Vous êtes sur la page 1sur 15
rencontres Histoires de amoureuses La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra Janvier
rencontres Histoires de amoureuses La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra Janvier
rencontres Histoires de amoureuses La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra Janvier
rencontres Histoires de amoureuses La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra Janvier
rencontres Histoires de amoureuses La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra Janvier

rencontres

rencontres Histoires de amoureuses La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra Janvier 2012

Histoires de amoureuses

La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra

rencontres Histoires de amoureuses La reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’Inra Janvier 2012

Janvier 2012

Il n’y a pas que le sexe dans la vie ! Et pourtant… Chez les

Il n’y a pas que le sexe dans la vie ! Et pourtant… Chez les

animaux notamment, le sexe est au cœur d’une fonction essentielle à la survie des espèces : la reproduction. Dame Nature a tout de même ajouté une touche de poésie à la rencontre sexuelle animale qui s’apparente alors à une rencontre amoureuse. Cette dernière connaît plusieurs temps : la recherche d’un partenaire, puis l’attirance et la préférence… qui mènent à l’accouplement.

Pour attirer un partenaire, l’odeur joue un rôle primordial : les phéromones sont une véritable arme de séduction à laquelle les insectes succombent irrésistiblement. Dans le cas des mammifères, lorsqu’elle coïncide avec la période ovulatoire d’une femelle, l’odeur peut également être source d’excitation pour le mâle.

La femelle se montre parfois sélective dans le choix de son partenaire sexuel. Ses critères de préférence sont alors surprenants. Ainsi s’aventure-t-elle vers de nou- veaux territoires pour s’apparier, telle la femelle chevreuil, d’ordinaire sédentaire. Dans d’autres cas, l’élu sera un partenaire capable de protéger sa progéniture.

La reproduction chez l’animal fait aussi appel à l’insémination artificielle, courante en élevage. L’INRA consacre de nombreuses recherches à des méthodes innovantes en matière de reproduction, allant dans le sens de la durabilité.

Dans ce dossier : des résultats inédits, des révélations étonnantes, la reproduction et les comportements sexuels animaux vus par l’INRA.

L’amour a-t-il une odeur ? Le parfum de l’amour D’excitantes effluves La puberté prend de

L’amour a-t-il une odeur ?

Le parfum de l’amour D’excitantes effluves La puberté prend de l’avance

Chacun sa préférenceD’excitantes effluves La puberté prend de l’avance Quand l’herbe est plus verte ailleurs Bon père, bon

Quand l’herbe est plus verte ailleurs Bon père, bon partenaire ?

est plus verte ailleurs Bon père, bon partenaire ? Les artifices de la reproduction Pour une

Les artifices de la reproduction

Pour une reproduction durable Froid de canard sur les semences

une reproduction durable Froid de canard sur les semences Bêtes de sexe Le saumon de plus

Bêtes de sexe

Le saumon de plus en plus précoce Il n’y a pas que le sexe dans la vie !

en plus précoce Il n’y a pas que le sexe dans la vie ! p. 4

p. 4

p. 6

p. 7

p. 8

p. 9

p. 10

p. 12

p. 13

p. 14

f

e

m

e

l

l

e

L’amour a-t-il une odeur ?

f e m e l l e L’amour a-t-il une odeur ? Le parfum de l’amour
f e m e l l e L’amour a-t-il une odeur ? Le parfum de l’amour
f e m e l l e L’amour a-t-il une odeur ? Le parfum de l’amour
f e m e l l e L’amour a-t-il une odeur ? Le parfum de l’amour

Le parfum de l’amour

Libérées par la plupart des espèces animales, y compris l’homme, les phéromones sont l’un des principaux vecteurs de communication chimique. Ces substances, particulière- ment importantes dans la reproduction sexuelle de nom- breuses espèces d’insectes, trouvent d’intéressantes appli- cations en agriculture. Les chercheurs de l’INRA ont mis au point de nouvelles méthodes de lutte contre les insectes ravageurs, basées sur l’utilisation de phéromones.

Accouplement de papillons Antherea

Pour beaucoup d’animaux, l’univers est olfactif avant d’être visuel ou auditif. Parfums de fleurs, odeurs de fruits, relents de prédateurs et fra- grances de partenaires sexuels potentiels guident à tout moment leur comportement. Parmi ces messagers olfactifs, on trouve les phéromones. Ces substances chimiques, propres à chaque espèce, sont libérées dans le milieu extérieur et déclenchent chez un autre individu un comporte- ment ou une réaction physiologique spécifique. Elles constituent le prin- cipal mécanisme de communication de nombreux insectes dont l’odorat est parmi le plus développé du monde vivant. Les phéromones sexuelles, en particulier, jouent un rôle essentiel pour la reproduction.

l i p l a o p n n u ’ d e n o
l
i
p
l
a
o
p
n
n
u
d
e
n
o
m
o
r
Une phéromone pour
chaque instant de la vie
é
Il n’y a pas que les phéromones sexuelles
dans la nature. Voici quelques-unes des
différentes phéromones utilisées par les
animaux :
h
• Phéromones de territoire : lorsqu’un chien
laisse sa marque d’urine sur un réverbère, c’est ce
type de phéromones qu’il dépose.
p
• Phéromones de piste : elles permettent par exemple aux fourmis de
suivre un même chemin pour aller de la fourmilière à notre sucrier.
• Phéromones d’alarme : chez les abeilles, ces phéromones déclenchent
immédiatement une défense agressive de la ruche.
• Phéromones d’agrégation : elles permettent aux espèces grégaires, ca-
à
fards, charançons, punaises, d’infester un même lieu riche en nourriture.
• Phéromones sociales : elles assurent dans les sociétés d’insectes la
cohésion et l’organisation de la colonie (ex : phéromone royale chez les
abeilles).
e
d
n
a
l
G
: phéromone royale chez les abeilles). e d n a l G La nuit, laissez-vous guider

La nuit, laissez-vous guider par les odeurs…

Chez les papillons nocturnes, les chances d’un accouplement seraient très faibles sans émission et réception de phéromones. En émettant un signal odorant depuis une glande abdominale, la femelle attire le sexe opposé. Chaque espèce possède sa propre phéromone, très souvent un mélange de plusieurs molécules volatiles. Libérée en très faibles quantités, entre 1 et 100 milliardièmes de grammes, elle est pourtant perçue par les mâles à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Le signal les invite à remonter le panache odorant pour retrouver la femelle. D’importantes recherches ont été menées à l’INRA depuis les années 70 sur les phéromones des papillons de nuit qui ont une action dé- vastatrice en particulier sur les cultures maraîchères, le maïs, la vigne ou les fruits. Elles ont permis notamment d’identifier les phéromones des principales espèces de ravageurs afin d’en réaliser la synthèse chimique, mais aussi les mécanismes comportementaux et neuronaux mis en jeu. Ces travaux ont été conduits à des fins expérimentales d’abord, puis pour la conception de nouvelles méthodes de lutte contre les ravageurs. Les mécanismes de l’olfaction impliqués dans la communication phéromonale des insectes sont maintenant bien connus. On sait que les antennes sont équipées de neurones olfactifs munis de récepteurs membranaires très spécifiques pour les phéromones. On sait aussi que des zones du cerveau de l’insecte comportent des structures dédiées au traitement des informations nerveuses fournies par ces neurones. De ce fait, des molécules antagonistes pourraient bloquer ces récepteurs, empêchant la détection du signal et, par conséquent, la rencontre des sexes.

