Vous êtes sur la page 1sur 11

Johann Sebastian Bach

Le Clavier Bien Tempéré

Travail pratique pour le 03.12.2015

Chez Mme Catherine Miller

Par Elise Sikaly B1 Piano


Table des matières

1)Biographie du compositeur

2)Définition du genre musical

3)Contexte historique

4)Références
Biographie du compositeur

Johann Sebastian Bach est né le 31 Mars 1685 à Eisenach en Allemagne. Son père, Johann
Ambrosius Bach est musicien de ville et trompettiste de cour. En effet, la Famille Bach est connue
partout dans la région de l'Allemagne centrale depuis l'ancêtre Veit Bach, un meunier et musicien
amateur qui, au seizième siècle, serait venu de Hongrie en Allemagne pour pouvoir vivre sa religion
protestante. A partir de lui, presque tous les ancêtres de la Famille Bach auraient été des musiciens.

Eisenach : 1685-1695

Johann Sebastian Bach est le dernier des huit enfants de sa famille. A ce moment-là Eisenach est
une ville assez importante musicalement. Des fameux musiciens comme Telemann, Pachelbel et
Eberlin viennent lui rendre visite. La formation de Bach commencera alors avec son père qui lui
donne des leçons de violon. Le cousin de son père, Johann Christoph Bach, lui enseigne l'orgue et la
musique religieuse. Il fréquentera l'école latin des dominicains que Martin Luther aurait visité 200
ans auparavant.
Le 3 Mai 1694, alors que Bach a seulement neuf ans, sa mère meurt. Son père se remarie alors avec
la veuve Barbara Margaretha Bartholomäi. Malheureusement, quelque mois plus tard, le 20 Février
1695, son père s’éteint également et Bach deviens orphelin. Sa belle-mère aura la charge non
seulement de ses deux propres enfants, mais aussi celles de son mari décédé. Une charge beaucoup
trop lourde pour une femme seule en ce temps. C'est pour cette raison que Bach alla vivre chez son
grand frère Johann Christoph, qui lui a 24 ans.

Ohrdruf : 1695-1700

Son poste d'organiste lui permettra de prendre soin de Johann Sebastian et un deuxième frère,
Johann Jacob. Élève de Pachelbel, il pourra leur enseigner tout ce qu'il sait sur l'orgue et le clavecin.
Bach fréquentera le lycée et participera au revenu familial autant que choriste. Il reçoit également
une bourse d'étude et une éducation de haut niveau. Quand son grand frère meurt, c'est lui qui
s'occupera en revanche de son neveu, Johann Heinrich, quand il le prendra chez lui à Leipzig de
1724 à 1728.

Lounebourg : 1700-1703

Bach et son copain d'école, Georg Erdmann, se décideront d'aller au pensionnat St. Michel de
Lounebourg pour étudier et travailler dans la manécanterie de l'école. Bach prendra cette décision,
parce que les études à Lounebourg ont un niveau supérieur qu'à Ohrdruf, mais aussi pour alléger le
poids de son grand frère Johann Christoph. Pendant ce temps là il fait alors connaissance de Georg
Böhm, élève de l'organiste Johann Adam Reineken à Hambourg, et il va être initié à la musique de
l'Allemagne de Nord et de la France, notamment avec la rencontre de Thomas de la Selle, élève de
Lully. Ces dernières années d'études vont alors être riche en apprentissage pour Bach.

Arnstadt : 1703-1707

En 1703 il prend son premier poste de musicien de cour à la chapelle du duc Jean-Ernest III de
Saxe-Weimar. Ce poste forgera alors sa réputation comme bon organiste. Son salaire sera assez
généreux, il aura accès à de belles orgues et fera des voyages pour apprendre chez d'autres
organistes et écouter de la musique. C'est pendant ce temps-là qu'il fera un voyage à Lübeck pour
apprendre chez Buxtehude. Malgré cette heureuse époque il y a des tensions qui apparaissent.
On lui reproche de faire trop de voyages, que sa manière de jouer de l'orgue et de donner cours de
chorale serait pas assez conforme, et puis on n’aime pas le fait qu'il parle trop souvent en public
avec une demoiselle, probablement sa cousine Maria Barbara. Cela crée un sentiment
d'insatisfaction chez Bach, qui veut alors quitter cet endroit.

