Vous êtes sur la page 1sur 4

SIËISENCO ANNAfO, Na 208

Nàutri, li bon Prouvençau,

Au sufrage universau, Voutaren pèr l'bli

E faren l'ainli,

F. MISTRAL.

RURÉU DE REDACIOUN

E D'ABOUNAGE

Vers

FOLCÙ DE BARONCELLI

au palais dôu Roure,

EN AVIGNOUN

Fi DtMLCfE, 7-i'b 'roDRt t893.

QUE TAI CREMAN'1' TREK FIES PÈR MES (7, 17, 22 )

Vidoun, Vidau,

Segound la vido

Lou journau,

(Prouvèrbi di meissouniéj.

i5b

PRES DE L'ABOUNAMEN

Un an

Sièis mes

Tres mes

Estrangié

Lou numerô

1 O fr.

5 fr. so

3 fr.

12 fr.

10 centime

Baile d6u journau :

FOLCà 'DE BARONCELL

II RUUGE DU ¶EJ J

Ah! coume coumprene l'afiscacioun de l'au-

tour dins si nàu-v-an, emé de soun grand, e

dôu courdounié emai de soun aprendis, que

venien passa li vihado en sa boutigo pèr ausi

lis istôri meravihouso dôu vièi Pascau de la

Patino ! Se capitavo souvènt, dis, que Ion tiro-

pèd dôu Materoun se n'arrestavo d'esperéu, e

que tôuti, mut e vivènt pèr ansin dire que pèr

l'auriho, demouravon, enjusquo i proumiéris

ouro dôu matin, enlabrena pèr li remèmbre

dôu vièi sôudard de la Revoulucioun e de

l'Empèri. léu tambèn, m'an pivela li raconte

que nous n'a counserva e nous debano vuei

Ion Capoulié dôu Felibrige, bèn talamen que,

Ion libre dubert, noun ai pouscu Ion plega que

noun aguèsse agu la fin de l'istôri.

Es touto la campagno espetaclouso dôu ba-

taioun marsihés de 1792 que se ié desplego,

dins Ion tube di Federa ébri de liberta, traves-

sant vilo e campagno, proumte coume l'uiau e

brounzissènt coume Ion tron. D'ùni, espanta,

fugisson davans éli coume davans Ion four-

midable vanc d'un Hume que desboundo :

« Escoundès-vous! estremas-vous ! sian tôuti

perdu ! Li bregand deMarsiho arribon ! Sonnas

vèstis enfant !

nestro !

Barras vôsti porto e vôsti fe-

Sian tôuti perdu! es lou bataioun

di bregand, dis assassin, di galerin ! »

D'autre lis aculisson, s'afreirant dins la cou-

munioun revouluciounàri, coume à Vieno,

ounte, quand vai parti Ion bataioun marsihés,

l'abat Pessonneaux adus lis enfant de soun

escolo sus Ion relarg de la grand glèiso e, gei-

noun en terro davans l'autar de la Federacioun,

ié fai canta en Cor Ion coublet que vèn d'a-

poundre à la Marsiheso :

Nous entrerons dans la

carrière

Quand nos aînés n'y seront plus.

« Ah !

mis ami de Diéu!

s'avias vist acù,

quete regounfle de joio e d'estrambord! Tôuti

lis iue lagremejon, chascun pren un d'aquélis

enfant dins si bras e ]ou poutounejo; li gènt grand s'embrasson, e tôuti cridon : « Vivo li

federa 1 Vivo la Nacioun ! A bas Ion tiran ! »

E pièi s'engorgo dins Paris, coume un gau-

dre aboudenfli pèr la raisso, la troupo miejour-

nalo, e ciafis li carriero dôu mesclun de si

rèng quicha e prefound, bàrri de car se rouis-

sant à l'assaut de la reiauta, dins Ion tram

d'infèr de si tambour e di milo voues ourlant

li tant revouluciounàri: «Vaqui que la troumbo

desbouco sus la plaço de la Bastiho coumou-

lado de mounde. En fasènt un remoulin es- fraious emé la foulo que Ion seguis, Ion ba-

taioun s'entrauco, tuerto, desfounso la poupu-

lasso quichado coume graniho dins l'àrri;

li

rouino de la Bastiho soun clafido de gènt que

cridon, brassejon, picon di man ; sus li muraio

en demoulicioun, sus li mouloun de gipas e

de massacan, sus li fusto

de fié contro li

Marsihés, ajuda pèr Ion mi-

cargavo soun fusiéu. Mai

subran d'uno pis-

soun jouine mèstre,

emé la Jaca-

e li saumié, sus li

bàrri creba, li tourrihoun descourouna, i fe-

chant Surto que ié

d'espeiandra, de

let, en anant dôu

tirasson i

Surto es un traite; brulo

touletado la cervello à

nèstro esbadarnado, duberto i quatre vènt de

la liberta, tôuti li tèsto se tocon coume lis age d'un rasin negre ! »

Pascau de la Patino, alor Ion pichot Pascalet

dins si sege an, a fugi soun

vilage de Malamort

ounte soun paire, un paure pacan, vivié dins

la misèri e l'esclavitudo,

secuta pèr Ion mar-

qués d'Ambrun e Ion meichant Surto, un ale-

mand qu'es gardo-casso dôu marqués. S'en-

vèn en Avignoun, e i' arribo quand Ion pople

vèn de se revôuta contro l'autorita dôu Papo e

dôu Vice-Legat, e festejo sa reünioun à la

Franço. Rescontro d ns la vilo un brave ome

de bregadié de la gardo naciounalo, Vauclar, e

s'engajo em' éu dins lou bataioun marsihés, li

Rouge dôu Dliejour, entre que desbarcon

en

Avignoun. Li retrouvan tôuti dous à Paris, encô

dôu menusié Planchot, un ancian coulègo de

Vauclar, aro establi dins la grand vilo,

chot ié douno la retirado em' à Lazuli, la femo

e Plan-

de Vauclar, qu'es vengudo rejougne

i' adusènt soun droulihoun Claret em' Adelino,

son ome,

la fiho dôu marqués d'Ambrun, qu'a sauvado

dis arpo de la Jacarasso, uno tripiero

avignou-

nenco que menavo Adelino à Paris pèr l'escou-

tela. Coumprenès que l'oustau de Planchot es

lèu clafi, talamen que li lié defauton, e

qu'Ade-

lino dèu s'ana jaire dins uno guihoutino

dudo pèr sôu e garnido de coupèu de bos, uno

e s'enfugis. Lou retrouvaren

rasso, au mitan

di « chourmo de sacamand gardo-naciounau, de femo

que pihon lis ous-

palais, trason li moble de-

rescountran pas, dis Pasca-

castèu à la caserno, que

embriagado, enlissado,

tau, li glèiso, li

fo: o. Quant n'en

presoun, liga coume de voulur,

gènt de la noublesso,

mita mort de pdu, de

de capelan, de

tre anti-patrioto,

gros bourgés, souspèt d'ès-

o qu'estènt pas au cour-

respetous de

rènt di causo se dison encaro

crida Vivo la Nacioun 1 pièi,

Mai, éli, fan bèn

escafon sa vergougno de

qués, Ion comte, Adelino

li bën de la famiho d'Ambrun.

janço privado atrovo

dins li grand treboulun di

e Pascalet an pouscu

soun rèi e de sa rèino !

que nous an fa passa pèr li bregand

de

Li Rouge dôu Miejour,

di galèro

Touloun, nous sarian countenta de ié faire

passo que t'ai vist.

