Vous êtes sur la page 1sur 82

Table des matières

Page

Dédicaces i

Remerciments ii

Table des matières iii

Table des figures viii

Liste des tableaux x

Introduction Générale xiii

1 Présentation de l’organisme d’accueil 1


1.1 Présentation du BET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Mission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3 Moyens Matériels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.4 Moyens personnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.5 Projets en cours de réalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

2 Présentation du projet 4
2.1 Intervenants du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.2 Situation géographique du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.3 Description architecturale du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.4 Système de fondation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.5 Joints de structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

iii
TABLE DES MATIÈRES

3 Conception structurale 7
3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3.2 Conception de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3.2.1 Éléments structuraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3.2.2 Difficultés et contraintes rencontrés lors de la conception . . . 9

4 Caractéristiques des matériaux et hypothèse de calcul 10


4.1 Béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
4.1.1 Résistance caractéristique à la compression du béton . . . . . 10
4.1.2 Résistance de calcul pour la compression . . . . . . . . . . . . 10
4.1.3 Résistance en traction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
4.1.4 Module de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
4.1.5 Limitation de la contrainte de compression du béton . . . . . 11
4.2 Aciers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
4.2.1 Limite d’élasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
4.2.2 Contrainte de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.2.3 Module d’élasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.2.4 Limitation de la contrainte de traction de l’acier . . . . . . . . 12
4.3 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.3.1 Charge permanente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.3.2 Charge d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

5 Étude d’une dalle pleine 15


5.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
5.2 Pré-dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
5.3 Calcul des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
5.3.1 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
5.3.2 Moment fléchissant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
5.4 Détermination des treillis soudés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
5.4.1 Calcul de la section minimale des armatures . . . . . . . . . . 20
5.4.2 Vérification de l’effort tranchant . . . . . . . . . . . . . . . . 21
5.5 Vérification à l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
5.5.1 Vérification des contraintes pour le béton et pour l’acier . . . 21

iv
TABLE DES MATIÈRES

5.5.2 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22


5.6 Disposition constructive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
5.6.1 Longueur d’ancrage de référence . . . . . . . . . . . . . . . . 22
5.6.2 Longueur d’ancrage de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.6.3 Recouvrement des armatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.6.4 Longueur d’ancrage des aciers supérieur . . . . . . . . . . . . 23

6 Étude d’un poteau 25


6.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
6.2 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
6.2.1 Charge permanente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
6.2.2 Charge d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.2.3 Effort normale à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.3 Longueur de flambement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.4 Armatures longitudinales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.4.1 Élancement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.4.2 Section extrêmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.5 Méthode de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.5.1 Rigidité nominale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.5.2 Détermination des armatures longitudinales . . . . . . . . . . 30
6.6 Armatures transversales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6.6.1 Choix des armatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6.6.2 Espacement en zone courante . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
6.6.3 Zone de recouvrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
6.6.3.1 Longueur d’ancrage requise . . . . . . . . . . . . . . 32
6.6.3.2 Longueur d’ancrage de calcul . . . . . . . . . . . . . 32
6.6.3.3 Longueur de recouvrement . . . . . . . . . . . . . . 32
6.6.3.4 Espacement en zone de recouvrement . . . . . . . . . 32

7 Étude d’une poutre 35


7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
7.2 Pré-dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
7.3 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

v
TABLE DES MATIÈRES

7.4 Détermination des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37


7.4.1 Choix de la méthode de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
7.4.2 Combinaison des charges pour la détermination du moment . 38
7.4.3 Détermination des moments sur appuis . . . . . . . . . . . . . 40
7.4.4 Détermination du moment maximale sur travée . . . . . . . . 40
7.4.5 Détermination des efforts tranchant . . . . . . . . . . . . . . . 41
7.5 Calcul ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.5.1 Armatures longitudinales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.5.1.1 Largeur de la table de compression . . . . . . . . . . 43
7.5.1.2 Dimensionnement des armatures à l’ELU . . . . . . . 44
7.5.1.3 Vérification à l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
7.6 Détermination des armatures transversales . . . . . . . . . . . . . . . 47
7.6.1 Effort tranchant réduit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
7.6.2 Nécessité des armatures d’effort tranchant . . . . . . . . . . . 47
7.6.3 Armatures de l’effort tranchant . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
7.6.3.1 Vérification de la compression des bielles . . . . . . 48
7.6.3.2 Pourcentage minimale d’armatures transversales . . . 48
7.6.3.3 Armatures d’effort tranchant . . . . . . . . . . . . . 48
7.6.3.4 Espacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
7.6.3.5 Répartition des armatures . . . . . . . . . . . . . . 49
7.7 Vérification des appuis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
7.7.1 Aciers de glissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
7.7.2 Vérification du béton des bielles d’about . . . . . . . . . . . . 50
7.7.2.1 Longueur d’ancrage de référence . . . . . . . . . . . 50
7.7.2.2 Longueur d’ancrage de calcul . . . . . . . . . . . . . 51
7.7.2.3 Vérification des bielles d’about . . . . . . . . . . . . 52
7.7.2.4 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . 52

8 Étude d’une semelle rectangulaire 53


8.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
8.2 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
8.2.1 Charge permanente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
8.2.2 Charge d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

vi
TABLE DES MATIÈRES

8.3 Dimensionnement de la semelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54


8.4 Dimensionnement du gros béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
8.5 Vérification de gros béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
8.6 Ferraillage de la semelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
8.6.1 Méthode de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
8.6.2 Calcul moment dans 1ère direction . . . . . . . . . . . . . . . 55
8.6.3 Calcul moment dans la 2ème direction . . . . . . . . . . . . . 55
8.7 Disposition constructive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
8.7.1 Longueur d’ancrage de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
8.7.2 Longueur d’ancrage de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
8.7.3 Attentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

9 Calcul numérique et comparaison avec le calcul manuel 57


9.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
9.2 Présentation du logiciel et procédure de calcul . . . . . . . . . . . . . 57
9.3 Comparaison du calcul manuel avec calcul numérique . . . . . . . . . 65
9.3.1 Les armatures longitudinales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
9.3.2 Les sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Conclusion 67

Bibliographie 69

Annexes 71
Annexe A :Tableau ferraillage ADETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
Annexe B :Tableau de vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . 71
Annexe C : Désignation de la géométrie ADETS . . . . . . . . . . . . . . . 71
Annexe D : coefficient de longueur d’ancrage . . . . . . . . . . . . . . . . 71

vii
Table des figures

1.1 Organigramme de BET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

2.1 Situation géographique du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

5.1 Panneau étudié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16


5.2 Diagramme moment fléchissant ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
5.3 Diagramme moment fléchissant ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
5.4 Schéma de ferraillage de la dalle pleine . . . . . . . . . . . . . . . . 24

6.1 Poteau étudié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25


6.2 Détermination du coefficient de fluage . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
6.3 Courbe d’interaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
6.4 Espacement en zone de recouvrement . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

7.1 Schéma mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35


7.2 Poutre étudié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
7.3 Combinaison 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7.4 Combinaison 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
7.5 Combinaison 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
7.6 Diagrammes des moments fléchissant à l’ELU . . . . . . . . . . . . . 41
7.7 Diagramme des moments fléchissants à l’ELS . . . . . . . . . . . . . 41
7.8 Effort tranchant à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.9 largeur participante de la table de compression . . . . . . . . . . . . 43

9.1 Model 3D du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59


9.2 Schéma ferraillage poteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

viii
TABLE DES FIGURES

9.3 Schéma ferraillage Poutre (Travé1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61


9.4 Schéma ferraillage poutre( Travé 2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
9.5 Schéma ferraillage Poutre (Travé3) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
9.6 Schéma ferraillage semelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

9.1 Désignation de la géométrie ADETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

ix
Liste des tableaux

4.1 Poids volumique de quelques matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . 13


4.2 Plancher Haut Parking en Dalle Pleine . . . . . . . . . . . . . . . . 13
4.3 Surcharge d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

5.1 Épaisseur minimale de la dalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

7.1 Chargements sur la poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


7.2 Charges des combinaisons des travées . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
7.3 Moment sur appuis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
7.4 Moment maximale sur travée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
7.5 Effort tranchant à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.6 Effort tranchant à l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.7 Longueur l0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
7.8 Valeur de bef f . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
7.9 Armatures longitudinales en travées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
7.10 Armatures longitudinales en appuis . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
7.11 Effort tranchant réduit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
7.12 Espacement initial des armatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
7.13 Répartition des armatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
7.14 valeur de α5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
7.15 Longueur d’ancrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
7.16 Vérification des bielles d’about . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
7.17 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

x
LISTE DES TABLEAUX

9.1 Tableau comparatif des armatures longitudinales pour la poutre étu-


dié à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
9.2 Tableau comparatif des moments fléchissant pour la poutre étudié à
l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
9.3 Tableau comparatif des moments fléchissant pour la poutre étudié à
l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
9.4 Tableau comparatif des efforts tranchants pour la poutre étudié à
l’ELU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
9.5 Tableau comparatif des efforts tranchants pour la poutre étudié à
l’ELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

9.1 Tableau ADETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71


9.2 Valeurs de base du rapport portée/hauteur utile pour les éléments
en béton armé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
9.3 coefficient de longueur d’ancrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

xi
Introduction Générale

Le projet de fin d’études représente la dernière phase de notre cycle de formation


au sein de l’Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul. Il consiste à
appliquer l’ensemble des connaissances acquises tout au long de nos trois années
universitaires sur un projet réel du domaine de Génie Civil. Il est consacré à la
conception et au calcul d’une structure en béton armé "Les Orientales" (RDC+4
étages).
Un projet de conception et de calcul en béton armé est indispensable afin d’ac-
quérir une méthode de travail et de confronter les difficultés qui peuvent rencontrer
le technicien lors de l’étude d’un projet réel, aussi bien au niveau de la conception
qu’au niveau du calcul.
Au premier lieu, on a donné une présentation de l’organisme d’accueil ensuite j’ai
présenté le projet, son emplacement, sa surface,les données de site, et la description
architecturale.
Au deuxième lieu, on fait la conception de la structure tout en respectant les
aspects architecturales et économiques. Avant de passer à la phase de calcul on
doit préciser les caractéristiques des matériaux ainsi que les différentes hypothèses
de calcul adoptées pour ce projet. On doit également évaluer les charges perma-
nentes et d’exploitation pour les différents dalles. Puis, on effectue le calcul manuel
et numérique de quelques éléments en béton armé (poutre, dalle pleine, poteau, se-
melle).Afin de vérifier notre travail j’ai opté un étude comparatif pour les résultats
obtenu manuellement et avec logiciel.
Finalement on terminera par une conclusion générale.

xiii
Chapitre 2

Présentation du projet

2.1 Intervenants du projet


Les intervenants de ce projet sont :
-Maitre d’ouvrage : SCCV Les Orientales.
-Architecte : ALINEA-Architecte.
-Bureau d’étude structure : FAZ-PROJECT.
-Bureau contrôle : SOCOTEC.
-Bureau d’étude géotechnique : KORNOG géotechnique.
-Entrepreneur : LEGENDRE.

