Vous êtes sur la page 1sur 73

‫اﻟﺟﻣﮭـــــورﯾــــــﺔ اﻟﺟـــزاﺋـــرﯾـــــــﺔ اﻟـــدﯾﻣﻘـــــراطﯾـــــــﺔ اﻟﺷـﻌﺑﯾـــــﺔ‬

Ministère de l’enseignement supérieur et Ministère de la poste et des technologies de


de la recherche scientifique l’information et de la communication

Institut National des Télécommunications


‫اﻟﻤﻌﮭــــﺪ اﻟﻮطﻨـــﻲ ﻟﻼﺗﺼﺎﻻت‬
et des Technologies de l’Information et de
la Communication
‫وﺗﻜﻨــــﻮﻟﻮﺟﯿــﺎت اﻹﻋﻼم و اﻻﺗﺼﺎل‬

Projet de fin d’études Pour l’obtention du Diplôme d’Ingénieur


D’Etat en Télécommunications.

Thème:

Etude et réalisation d’un codeur pour


liaison numérique par fibre optique

Présenté par :
Mr. BOUSBAA Abdelbaki

Mr. BRIK Marouane

Encadré par :
Pr. TEMMAR Abdelkader

Président: Mlle. M. DERKAOUI

Examinateurs:
Dr. A. CHENIKA

Mr. A. MAZOUZI

Promotion: IGE 36
Année Universitaire : 2015- 2016
Juin, 2016
Résumé
La capacité des liaisons optique de transport d’information évolue et continuera à
évoluer à un rythme très rapide suite à l’émergence de nouveaux services de plus en plus
demandeurs en bande passante (messagerie, mobile, services multimédia en ligne,…..).
Plus la technologie avance, plus tous ces moyens de transmission évoluent.

Nous visons dans ce travail la meilleure qualité de transmission dans une liaison optique
numérique avec différents types de codage du signal. Il nous a fallu pour atteindre ce but
l’étude de la caractéristique d’une liaison dans la première phase de ce projet, la deuxième
phase a été consacrée à l'étude détaillée des méthodes de codages, la troisième phase est de
simuler et définir les paramètres optimaux d’une liaison optique tel que la longueur de la
fibre monomode, le débit de transmission et le format de codage utilisé.

Mots- clés : liaison optique numérique, méthodes de codages, Facteur de qualité, débit de
transmission

ii
Abstract
The capacity of optical transport link information is changing and will continue to
evolve at a rapid pace due to the emergence of new services to increasingly demanding
bandwidth (email, mobile, multimedia online services ....). As technology progresses, all
these means of transmission are changing.

We aim in this work the best transmission quality in a digital optical link with different
types of signal coding. It took us to achieve this goal the study of the characteristic of a
link in the first phase of this project, the second phase was devoted to a detailed study of
methods of coding, the third phase is to simulate and define the optimal parameters of an
optical link such that the length of single mode fiber, the transmission rate and the coding
format used.

Keywords: digital optical link, methods of encoding, quality factor, transmission rate.

iii
Table des matières
Résumé...................................................................................................................................ii
Abstract ................................................................................................................................ iii
Liste des tableaux..................................................................................................................vi
Liste des figures ...................................................................................................................vii
Liste des sigles ......................................................................................................................ix
Remerciements................................................................................................................... xiii
Introduction générale .............................................................................................................1
1. Liaison numérique par fibre optique..........................................................................3
1.1 Introduction ........................................................................................................................3
1.2 Définition d’une liaison par fibre optique...........................................................................3
1.2.1 Emetteur .....................................................................................................................4
1.2.2 Récepteurs ..................................................................................................................6
1.2.3 La fibre optique...........................................................................................................7
1.2.4 Conclusion...................................................................................................................9
2. Les codes en télécommunications optiques ..............................................................10
2.1 Introduction ......................................................................................................................10
2.2 Objectif du codage............................................................................................................11
2.3 Les codes a deux niveaux..................................................................................................11
2.3.1 Le codage RZ .............................................................................................................11
2.3.2 Le codage NRZ...........................................................................................................12
2.3.3 Le codage NRZI..........................................................................................................13
2.3.4 Le codage Manchester..............................................................................................14
2.3.5 Le codage Manchester différentiel...........................................................................17
2.3.6 Le codage de Miller...................................................................................................18
2.3.7 Le codage CMI...........................................................................................................19
2.4 Les codes a niveaux multiples...........................................................................................21
2.4.1 Le codage MLT3 ........................................................................................................21
2.4.2 Le codage bipolaire simple .......................................................................................22
2.4.3 Le codage bipolaire entrelacé d’ordre 2...................................................................24
2.4.4 Le codage HDBn ........................................................................................................25
2.5 Les codes a transformation de valence ............................................................................26
2.5.1 Codage nB/mB ..........................................................................................................27
2.6 Conclusion.........................................................................................................................28

iv
3. Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée..................................29
3.1 Introduction ......................................................................................................................29
3.1.1 Description de l’outil de simulation..........................................................................29
3.1.2 Avantages du logiciel ................................................................................................31
3.2 Composant utilisé dans la simulation ...............................................................................32
3.3 Critère de qualité d’une liaison.........................................................................................36
3.3.1 Le Taux d’Erreur Binaire............................................................................................36
3.3.2 Le Facteur de Qualité................................................................................................37
3.3.3 Le diagramme de l’œil ..............................................................................................38
3.4 Etude et simulation des liaisons codées ...........................................................................39
3.4.1 Méthode de travail ...................................................................................................39
3.4.2 Liaison codée NRZ.....................................................................................................39
3.4.3 Liaison codée MANCHESTER.....................................................................................41
3.4.4 Liaison codée NRZI....................................................................................................43
3.4.5 Liaison codée 4B/5B..................................................................................................45
3.4.6 Liaison codée AMI.....................................................................................................47
3.5 Comparaison entre les codes............................................................................................50
3.6 Conclusion.........................................................................................................................52
4. Réalisation d’un codeur optique ..............................................................................53
4.1 Introduction ......................................................................................................................53
4.2 La conception de notre système.......................................................................................53
4.3 Description des logiciels utilisés .......................................................................................53
4.3.1 Logiciel Proteus.........................................................................................................53
4.3.2 Logiciel Flowcode......................................................................................................53
4.4 Description du matériel utilisé..........................................................................................54
4.4.1 Le PIC 16F877A.........................................................................................................54
4.4.2 Le 7406.....................................................................................................................55
4.4.3 Le LM386...................................................................................................................55
4.5 Réalisation de notre système ...........................................................................................56
4.6 Résultat trouvé .................................................................................................................57
4.7 Conclusion.........................................................................................................................57
Conclusion générale.............................................................................................................58
Bibliographie.......................................................................................................................xiv

v
Liste des tableaux

Tableau 1 :Valeur binaire et leur attribut..........................................................................................26


Tableau 2 :Table de transcodage 4B/5B ...........................................................................................27
Tableau 3 :Paramètres caractéristiques du Laser ..............................................................................32
Tableau 4 :Paramètres caractéristiques de la fibre............................................................................35
Tableau 5 :Facteur de qualité de la liaison codée NRZ. ...................................................................40
Tableau 6 :Taux d’erreur binaire de la liaison codée NRZ...............................................................40
Tableau 7 :Facteur de qualité de la liaison codée MANCHESTER .................................................42
Tableau 8 :Taux d’erreur binaire de la liaison codée MANCHESTER............................................42
Tableau 9 :Facteur de qualité de la liaison codée NRZI. .................................................................44
Tableau 10 :Taux d’erreur binaire de la liaison codée NRZI ...........................................................44
Tableau 11 :Facteur de qualité de la liaison codée 4B/5B................................................................46
Tableau 12 :Taux d’erreur binaire de la liaison codée 4B/5B ..........................................................46
Tableau 13 :Facteur de qualité de la liaison codée AMI...................................................................48
Tableau 14 :Taux d’erreur binaire de la liaison codée 4B/5B ..........................................................48

vi
Liste des figures
Figure 1 : Schéma synoptique d’un système de transmission optique................................................3
Figure 2 : Spectre d’émission d’une DEL...........................................................................................4
Figure 3 : Spectre d’émission d’une DL .............................................................................................4
Figure 4 : La différence entre DEL et DL...........................................................................................5
Figure 5 : Modulation directe. ............................................................................................................5
Figure 6 : Modulation externe ............................................................................................................6
Figure 7 : Photodiode PIN ..................................................................................................................7
Figure 8 : Photodiode APD.................................................................................................................7
Figure 9 : Représentation du code RZ ..............................................................................................12
Figure 10 : Représentation du code NRZ .........................................................................................12
Figure 11 : Représentation du DSP NRZ..........................................................................................13
Figure 12 : Représentation du code NRZI ........................................................................................14
Figure 13 : Représentation du code Manchester..............................................................................15
Figure 14 : Représentation du DSP Manchester ..............................................................................16
Figure 15 : Représentation du code Manchester Différentiel ...........................................................17
Figure 16 : Représentation du DSP biphasé différentiel...................................................................18
Figure 17 : Représentation du code Miller .......................................................................................19
Figure 18 : Représentation du DSP Miller........................................................................................19
Figure 19 : Principe du code CMI ....................................................................................................20
Figure 20 : Représentation du DSP CMI. .........................................................................................21
Figure 21 : Représentation du code MLT3......................................................................................22
Figure 22 : Représentation du DSP MLT3 .......................................................................................22
Figure 23 : Représentation du code AMI..........................................................................................23
Figure 24 : Représentation du DSP AMI..........................................................................................23
Figure 25 : Principe du code bipolaire entrelacé d'ordre 2 ...............................................................24
Figure 26 : Principe du code HDB3..................................................................................................25
Figure 27 : Codes par blocs ..............................................................................................................26
Figure 28 : Principe du code 2B1Q ..................................................................................................26
Figure 29 : DSP du 2B1Q.................................................................................................................26
Figure 30 : Les fenêtres dans OptiSystem ........................................................................................30
Figure 31 : Paramètres d’un composant............................................................................................31
Figure 32 : Schémas d’une liaison simulée ......................................................................................32
Figure 33 : Modèle de simulation du PRBS .....................................................................................32
Figure 34 : Modèle de simulation LASER CW................................................................................33
Figure 35 : Modèle de simulation MZ Modulator ............................................................................33
Figure 36 : Modèle de simulation du récepteur optique ...................................................................33
Figure 37 : Modèle de simulation du codeur NRZ ...........................................................................34
Figure 38 : Modèle de simulation du codeur MANCHESTER ........................................................34
Figure 39 : Modèle de simulation du codeur NRZI..........................................................................34
Figure 40 : Modèle de simulation du codeur AMI ...........................................................................35
Figure 41 : Modèle de simulation du codeur 4B/5B.........................................................................35
Figure 42 : Modèle de simulation de la fibre....................................................................................35

vii
Figure 43 : Modèle de simulation de l’oscilloscope .........................................................................36
Figure 44 : Modèle de simulation de l’analyseur du TEB ................................................................36
Figure 45 : Exemple diagramme de l’œil. ........................................................................................38
Figure 46 : Liaison codée NRZ.........................................................................................................39
Figure 47 : Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits. ...................40
Figure 48 : BER en fonction de la distance dans des différents débits.............................................41
Figure 49 : Liaison codée MANCHESTER......................................................................................41
Figure 50 : Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits ....................42
Figure 51 : BER en fonction de la distance dans des différents débits.............................................43
Figure 52 : liaison codée NRZI.........................................................................................................43
Figure 53 : Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits. ...................44
Figure 54 : BER en fonction de la distance dans des différents débits.............................................45
Figure 55 : Liaison codée 4B/5B ......................................................................................................45
Figure 56 : Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits. ...................46
Figure 57 : BER en fonction de la distance dans des différents débits.............................................47
Figure 58 : Liaison codée AMI.........................................................................................................47
Figure 59 : Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits. ...................48
Figure 60 : BER en fonction de la distance dans des différents débits.............................................49
Figure 61 : Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 2.5 Gbit/s. ..............50
Figure 62 : Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 5 Gbit/s. .................50
Figure 63 : Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 10 Gbit/s. ..............51
Figure 64 : Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 40 Gbit/s. ..............51
Figure 65 : L’environnement de Flowcode.......................................................................................54
Figure 66 : Le microcontrôleur PIC16F877A...................................................................................54
Figure 67 : Schéma du port logique7406..........................................................................................55
Figure 68 : Schéma du LM386 .........................................................................................................55
Figure 69 : Schéma du codeur NRZ .................................................................................................56
Figure 70 : Montage final du codeur NRZ........................................................................................56
Figure 71 : résultat obtenu ................................................................................................................57

viii
Liste des sigles

APD: Avalanche Photodiode.


