Vous êtes sur la page 1sur 27

Conception structurale

L’étude d’un batiment consiste à étudier ces différentes structures à savoir :

 Structures secondaires (horizontales) : planchers, escalier.


 Structures principales (verticales) : portiques, voiles.
 Infrastructure.
Dans ce chapitre on débute par l’étape fondamentale de la conception c’est à dire
l’opération consistant à choisir les différents éléments constitutifs de l’ouvrage à savoir :

 La nature du plancher (type du plancher) ainsi que l’épaisseur des différents panneaux.
 La nature du système de contreventement (voiles) ainsi que leurs dispositions, leurs
nombres et dimensions.
 Les dimensions des poutres, poteaux.
 L’escalier (son épaisseur et ses dimensions).
Ceci en se basant sur les prescriptions du RPA 2003 et du CBA 93.

III .1.Structures secondaires :

Elles sont constituées principalement par les planchers, toiture, escalier elles forment
avec les structure principales un ensemble monolithe traditionnel à l’image d’une boite à
un ou plusieurs niveaux.

III.1.1Les planchers :
III.1.1.1 Technologie des planchers (en béton armé) :
Les planchers sont des éléments plans, rigides dans leurs plans, dont la largeur et la longueur
sont nettement supérieures à l’épaisseur. Jouant le rôle de plateforme porteuse pour l’étage
considéré et de toit pour le dernier étage. Les planchers participent à assurer la stabilité des
bâtiments surtout pas leur rôle d’entretoise.
Les planchers s’appuient sur les éléments porteurs :

 Verticaux : murs, poteaux.


 Horizontaux : poutres, nervures.
Pour le choix du type de plancher à réaliser pour notre projet, on dispose de plusieurs types de
planchers, on distingue deux grandes classes :

 Planchers coulés sur place.


 Planchers préfabriqués.

USTHB 2018 39
Conception structurale

a) Dalle pleine :
La dalle pleine est une plaque de béton armé, reposant sur deux ou plusieurs appuis.

Figure III.1 : dalle pleine.


b) planchers nervurés :
Ce plancher est constitué de : poutre en T en béton armé et d’une dalle en béton armé.
Ils existent 3 catégories :

 à nervures parallèles
 à nervures croisées orthogonales.
 A nervures à biaises.

Figure III.2 plancher nervuré

c) Planchers en corps creux :


Le système est obtenu essentiellement par l’association de :
 Poutrelles précontraintes.
 De béton coulé sur place : dalle de répartition afin d’obtenir la
résistance mécanique en fonction des portées, charges et surcharges.

USTHB 2018 40
Conception structurale

Figure III.3 Plancher à corps creux.

d) Planchers champignon :
Ce plancher reparti directement ses charges sur les poteaux sans l’intermédiaire
de poutres (suppression des poutres).
Remarque : ce plancher est interdit en zone sismique.

III.1.1.2 Fonctions d’un plancher :

Quelques soit le type de plancher choisi, les fonctions ci-dessous doivent etre
effectuées :
 Fonction résistance : aux charges verticales et horizontales (séisme, vent).
 Fonction de rigidité : la faible déformabilité, pour ne pas porter préjudice aux
revêtements et à la maçonnerie.
 Fonction isolation : acoustique (étanchéité au bruit, rigidité en n’émettant
aucune vibration)
 Fonction résistance à l’incendie.

USTHB 2018 41
Conception structurale

III.1.1.3 Le choix du plancher :

Nous optons dans ce projet pour les dalles pleines en béton armé à tous les
niveaux car elles présentent les avantages de facilité d’exécution, d’économique, une
faible déformation.

Figure III.4 identification des panneaux.

III.1.1.4 Conditions à satisfaire pour les dalles pleines :


 Condition de rigidité :
Ce sont les valeurs minimales pour éviter les problèmes de déformation imposés aux
revêtements fragiles.

Le calcul se fait pour chaque panneau, l’épaisseur de chaque dalle notée « e » se calcule
comme suit :

USTHB 2018 42
Conception structurale

Avec :

« e » : épaisseur de la dalle.

