Vous êtes sur la page 1sur 47

QUELQUES OUTILS DE LA MARP UTILISÉS

DANS LE DIAGNOSTIC PARTICIPATIF

1
OUTIL N°1
PROFIL HISTORIQUE

2
DEFINITION/OBJECTIF____________________
Le profil historique est un tableau à trois entrées
comprenant notamment la date, les événement et les
impacts et qui présente dans l’ordre chronologique, les
évènements ayant marqué le village au cours de son
histoire dans les domaines économique, social,
culturel, agricole, gestion des ressources naturelles,
etc. il s’agit en fait des évènements qui ont eu un
impact positif ou négatifs sur la vie du village.

Types d’acteurs :
Facilitateur et personnes ressources du village (de
préférence les personnes les plus âgées)

3
Cheminement méthodologique ________________

Collecte des données

1) demander aux participants la date même


approximative de création du village et la signification
du nom du village ;

2) Demander à l’assistance quels sont les évènements


importants dans l’histoire du villages dans tous les
domaines (social, économique, culturel, agricole,
forestier, etc.) ;

3) Il faut surtout chercher les points de repère locaux


(famines, sécheresse, guerre, …) ;

4
4) Essayer de savoir à quelle date (même approximative)
l’événement a eu lieu ;

5) Demander aux participants de donner la chronologie


des évènements (classer les évènements et les dates
par ordre) et les changements intervenus dans la
communauté ou dans les activités à la suite de ces
évènements ;

6) On peut aussi demander aux villageois s’ils ont eut la


possibilité de s’adapter aux changements ou s’ils ont
eu des problèmes

5
Elaboration du profil historique

Une fois les données collectées (événements et leurs


impacts, date d’apparition des évènements), le
facilitateur procède à la classification des différents
événement suivant l’ordre chronologique dans le
profil historique.

Restitution
Le tableau ainsi élaboré est restitué en plénière
villageoise pour amendement et adoption.

6
EXEMPLE PROFIL HISTORIQUE__________________
Années Evènements Impacts

1969 Création du village Liguim par Sali Ousmanou de l’ethnie Képéré (1 er chef) et Présence d’un nouveau village dans
installation des Keperé et des Babouté (belle famille du chef) l’Arrondissement de Bétaré-Oya

1970 Passage du chemin de fer dans le village Découverte d’une nouvelle voie de
transport
Aménagement de la route Belabo-Ngaoundéré par COGEFAR pour faciliter la Facilité et rapidité de déplacement
construction du chemin de fer
1971 Démantèlement partiel du pont sur le fleuve Lom par COGEFAR pour favoriser le Fermeture de la voie routière, baisse de
transport par chemin de fer la fréquence de voyage des populations

1972 Passage du premier train à Liguim Découverte du train et espoir de voyager


facilement
1973 Départ de Yawa Simon du village dans le but de ne pas faire partie de Rupture de relation entre les deux frères
l ‘Arrondissement de Bétaré-Oya et refus de son grand frère le chef du village d’aller
avec lui.
1975 Arrivée des premiers Eton dans le village Introduction de nouvelles cultures
    (piment, tomate, fruitiers)
1987 Réaction favorable de la REGIFERCAM qui autorise l’arrêt du train à Liguim et Facilité de déplacement par le train
début d’arrêt du train (navette) au village.
1989 Arrivée du premier BAMVELE dans le village Présence d’une nouvelle ethnie dans le
village
1992 Intronisation de Bawa Bernard comme chef du village par Sali Ousmanou son père. Continuité des activités de la chefferie

1994 Augmentation du nombre de pêcheurs dans le village. Faible production individuelle

10 août 1994 Mort de Sali Ousmanou, premier chef du village Deuil dans le village

Figure 1: carte des ressources de Lom II.


Sources : Diagnostic participatif du village Liguim. 7
OUTIL N°2
CARTOGRAPHIE VILLAGEOISE AVEC
UNITES DE PAYSAGE

8
Définition_______________________________
Dresser la carte d’un village (community mapping), c’est
représenter partiellement ou totalement le milieu
physique et biologique du village.