AMI : Alternate Mark Inversion.
ADC: Analog to Digital Converter.
ATM : Asynchronous Transfer Mode.
BnZs: Bipolar with n Zero Substitution.
BER: Bit Error Rate.
CMI: Coded Mark Inversion.
CATV: Cable Television.
CW: Continuous-Wave.
DL: Diode Laser.
DM: Delay Modulation.
DSP : Densité Spectrale de Puissance.
ETCD : Équipement de Terminaison de Circuit de Données.
FSK: Frequency Shift Keying.
FM: Frequency Modulation.
FDDI: Fiber Distruted Data Interface.
FEC: Forward Error Correction.
HDBn : Bipolaire Haute Densité d'ordre n.
HDSL: High-bit-rate Digital Subscriber Line.
ISDN: Integrated Services Digital Network.
LASER: Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation.
LED: Light Emitting Diode.
MFM: Modified Frequency Modulation.
MLT3: Multi Level Transmission3.
MAN: Metropolitan Area Network.
NRZ: Non Return to Zero.
NRZI: Non Return to Zero Inverted.
PIN: Positive Intrinsic Negative.
PPM: Pulse Position Modulation.
PCM: Pulse Code Modulation.
PMD: Polarization Mode Dispersion.

ix
PIC: Programmable Intelligent Computer.
PCB: Printed Circuit Board.
PE: Phase Encode.
PRBS: Pseudo Random Binary Sequence.
RZ: Return to Zero.
RDS: Radio Data System.
RNIS: Réseau Numérique à Intégration de Services.
SDH: Synchronous Digital Hierarchy.
SONET: Synchronous Optical Network.
SMF: Single Mode Fiber.
TDM: Time-Division Multiplexing.
TEB: Taux d'Erreur Binaire.
WAN: Wide Area Network.
WDM: Wavelength Division Multiplexing.

x
Dédicace

A qui je dois ce que je suis,


A ma chère Mère et mon cher Père,
à qui je dois le meilleur de moi-même, en témoignage de ma
reconnaissance infinie, pour leur guide dans mes études, leur
amour dont ils m’ont entouré, pour leur patience et les nombreux
sacrifices qu’ils n’ont cessé de consentir ; qu’ils veuillent trouver
dans ce travail l’expression de mon profond attachement !

A mon cher frère

A mes chères sœurs.

A toute ma famille.

A tous mes proches.

A tous mes amis.

A tous ceux que j’aime et qui m’aiment.

Ce mémoire leur est dédié.

Brik Marouane

Dédicaces

xi
Que ce travail témoigne de mes respects :
A mes parents :
Grâce à leurs tendres encouragements et leurs grands sacrifices, ils
ont pu créer le climat affectueux et propice à la poursuite de mes études.
Aucune dédicace ne pourrait exprimer mon respect, ma considération et
mes profonds sentiments envers eux.
Je prie le bon Dieu de les bénir, de veiller sur eux, en espérant qu’ils
seront toujours fiers de moi.
A mes frères.
A la famille BOUSBAA et BENNADA.
Ils vont trouver ici l’expression de mes sentiments de respect et de
reconnaissance pour le soutien qu’ils n’ont cessé de me porter.
A tous mes professeurs :
Leur générosité et leur soutien m’oblige de leurs témoigner mon profond
respect et ma loyale considération.
A tous mes amis et mes collègues :
Ils vont trouver ici le témoignage d’une fidélité et d’une amitié infinie.
BOUSBAA ABDELBAKI

xii
Remerciements

A l’issue de ce travail, nous remercions, en premier lieu, le bon dieu de


nous avoir donné la force et le courage de le mener à terme.

Ce PFE ne serait pas aussi riche et n’aurait pu voir le jour sans l’aide de
notre encadreur Mr. TEMMAR. Abdelkader d’avoir accepté d’être notre
encadreur durant cette année, pour toute l’aide apportée, pour sa disponibilité,
ses remarques fructueuses et ses directives précieuses qui ont contribué
efficacement à l’avancement de ce travail.

Nous avons aussi tout au long de ce projet bénéficié d'un apport précieux
de la part de Mr. CHENIKA. A qui n'a cessé de nous guider et de nous faire
bénéficier de son grand savoir, nous le remercions du fond du cœur.

Nous remercions les membres du jury, pour l’honneur qu’ils nous font
d’avoir bien voulus accepter de participer à ce jury.

Enfin, Nous exprimons nos gratitudes à tous les enseignants de l’Institut,


toute personne qui nous a aidés de près ou de loin durant notre travail et en
particulier tous nos amis de la promotion IGE36.

xiii
1
Introduction générale

Introduction générale

L'avènement de l'internet a basculé pour toujours le domaine de la télécommunication.


Le nombre d'internautes accroît considérablement. Pour amateurs ou professionnels,
l'utilisation du courrier électronique ou encore des fichiers professionnels font partie de
notre quotidien. Ce tout représente un moteur efficace afin de donner un nouvel élan pour
la télécommunication. Historiquement parlant, le câble coaxial remplissait une fonction
transmitive. Il véhiculait rapidement sur de courtes distances l'information entre les
systèmes numériques. Cependant, ces anciennes méthodes sont dysfonctionnelles par
rapport aux nouvelles masses multimédias, ce facteur favorise également cette nouvelle
révolution de la télécommunication.
Vers la fin du XIXème siècle nous assistons aux premières expériences de transmission
optique avec la modulation de l'intensité de la lumière par un signal acoustique. Par
manque de savoir guider la lumière jusqu'au destinataire. Utilisant le principe connu des
fontaines lumineuses, les fibres optiques, minces cheveux de verre très transparents, ont
fait l'objet d'application décorative, puis plus utilitaire. Dans un temps antérieur, les
systèmes à câble coaxiaux et les systèmes microondes ne pouvaient transmettre un débit
supérieur à 100 Mbtis/s en moyenne. Il pouvait y avoir des transmissions de débit à 275
Mbtis /s mais à condition de prendre des précautions.
Grâce à l'utilisation de la fibre optique ou encore les réseaux «tout-optique», le monde
de la télécommunication a été redimensionné. À présent, les systèmes de transmission
deviennent de plus en plus performants. Ainsi, l’atteignement de plusieurs Tbits/s sur
plusieurs milliers de kilomètres est plus aisé.
Comme tout système, les fibres optiques ne cessent d'évoluer. On compte toujours des
défauts mais on les a réduits à quelques-uns tel que la multi-modalité limitant le débit. En
sus, des outils très performants permettant de savoir précisément les caractéristiques d'une
fibre optique et ses défauts éventuels : cassure, déformation intempestives et autres.

Ce mémoire est divisé en quatre chapitres. Dans le premier chapitre nous décrivons des
notions générales sur le principe d’une liaison numérique par la fibre optique. Nous citons
les caractéristiques des composants qui interviennent dans ce type de liaison, nous verrons
aussi dans cette partie les avantages et les inconvénients du support de transmission (fibres
optiques) ainsi que ces applications.

Le second chapitre aborde une définition des formats de codages existants en


télécommunications optiques et l’objectif de cette étape dans une liaison, nous
présenterons dans un premier temps les codages binaires utilisant deux états (niveaux ou
transitions) et nous constaterons les avantages et inconvénients de chacun d’eux ainsi que
leurs réponses fréquentielles, puis nous analyserons les codages à niveaux multiples par
leurs capacités et leurs limites. Enfin, nous étudierons l'intérêt du codage par blocs ou code
à transformation de valence.
2
Introduction générale

Le chapitre trois a pour objectif de présenter succinctement le logiciel de simulation


OptiSystem pour étudier l’effet des codes lors de l’émission du signal. Nous présentons
cinq codes différents avec des paramètres différents, nous allons étudier des liaisons haut
débits, faible débits, courtes distances, longues distances et bien sûr pour chaque
expérience on va faire varier les déférents codeurs optiques. Enfin nous analyserons les
résultats obtenus lors de la simulation.

Et on finira notre travail par une réalisation d’un codeur NRZ. Pour cela, en va utiliser
comme logiciel FlowCode pour programmer un microcontrôleur de la famille 16F afin
d’obtenir un signal numérique, ISIS comme simulateur et un oscilloscope pour interpréter
les résultats.
3
Chapitre 1 : Liaison numérique par fibre optique

1. Liaison numérique par fibre optique


1.1 Introduction
Trois scientifiques de la compagnie Corning Glass Works de New York, produisirent la
première fibre optique qui peut être utilisée dans les réseaux de télécommunications. Leur
fibre optique était en mesure de transporter 65000 fois plus d’information qu’un simple
câble de téléphone. Le premier système de communication téléphonique optique fut
installé au centre-ville de Chicago en 1977. On estime aujourd’hui plus de 90% des
communications de longue distance sont transportées le long de plus de 25millions de
kilomètres de câble à fibre optique partout dans le monde. L’apparition de la fibre optique
a totalement révolutionné le monde des télécommunications. Il en résulte un
bouleversement des réseaux de télécommunications précédents et un besoin de mettre en
place de nouvelles structures.

Toute étude doit impérativement passer par un parcours des généralités afin d’apporter
les éléments de base. Dans les systèmes de télécommunications modernes, le support de
transmission privilégié est la fibre optique. Il apparaît donc intéressant de rappeler les
propriétés d’une transmission de communications optiques.

Ce chapitre sera des généralités d’une liaison par fibre optique, émetteur, récepteur et
ces caractéristiques, ces avantages ainsi que ces inconvénients.

1.2 Définition d’une liaison par fibre optique


Le principe dans les communications optiques consiste à transporter de l’information
sous forme lumineuse d’un point à un autre à travers un guide diélectrique. L’information à
transmettre est convertie d’un signal électrique en signal optique grâce à un émetteur, elle
est ensuite injectée dans une fibre optique. A la réception, le signal subira le traitement
inverse à savoir la conversion optique-électrique grâce à un récepteur. [2]
Globalement, une liaison optique est composée d’un émetteur et d’un récepteur reliés par
une fibre optique (voir Figure1).

Figure 1 : Schéma synoptique d’un système de transmission optique.

Cependant, pour des grandes distances on utilise des amplificateurs optiques pour
conserver le niveau du signal nécessaire à la restitution de l’information. Dans ce qui suit
nous allons définir chaque élément de cette liaison. [2]
4
Chapitre 1 : Liaison numérique par fibre optique

1.2.1 Emetteur
Les sources optiques sont des composants actifs dans le domaine de la communication
par fibre optique. Leurs fonction fondamentale est de convertir une énergie électrique en
une énergie optique (conversion électro-optique). [3]
En télécommunication optique la nécessité d’utiliser des bandes passantes de plus en
plus larges impose le choix des sources à spectres réduit telles que les diodes laser DL et
les diodes électroluminescentes DEL, ces deux sources sont réalisées à partir de jonction
PN polarisée en direct, le principe d’émission est dû à la recombinaison des paires
électron-trou. [3]

1.2.1.1 La diode DEL


La diode électroluminescente DEL ou LED est le composant émetteur le plus simple,
qui réalise directement l’émission de photons par recombinaison des porteurs dans une
hétérojonction polarisée en direct.
C’est une source incohérente et polychromatique, elle présente un spectre d’émission
assez large et un diagramme de rayonnement moins directif, elle est utilisée dans les
systèmes de transmission qui ne nécessitent pas de très grandes bandes passantes. Elle a un
spectre typique d’émission spontanée, continu et assez large d’où une forte sensibilité à la
dispersion chromatique (voir figure2). [3]
.

