER DU SOLTIL U EOUIPE

D'AGENTS SPECIAUX DU F.B.I

REFLECHIB. I heure n en pusà a ref exon ATTERNiT A CHICAGO.

Avant d accéde. à la piaqre d egoût so! €- Le déroueme.l d lrne chassedêsang

vée es loueuls vonr devoù iraverser un à a 1i du 2oerne sièce se fêil dans la

déluqe de leu s o.l Impresson d êlre plLrs tota e des discrét ons

lombés en enfer r les p.oi€d es créptent Vous trouverez dans e vre des règ es

rout autolr d eux, les vlrcsdesvoitlres et de b€ses p I 80 pour â première éditrcn.

es dev€nlures des nragasns sont epaÊ une descr pt o. précse de a iâçoi dont

pil é.s par es raia es, des moceaux de mur se déroule uie Blood Hunt Les nrâlres

explosenr Dèsqu s lelteft un regard rap - rnoG sofi fudùté el secrel Consldâez

deautoûdeux. s êperço venl esfammes que les vampires cherchenl en grande

à la sonie des canons qui écanenl des pane elrs pro es va esconlâûs qu s

memb€s des SWATS A qùe ques mèlres onl dans le rnonde des mor€b

de enlrèe des égouls les pneus de a buck écateni bientôt su- A Ch cago, Lod n conlrôle h po ce et va do.c fêire en sone que

vsde son capot aEché ptr une dècharge de clrevorlretet 1nâ- . 01,45I."E PRIMOGEN ACCEPTE A UUNANIIlIIE LA BI.OOD lous es seto ces se merlent sur la tace des ioueuu TollefoÉ, [/.
lem€ni c est ê votùrc toul enl èrc qui est souflée vers le hall HUNT LANCEE PAR I.ODIN CONTRE LES JOUEURS. FEU et N,,l GLACE voil égalerne les rechercnerêclvement. Par

quand une balle fat expos€r le rése^ro( Dêilleurs les ioueuls do ' O2.OO IlS DINGUES DE LA VII]I SE PRENNEM POUR DES clrance lesJoueurs vont bénéTcierdu cimard anarchreq! règne

vq o'o194 né op-er I do1 êqo \' ( \êJlê_ ê!ier à cal VAIVIPIRES ET SAUTENT A LA GORGE DES PASSANTS env e. s peuvent en etlel passer naperçus dans echaosqurs

casse b.ùlante de lê !o ture qu retombe Ùoit sur eu I 3 mèircs POUA L.ES POMPER DE LEUR SANG. installe lvas encontspanellsvoiiêtrcplongésdensd:s.:-.
plùs bas is se relowenl en Îa n de nager dms es eaux stag- . 02,15 CELLUL,E DE CRISE CONSITruEE AU O,G DES bats de rue et aLnres 1rclbles !ôâlns

mites du sous solde Chicago AFFAIRES SPECIALES DU EB.I A WASHINGTON.

. Une heure du matin vent lour


Juste de son.er el e soei.e se .02.50 DEUX AUAfiTEAS NCENDIES PAR L.ES SAN$ABBIS UENOUEÏE:

lèveÉ pas avam 6 bonnes heures A chaqle minûe qu passe s MENACEIVI DE FAIRE SAUTEB UNE USINE DE DETER. ' CHRISTOPHEB MALCOIIVI i
pewed faire le slt vers le grand nu Le part. Jusquà laube c esl GENTS. C esl ex{etit am de Wynona Carnpbe Tols 1es deux présen-

360 possib lés de mouû q! es guetent .03.15 LA POUCE OCCUPEE PAACE OUE L!5 FLASH D1N. €ien1ilyaencoreunmoB|émisson"nrurdef one' Leprncpeô

ls /ordo('. sc1. %.of. ')_e.o1rpa- eL'spe.e|emi. FOS ONT SURNOMIIIES "LA BEVOLTE DES CREVES LA peu de choses prêts était e même qre porr GÊHENNA une

Après rout p€u1'ête couenÈ s avec une rneute de monstes IAIM", DES BANDES OE JEUNES DES GHEITOS EN PROFI- éqLipe de iourna sle quimlle aux basques des parou esdepo-

d"n q r\ r.pÈ. rotl. o.ob-d dô ôL- o- ès n . odddiô TE ET SACCAGENT DES COIVIIV]ENCES, ce avec les bons soi6 a chaicedef meren ve ùneius adesan'

encrye lrne heure aLr coeu de qlrel cânage se retrouverêient s? .03.æ FACE A UURGENCE DE LA SITUANON UNE EOUIPE g anre avec des sros p ans de cops décolpés ê!x MAC 10 ou de

Commefl salor si ê loe .a pês vèrlablement rcigé elrs DE CHOC DU EB.I EST CONSIÏruEE AVEC POUR I!'IISSION têles so!fl|ées ptr un coup de shotgun à bout porlanl

esprrs ? Dans ce lourbillon de questions les pâroes du molard D'EVALUER LA PRESENCE DE VAMPIBES A CHICAGO; ET Tout se passa l sans accms tusquà ce que Wynona dome de

e!6 revenient V,lrùs a//e2 crolle que wus ètes le patnt de CAFTE BLANCHË POUR EAADNUER LA DITE MEMCE SI p us en plus ma . Dans un prem er lemps, il ne s e$ pas inqu!élé

deve.i .lngues l",las c est exactene.t ce qrlls veulent ! ^ ls CELII.CI VENAIT A EIRE CONFIRIVIEE. de son élat de sânlé. Lelrlob es ob geêit à trava er de nuit et dor-
_o qLe,eêrto .i!do,e dêro./i's rc'ê<aàladêsoii . 03,30 I..ES COIVIMERCANTS SE BEGROUPENT EN COIVII! ûr r de jou. Et forc€menl I hor oge b o og que en pre.d !n sér elx
a serner e chêos o! prouver qu ils sorl iinoceds, s mp es p ons D'AUTO.DEFENSE ET TI8ËNT SUR TOUT CE OUI BOUGE. coup Enôutrel! alssise reve aûpadosensuelr e cràne clrar-

manpùlés sur léchiquiefdu Jyhad l\4as leur enquéle new pas . 03,45 4 AGENTS SPECIAUX EI 10 COMIV]ANDOS DECOI. gé des ruges de c.davres ti més la !€ e D une cerla ne Taçon lu

ê1re lacilirée par es évènements qui s enchaîneni es uns aux LENT DE WASHINGTON DIRECNON CTIICAGO, er !\r!no.a et lu étaen des reponers de guere avec ious ce que

âuires. En effel, ces deniers ne aissent rien présaqer d e bon. U ne . B5O BATAII.]I RANGEE ENTRE DEUX GANGS DE M.EEU æla comporc comme lraurnas.

bmade va s abaftre slr Chicâgo €t ies loueuls vont êue prqeré ET M.GIACE. PLUSIEUBS BI."ESSES ET MORTS. lvlaE Wynona a comrnencé à sn,ffer un peu de mke, hisioire"de

. 04.15 I..ES HOPIIAUX SONI SATURES ET N'ONT PLUS DE €nrlecoup Après a stualon a dangereuseme,rl dégénéré Elle

. OI.IO |.E OUARTER EST SOUCI.T PAR ITS SWATS. RESERVE DE SANG POUR SOIGNER IfS BLISSES. I.ES Ta$it des cauchernars de plus en plls ei liolenls P re, e e per'
. OI.I5 EEUNION DE CRISE DU PRIMOGEN HOMICIDES ET IIS BL.ESSUSES PAR BATIES SONÎ EN dat pario s les pédales et ne paryenar pus è dslnguer la reê le
. OI.2O EMEUTE DES SANS ABBIS REGROUPES A LA GARE HAUSSE OE PLUS DE 8OYO. de son un,ve6 de cauchemals peupé de nronsires Pados ell€

CENInAlr EIEN DEdDES A SE FAIRE JUSÎCE APRES OU' . 05 OO UNE COIIINIUNAU]E D'ADEPTES DU NEW AGE SE o.pddr'o oè\ æ.fs ilre,es er revera| c.ooblF d" d êoi

ILS AIENT BECU UNE PIUIE DE TNACS AVEC t-E V|SAGE DU SUICIDENT PENSANT OUE LA FIN DU MONDE EST PBOCHE.

'TUEUR AU CAUCE'ft même que sur la photo d'Ellroy, d

84
Le tau! oû Wgana bahncp Belzêbuth, leur chat de gol]1rières, du lr ne cha.qe rcn à son histoire mais pelt apponer de nouveaux 2ï1æ7 On peù1 vor un des ioueu|s la re achâl dagu esel
1sème élêge de lelrappad., Chrstopirer ei pada à u. pole psy 'êlçôig eners dd s d 1d(.ee oL 2!. ârc.iId!ovoqLe d eâu oxygénée. Au nroment de payer le dessls de sa rnain droi
du nom de Fe x Upshaw Ce vieux Felix éral un po qland ain de ui remenre les possessions de madame Wynona te apparait. Sur a peu ùn sple.dide lêloGge de câtice se dâach€
s ag6sa I de relapef a sâlr1é meftde d un loùrna ste rené un peu campbell. El e | êvê t couciré conrrne son seu hâit er slr son ies, neftement. Prem er i.dice Gssuranr joueu. .
e a pas de ralouage

lrop longtemps sur le lenan. Son salof de consullaÎons éral tament. En plus du con€l-]u de ses deux mmples en banque à cet €ndrol Cest donc !n sose qu ilsonr deva eux.
bourré des sowen 6 de reponeE slr re point de cEqlel I a!€ 1 lavocât lu remel une K7 vidéo. . À 07.20 F ovdiacfesà'èrLead.rqLete\oè æseiele
ouven en 67, en ple n vetnarn ei depuis son cbinet.e désem, sL ldldrsercU4rolcses r.mee ElleeTàseseas Fr ane La dem ère Tois qu a w le var, l remonlâit vers te md darrs !
p ssait pas Avec tout ce qu avait entendu dans sa câmère, de replan unelenârequ ressernble ârêngemenl à u. vtm d egti
EeyrcLxh au NcaËgla en pâssant par la Yougoslavie, Fe x avait se Elle pone !n déb€rdeur qui aisse voir sur ses deux épaules

