LE JOURNAL

de votre député

NOVEMBRE 2016

Boussy-Saint-Antoine, Draveil, Epinay-sous-Sénart, Etiolles,
Morsang-sur-Seine, Quincy-sous-Sénart, Ris-Orangis,
Saintry-sur-Seine, Saint-Germain-lès-Corbeil, Saint-Pierre-du-Perray,
Soisy-sur-Seine, Tigery, Varennes-Jarcy

Romain
COLAS
Votre député
engagé à vos côtés

Le mot de Thierry Mandon
En juin 2012, lors des élections législatives, vous
avez élu un binôme. J’en étais le candidat principal,
en tant que candidat titulaire, et j’étais épaulé par
un candidat suppléant, le Maire de Boussy-SaintAntoine et Conseiller général du canton d’Epinaysous-Sénart, Romain Colas.
Grâce à la confiance que vous nous avez accordée,
j’ai eu l’opportunité de m’engager pleinement
dans le chantier essentiel de la simplification pour
moderniser notre pays, le rendre plus agile. Le
Président de la République et le Premier Ministre ont
souhaité que je le porte au sein du Gouvernement
puis, une fois les fondations posées, ont voulu
que je mette mon expérience de terrain, acquise
notamment avec la création du Génopôle à Evry,
au service de l’enseignement supérieur et de la
recherche.
L’exercice des responsabilités ministérielles m’a
évidemment mobilisé à plein temps et je m’y suis
totalement investi. Il est d’ailleurs naturel de mon
point de vue que les membres du Gouvernement
soient entièrement dédiés à leur tâche. Pour autant,
j’ai évidemment gardé des contacts étroits avec
Romain Colas depuis sa prise de fonctions et,
ensemble, nous avons suivi les dossiers importants
pour notre territoire. Je peux aujourd’hui constater,
avec satisfaction, qu’il conduit une action
dynamique et efficace pour notre circonscription et
ses habitants.
Le témoin a été passé et vous pourrez constater,
à la lecture de ce document qu’il a souhaité vous
adresser, que votre Député est lui aussi au travail
pour vous représenter à l’Assemblée nationale tout
en restant constamment à votre écoute. Il peut
compter sur mon soutien à votre service.

SOMMAIRE
À l’Assemblée nationale p. 2 à 5 / En circonscription p. 6 à 8

Vous rendre compte
Au mois de juin 2014, Thierry Mandon, Député de notre circonscription élu en juin
2012, a été appelé au Gouvernement. En tant que suppléant, j’ai été amené à lui
succéder à l’Assemblée nationale.
Voilà donc 2 ans et demi que j’ai l’honneur de vous représenter au Parlement ;
30 mois que je m’efforce d’agir aussi efficacement que possible à la fois pour traiter
les problématiques qui concernent directement notre territoire, accompagner les
initiatives locales – des entreprises, des acteurs associatifs, des élus locaux – et être
utile dans l’amélioration de nos lois et le contrôle de l’action des pouvoirs publics.
À l’été 2014, les grandes orientations politiques du quinquennat, notamment en
matière économique, avaient été votées. Membre de la Commission des Finances
de l’Assemblée nationale, j’ai fait le choix de m’engager particulièrement dans
l’action pour la maîtrise des finances publiques, la lutte contre l’évasion fiscale, la
préservation de notre modèle social et le renforcement de la transparence, dans
la vie politique comme dans l’économie. Comme Thierry Mandon, je fais en effet
partie de celles et ceux qui croient à l’éthique et à la responsabilité aussi bien dans
la sphère publique que dans le secteur marchand.
Respecter ces valeurs, lorsque l’on est élu, c’est rendre des comptes, faire état
de son travail, de ses convictions, de son bilan. C’est la raison pour laquelle j’ai
souhaité vous informer directement de ce que je crois avoir été important dans
l’action que j’ai conduite en tant que Député.
Ce document n’est pas exhaustif. Il pourrait traiter de bien des sujets soulevant
légitimement vos interrogations, vos attentes ou vos critiques. Il est simplement
le reflet sincère de mon activité parlementaire et je reste, bien évidemment, à
votre disposition pour toute question qu’elle soit ou non abordée dans ce journal.

1

LES COMPTES PUBLICS

BIO EXPRESS

Maîtriser les comptes publics

Romain Colas,

et préserver notre modèle social

Maire de Boussy-Saint-Antoine
Député de la 9e circonscription
de l’Essonne.
Né le 22 novembre 1979.
Marié et père d’un petit garçon.

Décidé à s’orienter dans l’action
publique, il est d’abord cadre
territorial avant de rejoindre,
en 2003, le cabinet de François
Lamy, alors Député Maire
de Palaiseau, où il exerce les
fonctions de chef de cabinet.
Militant du Parti Socialiste, il est
élu à 28 ans Maire de BoussySaint-Antoine lors des élections
municipales de 2008. En mars
2011, il est élu Conseiller général
du canton d’Épinay-sous-Sénart,
regroupant les communes de
Boussy-Saint-Antoine, Épinaysous-Sénart, Quincy-sous-Sénart
et Varennes-Jarcy. Au Conseil
général de l’Essonne, il assume
les fonctions de Vice-Président
en charge de la cohésion sociale
et urbaine et de la coopération
décentralisée.
Lors des élections législatives de
2012, il est le suppléant de Thierry
Mandon, élu au second tour face
au Député sortant.
Romain Colas est réélu Maire en
mars 2014 avec près de 77% des
suffrages exprimés. Le 4 juillet
2014, il rejoint l’Assemblée
nationale en tant que Député de
la 9e circonscription de l’Essonne,
suite à la nomination de Thierry
Mandon dans le Gouvernement
de Manuel Valls. Il démissionne
alors de ses fonctions au Conseil
général de l’Essonne.
Membre de la Commission des
Finances, de l’économie générale
et du contrôle budgétaire à
l’Assemblée nationale, il se voit
rapidement confier différentes
responsabilités. Rapporteur
spécial du budget de la mission
Administration générale et
territoriale de l’État, il conduit
notamment une mission
d’information sur le financement
de la vie politique. Il est ensuite
désigné rapporteur de la loi Sapin
2 puis, en juin dernier, Rapporteur
spécial du budget opérationnel
de la Défense.

▲ À la rencontre des acteurs associatifs
à Saint-Pierre-du-Perray avec Damien
Allouch et Annick Dischbein, Conseillers
départementaux.

Nous permettons au tissu économique, par une fiscalité
réformée, de retrouver des marges de manœuvres pour
favoriser l’emploi et l’investissement.
À rebours des propositions de l’opposition, nous dégageons
des marges de manœuvre pour poursuivre les baisses
d’impôts, notamment à destination des foyers aux revenus
modestes et, c’est particulièrement le cas dans ce projet de
budget, des classes moyennes. Nos débats permettront
d’ailleurs, je le souhaite, de dégager de nouvelles marges, par le
recentrage du dispositif sur la distribution d’actions gratuites,
pour financer des mesures de soutien au pouvoir d’achat des
retraités modestes.

