Vous êtes sur la page 1sur 74

Mémoire de stage de deuxième année ENSEGID

18 mai au 4 septembre 2015

Auteur : Laure Bourrières


Tuteur de stage : Bruno de Grissac, Directeur du SMEGREG

Structure d’accueil : Syndicat Mixte d’Etudes et de Gestion de la Ressource en


Eau du département de la Gironde (Bordeaux)
Etablissement de formation : Ecole Nationale Supérieure en Environnement,
Géo-ressources et Ingénierie du Développement Durable (Pessac)
Avertissement

Ce rapport est le résultat du travail effectué par un élève ingénieur de deuxième année
de l’Ecole Nationale Supérieure en Environnement Géo-ressources et Ingénierie du
Développement durable.

Ce document est tel qu’il a été remis par l’élève ingénieur, et ne comporte aucune
correction ni commentaire de l’ENSEGID.

Ce rapport ne doit donc être considéré que comme un exercice de formation

1
Remerciements

Mes premiers remerciements vont à Monsieur Bruno de Grissac, directeur du Syndicat


Mixte d’Etudes pour la Gestion de la Ressource Eau du département de la Gironde, qui m’a
accueilli au sein de sa structure. Je le remercie pour m'avoir accompagnée durant ces seize
semaines et pour la confiance qu'il m'a témoignée. Il a toujours trouvé le temps de répondre à
mes questions, et de me faire partager ses connaissances. Ses encouragements et ses nombreux
conseils ont été précieux.

Ma reconnaissance va aussi aux enseignants de l’ENSEGID pour le temps qu’ils m’ont


consacré et pour leurs conseils : Monsieur Alain Dupuy, directeur de l’ENSEGID, qui malgré
un agenda chargé a toujours trouvé le temps de me recevoir et de m’aider lorsque j’en avais
besoin. Je remercie également Monsieur François Larroque qui a toujours été disponible, et ce
même durant sa période de congé d’été. Merci pour votre aide et pour votre cours de
modélisation.

Je remercie également l’ensemble du personnel du SMEGREG, Clément Guillard,


Frédéric Lapuyade, Patrick Eisenbeis, Françoise Bègue et Pierre Chapelot pour leur accueil et
leur bonne humeur quotidienne.

Enfin, je n’oublie pas Alexis Lafficher. Ta présence et ta gentillesse ont été un


réconfort.

2
Sommaire

Introduction.................................................................................................................... 5
Chapitre 1 : Contexte de l’étude et problématique générale ..................................... 6
1) Présentation de l’organisme d’accueil. ...................................................................................... 6
2) Présentation des projets de champs captants .......................................................................... 6
3) Un impact de ces projets sur la nappe du Plio-quaternaire ................................................... 7
4) Les problématiques soulevées par le rabattement de la nappe ............................................. 8
5) Le drainage, un paramètre à prendre en compte ?.................................................................. 9
Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un fossé sur une
nappe phréatique – Bilan sur l’état des connaissances ............................................ 11
1) Introduction ............................................................................................................................... 11
2) Formules analytiques dans le cas d’un régime permanent ................................................... 11
2.1) Cas d’un fossé reposant sur le mur imperméable d’une nappe libre.......................... 11
2.2) Cas d’une tranchée incomplète dans une nappe libre .................................................. 13
3) Formules analytiques dans le cas d’un régime transitoire .................................................... 14
4) Conclusion .................................................................................................................................. 16
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles
........................................................................................................................................ 17
1) Présentation de la zone d’étude ............................................................................................... 17
1.1) Choix d’un site d’étude ..................................................................................................... 17
1.2) Contexte géologique.......................................................................................................... 18
1.3) Contexte hydrogéologique ............................................................................................... 20
1.4) Contexte topographique et hydrologique ...................................................................... 20
1.5) Végétation et occupation du sol ...................................................................................... 22
1.6) Quelques éléments sur les sols ........................................................................................ 23
1.7) Bilan……………………………………………………………………………..24
2) Recensement des données disponibles ................................................................................... 24
2.1) Données météorologiques................................................................................................ 25
2.2) Données hydrographiques ............................................................................................... 26
2.3) Données piézométriques .................................................................................................. 27

3
Chapitre 4: Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et
interprétations des données ........................................................................................ 30
1) Analyses et interprétations des données piézométriques ..................................................... 30
1.1) Cas du puits S4 ................................................................................................................... 30
1.2) Cas du puits Louchats ....................................................................................................... 31
1.3) Comparaison des chroniques des différents piézomètres ........................................... 31
1.4) Conclusion .......................................................................................................................... 33
2) Etablissement d’un bilan hydrique .......................................................................................... 34
3) Cartographie du réseau de drainage ........................................................................................ 36
4) Conclusion .................................................................................................................................. 41
Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à proximité
d’un fossé de drainage ................................................................................................. 42
1) Introduction ............................................................................................................................... 42
2) Présentation du logiciel PMWIN ............................................................................................ 42
3) Choix du régime d’étude........................................................................................................... 42
4) Choix des paramètres ................................................................................................................ 42
5) Estimation de la conductance du fossé .................................................................................. 43
6) Présentation des résultats et perspectives de recherche ....................................................... 45
7) Comparaison de différents modèles ....................................................................................... 45
8) Conclusion .................................................................................................................................. 47
Chapitre 6 : Propositions d’équipement de sites expérimentaux ........................... 48
1) Introduction ............................................................................................................................... 48
2) Proposition de suivi débimétrique .......................................................................................... 48
3) Proposition de suivi piézométrique ........................................................................................ 50
3.1) Choix d’un site expérimental et méthode ...................................................................... 50
3.2) Propositions de sites expérimentaux .............................................................................. 50
3.3) Equipement du site expérimental.................................................................................... 53
3.4) Discussion........................................................................................................................... 53
Conclusion générale..................................................................................................... 54
Bibliographie................................................................................................................. 55
Table des annexes ........................................................................................................ 69
Table des figures .......................................................................................................... 70

4
Introduction

En Gironde, le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) des nappes


profondes vise à garantir une gestion équilibrée et durable des ressources qui alimentent
l’ensemble du territoire girondin en eau potable. Approuvé en 2003 et révisé en 2013, le
SAGE pose le constat d'une surexploitation de la ressource en eau potable et prévoit la mise
en œuvre de solutions de substitution. Compte tenu des besoins en eau potable identifiés,
plusieurs projets d'envergure devront être réalisés à l'échelle du département. Les études
menées autour de cette problématique ont débouché sur trois grands projets prévoyant la
création de champs captants de grande capacité, avec notamment le champ captant des
Landes du Médoc et le champ captant au Cénomanien en Sud Gironde. Bien que ces derniers
sollicitent des nappes captives profondes, les impacts sur les ressources superficielles n’en
sont pas pour autant négligeables.

Actuellement, de nombreuses études visent à déterminer les relations entre la


dynamique des nappes profondes avec les eaux de surface telles que les cours d’eau et plans
d’eau, mais aussi avec la nappe superficielle du Plio-quaternaire. Néanmoins, en Gironde, une
composante essentielle à cette problématique d’exploitation de la ressource en eau doit être
prise en compte : celle du réseau de drainage. En effet, le territoire présente sur une grande
partie de l’année un surplus d’eau qui nécessite d’être drainé. C’est dans ce contexte que la loi
de 1857 a obligé les communes à assainir le territoire. Ceci explique donc le développement
d’un réseau hydraulique conséquent. Il serait donc intéressant de déterminer dans quelles
mesures des actions sur le drainage permettraient de limiter l’effet des champs captants sur la
nappe superficielle.

Dans ce contexte, le SMEGREG (Syndicat Mixte d’Etudes et de Gestion de la


Ressource en eau du département de la Gironde) souhaite avoir une meilleure connaissance de
l’impact du drainage sur le bilan hydrique du territoire, et envisage la mise en place d’un
protocole d’expérimentation sur un site à définir. L’objectif de ce stage est de réaliser un
travail préliminaire à la mise en place de ce site. Il s’est déroulé en trois phases : un premier
travail bibliographique a été réalisé afin d’établir un bilan de l’état de connaissance actuel sur le
sujet. A l’issue de cette recherche bibliographique, un travail de terrain a permis de définir un
site d’étude. Une analyse des données disponibles sur ce site a ensuite été effectuée, dans le
but d’appréhender au mieux le comportement de la nappe du Plio-quaternaire à proximité
d’un fossé de drainage. Puis, un travail de modélisation a été réalisé afin de simuler, dans la
mesure du possible, le comportement de la nappe à proximité d’un fossé. Ce travail aboutira in
fine, à une proposition d’équipement de site expérimental. La mise en place de ce site et
l’analyse des résultats qui en seront issus, feront l’objet d’un prochain travail encadré par le
SMEGREG.

5
Chapitre 1 : Contexte de l’étude et problématique générale

Chapitre 1 : Contexte de l’étude et problématique générale

1) Présentation de l’organisme d’accueil

Le SMEGREG est un établissement public de coopération entre le Conseil Général de


Gironde et la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux). Il a été créé en 1998, suite au
constat de la surexploitation de certaines nappes profondes, et a pour principale mission
l’étude de la faisabilité de toutes les solutions de substitution envisageables. Le SMEGREG
compte aujourd’hui quinze membres, en plus du département et de Bordeaux Métropole.

2) Présentation des projets de champs captants

En 2009, la Commission Locale de l’Eau du SAGE Nappes profondes a jugé trois


projets comme étant susceptibles d’être mis en œuvre : champs captants de l’Oligocène de
Sainte-Hélène, du Cénomanien de sud Gironde et exploitation des nappes alluviales de la
Garonne. Ces projets d’envergure ont pour objectif objectif la production de dix à douze
millions de mètres cubes par an d'eau, dans le but d’assurer l’alimentation en eau potable du
département. Les deux premiers ont été retenus (fig. 1)

Champ captant de
l’Oligocène Sainte
Hélène

Champ captant au
Cénomanien sud
Gironde

Figure 1 : Localisation géographique des projets de champ captant

La réalisation de ces champs captants pourrait selon leurs configurations avoir un


impact sur la nappe phréatique du Plio-quaternaire et sur les ressources en eau superficielle.
Actuellement, plusieurs études visent à déterminer leur impact sur celles-ci.
Cette partie fera donc l’objet d’un état des lieux de la situation et justifiera l’intérêt de
prendre en compte la problématique du drainage lors de la recherche de solutions de
substitution.

6
Chapitre 1 : Contexte de l’étude et problématique générale

3) Un impact de ces projets sur la nappe du Plio-quaternaire

Bien que les captages sollicitent des nappes profondes, les connexions hydrauliques
entre les différentes formations géologiques de la région engendrent des répercussions non
négligeables de ces prélèvements sur les eaux superficielles. Des études sur les deux sites
retenus, visant à évaluer les impacts de ces projets sur la ressource en eau superficielle, ont été
menées depuis plusieurs années par différents acteurs tels que le BRGM (Bureau de
Recherches Géologiques et Minières), le SMEGREG ou encore l’ENSEGID (Ecole Nationale
Supérieure en Environnement, Géo-ressources et Ingénierie du Développement durable).

Site de l’Oligocène Landes du Médoc (Sainte-Hélène)


En 2015 le BRGM a présenté les résultats d’une étude utilisant un modèle conçu pour
évaluer de façon fine l’impact du projet de champ captant sur les nappes de surface.
Cette étude a montré que, dans les conditions les plus pénalisantes de recharge de la
nappe, un prélèvement de 10 millions de m3 d’eau par an, dans la formation Oligocène des
Landes du Médoc, engendrerait un rabattement maximal de la nappe du Plio-quaternaire de
48 cm. La superficie impactée par un rabattement supérieur à 30 cm serait de 89 km² au
maximum. La figure ci-dessous (fig. 2) présente dans le cas des hypothèses les plus
contraignantes, la répartition géographique de l’impact du champ captant sur la nappe du Plio-
quaternaire, en période d’étiage (site SMEGREG dédié au champ captant des Landes du Médoc).

Figure 2 : Cartographie des valeurs rabattement engendrées par le champ captant des Landes du Médoc sur la
nappe du Plio-quaternaire, dans le cas d’hypothèses les plus contraignantes (BRGM Aquitaine)

Site du Cénomanien sud Gironde


Parallèlement, des études ont été menées par l’ENSEGID, visant à évaluer l’impact du
champ captant au Cénomanien. Plusieurs scénarios ont été testés, chacun présentant des

7
Chapitre 1 : Contexte de l’étude et problématique générale

implantations du champ captant et des débits d’exploitation différents. L’ensemble de ces


simulations a montré que les rabattements induits sur la nappe du Plio-quaternaire ne peuvent
être considérés comme négligeables. Dans l’hypothèse d’un prélèvement de 12 millions de
m3/an, valeur retenue actuellement par le SMEGREG, les rabattements maximaux seraient
compris entre 3,5 m et 5 m. Les iso contours de rabattement suivant trois scénarios différents
sont présentés sur la figure suivante (fig. 3). Il est à préciser ici que le modèle utilisé pour ces
simulations n’est pas adapté pour l’évaluation de l’impact sur la nappe phréatique,
contrairement à celui du BRGM évoqué précédemment.

Figure 3 : Cartographie du rabattement de la nappe du Plio-quaternaire, engendré par le champ captant du Cénomanien, et
calculé selon trois scénarios (Dupuy et al, 2012)

4) Les problématiques soulevées par le rabattement de la nappe

Les enjeux associés aux variations du niveau de la nappe du Plio-quaternaire sont


multiples et suscitent de vives polémiques, en particulier pour le projet de champ captant des
Landes du Médoc. Lors des réunions de concertation, les acteurs locaux, et notamment les
professionnels de la production forestière, ont manifesté leurs craintes face aux impacts
négatifs de la baisse du niveau de la nappe.

Impact sur la production forestière


La forêt de pin maritime couvre la quasi-totalité de la zone concernée par le
rabattement de la nappe. La production de pin maritime, enjeu économique important, est
directement menacée par ce rabattement. Marie Guillot a étudié dans sa thèse les relations
existantes entre la nappe du Plio-quaternaire et les peuplements forestiers (Guillot, 2011). Elle
démontre que la productivité forestière est en premier lieu différenciée par le niveau de la
nappe sous-jacente.

