Vous êtes sur la page 1sur 1

FMC

LES 10 POINTS
CLÉS DERMATOLOGIE

Gale : les failles de la prise


une réinfestation du sujet précédemment
traité de manière satisfaisante. Il faut
prendre en compte la période d’incuba-

en charge tion, qui est en moyenne de trois semaines.

8. Le non-respect du traitement des


vêtements du patient et de son envi-
Malgré un diagnostic et une prise en charge initiale ronnement. À cet effet, il est important
adaptée, il est possible de revoir les patients du fait de recommander la réalisation d’une
d’une inefficacité des mesures recommandées. application de pyréthrinoïdes au niveau
des literies et des canapés. Pour ce qui
est des vêtements, il faut insister sur le
DR PIERRE FRANCES, fait qu’ils doivent être lavés à 60 °. En cas
BANYULS-SUR-MER (66) d’impossibilité (tissu trop fragile), il faut
DR BASTIEN RIVES, PIA (66) entreposer ces effets dans un sac poubelle
hermétiquement fermé durant au moins

1. La gale est une parasitose ubiquitaire.


Il est difficile d’effectuer une évalua-
tion fiable du nombre de cas. Cependant,
vingt-quatre heures.

9. L’existence d’une résistance aux


traitements prescrits. Cette éven-
en France, l’Institut de veille sanitaire tualité reste exceptionnelle, mais doit
SHUTTERSTOCK

(InVS) en 2010 a établi l’incidence an- être prise en compte. Des cas de résistance
nuelle de cette pathologie à 328 cas pour aux pyréthrinoïdes ont été observés dans
100 000 personnes. Cette affection est en différents pays, et seraient dus à une mu-
pleine recrudescence, avec une augmen- tation du gène du canal sodique. En Aus-
tation significative de son incidence de
+10 % depuis 2002. Certaines failles dans
la prise en charge peuvent contribuer à
4. Un non-respect de la fréquence
d’administration. Les traitements
actuellement sur le marché sont neuro-
tralie, des cas de résistance à l’ivermectine
au sein des communautés aborigènes ont
été relatés. Ces cas seraient secondaires à
expliquer ces chiffres. toxiques pour le sarcopte. Cependant, une altération du canal chlore.

2. Une mauvaise observance du trai-


tement. Il est simple pour le pra-
ticien d’effectuer une prescription de
ils n’ont pas d’action sur les œufs du
fait d’une demi-vie trop courte des thé-
rapeutiques administrées. Par voie de
10. Un prurit persistant pas nécessaire-
ment en relation avec une infection
parasitaire. Deux cas de figure peuvent
traitement, mais les patients concer- conséquence, il est impératif d’effectuer expliquer ce prurit :
nés sont parfois dans une grande pré- une deuxième administration entre le – le prurit persiste souvent quelques se-
carité sociale. De ce fait, ils ne peuvent 7e et le 10e jour. maines après un traitement bien conduit,
pour des raisons financières acheter le
ou les traitements prescrits. D’autre
part, les traitements nécessitent une
5. Une application pas nécessaire-
ment optimale des traitements
locaux. Lors de l’administration, il faut
ou peut être induit par le traitement, qui a
une action irritante sur la peau ;
– le fait que le sujet, « choqué » par cette
information claire et détaillée car l’ad- penser à appliquer le traitement sous les infestation, développe un syndrome
ministration est parfois complexe. En ongles, et ne pas oublier que ces traite- d’Ekbom (parasitophobie, avec une
conséquence, certains patients utilisent ments concernent la totalité de la surface conviction de la persistance des parasites
les traitements prescrits de manière corporelle. Même si le visage et le cou au niveau cutané).
inadaptée. sont rarement atteints, il est conseillé de

3. Un non-respect des modalités de


l’administration des traitements
prescrits. Pour la perméthrine, et le
traiter également la face. Cependant, on
doit éviter une application au niveau de
la bouche et des yeux.
RÉFÉRENCES
1. Bernigaud C, Chosidow O. La gale. La Revue du Praticien
2018;68(1):63-8.
benzoate de benzyle, il faut effectuer deux
applications cutanées, avec la nécessité
d’une durée d’application (8 à 12 heures
6. Une complexité du traitement de
certaines formes de gale qui génère
des difficultés dans la prise en charge de
2. Monsel G. La Revue du Praticien-MG 2016;30(968):671-3.
3. Pilly E. Maladies infectieuses et tropicales. Ed. Vivactis
plus, 2017.
pour la perméthrine, et 24 heures pour le certains patients. Ainsi, la gale hyperké- 4. Bitar D, et al. Annales de dermatologie et de vénéréologie
benzoate de benzyle). Pour l’esdépallé- ratosique est une gale très contagieuse se 2012;139:428-34.
thrine + butoxyde de pipéronyle, la durée caractérisant par des placards hyperkéra- 5. Bessis D. Manifestations dermatologiques des maladies
d’application du spray sur le corps doit tosiques. Une association d’un traitement infectieuses, métaboliques et toxiques. Ed. Springer, 2008.
être de douze heures. local et général est nécessaire.
Pour l’ivermectine, le traitement est adap-
té au poids du sujet, et l’administration
doit se faire en une prise unique.
7. L’absence de traitement de l’entourage
qui peut être contaminé. Il faut être vi-
gilant à cet élément qui peut entraîner à
* Les Drs Pierre Frances et Bastien Rives
déclarent n’avoir aucun lien d’intérêts
concernant les données de cet article.

21 > 27 janvier 2019 n° 202 / 25

TOUS DROITS RESERVES - EGORA