Figure 2 : Spectre d’émission d’une DEL

1.2.1.2 La diode laser (DL)


Laser est l’acronyme anglais de Light Amplification by Stimulated Emission of
Radiation(en français, amplification de la lumière par émission stimulée de radiations).la
diode laser est une source cohérente et monochromatique, elle est utilisée dans les
systèmes de transmission à très grande distance, elle est caractérisé par : une faible largeur
spectrale et une bande passante importante. Le spectre est monomode longitudinal (voir
figure 3). [3]

Figure 3 : Spectre d’émission d’une DL


5
Chapitre 1 : Liaison numérique par fibre optique

1.2.1.3 La différence entre la diode DEL et la diode DL


Pour montrer la différence entre diode électroluminescente et une diode laser, la figure
illustre les courbes caractéristiques de la puissance lumineuse en fonction du courant (Voir
figure 4). [4]

Figure 4 : La différence entre DEL et DL


Commentaires :

 Les diodes laser émettent de la même manière qu’une LED par émission spontanée
lorsqu’en applique un faible courant.
 Pour obtenir une émission stimulée, il faut dépasser un certain courant de seuil.
 En régime LED Pas de courant de seuil, la lumière est émise dès que le courant
passe. [13]

1.2.1.4 Modulateurs
Afin de transmettre des informations dans les systèmes numériques optiques, il faut les
imprimer sur le signal à envoyer dans la fibre, c’est ce que l’on appelle une modulation,
qui est une fonction essentielle de tout système de transmission. Pour réaliser la
modulation d’émission, on a deux possibilités :

1.2.1.4.1 Modulation directe


C’est la propre source optique qui réalise la modulation en même que la transformation
électrique-optique. La modulation du courant qui traverse un laser à semi-conducteur
entraîne directement la modulation en intensité de la lumière émise. Il suffit d’inscrire les
données sur l’alimentation du laser. Un inconvénient de cette méthode est que lorsque l’on
module en amplitude le courant d’injection d’un laser est accompagné d’une modulation de
fréquence parasite ou chirf. Ces effets, conjugués à la dispersion chromatique de la fibre,
provoquent un élargissement de l’impulsion d’autant plus importante que la longueur de la
fibre est grande (voir figure 5). [3]

Figure 5 : Modulation directe.


6
Chapitre 1 : Liaison numérique par fibre optique

1.2.1.4.2 Modulation externe


L’émetteur est alors constitué d’une source optique émettant une onde pure suivie d’un
modulateur externe. Le courant d’injection du laser n’est plus modulé. La modulation
externe présente de nombreux avantages. Elle est plus rapide et permet donc d’envoyer des
débits plus élevés (voir figure 6). [3]

Figure 6 : Modulation externe


1.2.1.4.3 Comparaison
La modulation directe, plus simple et moins coûteuse est encore très utilisée si les
données sont transmises à un débit de quelque Gbit/s, selon la qualité de laser. Mais au-
delà de 5Gbit/s, les modulateurs ne sont pas parfaits et peuvent engendrer des défauts mais
leur impact est moins important. [3]

1.2.2 Récepteurs
Le photodétecteur est un composant essentiel dans les communications par fibres
optiques. Son rôle est de traduire le signal optique envoyé par la fibre optique en signal
électrique, qui sera traité par des dispositifs électroniques. Dans notre étude nous allons
parler des photodétecteurs les plus utilisé dans les systèmes de transmission par fibre
optique qui sont les sont photodiodes PIN ou APD. [8]

1.2.2.1 Photodiode PIN


Cette photodiode, polarisée en inverse, est réalisée à partir de trois couches de semi-
conducteur. Deux couches fortement dopées P+ et N+ entre lesquels existe une couche de
grande résistivité (presque intrinsèque) où il existe très peu de charges mobiles. Les
photodiodes PIN sont les plus utilisés car elles sont peu coûteuses et simples à utiliser avec
une performance satisfaisante (voir figure 7). [5]

1.2.2.2 Photodiode APD


Lorsque la puissance lumineuse reçue est très faibles, les courants détectés sont peu
élevés et se superposent au courant d’obscurité, conduisant à un mauvais rapport signal sur
bruit. Pour augmenter ce dernier, il est nécessaire que le courant détecté soit plus important
en utilisant d’autres types de photodiode, comme les photodiodes à gain interne de type
avalanche.
La photodiode d’avalanche est une diode PIN dans laquelle est réalisée une
amplification de puissance, cela permet d’extraire un signal électrique fort même pour une
puissance lumineuse affaiblie. Les photodiodes à avalanche sont aussi utilisés grâce à leurs
performances, leur gain important et leur réponse rapide mais elles sont plus coûteuses,
difficiles à utiliser et nécessitant une polarisation inverse très forte (voir figure 8). [5]
7
Chapitre 1 : Liaison numérique par fibre optique

Figure 7 : Photodiode PIN Figure 8 : Photodiode APD

1.2.3 La fibre optique


Dans le système de première génération, il y avait la fibre multimode et les diodes laser
à 0.9μm, leurs débit quelques Gb it/s. Dans le système de la seconde génération il y avait la
fibre unimodale, diodes lasers à 1,3μm, avec un débit de 10Gb it/s. Tant dit que dans la
troisième génération, il y avait les diodes lasers à 1,5μm, minimisation de l’atténuation,
leur débit de 500 Gbit/s. Et pour la quatrième génération, il y avait la possibilité d’utiliser
plusieurs longueurs d’onde simultanément avec un débit de 100000Gbit/s. [6]

1.2.3.1 Définition
La fibre optique est vite apparue très intéressante pour le domaine de la
télécommunication, c’est un fil transparent très fin qui peut être utilisée pour conduire de la
lumière entre deux lieux distants de plusieurs centaines voire milliers de kilomètres, elle
possède un grand nombre de propriétés remarquable qui en font un support physique
excellent pour les télécommunications. Le signal lumineux transmis est codé par une
variation d’intensité, Il est capable de transmettre une grande quantité d’information. [6]

1.2.3.2 Avantages et inconvénients des fibres optiques

1.2.3.2.1 Les avantages


Les principaux avantages apportés par la fibre optique sont les suivants :

 Très large bande passante, de l’ordre de 1 GHz pour 1 km, qui permet le
multiplexage sur un même support de très nombreux canaux, comme le téléphone,
la télévision, etc.
 Grande légèreté, le poids d’un câble optique par unité de longueur, de l’ordre de
quelques grammes au kilomètre, étant environ neuf fois plus faible que celui d’un
câble conventionnel.
 Très faible atténuation, qui permet d’envisager un espacement important des points
de régénération des signaux transmis. Le pas de régénération est supérieur à 10 km,
alors que, sur du câble coaxial, il est de l’ordre de 2 à 3 km.
8
Chapitre 1 : Liaison numérique par fibre optique

 Excellente qualité de la transmission. Une liaison par faisceau lumineux est, par
exemple, insensible aux orages, aux étincelles et au bruit électromagnétique.
 Absence de rayonnement, ce qui rend son emploi particulièrement intéressant pour
les applications militaires.
 Résistance à conditions environnementales adverses. Moins d’influence des
liquides corrosifs, gaz et variations de température.
 Les prix de la fibre reste faible, car la matière de base utilisée, la silice (verre très
pur composé de dioxyde de silicium), très abondante sur la terre. [1]

Tous les avantages cités permettent de diminuer le coût d’installation. Par exemple,
pour les grandes distances, on peut mettre la fibre optique avec les câbles de garde des
tours d’haute tension.

1.2.3.2.2 Les inconvénients


L’emploi de la fibre optique présente quelques inconvénients qui permettent d’utiliser
avec succès le câble cuivre :

 Difficultés de raccordement aussi bien entre deux fibres qu’entre une fibre et le
module d’émission ou de réception. En laboratoire, on peut réaliser des connexions
pour lesquelles les pertes sont inférieures à 0,2 dB. Sur le terrain, il faut appel à des
connecteurs amovibles, qui demandent un ajustement précis et occasionnent des
pertes supérieures à 1dB.
 La limite générale est de l’ordre de mille longueurs d’onde sur une même fibre
optique. Avec mille longueurs d’onde, la fibre est totalement remplie.
 Les interfaces électriques/optiques ainsi que les connecteurs sont d’un prix élevé.
Coût d’exploitation élevé
 Dispersion chromatique (élargissement du signal entre le début et la fin de la fibre).
[1]

1.2.3.3 Applications de la fibre optique

 Réseaux et télécommunications.
 Transmission téléphonique: Liaison entre centraux téléphonique, liaisons
transocéaniques,…
 Télévision: Téléconférence, liaison caméra studio.
 système de sécurité.
 Capteurs.
 Interférométrie.
 L’imagerie médicale.
 Mesure et éclairage.
 Médecine et chirurgie. [4]
9
Chapitre 1 : Liaison numérique par fibre optique

1.2.4 Conclusion

Dans ce chapitre on a vu une description d’une liaison par fibre optique, les composants
d’un émetteur, d’un récepteur et ses caractéristiques, avantages et inconvénients de la fibre
optique ainsi que ses applications.

Dans le cas d’une transmission par fibre optique, le signal est tout d'abord codé ou
modulé suivant une séquence connue qui peut être contrôlée à la réception. Ce signal est
injecté dans la fibre optique par l'intermédiaire de l'émetteur. À la sortie de la fibre, le
signal est reçu sur une photodiode puis amplifié avant d'être décodé pour être remis sous sa
forme initiale.
Pour conclure, on peut dire que La fibre optique avec toutes ses qualités présente un
support de transmission idéal de l'information dans les réseaux de télécommunications.

Par la suite Dans le chapitre suivant nous allons nous concentrer sur la partie codage qui
est le thème de notre projet de fin d’étude, on va citer et expliqué les différents formats de
codage les plus simples et les plus répandus qui existent dans les télécommunications
optiques.
10
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

2. Les codes en télécommunications optiques

2.1 Introduction
Le message a besoin d'un langage pour le transmettre sur un support. On appelle ce
'langage' protocole. Par exemple, dans une discussion entre deux personnes, le protocole
est la langue utilisée, comme le français, l'anglais, l'espagnol...

Il y a quelques dizaines de milliers d’années, l’homme communiquait par des gestes, il


élabora ensuite le langage puis l’écriture. Mais depuis quelques années, il utilise un
système tout à fait nouveau et récent comparé à l’âge de l’univers, le système binaire.
L’alphabet de cette base contient deux symboles : le 0 et le 1. Aujourd’hui, la plupart des
réseaux téléinformatiques (réseaux de lignes conçues pour transmettre des informations),
utilisent le système binaire que l’on appelle plus couramment le numérique. La technique
de transmission numérique est appelée Transmission en Bande de Base.

Le langage binaire utilisé en informatique à de nombreuses qualités, cependant il


possède aussi un défaut : il est immatériel. Le problème de la transmission se posa alors,
comment envoyer des informations insaisissables ? Pour résoudre ce problème, le
numérique, et plus précisément le ETCD, emploie un support physique, généralement des
signaux de tensions, pour transférer des données. Cette conversion des états logiques,
immatériels donc non-transmissibles, en un signal numérique (ou analogique), nécessite
l’utilisation d’un codage.

Le codage établit la correspondance entre un état logique (0 ou 1), ou un groupe


d’états logiques, et une valeur physique. La transmission s’effectue de manière synchrone,
une horloge cadence donc l’émission des bits. La somme temporelle des bits d’une
information, après le codage, est un signal plus ou moins affecté par des parasites
environnants, qui sera décodé ensuite par un récepteur.

Dans ce chapitre nous allons étudier une diversité de codes, ayant chacun leurs propres
avantages, inconvénients et utilisations. Nous décrirons donc dans cette partie de notre
projet, les principaux codages d’une information binaire qui se divisent en trois catégories,
le codage à deux niveaux, a niveau multiple et a transformation de valence utilisant le
codage par niveau et le codage par transition.
11
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

2.2 Objectif du codage

 Un code de transmission numérique sur fibre optique doit avoir un encombrement


spectral faible, autant que possible, pour permettre éventuellement le multiplexage
de plusieurs longueurs d’onde porteuses indépendantes et, d’autre part, pour réduire
la bande passante du récepteur.
 Cet encombrement spectral ou spectre en bande de base, doit de préférence
s’annuler à la fréquence zéro, pour éviter de recourir à des techniques difficiles,
permettant de reconstituer les composantes basses fréquences, qui disparaissent dans
les couplages capacitifs du récepteur.
 De plus, le code doit permettre la récupération du rythme, c’est à dire du temps
d’horloge.
 Le code doit être adapté au message binaire et enfin permettre la supervision du
taux d’erreur. [13]

2.3 Les codes a deux niveaux

Afin de transmettre des informations binaires, immatérielles représentées par deux états
1 et 0, le plus simple était de faire correspondre ces deux états par deux niveaux de tension
(0 et +5V ou –12V et +12V…).

