Vous êtes sur la page 1sur 154

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur

et de la Recherche Scientifique

Ecole Nationale des Travaux Publics

– Kouba. Alger –

En vue de l’Obtention du Diplôme d’Ingénieur d’Etat des Travaux Publics

Encadré par :

Mr. MEGHAMMEL Tarek.

Elaboré par :

Mr. MESSAOUDI Salâh-Ed-Dîne


Page.
Chapitre 01 : Présentation de l'ouvrage et hypothèses de calcul.
1. Introduction générale ……………………………………………………. 1
2. Présentation de l'ouvrage………………………………………...……… 2
3. Hypothèses de calcul ……………………………………………….…..… 2
4. Caractéristiques mécaniques des matériaux ……….…………….……. 3
Chapitre 02 : Descente des charges et pré dimensionnement des éléments.
1. Introduction …………………………………...…………………………… 6
2. Pré dimensionnement des planchers…………..……..………………….. 6
3. Descente de charges ….……………………………….………………….. 8
4. Pré dimensionnement des poutres ……………..…………… ………... 12
5. Pré dimensionnement des poteaux …………………..………………….. 12
6. Pré dimensionnement des escaliers ………………………..……………. 16
7. Pré dimensionnement des voiles …………………………………..…….. 18
8. Détermination du poids de la structure….……………….……………... 29
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante.
1. Introduction ………………………………………………………..... …... 23
2. Caractéristiques géométriques de la structure ….………..….………. 23
3. Etude sismique …..………………………………………………….. .. ... 37
4. Interprétation des résultats …………………………………...…… …… 55
Chapitre 04 : Etude de la variante proposée.
1. Introduction ………………………………………………...….……..... … 56
2. Poids totale de la structure proposée…..………………………..……… 57
3. Caractéristiques géométriques de la variante proposée ……………… 58
4. Etude des caractéristiques dynamiques de la structure …...….…..…. 62
5. Comparaison technique …...................................................….…..…. 64
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires.
1. Calcul des escaliers ……..……..……..……..……..……….……..…... .. 66
2. Calcul de l'acrotère ……..……..……..……..……..……...…..……..…… 76
3. Calcul du balcon ……..……..……..……..……..……..………….……. 84
4. Calcul des planchers ……..……..……..……..……..………………...…. 88
Chapitre 06 : Etude sismique.
1. Etude sismique ……..……..…………..……..……..……..……..….... 99
Chapitre 07 : Ferraillage des éléments de contreventement.
1. Combinaisons d’actions…………………………………….……… 114
2. Ferraillage ……………..……..……..……..……..………..……….. 115
2. 1. Ferraillage des poteaux ……..….……..……...………..……….. 115
2.2. Ferraillage des poutres……..……..……..……..……….………... 126
2.3. Ferraillage des voiles …..……..……..……….....……..……..…… 133
Chapitre 08 : Etude de l'infrastructure.
1. Etude du voile périphérique ……..…….……..…………………… 139
2. Etude des fondations ……..……..……..……..……..…...……...… 144
Conclusion.
Références
Annexe
Chapitre 01: Présentation de l’ouvrage et hypothèses de calcul

PRESENTATION DE L'OUVRAGE ET HYPOTHESES DE CALCUL

1. Introduction générale :

Construire a toujours été l’un des premiers soucis de l'homme et l'une de ses
occupations privilégiées. A ce jour, la construction connaît un grand essor dans la plus
part des pays et très nombreux sont les professionnelles qui se livrent à l'activité de
bâtir dans le domaine du bâtiment ou des travaux publics.
Cependant, si le métier de construire peut être considérer parmi les plus anciens
exercés par l'homme, il faut reconnaître qu'il leur a fallu au cours des dernières décades,
s'adapter pour tenir compte de l'évolution des constructions, mais surtout des nouvelles
techniques qui permettent une fiabilité maximum de la structure vis-à-vis des aléas
naturels tel que les séismes.
Une structure doit être calculée et conçue de telle manière qu’elle reste apte à
l'utilisation pour laquelle elle a été prévue, compte tenu de sa durée de vie envisagée et
de son coût.

Elle ne doit pas être endommagée par des événement, tels que : l’explosion, les
chocs ou on autre phénomène.
Elle doit résister à toutes les actions et autres influences susceptibles de s'exercer
aussi bien pendent l'exécution que durant son exploitation et qu'elle ait une
durabilité convenable au regard des coûts d'entretien.
Pour satisfaire les exigences énoncées ci-dessus, on doit choisir convenablement les
matériaux, définir une conception, un dimensionnement et des détails constructifs
appropriés, et spécifier des procédures de contrôles adaptées au projet considéré, au
stade de la conception, de la construction et de l’exploitation. Pour ce faire, il faut
impérativement respecter les normes et les règles en vigueur qui propres à chaque pays.

Promotion 2007 1
Chapitre 01: Présentation de l’ouvrage et hypothèses de calcul

2. Présentation de l'ouvrage :

L'ouvrage à étudier est l’un des bâtiments du projet des 224 logements. Il est composé
d’un rez-de-chaussée, et de 04 niveaux de logement. Il est implanté dans la wilaya de
RELIZANE, daïra JDIOUIA et commune JDOUIA.
La structure de l’ouvrage est mixte en portiques et voiles avec interaction qui assure un
contreventement mixte.

Caractéristiques de la structure :
Les caractéristiques de la structure sont:
Largeur en plan 7.9m.
Longueur en plan 18.20m.
Hauteur totale du bâtiment (sans acrotère) 16m.
Hauteur du RDC 4,00m.
Hauteur d'étage courant 3,00m.

Données du site :
Le bâtiment est implanté dans une zone classée par le RPA 99/version 2003
comme zone de moyenne sismicité (zone IIb).
L'ouvrage appartient au groupe d'usage 2.
Le site est considéré comme ferme (S2).

Contrainte admissible du sol σ = 2.5 bars.

3 .Hypothèse de calcul :
Dans notre étude, les hypothèses de calcul adoptées sont :
La résistance à la compression à 28 jours fc28 = 25 Mpa.
La résistance à la traction ft28 = 2.1 Mpa.
Evj = 10818.865 Mpa.
Eij = 32456.595 Mpa.
fe = 400 Mpa.

Promotion 2007 2
Chapitre 01: Présentation de l’ouvrage et hypothèses de calcul

4. Caractéristiques des matériaux :


1. Béton :
Le béton est un matériau constitué par un mélange de ciment, de granulats et d’eau,
respectant des rapports bien définis.

1. a. Composition du béton :

Le dosage d’un béton courant est composé de :


350Kg de ciment CPA 25.
400L de sable.
800L de gravillons (D ≤ 25mm).
175L d’eau.
1. b. Résistance du béton à la compression :

Le béton est définit par sa contrainte qui est déterminée à 28 jours d’âge notée fc28.
La résistance caractéristique à la compression d’un béton d’age inférieur à 28 jours est
donnée par la formule :
f cj = 0.685 fc28 Log(j+1) (Voir la formule du CBA93).

1. c. Résistance du béton à la traction :


La résistance du béton à la traction, est très faible. Elle est définie par :
* f tj =0.6+0,06f cj
J : Age du béton.
1. d.Déformation longitudinale du béton :

- Module de déformation longitudinale instantané :


Sous des contraintes normales d’une durée d’application inférieure à 24 h, on admet
à défaut de mesures, qu’à l’age « j » jours, le module de déformation longitudinale
instantané du béton Eij est égal à :
Eij =11000.fcj 1/3 Mpa
- Module de déformation longitudinale différé :
Sous des contraintes de longue durée d’application, le module de déformation
Longitudinale différé qui permet de calculer la déformation finale du béton est donnée
par la formule :
Evj =3700 .fcj1/3

Promotion 2007 3
Chapitre 01: Présentation de l’ouvrage et hypothèses de calcul

- Coefficient de Poisson :
ν = 0.0 dans le cas des états limites ultimes (E.L.U) (section fissurée).
ν =0.2 dans le cas des états limites de service (E.L.S) (section non fissurée).

2. Acier:
Le matériau acier est un alliage de Fer et de Carbone en faible pourcentage. Les aciers
pour le béton armé sont de :
*Nuance douce avec 0.15% à 0.25%de teneur en Carbone.
*Nuance mi-dure à dure avec 0.25% à 40%de teneur en Carbone.
2.a. Caractères mécaniques :

La caractéristique mécanique servant de base aux justifications est l’état limite


d’élasticité est garantie par le fournisseur et est désignée par < fe >
Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est égal à :
Es = 200000 Mpa.
2.b. Déformations et contraintes de calcul :

-Notion d’état limite :


Un état limite est celui pour lequel une condition requise d’une construction (ou d’un de
ses éléments) est strictement satisfaite. Au-delà du ce seuil, une structure cesse de
remplir les fonctions pour lesquelles elle a été conçue.
-Les états limites peuvent être scindés en deux catégories :
1-Etat limite ultime (E.L.U)
Il correspond à la valeur maximale de la capacité portante, au delà de cette limite, on
aura :
La perte de stabilité d’une partie ou de l’ensemble de la structure.
La rupture d’une ou de plusieurs sections critiques de la structure.
La transformation de la structure en un mécanisme déformable.
L’instabilité de la forme au flambement.
La détérioration par effet de fatigue.
2- Etat limite de service (E.L.S)
La contrainte de l'acier est limitée lorsqu’ il y a un état d'ouverture des fissures :
Fissuration peu nuisible : Pas de limitation.
2
Fissuration préjudiciable : σst ≤ σst = min (fe, 110 √η ftj).
3
1
Fissuration très préjudiciable : σst ≤ σst = min ( fe, 90 √η ftj).
2
η : Coefficient de fissuration (=1 pour les RL, =1.6 pour les HA).

Promotion 2007 4
Chapitre 01: Présentation de l’ouvrage et hypothèses de calcul

2.c. Etat limite d’ouverture des fissures :


On est amené à effectuer une vérification des contraintes de traction de l’acier dans
le but de limiter l’ouverture des fissures, les risques de corrosion et la déformation de la
pièce.

1/ Cas où la fissuration est peut nuisible :


La fissuration est considérée comme peu nuisible lorsque les éléments concernés sont
situés dans des locaux couverts et clos non soumis à des condensations.

Dans ce cas, aucune limitation de la contrainte de traction de l’acier n’est à


considère, cette dernière est déterminée à état limite ultime.

D’où : σst ≤ fe

2/Cas où la fissuration est préjudiciable :

La fissuration est considérée comme préjudiciable lorsque les éléments concernés


sont exposés aux intempéries ou à des condensations. Ils peuvent être alternativement
immergés ou noyés dans l’eau douce.

Dans ce cas, il importe de respecter les conditions suivantes :

-La contrainte de traction des armatures est limitée à :

σv =min {2/3 fe ,110√ η ftj } voir la formule du BAEL 99.


Avec :

η : Coefficient numérique (coefficient de fissuration), dont la valeur est égale à 1


pour les ronds lissés y compris les treillis soudés et 1.6 pour les armatures à
haute adhérence (H.A).
ftj : Résistance caractéristique à la traction du béton exprimée en Mpa.
3/Cas où la fissuration est très préjudiciable :
La fissuration est considérée comme très préjudiciable lorsque les éléments
considères sont exposés à un milieu agressif, ou nécessitent une étanchéité. Dans ce
cas, le contrainte de traction des armatures est limitée à :
σv =min {0.5 fe ,90√ η ftj } voir la formule du BAEL99.

Promotion 2007 5
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

DESCENTE DES CHARGES ET PRE DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS

1. Introduction:

Le pré dimensionnement a pour but le pré-calcul des différents éléments


résistants en respectant les règlements RPA99/version 2003 et CBA93.

2. Pré dimensionnement des planchers :

Les planchers sont des plaques minces dont l’épaisseur est faible par rapport aux
autres dimensions et peuvent reposer sur 2,3 ou 4 appuis constitués par des poutres,
poutrelles ou murs.
L’épaisseur des dalles dépend le plus souvent des conditions d’utilisation que des
vérifications de résistance.

a/ Résistance au feu :

e=7 cm Pour une heure de coupe feu.


e=11 cm Pour deux heures de coupe feu.
e=17,5 cm Pour quatre heures de coupe feu.
On admet : e =16 cm.
La dalle est en corps creux sauf pour les balcons, elle est en béton armé. Il faut
donc une dalle pleine.

b/ Isolation phonique :

Selon les règles « CBA93 », l’épaisseur du plancher doit être supérieur ou égale à
13 cm, pour obtenir une bonne isolation acoustique.
On limite donc notre épaisseur à : 16 cm.

c/ Résistance à la flexion :

Dalle reposant sur deux appuis : Lx /35 < e < Lx/30.


Dalle reposant sur trois ou quatre appuis : Lx /50 < e < Lx / 40.
Lx : La petite portée du panneau le plus sollicité. (Cas défavorable).
Dans notre cas les dalles reposent sur 4 appuis et ont une portée égale à :
Lx =3.8m=380 cm. (Corps creux).
Lx=1.5 m= 150 cm. (Dalle pleine).
Le corps creux : 10.42 < e < 12.66 e = 12 cm.
La dalle pleine : 3 <e < 3.75 e =3.7 cm.

Promotion 2007 6
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

d/ Condition de fléche :

d-1-Dalle pleine :
Nous devons vérifier les conditions suivantes :
fmax <Lmax /500 ; Si la portée L est au plus égale à 5m .
fmax <0.5 cm + Lmax /1000 ; Si la portée L est supérieure à 5 m.
(CBA93 :B65.3).
Dans notre cas : Lmax=380 cm, avec :

ql X4 Lmax
Fmax=
384EI ≤ 500
1
3 12ql X4
I= be e ≥( )3
12 lX
384 Eb( )
500
- Pour ce faire, on considère une bande de dalle de largeur b=1 m avec une
épaisseur e=16 cm (préalablement déterminé).

Lx=3.8m

G= 797 kg/m² Charge permanente.


Q= 100 kg/m² Charge d’exploitation.
(Plancher terrasse ; voir descente de charge).
Ceci nous donne :
Q= (1,35G+1,5 Q) b q = 1225,95 kg/m.
E = 3,2.105 kg/cm².
D’ou : e ≥ 7.47 cm
On prend : e =16 cm. alors le choix des dalles pleines est comme suit :

e = max (16 ;3,7) On prend: e =16cm

d-2-Dalle en corp-creux :

L’épaisseur du plancher s'obtient avec la formule empirique suivante :


l <h < l 15,2 < ht<19 ( l =3.8 m).
t
25 20
On prend: ht = 16 cm

Notre plancher est d’épaisseur (16+4) cm.

Promotion 2007 7
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

3. Descente de charge :

La descente de charge a pour but la détermination des charges et surcharges


revenant à chaque élément porteur au niveau de chaque plancher.
G : Charge permanente.
Q : Charge d’exploitation
a-Plancher terrasse (inaccessible) :

Protection en gravillon roulés :……………………………………………………….0,05*1700= 85 kg/m².


Etanchiété multicouches :…………………………………………………………………………………….12 kg/m².
Béton forme de pente :…………………………………………………………………..0,12*2200=264 kg/m².
Isolation thermique au liège :………………………………………………………..0,04*400 =16 kg/m².
Plancher en corps creux :…………………….… …….. …………………………. 0,20*1360=272 kg/m².
Enduit en plâtre :…………………………………………….…………………………… 0,02*1000=20 kg/m².
Gdcc= 669 kg/m². Q =100 kg/m².

b–Plancher étage courant :


Revêtement en carrelage :…………………………………………………………....0,02*2200= 44 kg/m².
Mortier de pose :……………………………………………………………………………0,02*2000= 40 kg/m².
Lit de sable :…………………………………………………………………………….…...0,02*1800= 36 kg/m².
Plancher en corps creux :……………………………………………………..……..0,20*1360= 272 kg/m².
Enduit plâtre :………………………………………………………………………………..0,02*1000= 20 kg/m².
Cloisons légères :………………………..…………………………………………………………………. 100 kg/m².
Gcc = 487 kg/m2. Q = 150 Kg/m2

Promotion 2007 8
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

c-Plancher RDC:
Gc.c=487 kg/m². Q=150 kg/m².
e- Balcon:
Revêtement en carrelage :……………………...................................0,02*2200= 44 kg/m².
Mortier de pose :…………………………………..… …………………………………..0,02*2000= 40 kg/m².
Lit de sable :………………………………………….................................. 0,02*1800= 36 kg/m².
Dalle plaine:……………………….……………..………………………………………….0,16*2500= 400 kg/m².
Enduit plâtre :………………………………………………………………………………..0,02*1000= 20 kg/m².
Gb= 540 kg/m². Q =350 kg/m².
f - Cloisons extérieures:
La maçonnerie utilisée est en briques (en double cloison) avec 30%d'ouverture :
Enduit extérieur (ciment) :……………….…….0,02x2000=40 kg/m².
Brique d’aire :…………………………………………..2x0,10x1400=280 kg/m².
Enduit intérieur (plâtre) :……………………..…0,015x1200=18 kg/m².

∑ 338 kg/m². 10cm 5 10 cm

Avec 30% d’ouverture :………………..338×0,7=236,6 kg/m².


G=236,6 kg/m².

Promotion 2007 9
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

h- Acrotère:
S= (0,6×0,1) + 0,5(0,1×0,15)=0,0675 m². 25 cm
P= (0,0675×2500)
=168,75 kg/m². 10cm
G=168,75 kg/ml. 60 cm
i- Escalier :
Etage courant :
1-Palier :
1. Carrelage (e=2 cm) 0.02×2200=44 kg/m2
2. Mortier de pose (e=2 cm) 0.02×2000=40 kg/m2
3. Lit de sable (e=2 cm) 0.02×1800=36 kg/m2
4. Dalle pleine (e=16 cm) 0.16×2500=400 kg/m2
5. Enduit ciment (e=2 cm) 0.02×2000=40 kg/m2
Total =560 kg/m2
G =560 kg/m2 Q = 250 kg/m2
2-Volée (paillasse):
1. Carrelage (e=2 cm) 0.02 ×2200 =44kg/m2
2. Mortier (e=2 cm) 0.02 ×2000 =40 kg/m2
3. Lit de sable (e=2 cm) 0.02×1800 =36 kg/m2
4. Marche (e=17cm) 2500×0.17/2 =212.5 kg/m2
5. Paillasse (e=12 cm) 2500×0.12/Cos35.53°=368.63 kg/m2
6. Gard corps (e=10cm) 0.1×1400 = 140kg/m2
7. enduit plâtre (e=2cm) 0.02 ×2000 =40 kg/m2

Total =881.14 kg/m2


G =881.14 kg/m2 Q = 250 kg/m2
RDC:
1-Palier :
1. Carrelage (e=2 cm) 0.02×2200=44 kg/m2
2. Mortier de pose (e=2 cm) 0.02×2000=40 kg/m2
3. Lit de sable (e=2 cm) 0.02×1800=36 kg/m2
4. Dalle pleine (e=16 cm) 0.16×2500=400 kg/m2
5. Enduit ciment (e=2 cm) 0.02×2000=40 kg/m2
Total =560 kg/m2
G =560 kg/m2 Q = 250 kg/m2

Promotion 2007 10
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

2-Volée (paillasse):
*Les deux premières volées :
1. Carrelage (e=2 cm) 0.02 ×2200 =44kg/m2
2. Mortier (e=2 cm) 0.02 ×2000 =40 kg/m2
3. Lit de sable (e=2 cm) 0.02×1800 =36 kg/m2
4. Marche (e=17cm) 2500×0.17/2 =212.5 kg/m2
5. Paillasse (e=12 cm) 2500×0.12/Cos36.09°=371.24 kg/m2
6. Gard corps (e=10cm) 0.1×1400 = 140kg/m2
7. Enduit plâtre (e=2cm) 0.02 ×2000 =40 kg/m2

Total =883.74 kg/m2


G =883.74 kg/m2 Q = 250 kg/m2
La petite volée :
1. Carrelage (e=2 cm) 0.02 ×2200 =44kg/m2
2. Mortier (e=2 cm) 0.02 ×2000 =40 kg/m2
3. Lit de sable (e=2 cm) 0.02×1800 =36 kg/m2
4. Marche (e=17cm) 2500×0.17/2 =212.5 kg/m2
5. Paillasse (e=12 cm) 2500×0.12/Cos59.03°=582.98kg/m2
6. Gard corps (e=10cm) 0.1×1400 = 140kg/m2
7. Enduit plâtre (e=2cm) 0.02 ×2000 =40 kg/m2

Total =1095.48 kg/m2


G =1095.48 kg/m2 Q = 250 kg/m2

Promotion 2007 11
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

4. Pré dimensionnement des poutres :


L L
< ht<
20 10
Les dimensions des poutres doivent respecter l’article : 7.5.1 du RPA99/version 2003 :
-b≥20cm.
-h≥30cm.
h
≤4
b
-bmax=1,5h1+b1.
b1 ≤max(b1/2,h1/2)

h1 a)
h1

b b1 ≤max(b1/2 , h1/2)

b)

On prendra pour :
Ly = 4.45m 20.5 ≤ ht ≤ 44.5 on prendra : ht = 40cm ; b = 30cm
Lx = 3.8m 19 ≤ ht ≤ 38 on prendra : ht = 35cm ; b = 30cm
On prend notre section 40×30, pour la facilité de manipulation et c’est plus pratique.

5. Pré dimensionnement des poteaux:

Le calcul de la section du béton sera faite en compression centrée. Les règles CBA
93 préconisent de prendre la section réduite en laissant 1cm de chaque coté pour tenir
compte de la ségrégation du béton.
D’après l’article B.8.4.1 du CBA 93 : L’effort normal ultime Nu agissant d’un poteau
doit être au plus égal à la valeur suivante :
Nu ≤ α ((Br.fc28/0,9 γb)+(A.fe/γs)).
Tel que :

Promotion 2007 12
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

Br : Section du poteau (en cm²).


A : Section d’acier comprimé prise en compte dans le calcul.
fc28 : Résistance à la compression de béton.
fe :Limite d’élasticité de l’acier utilisé .

γb :1,5. Cas durable.


γs :1,15. Cas accidentel.
α :Coefficient dépendant de l’élancement mécanique λ des poteaux qui prend les
valeurs :
α=0,85/(1+0,2(λ/35)²) si λ≤ 50.
α=0,60 (50/λ)² si 50 <λ< 70.
On se fixe un élancement mécanique λ=35 pour rester toujours dans le domaine
de la compression centrée. Selon l'article B.8.4.1 de CBA 93 on a :
α =0,85/(1+0,2x1)= 0,708.
On suppose que A=0 (cas le plus défavorable), donc :
Nu ≤ α (Br.fc28/0,9 γb).

Br ≥ 7,62 Nu

Outre les vérifications préconisées par le CBA93, le RPA99/version 2003 exige de


limiter l’effort normal maximum dans les poteaux pour éviter une rupture fragile sous
sollicitations d’ensemble dues au séisme. L’effort normal de compression de calcul est
limité par la condition suivante :

Nd Nd
V= ≤0,30 Bc> 7,5
Bc f c 28
Calcul des surfaces revenant à chaque poteau :

Poteaux Surface (m²) Surface majorée (m²)


1-Centraux :
C1,C2,C3,C4 15.01 17.26
2-Rives :
R1,R2,R3,R4,R5,R6,R7,R8,R9,R10 7.5 8.26
3-D’angles:
A1,A2,A3,A4 4.227 4.65

Promotion 2007 13
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

1) Poteau central :
Le poteau central supportant la plus grande surface est :
C1 S1= 17.26 m²
 Calcul des charges et surcharges revenant au poteau :

-Niveau terrasse :
Plancher :…………………………………….0,669x15.01x1.15=11.547t.
Surcharges :……………………………....0,1x15.01x1.15=1.726 t.
G=11.547 t. Q=1.726 t.
-Niveau étage courant :
Plancher :…………………………….……….0,487x15.01x1.15=8.406t.
Surcharges :………………………………...0,150x15.01x1.15=2.589 t.
G=8.406t Q=2.589t.
-Niveau RDC :
Plancher :……………………………………. 0,487x15.01x1.15=8.406t
Surcharges :………………………………...0,25x15.01x1.15=4.315 t.
G=8.406 t. Q=4.315 t.
2) Poteau de rive
Le poteau de rive supportant la plus grande surface est :
R9 S2=8.26 m².
-Niveau terrasse :
Plancher :…………….…………..…………… 0,669x7.5x1.1=5.519 t.
Surcharges :……………………………….……0,1x7.5x1.1=0.825 t.
Acrotère :……………………………………....0,169x3,60=0.608 t.
G=6.127 t. Q=0.825 t.
-Niveau étage courant :
Plancher :…………………………………….. 0,487x7.5x1.1= 4.017 t.
Surcharges :………………………. …………0,150x7.5x1.1=1.237 t.
Mur sur poutre :………………………….…0,236x3x5.235=3.706 t.
G=7.72 t Q=1.237 t.
-Niveau RDC :
Plancher :…………………….………………..…0,487x8.26=4.022 t.
Surcharges :…………………………………….0,25x8.26=2.065t.
Mur sur poutre :……………………………….0,236x3x5.325=3.770 t
G=7.792 t Q=2.065 t.

Promotion 2007 14
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

3) Poteau d’angle :
a)Le poteau d’angle le plus sollicité est le poteau A1 et a une surface de :
S3 = 4.65 m².
-Niveau terrasse :
Plancher :…....................................................0.669x4.65 = 3.11 t.
Surcharges :…………….…………………………………….………0.1*4.65 = 0.465t.
4,10 3,45
Acrotère :……………………..…...0,169x( + )=0.637 t.
2 2
G=3.74 t. Q=0.456 t.
-Niveau étage courant :
Plancher :…………………………...………………………………...0,487x4.65=2.264 t.
Surcharges :………………………………………………………..…0,150x4.65=0.697t.
Mur sur poutre :………………………………………….…….0,237*3*3.775=2.684 t.
G=4.948 t Q=0.697 t.
-Niveau RDC :
Plancher :…………………….………..………………………………. 0,487x4.65=2.264 t
Surcharges :…………………………………………………………….0,25x4.65=1.162 t.
Mur sur poutre :………………………………………………..0,237*3*3.775=2.684 t.
G=4.948 t Q=1.162t
Poteau central : β=1.15

Niveau G(t) NG(t) Q(t) NQ(t) NU(t) Br(cm2) a(cm) B(cm2)


4 11.547 11.547 1.726 1.726 18.177 141.780 11.90 30*30
3 8.406 19.953 2.589 4.315 33.409 260.590 16.142 30*30
2 8.406 28.359 2.589 6.904 48.640 379.390 19.477 35*35
1 8.406 36.963 2.589 9.493 64.139 500.284 22.367 35*35
RDC 8.406 45.369 4.315 13.808 81.960 639.288 25.284 40*40

L’article 7.4.1du RPA 99/version 2003 exige que les dimensions de la section
transversale des poteaux doivent satisfaire les conditions suivantes :
b1, h1, he : Dimensions du poteau :
Pour la zone (IIb) on a :
a. Min (b1, h1)≥ 30cm
b. Min (b1, h1)≥ he/20
c. 1/4< b1/h1<4
Toutes ces conditions sont vérifiées cependant que pour des raisons techniques de
réalisation et de rapidité d’exécution on généralise l’utilisation aux poteaux les plus
sollicité soit : les poteaux centraux d’ou :

Promotion 2007 15
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

Nous adopterons des sections de poteaux uniforme tel que :


Etage RDC 1et 2 étage 3,4 étage
Section des poteaux 40*40 35*35 30*30

-D’après l’article 7.4.1 du RPA 99/ version 2003, il est recommandé que les poteaux
aient la même section pour chaque niveau.

6. Pré Dimensionnement des escaliers :


Les escaliers sont du type classique et pratique du fait du caractère répétitif lors de
la réalisation, ainsi que l’avantage qu’ils apportent en matière de finition. Les volées
reposent simplement sur les paliers.

1-Caractéristiques techniques :

Pour l’étage courant :

Hauteur d’étage : H= 3.00 m


On a: 15 < h< 20 cm. On prend h= 17cm
- Le nombre des contre marches nc =H/h = 17 ; On aura 08 par volée
- La dimension du giron à partir de la formule de BLONDEL
On a : 59<2h+g<66 ⇒ 25< g <32 soit g = 30 cm
-La longueur de la ligne foulée sera L = g*(n-1) = 210cm
Pour h=17 cm : on aura n = nc-1=17-1=16 marches entre chaque étage.
L’inclination de la paillasse :
tg(α)=150/210⇒ α=35.53 °
La longueur de la paillasse est : 1.50/sinα ⇒ L=2.58 m

Pour le RDC :
Le rez-de-chaussée a une hauteur de 4m. On a 03 volées ; 02 volées de 1.75m et une petite volée de
0.5m.
*Les deux premières volées :
Hauteur de volée………………………………he = 1.75 m.
Giron…………………………………………..g = 30 cm.
On a 15< h<20 pour h = 17cm on aura n = 9 marche par volée.
-La longueur de la ligne de foulée sera l = g (n-1) = 240 cm.
- L’inclinaison de la paillasse tg (α) = 175/240 = 36.09°.
-La longueur de la paillasse L = 1.75/sin(36.09°) = 1.03m.

