Vous êtes sur la page 1sur 20

Diagnostique initial :DONNEES STATION PAM (Sans le deuxième BA données 2003-2004-2005)

Données charges volumiques


ECP Max Total max Eval Total
eaux usées
temps sec Tsec temps Pluie
Volume Moy (m3/J) 5550 4739 10289
Volume Max (m3/J)
Debit Moyen (m3/h) 231 197 428
Debit Max (m3/h) 510

Données techniques STEP


Capacités nominales théoriques
Qjmax tpluie 13130 300 à 1000 mg/l 186 mg/l
D.C.O. M.E.S.
Qpmax 1140 1758 kg/j 1149 Kg/jour
150 à 500 mg/l 38 mg/l
D.B.O.5 NTK
879 kg/j 198 Kg/jour
10 à 25 mg/l
Pt
58 Kg/jour pH 5,5<pH<8,5
CLARIFICATEURS BASSIN AERATION
XP:
Surface (m2) 1340 Volume (m3) 3600 En reclaculant
Vit asc retenue (m/h) 0.6 Charge vol appliquée en KgDBO5/m3Bassin/J 0.27 1490 m2 de s
retirer les gou

Valeur EH utilisées (g/j) Cap EH réelle 16200


DBO5 60
DCO 110
MEST 90 Cap hydrau en EH
NTK 12
P total 4

Conso moy d'eau (m3/j)

Cap réelles (Kg/J)


T.Sec T.pluie
DBO5 (kg/j) 972 1266
DCO (kg/j) 1782 2531
MEST 1458 1899
NtK 195 316
Pt 65 88

%Charge Hydraulique = Qx100/Qnommax %charge org = Qmx100/Qmnommax


Temps sec moyen 20% Temps sec moyen 121%
Temps pluie max 100% Temps pluie max 130.20%
Caractéristique des principaux effluents traités (situation normale)
PARAMETRES DU REJET URBAIN BRUTE

VOLUMES

Année 2003

400 000 Vol tot(m3) Vol mens(m3)


350 000
2.219.354 184.946
300 000
Evol/2002
250 000
-17%
Volume (m3)

200 000

150 000
Bypass (m3)
100 000 Janvier 3
50000 Fevrier 9
0
J a n v F e v M a r s A v r M a i J u in J u il A o û tS e p t O c t N o v D é c

Année 2004

Vol tot(m3) Vol mens(m3)


350000
2.030.441 169.203
300000

250000 Evol/2003
200000 -9%
Volume (m3)

150000
Bypass (m3)
100000
Janvier 3.392
50000

0
J a n v F e v M a r s A vr M a i J u in J u i l A o û t S e p t O c t N o v D é c

COMPOSITION ET CARACTERISTIQUES PHYSICOCHIMIQUES

Moyenne 2002 Moyenne 2003 Moyenne 2004


pH 7.8 7.9 7.8
mg/l 387 414 469
D.C.O.
kg/j 2313 2,220 2357
D.B.O.5
mg/l 183 217 238
kg/j 1076 1,189 1182
mg/l 186 162 219
M.E.S.
kg/j 1149 914 1091
mg/l 38 44 45
NTK
kg/j 198 256 198
mg/l 6.4 7.3 7.2
Pt
kg/j 39 40 35
Lixiviat
Dans le cadre de la construction de la station d’épuration, le syndicat a pris en compte le
traitement des lixiviats issus du Centre de Stockage des Déchets Ultimes CSDU (ancien nom :
CET de classe II) de Lesmesnil. Dans la convention de dépotage de lixiviats, le volume
maximal admissible est de 70 m3, c’est à dire 3 camions de 22 m3 par semaine.
La station a reçu et traité 1772m3 de lixiviats sur l’année 2002, 1666 m3 pour 2003 et 2194 m3
pour 2004.
La charge représentée par le traitement des Lixiviats sur la station d’épuration pour une
concentration en DCO moyenne de 1500 mg/l est équivalente a une population de 20.125
EH/an.