qu'emé Ion sang dis aristô

nous agué leissa

e li Dre de

quàsi tôuti soulet sauva la Patrio

l'Orne. » Surto

la marqueso d'Ambrun

e la Jacarasso soun liga 'mé

pér faire peri Ion mar-

e Pascalet, e rauba

Ansin la ven-

souvènt sousto e ajudo

nacioun. Adelino

se sauva ; elo tourno en mourgo ; éu, maucoura

que seguis-

marsihés, vôu se

rampela lou tam-

esten- Prouvènao e ié devèn

pèr lis assassinat e li raubadisso

son la vitôri dôu bataioun

nega en Sèino, quand entènd

l'Empèri.

di quatorge guihoutino que li Jacoubin an

coumandado au menusié. Ignourènt en dequé

pôu servi aquéu moble estrange e incouneigu,

Adelino

i'

escriéu soun noum sus uno di

barro, pèr garda remèmbre di crudèus auvàri

de sa vido. Mai li Rouge dôu Miejour soun impaciènt de

douna l'assaut, mentre que

li

Parisen, loti

Maire Pétion, Ion coumandadt de la gardo na-

ciounalo Santerre, trantaion entre ion pople e

Ion rèi, negouciant emé li dons partit,

jougne en fin de comte à-n-aquéu

pèr se

que sara

vincèire ; li seicioun de la gardo naciounalo

parisenco emé Santerre « an resta touto la ma-

tinado aqui, liuen dôu castèu, mai pamens à

pourtado, l'armo au pèd, esperant la fin dôa

coumbat pèr se decida de nous baia la man o

de nous toumba dessus Ion casaquin,

segound

que sarian triounflant o que sarian vincu. Aro,

vesènt Ion trone abouli, loti castèu arrouina,

lou rèi presounié dôu pople, nous vènon à

l'endavans, nous fan bèu-bèu, an tôuti

foulo cridon : Vivent les Marseillais !

Car es li Rouge, e li Rouge ddu Miejour,

si capèu

au bout di baiouneto e nous aclamon, emé la

qu'an

triounfla dins la fourmidabto bataio d'avoust,

que Pascalet i'es i proumié rèng, entre li mai

valènt et li proumié qu'intron dins li Téularié

counquistado. Lou pichot federa a vist Ion

comte Roubert, Ion fiéu dôu marqués d'Am-

brun, faire d'uno fenèstro dôu

castèu Ion cop

bour que sono li

trio en dangié :

tôuti li gràndi guerro de la Revoulucioun

voulountàri pèr apara la Pa-

s'enrolo dins l'armado,

e fai

e de

campagno, Pas-

plaço, de la Re-

pleno de

Revengu à Paris entre dos

cau mountavo la gàrdi sus la

vouci3un. A-de-rèng,

li

carreto

coundana à mort s'arrestavon davans

houtino. Enfin uno arribo,

la gui- cargado soulamen

moustra

de dos femo e d'un ome, e Pascau estabousi

ié recounèis la marqueso Adelaïdo, la Jaca- rasso e Surto. « Alor iéu vole ié

pole sourti

parla, ié re-

proucha tôuti si crime, mai noun

uno paraulo ; n'ai que la forço de ié

dôu det amoundaut

Ion coutelas lusènt. Tôuti

e la Jacarasso,

subran

tres au cop, Surto. Adelaïdo

ausson lis iue, e tôuti tres li baisson

emé terrour ; la marquesojito un crid etoumbo sus si geinoun, iéu meure requiéule espaventa !

Noun es la visto dôu

coutèu que nous a pala-

fica ! Avèn legi amount sus la travèsso un

noum que crido venjanço: Adelino !

« Tres cop Ion coutèu a davala. Tres

cop

sourne an clanti. Tres tèsto dins

parpelejon e mastegon Ion rassun. »

Èro la guihoutino

lon lié improuvisa

avié escri soun noum,

la banasto

déu menusié Planchot,

d'Adelino, mounte la chato

que servié de toumbèu courriplouta sa mort.

i tres miserable qu'avien

BMVR - Alcazar - Marseille

Sus aquel image d'ourrour e de justiço s'a-

lou raconte

de

Pascau de ta Patino.

counèisse gaire

que m'agon autant pi-

cabo

N'en

vela. Lou nouvèu libre dôu Capoulié nous des-

v2lo dins soun pieu l'amo miejournalo, arde-

rouso e generouso, e jito uno nouvetlo lus,

lis evenimen de la

e la lus de la verita, sus

Revoulucioun. Un cop de mai s'es verifica Ion

Sic vos non vobis dôu pouèto. D'ùni an trima,

d'àutri an aprouficha. Aquéli an tenta de

roumpre lis antiqui cadeno ;

aquésti n'an ra-

baia li tros e tourna-mai lis an fourjado. Pèr

malastre acô s'es couneigu trop

li counsequènci dôu coumbat

esclargi la

tard, e fauguè

d'avoust pèr

« Urousa-

si coum-

pan dôu bataioun de Marsiho :

men sian pas tucle. Acô 's bèn li Parisen,

visto à Pascalet e à

nous disèn entre li dènt; aro qu'avèn dubert

la porto, éli voudran intra proumié, aro saran

mai revouluciounàri que nautre; moussu

Santerre, qu'avié toujour uno espino au pèd

quand falié faire avans,

fara soun arca-

aro

vot, e veirés que

deman sara éli qu'auran

Errai que

Es bèn verai de dire

Paris

i'a leu germe, emai loti

Jùli itounjat.

sauva la Patrio e abouli Ion tiran

pièi degaion pas tout !

que la Franço es uno bello frucho e que

n'es Ion meseioun :

verme!»

LOU SAUTO-ROUBIN

Au bon paire prouvencau Savié de

(*)

'ourviero.

Nous vaqui arriba à la fin de l'estiéu : aro que tout es

acaba, aro que li

meissoun daurado e li meissoun cre-

mesino soun facho, leissas que vous conte quicon, que

mes vengu aièr dins la membri, e que m'a fa bela e

pantaia Ion bèu tèms de ma vido d'enfant !

Quand ère pichoutet, moun paure paire amavo forço

de m'adurre dies soun saquet, Ion vèspre quand s'entour

navo de si vigno, de galànti pichbti bestiolo que ié disien :

deparpaiolo, desauto-roubin. Oh! coume èro roujola rau-

beto que la Santo Vierge avié cargado à la parpaiolo, un

jour qu'à Betelen escalavo sus la bouqueto de soun pi-

coume èron viéu li saut que fasié

Ion galant sauto-roubin, emé sis aleto negro. quouro en

Ion revirant sus soun esquino fasié cra !

E zôu ! boum-

chot nistoun !

Oh !

bissié 'n l'èr ; e nàutri, lis enfantoun, car pas-pulèu que

sourtiéu pèr

moun paire m'adusié quicon ansin, zôu !

pèr Ion moustra à mi cambarado, oh ! coume erian es-

meraviha di poulit cri-cri, di piehôti luseto o bèn di

grihet

Tant jaiet !

E pièi à la vihado, quand nous erian proun amusa, zôu!

de questionna, zôu ! de demanda : « Mai coume vai que

Coume

vai que i'apellon leu sauto-roubin ? » L moun brave ome

de paire, que sabié acô de cor, nous debanavo alor ço

que vous van counta :

sauto ansin ?

l'an belèu coupa lis esquino !

l'a long-tèms, long-tèms

quand Ion bon Diéu aguè

di à noste proumié paire Adam de laboura e de fouire la

(') Le Taupin en francés.

17 FUIETOUN DE L'AIÔLI

ESCOURREGUDO

EN

ANGLO-TERRO

La plueio s'avanço : toumbo de gouto ! A founs de

trin travessan un grand bos ounte branquejon, crese,

téuti li meno d'aubre de la creacioun. Oh ! li bèus au-

bre! Aro plbu de-bon

lido que verdejo entre si ribo tepouso. Es un tablèu

d'oumbro e de frescour

tôuti li tèms.

XXXII

Bigressioun sus l'anglés, leu francés e Ion

prouvençau.

