Vous êtes sur la page 1sur 48

CANAUX DE TRANSMISSION I PROPAGATION GUIDEE LIGNES DE TRANSMISSION FIBRES OPTIQUES

L3 : Année 2008-09 Isabelle Sirot Alain Fromentel

1

PROPAGATION GUIDEE
1. INTRODUCTION : PRINCIPES GENERAUX .................................................................3 1.1 Structures d’un système de transmission :......................................................................3 1.2 Classification des supports :............................................................................................4 2. TRANSMISSION SUR UNE LIGNE A DEUX CONDUCTEURS METALLIQUES : REGIME HARMONIQUE.........................................................................................................6 2.1 Réalisations matérielles :..................................................................................................6 2.2 Modélisation des lignes de transmission, constantes primaires.......................................7 2.3 Equation des télégraphistes, constantes secondaires........................................................9 2.4 Interprétation physique, propagation et réflexion :........................................................11 2.5 Vitesse de propagation et longueur d’onde....................................................................12 2.6 Lignes sans pertes..........................................................................................................13 2.7 Coefficient de réflexion .................................................................................................13 2.8 Abaque de Smith............................................................................................................14 2.9 Variations de la tension le long de la ligne, rapport d’ondes stationnaires....................18 2.10 Notion d’impédance ramenée......................................................................................18 2.11 Adaptation d’une ligne de transmission........................................................................21 2.11.1 Adaptation de la terminaison................................................................................21 2.11.2 Adaptation de la source :.......................................................................................29 3. LIGNES EN REGIME TRANSITOIRE..............................................................................30 3.1 Propagation transitoire sur une ligne sans pertes :.........................................................30 3.2 Effet d’une charge...........................................................................................................32 3.3 Effet d’une source...........................................................................................................32 3.4 Ligne placée entre source et charge..............................................................................33 3.4.1Prenons un exemple où la source est adaptée : Zg=Zc, Γe=0...................................35 3.4.2 Si la source n’est pas adaptée mais la charge est adaptée Zl=Zc donc Γl=0...........35 3.5 Lignes en régime transitoire entre source et charge résistives........................................35 3. 5.1 Source adaptée, extrémité en circuit ouvert...........................................................36 3.5.2 Source adaptée, extrémité en court circuit...............................................................37 3.5.3 Source adaptée, charge résistive.............................................................................38 3.6. Adaptation des lignes pour le régime transitoire...........................................................39 4 FIBRES OPTIQUES..............................................................................................................41 4.1 Présentation générale......................................................................................................41 4.2 Principe de fonctionnement ...........................................................................................42 4.3 Les types de fibres optiques............................................................................................43 4.3.1 Les fibres multimodes..............................................................................................43 4.3.2 Les fibres monomodes............................................................................................45 4.4 Dispersion dans les fibres optiques.................................................................................45 4.5 Atténuation dans les fibres optiques...............................................................................46 4.6 Fenêtres de transmission.................................................................................................46 ..................................................................................................................................................47 Bibliographie ............................................................................................................................48

2

....................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................... .......................................................................................................................................................

1. INTRODUCTION : PRINCIPES GENERAUX
1.1 Structures d’un système de transmission : Le problème posé est celui de la recherche d’un système de communication à distance reposant sur l’utilisation du courant électrique comme vecteur de transmission ou plus généralement sur l’exploitation de la propagation électromagnétique sur un support matériel ou encore au travers de l’espace. L’information à transmettre pourra être indifféremment : - une grandeur physique (température, pression, vitesse, …) : on parle alors de télémesure ou de télécommande (selon le sens et la destination de la transmission) - une suite de caractères - du son : audio transmission - de l’image : vidéo transmission -… L’origine de l’information sera nommée « source », « expéditeur » ou « émetteur ». La destination de l’information sera nommée « utilisation », « destinataire » ou récepteur ». Au niveau topologique comme au niveau fonctionnel, on distingue d’abord plusieurs structures : - liaison fixe point à point : il y a un expéditeur et un destinataire localisés géographiquement, la transmission se fait unilatéralement (« simplex », cas de la « voie d’ordres » telle l’oreillette du présentateur), bilatéralement mais alternativement (« duplex alternat », cas des interphones) ou totalement bilatéralement (« duplex » ou « full duplex », cas du téléphone). La liaison peut utiliser un support matériel (câble électrique, fibre optique) - liaison mobile point à point : mêmes définitions que ci-dessus, mais l’un des deux lieux est mobile (ou les deux) (cas des « talkies-walkies » ou des « téléphones mobiles » La liaison est forcément sans support matériel (« sans fil »). - liaison de diffusion (« broadcasting ») : un émetteur unique (en général) envoie l’information vers un nombre indéfini de récepteurs. Ceux-ci peuvent être localisés géographiquement (ce qui autorise la diffusion câblée) ou mobiles (ce qui impose la diffusion « sans fil »). Il faut noter que la non-connaissance des lieux où sont situés les récepteurs impose également la diffusion « sans fil », même si les récepteurs sont fixes (cas des « postes de radio ») .

3

En règle générale, les diffusion « sans fil » sont unilatérales (pas de « voie de retour », pour des problèmes essentiellement techniques), alors que les diffusions câblées autorisent cette « voie de retour »). La diffusion par satellite est aussi une diffusion « sans fil ».

1.2 Classification des supports : A l’information que délivre la source, on peut associer un certain nombre de grandeurs descriptives dont, en premier lieu, son énergie puis sa description temporelle (propriétés et évolution du signal associé à cette information) et enfin sa description fréquentielle (transformation de Fourier). Nous proposons ici un classement à deux variables : la première est le type de vecteur de transmission envisagé et la deuxième est la fréquence (en terme de plages de fréquences admissibles sur ce support). Le vecteur de transmission peut être un support électrique de base (nécessitant donc 2 conducteurs de cuivre, « paire de cuivre »), ou un support à un seul conducteur (comme l’est la « fibre optique »), ou encore l’espace (liaison « sans fil » ou « radio »).

4

même « petits » Gammes : noms donnés historiquement (relativement à la longueur d’onde ou à la fréquence) TGO : très grandes ondes (Very Low Frequency) . décamétriques(10m). -----------------------.ONDES ELECTROMAGNETIQUES λ 300km 30km 3km 300m 30m 3m 30cm 3cm 3mm 0. métriques (1m).liaison « hertzienne » -----------------+++liaison « optique »+++ : signifie que ce domaine est difficilement utilisable (même si cela est possible théoriquement) a : à cause des pertes croissantes avec la fréquence (effet de peau dans les conducteurs augmentant la résistance. kilométriques (1km). hectométriques (100m).…….3mm 30µm 3µm 1µm 0. pertes diélectriques de l’isolant) b : à cause des dimensions prohibitives de la structure pour les fréquences « faibles » (ses dimensions doivent être de l’ordre de λ) c : à cause des pertes dans le diélectrique qui constitue la fibre (essentiellement absorption et résonances moléculaires ) d : à cause des dimensions prohibitives de l’antenne à l’origine de l’onde électromagnétique (ses dimensions devraient être de l’ordre de λ) e : à cause de la réflexion et de la diffraction sur tous les obstacles rencontrés.GO : grandes ondes (Long Waves) – PO : petites ondes (Middle Waves) – OC : ondes courtes (Short Waves) – VHF : very high frequency – UHF : ultra h f – SHF : super h f – EHF : extremely h f On utilise aussi des appellations relatives à l’ordre de grandeur chiffré de la longueur d’onde : ondes myriamétriques (10km). 1 conducteur 0 conducteur d Guide d’ondes b Propagation en espace libre terminologie Basses fréquences (BF) Infrarouge a Visible rouge >>> violet Ultraviolet Fibre optique c e …. millimétriques (1mm) 5 .4µm 0. centimétriques (1cm).. décimétriques (10cm).3µm 30nm gammes F (Hz) 1 10 100 1k TGO VLF 10k GO LW 100k PO MW 1M OC SW 10M VHF UHF 100M 1G SHF 10G EHF 100G 1T 10T lointain 100T proche 300T 700T 1P proche 10 P lointain Radiofréquences Hyperfréquences (RF) Micro-ondes 2 ------------------------paire métallique -----------------……… conducteurs ----------------------------------.câble coaxial --------------------------------.

« stripline ») et ligne « triplaque » : 6 . même au niveau interne d’un équipement.ligne à deux conducteurs parallèles (ligne bifilaire) : deux conducteurs de cuivre séparés par un isolant . des géométries particulières sont alors utilisées : ligne imprimée « micro-ruban » (« microstrip ». .ligne torsadée à écran (« ligne blindée* ») [STP.1 Réalisations matérielles : Les lignes de transmission se présentent sous les formes suivantes : . le conducteur périphérique faisant office d’écran . ces lignes existent commercialement sous différentes « catégories » (1 à 5. Au niveau des circuits imprimés en particulier. . En effet.ligne à deux conducteurs torsadés (ligne torsadée) [UTP. le câble électrique ordinaire en est un exemple. le processus de transmission de source à utilisation se retrouve à chaque étape du traitement de l’information.câble coaxial : un conducteur central et un conducteur périphérique séparés par un isolant.2. unshielded twisted pair] : idem mais structure torsadée de manière à réduire de rayonnement produit ainsi que l’effet des perturbations extérieures . de conducteurs imprimés (circuits imprimés) ou encore de conducteurs intégrés (circuits intégrés monolithiques). elles sont largement utilisées dans les câblages téléphoniques et informatiques des bâtiments. suivant leur fréquence limite d’utilisation). ce câble est généralement utilisé pour les liaisons « RF » A ces lignes. Les liaisons entre éléments se font à l’aide de conducteurs câblés (câblage « traditionnel »). il convient d’ajouter les structures de câblage des équipements. TRANSMISSION SUR UNE LIGNE A DEUX CONDUCTEURS METALLIQUES : REGIME HARMONIQUE 2. shielded twisted pair]: idem mais l’ensemble est à l’intérieur d’un écran de manière à annuler quasiment le rayonnement produit ainsi que l’effet des perturbations extérieures (attention : cet écran est efficace dès lors que son épaisseur atteint ou dépasse « l’épaisseur de peau » pour la fréquence minimale considérée) * le mot blindage est plutôt réservé pour l’aspect de la protection mécanique (blindage en feuillard d’acier par exemple) .

