Vous êtes sur la page 1sur 2
Won ASSEMBLEE REPUBLIQUE FRANCAISE NATIONALE LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE Bruno LE ROU . , Dputs de Soine-Saint-Denis Paris, le 04 février 2016 Président du groupe Socialist Aépubliean et Gitayen Cher(e) collégue, Ce vendredi 5 février, le débat sur la révision constitutionnelle va s’engager dans notre hémicycle. L’année 2015, est-il utile de le rappeler, a été marquée par deux terribles attentats en France les 7, 8 et 9 janvier et 13 novembre. Dix attentats ont été déjoués ces deux demniéres années. Une série d'attentats ~tels que celui qui a eu lieu 4 Damas, il y a trois jours, et qui a fait cinquante morts ont été perpétrés dans le monde. La menace a laquelle nous sommes confrontés est d'une intensité exceptionnelle et rend probable d'autres attentats. Nous devons y faire face avec les moyens que nous confére notre démocratie, les outils Iggislatits qui sont les ndtres et les projets de loi a venir, tels que la réforme pénale qui nous permet de compléter l'arsenal législatif. C’est aussi l'objet de cette révision constitutionnelle, Nous sommes engagés. ‘A Versailles, le 16 novembre, le Président de la République a annoncé que la France était en guerre et qu’elle allait intensifier ses actions contre Daech. Il a souhaité 'unité nationale et demandé au Parlement de prolonger l'état d’urgence. Il a annoncé que « nous devons faire évoluer notre Constitution pour permettre aux pouvoirs publics d'agir, conformément a T'état de droit, contre le terrorisme de guerre », que «cette révision de la Constinuion doit s‘accompagner autres mesures. Hen va de la déchéance de nationalité ». 1 a aussi ajouté « La Constitution c'est la charte commune, c'est le contrat qui unit tous les citoyens d'un méme pays. Des lors que la Constitution est le pacte indispensable pour vivre ensemble, il est égitime que la Constitution comporte les réponses pour lutter contre ceux qui voudraient y porter atteinte... » Le 23 décembre demier, le Président de la République s'est engagé devant les Frangais sur un projet de loi révisant la Constitution sur deux articles : I’état d’urgence et la déchéance de nationalité pour les terroristes. Nous avons une responsabilité face & I’extréme gravité de la menace terroriste. Nous devons €tre totalement la hauteur du moment que vivent nos concitoyens, et dans cette période de tension, conforter lautorité, absolument nécessaire pour le pays, du Président de la République. 126, rue do Université - 75355 Paris 07 SP Tilphones : 01 40 68 63 77/33 87 - Tékécupie : 01 40 63 52 27 brunolerouxdeputesyahoo. fr - www.hrunoleroux.org- htps.fwitterconvbrunoleroux Celui-ci ne peut laisser prospérer les malentendus, notamment sur l'article 2 de la révision constitutionnelle. Il faut réaffirmer une évidence : la déchéance de nati condamnés pour terrorisme. mnalité ne concerne que les Frangais Nous avions une exigence : Que ne soit opérée aucune distinction entre nationaux et nationaux, alors que cette distinction existe aujourd'hui dans notre droit. Nous-mémes d’ailleurs, introduisons d par un juge judiciaire. waneé cette peine de déchéance sera prononeée Aucune référence ne sera faite dans Ia Constitution ni dans les lois d’application a la bi- nationalité ou a 'apatridie. Aucune stigmatisation ne pourra s’opérer. Enfin, il faut rappeler nos principes : les sanctions seront prononeées dans le respect des engagements internationaux de la France, Les échanges sur ce sujet ont été longs. L."équilibre s*est formé progressivement dans le débat entre les groupes parlementaires, les formations politiques et les échanges avec nos concitoyens. Le pays ne peut se permettre une division, les Francais ne nous le pardonneraient pas. La parole et l'engagement du Président de la République doivent étre respectés, plus encore, soutenus par sa majorité, Les évolutions ou précisions demandées ont été apportées. Il nous faut aujourd’hui nous rassembler et entrainer le rassemblement du Parlement et des Franc: La voie retenue permet de cibler les terroristes en constatant qu’ils s'excluent d’eux-mémes de la communauté nationale, tout en maintenant l’unité de la communauté nationale dans sa diversité. Dés lors, je compte sur ton engagement et la force qu’il donnera a notre pays. Je te prie de croire, Cher(e) collégue, en expression de mon engagement total dans ce ‘moment particuliérement important, Noes osow fait face. Now ounees a! ce. Noke unle’c 3k woke fae: me p (ile, Pot