Mühlhausen : 1707-1708

Il prendra un poste à Mühlhausen autant qu'organiste. Son bon salaire lui permettra de former une
Famille avec sa cousine qu'il épousera le 17 Octobre 1707 et avec laquelle il aura sept enfants par la
suite. Pendant ce temps il écrit beaucoup, notamment de la musique religieuse. L'orgue sur laquelle
il joue va être rénové pour lui et il va pouvoir éditer la cantate BWV 71 qu'il dirigera trois fois à
Mühlhausen. Cependant la situation deviendra plus difficile quand il y aura un feu dans la ville qui
fera que les logements deviendront plus chers. Il se dirigera alors à Weimar pour prendre un
meilleur poste.

Weimar : 1708-1717

À Weimar Bach est organiste et premier violon à la chapelle du duc Wilhelm Ernst de Saxe-Weimar.
Il dispose alors de l'orgue et l'ensemble instrumental et vocal du duc. Son devoir sera aussi, d'écrire
une nouvelle cantate tout les quatre semaines pour l'église. Il écrira la plupart de ses œuvres pour
orgue pendant cette période et commence son « Orgelbüchlein ».
La Passacalia et Fugue en Do mineur et la Toccata et Fugue en Ré mineur datent également de cette
période. Mais il compose aussi de nombreuses pièces pour clavecin. Il s'inspira alors de la musique
de Vivaldi en travaillant avec Johann Georg Pisendel, ancien élève de Vivaldi et en transcrivant
beaucoup d’œuvres de ce dernier.

Le prince Johann Ernst, musicien amateur découvrira aux Pays-Bas la musique Italienne et amènera
beaucoup de partitions desquelles Bach pourra s'inspirer. Il aimait surtout les structures à l'italienne,
tout comme la particularité d'alterner solo et tutti dans un seul mouvement.
Il aura aussi comme élève le neveu du duc, Ernest-Auguste, qui critiquera ouvertement son oncle.
Ce dernier interdira aux musiciens de jouer chez Ernest-Auguste, mais Bach continuera et le duc
s'offusquera.
En 1716 Bach fera rencontre avec le prince Léopold d'Anhalt-Köhten, frère d'Éléonore-Wilhelmine
à son mariage avec Ernest-Auguste. L'année d'après le poste de maître de chapelle se libéra à
Köthen. Bach, qui n'aura pas reçu la place de maître de chapelle à Weimar quand il y avait
possibilité, acceptera alors tout de suite l'offre du prince Léopold, mais sans l'accord de son duc.
Celui-ci l'emprisonnera alors pendant un mois avant de le licencier.

Six de ses enfants naîtront pendant que Bach sera à Weimar, notamment ses deux fils Wilhelm
Friedmann et Carl Philipp Emanuel, qui tout les deux deviendront également des grand musiciens.