modélisable par une résistance électrique de valeur R’dl .effet conductif de l’isolant séparant les deux conducteurs.t) et I (l. Les grandeurs tensions et courants sont alors des fonctions de deux variables : le temps et l’abscisse sur la ligne : V (l. prenant origine sur la charge terminale de la ligne et orienté vers la source (usage généralement adopté). donc adopter un raisonnement de circuit électrique traditionnel). constantes primaires Quelque soit la réalisation matérielle de la ligne de transmission constituée de deux conducteurs électriques séparés par un isolant. chaque endroit de la ligne sera repéré à l’aide d’un axe des longueurs. pour une abscisse l déterminée. il est nécessaire de prendre en compte les effets suivants.2. mais variable dans le temps) : . soit c = 3. modélisable par une conductance électrique de valeur Gdl 7 . mais se fait à la vitesse v qui est fonction des caractéristiques des matériaux utilisés : v= c εr µr où c est la vitesse de propagation électromagnétique dans le vide(« vitesse de la lumière »).2 Modélisation des lignes de transmission. Pour cela. le modèle électrique suivant sera adopté : I dl G V Charge terminale I l 0 La propagation du courant électrique n’est pas instantanée.effet résistif de chacun des deux conducteurs. dès lors que l’on se trouve en régime variable (source délivrant une fonction quelconque.t) Pour chaque tronçon dl de la ligne (pour lequel on peut donc négliger la propagation. car les conducteurs ne sont pas parfaits (résistivité non nulle) et il faut prendre en compte l’effet de peau (densité de courant décroissante au fur et à mesure de l’enfoncement dans le conducteur) : cet effet se traduit par un effet Joule consommateur d’énergie. on va étudier les tensions et courants sur cette ligne.108 m/s. Afin de prendre en compte cette vitesse finie. car l’isolant n’est pas parfait (conductivité non nulle) et entraîne également une consommation d’énergie par effet Joule.

dès lors qu’elles sont parcourues par les mêmes valeurs de courant. cet effet est modélisable par un condensateur de valeur Cdl D’où le modèle local suivant : I L’ dl R’ dl I-dI V+dV L’ dl R’ dl C dl G dl V I dl Il est possible de simplifier le modèle précédent en regroupant les résistances et les inductances. cet effet est modélisable par une inductance valeur L’dl . traduisant l’effet d’auto-induction du segment de conducteur sur lui-même. soit en notant R = 2 R’ et L = 2L’ : I L dl R dl I-dI V+dV C dl G dl V I dl 8 .effet inductif de chacun des conducteurs.. traduisant la dépendance mutuelle de variation de charge sur chacun des deux conducteurs tendant à freiner les variations de la tension. tendant à freiner les variations du courant (loi de Lenz).effet capacitif mis en évidence par le système composé des deux conducteurs séparés par l’isolant.

3 Equation des télégraphistes.dl On se place à présent en régime sinusoïdal établi de pulsation ω. t ) + L.dl V (l. en fréquence ou en phase). L. les tensions et courants complexes seront simplement notés : V(l) et I(l) (sans soulignement). Les ordres de grandeurs pour L et C sont variables suivant la géométrie de la ligne.pour C : de 20 à 100 pF /m 2.Il faut bien noter que R. G sont des grandeurs linéiques (exprimées par unité de longueur) : respectivement ohm/m.dl ∂t dV (l. constantes secondaires Le modèle précédemment adopté conduit aux relations générales suivantes : ∂I(l.e jωt − I ( l) − par [ ] I(l. par la suite. t ) = G.dl I(l. Ces grandeurs RLCG sont nommées : constantes primaires de la ligne. henry/m. mais au contraire du cas général de l’ensemble des transmissions utilisant le procédé du « porteur sinusoïdal » (signal « modulé » en amplitude. Sous cette condition. Les dérivées partielles se traduisent alors par : ∂V = jωV ∂t et ∂I = jωI ∂t D’où l’écriture complexe des relations générales : ) I ( l) dV(l) = ( Rdl + jLdlω qui s’écrit aussi : ) V ( l) dI(l) = ( Gdl + jCdlω 9 . t ) = Re[ I(l). t ) = Re V (l). il est avantageux d’adopter la « notation complexe abrégée » qui consiste à définir : V (l) par V (l. t ) dI(l. des valeurs courantes sont : . Ce procédé est universellement employé pour les transmissions « sans fil ». mais est également utilisé pour les transmissions sur lignes (ne serait-ce que pour faire la liaison avec les antennes et les équipements parcourus par de tels signaux). toutefois. farad/m. pour l’aisance de notation et sauf confusion. Il faut bien noter qu’il ne s’agit pas d’un cas particulier. t ) = R. t ) + C.e ] jωt Cependant. siemens/m. t ) ∂t ∂V (l.pour L : de 50 à 500 nH / m . C.

la résolution en courant I(l) amène à : I (l ) = 1 A.γ . α et β sont forcément de même signe. Remarquons que dans le cas de lignes « sans pertes » (c’est-à-dire ayant des pertes Joule négligeables).β² et (LG + RC)ω = 2αβ ainsi.e −γl (équation des télégraphistes) en notant : γ² = (R + jLω) (G + jCω) = (α + jβ)² V (l) = A. De même.β . 10 . cela conduit à R = 0 et G = 0 ce qui amène à : α = 0 et β² = LCω² >>> Le terme α est ainsi bien significatif de l’atténuation par effet Joule dans la ligne.e γl + B.e γl − B. constante de propagation ainsi que les deux constantes d’intégration A et B qui dépendent des conditions aux limites (les deux extrémités de la ligne. constante de phase (terme ejβl de module 1) .dV(l) dI(l) = ( R + jLω) I(l) et = ( G + jCω) V (l) dl dl d 2 V (l) = ( R + jLω) ( G + jCω) V(l) dl 2 La solution générale de cette équation différentielle du second ordre s’écrit alors : V (l) = A. impédance caractéristique Les quatre grandeurs α β γ Zc ne dépendent que des constantes primaires RLCG de la ligne et de la pulsation ω : ce sont les constantes secondaires. pour lesquelles il y aura deux relations tension/courant) On a les relations : RG .e −( α+ jβ) l ce qui définit ainsi trois grandeurs : . sinon cela reviendrait à remplacer γ par -γ. que l’on prend positif par convention. ce qui ne changerait rien à l’expression de V(l).e( α+ jβ) l + B.α . constante d’atténuation (terme eαl) .LCω² = α² .e −γl Zc Zc = ( ) en notant : R + jLω G + jCω ce qui définit une quatrième grandeur : .Zc .

Il y a également une valeur remarquable en ligne torsadée : 600 Ω. Il y a donc deux possibilités : ou bien ce terme est nul (B=0). cela conduit à un terme dont le module décroît quand on se déplace vers l’origine.e( α+ jβ) l + B. ou bien ce terme correspond en fait à une propagation rétrograde (c’est-à-dire de la terminaison vers la source). Il en va de même pour le courant.Dans le cas d’une ligne sans pertes (pertes négligeables). Il y a deux valeurs remarquables pour les câbles coaxiaux : 50 Ω et 75 Ω. donc décroissant avec l’abscisse l.4 Interprétation physique. propagation et réflexion : Les expressions de V et de I montrent clairement deux termes essentiellement différentiées par le signe de l’argument de l’exponentielle. c’est-à-dire vers la terminaison.e − jβl terme « VA » terme « VB » Le terme VA a pour module |A|. Ce processus est tout à fait comparable à la réflexion de la lumière sur un objet réfléchissant (totalement comme un miroir ou partiellement comme tout objet qui n’est pas noir mat. les valeurs courantes vont de 30 Ω à 600 Ω. La première correspond à un choix de dimensions (rayons des conducteurs) tels que l’on ait des pertes minimales avec des conducteurs cuivre et un isolant polyéthylène (effet de peau des conducteurs et conductivité de l’isolant). Zc est réelle et sa valeur ne dépend plus de ω. La deuxième hypothèse révèle une propagation d’énergie depuis la terminaison vers la source et peut être interprétée comme un processus de réflexion d’énergie sur la terminaison.e −( α+ jβ) l = A.eαl . ce qui correspondrait à un gain de puissance ! Le système étant isolé de toute autre source d’énergie autre que la source électrique branchée au bord de la ligne. V (l) = A. entraînant alors des valeurs diverses pour A et B. Le terme VA est donc nommé : onde incidente (propagation source vers terminaison) Le terme VB est donc nommé : onde réfléchie (propagation terminaison vers source) 11 . pour ce qui concerne l’optique visible). cette énergie provenant bien entendu de la source (terme VA). la différence passant en effet Joule.e-αl. Cela est tout à fait cohérent. pas nécessairement nulle pour B. il est inconcevable qu’il y ait un tel gain.eαl. donc croissant avec l’abscisse l.e −αl . impédance normalisée de référence en téléphonie. Le même raisonnement conduit alors à une puissance associée à ce terme qui croît de la source vers la terminaison. Par contre. L’ordre de grandeur de Zc dépend de la géométrie de la ligne. la deuxième correspond à l’impédance d’une l’antenne λ/2 dans le cas d’une transmission radioélectrique. car la puissance (produit VI) décroît naturellement de la source vers la terminaison. La première hypothèse (B=0) impose une condition particulière au niveau des extrémités de la ligne (on rappelle que A et B sont les constantes d’intégration de l’équation différentielle) et ne peut donc pas être générale en ce sens où source et terminaison peuvent être choisies de valeurs quelconques. 2. Compte tenu du choix de l’orientation de l’axe des abscisses. le terme VB a pour module |B|. Ce terme ne peut donc pas correspondre à une propagation de la source vers la terminaison.e jβl + B.