'air o,-€Jlslos le roL'de la olalere d/p. de\ e.lles ob qees des lalolages relig eux mettanl en scene I Apoca rpse. Elle pade . ANDY UNDENEAB,

dans la iume€ des bornbes e bruû des balles el l'odeû du Si les loueuis ÎÉînent du côîé de échangeur s ombenl

slfAndylcliquantd ames de sof étal


Ouand Felix elt lm d émuter Chrislopher i déclara êvec son Ce p ouc ven! du sud est un odieux pei i €crste mythorna-
ror dÊ p o'e\ioll e : st rdone oe trress cussqùe ane.e fe et âche sLJifl de impressonerou de louer âu gros
tê na. poxqùa pàs oeh-.. t atgn.-p ù1e firee ( est rô. b€s pou. qu il crache e morceê!. MaÈ, dans un prern er

temps, le loueur su la plroto no2 d Elkoy, va tue opieuse


a'"s reqLel Crrnstople'eroLi reoFlêdL qJdsè ao,t menr €i é p€r le petr nazillon. Ce u c te .nei ef boûe et te
lFs lolSs cfeæJ\ roJ. de Wrlo a â/oreT cnre toJ< le- slmomme ladÉgqueen
mâes de a sorée comme un gros gâteau les rnouches Ouelques claques ei dogts câssés plus lêrd, mcome
Chr stopher s elr lichâiÎ pas mal. Toute sa ja ous e se concetr elcyé sa n! r dù 23lt2l97 :

r?i rn L1e re 1€ ir re.se. sq-ellelq-" e. bc.cr'e 04.00 : Un v se poinle el le joleu sû k pholo passe
cornmeun linge cefte gÉnde garce essayêit n pLrs n moris cornmande poû des ames blanches el lne tronçonneuse
qLede ioqrc' ,Wo'd. alelÊo.r OLdloe esdi-pd monsirueuse du genre de cele qui coupe les séquoâs.
1e1llo-Ies psdej da, s ÊsWt mL do nes. C.1srople, Be,rdez rcus est pris poû m I0 cene rnème nu I
poré par l-a @!r3ge que lu donnêit 8 lodlâs tof cs déiof€ 06.10 : Le van rapp que et Andy repere un rax en planqle

h pone d un vigoureux mW de p ed et. dâns le terG n !€g!e d à côté Soi coeur fait u. bon dans
I vomit pen&nl 1 bonne mi.ute. Devant lui, llvil Wnona rê sa poitr ne el Andy e nazi commence à psychorer sévà€
lae €nveÉéè lês WUx mi clos tansponer de plaist par le persladédans so. Jon né'ieùr qledansleEn se cchent
suçûn que'a!l.e vce arde s app qua I à lu fêire apès avoi' des fedés de i ATF{ ALCOOL TOBACCO F GHTS, a br sâ,
repns ses esq$, baêfça une droite percutarte dâns le nez longuememde aih du monde quiest prcche et de la venue de de du FB chaçée dutG{cdames ei ous de tâ conlrebdroe
o\çe dê a fêl - e c ld rcle de Tofle repaan InèTepd)d I améchrstsurtene e2yræ7à 0000 Sa nouvelleérnssu, esL d alcoo s et de cigarettes
^ )

a dé@ifier er ll du serc. les dents poû éviter de gelrdre. un e sorle d avenissement ad.essé à a popLr ato n de ch cgo Ette O!ândlejoleufde a pholo desce,rd du vân, Aidy te aisse appro-

Pendant lne seconde, il s irnag nâ rnême q!' avêit lÉppé da,rs e précseqLr e een e. Gpponêvec un seral kilerqu sênaquealx cherlamainmoecrispéesur across€desoifus àpompepan
mur Puisquela torce bfuÎe ne donna I rien essaya éloquence. sans abr sI la6se !n cêlice syrnbole des muæs de la colàe de
I beugh à Wnonâ que mainlenant e e âcha I a coke, voyatr un d eu en gurse de signature Ouand le caliæ sera cornplèremenr Les dents serées, ildenrârde au loueu de se laisser pa per Loul

ov sê decolle de lc a . de o qLe s 1ol el'e oEpâG I oe sd {e renversé a ols e chaos s abatta sur la ville. U.e coche ésof ne \é!n et des lds qù l nj..td.
' ne se ba ade pas arec un

Ce qu ee h en su vant comme hypnot sée I inconnue. ll re$a soudainemenl a K7 s arêre. Le toueur se Ia sse fai€ el Andy s'affére souda n, en senknl lne
'eJ a+i5 5L Læ .1efte WC o!elo re peL \onr" se,o ç. a se lrnponê|tS entevue se passe aÉnl que le 24lt æ7. e ioumâ- potd.e de femmes sùs es vélemeôrs Rassré, irnpossbte
iev€r pou fe plus seftù | odeur de iormol qu fiotla 1 dans I esp+ sle se la ssera approcher sans peine. I seE méme rcv de pârler. q!unêgenrduFB sol travest, conc ul
un la iransacron un sou
par contrc âprès a I |] fiêg qle de Wnona, Chrisropher considè- rire narquois a!x èv.es. Vola pourquo, i raite te joueu. dès
Urc tos dans e grand saon ila ongea un colp de tèle dans taÊ rer! es loueuG com me de da ngereux êssa ss ns. Retranché drez qu i le revol en ?ppeaft a drêg queen.
cêde sauche de Felix qui venait de ui dernander depu s qua.d lui âmé de son beretlê, illentera d abanre bs meunrers de sn 06.'15: dsàneÊsp"sqrclare.CeoJ lestpc.poL.oépa{ec
Wynona étêll lesbe.ne.Agès un coup de ped dans les côtes dLl êmour pedu. Les loue devont donc gâgner sa co.{ a nce ou ul Andy qul commerce à iicuver
Lrrs I after shave au Tomd du traveto
bon doc, rl e sâist par la cÉv€te el ui ordonnê de cracher le nom eKiper les \,ers du nez' insuportable. E n pananl ve ls s€ vo ùre dtàvoixhaureeten a e
delatemmeau parflmdelormo. C esidepursceicLrrq! s é1ait ma.d qu âmerdt bien sâvoir dans quelcub e ioueur tarson
n's ; s èllale| d tère a à rod$ dJ raÛ aL soi fe lavàr ef . ELI^ROY GMNDES OBEIIIES ET LES PHOTOSI numéo. Ouêfd æ utsuirépond dars un a emaid parlaû qu it ne
^
eliel regardé comp àernenr hébété nÉpable de Jixer !n nom stl Le Nosiérdu a pis les photos dans le même qlad er : u.e zone roir pds d" qLo'i oàle le .oô1. o &oy Fj s r te Foir de s de
ce v s€ge de jernrne. f/l eux re se rappeait même pas lavorr de rurnes oLi seuls les cochads osent s aveiiurer llê suvi e23
décembre de 06.00 à 07 1 5 lrn vaf ford a.née 85 muleu Me Sans demander so. resle pôrt sur es chapeaux de roles
Dep! s Chrislopher .evoyait lous les soirs sâ Wfona via son télê avec des vitres €intées Feprod! re lilinéi? re supposé des Coiclusion : Andy n a pas renco.ùé te pleur mats une to s oe
v seur I déiesb 1 sa nowelle coupe de cheveux ei irowaû q ue p us æ qui semble àre Lrn deLrxièrne $s e
lémÉsiof GEHENNAallaitroploiir. Une 10 s seu emenrilse tro!-

w nez à nez êvec son ey sur Le eudufeflsilladeenùeb€queurs ' LA BOUfIOUE : ' SUR LË UEU DE L'ENIEVEMENT DU CtOCttAFD I

de stêlion seMce er bigade aft sans. Elle u avait deckrer q! e - La bo!1]que eslè la imite nord du quarter Elle e$ minlscule er Lers puelrs ne lrolveft a!c!n rfdice. Lâ tue e esl encombrée de
e ne'aisai olls de càJLTmd er aè-e erp. que e lL o€ oJllLe de rro d e debdhe\.leoduola dSeoe5bà1(er\F canons et de morceaux de lôles utlisées par es homeess
anioncée lâ iin du nronde pour e 25 décemb.e de cete i n d ai- cerrù dLre o-cre oe lormee comrne abr de ionunes Dêilleurc le quaner dans teque s se
iée, à oo.@. E e élal rep€ne à bord de s.n hélico aEsant deÉ sud-VieÎnêmieture qui a l! I Saigon en 1 975 I e$ loii d'êrre com lrolvenl est à rnâge de ce boul de tue ccsseux ei rn sérdbte.

rièrc elle urc ifsupportable odeû de lomo . mode et garde bulou.s la ma n sur son uzi planqué sous le comÈ N! losin à inieroger, pas de pêro! e de po ce, se! s des ctc
lon Aùnessus de sa rête lne grosse æmaa de surveilknce me clrêtds quiont fa I cle ces lielx oub és e!rquartier.Seu déiaitcnc
. CONTACT AVIC CHR| TOPHER APBES LA IVOFN DE en pemanence la casse. quanl depuis qu ils lournent dais esenv.o.s sno pâs!1r!n
c esl e seu po nÎ précis qr peui apponer alx loLeurs des ren, seu de ces ndheureux Cestcommeci s avaienr bls disparu.
seignemenN En eflei possede encore le i m de a so rée ou

85
Sur ce les toueurc enlendenl soudâin un brult de 1ô es renvereées el lls aperçoveft une petfte tâe oi a pis des pholos deleurvsagesols pLusellsanges Descoupsdeleûresougna,r espancu

bondecÊsseùseq! prendlaf!teàloulevitesse.Lês!wenestpaslnechoseasée. IaLx $!ter ar és de leuls traûs oni élés sorgneusement reponés su les pholos. C'esl mmme s on a!€it décidé
par dessls des llyaur, des gr ages défoncés, el autres bamquernents de fonuie. P! s soudai. es de labriquer des rnâsques de eûsvsâges Acôéde eu,s pon€i$ des agÊndssemeds de eurs

1r!rs sù ntanls d hum dité dispara ssent et aissenl a pace à un immense €fia n vague. emp@lmes d g ta es sont ega emenr amrochés ls cornprennen! en regardant slr une grênde labLe,

Lesloueù6repèrentapetteshouenequidispa€ltderèreu.edescafcassesdêvotlrequenconr- à quo ces dernieis oi1 pu sery r : des gants en alex ont été iabrlqués el reprodu6enl parla temenl

erent es lieut Arnvés au .iveê! de | épêve déloicée ils ne voie.l p us den s ce n'esl lne vêste éien- eurs empre ntes. slr la même 1ab e p us eurs éprouveftes cônlenanl du sêng som alignées à cÔiè d un

iùe de nege banche mrnâcuée. lnya pùs laces du tuqùif. nrâls par conte des emprentes de m cfoscope. Dans ùne petite soucoupe esjouells remarqueftégâemenl des bagues

oanes de ch€ns pânentde a voture droidevênl e|lt E es forment !n chem n quimnduit d recÎe. 3. l' étase de l' éslise:

€.r à 1 €ntee d une ancienne station de métro. Un lû.le cênp éclané, pat la lùnràe sépulnale de la lun€ qui s eûgaufle p{ linmense vtttal duô

J.e séae de marches s enfoncent dâôs obsclaé el s âfièrent de!€nt lne ga!!e levée De(ère!n chnstnorLelrofidéqoulinânrdesâng.Dânslairlneodeudesuelrrmélangéeàceeduiornro.Une

.hoc attend es ioueurc:uie stalon entiàe iranslomée en peilloyerdou e1. Les murc sonl cou labe de nul avec un dctaphone et pllsieurs casseftes posées dessus D! palond des ên€pes
lens de lags et de frcsques dragiiJiques qui €produisent des pâysâges de forèts. D! p alond une eau mouches qui lombent pâr d zâ ne. Sur ui ev er crasselx des pi ules LSD et une pipe à opiurn bouffée