2.3.1 Le codage RZ
Principe

Le codage RZ représenté par la (figure 9) fut le premier codage exploité grâce à sa


facilité d’utilisation et de réalisation. En effet, pour obtenir ce codage, il suffit de réaliser
une opération logique ET (AND) entre l’information à transmettre et le signal de l’horloge.
Par conséquent, si un 1 est présent il y aura alors le signal de l’horloge en sortie (amplifié
pour atteindre +V au maximum). Si par contre, il y a un 0 logique, alors le signal de sortie
aura la valeur nulle (0V). [16]

e(i) = 0  0
Représentation mathématique : s(i) = +V
e(i) = 1 
s(i+T/2) = 0
12
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Figure 9 : Représentation du code RZ

2.3.2 Le codage NRZ


Principe

Le codage NRZ est le moyen le plus simple de coder une information : il consiste tout
simplement à transformer les 1 en +V et les 0 en –V (V étant une Valeur de tension
continue), et ce de manière synchrone.
Lorsque le front montant de l’horloge capte la présence d’un 1 en entrée, le signal de
sortie prend la valeur +V jusqu’au front montant suivant Si l’information suivante est un 0
alors le signal prendra la valeur –V et ainsi de suite comme il est indiqué dans la (figure
10) .Ces tensions matérialiseront ainsi l’information binaire. [2]

e(i) = 0 s(i) = - V
Représentation mathématique :
e(i) = 1  s(i) = +V

Figure 10 : Représentation du code NRZ


13
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Ce code ayant la particularité d’être antipolaire1 et non nul, le récepteur pourra


déterminer ainsi la présence ou non du signal. Cependant, les longues séries de 1 ou de 0,
entraînent une perte de synchronisation, le récepteur ne peut donc pas utiliser le signal pour
récupérer l’horloge. Il faut ainsi utiliser une ligne indépendante pour l’horloge, ce qui
limite l’utilisation du codage NRZ aux courtes distances. [2]

Les principales caractéristiques du codage NRZ sont :

 Une bonne résistance au bruit.


 Une mauvaise adaptation au support (spectre centré sur la fréquence nulle).
 Peu de transitions, donc difficulté de synchronisation d'horloge. [14]

DSP
La densité spectrale de puissance d'un signal NRZ est centrée en f = 0. Ce mode est
donc mal adapté au milieu qui ne passe pas les basses fréquences et le continu. On a (états
-A et +A équirépartis). [2]

GV ( ) = A2 ∙ ∙ sin c2 ( ∙ ) (V2/Hz) (2.1)

Figure 11 : Représentation du DSP NRZ

2.3.3 Le codage NRZI


Principe

Autres dénominations : NRZ-M (Mark).

À la différence du codage NRZ, le codage NRZI n’utilise pas directement le niveau,


mais le changement de niveau. Ce principe, appelé le mode différentiel, convertit une
information non plus en un niveau de tension constant, mais en un changement de niveau.
On appelle « transition » ce changement d’état. La transition correspond au bit 1 pour le
codage NRZI ou codage NRZ-Mark (Mark signifie 1) et au bit 0 pour le codage NRZ-
Space (Space signifie 0).Lorsque le front montant de l’horloge détecte un 1 en entrée, le
signal de sortie est alors inversé (d’où NRZ-Inverted), et lorsque le front montant voit un 0
14
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

le signal ne subit aucun changement et garde la valeur précédente. Ce principe est illustré
dans la (figure 12). [16]

e(i) = 0  s(i) = s(i-T)


Représentation mathématique:
e(i) = 1  s(i) = - s(i-T)

Figure 12: Représentation du code NRZI

Utilisation : FastEthernet (100BaseFX), FDDI.

Avantage

 Le signal de sortie n’est jamais nul (0 Volt), ce qui permet la détection de la


présence ou non du signal.
 Il utilise un courant de transmission faible.
 L'avantage essentiel de ce codage par rapport au précédent se manifeste dans les
transmissions où le signal reste de longues périodes à 0. Dans ce cas, il y a injection
de transitions qui facilitent la synchronisation de l'horloge du récepteur. [14]

2.3.4 Le codage Manchester

Principe

Autres dénominations : biphasé, codage PE.

Pour obtenir le code Manchester, il suffit de réaliser l’opération logique OU exclusive


(XOR) entre l’horloge et l’information binaire à transcrire. Le signal de sortie aura dès lors
la forme ci-dessous dans la (figure 13) : un front montant en T/2 (T représentant la période
de l’horloge) pour une 1 logique et un front descendant en T/2 pour un 0. Ce code a donc
deux transitions en 1 et en 0, qui se réalisent à T/2.
15
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Remarque: L’homologue du code Manchester, le code biphasé-L présente, lui un front


descendant en T/2 pour un 1 logique et un montant front en T/2 pour un 0. [16]

s(i) = +V
e (i) = 0  ou
s(i+T/2) = -V
Representation mathématique:
s(i) = -V
e (i) = 1 ou
s(i+T/2) = +V

Figure 13: Représentation du code Manchester

Lors de l’envoi de longues séries de 0 ou de 1, la synchronisation entre émetteur et


récepteur est toujours assurée puisqu’il y a un perpétuel changement d’état, on dit qu’il est
autoporteur de l’horloge. De plus, l’information binaire étant représentée non pas par un
niveau, mais par une transition, cela augmente la fiabilité du codage et de la transmission.
La réalisation technique est aussi relativement simple. Cependant, le codage Manchester
présente deux inconvénients :
 Le débit de transmission doit être deux fois plus élevé que pour un codage NRZ.
Pour obtenir un débit de 1Gbit/s, il faudrait une fréquence de 1Ghz, ce qui est bien
trop élevé pour être physiquement stable.
 L’autre inconvénient est le câblage : une inversion de polarité entraîne une
inversion des informations binaires. Ce pourquoi le code Manchester différentiel a
été inventé. [16]
16
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Remarque : Le code Manchester rappelle le codage PPM qui a pour particularité de coder
un 0 par une impulsion de ¼ de période dans le premier quart et de ¼ de période dans le
troisième quart pour le 1.

Caractéristiques de ce codage :

 Bonne résistance au bruit (2 niveaux)


 Bonne adaptation aux supports à bande passante large
 Beaucoup de transitions, donc facilité de synchronisation d'horloge

Le principal inconvénient de ce code réside dans la grande largeur de son spectre, ce qui le
confine aux supports à large bande comme les câbles coaxiaux. [14]

Utilisation : Ethernet 10Base5, 10Base2, 10BaseT, 10BaseFL

DSP

La densité spectrale de puissance d'un signal Manchester est centrée en f = 1/Tm. Ce


mode est donc bien adapté à un milieu qui ne passe pas les basses fréquences et le continu,
au prix d'une bande passante doublée par rapport au codage NRZ. On a (états -A et +A
équirépartis). [19]

GV ( ) = A2 ∙ ∙ sin c2( ∙ ) ∙ sin2( ∙ ) (V2/Hz) (2.2)

Figure 14: Représentation du DSP Manchester


17
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

2.3.5 Le codage Manchester différentiel

Principe

Autres dénominations : biphasé différentiel, FSK, FM, biphasé-M.

À l’inverse du code Manchester simple, le codage Manchester différentiel transforme


les informations binaires sur les « transitions des transitions ». Autrement dit, lorsque le
front montant de l’horloge rencontre un 1 logique en entrée, le codeur inverse la transition
en T/2 : s’il y avait un front descendant (+V à –V) en sortie à la période précédente, la
transition sera inversée et il y aura un front montant (-V à +V). Si par contre, il y avait un 0
en entrée, alors au front montant de l’horloge suivant, la transition précédente sera réitérée.
La (figure 15) montre une représentation de ce principe. [18]

e(i) = 0  s(i) = s(i-T)

Représentation mathématique: s(i) = - s(i-T)


e(i) = 1 
s(i+T/2) = - s(i-T/2)

Figure 15: Représentation du code Manchester Différentiel

Utilisation

 Token Ring.
 Codage du signal RDS. Le signal numérique biphasé module ensuite la sous-
porteuse à 57 KHz. [19]
18
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Le codage Manchester différentiel présente les mêmes avantages et les même


Inconvénients que le code Manchester hormis le fait que ce code est indifférent aux
inversions de fils dans le câblage. [15]

DSP
En se basant sur le codage Manchester, on crée la correspondance suivante :

"0"  v(t) = v(t-Tm) l'état précédent est répété.

"1"  v(t) = -v(t-Tm) l'état précédent est inversé. [19]

Figure 16: Représentation du DSP biphasé différentiel

2.3.6 Le codage de Miller


Principe
Autres dénominations : MFM, DM.

Le codage de Miller est assez proche du code Manchester : ce code a deux transitions
(en 1 et en 0), l’état 1 est codé sur une alternance de fronts (montant, descendant) et le 0 est
codé sur une alternance de niveaux (+V, -V), seulement si plusieurs 0 se suivent. [18]
La (figure 17) illustre le mode opératoire.

s(i) = s(i-T/2) si e(i-T) ≠ 0


e(i) = 0 
s(i) = -s(i-T) si e(i-T) = 0
Représentation mathématique:
s(i) = s(i-T)
e(i) = 1 
s(i+T/2) = -s(i-T)
19
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Figure 17 : Représentation du code Miller


Le codage de Miller a exactement les mêmes avantages et les mêmes inconvénients que
le code Manchester Différentiel. (Débit, polarité, synchronisation…).

Le principal inconvénient de ce code tient en une moins grande immunité vis-à-vis du


bruit que les codes précédents. [14]

Les caractéristiques de ce code sont les suivantes :

 permet des débits élevés sur support à bande passante limitée


 Une puissance non nulle est transmise pour la fréquence nulle, ce qui peut
introduire des distorsions. [14]

DSP : Le spectre de puissance est plus étroit mais ne s'annule pas en f = 0. Il permet de
transmettre, à largeur de bande égale, environ deux fois plus vite qu'en mode biphasé. [19]

Figure 18: Représentation du DSP Miller

2.3.7 Le codage CMI

Principe
Le codage CMI ressemble au codage de Miller. Il en diffère néanmoins par rapport au
nombre de transition. En effet, ce code utilise une seule transition, pour le bit 0 seulement
lorsqu’une suite de plusieurs 0 apparaît. Ainsi, le 1 logique est transformé en un front
montant (-V à +V) en T/2 quel que soit l’état précédent, et le 0 est codé sur des niveaux
20
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

(-V, +V). Si l’état précédent du signal d’entrée est un 1. La (figure 19) illustre ce principe,
alors le signal de sortie ne change pas, si par contre l’état antérieur est un 0, alors le signal
est inversé. [2]
s(i) = s(i-T/2) si e(i-T) ≠ 0
e(i) = 0
s(i) = - s(i-T) si e(i-T) = 0
Représentation mathématique:
s(i) = -V
e(i) = 1 ou
s(i+T/2) = +V

Figure 19 : Principe du code CMI


Le codage CMI a les mêmes avantages et les mêmes inconvénients que le code
Manchester. (Débit, polarité, synchronisation…). [18]

Utilisation

Le mode CMI se rencontre sur les multiplex pour lignes coaxiales et fibres optiques. Sur
fibres l'état +A correspond à un flux donné et l'état 0 à un flux nul. La composante
continue ainsi produite n'est pas gênante.

 C’est sans doute l’un des codages les performants


 A chaque 0 binaire, on produit le signal 01
 A chaque 1 binaire, on produit les signaux 11 ou 00. [19]

DSP

La densité de puissance s'étend jusqu'à 1,8/Tm avec un maximum à 0,4/Tm. Elle contient
en plus, des raies à 1/Tm et 3/Tm qui facilitent la récupération d'horloge. [2]
21
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Figure 20: Représentation du DSP CMI.

2.4 Les codes a niveaux multiples

Afin d’augmenter les possibilités de codage et de diminuer les erreurs de transmission,


les codages à niveaux multiples furent imaginés. Aujourd’hui, ces mêmes codages sont
universellement utilisés notamment dans l’Ethernet.