e-jβl Donc : Vi(l.ω / β. relation que l’on retrouve dans le cas de la propagation en espace libre. De ce fait. partant d’une abscisse l0 à un instant t0. pour une ligne à deux conducteurs. ejβl + B. . la phase ϕ0 est conservée quand l’observateur se déplace de ∆l en un temps ∆t. suivant le matériau employé pour l’isolant de la ligne. µr = 1 et εr vaut entre 1 (air) et 10 environ. ce qui est bien le cas (on rappelle encore que l’axe des abscisses est orienté vers la source). le signe négatif indique que la propagation s’effectue suivant le sens des abscisse décroissantes. La vitesse de propagation vaut donc : v= ω β . On a ainsi : v= c εr µ r . par définition. εr étant la permittivité diélectrique de l’isolant séparant les conducteurs et µr la perméabilité magnétique des conducteurs.5 Vitesse de propagation et longueur d’onde Par souci de simplification. On appelle parfois « k » le coefficient de vélocité de la ligne : k = v / c (valeur inférieure à 1) En principe. c’est-à-dire : ϕ0 = ωt0 + βl0 = ω(t0+∆t) + β(l0+∆l) ce qui conduit à : ω ∆t + β ∆l = 0 La vitesse de propagation est donc égale à ∆l / ∆t = . la valeur du produit LC est indépendante de la géométrie de la ligne et vaut : LC = εµ = ε0 εr µ0 µr = (1/c²) εr µr avec c = 3. donc : v = 1 LC Pour une ligne sans pertes (α = 0). mais simplifient les expressions) On alors : V(l) = Vi (l) + Vr (l) = A. nous avons vu que β=ω LC On montre que.108 m/s. T = (ω / β ) . (Ces hypothèses ne changent en rien les conséquences pour la détermination de la vitesse de propagation. ( 2π / ω) = 2π / β 12 . La longueur d’onde λ est. et on supposera aussi que A et B sont réels. la distance parcourue par l’onde (propagation) durant une période T de la fonction sinusoïdale produite par la source. les coefficients de vélocité valent de 1 à 1/3 environ.t) = Re [Vr(l) ejωt] = B cos (ωt .On note : V(l) = Vi (l) + Vr (l) et I(l) = Ii (l) + Ir (l) 2.t) = Re [Vi(l) ejωt] = A cos (ωt + βl) Et : Vr(l. On a ainsi : λ = v . on se place ici dans le cas où l’on peut négliger les pertes (α = 0).βl) Relativement au terme incident d’abord. isolée et non rayonnante (pas d’influence électrostatique ou électromagnétique extérieure). on peut définir la vitesse de propagation comme étant la vitesse que devrait avoir un observateur de manière à ce que celui-ci puisse observer un état de phase constante de ce terme : ceci sera réalisé si.

jCω = -LCω² d’où : α = 0 et β ² = LCω ² Puis : Z c = L = R c .e-jβl et I ( l) = 1 A.Remarquons que l’on a aussi : λ = v . T = v / f λ= v 2π = f β 2. On a alors : γ² = jLω.e-jβl Rc ( ) Pour toute la suite.ejβl + B.7 Coefficient de réflexion La ligne est terminée par une impédance Zt : 13 .ejβl − B. valeur réelle appelée « résistance caractéristique » C Avec les notations précédentes. ce qui conduit à annuler les valeurs de R et de G. les relations deviennent les suivantes : V ( l) = A.6 Lignes sans pertes Dans la réalité des réalisations des lignes. on peut souvent considérer que celles-ci ont des pertes par effet Joule négligeables. nous utiliserons ces expressions 2.

I EG (Rc) V Zt I l V(l) = A.e −jβl Rc 0 ( ) Au niveau de la charge (l = 0). jϕ On note : Γ = ρe = B A D’où : Zt = R c 1+Γ 1 −Γ équivalent à : Γ= Zt − R c Zt + R c 2. la loi d’Ohm s’applique : V (0) = A + B I(0) = 1 ( A − B) Rc V(0) = Z t I(0) V(0) A+B = Zt = R c I(0) A−B Le coefficient de réflexion.8 Abaque de Smith On appelle impédance réduite (par rapport à Rc).e −jβl 1 I(l) = A.e jβl − B.e jβl + B. que l »’on peut représenter graphiquement en coordonnées polaires. en aucun cas. si c’était le cas. 14 . noté Γ. compte tenu du fait que le nombre complexe Γ est toujours de module inférieur ou égal à 1. nulle à totale) et en phase (déphasage de la tension réfléchie par rapport à la tension incidente. au point de réflexion). en module (intensité de la réflexion. l’amplitude de la tension réfléchie ne peut être supérieure à celle de la tension incidente . exprime le rapport des amplitudes complexes B par rapport à A : c’est un nombre complexe qui exprime donc l’effet de réflexion. la grandeur sans dimension : z = Z / Rc On obtient alors : zt = 1+Γ 1 −Γ équivalent à : Γ= zt −1 zt +1 Ces deux relations précédentes expriment des transformations homographiques. En effet.

en valeurs de z = r + j x.en module et phase : Γ= ρ ejϕ . Les trois cercles limites sont alors la droite b = 0 donc de rayon infini (correspondant à x = 0 : charge réelle pure) et les deux cercles réduits au point de tangence (correspondant à x = +∝ et x = -∝). contraire à noter hypothèse). Autres points remarquables : Le cercle correspondant à r = 1 (ce qui signifie que R = Rc) passe par l’origine (c’est le seul de sa famille à la faire. Les deux cercles limites sont alors le cercle centré sur l’origine et de rayon 1 (correspondant à r = 0 : charge à partie réelle nulle) et le cercle réduit au point de tangence donc de rayon nul (correspondant à r = ∝ : charge à partie réelle infinie. inexistante physiquement ou résultat d’une modélisation d’un apport extérieur d’énergie. dès lors que l’on sait que Re(Zt) est positive ou nulle (une partie réelle négative introduisant le concept de « résistance négative ». Une impédance terminale Zt qui aurait la valeur Rc conduit à un coefficient de réflexion Γ nul. grâce à la relation qui lie Γ à z Un tel diagramme. muni principalement de son repérage en valeurs de z se nomme : ABAQUE DE SMITH Γ= z −1 z +1 Il est aisé de montrer que les lieux à r constant constituent une famille de cercles tous tangents au point (a=1. le rayon de ces cercles valant : Rr = 1/(1+r). donc circuit ouvert). à la limite. Le diagramme en coordonnées polaires représentant Γ est donc tracé dans le plan complexe. les lieux à x constant constituent également une famille de cercles. donc à une absence de réflexion. Sur la figure représentant l’abaque de Smith. b=0). soit en valeurs non réduites : R = Rc et X = 0. Il reçoit un triple repérage : . le rayon de ces cercles valant : Rx = 1/x. tous tangents au même point (a=1. b=0). ne pas en consommer (charge réactive. mais jamais en produire ! Cette assertion basée sur un raisonnement physique peut être aussi être prouvée grâce à la relation qui lie le coefficient de réflexion à Zt. Tous les points représentatifs d’une impédance réduite z = r + j x sont contenus dans le disque centré sur l’origine du plan complexe et de rayon 1.en coordonnées cartésiennes : Γ = a +jb . les points suivants ont été repérés : 15 . L’origine correspond à r = 1 et x = 0. de quelque nature qu’elle soit ne peut que dissiper de la puissance ou. nulle ou infinie). ce qui signifie que la puissance émise par la source est intégralement dissipée par la terminaison : on dit qu’il y a adaptation. soit encore : Z = Rc.l’application du calcul de la puissance par V²/Re(Zt) montrerait un gain de puissance alors que la terminaison Zt. De même. orthogonaux aux précédents.

16 . Enfin.admittance réduite (Γ .. mais circuit ouvert en abaque Y car y est nulle. Il est possible de faire la même chose sur la relation : coefficient de réflexion . meilleure sera l’adaptation.60 .40 + j 0. en évaluant son coefficient de réflexion (en module et phase.point E : z = 1.point B : z = ∝ Γ = +1 . cet abaque a été construit sur la relation : coefficient de réflexion .40 – j 0.impédance réduite (Γ . un passage impédance – admittance se fera sur l’abaque de Smith par une symétrie par rapport au centre du plan complexe. Plus une impédance correspond à un point représentatif proche de l’origine (point C). par lecture sur le plan complexe). Dans la pratique. Γ= -1 : court-circuit en abaque Z car z est nulle. au signe de Γ près : Γ= z −1 z +1 ou Γ= 1−y y −1 =− 1+y y +1 Cette relation implique que le passage « z » vers « y » ou inversement se ramène à un changement Γ vers -Γ.point A : z = 0 Γ = -1 . l’admittance réduite valant : y = Y / (1/Rc) = Y . On convient de nommer « abaque Z » ou « abaque Y » suivant le cas. mais court-circuit en abaque Y car y est infinie.y). Rc avec Y = 1/ Z.point C : z = 1 Γ = 0 . L’utilisation de cet abaque est plus large. correspondant à une meilleure dissipation de la puissance émise par la source (et plus faible sera donc la réflexion).z). Le calcul de Γ avec y fait apparaître une expression similaire à celle obtenue avec z.point D : z = 0. Le repère se fait (par exemple) en opérant la légende des points remarquables : Γ= +1 : circuit ouvert en abaque Z car z est infinie.40 représente le court circuit (Z = 0) représente le circuit ouvert représente une terminaison adaptée (Zt = Rc) représente une impédance quelconque représente une impédance quelconque Cet abaque de Smith permet de localiser graphiquement une valeur de terminaison. en particulier pour visualiser les variations de tensions et courant le long de la ligne et pour guider à des méthodes d’adaptation de la terminaison à la ligne.