Köthen : 1717-1723

Il prendra le poste de maître de chapelle à Köthen et aura une relation très amicale avec le prince
qui lui même joue du clavecin, la viole de gambe et le violon, aussi dans l’orchestre quand le temps
le lui permets. Le prince deviendra même le parrain du dernier fils de Maria Barbara Bach. Son
poste offrira à Bach une dotation généreuse de 400 talers par an.
Il aura une chapelle de très haute qualité avec 18 musiciens de très haut niveau, venant initialement
de la chapelle de la cour de Prusse, puisqu'en Prusse on devait baisser les dépenses et que le roi ne
montrait pas beaucoup d’intérêt pour les arts. Les premières années seront donc très heureuses.
Hélas, en 1720, après un de ses voyages à Carlsbad auxquelles Bach allait prendre des Bains avec le
roi et son entourage, il apprendra la mort et l'enterrement de son épouse. Un an et demi après il
épousera Anna Magdalena Wilcke, fille d'un grand musicien et chanteuse. Il aura 13 enfants avec
elle, dont la plupart ne survivront malheureusement pas.
La période de Köthen marque alors ses plus grands œuvres instrumentales pour luth, flûte, violon
(sonates et partitas), clavecin (Clavierbüchlein d'Anna Magdalena Bach, notamment avec les
premières suites françaises et le Clavierbüchlein pour son fils Wilhelm Friedmann qui contient déjà
des inventions à deux et trois voix qui se retrouveront aussi dans le Clavier Bien Tempéré),
violoncelle, (suites pour violoncelle) et les Six Concertos Brandenbourgeois.
Ces derniers seront un moyen de postuler chez le magrave de Brandenbourg qui avait montré de
l'intérêt pour Bach. Il postulera aussi sur Leipzig pour le poste de Cantor.
Avec les années, le prince de Köthen perdra d’intérêt pour Bach à cause de son épouse qui n'aura
pas d’intérêt pour les arts. De plus, son travail ne convient pas pour écrire beaucoup de musique
sacré, puisque les réformés avaient comme vocation de garder leur service du dimanche très simple.
Il y aura donc de moins en moins de travail pour Bach. Parallèlement le prince doit contribuer
davantage aux dépenses militaires Prussiennes et il se rajoutait des conflits entre réformés et
luthériens. Tout ceci, et le fait que Bach cherchait une meilleure ville universitaire pour les études
de ses enfants l'auront poussé à quitter Köthen. Après une série d’événements, il obtiendra en 1723
le poste du cantor à Leipzig. Il gardera quand même une bonne relation avec le prince d'Anhalt-
Köthen jusqu'à la mort de ce dernier en 1728.

Leipzig : 1723-1750

Leipzig n'aura pas d'orchestre de cour et plus d'opéra. Anna Magdalena ne pourra donc pas travailler
comme chanteuse, mais elle aidera son époux dans ses travaux de copies et de transcriptions. Bach
deviens Thomas-cantor et Director Musices. Il sera responsable de la musique pour plusieurs églises
de la ville. Pour ce, il devra préparer une nouvelle cantate tout les dimanches et jours fériés. De
plus, il enseignera la musique aux élèves de l'école Saint-Thomas, qui eux devait chanter dans les
chorales dans l'église.
À son arrivé à Leipzig, Bach commencera tout de suite son travail pour les cantates de messes.
Dans les deux premières années, il a du donc écrire environ une cantate par semaine. En tout, il
écrira un ensemble de cinq années de cantates pour tout les dimanches et jours de fêtes, assemblé
dans sa « Nécrologie ». Il utilisa ses propres cantates pour écrire des Oratorios comme celui de
Noël, de l'ascension ou, de pâques, en les adaptant aux thèmes et à la sonnerie qu'il avait besoin. Il
composera également 4 Passions à Leipzig, dont la célèbre Passion selon Saint-Mathieu avec deux
cœurs et la Passion selon Saint-Jean. De plus il écrira un Sanctus, un Magnificat, un important
corpus pour orgue et la grande Messe en si mineur, écrite de 1723-1749 et que l'on peut considérer
son testament musical.

Avec sa fonction de directeur du Collegium Musicum il se retrouvera une à deux fois par semaine
dans le café Zimmermann ou de la musique profane était joué pour des bourgeois amateurs de
musique. Il se rendra aussi régulièrement à l'opéra de Dresde ou son fils Wilhelm Friedmann était
organiste. Il était très proche de ses fils et étudiants. Plusieurs d'entre eux vivront avec la famille de
Bach dans sa maison. Il sera un prof très recherché. Son bût était de former des musiciens qui
pouvaient prendre des postes comme compositeurs et instrumentalistes dans les cours et les églises.
Pour leur donner cour et favoriser la pratique de l’instrument, Bach écrira beaucoup. Son livre
Calvierübung, aujourd'hui le deuxième livre du Clavier Bien Tempéré date de cette époque.

