Vous êtes sur la page 1sur 28
D échets Milieux Humains Chapitre IV 4.2.1. Introduction 221 4.2.2. Caractéristiques des déchets au Maroc 222

D échets

Milieux Humains

Chapitre IV

  • 4.2.1. Introduction

221

  • 4.2.2. Caractéristiques des déchets au Maroc

222

  • 4.2.2.1. Lixiviat des décharges

222

  • 4.2.2.2. Composition des déchets

223

  • 4.2.3. Pressions

225

  • 4.2.3.1. Déchets ménagers

225

  • 4.2.3.2. Déchets industriels

227

  • 4.2.3.3. Déchets médicaux

230

  • 4.2.3.4. Déchets agricoles

230

  • 4.2.3.5. Déchets Radioactifs

  • 4.2.4. Impact sur la santé publique

231

  • 4.2.5. Réponses

231

  • 4.2.5.1. Taux de collecte des déchets

231

  • 4.2.5.2. Mise en décharge

232

  • 4.2.5.3. Pourcentage des déchets recyclés ou traités

232

  • 4.2.5.3.1. Déchets ménagers

232

  • 4.2.5.3.2. Déchets industriels

233

  • 4.2.5.3.3. Déchets médicaux

233

  • 4.2.5.4. Privatisation du secteur des déchets

235

D échets 4.2.5.5. Projets 235 4.2.5.5.1. Projets réalisés 235 4.2.5.5.2. Projets en cours 237 4.2.5.5.3. Projets

D échets

4.2.5.5.

Projets

235

4.2.5.5.1.

Projets réalisés

235

4.2.5.5.2.

Projets en cours

237

4.2.5.5.3.

Projets prévus

237

4.2.5.6.

Responsabilité

237

4.2.5.6.1.

Intervenants

237

4.2.5.6.2.

Réglementation

238

4.2.5.6.3.

Infrastructures physiques

239

4.2.5.6.4.

Coût raisonnable ou excessif

  • 4.2.6. Manque à gagner du budget communal

224

  • 4.2.7. Conclusion

241

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.1. INTRODUCTION Le Maroc doit faire face à une augmentation

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

4.2.1. INTRODUCTION

Le Maroc doit faire face à une augmentation continue du volume des déchets produits dans le pays. Cette augmentation est due non seulement à la croissance régulière du nombre d’habitants, mais aussi au changement des modes de production et de consommation, et en même temps, à l’amélioration du niveau de vie. Il s’agit des déchets très divers : des déchets ménagers, de l’industrie, des commerces, des activités de soins, du bâtiment, des services du nettoiement, des espaces verts, etc.

Encadré 4-1 : Différents types de déchets

Les déchets sont définis par le projet de loi relatif à leur gestion et à leur élimination comme : tous résidus d’un processus de production, de transfo- rmation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon ou a l’obligation de s’en défaire dans le but de ne pas nuire à la collectivité et de protéger l’environnement. Le projet de loi distingue 10 types de déchets figurant dans l’Encadré 4-1.

Déchets ménagers : Tous déchets issus des activités des ménages ainsi que les déchets analogues provenant
Déchets ménagers :
Tous déchets issus des activités des ménages ainsi que les déchets
analogues provenant des
Déchets industriels :
activités industrielles, commerciales, artisanales ou autres.
Tous déchets non ménagers résultant d’une activité industrielle, minière ou artisanale ou similaire.
Déchets médicaux :
Tous déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou
palliatif dans le domaine de la médecine humaine ou vétérinaire, des hôpitaux publics, des
cliniques et des cabinets privés, de la recherche scientifique ou de laboratoires d’analyses
opérant dans ces domaines.
Déchets agricoles :
Tous déchets organiques générés directement par des activités agricoles, agro-industrielles
ou par l’élevage.
Déchets dangereux :
Tous déchets qui par leurs constituants ou par les caractéristiques des matières nocives qu’ils
contiennent sont susceptibles de nuire à la collectivité ou à l’environnement et dont la liste
est fixée par voie réglementaire.
Déchets inertes :
Tous déchets provenant de l’exploitation des carrières, des mines, des travaux de démolition, de
construction ou de rénovation et qui ne sont pas constitués ou contaminés par des substances
dangereuses ou autres éléments générateurs de nuisances. Ces déchets ne se décomposent pas, ne
brûlent pas et ne produisent aucune autre réaction physique ou chimique. Ils ne sont pas biodégra-
dables et ne se détériorent pas avec les autres matières avec lesquelles ils entrent en contact d’une
manière susceptible d’entraîner la pollution de l’environnement ou de nuire à la santé publique
Déchets ultimes :
Tous résidus résultant ou non du traitement d’un déchet, qui n’est plus susceptible d'être traité dans
les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part
valorisables ou par réduction de son caractère polluant ou dangereux.
Déchets
biodégradables :
Tous déchets pouvant subir une décomposition biologique naturelle anaérobique ou aérobique,
comme les déchets alimentaires, les déchets de jardins ainsi que le papier et le carton.
Déchets encombrants :
Tous déchets provenant des ménages qui par leur poids, leur dimension ou leur volume ne peuvent
être chargés dans les véhicules de collecte avec les déchets ménagers ordinaires et qui doivent
faire l’objet d’une collecte spéciale.
Déchets assimilés aux
déchés ménagers :
Tous déchets qui par leur nature, leur composition, leur caractéristique sont similaires aux
déchets ménagers provenant des activités économiques, commerciales, artisanales ou des
établissements collectifs.
Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.1. INTRODUCTION Le Maroc doit faire face à une augmentation

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

221

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.2. Caractéristiques des déchets au Maroc La production croissante des

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

4.2.2. Caractéristiques des déchets au Maroc

La production croissante des déchets au Maroc a provoqué la multiplication de grandes décharg e s sauvages un peu partout, autour des grandes villes, sans compter celles qui naissent et grandissement d’elles-mêmes dans les terrains vagues à l’intérieur des villes, à force de déchets accumulés et délaissés.

Les répercussions néfastes de cette situation sur les ressources naturelles, la santé publique et sur le budget

des collectivités locales, ont été mises en évidence.

4.2.2.1 Lixiviat des décharges

A titre d’exemple, l’analyse des caractéristiques physico-chimiques et bactériologiques du lixiviat de la décharge d’Akreuch (wilaya de Rabat-Salé), a révélé (Tableau 4-7) le danger considérable qu’il présente pour les récupérateurs travaillant sur la décharge ainsi que pour les ressources naturelles, (en l’occurrence les ressources en eau).

Tableau 4-7. Caractéristiques Physico-Chimiques et Bactériologiques du Lixiviat de la Décharge d’Akreuch

Paramètres étudiés Fourchette de variation Teneur moyenne PH 7,4 - 8,3 7,8 Conductivité uS/cm 11 100
Paramètres étudiés
Fourchette de variation
Teneur moyenne
PH
7,4 - 8,3
7,8
Conductivité uS/cm
11 100 - 36 500
27 900
MES
mg/l
800 - 3100
2100
MVS mg/l
DCO gO 2 /l
600 - 1800
1200
4,7 - 61
6
DBO5 gO 2 /l
NH 4 mgN/l
NTK mgN/l
P. total mgP/l
1,3 - 14
2,3
800 - 3100
2000
970-3300
2300
15-16
13
Détergents
mgABS/l
4-71
25
Phénols mg/l
0,6 - 7
3,3
Pb
ug/l
2-16
-
Cr ug/l
Se ug/l
Cd ug/l
As ug/l
Hg ug/l
Coliformes fécaux /100ml
Stréptocoques fécaux /10ml
35-120
-
<1
-
<1-5
-
2-3
-
<1
-
2,2 10 3 -5,1 10 6
5,4 10 3 - 9,1 10 7
-
-
Source: ONEP, 1998

Le lixiviat examiné renferme de fortes teneurs en matières minérales et organiques. Des teneurs considérables de composés azotés, de phosphore total, de phénols, de détergents, ont été également décelés. Quant aux métaux lourds, les résultats

obtenus par ces analyses n’ont pas révélé de concentrations alarmantes sauf pour le chrome. Enfin, la composante microbiologique a montré une concentration importante en germes indicateurs de pollution.

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.2. Caractéristiques des déchets au Maroc La production croissante des

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

222

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.2.2 Composition des déchets Les déchets ménagers sont un mélange

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

4.2.2.2 Composition des déchets

Les

déchets

ménagers

sont

un

mélange

hétérogène de matériaux ayant des propriétés physiques et chimiques très différentes. Cette composition est largement déterminée par la nature des déchets et leur emballage ainsi que les pratiques de consommation, qui varient en

fonction

du

  • c u l t u r e l l e s .

niveau de vie et des habitudes

L’analyse de l’évolution de la composition de ces déchets (tableau 4-8) montre une légère diminution des matières organiques au bénéfice d’autres produits, aucune variation significative n’a été mise en évidence.

