Vous êtes sur la page 1sur 24
Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011     Katia AZAÏS ⧸ Intégration au niveau des organisations internationales, politiques d’endiguement Christelle CHAVANNE ⧸ Introduction Guillaume LORIN ⧸ Appréciation de la dissuasion nucléaire en Europe, renouveau de la coopération     Mardi 11 janvier 2011   ⧸   V e r s i o n définitive     1 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   I   l  y  a  encore  peu  de  temps,  l'exploitation  de  l’énergie  nucléaire,  ne  serait-­‐ce  sur  un  plan   civil,  était  extrêmement  mal  perçue.  Des  risques  importants,  un  impact  environnemental   et  une  responsabilité  accrus  en  cas  d'accident  en  donnaient  une  image  très  négative.   Mais   les   problèmes   géoéconomiques   actuels   remettent   les   projets   portant   sur   le   nucléaire   reviennent   au   goût   du   jour,   et   cette   énergie   se   trouve   revalorisée.   À   court   terme,   l’industrie   du   nucléaire  est  confrontée  à  trois  phénomènes.  Dans  un  premier  temps,  les  programmes  d’extension   de   durée   de   vie   des   centrales   et   de   leur   maintenance   s’intensifient.   Dans   un   second   temps,   l'on   observe   cependant   le   ralentissement   d'importants   investissements   dans   de   nouvelles   structures   exploitant   l'énergie   nucléaire   au   sein   des   pays   européens   et   aux   États-­‐Unis.   La   crise   économique   n'étant   pas   étrangère   à   ce   phénomène,   s'y   ajoutent   des   problèmes   de   financement,   ainsi   que   de   conséquentes  découvertes  de  nouvelles  ressources  en  gaz  naturel  –la  suspicion  quant  à  l'exploitation   de  l'énergie  nucléaire  étant  toujours  présente,  certains  agents  publics  ou  privés  se  posent  la  question   liée   à   la   préférence   de   l'exploitation   des   énergies   fissiles.   Enfin   s'esquissent   de   nouveaux   dessins   concernant  la  consommation  énergétique  en  matière  nucléaire  en  Asie.  Ce  fait  n'est  pas  à  occulter,   car  il  source  de  nouveaux  marchés  pour  les  investisseurs  et  donc  la  concurrence.     L’Agence  Internationale  de  l'Énergie  Atomique  (AIEA)  a  souligné,  dans  son  dernier  rapport   portant  sur  le  marché  du  nucléaire,  que  la  crise  financière  a  eu  un  impact  modeste  sur  l'exploitation   de  cette  énergie,  mais  que  ceci  ne  s'inscrira  pas  sur  le  long  terme.  De  plus,  alors  même  que  l’on  tente   et   doit   réduire   les   émissions   de   gaz   à   effet   de   serre,   la   demande   mondiale   d’énergie   ne   va   pas   cesser   de  croître.  Ici  même,  le  nucléaire,  qui  peut  prétendre  à  une  solution  alternative,  offre  d'autres  atouts.   En  effet,  si  son  investissement  initial  est  élevé,  le  coût  d'exploitation  l'est  peu,  contrairement  à  celui   des  énergies  classiques.     Cependant,  si  l'exploitation  de  l'énergie  nucléaire  est  en  pleine  croissance,  et  présente  déjà   des   avantages,   il   ne   faut   pas   oublier   que   son   usage   n'est   pas   seulement   réservé   à   la   vie   civile.     Le   nucléaire   a   d'abord   était   exploité   à   des   fins   strictement   militaires.   Arme   d'intimidation,   de   destruction  massive  et  non  conventionnelle,  son  usage  connaît  une  histoire  particulière.     Il  existe  deux  formes  d'arme  nucléaire.  On  recense  les  armes  à  fissions,  soit  «  bombes  A  »,   nécessitant  l'utilisation  d'uranium  enrichi,  ou  les  bombes  à  fusion,  dite  «  bombe  H  »,  plus  puissante   que  les  première.   Dès,   et   suite   à   la   Seconde   guerre   mondiale,   s'ensuit   une   course   à   l'armement   nucléaire   entre   grandes   puissances,   et   notamment   celles   figurant   au   Conseil   de   Sécurité   de   l'Organisation   des   Nations  Unies  (ONU).  Aux  États-­‐Unis  d'Amérique,  suite  aux  avertissements  de  scientifiques  quant  au   danger  que  représenterait  l'Allemagne  Nazie  si  celle-­‐ci  se  dotait  de  l'arme  nucléaire,  est  lancé,  sous   l'impulsion   de   Roosevelt   en   1939,   le   Projet   de   recherche   «  Manhattan  »,   concernant   l'armement   nucléaire.   C'est   en   1945,   sur   les   sites   d'Hiroshima   et   de   Nagasaki,   au   Japon,   qu'ont   été   utilisées   deux   bombes   «  A  »,   par   l'armée   américaine.   Suite   à   cela,   plus   de   100   000   morts   immédiats   ont   été   à   déplorer.   En   1943,   la   Russie   lance   un   programme   d'études   et   de   recherches   pour   mener   à   bien   l'acquisition   d'un   arsenal   nucléaire.   En   1949,   elle   réalisera   son   premier   essai   au   Kazakhstan,   instaurant   un   climat   de   paranoïa   aux   États-­‐Unis   quant   à   l'usage   qu'elle   pouvait   faire   de   la   bombe   nucléaire.  Le  Royaume-­‐Uni  a  acquis  ce  type  d'armement  dès  1957.  La  France  se  dote  officiellement   de  l'arme  nucléaire  dès  1958  et  réalise  son  premier  essai  en  1960  en  Algérie.  Quant  à  la  Chine,  celle-­‐ci   s’en  pourvoit  en  1964.   Suite   à   son   utilisation   au   Japon,   et   au   vu   de   la   puissance   de   cette   arme   et   des   dégâts   occasionnés,   l'arme   nucléaire   n'a   plus   été   utilisée.   On   lui   a   préféré   durant   la   Guerre   Froide   des   fins   dissuasives.  Lors  de  cette  période,  une  course  à  l'armement  a  notamment  eu  lieu  entre  les  puissances   américaine  et  soviétique.  Ce  fait  a  engendré  un  climat  de  peur  quant  à    l'utilisation  par  l'une  ou  l'autre   puissance   de   l'arme   nucléaire.   S'est   donc   installée   une   politique   de   l'équilibre   de   la   terreur,   chacun   des  deux  camps  ayant  peur  que  l'autre  ait  recours  à  l'arme  nucléaire.  Ce  fait  aurait,  en  effet,  engagé   la  réplique  de  l'adversaire  en  usant  du  même  mode  d'arme.  Ainsi,  et  durant  plusieurs  décennies,  s'est   dessiné   une   configuration   géostratégique   «  stable  »,   où   les   adversaires   se   dissuadaient     2 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   mutuellement.  Ce  fait  explique  la  résolution  plus  ou  moins  pacifique  des  conflits  ou  début  de  conflit   engageant  directement  les  deux  puissances  lors  de  la  Guerre  Froide.   L'arme   nucléaire   est   alors   devenue   une   arme   de   dissuasion,   ayant   un   impact   psychologique  fort,  laissant  planer  la  menace  d'une  riposte  nucléaire  en  cas  d'attaque  majeure  envers   l'un   des   États   la   possédant.   En   effet,   la   puissance   de   ce   type   d'arsenal   touche   de   manière   indiscriminée   civils   et   militaires.   A   titre   équivalent,   une   arme   nucléaire   «  classique  »   a   une   production   explosive   équivalente   à   dix   mille   tonnes   de   TNT,   tandis   qu'une   bombe   de   plus   grande   importance   pourrait   avoir   la   capacité   explosive   d'un   million   de   tonnes   de   TNT   ou   plus. Elle   ne   dégrade   pas   seulement  l'environnement  à  long  terme  sur  son  point  d'impact,  mais  sur  un  large  périmètre.  C’est   notamment  dû  à  l'onde  de  choc  et  aux  radiations  que  ce  type  d'arme  dégage  ont  de  nombreux  effets   néfastes  sur  la  faune  et  les  humains.   Les   cinq   États   faisant   partie   du   Conseil   de   Sécurité   ne   furent   cependant   pas   les   seuls   à   vouloir   se   doter   de   l'arme   nucléaire.   Face   à   un   effet   de   prolifération   de   l'armement   en   matière   nucléaire   d'États   tiers,   la   Russie,   les   États-­‐Unis,   ainsi   que   le   Royaume-­‐Uni   ont   mis   à   jour,   dès   les   années  50,  une  politique  discriminante  de  non-­‐prolifération  en  matière  de  nucléaire  militaire,  menant   à  bien  une  politique  de  réduction,  voire  même  d'interdiction  des  arsenaux.  Ce  «  phénomène  »  n'a  pas   seulement  pour  but  de  favoriser  la  paix  internationale,  mais  de  maintenir  le  statut  de  puissance  des   États   possédant   l'arme   nucléaire.   A   cet   effet   seront   faites   devant   l’ONU   le   8   décembre   1953   les   propositions  du  président  Dwight  Eisenhower,  mettant  en  avant  les  dangers  d'une  prolifération  des   arsenaux   nucléaires   d'États   tiers.   Sera   donc   mise   à   jour   l'idée   de   la   création   d'une   agence   visant   à   contrôler   l'usage   des   matières   nucléaires.   En   1957,   l'Agence   Internationale   de   l'Énergie   Atomique   (AIEA)  voit  officiellement  le  jour.  La  finalité  de  l'organisme  réside  au  sein  de  l'article  2  de  sa  charte,   qui  dispose  que  l'Agence  visera  à  ce  que  «    tout  État  non  doté  d'armes  nucléaires  qui  est  Partie  au  Traité   s'engage  à  n'accepter  de  qui  que  ce  soit,  ni  directement  ni  indirectement,  le  transfert  d'armes  nucléaires   ou   autres   dispositifs   explosifs   nucléaires   ou   du   contrôle   de   telles   armes   ou   de   tels   dispositifs   explosifs   ;   à   ne   fabriquer   ni   acquérir   de   quelque   autre   manière   des   armes   nucléaires   ou   autres   dispositifs   nucléaires   explosifs  ;  et  à  ne  rechercher  ni  recevoir  une  aide  quelconque  pour  la  fabrication  d'armes  nucléaires  ou   d'autres   dispositifs   nucléaires   explosifs  ».   Il   est   souligné   dans   cette   même   charte,   à   l'article   4.1,   que   l'Agence  favorisera  et  valorisera  l'émergence  de  l'exploitation  de  l'énergie  nucléaire  à  des  fins  civiles   seulement,  son  but  n'étant  pas  de  porter  «  atteinte  au  droit  inaliénable  de  toutes  les  Parties  au  Traité   de   développer   la   recherche,   la   production   et   l'utilisation   de   l'énergie   nucléaire   à   des   fins   pacifiques  ».   C'est  dans  l'optique  d'une  application  concrète  des  principes  mis  en  avant  par  l'Agence,  que  sera  crée   le   Traité   de   Non   Prolifération,   qui   entrera   en   vigueur   le   5   mars   1970,   après   avoir   été   ratifié   par   43   États.  Avec  une  durée  de  vie  initiale  de  25  ans,    ce  traité  sera  reconduit  de  manière  indéfinie  en  1995.   Les   État   ayant   adhéré   au   traité   s'engagent,   comme   il   est   souligné   au   sein   du   préambule,   à   «promouvoir  la  détente  internationale  et  le  renforcement  de  la  confiance  entre  États  afin  de  faciliter  la   cessation   de   la   fabrication   d'armes  nucléaires,  la  liquidation  de  tous  les  stocks  existants  des  dites  armes,   et  l'élimination  des  armes  nucléaires  et  leurs  vecteurs  des  arsenaux  nationaux  en  vertu  d'un  traité  sur  le   désarmement   général   et   complet   sous   un   contrôle   international   strict   et   efficace  ».   Certains   États   se   sont  néanmoins  révélés  être  de  mauvais  élèves,  si  la  Corée  du  Nord  s'est  retiré  du  TNP,  certains  États   tels  qu'Israël,  l'Inde  et  le  Pakistan  ne  l'ont  jamais  ratifié,  bien  qu'ils  se  soient  dotés  de  l'arme  nucléaire.     Les   armes   nucléaires   létales,   détiennent   toujours   ce   rôle   d'arme   de   dissuasion,   politique.   Les   puissances   les   détenant   se   sont   engagées   à   limiter,   réduire   leurs   arsenaux   en   ratifiant   des   accords,  bilatéraux  ou  non.  Ainsi,  les  traités  Strategic  Arms  Limitation  Talks  (SALT)  I  et  II,  de  1971  et   1979,  engageaient  l'Ex-­‐URSS  et  les  États-­‐Unis  à  limiter  leur  programme  d'armement  nucléaire.  