Vous êtes sur la page 1sur 84

Ingénieurs en Télécommunications

Niveau 1ère année : INDP1

Support du cours
Hyperfréquences

Préparé par
Rim Barrak
Rim.barrak@supcom.tn

2017-2018
Cours Hyperfréquences

Table des matières

Introduction .............................................................................................................................. 3
Chapitre 1 Introduction aux hyperfréquences .......................................................................... 4
1.1 Introduction ............................................................................................................................. 4
1.2 Définitions ............................................................................................................................... 4
1.2.1 Onde électromagnétique ................................................................................................ 4
1.2.2 Fréquence porteuse ........................................................................................................ 5
1.2.3 Bande passante ............................................................................................................... 6
1.2.4 Puissance ......................................................................................................................... 6
1.3 Propriétés de l’onde EM .......................................................................................................... 7
1.3.1 Les ondes plus longues voyagent plus loin...................................................................... 8
1.3.2 Les ondes plus longues contournent les obstacles ......................................................... 8
1.3.3 Les ondes plus courtes peuvent transporter plus de données. ...................................... 8
1.3.4 Interaction de l’onde avec la matière ............................................................................. 8
1.4 Domaines d’application ......................................................................................................... 11
1.4.1 Radar ............................................................................................................................. 11
1.4.2 Chauffage à micro-ondes .............................................................................................. 12
1.4.3 Médecine ....................................................................................................................... 12
1.4.4 Télécommunication ....................................................................................................... 12
1.5 Supports de transmission ...................................................................................................... 14
1.5.1 Lignes filaires ................................................................................................................. 14
1.5.2 Lignes planaires à bandes et à fentes............................................................................ 15
1.5.3 Guides d’ondes .............................................................................................................. 16
1.6 Conclusion ............................................................................................................................. 16
Chapitre 2 Propagation sur les lignes de transmission ............................................................ 17
2.1 Introduction ........................................................................................................................... 17
2.2 Classification des structures de transmission et définitions ................................................. 17
2.2.1 Définitions ..................................................................................................................... 18
2.2.2 Rappel pour les guides d’ondes rectangulaires ............................................................. 19
2.2.3 Définition d’une ligne de transmission.......................................................................... 19
2.3 Modélisation d’une ligne de transmission ............................................................................ 20
2.4 Solutions des équations de propagation en régime harmonique ......................................... 21
2.5 Coefficient de réflexion et impédance le long de la ligne ..................................................... 23
2.5.1 Coefficient de réflexion ................................................................................................. 23
2.5.2 Impédance sur la ligne................................................................................................... 24
2.5.3 Variation du module de la tension le long de la ligne ................................................... 24
2.5.4 Rapport d’onde stationnaire ......................................................................................... 26
2.5.5 Ligne sans perte ............................................................................................................. 26
2.6 Mesures sur les lignes de transmission ................................................................................. 27
2.6.1 Mesure de tension......................................................................................................... 27
2.6.2 Mesure d’impédance..................................................................................................... 28
2.7 Conclusion ............................................................................................................................. 28
2.8 Exercices ................................................................................................................................ 28
Chapitre 3 Paramètres S ........................................................................................................ 30
3.1 Introduction ........................................................................................................................... 30
3.2 Formalise mathématique des paramètres S ......................................................................... 30

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 1


Cours Hyperfréquences

3.2.1 Définition et hypothèses ............................................................................................... 30


3.2.2 Matrice de répartition ................................................................................................... 31
3.2.3 Matrices Z, Y et ABCD .................................................................................................... 34
3.3 Propriétés particulières des composants HF ......................................................................... 36
3.3.1 Réciprocité ..................................................................................................................... 36
3.3.2 Conservation d’énergie ................................................................................................. 36
3.3.3 Adaptation ..................................................................................................................... 36
3.3.4 Symétrie......................................................................................................................... 36
3.3.5 Déplacement des plans de référence ............................................................................ 36
3.4 Caractérisation des composants HF ...................................................................................... 37
3.4.1 Dipôles ........................................................................................................................... 37
3.4.2 Quadripôles ................................................................................................................... 38
3.4.3 Hexapôle ........................................................................................................................ 39
3.4.4 Octopoles....................................................................................................................... 40
3.5 Mesure des paramètres S...................................................................................................... 41
3.5.1 Réflectomètre ................................................................................................................ 41
3.5.2 Analyseur de réseau ...................................................................................................... 42
3.6 Conclusion ............................................................................................................................. 43
3.7 Exercices ................................................................................................................................ 43
Chapitre 4 Abaque de Smith .................................................................................................. 44
4.1 Introduction ........................................................................................................................... 44
4.2 Formalisme mathématique ................................................................................................... 44
4.2.1 Etude de l’expression de r ............................................................................................. 45
4.2.2 Etude de l’expression de x ............................................................................................. 45
4.2.3 Diagramme des admittances ......................................................................................... 47
4.2.4 Coefficient de réflexion ................................................................................................. 47
4.3 Lecture de l’abaque ............................................................................................................... 48
4.3.1 Points particuliers .......................................................................................................... 48
4.3.2 Déplacement sur l’abaque............................................................................................. 49
4.3.3 Echelles de l’abaque ...................................................................................................... 49
4.4 Conclusion ............................................................................................................................. 50
4.5 Exercices ................................................................................................................................ 50
Chapitre 5 Adaptation d’impédance ...................................................................................... 53
5.1 Introduction ........................................................................................................................... 53
5.2 Principe d’adaptation d’impédance ...................................................................................... 53
5.3 Adaptation avec des éléments localisés................................................................................ 55
5.3.1 Solutions analytiques .................................................................................................... 55
5.3.2 Solutions avec l’abaque de Smith.................................................................................. 56
5.3.3 Contraintes d’implémentation ...................................................................................... 58
5.4 Adaptation avec des lignes .................................................................................................... 59
5.4.1 Adaptation par ligne quart-d’onde................................................................................ 59
5.4.2 Adaptation par stub....................................................................................................... 60
5.4.3 Adaptation double stub ................................................................................................. 62
5.5 Conclusion ............................................................................................................................. 63
5.6 Exercices ................................................................................................................................ 63
Bibliographie ............................................................................................................................ 65
Annexes ............................................................................................................................ 66
Programmes sur les lignes de transmission ................................................................................. 67
Anciens Examens........................................................................................................................ 70

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 2


Cours Hyperfréquences

Introduction

Le module hyperfréquences, destiné aux élèves ingénieurs de la première année de Sup’Com ayant
déjà acquis des notions de base en électromagnétisme et électricité, porte sur les fondements
nécessaires à la compréhension et l’analyse du fonctionnement des circuits et systèmes de
communication radio. A l'issue de cet enseignement, les étudiants seront en mesure de:

- Caractériser les phénomènes de propagation sur les lignes de transmission


- Analyser le fonctionnement des circuits hyperfréquences
- Synthétiser des circuits d’adaptation d’impédance entre deux circuits ou systèmes HF
- Caractériser expérimentalement les paramètres S de dispositifs hyperfréquences à l'aide
de l'analyseur de réseaux

Ce module sera poursuivi par un cours sur les antennes permettant d’approfondir les phénomènes
de rayonnement et de déterminer les caractéristiques de différents types d’antennes utilisées en
télécommunications.

Ce présent document présente les notions théoriques et pratiques qui sont traitées dans le cours
hyperfréquences. Il est structuré en cinq chapitres. Le premier constitue une introduction au
domaine des hyperfréquences et présente les principales applications se basant sur les ondes HF.
Dans le deuxième chapitre, nous nous focalisons sur les lignes de transmission transverses
électromagnétiques et leurs caractéristiques physiques et électriques. Les paramètres utilisés pour la
caractérisation des circuits et dispositifs hyperfréquences et radio fréquences sont présentés dans le
troisième chapitre. Enfin les deux derniers chapitres présentent l’outil « abaque de smith », son
utilisation et le principe et les méthodes d’adaptation d’impédance utilisées dans les systèmes de
communication sans fil pour réduire les pertes par réflexion.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 3


Cours Hyperfréquences

Chapitre 1 Introduction aux


hyperfréquences

1.1 Introduction
Les communications sans fil font usage d’ondes électromagnétiques pour envoyer des signaux dans
l’espace sur de longues distances. La majorité des applications de la technologie des hyperfréquences
ou micro-ondes concerne les systèmes de la communication téléphonique, les systèmes radar, la
télédétection, les systèmes médicaux. Nous commençons ce chapitre avec des définitions et
quelques propriétés des ondes EM suivies des principales applications de la technologie micro-ondes
pour la transmission sans fil des données. Les principaux supports physiques utilisés pour le transport
des micro-ondes seront également présentés.

1.2 Définitions
1.2.1 Onde électromagnétique
Une onde est la propagation, à une vitesse v (=C dans le vide [m/s]), d'une déformation harmonique
(oscillation). Une onde électromagnétique comporte à la fois un champ électrique et un champ
magnétique les deux oscillant à la même fréquence. On définit la fréquence de l’onde par le rapport
entre sa vitesse et sa longueur d'onde (f=v/λ [Hertz]). La longueur d’onde (λ[m]) est la distance que
fait une onde pendant une période (T=1/f [s]). C’est la distance séparant deux crêtes successives
d’une onde périodique. La figure 1.1 montre le spectre électromagnétique et la correspondance
entre fréquence et longueur d’onde.

1-1 : Spectre Electromagnétique

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 4


Cours Hyperfréquences

1.2.2 Fréquence porteuse


Les informations comme la voix ou les données sont souvent transportés par voie radio autour d’une
fréquence élevée appelée fréquence porteuse. La figure 1.2 montre le spectre des ondes radio.

Figure 1-2 : Spectre des ondes radio

Le terme hyperfréquences ou micro-ondes désigne une bande de fréquences située entre 300 MHz
et 300 GHz, soit des longueurs d'onde dans le vide comprises entre 1 m et 1 mm. On classe souvent
les gammes des hyperfréquences par décades :

• UHF (Ultra-High Frequency) ou ondes décimétriques entre 300MHz (λo=1m) et 3GHz (λo=10cm)

• SHF (Super-High Frequency) ou ondes centimétriques entre 3 GHz (λo=10cm) et 30GHz (λo=1cm)

• EHF (Extremely High fequency) ou ondes millimétriques entre 30 GHz (λo=1cm) et 300GHz
(λo=1mm)

Un découpage plus précis du domaine hyperfréquence a été réalisé par l’organisme IEEE (Institute of
Electrotechnical and Electrical Engineers). Il est décrit dans le tableau 1.1.

Désignation Domaines de fréquences (GHz)


Bande L 1–2
Bande S 2–4
Bande C 4–8
Bande X 8 – 12
Bande Ku 12 –18
Bande K 18 – 26.5
Bande Ka 26.5 – 40
Bande U 40 – 60
Bande V 50 –75
Bande E 60 – 90
Bande W 75-110
Bande F 90 – 140
Tableau 1-1 : Bandes de fréquences IEEE

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 5


Cours Hyperfréquences

1.2.3 Bande passante


La bande passante ou la largeur debande est en rapport avec la quantité de données à transmettre.
Par exemple, la bande passante est de quelques kilohertz (10 kHz) en radio AM (540-1610 kHz), de
quelques dizaines de kilohertz (60kHz) en radio FM (87.5-108 MHz) et de quelques mégahertz
(10MHz) en télévision UHF (470-830 MHz). La bande passante est liée au taux de transmission de
données, ou débit binaire.

Figure 1-3 : Fréquences porteuses et largeur des canaux WiFi dans la bande 2.4 GHz

1.2.4 Puissance
Une onde électromagnétique transporte de l’énergie (E) ou de la puissance (P=E/t). On mesure la
puissance en Watt (W). L’unité de puissance utilisée usuellement en hyperfréquence est le dBm (dB
milliwatt) en raison de sa capacité à exprimer des valeurs très grandes et très petites. Le décibel est
une unité sans dimension, il définit un rapport entre deux mesures de puissance. Il est défini par :

dB=10log(P1/P0)

P1 et P0 deux puissances de même unité.

Les unités de puissance dBm et dBW sont obtenues de l’équation précédente quand P0=1mW et
P0=1W respectivement.

