Vous êtes sur la page 1sur 5

Étude asymptotique d’une suite Énoncé

Étude asymptotique d’une suite


Le but du problème est de déterminer un équivalent de la suite définie par :
 −α X 2n 
2n 2n α

∀ n ∈ N, un (α) = , où α > 0.
n k
k=0
Z +∞ Z a √ n
−x2 −x2 π X  k2 
On admet que e dx = lim e dx = . Pour tout n > 1, on pose vn (α) = exp −α .
0 a→+∞ 0 2 k=1
n
i1 h
Dans tout le problème, r est un réel de ,1 .
2
Z n+1  Z n 
∗ x2  x2 
1. (a) Pour tout n de N , montrer que exp −α dx 6 vn (α) 6 exp −α dx.
r 1 n 0 n
1 nπ
(b) En déduire vn (α) ∼ ∞ .
2 α
X  k2 
2. (a) Montrer que exp −α 6 n exp(−α n2r−1 ).
nr 6k6n
n
2
X  k ∼
(b) En déduire exp −α ∞ vn (α)
16k<n r
n k−1
Q j
1−
1 j=1 n
On pose pn (1) = si n > 1, et pn (k) = k  si 2 6 k 6 n.
1 j
1+
Q
n 1+
j=1 n
 −α X n 
2n 2n α

3. (a) Montrer que un (α) = 1 + 2 .
n n+k
k=1
2n 2n
   
(b) Établir que pour tout k de {1, . . . , n} on a = pn (k).
n+k n
4. (a) Soit t dans [0, 1[. Montrer que pour tout x de [0, t] on a :
2x
(i) : 2x 6 ln(1 + x) − ln(1 − x) 6 .
2 1 − t2
x
(ii) : x − 6 ln(1 + x) 6 x.
2
 k2   k2 
(b) En déduire que pn (k) exp 6 exp .
n 2n2
X
(c) Montrer que pαn (k) est négligeable devant vn (α) quand n → ∞.
nr 6k6n

k2  α  k2 
X   
5. (a) Montrer que un (α) − 2vn (α) = 2 exp −α pn (k) exp α − 1 + o(vn (α))
16k<n r
n n
 k2  
n4r−3

(b) Avec (4.a) montrer que pn (k) exp > exp − si 1 6 k < nr .
n 1 − n2r−2
k2  α  k2 
 
X  3
(c) En déduire : 2 exp −α pn (k) exp α − 1 = o(vn ) si r < .
16k<nr
n n 4
r

(d) Montrer finalement que un (α) ∼ ∞ .
α  
2n
(e) Cas particulier : donner un équivalent de quand n → ∞.
n

Mathématiques en MPSI mathprepa.fr Page 1


© Jean-Michel Ferrard
Étude asymptotique d’une suite Corrigé

Corrigé du problème
 x2 
1. (a) L’application x 7→ exp −α est décroissante sur R+ .
n
On en déduit l’encadrement, pour tout k de N∗ :
Z k+1 Z k
 x2   k2   x2 
exp −α dx 6 exp −α 6 exp −α dx
k n n k−1 n
En sommant de k = 1 à k = n on obtient :
Z n+1 Z n
 x2   x2 
exp −α dx 6 vn (α) 6 exp −α dx.
1 n 0 n
Z n  x2 
(b) Posons In = exp −α dx pour tout n de N∗ .
0 n r r Z √nα
α n
Le changement de variable t = x donne In = exp(−t2 ) dt.
Z √nα n Z α 0 √
+∞
π
On sait que lim exp(−t2 ) dt = exp(−t2 ) dt = .
n→+∞ 0 0 r 2
∼ 1 nπ
On en déduit alors l’équivalent : In = ∞ .
2 α
L’encadrement de vn (α) obtenu à la question précédente s’écrit :
Z n+1 Z 1
 x2   x2 
exp −α dx − exp −α dx + In 6 vn (α) 6 In .
n n 0 n
Z n+1 Z 1 Z 1
 x2   x2 
Mais exp −α dx > 0 et exp −α dx 6 dx 6 1.
n n 0 n 0
On en déduit In − 1 6 vn (α) 6 In donc |vn (α) − In | 6 1.
Ainsi vn (α) − In = o(In ) car lim In = +∞, c’est-à-dire vn (α) ∼
∞ In .
n→+∞ r
On trouve finalement : vn (α) ∼ ∞ In ∞
∼ 1 nπ .
2 α
 k2   (nr )2 
2. (a) Pour tout k 6 nr , on a exp −α 6 exp −α = exp(−αn2r−1 ).
n n
X  k2 
Ainsi exp −α 6 (n − nr + 1) exp(−α n2r−1 ) 6 n exp(−α n2r−1 ).
nr 6k6n
n
n
X  k2  X  k2  X  k2 
(b) On a vn (α) = exp −α = exp −α + exp −α .
k=1
n 16k<nr
n nr 6k6n
n
Compte tenu de la question précédente, on a donc l’encadrement :
X  k2 
0 6 vn (α) − exp −α 6 n exp(−α n2r−1 ).
16k<nr
n
Mais lim n exp(−α n2r−1 ) = 0 (croissance comparée, car 2r > 1).
n→+∞ r
1 nπ
D’autre part lim vn (α) = +∞ car vn (α) ∼ ∞ .
n→+∞ 2 α
X  k2 
Ainsi vn (α) − exp −α est négligeable devant vn (α) quand n → +∞.
16k<nr
n
X  k2  ∼
On a donc obtenu l’équivalent : exp −α ∞ vn (α).
16k<n r
n

