Vous êtes sur la page 1sur 25

C

M

J

N

G

C

M

J

N

G

C

M

J

N

G

DossierDossierDossierDossierDossierDossierDossierDossierDossier Une chance de récupérer Yebda, Meghni QUOTIDIEN
DossierDossierDossierDossierDossierDossierDossierDossierDossier
Une chance
de récupérer
Yebda, Meghni
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N°830 PRIX 20 DA
et Abdoun
MARDI
14
Coulibaly révèle
AVRIL 2009
MCSMCSMCSMCSMCS22222-----JSKJSKJSKJSKJSK44444
MCSMCSMCS 222 --- JSKJSKJSK 444
MCS 2 - JSK 4
«J’ai des en
contacts
Allemagne»
LesLesLesLesLesLesLesLesLes KabylesKabylesKabylesKabylesKabylesKabylesKabylesKabylesKabyles
MEGHNI
forts
forts
forts
forts
forts
forts
Plushaut
Plushaut
Plushaut
Plushaut
forts
forts
«Je laisse
Plushaut
Plushaut
Plushaut
Plushaut
forts
Plushaut
la porte
ouverte à
HANNACHI
l’Algérie»
«Pourtant,
Abdeslamsuspendu face à Blida
certains
ont dit
ASO 2 - USMA 1
qu’on
n’avait
MCA 1 - CRB 1
Battus par
pas
d’équipe»
des grévistes
Année
Année
Année
Année
Année
Année
Année
Année
Ouznadji
Année
et Herkat
blanche
blanche
blanche
blanche
blanche
blanche
blanche
blanche
blanche
OUT
face à l’ASK
pour le
pour le
pour le
pour le
pour le
pour le
pour le
pour le
pour le
USMH 1 - MSPB 0
El Harrach
Mouloudia
Mouloudia
Mouloudia
Mouloudia
Mouloudia
Mouloudia
Mouloudia
Mouloudia
Mouloudia
sauvé par
ses juniors
RCK 1 - MCEE 3
KERBADJKERBADJKERBADJKERBADJKERBADJKERBADJKERBADJKERBADJKERBADJ KERBADJ
Kouba
quitte la D1
en cassant
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
«Le Mouloudia ne sera plus
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
le bienvenu au 20-Août»
Michel
Michel
Michel
Michel
Michel
Michel
Michel
Michel
Michel
Michel
«La
«La
«La
«La
«La
«La
«La
«La
«La
«La
Coupe
Coupe
Coupe
Coupe
Coupe
Coupe
Coupe
Coupe
Coupe
Coupe
arabe,
arabe,
arabe,
arabe,
arabe,
arabe,
arabe,
arabe,
arabe,
arabe,
j’y
j’y
j’y
j’y
j’y
j’y
j’y
j’y
j’y
j’y
crois
crois
crois
crois
crois
crois
crois
crois
crois
crois
encore»
encore»
encore»
encore»
encore»
encore»
encore»
encore»
encore»
encore»
crois crois crois encore» encore» encore» encore» encore» encore» encore» encore» encore» encore»

«La perspective de jouer pour l’Algérie est intéressante»

Champion du monde U17 avec l’équipe de France en 2001, Hassan Yebda, 25 ans, joueur du Benfica Lisbonne, ne peut actuellement pas jouer avec la sélection algérienne, puisqu’il n’avait pas effectué les dé- marches administratives à temps, avant d’avoir bouclé ses 21 ans, pour pouvoir jouer avec le maillot de son pays d’origine. Il avait même exprimé publiquement dans nos colonnes, dans une interview qu’il nous avait accordée l’année der- nière alors qu’il était au Mans, son vœu de défendre les couleurs de l’Algérie. A présent qu’il y a possi- bilité qu’il porte le maillot national si la nouvelle réglementation est adoptée par la FIFA, l’optimisme est de rigueur à nouveau. «La pers- pective de jouer pour l’Algérie est in- téressante», nous a-t-il déclaré au téléphone dimanche soir. «Je ne sa- vais pas qu’il y avait ce projet de rè- glement, mais s’il passe et est adopté, pourquoi pas jouer pour l’Algérie, qui reste mon pays d’ori- gine ?» Yebda, qui n’a jamais évolué chez les A en France, serait éven- tuellement l’élément le plus intéres- sant pour l’Algérie, tant il rayonne cette saison avec le Benfica. C’est le joueur le plus utilisé dans l’équipe et aussi la révélation de la saison. «Reste désormais à attendre la pro- mulgation de ce règlement. Lorsque ce sera fait, nous en reparlerons», a- t-il conclu.

F. A-S.

2
2

Le Buteur n°830 Mardi 14 avril 2009

DOSSIER

Un projet de loi bientôt examiné par la FIFA

Une chance pour récupérer Yebda, Meghni et Abdoun

Anthar Yahia, le premier à avoir été autorisé à jouer pour l’Algérie en 2003
Anthar Yahia, le premier à
avoir été autorisé à jouer
pour l’Algérie en 2003

qui n’ont jamais joué en équipe de France A, pourraient avoir ue nouvelle chance de chisir entre la France et l’Al-

gérie à la lumière ‘une nouvelle dispo- sition de loi qui permettra aux joueurs de plus de 21 ans qui n’ont joué que pour les jeunes catégories de la sélec- tion du pays d’accueil de pouvoir jouer dans la sélection du pays d’origine.

Dans le présent dossier, nous tente- rons de faire le point sur les raisons qui ont poussé certains à tourner le dos au pays et faire un pas vers la raison du cœur pour d’autres.

Tout se décidera en juin lors du Congrès de la FIFA

Basta cette fois ! Le gaspillage et l’in- justice n’ont que trop duré. Plusieurs fédérations africaines dont celle de l’Algérie ont monté un dossier en béton pour demander à la FIFA d’élar- gir les délais d’âges (actuellement fixés à 21 ans) aux joueurs binationaux et permettre aux footballeurs concernés de faire un choix définitif vers 25 ans, voire plus. Ceci, bien évidemment, s’ils n’ont jamais évolué avec les A. Jusque- là, seuls les joueurs de moins de 21 ans peuvent aspirer à changer de sélection. Le 59 e congrès de la FIFA, qui aura lieu aux Bahamas du 31 mai au 03 juin prochains, sera donc des plus animés, tellement le bras de fer s’annonce ardu. En effet, ce sera à cette occasion que sera débattu le sort de ces joueurs entre la FIFA et les fédérations qui en auront fait la demande. Les textes sti- pulent qu’il faudrait qu’il y ait au moins trois fédérations à en faire la re-

(Lazio)

quête pour que le Congrès accepte d’en débattre. «Ce qui est largement dé- passé», selon une source autorisée de la FAF qui nous a affirmé que «le dos- sier algérien est déjà prêt et bien ficelé même.»

Farès Bousdira :

le premier Franco- Algérien piégé par la FFF

Hassan Yebda (Benfica) :
Hassan
Yebda
(Benfica) :

P lusieurs joueurs franco-al-

gériens ayant évolué dans

les sélections des jeunes en

équipe de France regrettent

aujourd’hui amèrement de

ne plus pouvoir jouer pour l’Algérie.

Surtout après que leurs espoirs de re- joindre les Nasri et Benzema chez les

A se soient évaporés avec le temps. A

défaut de pouvoir gagner leur place avec les Bleus, certains joueurs ont revu leurs ambitions à la baisse en ou- vrant une brèche pour la sélection al- gérienne qu’ils peuvent rejoindre, s’ils n’ont pas encore dépassé l’âge limite de

21 ans. Si pour ceux-là, le rêve d’une car- rière internationale devient une réa- lité, pour d’autres, le constat est âcre et amer. L’exemple le plus frappant est celui de Camel Meriem. Ce joueur, bien que des plus talentueux et fort prometteur, n’a jamais réussi à accroî- tre son volume de jeu de façon à at- teindre le niveau requis pour une place parmi les Bleus. Avec ses quatre sélections dont une comme titulaire seulement, Meriem se retrouve piégé

et hors du circuit international. C’est

aussi le cas de Mourad Meghni pour l’instant, mais qui espère (lire l’inter- view) prendre une revanche sur son sort. Meghni, tout comme Yebda et Abdoun pour ne citer que ces trois-là

Le premier joueur franco-algérien à avoir été sacrifié dans l’histoire com- mune entre la FAF et la FFF est un certain Farès Bousdira né le 20 sep- tembre 1953 à Taher (Jijel) et qui a joué entre autres à Lens, Nice et An- gers dans les années 70/80. Ce milieu de terrain buteur a été repéré par les responsables du football français qui l’ont sélectionné le 24 avril 1976 en match amical France-Pologne (2-0) à Lens, (entré à la 56 e minute), pour le bloquer à tout jamais. Il ne rejouera plus avec les Bleus, ni avec les Verts sur lesquels il a un œil à ce jour. La FFF avait à la même époque tenté une ap- proche similaire avec Mustapha Dah- leb qui a refusé la convocation de Michel Hidalgo pour répondre à celle de Rachid Mekhloufi.

N. D.

Mourad Meghni

«Je laisse la porte ouverte à la sélection algérienne»

Il est question d’une nouvelle réglementation qui sera étudiée par le congrès de la FIFA et qui devrait permettre à des joueurs qui, comme vous, ont joué sous les couleurs d’un pays dans les jeunes caté- gories de pouvoir évoluer sous les couleurs d’un autre pays en senior, sans restriction d’âge.

Attendons d’abord que le texte soit adopté au début juin et voir si cette possi- bilité existe. Si ce sera le cas, pourquoi pas ? Je laisse toujours la porte ouverte à la sé- lection algérienne. Porter le maillot algé- rien est une fierté. Suivez-vous le parcours de l’équipe nationale algérienne ? Oui, et je suis très contents de ses résul- tats ces derniers mois. Je pense qu’elle est bien engagée dans la voie vers la Coupe du monde. Suivez-vous, en Italie, les prestations du nouvel international algérien Ab- delkader Ghezzal ? Absolument. Je suis très content de sa réussite. Il a les qualités d’un grand joueur et il marque des buts. Il sera d’un grand apport pour la sélection algérienne. Votre club, la Lazio, s’est repris de manière éclatante en dominant l’AS

Roma dans le derby de Rome. Est-ce le début du redressement ? Il est vrai que nous avons traversé un passage à vide, mais cette victoire dans le grand derby de la ville nous fait du bien. Nous espérons terminer la saison tout aussi forts, afin de gagner une place pour une compétition européenne. Que pensez-vous de la mauvaise passe de Bologne, votre ancien club, qui est en position de relégable ? Cela me fait très mal, car c’est à Bologne que j’ai signé ma première licence de pro- fessionnel. C’est le club qui m’a donné ma chance et ce qui lui arrive me fait de la peine. J’espère que l’équipe se ressaisira en fin de saison et parviendra à sauver sa tête.

Entretien réalisé par Ahmed Lakrout

à sauver sa tête. Entretien réalisé par Ahmed Lakrout Seriez-vous favorable à cette régle- mentation, si

Seriez-vous favorable à cette régle- mentation, si elle venait à être adoptée ? Oui, j’y serai favorable. Ce projet de réglementa- tion, s’il est adopté, me permettrait de jouer en sélec- tion algérienne. Je crois que ce serait très positif pour des joueurs dans mon cas. Peut-on comprendre par là que vous viendriez en sélection algérienne, dans le cas où cette ré- glementation serait adop- tée ?

Jacques Faty pourrait jouer pour le Sénégal L’éventuelle adoption de la nouvelle réglementation de la
Jacques Faty pourrait
jouer pour le Sénégal
L’éventuelle adoption de la nouvelle réglementation de
la FIFA ne fera pas des heureux en
tirer profit. Il en est ainsi du Sénégal
Algérie seulement. Plusieurs pays pourront en
rait bénéficier des services du défenseur Jacques Faty, ancien de l’Olympique
qui pour-
de Marseille et
actuellement à Sochaux. Faty avait été champion du monde des U17 en 2001 avec la France
aux côtés de Hassan
mais n’avait pas fait le nécessaire pour pou-
Yebda et
Mourad Meghni,
voir jouer avec le Sénégal
lorsque la réglementation permettant de
changer de pays avait été
adoptée en 2003. Comme il n’a jamais été convoqué
en équipe de France A, il pourrait, si la
Domenech fait-il «ferrer» délibérément les
étrangers ?
passait, jouer pour le Sénégal, son pays d’origine
nouvelle réglementation

Depuis plusieurs années, le sélectionneur de l’équipe de France, Raymond Domenech, est soupçonné de «ferrer» de jeunes joueurs d’origine étrangère en les convoquant juste quelques fois, juste pour qu’il ne puissent pas, par la suite, opter pour la sélection de leur pays d’origine, et en les oubliant par la suite. Cela avait été le cas de Camel Meriem, convoqué seulement 3 fois il y a cinq ans, et de Bafetimbi Gomis, retenu pour l’Euro-2008 en Suisse et en Autriche, mais plus jamais convoqué par la suite, ce qui a empêché ce joueur de jouer pour le Sénégal. Il en est de même du Marocain Adil Rami, convoqué l’année dernière en A’. On ne sait pas si Domenech comptait réellement sur ces joueurs ou bien le faisait avec des arrière-pensées.

tion française A. C’est le cas notamment de Camel Me- riem qui compte 4 sélec-
tion française A. C’est le cas
notamment de Camel Me-
riem qui compte 4 sélec-
tions en équipe de France
seniors. Cela s’est passé
en 2004 et, depuis, il n’a
plus été appelé en sélec-
tion. Depuis, Meriem a
regretté quelque part son
choix, mais il ne peut
plus revenir en arrière.

CCaammeell MMeerriieemm nnoonn ccoonncceerrnnéé

S i des joueurs comme Dja- mel Abdoun, Mourad Meghni et Hassan Yebda, qui n’ont jamais joué en se-

niors pour la France, pourraient jouer pour la sélection algérienne, dans le cas où la nouvelle régle- mentation serait adoptée par le congrès de la FIFA, ce ne sera pas possible pour d’autres qui, pour leur malheur (ou bonheur ?), ont déjà porté les couleurs de la sélec-

3 Le Buteur n°830 Mardi 14 avril 2009 DOSSIER Djamel Abdoun «Prêt à jouer pour
3
Le Buteur n°830 Mardi 14 avril 2009
DOSSIER
Djamel Abdoun
«Prêt à jouer
pour l’Algérie»
Wallah mon frère que je ne sais pas. (Il se tait un
moment, puis d’air désolé, il reprend). C’est peut-
être mieux structuré dans les autres pays, je ne sais
pas. C’est en tout cas ce que les gens pensent de l’Al-
gérie de loin.
un public en or en Algérie.
C’est ce qui leur manquera avec l’équipe de
France aussi, non ?
Ce n’est pas pareil. Nous les Algériens sommes
un peu comme les Brésiliens. Je suis sûr qu’il y a
tout pour réussir
aujourd’hui en Al-

Votre nom revient dans les coulisses de l’EN d’Algérie. Certains joueurs font tout pour vous intégrer parmi les Verts. Surtout après la rumeur insistante sur un très probable rema- niement de la réglementation FIFA. Com- ment vivez-vous tout cela ? Franchement, cela m’enthousiasme beaucoup. Mais je ne savais rien de ces probables change- ments. Dans ma tête, un joueur qui a été sélec- tionné en jeunes et chez les Espoirs en équipe de France avait jusqu’à 21 ans pour faire un choix, s’il est binational comme moi et tant d’autres. Ce n’est qu’hier matin que j’ai reçu un appel de Rafik Saïfi qui m’a expliqué que j’allais avoir encore la chance de choisir de jouer pour l’Algérie.

Cela vous ouvre d’autres perspectives du côté

des Verts. Franchement, vous êtes tenté par la sélection algérienne

dit beaucoup de bien de l’Algérie et de la sélection. Il parle de l’Algérie avec beaucoup de passion. Il a eu un discours très touchant, très convaincant. Il m’a dressé un tableau de l’organisation de l’EN et franchement, j’ai été très séduit par ce que Rafik m’a raconté. Il m’a dit que ce que racontent les gens de l’EN n’étaient que des clichés anciens que ces der- nières années, tout a été fait pour que les joueurs se sentent très à l’aise et que l’EN est gérée de manière très professionnelle.

Le côté organisationnel de l’EN, c’est ce qui vous a le plus convaincu ? Il n’y a pas que cela. Moi, je vous dis que le fait d’être sollicité par les siens peut suffire à opter pour l’Algérie. Je suis un Algérien à 100% et c’est une fierté de le dire, de l’être et de jouer pour les Verts.

Qu’est-ce qui pousse les jeunes footballeurs algériens qui réussissent en

Ligue 1 à choisir presque systématiquement les Bleus par rapport aux Verts ? Est- ce l’effet Zidane ? C’est bien beau de se com- parer à Zidane, mais des Zi-

dane, il n’y en a qu’un seul. Maintenant, il ne faut pas faire dans l’hypocrisie. Jouer en équipe de France est très valorisant. C’est quand-même l’une des meilleures équipes du monde ! Le challenge est très séduisant pour un jeune joueur qui émerge et qui se voit sé- lectionné chez les jeunes et dans l’équipe de France Espoirs. Seulement, les jeunes ne voient pas venir le danger et ne savent pas qu’ils peuvent être piégés pour le restant de leur carrière. Si c’est pour être sé- lectionné une ou deux fois pour ne plus jamais y retourner et être bloqué comme Meriem, Meghni et tous les au- tres, il faudra bien réfléchir avant de se lancer vers les Bleus.

Pourtant Rafik Saïfi vous a bien raconté comment c’est géré de l’intérieur, non ? Les joueurs sont choyés dans de grands hô- tels, ils perçoivent des

«Je vais bientôt me marier et ce sera avec une vraie mouslima al hamdoulillah»
«Je vais bientôt me marier
et ce sera
avec une vraie
mouslima al hamdoulillah»

gérie. Les jeunes doivent y croire désormais. Il faut trouver un moyen pour que tous les

bons joueurs algé- riens qui jouent en France et en Europe en soient convaincus. Le moment est venu pour re- dresser les choses en fa- veur des Verts.

primes quand il le faut et ils ont tous les honneurs de joueurs interna- tionaux. Que doit-on leur offrir de plus ? C’est clair, mais

je n’en sais pas trop. Mais c’est

vrai que d’après ce que m’a raconté Rafik, tout est très bien structuré en équipe d’Algérie. Franchement, je ne peux pas ré- pondre à une telle question. C’est vrai que c’est dés- olant de voir tous ces joueurs piégés. Mais personnelle- ment, je vous as- sure que je ne savais pas que cette règle existait. Sinon, j’aurais vite pris une décision.

Qu’espérez-vous au juste aujourd’hui ? Moi, je vous le dis clairement : si le sélectionneur de l’équipe d’Algérie veut bien m’appeler, je suis prêt à venir m’entretenir avec lui pour intégrer l’équipe. Je pense que M. Saâdane est quelqu’un qui connaît très bien le football. Je pense donc que c’est un vrai projet qu’il a pour la sélection algérienne. Tout cela est très intéressant.

Peut-on écrire que Djamel Abdoun est aujourd’hui deman- deur d’une sélection parmi les Verts ? Non, je ne suis pas de- mandeur au sens péjora-

tif du terme. Maintenant si vous voulez insinuer que je suis demandeur des couleurs nationales d’Algérie, je peux dire que ce sera une fierté pour moi de porter le maillot du pays. Je joue titulaire dans un club de Ligue 1. Je peux donc apporter

quelque chose à l’EN d’Algérie. C’est une fierté pour moi de représenter mon pays. En clair, si le sélec- tionneur est prêt à m’appeler, moi aussi je

le sélec- tionneur est prêt à m’appeler, moi aussi je Boudebbouz de So- chaux et Feghouli

Boudebbouz de So- chaux et Feghouli de Grenoble hésitent en- core pour faire leur choix. Que pouvez- vous leur dire, vous qui êtes passé par la même situation il y a deux ou trois ans de cela ? Qu’ils se renseignent auprès des proches de la sélection algérienne,

?