P(dBm)=10log(P(mW)/1mW)

P(dBW)=10log(P(W)/1W)

La puissance est proportionnelle à la tension au carré. Dans un système 50, la relation entre la
puissance et la tension est la suivante :

P=U²/50

On mesure la tension en décibels (dBV ou dBV) en utilisant les relations suivantes :

U(dBV)=20log(U(V)/1V)

U(dBV)=20log(U(V)/1V)

Voici quelques valeurs couramment utilisées pour la conversion en dB:

3dB=10log(2) : double puissance

-3dB=10log(1/2) : moitié de puissance

10dB= 10log(10) : dix fois la puissance

-10dB=10log(1/10) : un dixième de puissance

Exercice1:

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 6


Cours Hyperfréquences

Convertir les puissances 1W et 1mW en dBm et en dBW

Réponse

10log(1W/1mW)=10log(1000)=30dBm

10log(1W/1W)=10log(1)=0dBW

1W=30dBm=0dBW

10log(1mW/1mW)=10log(1)=0dBm

10log(1mW/1W)=10log(1/1000)=-30dBW

1mW=0dBm=-30dBW

Exercice 2:

Convertir les puissances -23dBm, 17dBm, -25dBm en W.

Réponse:

-23=-3-10-10=10log(1/2)+10log(1/10)+10log(1/10)=10log(1/200)

-23dBm=5W

17=10+10-3=10log(10)+10log(10)+10log(1/2)=10log(50)

17dbm=50mW

-25=-40+15=10log(1/104)+10log(25)=10log(32/104)

-25dBm=3,2W

Exercice 3:

Montrer la relation suivante dans un système 50:

dBV=107+dBm

Déduire la puissance en dBm correspondant à la tension 50V.

Réponse :

dBV=20log(U(V))=20log(U(V)/10-6)=20log(U(V))+120=10log(U²(V))+120=10log(P(W)*50)+120=

10log(P(W))+137=10log(P(mW)/103)+137=10log(P(mW))+107

20log(50)=2*(10log(50))=2*17=34

Alors 50V=34dBV, la puissance équivalente =34-107=-73dBm

1.3 Propriétés de l’onde EM


Nous commençons par des règles simples mais très utiles lors de la conception d’un réseau sans fil
(portée, débit):

- Plus la longueur d’onde est grande, plus loin celle-ci ira.


- Plus la longueur d’onde est grande, mieux celle-ci voyagera à travers et autour des choses.
- À plus courte longueur d’onde, plus de données pourront être transportées.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 7


Cours Hyperfréquences

1.3.1 Les ondes plus longues voyagent plus loin


À niveaux égaux de puissances, les ondes à des fréquences faibles (longueurs d’onde élevées)
tendent à voyager plus loin que les ondes à des fréquences plus grandes (longueurs d’onde plus
courtes).Les pertes de parcours augmentent avec la fréquence. Par exemple, pour un lien radio GSM
à 900 MHz entre une station de base et un téléphone mobile, la puissance émise par le téléphone
mobile vers la station de base dans la bande uplink890-915 MHz est moins faible que la puissance
émise de la station de base dans la bande downlink 935-960 MHz ; les pertes de parcours sont moins
importantes dans la bande uplink (voir figure 1-4).

Figure 1-4 : Lien radio dans la bande GSM

1.3.2 Les ondes plus longues contournent les obstacles


Une onde de longueur 500m (f=600kHz, un signal dans la bande AM) ne sera pas arrêtée par obstacle
de la taille de quelques mètres. Par contre une onde de longueur 30cm (f=1 GHz, proche de la bande
GSM) sera perturbée par les obstacles qui se trouvent dans son chemin de propagation (collines,
bâtiments, arbres, etc).

1.3.3 Les ondes plus courtes peuvent transporter plus de données.


Plus rapide la fréquence d’oscillation d’une onde (plus courte sa longueur d’onde), plus d’information
celle-ci pourra transporter. Prenons un exemple simple de modulation d’onde, on peut imaginer que
chaque cycle d’oscillation transporte une donnée binaire un « 0 » ou un « 1 ». Donc plus le cycle est
court, plus de données seront transportées. Aussi plus on augmente la fréquence plus il y a de la
largeur de bande disponible pour accueillir de l’information. C’est à dire plus la fréquence porteuse
est élevée et plus les bandes passantes peuvent être larges (la bande 1GHz-1 THz contient 1000 fois
la bande de fréquence DC- 1GHz).

1.3.4 Interaction de l’onde avec la matière


Lors de la propagation des ondes électromagnétiques, elles peuvent subir plusieurs déformations.
Nous détaillons dans ce qui suit l’absorption, la réflexion, la réfraction et la diffraction.

1.3.4.1 Absorption
Lorsqu’une onde électromagnétique passe à travers un matériau quelconque, elle en sort atténuée
ou affaiblie dépendamment de la nature du matériau et de la fréquence d’oscillation de l’onde (voir
figure 1-5). Pour les hyperfréquences les deux principaux matériaux absorbants sont les métaux et
l’eau. Les métaux sont de très bon conducteur électrique, parmi lesquels nous citons l’argent, le
cuivre, l’or et l’aluminium.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 8


Cours Hyperfréquences

L’eau se présente sous différentes formes : pluie, brouillard, brume, nuage, etc. Dans certaines
conditions climatiques, un lien radio (par exemple la télévision numérique par satellite) peut être
rompu. Il y a aussi d’autres matériaux qui ont un effet sur les ondes hyperfréquences comme le bois.
Leur absorption dépend de la quantité d’eau qu’ils contiennent. Les humains absorbent aussi les
ondes hyperfréquences parce que leurs corps contiennent près de 60 % d'eau. Les plastiques et les
isolants d’une façon générale, n'absorbent généralement pas beaucoup d'énergie de radio, mais ceci
varie dépendamment de la fréquence et du type de matériel.

Onde incidente

Matériau
absorbant

Onde transmise
atténuée

Figure 1-5 : Absorption de l’onde

Une conséquence pratique de l'interaction des ondes avec la matière est que seuls certains domaines
d'ondes peuvent pénétrer facilement l'atmosphère. Lorsque les ondes traversent l'atmosphère, elles
sont en partie ou totalement absorbées par les molécules qui la composent. L’atmosphère est
opaque aux fréquences très élevées et se laisse traverser à des fréquences particulières (visible,
domaine radio et HF) (voir figures 1-6 et 1-7).

Figure 1-6 : Opacité atmosphérique

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 9


Cours Hyperfréquences

Figure 1-7 : Fenêtres atmosphériques

1.3.4.2 Réflexion et réfraction


Les ondes radio sont réfléchies lorsqu’elles entrent en contact avec certains matériaux (voir figure 1-
8). Pour les ondes radio, les sources principales de réflexion sont le métal et les superficies d’eau. Les
réflexions multiples des ondes radio sur différents objets métalliques donnent naissance au
phénomène de trajets multiples (Multipath) qui joue un rôle très important dans la communication
sans fil surtout dans les zones urbaines là où il y a une forte concentration de bâtiments (réseaux
cellulaires) ou dans des environnements indoor (réseau WiFi).

La réfraction désigne le fléchissement d'une onde à l'interface entre deux milieux isolants d’indices
différents (voir figure 1-8).Une onde radio peut subir un changement de direction dépendant à la fois
de sa fréquence et de la variation de l'indice du milieu. Ce phénomène est observé particulièrement
dans le cas de la propagation ionosphérique lorsque l’onde passe d’une couche à une autre d’indices
différents.

n1sin1=n2sin2

Figure 1-8 : Réflexion et réfraction des ondes

1.3.4.3 Diffraction
La diffraction est le comportement des ondes lorsqu'elles rencontrent des coins ou une
ouverture. Par cet effet, les ondes vont se replier et changeront de direction en tournant les coins
(voir figure 1-9).

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 10


Cours Hyperfréquences

Figure 1-9 : Diffraction des ondes

On constate ce phénomène lorsque les micro-ondes frappent des murs, des sommets de montagnes
(figure 1-10). Par diffraction, l’onde perd de puissance.

Figure 1-10 : Diffraction sur le sommet d’une montagne

1.4 Domaines d’application


La majorité des applications de la technologie micro-ondes actuelle concerne les systèmes de
communication, les systèmes radar, la télédétection environnementale et les systèmes médicaux.
Comme le montrent les allocations de fréquences, les systèmes de communication RF et
hyperfréquences sont omniprésents, en particulier lorsque la connectivité sans fil promet d'offrir un
accès voix et données à «tout le monde, partout et à tout moment». L'utilisation la plus
omniprésente est dans les systèmes de téléphonie cellulaire, qui ont été proposés pour la première
fois dans les années 1970. En 1997, il y avait plus de 200 millions d'abonnés cellulaires dans le
monde, et le nombre d'abonnés et les capacités de ce service ne cessent de croître. Des systèmes
satellites ont été développés pour fournir des connexions cellulaires (voix), vidéo et données dans le
monde entier. Les grands systèmes de téléphonie par satellite, tels que Kidium et Globalstar, ont
malheureusement souffert à la fois de désavantages techniques et de modèles commerciaux faibles,
et ont échoué avec des pertes de plusieurs milliards de dollars chacune. Mais les petits systèmes
satellitaires, tels que le système GPS (Global Positioning Satellite) et le système de diffusion directe
par satellite (DBS), ont connu un succès considérable. Les réseaux locaux sans fil (WLAN) offrent un
réseau haut débit entre les ordinateurs sur de courtes distances, et la demande pour cette capacité
augmente très rapidement.

1.4.1 Radar
Les systèmes RADAR (Radio Detection and Ranging) trouvent des applications dans les systèmes
militaires, commerciaux et scientifiques. Le radar est utilisé pour détecter et localiser les cibles

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 11


Cours Hyperfréquences

aériennes, terrestres et maritimes, ainsi que pour le guidage des missiles, le contrôle des incendies,
etc. Dans le secteur commercial, la technologie radar est utilisée pour le contrôle du trafic aérien,
dans les détecteurs de mouvement (système d’alarme), l'évitement des collisions de véhicules
(guidage automatique) et la mesure de distance (positionnement). Les applications scientifiques du
radar comprennent la prévision météorologique, la télédétection de l'atmosphère, des océans et du
sol, ainsi que le diagnostic médical et la thérapie. La radiométrie hyperfréquence, qui est la détection
passive de l'énergie micro-onde émise par un objet, est utilisée pour la télédétection de l'atmosphère
et de la terre, ainsi que pour le diagnostic médical et l'imagerie pour des applications de sécurité.

Le principe du RADAR se base sur l’émission d’une onde électromagnétique et la réception de la


réflexion produite par un obstacle situé sur la trajectoire de l’onde. Le système RADAR donné par la
figure 1-11 est constitué d’un émetteur et d’un récepteur, les deux utilisent la même antenne. Le
RADAR permet de déterminer la position de l’obstacle (direction et distance), ainsi que sa vitesse s’il
est en mouvement.

La direction dans laquelle se trouve l’obstacle est obtenue en pointant une antenne à faisceau étroit
dans la direction donnant le plus grand signal réfléchi.

Le temps que l’onde met pour aller de l’émetteur vers l’obstacle et de l’obstacle vers le récepteur
permet de calculer la distance R entre l’antenne et l’obstacle.

La variation de fréquence du signal reçu par rapport au signal émis permet de détecter la vitesse
relative de l’obstacle par rapport à la source (effet Doppler).

Vr
Emetteur

Analyse,
détection, Duplexeur R
affichage

Récepteur

Figure 1-11 : Schéma simplifié d’un système RADAR

1.4.2 Chauffage à micro-ondes


A partir d’un Magnétron source fonctionnant à 2,45 GHz, la pénétration des micro-ondes dans des
matériaux diélectriques à pertes provoque une dissipation de chaleur permettant de chauffer les
aliments.

1.4.3 Médecine
L’hyperthermie micro-onde a été utilisée pour le traitement des tumeurs cancéreuses. Il s’agit de
focaliser des micro-ondes sur une tumeur. La dose dangereuse pour nos tissus est d’environ
1mW/cm2.

1.4.4 Télécommunication
Les hyperfréquences sont utilisées en télécommunications, notamment pour les transmissions
dirigées dans l’espace libre entre une antenne d’émission et une antenne de réception. Nous
présentons quelques applications des hyperfréquences dans le domaine de la télécommunication,
nous parlerons des systèmes terrestres et spatiaux.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 12


Cours Hyperfréquences

1.4.4.1 Systèmes terrestres


Radio communication cellulaire : Les systèmes de télécommunication cellulaires avec les mobiles
sont en plein développement (GSM, UMTS, LTE, etc). Ils permettent à un abonné d’appeler ou à être
appelé au téléphone sans fil. Outre la voix, ils permettent de transmettre des données textuelles,
images et vidéos. La communication entre les mobiles est réalisée par l’intermédiaire d’une station
de base assurant la couverture d’une zone appelée cellule.