Miejour. Sian à Carlasle o Carlisle, coume es escri.

Mai lis Anglés prounéuncion Carlaite, Vai t'en cerca !

Plbu. souleio, vènto, fai

Passan sus uno ribiero pou-

1

L'AICÔLI

terro, aqueste s'enanè dies un grand rode mounte i'avié

touto meno de bestiàri. Tout aci) èro aqui que marijavo,

pasturgavo sènso se l'aire de man, car fau vous dire, mis

enfant, que d'aquèu tèms li lioun e li tigre arnavon pas

la car

Adounc, quand vaguèron veni Arlaut vers éli,

s'avancèron e ié venguèron dem inda ço qu: ça lun devié

faire

pèr coumanda tôati lis animau, ié venguè : « Eau que

n'i'ague de vautre que rn'aju:lon à fatura la terro e d'au-

Aquéli que volon veni

tre que me servon de biasso

Aquest, que loti bon Diéu avié mes sus la terro

emé iéu, que vèngon ;

lis apararai e li farai manja. »

Mai n'en venguè tant qu'Adam ié veguè plus. È Ion

bediga se pensé : « Liogo, iéu, de li manja éli, sarié éli que me manjarien iéu ! Adounc fau lis esclargi. »

Em' acb venguè : «Vole rèn que li chivau, lis ase emé

li bibu pèr m'ajuda ; li peissoun, lis aucèu, li cabro e li méutoun, serviran pèr ma biasso. »

Goume devès Ion vIér', n'en restè encaro uno bello pa-

coutiho qu'avien ges d'obro, e tout acb venié : « E iéu ? e iéu ? dequé farai ? »

- «Vous-autre, farés ço voudrés + rabequè Adam, e lis

embandiguè. A parti d'aqui, ço que sarié esta d'ajudo pèr Adam, ié serviguè d'entravadis. Lou lioun amè la

car, Ion loup, ion reinard e lis autre, mangèron plus loti

margai

- E leu sauto-roubin ?

- Atendès, mis enfant; ié sian. » E moun brave paire

qu'avié fa'sprès de faire dura la sourneto pèr que la som

nous prenguèsse, en vesènt que leu Pichot-Ome nous

arrapavo, venié, en s'entanchant pèr acaba :

«Pamens

Adam s'enanavo entaula soun galant chivalot au coutrié;

mai voici qu'au bout de sis artèu, car avié li pèd nus, un

pichot bestiàri negret s'esquichavo pèr poudé escala à si

cambo. Adam loti couneiguè, e de sa voues douço ié

venguè

- Dequé vos, moun pichot roubin ?

- Iéu, vole saupre ço que dève faire sus la terro ?

- Tu, roubin, moun bèu, respoundeguè Adam, sau-

taras

,

E aro, lèvo-te lèu de moun pèd, qua poudriéu

t'escracha

An, d'aut ! lèvo-te, e sauto, roubin

! »

Fuguè sauto-rcubin, e dempièi l'es encaro.

Setèmbre 1896. - Bèu-Caire.

LIItèaI licrt;.lr.

IADAMO DE SÉVIGNÉ

1110umavage (l'un felibre à Grignan

à l'ôucasioun dôu segound centenàri de sa mort.

(SEGUIDO)

XV

Francés I, e Margarido de Navarro à, Grignan. -

Record de soun sej our.

- La terrasso. - La prado

dis Autagno. - Au moulin de l'auro. - Rocho-

femo-coulosso. - La Montgobert.

Courbiero. -La

- Lou panié de cacalauso.

- « Elle est toujours affectée de ce qu'elle

dit et de ce qu'elle raconte ; elle peint comme

si elle voyait et l'on croit voir ce qu'elle peint.

Rien n'est égal à la vivacité de ses tournures

et au bonheur de ses expressions. »

(LA HARPE.

- «J'espère aller une autre année à Gri-

gnan ; c'est une de mes envies de me retrou-

ver dans ce château avec tous les Grignan du

monde; il n'y en a jamais trop. J'ai un sou-

venir tendre du séjour que j'y ai fait, »

L. DE VICHY, 4 juin 1676.)

En l'an 1533, dins la proumiero quingeno de nouvèm-

bre, loti rèi Francés 11, tournant de Marsiho, ounte venié

de s'abouca orné Ion Papo Clemènt VII, ouncle de

es ansin. Pèr éli, first es feurst ; lady es lèdé , how

es èu ; town es taure ; side es saide. I se prounôuncio de-fes coume eu dins Jeuse, coume ai o coume e. En

verita i'a de que ié perdre la tremountano. Quau s'i-

maginarié pèr eisèmple que carriage se prounôuncio

carrige9 que lou noum dôu cardinau Vaughan se

prounôuncio Vôn ! Aquelo tubo !

E pamens, jargoun que jargoun, l'anglés, sus li

bouco di gènt veramen dôu terraire, musiquejo ar-

mounious. N'es ansin de touto lengo parlado pèr

aquéli que i'es naturalo. Ansin n'es dôu francés parla

pèr li Franchimand de Paris, de Versaio, de Tours e

àutris endré de la Lengo d'Oui. Aquéli-d'aqui an li mot

que s'endevènon, an l'acènt vougu, l'tc:atounacioun bèn en raport. Es un delice d'entèndre parla francés à-n-aquéli gènt, subre-tout is enfant. Se sènt qu'acô

es de francés chanu, vertadié, naturau coume Ion

bon vin de nosti vièii souco ; es pas cou me loti jargoun

abouminable de nosti pasto-mourtié de francihot d'A-

vignoun, d'Arle, de Marsiho e de-z-Ais.

qu'en Prouvènço, leu francés parla

Coume vai

meme pèr li moussu, li capelan, enjusquo pèr li lite-

ratour, es quasi toujour de marrit francés, de francés

bastard e dins li mot e dins l'acènt !. - Boudiéu ! n'i'a que van avé uno bravo maliço, quand legiran

Catarino de Medicis, qu'èro questioun de faire prene au

Du d'Ourleans, fiéu cadet dôu rèi, s'arrestè dons o tres

jour au castèu da Grignan, qu'abitavo alor lou baroun

Louis Adhemar. I'avié cm' éu, couine escorto ufanouso,

bon noumbre de personnage de la court. sèns coumta la

rèino, errai la trop famouso autour de l'Heptaméron,

Margarido de Navarro, sorre dôu mounarco. Or, d'aquéu pansage, d'aquéu sejour reiau, d'aqueleve-

nimen Ion mai marcant e loti mai estraourdinàri, que

n'es resta ? Quasimen rèn ;

uno deliberacioun di sendi

de la viloto ourdounant d'avanço is abitant de s'aprou-

vesi pèr la circoustànci : de pan, de vin, de civado, de

fen, de paio, de bos, d'bli, e de touto autro mono de pi-

tanço necito ; orné tambèn que sarié fa presènt à Moun-

segne de Grignan, i frès de la coumuno, d'uno dougeno

de capoun, de dons môutoun, e de sièis sestië de civado.

Pièi, en remembranço bossai d'aquelo

gué coustruicho, au castèu, segound lou plan de Man-

vesito, quand si-

- aquéu de la

- s'apelè :

« la

sart, l'alo di Prelat,

Ion grand saloun

chaminèio pintourlejado e armariado

salo dôu rèi. »

E vaqui tout.

De Madamo de Sévigné, au countràri.

es pertout que se

remèmbro Ion passage

Es verai que sus la terrasso,

veni s'esp.t-

eisistavo pancaro :

après,

la Margarido di lIargarido noua pousquè

ceja ;

la glèiso de

Sant-Sauvaire

siguè bastido, pèr Jan Delauche, qu'un parèu d'an

de 1535 à 15'9 ; e, pèr counsequènt, la terrasso, qu'es

loti courounamen incoumparable dôu

tavo pas noun plus ;

drecho fourmavo un degoulbu esfraious, dangeirous à- n-aquéli qu'au bord ié sarien vengu pantaia.