Dans notre plan le panneau D4 porte sur un seul sens


ρ = lx/ly = (4.5/16.4) = 0.274 < 0.4 e ≥ (lx/30) ; e= 0.15 m
Les autres panneaux portent sur deux sens le plus sollicité d’entre eux est le panneau D1
ρ = lx/ly = (4.5/9.4) = 0.479 >0.4 e ≥ (lx/40) ; e= 0.112 m

 Condition d’isolation acoustique :


L’isolation acoustique recouvre l’ensemble des procédés mis en œuvre pour obtenir des
isolements vis-à-vis des bruits, et il nous faut distinguer deux types de bruits :

 Bruits aériens.
 Bruits d’impacts (amortis par les revêtements).

La capacité isolante d’une paroi aux bruits aériens se traduit par un « indice d’affaiblissement
acoustique » noté R [dB], calculée grace a la formule de la loi de masse qui a pour
expression :

𝑙2
𝑅 = −10 log
𝑙1

Avec : I2 (intensité transmise).

I1 (intensité incidente).

Afin que l’isolation phonique soit supérieur aux éxigences minimales, le niveau
d’intensité acoustique a été réglementé et normalisé, il est exprimé en dB(A).

La loi de masse lie le coefficient d’affaiblissement acoustique RA à la masse m, tel


que :

RA = 17 log (m) + 4dB(A) pour m < 150 kg/m².

RA = 40 log (m) - 46dB(A) pour m >150 kg/m².

USTHB 2018 43
Conception structurale

 Pour un bon niveau d’isolation acoustique : RA = 55 dB (A) à 500 Hz

RA = 40 log (m) - 46dB(A) 55= 40 log (m) -46

m = (masse du revêtement + masse de la dalle)

 Calcul de la masse du revêtement


 Lit de sable (2cm) = 51 kg/m²
 Mortier de pose (2cm) = 40 kg/m²
 Carrelage (2cm) = 44 kg/m²
 Platre (3cm) = 30kg/m²

M (revêtement) = 165 kg/m²

55 + 46
log(m) = , m = 335 kg/m²
40
335−165
Donc : 2500
= 0,068𝑚 = 6,8 𝑐𝑚

 Condition de sécurité contre l’incendie :


On doit assurer la propriété coupe-feu de la dalle pour une durée minimum de deux
heures et pour cela la dalle doit avoir une épaisseur minimale de 11 cm.

 Conclusion : en considérant les conditions de résistance, de rigidité, d’isolation


phonique et de tenue en feu ; on opte pour une épaisseur de dalle e= 16cm pour tous
les panneaux.

USTHB 2018 44
Conception structurale

III.1.2 Les poutres :


Les poutres sont des élements porteurs en béton armé servant de base à transmettre les
charges aux éléments verticaux (poteaux, voiles).
Le pré-dimensionnement des poutres se fera selon les formules du CBA93 et vérifié selon
le RPA2003.
 Selon CBA93 :

L L
≤h≤
15 10

0,3h ≤ b ≤ 0,8h

Avec : Lmax : portée de la poutre entre nus.

h : hauteur de la poutre.

b : largeur de la poutre.

 Selon RPA99 version 2003 (ART.7.5.1) :

b ≥ 20 cm ; h ≥ 30cm ; (h/b) ≤ 4

 Application :

Lmax= 5,7 m

 Selon CBA93 :
0,38m ≤ h ≤0,57m h = 40 cm
0,12m ≤ b ≤ 0,32m b = 30 cm

USTHB 2018 45
Conception structurale

 Vérification selon le RPA99 version 2003 :


b = 30cm > 20cm
h= 40 cm > 30cm
h/b = 1,33 < 4
 Conclusion : nous optons pour des poutres de section (30 x 40) cm²

 Vérification de la flèche des poutres :


(La vérification se fait pour la poutre ayant la plus grande longueur Lmax = 5,7m)

III.1.3 Les escaliers :


Les escaliers sont considérés comme des dalles reposant sur deux appuis, ils sont
constitués de deux parties, la premiére est le palier de repos qui est horizontale, la
seconde, est la volée qui est incliné d’un angle α par rapport à l’horizontale.

Pour le dimensionnement des escaliers on commence par dimensionner la hauteur de


la dalle qui le supporte puis on dimensionne les marches et contres marches qui le
constitue, tout en vérifiant la formule de BLONDEL.

Notre escalier est constitué de trois volées et deux paliers de repos.

USTHB 2018 46
Conception structurale

Figure III.5 schéma d’un escalier.