4
4

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

détection du signal et, par conséquent, la rencontre des sexes. 4 Service de presse - 01

à

e

g

è

i

P

L’amour a-t-il une odeur ?

à e g è i P L’amour a-t-il une odeur ? D’autres recherches sont en cours

D’autres recherches sont en cours sur les facteurs environnementaux qui modulent la réponse comportementale de l’insecte à la phéromone. Ainsi, les odeurs végétales, en présence de la phéromone, peuvent-elles modifier le comportement de l’insecte : les mâles de plusieurs espèces de papillons sont plus attirés, par exemple, par des mélanges de phéromone et de composés volatils provenant de plantes dont se nourrissent les chenilles ou de fleurs visitées par ces papillons. Mieux comprendre ces synergies entre odeurs végé- tales et phéromones pourrait permettre le développement de nouvelles stratégies de lutte contre les ravageurs, et l’amélioration des méthodes de piégeage sexuel.

et l’amélioration des méthodes de piégeage sexuel. La confusion sexuelle en chiffres • 100 000 hectares

La confusion sexuelle en chiffres

• 100 000 hectares de vigne environ sont protégés par confusion sexuelle en Europe.

Environ 20 000 hectares en France d’un vignoble qui fait un peu moins de 900 000 ha. Environ 60 000 hectares en Allemagne.

• 5 ha : c’est la surface minimum conseillée qu’il faut traiter par confusion sexuelle pour que la méthode soit efficace.

• 500 : c’est le nombre homologué de diffuseurs à placer

pour protéger un hectare de vigne.

• 200 à 250 euros : c’est le prix à payer, selon le type de

diffuseur, pour protéger un hectare de vigne par confusion sexuelle pendant 5 mois.

un hectare de vigne par confusion sexuelle pendant 5 mois. Quand les papillons en perdent la

Quand les papillons en perdent la raison

Les phéromones sont déjà une arme couramment employée pour lutter contre les papillons nocturnes. La méthode dite de confusion sexuelle protège en effet de nombreuses cultures, vignes, pommes, prunes, maïs, coton, des dégâts provoqués par les micro-lépidoptères de la famille des tortricidés (tordeuses). Les entomologistes du centre INRA Bordeaux-Aquitaine ont ainsi beaucoup tra- vaillé sur cette méthode de protection dans le cas de la vigne. L’idée de la confu- sion sexuelle est toute simple : il s’agit de détourner la fonction des phéromones pour gêner la reproduction des papillons de nuit. En saturant l’espace cultivé de phéromones sexuelles attractives, on empêche ainsi par différents mécanismes les mâles et les femelles de se rencontrer. On peut y parvenir en utilisant différentes techniques de diffusion d’odeurs destinées à libérer régulièrement des phéromo- nes de synthèse. Les mâles, devant cette effusion massive d’odeurs attractives ne savent plus où donner de la tête. De plus, un résultat récent indique que les femelles modifient aussi leur comportement et leur succès reproducteur. Les chercheurs testent ainsi le rôle de la phéromone sexuelle comme régulateur de la compétition sexuelle des femelles sur un territoire donné. Au final, le taux d’accouplement chute sans tuer un seul insecte, et les grappes sont protégées tout au long de la saison.

s e n g i v s e l s n a d s e
s
e
n
g
i
v
s
e
l
s
n
a
d
s
e
n
o
m
o
r
é
h
p
g i v s e l s n a d s e n o m o

La confusion sexuelle, une méthode respectueuse de l’environnement

L’impact de cette méthode sur l’environnement est infiniment moindre que la technique habituelle d’as- persion d’insecticides. Pourtant, bien qu’elle ait démontré son efficacité, seuls 3% des vignobles français sont aujourd’hui protégés par confusion sexuelle. Un chiffre bien bas comparé à ceux de la Suisse et de l’Allemagne, où respectivement, 43% et 65% des vignobles bénéficient de cette technique. Pourquoi cette différence ? D’une part, l’habitude qui pousse à l’utilisation de pesticides, mais surtout l’absence de subventions qui, en France, a limité le développement de la confusion sexuelle. En effet, la confusion sexuelle reste plus onéreuse et requiert l’accrochage manuel des diffuseurs. Mais les temps et les menta- lités changent. Grâce au Grenelle de l’Environnement et aux efforts réalisés pour limiter l’utilisation des pesticides, les phéromones semblent faire l’objet d’un regain d’intérêt en France.

Contacts scientifiques

Michel Renou

Unité Physiologie de l’insecte :

signalisation et communication Centre INRA Versailles Michel.Renou@versailles.inra.fr

01 30 83 32 32

Denis Thiéry

Unité Santé et agroécologie du vignoble Centre INRA Bordeaux-Aquitaine Denis.Thiery@bordeaux.inra.fr

05 57 12 26 18
05 57 12 26 18
5
5

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

d

u

n

n

a

n

o

s

o

m

e

L’amour a-t-il une odeur ?

d ’ u n n a n o s o m e L’amour a-t-il une odeur
d ’ u n n a n o s o m e L’amour a-t-il une odeur
d ’ u n n a n o s o m e L’amour a-t-il une odeur
d ’ u n n a n o s o m e L’amour a-t-il une odeur

D’excitantes effluves

L’odeur de l’œstrus 1 n’est pas propre à chaque espèce, com- me le démontrent des expériences menées par des cher- cheurs de l’INRA. Ceux-ci ont pu identifier cinq molécules odorantes qui, chez la rate, la jument et la renarde, indi- quent le moment où elles sont dans leur période d’œstrus. Cette découverte pourrait être à la base de biosenseurs olfactifs 2 capables de reconnaître l’œstrus chez les animaux d’élevage et permettant ainsi de cibler précisément les périodes favorables à une insémination.

Comme souvent en science, la découverte provient d’un hasard heu- reux : des chercheurs de l’INRA voulaient savoir si l’odeur des excré- ments de renard provoquaient un comportement de peur chez les rats. Le résultat fut pour le moins inattendu : l’odeur causait non seulement la peur mais aussi des érections chez les mâles. Les fèces, comme ils l’ont remarqué par la suite, provenaient d’une renarde en période d’œstrus.

suite, provenaient d’une renarde en période d’œstrus. Trois espèces, une même odeur Les chercheurs ont répété

Trois espèces, une même odeur

Les chercheurs ont répété l’expérience avec des fèces de rate et de jument en chaleur, obtenant les mêmes résultats : les rats mâles ont prouvé qu’ils reconnaissaient l’odeur d’œstrus par des érections. Pour la première fois, il était démontré qu’une espèce pouvait être excitée sexuellement par des odeurs provenant d’une autre espèce. Poursuivant leur étude, les chercheurs ont réalisé une analyse sur les molécules volatiles dégagées par ces excréments et isolé cinq composés chimiques communs aux trois espèces, cinq acides carboxyliques. Ces molécules étaient en moindre concentration dans les excréments des femelles en période d’œstrus. Les chercheurs ont ensuite fait sentir aux rats des mélanges contenant ces molécules à différentes concentrations. Ainsi ont-ils été les premiers à obtenir un mélange artificiel susceptible de provoquer l’érection chez le rat.

susceptible de provoquer l’érection chez le rat. Des biosenseurs qui ont du nez En quoi la

Des biosenseurs qui ont du nez

En quoi la reconnaissance d’une odeur signature de l’œstrus peut-elle être intéressante ? Une autre équipe de chercheurs INRA de la même uni- té, impliquée dans le projet européen collaboratif « BOND » 3 , est chargée de mettre au point des biosenseurs olfactifs. Ces biosenseurs exploiteront les récepteurs présents chez l’animal à la surface des neurones olfactifs chargés de détecter les odeurs. Pour réaliser les biosenseurs, les cher- cheurs identifient d’abord les récepteurs permettant de détecter l’odeur

cible ; ils les font synthétiser ensuite par une levure modifiée. A partir de cette levure, ils préparent des nanosomes, petites sphères de 100 nm de diamètre portant à leur surface les récepteurs voulus. La présence de la molécule odorante modifie de façon détectable les propriétés électriques des récepteurs et des nanosomes déposés sur des électrodes.