à sa plaço, la rancaredo nuso e

mounumen, eisis-

La noblo Marqueso, elo, siguè mai fourtunado. D'aquelo

terrasso unico au mounde, d'aquéu bescaume

meravi-

hous, jouïguè; èro soun rode de permenado favourit,

coume de sa fiho, d'abord que s'estènt, parèis, abôusou-

nado, e devengudo impraticablo, ié disié :

« Ne faites-

vous point rétablir votre terrasse ? Gette ruine me déplaît et vous ôte votre unique promenade. » (L. 3juillet 1675.) Pèr espiricha lis enviroun, aqui campavon lo bello lu-

e que

neto que l'abat de Grignan avié aducho au castèu

pourtavo à dos o tres lègo. En la virant dôu marrit bout,

aliunchavo li fachous e lis ahissable d'eitant :

aquéu sis-

e Ion

tèmo qu'elo-meme avié atrouva la rejouïssié forço

recoumandavo maliciousamen à sa fiho :

cc Quand on se

n'y a

trouve bien oppressée de méchante compagnie, il

qu'à faire venir sa lunette et la tourner du côté qui éloi-

gne. »

Foro bàrri, avion, li nbbli castelano, dons àutri rode

preferi pèr si permenado ; loti dis mai :

Rochecourbière, la terrasse et la prairie. » La ter; asso, ié sian, e n'avèn adeja parla.

« Je ne vois que

La prado en questioun es proubablamen tout aquéu

large de pradarié qu'apellon lis Autagno,

e que s'aplano

dôu cementèri enjusquo à Rocho-Courbiero. Autri-fes,

èro, coume li baisso di Marsencho de l'Estang, de l'Es-

tagnbu, de Bossas, rèn que de lono, de gabin, de

naio inculto e mau-sano. Es Ion baroun Louis Adhemar

palu-

que faguè assani, cultiva e apradi tout acô. Mounte li

jounquié aboundavon, se recourdé, à barrihoun, de bono

pasturo pèr loti bestiàri ;

e mounte li pescaire d'iruge

s'avastavon en gafant, escursa enjusquo i cueisso, li bèlli

damo dôu castèu se permenèron en

sus li flour, urouso d'èstre, pèr éli, trapejado.

pantouflo sedouso,

Darrieramen, anère au quartié de

Vaurias que s'apello

veguère poun-

: « Es

e, m'aproun-

leu Moulin-d'Auro. A ras d'uno sebisso,

fanfan sus li auriho, Ion jougne

dela, aussant, de la man drecho, sa bello

cheja uno tèsto d'estatuo couifado estranjamen

pas uno Santo Vierge acô ! » me soungère

chant,

;

cri efèt, veguère uno dono en grando teleto, li

un pan bas descour-

raubo broudado

à l'orle, pèr la pas chaupiha.

eiçb ! - Coume vai ? vous tourne à dire. - Vai que

leu francés, en Prouvènço,

es uno lengo apresso dins

naturalo, espelido dôu

uno lengo de counven-

e pouèto

li libre ; noun es uno lengo

terraire. Vaqui perqué sèmblo

cioun. Forço journalisto, forço literatour

déu Miejour - e n'i'a tout un fourniguié - s'imagi-

non, macastin ! de bèn escriéure loti francés. Pèr

bèn

escriéure uno lengo, fau viéure dins loti mitan ounte se parle bèn.

Paris inoundo la Prouvinço de

si libre, de si jour-

engaugno Paris ;

nau. La prouvinço, bestiasso qu'es,

mai tout soun jargoun n'es qu'un

engaugnage, n'es

rèn de naturau. E pamens, èstre naturau acô 's tant

bèu, acô vai tant bèn e agrado tant

Escoutas li prouvençau,

aquéli dôu pople e de la

: mai es aboumina-

bourgesié, quouro parlon francés

ble! Sono faus

Tre que se bouton à parla prouvençau,

en-tant-lèu l'auriho es plus blessado. Perqué? pèr ço-

qu'es uno longe naturalo i

l'autro n'es qu'uno imitacioun.

bouco que la parlon, e que

Vès, uno imitacioun vaudra jamai,

siegue en parla-

duro, en pinturo, en esculturo, vaudra jamai l'ouri-

ginau.

BMVR - Alcazar - Marseille

Just Ion mèstre de la font, - car èro sus uno font qui- hado l'estatuo - s'atrouvè aperaqui.

Qu'es aquelo poulido estatuo qu'avès aqui? ié fa-

guère.

- Es Madamo de Sévigné

- Ah!

aquelo de Grignan, sabès?

coume vai que l'avès croumpado ?

Nous l'an baiado ; un vesin que l'a facho ; i'a adeja

un trentenau d'an ; es un escultour sus la pèiro, dôu-

1naci. E perqué l'a pas facho encadierado, coume aquelo

qu'es sus la font de Grignan ?

Vesès pas que passejo

dins soun jardin, o dins la prado, e qu'es pèr acô qu'au-

- A miés ama la faire ansin

bouro sa raubo?

ansin.

Parèis qu'amavo forço de se permena

- Quau vous l'a di ?

- Li libre fou dison

»

E m'enanère pensatiéu e rejouï d'aquéu bon rescontre.

0. li libre fou dison, qu'amavo à camina dies li prado

eigagnouso, meure à ié garda fou bestiàri coume uno

pastresso, o à ié vèire vira fou fen.

- «Je me suis mise dans la rosée jusqu'à mi-jambes,

pour prendre des alignements.

- « Je suis ici (à Livey; toute fine seule. Nulle compa-

gnie ne me tente ; je veux me vanter d'être toute l'après-

midi dans cette prairie, causant avec nos vaches et nos

moutons .

- Vous savez qu'on fait les foins ; j'envoie dans cette

prairie, que les poètes ont célébrée, mes gens faner. Sa-

vez-vous ce que c'est, faner ? Il faut que je vous l'ex-

plique : faner est la plus jolie chose du monde, c'est re-

tourner du foin en batifolant dans une prairie ; dès qu'on

en sait tant, on sait faner

»

Es ansiri qu'aquelo grando damo, qu'à la court dôu

rèi fasié tant bono figaro, entre bouta fou pèd au champ,

devenié païsano. Disié à Paris « mon faubourg St-Ger-

main » e à soun castèu de Bretagno « mon mail, mes bois»

emé la memo eisanço.

Lou tresèime rode frequenta pèr elo enca mai que lis

Autagno, es Rocho-Courbiero, rocho di corb o courpatas.

Es uno baumo fresqueirouso en meme tèms que sôuvajo

e forço agradivo, mounte la bello marqueso se gandissié

soulo, de fes que i'a, mai fou pu souvènt acoumpagnado ;

car li castelan i'anavon faire pauseto quand s'espaçavon

en troupo is enviroun de Grignan. S'atrovo au bèu bout

de la coulino de la Gareno que s'estiro, au tremount, en-

jusquo i Blacho. de-vers la tourre negrasso e escambudo

de Chamaret-lou-Maigre, à-n-un quart d'ouro de la viloto.

La traço dis embelimen e di travai que Madamo de Gri-

gnan ié faguè eisecuta, pèr n'en facilita l'abord, n'en

graciousa fou sejour, se recounèisson encaro. Au mié dè

la floto d'aubras vièi que l'encabanon e que se duerbon

en pourtegue, se mounto, pèr quauquis escalié, au re-

planat de dessout la roco ; pièi, de chasque las, la prou-

menado s'estiroen raountado douço. A man dèstro dôu

bans, s'atrovo uno autro baumo pus estrecho, Es aqui,

dison, que la bello Marqueso venié escriéure.

léu ai vougu tambèn, un jour, ié pantaia d'elo.