.rrs1â ne lombe mmme une pel le cascade Elle plonge dans une rcme envahie de pa,rtes Le wagon desresidusdeadrogue.VoilalebientstetâbeauqleestoueursvoeniuneloElaportedel!nque
su vanl ê été amémgé à paltr de matâaux de reclpérâliors Inarenàenverêullxleùxloftde p èce du preri er âage poussée. L" deniè.e chambre de Te! Wynom Campbeli L uhime lie! de rcæs

J acGon [/ ârs la beauté des l€ux est écïpse€ par les irois cadawes enrpaLes sur des Gils dressés. où elle a canlesse ses peu|s à son nragnébphone faule de $êve Des phobies nèiees à la Tolie qul

Deux d enrre elx onl eu le visage amché pâr une rafale d une arme de très gros ælibre Le tro sième s écoulent en un ilol contin! lne ToÉ e bol1on play enfoncé Ê en de b en inéréss€nt à en rel rer, s

€st acérè de colps de Fognards de chasse Le so en ionché de douilles et de ba es en argent de cen est obsesso.delaioumaLeepo$lanvéeprochânede apo.êypse et ses remercemenls
.r tra euse el llsils d assaut Rou és en boule sous ses maÉbres trophés es ioueurs repèreni leùr à son bon doctelr leelgood quil aide à com$trc ses carch€mars Surlesderners nstanls de ia deÊ

'!9rl: s agt d ulle peie iille lefiorlsée. E e se compone clmme u.e eniant sauvage el ne com nè@câsseneElleremerciesesnolveautamsdeuavorowerllesgl.eldawrcoutuavecelle
-,!n que qle par grognemenls E e est sembe t- lalleLif de phrsielrs dess ns réa ses à a craie slr ùis es pla nes de ses rêves, puÈ elle es sa ue par un allùdercen . ClicTn de a bande.

e sol Elle a reprcduh une scène de ma$acres où 8 ombres âmées de lus ls ti€nt sur quates loups

3 adù tes el !n ouveleau) Une trâppe juste derère I autel er es lou€ufs tombenl sur u.e rclée de rnârches qùi es nvtent à

-rauiredessinrnonùeunvannoirquilres$esclmturdscourantdans16terrâinsvâgles.UndeÊ descendre e ong d un peft esca er Gide et plorué dans es ténèbres Une lrenla ne de mæhes plls
' Ê. eprésente un hélicoplèreqùlse poseàcôléduieég se Ce! c ressembleétoinameniè ap- bês, ils se retrowent dâns un coulo r étol 10màrespus of lneb.âcheen pLêsl que en gù se de

.re de GEHENM. pone,iombedupaiofdDeriè.esetrouveunepècevoùtéeaucentedeaqueedesvieutla|Îeus

-i esloueursparyenienlàæmer'enlantelàno,r€runconiaclavecelle,eelescondui€d.oitvers en c! r oft été disposés en cerc e Au milieu du cerc e des posles de télévision soft a !!rnés el euls

r.neéglise Câchée derrère qualres pans de mû étatimpossslbede awL DeEnlLnvânnor€sÎ e€Gns csùveds de nege proienent lne ueurbafarde SLrr chêcun d euxona posé des gros réve e
rre â u.e odeurde lormollotle dais ar. mat ns. lvais ce qui ntrguelepllrs esioleu6sesontd u.e pârr,les go!îes à gouttes accrochés à

.rls aurez cornfl s les joueurs viennent de démuvr r le repère d une pel te Ûibu de rongeurc d os. des perches à pertlsion qu se dressent à côté de chaque laLrieuil El d' aulre parl les cenla nes de

.rs cnt été massacrés à lalde de ba es en a€ent. La petiie esi urc Lupus q! par chanc€ posseie pholôs plna sées sùr un grand trblæu de | è9e : Les clichés se regroupenr es u.s et es autres pour

-_ æ. b eô rare cirez les garols : e e est nvulnÛable âu métal argent. Au momem de aÎlaqle une lormer !n gcnd 666 mposs ble de comp r€ nd.e cetle ug ubre compos 1 on Des pholos de soldats

:.e a jaùchèe ei eL e s est échappée. Ses pours! vê.ts persladés qu e e alla I agoniser ne onl pâs sont a gnées à cdé de grawres représenGm les ro s mages. et d aulres des femmes et des hornnres

..Jrsu!€ Depuis e e suit ces ombres meudrères. en cornbnaLson cui er sl\,4 |

Le deuxièrne 6 est composé excusivemenl de schérnês de jeep, half-irack, hélicoplère. ance

ACTE 5 : T ar'nrnes. et de posbrs des tues ei êvenles de la v lle de Ch æqo ! Le lro sième est un dé re oii des

"Su Ia têne, IÊ tune a! iege Fâle aryffiit englaDte, photos pâpier g acée de a ville de PompÉi et de ses cadavres consetoés pâl les cendres côto ent des

Et d6 Nophètes ,'laigr,æ Nedise/It cle |ews numuæ scènes d émeu€ prlses à tEvers le monde : des ghétos de Soweto alx quanreB ef ilârnme de Los

des iouts dê craùnê.- Angeles de 1992, ên passanr par des combêb de rue de Calholiques conùe armée brtanique à

d'aplÈs Shâke$eaê, Richad ll Betut, etdesjels de perc de I il lada co nlre T$hal, I armée isrâëlienne...

Encore uie auùe bâche en guise de pone q! sépare a sacr stie de la demière piæe de ég ise. Le

SCENE ITPANDEMONIUM. leme de cel ârange vÈ le gu dée Le cou dr spedaclê:le rnorceau de plastLqre soulevé el cest
1. L' en6ri€ur dè l'église: imméd atement urc nslpponable odeû de TormoL qLj agresse les toueurs. La peâu renraque loL,'i

c rcula le pour repûer es Lelx : l e9 se est mirus.u e. Le rez de chaussé peut contenir d abord que â èmÉratlre est proche de zéro. PuÈ | o@ e detede le bourdonnenrent des êppare Is
'Coupdoe
-re c nquarnaine de Énùerrs.l\laÉ evemqlacÈ qul s enqoufire en sérn ssânt par les vrraux brisés de élrigérât on q ui refroid sseni les lieux. l\,,laÈ c esl oeil qui en regislre e plls d nfo.mât ôns : à | en

:'a 1iu r depuis longlernps le rnoindre croyê'rt. Les €daqes de boule es d acæ et es sernguesqui tèesurla drole une table en fer blânc esr colvene de sang séché Dessus sorgneusernent conseÊ

r"chent le so sont dês preùves supplémentaires qle les chrei ens qur âva ent habrtude de se réun r vés chns des bocaux des d æ nes d yeux de Torrnes er de cou eurs d tlérentes regârdent les loueurc

:. €c e.1 pas ùès catho ques Le prem er élage de la bâlsse est en me eu éla1. Les Éla es de vent Devant eux êl occupant le lond de apeceunspndeNoé estécané Pana de ses bG.ches des

ion t nter les caallons du clocher el les v tâux sont encôre ln€c1s. D ailelrs les iolells reconnaEsent grosses gulôandes coureft le long des mlrs et passe.i comme des colie6 lumlnelx êuloùr du cou
!n litÉ I aperç! s$ a K7 de Wnona. La pone de der àe à éré nrlrée depuis pe! er lâ pone pinci' d' uie c@he gGndeur natu€ : des dochards. une vmgtaine au lotal se riênnem dans diflûentes pô!
.aeestlaseuleeilreeFossble.àmonsdescaaderesmurcetdepasserparlesvlr.ux turês Certains soft âgenou és,d âûres debou! €de comme la iuslce Tous sont mons.leurcorps
2. L. r.z de chàussé6 d€ l' Églisè: tordusparvicsludeDesgrossesampo!esroûgessonenideeursorbiteseiiontressembereu6

-:s loueùrs n oni aucune d fiicu té à percercir le boùdonnement d ùn groùpe é ecl.ogène qui son des rètes à des abats iou.s rnacabres. ls écaireil es câdeaux disposés au pied du sapn : Deux frères el

.ntra es de a masondu segneur Mas esanges q! onléudomic ealr plls près du ioLlru s$nl lnesoelrdeCalîgsentfusaftâchéspardulilbaùelé.lsêgitde3membresd!Pimogen:Anêbee
rnt des moeurc b en étra,rges. L,a nel est en etfer equiÉe d Lrre ben drôle de façoi : e. eu ei place Tiabelle du clan de a rose, (a d le $der des Nosfûatus, et N coai le pontitex dê a Chantie Trémète

rs alle plusieurs ord nâteurs sonl a gnés Justê sous es peds de lâ stêtue en pieûe dLr Chrst u. de Chicâgo. lmpossible de pa der à la belle Toréâdôr qr lixe, de ses yeux v des de touies expresson s,

ira.d panneau magnélque a élé dressé. Pluseurs clchés d€ K ndrcds sonl lités à lâide d a manc. ses deux iambes Traæssées à a rnassue. de.i pour e pell Nicoêi donl les lambes o]îi éié élirées de

I âllres photos repréænlent le Sùccubus Clubsous pluse!6anges. Un âutrêpanneau e$ resetoé tuçon gro€sque. Sâns p:rer d! preux q! lÊnsperce son coelr Seu Ka d peut rensegner es loæu6

, N1 ÊÊU et M.GLACE. O. a Eioulé. eus deùx de eurs portrâits no r et b anc, une liste d adjêctifs résu-

-a.i elrs tGits de caraclères. Persuadé que les loueurc âêient responsables du chaos qu s esl ab6tiu sur a vile, le Primogen a
-
" iace. u. a utre iab ea! ntr I ue les loueuls. Des d zai,res de clichés Les représentail s étalent d€va.l lâncé conve eux une bood hunl un nstanl, I htpothèse q! s soieni des boucsémssaresfû rele-

.J\ Les pholos les p us récentes €montenl à quelques heures à peine. Dé1a encore p us surp€ianl. nue Mâs etÊcl de âdndepouNoèl lci acle )âjouécoiteelx Après avor qutlè la derniàe