© assemblée nationale 2014

Romain Colas a grandi à BoussySaint-Antoine, il effectue sa
scolarité primaire et secondaire
dans le Val d’Yerres. Désireux
d’être indépendant et issu d’une
famille de la classe moyenne,
il travaille dès ses 18 ans dans
différentes entreprises tout
en poursuivant des études
supérieures qu’il achève par
l’obtention du master de
communication politique
et sociale du département
de sciences politiques de la
Sorbonne.

Depuis 2012, le Gouvernement et la majorité à l’Assemblée nationale s’attachent à réduire les déficits des
comptes publics, un chantier d’autant plus ambitieux qu’il devait être engagé sans dégrader notre modèle
social. Membre de la Commission des Finances, Romain Colas a soutenu les mesures de maîtrise des dépenses
tout en restant exigeant sur la préservation du pouvoir d’achat des citoyens. Il s’est également investi dans la
création de dispositifs de lutte contre la fraude et l’optimisation fiscale agressive.

Extrait de son intervention à la tribune de l’Assemblée nationale
dans le cadre du débat sur le projet de loi de finances 2017.
« Ce budget 2017, le dernier de la législature, s’inscrit dans
une action résolue qui vise à restaurer notre souveraineté
budgétaire par la réduction des déficits, optimiser la dépense
publique, dégager les ressources nécessaires au financement
des priorités sur lesquelles nous nous sommes engagés devant
les Français-es et protéger notre modèle social.
Les comptes publics, dont l’état déplorable à l’aube de cette
législature ne peut de bonne foi être contesté, se redressent année
après année malgré un contexte macroéconomique encore fragile.
Ce redressement permet de voir enfin le poids de la dette
publique par rapport à la richesse nationale se stabiliser.
Le régime général de la sécurité sociale est en passe de
revenir à l’équilibre. C’est un fait majeur qui marque la volonté
de la gauche de permettre à notre système de protection et
de redistribution de se projeter dans l’avenir. Cette volonté
tranche évidemment avec celle des libéraux qui, à chaque fois
qu’ils ont gouverné dans les dernières décennies ont laissé se
creuser le trou de la sécu, tout en diminuant les prestations,
pour pouvoir arguer de la nécessité d’en finir avec l’héritage du
conseil national de la résistance. (…)
Nous finançons, en tenant les équilibres globaux, les créations
de postes indispensables pour assurer la sécurité des Français
et la formation des jeunes générations.

Enfin, un autre fil rouge a guidé non seulement notre politique
budgétaire et fiscale mais aussi l’action internationale de la
France depuis le début de ce quinquennat, celui de la lutte
contre la fraude et l’érosion des bases fiscales.
Ce fléau, qui s’est longtemps nourri de l’inaction politique,
est devenu au fil des ans aussi néfaste pour nos finances
publiques que pour la confiance de nos citoyen-ne-s dans
leurs institutions et leur consentement à l’impôt.
En s’écartant des règles élémentaires qui président à notre
destinée commune, les personnes morales ou physiques,
concernées par l’évasion fiscale, l’abus de droit ou le bénéfice
de la complaisance de certaines juridictions fiscales peu
scrupuleuses, ont délibérément miné notre contrat social.
C’est pourquoi, depuis 4 ans, la gauche, et elle peut en être
fière, a fait le choix de combattre frontalement une plaie qui
ronge nos bases fiscales à hauteur de plusieurs dizaines de
milliards par an. (…)
Le projet de loi de finances 2017 ne déroge pas à cette ligne
directrice. J’en veux pour preuve l’article 4 qui propose de
s’attaquer aux cash boxes, ces holdings patrimoniales qui
n’ont d’autre utilité que d’optimiser le plafonnement de l’ISF en
diminuant les revenus imposables de leurs détenteurs. (…) Il s’agit
là d’une réponse à une légitime exigence de justice et d’égalité
de traitement entre tous-tes les contribuables, quel que soit le
niveau, modeste ou au contraire très élevé, de leurs revenus. (…)

Pour la transparence des financements
politiques
Alors qu’éclatent les scandales portant sur le financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy
en 2012 et des remboursements des dépenses électorales des candidat-e-s investi-e-s par le Front National,
Romain Colas a produit en juillet 2015, au nom de la Commission des Finances, un rapport remarqué qui a
établi les atouts et les faiblesses de notre législation en matière de financements politiques.
Le député
a été invité
à plusieurs
reprises à
présenter ses
travaux sur les
financements
politiques
comme
ici devant
l’assemblée
parlementaire
de l’OCDE.

Extrait de son intervention à la tribune de l’Assemblée nationale
concernant son rapport sur le financement des partis politiques
et des campagnes électorales.
« Prélude à la rédaction de ce rapport, les auditions que j’ai
menées, tant avec la Commission nationale des comptes de
campagne et des financements politiques, le groupe d’États
contre la corruption du Conseil de l’Europe, le Conseil d’État
qu’avec la Cour des comptes ou Transparency International,
ont débouché sur un triple constat. Premièrement – et
c’est heureux – les dépenses engagées dans le cadre du
fonctionnement de la vie politique française demeurent
modestes en comparaison avec les grandes démocraties à
l’échelle du globe. Deuxièmement, l’encadrement légal des
financements politiques dans notre pays est relativement
complet. Troisièmement, il doit néanmoins pouvoir s’adapter à
l’émergence de nouvelles pratiques.
Pour faire suite à ces conclusions, j’ai déposé deux
propositions de loi qui ont pour ambition de moderniser

2

la législation en matière de financement des campagnes
électorales et des partis politiques, tout en responsabilisant
leurs acteurs. Nous savons, aujourd’hui plus que jamais, que
celles et ceux qui s’affranchissent de la règle, qui choisissent
de la contourner à leur profit alors qu’ils exercent ou
prétendent exercer des responsabilités, nuisent gravement
au pacte qui doit unir les citoyens à leurs représentants.
Certains comportements intolérables prospèrent dans les
failles de notre réglementation. Nous savons ainsi qu’un
microparti proche de la présidente du Front national a pu
organiser un véritable système pour réaliser des marges, au
détriment du contribuable, sur le remboursement public des
frais de campagne de candidats investis par l’extrême droite.
Quand on aspire à gérer, quand on prétend briguer de hautes
fonctions, user de telles pratiques est indigne et doit être
purement et simplement prohibé.
De fait, notre droit a ses faiblesses et ses carences que
l’émergence de nouvelles pratiques fait apparaître. C’est à
nous, législateurs, qu’il appartient de définir les nouvelles
normes et d’adapter le droit aux modalités contemporaines
des campagnes et des financements politiques. Je pense
notamment, je l’évoquais à l’instant, à la multiplication des
micropartis et des primaires ouvertes, dont les comptes doivent
être encadrés, ainsi que le suggère l’assemblée générale du
Conseil d’État dans un avis récent.
Dans la droite ligne des textes qui depuis 2012 ont été votés sur
la moralisation de la vie publique, le non-cumul des mandats
et la parité, je souhaite que nous poursuivions collectivement
la consolidation d’un écosystème des financements politiques
vertueux, basé sur la responsabilité des acteurs et une
transparence accrue. »

