Vous êtes sur la page 1sur 4

ZAD AL MUSTAQNI' - Imam Al Hajjawy

Commentaire par Salih ibn Fawzan al Fawzan

CHAPITRE – LES RECIPIENTS :

Hajjawy : Chaque récipient qui est propre peut être utilisé même s’il est cher, sauf les
récipients fabriqués en or ou en argent ou plaqué avec ces deux matériaux. En vérité, leur
utilisation est interdite même pour les femmes.

Fawzan : Puisque l'eau est liquide, un récipient est nécessaire pour la contenir. Il peut être fait
d'acier ou de toute autre matière, y compris la peau ou le cuir.

« Chaque récipient…ou en argent » Les matériaux interdits pour l’utilisation comme récipients
sont l’or et l’argent. Ils ne doivent pas être utilisés pour retenir l'eau, la faire bouillir ou comme
pichets pour contenir de l'eau potable. Leur utilisation est interdite pour les musulmans pour la
purification ou autre chose. Tout autre matériel est permis pour utilisation comme récipient, Al
Hamdulilah, même si c’est un matériel cher comme le diamant ou l’émeraude. Cela parce que tout
est permis à moins qu’il y ait une preuve du contraire. Il y a une preuve indiquant le fait que les
récipients en or et en argent sont haram. Le Prophète (SallaAllahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Ne
buvez pas dans des récipients d’or et d’argent, et ne manger pas dans des plats d’or et d’argent. Ils
sont pour eux ici-bas, et pour vous dans l’au-delà. » [Hadith rapporté par Al Bukhary (7/99) et
Muslim (6/134)] Il a aussi dit : « Celui qui boit dans un récipient en argent, on entendra gargouiller
dans son ventre le feu de l’Enfer. » [Hadith rapporté par Al Bukhary (7/146) et Muslim (6/134)]

Donc l’or et l’argent sont totalement interdit. Ils ne sont même pas autorisés à être transformés en
bâton, crosse (un bâton tel que l'aiguillon de bovins et ses semblables. L'interdiction est de faire
un bâton avec de l'or et de l'argent pour son usage personnel et non commercial) en raison de
l'excès et de l'arrogance cela représente.

« ou plaqué avec ces deux matériaux. » Ceci est un exemple pour illustrer l’interdiction. Tout
récipients contenant quelque chose de ces deux matériaux est considéré comme haram sauf s'il
existe des preuves du contraire.

Hajjawy : La purification avec celui-ci est valide. (Il est interdit sur les ornements) sauf un
kit de couture fait de traces d'argent utilisé quand il y a une nécessité.
Fawzan: « Le nettoyage de celui-ci est valide » Si une personne accomplit les ablutions avec un
récipient en or ou en argent, alors cela est valide car il aura accompli tous les critères de validité et
ne possède pas de propriétés qui l'annulent. Toutefois, il est pécheur pour son utilisation.

« sauf un kit de couture… » Il y a une exception à l’interdiction dans une situation : un kit de
couture fait d’argent pour fixer les récipients. Deux clous ou une sangle (qui constitue le kit de
couture) est utilisé pour réparer le trou dans le récipient. Ceci est permis comme l'a montré le
Prophète ('Alayhi salat wa salam). Il a raccommodé sa tasse avec des lanières d'argent. Les
exigences pour cela sont :

1. Ce doit être un kit de couture.


2. Il doit être en argent et non en or. Comme l'exemple du Prophète ('Alayhi salat wa salam)
mentionne spécifiquement l'argent.
3. Il doit avoir une petite portion d'argent. S'il en contient beaucoup, c'est interdit.
4. Il est utilisé pour une nécessité (à savoir pour réparer le récipient) et non pour la parure.

Hajjawi : Le contact inutile avec l'argent est détestable.

Fawzan : Bien que le kit de couture puisse être utilisé en cas de besoin, les lèvres venant en
contact avec la zone fusionnée avec de l'argent sont détestées. Ceci est en ligne avec l'interdiction
générale d'utiliser de l'argent.

Hajjawy : Les récipients appartenant aux mécréants sont permis même si leur viande
abattue est interdite. Leurs vêtements sont permis même si leurs statuts est inconnu.

Fawzan : « Les récipients… leurs vêtements sont permis » En fait il est permis, ceci est la règle de
base. Les musulmans sont venus à posséder des propriétés des mécréants au cours des guerres qui
comprenaient des récipients. Les musulmans s'en sont également servis. Nous importons des
récipients, des vêtements et des produits manufacturés des mécréants jusqu'à ce jour. Il n'a jamais
été mentionné nulle part que les musulmans avaient l'habitude de les laver avant de les utiliser. De
même, ils avaient l'habitude de revêtir les vêtements des mécréants sans les laver. Ils l'ont fait
seulement si les vêtements avaient des impuretés sur eux. C'est parce que la règle de base est qu'ils
sont autorisés. Le corps de l'humain, qu'il soit musulman ou mécréant, est pur. Ce qui en pousse,
comme la transpiration, la salive, les cheveux, les dents et les ongles, est également pur. Ce qui
afflige le mécréant est une impureté intangible, l'impureté d'associer des partenaires à Allah
(shirk), pas tangible.