Les   traités   START   I,   II,   et   NEW   START,   engagent   les   mêmes   protagonistes,   mais   leur   imposent   une   véritable   réduction   des   arsenaux   nucléaires.   Les   États-­‐Unis   détiennent   actuellement   2.200   têtes   nucléaires   stratégiques,   bien   que   2500   têtes   puissent   être   activées   si   nécessaire.   Ce   chiffre   devra   toutefois  être  ramené  à  1550  aux  termes  du  nouvel  accord  START.  La  Fédération  de  Russie  détient,   elle,  une  capacité  estimée  à  environ  2  600  armes  stratégiques  et  de  milliers  d'armes  tactiques.  Bien   que   cette   donnée   soit   critiquée,   l'on   a   estimé   à   200   environs,   le   nombre   d'arme   nucléaire   que   possédait   la   Chine   en   2006.   Concernant   le   Royaume-­‐Unis,   une   annonce   du   gouvernement   du   26   mai   2010  évoque  que  le  plafond  qu’atteindra  son  arsenal  nucléaire,  soit  225  têtes  nucléaires  ,  dont  au  plus   160  opérationnelles.  La  France  annonçait  posséder  en  2008  moins  de  300  armes  nucléaires.  Le  rôle  et     3 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   la  place  de  la  France  et  du  Royaume-­‐Uni  en  tant  que  puissance  nucléaire  soulèvent   néanmoins  des   questions.  En  effet,  ces  deux  États,  tous  deux  siégeant  au  Conseil  de  Sécurité,  font  partie  de  la  même   organisation  régionale  intégrée,  l'Union  Européenne.   Il   existe   des   institutions   régionales   en   Europe,   traitant   du   nucléaire   telle   que   la   Communauté  européenne  de  l'énergie  atomique,  dit  EURATOM.  Cette  coopération  a  été  créée  dès  le   25  mai  1957  avec  le  soutien  initial  des  6  États  membres  de  la  Communauté  Européenne  de  l'Acier  et   du   Charbon,   lors   de   la   ratification   du   Traité   instituant   la   Communauté   européenne   de   l'énergie   atomique,   à   Rome.   Cet   organisme   n'a   pas   pour   but   de   gérer   un   programme   nucléaire   militaire,   tel   qu'entendu  par  la  France  et  le  Royaume-­‐Uni,  mais  favoriser  la  coopération  et  la  recherche  en  matière   de  nucléaire  à  usage  civil.  Comme  il  a  été  dit,  le  Royaume-­‐Uni  et  la  France  se  sont  dotés  de  l'arme   nucléaire  dès  la  fin  des  années  1950.  Le  monde  est  alors  plongé  en  pleine  Guerre  Froide,  et  l'Europe   de   l'Ouest   représente   une   zone   stratégique   et   géopolitique   importante   aux   yeux   des   protagonistes   principaux,  les  États-­‐Unis  et  l'Union  Soviétique.  Il  n'est  alors  pas  sans  importance  que  les  deux  États   européens  disposent  d'une  force  de  frappe  nucléaire  crédible.   L’Union   Européenne   s’est   parallèlement   construite   pendant   plus   d'une   soixantaine   d'années.   D'abord   organisation   régionale   réduite,   à   vocation   strictement   économique,   ses   buts   se   sont  étendus  à  la  coopération    politique,  et  même  militaire,  comme  en  témoigne  certaines  tentatives   ou  institutions  en  la  matière,  telle  que  l'Union  Européenne  Occidentale.  Autre  institution  européenne   importante,   la   Politique   Étrangère   et   de   Sécurité   Commune   (PESC)   qui   contribue,   selon   les   traités   et   conformément  à  la  charte  des  Nations  Unies,  au  maintien  de  la  paix  et  de  la  sécurité  internationale.   En   outre,   la   politique   de   sécurité   et   de   défense   commune   (PSDC),   qui   s'intègre   à   la   PESC,   permet   de    donner  à  l'Union  européenne  la  possibilité  d'utiliser  des  moyens  militaires  ou  civils  destinés  à  la   prévention  des  conflits  et  à  la  gestion  des  crises  internationales.       Or,  comme  le  souligne  Jean-­‐Dominique  MERCHET,  «  il  y  a  des  armes  nucléaires  en  Europe,   mais   elles   ne   sont   pas   européennes.   Françaises,   britanniques   ou   américaines,   toutes   contribuent   à   la   défense   de   l’Europe   mais   en   restant   entre   des   mains   nationales  ».   Bien   qu'ayant   des   visions   et   une   histoire   politique,   diplomatique   et   militaire   souvent   différentes,   voire   même   parfois   opposées,   il   faut   remarquer  que  le  statut  en  tant  que  puissance  nucléaire  de  la  France  et  du  Royaume-­‐Uni  est  pluriel,   pouvant   être   convergent   comme   en   témoigne   de   récentes   évolutions   en   matière   de   coopération   militaire.   La   France   s'est   longtemps   montrée   indépendante   vis-­‐à-­‐vis   de   la   politique   de   défense   des   États-­‐Unis,   ou  des   instruments   politiques   y   étant   fortement   attaché,   tel   que   l'Organisation   du   Traité   de   l'Atlantique   Nord   (OTAN).   Le   Royaume-­‐Uni,   quant   à   lui,   s'est   souvent   montré   hésitant,   voire   même   réfractaire,   envers   les   politiques   européennes,   se   rattachant   aux   politiques   de   défense   des   États-­‐Unis  ou  de  l'OTAN.  De  plus,  il  faut  noter  que  de  nombreux  États  en  Europe,  ne  disposant  pas  de   l'arme  nucléaire,  se  sont  rattachés  fortement  aux  politiques  militaires  atlantistes.   Les  États  européens   entendent  afficher  leur  souveraineté  et  leur  indépendance  en  matière   de   défense.   Ces   mêmes   États   peuvent   se   montrer   conciliant   vis-­‐à-­‐vis   de   l'Europe   en   matière   de   politique   de   défense,   ou   au   contraire   se   démarquer   comme   étant   clairement   atlantistes.   Ces   faits   posent  donc  la  question  d'une  coopération  européenne  en  matière  de  nucléaire  militaire.  Aussi  faut-­‐il   se   pencher   sur   le   poids   réel   de   l'Europe   en   matière   de   nucléaire   militaire,   et   savoir   quels   sont   les   enjeux   et   limites   d'une   coopération   militaire   effective   touchant   au   nucléaire.   Il   apparaît   de   même   nécessaire   de   s'interroger,   d'une   part   sur   l'état   d'esprit   général   en   Europe   face   aux   acteurs   internationaux  impliqués  au  sein  de  la  question  du  nucléaire  militaire  et  d'autre  part  sur  les  récentes   évolutions  en  cette  matière  influera  sur  l'Europe  de  la  défense.     Les   intérêts   vitaux   des   États   européens   sont   interdépendants,   ne   serait-­‐ce   que   par   la   situation   géographique,   ou   encore   les   relations   économiques.   Par   ailleurs,   il   ne   faut   pas   oublier   les   accords  soudant  ces  États  qui  incluent  des  clauses  de  défense  commune,  comme  le  fait  le  Traité  de   Bruxelles  de  1957.  Il  faut  cependant  souligner  que  la  question  de  la  dissuasion  nucléaire  est  un  fait  qui   a  souvent  été  occulté  au  sein  des  débats  portant  sur  la  question  de  la  défense  européenne,  bien  que   l'intégration  de  l'arme  nucléaire  au  sein  des  stratégies  militaires  européennes  ait  déjà  été  évoquée  (I).   Enfin,  il  faut  remarquer  la  survenance  d'une  réelle  révision  de  la  stratégie  nucléaire  européenne  (II).   En   effet,   comme   le   soulignait   Jacques   Chirac   le   19   janvier   2006,   «  le   développement   de   la   PSDC,     4 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   l'imbrication   croissante   des   intérêts   des   pays   de   l'Union   Européenne,   la   solidarité   qui   existe   entre   eux,  font  de  la  dissuasion  nucléaire  française,  par  sa  seule  existence,  un  élément  incontournable  de  la     sécurité  du  continent  européen  ».  On  pourrait  ajouter  que  cette  marque  est  applicable  au  Royaume-­‐ Unis.   Dans   cette   optique,   malgré   une   politique   de   non-­‐prolifération   ambiante,   et   le   poids   de   la   présence   atlantiste   en   Europe,   la   position   franco-­‐anglaise   en   matière   de   nucléaire   militaire   a   récemment  été  revisitée.         •   •   •         5 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011 Le poids des souverainetés Bien   que   les   arsenaux   de   la   France   et   du   Royaume-­‐Uni   soient   foncièrement   plus   modestes   que   ceux   des   États-­‐Unis   ou   de   la   Russie,   ils   sont   suffisants   pour   dévaster   n'importe   quel   ennemi   et   sont  par  conséquent  des  armes  de  dissuasion  crédibles.  France  et  Royaume-­‐Uni  sont  les  deux  seuls   pays   d’Europe   à   posséder   l’arme   atomique,   et   tous  deux   ont   développé  des  doctrines   pour  justifier   leur  utilisation.   Figure 1 / Stocks d’armes nucléaires mondiaux en 2009   L’arme  nucléaire  a  pour  la  France  une  fonction  strictement  défensive.  Elle  a  pour  seul  objet   d’empêcher   une   agression   d’origine   étatique   contre   les   intérêts   vitaux   du   pays,   d’où   qu’elle   vienne   et   quelle  qu’en  soit  la  forme.  Ces  intérêts  vitaux  comprennent,  en  particulier,  les  éléments  constitutifs   de   son   identité   et   de   son   existence   en   tant   qu’État-­‐nation,   notamment   le   territoire,   la   population,   ainsi   que   le   libre   exercice   de   sa   souveraineté.   A   côté   du   risque   d’invasion   par   une   autre   puissance,   8   Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   jugé  peu  probable  à  l’horizon  de  15  ans  mais  toujours  présent  sur  un  horizon  de  plus  long  terme,  le   livre   blanc   identifie   d’autres   menaces   qui   pèsent   sur   la   sécurité   du   pays.   «  Des   arsenaux   nucléaires   considérables  subsistent,  d’autres  continuent  de  s’accroître,  notamment  en  Asie.  La  prolifération  des   armes   nucléaires,   biologiques,   chimiques   ainsi   que   celle   des   missiles   balistiques   et   de   croisières   s’amplifient.  Demain,  les  progrès  technologiques  peuvent  créer  de  nouvelles  menaces.  [...]  Face  à  la   diversité   des   situations   auxquelles   la   France   pourrait   se   trouver   confrontée,   la   crédibilité   de   notre   dissuasion   reposera   sur   la   possibilité   pour   le   chef   de   l’État   de   disposer,   de   façon   indépendante,   d’une   gamme  d’options  suffisamment  large  et  d’un  ensemble  de  moyens  diversifiés  ».  1     La   doctrine   nucléaire   du   Royaume-­‐Uni   repose   sur   des   principes   proches   de   ceux   de   la   France.   Ils   considèrent   l’un   et   l’autre   les   armes   nucléaires   comme   jouant   un   rôle   essentiel   dans   la   dissuasion  sur  laquelle  ils  fondent  leur  sécurité  dans  un  monde  perçu  comme  incertain,  leur  détention   vise   à   prévenir   un   conflit   qui   porterait   atteinte   aux   intérêts   vitaux   de   la   Nation,   ce   qui   suppose   qu’elles  soient  utilisables  pour  être  crédibles.  Le  Royaume-­‐Uni  privilégie  la  notion  de  recours  ultime   mais  n’exclut  pas  un  usage  sous-­‐stratégique  ou  pré  stratégique,  y  compris  en  première  frappe,  contre   des   Etats   nucléaires   et   non   nucléaires   qui   menaceraient   leurs   intérêts   vitaux.   Toutefois,   les   forces   nucléaires   britanniques   sont   dans   une   situation   originale   par   rapport   à   celle   de   la   France.   D’une   part,   depuis   le   démantèlement   de   la   composante   aérienne,   en   1998,   la   dissuasion   nucléaire   britannique   repose   sur   la   seule   composante   maritime   :   trois   SNLE   (sous-­‐marins   nucléaires   lanceurs   d’engins),   équipés   de   missiles   TRIDENT,   de   conception   américaine.   