Promotion 2007 16
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

-condition de résistance L/30< e < L/20 => 9.9 < e <14.84


On prend comme épaisseur e = 12 cm.
La petite volée :
Hauteur de volée ……………………………………he = 0.5m.
Giron …………………………………………………g = 30 cm.
On a 15< h<20 pour h = 17cm on aura n = 02 marche par volée.
-La longueur de la ligne de foulée sera l = g (n-1) = 30 cm.
- L’inclinaison de la paillasse tg (α) = 50/30 = 59.03°.
-La longueur de la paillasse L = 0.5/sin(59.03°) = 0.58m.
-condition de résistance L/30< e < L/20 => 1.94 < e < 2.9
On prend comme épaisseur e = 12 cm

120cm

25cm

120cm

120cm 240cm 120cm


m

150cm

240cm 120cm
SCHEMA DE L'ESCALIER

Promotion 2007 17
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

7. Pré Dimensionnement des Voiles :


Le pré dimensionnement des murs en béton armé est justifié par l’article 7.7.1 du
RPA99/version 2003. Ils servent d’une part à contreventer le bâtiment en reprenant les
efforts horizontaux (séisme et vent) et d’autre part à reprendre les efforts verticaux
qu’ils transmettent aux fondations.
Les charges verticales sont les charges permanentes et surcharges.
Les actions horizontales sont celles dues au séisme ou au vent.
Les voiles assurant le contreventement sont continus jusqu ‘aux fondations.
Seuls les efforts de translation seront pris en compte. Ceux de la rotation ne sont
pas connus dans le cadre du pré dimensionnement.)
D’après le RPA 99/version 2003, article7.7.1« les éléments satisfaisants la
condition (L ≥ 4 e) sont considérés comme des voiles, contrairement aux éléments
linéaires. » avec
L : Porté du voile.
e : Epaisseur du voile.
L’article 7.7.1 RPA99/version 2003 exige une épaisseur minimale de 15cm. De plus
l’épaisseur doit être déterminée en fonction de la hauteur libre d’étage he et des
conditions de rigidité à l’extrémité comme indiquée sur les figures suivantes:

e
he

« COUPE D’UN VOILE EN ELEVATION »

Promotion 2007 18
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

≥ 3e avec : e≥ he
e 25
e

1.
≥ 2e
he
e e ≥
≥ 3e 22
e

≥ 2e

e e≥ he
20

« COUPE DE VOILE EN PLAN »

e ≥ max ( emin , he/25, he/22, he/20)


e ≥ he/20=400/20=20cm
e ≥ Max (15 ;18.18)
On adopte Alors : e=20 cm pour RDC

Etage RDC 1,2 3,4


L’épaisseur des voiles (m) 20 18 16

8. Détermination du poids de la structure :


1- Poids des Voiles :
Sn= Surface nette Sn = L*h
W= Sn e γb
γb =2.5t/m3 .
e : épaisseur des voiles
h : hauteur d’étage

Promotion 2007 19
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

RDC :
Hauteur de RDC = 4m

Voiles nombre L (m) e(m) Sn(m2) W d’étage (t) Wt d’étage (t)


V1, V2, V3, V4 4 1.325 0.2 5.3 2.65 10.6
V5 1 2.65 0.2 10.6 5.3 5.3
TOTAL 15.9

Étage courant 1 ; 2 étages :


Hauteur d’étage= 3m

Voiles nombre L (m) e(m) Sn(m2) W d’étage (t) Wt d’étage (t)


V1, V2, V3, V4 4 1.325 0.18 3.975 1.789 7.156
V5 1 2.65 0.18 7.95 3.57 3.57
TOTAL 10.726
Étage courant 3 ; 4 étages :
Hauteur d’étage= 3m

Voiles nombre L (m) e(m) Sn(m2) W d’étage (t) Wt d’étage (t)


V1, V2, V3, V4 4 1.325 0.16 3.975 1.59 6.9
V5 1 2.65 0.16 7.95 3.18 3.18
TOTAL 10.08

2- Poids des poutres :

Section des poutres


S=0,3*0,4= 0.12 m2

Etage Poids poutres (t)


4 31.23
3 31.23
2 31.23
1 31.23
RDC 31.23
TOTAL 156.15

Poids d’une poutre : W= S* l * γb

3- Poids des poteaux :

Etage Dimensions (m2) N Poteaux Hauteur Poids Poteaux (t)


3,4 0.09 32 3 21.600
1,2 0.1225 32 3 29.400
RDC 0.16 18 4 28.800
TOTAL 79.800

Promotion 2007 20
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

4- Poids des planchers :


W=WG +0.2WQ
W=S × (G+0.2Q)
Planchers courants :
S = 159m2
W = 82.203 t
Plancher terrasse :
S= 168 m2
W= 115.752t

RDC :
S = 159 m2
W = 82.203 t
5- Poids de l’acrotère :
W=G L
L=52.2 m
W = 8.8 t
6- Poids du mur d’extérieur :
RDC : W = 50.72 t
Etage courant : W= 38.045 t
7- Poids du balcon:
W=S (G+0.2Q)
S= 1.8 m2
W=1.098 t
8- Poids de l’escalier :
Escalier :
Etage courant :
Palier : Wp =1.78 t
Volée :W v =2.71 t
Wtotal = Wp +2 W v = 7.2 t
RDC :
Palier : Wp1= 2.813 t
Volée :W v1 =1.093 t

Palier : Wp2= 0.672 t


Volée :W v2 = 0.762 t

Wtotal = Wp1 +2 Wv1 + 2Wp2 + Wv2 = 7.105 t

Promotion 2007 21
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

Poids total de la structure (W):


W est égal à la somme des poids Wi, calculés à chaque niveau (i).
W = Σ Wi
avec : Wi = WGi + β WQi.
WGi : poids dù aux charges permanentes est à celles des équipements fixes
éventuels, solidaires de la structure.
WQi : charge d’exploitation.
β : Coefficient de pondération fonction de la nature et de la durée de la charge
d’exploitation, donné par le tableau 4.5 du RPA.

On a un bâtiment d'habitation, donc β = 0.20


Donc à chaque niveau : Wi = WGi + 0.20 WQi.

La masse totale du bâtiment est : MT = 973,8997t

(Voir le tableau à la page suivante)

Promotion 2007 22
Chapitre 02: Descente des charges et pré dimensionnement des éléments

Tableau de la masse totale de la structure

Plancher Voiles Poutres Poteaux Façade Escaliers Acrotère


Etage Balcon 0,5 Wqesc Wqbalc W( t)
(t) (t) (t) (t) (t) (t) (t)
4 115,752 10,08 31,23 10,8 38,045 0 0 8,8 0 0 188,4245
3 82,203 10,08 31,23 10,8 38,045 1,098 7,2 0 1,569 0,63 182,2658
2 82,203 10,726 31,23 14,7 38,045 1,098 7,2 0 1,569 0,63 190,4118
1 82,203 10,726 31,23 14,7 38,045 1,098 7,2 0 1,569 0,63 190,4118
RDC 82,203 15,9 31,23 28,8 50,72 1,098 7,105 0 2,169 0,63 222,3858
TOTAL 444,564 57,512 156,15 79,8 202,9 4,392 28,705 8,8 973,8997

Niveau terrasse :
Wtr = Waccr + Wdall + (1/2Wmaç) + (1/2Wpot) + Wpout + (1/2Wvoiles) + 20%(WQtr)
Niveau avant dernier étage :
WAdn = Wdall + Wmaç + Wpot + Wpout + Wvoiles + Wbalcon + (1/2Wesc) + 20%( WQec+ (1/2WQesc) + WQbalcon)
Niveau étage courant :
WEC = Wdall + Wmaç + Wpot + Wpout + Wvoiles + Wbalcon + Wesc + 20%( WQec+ WQesc + WQbalcon)

Promotion 2007 1
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

ANALYSE DE LA STRUCTURE EXISTANTE

1- Introduction :
La structure initialement conçue par le bureau d’étude est montrée dans la figure
précédente.
Le système de contreventement est mixte (portiques et voiles) avec interaction.
Une analyse de cette structure sera menée tout au long de ce chapitre et des
commentaires seront donnés suite à son comportement. Il sera évalué ce qui suit :
1erniveau : Évaluation de l’excentricité« e » entre le centre de gravité des
masses et le centre de torsion. Pour cela il sera effectué :
1. Détermination du centre de graviter des masses à chaque niveau.
2. Détermination de centre de torsion à chaque niveau.
3. Détermination de l’excentricité, théorique dans les deux sens considérés.
4. Comparaison avec l’excentricité réglementaire. (RPA 99/version 2003).
5. Détermination de la rigidité à la torsion à chaque niveau.
2emeniveau : Evaluation des caractéristiques dynamiques de le structure en
procédant comme suit :
1. Détermination des périodes propres de la structure.
2. Détermination des masses modales de la structure dans les deux sens.
3. Détermination des masses modales cumulées.
4. Nombre de modes de vibration à retenir dans les deux directions
(RPA99/version 2003).

2- Caractéristiques géométriques de la structure :


2. a.Le centre de graviter des masses :

Le centre gravité des masses est le barycentre des masses, et le point d’application de
la résultante des forces horizontales extérieures (vent, séisme,…etc.)
Les éléments suivants seront prés en considération :

Les planchers (dalles).


Les voiles.
Les poutres.
Les poteaux.
Les balcons.
Les murs extérieurs.
Les escaliers

Promotion 2007 23
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

Les tableaux suivants montrent les étapes de calcul de ce dernier pour chaque niveau.
On prend un exemple de calcul du RDC et étage courant :
Calcul du centre gravité des masses :
Les cordonnées du centre gravité des masses sont déterminées par les formules
suivantes :

XCM/0= ∑ Mi* Xi / ∑Mi

YCM/0= ∑Mi*Yi / ∑Mi

Avec :
Mi : Masse de l’élément considéré.
Xi : Cordonnées du centre de gravité de cet élément par rapport au repère
(x.o.y).
1. Suivant l’axe (OX) :
Notre bâtiment présente une symétrie par rapport l'axe (YY'), ce qui nous donne une
abscisse du centre de gravité : XCM= 9.1 m
2. Suivant l’axe (OY) :
Les voiles RDC :
L'élément nombre M(t) Mi (t) yi(m) Mi * yi (t.m)
V1, V2 2 2.65 5.3 0.75 3,975
V3,V4 2 2.65 5.3 7.15 37,895
V5 1 5.3 5.3 4.55 24,115
TOTAL 15.900 65,985

Etage courant1 ;2 :
L'élément nombre M(t) Mi (t) yi(m) Mi * yi (t.m)
V1, V2 2 1.789 3.578 0.75 2,6835
V3, V4 2 1.789 3.578 7.15 25,5827
V5 1 3.57 3.57 4.55 16,2435
TOTAL 10,726 44,510

Etage courant 3 ; 4 :
L'élément nombre M(t) Mi (t) yi(m) Mi * yi (t.m)
V1, V2 2 1.59 3.18 0.75 2,385
V3, V4 2 1.59 3.18 7.15 22,737
V5 1 3.18 3.18 4.55 14,469
TOTAL 9,540 39,591

Promotion 2007 24
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

Les poutres :
Poutre Li (m) Yi(m) Mi(t) Mi * Yi(t.m)
Pou1,2,3,4,5,6 24.6 2.225 7.38 16.4205
Pou7,8,9,10,11,12 18.6 6.175 5.58 34.4565
Pou13,14,16,17 13.8 0 4.14 0
Pou15 2.65 0 0.795 0
Pou18,19,21,22 13.8 4.623 4.14 19.1392
Pou20 2.65 4.623 0.795 3.6753
Pou23,24,26,27 13.8 7.875 4.14 32.6025
Pou25 2.64 7.875 0.795 6.26
TOTAL 27.765 112.554

Les planchers (dalles):


Pour RDC,1,2,3 :
n
Dalle S(m2) Mi=(G+0.2Q)xSi ( t ) Yi (m) Mi *Yi ( t.m)
(plancher)
D1, D5 16.91 2 34.97 2.255 78.857
D2, D4 21.47 2 44.398 1.275 56.607
D3 5.95 1 3.076 1.275 3.922
D6, D10 13.11 2 27.11 6.175 167.40
D7, D9 17.67 2 36.542 6.625 242.09
D8 10.35 1 10.35 6.175 63.91
D11, D12 1.8 2 3.722 -0.5125 -1.907
D13, D14 1.648 2 3.408 8.35 28.457
TOTAL 163.576 639.336

Pour 4(terrasse) :
n
Dalle S(m2) Mi=(G+0.2Q)xSi ( t ) Yi (m) Mi *Yi ( t.m)
(plancher)
D1, D5 16.91 2 23.302 2.255 52.546
D2, D4 21.47 2 29.586 1.275 37.722
D3 16.95 1 11.368 1.275 14.494
D6, D10 13.11 2 18.06 6.175 111.52
D7, D9 17.67 2 24.349 6.625 161.312
D8 10.35 1 7.1311 6.175 44.034
D11, D12 1.8 2 2.480 -0.5125 -1.271
D13, D14 1.648 2 2.271 8.35 18.963
TOTAL 118.547 439.320

Promotion 2007 25
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

Les murs extérieurs RDC:


MUR n S(m2) Yi Mi (t) Yi * Mi (t.m)

M1,M2 2 11 2.8 5.205 14.574


M3,M4 2 4.2 0.125 1.987 0.2484
M5,M6 2 7.2 5.6 3.407 19.079
M7,M8 2 8 7.95 3.786 30.0987
M9,M10 2 3.2 8.6 1.514 13.02
M11,M12,M13,M14 4 5.6 8.825 5.2998 46.77
TOTAL 21.199 123.790

Les murs extérieurs 1étage courant:


MUR n S(m2) Yi Mi (t) Yi * Mi (t.m)
M1,M2 2 8.25 2.8 3.904 10.9312
M3,M4 2 3.15 0.125 1.491 0.1863
M5,M6 2 5.4 5.6 2.555 14.308
M7,M8 2 6 7.95 2.839 22.570
M9,M10 2 2.4 8.6 1.136 9.7696
M11,M12,M13,M14 4 4.2 8.825 3.975 35.07
TOTAL 15.900 92.816

Les escaliers :
Escalier Mi= (G+0.2Q) xSi (t) Yi (m) Mi * Yi(t.m)

E1 étage1,2,3 7.2 1.45 10.440


E RDC 7.105 1.45 10.303

Les balcons :
Balcon Si(m2) Mi=(G+0.2Q)xSi ( t ) Yi (m) Mi x Yi ( t*m)
B1 1.8 1.098 8.625 9.470
B2 1.8 1.098 8.625 9.470
TOTAL 2.196 18.940

Les poteaux:
Le calcul du centre gravité des masses des étages courant est évalué en tenant compte
de la variation de section des poteaux à chaque niveau :

Promotion 2007 26
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

Le centre gravité des masses de l’étages RDC:

Poteaux de section 40*40


Le Fil Nombre Mi(t) Yi(m) Mi *Yi (t.m)
A 6 9.6 0 0
6 9.6 4.5 43,2
B
6 9.6 7.85 75,36
C
TOTAL 28,800 118,560

⇒ Ycm =4.08m
Le centre gravité des masses des étages 1 ;2:

Poteaux de section 35*35


Le Fil Nombre Mi(t) Yi(m) Mi *Yi (t.m)
A 6 5.5125 0 0
B 6 5.5125 4.5 24,80625
C 6 5.5125 7.85 43,273125
TOTAL 16,538 68,079

⇒ Ycm =4.04m
Le centre gravité des masses de l’étage 3 :

Poteaux de section 30*30


Le Fil Nombre Mi(t) Yi(m) Mi *Yi (t.m)
A 6 4.05 0 0
B 6 4.05 4.5 18,225
C 6 4.05 7.85 31,7925
TOTAL 12,150 50,018

⇒ Ycm =4.043 m
Le centre gravité des masses de l’étage 4 :

Poteaux de section 30*30


Le Fil Nombre Mi(t) Yi(m) Mi *Yi (t.m)
A 6 4.05 0 0
B 6 4.05 4.5 18,225
C 6 4.05 7.85 31,7925
TOTAL 12,150 50,018

⇒ Ycm =4.047 m

Promotion 2007 27
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

2.b. Le centre de torsion :


Le centre de torsion est le barycentre des rigidités des éléments de contreventement du
bâtiment. Autrement dit, c’est le point par lequel passe la résultante des réactions des
voiles, et des poteaux. On peut rencontrer deux cas possible :
Le centre gravité des masses et le centre de torsion sont confondus. Les efforts
horizontaux (séisme, vent…etc.) ne provoquent sur la structure qu’un mouvement
de translation.
Le centre gravité des masses est excentré par rapport au centre de torsion, alors la
structure subie une translation et une rotation simultanément.
La position du centre de torsion est déterminée par des formules suivantes :
Xcj = ∑ Ijy Xj / Ijy
Ycj = ∑ Ijx Yj / Ijx
a- Méthode de calcul des inerties :
(D’après BAEL91)
a-1. Voiles pleins :
Inertie des refends pleins
Y
Exemple :

Sens transversal : voile V1

e=0.2m h= 1.325 m
IY=0.2*(1.325)3/12=0.03877m4

X
IY=e*h3/12 h

Sens longitudinal: voile V5


e=0.2m h=2.65m e
IX=e*h3/12
IX=0.2*(2.65)3/12=0.31m4
Y

X
e

Les calculs : h
Tous les étages de notre bâtiment ont la même disposition des voiles, ce qui donne les
mêmes résultats pour les autres niveaux.

Promotion 2007 28
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

Les tableaux suivants montrent les calculs du centre de torsion :

1. Suivant l’axe (OX) :

RDC :
Voile n (voile) IYi ( m4 ) Xi (m ) IYi * Xi (m5 )

V1,V4 2 0.0775 0.075 0,0058125

V2,V3 2 0.0775 18.25 1,414375

TOTAL 0,155 1,421

1er ;2eme étage :


Voile n (voile) IYi ( m4 ) Xi (m ) IYi * Xi (m5 )

V1,V4 2 0.0698 0.075 0,005235


V2,V3 2 0.0698 18.25 1,27385
TOTAL 0,1396 1,2790

3eme ;4eme étage :


Voile n (voile) IYi ( m4 ) Xi (m ) IYi * Xi (m5 )

V1,V4 2 0.0620 0.075 0,00465


V2,V3 2 0.0620 18.25 1,1315
TOTAL 0,1240 1,1362

RDC :
Le Fil n (poteaux) Iyi ( m4 ) Xi (m ) (Iy * Xi ) ( m5 )
A’ 3 0.0064 0 0
B’ 3 0.0064 3.8 0,02432
C’ 3 0.0064 7.6 0,04864
D’ 3 0.0064 10.6 0,06784
E’ 3 0.0064 14.4 0,09216
F’ 3 0.0064 18.2 0,11648
TOTAL 0,0384 0,3494
D ‘où : XCT = 9.1m

Promotion 2007 29
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

1er ;2eme étage :


Le Fil n (poteaux) Iyi ( m4 ) Xi (m ) (Iy * Xi ) ( m5 )
A’ 3 0.00375 0 0
B’ 3 0.00375 3.8 0,01425
C’ 3 0.00375 7.6 0,0285
D’ 3 0.00375 10.6 0,03975
E’ 3 0.00375 14.4 0,054
F’ 3 0.00375 18.2 0,06825
TOTAL 0,0225 0,2048
D ‘où : XCT = 9.1m
3eme ; 4eme étage :
Le Fil n (poteaux) Iyi ( m4 ) Xi (m ) (Iy * Xi ) ( m5 )
A’ 3 0.00203 0 0
B’ 3 0.00203 3.8 0,007714
C’ 3 0.00203 7.6 0,015428
D’ 3 0.00203 10.6 0,021518
E’ 3 0.00203 14.4 0,029232
F’ 3 0.00203 18.2 0,036946
TOTAL 0,0122 0,1110
D ‘où : XCT = 9.1m
2. Suivant l’axe (OY)
RDC :

Voile n (voile) IX ( m4 ) Y (m ) (IX * Y ) ( m5 )

V5 1 0.310 4.45 1.3795


TOTAL 0.3100 1.3795

1er ; 2eme étage :

Voile n (voile) IX ( m4 ) Y (m ) (IX * Y ) ( m5 )

V5 1 0.2790 4.45 1,24155


TOTAL 0.2790 1,2416

3eme ; 4eme étage :

Voile n (voile) IX ( m4 ) Y (m ) (IX * Y ) ( m5 )

V5 1 0.248 4.45 1,1036


TOTAL 0.2480 1,1036

Promotion 2007 30
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

RDC :
Le Fil n (poteaux) Ixi ( m4 ) Yi (m ) (Ix * Yi ) ( m5 )
A 6 0.0128 0 0
B 6 0.0128 4.45 0,05696
C 6 0.0128 7.9 0,10112
TOTAL 0,0384 0,1581
D ‘où : YCT = 4 ,41m
1er ;2eme étage :
Le Fil n (poteaux) Ixi ( m4 ) Yi (m ) (Ix * Yi ) ( m5 )
A 6 0.0075 0 0
B 6 0.0075 4.45 0,033375
C 6 0.0075 7.9 0,05925
TOTAL 0,0225 0,0926
D ‘où : YCT = 4.42m
eme eme
3 ;4 étage :
Le Fil n (poteaux) Ixi ( m4 ) Yi (m ) (Ix * Yi ) ( m5 )
A 6 0.00405 0 0
B 6 0.00405 4.45 0,0180225
C 6 0.00405 7.9 0,031995
TOTAL 0,0122 0,0501
D ‘où : YCT = 4.42m

2-c. Calcul de l’excentricité :


L’excentricité est la distance entre le centre de graviter des masses et le centre de
torsion, donnée par les formules suivantes :
ex =XCM – XCT
ey =YCM – YCT
L’excentricité prévue par le RPA 99/version 2003 :
Le RPA99/version2003 (art 4.3.7) préconise quand il est procédé à une analyse
tridimensionnelle, de prendre en plus de l’excentricité théorique calculée, une
excentricité accidentelle (additionnelle) égale a ± 5% L (L: étant la dimension du
plancher perpendiculaire a la direction de l'action sismique) doit être appliquée au niveau
du plancher considéré et suivant chaque direction.
 L'excentricité théorique : c’est celle calculée précédemment
exth = XG - XC
eyth = YG - YC

Promotion 2007 31
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

 L'excentricité accidentelle :
Fixée par le RPA 99 à : ± 5% L.
eax = 0.05 Lx avec Lx= 18.2m ⇒ eax = 0.91m
eay = 0.05 Ly avec Ly= 7.9 m ⇒ eay = 0.395m
Le tableau suivant résume les résultats des excentricités pour chaque niveau :

Excentricité
Centre des masses Centre de torsion Excentricité théorique
Accidentelle
L'étage XCM(m) YCM(m) XCT(m) YCT(m) ex(m) ey(m) ex(m) ey(m)
4 9.1 4.080 9.1 4.41 0 -0,33 0.91 0.395
3 9.1 4.040 9.1 4.42 0 -0,38 0.91 0.395
2 9.1 4.040 9.1 4.42 0 -0,38 0.91 0.395
1 9.1 4.043 9.1 4.42 0 -0,377 0.91 0.395
RDC 9.1 4.047 9.1 4.42 0 -0,373 0.91 0.395

L’excentricité retenue:
3°CAS
On doit étudier les quatre cas suivants :
(Xg , Yg+5%Lx)

1. ex = exth +eax.
2. ex = exth - eax.
3. ey = eyth +eay.
4. ey = eyth - eay.

2°CAS 1°CAS
(Xg-5%Ly , Yg) (Xg+5%Ly , Yg)
G (Xg , Yg)

4°CAS
(Xg , Yg-5%Lx)

Ces quatre cas sont pris en considération pour les raisons suivantes:
- Pour pallier les erreurs de calcul de centre de gravite des masses.
- Pour tenir compte de la distribution non uniforme des surcharges.
- Pour pallier les erreurs d'exécution.
Mais pour des raisons de manque de temps, on va considérer le cas le plus défavorable.
Le tableau suivant résume les résultats précédents :

Promotion 2007 32
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

L'étage ex =exth +eax ex =exth - eax ey =eyth+eay ey =eyth -eay ex à retenir ey à retenir
4 0.91 -0.91 0,065 -0,725 0.91 0.91
3 0.91 -0.91 0,015 -0,775 0.91 0.91
2 0.91 -0.91 0,015 -0,775 0.91 0.91
1 0.91 -0.91 0,018 -0,772 0.91 0.91
RDC 0.91 -0.91 0,022 -0,768 0.91 0.91
* la distance entre le centre de torsion et le centre de masse ne dépasse pas en aucun
niveau 5% de la largeur fictif du bâtiment (RPA 99 version 2003 Article 4.2.7), alors on
adopté l’excentricité admissible (l’excentricité accidentelle) pour chaque niveau :
XCT= XCM + eXadopté
YCT= YCM + eYadopté
Résultats :
Niveau RDC 1 2 3 4
XCM 9.1 9.1 9.1 9.1 9.1
eXadopté 0.91 0.91 0.91 0.91 0.91
XCT 10.01 10.01 10.01 10.01 10.01
YCM 4.08 4.04 4.04 4.043 4.047
eYadopté 0.91 0.91 0.91 0.91 0.91
YCT 4,99 4,95 4,95 4,953 4,957
2-d- Calcul de la rigidité à la torsion :
La rigidité à la torsion ou l’inertie polaire permet la distribution des efforts au niveau des
voiles dus à l’excentricité :

J= ∑ IYI × dX I + ∑ IX I × dYI
2 2

Sens OX :
RDC :
n
e(m) IY( m4 ) dXi (m ) dX2i (m) IYi . dx2i Xi Xct
Voile (voile)
V1,V4 2 0.2 0.0775 9,935 98,704225 7,64957744 0,075 10,01

V3,V4 2 0.2 0.0775 -8,24 67,8976 0.4969 18,25 10,01


7,6496
TOTAL

1er et 2eme étage :


n
e(m) IY( m4 ) dXi (m ) dX2i (m) IYi . dx2i Xi Xct
Voile (voile)
V1,V4 2 0.18 0.0698 9,935 98,704225 6,88955491 0.075 10.01

V3,V4 2 0.18 0.0698 -8,24 67,8976 0.4969 18.25 10.01


6,8896
TOTAL

Promotion 2007 33
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

3eme et 4eme étage :


n
e(m) IY( m4 ) dXi (m ) dX2i (m) IYi . dx2i Xi Xct
Voile (voile)
V1,V4 2 0.16 0.0620 9,935 98,704225 6,11966195 0.075 10.01

V3,V4 2 0.16 0.0620 -8,24 67,8976 0.4969 18.25 10.01


6,1197
TOTAL

RDC:
n
Le Fil IYi ( m4 ) dXi (m ) dXi2 (m) IYi . dXi2 Xi Xct
(poteaux)
A’ 3 0,0064 10,01 100,2001 0,64128064 0 10,01
B’ 3 0,0064 6,21 38,5641 0,24681024 3,8 10,01
C’ 3 0,0064 2,41 5,8081 0,03717184 7,6 10,01
D’ 3 0,0064 -0,59 0,3481 0,00222784 10,6 10,01
E’ 3 0,0064 -4,39 19,2721 0,12334144 14,4 10,01
F’ 3 0,0064 -8,19 67,0761 0,42928704 18,2 10,01
TOTAL 1,4802

1er et 2eme étage :


n
Le Fil IYi ( m4 ) dXi (m ) dXi2 (m) IYi . dXi2 Xi Xct
(poteaux)
A’ 3 0,00375 10,01 100,2001 0,375750375 0 10,01
B’ 3 0,00375 6,21 38,5641 0,144615375 3,8 10,01
C’ 3 0,00375 2,41 5,8081 0,021780375 7,6 10,01
D’ 3 0,00375 -0,59 0,3481 0,001305375 10,6 10,01
E’ 3 0,00375 -4,39 19,2721 0,072270375 14,4 10,01
F’ 3 0,00375 -8,19 67,0761 0,251535375 18,2 10,01
TOTAL 0,8673

3eme et 4eme étage :


n
Le Fil IYi ( m4 ) dXi (m ) dXi2 (m) IYi . dXi2 Xi Xct
(poteaux)
A’ 3 0.00203 10,01 100,2001 0,203406203 0 10,01
B’ 3 0.00203 6,21 38,5641 0,078285123 3,8 10,01
C’ 3 0.00203 2,41 5,8081 0,011790443 7,6 10,01
D’ 3 0.00203 -0,59 0,3481 0,000706643 10,6 10,01
E’ 3 0.00203 -4,39 19,2721 0,039122363 14,4 10,01
F’ 3 0.00203 -8,19 67,0761 0,136164483 18,2 10,01
TOTAL 0,4695
Promotion 2007 34
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

Sens OY :
RDC
n
voile IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V5 0,31 0,54 0,2916 0,090396 1 4.45 4.99
TOTAL 0,0904

1er et 2eme étage :


n
voile IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V5 0,248 0,5 0,25 0,062 1 4.45 4.95
TOTAL 0,0620

3eme étage :
n
voile IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V5 0,279 0,503 0,253009 0,07058951 1 4.45 4.953
TOTAL 0,0706

4 eme étage :
n
voile IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V5 0,279 0,507 0,257049 0,07171667 1 4.45 4.957
TOTAL 0,0717

RDC
n
Le Fil Ixi (m4 ) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,0128 4,99 24,9001 0,31872128 0 4,99
B 6 0,0128 0,54 0,2916 0,00373248 4,45 4,99
C 6 0,0128 -2,91 8,4681 0,10839168 7,9 4,99
TOTAL 0,4308

1ere et 2eme Etage :


n
Le Fil Ixi (m4 ) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,0075 4,95 24,5025 0,18376875 0 4,95
B 6 0,0075 0,5 0,25 0,001875 4,45 4,95
C 6 0,0075 -2,95 8,7025 0,06526875 7,9 4,95
TOTAL 0,2509
Promotion 2007 35
Chapitre 03: Analyse de la structure existante

Etage3eme :
n
Le Fil Ixi (m4 ) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,00405 4,953 24,532209 0,099355446 0 4,953
B 6 0,00405 0,503 0,253009 0,001024686 4,45 4,953
C 6 0,00405 -2,947 8,684809 0,035173476 7,9 4,953
TOTAL 0,1356

Etage4eme :
n
Le Fil Ixi (m4 ) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,00405 4,957 24,571849 0,099515988 0 4,957
B 6 0,00405 0,507 0,257049 0,001041048 4,45 4,957
C 6 0,00405 -2,943 8,661249 0,035078058 7,9 4,957
TOTAL 0,1356

La rigidité à la torsion:

Niveaux ∑IXI . dY2I ( m6) ∑IYI . dX2I (m6) JO(m6)


RDC 0.52124 9.129696 9,651
1 0.31291 7.746812 8,060
2 0.31291 7.746812 8,060
3 0.20614 6.589137 6,795
4 0.20735 6.589137 6,796
TABLEAU : LA RIGIDITE A LA TORSION ACHAQUE NIVEAU.