à

«Je suis un Algérien

100% et c’est une fierté

de l’être et de

de le dire,

pour les Verts»

jouer

Eh bien oui, ça me tente vraiment. Il ne faut pas oublier que l’Algérie, c’est aussi mon pays, même si j’ai grandi en

France. Il y a aussi le fait que l’Algérie possède une très grande équipe avec beaucoup de joueurs que je connais, comme Belhadj, Karim Ziani, Rafik (Saïfi), Yacine Bezzaz, Madjid Bougherra…Tous ceux-là, je les connais très bien. Je me dis qu’il y a une très bonne équipe. Donc pourquoi pas faire quelque chose ensemble pour réussir à se qualifier en Coupe du monde et en Coupe d’Afrique, parce qu’il y a vraiment quelque chose à faire pour les couleurs du pays.

qu’ils voient s’il y a un projet autour des Verts. S’ils voient que c’est ten-

tant, pourquoi hésiter ? Ils auront tout à gagner avec l’Algérie. Qu’espèrent-ils du côté des Bleus ? Ils n’ont qu’à regarder l’âge des joueurs titulaires en équipe de France. Benzema a 20 ans, Benarfa 21, Lassana Diarra en a 23, Ribéry 25… Ils sont tous très jeunes. Ce qui veut dire qu’ils en ont encore pour plusieurs années au sein des Bleus. Que vont faire donc des joueurs comme Feghouli et Boude- bouz ? Ils devront être plus forts que ces joueurs pour espérer gagner leur place au sein de l’équipe

Vous serez donc vrai- ment partant avec les Verts, si cela se dé- bloque ? Inch’Allah.

avec les Verts, si cela se dé- bloque ? Inch’Allah. Est-ce que les jeunes footballeurs al-

Est-ce que les jeunes footballeurs al- gériens de France sont au moins conscients de ce danger que leur ten- dent les responsables du football français ? Franchement, je ne peux pas vous ré- pondre. Personnellement, j’en suis conscient, mais je crois que beaucoup de joueurs commencent à comprendre le piège. J’espère que ça va se généraliser pour qu’on arrête de voir des joueurs de talent privés, comme Meriem ou Meghni, d’une carrière internationale qui aurait pu être très riche avec leur pays d’origine. Mais je pense que rien n’est fait au hasard.

C'est-à-dire ? Eh bien, les joueurs écoutent beaucoup les avis

des agents. Ils sont très bien entourés. Ce ne sont pas les joueurs qui décident comme

ça sur un coup de tête.

Que vous ont-ils dit personnel- lement à l’époque où votre car- rière commençait à se dessiner ? Moi, ils ne m’ont rien dit à l’époque. Mais aujourd’hui, on me conseille vraiment d’aller jouer pour l’Algérie.

C’est ce que vous dit votre agent aujourd’hui ? S’il y a un bon projet autour de l’EN algérienne, pourquoi pas ? De toutes les façons, on ne va pas tous aller en équipe de France ! Donc d’après ce que m’a confié Rafik (Saïfi), il allait s’en occuper et on va voir.

Dites-nous Djamel, pourquoi y a-t-il toujours plus d’Algériens à vouloir opter pour l’équipe de France que de Marocains ou d’Ivoiriens et autres Africains ? Pourquoi est-ce que seuls les Algériens sont aussi volontaires à opter pour les Bleus au détriment des Verts ?

Dites-nous franche- ment, pourquoi ne pas avoir opté pour la sélection algérienne avant 21 ans, comme l’ont fait Ziani, Bel- hadj, Yahia et les au- tres ? Franchement, je ne connaissais pas du tout cette réglementation sur la limite à 21 ans. Si je de-

vais faire un choix entre l’équipe de France et l’équipe d’Algérie, j’aurais eu besoin de connaître la position du sélectionneur à mon égard pour savoir si c’est juste pour me pren- dre une ou deux fois ou si c’est pour faire un long chemin ensemble. L’Algérie a toujours été dans mon cœur et cela personne ne pourra me l’enlever.

Vous avez fait les sélections des jeunes en équipe de France. Vos amis algériens et votre entourage dans la famille ne vous ont-ils pas un peu reproché ce choix aux dépens des Verts ? Non, pour la simple raison que personne ne m’avait sollicité du côté algérien. Je n’allais tout de même pas m’imposer de force ! De plus, j’avais fait les sélections des -18, des -19 et un petit peu en Es- poirs, je suivais mon chemin tranquillement avec les Bleus, sans avoir la moindre sollicitation du côté algérien.

Aviez-vous espéré une convocation du côté algérien ? Peut-être. J’aurais eu au moins à trancher entre les deux sélections. Mais je n’avais rien reçu du côté algérien.

Est-ce que des gens vous ont poussé vers l’équipe d’Algérie ? Oui, mais surtout Rafik Saïfi. Comme on a joué ensemble à Ajaccio, on se connaît très bien. Il m’a

«Saïfi ma parlé de lAlgérie

de passion.

avec beaucoup

Il a eu un discours très tou-

chant, très convaincant»

de France.

Vous êtes originaire de quelle région en Algé- rie ? Nous sommes origi- naires d’Akbou en Ka- bylie. Mon père comme

ma mère sont de là-bas.

Vous parlez en arabe ou en kabyle ? Thaqvaylith. Hadragh ala thaqvaylith. Le kabyle, je ne parle que kabyle. On me l’a appris depuis que j’ai ouvert les yeux.

Êtes-vous déjà allé à Akbou ? Cela fait cinq ans que je n’y suis pas retourné et je peux vous assurer que ça me manque beaucoup. Je compte d’ailleurs y retourner au mois de juin inch’Allah.

Quels sont les échos que vous recevez du bled au sujet de votre carrière ? Vos cousins vous appellent-ils d’Akbou ? Non, les cousins sont tous en France. Il ne reste pas grand- monde là-bas. Mais notre maison y est encore. Nous y retournons dès que c’est possible.

Un petit mot pour les gens d’Akbou ? Je leur transmets un grand salam et je leur donne rendez-vous pour cet été inch’Allah.

«Hadragh taqvaïlith. Akbou me manque beaucoup. J’ai prévu d’y aller en juin prochain inch’Allah»
«Hadragh
taqvaïlith.
Akbou
me
manque
beaucoup.
J’ai
prévu
d’y aller
en
juin
prochain
inch’Allah»

suis prêt à venir.

Un mot aux jeunes qui sont dans la même situation que la vôtre il y a quelques années ? Je ne veux pas leur

donner de faux es- poirs. Mais c’est vrai que s’ils sont très bons, l’équipe de France peut les intégrer au sein des Bleus. Sauf que de l’autre côté, ils risquent de se voir piégés et rater une place parmi les Verts. Rien que de penser à l’EN d’Algé- rie avec ce public incomparable de 80 spectateurs en délire, ça me donne la chair de poule. Ils doi- vent savoir que jouer dans une ambiance pareille est un privilège.

Et ils pourront jouer la Coupe du monde aussi avec l’Algérie ! En plus, oui ! Arracher une qualification en Coupe du monde devant un public aussi chaud, ça doit être extraordinaire. Franchement, nous avons

Vous êtes marié Djamel ? C’est pour bientôt inch’Allah.

Une Algérienne ou une Française ? Ni l’une ni l’autre. C’est une Marocaine. Mais le plus important, ce n’est pas la nationalité de la femme. Pour moi, il s’agit avant tout de savoir si c’est une mouslima ou pas et ma femme est Mu- sulmane Alhamdoulillah.

Entretien réalisé par Nacym Djender

Suzanne au pays des merveilles Le retour des égarés de France Coucou ! Je suis
Suzanne
au pays des
merveilles
Le retour des
égarés de
France
Coucou ! Je suis enfin de retour les gars.
Ça fait vraiment plaisir de retrouver
l’ambiance du Buteur. Franchement
j’étais impatiente de revenir parmi vous.
Je sais que ça ne va pas plaire à tout le
monde, mais ceux qui sont contre de-
vraient se trouver un moyen pour se
réadapter. Les gens me croyaient morte
et enterrée. Beaucoup d’entre vous se de-
mandaient ce qui m’était arrivé. M’a-t-
on donné un congé de 10 ans pour se
débarrasser de moi ? Le patron du jour-
nal avait-il eu des pressions pour me
faire taire et laisser tranquilles ceux qui
me servent de cibles ? Finalement, il n’y
a rien de tout cela. Je me suis juste repo-
sée pendant l’élection présidentielle pour
apprécier les mouvements des Algériens
s’affairant comme jamais à coller les af-
fiches sur les murs pour salir un peu
plus nos villes. Mais bon, pour une fois
que les Algériens travaillent avec fer-
veur, on ne va pas le leur reprocher ! Je
voudrais évoquer ce matin le cas des
joueurs franco-algériens qui veulent re-
venir à la raison, après avoir été dérai-
sonnés pendant longtemps en tournant
le dos à leur pays d’origine. J’ai franche-
ment envie de leur dire d’aller se faire
voir ailleurs s’ils n’étaient pas aussi
jeunes. C’est la réaction d’un Algérien
normalement constitué, non ? Mais à les
voir faire le pas vers le pays, je ne peux
m’empêcher de freiner mes élans des-
tructeurs en leur tendant les deux bras
ouverts et les accueillir fraternellement.
Car le fait qu’un joueur continue à dire
qu’il a toujours été Algérien et fier de
l’être est une preuve d’attachement sin-
cère. Même Zidane, Benzema et Nasri
ont gardé le même respect pour l’Algé-
rie. Le simple fait de les entendre pro-
noncer ces paroles de fierté nous
réchauffent le cœur. Certes, leur amour
pour le drapeau vert-blanc- rouge n’a
pas le même poids devant celui de Ziani,
Yahia ou Bougherra qui nous donnent
la chair de poule à chaque fois qu’ils évo-
quent l’Algérie. Mais ce n’est pas une rai-
son pour qu’on les traite de renégats.
Surtout pas ceux qui veulent rentrer à la
maison après tant d’années d’errance. En
vrai, on ne doit s’en prendre qu’à nous-
mêmes dans cette histoire. Car c’est à
l’Algérie et la FAF précisément qu’in-
combe la responsabilité de vendre
l’image de l’EN à l’étranger. C’est à la FAF
de mettre en place une structure capable
d’expliquer aux jeunes Franco-Algériens
qu’ils ont plus à gagner en jouant en Vert
qu’en Bleu. On n’a pas le droit de repro-
cher à un ado de 17 ou 19 ans de choisir
entre ce qui est brillant et ce qui est
terne. Ceux qui ont participé à l’élection
présidentielle peuvent donner des cours
dans ce sens aux responsables de la
FAF !
Suzanne Amokrane
suzanneamokrane@yahoo.fr

4 Le Buteur n°830 Mardi 14 avril 2009

Akrour

dissuade Feghouli

Amr Zaki fait encore des siennes à Wigan Les dirigeants de Wigan n’ont pas eu
Amr Zaki fait
encore des
siennes à Wigan
Les dirigeants de
Wigan n’ont pas eu le
temps de décolérer
des déboires que leur
a fait subir Amr
Zaki, que l’interna-
tional égyptien en a
rajouté une couche.
En effet, l’attaquant
des Pharaons a de
nouveau irrité son
entraîneur et les responsables du club an-
glais en se faisant surprendre à la sortie
d’un pub de Manchester à une heure très
avancée de la nuit, la veille de la défaite
contre Arsenal (4-1). Le porte-parole de
Wigan n’a pas hésité à réagir à cette nou-
velle incartade du joueur dans le journal
The Mirror.
«Amr Zaki n’est pas un
exemple pour les jeunes»,
selon le porte- parole de
Wigan »
«Nous
avons
effectivement
surpris
Amr Zaki sortant de cet endroit très
tard la nuit. Nous savons bien qu’il
n’était pas concerné par le match
contre Arsenal, mais ceci n’est
pas une excuse pour se com-
porter de la sorte. Il donne
une image dégradante du
club. Ce n’est pas l’exemple à
conseiller aux jeunes », a-t-il
indiqué en assurant que le
club ne laissera pas un tel
Adjaoud,
recruteur de Genk
Madjid Adjaoud,
vous vous en rappelez
? C’est
ce milieu
défensif travailleur qui a joué avec Dziri à
Sedan et qui a disputé
une dizaine de matchs
avec les
Verts
vers 99/2000.
Après
une carrière bien
remplie
qui l’a mené à
Istres,
Sedan, Valence et des clubs
écart de conduite passer sous
silence. «Il aura sans le moin-
dre doute une lourde sanction fi-
nancière », a assuré le porte-parole
de Wigan.
belges, Adjaoud est resté dans le milieu en deve-
nant,
depuis quelques jours,
le recruteur attitré
du
club belge
de Genk en France. Il a
d’ail-
leurs assisté à quelques
matchs de Natio-
nal dans la région parisienne à la
recherche de l’oiseau rare.

Les internationaux d’Alger réunis au

de jouer pour l’Algérie

L ors de la montée de Grenoble en L1, les té- léspectateurs algériens ont remarqué un jeune joueur isérois défilant avec ses co-

équipiers avec un énorme drapeau algérien. Ce joueur c’est Sofiane Feghouli qui, au-

algérien. Ce joueur c’est Sofiane Feghouli qui, au- jourd’hui, brille de mille feux et attire les

jourd’hui, brille de mille feux et attire les convoitises des plus grands clubs d’Europe. On pensait naïvement que l’Algérie allait récupérer un grand espoir du foot- ball, malheureusement, plus sa cote grimpait, plus il s’approchait de l’équipe de France. Qu’est-ce qui a changé entre le Feghouli embrassant le drapeau algé- rien à Grenoble et celui qui donne la priorité à l’équipe de France ? C’est son coéquipier Akrour, qui a fait par- tie de l’équipe nationale entre 2001 et 2004, qui aurait dissuadé Feghouli de choisir l’Algérie en lui brossant un tableau noir sur l’organisation du football dans notre pays. Akrour en veut toujours à Saâdane qui ne lui a pas fait confiance durant la CAN-2004, lui préfé- rant la paire Cherad – Boutabout.

Ces stades qui font dates

Les responsables de la cellule centrale du FLN des an- nées de plomb n’auraient pas pu réaliser un tel exploit. Jugez-en. Le match aller JSK-MCS avait été joué un 1er novembre au stade du… 1er Novembre de Tizi-Ouzou. Au match retour qui s’est joué hier lundi 13 avril, le ha- sard a voulu cette fois encore que MCS-JSK se joue au stade du… 13 Avril !!! Il paraît que le cerveau de cette opé-

ration inédite a été convoqué par le MJS afin de trouver une solution définitive au problème du stade du 5-Juillet en usant du même procédé.

Hilton

du stade du 5-Juillet en usant du même procédé. Hilton La Fédération algérienne de football informe
La Fédération algérienne de football informe que dans le cadre de la création de l'Amicale
La Fédération algérienne de football informe que dans le cadre de la création de l'Amicale des joueurs in-
ternationaux, une réunion des internationaux de la région du centre aura lieu le jeudi 16 avril à l'Hôtel Hil-
ton à Alger et non à Dar Diaf de Bouchaoui comme cela a été annoncé initialement. La réunion débutera à
10h 30. Les joueurs dont les noms suivent et qui se trouvent dans la région d’Alger et qui sont disponibles
sont invités à prendre part à cette réunion.

Abdelkader Benahmed, Chérif Abdeslam, Merouane Abdouni, Na- cereddine Abbour, Mohamed Abrouk, Hocine Achiou, Hassen Achour, Rachid Adghigh, Rachid Baris, Abdenour Baya, Mohamed Belgherbi, Farouk Belkaïd, Farid Belmellat, Ameur Benali, Ali Ben- debka, Ali Bencheïkh, Abed Ben- chergui, Lounès Bendahmane, Farid Bengana, Aziz Benhamlat, Moha- med Benhamou, Fawzi Benkhalidi, Yacine Bentalaâ, El Hadi Benturki, Mustapha Benyahia, Abdelkrim Berkani, Kamel Berroudji, Omar Betrouni, Reda Bouchafra, Abdel- ghani Boudehouche, Djamel Boud- jelti, Lyamine Bougherara, Hadj Bouguèche, Nacer Bouiche, Nasser Bouiche, Mahfoud Boukadoum, Kouider Boukessassa, Hamid Bou- khari, Hocine Boumaraf, Nassim Bounekdja, Issaâd Bourahli, Brahim Bouras, Abdeslam Bousri, Embarek Boussaâdia, Saïd Boutaleb, Salim Boutamine, Lakhdar Bouyahi, Farid Bouzar, Mokhtar Bouzemboua, Mehdi Cerbah, Mohamed Chaïb, Kamel Tchalabi, Rachid Chaouchi, Ahmed Chedeba, Embarek Che-

nane, Abderrezak Dahmani, Moha- med Dahmani, Rachid Dali, Rachid Debbah, Abderrahmane Derouaz, Rafik Diab, Smaïn Diss, Farès Dja- belkheïr, Kamel Djahmoune, Farid Djahnine, Abderrezak Djahnit, La- mouri Djediat, Abdelhadi Djebbar, Fodil Djebbar, Hassen Djemaâ, Fodil Dob, Rabah Deghmani, Noureddine Driouèche, Billel Dziri, Farès Laouni, Ali Fergani, Ammar Galloul, Lounès Gaouaoui, Farid Ghazi, Karim Ghazi, Noureddine Ghouila, Tarek Ghoul, Hassen Ghoula, Mohand Ouamer Ghrib, Mahmoud Guen- douz, Abdellah Guenoun, Ahmed Guerrache, Adlane Hadj, Fodil Had- jadj, Dahmane Haffaf, Fayçal Ham- dani, Mohamed Hamdoud, Aomar Hamened, Cheïkh Hamidi, Noured- dine Hamiti, Nassim Hamlaoui, Es- saïd Hamrani, M’hamed Haniched, Mohand Chérif Hannachi, Abderre- zak Harb, Nabil Hemani, Abdelka- der Horr, Larbi Hosni, Mouloud Iboud, Mohamed Idirem, Meziane Ighil, Abdelkader Ighili, Issaâd Doh- mar, Djamel Djefdjef, Mourad Ka- rouf, Amar Kabrane, Kamel Kaci-Saïd, Mohamed Kaci-Saïd,

Kamel Kadri, Abdenour Kaoua, Mokhtar Kaoua, Smaïl Karamani, Djamel Keddou, Abdelhamid Ker- mali, Mokhtar Khalem, Mohamed Khazrouni, Kheïreddine Khadim, Mohamed Khelloufi, Driss Kolli, Arezki Koufi, Mustapha Kouici, Rabah Kourifa, Krimo Rebbih, Ab- delkader Laïfaoui, Ahcen Lalmas, Salah Larbès, El Hadi Larbi, Boua- lem Laroum, Sid Ali Lazazi, Tarek Lazizi, Kamel Lemoui, Salem Ma- brouki, Rabah Madjer, Mohamed Maghraoui, Arezki Meghrici, Bou- zid Mahiouz, Abdelouahab Maïche, Rachid Makhloufi, Mohamed Ba- chir Mana, Kamel Maouche, Moha- med Maouche, Karim Maroc, Zoubir Maâziz, Hakim Medane, Mohamed Medehbi, Rachid Mekh- loufi, Mahieddine Meftah, Moha- med Rabie Meftah, Rahim Meftah, Noureddine Meghichi, Saïd Meghi- chi, Rabah Menguelti, Chabane Merzekane, Rachid Messahel, Mo- hamed Messaoudi, Abdelouahab Metrah, Hocine Metref, Mohamed Meziane, Abdelkader Meziani, Ab- derrahmane Meziani, Sofiane Me- ziani, Mohamed Nassou, Hamid

Nechad, Noureddine Neggazi, Bra- him Ouahid, Amokrane Oualiken, Saïd Ouchène, Slimane Ould Mata, Fodil Oulkhiar, Djamel Oulmane, Maâmar Ousser, Mohamed Ousse- rir, Mohamed Rahem, Azzeddine Rahim, Benhalima Rouane, Rabah Saâdane, Abdelkader Saâdi, Hocine Saâdi, Larbi Sadeg, Hamid Sadmi, Abdelaziz Safsafi, Mahieddine Saf- safi, Madjid Saheb, Salem Sahli, Moussa Saïb, Achour Salah, Moha- med Samadi, Boualem Sebaoun, Ra- chid Sebbar, Mustapha Sellami, Djillali Selmi, Sofiane Selmoun, Smaïl Slimani, Abderrahmane Sou- khane, Mohamed Soukhane, Hassen Tahir, Kamel Tahir, Mohamed Talis, Lyès Teldja, Abdelouahab Tize- raouine, Djamel Tlemçani, Hamza Yacef, Hocine Yahi, Sofiane Younès, Brahim Zafour, Méziane Zaghzi, Abdelaziz Zarabi, Abderaouf Zarabi, Mustapha Zeggour, Nacer Zekri, Abdelouahab Zenir, Abdelkader Zerga, Sid Ahmed Zerrouki, Djamel Zidane, Abderrahmane Zitouni, Ab- delghani Zitouni, Mustapha Zitouni, Billel Zouani, Réda Zouani

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

55

Coup fort

MCS-JSK

Stade du 13-Avril (Saïda)

Affluence : nombreuse Arbitres : Benbaka, Seghiri, Benmouloud Avertissements : Seddik (30’), Belahouel (44’), Besbès (60’), Ghenaïa (63’) (MCS) ; Meftah (62’), Abdeslam (85’) (JSK) Buts : Seddik (30’), Ould Té- guidi (90’, sp) (MCS) ; Ham- mouda (23’), Meftah (50’), Derrag (53’), Bensaïd (72’) (JSK)

MCS : Ouaddah, Bela- houel (Hamdoune 78’), Ghe- naïa, Driouèche, Besbès, Maïchi, Harkas, Moumen (Dampha 61’), Ould Téguidi, Seddik (Hadad 72’), Bouhafs Entraîneur : Medjadj

JSK : Chaouchi, Meftah, Oussalah, Bellabès, Belkalem, Hammouda, Abdeslam, Ber- ramla, Achiou (Dehouche 78’), Derrag (Douicher 82’), Azuka (Bensaïd 61’) Entraîneur : Lang

Hannachi

«Cette victoire est la réponse

à ceux qui ont dit

que nous n’avions pas d’équipe»

A l’issue de la rencontre, le pré- sident de la JSK, Moh Chérif Han- nachi, était aux anges. Quoi de plus normal, après la large victoire de son équipe. «Ceci est une réponse à ceux qui ont déclaré que nous n’avions pas d’équipe et à ceux qui ont douté de nous. Alors je leur dis que nous avons une bonne équipe.»