Communication par faisceau hertzien : les stations sont situées au sol et utilisent des d'antennes
directives à faisceau étroit (paraboles), les fréquences porteuses sont entre 1 et 40 GHz. Le principal
obstacle étant les montagnes et la courbure de la terre sur de grandes distances. Pour contourner
ces problèmes, des stations relais sont introduites pour amplifier le signal reçu et le retransmettre.

Communication sans fil : utilisant des technologies différentes comme le WiFi, le Bluetooth, le
Zigbee et récemment la nouvelle technologie de l’internet des objets (IOT) représentant l’univers des
objets connectés et les panoplies d’applications développées autour.

1.4.4.2 Systèmes spatiaux


Radio diffusion : la radiodiffusion par satellite permet, depuis un satellite géostationnaire émettant
une forte puissance (200 à 250 watts) de diffuser les émissions de télé pouvant être directement
captée par un usager équipé d'un système réception adéquat qui permet le bon décodage des
informations transmises.

Radio navigation : Les satellites utilisés se situent à des altitudes plus basses que les satellites GEO.
Le système GPS (Global Positioning System) utilise 24 satellites placés en orbite à 20185 km qui
effectuent une rotation de la terre en 12 heures. Ils émettent à 1,575GHz et 1,227GHz.

Communication spatiale: A beaucoup plus grandes distances (centaines de millions voire de milliards
de kilomètres), les communications avec les expéditions spatiales et avec des sondes sont toujours
assurées avec les hyperfréquences dans la bande X.

La figure 1-12 présente l’allocation de quelques bandes de fréquences entre 100 MHz et 100 GHz
détaillée comme suit. Le découpage n’est pas exhaustif, y’en a d’autres bandes utilisées pour divers
services.

87 – 107 MHz : plage utilisée en radioélectricité pour les émissions en Modulation de

Fréquence (FM).

• 54 – 216 MHz : transmission des canaux télévision « VHF » par voie terrestre.

• 470 – 890 MHz : transmission des canaux télévision « UHF » par voie terrestre.

• 890 – 960 MHz : Technologie GSM pour la téléphonie mobile.

• 1710 – 1880 MHz : Technologie DCS 1800 pour la téléphonie mobile.

• 2450 – 2500 MHz : applications civiles (radar, bluetooth, Wifi…)

• 60 GHz : réseaux de transmission à courte portée.

• 77 GHz : radars anticollision automobile.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 13


Cours Hyperfréquences

Figure 1-12 : Allocation des bandes de fréquences

1.5 Supports de transmission


On peut classer les principaux types de supports de transmission outre que l’espace libre en trois
catégories : les lignes filaires, les lignes micro-bandes et les guides d’ondes. Dans les systèmes de
télécommunication terrestres les lignes bifilaire et coaxiale et la fibre optique sont les plus utilisées.
Les lignes micro-bandes sont plutôt utilisées dans la conception des circuits imprimés passifs ou
d’une façon générale dans les cartes électroniques. Les guides d’ondes métalliques à parois lisses
sont aussi utilisés en hyperfréquences en tant que circuits passifs ou système de connexion entre
dispositifs notamment en ondes centimétriques et millimétriques. Un support de transmission est
généralement caractérisé par :

- Son atténuation
- Sa bande passante (fréquence maximale du signal en Hertz, ou débit en bits/s)
- Sa sensibilité au bruit
- Sa facilité à être connecté au matériel

1.5.1 Lignes filaires


La ligne bifilaire: historiquement la ligne bifilaire était utilisée en premier pour les liaisons
télégraphiques et téléphoniques. Elle est constituée de deux conducteurs filiformes identiques
parallèles entre eux et maintenus à distance constante (environ 20cm) par un isolant (air, plastique).
Ce moyen de transmission présente une grande sensibilité au bruit et une bande passante faible (une
seule communication par ligne). La majorité des câbles de transmission de données sont de type
paires torsadées. Ces câbles peuvent contenir une ou plusieurs paires de fils, chacune étant
légèrement torsadée sur elle-même. Les lignes bifilaires ne sont pas utilisées aux fréquences micro-
ondes car elles ne sont pas blindées et peuvent rayonner.

(a) (b)

Figure 1-13 : a) Ligne bifilaire, b) Paire torsadée

Ligne coaxiale: Elle est constituée de deux conducteurs concentriques. Le conducteur extérieur est
mis à la terre et le conducteur intérieur est isolé et centré à l'aide d'un matériau diélectrique. Le

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 14


Cours Hyperfréquences

conducteur extérieur sert de blindage pour le conducteur central et joue aussi le rôle de conducteur
retour. Le câble coaxial peut supporter des puissances élevées de plusieurs centaines de Watts. Il
présente une bande passante importante ce qui permet d’acheminer plusieurs centaines de
communications téléphoniques préalablement échelonnées en fréquence par le procédé de
multiplexage. L’affaiblissement de la ligne dépend de la qualité du milieu diélectrique utilisé.

La combinaison de plusieurs paires de lignes coaxiales permet d’augmenter davantage la bande


passante.

- Le cable2,6/9,5 : contient quatre paires coaxiales ayant chacune un cœur de 2,6mm et une gaine
de 9,5mm. Sa bande passante est de 12MHz, soit 2700 voies.
- Le câble 1,2/4,4 : comprend de 4 à 28 paires coaxiales. Sa bande passante maximale est de 12
MHz.
- Le câble 3,7/13,5 : comprend de 4 à 10 paires et a une bande passante maximale de 60MHz. soit
10800 voies.

Pour garantir une qualité de liaison acceptable, les câbles nécessitent un relais amplificateur tous les
4.5 km pour le premier type et de 2km pour les deux autres.

Figure 1-14 : Câble coaxial

1.5.2 Lignes planaires à bandes et à fentes


Les principaux types de lignes sont (figure 1-15) : la microbande (microstrip), la ligne à fente (slot
line) et la ligne coplanaire (coplanar waveguide). Elles sont composées de deux parties : le substrat,
couche généralement diélectrique et à faible perte et un métal conducteur. Le métal est appliqué sur
les deux faces du substrat d'une façon partielle ou totale selon le type de ligne envisagé.

La microbande : se compose d’un substrat diélectrique complètement métallisé sur l’une de ses faces
et recouvert d’une bande métallique sur l’autre face.

La ligne à fente : possède deux bandes parallèles déposées sur la même face du diélectrique.

La ligne coplanaire : présente trois bandes métalliques séparées par deux fentes déposées sur la
même face du diélectrique.

Figure 1-15 : Lignes (a) micro bande, (b) à fente et (c) coplanaire

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 15


Cours Hyperfréquences

Lors de la réalisation des circuits imprimés, ces lignes sont largement utilisées avec les circuits
intégrés pour leur compatibilité et leur faible coût. Leur structure planaire permet le montage rapide
et précis de transistors ou de puces en surface. Ces lignes se prêtent particulièrement bien à la
réalisation et la miniaturisation des circuits actifs micro-ondes de faible puissance.

1.5.3 Guides d’ondes


La propagation dans un guide d’onde est assurée par des réflexions multiples, soit sur des parois en
métal (guide d’ondes métallique), soit sur des surfaces séparant des milieux diélectriques de
propriétés différentes (fibre optique).

(a) (b)
Figure 1-16 : Guides d’ondes métalliques, (b) guides d’ondes diélectriques

Les guides d’ondes métalliques sont de simples tuyaux métalliques à section circulaire ou
rectangulaire permettent de conduire les micro-ondes compatibles avec leur taille latérale de l’ordre
de la longueur d’onde dans la gamme de fréquence allant de 3GHz à 90GHz. On peut avoir des pertes
très faibles grâce à l’utilisation de l’air comme diélectrique et de conducteurs de section relativement
grande engendrant de très faibles pertes par effet Joule. Avec les guides d’ondes on peut réaliser un
blindage total des ondes acheminées.

Cette technologie est utilisée en forte puissance (émetteur de diffusion radio ou télé). Pour des
fréquences supérieures à la centaine de GHz, on utilise principalement les guides d’ondes
rectangulaires ou cylindriques.

1.6 Conclusion
Dans ce premier chapitre, nous avons introduit le domaine des hyperfréquences et principales
applications se basant sur la communication par voix sans fil. Nous avons introduit également les
supports physiques de transmission utilisés pour transporter des ondes hyperfréquences.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 16


Cours Hyperfréquences

Chapitre 2 Propagation sur les lignes de


transmission

2.1 Introduction
En hautes fréquences, les longueurs des lignes de transmission sont en général grandes devant la
longueur d’onde (L>>). Il en résulte que la tension et le courant varient le long de la ligne et que les
lois classiques de Kirchoff (lois des nœuds et des mailles) ne sont plus applicables. Il s’agit du
phénomène de la propagation.

Le formalisme mathématique complet pour l’étude de la propagation des ondes est complexe et fait
appel aux équations de Maxwell. En pratique, pour l’étude des lignes de transmission on se réfère
rarement aux équations de Maxwell pour traiter les problèmes de propagation. On utilise une
approche dite « circuit » en utilisant des équivalences entre le courant et la tension, et les champs
magnétique et électrique. La théorie des lignes a été développée à partir d’un modèle qui considère
la propagation d’un couple courant tension (i,v) le long des lignes. Ce couple (i,v) est en fait lié au
couple (E,H) qui se propage.

Dans ce chapitre, nous développons cette approche et nous déterminons les paramètres
caractéristiques d’une ligne de transmission. Enfin nous donnons des exemples de mesures
permettant de caractériser expérimentalement les lignes de transmission.

2.2 Classification des structures de transmission et définitions


On peut classer les structures de transmission en plusieurs catégories selon le nombre de
conducteurs dans la structure et la nature du milieu de propagation (homogène/inhomogène,
ouvert/fermé). Le tableau 2-1 montre quelques exemples de supports de transmission.

Type de structure Pas de conducteur Un conducteur Deux conducteurs


homogène Ondes dans l’espace libre ligne unifilaire Ligne bifilaire

ouverte Ligne microruban


Guides diélectriques
inhomogène Ligne de Goubau Ligne à fente
Fibres optiques
Ligne coplanaire
Guides d’ondes
homogène Ligne coaxiale
métalliques
fermée
Guides d’ondes Lignes coaxiales
inhomogène
métalliques chargés chargées
Tableau 2-1 : Classification des structures de propagation

Nomenclature :
Ouverte: possibilité de rayonnement
Fermée: champs contenus à l’intérieur du conducteur
Homogène: un seul milieu ne variant pas dans le plan transverse
Inhomogène: plusieurs milieux de nature différente ou un milieu variant d’une façon continue dans le plan
transverse.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 17


Cours Hyperfréquences

La propagation sur une ligne de transmission ou un guide d’ondes est déterminée par l’étude de la
distribution des champs électrique E et magnétique H dans la structure. On appelle un mode, une
solution (E,H) des équations de propagation. Il est caractérisé par une configuration géométrique
bien définie (une cartographie) de propagation des champs E et H. En hyperfréquences (de l’ordre
du cm ou du mm) les dimensions de la structure de transmission sont choisies de façon à ce que,
dans la bande de fréquence utilisée, il n’y ait propagation que d’un seul mode. On dit alors que la
structure est monomode. Il existe quatre familles de modes :
▪ Les modes hybrides où les champs EM ont simultanément des composantes longitudinales Ez et Hz.
▪ Les modes TE (Transverse Electrique) où Ez = 0.
▪ Les modes TM (Transverse Magnétique) où Hz = 0.
▪ Les modes TEM (Transverse Electro-Magnétique) avec Ez = Hz = 0.

On démontre que pour une structure à N conducteurs en milieu homogène, il existe N-1 modes TEM.
On voit ainsi que les guides cylindriques et rectangulaires métalliques ne supportent aucun mode
TEM tandis qu’un câble coaxial et une ligne bifilaire supportent un mode TEM.

Notons les hypothèses que nous considérons pour l’étude des lignes de transmission :

- Régime harmonique : Ceci se traduit mathématiquement par une variation temporelle en


ejt. Tout signal peut être décomposé en série de Fourier c'est-à-dire en une somme de
signaux sinusoïdaux.
- L’invariance de la section de la ligne par translation le long de la direction de propagation oz.
La direction de propagation est rectiligne (direction longitudinale z). Lors du déplacement
dans cette direction, la géométrie et les propriétés des matériaux sont supposées constants.

