Vous êtes sur la page 1sur 32

LA PROTECTION

DIRECTIONNELLE TERRE
67N

Preparé par
EL-KSABI Ossama
1.Introduction :
 
Dans les réseaux HTA 70 % des défauts qui affectent les lignes sont
monophasés .Il est donc important de rechercher les mesures les plus
efficaces pour les éliminer et ainsi maintenir la continuité du service,
par ailleurs L’utilisation de la protection ampérométrique telle que la
fonction 50/51 N n’est pas toujours efficace surtout dans les réseaux
dont la ligne est quasiment en souterrain. Cela présente un risque de
déclencher un départ sain par un défaut affectant un départ adjacent.

Ce déclenchement par sympathie est injustifié par la détection du


courant capacitif supérieur au courant de réglage homopolaire dans le
départ sain impacte la qualité de service, pour cela on a recours
d’utiliser la protection directionnelle Neutre 67N de manière à éviter
ce déclenchement intempestif et de rendre la protection numérique
insensible au courant capacitif.
Phénomène de Sympathie
2.Description des relais directionnels
Le relais possède trois seuils de réglages :
• un réglage courant défini par le mode d’alimentation du circuit
intensité (torehomopolaire ou par sommation des circuits
intensités) et en fonction de la sensibilité désirée.

• Un réglage tension calculé en cohérence avec la valeur de


l’impédance homopolaire du réseau.
• Un réglage de l’axe de sensibilité maximale défini en fonction de
l’argument de l’impédance homopolaire du réseau.
La temporisation peut être
constante ou dépendante. En
l’absence de tension homopolaire,
le relais à maximum de courant
directionnel se replie à l’issue d’une
temporisation en simple relais à
maximum de courant homopolaire.
Méthode de polarisation
la grandeur de polarisation d’un relais directionnel de terre

est le plus souvent la tension résiduelle ; mais ce peut aussi

être le courant dans la mise à la terre du neutre de

l’installation
Conventions de signes :
• Le jeu de barres est conventionnellement
considère comme étant le générateur
• Les transformateurs de courant et les tores
homopolaires doivent être orientés « P1
coté barres »
• Les puissances injectées sur les lignes sont
positives
3.RÉGLAGE DU
RELAIS
DIRECTIONNEL 67N
Réglage du Courant Homopolaire :
Le relais doit être réglé sur le minium de courant résiduel qui
est le 10% du In TC.

Calcul de l’impédance homopolaire

Vu du point de défaut, le schéma homopolaire s’obtient en


recherchant les chemins par lesquels le courant homopolaire
peut se refermer. Les seuls qui répondent à cette condition
sont ceux qui possèdent un retour par la terre (comme
illustré dans la figure ci-après)
Une impédance ZN branchée entre le point neutre et la
terre est équivalente à une impédance 3 ZN insérée dans
chacune des phases.
Le schéma homopolaire du réseau, vu du point de
défaut, se réduit donc au schéma de la figure suivante :
Zot et Zol sont les impédances homopolaires
respectivement du transformateur et des liaisons
reliant la source au point de défaut
le courant de défaut se referme par :
• l’impédance de mise à la terre du
neutre
• les capacités des phases saines.

L’impédance homopolaire vue du


point de défaut est donc :

Z 0  ( Z 0 L  Z OT  3Z N ) // XC
Calcul de l’angle caracteristique :
Pour tracer l’angle caractéristique, on doit calculer tout d’abord
l’argument de l’impédance homopolaire :
Dans la représentation complexe l’impédance Zo s’écrit de la
façon suivante :
Zo = R + j X

avec l’argument du Zo egale Arc.tang (X / R)


Exemple :
Zo = 78 -j43 ; tanφ = -43 /78 φ= - 28,8 °
Angle caractéristique
Pour déterminer la direction du défaut, la protection mesure le
déphasage entre le courant et la grandeur de polarisation. Si la
grandeur de polarisation n’est pas dans l’axe de symétrie d’action
du relais (axe caractéristique cf. fig. cidessous), ceci se fait par le
réglage de l’angle caractéristique.
Lors de l’étude du plan de protection, l’angle caractéristique des
protections directionnelles doit être déterminé de façon à ce que
tout défaut dans la direction de détection choisie provoque un
courant situé dans la zone de déclenchement et que tout défaut
dans l’autre direction provoque un courant situé en dehors de cette
zone.
Pour permettre la mesure du déphasage entre le courant et la
grandeur de polarisation, il est indispensable que cette dernière ait
une amplitude suffisante (en général u 0,5 à 2 % de la valeur
nominale de la grandeur). Si la grandeur de polarisation est
inférieure à ce seuil, alors la protection ne fonctionne pas, quelle que
soit la valeur du courant mesurée.