Cette représentation qui se fait à main levée par les


villageois eux-même ne respecte pas une échelle
donnée.

Elle est plutôt aproximative, l’essentiel étant de


représenter toutes les ressources naturelles et toutes les
infrastructures socio-économiques du village.
 

9
Objectifs________________________________

Le mapping a pour objectif global de donner une


connaissance globale du village sur le plan des ressources
naturelles et des infrastructures afin de faciliter l’étude du
milieu qui est la base de toute action de développement.
De façon spécifique, il vise à :
Structurer et visualiser les connaissances des villageois
sur le terroir ;
Mettre en évidence les perceptions et les centres
d’intérêts des différents groupes socioprofessionnels
concernant l’utilisation des ressources du village ;
Renforcer la confiance en soi des villageois en leurs
permettant de réaliser des tâches qu’ils pensaient ne pas
être en mesure d’accomplir.
10
Type d’acteurs ____________________________
Deux cas de figure peuvent être envisagée en fonction de
la situation locale et des contraintes de temps :

1) Facilitateurs et groupes socio-professionnel du village


(hommes, femmes, jeunes, minorités). C’est à dire
travail en groupe puis mise en communs en
assemblée villageoise.

2) Facilitateur et groupe de travail (mixte) représentatif


de tous les groupes socio-professionnel du village
(hommes, femmes, jeunes, riches, intermédiaires,
pauvres, minorités). Ici, un seul facilitateur élabore la
carte avec un groupe représentatif de la communauté
villageoise. Un membre du groupe fait alors la
restitution en assemblée villageoise.

11
DONNÉES ESSENTIELLES DEVANT
FIGURER DANS LA CARTE DU VILLAGE

Infrastructures socio-économiques____________
Routes, pistes rurales, sentiers, champs, écoles, collèges,
mosquées, centres de santé, marchés, cimetière,
maisons, ouvrages de franchissements (pont, ponceaux,
dalot, etc.) Tombes, latrines, puits (avec ou sans
pompes), bornes fontaines, sources aménagées, étangs,
gare routières, etc.
 
Ressources naturelles______________________
découpage du terroir villageois par unité de paysage et
mode d’utilisation de chaque unité, Forêts, faune,
fleuves, rivières, ruisseaux, lacs, sources naturelles,
ruisseaux, marigot, cultures vivrières, cultures de rente,
gisement de sable, de pierres ou de latérites, principaux
produits forestiers non ligneux, savane, steppe, etc. 12
CHEMINEMENT METHODOLOGIQUE________________

1)Explication en assemblée villageoise 


 Explications des objectifs : découverte du village (photo
du village) et des zones exploitées en retraçant les
différentes zones et unités de paysages autour du
village ;
 Explication de la méthodologie : travail en groupe
socioprofessionnel puis mise en commun ou travail en
groupe représentatif de toutes les catégories socio-
professionnelle du village puis restitution en plénière
villageoise pour amendement ;
 Constitution du ou des groupes de travail selon les
sensibilités socio-professionnelles (vieux, jeunes,
femmes, etc.)
13
2) Choix
D’une du site pour
manière générale,l’élaboration de la
l’élaboration de lacarte
cartedu village
peut se faire dans un local ou à l’air libre. le local approprié
pour ce genre d’exercice doit être assez large pour contenir
un grand groupe de personnes. Il doit être aéré, à l’abris
des intempéries et accessible à tous.
3) Elaboration des cartes
choix des dessinateurs : faire appel au volontariat ;
demander aux participants de lister les infrastructures
socio-économique qui existent dans le village (routes,
écoles, puits, etc. ;
demander aux participants de lister les ressources qui
existent dans le village (forêts, savanes, plantations,
Produits forestiers (bois, PFNL), cours d’eaux, sables,
marécage, sols, faune, pistes rurales …) ;
14
demander aux participants de lister les infrastructures qui existent dans
le village (routes, ponts, ponceaux, dalot, puits, école, centre de santé,
pistes rurales …) ;
demander aux participants de choisir les différents symboles avec
lesquels il aimerait représenter les différentes informations sur la carte ;
dessin de la carte sur le sol : demander aux villageois de tracer la carte
sur le sol avec un bâton en précisant les contours généraux (points
cardinaux, villages limitrophes, routes et pistes rurales, cours d’eau ;
Dessin sur une grande feuille : demander aux villageois de copier la
carte tracée sur le sol sur le papier kraft avec les marqueurs et d’y situer
ou localiser les différentes ressources et infrastructures. D’autres détails
(champs, forêts, infrastructure, faune, etc.) sont ensuite ajouté sur la
carte jusqu’à ce que le groupe soit satisfait du résultat.