17 .

e jβl 1 + Γ .e jβl 1 + . 18 . le rapport suivant : ROS = S = Vmax 1 + ρ = Vmin 1 − ρ 1≤S ≤∞ La fonction |V(l)| est périodique de période L telle que : ϕ . alimentée par une source de pulsation fixée.e jβl 1 + ρ . les abscisses ln et lv.2β (l+L) = ϕ . 2. pour une ligne donnée.e −jβl = A. rapport d’ondes stationnaires Reprenons l’expression de V(l) et faisons apparaître Γ dans cette expression : B   V (l) = A.9 Variations de la tension le long de la ligne. ou encore VSWR voltage standing waves ratio). on peut en déduire des bornes pour le module de V(l) : A 1− ρ ≤V (l) ≤A 1 + ρ Vmin ≤ V (l) ≤ Vmax L’abscisse ln pour laquelle V(l) passe par un minimum est nommée nœud de tension et correspond à : ϕ . improprement taux d’ondes stationnaires TOS. Ces abscisses particulières ne dépendent que de ϕ (donc du coefficient de réflexion.e jβl + B. L’abscisse lv pour laquelle V(l) passe par un maximum est nommée ventre de tension et correspond à : ϕ . On appelle rapport d’ondes stationnaires (ROS ou S) (ou parfois. On dit que l’on se trouve en régime d’ondes stationnaires. La ligne possède une résistance caractéristique Rc.2βln = π (modulo 2π).2.e −2 jβl = A.2βl + 2π ce qui conduit à : L = π/β = λ/2 Le module de la tension V(l) passe périodiquement par des maxima et des minima. donc de la terminaison) et que de β (donc de la ligne et de la pulsation ω).10 Notion d’impédance ramenée On se positionne en une abscisse l quelconque. respectivement des nœuds et des ventres de tensions sont invariables et parfaitement localisées sur la ligne.2βlv = 0 (modulo 2π). la distance séparant deux maxima ou deux minima vaut λ /2. la distance séparant un maximum d’un minimum vaut λ /4.e −2 jβl  = A.e j( ϕ−2βl ) A   V ( l) = A 1 + ρ . Ainsi. différente de 0 (un endroit courant sur la ligne entre la source et la terminaison).e j( ϕ−2βl ) ( ) ( ) Le module de l’exponentielle complexe étant égal à 1.

il y a une certaine tension V(l) et un certain courant I(l). mais aussi pour « fabriquer » des éléments réactifs (procédés très utilisés en électronique micro ondes). un tour correspondant à une demi longueur d’onde. En outre. D’où les expressions de repérage « vers la charge » et « vers le générateur » indiquées sur l’abaque de Smith : 19 .l’argument de Γ(l) est périodique de période spatiale λ/2 (la même que celle de | V(l)|) . Ces deux grandeurs sont le résultat des superpositions des flux incidents et réfléchis. On arrive ainsi à la conclusion fondamentale suivante : . ou cercle à ROS constant). Ce concept est fondamental pour l’adaptation de la ligne. Du point de vue de l’amont et donc de la source. dans le sens trigonométrique. Traduit en termes graphiques sur l’abaque de Smith : quand un observateur se déplace sur la ligne en allant de la source vers la terminaison. On peut définir : Z(l) = Z( l) − R c V ( l) ainsi que : Γ(l) = I ( l) Z(l) + R c Les expressions de V(l) et de I(l) permettent alors d’écrire Z(l) et Γ(l) en fonction de Zt et Rc : Z(l) = R c Z t + jR c tg βl R c + jZ t tg βl Z(l) est nommée impédance ramenée à l’abscisse l Cette relation est fondamentale pour résoudre les problèmes d’adaptation en particulier. le module de Γ est invariable et sa phase croît.A cette abscisse.le module de Γ(l) est constant le long de la ligne : |Γ(l)| = |Γ| = ρ . l’impédance ramenée Z(l) est l’impédance équivalente à l’ensemble constitué par l’aval de la ligne et sa terminaison (c’est en quelque sorte l’impédance d’entrée du tronçon de ligne de longueur l terminé par Zt). le point représentatif de Z(l) tourne sur un cercle centré sur l’origine (cercle à |Γ| constant.l’argument de |Γ(l)| croît quand l décroît Ces propriétés peuvent être énoncées de la façon suivante : quand un observateur se déplace sur la ligne en allant de la source vers la terminaison (l décroissante). On trouve également : 2 jβ l Γ ( l) = Γ e− avec : Γ= Zt − R c Zt + R c qui ne dépend que de la terminaison et de la ligne. il n’y a aucune différence entre la ligne initiale (réalité) et la ligne équivalente terminée par Z(l).

on définit un angle électrique noté η = l / λ. en différenciant les sens de parcours. 20 .Par commodité. Les abaques de Smith intègrent ce repérage en angle électrique. cette valeur variant alors entre 0 et 1/2 (un tour d’abaque de Smith correspond à un angle électrique 1/2 puisqu’il correspond à un déplacement sur la ligne de λ/2).

il est nécessaire de proscrire totalement une solution qui consisterait à insérer autour de Zt des éléments en série ou en parallèle dès lors que ceux-ci seraient à partie résistive non nulle. il y a réflexion et apparition d’ondes stationnaires (qui sont le résultat de la réflexion).Z(lo) a une partie réelle égale à Rc : Z(lo) = Rc + jX(lo) .le transfert de puissance de la source à la ligne . si l’on opérait de la sorte. Au préalable. Ceci amène naturellement à un coefficient de réflexion Γ nul. Par contre.Z(lo) a une partie imaginaire nulle : Z(lo) = R(lo) + j0 21 . la valeur de Zt importe peu.2. ce qui revient à dire que l’on considère que la vitesse de propagation est infinie). il existe toujours une distance lo pour laquelle l ‘impédance ramenée Z(lo) possède une des propriétés particulières suivantes : . une partie de la puissance délivrée par la source se dissiperait dans cette partie résistive additionnelle au détriment de la charge utile. Cette remarque est utile dans le sens où il est facile de montrer qu’à part le cas où Zt serait nulle. Il n’y a aucune raison que Zt soit égale à Rc. infinie ou imaginaire pure. d’un système amplificateur ou plus généralement celle de l’étage suivant du traitement du signal) Il est donc nécessaire d’envisager un procédé permettant de réaliser cette adaptation.11. En effet. contrairement aux circuits électriques traditionnels (pour lesquels on néglige les longueurs. Il faut pour cela considérer deux étapes : . L’impédance de charge Zt est constituée d’une partie réelle (résistive) et d’une partie imaginaire (réactive).11 Adaptation d’une ligne de transmission Le concept d’adaptation d’une ligne de transmission réside en l’optimisation du transfert d’énergie de la source vers la terminaison (rentabilisation de la liaison). ce qui serait contraire au transfert optimal d’énergie de la source vers la terminaison. Dans la mesure où ce n’est pas le cas. Ainsi. la valeur de l’impédance terminale ne se conserve pas tout au long de la ligne : c’est le concept précédemment défini d’impédance ramenée à une abscisse l.le transfert de puissance de la ligne à sa terminaison 2. il faut remarquer que. dans la mesure où un déplacement le long de la ligne permet de considérer une valeur d’impédance différente. (En effet. donc à une égalité entre l’impédance de charge Zt et la résistance caractéristique de la ligne Rc. Zt peut représenter l’impédance d’entrée d’une antenne d’émission.1 Adaptation de la terminaison La terminaison est adaptée s’il n’y a aucune puissance réfléchie sur la terminaison.

Le premier cas où Z(lo) = Rc + jX(lo) permet facilement d’arriver à la solution dans la mesure où il suffit d’annuler la partie imaginaire en insérant un élément additionnel réactif de valeur -jX(lo). séparées de λ/2). l’une des deux parties (réelle ou imaginaire) satisfait à la condition d’adaptation : Z(lo) = Rc + j0. Xi EG (Rc) (Rc) Zt l0 l 0 22 . De même. Il faut remarquer que si l’adaptation est réalisée en un point de la ligne. toutefois.Ces deux cas sont très intéressants car ils constituent pour chacun une première étape vers l’adaptation en ce sens où. il ne fait qu’en stocker durant le période transitoire d’établissement des tensions et courants) et donc se retrouve sur la terminaison. cette énergie réfléchie se retrouverait en amont de la ligne. dans le cas contraire. elle est forcément réalisée en tout autre point en amont (car il n’y a pas de réflexion). le fait de ne pas avoir de réflexion en lo implique que toute l’énergie transmise sur la ligne passe bien cette abscisse lo (car l’élément additionnel est réactif donc ne consomme aucune énergie. adaptation « simple stub » Il s’agit de la mise en pratique du premier cas précédent qui consiste d’abord à rechercher l’abscisse lo pour laquelle Re [Z(lo)] = Rc. et pour la même raison. celle-ci ne retourne pas d’énergie car. en lo. ce qui est contraire au fait que Z(lo) = Rc qui garanti l’absence de réflexion en amont de lo. On choisi en principe la première (au plus près de la terminaison) Zt → déplacement de lo → Z(lo) = Rc + j X(lo) → de valeur Xi = . A) Adaptation à un seul élément réactif. Ce problème a toujours une solution (il y a en même une infinité. Ce n’est pas le cas en aval.X(lo) → Z = Rc insertion en série d’un élément Ce raisonnement pourrait bien sûr être conduit avec un élément additionnel branché en parallèle. puis d’insérer un élément réactif en lo de manière à annuler (on dit aussi compenser) la partie imaginaire.