Paramètres Pointe Moyenne


DBO (mg/l) 480 183
DCO (mg/l) 5491 2141
NTK (mg/l) 1504 1070

P total (mg/l) 8.80 7

Février Mars Avril Mai Juin


Lixiviats (en
tonnes) 193.6 254.98 165.36 252.06 182.4
Juillet Sept Oct Nov Déc Total 2004
244.66 230.44 193.06 171.18 0 2194.03

Matières de Vidange
Toutes les habitations ne sont pas nécessairement reliées au réseau d’assainissement collectif.
Elles peuvent posséder un assainissement autonome, nommé aussi « fosse septique » ou «
fosse toutes eaux ».
L’un des services que propose SAUR France est l’intervention d’un camion hydrocureur pour la
vidange de ces fosses. Les hydrocureurs aspirent les boues dans leur camion-citerne et
viennent ensuite dépoter à la station. Ils déversent des Matières De Vidange (MDV).
D’autres sociétés exercent également le même service. Pour que les camions puissent dépoter
à la station, elles doivent signer « une convention de dépotage ». Cette convention consiste,
en accord entre SAUR France et la société de curage sur la qualité et la quantité des MDV
déversées à la station d’épuration

Paramètres Pointe Moyenne


DBO (mg/l) 11,750 3 881,6
DCO (mg/l) 30,065 11 745,6
NTK (mg/l) 1,230 936.96

P total (mg/l) 536 264.18

Février Mars Avril Mai Juin

34.5 67.5 73.8 54.3 39


MDV (tonnes)
Juillet Sept Oct Nov Déc Total 2004
55.2 87 39 65 44 725.3
Limites de rejets et caractéristiques l'eau traitée.
L'arrété préfectoral d'autorisation impose les limites de rejets présentées dans le tableau.Par
temps sec, les exigences doivent être respectées, simultanément pour les concentrations et les
rendements ; sous réserve toutefois que le débit traité soit inférieur ou égal au débit de temps
sec. Par temps de pluie, les exigences sont limitées aux concentrations ou aux rendements.

Charges rejetées en kg/j


Temps sec Temps de pluie

Temps sec Temps de pluie


DBO5 90 328 25 mg/l et/ou r
> 90 %
DCO 440 1313 100 mg/l et/ou r>
75 %
MES 160 380 30 mg/l et/ou r
> 90 %
N-NH4 20 105 8 mgN/l et/ou r
> 90 %
NGL 66 197 15 mgN/l et/ou r
> 70 %
Pt 12 23.6 2 mgP/l et/ou r>
80 %
pH 5,5 < pH < 8,5
T° T° < 30 °C (25°
par rapport au
décret de 94)

500000 Volume eau traitée en 2003 :


450000 219 354 m3 (-17% /2002)
400000
Volume (m3)

350000
300000
250000
200000
150000
100000
50000
0
rs

t
v

in

il

c
t
a

p
v

ri

c
n

ju

é
m

e
v

ju

d
ja

Volume eau traitée file 2


Volume eau traitée file 1

400000
Volume eau traitée en 2004 :
350000 2 030 441 m3 (-19% /2003)
Volume (m3)

300000
250000

200000

150000

100000

50000
0
rs

t
v

v
il

p
a
n

o
ju
a

e
m
ja

n
m

Volumeeautraitéefile2
Volumeeautraitéefile1
0

rs

t
v

v
il

p
a
n

o
ju
a

e
m
ja

n
m

s
Volumeeautraitéefile2
Volumeeautraitéefile1

C R
(Ce-Cs/Ce)x100
Moyenne 2003 Moyenne 2004
pH 7.4 7.2 OK
mg/l 32 32 OK 93,2 % ok
D.C.O. kg/l 192 164 OK
mg/l 3 4 OK 98,3 % ok
D.B.O.5 kg/J 22 20 OK
mg/l 6 6 OK 97,3% ok
M.E.S. kg/j 38 32 OK
mg/l 6 4 OK 91,4% ok
Nt kg/j 41 24 OK
mg/l 0.7 0.4 OK 94,5% ok
Pt kg/j 4 2 OK

XP:
Paramètres ERU Lyxiviat MDV Résultante Malgrés les valeurs très élevées du
lyxiviat et des MDV, l'ajout se fait à des
DBO(mg/L) 238 183 3 881,6 240
quantité tellement faible que leur impact
flux kg/an 483,245 401.6 2815.3 486462 dans le bilan total de matière est très
faible: de - de 1 % à 2-3 % du flux annuel
DCO(mg/L) 469 2141 11 745,6 474.8 moyen.
flux kg/an 952,277 4699.1 8519 965495.1 En pratique les ratio C/N/P ne sont
quasiment pas modifiés et ls remarques
MEST(mg/L) 219 NC NC 219 faites précédement sur la qualité de l'ERU
restent finalement valable.
flux kg/an 444,667 NC NC 444667
NTK(mg/L) 45 1070 936.96 46.4
flux kg/an 91,370 2347.7 679.3 94397
Ptotal(mg/L) 7.2 7 264.18 7.3
flux kg/an 14619.2 15.3 191.6 14826.1
Volt (m3) 2.030.441 2194.03 725.3 2033360.33
XP:
En reclaculant à partir du rayon intérieur, je trouve
1490 m2 de surface calrif, mais peut etre faut il
retirer les goulottes intérieures.
valeurs très élevées du
es MDV, l'ajout se fait à des
ement faible que leur impact
total de matière est très
de 1 % à 2-3 % du flux annuel