15
Veiller au choix des couleurs et des symboles pour les
différents éléments de la légende, choix et préparation
du rapporteur et simulation de l’exposé pour la
restitution.

N.B :
noter sur la carte établie : le nom du village, la date
d’élaboration de la carte, le nom du dessinateur/rapporteur,
l’orientation de la carte.

Une fois la carte validée par l’assemblée villageoise, elle doit


être miniaturisée (de préférence par un membre de la
communauté). Les planificateurs devront laisser la carte
grand format au village et se contenter de la carte
miniaturisée pour l’élaboration du rapport de planification. Il
en est de même pour toutes les autres cartes.
16
Une fois la carte élaborée, il est nécessaire de conduire un
petit ISS. Cette étape permet de savoir :
1) Au niveau des ressources naturelles
quelles sont les ressources qui sont rares ou qui manquent ?

qui peut utiliser quelles ressources ;

Quelle utilisation est réservée à chaque unité de paysage

quels types de ressources sont connus et important pour quel groupe ;

quelle est la perception des principaux problèmes et potentiels liés au


ressources naturelles par les différents groupes dans le village ;
Etablir la matrice d’utilisation des ressources naturelles par unité de paysage

17
2) Au niveau des infrastructures

quelles sont les infrastructures qui sont rares ou qui


manquent ?

qui peut utiliser quelles infrastructures ;

quels types d’infrastructures sont connus et important


pour quel groupe ;

quelle est la perception des principaux problèmes et


potentiels par les différents groupes dans le
village pour ce qui est de l’utilisations de ces
infrastructures ;

18
3) Au niveau social
quelle est l’organisation sociale et la culture du
village ;

quels sont les groupes ethniques et les relations


inter-ethniques dans le village ;

quels sont les groupes marginalisés dans le


village ;

19
Dans la pratique____________________________

Dans le souci de favoriser une meilleure visibilité, une meilleure lisibilité


et l’exhaustivité autant que possible des informations de la carte, il est
conseillé de diviser la carte du village en deux cartes thématiques à
savoir : la carte des ressources et la carte sociale.

1) La carte des resssources permet d‘identifier les


ressources naturelles et physiques du village facilitant
ainsi une meilleure illustration par les communautés
villageoises de leur perception sur leur environnement
biophysique ;

2) La Carte sociale permet d‘identifier les infrastructures


socio-économiques du village et permet de mieux
illustrer la perception des populations sur les inégalités et
la diversité sociale du village. 20
EXEMPLE DE CARTE DES RESSOURCES__________

Figure 1: carte des ressources de Lom II (Bélabo).


Sources : Diagnostic participatif du village Lom II. 21
Figure 1: carte du village avec unités de paysage du village Ekonj (Commune de Nitoukou).
22
EXEMPLE DE CARTE SOCIALE__________________

Figure 2: carte sociale de Liguim


(Bétaré-oya).
Sources : Diagnostic participatif du village
Liguim.

