Vous êtes sur la page 1sur 58

Définition des concepts liés

au langage des lignes


Deuxième cycle
ATS et S&T

Capitale – Nationale
Chaudière -Appalaches

Science et technologie

CNCA TITREE Définition et relation des concepts liés au langage des lignes
-0312- RÉALISÉ PAR : Denis Lepage ÉCHELLE 1=1

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019
Table des matières

Sujet Page

Le langage des lignes dans le programme de formation 4


Concepts prescrits 4
Techniques prescrites 5

Du croquis au dessin technique 6


Croquis et schémas : pour concevoir l’objet 6
Schéma de principe 7
Schéma de construction 7

Dessins techniques 8
Dessin d’ensemble 8
Dessin de détail (Amérique) ou dessin de définition (Europe) 12
Dessin en vue éclatée ou dessin d’assemblage 12
Place des schémas et des dessins techniques dans la conception 12

Relation entre les concepts du dessin technique 14


Tracés géométriques 14

Les formes de représentation 14


Types de projection 14
La projection orthogonale à vues multiples 16
Les projections en perspectives 17
La projection axonométrique (l’isométrie) 18
Projection oblique 19
Perspective linéaire 20

Conventions du dessin technique 21


Principe de base pour le dessin technique 21
Standards et représentations (les lignes conventionnelles) 21
La cotation 22
Les règles de cotation 22
La cotation de contour des formes polygonales 24
La cotation des formes courbes 25
Cotation fonctionnelle 26
Coupe 26
Section 28
Tolérance 28
Tolérance dimensionnelle 30
Développement 30

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 2 sur 58 le 15 mai 2019
Table des matières

Sujet Page

Techniques de langages graphiques 31


Méthode informatisée (CAO) 31
Méthode Papier-crayon avec la table à dessin 31
Échelle 32
Présentation d’un dessin technique 33
Utilisation d’instruments de mesure 35
La règle et le vernier (pied à coulisse) 36

Références 36

Liste des annexes


1. Schéma de principe 37
2. Schéma de construction 38
3. Exemple de dessin d’ensemble en industrie 39
4. Exemple de dessin de détail en industrie 40
5. Types de ligne dans une projection orthogonale à vues multiples 41
6. Exemple supplémentaire de cotation 44
7. Ourlets et joint pour l’assemblage de métal en feuille. 45
8. Feuilles à dessin format paysage et portrait 47
9. Comment mesurer avec un vernier (ou pied à coulisse) 51
10. Les six vues d’un objet pour la projection à vues multiples 53
11. Le dossier technique 55

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 3 sur 58 le 15 mai 2019
Le langage des lignes dans le programme de formation
Concepts prescrits

Note : les mentions en italique sont des interprétations du programme.

3e secondaire .
L’univers technologique est caractérisé par des concepts généraux dont ceux liés au langage des
lignes qui sont essentiels dans la conception des objets techniques et des systèmes. Ces
connaissances seront sollicitées tout au long du cycle.
Science et technologie ATS
Tracés géométriques Tracés géométriques
Forme de représentation Forme de représentation
-Croquis, perspective, projection oblique (objets -Croquis, perspective, projection oblique (objets
simples) simples)
Projections orthogonales (vues multiples, isométries) Projections orthogonales (vues multiples, isométries)
Lignes de base Lignes de base
Échelles Échelles
Coupes Coupes
Cotation Cotation
Standards et représentation (symboles, schémas) Standards et représentation (symboles, schémas)

Projections axonométriques : vue éclatée (lecture


seulement)
Distinguer section dans coupes
Tolérance dans cotation (objets simples)

4e secondaire .

Les concepts à l’étude doivent être traités de façon exhaustive en raison de la diversité croissante
des problèmes à résoudre et leur degré de difficulté de plus en plus élevé.
Science et technologie ATS
ST Dessin d’ensemble
(aucun nouveau concept lié au langage des lignes) (dans la projection orthogonale à vue multiple)
Tolérances dimensionnelles
STE Cotation fonctionnelle
Projections axonométriques Développement
Vue éclatée (lecture seulement) (prisme, cylindre, pyramide, cône) (objets
Dessin d’ensemble simples)
(dans la projection orthogonale à vue multiple)
Tolérances dimensionnelles SE (option)
(aucun nouveau concept lié au langage des lignes)

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 4 sur 58 le 15 mai 2019
(Les élèves doivent être capables de lire, comprendre et interpréter les dessins techniques avec
les conventions en usage en technologie.)
Techniques prescrites

2e cycle (3e et 4e secondaire) .

Ces techniques renvoient à des procédés méthodiques qui balisent la mise en pratique des
connaissances théoriques. Sauf avis contraire, les techniques sont prescrites autant pour la voie
générale (science et technologie) que la voie application technologique et scientifique (ATS)

Langage graphique Fabrication

- Utilisation d’échelles - Utilisation sécuritaire des machines et des outils


- Représentation graphique à l’aide (scie à ruban, perceuse, ponceuse, marteau,
d’instruments tournevis, pinces, etc.)
(projection orthogonale à vue multiple, - Mesurage et traçage
isométrie, perspective) - Usinage
- Schématisation (sciage, perçage, limage, dénudage et
épissures, soudure à l’étain et au plomb, etc.)
- Finition
Ajout pour ATS : - Vérification et contrôle
- Utilisation d’un logiciel de dessin vectoriel - Montage et démontage
(deux dimensions et trois dimensions) - Fabrication d’une pièce
(Un logiciel comme Sletchup peut faire l’affaire)

Les techniques de fabrication sont liées à la lecture et


l’interprétation du langage graphique

STE seulement

Techniques de mesure commune à la science et la technologie

- Vérification de la fidélité, de la justesse et de la sensibilité des instruments de mesure


- Utilisation des instruments de mesure
- Interprétation des résultats de la mesure (chiffre significatif, erreurs liées aux mesures)

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 5 sur 58 le 15 mai 2019
Du croquis au dessin technique

Au cours des siècles le dessin a grandement évolué. Aujourd’hui on considère le dessin industriel
comme étant un excellent outil pour transmettre des idées d’ordre technique et pratique. Même
les langues les plus évoluées sont inaptes à décrire les dimensions, les formes et les relations
entre les objets de façon claire et concise.
Lors de la conception d’un objet technique, le technologue a besoin d’un langage qui lui permet
d’exprimer sa pensée avec rapidité. La schématisation, contrairement au dessin technique,
constitue un outil fort utile et rapide d’utilisation. C’est une forme de langage technique moins
normalisé que le dessin technique. Ce dernier répond à des normes, des règles et des conventions
qui forment le langage de l’industrie. Il est davantage utilisé au cours des étapes ultérieures de
réalisation d’un prototype et pour la fabrication en série.
Ainsi, il existe deux sortes de dessins : les croquis ou schémas qui sont faits à la main et les
dessins techniques qui sont faits avec des instruments spécialisés ou bien à l’aide de logiciel.
Lorsqu’un dessin technique est fait avec un logiciel on l’appelle un dessin de conception assisté
par ordinateur (CAO).

Croquis et schémas : pour concevoir l’objet


Les croquis sont généralement tracés à main levée, de formes et de dimensions approximatives.
Il offre une vision globale des solutions techniques susceptibles d’être adoptées.

Les schémas de principes et les


schémas de constructions ont été
enseignés au premier cycle. Ces dessins
apparaissent au début du projet de
conception de l’objet. À ce stade, c’est
le prototype, tout peut encore changer.
Dès qu’une solution valable fait
consensus on passe à l’étape suivante la
réalisation. Les croquis sont le plus
souvent faits à la main mais ce n’est
pas une règle.