2.4.1 Le codage MLT3

Principe

Le principe de codage MLT3 est simple. Il utilise une alternance de niveaux pour
représenter un 1 et l’absence de changement substitue à l’état 0. L’état 1 prend dans ce
code, trois valeurs : +V, 0 et –V. Lorsque le récepteur reçoit une transition +V à 0 ou 0 à –
V ou encore 0 à +V, celui-ci comprend le 1 logique. S’il n’y a pas de changement au front
d’horloge suivant, alors le récepteur déchiffrera un 0.Ce principe est indiqué dans la (figure
21). [15]

Un = +V, 0,-V, 0, +V, 0,-V,…


Soit la suite
Avec n = mT; m

e(i) = 0 s(i) = s( i-T )


Représentation mathématique :
e(i)=1 s(i) = Ui
22
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Figure 21: Représentation du code MLT3 Figure 22: Représentation du DSP MLT3

Ce codage permet d’utiliser une cadence d’émission-réception deux fois plus élevée
qu’avec un code NRZ, là est son principal atout. Cependant le code MLT3 ne résout pas le
problème de perte de synchronisation des horloges lors d’une longue suite de 0, ce qui
contraint donc à utiliser une horloge indépendante. [18]

DSP
Le spectre de puissance est ramassé dans les basses fréquences mais ne s'annule pas en
f=0.
Utilisation : FastEthernet (100BaseTX, 100BaseT4), ATM. [19]

2.4.2 Le codage bipolaire simple

Principe
Autres dénominations : AMI

Le codage AMI, ou bipolaire simple représenté par la (figure 23), est comme son nom
l’indique, simple à comprendre. Pour représenter un 1 logique, le code AMI utilise une
alternance de tension (+V, -V, +V,…), le zéro étant codé sur niveau (0V). [17]

Un= +V,-V, +V,-V, …


Soit la suite
Avec n=mT; m N

e(i) 0 s(i) = 0
Représentation mathématique:
e(i) 1 s(i) = Ui
23
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Figure 23 : Représentation du code AMI Figure 24: Représentation du DSP AMI

DSP

La puissance est bien concentrée entre 0 et 0,8/T. La composante continue est annulée
par le principe d'inversion. On a (états logiques "0" et "1" équirépartis). [19]

GV ( ) = A2 ∙ ∙ sin c2 ( ∙ ) ∙ sin2 ( ∙ ∙ ) (V2/Hz) (2.3)

 GV ( ) = densité spectral
 A = l’état (amplitude)
 = temps moyen d’un symbole
 Sin c = sinus cardinal
 = fréquence
 = puissance
 V = volt
 Hz = hertz

Utilisation
 Système de téléphonie numérique PCM sur les lignes de transmissions DS1/T1.
 ISDN (bus S reliant les périphériques entre eux).
 Anciennes liaisons téléphoniques numériques. [15] [19]
24
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

2.4.3 Le codage bipolaire entrelacé d’ordre 2

Principe

Le codage bipolaire entrelacé d’ordre 2 est fondé en partie sur le code bipolaire simple
le zéro est codé sur niveau (0V) et le 1 sur une transition (alternance +V, -V). Le
changement réside dans cette alternance de tensions. Dans ce code, une fois sur 2, ou une
fois sur n pour le codage entrelacé d’ordre n, la tensions n’est pas alternée, et prend la
valeur de la dernière tension représentant un 1. Ou pour être simple, il y a alternance une
fois sur deux (code bipolaire entrelacé d’ordre 2). Voir les équations suivantes et La (figure
25). [18]

Un= +V, +V, -V, -V, +V, +V, -V…….


Soit la suite :
Avec n= mT ; m N

e(i) = 0  s(i) = 0
Représentation mathématique :
e(i) = 1  s(i) = Ui

Figure 25: Principe du code bipolaire entrelacé d'ordre 2

Le codage bipolaire entrelacé d’ordre 2 garde les mêmes avantages et les mêmes
inconvénients que le code bipolaire simple. La particularité (non-alternance une fois sur
deux) permet d’obtenir une fréquence réduite de moitié lors d’une suite de 1. [18]
25
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

2.4.4 Le codage HDBn

Principe

Autres dénominations : BnZs.

Afin d’éliminer le problème de synchronisation de l’horloge auto-portée par le signal,


tout en gardant les qualités et le principe du codage bipolaire, le code HDBn fut conçu.
Dans ce code, le zéro est interprété non plus par un niveau mais par des niveaux de
tensions. Le 1 est par contre toujours codé par une alternance de tensions (+V, -V). Pour
éviter une trop longue série de 0 (tension continue et nulle), on insert un bit supplémentaire
au signal pour terminer une série de 0. On appelle ce bit, le bit de viol.

Une suite consécutive de n+1 bits à 0 est codée soit par :


- (a) n zéros suivis d’un bit de viol [00…00] _ [00…0V]
- (b) soit par un bit de bourrage, n-1 zéros et un bit de viol. [00…00] _ [B0…0V]
On choisit généralement la forme (a) si le nombre de bits à 1 suivant le dernier bit de viol
est impair, et la forme (b) dans le cas contraire. [17]

Remarque : l’alternance de niveaux du bit 1 s’effectue en corrélation avec le bit de viol,


si un bit de viol précède un 1, alors le signal prendra la valeur opposée à celle du bit de
viol. Ce principe est expliqué dans la (figure 26).

Figure 26: Principe du code HDB3

Ce principe d’élimination des longues séries de 0 est très utile puisque cela permet
d’obtenir une synchronisation presque parfaite des horloges. De plus, le fait d’insérer un
bit de viol atténue le problème de la coupure momentanée du signal, due à la tension nulle.
[18]
26
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

2.5 Les codes a transformation de valence

Le codage par blocs est utilisé dans tous les systèmes de codage. Pour le réaliser, on
utilise une table de transcodage afin de coder un groupe de n bits en un autre groupe de m
bits Si l’on prend l’exemple du premier codage de la (figure 27), il utilise la forme 2B/2B,
autrement dit, deux valeurs binaires (0,1) sont codés sur un alphabet binaire (+V, -V). [18]

Figure 27: Codes par blocs


Le deuxième code (1B/1T) transforme une valeur binaire en un alphabet de 3 valeurs
donc ternaire (+V, 0, -V). Enfin, le dernier codage (1B/2T) code un bit (binary digit) en
deux valeurs d’un alphabet ternaire. Par contre, si l’on prend l’exemple du code 2B/1Q
représenté dans la (figure 28), deux valeurs binaires sont codées sur un alphabet
quaternaire (-3, -1, +1, +3). [18] [19]

Figure 28: Principe du code 2B1Q Figure 29: DSP du 2B1Q

Valeurs binaires 00 01 10 11
Equivalence physique 0V puis 0V 0V puis 5V 5V puis 0V 5V puis 5V
Correspondances quaternaires 0 1 2 3
Equivalences physiques -3V -1V 1V -3V
Tableau 1 : Valeur binaire et leur attribut

Utilisation du code 2B/1Q : RNIS/ISDN, HDSL.


27
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

2.5.1 Codage nB/mB

Principe

Il s’agit d’un codage par bloc. On utilise une table de transcodage pour coder un groupe
de n bits en m bits, avec m < n. Ce codage ne définit pas la mise en ligne des bits. On
utilise généralement pour cela un codage de type NRZI ou MLT3.La suite binaire 1 0 0 0 0
1 0 1 1 1 1 va être découpée en groupes de 4 bits. La table de transcodage ci-dessous
permet de transformer chaque groupe de 4 bits en groupe de 5 bits. [15]

La suite à transmettre ne comporte pas plus de deux 0 consécutifs, ce qui la rend plus facile
à transmettre une fois codée en NRZI ou MLT3.

Tableau 2 : Table de transcodage 4B/5B

Ce type de codage apporte la garantie de ne pas avoir à transmettre plus de deux 0


successifs. Les caractères spéciaux, hors données utiles, peuvent trouver leur place dans la
table de transcodage sans nécessiter un état spécial du signal comme dans les codages
Manchester.
28
Chapitre 2 : Les codes en télécommunications optique

Le codage 4B5B augmente la fréquence du signal. Par exemple 125Mhz pour 100Mbps.
Associé à un codage de type NRZI, on obtient dans le cas du FastEthernet (100BaseFX)
une fréquence de 62.5Mhz. Avec un codage MLT3, la fréquence du signal tombe à
31.25Mhz pour le FastEthernet 100BaseTX.

Par ailleurs ce type de codage laisse un nombre important de mots de 5 bits inutilisés.
Même en éliminant les groupes pouvant posés des problèmes de transmission comme
00000 par exemple, il reste des mots pouvant être utilisés pour le contrôle de la
transmission ou d’autres fonctions comme début ou fin de paquet par exemple. [15]

Utilisation: 4B/5B; FastEthernet; 8B/10B; GigabitEthernet

Remarque

Pour les débits moins élevés, on utilise les codes biphasés (exemple : sur Ethernet) ou
CMI (jusqu’à 34Mbit/s), Pour les débits plus élevés, et afin de limiter l’encombrement
spectral, on utilise, les codes de blocs nB/mB.
Les systèmes à haut débit tel que FDDI (interface de donnés répartie à fibre optique) ou
SDH utilisent ces codes. [13]

2.6 Conclusion

Ce chapitre a permis de présenter les différents codes qui existent dans les
télécommunications optiques et l’objectif du codage dans les systèmes de transmission
optiques.

On a vu trois types de codage, les codes à deux niveaux et les codes à niveaux
multiples. Mais parmi ces deux, il existe deux sous-groupes qui se différentient par leur
format de codage. Le codage par niveaux fait correspondre à un état logique, un niveau de
tension tandis que le codage par transition utilise une transition, un saut de tension pour
coder les bits d’une information. Le recours à la transition permet de diminuer le taux
d’erreur lors de la réception du signal. De plus, certains codes permettent au récepteur de
récupérer le signal d’horloge dans le signal optique de sortie. Le troisième qui est le code à
transformation de valence permet de coder plusieurs bits par front d’horloge, et augmente
ainsi le débit.

En somme, lorsque nous voulons transférer des données à travers des lignes optiques,
nous avons à notre disposition tout un arsenal de techniques de codifications, afin
d’adapter le codage des données, aux exigences de transmission (débit, distance…).
29
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3. Etude et simulation d’une liaison numérique optique


codée

3.1 Introduction
Le développement des télécommunications par fibre optique a multiplié les
architectures des réseaux, les techniques de codage et les composants disponibles. La
conception des systèmes associés est de plus en plus complexe, tant le nombre de
paramètres influant sur les performances de la liaison est important. Aussi, les outils de
simulation constituent une assistance de plus en plus utilisés pour aider à trouver
rapidement des solutions, aussi bien au niveau du composant qu’au niveau du système.

Cependant, contrairement à l’électronique et aux micro-ondes, il n’existe pas d’outils


standards et bien admis dans le domaine des transmissions optiques. Il est apparu
récemment sur le marché, un certain nombre de logiciels permettant la simulation de
systèmes de communications optiques.

Ce chapitre est composé de trois parties :


 Présentation du logiciel de simulation (OptiSystem).
 Etude et simulation des différentes liaisons optiques codées.
 Variation des paramètres du réseau, présentation des résultats de simulation avec
interprétations et détermination des meilleurs paramètres possibles, comme la
longueur de la fibre et le débit de transmission.

3.1.1 Description de l’outil de simulation

OptiSystem, est un logiciel de conception, de tests et d’optimisation de n’importe quel


type de liaison optique dans la couche physique d’un vaste spectre de réseaux optiques
(MAN et WAN). Un niveau de système simulateur basé sur la modélisation réaliste des
systèmes de communication par fibre optique, OptiSystem possède un environnement de
simulation puissant et une définition vraiment hiérarchique de composants et systèmes. Ses
capacités peuvent être facilement élargies avec l’ajout de l’utilisateur de composants et
d’interfaces continu à une gamme d’outils largement utilisés. [1]

Une interface utilisateur graphique complète contrôle la disposition de composants


optiques, des modèles et graphiques de présentation. La bibliothèque des composants
OptiSystem comprend des centaines de composants qui nous permettent de saisir les
paramètres qui peuvent être mesurés à partir de dispositifs réels. Les utilisateurs peuvent
incorporer de nouveaux composants basés sur des sous-systèmes définis par l’utilisateur
des bibliothèques.

OptiSystem manipule des formats de messages mélangés pour les signaux optiques et
électriques dans la bibliothèque composante.
30
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

Pour répondre aux besoins des chercheurs, ingénieurs télécoms optiques, des
intégrateurs systèmes, des étudiants et une grande variété d’autres utilisateurs, OptiSystem
satisfait à la demande d’évolution du marché de la photonique, c’est un outil puissant et
facile à utiliser pour les systèmes optiques de conception. [1]
C’est une application Xwindows, elle comprend essentiellement une fenêtre principale
répartit en plusieurs parties (voir la figure 30).

 Bibliothèque : une base de données de divers composants existants.


 Editeur du Layout : permet l´édition et la configuration du schéma en cours de
conception.
 Projet en cours : visualisation des divers fichiers et composants correspondant au
projet en cours.

Bibliothèque des composants Editeur du projet

Projet en cours

Figure 30: Les fenêtres dans OptiSystem

OptiSystem est un logiciel très performant qui permet aussi de concevoir et de modéliser
des composants optiques. Lors de la conception, il suffit de glisser le composant de la
bibliothèque vers le Layout.
31
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

La figure 31 représente un exemple d’un composant optique de la bibliothèque


d’OptiSystem, qui est dans notre cas une fibre monomodes avec tous ces paramètres.