Tableau 4-8 : Evolution de la Composition Physique des Déchets Ménagers au Maroc Principales composantes des
Tableau 4-8 : Evolution de la Composition Physique des Déchets Ménagers au Maroc
Principales composantes
des déchets
1960
1990
1999
Matières organiques
Papier-carton
Plastique
Métal
Verre-débris de céramiques
Divers
Densité
Humidité
75%
65 à 70%
50 à 70%
15%
18 à 20%
5 à 10%
0,3%
2 à 3%
6 à 8%
0,4%
1 à 3%%
1 à 4%
0,6%
1%
1 à 2%
8,8%
5 à 7%
16%
0,4%
0,4 à 0,5%
65 à 70%
70%

Source : Département du Commerce, de l’Industrie, 1992 Département de l’Environnement, 1999

Les données concernant les autres types de déchets sont relativement récentes et ne

permettent donc pas d’étudier l’évolution de leur

  • c o m p o s i t i o n .

Le tableau 4.9 donne la composition des déchets ménagers dans certains centres urbains. Les matières o rganiques représentent la principale composante suivie du papier-carton et du plastique.

Tableau 4-9 : Composition des déchets ménagers dans certains Centres Urbains (%)

Constituants Rabat Salé Agadir Essaouira Matière organiques Papier-carton Plastique Métal Verre-débris de céramiques Divers 72 75
Constituants
Rabat
Salé
Agadir
Essaouira
Matière organiques
Papier-carton
Plastique
Métal
Verre-débris de céramiques
Divers
72
75
77 44
9 à 14
10
6
8
6 à 7
10
10 13
2 1
1,5
2
2
1,5
1,5
3
4 à 6
7,5
4
30

Source : Ministère de l’Intérieur, 1998 LPEE, ONEP, 1999

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.2.2 Composition des déchets Les déchets ménagers sont un mélange

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

223

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.3. PRESSIONS La gestion insuffisante des déchets au Maroc a

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

4.2.3. PRESSIONS

La gestion insuffisante des déchets au Maroc a des effets négatifs sur l’environnement, la santé des populations, le tourisme et la qualité de vie en général. La quantité des déchets produits dans le pays n’est pourtant pas très importante. Les problèmes de leur gestion proviennent donc de l’insuffisance de dispositif nécessaire à leur traitement.

La production des déchets au Maroc a considérablement augmenté pendant ces dernières décennies. Cette augmentation est liée à la croissance démographique et au développement économique et social du pays. Elle a atteint environ 17 413 T/j en 1999, alors qu’elle n’était que de 12 370 T/j en 1992 et 1 600T/j en 1960 (tableau 4-11).

Les quantités mentionnées dans le tableau 4-11 concernent les déchets ménagers, industriels et médicaux. Les autres types de déchets, à savoir les déchets agricoles et inertes, n’ont jamais fait objet de

statistiques pour évaluer leurs quantités respectives.

Tableau 4-11 : Evolution de la Production des Déchets au Maroc Année Production des déchets (T/j)
Tableau 4-11 : Evolution de la Production des
Déchets au Maroc
Année
Production des déchets (T/j)
1960
1 600
1992
12
370
1999
17
413
2000
18
055

Source :

Département de l’Environnement, 1995, 1997, 1999, 2000

Ministère de la Santé, 1999 Département du Commerce, de l’Industrie, 1992, 1994

4.2.3.1 Déchets ménagers

Les concentrations des déchets ménagers urbains au Maroc varient d’une région à une autre avec une production moyenne de 0,75 kg/hab/j, soit une production journalière sur le territoire national d’environ 10 925,08 T/j8 (Tableau 4-12).

Tableau 4-12 : Production des déchets ménagers urbains en 1998 Déchets ménagers Région Oued Ed-Dahab-Lagouira Laâyoune-Boujdour-Sakia
Tableau 4-12 : Production des déchets ménagers urbains en 1998
Déchets ménagers
Région
Oued Ed-Dahab-Lagouira
Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra
Guelmim-Es-Semara
Souss-Massa-Draâ
Gharb-Chrarda-Beni Hssen
Chaouia-Ouardigha
Marrakech-Tensift-Al Haouz
l’Oriental
Grand-Casablanca
Rabat-Salé-Zemmour-Zair
Doukkala-Abda
Tadla-Azilal
Meknès-Tafilalt
Fès-Boulemane
Taza-Al Hoceïma-Taounate
Tanger-Tétouan
Total
Population urbaine(12) (x1000)
Kg/hab/j
T/j
34 0,66
22,60
180
- 393,87
234
0,77
180,52
1026 0,67
687,42
679
0,67
454,15
631
0,73
493,66
1042
0,73
764
1047
,074
772,50
3109
0,89
2753,38
1705
0,61
1039,33
665
0,61
406
480 0,7
336
1039
0,75
782,26
1002
0,75
749,34
399 0,85
338,85
1252 0,6
751,20
14 524
- 10
925,08

Source : Département de l’Environnement, 1999

-

Ministère de la Prévision Economique et du Plan, 1998

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.3. PRESSIONS La gestion insuffisante des déchets au Maroc a

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

224

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Le tonnage moyen journalier des déchets par région varie de

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Le tonnage moyen journalier des déchets par région varie de 22,60 T/j dans la région de Oued Ed- dahab-Lagouira à 2753,38 T/j dans la région du Grand Casablanca. Cette variation de tonnage est essentiellement liée à la densité des populations.

Les différences de production spécifique journalière entre les régions seraient dues aux modes de vie des populations locales mais aussi, en partie, aux procédures d’évaluation des tonnages.

Aucune étude à l’échelle nationale n’a été faite sur le monde rural. Toutefois une étude du Département de l’Environnement en 1998, limitée à la région de Souss Massa Drâa a montré que la concentration des déchets ménagers est en milieu rural d’environ 0,3 Kg/hab/j. L’extrapolation de ces données au niveau national (population rurale : 12 786 000) donne une production journalière d’environ 3835,8 T/j. La production nationale des déchets ménagers serait donc de 14 760,88 T/j (tableau 4-13).

Tableau 4-13 : Production des déchets ménagers Population Kg/hab/j Production des déchets T/j T/j T/an T/an
Tableau 4-13 : Production des déchets ménagers
Population
Kg/hab/j
Production des déchets
T/j
T/j
T/an
T/an
(x 1000)
(1998)
(1998)
(2000)
(1998)
(2000)
Urbain
14
524
0,75
10 925,08
12 500,00
3 987 654,20
4 500 000
Rural
12
786
0,3
3835,8
5555,55
1 400 067,0
2 000 000
Total
27
310
- 14
760,88
18 055,55
5 387 721,2
6 500 000

Source : Département de l’Environnement, 1998, 1999. Ministère de la Prévision Economique et du Plan, 1998

Ces données sont susceptibles d’augmenter de façon significative 7 (tableau 4-14). Tableau 4-14 : Evolution future
Ces données sont susceptibles d’augmenter de façon significative 7 (tableau 4-14).
Tableau 4-14 : Evolution future de la production des déchets ménagers au Maroc
Année
Population (x1000)
Déchets ménagers (T/an)
Urbain
Rural
Total
2005
30
484
5 220 000
2 380 000
7 600 000
2010
32
628
6 120 000
2 690 000
8 810 000
2020
36
914
8 400 000
3 450 000
11 850 000

Source : Département de l’Environnement 1997

Notons par ailleurs que le taux de production des déchets au Maroc est semblable à celui d’autres pays

arabes et inférieur à celui des pays occidentaux (tableau 4-15).

Tableau 4-15 : Production des déchets dans plusieurs villes et pays Villes et Pays Taux de
Tableau 4-15 : Production des déchets dans plusieurs villes et pays
Villes et Pays
Taux de production (Kg/hab/j)
Maroc
Gaza
Tripoli-el mina (Liban)
Limassol (Chypre)
Etats-Unis
Catalogne (Espagne)
0,75
0,61
0,81
1,26
1,80
1,26

Source : Département de l’Environnement, 1998, 1999

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Le tonnage moyen journalier des déchets par région varie de

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

225

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.3.2. Déchets industriels Si les quantités de déchets ménagers et

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

4.2.3.2. Déchets industriels

Si les quantités de déchets ménagers et leur composition sont assez bien connues grâce aux nombreuses études réalisées dans ce domaine, il n’en est pas de même pour les déchets industriels. En dehors des estimations de production à l’échelle nationale, on ne dispose ni de chiffres au niveau régional, ni de chiffres par activité économique, sauf pour la zone de Casablanca.

En effet, les premiers résultats d’une enquête e ffectuée par l’ONUDI, le Département de l’Environnement et celui de l’Industrie en 1997, sur certaines unités industrielles appartenant à 13 secteurs seulement, ont montré que ces secteurs produisent environ 21 299 T/an de déchets industriels. Tonnage relativement faible par rapport aux estimations nationales de tous les s e c t e u r s industriels (Encadré 4-2). Les projections pour l’an 2005 évaluent cette production à 150 600 T/an.

