Vous êtes sur la page 1sur 3

SS2 C55

Description de cette esplanade ronde. But de la neige en hiver. Expériences


pratiques d'illumination; leur applicabilité dans le spirituel. Des hommes
qui * savent quelque chose sur beaucoup de choses, et, dans l'ensemble,
rien *, il y en a beaucoup. Autres ornements de ce belvédère, dont le
principal est une rotonde de colonnes, couverte d'une couronne, avec,
dans le centre, un autel rouge carmin, sur lequel est préparé du bois
odorant. )

-4 Août 1843-de 17h à 18h30-

-1- Nous voici arrivés; que dites-vous de cette vue ? L’œil d'un homme
vivant sur la Terre - J'entends me référer naturellement à l’œil de son âme - a-t-il imaginé
quelque chose de semblable dans sa plus profonde imagination ?
-2- Regardez l'énorme esplanade ronde sur laquelle nous nous trouvons;
elle est de couleur vert-clair brillant, mais son irradiation n'est point ondoyante, mais bien
plutôt immobile et tranquille.
-3- A quoi pourrait-on comparer ce pavement ? A une émeraude
extraordinairement polie ? Combien faible est cette comparaison. Devrait-on peut-être le
comparer à un très fin velours de soie, qui brillât comme si les fils dont il est tissé fussent d'or
vert ?
-4- Mais je vous dis que même cette comparaison est pâle, et elle ne se
prête pas à ce cas. - C'est pourquoi, en recourant à des comparaisons terrestres, nous ne
conclurons rien. Alors nous devons nous tourner plus haut; nous tendrons les mains au loin,
dans l'espace infini, et nous atteindrons là des Soleils planétaires qui éclairent avec une telle
lumière verte les corps de l'univers qui les entourent.
-5- Certes, un Soleil doit être, et l'on doit imaginer qu'il a été placé ici,
comme un disque plat; alors la comparaison correspond.
-6- Ce serait donc le sol sur lequel nous nous tenons; bien qu'étant
semblable à une surface éthérée, puissamment irradiante, il est cependant solide comme un
diamant.
-7- Que dites-vous de cette somptuosité infinie ? Vous êtes muets et dans
l'impossibilité de prononcer même un mot.
-8- Certes, chers amis et frères, c'est aussi parfaitement compréhensible,
car, si déjà pour nous, esprits du Ciel habitués à la grande splendeur, il nous est difficile de
parler, pour vous ce sera certainement encore plus difficile, étant donné que vous n'avez
encore jamais eu l'occasion de voir, dans votre esprit, de semblables élévations de lumière en
une telle incommensurable plénitude.
-9- De toute façon, laissons cela; nous avons admiré le sol, tournons
maintenant nos regards sur l'enceinte, inexprimablement splendide, de ce grand espace libre.
-10- Regardez; d'abord une balustrade blanche l'entoure; mais à chaque dix
toises se trouve, basé sur cette balustrade, un obélisque, haut de plus de cent toises.
-11- Sa couleur irradiante est aussi d'un blanc-neige; mais, comme vous le
voyez, le sommet de chacun de ces obélisques est orné d'une sphère assez grande,
extraordinairement lumineuse, aux couleurs, rouge, vert, bleu, violet, jaune, et de beaucoup
d'autres nuances qui s'alternent.
-12- Cela a tout l'apparence, comme si au sommet de chaque obélisque - que
l'on trouve par centaines autour de cette grande esplanade - il y avait un Soleil qui éclairât
puissamment cet espace libre.
-13- A ce moment, on pourrait dire: Pourquoi sur un tel Soleil Central,
encore tant de corps qui éclairent ? Pour les yeux, une diminution de la lumière serait bien
plus bénéfique que de supporter une telle augmentation de cette lumière.
-14- Je vous dis: A une telle nécessité il a justement déjà été pourvu avec la
pose de ces corps puissamment lumineux. Vous dites: Voilà une chose qui n'est pas si
facilement compréhensible.
-15- Mais je vous dis: Au contraire cela peut être facilement compris, et de
manière très naturelle. - Et comment donc ? - De cela, mes chers amis et frères, il y a, même
sur la Terre, des exemples que l'on peut très bien saisir, pris aussi bien du point de vue naturel
que de celui spirituel.
-16- Regardez: Si chez vous, en été, toute la végétation avait la couleur
blanche, et même aussi blanche que l'est la neige de l'hiver, je peux vous assurer que, durant
le jour, vous ne pourriez pas sortir dehors, sans être au plus vite entièrement liquéfiés et
dissous par l'extraordinaire puissance de la lumière.
-17- En effet, les rayons du Soleil, durant la saison estivale, tombent avec