Les chercheurs imaginent déjà un dispositif utili- sant des biosenseurs spécifiques à l’odeur de l’œstrus. Les éleveurs disposeraient ainsi d’un moyen simple et rapide pour iden- tifier le moment exact où leurs juments, leurs vaches ou leurs brebis sont prêtes à être inséminées.

e u q i t a m é h c s e u V
e
u
q
i
t
a
m
é
h
c
s
e
u
V

Un nez artificiel présent partout

Les chercheurs pensent à d’autres applications pour ces biosenseurs :

• Diagnostic médical par la détection d’odeurs corporelles associées à des pathologies comme le cancer, la schizophrénie ou l’asthme.

• Contrôle de processus industriels ou naturels comme le développement d’arômes ou la maturation de fruits.

• Sécurité par la détection d’explosifs ou de drogues.

• Sécurité alimentaire par la détection de produits toxiques.

1 Œstrus : période durant laquelle une femelle mammifère est fécondable et recherche l’accouplement en vue de la reproduction.

2 Biosenseur olfactif : dispositif d’origine biologique permettant la détection d’odeurs.

3 BOND (Bioelectronic Olfatory Neuron Device) : projet européen pour le développe- ment d’une nouvelle génération de nez bioélectroniques basés sur les récepteurs olfactifs, pour la détection d’odeurs cibles (http://bondproject.org/).

Contacts scientifiques

Edith Pajot

edith.pajot@jouy.inra.fr – 01 34 65 25 64

Birte Nielsen

birte.nielsen@jouy.inra.fr – 01 34 65 24 12 Unité Neurobiologie de l’olfaction et modélisation en imagerie Centre INRA Jouy-en-Josas

6
6

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

à

K

i

s

s

p

e

p

t

i

n

e

L’amour a-t-il une odeur ?

à K i s s p e p t i n e L’amour a-t-il une odeur
à K i s s p e p t i n e L’amour a-t-il une odeur
à K i s s p e p t i n e L’amour a-t-il une odeur
à K i s s p e p t i n e L’amour a-t-il une odeur

La puberté prend de l’avance

La puberté survient chez les jeunes souris femelles à l’âge de 30 à 32 jours. Mais si l’on expose des femelles pré- pubères à des odeurs de mâle contenues dans l’urine ou de la litière souillée, leur puberté est avancée de deux ou trois jours, ce qui, dans la courte vie d’une souris, n’est pas négligeable. Des chercheurs de l’INRA s’intéressent à ce phénomène, connu depuis les années 60 sous le nom d’« effet Vandenbergh ».

La fonction de reproduction peut être contrôlée par de nombreux facteurs de l’environnement et en particulier par les signaux sociaux provenant de partenaires sexuels potentiels. Parmi ces signaux, les informations olfactives jouent un rôle prépondérant dans les relations entre mâles et femelles, tant au niveau physiologique que comportemental.

Effet mâle sur l’apparition de la pubertéfemelles, tant au niveau physiologique que comportemental. En particulier chez les rongeurs, il a été montré

En particulier chez les rongeurs, il a été montré que l’exposition à des odeurs de mâle accélérait l’apparition de la puberté chez la femelle et ainsi sa capacité reproductive. Une femelle pré-pubère exposée à des odeurs de mâle à partir du sevrage (21 jours d’âge) présente une ouver- ture vaginale plus précoce (un signe externe d’apparition de la puberté) ainsi qu’un poids plus important de l’utérus, un tissu sensible à la mon- tée d’œstrogènes. Ce sont les phéromones contenues dans l’urine des souris mâles et liées au taux de testostérone qui déclenchent cet effet baptisé « Vanderbergh ». L’urine de mâles castrés ne produit aucun effet sur les jeunes souris.

Que d’effets mâles…

En plus de l’effet Vandenbergh, les souris mâles produisent d’autres réac- tions chez les femelles qui ont été largement étudiées :

Effet Bruce : l’exposition d’une femelle enceinte à l’urine d’un mâle in- connu provoque une interruption de la gestation.

Effet Whitten : lorsqu’un groupe de femelles souris est mis en présence

d’un mâle, automatiquement leurs cycles ovulatoires se synchronisent.

Effet Lee-Boot : lorsque, au contraire, un groupe de femelles est isolé des mâles pendant une période prolongée, leurs cycles menstruels s’allongent et peuvent même finir par être inhibés.

Une odeur qui modifie le cerveau des souriss’allongent et peuvent même finir par être inhibés. Des recherches menées à l’INRA tentent de mieux

Des recherches menées à l’INRA tentent de mieux comprendre les cir- cuits neuronaux impliqués dans cette accélération du développement pubertaire. Elles ont montré que l’exposition à ces phéromones émises par le mâle pouvait agir sur les neurones dits à Kisspeptine. Ces derniers sont situés au centre du cerveau, dans l’hypothalamus, et ils contrôlent la fonc-

tion de reproduction ainsi que l’arrivée de la puberté. L’exposition des souris aux odeurs de mâle induit un développement plus rapide de ce groupe de neurones. Les neurones à RFRPs pourraient être

e n o r u e N
e
n
o
r
u
e
N

une deuxième cible. À l’inverse des neurones à Kisspeptine, ceux-ci inhibent la fonction de reproduction. Les phéromones libérées par le mâle, en bloquant l’action de ces neurones, pourraient ainsi causer le développement précoce des souris.

Et pour le futur ?ainsi causer le développement précoce des souris. Ces recherches pourraient déboucher sur des applications.

Ces recherches pourraient déboucher sur des applications. Pour les éleveurs, on peut imaginer la mise au point d’odeurs qui accélèrent le développement pubertaire des animaux de ferme. Des applications médicales pourraient également voir le jour. En effet, si un mécanisme analogue existait chez l’Homme, il serait imaginable de traiter, grâce à des phéromones de cette nature, les personnes ayant des troubles du développement sexuel, ou des retards importants.

Partenaire particulière cherche partenaire particulierdu développement sexuel, ou des retards importants. Les chercheurs de l’INRA ont étudié également les

Les chercheurs de l’INRA ont étudié également les conséquences à plus long terme de cette exposition olfactive péri-pubère aux odeurs de mâles. Ils ont montré que cette exposition induisait chez la femelle une préférence plus précoce pour ces odeurs. Ces données suggèrent que les signaux olfactifs émis par un partenaire sexuel avant la puberté pourraient influencer le choix ultérieur de la femelle, une fois celle-ci apte à se reproduire.