III.1.3.1 Conception architecturale :


Notre ouvrage comporte un seul type d’escalier à trois volées
h : est la hauteur de la contre marche 16cm ≤h ≤ 18cm.

g : le giron qui est la longueur de la marche g ≥ 25 cm.

III.1.3.1.1 hauteur de la contre marche :

H 3,06
h= = =17cm.
n 18
n : nombre de contre marches. On prend : h = 17cm
g : le giron qui est la longueur de la marche

III.1.3.1.2 Le giron :
1,8
Palier 1 : =30cm.
7−1
0,9
Palier 2 ∶ =30cm.
3

III.1.3.1.3 vérification de la condition de BLONDEL :

59cm ≤ g+2h ≤ 65cm.

Donc : 59cm ≤ 64cm ≤ 65cm.

 Vérifié.

USTHB 2018 47
Conception structurale

III.1.3.1.4 épaisseur de la paillasse et du palier de repos :

La paillasse est considérée comme une dalle sur deux appuis simples portante dans un seul
sens, inclinée, d’épaisseur « e » telle que :
h 1,23
α = arctg = arctg = 34,35°
g 1,80

L / 30 ≤ e ≤ L / 25 avec
L0 : longueur de la paillasse.
1,8
L0 = cosα+1,45=4,5 m

450 / 30 ≤ e ≤ 450 / 25 →15cm ≤ e ≤ 18cm


On prend e = 16cm

.figure III.6 coupe en élévation des escaliers

USTHB 2018 48
Conception structurale

III.1.4 L’acrotère :
L’acrotère est un élément secondaire en béton armé exposé aux intempéries, dont la
réalisation est indispensable, pour des raisons de sécurité et d’étanchéité, il est assimilé à une
console encastrée au niveau de dalle de la terrasse. Ces dimensions de l’acrotère sont
indiquées sur la figure ci-dessus :

Figure III.7 Dimensions de l’acrotère.

III.2.Les structures principales :


Elles sont constituées par l’ensemble des éléments porteurs verticaux (voiles et
poteaux) qui assurent la transmission des charges du bâtiment vers les fondations.

III.2.1 Les poteaux :


Ce sont des éléments porteurs chargés de reprendre les charges et surcharges issues
des différents niveaux pour les transmettre au sol par l’intermédiaire des Fondations.
Aussi, le Rôle des poteaux, ne se limite pas d’assurer la reprise des charges verticales, mais
également contribuent largement lorsqu’ils sont associés à des poutres pour former des cadres
ou des portiques destinés à reprendre les actions horizontales dues aux séismes et aux vents

- Les poteaux sont pré dimensionnés en effectuant la descente de charge.


- La descente de charges consiste à calculer les efforts normaux résultants de l’effet des
charges verticales sur les éléments porteurs verticaux de depuis la terrasse jusqu’aux
fondations.

USTHB 2018 49
Conception structurale

III.2.1.1 Charges unitaires :

 plancher terrasse inaccessible :


 Poids propre de la dalle (16 cm) 0,16 x 25 = 4kN/m²
 Béton de pente (12 cm) 0,12 x 22 = 2,64kN/m²
 Isolation thermique (4 cm de liège) 0,04 x 0,4 = 0,016kN/m²
 Gravillon roulés (5 cm) 0,05 x 16 = 0,8kN/m²
 Etanchéité multicouches (2 cm) 0,02 x 0,6 = 0,012kN/m²
 Enduit platre (3 cm) 0,03 x 10 = 0,3kN/m²

G terr = 7,768kN/m².
Q terr = 1kN/m².

 plancher étage courant + RDC :

 Poids propre de la dalle (16 cm) 0,16 x 25 = 4kN/m²


 Lit de sable (3 cm) 0,03 x 17 = 0,51kN/m²
 Chape (2 cm) 0,02 x 20 = 0,40kN/m²
 Revêtement carrelage 0,02 x 22 = 0,44kN/m²
 Enduit platre (3cm) 0,03 x 10 = 0,3kN/m²
 Cloison de répartition = 1kN/m²
Gec = 6,65kN/m²
Qec = 1,5kN/m²

USTHB 2018 50
Conception structurale

 Maçonnerie :
 Brique creuse 0,2 x 9 = 1,8kN/m²
 Enduit en ciment (3 cm) 0,03 x 18 = 0,54kN/m²
 Enduit platre (2 cm) 0,02 x 10 = 0,20kN/m²
G maçonnerie =2,54kN/m²

III.2.1.2 Descente de charge :

Selon le C.B.A 93 (Art B 8.4.1) Le pré dimensionnement des poteaux s’effectue à l’ELU sous
charges verticales :
Nu=1.35NG+1.5NQ

Les calculs sont faits pour le poteau le plus sollicité (E,3).

