Vous êtes sur la page 1sur 1

L’état est la forme institutionnalisée du pouvoir politique.

Il est doté du monopole de la


contrainte légitime, comme le dirait Marx Weber, et il est chargé de trouver des réponses aux
conflits qui traversent la société. Toutefois et pendant très longtemps, l’Etat a eu pour fonction
principale d’assurer le maintien de l’ordre dans la nation, et tout particulièrement de veiller au
respect du droit de propriété privée. Cette fonction revenait à doter la puissance publique de
moyens lui permettant d’avoir une police, une justice et une défense nationale (Smith 1776). Il en
résultait que le budget de l’Etat était composé de dépenses liées à ces fonctions et des recettes,
principalement procurées par l’impôt, destinées à les financer. Ce phénomène procédait très
largement de la conception libérale du rôle de l’Etat, qui en théorie, n’avait pas de volonté propre.
La satisfaction des besoins individuels passant normalement par les mécanismes du marché, l’Etat
devait contenter de garantir les règles du jeu du marché et, dans le cas contraire, disposer des
moyens de sanctionner ceux qui y contreviendraient. En d’autres termes, il devait se limiter à un
rôle d’Etat-Gendarme ou encore d’Etat minimal.

Dans les faits, les choses ne se sont pas passées ainsi, les formes d’intervention de l’Etat dans
la sphère sociale et économique ont été importantes tout au long du 19ème siècle et jusqu’à la
guerre de 1914-1918. Alors il parait légitime de se demander, qu’elles sont les limites de
l’intervention de l’état, et comment elle fait face à ces limites ?

L’état intervient pratiquement dans plusieurs domaines voir tous, dans le but de restaurer de
nouvelles règles et couvrir quelques défaillances (la concurrence imparfaite, les externalités…).La
principale limite de l’état est le budget économique avec son endettement vis-à-vis à d’autre pays
avec un taux d’intérêt qui ne cesse d’augmenter .L’Etat entre dans un véritable cercle vicieux, c’est
pour cela qu’elle augmente les impôts et réduit les cotisations sociales. L’état alors opte pour une
politique qui mène à augmenter la fiscalité applicable et à baisser les dépenses publiques donc
elle ralentit la croissance économique et contribue aux chômages. Le deuxième volet est son
intervention dans le domaine d’écologie. L’état s’impose sur la pollution des produits finis et
impose aux entreprises une taxe de pollution au choix, l’entreprise devra donc soit produire plus
et payer plus soit réduire la production et payer moins ce qui engendre un taux de chômage plus
élevé.