Hammouda

«Ma patience

a fini par payer»

«Bien évidemment que je suis triplement content : pour ma titu- larisation, pour mon but et pour notre victoire. Mais mon plus grand bonheur reste le fait que nous re- partions de Saïda avec les trois points. En ce qui me concerne, j’ai toujours dit que je devais me mon- trer patient. Ma patience a fini par payer. »

me mon- trer patient. Ma patience a fini par payer. » Le MCS a récupéré ses

Le MCS a récupéré ses blessés face à la JSK

Le staff technique du MCS, qui avait peur au départ d’affronter la JSK, car handicapé par plusieurs absences, a finalement joué cette rencontre au grand complet puisque l’équipe de Saïda a pu récu- pérer Ouslati, Ouaddah et Moumen (il y a trois jours), Seddik et Besbes (la veille de la rencontre), qui ont eu le feu vert pour prendre part à cette confrontation. Finalement, le staff médical a réussi son pari de remet- tre tous les joueurs en forme et aptes au service, à l’exception de Foussini, suspendu;

Départ aujourd’hui à Bordj Bou Arréridj

L’équipe du MCS se déplacera aujourd’hui à Bordj Bou Arréridj par route, un trajet qui va durer en- viron 10 heures. Avant leur départ, les joueurs vont s’adonner à une lé- gère séance d’entraînement avant de prendre la route à midi. A rappeler que le MCS en découdra après-de- main avec le CABBA Amar Bensadek

MCS 2 - JSK 4

Les Kabyles plus forts, plus haut

E liminée de la Ligue afri-

caine, la JSK se devait de

réagir au plus vite pour ne

caine, la JSK se devait de réagir au plus vite pour ne pour se saisir de

pour se saisir de la balle. Dans la minute qui suit, la JSK bénéficie d’un coup franc, à 25 m du but saïdi. Meftah le tire directement et en puissance, Ouaddah ne peut que constater les dégâts. A la 53’, Der- rag se débarrasse de son ange gar- dien Besbès et se présente seul face à Ouaddah qu’il fixe, avant d’en- voyer la balle au fond des filets. A la 71’, Hammouda a failli refaire le même coup en tentant sa chance de loin, cette fois-ci Ouaddah était aux aguets en déviant la balle en corner. Ce n’était que partie remise pour les Kabyles. Sur le corner qui a suivi, Berramla adresse un centre parfait pour Bensaïd qui, d’un tir enve- loppé, aggrave la marque pour son équipe. Dans le dernier quart d’heure, les Saïdis se rebiffent en

multipliant les attaques. Dampha, à deux reprises, a failli trouver le che- min des filets. A la 75’ lorsque sa frappe frôle la transversale et à la 77’ quand Chaouchi sauve sur sa ligne. Deux minutes plus tard, Maï- chi a failli réduire le score, n’était ce diable de Chaouchi qui, d’une su- perbe parade, met la balle en cor- ner. A l’ultime minute, Hamdoune est fauché dans la surface de répa- ration. Sans la moindre hésitation, l’arbitre désigne le point de penalty. Ould Téguidi se charge de trans- former la sentence. On croyait les Kabyles rassasiés. Finalement, ce n’était pas le cas. Dans le temps ad- ditionnel, Dehouche sert Bensaïd qui, de la tête, a failli corser l’addi- tion.

Amar Bensadek

pas permettre au doute de

s’installer dans ses rangs. Et quelle meilleure occasion que ces retrou- vailles avec le championnat pour se ressaisir. Face à une équipe qui joue sa survie en première division et en proie à quelques problèmes, les coéquipiers de Abdeslam n’ont pas raté cette belle opportunité pour s’imposer avec l’art et la ma- nière. Et pourtant, ce sont les Saï- dis qui se mettent en évidence les premiers avec ce but inscrit à la 11’

par Bouhafs que l’arbitre a refusé pour une position de hors-jeu. La JSK réplique par Derrag qui passe en revue trois joueurs du Moulou- dia avant de tirer, mais sa balle s’en

va mourir dans le petit filet. A la 21’, Ould Téguidi tente sa chance de loin, mais Chaouchi bien en place capte la balle. Deux minutes plus tard, Hammouda récupère la balle dans sa moitié de terrain, en- clenche une chevauchée en solo avant de décocher une frappe puis- sante des 30 m qui trompe Ouad- dah. La joie des Kabyles n’est que de courte durée puisque sept minutes plus tard, Bouhafs centre pour Sed- dik qui, étrangement seul devant Chaouchi, n’a eu aucun mal à loger de la tête la balle au fond. En

deuxième mi-temps, c’est une tout autre équipe de la JSK qui se pré- sente sur le terrain. C’est tout sim-

plement une déferlante en jaune et

vert. D’entrée, suite à un centre de Ouslati, Azuka a failli tromper Ouaddah qui s’est repris à deux fois

Lang «Notre victoire est méritée» Medjadj « Ce fut un match très animé, mais aussi
Lang «Notre victoire
est méritée»
Medjadj
« Ce fut un match très animé, mais aussi équi-
«L’arbitrage a
défavorisé mon équipe»
libré. Si nous avons effectué tout ce trajet, c’est
pour bien sûr revenir à la maison avec un bon ré-
sultat dans nos bagages. En décrochant les trois
points, nous avons réussi notre mission. Mes
joueurs ont fourni une belle prestation. Nous
avons bien entamé notre match, ce qui nous a
permis de prendre l’avantage. En seconde pé-
riode, nous avons continue de croire en nos
chances, et nous avons bien maîtrisé notre sujet.
Le succès d’aujourd’hui est amplement mérité.
Maintenant que le match est fini, nous devons
penser à la suite du championnat. » A. B.
« Je pense que nous nous sommes inclinés face
à l’une des meilleures équipes du championnat.
Je n’ai pas l’habitude de critiquer l’arbitrage, mais
aujourd’hui, je peux dire que nous avons été lésés.
Mon équipe a été défavorisée puisque l’arbitre a
dirigé le match dans un sens unique. Il reste six
matches. Rien n’est encore joué pour la simple rai-
son qu’en football tout est possible. Notre objec-
tif est de maintenir l’équipe en première division,
c’est pour cela que nous allons nous donner à
fond pour le réaliser.»
A. B.

Ouslati et Driouèche retrouvent les Kabyles

La rencontre MCS-JSK a été l’occasion pour Fahem Ouslati et Noureddine Driouèche de retrouver leur ex- club. Avant la partie, les deux joueurs sont allés à la rencontre des dirigeants et des accompagnateurs qu’ils ont salués.

Meftah dédie son but à Lang

Après avoir réussi à redonner l’avantage à son équipe, Rabie Meftah s’est dirigé vers le banc, plus précisément vers son entraîneur à qui il a dédié le but.

Les accompagnateurs de la JSK pris à partie

Les accompagnateurs du club kabyle, ainsi que les joueurs non retenus sont allés prendre place au niveau de la tribune officielle. Un choix qu’ils payeront cher

puisque, après avoir été victimes des multiples provo- cations, ils n’ont pas échappé aux insultes, crachats et autres jets de projectiles de la part des supporters saï- dis.

Les supporters saïdis se retournent contre leur équipe

En deuxième mi-temps, la JSK a pris en main le cours du jeu, et la domination des Kabyles a été quasi-totale.

La preuve, elle a réussi à inscrire trois autres buts. Cela

a poussé les supporters de Saïda à se retourner contre leur équipe et encourager leurs hôtes.

Oussalah-Ouslati la main dans la main

Entre Fahem Ouslati et Nassim Oussalah, il existe une grande amitié et cela du temps où ils évoluaient sous

le

même maillot. Hier, les deux joueurs sont entrés sur

le

terrain la main dans la main.

Les supporters de la JSK au rendez-vous

Les inconditionnels de la JSK ré- sidant dans la ville de Saïda et ses

alentours n’ont pas raté l’occasion de

la venue du club kabyle pour se ren-

dre au stade du 13-Avril pour voir de plus près les joueurs et les en- courager.

Chaouchi applaudi

Un joueur de la JSK a échappé aux insultes des supporters saïdis. Il s’agit de Fouzi Chaouchi. En effet, celui-ci a été chaleureusement ap- plaudi.

Echauffourées entre Saïdis et Kabyles

Le but inscrit par la JSK n’a pas

été du goût des supporters saïdis. En colère, ces derniers n’ont pas trouvé mieux à faire que de s’en prendre aux supporters de la JSK, ce qui a donné lieu à des échauffou- rées.

Première titularisation pour Hammouda et Azuka

Le onze rentrant a connu quelques changements, la surprise

a été la titularisation de Azu Azuka

et Nabil Hammouda. Le premier est

souvent utilisé comme joker ; quant au second, il n’a pas bénéficié de la confiance de Jean-Christian Lang.

Premier but de Hammouda sous le maillot de la JSK

Arrivé il y a deux ans, Nabil Hammouda aura attendu presque la fin de son contrat avec la JSK pour s’offrir son premier but sous le maillot kabyle hier à l’occasion de la rencontre face à Saïda. Et pour une première, Hammouda a fait fort en inscrivant un très joli but, une su- perbe frappe des 30 mètres.

Belaoued, Boussefiane et Berrefane non retenus

La JSK s’est déplacée à Saïda avec

un groupe de 21 joueurs. Lang a dû

écarter trois joueurs, Ayache Be- laoued, Mohamed Boussefiane et Mourad Berrefane.

Bensaïd et Dehouche laissés sur le banc

Titulaires indiscutables, Adlène Bensaïd et Nassim Dehouche ont été laissés sur le banc lors de la ren- contre face au MCS. Lang leur a préféré Azu Azuka et Nabil Ham- mouda.

Abdeslam suspendu face à l’USMB

Atant été averti hier, Cherif Ab- deslam est suspendu pour le match JSK-USMB de jeudi prochain car c’était le 3e d’une série.

Remerciements

A l’occasion du 40e jour du décès

de notre cher père, grand-père et arrière grand-père Sadmi Si Saïd, nous famille Sadmi d’Azazga, pa- rents et alliés, remercions tous ceux qui par leur présence ou message

ont compati à notre douleur, no- tamment toute la population d’Azazga, Cheurfa et des environs ainsi que les anciens officiers de l’ALN (W III), les autorités locales et wilayales. Qu’ils trouvent ici notre profonde gratitude.

Que Dieu l’accueille en Son

Vaste Paradis

6

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

LLaanngg

Coup d’œil JSK

««JJaauurraaii pplluussiieeuurrss

ppooiinnttssààaabboorrddeerraavveeccHHAANNNNAACCHHII»»

Afin d’en savoir davantage sur son avenir à la tête de la barre technique de
Afin d’en savoir
davantage sur son avenir
à la tête de la barre
technique de la JSK, mais
aussi sur le fait que le
président Hannachi ait
déclaré précédemment
qu’il souhaiterait
négocier un
prolongement de contrat,
nous nous sommes
entretenus avec le
concerné, Jean Christian
Lang, qui nous a tout
dévoilé lundi à Saïda.
joie Abordant par la suite un autre point qui a fait du bruit la semaine
joie
Abordant par la suite un autre point qui a fait
du bruit la semaine dernière dans la ville de
Tizi Ouzou, c’est bien évidemment les
contacts qu’a eus Lang de la part de quelques
clubs étrangers, et notamment de l’Hexa-
gone. De son côté, il s’est dit très surpris que
les gens interprètent mal ses déclarations, car
d’après lui, il est tout à fait normal pour un
entraîneur d’avoir des contacts, il dira : « Je
ne vous cache pas que j’ai été surpris de consta-
ter que le fait d’avoir déclaré que j’avais des
contacts a surpris les gens. C’est tout à fait nor-
mal dans la vie d’un entraîneur, surtout
lorsque nous sommes à la tête d’un prestigieux
club comme la JSK. J’ai travaillé dans pas mal
de clubs avant de venir en Algérie, et c’est pour
cela que je considère les contacts comme une
chose habituelle. »
« Un contact
n’est pas forcément suivi
d’un départ »
E n premier lieu,
nous avons de-
mandé à l’entraîneur s’il était prêt à
négocier avec le boss kabyle sur un
éventuel prolongement du contrat, il nous
dira sans hésiter : « Si le président me propose
de négocier, je le ferai sans la moindre hésita-
Et pour rester dans le contexte, l’entraîneur
en chef des Canaris ajoutera : « Ces contacts
que j’ai eus de l’étranger ne signifient pas que je
vais quitter la JSK. Il faudrait que les gens sa-
chent que je serai en négociation en fin de sai-
son avec le président Hannachi, et tout se
décidera à ce moment-là. Mais au risque de
me répéter, je ne compte pas partir. »
tion. Mais je dirai qu’il y aura plusieurs points
à aborder. Et cela reste entre le président et
moi. Toutefois, je ne peux en aucun cas me
prononcer sur mon avenir à la JSK, car tout
dépendra des négociations ce jour-là. L’essen-
tiel, c’est que je suis intéressé de rester. »
« Pour l’instant, c’est l’intérêt
du club qui prime »

« Tout se décidera en fin de saison »

Interrogé par la suite s’il avait déjà eu un en- tretien avec Hannachi dans ce sens, Lang nous dira qu’il n’en est rien pour l’instant. Il estime qu’en cette période de compétition, ce n’est pas le moment, mais il faudrait attendre le bon moment pour le faire. Il fait bien évi- dement allusion à la fin de saison : « Je dirai que je ne me suis pas entretenu avec le prési- dent à ce sujet, pour la simple raison que nous n’avions pas eu le temps nécessaire pour le faire. Nous étions préoccupés par la Ligue des champions, et maintenant par le champion- nat. Ce qui est sûr, c’est que je discuterai avec lui d’ici la fin de la saison. Et je ne suis pas pressé de le faire, car il y a une certaine confiance entre nous. »

« Ça baigne pour moi à Tizi »

D’après Lang, l’un des paramètres qui l’incite à rester à la JSK, c’est son entourage. En plus des bonnes conditions de travail, il s’est dit fondu dans la ville de Tizi Ouzou qu’il ad- mire beaucoup. De plus, le respect que lui ac- cordent les habitants de cette ville l’a vraiment touché, il nous dira à ce sujet :

« Vous n’imaginez pas à quel point je me sens

à l’aise à Tizi. J’ai pris mes repères dans cette

ville. De plus, je bénéficie d’un très grand res-

pect de la part des habitants. Lorsque je sors dans la rue, on me demande de rester travail- ler ici, ce qui me réjouit beaucoup. C’est pour vous dire que ce paramètre aussi m’incite à ne pas quitter la barre technique.