Pré dimensionnement dans la hauteur du sous-sol :


Le poteau supporte les charges du plancher terrasse des 9 planchers courants + celui
du RDC

Le coffrage des poteaux étant inconnu à ce stade de l’étude, nous le négligerons et


nous prendrons les portées entre axes des poutres pour la prise en compte forfaitaire du poids
propre du poteau.
De plus, le poteau E3 est manifestement le plus chargé

USTHB 2018 51
Conception structurale

- La surface reprise par le poteau est de 19,08m²

Plancher terrasse :
Poids propre G = 7,768 x 19,08 = 148,21 kN
Charges d’exploitation Q = 1 x 19,08 = 19,08 kN

9 planchers courants + Rdc :


Poids propre G = (6,65 x 19,08) x 10 = 1268.82 kN
Charges d’exploitation Q = (1,5 x 19,08) x 10 = 286.2 kN

Retombée de la poutre (9 étages + RDC+ terrasse) :


g = nombre d’étages x poids propre de la retombée x longueurs des poutres liées au poteau
g = 11 x 1,8 x (4,9 + 2,25) = 141, 57 kN

TOTAL :
G = 1558.6 kN
Q = 305,28 kN
Effort normal ultime :
Pu = 1,35G + 1,5 Q = 1,35 x 1558,6 + (1,5 x 305,28) = 2562 kN.
(Pas de majoration poteau centrale)

III.2.1.3 pré dimensionnement des poteaux :


Le dimensionnement de poteau se fait sous charges verticales engendrant une
compression concentrée. Le poteau sera dimensionné en compression centrée selon les règles
du C.B.A 93 art B.8.2.1 et le vérifier par le RPA 2003 (version2003) art 7.4.3.1.

 D’après les règles de C.B.A 93, qui préconise de prendre la section réduite
‘’Br’’ comme suit :
𝐵𝑟 𝑓𝑐28 𝐴𝑠 𝑓𝑒
𝑁𝑢 ≤ 𝛼 [ + ]
0.9𝛾𝑏 𝛾𝑠
Avec :

 Br : section réduite du poteau obtenue en réduisant de sa section 1 cm d’épaisseur sur


toute sa périphérie afin de tenir compte de fautes d’exécution.

Br = (b − 0.02) × (a − 0.02) Pour une section rectangulaire


{
Br = (a − 0.02)2 Pour une section carrée

USTHB 2018 52
Conception structurale

 fc28 : résistance à la compression du béton.


 b : coefficient de sécurité du matériau béton.
 As : Section d’acier comprimé prise en compte dans le calcul.
 fe : limité d’élasticité de l’acier utilisé.
 s : coefficient de sécurité du matériau acier.
  : Coefficient fonction de l’élancement géométrique 𝜆 :

0.85
α= Pour λ ≤ 50
λ 2
1 + 0.2 ( )
35
2
50
{ α = 0.6 ( λ ) Pour 50 < λ ≤ 70

 𝜆 : l’élancement mécanique du poteau comprimé d’une section constante, il est égal au


rapport de la longueur de flambement lf au rayon de giration i :
𝑙𝑓
𝜆=
𝑖
 Selon l’article 7.4.3.1 de RPA 99 version 2003 :

𝑁𝑢
≤ 0.3
𝐵𝑐 𝑓𝑐28

 Et selon l’article 7.4.1 de RPA99 version 2003, les dimensions de la section


transversale des poteaux doivent satisfaire les conditions suivantes :
Min(b1 , h1 ) ≥ 30cm
he
En zone III : Min(b1 , h1 ) ≥ ⁄20
1⁄ ≤ b1⁄ ≤ 4
{ 4 h1
Données :

 fc28=25MPA
 b=1.15
 As : selon l’article 7.4.2.1 du RPA99 version 2003, le pourcentage minimal
des armatures longitudinales et de 0.9% en zone III:
A A
= 0.009 ≈ Donc A=0.009Br
B Br
 fe= 400MPa
 s=1.5
 Pour que toutes les armatures participent à la résistance et pour limiter le
flambement, on prendra : λ = 35
donc :