Les pins maritimes sont capables d’adapter la profondeur de leur système racinaire en
fonction de la profondeur de la nappe. Ainsi, ils auront des racines plus superficielles dans les
zones plus humides, et des plus profondes dans les zones plus sèches. Mais cette résilience a

8
Chapitre 1 : Contexte de l’étude et problématique générale

des limites : le système racinaire, une fois en place, s’adapte moins facilement aux changements
de conditions. L’arbre n’est en effet pas capable de « descendre » ses racines si facilement dans
le cadre d’un rabattement de nappe.

Par ailleurs, L. Lacroix dans son mémoire (2010) rapporte : « un facteur limitant en
matière d’alimentation du pin maritime est sa capacité de prélèvement racinaire de faible
profondeur. Au-delà d’un mètre (présence de la couche d’alios), malgré un sous solage, l’arbre
ne prélève plus d’eau. Aussi lorsque la nappe descend en dessous de 30 cm du niveau des
racines, l’arbre n’est plus alimenté ». Il se retrouve en situation de stress hydrique, et cela
entraîne un affaiblissement pouvant aller jusqu’au dépérissement en cas d’épisodes répétés.

En période estivale, un rabattement de nappe de l’ordre de 50 cm pourrait donc avoir


des répercussions sur la production sylvicole.

Impact sur la défense de forêt contre les incendies


Le département est fortement exposé aux incendies de forêts en période de sécheresse.
La nappe de surface fournit une ressource rapidement accessible et disponible pour les
secours. Une réserve doit rester suffisante pour subvenir à la lutte contre les incendies, l'eau
étant puisée dans les points d’eau forestiers alimentés par la nappe des sables (réunion Landes de
Médoc 12 décembre 2014, Commissions locales de l’eau des SAGE Lacs Médocains et SAGE Nappes
Profondes).

5) Le drainage, un paramètre à prendre en compte ?

Le drainage, indispensable dans les Landes du Médoc


En période hivernale, suite aux périodes de forte pluviométrie, l’eau s’infiltre et la
nappe superficielle remonte. La nappe peut arriver jusqu’à la surface du sol, le sol est alors
totalement engorgé. Afin d’éviter cet engorgement, le drainage consiste à établir un réseau de
fossés pour évacuer les surplus d'eau. Il permet donc d’abaisser le niveau de la nappe dans les
zones problématiques en hiver.

Figure 4 : illustration du fonctionnement d'un fossé sylvicole (Chossat, 1995)

9
Chapitre 1 : Contexte de l’étude et problématique générale

Les fossés sont rarement actifs en été, le niveau de la nappe étant suffisamment bas.
Cependant, on peut supposer qu’ils ont un impact indirect sur le niveau de la nappe en
période d’étiage. En effet, le drainage en hiver détermine une « réserve initiale » d’eau
disponible avant le début de la période de sécheresse. Autrement dit, en période d’étiage, le
niveau initial d’eau ne sera pas le même suivant le drainage s’étant effectué préalablement.

En Gironde et dans la zone d’étude, le drainage présente une importance particulière.


Jusqu’au milieu du XIXeme siècle, la majeure partie de la lande se résumait à de grandes
étendues nues, marécageuses, plates et insalubres. L’assainissement s’est étendu sur l’ensemble
du territoire des Landes de Gascogne dans la deuxième moitié du XIXème siècle, et a été
essentiel pour l’installation de la forêt connue actuellement.

Par l’importance de son étendue, et par son influence sur le niveau de la nappe, il
parait donc légitime de prendre le drainage en considération dans l’étude de l’impact du champ
captant sur la nappe du Plio-quaternaire. Il pourrait en effet constituer un levier d’action pour
diminuer le rabattement de la nappe.

Marge d’action au niveau du réseau de drainage ?


Réduire le niveau de la nappe des sols engorgés l’hiver est une nécessité pour les
sylviculteurs. Mais préserver un niveau suffisant de la nappe l’été l’est tout autant.
Il y a donc un optimum à trouver, qui correspond au niveau maximum de la nappe en hiver
tolérable par les pins. Il pourrait être intéressant de voir comment une modulation du
drainage en hiver pourrait limiter le rabattement de la nappe en période estivale et par-là
même compenser son abaissement lié au champ captant.

Dans ce sens, connaitre le comportement précis de la nappe drainée permettrait de


répondre aux questions suivantes :
 Par rapport aux impératifs forestiers, le drainage actuel est-il optimum ?
 Si non, quels paramètres pourraient être modifiés ?

La connaissance du comportement nappe/fossé est donc un préalable indispensable


pour pouvoir évaluer, puis envisager des actions sur le réseau de drainage. La suite de l’étude a
pour but de comprendre et caractériser ce comportement sur la zone impactée par le projet de
champ captant.

10
Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un fossé sur une nappe phréatique - Bilan sur l’état des connaissances

Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un


fossé sur une nappe phréatique – Bilan sur l’état des connaissances

1) Introduction

Plusieurs modèles ont été établis de manière à décrire l’écoulement de l’eau dans un
profil de sol drainé par un fossé. La complexité de ces modèles augmente en fonction du
nombre de dimensions choisies, du régime utilisé (transitoire ou permanent), ou encore de la
prise en compte ou non d’une zone non saturée. C. Dère (2000) a réalisé, dans son mémoire
de stage, une synthèse des différents modèles d’écoulement. Néanmoins, certains auteurs ont
cherché à établir des solutions analytiques visant à évaluer de manière simplifiée, l’influence
d’un fossé de drainage sur une nappe d’eau superficielle. Dans ce chapitre, les différentes
formules citées dans la bibliographie seront énumérées, et l’analyse des limites de leur
utilisation sera effectuée.

2) Formules analytiques dans le cas d’un régime permanent

2.1) Cas d’un fossé reposant sur le mur imperméable d’une nappe libre

Des formules analytiques permettent de déterminer le rabattement de la nappe à


proximité d’un fossé, ainsi que le rayon d’influence (L) de celui-ci, dans le cas où il reposerait
directement sur un substratum imperméable.

H : niveau piézométrique de la nappe au


repos (en m)
L : distance d’influence du fossé (en m)
ho : niveau d’eau dans le fossé (en m)
x : distance par rapport au fossé (en m)
Q : débit drainé par le fossé (m3/s)

Figure 5 : Représentation schématique d'un fossé reposant le mur d'un aquifère

Formule obtenue à partir de l’équation de Dupuit


A partir de la formule de Dupuit et de l’équation de Darcy, les formules suivantes ont
été obtenues :

h (x) = √(H 2 − ho2 ). x/L + ho² (1)

11
Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un fossé sur une nappe phréatique - Bilan sur l’état des connaissances

Lfossé . K .(ho2 −h2 )


L= Q (2)
2 .( )
2

Limites et conditions d’application


 Le fossé repose sur un substratum imperméable. Cette hypothèse n’est que rarement
vérifiée dans la réalité mais peut être valable si une couche argileuse est présente au
sein de l’aquifère. Ainsi, les flux verticaux issus d’un échange d’eau via le fond du fossé
ne sont pas pris en compte ;
 La porosité et la perméabilité du milieu poreux sont considérées comme homogènes et
isotropes. Cette hypothèse est ici encore rarement observée sur le terrain ;
 Les hypothèses de Dupuit-Forcheimer doivent être vérifiées : les écoulements dans la
zone non-saturée ne sont pas pris en compte et la composante verticale des
écoulements dans la nappe est négligée.

Cette formule ne prend donc pas en considération l’existence d’une convergence des
lignes d’écoulement à proximité du fossé, à l’origine du phénomène de suintement (Dère,
2000). En effet, il a été montré (Muskat, 1937) qu’il existe une différence de niveau entre la
surface libre de la nappe et le niveau de l’eau dans le fossé. La non prise en compte de cette
surface de suintement engendre une sous-estimation du niveau de la nappe, et ce notamment à
proximité du fossé. D’autre part, il existe un flux d’eau entre la zone non saturée et le fossé. La
non prise en compte de ce flux engendre cette fois-ci une surestimation du niveau de la nappe
(Dère, 2000).

Formule citée par Schneebeli (1966)

2 π . K . prof . (H−ho)
L = 4 Lfossé . exp( (3)
Q

Avec,
K : conductivité hydraulique de l'aquifère (en m/s)
Lfossé : longueur du fossé (m)

Limites et conditions d’application :


 La tranchée repose sur un substratum imperméable, ce qui engendre les mêmes
problèmes que précédemment ;
 La porosité et la perméabilité du milieu poreux sont considérées comme homogènes et
isotropes.

Comparaison des résultats


Application numérique de ces deux formules dans le cas d’un fossé type de bordure de
piste, de section trapézoïdale, et dont les caractéristiques sont les suivantes :

Le fossé présente un linéaire de 2000 m.


1,5 m

0.5 m

12
Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un fossé sur une nappe phréatique - Bilan sur l’état des connaissances

Par souci de simplification, on considère que le niveau de la nappe au repos est situé à
la surface du sol, soit la charge hydraulique initiale H = 1,5 m.
Le débit drainé par le fossé est fixé à 10 L/s. La perméabilité et la porosité du milieu sont
estimées respectivement à 10-3 m/s et 15% (valeurs représentatives de notre secteur d’étude
d’après Guillot, 2010).
En prenant une hauteur d’eau dans le fossé de 50 cm, la formule dérivée de l’équation de
Dupuit (2) donne une valeur de rayon d’influence de 200 m. Celle citée par Schneebeli (3)
donne une valeur de 940 m. La différence entre ces deux valeurs n’est donc pas négligeable, et
aucune conclusion ne peut être tirée des résultats obtenus.

2.2) Cas d’une tranchée incomplète dans une nappe libre

Dans la plupart des cas, les fossés rencontrés en Gironde ne sont que partiellement
pénétrants. Ainsi, au flux d’eau horizontal drainé par le fossé, il est nécessaire d’ajouter une
autre composante, résultant d’un échange d’eau vertical via le fond de la tranchée. Il n’est alors
plus possible ici d’appliquer l’équation de Dupuit, et qui, d’autant plus, présentait déjà un
certain nombre de limites. La résolution de ce type de problème en est alors plus difficile.

H : charge hydraulique de la nappe au


repos (en m)
L : distance d’influence du fossé (en m)
ho : charge hydraulique dans le fossé
(en m)
x : distance par rapport au fossé (en m)
Q : débit drainé par le fossé (en m3/s)

Figure 6 : Représentation schématique d'un fossé ne reposant pas sur une limite imperméable

Formule déterminée par Chapmann


La détermination de l’influence d’une tranchée incomplète dans une nappe libre étant
beaucoup plus difficile à obtenir théoriquement, des expérimentations ont été réalisées dans le
but d’évaluer l’impact d’une telle structure sur le niveau d’une nappe libre. Chapmann a ainsi
obtenu à partir d’essais sur modèle, une formule empirique applicable dans les cas où L/H > 3
(Cassan, 1986).
K
L = (H 2 − ho2 ). (H − 0.27). ho. 2.Q.H (5)

Limite :
Cette formule a été établie de manière empirique, et dès lors que les conditions varient,
les résultats obtenus peuvent être discutables. Néanmoins, dans la littérature, seule la
condition L/H > 3 est précisée.

Application numérique :
Il est considéré ici que la charge hydraulique de la nappe au repos (H) est de 50 m
(épaisseur estimée de l’aquifère Plio-quaternaire d’après la thèse de Marc Saltel, 2008). Celle
dans le fossé est donc fixée à 49 m. En gardant les mêmes paramètres hydrodynamiques que
13
Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un fossé sur une nappe phréatique - Bilan sur l’état des connaissances

précédemment, le rayon d’influence est proche de 364 m. La condition L/H > 3 est bien
respectée. Le résultat obtenu se rapproche donc de celui obtenu à partir de la formule de
Dupuit, bien que sa valeur soit plus élevée. Néanmoins, ne connaissant pas les conditions
exactes de l’essai ayant permis d’aboutir à cette formule analytique, il est difficile de tirer des
conclusions de ce résultat.

Formule Jacob Bear (hydraulics of groundwater)


Des études ont également permis de déterminer le rabattement engendré par un fossé
partiellement pénétrant dans un aquifère épais. Jacob Bear (1979) a notamment établi une
relation donnant le niveau piézométrique de la nappe à une distance connue du fossé, dans
l’hypothèse que celle-ci soit négligeable par rapport à la longueur totale du fossé :

Q Lfossé
h (x) = H − 2π.K.Lfossé . ln( ) (6)
x

Avec, K : la perméabilité du milieu (m/s)


Lfossé : la longueur du fossé (m)

Application numérique et limite :


L’application de cette formule a abouti à des résultats incohérents : pour un débit de
10 L/s, et un fossé dont les caractéristiques sont identiques à celles définies précédemment, les
valeurs de rabattement obtenues à proximité du fossé sont de l’ordre du centimètre, ce qui
reste très peu probable.

3) Formules analytiques dans le cas d’un régime transitoire

Le régime permanent constitue le régime le plus simple à étudier, cependant il ne tient


pas compte du paramètre temporel. Seul le régime transitoire prend en considération les
variations de hauteur d’eau au cours du temps.

Jacob Bear (1972) a établi une méthode de linéarisation de l’équation de Boussinesq.


Celle-ci est notamment utilisée pour la résolution de problèmes relevant du drainage agricole,
en régime transitoire.

H : niveau piézométrique de la
nappe au repos (en m)
ho : niveau d’eau dans le fossé (en
h H m)
(x) x : distance par rapport au fossé
(en m)
o

x
Figure 7: Représentation schématique d'un fossé dans le cas des hypothèses d'application
de la linéarisation de l'équation de Boussinesq

On considère ici qu’à l’instant t = 0, le niveau de la nappe diminue brutalement d’une distance
B, avec l’hypothèse B << ho vérifiée.
14
Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un fossé sur une nappe phréatique - Bilan sur l’état des connaissances

Ainsi, à t < 0 et x > 0, h = H


t > 0, x = 0, h = ho

Pour tout x > 0, le rabattement de la nappe s’exprime via la formule :

n . x2
𝑠 (𝑥, 𝑡) = H − h (x, t) = (H − ho). (1 − erf √ )
4. K. H

Avec, K la perméabilité du milieu (m/s) et n sa porosité effective.