Figure 31 : Paramètres d’un composant

3.1.2 Avantages du logiciel


 Fournir un aperçu de performances du système mondial de fibres optiques.
 Evaluer les sensibilités des paramètres aidant aux spécifications de tolérance de
conception.
 Présenter visuellement les options de conception à des clients potentiels.
 Fournir un accès direct à des ensembles de données de caractérisation approfondie
du système.
 Fournir le balayage automatique des paramètres et d’optimisation.

OptiSystem permet l’automatisation et la conception de pratiquement n’importe quelle


liaison optique dans la couche physique et analyse un large éventail de réseaux optiques.

OptiSystem permet aux utilisateurs de planifier, tester et simuler :


 WDM/ TDM ou la conception du réseau CATV
 Conception d’anneaux SONET/ SDH.
 Conception de cartes de dispersion.
 Estimation des pénalités BER des systèmes avec différents modèles de récepteurs.
[1]
32
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.2 Composant utilisé dans la simulation

La figure 32 résume le schéma du système utilisé dans cette thèse, c’est une liaison par
des fibres optiques ayant une longueur variée à chaque fois, et un analyseur TEB placé à
l’extrémité c'est-à-dire au niveau de récepteur qui nous donne les valeurs du facteur de
qualité et du taux d’erreur binaire.

On va citer par la suite une description sur chaque composant dans cette liaison

Figure 32: Schémas d’une liaison simulée

a) Générateur de bit aléatoire

Générer un pseudo aléatoire séquence binaire (PRBS) selon différents modes de


fonctionnement. La séquence de bits est conçue pour se rapprocher des caractéristiques des
données aléatoires.il à un seul port de sortie qui est de type binaire. [11]

Figure 33: Modèle de simulation du PRBS


b) LASER

Génère un signal optique à onde continue (CW).dont les caractéristique sont présenté
dans le tableau 3 il a un seul port de sortie qui est de type optique. [11]

type Monomode
Fréquence d’émission (THz) 193.1
Laser puissance d’émission (dBm) 0
(CW) Phase initial (deg) 0
bande passante (MHz) 10

Tableau 3 : Paramètres caractéristiques du Laser


33
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

Figure 34: Modèle de simulation LASER CW

c) Modulateur

Simule un modulateur Mach-Zehnder en utilisant un modèle analytique.il a deux port


d’entrée un électrique et l’autre optique et il contient un port optique de sortie.

Le modulateur de Mach-Zehnder est un modulateur d'intensité. Il se compose de deux


coupleurs 3 dB qui sont reliés par deux guides d'onde d'égale longueur. Au moyen d'un
effet électro-optique, une tension appliquée de l'extérieur peut être utilisé pour faire varier
les indices de réfraction dans les branches de guide d'ondes.

Les différents chemins peuvent conduire à une interférence constructive et destructive à


la sortie, en fonction de la tension appliquée. Ensuite, l'intensité de la sortie peut être
modulée en fonction du voltage. [11]

Figure 35: Modèle de simulation MZ Modulator

d) Récepteur optique

Ce composant est un sous-système de récepteur optique construit en utilisant un code


PIN ou APD photo détecteur, un filtre de Bessel et un régénérateur 3R. En remarque
qu’il contient quatre ports celle de l’entrée qui est de type optique et les trois de sortie sont
de types l’un binaire et le deux qui reste sont électrique

Les propriétés des composants permettent à l'utilisateur de sélectionner les paramètres


des composants internes. Selon le choix entre PIN et APD, le commutateur / Sélectionner
les composants seront rediriger le signal dans le type de photo détecteur approprié. [11]

Figure 36 : Modèle de simulation du récepteur optique


34
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

e) Les codeurs

1) NRZ : Génère un signal codé en non-retour à zéro (NRZ).

Contient deux ports binaires. [11]

Figure 37: Modèle de simulation du codeur NRZ

2) MANCHESTER : Génère une séquence de bits codée en Manchester. .

Contient deux ports binaires. [11]

Figure 38: Modèle de simulation du codeur MANCHESTER

3) NRZI : Génère une séquence de bits à l'aide de non-retour à zéro encodage inversé
(NRZI). Contient deux ports binaires. [11]

Figure 39: Modèle de simulation du codeur NRZI

4) AMI : Génère une séquence de symboles M-aire de signaux binaires en


utilisant le codage AMI.il y’a un port d’entrée binaire et l’autre de sortie ternaire.
[11]
35
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

Figure 40 : Modèle de simulation du codeur AMI


5) 4B/5B : Génère une séquence de bits par mappage des symboles de 4 bits à des
symboles 5 bits spécifiques (4B5B). il contient deux ports binaires. [11]

Figure 41 : Modèle de simulation du codeur 4B/5B

f) Le support de transmission

Est une fibre optique standard SMF (G653) (fig. 42), dont les caractéristiques sont
présentées dans le tableau 4. Cette fibre a été choisie afin de prendre en compte l'effet de la
dispersion et l'atténuation pour pouvoir bien étudier cette liaison. [12]

Figure 42: Modèle de simulation de la fibre

type Monomode
Longueur (km) L
SMF Atténuation (dB) 0.2
Dispersion (ps/nm.km) 16.75
Coefficient de la PMD (ps/√ ) 0.05

Tableau 4 : Paramètres caractéristiques de la fibre

g) Visusaliseur oscilloscope

Ce Visualiseur permet à l'utilisateur de calculer et d'afficher des signaux électriques


dans le domaine temporel. Il peut afficher l'amplitude du signal.il à un seul port d’entrée de
type électrique. Il est placé directement après le codeur pour s’assurer que le signal est
codé selon le code que l’on veut. [11]
36
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

Figure 43 : Modèle de simulation de l’oscilloscope

f) Analyseur de TEB

Ce visualiseur permet à l'utilisateur de calculer et afficher le taux d'erreur binaire (BER)


d'un signal électrique automatiquement.

Il peut estimer le BER en utilisant différents algorithmes tels que Gauss et d'en tirer des
mesures différentes du diagramme de l'œil, tels que le facteur Q, l'ouverture des yeux, la
fermeture des yeux, taux d'extinction, la hauteur des yeux, la gigue, etc.

Il peut également prendre en compte (FEC), les modèles de terrain BER et les pénalités
et les marges du système d'estimation.il a trois port d’entrée un binaire et les autres
électrique. [11]

Figure 44 : Modèle de simulation de l’analyseur du TEB

3.3 Critère de qualité d’une liaison

3.3.1 Le Taux d’Erreur Binaire

Le taux d’erreur binaire s’exprime en puissance négative. La méthode, pour évaluer les
performances d’un système, consiste à comparer les bits envoyés avec les bits reçus. [10]

é
= (3.1)

Malgré le fait que le taux d’erreur binaire soit une grandeur mesurable, il est impossible
à estimer avec un logiciel de simulation. Ce dernier considère la propagation de l’onde
optique dans la fibre et calcule l’onde optique en sortie en tenant compte des diverses
dégradations de l’onde au cours de sa propagation. De plus on ne se contente que de
quelque bits dans une simulation, il est donc impossible de faire un comptage des erreurs
en réalisant une statistique satisfaisante. [10]
37
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

Le TEB habituellement accepté pour une transmission de bonne qualité est inférieur à
10-9[9].

3.3.2 Le Facteur de Qualité

Cette méthode qui permet de quantifier et d’évaluer le signal sans avoir à compter
directement les erreurs. Elle s’appuie sur l’hypothèse gaussienne de la distribution de bruit
d’amplitude pour chaque symbole.

Si l’on considère que le bruit est gaussien, qu’on connait les tensions moyennes (V0
etV1) et les variances (σ0 et σ1) des niveaux « 0 » et « 1 », le facteur de qualité (Q) est
donnée par :

Q= (3.2)

Dans la pratique on choisit un seuil de discrimination VT afin de distinguer le « 1 » et le


« 0 » ; ce seuil est choisi au point moyen et correspond à celui qui donne le TEB avec des
« 0 » et « 1 » équiprobables (σ 1 = σ0 = σ).
On aura :

Q= = (3.3)

Le Q accepté pour une bonne qualité de liaison est supérieur à 6

Un autre paramètre utilisé pour quantifier la qualité de transmission est le facteur Q qui est
relié au TEB par la formule suivante. [9]

TEB = [ ] (3.4)

Où est la fonction d’erreur complémentaire.

Dans la suite de ce chapitre avec OptiSystem en utilisant les composants déjà cité on va :

 simuler des différentes liaisons optiques codées selon des différentes méthodes de
codage.
 Comparé dans un premier lieu le code lui-même dans des différents débits et
différentes longueur dans la première partie.
 Ensuite dans la deuxième partie en va voir quelle est le meilleur code dans une
distance et un débit bien déterminé.
38
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.3.3 Le diagramme de l’œil


Le diagramme de l’œil consiste en la superposition sur l'écran d'un oscilloscope des
signaux électriques générés sur un même intervalle de durée T par un système de
communication à la réception d'une suite aléatoire de bits. [25]

Figure 45: Exemple diagramme de l’œil.

La grandeur de l’écart qui existe entre les niveaux "1" et "0" (ouverture de l'œil) donne
une bonne idée de la qualité du système de communication et de la probabilité d'erreur à la
réception. Elle traduit la protection contre le bruit du système et permet d'apprécier de
manière qualitative l'effet de l'interférence entre symboles.

Le diagramme de l'œil nous renseigne également sur les temps de montée et de


descente, et donc sur la réponse du dispositif soumis à une fréquence de modulation plus
ou moins grande. Son allure générale est également intéressante car elle laisse apparaître le
caractère plus ou moins bruité de la transmission à travers la netteté ou la propreté de
l'intérieur de l'œil. En pratique le diagramme de l’œil permet d’estimer avec une bonne
approximation la valeur du facteur Q donc du taux d’erreur sans faire la mesure complète
du BER qui peut être longue.

Le travail que nous allons effectuer consiste principalement à faire varier les paramètres
du réseau, comme la longueur de la fibre monomode, le débit, et la fréquence de coupure
au niveau du récepteur optique et de juger la qualité de la liaison. [25]
39
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.4 Etude et simulation des liaisons codées

3.4.1 Méthode de travail

Dans cette partie de notre projet on va étudier les simulations en changeant à chaque
liaison le format de codage utilisé.

Dans chaque méthode de codage on va faire varier dans un premier temps la longueur
de la fibre monomode en suite on fait varié le débit et on va juger la qualité du réseau, pour
voir l’effet de chaque code.

Pour étudier la qualité de transmission d’une liaison on se base aux deux paramètres
importants: le facteur de qualité (Q) et le taux d’erreur binaire (BER).

En utilisant les formats de codage (NRZ, MANCHESTER, NRZI, 4B/5B, AMI) avec
des différents débits (2,5Gbit/s, 5Gbit/s, 10Gbit/s, 40Gbit/s) on aura le facteur de qualité,
ainsi que le taux d’erreur binaire en fonction de la longueur du SMF présenté sur les
graphes et les tableaux qui se suivent.

3.4.2 Liaison codée NRZ

Figure 46: Liaison codée NRZ


40
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.4.2.1 Résultat
Facteur de qualité Q

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 429,864 266,777 81,0743 3,33853
10 323,343 167,614 33,508 3,76015
20 196,868 70,6926 17,1173 2,6062
50 65,2736 24,0043 10,386 3,72679
80 20,3109 10,3448 3,01845 2,63585
120 3,32818 2,73122 0 0

Tableau 5 : Facteur de qualité de la liaison codée NRZ.

Q (NRZ)
500

400
Facteur de qualité

300

200

100

0 Q 2,5 Gbit/s
5 10 20 50 80 120 Q 5 Gbit/s
Longeur de la fibre (km) Q 10 Gbit/s
Q 40 Gbit/s

Figure 47: Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits.

Taux d’erreur binaire BER

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 -1000 -1000 -1000 -3,38939
10 -1000 -1000 -245,743 -4,07157
20 -1000 -1000 -65,2595 -2,48328
50 -1000 -126,905 -24,8439 -4,06985
80 -91,2934 -24,6644 -2,93588 -2,50879
120 -3,35951 -2,50101 0 0

Tableau 6 : Taux d’erreur binaire de la liaison codée NRZ


41
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

Log2 BER NRZ


0
5 10 20 50 80 120
-200

-400 2,5 Gbit/s


log2 BER

-600 5 Gbit/s

-800 10 Gbit/s
40 Gbit/s
-1000

-1200
longeur de la fibre (km)

Figure 48: BER en fonction de la distance dans des différents débits.