USTHB 2018 53
Conception structurale

0.85
α=
λ 2
1 + 0.2 ( )
35

Nous obtenions :
1.35βNu
Br ≥
0.009fe + 0.85fc28
Sachant que :

0.163λ2 0.163 × 35²


β= 1+ = 1+ = 1.2
1000 1000
Donc :
1.35 × 1.2 × Nu
Br ≥
(0.009 × 400) + (0.85 × 25)

𝐁𝐫 ≥ 𝟎. 𝟎𝟔𝟓𝐍𝐮
Et :
Nu
Bc ≥
0.3 × 25
𝐁𝐜 ≥ 𝟎. 𝟏𝟑𝟑𝐍𝐮
Calcul :

𝐵𝒓 ≥ 0.065 × 2562 × 10−3


𝐵𝑟 ≥ 0.166𝑚2
Nous avons opté pour des poteaux carrées afin de ne pas gêner l’architecture :

𝑎 = √0.166 + 0.02

𝑎 = 0.427 𝑚

𝐵𝑐 ≥ 0.133 × 2562 × 10−3

𝐵𝑐 ≥ 0.340

𝑎 = √0.330 + 0.02

𝒂 = 𝟎. 𝟔𝟎 𝒎

USTHB 2018 54
Conception structurale

 Vérification RPA :
60cm > 30cm
306
60cm > = 15,3cm
20
60
0.25 < <4
{ 60

Toutes les conditions sont vérifiées donc nous gardons : a = 60cm.

Niveau Section adopté (cm²)


Du sous-sol au 3eme étage 60*60
Du 3eme au 7eme étage 50*50
Du 7eme au 9eme étage 40*40
Tableau III.1 sections des poteaux aux différents niveaux.

 Pré dimensionnement du poteau D2 :


La surface reprise par le poteau est de 12,15m²
Descente de charge partielle :

-plancher terrasse :
Poids propre G = 7,768 x 12,15 = 94,48kN
Charges d’exploitation Q = 1 x 12,15 = 19,08 kN

-9 planchers courants + RDC :


Poids propre G = (6,65 x 12,15) x 10 = 807,975 kN
Charges d’exploitation Q = (1,5 x 12,15) x 10 = 182,25 kN

-retombée de la poutre (9 étages + RDC+ terrasse) :


g = nombre d’étages x poids propre de la retombée x longueurs des poutres liées au poteau
g = 11 x 1,8 x (1,7+1) = 53,46 kN

TOTAL :
G = 955,915 kN
Q = 201,33 kN
Effort normal ultime :
Nu = 1,35G + 1,5 Q = 1,35 x 955.915 + (1,5 x 201,33) = 1592,48 kN.
(Pas de majoration poteau intérieur), a = 50 cm

USTHB 2018 55
Conception structurale

 Pré dimensionnement du poteau d’angle A4 :


La surface reprise par le poteau est de 2,25 m²
Descente de charge partielle :
-plancher terrasse :
Poids propre G = 7,768 x 2,25 = 17,478 kN
Charges d’exploitation Q = 1 x 2,25 = 2,25 kN

-9 planchers courants + Rdc :


Poids propre G = (6,65 x 2,25) x 10 = 149.625 kN
Charges d’exploitation Q = (1,5 x 2,25) x 10 = 33,75 kN

-retombée de la poutre (9 étages + RDC+ terrasse) :


g = nombre d’étages x poids propre de la retombée x longueurs des poutres liées au poteau
g = 11 x 1,8 x 3,25 = 64,35 kN

TOTAL :
G = 231,453 kN
Q = 36 kN
Effort normal ultime :
Pu = 1,35G + 1,5 Q = 1,35 x 231.453 + (1,5 x 36) = 366,46 kN.
(Majoration de 10 % poteau de rive) Nu = 1.1 x Pu = 403 kN , a = 40 cm.

USTHB 2018 56
Conception structurale

III.2.2. Les voiles :


Ce sont des murs en béton armé ayant deux fonctions, la transmission des charges verticales
aux fondations dite fonction porteuse et une fonction de contreventement c’est-à-dire assurer
la stabilité sous charges horizontales (le séisme et le vent).