2.2 Situation géographique du projet


Les orientales se localise à 136, avenue de la République 56700, situé à l’entrée
Ouest d’ Hennebont depuis Lorient et Caudan.

2.3 Description architecturale du projet


Les Orientales est un ensemble de 6 bâtiments (A/B/C/D/E/F) de logement et
de commerce, mon étude s’intéresse au 3 blocs (D/E/F) qui se compose par 45
logements sociaux (RDC+ 4 étages) .

4
2.4 Système de fondation

Figure 2.1 – Situation géographique du projet

L’élévation de ce bâtiment est de 25 mètres et son emprise est de forme rectan-


gulaire.
Il est composé de :
- Rez-de chaussée de hauteur sous plafond 3.75 m d’une superficie 1667 m2.
- Première étage de hauteur sous plafond 2.6 m d’une superficie 1008 m2 .
- Les étages restantes identiques de hauteur sous plafond 2.52 m d’une superficie
1008 m2.
Le RDC des bâtiments D/E/F se compose en parking commun des bâtiments
A/B/C de 90 places (23 boxes sociaux /35 boxes privés /32 places ouvertes) et des
locaux techniques.

2.4 Système de fondation


L’examen de la nature du sol se fait par le bureau géotechnique KORNOG, les
résultats obtenus sont :
- Remblais limono-graveleux à sablo-graveleux marron gris et noir, avec déchets

5
Chapitre 2 Présentation du projet

de déconstruction : briques, blocs, racines, enrobé sur une d’épaisseur variable entre
0.3 m à 1.2 m.
- Limon marron, avec petits cailloux et rares racines, jusqu’à une profondeur de
0.5 m.
- Altérites limoneuses à argileuses et arènes sableuses micacées et soyeuses, marron
jusqu’à une profondeur variant de 1.0 à 5.5 m.
- Granite altéré à peu altéré marron roux gris, se débitant en petits blocs et
plaquettes.
En effet, l’étude géotechnique donne comme choix des fondations :
- Fondations profondes (pieux) pour les blocs D et E.
- Fondations superficielles à semi-profondes pour bloc F.

2.5 Joints de structure


Afin d’éviter une déformation excessive de la structure, on a des joints de structure
qui séparent les blocs D et E avec F pour parer d’une part au retraits et d’autre
part au tassement différentiels.
Ces joints structurels doivent être judicieusement distribués, et concerner toute
l’épaisseur de la maçonnerie (y compris chapes, enduits et revêtements extérieurs
rapportés) sur environ 2 cm de largeur, ils ne peuvent être obturés qu’avec des
matériaux ou profilés qui s’adaptent à des déformations importantes.
En pratique, l’espacement maximal entre deux joints de structure consécutifs varie
entre 25 et 50 m selon les conditions climatiques (plus le climat est humide plus
l’espacement est important).

6
Chapitre 3

Conception structurale

3.1 Introduction
La conception structurale est la tâche la plus importante dans un projet pour
laquelle nous avons consacré le plus de temps. Nous avons fait appel à notre connais-
sance, à notre créativité et à mon étroite expérience pour proposer des solutions qui
respectent les contraintes architecturales et esthétiques exigées.

3.2 Conception de la structure


la conception d’une structure doit satisfaire les arts de la construction. Ensuite, elle
doit d’une part tenir compte des contraintes imposées par la partie architecturale,
à savoir le type des locaux, le respect des hauteurs libres et les types des maté-
riaux utilisés. D’autre part, elle doit optimiser le coût du projet sous les contraintes
techniques mentionnées.
En effet, pour bien concevoir ma structure je me suis basé sur les critères suivants :
- Respecter les plans architecturaux pour conserver l’aspect architectural et es-
thétique du bâtiment.
- Assurer la stabilité et la rigidité de la structure.
- Assurer une bonne fonctionnalité des locaux en évitant les grandes retombées.
La structure porteuse de ce projet est constituée essentiellement par des voiles
porteurs et des dalles pleines et des poteaux. Nous avons ainsi respecté leur em-

7
Chapitre 3 Conception structurale

placement pour éviter la modification architecturale du projet et la répercussion


inesthétique.

3.2.1 Éléments structuraux

- Voile et dalle pleine

Le système voile et dalle pleine peut garantir la stabilité de la structure et respecter


l’aspect architecturale de la construction puisqu’il peut jouer double rôle d’une part
comme étant des éléments porteurs verticaux et d’autre part la séparation interne
du locaux (cloisons) surmonté par des dalles pleines en béton armé. Ce système est
caractérisé aussi par une rapidité de coffrage (coffrage tunnel) et il nous offre des
parois lisses.

- Poteaux

Les poteaux sont implantés par défaut par l’architecte donc la conception ne doit
pas subir aucune modification dans l’ajout ou l’élimination des poteaux seulement
en cas où on a une grande portée de la dalle ou grand retombé des poutres donc à
ce moment on doit avoir l’autorisation de l’architecte.

- Poutres

Afin de respecter l’aspect architecturale des étages on admette des bandes noyées
de portée ne dépasse pas 5.5 m et d’épaisseur équivalent à l’épaisseur de la dalle.
Pour le RDC on a créé des poutres isostatiques et hyperstatiques mais on doit laisser
une hauteur libre minimale de 2.05 m.
Au cours de la conception de la superstructure on a rencontré des voiles qui ne
sont pas superposés avec les voiles inférieurs donc à ce moment nous avons opté
au système poutre-voile ou poutre voile console selon le cas. Dans la conception de
l’infrastructure les longrines sont placées on cas ou on a une discontinuité de voile
(des ouvertures), mais pour un voile continue on a opté le système poutre-voile.

8
3.2 Conception de la structure

3.2.2 Difficultés et contraintes rencontrés lors de la conception


- Les panneaux des dalles pleines ont un grand porté qui résulte une déformation
importante à ce moment-là il est nécessaire de créer des bandes noyées afin de réduire
le porté des panneaux.
- Les étages ne sont pas identiques, donc on a une discontinuité verticale des
voiles d’un étage à un autre, alors on doit choisir des poutres voiles ou poutres
voiles console comme étant une solution constructive.
- En cas de présence d’un joint de dilatation, les dalles sont espacées de 2 cm donc
pour assurer la liaison du plancher haut parking entre les bâtiments D/E/F avec
A/B/C on a opté un corbeau filant.
- La présence du poteau naissant peut provoquer un problème donc il est nécessaire
de mettre une poutre au-dessous .

9
Chapitre 4

Caractéristiques des matériaux et


hypothèse de calcul

4.1 Béton

4.1.1 Résistance caractéristique à la compression du béton

L’Eurocode 2 est fondé sur la résistance à la compression caractéristique, notée


fck, sur cylindre (Ø = 16 cm ; h = 32 cm) et la résistance mesurée sur cube de 10
cm ou plus souvent 15 cm de côté suivant le diamètre du granulat, qui varie de 12
à 90 MPa à 28 jours d’âge. L’environnement de notre projet est à humidité modéré
car au taux d’humidité de l’air ambiant est moyen donc j’ai adopté pour le béton la
classe C25/30 (risque de corrosion induite par carbonatation), donc fck=25 MPa.

4.1.2 Résistance de calcul pour la compression

fcd = αcc fγcck


avec :
αcc = 1
γc = 1.5 en cas courante
25
fcd = 1. 1.5 = 16.7MPa

10
4.2 Aciers

4.1.3 Résistance en traction


La résistance du béton en traction est devisée en 3 trois types, chacun a son utilité
selon le problème à résoudre :
- Résistance moyenne en traction : pour la déformation de la structure fctm =
2
0.3fck3 = 2.56 MPa
- Résistance caractéristique en traction, fractile 5% : pour calculer les effets des
actions indirectes avant fissuration (par exemple, pourcentage minimal d’armatures).
fctk , 0.05 = 0.7fctm
- Résistance caractéristique en traction, fractile 95% : pour calculer la contrainte
ultime d’adhérence et le moment de fissuration fctk , 0.95 = 1.3fctm

4.1.4 Module de déformation


Il est donné par la formule suivante : Ecm = 22000( fck+8
10
)0.3 = 31000 MPa

4.1.5 Limitation de la contrainte de compression du béton


Pour éviter l’apparition de fissures longitudinales, à moins que des mesures spé-
ciales, telles que l’augmentation de l’enrobage des aciers comprimés ou le confine-
ment par des armatures transversales, n’aient été prises, la contrainte de compression
du béton est limitée sous la combinaison caractéristique des charges à :
σc = k1 .fck
avec k1 = 0.6 d’après l’annexe français
σ¯c = 0.6x25=15 MPa

4.2 Aciers

4.2.1 Limite d’élasticité


Les aciers retenus sont conformes à la norme EN 10080. Ce sont les B500A (acier
à ductilité normale) ou les B500B (acier à ductilité haute) à 500 MPa de limite
élastique ; la limite élastique est notée : fyk = 500 MPa