dénués de fils de connexion). on peut être confronté à des difficultés de réalisation de ces composants ainsi qu’à des difficultés de câblage de ceux-ci.une inductance si 0 < d < λ/4 : Lω = Ro tg (2πd/λ) . Selon le signe de Xi. Ce sera une inductance ou un condensateur suivant le signe de la fonction tangente ou de la fonction cotangente : Pour le tronçon de ligne terminé par un court-circuit. pas plus d’ailleurs que leurs résistances parasites dues aux conducteurs dont ils sont constitués ! Si ces imperfections peuvent être masquées aux fréquences « faibles ».Ro tg (2πd/λ) . dont la valeur serait fonction de d (plus précisément de d/λ). Il peut arriver que les valeurs de L et de C soient tellement petites (ordres de grandeur respectifs 10 nH et 1 pF ou moins) que leur réalisation matérielle soit impossible sous forme de composant discret ! Ces difficultés ont amené à « fabriquer » de telles valeurs à l’aide de tronçons de ligne. L’expression de l’impédance réduite s’applique (dans la mesure où ce tronçon de ligne sera siège d’une propagation de tension sinusoïdale) : Z + jR o tg βd Z( d ) = R o t R o + jZ t tg βd .un circuit ouvert si d = λ/4 (car Zcc (λ/4) = infini) il faut noter. selon le signe : Li = Xi / ω ou Ci = 1 / Xi ω . l’apparente absurdité du dispositif tel qu’il serait vu en électricité traditionnelle où un court-circuit se transformerait en un circuit ouvert ! 23 . Pour des fréquences de source assez grandes (donc pour ω assez grand). de longueur d et terminé soit par un court-circuit (V = 0). Il ne faut en effet jamais négliger la capacité parasite d’une inductance ni l’inductance parasite d’un condensateur. de résistance caractéristique Ro (qui peut être égal ou différent de Rc). pour ce dernier cas.dans le cas d’une terminaison circuit ouvert (Zt = ∞) : Zco (d ) = −jR o cot βd = −jR o cot ( 2πd / λ) Chacune de ces deux expressions représente une impédance purement réactive (partie réelle nulle). une fois de plus. d’où l’emploi de composants de type « CMS » (composants montés en surface. soit par un circuit ouvert I = 0). le comportement sera celui de : . celle de la varitaion de l’impédance ramenée.La valeur Xi représente la réactance de cet élément additionnel. en particulier.un condensateur si λ/4 < d < λ/2 : 1/Cω = . en utilisant leurs propriétés et. La valeur de ce composant sera donc. Considérons pour cela un tronçon de ligne indépendant de la ligne de transmission.dans le cas d’une terminaison court-circuit (Zt = 0) : Zcc (d ) = jR o tg βd = jR o tg ( 2πd / λ) . Il faut proscrire en particulier les « fils de connexion » (qui constituent des inductances). il s’agira d’une inductance (Xi >0) ou d’un condensateur (Xi < 0). donc pouvant être celle d’un élément réactif. ce n’est plus le cas aux fréquences « élevées » (la « frontière » se situant dans la pratique aux environs de 100 MHz).

le comportement sera celui de : .Ro cot (2πd/λ) . en règle générale. Pour s’affranchir de cette contrainte. Le branchement à la ligne de transmission à l’abscisse lo est. ce qui empêche toute notion de réglage ou d’ajustement ultérieur. mot anglais signifiant « piston » compte tenu de la ressemblance de ce dispositif en réalisation coaxiale réglable court-circuité en bout avec le piston d’une trompette musicale. A ces deux ponts de branchement sont connectés deux stubs court-circuités ou ouverts en bout (ou si cela est possible deux éléments réactifs sous forme de composants).adaptation « double stub coplanaires » A une distance quelconque de la terminaison.Pour le tronçon de ligne terminé par un circuit ouvert. il ne peut être que parallèle.un condensateur si 0 < d < λ/4 : 1/Cω = Ro cot (2πd/λ) . adaptation « double ou triple stub » Le procédé décrit auparavant (« simple stub ») impose un branchement de cet élément additionnel à une abscisse bien précise (lo) de la ligne de transmission. en réalisation coaxiale ou imprimée. par contre.un court-circuit si d = λ/4 (car Zco (λ/4) = zéro) il faut noter de même ici qu’un circuit ouvert se transforme en court-circuit ! La technique des tronçons de ligne est très largement utilisée du fait qu’elle permet de réaliser une valeur quelconque d’inductance ou de capacité en ajustant simplement une longueur de ligne. (R1) (Rc) (Rc) Zt l0 l 0 B) Adaptation à plusieurs éléments réactifs. on utilise l’accessoire « té » pour élément de branchement. on réalise un branchement hybride consistant à faire à la fois un branchement série et un branchement parallèle à la même abscisse. 24 . .une inductance si λ/4 < d < λ/2 : Lω = . d’autres solutions ont été imaginées. Ce dispositif est nommé « STUB ». En réalisation coaxiale. réalisé en parallèle pour des raisons pratiques : en réalisation paire torsadée. ce branchement pourrait être série.

Xi Yi (Rc) Zt . il existe au niveau de l’abaque de Smith. un disque à l’intérieur duquel les valeurs de zt ne sont pas adaptables par ce dispositif.Ce dispositif permet l’adaptation de toute valeur de terminaison. 25 . Pour un choix donné. délicate en coaxial. puis un autre à une autre distance lb du premier. on réalise un premier branchement. très facile en coaxial comme en ligne imprimée. La réalisation pratique est aisée en ligne torsadée. Ce dispositif ne permet pas l’adaptation de toute valeur de terminaison.adaptation « double stub » A une distance quelconque la de la terminaison. (R2) (R1) (Rc) (Rc) Zt l0 l 0 On a inséré un élément en série et un élément en parallèle comme l’indique le schéma suivant. impossible en ligne imprimée. A ces deux branchements correspondent deux stubs. L’adaptation est fonction du choix des distances laet lb . La réalisation pratique est aisée en ligne torsadée.

C) Adaptation à l’aide d’un transformateur d’impédance. Ce dispositif permet l’adaptation de toute valeur de terminaison. très facile en coaxial comme en ligne imprimée. on réalise un premier branchement. transformateur « quart d’onde » 26 .adaptation « triple stub » A une distance quelconque la de la terminaison.(R2) (R1) (Rc) (Rc) Zt la+lb l la 0 . ce qui est l’intérêt de ce dispositif par rapport au précédent. A ces trois branchements correspondent trois stubs. La réalisation pratique est aisée en ligne torsadée. puis un autre à une autre distance lb du premier. puis un troisième à une distance encore lc du deuxième.

la solution du transformateur électrique est la meilleure (rappelons à ce niveau qu’il est inconcevable d’ajouter en série ou en parallèle une résistance à R(lo) car celle-ci consommerait de l’énergie au détriment de la terminaison. il est possible de réaliser une transformation d’impédances réelles grâce de nouveau à un tronçon de ligne de résistance caractéristique Ro obligatoirement différente de Rc. Comme il s’agit d’amener cette impédance réelle à une valeur Rc réelle également.Contrairement aux méthodes précédentes. Dès lors que cette solution est écartée. de longueur égale à λ/4 et placé en insertion (en cascade) sur la ligne. ce qui est contraire au but recherché). Cette solution fonctionne dès lors où le transformateur est réalisable (au niveau principalement des pertes qu’il entraîne. reprenons une fois de plus l’expression de l’impédance ramenée : Zt + jR o tg βd R o + jZ t tg βd expression dans laquelle Zt est à présent R(lo) et d=λ/4 ce qui conduit à βd infini : Z( d ) = R o R Z(l o + λ / 4) = o R (l o ) 2 27 . croissantes avec la fréquence). on recherche ici une abscisse lo pour laquelle la partie imaginaire de Z(lo) s’annule : Z(lo) = R(lo) + j 0 Ce problème a toujours une solution (il y en a même une infinité séparées de λ/2). (Rc) (R0) l0+λ/4 l0 (Rc) 0 Zt l Pour prouver cela.

L’adaptation est réalisée lorsque Z(lo+λ/4) est égale ) à Rc. 2 o t c -j Xt (Rc) (R0) Zt=Rt+j Xt (-j Bt) (Rc) (R0) Zt -> Yt= (1/Zt) = Gt+j Bt Ce dispositif permet l’adaptation de toute valeur de terminaison. D’où la condition : Ro 2 = R (l o ) . R où Rt correspond à la valeur de l’impédance équivalente après la compensation (Rt est la partie réelle de Zt seulement si la compensation se fait par un branchement série). cette réalisation est très simple (et largement employée) en technique imprimée pour laquelle toute valeur de Ro est facilement réalisable dès lors qu’elle est fonction du rapport : largeur de la piste cuivrée / épaisseur du substrat diélectrique (donc en pratique de la largeur de la piste) 28 . La réalisation pratique est délicate en ligne torsadée comme en coaxial du fait que ces lignes sont fabriquées avec des valeurs normalisées par les constructeurs. impédance caractéristique de la ligne de transmission. avec la même condition (sauf que lo est ici nulle) : R = R . Par contre. placé directement au niveau de la charge). R c Rc (R0) λ/4 R(l0) Une variante (plus utilisée) à ce dispositif consiste d’abord à compenser la partie imaginaire de la terminaison (grâce à un stub par exemple. puis de brancher en cascade ce même transformateur.