Ils sont assimilés à des consoles verticales soumises à une sollicitation de flexion composée et
une compression, leur calcul est justifié par l’article 7.7.1 du RPA99 version 2003, en partant
de cet article un mur en béton armé est considéré comme un voile si : l ≥ 4a

Tel que :

 l : la longueur de voile.
 he : la hauteur libre de l’étage.
 a : l’épaisseur de voile elle est égale au minimum à 15cm.

Chargement des Voiles :

1) Poids du voile →0.25×25=6.25KN/m²


2) Enduit ciment (3cm) →0.03×18=0.54KN/m²
3) Enduit plâtre (2cm) →0.02×10=0.2KN/m²

G =6.99KN/m²

III.2.2.1 Pré dimensionnement des voiles :


L’épaisseur « a » de voile est déterminé en fonction de la hauteur libre de l’étage he et les
conditions de rigidité suivantes :

USTHB 2018 57
Conception structurale

Nous sommes dans le troisième cas :


ℎ𝑒
𝑎≥
25
3.06
𝑎≥
25
𝑎 ≥ 0.1224 𝑚
Nous prenons : a=25 cm

USTHB 2018 58
Conception structurale

Figure III.8 identification des voiles.

III.2.2.2 Vérification de l’épaisseur des voiles :


Afin de justifier l’épaisseur des voiles, on compare la somme des flèches au sommet induite par
les forces sismiques revenant aux différents niveaux à la flèche maximale admissible au sommet
de la structure.
Nous commencerons donc par calculer les forces sismiques en utilisant la méthode statique
équivalente.

III.2.2.3 Evaluation des poids par niveau :

Wi  WG (i )   .WQ (i )

WG (i ) : Poids dû aux charges permanentes et à celles des équipements fixes


Éventuels, solidaires de la structure au niveau (i).

USTHB 2018 59
Conception structurale

WQ (i ) : Charges d’exploitation au niveau (i).

 : Coefficient de pondération, fonction de la nature et de la durée de la charge


d’exploitation.

  0,2 « Habitation ».

Wterrasse = Wacro+ Wvoile+ Wpoutre+ Wplanché+ Wcharge/poutre+ Wpoteaux+ Wascenseur + ∑ 20% Q . S.

WEtage courant = Wvoile+ Wpoutre+ Wplanché+ Wcharge/poutre+ Wpoteaux + Wgarde corps+ Wmaçonnerie + Wescalier
+ ∑ 20% Q . S.

WRDC = Wvoile+ Wpoutre+ Wplanché+ Wcharge/poutre+ Wpoteaux+ Wmaçonnerie + Wescalier + ∑ 20% Q.S.

Niveaux Wi = WG (kN) + β WQ (kN)


Terrasse 5322
9 5791
8 5791
7 5791
6 5851
5 5851
4 5851
3 5924
2 5924
1 5924

∑ 58020 kN

Tableau III.2 évaluation des poids par niveau.


III 2.2.4Justification de l’épaisseur des voiles :

Pour déterminer l’épaisseur des voiles, on compare la flèche au sommet à la flèche


admissible.
Fi  hi  (3hN  hi )
2

fi 
6 EI  fi  f
h
Avec : f 
250

USTHB 2018 60
Conception structurale

III.2.2.4.1 Méthode statique équivalente :


Il existe une méthode simplifiée de calcul, qui est là : « méthode statique équivalente »,
mais son application est limitée selon (RPA99 version art 4.1.2) :
Aux bâtiments réguliers en plan et en élévation, dont la hauteur ne dépasse pas 65m en
zone I et IIa et 30m en zone IIb et III.
Aux bâtiments irréguliers respectant les conditions de hauteur citées ci-dessus, ainsi
qu’aux conditions suivantes :
Zone I : - tous groupes d’usage.

Zone IIa : - groupe d’usage3.


- groupe d’usage 2 avec H ≤ 7 niveaux ou 23m.
- groupe d’usage 1B avec H ≤ 5 niveaux ou 17m.
- groupe d’usage 1A avec H ≤ 3 niveaux ou 10m.
Zone IIb et III : - groupe d’usage 3 et 2 avec H ≤ 5 niveaux ou 17m.
- groupe d’usage 1B avec H ≤ 3 niveaux ou 10m.
- groupe d’usage 1A avec H ≤ 2 niveaux ou 8m.
-Principe de la méthode statique équivalente :
Pour cette méthode, on ne considère que le mode fondamental de vibration pour la
détermination des sollicitations sismiques.
Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la structure sont substituées par des
forces statiques fictives qui ont des effets équivalents à l’action sismique.