2.2.1 Définitions
- La constante de phase ou constante de propagation (), elle représente le déphasage de l’onde
par unité de longueur le long de la direction de propagation.
- L’atténuation par unité de longueur (), elle est due aux pertes métalliques et diélectriques.
𝜔
- La vitesse de phase (𝑉𝜑 = 𝛽 ), c’est la vitesse des surfaces équiphases. Elle ne correspond à
aucun déplacement d’énergie dans le sens de propagation, les variations de la sinusoïde ne sont
dues qu’à des variations locales du champ.
- Généralement les ondes ne sont pas monochromatiques. Un signal transmis présente une bande
𝜕𝜔
passante. On définit alors la vitesse de groupe (𝑉𝑔 = 𝜕𝛽
) qui représente la vitesse de
déplacement de l’énergie. La vitesse de groupe est toujours inférieure à la célérité mais la vitesse
de phase peut la dépasser.
- Le Diagramme de dispersion est la représentation =f() donnée par la figure 2-1. Dans un guide
non TEM () est non-linéaire, il est donc dispersif. Dans une ligne (guide TEM) () = Cte*, la
ligne n’est pas dispersive et la vitesse de phase est égale à la vitesse de groupe.

Figure 2-1 : Diagramme de dispersion

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 18


Cours Hyperfréquences

2.2.2 Rappel pour les guides d’ondes rectangulaires


Pour un guide d’onde rectangulaire (a>b), il existe plusieurs solutions de propagation de l’onde (m,n).
Pour les modes TE, l’équation de dispersion peut s’exprimer sous la forme :

𝜔² 𝑚𝜋 2 𝑛𝜋 2
𝛽𝑚𝑛 = √ 𝐶² 𝜀𝑟 − ( 𝑎
) −(𝑏) (1)

ou encore
2 2
2𝜋 2𝜋 2 2𝜋 2 1 1 2 1 2
(𝜆 ) = ( 𝜆 ) − ( 𝜆 ) ⇔ (𝜆 ) = (𝜆) − (𝜆 ) (2)
𝑔 𝑐 𝑔 𝑐

Le premier terme correspond à la longueur d’onde guidée (g), le deuxième correspond à la longueur
d’onde () qu’aurait l’onde dans le diélectrique de permittivité r. le dernier terme correspond à la
longueur d’onde de coupure (c) associée à un mode donné (m,n). A chaque couple (m,n) correspond
une fréquence de coupure fc en deçà de laquelle il n’y a pas de propagation du mode considéré ( =
0).Le mode fondamental est celui présentant la fréquence de coupure la plus basse. Il correspond au
couple (m,n) minimisant fc. Donc, il s’agit du mode TE10 pour un guide d’onde rectangulaire (fc=C/2a
pour un guide rempli par le vide).Le premier mode d’ordre supérieur est celui qui présente la
fréquence de coupure immédiatement supérieure à celle du mode fondamental. Il s’agit du mode
TE20 pour le guide d’onde rectangulaire où a>2b. La bande passante du guide d’onde est celle dans
laquelle il est monomode, elle est comprise entre la fréquence de coupure du mode fondamental et
celle du premier mode supérieur.

Figure 2-2 : Diagramme de dispersion d’un guide d’onde rectangulaire

2.2.3 Définition d’une ligne de transmission


Une ligne de transmission est une paire de conducteurs dans un milieu isolant avec une géométrie
transversale uniforme sur toute la longueur (voir figure 2-3). Sur une structure à deux conducteurs
(exemples : câble coaxial, ligne bifilaire, ligne triplaque), on démontre que le mode fondamental est
le TEM et a une fréquence de coupure nulle. On démontre que pour ces structures, les champs n’ont
pas de composantes longitudinales donc on peut associer au couple (E, H) un couple courant tension
(i,v).la théorie des lignes modélise les structures TEM sous forme de circuits parcourus par une onde
(i(z,t), v(z,t)).

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 19


Cours Hyperfréquences

(a) (b) (c)


Figure 2-3 : a) Structure d’une ligne de transmission, b) câble coaxial, c) ligne triplaque

2.3 Modélisation d’une ligne de transmission


Soit une ligne de transmission de longueur L alimentée par un générateur HF d’impédance interne Zg
et terminée sur une charge d’impédance ZL.

Figure 2-4 : Schéma d’une ligne de transmission

Toute ligne régulière et uniforme se laisse représenter électriquement par une somme de tronçons
élémentaires très petits (dx). Le tronçon peut être représenté par un schéma électrique équivalent
qui modélise son comportement en HF (voir figure 2-5):

• Les conducteurs ayant des pertes ohmiques sont décrits par une résistance série,
proportionnelle à la longueur (R dx).
• Les deux conducteurs, placés face à face, et séparés par un isolant, se comportent comme
un condensateur dont la capacité est proportionnelle à la superficie des électrodes face à
face : (C dx).
• Les courants qui circulent dans les fils créent des champs magnétiques qui engendrent un
flux magnétique entre les deux fils. Ceci est modélisé par une inductance série (L dx).
• Le diélectrique séparant les deux conducteurs n’est pas parfait, un courant de fuite pourra
circuler entre ceux-ci. Ce qui engendrera des pertes modélisées par une résistance parallèle
ou une conductance (G dx ).
Les éléments en série représentent les pertes d’énergie active (Rdx) et réactive (Ldx) dans les
conducteurs de la ligne et les éléments en parallèle représentent les pertes d’énergie active (Gdx) et
réactive (Cdx) dans le diélectrique de la ligne. On appelle R, L, G, C les paramètres primaires de la
ligne.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 20


Cours Hyperfréquences

i(x) i(x+dx)
Ldx Rdx
v(x) Cdx v(x+dx)
Gdx

Pertes du conducteur Pertes du diélectrique


L : inductance linéique H/m Paramètres primaires G : conductance linéique S/m
R : résistance linéique /m C : capacité linéique F/m

Figure 2-5 : Modèle d’un tronçon d’une ligne de transmission

En appliquant la loi des mailles on trouve :


𝜕𝑖(𝑥,𝑡)
𝑣(𝑥, 𝑡) = 𝐿𝑑𝑥 𝜕𝑡
+ 𝑅𝑑𝑥. 𝑖(𝑥, 𝑡) + 𝑣(𝑥 + 𝑑𝑥, 𝑡) (3)

En appliquant la loi des nœuds on trouve :


𝜕𝑣(𝑥,𝑡)
𝑖(𝑥, 𝑡) = 𝐶𝑑𝑥 + 𝐺𝑑𝑥. 𝑣(𝑥, 𝑡) + 𝑖(𝑥 + 𝑑𝑥, 𝑡) (4)
𝜕𝑡

En écrivant :
𝜕𝑣(𝑥,𝑡)
𝑣(𝑥 + 𝑑𝑥, 𝑡) = 𝑣(𝑥, 𝑡) + 𝜕𝑥
𝑑𝑥 (5)
𝜕𝑖(𝑥,𝑡)
𝑖(𝑥 + 𝑑𝑥, 𝑡) = 𝑖(𝑥, 𝑡) + 𝑑𝑥 (6)
𝜕𝑥

Alors les équations 3 et 4 deviennent :


𝜕𝑣 𝜕𝑖
= −𝑅. 𝑖 − 𝐿 𝑑𝑥 (7)
𝜕𝑥 𝜕𝑡

𝜕𝑖 𝜕𝑣
𝜕𝑥
= −𝐺. 𝑣 − 𝐶 𝜕𝑡 𝑑𝑥 (8)

En calculant les dérivées secondes par rapport à x et au temps des équations 7 et 8, on obtient les
équations de propagation en tension et en courant :
𝜕²𝑣 𝜕²𝑣 𝜕𝑣
𝜕𝑥²
− 𝐿𝐶 𝜕𝑡² 𝑑𝑥 − (𝑅𝐶 + 𝐿𝐺) 𝜕𝑡 − 𝑅𝐺. 𝑣 = 0 (9)

𝜕²𝑖 𝜕²𝑖 𝜕𝑖
𝜕𝑖²
− 𝐿𝐶 𝜕𝑡² 𝑑𝑥 − (𝑅𝐶 + 𝐿𝐺) 𝜕𝑡 − 𝑅𝐺. 𝑖 = 0 (10)

On appelle ces deux dernières équations les équations des télégraphistes.

2.4 Solutions des équations de propagation en régime harmonique


En régime harmonique, on prend :

(𝑣, 𝑖)(𝑥, 𝑡) = (𝑉, 𝐼)(𝑥). 𝑒 𝑗𝜔𝑡 (10)

Dans ces conditions, les équations des télégraphistes donnent :


𝜕²𝑣
𝜕𝑥²
− 𝛾². 𝑣 = 0 (11)

𝜕²𝑖
− 𝛾². 𝑖 = 0 (12)
𝜕𝑥²

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 21


Cours Hyperfréquences

Avec 𝛾 = (𝑅 + 𝑗𝐿𝜔). (𝐺 + 𝑗𝐶𝜔) (13)

La solution des équations différentielles (11) et (12) est une combinaison linéaire de ex et e-x. Ce qui
donne :

𝑣(𝑥, 𝑡) = [𝐴1 𝑒 −𝛾𝑥 + 𝐵1 𝑒 𝛾𝑥 ]. 𝑒 𝑗𝜔𝑡 (14)

𝑖(𝑥, 𝑡) = [𝐴2 𝑒 −𝛾𝑥 + 𝐵2 𝑒 𝛾𝑥 ]. 𝑒 𝑗𝜔𝑡 (15)

En utilisant les expressions 7 et 8, on trouve :


𝐴1 𝐵
𝐴2 = 𝑍𝑐
= 𝐴 𝑒𝑡 𝐵2 = − 𝑍1 = 𝐵 (16)
𝑐

𝑅+𝑗𝐿𝜔
Avec 𝑍𝑐 = √𝐺+𝑗𝐶𝜔 (17)

En posant 𝛾 = 𝛼 + 𝑗𝛽 , alors les équations 14 et 15 deviennent :

𝑣(𝑥, 𝑡) = 𝐴𝑒 −𝛼𝑥 𝑒 𝑗(𝜔𝑡−𝛽𝑥) + 𝐵𝑒 𝛼𝑥 𝑒 𝑗(𝜔𝑡+𝛽𝑥) (18)


1
𝑖(𝑥, 𝑡) = 𝑍 [𝐴𝑒 −𝛼𝑥 𝑒 𝑗(𝜔𝑡−𝛽𝑥) − 𝐵𝑒 𝛼𝑥 𝑒 𝑗(𝜔𝑡+𝛽𝑥) ] (19)
𝑐

L’expression 18 de la tension est la somme de deux termes :

 Le premier dont l’amplitude (A e-x) diminue lorsque x augmente, c'est-à-dire pour un


déplacement du générateur vers la charge, il s’agit d’une onde incidente ou onde
progressive qui se propage suivant les x positifs.
 Le deuxième terme dont l’amplitude (Bex) diminue lorsque x diminue, c'est-à-dire pour un
déplacement de la charge vers le générateur, il s’agit d’une onde réfléchie ou onde
régressive qui se propage en sens contraire.

Par conséquent, la tension sur la ligne résulte de la superposition de deux ondes se propageant en
sens inverse. La même chose pour le courant. L’origine de l’onde régressive est la réflexion de l’onde
progressive due à la présence d’un élément perturbateur sur la ligne (une discontinuité des
caractéristiques de la ligne ou la charge disposée en bout de ligne).
En un point donné de la ligne, la tension est une fonction sinusoïdale du temps de période T=2/. A
un instant donné, la tension est une fonction sinusoïdale de l’abscisse x dont la périodicité dans
l’espace est la longueur d’onde =2/. L’onde se déplace à une vitesse constante Vp=/. C’est la
vitesse d’un mobile qui accompagne l’onde en observant une phase constante =t-x. La vitesse de
groupe est égale à la vitesse de phase. La ligne est non-dispersive.

Le paramètres  est un nombre complexe constitué de :

- une partie réelle  qui caractérise l’affaiblissement de la ligne exprimé en m-1. On donne le plus
souvent le coefficient d’affaiblissement dB/m de la puissance.

(dB/m) = 20log(e-)=-8,686 (m-1)

- une partie imaginaire  qui est la constante de propagation exprimée en rad/m.

Le passage de la tension à l’intensité est effectué grâce à Zc. Son unité est l’ohm (). On l’apelle
impédance caractéristique de la ligne.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 22


Cours Hyperfréquences

Les quatre grandeurs réelles R , C , L , G (paramètres primaires) sont remplacées, en pratique, par les
deux grandeurs complexes  et Zc(paramètres secondaires) caractérisant l’onde qui sont accessibles
aux mesures.