Les croquis et schémas se dessinent relativement rapidement car ils ne sont pas exactement à
l'échelle d’un objet à réaliser ultérieurement. Cependant les dimensions des pièces dans le
croquis ou schéma doivent respecter une proportionnalité entre elles pour éviter d’introduire des
incongruités. Ils ne sont pas aussi rigoureux que le dessin à l'échelle. Ils peuvent servir à
communiquer une idée à quelqu'un afin de mieux comprendre l'objet en question et, aussi, à

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 6 sur 58 le 15 mai 2019
mieux préparer sa mise en plan pour sa fabrication. Le fait de dessiner le croquis d'un objet aide à
s'en faire une image mentale 3D plus claire et ainsi anticiper les problèmes d’ordre fonctionnel.
Schéma de principe1
Ce type de schéma sert à expliquer les principes de fonctionnement d’un objet. On entend par
fonctionnement le mouvement que les pièces peuvent accomplir et les forces en causes pour les
faire bouger. C’est un dessin simplifié, le plus souvent illustré en coupe, afin de voir le
fonctionnement des pièces internes.
 Représentation simplifiée des pièces (symboles appropriés)
 Le nom des principales pièces illustrées
 Les symboles des mouvements et des forces impliquées dans le fonctionnement
 Toute autre information nécessaire au fonctionnement de l’objet technique (exemple : une
liaison ou un guidage).

Schéma de construction2
Le schéma de construction est un dessin simplifié sur lequel figurent des renseignements
concernant la solution de construction en vue de fabriquer un objet technique. Il renseigne sur les
formes et la nature des matériaux à utiliser, la façon d’assembler les pièces et les dispositifs utiles
du fonctionnement de l’objet technique. Il inclut :

 Les formes importantes en vue de fabriquer les pièces.


 Le nom et la quantité des pièces illustrées
 Les matériaux à utiliser
 Les organes de liaison à employer
 Les formes de guidage
 Toute autre information utile pour la fabrication de l’objet technique

Notes pédagogiques :

En industrie, le schéma de principe et de construction ne sont pas vraiment distincts. Un schéma


d’étude de principes et de construction comporte de façon combinée les éléments identifiés ci-
haut. La nécessité de séparer ces deux types de schéma prendrait son sens dans les cas d’objet
complexe. Comme ce sont des outils de communication, on peut prendre la décision de séparer
ces deux types de schéma pour faire une présentation claire, sans ambiguïté, du fonctionnement
et de la construction de l’objet. S’il appert que l’objet est simple, un schéma de construction avec
les éléments de principes pour illustrer son fonctionnement sera suffisant. De plus, si des
éléments de guidages, de matériaux et de liaisons ne sont pas essentiels et que leur présence
diminue sérieusement la clarté du schéma, de se fait, sa raison d’être, il sera opportun alors de les
omettre ou de mettre ces précisions sous forme de note au bas du dessin.

On peut se servir de ces types de schéma pour présenter un objet déjà conçu. Dans une démarche
d’analyse le schéma de principe est approprié pour expliquer un fonctionnement ou un type de
guidage, par exemple. Dans une démarche de conception, il n’est pas nécessaire de réinventer la
roue alors il est souhaitable de faire l’étude d’objets similaires afin de s’en inspirer pour réaliser

1
Exemple à l’annexe 1
2
Exemple à l’annexe 2
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 7 sur 58 le 15 mai 2019
un objet, ces schémas peuvent s’avérer utiles pour illustrer les idées de fonctionnement, de liaison
ou guidage qui ont contribué à la réalisation de l’objet.

Dessins techniques
Ce type de dessin est nécessaire pour réaliser l’objet par les machinistes, par exemple. Un
langage, des conventions et des standards sont alors nécessaires. L’objet dessiné par une équipe
est le plus souvent réalisé par une autre d’où la transmission d’idée par un langage universel
comparable au langage des mathématiques. C’est de la communication. Ces conventions portent
sur le type de représentation (projection), un code d’écriture (langage des lignes), des mesures
(cotation et échelles) ainsi que d’autres informations codées nécessaires à l’exécution de l’objet.
(symboles et standards)
Le dessin technique est la forme la plus complète de la représentation graphique en usage en
industrie. Il comprend toutes les informations requises pour fabriquer l'objet. Les éléments
géométriques avec tout l'habillage requis soit les cotes, les annotations, les notes, le cartouche,
etc. le tout présenté à l’échelle. En comparaison, les croquis et schémas visent le développement
de l’idée de conception de l’objet à réaliser ou la compréhension d’un objet déjà réalisé, tandis
que le dessin technique vise la production de l’objet par une équipe.
La lisibilité ou clarté du plan est influencée par le respect des conventions de dessin sans quoi, le
dessin devient rapidement difficile à comprendre. C’est le principal défi qui se présente au
concepteur du dessin technique. Dans le cadre du cours de science au deuxième cycle du
secondaire on reconnaît trois types de dessin technique soit le dessin d’ensemble, le dessin de
détail et le dessin en vue éclatée.
Note pédagogique :
La technique du langage graphique prescrite au programme mentionne la projection orthogonale
à vue multiple et la projection isométrique (voir page 5 du présent document). En lien avec la
culture scientifique de l’élève, il est souhaitable que celui-ci puisse comprendre et interpréter un
dessin technique semblable aux exemples du document à l’aide des concepts liés au langage des
lignes. La réalisation de dessin technique, par l’élève, devrait être orientée vers des cas plus
simples.
Dessin d’ensemble3
Le dessin d’ensemble est la représentation d’un objet ou un mécanisme complet (ou partiel et
dans ces cas il y a des dessins de sous-ensembles) permettant de situer chacune des pièces qui le
composent. Les pièces sont dessinées, à leur position exacte (assemblées), ce qui permet de se
faire une idée concrète du fonctionnement du mécanisme. Il permet aussi, avant l’étape de
fabrication, la validation de la solution technologique (problème de montage, encombrement,
interférence, etc.)
Le dessin d’ensemble est le plus souvent accompagné d’une nomenclature proposant une
désignation de chaque pièce, sa matière, son nombre d’occurrence, son procédé d’élaboration et

3
Notion de STE ou ATS 4e secondaire pouvant être introduite dès le 3e secondaire

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 8 sur 58 le 15 mai 2019
éventuellement des informations internes à l’entreprise. L’annexe 3 montre, en guise de repère
culturel seulement, un exemple assez complexe du dessin d’ensemble en industrie.

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 9 sur 58 le 15 mai 2019
REP NB DÉSIGNATION
1 2 CORPS DU JOUET
2 2 ROUES
3 2 CAMES

5 1 4 2 AILES
7
5 1 POIGNÉE
6 1 NEZ
7 1 MANCHE
8 1 AXE DES AILES
6
9 1 AXE DES ROUES
4
10 6 RONDELLES
10
8

2 10 3
Note au lecteur.
Ici l’objet est relativement simple, les vue de face et profile
suffisent à se faire une bonne représentation de l’objet. JOUET ARTICULÉ
Ainsi le dessinateur a choisi de ne pas faire la vue de haut,
NOM NO
ce qui lui permet de réaliser un dessin agrandi.
DATE
ÉCHELLE 1 = 2

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019
Percer au centre du
rectangle Ø 3/8
DÉTAIL
17 25 profondeur 10
A
Percer au centre
du rectangle Ø 3/8
profondeur 10 45
30

10
0
45
DÉTAIL 45 +0.5
0
A 12
45
Deux trous
percer Ø 10 30
13/64
12 3
45 10 1
Assembler les
deux morceaux
90 par collage.
TITRE JOUET ARTICULÉ
NOM NO REP NB DÉSIGNATION MATÉRIAUX OBSERVATION
DATE ÉCHELLE 1 = 1 1 2 CORPS PANNEAU FIBRE DE PIN ( 5/8 ) 90 X 100 X 5/8

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019
REP NB DÉSIGNATION
1 2 CORPS DU JOUET
2 2 ROUES
5 8
3 2 CAMES
4 2 AILES
5 1 POIGNÉE

7 6 1 NEZ
7 1 MANCHE
8 1 AXE DES AILES
9 1 AXE DES ROUES
4 10 6 RONDELLES

Le dessin en vue éclatée est


accompagné d’une nomenclature
qui identifie les pièces, le nombre
3 et leur nature.