-Calcul :

Dans un premier temps, on calcul la force sismique totale appliquée à la base de la


structure « V » ; donnée par la formule :

A.D.Q
V  .W (RPA99 version 2003 -art 4.2.3-formule 4.1).
R
Avec :
 A : coefficient d’accélération, dépend de la zone sismique et du groupe
d’usage du bâtiment. (RPA99 version 2003 -art 4.2.3-tableau 4.1).
Dans notre cas : Zone III, groupe d’usage 2 => A = 0,25.
 D : facteur d’amplification dynamique moyen, dépend de la catégorie du
site, de l’amortissement et de la période fondamentale « T ». (RPA99v2003-
art 4.2.3-formule 4.2).

USTHB 2018 61
Conception structurale

2,5 0  T  T2


D  2,5 T2 T 3
2
T2  T  3,0 s

2,5 T2 3,0 3 3,0 T 3
2 5
 T  3,0 s

 T : périodes caractéristiques liées à la catégorie du site. (RPA99v2003-art


4.3.3-tableau 4.7).
Dans notre cas : site meuble « S2 » T1 = 0,15 s.
T2 = 0,5 s.

 η : facteur de correction d’amortissement donné par :

  7 2     0.7 .

Tel que : ξ(%) est le pourcentage d’amortissement critique. (RPA99v2003-art 4.2.3-


tableau 4.2). Dans notre cas, le bâtiment a une structure mixte portique-voile, on prend :
ξ = 10 %, donc η = 0,763 > 0,7.

La valeur de la période fondamentale (T) de la structure peut être estimée à


partir des formules empiriques ou calculée par des méthodes analytiques ou
numériques.
Formule empirique à utiliser selon les cas est la suivante :
3 hN
T = min [CT . hN ( ⁄4) ; 0,09 ( )]
√D
 Q : facteur de qualité, dépend de la redondance et de la géométrie des
éléments de la structure, de la régularité en plan et en élévation, et de la qualité
de contrôle de la construction. Dans notre cas Q=1.1
 R : coefficient de comportement de la structure, sa valeur dépend du
système de contreventement. (RPA99v2003-art 4.2.3-tableau 4.3).
Dans notre cas : R = 4.

Une fois l’effort tranchant total à la base « V » déterminé, on le distribue sur les différents
niveaux au prorata de leurs poids et hauteur, d’où :

W k  hk
Fk  .V
 k k
W  h
Avec :

Fk : Force sismique appliquée au niveau k.


Wk : Poids de l’étage k.
hk : Hauteur de l’étage k.

USTHB 2018 62
Conception structurale

Toutefois, si la période fondamentale T > 0.7 s ; il faut tenir compte des modes supérieurs
de vibration en appliquant une force concentrée « Ft » au sommet de la structure, tel que :

Ft  0,07  T  V et Ft  0,25  V (RPA99v2003-art 4.2.5)

Le reste de l’effort V soit (V  Ft ) est distribué sur les différents niveaux comme
Précédemment, c'est-à-dire :
Wk  hk
Fk  (V  Ft )  .
Wk  hk
L’effort total à la base obtenu par la méthode modale spectrale doit être supérieur ou égal
à 80% à l’effort obtenu par la méthode statique équivalente. (RPA99v2003-art 4.3.6)

III.2.2.4.1 Détermination des sollicitations sismiques :


1- Sens longitudinal (x-x) :

3⁄ ) 30,6
𝐓𝐱 = min [0,05. 30,6( 4 ; 0,09 ( )]
√29
𝐓𝐱 = min [0,65; 0,51]
La période fondamentale est Tx = 0,511 s.

 Facteur d’amplification dynamique :

T2 ≤ T ≤ 3 s => D = 2,5. η. (T2/ T) 2/3


Avec : η = 0,763.
Dx = 2,5.0,763. (0,5/0,51) 2/3 = 1,88.
A.D.Q
 Effort tranchant à la base : V  .W
R
A = 0,25 ; D = 1,88 ; R = 4 ; WT = 58022 kN ; Q = 1,1.

V = 58022. (0,25. 1.88. 1,1/ 4) =7499.34 kN.