Encadré 4-2 : Production des déchets industriels des 13 Secteurs étudiés a Casablanca (Nomenclature du Catalogue
Encadré 4-2 : Production des déchets industriels des 13 Secteurs étudiés a Casablanca (Nomenclature du
Catalogue Européen des Déchets)
Code des déchets
Nature des déchets
Production (T/an)
1997
2005
01
00 00
Déchets provenant de l’exploration et de l’exploitation des
mines, et des carrières, et de la préparation et du traitement
ultérieur de minerais
100
104
02
00 00
Déchets provenant de la production primaire de l’agriculture,
de l’horticulture, de la chasse, de la pêche, de l’aquaculture,
de la préparation et de la transformation des aliments.
722
125 266
04
00 00
Déchets provenant des industries de cuir et de textile
3788
6258
06
00 00
Déchets des procédés de la chimie minérale
1212
1233
07
00 00
Déchets des procédés de la chimie organique
3099
7750
08
00 00
Déchets provenant de la fabrication, de la formulation, de la
distribution et de l’utilisation de produits de revêtement
(peinture, vernis, et émaux vitrifiés), mastics et encres
d’impression
781
679
10
00 00
Déchets inorganiques provenant des procédés thermiques
3322
1566
11
00 00
Déchets inorganiques contenant des métaux, provenant du
traitement et du revêtement des métaux, et de
l’hydrométallurgie des métaux non ferrés
-
1281
12
00 00
Déchets provenant de la mise en forme et du traitement
mécanique de surface des métaux et matières plastiques
98
119
13
00 00
Huiles usées (sauf huiles comestibles et catégories
05 00 00 et 12 00 00)
90
448
15
00 00
Emballages, absorbants, chiffons d’essuyage, métaux
filtrants et vêtements de protection (non spécifiés ailleurs)
7274
4725
16
00 00
Déchets non décrits ailleurs dans le catalogue
520
705
17
00 00
Déchets de construction et de démolition (y compris la
construction routière)
275
334
19
00 00
Déchets provenant des installations de traitement des
déchets, des stations d’épuration des eaux usées hors site
et de l’industrie de l’eau
-
123
20
00 00
Déchets municipaux et déchets assimilés provenant des
commerce, des industries et des administrations, y compris
les fractions collectées séparément
7
9
Total
21 299
150 600

Source: ONUDI, 1999

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.3.2. Déchets industriels Si les quantités de déchets ménagers et

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

226

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets D’une manière générale les déchets industriels peuvent se répartir en

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

D’une manière générale les déchets industriels peuvent se répartir en plusieurs catégories selon leur caractère plus au moins dangereux :

déchets non dangereux résultant d’une activité industrielle, minière ou artisanale.

déchets industriels dangereux qui, par leurs constituants ou par les caractéristiques des matières nocives qu’ils contiennent, sont susceptibles de nuire à la collectivité ou à l’environnement. On y trouve essentiellement les déchets org a n i q u e s (hydrocarbures, goudrons, solvants usagés, boues de peinture, etc.), les déchets minéraux liquides (bains de traitement de surface, bains de tannages, acides de décapage, etc.) et les déchets minéraux solides (sable de fonderies, boues d’hydroxydes métalliques, les sels de trempe cyanurés, cendres volantes et résidus de traitement des fumées, etc.).

Les données sur les quantités des diff é r e n t s déchets industriels produits au Maroc sont éparses. Ainsi, on peut citer une étude du Département de l’Industrie et du Commerce en 1994 et l’étude des directives de gestion des déchets du Ministère de l’Environnement, 1997 qui évaluent respectivement la production nationale des déchets industriels entre 800 000 et 930 000 T/an environ. Cette production au titre de l’année 2000 est estimée à environ 974 070 T dont 118 900 T (12,3 %) sont des déchets dangereux.

La répartition de la production des déchets industriels par secteur d’activité et par région montre que les industries agro-alimentaires d’une part et chimiques et para-chimiques d’autre part produisent 483 900 et 145 000 T/an de déchets représentant respectivement 63% et 20% du volume total (Tableau 4-16).

Tableau 4-16 : Répartition de la Production des Déchets Industriels par branche d’activité

Branche industrielle Nature des déchets Quantité de déchets produits (T/an) Industries sucrières boues, écume, sable, bagasse
Branche industrielle
Nature des déchets
Quantité de déchets produits (T/an)
Industries sucrières
boues, écume, sable, bagasse
365 000
Conserveries de poissons et autres
fruits de mer
déchets de poisson
12
400
Huileries et corps gras
terre décolorante, grignon d’olive
77
500
Biosson et tabac
3000
Industries laitières
1000
Industries textile et cuir
chutes de production
35 000
Industrie chimiques et parachimiques
chutes de production, fûts
d’emballage des matières premières
145
000
Industries mécaniques,
métallugiques et électriques
chutes de métaux, sable de fonderies,
calamine
100
000

Source:Département de l'Environnement,1998

La répartition de ces déchets par région montre que la région du Grand Casablanca produit environ 42 % des déchets industriels et 47 % des déchets industriels dangereux produits par le Maroc en

l’an 2000. La production nationale est estimée à environ 974 070 Tpour les déchets industriels et 118 900 T pour les déchets industriels dangereux (Tableaux 4-17 et 4-18).

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets D’une manière générale les déchets industriels peuvent se répartir en

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

227

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-17 : Répartition de la Production des Déchets Industriels

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Tableau 4-17 : Répartition de la Production des Déchets Industriels par région et par secteur

Région Agro- Textile Chimie et Mécanique Métalu. Total alimentaire et Cuir Parachimie Electrique (T/an) Oued Ed-Dahab-Lagouira
Région
Agro- Textile
Chimie et
Mécanique Métalu.
Total
alimentaire
et Cuir
Parachimie
Electrique
(T/an)
Oued Ed-Dahab-Lagouira
Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra.
Guelmim-Es-Semara
Sous-Massa-Draâ
Gharb-Chrarda-Beni Hssen
Chaouia-Ouardigha
Marrakech-Tensift-Al Haouz
l’Oriental
Grand-Casablanca
Rabat-Salé-Zemmour
Doukkala-Abda
Tadla-Azilal
Meknès-Tafilalt
Fès-Boulemane
Taza-Al Hoceïma-Taounate
Tanger-Tétouan
Totaux ( T)
(%)
150
0
220
0
370
290
0 10
0
300
6 590
0
0
10 6
600
49
000
0 13
400
700 63
100
31
400
600
15
000
1
000
48
000
18
200
2 000
13
000
2
700
35
900
33
400
1 200
7
000
100 41
700
19
700
200
7
400
27 300
54
600
211 200
31 300
133 200
34 500
410 200
27
400
4
000
12
200
2 000
45 600
27
600
1
500
89
900
600 119
600
11
500
0
200
0 11
700
28
600
1
100
8
600
500
38
800
28
100
3
200
6
600
600
38
500
2 400
300
300
700 3
700
36 300
4 300
11 600
3 200
55 400
531
830
49 700
318
630
73 910
974 070
55 %
5 %
32
%
8 %
100 %
Source:Département de l'Environnement, 2000
Tableau 4-18 : Répartition de la Production des Déchets Industriels Dangereux par région et par secteur
Région
Agro- Textile
Chimie et
Mécanique Métalu.
Total
alimentaire
et Cuir
Parachimie
Electrique
(T/an)
Oued Ed-Dahab-Lagouira
0 0
30
0 30
Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra.
Guelmim-Es-Semara
Sous-Massa-Draâ
Gharb-Chrarda-Beni Hssen
Chaouia-Ouardigha
Marrakech-Tensift-Al Haouz
l’Oriental
Grand-Casablanca
Rabat-Salé-Zemmour
Doukkala-Abda
Tadla-Azilal
Meknès-Tafilalt
Fès-Boulemane
Taza-Al Hoceïma-Taounate
Tanger-Tétouan
Totaux ( T)
(%)
10 0
10
0 20
120
0
0
0 120
900
0
2
300
100
3
300
600
100
2
300
100
3
100
300
300
2
900
410
3
910
600
200 700
0 1
500
400 0
1 100
5
400
6
900
3 800
4 800
37 600
5
910
52 110
500
500 2
000
400 3
400
500
200 36
100
100 36
900
200 0
0
0 200
500
100 1
200
100 1
900
500
500
800
100 1900
0 0
0
100 100
700 -
1 600
510 3
510
9 630
700 88
640
13 230
118 900
8 %
6 %
75 %
11 %
100 %

Source:Département de l'Environnement, 2000

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-17 : Répartition de la Production des Déchets Industriels

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

228

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.3.3 Déchets médicaux Les établissements hospitaliers rejettent divers types de

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

  • 4.2.3.3 Déchets médicaux

Les établissements hospitaliers rejettent divers types de déchets solides polluants et/ou toxiques dont la gestion et le traitement, présentent une grande complexité, compte tenu de la spécificité et des contraintes propres aux produits rejetés.

Les quantités des déchets médicaux produits par région sont présentées dans le tableau 4-19. La production nationale de ces déchets est estimée à 11 910 T/an dont environ 37 % est produite par les deux régions du Grand Casablanca et Rabat-Salé- Zemmour -Zaer.

Tableau 4-19 : Répartition de la Production des Déchets Médicaux par région.

Régions Quantité produite par les Hôpitaux publics (T/an) Quantité produite par les Hôpitaux Privés (T/an) Total
Régions
Quantité produite par les
Hôpitaux publics (T/an)
Quantité produite par
les Hôpitaux Privés (T/an)
Total
(T/an)
Oued Ed-dahab-Lagouira
Laâyoun-Boujdour-S.H.
Guelmim-Es-Semara
Sous-Massa-Daraâ
Gharb-Chrada-beni Hssen
Chaouia-Ouardigha
Marrakech Tensift Al Haouz
Oriental
Grand Casablanca
Rabat Salé Zemmour Zaer
Doukkala Abda
Tadla Azilal
Meknès Tafilalt
Fès Boulemane
Taza EL Hoceima Taounate
Tanger Tetouan
Total (T/an)
Total (%)
10 0
10
130 10
140
70 10
80
780
70
850
350
40
390
610
50
660
950
70
1.020
490
80
570
1.400
(17%)
680
2.080
1.760
(20%)
680
2.440
520
40
560
280
20
300
870
70
940
660
50
710
280
20
300
720 140
860
9.880 2.030
11.910
80%
20%
100 %

Source : Département de l'Environnement, 2000.