De plus, le débit drainé par le fossé à l’instant t est donné par la formule suivante :

2. (H − ho). K. Ho
Q (t) =
t
√4π. K. H.
𝑛

Limites et conditions d’application


 Le fossé repose sur un substratum imperméable ;
 La porosité et la perméabilité du milieu poreux sont considérées comme homogènes et
isotropes ;
 Les hypothèses de Dupuit-Forcheimer doivent être vérifiées, ce qui engendre les
mêmes problèmes que précédemment.

Application numérique :
En prenant les mêmes conditions d’application que précédemment, soit H = 50 m et
ho = 49 m, et une valeur de porosité de 15% la courbe de rabattement en fonction de
l’éloignement au fossé a été obtenue pour des temps différents :

Rabattement de la nappe en fonction de la distance au fossé


1,2

1
temps (heure)
0,8
Rabattement (m)

0,5
0,6
1
0,4 2
5
0,2
10
0 24
0 100 200 300 400 500
120
distance au fossé (m)

Figure 8 : Rabattement de la nappe en fonction de la distance au fossé

Au vu des limites exposées ci-dessus, ces résultats sont difficilement exploitables. Ils
donnent cependant une première idée de l’influence que peut avoir le fossé sur le niveau de la
nappe. De plus, il est à remarquer que le rayon d’influence du fossé dépend considérablement
du temps écoulé depuis l’entrée en fonctionnement du fossé.

15
Chapitre 2 : Approche théorique visant à évaluer l’influence d’un fossé sur une nappe phréatique - Bilan sur l’état des connaissances

4) Conclusion

Les formules analytiques présentent un avantage pratique du fait de leur simplicité et


de la prise en compte d’un faible nombre de paramètres. Néanmoins, elles ont été établies
pour des conditions d’application bien particulières, que l’on ne retrouve que rarement dans la
réalité. Ainsi, peu d’informations permettent d’appréhender le comportement d’une nappe à
proximité d’un fossé, et il apparait nécessaire d’approfondir nos connaissances sur ce sujet à
partir d’une analyse des données de terrain.

16
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des


données disponibles

Dans ce contexte d’étude, peu de connaissances sont disponibles pour appréhender le


comportement d’une nappe à proximité d’un fossé. Dans cette partie, une zone dont l’étude
pourrait s’avérer utile pour répondre au problème posé va être identifiée. Après une
présentation de la zone choisie, nous en étudierons les données disponibles, et celles qu’il
resterait à acquérir dans l’hypothèse de la mise en place d’un site expérimental.

1) Présentation de la zone d’étude

1.1) Choix d’un site d’étude

Deux bassins versants ont été préalablement retenus comme sites d’étude potentiels.

 Le bassin versant du Bouron a fait l’objet de nombreux suivis lors d’études menées par
l’INRA : suivis piézométriques, météorologiques, hydrologiques et cartographie
floristique. Cependant, ce bassin versant présente une topographie relativement
encaissée, pouvant impacter la dynamique nappe/fossé. En outre, les piézomètres sont
installés sur des propriétés privées, rendant leur accès plus difficile. Enfin, ce bassin
versant ne se situe pas dans la zone touchée par le projet de champ captant.
 Le bassin versant de la Nère, situé près de la commune de Saint Magne, a également
été identifié. Il présente un certain nombre de données, telles que des relevés
piézométriques et des mesures limnométriques. Le site est peu encaissé et le drainage
naturel n’est pas suffisant en période de précipitations : le réseau de drainage est donc
relativement bien développé et fonctionnel. De plus, il est localisé sur la zone prédite
comme impactée par le champ captant du Cénomanien.

Une étude de l’influence des fossés de drainage sur la nappe du Plio-quaternaire s’avère
donc particulièrement pertinente sur le bassin versant de la Nère (fig. 9).

17
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Figure 9 : Localisation géographique du bassin versant de la Nère et de la zone d’influence du champ captant
(source : IGN scan 100)

1.2) Contexte géologique

Dans le secteur Sud-Gironde, la géologie de surface est marquée par la présence des
formations du Plio-quaternaire qui recouvrent de manière assez homogène l’ensemble du
territoire. Il s’agit d’un ensemble de séries détritiques continentales, sablo-graveleux, sus-
jacents aux glaises datant du Miocène. Un log sédimentaire de la formation est présenté en
annexe 1. La carte géologique de BRGM au cinquante millième permet de visualiser les
couches géologiques affleurant sur le site d’étude et sur la zone qui serait impactée par le
projet de champ captant (fig. 10).

18
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Figure 10 : Carte géologique de la zone d’étude (source : BRGM)

L’homogénéité géologique y est vérifiée : deux formations prédominent. Elles


correspondent aux formations fluvio-aériennes, appelées généralement Sables des Landes
(NF), et à des formations fluviatiles plus anciennes (IVa et IVb). Il est cependant à noter que
des affleurements du Maastrichtien et du Cénomanien sont visibles à proximité de Villagrains.
Leur présence s’explique par l’existence d’une structure géologique majeure : l’anticlinal de
Villagrains-Landiras.
Des logs sédimentaires sont également disponibles sur le site Infoterre. Ceux réalisés dans la
zone d’étude ou aux alentours, ont montré que la formation du Plio-quaternaire présente une
épaisseur pouvant aller de 3 m à 20 m.

19
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Le bassin versant de la Nère et la zone qui serait impactée par le projet de champ
captant sont donc caractérisés par le recouvrement homogène de la formation du Plio-
quaternaire, bien que celle-ci présente quelques variabilités géographiques.

1.3) Contexte hydrogéologique

Les formations du Plio-quaternaire décrites précédemment sont des formations


poreuses et perméables, assimilables à des réservoirs. D’après la thèse de Marc Saltel (2008),
chacune des séquences de cet ensemble constitue un aquifère pouvant être, soit en
communication, soit isolé des autres par des niveaux argileux. En outre, deux grands
ensembles d’aquifères ont été identifiés : la nappe des Sables des Landes, correspondant à la
partie libre du système, et les graviers de base du Pliocène. La nappe des Sables des Landes
occupe l’ensemble de la zone d’étude. L’analyse des logs sédimentaires disponibles sur le
secteur a montré que son épaisseur pouvait varier de 2,6 m à 34 m. De plus, les paramètres
hydrodynamiques de ce réservoir ne sont pas homogènes géographiquement, mais on
approximera par la suite sa perméabilité à 2.10-3 m/s et sa porosité à 14% (Saltel, 2008).

Essentiellement alimentée par l’infiltration directe des précipitations, cette nappe est
drainée par le réseau hydrographique. Il existe également des connexions avec les nappes plus
profondes, qui sont responsables de l’impact du champ captant sur celle-ci.

La carte piézométrique de la nappe montre qu’elle est à relier à la topographie


(Chevalier-Lemire et al, 2014). Trois principaux comportements ont pu être mis en évidence, et
correspondent aux trois principales situations géomorphologiques des Landes (Aurouze, 1974 ;
Cottinet, 1974) :
 Les zones à proximité des vallées : ce sont les zones drainées par les cours d’eau. La
nappe est profonde, avec une amplitude de battement saisonnière élevée qui peut
dépasser les 3 m ;
 Les zones intermédiaires : elles occupent les versants drainés des basses et moyennes
vallées des cours d’eau. L’amplitude de battement de la nappe phréatique reste élevée,
de l’ordre de 1 à 3 m ;
 Les zones d’interfluves : les sols de ces zones sont mal drainés. Ils étaient autrefois
inondés en hiver. Les travaux de drainage ont permis de rabaisser la profondeur de la
nappe à cette période, même si elle y reste très proche de la surface. Les variations
saisonnières de la nappe sont généralement inférieures à un mètre.

Il est donc important de souligner le rôle crucial de la topographie et du micro relief


dans la répartition de la nappe.

1.4) Contexte topographique et hydrologique

Les Landes constituent une large étendue plane avec une pente moyenne de l’ordre de
1,25%. Cependant, la topographie et le microrelief varient fortement à l’échelle parcellaire
impactant la nappe comme il a été montré précédemment.

Le bassin versant de la Nère se situe à l’interfluve entre la Leyre, à l’ouest, et la


Garonne, à l’est. L’écoulement général des eaux superficielles se produit d’ouest en est (Dupuy
20
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

et Asmael, 2013) à travers un réseau hydrographique récent et peu ramifié. Le réseau de


drainage y est donc dense et il en est de même sur la zone que serait impactée par le champ
captant.

D’après la bibliographie, le réseau de drainage sylvicole dans le massif des Landes est
organisé de la manière suivante (Vernier et Castro, 2010) :
 Un réseau tertiaire, qui entoure certaines parcelles forestières. Les fossés, espacés de
150 m, ont une profondeur d’environ 50 cm (Lacroix, 2010). Ce réseau est entretenu
ou non en fonction des besoins sylvicoles (plantations, jeunes peuplements etc.) ;
 Un réseau secondaire, qui collecte les réseaux tertiaires. Ils bordent en général les
pistes forestières, et présentent des largeurs et profondeurs plus importantes, pouvant
aller jusqu’à 1,2 m. Ce réseau est relativement bien entretenu, du fait de son rôle dans
la protection contre les incendies ;
 Le réseau primaire, c’est le réseau structurant permanent. De création ancienne, il est
constitué par les crastes ou canaux larges et profonds. Contrairement au réseau
tertiaire et secondaire, il reste en fonctionnement et présente des écoulements la
majeure partie de l’année.

Une couche SIG, fournie par la DFCI, fait état du réseau hydrographique et y inclut le
réseau de drainage. Ces informations, même si elles présentent des limites qui seront détaillées
par la suite, permettent de visualiser la densité du réseau de drainage sur le secteur d’étude (fig.
11).

Figure 11 : Carte du réseau hydrographique de la zone d’étude

21
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

1.5) Végétation et occupation du sol

Il convient ici de faire une distinction entre végétation herbacée et de sous-bois et


végétation arborée.

Végétation herbacée
La végétation herbacée est fortement influencée par le niveau de la nappe et sa
variation saisonnière, lui-même influencé par la topographie et le réseau hydrographique (fig.
12). Ainsi, trois grands types de végétation peuvent être différenciés (Augusto, 2006), qui
correspondent aux trois situations géomorphologiques décrites précédemment :
 La lande sèche, que l’on retrouve en bordure de cours d’eau ou de fossé. Les sols sont
bien drainés, la nappe est profonde et son niveau se trouve au-delà de 2 m de
profondeur par rapport à la surface. Cette lande est caractérisée par un sous-bois de
bruyères cendrées et de callunes ;
 La lande mésophile, qui occupe les versants drainés des basses et moyennes vallées des
cours d’eau. L’amplitude de battement de la nappe phréatique reste élevée, et la
profondeur de la nappe fluctue entre 1 et 2 m. Cette lande est caractérisée par un sous-
bois d’ajoncs d’Europe, de bruyères cendrées et de fougères ;
 Enfin, la lande humide, qui occupe la grande partie du massif landais. Elle est
caractéristique des zones mal drainées des interfluves. La nappe présente une
profondeur proche de 30 cm et peut affleurer le sol en hiver ; son amplitude de
battement est relativement faible. Elle est caractérisée par la présence de molinies, de
bruyères ciliées et de bruyères à quatre angles.

L’étude de la végétation herbacée peut donc s’avérer un outil intéressant dans la


recherche d’un site à nappe superficielle, et ce notamment l’été.

Figure 12 : Représentation schématique de l’organisation des principaux pédopaysages des Landes (Jolivet et al,
2007)

22
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Végétation arborée
La forêt de pin maritime recouvre en grande majorité la zone impactée, dont la zone
d’étude (fig. 13).

Figure 13 : Carte d’occupation du sol de la zone d’étude (source : base de données Corine Land Cover)

L’occupation du sol du bassin versant de la Nère est donc représentative de la zone


impactée.

1.6) Quelques éléments sur les sols

La texture des sols est à relier directement à la géologie. Elle est presque exclusivement
sableuse, avec une forte proportion de sables grossiers (entre 60 et 70%). Il s'agit donc de sols
extrêmement filtrants. La grande porosité et la faible cohésion des éléments sableux induisent
une faible réserve utile. Lors des épisodes pluvieux, les sols saturent donc rapidement
(engorgement hivernal) et se ressuient très vite en période sèche (Vernier et Castro, 2010).

La hauteur de nappe et ses variations jouent aussi un rôle important, en impactant sur
la pédogénèse. Ainsi, les sols engorgés auront des propriétés, en particulier physico-chimiques,
différentes de celles des sols bien drainés.

23
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

1.7) Bilan

Une majeure partie des Landes de Gascogne est recouverte par la formation du Plio-
quaternaire, au sein de laquelle se trouve la nappe des Sables des Landes. La topographie
générale est aussi régulière, l’ensemble du territoire formant un vaste plateau aux faibles
pentes.

Cependant, derrière cette homogénéité apparente à l’échelle du territoire, se cache une


forte variabilité à l’échelle du bassin versant, voire parcellaire. Le micro relief et le réseau
hydrographique impactent fortement la profondeur de la nappe et ses variations saisonnières.
La majeure partie des sols du massif sont mal drainés, d’où un réseau de drainage conséquent.

C’est dans ce cadre que se situe la zone impactée par le potentiel champ captant au
Cénomanien. Le bassin versant de la Nère, inclus dans la zone, en est représentatif à tous les
niveaux. L’étude des données disponibles est donc pertinente et son interprétation semble
généralisable à l’ensemble de la zone.

2) Recensement des données disponibles

Le bassin versant de la Nère et ses alentours proches présentent un certain nombre de


données disponibles qui pourraient être utiles pour cette étude :
 données météorologiques (fournies par Météo France) ;
 données piézométriques (BRGM, ENSEGID, SMEGREG) ;
 données limnométriques (ENSEGID, SMEGREG).

La localisation des données qui seront utilisées par la suite figure sur la carte suivante :

24
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Figure 14 : Localisation géographique des différentes stations de mesures (Source : IGN scan 25)

2.1) Données météorologiques

Afin d’étudier au mieux la dynamique de la nappe du Plio-quaternaire, il est nécessaire


de prendre en compte les caractéristiques climatiques du secteur d’étude. Une demande auprès
de Météo France a permis d’acquérir un certain nombre d’informations indispensables à
l’étude : données de précipitations, données de pressions atmosphériques et données
d’évapotranspiration calculées à partir de la formule de Penman-Monteith. Les chroniques
obtenues à partir de celles-ci sont disponibles en annexe 2. Il est important de préciser ici que
les valeurs d’évapotranspiration sont surestimées par rapport aux valeurs réelles. En effet,
l’évapotranspiration potentielle est une grandeur calculée en considérant que l’alimentation en
eau n’est pas le facteur limitant. Ceci n’est pas vérifié dans la réalité, mais les valeurs
d’évapotranspiration réelles restent difficilement mesurables sur le terrain.