es ratio C/N/P ne sont


as modifiés et ls remarques
dement sur la qualité de l'ERU
ement valable.
Document 6d : calculs et dimensionnement des différents modules
DESSABLEUR DEGRAISSEUR
Caractéristiques
Nombre d'unité 2
Surface unitaire (m2) 28.27
Volume unitaire (m3) 93.27
Caractéristiques de fonctionnement générale du type d'unité étudiée:
Vhazen: 15 à 20 m/h
Temps de séjour: 10 à 15 min
Charge
hydraulique moy 50 m3/m2/h maximum:70 m3/m3/h
Concentration moyenne en sable à la base de l'ouvrage: 10 g/L
Concentration moyenne des graisses aprés stockage: 100 g/L.
Debit moyen d'air pour produire les fines bulles: 10m3/h/m3 d'ouvrage
permettant un rendement de 20% sur les graisses
Pour l'entrainement du sable par air-lift on admet un debit d'air de
1,2m3/h/m3 de fosse à sable.
Caractéristiques des matières retenues
Relation diamètre-vitesse de chute des sables + densité moyenne
Diam (mm) 0 0.05 0.2 2 dens moy
Vit(m/h) 0.08 5 80 800 2,65 kg/l
Quantité de sable et de graisses produites produites
Sables 8 à 15 L/hab/an ou 0,1 à 0,3 L/m3 d'eau traitée.
Graisses 1 Kg/hab/an XP:Calculé sur la surface
Verification de la conformité du module d'un seul module
Vitesse ascensionnelle(m/h) = Qentrant(m3/h)/Surface utile (m2)
V asc moy temps sec (m/h) 15.1 XP:XP:Calculé sur la
V asc max t de pluie (m/h) 20.16 surface des deux
modules
* temps sec on remarque qu'il faut tourner sur un seul module pour satisfaire aux conditions.
Volume nécessaire pour assurer un temps de séjour correct
Volume (m3) =Q (m3/h) x Tséjour (h)
Vol temps sec (m3) 70 à 105
Vol t.pluie à deb max(m2) 190 à 285
* on peut tourner sur un module avec un ts très satisfaisant par temps sec alors
que par débit max on est à la limite, les 2modules suffisent uniquement si on
admet une diminution de ts à 10 min
Réglages bulleurs et extraction
Tonnage graisse max 15000 x 1 15 tonnes
Tonnage de sable max 15000 x 15 x d 315,6 à 596,250 Tonnes
Debit d'extraction moy (m3/j) =Ttot(kg)/
(Concentration sable à la base 86,4 à 163,3
(kg/m3)x365)
Extraction fosse à graisse Debit
d'extraction moy (m3/j)
=Ttot(kg)xRendement/(Concentration 0,082 soit 82 L/J
graisse fosse (kg/m3)x365)
SONIA:
Q air bulleurs max (m3/h) ? Surconsomation extraction air
933 par module discontinue.Q
10(m3/h/m3)x V tot (m3)
quelle procéd
Q air lift Max(m3/h) Vol Demander à Olivier terrain pourra
"fosse à sable" (m3) x 1,2 m3/h/m3 permettre de
réguler.
SONIA:
XP:Calculé sur la surface en pratique toujours
d'un seul module les 2 en parallèle pour
éviter la décantation

XP:XP:Calculé sur la
surface des deux
modules SONIA:
hydrocyclone permet
bien d'éviter le
mélange matieree org
et sable qui a tendance
à exister sur les petites
installations non
équipées

SONIA:
extraction air lift
discontinue.Question
quelle procédure de
terrain pourrait
permettre de la
réguler.
Calculs de fonctionnement boues BA et décanteurs

Données de fonctionnement
Zone de biosorption munie d'un agitateur (Pmoteur = 1,5 kW):
Q = 5 495 m3/j
Qrecirculation = 43 m3/h
V = 2 x 70 m3

Zone d’aération:
La cellule d’aération d’un volume de 3 600 m3, fonctionne par dissociation de l’aération et du
brassage pour optimiser la réduction des nitrates. Elle est équipée de dispositifs d’insufflation
d’air par membrane caoutchouc. L’alimentation en air est assurée par 3 surpresseurs de 1378
Nm3/h unitaire (dont un de secours) dimensionnés pour les besoins de pointe en temps de
pluie. Le bassin est équipé de 2 agitateurs à vitesse lente pour le brassage.