7
7

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

Contact scientifique

Matthieu Keller

Unité Physiologie de la reproduction et des comportements Centre INRA Tours Matthieu.Keller@tours.inra.fr - 02 47 42 72 75

Physiologie de la reproduction et des comportements Centre INRA Tours Matthieu.Keller@tours.inra.fr - 02 47 42 72

é

d

u

n

c

o

l

l

i

e

r

G

P

S

Chacun sa préférence

é d ’ u n c o l l i e r G P S Chacun
é d ’ u n c o l l i e r G P S Chacun
é d ’ u n c o l l i e r G P S Chacun
é d ’ u n c o l l i e r G P S Chacun

Quand l’herbe est plus verte ailleurs…

La femelle du chevreuil serait volage… Elle s’offrirait par- fois une petite escapade hors de son domaine habituel afin de rencontrer de nouveaux partenaires sexuels : c’est ce que semblent montrer les observations réalisées par des chercheurs de l’INRA. Selon eux, la chevrette ne se conten- terait pas du mâle dominant le territoire qu’elle habite.

À la différence des cerfs, les chevreuils sont des animaux plutôt solitai- res pendant la période de reproduction. De nature sédentaire, mâles et femelles occupent une aire de quelques dizaines d’hectares qu’ils ne quittent que très rarement. Dès le mois de mars, les mâles se dotent d’un territoire exclusif : toute intrusion d’un rival mène à un conflit, voire à un combat violent qui peut, dans de rares cas, conduire à la mort. Jusqu’à présent, on pensait que toutes les femelles résidant sur le territoire dé- fendu par un mâle devaient accepter celui-ci comme parte- naire sexuel. Mais de nouvelles observations menées par l’INRA semblent montrer quelques exceptions.

afin que leurs descendants ne souffrent pas de consanguinité. Une autre explication serait liée à l’œstrus* de la chevrette qui a lieu seulement une fois par an et dont la durée n’excède pas 36 heures : pour ne pas

perdre cette occasion de s’apparier, la femelle du chevreuil se mettrait alors à la recherche d’un partenaire sexuel hors de son territoire si le mâle dominant est déjà occupé avec une autre femelle réceptive. Les chercheurs évoquent une troisième hypothèse selon laquelle la femelle

déjà fécondée, pourrait être harcelée durant cette période par les

attentions d’un mâle territorial trop entreprenant et tâcherait

é l q i u u e i r p v e h c e
é
l
q
i
u
u
e
i
r
p
v
e
h
c
e
n
u
e
J
Les chevreuils en France
On estime le nombre de chevreuils en France à près d’un
million et demi. Ceux-ci sont répartis sur tout le territoire,
sauf les bords de mer et la très haute montagne. Ils vivent
essentiellement en forêt mais ils s’adaptent très bien aux pay-
sages mixtes ou fragmentés. Chassés sur 87 départements fran-
çais, leur population ne cesse pourtant d’augmenter, tout comme la
surface boisée en France. En Europe, on les trouve de l’Espagne jusqu’au
cercle arctique en Scandinavie.
de l’Espagne jusqu’au cercle arctique en Scandinavie. Quand le mâle dominant ne suffit plus Des chercheurs

Quand le mâle dominant ne suffit plus

Des chercheurs de l’INRA ont étudié une population de chevreuils habi- tant les coteaux de Gascogne, au sud-ouest de Toulouse. Ils ont équipé de colliers GPS une trentaine de femelles afin de suivre leurs déplace- ments durant un cycle annuel. Il apparaît que lors de la période du rut, qui survient de la mi-juillet à la mi-août, presque la moitié des femelles adultes s’offre une ou deux petites excursions pouvant les mener jusqu’à cinq ou six kilomètres hors de leur domaine vital habituel. Une distance largement suffisante pour choisir d’autres mâles.

de le fuir.

Les chercheurs pensent déjà à de nouvelles campagnes

d’observation, à des analyses de paternité et à des ex-

périences avec des chevreuils en semi-captivité, afin de mieux comprendre les surprenantes escapades reproduc- trices de la femelle chevreuil.

Prendre un chevreuil au filet

Attraper une trentaine de femelles et les équiper de colliers GPS n’est pas une tâche facile ! Pour cela, les chercheurs, ont dû installer 4 km de filets (80 panneaux de 50 m de long pour 2 m de haut) autour d’une zone habitée par ces animaux. Puis, avec l’aide d’étudiants de lycées agricoles, ils ont orga- nisé des battues pour diriger les chevreuils vers les filets. Les animaux ainsi pris ont été introduits dans des caisses de contention. Là, les chercheurs leur ont posé le collier GPS et ont effectué des prélèvements de peau et de sang avant de les relâcher. Ces captures ont été faites avec l’accord de la préfecture et des chasseurs locaux.

* Œstrus : période durant laquelle une femelle mammifère est fécondable et recherche l’accouplement en vue de la reproduction.

Contact scientifique

Comment expliquer ce comportement ? Les chevreuils adultes étant sédentaires, ceux qui habitent un secteur donné peuvent présenter un risque de consanguinité. Or, la consanguinité tend à affaiblir une po- pulation. Il se pourrait que les femelles chevreuils, par ces excursions, cherchent à s’accoupler avec un mâle qui ne leur soit pas apparenté

8
8

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

Mark Hewison

Unité Comportement et écologie de la faune sauvage Centre INRA Toulouse Mark.Hewison@toulouse.inra.fr - 05 61 28 51 23

Unité Comportement et écologie de la faune sauvage Centre INRA Toulouse Mark.Hewison@toulouse.inra.fr - 05 61 28

Chacun sa préférence

Chacun sa préférence Truite Fario Bon père , bon partenaire ? Difficile d’être une truite femelle
Chacun sa préférence Truite Fario Bon père , bon partenaire ? Difficile d’être une truite femelle
Chacun sa préférence Truite Fario Bon père , bon partenaire ? Difficile d’être une truite femelle
Chacun sa préférence Truite Fario Bon père , bon partenaire ? Difficile d’être une truite femelle

Truite Fario

Bon père, bon partenaire ?

Difficile d’être une truite femelle au milieu de mâles indé- licats. Ces derniers prennent parfois la fâcheuse habitude de manger les œufs qu’elle vient de pondre. Pour défendre ses petits, la femelle pourrait alors préférer un partenaire sexuel disposé à chasser les cannibales. D’après les obser- vations menées à l’INRA sur des populations sauvages ha- bitant les rivières pyrénéennes, les femelles auraient leurs petites astuces pour faire le bon choix.

Les truites constituent un modèle très intéressant pour étudier les soins que fournissent les parents à leur descendance. On le sait, certaines es- pèces animales procurent des soins parentaux attentionnés tandis que d’autres abandonnent leurs petits à leur sort. Cependant, il existe très peu d’espèces chez qui, à l’instar de la truite, les soins paternels soient présents mais facultatifs.

les soins paternels soient présents mais facultatifs. Les pilleurs de nids Au moment de la reproduction,

Les pilleurs de nids

Au moment de la reproduction, la femelle truite creuse un nid pour y pon- dre ses œufs. Une poignée de mâles vient alors se battre autour d’elle pour l’accaparer, tout en essayant de lui faire la cour. La femelle choisit à ce moment un mâle à son goût. Puis, après la fécondation, surviennent parfois des actes d’oophagie (consommation d’œufs par des adultes). Les hivers sont rudes, et les mâles affamés peuvent choisir de profiter de cette nourriture disponible. De plus, dans le cadre d’une compétition entre individus, détruire la progéniture d’un adversaire peut favoriser la sienne. Mais ce phénomène n’est pas systématique : dans certaines rivières, 40% des nids sont pillés par les mâles tandis que dans d’autres cours d’eau le pourcentage est presque nul.