86
réunonduPfimogef Kalidr'apasremârquéq!' é1atsùvl ls Sublenent èlranær pousse un hlrernentiefiiianiel se tue slr déploe à pene ieu|s ra,rgers lerées au so.5 malres cnens
estsouda n écro! é, son espit tombé en étharq e Personne n a ses adversa res Une ongue angùe de i€u crachée d un a.ce sonent en dernrerdu trânspon de toupe Les molosses, bêb nes

nolésdspadton Chacun @cùpé è poLisLr vre leslouelrsou se tammes le sloppe en pei. vo lJ nl sôn bo.d e cops ronsfoÊ retrôussees se renne prérs pendanr qle un à un les Gls a u

men.eàl abrsdes ncendieseldesmorlessurvolés lestpeÊ mé e. torche incandescente A son contad â.ege lond nsGn- menr les ænons de eu6 ancelamrnes. Les loùeùrs o.1u. bref

suadé qle le scéiar o a âé le rnÔ.ie pour Anâbelle et Nrcoid !"eae.r d ô. ^ erb.er sa..a9rÀ. dê dê I _ . poç F ns€nt ,mpress on de vo r lne pra.éss on de flambeau femoft
Au mornenl oÙ les loueurs dêcidenr de quitt€r les elx u.eléé, 3iantass ns podantd€s lancellammesvennentabrégersesso! lerk rue Maisquand un chen de guere lance uie grande gic ée
dèposée da.s une alcove du FDC sallume La nege envalri jrances e. réd! sant e colps en poussere de 1eù dans une carcâsse de votlre poLj vérfier son maiéie s
'rnage et le craclrobnreft du so. se répercule sur es m!|sde Un grând cerce de feu s élève vers e ce a ors que e vent Gbat 'eo. " b-cle e oà,éà pÂrr"-er-eqrreoo/èn"
'églse Lê pode è doube batlê.ls ouvre ê106. vers es loueurs des cendres encorechaudes dindvdusqu sepressenàlenlrèed Lrneégrise. lsportenircus
Un ffùe de Can apparaît dans lencadremeft Les vàements Lê se on s â(ête iLrste e iemps d !r.er en riaft sur les re$es allou d! coup des crux'fr de taile el de malââu diffère.i el ce
noi6 q! pone se délache nertemem de la nege quilombe à ."tc.Ês va.,pr!.e,.1.r11ê o are dê.e0è.o.è po. ro, sonl des pe1$ boLlts d ot d êrgen! ou ae plastqle qui s entre
lerlâelr I tr poe d€ sa rna n gauche un chapeet el lsse de sê et d rse e iaiscea! de sa lorche vers églse... choqueôt pendant que leurs poneurs lambolri.enr frénûque-
.na I drote un bouc larléf nement s' mmob se et remonte des Les loleu6 no.r pas d autres chor que d€ fur ls peuvenl€n. mentco.1rc re bosdes pones lssoilobigésdebÊndir eurceÊ
pelles lunenes rouges cercrées sur soi ne, osseux. sage ier de se crcher dans €gl6e mâis s lari1a6 ils son découvens s tical de baûèm". pou. pouvor redrer darc le ier sanr. Êt

no! e, se sigfe, €nd son brâs drolvers lesjoueLrls, serc son encore, e prètre es êsperge copeusemenl deau
oo.i 9. e'd.esse so. na eL. b er arct CESTnPP rÆD béniie avant de les autoflser à Jranch( e seul de É
clrape e. Allafl d re qu ile$ vâin d espérer pou es
SCENE 2:GEHENNE. loleu6 de pouvoi remrer à elr toLrr Un hél coplè
Les joueurs séctouent s se réveiilent n€pables de dire clm re passe e. €se nrote el es oblige à se pâquer
bien de Îemps ils sonl réslès efdomis Le varnp re aux unettes conlre le rnur. entrêi.e da.s son s llage rn oura
adspal! La vo x d |Jne louma ste es fait se r€lournervers la té €- san de pap er gras el de lournaux C est iuslerne.r
tsol a -s, ali "1. ]"tàt d ùtgp re e; (lec'eÊ h rc-<ê- édû on du sorquivent se pêquerconre le visage

quence un couv? leù est nslêuté tusqù à nôuwl atde Les ser d un loueur Ce qu ls peu!€nl life es paEysenl
vices spæaùx du FBI ant pns ]a tête des opétêtions. Les L.E VANCAN A LA RTSCOUSE I

Mnunlqués ofltciets se veulent .éssuants ll senbleztt en En I n dlprès mid e Vari€n a proposé son aide a1 n

etfet que le poblène sal cicanscû à ta vrlle de Chcasa de metlre un teme è a 1eribe crse qu secôue
Auoilu il en sart chacun dait estet vgilant I Chicago. A lreûe aclue ie Washin$on âud e avec
Puis a élé s inlenompl aussi soudainemenl q! e e s était ê u e pus gEnd ntêrel la proposition Le FB devant
mée Les loleurc prenrcit coisce.ce à cet nslant du brulde arnoeur prse paf es rumeurs a d€.idé de jouer
puseu6 hé coptères toumant a! dessus d! boc uf rap de coup nancleu Lessetucesd nvenigalonsspécauxonr
doe, à ere.,er. m+'ae e.'s càrres p,spùa q.d.e, oTfce ement reconn! Iexsleice de vêmpires
dafs k vile sonl la proie des jlammes. La nu t br]lle de lê lueu de dans av le deChicago Inepouwienêtreaùùe
du nes de foyers. De lemps à aulre des coonies de feu s élè- menl apès le .relnre efloyable dont Wnonâ
,e'|"e'. e(e u b.e rpessorà1o e.opee(ror,oF Cêmpbe iutviclime her sor Maisenceftepâc
da.s ies a rs, balayant es rues de puissants prolecleuG Un jd de de année, symbo que silen es! ég se et a

dè pèrceplion I alerttess ou s€ns de la rue avec une dfficul- pu6$nce pub que onr dèc dè de {omerune lnion
té de 5, indiquê aux joueu6 quê lè quartiû le plus touché est sacrée dans cene guere conte es égons d,r

elui oùr s ùow6 le Suc.ubus Club dable pou. reprendre les lemes emp oyés pa. aÊ
N/a s poùr heurela présencede plls€lrs mones marchantvels chevêque de Ch cago C est pourquoirour a6se à

égrise inquièlent les loueuG Ce$ en eltei un groupe param - crcre que bienôl des moyens m sà dsposiron pâr
€ re d une ci,rquantâ ne d lromrnes loûdement armés q! pre es Torces re gieuses se lo ndroft à | opéÊlion JU D

Ie \nr.q er\ De 'q o-\- c-crlrec o Ê e.-e GEN/IENT NIGHT. Rappelons quen espace dune
dlrne pisle. De(ère €s soldais scrLnent esenvronsè âdedes journée â gede naliona e drgée pa es comman

oLs<à.rês roarê( no.'éè< s. "1\ M.'6 Un joueur qui éus- soft quas assu,és dy lasser leûs ves leur sa ut .ésde donc dos d é res du FB a Ûad qué ces créa1rcs donr I ex srence n a
sit un ist de perception + alertness avec unê dilficuhé de 7. dêns urc i! e d scràe Dauta.l qu leur esl fac e de se d ss . roulolrs pas éré expliquée ouoiqu e. sol après un assa!1
romaque que l€6 soldats ressemblent cudeusèmênt à æux m!er dâos lne v e qu Jappêren€ de plus en pus en !n chaos menéconle elr pr nc pêl repère esuæubuscub esêllor1és
de runes tumanres ls ont es plusgrandes penes à se repérer, so'le'e\nôdori/_qq. -e èJep.çq'- e aberess-
Tout à coup, uie silhouefte câsquée hurle ei po nle son dogl vels taft e p€Ysa-oe ê!1our d eux a clrange. ls se raùilent a ns da.s tânce à comballre Toutefoson recherchelouiours esvampres

!nhomme€chédans a carcassed'unvieux br,s sco a re. Leluqf es sfleme.ls des luyalx à ncende et res grncemenrs des qu ont 1o!r décenché. En anendant méfarce donc

ti plonge sans hésûer par e pare brse ârère de épave Aprés prcus sur ê chalss€e rnou ée, avec en btul de iond es hélico Lanice se lerr.in€ sur des photos des loueÆ prses lors de a

ui rou er bou er dans la ne€e il pan lenlre à t€rre N,4a s a nrelle o q"s de o po. P a. ô rob ê1 d, oè, L> des ,-e e<
_a-<
lusllade avec es SVVATS a ve e. h resient de ongues secondes
deche.slanéeà sestousses e ratrape Les môossespanrent umère Lesjouelrspeuve.tvoiraudétourc une tueùn ha f-lack esyeûhagards,sanssavo.quefaire ls n onr nulendroro! a er
euls crocs da.s es larnbes de eû pro e. Pendanl ce temps es des brigâdes antémelles descendre enre.nent vers eux Lln el pe6onne sur q! pouvor comfler Les I eux qu ih co.na sa ent,

nrilûa res aboent des ordres ei ârvent êu pas de course loueur qu réùss 1 à muveau un ièi dè p€Eedion + aledness es places qu s fréquen1aen1, es endroG les plùs secre$
Sursissânt denière un mmeuble en démo lon. u. hé coptère avec unê difiicuftê dè ? rem4ue que e haftrack ressemble co,rnus d euxseùs loLrs ont bnl és.AchaqùefoE la même signa
toncevere lincofnu en lraii de utter av€! es chens I aûive au egaemenl è cel! des plrolos de è9 se ture ugubre lassee pa es clrasseurs : Crox d.essées er un v
moment olr ce ui c se redresse avec a carcasse d ùn ch en égoÊ Un mégapirore monté sur eng n commeice à ancer son avs â tagé sLrr es pans ae.n!rcacinés.
ora.rre sFs dèlrs Iobdrq\-ipL-ôgro\sepe esr ecd-e SCENE3 : JUDGEMENT NIGHT.
des deux êllres betes Aveug é par es projecteuls porÉ sâ ma n CauwÈfet dans cntl nûutes Cetle zare est sous lai îanrâle lvlaÈ brusquement e pay$ge de gravês et de llmés se décou,
d€vant ses yeux. L honinre e$auréoé de urnière ei entoùré de qucahque seô pns dans les tues seQ abattu sans autes iômes pant sû un horzon rouge sang cha.ge lncrédules es joue!6
n€ge souevée par es hé ces de appâre cest poùqlro es de somni,|lo, L Fnde a û se e. gade. el déjà a pone du b ft saperçovent q! s som iinâement arvés devan e succlbus

loueurs n afiivenl à dé€rrn nerde qui peutsagl dé s ouvre avec iracas pour bérerunequnzanedesoldalsqurse Des do! es de rn tlâilleuse ionchent e so et une ode$ êcre de

87
:Jnee iotte da.s a r de a nut. PadoÈ es1 pcssbte de recon La pode dL Slccubls.aqùe brlsquement el donne.e sgna de avons prs a bené de Éjou€i cehe possb té poLrr esloleùE.
or.ô,ô oqô dô.è dô d rèô ô. o..e .o€ri oe (d o e"De. " Enerierre. n estprëc6ésurùn.noyenmsà adsposnond"ês

.onsef/e nlacle comme Lrne starlede se sa es Êt les dages d! clb C est de.s ùn décor apocayprque lls pou êg r srr eus songes Toulero s a,'in de rendre e combat