La station météorologique est située à Mérignac, soit à une trentaine de kilomètres de


la zone d’étude. La différence d’altitude entre ces deux secteurs étant de 16 mètres, si l’on ne
considère que ce paramètre, la variation de pression devrait être de l’ordre de 2 hPa. En outre,
25
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

une comparaison des données de Météo France avec celles issues d’un baromètre situé à
Hostens a abouti, sur toute la durée d’acquisition (juin 2011 à mars 2012) à des chroniques
évoluant en phase, mais présentant une différence constante, de 15 hPa (+/- 3 hPa) (fig.15).
Celle-ci est probablement due à une erreur de calibrage des sondes Diver et les données
fournies par Météo France peuvent donc être utilisées pour cette étude.

1050
1045
Pression atmosphérique (hPa)

1040
1035
1030 Baromètre
hostens
1025
1020 Météo France
1015
1010
1005

Figure 15 : Comparaison des valeurs de pression atmosphérique entre la station Mérignac- Météo France et un baromètre à Hostens

2.2) Données hydrographiques

Lors d’une étude menée par Dupuy et Asmael (2013) sur les relations eaux souterraines -
eaux superficielles, la mise en place d’un suivi limnométrique sur les cours d’eau du Bruillet et
du Braut a été effectuée. La détermination de hauteur d’eau au cours du temps peut être
réalisée par des mesures de pressions : la pression régnant au fond du fossé peut être convertie
aisément en mètres de colonne d’eau. Pour ce faire, des sondes barométriques ont été placées
au sein des deux cours d’eau. La localisation des stations de mesure figure sur la carte (fig.14).
Ces sondes ont été programmées de manière à effectuer une mesure de pression absolue
toutes les heures. Ces valeurs doivent ensuite être compensées par les données de pressions
atmosphériques. La hauteur d’eau (h) présente dans le cours d’eau peut être déterminée partir
de la formule suivante :

(𝑃𝑎𝑏𝑠𝑜𝑙𝑢𝑒 − 𝑃𝑎𝑡𝑚)
ℎ=
ρ. g

Du fait d’un dysfonctionnement du matériel, seules les données acquises à la station du


Bruillet pour la période comprise entre mai 2011 et mai 2013 ont pu être récupérées et traitées.
Les chroniques de hauteurs d’eau obtenues sont présentées en annexe 3.

En toute logique, des chroniques de débits peuvent être déduites à partir de la formule
de Manning Strickler, si les dimensions des radiers et sa pente sont connues. Ces paramètres
ont donc fait l’objet d’une mesure sur le terrain. Néanmoins, les mesures ont révélé une pente

26
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

sur le radier nulle, ce qui n’a pas permis d’aboutir à des chroniques de débits. La présentation
des différentes étapes suivies sont présentées en annexe 4.

Remarque : Un suivi débimétrique par l’intermédiaire d’un dispositif de jaugeage va être mis en
place sur le cours d’eau de la Nère. Celui-ci sera localisé au niveau de la station figurée sur la
carte (fig. 12) et les chroniques de débits qui y seront déterminées pourront être utilisées lors
de la poursuite de cette étude.

2.3) Données piézométriques

Actuellement, plusieurs suivis piézométriques ont été réalisés sur, ou à proximité, du


secteur d’étude (fig. 13). Leurs caractéristiques principales sont présentées ci-dessous :

Code BSS Commune Lieu-dit Altitude du sol Cordonnées X, Y Environnement


(mètre NGF) (Lambert 93)
08515X0053/F Saint-Magne La Hounude (S3) 65.65 406561, 6389855 Forestier
08511X0380/F5 Saint-Magne L’Artigon (S4) 63 409392, 6390767 Forestier
08517X0020/F Balizac La Houeyte 58,18 424520, 6383647 Forestier
08512X0001/F Cabanac-et- Le Bourg 45 418195, 6396059 Urbain
Villagrains
08512X0002/F Cabanac-et- Haut-villagrains 56.79 414882, 6392088 Urbain
Villagrains
08511X0036/F1 Saucats La Jalousie 67.69 410476, 6398217 Agricole
08516X0002/F Louchats Louchats 72 416600, 638578 Urbain

Les puits S4 et S3 ainsi que celui situé sur la commune de Balizac sont localisés au sein
d’un massif forestier. Ils présentent donc l’environnement recherché pour l’étude. Les
piézomètres de Cabanac-et-Villagrains, du Haut-Villagrains et de Louchats sont quant à eux
situés en agglomération. Ils ne sont donc pas représentatifs d’un environnement forestier,
cependant un fossé est situé à proximité du piézomètre de Louchats : il peut donc apporter
des éléments à notre étude. Enfin, le forage du lieu-dit la Jalousie se trouve au sein d’une
exploitation agricole.

Pour chaque station, des chroniques piézométriques et des logs stratigraphiques sont
disponibles et téléchargeables sur le site Infoterre, excepté pour les puits S4 et S3. Pour ces
derniers, les niveaux piézométriques ont été calculés à partir de chroniques de pressions
absolues fournies par le SMEGREG et l’ENSEGID. Les différentes étapes suivies pour le
calcul des cotes piézométriques sont présentées en annexe 5.

Zoom sur le piézomètre S4


Le puits S4 se trouve au sein d’un peuplement de pins maritimes et proche des fossés
bordant la piste. Il se situe également dans le périmètre du bassin versant délimité
précédemment. Il constitue donc, à première vue, un point à analyser en détail. Une visite sur
le terrain a été indispensable pour caractériser les conditions expérimentales (fig. 16).

27
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Figure 16 : Photographie aérienne du puits S4 et des fossés bordant la piste

Le piézomètre se situe respectivement à 24 m et 36 m des fossés bordant la piste


forestière. Les caractéristiques géométriques respectives de ces deux fossés ont été
déterminées sur le terrain : ils présentent tous deux un linéaire relativement rectiligne, et dont
les géométries sont les suivantes :

Fossé au Nord de la piste Fossé au Sud de la piste

Néanmoins, ces dimensions ne restent pas constantes sur l’ensemble du linéaire. Les
profondeurs fluctuent de 50 cm à 1,50 m.

Les cotes NGF du fond des deux fossés ont été mesurées à l’aide d’un niveau laser,
mesurant une différence d’altitude entre une base pour laquelle la cote doit être connue, et une
mire positionnée au point où l’on souhaite effectuer la mesure. Il a été choisi de prendre
comme valeur d’altitude de référence l’altitude du sol à proximité du puits S4, soit 63 m. La
cote du fossé au Nord de la piste a été mesurée à 61,37 m NGF. Celle du fossé au sud de la
piste est de 62,24 m NGF.

Enfin, une attention particulière a été portée à la végétation herbacée. Trois espèces
majoritaires ont été inventoriées à proximité du puits S4 (fig.17).

28
Chapitre 3 : Présentation du site d’étude et recensement des données disponibles

Bruyère cendrée
Callune

Ajonc

Fougère aigle

Figure 17: Espèces herbacées retrouvées à proximité du puits S4

La bruyère cendrée et la callune sont des espèces caractéristiques de la lande sèche. La


fougère aigle, très présente, et l’ajonc caractérisent la lande mésophile. On se situe donc dans
un état intermédiaire entre ces deux landes. La végétation indique donc un sol bien drainé,
avec une nappe assez profonde, même en hiver (plus de 1 mètre de profondeur).

Zoom sur le piézomètre localisé à Louchats


Le puits localisé à Louchats n’est pas représentatif d’un milieu forestier, néanmoins la
présence d’un fossé à proximité peut apporter des éléments à notre étude. Une visite sur le site
a donc également été réalisée.

Le fossé se situe à 8,34 m


. du puits. En prenant comme
altitude de référence l’altitude du
sol, 72 m NGF, la cote du fond
du fossé est mesurée à 71,4 m
NGF

Figure 18 : Photographie aérienne du puits de Louchats

Remarque : la caractérisation des fossés se trouvant à proximité des puits S3 et Balizac a


également été réalisée, mais il s’est avéré que l’altitude NGF du fond de ces fossés était
toujours supérieure au niveau de la nappe. Ainsi, la nappe n’a pas été drainée par ces fossés
entre 2012 et 2015.

29
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site


d’étude et interprétations des données

1) Analyses et interprétations des données piézométriques

Dans la suite de l’étude, l’année 2014 a été retenue dans le tracé des chroniques car
c’est l’année la plus pluvieuse (annexe 2). Il s’agit également de l’année, entre 2011 et 2015,
pour laquelle les nappes sont les plus hautes en hiver et les plus susceptibles d’être drainées.

1.1) Cas du puits S4

Le puits S4 serait, à première vue, le piézomètre le plus intéressant à étudier puisqu’il


est situé dans un milieu forestier, à proximité d’un fossé de drainage. La comparaison des
chroniques piézométriques avec la cote NGF du fond du fossé fait apparaitre les périodes
potentielles de fonctionnement du fossé. En effet, si le fossé a une influence sur le niveau de
la nappe à l’aplomb du puits S4, ceci ne pourra être observé que lorsque le niveau de la nappe
est supérieur à la cote du fossé, soit 61,37 m NGF. En réalité, cette limite supérieure doit être
plus élevée, puisque une distance de 36 m sépare le fossé du puits. La courbe représentant le
niveau de la nappe ne peut pas être considérée comme une droite horizontale, d’autant plus
que les phénomènes de suintement évoqués au chapitre 2 sont à prendre en compte. Pour
rappel, la surface de suintement correspond à une différence de niveau entre la surface libre de
la nappe et le niveau de l’eau dans le fossé.

Concernant l’année 2014, le graphique ci-dessous a été obtenu :

Figure 19 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 – janvier à avril 2014

Ce profil indique que la profondeur de la nappe fluctue entre 1 m et 1,50 m du sol en


période hivernale. Ceci est bien en accord avec la végétation observée sur le terrain.

30
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

A première vue, aucun palier, ou aucune figure d’écrêtement ne semble visible. Il en


est de même pour les chroniques de 2012, 2013 et 2015, qui sont présentées en annexe 6.

1.2) Cas du puits Louchats

Le piézomètre de Louchats se situe dans une agglomération. L’environnement et les


propriétés du sol ne sont donc pas les mêmes qu’en milieu forestier. Néanmoins, un fossé
d’une profondeur de 60 cm se trouve à 8,34 m du puits. Il pourrait donc y avoir à l’aplomb du
forage une influence du fossé sur le niveau de la nappe. Comme précédemment, la chronique
piézométrique pour ce puits, à laquelle a été rajoutée la cote NGF du fond du fossé, a été
tracée pour l’année 2014 (fig. 20).

Niveau Piézométrique de la nappe du Plio-quaternaire à Louchats - janvier à avril


2014
72 0

Précipitation quotidienne (mm)


Hauteur piézométrique(m NGF)

20
40
71,5
60
80
71 100
120
140
70,5
160
180
70 200

Louchats Côte fossé Précipitation

Figure 20 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits de Louchats – janvier à avril 2014

La courbe représentant la hauteur d’eau de la nappe apparait ici beaucoup plus lissée
que dans le cas du puits S4. Il pourrait ici d’agir d’un écrêtement de la nappe dû à la présence
du fossé à proximité.

1.3) Comparaison des chroniques des différents piézomètres

Il parait intéressant d’effectuer une comparaison de la profondeur de la nappe du Plio-


quaternaire pour chacun des piézomètres (fig. 21). Ceux situés à Cabanac et à Villagrains n’ont
pas été pris en compte car non comparables, la profondeur de la nappe y excédant toujours
10 m.

31
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

Le graphique ci-dessous représente la profondeur de la nappe par rapport au sol entre


septembre 2013 et septembre 2014.

Figure 21 : Comparaison de la profondeur de la nappe pour chacun des piézomètres – septembre 2013 à septembre 2014

Dans tous les cas, nous pouvons constater un abaissement de la nappe en été, et une
remontée de la nappe en hiver, ce qui correspond aux tendances générales attendues.

Dans le cas du piézomètre situé au lieu-dit La Jalousie, le niveau de la nappe s’abaisse


plus rapidement au cours du mois de juin. Cette diminution s’explique par le début de la
période d’irrigation. L’amplitude de battement de la nappe est proche de 3 m, alors qu’elle
n’excède pas 1,70 m sur les sols forestiers. En période hivernale, le niveau de nappe présente
un profil plus bruité que ceux fournis par les autres piézomètres. Cependant, il ne sera plus
pris en compte dans la suite de l’étude car le drainage des parcelles agricoles a un
fonctionnement différent de celui des parcelles forestières.

Le graphique suivant représente un zoom sur la période hivernale pour les trois
piézomètres retenus :

32
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

Comparaison de la profondeur de la nappe pour chacun des piézomètres – janvier à mai


2014

0 0

50
Profondeur par rapport au sol (m)

Précipitation quotidienne (mm)


0,5

100
1
150
1,5
200

2
250

2,5 300
Puits S4 Balizac louchats côte fossé Louchats côte fossé S4 Précipitation

Figure 22 : Comparaison de la profondeur de la nappe pour chacun des piézomètres – janvier à mai 2014

Dans les trois cas, l’augmentation du niveau de la nappe est corrélée aux précipitations.
Lorsque les sols sont saturés et que la nappe est peu profonde, celle-ci réagit de manière plus
marquée. Les observations faites sur le terrain ont montré que la nappe à l’aplomb du forage
de Balizac n’a pas été influencée par le fossé durant les quatre dernières années. Cependant, en
comparant la chronique de Balizac avec la chronique du puits S4 (présence de fossés), il
apparait que les variations du niveau de la nappe sont plus marquées dans le cas du puits S4.
Ceci est surprenant au premier abord puisque l’on devrait s’attendre à ce qu’il y ait, en cas de
drainage, un amortissement des variations. Ce lissage ou cet écrêtement de la nappe, pourrait
être visible à Louchats.