3.4.2.2 Commentaires
On note dans la figure 47 une détérioration de la qualité de transmission en augmentant
la longueur de SMF et le débit et une dégradation du facteur de qualité jusqu'à son
annulation dans les débits 10 Gbit/s et 40 Gbit/s.

Et ça on peut le remarqué aussi dans la figure 48 parce que quand la longueur et le débit
augmente on a le nombre de bits erronés TEB qui augmente avec, ce qui est mauvais pour
notre liaison.

Pour ce qui est de la meilleure qualité de transmission, on l’obtient avec LSMF=5 Km


dans le débit 2.5Gbit/s un Q= 429,864 et TEB ≈ 0.

3.4.3 Liaison codée MANCHESTER

Figure 49: Liaison codée MANCHESTER


42
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.4.3.1 Résultat
Facteur de qualité Q

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 302,373 150,625 42,8903 3,66998

10 178,765 74,6995 23,4966 1,64395

20 101,986 37,4359 4,36172 3,70753

50 36,4387 16,8005 6,47375 2,97613

80 13,262 3,72304 3,01779 2,13014


120 2,72664 0 0 0

Tableau 7 : Facteur de qualité de la liaison codée MANCHESTER

Q MANCHESTER
350
300
Facteur de qualité

250
200
150
100
50
2,5 Gbit/s
0
5 Gbit/s
5 10 20 50 80 120 10 Gbit/s
longeur de la fibre (km) 40 Gbit/s

Figure 50: Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits
Taux d’erreur binaire BER

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 -1000 -1000 -1000 -3,9225
10 -1000 -1000 -121,693 -1,30537
20 -1000 -306,31 -5,22306 -3,98407
50 -290,285 -62,94 -10,3391 -2,88087
80 -39,7172 -4,00711 -2,90033 -2,04922
120 -2,50046 0 0 0

Tableau 8 : Taux d’erreur binaire de la liaison codée MANCHESTER


43
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

log2 BER MANCHESTER


0
5 10 20 50 80 120
-200

-400 2,5 Gbit/s


log2 BER

-600 5 Gbit/s

-800 10 Gbit/s
40 Gbit/s
-1000

-1200
longueur de la fibre

Figure 51: BER en fonction de la distance dans des différents débits.


3.4.3.2 Commentaires
On note :
 Dans la figure 50 et la figure 51 une chute du facteur de qualité qui est inversement
proportionnel au débit et la longueur de la fibre SMF, ainsi qu’une augmentation du
TEB.
 Le meilleur résultat trouvé c’est Q = 302,373 et TEB ≈ 0 avec un débit de 2,5Gbit/s
pour une bonne qualité du signal reçu.

3.4.4 Liaison codée NRZI

Figure 52: liaison codée NRZI


44
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.4.4.1 Résultat
Facteur de qualité Q

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 413,027 275,777 62,0726 3,75679
10 290,821 164,431 34,7915 3,41287
20 194,142 64,3291 22,2067 2,29116
50 64,3906 22,2151 13,7547 4,30143
80 20,3563 11,4315 3,03683 3,44256
120 3,34797 2,68523 0 0

Tableau 9 : Facteur de qualité de la liaison codée NRZI


.

Q NRZI
500

400
Facteur de qualité

300

200

100

0 2,5 Gbit/s
5 10 20 50 80 120 5 Gbit/s
Longueur de la fibre 10 Gbit/s
40 Gbit/s

Figure 53 : Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits.

Taux d’erreur binaire BER

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 -1000 -1000 -1000 -4,07775
10 -1000 -1000 -264,805 -3,50134
20 -1000 -1000 -108,842 -2,06119
50 -1000 -108,911 -42,6541 -5,07691
80 -91,6904 -29,8414 -2,93595 -3,54073
120 -3,39039 -2,44465 0 0

Tableau 10 : Taux d’erreur binaire de la liaison codée NRZI


45
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

log2 BER NRZI


0
5 10 20 50 80 120
-200
-400 2,5 Gbit/s
log2 BER

-600 5 Gbit/s

-800 10 Gbit/s

-1000 40 Gbit/s

-1200
longueur de la fibre

Figure 54: BER en fonction de la distance dans des différents débits.

3.4.4.2 Commentaires
La figure 53 et la figure 54 illustrent de manière simple l’effet de la longueur de la
liaison et l’effet de débit sur la qualité du signal codée en NRZI. De ce fait, plus on
augmente la longueur ou bien le débit plus le facteur de qualité diminue et le TEB
augmente.

La distance maximale avec le débit de 5Gbit/s est de 20 km ; dans ces conditions de liaison
on a trouvé Q = 64,3291 et TEB ≈ 0 .

3.4.5 Liaison codée 4B/5B

Figure 55: Liaison codée 4B/5B


46
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.4.5.1 Résultat
Facteur de qualité Q

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 88,0952 23,1422 3,72161 2,73187
10 43,2042 15,2411 3,28448 2,41449
20 20,7893 5,21731 3,26698 2,63066
50 4,43151 3,47932 2,4869 2,82252
80 4,29445 2,57024 2,49579 2,09518
120 0 0 0 0

Tableau 11 : Facteur de qualité de la liaison codée 4B/5B


.

Q 4B/5B
100

80
Facteur de qualité

60

40

20

0 2,5 Gbit/s
5 10 20 50 80 120 5 Gbit/s
Longueur de la fibre 10 Gbit/s
40 Gbit/s

Figure 56: Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits.
Taux d’erreur binaire BER

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 -1000 -118,134 -4,00837 -2,50465
10 -1000 -52,0549 -3,29212 -2,13507
20 -95,5714 -7,0645 -3,27208 -2,4771
50 -5,37765 -3,61233 -2,19448 -2,78959
80 -5,10979 -2,30282 -2,22716 -1,99612
120 0 0 0 0

Tableau 12 : Taux d’erreur binaire de la liaison codée 4B/5B


47
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

log2 BER 4B/5B


0
5 10 20 50 80 120
-200
4B/5B

-400 2,5 Gbit/s


-600 5 Gbit/s
log2 BER

-800 10 Gbit/s

-1000 40 Gbit/s

-1200
Longueur de la fibre

Figure 57: BER en fonction de la distance dans des différents débits.

3.4.5.2 Commentaires
D’après les figures (56 et 57) on remarque dans cette liaison codée en 4B/5B une
dégradation de facteur de qualité et une augmentation du TEB, avec les débits 2.5Gbit/s et
5Gbit/s et la longueur maximale qu’on peut atteindre dans ce code est de 20km pour ces
paramètres.

On peut dire qu’une légère diminution du facteur de qualité est remarquée dans les
débits 10Gbit/s et 40Gbit/s ce qui justifie la mauvaise qualité de transmission.

3.4.6 Liaison codée AMI

Figure 58: Liaison codée AMI


48
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.4.6.1 Résultat
Facteur de qualité Q

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 2,82862 2,822 2,85063 2,16795
10 2,81626 2,79892 2,84072 2,5044
20 2,80824 2,84104 2,4592 2,10358
50 2,73109 2,79767 2,79453 3,42359
80 2,58168 2,66559 1,96716 0
120 0 0 0 0

Tableau 13 : Facteur de qualité de la liaison codée AMI


.

Q AMI
4
3,5
3
Facteur de qualité

2,5
2
1,5
1
0,5 Log. ( 2,5 Gbit/s)
0 Log. ( 5 Gbit/s)
5 10 20 50 80 120
Log. ( 10 Gbit/s)
Longeur de la fibre
Log. ( 40 Gbit/s)

Figure 59: Facteur de qualité Q en fonction de la distance dans des différents débits.
Taux d’erreur binaire BER

Débit (Gbit/s)
2,5 5 10 40
Longueur (km)
5 -2,74725 -2,73191 -2,75127 -1,83114
10 -2,72756 -2,70759 -2,71234 -2,21645
20 -2,71187 -2,72185 -2,20868 -1,80757
50 -2,59099 -2,6393 -2,61849 -3,52335
80 -2,33365 -2,42108 -1,62412 0
120 0 0 0 0

Tableau 14 : Taux d’erreur binaire de la liaison codée 4B/5B


49
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

log2 BER AMI


0
5 10 20 50 80 120
-0,5

-1

-1,5 Log. ( 2,5 Gbit/s)


log2 BER

Log. ( 5 Gbit/s)
-2
Log. (10 Gbit/s)
-2,5
Log. ( 40 Gbit/s)
-3

-3,5

-4
Longueur de la fibre

Figure 60: BER en fonction de la distance dans des différents débits.

3.4.6.2 Commentaires
Si on se réfère à la figure 59 (facteur de qualité) on peut dire que pour les quatre
courbes, la meilleure qualité de transmission correspond au débit 40Gbit/s dont la longueur
est comprise entre 20 km et 50 km et on remarque une petite amélioration du facteur Q par
rapport aux autres débits mais la qualité de transmission globale dans ce code AMI reste
mauvaise.

On note d’après cette simulation que le meilleur résultat (Q=3.423, TEB=3×10-5) pour
une longueur de la fibre de 50 km, et un débit de 40Gbit/s. Cette liaison n’est pas acceptée
parce que TEB > 10-9.

Après avoir simulé les différents codes avec différentes distances et débits, on a vu
l’allure de chaque code dans ces conditions. On va par la suite fixer les débits de
transmission et on varie juste la distance afin de conclure quelle format de codage domine
c'est-à-dire une comparaison entre les codes.
50
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.5 Comparaison entre les codes


Dans cette partie on va voir quelle est le code le plus performant dans les débits utilisés
pour les premières études des liaisons simulées et les résultats sont donc un regroupement
des valeurs déjà trouvées dans la partie précédente (facteur de qualité de chaque code dans
un débit commun pour la comparaison).

3.5.1.1 Résultat
1) Débit 2.5 Gbit/s

2.5 Gbit/s
500

400
Facteur de qualité

NRZ
300
MANCHESTER
200
NRZI
100 4B/5B
AMI
0
5 10 20 50 80 120
Longueur de la fibre

Figure 61: Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 2.5 Gbit/s.
2) Débit 5 Gbit/s

5 Gbit/s
300

250
Facteur de qualité

200
NRZ
150 MANCHESTER
NRZI
100
4B/5B
50 AMI

0
5 10 20 50 80 120
Longueur de la fibre

Figure 62: Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 5 Gbit/s.
51
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3) Débit 10 Gbit/s

10 Gbit/s
90
80
70
Facteur de qualité

60
NRZ
50
MANCHESTER
40
NRZI
30
4B/5B
20 AMI
10
0
5 10 20 50 80 120
Longueur de la fibre

Figure 63: Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 10 Gbit/s.

4) Débit 40 Gbit/s

40 Gbit/s
5
4,5
4
3,5
Facteur de qualité

3 Log. (NRZ)
2,5 Log. (MANCHESTER)
2 Log. (NRZI)
1,5 Log. (4B/5B)
1 Log. (AMI)
0,5
0
5 10 20 50 80 120
Longueur de la fibre

Figure 64: Facteur Q des différents codes en fonction de la distance en débit 40 Gbit/s.
52
Chapitre 3 : Etude et simulation d’une liaison numérique optique codée

3.5.1.2 Observations et Commentaires

1) liaison 2.5Gbit/s ,5Gbit/s et 10Gbit/s


On observe dans les Figures(61, 62 et 63) qui représentent le facteur de qualité en
fonction de la longueur de la fibre que ce dernier (Q) est majeur dans le cas de la liaison
codée en NRZ et NRZI qui sont presque égaux ensuite on a respectivement le
MANCHESTER ,4B/5B et le AMI qui viennent en dernière position.

2) liaison 40Gbit/s
La figure 64 nous montre que toutes les liaisons que nous avons simulées dans ce débit
ne donnent pas de bons résultats et on remarque qu’il y a une instabilité de facteur de
qualité mais sa valeur est très faible donc c’est des mauvaises liaisons et il y a aucun
moyen de comparé ces codes avec ce débit.

3.6 Conclusion

Cette partie pratique nous a permis d’une part de nous familiariser avec le logiciel
OptiSystem et d’autre part de mener un certain nombre de simulations élémentaires. On
avait pour ambition de simuler des liaisons de différentes distances et débits en changeant à
chaque fois le format de codage et c’est ça le plus important.

On a vu dans la première partie de simulation que dans toutes les liaisons codées on a
un point commun. En effet, lorsqu’on augmente la longueur, la qualité de transmission
diminue ce qui est due à l’absence des composants et des paramètres dans nos liaisons par
exemple, les amplificateurs, la puissance d’émission du laser,... etc. En bref notre objectif
final n’a pas été totalement atteint malgré tous nos efforts mais certains résultats
satisfaisants sont obtenus.