Un joueur qui réussit un iÊt de perceprion + alertnF avæ qu s !ônt évoler aùtour d eli .e resre qle deslesnges ca da.s es rêves p us n1èressanl et sùnou d ofî r aux loueuG un

lne difficuhé de 7, rcmafque que les positions ds @rps res- . . è. dbo. Lo<4 ,a-Ée,depoê ô e.rosq-edê5 moyeide utlerèarmeséqaes,.ousconsdéronsqu spelvenl

sêmb!ënt cuiéu*me à eux d6 photos do Pompéi dls p es de cd 1oùtajôndù En coùranl sso.lob qèsd esq! o Ê.' -à9-a 01 fê fa. q. or'pi-
.l.e panre sembable à un o.g qémssemeit suFrend es ve' dês coFs de .endie qu rombenl e. poùssère a! mo ndre

.cJeJG s tourne a tâe vers entde d! Sùccubùs Clb er co.tad sansparerdescoon.€sdeiêmmesqu exposenttoul . <rr€-ôpoi9e . onolo aio

:Derçovent une crcx qu suppone ùn coDS crùc;é LelG pas aùolr d eJx ! Le 1oû Mhmé pardes a rs lechnos vom s par es el a modJ.aion des réves Ans à mois de posséder a com
a ssent des ernpreinles profondes dans ra nege lea.gée au pérence speciqùe dream ng l Sabbal payer s gu de p 10l ) les

:.1! età !a cendre Le venl soùff e sur eùx quand s ari venr face C esl a! coeùr de ce ôaucôemar qu' s vont devor ùner pour loùeûs pour cnacune des mcdfcaloôsq!rls lente.r de réalrse.
rLt lones ûbèes de ba es Lê brlsqùe b.ùrasqle puvérse e re€rder a er smpe pour Obvol do ve.r réuss r !n let de man pulal on avec une d iiicu té \€rabe

'o. a" -ded- <ra.eo .ciasqrê Êoacê roo o.1. è (âi n d év ter qu€ es person.âges. ablsenlde cene pu ssance,

àpoâ àiê èoÔ AIDE DE JEU àvousdedonneruf edliculé ôslmontabepolrempêcherque


Godu ê ne venne è

:. ssent euls velx el anendentque ie to!r- bien qu s iÉnsiorment le Succlbùs Cùb

: c1 cesse olaid ses1 tue iLs rolvre en Ju6$c Pâlk I ) Autre pont esse.ne,

:! s pauperes et regarde drol devani eux s do veni 1o1â ser uô r-rombre de slccès

ésa ou supéreùr à eur ôvea! d lnle

01n esl cole aù boÈ un c!!leê! dans a genc€ En eflet p us ùnesprtestlo9queel

gùge, deux colteâlx dans estomactdeux ÉfoinelpLusrl uL est dlJiclle d accepler

:r:res dêns sesloues;delx longuesagu es exstence et a .éa té d une sluarion qu

.a.s esy€lx son sca p panté ftns e so à par dél n ro. n ex ste pas

D ê!Îe pan euesl mposs ble de mod

:cn coFs esl en acé pêr !n chapeel de gre. fer la phys onoDr e d uie autre pe6on.e
_aces nce.da res qù eùr-même De pus es madiicatons
Les gorp es sonr eôe.

.:es Si elles lornben sù b so, s e es s sur elr colps do venl

.nlre.hoqùent, c eT e bo|d veE € grand mposs be donc de dev.n r nvnc be. de

rr e pan . mpossble donc de décrocher e cracherduj€1,. de posséde.des d sc p nes

!rr.e ses èvres s entrclvre.r vampaques nconnues er au dessls de sa

C.sî la Géhenûe, l heorc pau les secandes gè.erat o. ou de se co.er en Ca n D lne

Eenèftnahs de se dtesset dans leus tonbeaù\ LheDe den laçon généGeroute créa1on chmérqùelrop rutonne eappa

..\/et sùt nô6 leùts mlgnûs L heùre paut eux de rccercr le)rc "l'm dr€aming or âlive raitra ma s se relouhera co.tre son créatelr avant de d sparc'Ûe

d'après lvlinistry.
-os vox iorles fuse.l de nlereùr du c!b Trors vor à âccent A ce itre e ierme de caùchemar est tout pâa(crlièremeft âdé. Deherpo nr,s es mâ.pLrêteùrsde révesneprennentpas garde

qlal En ellel meme s €spueursont mpresson de vvre en à louloùrs sùtuelller elrs c.éaùres, ce es c devennent Indépen-

I teù@ .l ôùv nôs cadeêLd .]e Naèl I Nôùs avans deF .as ttots plene réa 1é, s se lrompe ourderneft En fal ls sont prs au "P" <Ila[oo'e
) .des deû enpaqæées saus natrc sâpin l p,èqe dêis euls propres sorues En eïel es 3 âùtres Kndreds Ig de doôier.a ssaice à lne €lion d ent'té chrnâque pai trop
1b!s avons étL.r sages ro!È / âhhee llaus avans nénë Fas sonlpan/enusàsyrtaiwedans eù6chmer€svê unedÈcl .con1rôabe.1acelfie essodarsdansla rLresont ndèpendanls)

rfe.s Ft nantenanf q! r/s sont ânrvès, debôllés, ptêts à êtrc ùn. p æ ll'râlniaturgique propr€ au Sabbal e don de Mo@hée lse oLrô qu ensot a vLclo re reviendÉ à ceut qu seront patoenus

se rcls a//ons prurcl /s casser I reponer au Sabbal plaler s gude p I l4 e1 115 aJ pouvoir qi ol à fare mour de peùr eu6 adversêires
1ôu; Br!1de tro s anSles de ie! son,es de â gueu e no re de morphels ) Très slccntemeil ce mùvo r perftrel d endorm r EPILOGUE

:r.s énones anceiammes, et à ê!Îe boû des canons xos ces cbes, ma s auss de pènérer dans eu somme ei d ei " lln'y ô de fin que le commêncêment.'
_. mes q! soùda n appara se.1 môdier a sê g! se e c.nteru La pièce au sofi dsposés en d'âpràs l|n anonym€ soulidu r3àme siècle.
LES FOIS I\,1AGES c esl L dée mmédate qu lêi i da.s I esflt e.e " :f" or ôê o qF,ô odê. À.ô

les loleu6 I ls o.l devanr eù deLry Îères el lne soeur vètus queroules es pe6o.nes grâce a ùne drogue éâborèe par e sab Les loleurs oulren1 les yelx Deli frères el u.e soeû so.1

:.nrme es 3 ùodes qu traversèrenr i€ dèsen q!dé pâr éroe ba1vofl s€ proleter da.s Ê méme rève Pour le reste, ren . esr enlra n de s efrr 1er delant eux Lelrsmaôssoûrenloncéesdans

.:rs une granse de Belh éem DES FOUS \4ONSTFUEUX c est cfangé Les personnôges pelvent ut s€r eu6 comFète.ces el Les accoudo 15 de cw des laùreù s Leùpeau ve tàvuedoe
; seconde déequ écate sous eurscrènes el q! délore ra pre dscp nes comme à êccoùtùmée. E e se fipp€ et e e se ûde, assanl appaGilre !n eni.eac de
Èere \/OBT EÏ PE RVEÊSIoN c esl ldéelinâequ simposea L€s3larnprÊs d! Sabbâ1o.rroul spècaementsog.è a mse veines et d artères cassâ.les comnre du veffe La char se cc.

eri u.eios qLr sontin descruterda.s esmondresdéta s es en scène c est a fa son por aque e ls se sonl docu.nenÉs en quèe et a sse se répandie a! so !n sang no È1e et vicé Pour

3 ,.ir.one s les vêten-rents qu ils pone mêrne s de pr r.e co edant des hiormarons dverses : maléres mrta res, cos rnstanl esvsages sont encore épargnés Ma! s sapparenlent

acord s resembentà ceuxdécrls dans a Bbe sonlen réa té tlmes, dècors, pais de av e, même es tqurants pLsqùe es pus à des masqùes d horeur: Les 3 mâcho res se sonl brcees

des mlatonsiatesdecùreld-" aler D arLeursunpùeùrane. vsages de sodâts et es cops de cendr€ de Pompél se revou e.sectonnant es angues Et esyeuxontexposésè nl€reur

:t remarque qu s co(espondent e. toul pont è ceur êperçus ve.i dans es rêves des pls A orcnecetiesùp€rchereavatéré oeLeursorbtes \4as ombrede ObLNonpassesu esiacesqu

dens a sacrisre. De larges olvenues a sseil apparalre des rea sée pourAinabe e Ncoaiet r€ d Ma,s ce sonl esloue!6 délà se lânent comme des ros€s pourssantes

i; es béantes Les vsages ne va enl pas m€Lrx CoLrven de pern quise reloùvent bien mâEé eux les êcteus vedetles du'l m de C €st f. s sonl en route lers le qrand n! e pan happes par e
' ê dê qre e se"blabe à reê aês q.ê iê< Vàlo. dê nexls du neanl c esri.. des ce.dres aùx cendres.. Betourà a

NoLVe ezéânde eurs loues soôt lransperçées par des iils bar Les lole!rc ont apossbl éaedècôùvficefâtdés emoment rèa 1e avec polr l€ri. nus a mon i nale

!eÊs. slormenans unebrbed ac,erconsie eede eu propre où siont e raopfochement entre ce q! s vlenl elce qu so.t Les louelrs se event autour deux e s ence Hébérés, encore
pu vo r su les photos d sposées eô 666 a pênrae cet hstafl s choqués par ce voyage dafs eùrs rêves, s resient deboul

peùvent à reùr tour agr slr Ê conte.u de eùrs €h mères Nous comme des borelrs son.es un coù6nt d a r souève a bâche

88
plastque denière eux. L air lrod vienl caresser eurs v sages. l s .SiesloùeursTo! ent dêns es poches des vêtemenrs qu ils poÊ es coups Plusieurs m ers de wyeurs lélésæcla€uls resrent
se rôærccheni aux mo ndres ndices qr les €l€ft à a réâlûé En laent ]a iuil de a ùêve lc en à dire e 21 décembre) eftrê Capone vsés sur leur 1au€! réclamanl euls doses quofdennes o€
el Jackson, ils vonl démLvr r q! s possèdent es bagles êprès meurtres eÎ voence Laùdmêt moi€ en ièche alo6 que e
Des bru ts de pas defiière eux ils tourneft la Îère au E enr Des esquelles courenl Hélèna ei CdtÈs. A eux de gère. comme bon tueù au ca ce deienl la vedelle des rn€dÈs. Les troÈ vampires

ombres bond sse.t : cagou ées ei éqù pées de masque è oxygè elrsembe âstuato. Is pelvent dès è présent se débêrêsser se re,rdent nmgnrc aù Succubus Cub ls entendent parer de