Pendant les six dernières années de sa vie, Bach limitera sa production essentiellement à la musique
instrumentale, surtout pour clavecin, renonçant à la plupart des activités attachés à la fonction de
cantor. Il intégrera la Correspondierende Societät der musicalischen Wissenschaften en 1747, une
société musicale correspondant par lettres dans laquelle Haendel et Telemann seront également
membres. C'est probablement aussi pour cette société que Bach fera publier ses Variations
Chroniques, l'Art de la Fugue, et l'Offrande musicale. Cette dernière issue d'une rencontre de Bach
avec le roi de Prusse, Frédéric II, à Potsdam ou son fils Carl Philipp Emanuel était claveciniste de
cour. Le roi, musicien amateur, lui lança alors le défit d'improviser une Fugue à trois, quatre et
même cinq voix sur un thème donné. Plus tard, Bach écrira un ensemble de pièces, toutes basés sur
le thème de Frédéric II.
Il commença à perdre sa vue progressivement à partir de 1745, ce qui l'empêchera de travailler
comme il souhaitait. En 1750 il se fera opérer deux fois aux yeux sans succès et décédera le 28
Juillet 1750 à 66 ans, affaibli par les opérations et la fièvre.
Il aura eu 20 enfants avec ses deux épouses, dix mourront en bas âge et quatre deviendront des
compositeurs à leur tour, le succédant ainsi. Ses fils Wilhelm Friedmann, Carl Philipp Emanuel,
Johann Christoph Friedrich et Johann Christian.

Bach était autodidacte, n'ayant jamais eu de vrai cours de composition. Il apprenait surtout en
écoutant, lisant et pratiquant la musique des autres mais aussi en transcrivant et recopiant de la
musique. Il était alors influencé par la musique allemande, autrichienne, française et italienne.
Chaqu'une des étapes de sa vie enclenchait l'écriture d'œuvres différentes. On peut dire que sa
musique est une musique de circonstance, puisqu'il composait en fonction de son travail.
Il était également intéressé à la mécanique des instruments, surtout celle de l'orgue et du clavecin et
favorisait des nouvelles découvertes pour trouver d’autres sonorités. De plus, il innovait la manière
de jouer des instruments à clavier en utilisant beaucoup plus le pouce, ce qui lui permettait une
virtuosité plus riche. C'était important pour Bach de pratiquer une science musicale, cherchant alors
l'équilibre des harmonies et les mettant en relation avec la nature et la spiritualité.

Après sa mort, les œuvres de Bach sont vite oubliées. Il n'était pas si connue comme Haendel et
Telemann autant que compositeur pendant sa vie, mais il était assez connue en temps que
professeur. Après sa mort, c'est surtout ses fils et ses élèves qui ont gardé son souvenir.
La musique baroque atteint à la fois à son apogée et à son aboutissement avec Bach. Il a porté le
contrepoint à une perfection inégalée. Mais malheureusement à la période du classicisme et
romantisme la musique de Bach ne trouve plus autant d'écouteurs. Elle est classée démodé et pas
assez naturelle, parfois même trop virtuose et difficile à exercer. Malgré tout, elle reste un moyen
d'apprentissage indispensable dans l'apprentissage du pianoforte de Mozart et Beethoven, qui tout
les deux jouent beaucoup de fugues de Bach quand ils sont jeunes, et qui s'y influencent pour leurs
compositions plus tard.
Avec Mendelssohn, l'un des successeurs de Bach à St. Thomas à Leipzig, l’œuvre de Bach va être
rejouée pour la première fois en public en 1829 depuis qu'il est mort. Mendelssohn rejoue alors la
Passion selon Saint-Matthieu à l'église St. Thomas. Depuis lors, Bach est à nouveau apprécié et
rejoué. Ce fut alors ce que beaucoup nomment la « renaissance de Bach ». Aujourd'hui, Bach est
joué partout dans le monde entier, et ne manque dans aucun programme de concours de musique.
Définition du genre musical du Clavier bien tempéré