11
Chapitre 4 Caractéristiques des matériaux et hypothèse de calcul

4.2.2 Contrainte de calcul


Elle est donné par la formule suivante :
fyk 500
fyd = γs
= 1.15
= 435 MPa
avec γs = 1.15 dans les cas courante

4.2.3 Module d’élasticité


Le module d’élasticité est égal à : Es = 200000MPa

4.2.4 Limitation de la contrainte de traction de l’acier


Afin de respecter les exigences de durabilité et d’éviter une ouverture excessive des
fissures, la contrainte de traction des armatures sous la combinaison caractéristique
des charges est limitée à : σ¯s = k3 fyk = 0.8x500 = 400 MPa

4.3 Évaluation des charges

4.3.1 Charge permanente


Il s’agit des charges, autres que celles provenant de l’utilisation de l’ouvrage, sou-
mises aux éléments porteurs du bâtiment et dont la variation au cours du temps est
négligeable. Celles-ci sont principalement déterminées à travers des caractéristiques
telles que : poids volumique, épaisseur, section. . .
Les charges permanente sont différentes d’une zone à une autre selon le domaine
d’utilisation , donc le CCTP définit les charges de chaque partie par :
- Locaux d’habitation, circulations et halles : G=0.25t/m2+pp
- Terrasse et balcons : G=0.15 t/m2 +pp
avec
pp : poids propre de la dalle
Poids volumique de béton : ω̄ = 2.5t/m3
Dalle d’épaisseur 0.23 m : pp=0.23x2.5=0.575 t/m2
Dalle épaisseur 0.20m : pp=0.2x2.5=0.5 t/m2

12
4.3 Évaluation des charges

Matériaux Poids volumique (kN/m3 )


Béton armé 25
Béton non armé 22
Mortier de ciment 19 à 23
Mortier de chaux 12 à 18
Mortier de ciment et chaux 18 à 20
Sable 17
Carrelage 22
Plâtre 10
Verre 25
Acier 78.5

Tableau 4.1 – Poids volumique de quelques matériaux

Produits Poids(kN/m2)
Protection d’étanchéité 0.4
Étanchéité 0.3
Enduit de planéité 0.4
Forme de pente 0.95
Dalle pleine e=23cm 5.75
Enduit sous plafond 0.45
Charge permanente 8.25

Tableau 4.2 – Plancher Haut Parking en Dalle Pleine

13
Chapitre 4 Caractéristiques des matériaux et hypothèse de calcul

4.3.2 Charge d’exploitation


Ce sont les surcharges engendrées par le type d’utilisation de l’ouvrage (habitation,
bureau, espace commercial. . . ).

Type d’exploitation Charge(kN/m2)


Escalier d’habitation 2.5
Escalier de commerce 4
Balcon et salles communes 3.5
Bureau 2.5
Dépôt de matériels 4
Espace commerciale 5
Restaurants et cuisines 2.4
Salles fitness 4
Habitations 1.5
circulation 2.5
Archives 8
Local technique 10
Hall 4
Terrasses accessibles 1.5
Terrasses non accessibles 1

Tableau 4.3 – Surcharge d’exploitation

14
Chapitre 5

Étude d’une dalle pleine

5.1 Introduction
Une dalle est un élément dont la plus petite dimension dans son plan est supé-
rieure ou égale à 5 fois son épaisseur totale. Une dalle soumise principalement à des
charges uniformément réparties peut être considérée comme porteuse dans une seule
direction si l’une ou l’autre des conditions ci-après est remplie :
- Elle présente deux bords libres (sans appuis) sensiblement parallèles.
ou bien
- Elle correspond à la partie centrale d’une dalle pratiquement rectangulaire ap-
puyée sur quatre côtés et dont le rapport de la plus faible à la plus grande portée
est inférieur à 0.5.

5.2 Pré-dimensionnement
Les portées des dalles sont caractérisées par les portées utiles :
Lef f = ln + a1 + a2 ; avec ln portée entre nu d’appuis et ai= ti/2
La portée de calcul n’est plus la portée entre nus des appuis comme le définit le
BAEL.
0.18
Lx = 2.2 + 2
+ 0.4
2
= 2.49m
0.18 0.5
Ly = 4.68 + 2 + 2 = 5.02m
LX 2.49
LY
= 5.02
= 0.49 < 0.5 donc la dalle porte dans une seule direction (selon EC2).

15
Chapitre 5 Étude d’une dalle pleine

Figure 5.1 – Panneau étudié

16
5.3 Calcul des sollicitations

Le panneau étudié fait partie du plancher haut du parking risque d’incendie donc
la vérification vis-à-vis la stabilité au feu est nécessaire donc : CF= 2 heures
REI120 : classe de résistance au feu pour les critères résistance(R), étanchéité(E)
et isolation (I) pendant 120 minutes.
Selon le tableau donné par l’Eurocode 2 pour la détermination du l’épaisseur du
dalle à partir du classe de résistance au feu on a :

Tableau 5.1 – Épaisseur minimale de la dalle

hs =20 cm ; mais le CCTP exige une épaisseur minimale hmin=23 cm donc h =


23 cm

5.3 Calcul des sollicitations

5.3.1 Évaluation des charges


Poids volumique du béton armé : ω̄ = 25kN/m3
Épaisseur de la dalle : h = 23 cm
Végétalisation sur couche drainant et étanchéité d’épaisseur 30 cm (jardin) = 12
kN/m2
Charge permanente : g =25x0.23+12=15.25 kN/m2
Charge d’exploitation (jardin) : q = 1.5 kN/m2

17
Chapitre 5 Étude d’une dalle pleine

Pu=1.35g+1.5q=1.35x15.25+1.5x1.5=22.83kN/m2
Pser=g+q=15.25+1.5=16.75 kN/m2

5.3.2 Moment fléchissant


- ELU
2 2
Med,t,x = P u. L8x = 22.83. 2.49
8
= 17.69 kN.m
Med,t,y = 0 kN.m

Figure 5.2 – Diagramme moment fléchissant ELU

- ELS

Med,t,x = P ser. L8x 2 = 16.75 kN.m


Med,t,y = 0 kN.m

18
5.3 Calcul des sollicitations

Figure 5.3 – Diagramme moment fléchissant ELS

19
Chapitre 5 Étude d’une dalle pleine

5.4 Détermination des treillis soudés

5.4.1 Calcul de la section minimale des armatures

- Moment réduit ultime


Med,t,x 17.69x10−3
µcu = b.d2.fcd
= 0.22x16.7
= 0.027 < µls = 0.372 (pas des aciers comprimé)
√ √
αu = 1.25(1 − 1 − 2µcu )=1.25(1 − 1 − 2x0.027)=0.034

- Épaisseur béton comprimé

x = αu .d = 0.034x0.2 = 0.0068m

- Bras de levier effort interne

Zc = d(1 − 0.4αu ) = 0.2(1 − 0.40x0.034)=0.197

- Armatures longitudinales sens porteur


Med 17.69x10−4
As,x = Zc.f yd
= 0.197x435
= 2.1x10−4 m2
As,x = 2.1cm2/m

- Vérification des armatures minimales

As,min = max( 0.26b.d.f


fyk
ctm
; 0.0013b.d)=max( 0.26x1x0.2x2.56
500
; 0.0013x1x0.2)=max(2.66cm2/m ;
2.6cm2/m)
Section d’armatures retenues en travée et en appui est
As = As,min = 2.66cm2/m

- Choix des treillis soudés ADETS

Pour notre dalle unidirectionnelle et d’après le tableau annexe de ADETS on a


choisi le treillis soudé ST 30 = 2.83 cm2 /m avec des aciers de montage.

20
5.5 Vérification à l’ELS

5.4.2 Vérification de l’effort tranchant


- Effort tranchant
P Lx
Vx = 2
= 22.83x 2.49
2
= 28.42 kN
Vy = 0 kN

- Effort tranchant résistant de calcul

Vrd,c = max(Vrd,c1 ; Vrd,c2 )



Vrd,c1 = (Crd,c .K. 3 100ρ1 .fck + K.σcp ).b.d
0.18 0.18
Crd,c = γc
= 1.5
= 0.12
q
200mm
K = min(1 + d
; 2)=2
As 2.83
ρ= b.d
= = 0.0014 ; ρ=pourcentage des armatures longitudinales
20x100

Vrd,c1 = (0.12x2x 3 100x0.0014x25)x1x0.2=0.072 MN
Vrd,c2 = ϑ.b.d
2√ 2√
ϑ = 0.035xk 3 fck = 0.035x2 3 25=0.14
Vrd,c2 = 0.14x1x0.2 = 0.028M N
Vrd,c1 = 0.072MN>Vrd,c2 = 0.028M N
donc Vrd,c = 0.072M N
Vrd,c = 0.072MN >Vx = 0.028MN =⇒Armatures de l’effort tranchant ne sont pas
nécessaires.