En tous les cas, ça baigne pour moi à Tizi. »

« J’ai plein de projets que je veux réaliser »

Par la suite, nous avons interrogé le coach sur ses objectifs dans le cas où il poursuivrait sa mission à la tête de la barre technique. Il dit avoir un grand chantier entre les mains, qui ne vise pas seulement l’équipe fanion, mais qui englobe même les catégories jeunes de la JSK, estimant qu’ils représentent l’avenir de ce club. Il nous dira à ce sujet : « Depuis ma venue à la JSK, j’ai toujours déclaré que j’avais un projet pour ce club. Je voudrais exploiter toute mon expérience et mon savoir-faire dans ce club. Et je ne vise pas seulement l’équipe se- nior, car même les catégories jeunes sont in- cluses. Les jeunes joueurs doivent bénéficier d’une grande considération, car c’est eux l’ave- nir de la JSK. C’est en quelque sorte mon pro-

jet à long terme. »

« L’aspect financier n’est pas ma priorité »

Abordant l’un des paramètres importants des négociations, à savoir l’aspect financier, l’en- traîneur en chef des Canaris estime que c’est un point important, mais pas le plus déter- minant. D’après lui, l’argent n’est pas une

priorité pour un entraîneur ambitieux qui

cherche à bâtir un projet dans un grand club comme la JSK, il nous dira à ce sujet : « J’es- time que l’argent n’est pas tout dans la vie. Il est vrai que je dois négocier cela avec le prési- dent car le football c’est mon gagne-pain, mais ce n’est tout de même pas ma priorité. J’estime que les ambitions prédominent à ce stade. Ma

sera comblée lorsque je réaliserai le projet que

j’ai en tête. C’est ce qui m’importe le plus. »

« J’ai d’excellents

rapports avec les staffs technique et administratif »

D’après Lang, l’un des paramètres positifs dans cette équipe c’est les bons rapports qu’il entretient avec son staff technique, mais aussi administratif, il nous dira à ce sujet : « Les rapports que j’entretiens avec Amrouche, Mah- rez et Guillou sont excellents. C’est un para- mètre qui influe beaucoup dans les choix d’un entraîneur. J’ajouterai aussi que les bonnes re- lations que j’ai avec Hannachi et Doudene m’aident beaucoup dans mon travail. Il existe une réelle compréhension entre nous, et c’est très motivant. Je dirai que cela m’incite da- vantage à rester. »

« Les déclarations

de Hannachi m’encouragent »

En plus des bons rapports qu’a Lang avec ses dirigeants, il estime que les déclarations du président Mohand Cherif Hannachi sont très motivantes : « Le fait d’entendre le premier res- ponsable du club dire qu’il est satisfait de mon travail, me réjouit beaucoup. Parfois un sou- tien moral est beaucoup plus réconfortant qu’un soutien financier. Et je vous dirai que ce genre d’encouragement me pousse à donner le meilleur de moi-même, et de réaliser l’objectif tracé en début de saison. »

« C’est normal

que je reçois des offres »

Après avoir abordé plusieurs points concer- nant son avenir au sein de la JSK, l’entraîneur en chef des Canaris, Jean Christian Lang, es- time qu’il ne faudrait pas trop polémiquer

sur la question avant la fin de saison, et ce,

pour ne pas perturber la stabilité du groupe, surtout en cette phase délicate de la compé- tition, il nous dira à ce sujet : « Même si mon avenir au sein de la JSK se décidera d’ici la fin de saison, je dirai qu’il ne faut pas trop en par- ler. Le plus important c’est l’intérêt de la JSK, et non pas Lang. Nous devons terminer le cham- pionnat dans le haut du tableau. Une fois l’ob- jectif atteint, on en reparlera. »

« Deux matchs

dans la semaine, ça ne me dérange pas »

En dernier lieu, l’entraîneur des Canaris est revenu sur la programmation chargée durant les jours à venir, puisque son équipe devra

disputer un match jeudi prochain face à l’USMB suivi du match retard dimanche pro- chain face au MSPB. De ce côté-là, le coach kabyle ne s’est pas montré très préoccupé par la question, vu que son équipe n’est pas la seule a être soumise à un programme draco- nien, il nous dira : « Disputer deux rencontres en une semaine ne nous dérange pas. Le plus important, est que nous ne sommes pas les seules. On doit faire avec. C’est à nous de pré- parer chaque rencontre convenablement. Je dirai que nous allons le faire avec moins de pression, vu qu’il nous reste le seul objectif

en tête. J’estime que c’est un atout pour nous

de terminer en beauté. »

M. L.

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

Coup d’œil MCS-JSK

Coulibaly

7
7

« J’ai des touches en Allemagne »

« C’est un manager algérien qui s’est chargé d’établir le contact »

c o u r t s é j o u r a u Après un

court séjour au

Après un

le défenseur central

Mali,

est rentré

Idrissa Coulibaly

pas

Tizi. Nétant

samedi à

par le match

concerné

car

au MCS,

d’hier face

joueur profite

suspendu, le

pour se refaire

ce break

de

une santé. Dans lentretien

nous

qui suit, le Malien

jours

parle de ces quelques

chez lui au Mali,

passés

de différentes

mais aussi

touches qu’il a reçues.

C’était court, mais j’ai quand même apprécié chaque moment que j’ai passé là-bas.

On imagine que vous avez cher- ché à vous dé- connecter complètement du football ? Non, pas tant que ça. J’ai es- sayé de me re- poser un peu,

mais je ne suis

Pendant votre absence, votre avenir a été de nou- veau remis sur la table, qu’en est-il au juste ? Rien n’a changé par rapport à la dernière fois qu’on s’est parlé. Il y a des touches, mais rien d’officiel pour l’instant. J’attends donc de voir plus clair.

L’éventualité d’un départ se pose, n’est-ce pas ? Oui, même si cela ne dépend pas que de moi. Il y a d’abord mon club avec qui je suis en- core sous contrat. Après, il y

aura la nature des offres que je recevrai. Le rapport ambi- tions/finances est important. Si chacun de nous trouve son compte, pourquoi pas !

français, qu’en est-il au juste ? Comme je vous l’ai dit, il n’y a rien d’officiel. C’est mon ma- nager qui s’en occupe. Il n’y a pas que la France comme pro- bable destination. J’ai reçu aussi des touches de clubs alle- mands. C’est un manager qui s’en est chargé.

Ce manger est-il Algérien ? Oui, en effet !

Peut-on connaître le nom des clubs en question ? Non, pas maintenant. Tant

que les choses ne sont pas offi- cielles, je préfère garder cela pour moi. On verra bien ce que cela va donner plus tard. En d’autres termes, j’attends du concret avant de me prononcer.

Vous êtes parti pour quelques jours au Mali, com- ment s’est passé votre séjour chez vous ? Ça m’a permis de me res- sourcer auprès des miens. J’avais besoin de ce break.

pas resté loin du foot. Je me suis même en- traîné avec mon ancien club, une fois. (Le Centre Salif Kaita, ndlr). C’était l’occasion de re- voir les copains, et en même temps j’en ai profité pour entre- tenir ma forme. C’est impor- tant.

On parle de plus en plus de contacts de certains clubs

Entretien réalisé par Achour Ait Ali

NAHD 1 - USMAn 1

Stade : Zioui – Hussein Dey Affluence : Moyenne Arbitres : Mial, Achour, Yahi Avertissements
Stade : Zioui – Hussein Dey
Affluence : Moyenne
Arbitres : Mial, Achour, Yahi
Avertissements : Allag (22’) (NAHD).
Sebihi (48’), Bouacida (68’), Mekhout
(70’) (USMAn)
Buts : Camara (67’) (NAHD). Lhadi
Adel (65’) (USMAn)
NAHD :
Asselah, Abdet, Allag, Galloul, Khed-
dis, Sedkaoui, Gana, R. Hafid (Jimmy 62’),
Camara, Attafen (Siouane 69’), Derrardja
Entraîneur : Benzekri
USMAn :
Houamed, Remache, Bouacida, Maïza,
Fadiga, Mekhout, Hemlaoui (Doucouré
62’), Lhadi Adel, Boudar (Frioua 79’),
Aoudia (Souanga 62’), Sebihi
Entraîneur : Latreche

Un logement pour convaincre Attafen à rempiler

La direction du NAHD a proposé un logement à l’attaquant et meneur de jeu Billel Attafen pour le convaincre à rem- piler. Comme Attafen est en fin de contrat avec son club, il a reçu plusieurs propositions émanant d’autres forma- tions. Toutefois, le n° 10 du Nasria a toujours affirmé que la priorité ira au NAHD, son club de toujours.

Première apparition de Siouane

Le match qui a mis aux prises le NAHD à l’USMAn était spécial pour Siouane. En effet, le jeune attaquant des juniors a fait sa première apparition avec l’équipe fanion. Incorporé avant vingt minutes de la fin à la place de Attafen, il a réussi à lui seul de créer le danger, mais il faut dire que le manque d’expérience lui a fait défaut.

Le NAHD ne s’impose plus même à domicile

but mais Asselah, vigilant, re- pousse difficilement en cor- ner. Ce fut à une minute de la fin. De retour des vestiaires, les Husseindéens ont conti- nué d’attaquer, mais c’est en fin de compte les Annabis qui ont pris l’avantage. La réalisa- tion des Rouges a été signée Lhadi Adel suite à une contre-attaque rapide. Le natif de Biskra, qui s’est pré- senté seul face à Asselah, n’a trouvé aucun mal à le battre, c’était à la 65’. La joie des visi- teurs n’a duré que deux mi- nutes, le temps qu’il a fallu aux Nahdistes pour égaliser. Camara reprend victorieuse- ment un coup franc. Le Gui- néen bat du plat du pied Houamed qui n’a rien pu faire. Le jeune Siaoune, qui a fait sa première apparition lors de ce match avec l’équipe fanion, est passé à deux doigts de doubler la mise à la 72’. Il réussit à éliminer un défen- seur, mais malheureusement pour lui il n’a pas pu armer son tir. Le score en restera là jusqu’au de sifflet final, à la grande déception des suppor- ters nahdistes. S. H.

Toubal

«Je me déciderai en fin de saison»

Est-il vrai que le NAHD vous a contacté ? Oui, effectivement. C’était

le NAHD vous a contacté ? Oui, effectivement. C’était que cette domination n’a duré que quelques

que cette domination n’a duré que quelques minutes, puisque les coéquipiers de Houamed ont réussi à revenir dans le match. Très bien orga- nisés, mais aussi solidaires, les Annabis ont commencé à sortir de leur camp petit à petit. Le jeu devint animé, mais serré. Nous n’avons noté lors de cette mi-temps qu’une seule occasion digne de men- tion. Une tentative à mettre dans l’actif des…visiteurs. Fa- diga hérite du cuir suite à une bonne combinaison avec l’un de ses coéquipiers. Il tire au

lors du match amical dis-

puté mercredi à Zioui. A la fin de la partie, j’ai été ap- proché par l’entraîneur des gardiens de but, Fateh Toual, qui me connaît bien.

Il m’a fait savoir que le coach

Benzekri me voulait dans l’équipe à partir de la saison prochaine. Quelques jours après, Benzekri m’a contacté et réitéré son souhait de

m’avoir dans son équipe. Que lui avez-vous répondu ? Tout d’abord, je suis très honoré par cette sol- licitation. Je remercie encore une fois le NAHD qui a pensé à moi puisque ce n’est pas la pre-

mière fois que ses dirigeants me contactent. Il y

a deux ans, ils ont sollicité mes services, mais à l’époque j’étais sous contrat avec le CRB. Et pour cette fois-ci ? Cette fois, j’ai signé une saison seulement avec

le WR Bentalha. Je serai libre à la fin de l’exer-

cice. Cela dit, une fois le championnat terminé,

je déciderai de mon avenir. C’est ce que j’ai dit

d’ailleurs à Benzekri. On parle aussi de contacts avec votre an- cienne équipe, le CRB ; vous confirmez ? Effectivement, les dirigeants du Chabab m’avaient contacté quelques jours avant le NAHD et je leur ai répondu de la même ma-

nière que le Nasria, à savoir que pour le moment

je suis concentré sur le championnat avec Ben-

talha car je tiens à tenir mes engagements vis-à-

vis de ce club. Pour qui allez-vous opter si les deux équipes reviennent à la charge en fin de sai- son ? Je ne peux rien avancer pour le moment. Pour

être honnête avec vous, il est fort probable que

je retourne au CRB car je connais tout le monde.

Cela dit, rien n’exclut que je peux opter pour le

NAHD qui est formé de jeunes joueurs, chose qui m’arrange bien. Entretien réalisé par Slimane H.

qui m’arrange bien. Entretien réalisé par Slimane H. E ncore un match nul à domicile. Décidé-

E ncore un match nul à domicile. Décidé- ment, les protéges de Nour Benzekri

n’arrivent plus à gagner même dans leur fief, puisque une fois de plus ils se sont conten- tés d’un match nul, avec un but partout, face à l’USMAn. Lors de la première période de cette rencontre, nous avons assisté à un bon début de match de la part des lo- caux qui ont réussi à dominer leur vis-à-vis, mais sans arri- ver à trouver la faille dans la défense adverse. Il faut dire

Ali Boudhar : « L’effica- cité nous a fait défaut »

« Nous avons assisté à un bon match. Les deux équipes ont fourni une belle prestation. Nous avons eu des occasions, malheureuse- ment nous avons manqué de réussite. Il ne faut pas oublier qu’il y avait en face de nous une équipe coriace, composée de plusieurs joueurs chevronnés. »

Latreche : « On méritait mieux ! »

« Nous avons effectué le déplacement avec une seule intention, celle de revenir à la mai- son avec un bon résultat. Je pense qu’un match nul nous arrange bien qu’on méritait plus. Mes joueurs ont fait le plus dur en ou- vrant la marque, mais ils ne sont pas parve- nus à garder cet avantage »

S. H.

8

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

Coup d’œil MCA-CRB

MCA 1 - CRB 1

Stade : Omar-Hamadi Affluence : record Arbitres : Amalou, Talbi, Ibelaïdène Buts : Fenier (7’)
Stade : Omar-Hamadi
Affluence : record
Arbitres : Amalou, Talbi, Ibelaïdène
Buts : Fenier (7’) (CRB) ; Boumechra
(26’) (MCA)
Avertissements : Alex (22’), Harizi
(66’), Bendahmane ( 80’) (CRB)
MCA :
Benhamou, Besseghir, Bedbouda,
Coulibaly, Zeddam, Koudri, Daoud
(Amroune 76’), Babouche, Boumechra
(Khenniche 83’), Bouguèche (Lach-
kham 83’), Bénié
Entraîneur : Alain Michel
CRB :
Ousserir, Mameri, Boukedjane, He-
rida, Bendahmane, Alex (Lahmar 49’),
Aït Ouamar, Harizi, (Nibié 73’), Ber-
radja, Fenier, Gharbi (Bey 59’)
Entraîneur : Henkouche

Une autre année blanche pour le Mouloudia

: Henkouche Une autre année blanche pour le Mouloudia pendules à l’heure. Les camarades ner. Par

pendules à l’heure. Les camarades

ner. Par la suite, le jeu baisse d’in-

 

Benhamou

« Il y avait hors jeu sur le but du CRB »

Les présents au stade de Bolo- ghine n’ont pas manqué d’imputer la responsabilité du but du CRB au portier Mohamed Benhamou, qui a raté sa sortie face à Fenier. A ce sujet, l’international mouloudéen nous dira : « Le but du CRB n’est pas valable car il y avait une position de hors jeu flagrante de Fenier, ce der- nier m’a même bousculé sans que l’ar- bitre siffle une faute en ma faveur. Je pense donc que je n’ai aucune respon- sabilité sur le but du CRB. »

Kerbadj

« Dorénavant les supporters du

L e Mouloudia a man- qué une belle oppor- tunité d’accroître ses chances de postuler

d’Alain Michel foncent devant

dans l’espoir de niveler la marque.

A

la 12’, sur un coup franc tiré par

d’Aït Ouamar avancent d’un cran pour faire jeu égal avec le Mou-

tensité, notamment du côté du MCA, ce qui permet au CRB de gérer son acquis. Le rentrant Nébié a failli ajouter un deuxième but pour son équipe, à la 74’, lorsque Fenier adressera un bon centre à destination de l’attaquant burkinabé qui, dans les six mètres, reprend la balle de la tête, mais

Benhamou sauve d’une jolie pa-

rade. Alors que du côté mouloudéen, Bénié avait la balle de la victoire au bout du pied à la dernière minute du temps réglementaire, lorsque seul face au portier du CRB, il rate

Mouloudia n’auront que le poulailler »

« On s’est mis d’accord pour qu’on réserve à nos supporters la deuxième tribune et une partie du virage. Mal- heureusement ils n’ont bénéficié que du virage alors qu’ils étaient nom- breux. Au match aller, nous avons tenu nos engagements envers le Moulou- dia, mais dorénavant nous n’allons réserver que le poulailler aux suppor- ters du MCA… Et je me demande qui décide au Mouloudia, est-ce son co- mité de supporters ou Amrous ? »

H. R.

 

pour une place qua- lificative en Coupe

arabe, en se faisant tenir en échec par le CRB dans un derby qui n’aura pas tenu toutes ses pro- messes, malgré son enjeu. Le Mouloudia entame bien la ren- contre en prenant d’assaut le camp du CRB. Mais ce sont plutôt les Belouizdadis qui parviennent à surprendre leur adversaire. Suite à un coup franc botté par Bendah-

Babouche à hauteur des 25 m, on

failli assister à l’égalisation, n’était

vigilance du portier du CRB qui

repousse la balle difficilement. Sept minutes plus tard et suite à un coup franc dans une position excentrée, Babouche botte la balle de belle manière, Bénié, libre de tout marquage, reprend le cuir qui passe juste au-dessus de la trans- versale, au moment où Ousserir était battu. Les Mouloudéens continuent à presser et poussent

la

a

loudia, mais les locaux ont failli ajouter un deuxième but par Bou-

mechra, son tir à l’intérieur de la

surface de réparation étant passé de peu à côté. La suite de la première mi- temps n’apportera rien de nou- veau. A la reprise, le Mouloudia avait une belle opportunité de prendre l’avantage à la 50’ lorsque Boumechra lance Bénié dans le dos de la défense du CRB, l’atta- quant ivoirien tente une piche- nette, mais Ousserir s’interpose et

mane à la 7’, Fenier devance la sor- tie hasardeuse de Benhamou et reprend de la tête. La balle est re- poussée par Benhamou, puis re- bondit sur le sol, avant que Fenier ne reprenne une nouvelle fois la balle de volée et ouvre la marque pour son équipe. Menés au score, les poulains

leur adversaire à la faute. A la 26’, Bouguèche récupère une balle à 30 m du but, sert Mameri qui à son tour remet à Boumechra. Ce dernier, d’un tir enveloppé à l’ap- proche de la surface de réparation, trompe la vigilance du portier be- louizdadi et réussit à remettre les

dévie la balle qui prenait le chemin des filets, Herida revient en catas- trophe et sauve in extremis. La réaction des Belouizdadis ne tarde pas à venir puisque à la 56’, Fenier adresse un puissant tir et oblige Benhamou à étaler toute sa classe pour dévier la balle en cor-

son duel, Ousserir s’interposant une nouvelle fois et permet à son équipe de réaliser une bonne opé- ration à Bologhine, contrairement au MCA qui, une fois de plus, concède le nul à domicile.

H. R.

Demi-finale juniors

CRB - ASO vendredi

Les juniors du CRB disputeront les demi-finales de la coupe d’Algérie ven- dredi prochain au stade de Khemis Mi- liana à 10 h contre l’ASO Chlef. Les jeunes Belouizdadis tenteront de décro- cher leur billet qualificatif pour la finale et montrer la voie à leurs aînés qui af- fronteront l’USMAn, jeudi 23 avril. En cas de qualification, les juniors du Cha- bab affronteront le vainqueur de la ren- contre USMA-WAT.

Boudmagh veut partir

Farès Boudmagh n’a pas été retenu parmi les 18 joueurs qui ont affronté le MCA hier. Même s’il n’a pas affiché son mécontentement, le défenseur belouiz- dadi n’a pas apprécié sa non-convoca- tion, lui qui croyait avoir enfin gagné la confiance de son coach. Titularisé lors de la rencontre gagnée à Blida, Boud- magh a été laissé sur le banc lors de la rencontre suivante contre le MCS, puis s’est retrouvé de nouveau hors de la liste des 18, juste après. L’ex-Olympien a déjà contesté le choix de son entraîneur il y a quelque temps, surtout lors de l’absence de Boukedjane, suspendu pour quatre matches. Alors qu’il voyait là une occasion de rebondir sur le côté gauche, Henkouche lui avait préféré le jeune Mohamed Herida. Boudmagh avait compris que son entraîneur ne comptait pas sur ses services. Sa titula- risation contre l’USMB lui a redonné l’espoir de bénéficier d’un temps de jeu plus important en cette fin de saison, mais le joueur a déchanté quelques jours après. Même s’il ne veut pas faire de déclarations dans la presse, Boud- magh vit mal cette mise à l’écart. Il s’en- est plaint à ses proches. Même s’il est encore sous contrat avec son équipe pour une saison supplémentaire, Boud- magh préférerait partir dans un autre club où il aura la chance de jouer da- vantage.

N. B.

Henkouche : « On a raté la victoire »

ferme

la bonnes

Bologhine

avec

Je but à parcours nous

déplacés

sommes

raté

Nous

a déployés, qu’on nous

qu’on

a per-

« victoire

je pas toutefois

pense

à mais légalisation

rencontre,

cette

de

» un a seconde gagner donné

les

conviction

exploiter

n’a avons

pu

on

mi-temps,

de

début

la

en

tout

inscrit

en

et Notre

créées.

s’est

Moulou-

occasions

du

mais

confiance,

match

nous

mes

que

pense

déstabilisés.

peu

efforts

dia

de nous les

nous

féliciter

pour

ils que du

sont

courageux

étaient

joueurs

pris

le point

et

qu’ils

ont

dans

suite

la

continuer

de

mettra

conditions.