A ROCHO-COURBIERO

Au rode mounte s'assetè

Siéu vengu sista'no passado

Aquelo ramo, vuei bressado

Dôu vènt, elo antan l'escoutè.

Soutaquest ro leprous istè

Touto soulo emé si pensado

Eicito mangé de brassado

Sa fiho caro : n'en vos ? tè !

Pèr li grand roure embarria,

En aquest site, sèmblo, i'a Enca 'n perfum de sa bello amo.

La font, l'aureto, lis aucéu,

Babihon de la noblo damo

Sout fou ro, sublime arcounsèu.

Rocho-Courbiero 1896.

XXXIII

Dumfries : un anelan evescat di fléu de S. Nourbert.

-A travès palan, séuvo e mountagno.

Tout en escrivènt au creioun, sus un troc de pa-

pié,

li refleissioun d'eici-dessus, m'avise que l'ouro

de la partènço es arribado. En routo !

De Carlisle à Dumfries, l'on ribejo l'Oucean un bon

moumen. E noun se vèi que terro palunouso ounte,

au mitan dis ourse e dis engano, verdejon de sagno e

de jounc. Peraqui, pereila, de bibu pichoun, negre

coume nôsti camarguen, vanelous e palot, caminon

qu'an l'èr de se langui.

Dempièi uno passado, nous capitan en Escosso.

Pais sourne e tristas à vous douna la vanello, la ma-

lancounié.

Dumfries se mostro bèn lèu, à travès fou fum es-

Pés de sis usino. Aqui demoro l'evesque de Candida

Casa, Mounsegne Turner, sucessour de noste B. Pairc-

Adam, fou premoustra. Au Mejan-Age, èro un evescat

nostre : sèmpre un enfant de S. Nourbert que i'-ôucu- pavo la cadiero pountificalo. Acb duré peraqui enjus-

quo à la bourroulo uganaudo. A moun retour, tè, me

i'espaçarai un moumen pèr ié saluda fou sucessour

de noste Benurous Adam.

L'A 1Ô L1

Lou baroun de Salamoun, en quau

aquéu sejour apar-

que co qu'èro

tenié finalamen, l'a fa enta miés arneinaja

à tèms passa, e l'a baia - emai fou doumaine de la Ga-

reno - à la coumuno de Grignan, coume fou

porto uno

lauso de mabre blanc encastrado dins li paret de la roco

que sousbaumo. Sus aquelo lauso, couine pertout

marcant, lis arlèri e n'i'a 'orço

de s'esclapa la tèsto, pèr ié gratusa soue noum

guiero sôuvajo, qu'a si racino en l'èr dintre la roco, i'oum-

brajo de sa ramo aquelo iscripcioun :

i

lié

- escarlimpon, à mand

[Jno fi-

LA GROTTE DE ROCHECOURBIÈRE

A ÉTÉ DONNÉE A LA COMMUNE DE

GRIGNAN PAR M. LE BARON SALAMON

LE 20 NOVEMBRE 1837

A

M. LE BARON SALAMON

LA

COMMUNE RECONNAISSSANTE

Madamo de Sévigné n'en fai mencioun, d'aquelo fi-

guiero. Lou pus agradiéu de tout es

- coume aigo

de roco - emai un brigounet ferruginouso, que degouto

sèmpre, coume se blasinavo, dôu roucassas sôuvage, le-

prous e fura, tout moussu à-n-aquéu rode, dins un ha-

chas que vèsso, ounte tôuti li quinsoun dôu quartié vènon

pamens pas elo,

mai aquelo aigo estremamen lindo e fresco

béure, e mounte refrescon si gavai li roussignou

que ié

fan fou councert fou pu delicious que se posque imagina.

Dison qu'un bedigas de pastre, un

d'aquelo

mousso qu'es au ro agripado, e que dempièi fou blasin

es mens aboundous.

viage, emé soun fouit,

tros,

emé de

caiau, n'en faguè toumba 'n

Au printèms, de la suco dôu ro, pènjon lis amarèu

blanc e li courouniho jauno, en flour, coume de cabela- duro d'argènt e d'or, ounte li verbouisset mesclon si grau

de courau. L'èurre s'envertouio i pège

roure e dis éuse qu'oumbrejon lis enviroun de la baumo

creta e negras di

e que i'entre-tènon un misterious silènci de tèmple,

rendu enta mai founs e meditatién pèr fou blasin mou-

la

ramo, lôugié coume de frustamen d'alo. Ah ! fou brave rode ! e coume fai bon se i'espaceja uno

brigueto ! liuen dôu tarabast e dis ànci de le vido, l'es-

prit e loti cor plen d'aquelo qu'antan se ié coumplasié.

noutoune de l'aigo e li souspir dôu ventoulet dins

Es pas toujour tant siau Chasque an, Ion dilun de Pasco,

se ié fai uno voto, ounte se vèn,de pertout is enviroun, se diverti, béure l'assiette à la Sévigné, o àutri drogo, musi-

queja, conta, dansa, fringa, que sabe iéu mai ! Arc, li

sounjo-fèsto l'an bello ! n'i'a plus que pèr éli.

Pamens d'acb s'escalustrarié pas la noblo damo,

que

lis acamp e li rejouïssènço poupulàri amusavon, e bes-

sai que, se vivié encaro, tant ié vendrié faire un tour :

« Nous avons été voir à la foire une grande diablesse de

femme, plus grande que la Riberpré de toute la tête

coume vesès

ple, dins aquelo creaturo tant aristoucratico pamens,

; elle

accoucha l'autre jour de deux gros enfants qui vinrent

c'est une grande femme

de front, les bras aux côtés :

tout à fait. »

Li barraco de fiera di femo-coulosso ié fasien pas pbu,

I'avié un pichot cantoun d'amo dôu po-

Ei soun souveni qu'a counsacra. aquest site e i'a atira

ié revèn à Rocho-Cour-

biero, dins si letro à sa fiho que i'anavo, elo, souvènti-

fou mounde. Souvènt, en efèt,

fes espaceja, d'ouro de tèms, soun indoulènci. e esvaria

soun pegin, que i'anavo manja meme e ié baiavo de fèsto

campèstro, de jour errai de niue.

« Vous m'écrivez de Fochecourbière ; la jolie date !

la

jolie grotte ! que vous êtes aimable de vous y souvenir de moi et de m'y regretter. » - Ah ! que j'aimerais à souper à Rochecourbière ! »

Parèis que Madamisello

de Montgobert, damo de

coumpagnié de Madamo de Grignan e sa couifarello, se

i'èro un jour - sabe pas perqué

- rebifado contro sa

Tres qu'art d'ouro d'arrèst e partèn mai. Nous va-

qui en plen païs roucassié. A travès de gorgo founso

nous enfilan : à drecho, à gaucho, de mountagno

auto, auto ! Pèr èstre de mountagno, si ! que n'es, de

mountagno. Quénti baus ! Soun taia dre, e s'enaus-

son que n'en vesès pas la cimo. Uno fourèst espessso,

sournarudo, emé d'aubras sarra pège contro pège,

entre -mescla branco dins branco Emé la vitesso dôu

trin, es l'efèt que vous fai. Lou soulèu a pas l'èr de

i'ana souvènt,dins aquéu bos de sournuro e d'ourrour.

Tre-

van li cimo, aro. Souto nôsti pèd, es de gorgo, es de

valounado, e de bos e de riéu, e d'estang e de lau.

Vèn pièi un rode que fou païs se relargo ;

E mountan sèmpre ! Mounto que Inountaras !

vèn en

quasimen, emé quàuqui mounto-davalo de

plano

mountagneto gènto abihado de verd. Davans fou trin

que passo, que fumo, que reno, que siblo, hbu ! de

troupelado de fedo patusclon, esfraiado.