D’autre   part,   et   surtout,   Londres   a   renoncé   à  maîtriser  l’ensemble  de  la  filière  technologique  nucléaire,  notamment  les  lanceurs,  ce  qui  crée  de   facto  une  dépendance  technologique  (donc  politique)  a  l’égard  des  Etats-­‐Unis,  et  intégré  l’usage  de   2 ses  forces  à  la  réponse  qu’apporterait  l’OTAN  en  cas  d’agression.   ème ème Royaume-­‐Uni   et   France,   respectivement   5   et   4   puissances   militaires   mondiales   disposent  approximativement  de  550  ogives  ce  qui  fait  de  l’Union  Européenne  la  troisième  puissance   nucléaire  militaire,  et  ce  qui  lui  permet  également  de  conforter  son  statut  de  puissance  économique   majeure   sur   la   scène   internationale.   Mais   l'UE   ne   détient   pas   l'arme   nucléaire   en   tant   que   telle,   et   ne   peut   contraindre   la   France   ou   le   Royaume-­‐Uni   à   utiliser   leur   force   de   frappe   nucléaire.   Défense   et   sécurité  extérieure  restent  deux  domaines  qui  relèvent  de  la  compétence  des  États,  y  compris  donc  le   recours   à   l’arme   atomique.   Ces   deux   pays   sont   néanmoins   les   premiers   à   qui   l'Union   peut   faire   appel   en   cas   de   menace.   D'autres   États   membres   sont   néanmoins   fermement   opposés   à   la   force   nucléaire,   c'est   notamment   le   cas   de   l'Allemagne   dont   l'opinion   publique   dénonce   le   recours   aux   armes   nucléaires.   Ces   divergences   d’appréciation   de   l’arme   nucléaire   ont   eu   des   conséquences   au   niveau   des  politiques  européennes  en  matière  de  coopération  contre  les  menaces  d’ordre  nucléaire.  Si  cela   sert  de  fait  un  but  de  défense  mutuelle,  les  politiques  européennes  n’y  font  aucun  écho.   Les fondements de la construction européenne Les   idéaux   fondateurs   de   l'Union   européenne   l’ont   cantonné   dès   le   départ   à   un   rôle   politique  sur  la  scène  internationale.  Les  crises  des  années  1990  ont  montré  que  les  États  membres   de  l'Union  européenne  ne  peuvent  plus  mener  individuellement  de  politique  crédible  en  la  matière.   Le  traité  de  Maastricht  a  ainsi  institué  une  politique  étrangère  et  de  sécurité  commune  (PESC)  avec   en  ligne  de  mire  une  «  politique  de  défense  commune  ».  Cette  PESC  est  le  volet  intergouvernemental   de   la   diplomatie   et   de   sécurité   de   l'action   extérieure   de   l'Union   européenne,   La   PESC  complète   les   politiques   extérieures   de   la   Communauté   européenne   telles   que   la   politique   commerciale   commune,   la  politique  de  développement,  ou  la  dimension  externe  des  politiques  communautaires  internes.  Les   dispositions   de   la   PESC   ont   été   révisées   par   le   traité   d'Amsterdam   et   par   le   Traité   de   Nice   qui   a   initié   la  Politique  européenne  de  sécurité  et  de  défense  (PESD).                                                                                                                   1 Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, 2008 (http://www.defense.gouv.fr/content/download/120276/1053255/version/1/file/LB_tome1_partie1%5B1%5D.pdf ) 2 Future of the United Kingdom’s Nuclear Deterrent, 2006 (http://www.mod.uk/NR/rdonlyres/AC00DD79-76D6-4FE3-91A1- 6A56B03C092F/0/DefenceWhitePaper2006_Cm6994.pdf )   7 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   La   PESD   n'est   cependant   pas   le   prolongement   de   l'Union   de   l'Europe   Occidentale   (UEO)   qui  a  eu,  elle,  vocation  à  être  le  bras  armé  de  l'UE.  Elle  a  repris  un  certain  nombre  d'éléments  de  cette   organisation,   telles   les   missions   de   Petersberg,   mais   elle   n'a   aucunement   repris   les   normes   qui   fondaient  l’UEO,  notamment  en  matière  de  défense  collective.  Cette  PESD  est,  en  fait,  l'instrument   de  la    PESC,  instituée  en  1992  par  le  titre  V  du  traité  de  Maastricht.     Cela  signifie  que  l'Union  européenne  dispose  d'instruments  civilo-­‐militaires  pour  éteindre   les  conflits,  administrer  protéger  et  favoriser  la  consolidation  ou  la  reconstruction  d’un  pays  en  crise   afin   qu’il   soit   État   de   droit.   Cet   ensemble   permet   d'une   part   des   interventions   militaires,   civiles   ou   humanitaires  telles  qu'elles  ont  été  définies  à  Petersberg  en  1992  et  reprises  par  l'article  17  alinéa  2   du   traité   de   l'Union   européenne   consolidé;   d'autre   part,   il   permet   des   actions   de   prévention,   qui   visent  à  éteindre  une  crise  avant  qu'elle  ne  prenne  une  dimension  internationale.  En  aucun  cas  il  n’est   fait  mention  de  l’emploi  de  l’arme  nucléaire  à  ces  fins.   Avec   le   Traité   de   Lisbonne,   la   PESD   devient   PSDC,   politique   de   sécurité   et   de   défense   commune.  L’Art.  42  §  7  TFUE  institue  une  clause  de  défense  mutuelle.  Cette  clause  est  indispensable   pour  les  États  membres  de  l’UE  qui  ne  sont  pas  membres  de  l’OTAN,  même  si  subsiste  la  clause  de   défense  collective  prévue  par  l’UEO.  Cette  clause  paraît  également  indispensable  pour  les  nouveaux   États   membres   de   l’UE   arrivés   depuis   2007,   dans   la   mesure   où   il   existe   une   clause   de   même   nature   à   l’Art.   5   du   Traité   créant   l’OTAN.   Ce   pour   éviter   le   risque   que   ces   États   reconnaissent   implicitement   le   caractère  subsidiaire  de  la  PSDC  par  rapport  à  l’Organisation  atlantique.     Le   Traité   de   Lisbonne   créa   le   poste   de   Haut   Représentant   de   l'Union   pour   les   affaires   étrangères   et   la   politique   de   sécurité   pour   coordonner   et   représenter   la   politique   étrangère   de   l'Union.  Le  Haut  représentant  est  aussi  à  la  tête  de  l'Agence  européenne  de  défense  (AED),  de  l'Union   de   l'Europe   occidentale   (UEO)   jusqu'à   sa   dissolution   en   2011,   et   exerce   les   mêmes   fonctions   sur   la   politique  européenne  de  sécurité  et  de  défense.     Ces   politiques   nient   toute   idée   de   recours   à   la   force   nucléaire.   Elles   restent   cependant   sensibles  à  l’idée  de  menaces  entourant  le  nucléaire  militaire.  Il  convient  pour  ce  faire  de  se  pencher   sur  plusieurs  projets  de  coopération  militaire  notamment  nucléaire.       Avec   la   mise   en   place   de   la   Communauté   européenne   du   charbon   et   de   l'acier   (CECA)   entrée   en   fonction   en   juillet   1952,   l'Europe   supranationale   connaît   sa   première   grande   réalisation.   Pour  la  première  fois,  les  six  États  membres  de  cette  organisation  renoncent,  dans  un  domaine  certes   limité,  à  une  part  de  leur  souveraineté  en  faveur  de  la  Communauté.  Il  va  en  découler  trois  principaux   projets  d’intégration  militaire  avec  en  toile  de  fond  l’arme  nucléaire.   Les tentatives avortées : CED et UEO Ce   premier   effort   d'intégration   connut   rapidement   ses   limites   avec   l'échec   de   la   Communauté   européenne   de   défense   (CED)   en   1954.   Le   projet   de   CED   est   pour   Jean   Monnet   une   transposition   de   la   technique   du   plan   Schuman   (charbon   et   acier)   au   domaine   militaire,   une   nouvelle   expérimentation   de   ce   «  fédéralisme   partiel  »,   qui   est   en   voie   de   réussir   en   matière   de   charbon   et   d'acier.   La  CED  est  une  réaction  directe   à  la  Guerre  de  Corée.  Les  Etats-­‐Unis  et  les  États  d'Europe   occidentale  s'inquiètent  de  la  probabilité  d'une  opération  similaire  en  Allemagne.  Son  texte  définitif   prévoyait   notamment   que   la   France   renonce   à   son   programme   nucléaire,   puisque   acquérir   la   bombe   aurait  permis  à  la  RFA  d'en  faire  autant,  ce  qui  était  tout  bonnement  impossible,  ne  serait-­‐ce  qu’au   regard  des  accords  de  Potsdam.  Mais    avec  la  mort  de  Staline,  la  fin  de  la  guerre  de  Corée  et  l'aube  de   la   coexistence   pacifique   de   Khrouchtchev,   synonyme   d’une   pause   dans   la   course   aux   armements     8 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   notamment   nucléaires,   les   partisans   de   la   CED   sont   privés   de   leur   principal   argument  :   le   danger   communiste.   Cela   va   accroitre   les   divergences   avec   les   opposants   à   la   CED,   dont   le   Général   De   Gaulle,  communistes  et  opposants  à  ce  que  la  France  se  perde  dans  l’atlantisme.  Si  bien  qu’avec  le   3 vote   du   30   août   1954,   l'Assemblée   nationale   voit   la   France   enterrer   définitivement   la   CED .Si   la   dissuasion   nucléaire   n’est   pas   la   cause   de   l’échec   de   la   mise   en   place   de   la   CED,   elle   est   l’un   des   éléments  de  la  souveraineté  militaire  qui  s’est  révélée  un  obstacle  à  la  volonté  d’intégration  militaire.   Après  l'échec  de  la  CED,  une  négociation  internationale  s'ouvre  rapidement  afin  de  trouver   une   solution   au   réarmement   et   à   la   mise   en   œuvre   de   la   souveraineté   de   la   RFA.   Un   traité   de   coopération,  essentiellement  militaire  (intégration  collective  de  défense  et  de  sécurité)  est  signé  le   23   octobre   1954   à   Paris,   entre   la   France,   le   Royaume-­‐Uni,   la   RFA,   l'Italie,   la   Belgique,   les   Pays-­‐Bas   et   le   Luxembourg.   Il   crée   l’Union   de   l’Europe   occidentale   (UEO)   qui   est   au   départ   une   réactivation   directe   du   Traité   de   Bruxelles   du   17   mars   1948   instituant   l’Union   occidentale,   en   réaction   au   coup   de   Prague.  Cette  organisation  européenne    de  défense  et  de  sécurité,  à  vocation  militaire,  est  composée   d'États  membres  de  l'OTAN  et  de  l'Union  européenne.  À  partir  de  1984  et  plus  encore  au  début  des   années   1990,   elle   a   été   identifiée   par   les   États   membres   pour   être   le   support   de   la   politique   européenne  de  défense  mais  le  projet  n'a  pas  été  poursuivi.  La  Politique  européenne  de  sécurité  et  de   défense   (PESD)   a   été   ensuite   créée   en   1998   afin   d’assumer   ce   rôle.   Bien   que   le   dispositif   normatif   de   l'UEO   n'ait   pas   été   repris   par   la   PESD,   un   certain   nombre   de   ses   travaux,   de   ses   initiatives,   des   accords  conclus  avec  d'autres  organisations  et  de  ses  organes  ont  été  repris  par  l'Union  européenne.     Dans   le   contexte   de   la   Guerre   froide,   la   première   fonction   de   cette   alliance   était   de   rassurer  les  États-­‐Unis  sur  la  volonté  européenne  de  réagir  face  à  la  pénétration  soviétique  en  Europe   orientale.   Une   autre   principale   fonction   prévoyait   l'assistance   mutuelle   en   cas   d’agression   armée   4 contre  l’un  des  pays  partie  du  traité ,  ce  qui  incluait  le  cas  échéant  l’emploi  de  la  force  nucléaire.  En   1954,  seul  le  Royaume-­‐Uni  détient  l’arme  atomique,  mais  à  partir  de  1960,  la  France  en  dispose  à  son   tour  dans  le  cadre  de  sa  doctrine  de  force  de  frappe.   