5.5 Vérification à l’ELS

5.5.1 Vérification des contraintes pour le béton et pour l’acier


- Pour le béton
Mser
σc = Icf
.x1

- Pour l’acier
αe .Mser
σs = Icf
(d − x1 )

21
Chapitre 5 Étude d’une dalle pleine

- Profondeur de l’axe neutre


b.x21
+ 15.x1 .As − 15.As .d1 = 0
2
0.5x1 2+(15x2.83x10−4 )x1 − 15(2.83x10−4 x0.2) = 0
x1 = 0.054m

- Moment d’inertie
b.x31
Icf = 3
+ 15.As. (d − x1 )2
1x0.0543
Icf = 3
+ 15x2.83x10−4 (0.2 − 0.054)2=14.29x10−5 m4

- Contrainte limite de compression du béton

σc,lim = k1 fck = 0.6x25=15MPa

- Contrainte limite de traction d’acier

σc,lim = k3 fyd = 0.8x500=400MPa


−3
σc = MIcf
ser
.x1 = 12.98x10
14.29x10−5
.0.054 = 4.9MPa<σc,lim = 15M P a (condition vérifiée)
16.4x12.98x10−3
σs = αe .M
Icf
ser
(d − x1 ) = 14.29x10−5
(0.2 − 0.054) = 217M P a < σs,lim = 400M P a
(condition vérifiée)

5.5.2 Vérification de la flèche


−4
ρ = Abds = 2.83x100.2
x100 = 0.14% < 0.5%
donc d’après l’annexe de tableau de vérification du flèche on a un béton faiblement
sollicité avec ( dl )max = 40
( dl )réel = 2.49
0.2
= 12.45 < ( dl )max = 40(condition du flèche est vérifié)

5.6 Disposition constructive

5.6.1 Longueur d’ancrage de référence


En admettant la contrainte d’adhérence constante et égale à fbd , la longueur d’an-
crage de référence lb, rqd nécessaire pour ancrer l’effort dans une barre droite vaut :
Lb,rqd = φ.σsd
4.f bd

22
5.6 Disposition constructive

contrainte ultime d’adhérence : fbd = 2.25η1 .η2 .ftcd


η1 = 1 ; en cas du bonne adhérence
η2 = 1 ; car ∅ < 32mm
Résistance de calcul du traction : fctd = αct x0.7f
γc
ctm
= 1x0.7x2.56
1.5
= 1.19M P a
fbd = 2.25x1x1x1.19 = 2.67M P a
σsd : Contrainte effective de la barre à ancré.
Lb,rqd = φ.σsd
4.f bd
φx435
= 4x2.67 = 40.73∅
D’après le règlement de ADETS ∅ST 30 = 6mm
Lb, rqd = 40.73x0.6 = 24.43cm

5.6.2 Longueur d’ancrage de calcul


La longueur d’ancrage de référence est valeur théorique relative donc afin d’avoir
une valeur plus précise l’Eurocode 2 propose une longueur d’ancrage de calcul qui
se traduit par :
Lbd = α1 α2 α3 α4 α5 lbd,rqd
Pour un ancrage droit on a :
α1 = 1
α2 = 1−0.15(Cd−ϕ)
ϕ
= 1−0.15(2−0.6)
0.6
= 1.98
α3 = α4 = α5 = 1 ; car il n’y a pas d’effort tranchant
Lbd = 0.72Lbd,rqd = 0.72x24.43 = 17.58cm

5.6.3 Recouvrement des armatures


Les dimensions d’un panneau de treillis soudé ST30 sont 2.4 m x 6 m donc afin
de mise en place ces treillis soudés sur une dalle de dimension 2.2 m x 4.68 m on
a besoin de 2 panneaux de dimension (2.4 x2.4) et (2.4 x 1.89).D’après le norme
ADETS la longueur de recouvrement est égale à L0 = 0.3m

5.6.4 Longueur d’ancrage des aciers supérieur


L1 = max(lbd ; 0.2lx ) = max(17.58; 0.2x24.9) = max(17.58; 49.8) = 49.8cm

23
Chapitre 5 Étude d’une dalle pleine

Figure 5.4 – Schéma de ferraillage de la dalle pleine

24
Chapitre 6

Étude d’un poteau

6.1 Introduction

Le poteau étudié est un poteau rectangulaire P2.217 de dimension proposée par


l’architecte (18x80) implanté au niveau RDC.

Figure 6.1 – Poteau étudié

25
Chapitre 6 Étude d’un poteau

6.2 Évaluation des charges

6.2.1 Charge permanente


- Charge de la dalle pleine

- Charge dalle pleine niveau RDC

GdRDC = 0.25t/m2 (circulation) + pp


pp = 2. 5 t /m3 x (S1+S2+S3) x e
S1(m2) S2(m2) S3(m2)
1.88 5.28 8.31
pp = 2.5 x 15.47x 0.23 =8.89 t
Gd = 0.25 + 8.89 = 9.14 t

- Charge dalle pleine niveau 1

Gd1 = 0.25t/m2 (locauxhabités) + pp


pp =2.5 x 15.47 x0.20= 7.74 t
Gd1 = 0.25 +7.74 = 8 t

- Charge dalle pleine niveau 2 ,3,4 (étages identiques)

Gd2,3,4 = (0.25t/m2 (locauxhabités) + pp)x3


pp = 2.5 x15.47 x0.2 =7.74 t
Gd2,3,4 = (7.74 + 0.25)x3 = 24t

- Charge des dalles totale

Gdtotale = 9.14 + 8 + 24 = 41.14t

- Charge de la poutre

Gp = 2.77x0.25x2.5x1.6 = 2.77t

26
6.3 Longueur de flambement

- Charges de voiles supérieurs

Voile niveau 1 : Gv1= 2.5 x0.18x2.77x2.6 =3.24 t


Voile niveau 2 : Gv2 = 2.5 x 0.18 x 2.77 x2.52 =3.14 t
Voile niveau 3 : Gv3= 2.5 x 0.18 x 2.77 x2.52 =3.14 t
Voile niveau 4 : Gv4= 2.5 x 0.18 x 2.77 x2.52 =3.14 t
Gv totale = 3.24 +3.14+3.14+3.14 = 12.66 t

- Poids propre du poteau

Gpp = 3.75 x 0.18x 0.8x2.5= 1.35 t


Gtotale = Gd + Gp + Gpp + Gv = 41.14 + 2.77 + 1.35 + 12.66 = 57.92t

6.2.2 Charge d’exploitation


On a la charge d’exploitation pour zone de circulation Q= 0.25 t/m2
Qp = 0.25 x (S1+S2+S3) x4 =0.25 x 15.47x4 = 15.47 t

6.2.3 Effort normale à l’ELU


Ned = 1.35G + 1.5Q = 1.35x57.92 + 1.5x15.47 = 101.4t = 1.01M N

6.3 Longueur de flambement


q
k1 k2
l0 = 0.5l (1 + 0.45+k1
)(1 + 0.45+k 2
)
EI EI
( L )P OT +( L )P OT sup
avec k1 = ( ηEI ) +( ηEI )
dans notre cas on n’a pas des poteaux supé-
L poutresup1 L poutresup2
rieurs
EI
L b h L

Poteau 3.75 0.18 0.8 2.04x10−3


Poutre supérieur 2.77 0.25 1.6 0.03
η = 3 pour une poutre articulé en extrémité
2.04x10−3
k1 = 3x0.03
= 0.022
k2 = 0.1 car on a un poteau ancré dans la semelle
q
0.022 0.1
l0 = 0.5x3.75x (1 + 0.45
)(1 + 0.45+0.1
)=2.08 m

27
Chapitre 6 Étude d’un poteau

6.4 Armatures longitudinales

6.4.1 Élancement
√ √
L0 12 2.08x 12
λ= b
= 0.18
=40.02
20.A.B.C
Élancement limite :λlim = √
n
A=0.7 ;B=1.1 ;C0.7
Ned 1.01
n= Ac .fcd
= 0.18x0.8x16.7 = 0.419
20x0.7x1.1x0.7
λlim = √
0.419
=16.65<40.02
=⇒On doit prendre en compte les effets de second ordre due au effet de déforma-
tion de structure

6.4.2 Section extrêmes


As,min = max( 0.1xN
fyd
ed 0.2xAc
; 100 )= max( 0.1x1.01
435
; 0.2x0.8x0.18
100
)=2.88cm2
Ac
As,max = 4. 100 = 4x 0.18x0.8
100
=57.6cm2
Or As,min < As < As,max donc on va choisir As = 9.05cm2=8HA12

6.5 Méthode de calcul


Parmi les méthodes d’analyse, l’EC 2 autorise trois méthodes de calcul :
- Méthode générale, basée sur une analyse non linéaire du second ordre .
- Méthode de rigidité nominale : une analyse simplifiée linéaire du second ordre
basée sur les rigidités ou majoration des moments .
- Méthode basée sur une courbure nominale : une méthode simplifiée par estima-
tion des courbures.
=⇒L’EC2 donne le choix d’utiliser l’un de ces 3 méthodes et l’annexe national
français conseil d’utiliser la méthode de rigidité nominale car elle est la plus écono-
mique.

6.5.1 Rigidité nominale


La rigidité nominale (béton +acier) peut être estimé par :

28
6.5 Méthode de calcul

EI = kc .Ecd .Ic + ks .Es .Is


Ecm
32
Valeur de calcul du module d’élasticité :Ecd = γcE
1.2
= 26667 MPa
=
3 3
Moment d’inertie de la section droite du béton : Ic = bh12
= 0.18x0.8
12
= 38.10−4 m4
k1 .k2
Coefficient tenant compte des fissurations et de fluage : kc = 1+ϕ efqf
q
Coefficient qui dépend de la classe de résistance du béton :k1 = f20 ck
= 2520
=
1.118
n.λ 0.419x40.02
Coefficient qui dépend de l’effort normale : k2 = 170
= 170
= 0.098

Figure 6.2 – Détermination du coefficient de fluage

Classe de béton C25/30


Classe de ciment utilisé : ciment à durcissement normale
2.Ac 2x(0.18x0.8)
h0 = u
=
2x(0.18+0.8)
=0.14 m=140mm
NG +ψNQ
ϕef f = ϕ(∞; t0 )x 1.35NG +1.5NQ
ϕ(∞; t0 ) = 2(d’après l’abaque)
ψ = 0.3
ϕef f = 2. 57.92+0.3x15.47
101.4
= 1.23
k1 .k2 1.118x0.098
kc = 1+ϕef f
= 1+1.23
= 0.049
Es : M odule d’élasticité de l’acier
Is = 0.5.As,min .δ 2
As (1lit)=3x1.13x10−4 = 3.39x10−4 m4
δ = b − d0 = 0.18 − 0.044 = 0.136
Is = 0.5x3.39x10−4 x0.1362 = 3.1x10−6 m4
ks = 1 :coefficient tenant compte de la contribution d’armature

29
Chapitre 6 Étude d’un poteau

EI = kc .Ecd .Ic + ks .Es .Is =0.049x26667x38x10−4 +1x200000x3.1x10−6 =5.58

- Moment nominale du second ordre


 
β
Med = M0ed 1 + NB
N ed
−1
Moment de premier ordre :M0ed = max( L4 ; 0.02)xNed =0.02x1.01=0.02 MN
Coefficient dépend de la distribution des moments du premier et de second ordre :
β = π2
8
= 1.234
π2EI
Charge de flambement basé sur la rigidité nominale : Nb = l0 2
= 12.72M N
 