2
6
1
10
9
TITRE ISOMÉTRIQUE DU JOUET

NOM NO

DATE ÉCHELLE

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019
Dessin de détail (Amérique) ou dessin de définition (Europe) 4
Le dessin d’ensemble à lui seul ne permet pas de montrer toute les informations lorsqu’un objet
est composé de plusieurs pièces. Il faut inclure un dessin de détail – voir exemple de dessin de
détail.. Celui-ci indiquera les dimensions en cotation normalisée, les procédés d’usinage et les
autres informations nécessaires à la réalisation de la pièce. L’annexe 4 montre, en guise de repère
culturel, un exemple du dessin de détail en industrie.

Dessin en vue éclatée ou dessin d’assemblage5


Ce type de dessin est utilisé pour repérer le positionnement de chaque pièce sur un objet. Ce type
de dessin est représenté en projection axonométrique plus précisément une isométrie (voir type de
projection). Le dessin est accompagné d’une nomenclature représenté par un tableau indiquant
le nom de chaque pièce, son occurrence ainsi qu’un numéro de repère correspondant dans
l’illustration. Il n’a aucune mesure dans ce type de dessin.

Choix du type dessin


De façon générale, lorsqu’un objet est suffisamment simple pour le représenter par un seul dessin
on choisit le dessin d’ensemble en donnant les dimensions par cotation, les procédés d’usinage et
autres informations pertinentes à la réalisation de l’objet. Cela doit tenir sur une seule feuille.
L’objet est dessiné alors en projection orthogonale à vues multiplies.

Lorsque l’objet possède plusieurs composantes ou pièces, il en va autrement. Toujours dans un


souci de communication claire, plusieurs types de dessin doivent être employés. Chacun des
types de dessin joue un rôle particulier. Un premier dessin montre une vue d’ensemble de l’objet
avec toutes ses pièces sur une seule feuille sans cotation : c’est le dessin d’ensemble. Ensuite,
des dessins de détail illustrent chaque pièce en donnant les indications de mesures et de procédés
ou autres informations pertinentes à la réalisation des pièces. Enfin, un dessin en vue éclatée
permet d’illustrer l’assemblage de l’objet en indiquant le positionnement de chaque pièce.
L’ensemble de ces dessins s’apparente à un dossier technique. Voir l’annexe 11.

Note pédagogique :
La notion de dossier technique n’est pas un concept prescrit, cependant elle rend signifiant le rôle
de chacun des types de dessin.

Place des schémas et des dessins techniques dans la conception


Le diagramme de la page suivante représente, globalement, un exemple de chaine de réalisation
d’un produit : de l’idée jusqu’au produit mis en marché. Au secondaire, ce type d’information
n’est pas à maîtriser par l’élève. Cependant, il serait intéressant que l’élève voie un exemple
d’usage de dessin dans un contexte industriel.

4
C’est une notion mentionnée dans les orientations des concepts du programme. De plus, elle est intimement liée au
concept de dessin d’ensemble
5
Concept ATS 3e secondaire et STE 4e secondaire

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019
Exemple de chaine de réalisation d’un produit (objet) et ses dessins associés.

Produit Besoin Langage des lignes

Conception Analyse du problème Illustrer le problème

Schéma de principe Croquis


Étude des solutions (Vue en coupe) (Dimension
Proportionnelle)

Étude de construction Schéma de construction


(choix de projection)

Construction du prototype

Dessin d’ensemble
Non Essais Vue de l’objet complet
Répond-t-il au besoin?
(projection orthogonale,
isométrique)
Oui
Dessin de définition
Élaboration des dessins Chaque pièce, cotation, coupe
techniques (projection orthogonale)

Production Dessin d’assemblage


Étude de fabrication vue éclatée
(Projection isométrique)
Dessin
technique
Préparation d’une gamme de
Fabrication fabrication
À partir des dessins techniques

Contrôle de qualité
Mise en Dessin de promotion
marché (perspective, ou
projection oblique)
et
Vente, utilisation et Dessin d’assemblage
service après-vente vue éclatée

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019
Relation entre les concepts du dessin technique
Tracés géométriques
Les tracés géométriques sont les formes géométriques régulières (polygones, cercle, ellipse, …)
ainsi que les angles et les courbes. La construction de ces formes constitue l’habileté de base
pour réaliser un dessin technique à l’aide d’instruments (papier, crayon, té, équerres, …).
L’usage d’instruments conventionnels nécessite de l’exercice (drill) en vue de construire des
formes plus complexes dont les objets techniques sont composés. L’utilisation de logiciel de
dessin vectoriel6 peut simplifier cette tâche. Cependant ces logiciels entraînent d’autres difficultés
qui relèvent de l’appropriation du fonctionnement de celui-ci et de l’adaptation.

Les formes de représentation


Selon le programme de formation, les formes de représentation embrassent tous les types de
dessins : croquis (fait à main levée), schémas (de principe et construction) et les dessins
techniques (dessin d’ensemble, dessin de détail et en vue éclatée). Dans le cas des dessins
techniques – que ce soit des dessins d’ensemble ou de détail – la façon de les représenter est
appelée projection en faisant référence à ce que verrait l’observateur depuis sa position s’il était
en présence de l’objet réel.

Types de projection
La projection est la façon de représenter un dessin technique. Le principal obstacle qui confronte
le dessinateur est de transposer un objet réel, ayant trois dimensions, sur un plan à deux
dimensions (feuille de papier ou écran d’ordinateur). Les techniques de dessin se sont
développées afin de rendre le mieux possible cette troisième dimension. C’est l’effet de
profondeur.
Les projections se sont diversifiées, au cours des siècles, selon le développement technologique et
les besoins qui ont émergés. Ainsi, chaque projection a d’abord été crée pour répondre à une
nécessité de communication, ce qui leur attribue des avantages et aussi des inconvénients. Si
aujourd’hui il existe encore plusieurs types de projection, c’est qu’aucune n’a su englober les
avantages de l’une ou plusieurs autres. La notion de perspective se réfère au fait que la
projection montre simultanément plusieurs faces d’un objet, dans une seule vue. L’objet apparait
alors à peu près comme aux yeux de l’observateur. En se sens les projections en perspective se
distinguent de la projection à vues multiples. Enfin, la projection orthogonale à vues multiples
est apparue en dernier avec procédés d’industrialisation à la chaine.

Le diagramme suivant illustre les quatre différentes projections mentionnées dans le programme
de science et technologie au deuxième cycle du secondaire.

6
L’usage de ce type de logiciel est prescrit en ATS (tout au long du cycle).
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 15 sur 58 le 15 mai 2019
Diagramme des différentes projections géométriques planes

Projections

Projections parallèles Perspectives linéaires


Les lignes de construction parallèles sur l’objet Les lignes de construction parallèles sur
sont parallèles sur le dessin l’objet convergent vers un ou plusieurs
points de fuite. Les mesures ne sont pas
conformes, donc sujet à confusion dans
la communication

Projections obliques
Une face de l’objet est parallèle au plan
(feuille) la profondeur nommée fuyante
Projections orthogonales est projetée obliquement en arrière.

 Perspective
cavalière
 Perspective

Projection à vues multiples Projection Axonométrique


L’objet est illustré par deux ou trois vues (cas isométrique)
selon sa complexité. La nécessité d’ajouter L’objet est présenté par une arête verticale.
une vue provient du besoin d’améliorer la L’arrière de l’objet est soulevé d’un angle de
compréhension de l’objet. Selon les 35°. Ce qui donne une impression de le voir
manuels les dessins sont identifiés élévation d’en haut. Les trois arêtes forment des angles
(vue de dessus), plan (vue de face) et profil égaux (120°) d’où le nom d’isométrique.
(vue de droite).