trop d'intensité sur cette partie de la Terre où vous habitez. Durant l'hiver par contre, la
couleur blanche produit un bon effet, car autrement, la lumière n'aurait que peu d'effet; et,
avec le temps, le froid augmenterait tellement, que vous ne pourriez résister au grand air. La
couleur blanche, comme conséquence logique, réfléchit la lumière, et en réchauffe l'air.
-18- Durant la saison estivale au contraire, la végétation doit couvrir avec ses
couleurs bariolées, la surface de la Terre; grâce à cette sage disposition le rayon intensif du
Soleil est consumé dans ses parties efficaces, et seule la partie la plus douce du rayon se
réfracte à la surface bariolée du terrain.
-19- Vous pouvez essayer de répéter artificiellement en petit, un semblable
phénomène, et je vous en indique le moyen. Posez de nuit, au milieu d'une table, une lampe
qui émane une lumière blanche très forte.
-20- Si vous l'observez dans son centre focal, sa lumière vous blessera la
vue; prenez par contre plusieurs autres lampes, avec des verres colorés, et mettez-les autour
de cette lampe à la lumière blanche.
-21- Avec cela vous obtiendrez une lumière de toutes les couleurs; mais quel
en sera l'effet ? Eh bien, il sera que vous pourrez regarder commodément sans le moindre
dérangement la forte lumière blanche de la lampe, et il vous semblera qu'avec le fait d'avoir
allumé au moins dix autres lampes, il fait plus sombre que lorsque brûlait cette unique lampe
centrale à la lumière blanche.
-22- Que ceci soit exact, toute la nature vous le démontre chaque jour, de
même que l'expérience tirée d'elle et appliquée de la manière que je vous ai suggérée.
-23- Mais spirituellement aussi cela doit être juste. Et pourquoi donc ? Parce
que cela doit se trouver dans l'esprit, avant que dans la matière. Mais si c'est spirituellement
juste, on en a déjà la preuve incontestable aussi par son exactitude dans le domaine naturel.
-24- Sera-t-il difficile de présenter la preuve de son exactitude spirituelle ?
Certes non ! Vous-mêmes avez pour cela un excellent proverbe qui explique cette question de
manière satisfaisante, proverbe qui dit:
-25- * Ex omnibus aliquid, et in toto nihil *- Un homme qui veut être expert
en toutes les branches du savoir humain apparaîtra certainement très bariolé dans le réceptacle
de lumière de son âme.
-26- Mais si l'on met ensemble tous ces rayons colorés, ils auront à peine
autant de force pour éclairer de nuit une chambre que peuvent en avoir des lucioles.
-27- Dans l'esprit un tel effet pourra être encore plus clairement relevé,
puisque de tels hommes si diversement et si scientifiquement cultivés, ne sont effectivement
capables ni d'une science particulière, ni moins encore en toutes, de façon à pouvoir donner
sur l'une ou sur l'autre une opinion satisfaisante à d'éventuelles demandes.
-28- Je suppose que cela a été exposé de manière tellement claire, qu'il n'est
pas nécessaire d'ajouter quelque chose d'autre; et donc, bien instruits sur cette affaire, nous
pouvons consacrer notre attention à ce splendide espace libre, pour avoir la confirmation
pratique du but pour lequel cette diversité de lumières colorées a été employée ici; ceci fait,
nous aurons observé ce qu'il suffit pour le sol de cette esplanade et de son enceinte.
-29- Mais maintenant, regardez encore vers le centre de cet espace libre,
vraiment là où se dresse une imposante rotonde de colonnes, couverte par une couronne
étincelante de couleur rouge sombre.
-30- Les colonnes qui soutiennent cette couronne sont au nombre de trente,
distantes les unes des autres de deux toises. Au milieu de cette rotonde vous pouvez voir un
autel de couleur rouge carmin, sur lequel se lequel se trouvent les habituels bois entrelacés.
-31- Rendons-nous immédiatement là; après quoi vous devez prêter la plus
grande attention à ce qui arrivera sur cet espace libre.
-32- Mais en même temps, je vous avertis que c'est justement cette
imposante rotonde à colonnes - dont les colonnes sont d'un bleu pâle - ce douzième plan, ou
plus exactement dit: ce onzième plan ou douzième galerie de ce palais, qui vous manquait, et
que nous avons aperçu de loin.
-33- Mais étant donné que maintenant nous avons éclairci aussi ce doute,
nous atteindrons la rotonde sans autre retard; et attendons donc là ce qui se présentera à notre
regard.