1.234
Med = 0.02 1 + 12.72
−1
= 0.022M N
1.01
Moment de calcul à ELU par rapport aux aciers tendu
Med 0.022
e0 = Ned
= 1.01
= 0.021m
eA = e0 + (d − h2 ) = 0.021 + (0.72 − 0.4) = 0.341
Med = Ned .eA = 1.01x0.341 = 0.34M N.m
µbc = 0.8 hd (1 − 0.4 hd )= 0.8 0.72
0.8 0.8
(1 − 0.4 0.72 ) = 0.49
Med 0.34
µcu = bd2fcd
= 0.18x0.722x16.7 =0.21
µbc > µcu =⇒section est entièrement comprimé donc on utilise l’abaque d’inter-
action

6.5.2 Détermination des armatures longitudinales


Med = 0.022M N
Med 0.022
µ= bh2fcd
= 0.18x0.8216.7
= 0.011
Ned 1.01
ν= b.h.fcd
= 0.18x0.8x16.7
= 0.41
pourcentage des armatures sortie de l’abaque ω̄tot = 0 =⇒ As = 0
donc on choisit As = 8HA12

6.6 Armatures transversales

6.6.1 Choix des armatures


φl,max
φt ≥ max(6mm; 4
= 3)=6mm
φt = 8mm

30
6.6 Armatures transversales

Figure 6.3 – Courbe d’interaction

31
Chapitre 6 Étude d’un poteau

6.6.2 Espacement en zone courante


Scl = min(20φl,min ; b; 400mm)=min(240mm ;180mm ;400mm)=180mm=18cm
=⇒ 1cadre HA8+2 étriers HA8

6.6.3 Zone de recouvrement


6.6.3.1 Longueur d’ancrage requise

fbd = 2.25η1 η2 fctd


η1 = 1pour une bonne condition d’adhérence
η2 = 1car φl ≤ 32mm
αct .fctk0.05
fctd = γc
fctk,0.05 = 0.7fctm = 0.7x2.56 = 1.792M P a
αct = 1
fctd = 1.2M P a
fbd = 2.25x1.2=2.7MPa
φσs
- Longueur d’ancrage requise :lbd,rq = 4.fbd
= 40.27φ

6.6.3.2 Longueur d’ancrage de calcul

lbd = α1 α2 α3 α4 lbd,rq
Les barres sont comprimé donc α1 = α2 = α3 = α4 = 1
lbd = lbd,rq = 48cm

6.6.3.3 Longueur de recouvrement

Coefficient de pondération α6
As 9.05
ρ= Ac
x100= 18x80 x100 = 0.62% > 0.25%
⇒ α6 = 1
l0 = max(α6 lbd ; 15φ; 20)=max(48 ;18 ;20)=48cm
On prend l0 = 50cm

6.6.3.4 Espacement en zone de recouvrement

Dans la zone de recouvrement on dispose 3 cadres d’armatures espacé de

32
6.6 Armatures transversales

Figure 6.4 – Espacement en zone de recouvrement

50
St = 2
3
= 8cm

33
Chapitre 7

Étude d’une poutre

7.1 Introduction
Les poutres se raccordent continument aux poteaux ; le calcul doit tenir compte de
ces continuités. Elles seront ainsi calculées comme les poutres continues s’appuyant
sur des appuis multiples. Les effets des moments fléchissant et des efforts tranchants
dans les poutres sont grands vis-à-vis des efforts normaux. Nous traitons, à titre
indicatif, par un calcul détaillé une poutre continue à trois travées. Il s’agit de la
poutre 2.151, 2.152 et 2.153 du plancher haut parking. Cette poutre est soumise
à des charges uniformément réparties car les dalles porté par cette dernier sont
unidirectionnelle avec :
Lx1 Lx2 (375+70)
Ly1
= Ly2
= (1230+15+9)
= 0.35 < 0.5

7.2 Pré-dimensionnement

Figure 7.1 – Schéma mécanique

35
Chapitre 7 Étude d’une poutre

Afin de pré dimensionner notre poutre hyperstatique tout en respectant la flèche


admissible et évitant les aciers comprimés.
Lmax 4.8
on prend h > 16
= 16
= 0.3m
donc on choisi h=0.35m

7.3 Évaluation des charges

Charge permanente

La poutre étudiée est chargée par une dalle caractérisée par des chargements de
circulation (plancher haut parking) donc d’après le CCTP on a :
-Charge surfacique de la dalle : Gd = 2.5 kN/m2 + p.p dalle = 2.5+0.23x25 =
8.25 kN/m2
-Charge de la dalle sur la poutre : G 1 = Gd x 4.45 =8.25 x4.45 =36.71 kN/m
- Retombé de la poutre : largeur =0.7 m ; Hauteur restant =0.35-0.23 = 0.12 m
-G2 = 0.12 x 25 = 3 kN/m G totale = G1+G2 = 36.71 +3 = 39.7 kN/m

Charge d’exploitation

Q1=2.5 kN/m2 (charge de circulation)


- Charge d’exploitation sur la poutre : Q = 2.5 x4.45 = 11.13 kN/m

Travé1 Travé2 Travé3


L(m) 4.8 4.8 2.4
G(kN/m) 39.7 39.7 39.7
Q(kN/m) 11.13 11.13 11.13

Tableau 7.1 – Chargements sur la poutre

36
7.4 Détermination des sollicitations

Figure 7.2 – Poutre étudié

7.4 Détermination des sollicitations

7.4.1 Choix de la méthode de calcul


- Méthode forfaitaire

La méthode forfaitaire est appliquée au plancher à charge d’exploitation faible.


Cette méthode est appliquée aux conditions suivantes :
- Les portées successives sont dans un rapport compris entre 0,8 et 1,25.
L1 4.8
L2
= 4.8
= 1⇒ 0.8<1<1.25
L2 4.8
L3
= 2.4
= 2⇒ 2 > 1.25
⇒Condition non vérifiée
Donc on va passer à la méthode Caquot

- Méthode de Caquot et Caquot minorée

La méthode de caquot s’applique essentiellement au plancher des constructions


dont les charges d’exploitation sont relativement élevées. Les valeurs de la charge

37
Chapitre 7 Étude d’une poutre

par m2 de plancher sont alors supérieures à deux fois la charge permanente ou à 500
daN/m2 .
Cette méthode consiste à appliquer la méthode de caquot pour les planchers à
charge d’exploitation élevée en multipliant la part des moments sur appui provenant
des seules charges permanentes par un coefficient variant entre 1 et 2/3.
-Q=2.5 kN/m2(zone de circulation) < 5 kN/m2
-Q=2.5 kN/m2 <2xG=2x8.25 =16.5 kN/m2
⇒Condition vérifié
- Centre d’inertie constante ⇒Condition vérifié
On a le rapport du 2 éme et la 3 éme travée n’est pas compris dans l’intervalle
(0.8 ;1.25) donc on va choisir la méthode de caquot minoré pour notre calcul.

7.4.2 Combinaison des charges pour la détermination du


moment
C : travée est chargé (ELU :G=1.35g+1.5 q | ELS : G=g+q)
D : travée est déchargé déchargée(ELU : G=1.35 g | ELS : G = g )
- Combinaison 1 : toutes les travées sont chargées qui nous donne moment sur
appuis maximale.
- Combinaison 2 : seulement la travée intermédiaire est chargée qui nous donne
moment maximale en 2éme travée.
- Combinaison 3 : seulement la 2éme et la 3éme travée sont chargées qui donne
moments maximale sur ces deux derniers.

Figure 7.3 – Combinaison 1

a1 a2
−Lef f = L + 2
+ 2
- L’fictive =0.8 Leff pour les travées intermédiaires

38
7.4 Détermination des sollicitations

Figure 7.4 – Combinaison 2

Figure 7.5 – Combinaison 3

Travé T2.151 T2.152 T2.153


Lef f (m) 5 5 2.59
L0f ictive (m) 5 4 2.59
G(kN/m) 39.7 39.7 39.7
Q(kN/m) 11.13 11.13 11.13
ELU 70.29 70.29 70.29
C(kN/m)
ELS 50.83 50.83 50.83
ELU 53.59 53.59 53.59
D(kN/m)
ELS 39.7 39.7 39.7

Tableau 7.2 – Charges des combinaisons des travées

39
Chapitre 7 Étude d’une poutre

7.4.3 Détermination des moments sur appuis


La méthode Caquot minoré permet de déterminer directement le moment sur
appuis
0 3 0 3
Ma = − P w.(l ) +P e.(l )
8.5(l0 w+le0 )

Appui1 Appui2 Appui3 Appui4


ELU 0 -173.65 -102.111 0
CCC(kN.m)
ELS 0 -125.58 -73.84 0
ELU 0 -159.68 -83.03 0
CDC(kN.m)
ELS 0 -116.26 -61.12 0
ELU 0 -146.37 -96.93 0
DCD(kN.m)
ELS 0 -107.39 -70.38 0

Tableau 7.3 – Moment sur appuis

D’après le tableau on conclu que le moment maximale sur appui est présenté dans
la 1er combinaison.

7.4.4 Détermination du moment maximale sur travée


La méthode de Caquot défini le moment sur travé par :
µ0 (x) : Moment fléchissant de référence
P.Xmax(L−Xmax)
µ0(x) = 2
e−M w)
Xmax = 2 + (MP.L
Lef f
ef f

Mw : Moment de l’appui gauche du travée .


Me : Moment de l’appui droite de la travée.