.e a!€. des lrei s noils. e ore! r prclégé pa r des gilels pa€balles, de ces oblets enmmb€n1s Ou b e. déc der de es rendre alx la tève que Lodin veut rnposser. lreper-âElroyetdécdede|ur-

des lunenes int roug€s pour voû dans I obscuate, des pislol-âÎs deux anciens Ouoqu il en soil ils doivent se déoder vte les lrse. ljteieurement l/s slmp.ègnenl d€s !s et cooturnes des
mitrclileulsa!€cvsée aserelmmsdes encleux,etlrosletlres 1d+-.aeÈ< d; or//o r be|ôL qj possede r les . pe Kndreds de la v ie. Leurs êtle.llons se poftenl sur cinq Bood

dolls parla temeni acceplées par les vampires. Les go! es clm
Prem ère Êfales qu p! vélrse es corps de cendres. Et mpos- . La bonne nouve e poû es joueurs, c esl qu s sonl innocen- mencentè es s! vre et d sseqlenl leurs ormponements. Le van
.i
.e(rleLàL!Êaarqi o1rreoroeolôq,: do
'ble de -\o lés des cr mes on es accusait. Après une enquéle et au vue notr esl désorma s to!Î es so rs devê.1 e Slccubus Des phoros
seabd " De,\À1e ?;t"r q. cF oppo,rô tdp ôL s .€1e, des nd ces decouverls dans eglÈe, edoutesur eurresponsab el c chéssom gs en permanence. Ouasitols les Kindreds de ta

Les app! e lè1es des fêute! s soil réd! ls en co.tenis. U,r fumi' té e$ levé, au mêrne lit€ que la chasse du sang. Seu détail v eso f chèsel renÙéssurordnâreur
gène et une grenade acrtrnogène rebond ss€nt sur le rnû avaft Sénê|l sdoveft desomaschangerdevisage ou ben se gnmer . Déembrc 19971

d expose(cT payers gude pour l-ês €rêctèrstques des ium en pe.rnanence Leû denlléeslen efiet connle des models de On pade de p us ei plus d !n amÈtice en1.e les deux pafia nsde
gènes et lacryrnogène) Et olriours mèrne que$ on dans Ëte
a la
Chcaqo. I esl quenio. do.ganser une gcnde sorée au
des jouerc, rêve où réalité 7 TroÉ ème râla es, 3 cgou es du FBI RESERVE AU IVU: Voici I'orplicarion de toutà l'àffôirc. Depuis Succubus Les 3 vamp res décided dâ9 r à ce momenl Un dos-
q! satlenl dans un nlage de sang, d'os et de mêlières cery l€6 prémicês iusqu'à ces dshiels développemeûtsl sier complel sur M FEU et N,I GLACE esl consl{!é : elrs havens,
caes. Unêurreagenldù FBIestmupé en delx per une decha.
elr prclil psychologque, eu go!r. ce q! s arnen! ce qu s
ge de chevrcl ne L,a bâche se déch re en rnême lemps que iroÉ Un pâck nomade du Sabbath composé de tos vamp rês et 5
dâesteni Lê tro éabore des pa,rs pour déclercher à olp sur
silhoueftes appaÉisseni La premlère e$ celle d une iemme qu gou es décde de pêsser Noë à chicêgo. Celte grande clé leur
une guerre tola e lne iors ram stce signée ls lented de sél€€,
êprès |]| pêschasséproletesajambegauche&ns re visêge d un parait àre le cadre déa poumettreenpêcerelrrnanpulalon
t onne. ega emeft un Eolpe de K id.eds qu iLs pourcnt û ser
lireur Le mêlheurèux décolle el se bflse ê nuque mnte e mur ls savenl en efiet quun noûrbre irnponaft dancens onl eru
comrne boucs érnisÉ res I s do vem èlrc rnan pulables nraE rela
Avant qu il ne tolche l€ sol a 1uelrse enlo e soi coude dans la domic edansceîeville C est donc pour eux u. terr to re de chas
lvernenl pù ssanrs pour ten r assez longlemps. Les jouelrs sonl
pomrne d adan d un alire ageil qr s €.rou e, mon... se par{a t. I s pourront sans d TticLrlté se câcher darc son hbyi,rllre relenus Une psy€hose s in$alle en v e Le tueu ê! ca ce ial
La deuxèrneTome esi ce edun homme quidépasse les deux de rues et dèplacer ieuls pions sur ce vasre échquier. ls vonl
soutf er !n venl de paniqle
mèrres de haut ei es l,50rn. de krges. Uneiolsdans a piecê méthod queme.l appliquer es prircipes de guerilla uôaine eÎ les
La daledela re.conùeCâponeJacksonestaretée: e21112Æ7
ba a.çe !n uppeJcut du droil à a po nte du me.1on d un policler strêtéges de déstêb sation mis a! ponr par es stratèges du
,21t12J971
Tédéralq! sols e choc a son ceNeau trEnspercé par ses dents. Sabbâlh:
17.30 l€€ cinq goul6 kjdnappent les cinq Blood Dolls du
l se retolrne pourlaire tace à un iédé qlr u t€ è boul porlant un A,rp€alable,ilss nslêllenldansunqùart€roir ssonlcenande
Succllbus. K€ a utilis€ vici:rsitùde êt lrÉnsfomÊ s€s se.vi
coup de Tusl à pompe. Dès que ra fumée sesl dsspée es ne pâs æncontrerd€ vamp €s. ls chosiss€rldoæuper une égli-
teuls en sosie padâit d6 5 dônsêuses.
loueurc vô ent I homme âu ius , esbrnâc pedoré pêr le po ng se abando.née dans u.e zone contrôlée pâr une petite lrb! de
gauche du garo! | s attaquerî e repèrc des métamophes el les
-19.00 Ka iettê dsns le lac Michigan le ùoft d6 5 fëmm6.
coo$e, en lG n de se ba ance. cr blenl de

Lalroislèmeombrebougepresqleùopvtepourêlrevue.I sagil
ll gardé |6 tA6. FÉdéic donnê aux 5 goùlB/sosies des
bâgu6 qui ont la capadtê de boiE lè $n9 de la peau qu'elle€
dm homme glard er soupe quirédul e vsâge dun morre en - P€rner mouvemeni is repèrent des élèments penurba€urs
rouchent L€s goulês/ sosi6 Épètent une dêmièE lois leur
bo! e par une sére de gauche drote me!ft er. Tols es tro s se susceplbes de semer etoube. ls choisssenr deux ventrus en
rôlë et mémodsent le6 vampires cibles Ep€re.l€6 semâines
reloumeni btusqremenr pou la re iace aux deni€6 commandos contlil : Gpone et Jackson.
quie$ mon dune crise cêrdiâque. Cesl à cei inslâni que les Deux ème mouvement. ih o€lisenl un pon capable d êmp lier
pas6ées. Leû objeclif est simple I les toucher pour ênsit€
nmêner lê sng dércbee à Fredénc poû qu'ild€couvre les
ioueurs réê sent qu ls on1 devanl eux es deux boxeurs de
génqitions d6 vampirc6. Aprè quoi ils pounodt chasser
Cêpone er Ass€mite de Jêcks!. Ce le c e. s a umênl lne ciga €blechêos ui ser €sm€diasleursernblenlapplopriés lslettenl
16 prci6 selectionnees.
refte eu lance su un ron ircniqre Vous êve,I aideÈvetj leUl dévofu srr t tnonê Campbe]l Dais !n prenrier remps

Frédérc bise Lesprlt de lâ joumalste Ma ses d6cpllnes thêwa-


-21.00 début de la soiÉe. Entréê d6 ioùôuls. Personne ne
. Aerté par Critâs. M.FEU el N,I.GLACE sonl vès peu de 1!rg qres. Dans un seco.d lemps. Kara p€nd contêcl avec eur rcmalque les 5 goulë6, hohi Héléna.

temps après I entÉe en scène du commando du FB pan de pon en sLnùoduÈant dans une sorée o€ansèe par Fe x Sur - 00.30 Unè des 90ù16. se sait rcpérê par la Mrirhuselah er

Washinglon la nù l précédente. L êncien Brujah a dofné rnioÊ pêce elLe uti se presence el 'vamd la le!.e iemme Les lros pÉvi€m l€s quaù€6 autres. Ell6 d€cjdent de se rêplie. Mais

maion clnùe la prlmesse qle les deux gangslers rctrclvent es vâmp res vont u Taire pedre a€ison.wynonaenvenrà sepeÊ avart d' y paryenn Héléna se npprcche. Lâ goulê découver

bagles de ra goule morle alr Slrccubus Cub Les hommes de suader qle a ir. dLr monde sutuendra e 25112,€7 A lêde des le tentê de lun lancienne. Hélena pârviént 6 li.nràpsr, mais

mai. des caids lont louiller de fo.d ef combe léq se. Mas ils lo'oq1 -d noEposrolparles!€rpres.e eno reL eê1 r sa main touchè la bague. l-bncienne honifiéo comprcnd

ne vont dêcouvîr êucune bague. son GEHENNA donl e conæpl est davenr ê popuato. de quiune paniclle de son sâng piéci€ux vient de pâsser dâns le

El pour cause, Hé éna après quê Ty er est reoéré avlonduFBl Ch cago que e cirêcs !ê s abanre en leur montra.r ra violence qu bijou. La Toreador n'hésitè pas un indant et rê e dè domts

posé sur les pstes de I aéropon de Chicâgo, a donlié es 4 res- déà €mpe dans eurc rues. Kara percladd e dredeur d une ner lâ goùle. C€lls.ci étam neutrâl { càd imm!.isee conrre

ponsables du cornrnândo el les a envoyés è 1 é9 se recupérer les chalneducâbequecetlenowe eémÈsionvafarcexplosef 'au- pEênce et les âutres di*iplines m€|ltalesl se débât tuneu-

bagues. E e esl paryenue ef etfet è oca ser le repère du Sabbal s€ment et paruiênt à se dêgager prcfitant dë la stup.ur de

Grâce à ses poulors d auspex, e e a e. fat passé a! cribe e La deux ème semêine de novernbre érn ssion est lancée Iancienne. Di$drèmont €lle bousculê d6 Kindnds au
corps de a goule du Succub,rs a ns gre ses vêtements Ensu€, . Deuièmê moitié Novembrc 1997: hasad (cad lê6 jouaB, mais ausli Tyrus et cengisl glissam

elle à utilisé ses mages reçues pou. quaû er h v e sous iome Ktr endosse e ôedu tueur'au câlce. îois lolrs êprès e anca ainsi les basuës dans l€uls poc$es (doît la baguê avec te

asl,? e. Les 4 respon$b es dù grolpe d as$ui ont envoyé leûs me.ldeGéhenm prend coniacl avec Wynona La lourna nevê sâng d Hélén. 3t celui de Cdtiasl ApÈs quoi elle croque une

honnes conEèn € p€1da1r q r il- I es bagLes Àpres lrouver a po ce de Clr cago er conc ut avec elx u. marché:e e capsule de cyanurc. Héléna chôrche alolsla bâgue et riéElisè
'anca,ê.ef
quo ils onl prs la diercton du Slccubus, oir Héèna es âfte|d oF.t essL/eorbol'L e"bea e, e à19eF od- drcn avec hotrar qu'€lls a disparu.

dans les sous soldu dlb Aulant d re qu e € va être de mauva - - 02.00 Lê6 trcis v.mpiro. inquiete6 pa. la @dion d€6
se hurneuf grardeleva découvrrqle es b€gues nesoil pas les -es.reCêT aoe\e e_ $or qL .o,le -otoJ,,co rec iouëuF deident dàlinitivement d'ên bnè buE boucs émis.
ée par la poliæ avant esautrestou.na stes Wio.a est sur tols sâi6 éddlit ainside6 ennenis potenîêls-