 

Michel : « Ce nul ne va pas hypothéquer nos chances de jouer la Coupe arabe »

« C’est un match difficile entre deux bonnes équipes. A mon avis, le but que nous avons encaissé a faussé nos calculs et ne nous a guère facilité la tâche, mais je pense qu’aujourd’hui nous avons manqué de réussite, ce qui pouvait nous permettre de faire la différence, mais on ne peut en vouloir à Bénié qui avait la balle du deuxième but au bout du pied. Quant à Khen- niche, je pense qu’il a apporté un plus à l’équipe lorsqu’il a fait sa rentrée en cours de jeu. C’est vraiment dommage de concéder le match nul, mais cela ne va nullement remettre en cause nos chances de prendre une place qualificative à la Coupe arabe. »

H. R.

 

Jets de pierres entre les supporters

Incidents au niveau de la tribune officielle

Babouche, le dernier à quitter le terrain

 

Malgré toute la campagne de sensibilisation menée par les deux comités de supporters du MCA et du CRB, des incidents se sont mal- heureusement produits au stade de Bologhine

Les dirigeants du MCA, grâce au concours du comité de supporters, ont tenu à réserver un bon accueil à la délégation du CRB et ses dirigeants. Malheureusement, certains accom-

S’il y a un joueur qui a été affecté par ce ré- sultat nul concédé face au CRB, c’est bien le ca- pitaine Réda Babouche qui a été d’ailleurs le

où nous avons assisté à un échange de jets de projectiles entre les deux galeries. Les choses ont failli prendre une autre tournure, n’était l’intervention des services de sécurité. Dire que

les supporters du MCA et du CRB avaient en- tretenu de bonnes relations par le passé.

pagnateurs du CRB et des proches du Mou- loudia se sont adonnés à un spectacle désolant, juste après l’ouverture du score par le CRB.

Heureusement que les choses sont rentrées dans l’ordre, suite à l’intervention des sages des deux côtés.

dernier joueur du Mouloudia à quitter le ter- rain.

Première apparition de Khenniche

A sept minutes de la fin du temps ré-

Une frange de supporters veut le retour de Sonatrach

A l’occasion de ce derby, une frange de sup-

Bénié s’accroche avec deux supporters

Déçus par l’échec de leur équipe, deux éner-

glementaire, le tech- nicien français a incorporé l’ex- joueur de l’US Cré-

de leur équipe, deux éner- glementaire, le tech- nicien français a incorporé l’ex- joueur de l’US

teil,

Farès

porters a accroché une grande banderole à tra- vers laquelle on pouvait lire «SPA et le retour de Sonatrach font peur aux pseudo-diri- geants». Ces supporters sont donc nostalgiques

par rapport à la puissante firme pétrolière qu’ils souhaitent voir revenir aux affaires du club sous forme d’une SPA.

gumènes n’ont pas trouvé mieux que de s’en prendre à Jean-Marc Bénié, lui reprochant d’avoir manqué la balle de match à l’ultime mi- nute du temps réglementaire.

Les deux supporters en question se sont ac- crochés avec l’attaquant ivoirien qui ne s’est pas laissé faire. Il a fallu l’intervention de certains proches du club et du service d’ordre pour évi- ter le pire.

Khenniche, qui a joué son premier match avec le Mou- loudia depuis son

recrutement en dé- cembre dernier. Toutefois, on ne peut porter de jugement de valeur sur sa prestation, du fait qu’il n’a joué qu’une dizaine de minutes

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

9

Coup d’œil MCA-CRB

Alors que l’AGE est prévue pour aujourd’hui Le quorum sera-t-il atteint? C’ est aujourd’hui à
Alors que l’AGE est prévue
pour aujourd’hui
Le quorum
sera-t-il atteint?
C’ est aujourd’hui à la salle de
conférences de l’hôtel Icosium de
Bouzaréah que se tiendront les
travaux de l’assemblée générale
extraordinaire du Mouloudia. Cependant, la
réconciliation qui a eu lieu récemment entre
les membres du comité directeur et le
président Sadek Amrous semble changer
d’avis à certains membres de l’AG qui
faisaient partie des opposants au président
du club. Ainsi, on laisse entendre que parmi
ces membres, il y a ceux qui vont tout
simplement faire l’impasse sur l’AG, alors
que d’autres s’opposent à un quelconque
changements à la tête de la direction du club
dans l’état actuel du moment qu’il ne reste
qu’un mois à la fin de l’actuel exercice.
Quant aux membres de l’AG qui avaient
soutenu Amrous même dans les moments
difficiles, ils vont tout simplement emboîter
le pas au président qui a décidé de boycotter
l’AG. Autrement dit, le quorum risque de ne
pas être atteint aujourd’hui même si tous les
membres de l’AG ont été destinataires de
leur invitation. Dans ce cas, on se demande
si l’AG sera reportée à une date ultérieure ou
carrément annulée. Outre les divergences
entre les membres de l’AG, et bien que l’on
parle de restructuration du club, l’ordre du
jour n’est pas défini d’une manière claire,
même si on songe à élargir la composante
des membres de l’assemblée générale et
modifier le règlement intérieur du club, car
tout dépendra de l’évolution des travaux de
l’AG si elle aura lieu pour les raisons citées
plus haut. A la veille de cette assemblée
générale, des tractations ont été menées par
les différentes parties, ceux qui veulent tenir
l’AGE et ceux qui se sont rétractés après la
réconciliation qui a eu lieu récemment entre
Amrous et les membres du comité directeur
et qui n’était finalement
qu’une réconciliation de façade. Toutefois, si
l’AG se tiendra, les débats seront sans aucun
doute chauds car chacun aura
des arguments à faire valoir et certains
promettent même de faire des révélations
fracassantes pour dénoncer l’actuelle
gestion, alors que d’autres veulent tout
simplement un changement radical, mais
cela ne se fera pas avant la fin de saison car il
y va de la stabilité du club.
K. M.

CSA/Mouloudia Club d’Alger

COMMUNIQUE

La presse écrite ayant fait état de la tenue d’une assemblée générale du CSA/MCA initiée par des personnes ni habilitées, ni déléguées par mes soins pour ce faire, l’attention des membres de l’Assemblée Générale du CSA/MCA est atti- rée sur les conséquences pouvant résulter d’une telle initiative qui ne peut que conduire à une plus grande division du club. Aussi sont-ils so- lennellement invités à se démarquer de cet acte qui ne peut que porter gravement préjudice aux intérêts supérieurs du club. Le Président du CSA/MCA S. Amrous

Annniversaire Aujourd’hui, notre adora- ble ami Aïmad Hamour a éteint sa 11 e bougie au
Annniversaire
Aujourd’hui, notre adora-
ble ami Aïmad Hamour
a éteint sa 11 e bougie au
grand bonheur de sa fa-
mille à Dar El Beïda et
Bab El Oued et de sa
grande famille du Buteur
dont il est un lecteur as-
sidu. En cette heureuse
occasion, tout le collectif du journal lui
souhaite une vie pleine de bonheur et
beaucoup de réussite dans sa vie scolaire.

Hadjadj

et beaucoup de réussite dans sa vie scolaire. Hadjadj Amrous «Finalement, j’irai à l’AG» «Je ne
Amrous «Finalement, j’irai à l’AG» «Je ne sais pour quelle rai- son ils in- sistaient
Amrous
«Finalement,
j’irai à l’AG»
«Je ne sais
pour
quelle rai-
son ils in-
sistaient à
tenir l’AG,
alors que
le club est
la
bonne
voie et
prêt à at-
teindre les
objectifs
tracés. Ils
m’ont en-
voyé une
invitation
sur
pour as-
sister à l’AG, au même titre que
les autres membres. Et dire que
je suis le premier concerné par
cette assemblée générale, en ma
qualité de président du club. Ils
devaient me consulter même
pour la date et le lieu de l’AG. Je
n’allais pas assister aux travaux
de l’AG, mais après mûre ré-
flexion, je préfère y prendre part
parce que je ne veux pas que des
décisions concernant l’avenir du
club soient prises en mon ab-
sence. J’aurais aimé que le linge
sale se lave en famille, la preuve,
j’ai tendu la main aux membres
du comité directeur pour une
réconciliation et les ai informés
que j’étais prêt à rendre des
comptes en fin de saison, pas au
moments où le club entame un
virage décisif en championnat.
Au vu de ce qui se passe autour
du Mouloudia, je me rends
compte qu’on ne pas de réconci-
liation».
M. L.

dans l’expectative

Chéraga dont certains auraient dé- cidé de passer à l’action pour faire dégoûter le joueur. Sinon comment expliquer qu’il s’est retrouvé subite- ment mis à l’écart par Alain Michel qui l’a relégué au rang de rempla- çant alors qu’il était titulaire indis- cutable.

Il a refusé de chauffer le banc

Cette nouvelle situation ne semble guère réjouir Hadjadj qui aurait dé- cidé de prendre le taureau par les cornes. En effet, en tout début de se- maine, Hadjadj a eu une discussion avec l’entraîneur adjoint, Achouri, au cours de laquelle il lui a fait sa- voir qu’il n’accepte pas du tout le fait de rester sur le banc de touche. D’ailleurs, Fodil aurait fait savoir à son interlocuteur qu’il serait préfé- rable de ne pas le convoquer dans le cas où le staff technique ne comp- terait pas le faire jouer. Convoqué pour compléter la liste des 18 et chauffer ainsi le banc des rempla- çants n’est pas du tout le scénario dont a rêvé Hadjadj. D’ailleurs, sa

D écidément, cette sai- son 2008-2009 est celle des déboires pour le milieu de ter- rain mouloudéen,

Fodil Hadjadj, qui traverse actuelle- ment une situation assez délicate. Blessures à répétition, puis pro- blème financier et hostilité des sup- porters ont jalonné la saison de l’ex-Nantais. De quoi démoraliser le moral du joueur qui ne sait plus à quel saint se vouer. Alors qu’il était au creux de la vague, Hadjadj, en professionnel qu’il est, a su se sur- passer pour revenir à son meilleur niveau, preuve à l’appui avec les matches livrés contre la JSMB et le CABBA qui se sont soldés par des succès. Mais voilà, depuis quelques jours, il se sent isolé et mis à l’écart par le staff technique et même par certains dirigeants qui sont en train d’œuvrer afin de le pousser vers la porte de sor- tie. Apparemment, le fait que Fodil ait décidé de boycotter l’équipe pour ob- tenir son argent n’a pas été du goût des pensionnaires de

demande a été vite exhaussée puisque le milieu de terrain n’a pas été retenu pour le derby contre le Chabab, lui qui faisait vibrer le cœur des Chnaoua.

Il songe sérieusement à quitter le club

Cette mise à l’écart qui ne dit pas son nom est la goutte qui a fait dé- border le vase. Le fait de se sentir re- pousser par les siens a eu pour effet d’exaspérer Fodil qui songe sérieu- sement à partir à la fin de la saison. Plus question de continuer l’aven- ture au sein d’un club où les conflits intestins sont devenus légions. Pour Hadjadj s’en est trop. Il vaut mieux partir vers d’autres cieux à la fin de l’exercice que de continuer à mon- nayer ses talents dans un environ- nement malsain et parfois hostile. Ce sera la fin d’une époque pour Fodil dont son nom restera à jamais gravé dans l’histoire du club avec ce but d’anthologie inscrit en final de Coupe d’Algérie contre l’USMA. T. Che

Doukha dans tous ses états

Une nouvelle fois non retenu par Alain Michel pour un match officiel, Az- zedine Doukha n’a pas du tout apprécié le fait de rester à la maison au lieu

de se retrouver sur le banc de touche. Relégué à l’occasion du derby au rang de troisième gardien derrière l’indétrônable Benhamou et surtout derrière Ouamane, il ne semble pas du tout réjouir Doukha lequel avait le masque des mauvais jours au moment de quitter la dernière séance de travail effec-

tuée avant-hier à Bologhine.

T. Che

Bentocha

«Je voulais prendre part à ce match, mais dommage»

B lessé la veille de la rencontre MCA-ASO qui a eu lieu au stade Omar-Hamadi, Maâmar Bentocha a retrouvé les terrains, mardi dernier, en entamant le chemin des entraînements. Mais l'entraîneur Alain Michel a dé- cidé de ne pas le convoquer pour ce match contre le CR Belouiz- dad. Joint par nos soins, le joueur s'est montré compréhen- sif à l'égard de son entraîneur.

sence due à ma blessure. Cette décision de Michel de ne pas me retenir ne me dérange nullement, c'est lui le premier res- ponsable technique. Il a jugé utile de ne pas compter sur mes ser- vices, étant donné que j'ai repris le chemin des entraî- nements mardi der- nier.

Juste-

ment, qu'en est-il de votre blessure ? Comme vous le savez, j'ai contracté une bles- sure à la cheville lors de l'ultime séance d'entraînement qui avait précédé le match de l'ASO à Bologhine. J'avais au juste une entorse à la cheville, après une période de convalescence et de soins, j'ai re- pris les entraînements mardi passé. J'ai multiplié le travail pour être prêt pour le match du CRB, mais l'entraîneur en a dé- cidé autrement.

du CRB, mais l'entraîneur en a dé- cidé autrement. Vous sentez-vous prêt pour la compétition ?

Vous sentez-vous prêt pour la compétition ? Oui, je me sens en pleine pos- session de mes capacités, malgré cette absence. Dès mon retour, que j'espère pour jeudi, je mon- trerai que je suis prêt pour la compétition. Entretien réalisé par H. R.

Vous n'avez pas été retenu pour ce match contre le CRB, comment avez-vous accueilli cette nouvelle ? Le plus normalement du monde. Certes, je suis déçu car je voulais coûte que coûte jouer . Qui ne rêve pas de prendre part à une telle rencontre, vu son cachet particulier et la folle ambiance qui y règne ? Cela ne m'empê- chera pas de souhaiter bonne chance à mes coéquipiers. Sincèrement, cela ne vous a pas atteint sur le plan psy- chologique ? Bien sûr que oui. Toutefois, je vais continuer à travailler d'ar- rache-pied pour être présent lors du prochain match, celui de jeudi prochain qui aura lieu face au Mouloudia de Batna. Je ne vous cache pas, j'ai hâte de re- trouver les terrains après une ab-

10

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

Coup sur coup USMB - ESS

Stade : Tchacker (Blida) Affluence : moyenne Arbitres : Haïmoudi, Etchiali, Bouha- soun Avertissements :
Stade : Tchacker (Blida)
Affluence : moyenne
Arbitres : Haïmoudi, Etchiali, Bouha-
soun
Avertissements : Hamiti (11’) (USMB)
; Laïfaoui (28’), Yakhlef (84’) (ESS)
USMB :
Toual, Oussad, Chebira, Zemmouchi,
Belahoual, Boumsong (Herbache 64’),
Zemit, Ounas (Saâdi 73’), Mehdaoui,
Ezechiel (Benmeghith 69’), Hamiti
Entraîneur : Khezar
ESS :
Hadjaoui, Laïfaoui, Delhoum, Yakhlef,
Benchadi, Belkaïd, Akssas, Adiko (Dje-
diat 69’), Hadj Aïssa (Ziaya 69’), He-
mani, Ambane (Metref 79’)
Entraîneur : Aït Djoudi

Si l’USMB m’était contée !

L es moins jeunes doivent encore avoir en mémoire les noms de ces

joueurs qui, en leur temps, faisaient trembler les meilleurs. Les Bouak, Begga, Zaragozi, Guerrache, Meftah et autres Mazouza étaient les idoles des gamins qui, en semaine, tapaient dans des balles en chiffon, pour se retrouver les dimanches après-midi, accrochés aux grilles du vieux stade Zouraghi, les yeux écarquillés. Les chaussures de foot à barrettes étaient des outils de travail aussi archaïques qu’était maigri- chonne la prime de match gagné. Bon prince, le président infirmait, en début de saison qu’ils avaient, chacun, un steak gratis chez le boucher du coin. Ceux des joueurs qui étaient des pères de famille ont tôt fait de convertir trois tranches de bœuf en une douara com- plète, histoire de contenter toute la ni- chée, une fois toutes les trois semaines. En ces temps-là, les maillots, pour plu- sieurs d’entre-eux, étaient maculés de sang, en fin de match, car les combats sur l’arène en tuf étaient rudes. Le football deviendra, au fil des ans, plus technique et surtout… plus lucratif et perdra toute son essence. On en arri- vera, malheureusement, au point où le dernier des pousseurs de ballon, qui rate systématiquement un contrôle sur deux, fait l’objet de toutes les sollicita- tions. Le football n’est, assurément, plus cette formidable école de la vie et, comme tous ceux de nos clubs qui sont plus que cinquantenaires, l’USMB vieillit très mal.

USMB 0 - ESS 0

La série noire

se poursuit à Tchaker

On ne tire pas sur les ambulances !

On ne peut que laisser aux mé- disants, aux calomniateurs, aux dé- tracteurs et aux diffamateurs de même acabit, déverser leur mal- veillance sur les joueurs et le staff technique blidéen après les toutes dernières contre-performances de

l’équipe. Celles-ci, comme tout le

monde sait, ont fait que l’USMB se retrouve en bien mauvaise posture. Nous nous contenterons, de notre

côté, de faire preuve d’objectivité.

Essayons donc de déceler, ce qui n’est pas du tout chose aisée, ce qui

n’a pas fonctionné chez une équipe,

qui, au vu de quelques-unes de ses

prestations, a laissé entrevoir de

belles dispositions. Cueillis à froid, les joueurs de Blida encaisseront un but contre

Batna après tout juste quarante se-

condes de jeu. Paradoxalement, c’est dans ces conditions de jeu qu’ils développeront leur meilleur football. Ils malmèneront l’arrière- garde batnéenne où les défenseurs

du MSPB feront valoir leurs quali-

tés de joueurs plutôt physiques. La

défaite est à chaque fois inéluctable quand on se met à vouloir gagner petit, du côté de cette équipe de Blida. Tout le monde derrière et seul le bien pâlot Hamiti en pointe. Inévi- tablement, les critiques fuseront de tous les côtés et personne n’est alors épargné. Certains ont la mémoire courte et ont vite oublié que Khezzar a ac- cepté un bien périlleux défi en ré- ponse à l’appel du cœur, et celui de Zaïm, pour prendre en main la barre technique de l’équipe de Blida, au moment où une bonne demi-douzaine de techniciens ont répondu par la négative. Le sau- veur d’hier est voué aux pires gé- monies aujourd’hui. Comme ça va vite en football ! S. B.

monies aujourd’hui. Comme ça va vite en football ! S. B. L es joueurs de l’USMB

L es joueurs de l’USMB n’ont pas réussi à provoquer le déclic hier à Tchaker, face à

l’ESS, en réalisant un nul amer. Malgré leur domination en pre- mière période, les hommes de Khezzar n’ont pas osé en seconde période. Toutefois, ils ont failli être cueillis à froid suite à la frappe de Hadj Aïssa à la 2’, qui s’est retrouvé tout seul devant Toual, mais a manqué sa frappe de peu. Par la suite, les hommes

de Khezzar ont repris les choses en main durant l’intégralité de la première mi-temps, en témoi- gnent leurs différents essais de- vant le cage sétifienne. La première menace arrive à la 11’ par l’intermédiaire de Hamiti qui

a inscrit un but refusé par l’arbitre

pour position de hors-jeu liti- gieuse, suivie une minute plus tard d’une frappe de Oussad qui oblige Akssas à sortir le ballon sur la ligne. Une autre occasion, à

Khezzar : «Ce nul est équitable» «Nous avons livré deux mi-temps complètement différentes. Durant la
Khezzar : «Ce nul
est équitable»
«Nous avons livré deux mi-temps
complètement différentes. Durant la
belles occasions de prendre l’avantage, tandis
première, nous avons raté de
qu’en seconde,
nous avons
peu reculé
derrière. Toutefois,
quelque
je dirai
que ce nul est équitable. Nous
affronté aujourd’hui le leader du cham-
avons
des deux équipes a été visible.
pionnat. J’ajouterai
que le niveau différent
Malheureusement, plusieurs de
mes joueurs n’ont pas le
niveau de la D1.»

la 20’, a été l’œuvre de Zem-

mouchi qui, de la tête, voit sa balle passer juste au-

dessus de la transversale. Il

a fallu attendre la 31’ pour

voir l’action la plus dange- reuse de la rencontre, suite

à une superbe frappe des

20 mètres de Ezechiel, qui

a obligé Hedjaoui à effec-

tuer une parade exception- nelle, en dégageant le cuir

en corner. Le score en resta

là à la pause, zéro partout.