E vaqui un lau tranquilas que s'espandis, e tout à

l'entour noun vesès que de bauco e de bauco, jauno

coume lis estoublo. Quàuqui rai de soulèu chanjon en

or la jaunuro di bauco, fan bluieja li mountagno e

semenon de paiolo d'argènt sus lis aigo dôu lau. De

sesperarié fou pincèu d'un pintre. Sian coume acb à barrula dins li mountagne, sus li

3

mestresso': i'avien agu un péu, coume se dis. Aquesto

l'escriguè à sa maire, que l'ameisè d'abord elo em' un

biais amirable e amatè la Montgobert d'uno soulo fraso

maliciouso. Tout fou rode es à cita:« Vous m'avez fait un

grand plaisir de parler de Montgobert : je crus que votre

bon esprit aurait tout apaisé. C'est ainsi que vous devez

toujours faire, ma fille, malgré tous les chagrins

passa-

gers : le fond de Montgobert est admirable pour vous

, le

reste est un effet du tempérament indocile et trop brus-

que : je fais toujours un grand honneur aux sentiments du crrur; on est quelquefois obligé de souffrir les cir- constances et dépendances de l'amitié, quoiqu'elles ne

soient pas agréables. J'enverrai, un de ces jours, à

Montgobert de méchantes cluses à soutenir à Rochecour-

bière; puisqu'elle ace talent, il faut l'exercer. »

Parèis qu'acô faguè efèt, d'abord

dis :

modement : il me paraît

ble de la séparer de vous

le fond, et que

et de brouillards. »

Quàuqui fes la Montgobert

damo de Grignan. Un viage,

Grignan èro intra au bal

que, la letro d'après,

« Montgobert m'écrit des merveilles de son racom-

que désormais rien n'est capa-

; il me semblait que je voyais

c'était dommage qu'il fut couvert d'épines

(L. de Paris, 30 aoùt 1680.)

servié de secretàri à Mai

escriguè que Jou Comte de

« la gueule enfarinée », ma-

coumprenènt que fou mot èro trop groussié, escafé gueule

tant judi-

ciousamen la Marqueso, que soun founs èro meiour que lis aparènci.

e meteguè bouche; ço que provo, coume Ion dis

E me disié, la bono Souf[o S.

., qu'es de Grignan e

dôu meiour mounde,

Courbiero : «Avian uno

de la famouso Baumo

dès an - aro a sièis

un jour que babihavian de Rocho-

vigno, i Blacho, quasimen en faço

Or,

estènt jouino, aviéu belèu

crous emé Ion crousihoun - l'en-

plôugu, anerian à-n-aquelo vi-

acampa de cacalauso. Noste

souto la roco,

talamen èro bagua,

pan de noste de-

deman d'un jour qu'avié

gno, emé ma sorre Neto,

Quand pièi venguerian

panié siguè lèu cacalucha. Lou pourterian

e nàu tri, que semblavian dons loup,

s'enanerian pu liuen, manja fou tros de

j una tout en sautrihejant

e foulastrejant coume de cabret.

pèr cerca noste marrit panié

enca proun bon -

de ferno. La

tout trauca - pèr de cacalauso èro

entende:ian un chafaret d'avoues d'orne,

« Boudiéu ! me diguè

panié !

Vai-ié tu, se vos.

Baumo èro envahido pèr uno soucieta noumbrouso de

bèu moussu, de gràndi damo

Neto, iéu ié vau pas, querre fou

- crese qu'èro d'anglés.

- Oh ! iéu me fai rèn. »

E, proun un pou crentouso,

l'anère querre à la despa-

chado. Alor un d'aquélis estrangié,

parèisse tant lestamen moun mourrihoun rose e ma raubo

vesènt parèisse e des-

touto bagnado, faguè: «Nous faisons fuir les naiades. »

Emai nautre, descampen lèu d'eici,

proun babiha :

l'abéurage, tant pourrian prene, liono

que n'avèn adeja

senoun, à noste aragnèu de cassaire à

de bè-fin, de tar-

nagas.

(A segui)

E. Ilmhort, félibre de A, -D.

A.-B. CROUSILLAT A L. PÉLABON

Souto lei pas dôu tèms tout de;ouelo

e debano,

vano :

pescadou

sadou :

Un mié-siècle a fusa coumo uno oumbrino

Ounte es fou Boui-abaisso i' ounte lei

Que de sei pèis esquist n'erian jamai

Castil-Blaze, Jasmin, Leydet, Reyband Camiho,

Azaïs, Gaut, Bellot, d'Astros e Roumanillo,

Achard, Silvy, Dalest, Bourrelly, Diouloufet,

Astier, Truchet, Seymard, Aubert, Viro, Couret,

Mai de trento que vuei la terro maire

escounde?

Ah ! de tant sian belèu plus que touei dons

E zôu ! pesquen toujour, iéu de

Tu, Louiset, qu'as la mar, de pèis foueço

Fasen jusqu'à la fin provo de boueno

au mounde

pàurei barbèu,

plus bèu

voix

Qu sara pas countènt vague quicha l'anchoio ! -

Adiéu, moun vièi counfraire, ami

Urous pousquen nous vèire un jour

qu'ai jamai vist en Paradis !

Seloun, 28 d'avoust 1896.

cimo, dempièi Castle-Douglas enjusquo à Dromore. Aqui anan à la davalado. Darrié nautre s'aliuenchon lis auturo ; e veici qu'à Cretown, vesèn sus la

gau-

cho parèisse tourna-mai fou majestous Oucean, arresta

dins sa furour pèr de mountagno

restanco, lis ancoulo de la terro escousseso.

que soun coume li

A Newton-Stewart, change de ligno. Encaro un

quart d'Ouro, e sian arriba

Lou trin siblo. - Wigtown ! Wigtown ! cridon lis emplega. Es eici que m'arrèste. E me vaqui bèn lèu

en clastro, vers noste Paire Mourgue.

XXXIV

Lou municipe de LVigtown.

Ordre

- La messioun de Wi-

thorn. - Ounte nias, o blanc canounge de moun

Dimenche, 13 d'éutobre.

- Triste dimenche, di-

menche sourne, nivoulous, sènso un rai de

Siéu à Wigtown, Ouigtaun coume prounôuncion li gènt d'eici ; siéu à Wigtown, sus aquéu lambias de

terro triangulàri, que sa pouncho s'alongo dins aquéu

rode de l'Oucean, apela Mar d'Irlando. Es l'Escosso

soulèu 1

dins sa majesta tristasso e silenciouso.

(A segui.)

Don Savié de Fourviero.

BMVR - Alcazar - Marseille

NOUVELU ,

1Alèw.

Li fèsto à l'ounour de Florian, de Pasteur e

de Sauvages, soun estado resplendènto e reüssido mai que

bèn. L'inaguracioun, en particulié, d'ôu buste de l'abat

P. A. Boissier de Sauvages, autour dôu Dictionnaire lan- guedocien-français (17156), a agu lou caratère poupulàri

que falié.