Xmax (m) µ0 (x) Mtmax (kN.m)


ELU 2.04 212.21 147.06
Travé1
ELS 2.04 153.46 106.02
ELU 2.64 218.96 119.79
Travé2
ELS 2.64 158.34 85.96
ELU 1.75 51.66 75.70
Travé3
ELS 1.75 37.36 55.05

Tableau 7.4 – Moment maximale sur travée

40
7.4 Détermination des sollicitations

- Diagrammes des moments fléchissant

Figure 7.6 – Diagrammes des moments fléchissant à l’ELU

Figure 7.7 – Diagramme des moments fléchissants à l’ELS

7.4.5 Détermination des efforts tranchant


Les valeurs sur appuies gauches et droite sont exprimés par :
Vw = Vow + (M g−M
Lw
d)

Ve = Voe + (M g−M
Le
d)

Avec :
Vow et Voe sont les efforts tranchants à gauche et à droite et de l’appui des travées
isostatiques.

41
Chapitre 7 Étude d’une poutre

qx–qL
Vo = 2

Appui 0 1 2 3
Droite Gauche Droite Gauche Droite Gauche
Vo (kN) -175.725 175.725 -175.725 175.725 -175.725 175.725
V (kN) -143.78 210.455 -191.06 166.87 -130.45 58.96

Tableau 7.5 – Effort tranchant à l’ELU

Appui 0 1 2 3
Droite Gauche Droite Gauche Droite Gauche
Vo (kN) -127.075 127.075 -127.075 127.075 -127.075 127.075
V (kN) -103.823 152.191 -138.115 120 -94.33 42.22

Tableau 7.6 – Effort tranchant à l’ELS

Figure 7.8 – Effort tranchant à l’ELU

7.5 Calcul ferraillage

7.5.1 Armatures longitudinales


le calcul sera détaillé pour la travée 1 puisque le calcul pour les autres travées sera
identique , tout les résultats sont représenté dans un tableau récapitulatif

42
7.5 Calcul ferraillage

7.5.1.1 Largeur de la table de compression

Figure 7.9 – largeur participante de la table de compression

La largeur est présenté en fonction de la longueur l0 entre points de moment nul

Travé T1 T2 T3
l0 4.25 3.5 2.2
lef f 5 5 2.59

Tableau 7.7 – Longueur l0

La largeur participante bef f d’une poutre en T est égale à :


bef f,i = min(0.2bi + 0.1l0 ; 0.2l0 ; bi)
P
bef f = min( bef f,i + bi)

- Travée1 :

bef f 1 = min(0.2x1.875 + 0.1x4.25; 0.2x4.25; 1.875)=0.8m


bef f 2 = min(0.2x1.875 + 0.1x4.25; 0.2x4.25; 1.875)=0.8m
bef f = min(0.8 + 0.8 + 0.7; 3.75 + 0.7) = min(2.3; 4.45) = 2.3m

43
Chapitre 7 Étude d’une poutre

Travée T1 T2 T3
bef f 2.3 2.1 1.58

Tableau 7.8 – Valeur de bef f

7.5.1.2 Dimensionnement des armatures à l’ELU

- Moment de réference

d=h-5cm=30 cm
hf = 0.23m (épaisseur de la dalle)
hf 0.23
MT u1 = bef f hf .fcu .(d − 2
) = 2.3x0.23x16.7x(0.3 − 2
) = 1.63M N.m
MT u1 = 1.63M N.m > Mu = 0.147M N.m
⇒ Alors le calcul recommandé se fait pour une poutre d’une section rectangulaire
.

- Armatures à l’ELU

-Travée 1 :
Med 0.147
µcu = = 2.3x0.32x16.7
bef f d.fcu
= 0.042 < 0.372(pas d’aciers comprimés)
√ √
αu = 1.25(1 − 1 − 2µcu )=αu = 1.25(1 − 1 − 2x0.042) = 0.053
Zc = d(1 − 0.4xαu ) = 0.3(1 − 0.4x0.053) = 0.29
Med 0.147
As = Zc .fyd
= 0.3x435
= 11.26cm2

- Pourcentage minimale d’armature

Travé1 :
As,min = max(0.26. ffctm
yk
.bw .d; 0.0013bw d) = max(0.26x 2.56
500
x0.7x0.3; 0.0013x0.7x0.3)
As,min = max(2.79; 2.73) = 2.79cm2
donc As,t = 11.26cm2 ⇒On choisi 5HA14+5HA10=11.63cm2

7.5.1.3 Vérification à l’ELS

- Position de l’axe neutre


bef f .x1 2
2
+ 15As x1 − 15.As .d = 0
2.3.x1 2
2
+ (15x11.63)x1 − 15x11.63x30 =0

44
7.5 Calcul ferraillage

x1 = 6.03cm

- Moment d’inertie
bef f x3
Icf = 3
+ 15As (d − x1 )
230x6.033
Icf = 3
+ 15x11.63(30 − 6.03)2 = 117041.79cm4

- Contrainte limite

- Pour le béton
Mser 0.106 −2
σc = Icf
.x1 = 117041.79x10−8 .6.03x10 = 5.46M P a
σc,lim = k1 fck = 0.6x25=15 MPa
σc = 5.46M P a < σc,lim = 15M P a
⇒Condition vérifié

Travé T2.151 T2.152 T2.153


ELU
Med (M N.m) 0.147 0.119 0.075
bef f (m) 2.3 2.1 1.58
µcu (M N ) 0.042 0.037 0.031
αu 0.053 0.047 0.039
Zc (m) 0.293 0.294 0.291
As (cm2) 11.26 9.1 5.61
As,min (cm2) 2.79 2.79 2.79
As,choisi (cm2) 5HA14+5HA10=11.63 5HA12+5HA10=9.58 5HA12=5.65
ELS
Mser (M N ) 0.106 0.085 0.055
x1 (cm) 6.03 5.75 5.16
Icf (cm4 ) 117041.79 97812.23 5
σc (M P a) 5.46 4.52 4.23
σc,lim (M P a) 15 15 15
σc < σc,lim OK OK OK
σs (M P a) 326 310 306
σs,lim (M P a) 400 400 400
σs < σs,lim OK OK OK

Tableau 7.9 – Armatures longitudinales en travées

45
Chapitre 7 Étude d’une poutre

Appui Appui1 Appui2


ELU
Med (M N.m) 0.173 0.102
µcu (M N ) 0.05 0.032
αu 0.064 0.04
Zc (m) 0.293 0.294
As (cm2) 13.2 7.6
As,min (cm2) 2.79 2.79
As,choisi (cm2) 5HA14+5HA12=13.35 5HA14=7.7
ELS
Mser (M N ) 0.125 0.073
x1 (cm) 6.4 5.22
Icf (cm4 ) 131628.94 80879.15
σc (M P a) 6.04 4.71
σc,lim (M P a) 15 15
σc < σc,lim OK OK
σs (M P a) 336 335
σs,lim (M P a) 400 400
σs < σs,lim OK OK

Tableau 7.10 – Armatures longitudinales en appuis

46
7.6 Détermination des armatures transversales

7.6 Détermination des armatures transversales

7.6.1 Effort tranchant réduit


Pour une charge uniformément répartie on a :
Ved0 = Ved − P u.d

- Travé1

- Appui gauche :Ved0 = 143.78 − 70.29x0.31 = 122kN


- Appui droite :Ved0 = 210.45 − 70.29x0.31 = 188.6kN

0 1 2 3
Ved (M N ) 0.143 0.210 0.191 0.166 0.130 0.058
Ved0 (M N ) 0.122 0.188 0.169 0.145 0.108 0.03

Tableau 7.11 – Effort tranchant réduit

7.6.2 Nécessité des armatures d’effort tranchant


Le principe consiste à comparer Ved0 et Vrd
Vrd,c = max(Vrd,c1 ; Vrd,c2 )

Vrd,c1 = (Crd,c .K. 3 100ρ1 .fck + K.σcp ).b.d
0.18 0.18
Crd,c = γc
= 1.5
= 0.12
q
200mm
K = min(1 + d
; 2)=2
As 11.63
ρ= b.d
= = 0.005 ; ρ=pourcentage des armatures longitudinales
70x31

Vrd,c1 = (0.12x2x 3 100x0.005x25)x0.7x0.31=0.037 MN
Vrd,c2 = ϑ.b.d
2√ 2√
ϑ = 0.035xk 3 fck = 0.035x2 3 25=0.14
Vrd,c2 = 0.14x0.31x0.7 = 0.03M N
Vrd,c1 = 0.037MN>Vrd,c2 = 0.03M N
donc Vrd,c = 0.037M N
Vrd,c = 0.037MN <Ved0 = 0.188MN =⇒Armatures de l’effort tranchant sont né-
cessaires.

47
Chapitre 7 Étude d’une poutre

7.6.3 Armatures de l’effort tranchant

7.6.3.1 Vérification de la compression des bielles

Effort tranchant de calcul maximal pouvant être supporté sans provoquer l’écra-
sement des bielles de béton comprimé :
Vrd,max = b.z.v1 .fcd . cotgθ+cotgα
1+cotg2θ
avec :z = 0.9d = 0.279
θ = 45°; α = 90°
fck 25
V1 = 0.6(1 − 250
)= 0.6(1 − 250
) = 0.54
Vrd,max = 0.7x0.279x0.54x16.67x0.5 = 0.87M N > Ved0 = 0.188M N
⇒Condition vérifiée

7.6.3.2 Pourcentage minimale d’armatures transversales

Taux d’armatures d’effort tranchant


Asw
ρw = S.b.sinα

0.08 fck
ρw,min = fyk

Asw fcd
S
≥ 0.08x fyk
b.sinα

Asw 16.7
S
≥ 0.08x 435 x70.sin90° = 0.052cm2/cm

7.6.3.3 Armatures d’effort tranchant

- Travée 1

Vrd = Ved0
Asw
Vrd = S
.z.f yd.cotg(45°)
Asw V0
S
≥ 0.9d.fyded
.cotg(45)
- Appui gauche : ASsw ≥ 0.9x31x435.10
0.122 1
−4 x1 = 10 cm2/cm

- Appui droite : ASsw ≥ 0.9x31x435.10


0.188 1
−4 x1 = 6.455 cm2/cm

-φw ≥ φ3l = 14
3
= 4.66 ⇒on choisi φw = 6mm

48
7.6 Détermination des armatures transversales

7.6.3.4 Espacement

- Espacement initial

Travé1 : On choisit 1 cadre et 3 épingle ⇒ Asw = 5φ6 = 1.41cm2


- Appui gauche :S0 = Asw .10=10x1.41=14.1cm
- Appui droite :S0 = 6.45.Asw = 6.45x1.41 = 9.09cm