Les causes du cannibalisme Si chaque mâle dévorait les œufs de ses rivaux et les
Les causes du cannibalisme
Si chaque mâle dévorait les œufs de ses rivaux et les siens, la population
pourrait disparaître. Mais selon les chercheurs, le cannibalisme ne se mani-
feste que sous certaines conditions. Il semblerait que ce comportement soit
lié à une forte densité de population dans une rivière, et aussi à
une grande quantité de mâles s’approchant de la femelle.
En effet, s’il a beaucoup de rivaux à chasser, le mâle ne
peut pas protéger ses œufs et ces derniers peuvent
alors être mangés.

* Frai : ponte des œufs de poissons ou fécondation de ces œufs par le mâle.

9
9

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

Le père à la rescousse9 Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr La femelle cherche à

La femelle cherche à éviter le pillage en recouvrant son nid de gravier, mais pendant quelques minutes, les œufs exposés à la vue des mâles sont en grand danger. Or, il arrive que le père s’efforce de protéger le nid en chassant ses rivaux le temps que la femelle parvienne à le recou- vrir. Ce comportement est tout à fait inhabituel chez les salmonidés et constitue un soin paternel indiscutable que les chercheurs de l’INRA sont les premiers à avoir analysé.

à la recherche du père responsablechercheurs de l’INRA sont les premiers à avoir analysé. Les chercheurs ont alors voulu savoir si

Les chercheurs ont alors voulu savoir si la femelle se montrait sélective dans le choix de son partenaire sexuel en choisissant de préférence un mâle qui, au lieu de manger ses œufs, les protégerait. Il semblerait en effet que cer- tains critères pourraient lui permettre de faire le bon choix. Il y aurait tout d’abord une question de taille : le mâle choisi ne doit être ni trop grand ni trop petit. Un mâle trop petit préférera éviter le combat tandis qu’un mâle beaucoup plus grand que la femelle ne s’investira pas pour une descendan- ce médiocre et pourra même manger les œufs qu’il a lui-même fécondés. Le comportement du mâle avant le frai* serait aussi une bonne indica- tion : un mâle agressif, chassant ses rivaux avant l’accouplement sera probablement un bon père, comme pourrait l’être aussi un mâle passant du temps à faire la cour à la femelle. Mais pour que ces hypothèses, sou- tenues par bien des observations, soient bel et bien démontrées, il reste encore aux chercheurs à peaufiner leurs modèles et à passer beaucoup d’heures sur le bord des ruisseaux pyrénéens.

Contact scientifique

Jacques Labonne

Unité Ecologie comportementale et biologie des populations de poissons Centre INRA Bordeaux-Aquitaine jacques.labonne@st-pee.inra.fr 05 59 51 59 80

et biologie des populations de poissons Centre INRA Bordeaux-Aquitaine jacques.labonne@st-pee.inra.fr 05 59 51 59 80

Les artifices de la reproduction

Les artifices de la reproduction Pour une reproduction durable Chez les ovins et les caprins, la
Les artifices de la reproduction Pour une reproduction durable Chez les ovins et les caprins, la
Les artifices de la reproduction Pour une reproduction durable Chez les ovins et les caprins, la
Les artifices de la reproduction Pour une reproduction durable Chez les ovins et les caprins, la

Pour une reproduction durable

Chez les ovins et les caprins, la reproduction est saisonniè- re et le contrôle du cycle ovulatoire est nécessaire à toute insémination artificielle. Des chercheurs de l’INRA ont mis au point des méthodes alternatives aux traitements hormo- naux des brebis et des chèvres, pratiques qui permettent de maîtriser la reproduction afin d’étaler la production lai- tière tout au long de l’année. Ils proposent ainsi une appro- che pharmacologique innovante qui repose sur l’utilisation d’anticorps ou le recours à « l’effet mâle », l’introduction d’un mâle dans un troupeau de femelles engendrant une reprise des cycles de chaleur.

Les ruminants saisonniers, tels que la chèvre et le mouton, connais- sent une période reproductive en automne-hiver et une période de re- pos sexuel au printemps-été. Mais les éleveurs ont souvent besoin de conserver l’activité ovulatoire des femelles durant toute l’année afin de maîtriser la reproduction à «contre-saison», les naissances garantissant la production laitière. Pour cela, nombre d’entre eux utilisent la proges- térone, une hormone stéroïde qui permet de synchroniser le cycle ovu- latoire de leurs animaux. Ils ont recours également à d’autres hormones telles que la PMSG (Pregnant Mare Serum Gonadotropin), extraite du sérum de juments gravides 1 . Cette hormone est sécrétée par le placenta en grande quantité et a pour propriété, lorsqu’elle est injectée, d’induire l’ovulation chez les mammifères.

injectée, d’induire l’ovulation chez les mammifères. Les limites des traitements hormonaux Cependant,

Les limites des traitements hormonaux

Cependant, l’utilisation d’hormones, indispensable à l’insémination ar- tificielle, pose certains problèmes : environnementaux d’une part, car la progestérone se dégrade difficilement et contamine les nappes phréa- tiques ; sanitaires d’autre part, car le sérum duquel on extrait la PMSG n’est pas toujours bien contrôlé et il peut être source de contamination par des virus ou des bactéries. Mais il existe aussi des problèmes d’ef- ficacité car près de 70% des brebis traitées par PMSG développent des anticorps contre cette hormone et ne réagissent plus au traitement. Sans oublier l’exigence du consommateur, qui ne veut pas entendre parler d’hormones. C’est pourquoi l’INRA a mis au point des alternatives aux traitements hormonaux.

10
10

1 Gravide : en période de gestation.

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr Un anticorps pour booster les

Un anticorps pour booster les hormones de l’animal

Une équipe de recherche INRA* est en train de mettre au point une al- ternative pharmacologique unique qui permet d’activer le cycle ovulatoire des petits ruminants. Celle-ci est basée sur l’utilisation d’anticorps ayant la propriété d’amplifier l’activité de certaines hormones ovines. Ces anticorps agissent directement sur les hormones propres à l’animal en simulant un pic hormonal pré-ovulatoire nécessaire à l’ovulation. En injectant aux bre- bis ces anticorps, on peut ainsi réactiver leur cycle menstruel. Les scientifiques n’ont pas détecté pour l’instant d’effets secondaires à l’inoculation de ces anticorps. Ces travaux ont fait l’objet d’un brevet dé- posé par l’INRA en 2010. Les chercheurs travaillent maintenant à la mise au point d’un protocole qui soit aussi efficace qu’un traitement classique avec injection d’hormones. Il faudra ensuite un long processus (5 ans au minimum) pour obtenir l’autorisation de mise sur le marché. Cette alter- native aux traitements hormonaux sera commercialisée par ReproPharm, l’entreprise que ces chercheurs ont créée.