Le Clavier bien tempéré (en allemand « Das Wohltemperierte Klavier ») est un regroupement de
deux livres de préludes et fugues. Chaqu'un des deux livres contient un prélude et une fugue dans
chaqu'une des douze tons de la gamme chromatique en majeur et mineur. Il y en a donc 24 par
cahier. Le premier livre contient les œuvres BWV 846-869 et date de 1722, le deuxième contient les
œuvres BWV 870-893 et date d'au plus tard 1744. Les préludes et fugues sont arrangés dans l'ordre
partant de Do majeur à Si mineur en montant chromatiquement.

Préludes :

Le mot prélude vient du latin « prae » qui signifie « qui précède » et « ludo » qui signifie « jouer ».
Le prélude introduit une œuvre musicale et n'a pas autant d'importance que l’œuvre qui le suit. La
forme la plus ancienne est l’improvisation. Au 17ème siècle le prélude est surtout utilisé comme
introduction de cérémonies de l'office à l'église. À la base il est donc une introduction à la chorale
ou à une pièce d'orgue, l'organiste doit toujours préluder. Les oratorios et cantates commencent
également d'office par un prélude. Le fait de préluder avait surtout de sens quand on accompagnait
un morceau à un instrument comme le luth, puisqu'il servait alors à accorder son instrument et de le
tester avant de commencer l’œuvre principale. Plus tard, le prélude précédait aussi d’autres formes
de morceaux. Dans les œuvres pour clavier, les préludes et fugues fondaient à la base une seule
pièce. Au 18ème siècle ils commençaient à se distinguer de l'un et l'autre et à avoir leur propre
individualité. La « Ariane musicale » de Johann Fischer est un premier exemple de préludes et
fugues qui sont réunis dans un recueil.
Les préludes n'ont pas de forme ni de thème précis, l'ancienne forme typique était des accords
arpégés. Plus tard il y a aussi les préludes-arioso. Celles-là sont des compositions indépendantes,
qui vivent et suffisent à eux mêmes. Chez Bach on y retrouve aussi quelque unes qui sont des
simples inventions à deux ou trois voix. Celle en La bémol majeur du premier cahier semble être
empruntée à un concerto et celle de Si mineur du premier cahier à l'air d'une sonate préclassique en
deux sections. On y trouve dix avec forme bipartite dans le deuxième cahier et d'autres peuvent être
considérés comme une partie d'une suite. Mais en général les préludes du deuxième cahier sont plus
riche que celles du premier cahier, probablement aussi parce que Bach a évolué et s'est amélioré au
fur et à mesure.

Fugues :