Votre député
engagé à vos côtés
LA LOI SAPIN 2

Des mesures pour défendre
les consommateurs et

CONTRE
LES ABUS EN MATIÈRE
DE DÉFISCALISATION

lutter contre la finance
dévoyée

Nommé en avril dernier rapporteur pour la Commission des Finances du projet
de loi « Sapin 2 » relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à
la modernisation de la vie économique, Romain Colas a contribué à enrichir
le texte en matière de protection du consommateur et de lutte contre l’évasion
fiscale.
La loi Sapin 2, adoptée définitivement par l’Assemblée nationale
le 8 novembre dernier, marque un progrès considérable
en matière de lutte contre la corruption dans les grandes
entreprises et de protection des lanceurs d’alerte. Elle traite
également de l’encadrement du fonctionnement des marchés
financiers et renforce les pouvoirs des autorités de régulation.
Dans le cadre de l’examen de ce texte, le Député a fait adopter
différentes mesures :
➜ Protection des particuliers contre les produits financiers
à très haut risque : interdiction de la diffusion par voie
électronique et via le sponsoring sportif, de publicité en
faveur de produits financiers à très hauts risques, lesquels
ruinent chaque année un certain nombre de nos concitoyens.
En outre, la loi donnera désormais la possibilité de bloquer
de manière immédiate les sites internet concernés et de
sanctionner pénalement tout contrevenant à cette nouvelle
interdiction ;
➜ Droits des emprunteurs dans le cadre d’un crédit
immobilier  : création d’un droit annuel à la résiliation de
l’assurance du crédit pour favoriser la concurrence au
bénéfice des emprunteurs et leur apporter de meilleures
garanties en fonction de leur âge et de leur état de santé ;
➜ Lutte contre l’évasion fiscale des grandes entreprises :
abaissement du seuil du chiffre d’affaires des entreprises
concernées par l’obligation déclarative en matière de prix
de transfert de 400 à 50 millions d’euros pour intensifier la
lutte contre l’utilisation des transactions intragroupe comme
vecteur de la délocalisation de profits ;

Romain Colas
aux côtés de
Michel Sapin,
Ministre de
l’Economie et
des finances,
lors d’une
réunion de
travail sur la
loi Sapin 2.

prévenir l’utilisation des sociétés écrans à des fins illégales ;
➜ Lutte contre les paradis fiscaux : suite à l’affaire des
«  Panama papers », les prérogatives des commissions des
finances du Sénat et de l’Assemblée nationale seront élargies,
leur permettant dorénavant de rendre un avis public sur les
évolutions et la composition de la liste des paradis fiscaux
décidées par le Gouvernement ;

➜ Lutte contre les sociétés écrans : création d’un registre
public des « bénéficiaires effectifs des sociétés » pour

➜ Transparence sur les bénéfices des sociétés : adoption du
« reporting public » pays par pays, une première en Europe
et dans le monde, qui exigera des plus grandes sociétés
qu’elles rendent publiques des données sur leurs activités
dans toutes leurs implantations à travers le globe afin de
permettre une vigilance sur la localisation de leurs profits et
donc de l’impôt à payer.

POUR

POUR

LE DROIT À L’OUBLI

Le 10 avril 2015, lors de
l’examen du projet de loi
de modernisation de notre
système de santé, il a fait
voter un amendement
visant à élargir « le droit
à l’oubli » en matière de

▲ A Ris-Orangis, «Courir pour Elles»
et pour la lutte contre le cancer
du sein.

crédit à l’ensemble des
maladies chroniques.
Applicable initialement
aux personnes guéries de
certains cancers, le droit
à l’oubli permettra dans
les prochains mois aux
personnes séropositives
au VIH ou à certaines
hépatites, pathologies
« dont les traitements
permettent de circonscrire
significativement et
durablement les effets »,
de contracter un prêt sans
surprimes ni exclusion
de garantie auprès des
organismes d’assurance.

LE SOUTIEN AUX COMMUNES

Le fonds de compensation
de la TVA (FCTVA) permet
le remboursement aux
collectivités locales d’une
grande partie de la TVA

3

payée sur les opérations
d’investissement. Alors que
le Gouvernement prévoyait
de l’élargir aux dépenses
d’entretien des bâtiments,
Romain Colas soutenu un
amendement pour intégrer
les dépenses d’entretien
de voirie d’assiette du
FCTVA. Il s’agit d’une
mesure d’encouragement
des communes à entretenir
leurs routes et de soutien
aux entreprises de travaux
publics.

La création d’un régime fiscal
favorable aux attributions
d’actions gratuites avait
pour objectif d’aider au
développement des « jeunes
pousses », ces entreprises en
pleine croissance qui ne peuvent
verser d’importants salaires
mais ont besoin de recruter des
personnels qualifiés dans un
secteur très concurrentiel. Pour
lutter contre l’effet d’aubaine
dont les dirigeants des plus
grandes entreprises – très loin
des « jeunes pousses » – ont
profité dès la mise en œuvre du
dispositif, Romain Colas a déposé
et fait voté un amendement
visant à mieux l’encadrer pour
limiter son utilisation aux seules
PME n’ayant pas distribué de
dividendes.

POUR
LE POUVOIR D’ACHAT
DES RETRAITÉS
MODESTES

Dans le cadre de l’examen du
projet de loi de financement de
la sécurité sociale pour 2017,
Romain Colas a porté, avec la
Rapporteure générale du Budget,
Valérie Rabault, un amendement
qui permettra de réduire le
taux de contribution sociale
généralisée (CSG) applicable
aux retraités les plus modestes.
Cette mesure, financée
notamment grâce à la révision de
la fiscalité sur les actions gratuites
décrites ci-dessus, permettra
d’améliorer, à partir du mois de
janvier 2017, le pouvoir d’achat de
550 000 ménages.

EMPLOI

Engagé dans la bataille
pour l’emploi

Engagée dès le mois de mai 2012, la bataille pour l’emploi, commence à porter des fruits encore trop timides. Romain Colas s’est résolument mobilisé dans
le soutien aux mesures de redressement de l’économie française, notamment à destination des petites et moyennes entreprises.
chiffre est encourageant mais il doit inciter, alors que le
contexte économique national et européen reste fragile,
à poursuivre les efforts pour restaurer la compétitivité
de la « maison France » et faciliter l’embauche.

Avec les responsables de l’entreprise Ecolovie à SaintPierre-du-Perray, lauréate des trophées des éco-entreprises
de Sénart et Annick Dischbein, Conseillère dépar-tementale

POUR
L’AIDE PUBLIQUE
AU DÉVELOPPEMENT

Pour des raisons humanitaires, de
santé publique et de maîtrise des
flux migratoires, Romain Colas
est mobilisé depuis son entrée à
l’Assemblée nationale sur les enjeux
de l’aide aux pays les plus pauvres.
Ainsi, dans le cadre de l’examen du
projet de loi de finances pour 2017,
Romain Colas, avec le soutien du
Ministre des Finances, a fait voter
une augmentation du taux de la
taxe sur les transactions financières
dont une partie du produit
permettra d’accroître de 280
millions d’euros le volume de l’aide
française au développement.