Il semblerait donc que le fossé n’ait pas d’influence sur la nappe au point S4. La
distance par rapport au fossé serait donc trop élevée. A 35 m, un fossé d’une profondeur de
1,63 m ne drainerait pas une nappe profonde de 1m pour nos conditions expérimentales.
Ce ne sont que des suppositions. Aucun profil où l’on saurait la nappe drainée avec certitude
n’est disponible, aucun moyen de comparaison nappe drainée/nappe non drainée n’est donc
possible.

1.4) Conclusion

Sur les cinq piézomètres, trois se situent en milieu urbain et un en bordure d’une
parcelle agricole irriguée. Leur étude ne peut donc pas déboucher sur des résultats
généralisables à la zone d’étude, très majoritairement forestière. La chronique du piézomètre
de Louchats, où la nappe est certainement drainée, peut cependant servir de « témoin
d’écrêtement ». C’est le seul piézomètre où l’on peut supposer voir un écrêtement.

Les deux piézomètres situés en zone forestière présentent des profils relativement
similaires, bien que le profil de Balizac semble plus « lissé ». Les deux sols correspondant sont

33
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

bien drainés car les nappes ne montent jamais au-dessus d’un mètre de profondeur en hiver.
Dans le cas du piézomètre de Balizac, aucun fossé n’influence la nappe. Dans le cas du puits
S4, un fossé relativement profond pourrait jouer un rôle, mais aucun écrêtement ne peut être
mis en évidence sur les profils piézométriques. On ne peut attribuer cette absence de drainage
apparent qu’à la distance du piézomètre par rapport au fossé, ou bien à la profondeur
« naturelle » de la nappe au droit de ce secteur.

Les informations apportées par les piézomètres de la zone ne sont donc pas
exploitables dans le cadre de la problématique.

2) Etablissement d’un bilan hydrique

Les données disponibles sur le secteur d’étude auraient également permis de réaliser un
bilan de la nappe du Plio-quaternaire sur le bassin versant du Bruillet, pour la période
comprise entre mai 2011 et mai 2013. Néanmoins, aucune chronique de débit n’a pu être
obtenue à l’issue de ce stage (annexe 4). Cette partie recense les étapes qu’il aurait été
nécessaire de suivre pour réaliser le bilan hydrique de la nappe sur ce bassin versant.

La nappe du Plio-quaternaire est une nappe libre présentant des connexions avec les
aquifères sous-jacents. Son bilan s’écrit donc :

Précipitation - Evapotranspiration - Drainage - Infiltration efficace = +/- Reserve

Tout d’abord, une délimitation du bassin versant du Bruillet a été réalisée à partir de la
topographie du territoire. Les écoulements de surface et souterrains sont globalement
similaires (SMEGREG, 2014), il est donc possible d’approcher le bassin versant
topographique au bassin versant hydrogéologique. Ce bassin présente une surface de 9,85 km²
(fig. 23).

34
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

Figure 23 : Bassin versant du Bruillet

Les échanges avec la zone non saturée dépendent principalement de


l’évapotranspiration. Seules les données d’évapotranspiration potentielles sont disponibles, et il
n’existe pas de coefficient cultural valable pour les peuplements de conifères.
L’évapotranspiration de notre zone d’étude est donc difficile à définir. Marie Guillot (2010) a
déterminé au cours de sa thèse l’évapotranspiration moyenne du bassin versant du Bouron, à
partir d’un bilan de masse. Ce bassin versant est majoritairement représenté par des
peuplements de pins maritimes. Il serait donc envisageable d’utiliser ses valeurs
d’évapotranspiration pour effectuer le bilan hydrique de la nappe.

Il est important de remarquer que plusieurs fossés recoupent les délimitations du


bassin versant topographique. Les bassins versants topographiques, hydrologiques et
hydrogéologiques ne sont donc pas confondus. Lors des phénomènes de précipitation, une
certaine quantité d’eau, drainée par les fossés, sera donc à soustraire ou à rajouter au débit
mesuré à l’exutoire. Par exemple, l’eau drainée par les fossés à proximité de S4 ne contribue
pas à l’alimentation en eau de la station du Bruillet. Le problème en devient donc d’autant plus
complexe, et il est nécessaire de prendre en compte la distribution spatiale des fossés lors de la
délimitation du bassin versant. Néanmoins, la couche SIG du réseau de drainage fournie par la
DFCI n’est pas complète. Elle n’a pas fait l’objet d’un travail de terrain, mais d’une
interprétation à partir de photos aériennes. Les fossés décrits sont associés à une « forte
présomption de présence ». Il serait donc nécessaire, dans une étude ultérieure, de
« parcourir » la ligne fictive délimitant le bassin versant, et de cartographier l’ensemble des
fossés la traversant.

35
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

De plus, si l’on souhaite pouvoir associer à une quantité d’eau drainée un réseau de
fossés, il faut avoir une cartographie détaillée du réseau hydrographique.

3) Cartographie du réseau de drainage

La connaissance fine du réseau de drainage sur la zone semble être un préalable


indispensable dans le cadre de cette étude.

Un inventaire sur le terrain du réseau de fossés a donc été réalisé. En raison des
contraintes de temps, il n’a pas pu être fait sur l’ensemble du bassin versant, mais sur une zone
d’environ 160 ha. Sa délimitation figure sur la carte suivante :

Figure 24 : Cartographie du réseau hydrographique du bassin versant de la Nère (Source: DFCI)

36
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

La figure suivante présente une comparaison entre les fossés observés et les fossés
cartographiés sur la zone parcourue :

Figure 25 : Comparaison des fossés de drainage observés sur le terrain et inventoriés par la DFCI

La différence entre le réseau de drainage inventorié par la DFCI et celui observé sur le
terrain est donc notable. Même si la majeure partie des fossés cartographiés se retrouve sur le
terrain, certains n’existent pas ou plus. A l’inverse, plus de 50% du linéaire observé n’était pas
répertorié. La couche DFCI ne constitue donc pas un inventaire complet du réseau de fossés
réellement en place.

Ce travail d’inventaire a aussi permis d’approcher la variabilité des caractéristiques des


fossés existants. Devant celle-ci, la cartographie du seul réseau de fossés ne semble plus
suffisante. Il est apparu intéressant d’en décrire les principales caractéristiques.

Ainsi, ils ont été classés suivant deux variables : leur profondeur et leur état d’entretien.

37
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

La profondeur des fossés :


Sur la zone parcourue, la profondeur des fossés est hétérogène. Certains fossés sont
très superficiels (moins de 30 cm), d’autres plus profonds (plus de 1 m). Pour décrire cette
variabilité, trois classes de profondeur ont été définies:
 les fossés superficiels (profondeur de moins de 50 cm) ;
 les fossés moyennement profonds (entre 50 cm et 90 cm) ;
 les fossés profonds (plus de 90 cm).

Cette classification est discutable et a été réalisée sur des critères pratiques (50 cm
niveau du genou, 90 cm niveau de la hanche). Elle ne constitue qu’une première approche
descriptive dont l’importance n’est pas ici la précision des mesures, mais de rendre compte de
la variabilité du réseau. La carte suivante représente les résultats obtenus :

Figure 26 : Répartition des fossés en fonction de leur profondeur

Pour cette zone, la classification du réseau en réseau primaire, secondaire et tertiaire


avec les profondeurs associées dans la bibliographie n’est pas possible. Au centre de la zone
parcourue, les fossés qui entourent les parcelles forestières (le réseau tertiaire) présentent des
profondeurs conséquentes. Ils sont souvent plus profonds que les fossés collecteurs de bord
de piste (réseau secondaire) visibles au nord. Il est aussi à noter que la profondeur d’un même
fossé peut varier fortement sur une distance de quelques mètres.

38
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

L’état des fossés


D’importantes différences sur l’état d’entretien des fossés ont pu être observées (fig.
27). Trois classes de fossés ont été identifiées :
 Les fossés en bon état. Ce sont les nouveaux fossés ou ceux entretenus récemment.
Aucune trace de végétation n’est présente dans le fossé. Le sable y est compacté et sa
forme initiale est conservée ;
 Les fossés en état moyen. De la végétation y est présente. Les bords commencent à se
déstabiliser, mais sa forme globale est conservée ;
 Les fossés abandonnés. Ils sont recouverts de végétation. Des débris y sont présents.
Ces fossés restent visibles lorsqu’ils ont une profondeur conséquente, mais leur forme
initiale n’est plus discernable.

a) Fossé bon état b) Fossé état moyen c) Fossé abandonné


Figure 27 : Photographie représentant les différents états de fossés

L’état d’un fossé est un paramètre important puisqu’il conditionne son


fonctionnement. La conductivité hydraulique, par exemple, sera différente entre un fossé
abandonné et un fossé en bon état. La carte suivante représente l’état des fossés sur la zone
parcourue :

39
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

Figure 28 : Cartographie de l'état des fossés de drainage

Il est observé que les fossés en bord de piste sont généralement en état moyen. En
outre, deux zones sont discernables. La première comporte des fossés abandonnés et
correspond à un peuplement de pins maritimes matures qui supportent les engorgements
hivernaux. Le drainage perd alors de son importance et le réseau n’est plus entretenu. La
seconde présente des fossés en bon état. Il s’agit ici d’une zone de pins maritimes récemment
plantés. Les jeunes pins ne supportant pas l’hydromorphie, le réseau de drainage doit être
pleinement fonctionnel pour éviter l’engorgement des parcelles. Il a donc été récemment
rénové ou créé.

Il est à noter que tous les fossés, rénovés comme abandonnés, sont interconnectés par
un système de buses.

Cet inventaire a permis de constater que les données SIG disponibles sur le réseau de
drainage sont incomplètes. Il serait donc intéressant, dans une étude ultérieure, de caractériser
plus en détail le réseau de drainage du bassin versant de la Nère.

40
Chapitre 4 : Essai d’analyse du comportement d’un fossé sur le site d’étude et interprétation des données

4) Conclusion

Le site d’étude actuel retenu est pertinent, puisqu’il est inclus dans la zone qui serait
impactée par le projet de champ captant : il présente les mêmes caractéristiques générales, et la
station débimétrique qui sera mise en place permettra de réaliser un bilan hydrique sur la
nappe à l’échelle de ce bassin versant.

Cependant le réseau actuel de piézomètres à proximité ne permet pas d’étudier le


comportement d’une nappe drainée par un fossé, la nappe étant beaucoup trop basse en hiver.
Dans la perspective de création d’un site expérimental, il conviendrait aussi de choisir une
parcelle effectivement drainée par un fossé. Cette parcelle pourra être localisée par observation
de la végétation en place (végétation de lande humide) et idéalement complétée par des
sondages à la tarière en période hivernale, qui permettrait de s’assurer du niveau superficiel de
la nappe.

De plus, il a été montré que le réseau de drainage inventorié par la DFCI n’était pas
complet. Or la délimitation du bassin sur lequel un bilan hydrique peut être réalisé dépend
considérablement du réseau de drainage. Il est aussi nécessaire d’en connaitre ses
caractéristiques pour être à même d’associer une quantité d’eau drainée à un réseau de
drainage.

41
Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à proximité d’un fossé de drainage

Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à


proximité d’un fossé de drainage

1) Introduction

Le travail précédent n’ayant pas abouti à des résultats exploitables, cette partie
constitue une première approche visant à simuler le comportement d’un fossé pour un milieu
présentant des paramètres hydrodynamiques proches de la zone d’étude.

2) Présentation du logiciel PMWIN

Le travail qui suit a été réalisé avec la version 5.3.3 du logiciel PMWIN. Il s’agit d’une
interface téléchargeable gratuitement sur internet. Ce logiciel présente une fonction « drain »
qui permet de simuler le comportement d’un fossé. Le débit drainé calculé par cette fonction
est proportionnel à la différence de charge entre l’aquifère et l’altitude du fossé, et devient nul
lorsque la charge de l’aquifère est inférieure à celle du fond du fossé.

Cette fonction fait intervenir un paramètre, la conductance, qui représente la perte de


charge entre l’aquifère et le fossé. Cette grandeur, exprimée en m²/s, est due à la convergence
des lignes de courant à proximité du fossé.

3) Choix du régime d’étude

Dans le cas d’un régime permanent, les conditions limites sont fixées de manière à
imposer un gradient hydraulique ou une charge constante aux extrémités de la zone d’étude.
Le niveau piézométrique de la nappe en tout point du modèle sera influencé par ces
conditions. L’allure de la courbe de rabattement de la nappe obtenue à partir d’un régime
permanent ne présente donc pas d’intérêt pour cette étude.

Il est donc nécessaire d’élaborer un modèle, en régime transitoire. En partant d'une


situation initiale où la nappe affleure le sol en tout point, l’objectif est ici d’obtenir le temps
pour lequel le fossé n'est plus en fonctionnement (le niveau d'eau dans celui-ci devient nul), et
de déterminer, pour le temps ainsi obtenu, le niveau piézométrique de la nappe à mesure que
l'on s'éloigne du fossé.

4) Choix des paramètres

Zone à modéliser et constitution du maillage


Le dimensionnement du modèle s’appuie sur les caractéristiques du site d’étude choisi
précédemment. Il s’agit d’un profil à deux dimensions, visant à représenter la perpendiculaire
d’un fossé quelconque.

Les bornes ont été fixées de manière à modéliser la globalité de la zone d’influence du
fossé. Ainsi, afin de s’affranchir de tout effet de limite, il a été choisi de placer ces conditions à
500 m de part et d’autre du fossé. Le maillage utilisé est un maillage rectangulaire de

42
Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à proximité d’un fossé de drainage

dimensions 1000 x 100. La taille de la maille de référence rend compte de la largeur d’un fossé
(1 m).

Par souci de simplification, un modèle à une couche a été réalisé. D’après la thèse de
Marc Saltel (Saltel, 2008), le sondage du forage S4 a révélé la présence de terrains du Plio-
quaternaire à une profondeur comprise entre 0 et 34 mètres par rapport à la surface du sol. De
plus, l’altitude absolue au sol, au niveau du puits S4 est de 63 m. L’ensemble de ces valeurs va
ainsi permettre de se faire une première idée de l’extension en profondeur de la zone d’étude.
Pour simplifier le modèle, les paramètres suivants ont été utilisés :
 altitude du toit de l’aquifère: 60 m NGF.
 altitude du mur de l’aquifère: 30 m NGF.