Promotion 2007 36
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

3. Etude Sismique :

3- a- Introduction.
Parmi les catastrophes naturelles qui affectent le nord de l’Algérie, les secousses
sismiques sont sans doute celles qui ont le plus d’effets destructeurs dans les zones
urbanisées. Face à ce risque et à l’impossibilité de le prévoir, la plus importante
prévention est la construction parasismique. La meilleure façon d’envisager des
constructions parasismiques consiste à formuler des critères à la fois économiquement
justifiés et techniquement cohérents.

3- b- Objectifs de l’étude dynamique.


L’objectif initial de l’étude dynamique d’une structure est la détermination de ses
caractéristiques dynamiques propres. Ceci est obtenu en considérant son
comportement en vibration libre non- amortie. Cela nous permet de calculer les efforts
et les déplacements maximums lors d’un séisme.
L’étude dynamique d’une structure telle qu’elle se présente réellement, est
souvent très complexe et demande un calcul très fastidieux voir impossible. C’est pour
cette raison qu’on on fait souvent appel à des modélisations qui permettrent de
simplifier suffisamment le problème pour pouvoir l’analyser.

3- c- Modélisation mathématique.
La modélisation revient à représenter un problème physique possédant un nombre
de degré de liberté (DDL) infini, par un modèle ayant un nombre de DDL fini, et qui
reflète avec une bonne précision les paramètres du système d’origine (la masse, la
rigidité et l’amortissement).
En d’autres termes, la modélisation est la recherche d’un modèle simplifié qui nous
rapproche le plus possible du comportement réel de la structure, en tenant compte le
plus correctement possible de la masse et de la rigidité de tous les éléments de la
structure.

3- d- Modélisation de la structure étudiée.


Etant donné la difficulté et la complexité d’un calcul manuel des efforts internes
(Moments, efforts normaux....etc), dans les éléments structuraux, le code de calcul par
éléments finis ETABS est utilisé.

Promotion 2007 37
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

a) Description du logiciel ETABS V 9.0.7.


ETABS est un logiciel de calcul conçu exclusivement pour le calcul des
bâtiments. Il permet de modéliser facilement et rapidement tous types de bâtiments
grâce à une interface graphique unique. Il offre de nombreuses possibilités pour
l’analyse statique et dynamique.
Ce logiciel permet la prise en compte des propriétés non-linéaires des matériaux, ainsi
que le calcul et le dimensionnement des éléments structuraux suivant différentes
réglementations en vigueur à travers le monde (Euro code, UBC, ACI..etc). De plus de
part ça spécificité pour le calcul des bâtiments, ETABS offre un avantage certain par
rapport au codes de calcul à utilisation plus étendue. En effet, grâce à ces diverses
fonctions il permet une décente de charge automatique et rapide, un calcul
automatique du centre de masse et de rigidité, ainsi que la prise en compte implicite
d’une éventuelle excentricité accidentelle. De plus, ce logiciel utilise une terminologie
propre au domaine du bâtiment (plancher, dalle, trumeau, linteau etc).
ETABS permet également le transfert de donnée avec d’autres logiciels
(AUTOCAD, SAP2000 et SAFE).

b) Modélisation des éléments structuraux.


La modélisation des éléments structuraux est effectuée comme suit :
Les éléments en portique (poutres-poteaux) ont été modélisés par des éléments
finis de type poutre « frame » à deux nœuds ayant six degrés de liberté (d.d.l.)
par nœud.
Les voiles ont été modélisés par des éléments coques « Shell » à quatre nœuds.
Les planchers sont simulés par des diaphragmes rigides et le sens des poutrelles
peut être automatiquement introduit.
Les dalles sont modélisées par des éléments dalles qui négligent les efforts
membranaires.

c) Modélisation de la masse.
La masse des planchers est calculée de manière à inclure la quantité βQ
RPA99/version 2003 (dans notre cas β =0,2) correspondant à la surcharge
d’exploitation. La masse des éléments modélisés est introduite de façon implicite, par
la prise en compte du poids volumique correspondant à celui du béton armé à savoir
2,5t/m3.
La masse des éléments concentrés non structuraux, comme l’acrotère et les
murs extérieurs (maçonnerie), a été repartie sur les poutres concernées.

Promotion 2007 38
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

3- e- Choix de la méthode de calcul :


L’étude sismique consiste à évaluer les efforts de l’action accidentelle (séisme) sur
notre structure existant.
Pour cela, plusieurs méthodes approchées ont été proposées afin d’évaluer les efforts
internes engendrés à l’intérieur de la structure. Le calcul de ces efforts sismiques peut
être déterminé selon trois méthodes :
La méthode statique équivalente.
La méthode dynamique modale spectrale.
La méthode de l’analyse dynamique par accélérogramme.
La méthode de calcul utilisée c’est la méthode statique équivalente et la méthode
dynamique modale spectrale .Pour cette méthode, il est recherché pour chaque mode
de vibration le maximum des effets engendrées dans la structure.
Les forces sismiques sont représentées par un spectre de réponse de calcul.

3-f- Critères de classification des RPA99/version 2003 :


La structure est implantée a Relizane , zone (IIb) (sismicité moyenne)
Peuvent être utilisées pour classer un site selon le tableau suivant :
P1 Ep
qc (Mpa) N qu (Mpa) Vs (m/s)
catégorie Description (Mpa) (Mpa)

>
S1 Rocheux - - >5
100
> 10 ≥ 800
≥ 400
S2 Ferme > 15 >50 >2 > 20 > 0.4
< 800
1.5 10∼5 5 0.1 ≥ 200
S3 Meuble 1∼2
∼15 0 ∼20 ∼0.4 < 400
Très meuble ou
≥ 100
S4 présence de 3m < 1.5 < 10 <1 <5 < 0.1
au moins d’argile < 200

Selon le rapport géotechnique, nous avons une contrainte admissible du sol


σ =2.5 bars. Il peut être classé dans la catégorie de site "ferme", type S2.
• Type de contreventement :
Notre structure est contreventée par une ossature mixte (portiques-voiles), avec
interaction et par conséquent le coefficient de comportement R =5.
• Régularité en plan : (RPA99/version 2003 art, 3,5)
a,1) La régularité, ( condition vérifiée),
Nous avons:
1- Lx/Lx =0≤0,25 (vérifiée),
2-Ly/Ly=0.175 ≤0,25 (vérifiée),
Puisque les deux critères (a,1) sont vérifiée, donc la structure est régulière en plan.

Promotion 2007 39
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

• Régularité en élévation :
Notre structure vérifie la condition (b,1), donc elle est classé régulière en élévation.
L'ouvrage est classé comme régulier en plan et en élévation.

3-g-Domaine d’application de la méthode statique équivalente.


La méthode statique équivalente peut être utilisée dans les conditions suivantes :
Le bâtiment ou bloc étudié, satisfait la régularité en plan et en élévation avec une
hauteur au plus égale à 30m en zones(IIb) (Vérifier)
Le bâtiment ou bloc étudié présent une configuration irrégulière tout en
respectant outre la condition de hauteur suivante :
Dans le cas le bâtiment implanté en zone (IIb) et le groupe d’usage 2 il faut que la
hauteur ne dépasse pas 5 niveaux au 17m. (Vérifier)

3-1-CALCUL DE LA FORCE SISMIQUE PAR LA METHODE STATIQUE EQUIVALENTE


(M.S.E :)
Introduction
L’Algérie est un pays situé au nord de l’Afrique. Il est délimité à l’est par la Tunisie et
la Libye à l’ouest par le Maroc et la Mauritanie au sud par le mali et le Niger et au nord
est séparé de l’Europe par la mer méditerranée. L’Algérie est donc situé par sa
géographie sur une zone côtière qui s’est avérée au fil de ces dernières années comme
une zone à sismicité importante tout comme l’Asie du sud-est et le nord-est du
continent Américain.
Vu cette situation, il nous est donc impératif de faire une étude de notre structure
sous charges horizontales. Pour cela nous allons suivre un document pré-établi par
les ingénieurs et chercheurs algériens dénommé : Règles Parasismiques Algériennes
(R.P.A).

3-1-1 Principe de la méthode :


Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont
remplacées par un système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés
équivalents à ceux de l’action sismique. Le mouvement du sol peut se faire dans une
direction quelconque dans le plan horizontale. Les forces sismiques horizontales
équivalentes seront considérées appliquées successivement dans deux directions
orthogonales caractéristiques choisies par le projecteur. Dans le cas général, ces deux
directions sont les axes principaux du plan horizontal de la structure.

Promotion 2007 40
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

Il faut souligner toutefois que les forces et les déformations obtenues pour l’élément
à partir des méthodes d’analyse statiques pour les charges de conception
recommandées. Ce dépassement des forces est équilibré par le comportement ductile
qui est fourni par les détails de construction de l’élément. C’est pourquoi l’utilisation de
cette méthode ne peut être dissociée de l’application rigoureuse des dispositions
constructives garantissant à la structure :
- une ductilité suffisante
- une capacité de dissiper l’énergie vibratoire transmise à la structure par des
secousses sismiques majeures.

3-1-2. Calcul de la force sismique totale


La force sismique totale V, appliquée à la base de la structure, doit être calculée
successivement dans deux directions horizontales orthogonales selon la formule
suivante:
A.D.Q
V= ×W
R
• Coefficient d’accélération de zone (A):
Le coefficient d'accélération de zone A est donné par le tableau 4.1 du RPA en
fonction de la zone sismique et le groupe d’usage du bâtiment. Dans notre cas nous
avons d’après le RPA :
(zone (IIb), groupe d’usage 2), donc on a A = 0,2.
• Facteur d’amplification dynamique moyen (D):
Le Facteur d’amplification dynamique moyen D est fonction de la catégorie de site,
du facteur de correction d’amortissement (η) et de la période fondamentale de la
structure (T).
2,5 η 0 ≤ T ≤ T2
D= 2,5 η ( T2 / T )2/3 T2 ≤ T ≤ 3s
2,5 η ( T2 / T )2/3 ( 3 / T )5/3 T ≥ 3s.

η : facteur de correction d’amortissement donnée par la formule :


η = 7 /(2 + ξ ) ≥ 0.7

ξ (%) : est le pourcentage d’amortissement critique fonction du matériau constitutif, du


type de structure et de l’importance des remplissages.
Nous avons un contreventement mixte voiles -portiques donc on prend , ξ = 8.5 %.
D’où : η = 7 /(2 + 8.5) = 0,8165

η = 0.8165 ≥ 0.7

Promotion 2007 41
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

Calcul de la période T :
a) par la formule empirique : T= CT.hn3/4 (FORMULE 4-6 DU RPA)
hn : hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau
(N).
hn = 16.6m
CT : coefficient, fonction du système de contreventement et du type de remplissage. Il
est donné par le tableau 4.6 du RPA.
Notre structure est en contreventement assuré partiellement par des voiles en béton
armé, ce qui donne CT = 0.05
3/4
Donc : T = 0.05×(16.6) = 0.41 s, ou T= 0.41s
0,09 × hN
b) par la formule : T= (FORMULE 4-7 DU RPA)
D
Où D est la dimension du bâtiment mesurée à sa base dans la direction de calcul
considérée.
0,09 × 16.6
Tx = = 0.35 s ; Dx = 18.55 m
18.55
0,09 × 16.6
Ty = = 0.46 s ; Dy = 10.65 m
10.65
La valeur de T retenue dans chaque direction est la plus petite des deux valeurs données
par les deux formules citées au-dessus.
Tx = Min (0.41s ; 0.347s), donc: T= 0.35s
Ty = Min (0.41s ; 0.457s), donc: T= 0.41s

Calcul de la période caractéristique T2 :


La période caractéristique T2 est associée à la catégorie du site donnée par le tableau
4.7 du RPA.
Catégorie de site S2: T2 = 0.40
T = 0,347s donc 0 ≤T≤ T2 , Alors : Dx = 2,5 η; Dx = 2.0413 (dans la direction X).
T = 0,410s donc T2 ≤T≤ 3s , Alors : Dy = 2,5 η( T2/T)2/3; Dy =2.008 (dans la direction Y).

• Coefficient de comportement (R):


Le Coefficient de comportement de la structure R est donnée par le tableau 4.3 en
fonction du système de contreventement.
On a pour le système portiques contreventés par des voiles R= 5

Promotion 2007 42
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

• Facteur de qualité (Q):


Q = 1+Σ Pq

Critère q Pqx Pqy

1. Conditions minimales sur les files de


0 0.05
contreventement
2. Redondance en plan 0.05 0
3. Régularité en plan 0 0
4. Régularité en élévation 0 0
5. Contrôle de la qualité des matériaux 0.05 0.05
6. Contrôle de la qualité de l’exécution 0.10 0.10
Σ Pq 0.2 0.2

Alors pour les deux sens Q =1+0.15 d'où Q=1.2

• Poids total de la structure (W):


W est égal à la somme des poids Wi, calculés à chaque niveau (i).
W = Σ Wi
avec : Wi = WGi + β WQi.
WGi : poids dù aux charges permanentes est à celles des équipements fixes éventuels,
solidaires de la structure.
WQi : charge d’exploitation.
β : Coefficient de pondération fonction de la nature et de la durée de la charge
d’exploitation, donné par le tableau 4.5 du RPA.

On a un bâtiment d'habitation, donc β = 0.20


Donc à chaque niveau : Wi = WGi + 0.20 WQi.
Niveau terrasse:
WT = 1884.245KN
Niveau 3:
WT = 1823.658 KN
Niveau 2:
WT = 1904.118 KN
Niveau 1:
WT = 1904.118 KN
Niveau RDC:
WT = 2223.858 KN

Evaluation du poids total:


WTOTAL = WT + W3 + W2 + W1 + WRDC = 9738.997KN

Donc le poids total de la structure WTOTAL = 9738.997 KN

Promotion 2007 43
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

• Modélisation par brochette:


Le poids de chaque étage est concentré au niveau du centre de gravité de celui-ci,
ainsi on obtient un système de 2 poids avec un seul degré de liberté (le déplacement
horizontal). Les planchers sont considérés rigides, et le déplacement vertical est supposé
négligeable. En conséquence, le bâtiment sera représenté par le système suivant

+ 16 m
Wtr=1884.245 KN
+ 13 m
W3=1822.658KN
+ 10 m
W2=1904.118 KN
+7m
W1=1904.118 KN
+4m
WRDC=2223.858 KN
+ 0.00 m

FIG : MODELISATION PAR BROCHETTE

Donc La force sismique totale V, appliquée à la base de la structure, doit être calculée
successivement dans les deux direction horizontales orthogonales selon la formule :

0,2 × 2,0413 × 1,2


Vx = × 9738.997
5

Vx = 954.25 KN

0,2 × 2,008 × 1,2


Vy = × 9738.997
5
Vy = 938.68 KN

Promotion 2007 44
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

3-1-3. Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur :


La résultante des forces sismiques à la base doit être distribuée selon la hauteur de la
structure par les formules suivantes :
V = Ft + ΣFi

Ft = 0.07 T.V si T > 0.7 s


Avec :
Ft = 0 si T < 0.7 s

Où T est la période fondamentale de la structure (en secondes).


La force (V - Ft) doit être distribuée sur la fauteur suivant la formule:
(V − Ft )Wi hi
Fi = n

∑W h
j =1
j J

Avec:
Fi : force horizontale au niveau i.
hi : niveau du plancher.
Ft : force concentrée au sommet de la structure.
Wi, Wj : poids revenant aux planchers i,j.
On a : T = 0.17 s < 0.7 s, et donc Ft = 0;
VtWi hi
Alors : Fi = n

∑W h
j =1
j J

Les résultats obtenus sont représentés dans les tableaux suivants:


Sens XX
n n
Niveau Wi (KN) hi (m) Wi*hi ∑ Wj × hj Vx (KN) Vx / ∑ Wj × hj
j=1 j=1
Fxi (KN)

Niveau RDC 2223,858 4 8895,432 95107,912 954,25 0,01003334 89,251


Niveau 1 1904,118 7 13328,826 95107,912 954,25 0,01003334 133,733
Niveau 2 1904,118 10 19041,18 95107,912 954,25 0,01003334 191,047
Niveau 3 1822,658 13 23694,554 95107,912 954,25 0,01003334 237,736
Niveau terrasse 1884,245 16 30147,92 95107,912 954,25 0,01003334 302,484

Sens YY
n n
Niveau Wi (KN) hi (m) Wi*hi ∑ Wj × hj Vy (KN) Vy / ∑ Wj × hj
j=1 j=1
Fyi (KN)

Niveau RDC 2223,858 4 8895,432 95107,912 938,68 0,00986963 87,795


Niveau 1 1904,118 7 13328,826 95107,912 938,68 0,00986963 131,551
Niveau 2 1904,118 10 19041,18 95107,912 938,68 0,00986963 187,929
Niveau 3 1822,658 13 23694,554 95107,912 938,68 0,00986963 233,857
Niveau terrasse 1884,245 16 30147,92 95107,912 938,68 0,00986963 297,549

Promotion 2007 45
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

3-1-4. Distribution horizontale des forces sismiques:


n
L’effort tranchant au niveau de l’étage k : Vk = Ft + ∑ Fi
i =k

On a : T = 0.41 s < 0.7 s, et donc Ft = 0;


Les résultats obtenus sont représentés dans le tableau suivant:

Sens XX
Niveau hi (m) Fxi (KN) Vxi (KN)
Niveau RDC 4 89,251 954,251
Niveau 1 7 133,733 865.000
Niveau 2 10 191,047 731,267
Niveau 3 13 237,736 540,220
Niveau terrasse 16 302,484 302,484

Sens YY
Niveau hi (m) Fyi (KN) Vyi (KN)
Niveau RDC 4 87,795 938,681
Niveau 1 7 131,551 850,886
Niveau 2 10 187,929 719,335
Niveau 3 13 233,857 531,406
Niveau terrasse 16 297,549 297,549

Schéma récapitulatif :
+ 16 m
FX = 302,484 KN
τ = 302,484 KN
FX = 237,736 KN + 13 m
τ = 540,220 KN
+ 10 m
FX = 191,047 KN
τ = 731,267 KN
FX = 133,733 KN
+7m
τ= 865.000 KN
+4m
FX = 89,251 KN

+ 0.00 m τ = 954,251 KN

- DISTRIBUTION DE LA FORCE SISMIQUE ET DE L'EFFORT TRANCHANT


SELON LA HAUTEUR DANS LE SENS OX -

Promotion 2007 46
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

+ 16 m
FY=297,549 KN
τ = 297,549 KN
FY =233,857 KN
+ 13 m
τ = 531,406 KN
+ 10 m
FY =187,929 KN
τ = 719,335 KN
FY =131,551 KN
+7m
τ = 850,886 KN
+4m
FY =87,795 KN

+ 0.00 m τ =938,681 KN

- DISTRIBUTION DE LA FORCE SISMIQUE ET DE L'EFFORT TRANCHANT


SELON LA HAUTEUR DANS LE SENS OY-

3-1-3-Les moments de renversement sont présentés le tableau suivant :

NIVEAU Hi Vxk(KN) Vyk(KN) Mx (KN, m) My (KN, m)


4 3 302,484 297,549 907,452 892,647
3 3 540,220 531,406 2528,112 2486,865
2 3 731,267 719,335 4721,913 4644,870
1 3 865.000 850,886 7316,913 7197,528
RDC 4 954,251 938,681 11133,917 10952,252
TABLEAU ; LES MOMENTS DE RENVERSEMENT .

3-1-4- Vérification au renversement


Pour que le bâtiment soit stable au renversement il doit vérifier la relation suivante :

Ms : Moment stabilisant, Ms=W.L/2


Mr : Moment renversant, Mr = ΣFi x hi
W : Poids du bâtiment.
F : Force sismique de niveau

 Sens longitudinal
W(KN) Lx (m) Lx/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
9738.997 18.25 9.1 88624,8727 11133,917 7,96 Oui

 Sens transversal
W(KN) Ly (m) Ly/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
9738.997 7.9 3.95 38469.03 10952,252 3.51 Oui
Conclusion :
Promotion 2007 47
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

La stabilité de la structure au renversement est vérifiée dans les deux sens.

3-1-5-Calcul des déplacements de chaque niveau (méthode statique équivalente ) :


On a : Fk = Wk , ak ⇒ ak = : ( Fk ,g ) /wk
D’autre part : on a δek = ak / ω²
D’où : δek = [( Fk ,g ) /wk ] × T2 / (2π)2
g=9,81m/s2
 Fk .g   T 2 
δ k = R. .



 k   (2π )
2
W 
En fin
R : coefficient de comportement = 5 pour notre cas,
Fk : force sismique au niveau « k »
wk :masse de niveau « k »
δk : déplacement d’un niveau « k » par rapport au sol
T=0,41s
∆kx = δ xk − δ xk −1
∆kx : correspond au déplacement relatif au niveau k par rapport au niveau k-1 dans le
sens x (idem dans le sens y, ∆ky ).
Les résultats de calcul :

TABLEAU : RESULTAT DES DEPLACEMENTS DANS LE SENS LONGITUDINAL.


Fxi Wi ∆
NIV δexk (m) δxk (m) ∆xk (m) Observation
(KN) (KN) (m)
5 302,484 1884,245 0,006712472 0,033562359 0,006292857 0.03 Vérifiée
4 237,736 1822,658 0,0054539 0,027269502 0,006292964 0.03 Vérifiée
3 191,047 1904,118 0,004195307 0,020976537 0,00629295 0.03 Vérifiée
2 133,733 1904,118 0,002936717 0,014683587 0,006292978 0.03 Vérifiée
1 89,251 2223,858 0,001678122 0,008390609 0,008390609 0.04 Vérifiée

TABLEAU : RESULTAT DES DEPLACEMENTS DANS LE SENS TRANSVERSAL.

NIV
Fyi
Wi (KN) δeyk (m) δyk (m) ∆yk (m) ∆ Observation
(KN) (m)
5 297,549 1884,245 0,00660295 0,033014792 0,00619023 0.03 Vérifiée
4 233,857 1822,658 0,00536491 0,026824561 0,00619037 0.03 Vérifiée
3 187,929 1904,118 0,00412683 0,020634188 0,00619018 0.03 Vérifiée
2 131,551 1904,118 0,00288880 0,014444008 0,00619028 0.03 Vérifiée
1 87,795 2223,858 0,00165074 0,008253728 0,00825372 0.04 Vérifiée

Donc : Les déplacements relatifs ∆K sont vérifiés.

Promotion 2007 48
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

3-2- METHODE DYNAMIQUE MODALE SPECTRALE :


3-2-1.Introduction :
L’étude dynamique consiste à déterminer les caractéristiques de vibration, qui
peuvent se développer dans une construction donnée, en vue de l’estimation de la
charge sismique de calcul la plus défavorable.

3-2-2. Principe :
Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum
des efforts engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un
spectre de réponse de calcul. Ces efforts sont par la suite combinés pour obtenir la
réponse de la structure.

3-2-3. spectre de réponse de calcul :

L’action sismique set représentée par le spectre de calcul suivant :

 T  Q 
1.25 A 1 +  2.5η × − 1 0 ≤ T ≤ T1
 T1  R 
Q
2.5η × (1.25 × A)  T1 ≤ T ≤ T2
R
Sa = Q  T 
2
3
g
2.5η × (1.25 × A)  ×  2  T2 ≤ T ≤ 3 s
R  T 
2 5
 Q   T  3  3 3
2.5η × (1.25 × A)  ×  2  ×   T≥3s
R  3  T 

A = 0.20 : coefficient d’accélération de zone (TAB 4.1 ART 4.2.3).


η = 0.82 : facteur de correction d’amortissement (ART 4.2.3).
Q = 1.2 : facteur de qualité (TAB 4.4 ART 4.2.3) .
R= 5 : coefficient de comportement de la structure (TAB 4.3 ART 4.2.3).
T1 = 0.15S T2 = 0.41 S : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site
(TAB 4.7 ART 4.3.3).

• Nombre de modes à considérer :(RPA99/version 2003-4.3.4.)


Pour une structure modélisée en tridimensionnel et ne présentant pas des problèmes de
torsion, le nombre de modes de vibration à retenir dans chacune des deux directions doit
être tel que :
-La somme des masses modales effectives pour les modes retenus soit supérieure
ou égale 90% de la masse totale de la structure.

Promotion 2007 49
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

- Tous les modes ayant une masse modale effective supérieure à 5%de la masse
totale de la structure soient retenus pour la détermination de la réponse totale de la
structure.
3-2-4. Les modes propres :
Facteurs de Participation Massique (en %)
Modes période(s) α x (%) αy (%) αx cumulés % αy cumulés %
1 0,586877 0 77,7904 0 77,7904
2 0,487759 74,613 0 74,613 77,7904
3 0,426981 0,6359 0 75,2488 77,7904
4 0,164363 0 15,3013 75,2488 93,0917
5 0,126437 16,1476 0 91,3964 93,0917

Remarque :
Le nombre de modes à prendre en compte est tel que la somme des coefficients de
participation de ces modes est au moins égale à 90% ( ∑ α ≥ 90 %) et le minimum de mode à
i

retenir est de cinq dans chaque direction considérée (ART 4.3.4 RPA 99).

Dans notre cas on retient cinq modes dans chaque direction car :

91.39 > 90% dans le sens longitudinal


∑α i =
93.09 >90% dans le sens transversal.

3-2-5- Distribution horizontale des forces sismiques:


Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :

 Sens longitudinal

Niveau Fxi (KN) Vxi (KN)


Niveau RDC 74,62 974,56
Niveau 1 118,68 899,94
Niveau 2 172,89 781,26
Niveau 3 235,52 608,37
Niveau terrasse 372,85 372,85

 Sens transversal

Niveau Fyi (KN) Vyi (KN)


Niveau RDC 69,19 896,31
Niveau 1 112,41 827,12
Niveau 2 164,9 714,71
Niveau 3 214,88 549,81
Niveau terrasse 334,93 334,93

Promotion 2007 50
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

MODE DE VIBRATION 01(FLEXION SUIVANT L’ AXE Y) MODE DE VIBRATION 02(COUPLE SUIVANT L’AXE X)

MODE DE VIBRATION 02(COUPLE SUIVANT L’AXE X)

MODE DE VIBRATION 03(TORSION )

Promotion 2007 51
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

On a la force sismique donnée par la méthode statique équivalente :

Vx =954.25 KN
V statique =
Vy =938.68 KN

La force sismique donnée par la méthode dynamique :

Vx =974.56 KN
Vdyn =
Vy =896.31KN

D’après le RPA 99 Art 4.3.6 : la résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par
combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des
forces sismiques déterminée par la méthode statique équivalente V pour une valeur de la
période fondamentale donnée par la formule empirique appropriée.