C’est dans cette optique que Romain Colas a porté,
auprès des entrepreneurs de notre circonscription, le
dispositif embauche-PME. Il s’est adressé directement
à chacun d’entre eux pour présenter cette mesure
qui permet le versement d’une Prime trimestrielle de
500  € durant les deux premières années suivant une
embauche réalisée par une PME entre le 18 janvier et le
31 décembre 2016. Celle-ci est versée pour les salaires
jusqu’à 1,3 fois le Smic et est cumulable avec les autres
Les baisses de chômage régulières depuis plusieurs dispositifs existants : la réduction générale des cotisamois – septembre marque la plus forte baisse tions pour les bas salaires, le pacte de responsabilité et
mensuelle depuis 2000 – sont la preuve
de solidarité ou encore le crédit d’impôt
de la pertinence des mesures engagées
pour la compétitivité et l’emploi (CICE).
À ce jour, ce sont
par le Gouvernement et sa majorité à
près de 300 PME
À ce jour, ce sont près de 300 PME de la
l’Assemblée nationale pour redonner au
e
9e circonscription de l’Essonne qui ont
de
la
9
circonscription
marché du travail un souffle nouveau.
bénéficié de ce dispositif.
qui ont bénéficié
Depuis le début de l’année 2016, 90 000
de ce dispositif
personnes sont sorties du chômage, ce

TAFTA

Les négociations sur le Traité
transatlantique doivent cesser
Dès le début de l’année 2015, Romain Colas avait exprimé ses inquiétudes au sujet des négociations sur le
projet de traité transatlantique TAFTA, considérant que l’Europe ne pouvait porter atteinte à son modèle de
développement au prétexte de libéraliser les échanges avec les États-Unis. Il s’était également alarmé de
l’absence de transparence démocratique sur ce projet de traité. Depuis, le Gouvernement et le Président de la
République ont annoncé que la France souhaitait la fin des négociations. En outre, l’élection récente de Donald
Trump marquera sans doute définitivement la fin de ce projet.
et, plus largement, l’Union Européenne sont susceptibles
d’en tirer.
Première place économique mondiale, cette dernière n’a pas à faire de concessions qui la desserviraient ni à
se mettre à la remorque de qui
que ce soit.

POUR
L’ACCOMPAGNEMENT DES
HABITANTS DANS
LA DÉTRESSE

▲ Avec Manuel Valls, Premier ministre,
François Durovray, Président du Conseil
départemental, Josiane Chevalier, Préfète
de l’Essonne et Damien Allouch, Conseiller
départemental aux côtés des habitants à
Boussy-Saint-Antoine.

Suite aux inondations qui
ont sévèrement touché notre
Département en juin 2016, Romain
Colas a obtenu du Ministère des
Finances que les sinistré-e-s qui
n’avaient pu s’acquitter dans
les temps de leurs obligations
déclaratives au titre de l’impôt sur
leurs revenus de 2015 bénéficient
d’un délai supplémentaire.

Au contraire, elle doit garantir
une issue, si issue il y a,
empreinte de réciprocité.
La France, par les voix du
Président de la République,
du Premier Ministre et du Secrétaire d’État au Commerce
extérieur Matthias Fekl, a rappelé encore récemment cette
exigence.
Extrait de son intervention dans le cadre d’un débat sur
les accords de libre-échange à l’Assemblée nationale le
27 avril 2016.
« Ce lundi 25 avril, s’est ouvert le 13e cycle de négociations
relatif au Traité de libre-échange transatlantique dont
plusieurs leaders – à l’image du Président Obama ou de
la Chancelière Merkel – espèrent qu’il débouchera sur
une signature unanime d’ici la fin de l’année 2016.
La plupart d’entre nous ainsi qu’une partie de nos
concitoyens s’inquiètent du contenu du projet d’accord
et s’interrogent sur les avantages réels que la France

4

Il serait en effet inconcevable
que sur des sujets essentiels
tels que l’agriculture et les terroirs, ou l’accès de nos
entreprises aux marchés publics américains, les intérêts
économiques et sanitaires des européens soient bradés.
(…)
À l’heure où certains veulent accélérer les négociations
tout en maintenant leur opacité, il est essentiel de
réaffirmer l’indispensable nécessité de la transparence
et d’une participation accrue de l’ensemble de s acteurs
– Parlements, professionnels, ONG, monde associatif –
tout au long des discussions.

Votre député
engagé à vos côtés
DÉFENSE

Des moyens pour nos armées,

POUR
LA PROTECTION
DES ABEILLES

notre sécurité renforcée

Particulièrement attentif aux enjeux relatifs à notre sécurité collective, sur notre sol
et à l’étranger, votre député a été désigné rapporteur spécial du budget opérationnel
de la Défense par la Commission des Finances de l’Assemblée nationale.
Dans le cadre de cette fonction, il a soutenu l’effort budgétaire très important à
destination de nos armées tout en veillant à l’amélioration de la condition des
210 000 militaires et 60  000 agents civils relevant du Ministère de la Défense.
Après avoir auditionné les principaux acteurs de la
défense, dont l’ensemble des chefs d’État-major des
Armées, il a remis en octobre un rapport à l’Assemblée
nationale concernant la situation opérationnelle de nos
forces armées et ses enjeux budgétaires.

Avec le
Général de
Villiers, Chef
d’État-Major
des Armées,
en juillet
dernier à
Brétignysur-Orge,
auprès des
jeunes du
Service
Militaire
Volontaire.

D’un montant total de 32,67 milliards d’euros, en
augmentation de 600 millions d’euros par rapport à 2016,
le budget de la Défense pour 2017 se situe au-delà de la
trajectoire financière prévue par la loi de programmation
militaire (LPM) actualisée.
Il est la résultante de la décision du Président de la
République, confirmée par le Conseil de défense d’avril
2016, de mettre fin aux baisses d’effectifs (entre 7 000
et 8 000 suppressions chaque année) engagées sous
la présidence de Nicolas Sarkozy et de renforcer les
capacités de nos armées qui sont aujourd’hui engagées
sur de multiples théâtres d’opération, extérieurs comme
intérieurs.
Pour maintenir la sécurité à l’extérieur de nos frontières,
le niveau élevé d’engagement se traduit à ce jour par la
poursuite de l’opération Barkhane en zone sahélo-saharienne, de l’opération Chammal contre Daech en Irak et
en Syrie, de l’opération Ambre en Europe de l’Est, par
la pérennité du dispositif Daman au sein de la force
intérimaire des Nations Unies au Liban
(FINUL), par l’engagement du groupe
aéronaval Charles-deGaulle en Méditerranée
Avec Jean-Yves le Drian,
Ministre de la Défense, le
10 novembre 2016, après
l’adoption en 1ère lecture des
crédits 2017 des armées.