Dans la deuxième partie de ce travail nous avons procédé à une comparaison des
systèmes utilisant des formats de codages déférents (NRZ, MANCHESTER, NRZI, 4B/5B,
AMI) sur une distance qui peut atteindre jusqu'à 120km et pour des débits différents.

Les résultats montrent que l’utilisation du codage NRZ donne de bons résultats ce qui
présente ce dernier comme un fort candidat pour les réseaux optiques.
53
Chapitre 4 : Réalisation d’un codeur optique

4. Réalisation d’un codeur optique


4.1 Introduction
La simulation n'est qu'une approche logique du projet mais il reste très loin de la réalité
Par ce que dans la simulation on considère que le fonctionnement des composants est idéal
mais ce n'est pas le cas dans la pratique. D’après les résultats trouvé précédemment qui
nous montrent que le codage NRZ est le meilleur donc on va réaliser un montage pour ce
codeur.

Dans ce chapitre, nous allons procéder à la spécification de l’environnement matériel et


logiciel utilisé dans notre projet. À la fin évidement une représentation du résultat obtenu.

4.2 La conception de notre système


Avant toute réalisation toujours il existe ce qu’on appelle une approche de la réalité
c’est-à-dire la simulation de l’expérience, et pour cela on a utilisé deux simulateurs.

Pour la conception de notre système nous avons opté pour le logiciel Proteus ; à partir
de nos besoins on a identifié les différents blocs qu'on on aura besoin lors de la réalisation
et le bon fonctionnement du système.

4.3 Description des logiciels utilisés


4.3.1 Logiciel Proteus
Proteus est une suite logicielle destinée à l'électronique. Développé par la société
Labcenter Electronics, les logiciels incluent dans Proteus permettent la CAO (Conception
assistée par ordinateur) dans le domaine électronique. Deux logiciels principaux
composent cette suite logicielle: ISIS, ARES

ISIS : Le logiciel ISIS de Proteus est principalement connu pour éditer des schémas
électriques et simuler ces schémas ce qui permet de deviner les erreurs avant l'étape de
conception.
ARES : Un schéma électrique réalisé sur ISIS peut alors être importé facilement sur ARES
pour réaliser le PCB de la carte électronique. [20]

4.3.2 Logiciel Flowcode


Flowcode est un logiciel qui vous permet de créer des programmes relativement
complexes pour les microcontrôleurs de la famille des PICmicro d’Arizona Microchip. Ces
composants nécessitent d’être programmés en code hexadécimal (HEX). Flowcode produit
le code hexadécimal nécessaire au PICmicro grâce à un traitement appelé 'Compilation'.
Pour compiler et produire le code hexa, Flowcode fait appel à un certain nombre de
programmes – un compilateur C et un assembleur. Tout d’abord Flowcode traduit votre
algorigramme en langage C, puis en assembleur et ensuite en hexadécimal. [21]
54
Chapitre 4 : Réalisation d’un codeur optique

La figure suivante montre l’algorigramme qu’on a réalisé.

Aire de travail Barre d’outils


principale
L’état du microcontrôleur

Figure 65 :L’environnement de Flowcode.

4.4 Description du matériel utilisé


4.4.1 Le PIC 16F877A
Est l'un des microcontrôleurs les plus renommés de l'industrie. Ce contrôleur est très
pratique à utiliser, le codage ou la programmation de ce contrôleur est également plus
facile. L'un des principaux avantages est qu'il peut être d'écriture-effacement autant de fois
que possible, Il dispose d'un nombre total de 40 broches et il y a 33 broches d'entrée et de
sortie. [22]

Dans notre projet on a programmé notre PIC 16F877A pour être un convertisseur
analogique numérique (ADC)

Figure 66 : Le microcontrôleur PIC16F877A


55
Chapitre 4 : Réalisation d’un codeur optique

4.4.2 Le 7406
Il fait partie de la série des circuits intégrés 7400 . Ce circuit est composé de six portes
logiques indépendantes inverseuses NON possédant chacune une sortie à collecteur
ouvert d'une protection de 30 Volts. Chaque porte possède un buffer. [23]

Figure 67 : Schéma du port logique7406

4.4.3 Le LM386
Le LM386 est un circuit intégré contenant un amplificateur de puissance audio à basse
tension. Il se compose de 8 broches en ligne et peut produire 0,25 à 1 watts de puissance en
fonction du modèle en utilisant une alimentation 5 volts. [24]

Figure 68 : Schéma du LM386

On a utilisé aussi :

 7 résistances (100KΩ, 15KΩ, 15KΩ, 680KΩ, 10KΩ, 22Ω, 47KΩ)


 3 condensateurs (15pF, 15pF ,100µF)
 1 quartz de 4Mhz
 Une LED
56
Chapitre 4 : Réalisation d’un codeur optique

4.5 Réalisation de notre système

Figure 69 : Schéma du codeur NRZ

Pour faire fonctionner ce schéma représenté dans la figure 69 on a utilisé une


information qui est un signal audio (analogique) qui sera par la suite injecté dans le PIC
pour obtenir un signal numérique qui sera l’entrée de notre codeur qui a pour rôle de codé
le signal en NRZ.

Figure 70 : Montage final du codeur NRZ


57
Chapitre 4 : Réalisation d’un codeur optique

4.6 Résultat trouvé


A l’aide de l’oscilloscope qui se trouve dans le labo optique de l’institut on a trouvé le
résultat représenté sur la figure 71

Figure 71 : résultat obtenu

4.7 Conclusion
La réalisation d’un projet demande un environnement adapté pour son développement.
Au cours de ce chapitre, nous avons décrit toutes les étapes nécessaires de
l’implémentation de notre projet y compris la présentation de l’environnement logiciel, la
réalisation du circuit du codeur NRZ afin d’aboutir à son fonctionnement.
58
Conclusion générale

Conclusion générale

L’évolution des communications optiques a permis aux réseaux de télécommunications


d’atteindre un niveau de performances extraordinaires et a ouvert les portes devant
l’apparition de nouvelles disciplines qui visent l’amélioration de l’existant et la création de
nouveaux dispositifs pour la transmission et le traitement du signal optique.

De nos jours, des débits d’informations de plus en plus élevés sont demandés aux
supports de transmission et en particulier les fibres optiques. En revanche, des efforts
considérables sont nécessaires fournir pour le développement des liaisons optique
permettant d’avoir une bonne qualité de transmission le minimum de perte

Le développement de n’importe quelle liaison nécessite la maîtrise de ses aspects


théoriques d’un côté et des méthodes de mesures d’un autre côté. En effet, les méthodes de
mesure peuvent être utilisées à la fabrication, au câblage et même à l’installation.

Tout d’abord ce travail nous a permis de renforcer et enrichir nos connaissances


théoriques dans le domaine des communications optique. En effet, comme vous avez pu le
constater, la partie théorique de notre rapport occupe une place très importante.

La première partie de ce travail a été consacrée à l’étude théorique d’une liaison par
fibre optique en précisant les différents types des composants de cette chaine de
transmission.

Dans la deuxième partie de notre étude qui a été menée en prenant en compte une étape
clé dans une chaine de transmission, à savoir le codage avant l’émission du signal, nous
avons parlé des formats de codages existants ainsi que ces avantages, inconvénients et ces
utilisations.

La troisième partie est une description exacte de notre liaison, nous avons effectué une
série de simulation en agissant sur des facteurs de liaison optique comme la longueur de la
fibre optique monomode (SMF), le débit de la liaison. On a étudié en premier lieu cinq
codes différents et en deuxième lieu une comparaison entre ces codes avec des paramètres
différents. Cette étude nous a ouvert de nombreuses perspectives, telles que l’utilisation
des différents codages afin d'améliorer la qualité du signal reçu. Ceci nous a conduits à dire
que la meilleure qualité d’une liaison optique est atteinte avec un codage NRZ qui a
dominé dans tous les débits et les distances.

Dans la quatrième partie On a réalisé un codeur NRZ et on a utilisé le logiciel


FlowCode pour programmer un microcontrôleur de la famille 16F dans le but d’obtenir un
signal numérique comme une information d’entré de notre codeur et ISIS comme
simulateur. Et on à visualiser notre signal codé à la sortie de codeur à l'aide d'un
oscilloscope
Bibliographie
[1] M.Aichi et W.Aichi, « les solutions WDM /DWDM pour les télécoms haut débit »,
Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme master en télécommunication,
Université Abou-Bakr Belkaid-Tlemcen, Promotion 2011

[2] S.Haroun Ibrahim et M.Ould Mahmoud, « Etude du budget optique d’une liaison
longue distance et à haut débit », Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du
diplôme d’ingénieur d’état en télécommunication, INTTIC, Promotion 2005/2006.

[3] A.Belkhira et S .Mokrani, « L’amplification optique et son intérêt majeur dans les
réseaux de télécommunications », Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du
diplôme d’ingénieur d’état en télécommunication, INTTIC, Promotion juin 2010.

[4] H.Habbar et K.Djelidi, « Liaison optique à haut débit », Mémoire de fin d’étude
pour l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état en télécommunication, INTTIC,
Promotion juin 2004.

[5] A.Dellal et E.Essafi, « Etude de l’amplification dans les systèmes de transmission


par fibre optique », Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme
d’ingénieur d’état en télécommunication, INTTIC, Promotion juin 2010.

[6] T.Fettouhi, « Etude et planification d’un réseau de transport optique », Mémoire de


fin d’étude pour l’obtention du diplôme master en télécommunication, Université
Abou-Bakr Belkaid-Tlemcen, Promotion juin 2009

[7] N.Boudrioua «Etude et optimisation d’une chaîne de transmission numérique sur


fibre optique : vers une compensation électronique de la PMD »THESE Présentée
pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paul Verlaine – Metz. octobre 2007

[8] Piere Lecoy, «Télécom sur fibres optiques», 3éme édition revue et augmentée.

[9] S.Kimbiri et P.Kpemissieyna, « Etude d’une liaison multiplexée RZ/NRZ 16x40


Gbit/s », Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme master en
télécommunication, Université Abou-Bakr Belkaid-Tlemcen, Promotion juillet
2012.

[10] Olivier Gautheron, «Câbles sous-marins de télécommunication à fibre optique ».


. Édition 2011.

[11] Support technique du logiciel OptiSystem version 2014 «Optiwave»


[12] Support de cours,", EMP Lt Colonel SIMOHAMED Lotfy, Mokhtar.
Télécommunications. 2011
[13] Mr. Temmar ChapV : Structure d’un système de transmission sur fibre optique.2015
[14] http://workig.free.fr/ch06s03.html. Consulté le 18/03/2016.

xiv
[15] http://deptinfo.cnam.fr/Enseignement/Memoires/LUSTEAU.Franck/Pages/
Les_codages.htm Consulté le 02/04/2016.

[16] James Irvine, David Harle. Data Communications and Networks: An Engineering
Approach. P199& P200.the Channel perspective. John Wiley & Sons, 2002.268
pages. 0471808725, 9780471808725
[17] Tarmo Anttalainen. Introduction to Telecommunications Network
Engineering.P153-P155.transmission. Artech House, 2003. 377 pages.
1580536166, 9781580536165
[18] IUTT.MICHOT Julien. «Les différents codages d'une information binaire en
Informatique Industrielle»free.fr/site_fractale/fichier/rapport-codages.pdf Consulté le
01/05/2016

[19] Support de Cours. Claude Brielmann «Codage en bande de base (codage


parmodes)»casimir266.free.fr/cours/GTR1/telecom/Codage%2520en%2520bande%
2520de%2520base.pdf Consulté le 25/04/2016.

[20] http://www.elektronique.fr/logiciels/proteus.php Consulté le 16/05/2016.

[21] Support technique du logiciel FlowCode version 5 «MatrixTSL» Consulté le


25/04/2016.

[22] http://microcontrollerslab.com/pic16f877A. Consulté le 16/05/2016.

[23] http://pdf1.alldatasheet.com/datasheet-pdf/view/46204/SLS/7406.html. Consulté le


. 16/05/2016.

[24] http://pdf1.alldatasheet.com/datasheet-pdf/view/8887/NSC/LM386.html. Consulté


le 25/04/2016.

[25] A.BZNBAAMEUR et M.AGGOUN, « étude et simulation du bruit laser dans une


. liaison optique à haut débit », Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme
. d’ingénieur d’état en télécommunication, INTTIC, Promotion juin 2010.

xv