ReproPharm, une entreprise primée

L’équipe INRA à l’origine des travaux sur les substituts non hormonaux pour induire l’ovulation a été récompensée en 2009 lors du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes, organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche et OSEO. L’entreprise créée, ReproPharm, sera chargée de commercialiser ce substitut non hormonal une fois obtenue l’autorisation de mise sur le marché. Celle-ci commercialise déjà avec succès des kits de dosage, dont LH Detect ® permettant de doser la LH chez de nombreuses espèces animales. ReproPharm développe également un test destiné aux éleveurs, inséminateurs et vétérinaires, permettant de pré- voir le moment de l’ovulation chez les animaux de rente.

Les artifices de la reproduction

Les artifices de la reproduction L’effet mâle, un effet bœuf… Une autre équipe INRA** travaille sur
Les artifices de la reproduction L’effet mâle, un effet bœuf… Une autre équipe INRA** travaille sur

L’effet mâle, un effet bœuf…

Une autre équipe INRA** travaille sur une méthode qui met à profit un phénomène naturel : l’effet mâle. Explication : prenez un troupeau de chè- vres ou de brebis durant sa période de repos sexuel. Introduisez un mâle dans le groupe. Le résultat est systématique : la sécrétion de LH (hormone lutéinisante) de ces femelles est immédiatement stimulée et une partie d’entre elles connaît une ovulation dans les 2 à 4 jours, suivie peu après d’une reprise du cycle ovulatoire normal. Cet effet est utilisé par certains éleveurs, notamment dans le sud de la France. Il leur permet, d’une part, de synchroniser les naissances pour les concentrer sur une période définie de l’année, et d’autre part, de déclencher l’activité sexuelle des brebis au printemps afin d’obtenir des agneaux à contre-saison.

au printemps afin d’obtenir des agneaux à contre-saison. Chevauchement d’une brebis par un bélier équipé d’un

Chevauchement d’une brebis par un bélier équipé d’un détecteur servant à identifier la femelle

L’odeur ne fait pas tout L’effet mâle est essentiellement olfactif : on peut le mimer
L’odeur ne fait pas tout
L’effet mâle est essentiellement olfactif : on peut le mimer simplement en
présentant aux brebis la toison d’un bélier. Cependant, les molécules effec-
trices n’ont pas encore été identifiées. Pour que l’effet mâle soit efficace, la
femelle doit d’abord avoir appris à associer odeur du mâle et reproduction.
Voilà pourquoi les jeunes femelles naïves répondent mal à l’effet mâle. Mais
l’odeur ne fait pas tout. On sait que les femelles réagissent moins bien si
le mâle est isolé derrière une barrière, et que les
béliers au comportement sexuel actif déclen-
chent une réaction plus intense chez les
brebis.
déclen- chent une réaction plus intense chez les brebis. …mais parfois insuffisant Le problème de l’effet

…mais parfois insuffisant

Le problème de l’effet mâle est que tous les individus ne réagissent pas de la même façon : certaines femelles connaissent une, et parfois deux pério- des ovulatoires raccourcies, sans comportement sexuel, avant de repren- dre le cycle normal. De plus, certaines races, notamment les races de brebis du Nord de l’Europe, réagissent très peu à l’effet mâle. Voilà pourquoi les scientifiques de l’INRA cherchent à identifier les facteurs qui font varier son efficacité tant au niveau individuel qu’au niveau des races. L’effet mâle pourrait ainsi être mis à profit par de plus en plus d’éleveurs.

La lavande fait aussi bien que les béliers Voici une expérience curieuse réalisée par les
La lavande fait aussi bien que les béliers
Voici une expérience curieuse réalisée par les chercheurs
de l’INRA. Ils ont exposé pendant 15 jours des jeunes
brebis sexuellement naïves à un bélier fortement parfumé
à l’eau de lavande. Etonnamment, six mois plus tard,
il suffisait de faire sentir à ces femelles l’odeur de la-
vande pour stimuler la sécrétion de LH. Cette expé-
rience démontre qu’une association doit se former
entre la reproduction et une odeur particulière pour
que l’effet mâle fonctionne. De ce fait, on ne peut
pas considérer les molécules responsables de l’effet
mâle comme des phéromones. En effet, ces derniè-
res fonctionnent, elles, toujours automatiquement,
sans que l’apprentissage soit nécessaire.
11
11

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

Contacts scientifiques

* Marie-Christine Maurel

Marie-Christine.Maurel@tours.inra.fr

02 47 42 79 57

** Claude Fabre-Nys

Claude.Fabre-Nys@tours.inra.fr

02 47 42 79 75

Unité physiologie de la reproduction et des comportements Centre INRA Tours

Claude.Fabre-Nys@tours.inra.fr 02 47 42 79 75 Unité physiologie de la reproduction et des comportements Centre INRA

Les artifices de la reproduction

Les artifices de la reproduction Froid de canard sur les semences Chez les oiseaux domestiques, la
Les artifices de la reproduction Froid de canard sur les semences Chez les oiseaux domestiques, la
Les artifices de la reproduction Froid de canard sur les semences Chez les oiseaux domestiques, la
Les artifices de la reproduction Froid de canard sur les semences Chez les oiseaux domestiques, la

Froid de canard sur les semences

Chez les oiseaux domestiques, la moitié des lignées exis- tantes dans le monde est considérée comme en voie d’extinction. Créée en 2004 à l’initiative de l’INRA et de nombreux partenaires, la Cryobanque Aviaire Française conserve à -196°C des échantillons de sperme de nom- breuses races et lignées d’oiseaux : poules, canards, oies, pintades… Le but : préserver la diversité génétique de ces espèces et pouvoir reconstituer des populations.

Les poulets d’élevage que nous consommons n’ont pas plus de qua- tre origines génétiques différentes. Illustration d’un fait inquiétant :

la biodiversité s’épuise aussi parmi les animaux d’élevage. Les races d’oiseaux de basse-cour sont particulièrement touchées, en grande partie à cause des pratiques d’élevage intensif qui tendent à ne conser- ver que des lignées* très spécialisées. D’autres menaces, comme les épidémies de grippe aviaire, peuvent mener à des abattages massifs de volailles avec, pour conséquence, la possible disparition d’une race. Or, à chaque fois qu’une race s’éteint, ce sont des caractéristiques uniques qui se perdent.

ce sont des caractéristiques uniques qui se perdent. Une cryobanque pour conserver la diversité génétique

Une cryobanque pour conserver la diversité génétique

C’est dans le but de préserver cette diversité en danger qu’a été créée la Cryobanque Aviaire Française. Le patrimoine génétique d’une trentaine de lignées ou races de poules, canards et oies est désormais préservé par le froid. Les pintades le seront bientôt. Si ces animaux étaient en voie de disparition, leur race pourrait être reconstituée en inséminant le sperme chez des femelles de la même espèce et en effectuant des croisements successifs de la descendance ainsi obtenue jusqu’à retrouver leurs carac- téristiques originelles.

Un patrimoine génétique considérable La Cryobanque Aviaire Française, c’est déjà : • 19 races ou
Un patrimoine génétique
considérable
La Cryobanque Aviaire Française, c’est déjà :
• 19 races ou lignées de poules, dont le célèbre
« coq gaulois » issu de la race Gauloise Dorée.
• 7 canards de Barbarie.
• 4 canards Pékin.
• 1 oie : l’oie grise des Landes.

* Les lignées sont des races sélectionnées pour homogénéiser leurs caractéristiques.