et dans le golfe Arabo-Persique. Sur le plan intérieur,
l’opération Sentinelle, dont les modalités ont été revues
au cours de l’été pour améliorer son efficacité continue
de mobiliser plusieurs milliers de soldats.
Au regard de la sollicitation permanente dont ils sont
l’objet, Romain Colas a tenu à appuyer avec force le
mouvement de revalorisation de la rémunération des
militaires. Celui-ci s’opère à la fois par des mesures
catégorielles et par des mesures générales comme la
revalorisation du point d’indice. Au final, ce sont près
de 305 millions d’euros qui seront consacrés en 2017
à l’amélioration de la condition des personnels de la
Défense. En outre, les crédits d’équipements, permettant
de doter nos forces des moyens d’intervenir efficacement
ont été accrus pour atteindre 17,3 milliards d’euros.
Afin de constater l’emploi de nos forces et les conditions
d’exercice de leurs missions par nos soldats, Romain
Colas se rendra prochainement, avec la Présidente de
la Commission de la Défense, dans la bande sahélosaharienne, pour une visite des bases mobilisées dans
l’opération Barkhane.

Adapter nos outils pour lutter contre le terrorisme
Depuis maintenant plusieurs années, la France doit faire face à une
menace continue qui nécessite des
réponses adaptées. Romain Colas
a soutenu l’ensemble des mesures
visant à mieux armer notre pays,
dans le respect de l’état de droit,
pour lutter contre le terrorisme.
La décision du Président de la
République d’effectuer une remontée en puissance de la Forces
Opérationnelles Terrestres (FOT)
s’est traduite par le recrutement
de 11000 effectifs qui porteront en
2017 la FOT à 77 000 soldats, participant ainsi au renforcement de
l’opération Sentinelle.
La réserve opérationnelle poursuit

sa montée en puissance et devrait
atteindre, en 2018, un effectif de
près de 40 000 réservistes, auxquels s’ajouteront 44 000 réservistes du Ministère de l’Intérieur.
La loi renseignement du 24 juillet
2015 et la loi du 3 février 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement et améliorant l’efficacité et
les garanties de procédures pénales
ont entraîné une augmentation des
moyens en faveur des forces de
l’ordre, de la Justice et de Tracfin. Le
service de renseignement intérieur,
extrêmement mobilisé, a bénéficié
du recrutement de plusieurs centaines d’agents supplémentaires.

Plus de 1 000 postes de douaniers
ont été ouverts en 2016 pour intensifier le contrôle aux frontières.
Enfin, des moyens supplémentaires ont été octroyés à Tracfin,
organisme du Ministère de l’Economie et des Finances chargé de lutter contre le blanchiment d’argent,
bien souvent à l’origine du financement des filières terroristes.
S’ajoute à cela une politique de
prise en charge des individus radicalisés ou en passe de l’être via
le fonds interministériel de prévention de la délinquance et l’ouverture de centres de déradicalisation.

5

La mobilisation des
parlementaires de gauche a
été constante pour combattre
l’utilisation des néonicotinoïdes,
ces insecticides extrêmement
nuisibles qui agissent sur le
système nerveux des abeilles
et affectent le développement
cérébral des humains.
Romain Colas s’est associé au
Président de la Commission
du développement durable
à l’Assemblée nationale et à
plusieurs autres collègues pour
interdire leur utilisation dans
la loi « pour la reconquête de
la biodiversité, de la nature et
des paysages » et permettre de
protéger les abeilles, dont les
services, inestimables en matière
environnemental, représentent
un enjeu économique annuel en
France de 1,5 milliard d’euros.

CONTRE
LES « PARACHUTES
DORÉS »

Alors qu’un certain nombre
de nos concitoyens éprouvent
quotidiennement des difficultés
pour subvenir à leurs besoins,
la distribution de « parachutes
dorés », qui consiste à accorder
des indemnités déraisonnables
à des dirigeants de grands
groupes qui quittent leur
entreprise, a toujours cours.
Avec son collègue Laurent
Grandguillaume, Romain Colas
a donc fait voter une disposition
qui tend à fortement limiter de
telles pratiques en abaissant de
moitié l’avantage fiscal lié à la
déductibilité des indemnités de
départ du bénéfice imposable
de l’entreprise. Une mesure qui
s’attaque frontalement à des
pratiques excessives qui, en
outre, pèsent sur les finances
publiques.

MAINTIEN DES SERVICES
DE PROXIMITÉ

Alors que la Direction
Départementale des Finances
Publiques envisageait le transfert
de la trésorerie de Ris-Orangis vers
Evry, Romain Colas et Stéphane
Raffalli, Maire de Ris-Orangis et
Conseiller départemental, ont saisi
le Secrétaire d’Etat au budget, en
lien avec Thierry Mandon, pour
préserver ce service public de
proximité. Cette saisine a abouti à
une décision favorable permettant
le maintien sur site de la Trésorerie
et de ses personnels.

Priorité à l’école et
à la réussite des élèves

Parce que cela constitue une des missions premières de l’État et que la majorité a fait le choix d’en faire une
de ses priorités, Romain Colas s’est mobilisé pour que les moyens nouveaux donnés à l’Éducation Nationale
puissent bénéficier aux élèves de la circonscription.
➜C 
ontribution à la restauration de la Ferme de l’AMAP du
Collège Jean Lurçat de Ris-Orangis ;
➜S 
ubvention d’un projet pédagogique de lutte contre le
sexisme et les discriminations au Collège La Vallée d’Epinaysous-Sénart ;
➜S 
ubvention du spectacle « JT Agité » du Collège Jean Lurçat
de Ris-Orangis ;
➜M 
ise aux normes et réfections des locaux des écoles des
Meillottes et des Donjons à Soisy-sur-Seine ;
➜T 
ravaux de mise en accessibilité des écoles élémentaires de
Boussy-Saint-Antoine ;

À la
rencontre
des élèves
de CM2 de
l’Ecole de
la Ferme du
Temple à
Ris-Orangis

La

Se
in

e

PRENDRE EN COMPTE
LES ENJEUX LOCAUX

ÉDUCATION

Crosne
Vigneux

Draveil

Montgeron

Yerres

Brunoy

BoussySaintEpinay- Antoine
sousSénart
QuincysousSénart

En application de la loi « de
modernisation de l’action
territoriale et d’affirmation des
métropoles » de janvier 2014,
les intercommunalités de la
grande couronne parisienne
ont été amenées à se regrouper
pour réduire les structures
administratives et leur permettre
d’atteindre une taille suffisante
pour conduire des politiques
efficaces et économes des
deniers publics. La loi comprenant
trop de rigidité, Romain Colas
a fait adopter des dispositions
d’assouplissement dans d’autres
textes. Cela a notamment
permis d’éviter la création d’une
agglomération qui n’avait pas de
sens allant de Paray-Vielle-Poste
à Varennes-Jarcy en passant par
Draveil. En outre, notamment pour
répondre aux préoccupations
légitimes des élus du Val de Seine
concernant la fiscalité locale
applicable aux ménages dans
le cadre de la fusion avec le Val
d’Yerres, le Député a fait voter des
dispositions permettant le lissage
de la convergence des taux de
fiscalité afin d’éviter un « choc »
fiscal lié à la fusion.