Dispositif d’adaptation de la source Zg (Rc) Eg Zt Dispositif d’adaptation de la charge Z*g Rc Rc Zt 29 .11. à transformateur quart d’onde. Par contre. Le problème est donc ici inverse à celui de l’adaptation. l’impédance ramenée au niveau du branchement de la source vaut naturellement Rc (résistance caractéristique de la ligne).2. On supposera d’abord que la ligne est adapté au niveau de la terminaison (sinon l’adaptation de la source n’a aucun intérêt !). différente a priori de Rc. la source possède sa propre impédance interne Zg .2 Adaptation de la source : Il s’agit enfin de s’assurer que la source délivre bien toute sa puissance disponible à la ligne (autrement dit qu’il n’y a pas de réflexion locale au niveau de la source). puisqu’il faut modifier Rc de manière à présenter une valeur Zg* à la source. les procédés sont exactement identiques. double ou triple stub. Il est aisé de montrer que la source délivrera sa puissance maximale (dite puissance disponible) dès lors que l’impédance de charge de cette source vaut Zg* (valeur complexe conjugée à Zg). Sous cette condition. Le raisonnement est plus simple dans la mesure où il est local et donc ne fait pas intervenir la propagation. par raison de symétrie de raisonnement adaptation de source à simple. Toutefois.

dans le contexte de transmission numérique. Les méthodes d’adaptation du régime sinusoïdal utilisaient des éléments réactifs. En effet. la notation complexe est inutilisable. l’approche doit être différente dans la mesure où la source n’étant pas sinusoïdale. Il est clair qu’il n’en sera rien en régime numérique. notamment et de façon cruciale au niveau des terminaisons car toute réflexion de signal introduirait immédiatement des erreurs binaires à cause de la superposition des tensions et courants. l’impédance terminale placée à la distance l de la source est notée Zl. Ceci est justifié dans le cas de la transmission sur porteur sinusoïdal. Par contre l’adaptation côté terminaison devra être effectuée. l’important est de garantir l’absence absolue de réflexion (génératrice d’erreurs binaires) plus que la transmission optimale de puissance.1 Propagation transitoire sur une ligne sans pertes : Nous considérons une ligne sans perte. alimentée par un générateur de tension Eg de résistance interne Zg . le coefficient de réflexion est justifié (même s’il sera toujours réel). l’adaptation côté source sera négligée. Il est clair que les mêmes problèmes d’adaptation se posent. Toutefois. Les valeurs d’impédances terminales (et de branchements) sont forcément réelles (car des parties imaginaires introduiraient des dérivations ou des intégrations au niveau des signaux rectangulaires numériques.3. c’est-àdire alimentées par une source sinusoïdale. ce qui ne permettra peut-être pas de garantir le transfert optimal de puissance. A ce titre. réseau « Ethernet » par exemple). effets désastreux quant à la bonne transmission de ces signaux). Egligne est considérée comme U U L dx Z l C dx 0 x 30 dx . nous avons traité les lignes de transmission en régime harmonique. ainsi que le ROS. Par contre. 3. d’impédance caractéristique Zc. Zg I L’axe de x est dans ce chapitre orienté de la source x=0 à la charge x=l (Zc) elle peut se modéliser par le schéma suivant La sans perte.et par conséquent longueur d’onde ne sont pas applicables. Les transmissions numériques en bande de base (c’est à dire n’utilisant pas le porteur sinusoïdal) empruntent également les lignes de transmission (cas des réseaux locaux informatiques en particulier. LIGNES EN REGIME TRANSITOIRE Jusqu’à présent. Les notions de fréquence. pulsation (au sens de périodicité).

p ) = B e kx donc U − ( 0. p) = Ae−p I( x . p ) = I + ( x . p ) = LC x d2U = LCp² U qui se résout en : dx 2 +Be p LC x LC x C Ae−p L ( −Be p LC x ) On note : Z c = L C et k = p LC U( x . p) = Ae −kx + Be k x 1 I( x . p ) = A e −kx donc U + ( 0. p ) Le courant est la différence des courants des ondes directe et réfléchie. p ) = A U − ( x . p) = Ae −k x − Be k x Zc ( ) La tension est donc la somme des tensions de l’onde directe et de l’onde réfléchie. p ) + U − ( x. 31 .Nous avons les relations suivantes : dU = −L ∂I dx ∂t et dI = −C ∂U dx ∂t Le moyen le plus simple pour résoudre les équations aux dérivées partielles consiste à passer aux transformations de Laplace. U( x. dU = −Lp I dx et dI = −Cp U dx On obtient alors l’équation différentielle suivante : U ( x . p ) Au sein de chaque onde. p ) = U + ( x. p ) = − = Zc I+ ( x. I( x . U + ( x. La dérivation par rapport aux temps est remplacée par une multiplication par la variable de Laplace p. p ) U − ( x. p ) Nous pouvons calculer les constantes A et B de la façon suivante : U + ( x . p ) − I − ( x . les tensions et les courants sont proportionnels. p ) I ( x. p ) = B A et B sont les amplitudes à l’origine.

p ) = U − ( l. nous pouvons écrire : U − ( l. Zg Ie (Zc) E Ue 32 . p ) e −kx + U − ( l. p ) e −k ( l −x ) U( x . Zg pilotant une ligne d’impédance caractéristique Zc que nous supposons pour le moment infiniment longue. p ) = U + ( 0.L’onde inverse peut être définie par rapport à l’extrémité de la ligne.2 Effet d’une charge Nous disposons d’une ligne d’impédance caractéristique Zc terminée par une charge Zl. p ) = B e kl donc U + ( x . 3. Nous savons que : Ul = Zl Il Il Considérons les ondes incidentes Ul+ .3 Effet d’une source Soit une source E. p ) e −kx U − ( x . Il est à noter que Zg = Rg. p ) = U + ( 0. Si celle ci est de longueur l. Il+ Ul Il donc + + =(Zc) Zc U l +U l + U l = l + = Zl U − Il I − I l l et Z = l Zc + − Zl Ul Ul + Ul Ul − Ul + + − − Ul et − + Ul = Z l − Zc Z l + Zc On appelle coefficient de réflexion de la terminaison Γl = Zl − Zc Zl + Zc L’impédance terminale produit une onde réfléchie proportionnelle à l’onde incidente qui dépend de Zl et de Zc. p ) e −k ( l −x ) 3.

= E .4 Ligne placée entre source et charge 33 .La source impose que Ue = E . nous obtenons Ue++ Ue.) Zc donc Ue + = Zc Zg − Zc E+ Ue Zg + Zc Zg + Zc Par analogie.comme le ferait une simple impédance. L’onde motrice aurait pu être établie en utilisant le schéma électrique suivant : Zg E Zc U U= Zc E Zg + Zc Une ligne infiniment longue a donc une impédance d’entrée égale à Zc. elle réfléchie une éventuelle onde inverse Ue.Ue .ZgIe En décomposant Ue et Ie en grandeur directe et réfléchie. nous posons le coefficient de réflexion en entrée : Γe = Zg − Zc Zg + Zc L’équation de la source devient : Ue + = Zc E + ΓeUe Zg + Zc La source crée une onde appelée onde motrice qui est à l’origine de tous les courants et tensions dans le circuit. 3.Zg (Ie+-Ie-) Ue + + Ue − = E − Zg (Ue + .

1− a 2 1 = 1 + ΓeΓle -2kl + ( ΓeΓle -2kl ) + . ......Nous considérons la ligne suivante : Zg Ie Il E Ue (Zc) Zl Ul l Nous avons établi que Ue + = Zc E + ΓeUe Zg + Zc Ul − = ΓlUl+ et Ul+ = Ue +e −kl Ue − = Ul −e −kl ΓeUe− = ΓlUl− e -kl = ΓeΓlUl+e -kl = ΓeΓlUe+e -2kl Nous obtenons donc un système de quatre équations à quatre inconnus Ue + = Ul = − + Zc 1 E Zg + Zc 1 − ΓeΓle -2kl Zc e -kl E Zg + Zc 1 − ΓeΓle -2kl Γl e -kl Zc Ul = E Zg + Zc 1 − ΓeΓle -2kl Γl e -2kl Zc Ue − = E Zg + Zc 1 − ΓeΓle -2kl Interprétation en terme de réflexion On sait que 1 = 1 + a + a 2 + a 3 + .2kl 1 − ΓeΓle Nous pouvons donc écrire 34 .

2 Si la source n’est pas adaptée mais la charge est adaptée Zl=Zc donc Zc E Zg + Zc Zc Ul + = E e . elle est donc multiplié par e-kl. Il y a des réflexions multiples que si la charge et la source ne sont pas adaptées (Γe≠0 et (Γl≠0) 3..4.2kl + ΓeΓle .kl 2 E Ue − = Γl e . le signal d’entrée numérique est e(t) l’impédance interne du générateur est Zg . ce qui est la multiplie par e-kl Elle est ensuite réfléchie donc multiplié par Γl.4. Elle parcourt encore la ligne en sens inverse. Γ e=0 Ue + = E 2 E -kl + Ul = e 2 E − Ul = Γl e .1Prenons un exemple où la source est adaptée : Zg=Zc.2kl Zg + Zc [ ( ) 2 + .2kl 2 L’onde est ensuite absorbée car Γe=0 Γ l=0 Ue + = 3. Ue3+ 3.2kl Zg + Zc ( ) Ce processus se poursuit indéfiniment en produisant Ue2+.. elle donne une nouvelle onde directe Ue1+ = Zc E ΓeΓle .5 Lignes en régime transitoire entre source et charge résistives Nous supposons toujours que les lignes sont sans perte. Elle est réfléchie donc multiplié par Γe. la ligne est sans perte . ] Initialement Ue+ se compose de la seule onde motrice Ue + = Zc E Zg + Zc puis l’onde se propage jusqu’à l’extrémité de la ligne.kl Zg + Zc Ul − = 0 = Ue- Une onde directe est envoyée à la charge où elle est absorbée.Ue + = Zc E 1 + ΓeΓle .. Zc = L . k = p LC C 35 .