Sens longitudinal : 1,02 >0.8 vérifiée.


Vdyn / Vstat =
Sens transversal : 0,95 > 0.8 vérifiée.

3-2-6-Les moments de renversement sont présentés le tableau suivant :

NIVEAU Hi Vxk(KN) Vyk(KN) Mx (KN, m) My (KN, m)


4 3 372,85 334,93 1118,55 1004,79
3 3 608,37 549,81 2943,66 2654,22
2 3 781,26 714,71 5287,44 4798,35
1 3 899,94 827,12 7987,26 7279,71
RDC 4 974,56 896,31 11885,5 10864,95

3-2-7- Vérification au renversement


Pour que le bâtiment soit stable au renversement il doit vérifier la relation suivante :

Ms : Moment stabilisant, Ms=W.L/2


Mr : Moment renversant, Mr = ΣFi x hi
W : Poids du bâtiment.
F : Force sismique de niveau

Promotion 2007 52
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

 Sens longitudinal
W(KN) Lx (m) Lx/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
9738.997 18.25 9.1 88624.87 11885,5 7.456 Oui

 Sens transversal
W(KN) Lx (m) Lx/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
9738.997 7.9 3.95 38469.03 10864,95 3.54 Oui
Conclusion :

La stabilité de la structure au renversement est vérifiée dans les deux sens.

3-2-8- Vérification des déplacements :

3-2-8-1-Les déplacements latéraux Inter- étage :

L’une des vérifications préconisées par le RPA99, concerne les déplacements latéraux
Inter-étages. En effet, selon (L’ARTICLE 5.10 DU RPA99), l’inégalité ci-dessous doit
nécessairement être vérifiée :

∆kx ≤ ∆ et ∆ky ≤ ∆
Avec:
∆ = 0.01h e où he : représente la hauteur de l’étage.

Avec : ∆kx = R ∆kex et ∆ky = R ∆key


k −1
où ; ∆ ex = δ ex − δ ex
k k
et ∆key = δ eyk − δ eyk −1
∆kex : correspond au déplacement relatif au niveau k par rapport au niveau k-1 dans le
sens x (idem dans le sens y, ∆key ).
Avec :
δ ex
k
est le déplacement horizontal dû aux forces sismiques au niveau k dans le sens x
(idem dans le sens y, δ eyk ).

Promotion 2007 53
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

3-2-8-2- Les déplacements résultantes de la combinaison des charges G+Q+E :


On a : R=5
Après analyse des résultats on obtient le tableau ci-dessous

Z(m) δ ex (m) δ ey ∆ ex (m)


∆ ey
(m) ∆x(m) ∆y(m) ∆ (mm) Observation
(m)
16 0,0107 0,0136 0.0025 0.0026 0,0125 0,013 30 Vérifiée
13 0,0082 0,011 0,0025 0,003 0,0125 0,015 30 Vérifiée
10 0,0057 0,008 0,0023 0,0031 0,0115 0,0155 30 Vérifiée
7 0,0034 0,0049 0,002 0,0029 0,01 0,0145 30 Vérifiée
4 0,0014 0,002 0,0014 0,002 0,007 0,01 40 Vérifiée
TABLEAU ; LE CALCUL DES DEPLACEMENTS (HORIZONTAL ; RELATIF)
Donc : Les déplacements relatifs ∆K sont vérifiés.

3-2-10- Justification Vis A Vis De l’effet P-∆ :


Les effet de deuxième ordre (ou l’effet de P-∆) peuvent être négligés dans le cas des
bâtiments si la condition suivante est satisfaite à tous les niveaux :
θ = (Pk × ∆k) / (Vk×hk) ≤ 0,10. RPA99 (art 5,9)
Avec : Pk : poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au
dessus du niveau « k » calculés suivant le formule ci-après
n
Pk = ∑ (WGi* + βWqi )
i =k

Vk : effort tranchant d’étage au niveau « k » ,


∆k : déplacement relatif du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 »
en consideront la le combinaison (G+Q+E)
hk : hauteur de l’étage « k ».

Sens longitudinal
Niv Wi (KN) Pk ∆xk ( m) Vxk ( KN ) hi (m) θx Observation
5 1872,540 1872,54 0,0125 372,85 3 0,0209 Vérifiée
4 1907,235 3779,775 0,0125 608,37 3 0,0258 Vérifiée
3 1928,498 5708,273 0,0115 781,26 3 0,0280 Vérifiée
2 1950,360 7658,633 0,010 899,94 3 0,0283 Vérifiée
1 2027,698 9686,331 0,007 974,56 4 0,0173 Vérifiée

TABLEAU : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFET P-∆ SENS LONGITUDINAL.

Promotion 2007 54
Chapitre 03 : Analyse de la structure existante

Sens transversal
Niv Wi (KN) Pk ∆Yk ( m) VYk (KN ) hi (m) θy Observation
5 1872,540 1872,54 0,013 334,93 3 0,0242 Vérifier
4 1907,235 3779,775 0,015 549, 81 3 0,0343 Vérifier
3 1928,498 5708,273 0,0155 714,71 3 0,0412 Vérifier
2 1950,360 7658,633 0,0145 827,12 3 0,0447 Vérifier
1 2027,698 9686,331 0,01 896,31 4 0,0270 Vérifier

TABLEAU : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFET P-∆ SENS TRANSVERSAL.

On a θi < 0,1 pour chaque niveau « k » et dans les deux sens, on peut donc négliger
L’EFFET P-∆ dans le calcule de éléments structuraux.

4. Interprétation des résultats :


1- L’analyse de la structure nous permet d’observer que cette dernière est plus au moins
souple pour un ouvrage de 05 niveaux:
T numérique = 0.58 sec.
T empirique = CThT3/4= 0.41 sec.
2- Apparition du phénomène de la torsion dans le deuxième mode.
3- Mauvaise disposition des voiles de contreventement dans le sens longitudinal (le voile
V5 est très proche du centre de torsion plus la non symétrie).

Ces constatations nous ont mené à revoir le système de contreventement de la


structure, et surtout la disposition des voiles dans le sens longitudinal.
Après plusieurs simulations, nous allons opter une variante pour laquelle les
résultats seront satisfaisants.

Promotion 2007 55
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

ETUDE DE LA VARIANTE PROPOSEE

1. INTRODUCTION :
Le projet nous a été proposé par un bureau d’étude. Le plan de bâtiment qui a été
arrêté par cet organisme est représenté par la vue en plan pour montrer la disposition
des éléments principaux (portiques, voiles).

Après l’analyse de cette variante proposée par le bureau:

Nous allons opter d’éliminer le voile de contreventement longitudinal V5 qui se trouve


à l’intérieur. En parallèle, dans cette variante on va essayer de mettre une disposition
des voiles d’une façon qu’elle présente une symétrie par rapport au centre de rigidité
pour augmenter la rigidité à la torsion.

La structure obtenue étant contreventée dans les deux directions par des voiles en
forme L sont :

Les voiles V2,V2’,V22 et V22’ ont une largeur L = 1.2 m.


Les voiles V4,V4’ ont une largeur L = 1 m.
Les voiles V3,V3’ ont une largeur L = 1.10 m.

Remarque : les voiles en forme L sont largement utilisés dans ce type des bâtiments à
causes de leur résistance à la torsion (efficace)

De ce fait, on procède sur différents plans :

déterminer l’excentricité et la comparer à celle accidentelle ;


déterminer la rigidité à la torsion ;
évaluer le comportement de la structure vis-à-vis du séisme :
déterminer la période propre de la structure ;
déterminer le nombre de modes de vibration à retenir ;
déterminer le déplacement au sommet du bâtiment.

Promotion 2007 56
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

2-VARIANTE PROPOSEE
2-1-Poids total de la structure :
2-1-1/Calcul du poids des voiles :
On défini les éléments suivants :
Hauteur d’étage ………………..he
Longueur du voile…………….. L(m)
Epaisseur du voile …………….e (m)
Surface en m2………………….. S (m2)
Poids du voile en t………………W=γb×S×he
Masse volumique du béton ……. γb =2.5 t/m3.
Les résultats obtenus sont donnés sous forme de tableaux
1/Pour RDC :
Voiles Nombre e (m) L (m) he(m) S (m2) W (t)
V1 4 0.20 1.325 4 1,064 10,64
V2 4 0.20 1.20 4 0,960 9,60
V3 2 0.20 1.10 4 0,440 4,40
V4 2 0.20 1.00 4 0,400 4,00
TOTAL 2,864 28,64
2/Pour les étages 1et 2 :
Voiles Nombre e (m) L (m) he(m) S (m2) Wd’étage (t)
V1 4 0.18 1.325 3 0,9576 7,182
V2 4 0.18 1.20 3 0,864 6,480
V3 2 0.18 1.10 3 0,396 2,970
V4 2 0.18 1.00 3 0,360 2,700
TOTAL 2,5776 19,332
3/Pour les étages 3et 4 :
Voiles Nombre e (m) L (m) he(m) S (m2) Wd’étage (t)
V1 4 0.16 1.325 3 0,852 6,384
V2 4 0.16 1.20 3 0,768 5,760
V3 2 0.16 1.10 3 0,352 2,640
V4 2 0.16 1.00 3 0,320 2,400
TOTAL 2,2912 17,184
Donc les poids totale des voiles Wvoiles =WRDC+W1etage+ W2etage+W3etage +W4etage = 113,128 t

CALCULE MANUELLE LES RESULTATS DE L’ETABS


NIVEAUX W (t) W (t) Cumulés W (t) W (t) Cumulés
4 196,1585 196,1585 191,754 191,754
3 189,9999 386,1584 200,5335 392,2875
2 199,0178 585,1762 202,6448 594,9323
1 199,0178 784,1940 204,831 799,7634
RDC 235,1258 1019,3198 214,0498 1013,8132
TABLEAU : POIDS TOTAL DE LA STRUCTURE PROPOSEE :
Donc les poids total de la structure Wtotal =1013,8132 t

Promotion 2007 57
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

2-2. Caractéristiques géométriques de la variante proposée :

Excentricité Excentricité
Centre des masses Centre de torsion
théorique accidentelle

NIV Xcm (m) Ycm(m) Xct(m) Yct(m) ex(m) ey(m) ex(m) ey(m)
4 9,1 3,893 9,1 3,984 0 -0,091 0.91 0.395
3 9,1 3,924 9,1 3,95 0 -0,026 0.91 0.395
2 9,1 3,932 9,1 3,936 0 -0,004 0.91 0.395
1 9,1 3,937 9,1 3,933 0 0,004 0.91 0.395
RDC 9,1 3,941 9,1 3,934 0 0,007 0.91 0.395

2-2-1-L’excentricité retenue:

On doit étudier les quatre cas suivants :

ex = exth +eax.
ex = exth - eax.
ey = eyth +eay.
ey = eyth - eay.
Le tableau suivant résume les résultats précédents :

L'étage ex =exth +eax ex =exth - eax ey =eyth+eay ey =eyth -eay ex à retenir ey à retenir
4 0,91 -0,91 0,304 -0,486 0,91 0,91
3 0,91 -0,91 0,369 -0,421 0,91 0,91
2 0,91 -0,91 0,391 -0,399 0,91 0,91
1 0,91 -0,91 0,399 -0,391 0,91 0,91
RDC 0,91 -0,91 0,402 -0,388 0,91 0,91
* la distance entre le centre de torsion et le centre de masse ne dépasse pas en aucun
niveau 5% de la largeur fictif du bâtiment (RPA 99 version 2003 Article 4.2.7), alors on
adopté l’excentricité admissible (l’excentricité accidentelle) pour chaque niveau :

XCT= XCM + eXadopté


YCT= YCM + eYadopté
Résultats :

Niveau RDC 1 2 3 4
XCM 9.1 9.1 9.1 9.1 9.1
eXadopté 0.91 0.91 0.91 0.91 0.91
XCT 10.01 10.01 10.01 10.01 10.01
YCM 3,893 3,924 3,932 3,937 3,941
eYadopté 0.91 0.91 0.91 0.91 0.91
YCT 4,803 4,84 4,84 4,847 4,851

Promotion 2007 58
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

2-2-2- Calcul de la rigidité à la torsion :


La rigidité à la torsion ou l’inertie polaire permet la distribution des efforts au niveau des
voiles dus à l’excentricité :

J= ∑ IYI × dX I + ∑ IX I × dYI
2 2

Sens OX :
RDC :
n
Voiles e(m) IY( m4 ) dXi (m ) dX2i (m) IYi . dx2i Xi Xct
(voile)
V1;V1’ 2 0.2 0,0775 9,935 98,704225 7,6495774 0,075 10,01
V11,V11’ 2 0.2 0,0775 -8,24 67,8976 5,262064 18,25 10,01
V3 1 0.2 0,0222 2,41 5,8081 0,1289398 7,6 10,01
V3’ 1 0.2 0,0222 -0,59 0,3481 0,0077278 10,6 10,01
TOTAL 13,04830908

1er et 2eme étage :


n
Voiles e(m) IY( m4 ) dXi (m ) dX2i (m) IYi . dx2i Xi Xct
(voile)
V1;V1’ 2 0.18 0,0698 9,935 98,704225 6,8895549 0.075 10.01
V11,V11’ 2 0.18 0,0698 -8,24 67,8976 4,7392525 18.25 10.01
V3 1 0,18 0,02 2,41 5,8081 0,116162 7,6 10,01
V3’ 1 0,18 0,02 -0,59 0,3481 0,006962 10,6 10,01
TOTAL 11,75193139

3er et 4eme étage :


n
Voiles e(m) IY( m4 ) dXi (m ) dX2i (m) IYi . dx2i Xi Xct
(voile)
V1;V1’ 2 0,16 0,0620 9,935 98,704225 6,119662 0,075 10,01
V11,V11’ 2 0,16 0,0620 -8,24 67,8976 4,2096512 18,25 10,01
V3 1 0,16 0,0177 2,41 5,8081 0,1028034 7,6 10,01
V3’ 1 0,16 0,0177 -0,59 0,3481 0,0061614 10,6 10,01
TOTAL 10,43827789

RDC:
n
Le Fil IYi ( m4) dXi (m ) dXi2 (m) IYi . dXi2 Xi Xct
(poteaux)
A’ 3 0,0064 10,01 100,2001 0,64128064 0 10,01
B’ 3 0,0064 6,21 38,5641 0,24681024 3,8 10,01
C’ 3 0,0064 2,41 5,8081 0,03717184 7,6 10,01
D’ 3 0,0064 -0,59 0,3481 0,00222784 10,6 10,01
E’ 3 0,0064 -4,39 19,2721 0,12334144 14,4 10,01
F’ 3 0,0064 -8,19 67,0761 0,42928704 18,2 10,01

TOTAL 1,48011904

Promotion 2007 59
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

Etage 1 ;2 :
n
Le Fil IYi ( m4) dXi (m ) dXi2 (m) IYi . dXi2 Xi Xct
(poteaux)
A’ 3 0,00375 10,01 100,2001 0,375750375 0 10,01
B’ 3 0,00375 6,21 38,5641 0,144615375 3,8 10,01
C’ 3 0,00375 2,41 5,8081 0,021780375 7,6 10,01
D’ 3 0,00375 -0,59 0,3481 0,001305375 10,6 10,01
E’ 3 0,00375 -4,39 19,2721 0,072270375 14,4 10,01
F’ 3 0,00375 -8,19 67,0761 0,251535375 18,2 10,01

TOTAL 0,86725725

Etage 3 ;4 :
n dXi (m
Le Fil IYi ( m4) dXi2 (m) IYi . dXi2 Xi Xct
(poteaux) )
A’ 3 0.00203 10,01 100,2001 0,203406203 0 10,01
B’ 3 0.00203 6,21 38,5641 0,078285123 3,8 10,01
C’ 3 0.00203 2,41 5,8081 0,011790443 7,6 10,01
D’ 3 0.00203 -0,59 0,3481 0,000706643 10,6 10,01
E’ 3 0.00203 -4,39 19,2721 0,039122363 14,4 10,01
F’ 3 0.00203 -8,19 67,0761 0,136164483 18,2 10,01

TOTAL 0,469475258

Sens OY :

RDC
n
Voiles IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V4 ; V4’ 0,333 0,353 0,124609 0,0414948 2 4,45 4,803
2
V2’; V2 ’ 0,0576 -3,097 9,591409 0,55246516 2 7,9 4,803
2
V2 ; V2 0,0576 4,803 23,068809 1,3287634 2 0 4,803
TOTAL 1,92272335

1er et 2eme étage :


n
Voiles IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V4 ; V4’ 0,03 0,39 0,1521 0,004563 2 4,45 4,84
V2’; V22’ 0,05184 -3,06 9,3636 0,48540902 2 7,9 4,84
V2 ; V22 0,05184 4,84 23,4256 1,2143831 2 0 4,84
TOTAL 1,70435513

Promotion 2007 60
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

3eme étage :
n
Voiles IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V4 ; V4’ 0,0267 0,397 0,157609 0,00420816 2 4,45 4,847
2
V2’; V2 ’ 0,04608 -3,053 9,320809 0,42950288 2 7,9 4,847
V2 ; V22 0,04608 4,847 23,493409 1,08257629 2 0 4,847
TOTAL 1,51628733

4 eme étage :
n
Voiles IXi (m4) dY (m) dYI2 (m) IxI . dYI2 Yi Yct
(voile)
V4 ; V4’ 0,0267 0,401 0,160801 0,00429339 2 4,45 4,851
V2’; V22’ 0,04608 -3,049 9,296401 0,42837816 2 7,9 4,851
V2 ; V22 0,04608 4,851 23,532201 1,08436382 2 0 4,851
TOTAL 1,51703537

RDC
n
Le Fil Ixi ( m4) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,0128 4,803 23,068809 0,295280755 0 4,803
B 6 0,0128 0,353 0,124609 0,001594995 4,45 4,803
C 6 0,0128 -3,097 9,591409 0,122770035 7,9 4,803

TOTAL 0,419645786

1er et 2eme étage :


n
Le Fil Ixi ( m4) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,0075 4,84 23,4256 0,175692 0 4,84
B 6 0,0075 0,39 0,1521 0,00114075 4,45 4,84
C 6 0,0075 -3,06 9,3636 0,070227 7,9 4,84

TOTAL 0,24705975

3eme étage :
n
Le Fil Ixi ( m4) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,00405 4,847 23,493409 0,095148306 0 4,847
B 6 0,00405 0,397 0,157609 0,000638316 4,45 4,847
C 6 0,00405 -3,053 9,320809 0,037749276 7,9 4,847

TOTAL 0,133535899

Promotion 2007 61
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

4 eme étage ::
n
Le Fil Ixi ( m4) dYi (m ) dY2I (m) IXI . dY2I Yi Yct
(poteaux)
A 6 0,00405 4,851 23,532201 0,095305414 0 4,851
B 6 0,00405 0,401 0,160801 0,000651244 4,45 4,851
C 6 0,00405 -3,049 9,296401 0,037650424 7,9 4,851

TOTAL 0,133607082

La rigidité à la torsion:

Niveaux ∑IXI . dY2I ( m6) ∑IYI . dX2I (m6) JO(m6)


RDC 2,34236914 14,5284281 16,8710
1 1,95141488 12,6191886 14,5710
2 1,95141488 12,6191886 14,5710
3 1,64982323 10,9077531 12,5583
4 1,650642452 10,9077531 12,5580
TABLEAU : LA RIGIDITE A LA TORSION ACHAQUE NIVEAU.

2-3-Etude des caractéristiques dynamiques de la structure :

2-3-1.Introduction :
L’étude dynamique consiste a déterminer les caractéristiques de vibrations propres
d’une structure soumise a un chargement dynamique dont l’intensité varie avec le temps
.pour résoudre ce type de problèmes plusieurs solutions on été proposées aussi bien
analytique comme celle de STODOLA –VIANELLO ou encore numérique qui résout le
problème par la méthode des éléments finis (M.E.F) appliquée par des logiciels
informatiques. Cette approche a donné naissance à plusieurs logiciels exploitables tel
que ETABS V.9.0.7.

Tout au long de notre étude nous nous proposons donc d’utiliser ce logiciel très puissant

a fin de nous permettre d’évaluer le comptent dynamique de notre structure avec un


gain certain de temps et d’énergie.

Promotion 2007 62
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

2-3-2-Les résultats :
Après la modélisation avec logiciel ETABS V.9.0.7 on obtient les résultats suivants :

Le nombre de modes a considéré :

modes période(s) α x (%) αy (%) αx cumules% αy cumules %


1 0,511745 0 77,1845 0 77,1845
2 0,490773 78,7392 0 78,7392 77,1845
3 0,371912 0,0075 0 78,7467 77,1845
4 0,140395 14,8599 0 93,6066 77,1845
5 0,135849 0 16,1101 93,6066 93,2945
TABLEAU : LES MODES DE VIBRATION DE LA VARIANTE PROPOSEE :

L’analyse de la nouvelle variante nous donne :

Les périodes fondamentales sont proches de celles des formules empiriques.

T empirique = CTHT3/4 = 0,41sec.


T numérique = 0,511 sec.

Les cinq premiers modes sont suffisants pour que la masse modale dépasse les
90% (VOIR L’ETUDE SISMIQUE).

Disparition des modes de torsion au niveau des modes fondamentaux.

Les déplacements résultantes de la combinaison des charges G+Q+E

On a : R=5
Après analyse des résultats on obtient le tableau ci-dessous

Z(m) δ ex (m) δ ey ∆ ex (m)


∆ ey (m) ∆x(m) ∆y(m) ∆ (mm) Observation
(m)
16 0,0107 0,0112 0,002 0,0022 0,01 0,011 30 Vérifiée
13 0,0087 0,009 0,0023 0,0025 0,0115 0,0125 30 Vérifiée
10 0,0064 0,0065 0,0024 0,0026 0,012 0,013 30 Vérifiée
7 0,0040 0,0039 0,0023 0,0023 0,0115 0,0115 30 Vérifiée
4 0,0017 0,0016 0,0017 0,0016 0,0085 0,008 40 Vérifiée

TABLEAU ; LE CALCUL DES DEPLACEMENTS (HORIZONTAL ; RELATIF)

Promotion 2007 63
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

3-COMPARAISON TECHNIQUE :
Il existe plusieurs critères comparatifs entre les variantes, dans notre étude on va se
baser sur les critères les plus courants :

La rigidité à la torsion ;

Le période fondamental ;

Le déplacement au sommet ;

Le type et le nombre des modes;

On donne la comparaison entre les deux variantes sous forme d’un tableau.

LES CRITERES DE COMPARAISIONS VARIANTE EXISTANTE VARIANTE PROPOSEE

LA RIGIDITE A LA TORSION (RDC) 9,651(m6) 16,871 (m6)

LE PERIODE FONDAMENTAL 0.586 0.511

DEPLACEMENT AU SOMMET (SENS Y) 6.80 (cm) 5.60 (cm)

LE NOMBRE DES MODES CONSIDERES 05 05

Apparition de la torsion
OBSERVATIONS /
dans le 2eme mode

COMMENTAIRES :
On remarque que la rigidité à la torsion de la variante proposée est plus
grande que celle de la variante existante et ça est du au fait qu’on a réparti
plus au moins convenablement les voiles dans les deux direction par
rapport au centre de torsion, on remarque aussi que les voiles sont à une
distance qui permet aux voiles de participer dans le comportement globale
de la structure plus que la variante existante.

En comparant les périodes fondamentaux, on remarque que la variante


proposée est plus rigide par rapport à la variante existante, et ça est du au
fait qu’on a augmenté le nombre des voiles dans les deux sens, mais la
chose qu’il faut la signaler à ce niveau là, le phénomène de résonance ; en
effet, notre sol est considéré comme rigide, et malgré que la variante

Promotion 2007 64
Chapitre 04 : Analyse de la variante proposée

proposée est rigide par rapport à la variante existant [f = 1/0.51 = 1.96 Hz],
elle reste plus au moins flexible de sort q’on a pas un risque de résonance.

On remarque aussi une diminution du déplacement au sommet du bâtiment


de la variante proposée, la cause est l’augmentation du nombre des voiles
(des éléments rigidificateurs).

Une chose remarquable sur la nature des modes c’est l’apparition de la


torsion dans le deuxième mode dans la variante existante, chose qu’elle n’a
pas été remarquée dans la variante proposée, ce qui peut justifier la bonne
conception de cette dernière par rapport à la variante existante.

CONCLUSION :
Après cette analyse multicritères, il nous semble que la variante qu’on va retenir c’est la
variante proposée.

Promotion 2007 65
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

1. CALCUL DE L’ESCALIER

1-Calcule des escaliers :

Un escalier est constitue d’une succession de gradins, il sert à relier deux différents
niveaux d’une construction.
La cage d’escalier est située à l’intérieur du bâtiment.

Remarque : comme l’écart entre les poids propres des deux niveaux (RDC ; EC) est petit, le calcul sera effectué pour
un seul niveau dont ses résultats seront généralisés sur l’ensemble des escaliers

1,5 m

1,2m 2, 4m 1,2m

FIGURE : SCHEMA STATIQUE DE L’ESCALIER


ELU :

ELS :

DIAGRAMME DES MOMENTS ET DES EFFORTS TRANCHANT A L’ELU ET A L’ELS

Promotion 2007 66
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

1.2- Les escaliers de RDC :

1) Détermination des efforts :


Pour notre emmarchement on aura :

Palier………….G1 = 0,560 ×1,2 =0,672 t/ml


Paillasse………G2 = 0,8849 × 1,2 =1.061 t/ml
Surcharge…….. Q1 = Q 2 = 0,25 × 1,2 = 0.3 t/ml

Les Combinaisons de Chargement :


A l’ ELU on a :
P1 = 1.35 G1 + 1.5 Q1 = 1.35×0,672 + 1.5× 0,3 = 1.3572 t/ml
P2 = 1.35 G2 + 1.5 Q2 = 1.35×1.061 + 1.5× 0,3 = 1.8830 t/ml
Les Combinaisons de Chargement :
A l’ ELS on a :
P1 = G1 + Q1 = 0,672 + 0,3 = 0.972 t/ml
P2 = G2 + Q2 = 1.061 + 0,3 = 1.361 t/ml

2) Ferraillage :
Le calcul se fait en flexion simple pour une bande de 1 m. la fissuration est
considérée comme peu nuisible. La paillasse est assimilée à une poutre horizontale
simplement appuyée.
En travée :

Mmax (en travée) = 2.379 t.m


Vmax =3.556t
fc28 = 25 Mpa

Acier Type 1 FeE40


Fissurations peut nuisible
0.85 f c 28
fbu = ⇒ fbu = 14.17 Mpa
γb
d = 0.9 h ⇒ d = 0,108 m
0,12m
Mu
µ= ⇒ µ = 0,144 1m
b0 d ² f bu

µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée

⇒ Domaine 1 , σs = 348 MPa , εs = 10 ä

(
α = 1.25 × 1 − (1 − 2µ) ) ⇒ α = 0,195
Z= d × (1 − 0.4α ) = 0,1m σ S = fe = (400/1,15) =348Mpa
δs
Mu
As = = 6.60 cm²
Zσ s

Promotion 2007 67
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

2-3) Condition de non fragilité :

0.23bo df t 28
Amin > = 1,30 cm² ft28 = 2,1MPa
fe
As > Amin condition vérifié

Choix des barres :

6HA 12 =6,79 cm²/ml AS= 6HA 12

2-4) calcul de l’espacement :

St < St Max = Min( 0,9 d , 40 cm ) = 10,8 cm.


On prend St = 10 cm.

2-5) Armatures de répartition :


As
Ar = = 1,7 cm²
4
4HA 8 = 2,01 cm² espacées de 25 cm. Ar=4HA 8

2-6) Vérification au cisaillement :


On doit vérifié :
τu < τu
Vumax
τu =
bd
Vu = Ra =3.556 t
τu = 0,03556 / (0,108 ×1)= 0,329 Mpa
τu’= min ( 0,20 fc28 / γb , 5 MPa) =3,33MPa
τu < τu
Les armatures transversales ne sont de ce fait pas nécessaires.