Regard de dégazage:
Avant d’être acheminés vers le clarificateur, les effluents en provenance du bassin d’aération
sont repris dans un regard de dégazage largement dimensionné. L’ouvrage est dimensionné
pour une charge hydraulique < 80 m3/m²/h et possède les caractéristiques suivantes:
Surface totale = 28,3 m², Surface active = 26 m², Volume = 138,9 m3 .
XP: Cr non d
Clarificateurs. calcul à part
recirculés su
du débit d'e
En sortie du regard de dégazage, les effluents sont dirigés vers deux clarificateurs (Diamètre
intérieur = 30,8 m, Volume unitaire = 2 868 m3) équipés de ponts racleurs-suceurs (Diamètre
de roulement = 31,05 m). Des tubes horizontaux acheminent ces boues vers le centre du
clarificateur et une cheminée centrale les introduit à vitesse lente dans la fosse à boue
disposée autour du fût central. Chaque clarificateur est équipé d’une sonde de voile de boue
indiquant le seuil maximum du voile.
La concentration moyenne des boues en fond de clarificateur est environ
1,81x[CBA]
XP: On adme
Traitement du phosphore. surdosage.D
que 1g Fe ex
de 1,9 g de
Le phosphore est éliminé par précipitation physico-chimique par ajout de sel de fer (claitan) en
montrent qu
sortie du traitement biologique. La cuve de stockage a une capacité de 20 m3. (Fe/P =2,5 e
Caractéristiques du clairtan employé: d=1,2 ,pourcentage de fer 12,5%, quantité de boues production d
produites pour 1g de fer: 4,6g (Fe(OH)3 + FePO4).
Quantités de clairtan utilisées en 2004: 94200 Kg

Recirculation:

Deux puits à boues équipés chacun de 4 pompes immergées de 213 m3/h chacune (dont une
de secours) destinées à la recirculation des boues des clarificateurs vers la zone de biosorption
et la zone d’aération. Ces puits à boues sont équipés chacun de 2 pompes immergées (dont
une de secours) pour l’extraction des boues en excès vers le silo pré-concentrateur.

Extraction des boues:L’alimentation du silo pré-


concentrateur est assurée par 4 pompes immergées (dont 2 de secours) d’un débit unitaire de
34 m3/h installées dans le puits à boues.La quantité de Ms traitée en sorti de silo est environ
2016 Kg/J

Charges et temps de séjour XP:


Temps sec Temps pluie [MVS] normal
entre 0,097 entre 0,14 plutot en faib
Charge massique Cm
Clarificateur q
(kgDBO5. kgMVS-1.j-1) = Qentrant x [DBO5] x 24/ VBA x[MVS]BA et 0,061 et 0,0879 qu'il arrive.Pa
Charge volumique Cv normes de re
0.24 0.35 respecter.De
= (Q x DBO5)/(VBA) en kg DBO5.m-3 de bassin.j-1
Temps de séjour minimal en condition de pointe 7h03 avec ECP
3h42
Tséjour (h) =Volume (m3)/Q (m3/h)
Temps de séjour minimal en condition de pointe
3h42
Tséjour (h) =Volume (m3)/Q (m3/h) 15h34sans ECP
Temps de sejour moyen temps sec env 15h

Déphosphatation +Volume quotidien de boue théoriquement produite + age des boues + debit
de recirculation
Quantité théorique de clairtan à utiliser
P à précipiter = Pentrant-Passimilé-Psortant avec passimilé = 30% au plus optimiste
Par temps sec = 65-30/100X65-2=43,35 kg/jour XP: rapport massique recommandé fe/P
Masse de fer équivalente env 1,5 X 43,35 =65 Kg/j exprimé en PO42- env 1,5.
Masse de clairtan correspondante 65 / 12,5x100 = 520 kg

Estimation de la production de boues (bio + physicochimiques) XP: Les form


P2 = 0,5 x (Qm DBO5 + Qm MES) x (0,84 ou 1,02)+ 0,22 x quantité de clairtan sont que de
de 908,52 à 1091,04 Kg/jour
Eckenfelder