Travé 1 2 3
Ved0 Gauche Droite Gauche droite Gauche Droite
Asw 1 1 1 1 1 1
S0 10 6.45 7.19 8.37 1.23 32.8
S0 14 9 10 12 16 30

Tableau 7.12 – Espacement initial des armatures

7.6.3.5 Répartition des armatures

La répartition des armatures se fait suivant la suite de Caquot


7,8,9,10,11,13,16,20,25,35,40
Lef f
-1er travé : N=PE( 2
)= 4.8
2
= 2.4 ⇒donc on prend N=2

x(cm) St retenu N
8 16 2
40 20 2
de gauche vers mi-travé 80 25 2
130 35 2
200 40 2
4.5 9 2
22.5 10 2
42.5 11 2
64.5 13 2
de droite vers mi-travé
90.5 16 2
122.5 20 2
162.5 25 2
212.5 35 2

Tableau 7.13 – Répartition des armatures

49
Chapitre 7 Étude d’une poutre

7.7 Vérification des appuis

7.7.1 Aciers de glissement


Section d’aciers de glissement :
- Appui de rive :As = 0.5 Vfyd
ed

Med
0.5Ved −
-Appui intermédiaire :As = fyd
Z

-Travé 1
4
-Appui0 : As = 0.5 0.143x10
435
= 1.64cm2
⇒On doit prolonger les armatures inférieurs de flexion
0.173
0.5x0.210x104 − 0.279
- Appui 1(gauche) :As = 435
= −11.51 < 0
les aciers de glissement ne sont pas nécessaires
Remarque : pour les aciers de glissement négatives ce n’est pas nécessaire de les
mettre mais d’avoir une bonne construction on peut prolonger les aciers inférieur de
flexion des travées

7.7.2 Vérification du béton des bielles d’about

7.7.2.1 Longueur d’ancrage de référence


φ.σsd
Lb,rqd = 4.f bd
contrainte ultime d’adhérence : fbd = 2.25η1 .η2 .ftcd
η1 = 1 ; en cas du bonne adhérence
η2 = 1 ; car ∅ < 32mm
αct x0.7fctm 1x0.7x2.56
Résistance de calcul du traction : fctd = γc
= 1.5
= 1.19M P a
fbd = 2.25x1x1x1.19 = 2.67M P a
σsd : Contrainte effective de la barre à ancré.
φ.σsd φx435
Lb,rqd = 4.f bd
= 4x2.67
= 40.73∅
Lb, rqd(φ14) = 40.73x1.4 = 56.4cm
Lb, rqd(φ12) = 40.73x1.2 = 48.32cm
Lb, rqd(φ10) = 40.73x1 = 40.73cm

50
7.7 Vérification des appuis

7.7.2.2 Longueur d’ancrage de calcul

La longueur d’ancrage de référence est valeur théorique relative donc afin d’avoir
une valeur plus précise l’Eurocode 2 propose une longueur d’ancrage de calcul qui
se traduit par :
Lbd = α1 α2 α3 α4 α5 lbd,rqd
α1 = 0.7 car Cd<3φ(Cd=5cm)
1−0.15(Cd−3φ)
α2 = φ
α2 :φ14 = 0.97;φ12 = 0.94;φ10 = 0.9
φ10 = 0.9
α3 = 1
α4 = 1pas des armatures soudés
α5 = 1 − 0.04x Va.b
ed

Appui 0 1 2 3
D G D G D G
Ved 0.143 0.210 0.191 0.166 0.130 0.058
α5 0.974 0.973 0.971 0.972 0.978 0.99

Tableau 7.14 – valeur de α5

Appui 0 1 2 3
D G D G D G
φ 14 14 14 14 14 14
α1 0.7 0.7 0.7 0.7 0.7 0.7
α2 0.97 0.97 0.97 0.97 0.97 0.97
α3 1 1 1 1 1 1
α4 1 1 1 1 1 1
α5 0.97 0.97 0.97 0.97 0.97 0.97
lbd,rq (cm) 56.4 56.4 56.4 56.4 56.4 56.4
lbd (cm) 37.1 37.1 37.1 37.1 37.1 37.1

Tableau 7.15 – Longueur d’ancrage

51
Chapitre 7 Étude d’une poutre

7.7.2.3 Vérification des bielles d’about


1
-Sinθ = q Lbd
1+( Z
)2
-Sinθ : Inclinaison de la bielle
Ved
- Contrainte de la bielle σrd,1 = Lbd .b.sin2θ
-σrd,max = k2 ν 0 fcd = 0.85x0.9x16.67 = 12.75M P a

Appui Sinθ σrd (Mpa) σrd,max


0 0.92 0.65 Vérifié
Gauche 0.95 Vérifié
1 0.92
Droite 0.92 Vérifié
Gauche 0.75 Vérifié
2 0.92
Droite 0.53 Vérifié
3 0.92 0.26 Vérifié

Tableau 7.16 – Vérification des bielles d’about

7.7.2.4 Vérification de la flèche

- Travé 1

ρ = Abds = 70x31
11.36
x100 = 0.5%
donc d’après l’annexe de tableau de vérification du flèche on a un béton faiblement
sollicité avec ( dl )max = 26
( dl )réel = 0.31
5
= 16.12 < ( dl )max = 26(condition du flèche est vérifié)

Travé T2.151 T2.152 T2.153


ρ(%) 0.5 0.4 0.26
( Ld )max 26 30 26
( Ld )réel 16.12 16.12 8.35
Condition OK OK OK

Tableau 7.17 – Vérification de la flèche

52
Chapitre 8

Étude d’une semelle rectangulaire

8.1 Introduction
Les semelles de fondations sont des ouvrages de transition entre la structure et le
sol.
On se propose d’étudier la semelle isolé sous un poteau rectangulaire de section
(a=0.8 ;b=0.18), cette poteau est la poteau étudié dans le chapitre 6

8.2 Évaluation des charges

8.2.1 Charge permanente


- Charge de la poutre voile :
Gv = 2.525x3.75x0.18x2.5 = 4.26t
- Charge poteau :
N p = 101.4t
G = Gpv + Npot = 4.26 + 101.4 = 105.66t
Q = 57.92 + 15.47 = 73.39t
Pu = 1.35G + 1.5Q = 105.66x1.35 + 73.39 + 1.5 = 252.726t

8.2.2 Charge d’exploitation


Pser = G + Q = 73.39 + 105.66 = 179.05t

53
Chapitre 8 Étude d’une semelle rectangulaire

8.3 Dimensionnement de la semelle


q
a.Pser
-B≥ b.σrd
σrd :Contrainte admissible du sol=50t/m2
q
08x179.05
B≥ = 3.98m
q0.18x50 q
b.Pser
-A≥ a.σrd
= 0.18x179.05
0.8x50
= 0.89m
On a B est très grande donc on doit fixer B=2 m et recalculer A
Pser Pser 179.05
σrd = S
⇒A= Bxσrd
= 2x50
= 1.8m
⇒A=1.8m ; B=2m
- Hauteur utile :
d ≥ max( A−a
4
; B−b
4
)
d ≥ max(0.4; 0.3) ⇒ 0.4m
H=d+0.05=0.4+0.05=0.45m
- Poids propre de la semelle :
Psemelle = BxLxhx2.5 = 1.8x2x0.45x2.5 = 4.05t

8.4 Dimensionnement du gros béton


Les dimensions du gros béton (A’, B’,HGB )sont déterminées par la formule sui-
vante :
Pser +Psemelle
A0 xB 0 ≥ σsol
Pour que les dimensions du gros béton soient homothétique il faut que :
A A0
B
= B 0 = 0.9
r q
B(Pser +Psemelle ) 2(179.05+4.05)
B0 ≥ A.σsol
= 1.8x50
= 2.01m
donc on choisi B’=2.5m
A0 = 0.9x2.5 = 2.25m ,on choisi A=2.3m
0
-HGB ≥ max(1m; 3x B 4−B = 0.15m)=1m
Alors on a :
A’=2.3m
B’=2.5m
HGB = 1m

54
8.5 Vérification de gros béton

8.5 Vérification de gros béton


Pser +Psemelle
A’xB’≥ σsol
179.05+4.05
2.3x2.5≥ 50
5.75m2≥ 3.662m2 ⇒c’est vérifié

8.6 Ferraillage de la semelle

8.6.1 Méthode de calcul


On va appliquer la méthode des moments car c’est la méthode la plus conseillé
quelle que soit la nature de charge
Ned = Pu + 1.35Psemelle = 252.726 + 1.35x4.05 = 258.193t

8.6.2 Calcul moment dans 1ère direction


Ned (B−0.7b)2
Med = 8.B
= 2.58(2−0.7x0.8)2
8x2
= 0.334M N.m
Med 0.334
µcu = B.d2.fcd
= 2x0.41216.7 = 0.059 < 0.372
Z = d(1 − 0.4α)
√ √
α = 1.25(1 − 1 − 2µ) = 1.25x(1 − 1 − 2x0.059) = 0.076
Z = 0.41(1 − 0.4x0.076)=0.39
Med 0.334
AsB = Z.fyd
= 0.39x435
= 19.6cm2 ⇒ 10HA16 = 20.11cm2

8.6.3 Calcul moment dans la 2ème direction


Ned (A−0.7a)2
Med = 8.A
= 2.58(1.8−0.7x0.18)2
8x1.8
= 0.208M N.m
Med 0.208
µcu = A.d2.fcd
= 2x0.412x16.7 = 0.041 < 0.372
Z = d(1 − 0.4α)
√ √
α = 1.25(1 − 1 − 2µ) = 1.25x(1 − 1 − 2x0.041) = 0.052
Z = 0.41(1 − 0.4x0.052)=0.4
Med 0.208
AsB = Z.fyd
= 0.4x435
= 11.95cm2 ⇒ 6HA16 = 12.06cm2