Pour une ligne sans perte, R=G=0,  est imaginaire pure (donc =0) et Zc est réelle. Le tableau 2-2
résume les caractéristiques de lignes sans perte et à faible perte.

Tableau 2-2 : Caractéristiques de lignes

2.5 Coefficient de réflexion et impédance le long de la ligne


2.5.1 Coefficient de réflexion
Nous considérons une ligne de longueur L, d’impédance caractéristique Zc, de pertes linéiques et de
constante de propagation . Nous supposons que la ligne de transmission est parfaite (ne contient
pas des discontinuités) et que les réflexions sont dues à l’interposition d'une charge à son extrémité.
On définit le coefficient de réflexion par le rapport de l’onde réfléchie et l’onde incidente. Cette
quantité dépend de la position sur la ligne. Pour simplifier le calcul nous prenons comme origine la
charge, donc le générateur se positionne a l’abscisse –L comme c’est indiqué pat la figure 2-6.

Figure 2-6 : Schéma d’une ligne de transmission avec changement de repère

𝑇𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑟é𝑓𝑙é𝑐ℎ𝑖𝑒 (𝑥=−𝑙) 𝐵𝑒 −𝛾𝑙 𝐵


Γ (𝑥 = −𝑙) = 𝑇𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑖𝑛𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒 (𝑥=−𝑙) = 𝐴𝑒 𝛾𝑙
= 𝐴 𝑒 −2𝛾𝑙 (20)

Au niveau de la charge, on définit le coefficient de réflexion L donné par :


𝐵
Γ𝐿 = Γ (𝑥 = 0) = 𝐴 (21)

Le coefficient de réflexion est un nombre complexe. On notera 0 et  le module et la phase du


coefficient de réflexion au niveau de la charge.

ΓL = Γ0 ejθ (22)

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 23


Cours Hyperfréquences

En utilisant les relations 20 et 21, on déduit le coefficient de réflexion le long de la ligne en fonction
du coefficient de réflexion de charge :

Γ (𝑥 = −𝑙) = Γ𝐿 𝑒 −2𝛾𝑙 (23)

2.5.2 Impédance sur la ligne


On définit l’impédance en un endroit quelconque de la ligne comme suit :
𝑉(𝑥=−𝑙) 𝐴𝑒 𝛾𝑙 +𝐵𝑒 −𝛾𝑙
𝑍(𝑥 = −𝑙) = 𝐼(𝑥=−𝑙)
= 𝑍𝑐 𝐴𝑒 𝛾𝑙 −𝐵𝑒 −𝛾𝑙 (24)

L’impédance au niveau de la charge est donnée par l’équation 25. Elle est égale à l’impédance de
charge ZL.
𝐴+𝐵
𝑍(𝑥 = 0) = 𝑍𝑐 𝐴−𝐵 = 𝑍𝐿 (25)

En utilisant les expressions24 et 25, on démontre l’expression de l’impédance ramenée en un endroit


quelconque de la ligne en fonction de ZL et des caractéristiques de la ligne.
𝑍 +𝑍 𝑡𝑔ℎ(𝛾𝑙)
𝑍(𝑥 = −𝑙) = 𝑍𝑐 𝑍𝐿+𝑍 𝑐 𝑡𝑔ℎ(𝛾𝑙) (26)
𝑐 𝐿

On en déduit l’expression de l’impédance ramenée à l’entrée de la ligne :


𝑍 +𝑍 𝑡ℎ(𝛾𝐿)
𝑍𝑖𝑛 = 𝑍𝑐 𝑍𝐿+𝑍𝑐 𝑡ℎ(𝛾𝐿) (27)
𝑐 𝐿

En utilisant les relations 21 et 25, on déduit la relation entre le coefficient de réflexion et l’impédance
de charge :
𝑍𝐿 −𝑍𝑐
Γ𝐿 = (28)
𝑍𝐿 +𝑍𝑐

Cette relation est valable en un point quelconque de la ligne, c'est-à-dire :


𝑍(𝑥=−𝑙)−𝑍𝑐
Γ(x = −l) = (29)
𝑍(𝑥=−𝑙)+𝑍𝑐

Le module du coefficient de réflexion se trouve toujours dans l’intervalle [0 1] pour toute charge Z L
passive correspondant à Re(ZL)>0.

2.5.3 Variation du module de la tension le long de la ligne


Calculons l'amplitude de la tension en chaque point de la ligne :

|𝑉(𝑥 = −𝑙)| = |𝐴|. 𝑒 −𝛼𝑙 . |1 + Γ𝐿 𝑒 −2𝛾𝑙 | = |𝐴|. 𝑒 −𝛼𝑙 . |1 + Γ0 𝑒 −2𝛼𝑙 𝑒 𝑗(−2𝛽𝑙+𝜃) | =


|𝐴|. 𝑒 −𝛼𝑙 √(1 + Γ0 𝑒 −2𝛼𝑙 cos(−2𝛽𝑙 + 𝜃))² + (Γ0 𝑒 −2𝛼𝑙 sin(−2𝛽𝑙 + 𝜃))² =
|𝐴|. 𝑒 −𝛼𝑙 √1 + (Γ0 𝑒 −2𝛼𝑙 )² + 2Γ0 𝑒 −2𝛼𝑙 cos(−2𝛽𝑙 + 𝜃) (30)

L’expression obtenue est une fonction pseudo-sinusoïdale. Le terme en cos() varie de -1 à +1.Donc le
module de la tension varie entre |A|. e−αl |1 + Γ0 e−2αl |et |A|. e−αl |1 − Γ0 e−2αl |.

On se place maintenant dans l’hypothèse d’une ligne de propagation sans perte. Cette hypothèse ne
modifie en rien la conclusion de l’étude mais permet de la simplifier. Le module de l’onde de tension
en un point x=-l de la ligne est donné par :

|𝑉(𝑥 = −𝑙)| = |𝐴|. √1 + Γ02 + 2Γ0 cos(𝜃 − 2𝛽𝑙) (31)

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 24


Cours Hyperfréquences

On observe avec les appareils de mesure (oscilloscope) des valeurs efficaces. Pour les avoir il suffit de
prendre le module de la tension complexe divisé par √2 . La tension et le courant efficaces sont
donnés par :
|𝐴|
𝑉𝑒𝑓𝑓 (𝑥 = −𝑙) = . √1 + Γ02 + 2Γ0 cos(𝜃 − 2𝛽𝑙) (32)
√2

|𝐴|
𝐼𝑒𝑓𝑓 (𝑥 = −𝑙) = . √1 + Γ02 − 2Γ0 cos(𝜃 − 2𝛽𝑙) (33)
√2𝑍𝑐

La tension et le courant efficaces passent par des maximums et des minimums comme c’est illustré
par la figure 2-7.

Les maximums de tension (minimums de courant) sont obtenus aux positions lMpour cos(𝜃 −
|𝐴|
2𝛽𝑙𝑀 ) = 1. Le maximum de tension est : 𝑉𝑀 = 𝑉𝑒𝑓𝑓𝑚𝑎𝑥 = . (1 + Γ0 ) (34)
√2

Les minimums de tension (maximums de courant) sont obtenus aux positions lmpour cos(𝜃 −
|𝐴|
2𝛽𝑙𝑚 ) = −1. Le minimum de tension est : 𝑉𝑚 = 𝑉𝑒𝑓𝑓𝑚𝑖𝑛 = . (1 − Γ0 ) (35)
√2

Figure 2-7 : Variation du courant et de la tension le long d’une ligne de transmission

On remarque une succession de minimums et de maximums locaux, appelés respectivement nœuds


et ventres. La distance entre deux maximums ou deux minimums successifs est /2 (correspondant à
2l=2) et la distance entre un maximum et un minimum successifs est /4. On est en présence
d'une onde dite stationnaire, parce les positions des nœuds et des ventres paraissent immobiles dans
le temps.

Si Γ0 =1, le régime est celui d’ondes stationnaires pures. Si Γ0 =0, le régime est celui d’ondes
progressives pures. D’une façon générale l’onde de tension est la superposition d’ondes progressives
d’amplitudes Vm et d’ondes stationnaires d’amplitude variant de 0 à VM-Vm.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 25


Cours Hyperfréquences

2.5.4 Rapport d’onde stationnaire


On définit le rapport d’onde stationnaire (ROS en français, VSWR en anglais: Voltage Standing Wave
Ratio) par le rapport entre la tension maximale VM et la tension minimale Vm sur la ligne.
𝑉𝑀 1+Γ
𝑅𝑂𝑆 = 𝑉𝑚
= 1−Γ0 (36)
0

Le ROS ne dépend que du module du coefficient de réflexion au niveau de la charge. Sa valeur varie
entre 1 et +. Lorsque le ROS est voisin de 1 (pas de réflexion), le régime de la ligne est proche du
régime d’ondes progressives. Lorsque le ROS>1, il y a désadaptation et le régime de la ligne est celui
du régime d’ondes stationnaires.

On prend les trois cas particuliers :

- Ligne terminée par un circuit ouvert : ZL=

Γ𝐿 = 1, Γin = 𝑒 −2𝛾𝐿 , 𝑍𝑖𝑛 = 𝑍𝑐 coth(𝛾𝐿) , 𝑅𝑂𝑆 = ∞


L'onde est totalement réfléchie par le circuit ouvert sans changer de signe à la réflexion.

- Ligne terminée par un court-circuit : ZL=0

Γ𝐿 = −1, Γin = −𝑒 −2𝛾𝐿 , 𝑍𝑖𝑛 = 𝑍𝑐 th(𝛾𝐿), 𝑅𝑂𝑆 = ∞


L'onde est totalement réfléchie par le court-circuit. Au niveau de la charge l’onde réfléchie est en
opposition de phase par rapport à l’onde incidente.

- Ligne terminée par une charge égale à Zc

Γ𝐿 = 0, Γin = 0, 𝑍𝑖𝑛 = 𝑍𝑐 , 𝑅𝑂𝑆 = 1


Quand la ligne est terminée par une charge égale à son impédance caractéristique alors il n’y a pas
d’onde réfléchie et l’onde est totalement transmise vers la charge. On dit que la ligne est terminée
par une charge adaptée.

2.5.5 Ligne sans perte


Une ligne sans perte correspond à R=G=0. Alors, Zc est réelle et l’expression 27 de l’impédance
ramenée à l’entrée de la ligne devient :
𝑍 +𝑗𝑍 𝑡𝑔(𝛽𝐿)
𝑍𝑖𝑛 = 𝑍𝑐 𝑍𝐿+𝑗𝑍𝑐 𝑡𝑔(𝛽𝐿) (37)
𝑐 𝐿

Γin = ΓL 𝑒 −2𝑗𝛽𝐿 (38)

On reprend les trois cas particuliers :

- Ligne terminée par un circuit ouvert : ZL=, alors Γ𝐿 = 1, 𝑍𝑖𝑛 = 𝑗𝑍𝑐 cotg(𝛽𝐿)
- Ligne terminée par un court-circuit : ZL=0, alors Γ𝐿 = −1, 𝑍𝑖𝑛 = 𝑗𝑍𝑐 tg(𝛽𝐿)
- Ligne terminée par une charge adaptée : ZL=Zc, alors Γ𝐿 = 0, 𝑍𝑖𝑛 = 𝑍𝑐

Pour le cas de terminaison ouverte ou court-circuitée, l’impédance ramenée est toujours une
réactance pure. Cette propriété est exploitée pour l’adaptation. On la verra dans le cinquième
chapitre.

L’impédance ramenée à l’entrée d’une ligne quart d’onde (L=/4) est Zin=Zc²/ZL. Donc la ligne quart
d’onde est un inverseur d’impédance qui permet de transformer :

- une charge ZL est réactive, en une impédance Zin réactive aussi mais de signe contraire

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 26


Cours Hyperfréquences

- une charge ZL résistive plus faible (grande) que Zc en une impédance Zin résistive aussi mais plus
grande (faible) que Zc.

La ligne quart d’onde transforme aussi un court-circuit en circuit ouvert et inversement.

L’impédance ramenée à l’entrée d’une ligne demi-d’onde (L=/2) est Zin=ZL. Elle sert à ramener en un
endroit donné de la charge multiple de /2 une impédance égale à l’impédance de charge.