Debit de recirculation moyen théorique 1 : partie min


(Q+R). CBA = Q.[MS]s + E.Cr + R.Cr 2 : partie non
3 : augmenta
En simplifiant: R=QxCBA/(Cr-CBA) massique, Cm
Avec ECP 535 m3/h à 528 m3/h Sans ECP 288,75 à 285 m3/h 4 : respiration
boues ;Sv = m
A repartir sur les 2 clarif 5 : départ de
XP:Cela peut paraître peu NB: a et b var
Temps de contactpar rapport à la puisance
unitaire de chaque pompe Cette formule
Temps de contact = VBA/(R + Q) donc pas en f
Mais par temps de pluie le
env 6h et 54 min debit entrant est x4 ou x5 XP:On néglige les coeeficient a
MVS emise dans
l'effluent traité et
on élimine E.Cr car Le centre de
Debit d'extraction théorique des boues E.Cr << R.cr travaux de C
E = P2 / Cr Déduit des
paramatres de P2 = Smin +
pour Cr min = 4,5 g/L 201,9 à 242.4 m3/J 8,4 à 10m3/h
fonctionement
pour Cr max =7,24 g/L 125,5 à 150,696 m3/J Cr=1,81 CBA en Cette formule
moyenne.C'est peu prolongée. Ce
elévé car on préfère à 1,5.Le cas é
XP:
un taux de
Age des boues Valeur un moins élevée que
Outre
celle
lesprévu
limi
XP: On ometrecirculation
laduquantité élevé.
de
dimensionnementboue et très
problème
supérieure
car
A = [MS]BA* VBA/E = (kg/m3)*m3/(kg/j) = jours présente dansqu'olivier
le lit inférieur dusitu.A discuter
utilise in paramètres n
de 4,46 à 7,14 J clarificateur, c'est donc un temps parametres o
de sejour assez largement
XP: coehrent si on sait
minoré, surtout
que le lorque 'on saitdu
flux sortant La formule iss
que la STEPconcentrateur
de PAM possède est2env Qm MES) qui
clarificateurs.On
224 m3/J est avec
très 14h à 16 tient pas con
largement dans la plage de
de fonctionnement.On partielle anae
valeur répertoriée
est alors pour
dans celaype sur la product
d'ouvrage. première plage de intégrant ces
fonctionnement avec déphosphatat
Cba = 4 g/L.Le silo de aura:
préconcentration P2 = 0,5 x (
concentre les boues d'un
facteur 2 environ. 1: ratio masse
Sur un debit continu les moy 2004 258
pompes fonctionnerai à trés de p est à la b
Calculs aération bas régime (1/6) env si on 2: facteur mo
résonne sur 2 corrigée par t
O2 en kg/j = a’.Le + t/24.b’.Sv + 4,3 N - 2,85 c’.NDN pompes+2puits à pas compte d
1 2 3 4 boues.Voire avecXP: olivier si
Sachant que la pha
ce n'est pas plutot
1: Partie nécessaire à la dégradation aérobie de la pollution carbonée : elle est proportionnelle une
diagnostic établit
La formuleuneuts
extraction discontinue.Ceci
chronique on part
= 1,1 endecharla
au flux de DBO5 noté ici Le. Le coefficient a' varie avec la charge massique appliquée à permet d'utiliser réelle
les déduite du
l'installation ici : 0,66 car très faible charge. pompes à pleine dimensionnement(il
puissance Une formule enp
a’.Le = 972 x 0,66 = 641,52 kg/J et de laisser le tempsmeme depour
ce une
les version
autres c
concentrer avantparamètres).On
d'envoyer est de
vers la centrifugeuse.en dessous des besoins
2: Partie liée à la dégradation de biomasse par respiration endogène, elle est influencée In par
situ la
c'est plus époque.
simple
d'asservir
durée journalière d'aération et par la charge massique appliquée à l'installation b' =0,06.Sv = les débit
Voir avec olivier comme
d'extraction et de pour compenser avant
MVS soit entre 9000 et 14400 kg recirulation à un BA système
t/24.b’.Sv de mesure de CBA.
XP:
Approx b’.Sv = entre 540 et 864 kg/j La version scolaire sous tend
endogène s'arrète dés qu'on
les professionnel prennet une
sécurité en considérant que
de mesure de CBA.
XP:
La version scolaire sous tend
endogène s'arrète dés qu'on
les professionnel prennet une
sécurité en considérant que
3: Partie liée à la nitrification permanent
XP:
N à nitrifier =Nkjeldahl - N réfractaire -Nassimilé =135 - 20%(25%135)-5%972= 79,5 kg/jour Les postulat c
4,3 x79,5 = 341,85 kg/jour azote org non
env = 25% NT
réfractaire à l
matière organ
station.Pour f
XP: C' entre
aeration prolo
4:Partie restituée lors de la Dénitrification. La fraction de conversion de l'azote nitrique en %
de on choisit
l'azote libé
diazote est 2,85. C' est un facteur de sécurité qui correspond à la fraction de l'oxygène l'hypothèse
org restitué =
pessimiste
(b= 0,04 x 1,0 p
réellement récupéré par le système. Il prend en compte les sorties sous différentes formes non
sécurité.
réutilisables
79,5 x2,85x60% = 135,5 Kg/jour