Les tendances ont changé en seconde période. Ce

sont les visiteurs qui ont repris les choses en main, suite à la frappe de Adiko à

la 47’ puis celle de Ambane

à la 55’, mais sans pour au-

tant trouver le chemin des filets. L’action la plus dan- gereuse de la seconde pé- riode fut celle de Hemani qui s’est retrouvé face à face avec Toual, mais n’a pas très bien dosé sa frappe. Il

fallait attendre la 62’ pour voir la première action des Bli- déens suite à une tête de Hamiti qui a obligé Hedjaoui à interve- nir. La dernière action de la ren- contre fut celle de Chebira à la 90’+2, qui a vu sa balle heurtée la

transversale. Les deux équipes

n’ont pas pu se départager. Le score s’est achevé par un zéro par- tout, avec le goût d’une défaite pour les Blidéens.

Slimane B.

Aït Djoudi : «On a raté la victoire» «Nous avons raté la victoire de peu.
Aït Djoudi :
«On a raté
la victoire»
«Nous avons raté la victoire de
peu. Néanmoins, je suis satisfait
qui ont tout donné dans ce match.
de la prestation de mes joueurs
Le fait de jouer
sur plusieurs fronts m’oblige à tourner mon effectif.
plus important est de se concentrer pour
Le
la suite de notre par-
cours qui s’annonce très serré
pour nous.»

Bellinga : «Ce sera le Tonnerre de Yaoundé»

BOUMSONG :

Comme annoncé dans l’une de nos précédentes éditions, un accord à l’amiable a été trouvé entre Zaïm et Bellinga pour que soit mis un terme au contrat qui lie le joueur au club de Blida. Ce dernier nous a déclaré, dimanche passé, que dès son arrivée au Cameroun, en fin de se- maine, il signerait un précontrat au profit du Tonnerre de Yaoundé.

Tout d’abord, à quoi est dû le re- tard de votre départ au Cameroun ? Je dois juste régler quelques for- malités administratives. Normale- ment, je dois quitter Blida, ce vendredi. Croyez-moi, c’est à contrecœur que je vais le faire. Quelles en sont les raisons ?

Je ne vous cache pas qu’en arri- vant à Blida j’avais beaucoup d’es- poir et je voulais réellement réussir et cela pour ma première expé- rience professionnelle, hors de mon pays. Je savais que cela allait être compliqué car on ne me laissera que très peu de temps pour mon- trer ce que je sais faire, mon club étant menacé de relégation.

Comment expliquer cet échec, car c’en est un, en ce qui concerne votre passage à Blida ? Pour nous les attaquants, le seul critère qui est pris en considération est le nombre de buts que vous arri- vez à marquer. Aucune autre de vos qualités n’est prise en compte. En ce qui me concerne, je dois reconnaî- tre que je n’ai pas eu de réussite. De- puis que j’ai commencé à jouer au football, cela ne m’est jamais arrivé.

Pensez-vous qu’on vous a donné votre chance à l’USMB ?

Il

est difficile de répondre à votre

question. Même si j’ai fait partie ré- gulièrement des dix-huit, je n’ai été que très rarement titularisé d’entrée. Je faisais, le plus souvent, mon en- trée sur le terrain pour remonter un score qui était défavorable et, il faut reconnaître que dans ces condi- tions, il est difficile pour un atta- quant de briller. D’un autre côté, c’était à moi de forcer la chance comme on dit.

Et pour ce qui est de votre enga- gement avec la direction de l’USMB ? Je n’ai aucun souci à me faire de ce côté-là. Le président Zaïm et moi avons trouvé un accord à l’amiable.

Peut-on connaître votre pro- chaine destination ? Mon manager est sur le point de finaliser un précontrat avec les diri- geants du Tonnerre de Yaoundé. C’est l’un des clubs les plus presti-

gieux du Cameroun et qui joue ré- gulièrement des compétitions continentales.

Pensez-vous avoir les moyens de rebondir dans ce club ? C’est ce que je souhaite. Dès mon arrivée au Cameroun, je m’entraî- nerai régulièrement avec l’effectif du Tonnerre et cela pour préparer la phase finale de la Coupe du monde militaire qui doit se dérouler au Brésil.

Cela va-t-il vous laisser certains regrets de quitter votre club qui se bat pour ne pas être relégué ? Cela m’attriste, car de ce que j’ai pu voir du championnat algérien, l’USMB est bien meilleure que cer- taines formations mieux classées. J’espère de tout cœur que Blida ar- rive à se maintenir en D1.

Entretien réalisé par Slimane Baghdali

«Bellinga n’a pas eu de chance»

Le libero blidéen, Hervé Boumsong, ne nous a pas caché sa déception en appre- nant que son coéquipier Bel- linga était sur le point de quitter l’USMB. Il faut dire que les deux hommes sont très proches, car tous deux ils font partie de l’équipe nationale militaire du Cameroun et qu’ils ont opté ensemble pour le club blidéen. Boumsong nous dira à ce propos : «Cela fait des années que je connais Bellinga et je peux vous dire qu’il a toutes les qualités d’un grand attaquant. C’est d’ail- leurs le meilleur buteur en sé- lection militaire du Cameroun. Il n’a pas eu de chance et de réussite à Blida.»

S. B.

11 Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009 Coup d’œil Division I Les Angolais
11
Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009
Coup d’œil Division I
Les Angolais
du Récréativo
demain à Sétif
ESSESSESSESSESSESSESSESSESS ESS
Fawzi Benzerti
De la Ligue des champions
arabe à la Coupe de la CAF via le
championnat national, l’actualité
du club phare des Hauts Plateaux
ne connaît décidément pas de
frontières. Ainsi, au sortir de leur
match contre l’USM Blida dis-
puté hier, soit quarante huit
heures à peine après leur demi fi-
nale de Ligue des champions
arabe, les Ententistes verront de-
main débarquer les Angolais du
Récréativo, leurs prochains ad-
versaires en coupe de la CAF qui
sont attendus pour atterrir à l’aé-
roport de Sétif vers les coups de
19 heures.
«Le but qui nous
a été refusé
nous a galvanisés»
S’ étant abstenu de toute dé-
claration à la fin du match
qui avait opposé samedi à Sétif
son équipe, l’Espérance de
Tunis à l’Entente locale, ayant
préféré laisser le soin de le faire
à son adjoint, le coach tunisien
Fawzi Benzerti a été plus disert
à son retour dans son pays où à
A Tunis le 25 avril,
par vol régulier
«Bons»footballeurs,«mauvaisjoueurs»!
S’ il n’y avait pas ces remous
intra-muros, on aurait vo-
lontiers grossi la mise
pour le match retour
contre l’Espérance à
planète foot, et qui n’est autre que le Réal
de Madrid, excusez du peu ! Le milieu
de terrain des Meringues nous apprend
donc, que de tout le temps de sa pré-
sence chez les Gunners, jamais Arsène
Wenger ne lui avait adressé la parole et la
seule fois où les deux hommes s’étaient
parlé, ce fut quand il était allé lui dire
que « je m’en vais » ! Voilà, c’est toute la
morale de l’histoire. Si tant est que l’on
puisse comparer le jour et la nuit, la
mauvaise graine et le bon épi…
M. Raber
son arrivée à l’aéroport de Car-
thage, il ne s’est pas fait prier
pour faire part aux journalistes
présents à l’accueil de ses im-
pression dont on ne retiendra
que l’essentiel. Ainsi, le coach
espérantiste semblait avoir
gardé sur le cœur le but qui
avait été, justement doit-on le
préciser, refusé à son équipe
alors que dix minutes de jeu ne
s’étaient pas encore écoulées.
Ainsi, disait-il, non sans une
pointe d’ironie, qu’au lieu de les
démoraliser comme cela aurait
pu arriver à n’importe quelle
autre équipe, cette vraie fausse
réalisation avait au contraire
donné des ailes à ses joueurs
qui, toujours selon lui, ont su
démontrer qu’ils n’avaient be-
soin d’aucun coup de pouce,
d’où qu’il vienne, pour faire va-
loir leur supériorité. Une supé-
riorité qui aurait pu, s’est-il
laissé aller à dire, être plus évi-
dente si les conditions météo-
rologiques étaient meilleures,
allusion au froid qui régnait et à
la neige qui s’était abattue la
veille et le matin du match à
Sétif.

Nous avions été bien inspirés de nous entourer de toutes les ré- serves voulues lorsque dans ce même espace nous annoncions dernièrement que la direction de l’Entente avait pris les devants en prévoyant les modalités de dépla- cement à Tunis pour la demi fi- nale retour de la Ligue des champions arabes. Il avait été alors prévu que les Ententistes fassent le voyage le 24 avril pro- chain, soit quarante huit heures avant la date du match et nous avions alors salué cette initiative consistant ainsi à s’y prendre à l’avance mais, nous n’avions pas omis de préciser que cela ne de- vait pas être pris pour argent comptant tant que rien n’avait été encore arrangé avec Air Algérie. Ainsi, nos appréhensions, si on peut appeler ça comme ça, n’ont pas été vaines puisque contraire- ment à son habitude, cette fois, l’Entente ne voyagera pas par avion spécial mais prendra le vol régulier Alger-Tunis le samedi 25 avril à 13 heures soit la veille du match seulement, tout comme l’ont fait les Tunisiens de l’Espé- rance à l’aller quand ils n’avaient pointé que le vendredi à Sétif pour jouer et gagner le lende- main.

Tunis, jusqu’à concurrence d’une per- formance similiaire à celle qui avait vu, l’Aigle noir terrasser le Hillal du Soudan sur ses propres terres, réputées jusque- là pour avoir toujours été le cimetière de l’adversaire. Nous étions alors fiers en ces jours qui ont, malheureusement tout récents qu’ils sont, aujourd’hui disparus, emportés par le débit abondant des eaux qui ont, depuis, coulé sous le “banc”. Entre-temps, il y eut en effet, l’éclate- ment de ces foyers de tension que l’on savait, mais dont on pensait qu’ils al- laient continuer à couver dans leur état latent jusqu’à la fin de la saison ou du moins tant que le parcours “multicom- pétitions” de l’équipe porterait les jalons de la satisfaction. Hélas, si dans les au- tres clubs, les joueurs boudent pour “leur” argent, ici à Sétif, le vestiaire est truffé d’Isnogood voulant chacun être

calife à la place du calife, se traduisant ici par une place de titulaire sur le ter- rain. Un peu le monde à l’envers quand on se rappelle que ces ingrats qui broient du noir, ne voyaient que le milliard au comptant de Serrar en signant, tout contents, leur contrat sans plus de do- léances ni autre extra. Ces gens là, mon- sieur, tout bons footballeurs qu’ils soient, sont mauvais joueurs et leur comportement n’a rien de professionnel car le véridique, convaincu qu’il mérite mieux, sait attendre la période propice pour s’envoler en “juste cause”, vers d’au- tres cieux où il aura tout le loisir d’écla- bousser de sa classe ses détracteurs, coupables de ne pas avoir su le juger à sa bonne valeur. Ainsi, on n’aurait jamais pu imaginer que Lassana Diarra, pour ne citer que cet exemple-là, actualité oblige, pouvait éprouver un sentiment de frustration du temps où il était à Ar- senal avant qu’il n’en fasse l’aveu tout dernièrement, soit plus d’une année plus tard, après être passé dans les rangs du club, sans doute le plus prestigieux de la

CABBA

Une délégation de 37 membres Les Angolais du Récréativo voyageront par vol spécial en provenance
Une délégation
de 37 membres
Les Angolais du Récréativo voyageront par vol spécial en provenance
de Luanda à bord d’un Boeing 737 pouvant transporter 100 passagers,
mais ils ne seront dans la carlingue que 37 membres constituant la
délégation du prochain adversaire de l’Entente en coupe de la CAF. Le
moins que l’on puisse dire à propos de ce dernier est qu’il n’a pas
l’air de lésiner sur les moyens pour prendre ses aises et
cela ne nous rend que plus curieux de voir ce
qu’il en sera sur le terrain.

L’affaire Mousso et Boko classée

Les deux joueurs camerounais sont repartis di- manche au Cameroun après avoir perçu une par- tie de leur dû qui a été revu à la baisse. Mousso et Boko ont été convaincus par le président de sec- tion Yahia Aktouf d’accepter la somme qui leur a été proposée qui est nettement inférieure aux 36 000 euros demandés par chacun d’eux. Ainsi, le CABBA a classé une affaire qui risquait de lui por- ter préjudice, sachant que les Camerounais se sont adressés à la FIFA qui leur avait donné raison et qui a brandi la menace de la relégation, au cas où ils ne seraient pas régularisés.

Bentayeb, Kial et Mohamed Rabah reprennent

Ces trois joueurs qui avaient raté la reprise, pour diverses raisons, ont repris les entraînements dimanche dernier pour préparer normalement le prochain match prévu ce jeudi contre Saïda.

Hachoud endeuillé

Abderrahmane Hachoud qui était présent pour la reprise, a quitté précipitamment la séance de dimanche matin pour se rendre chez lui à El Attaf suite au décès de sa grand-mère. En cette douloureuse circonstance, le collectif du Buteur se joint à la famille sportive à Bordj pour lui pré- senter ses sincères condoléances. “A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”

Hannachi irrite les Criquets

L es déclarations du boss de la JSK, selon lesquelles il envisageait de contacter

Samir Bentayeb en vue de le re- cruter la saison prochaine, ont été très mal perçues du côté de Bordj. En effet, les Criquets se rappellent encore quand il a doublé Bouda pour recruter Boudjelid alors que ce dernier était prêt à renouveler sans conditions. On avait dit alors, comment une équipe aussi hup-

pée que la JSK, qui était appelée

à jouer la Ligue des champions

d’Afrique, lorgnait du côté d’une équipe qui avait échappé de jus-

tesse au purgatoire, et essayait de recruter un joueur en fin de car- rière surtout que celui-ci avait fait un passage éphémère dans la même équipe auparavant ? D’ail- leurs cette opération a été vouée

à l’échec et même que Boudjelid

avait regretté son départ de Bordj, où il était considéré comme l’un des cadres. Au- jourd’hui, la JSK récidive avec Bentayeb, alors que celui-ci se concentre au maximum avec son

alors que celui-ci se concentre au maximum avec son équipe pour réussir une bonne fin de

équipe pour réussir une bonne fin de saison. « Hannachi a vrai- ment la mémoire courte, il a ou- blié qu’il a été l’un des premiers à condamner l’acte de Menadi

quand il avait des contacts avec des joueurs, dont ceux de la JSK, alors que la saison ne s’était pas achevée ? Comment ose-t-il au- jourd’hui l’imiter dans ses basses œuvres ? », a déclaré un respon- sable du club qui résume le mé-

contentement des supporters du CABBA qui voient là une tenta- tive de déstabilisation de leur équipe qui est en course pour une place sur le podium, tout comme la… JSK. En outre, nous avons tenté de contacter le joueur en question pour en savoir plus, ainsi que le président Aktouf mais nos tentatives sont restées vaines.

A. Benbacha

Mansour blessé

au nez

sont restées vaines. A. Benbacha Mansour blessé au nez Au cours de la séance d’échauf- fement

Au cours de la séance d’échauf- fement précé- dant le match d’application qui a mis aux prises les seniors aux juniors, Ab- delhak Mansour a été touché au nez par le coude de Bitam qui s’échauffait lui aussi. Le blessé a été évacué à l’hôpital pour une radio et des soins. Mansour aurait repris hier les entraînements.

Mise au vert mercredi

Les joueurs seront regroupés dès la fin de la séance d’entraînement du mercredi après-midi. Iaïche gardera l’ensemble de l’effectif (22 joueurs) et la liste des 18 convoqués ne sera connue que durant la soirée pour permettre une meilleure concentra- tion. Cette façon d’opérer du coach tend surtout à consolider l’esprit de groupe, en gardant l’ensemble de l’effectif la veille d’un match, mais aussi pour parer à toute éventualité. A. B.