Paramètres hydrodynamiques
Le jeu de données disponibles sur la zone d’étude, nécessaire à la fixation des
paramètres hydrodynamiques de notre modèle, est assez limité. Néanmoins, il est possible de
se référer à d’autres secteurs proches géographiquement, et pour lesquels on supposera que les
paramètres hydrodynamiques restent dans un ordre de grandeur comparable.

L’ensemble des paramètres caractérisant l’aquifère sont énumérés ci-dessous :


 aquifère libre, transmissivité calculée automatiquement ;
 conditions limites : charge hydraulique imposée aux limites du modèle à 60 m NGF ;
 charge hydraulique initiale (aquifère saturé) : 60 m NGF ;
 perméabilité : 10-3 m3/s ;
 porosité efficace : 15% ;
 caractéristique du fossé : hauteur du fond du fossé : 59 m NGF ; longueur du fossé :
100 m ; largeur du fossé : 1 m ;
 conductivité hydraulique du fossé : cette valeur est généralement inconnue, et nécessite
d’être déterminée par l’utilisateur. Son estimation fera l’objet de la partie ci-dessous.

5) Estimation de la conductance du fossé

Le choix de la valeur de conductance (perméabilité par unité de longueur) est


déterminant pour la suite de ce travail de modélisation, puisqu’elle conditionne l’allure du
niveau de la nappe de part et d’autre du fossé. Néanmoins, il s’agit d’une grandeur
généralement méconnue et qui doit être fixée par l’utilisateur. Pour la suite de ce travail de
modélisation, il sera donc important d’estimer le plus précisément possible cette grandeur.

La méthode envisagée ici est de déterminer le profil d’évolution du niveau d’eau dans
le fossé au cours du temps, en fonction de la valeur de conductance. Les profils ainsi obtenus
seront comparés aux chroniques de hauteur d’eau calculées pour le Bruillet (annexe 3), et la
valeur de conductance pour laquelle le profil sera le plus ressemblant à celui observé sur le
Bruillet, sera conservée.

43
Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à proximité d’un fossé de drainage

Détermination de l’évolution du niveau d’eau au sein du fossé au cours du temps


Les chroniques de hauteur d’eau dans le Bruillet au cours du temps sont présentées en
annexe 3. A partir de celles-ci, la courbe de tarissement la plus représentative est la suivante :

Figure 29 : Courbe de tarissement du Bruillet (juillet-aout 2012)

La vitesse de tarissement est ici proche de 40 cm en 20 jours. Il sera donc retenu ici la
valeur de 2 cm/jour.

Calage de la vitesse de tarissement sur le modèle :


Lors de l’établissement du modèle, la valeur de conductance a été modifiée jusqu’à
obtenir une vitesse de tarissement du fossé comparable à celle déterminée pour le cours d’eau
du Bruillet.

Pour des valeurs de conductance faibles (1m²/jour), le régime permanent est atteint
avec un niveau d’eau dans le fossé élevé. Pour des valeurs de conductance élevées, le niveau
d’eau dans le fossé devient nul, mais sa vidange est beaucoup trop rapide. Il s’est donc avéré
impossible de caler la courbe de tarissement observée sur le cours d’eau du Bruillet, sur celle
calculée par le logiciel PMWIN. En effet, cette dernière présente la forme d’une fonction
inverse, et en respectant une valeur de vitesse de 2 cm/jour, le niveau d’eau dans le fossé sera
sujet à de très faibles variations au cours du temps. Les figures ci-dessous illustrent ces propos.
La courbe bleue représente la charge hydraulique dans le fossé au cours du temps. La courbe
verte correspond à la charge hydraulique en un point situé à 450 m du fossé.

Charge hydraulique (m) Charge hydraulique (m)

C = 1 m/jour C = 50 m/jour

temps (jour) temps (jour)

Figure 30 : Charge hydraulique au sein du fossé en fonction du temps, pour des valeurs de conductance C différentes

44
Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à proximité d’un fossé de drainage

Néanmoins, l’analyse des chroniques de hauteurs d’eau dans le Bruillet (annexe 3),
montre que la diminution du niveau d’eau suite à un épisode de crue présente une allure de
courbe comparable à celle donnée par la fonction drain. Le même raisonnement que
précédemment a donc été réalisé par la suite à partir de deux nouvelles vitesses de vidange : 50
cm en 5 jours (fin avril 2012) et 60 cm en 10 jours (février 2013).
Après la réalisation de plusieurs essais, une valeur de conductance de 16 m²/jour
permet d’approcher au mieux la courbe de vidange (fig. 31).

Charge hydraulique (m)

C = 16 m/jour

t (jours)

Figure 31 : Charge hydraulique au sein du fossé en fonction du temps, pour C = 16 m/jour

Néanmoins, le régime permanent est atteint au bout d’une dizaine de jours, alors que le
fossé ne s’est pas totalement vidé. Il est aussi à remarquer qu’un rabattement de l’ordre de 5
cm est observé à une distance de 450 m du fossé. Ceci parait surprenant au premier abord.

6) Présentation des résultats et perspectives de recherche

Les limites du logiciel PMWIN n’ont pas permis de simuler le comportement de la


nappe à proximité du fossé dans le contexte de l’étude. Cependant, des chroniques de vidange
de cours d’eau ont été effectuées et pourront être utilisées lors de la poursuite de cette étude.
En effet, à partir d’un logiciel de modélisation plus perfectionné, avec lequel il est possible
d’imposer des variations de charges hydrauliques, il serait envisageable de simuler le
comportement du fossé. Ces variations pourront alors être assimilées aux chroniques calculées
au cours de cette étude ou bien, dans la mesure du possible, à des chroniques de hauteur d’eau
dans le fossé, si un suivi limnométrique est effectué entre temps.

7) Comparaison de différents modèles

L’objectif est ici d’étudier et comparer des modèles présentant des fossés aux
caractéristiques différentes.

En prenant les mêmes paramètres hydrodynamiques que précédemment, avec pour


valeur de conductance C = 16 m²/s, les études comparatives suivantes ont été menées :

45
Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à proximité d’un fossé de drainage

Influence de la profondeur du fossé


Dans cette première partie, il a été choisi de comparer, pour des modèles présentant
des profondeurs de fossés différentes, la répartition des charges piézométriques de part et
d’autre du fossé ainsi que le débit drainé par celui-ci 1 jour après sa mise en fonctionnement
(durée pour laquelle on suppose les conditions limites sans influence).

Fossé de 2 mètres de profondeur (cote 58 m NGF)


La carte piézométrique obtenue à partir de cette simulation est présentée sur la figure
suivante (fig. 32). Le fossé, distant de 500 m des limites du modèle, figure en rouge.

Figure 32 : Carte piézométrique - fossé de 2 m de profondeur


250 m

Le graphique ci-dessous représente le débit drainé par le cours d’eau au cours de 2


jours de fonctionnement du fossé. Au bout d’un jour de fonctionnement, le volume d’eau
drainé a été estimé à 4 374 m3.

Débit drainé par le fossé au cours du temps


0,04
Débit drainé par le fossé (m3/s)

0,035
0,03
0,025
0,02
0,015
0,01
0 10 20 30 40 50 60
Temps (heure)
Figure 33 : Débit drainé par un fossé de 2 mètres de profondeur au cours du temps

Fossé de 1 mètre de profondeur (cote 59 mNGF)


Les résultats obtenus dans le cas d’un fossé d’une profondeur de 1 m sont les suivants :

Figure 34 : Carte piézométrique - fossé de 1 m de profondeur


250 m
Au bout de un jour, la quantité d’eau drainée par le fossé est de 2 198 m . 3

46
Chapitre 5 : Essai de modélisation de la nappe du Plio-quaternaire à proximité d’un fossé de drainage

Etude de l’influence de deux fossés

Fossé de 1 m de profondeur, distants de 300 m


On considère ici le cas de deux fossés, distants de 300 m, et présentant une
profondeur de 1 m. La répartition de la charge piézométrique est présentée sur la figure
suivante :

Figure 35 : Carte piézométrique - 2 fossés de 1 m de profondeur, distants de 300 m


250 m

La courbe représentant le débit drainé par les deux fossés au cours du temps reste
proche de celle obtenue dans le cas d’un fossé de 2 m de profondeur. Le volume d’eau drainé
au bout d’un jour est de 4 239 m3. Il est donc inférieur à celui obtenu pour un fossé de 2 m de
profondeur. De plus, la surface sur laquelle le rabattement de la nappe est supérieur à 10 cm
est plus importante. Il apparait donc ici qu’il est plus intéressant de privilégier des fossés peu
profonds mais plus nombreux.

Fossé de 50 cm de profondeur, distants de 300 m

En se plaçant maintenant dans les cas de deux fossés d’une profondeur de 50 cm, et
distants de 300 m, la carte piézométrique suivante a été obtenue :

Figure 36 : Carte piézométrique - 2 fossés de 50 cm de profondeur


250 m

Le volume drainé par ces deux fossés est ici de 2 121 m3. Il est donc ici encore
inférieur à celui obtenu pour un fossé d’une profondeur de 1 m. Ceci va donc dans le même
sens que l’hypothèse émise précédemment.

8) Conclusion

Les limites du logiciel PMWIN n’ont pas permis d’aboutir à des résultats exploitables
pour cette étude. Néanmoins, ce travail a apporté quelques éléments quant à l’allure de la
courbe de rabattement de la nappe à proximité d’un fossé. Au vu de l’étude comparative, il
semblerait également que privilégier des fossés plus nombreux et moins profonds, permettrait
de réduire la quantité d’eau drainée par les fossés, tout en assurant le rabattement nécessaire à
la croissance des pins maritimes. Il serait intéressant par la suite d’établir un modèle plus
représentatif de la réalité, à partir d’un logiciel plus performant et de données qui seront
acquises sur le terrain. Une phase expérimentale est donc nécessaire et fera l’objet du chapitre
suivant.

47
Chapitre 6 : Propositions d’équipements de sites expérimentaux

Chapitre 6 : Propositions d’équipement de sites expérimentaux

1) Introduction

La mise en place d’un site expérimental s’avère indispensable pour évaluer dans notre
cas d’étude, le comportement d’une nappe phréatique face à des structures telles que les fossés
de drainage. Cette partie recense des propositions d’équipement de sites expérimentaux, qui
permettront, d’une part, de déterminer la quantité d’eau évacuée par un réseau de fossés de
drainage, puis d’autre part d’évaluer l’influence d’un fossé aux caractéristiques connues sur le
niveau de la nappe du Plio-quaternaire. Ce suivi du niveau de la nappe fournira alors des
éléments à une démarche de modélisation qui pourra être réalisée lors d’un prochain travail.
Cette partie fera donc l’objet d’une présentation des sites expérimentaux retenus, à laquelle sera
associée une proposition d’équipement expérimental.

2) Proposition de suivi débimétrique

La détermination de la quantité d’eau drainée par un réseau de fossés doit passer par
deux étapes :
 cartographie détaillée du réseau de drainage ;
 mesure du débit en un point stratégique.

Idéalement, la mesure de débit devrait s’effectuer à l’embouchure d’un fossé collecteur.


Les stations du Bruillet et de la Nère pourraient être satisfaisantes, néanmoins un inventaire
détaillé des réseaux de drainage devra alors être effectué sur des surfaces conséquentes.
Sur la zone pour laquelle la cartographie a déjà été réalisée sur le terrain, il pourrait être
intéressant de mettre en place un système de jaugeage qui déterminerait le débit au sein du fossé
au cours du temps. Sur la carte ci-dessous figure une proposition d’emplacement du système de
jaugeage (fig. 37 et 38). La surface drainée y a été tracée à partir des courbes de niveau et du
réseau de drainage inventorié. Elle est estimée à 1,84 km² pour un linéaire de fossés d’environ
6,15 km.

48
Chapitre 6 : Propositions d’équipements de sites expérimentaux

Figure 37 : Emplacement d'une station de mesure de débit et délimitation de la surface drainée

Figure 38 : Proposition d'emplacement d'un suivi débitmétrique et délimitation de la surface drainée

49
Chapitre 6 : Propositions d’équipements de sites expérimentaux

3) Proposition de suivi piézométrique

A une mesure de la quantité d’eau évacuée par les fossés de drainage doit s’ajouter une
mesure du niveau de la nappe à proximité d’un fossé.

3.1) Choix d’un site expérimental et méthode

Le site expérimental recherché doit présenter les caractéristiques suivantes :


 présence d’un fossé drainant la nappe : en hiver, le niveau de la nappe doit affleurer le
sol ;
 nappe influencée par un seul fossé pour faciliter l’interprétation des résultats ;
 milieu représentatif : peuplement de pins maritimes.
Le choix des sites s’est donc appuyé sur un travail de terrain, avec l’étude de plusieurs
paramètres : présence de fossé, étude de la végétation et de la topographie.

Comme il a déjà été évoqué précédemment, la végétation est très sensible au niveau de
la nappe et à ses fluctuations : elle en constitue donc un bon indicateur. C’est une végétation de
type des landes humides qui a été recherchée : présence de molinie bleue ou de genet des
marais
Une observation de la topographie a ensuite permis de confirmer les informations
apportées par la végétation. Les zones potentielles identifiées doivent se trouver dans des creux
topographiques ou sur des zones planes.

Enfin, les caractéristiques du fossé à proximité ont été décrites.

Remarque : l’étude de la végétation et de la topographie pourrait être complétée par un sondage


à la tarière en période hivernale. La profondeur de la nappe serait directement déterminée, ce
qui confirmerait ou infirmerait les informations déduites ci-dessus.

3.2) Propositions de sites expérimentaux

D’après la méthode définie précédemment, quatre sites ont été retenus sur le bassin
versant du Bruillet (fig. 39).

50
Chapitre 6 : Propositions d’équipements de sites expérimentaux

Figure 39 : Localisation de potentiels sites expérimentaux

Site 1
 Végétation : peuplement de pins
maritimes matures, sous-bois de molinies ;
 Topographie : situé dans un creux
topographique ;
 Fossé : état moyen, profondeur de 75 cm.
Présence du cours d’eau du Bruillet à 300
m du fossé, pouvant influencer le niveau
de la nappe.

Figure 40 : Photographie du site 1

51
Chapitre 6 : Propositions d’équipements de sites expérimentaux

Site 2

 Végétation : jeune peuplement de


pins maritimes, sous-bois de
molinies ;
 Topographie : zone plane ;
 Fossé : état moyen, profondeur de
80 cm.