Les risques liés aux déchets médicaux, qui résul- tent surtout de leurs propriétés intrinsèques sont :

la contamination biologique et/ou chimique, l’"agressivité ": caractère piquant ou coupant,

la nuisance visuelle : plastiques, pièces anatomi- ques et reste du sang.

Ces risques

se

présentent

également

lors

du

stockage

des déchets

dans

les

centres

de

soins

(contribution

à

l’apparition

des

infections

nosocomiales) et de leur évacuation avec les déchets ménagers, sans parler de la contamination du milieu naturel

  • 4.2.3.4 Déchets agricoles

Seules des données qualitatives sur les pesticides sont disponibles. En effet, le Maroc, pays exposé aux invasions de criquets migrateurs dispose de grandes quantités de ces composés provenant d’anciens stocks de sécurité de lutte anti-acridienne.

Ces pesticides sont composés de l’hexachlo-

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.3.3 Déchets médicaux Les établissements hospitaliers rejettent divers types de

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

229

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets rohexane en solution huileuse à 10% et 15% et en

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

rohexane en solution huileuse à 10% et 15% et en poudre à 3%, d’appâts de son de blé à 0,05% et de divers pesticides mélangés au gasoil. Les données concernant les quantités exactes de ces produits ne sont pas disponibles.

  • 4.2.3.5 Déchets Radioactifs

L’utilisation des techniques nucléaires dans divers domaines notamment la recherche scientifique, l’industrie essentiellement la santé, (où des techniques nouvelles de diagnostic ont été introduites ces dernières années) produit des déchets radioactifs.

Ces déchets sont de différentes natures : déchets solides (flacons, seringues, aiguilles, gants, blouses, verrerie, emballages contaminés, etc.) et liquides (restes de solutions, liquide de décontamination, urines des patients, etc.).

Les données sur les quantités de ces déchets au Maroc n’existent pas. C’est le Centre de Radioprotection National qui est chargé du contrôle de ce secteur. D’autre part, le Maroc est en train de mettre en place le Centre d’Etudes Nucléaires de la Mâamora qui se consacrera à la recherche dans le domaine nucléaire.

  • 4.2.4 IMPACT SUR LA SANTE

PUBLIQUE

Les décharges non contrôlées ainsi que certains sites d’accumulation des déchets représentent un danger pour notre environnement. Parmi les risques sanitaires qui peuvent en dérouler et les nuisances qui leur sont liées, on relève :

Risque d’incendies : les déchets sont souvent facilement inflammables, ils peuvent s’enflammer par combustion spontanée, quand ils sont mis en tas sans précaution, avec production de fumées malodorantes.

Prolifération des rongeurs et des insectes : les déchets, avant fermentation, constituent la nourri- ture principale des rats, agents directs ou indirects de propagation de graves maladies : peste, fièvre, etc). Ils sont aussi des pôles d’attraction pour les mouches et autres insectes, vecteurs passifs de germes et de virus.

Emanations de gaz toxiques (méthane, hydrogène

sulfureux, etc.), d’odeurs nauséabondes et de

germes qui prolifèrent dans d’ordures.

les poussières

Pollution des ressources en eau : les déchets

risquent de contaminer les nappes d’eau souterraines et/ou les eaux superficielles lorsqu’ils sont déposés sur des terrains non aménagés. Des germes pathogènes et des métaux lourds peuvent alors atteindre la nappe phréatique par infiltration du lixiviat, ou les eaux superficielles par écoulement des eaux de pluie souillées.

Contamination du milieu marin et des eaux de surface par le déversement direct des déchets.

Dégradation du paysage (pollution visuelle) : les paysages urbains et ruraux perdent leur esthétique à cause de l’envol des papiers et des emballages plastiques contenus dans les tas des déchets stockés dans les décharges publiques.

4.2.5 REPONSES

Le devenir des déchets revêt une importance majeure dans le dispositif de gestion globale de la propreté.

Les défaillances de la collecte et des traitements des déchets se produisent surtout dans des régions à forte concentration de population et d’industries. Au fur et à mesure que les villes grandissent, les difficultés s’accentuent. Dans les villes, la collecte des déchets est relativement satisfaisante. Mais les activités de recyclage, d’élimination et de mise en décharge rural n’existent pas.

4.2.5.1 Taux de collecte des déchets

Le taux de collecte des déchets ménagers au Maroc est relativement satisfaisant et il varie entre 71,58 et 100% (Tableau 4-20). Quant au pourcentage des rues balayées au moins une fois par semaine, qui reflète en principe les efforts de nettoiement, il est très variable et il peut aller de 30 à 100%.

En ce qui concerne les déchets industriels et médicaux aucune information cohérente n’est disponible : mais les taux de collecte seraient de 100% puisque les unités de production industrielle et les hôpitaux assurent eux-mêmes cette tâche, si elle n’est pas effectuée par la commune.

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets rohexane en solution huileuse à 10% et 15% et en

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

230

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-20 : Collecte des Déchets Ménagers Région Collecte (%)

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Tableau 4-20 : Collecte des Déchets Ménagers Région Collecte (%) Balayage au moins une fois /
Tableau 4-20 : Collecte des Déchets Ménagers
Région
Collecte (%)
Balayage au moins
une fois / semaine (%)
Oued Ed-Dahab-Lagouira
Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra.
Guelmim-Es-Semara
Sous-Massa-Draâ
Gharb-Chrarda-Beni Hssen
Chaouia-Ouardigha
Marrakech-Tensift-Al Haouz
l’Oriental
Grand-Casablanca
Rabat-Salé-Zemmour
Doukkala-Abda
Tadla-Azilal
Meknès-Tafilalt
Fès-Boulemane
Taza-Al Hoceïma-Taounate
Tanger-Tétouan
100
100
100
100
85,71
90
75,5
68
90
-
98,57
91,43
71,58
-
97,14
58,5
92,5
98
98
30?
88
100
73,22
45,75
91,31
40
95,7
76
97
63
- -

Source: Département de l'environnement, 1999

4.2.5.2 Mise en décharge

La plus grande partie des déchets ménagers collectés est acheminée vers les décharges publiques sauvages. Il faut signaler que la plupart des municipalité, sauf Rabat, n’effectuent pas la couverture systématique des ordures. D’une manière générale, la gestion des décharges souffre d’un manque de moyens matériels et financières et de l’absence de techniques de gestion adaptées.

72% du volume total des déchets industriels sont stockés dans les usines ou dans des lieux dépendant des entreprises et aménagés à proximité des unités de production (on y entrepose boues, sable, chutes de ferrailles, fûts, etc.) et 5% sont évacués vers les d é c h a rges publiques ou des décharges sauvages (chutes de matières premières, peaux, tissus, reste de poisson, épluchures de fruits et légumes, produits agricoles, fûts métalliques ayant servi à l’emballage des produits chimiques, etc.).

Quant aux déchets médicaux, étant donné la défaillance des incinérateurs, une grande partie doit être évacuée dans les décharges publiques.

4.2.5.3 Pourcentage des déchets recyclés ou traités

4.2.5.3.1 Déchets ménagers

Les données sur le recyclage sont limitées. La récupération se déroule à différents niveaux (éboueurs, récupérateurs de rue, etc.), d’une manière informelle et non organisée. En général le pour- centage des déchets recyclés reste faible. Mais il est sûrement beaucoup plus élevé que les données fournies lors de l’enquête effectuée par le Dépar- tement de l’Environnement en 1999. En effet, on manque de données exactes sur ce secteur et les informations sur les chiffres d’affaires des grossistes qui jouent le rôle d’intermédiaires entre les récupérateurs et les sociétés de recyclage ne sont pas disponibles (Tableau 4-21).

Pour ce qui est du traitement de ces déchets, il faut noter qu’actuellement aucune unité de compostage n’est opérationnelle. En effet, la nouvelle unité d’Agadir attend toujours le changement de son statut (passage du secteur public au secteur privé) et celle de Rabat qui traitait il y a deux ans environ 50 000 tonnes de déchets par an, est aujourd’hui hors service.

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-20 : Collecte des Déchets Ménagers Région Collecte (%)

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

231

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-21 : Recyclage et Traitement des Déchets Ménagers au

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Tableau 4-21 : Recyclage et Traitement des Déchets Ménagers au Maroc Région Déchets (%) Recyclés Traités
Tableau 4-21 : Recyclage et Traitement des Déchets Ménagers au Maroc
Région
Déchets (%)
Recyclés
Traités
Oued Ed-Dahab-Lagouira
-
0
Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra
-
0
Guelmim-Es-Semara
-
0
Sous-Massa-Draâ
3,33
0
Gharb-Chrarda-Beni Hssen
-
0
Chaouia-Ouardigha
1
0
Marrakech-Tensift-Al Haouz
0,2
0
l’Oriental
-
0
Grand-Casablanca
-
0
Rabat-Salé-Zemmour
2
0
Doukkala-Abda
-
0
Tadla-Azilal
-
0
Meknès-Tafilat
-
0
Fès-Boulemane
0,09
0
Taza-Al Hoceïma-Taounate
1,99
0
Tanger-Tétouan
-
0

Source: Département de l'environnement, 1999

4.2.5.3.2 Déchets industriels

23% du volume total sont réutilisés dans les procédés de fabrication ou cédés à des tiers en vue d’une réutilisation ou revalorisation (bagasse des sucreries, grignon des huileries traditionnelles, chutes de laine, caoutchouc, bois, certains métaux, etc.).