Vue de dessus

Face

Vue face Vue de droite

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 16 sur 58 le 15 mai 2019
La projection orthogonale à vues multiples
Dans cette projection l’objet est représenté par plusieurs vues en simultané. Chacune des vues
est en deux dimensions seulement. Un objet peut-être représenté par six vues7 au total (l’avant et
l’arrière, le côté droit et le côté gauche, le dessus et le dessous). La vue de l’objet, qui sera
appelée vue de face, est déterminée par le dessinateur. En générale, la vue de face doit illustrer
l’objet dans sa position la plus représentative.
Le dessin d’un objet – qui en industrie est destiné à la production – doit comporter seulement des
vues qui sont nécessaires à une description claire et complète de la forme et des dimensions de
l’objet. Dans le choix des vues (six vues possible), le dessinateur doit sélectionner celles qui
montre le mieux les contours essentiels ou les formes de l’objet et doit préférer celles qui
comportent le moins de lignes cachées. Trois vues sont habituellement suffisantes pour bien
représenter l'objet. Les vues généralement montrées sont celle de face, d'en haut et de droite.
On les nomme aussi les vues de "plan (face), élévation (d’en haut ou dessus) et profil (de droite)"
La projection à vues multiples, de loin la plus utilisée, offre l’avantage d’avoir une description
complète (forme exacte et mesure) de chaque partie de l’objet par rapport à un dessin en 3D ou
même une photographie. Afin d’avoir la description la plus complète possible et ce sans
ambigüité, les dessinateurs utilisent une codification appelée le langage des lignes (section
suivante). Ce genre de vue est utilisé dans les dessins d’ensemble et les dessins de détails à
l’intention du machiniste.

Un exemple d’un objet dessiné en projection isométrique –à gauche- qui est représenté dans
l’encadré en projection orthogonale à vues multiples. Cet exemple vise qu’à montrer la
représentation des trois vues. Donc ne représente pas un dessin complet.

Les projections en perspectives


7
L’annexe 10 illustre les vues possibles d’un objet.
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 17 sur 58 le 15 mai 2019
La notion de projection en perspective se réfère à tout dessin illustrant les trois dimensions dans
une même vue. Ces projections, parfois appelées dessins figuratifs, permettent d’apprécier la
profondeur de l'objet ; ils peuvent être utiles en complément des vues de plan, d’élévation et de
profil. Il n’est pas rare de voir un objet en projection à vue multiple et sur la même feuille une
vue isométrique du même objet mise en mortaise. Un croquis en 3D bien fait peut beaucoup aider
à la compréhension de l'objet. Ils peuvent être réalisés à l'aide de projections isométriques,
obliques (cavalière et cabinet) ou perspectives linéaires à 1, 2 ou 3 points de fuites. Toutes ces
projections 3D peuvent être utilisées mais demandent plus de pratique que les projections
orthogonales à vues multiples qui sont en 2D, ce avec la méthode papier crayon.
L’usage des logiciels de dessin rend le passage 2D vers 3D (et vice versa) beaucoup plus facile.
L’objet est d’abord dessiné en 3D puis transposé en 2D (élévation, face et profil) à l’aide des
fonctions du logiciel.

Un peu de vocabulaire pour les perspectives linéaire et oblique.


Dans le cube ci- dessous - en projection oblique - le plan frontal est appelé face. Les
segments AB, AD et AE par exemples sont des arêtes car ils forment l’intersection de
deux plans. En dessin lorsque une arête est parallèle à l’un des axes X, Y ou Z du
système tridimensionnel, elle peut aussi être appelée axes. Les arêtes ou axes AB,
EH, FG, DC sont des axes verticaux, les arêtes AB, BC, EF, HG sont des axes
horizontaux tandis que les arêtes ou axes AE, DF, CG et BH sont des axes fuyantes
et elles illustrent la profondeur.

La projection axonométrique (l’isométrie)

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 18 sur 58 le 15 mai 2019
La projection isométrique est la plus répandue des projections axonométriques. Si l’on part de la
vue de face d’une projection à vues multiples et que l’observateur reste immobile, en projection
isométrique on a fait faire deux mouvements à l’objet pour obtenir une vue axonométrique de
type isométrique.
Voici les étapes pour visualiser cette projection depuis la projection à vues multiples.

Ici on se positionne au
Fenêtre de l’observateur
dessus de la fenêtre qui
représente le plan de
projection pour voir le
premier mouvement.

Premier mouvement :
Rotation
Le cube est tourné à
Observateur
Départ : cube vue de face 45° sur sa base de
façon à ce que
l’observateur ne voit
Dans cet exemple plus qu’une face en
l’observateur ne change premier plan, mais
jamais de position par plutôt une arête. Il
rapport à la fenêtre : plan peut voir deux faces
de projection ‘fuyantes’ en même
temps.

Fenêtre de l’observateur
Second mouvement :
Inclinaison
L’arrière du cube est
soulevé à 35° de
façon à ce que
l’observateur voit
encore l’arête et les
deux faces ‘fuyantes’
1 et en plus le dessus.
Fin : Cube vue isométrique
1 Ainsi il voit
maintenant les trois
faces en même temps.
1 : Les axes latérales formant un angle de 30°
avec l’horizontal donnent un effet d’axes Ici on se positionne au côté droit
fuyantes caractéristique de l’effet 3D de la fenêtre qui représente le
plan de projection pour voir le
second mouvement.

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 19 sur 58 le 15 mai 2019
Dans la projection isométrique, les axes latérales sont dessinés à 30 degrés de l'horizontal et avec
un rapport de 81% de leur grandeur réelle. Comme il est difficile de dessiner en projection
axonométrique sans instrument spécialement conçu pour ce type de dessin, on a recours à du
papier isométrique. C’est un quadrillage particulier qui sert de guide (voir exemple en annexe
8). La conception par ordinateur propose ce type de projection instantanément.

Projection isométrique Projection isométrique avec les cotes

Projection oblique
On retrouve deux types de projection connue8 : la projection cavalière et la projection cabinet. Il
en existe d’autres. Tout comme la projection axonométrique, la projection oblique montre les
trois faces de l’objet en une seule vue. Cependant elle se distingue par le fait que l’objet présente
une face parallèle au plan de projection contrairement à l’arête dans le cas de la projection
isométrique.

Les profondeurs sont dessinées le plus souvent avec des lignes à 45 degrés (il n’y a pas de
standard à cet égard) Les lignes fuyantes représentant la profondeur sont dessinée avec proportion
de 100% de leur grandeur réelle ce qui donne l’impression d’une profondeur plus grande
(perspective cavalière). Son nom vient du fait que les architectes militaire représentaient les
fortifications de cette manière, afin de montrer le cavalier (la butte) qui était située au centre du
fortin. Cette bute s’appelle le cavalier.
Il existe une variante avec les mêmes caractéristique que la projection cavalière, mais les lignes
fuyantes représentant la profondeur sont dessinées avec un rapport de 50% de leur grandeur réelle

8
Le programme ne précise pas le type de projection oblique. Cependant en mathématique de 3e secondaire, le
programme nomme explicitement les deux types de projection mentionnée (cavalière et cabinet)
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 20 sur 58 le 15 mai 2019
pour plus d'esthétique. Elle s’appelle la projection cabinet. Son nom vient du fait qu’on l’a
popularisé dans l’industrie du meuble (les cabinets)

La figure (a) : la longueur des ‘fuyantes’ est en vraie grandeur, l’image résultante semble plutôt
irréaliste. La figure (b) : la longueur des ‘fuyantes’ est en demi-grandeur.
Note pédagogique
Ce type de projection fut fort populaire au début du siècle dernier dû à la technologie de
l’époque. Elle est de moins en moins utilisée aujourd’hui. Avec les logiciels de conception de
dessin la projection oblique est reléguée au rang de repère culturel.