2-7) Vérification des contraintes :

a/ Position de l’axe neutre :


1/2 b y2 + ηAs’ (y -c’)- η As (d-y)=0
As’ = 0, As =6, 79 cm2 /ml, η = 15
1/2 b y2 - ηAs (d-y) = 0
50 y2 + 101,85y- 1099,98 = 0
∆ = 479.972
Y = 3,78 cm

b/ moment d’inertie :
I = 1/3 by3 + 15As (d-y)2
I = 5199.242 cm4
Mser =1,719 t.m/ml
σbc = Mser y/I=12.49MPa
− −

σ bc = 0.6 fc28 =15 MPa => σbc < σ bc : Condition vérifiée


3-1) Ferraillage :
Promotion 2007 68
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

En appui :
Mmax (en appui) = 0.977 t.m
Vmax =1.620 t
fc28 = 25 Mpa
Acier Type 1 FeE40
Fissurations peut nuisible
0.85 f c 28
fbu = ⇒ fbu = 14.17 Mpa
γb
d = 0.9 h ⇒ d = 0,108 m
0,12m
Mu
µ= ⇒ µ = 0,06 1m
b0 d ² f bu

µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée

⇒ Domaine 1 , σs = 348 MPa , εs = 10 ä

(
α = 1.25 × 1 − (1 − 2µ) ) ⇒ α = 0,077
Z= d × (1 − 0.4α ) = 0,075 m σ S = fe = (400/1,15) =348Mpa
δs
Mu
As = = 3.74 cm²
Zσ s
3-2) Condition de non fragilité :

0.23bo df t 28
Amin > = 1,30 cm² ft28 = 2,1MPA
fe
As > Amin Condition vérifié

Choix des barres :

4HA 12 =4.52 cm²/ml AS= 4HA 12

3-4) calcul de l’espacement :

St < St Max = Min (0,9 d, 40 cm) = 10,8 cm.


On prend St = 10 cm.

2-5) Armatures de répartition :


As
Ar = = 1,13 cm²
4
4HA 8 = 2,01 cm² espacées de 25 cm. Ar=4HA 8

3-6) Vérification au cisaillement :


Promotion 2007 69
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

On doit vérifier :
τu < τu
Vumax
τu =
bd
Vu = Ra =1.629 t

τu = 0,01629 / (0,108 ×1) = 0,15 Mpa


τu’= min ( 0,20 fc28 / γb , 5 MPa) =3,33MPa
τu < τu

Les armatures transversales ne sont de ce fait pas nécessaires.

4-7) Vérification des contraintes :

a/ Position de l’axe neutre :


1/2 b y2 + ηAs’ (y - c’)- η As(d-y)=0

As’ = 0, As =4.52 cm2 /ml, η = 15

1/2 b y2 - ηAs (d-y) = 0

50 y2 + 67.8y- 732.24 = 0
∆ = 388.642
Y = 3,2 cm

b/ moment d’inertie :
I = 1/3 by3+15As (d-y)2

I=4025.355cm4

Mser =0.7 t.m/ml

σbc = Mser y/I = 5.56MPa


σ bc = 0.6 fc28 =15 MPa


σbc < σ bc : Condition vérifiée

Promotion 2007 70
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

4) Ferraillage de la poutre palière :

La poutre palier sert d’encastrement au palier, et a la dimension suivante (30×30×3 )

3.00m

Selon le CBA 93 :
-la hauteur h de la poutre palière doit être :
L L
≤h≤ cm
15 10
300 300
≤h≤ cm
15 10
20 ≤ h ≤ 30cm On prend h =30 cm
Selon le RPA99 :
h= 40 et b = 30 tel que
h =30 ≥ 30
b=30 ≥ 20
Donc la section de la poutre palière est de b×h = 30×30 cm2
4-1) Sollicitation :

Le poids propre de la poutre


G = 1× 0.3 × 0.3 × 2.5 = 0.225 t/ml
La réaction du palier due a l’escalier
R =0,9 t

4-2) Combinaison du charge :

Pu = 1,35 (0,225) + 1,5 (0,9) = 1,654 t/ml


R1 = R2 = q l / 2 = (1,654 ×3) / 2 = 2.481 t.
Pu = 16.54 KN/ml

Promotion 2007 71
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

Pl ²
Mmax (en travée) = =0.620 t.m
24
Pl ²
Mmax (sur l’appui) = = 1.24 t.m
12
4-3) Ferraillage En travée :

Les données :
Mmax (sur l’appui) =1.24 t.m
Mmax (en travée) = 0.620 t.m
fc28 = 25 Mpa

Acier TYPE 1 FeF40


Fissurations peut nuisible

0.85 f c 28
fbu = ⇒ fbu = 14.17 Mpa
γb
30cm
d = 0.9 h ⇒ d = 0.27 m

30cm
Mu
µ= ⇒ µ = 0,02
bo d ² f bu

µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée


Domaine 1, σs = 348 Mpa , εs = 10 ä

(
α = 1.25 × 1 − (1 − 2µ) ) ⇒ α = 0,025

Z= d × (1 − 0.4α ) = 0,267m

Mu
As = = 0.667 cm²
Zσ s

4-4) Condition de non fragilité :

0.23bo df t 28
Amin > = 0.978 cm²
fe
As<Amin condition non vérifié ; Donc As = Amin = 0.978cm2

*Pourcentage éxigé par RPA99 :

Le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la


poutre 0.5% en toute section : Amin > 0.5%.b.h.
Amin > 0.5%× (30 × 30) = 4.5 cm².

Promotion 2007 72
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

On remarque que Asmin est supérieure à la section calculée précédemment en travée


donc :
On adopte Asmin.
φ12. Soit As = 6.79cm2
Choix des barres : 6φ

4-5) Vérification au cisaillement :


On doit vérifier :
τ u < τ u−
Vu max
τu =
bod
Vu = Rb = 2.481 t.
τu = 0,02481 / 0.27 ×0.3 =0,306 Mpa
τu’= min ( 0,20 fc28 / γb , 5 MPa) =3,33MPa
τu < τu’

Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.


4-6) Ferraillage sur appui :

Mmax(sur l’appui) = 1.24 t m 30cm


0.85 f c 28
fbu = ⇒ fbu = 14.17 Mpa
γb
30cm
d = 0.9 h ⇒ d = 0.27 m
Mu
µ= ⇒ µ = 0,04
bo d ² f bu
µ < 0,186 ⇒ pas d’armature comprimée
⇒ domaine 1 , σs = 348 Mpa , εs = 10 ä

(
α = 1.25 × 1 − (1 − 2µ) ) ⇒ α = 0,051

Z= d × (1 − 0,4α ) = 0,27m

Mu
As = =1.31 cm²
Zσ s

4-7) Condition de non fragilité :

0.23bo df t 28
Amin > = 0.978 cm²
fe

As > Amin condition vérifié

Promotion 2007 73
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

*Pourcentage éxigé par RPA99 :

Le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la


poutre 0.5% en toute section : Amin > 0.5%.b.h.
Amin > 0.5%× (30 × 30) = 4.5 cm².
On remarque que Asmin est supérieure à la section calculée précédemment en travée
donc :
On adopte Asmin.
φ12. Soit As = 6.79cm2
Choix des barres : 6φ

4-8) Vérification au cisaillement :


On doit vérifier :
τ u < τ u−
Vu max
τu =
bod
Vu = Rb = 2.481 t.
τu = 0,02481 / 0.27 ×0.3 =0,306 Mpa
τu’= min ( 0,20 fc28 / γb , 5 MPa) =3,33MPa

=> τu < τu’ Vérifiée


Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

4-9) Condition de la flèche :

Pour une poutre encastrée de ses extrémités, la flèche est :

pl 4
f =
384 EI
I : l’inertie de la poutre
bh 3
I= = 0.3 × 0.33 / 12 = 0.000675 m4
12
E : module de Young E = 3,2×105 kg/cm²
L : longueur de la poutre L = 3 m

P : 1,654 t/m

On doit vérifier que


l
f < f = = 0.82
500
f = 0,001615 m = 0,1615 cm

=> f < f Condition vérifier

Promotion 2007 74
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

5-Disposition constructives :
St: l’espacement des cours d’armatures transversaux.

5-1- En zone nodale :


St≤ min (h/4;12φl;30cm)=10cm.

5-2-En zone courante:


St≤ h/2 → St=15cm

h :la hauteur de la poutre ; h=30cm .

St≤ min (0, 9.d; 40cm)

St≤ min (27cm ; 40cm) → la condition est vérifiée

Section minimale des armatures transversales BAEL A.5.1.23 :

St ≤ At.fe /0.4×b0

At ≥ 0.4×b0×St / fe.

At = 0.4×0.3×0.15 / 400 = 0.45 cm².

*Condition exigée par le RPA99 :


La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par :

At=0,003.St.b.

At =0,003×0,10×0,30=0.9 cm2

Soit (1 cadre de φ8 + un étrier de φ8) = 1.01 cm².

4HA12/ml

4HA8/ml
4HA8/ml

6HA12/ml
4HA8/ml 4HA8/ml

FIG. FERRAILLAGE D'ESCALIER.

Promotion 2007 75
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

4. CALCUL DES PLANCHERS

1. Introduction :
Les planchers sont en corps creux coulés sur place avec une dalle de
compression de 4 cm.
Les entrevous en béton qui servent de coffrage entre les poutrelles sont portés
par ces dernières ainsi que les corps creux (hourdis). L’ensemble (poutre +entrevous)
forme alors un coffrage mort pour la table de compression. Pour des raisons
d’économie du coffrage et pour faciliter l’exécution, on utilisera 16
des poutrelles préfabriquées sur chantier.

2. Calcul des poutrelles :


1ere étape :
20 60
La poutrelle est soumise à son poids propre et au corps
creux, et de dimensions (16x20x60) cm3, avec une FIGURE: CORPS CREUX
dalle de compression de 4 cm d’épaisseur ainsi qu’à la charge d’exploitation due au
personnel du chantier.
Cette étape correspond à l’avant coulage du béton, la poutrelle se calcule comme une
poutre travaillant isostatiquement (avant durcissement du béton).

A1 A2
Dalle CSP

Rugueux
40
Périmètre de liaison > 40 mm

Pente préférable > 20 mm

dans ce sens.
160
Corps creux

Poutrelle

Entre axes 0,62 m

FIG. DALLE EN CORPS CREAUX

18
Coupe transversale de la poutrelle.
4
Poids propre = 0.12 x 0.04 x 2.5= 0.012 t/ml
12
Poids propre du corps creux = 0.60x 0.095 =0.057t/ml
POUTRELLE PREFABRIQUEE
Sur charge d'exploitation : 0.1x 0.6 = 0.06 t/ml

Promotion 2007 88
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

Combinaison :
G = 0.069 t/ml
à ELU : Pu=1.35 G+1.5 Q Pu= 0,183t/ml
à ELS : Pser =G+Q Pser = 0,129 t/ml
Calcul :
Le moment max :
Mmax= (Pu x L2 )/ 8
D’ou à l’ ELU :
Mu= (Pu L2)/8 …………….Mu= 0.33 t/m

DIAGRAMME DE MU ET VU

D’ou à l’ ELS :
Mser = Pser L2/8 ...................Mser = 0.233 t/m
L’effort tranchant maximal est donné par:
Tumax= PU.L/2 = 0.348t
Tsermax=Pser.L/2 =0.245t DIAGRAMME DE MSER ET VSER
Les poutrelles n’étant pas exposées aux intempéries, le calcul se fera à l’E.L.U, car la
fissuration est considérée comme étant peu nuisible.
Calcul des armatures :
Le calcul des armatures se fera en flexion simple :

MU
µ= = 1.497
b × d 2 × f bu
MU
ρ = = 1.42
M ser
µc=0.306
µ>µc d’où les armatures comprimées sont nécessaires afin d’équilibrer le moment M de
la section d’armature, mais on est limité par le coffrage du béton (12x4cm2).Il est donc
impératif de prévoir des étais pour que la poutrelle supporte les charges avant
durcissement de la table de compression.
Les étaiement seront disposés de telle façon à annuler les armatures comprimées
telle que :
µ<µc

Mu
< µc
0,12x (0,036) 2 x14.17

Promotion 2007 89
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

Mu<0,12x (0,036)2 x14.17x103 .µc

ql 2
Mu = <0.674
8
8 × 0.674
L<
q
L< 1.654 m
Donc on prévoit des étais espaces de 1.4m

2éme Etape :

Hypothèses de calcul :
les éléments étudiés sont des poutres ou des poutrelles supportant des planches à
charge d’exploitation modérée.
La charge d’exploitation est au plus égale à deux fois la charge permanente (g) et à
5kN/m2
La section transversale de la poutre reste constante sur toutes les travées.

Les portées consécutives (Li ,Li+1) ∀ i ont un rapport compris entre 0 ,85et1,25 :
0,85<Li /Li+1< 1.25
La fissuration est peu nuisible.

Pour notre cas on a :

La première condition qui est vérifiée.


La deuxième condition qui est vérifiée.
La section transversale est constante pour toutes les travées.
Les portées sont tel que : 0,85< li /li+1<1.25 pour Li = 3m et Li+1= 3.8m
Li / Li+1 = 0.78 (condition non vérifiée).
Donc on adoptera pour le calcul des poutrelles, la méthode dite : Méthode des trois
moments.

Calcul des moments fléchissent –effort tranchant des poutrelles :

Après le coulage de table de compression, les poutrelles supportent des planchers à


charges d’exploitations modérées.

Promotion 2007 90
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

Plancher G (t/ml) Q (t/ml) Pu (t/ml) Pser (t/ml)


Terrasse inaccessible 0,401 0,060 0,63135 0,461
Etage courant 0,292 0,097 0,5397 0,389
RDC 0,292 0,097 0,5397 0,389
TABLEAU : EVALUATION DES CHARGES
-G=0.669*0.06=0.401 t/m
-Q=0.1*0.06 = 0.292 t/m
Notre poutrelle sera sollicitée par une charge uniformément répartie :
Pu = 0,631 t/ml.
Ps = 0,461 t/ml.

ELU :

ELS :

Pour la détermination des moments (ELU, ELS) et de l’effort tranchant on utilisera


logiciel ETABS V 9.0.7
Les diagrammes obtenus sont comme suit:

Diagramme des moments à l’ E.L.U (t.m):

Promotion 2007 91
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

Diagramme de l'effort tranchant à l’E.L.U (t):

Diagramme des moments à l’ E.L.S (t.m):

Diagramme de l'effort tranchant à l’E.L.S (t):

Les résultats sont résumés dans le tableau récapitulatif ci-après :


6 appuis 5 travées

Travée / 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6


appui 1 2 3 4 5 6
MU (t.m) -0.748 -0.791 -0.685 -0.605 -0.791 -0.748
MU
0.370 0.441 0.105 0.441 0.370
(travée)
ELU
TG (t) 0 1.210 1.150 0.947 1.248 1.188

TD (t) -1.188 -1.248 -0.947 -1.150 -1.210 0

Mser
ELS -0.5642 -0.578 -0.442 -0.442 -0.578 -0.5642
(t.m)
Mser
0.270 0.322 0.077 0.322 0.270
(Travée)
TABLEAU : RECAPITULATIF

Promotion 2007 92
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

3. Ferraillage des poutrelles :

65cm
En travée : 4cm
M max = 0,441x10-2 (MN.m)
Mt=bh0 . fbc (d-h0 /2)
b= 0,65m , h0 = 0,04m
h= 0,2m
16cm

d= 0, 9 h = 0,18m , fbc= 14,17Mpa


Mt= 0,65 . 0,04 .14,17 (0,18-0,02 )= 5,9 .10-2(MN.m)
Mmax < Mt donc on est ramené à l’étude d’une 12cm
Section rectangulaire.
S= (b.h)= 65 x20 cm².

MU
µ= = 0.0148
b × d 2 × f bu
µc = 0.290
µ < µc
1 − 1 − 2µ
α= = 0.025
0. 8

Z = d (1 − 0.4α ) = 0.178 m
σ s = 348Mpa
MU
AS = = 0.72cm 2
Z ×σ S
Soit 2φ10 (1.57cm2)

Avec une armature de réparations de :


1HA 12(1,13 cm2)
Sur appuis :

Mu max = 0.791 x10-2 MN.m


Mt= 0,65.0, 04 .14, 17 (0,18-0,02) = 5,9.10-2 MN.m
Mumax < Mt ⇒ on fait le calcul pour la même section rectangulaire (65.20cm²)

MU
µ= = 0.0265
b × d 2 × f bu
µ c = 0.29
=> µ < µc

Promotion 2007 93
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

1 − 1 − 2µ
α= = 0.0375
0. 8
Z = d (1 − 0.4α ) = 0.177 m
σ s = 348Mpa
MU
AS = = 1.28cm 2 1φ12 + 1φ10 (1.92 cm2)
Z ×σ S On prend

Avec une armature de réparation de : 1HA 12(1,13 cm2)


Armature transversale :
Fissuration peu nuisible :
VU
τU = Avec b0=12cm, d= 18 cm, Vu= 1248 Kg
b0 × d
1248
⇒ τU = = 0.578MPa
(12 × 18)

τ = min (0.15fc28, 4Mpa) = min (3.75, 4) ⇒ τ = 3.75Mpa.

τU < τ (Condition vérifiée).

Pour l’espacement ainsi que la section d’acier on a :


At τ U − 0.3 f tjk

B0 × St 0.8 × f e (cosα + sin α )
Puisque on a des armatures droites ⇒ α =900 ⇒ (cos α +sinα)= 1
Avec reprise du bétonnage ⇒ K= 0
At τU
≥ On choisit: A t = 2φ 6 =0.57cm² et on calcule St.
B0 × S t 0.8 × f e
Fet24 = 235MPa. τu= 0.578 MPa
0.8 × At × f e 0.8 × 0.57 × 235 × 10 −4
St ≤ = = 0.154m
τ U × b0 0.578 × 0.12
⇒ St ≤ 15.4cm
On a aussi, St ≤ min (0.9d ,40cm)= 0.162 m soit St = 10 cm.

Vérification de la condition de non fragilité (Art.A.U.2 du BAEL83) :


0.23 × b 0 d × f t28
As ≥
fe

- En travée :
0.23 × 0.12 × 0.18 × 2.1
= 0.26cm 2 < As =1.57cm²
400
(Condition vérifiée)

Promotion 2007 94
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

- Sur appui :
As= 0.26cm² < 1.57 cm² (Condition vérifiée)

Influence de l’effort tranchant au voisinage des appuis :


1-appuis de rive : Vu < Vu
Vu= 1248 kg

Vu = 1,248×0.9.d ×b0× fc 28 = 1.248× 0.9×0.18× 0.12×25 = 0.607 MN

Vu= 0.01248 < Vu (Condition vérifiée).

Contrainte de cisaillement au niveau de la jonction (table - nervure) :


τ = 3.25 Mpa.

VU (b − b0 ) 1.248 × 10 −2 (0.65 − 0.12)


τU = =
1.8 × d × b0 × h0 1.8 × 0.18 × 0.04
= 0.510 MPa < 3.25MPa

τU < τ (Condition vérifiée).

Vérification de la flèche :
f= Mmax .L² / 9.6.E.I
Avec : I= (b.h03 / 12) +b.h. δ² (Théorème de hygens).

Calcul du moment d’inertie de la section totale :

I= (bh03 / 12) + (bh0) × (G1G0)²+ (b0h3 /12) + (hb0)× (G2G) 2


I= (0.65×0.043)/12+ (0.65×0.04×0.039²) + (0.12× 0.16 3/12)+(0.12×0.16×0.066²)
I= 1.676 × 10-4 m4
E= 11696.07 Mpa
M max = q L² / 8 = (0.18 ×3.8²) / 8= 0.33 t.m
M max = 0.33 KN.m
Calcul de f :
f = 3.3×3.8 ² / 9.6×11696.07×1.676.10-4= 0.532 ×10-5 m
f `=L/500 = 3.8 /500 = 0.0076
f = 0.532×10-5 < f `=0.0076 (Condition vérifiée).

Promotion 2007 95
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

Calcule des armatures transversales et de l’espacement :


SELON LE CBA 93 :
 At τ u − 0,3. ftj *.K
 ≥ Avec : K = 1 et f tj* = min{f tj ;3,3.MPa}
 b0 .St f
0,9. e
 γS
 S ≤ min{0,9.d ;40cm}
 t
 At . f e ≥ Max τ U ;0,40 Mpa 
 b0 .St  2 


SELON LE RPA 99 :
 At
 S ≥ 0,003.b0
 t
 S ≤ min  h 
 ;12.φ1  zone nodale
 t 4 
 h
St ≤ zone courante

 2

 h b 
Avec : φ t = min ; φ1 ; 
 35 10 
φ1 : Diamètre minimum des armatures longitudinales

φ t = min (0,571 ; 1 ; 1,2 ) cm


On adopte φ t = 0,6 cm = 6 mm

Donc :
 At
 S ≥ 0,0113
SELON CBA 93  St ≤ 16,20 cm
 t
 At
 S ≥ 0,0145 cm
 t

 At
 S ≥ 0,036
 t
SELON RPA99  St ≤ 5 cm
 St ≤ 10 cm


At = 2.π .φ t2 / 4 = 0,56 cm 2

Promotion 2007 96
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

FERRAILLAGES DES POUTRELLES

1T12 1T12+1T10

Ø6
1T10

4 cm
2T10 3T10

12 cm 12cm

FERRAILLAGE EN TRAVEES FERRAILLAGE SUR APPUIS

4. Ferraillage de la dalle de compression :

Le ferraillage de la dalle de compression doit se faire par un quadrillage de laquelle les


dimensions des mailles ne doivent pas dépasser :
20 cm : dans le sens parallèle aux poutrelles.
30 cm : dans le sens perpendiculaire aux poutrelles.
Si :
L1
50 ≤ L1 ≤ 80 cm ⇒ A1 = 4. avec : (L1 en cm ).
fe
200
L1 ≤ 50 cm ⇒ A1 =
fe
Avec : L1 : distance entre l’axe des poutrelles (L1=60 cm).
A1 : diamètre perpendiculaire aux poutrelles (A.P).
A2 : diamètre parallèle aux poutrelles (A.R).
A2=A1/2
Fe=520 MPa ‘quadrillage de T.S.TIE 520.
On a : L1=60 cm
60
⇒ A1 = 4. = 0,46 cm 2 / ml
520
5T 6 ⇒ A1 = 1,41 cm 2
100
St = = 20 cm
5

Promotion 2007 97
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

St St/2

TSØ6
100

St/2

St

100

FIGURE. DISPOSITION CONSTRUCTIVE DES ARMATURES DE LA DALLE

DE COMPRESSION

Armature de répartition :
A2=A1/4=0,71 cm2
Soit 5T6 ⇒ A2 = 1,41 cm 2 et St=20 cm.

Pour le ferraillage de la dalle de


Compression, On adopte un treillis
Soudés dont la dimension des Mailles est égale à 20 cm suivant les deux sens.

Promotion 2007 98
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

2. CALCUL DE L’ACROTERE

1. Introduction :
L'acrotère est un élément de sécurité au niveau de la terrasse, il forme une paroi,
contre toute chute, elle est considérée comme une console encastrée soumise a son
poids propre et à une charge qui est la main courante.
Le calcul se fait en flexion composée.
P
b =1.00m q
h = 0.1 m

0.6m
0.1m

1.00m

0.1m
2. Sollicitations :
Pour le ferraillage on prend une bande de 1 m de longueur :
• Effort normal :
Nu = 1.35×NG = 0.227t/ml
Nser = NG = 0.168 t/ml
• Moment de flexion :
M = NQ*h = 0.1*0.6 = 0.06 t.m
Mu = 1.5*M = 0.09 t.m
Mser = M =0.06 t.m
• Effort tranchant :
V = NQ = 0.1 t/m
Vu =1.5×V =0.15 t/m
3. Ferraillage :
La fissuration est considérée comme préjudiciable parce que ce sont des éléments
qui sont exposés aux intempéries, (variation de température, eau, neige, etc. …). Le
calcul se fera alors à l’ELU et à l’ELS.

Promotion 2007 76
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

 Calcul de la section à l’E.L.U :


Calcul de l’excentricité :
e= e1 + e2 +ea
e1 : excentricité de la résultante. e1 = e0+ ea
e2 : excentricité dus aux effets de second ordre.
ea : excentricité additionnelle.
e0 = Mu/Nu = 0.09/0.227 = 0.3964 m ⇒ e0 =39.64 cm
e1 = ht/6 = 10/6 ⇒ e1 = 1.67 cm
e0 > e1 ⇒La section est partiellement comprimée (S.P.C).
Vérification au flambement :
D’après l’article B.8.3.2 du CBA93
Lfx = Lfy = 2×L = 1.2m (cas d’une console)
λx = (Lf×√12)/h ⇒ λ = 40
Vérification de l’élancement :
λ = Max (50, Min(67× e0 /h, 100))
= Max (50, Min(67× 0.3964/0.1, 100)) ⇒ λ = 100
λx < λ donc pas de risque de flambement.
Excentricité additionnelle ea :
ea > Max (2cm,l/250) = Max (2cm,50/250) ⇒ ea > 2 cm
Calcul de coefficient de majoration γ f :
e/h = 39.64/10 =3.964
γf = min(1 + 0.15× ((λ/35) ² / (e/h) ,1.4)
γf = 1.049
Ce coefficient de majoration est limité à 1,4
Les efforts majorés ont donc pour valeurs
Nu* = γfe × Nu× = 1.049×0.196 = 0.206 t/m
Mu* = Nu* × (e + ea) = 0.206× (0.3964 + 0.02)
Mu* = 0.086 t.m
Evaluation des moments repris par niveau les armatures tendues :
Mu /A = Mu*/G + Nu* ×(d-h/2)
Mu /A = 0.086+ 0.235× (0.09 – 0.1/2)
⇒ Mu / A = 0.0954 t/m

Promotion 2007 77
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

Calcul en flexion simple :


Mu
µ= = (0.0954 10-2) / (1×0.09²×14.17) ⇒ µ = 0.932*10-2
bo d ² f bu
µ < 0.186 ⇒ pas d’acier comprimé (S.S.A.C).
εs = 10™
σs = 348 Mpa
α = 1.25 (1 - √(1-2×µ))
α = 0.0117
Z = d× (1 – 0.4×α)
Z = 8,95 cm
A1 = Mu / Z×σs
A1 = 0.306 cm²/ml
As = A1 – Nu×/σs
As = 0.28 cm²/ml

 Calcul de la section à l’E.L.S :


Mser = 0.06 t.m
Nser = 0.168 t
Calcul de l’excentricité :
e0 = Mser/Nser = 0.06/0.168 = 0.3571 m ⇒ e0 =35.71 cm
e1 = ht/6 = 10/6 ⇒ e1 = 1.67 cm
e0 > e1 ⇒ La section est partiellement comprimée (S.P.C).
Evaluation des moments repris par niveau les armatures tendues :
Mser / A = Mser/G + Nser × (d-h/2)
Mser / A = 0.06 + 0.168× (0.09 – 0.1/2)
⇒ Mser / A = 0.0667 t.m
La contrainte du béton est donnée / ELS :
σbc = 0.6× fc28 = 15 MPa
La contrainte de l’acier est :
La Fissuration et considérée préjudiciable
σsc = min (2/3 fe, 110(ηftj )0,5)
η= 1.6

Promotion 2007 78
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

Calcul du moment limite de service M :


σsc = min (2/3 × 400, 201,6)
σsc =201,6 Mpa

Calcul du moment limité du service M :


X = (15σbc .d)/(15σbc+15σst)
X = 0,045 m
Z =d- x/3
Z= 0,075 m
M’ = 0,5.b.x z.σbc
M’= 0,0253 t.m
Mser < M’ donc A’ = 0
Z = (d -x/3)
Z = 7.5 cm
Aser = Mser /Z× σs
Aser = 0.256 cm²/ml
Aser = As – Nser/σs
Aser = 0.207 cm²/ml
On remarque que As > Aser

Vérification de la condition de non fragilité :


On a : Amin > 0.23×b0 × (ft28 / fe) ⇒ Amin > 0.966 cm²
Donc As > max (As, Aser, Amin)
D’où As > 0.966 cm²
Qui nous donne 4HA6 = 1.13 cm²/ml espacée de 25cm

L’armature de répartition :
Ar = As / 4 = 0.2825 cm²
On adopte 3HA6 avec un espacement de 15 cm

Vérification au cisaillement :
Vu = 0.15 t/ml
τu = Vu / b0×d = 0.15/1×0.09 = 1.66×10-2
τu’ = min (0.1×fc28, 3Mpa ) = 2.5 Mpa
τu < τu’ => la condition est vérifiée

Donc les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Promotion 2007 79
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

 Vérification au séisme :

D’après le RPA 99/version2003 (Article 6.2.3) les éléments non structuraux


doivent être calculés sous l’action des forces horizontales suivant la formule suivante ;

FP = 4 A CP WP
A: coefficient d’accélération de la zone.
A =0,2 (groupe 2, zone IIb).
CP : facteur de force horizontale.
CP =0,80 (élément en console)
WP : poids de l’acrotère
WP = 0,169t/ml

D’où ;
FP = 4×0,2×0,80×0,169= 0.108t/ml
Ferraillage :

Etat limite ultime :


NU = 1.35 NG = 1.35 ×0,169 = 0,228 t/ml
MU = 1.5 MQ = 1.5×0,6×0.108 = 0,0972 t.m/ml.
Etat limite de service :
Nser = NG =0,169t/ml
Mser = MQ = 0.6× 0,108 = 0.0648 t.m/ml
Calcul à l’ELU :
L’excentricité et donnée par
e= e1 + e2 +ea
Avec
e1 : excentricité de la résultante.
e2 : excentricité due aux effets de second ordre.
ea : excentricité additionnelle.

e1 = Mu / Nu = 0,0972 /0,228 = 0,426m.