Bilan: entre 1387 et 1711,87 Kg/jour


XP:
En tenant compte d'un coef de transfert admis de 0,70 : entre 1981 et 2445 kg/jour On prend un rendeme
bassin.
Calcul du débit d'air correspondant en normo m3/jour
Malgrés le fait que la s
calcul de la quantité d'O2 apporté par un m2 d'air surcharge les besoins
volume d'air/volume molaire x Mo2 X%O2 air=285,7 g O2/m3 d'air évalués.
Débit d'air quotidien en nm3 d'air Voir avec olivier si le r
également imaginer u
masse d'O2/(285,7.10-3x0,05x3) = entre 5777646225.6
nm3 etet
71331
57052.8
nm3nm3/j
par jour compresseur de secou
Durée totale de fonctionnement: de 16,5 à 20h/jour

Clarificateur
Calcul charge hydraulique Qp/s = 1140/1340 x = 0,85 XP:La vitesse reten
Calcul charge au radier (Q+Qr) x MSBA/S pratique est 0,6 m
surement a cause d
entre 0,97 et 1,55 kg de MS/m2/h sans les ECP l'intervention de fa
2,66 et 4,26 kg de MS/m2/h sans les ECP par temps de pluie géométriques et
hydrodynamiques.

XP:
On admet que le d
modifié par debit d
surement pas le ca
Quoi qu'il en soit il
qu'on peut aiséme
dimensionnement
de 30000 EH.

pour une installatio


radier ne devrait p
avec une tolérance
décanteur sucé co

En condition extrem
trop élevée mais la
trés favorable.Voir
2 parametres in sit
XP: Cr non documentée mais évaluée par
calcul à partir des débits moyennement
recirculés sur la station de PAM Soit 123%
du débit d'entrée en moyenne

XP: On admet qu'il n y a pas de


surdosage.Dans le cas contraire il est admis
que 1g Fe excedentaire conduit la formaton
de 1,9 g de Fe(OH)3.Les études du Cemagref
montrent que pour un surdosage limité
(Fe/P =2,5 env) on peut majorer la
production de boues de 20%

XP:
[MVS] normalement entre 2,5 et 4g/L.En apparence pour des valeurs basses de MVS on est
plutot en faible charge.Cependant on ne tient pas compte de la proportion de boue du
Clarificateur qui infle aussi.En pratique par temps sec on est donc en aeration prolongée quoi
qu'il arrive.Par temps de pluie en pluie on peut se trouver en faible charge, rappelons que les
normes de rejets ne sont pas les memes puique ce sera soit l'abattement soit la valeur seuil à
respecter.De fait les engagements restent tenables.
massique recommandé fe/P
PO42- env 1,5.

XP: Les formules d'estimation d'estimation des quantités de boues produites ne


sont que des approximations. Les 2 plus précises sont:

Eckenfelder: P2 (kg MS.j-1)= Smin+ Sdur + am Le – b.Sv - Seff


1 2 3 4 5
1 : partie minérale (donc non dégradable) du substrat (kg/jou)r
2 : partie non biodégradable du substrat (kg/jour);
3 : augmentation de la biomasse par consommation du substrat. am varie avec la charge
massique, Cm ;Le = DBO5 éliminé par jour (kg/jour)
4 : respiration endogène (catabolisme de la biomasse). b varie avec Cm et avec l'âge des
boues ;Sv = masse de boue biologique dans le BA (kg de MVS)
5 : départ de matières dans le rejet((kg/jour).
NB: a et b varient avec la charge de l'instalation

Cette formule ne convient que pour un âge des boues inférieur à 5 jours. Elle ne s'applique
donc pas en faible charge, ni, a fortiori, en aération prolongée.Encore que l'on trouve des
coeeficient a et b corrigé pour la trés faible charge voire l'aeration prolongée.