Perspective linéaire
En usage en art, cette représentation séduit l’œil car elle représente le mieux ce que le cerveau
perçoit. Le dessin en perspective avec points de fuites est rarement utilisé en dessin technique, il
convient moins bien à la cotation. Cette projection plus esthétique, caractéristique secondaire en
dessin technique, a longtemps été utilisée en publicité pour séduire le client.

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 21 sur 58 le 15 mai 2019
Conventions du dessin technique
Principe de base pour le dessin technique
Le dessinateur doit se mettre dans la peau de celui qui construira l'objet afin qu'il possède toutes
les informations. Tout ce qui est requis pour construire doit être représenté ou mentionné sous
forme de note ou dans le cartouche. La qualité d’un dessin est d’être claire et concis. Trop de
détail est aussi nuisible que pas assez. Il faut mettre les informations nécessaires sans plus.
Il existe une convention très stricte du langage des lignes. Dans un premier temps, les lignes de
trait plein dessinées représentent les contours visibles de l’objet. Les contours cachés de la vue
doivent être dessinés en trait pointillé. Cette règle est appliquée à chacune des vues dans le cas de
projection à vues multiples. De sorte qu’une même ligne de contour visible dans la vue de face
peut devenir une ligne cachée dans la vue de côté. Ces deux types de lignes plus les autres
présentés dans le tableau sont appelés les lignes conventionnelles.
Standards et représentations (les lignes conventionnelles)
Le tableau suivant résume les lignes conventionnelles en usage en dessin technique.
Les lettres (A à G) renvoient le type de ligne à des exemples dans les figures de l’annexe 5.

LIGNE NOM FONCTION TRACÉ


S S S S
For 100
Ligne de contour Représente les arêtes
t %
A vu visibles.
Ligne de Représente les arêtes Moye 5
contour caché et les surfaces cachées n 0 %
B
Indique le centre d’un trou Fi 2
Ligne
ou d’un objet symétrique. n 5 %
C d’axe
Ligne de Est utilisée pour coter un Fi
D cote n
objet.
Ligne d’attache Est utilisée pour coter un Fin
E objet.
Indique la zone du dessin
Ligne de Fi
F où renvoie une note.
renvoi n
Ligne d’axe Indique l’emplacement Très
G de d’une fort
coupe coupe imaginaire.
Indique la surface de la
Fi
vue
Hachur n
Permet de raccourcir la
coupée.
H eLigne de Fin
vue
brisure
d’une pièce.
Trait fin = 0,25mm (axe, annotation, cote)
Trait moyen = 0,5mm (contour)
Trait fort = 0,7 ou 0,8mm (cartouche, cadre, ligne de coupe)

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 22 sur 58 le 15 mai 2019
La cotation
Le dessin technique pour la conception d’un objet doit, en plus de fournir la description complète
de la forme, comporter une description de la grandeur de l’objet, il doit donc être coté. La cote
est une mesure de dimension ou de position inscrite au dessin qui correspond celle sur l’objet
réel. Jamais celui qui fabrique l’objet (ex machiniste) doit mesurer des grandeurs sur le dessin, il
s’en remet strictement aux cotes. Un dessin photocopié ou imprimé peut être légèrement sur
dimensionné ou sous dimensionné créant ainsi une confusion. Voilà pourquoi, la cotation s’avère
si importante.
Le dessin doit être coté de telle manière que les techniciens travaillant dans d’autres endroits,
puissent fabriquer des pièces suffisamment identiques pour être interchangeable9. Ainsi les
différentes pièces fabriquées dans différents endroits pourront s’ajuster correctement lors d’un
assemblage ou servir de rechange dans les cas de réparation. C’est l’interchangeabilité.
Les cotes doivent être inscrites de façon à ce qu’il ne soit pas nécessaire d’effectuer des calculs
ou de les relever à l’échelle. Il est à noter que seul le dessin peut être à l’échelle. En tout temps,
les cotes inscrites sur le dessin sont des mesures réelles. Les cotes sont placées là où les formes
sont le mieux définies. Les grandeurs à coter sont :
 Les longueurs et diamètre
 Les angles
 Les pentes
 Les conicités.

Les règles de cotation

La cotation est une technique de communication qui a ses règles à l’image des règles d’écriture
de la langue française.

Quelques règles de base

 La cote est placée au centre de la ligne de cote.


 Sa valeur est en millimètre.
 Les unités ne sont pas inscrites.
 Si possible, regrouper les cotes entre les vues ou au-dessus des vues.
 Dans une série de cotes, l’un des bouts de la série n’est pas coté.
 Placer les lignes de cote les plus courtes près de l’objet à coter.
 Aligner les cotes de position.
 Si nécessaire coter à l’extérieur des vues.
 Ne pas coter sur les lignes de contour caché.
 Placer les cotes sur les vues décrivant mieux la forme de l'objet.

9
Voir aussi la cotation fonctionnelle
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 23 sur 58 le 15 mai 2019
Quelques éléments de vocabulaire en usage dans la cotation

Parfois il est insuffisant d’indiquer les mesures, certaines indications de procédé sont ajoutées
notamment pour le perçage et le sciage Un vocabulaire standardisé est employé. Voici les
principaux. Il n’est pas nécessaire d’enseigner cette terminologie à moins qu’elle soit
significative dans le contexte de la situation d’apprentissage. Cela peut constituer aussi de
l’enrichissement. En lecture de plan il est préférable de laisser ce type d’information à la vue de
l’élève tout en ajoutant une note explicative.

Chanfrein
Trou borgne Petite surface oblique obtenue par
Trou ne débouchant qu’à une seule suppression d’une arête vive selon un
extrémité. angle donnée.

Fraisage Chambrage Lamage


Évasement conique obtenue Logement cylindrique pour Logement cylindrique exécuté
en abattant l’arête à l’orifice noyer la tête d’une vis. à l’orifice d’un trou pour
d’un trou. L’évasement est Le chambrage est spécifié par obtenir un appui sur une
spécifié par la profondeur et la profondeur et le diamètre surface brute. Le lamage est
l’angle. spécifié par la profondeur et
le diamètre

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 24 sur 58 le 15 mai 2019
Certains dessins techniques tirés de l’industrie comportent ces caractéristiques sous forme de
code (Ex Chanfrin sera codé CHAMF.)

Les exemples suivants montrent quelques techniques graphiques de positionnement de la cote.

La cotation de contour des formes polygonales

2 mm

La distance entre l’objet 10 mm


1 mm
et la ligne de cote, ou
entre deux lignes de 10 mm
cotes
La ligne d’attache ne est de 10Lamm . d’attache
ligne
La ligne de cote touche
touche pas à l’objet. dépasse la ligne de cote.
à la ligne d’attache

La cotation des formes courbes


Ø 25
La ligne de renvoie DIA 25
• Dessinée à 30º, 45º ou 60º.
• Touche au cercle.
• Pointe vers le centre.