3l 2f
e2 = (2 + αφ )
10 4 .h

lf = 2l0 = 2× 0,6 = 1,2 m

Promotion 2007 80
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

I
b.h 3
i= avec I= , B = b×h.
B 12

i = 0.03
lf 1,2
λ= = = 40
i 0,03
λ max ≤ 100 => Donc il n’est pas nécessaire de faire un calcul au flambement.
Mu
α = 10 (1- )=0
1.5Mser
e2 =
3.1,22 × 2 = 0,0086 m
10 4.0,1
60
ea = max ( 2 cm . ) = 0.02m .
250
e = e1 + e2 + ea = 0,435 m
lf 20e1
On a: = 120 ≤ max (15, ) = 142 ⇒ on vas tenir compte de l’effet de seconde ordre.
h h
Nu = 0,228
M * u = Nu .e = 0,228 × 0,435= 0,11m/ml

Le calcul se fera par assimilation à la flexion simple.


0 .1
MuA = Mu* + Nu* ×(d - h/2)= 0,11+0,228*(0,09- ) =0,119t.m/ml
2
µbu = MuA /b.d².fbu = (0,119×10-2)/(1×0.0081×14.17) =0,01

µbu = 0,014≤0.186 ⇒ Pivot A → εs = 10‰ → pas d’acier comprimé.

σs = fe/γs = 400/1.15 = 348 MPA.


α = 1.25(1 - 1− 2µ bu ) = 0,0125
Z = 0,09(1- 0.4α) =0,089
As1 = MuA/(Z.σs) = 0,377 cm²/ml.
As = As1 – Nu×/σs
As =0,32 cm²/ml

Calcul à l’ELS :
N ser =0,169t/ml
M ser =0,0648 t.m/ml

a) Calcul de l’excentricité :

e0 = Mser/Nser = 0,0648 /0.169 = 0,38m ⇒ e0 =38cm


e1 = ht/6 = 0,10/6 ⇒ e1 = 0,0167m ⇒ e1 = 1,67cm.
e0 > e1 ⇒ La section est partiellement comprimée (S.P.C)

Promotion 2007 81
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

b) Evaluation des moments aux niveaux des armatures tendues :

Mser / A = Mser/G + Nser × (d-h/2)


Mser / A =0,0648 + 0.169× (0,09 – 0.1/2)
⇒ Mser / A = 0.072 t.m
La contrainte du béton est donnée / ELS :
σbc = 0.6× fc28 = 15 Mpa
La contrainte de l’acier
La Fissuration et considérée préjudiciable
σsc = min (2/3 fe, 110(ηftj )0,5)
η= 1.6
σsc = min (2/3 × 400, 201,6)
⇒ σsc =201,6 Mpa

c) calcul du moment limité du service M :


x= 15σbc .d/(15σbc+15σst)
x= 0,047
z =d- x/3
z= 0,074
M’ =0,5.b.x z.σbc
M’= 0,026
Mser < M’ donc A’ = 0

Aser1 = Mser /Z×σs


Aser1 = 0,25 cm²/ml
Aser = Aser1 – Nser/σsc

Aser= 0,186 cm²/ml

d) Vérification de condition de non-fragilité :


f
On a : Asmin ≥ 0.23×b×d t 28 = 1,09 cm2/ml
fe
D’où As >1,09 cm²

e) Choix des barres


Donc As > max (As, Aser, Amin)

Qui nous donne 4HA8 = 2,01cm²/ml espacée de 25cm

f) L’armature de répartition :
Ar = As / 4 = 0,5025 cm²
On adopte 3HA6 avec un espacement de 20 cm

g) Vérification au cisaillement :
τu’= min ( 0,20 fc28 / γb , 5 MPa) =3,33MPa

Vu = 0.17 t/ml
τu = Vu / b0×d = 0.17/1×0.09 = 1.889× 10-2
Promotion 2007 82
Chapitre 05: Calcul des éléments secondaires

τu < τu’ la condition est vérifiée

4HA8

FERRAILLAGE DE L’ACROTERE

Promotion 2007 83
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

3. CALCUL DU BALCON

3- 1. Introduction :
Le balcon est constitué d’une dalle pleine encastrée dans les poutres.
On adopte une épaisseur de 15cm
3-2. Evaluation des charges :

G1 = 0.540 t/m²
Q1 = 0.350 t/m²
Le calcul peut se faire pour une bande de 1m de largeur

3-3- Ferraillage de balcon :

Pser=0,89t/m Pu=1,25 t/m

3-3-1 Combinaison des charges :

Puisque le balcon est exposé aux intempéries, donc on fera le calcul de l’E.L.U et à
l’E.L.S.
P = 1.35×G1 + 1.5×Q1 ⇒ Pu = 1.254 t/m
Mu = ( Pu1.L²)/2 = 0,90 t.m
Pser = G1 + Q1 =0,540 + 0.350 = 0,89t/ml
Mser = ( Pser. L²)/2 = 0,641t.m

3-3-2-Calcul des armatures :

La fissuration est considérée comme préjudiciable car le balcon est exposé aux
intempéries, (variation de température, l’eau, neige, etc. …).Le calcul effectuera donc à
l’ ELS et l’ ELU.
((Le calcul se faire pour une bande de 1m de largeur))

Promotion 2007 84
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

a) ELU:

0.85 f c 28
fbu = ⇒ fbu = 14.17 Mpa
γb
d = 0.9 h ⇒ d = 0,135 m
0,15m

1m

ρm = Mu/Mser = 0,90/0,640= 1,40 ⇒ µc = 0,2999 , αc = 0,4593


µc = 0, 2999
Mu
µ=
b0 d ² f bu
µ = (0, 0090)/ [(1× (0,135)² × 14, 17 ] = 0,035
µ < µc ⇒ α = [1− (1− 2µ)1/2 ] / 0,8 ⇒ α = 0,0445
z = d (1− 0,4α) = 0,133m
µ < µc ⇒ (S.SA.C) As’ = 0
µ ≤ 0.186 ⇒ εs = 10. 10-3 ⇒ σs = f(εs) = 348
As = Mu / z. σs = 0, 0090/ (0,133× 348)
As = 1.94 cm² soit :

b) ELS :
σsc = min (2/3 fe, 110(ηftj )0,5)
η= 1.6
σsc = min (2/3 × 400, 201,6)
⇒ σsc =201,6 Mpa

Calcul du moment limité du service :


x= 15σbc .d/ (15σbc+15σst)
x= 0,071
z =d- x/3
z= 0,109
M’ =0, 5.b.x .z.σbc

M’= 0, 0676 MPa.m


Mser < M’ donc A’ = 0 ( S.S.A.C )

Aser = Mser /Z×σs


Aser =1.69 cm²/ml

3-3-3-Condition de non fragilité :

e = 15cm As = 1.94 cm²


As > 0,23b0 × d ×( ft28/fe ) = 0.23 × 1×0,135 × (2,1/400) = 1,63cm²
As> As min

Promotion 2007 85
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

3-3-4- Choix des barres :

Donc As > max (Ault, Aser, Amin)


D’où : As = 1.94m²
5HA 10 = 3,93 cm² avec un espacement de 30cm
A = As/4 = 0,93⇒ 4HA8 (2,01cm²)

3-3-4- Vérification de l’effort tranchant :


Vu max
τu =
bod
Vu =1. 5 t
τu = 0.015 /0,135×1 =0,11 Mpa
τu’= min ( 0,20 fc28 / γb , 5 MPa) =3,33MPa
τu < τu’ => (la condition verifieer).

3-3-5-Vérification au séisme :

D’après le RPA99/VERSION 2003 ARTICLE (6.2.3) ces éléments doivent être calculés sous
l’action des forces horizontales suivant la formule :
Fp = 4×A×Cp×Wp
A : Coefficient d’accélération donnée par le TABLEAU (4.1) pour la ZONE (IIb) et le groupe 2
A = 0.2
Cp : Facteur de force horizontal donné par le TABLEAU (6.1) pour l’élément console
Cp = 0.8
Wp : Poids de l’élément considéré
Wp = 0.54 t/m2 L = 1.20 m
Fp
D’où 0.90
Fp = 4×0.2×0.8×0.54 = 0,35t/ m2 M(x)
0.0679
Pu = 1.254 t.m
Mumax = 0.90 t.m
Mser = 0.64t.m
ρm = Mu/Mser =1,41 ⇒ µc = 0,3033 , αc = 0,4659
µc = 0,3033
Mu
µ=
b0 d ² f bu
µ = (0, 0064)/ [(1× (0,135)² × 14, 17 ] = 0,026
µ < µc ⇒ α = [1− (1− 2µ)1/2 ] / 0,8 ⇒ α = 0,033
z = d (1− 0,4α) = 0,133m
µ < µc ⇒ (S.SA.C) As’ = 0
µ ≤ 0.186 ⇒ εs = 10 . 10-3 ⇒ σs = f(εs) = 348Mpa
As = Mu / z. σs = 0,0064/ (0,133× 348)
As = 1,38 cm² soit : 4HA8 (As =2,01cm2 )

Promotion 2007 86
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

4HA8/ml 5HA10/ml

15cm

FIG. FERRAILLAGE DU BALCON

Promotion 2007 87
Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

1. ETUDE SISMIQUE DE LA VARIANTE PROPOSEE

1 Introduction.
L’étude sismique consiste à évaluer les efforts de l’action accidentelle (séisme) sur
notre structure existante.
Pour cela, plusieurs méthodes approchées ont été proposés a fin d’évaluer les efforts
internes engendrés a l’intérieur de la structure sollicitée ; le calcul de ces efforts
sismiques peut être mené par trois manières
Méthode statique équivalente.
La méthode de l’analyse modale spectrale.
La méthode de l’analyse dynamique par accélérogramme.

2. Choix de la méthode de calcul :


L’étude sismique consiste à évaluer les efforts de l’action accidentelle (séisme) sur
notre structure existant.
Pour cela, plusieurs méthodes approchées ont été proposées afin d’évaluer les efforts
internes engendrés à l’intérieur de la structure. Le calcul de ces efforts sismiques peut
être déterminé selon trois méthodes :
La méthode statique équivalente.
La méthode dynamique modale spectrale.
La méthode de l’analyse dynamique par accélérogramme.
La méthode de calcul utilisée c’est la méthode statique équivalente et la méthode
dynamique modale spectrale .Pour cette méthode, il est recherché pour chaque mode
de vibration le maximum des effets engendrées dans la structure.
Les forces sismiques sont représentées par un spectre de réponse de calcul.

2. Critères de classification des RPA99/version 2003 :


• Type de contreventement :
Notre structure est contreventée par une ossature mixte (portiques-voiles), avec
interaction et par conséquent le coefficient de comportement R =5.
• Régularité en plan : (RPA99/version 2003 art, 3,5)
a,1) La régularité, ( condition vérifiée),
Nous avons:
1- Lx/Lx =0≤0,25 (vérifiée),
2-Ly/Ly=0.175 ≤0,25 (vérifiée),
Puisque les deux critères (a,1) sont vérifiée, donc la structure est régulière en plan.

Promotion 2007 99
Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

• Régularité en élévation :
Notre structure vérifie la condition (b,1), donc elle est classé régulière en élévation.
L'ouvrage est classé comme régulier en plan et en élévation.
4.Domaine d’application de la méthode statique équivalente.
La méthode statique équivalente peut être utilisée dans les conditions suivantes :
Le bâtiment ou bloc étudié, satisfait la régularité en plan et en élévation avec une
hauteur au plus égale à 30m en zones(IIb) (Vérifier)
Le bâtiment ou bloc étudié présent une configuration irrégulière tout en
respectant outre la condition de hauteur suivante :
Dans le cas le bâtiment implanté en zone (IIb) et le groupe d’usage 2 il faut que la
hauteur ne dépasse pas 5 niveaux au 17m. (Vérifier)

5. CALCUL DE LA FORCE SISMIQUE PAR LA METHODE STATIQUE EQUIVALENTE


(M.S.E ) :
5 -2. Calcul de la force sismique totale
La force sismique totale V, appliquée à la base de la structure, doit être calculée
successivement dans deux directions horizontales orthogonales selon la formule
suivante:
A.D.Q
V= ×W
R
• Coefficient d’accélération de zone (A):
Le coefficient d'accélération de zone A est donné par le tableau 4.1 du RPA en
fonction de la zone sismique et le groupe d’usage du bâtiment. Dans notre cas nous
avons d’après le RPA :
(zone (IIb), groupe d’usage 2), donc on a A = 0,2.
• Facteur d’amplification dynamique moyen (D):
Le Facteur d’amplification dynamique moyen D est fonction de la catégorie de site,
du facteur de correction d’amortissement (η) et de la période fondamentale de la
structure (T).
2,5 η 0 ≤ T ≤ T2
D= 2,5 η ( T2 / T )2/3 T2 ≤ T ≤ 3s
2,5 η ( T2 / T )2/3 ( 3 / T )5/3 T ≥ 3s.

η : facteur de correction d’amortissement donnée par la formule :

η = 7 /(2 + ξ ) ≥ 0.7

Promotion 2007 100


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

ξ (%) : est le pourcentage d’amortissement critique fonction du matériau constitutif, du


type de structure et de l’importance des remplissages.
Nous avons un contreventement mixte voiles -portiques donc on prend , ξ = 8.5 %.
D’où : η = 7 /(2 + 8.5) = 0,8165

η = 0.8165 ≥ 0.7
Calcul de la période T :
a) par la formule empirique : T= CT.hn3/4 (formule 4-6 du RPA)
hn : hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau
(N).
hn = 16.6m
CT : coefficient, fonction du système de contreventement et du type de remplissage. Il
est donné par le tableau 4.6 du RPA.
Notre structure est en contreventement assuré partiellement par des voiles en béton
armé, ce qui donne CT = 0.05
3/4
Donc : T = 0.05×(16.6) = 0.41 s, ou T= 0.41s
0,09 × hN
b) par la formule : T= (formule 4-7 du RPA)
D
Où D est la dimension du bâtiment mesurée à sa base dans la direction de calcul
considérée.
0,09 × 16.6
Tx = = 0.35 s ; Dx = 18.55 m
18.55
0,09 × 16.6
Ty = = 0.46 s ; Dy = 10.65 m
10.65
La valeur de T retenue dans chaque direction est la plus petite des deux valeurs données
par les deux formules citées au-dessus.
Tx = Min (0.41s ; 0.347s), donc: T= 0.35s
Ty = Min (0.41s ; 0.457s), donc: T= 0.41s

Calcul de la période caractéristique T2 :


La période caractéristique T2 est associée à la catégorie du site donnée par le tableau
4.7 du RPA.
Catégorie de site S2: T2 = 0.40
T = 0,347s donc 0 ≤T≤ T2 , Alors : Dx = 2,5 η; Dx = 2.0413 (dans la direction X).
T = 0,410s donc T2 ≤T≤ 3s , Alors : Dy = 2,5 η( T2/T)2/3; Dy =2.008 (dans la direction Y).

Promotion 2007 101


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

• Coefficient de comportement (R):


Le Coefficient de comportement de la structure R est donnée par le tableau 4.3 en
fonction du système de contreventement.
On a pour le système portiques contreventés par des voiles R= 5
• Facteur de qualité (Q):
Q = 1+Σ Pq
Critère q Pqx Pqy

1. Conditions minimales sur les files de


0 0.05
contreventement
2. Redondance en plan 0.05 0
3. Régularité en plan 0 0
4. Régularité en élévation 0 0
5. Contrôle de la qualité des matériaux 0.05 0.05
6. Contrôle de la qualité de l’exécution 0.10 0.10
Σ Pq 0.2 0.2

Alors pour les deux sens Q =1+0.15 d'où Q=1.2

• Poids total de la structure (W):


W est égal à la somme des poids Wi, calculés à chaque niveau (i).
W = Σ Wi
avec : Wi = WGi + β WQi.
WGi : poids dù aux charges permanentes est à celles des équipements fixes éventuels,
solidaires de la structure.
WQi : charge d’exploitation.
β : Coefficient de pondération fonction de la nature et de la durée de la charge
d’exploitation, donné par le tableau 4.5 du RPA.

On a un bâtiment d'habitation, donc β = 0.20


Donc à chaque niveau : Wi = WGi + 0.20 WQi.

Niveau terrasse:
WT = 1917.54KN
Niveau 3:
WT = 2005.34 KN
Niveau 2:
WT = 2026.45 KN
Niveau 1:
WT = 2040.49 KN
Niveau RDC:
WT = 2140.858 KN

Promotion 2007 102


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

Evaluation du poids total:


WTOTAL = WT + W3 + W2 + W1 + WRDC = 10138.132 KN

Donc le poids total de la structure WTOTAL = 10138.132 KN

• Modélisation par brochette:


Le poids de chaque étage est concentré au niveau du centre de gravité de celui-ci,
ainsi on obtient un système de 2 poids avec un seul degré de liberté (le déplacement
horizontal). Les planchers sont considérés rigides, et le déplacement vertical est supposé
négligeable. En conséquence, le bâtiment sera représenté par le système suivant

+ 16 m
Wtr= 1917.54KN
+ 13 m
W3= 2005.34 KN
+ 10 m
W2= 2026.45 KN
+7m
W1= 2040.49 KN
+4m
WRDC= 2140.858 KN
+ 0.00 m

FIG :MODELISATION PAR BROCHETTE

Donc La force sismique totale V, appliquée à la base de la structure, doit être calculée
successivement dans les deux direction horizontales orthogonales selon la formule :

0,2 × 2,0413 × 1,2


Vx = × 10138.132
5

Vx = 993.359KN

0,2 × 2,008 × 1,2


Vy = × 10138.132
5
Vy = 977.154 KN

Promotion 2007 103


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

5-3. Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur :


La résultante des forces sismiques à la base doit être distribuée selon la hauteur de la
structure par les formules suivantes :
V = Ft + ΣFi

Ft = 0.07 T.V si T > 0.7 s


Avec :
Ft = 0 si T < 0.7 s

Où T est la période fondamentale de la structure (en secondes).


La force (V - Ft) doit être distribuée sur la fauteur suivant la formule:
(V − Ft )Wi hi
Fi = n

∑W h
j =1
j J

Avec:
Fi : force horizontale au niveau i.
hi : niveau du plancher.
Ft : force concentrée au sommet de la structure.
Wi, Wj : poids revenant aux planchers i,j.
On a : T = 0.17 s < 0.7 s, et donc Ft = 0;
VtWi hi
Alors : Fi = n

∑W h
j =1
j J

Les résultats obtenus sont représentés dans les tableaux suivants:


Sens XX
n n
Niveau Wi (KN) hi (m) Wi*hi ∑ Wj × hj Vx (KN) Vx / ∑ Wj × hj
j=1 j=1
Fxi (KN)

Niveau RDC 2140,498 4 8561,992 99914,637 993,359 0,00994208 85,124


Niveau 1 2048,310 7 14338,17 99914,637 993,359 0,00994208 142,551
Niveau 2 2026,448 10 20264,48 99914,637 993,359 0,00994208 201,471
Niveau 3 2005,335 13 26069,355 99914,637 993,359 0,00994208 259,184
Niveau terrasse 1917,540 16 30680,64 99914,637 993,359 0,00994208 305,029

Sens YY
n n
Niveau Wi (KN) hi (m) Wi*hi ∑ Wj × hj Vy (KN) Vy / ∑ Wj × hj
j=1 j=1
Fyi (KN)

Niveau RDC 2140,498 4 8561,992 99914,637 977,154 0,00977989 83,735


Niveau 1 2048,310 7 14338,17 99914,637 977,154 0,00977989 140,226
Niveau 2 2026,448 10 20264,48 99914,637 977,154 0,00977989 198,184
Niveau 3 2005,335 13 26069,355 99914,637 977,154 0,00977989 254,955
Niveau terrasse 1917,540 16 30680,64 99914,637 977,154 0,00977989 300,053

Promotion 2007 104


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

5- 4. Distribution horizontale des forces sismiques:


n
L’effort tranchant au niveau de l’étage k : Vk = Ft + ∑ Fi
i =k
On a : T = 0.41 s < 0.7 s, et donc Ft = 0;
Les résultats obtenus sont représentés dans le tableau suivant:
Sens XX
Niveau hi (m) Fxi (KN) Vxi (KN)
Niveau RDC 4 85,124 993,359
Niveau 1 7 142,551 908,235
Niveau 2 10 201,471 765,684
Niveau 3 13 259,184 564,213
Niveau terrasse 16 305,029 305,029
Sens YY
Niveau hi (m) Fyi (KN) Vyi (KN)
Niveau RDC 4 83,735 977,154
Niveau 1 7 140,226 893,419
Niveau 2 10 198,184 753,193
Niveau 3 13 254,955 555,009
Niveau terrasse 16 300,054 300,054

Schéma récapitulatif :
+ 16 m
FX = 305,029 KN
τ = 305,029 KN
FX = 259,184 KN + 13 m
τ = 564,213 KN
+ 10 m
FX = 201,471 KN
τ = 765,684 KN
FX = 142,551 KN
+7m
τ= 908,235 KN
+4m
FX = 85,124 KN

+ 0.00 m τ = 993,359 KN

- DISTRIBUTION DE LA FORCE SISMIQUE ET DE L'EFFORT TRANCHANT


SELON LA HAUTEUR DANS LE SENS OX -

Promotion 2007 105


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

+ 16 m
FY=300,054 KN
τ = 300,054 KN
FY =254,955 KN
+ 13 m
τ = 555,009 KN
+ 10 m
FY =198,184 KN
τ = 753,193 KN
FY =140,226 KN
+7m
τ = 893,419 KN
+4m
FY =83,735 KN

+ 0.00 m τ = 977,154 KN

- DISTRIBUTION DE LA FORCE SISMIQUE ET DE L'EFFORT TRANCHANT


SELON LA HAUTEUR DANS LE SENS OY-

5-5-Les moments de renversement sont présentés le tableau suivant :

NIVEAU Hi Vxk(KN) Vyk(KN) Mx (KN, m) My (KN, m)


4 3 305,029 300,054 915,087 900,162
3 3 564,213 555,009 2607,726 2565,189
2 3 765,684 753,193 4904,778 4824,768
1 3 908,235 893,419 7629,483 7505,025
RDC 4 993,359 977,154 11602,919 11413,641
TABLEAU ; LES MOMENTS DE RENVERSEMENT .
5-6 Vérification au renversement
Pour que le bâtiment soit stable au renversement il doit vérifier la relation suivante :

Ms : Moment stabilisant, Ms=W.L/2


Mr : Moment renversant, Mr = ΣFi x hi
W : Poids du bâtiment.
F : Force sismique de niveau

 Sens longitudinal
W(KN) Lx (m) Lx/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
10138,132 18.25 9,1 92257,0012 11602,919 7,95 Oui
 Sens transversal
W(KN) Ly (m) Ly/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
10138,132 7.9 3.95 40045,6214 11413,641 3.50 Oui
Conclusion :

La stabilité de la structure au renversement est vérifiée dans les deux sens.


Promotion 2007 106
Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

5-7-Calcul des déplacements de chaque niveau (méthode statique équivalente ) :


On a : Fk = Wk , ak ⇒ ak = : ( Fk ,g ) /wk
D’autre part : on a δek = ak / ω²
D’où : δek = [( Fk ,g ) /wk ] × T2 / (2π)2
g=9,81m/s2
 F .g   T 2

δ k = R. k . 
2 
En fin  W k   (2π ) 
R : coefficient de comportement = 5 pour notre cas,
Fk : force sismique au niveau « k »
wk :masse de niveau « k »
δk : déplacement d’un niveau « k » par rapport au sol
T=0,41s
∆kx = δ xk − δ xk −1
∆kx : correspond au déplacement relatif au niveau k par rapport au niveau k-1 dans le
sens x (idem dans le sens y, ∆ky ).
Les résultats de calcul :
TABLEAU : RESULTAT DES DEPLACEMENTS DANS LE SENS LONGITUDINAL.
Fxi Wi ∆
NIV δexk (m) δxk (m) ∆xk (m) Observation
(KN) (KN) (m)
5 305,029 1917,540 0,006651416 0,033257082 0,006235629 0.03 Vérifiée
4 259,184 2005,335 0,005404291 0,027021453 0,006235759 0.03 Vérifiée
3 201,471 2026,448 0,004157139 0,020785693 0,006235726 0.03 Vérifiée
2 142,551 2048,310 0,002909993 0,014549967 0,006235688 0.03 Vérifiée
1 85,124 2140,498 0,001662856 0,00831428 0,00831428 0.04 Vérifiée

TABLEAU : RESULTAT DES DEPLACEMENTS DANS LE SENS TRANSVERSAL.


Fyi ∆
NIV Wi (KN) δeyk (m) δyk (m) ∆yk (m) Observation
(KN) (m)
5 300,054 1917,540 0,00654293 0,03271466 0,00613410 0.03 Vérifiée
4 254,955 2005,335 0,00531611 0,02658055 0,00613398 0.03 Vérifiée
3 198,184 2026,448 0,00408931 0,02044657 0,00613391 0.03 Vérifiée
2 140,226 2048,310 0,00286253 0,01431265 0,00613404 0.03 Vérifiée
1 83,735 2140,498 0,00163572 0,00817861 0,00817861 0.04 Vérifiée
Donc : Les déplacements relatifs ∆K sont vérifiés.

Promotion 2007 107


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

6- METHODE DYNAMIQUE MODALE SPECTRALE :


6-1.Introduction :
L’étude dynamique consiste à déterminer les caractéristiques de vibration, qui
peuvent se développer dans une construction donnée, en vue de l’estimation de la
charge sismique de calcul la plus défavorable.

6-2. Principe :
Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum
des efforts engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un
spectre de réponse de calcul. Ces efforts sont par la suite combinés pour obtenir la
réponse de la structure.

6-3. spectre de réponse de calcul :

L’action sismique set représentée par le spectre de calcul suivant :

 T  Q 
1.25 A 1 +  2.5η × − 1 0 ≤ T ≤ T1
 T1  R 
Q
2.5η × (1.25 × A)  T1 ≤ T ≤ T2
R
Sa = Q  T 
2
3
g
2.5η × (1.25 × A)  ×  2  T2 ≤ T ≤ 3 s
R  T 
2 5
 Q   T  3  3 3
2.5η × (1.25 × A)  ×  2  ×   T≥3s
R  3  T 

A = 0 ,20 : coefficient d’accélération de zone (TAB 4.1 ART 4.2.3).


η = 0,82 : facteur de correction d’amortissement (ART 4.2.3).
Q = 1,2 : facteur de qualité (TAB 4.4 ART 4.2.3) .
R= 5 : coefficient de comportement de la structure (TAB 4.3 ART 4.2.3).
T1 = 0,15S ; T2 = 0.41 S : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site
(TAB 4.7 ART 4.3.3).

• Nombre de modes à considérer :(RPA99/version 2003-4.3.4.)


Pour une structure modélisée en tridimensionnel et ne présentant pas des problèmes de
torsion, le nombre de modes de vibration à retenir dans chacune des deux directions doit
être tel que :
-La somme des masses modales effectives pour les modes retenus soit supérieure
ou égale 90% de la masse totale de la structure.

Promotion 2007 108


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

- Tous les modes ayant une masse modale effective supérieure à 5%de la masse
totale de la structure soient retenus pour la détermination de la réponse totale de la
structure.
6- 4. Les modes propres :
Facteurs de Participation Massique (en %)
Modes période(s) α x (%) αy (%) αx cumulés % αy cumulés %
1 0,511745 0 77,1845 0 77,1845
2 0,490773 78,7392 0 78,7392 77,1845
3 0,371912 0,0075 0 78,7467 77,1845
4 0,140395 14,8599 0 93,6066 77,1845
5 0,135849 0 16,1101 93,6066 93,2945

Remarque :
Le nombre de modes à prendre en compte est tel que la somme des coefficients de
participation de ces modes est au moins égale à 90% ( ∑ α ≥ 90 %) et le minimum de mode à
i

retenir est de cinq dans chaque direction considérée (Art 4.3.4 RPA 99).

Dans notre cas on retient cinq modes dans chaque direction car :

91.74 > 90% dans le sens longitudinal


∑α i =
93.14 >90% dans le sens transversal.