Mathématiques en MPSI mathprepa.fr Page 2


© Jean-Michel Ferrard
Étude asymptotique d’une suite Corrigé

2n 2n
   
3. (a) On sait que = pour tout k de {0, 1, . . . , n}.
n+k n−k
2n  n  n  n 
2n α
 α X
2n α X 2n α
 α
2n 2n 2n α
X    X 
Ainsi = + + = +2
k n n−k n+k n n+k
k=0 k=1 k=1 k=1
−α  α n  α  n 
−α X α
2n 2n 2n 2n 2n
 X 
Donc un (α) = +2 =1+2 .
n n n+k n n+k
k=1 k=1

(b) On distingue k = 1 et k >= 2.


2n
  (2n)! n (2n)! 
2n

Si k = 1, pn (1) = = = .
n (n!)2 n + 1 (n − 1)!(n + 1)! n+1
Si 2 6 k 6 n, on trouve successivement :
k−1
k−1
Q j 1 Y (n − 1)!
1− k−1
(n − j)
j=1 n n j=1 (n − k)! (n!)2
pn (k) = k  = = n =
Q j 1 Y
k (n + k)! (n − k)!(n + k)!
1+ (n + j)
j=1 n nk j=1 n!

2n
  (2n)! (n!)2 (2n)! 
2n

On en déduit pn (k) = = = .
n (n!)2 (n − k)!(n + k)! (n − k)!(n + k)! n+k


 f1 (x) = ln(1 + x) − ln(1 − x) − 2x

 2x
4. (a) Pour tout x de [0, t], posons f2 (x) = 1 − t2 − ln(1 + x) + ln(1 − x)
2
 f3 (x) = ln(1 + x) − x + x



2
Les applications f1 , f2 , f3 sont dérivables sur [0, t] et on a, pour tout x de [0, t] :
1 1 2x2


 f10 (x) = + −2= >0

 1+x 1−x 1 − x2 
f (0) = 0
 1

 
2 2
 2 1 1 2(t − x )
f20 (x) = − − = > 0 . De plus f2 (0) = 0

 1 − t2 1 + x 1 − x (1 − t2 )(1 − x2 ) 



 1 x 2 f3 (0) = 0
 f 0 (x) =

−1+x= >0
3
1+x 1+x
Les applications f1 , f2 , f3 sont croissantes sur [0, t] et nulles en 0.
Elles sont donc poisitives ou nulles sur [0, t] ce qui permet d’écrire :

 2x 6 ln(1 + x) − ln(1 − x) 6 2x

∀ t ∈ [0, 1], ∀ x ∈ [0, t], 1 − t2
x2
x −
 6 ln(1 + x)
2
L’inégalité restante ln(1 + x) 6 x est bien connue, et elle est vraie sur ] − 1, +∞[.
On aurait pu la retrouver comme ci-dessus avec f4 : x 7→ x − ln(1 + x).

(b) Commençons par traiter le cas particulier k = 1.


  1  1  1 1
Pour tout n > 1, d’après (4a) : ln pn (1) exp = − ln 1 + 6 2.
n n n 2n
1  1 
Autrement dit : pn (1) exp 6 exp pour tout n > 1.
n 2n2

Mathématiques en MPSI mathprepa.fr Page 3


© Jean-Michel Ferrard
Étude asymptotique d’une suite Corrigé

On passe maintenant au cas général 2 6 k 6 n.


  k 2  k
Tout d’abord ln pn (k) exp = ln pn (k) + 2 .
n n
k−1  
 k  X j   j 
Mais ln pn (k) = − ln 1 + + ln 1 − − ln 1 + .
n j=1
n n
2j
En vertu de (4ai), chaque terme de la somme précédente est majoré par − .
k−1
n
 k 2 X  k  k(k − 1)
Ainsi ln pn (k) 6 − ln 1 + − j = − ln 1 + − .
n n j=1 n n
  k 2   k k k2
On en déduit ln pn (k) exp 6 − ln 1 + + 6 2 (d’après 4a ii).
n n n 2n
 k2   k2 
On a donc obtenu l’inégalité pn (k) exp 6 exp .
n 2n2
(c) De ce qui précède on tire, pour tout n de N∗ et tout k de {1, . . . , n} :
 k2   k2   k2 
1/2 α α/2
pn (k) exp 6 exp 6 e donc p n (k) 6 e exp −α .
n 2n2 n
Il en découle, en utilisant le résultat de (2a) :
X
α α/2
X  k2 
06 pn (k) 6 e exp −α 6 n eα/2 exp(−α n2r−1 ).
nr 6k6n nr 6k6n
n
r
n exp(−α n2r−1 ) ∼ nα
Mais ∞ 2 exp(−α n2r−1 ) → 0 quand n → ∞ (car 2r > 1).
vn (α) π
1 X X
Ainsi lim pαn (k) = 0, donc pαn (k) = o(vn (α)).
n→+∞ vn (α)
nr 6k6n nr 6k6n