.3τ) + Γe 2 Γl 2 e( t .5τ) + ..2τ) + ΓeΓl e( t .. nous pouvons écrire Zc e( t ) + ΓeΓl e( t . Zg + Zc ( ) La tension à la source est Ue + ( t ) = Zc Zc (1 + Γe ) Γl e( t ) + Zg + Zc Zg + Zc ( e( t ..... Zg + Zc Zc Ul − ( t ) = Γl e( t − τ) + ΓeΓl e( t .. Zg + Zc Zc Ue − ( t ) = Γl( e( t − 2τ) + ΓeΓl e( t .3τ) + Γe 2 Γl 2 e( t . Zg + Zc Zc Ul + ( t ) = e( t − τ) + ΓeΓl e( t ...3τ) + Γe 2 Γl 2 e( t .... extrémité en circuit ouvert Zl tend vers l’infini donc Γl=1 .On pose τ le temps de propagation sur le tronçon de ligne.. 5....5τ) + .1 Source adaptée.2τ) + Γe 2 Γl 2 e( t .4τ) + ..) Examinons quelques cas particuliers 3.4τ) + ... Rg=Zc donc Γe=0 Ul( t ) = e( t − τ) 1 1 Ue( t ) = e( t ) + e( t − 2τ) 2 2 Considérons les deux réponses les plus courantes 36 .4τ) + ..) Zg + Zc Ue + ( t ) = ( ) ( ) ( ) La tension à la charge est la somme des tensions directe et inverse... Ul( t ) = Zc (1 + Γl ) e( t − τ) + ΓeΓl e( t ..5τ) + .

5 τ 2τ 3τ 4τ τ 2τ 3τ 4τ Une seule impulsion donne lieu à deux impulsions de tension à l’entrée de la ligne. Réponse à une impulsion courte (plus courte que 2τ) Ue 1 0.Réponse à un échelon d’amplitude 1 Ue 1 0.5 Ul 1 0.5 τ 2τ 3τ 4τ τ 2τ 3τ 4τ La source produit une onde motrice de tension ½ qui se propage vers l’extrémité ouverte qu’elle atteint à t = τ. 3.5 Ul 1 0. L’onde motrice produit à l’extrémité une onde réfléchie qui est égale à Ul=1. on observerait une impulsion avec une fréquence double en entrée.2 Source adaptée. Si on suppose que l’on envoie une impulsion tous les 4τ. Un ordinateur ou un système de télécommunication verrait des éléments binaires là où il n’y en a pas. extrémité en court circuit La source est adaptée donc Zg=Zc et Γe=0 L’extrémité du circuit est court circuité donc Zl=0 et Γl=-1 37 . Bien évidemment les valeurs de Ue et de Ul finales sont égales (deux conducteurs parallèles ont des tensions égales).5.

5 Ul 0. charge résistive La source est adaptée donc Zg=Zc.5.Ul( t ) = 0 Ue( t ) = 1 1 e( t ) − e( t − 2τ) 2 2 Réponse à un échelon d’amplitude 1 Ue 1 0.5 38 .5 Ul 1 0.3 Source adaptée. La durée de cette impulsion vaudra deux fois le temps de propagation sur la ligne.5 τ 2τ 3τ 4τ -0. Γe=0 Prenons deux exemples de résistance de sortie R’l=3Zc nous calculons Γ’l=0.5 τ 2τ 3τ 4τ 3. Réponse à une impulsion courte Ue 1 0.5 R’’l=(1/3) Zc nous calculons Γ’’l=-0. Cette propriété est exploitée pour produire des impulsions courtes.5 τ 2τ 3τ 4τ τ 2τ 3τ 4τ Une ligne en court circuit permet de produire une impulsion à partir d’un échelon.

5 Les réponses à une impulsion sont 1 Ue R’l=3Zc τ 2τ R’l=3Zc R’’l=1/3Zc τ 2τ 3τ 4τ 3τ R’’l=1/3Zc 4τ 0. en outre. le concept de fréquence et de longueur d’onde n’existe pas en régime transitoire ! (le spectre fréquentiel d’un signal transitoire a un support infini) Les techniques d’adaptation vont donc exclusivement reposer sur l’emploi de composants indépendants de la fréquence : résistances et transformateurs.5 Ul 1 0. il est impossible de réaliser des adaptations utilisant du matériel réactif (ce serait au prix d’une déformation inacceptable par dérivation ou intégration des signaux numériques) .6.5 3.Nous pouvons calculer les tensions en entrée et en sortie 1 1 e( t ) + e( t − 2τ) 2 4 3 U' l( t ) = e( t − τ) 4 U ' e( t ) = 1 1 e( t ) − e( t − 2τ) 2 4 et 1 U ' ' l( t ) = e( t − τ) 4 U ' ' e( t ) = Les réponses à un échelon de tension d’amplitude 1V sont 1 Ue R’l=3Zc R’’l=1/3Zc τ 2τ 3τ R’l=3Zc R’’l=1/3Zc τ 2τ 3τ 4τ 4τ 0. Adaptation des lignes pour le régime transitoire Contrairement au régime harmonique.5 Ul 1 0. L’utilisation de 39 .

soit celle d’une résistance câblée (« bouchon »). si la terminaison est adaptée à la ligne . 40 . en ce sens.résistances amènera à une consommation d’énergie en dehors de la terminaison. La règle est simple : toute ligne de résistance caractéristique Rc doit être terminée par une résistance Rc : soit celle correspondant à la résistance d’entrée de l’équipement terminal. d’autant plus que. Le cas particulier est celui des dérivations que l’on peut être amené à réaliser (une source vers plusieurs utilisations) : il faut alors employer des jonctions adaptées (« té adapté ») de telle manière qu’au point de jonction il n’y ait pas création de réflexion par rupture d’impédance. peu importe l’impédance interne de la source (car n’ayant pas de réflexion sur la terminaison. c’est pour cela qu’on on se souciera exclusivement du concept d’adaptation en terme d’absence de réflexion sur la terminaison . l’adaptation en puissance de la source est accessoire. il n’y aura pas de puissance renvoyée vers la source).

1 Présentation générale Les premières expériences de transmission optique d’informations datent du 19ieme siècle mais il a fallu attendre la découverte du laser (1960) et la maîtrise des diodes laser à semiconducteurs pour envisager son application. Les avantages des fibres optiques sont nombreux : Au niveau de la transmission Les fibres optiques ont une très faible atténuation et une très grande bande passante. dans de nombreux cas. Les fibres optiques sont aujourd’hui une technologie à maturité. Les premières liaisons de télécommunication commerciales datent de 1980. la surveillance vidéo. environ 100 millions de kilomètres sont fabriqués par an. les bus de terrain ou même pour interconnecter différentes cartes d’un système informatique. les télémesures. Les puissances optiques utilisées sont faibles donc non dangereuses. elles ont un poids très faible et sont très souples. Les différents domaines d’utilisation sont nombreux en télécommunication mais aussi dans un grand nombre d’applications industrielles.4 FIBRES OPTIQUES 4. Au niveau de la mise en œuvre Les fibres optiques sont de très petites tailles. régionales. Au niveau économique Le coût global d’un système sur fibres optiques est. nationales et internationales) mais aussi pour les liaisons sous-marines comme les liaisons transatlantiques. La maîtrise de l’amplification optique puis du multiplexage en longueur d’onde a permis en 1990 de répondre aux besoins de capacité due aux développements de l’Internet. inférieur à celui sur câbles conducteurs. Elles sont insensibles aux parasites électromagnétiques et sont très sures électriquement (l’isolation totale entre les terminaux). 41 . Les fibres optiques sont de plus en plus présentes dans l’instrumentation optique. les fibres optiques sont utilisées pour les liaisons terrestres (urbaines. De nombreux signaux peuvent circuler sur la même fibre grâce au multiplexage en longueur d’onde. En télécommunication. on distingue les télécommandes. Ces applications industrielles sont variées. Les systèmes de portée et de capacité sont très supérieurs à celles des câbles conducteurs ou de la radio.

Le tout est entouré d’une gaine extérieure de protection et d’un renfort pour rigidifier. Il ne doit pas y avoir de rayon diffracté. L’indice de la gaine n2 est très légèrement inférieur à l’indice du cœur n1. est constituée d’un cylindre de verre très mince appelé cœur d’indice n1 entouré d’une gaine également de verre d’indice n2.Un système de transmission sur fibre optique est présenté sur la figure suivante : Signal électrique Interface optique D’émission Signal optique Multiplexeur Fibre optique Amplificateur optique Signal Électrique Interface optique De réception Signal Optique Multiplexeur Inverse En émission. tel que n1sin 1 = n2sin θ2. on doit insérer des répéteurs. 4. La plupart des transmissions sont en numériques mais il y a quelques applications analogiques dans les domaines de la vidéo ou des télémesures. minces cheveux de verres très transparents. le signal optique est amplifié. 42 . Celui ci peut être multiplexé en longueur d’onde pour permettre à plusieurs signaux d’être envoyés dans la fibre optique. Gaine θ Cœur Gaine La lumière doit rester confinée par une succession de réflexions totales. permet de transformer le signal électrique en un signal optique. l’interface optique constituée d’une diode électroluminescente (DEL) ou diode laser (DL). A la réception.2 Principe de fonctionnement Une fibre optique. démultiplexé et transformer par une photodiode en signal électrique. La loi de Descartes dit que le rayon incident issu d’un milieu d’indice de réfraction n1 qui arrive avec un angle θ1 engendre un rayon diffracté d’angle θ2 sur une surface d’indice de réfraction n2. Lorsque la longueur de l’émission le nécessite.