M, Enri de Bornier éu-meme presidavo

Pelié :

Après un

maïstrau discours dôu pouèto academician, parlèron M. de

Ramel, Maire e deputa d'Alès, pièi M. Leôunci Destremx,

e pièi Gastoun Jourdanne e Albert Arnavielle au noum

dôu Felibrige. Veici ço que n'a di L'Éclair, de Mount-

M. Gaston Jourdanne parle à son tour. L'ancien maire

de Carcassonne s'est retiré, on le sait, tout jeune de la poli-

tique qui lui avait valu cependant une assez bruyante re-

nommée. Il semble aujourd'hui avoir trouvé sa voie dans

le Félibrige, dont il est un des majoraux les plus distin-

gués. C'est au nom du Félibrige qu'il parle, devant l'abbé

de Sauvages. Il le fait avec une maîtrise à laquelle tout

,'e monde rend hommage et que le publie reconnaît en ha-

Après avoir

chant `son discours de vifs applaudisssements

loué comme il convenait Pieuvre scientifique de l'abbé de Sau-

vages, M. Gaston Jourdanne examine les travaux philologi-

ques qui lui valent aujourd'hui le salut (les

félibres

Il

prend texte de ces travaux pour faire l'éloge de la langue

d'Oc, qu'il exalte en termes magnifiques, p':ur envoyer son

tribut d'admiration aux chefs de la Renaissance méridio-

nale, les Mistral, les Aubanel, les Roumanille, et enfin pour

appeler de ses vieux le jour «où la langue française ne

voyant plus en ennemie la langue d'Oc fraternisera avec

elle sur les lèvres des enfants de nos écoles. » Après cette

déclaration, très remarquée par tous ceux qui ont suivi les

travaux du Congrès d'Avignon, M. Gaston Jourdanne, finit

en saluant l'abbé de Sauvages au nom de Mistral, dont il

est le délégué.

Une immense acclamation accompagne M. Jourdanne,

qui retourne à sa place très félicité par les personnes pré-

sentes sur l'estrade.

ll était difficile de rêver un succès plus complet. C'est

cependant ce qu'a réalisé le majoral Arnavielle, le félibre

si populaire à A lais.

lance dans une improvisation où l'on ne sait ce qu'on doit

admirer le plus, du feu de l'orateur, de sa conviction ou de

Celui-ci, dans sa langue natale, se

son aisance à la tribune et de son charme bon enfant. Toute

l'assemblée s'est levée pour féliciter l'orateur, ce pendant

que la foule lui faisait une ovation enthousiaste. Ajoutons qu'une délégation de félibres était venu assister

à la cérémonie Citons de Nîmes : M. Louis Bard ; de l'é-

cole félibréenne de l'Aude, M. Borel ;

tonin Réal ; de l'école du Parage, de Montpellier, MM. Ju-

d'Orange, M. An-

les Véran, A. Roche fort, E. Delmas, Combalat, etc.

Dans la soirée qui a suivi cette cérémonie, les félibres se

sont réunis en un banquet qui réunissait, dans la grande

salle du casino de l'Évêché, plus de deux cents convives.

M

doyen de la Faculté des Lettres de Montpellier, et à sa

Maurice Faure préside, ayant à sa droite M. Castets,

gauche M. Ausset, proviseur du lycée d'A lais.

Parmi les félibres présents,

citons : MM. Arnavielle, le

dis-

majoral si populaire ; M. Gaston Jourdanne, dont le

cours devant le buste de Sauvages avait été l'événement de

la journée ; A. Blavet ; Gourdou, président de l'école féli-

bréenne de l'Aude ; Antony Réal, Jules Véran, Huon,

C. Brun, Combalat, etc.

Au champagne, après le chant traditionnel de la Coupo

Santo, M. Maurice Faure ouvre la série des brindes, en

exaltant Pieuvre du Félibrige, non sans dire leur fait à ses

détracteurs parisiens. Il fait ensuite applaudir avec enthou-

siasme une magnifique poésie provençale de Clovis Hugues,

que l'auteur n'avait pu venir dire lui-même.

M. Castets, prenant la coupe à son tour, réclame le droit

de parler au nom de l'Université languedocienne, et après

avoir déclaré, en une causerie charmante émaillée de sou-

venirs personnels, qu'on ne saurait trop approuver tout ce

qui peut être fait pour la conservation de la langue d'oc,

termine, avec le plus grand succès, en brindant à la gloire

de F. Mistral.

A M. Castets succède M. Gaston Jourdanne, dont le brinde

très littéraire soulève de vifs applaudissements. Mais voici

qu'une immense acclamation retentit de toutes parts, au-

L'AibLi

tant de la salle du banquet que des tribunes surplombantes

oit la foule, qu'on avait laissé entrer, s'entassait : c'est M.

lève. Avec cette familiarité entrainante

Arnavielle qui

se

qui le caractérise, il fait l'éloge de son ami d'enfance, M

Maurice Faure, et le loue surtout d'avoir implanté le Féli- brige à Paris. Chemin faisant, il parle des sociétés de pro-

vinciaux qui se sont fondées ie Paris, à la suite de l'initiative

de Maurice Faure :

Betterave, cette betterave du Nord, dit l'orateur avec un à- propos et une chaleur qui lui valent un redoublement d'ac-

clamations, qui porte si grand tort à la vigne.

la Pomme, la Soupe aux choux et la

Le calme rétabli, Alcide Blavet demande une pensée pour

les Félibres morts, et l'auditoire lui prouve par le succès

qu'il lui fait, qu'il lui sait gré de cette touchante idée.

Le jeune félibre provençal Jules Véran, après avoir refusé

pour lui les applaudissements qui ont accueilli son nom,

brande au nom de la jeunesse de Provence aux jolies

chats, d'Alais, qui ont fait son admiration et son étonne-

ment, lui montrant sur les chemins noircis du pays des

mines des yeux bleus comme les pervenches de son pays

provencal. Un ban, battu avec énergie, salue sa vibrante

improvisation.

Enfin, i Jo Flourau, veici aquéli qu'an agu Il joio.

Pouèsio en lengo d'O. Odo à Florian : lé pres, Albert

Viau, de Salindre; 2d pres, Savié Peyre, de Bedarriéus ;

3n pres,Emile Brunet, de Lussan. - Odo à l'abat de Sauva-

ges :

lé pres, Grabié Ilaon, d'Alès, - Sujèt libre : 1é pres

ex-cequo, Amat Agussol, de S Andriéu de Sangbnis, e

Viguier, de Nimes ;, de medaio de brounze : à Madami-

sello Nouèmio Comte, de S. Jan de Maruejo, e à MM Ma-

nuè Portal, de Palermo, Louis Laporte, de S. Jan dôu

Pin, Daudé e F. Brousse, de Mount-Pelié, L. Charasse,

de Veisoun, Dayma, gendarma en Corso, R. Martin, de

Gange, e N. Fantayne, de Sant-Geniès. Proso en lengo d'O. Sujèt impa.usa :

le pres :

G. Thé-

rond, de S. Martin de Loundre ; 2d pres, E. Delmas, de

Mount-Pelié ; 3, pres, M. Bertrand, de Cano. - Sujèt libre:

lé pres, L. Bard, de Nimes ; 2,1 pres, V. Bouis, de Mar-

siho.

S'es pièi destribuï uno tarabastado de medaieto o de

mencioun.

Courapousicioun musicalo de la rouinanso d Estello

le pres, M Darles, à Mount-Pelié, e M. Grégoire, à Ni-

mes ; 2d pres, M. Fulgenzi en Avignoun, e M Féraud, à

Vau-Verd ; 3n pres, MM. Béridot, à Pezenas, E. Arnaud, à

Nimes, Lambert, à Mount-Pelié, e L. Baudrand-Rivière,

à la Grana-Coumbo.

Nimes_ - La soucieta La Gourde (perqué pas La

Cougourlo, coume disèn eici?) a decerni lou pres dôu

councours qu'avié dubert, en fa de pouësio e de proso en

lengo d'O. An agu : de medaio de vermèi, J. -B. Valentin,

de Nimes, e P Fontaynes, de S. Geniès ;

une medaio

d'argènt, E Barthe, de Nissan ; uno medaio de brounze,

E. Brunet, de S. Laurèns.

ALIlid. - Un gros travai, sus li coustumo e sus la vido

déu Miejour au siècle XVI, vèn de s'estampa eici à l'em-

premarié Nouguiès : Deux livres de Raison (1517.1550),

avec des notes et une introduction sur les conditions agri-

coles et commerciales de l'Albigeois au XVIe siècle, par

Louis de Santi et Auguste Vidal. (Paris,

Toulouso, libr. Privat, 600 pajo in-8o, pres 12 fr.

libr. Champion,

Es dons cartabèu escri en lengo d'O usualo, à l'epoco ounte l'o coumençavo à ramplaça l'a i finalo femenino.