Le centre de recherce de la lyonnaise des eaux propose une formule d'aprés les
travaux de C.Failloux:

P2 = Smin + Sdur + (0,83 + 0,2 log Cm).Le

Cette formule présente l'avantage de prendre en compte la Cm et s'adapte donc à l'aeration


prolongée. Cependant elle n'est appliquable que pour des rapports MES/DBO5 allant de 0,75
à 1,5.Le cas étudié est hors gamme.

n moins élevée que Outre


celle
lesprévue
limiteslors
de validité, il est évident que l'application in situ de ces formules pose
ité de boue et très
nsionnement problème
supérieure
car la
à plupart
ce des stations n'ont pas accés en permanence à l'intégralité des
nférieur dusitu.A discuter
r utilise in paramètres nécessaire.De fait différentes formules simplifiées basée sur un ou deux
nc un temps parametres ont émergée:
ment
ent si on sait
xesortant
'on saitdu La formule issue des travaux de Grulois et Famel pour le CIRSEE P2 = 0,5 x (Qm DBO5 +
ossède
teur est2env Qm MES) qui est précise à 10% prés pour les ERU.Notons que comme les autres ,elle ne
très 14h à 16 tient pas contre du type de fillière additionnelle (traitement physicochimique, digestion
avec
age de
nnement.On partielle anaerobie ou aerobie) ou encore l'influence du type de resaeu d'assainissement
ur celaype
dans sur la production de boue.La thèse de Laetitia Guerin-Schneider élargit ce modèle en
plage de intégrant ces question.Dans le cadre de PAM et en intégrant l'usage du clairtan en
ement avec déphosphatation et en tenat compte du caractère majoritairement unitaire du réseau on
L.Le silo de aura:
ntration P2 = 0,5 x (Qm DBO5 + Qm MES) x (0,84 ou 1,02)+ 0,22 x quantité de clairtan
les boues d'un 2 1
environ. 1: ratio masse de réactif introduit/masse de boue produite recalculé pour le clairtan (conso
t continu les moy 2004 258 kg/J trés inférieur à la prévision faite lors du dimensionnement car l'émission
nctionnerai à trés de p est à la baisse continue depuis plusieures années).
(1/6) env si on 2: facteur modificateur basé sur le type reseau et la nature des mesure (0,84 mesure MES
r2 corrigée par temps de pluie ou 1,02 valeur mesurée uniquement par temps sec et ne tentr
puits à pas compte des phénomènes de dépot/curage)
avecXP:olivier si
Sachant que la phase de
s plutot une
diagnostic établit
La formuleuneutilisée
sur surcharge
par la Générale des eaux P2 = k.Le (avec k compris entre 0,6 et 1,1 ). k
discontinue.Ceci
chronique on part
= 1,1 ende la capacité
charge moyenne et 0,8 en faible charge ou aeration prolongée.
tiliser réelle
les déduite du
pleine dimensionnement(il
puissance Une formule enplutot
sera basée
de sur l'équivant habitant (20 % d'erreur), dont Laetitia G-S propose
r le temps
meme depour
ce une
les version
autres corrifée dans sa thèse.
avantparamètres).On
d'envoyer est de toute façon
trifugeuse.
en dessous des besoins réels de l'
plus époque.
simple
es débit Voir avec olivier comment il faisait
n et de pour compenser avant le deuxième
à un BAsystème
de CBA.
XP:
La version scolaire sous tend que la respiration
endogène s'arrète dés qu'on coupe l'aeration,
les professionnel prennet une marge de
sécurité en considérant que les phénomène est
de CBA.
XP:
La version scolaire sous tend que la respiration
endogène s'arrète dés qu'on coupe l'aeration,
les professionnel prennet une marge de
sécurité en considérant que les phénomène est
permanent
XP:
Les postulat classiquement admis sont fait:
azote org non ammonfié en entrée de station
env = 25% NTK,Fraction de matière organique
réfractaire à l'ammonification 20% de la
matière organique azotée arrivant en tete de
station.Pour faire les choses au mieux, en
XP: C' entre
aeration 60 eton
prolongée 70devreait tenir compte
%
de on choisit
l'azote libéré par respiration endogène:N-
l'hypothèse
org restitué =la plus
0,06 x b x [MVS] x tps de séjour.
pessimiste
(b= 0,04 x 1,07parexp t-20)
sécurité.