Le mot « fugue » viens du latin « fuga » qui signifie « fuire ». Les fugues ont une forme d'écriture
structurée avec contrepoint. Il y a alors le principe d'imitation des voix qui fait que l'on a
l'impression que le thème fuit d'une voix à l'autre. Elles sont écrites dans la même tonalité que le
prélude qui les précèdent. Il y a des formes strictes dans lequel on expose et développe un seul sujet
avec des règles très précises.
On commence le thème avec la tonique ou avec la quinte, et on ne dépasse pas l'octave au début.
Le sujet, avant nommé dux (« guide »), se présente seul et la deuxième voix, la réponse ou comes
(« accompagnant ») entre avec le sujet repris à la quinte supérieure ou la quarte inférieure. S'il y a
une troisième voix, elle réexpose le dux à la tonique, et la quatrième voix fait la même chose que le
comes. L'exposition est finie, quand le sujet est présenté dans toutes les voix une fois, en intégrant
une voix après l'autre.
Après 1700 le sujet peut également moduler au ton de la dominante et la réponse suivra alors au ton
de la tonique. La seule fugue qui fait exception à cette règle chez Bach, est celle de Mi mineur du
premier cahier. Lorsque la réponse est la réplique exacte du sujet, transposé du ton de la dominante,
on parle d'une réponse tonale. Cependant il y a une règle importante. Quand on avait une quinte qui
apparaît au thème du sujet, celle-là devait devenir une quarte dans la première réponse qui suit le
sujet qui introduit le thème. Cela s'appelle une réponse réelle. Cette règle était importante pour
affirmer la tonalité dans laquelle on se trouvait. D'un point de vue tonal il n'était pas question de
répondre à la quinte du sujet par la quinte du ton de la dominante. Cela aurait donnée l'impression
que l'on quitte le ton principale trop près du commencement du morceau. Cette règle n'est alors que
valable pour la première réponse, les autres réponses qui suivaient pouvaient transposer le thème
telle qu'il était dans les autres tons. Dans le Clavier bien tempéré toutes les fugues (sauf celle de Mi
mineur) ont une réponse tonale. Si le début du sujet ne fait pas entendre la quinte, par exemple dans
la fugue en Ut majeur du premier cahier, la réponse tonale ne se distingue pas de la réponse réelle.

Si la première voix laisse entendre une mélodie pendant la réponse et que certains éléments vont
être repris plus tard, on parle d'un contre-sujet ou contre-point. Le contre-sujet doit former avec le
sujet un contrepoint renversable. Cela veut dire que le sujet et le contre-sujet doivent pouvoir être
placés sans inconvénient au-dessus et en dessous de l'un et l'autre. Cela est naturellement une
maîtrise d'écriture assez difficile et montre encore une fois tout le génie de Bach.
Quand le contre-sujet accompagne toujours le sujet tel qu'il est, on dit que c'est un contre-sujet
obligé. Chez Bach il se trouve dans le sujet, parfois déjà certains éléments qu'il utilise comme
contre-sujet, perfectionnant alors cette forme. Le sujet peux parfois être accompagné de deux
contre-sujets obligés, ce que l'on peut observer dans la fugue en Ut mineur, Ut dièse majeur, Fa
mineur et Si bémol majeur du premier cahier. En tout, il est plus récurent de trouver un contre-sujet
obligé que simple dans le CBT, puisque ça donne à la fugue un plus grand sentiment d'unité.

Lorsque toutes les voix on exposées le thème, il suit souvent après quelques divertissements le
développement. Il peut être écrit dans le ton relative comme dans le ton de la dominant ou sous-
dominante. On peut alors s'imaginer tout sorte de procédés d'écriture pour utiliser, voir déformer le
sujet ou le contre-sujet dans le développement. Des variations, mutations, ornements,
augmentations et diminutions, minorisations, et majorations, etc. Cette partie de la Fugue est alors
la partie la plus libre. La fin de la fugue s'annonce souvent par une strette ou grande pédale.
C'est encore une règle qui date d'avant Bach, que les morceaux en mineur doivent se terminer en
majeur, car on était de l’opinion que seul l'accord majeur ait un caractère conclusif pleinement
satisfaisant. Cependant, pendant la vie de Bach cette règle change. On peut alors constater que dans
le CBT 1 une fugue, celle de Sol dièse mineur finit en mineur. Dans le CBT 2 ce sont cinq préludes,
celles en Ut mineur, Ut dièse mineur, Ré dièse mineur, Fa mineur et Sol dièse mineur, et une fugue,
celle en Ut mineur.