PRIORITÉ AUX PETITES
COMMUNES

▲ Avec Guy Rubens-Duval, Maire de
Morsang-sur-Seine, pour découvrir le
nouveau matériel des services techniques
acquis grâce à la réserve parlementaire.

Dans le cadre de l’emploi de sa
réserve parlementaire à destination
des municipalités, Romain Colas
a souhaité privilégier, dès son
entrée en fonction, les communes
les moins peuplées, disposant par
définition des moyens financiers les
plus réduits. Ainsi, dès septembre
2014, le Député a décidé de
subventionner des projets
d’investissements portés par les
Maires de Morsang-sur-Seine,
Varennes-Jarcy et Etiolles avant
d’examiner les demandes émanant
des communes plus importantes.

Dès le début de son mandat de Député, il a ainsi souhaité
mettre en place à sa permanence parlementaire une cellule
de veille dédiée à l’école. Chaque rentrée fait l’objet d’une
attention particulière afin que celle-ci se déroule sous les
meilleurs auspices. Partout où il pouvait y avoir des difficultés
le Député a rencontré, accompagné et soutenu les équipes
pédagogiques et les associations de parents d’élèves.
Tout au long de l’année, en collaboration étroite avec le
Ministère de l’Éducation Nationale et Thierry Mandon, il
reste mobilisé pour veiller au bon fonctionnement des
établissements scolaires et à la mise en œuvre d’actions
utiles à la réussite des élèves : remplacement d’enseignants,
ouvertures de classes, dossiers administratifs des étudiants,
accompagnement de projets éducatifs, cérémonies de remise
de diplômes, journées « portes ouvertes », subventions
d’équipements au titre de la réserve parlementaire, sont
autant de sujets et d’évènements pour lesquels Romain Colas
est impliqué au quotidien. Il a notamment, en lien avec les
parents d’élèves, obtenu des ouvertures de classes à Draveil
et des augmentations de dotations horaires pour plusieurs
établissements secondaires dont, dernièrement, le lycée
d’Épinay-sous-Sénart. Il a également soutenu financièrement
plusieurs projets pédagogiques et des travaux dans les écoles
dans le cadre de sa réserve parlementaire :
➜ Confection d’un drapeau républicain par les élèves du
Collège de l’Ermitage à Soisy-sur-Seine suivie d’une visite
du Palais de l’Elysée ;

Enfin, afin d’éclairer les futurs citoyens sur le fonctionnement
de notre démocratie et leur transmettre nos valeurs
républicaines communes, Romain Colas a accueilli depuis 2014
de nombreux jeunes, élèves, et élu-e-s de conseils municipaux
d’enfants à l’Assemblée nationale pour leur faire découvrir le
fonctionnement de nos institutions : élèves du collège Eugène
Delacroix et du lycée Nadar de Draveil, du collège La Vallée
d’Epinay-sous-Sénart, des collèges Jean Lurçat et Albert Camus
de Ris-Orangis, Conseil Municipal des Jeunes de VarennesJarcy et Boussy-Saint-Antoine… etc. En outre, les élu-e-s des
conseils municipaux des jeunes d’Etiolles et de Saint-Germainlès-Corbeil seront guidé-e-s par le Député dans les couloirs du
Palais Bourbon dans le courant du mois de décembre.
Aux côtés des élèves, de leurs parents, des enseignants et des équipes
pédagogiques du Lycée Maurice Eliot à Epinay-sous-Sénart avec Damien
Allouch, Conseiller départemental ▼

HANDICAP

Mieux prendre en compte
le handicap
La France accuse un retard certain concernant la prise en compte du handicap. Face à ce constat, dès 2012,
la majorité a agi pour construire une société plus inclusive tant sur le plan de la scolarisation, que de
l’accessibilité ou encore de l’emploi. Romain Colas a fait le choix d’en faire un axe majeur de son action au
quotidien, aussi bien à l’Assemblée qu’en circonscription.
Depuis sa prise de fonction, il
est resté attentif et mobilisé
en faveur de l’inclusion des
personnes handicapées, de tous
âges et de toutes conditions. Il
a ainsi saisi à maintes reprises
la Ministre de l’Éducation
Nationale et ses services sur
la pénurie d’Auxiliaires de
Vie Scolaire (AVS) sur notre
territoire, sur leur formation
et la précarité de leur emploi.
Il a donc soutenu la décision
récente de pérennisation des
emplois d’AVS, la création d’un
diplôme d’accompagnant et
la meilleure considération des
Accompagnants des Élevés
en Situation de Handicap
(AESH). Il entend aujourd’hui
veiller en étroite collaboration
avec Thierry Mandon et en lien avec le Directeur Académique des
Services de l’Education Nationale, à faire appliquer ces dispositions
dans la circonscription.

➜O 
btention des parrainages des Ministères de l’Éducation
Nationale et du Numérique pour des projets audiovisuels visant à promouvoir l’inclusion des enfants autistes en milieu
scolaire ;
➜S 
ubventions au titre de la réserve parlementaire de travaux
communaux de mise en accessibilité et des projets d’associations œuvrant pour la prévention, l’inclusion et l’accompagnement des personnes en situation de handicap : Ecolalies à Étiolles, Le Mascaret à Tigery, l’Association pour la
Rééducation par les Sports Equestres (ARSE) à Saintry-surSeine, Association des Paralysés de France…etc.

À l’écoute des associations de la 9e circonscription intervenant
dans le champ du handicap, le Député a eu à cœur de répondre
au mieux à leurs attentes :
➜ Relais d’information avec le Ministère pour le développement des moyens des associations ;

6

▲ Sur le site de l’association ARSE à Saintry-sur-Seine.

Votre député
engagé à vos côtés
ENTREPRISES

LES COLLÉGIENS DE
L’ERMITAGE À L’ELYSÉE

Aux côtés des entreprises

de notre territoire

Depuis 2012, de nombreuses lois et mesures ont été adoptées afin de redresser notre tissu économique, simplifier
les démarches administratives des entreprises et favoriser l’embauche. Dans le but de mieux connaître leurs
besoins et les modalités d’application des décisions prises par le Parlement et le Gouvernement, Romain Colas
rencontre régulièrement des chefs d’entreprises de notre territoire et leurs salarié-e-s.
Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), aide à
l’embauche PME, dispositif de soutien à l’investissement des
entreprises, création de la Banque publique d’investissement…
Depuis le début de la législature des mesures importantes ont
été prises pour restaurer la capacité des entreprises françaises
à dégager des marges pour produire de la richesse, investir et
embaucher. Il est toutefois essentiel de constater sur le terrain
les effets des décisions prises par les parlementaires ou le
Gouvernement. Il est aussi parfois utile d’adapter les modalités
de leur mise en œuvre afin de les rendre plus efficaces et de
faciliter les démarches des entrepreneurs. Pour cette raison,
au-delà de ses contacts avec les chambres de commerce
et d’artisanat, le Député visite régulièrement des petites et
moyennes entreprises de la circonscription et « fait remonter »
aux pouvoirs publics, au niveau préfectoral ou gouvernemental
selon les sujets, les aspirations des dirigeants d’entreprises et
leur diagnostic sur les dispositifs déployés.