89
.Tyrus er1 convoqué par Héléna. Elle a rcgadé la clssstte de .22.45 fhélicoptèrc de Géhënna sê pose à ctné dê l'eglisè êt É 1 à cefte prospâité matâielle. Tout cela co.coul! I poù tuire de

surusillance do la eircs, d a l€péÉ que la goule a bousculé Von Schieler 'homme e pLrs heu€lx du moide. lvlais cet

des Kindrcds I Tyrus, Gongir les joueurs. Elle pense qu'un de -23.00 A peine ouvront ils la ponë poû partir qué FiÉdÉdc l.é homme é1êr perfection $e I ne concevat æs qre ses deux

cê6 vâmpiË posÊdent lâ baguê. èndort à nouveau. lls sont depos€s dans lê lolt ds Jackon. futu6 hû1ers ne puisse.l naÎtre une êlte lîui qLre celle de a
,221121911 Ksd pas à lâ moutinettê la dlarteuse'Iavorile" de M.Glace Noè. C est polrrquo le sotdu 25 décembre 1894, usâdeioli

FriÉdénc caché dans l. v€n ûilise la voio & moryh€€ pour d md l€s àm6 drns 16 mains dês joueurs. sôn savoù fa re pou fa re aæoLrcher la mère de ses eftnls.
mânipuler lês rcv€6 d€6 iouêurs. Ouand ils sont tous dans un .25J121911 LJ. gô4on er u.e T e ravissants naqu rent.lsiurent Les plus beau

prctond sômmeil, il êntre dans lêur rdê èt met ên sÈnè cadeaux de Noë qle lhornnre reçut de loute son exÉlêncê.

I'episodo &s tol€phoms. P€ndam æ tsmps N,4a heureusement sâ douce rnoul|ll pendant qu e e don

(ad prend lsu|s emprcint€s digiiales rclêvées na 1 la v e. Bou eve6é le prolesseû Lufta conùe la rnélan'

sur d€. v€ns5 drirobê au Succubus Club. co e. se moqua des rumeus qui prâendaient que la

AplÈ quoi ils s€ rendert avec Kada sous !oo.ré de laire naîrre pour le 25 décembre ses enTants

obtuscate chez lM. Mayo. lls passent dêvânt lâ é€ ent lê calse du d€.ès de son aimé€ el se jurd d éle-

sda.irc ct FÉdéric ondon l'.vocât st lui fait !€r el de proréger son l s el sâ T e En rnérnoire de h

crcire qu'm knch mondial vient de le ruinêi rnalheureuse rnorle trop lÔi. lesappea toltdeux pâr e

Pe6uâdê qull s'âgit de lâ Éâtité NIàyo $ fait nom de Leur mère. C e$ a nslque Kar etKaragrandrent.

sarnû la tât€. Annabelle Triab€lle manipulé par E|]|ourés par I amour el 'atlenlion de eû pere sdevô-
Héléna Tiâîn6.u Suælblln ch€rchant partout rcnl de metoeilleux enlônts. Tors les d€uxbeâuxei ntel

l€6 bagu€6 de la goule. Pendad ce temps ligents, s laÈaieni adm ral on de ious. Mals e lune$e

Hélénâ avec âlspex pas6ê le câdaw dè la dêsrin surgià nouveaudans avedesVonSch eTer

Le sor de Noèlde I année r9l2 e professelr et leurs

' 231121971 seNiteurs furem lmptor€blemeni massacrés. Or fe


- Kana télephone à Ellroy st lui coûfiê une mis- relrcuva iamas es rodeu6, pâs plus que I ame du

sion $ivrc à p.rtil dè 06.00 du malin un van cr me, une massue urilisée pour irêcasser e clâne ei les

noù dans un quarlier déhbÉ de Chicaso. ll membrês des lici mes C est Kar qu de retoLrr de la

devn prcndre d€. photos st l€6 donner à des chasse, touvâ sâ soeur en ââl de choc cachée sols es

Kndre& la nun suivadè c€deaux d! sapin. I s occupa de Kê'1a donl le sommeil

- Frcderic rcntiê dâns lê sommêil dB iou6urs âat peupé d horrbLes cârchernarc Ce f|n un psy-

d manipulent leur rêve. ll met en scènê cettê chalre, dscipe d' un dénommé Freud, qui apporG I

lois I'episode dês 5 Gtë6. espor au Vof Schlieler Grâce à un p.oojdé nouveau
. Héléna manipuls Tylef qui petqlte sur lê poût appe é hypnose, el à | in€prûaiion des reves. guerrsa I

la voiturc de Crilias. La Me,lhuseh ên p€lsua- peu à peu abeleKada Elceq! devâûânveramva,loul


d& qu'un d6 iouèu6 p@;ède l. bague. Mais deux iombè|enl éperdumenl amoureu I un de aute.

elle n'est pas la seule. Ménè'le bien qutn tor. Kar seréloutdeceiamoLinaissanl, bien qu' ilveillattou-

peu €6t lui âusri anivé âu nêmes @nclu- jours s! r sa soeur, relusa nl loLneioÉ a!€c colère que I on

sions. Tout deux ont donc decidé dê rênùer ên compare cêlâ âvec de | âmoLi pateriel. Le fancé de

contact av€c I€5 jousuE par pions ioteaoses. Kar a, Frédé. c s élonnêit parfois que sôn beauJrère s em-

En €ffst Crili.s a lui au3si e! un€ goutle de son pone de h sodq qrand or atfrmail sans mâlicê q!

sang volee par la goule. Ménèlê iient donc à rccupérêi lÊ {0.10 Le6 joueuE sortem entièrcm€trt nus sùr l€ ioit du loft ve ait sur (tra æmme uô PÙe

basue pour évitê. qùê I'on ne puÈÊe diÉ.oufi. què Crilhs Bt de JàdGon oùr lês at!êndênt l'hélico de Géhènna. Sans mêmê I trolva a réponse à ce mystère pêndant été l9l4 Lors d une

en .nl"nt ou pirê ë@E què l'on paNi.nn. à 13 @mÉler via rsîschii FEdéric qui commênce à ê'lre habituê lês endort êt séance d hlpnose Karla lac€onla la nuil ler ble du 25 décembte

csne paniculo do sanctum viùrm. l€€ cache à I'aûiùe do I'hélico. Kô decolle êt lè jeu dë ma+ 1912. Kê a!€ 1Tan irupl on dans le gÉfd salon. une lourde rnas-

- Lê van noù d le€ goules en rnoto né làchênt plus 16 $æ pêû comméncêr. fobi€ctif est simpla : bdsef la ma$ sue couvede de sâng. I s éra r jetré sur sôn père l! p'r véis€nt le

jouéuE. P6u âvâd lrlx h.ures du malin FÉderic endort les querade en dircct dsvart déê milliêrs de téléspectÊleuB. crâne, er brlsê avec Tû e ses rnembres. lvais Frédér c ne pou!€it

joueurs. ApÈE quoi Karla utilise Vicisçitudê poû sê donner I Olftir à tous les Kindrêdç de Chicaso le vir.go d€6 crupablesl que comprendre ce g€sle de demence. I remerciah rnêrile Kar

'apparence des joueuis. Ellê se lais6ê prêndrc en photos pàr 16 ioueuE. Dèdëncher une guenê ert€ Capone et Jaclson. del avorlatei.eg€taiideiepasavoirprispanlulauss a!Noè

Ellroy. Cepêndânt êllê mânquê dê têmps sû son hoEile et Provoqud une émêutè ên fâisânt exploser la râge dês sans <rqà_r. Connelr.e prs dps e e- ele' aro"dLloèeoi
modifi€ soulemert son visag€ sans rutouchû son corys lols abds. Cela dsvnit lew sutrr pour kidnâpper lë5 trcis .ncièns volat dans le pus glând secret sa f e, qui iena I pour.espon-

de la rêîconùe avec Andy. Le irafquânt qui repèrc Ellrev qu'ils ont selêctionné sâns èlre ennuyes. sab e de la mon de sa lemme. Grâc€ à ftédéic, Kârlâ ava l accoLr-

iouillè aloB Kldâ et E3t€ stupéhh quand il tombe sû une {5.00 Da.s une vilb €n prcie âu châos ils parviennmt sâns ,æ o -r lo-.d cerrel. -o flelo,s lrage bidæLse de sor peF

dilficulté à kidnapper leurs ùois proies :Anmbelle ùiabel, pri- hadait loujours ses cauchemêrs. Frédéric pensa q! de\€rt d re à

- Lls jo$urs sont r€v.illiÉs à distancs par Frud€ric. Kê qu il$vaû pour e meun€ de son pere. Mais après les révé-
,24112191: Kâlid, pdmogen NosléÉtu. Ni@|.ï, primogen TÉm é, larions du psychatre, Kar prs â tutê ên sengageant dais '

.19.m [€ sommeil des ioueuls est encole la prcie de Frcde.ic. amée l-a gra.de guerc venail de commencer Elle d!Ê qratre

ll leur nnphnte lê Évê ml|néro 3. LeprofesseurUbenVonSchlielerétait!npralrcie.è ê réplGton ais Ouarre ê.s duranr esqæ s Kar comb€iiat, touiolrs voonla
. 20.00 suivânt 16 instructions & l. v€ill€, Ellroy pisnd et à | hono.ab lré sans Îàche. Dans cette A emagne de 1 894, il re pour les mssons les pus Ér euses. Oualre âns duÉnl les'

contact avec l€s joue6 et leur donne l€€ photos. louissat d un presiige que bien des conlrères luienvaeni Une quelsFrederchs enlonFitdâns essombreslêvesde Karla. lllu
.21.15 L6 vân pôss€ d€niàre l€.,ououts quitomb€d endor clnique qul ne désemp ssal Des rlches larn es arstocraiquês loutceq! exsbrsurle suiet, s e.lonca sans héstêr dans les

mis. Un€ fois embarqué à l'âniàe on l€6 condun dans un mas aussides caplaines d lne ndlnre gemanique en pein jungles hosl es oir vivâient les chamans, des lromrnes quicou

appartement vide de la peritê halie. Pendâ|n ce têmp6 Kârl essor q! venalent des quatres cons du pays pouriecons!1erou

tuê le calicê prE êré dê Câponê. bien se reposer dâns son iêbuleux éiab ssement ihema. Une À à'1 oe la gLe e. 'a ree a e1drd" d"aire à rà
"ft1a
femme Êv ssantê el de slmro'n ence nte de deux lLrnreaux s alo!- aereL? oes Vol Scl' €le e co?s b ile de Kdl GÊ"e à ses aori-

90
iudes ll avai qlrlttè l inlanler e pour reioindre l aviaion Son Foker Physque Force 5, Denâûé 3, Vgueu 3 Ëlkoy cra.des Oreiles
3vât élé descendu en ilâmme au dessls de â Champagne. I Soc a Char sme 2. lvlai pù ât on 2, Apparence 0

3va t échapÉ mirêculeûsemenr à a mort. N'la s i devait resler en N,,lenlal : Perceplon 4, ile gence2,A€luce2

oemarc,rceda'rsu.somme demolphne.aJndéchappperàh Venus r Ci ousness 4, rcti.ct;4, l\,,loral4 Sire : Mickey Bmgnâ j Nâtue r solila r€ ; Comportemenl sur
aou oureuse morsure du ie! qu iGnsperçatlollourssa châ rbd- Tâ ents Bagare3, Esqlive 3, Sensdela rue 4, Vgilancet3

Compélences :Conduite 4, Ames à ieu 4 P lolêge thé coptè Géfûâtion : 7èrne ; Etreinte : 1940

<ara de son côté redolb a r d eflod pour trouver U]r moyen de re) 2, Sécurilé 2, Dscréion 4, Armes lolrdes (doni ance Age êpparenl : ndéTnÉsable.