1 Les fibres multimodes La fibre optique est multimode. indice de la gaine. L’angle maximum permis est donné par l’ouverture numérique ON= sin θ = (n12. plusieurs rayon lumineux peuvent s’y propager .n22) -1/2. 43 . On appelle ouverture numérique noté ON la quantité sin θ tel que ON= sin θ = (n12. On définit la différence d’indice relative Δ par n − n2 ∆≈ 1 n1 Δ varie typiquement de 0. On distingue les fibres monomodes et les fibres multimodes. Le diamètre du cœur est grand par rapport à la longueur d’onde. On rencontre principalement deux structures de fibres optiques suivant le type de profil d’indice.3.n22) -1/2.3 Les types de fibres optiques La fibre optique est un guide d’onde diélectrique.L’angle critique θ1 est calculé pour qu’il n’ait pas de rayon réfracté. la lumière se répartit sur un certain nombre de trajectoires. 4. La fibre à saut d’indice et la fibre à gradient d’indice (le cœur possède un indice qui dépend de la position). Une fibre optique 50/125 possède un diamètre de cœur de 50µm et un diamètre de gaine de 125 µm. . 4.1% à quelque %. pour une longueur d’onde donnée. il permet à des rayons d’angles différents de se propager. Les rayons lumineux qui pénètrent dans la fibre optique seront complètement réfléchis si leur angle d’incidence est inférieur à θ.Fibre optique multimode à saut d’indice L’indice du cœur n1 est constant. la propagation de la lumière se fait suivant des modes de propagation. il est légèrement supérieur à n2.

a le rayon du cœur. On peut utiliser une source assez divergente comme une DEL. 2 Pour une fréquence réduite V le nombre de modes est plus faible dans une fibre à gradient d’indice que dans une fibre à saut d’indice ou M ≈ V la fréquence réduite se déduit de la formule suivante : V = 2πa 2 n12 − n 2 λ 44 . le profil est à saut d’indice. La différence d’indice relative Δ est définie par rapport à n10. α = 1 pour un profil triangulaire et si α tend vers ∞. L’indice du cœur est donc variable. il existe donc un l’élargissement important de l’impulsion de départ. caractérisé par le paramètre de profil α est obtenu par la formule approchée : M= α V2 α +2 2 V2 puisque α tend vers ∞. n(r) est appelée le profil d’indice du cœur.Fibre optique multimode à gradient d’indice Elles sont caractérisées par une variation progressive (forme parabolique) de l’indice du cœur n1. n10 est l’indice au centre du cœur. α est le paramètre de profil d’indice. Le nombre de modes dans une fibre à gradient d’indice. α = 2 pour un profil parabolique (le cas le plus fréquent). .gaine θ Cœur gaine L’inconvénient de ce type de fibre résulte de l’écart important des temps de parcours des différents rayons lumineux. La loi d’indice est de la forme : r  n ( r ) = n 10 1 − 2∆  a  α r est la position de la fibre par rapport à l’axe. Ces fibres conviennent bien aux transmissions à courte distance (réseaux locaux). diode électroluminescente car une forte ouverture numérique permet de coupler une grande quantité de lumière.

Les fibres à saut d’indice ont une dispersion nettement supérieure aux fibres à gradient d’indice.4 Dispersion dans les fibres optiques Tout signal injecté dans une fibre optique subit une déformation : c’est le phénomène de dispersion. La dispersion se traduit par un étalement temporel caractérisé par un temps de montée qui sera d’autant plus grand que la longueur est grande. 4. On ne peut utiliser comme source d’émission que des diodes lasers (plus chères).Dans la silice. On retrouve l’impulsion en sortie non déformée car la dispersion modale est quasi nulle. Les fibres multimodes possèdent une dispersion intermodale. 4. La dispersion intramodale chromatique subsiste aussi dans les fibres monomodes. longueur de d’onde de coupure du mode.L’indice du cœur suit une loi d’allure parabolique donc les rayons suivent une trajectoire d’allure sinusoïdale. rester inférieur à la période Tb des signaux (débit de transmission R=1/Tb).5%). Les dimensions typiques sont pour le diamètre du cœur 9µm et pour le diamètre de la gaine 50µm. La dispersion crée un élargissement Δτc au bout d’une longueur L de fibre 45 . Elle crée un élargissement Δτc au bout d’une longueur d’onde. Le temps de montée causé par la dispersion doit.2 Les fibres monomodes La fibre optique est monomode. Le principal inconvénient est quelles reviennent plus chères car elles doivent être raccordées avec une grande précision. on obtient le minimum de dispersion (zéro de dispersion) pour λ=1310nm. Les fibres précédemment décrites présentent des comportements dispersifs très différents. Le diamètre du cœur est faible (inférieur à 10 µm) ainsi que la différence d’indice (moins de 0. La technique de multiplexage en longueur d’onde peut être utilisée pour transmettre plusieurs signaux sur une même fibre optique. bien sur. Le chemin de propagation est unique. direct et parallèle à la fibre. qui a comme origine les différentes vitesses de propagation des modes. Elle dépend de la dispersion du matériau et de la dispersion de mode de guide (Dc = Dmatériau + D guide). Ces fibres conviennent bien aux transmissions à moyenne distance (réseaux locaux informatiques). une dispersion et une atténuation très faible. il s’agit de la fibre la plus performante pour les télécommunications. Les avantages de ce type de fibre sont sa grande bande passante qui permet la transmission à grande distance. un seul mode peut se propager. Un seul mode peut se propager pour une longueur d’onde donnée supérieure à λc.3.

km −1 ) = − 10 log 10   P( 0 )   = 10 log10 ( exp(α ) ) L   Pour les fibres optiques en Silice. Cette absorption est dure à éliminer. dans l’infra rouge à cause des vibrations moléculaires. Dc coefficient de dispersion chromatique qui dépend des paramètres de la fibre et de la longueur d’onde. Km-1. Pour les fibres optiques en plastique. la puissance à une distance z sera P ( z ) = exp( −αz ) P ( 0 ) α est le coefficient d’absorption. dans l’ultra violet à cause des transitions électroniques et moléculaires. les principales causes d’affaiblissement sont L’absorption dans le matériau Il y a deux bandes d’absorption. La diffusion de Rayleigh Elle est causée par la nature désordonnée des molécules dans le verre. L’absorption intrinsèque Sous forme de pics. on distingue traditionnellement 3 fenêtres : 46 . Il faut éviter le contact avec l’eau.∆λ avec Dc dτ g dλ Δλ largeur spectrale de la source. Elle diminue rapidement quand la longueur d’onde augmente suivant une loi en 1/λ4. son effet est plus faible que la dispersion chromatique.∆τ c = Dc. il existe une dispersion de polarisation (changement d’état de polarisation du mode électromagnétique lors de la propagation).5 Atténuation dans les fibres optiques Si on injecte une puissance P(0) (en z=0) dans une fibre optique. 4. l’atténuation est beaucoup plus grande. En exprimant la distance L en km et l’atténuation A en dB.67µm pour les liaisons à très courte distance (moins de 100m) pour bénéficier du bon rendement des composants. mais aussi des composants optoélectroniques disponibles. Sur des très longues distances. Sur les fibres en silice. Sur les fibres en plastique.6 Fenêtres de transmission Compte tenu de l’atténuation et de la dispersion des fibres optiques. 4. on utilise la fenêtre à 0. principalement due aux ions OH-. L. on définit plusieurs fenêtres de transmission. c’est pourquoi ces fibres travaillent dans le visible. on obtient  P( L )  1 A( dB.

9µm.2dB/Km) mais demande des composants plus coûteux. à des débits modestes. dite parfois « bande 0 ».4à 1 dB/Km) Quasi nulle DEL (multimodes) Diodes lasers standard (monomodes) moyen Transmissions moyennes et longue distance. Réseaux locaux. La troisième fenêtre. Elle est aussi utilisée pour les interconnexions haut débit (Gigabits/s) sur courtes distances. Cette fenêtre permet des liaisons peu coûteuses à courtes distances ou en réseaux locaux sur fibres multimodes. Les composants sont plus coûteux que pour la fenêtre précédente. elle est surtout utilisée en liaison à très longue distance sur fibres monomodes (terrestres ou sous-marines) Le tableau suivant résume les différentes caractéristiques des principales fenêtres de transmission pour une fibre en silice fenêtre Longueur d’ondes Type de fibres utilisée Atténuation Dispersion chromatique Emetteurs type Coût des composants Applications première 0. est un minimum relatif d’atténuation (vers 0.9µm Multimode Forte (2 à 4 dB/Km) Forte DEL . Ce n’est pas un minimum d’atténuation ni de dispersion mais un optimum d’utilisation des matériaux les plus économiques mais performant. autour de 1. La deuxième fenêtre.La première fenêtre de 0.8 à 0.55µm. autour de 1. Gigabit à très courte distance Entre deux fenêtres deuxième 1 . réseaux locaux et métropolitains haut débit Entre deux fenêtres troisième 1.6µm Monomode Très faible (0. diode laser VCSEL (très hauts débits) faible Transmissions Courte distance .5 à 1.3µm.2 dB/Km) Faible Diode laser DFB (monochromatique) élevé Transmission très longue distance et à amplification optique Multiplexage Dense .3µm Multimode Et monomode Faible (0. nombreux canaux dans la même fenêtre 47 . Elle est couramment utilisée en transmission à moyenne distance (quelques kilomètres) sur fibres monomodes ainsi qu’à haut débit en réseaux local sur fibres généralement multimodes.78 à 0. correspond au minimum absolu d’atténuation (moins de 0. D’utilisation plus récente.5dB/Km) et le minimum de dispersion chromatique.

Technosup. Combes. Pierre Leroy. Zeno Toffano. 2006 Optoélectronique. Ellipses 2001 Télécoms sur fibres optiques. Ellipses. Combes. René Meys. Ellipses Micro-ondes 1 Lignes. guides et cavités Paul F. Ph Fraisse. Technosup. Hermes 2008 48 . Technosup. composants photoniques et fibres optiques. Dunod 2006 Les micro-ondes cours et exercices Paul F. Protière.Bibliographie Transmission de l’information. R. Dunod 1997 Les lignes de transmission. D Marty-dessus.