L'UEO   n'eut   pas   en   pratique   de   rôle   vraiment   effectif,   puisque   toutes   les   actions   de   défense   furent   chapeautées   par   l'OTAN.   Elle   contribua   même   paradoxalement   à   son   essor   en   y   permettant   la   réintégration   et   le   réarmement   de   la   RFA.   Malgré   des   tentatives   de   relance,   Ses   compétences   furent   peu   à   peu   reprises,   à   l’instar,   en   2004,   de   l’AED   qui   repend   à   son   compte   des   compétences  de  L'UEO  en  matière  d’armement  (notamment  les  activités  du  Groupement  Armement   de   l’Europe   occidentale   –   GAEO   et   de   l’Organisation   de   l’armement   de   l’Europe   occidentale   –   OAEO).  Si  bien  qu’en  juin  2011  sera  finalement  dissoute  l'UEO.   AED 5 La   création   de   l'Agence   européenne   de   défense   remonte   à   2004 .   Elle   a   pour   mission   d'assister  le  Conseil  et  les  États  membres  de  l’Union  Européenne  dans  leurs  efforts  pour  améliorer  les   capacités  de  défense  de  l'Union  européenne  dans  le  domaine  de  la  gestion  des  crises,  et  de  soutenir   la   PESD,   aujourd'hui   PSDC.   Elle   travaille   encore   à   renforcer   la   base   industrielle   et   technologique   européenne  dans  le  domaine  de  la  défense,  le  tout  dans  un  contexte  concurrentiel  équilibré.  Enfin,   elle   entend   accroître   l’efficacité   de   la   recherche   technologique   en   matière   de   défense.   Tous   les   États   6 membres  de  l'Union  européenne,  sauf  le  Danemark ,  participent  à  l'Agence.                                                                                                                     3 Ce rejet se fît sans débat de fond, puisque les opposants à la CED ont proposé un vote d'une question préalable, adoptée par 319 voix contre 264. Ce rejet entraîne également l'échec du projet de communauté politique européenne associé à celui de la CED. 4 En vertu de l’article V du traité de Bruxelles était prévue l’assistance mutuelle en cas d'agression armée contre l'un des pays partie au traité ; cela se faisait en conformité avec l’Art. 51 de la charte de Nations Unies qui prévoit aide et assistance par tous les moyens en leurs pouvoirs, militaires, nucléaires et autres 5 C’est par l’action commune 2004/551/PESC du Conseil du 12 juillet 2004 qu’a été créée l'Agence européenne de défense. La décision 2007/643/PESC du Conseil du 18 septembre 2007 régit son cadre financier. 6 Conformément à l'article 6 du protocole sur la position du Danemark annexé au traité sur l'Union européenne et au traité instituant la Communauté européenne, le Danemark ne participe pas à l'élaboration et à la mise en œuvre des décisions et actions de l'UE qui ont des implications en matière de défense)   9 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   Consécutivement  à  la  première  vision  à  long  terme  des  capacités  et  besoins  en  capacités   7 de  l'Europe  en  matière  de  défense ,  les  États  membres  de  l’AED  ont  présenté  une  communauté  de   vue   sur   l'état   du   monde   en   2025,   dans   lequel   s'inscriront   les   opérations   relevant   de   la   PESD,   aujourd'hui   PSDC.   Il   en   a   découlé   des   orientations   pour   les   responsables   de   la   planification   en   matière   de   défense   pour   les   20   prochaines   années,   tout   comme   des   indications   relatives   aux   capacités  nécessaires  pour  mener  à  bien  les  opérations  relevant  de  la  PSDC.     Plusieurs  projets  d’intensité  variable  ont  été  engagés  au  sein  de  l’Agence  européenne  de   8 défense  pour  favoriser  la  mutualisation  ou  le  partage  de  tâches  (pooling  and  sharing) .  La  plupart  de   ces  projets  concernent,  en  fait,  surtout  l’interaction  avec  des  programmes  communautaires  civils  et   leurs   conséquences   sur   la   communauté   militaire   et   de   défense.   En   matière   de   recherche   CBRN,   chimique,   biologique,   radiologique   et   nucléaire,   l’Agence   a   récemment   démarré   un   processus   de   construction   des   capacités   pour   un   programme   d’investissement   conjoint   (JIP)   sur   la   protection   contre   les   produits   CBRN.   Ce   sera   le   premier   programme   dans   le   «  cadre   de   coopération   européenne  »,   qui   vise   une   synchronisation   systématique   des   investissements   de   recherche   de   l’Agence,  de  la  Commission  européenne  et  de  l’Agence  spatiale  européenne.   D’autres  initiatives  politiques,  comme  la  stratégie  européenne  de  sécurité,  EURATOM,  ou   le  plan  d’action  CBRN  (chimique,  biologique,  radiologique  et  nucléaire)  sont  des  exemples  de  prise  en   compte  du  risque  nucléaire  d’un  point  de  vue  de  défense  et  de  sécurité,  c'est-­‐à-­‐dire  pas  seulement   militaire,   et   c’est   peut-­‐être   pourquoi   elles   ont   plus   facilement   recueilli   le   soutien   de   partenaires   européens.  L'échec  de  la  CED,  comme  la  solution  de  l'UEO,  révèlent  l'incapacité  des  Etats  d'Europe   occidentale   de   concevoir   un   système   de   défense   indépendamment   des   Etats-­‐Unis.   R.MARJOLIN,   qui   fut   l'un   des   principaux   collaborateurs   de   Jean   MONNET   le   confessera   dans   ses   mémoires  :   «  l'incapacité  de  l'Europe  à  s'unir  résulte  d'une  décision  prise  implicitement  par  les  Européens  après  la   9 fin   de   la   seconde   guerre   mondiale,   celle   de   s'en   remettre   aux   Américains   pour   leur   défense  » .   L'idée   d'une  défense  européenne  est  relancée  en  1992,  par  la  signature  du  traité  de  Maastricht,  confirmée   en   2007   par   la   signature   du   traité   de   Lisbonne,   mais   toujours   dans   le   cadre   de   l'OTAN,   c'est-­‐à-­‐dire   sous  une  étroite  dépendance  de  Washington.       Ainsi,  l’Europe  ne  parvient  pas  à  réaliser  une  véritable  coopération  nucléaire  en  son  sein.   Elle   doit   donc,   pour   pallier   à   ses   carences   internes,   se   tourner   vers   l’extérieur   de   ses   frontières   et   s’allier  avec  d’autres  Etats  dans  un  cadre  qui  lui  permettra  de  s’unifier  sur  de  plus  larges  politiques.   On   peut   noter   ici   tout   d’abord   l’existence   du   cadre   de   l’Organisation   du   traité   de   l’Atlantique   Nord     (1),  qui  ne  va  cependant  pas  être  l’unique  institution  internationale  dont  le  champ  de  compétences   comprend  le  domaine  du  nucléaire  militaire  (2).                                                                                                                   7 http://ue.eu.int/ueDocs/cms_Data/docs/pressdata/EN/reports/91135.pdf, document adopté le 3 octobre 2006, par les États membres réunis au sein du comité directeur de l'AED, comme base raisonnable pour la réalisation des objectifs à moyen et long termes de l'Agence 5 http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/capacites-milit-%E2%80%93-exercices-ue/le-pooling-and-sharing-en- pratique-les-projets-de-lagence-de-defense-europeenne.html 9 R.MARJOLIN, le travail d'une vie. 1986   10 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011 Née  en  1949,  l’OTAN  réunit  à  l’époque  dix  Etats  européens,  les  Etats  Unis  d’Amérique  et  le   Canada,   dans   le   but   principal   de   contrer   la   menace   soviétique.   C’est   en   effet   une   organisation   de   défense   collective   qui   assure   la   protection   de   ses   Etats   membres   par   une   intervention   commune,     au   cas  où  ils  seraient  victimes  d’une  agression.     Figure 2 / répartition des têtes nucléaires en Europe lors de la guerre froide   Durant   la   guerre   froide,   les   armes   nucléaires   ont   été   intégrées   aux   forces   de   l’organisation   afin   de   prévenir   toute   attaque   de   grande   ampleur.   Ainsi,   l’ennemi   soviétique,   possédant   lui-­‐même   l’arme   nucléaire,   ne   pouvait   se   risquer   à   déclencher   une   guerre   contre   les   alliés   sans   craindre   une   réplique  atomique  qui  aurait  pu  mettre  en  jeu  sa  survie  même.     Le   volet   nucléaire   de   l’OTAN   est   géré   par   le   Groupe   des   plans   nucléaires   (NGP),   autorité   suprême  sur  tous  les  sujets  qui  touchent  aux  questions  de  politique  nucléaire.  Ce  groupe  est  composé   de   tous   les   Etats   participant   à   la   structure   militaire   intégrée   de   l’OTAN,   et   est   présidé   par   le   Secrétaire  Général  de  l’organisation.  Ainsi,  vont  participer  aux  discussions  et  aux  prises  de  décisions   non   seulement   les   Etats   membres   dotés   de   l’arme   nucléaire,   mais   vont   aussi   y   être   associés   les   Etats   qui  n’en  sont  pas  dotés.  Cette  approche  ouverte  va  encore  être  renforcée  par  le  processus  de  prise  de   décision   qui   est   régit   par   le   principe   du   consensus.   Ainsi,   au   sein   du   NGP,   les   Etats   européens   ne   possédant  pas  l’arme  nucléaire  vont  avoir  une  véritable  influence  en  ce  qui  concerne  la  définition  de   la  politique  nucléaire  de  l’OTAN.  Les  positions  approuvées  reflètent  une  posture  commune  à  tous  les   Etats   membres.  Les   compétences   du   groupe   des   plans   nucléaires   sont   larges,   elles   concernent   la   sécurité,   la   sûreté,   la   surviabilité   des   armes   nucléaires,   les   systèmes   d’information   et   de   communication,  les  problèmes  de  déploiement,  la  maîtrise  des  armes  et  la  prolifération  nucléaires.   Son  rôle  est  d’examiner  les  politiques  de  l’OTAN  à  la  lumière  des  évolutions  constantes  des  risques   internationaux   et   à   les   adapter   si   besoin   est.   Les   travaux   du   groupe   sont   effectués   par   un   comité   exécutif  composé  de  membres  des  délégations  nationales  de  tous  les  pays  représentés  au  groupe.  Ce   12 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   comité   prépare   les   réunions   des   représentants   permanents   auprès   du   NPG   et   réalise   des   travaux   détaillés  en  leur  nom.  Alors  que  le  comité  exécutif  se  réunit  au  moins  une  fois  par  semaine,  le  groupe   10 des  plans  nucléaires  se  réunit  une  fois  par  an .     En  outre  de  la  participation  des  Etats  européens  par  le  biais  du  NGP,  la  coopération  entre   l’Union   Européenne   et   l’OTAN   se   fait   aussi   grâce   aux   accords   Berlin   Plus   adoptés   en   1999   qui   prévoient   la   mise   à   disposition   de   l’UE   des   moyens   et   capacités   de   l’OTAN   pour   des   opérations   dans   lesquelles   l’Alliance   n’est   pas   engagée   militairement.   S’ajoute   à   cela   l’accord   IESD   (Identité   Européenne  de  Sécurité  et  de  Défense),  lancée  en  2002  et  qui  met  elle  aussi  à  disposition  de  l’UE  et   de   ses   alliés   militaires   les   moyens   de   l’OTAN   à   l’occasion   de   la   gestion   de   crises   sur   le   territoire   européen  dans  laquelle  ne  souhaitent  pas  intervenir  directement  les  Etats  membres  de  l’OTAN  non   européens.   L’objectif   était   avec   l’IESD   d’aider   les   européens   à   défendre   leur   territoire   par   eux-­‐ mêmes,  sans  intervention  des  Alliés  extérieurs  au  continent.     Lors  du  sommet  de  Lisbonne  qui  s’est  tenu  les  19  et  20  novembre  2010,  l’OTAN  a  adopté   un  nouveau  concept  stratégique  sensé  guider  ses  politiques  pour  les  dix  années  à  venir.  