'endre uneapparence humane à son trère. Devefue lne brllan Phys que : Force 3t Dexlériié 4 ; \,igueû 3

:e ..édecin, elle fréquenta r es me eurs sêvân$ ef co.rpagn e Connaissances : Lngu srique;3 Socia : Charsme2 ;N4anipuation3tApparence0

de ftedérlc buj,olrs à ê recherche de a clé des rêves. Dscplnes Dsslrnulaton 5, Polênce4;Pâlh of harmony:5; lvlenlal Percepion 4 j ite igence3 ;Astuce 3
: nalernenl ils lâ lrowèrent enfn dans un chà€au de Bâvàe. un Venus:Consience2r Sang{rod3tCouÊge3
reux professeû excentrque es avae Nûés pour qu ls leur Apparcnce:ce e d ungéanl de deut mèircs, avec la peau entè, Ta ents r Bagare I ;Conréde 2 tConnassance de lâ rue 5;

etposenl l'avancée de ells tavaLrN Le vie ard éiait un ex é ror 'Êlerrb.iee F er à rèoJ_e. s,.e r Êsr q le pàro,s V oled SubierTuge 4
ma n, apparte,ra,î à !.e ve eiamlledu nonr de Tz rn sé. A ses Epærer è sa soeLi qu est comme ces mom es des I ms des Cornpétences : Pilotêge 4; Àmes è le! 3r PhotoEaphes 3j
'i: :: :rolvat egalemenl ùn â!1re proiesseur roùma n des RépaGlrons3; Sécurié3; Flrlivté3: Sur'e3

:._aânl d une famille de nobe appe ée Trénrèré Ces deux vâm- Ka rlâ Connêissances :lnrormatique 3;Secrèts de la vlle3
: :s, qui membre du Sabbâth désrâient @nstluer leur pack, Discip nes :Dissirnuhlon 5;Anmalisum 3tAlspex 2iPoience
''r.t edon des lénèbres à sesdeur e|ranlsaux fom dables d|s t.
:.stons. Karadécolvrêitlêddeia!cssludeet assaitFrédâic Père : Heindrch I Nalure : bourrenu jcornponement : séductrÈ Humaniié : 5 ; Vo onté 7

:: -bàn€ <o. pè'Ê da1. ses a\e-. "a re-a-r q " -FrÀ'é
Ê

" êvêlt e.segné â voe de Morphée Ensembe is apprirenl es Géfûaiion :7ème;Etreinte:l9lStAgeapparent:2025ans. Francesca
'ies el es codes du Sabbal. I s se r€{on.a sa ent &fs cet{e s€.te Physiqre r Forc€ 1 Dextéré4 \,ig!eur 2

ru pro€larnait a ln des pè.es. a révole sanganie des enfanrs Sociêl :Chaftme3. Manipuation 2, Apparerce 3 FÉncesca élait une petite T e dê dche enlemée da,rs une câg€
:onte des génûelrs ma la sants N,la s s sava ent aussi que ceft e lvlenta : Perceplon 2, nle gence 4, Asluce 3 do ee t'a.l LlqLâ o L- l e 10.sr,el (àlÊ1. elle dèrè\ o,r v
olriôsophiê gâglreÉû le coeurde Kar Vedlrs : Callolsness 2, Insl ncl 3, li/lorê 3 cotrol de bo nqFo te 5o..ne,onà- q-êld-erd a re,e.
s e trouvère.t el u révélèrent I ex$eice du monde des Ta enrs Coméd e 2, Sedud on 2, V gilance 2 d?man$ lénébreux, d'arurchsles er aufies gauchistes revou.
énèbres l\,,las Kêd r€llsa1qlre Fréderc où Kada luifasse edon CompéÈnces : Mêlée 3, Eody cÉJi 3, Tonwe 4, Eiquete 2 ionnaires. Et son rêve devft réa té. A lunverslé de Rome ele

Énébreux.Envâiéilvoulaiquesonvsage€stepoû étemté Connê ssances : lvlédecine 3, Câmâ b ore 3, C an kno$,ledge 'e1co.ra sor idéàl . Ll alle ra^d cl'a'sràr o-". ga-o o.' aE

ceuid un rnonslre brû é DanslesmotsdeFrederceiKara,seu 3 selr de vns la ens, poiyglone et cpaoe de ller m homme
ceuide NôsfÛalu cafla t so. anentor. I se lrouvaû des s rn - Disc p ines r Présence 4 AuxpeN 4, VcÉsnlde 4 d'une d za ne de lâçons d'ffér€ntes . Avec l! elle êppr't e man|e

rudesaveceux.Commeeirx consdéralqLre esvlsêgescachefi Parh ol deâfi and soul :8 menl des explos Js et arnes à Teu. les techniques de combar râÈ

a vûié, cornrne eux ilaval èpié dans ombre resvios à répéi- proclrées. Vla s ccntê remeni à ses voelx, ce n esl pas fauché

rcn de son pere sur sa soeur Mas pus que tout refu$û que Aooa er ce <a'à m\'ède -æ olgJô s lolece es elcl-ee par es bâ les des brigades anlrenoristes qu e e tomba, ma s

çè edore a.or rsàqÊ<o'àppàelce.o'_oè. ro,r eel Ei fêI er e paaft presqre ma êde. fGppee d a.rcrex e lanr sâ sil- sôus es crocs d'u. assamite dans un carnps d'enlrainement
€fiel de vok clmment êvec âge ses lE is ressemb aieni à ceux houefie esl ma gre À,,lalgré 1ou! ses ongs cireveux bruns font byen. PoLrr le resie,son parcours s insc depusplusdelinqtans
::::r pàe C est polrquo apremlèrevclmedeFredeichel ressorltr de gmnds yeux vens, et donneii à Kêda lécêt d Lrre à a une des journaux, avec pour toule sgnature : âssâssina$,
.cr ê fut lrn Kindred dLi clai des No$écùs El ce tul aussi a pre'
_ èred lne onguesere dediabere quidésomrêlsâllat jâônner
Clên : Assamlet Sne : ? i Nâture : Exécuielr ; Génûâiion

:rmmeaùrantd âaFes sangânles eurcvesd mmortes Frédéric


rarlasuiteletrosespécê6€dans adéslabilÈaton urbane Le Etrente 1973;Artitude Expen

3abbat laisâit appe à eux dafs es manpuatons qu vsaent à Clân :Tréméré Phys que : Fo@:4I Dextaité :4iVgueur 13

se..er e toub e eÎ e chaos dans es v{esdek Câmar a. En iait, Père : l-lea rnan ; Natlre : amafi ; Compodemenl : boulTon Mef ta : Apparence : 4 ; Châdsme I 3; N,,lanip! arion : 3; Anuce
è. frederi^ qL dvo 4,oborô dè î q-e dô ej pd(L ape: Générâlion : 7ème ; Eûeifre 1918;Age âppârenl 25ans 3;lntelligence:2;P€rception 4; Vg ânce : 4; l.i mjdation 3j
evor éiLrdé es meLrnres de Jack éventreur, découvrtqu une Phys que : Force 2, Dexiérté 2, Vgueur2 Compéiefces : 8âgâne : 4 : lvlêlée :3i Arrnes è leu I 4; ExpLos ls
lague de crimes sanguinaires el peFétrés par un tueu loLr Sociâ : Charsme 2, Maniplation 3. Appa.ence 4 :4 ; Electo. que I 3 ; Secù é : 3 I Fuft vité 3; L ngu srique : 3
semal etroubeel anarchie dans es villes des mone s. Ce strâ- lvlenta : Percepion 3. ntellLgence 5. Astuce 5 Discplnes Ouietus 4; Cé ér tè r 3

?qème devinl a signature de eur groupe. I s i reft une prern êre Vedus :Ca ousness 3. Instiict 3. MoÉ|4
.épétit o,r gÉndeu nature dans v e de Dijsseldof. Kêd massa- enls:Coméde 3. Emp€thie 5, Dreaming 4,lnrgues 3
a Ta Ce scénaro e$ e premier voet d une sére d aventures qu vous
crâ l des viclimes seon un rnôdus opera.diétab au prealable par ConrpéEnces : Herbori$ere 2, Hlpnose 4, Lecture rcpde 3 , ieront démuvr es v es vanrpiriques du Word ol dârkness. A
Frédédc Kadaelleut s€ls€sdonsdevcissitudepoûdonnerâ! suNre donc es aures cités oir se ùament dans ombre de no res

qroupêsa couvenure. au tildu rernps, etroraloula unfleàceux Connaissances Achrne 3, Chrne 3, Crmnoogie 3. næf -àriols Do loæ erdpe. a. | .ês oe d \oLve èO.ens.
qLe es preres d r sàbbdr c .q e r 1Je.rÊs c1àqFNoe.ftpe.r Psychoog e 3, nlormalique 2 Marsavênlça, nols vous owrrons pourle nlrnéro 3 es portes

1la eft dans une vile de la Carnar a afin de s ofir. des vêmp res D scip fes : Dom naiion 4, Thaumaturg e 5, Don de [,,!ophée 5,

en guise de cadeaux de lin d ânnée. Un moyen poureuxde se Voie du sang 5, Voe de a coruflion 4 {C gude des joueurs

rdppelerque elolrdela nêissnceduChrst.e elrêvêtêppoÊ p.]001. D spose des ûues qLre le lous jugez bonjusqu âu niveau

rerqueÙomperes. meudreserdésolalion. D une ce.6inelaçon, 5 Bemercemenls l\,lanima um et echien Doube Face


ils peeAlaient k trâd t on.. Palh of harrno.y 7;Vo onlé:9
Karl Appârence:Frédûcestdebellea ure Grandeimnce,sesch€-

veux h rsutes eî sôn bolc ciselé lu donnent !n chaffne cer€ n.

Depuis es a nnées 70, il pone des perites l! nettes rcfdes ei roses Scénario : Monsieur George
et les Rois Mages
Père: nconnut Na1ùre Ange gardien en sowen. du LSD el des couleurs psychés