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 25 sur 58 le 15 mai 2019
Trous cylindriques :
• Coté par le diamètre Ø 20
• Symbole Ø ou DIA R18

Arcs de cercle :
• Coté par le rayon R

Ligne de renvoie avec information sur Ø8


le procédé de perçage et la profondeur LAMAGE Ø14 X 3 PROF

La distance entre les trous ce cote par


le centre
5
0
Lamage (définition : se rapporter à la section précédente)
4 2
1
0 0
3
La cotation d’angle est utilisée dans
les angles autres que 90 et 45
degrés.
40
L’unité de mesure – jamais inscrit – ° 4
est par défaut en degré.
5

8
L’annexe 6 montre d’autres exemples de cotation. 0
Cotation fonctionnelle10
La cotation fonctionnelle permet une plus grande précision lors de la fabrication. Elle complète
l’information sur les caractéristiques de chacune des composantes de l’objet ou du système.
La fonctionnalité d’un objet dépend, entre autre, des conditions d’encombrement, d’étanchéité ou
plus fréquemment des conditions de montage et de fonctionnement. Elle s’exprime par les
dimensions fonctionnelles donc la cotation. Ainsi c’est le dessinateur qui en cotant l’objet
considère sont usage (ex. : pièce mobile ajustée finement ou faiblement, joint d’étanchéité). Faire
une cotation fonctionnelle assure automatiquement l’interchangeabilité de l’objet dessiné.

10
Notion de ATS 4e sec et STE
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 26 sur 58 le 15 mai 2019
La cotation fonctionnelle est particulièrement importante dans un objet comportant plusieurs
pièces en contact les unes avec les autres. C’est aussi le cas de toute pièce mobile qui assure une
transmission ou transformation de mouvement et est soumise à un guidage.

Coupe
Le recours aux coupes est parfois nécessaire pour montrer les particularités d’une pièce complexe
qui ne peuvent être visible autrement. La coupe peut être complète ou partielle. La technique de
coupe est souvent utilisée en machinerie lorsque les pièces sont évidées.

Coupe complète associée à la pièce par la lettre A

Coupe complète associée à la pièce par la vue

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 27 sur 58 le 15 mai 2019
Coupe partielle dans la pièce
Ici le plan de coupe est spécifiquement identifié

Section11
La section d’un objet se distingue de la coupe par le fait qu’elle représente que ce qui a été coupé.
Ce genre de coupe est limité à un morceau ou une pièce simple. Elle renseigne sur la forme
caractéristique de l’objet à un ou plusieurs endroits. Elle est utilisée lorsqu’elle révèle des
informations pertinentes pour la compréhension de l’objet. La section peut être illustrée de deux
façons : en section rabattue ou section sortie. Le dessinateur choisi le type de section dans le but
de rendre l’ensemble le plus clair possible en tenant compte des autres éléments du dessin. La
section rabattue montre la coupe de l’objet en la superposant (comme un calque) sur l’endroit de
l’objet où la coupe a été faite. La section sortie montre la coupe de l’objet dessous ou dessus le
dessin vis-à-vis l’endroit où la coupe a été faite. Pour éviter toute confusion, à l’instar des coupes

11
Concept ATS 3e sec
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 28 sur 58 le 15 mai 2019
complètes, les éléments de correspondance identifiés par des lettres sont utilisés pour les sections
sorties.

Sections rabattues Sections sorties


La ligne d’axe de coupe A correspond à la section A située en dessous

Tolérance10
La tolérance est en quelque sorte un intervalle de mesure de dimension que le fabricant peut
prendre pour réaliser sa pièce. Cet intervalle ou limite sera déterminé par l’usage pour lequel est
destiné l’objet. Par exemple, si une dimension est cotée sur le dessin comme suit : 10,65 ±02,
cela signifie qu’elle peut être, sur la pièce fabriquée, de 10,67, de 10,63 ou n’importe quelle
valeur entre ces cotes limites. La tolérance ou l’écart total admissible est de .04.
Cela aura une incidence directe sur le coût de fabrication. Plus l’intervalle est petit plus l’objet
doit être usiné avec précision il s’en suit que les opérations de vérification et contrôle seront
accentuées. Une compagnie qui exige une tolérance totale de 0,02 mm va doubler le coût de
production de la pièce par rapport à une tolérance totale de 1,0 mm. La tolérance relève de la
responsabilité du concepteur, il doit accorder la tolérance la plus généreuse possible pour une
meilleure précision en tenant compte du coût de fabrication.

Pour illustrer la situation, un jouet vendu dans un magasin à rayons n’a pas le même besoin de
tolérance qu’une pièce d’un satellite. Aussi une vis vendue en quincaillerie n’aura pas la même
tolérance que celle pour l’aéronautique. Bien qu’en apparence semblable les vis destinées à la
quincaillerie ont plus de différences entre elles, que celles dans l’industrie aéronautique. Entre
1

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 29 sur 58 le 15 mai 2019
ces cas extrêmes, il existe une gamme de possibilités de tolérance selon la demande du marché et
évidemment une gamme de prix va de pair.

Ajustement le moins serré


Arbre minimal dans le trou maximal.

Ajustement le plus serré


Arbre maximal dans le trou minimal.

Note : Ici, les mesures des dessins sont en pouces (système impérial). Ce qui explique l’usage de
trois chiffres significatifs.

Tolérance dimensionnelle12
L’imprécision des machines, des instruments de mesure ou autre oblige le dessinateur à fixer des
limites (tolérance) entre lesquelles une cote doit être réalisée. Cela permet aussi
l’interchangeabilité dans un mécanisme, de remplacer des pièces défaillantes par des pièces
neuves tout en préservant la fonctionnalité de l’objet.

Développement13

12
Concept STE 4e sec
13
Concept ATS 4e sec pouvant être utilisé dans certains projets.
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 30 sur 58 le 15 mai 2019
Le développement est l’extension, sur un plan, de la surface d’un corps solide. Le programme
limite le développement aux prismes, cylindres, pyramides et cônes.

Les applications pratiques des développements se trouvent dans les travaux de métal en feuille ou
la ferblanterie. Les pièces fabriquées par cette méthode sont les emballages de carton, boîtes
métalliques, entonnoirs, moule à gâteau, conduits d’air ou gouttière pour en nommer quelques
unes. Souvent on utilise un dessin de patron pour faire un gabarit afin de l’appliquer sur le métal
en feuille et faire le taillage. Il faut, lorsque nécessaire, prévoir des marges ou des ourlets pour les
joints pour un future assemblage.

Boîte métallique en projection à vues multiples et La même boîte métallique en en développement


en isométrie

Des exemples d’ourlets et joints de métal en feuille ainsi qu’un développement d’une boîte aux
lettres apparaissent dans l’annexe 7

Techniques de langages graphiques


Méthode informatisée (CAO)
Les logiciels de dessin sont, depuis les années 1980, de plus en plus utilisés en industrie. Depuis
peu avec l’omni présence de l'ordinateur, on retrouve toutes sortes de logiciels libres capables de
faire de bons dessins techniques. Le logiciel Google Sketchup est capable de faire du dessin
technique avec un résultat très près des standards de représentation. Toutefois un inconvénient
apparait avec ce logiciel. Le logiciel ne montre en projection orthogonale qu’une vue à la fois
(ex celle de face, de côté, etc) Il est impossible de présenter automatiquement plusieurs vues en
simultané. On peut y remédier en faisant du copie-collé de tout l’objet et changer de vue sur
l’objet désigné. Ainsi on obtient deux ou trois vue du même objet. Associé à ce problème,
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 31 sur 58 le 15 mai 2019
lorsque l’on change la projection pour la vue orthogonale d’une face, exemple celle de côté, les
arêtes arrières devenues cachées ne se transforment en pointillé comme le demande le langage
des lignes mais disparaissent. Pour ajouter ces lignes, il suffit d’utiliser les pointillés de la
fonction guide ou lorsque le dessin est terminé, d’exporter le dessin en tant qu’image dans Word
et se servir des fonctions de dessin de Word.
Il est judicieux de se servir de la technologie informatisée si un logiciel convenable et des
ordinateurs sont disponibles. Il faut prévoir un certain temps d’appropriation pour manipuler de
façon acceptable les différentes fonctions du logiciel.