6-5. Distribution horizontale des forces sismiques:

Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :

 Sens longitudinal

Niveau Fxi (KN) Vxi (KN)


Niveau RDC 75,07 969,63
Niveau 1 125,19 894,56
Niveau 2 182,75 769,37
Niveau 3 238,27 586,62
Niveau terrasse 348,35 348,35

 Sens transversal

Niveau Fyi (KN) Vyi (KN)


Niveau RDC 73,72 933
Niveau 1 117,77 859,28
Niveau 2 170,67 741,51
Niveau 3 224,89 570,84
Niveau terrasse 345,95 345,95

Promotion 2007 109


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

MODE DE VIBRATION 01( FLEXION SUIVANT L’ AXE Y) MODE DE VIBRATION 02( FLEXION SUIVANT L’ AXE X)

MODE DE VIBRATION 02( FLEXION SUIVANT L’AXE X)

MODE DE VIBRATION 03( TORSION )

Promotion 2007 110


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

On a la force sismique donnée par la méthode statique équivalente :

Vx =993.359 KN
V statique =
Vy =977.154 KN

La force sismique donnée par la méthode dynamique :

Vx =963.63 KN
Vdyn =
Vy =933.00KN

D’après le RPA 99 Art 4.3.6 : la résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par
combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des
forces sismiques déterminée par la méthode statique équivalente V pour une valeur de la
période fondamentale donnée par la formule empirique appropriée.

Sens longitudinal : 0.97 > 0.8 vérifiée.


Vdyn / Vstat =
Sens transversal : 0.95 > 0.8 vérifiée.

6-6.Les moments de renversement sont présentés le tableau suivant :

NIVEAU Hi Vxk(KN) Vyk(KN) Mx (KN, m) My (KN, m)


4 3 348,35 345,95 1045,05 1037,85
3 3 586,62 570,84 2804,91 2750,37
2 3 769,37 741,51 5113,02 4974,90
1 3 894,56 859,28 7796,70 7552,74
RDC 4 969,63 933 11675,22 11284,74

6-7. Vérification au renversement


Pour que le bâtiment soit stable au renversement il doit vérifier la relation suivante :

Ms : Moment stabilisant, Ms=W.L/2


Mr : Moment renversant, Mr = ΣFi x hi
W : Poids du bâtiment.
F : Force sismique de niveau

 Sens longitudinal
W(KN) Lx (m) Lx/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
10138,132 18.25 9,1 92257,0012 11675,22 7,90 Oui

Promotion 2007 111


Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

 Sens transversal
W(KN) Lx (m) Lx/2 Ms (KN.m) Mr (KN.m) Ms / Mr vérification
10138,132 7.9 3,95 40045,6214 11284,74 3,55 Oui
Conclusion :

La stabilité de la structure au renversement est vérifiée dans les deux sens.

6-8. Vérification des déplacements :

6-8-1.Les déplacements latéraux Inter- étage :


L’une des vérifications préconisées par le RPA99, concerne les déplacements latéraux
Inter-étages. En effet, selon (L’ARTICLE 5.10 DU RPA99), l’inégalité ci-dessous doit
nécessairement être vérifiée :
∆kx ≤ ∆ et ∆ky ≤ ∆
Avec:
∆ = 0.01h e où he : représente la hauteur de l’étage.

Avec : ∆kx = R ∆kex et ∆ky = R ∆key


k −1
où ; ∆ ex = δ ex − δ ex
k k
et ∆key = δ eyk − δ eyk −1
∆kex : correspond au déplacement relatif au niveau k par rapport au niveau k-1 dans le
sens x (idem dans le sens y, ∆key ).
Avec :
δ ex
k
est le déplacement horizontal dû aux forces sismiques au niveau k dans le sens x
(idem dans le sens y, δ eyk ).

6-8-2. Les déplacements résultantes de la combinaison des charges G+Q+E :

On a : R=5
Après analyse des résultats on obtient le tableau ci-dessous

Z(m) δ ex (m) δ ey ∆ ex (m)


∆ ey
(m) ∆x(m) ∆y(m) ∆ (mm) Observation
(m)
16 0,0107 0,0112 0,002 0,0022 0,01 0,011 30 Vérifiée
13 0,0087 0,009 0,0023 0,0025 0,0115 0,0125 30 Vérifiée
10 0,0064 0,0065 0,0024 0,0026 0,012 0,013 30 Vérifiée
7 0,0040 0,0039 0,0023 0,0023 0,0115 0,0115 30 Vérifiée
4 0,0017 0,0016 0,0017 0,0016 0,0085 0,008 40 Vérifiée
TABLEAU ; LE CALCUL DES DEPLACEMENTS (HORIZONTAL ; RELATIF)

Donc : Les déplacements relatifs ∆K sont vérifiés.


Promotion 2007 112
Chapitre 06 : Etude Sismique de la Variante Proposée

6-9. Justification Vis A Vis De l’effet P-∆ :


Les effet de deuxième ordre (ou l’effet de P-∆) peuvent être négligés dans le cas des
bâtiments si la condition suivante est satisfaite à tous les niveaux :
θ = (Pk × ∆k) / (Vk×hk) ≤ 0,10. RPA99 (ART 5,9)
Avec : Pk : poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au
dessus du niveau « k » calculés suivant le formule ci-après
n
Pk = ∑ (WGi* + βWqi )
i =k

Vk : effort tranchant d’étage au niveau « k » ,


∆k : déplacement relatif du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 »
en consideront la le combinaison (G+Q+E)
hk : hauteur de l’étage « k ».

Sens longitudinal
Niv Wi (KN) Pk ∆xk ( m) Vxk ( KN ) hi (m) θx Observation
5 1917,540 1917,54 0,01 348,35 3 0,0183 Vérifier
4 2005,335 3922,875 0,0115 586,62 3 0,0256 Vérifier
3 2026,448 5949,323 0,012 769,37 3 0,0309 Vérifier
2 2048,310 7997,633 0,0115 894,56 3 0,0342 Vérifier
1 2140,498 10138,13 0,0085 969,63 4 0,0220 Vérifier

∆ SENS LONGITUDINAL
TABLEAU : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFET P-∆

Sens transversal
Niv Wi (KN) Pk ∆Yk ( m) VYk (KN ) hi (m) θy Observation
5 1917,540 1917,54 0,011 345,95 3 0,0203 Vérifier
4 2005,335 3922,875 0,0125 570,84 3 0,0286 Vérifier
3 2026,448 5949,323 0,013 741,51 3 0,0347 Vérifier
2 2048,310 7997,633 0,0115 859,28 3 0,0356 Vérifier
1 2140,498 10138,13 0,008 933 4 0,0217 Vérifier

∆ SENS TRANSVERSAL
TABLEAU : JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFET P-∆

On a θi < 0,1 pour chaque niveau « k » et dans les deux sens, on peut donc négliger
l’effet P-∆ dans le calcule de éléments structuraux.

Promotion 2007 113


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

1. COMBINAISONS D’ACTIONS

1. Introduction :

Les objectifs de sécurité de la structure soumise au effets de l’action sismique sont


réputés atteints si les critères ci-après relatifs à la résistance,la ductilité,l’équilibre
d’ensemble la stabilité des fondations ,les joints sismiques , les déformations et la
stabilité de forme sont satisfaits simultanément
2. Combinaison des charges :
En fonction du type de sollicitation, on distingue les différentes combinaisons suivantes :
Selen CBA93
E L U .…………1,35 G + 1,5 Q
E L S ..................... G+Q
Selen RPA 99 (situation accidentelle)
G+Q ±E
0,8G ± E
L’action sismique est considérée comme une action accidentelle au sens de la
philosophe de calcul aux états limites
La section d’acier sera calculée pour différentes combinaisons d’efforts internes
Nmax M correspondant
Nmin M correspondant
Mmax N correspondant

Promotion 2007 114


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

2-FERRAILLAGE

Le ferraillage des éléments résistant s’effectuera selon le règlement CBA93 et les règles
parasismiques en vigueur en Algérie (RPA 99/ version 2003).
2-1.Ferraillage des poteaux :
Les poteaux sont des éléments structuraux assurant la transmission des efforts
des poutres vers les fondations, est soumis à un effort normal « N » et à un moment de
flexion « M » dans les deux sens longitudinal, transversal. Donc ils sont calculés en
flexion composée.
Les armatures seront calculées à l’état limité ultime « ELU » sous l’effet des sollicitations
les plus défavorables et dans la situation suivante :
Situation Béton Acier (TYPE 1 FeF40)
γb Fc28 (Mpa) fbu (MPa) γs Fe (MPa) σs (MPa)
Durable 1,5 25 14,17 1,15 400 348
Accidentelle 1,15 25 21,73 1 400 400
TABLEAU : CARACTERISTIQUES MECANIQUE DES MATERIAUX

Recommandations des règles parasismiques algériennes RPA99


Recommandations de L’RPA99 « version 2003 » :
Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence
droites et sans crochets.
Leur pourcentage minimale sera de 0.9%(zone IIb).
Leur pourcentage maximal sera de 4% en zone courante et de
6% en zone de recouvrement.
Le diamètre minimum est de 12 mm.
La longueur minimale de recouvrement est de 50Ф (zone IIb).
La distance entre les barres verticales dans une surface du poteau
ne doit pas dépasser 20 cm (zone IIb).
Les jonctions par recouvrement doivent être faites si à possible à
l’extérieur des zones nodales (zones critiques).

Ferraillage longitudinal :

Ferraillage minimum d’après CBA93 :


A ≥ ACNF (Condition de non fragilité) = 0.23 b0 . d .ft28 / fe

0.98 cm² pour les étages 3-4


ACNF = 1.33 cm² pour les étages 1-2
1.73 cm² pour le RDC

Promotion 2007 115


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Ferraillage minimal d’après RPA99 :


Le pourcentage minimale de l’acier sera de 0.9% ( zone IIb )

08.10cm² pour les étages 3-4


Amin = 11.02 cm² pour les étages 1-2
14.40 cm² pour le RDC

Ferraillage maximum :( zone IIb )


Le pourcentage maximal de l’acier sera de 4% en zone courante.
6% en zone de recouvrement.

Zone de recouvrement :
54 cm² pour les étages 3-4
Amax = 73.5 cm² pour les étages 1-2
96cm² pour le RDC
Zone courante :
36 cm² pour les étages 3-4
Amax = 49 cm² pour les étages 1-2
64 cm² pour le RDC

Armatures transversales :

Les armatures transversales des poteaux sont calculées à l'aide de la formule :


At ρ V
= a u (7.1)
t h1 . f e

Avec :
- Vu est l'effort tranchant de calcul
- h1 hauteur totale de la section brute
- fe contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversale
- ρa est un coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de la rupture par effort

tranchant; il est pris égal à 2,50 si l'élancement géométrique λg dans la direction


considérée est supérieur ou égal à 5 et à 3,75 dans le cas contraire.

- t est l'espacement des armatures transversales donc la valeur est déterminée dans la
formule (7.1); Par ailleurs la valeur maximum de cet espacement est fixée comme suit:

dans la zone nodale :


t ≤ 10 cm. en zone (IIb)

dans la zone courante :


t'≤ Min (b1/2, h1/2, 10 ∅1) en zone (IIb)

Où ∅1 est le diamètre minimal des armatures longitudinales du poteau


- La quantité d'armatures transversales minimale At/t.b1 en % est donnée comme suit:

Promotion 2007 116


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Si λg ≥ 5 : 0,3%
Si λg ≤ 3 : 0.8%
Si 3<λg<5 : interpoler entre les valeurs limites précédentes

Avec λg est l'élancement géométrique du poteau


l l 
λ g =  f ou f 
a b
Avec a et b, dimensions de la section droite du poteau dans la direction de déformation
considérée, et lf longueur de flambement du poteau.
Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135° ayant une longueur

droite de 10 ∅t minimum ;
Les cadres et les étriers doivent ménager des cheminées verticales en nombre et

diamètre suffisants (∅ cheminées > 12cm) pour permettre une vibration correcte du
béton sur toute la hauteur des poteaux.
Par ailleurs, en cas d’utilisation de poteaux circulaires, il y a lieu d’utiliser des cerces
droites individuelles (les cerces hélicoïdales continues sont interdites)

Résultat des sollicitations :


Les efforts (M, N) obtenues avec le logicielle ETABS V 9.0.7 sont donné dans le
tableaux suivantes
Sélection des M et N pour chaque niveau

Les poteaux sont soumise à des efforts normaux ,des moments fléchissant et à des
efforts tranchants ,ils seront donc calculés en flexion composée , avec un cas de
fissuration jugé peu nuisible a l’ELU de stabilité de forme ,on considérant les sollicitations
suivantes :

Nmax et M correspond M max (33) N corre M max (22) N corre N min et M corre
M M
Niveau N(KN) c N(KN) C N M C N M C
(KN.M) (KN.M)
RDC 523.98 26.915 2 404 41.761 2 280.68 45.603 3 -331.08 6.916 3
1 345.26 30.537 2 270.38 47. 954 2 207.05 64.311 3 -108.97 1.163 3
2 256.95 32.089 2 186.26 51.579 2 136.93 72.824 2 -63.38 8.757 3
3 170.96 19.876 2 106.4 30.965 2 73.69 44.205 2 -60.65 5.103 3
4 100.29 1.824 1 46.97 32.948 2 25.73 46.737 2 -61.47 3.713 3
TABLEAU : LES SOLISITATION POUR CHAQUE NIVEAUX

N.B :
C dans le tableau exprime les combinaisons d’actions :

C1 : 1,35 G +1,5Q
C2 : G + Q ± E
C3 : 0 ,8 g ± e

Promotion 2007 117


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Remarque :

Notre ferraillage des poteaux est devisé aux zones suivantes :

Zone 01 : RDC

Zone 02 : 1ere et 2eme étage

Zone 03 : 3eme et 4eme étage

Exemple de calcule :
a- Poteaux RDC : Pot 40x40 :
c= c’ = 4cm ; S=40*40; Acier Fe E400; fc28= 25 Mpa.

a-1) Armatures longitudinales


Nmax = 523.98 KN ; Mcorr = 26.915 KN.m ; la combinaison (1.35G +1.5Q)

Mmax = 45.603KN.m ; Ncorr = 280.68KN ; la combinaison (G+Q+Ey)

Nmin = -331.08KN ; Mcorr= 6.916 KN.m ; la combinaison (0 ,8 g ± e)

a-1-1) Ferraillage longitudinal :


Une section soumise à la flexion composée peut être :

Une section partiellement comprimée (S.P.C).

Une section entièrement comprimée (S.E.C).

Une section entièrement tendue (S.E.T)

1er Cas :

Nmax = 523.98 KN; Mcorr = 26.915 KN.m


Correction des efforts pour tenir compte de l’excentricité additionnelle

ea : excentricité additionnelle traduisant les imperfections géométriques initiales

( après exécution ).

l : hauteur totale du Poteau.

lf : longueur de flambement du poteau.

ea = max ( 2 cm ; l / 250 )

l / 250 = 1,6 cm

ea = 2cm

e1 : excentricité du premier ordre de la résultante des contraintes normales avant


application des excentricités additionnelles.

e0 = Mmax / Nmax
Promotion 2007 118
Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

e0 = 26.915/ 523.98 =>e0 = 0.051 m.

e2 : excentricité due aux effets du second ordre. c'


Si lf / h < max ( 15 ; 20.e1 / h )

On pourra utiliser la méthode forfaitaire.

lf = 0,7 l0 = 0,7×4 = 2.8 m.

7 < max (15 ; 3.55 )


c
La méthode forfaitaire est utilisable.

e2 = 3.lf3.(2 + α.φ ) /104.h

e2 = 0,00376m.

e = e0 + ea + e2

e = 7.476cm

M corrigé = Nutm.e = 0.52398× 0.07476 = 0.03 MN.m.

Les efforts corrigés seront :

NMAX= 0.523 ; M corrigé = 0.03 MN.m.

A= ( 0.337 h – 0.81 c’ ) b.h.fbu

A = (0.337× 0.40 –0.81×0.04) 0.40 ×0.40 ×14.17 (MN.m)

A = 0.232MN.m

B = Nu (d-c’) - Mua

Mua = Mu +Nu ×(d – h/2 ) = 0.03+0.523 (0,16) = 0.113 MN.m

B = 0.523 ( 0,32)- 0.113 = 0.055MN.

A>B⇒ µ a=Mu/bd2fbu= 0.039

µ < 0,186 Domaine 1 ; SSAC

εs >εes => Une bonne utilisation de l’armature.

α = 0,05

Z = d (1-0,4α) = 0.35m

As = (1/348)((0.113/0.35) -0.52) < 0 …………VOIR LE TABLEAU SUIVANT.

La condition de non fragilité (BAEL91) :

Promotion 2007 119


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

0,23bdft28
Asmin > = 1.73 cm2
fe

Le RPA exige une section minimale : Asmin = 0,9%bh ( RPA99 : 7.4.2.1)

⇒ Asmin = 14.4 cm² .

Donc on prend : 8HA16 ⇒ As = 16.08 cm2

2eme Cas : …………..VOIR LE TABLEAU SUIVANT.

Mmax = 45.603KN.m ; Ncorr = 280.68KN

3emeCas:

Nmin = -331.08KN ; Mcorr= 6.916 KN.m

N (est un effort de traction)


GC = M/N = -2.08cm
C : à l’intérieur des deux traces des armatures => S.E.T
ea1 = 18.08 cm
ea2 = 13.92 cm
σ10=fe/γs = 348 MPa c’ A1
C.N.F υ’
A1= (Nu ×ea2)/{( ea1+ea2) × σ10} =4.13 cm2 ea1
A2= (Nu ×ea1)/{( ea1+ea2) × σ10} = 5.37 cm2 h G
Nf =(ρ×υ’×B×ftj ) /{e0 – (ρ×υ’)} C e0
ρ =1/3 Pour les section rectangulaire υ ea2
Nf =0.256 MPa.m A2
A1 > Amin1 = (Nf×ea2)/{(ea1+ea2) ×fe} c
=> A1 > Amin1 = 3.2 cm2 Vérifier
A2 > Amin2 = (Nf×ea1)/{(ea1+ea2) ×fe}
=> A2 > Amin2 = 4,15 cm2 Vérifier

Le ferraillage minimum donner par les RPA.


A smin = 09%b.h = 14.4cm 2
Choix des barres 8HA16 => As =16.08 cm2

Promotion 2007 120


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Choix des barres :


On remarque que le ferraillage maximum a été obtenu par la combinaison (1,35G +1,5
Q), mais cette section d’acier est inférieure à la section d’acier imposée par le RPA99.
Dans ce cas on adoptera les sections minimales :

A ≥ 0,9 % .B Où B est la section du béton.

Niveau Section [cm2] A {RPA99} (cm2) Achoisi (cm2) Choix des barres

RDC 40*40 14.4 16.08 8HA16

1 35*35 11.025 12.32 8HA14

2 35*35 11.025 12.32 8HA14

3 30*30 8.1 9.05 8HA12

4 30*30 8.1 9.05 8HA12


TABLEAU 5 : CHOIX DES BARRES
Justification des poteaux sous l’effet de l’effort normal réduit :
Outre les vérifications prescrites par CBA et dans le but d’éviter ou limiter le risque de
rupture fragile sous sollicitation d’ensemble dues au séisme, l’effort normale de
compression de calcul est limité par la condition suivante :

On entend par effort normal réduit, le rapport :

ν = Nd / { Bc×fcj } ≤ 0,30

Nd : désigne l’effort normal de calcul s’exerçant sur une section de béton ;

Bc : est l’aire (section brute) de cette dernière ;

fcj : est la résistance caractéristique du béton ;

Niveau Section [cm2] Nd(MN) Bc fc28 ν Observation

RDC 40*40 0.52398 0.16 25 0,13 Vérifier


1 35*35 0.34526 0,1225 25 0,11 Vérifier
2 35*35 0.25695 0,1225 25 0,08 Vérifier
3 30*30 0.17096 0,09 25 0,07 Vérifier
4 30*30 0.10029 0,09 25 0,04 Vérifier

Justification des poteaux sous l’effet de l’effort tranchant :

• Vérification de la contrainte de cisaillement


Le calcul de la contrainte de cisaillement se fait au niveau de l’axe neutre.

Promotion 2007 121


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

La contrainte de cisaillement est exprimée en fonction de l’effort tranchant à l’état limité


Vu max
ultime par : τ u =
b0 d

Où τu : contrainte de cisaillement
Vu : effort tranchant à l’état limite ultime de la section étudiée
bo : la largeur de la section étudiée
d : la hauteur utile
La contrainte de cisaillement est limitée par une contrainte admissible τu égale à:

Selon le CBA93 : A.5.1.2.1.1


τu<(0,15fc28/γb,4MPa)……..Pour une fissuration préjudiciable,ou très préjudiciable
τ u <(0,2 fc28/γb, 5MPa)…….. Pour une fissuration peu nuisible

Selon RPA99 :
τ bu = ρd fc28
ρd = 0.075 si λg > 5
ρd = 0.040 si λg < 5
Les résultats des calcule des contraintes de cisaillement dans les poteaux les plus
sollicités à chaque niveau et dans les deux plans sont récapitulés dans le tableaux qui
suivent :

Section
Niveau Vu (KN) τU [MPa] λg ρd τbu[Mpa] τu ≤τbu
[cm2]

RDC 40*40 39.114 0,272 7 0,075 1,875 Vérifiée


1 35*35 23,14 0,209 6 0,075 1,875 Vérifiée
2 35*35 13,08 0,119 6 0,075 1,875 Vérifiée
3 30*30 10 0,123 7 0,075 1,875 Vérifiée
4 30*30 8,01 0,099 7 0,075 1,875 Vérifiée
TABLEAU 6 : VERIFICATION DE LA CONTRAINTE DE CISAILLEMENT

Vérification à L’ ELS :

Après avoir fait le calcul du ferraillage longitudinal des poteaux à l’ELU, il est nécessaire
de faire une vérification à l’état limite de service.
les contraintes sont calculées à l’E LS sous les sollicitations de (N ser , M ser)
la fissuration est considérée peu nuisible donc pas de limitation des contraintes de
traction de l’acier
la contrainte du béton est limitée par : σbc = 0,6 fc28 = 15 MPa

Promotion 2007 122


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Les poteaux sont calculée en flexion composée, et pour calculée la contrainte σbc de
chaque section il faut suivre l’organigramme du flexion composée suivant à l’ELS
Nous avons des notions suivantes :

B0 = b x h +15 (A1 +A2 ) C1


AA‘S
1  bh 2  υ1
V1 =  + 15( A1 c + A2 d )
B0  2  h
d
V2 = h –v1
υ2
b
I= (v13 + v 3 2 ) + 15 x( A1 (v1 − c1) 2 + A2 x(v 2 − c 2) 2 )
3 A C2

Les résultats sont donnés par les tableaux suivants : b

Niveau Section Ns (KN)


Ms σ bc σb
Observation
(KN.m) Situation [Mpa] [Mpa]

RDC 40*40 172,52 9,845 SEC 15 1,782 Vérifiée


1 35*35 157,95 5,43 SEC 15 1,631 Vérifiée
2 35*35 110,4 11,57 SEC 15 1,142 Vérifiée
3 30*30 77,58 3,54 SEC 15 0,801 Vérifiée
4 30*30 40,65 23,144 SEC 15 0,425 Vérifiée
TABLEAU 7 : VERIFICATION A L’ELS
Armatures transversales :
a/ Vérification du poteau à l’effort tranchant :

On prend l’effort tranchant max et on généralise les nervures d’armatures pour tout les
poteaux.

Vmax =39.114 KN………… (ETABS V 9.0.7)

Vérification de la contrainte de cisaillement :

τ = V = (39.114 10-3/0.40×0.36) = 271.625 10-3 MPa


bd

τ = min (0.15fc28 , 4MPa) =3.75 Mpa

τ< τ Conditions vérifiées.

b/ Calcul d’armature transversal:

Selon RPA99 les armatures transversales des poteaux sont calculées à l’aide de la

formule suivante : At = ρ aVU


t h × fe
Promotion 2007 123
Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

c/ Condition d’espacement : d’après RPA99 version 2003 (7.4.2.2)

En zone courante : t’ ≤ min (b1/2, h1/2, 10 φL) ≤ 16cm

En zone nodale : t ≤ 10cm

On adopte un espacement de 10cm en zone nodale et 12cm en zone courante.

d/ Zone courante :

λg = Lƒ/a = (0.7×4)/0.40 = 7 >5

Donc :

ρa = 2,5…….(RPA99-7.4.2.2)

ρa Va t
At = = (0.12×2.5×39.114)/(0.40×400000) = 0.733 cm²
ht fe

Soit : 1.01cm², 2 Cadre φ8

La quantité d’armatures transversales minimale At / t b en (%) est donnée comme

suite :

At
λg = 7>5, la section minimal est ×b > 0.3% (RPA99 ).
t

1.01 /12×40 =0.210% < 0.3 % non vérifiée.

D’après (RPA99) : on prend At =1.57cm² ; 2 cadres φ10 .

1.57 / 40×12 = 0.327 %> 0.3%

Les cadres doivent être fermées par des crochés à 135° ayant une longueur de 10φt

=10cm.

e/ Zone nodale:

λg = Lƒ/a = (0.7×4)/0.40 = 7 > 5

Donc : ρa = 2,5…….(RPA99-7.4.2.2)

At =
ρa Va t = (0.10×2.5×39.114)/(0.40×400000) = 0.61 cm²
ht fe

At= section d’un cours d’armatures transversales

Soit : 1.01 cm², 2 cadre φ8

Promotion 2007 124


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

La quantité d’armatures transversales minimale At /(t×b) en pourcentage est donnée


comme suite :

At
λg = 7 , la section minimal est 0.3% ⇒ t×b > 0.3% (RPA99).

1.01 /10 × 40 = 0.25% < 0.3 % non vérifiée.

D’après le RPA99 : on prend At =1.57cm² ;2 cadres φ10

1.57 / 40×10 = 0.39%> 0.3%

Les cadres doivent être fermées par des crochés à135°;ayant une longueur de10φ t =
10cm.

Les résultats des ferraillages sont résumés dans le tableau suivant :

Poteau Section Barres Barres St St


(cm) (longitudinale) (transversale) (courante)cm (nodale)cm
01 40×40 8HA16 2HA10 12 10
02 35×35 8HA14 2HA10 12 10
03 30×30 8HA12 2HA8 10 08

TABLEAU DE FERRAILLAGE

Les schémas de ferraillage sont donnés dans la page suivante.

Promotion 2007 125


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

2-2. Ferraillage des poutres:

Ferraillage par BAEL91 :

Les poutres sont soumises aux efforts suivants :

Moment fléchissant.

Effort tranchant. (les efforts normaux sont négligeables).

Et vu que l’influence de l’effort normal sur les poutres est souvent insignifiante devant
celle du moment fléchissant ou de l’effort tranchant on ne le prend pas en compte; Donc
le ferraillage se fera en flexion simple (cas le plus défavorable).

Le ferraillage se fera à l’ E.L.U.R, car la fissuration est jugée peu nuisible.

Vérification de l’effort tranchant :

La contrainte de cisaillement est donnée par :

max
τ umax = vu
b0d

On doit vérifier que τ umax ≤ τ avec :

τ = min (0.2fc28,5MPa) fissuration peu nuisible.

τ = min (0.15fc28, 4MPA) fissuration préjudiciable ou très préjudiciable

a/ Détermination de l’armature transversale :

Ces armatures doivent faire avec l’axe un angle 45°≤ α ≤ 90°.

Les conditions suivantes doivent être vérifié :

Espacement St≤ min (0.9d ; 40 cm).

Section minimale At des cours transversaux (BAEL A5.1.2.2)

At.ft
≥0.74MPA At .ft
b0.St Soit pratiquement St ≤ 0,4.b0

Le diametre øt des armatures d’âme d’une poutre øt ≤min (h/35,b0/10) d’après le(
BAEL A7.2.2.)

h :hauteur totale de la poutre.

b0 : largeur de l’âme.

Promotion 2007 126


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

La justification vis.a.vis de l’E.L.U des armatures d’âmes s’exprime par la relation:

At τ u −0,3ftj.k
b0.St ≥ 0,8fe(cosα +sinα)

Dans le ces courant de la flexion simple sans prise de bétonnage et avec des armatures
droites :K=1 ,α =Π/2 Alors :

At τ u − 0.3 f tj

b0 S t 0.8 f e

b/Condition de non fragilité :

A 0.23 f tj

b0 d fe

c/Vérification de la flèche (BAEL B.6.5) :

On peut admettre de ne pas justifier l’E.L.U de déformation des poutres par un calcule
de flèche si les conditions suivantes sont vérifiées :

h ≥ Mt
l 10M 0

A ≥ 4,2
b0d fe(MPA)

1≥ 1
L 16

Avec :

Mt : moment MAX en travée.