23
Exemple de matrice pour diagnostic des ressources
naturelles par unité de paysage
Unité de Caractérist Utilisateur Potentia Contrainte Actions à Localisati Accès et
paysage iques s/ lités s mener on contrôle
utilisation

-Pâturage Sensibilisatio
-Bois de n contre les
Savane
Unité de chauffage Pâturage Feux de feux de
arbustive ;
Paysage - Paille - s brousse brousse Libre
Sol
(Up1) Chasse Pierres Erosion Aménageme
sabloneux
Champs de nt anti érosif
manioc l

Galerie
Cueillette,
forestière le Réservoir
Chasse
long des d’animaux
Ramassage Bois
Up2 cours d’eau dévastateur Ras Ras
Exploitation d’œuvre
Sol s de
du bois
sabloneux et culture
d’oeuvre
pierreux

24
OUTIL N°3
CARTE DE MOBILITE VILLAGEOISE

25
Objectif global_______________________
permettre à la communautés villageoise de mieux illustrer
sa perception sur les interrelations entre le village et
l’extérieur.

Objectifs spécifiques_______________________
a) identifier les modes de mobilité spatiale pour différents
groupes de la communauté ;
b) obtenir les informations sur les contacts du village avec
l’extérieur et encourager l’échange de points de vue
entre différénts groupes ou individus dans la
communauté à propos de leurs contact ;
c) obtenir les informations sur le motif des déplacements
des membres ou des groupes de la communauté.
26
Type d’acteurs ____________________________
Deux cas de figure peuvent être envisagée en fonction de
la situation locale et des contraintes de temps :

1) Facilitateurs et groupes socio-professionnel du village


(hommes, femmes, jeunes, minorités). C’est à dire
travail en groupe puis mise en communs en
assemblée villageoise.

2) Facilitateur et groupe de travail représentatif de tous


les groupes socio-professionnel du village (riches,
intermédiaires, pauvres, minorités). Ici, un seul
facilitateur élabore la carte avec un groupe
représentatif de la communauté villageoise. Un
membre du groupe fait alors la restitution en
assemblée villageoise.

27
CHEMINEMENT METHODOLOGIQUE________________

Dans un premier temps, demander aux


participants :

1) où est-ce que les habitants du village partent ou se


déplacent hors du villages et à quelle distance ;
2) quelles sont les raisons de ces déplacements (actes de
naissance, certifier les documents, santé, éducation,
vente des produits, etc.) ?
3) quel est le degré de contact des villageois avec
l’extérieur ;
4) quel est la fréquence des déplacements ;
5) quels groupes ethniques du village qui ont plus ou moin
de contact avec l’extérieur du village ;
28
Demander ensuite aux participants de :

1) désigner un membre de la communauté pour


dessiner la carte de mobilité sur un support en
commençant par dessiner un cercle qui représente le
villag ;
2) Demander au groupe de recenser les endroits
importants hors du village dont ils visitent (écoles,
centre de santé, marché les plus proches, autres
marchés, centre administratifs etc) ;
3) choisir les symboles avec lesquels ils aimeraient
représenter chaque déplacement sur la carte ;
4) dessiner ces différents endroits sur le papier en les
positionnant autour du village par rapport à leur
emplacement.
29
EXEMPLE DE CARTE DE MOBILITE VILLAGEOISE___

Figure 1: carte de mobilité du


village Tête
d’Eléphant.

30
OUTIL N°4
DIAGRAMME DE VENN

31
Objectif global_______________________

Effectuer une analyse institutionnelle du village

Objectifs spécifiques_______________________

a) aider la communautés villageoise à identifier les


institution villageoises et les institutions intervenants
dans le village ;

b) apprécier les relations entre ces différentes


institutions ;

c) apprécier l’importance de ces institutions pour le


développement du village.

32
Type d’acteurs ____________________________
Deux cas de figure peuvent être envisagée en fonction de
la situation locale et des contraintes de temps :

1) Facilitateurs et groupes socio-professionnel du village


(hommes, femmes, jeunes, minorités). C’est à dire
travail en groupe sans mise en communs en
assemblée villageoise.