Il existe dans le CBT aussi des doubles et des triples fugues. Une double fugue est une fugue qui
développe deux sujets. Il y en a deux sortes. La première est l'ancienne forme et n'existe pas dans le
CBT, deux sujets sont alors présentés ensemble dès le début. Chez la deuxième forme, on développe
le premier sujet et puis le deuxième, chaqu'une vivant sa propre vie. À la fin de la fugue, les sujets
seront unis l'un à l'autre. La double fugue se trouve seulement dans le deuxième cahier du CBT. La
triple fugue est une fugue qui met en œuvre trois sujets. Cela reste cependant un cas très rare dans la
musique. On en trouve dans les deux cahiers, p.ex. En Ut dièse mineur du premier cahier et en Fa
dièse mineur du deuxième cahier.
Contexte historique de l’œuvre

L'histoire :

Le premier livre du Clavier bien tempéré est daté de 1722 et a été écrit pendant ses années
heureuses à Köthen. Il est alors maître de chapelle et directeur des musiciens de chambre et ne doit
pas s'occuper de la musique religieuse puisqu'il travaille pour une cour réformée qui n'a pas d'utilité
de beaucoup de musique pendant le service de l'église. La musique qu'il crée est alors liée à sa
fonction de compositeur, mais aussi et surtout de professeur.
Après Köthen, qu'il quitte en 1723, Bach part à Leipzig et reprends le poste de maître de chapelle et
la musique sacré deviens à nouveau beaucoup plus importante. Il reviendra aux préludes et fugues
seulement dans les dix dernières années de sa vie. Il a terminé le deuxième cahier vers 1744, mais
c'est probable que certains préludes et fugues ont été déjà composés en 1724. On ne connaît pas les
dates exactes de chaque prélude et fugue, puisque Bach reprenait et modifiait plusieurs fois ce qu'il
avait écrit précédemment et parce que le recueil des cahiers était un assemblage de morceaux qu'il
avait écrit à de moments différents. C'était des cahiers qui rassemblaient des préludes et fugues
comme exercices pour ses élèves. C'était pensé comme sujet d'études pour travailler la technique, la
composition et la didactique. Il les a écrit avec beaucoup de variété, aucune ressemblant à une autre,
et il offre en elles une recherche approfondie des proportions des tons et d'accords.
Bach n'a jamais publié le Clavier bien tempéré de son vivant, malgré le succès qu'il avait auprès de
ses élèves qui venaient parfois de loin pour pouvoir prendre des cours chez lui. Ironiquement, 50
ans après sa mort, de 1800 à 1802 il y a même trois éditeurs qui le publieront.

Signification du titre :

Le Clavier bien tempéré, c'est ainsi que Bach l'a nommé. Il y a deux questions qui se posent en
lisant ce titre. Quel clavier, et qu'est-ce que signifie « bien tempéré » ?
Un clavier au temps de Bach n'était bien sûr pas un piano comme on le connaît de nos jours. Un
clavier au temps de Bach a pu être une orgue, un positif, un régale ou une épinette comme les
clavecins. Donc tout ce qui possède un clavier. Comme Bach était lui même très intéressé par la
fabrication d’instrument et l'innovation, il n'a pas imposé un instrument pour pouvoir jouer le CBT.
Le but était d'apprendre des structures et techniques sur n'importe quel instrument avec clavier.
Le terme bien tempéré s'explique avec l'accordage que Bach employait. Pendant un de ses voyages
en 1705, Bach alla de Arnstadt à Lübeck pour écouter Dietrich Buxtehude et probablement prendre
des cours chez lui. Buxtehude lui, employait déjà un nouveau accordage que Andreas Werckmeister,
un organiste et théoricien de musique avait inventé sur sa demande.

L'accordage :