Ce  concept   stratégique   lui   a   permis   de   redéfinir   ses   objectifs   à   la   vue   des   évolutions   internationales.   En   effet,   depuis   la   fin   de   la   guerre   froide,   le   climat   de   sécurité   internationale   s’est   stabilisé,   et   la   stratégie   et   le   dispositif   nucléaire   de   l’OTAN   a   été   le   premier   chapitre   à   être   révisé.   L’engagement   a   été   pris   de   conserver   uniquement   le   nombre   minimum   d’armes   nucléaires   nécessaires   pour   sa   stratégie   de   11 préservation   de   la   paix   et   de   prévention   contre   la   guerre .   Le   rôle   aujourd’hui   de   l’arme   nucléaire   au   sein   de   l’organisation   est   de   faire   ressortir   le   caractère   irrationnel   qu’aurait   une   guerre   de   grande   12 ampleur  dans  la  région  euro-­‐atlantique .     La  volonté  a  été  exprimée  par  certains  Etats,  dont  l’Allemagne,  d’abandonner  totalement   l’arme   nucléaire   au   sein   de   l’OTAN.   Cependant,   l’existence   de   puissantes   forces   nucléaires   qui   pourraient   encore   menacer   le   territoire   de   l’organisation   et   le   fait   que   d’autres   Etats   cherchent   activement   à   se   doter   de   l’arme   nucléaire   a   poussé   les   Etat   membres   à   estimer   que   persiste   une   nécessité   de   maintenir   une   capacité   nucléaire   propre   dans   un   but   de   dissuasion,   mais   cette   politique   de   dissuasion   n’est   aujourd’hui   plus   dominée   par   une   possibilité   d’escalade   nucléaire.   Les   armes   nucléaires  de  l’OTAN  ne  sont  plus  actuellement  dirigées  contre  une  cible  spécifique.     Le   nouveau   concept   stratégique   de   l’OTAN   devait   trouver   un   compromis   entre   les   positions   de   la   France   et   de   l’Allemagne,   la   France   soutenant   que   le   bouclier   antimissile   ne   devait   avoir  qu’un  rôle  complémentaire  dans  la  politique  nucléaire  de  l’OTAN,  et  l’Allemagne  souhaitant  à   l’inverse   que   l’organisation   s’engage   plus   radicalement   dans   le   désarmement.   L’OTAN   a   ainsi   réaffirmé   que   tant   qu’il   existera   des   armes   nucléaires   dans   le   monde,   elle   resterait   une   alliance   nucléaire,   et   la   défense   antimissile   devient   un   élément   central   de   la   défense   collective.   Le   texte   retient  ainsi  que  le  bouclier  a  un  rôle  de  renforcement  de  la  dissuasion  nucléaire,  mais  ne  la  remplace   pas.  Par  ailleurs  le  concept  stratégique  de  2010  affirme  une  politique  d’ouverture  de  l’OTAN  envers   13 toutes  les  démocraties  européennes  qui  souhaiteraient  adhérer  à  l’organisation .                                                                                                                     10 http://www.nato.int/issues/npg/index-fr.html 11 http://www.nato.int/issues/nuclear/sec-environment-f.html 12 http://www.nato.int/cps/fr/natolive/topics_50068.htm 13 http://fr.rian.ru/world/20101120/187916272.html ; http://www.ladepeche.fr/article/2010/11/19/952616-Nucleaire-et-antimissile-Paris-et-Berlin-satisfaits-du-compromis- de-l-Otan.html ; http://www.affaires-strategiques.info/IMG/pdf/Dossier_60_ans_OTAN_vs_fr.pdf   12 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   Figure 3 / Les systèmes antimissiles américains   21  des  28  membres  de  l’OTAN  sont  membres  de  l’Union  européenne,  ainsi  l’organisation   du   traité   de   l’Atlantique   Nord   permet   une   véritable   participation   des   Etats   européens   dans   la   définition  d’une  politique  militaire  nucléaire  globale,  et  pallie  ainsi  aux  faiblesses  que  connait  l’Europe   pour  se  fédérer  sur  ce  point  là.     Il  existe  d’autres  organisations  internationales  au  sein  desquelles  des  Etats  européens  sont   actifs  en  matière  nucléaire,  même  si  les  compétences  et  attributions  de  l’OTAN  restent  d’un  niveau   inégalé.   Tout  d’abord,  on  peut  noter  le  rôle  de  l’Organisation  pour  la  sécurité  et  la  coopération  en   Europe   (OSCE)   en   la   matière   même   si   celui-­‐ci   est   minime.   Cette   organisation   créée   en   1973   avait   pour  but  d’établir  un  dialogue  entre  les  deux  blocs  durant  la  guerre  froide.  Ses  Etats  membres  sont   donc  d’une  grande  diversité  et  ont  des  approches  nucléaires  extrêmement  variées,  et  c’est  pour  cette   raison  que  l’OSCE  ne  va  pas  tenter  de  réaliser  une  coopération  nucléaire  de  ses  membres,  mais  elle   va  bien  plus  avoir  un  rôle  dans  la  condamnation  d’Etats  tiers  qui  auraient  des  comportements  illégaux   en  matière  de  nucléaire  militaire.     13 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   Une   autre   organisation   qui   intervient   dans   le   domaine   du   nucléaire   militaire   est   l’Organisation   des   Nations   Unies.   Cette   organisation   quasi-­‐universelle   est   qualifiée   par   la   grande   diversité  de  ses  membres,  ce  qui  ne  l’empêche  pas  de  prendre  des  mesures  en  la  matière.     En   effet,   l’article   1-­‐1   de   la   Charte   des   Nations   Unies   cite   comme   but   de   l’organisation   le   maintien   de   la   paix   et   de   la   sécurité   internationales.   Or   le   Conseil   de   Sécurité   des   Nations   Unies   a   14 15 adopté   de   nombreuses   résolutions   (résolution   1540   de   2004 ,   1718   de   2006 )   dans   lesquelles   il   qualifiait   l’arme   nucléaire   de   menace   contre   la   paix   et   la   sécurité   internationales.   L’arme   nucléaire   rentre   ainsi   dans   son   champ   de   compétences.   Les   organes   de   l’ONU   ont   le   pouvoir   d’adopter   des   résolutions   dans   le   domaine   du   nucléaire   militaire,   cela   est   fait   le   plus   souvent   pour   condamner   un   Etat   qui   va   à   l’encontre   de   ses   engagements   internationaux,   ou   dont   le   comportement   représente   16 17 une  menace.  On  peut  ici  citer  pour  exemple  les  résolutions  1737  datant  de  2006  et  1747  de  2007  qui   énumèrent   des   sanctions   contre   l’Iran,   alors   supposé   développer   illégalement   un   programme   nucléaire  militaire.  La  Cour  Internationale  de  Justice,  instaurée  par  les  Nations  Unies,  dans  sont  avis   18 sur  la  licéité  de  la  menace  ou  de  l’emploi  de  l’arme  nucléaire  en  1996 ,  n’a  cependant  pas  interdit  par   principe   l’utilisation   de   l’arme   nucléaire.   Elle   prévoit   en   effet   qu’en   cas   de   menace   de   la   survie   même   d’un  Etat,  son  utilisation  pourrait  être  justifiée.     Par   ailleurs,   on   peut   aussi   mentionner   l’existence   de   la   Conférence   sur   le   désarmement,   instituée  en  1979  par  l’ONU,  qui  regroupe  66  Etats,  dont  les  puissances  nucléaires.  Les  travaux  de  son   volet   nucléaire   regroupent   principalement   la   négociation   d’arrangements   internationaux   protégeant   les   Etats   non   dotés   de   l’arme   nucléaire   contre   l’emploi   ou   la   menace   d’emploi   de   l’arme   nucléaire,   la   prévention   d’une   course   aux   armements   dans   l’espace,   la   négociation   d’un   traité   d’interdiction   des   matières  fissiles,  et  la  transparence  dans  le  domaine  des  armements.     Une   autre   organisation   internationale   qui   revêt   aujourd’hui   une   grande   importance   est   l’Agence  internationale  de  l’énergie  atomique  (AIEA),  qui  est  un  organisme  autonome  mis  en  place   en   1957   et   placé   sous   l’égide   des   Nations   Unies.   L’AIEA   est   un   forum   intergouvernemental   scientifique   et   technique   qui   a   pour   but   d’encourager   et   de   faciliter   l’accès   au   nucléaire   civil,   et   de   limiter  et  surveiller  le  nucléaire  militaire,  mis  en  place  par  le  Traité  sur  la  non-­‐prolifération  nucléaire.   Son   objectif   est   en   effet   de   garantir   aux   Etats   non   dotés   de   l’arme   nucléaire   un   droit   d’accès   à   la   technologie   nucléaire   civile,   mais   de   les   empêcher   de   se   doter   de   l’arme   nucléaire,   tache   difficile,   puisque   les   deux   domaines   sont   extrêmement   liés.   Cette   approche   peut   donc   sembler   paradoxale,   dans   la   mesure   où   l’objectif   de   la   plupart   des   organisations   internationales   de   défense   auxquelles   participent  des  Etats  européens  est  le  désarmement  nucléaire  total  sur  le  long  terme,  et  où  l’on  sait   qu’une   fois   qu’un   Etat   a   acquis   la   technologie   nucléaire   civile,   il   est   très   facile   de   la   transformer   en   technologie   militaire.   L’AIEA   et   l’Union   Européenne   coopèrent   beaucoup   dans   le   domaine   du   nucléaire   civil,   la   Commission   européenne   et   l’Agence   ont   notamment   signé   une   déclaration   19 conjointe  en  mai  2008  afin  d’intensifier  leur  coopération  dans  le  domaine  de  l’énergie  nucléaire .           •   •   •                                                                                                                   14 S/RES/1540 (2004), http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N04/328/44/PDF/N0432844.pdf?OpenElement 15 S/RES/1718 (2006), http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N06/572/08/PDF/N0657208.pdf?OpenElement 16 S/RES/1737 (2006), http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N06/681/43/PDF/N0668143.pdf?OpenElement 17 S/RES/1747 (2007), http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N07/281/41/PDF/N0728141.pdf?OpenElement 18 CIJ/553, http://www.un.org/News/fr-press/docs/1996/19960708.CIJ553.html 19 http://www.institutidrp.org/onu/onu_nucleaire.htm#actualite   14 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011     Face   à   l’incapacité   de   l’Union   Européenne   à   réaliser   une   véritable   coopération   nucléaire   militaire   et   à   l’évolution   des   risques   internationaux   liés   à   la   prolifération   nucléaire,   les   Etats   européens  ont  dû  revisiter  leurs  positions  et  stratégies.  La  course  aux  armements  propre  à  la  période   de   la   guerre   froide   a   laissé   place   à   une   course   au   désarmement,   les   acteurs   internationaux   s’étant   rendus   compte   du   danger   qui   pourrait   découler   d’une   prolifération   de   l’arme   nucléaire.   Ainsi,   l’Europe,   s’inscrivant   dans   un   mouvement   international   plus   large,   a   participé   au   passage   à   une   politique   de   limitation   de   l’arme   nucléaire   (A),   et   pour   tenter   de   pallier   aux   carences   de   l’UE,   des   accords  bilatéraux  sont  nés  au  sein  de  ses  Etats  membres  (B).       Les  Etats  européens  étant  très  présents  au  sein  d’organisations  internationales,  ceux-­‐ci  ont   participé   à   l’élaboration   de   nombreux   traités   internationaux   tendant   à   limiter   la   prolifération   nucléaire   et   les   risques   qui   en   découlent   (1),   et   ce   bien   qu’ils   soient   incapables   de   définir   une   ligne   de   conduite  unifiée  au  niveau  régional  (2).     Bien  que  de  nombreuses  conventions  internationales  aient  été  signées  sur  les  questions  de   la  non-­‐prolifération  des  armes  nucléaires  et  sur  le  désarmement,  nous  n’en  citerons  ici  que  trois,  le   20 Traité   sur   l’interdiction   complète   des   essais   nucléaires  (TICE),   le   Traité   sur   la   non-­‐prolifération   21 nucléaire  (TNP)   et   la   convention   internationale   pour   la   répression   des   actes   de   terrorisme   22 nucléaire .     Tout   d’abord   le   traité   portant   l’interdiction   complète   des   essais   nucléaires   est   le   fruit   de   longues   années   de   discussions   au   sein   de   la   Conférence   du   désarmement.   S’il   ne   faisait   pas   l’unanimité  au  sein  de  la  Conférence,  il  a  reçu  un  immense  soutien  auprès  de  l’Assemblée  Générale   des  Nations  Unies,  et  a  ainsi  été  ouvert  aux  signatures  le  24  septembre  1996.  Les  Etats  signataires   s’engagent   à   ne   pas   effectuer   d’explosion   expérimentale   d’arme   nucléaire   ou   d’autre   explosion   nucléaire,   et   de   s’abstenir   de   provoquer   ou   d’encourager   l’exécution   de   telles   explosions.   Cette   interdiction  s’applique  à  tous  les  Etats  parties  à  la  convention,  quel  que  soit  leur  statut  nucléaire.  Le   traité   prévoit   un   important   régime   de   vérification   du   respect   de   ses   dispositions,   et   va   créer   l’Organisation   du   traité   d’interdiction   complète   des   essais   nucléaires,   chargée   de   mettre   en   place   un   système   de   surveillance   international   et   d’effectuer   des   inspections   sur   le   terrain.   Des   mesures   de   confiances   seront   de   plus   exigées   des   Etats   membres.   La   France   a   été   l’un   des   grands   Etats   à   défendre  ce  projet  de  traité,  elle  a  été  le  premier  pays  à  mettre  en  œuvre  un  démantèlement  de  ses   installations   consacrées   à   la   production   de   matières   fissiles   pour   les   armes   nucléaires   en   1992.   La                                                                                                                   20 http://www.ctbto.org/the-treaty/treaty-text/ 21 No. 10485, http://treaties.un.org/doc/Publication/UNTS/Volume%20729/volume-729-I-10485-French.pdf 22 http://treaties.un.org/doc/db/Terrorism/french-18-15.pdf 16 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   France  et  le  Royaume-­‐Uni  ont  été  les  deux  premiers  Etats  dotés  de  l’arme  nucléaire  à  avoir  ratifié  le   23 TICE  en  1998 .     Cependant,  le  TICE  n’est  aujourd’hui  toujours  pas  entré  en  vigueur,  puisqu’il  est  pour  cela   nécessaire  que  44  Etats  l’aient  ratifié,  et  que  ce  n’est  toujours  pas  le  cas  quinze  ans  plus  tard.     Un  autre  traité  qui  tient  beaucoup  à  cœur  aux  européens  est  le  TNP,  datant  de  1968,  qui   vise   à   réduire   le   risque   que   l’arme   nucléaire   se   répande   à   travers   le   monde,   de   nombreux   Etats   européens  l’ayant  ratifié.  Ce  traité  a  une  portée  quasi  universelle,  il  est  entré  en  vigueur  le  25  mars   1970  pour  une  durée  initiale  de  25  ans,  et  a  été  prorogé  en  1995  pour  une  durée  indéfinie.  Les  Etats   dotés   de   l’arme   nucléaire   (EDAN)   s’engagent   à   ne   pas   transférer   leurs   technologies   et   à   ne   pas   aider   les   Etats   non   dotés,   qui   eux-­‐mêmes   s’engagent   à   ne   pas   accepter   d’aide   des   premiers.   Les   Etats   non   dotés   de   l’arme   nucléaire   (ENDAN)   ont   de   plus   l’obligation   de   ne   produire   et   de   n’utiliser   des   matières   fissiles   qu’à   des   fins   pacifiques,   dans   la   mesure   où   chaque   Etat   partie   a   le   droit   de   développer  un  programme  nucléaire  civil.  Enfin,  tous  les  Etats  signataires  s’engagent  à  négocier  en   vue  d’un  désarmement  nucléaire  complet  et  général.   Le   TNP   confie   le   contrôle   de   son   application   à   l’AIEA   qui   sera   chargée   de   vérifier   l’usage   pacifique   des   technologies   nucléaires   par   les   ENDAN.   Ses   centres   d’intérêts   se   portent   actuellement   essentiellement   sur   l’Iran   et   la   Corée   du   Nord,   qui   sont   présumés   développer   un   programme   nucléaire  militaire  malgré  leurs  engagements  internationaux.   Figure 4 / Les États et le TNP   Enfin,   une   dernière   convention   internationale   qu’il   convient   de   mentionner   est   la   convention   sur   la   répression   des   actes   de   terrorisme   nucléaire,   à   laquelle   de   nombreux   Etats   européens  sont  partie.  Cette  convention  entrée  en  vigueur  le  6  juillet  2007  et  développée  sous  l’égide   des   Nations   Unies,   a   pour   but   de   contrer   une   menace   jugée   de   plus   en   plus   pressante   par   la   communauté   internationale   que   représente   le   risque   de   terrorisme   nucléaire.   En   effet,   bien   qu’aucune   concrétisation   de   ce   risque   ne   soit   encore   survenue,   la   crainte   de   voir   l’arme   nucléaire   tomber  entre  les  mains  de  terroristes  grandit  avec  la  prolifération  des  technologies  nucléaires  dans  le                                                                                                                   23 http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/non-proliferation-nucleaire-desarmement/action-france- desarmement.shtml   16 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   monde.   De   même,   la   convention   cherche   aussi   à   assurer   une   protection   contre   des   attaques   qui   pourraient   avoir   pour   cible   des   installations   nucléaires.   Cette   convention   constitue   une   véritable   avancée   dans   le   domaine,   dans   la   mesure   où   les   Etats   ne   se   sont   pas   uniquement   engagés   à   prendre   des  mesures  au  niveau  international,  mais  ont  aussi  une  obligation  d’intégrer  dans  leur  droit  interne   24 les  incriminations  prévues  par  la  convention .   Les   Etats   européens   participent   ainsi   à   de   nombreuses   initiatives   internationales   en   matière  de  lutte  contre  la  prolifération  nucléaire  et  de  désarmement.  Parallèlement  à  ce  mouvement   tendant   à   la   dénucléarisation,   les   Etats   dotés   de   l’arme   nucléaire   ne   sont   pas   près   d’y   renoncer,   dans   la  mesure  où  ils  ont  développé  autour  de  cette  technologie  toute  une  doctrine  de  dissuasion,  élément   souvent  fondamental  de  leur  défense  nationale.  Se  pose  donc  la  question  de  savoir  si  une  politique   nucléaire  unifiée  existe  au  niveau  européen.     L’Europe   étant   composée   d’uniquement   deux   Etats   dotés   de   l’arme   nucléaire   (la   France   et   le   Royaume-­‐Uni),   il   est   difficile   de   définir   une   politique   commune   d’utilisation   d’une   telle   arme.   En   effet,  dans  leur  doctrine  de  dissuasion,  ces  deux  Etats  n’envisagent  son  utilisation  que  si  leurs  intérêts   vitaux   sont   en   jeu.   Or,   il   n’existe   pas   de   définition   officielle   des   intérêts   vitaux   de   chaque   Etat,   il   semble  donc  difficile  de  les  partager  avec  d’autres.   Le   Parlement   Européen   a   en   mars   2010   adopté   une   série   de   positions   sur   les   armes   nucléaires.  Les  députés  européens  se  sont  clairement  prononcés  contre  l’utilisation  de  la  technologie   nucléaire  à  des  fins  militaires,  et  réclament  le  retrait  des  têtes  nucléaires  des  Etats-­‐Unis  se  trouvant   sur   le   sol   de   l’UE.   Ils   expriment   la   volonté   de   voir   les   armes   de   l’OTAN   disparaitre   du   territoire   de   l’Union   Européenne,   étant   estimé   que   les   Etats   Unis   disposent   toujours   de   240   têtes   nucléaires   en   Europe.   Le   Parlement   se   prononce   vivement   en   faveur   d’une   réduction   massive   des   armements   nucléaires  en  Europe,  et  réclame  pour  cela  la  conclusion  de  traités  semblable  aux  traités  START  entre   les   Etats-­‐Unis   et   la   Russie,   qui   définissent   une   feuille   de   route   précise   de   désarmement   nucléaire.   Selon   le   Parlement   toujours,   l’unique   solution   aux   crises   iranienne   et   coréenne   serait   la   voix   diplomatique,   un   processus   de   discussion   avec   les   plus   grandes   puissances   internationales   serait   suffisant,  sans  besoin  de  l’arme  nucléaire  pour  cela.  Les  députés  européens  vont  ainsi  à  l’encontre  du   nouveau   concept   stratégique   de   l’OTAN   qui   prône   la   continuation   d’un   volet   nucléaire,   et   qui   renforce   sa   politique   de   dissuasion   par   un   bouclier   antimissile   installé   sur   le   territoire   européen.   Cependant,  cette  résolution  du  Parlement  doit,  pour  avoir  des  échos,  devenir  une  volonté  du  Conseil,   25 chose  qui  est  aujourd’hui  loin  d’être  acquise .   Cette  position  du  Parlement  Européen  n’est  pas  partagée  entre  autres  par  la  Commission   Européenne,   qui,   dans   une   communication   du   26   mars   2009   relative   à   la   non-­‐prolifération   26 nucléaire ,   ne   prévoit   pas   dans   ses   objectifs   un   désarmement   nucléaire   complet   de   l’Europe.   La   Commission   prévoit   comme   évolutions   possibles   de   la   politique   nucléaire   européenne   que   l’UE   pourrait   dans   le   cadre   de   la   non-­‐prolifération   renforcer   son   appui   au   TNP   et   à   son   protocole   additionnel,   étendre   sa   coopération   avec   les   grandes   puissances   nucléaires   par   des   accords   Euratom   bilatéraux,   et   participer   à   la   mise   en   place   d’un   système   international   garantissant   l’approvisionnement   en   combustible   nucléaire   aux   pays   qui   ne   disposent   pas   des   installations   nécessaires.   L’approche   de   la   Commission   va   donc   dans   le   sens   de   la   communauté   internationale,   et   notamment   dans   celui   de   l’OTAN,   qui   aujourd’hui   se   préoccupe   de   non-­‐prolifération   et   de   désarmement,  sans  pour  autant  prévoir  sérieusement  un  abandon  total  de  leurs  arsenaux  nucléaires.                                                                                                                     24 http://www.aidh.org/Biblio/Txt_trait-terr/16_terr-nucl-05.htm 25 http://www.actudefense.com/le-parlement-europeen-soppose-au-nucleaire-militaire 26 COM (2009) 143, http://ec.europa.eu/energy/nuclear/euratom/doc/2009_143_com.pdf   17 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   Pour   de   nombreux   Etats   européens,   toutefois,   la   défense   de   l’Europe   est   l’affaire   de   l’OTAN,   dont   la   dissuasion   américaine   est   le   ressort   principal.   Cependant,   même   si   les   doctrines   française  et  anglaise  reposent  toutes  deux  sur  la  notion  d’intérêt  vital  de  l’Etat,  les  intérêts  vitaux  des   Etats  européens  sont  très  étroitement  liés  les  uns  aux  autres.  L’Assemblée  européenne  de  sécurité  et   de   défense   a   publié   en   2007   un   rapport   intitulé   «  l’avenir   de   la   non-­‐prolifération   nucléaire  »,   encourageant  une  discussion  plus  grande  entre  les  Etats  membres  de  l’Union  Européenne  sur  le  poids   des  forces  nucléaires  de  dissuasion  de  la  France  et  du  Royaume-­‐Uni  pour  la  sécurité  de  l’Europe.     En   effet,   n’est   actuellement   pas   définie   une   doctrine   claire   d’utilisation   de   l’arme   nucléaire   au  sein  de  l’Union  Européenne,  ainsi  il  n’est  pas  possible  de  savoir  si  les  deux  puissances  nucléaires   européennes   seraient   prêtes   à   faire   usage   de   leur   capacité   nucléaire   si   les   intérêts   vitaux   d’un   Etat   voisin   étaient   en   jeu.   Selon   Nicolas   Sarkozy,   dans   un   discours   de   mars   2008,   par   leur   seule   existence,   27 les   forces   nucléaires   françaises   sont   un   élément   clef   de   la   sécurité   en   Europe .   Cela   est   peut-­‐être   vrai,   mais   il   reste   indispensable   au   regard   des   nouvelles   menaces   internationales   de   définir   une   position   claire   sur   le   sujet.   Cependant,   il   est   indéniable   que   l’organisation   de   concertations   sur   le   choix   de   recours   à   l’arme   nucléaire   entre   Etats   européens   détenteurs   et   les   autres   risque   d’être   28 difficile .   Ainsi,  on  ne  peut  aujourd’hui  distinguer  une  doctrine  nucléaire  unifiée  au  sein  de  l’Europe,   les   positions   de   l’OTAN,   de   divers   organes   de   l’Union   Européenne   et   des   Etats   particuliers   étant   diversifiées  et  allant  parfois  jusqu’à  se  contredire.  Dans  une  telle  situation,  des  accords  bilatéraux  ont   vu  le  jour  entre  Etats  européens  pour  tenter  de  pallier  au  flou  pesant  sur  ces  questions.     La modernisation de l’arsenal nucléaire anglais par le CEA français Le   15   octobre   2010,   Le   Commissariat   à   l'énergie   atomique   (CEA),   dirigé   depuis   2009   par   29 Bernard   BIGOT ,   a   annoncé   assurer   la   modernisation   des   têtes   nucléaires   des   missiles   américains   Trident   D-­‐5   équipant   les   quatre   sous-­‐marin   lanceurs   d'engins   (SNLE)   de   la   flotte   britannique   La   charge  militaire  de  ces  missiles  -­‐une  cinquantaine  seraient  disponibles-­‐  est  composée  de  6  à  8  têtes   A90  de  150  kilotonnes.  Il  s’agit  d’un  rapprochement  historique  entre  les  deux  puissances  nucléaires   d'Europe  occidentale,  les  britanniques  étant  jusqu'à  présent  réputés  comme  étant  bien  plus  proche   de   Washington   que   de   Paris.   La   maintenance   des   engins   était   jusqu'ici   assurée   sur   le   site   de   30 COULPORT,  en  Ecosse.  Dorénavant,  elle  se  déroulera  à  GRAMAT,  dans  le  Lot .   Une conduite conjointe d’essais nucléaires en laboratoire31 Nicolas  SARKOZY  et  David  CAMERON  ont  signé  le  2  novembre  2010  de  nombreux  accords   32 de   coopération   militaire  dont   le   but   est   de   permettre   notamment   aux   deux   pays,   signataires   du                                                                                                                   27 http://www.afri-ct.org/La-dissuasion-nucleaire-francaise 28 http://www.assembly-weu.org/fr/presse/fiches-information/2F_Fact_Sheet_dissuasion_nucleaire.pdf 29 Bernard Bigot est un haut fonctionnaire et universitaire français qui a été nommé en janvier 2009 Administrateur Général du Commissariat à l'énergie atomique, tandis que, par décret du 20 février 2009, il était nommé au conseil d'administration d'Areva NC. 30 http://www.challenges.fr/actualites/europe/20101015.CHA9149/le_cea_va_moderniser_larme_nucleaire_britannique.html 31 http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2444350&rubId=4085   18 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   traité   d'interdiction   des   essais   nucléaires,   de   simuler   à   partir   de   2014   le   fonctionnement   de   leur   arsenal   atomique   dans   un   même   laboratoire   implanté   près   de   Dijon   en   Bourgogne.   Un   centre   de   recherche  sera  en  parallèle  ouvert  en  Grande-­‐Bretagne,  à  ALDERMASTON,  aux  spécialistes  des  deux   pays.     Plus  qu’une  mutualisation  des  moyens  de  défense,  la  France  et  la  Grande-­‐  Bretagne,  qui  à   eux   deux   représentent   la   moitié   des   budgets   de   défense   et   les   deux   tiers   des   dépenses   de   recherche   et   développement   militaires   des   27   pays   de   l’UE,   vont   beaucoup   plus   loin.   Les   deux   poids   lourds   33 militaires  de  l’Europe  s’engagent  par  ces  traités  sur  50  ans .     Sur  ce  sujet  sensible,  les  deux  pays  ont  tenu  à  démentir  tout  abandon  de  souveraineté.  «Il   n'y   aura   pas   de   "double   clé"   sur   nos   armes   nucléaires   (...)   il   n'y   aura   pas   de   partage   de   nos   secrets   nucléaires»,  a  même  assuré  un  responsable  britannique.  Cet  accord  intervient  Dans  "le  respect  total   de  l'indépendance"  des  forces  de  dissuasion  des  deux  pays.  Il  s'agit  là,  selon  l'Elysée,  de  «partager  les   coûts  de  développement»  et  faire  émerger  des  «champions  européens»  capables  de  concurrencer  les   Etats-­‐Unis.     Ce  rapprochement  intervient  douze  ans  après  le  sommet  de  Saint-­‐Malo,  où  les  deux  pays   s'étaient  déjà  promis  de  renforcer  leur  partenariat  militaire.  Mais  cette  volonté  est  largement  restée   lettre   morte.   C’est   un   moyen   de   conserver   un   rôle   dans   un   monde   où   le   pouvoir   est   en   train   de   se   déplacer   de   l’Atlantique   au   Pacifique,   rôle   auquel   s’ajoutent   les   contraintes   budgétaires   que   connaissent   les   deux   pays.   Même   largement   motivée   par   des   considérations   financières,   l'initiative   franco-­‐britannique   suscite   déjà   les   critiques   de   nombreux   eurosceptiques   issus   du   Parti   conservateur   de  David  CAMERON.  «  Le  partenariat,  oui.  Mais  l'abandon  de  souveraineté,  non».   La sauvegarde de la dissuasion nucléaire française «  Tant   que   des   progrès   nouveaux   n’auront   pas   été   faits   dans   la   diminution   des   [grands]   arsenaux   nucléaires   (…),   il   n’est   pas   temps   pour   la   France   de   baisser   sa   garde  ».   Pour   Alain   JUPPE,   34 ancien   premier   ministre   et   maintenant   ministre   de   la   défense ,   le   moment   n’est   donc   pas   venu   –   35 contrairement   à   l’appel   qu’il   avait   lui-­‐même   lancé   aux   côtés   de   Bernard   NORLAIN ,   Alain   36 37 RICHARD ,  Michel  ROCARD  en  octobre  2009  à  la  France  «  d’affirmer  résolument  son  engagement   38 pour   le   succès   du   processus   de   désarmement  » .   Alain   JUPPE   déclarait   déjà   «  comprendre   la    39 prudence   de   président   SARKOZY  » ,   apparu   sur   la   défensive   par   rapport   aux   vœux   chastes   du   40 président  Barack  OBAMA  pour  un  désarmement  nucléaire  généralisé .     Alain   JUPPE   se   justifiait:  la   France   a   déjà   supprimé   une   composante   non   négligeable   (missiles   du   plateau   d’Albion)   et   réduit   à   quatre   le   nombre   de   ses   sous-­‐marins   SNLE,   divisant   par   41 deux  le  nombre  de  têtes  nucléaires,  entre  autres  mesures  de  désarmement .  Il  en  résulte  un  niveau   «  de   stricte   suffisance  »   nécessaire   pour   assurer   sa   sécurité   et   la   protection   de   ses   intérêts   vitaux  ;     42 d’autant   plus   qu’il   serait   imprudent   d’aller   plus   loin   tant   que   les   autres   n’ont   pas   avancé   davantage ,   tout  en  sachant  que  le  désarmement  unilatéral  à  lui  seul  et  en  lui-­‐même  n’est  pas  porteur  d’un  arrêt                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               32 Towards a ‘neo-Norman’ Euro-core? James ROGERS, 3 novembre 2010 (consultable sur internet : http://europeangeostrategy.ideasoneurope.eu/2010/11/03/towards-a-neo-norman-euro-core) 33 http://barberousse.bloguez.com/barberousse/1443439/PARIS-LONDRES-ACCORD-MILITAIRE-DE-MUTUALISATION-DES-MOYENS 34 Suite au remaniement du 14 novembre 2010 35 Général, ancien commandant de la force aérienne de combat 36 Ancien ministre de la défense 37 Ancien premier ministre 38 Pour un désarmement nucléaire mondial, seule réponse à la prolifération anarchique, MM. Juppé, NORLAIN, RICHARD et ROCARD, Le MONDE, 15 octobre 2010, en écho à l’article du WSJ « A World free of nuclear weapons, » du 4 janvier 2007, plaidoyer de MM. George P. SHULTZ, William J. PERRY, Henry A. KISSINGER and Sam NUNN. 39 N°145, mai-juin 2010 40 Paris réticent face à l’élimination de l’arme nucléaire, Le Monde, 3 février 2010, consultable sur internet : http://www.lemonde.fr/organisations-internationales/article/2010/02/02/paris-reticent-face-a-l-elimination-de-l- arme-nucleaire_1300050_3220.html 41 Sans oublier la ratification du TICE ou le démantèlement du centre d’essais nucléaires de l’océan pacifique 42 Une France sans armes nucléaires ? LeMonde.fr, Jean-Marie MULLER, 6 juillet 2010, consultable sur internet : http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/07/06/une-france-sans-armes-nucleaires_1383633_3232.html   19 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   de  la  prolifération.  Le  tout  en  gardant  en  mémoire  qu’il  y  a  une  sensible  différence  numérique  entre   les   300  têtes   françaises   et   les   22  000  têtes   des   arsenaux   russe   et   américain.   Enfin,  des   menaces   justifiant  l’existence  de  la  dissuasion  nucléaire  française  subsistent  (comme  celle,  un  jour,  d’éventuels   missiles  balistiques  iraniens  porteurs  de  têtes  nucléaires).   Figure 5 / Répartition des têtes nucléaires opérationnelles et déclarées   Pour   l’ancien   premier   ministre,   cela   ne   doit   pas   faire   disparaître   certains   points   évoqués   lors   de   son   appel   de   2009,   comme   un   mouvement   contrôlé   vers   le   désarmement   nucléaire,   le   rôle   positif  de  la  dissuasion  nucléaire  dans  la  stabilité  et  la  paix  pendant  la  Guerre  froide,  l’apparition  de   nouvelles  puissances  nucléaires  comme  l’Iran  et  la  Corée  du  nord  ou  enfin  la  menace  du  terrorisme   nucléaire.  Si  bien  qu’un  monde  avec  des  armes  nucléaires  n’apparaît  pas  (ou  plus)  vraiment  sûr.  De   même   qu’on   peut   se   demander   si   le   «  monde   sans   armes   nucléaires  »   rêvé   par   Barack   OBAMA   le   serait  forcément  plus.   Quant   au   bouclier   antimissile   que   les   Etats-­‐Unis   et   maintenant   l’OTAN   cherchent   à   établir   en  Europe,  celui  qui  n’était  pas  encore  ministre  de  la  défense  arguait  que  ce  dispositif  n’existe  pas,  et   n’offrira   par   définition   aucune   protection   avant,   au   mieux,   un   certain   nombre   d’années,   tout   en   s’interrogeant  sur  le  fait  que  ce  bouclier  matérialise  la  volonté  de  puissance  sur  les  États  européens.     Les conséquences du rapprochement franco-anglais Les  mesures  annoncées  le  2  novembre  2010  ne  sont  pas,  dixit  Liam  FOX,    «  une  réédition  du   projet   de   coopération   militaire   accrue   dans   un   cadre   européen  »,   comme   à   Saint-­‐Malo,   "pas   plus   qu'il   n'est  question  d'une  poussée  en  vue  de  constituer  une  armée  européenne  à  laquelle  nous  nous  opposons.   Il  s'agit  d'obtenir  des  capacités  réelles  et  des  résultats  tangibles,  et  prouver  que  la  coopération  en  Europe   n'a  pas  toujours  besoin  de  se  situer  à  un  niveau  européen,  mais  peut  se  développer  à  l'échelon  bilatéral   entre  deux  États  ».  Ces  accords  ne  sont  certainement  pas  la  relance  d’une  défense  européenne  voulue   en  1998  par  MM.  BLAIR,  CHIRAC  et  JOSPIN  à  Saint-­‐Malo.     20 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011   Pour   Hervé   MORIN,   alors   ministre   de   la   Défense,   ces   mesures   révélaient   l’absence   e   volonté   des   Européens   à   accroître   leur   coopération,   renonçant   de   fait   «     à   être   un   acteur   majeur   sur   la   scène   internationale  ».   Partout,   les   crédits   militaires   sont   en   baisse,   notamment   chez   les   trois   grands,   le   Royaume-­‐Uni,   la   France   et   l'Allemagne.   Et,   malgré   l'enthousiasme   obligatoire   qui   avait   suivi   la   présidence   française   de   l'UE,   en   2008,   l'Europe   de   la   Défense   a   marqué   très   sérieusement   le   pas   43 depuis  lors.  Au  point  que  certains  parlent  de  grande  illusion .   La   France   est   revenue   dans   l'OTAN,   au   détriment   de   sa   posture   spécifique   au   sein   du   monde   occidental.   Nombreux   sont   les   dirigeants   occidentaux   à   constater   qu'il   n'y   avait   plus   grand   chose  à  attendre  côté  européen.  D'où  le  choix  d'une  relation  bilatérale  forte  avec  Londres,  qui  a  les   faveurs  du  chef  d'état-­‐major  des  armées,  l'amiral  Edouard  GUILLAUD.  C’est  affiché  du  côté  français   comme   une   volonté   de   développer   une   relation   spéciale   avec   Londres,   une   relation   spéciale   se   calquant   sur   celle   particulière   entre   Londres   et   Washington.   Ce   serait   le   moyen   pour   la   France   de   devenir  à  un  allié  privilégié  des  Etats-­‐Unis,  avec  des  conséquences  en  terme  de  rapports  de  force  au   sein   de   l’OTAN.   Ce   qui   n’est   en   tout   cas   pas   forcément   du   goût   d’autres   alliés   européens   et   atlantiques,   tels   l’Allemagne,   avec   qui   les   désaccords   stratégiques   vont   croissant,  comme   sur   la   question  du  nucléaire  ou  du  bouclier  antimissile.     Faute  de  défense  européenne  et  constatant  les  lourdeurs  et  les  impuissances  de  l'Otan,  la   France   opte   pour   le   développement   de   relations   bilatérales   avec   quelques   partenaires,   en   premier   lieu,  le  Royaume-­‐Uni.  C’est  un  choix.     Les accords entre Allemagne et Suède C’est  un  autre  choix  que  témoigne  le  document  proposé  par  les  Suédois  et  Allemands  pour   renforcer   la   coopération   en   matière   militaire.   Au   moment   où   Français   et   Britanniques   ont   entendu   mettre  en  place  de  nouveaux  mécanismes  de  coopération,  d’autres  pays  européens  ne  comptent  pas   rester   inactifs,   quand   bien   même   le   couple   franco-­‐britannique   reste   en   matière   militaire   européenne   un  poids  non  négligeable.  Mais  si  les  autres  pays  européens  pèsent  peu  individuellement,  leur  union   peut  constituer  une  masse  non  négligeable,  aux  débouchés  économique  juteux.   Si   l’initiative   entre   Allemagne   et   Suède   est   rejointe   par   plusieurs   autres   pays   comme   l’Italie,  l’Espagne  et  la  Finlande,  l’Europe  de  la  Défense  pourrait  tourner  sans  les  Français,  du  moins   de   la   même   manière   qu’elle   fonctionne   sans   les   Britanniques.   Rien   ne   dit   que   d’autres   partenaires   ne   rejoignent  ensuite  cette  initiative,  si  elle  se  révèle  viable.  Belgique,  Hongrie  et  Pologne  être  séduits.   Diplomatie,  structures  des  politiques  de  sécurité,  structures  européennes  pourraient  être  à   leur   tour   séduites,   relançant   la   défense   européenne.   Si   bien   qu’in   fine,   on   aurait   deux   pôles   de   coopération,   l’un,   résolument   tourné   vers   une   perspective   de   puissance   militaire   au   travers   de   la   dissuasion   nucléaire   et   de   la   coopération   bilatérale,   l’autre   plus   favorable   à   la   dénucléarisation   du   continent  européen  et  la  coopération  multilatérale.   Dans   tous   les   cas,   le   vide   laissé   par   la   France   au   même   titre   que   la   Grande-­‐Bretagne   ne   peut  qu’être  a  priori  favorable  à  un  renouveau  de  la  pensée  européenne  en  matière  de  coopération   militaire,  notamment  nucléaire,  quitte  à  développer  une  nouvelle  pensée,  distincte  de  l’Europe  de  la   défense  et  de  la  défense  européenne  au  sein  de  l’OTAN.         •   •   •                                                                                                                   43 Jean Dominique MERCHET l’évoque dans son ouvrage intitulé « Défense Européenne - la grande illusion »   21 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011 France  as  a  Nuclear  Power,  C.  E.  ZOPPO,  avril  1962   P.  DAILLIER,  A.  PELLET,  M.  FORTEAU,    Droit  international  public,  éd.  LJDJ,  coll.  Droit  international,   2009.   Questions   stratégiques   et   politiques   liées   à   la   transition   des   systèmes   nucléaires   thermiques   aux   systèmes   rapides,   ORGANISATION   DE   COOPERATION   ET   DE   DEVELOPPEMENT   ECONOMIQUES   (OCDE)  :  2009.   Le  nucléaire  au  risque  de  la  prolifération,  Politique  étrangère  n.4/2008  //  IFRI  :  2009  /  240   Les   armes   de   destruction   massive,   Questions   internationales   n°   13,   La   Documentation   française   :   mai-­‐juin  2005   Pour  un  désarmement  nucléaire  mondial,  seule  réponse  à  la  prolifération  anarchique,  Le  MONDE,  15   octobre  2010,  consultable  sur  internet  :  http://www.lemonde.fr/idees/article/2009/10/14/pour-­‐un-­‐ desarmement-­‐nucleaire-­‐mondial-­‐seule-­‐reponse-­‐a-­‐la-­‐proliferation-­‐anarchique_1253834_3232.html   François Mitterrand et la défense nucléaire de l'Europe, Loïck BENOIT, 1998 Back to Earth: Nuclear Weapons in the 2010’s, Bruno TERTRAIS, ARI 110/2010, 25 juin 2010 Obama prépare la réduction de son arsenal nucléaire, Le Figaro, Isabelle LASSERRE, 22 septembre 2009, consultable sur internet : http://www.lefigaro.fr/international/2009/09/22/01003-20090922ARTFIG00015-obama- prepare-la-reduction-de-son-arsenal-nucleaire-.php Paris   et   Londres   partenaires   sur   le   nucléaire   militaire,   2   novembre   2011,   La   Croix,   consultable   sur   internet  :  http://www.la-­‐croix.com/article/index.jsp?docId=2444350&rubId=4085   Le   CEA   va   moderniser   l’arme   nucléaire   britannique,   Challenges,   15   octobre   2010,   Hubert   LEVEL,   consultable  sur  internet  :     http://www.challenges.fr/actualites/europe/20101015.CHA9149/le_cea_va_moderniser_larme_nucle aire_britannique.html   Accord franco-britannique de défense, Jean Paul BAQUIAST et Jacques FAVIN-LEVEQUE, 2 novembre 2010, EUROPE SOLIDAIRE Renforcement de la coopération militaire entre Paris et Londres, RFI, 2 novembre 2010, consultable sur internet : http://www.euranet.eu/fre/Programme-complet/Programmes/Renforcement-de-la- cooperation-militaire-entre-Paris-et-Londres ) Paris et Londres signent un accord historique de coopération militaire, France 24, 2 novembre 2010, consultable sur internet : http://www.france24.com/fr/20101102-sarkozy-cameron-points-accords-cooperation-traite- defense-france-royaume-uni-militaire-nucleaire-armee La politique européenne de sécurité, la défense collective et la dissuasion nucléaire, Assemblée européenne de sécurité et de défense, Novembre 2009, consultable sur internet : http://www.assembly-weu.org/fr/presse/fiches- information/2F_Fact_Sheet_dissuasion_nucleaire.pdf 21 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011     http://eur-­‐lex.europa.eu/fr/treaties/dat/12002M/pdf/12002M_FR.pdf   -­‐   traité   de   l’Union   Européenne   consolidé   http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/03-­‐11-­‐ 11%20Berlin%20Plus%20press%20note%20BL.pdf  -­‐  Accords  Berlin  +   http://europa.eu/legislation_summaries/institutional_affairs/treaties/treaties_euratom_fr.htm     http://eur-­‐lex.europa.eu/fr/treaties/dat/11957K/tif/11957K.html  -­‐  Traités  EURATOM   http://europa.eu/legislation_summaries/foreign_and_security_policy/cfsp_and_esdp_implementatio n/jl0030_fr.htm   -­‐   Plan   d’action   de   l’Union   européenne   dans   le   domaine   de   la   sécurité   chimique,   biologique,  radiologique  et  nucléaire   http://eur-­‐lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2009:0143:FIN:FR:PDF  Communication   COM/2009/143   de   la   Commission   au   Conseil   et   du   Parlement   européen   du   26   mars   2009   intitulée   «  Communication  relative  à  la  non-­‐prolifération  nucléaire  »   http://register.consilium.europa.eu/pdf/fr/03/st15/st15708.fr03.pdf   -­‐   Stratégie   du   12   décembre   2003   de  l'UE  contre  la  prolifération  des  armes  de  destruction  massive   http://eur-­‐lex.europa.eu/LexUriServ/site/fr/oj/2007/l_176/l_17620070706fr00310038.pdf   -­‐   Action   commune   2007/468/PESC   du   Conseil   du   28   juin   2007   concernant   le   soutien   aux   activités   de   la   commission   préparatoire   de   l'Organisation   du   traité   d'interdiction   complète   des   essais   nucléaires   (OTICE)  afin  de  renforcer  ses  capacités  en  matière  de  surveillance  et  de  vérification  et  dans  le  cadre   de  la  mise  en  œuvre  de  la  stratégie  de  l'UE  contre  la  prolifération  des  armes  de  destruction  massive   http://eur-­‐lex.europa.eu/LexUriServ/site/fr/oj/2006/l_088/l_08820060325fr00680072.pdf   -­‐   Action   commune   2006/243/PESC   concernant   le   soutien   aux   activités   de   la   commission   préparatoire   de   l'OTICE   dans   les   domaines   de   la   formation   et   du   renforcement   des   capacités   en   matière   de   vérification   et   dans   le   cadre   de   la   mise   en   œuvre   de   la   stratégie   de   l'Union   européenne   contre   la   prolifération  des  armes  de  destruction  massive.   L'évolution  de  la  recherche  sur  la  gestion  des  déchets  nucléaires  à  haute  activité  (tome  II:  les  déchets   militaires).   Rapport   de   M.   Christian   BATAILLE,   député,   15   décembre   1997,   http://www.senat.fr/rap/o97-­‐179/o97-­‐179.html   L'énergie nucléaire en Europe : union ou confusion ? Rapport d’information, 2 mai 2000, Aymeri De MONTESQUIOU, http://www.senat.fr/rap/r99-­‐320/r99-­‐3207.html     http://www.cfas.air.defense.gouv.fr   http://www.euranet.eu   http://www.consilium.europa.eu   http://www.iaea.org   http://www.diplomatie.gouv.fr   http://www.mod.uk   http://www.defense.gouv.fr   http://www.nao.org.uk   http://www.Elysee.fr   http://www.nato.int     http://www.ena.lu   http://www.Senat.fr   http://www.Ensreg.eu     http://www.weu.int   http://Eur-­‐lex.europa.eu   http://www.un.org       23 Master 2 – Sécurité internationale, Défense et Intelligence économique / année 2010 - 2011       http://www.actudefense.com   http://www.iss-­‐eu.org/   http://www.acus.org   http://www.nrdc.org   http://www.affaires-­‐stratégiques.info   http://nuclearstreet.com   http://www.alliancegeostrategique.org   http://nuclearweaponarchive.org   http://www.defense-­‐et-­‐strategie.fr   http://www.obsarm.org   http://www.diploweb.com   http://www.robert-­‐schuman.eu   http://www.europeaninstitute.org   http://www.swp-­‐berlin.org   http://www.europesolidaire.eu   http://www.world-­‐nuclear.org     http://www.institutidrp.org   http://www.france24.com http://www.lemonde.fr http://www.ladepeche.fr http://www.monde-diplomatique.fr http://www.lefigaro.fr http://fr.rian.ru   http://blog.mondediplo.net     http://www.bruxelles2.eu     Philippe  LEYMARIE   Nicolas  GROS-­‐VERHEYDE   http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense   http://barberousse.bloguez.com   Jean  Dominique  MERCHET   Khedidja BABA-AHMED         •   •   •     24