« si leurs statuts est inconnu. » Faisant référence aux vêtements, car la règle de base est la
permission. Dans certains de ses voyages, le Prophète (SallaAllahu ‘alayhi wa salam) a utilisé un
sac d’eau appartenant à une femme polythéiste pour accomplir les petites ablutions. Donc en
conclusion, les récipients appartenant aux mécréants dont la viande est interdite (par ex. les
associateurs) peuvent être utilisés sans aucune réserve, tout comme ceux appartenant aux Juifs et
Chrétiens (dont la viande est permise).

Hajjawy : Et la peau d’une carcasse ne devient pas pure en la tannant. Cependant, il est
permis de l’utiliser après le tannage sur la peau sèche d'un animal qui était pur avant la
mort.

Fawzan : Le sujet de la peau des carcasses nécessite plus d’explications :

Premièrement, la peau d’un animal dont la viande n’est pas halal comme l’âne ou le chien, sa peau
ne devrait pas être utilisée car elle est par essence impure. Elle n’atteindra pas la pureté en la
tannant ou par d’autres méthodes. La peau des lions et des serpents ne peut pas être utilisées
même si elles sont tannées. Elles sont essentiellement impures.

Deuxièmement, si c’est un animal dont la viande est halal pour la consommation et qu’il meurt
d’une autre chose que l’abattage, alors sa viande est haram. Allah ‘azzawajel a dit : « Vous sont
interdits la bête trouvée morte, » (Sourate Al Ma’ida – V.3) Cette ayah inclut aussi la peau des
animaux car elle en fait partie. L'auteur a fait une exception pour la peau tannée en raison de la
preuve du hadith où le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) aurait vu un mouton mort être traîné et a
dit « N'utiliserez-vous pas la peau ? » Les Compagnons ont dit "Ô Messager d'Allah, il est mort" Il
a répondu "Il est purifié par l'eau et al-Qaraz" (Al Qaraz est un arbre qui est utilisé pour le tannage.
C'est une feuille utilisée dans le tannage – Voir al-Lisan 7/454) Dans ce hadith il faisait allusion au
tannage. Dans un autre hadith le Prophète ('Alayhi salat wa salam) a dit « Chaque fois que la peau
est tannée, elle devient pure. "Ceci est la preuve que la peau d'un animal mort dont la viande est
halal pour la consommation peut être utilisée après le tannage.

« Et la peau d’une carcasse ne devient pas pure en la tannant. » C'est dans la Madhab d'Ahmad.

Hajjawi : Les os, le lait et toutes les autres parties de la carcasse de l’animal est impure
sauf les cheveux et autres choses similaires. Une partie de la chair d'un animal vivant est
comme la viande d'une carcasse morte.

Fawzan : « Les os, le lait…est impure » L'accent se déplace maintenant de la peau au reste de la
carcasse. Ses os sont najis car ils font partie de la carcasse. Ceci s'applique à toutes les autres
parties d'une carcasse, y compris les cornes et ses sabots. Allah (Subhanahu wa ta’Ala) a
dit : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, » (Sourate Al Ma’ida – V.3) Les parties
intégrantes de la vie de l'animal deviennent najis à sa mort.

« sauf les cheveux » Les cheveux sont exemptés de cette interdiction car c’est une partie de son
corps qui ne maintient pas en vie l’animal.

« et d’autres choses similaires. » Par exemple, les plumes de l’oiseau. Si elle meurt, ses plumes
peuvent être utilisées car les plumes ne font pas partie intégrante de la vie de l'oiseau. Cependant,
un œuf encore dans le corps d'un poulet est considéré comme haram pour la consommation et il
est najis car il est considéré comme une partie du poulet mort.

« Une partie de la chair d’un animal vivant est comme la viande d’une carcasse morte. » Les
exceptions sont le poisson et le criquet qui peuvent être mangés sans être abattus selon le rite
Islamique. Le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) : « Il est permis pour nous de manger deux choses
mortes : le poisson et le criquet. » [Hadith rapporté par Ahmad (2/97) et Ibn Majah (3218)]

Si un morceau de chair est arraché à un criquet alors qu'il est encore vivant, il est halal car même
le criquet mort est halal. La même chose s'applique au poisson. Le Prophète ('Alayhi salat wa
salam) a mentionné le hadith mentionné plus haut parce que quand il est arrivé à Médine, il a
noté que les habitants là-bas coupaient et mangeaient des morceaux de chair d'animaux vivants.
Alors il a dit dans une autre narration : « Tout ce qui est coupé d'un bétail qui est vivant, alors
cette partie est comme la viande d'une carcasse. » [Hadith rapporté par Ahmad (5/218), Abu
Dawud (2858) et d’autres.]