Figure 41 : photographie du site 2

Site 3
 Végétation : peuplement de pins maritimes, sous-bois de molinies ;
 Topographie : zone plane ;
 Fossé : mal entretenu, profondeur pouvant dépasser 1,50 m. Ce fossé n’était pas
cartographié dans la base de données fournie par la DFCI. La présence de végétation et
de débris de végétaux le rend moins fonctionnel. La mise en place d’un piézomètre à
proximité permettrait de s’en assurer.

Site 4
 Végétation : parcelles de nouvelles plantations de pins
maritimes ;
 Topographie : zone plane ;
 Fossé : très bon état, récemment creusé ou rénové (fig.
42). De plus, des traces d’hydromorphie ont été
observées à la surface du sol. Ceci témoigne du fait que
la nappe ait déjà affleuré le sol

Figure 42 : Fossé de drainage du site 4

Ces quatre sites présentent donc des caractéristiques différentes. Selon le choix du site
expérimental, les résultats obtenus ne seront pas les mêmes. Néanmoins, s’il est envisagé de
recréer un réseau de drainage optimal, il serait préférable de choisir un fossé en bon état. Le site
4 serait donc celui à privilégier.

52
Chapitre 6 : Propositions d’équipements de sites expérimentaux

3.3) Equipement du site expérimental

Afin de déterminer, dans l’espace et dans le temps, les variations du niveau de la nappe à
proximité d’un des fossés retenus dans la partie précédente, il est nécessaire de mettre en place
une série de piézomètres, alignés à la perpendiculaire du fossé de drainage. Un suivi
météorologique, est nécessaire pour évaluer la dynamique de la nappe. Cependant, l’INRA
possède des données météorologiques sur le bassin versant du Bouron. Une demande auprès de
l’INRA pourrait donc être envisagée pour cette étude.

Positionnement des piézomètres


L’évolution du niveau de la nappe obtenue théoriquement peut difficilement aider à
définir les dimensions du site expérimental. Le positionnement des piézomètres en sera donc
discutable. Au vu des simulations réalisées à partir du logiciel PMWIN et de l’étude
bibliographique, les piézomètres pourraient être placés à : 1 mètre, 5 mètres, 10 mètres, 20
mètres, 50 mètres, 100 mètres et 150 mètres du fossé.

Profondeur des piézomètres


Quel que soit le site expérimental choisi, le fossé ne présente pas une profondeur de
plus de 1,5 m. Les piézomètres ne nécessitent donc pas d’être profonds. Pour mesurer le niveau
de la nappe drainée, il suffirait alors de placer au sein de chacun, des sondes de type Diver, à
une profondeur de 1,50 mètre, profondeur qui devra être vérifiée en hiver, à l’aide d’un sondage
à la tarière.

Mesure du tirant d’eau


Il serait également nécessaire de mettre en place un dispositif permettant de mesurer le
tirant d’eau dans le fossé au cours du temps. Comme dans le cas des cours d’eau de Bruillet et
du Braut, il peut être facilement déterminé en plaçant un baromètre dans le fond du fossé.

3.4) Discussion

Le but de cette étude est de décrire l’impact d’un fossé sur le niveau de la nappe et sur
son bilan, pour ensuite évaluer le réseau de drainage et éventuellement y faire des modifications.
Ceci suppose une « uniformité » du réseau de fossés. Cependant, les sites expérimentaux retenus
présentent des caractéristiques différentes. De la diversité de fossés, découle un fonctionnement
différent, et qui de plus évolue dans le temps. Les résultats qui seront obtenus lors de la mise en
place du protocole expérimental pourront-ils être utilisés pour la caractérisation de l’ensemble
du linéaire de fossés de la zone d’étude ? Comment évaluer l’influence de chaque type de fossé
sur la quantité d’eau drainée ? Les fossés récents, plus fonctionnels mais présentant un linéaire
plus faible que les fossés anciens, drainent-ils plus ? En quelles proportions ?

53
Conclusion générale

L’étude bibliographique a révélé qu’actuellement peu d’informations permettent


d’appréhender le comportement d’une nappe phréatique à proximité d’un fossé. Certains
auteurs proposent des formules analytiques, appréciables pour leur simplicité d’application et le
faible nombre de paramètres qu’elles prennent en compte. Mais celles-ci ont été établies pour
des conditions d’application bien particulières, rarement retrouvées sur le terrain.

C’est dans ce contexte que l’approfondissement des connaissances de l’impact sur la


nappe du Plio-quaternaire doit se faire par une analyse de données de terrain. Le bassin versant
de la Nère, ou encore, à plus petite échelle, le bassin versant du Bruillet, constituent des secteurs
d’étude pertinents pour répondre au problème posé : mêmes caractéristiques que les zones
prédites comme impactées par les champs captants, réseau de drainage y est développé et
données pouvant être utiles à l’étude.

Il s’est avéré que les piézomètres déjà en place ne permettent pas d’appréhender
l’influence des fossés sur la nappe. En outre, l’évaluation de la quantité d’eau drainée par les
fossés sur le secteur d’étude n’a pas pu être déterminée pour deux raisons : aucune chronique de
débit sur le bassin versant n’est à ce jour disponible et la cartographie du réseau de drainage
actuelle n’est pas complète. Ainsi, aucune relation liant réseau de fossés et débit de drainage n’a
pu être déterminée.

Il serait donc important de cartographier précisément le réseau de drainage sur un


secteur prédéfini. De plus, la mise en place de sites expérimentaux permettrait, dans un premier
temps, de déterminer la quantité d’eau drainée par les fossés sur ce secteur, puis d’évaluer
l’influence du drainage sur le niveau de la nappe du Plio-quaternaire par la mise en place d’une
série de piézomètres. Cependant, il a été montré que les fossés présentaient de fortes variabilités
temporelles et spatiales dont découle un fonctionnement différent. A l’évaluation de l’influence
du drainage sur la nappe s’ajoute une nouvelle difficulté : comment tenir compte de la variabilité
du réseau de drainage au sein d’un même bassin versant ? Quelle sera l’influence de chaque type
de fossé sur la quantité d’eau drainée ?

Si lors de la poursuite de l’étude, il est montré que le réseau de drainage influence de


manière non négligeable le bilan hydrique de la nappe du Plio-quaternaire, plusieurs solutions
pourraient être envisagées : redimensionnement du réseau de fossés de manière à favoriser des
fossés moins profonds mais plus nombreux, ou encore mise en place d’ouvrages hydrauliques
qui permettraient de réguler le fil de l’eau.

54
Bibliographie

AUGUSTO L., BADEAU V., ARROUAYS D., TRICHET P., FLOT J.L., JOLIVET C.,
MERZEAU D. Caractérisation physico-chimique des sols à l’échelle d’une région naturelle à
partir d’une compilation de données, exemple des sols du massif landais. p07-22. Etude et Gestion
des Sols. 13 (1), 2006
BEAR J. Dynamics of fluids in porous media. New York: Dover, 1972.
CASSAN M. Aide-mémoire d’hydraulique souterraine. Paris : Presses de l’école nationale des ponts et
chaussées, 1986.
CHEVALIER-LEMIRE G., LE GUILVOUT L. SMEGREG - Etude de faisabilité d’un champ
captant au Cénomanien en Sud Gironde – Etudes des relations eaux souterraines - eaux superficielles – phase
1 : synthèse des enjeux et définition d’un périmètre d’étude pertinent. Rapport n° A77105/A. Pessac :
Anteagroup Ouest – Sud-Ouest, 2014.
DERE C. Détermination de la position de la surface libre d’une nappe superficielle drainée par un fossé à paroi
verticale : Etude expérimentale du phénomène de suintement. DEA hydrologie, hydrogéologie,
géostatique et géochimie, filière hydrologie et hydrogéologie quantitative : Université Pierre et
Marie Curie, 2000.
DUPUY A., ASMAEL N., Projet de champ captant au Cénomanien du sud Gironde – Etude des relations
eaux souterraines, eaux superficielles (cours d’eau, lagunes et zones humides) – Bilan des connaissances et
élaboration d’un programme d’étude. ENSEGID – SMEGREG, octobre 2013.
DUPUY A., LE LOUS M., Gestion des nappes profondes, Amélioration de l’outil de simulation numérique
SAMBA-H33 pour une prise en compte améliorée des interrelations eaux souterraines – eaux superficielles.
ENSEGID, 2012.
GUILLOT M, Analyse rétrospective des relations nappe-végétation de sous-bassins versants forestiers de la
rivière Leyre. Thèse en «Sciences et Environnement. Spécialité physique de l’environnement :
Université Bordeaux 1, 2011.
JOLIVET C., AUGUSTO L., TRICHET P., ARROUAYS D. Les sols du massif forestier des
Landes de Gascogne : formation, histoire, propriétés et variabilité spatiale, Revue forestière
française. [en ligne]. 1, 2007. Disponible sur internet : http://hdl.handle.net/2042/8480
LACROIX L., La gestion de l’eau aux interfaces agriculture- forêt dans les Landes de Gascogne – définition et
typologie spatiale. Mémoire de fin d’études d’Ingénieur de l’ENITA de Bordeaux option Gestion
des agro-systèmes et du paysage_gestion des paysages agricoles : Ecole Nationale des Ingénieurs
des Travaux Agricoles, 2010.
MARGAT J., Ressources en eau souterraine et bilan des nappes. BRGM Orléans, juillet 1969
MERMOUD A., Ecoulements vers les ouvrages de captage. Cours de physique du sol. [en ligne].
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Disponible sur internet:
<http://echo.epfl.ch/files/content/sites/echo/files/shared/PDF/09Ecoulement%20vers%20l
es%20ouvrages%20de%20captage.pdf>

55
MUSKAT. The flow of homogeneous fluids through porous media. 1ère edition, 2ème tirage. Ann Arbor,
Michigan, USA: Edwards Brothers, 1946.
SALTEL M. Impact de structures géologiques sur l’alimentation de systèmes aquifères profonds. Thèse en
Science et Technologie. Spécialité sciences de l’eau. Université Michel de Montaigne, Bordeaux
3, Institut EGID, 2008.
SCHNEEBELI G. Hydraulique souterraine. Paris : Eyrolles, 1966.
SCOUTTER M., MERMOUD A., MUSY A., Ingénierie des eaux et du sol, processus et aménagements. Presses
polytechniques et universitaires romanes, 2007
VERNIER F., BEUFFE H., CHOSSAT J.C. Forêt et ressource en eau : étude de deux bassins
versants en sol sableux (Landes de Gascogne), p523-542. Revue forestière française. [en ligne]. 6,
2003. Disponible sur internet : http://hdl.handle.net/2042/5211
VERNIER F., CASTRO A. Expertise « avenir du Massif Landais » – critère « préservation de
l’environnement » sous critère « eau ». Rapport d’expertise. ECOFOR, 2010.

Sites internet
GESTEAU. Commissions locales de l’eau des SAGE Lacs Médocains et SAGE Nappes
Profondes. Première réunion inter Commissions locales de l'eau relative au projet de
substitution de ressource pour l'alimentation en eau potable, Projet de champ captant à
l'Oligocène dit "Champ captant des Landes du Médoc". Relevé de décisions réunion Landes de Médoc
12 décembre 2014. Disponible sur internet :
http://www.gesteau.eaufrance.fr/sites/default/files/cr-cle22_inter-cle.pdf

SMEGREG. Champ captant des Landes du Médoc (site dédié), les impacts du projet, quels
sont les impacts sur les ressources ? : http://ldmsmegreg.linuxc7.resolutio.info/index.php/les-
impacts-du-projet/quels-sont-les-impacts-sur-les-ressources [consulté le 12-08-2015]

SMEGREG. Projet Champs captants des Landes du Médoc, Les sylviculteurs disent « non ».
Forêt de Gascogne : http://ldmsmegreg.linuxc7.resolutio.info/index.php/le-projet/revue-de-
presse/68-foret-gascogne-2015-02-les-sylviculteurs-disent-non

BRGM., Infoterre. http://infoterre.brgm.fr/

56
Annexe 1

Succession lithostratigraphique synthétique des formations continentales des Landes


de Gascogne

Figure 43 : Succession lithostratigraphique synthétique des formations continentales des Landes de Gascogne

57
Annexe 2
Chroniques de précipitation et d’évapotranspiration - Météo France, Bordeaux Mérignac, 2012 à 2015

60
Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2012

50
P-ETP (mm)

40
30
20
10
0

Figure 44 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2012

Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2013


60
50
P-ETP (mm)

40
30
20
10
0

Figure 45 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2013

58
Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2014
60

50

40
P-ETP (mm)

30

20

10

Figure 46 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2014

Chronique de précipitation et de d'ETP (mm) - janvier à juillet 2015


50
40
30
P-ETP (mm)

20
10
0
-10
-20

Figure 47 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2015

59
Annexe 3

Chroniques de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet – 2011 à 2013

Hauteur d'eau Bruillet (2011)


1,200 0

1,000 5
Hauteur d'eau (mètre)

Précipitations (mm)
0,800 10

0,600 15

0,400 20

0,200 25

0,000 30

Hauteur d'eau Precipitation

Figure 48 : Chronique de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet 2011

60
Hauteur d'eau Bruillet (2012)
1,200 0

1,000 5

0,800 10

Précipitation (mm)
Hauteur d'eau (m)

0,600 15

0,400 20

0,200 25

0,000 30

Hauteur d'eau Bruillet (2012) Précipitation

Figure 49 : Chronique de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet 2012

61
Hauteur d'eau Bruillet (2013)
1,200 0

1,000 5

Précipitation (mm)
Hauteur d'eau (m)

0,800 10

0,600 15

0,400 20

0,200 25

0,000 30

Hauteur d'eau Bruillet (2012) Précipitation

Figure 50 : Chronique de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet 2013

62
Annexe 4

Détermination des chroniques de débits sur le cours d’eau du Braut et du Bruillet

Une des méthodes permettant de déterminer des débits à partir de valeurs de hauteur
d’eau est celle utilisant la formule de Manning Strickler. Cette formule est applicable dans le cas
d’un écoulement permanent, uniforme et non turbulent. Le débit y est obtenu de la manière
suivante :

𝑄 = Ks. S.Rh2/3.√(i)

Avec,
Q : débit dans le cours d’eau (m3/s)
Ks : coefficient de rugosité de Strickler. Dans le cas d’un fossé en bon état, Ks = 75 m1/3/s
S : section mouillée (m²)
Rh : rayon hydraulique
i : pente

Les mesures dans les cours d’eau du Braut et du Bruillet ont été effectuées toutes les
heures. En supposant que pour un intervalle de temps de 1h, le régime peut être considéré
comme permanent et uniforme, la formule de Manning-Strickler est applicable. Pour ce faire,
plusieurs mesures ont été effectuées sur le terrain :

Station Bruillet
Les caractéristiques géométriques du radier sont présentées sur les figures suivantes :

Nord Sud

1
1m

16,5 cm

Figure 51 : Photographie du radier sur le cours d'eau du Bruillet

La différence d’altitude entre les deux extrémités du radier a été déterminée à partir d’un
niveau laser Le viseur était situé sur le rebord de la route, et la mire était positionnée aux deux
extrémités du radier (fig. 51).