12 13 Le Buteur n° 830 Mardi 14 Avril 2009 Le Buteur n° 830 Mardi
12
13
Le Buteur n° 830 Mardi 14 Avril 2009
Le Buteur n° 830 Mardi 14 Avril 2009
Coup d’œil REPORTAGE
De notre envoyé special à Cannes Farid Aït Saâda
Coup d’œil REPORTAGE
Un Algérien «chez» Zidane
Bendahmane ?
he Cannes !
pour ce sport que son père l’inscrit à l’école de foot-
ball de la ville. Là, il s’éclate en mettant des buts… et
en donnant des coups. Colérique et caractériel, il lui
arrivait, en effet, de frapper ses adversaires et même
ses coéquipiers. «En voyant que je me bagarrais sou-
vent, mon père m’a mis à la boxe», nous révèle-t-il. Il
s’est mis sur le ring durant quelques mois, mais il
comprend vite que ce n’est pas fait pour lui. Il cogne,
certes, mais quand il est en colère, pas tout le temps.
«J’ai vu que je n’étais pas fait pour la boxe. J’ai alors
demandé à mon père de me remettre dans le football.
C’est là où je me sentais à l’aise.» Retour donc au foot
où, avec le temps, il apprend à taper plus dans le bal-
lon que sur ses vis-à-vis. Il se calme un peu, même
si son mauvais caractère subsiste un peu.
ser. Ils le mettent en quarantaine tout en lui cher-
chant un autre centre de formation.
Les
C’est le centre
de formation
traits de Nadir
Belhadj, la silhouette et le
caractère de Abdelmalek
Cherrad : voilà comment
décrire Nadir Bendahmane, ce
jeune attaquant algérien qui a marqué des
buts et les esprits durant la CAN U17 qui
s’est déroulée récemment en Algérie. Belle
surprise du tournoi, il est passé, en deux
qui a révélé
Zidane
fourbit ses armes offensives depuis l’été dernier. A
l’AS Cannes, on sait sortir des champions, Zidane et
Patrick Vieira, entre autres, faisant foi. La formation
y est une philosophie, presque une religion. En plus
de la gestion sportive, on s’occupe aussi et surtout
là-bas de la gestion de l’homme, ce qui n’est pas rien.
Zizou est autant un
Renvoyé huit jours chez lui
footballeur talen-
tueux qu’un homme
humble et bon. C’est
la marque de fa-
brique de la maison.
«Ici, même le cuisi-
nier se rappelle de Zi-
dane et nous parle de
lui», fait remarquer
Bendahmane, qui
prend de plus en
plus conscience de la
valeur de ce lieu où
il apprend à devenir
footballeur.
Un jour, Bendahmane est convoqué à la direction
du centre de formation d’Istres. On lui fait part
d’une proposition faite par l’AS Cannes. «J’ai tout de
suite dit oui, car ce centre a toujours eu une bonne ré-
putation au plan national. Et puis, ce n’est qu’à deux
heures de train de Marseille.» Le voilà donc, en juil-
let 2008, débarquant à Cannes. Il y continue son fes-
tival de buts, mais est souvent nominé pour la palme
d’or du mauvais garçon. Son mauvais caractère re-
fait surface sporadiquement, au hasard de ses hu-
meurs. Il est bon sur le terrain, mais donne
l’impression de prendre son travail au centre de for-
mation pour un jeu. Un premier avertissement lui
est infligé : il est renvoyé chez lui durant huit jours,
une sorte de mise à pied pour le faire réfléchir. Cela
semble avoir porté ses fruits, puisqu’il revient avec
de meilleures intentions. Il travaille, mais retombe
parfois dans ses travers, si bien que son entraîneur et
le directeur du centre se voient souvent obligés de
jouer les psychologues pour le recadrer et le sensi-
biliser sur la voie à suivre.
beaucoup de talent, beaucoup
de buts, mais aussi beaucoup
de déchets et de caprices. Au-
tant il aime jouer les matches,
autant il assimile les entraîne-
ments à une corvée. Ses enca-
dreurs remarquent, cependant,
une nette progression : le gosse
semble avoir enfin compris que
s’il réussit si bien à 16 ans
Laurent Chatrefoux
contre des enfants du même
âge, il n’est pas dit qu’il réussira aussi bien lorsqu’il
jouera en seniors contre plus âgés et plus aguerris
que lui. C’est comme la fable du lièvre et de la tor-
tue : actuellement, Bendahmane est un lièvre, mais
il n’est pas dit qu’il arrivera au moment voulu, c’est-
à-dire le jour où il intégrera un groupe pro, avant la
tortue. Son rendement plus qu’honorable à la CAN
U17 semble l’avoir assagi et la perspective de dispu-
ter une Coupe du monde pourrait constituer une
motivation pour qu’il améliore son jeu et évite de
tomber dans le piège de l’autosatisfaction. Bendah-
mane, futur grand joueur ? «Yes, he Cannes», pour
paraphraser Barack Obama. C’est tout le bien qu’on
souhaite à ce garçon tellement talentueux, mais si
caractériel.
(directeur du centre de formation)
semaines, du statut de parfait inconnu à celui
d’espoir authentique du football algérien. Il est
vrai qu’il a ce quelque chose qui fait la force
d’un attaquant : l’instinct du buteur. Même si
son jeu reste perfectible, Bendahmane sait
marquer et c’est déjà une bonne base.
Reste maintenant qu’il devienne un
grand joueur. Pour ce faire, un
«C’était un pari de le
ramener chez nous»
Un caractère à la Cherrad
célèbre centre de formation
s’en occupe : l’AS
Cannes.
«Le plus important
dans le football est de mar-
quer des buts, et ce n’est pas du
tout facile.» Cette sentence, pro-
clamée il y a une semaine dans Canal+,
est du maître Zinédine Zidane, le produit de réfé-
rence du centre de formation de l’AS Cannes. C’est
justement dans ce centre que Nadir Bendahmane
Du football à la boxe… parce
qu’il donnait des coups !
Pourtant, les choses n’ont pas été faciles pour lui,
surtout durant son enfance. Né à Miramas, petite
ville située entre Marseille et Nîmes, il se met vite au
ballon dans son quartier. Il montre une telle passion
Après l’école de football de Miramas, il est solli-
cité par le centre de formation d’Istres. Cela l’ar-
range, car ce n’est pas loin de Miramas. Il y joue, y
marque… mais se fait encore remarquer par ses ca-
prices d’adolescent. A la manière d’un Abdelmalek
Cherrad, il a un talent fou pour marquer, mais re-
chigne à s’appliquer aux entraînements. Pas toujours
mature, il lui arrive de jouer au petit caïd, même s’il
continue de marquer sur le terrain. Vers la fin de la
saison dernière, ses encadreurs en ont ras-le-bol. Ils
le laissent sur le côté et ne le font pas participer aux
matches. Plus même : ils cherchent à s’en débarras-
F. A-S.
La CAN U17 l’a assagi
Ancien membre du staff technique de l’équipe de
France des -17 ans, Laurent Chatrefoux occupe
désormais le poste de directeur du centre de
formation de l’AS Cannes. C’est avec amabilité
qu’il a accepté de nous recevoir dans son bureau
afin de nous parler de Nadir Bendahmane, un
élément sur lequel il mise beaucoup, à condition
qu’il se débarrasse de quelques
mauvaises habitudes.
Cela fait huit mois que Bendahmane est au centre
de formation de l’AS Cannes et le bilan est mitigé :
«Seul le football peut me sauver»
dans les filets.» Effectivement, j’avais bénéficié
quelques instants plus tard d’un bon service de
Bekakchi et j’ai mis le ballon dans les filets. Sur le
moment, les choses se sont bousculées dans ma
tête. J’ai couru comme un fou en me disant :
◗ «Au Mondial, nous viserons les quarts de finale»
◗ «Avec Rafik Bezzaz, je peux jouer les yeux fermés»
«L’Algérie va se qualifier pour la première fois en
finale de la CAN U17 et c’est un peu grâce à moi.»
J’étais submergé par l’émotion, mais je me suis
vite ressaisi pour me remettre au travail afin de
préserver le score.
Quels sont les joueurs algériens avec lesquels
vous vous entendez sur et en dehors des ter-
rains ?
Il y a en premier lieu Hakim Bezzaz. Il arrive
facilement à me trouver sur le terrain et je sais,
de mon côté, comment le trouver. Lui et moi
pouvons jouer les yeux fermés. Il y a également
Djamel Cherchar et Abderrahmane Bekakchi qui
ont un bon niveau. Il y a un autre qui n’a pas par-
ticipé à la CAN U17
pour m’améliorer et franchir les caps
doucement, mais sûrement.
Vous avez dit que vous parlez le dia-
lecte algérien. C’est parce que vous
allez souvent en Algérie ?
Absolument. Mes parents sont origi-
naires de Biskra et il m’arrivait d’aller
deux fois par an au bled. J’y allais pour
voir ma famille et mes amis là-bas et
jouer au foot avec eux. Je suis né à Mira-
mas, non loin de Marseille et, à la maison,
nous parlons l’arabe, nous mangeons
arabe et nous nous habillons arabe. Nous
sommes vraiment très attachés à l’Algérie.
Suivez-vous l’actualité du football al-
gérien ?
Oui, même si c’est moins qu’avant car ici
au centre de formation de l’AS Cannes,
David Bettoni
(ent.) :
«Il a un
sens inné du but»
David
eu
privilège
de
détection, puis une deuxième
fois. A la fin, nous avons fait le
pari de le prendre puisque nous
avons constaté que c’est un
joueur qui s’appuyait sur des
qualités fortes de vitesse et de
percussion, mais qui avait des la-
cunes sur les plans technique et
de la compréhension du jeu.
Vous avez dit que vous avez
fait le pari de le ramener.
Peut-on affirmer, huit mois
après, que c’est un pari ga-
◗ «Une fois guéri, Omrani fera très mal»
faire
partie
de
la
formée
par
l’AS
Cannes
à des autour
de
Zinédine
Zidane,
fin
années
80.
Au-
◗ «Que nos adversaires aient 16, 20 ou 46 ans, il faut jouer !»
jourd’hui,
est
son
tour
formateur
au
sein
du
club.
a Techniquement, génération
gnant ?
On ne peut pas encore dire que
c’est pari gagné, mais c’est en passe
de l’être. Les choses sont très fra-
giles en termes de formation. Moi,
◗ «A l’entraînement, Medane nous épate avec ses coups francs»
trouve
beaucoup
de
qualités
Ben-
je
suis satisfait d’une chose : Ben-
dahmane.
il la qui «Nadir
est
très
puissant
et
◗ «J’espère voir Zidane cet été au tournoi de Cannes»
va
très
vite.
Sa
qualité
est
nous n’avons pas Internet à notre disposi-
Le centre de formation de l’AS
Cannes a sorti de grands
joueurs, dont Zinédine Zi-
dane. Quelle est la philoso-
phie de ce centre ?
Déjà, il y a une différence entre
ce qu’était ce centre de formation
il y a 15 ans, à l’époque de Zidane
et de Vieira, et ce qu’il est au-
sens
du
but.
C’est
l’un
des
rares
à mais jeunes oppo-
dahmane semble avoir compris
dans quelle structure il est, à sa-
voir un centre pour apprendre un
tion. Donc, j’ai des nouvelles au téléphone.
jourd’hui, dans la mesure où l’AS
que
j’ai
connus
qui
ait
le première un quelqu’un l’instinct petites
d’al-
Vous avez été l’une des révélations de la der-
nière Coupe d’Afrique U17. Avec du recul,
comment évaluez-vous la participation algé-
rienne lors de ce rendez-vous continental ?
C’était un gros championnat, avec beaucoup de
pète que ce n’était pas notre problème à nous
joueurs. Ce que je sais, c’est que les Gambiens
étaient plus forts que nous et ont mérité la vic-
toire.
Cette participation plus qu’honorable de l’Al-
Je
sais que l’Entente de Sétif est
«Bien que je sois né en
ler
au
but
et
de
marquer.
C’est
quelqu’un
est
généreux
dans
l’ef-
France, je parle le dialecte
fort.
Certes,
ce
n’est
pas
qui
algérien, ce qui
fait que je
est
assidu
aux
entraînements,
le il il
adore
les
à Bettoni matches
et
les
belles équipes. Nous avons travaillé dur pour bien
gérie constitue-t-elle une surprise pour vous ?
m’intègre facilement lors des
stages. Je sais vivre comme
sitions.
Pour
moi,
c’est
buteur
op-
y
figurer. Nous étions dans une poule dure avec le
de
Cameroun et la Guinée que nous avons battus
En vérité, personne ne se doutait que nous
puissions parvenir aux demi-finales. Nous avons
beaux
buts,
difficilement. Les joueurs africains sont très bons
physiquement et c’est cet aspect qui
les Algériens du bled et je me
suis vite mis dans le tempo.»
été très contents d’avoir fait vibrer le public algé-
rien pour qui c’était véritablement une
nous a posé des problèmes. Face à la
Gambie, dans un match sans véritable
enjeu, nous avons joué avec une équipe
de remplaçants et perdu 2 à 0. Ce n’était
pas grave car nous étions convaincus,
moi en premier, que nous allions les re-
trouver en finale. En demi-finale, nous
sommes tombés contre une belle équipe
du Burkina Faso. Nous avons gagné 1-0,
mais nous aurions pu facilement mettre 3
belle surprise.
«Je supporte le MCA et l’US
J’ai
eu la
Biskra. En
fait, j’aime et je
chance de mar-
quer et de pro-
curer de la joie
aux supporters
et j’en suis très
fier. J’espère
leader du championnat et que le
Mouloudia d’Alger est en pleine
crise.
Puisque vous avez cette infor-
mation sur le MCA, doit-on
comprendre que vous suppor-
tez ce club ?
Je supporte le MCA et l’US Bis-
kra. En fait, j’aime et je supporte
tous les clubs algériens : l’ESS, la
JSK… mais peut-être un peu plus le
Mouloudia.
Vous êtes dans le centre de for-
mation où Zinédine Zidane a été
formé. Y a-t-il encore des traces
de lui ici ?
Cannes était en première division,
alors qu’elle est à présent en divi-
sion National, en passe de remon-
ter en Ligue 1. Nous n’avons donc
pas les mêmes moyens pour re-
cruter les meilleurs jeunes
joueurs. Cependant, il y a une
forte volonté des autorités muni-
cipales de maintenir le label de ce
centre de formation, même si
nous n’avons pas les mêmes
moyens qu’avant. La formation
est vraiment ancrée dans les
gênes de ce club et de cette ville.
métier. Quand il était arrivé, ce
n’était pas le cas. Il était un peu vo-
latile dans sa tête, il voulait fonc-
tionner comme il l’entendait,
comme il le faisait chez lui. Or, on
n’apprend pas un métier avec ce
genre de comportement. Cela a
été donc difficile au début, je ne
vous le cache pas, et il avait même
été renvoyé chez lui. Cela l’avait
fait réfléchir et cela va mieux au-
jourd’hui. Sur le plan technique, il
y
a encore des choses à améliorer
en
lui. Il faut qu’il élargisse ses ca-
supporte tous les clubs
algériens :
l’ESS, la JSK…
secret de la réussite ? Il n’y en
pas, sinon ça se saurait. Nous
pacités de jeu afin qu’il ait les qua-
lités d’un attaquant complet. Il
mais peut-être un peu plus
le Mouloudia.»
nous attelons surtout à avoir une
échelle humaine avec un enca-
faut encore quelques années pour
en faire un joueur abouti. Il a
Il a marqué les esprits à Cannes. Déjà, il y
quand même une grande qualité :
drement de qualité et une forme
ou 4 buts. En finale, c’était dur. Nous avons vrai-
maintenant
que nous al-
lons confirmer ce beau rendement lors du Mon-
pour beaucoup dans le bon parcours de
la sélection.
Qu’entendez-vous en disant
«lorsque cela se passe un peu mal
aux entraînements» ? Y avait-il donc
des problèmes entre les joueurs ?
Il arrivait que nous nous prenions la
tête entre nous. C’était rien de grave. De
petites crises entre adolescents. Cela ar-
rivait parfois, mais nous nous remet-
tions vite dans le droit chemin.
Le fait que Medane ait commencé,
lorsqu’il était footballeur, à jouer
avec les seniors alors qu’il avait votre
âge, l’a-t-il aidé à mieux vous com-
prendre ?
Sûrement. En ayant joué en seniors à
un âge précoce, il avait certainement
autour de lui des cadres qui l’entou-
raient et le conseillaient. Là, il a joué ce
rôle en nous entourant. Nous ne
a
ment souffert face à la Gambie et avons perdu 3
parce qu’il était blessé,
mais qui est, à mon avis,
très, très fort : Moha-
med Omrani. Celui-là,
quand il rejouera, il fera
mal. J’espère qu’il sera
parmi nous à la Coupe
du monde au Nigeria.
Au plan des affinités
personnelles, mes meil-
leurs potes en sélection
sont Bezzaz, Cherchar et
Nader Mohamed Ziane.
Avez-vous le soutien de
votre famille pour
continuer dans le foot-
ball ?
Absolument. D’ail-
leurs, même s’ils
n’étaient pas d’accord, ce
serait difficile pour eux
de me faire changer
d’avis. Je ne suis pas fait
pour l’école. Mon avenir,
c’est le football. Seul le
foot pourra me sauver.
chaque année un tournoi international des
il
marque des buts. Pour un atta-
de proximité dans la relation
avec les jeunes dans tout le tra-
vail que nous pouvons faire sur
dial.
centres de formation qui se déroule sous son
égide. J’ai participé à celui de l’été dernier et
nous avions terminé 9es sur 12 centres de for-
mations participants. Malheureusement, Zi-
dane n’était pas venu, car son agenda ne le lui
permettait pas.
Espérez-vous qu’il vienne lors de la pro-
chaine édition l’été prochain ?
Oui, sincèrement. Sa présence serait une
motivation pour moi. Ce serait la dernière fois
que je pourrais participer à ce tournoi car,
après, je changerai de catégorie pour passer
chez les U18.
Un dernier mot à l’adresse des Algériens ?
Je les remercie pour le soutien qu’ils nous
avaient apporté durant la CAN U17 et leur pro-
mets que nous ferons de notre mieux pour la
meilleure représentation possible de l’Algérie au
Mondial de la catégorie en octobre prochain au
Nigeria. L’espoir est grand d’accéder au moins
aux quarts de finale et, pourquoi pas, aller plus
loin ? L’essentiel est de continuer à travailler en
restant humbles.
quant, c’est extrêmement impor-
tant.
sommes que des adolescents. Nous ne savons pas
tout du football. Il nous donne des conseils sur le
terrain et même pour des choses de la vie. Il nous
disait de faire attention à ci, de prendre gare à ça.
Personnellement, je remercie du fond du cœur
Medane et Ibrir pour m’avoir donné la chance de
prendre part à une telle compétition et pour tout
le soutien qu’ils m’ont apporté.
Medane participait-il avec vous aux entraîne-
ments ?
terrain. Cela porte ses fruits
à
1. C’est dommage, mais ce n’est pas bien grave,
car l’essentiel a été fait : une qualification pour la
Coupe du monde. Nous espérons, à présent, tom-
ber dans un bon petit groupe au Mondial du Ni-
geria.
Vous avez semblé comme un poisson dans
l’eau au sein de la sélection, jouant à l’aise et
vous montrant efficace. Comment expliquez-
vous que vous ayez si rapidement trouvé vos
marques dans l’équipe ?
C’est parce que j’ai l’habitude d’aller souvent en
Algérie. Bien que je sois né en France, je parle le
dialecte algérien, ce qui fait que je m’intègre faci-
lement lors des stages. Je sais vivre comme les Al-
gériens du bled et je me suis vite mis dans le
Oui, il le faisait souvent. Il
nous épatait en mettant des
coups francs en pleine lu-
carne. Même s’il est au-
d’autres moins jolis, mais il vit sur le
terrain à travers le but. Cela dit, il
faut qu’il reste perfectible
sur beau-
Des observateurs ont affirmé que les vrais
champions d’Afrique des -17 ans sont les Al-
gériens, car ils étaient parmi les rares à avoir
vraiment moins de 17 ans. Vous, parmi les
joueurs algériens, aviez-vous des soupçons
jourd’hui à la retraite, cela
se voyait, à sa touche de balle, qu’il était un ex-
cellent joueur.
Qui vous a repéré pour aller en sélection al-
gérienne ?
En fait, j’ai été proposé à la sélection par le pa-
rent d’un coéquipier. Il s’appelle Sid-Ali Asloum
et il m’avait dit que la sélection U17 cherchait un
attaquant. J’ai participé au tournoi de l’Union
nord-africaine de football à Tunis, j’ai marqué et
j’ai plu aux sélectionneurs Medane et Ibrir. De-
puis, j’ai été convoqué à tous les stages.
Y a-t-il une image en particulier qui vous a
marqué lors de la compétition ?
Oui, celle du but en demi-finale contre le Bur-
kina Faso. Juste avant ce but, j’avais gâché une oc-
casion facile. Je suis resté costaud dans ma tête et
me suis dit : «La prochaine occasion, ça doit être
techniques, mais il a
«J’avais bénéficié quelques
coup de points
cette qualité
quer.»
puisqu’il y a des gamins qui
réussissent déjà à l’intérieur du
club ou sont recrutés par des
clubs de Ligue. Ce qui nous
amène à penser que nous ne
nous sommes pas trop trompés
innée
de savoir mar-
instants plus tard
d’un bon
service de Bekakchi et j’ai mis
le ballon dans les
filets. Sur le
sur l’âge de certains de vos adversaires sur le
tempo. C’est le travail qui paye. J’ai travaillé dur
terrain ?
«Il doit apprendre
à se canaliser»
pour gagner ma place en sélection. Quant aux
Nous, nous jouons au foot. Nous ne nous pre-
buts que j’ai marqués, je pense que je n’ai fait que
moment, les choses se sont
bousculées dans ma tête. J’ai
couru comme un fou en me
disant : «L’Algérie va se
aspects,
qu’il
nions pas la tête avec ça. Personnellement, je ne
«Cela se voyait que certains
de nos vis-à-vis étaient plus
costauds et faisaient plus que
leur âge, mais je répète que
ce n’était pas notre problème
à nous joueurs. Ce que je sais,
Reste
les
ceux
mon travail. Mon poste est attaquant et le rôle
lui
faudra
pense
qu’il
focalise pas sur l’âge de nos adversaires. Que nos
d’un attaquant est de marquer. Bref, je fais mon
doit
améliorer
son
mental
et
appren-
adversaires aient 17 ans, 20 ans ou 46 ans, il faut
travail.
qualifier pour la première fois
en finale de la CAN U17 et c’est
un peu grâce à moi. »»
dre
se
canaliser
Il dans
la
vie
tous
jouer. L’âge n’est pas le problème des joueurs, mais
celui des dirigeants.
Mais avez-vous quand même remarqué une
différence de gabarit sur le terrain ?
C’est vrai qu’il y avait une différence. Cela se
voyait que certains de nos vis-à-vis étaient plus
costauds et faisaient plus que leur âge, mais je ré-
les
à jours.
faudra
de qu’il «Je sa
soit
plus
Qu’est-ce que le staff technique vous a ap-
porté ?
Le staff était très proche des joueurs. Medane et
Ibrir nous ont donné la motivation nécessaire, ils
nous remontaient le moral et, lorsque cela se
passe un peu mal aux entraînements, ils étaient là
pour calmer les esprits. Franchement, ils sont
structuré,
sérieux
dans
pération,
à plus le plus
volontaire
dans
c’est que les Gambiens
étaient plus forts que nous et
ont mérité la victoire.»
rection
de
défauts
qui
sont
pied
gauche
faible
et
réticence
Le fait d’avoir disputé la
Coupe d’Afrique des U17 est-
il susceptible de provoquer un
changement positif dans son
attitude ?
Peut-être bien. Déjà jouer des
matches internationaux est meil-
leur que jouer des matches entre
centres de formation. Il faut dire
une chose : Bendahmane a failli
ne pas être sélectionné pour les
mêmes motifs évoqués plus haut.
Là, il semble avoir compris que le
statut d’international requiert un
plus grand sérieux. Je discute sou-
vent avec son sélectionneur et
nous nous attelons ensemble à lui
tenir le même discours, afin de lui
faire comprendre que le profes-
sionnalisme a ses exigences et que
c’est dans son intérêt d’écouter et
de se plier aux règles du travail.
C’est pour ça que je m’accroche et je veux réussir.
Certes, je suis encore jeune, mais je ferai tout
Entretien réalisé à Cannes par
Farid Aït Saâda
participer
travail
défensif.
beaucoup,
beaucoup
choses
sur le choix des jeunes.
Parmi les jeunes que vous
avez ramenés au centre, l’an-
née dernière, il y a Nadir
Bendahmane. Comment
l’avez-vous repéré ?
C’est un contact sur la ré-
gion marseillaise qui nous
l’avait signalé dans un pre-
mier temps. Nous nous
sommes renseignés auprès de
son club, Istres, et de son
éducateur qui nous ont
donné les points forts et les
points faibles du gamin.
Nous l’avons ensuite ramené
à l’occasion d’une journée de
Entretien réalisé à Cannes par
Farid Aït Saâda
liorer.
Etant
entraîneur,
j’essaye
de a à
l’amener
Il améliorer. veut au ses comprendre autres son
qu’être
balleur
ne
pas
simplement
Il cor- dire son
tirer
vers
but.
est
encore
la de à la jeune récu- amé- foot-
dans
sa
tête.»
F. A-S.
14
14

