Vous êtes sur la page 1sur 4

Université des Sciences 2018-10-08

et Techniques de Masuku

Ecole Polytechnique
de Masuku

Travaux dirigés : Thermique


Exercice 1
Calculer la perte calorifique au travers d'un composant de 8 mm d'épaisseur, 4 cm de hauteur
et de 2 cm de largeur. Les températures des deux faces du composant sont respectivement de
55°C et de 20°C. (λ = 0,69 W/m.°C.

Exercice 2
La paroi d'un four est constituée de trois matériaux isolants en série :

- Une couche intérieure de 18 cm d'épaisseur est en briques réfractaires (λ = 1,175


W/m.°C);
- Une couche de briques isolantes de 15 cm d'épaisseur (λ = 0,259 W/m.°C);
- Et une épaisseur suffisante de briques (λ = 0,693 W/m.°C).

1) Quelle épaisseur de briques doit-on utiliser pour réduire la perte de chaleur à 721
W/m2 lorsque les surfaces extérieures et intérieures sont respectivement à 38°C et
820°C ?
2) Lors de la construction on maintient un espace libre de 0,32 cm, (λ = 0,0317 W/m.°C)
entre les briques isolantes et les briques. Quelle épaisseur de briques est alors
nécessaire ?
3) La température ambiante étant de 25°C, calculer le coefficient de transfert convectif
hC à l'extérieur de la paroi.

Exercice 3
Une conduite cylindrique en acier (diamètre intérieur 53 mm, diamètre extérieur 60 mm, λ =
40,4 W/m.°C) transportant de la vapeur est calorifugée par 32 mm d'un revêtement fondu à
haute température, composé de terre à diatomée et d'amiante (λ = 0,101 W/m.°C). Ce
revêtement est isolé par 65 mm de feutre d'amiante feuilleté (λ = 0,072 W/m.°C).

Au cours d'un essai, on a trouvé que la température du milieu environnant était de 30°C, la
température moyenne intérieure au tuyau dans lequel circule la vapeur était de 482°C et la
température de la surface extérieure du revêtement de 50°C.

On demande de calculer :

1. les pertes de chaleur exprimées par unité de longueur de tuyau.


2. la température de la surface comprise entre les deux couches de calorifuge.
3. le coefficient de transfert convectif hc à l'extérieur de la conduite, exprimé par unité de
surface extérieure de revêtement

Exercice 4
Déterminer l’expression de la résistance thermique d’une calotte sphérique de rayons
interne ri et externe re, les surfaces internes et externes étant à température Ti et Te.
Exercice 5
Ecrire le bilan thermique dans un conducteur cylindrique de section s, de longueur L,
parcouru par un courant d’intensité I (avec I/s = J), si sa résistivité électrique est ρ. Les
extrémités du conducteur sont maintenues respectivement à Ti et Te. on néglige dans un
premier temps la convection sur la surface externe. Donner l’expression de la température
dans ce cas.
Refaire le calcul en prenant en compte la convection si le conducteur est exposé dans
un fluide à température TF et donc le coefficient de convection est h.
Exercice 6
Un tuyau en cuivre (longueur = 50 cm, diamètre extérieur = 2,5 cm, épaisseur de la
paroi = 2 mm) est bien isolé thermiquement et ses extrémités sont à 0°C. Un courant
électrique traverse le tuyau et débite une énergie de 20 W. Déterminer le profil de température
le long du tuyau et calculer la température au milieu du barreau. (λ = 384 W/m.°C)
Exercice 7
On considère un composant électronique de forme cubique de côté intérieur l = 3 cm à
une température intérieure de –18°C. Les parois sont constituées de 1,5 mm de polystyrène et
de 1 mm de laiton. La température extérieure est de 35°C, les coefficients de transfert interne
et externe valent respectivement he = 15 W m-2 °C-1 et hi = 10 m-2 °C-1. En supposant que la
face inférieure est parfaitement isolée, calculer le flux de chaleur entrant dans l’enceinte.
Exercice 8
Le mur d'un four comporte trois couches de matériaux différents accolées les unes aux
autres :
 Une couche de briques réfractaires ( λ = 1,21 W/m.°C);
 Une couche de revêtement calorifuge ( λ = 0,08 W/m.°C);
 Une couche de briques ( λ = 0,69 W/m.°C).
Chaque couche a une épaisseur de 10 cm. La température est de 872°C à l'intérieur du
four et de 32 °C à l'extérieur.
1. Si la surface du mur est de 42 m2, calculer la perte calorifique par conduction pendant
24 heures.
2. Quelle est la température Tm au milieu du revêtement ?