Par ailleurs, il appartient aux élus d’encourager les
réussites et de mettre en lumière les succès rencontrés
par les acteurs économiques de leur territoire. C’est
dans cet esprit que Romain Colas a organisé, le 13 avril

Romain
Colas et
Thierry
Mandon le
13 avril 2016
chez SafranReosc à
Saint-Pierredu-Perray.

2016, la visite de du site SAFRAN-REOSC de SaintPierre-du-Perray avec Thierry Mandon afin d’apporter
son soutien aux salariés de l’entreprise dans le cadre
de l’appel d’offres de l’European Southern Observatory
(ESO) pour le polissage du miroir primaire segmenté
du plus grand télescope du monde (E-ELT – European
Extremely Large Telescope).

Aux lendemains des attentats
du 13 novembre 2015, des élèves
de 5e et de 4e du Collège de
l’Ermitage de Soisy-sur-Seine
se sont vus proposer par leur
professeure de Lettres, Isabelle
Perciaux, un exercice épistolaire
visant à exprimer leur ressenti
et coucher leurs émotions sur
le papier. De cet exercice sont
ressorties 27 lettres pour la
plupart adressées au Président
de la République. Ces 27 textes
ont été imprimés sur un immense
drapeau tricolore qui orne
désormais le hall du Collège et
dont l’inauguration s’est tenue le
25 mars dernier. Romain Colas
a contribué à ce projet grâce à
une subvention versée au titre
de la réserve parlementaire.
Immédiatement après cette très
belle cérémonie et, touché par
le contenu des lettres, il a tenu à
les transmettre au Président de
la République. Le 3 mai dernier,
François Hollande a répondu aux
élèves et a accepté à sa demande
d’organiser une visite de l’Elysée,
en présence de l’ensemble des
élèves engagés dans le projet, de
l’équipe pédagogique du collège
et des maires de Soisy-sur-Seine
et Etiolles.

DROITS DES FEMMES

Respect des droits des femmes, égalité :

un combat au quotidien

Parce que l’égalité réelle entre les femmes et les hommes est inachevée, parce que les droits des femmes sont
contestés par les fondamentalismes et sont remis en cause par une frange ultraconservatrice de la droite
française, Romain Colas les a placés au cœur de son action politique, tant à l’Assemblée nationale que dans sa
circonscription.

▲ Signature de la convention avec l’Association Léa de la mise à disposition
d’un logement d’urgence à Boussy-Saint-Antoine pour les femmes victimes
de violences

En circonscription et dans le cadre de sa réserve parlementaire,
il a ainsi pu apporter son soutien à plusieurs associations et organismes œuvrant au quotidien pour les droits des femmes :
➜ Le Mouvement du Nid qui lutte contre les causes et les
conséquences de la prostitution et les violences faites aux
femmes, agit pour l’égalité femmes-hommes et qui, militait
jusqu’à ce que la loi soit adoptée en 2016 pour la responsabilisation des « clients » et la suppression du délit de racolage.
➜ L’Association Léa (Lieu – Ecoute – Accompagnement) qui
aide les femmes victimes de toutes les formes de violences.
En tant que Maire de Boussy-Saint-Antoine, j’ai souhaité
mettre à disposition de l’association un appartement pouvant accueillir deux familles.

➜ L’Association Elles Réussissent à Soisy-sur-Seine qui aide
et accompagne les femmes entrepreneures dans leurs parcours, leurs démarches, de la création à la naissance de leur
future entreprise.
À l’Assemblée nationale, il a soutenu chacune des mesures
proposées par le Gouvernement et la majorité qui ont fait de
l’égalité femmes-hommes une priorité depuis 2012 : égalité salariale, lutte contre le harcèlement, le sexisme et les violences
faites aux femmes, lutte contre les stéréotypes de genre, droit
à l’accès à l’avortement... etc.
Plus récemment, le 7 novembre dernier, il a soutenu le grand
mouvement en faveur de l’égalité salariale entre hommes et
femmes qui appelait les femmes à cesser le travail à 16h34
pour dénoncer les inégalités de salaires persistantes et inacceptables.
Enfin, Romain Colas est pleinement mobilisé pour veiller à la
bonne application de la loi n° 2016-444 du 13 avril 2016, visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et
à accompagner les personnes prostituées, qui sanctionne désormais pénalement l’achat d’un acte sexuel d’une amende de
1500 €, qui passe à 3750 € avec inscription au casier judiciaire
en cas de récidive. Cette loi vise non seulement à dissuader les
clients mais aussi à mettre un terme aux réseaux de prostitution qui sévissent sur nos territoires.
Pour autant, insatisfait de l’application de cette loi, notamment
dans certaines communes de la 9e circonscription riveraines de
la forêt de Sénart (et particulièrement à Tigery), Romain Colas,
en lien avec les élus du territoire, a saisi la Préfète de l’Essonne
et le Procureur de la République. Il a également sensibilisé le
Premier Ministre et le Garde des Sceaux, demandant à ce dernier de prendre des mesures pour que l’institution judiciaire
sanctionne effectivement les contrevenants.

7

▲ Les collégiens de l’Ermitage sur le perron
du Palais de l’Elysée.

POUR
UN NOUVEAU CENTRE
DE SECOURS À TIGERY

Le service départemental
d’incendie et de secours (SDIS),
organisme gestionnaire des
sapeurs-pompiers et de leurs
moyens, projetait depuis plusieurs
années de créer un nouveau
centre d’incendie et de secours
à Tigery pour assurer la sécurité
des habitants des communes de
Sénart, ces dernières connaissant
une importante croissance
démographique. La majorité
du Conseil départemental
élue en 2015 avait fait le choix
d’abandonner ce projet. Cette
décision a immédiatement été
contestée par Romain Colas et
les Conseilles départementaux
Annick Dischbein et Damien
Allouch qui ont alerté les maires
des communes concernées.
Aux dernières nouvelles, le
Président du SDIS s’apprête à
revenir sur sa décision. Le Député
restera mobilisé pour obtenir
effectivement la construction de
ce centre.

Projet de modifications
des procédures de décollage
d’Orly : c’est non !
Engagé de longue date dans la lutte contre les nuisances aériennes, Romain Colas a été alerté en juin
dernier sur un projet de modification des trajectoires de décollage face à l’Est au départ d’Orly, porté par la
Direction générale de l’aviation civile (DGAC), sans concertation avec les élus et acteurs associatifs de notre
circonscription. Il s’est immédiatement mobilisé, avec plusieurs maires du territoire, et a obtenu la suspension
du processus devant aboutir à cette modification.