12
12

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

Congeler la semence

Pour conserver les échantillons de sperme, il ne suffit pas de les mettre au froid. Avant de plonger les échantillons dans l’azote liquide, qui les conserve à -196°C, les spermatozoïdes doivent être protégés grâce à un agent cryo- protecteur empêchant que le froid ne les détruise. Pour les décongeler, il faut ensuite être capable de les faire passer de -196°C à la température am- biante en moins de trois minutes. La technique varie d’une espèce à l’autre. Pour certaines volailles, comme la caille, cela demeure encore impossible. C’est pourquoi, la Cryobanque Aviaire Française effectue un intense travail de recherche pour améliorer les procédés de congélation et augmenter les taux de spermatozoïdes viables après leur passage par l’azote liquide. Elle investit également dans la conservation de cellules embryonnaires capables de transmettre le génome de races menacées.

capables de transmettre le génome de races menacées. Une assurance pour l’avenir On note que certains

Une assurance pour l’avenir

On note que certains comportements liés à la reproduction se sont per- dus. Ainsi, les poules élevées actuellement ne savent pas couver leurs œufs. Faute d’usage, le gène lié à cet instinct s’est perdu. Mais qui sait si un jour nous n’aurons pas besoin de poules capables de prendre elles- mêmes soin de leurs œufs ? La conservation de la diversité génétique pourrait alors permettre de retrouver certains de ces comportements. La Cryobanque Aviaire est centrée aujourd’hui sur les races domestiques françaises, mais peu à peu elle étendra sa collection aux oiseaux sauva- ges. Reliée à un réseau international de cryobanques analogues, elle est d’ores et déjà l’une des plus riches au monde. Elle est aussi reconnue pour son travail de recherche, en collaboration avec de nombreux scientifiques s’intéressant par exemple au système immunitaire, à la reproduction, au métabolisme ou au comportement des volailles.

Contact scientifique

Elisabeth Blesbois

Unité Physiologie de la reproduction et des comportements Centre INRA Tours Elisabeth.Blesbois@tours.inra.fr – 02 47 42 78 22

Physiologie de la reproduction et des comportements Centre INRA Tours Elisabeth.Blesbois@tours.inra.fr – 02 47 42 78

Bêtes de sexe

Bêtes de sexe Femelle creusant une frayère Le saumon de plus en plus précoce Avec le
Bêtes de sexe Femelle creusant une frayère Le saumon de plus en plus précoce Avec le
Bêtes de sexe Femelle creusant une frayère Le saumon de plus en plus précoce Avec le
Bêtes de sexe Femelle creusant une frayère Le saumon de plus en plus précoce Avec le

Femelle creusant une frayère

Le saumon de plus en plus précoce

Avec le changement climatique, les caractéristiques des populations de saumons atlantiques, ainsi que leur com- portement reproducteur, seraient en train de changer. Des chercheurs de l’INRA livrent leurs conclusions après 15 années d’observation sur les saumons de la Nivelle :

les rivières abriteraient de plus en plus de juvéniles mâles capables de se reproduire dès leur première année de vie.

Le changement climatique modifie profondément les caractéristiques des rivières : tandis que les eaux se réchauffent, les crues deviennent de plus en plus fréquentes et intenses. Mais quel en est l’impact sur les saumons ?

et intenses. Mais quel en est l’impact sur les saumons ? Des mâles matures dès la

Des mâles matures dès la première année de vie

Les eaux chaudes favorisent une croissance plus rapide des poissons.

De plus, les crues des rivières détruisent un grand nombre de frayères, ces abris creusés par la femelle pour y déposer ses œufs. En conséquence, la densité de population diminue et les saumons survivants, moins nom- breux, se développent plus rapidement. Ces deux phénomènes explique- raient la tendance observée parmi les saumons de la Nivelle : de plus en plus de mâles juvéniles sont aptes à la reproduction au bout d’un an. Ces derniers préfèrent alors rester en eau douce plutôt que d’entreprendre

le périlleux voyage vers l’Atlantique Nord.

n o m u a s e d s n i Comment protéger les saumons
n
o
m
u
a
s
e
d
s
n
i
Comment protéger les saumons ?
Deux menaces principales, liées au changement
climatique, fragilisent les saumons. D’une part,
les variations de débit de la rivière : les crues
détruisent les frayères des saumons tandis que les
sécheresses, quand l’eau de la rivière devient rare, sou-
mettent les poissons à un stress intense et accroît la com-
pétition entre eux. D’autre part, la hausse des températures compromet leur
reproduction car celle-ci doit être inférieure à 11°C lors du frai. Pour aider
l’espèce à survivre, il faut maintenir l’intégrité et la diversité des rivières
(radiers, rapides, calmes, profonds, sous berges) car c’est ce qui permet aux
saumons de trouver des abris et aux différentes cohortes de coexister. Dans
le même temps, il faut leur permettre l’accès aux zones hautes des rivières,
là où les eaux sont plus fraîches.
v
e
l
a
d
n
o
i
s
o
l
c
E

*L’aire de répartition du saumon atlantique comprend tous les pays au-dessus du Nord du Portugal et du fleuve Hudson. La Nivelle se trouve donc plutôt au Sud de cette aire de distribution.

13
13

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

Le saumon atlantique, un poisson migrateur

Le saumon se reproduit en eau douce et grossit en mer. La femelle enfouit ses œufs dans les graviers des rivières. Après 1 ou 2 ans de vie en eau douce, les jeunes issus de ces œufs, les tacons, migrent vers la mer. La phase marine dure 1 à 3 ans avant le retour dans la rivière d’origine pour s’y reproduire.

retour dans la rivière d’origine pour s’y reproduire. Grands mâles versus mâles précoces Les mâles qui,

Grands mâles versus mâles précoces

Les mâles qui, en revanche, n’ont pas atteint la maturité sexuelle, ainsi que les femelles, partent vers l’océan. Dans les eaux glacées de l’Atlantique Nord, ils trouvent une nourriture abondante qui leur permet de multiplier leur poids par 50 ou 100 en un an ou deux. Lorsque ces gros saumons reviennent à leur rivière d’origine, il s’ensuit une compétition reproductive avec les mâles précoces restés sur place. Les grands mâles bénéficient d’un avantage qui leur assure la préférence des femelles : leur taille. Ajoutée à une quantité importante de sperme, et à leur forte agressivité, ils devraient

s’assurer une victoire sans partage. Mais les petits saumons sont vifs, nom-

breux et astucieux, et, en se cachant près des frayères, ils n’ont aucun mal

à féconder eux aussi les œufs en se glissant sous le couple. Les chercheurs ont montré que près de 80% des œufs étaient fécondés, certaines années, par ces petits mâles précoces de la Nivelle. Cette étude INRA montre que le changement climatique, en modifiant la composition des populations de saumons, modifie les tactiques de reproduc- tion des individus, les jeunes saumons développant leurs propres stratégies reproductives. Ce phénomène semble plus évident dans les rivières qui, com- me la Nivelle, sont situées à la limite Sud de l’aire de répartition de l’espèce*. Face au réchauffement climatique, les capacités d’adaptation observées sur le saumon atlantique sont rassurantes quant à la survie de l’espèce.