Exercice 9
Un tuyau cylindrique ayant une température intérieure constante de 85°C est isolé par
une couche d'isolant de 10 cm d'épaisseur et de conductibilité thermique λ = 0,0462 + 0,00015
T (W/m.K). La conduite a un diamètre intérieur de 9 cm et l'épaisseur de sa paroi est de 6 mm
(λ = 1,52 W/m.K).
1. Calculer les pertes thermiques par mètre linéaire sachant que la température à la
surface de l'isolant est de 20°C.
2. On utilise cette conduite, d'une longueur de 100 mètres, pour véhiculer de l'eau chaude
dont le débit est de 1200 l/h. La température d'entrée de l'eau est de 86°C et on désire
qu'elle sorte à 84°C. Quelle épaisseur minimale d'isolant doit-on mettre autour de la
conduite pour atteindre cet objectif ?
Exercice 10
Une ailette en aluminium de largeur 5 cm, de longueur 10 cm et d’épaisseur 3 mm est
encastrée dans un mur. La base de l’ailette est maintenue à 300 °C, la température ambiante
est de 30 °C et le coefficient de transfert est de 10 W.m-2 .°C-1.
1. Déterminer la température à l’extrémité de l’ailette et le flux extrait par l’ailette si l’on
néglige les gradients thermiques dans les sens de la largeur et de l’épaisseur.
2. On appelle efficacité de l’ailette le rapport du flux extrait sur le flux qui serait extrait
par l’ailette de même géométrie dont la température serait uniforme et égale à la
température de sa base. Calculer cette efficacité.
3. Ecrire les équations à résoudre dans le cas où l’on tient compte d’un gradient
thermique dans le sens de la largeur de l’ailette.
Exercice 11
Un cylindre de 0,10 m de diamètre et de 1 m de long est encastré dans la surface d'un
bloc de cuivre dont la température est de 120°C. Ce cylindre est plongé dans un courant d'air
à la température de 20°C. La conductivité du cuivre est λ = 384 W/m.°C et le coefficient de
transfert convectif est hc = 34,9 W/m2.°C. Tracer en fonction de la distance x à l'encastrement,
les courbes donnant la température et le flux de chaleur dans la barre.
Exercice 12
Soit un tube cylindrique de rayon interne r1 et de rayon externe r2 constitué d’un
matériau de conductivité thermique λ1. Supposons que l’on veuille l’isoler avec un manchon
de rayon externe r3 et de conductivité thermique λ2. Soient hi et he les coefficients de transfert
interne et externe.
1. Calculer la résistance thermique du tube seul.
2. Calculer la résistance thermique de l’ensemble tube + manchon.
3. Déterminer les conditions pour lesquelles l’adjonction d’un manchon permet bien de
diminuer les pertes thermiques.
Données : r2 = 1,5 cm ; λ2 = 0,1 W m-1 °C-1 ; he = 6 W m-2 °C-2.

Exercice 13
Le dispositif représenté par le schéma, supposé à symétrie sphérique, est destiné à
isoler thermiquement de l'extérieur une cavité, initialement remplie d'azote liquide. La paroi r
= R0 est donc maintenue à 80 K. Un petit évent, que l'on négligera, impose la pression
atmosphé-rique dans la cavité.
La face externe de la première enceinte métallique R0 < r < R1 et la face interne de la
seconde R2 < r < R3 sont polies, de telle façon que les échanges radiatifs soient négligeables.
L'espace intermédiaire R1 < r < R2 est rempli d'air.
La deuxième enceinte métallique est entourée d'une couche d'isolant thermique R3 < r
< R4. La surface externe du dispositif r = R4 est baignée par l'air ambiant à la température Tex
= 25°C. On ne considèrera qu'un transfert convectif avec une valeur constante h c du
coefficient de transfert.

1. Calculer les pertes thermiques à travers l'enceinte.


2. Calculer au bout de combien de temps la moitié de l'azote liquide sera vaporisée.

Données :

Masse volumique de l'azote ρ = 808 kg/m3.


Chaleur latente de vaporisation à la pression atmosphérique LV = 2.105 J/kg à 80 K

R0 = 0,146 m
R1 = 0,150 m
R2 = 0,200 m
R3 = 0,204 m
R4 = 0,300 m

λair = 0,025 W/m.°C


λmétal = 15 W/m.°C
λisolant = 0,010 W/m.°C

hc = 10 W/m2.°C

Exercice 14
Une sphère métallique (CP = 0,46 kJ/kg.K, λ = 35 W/m.K) de 5 cm de diamètre,
initialement à la température de 550°C est immergée brutalement dans une ambiance
maintenue à une température constante de 80°C. Le coefficient de transfert externe est égal à
10 W/m2.K. Calculer le temps au bout duquel le centre de la sphère atteint la température de
100°C.
ρ = 7800 kg/m3

Exercice 15
Un fer à repasser électrique est constitué d'une semelle métallique de masse m = 1 kg (ρ =
7840 kg/m3; Cp = 450J/kg.°C ; λ= 70 W/m.°C ). Cette plaque métallique a une surface de A
= 0,025 m2 et est chauffée par la face interne au fer par une résistance chauffante de 250 W.
Initialement le fer est à la température uniforme Ti = 20 °C.

Au temps t = 0, le fer est branché. La semelle dissipe alors de la chaleur par convection avec
l'air ambiant par la face extérieure (face opposée à la face chauffée). La température de l'air
ambiant est Ta = 20 °C, le coefficient d'échange convectif métal/air est hc = 50 W/m2.K.

1. Écrire le bilan sur la semelle métallique à un temps t > 0.


2. Calculer la température de la face externe après 5 minutes de chauffage.
3. Calculer la température limite atteinte par la semelle du fer si celui-ci reste branché en
permanence