2.6 Mesures sur les lignes de transmission


Les paramètres caractéristiques de la ligne de transmission qu’on souhaite déterminer sont
l’impédance caractéristique Zc, les pertes linéiques  et la constante de propagation . Il existe
principalement deux techniques permettant de déterminer par mesure ces caractéristiques : mesure
de tension avec la ligne de mesure et mesure d’impédance ramenée avec l’analyseur de réseau. Nous
détaillons dans cette section ces deux mesures.

2.6.1 Mesure de tension


La ligne de mesure est l’élément indispensable pour effectuer des mesures de tension sur une ligne
de transmission notamment le câble coaxial. Elle consiste à prendre un tronçon de ligne d’au moins
une longueur d’onde et de construire sur sa surface une fente longitudinale. On fait pénétrer à
l’intérieur de la ligne fendue une sonde très fine portée par un chariot gradué se déplaçant librement
le long de cette ligne. La sonde reliée à voltmètre (ou oscilloscope) permet de lire la valeur de la
tension efficace comme c’est indiqué par la figure 2-8. Pour pouvoir déterminer les caractéristiques
de la ligne de transmission, on doit l’alimenter par un générateur de signaux sinusoïdaux et la
terminer par une charge ZL connue.

Figure 2-8 : Ligne de mesure

- Calcul de  : Soit d0 la distance entre deux minimums ou deux maximums successifs de tension
est égale à /2. Alors =/d0
- Calcul de Zc : Soient XM et Xm deux tensions efficaces maximale et minimale mesurées
successivement sur la ligne. En utilisant l’équation 36, on déduit le module du coefficient de
réflexion au niveau de la charge 0. L’argument θ se déduit de la position du premier minimum

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 27


Cours Hyperfréquences

(ou maximum) près de la charge. A partir de =0ej θ, on peut déterminer Zc connaissant ZL à


partir de l’équation 28.
- La mesure des amplitudes de plusieurs maximums consécutifs permettra de déduire α.

2.6.2 Mesure d’impédance


Cette méthode de mesure des caractéristiques de la ligne utilise un pont d’impédances. On mesure
avec l’analyseur de réseau l’impédance ramenée par une portion de ligne, qui est chargée sur un
court-circuit, Zcc, puis sur un circuit ouvert, Zco.

𝑍𝑐𝑐 = 𝑍𝑐 𝑡ℎ(𝛾𝐿) (39)

𝑍𝑐𝑜 = 𝑍𝑐 𝑐𝑜𝑡ℎ(𝛾𝐿) (40)

A partir de 39 et 40 on déduit Zc comme suit :

𝑍𝑐 = √𝑍𝑐𝑐 . 𝑍𝑐𝑜 (41)

Soit  un paramètre se calculant avec la relation suivante :

𝑍
𝜂 = 𝑡ℎ(𝛾𝐿) = √𝑍𝑐𝑐 (42)
𝑐𝑜

On en déduit alors  et  en utilisant les équations suivantes :


1 1+𝜂
𝛼= 𝑙𝑛 (| |) (43)
2𝐿 1−𝜂

1 1+𝜂
𝛽 = 2𝐿 𝑎𝑟𝑔 (1−𝜂) (43)

2.7 Conclusion
Dans ce chapitre nous avons développé le modèle électrique d’une ligne de transmission valable sous
l’hypothèse du mode de transmission TEM et nous avons introduit les paramètres primaires (R, L, G
et C) et secondaires (,  et Zc) permettant de caractériser le fonctionnement d’une ligne. Nous
avons également introduit les notions d’impédance ramenée et de coefficient de réflexion sur une
ligne de transmission ainsi que les relations entre eux. Les mesures de ces grandeurs permettent de
déduire les paramètres secondaires d’une ligne de transmission. Nous avons présenté à la fin de ce
chapitre deux techniques de mesure utilisées dans la pratique permettant de caractériser une ligne
de transmission.

2.8 Exercices
Exercice 1

Démonter les expressions de l’impédance (27) et du coefficient de réflexion (29) à l’entrée d’une
ligne.

Exercice 2

Les mesures effectuées sur une ligne d’impédance caractéristique 50  chargée par une impédance
inconnue ont donné les résultats suivants :

- Tension efficace maximale : 2V

- Tension efficace Minimale : 1V

- Distance entre les tensions maximale et minimale : 20 cm

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 28


Cours Hyperfréquences

- Abscisse u premier maximum : 10 cm

1- Déterminer le coefficient de réflexion au niveau de la charge.

2- Déterminer l’impédance de charge.

Exercice 3

Les mesures de l’impédance d’entrée d’une ligne de transmission de longueur 1m donnent les
résultats suivants pour la fréquence 30 MHz:

- Zin (cc) : 48+j104 (Ω)

- Zin (co) : 12-j26 (Ω)

1- Déterminer l’impédance caractéristique de la ligne.

2- Déterminer la permittivité de la ligne

3- Déterminer les pertes linéiques de ligne

Exercice 4

Un câble sans perte a une inductance linéique L=1nH/m et une capacité linéique C=1nF/m. calculer le
retard introduit par une section de longueur L=1m.

Exercice 5

Une ligne de transmission sans perte d’impédance caractéristique Zc est terminée par une charge ZL.
Déterminer les impédances aux minimums et maximums de tension.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 29


Cours Hyperfréquences

Chapitre 3 Paramètres S
3.1 Introduction
En hautes fréquences, la longueur d’onde est comparable aux dimensions des éléments qui
composent le circuit électronique. Il est alors nécessaire de tenir compte des phénomènes de
propagation. Les paramètres S ou encore paramètres de répartition, basés sur le concept des ondes,
permettent de caractériser un quadripôle aussi bien passif qu’actif tout en prenant en compte les
phénomènes de propagation, de couplage, etc. La mesure des paramètres S fait l'objet du domaine
de l'analyseur de réseaux.

Dans ce chapitre, nous commencerons par définir les paramètres S. Par la suite, nous présenterons
des propriétés particulières de circuits hyperfréquences qui se dérivent des paramètres S. Dans la
troisième partie de ce chapitre, nous parlerons de la caractérisation de quelques circuits
hyperfréquences dépendamment de leur nombre d’accès. Les différentes techniques de mesure de
ces paramètres S feront l’objet de la dernière partie de ce chapitre. Nous détaillerons en particulier
l'appareil de mesure l’analyseur de réseaux vectoriel.

3.2 Formalise mathématique des paramètres S


3.2.1 Définition et hypothèses
3.2.1.1 Composant hyperfréquence
Un composant hyperfréquence est une structure connectée à n lignes de transmission (lignes
coaxiales, lignes microruban, etc.) comme c’est donné par la figure 3-1. Sur chaque ligne d’accès i, on
définit un axe de coordonnées zi. zi=0 correspond à la position du plan de référence de l’accès i.

Les hypothèses de base que nous considérons pour l’étude de ces composants sont les suivantes :

 Les lignes de connexion sont sans perte


 Un seul mode dominant peut se propager ce qui impose un choix des dimensions et de la
fréquence de fonctionnement
 Les plans de référence doivent être suffisamment éloignés du composant (zi>) pour pouvoir
négliger les modes supérieurs évanescents engendrés par les discontinuités entre le
composant et l’accès correspondant.

z1 zn
1 n

i zi

Figure 3-1 : Composant hyperfréquence

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 30


Cours Hyperfréquences

3.2.1.2 Amplitudes complexes normalisées


Soient Ui et Ii la tension et le courant sur la ligne i et Zci et i son impédance caractéristique et sa
constante de propagation. Pour une ligne sans perte, la solution générale de l’équation des
télégraphistes est :

U i ( z i )  U i  exp  j i z i   U i  exp  j i z i 

U i  exp  j i z i   U i  exp  j i z i 
I i ( zi ) 
Z ci

Avec Ui+ et Ui- des constantes déterminées à partir des conditions aux limites sur la ligne.

A partir de ces expressions, on peut définir sur chaque ligne i une onde aller ou onde incidente et une
onde retour ou onde réfléchie comme suit:

U i ( z i )  Z ci I i ( z i )
Onde incidente : U i  exp  j i z i  
2

U i ( z i )  Z ci I i ( z i )
Onde réfléchie : U i  exp  j i z i  
2
Ces ondes peuvent être définie avec des amplitudes généralisées ai(zi) et bi(zi) dont la dimension est
la racine carrée de la puissance. ai(x) et bi(x) sont définies ainsi :
U i
ai ( z i )  exp  j i z i 
Z ci

U i
bi ( z i )  exp  j i z i 
Z ci

Le terme ai correspond à une onde progressive représentant le signal entrant au composant par
l’accès i et le terme bi correspond à une onde réfléchie représentant le signal sortant du composant
par le même accès.

3.2.1.3 Puissance sur un accès


La puissance active Pisur l’accès i est donnée par :

   
Pi  Re U i I i*  Re ai  bi  ai*  bi*  ai  bi  2 2

Elle représente la différence entre la puissance |ai|² entrant dans le composant par l’accès i et la
puissance |bi|² sortant du composant par le même accès.

Les paramètres ai et bi peuvent être déterminés directement à partir des mesures de puissance. Ils
sont universellement employés pour l’étude des composants hyperfréquences.

3.2.2 Matrice de répartition


3.2.2.1 Définition
Tout composant linéaire fonctionnant en hyperfréquences à N accès (voir figure 3.2), il existe des
relations algébriques liant les signaux d'entrée (ai) aux signaux de sortie (bi).

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 31


Cours Hyperfréquences

Figure 3-2 : Représentation des différentes ondes pour un dispositif à N accès

Les ondes ai et bi sont définies par rapport au plan de référence Pi. Elles représentent respectivement
les ondes incidentes et réfléchies.

Les relations entre les différentes ondes ai et bi (i=1 ,..,N) peuvent être mises sous forme matricielle
en introduisant la matrice de répartition S :

(b)=(S).(a)

Où,

 b1   a1   S11 S12  S1n 


     
 b2   a2   S 21 S 22  S 2 n 
(b)   , (a)    et ( S )   .
      
     
b  a  S 
 n  n  n1 S n 2  S nn 
Le terme Siji≠j représente la fonction de transfert de l’accès j à l’accès i. Le terme Sii représente la
réflexion à l’accès i.

bi
Sij 
aj
ak  0 , k  j

Les paramètres S sont sans dimension et sont définis par rapport à une impédance de référence Z0
qui est l’impédance caractéristique des différentes lignes reliées au composant. Ils dépendent de la
fréquence et sont usuellement déterminés par rapport à une impédance caractéristique égale à 50.
Les paramètres de la matrice S (n² termes complexes) ne sont pas en général tous indépendants
grâce aux propriétés physiques des composants. Ce qui permet de réduire le nombre de mesures
nécessaires pour la caractérisation du comportement linéaire des composants.

3.2.2.2 Cas particulier du quadripôle


Dans le cas particulier où on considère un quadripôle, ce dernier possède deux accès, le premier est
lié à une source l'autre à une charge.

Figure 3-3 : Schéma d’un dispositif à deux accès

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 32


Cours Hyperfréquences

Les paramètres S de ce circuit sont définis comme suit :

b1
S11  : coefficient de réflexion à l’entrée lorsque la sortie est adaptée.
a1 a2  0

b2
S 21  : coefficient de transmission de l’entrée vers la sortie lorsque la sortie est
a1 a2  0

adaptée.
b1
S12  : coefficient de transmission de la sortie vers l’entrée lorsque l’entrée est
a2 a1  0

adaptée.
b2
S 22  : coefficient de réflexion à la sortie lorsque l’entrée est adaptée.
a2 a1  0

3.2.2.3 Impédance d’accès


L’impédance à l’entrée d’un accès i donné du composant est donnée par :

U i ( z i  0)
Z i ( z i  0) 
I i ( z i  0)

Avec

U i ( z i  0))  Z ci a i ( z i  0)  bi ( z i  0)   Z ci a i ( z i  0)1  S ii 

I i ( z i  0) 
1
ai ( z i  0)  bi ( z i  0)  Z ci a i ( z i  0)1  S ii 
Z ci

Alors l’expression de cette impédance devient :

1  S ii
Z i ( z i  0)  Z ci
1  S ii

3.2.2.4 Rapport d’onde stationnaire


La tension sur une ligne reliée à l’accès i du composant est donnée par:

U i ( z i )  Z ci ai ( z i )1  S ii exp( 2 j i z i )

Soit  la phase de Sii. Alors U i ( zi )  Z ci ai ( zi ) 1  S ii


2
 2 Sii cos(  2i zi ) 
La tension passe par des extrema lorsque cos(+2izi)=1 (voir figure 3.4). Avec :

U max  Z ci ai 1  Sii  et U min  Z ci ai 1  Sii 

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 33


Cours Hyperfréquences

|U|

Umax

Umin

zM zm
z
g/2

Figure 3-4 : variation du module de la tension le long d’une ligne de transmission

Le quotient Umax/Umin représente le rapport d’onde stationnaire (ROS) ou VSWR (Voltage Standing
Wave Ratio) sur la ligne i. Il est donné par :

1  S ii
ROS i  1  ROS i  
1  S ii

3.2.3 Matrices Z, Y et ABCD


Les circuits électroniques sont généralement étudiés à travers des matrices. Une méthode usuelle
pour connaître la fonctionnalité d’un quadripôle est de connaître sa matrice de transformation
courant-tension. On définit la matrice des impédances (matrice Z), matrice des admittances (matrice
Y) et la matrice chaîne (matrice ABCD). Le schéma électrique équivalent d’un quadripôle est donné
par la figure 3.5.