Mode de raccordements des TT / TP :


 
Pour mesurer la tension résiduelle, on effectue en un point du réseau la
somme des tensions simples « phase neutre » ou « phases-terre ».
Les sommes géométriques des tensions dans les systèmes directe et
inverse étant
nulles, la tension résiduelle est donnée par la relation suivante :
V1+ V2 + V3 = 3 Vo = Vr
la mesure de Vr est obtenue par le montage suivant :
Le premier montage câblé en étoile, permet la mesure des tensions
simples et composées ; le second, câblé en triangle ouvert, permet
la mesure de la tension résiduelle.
4.La mise en œuvre de la
protection directionnelle Neutre
Les relais GE F650:
Pour pouvoir tester les unités directionnelles, vous devez programmer un

élément de surintensité supervisé par une unité directionnelle (dans le

menu « Réglages> Configuration du relais > Eléments de protection » du

programme EnerVista 650 Setup). De cette manière, si l'unité

directionnelle est habilitée et détecte le défaut dans la direction de

blocage, l'unité de surintensité ne fonctionnera pas. Si l'unité

directionnelle n'est pas habilitée ou si elle l'est mais détecte le défaut

dans la direction de déclenchement, l'unité de surcourant pourra

fonctionner en cas de dépassement du niveau de courant défini.


MAXIMUM TORQUE ANGLE : Angle utilisé pour faire
pivoter la tension de polarisation. Les angles positifs sont
dans le sens inverse des aiguilles d'une montre Les rotations
et les angles négatifs sont des rotations dans le sens des
aiguilles d'une montre. La grandeur de polarisation, Une fois
tourné, définit la ligne MTA. Vn tournée par cet angle pointe
vers le semi-plan Qui correspond à un défaut inverse. -Vn
tourné cet angle pointe vers le semi-plan Qui correspond à
un défaut Forward. Un réglage typique peut être -45º
Directional element direction (Direction):Ce réglage
indique la direction pour laquelle l'élément permet un
déclenchement. En fonction de ce réglage, l'élément est
activé pour les défauts Direction ou ion dans le sens
inverse, permettant son utilisation en déclenchement ou
blocage Régimes. Les options possibles pour ce paramètre
sont FORWARD et REVERSE.
Polarization type (Polarization):Ce paramètre indique le type de
polarisation à utiliser. Le relais peut utiliser la tension Polarisation (V0), et /
ou polarisation de courant (Ip). Les valeurs de réglage possibles sont: V0
Polarisation de tension Ip Polarisation du courant V0 + Ip Polarisation de la
tension ou du courant. Cela permet à l'élément de Fonctionnent lorsque
l'une quelconque des grandeurs de polarisation permet l'opération. V0 * Ip
Tension et polarisation du courant. Cela permet à l'élément de Fonctionnent
lorsque les deux grandeurs de polarisation permettent le fonctionnement.
Polarization Voltage Threshold : C'est la tension minimale considérée pour
le calcul de direction. Sous ceci L'élément est bloqué
Les Essais :
Activez uniquement les fonctions 50N et 67N et réglez le relais de la façon
suivante :

Configurez une des sorties de sorte qu'elle ne soit activée que par la fonction
50G.
 
Les Essais :
Réalisez les essais suivants :
Les Essais :
Réalisez les essais suivants :
FONCTION 67SG
Activez uniquement les fonctions 50SG et 67SG et réglez le relais de la
façon suivante :
FONCTION 67SG
Configurez une des sorties de sorte qu'elle ne soit activée que par la
fonction 50SG.

Réalisez les essais suivants :


Conclusion :
Pour rendre le relais de protection insensible au courant

capacitif dans le départ sain, il est recommandé de bien

choisir judicieusement la zone de déclenchement par

l’affichage de l’angle caractéristique calculé et par la

supervision et l’analyse des déclenchements des défauts de

terre à l’aide de l’osciloperturbographie .