2) Facilitateur et groupe de travail représentatif de tous


les groupes socio-professionnel du village (riches,
intermédiaires, pauvres, minorités). Ici, un seul
facilitateur élabore le diagramme de Venn avec un
groupe représentatif de la communauté villageoise.
Un membre du groupe fait alors la restitution en
assemblée villageoise.

33
CHEMINEMENT METHODOLOGIQUE________________

1) Identification des structures

a) identifier les structures internes et externes du village


(l’autorité locale peut être considérée comme une
structure villageoise) ;
b) faire ensuite l’inventaire des autres organisations
villageoises existantes qui sont importantes pour le
développement local.
c) Déterminer le niveau d’importance de l’organisation
(très importante, importante moins importante) pour le
développement du village et indiquer leurs acticités
principales
d) Consigner ces informations dans un tableau à trois
colonnes
34
Exemple de tableau
Institutions Activités menées importance

APE Paiement des vacataires +++

COMITE DE BASE RDPC Activités politiques +

ESSAYONS Tontine/épargne ++

EELC Activités religieuses +

KAOTAL Entraide, assistance physique +

MONABEA Entraide, assistance physique +

SEP Gestion des conflits entre la population et COTCO pour ce qui est de +
l’enlèvement du pont sur le Lom.
COTCO Construction d’une salle de classe et d’un puits d’eau. +++
Apport d’un moulin à manioc
Création d’emplois temporaires pour les jeunes du village.
FOCARFE Contribution au projet de création de la forêt communautaire de Lom I +++

CAMRAIL Construction de la gare de Lom I +++


Création d’emplois temporaires (entretien des rails)

+ + + Très important ; + + important ; + Moins important

35
Elaboration du diagramme de Venn
Le principe de base de ce diagramme est de créer un
symbole sous forme de cercle pour chaque institution. La
grandeur du cercle reflète l’importance de l’institution
pour le développement du village.

Les interactions entres ces organisations sont symbolisés


par des flèches. L’épaisseur des flèches reflétant
l’importance de la relation. La méthode laisse beaucoup
de libertés à la créativités des villageois.
 
Le diagramme de Venn est donc à élaborer pour connaître
les relations entre les structures internes et externes du
village. En ce qui concerne les relations avec l’extérieur
pour l’exécution des activités, le diagramme de Venn peut
être enrichi par tous les intervenant autour du village.
36
EXEMPLE DE DIAGRAMME DE DE VENN___________

Figure 1: Diagramme de
Venn du village Ekonj
(Nitoukou).

37
OUTIL N°6
MARCHE TRANSECT

38
Définition_______________________________
Le transect est une section longitudiale ou transversale
du village.
Objectifs ________________________________
 Compléter et vérifier sur place les informations
obtenues grâce aux cartes du terroir et aux ISS ;
 Découvrir la diversité du terroir villageois et analyser
les infrastructures existantes ;
 Identifier les tendances et les problèmes de chaque
zone du terroir villageois et les solutions possibles pour
une meilleure utilisation

Type d’acteur : groupe Mixtes représentatif du village


39
CHEMINEMENT METHODOLOGIQUE_________________
1) Trouver des autochtones ayant les connaissances pour
une promenade et les analyses à faire ensemble ;
2) Déterminer avec eux les axes du transect (au mois un
axe et de préférence, la plus longue distance
permettant de découvrir le village dans toute sa
diversité) ;
3) Discuter avec eux sur les aspects à observer (terres,
arbres, récoltes, sols, etc.) ;
4) Assigner des tâches au sein du groupe ;
5) Faire la promenade systématique (le transect se fait à
pieds) ;
 en observant ;
 en posant des questions ;
 en écoutant et en analysant ensemble ;
40
6) demander les problèmes et les discuter en y ajoutant
les opportunités ;
7) noter les contrastes et changements ;
8) identifier des zones et les contraintes locales ;
9) dessiner un diagramme de la section parcourue du
village (section parcourue lors de la promenade).