Pour le traitement de ces déchets, les quelques incinérateurs existants sont localisés dans certaines sociétés comme la pharmacie (produits périssables et hautement dangereux) ou l’agro-alimentaire. Certaines de ces sociétés o ffrent leurs services pour l’incinération des déchets à d’autres compagnies qui sont parfois

obligées de respecter un cahier de charges ou des normes internationales. Les prix pratiques sont compris entre 10 à 20 DH/Kg.

4.2.5.3.3 Déchets médicaux

La part traitée est très variable et dépend de la capacité des incinérateurs ou des brûleurs mis en place par le Ministère de la Santé dans les hôpitaux publics (Tableau 4-22 et 4-23) ou par le secteur privé dans certaines unités de soins. La capacité d’incinération globale (déchets médicaux et déchets de saisi) dans la région de Casablanca est estimée par le Département de l’Industrie et du Commerce à 1000 T / a n .

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-21 : Recyclage et Traitement des Déchets Ménagers au

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

232

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-22 : Situation du Parc des Brûleurs Dans les

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Tableau 4-22 : Situation du Parc des Brûleurs Dans les Hôpitaux Publics en 1998

Province Hopital Capacité Date Taroudant H. Taroudant 150 l/heure 1992 Tiznit H. El Fatwaki 200 l/heure
Province
Hopital
Capacité
Date
Taroudant
H. Taroudant
150
l/heure
1992
Tiznit
H. El Fatwaki
200
l/heure
1978
Sidi Kacem
H. Ouazane
4
kg/heure
1996
Tan-tan
H. Hassan II
3
kg/heure
1994
Ouarzazate
H. Sidi Hssain
2
Kg/heure
1983
El Kelaa
CDST
2
kg/heure
1994
H. Assalama
2
ke/heure
1996
Essaouira
HSB Abdellah
2
kg/heure
1978
El Jadida
SIAAP
2
kg/heure
1996
C/S S.Benour
2 k/heure
Beni Mellal
H. Provincial
3
kg/heure
1988
H. My Ismail
3
kg/heure
1988
Benslimane
H. Benslimane
25 l/heure
1996
Tétouan
H.B Karriche
3
kg/heure
1994
CDST
3
kg/heure
Sidi Kacem
CDST Kacem
2
kg/heure
1996
CDST Ouazane
2
kg/heure
1996
Fès Médina
H. Omar Drissi
50 l/heure
1964
Berkane
H. Edarrak
2
kg/heure
1995
Figuig
H. Figuig
3
kg/heure
1995
Meknès El Menzeh
H. My Ismail
2
kg/heure
1993
Matérnité
2
kg/heure
1995
Errachidia
H. My Ali Chérif
H. Erfoud
CDST Guelmime
50
l/heure
1971
50
l/heure
1985
50
l/heure
1985
Meknès Esmailia
CDST
50
l/heure
1960

Source: Ministère de la Santé, 1998

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-22 : Situation du Parc des Brûleurs Dans les

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

233

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-23: Situation du parc des incinérateurs dans les hôpitaux

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Tableau 4-23: Situation du parc des incinérateurs dans les hôpitaux publics en 1998

Province Site Spécifications techniques Casablanca H. d’Enfants Capacité Type et marque Date d’installation Fonctionnalité : 15kg/heure
Province
Site
Spécifications techniques
Casablanca
H.
d’Enfants
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 15kg/heure
: Pyrolitique-Muler
:
: Ne fonctionne pas
Fès
H. Al Chassani
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 35kg/heure
: Pyrolitique-Axter
: 1997
: Bonne
Meknès
H. Mohamed V
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 35kg/heure
: Pyrolitique-Axter
: 1997
: Bonne
Sidi Kacem
H.
Provincial
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 15kg/heure
: Agazoil-Indéterminée
: Indéterminée
: Aréformer
Taza
H. Ibn Baja
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 15kg/heure
: Pyrolitique-Muler
: 1990
: Moyenne
Rabat
H. Ibn Sina
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 50kg/heure
: Pyrolitique-Muler
: Indéterminée
: Bonne
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 15kg/heure
: Pyrolitique-Muler
: 1989
: Bonne
Centre National de
Transfusion Sanguine
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 45kg/heure
: Pyrolitique-Muler
: 1995
: Bonne
Marrakech Ménara
H. Ibn Tofail
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 35kg/heure
: Pyrolitique-Muler
: 1997
: En cours de démarrage
Boulmane
H. Outat El Hadj
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 2,5kg/heure
: 1 chambre-RBL Riello
: 1995
: Faible et limitée
H. Marche Verte
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 2kg/heure
: 1 chambre-RBL Riello
: 1995
: Faible et limitée
Kénitra
H. El Idrissi
Capacité
Type et marque
Date d’installation
Fonctionnalité
: 35kg/heure
: Pyrolitique-Muler
: 1997
: En cours

Source: Ministère de la Santé, 1998

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Tableau 4-23: Situation du parc des incinérateurs dans les hôpitaux

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

234

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.54 Privatisation du secteur des déchets L’insuffisance des ressources financières

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

4.2.54 Privatisation du secteur des déchets

L’insuffisance des ressources financières amène plusieurs communes à envisager la participation du secteur privé comme la solution du problème de la collecte et du traitement des déchets. Ainsi, des communes comme Nador, fès-médina, Hay Hassani (à Casablanca), Essaouira, Agdal-Riyad (à Rabat) et bientôt d’autres communes (Meknès, Casa, etc) ont opté pour la privatisation de la collecte des déchets ménagers. Ces initiatives sont d’une grande importance pour le développement du secteur. Mais

d’autres actions complémentaires restent nécessaires pour assurer la continuité et l’évolution de l’entreprise:

privatisation

ménagers,

de

l’élimination

des

déchets

collecte et gestion des déchets industriels et médicaux.

Toutefois, pour atteindre les objectifs escomptés initialement, ces privatisation doivent être faites dans les règles (Encadré 4-3).

Encadré 4-3 : Préalables à la privatisation du secteur des déchets

Pour réussir une opération de privatisation, un certain nombre de conditions doivent être réunies. On peut citer :

Définition du service: le service actuel et la servie attendu du secteur privé doivent tous deux être bien définis en vue d’assurer des appels d’offres adéquats, bien documentés et concurrentiels.

Suivi et mesure des performances: le service doit être défini de façon à pouvoir être facilement suivi et de manière à mesurer les résultats conformément au contrat.

Economie d’échelle: en général, le secteur privé arrive à réduire ses coûts en étant plus performant au niveau de la gestion de ses équipements et de ses ressources humaines. Cette efficacité bénéficie des économies d’échelle et augmente avec l’ampleur de l’activité de service eu égard à l’ensemble des ressources de l’exploitant.

Concurrence: la réussite d’une opération de privatisation nécessite l’existence d’entreprises privées qualifiées pour fournir la prestation. Un nombre suffisant de ces entreprises est aussi nécessaire pour avoir des appels d’offres concurrentiels. L’absence de compétition peut entraîner des coûts de services élevés et une situation de monopole.

Privatisation partielle: si c’est nécessaire le passage d’un service public vers le secteur privé doit se faire par étapes. En règle générale, moins de 50% du service pourrait être compris dans l'opération de privatisation initiale. Ceci permet au secteur public de continuer à assurer ce service en cas de défaillance du secteur privé. Quand le secteur privé a démontré ses capacités à fournir le service, la privatisation peut être alors étendue au reste du système.

Responsabilité et contrôle : La privatisation ne supprime pas totalement la responsabilité du secteur public qui demeure responsable auprès de la population, de la prestation en fin de parcours et doit toujours assurer le contrôle et le suivi des activités de l'exploitant. Un partenariat public- privé permettrait de résoudre ce problème.

Source : GTZ, 1995

4.2.5.5 Projets

Au fur et à mesure que les régions se développent et que la population prend de plus en plus conscience de la dégradation de son environnement, un lien étroit s’instaure entre la gestion des déchets et la qualité de l’environnement. Les gestionnaires de ce secteur sont ainsi appelés à trouver des solutions

urgentes. A cet effet, plusieurs projets ont été lancés dont les plus importants sont cités ci-dessous.

4.2.5. 5.1 Projets réalisés

Afin d’améliorer la gestion du secteur des déchets au Maroc, plusieurs projets ont été mis en oeuvre notamment en partenariat avec des org a n i s m e s internationaux tels que la Banque Mondiale (Fès),

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.54 Privatisation du secteur des déchets L’insuffisance des ressources financières

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

235

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets l’USAID (Meknès, Azrou, Ouled Teima), le Gouvernement allemand (Larache) et

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

l’USAID (Meknès, Azrou, Ouled Teima), le Gouvernement allemand (Larache) et le Gouvernement danois (Tanger et Khemisset).