I1 I2

Z11 Z22
+ +
Z12 I 2 Z21 I 1
V1 - - V2

Figure 3-5 : Schéma électrique équivalent d’un quadripôle

3.2.3.1 Matrice Z
La matrice Z est définie comme suit :

 V1   Z11 Z12  I1 
     
 2   21
V Z Z 22  I 2 

Ou encore :

V1  Z 11 I 1  Z 12 I 2
V2  Z 21 I 1  Z 22 I 2

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 34


Cours Hyperfréquences

On peut obtenir les paramètres de la matrice Z par des mesures de rapport tension/courant pour une
terminaison ouverte placée à l’entrée ou à la sortie du quadripôle (i1=0 oui2=0).

 V1 V2
Z 11  , Z 21 
 I1 I 2 0
I1 I 2 0

Z  V1 , Z 22 
V2
 12 I I2
 2 I1  0 I1  0

3.2.3.2 Matrice Y
 I1   Y11 Y12  V1 
     
 I 2   Y21 Y22 V2 

I1  Y11V1  Y12V2
I 2  Y21V1  Y22V2

 I1 I
Y11  , Y21  2
 V1 V 0 V1 V 0

2 2

Y  I1 I
, Y22  2
 12 V V2 V 0
 2 V1  0 1

3.2.3.3 Matrice ABCD


V1   A B  V2 
     
 I 1   C D   I 2 

V1  AV1  BI 2
I 1  CV2  DI 2

 V1 V1
A  ,B 
 V2 I 2 0
 I2 V2  0

C  I 1 ,D 
I1
 V2  I2
 I 2 0 V2  0

3.2.3.4 Intérêt des paramètres S


Pour déterminer les éléments des matrices Z, Y ou ABCD on procède à des mesures en circuit ouvert
(i=0) et en court-circuit (v=0). Au-dessus de 100 MHz ces circuits sont difficiles à réaliser, à cause des
capacités et inductances parasites. De plus la mise en court-circuit ou en circuit ouvert de
quadripôles possédant du gain conduit souvent à une oscillation. Alors, les matrices [Z], [Y ] et [ABCD]
sont inadaptées aux hautes fréquences. La matrice [S] a l’avantage d’être mesurable sur entrée et
sortie adaptées usuellement à 50. En outre, les paramètres S sont déterminés à partir des mesures
de puissance.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 35


Cours Hyperfréquences

3.3 Propriétés particulières des composants HF


3.3.1 Réciprocité
Un composant est dit réciproque lorsque la fonction de transfert liant deux accès distincts ne dépend
pas du sens. Ceci se traduit sur la matrice S par :

Sij  S ji pour i  j

Le nombre d’inconnus sera réduit à n(n+1)/2.

Les composants actifs sont non réciproques. Un sens de circulation de la puissance est fixé pour le
bon fonctionnement du circuit.

3.3.2 Conservation d’énergie


Dans un circuit passif non dissipatif (ne consomme pas et ne fournit pas d’énergie), les puissances
entrantes sont égales aux puissances sortantes. Ceci se traduit par la relation suivante :
n n

 ai   bi
2 2

i 1 i 1

Ce qui donne :

S  .S  I ou bien  S S   1 si j  k et jk  0 si j  k 
n
T * *
ij ik  jk jk
i 1

3.3.3 Adaptation
On dit qu’un composant est adapté à un accès i si aucun signal n’est réfléchi lorsque ce seul accès est
alimenté (aj=0, j≠i). Alors,Sii=0

Un composant est adapté à tous ses accès lorsque les termes diagonaux de la matrice S sont tous
nuls.

3.3.4 Symétrie
Quand un composant réciproque possède un ou plusieurs plans de symétrie géométrique et les plans
de référence sont symétriques, les termes de la matrice S correspondant à ces accès symétriques
sont égaux ou de signe opposé.

3.3.5 Déplacement des plans de référence


On suppose que les plans de référence Pi, par rapport auxquels les paramètres S sont déterminés,
ont été déplacés d’une distance zi.

z id  z i  z i
aid  ai exp  j i  et bid  bi exp  j i  avec i   z i

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 36


Cours Hyperfréquences

Figure 3-6 : Déplacement des plans de référence

Les vecteurs des signaux entrants (a) et des signaux sortants(b) deviennent :

(a)  diag exp  j (a d ) et (b d )  diag exp  j (b)


 exp( j1 ) 0  0 
 
 0 exp( j 2 ) 0 
avec diag exp  j    
  
 
  exp( j n ) 
 0 0

On en déduit :

sijd  sij exp( j (i   j ))

Lors des mesures des paramètres S, l’ajout de câbles adaptés et à faibles pertes entre l’analyseur de
réseau et le dispositif sous test entraine un déplacement des plans de référence. Le calcul précédent
s’avère utile pour retrouver les paramètres S du dispositif à partir des paramètres S mesurés. Si les
câbles présentent des pertes importantes, il faut alors les caractériser à part.

3.4 Caractérisation des composants HF


3.4.1 Dipôles
3.4.1.1 Définition
Un composant à un accès a une matrice S réduite à un terme. Il s’agit de son facteur de réflexion.

Z  Zc
S11   
[S]=S11 avec
Z  Zc

3.4.1.2 Exemples
Charge adaptée: Z=Zc, S11=0: la puissance du signal incident est dissipée dans un matériau absorbant
(matière plastique chargée de graphite ou de poudre de fer)

Réflexion totale: Pour des applications de mesure, on fait usage d’une réflexion totale (C.C. ou C.O)

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 37


Cours Hyperfréquences

Court-circuit: Z=0, S11=-1

Circuit ouvert: Z=, S11=1

Antenne: elle est considérée comme dipôle. Ses dimensions sont choisies de telle sorte que la
puissance qui lui est incidente est émise par rayonnement à des fréquences particulières.

Oscillateurs : les oscillateurs sont aussi des dipôles dont le coefficient de réflexion est de module
supérieur à 1 (générateur de signaux). Un composant actif est nécessaire pour la conception des
oscillateurs.

3.4.2 Quadripôles
3.4.2.1 Définition
Ce sont les composants à deux accès (2 portes). Leur matrice S comporte quatre termes.

S S12 
S   11 
 S 21 S 22 
3.4.2.2 Propriétés particulières
Un quadripôle est dit réciproque si S12=S21

 S11 2  S 21 2  1


Un quadripôle est dit non dissipatif si  S12  S 22  1
2 2

 *
S11S12  S 21S 22  0
*

Un Quadripôle réciproque et non dissipatif présente |S11|=|S22|. L’égalité des modules n’implique
pas l’égalité des deux grandeurs complexes (on n’a pas nécessairement l’égalité des phases). Alors, la
symétrie physique n’est pas automatiquement vérifiée.

Un quadripôle symétrie et non dissipatif est nécessairement réciproque.

3.4.2.3 Exemples
Affaiblisseur : c’est un dispositif réciproque adaptée qui comporte un matériau absorbant. La
puissance dissipée est la différence entre la puissance incidente P1et la puissance transmise P2. On
définit les pertes de l’affaiblisseur comme suit :

Pertes : L=10log(P1/P2)=-20log(|S21|)

Isolateur: c’est un affaiblisseur non réciproque permettant le passage d’un signal avec une faible
perte dans un sens (|S21|1) et avec une grande perte dans l’autre sens (|S12| 0). Il sert à découpler
les étages successifs d’un système.

Filtres passifs: |Sij|<1, leurs propriétés dépendent de la fréquence et sont réalisés avec une ou
plusieurs cellules résonantes connectées en série ou en réaction.

Amplificateurs: ils ont un comportement linéaire à faibles puissances d’entrée et sont réalisés avec
des transistors. Ils sont caractérisés par un gain G intrinsèque qui dépend fortement du paramètre
S21. Pour qu’il y est un gain il faut que|S21|>1.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 38


Cours Hyperfréquences

3.4.3 Hexapôle
3.4.3.1 Définition
Les Hexapôles (triportes) sont des composants à 3 accès. La matrice S comporte neufs termes.

 S11 S12 S13 


 
S   S 21 S 22 S 23 
S S33 
 31 S32
3.4.3.2 Propriétés particulières
Un triporte réciproque sans perte ne peut pas être simultanément adapté à ses trois accès.

Un triporte non réciproque sans perte peut être adapté à ses trois accès. (exemple le circulateur)

Il existe une solution de triporte réciproque sans perte adapté à deux accès. Un exemple est donné
par la solution de la matrice S suivante :

0 1 0
 
S   1 0 0  . Le quadripôle et le dipôle sont découplés.
0 0 1
 
3.4.3.3 Exemples
Diviseur de puissance: c’est un triporte symétrique adapté à ses trois accès. Une partie du signal est
forcément dissipée dans la jonction à travers une résistance. Nous citons comme exemple le diviseur
de Wilkinson donné par le schéma de la figure 3-7. Dans le sens direct, il permet de répartir la
puissance disponible à l’entrée équitablement entre les deux voies de sortie. Dans le sens inverse, il
permet de combiner sans perte les puissances disponibles sur les voies 2 et 3 quand les signaux sont
en phase et ont la même amplitude.

0 1 1
 j 
S 1 0 0
2 
1 0 0

3-7 : Diviseur de Wilkinson

Le circulateur : Il se présente sous la forme d’un circuit à trois accès servant d'entrée-sortie. Il est
composé principalement de ferrite et d'aimants qui donnent un sens de giration électromagnétique
bien déterminé. Un schéma de circulateur fonctionnant dans le sens horaire est donné à la figure 3-8.
Si l'on injecte un signal au port 1, la puissance sera dirigée vers le port 2. Le même phénomène sera
perçu pour le port 2 vers le 3, et du 3 vers le 1.

 0 1 0
 
S  0 0 1
1 0 0
 

Figure 3-8 : Circulateur

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 39


Cours Hyperfréquences

3.4.4 Octopoles
3.4.4.1 Définition
Les octopôles sont des composants à 4 accès. La matrice S comporte 16 termes.

Le coupleur directionnel donné par la figure 3-9 est un octopole réciproque (Sij=Sji), adapté (Sii=0) et
sans perte (S*=S-1). Alors S12 = S34 = 0 ou S13 = S24 = 0 ou S14 = S23 = 0. Ces 3 solutions sont identiques à
la numérotation des portes près.

On prend S14 = S23 = 0. On pose = |S12|=|S34| et = |S13|=|S24|, alors pour vérifier la conservation
d’énergie, il faut avoir la condition ²+²=1.

Pour simplifier on prend S12=S34=, Alors la matrice S devient

0 𝛼 𝛽𝑒 𝑗𝜃 0
𝛼 0 0 𝛽𝑒 𝑗𝜙
𝑆= avec 𝑒 𝑗𝜃 + 𝑒 −𝑗𝜙 =0
𝛽𝑒 𝑗𝜃 0 0 𝛼
( 0 𝛽𝑒 𝑗𝜙 𝛼 0 )


1 2

4 3
Figure 3-9 : Coupleur directionnel

3.4.4.2 Exemples
Pour le cas où ==/2 on parle de coupleur symétrique. Un exemple de coupleur symétrique est le
1
coupleur hybride qui présente un facteur de couplage de 3 dB, (β = et 20log()=-3dB). La
√2
différence de phase entre les sorties transmise et couplée est de 90°. Le schéma physique du
coupleur hybride en technologie micro-ruban est donné par la figure 3-10.