Conseils________________________________ 
 Se promener lentement ;
 Etre exploratif ;
 Improviser ;
 Partager les points de vue (discuter des conflits liés à
l’utilisation des ressources et des infrastructure, de
l’histoire de leur gestion et de leur utilisation, etc. 41
Dessin du transect________________________
a) De retour au village après la prospection, l’équipe
trace le transect sur une grande feuille.

b) Les dessins sont réalisés par les villageois avec le


concours de l’animateur ;

c) Veiller à ne pas se perdre dans les détail et expliquer


les aspects intéressants ;

d) La restitution est effectuée par un membre de l’équipe

Note __________________________________
 Avertir le villageois de l’effort physique à fournir.
 Après validation du transect, compléter la liste des
problèmes/contraintes et des potentialité du village.
42
EXEMPLE DE TRANSECT_(VILLAGE EKONJ) ________
O E

Distance (m) 2000m 1500 m


Zone Ekondj Nebassel
Sol Ferralitique Sablo-argileux Ferralitique Sablo-argileux
Végétation Jardin de case, Foret claire, et marécageuse, Jardin de case, savane, zone de culture
savane, zone de culture cacaoyères
Activités menées Agriculture, élevage extensif, petit commerce, Agriculture, élevage extensif, petit commerce

Principales cultures Patate, Manioc, Bananier, cacao, café, petits poix, Patate, Manioc, Bananier, cacao, café , petits poix,
plantain, igname, arbre fruitiers plantain, igname, arbre fruitiers
Ressources Forêt,(Iroko), savane, sable, produit forestier non Forêt,(Iroko), savane, sable, produit forestier non
naturelles ligneux ligneux
Habitats Prédominance des maisons en brique de terre Prédominance des maisons en brique de terre

Infrastructures Haute tension monophasée, route, buse, école, Haute tension monophasée, route, buse, école, puits,
puits, Eglise Eglise
Institutions Chefferie de 3e degré, église Chefferie de 3e degré, église catholique.

Problèmes Divagation des bêtes, Maladies et attaques des Divagation des bêtes, Maladies et attaques des
cultures, Insuffisance d’eau potable, pauvreté du cultures, Insuffisance d’eau potable, pauvreté du sol,
sol, feu de brousse, déforestation. feu de brousse, déforestation.
Tendances Déforestation, lessivage des sols. Déforestation, lessivage des sols
Solutions Abattage des animaux par les autorités, pare feu. Abattage des animaux par les autorités, pare feu.
appliquées
Solutions à Elevage en claustration, utilisation des engrais et Elevage en claustration, utilisation des engrais et
envisager produits phytosanitaires pour fertiliser les sols , lutte produits phytosanitaires pour fertiliser les sols , lutte
contre les feux de brousse et l’agriculture itinérante contre les feux de brousse et l’agriculture itinérante
sur brûlis , gestion rationnelle et durable des sur brûlis , gestion rationnelle et durable des
ressources naturelles ressources naturelles
43
OUTIL N°6
COMMENT ABORDER LE PROBLEME DU
VIH/SIDA/IST

44
EXEMPLE DE CARTE DE VULNERABILITE__________

cartes de vulnérabilité du village Lom I


Sources : Diagnostic participatif du village Tête d’Eléphant.

45
JE VOUS REMERCIE POUR
VOTRE BIEN AIMABLE
ATTENTION

46
Distance (m) 200m
Zone ENEF
Sol Ferralitique Sablo-argileux
Végétation Jardin publique, plantation de mantali, plantation d’arbres,
champs
Activités menées Education, petit commerce, agriculture
Principales cultures arbres fruitiers, maïs, manioc, bananier
Ressources naturelles
Habitats résidences
Infrastructures Haute tension monophasée, piste, menuiserie, forage, restaurant,
garage, guérite, centre de cartographie, pépinière, infirmerie
Institutions ENEF, IUT
Problèmes Insuffisance d’eau potable, insuffisance de médicaments
Tendances Prévalence des maladies
Solutions appliquées automédication
Solutions à envisager Aménagement d’un point d‘eau potable pour les élèves,
équipement en médicaments et matériels pharmaceutiques

47