XP:
On prend un rendement de 5% par m de hauteur de
bassin.

Malgrés le fait que la station était chroniquement en


surcharge les besoins paraissent largement sur
évalués.
Voir avec olivier si le rendement est correct.On peut
également imaginer une interventionde du
compresseur de secour

XP:La vitesse retenue en


pratique est 0,6 ms
surement a cause de
l'intervention de facteur
géométriques et
hydrodynamiques.

XP:
On admet que le debit de recirculation n'est pas
modifié par debit de pluie max , ce qui n'est
surement pas le cas in situ.
Quoi qu'il en soit il reste beaucoup de marge, ce
qu'on peut aisément comprendre puisque le
dimensionnement hydraulique est fait sur la base
de 30000 EH.

pour une installation faible charge la charge au


radier ne devrait pas excéder 5 kg de MS/m2/h
avec une tolérance accrue à 7 dans le cas d'un
décanteur sucé comme le notre.

En condition extreme la vitsse ascentionelle est


trop élevée mais la charge au radier est encore
trés favorable.Voir avec olivier la résultante de ces
2 parametres in situ.
Fillière boues

Le silo pré-concentrateur rapide d’une capacité de 155,50 m3, équipé d’un dispositif de
drainage vertical GDV (par grille filtrante à profil spécifique) pour l’égouttage des boues. Les
boues sont homogénéisées au moyen d’un agitateur immergé (Pmoteur = 2,5 kW) fonctionnant
en permanence.
Les boues sont reprises à partir du silo pré-concentrateur par 2 pompes volumétriques (dont
une de secours) d’un débit unitaire théorique maximal de 22,5 m3/h. Elles sont floculées puis
refoulées vers la centrifugeuse. La pompe de floculant est réglée sur 5 % et délivre un débit
mesuré de 400 L/H. Le débit effectif de la pompe de refoulement réglé sur 100 % a été
mesuré , il est de 16 m3/h. La concentraton moyenne des boues sortantes du silo est de 9 g/L.

La centrifugeuse, d’un débit unitaire maximum admissible de 25 m3/h, est de type horizontal
avec vis convoyeuse éliminant les solides en continu. Les boues déshydratées tombent dans
un malaxeur de la pompe gaveuse assurant un débit de 0,3 à 3 m3/h. La centrifugeuse permet
d’obtenir une siccité des boues de 21 %. De de la chaux vive (CaO) est ajoutée à un débit
massique moyen de 25 Kg/h. L'ensemble de la fillière permettait d'obtenir des boues de siccité
supérieure à 30 % (34 % pour 2002 et 30,2 % pour 2003). Pour l'année venant de s'écouler,
soit 2004 au moment de l'étude, l'exploitation se trouve devant une augmentation de 25,5 % du
tonnage de boues produites, assorties d'une baisse de qualité puisque la sicité moyenne est de
24 %. Lors du fonctionnement de la centrifugeuse, l'éluat présentant une concentration de
0,1g/L est réacheminé vers le bassin d'aeration à un debit moyen de 18 m3/h.

L'unité d'extraction des boues fonctionne en moyenne 14h/jour.

Debit de boues journalier traversant la centrifugeuse


Débit journalier =Debit en sortie de silo X durée de fonctionnement = 16 x 14 =224 m3/j
Flux massique correspondant = debit journalier x [boues]
224x9 = 2016 kg de MVS/jour

Temps de séjour minimal dans le silo


Volume utile\Qboues en sortie = 155,50/224 = 0,694 jour soit 16h et 40 min.

Tonnage de boues en sortie de centrifugeuse+composition en eau.


Flux de MVS x 1/sicité - flux partant dans l'éluat
2016 x 100/21-(0,1x18x14) =9574.8 Kg/jour
XP: Tonnage probablement
Tonnage de boues après chaulage légèrement minoré, car l'ajout de
9574,8 + (25x14)=9924.8 kg polymère n'est pas pris en
compte.Le flux de mvs est mesuré
en sortie de silo , sonc juste avant
Tonnage représenté par l'eau présente dans les boues l'ajout de polymère organique.
(1-sicité) x tonnage final = 9924,8x 0,76 = 7542,848 kg

Taux de capture
R=Cgateau (Cboues d'alim-Cfiltrat)/Cboues d'alim(Cgateau-Cfiltrat) X100
210 x(9-0,1)/9x(210-0,1) x100 = 98,9%
ablement
é, car l'ajout de
s pris en
mvs est mesuré
sonc juste avant
e organique.