63
Ouest Est

Figure 52: Représentation schématique du radier sur le cours d'eau du Bruillet - vue de profil

Finalement, la pente du radier est nulle, et aucun calcul de débit ne peut être réalisé à
partir de la méthode de Manning-Strickler.

Station Braut
Une représentation schématique du radier sur le cours d’eau du Braut est présentée sur la
figure ci-dessous :

Nord Sud

Figure 53: Représentation schématique du radier sur le cours d'eau du Braut - vue de face

A partir d’un niveau laser, les mesures suivantes ont été effectuées :
 Différence d’altitude entre les deux extrémités du radier : 6 cm ;
 Distance séparant les deux extrémités du radier : 11,34 m ;
 Différence d’altitude entre la sonde et la base du radier : 15 cm.

Finalement, la pente du radier est de 0,5%

A partir de ces différentes valeurs, et des chroniques de hauteur d’eau (annexe 3), il est
possible de déterminer pour chaque heure, la section d’écoulement et le rayon hydraulique
associé.

Remarque : 32,5 cm séparent l’altitude de la sonde avec celle du radier. Il faut donc soustraire ces
32,5 cm aux valeurs de hauteur d’eau pour calculer la section d’écoulement.

Pour l’ensemble des calculs, le coefficient de rugosité est fixé à 75 m1/3/s, puisque les
parois du radier sont bétonnées.

64
Annexe 5

Détermination des chroniques piézométriques des puits S3 et S4

Les puits S3 et S4 ont fait l’objet d’un suivi piézométrique de la nappe du Plio-quaternaire
et du Cénomanien. Les données ont été récupérées de juin 2011 à juillet 2015. Elles
correspondent à des pressions absolues, et ont été acquises à partir de sondes Diver placées au
sein de chaque puits.

Figure 54 : Représentation du puits S3

Figure 55 : représentation du puits S4

Les valeurs de cotes NGF de la nappe ont été calculées en suivant les étapes suivantes :

 détermination d’une pression relative en soustrayant la valeur de pression atmosphérique


associée. N’ayant pas en notre possession des chroniques de pression atmosphérique sur
le site étudié, les données utilisées ont été fournies par Météo France ;
 détermination de la hauteur d’eau située au-dessus de la sonde DIVER :

(𝑃𝑎𝑏𝑠𝑜𝑙𝑢𝑒 − 𝑃𝑎𝑡𝑚)
ℎ=
ρ. g

 détermination de l’altitude NGF du niveau de la nappe. Ce niveau a été déterminé grâce à


des mesures effectuées manuellement. En effet, connaissant pour un instant donné, la
profondeur de la nappe d’eau par rapport à un repère de mesure, dont l’altitude NGF est
connue (Zrepère), on a :

𝑍𝑛𝑎𝑝𝑝𝑒 = Zrepère − profondeur nappe

Les données de hauteur d’eau ont ensuite été calées sur les mesures manuelles de profondeur.

65
Annexe 6

Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2012, 2013 et 2015

Niveau piézométrique (mètre NGF) de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 - 2012


62 0
Hauteur piézométrique (mètre NGF)

5
61,5
10

Préipitation (mm)
61 15
20
60,5 25
30
60
35
59,5 40

Niveau piézométrique (mètre NGF) côte fossé (juilet 2015) pluviométrie

Figure 56 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2012

66
Niveau piézométrique (mètre NGF) de la nappe du Plio-quaternaire 2013
62 0
Hauteur piézométrique (mètre NGF)

5
61,5

Précipitation (mm)
10

61 15

20
60,5 25

30
60
35

59,5 40

Niveau piézométrique (mètre NGF) Côte fossé (juillet 2015) Précipiatation (mm)

Figure 57 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2013

67
Niveau piézométrique (mètre NGF) de la nappe du Plio-quaternaire (2015)
62 0
Hauteur piézométrique (mètre NGF)

5
61,5
10

Précipitation (mm)
61 15
20
60,5 25
30
60
35
59,5 40

Niveau piézométrique (mètre NGF) cote fossé (juillet 2015) Précipitation (mm)

Figure 58 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2015

68
Table des annexes

Annexe 1 : Succession lithostratigraphique synthétique des formations continentales des Landes


de Gascogne………………………………………………………………………………......…58

Annexe 2 : Chroniques de précipitation et d’évapotranspiration - Météo France, Bordeaux


Mérignac, 2012 à 2015……………………………………………………………………..……59

Annexe 3 : Chroniques de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet – 2011 à 2013…………61

Annexe 4 : Détermination des chroniques de débits sur le cours d’eau du Braut et du Bruillet….64

Annexe 5 : Détermination des chroniques piézométriques des puits S3 et S4…….…...…......…..66

Annexe 6 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2012, 2013


et 2015…………………………..……………………………………………………....………67

69
Table des figures

Figure 1: Localisation géographique des projets de champ captant ........................................................6


Figure 2: Cartographie des valeurs rabattement engendrées par le champ captant des Landes du
Médoc sur la nappe du Plio-quaternaire, dans le cas d’hypothèses les plus contraignantes (BRGM
Aquitaine) ..........................................................................................................................................................7
Figure 3: Cartographie du rabattement de la nappe du Plio-quaternaire, engendré par le champ
captant du Cénomanien, et calculé selon trois scénarios (Dupuy et al, 2012) ........................................8
Figure 4: Illustration du fonctionnement d'un fossé sylvicole (Chossat, 1995).......................................9
Figure 5: Représentation schématique d'un fossé reposant le mur d'un aquifère .............................. 11
Figure 6: Représentation schématique d'un fossé ne reposant pas sur une limite imperméable ..... 13
Figure 7: Représentation schématique d'un fossé dans le cas des hypothèses d'application de la
linéarisation de l'équation de Boussinesq ................................................................................................. 14
Figure 8: Rabattement de la nappe en fonction de la distance au fossé .............................................. 15
Figure 9 : Localisation géographique du bassin versant de la Nère, et de la zone d’influence du
champ captant (source : IGN scan 100) ....................................................................................................... 18
Figure 10 : Carte géologique de la zone d’étude (source : BRGM) ......................................................... 19
Figure 11: Carte du réseau hydrographique de la zone d’étude ............................................................ 21
Figure 12 : représentation schématique de l’organisation des principaux pédopaysages des Landes
(Jolivet et al, 2007) ....................................................................................................................................... 22
Figure 13 : Carte d’occupation du sol de la zone d’étude (source : base de données Corine Land
Cover) ............................................................................................................................................................ 23
Figure 14 : Localisation géographique des différentes stations de mesures (Source : IGN scan 25) .. 25
Figure 15: Comparaison des valeurs de pression atmosphérique entre la station Mérignac- Météo
France et un baromètre à Hostens ............................................................................................................ 26
Figure 16 : Photographie aérienne du puits S4 et des fossés bordant la piste .................................... 28
Figure 17: Espèces herbacées retrouvées à proximité du puits S4 ....................................................... 29
Figure 18: Photographie aérienne du puits de Louchats ........................................................................ 29
Figure 19 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 – janvier à avril
2014................................................................................................................................................................ 30
Figure 20: Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits de Louchats –
janvier à avril 2014 ....................................................................................................................................... 31

70
Figure 21 : Comparaison de la profondeur de la nappe pour chacun des piézomètres – septembre
2013 à juin 2014 ........................................................................................................................................... 32
Figure 22: Comparaison de la profondeur de la nappe pour chacun des piézomètres – janvier à mai
2014................................................................................................................................................................ 33
Figure 23 : Bassin versant du Bruillet ....................................................................................................... 35
Figure 24: Cartographie du réseau hydrographique du bassin versant de la Nère (Source: DFCI) 36
Figure 25: Comparaison des fossés de drainage observés sur le terrain et inventoriés par la DFCI37
Figure 26 : Répartition des fossés en fonction de leur profondeur ...................................................... 38
Figure 27: Photographie représentant les différents états de fossés .................................................... 39
Figure 28: Cartographie de l'état des fossés de drainage ........................................................................ 40
Figure 29: Courbe de tarissement du Bruillet (juillet-aout 2012) .......................................................... 44
Figure 30 : Charge hydraulique au sein du fossé en fonction du temps, pour des valeurs de
conductance C différentes .......................................................................................................................... 44
Figure 31 : charge hydraulique au sein du fossé en fonction du temps, pour C = 16 m/jour ......... 45
Figure 32: Carte piézométrique - fossé de 2 m de profondeur ............................................................. 46
Figure 33: Débit drainé par un fossé de 2 mètres de profondeur au cours du temps ....................... 46
Figure 34: Carte piézométrique - fossé de 1 m de profondeur ............................................................. 46
Figure 35: Carte piézométrique - 2 fossés de 1 m de profondeur, distants de 300 m ..................... 47
Figure 36: Carte piézométrique - 2 fossés de 50 cm de profondeur .................................................... 47
Figure 37 : Emplacement d'une station de mesure de débit et délimitation de la surface drainée .. 49
Figure 38: Proposition d'emplacement d'un suivi débitmétrique et délimitation de la surface
drainée ........................................................................................................................................................... 49
Figure 39: Localisation de potentiels sites expérimentaux..................................................................... 51
Figure 40 : Photographie du site 1 ............................................................................................................ 51
Figure 41 : photographie du site 2............................................................................................................. 52
Figure 42: Fossé de drainage du site 4 ...................................................................................................... 52
Figure 43 : Succession lithostratigraphique synthétique des formations continentales des Landes de
Gascogne....................................................................................................................................................... 57
Figure 44 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2012 ............................................................. 58
Figure 45 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2013 ............................................................. 58
Figure 46 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2014 ............................................................. 59
Figure 47 : Chronique de précipitation et d'ETP (mm) - 2015 ............................................................. 59
Figure 48 : Chroniques de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet 2011 .................................. 60
Figure 49 : Chroniques de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet 2012 .................................. 61
71
Figure 50 : Figure 49 : Chroniques de hauteur d’eau dans le cours d’eau du Bruillet 2013 .............. 62
Figure 51: Photographie du radier sur le cours d'eau du Bruillet ......................................................... 63
Figure 52: Représentation schématique du radier sur le cours d'eau du Bruillet - vue de profil...... 64
Figure 53: Représentation schématique du radier sur le cours d'eau du Braut - vue de face ........... 64
Figure 54 : Représentation du puits S3 ..................................................................................................... 65
Figure 55 : Représentation du puits S4 ..................................................................................................... 65
Figure 56 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2012......... 66
Figure 57 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2013......... 67
Figure 58 : Chroniques piézométriques de la nappe du Plio-quaternaire au puits S4 de 2015 ....... 68

72
Résumé

Les projets de champ captant prévus dans les Landes du Médoc et en sud Gironde
pourraient avoir un impact non négligeable sur le rabattement de la nappe phréatique du Plio-
quaternaire. Le réseau de drainage, très développé sur le territoire girondin, pourrait être une
solution à envisager pour contribuer à limiter cet impact. Ce stage constitue un travail préliminaire
à une étude à mettre en place, dont l’objectif est d’évaluer l’influence du drainage sur le niveau de
la nappe du Plio-quaternaire, mais aussi sur son bilan hydrique. Il a fait l’objet d’une approche
théorique qui a montré que peu d’informations permettent d’appréhender le comportement d’une
nappe phréatique à proximité d’un fossé. Une évaluation de l’influence d’un fossé de drainage sur
la nappe a été réalisée par une approche analytique, mais les formules ont été établies pour des
conditions d’application bien particulières, que l’on ne retrouve que rarement dans la réalité. Une
analyse des données de terrain s’est alors avérée indispensable pour appréhender l’influence du
drainage sur la nappe du Plio-quaternaire. Le bassin versant de la Nère a été choisi comme site
d’étude pertinent mais l’analyse des données pré-existantes sur ce secteur n’a apporté que peu
d’informations exploitables pour l’étude. En outre, un essai de modélisation de la nappe a été
réalisé mais les limites du logiciel PMWIN dans le cadre de l’étude n’ont pas permis d’aboutir à de
résultats exploitables. La détermination de l’influence des fossés de drainage sur le niveau de la
nappe, mais aussi sur le bilan hydrique du territoire devra donc passer par la mise en place de sites
expérimentaux.
Mots clefs : Champ captant, nappe phréatique, Plio-quaternaire, drainage, fossé, impact,
modélisation, site expérimental.

Abstract

Wellfield projects, predicted in “Landes du Médoc” and « sud Gironde” could have a non-
negligible impact on the lowering of Plio’s-quaternary groundwater table. In order to limit this
impact, drainage system (well developed in Girondin’s area) could be a solution to consider. The
aim of this internship is to evaluate drainage influences on the level of Plio’s quaternary
groundwater table and the associated water balance. Theoretically speaking, this internship show
that little information allow capturing the groundwater table behavior close to a ditch. By an
analytical approach we have been able to evaluate the influence of drainage ditch on the
groundwater table. However, used formulas are considered for very specific conditions that are
rarely found on the field. A data analysis of the field of the field is then essential to understand
drainage’s influence on the groundwater table. Catchment area of the Nère was chosen as a
relevant study site, but past analysis of this area only gave little exploitable information for the
study. Furthermore, modelling trial of the groundwater table was done, but limits of the PMWIN
software, in the context of this study, did not bring exploitable results. The determination of the
influence of drainage ditches on the level of the groundwater table, but also on the water balance
of the field, should thus go through the setting up of experimental sites.
Keywords : Wellfield, groundwater table, drainage, ditch, impact, modeling, experimental site.

73