Estremamen curions pèr lou grand noumbre de detai

relatiéu is us poupulàri. Un voucabulàri bèn fa coumplèto

aquéli doucumen e nous provo que deja l'r dis infinitiéu

èro toumbado àla co di verbe,coume se vèi peréu dins lis obro de Goudouli ; e bèn tort an agu vuei un parèu

de pouèto d'aquélis encountrado qu'an vougu la restituï.

Pau. - L'Almanach du bon Béarnais que vèn de pa-

rèisse ('1897), e que se vènd «un sôu», a, aquest an, di

tres part dos, si pajo escricho en nosto lengo. Un de mai,

e longo-m ai !

q'Inris.

- La direicioun de l'Oudeon vèn d'aflcha pèr

tout Paris lou cartabèu di pèço que saran, aquest an,

jougado en aquéu tiatre. Dins la tiero remarcan la Rèino

Jano de Mistral.

Boulegadisso Prc wençalo

Li pelerin de Prouvènço que soun ana i fèsto de Reims an

canta peramount un cantico prouvençau coumpausa à bèl

esprèssi pèr loti P. Bongarçon, messiounàri gardisto

Pèr festa la souvenènço,

Franço, de toun bateja,

Avèn quita la Prouvènço :

Vers toun brès avèn landa.

A-z-Ais, ton journau La Provence nouvelle a coumença de

publica Un couer de troubaire, dramo en 1 ate, en proso

e inedit, de Jan-Batisto Gaut. Es la legèndo de Sermoundo e

de Guihèn de Cabestang, adoubado pèr lou tiatre.

Le Congrès d'Avignon

- Dins La Nouvelle Revue :

pèr*.

fremo pèr L. Foucard.

- Dins Le Midi artistique: Le Congrès d'Avignon.

- Dins Le Si:leil du Midi : Madamo Vengabèn la sâgi.

- Dins La Provence nouvelle : Le congrès provençal.

- Dins Le messager de Toulouse : Le Congrès d'Avi.

gnon pèr A. Saint-Raymond.

- Dins Le Mémorial d'Aix : En Avignoun pèr P. C. ; La

lengo prouvençalo en cadiero, charradisso en coungres d'dvi- gnoun pèr Marius d'Auruou (canounge Bourge) ; La luno pèr

L. C.

- Dins Le Petit Poète : Elo e lei four pèr F. Chauvier.

- Dins La terre d'Oc

La poulino pèr A. Fourès; Les

Lou roussignol pèr L. Benne;

sauses m'an dit pèr P. Delga ;

Boulegadis langadoucian, etc.

- Dins La campana de Magalouna : Las fèstas d'Alès;

En l'ounour de Sauvage; Flourian; Pèr Flourian pèrA. Brun;

Lous efants d'Alès pèr A. Blavet ; La jcuino Tabd pèr A. Arna.

vielle ; A Mistral pèr P. Gaussen ;

Alès; Ma glourieto pèr L. Laporte, etc.

Paure Janeto pèr Lafaro-

- Dins La France libre de Lioun : L'évolution félibréenne

pèr Maurice Laurent.

- Dins L'Homme de bronze : Le congrès d'Avignon;

Mariàgi felibren, un discours prouvençau de Pèire Bertas.

- Dins L'Echo des Bouches-du-Rhône : La cadiero e

lou tiatre en paralèle pèr lou mantenemen e l'ensignamen de la

lengo, noto mandado au Coungrès d'Avignoun pèr F. Vidal.

- Dins Les mois dorés : Desenlusido pèr L. Spariat.

- Dins Montpellier : Ah! s'avès clins vaste vilage de Flo-

rian; A vous, l'orne das camps de C. Gros; Le Congrès d'Avi-

gnon pèr J. V.

- Dins Demain : Chez les félibres pèr L. Rovère.

- Dins Le Réveil de Saint-Cyprien : Moussu l'ritou,

vous la cal marida pèr Jan de Landello.

- Dins L'Union rtpubliaaine d'Alès : Les fêtes d'Alais,

lou discours de Maurise Faure ; A Florian, pouësio pèr Leoun-

tino Goirand.

- Dins Mount-Segur : A. Brunissen de Mount-Segur pèr

P. Estieu ; Nnstris rèires, Goudouli;

Toco-i, se gausos, pèr P.

Un article de

Dunac; L'ainat e l'ainado pèr R. de Trevan ;

l'Aiôli (P. Devoluy).

- Dins Le Moniteur du Caveau stéphanois : Magali

pèr F. Mistral ; Lous perus pèr P. Duplay.

- Dins La Vèu de Catalunya : Lo congrès provenzalista

d'Avinyé ; nouvelun tradu de l'Aiôli.

- Dins la Gazeto de Sileslo, Schlesische Zeituug : Fre-

deri Mistral, pèr Mad. Kaethe Schirmacher.

UF(T IOU% iF FUMIOU%%

6 d'outobre, Paris.

Lou Zar a saluda la Republico !

La Republico a di : Vivo Cesar

E, de l'ardour que i'a dins la fogo publico,

Lou saboun Mikado se found dins li basar. Fabricant: Fèlis Evnoux.- MARSIHO.

Se vènd dins t6uti li bons oustau.

71Û,

it5EMANDAS

cutimbak

LA MAI AMOUROUSO DI PIPO

EN RACINO DE BRUSC

S'atrovo en Avignoun, au Magasin DESHA yES.

Lou gerènt: FOLCO DE BARONCELLI.

En Avignoun, empremarié FRANCÉS SEGUIN.

ARGUS DE LA PRÈSSO

FOUNDA EN 1879

a Pour être sûr de ne pas laisser échapper un journal qui l'aurait nommé, il était

abonné à l'Argus de la Presse, qui lit, découpe et traduit tous les journaux

du monde et en fournit les extraits sur n'importe quel sujet. »

Hector Malot (ZITE, p. 70 e 323).

L'Argus de la Prèsso fournis is artisto, literatour, sabènt, pouliticaire, tout ço que

parèis sus soun comte dins li journau e revisto dôu mounde entié.

L'Argus de la Prèsso es 1ou coulabouradou endica de tôuti aquéli que preparon un

oubrage, estùdion uno questioun, s'ôucupon d'estatistico, etc.,etc.

S'adreissa i burèu de 'Argus, 155, carriero Mount-Martre, Paris. - Telefone.

L'rgiia iegia v , 000 journau pèrjour.

A LA COCA DOU PROU

La meiouro di bevèndo pèr remounta l'estouma, famous pèr douna de toun, pèr faire digeri, pèr adouba la voues, superiour en tout au vin de Quinquina e agradiéu en bouco coume lou vin de Castèu-Nbu.

Pèr béure, o Mariàni,

Toun vin, bon restaura,

Que s'es assaboura

Dins li soulèu estràni,

Pèr béure risoulet

Toun vin de capitàni, Esperaren pas, nàni,

D'avé l'estouma blet.

Se vènd 5 fr. la boutiho, à Paris, balouard Haussmann, 41, farmacio

Mariani.

VIN DE CASTEU-NOU-DE-PAPO

CLOU DRU CASTÈU D ROCO-FINO

Roco-Fino, la pèço de 225 litre enviroun .

Grand Roco-Fino, Casteu de Roco-Fino

id

id.

id.

.

.

.

.

.

la caisso de 25 boutiho.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

s .

.

1 7

,15

Ir-

e-1 6 CD fr.

SO

IL c

0

fr.

fr.

BMVR - Alcazar - Marseille