5. (a) D’après (3a) et (3b) on a :


n  n r −1
nX n
 −α X
2n 2n α
 X X
α
un (α) = 1 + 2 =1+2 pn (k) = 2 pαn (k) + 1 + pαn (k).
n n+k r
k=1 k=1 k=1 k=n
n
X
Mais pαn (k) = o(vn (α)) et 1 = o(vn (α)).
k=nr r −1
nX
On en déduit un (α) = 2 pαn (k) + o(vn (α)).
k=1 r −1
nX  k2 
De même, d’après 2(b), on a vn (α) = exp −α + o(vn (α)).
k=1
n
Finalement, on trouve bien :
X   k 2 
un (α) − 2vn (α) = 2 pαn (k) − exp −α + o(vn (α))
16k<nr
n
k2  α  k2 
X   
=2 exp −α pn (k) exp α − 1 + o(vn (α))
16k<nr
n n

(b) Soit n dans N∗ et k dans {1, . . . , nr − 1}.


  k 2  k
ln pn (k) exp = ln pn (k) + 2
n n
k
 k  X  j  j  k
= − ln 1 − + ln 1 − − ln 1 + + 2
n j=1
n n n

Mathématiques en MPSI mathprepa.fr Page 4


© Jean-Michel Ferrard
Étude asymptotique d’une suite Corrigé

j 1
Pour k dans {1, . . . , nr − 1}, on a 0 6 < 1−r < 1, pour n > 2.
n n
1
En utilisant (4ai) avec t = 1−r , on trouve :
n
 j  j −2j −2j n1−2r
ln 1 − − ln 1 + >  = 2−2r .
n n 1 
n −1
n 1 − 2−2r
n
k
 k  k X
D’autre part − ln 1 − > (grâce à 4aii), et 2 j = k(k + 1) :
n n j=1
  k 2  k k 2 n1−2r
ln pn (k) exp > + − 2−2r k(k + 1).
n n n n −1
k k2 n1−2r 1 n1−2r  −k(k + 1)
Or + − 2−2r k(k + 1) = k(k + 1) − 2−2r = .
n n n −1 n n −1 n(n2−2r − 1)
Comme k(k + 1) 6 (nr − 1)nr 6 n2r on trouve :
  k 2  −n2r −n2r−1 −n4r−3
ln pn (k) exp > = = .
n n(n2−2r − 1) n2−2r − 1 (1 − n2r−2 )
 k2   −n4r−3 
Ainsi, pour tout k de {1, . . . , nr − 1}, on a : pn (k) exp > exp .
n 1 − n2r−2
k2  α  k2 
X   
(c) Posons wn (α) = 2 exp −α pn (k) exp α −1 .
16k<nr
n n
−n4r−3 α  k2 
   X 
D’après ce qui précède, on a : wn (α) > 2 exp − 1 exp −α .
1 − n2r−2 16k<nr
n
Notons ϕn (α) cette dernière quantité.
1 3
On sait que < r < 1 donc 2r − 2 < 0. Si on choisit r < alors 3 − 4r > 0.
2 4 
−n4r−3 α −n4r−3 α 

Avec ce choix de r, on a lim = 0 donc lim exp − 1 = 0.
n→+∞ 1 − n2r−2 n→+∞ 1 − n2r−2
X  k2  ∼
Donc sachant que exp −α ∞ vn (α), on trouve ϕn (α) = o(vn (α)).
16k<n r
n
X  k 2   k 2  
D’autre part, d’après 4aii : wn (α) 6 2 exp −α exp α 2 − 1 .
16k<nr
n 2n
 α   X  k2 
Grâce à k 6 nr on obtient : wn (α) 6 2 exp n2r−2 − 1 exp −α .
2 16k<nr
n
Notons ψn (α) cette dernière expression.
α 

On constate que ψn (α) ∞ 2 n 2r−2
vn (α) = o(vn (α) (on a utilisé 2r − 2 < 0).
2
L’encadrement ϕn (α) 6 wn (α) 6 ψn (α) montre donc que wn (α) = o(vn (α)).
r
(d) On a un (α) − 2vn (α) = o(vn (α)) donc un (α) ∼ ∞ 2vn (α) ∞
∼ nπ .
α
2n
 −1 X
2n 2n
  −1
2n 4n
(e) On écrit un (1) = = 22n = .
n n+k n un (1)
k=0
2n ∼ 4n
 
On en déduit
n ∞ √ .

Mathématiques en MPSI mathprepa.fr Page 5


© Jean-Michel Ferrard