Au moyen âge il existait l'accord pythagoricien, qui se basait sur des quintes pures de la gamme
naturelle. Le problème avec cet accordage était que sur un clavier, l'intervalle de 12 quintes
superposées était plus grand que celle de sept octaves superposées. La dernière quinte avait donc
une différence que l'on appelle le comma pythagoricien. La « fausse » quinte qui se créée et qu'on
entend assez bien avec un tel accordage, s'appelle « le loup ».
Dans la renaissance on a essayé d'égaliser l'échelle, donc de la « tempérer ». Au lieu d'accorder la
gamme sur base de quintes pures, on l'accordait sur des tierces pures et ce fut le tempérament
mésotonique. Avec cet accordage les tons de Do, Ré, Fa et Sol sonnent bien, mais tout ce qui a plus
qu'un dièse ou bémol sonne faux.
Andreas Werckmeister a donc réformé l'accordage avec l'accordage du tempérament inégal. En
allemand le tempérament inégal s'appelle justement Wohltemperierte Stimmung ou accordage
Werckmeister III. L'idée était d'abandonner les quintes et tierces pures et d'étaler le comma
pythagoricien non seulement sur la dernière quinte mais sur quatre quintes pour obtenir un clavier
sur lequel on pouvait enfin jouer dans toutes les tonalités possibles.
Bach n'est pas le premier à avoir écrit des œuvres pour tous les 24 tons. Pachelbel emploie 17 tons
dans ses suites, Johann Caspar Ferdinand Fischer emploie 19 tons majeur et mineur dans sa
collection de préludes et fugues « Ariane musicale ». Johann Mattheson était le premier à employer
24 tons dans son « Manuel du parfait organiste ». Mais le plus grand succès remportera Bach avec
ses préludes et fugues. En dehors du CBT il y aura des tons pour lesquels il n'écrira jamais. Le
premier à écrire des morceaux dans tous les tons sera son fils Carl Philipp Emanuel.
Aujourd'hui on a ce qu'on nome en français la gamme tempérée. Dans cet accordage on a pris l'idée
de Werckmeister d'étaler le comma pythagoricien mais on l'a étalé sur tous les 12 demi-tons. On a
donc abandonné nos intervalles purs, sauf exception des octaves et on a égalisé tout les tons.

Style :

Bach a vécu à une époque de changement entre les styles musicaux comme par exemple entre prima
pratiqua et seconda pratiqua. Mais pas juste musicalement, aussi dans la vie de tous les jours les
structures établies vont de plus en plus faire place à de nouvelles aires, dans les sciences, l'ordre
social ou même les états. Il se sert donc encore des anciennes formes des préludes et fugues, mais il
innove, leur donne un style particulier et créé ainsi une synthèse, un pont au dessus du carrefour des
styles dans lequel il se trouve.
Jamais quelqu'un avant ou après lui ne maîtrisera l'art des préludes et fugues aussi bien. Ce n'est
certainement pas pour rien que l'on considère la mort de ce grand génie comme étant la fin de la
période Baroque.
Références

Partitions :

1) Johann Sebastian BACH, Das Wohltemperierte Klavier, Teil 1, G. Henle Verlag, ed. Urtext
mit Fingersatz, 2007
2) Johann Sebastian BACH, Das Wohltemperierte Klavier, Teil 2, G. Henle Verlag, ed. Urtext
mit Fingersatz, 2007

CD :

Johann Sebastian BACH, Das Wohltemperierte Klavier I&II, The well-tempered clavier I&II,
Andreas Schiff (piano), Deca Classics, 2008

Livres :

1) Alberto BASSO, Jean Sébastien Bach, trad. de l'italien par Hélène Pasquier, Fayard, 1984
2) Hermann KELLER, Le Clavier bien tempéré de Johann Sébastian Bach, l'œuvre –
L'interprétation, trad. de l'allemand par Pierre Auclert, Bordas, Paris 1972

Sites Internet :

1) Thomas SCHÄFER, Stimmung – Von mitteltönig bis wohltemperiert, http://www.br-


online.de/kinder/fragen-verstehen/musiklexikon/2012/03424/, (écrit le 02.02.2014, consulté
le 14.11.2015)
2) Christian PROBST, Schwisti's Musik Seite – Musiktheorie einfach erklärt – Die Fuge,
http://www.schwisti.de/index.php?doc=musikformen&teil=7, (écrit le 25.05.2015, consulté
le 22.11.2015)
3) Balint DOBOZI, Vergleich verschiedener wohltemperierter Stimmungen,
http://www.fres.ch/bd/content/music/bach.html, Proseminararbeit Universität Zürich, 2000,
(consulté le 14.11.2015)