D’autres projets concernant la gestion des déchets ont été réalisés tels que :

Réalisation d’une enquête pour le diagnostic et la gestion de déchets solides à l’échelle locale. Les résultats de cette enquête ont été présentés dans des ateliers régionaux et au cours du séminaire national sur la gestion des déchets solides organisé à Rabat en 1999. Ce travail a pour objectif de mettre en place un plan d’action concerté pour la gestion des déchets solides au Maroc.

Réalisation d’un guide d’amélioration de la gestion des déchets solides au profit des ingénieurs et techniciens des collectivités locales (aspect technique), ainsi que les présidents des conseils municipaux. Ce guide vise à aider les responsables locaux à prendre la bonne décision pour l’amélioration de la gestion des déchets .

Réalisation d’une

étude sur les Directives

Nationales pour l’amélioration de la gestion des

déchets solides au Maroc en coopération avec l’Agence Japonaise Internationale pour la Coopération (JICA). Cette étude avait pour objectifs :

Le diagnostic de la situation actuelle de la gestion des déchets solides ;

La formulation de directives visant à améliorer la gestion des déchets solides au niveau national et municipal ;

L’élaboration

d’un

projets

de

loi

sur

les

déchets ; La mise en place de décharges contrôlées ; La mise en place de ponts bascules et ; L’étude de la gestion des déchets médicaux, industriels et dangereux. Elaboration d’un projet d’étude pour la création d’un Centre National d’élimination des déchets dangereux, industriels et hospitaliers dans l’axe Casablanca-Mohammedia, ainsi qu’un programme

régional pour la gestion des déchets solides de la région de Tanger en coopération avec l'Agence Allemande (GTZ) ..

Etude de la gestion des déchets industriels de la Zone Casa- Mohammedia, cette étude a été réalisée dans le but d’améliorer la qualité et la quantité des déchets industriels dans la région du grand Casablanca avec la mise en place d’une bonne vision concernant l’élimination de ces déchets. Cette études, la première de ce genre au Maroc, a pour objectif d’améliorer la gestion des déchets industriels par le biais de la mise en place d’unités de traitement spécialisées pour chaque type de déchets.

Ces projets se sont cependant limités à des études d’optimisation et aucune réalisation n’a vu le jour à l’exception de l’unité de compostage d’Agadir.

Par ailleurs, un autre projet qui consiste à réhabiliter une décharge sauvage à Akreuch a vu le jour dans la wilaya de Rabat-Salé. Cette décharge, mise en service en 1985, reçoit environ 151 700 tonnes par an de déchets (ménagers, industriels, médicaux, etc.). Les effets négatifs sur l’environ- nement sont multiples : dégradation importante des ressources en eau, dégagement d’odeurs nausé- abondes et prolifération de parasites.

Pour remédier à cette situation, que l’on retrouve dans toutes les décharges marocaines, la wilaya a délégué la gestion de cette décharge à une société privée qui devra assurer :

la création de nouveaux accès à la décharge afin

d’exploiter les zones qui

n’étaient pas accessibles,

la couverture des zones comblées,

le drainage et l’évacuation des lixiviats vers l’Oued Bouregreg.

Bien que ces actions ne permettent pas une protection totale de l’environnement (ressources en eau, etc.), elles sont très importantes pour assurer un bon fonctionnement d’une décharge sauvage et pour garantir un meilleur passage vers la nouvelle d é c h a rge Aïn Aouda en réhabilitant la décharg e actuelle d’Akreuch.

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets l’USAID (Meknès, Azrou, Ouled Teima), le Gouvernement allemand (Larache) et

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

236

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.5.5.2 Projets en cours Parmi les projets en cours on

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

  • 4.2.5.5.2 Projets en cours

Parmi les projets en cours on peut citer :

le Schéma Directeur d’Assainissement Solide de la wilaya de Rabat-Salé.

Les

projets

de

décret et d'arrêté relatifs

respectivement à la mise en place de décharges contrôlées et à la gestion des sachets en plastiques;

L'étude relative à la gestion des déchets industriels et hospitaliers élaborée dans le cadre de la coopération maroco-allemande et qui a proposé l'installation d'un centre national de traitement de ces déchets;

Le plan régional de la gestion des déchets solides de la région de Ta n g e r-Tétouan en cours d'élaboration, dans le cadre du Projet de Gestion de l'Environnement, avec la participation de la GTZ.

  • 4.2.5.5.3 Projets prévus

Afin, d’assurer la viabilité des futures entreprises dans le domaine des déchets, il serait judicieux de limiter, voire interdire les initiatives isolées et de réaliser, comme il a été envisagé dans le projet de loi sur la gestion des déchets :

un plan national de gestion des déchets dangereux, des plans directeurs préfectoraux ou provinciaux de gestion des déchets ménagers et assimilés, industriels non dangereux, médicaux et inertes.

Ces plans dresseront notamment les bilans de la quantité et de la nature des différents types de déchets et définiront les objectifs et les mesures de réduction ou d’élimination. C’est seulement de cette manière et avec l’adoption du projet de loi que des projets bien conçus peuvent voir le jour pour la solution définitive du problème.

En attendant, des mesures doivent être prises pour améliorer progressivement la situation actuelle:

Amélioration de l’hygiène et de l’esthétique urbaine par l’organisation du réseau et la fréquence de collecte et du déversement des déchets.

Fermeture progressive ou réhabilitation de certains dépotoirs et création de décharg e s contrôlées pour les zones très dégradées.

Réalisation de projets pilotes, d’actions de démonstration, de sensibilisation et d’éducation environnementale pour changer le comportement du citoyen et des autres intervenants à l’égard des déchets.

Encouragement des initiatives privées pour la promotion de sociétés de service dans les domaines de la collecte, du tri et du recyclage des déchets et l’aménagement et l'exploitation des décharg e s contrôlées.

Réduction du volume des déchets par l’application des principes " producteur-payeur " pour réduire les quantités arrivant aux décharges, et " pollueur- payeur " pour diminuer la pollution produite par les déchets dangereux et toxiques.

4.2.5.6. Responsabilité

En

absence

d’une

loi

déchets, la responsabilité

spéciale relative aux

de

ce

secteur

est mal

définie et

reste

partagé,

sans

cohérence

ni

complémentarité, entre un certain nombre

d’intervenants.

4.2.5.6.1 Intervenants

D i fférents

ministères

interviennent

dans

le

domaine de la gestion des déchets au Maroc:

Ministère de l’Intérieur : ce Ministère a la tutelle des communes. En effet, si les communes sont autonomes en matière de gestion des déchets ménagers, leur budget et leurs investissements sont soumis au contrôle du Ministère de l’Intérieur.

Ministère de la Santé : ce Ministère est l’autorité compétente pour la gestion des hôpitaux et des centres de soins. Il est donc responsable de la gestion des déchets produits par ces établissements.

Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural : ce Département intervient dans l’identifi- cation des sites de décharges, essentiellement dans les régions forestières, ainsi que dans la mise en place des unités de compostage de Rabat).

Ministère de l’Equipement : ce Ministère est l’autorité compétente en matière de ressources en eau et par conséquent intervient dans le choix des sites de décharges.

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.5.5.2 Projets en cours Parmi les projets en cours on

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

237

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets • Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l'Energie et des

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l'Energie et des Mines : ce Ministère est l’autorité de tutelle des activités commerciales et industrielles. A ce titre, il a un rôle de conseil pour l’élimination de leurs déchets et pour la mise en place de filières de valorisation.

Département de l’Environnement : malgré son engagement dans différents milieux et secteurs d’activités, c’est un département de mission et non de gestion. Il s’occupe principalement de la coordination, de la collecte des données, des études, de l’élaboration des lois, de la réglementation, des normes et directives ayant trait à l’environnement.

4.2.5.6.2 Réglementation

Au Maroc, le principal handicap du secteur réside dans un contexte juridique relativement peu favorable, notamment, à cause de l’inadaptation de certains textes juridiques anciens et de la lenteur dans l’adoption des nouveaux textes.

Parmi les textes en vigueur, on peut citer :

Le dahir du 25/ 8/1914 qui porte sur la réglementation des établissements insalubres, incommodes ou dangereux. Ces établissements sont soumis au contrôle et à la surveillance de l’autorité administrative. Ils sont divisés en trois classes suivant la nature des opérations qui y sont effectuées ou les inconvénients qu’ils présentent au point de vue de la sécurité, de la salubrité ou de la commodité publique.

Le dahir du 8/ 12/ 1912, complété par le dahir du 30/ 7/ 1918, relatif aux mesures sanitaires pour la protection de l’hygiène publique, confère aux pachas et aux caïds des pouvoirs spéciaux pour assurer l'hygiène publique et la salubrité en ville. L’arrêté ministériel du 18/ 1/1950 interdisant l’installation de certains industries dans les villes et les centres délimités par arrêté.

Charte communale du 30/ 9/ 76 : cette charte confie aux collectivités locales l’assainissement liquide et solide. En effet, l’article 30 du dahir n° 1- 7-583 relatif à l’organisation communale dispose que le " conseil communal règle par délibérations les affaires de la commune et, à cet effet, décide des

mesures à prendre pour assurer à la collectivité locale son plein développement économique, social et culturel ". Pour ce faire, "il décide de la création et de l’organisation des services publics communaux et de leur gestion soit par voie de régie ou autonome, soit par concession ".