Méthode Papier-crayon avec la table à dessin


C’est une méthode qui requière un minimum de dextérité pour arriver à de bons résultats, donc
avant de se lancer dans le projet comme tel, la pratique devient un incontournable notamment
pour les figures de base appelées tracés géométriques.
Un matériel minimum est requis soit une table à dessin. (ou un dessus de table à dessin), un té et
deux équerres.
Méthode14
1. Fixer une feuille.
Aligner le bord inférieur de la feuille avec le bord supérieur du té.
Déplacer le té au centre (en maintenant la feuille en place).
Coller (avec du ruban adhésif) les coins de la feuille.
2. Tracer les lignes horizontales à l’aide du té (ou en appuyant une règle sur le té).
3. Tracer les lignes verticales et obliques en appuyant l’équerre sur le té.

Notes importantes :
 Toujours s’assurer que le té est appuyé sur la planche à dessins.
 Garder le crayon incliné (environ 60º).
 Faire un trait fin pour les lignes de construction.

Le papier quadrillé peut offrir un moins beau résultat mais c'est beaucoup plus facile et peut être
tout de même satisfaisant selon l’importance du dessin dans le contexte de la situation proposée
aux élèves. D’autres outils sont utiles, sans être obligatoire : un compas, un rapporteur d'angles et
une règle à échelle triangulaire. L’usage d’une calculatrice peut simplifier certaines opérations.

Échelle
La notion d’échelle appartient à la géométrie. Son emploi réside essentiellement dans la facilité
de représentation d’un objet grand ou encombrant qui ne peut être représenté sur une feuille de
papier. Son utilité réside dans le fait de produire sur une feuille une représentation de l’objet qui
est proportionnelle à l’objet lui-même. Quelque soit l'échelle du dessin, les cotes indiquées
seront toujours les vraies grandeurs.

14
Cette section relève d’un savoir faire qui se transmet par exemplification dont le contexte du présent document ne
rendrait pas justice. Il serait pertinent de consulter un enseignant de dessin technique pour les techniques en usage.
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 32 sur 58 le 15 mai 2019
Sur un dessin, l'échelle utilisée doit toujours être indiqué, même si les la longueur des traits du
dessin correspond aux mesures indiquées. Dans ce cas l’échelle sera (1 : 1).

L’objet ci contre, par exemple, mesure 48 mm de


largeur dans la réalité. Selon les besoins, il peut
être dessiné en grandeur réelle (1 :1), plus petit
( !:2) ou plus grand (2 :1), tel qu’illustré à la
figure suivante.

Échelle 1 : 2 Échelle 1 : 1 Échelle 2 : 1

48 48 48

Dans cet exemple, prenons le cas dont l’échelle est 1 : 2. Le machiniste produira un objet dont la
base est 48mm, car il s’en tient à la cote comme l’exige les conventions. Il sait cependant que la
pièce dessinée est deux fois plus petite que la véritable pièce. Comme l’échelle était indiquée
sur le plan, il ne sera pas surpris.

Le choix de l'échelle est fonction du type de vue et du niveau de détail des éléments à dessiner.
L'échelle choisie doit permettre d’afficher tous les éléments dessinés de la vue de façon claire. On
tente alors de maximiser l’espace disponible sur la feuille pour la vue en tenant compte des
inscriptions, des cotes, des notes, des sections, des agrandissements ou tout autre élément en
périphérie de l’objet dessiné, lorsqu’il y a lieu. Les échelles, dans le Système International ont
toujours un facteur de 1, 2 ou 5 cela peut donner les échelles suivantes :

Mesure des longueurs


Mesure des longueurs en mm sur l’objet
en mm sur le dessin
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire
Page 33 sur 58 le 15 mai 2019
1:1000, 1:100, 1:10, 1:1
1:2000, 1:200, 1:20, 1:2
1:5000, 1:500, 1:50, 1:5

← Dans le tableau suivant, il apparait un exemple de réduction de mesure. L’échelle est


présentée sous la forme A :B, ce qui indique le rapport entre les mesures sur la feuille (A) et les
mesures réelles (B).

Présentation d’un dessin technique15


Encore une fois il existe des règles de présentation qui permettent de comprendre plus rapidement
et sans ambigüité l’objet représenté par le dessin.
 La feuille possède un cadrage en dehors du quel rien ne doit être écrit.
 Au bas, à droite, un encadré nommé cartouche, rassemble les éléments d’identification de
l’objet. Il contient plus ou moins d’information selon la complexité de l’objet. S’il y a
plusieurs feuilles en lien avec le dessin elles doivent être numérotées.

15
En annexe 8 quelques exemples de feuille à dessin

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 34 sur 58 le 15 mai 2019
Les vues doivent être également réparties. Si un agrandissement d’une partie doit apparaître, il
doit être bien dégagé de la pièce. Les sections de coupe doivent apparaître au dessus ou en
mortaise.

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 35 sur 58 le 15 mai 2019
Feuille de présentation pour un dessin technique
Dessin d’ensemble, dessin de détail ou dessin en vue éclatée

REP NB DÉSIGNATION
Un cadre limite la surface du dessin. 1 2 CORPS DU JOUET

Toutes les informations sont contenues à 2 2 ROUES

l’intérieur du cadre.
Le repère est associé par son
numéro à une pièce. Il sert aussi
de lien entre le dessin d’ensemble
La nomenclature est la liste détaillée des pièces représentées sur et le dessin de détail. Une même
le dessin d’ensemble, de détail ou à vue éclatée. En général, on y pièce apparaissant dans les deux
retrouve le numéro de repère de la pièce (REP), le nombre de pièce dessins aura le même numéro.
à fabriquer (NB) et une désignation descriptive de la pièce.
La nomenclature est utile pour dépouiller le dessin de mot pour
l’identification lorsqu’il y a beaucoup de pièces. Elle n’est pas
toujours nécessaire.

Titre : nom du projet

Nom : type de dessin (d’ensemble, …) Tolérance, Ex :


Tolérance générale +/- 1
Société , compagnie ou auteur

No : No de feuille
dans le document
Le cartouche permet d’inscrire les informations qui ne sont pas données sur le dessin. On y
inscrit les informations qui concernent l’ensemble des éléments du dessin soit sur un procédé,
un matériau commun, une désignation de tolérance générale, etc. Il est positionné Échelle : Ex 1 :1
généralement au bas du cadre et peut prendre toute la largeur s’il y a beaucoup
d’informations à inscrire.
Date : date du projet

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019

Tolérance : Ex :
Tolérances Générales +/- 1
Utilisation d’instruments de mesure
Afin de prendre les mesures de la pièce pour vérifier sa conformité avec le plan, plusieurs types
d’instruments sont utilisés en atelier. Ceci en tenant compte, lorsque possible, de la tolérance
mentionnée sur le dessin. La description des divers instruments se réfère à la figure suivante.
La règle métallique, (a), est le plus utilisée en menuiserie aussi bien qu’en métallurgie.
Le compas d’épaisseur à ressort, (b et c),
Le compas d’intérieur à ressort, (d et e),
L’équerre à combinaison, (g),
Pour les mesures de précision le vernier (h et j) et le micromètre (k) sont plus appropriés
mais demande une bonne compréhension de leur technique de lecture.

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


le 15 mai 2019
La règle et le vernier (pied à coulisse)
Ces outils sont utilisés soit lorsqu’il faut faire le dessin à partir d’un objet déjà existant ou bien
pour vérifier l’exactitude des dimensions de la pièce, une fois réalisée, avec les mesures du dessin
technique. Ils servent à repérer les mesures des dimensions et l’emplacement de certains éléments
de l’objet dont les trous. L’emploie de la règle se passe d’explication, il n’en va pas même avec
le vernier.
Exemple de vernier (pied à coulisse)

Le pied à coulisse sert à vérifier


les dimensions: la longueur, la
largeur, la hauteur,…
Vérifier le diamètre,
l’emplacement des trous, ….