 Forces et efforts tranchants de niveau :


T = 0,51 s < 0,7 s
Donc Ft=0. .
Dans ce cas, la force sismique à chaque niveau vaut :
W k  hk
Fk  .V
 k k
W  h

USTHB 2018 63
Conception structurale

Nous aboutissons donc aux résultats suivants :


Niveau wi (kN) hi (m) wi.hi (KN.m) Vx (kN) Fix (kN) fi . (1/EI)
10 5322 30,6 162853,2 7499,34 1264,91 12081
9 5791,45 27,54 159496,533 7499,34 1238,84 10063,10
8 5791,45 24,48 141774,696 7499,34 1101,19 7404,19
7 5791,45 21,42 124052,859 7499,34 963,54 5185,69
6 5851,3 18,36 107429,868 7499,34 834,43 3442,82
5 5851,3 15,3 89524,89 7499,34 695,36 2075,39
4 5851,3 12,24 71619,912 7499,34 556,28 1105,10
3 5924 9,18 54382,32 7499,34 422,40 490,16
2 5924 6,12 36254,88 7499,34 281,60 150,61
1 5924 3,06 18127,44 7499,34 140,80 19,49
somme 42017,5
Tableau III.2 l’effort tranchant dans le sens x-x

2- Sens transversal (y-y) :

3⁄ ) 30,6
𝐓𝐲 = 𝐦𝐢𝐧 [0,05. 30,6( 4 ; 0,09 ( )]
√14.5

𝐓𝐲 = 𝐦𝐢𝐧[0,651; 0,61]

La période fondamentale est Ty = 0,61 s.

 Facteur d’amplification dynamique :

0.5 s ≤ T≤ 3 s => D = 2.5. η. (T2/ T) 2/3


Avec : η = 0.763
D = 2,5. 0,763. (0,5/0,61)2/3= 1,67.

 Effort tranchant à la base :


A = 0,25 ; D = 1,67 ; R = 4 ; WT =58022 kN ; Q = 1.1.
V = 58022. (0,25.1,67. 1,1/4) = 6661.65 kN.

 Forces et efforts tranchants de niveau :


T = 0.61 s < 0.7 s

Donc Ft=0. Dans ce cas, la force sismique à chaque niveau vaut :


W k  hk
Fk  .V
 k k
W  h

USTHB 2018 64
Conception structurale

Nous aboutissons donc aux résultats suivants :


niveaux wi (kN) hi (m) wi.hi (kN.m) Vy (kN) Fiy (kN) fi. (1/EI)
10 5322 30,6 162853,2 6661,65 1123,62 10731,5237
9 5791,45 27,54 159496,533 6661,65 1100,46 8939,0354
8 5791,45 24,48 141774,696 6661,65 978,18 6577,13076
7 5791,45 21,42 124052,859 6661,65 855,91 4606,44394
6 5851,3 18,36 107429,868 6661,65 741,22 3058,25631
5 5851,3 15,3 89524,89 6661,65 617,68 1843,56693
4 5851,3 12,24 71619,912 6661,65 494,15 981,66252
3 5924 9,18 54382,32 6661,65 375,21 435,410704
2 5924 6,12 36254,88 6661,65 250,14 133,788748
1 5924 3,06 18127,44 6661,65 125,07 17,3208648
somme 37324,1399
Tableau III.3 l’effort tranchant dans le sens x-x

III 2.2.4.2 Justification de l’épaisseur des voiles :

Pour déterminer l’épaisseur des voiles, on compare la flèche au sommet à la flèche


admissible.
Fi  hi2  (3hN  hi )
fi 
6 EI  fi  f
h
Avec : f  ; h = 30.6m ; f  0.1224 m ; E = 32164,192 MPa
250

La vérification doit se faire dans les deux sens pour pouvoir justifier l’épaisseur des
voiles longitudinaux et transversaux.

𝐼𝑦 : Inertie des voiles longitudinaux donnée en fonction de l’épaisseur = 22,79 m4

𝐼𝑥 : Inertie des voiles verticaux donnée en fonction de l’épaisseur = 23,2 m4

42017.5
𝑓𝑖 (𝑥) = ≤ 0,1224 𝑒 ≥ 0,12 𝑚
32164,192 × 91.16𝑒

37324,13
𝑓𝑖 (𝑥) = ≤ 0,1224 𝑒 ≥ 0,10 𝑚
32164,192 × 92,8𝑒

Conclusion :
L’épaisseur des voiles longitudinaux et transversaux est prise : e = 25cm

USTHB 2018 65