Contact scientifique

Edward Beall

Unité Ecologie comportementale et biologie des populations de poissons Centre INRA Bordeaux Aquitaine eddy.beall@st-pee.inra.fr - 05 59 51 59 82

et biologie des populations de poissons Centre INRA Bordeaux Aquitaine eddy.beall@st-pee.inra.fr - 05 59 51 59

Bêtes de sexe

Bêtes de sexe Wasmannia auropunctata : reines et ouvrières Il n’y a pas que le sexe
Bêtes de sexe Wasmannia auropunctata : reines et ouvrières Il n’y a pas que le sexe
Bêtes de sexe Wasmannia auropunctata : reines et ouvrières Il n’y a pas que le sexe
Bêtes de sexe Wasmannia auropunctata : reines et ouvrières Il n’y a pas que le sexe

Wasmannia auropunctata : reines et ouvrières

Il n’y a pas que le sexe dans la vie !

Des chercheurs de l’INRA ont mis en évidence chez une espèce de fourmi, Wasmannia auropunctata, un système de reproduction particulier et unique dans le monde ani- mal : les reines et les mâles sont issus d’une reproduction par clonage, et seules les ouvrières proviennent d’une re- production sexuée. Cette caractéristique a probablement favorisé la colonisation par cette espèce de larges territoi- res, sur toute la ceinture tropicale et au-delà.

Il n’y a pas que le sexe dans la vie ! La reproduction clonale a aussi une place considérable dans le monde vivant. Bien des animaux, es- sentiellement parmi les invertébrés, se passent très bien du mélange des chromosomes parentaux et préfèrent transmettre la totalité de leur patrimoine génétique à leur descendance.

La menace Wasmannia

Comme pour beaucoup d’espèce envahissantes, l’Homme est très probablement le meilleur allié de W. auropunctata dans sa conquête du monde. D’une part, il lui fournit en abondance les milieux qu’elle est capable de coloniser, les éco- systèmes anthropisés comme des terrains récemment défrichés. D’autre part, il lui permet de voyager. En 1920, des agronomes l’ont introduite au Gabon, et depuis, elle a conquis toute l’Afrique Centrale. Côté Pacifique, elle saute d’île en île grâce aux bateaux. Elle a été découverte en 2004 à Tahiti et en 2006 en Australie. Fourmi tropicale, elle a pourtant été observée en 2006 en Israël, tout aussi vigoureuse et envahissante. Partout, elle constitue une sérieuse menace pour la biodiversité : là où elle est présente, de nombreuses espèces d’insectes et de reptiles disparaissent. Sa piqûre venimeuse peut rendre aveugle le bétail et les animaux de compagnie.

peut rendre aveugle le bétail et les animaux de compagnie. Mâles clones du père, reines clones

Mâles clones du père, reines clones de la mère

La fourmi Wasmannia auropunctata, appelée aussi fourmi électrique ou petite fourmi de feu en raison de ses piqûres très urticantes, en est un exemple frappant, comme l’a démontré une équipe de l’INRA. Les reines sont produites par parthénogénèse : les ovules n’ont pas besoin d’êtres fécondés pour donner naissance à une nouvelle reine. La reproduction clonale mâle se ferait par l’élimination de la partie femelle du génome dans l’œuf fécondé ou par la fécondation d’un œuf anucléé, autrement dit dépourvu de génome femelle. Seules les ouvrières, stériles, sont produites par reproduction sexuée. Ce cas est tout à fait atypique chez les fourmis, chez qui, généralement, les reines comme les ouvrières proviennent d’une reproduction sexuée alors que les mâles se développent à partir d’œufs non fécondés.

14
14

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

14 Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr Des génotypes clonaux très

Des génotypes clonaux très invasifs

Wasmannia est trouvée en forte densité dans des habitats anthropisés et donc écologiquement perturbés. Originaire des forêts primaires d’Amé- rique Centrale et du Sud, elle a déjà colonisé, avec l’aide de l’Homme, toute la ceinture tropicale. D’après les chercheurs, c’est son mode de reproduction qui, indirectement, lui a permis d’envahir de vastes territoires. En effet, une fois qu’une com- binaison de gènes permettant une bonne résistance aux nouveaux envi- ronnements colonisés apparaît, celle-ci est conservée. Tel est l’avantage du clonage. Mâles et reines se perpétuent à l’identique de génération en génération. Sur d’immenses territoires comme au Gabon, on ne trouve qu’une seule combinaison de génotypes parentaux clonaux. Cette étrange façon de faire serait en fait assez récente. Il se pourrait que l’anthropisation des territoires ait favorisé ce mode de reproduction clonale. Et s’il venait à ces fourmis l’idée de revenir à une reproduction sexuée ? Chaque territoire récemment conquis n’ayant qu’un seul génotype mâle et femelle, les problèmes liés à la consanguinité pourraient conduire à l’ex- tinction de la population en très peu de temps, comme cela semble être le cas en Nouvelle-Calédonie.

Reproduction clonale

La reproduction asexuée peut s’observer chez de nombreuses espèces d’in- vertébrés (nématodes, polychètes, oligochètes, arthropodes), mais aussi parmi les vertébrés comme certains poissons (requin marteau) et reptiles (dragon de Komodo, gecko). Chez les mammifères, cela n’a jamais été observé à l’excep- tion du célèbre tatou.

Contacts scientifiques

Arnaud Estoup ou Benoît Facon

Centre de Biologie pour la gestion des populations Centre INRA Montpellier estoup@supagro.inra.fr ou facon@supagro.inra.fr 04 99 62 33 38

pour la gestion des populations Centre INRA Montpellier estoup@supagro.inra.fr ou facon@supagro.inra.fr 04 99 62 33 38

CRéDits PhOtOs Couverture : © FOTOLIA / Malena und Philipp K

Pages 4 - 5 : © INRA / Jacques Gambier : accouplement de papillons Antherea

© INRA / Jacques Barthes : glande à phéromone d’un papillon femelle

© INRA / Vincent Dumas : grappe de pinot noir

© INRA / Christian Slagmulder : piège à phéromones dans les vignes

Page 6 : © INRA / Bertrand Nicolas : rat de laboratoire

© BOND : vue schématique d’un nanosome déposé sur une électrode, porteur de récepteurs

olfactifs sur lesquels viennent se fixer les ligands odorants Page 7 : © INRA / Matthieu Keller : souris

© INRA / Matthieu Keller : neurone à Kisspeptine

Page 8 : © INRA / René Canta : chevrette

© INRA / Bruno Lourtet : jeune chevreuil équipé d’un collier GPS

Page 9 : © INRA / Didier Marie : truite Fario

© INRA / Mathilde Dupont-Nivet : œufs de truite arc en ciel

Pages 10-11 : © INRA / Florent Giffard : troupeau de moutons en herbage

© INRA / Christophe Maître : brebis

© INRA / François Bocquier : chevauchement d’une brebis par un bélier équipé

d’un détecteur servant à identifier la femelle

© INRA / Jean-Marie Bossennec : lavande en fleur

Page 12 : © FOTOLIA / Lamio

© INRA / Christian Slagmulder : tête de coq

Page 13 : © INRA / Edward Beall : saumon atlantique, femelle creusant une frayère

© INRA / Claude Marty : éclosion d’alevins de saumon

Page 14 : © IRD / Hervé Jourdan : Wasmannia auropunctata, reines et ouvrières

15
15

Service de presse - 01 42 75 91 86 - presse@inra.fr

/ Hervé Jourdan : Wasmannia auropunctata , reines et ouvrières 15 Service de presse - 01