M0: moment isostatique minimal.

B0 : largeur de la poutre.

d : hauteur utile .

A : Section d’armature.

Recommandation RPA99 :

a/Armatures longitudinales :

Le pourcentage minimale des aciers longitudinaux sur toute la largeur de la poutre


et de 0.5%.

Promotion 2007 127


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Le pourcentage maximum est de 4% en zone courante, et 6% en zone de


recouvrement.

La longueur minimal de recouvrement et de 10 cm entre deux cadres et un


minimum de trois cadres /noeuds.

La longueur minimale de recouvrement est de 50ф (zone IIb)

Les cadres du noeuds sont constitués de 24 superposées formant un carré ou un


rectangle .

b/Armatures transversales : (RPA 7.5.2.2)

Les quantité de ces armatures doit vérifier :At=0.03 S.d.

L’espacement maximum entre les armatures transversales est déterminé comme


suit :

1/Dans la zone nodale et en travée si les armatures comprimées sont nécessaire


minimum (h/4,12ф)

2/En dehors de la zone nodale S≤h/2.

Exemple de calcul :

Ferraillage longitudinal :

a/Ferraillage des travées :

B = 40×30 cm2 ; Fe = 400 MPa. ; Mult = 52.64 KN.m………… (ETABS V 9.0.7)

D’après B.A.E.L 91 :

µ = Mu / (b.d².fbu) = 0.0956
b = 0.40 m
α = 1,25.(1- 1 - 2.µ ) = 0.1258

Z = d.(1-0.4.α) = 0.342 m.

As = 0.05264 / (0,342.348) = 4.423 cm².


0.30 m

b/Ferraillage sur appui :

Mamax = 103.08KN.m………… (ETABS V 9.0.7)

Donc : µ = 0.10308 / (0.3×0.36²×14.16) = 0.187>0.186

α = 0.262

Promotion 2007 128


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Z = d.(1-0.4.α) =0.322m.

As = 0.10308 / (0,322×348) = 9.19cm².

Choix des barres : 6φ14. Soit As = 9.24cm2.

Vérification nécessaire pour les poutres :

a/ Le condition de non fragilité :

Amin > 0.23.b.d.ft28/fe ; fe = 400 MPa.

Amin > 0.23×30×36×2.1/400 = 1.304 cm²………….C’est vérifié.

b/ Pourcentage exigé par RPA99 :

Le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la


poutre 0.5% en toute section : Amin > 0.5%.b.h.

Amin > 0.5%.(30.40) = 6 cm².

On remarque que Asmin est supérieure a la section calculée précédemment en travée


donc :

On adopte Asmin.

Choix des barres : 6φ12. Soit As = 6.79cm2

c/Armatures transversales :( la contrainte tangentielle)

Vumax = 108.47KN. ………… (ETABS V 9.0.7)

τumax = 0.10847/0.3×0.36 = 1.004 MPa.

τ =min (0.13fc28 ; 4MPA) = 3.25MPa (fissuration peu nuisible).

τumax < τ (vérifié).

Disposition constructives :

St:l’espacement des cours d’armatures transversaux.

En zone nodale :

St≤min(h/4;12φl;30cm)=10cm.

En zone courante:

St ≤ h/2 => St=15cm

h: la hauteur de la poutre.

Promotion 2007 129


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

St ≤ min (0, 9.d; 40cm)

St ≤ min (0,324; 40cm) => la condition est vérifiée

Section minimale des armatures transversales BAEL A.5.1.23 :

St ≤ At.fe /0.4×b0

At ≥ 0.4×b0×St / fe.

At = 0.4×0.3×0.15 / 400 = 0.45 cm².

Condition exigée par le RPA99 :

La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par :

At=0,003.St.b.

At =0,003×0,10×0,30=0.9 cm2

Soit (1 cadre de φ8 + un étrier de φ8) = 1.01 cm².

Vérification de la flèche :

h Mt

l 10M 0
h/l = 40 / 450 = 0,09

Mt = 0,85 M0 ⇒ Mt / 10M0 = 0,085

Condition N° 1 vérifiée

A 4.2

b0 d fe
A / b0d = 9.24 / 30* 36 = 0,00855

4.2 / fe = 4,2 / 400 = 0,0105

Condition N° 2 vérifiée

1/L ≥ 1/16

1/4,45 =0.224 ≥ 1/16 = 0,0625

Condition N° 3 vérifiée.

Résumé :

Armatures longitudinales en travee : 6φ12.

Armatures longitudinales sur appuis : 6φ14.

Promotion 2007 130


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

Espacement de : 10cm en zone nodale et de 15cm en zone courante.

Longueur de recouvrement L = 0.8m.

Armatures transversales : 1 cadre de φ8 + un étrier de φ8.

Promotion 2007 131


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

40cm 40cm

l'= 80cm s'=15cm

40cm

Poutre 30x40
h'= 70cm t= 10cm

t'=12cm Alternance dans


L'orientation

Poteau 40x40 Détail des armatures transversales


dans la zone nodale

DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DES PORTIQUES

Promotion 2007 132


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

3. Ferraillage des voiles :

(D’après le BAEL ; RPA 99)

3-1.Introduction :

Les sollicitations engendrées dans les voiles sont :

Moment fléchissant et effort tranchant provoqué par l’action sismique

Effort normal due a la combinaison des charges permanentes, d’exploitation ainsi que
la charge sismique

La disposition du ferraillage est la suivante :

Sur le plan vertical (aciers verticaux)

Sur le plan horizontal (aciers horizontaux).

Sur le plan transversal (aciers transversaux).

3-2.Ferraillage vertical :

Etant donnée que le mur voile est associé a des poteaux, on considère que ces
derniers font partie intégrante du mur de ce fait, nous aurons par extension un poteau
(un seul élément) de section en (U) ce poteau sera calculé en flexion composée avec le
moment M et l’effort normal N qui sollicitent le mur.

Le ferraillage conséquent (principal) sera placé dans les poteaux d’extrémité tout en
vérifiant les armatures minimales des poteaux, les armatures verticales dans le mur sont
des armatures de montage. Le mur est calculé pour résister principalement à l’effort
tranchant.

Toute fois, il faut respecter les prescriptions suivantes :

Amin des poteaux : 0.9% en zone IIb (RPA99-7.4.2.1).

les armatures transversales dans les poteaux φt =φl/3.

a chaque extrémité du voile (trumeau) l’espacement des barres doit être réduit de
moitié sur 1/10 de la langueur de voile, cet espacement est au plus 15 cm (le
ferraillage vertical doit être symétrique en raison de changement en terme de
moment)

le pourcentage minimale d’armatures longitudinal des trumeaux dans chaque


direction est données comme suit :

Globalement dans la section du voile égale a 0.15%

Promotion 2007 133


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

En zone courante égale a 0.10%

3-3.Ferraillage horizontal :

Les armatures horizontales sont calculées pour résister à l’effort tranchant et elles sont
réparties tout au long du mur. Les armatures horizontales sont des cadres disposée
selon la hauteur du voile permettant la couture des fissures inclinées à 45° engendrer
par l’effort tranchant, ces barres doivent être munies de crochets à 135° ayant une
longueur de 10φ

φ : Diamètre des barres horizontal.

Les armatures minimales : 0.15% : globalement dans la section du voile

0.10% : en zone courante

3-4.Règles communes :

Dans le calcul du ferraillage des voiles, le RPA 99 préconise les règles suivantes :

L’espacement des barres horizontal et vertical doit être inférieur à la plus petite des deux
valeurs suivantes :

S ≤ 1.5 a (a : épaisseur du voile)

S ≤ 30cm.

les deux nappes d’armatures doivent être reliées au moins avec quatre épingles au
mètre carré dans chaque nappe ;les barres horizontales doivent être disposée vers
l’extérieur ;le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles ( a l’exception
des zones d’about) ne devrait pas dépassée 1/10de l’épaisseur de voile .

3-4.Armatures transversales :

Elles sont perpendiculaire aux faces du voile elles servent de lieu entre les deux nappes
d’armatures verticales et empêchent leur flambement éventuel, ces armatures sont
généralement des épingles au nombre au moins e quatre par mètre carrée

Promotion 2007 134


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

3-2-1.Calcul des Armatures verticales :

Remarque :

Pour le ferraillage des voiles on a partagé l’ouvrage en trois zones comme les poteaux.

1. Exemple d’application :

Exemple calcul d’un voile plein :

Le calcul se fera pour des bandes verticales dont largeur d est détermine à partir de :

d ≤ min ( he, 2L’/3 )

Où L’ est la longueur de la zone comprimée.

Pour déterminer les armatures verticales, on utilisera la méthode des contraintes.

a.1 Ferraillage vertical

Le voile le plus sollicité est le voile V 1 du RDC, dont la longueur est de:L = 1,33 m.

σ1 = +134.80 kN / m 2
σ2 = - 691.14 kN / m 2

L
e

L'

Lt
d
• Calcul de L’ :

Lt = L . σ1 / ( σ1 + σ2 )
Soit : Lt = 0.217m
L’ = L - Lt = 1.113m

d = min ( h/2, (2Lt/3) )

Soit : d = 0.145 m.
• Calcul de L’ :

σ2’ = ( Lt – d ) σ2 / Lt = 230.33 KN/m2

ν’ = d / 2 = 0.073m

S’ = e . d = 0.029 m2

I’ = e d3 / 12 = 5.08*10-5 m4

Promotion 2007 135


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

N = ( σ2 + σ1’) S’/2 = -92.13 kN.m

M = - ( σ2 - σ1’) I’/2 ν’ = 22.94 kN.m

e0 = M / N = -0.249 m

d1 = d2 = 0,04m.

e1 = ν’ - d1 - e0 = 0.211m

e2 = ν’ - d2 + e0 = 0.709 m

AS1 = N e1 / (e1 + e2) σ10 = 1.77cm2

AS2 = N e2 /(e1 + e2) σ10 = 0.528 cm2

AS = AS1 + AS2 = 2.3cm2

AS = 15.227/ 2.1,65 = 4.615cm2 /ml/face


• La section d’acier minimale donnée par RPA99

*D’après (l’article 7.7.4.1) :

A smin = 0,20 × e × Lt

AS min RPA = 0,002.0, 20.0,217 = 0.868 cm2 / ml / face

*Le pourcentage minimal (D’après (l’article 7.7.4.3) ) :

Amin =0.15% bL

=> Amin =3.99 cm2

Donc :

As = max (ARPA ;As ;Amin)

=>As = 3,99 cm2

A s = 1.5 cm2 /ml/face


• L’espacement des barres doit satisfaire ce qui suit (RPA99) :

St ≤ min (1,5a ; 30cm)

On prendra alors pour les zones courantes St = 25 cm et pour les zones d’about St = 12.5 cm.
LE DETAIL DU FERRAILLAGE EST ILLUSTRE DANS LE SCHEMA

LES RESULTATS SONT RESUMES DANS LES TABLEAUX SUIVANTS

Promotion 2007 136


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

3-3-1.Ferraillage horizontal à l’effort tranchant :

Vérification des voiles à l’effort tranchant :

La vérification de la résistance des voiles au cisaillement se fait avec la valeur de l’effort


tranchant trouvé à la base du voile, majoré de 40% (ART 7.7.2 RPA99)

La contrainte de cisaillement est τu = 1.4 Tcalcul / b0 d

Avec :

T : effort tranchant à la base du voile

b0 : épaisseur du voile

d : hauteur utile =0.9 h

h : hauteur totale de la section

La contrainte limite est : τ = 0.2 fc28 : L’ARTICLE 7.7.2 RPA 99

Il faut vérifier la condition suivante : τu ≤ τ

Calcul des armatures horizontales résistants à l’effort tranchant :

Les sections At des armatures d’âme est donnée par la relation :

At/b0 St ≥ ( τu –0.3 ftj K)/0.8 fe

K= 0 en cas de fissuration très préjudiciable ; en cas de bétonnage non munie


d’indentations la surface de reprise

D’autre part les RPA prévoit un pourcentage minimum de ferraillage qui est de l‘ordre
de 0.15% de la section du voile considérée si : τb ≤ 0.025 fc28

0.25 % de la section de voile si τb > 0.025 fc28

a-2 Ferraillage horizontal

1/Exemple d’application :

On prend comme exemple de calcul le voile V1 :

τ b ≤ τ b = 0.20 f c 28 = 5Mpa
V
ou : τ b = avec : V = 1.4VU .calcul
b0 × d

Les armatures horizontales du V1 en zone 01 :

Promotion 2007 137


Chapitre 07: Ferraillage des éléments de contreventement.

1.4 × 109.87
τb = × 10 −3 = 0.64 Mpa
0.2 × 0.9 × 1.33
τ b = 0.64 Mpa p τ b 5Mpa

Alors, il n’y a pas de risque de cisaillement.

St ≤ (1,5a ;30cm) On choisit : St = 25cm

At (τ b × b − 0.3 × f t 28 × K )

St 0.8 f e
K=0 : on à le cas de reprise de bétonnage.

≥ (τ b × b) / (0.8 × f e )
At
Donc :
St

0.25 × (0.64 × 0.20)


At ≥ = 1cm 2
0.8 × 400

Section minimale :

τ b ≤ 0.025 f c 28 → At min ( RPA) ≥ 0.15% × b × S t

At . min (RPA) = 0.15 0 0 × b × S t = 0,75cm 2 ......( RPA : 7.7.3.3)


At . min (BAEL ) = 0.4 × b × S t / f e = 0,5cm 2 ...( BAEL91 : A − 5.1.2)
Donc As = max (At ;AtRPA ;ABAEL)
On adopte At = 01 cm2 (2φ08)
Vérification de l’effort tranchant (BAEL) :

109.87
τb = × 10−3 = 0.45MPa.
0.2 × 0.9 × 1.33
τ b = 3.25MPa(B. A.E.L )
τ b = 0.45MPa p τ b = 3.25MPa

Donc : Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Zone Zone01 Zone02 Zone03


St (cm) 25 25 25
Choix des barres (/ml) 10HA 08 10 HA 08 10HA 08

Promotion 2007 138


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

1-ETUDE DU VOILE PERIPHERIQUE

1. Introduction :
L’infrastructure doit constituer un ensemble rigide capable de remplir les fonctions
suivantes :
Réaliser l’encastrement de la structure dans le terrain.
Assurer la liaison avec le sol et répartir les efforts.
Jouer un rôle d’appuis.
Limiter les tassements différentiels jusqu'à une valeur acceptable.

2. Voile périphérique :
Un voile périphérique est prévu entre la fondation et le niveau du plancher RDC
.D’après le RPA99/version2003, le voile périphérique doit avoir les caractéristiques
minimales ci dessous :
L’épaisseur du voile doit être supérieur ou égale 15cm.
Les armateurs sont constitués de deus nappes. Le pourcentage minimal est de
0,10℅ dans les deux sens (horizontal et vertical).
Le poids des terres est un élément stabilisateur.
3. Dimensionnement :

On adopte une épaisseur de 20 cm.

20 cm
Plancher RDC
1.2m
Voile périphérique

FONDATION

Promotion 2007 139


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

4. Ferraillage :

4.1. Calcul des armatures :

Armatures longitudinales :
Les armatures longitudinales ont une section AL≥0,10℅ (pour les deux nappes) dans
les deux sens de la section transversal du béton, avec un recouvrement de 40 φ pour les
renforcements des angles.
AL≥0.10 b×L =0.10*20*100/100=2cm2/ml,Le voile périphérique est sollicité en
flexion simple.

20cm

Q
1.20 m

pi

Pi SCHEMA STATIQUE

LA POUSSEE DE LA TERRE SUR LE VOILE PERIPHERIQUE


h= 1,20m
φ: Angle du frottement de remblai.
φ = 30°
γd : Poids spécifique du remblai.
γd =1,8 t/m2.

Mmax= (2ph)/ (9 3) ; avec p = (pi h) /2

K0 : Coefficient de poussée (surface horizontal).


ϕ
K0 =tg2[( π )-( )].
4 2
ϕ
γ d h*tg [( π )-(
2 30
P i= )] = 1, 8*1,20* tg2 [45- ].
4 2 2
Pi=0.72 t.
P=(Pi h)/2 =(0.72*1.2)/2 =0.432 t.
M=(2x0.432×1.20)/(15,588)=0.067 t.m.

Promotion 2007 140


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

a. Calcul du ferraillage vertical :

Le ferraillage du voile périphérique se fera en fissuration très préjudiciable (calcul à


l'ELS).
Mser=0.067 t.m =0.67 x 10-3 MN. 20cm

σ bc =0,6ƒ =0,6*25 =15 Mpa.


c28

σ st = min (0,5ƒ , 90 η. f tj ).
e

100cm

σ st = min (0,5*400, 90 1,6 * 2.1 ).


σ st = 165 Mpa.
X=nσ bc d/(nσ bc +σ st ).

X=15*15*0,9*0,20/(15*15+165)
X=0,103m.
M1=(b/2) σ bc X[d-(X/3)].

M1= (1/2)*15*0,103 [(0,9*0,20)-(0,103/3)]


M1=0.108 MN.m.
Mser<M1 A’s= 0 (S.S.A.C).
Section sans armatures comprimées.
As=M/ (Z σ st ) ; Z =d-(X/3) = 0,9*0,20-(0,103/3)=0,14 m.

As=0, 00067*104/ (0,14*165 ) =0.29 cm2 /ml.

La condition de non fragilité (BAEL91) :

0,23bdft28
Asmin > = 2.17 cm2/ml
fe

Le RPA exige une section minimale : Asmin = 0,1%bh ( RPA99 : 10.1.2)

⇒ Asmin = 2 cm².

AS ≤ ASRPA.

Soit : 4HA8/ml /face (2.51 cm2/ml).avec St =25cm

Promotion 2007 141


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

b.Calcul du ferraillage horizontal :


On prendre la portée maximum ; soit L= 4,1 m
Pmoy=(pmax+pmin)/2 =( 0.432+0)/2.
Pmoy=0.216t/ml.
M0=pmoy*L2/8= 0.216*4.12/8 = 0.454 t.m.
Mt : moment en travée.
Ma =MW = moment aux appuis.
On prend : Mt=0,75M0.
Ma=0,5M0.
Donc : Mt = 0,75*0.454 = 0,341 t.m.
Ma = 0,5*0.454 = 0,227 t.m.
VERIFICATION :
Mt + (Ma+MW)/2 ≥1,25. M0
Mt + (Ma+MW)/2 = 0,341+0,227=0,568 t.m
1,25. M0= 0.567t.m
=> 0,568 >0,567 La condition est vérifiée
• En travée :
Mt=0.341 t.m.
Z=0,14 m.
As=[0.341*102/(0,14*165)]= 1.476 cm2/ml.

La condition de non fragilité (BAEL91) :

0,23bdft28
Asmin > = 2.17 cm2/ml
fe

Le RPA exige une section minimale : Asmin = 0,1%bh (RPA99 : 10.1.2)

⇒ Asmin = 2 cm².

Soit 4AH8/ml/face. Avec St = 25 cm


• Sur appuis :
Ma= 0.227 t.m.
Z=0,14 m.
As=[0.227*102/(0,14*165 )]= 0.616 cm2/ml.

La condition de non fragilité (BAEL91) :

0,23bdft28
Asmin > = 2.17 cm2/ml
fe

Le RPA exige une section minimale : Asmin = 0,1%bh ( RPA99 : 10.1.2)

Promotion 2007 142


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

⇒ Asmin = 2 cm² .

Soit 4HA 8/ml/ face. Avec St =25cm

Remarque:
Le RPA 99/version 2003 préconise pour le ferraillage des extrémités (appuis)
deux potelets de 4 HA10 au moins pour chacun.
Pour le ferraillage horizontal, on garde le ferraillage en travée pour toute la
longueur, en deux nappes.

Promotion 2007 143


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

2-ETUDE DES FONDATIONS


1. Introduction:
L'infrastructure doit constituer un ensemble rigide capable de remplir les fonctions
suivantes :
Réaliser l'encastrement de la structure dans le terrain.
Transmettre au sol des fondations les efforts apportés par la superstructure.
Limiter les tassements différentiels à une valeur acceptable.

2. Etude de la fondation :
2.1. Introduction :
Les fondations sont des éléments qui sont directement en contact avec le sol, elles
assurent ainsi la transmission des charges de la superstructure à ce dernier. En cas de
séisme, les fondations se déplacent en même temps que le sol.
Le choix du type de fondation est en fonction de plusieurs paramètres qui sont :
Le type de structure.
Les caractéristiques du sol.
L'aspect économique.
La facilité de réalisation.
2.2. Choix du type de fondation :
Avec un taux de travail admissible du sol d'assise égal à 2.5 bars, il y a lieu de
projeter à priori, des fondations superficielles du type :
Semelles filantes.
Radier évidé
Radier général.
Nous proposons en premier lieu des semelle filantes pour cela, nous allons
procéder à une petite vérification tell que :
La surface des semelles doit être inférieure à 50% de la surface totale du
bâtiment
(Ss / Sb < 50 %).
La surface de la semelle est donnée par :

N
Ss ≥ −
σ sol
Avec : N = NG + NQ

σ sol = 2 .5 bars = 25 t/ m 2

Promotion 2007 144


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

2.3 Calcul des surfaces revenant aux semelles :


Les surfaces des semelles et les charges appropriées sont représentées sur
le tableau suivant :

L’état N(t) σ(t/m2) S(m2)


ELU 1548.6780 25 61.947
ELS 1133.8139 25 45.356

Surface totale des semelles = 45,356 m² : ( Ss ) .


Surface total du bâtiment = 143,78 m² (Sb ).

Vérification:
Ss / Sb = 45.356 / 143.78= 0.315
Ss / Sb = 31.5 % > 50 %
Alors on déduit que la surface total des semelles ne dépasse pas 50 % de la
surface d'emprise du bâtiment. Ceci qui nous amène à envisager deux types de
semelles, semelles isolées sous poteaux et semelles filantes sous voile.

2-4Prédimensionnement des semelles isolées :

En appelant A et B les côtés de la semelle aux côtés a et b du poteau, deux conditions a


satisfaire pour dimensionner une semelle rigide sous chargement centré.

La surface de la semelle devra satisfaire la relation suivante :

S > Nu /σ’sol

S : surface de la semelle en cm²


Nu : effort amené par l'ouvrage sur la semelle obtenu à partir de la combinaison
ELU : 1.35G+1.5Q
σ’sol : taux de travail du sol en bars σ’sol = 2,5 bars

La hauteur de la semelle

d ≥ Max [ (A-a)/4 ; (B-b)/4 ]……………………..(Condition de rigidité)


et ht ≥ d + 5cm

Nous supposons les semelles carrées, donc A = s

h1 doit être supérieur à 6 Φ + 6 cm

Promotion 2007 145


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

Φ : Diamètre de la plus grosse barre utilisée sans la semelle


Φ = 12cm h1 > 13.2 cm

On adopte h1 = 20cm
B −b
ht est déterminé à partir de la relation suivante Ht − c >
4
On prend c = 5cm => h = 40cm , c : enrobage d’acier

b=1.5m

d ht
e c h1 a=1.5m
A

SCHEMA PERSPECTIF : POTEAU - SEMELLE

Semelle isolée

S > Nu /σ’sol

Les résultats sont mentionnés dans le tableau suivant :

Poteau N (KN) σ’sol (bars) S (m2) √S A (m) ht x h1 (m)


40*40 523.95 2.5 2.09 1.44 1.5 0.4 x 0.2

2-4-1Vérification des semelles isolées

Les fondations superficielles seront vérifiées selon les combinaisons accidentelles


suivantes :
(1) 0,8G+E Pour la vérification de la stabilité de la semelle
N1, M1 : Effort normal et moment fléchissent sous la sollicitation du 1er genre

(2) G+Q+E Pour la vérification des contraintes dans le sol


N1, M1 : Effort normal et moment fléchissent sous la sollicitation du 2eme genre

Promotion 2007 146


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

a. Vérification de la stabilité au renversement :


Pour que la semelle isolée doit être stable, il suffit de vérifié la condition suivantes
A ≥ 4e1 tel que e1= M1/N1

Poteau Semelle (AxA) N1 (KN) M1 (KN.m) e1 (m) 4 e1 (m) Vérification


40*40 1.5*1.5 435.55 25.483 0.059 0.234 Oui

b. Vérification des contraintes :

3σ ' 1 +σ ' 2
σ moy = < 2 σsol …….. (RPA 99, Article 10.1.4.1)
4

N2  6e 
Avec : e2= M2/N2
σ 1, 2 = 1 ± 2 
S  A 
σmoy : contrainte moyenne du sol en bars
σsol : contrainte admissible du sol :σsol= 1,8 bars
S : section de la semelle

Sem
(A×A)
N2 (KN) M2 (KN.m) e2 S (m2) Pot σ1 σ2 σmoy 2σsol Vérifié

1.5*1.5 459,52 25,33 0,056 2,25 40 2,49 1,59 2,26 5 Oui


c. Ferraillage des semelles :
Nous utilisons la méthode des bielles
La quantité d’acier est déterminée à l’aide de la formule suivante :

N * ( A − a)
Ax =
8(h − c)σ st

Tel que :
σst = fe/ Ys = 400/1.15 = 348 MPa

Nu : Effort normal déterminé avec N * = σ moy × S


A : Coté de la semelle (en cm)
a' : Coté du poteau (en cm)
h : hauteur de la semelle
c : L'enrobage des aciers (en cm)
fe : limite élastique de l'acier
Ys : coefficient de sécurité = 1.15

Promotion 2007 147


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

Les résultats sont mentionnés dans le tableau suivant :

S AP Choix des Choix des


Semelle Poteau
(m2)
σmoy N (KN) h-c (m)
(cm2) barres (P) barres(r)
1.5*1.5 40*40 2,25 2,26 508,5 0,45 4,467 7HA12 St=25 7HA10 St=25

2-5 Pré dimensionnement des semelles filantes


Les semelles filantes doivent reprendre les charges supportées par la structure et les
transmettre au sol dans de bonnes conditions de façon à assurer la stabilité de l'ouvrage.
La méthode de calcul d’une semelle filante est la même que pour une semelle isolée sauf
que le calcul se fait dans un sens : Le sens transversal.
Les armatures principales sont les aciers transversaux, les armatures secondaires
servent de chaînages et d’aciers de répartition.
Le calcul est fait pour un mètre de longueur de semelle, la hauteur est calculée de la
même manière que pour une semelle isolée.

a- La largeur B :

La largeur B de la semelle est déterminée à l’aide de la relation


NT
Suivante : B≥
L.σ sol
B : largeur de la semelle.
L : longueur de la semelle ; elle est égale à la longueur de
L’entraxe + 2 e
NT : effort normal total
σsol : contrainte admissible du sol :σsol= 2.5 bars

b- La hauteur ht :

La hauteur de la semelle est : h t = d + 5

Pour satisfaire la condition de l’inclinaison de 45° de la bielle moyenne, la hauteur utile


B−b
vaut : d≥
4
Avec b : la dimension de l’élément sur la semelle dans le sens transversal.

Promotion 2007 148


Chapitre 08: Etude de l’infrastructure

c- Ferraillage des semelles filantes :

Le ferraillage se calcul par la méthode des bielles, nous avons :

 3e 
( P 1 + 
 b  AS × B
As = ; Ar =
8dσ sol 4

Ar.min= 2cm2/ml avec un espacement S tr ≥ max(6φ + 6;15cm )

Les résultats sont mentionnés dans le tableau suivant :

N As Ar Choix des Choix des


Semelle M (KN.m) b (m) B (m) H (m)
(KN/ml) (cm2/ml) (cm2/ml) barres barres
SF1 ;SF1’ 1145 757,176 0,2 1,20 0,30 5,29 2 5HA12 5HA8
SF2 ;SF2’ 1088,99 323,406 0,2 1 0,25 3,78 2 4HA12 4HA4
SF3 1097,16 237,433 0,2 1 0,25 3,29 2 4HA12 4HA4
SF4 1064,88 208,913 0,2 1 0,25 3,18 2 4HA12 4HA4

Pour éviter de couler le béton directement sur le sol, on doit disposer d’un béton de propreté de 5cm

FIGURE : DIMENSIONS DE SEMELLE ET DISPOSITION CONSTRUCTIVE DES ARMATURES.

Promotion 2007 149


La réalisation de cette étude m’a permet de concrétiser l’apprentissage
théorique du cycle de formation de l’ingénieur et surtout d’apprendre
les différentes techniques de calcul, les concepts et les règlements
régissant le domaine étudié.

Notons qu’enfin ce projet qui constitue pour moi une première


expérience, m’a été très bénéfique que ce soit dans l’aspect scientifique
et technique ou dans l’aspect informatique puisque l’utilisation des
outils informatiques (ETABS, AutoCAD) reste une étape très importante
qui demande des connaissances de certaines notions de base des
sciences de l’ingénieur.