55
Chapitre 8 Étude d’une semelle rectangulaire

8.7 Disposition constructive

8.7.1 Longueur d’ancrage de référence


Lbd,rqd = φ.σ sd
4.fbd
435φ
= 4x2.69 = 40.27φ
Lbd,rqd φ16 = 40.27x1.6=64.43cm

8.7.2 Longueur d’ancrage de calcul


Lbd = α1 α2 α3 α4 α5 lbd,rqd
α1 = 0.7 car Cd<3φ(Cd=5cm)
α2 = 1−0.15(Cd−3φ)
φ
α2 :φ16 = 0.98
α3 = 1
α4 = 1pas des armatures soudés
α5 = 1pas des armatures transversales
Lbd = 0.98x0.7x64.43 = 44.19cm

8.7.3 Attentes
As = max( 0.1N
fyd
ed
; 0.002axb)
As = max( 0.1x2.58
435
; 0.002x0.18x0.8) = 5.9cm2
As = 6HA12 = 6.59cm2

56
Chapitre 9

Calcul numérique et comparaison


avec le calcul manuel

9.1 Introduction
Dans ce chapitre, nous nous intéresserons à l’étape du projet consacré à l’insertion
de l’ouvrage dans un logiciel de calcul de structure afin de dimensionner et détermi-
ner le ferraillage des différents éléments porteurs constituant le squelette de l’édifice.
Il s’agit essentiellement des : poteaux, poutres, nervures, dalles, fondations. Cette
phase, intervenant après celle de la conception structurale, nécessite une attention
particulière car elle implique la stabilité, résistance et durabilité de l’ouvrage. Pour
assurer des résultats satisfaisants et surtout rassurants compte tenu de l’importance
de cette phase, nous avons fait usage de l’outil de calcul de structure le mieux
adapté : GRAITEC Hybride 2018.

9.2 Présentation du logiciel et procédure de calcul


Depuis sa sortie commerciale en 1993, Arche s’est imposé comme le logiciel de
référence pour la conception et le dessin des bâtiments en béton armé. A partir d’un
modèle 3D de bâtiment composé de dalles, poutres, poteaux, voiles et fondations,
Arche analyse la stabilité globale de l’ouvrage et produit automatiquement tous les
plans de ferraillage. Arche est utilisée par des milliers d’ingénieurs et de projeteurs

57
Chapitre 9 Calcul numérique et comparaison avec le calcul manuel

à travers le monde. Il permet entre autre la conception, l’analyse, la préparation


automatique et l’optimisation des plans de ferraillage en béton armé et ceci est au
profit des usages de la profession. Arche permet aussi le calcul des caractéristiques
géométriques des sections ainsi que quelques calculs théoriques selon les normes
reconnues.
Après avoir terminé la phase de conception en utilisant le logiciel AUTOCAD
2014, on a exporté notre structure vers Graitec tout en suivant les étapes suivantes :
- On prépare les plans de coffrage de chaque étage qui regroupent les axes des
poutres, des poteaux et de voiles de la structure dans des fichiers séparés.
- On les enregistre sous forme de dxf.
- On exporte chaque fichier vers Graitec Hybride 2018.
- Après avoir terminé l’exportation on doit définir le type de béton.
L’étape suivante consiste à charger les planchers, c’est-à-dire définir la valeur de la
charge d’exploitation et la charge permanente pour chaque local et plus précisément :
- Définir uniquement la valeur du poids propre du revêtement pour les planchers
en dalle pleine.
- Définir les plancher en désignant les limites de chacun et le sens de portée.
La vérification des toutes les hypothèses prises par le logiciel est indispensable à
ce stade (fck, poids volumique du béton, contrainte du sol).
- Activation de option (modifier-fusionner) : le programme va nettoyer la structure
en supprimant les éléments confondus.
- Activation de l’option (analyse r-vérification) : le programme va préparer le
modèle en vue de calcul.
- Activation de l’option (analyser-modéliser) : le programme va préparer un pre-
mier résultat de la descente de charge.
- Activation de l’option (analyser-calculer) le programme va lancer le calcul de la
structure.
Graitec nous offre une note de calcul détaillée, un métré complet du bâtiment et
les différents plans de ferraillage de différents éléments.

58
9.2 Présentation du logiciel et procédure de calcul

Figure 9.1 – Model 3D du projet

59
Chapitre 9 Calcul numérique et comparaison avec le calcul manuel

60
Figure 9.2 – Schéma ferraillage poteau
9.2 Présentation du logiciel et procédure de calcul

61
Figure 9.3 – Schéma ferraillage Poutre (Travé1)
Chapitre 9 Calcul numérique et comparaison avec le calcul manuel

62
Figure 9.4 – Schéma ferraillage poutre( Travé 2)
9.2 Présentation du logiciel et procédure de calcul

63
Figure 9.5 – Schéma ferraillage Poutre (Travé3)
Chapitre 9 Calcul numérique et comparaison avec le calcul manuel

64
Figure 9.6 – Schéma ferraillage semelle
9.3 Comparaison du calcul manuel avec calcul numérique

9.3 Comparaison du calcul manuel avec calcul


numérique

9.3.1 Les armatures longitudinales

Calcul manuel Calcul numérique


Élément calculé Écart(cm2)
As (cm2) As (cm2)
Travé1 11.63 11 -0.63
Appui2 13.35 16.08 2.73
Poutre étudié Travé2 9.58 10.3 0.72
Appui3 7.7 9.05 -1.35
Travé3 5.65 7.04 -1.39

Tableau 9.1 – Tableau comparatif des armatures longitudinales pour la poutre étu-
dié à l’ELU

9.3.2 Les sollicitations

Calcul manuel Calcul numérique


Élément calculé Écart(kN.m)
Mmax (kN.m) Mmax (kN.m)
Travé1 147.06 133 14.06
Appui2 -173.65 -149 24.65
Poutre étudié Travé2 119.79 119 0.79
Appui3 102.33 85 17.33
Travé3 75.7 32 43.7

Tableau 9.2 – Tableau comparatif des moments fléchissant pour la poutre étudié à
l’ELU

65
Chapitre 9 Calcul numérique et comparaison avec le calcul manuel

Calcul manuel Calcul numérique


Élément calculé Écart(kN.m)
Mmax (kN.m) Mmax (kN.m)
Travé1 106.02 96 10.02
Appui2 -125.5 -108 17.5
Poutre étudié Travé2 85.96 86 0.04
Appui3 -73.84 -61 12.84
Travé3 55.05 37 18.05

Tableau 9.3 – Tableau comparatif des moments fléchissant pour la poutre étudié à
l’ELS

Calcul manuel Calcul numérique


Élément calculé Écart(kN)
Ved (kN ) Ved (kN )
Appui(1)Droite -143 -93 50
Appui(2)Gauche 210.45 203 7.45
Appui(2)Droite -191.06 -199 7.94
Poutre étudié
Appui(3)Gauche 166.87 172 -5.13
Appui(3)Droite 103 106 3
Appui(4)Gauche 58.96 50 8.96

Tableau 9.4 – Tableau comparatif des efforts tranchants pour la poutre étudié à
l’ELU

Calcul manuel Calcul numérique


Élément calculé Écart(kN)
Ved (kN ) Ved (kN )
Appui(1)Droite -103 -67 36
Appui(2)Gauche 152 147 5
Appui(2)Droite -138 -144 -6
Poutre étudié
Appui(3)Gauche 120 124 -4
Appui(3)Droite -94 -77 17
Appui(4)Gauche 42.22 13 29

Tableau 9.5 – Tableau comparatif des efforts tranchants pour la poutre étudié à
l’ELS

66
Conclusion

En guise de conclusion, nous avons modélisé et dimensionné la superstructure et


les fondations en béton armé d’un projet « Les Orientales » en France .Une structure
voiles porteurs – dalles pleines a été retenue pour l’ossature du bâtiment. Vue les
bonnes caractéristiques mécaniques variable du sol d’assise, nous avons opté pour la
solution fondations superficielles consistant en des semelles isolées pour le bâtiment
F et des fondations profondes (pieux) pour les bâtiments (D et E). La modélisa-
tion et le dimensionnement de la structure ont été menés principalement à l’aide
du logiciel ARCHE. Cependant, certains éléments de la structure, comme la dalle
pleine, poutre,poteau, et semelle isolée , ont été dimensionnés manuellement selon
l’Eurocode2. Enfin, le dimensionnement de la semelle a été réalisé en se basant sur
les résultats de la descente de charges fournis par le logiciel ARCHE. En complément
du cursus de formation et des stages, le projet de fin d’études m’ont permis d’exercer
le métier d’un technicien et m’ont été profitables pour plusieurs aspects. Ce projet
fut une expérience très enrichissante puisqu’il a permis d’approfondir les bases de
calculs des structures en béton armé acquises lors de mon cursus à académique, de
bien maitriser les logiciels ARCHE et AUTOCAD et d’apprendre la norme la plus
répandue actuellement en Europe qui est l’Eurocode.

67
Bibliographie

[1] Eurocode 2 : NF_EN_1992_1_1


[2] Eurocode 2 : NF_EN_1992_1_2
[3] Annexe nationale français : NF_EN_1992_NA
[4] Association technique pour le développement de l’emploi du treillis soudé :
ADETS
[5] Pratique de l’eurocode2, Jean ROUX
[6] Maitrise de l’eurocode 2, Jean ROUX
[7] Calcul des structures en béton, Jean-Marie PAILLE

69
Annexes

Annexe A :Tableau ferraillage ADETS

Annexe B :Tableau de vérification de la flèche

Annexe C : Désignation de la géométrie ADETS

Annexe D : coefficient de longueur d’ancrage

Tableau 9.1 – Tableau ADETS

71
Annexes

Tableau 9.2 – Valeurs de base du rapport portée/hauteur utile pour les éléments en
béton armé

Figure 9.1 – Désignation de la géométrie ADETS

72
Annexe D : coefficient de longueur d’ancrage

Tableau 9.3 – coefficient de longueur d’ancrage

73