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

Coup réussi USMH-MSPB

USMH 1 – MSPB 0

Jérôme doit atten- dre le prochain match

Les dirigeants du MSPB ne veulent pas prendre de risques au sujet du milieu offensif Jé- rôme Vouembeou. Le joueur, qui avait fait le déplacement avec son équipe, était quasi cer- tain qu’il allait prendre part à cette rencontre. Mais une erreur «administrative» contraindra le joueur à patienter encore quelques jours, avant de pou- voir prendre part aux rencon- tres de notre championnat. En fait dans l’édition d’hier, nous avions mentionné qu'une erreur sur la date de naissance du joueur avait été portée sur la li- cence de Jérôme qui se conten- tera donc de suivre le match à partir des tribunes, à condition qu'on veuille bien à l'y autoriser, car le match est frappé de huis clos.

Il sera qualifié ce jeudi face au MCA

L’ USM El Harrach a

réussi à sortir indemne

du piège du match à

huis clos disputé hier face au MSP Batna, s’imposant 1-0. C’est d’autant plus méritoire que les Batnéens ont «bétonné» la défense avec l’intention affichée de ramener le point du nul. Le début du match connaît une domination outrancière des Harrachis, mais transpercer une défense composée parfois de huit joueurs est bien difficile. Paradoxalement, ce sont les Batnéens qui se procurent la première occasion de la partie :

Meddour tire en force un coup franc sur lequel Boutrik se dé- ploie admirablement (15’).

Gherbi centre dans le paquet, mais aucun de ses coéquipiers

parvient à reprendre le bal- lon de la tête. Deux minutes

plus tard, Djabou effectue un excellent travail sur le côté droit et remet à Djerbala qui sollicite Bourakba dans la surface de ré- paration, mais ce dernier perd maladroitement le ballon. Les

ne

dit Zenga, rentré à la place de Djabou, blessé, effectue un très

bon travail individuel, mais son tir rate le cadre de peu. Ce n’est que partie remise puisque, sept minutes plus tard, Ogbi, un jeune junior, démarre du centre de terrain et sert admirable- ment le même Touahri qui, in- telligemment, lève le ballon et

Si la Ligue rectifie l’erreur portée sur la licence du joueur avant jeudi, ce qui est fort pro- bable, Jérôme pourra alors pousser un ouf de soulagement et sera normalement qualifié ce jeudi pour le match contre le MCA prévu au stade du 1 er -No- vembre de Batna.

dix

mière période voient les Harra-

dernières minutes de la pre-

lobe le gardien de but adverse, ouvrant ainsi le score (82’) et of-

Djabou de nouveau blessé

Meilleur joueur de son équipe, le meneur de jeu de l’USMH, Abdelmounim Dja- bou, n’a pas pu terminer le match. Il a reçu un coup à la 70’ au même endroit où il y avait été blessé il y a quelques semaines. On en saura davantage sur la gravité de sa blessure au-

chis

accentuer leur domination,

frant une précieuse victoire à

en

vain.

La seconde période est une copie conforme à la première, avec une équipe batnéenne re- tranchée dans son périmètre et

l’USMH. «Zenga» a su venir à bout de la stratégie de Boughe- rara.

F. A.

qui

refuse le jeu. Les Harrachis

dominent, mais les occasions se

L’USMH par deux fois. A la 18’,

font

plus rares. A la 75’, Touahri,

jourd’hui après un complément d’examens médicaux.

Bechouche :

 

Bougherara : «J’avais volé un point à l’USMH et elle l’a récupéré»

«Les changements ont porté leurs fruits»

Bourakba ratera le derby face au CRB

Si l’USMH a gagné trois points hier, elle a, en revanche, perdu un joueur, Bourakba, qui sera suspendu pour le derby face au CR Belouizdad pour avoir écopé hier d’un carton jaune, le troisième de la série. Compte tenu de la forme affi- chée actuellement par le joueur, son absence se fera certaine- ment remarquer.

«Nous nous attendions à un match difficile car nous savions que le MSPB viendrait pour défendre. Cela a été le cas, mais nous ne nous sommes jamais découragés. Les changements effectués ont porté leurs fruits. Je remercie les joueurs pour la détermination dont ils ont fait montre, démontrant ainsi que nous ne méritons pas de rétrograder.»

«Nous avions la possibilité aujourd’hui de re- venir avec le point du nul, n’était le but inattendu encaissé durant les dernières minutes du match. J’avoue qu’avec l’ASK, j’avais volé à l’USMH un point durant la phase aller, sur ce même terrain, où elle avait mieux joué que nous, mais elle a ré- cupéré ce point aujourd’hui car nous méritions ce point.»

Titularisation

été l’un des meilleurs sur le terrain.

Bougherara fidèle à l’école de Aïn M’lila

C’est la deuxième fois cette saison que l’entraîneur Lyamine Bougherar affron- tait l’USMH au stade du 1 er- Novembre. La première fois, c’était lors de la phase aller, avec l’AS Khroub. Ce jour-là, il n’avait aligné aucun atta- quant, se contentant de faire jouer des défenseurs et des milieux de terrain. Cela lui avait permis d’arracher le nul lors du temps addition-

nel. Hier, il a reconduit la même recette avec le MSPB, même s’il n’a pas eu la même réussite au final. Cela a fait dire à certains que Boughe- rara, ancien gardien de but de l’AS Aïn M’lila qui, à l’époque, était connue pour l’efficacité de son bloc défen- sif, a été à la bonne école.

Une erreur de la Ligue em- pêche Jérôme d’être aligné

Alors que l’Ivoirien Jé- rôme, qualifié dans les rangs du MSPB avant-hier, devait effectuer sa première

apparition sous ses nou- velles couleurs hier, cela n’a pu se faire à cause d’une er- reur administrative de la Ligue nationale. En effet, la date de naissance portée sur sa licence par la Ligue est er- ronée. Craignant que les Harrachis formulent des ré- serves, les dirigeants du MSPB ont préféré, par pru- dence, ne pas inscrire Jé- rôme sur la feuille de match, bien que l’erreur sur la li- cence ne leur incombe pas. «Je suis très déçu de ne pas pouvoir prendre part à ce match pour lequel je m’étais bien préparé, techniquement et psychologiquement. Je voulais tellement affronter le

club pour lequel j’allais signer au départ. Dommage !», nous a-t-il déclaré.

Un but refusé à Souakir

L’USMH continue de croire que les arbitres lui sont défavorables. Hier en- core, durant la première mi- temps du match USMH-MSPB, joueurs et dirigeants ont crié au scan- dale après que les arbitres eurent refusé un but inscrit par Souakir à la 40’ pour une position supposée de hors-jeu. Cependant, ils ont ravalé leur colère après la fin du match, car trop contents

«Zenga» bat Bougherara

Stade : 1 er -Novembre (Alger) Affluence : huis clos Avertissements : Bourakba (82’) (USMH)
Stade : 1 er -Novembre
(Alger)
Affluence : huis clos
Avertissements : Bourakba (82’)
(USMH) ; Ziad (22’) (MSPB)
But : Touahri (82’) (USMH)
USMH :
Boutrik, Ziad (Aïssaoui 67’), Mebara-
kou, Benabderrahmane, Grich, Djerbala,
Naïli, Gherbi, Bourakba, Djabou
(Touahri 70’), Souakir (Ogbi 77’).
Entraîneur : Charef
MSPB :
Onka, Bouaraba, Reziouak, Meddour,
Zeghidi (Boukous 59’), Younès, Oukil,
Guenifi, Bendebka, Ziad, Hazil.
Entraîneur : Bougherara
Ghoul déçu de sa non-convocation «J'accepte le principe de la concurrence, mais…» Encore une fois,
Ghoul déçu de sa non-convocation
«J'accepte
le principe de
la concurrence,
mais…»
Encore une fois, vous n’avez pas été convo-
qué. Y a-t-il une raison particulière ?
Non pas vraiment et moi aussi je n'arrive pas
à expliquer les raisons, surtout que je ne souffre
d'aucune blessure. De toute façon, seul l'en-
traîneur peut répondre à cette question,
puisque c'est à lui que revient le choix des
joueurs.
Cette situation ne vous inquiète pas ?
Ecoutez, je ne connais pas un joueur au
monde qui accepte de s'entraîner sans prendre
part à la compétition. Donc, je vous mentirais
si je vous disais que cette situation me plaît.
N'avez-vous pas discuté de ce sujet avec
l'entraîneur ?
Non, je ne l'ai pas fait, mais il doit sûrement
avoir ses raisons. A mon avis, cela est dû au fait
que je suis resté un peu longtemps sans com-
pétition. Sinon je ne vois pas d'autres raisons.
Trouvez-vous logique de rester aussi long-
temps sans jouer ?
Je ne pense pas que cette situation durera
plus longtemps. Je suis sûr que le coach va
bientôt me redonner une chance de jouer,
comme il l'avait fait en début de saison.
Ne pensez-vous que cela est dû à la grande
forme de Boutrig ? Votre concurrent au poste
est en train de s'imposer par ses belles pres-
tations…
C'est possible, et puis Boutrig est bon aussi.
Si cela est la véritable raison, je l'accepte parce
qu'un vrai professionnel doit aussi accepter la
concurrence. De mon côté, je ferai tout pour
reprendre ma place parmi l'équipe type.
Vous acceptez donc le principe de la
concurrence ?
Bien sûr, mais encore faut-il que ce soit la vé-
ritable raison. Si c'est pour d'autres raisons, j’ai-
merais bien les connaître.
Entretien réalisé par N. R.

Condoléances

El Hadj Zedam présente à la famille Benamri et à celle du CABBA, en son nom et celui du MSPB, ses sincères condoléances, à la suite du décès de l’ancien gardien de but Nacer Benamri. «A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.»

«A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.» surprise de Djerbala Alors qu’il n’avait même

surprise de

Djerbala

Alors qu’il n’avait même pas été convoqué au départ, le milieu de terrain de l’USMH, Djerbala, a été ti- tularisé hier contre le MSPB. En effet, en ayant appris que les examens médicaux que le joueur avait passés di- manche après-midi n’avaient révélé aucune bles- sure sérieuse, l’entraîneur Boualem Charef l’a rappelé dimanche soir et a pris le risque de l’aligner d’entrée hier. Un choix qui s’est révélé payant puisque Djerbala a

Le Buteur n° 830 Mardi 14 avril 2009

15
15
Coup d’œil ASO-USMA Stade : Boumezrag ( Chlef) Affluence : Faible Arbitres : Ouhenni, Kerraï
Coup d’œil ASO-USMA
Stade : Boumezrag ( Chlef)
Affluence : Faible
Arbitres : Ouhenni, Kerraï et Be-
chirene.
Buts : Messaoud (12’ et 59’
sp)(ASO), Hamidi (84’)(USMA).
Avertissements : Sidibé (34’),
Kouadri 90’+5)(ASO), Moncharé
ASO 2 - USMA 1
Chlef était pourtant en grève
(40’)(USMA).
Expulsions : Ouznadji (52’), Har-
kat (90’+1)(USMA), Sellama
(52’)(ASO)
à
ASO :
Kouadri, Boudaoud (Sellimi
90’+3), Sellama, Cheklam, Ziane
Cherif, Sidibé, Ali Hadji (Mekkioui
66’), Zaouch, Daoud (Soudani 83’),
Messaoud, Gharbi.
Entraîneur : Amrani
USMA :
Abdouni, Benaoumeur (Hosni
79’), Bensaci, Harkat, Rial, Moncharé
(Sayah 67’), Ghazi, Oudni (Aït Ali
64’), Ammour, Ouznadji, Hamidi.
Entraîneur : Mouassa
Première apparition de
Abdouni
L es Rouge et Noir
ont encore une fois
mordu la poussière
lors de leur dépla-
cement d’hier à
C’était prévisible, c’est
Merouane Abdouni qui a
gardé hier les bois de l’USMA. Son dernier match en
compétition officielle remonte au 4 mars 2007, sous
les couleurs du Mouloudia face à Kwara United. Le
malheureux a encaissé son premier but dès la 12e
minute de jeu, avant de se faire battre lors du penalty
transformé par Messaoud.
12e minute, 12e but
On jouait la 12’ lorsque Messaoud ouvrait le score
pour son équipe en reprenant de la tête un centre de
Ali Hadji. C’était le 12e but de la saison de l’attaquant
chélifien, inscrit curieusement à la 12e minute. Plus
tard, il marquera son 13e but sur penalty.
Chlef. Plusieurs observateurs
ont pourtant misé sur eux,
notamment en raison de l’am-
biance électrique qui prévaut
actuellement dans la maison
de Medouar. Les Chélifiens
trouvent le chemin des filets
dès la 12e minute de jeu par
l’intermédiaire de l’inévitable
Messaoud. Ce dernier, étran-
gement démarqué, a repris
victorieusement de la tête un
centre de Ali Hadji sur la
droite. Il venait d’inscrire son
12e but du championnat. Les
Usmistes ont failli remettre les
pendules à l’heure trois mi-
nutes plus tard lorsqu’un tir
puissant de Ghazi fut dévié
inextrémis en corner par
Ziane Cherif (15’). Malgré
cette tentative, les Chélifiens
ont continué à dominer leurs
vis-à-vis, cherchant le break
avant la mi-temps. Un centre
de Boudaoud a trompé Ab-
douni qui a mal apprécié la
trajectoire de la balle qui
passe finalement légèrement
au-dessus (27’). Al 37’, Mes-
saoud était à deux doigts de
signe un doublé en réception-
nant une bonne balle dans la
surface de la part de Bou-
daoud. Son tir fut dévié par
Harkat. Les Rouge et Noir, qui
sont sortis de leur coquille à
partir de la 25e minute, ont
essayé de leur côté de rétablir
l’équilibre avant la pause, en
vain. Ils n’ont pas été assez
dangereux. Les choses vont se
compliquer davantage pour
les Usmistes à la reprise du jeu
en encaissant un deuxième
but à la 59’ transformé par un
bourreau nommé Messaoud.
Ce dernier se fait fauché dans
la surface à la 58’ et se fait jus-
tice lui-même à la 59’ en exé-
cutant la sentence.
Auparavant, à la 52’, Ouznadji
venait d’être expulsé après
avoir lâchement agressé Ali
Hadji, sans ballon. Sellama
qui voulait défendre son co-
équipier, s’est fait expulsé à
son tour en allant rendre la
pareille à Ouznadji. A la 71’,
Messaoud, encore lui, a failli
aggraver la marque en ratant
le cadre de peu. L’USMA par-
vient néanmoins, à réduire le
score à la 84’ par l’intermé-
diaire de Hamidi qui a repris
au deuxième poteau un centre
de Hosni. C’était la seule ac-
tion des Rouge et Noir qui
mérite d’être citée, et dans les
arrêts de jeu, Harkat, en com-
mettant une faute sur Soudani
qui se dirigeait au but, s’est fait
expulsé du terrain (90’+ 1). Il
était le dernier défenseur us-
miste. Chlef était pourtant en
grève.
A. F.
◗ Benaldjia a passé l’échographie hier Souffrant d’une blessure au niveau de la cuisse contractée
◗ Benaldjia a passé
l’échographie
hier
Souffrant d’une blessure au
niveau de la cuisse contractée
quelques jours seulement du
départ de l’équipe
à Chlef pour
affronter l’équipe locale, le
jeune milieu de terrain défen-
sif des Rouge et Noir, Billel
Benaldjia en l’occurrence, qui
ne s’est plus entraîné depuis, a
passé hier après-midi une
échographie pour connaître la
durée de son indisponibilité.
Pour rappel, l’international
usmiste avait déjà contracté
une blessure à la cuisse. Ce fut
lors de la rencontre
qui a op-
posé l’USMA à l’USM Annaba,
à l’occasion de la mise à jour
du championnat. Une blessure
qui l’a contraint de rester au
repos forcé pendant plus de
deux semaines.
◗ Benchaâbane :
«On veut cette
coupe !»
Joint par nos soins hier dans
la matinée, le jeune attaquant
des juniors, Ghiles Benchaâ-
bane, nous a fait savoir qu’il
s’attend à un match très serré
ce vendredi, à l’occasion des
demi-finales de la Coupe d’Al-
gérie contre le WAT. «Je pense
qu’à ce stade de la compéti-
tion, toutes les équipes vou-
dront aller jusqu’au bout. En
ce qui nous concerne, on
veut
vraiment cette coupe. C’est
d’ailleurs pour cette raison que

Gouaïche déclare forfait la veille du match

Avant que Benfissa ne claque la porte hier matin, Gouaïche

avait déclaré forfait la veille en

faisant savoir à ses responsables qu’il ne pouvait pas jouer en évoquant des douleurs à la cuisse. Une excuse qui n’a convaincu personne parmi le staff technique.

Senouci non retenu

Cette saison est à aux ou-

bliettes pour le jeune keeper, Abed Senouci, qui reste toujours loin des projets de Amrani comme cela avait d’ailleurs été le cas aussi avec Hadj Man- sour. En effet, malgré son assiduité aux en- traînements, ce gar- dien au talent prometteur n’a jamais trouvé grâce aux yeux du coach, ne serait-ce que pour s’asseoir sur le banc des remplaçant. Une situation qui ne le décourage nullement puisqu’il continue à travailler

durement à l’entraînement dans l’espoir de voir sa chance se pré- senter d’ici la fin de la saison. A 21 ans, il peut en effet, se permettre d’espérer.

Mekkioui souffre de la cheville

En plus de Gouaïche, Mekkioui a évoqué

lui aussi des douleurs à la cheville avant le match et a demandé à être ménagé. Son