Loi 12-90 sur l’urbanisme : cette loi précise que le Schéma Directeur d'Aménagement Urbain qui prévoit notamment " les endroits devant servir de dépôt aux ordures ménagères " doit être, préalablement à son approbation, soumis aux conseils communaux concernés ; Quant au Plan d’Aménagement prévu par la même loi, il doit définir des servitudes à établir dans l’intérêt de l’hygiène, de la sécurité et de la salubrité publique.

Loi 10-95 sur l’eau : cette loi a prévu d’une manière générale la réglementation des dépôts:

elles interdit de déposer ou d’enfouir des déchets solides dans le domaine public hydraulique. Les agences de bassin, en cours de création, seront chargées dans le cadre de cette loi de surveiller les risques potentiels que représentent les décharges.

Concernant les textes en cours de promulgation :

Projet de loi relatif à la lutte contre la pollution de l’atmosphère: ce projet de loi vise l’interdiction d’émettre, de déposer, de dégager ou de rejeter dans l’atmosphère des polluants au-delà des normes fixées par voie réglementaire. Ces polluants se présentent comme suit: poussière, substances i n o rganiques essentiellement sous forme de poussière, substances inorganiques essentiellement sous forme de vapeur, de gaz ou de particules et substances cancérigènes.

Projet de loi relatif à la gestion des déchets et à leur élimination: ce projet se fixe comme objectif principal de prévenir la pollution, de protéger la santé de l’homme et l’environnement contre les e ffets nocifs dus aux déchets en incitant à la réduction de leur production et leur valorisation, la mise en décharge contrôlée, l’organisation du transport et l’information du public. Elle classe les décharges en trois catégories selon la nature des déchets. Ce projet de loi s’applique aux déchets ménagers et assimilés, déchets inertes, industriels, médicaux et dangereux. Il s’applique aussi aux

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets • Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l'Energie et des

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

238

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets épaves maritimes, aux épaves d’aéronefs, ainsi qu’aux cadavres d’animaux. 4.2.5.6.3

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

épaves maritimes, aux épaves d’aéronefs, ainsi qu’aux cadavres d’animaux.

  • 4.2.5.6.3 Infrastructures physiques

Les infrastructures

physiques de gestion

des

déchets appartiennent à 4 types de structures :

Centres de dépôts des déchets ménagers : Ils sont situés en des points précis de la ville, correspondant souvent aux dépôts des services techniques. Ce sont essentiellement des points de transfert pour les déchets ménagers amenés par charretons ou dumpers, et pour les déchets de nettoiement.

Décharges publiques: installées généralement sur des terrains communaux et caractérisées par l’absence de clôture, de voies de circulation, de gardiennage, etc. Les sites sont trop souvent choisis au hasard des terrains disponibles, sans études d’impact sur l’environnement.

Usines de compostage : seuls six villes marocaines ont été dotées d’usines de traitement des ordures ménagères par compostage. La majorité de ces usines ne fonctionnent pas: T é t o u a n , Meknès, Casablanca et Marrakech. Celle de Rabat est la seule encore en fonctionnement, mais elle se heurte à beaucoup de problèmes : mauvaise qualité et donc mévente du compost, diff i c u l t é s d’élimination des refus ; elle est actuellement en arrêt " temporaire ". L’unité située à Agadir, vient d’être mise en service à titre de pilote et ne peut être, par conséquent, évaluée.

Unités d’incinération : ces unités, en très faible nombre, traitent essentiellement des déchets médicaux et rarement des déchets industriels. Aucune norme environnementale n’est respectée par ces unités dont la plupart sont classées comme étant des brûleurs plutôt que des incinérateurs.

  • 4.2.5.6.4 Coût raisonnable ou excessif

Il faut distinguer entre deux catégories de coûts:

les dépenses d’investissement et les frais d’exploitation. Les dépenses d’investissement comprennent l’acquisition du foncier, les études techniques et administratives, l’acquisition du matériel et l’aménagement du site. Les frais d’exploitation comprennent l’ensemble des coûts

associés à la gestion quotidienne: ils vont des salaires aux dépenses d’entretien du matériel.

Toutefois, aucun texte spécial ne régit la gestion des déchets. Les dispositions actuelles se limitent à la protection des biens publics, (notamment les installations hydrauliques), et aux règles imposées aux établissements incommodes, insalubres ou dangereux etc. Cette réglementation ne constitue cependant pas un système cohérent applicable aux deux catégories du secteur des déchets qui peuvent entraîner des obligations financières.

Les dispositions de la Charte Communale peuvent certes être invoquées, mais dans une certaine limite seulement. En effet, certains articles énumèrent les dépenses obligatoires de la communauté urbaine et des communes notamment pour :

les salaires, indemnités et cotisations sociales du personnel ainsi que le coût des tenues de travail pour les agents qui y ont droit de par leur statut,

les dépenses nécessaires à l’entretien des installations communales et des ouvrages connexes, tels les réseaux d’assainissement, les canalisations et les châteaux d’eau,

les dépenses nécessaires pour assurer la salubrité et l’hygiène de la collectivité locale, notamment la lutte contre les maladies épidémiques.

Ainsi, les obligations des collectivités locales se limitent à l’entretien des installations actuelles. Quant à l’obligation de nettoyer la voirie, de débarrasser la ville des déchets et de les éliminer proprement, elle ne peut être invoquée que dans le cadre de la préservation de l’hygiène et de la salubrité publique. Si les dépenses y afférentes sont obligatoires, l’évaluation de leur importance est laissée à l’appréciation discrétionnaire des besoins, lors de l’élaboration et de mise en oeuvre des

budgets.

Cette situation a été mise en évidence dans l’étude relative aux directives nationales pour l’amélioration de la gestion des déchets qui a montré que la somme totale des dépenses d’investissement des collectivités locales, dans le domaine des déchets (collecte, transport et élimination), était entre 1990 et 1994 de 700 millions de dirhams.

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets épaves maritimes, aux épaves d’aéronefs, ainsi qu’aux cadavres d’animaux. 4.2.5.6.3

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

239

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Le tableau 4-24 montre que si les dépenses de fonctionnement

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Le tableau 4-24 montre que si les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 79%, celles des investissements n’ont augmenté que de 9%. Les

investissements dans le secteur des déchets solides n’ont été que de 3,4% des investissements totaux, soit seulement 700 millions de DH.

Tableau 4-24 : Dépenses totales des Collectivités Locales entre 1990 et 1994 (en millions Dh) Dépenses
Tableau 4-24 : Dépenses totales des Collectivités Locales entre 1990 et 1994 (en millions Dh)
Dépenses
1990 1991
1992 1993
1994 Total
% augmentation
Fonctionnement
3426,6
4043,3
4636,0
5463,4
6137,0
23
706,3
79
Investissement
3916,1
4216,5
4133,5
4477,8
4281,9
21
025,8
9
Total
7342,7
8259,8
8769,5
9941,2
10 418,9
44
732,1
42

Source : Département de l’Environnement, 1997

A titre de comparaison, ce montant ne couvrirait que le coût de 7 unités de compostage accéléré (élimination tout simplement) d’une capacité de 100 000 tonnes (Tableau 4-25). Il apparaît ainsi que

le coût d’une bonne gestion de tous les déchets au niveau national est actuellement hors de portée des collectivités locales.

Tableau 4-25: Coût D’investissement par Procédé de traitement des Déchets M : Millions & H.T.: Hors
Tableau 4-25: Coût D’investissement par Procédé de traitement des Déchets
M : Millions & H.T.: Hors taxes)
Procédés
Emprise au sol (m 2 )
Investissements
(M. DH)
Prix de revient par
tonne traitée (DH H.T)
Recette par tonne
Traité (DH)
Compostage accéléré
Méthanisation
Incinération avec
pré-traitement
20
000
100
150 6
à 10
16
000
170
310 70
à 110
18
000
250 à 350
1 000
80 à 90

Source: MI, 1998

D’autre part, l’absence d’une redevance spécifique est responsable en grande partie de cette situation. En effet, les ressources des collectivités locales ont trois origines : taxes locales, part de la TVA et emprunts (Tableau 4-26). Parmi les taxes on peut citer la taxe d’édilité (édile : personne chargée d’un service municipal), fixée au prorata (10%) de la

valeur locative des logements occupés, prélevée par l’administration centrale et reversée aux communes pour financer les services municipaux, mais pas uniquement la collecte et le traitement des déchets. Une autre taxe peut être citée, taxe d’enlèvement des déchets des jardins, des déchets industriels et des matériaux ou délais abandonnés sur la voie publique.

Tableau 4-26 : Ressources Financières des Collectivités Locales Entre 1990 et 1994 (En Millions De Dh)
Tableau 4-26 : Ressources Financières des Collectivités Locales Entre 1990 et 1994 (En Millions De Dh)
Source
1990
1991
1992
1993
1994 % augmentation
1990-94
Taxes locales
Part de TVA
Emprunt
Total
2
816
3
418
3
784
4
549
4
786
70
3
565
4
019
4
447
4
375
4
560
28
961,7
822,8
538,5
1
017
1072
12
7342 8 259,8
8 769,5
9
941
10 418,9
42

Source: Département de l’Environnement, 1997

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Le tableau 4-24 montre que si les dépenses de fonctionnement

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

240

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.2.4 Manque à gagner du budget communal Les différentes matières

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

4.2.2.4 Manque à gagner du budget communal

Les différentes matières recyclables présentes dans les déchets ménagers et industriels peuvent être récupérées, pour le réemploi ou le recyclage, à différents niveaux du circuit des déchets :

Avant la collecte sur les lieux de stockage des déchets, Pendant la collecte par le personnel, Sur la déchargée Ces matériaux rejetés constituent une richesse que se partagent les différents intervenants informels (récupérateurs, grossistes, etc.) aux trois niveaux énoncés ci-dessus en lésant ainsi les collectivités locales qui pourraient utiliser ces ressources pour améliorer le rendement du service des déchets 6 (Tableau 4-10).