▲ Près de 400 personnes étaient réunies début septembre à Soisy-sur-Seine
pour dire non au projet

Bien décidé à préserver notre qualité de vie, faire respecter
la tranquillité des habitants et refuser tout transfert de
nuisances, Romain Colas a organisé en urgence, dès le
début du mois de juillet, une réunion dans les locaux de la
DGAC avec les élu-e-s des villes concernées situées dans
la 9e circonscription de l’Essonne et sur le territoire de
l’Agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart.
Cette rencontre a permis d’exprimer le refus des communes
de se voir imposer par l’administration, sans concertation,
une modification des procédures de décollage.
Pendant le mois de septembre, le Député a participé
aux réunions publiques et réunions de travail qui se sont
succédé à Soisy-sur-Seine, Etiolles ou encore Saint-

Germain-lès-Corbeil afin d’assurer les habitant-e-s, les
élu-e-s et les associations de sa mobilisation et de sa
vigilance jusqu’à l’obtention d’une « remise à plat » du
projet et l’engagement d’un réel dialogue avec les élus et
les associations.
Après plusieurs contacts avec Alain Vidalies, Secrétaire
d’État aux transports, et son cabinet, Romain Colas a
obtenu une décision gouvernementale le 17 octobre
dernier permettant de faire droit aux demandes légitimes
du territoire. Il a ainsi été décidé :
➜ l’établissement d’un nouveau calendrier pour la
définition et l’adoption des nouvelles trajectoires ;
➜ l’examen de nouvelles alternatives au projet initial de
la DGAC  ;
➜ la mise en place d’une nouvelle concertation étendue à
toutes les communes concernées ;
➜ la constitution d’un nouveau dossier de consultation.
Cette décision, si elle répond aux attentes immédiates
des élus de notre circonscription, ne constitue qu’une
première étape. Romain Colas entend rester mobilisé
sur ce dossier, avec l’ensemble des acteurs concernés, et
souhaite prendre toute sa part dans la concertation qui
va désormais pouvoir s’engager pour limiter autant que
possible les nuisances aériennes autour de la Forêt de
Sénart et sur les rives de la Seine.

RÉSERVE PARLEMENTAIRE

Une réserve
parlementaire
engagée

en toute
transparence pour
le territoire
Les Députés ont chaque année la
faculté d’attribuer des subventions
à des communes, des établissements
d’enseignement ou des associations dans
le cadre de la « réserve parlementaire ».
Désireux de soutenir les projets répondant
aux besoins des habitants Thierry Mandon
et Romain Colas ont accordé, entre 2012
et 2016, près de 245 000 € de subventions
aux communes de la circonscription pour
soutenir des opérations d’investissement et
302 000 € aux associations et établissements
scolaires pour la réalisation de projets et
l’acquisition de matériels.
Pour l’année en cours, 78 572 € sont en cours
d’attribution aux communes et 51 428 € aux
associations.
Les Députés de la majorité ayant souhaité
plus de transparence dans l’attribution des
subventions, l’ensemble de ces dernières
sont consultables sur le site internet de
l’Assemblée Nationale. Il est à noter que les
communes de Draveil et Epinay-sous-Sénart
n’ont pas souhaité bénéficier de subvention
au titre de la réserve parlementaire de
Romain Colas.
Tableau de l’Eglise de Varennes-Jarcy restauré grâce à la
réserve parlementaire du député. ▼

SÉCURITÉ

Bientôt une gendarmerie à
Saint-Germain-lès-Corbeil
Attentif aux moyens mobilisés pour la sécurité des
habitants de la circonscription et de leurs biens, votre
député est en contact régulier avec les commissaires
et officiers de gendarmerie intervenant dans chacune
de nos 13 communes. Il s’est notamment investi pour
faire aboutir le projet de construction d’une nouvelle
gendarmerie à Saint-Germain-lès-Corbeil.

Conformément à ses engagements, la majorité
parlementaire de gauche a fait le choix, dès 2012, de
renforcer les moyens de nos forces de l’ordre après la
suppression de 13 000 postes de policiers et gendarmes
sous les Gouvernements de François Fillon. Ce
mouvement, bien évidemment, a été amplifié depuis les
attentats qui ont frappé notre pays.
Le Député, interlocuteur régulier des forces de l’ordre
dans le territoire, a échangé à plusieurs reprises avec le
Ministère de l’Intérieur au sujet des besoins d’effectifs
et de matériels dans la circonscription. À ce titre, il sera
attentif aux conditions du déploiement de 180 personnels
supplémentaires dans le département de l’Essonne
annoncé récemment par le Gouvernement.
À la suite de Thierry Mandon, Romain Colas s’est particuliè-

Votre député
engagé à vos côtés
à votre écoute
Suivez Romain Colas sur le web : www.romaincolas.fr

Avec le Football Club de Draveil dont une partie des
équipements a été subventionnée grâce à la réserve
parlementaire. ▼

▲ À la sortie de la réunion avec le Général Christian Rodriguez, conseiller
gendarmerie au Ministère de l’Intérieur, Francis Chouat, Président de
l’agglomération Grand Paris Sud – Seine Essonne Sénart et Yann Pétel,
Maire de Saint-Germain-lès-Corbeil

Avec Cécile Zouzou, Présidente de la MJC de Ris-Orangis
soutenue dans ses projets grâce à la réserve parlementaire. ▼

rement investi pour que la commune de Saint-Germain-lèsCorbeil puisse accueillir au plus vite la nouvelle gendarmerie
dont notre territoire a besoin. Afin d’accélérer la réalisation
de ce projet, il a organisé, en juin dernier, une rencontre au
Ministère de l’Intérieur associant Francis Chouat, Président
de l’agglomération Grand-Paris-Sud et Yann Petel, Maire
de Saint-Germain-lès-Corbeil. La création de cette nouvelle
gendarmerie est désormais en bonne voie et son permis de
construire État a été signé au début du mois de novembre.

Depuis sa prise de fonction, Romain Colas organise chaque semaine une permanence
dans une des communes de la circonscription. Il y reçoit les habitants sur rendez-vous.
Ses collaborateurs et collaboratrices sont disponible, du lundi au vendredi à la permanence
parlementaire située à Ris-Orangis. Vous pouvez entrer en contact avec son équipe par
téléphone au 01 69 52 32 60 ou sur le site internet (rubrique « me contacter »).
En outre, si vous souhaitez assister à des séances à l’Assemblée nationale,
n’hésitez pas à vous adresser à son bureau au Palais Bourbon à l’adresse :
rcolas@assemblee-nationale.fr ou au 01 40 63 60 00.
@romaincolas

8
@ColasRomain

Pellicam • Impression : Grenier • Ne pas jeter sur la voie publique © Assemblée nationale, Ville de Boussy-Saint-Antoine, Ville de Varennes-Jarcy, Romain Colas.

NUISANCES AÉRIENNES

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful