Vous êtes sur la page 1sur 3

36

CHAPITRE VI : CALCUL DES TABLIERS

VI.3. Flexion générale (cas de ponts à poutres multiples sous chaussée) : c’est un
ensemble de poutres longitudinales principales reliées par des entretoises qui forme le
grillage, le tout est surmonté par une couverture qui est le hourdis.

a. Système de couverture : la couverture des ponts à poutres multiples sous chaussée est
réalisée par une dalle en B.A. Son épaisseur, et son ferraillage sont justifiés vis-à-vis
du poinçonnement, et de la flexion locale (Abaques de Pigeaud).

b. Système de grillage : Réseau de poutres reliées par des entretoises.


H : hourdis
P : poutre
E1 : entretoise intermédiaire
E2 : entretoise d’about E1 H E2
Axe longitudinal
du tablier

Fig.VI.3. système de grillage

VI.3.1. Poutres multiples solidarisées par des entretoises :


Le tablier d’un ouvrage d’art est soumis à des actions importantes du fait du trafic routier, il
sera rendu économique en concevant le grillage de poutres de tel sorte que les éléments non
chargés directement par les charges roulantes participent à la résistance d’ensemble.
Cette participation sera d’autant plus grande que l’entretoisement sera important.
De nombreux auteurs ont étudié ces problèmes, nous retiendrons les méthodes de calcul
approchées proposées par :
COURBON - ENGESSER(I) et GUYON-MASSONNET(II).
La méthode (I) : considère que l’entretoise se comporte comme indéformable.
La méthode (II) : considère à la fois la résistance à la flexion et à la torsion des
éléments en présence.

A. METHODE DE COURBON – ENGESSER


Elle s’applique aux ponts dont la largeur est nettement inférieure à la portée.

A.1. Hypothèses :
- Les poutres principales sont parallèles et placées dans un plan horizontal ;
- Les charges sont verticales ;
- Les entretoises sont perpendiculaires aux poutres principales et sont considérées
comme absolument rigides. Leur espacement est d’environ 4m ;
- La hauteur des entretoises est du même ordre que celle des poutres ;
- Le pont possède un plan axial de symétrie.

Cours de Pont MENDJEL Dj. Université de Skikda


37
CHAPITRE VI : CALCUL DES TABLIERS

A.2. Poutres inégales et inégalement espacées :

Poutres :

Fig.VI.4. Schéma représentatif des poutres multiples sous chaussée.

Moments fléchissant: le moment max M est recherché sous charge totale R


pour tout le pont (assimilé à une poutre simple), il est ensuite réparti sur les
poutres comme suit :
=1 I
= . avec : = 1+ 2 . .
=1 I
i est appelé « coefficient de répartition transversale des charges ».
On a :
e : la distance de R au plan axial de symétrie ;
i : la poutre étudiée ;
li : la distance de l’axe de cette poutre au plan axial de symétrie ;
Ii : le moment d’inertie de la poutre i ;
k : une poutre quelconque ;
lk : la distance de l’axe dune poutre quelconque k au plan axial de symétrie ;
Ik : le moment d’inertie de la poutre k quelconque.

Nous voyons que :


- La méthode peut être appliquée à des poutres dissymétriques ;
- Si e=0 (charges symétriques), la distribution de R se fait selon les inerties des poutres.

Effort tranchant :
Pour déterminer l’effort tranchant sur
l’appui de gauche, nous distinguerons
deux cas :

1ier cas : surcharges appliquées entre


l’appui de droite et la 1ière entretoise à
partir de l’appui considéré de gauche :
= .

Fig.VI.5. Représentation en plan des paramètres de


calcul de l’effort tranchant dans les poutres.

2ième cas : surcharges appliquées entre l’appui de gauche et la 1ière entretoise à partir de cet
appui avec :
: l’abscisse de la section transversale dans laquelle se trouve une rangée de roues ;
d : l’abscisse de la 1ière entretoise intermédiaire ;
T : l’effort tranchant dû à la rangée de roues pour l’ensemble des poutres ;

Cours de Pont MENDJEL Dj. Université de Skikda


38
CHAPITRE VI : CALCUL DES TABLIERS

: l’effort tranchant dans la poutre i produit par la réaction de la rangée de roues sur la
poutre i (dalles articulées sur poutres).
L’effort tranchant Ti à l’extrémité gauche de la poutre étudiée i est donné par :

Charges à essieu :
= . + (1 )

On note que : pour le calcul de T toutes les roues situées dans la section
d’abscisse interviennent, tandis que, dans le calcul de n’interviennent que
les roues situées dans le rectangle ABCD.

Charges réparties :
= . . + . ( )
: portion de la charge q supportée par la poutre i ;
L : portée des poutres.

Réactions des entretoises sur les poutres :


Re : résultante des charges appliquées sur une entretoise ;
e : distance de Re au plan axial de symétrie ;
Vi : réaction de l’entretoise sur la poutre i.

La valeur de Vi est donnée par : = .

Cette méthode est assez simple d’utilisation, son hypothèse forte sur la rigidité infinie des
entretoises est proches de la réalité. Cependant cette méthode a des défauts :
- Néglige le rôle de la dalle dans la transmission des efforts ;
- Ne permet pas de calculer les répartitions des charges entre les poutres dans le cas
sans entretoises ;
- Ne considère pas la spécificité des ponts biais qui sont très fréquents.

Cours de Pont MENDJEL Dj. Université de Skikda