Par ailleurs, la partie organique des déchets se prête bien au compostage dont le principe repose sur une minéralisation par fermentation aérobie. Toutefois, dans toutes les expériences menées au Maroc, la commercialisation du compost a été diff i c i l e parce qu’il était de mauvaise qualité (compost non mûr chargé de plastiques, métaux, etc.).

Les collectivités locales ont ainsi perdu des recettes importantes qui pourraient d’une part être utilisées à l’amélioration du secteur, et d’autre part produire un double bénéfice :

augmentation de la durée d’exploitation des décharg e s par diminution des quantités qui y par-viennent ;

protection de l’environnement.

Le développement du tourisme local et international qui s’est orienté ces dernières années vers des sites écologiques (tourisme vert) serait ainsi facilité.

4.2.7 CONCLUSION

L’opinion publique marocaine réclame la protection de l’environnement et une gestion écologique des déchets :

elle a pris conscience des menaces visibles sur la santé de la population et son cadre de vie (développement de mouches et d’insectes sur les sacs d’ordures accumulés dans les rues, dégradation de l’esthétique des villes et des campagnes par l’envol des déchets et notamment des sachets en plastique, etc.) ainsi que des risques que courent les ressources naturelles et l’environnement en général ( Tableau 4-27). L’amélioration de cette situation se heurte à d’énormes obstacles qui dépassent parfois les capacités des d i fférents intervenants dans ce secteur. Parmi ces défis on peut citer notamment :

Le flux des déchets est en progression sous l’effet de la poussée démographique et de la croissance économique .

Les autorités locales ne disposent que de moyens financiers et techniques insuffisants ou en baisse constante.

Le secteur informel joue un rôle dans la gestion du volume des déchets, notamment par la récupération de matériaux à valeur économique. Bien qu’elles soient utiles, ces activités du secteur informel s’accompagnent souvent de risques considérables.

La mobilisation de ressources financières et humaines complémentaires pour une gestion améliorée des déchets se heurte souvent à la concurrence d’autres besoins sociaux d’infrastructures de développement.

Tableau 4-10 : Potentiel de Vente de Matières Recyclables dans les Déchets Ménagers d’un Quartier résidentiel à Essaouira

Matières recyclables Quantité mensuelle (Kg) Prix (DH par Kg) Potentiel de vente mensuel Papier/carton 27 144
Matières recyclables
Quantité mensuelle (Kg)
Prix (DH par Kg)
Potentiel de vente mensuel
Papier/carton
27 144
0,20
5429
Plastique
6264
0,75
4698
Métaux
3132
0,20
626
Verre
2088
0,10
209
Total
38 128
- 10
962

Source: Enda Maghreb, 1998

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets 4.2.2.4 Manque à gagner du budget communal Les différentes matières

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

241

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets • Les possibilités d’implication du secteur privé ou des ONG

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Les possibilités d’implication du secteur privé ou des ONG dans la gestion des déchets sont limitées par des obstacles juridiques et financiers qui les écartent de cette activité économique.

Pour relever ces défis, divers efforts sont nécessaires prenant en considération un certain nombre d’aspects :

Une gestion efficace des déchets solides exige une approche intégrée : toute intervention influe sur les autres éléments du système. Ainsi, par exemple le taux de recyclage peut conditionner la faisabilité des installations de compostage.

L’ e ffort requis pour parvenir à une gestion efficace des déchets est souvent gigantesque. Un examen attentif et

concret des pratiques actuelles et de leurs défaillances peut permettre de concevoir des innovations ou seulement des améliorations du système immédiatement applicable. Dans un domaine aussi complexe des progrès sur le terrain ont un e ffet d’entraînement et une dynamique qui mène à des pratiques eff i c a c e s .

Compte tenu de la complexité de la plupart des problèmes liés à la gestion des déchets dans les pays à économie moyenne, des " catalyseurs " sociaux, réglementaires et économiques sont obligatoires pour enclencher une dynamique qui permettra la solution de ces problèmes dans leur intégralité.

Tableau 4-27 : Récapitulatif des Principaux Indicateurs Pression-Etat-Réponse (Caractérisation du Secteur des Déchets au Maroc) Type
Tableau 4-27 : Récapitulatif des Principaux Indicateurs Pression-Etat-Réponse (Caractérisation du
Secteur des Déchets au Maroc)
Type de déchets
indicateurs
Déchets ménagers
Déchets industriels
Déchets médicaux
Etat:
• Composition des décharges
• Consistance des déchets ménagers
• Potentiel de vente des déchets ménagers
• Dégradation du paysage
• Détérioration des ressources naturelles
• Risque d’incendies
• Prolifération des rongeurs et d’insectes
• Pollution des ressources en eau
• Emanation des gaz toxiques
• Absence de recettes de recyclage
• Saturation rapide des décharges
• Mauvaise exploitation des déchets fermentescibles
Pression:
• Production T/an
• Production en milieu urbain T/an
• Production en milieu rural T/an
6 500 000
974 070
11 910
4 500 000
2 000 000
• Répartition de la production des déchets
industriels par branche d'activité
et par région
• Production des déchets industriels
dangereux
118 900
• Répartition de la production des déchets
industriels dangereux par branche
d'activité et par région
• Répartition de la production des déchets
médicaux par région
Réponses:
• Taux de collecte
• Balayage
71,58 à 100%
30 à 100%
100%
100%
-
-
• Recyclage
0,1 à 3,3%
23%
-
• Traitement
0
- -
Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets • Les possibilités d’implication du secteur privé ou des ONG

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

242

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Références Bibliographiques 1. Collecte, traitement et valorisation des ordures ménagères

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Références Bibliographiques

1.

Collecte, traitement et valorisation des ordures ménagères du quartier Skala. Essaouira. Maroc, ENDAMaghreb,

 

1998.

2.

Séminaire sur la privatisation de la collecte et le traitement des ordures, Ministère de l’intérieur, 1992.

3.

Manuel pratique à l’élimination des déchets solides municipaux, Secrétariat d’état chargé de l’environnement,

 

1999.

4.

Schéma directeur d’assainissement solide de la Wilaya de Rabat-Salé, Ministère de l’intérieur, 1998.

5.

Gestion des déchets solides de la Wilaya de Rabat-Salé, LPEE et ONEP, 1999.

6.

Déchets hospitaliers : situation alarmante, Alalaui, 1998, dans le journal, 23.11.98.

7.

Directives nationales pour l’amélioration de la gestion des déchets solides, Ministère de l’Environnement, 1997.

8.

Conférence nationale sur la gestion des déchets solides au Maroc, Secrétariat d’état chargé de l’environnement,

 

1999.

9.

Approche pour une stratégie nationale sur la gestion et de traitement des déchets hospitaliers, Ministère de la santé, 1999.

10.

Stratégie nationale pour la protection de l’environnement et le développement durable, Ministère de

l’environnement, 1995.

11.

Situation des rejets industriels au Maroc, Ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, 1994.

12.

Annuaire de statistique du Maroc, 1998, Ministère de la prévision économique et du plan.

13.

Atelier sur la gestion des déchets solides à Agadir, Secrétariat d’état chargé de l’environnement, 1998.

14.

Gestion des déchets industriels et dangereux au Maroc, Département de l’Environnement, 1998.

15.

Gestion des déchets industriels dans la zone du grande Casablanca, Secrétariat d’état chargé de l’environnement,

Ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, (ONUDI), 1999.

16.

Evolution du marché des produits phytosanitaires au Maroc, El Harmouchi, 1996.

17.

Les Lixiviats de la décharge d’Aakreuch, caractérisation et impact sur les ouvrages de l’ONEP, ONEP, 1998.

18.

Collecte et traitement des ordures ménagères au Maroc, Ministère de l’Intérieur, 1995.

19.

Projet " Protection et Gestion des Ecosystèmes Forectiers du Rif ". Note de présentation du projet, Direction Régionale des Eaux et Forêts du Rif. 1998.

20.

Effet de la mise en culture dans la zone de l’Aarid sur le statut de la matière organique : observations expérimentales et modélisation. Thèse de DES, faculté des sciences Université Mohamed V. Rabat, El Alami K.

 

1997.

21.

Participation du secteur privé dans la gestion des déchets, GTZ, 1995.

22.

Les causes économique de la dégradation du milieu naturel, le cas de la province d’Azilal. Séminaire National sur l’Aménagement des Bassins Versants. 18-23 Janvier. MARA/MEFPF/PNUD/FAO, Estrade R. 1988.

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Références Bibliographiques 1. Collecte, traitement et valorisation des ordures ménagères

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

243

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc 244
Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc 244

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc 244

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

244

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc 245

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc 245

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

245

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc 246

Chapitre IV

Milieux Humains Déchets

Chapitre IV Milieux Humains ✦ Déchets Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc 246

Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc

246