Le pied à coulisse est un


instrument souvent utilisé pour le
contrôle des pièces.

L’annexe 9 illustre la façon de mesurer avec le vernier.

Références
Centre de développement pédagogique (CDP), Mels
Jensen, Mason, Initiation au dessin industriel, McGraw-Hill
Giesecke, Mitchell et al, Dessin technique, édition du renouveau pédagogique

Avertissement.

Les annexes 3, 4, 6 et 7 sont des exemples dépassant largement le niveau de complexité du


niveau secondaire ils peuvent servir de repère culturel.

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 38 sur 58 le 15 mai 2019
Annexe 1 : Exemple de schéma de principe

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 39 sur 58 le 15 mai 2019
Annexe 2 : Exemple de schéma de construction

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 40 sur 58 le 15 mai 2019
Annexe 3 : Exemple de dessin d’ensemble en industrie

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 41 sur 58 le 15 mai 2019
Annexe 4 : Exemple de dessin de détail en industrie
Dessin d’une seule pièce

Référentiel technologique
deuxième cycle secondaire Page 42 sur 58

le 15 mai 2019
Annexe 5 : Types de ligne dans une projection orthogonale à vues multiples

Caractéristiques :
• Trait continu
A - Ligne de contour vu • Trait fort

B - Ligne de contour caché Caractéristiques :


• Trait
interrompu
• Trait moyen

Référentiel technologique

deuxième cycle secondaire


Page 43 sur 58

le 15 mai 2019
B B
C - Ligne d’axe Caractéristiques :
• Traits mixtes pour désigner le
centre
• Trait fin

F
Ø 8 LAMAGE Ø14 X 3 PROF
D àLigne de renvoi
F - Ligne de cote, d’attache et de renvoi D Caractéristique :
Ligne • Trait fin
de cote
50

40 20 13 La cote

40°
Référentiel technologique 4
5
deuxième cycle secondaire
Page 44 sur 58 20
E le 15 mai 2019
80
Ligne d’attache
G - Ligne d’axe de coupe

Caractéristique :
• Trait très
50 fort
G
13
40 20
24

40
°
45

20

80

50
H – Hachure et ligne de brisure

13
40 20

40°
Référentiel technologique

H 45
deuxième cycle secondaire
Page 45 sur 58

le 15 mai 2019

80
Ø8 H
LAMAGE
Ø14 x 3 PROF.
24

20
H

Annexe 6 : Exemples supplémentaires de cotation


Ce sont des cas de cotation plus complexe qui respectent les mêmes règles déjà citées
 La cote est placée au centre de la ligne de cote.
 Sa valeur est en millimètre.
 Les unités ne sont pas inscrites.
 Si possible, regrouper les cotes entre les vues ou au-dessus des vues.
 Dans une série de cotes, l’un des bouts de la série n’est pas coté.
 Placer les lignes de cote les plus courtes près de l’objet à coter.
 Aligner les cotes de position.
 Si nécessaire coter à l’extérieur des vues.
 Ne pas coter sur les lignes de contour caché.
 Placer les cotes sur les vues décrivant mieux la forme de l'objet.

Référentiel technologique

deuxième cycle secondaire


Page 46 sur 58

le 15 mai 2019
Annexe 7 : Exemples d’ourlets et joints pour des assemblages de métal en feuille

Développement d’une boite aux lettres

Référentiel technologique

deuxième cycle secondaire


Page 47 sur 58

le 15 mai 2019
Annexe 7a : Type de vis et forage correspondant

Exemple de deux pièces A et B pouvant être assemblées de cinq façons différentes (1 : trou libre,
2 : trou avec chambrage, 3 : trou avec fraisage, 4 : trou avec lamage, 5 trou libre avec taraudage
borgne.
Type de trou pouvant être obtenu par différents procédés de forage
1 2 3 4 5
Les mesures
sont dans le
système anglais
Pièce A

Vue
de
dessus

Vue
de côté
Pièce B

Vue
de
Référentiel
côté technologique

deuxième cycle secondaire


Page 48 sur 58
Vue
de
dessous le 15 mai 2019

Le type de vis faisant la liaison entre les deux pièces pour lesquelles le trou a été usiné.
Annexe 8 : Exemples de feuilles à dessin

Nom de la vue

Nom de la vue Nom de la vue

Référentiel technologique TITRE deuxième cycle secondaire Page 49


sur 58 ÉCHELLE 1=1 le 15 mai 2019
NOM
Projection à vues multiples

Mortaise pour projection isométrique


L’ajout d’une isométrie permet saisir
l’ensemble de l’objet plus rapidement.
Cette mortaise ne doit pas contenir de
cotation.
Vue de dessus

Vue de face Vue de droite

TITREE

NOM ÉCHELLE 1=1

Référentiel technologique deuxième cycle secondaire


Page 50 sur 58 le 15 mai 2019
Trame verticale pour perspective
cavalière

Référentiel technologique
deuxième cycle secondaire Page 51 sur 58

le 15 mai 2019
Trame pour projection isométrique
Annexe 9 : Comment mesurer avec un vernier (ou pied à coulisse)

Les parties du vernier

Pour mesurer des


dimensions intérieures

Chiffre significatif
Règle fixe

Règle mobile

Pour mesurer des


dimensions extérieures
Référentiel technologique

deuxième cycle secondaire


Page 52 sur 58

le 15 mai 2019
La mesure de cette pièce est 36,80 mm

Interprétation des règles (fixe et mobile)

On repère la graduation de la règle


fixe immédiatement avant le zéro du 36,
vernier. Ce nombre est l’entier.

Référentiel technologique

deuxième cycle secondaire


Page 53 sur 58

le 15 mai 2019
36,80
Annexe 10 : Les six vues possibles d’un objet.

La boîte de projection et ses six vues se déploient de façon à placer


toutes les vues sur un même plan.

VUE DE DESSUS

VUE ARRIÈRE VUE DE GAUCHE VUE DE FACE VUE DE DROITE

Référentiel technologique
VUE DE DESSOUS
deuxième cycle secondaire
Page 54 sur 58

le 15 mai 2019
Remarque : Le dessinateur a désigné le flan du véhicule comme vue de face pour le dessin. Le
devant du véhicule qui est la véritable face n’offre pas une vue qui expose le maximum de
détails permettant de bien apprécier l’ensemble de l’objet. Évidemment les vues
arrière, gauche et de droite suivent la désignation choisie par le dessinateur.

Référentiel technologique

deuxième cycle secondaire


Page 55 sur 58

le 15 mai 2019
Annexe 11 : Le dossier technique

Le dessin d’ensemble Le dessin de détail Le dessin éclaté

Représente les parties de l’objet assemblé. Il Permet de voir le positionnement des pièces en
permet de se faire une idée du fonctionnement vue d’un assemblage ou désassemblage (cas de
de l’objet. remplacement de pièce)
Il possède une nomenclature qui donne des
informations sur le nom des pièces, leur Souvent dans la nomenclature des dessins en
nombre et surtout fait le lien, par le no. de vue éclatée, une pièce identifiée par un numéro
repère, entre le dessin d’ensemble et le dessin de repère pour l’illustration est aussi associée à
de détail pour une même pièce. un numéro de commande chez le fournisseur
pour un remplacement éventuel.
Dans le cas d’objet complexe, les dessins de
détail se rapportent à un dessin de sous- Décrit les éléments suivants :
ensemble. Tous les dessins de sous ensembles la forme des pièces,
se rapportent au dessin d’ensemble principale. les dimensions,
les procédés,
des vues agrandis,
le choix de matériau,
tout autre observation jugé nécessaire à sa
fabrication..
Référentiel technologique deuxième cycle secondaire Page 56
sur 57 le 15 mai 2019
Référentiel technologique
deuxième cycle secondaire Page 57 sur 57

le 15 mai 2019