0 j 1 0 
 
 j  j 0 0 1
S
2 1 0 0 j
 
0 1 j 0 
 

Figure 3-10 : Coupleur hybride

Pour le cas où =0, = on parle de coupleur anti-symétrique. Un exemple de coupleur anti-
symétrique est le coupleur en anneau 180°. Son facteur de couplage est de 3dB. Lorsqu’un signal est
appliqué au port 1, il sera divisé en deux composants en phase aux ports 2 et 3, et le port 4 est isolé.
Si l’entrée est appliquée au port 4, les sorties aux ports 2 et 3 sont déphasées de 180° et le port 1 est
isolé. Si on applique 2 signaux aux ports 2 et 3, la somme des signaux sort au port 1 et la différence
sort au port 4.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 40


Cours Hyperfréquences

0 1 1 0
 
 j 1 0 0 1
S 
2 1 0 0 1
 
0 1 1 0 

Figure 3-11 : Coupleur en anneau

3.5 Mesure des paramètres S


L’appareil qui mesure les paramètres S est l’analyseur de réseau. Il comporte deux voies (1 et 2)
permettant chacune de générer et de détecter un signal dans une bande de fréquence bien
déterminée. Il est basé sur le principe du réflectomètre.

3.5.1 Réflectomètre
Le réflectomètre à un coupleur est un coupleur directif dont l’accès 4 est terminé par une charge
adaptée et l’accès 2 est connecté à l’accès i du dispositif sous test (DUT) dont on veut mesurer le
coefficient de réflexion sur le port i. Tous les autres accès du composant sont terminés par des
charges adaptées. Le générateur de fréquence lié à l’accès 1 du coupleur et l’appareil de mesure de
puissance (RF power meter) connecté à l’accès 3 doivent être adaptés. Le setup de mesure est donné
à la figure 3-12.

Figure 3-12 : Réflectomètre à un coupleur

L’onde b3 mesuré sur l’appareil de mesure s’écrit en fonction de l’onde a1 généré par le générateur,
des paramètres S du coupleur et du coefficient de réflexion du DUT Sii:

𝑏3 = 𝑎1 (𝑆21 𝑆𝑖𝑖 𝑆32 + 𝑆31 )


En remplaçant le composant à mesurer par un c.c., on obtient:

𝑏3𝑐 = 𝑎1 (−𝑆21 𝑆32 + 𝑆31 )


Le coefficient S31 du coupleur correspond au facteur d’isolation qui est généralement négligeable.
Donc le rapport b3/b3c s’écrit :

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 41


Cours Hyperfréquences

𝑏3 𝑆31
𝑏3𝑐
= −𝑆𝑖𝑖 − 𝑆
21 𝑆32

Alors, la connaissance parfaite des paramètres S du coupleur et la mesure des puissances au port 3
du coupleur pour le cas où le DUT est branché et le cas d’un court-circuit permet de déterminer le
module de Sii. En pratique, le réflectomètre à deux coupleurs est beaucoup plus utilisé car il permet
la détermination vectorielle des coefficients de réflexion.

3.5.2 Analyseur de réseau


Pour l’analyseur de réseau vectoriel donné par la figure 3-13, on utilise quatre coupleurs directifs et
un générateur hyperfréquence commuté entre le sens direct et le sens inverse pour permettre la
mesure des quatre quantités vectorielles a0, b0, a3 et b3. Dans l’hypothèse où les coupleurs sont
parfaits, les paramètres S se déduisent comme suit:

bo
S11  ( générateur sur direct )
ao
b3
S 21  ( générateur sur direct )
ao
b3
S 22  ( générateur sur inverse)
a3
bo
S12  ( générateur sur inverse)
a3

Figure 3-13 : Schéma fonctionnel de l’analyseur de réseau

Les mesures effectuées par les analyseurs de réseau comportent des erreurs qui dues principalement
aux imperfections des composants utilisés. On distingue les erreurs systématiques qui sont dues aux
imperfections de l’analyseur (elles sont constantes dans le temps et peuvent être corrigées
numériquement), les erreurs aléatoires qui sont dues au bruit interne des composants (elles varient
en fonction du temps et ne peuvent pas être corrigées) et les erreurs de dérive qui sont causées par
les variations de température. Pour la correction de ces erreurs on procède à la calibration qui

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 42


Cours Hyperfréquences

consiste à mesurer des charges étalons de référence et à l’élimination des erreurs de mesure sur la
mesure réellement effectuée.

3.6 Conclusion
Nous venons d’introduire les notions de paramètres S qui permettent de caractériser les quadripôles
en hautes fréquences. Nous avons également présenté les différents dispositifs qui permettent de les
mesurer, nous avons présenté, en particulier, l’analyseur de réseau vectoriel à quatre coupleurs qui
permet de déterminer à la fois le module et la phase des paramètres S.

3.7 Exercices
Exercice 1

On connecte en cascade deux quadripôles représentés par leurs matrices de répartition S1 et S2.

 0.1 0.8   0.4 0.6 


S1    S 2   
 0.8 0.1  0.6 0.4 
Développer un code sous Matlab permettant de retrouver la matrice S du composant résultant.
Déterminer ses propriétés : symétrie, réciprocité, pertes, adaptation.

Exercice 2

Une ligne de transmission d’impédance caractéristique 50 est chargée par une capacité de 1 pF en
parallèle avec une résistance de 50. Si f = 3 GHz déterminer la matrice S dans le plan de la ligne de
transmission où se trouve la charge. Même question pour un plan situé à 20 mm du côté du
générateur.

Exercice 3

Un coupleur hybride -3 dB est caractérisé par sa matrice [S] mesurée entre les plans de référence P
et Q. On l’alimente au port 1 par une onde unité et on place des pistons de court-circuit dans les
voies 2 et 4 à des distances l2 et l4 du plan de référence Q.

1- Donner les expressions de b2 et b4, puis de a2 et a4 après réflexion sur les court-circuits.

2- Donner les expressions de b1 et b3. Discussion : traiter les cas particuliers l2 = l4 et l2 = l4 + /4.

0 1 0 j
 
1 1 0 j 0
S
2 0 j 0 1
 
 j 0 1 0
 

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 43


Cours Hyperfréquences

Chapitre 4 Abaque de Smith

4.1 Introduction
Sur les lignes de transmission, les mesures de réflexion sont souvent effectuées dans le cadre d’un
processus d’adaptation qui vise à réduire au maximum l’amplitude de l’onde réfléchie de façon à
favoriser la transmission de l’onde incidente. L’abaque de Smith est un outil graphique de calcul qui
facilite entre autres la conception des circuits d’adaptation. C’est un diagramme qui permet de :

- Passer de l’impédance au coefficient de réflexion et vice-versa

- Dimensionner un circuit d'adaptation d'impédance

- Représenter graphiquement la variation d‘une impédance en fonction de la fréquence

- Calculer l'impédance d'un réseau formé d'éléments réactifs

- etc

L’abaque de Smith a été développé en 1939 par P. Smith. C’est un outil largement utilisé dans les
logiciels de CAO de circuits RF pour visualiser le comportement de circuits hyperfréquences.

Dans ce chapitre, nous allons détailler le formalisme mathématique permettant d’aboutir au tracé de
l’abaque. Ensuite, nous allons donner des exemples de manipulation de l’abaque permettant de
dériver certaines de ses propriétés. Enfin certaines techniques d’adaptation d’impédance seront
appréhendées en utilisant l’abaque.

4.2 Formalisme mathématique


L’abaque est une bijection du plan des impédances normalisées z sur le plan du coefficient de
réflexion ρ. On travaille généralement avec des impédances complexes normalisées par rapport à
une impédance de référence Zo (z=Z/Zo). Toute impédance complexe normalisée de la forme z=r+jx
peut être représentée par un point sur l’abaque. La résistance r varie entre 0 et +  et la réactance x
varie entre + et -. Cette impédance correspond à un coefficient de réflexion ρ = ρoejϕ. Son module
ρo varie de 0 à 1 et sa phase ϕ varie de - π à π. Les relations entre z et ρ sont les suivantes :
1+𝜌 1+𝑧
𝑧 = 1−𝜌ou encore𝜌 = 1−𝑧 avec 𝑧 = 𝑟 + 𝑗𝑥 et 𝜌 = 𝜌0 𝑒 𝑗𝜑 = 𝑝 + 𝑗𝑞

p et q sont les parties réelles et imaginaires de ρ illustrés dans la figure 4.1.

Figure 4-1 : Coordonnées du coefficient de réflexion

L’égalité entre les parties réelles et imaginaires donne :

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 44


Cours Hyperfréquences

1−𝑝2 −𝑞2 2𝑞
𝑟 = (1−𝑝)2 +𝑞2et𝑥 = (1−𝑝)2 +𝑞2

4.2.1 Etude de l’expression de r


On peut écrire l’expression de r sous la forme suivante :

𝑟 2 1 2
(𝑝 − ) + 𝑞2 = ( )
1+𝑟 1+𝑟
Cette relation définit des cercles de rayon 1/(1+r), centrés aux points du plan complexe (r/(1+r),0).
Les centres des cercles se trouvent sur l’axe des abscisses et passent par un point fixe : p=1, q=0. Ce
sont les cercles de résistances constantes.

Figure 4-2 : Cercles de résistances constantes

L’ensemble des points (p,q) qui correspondent à :

 r= 0 est un cercle de centre (0,0) et de rayon 1. Il s’agit du grand cercle de l’abaque.


 r=1 est un cercle de centre (0.5,0) et de rayon 0.5. C’est le cercle qui passe par l’origine.
 à r =  est un cercle de centre (1,0), de rayon 0. Il s’agit du point F de la figure 4.2.

4.2.2 Etude de l’expression de x


On peut écrire l’expression de x sous la forme suivante :

1 2 1 2
(𝑝 − 1)2 + (𝑞 − ) = ( )
𝑥 𝑥
Cette relation définit des cercles de rayon 1/x, centrés aux points du plan complexe (1,1/x). Les
centres des cercles se trouvent sur l’axe  parallèle à l’axe des ordonnées et passant par le point
(1,0). Ce sont les cercles de réactances constantes.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 45


Cours Hyperfréquences

Figure 4-3 : Cercles de réactances constantes

L’ensemble des points (p,q) qui correspondent à :

 x= 0 est un cercle de rayon infini. C’est l’axe des réels. Donc tout point de l’axe des réels
correspond à une impédance réelle.
 x=1 est un cercle de centre (1,1) et de rayon 1.
 X=-1 est un cercle de centre (1,-1) et de rayon 1.
 x=± est un cercle de centre (1,0) et de rayon 0. C’est le point F.
Tous les points qui se trouvent au-dessous de l’axe des réels correspondent à une impédance de
partie imaginaire négative. Les autres points correspondent à une impédance de partie imaginaire
positive.

La combinaison des cercles des résistances et des admittances donne l’abaque de Smith ordinaire. Il
s’agit du diagramme des impédances. Pour positionner une impédance, il suffit de chercher le point
d’intersection entre le cercle de résistance constante égale à la partie réelle de l’impédance et le
cercle de réaction constante égale à sa partie imaginaire.

Figure 4-4 : Diagramme des impédances

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 46


Cours Hyperfréquences

4.2.3 Diagramme des admittances


Si on connaît le point sur l’abaque qui correspondant à une impédance normalisée bien déterminée
(z=r+jx), on veut déterminer l’admittance correspondante (y=1/z=g+jb) par symétrie du point
déterminé par rapport au centre de l’abaque. Il suffit d’ajouter à la phase de .
1+𝜌 1 1−𝜌
𝑧 = 1−𝜌 et 𝑦 = 𝑧 = 1+𝜌

Donc le diagramme d’admittance se déduit du diagramme d’impédance par symétrie par rapport au
centre de l’abaque.

Les cercles à r = cst deviennent des cercles à g = cst (cercles des conductances). Les arcs à x=cst
deviennent à b=cst (cercles des susceptances).

Figure 4-5 : Diagramme des admittances

4.2.4 Coefficient de réflexion


Soit ρL = ρoejϕ le coefficient de réflexion au niveau de la charge. Alors, le coefficient de réflexion le
long d’une ligne d’impédance caractéristique Zc et de coefficient =+j est :

𝜌(𝑥 = −𝑙) = 𝜌𝐿 𝑒 −2𝛾𝑙 = 𝜌0 𝑒 −2𝛼𝑙 𝑒 𝑗(𝜑−2𝛽𝑙)

Nous voyons lorsque l varie le lieu géométrique de  est :

- Une spirale logarithmique sur une ligne avec pertes (figure 4-6).
- Un cercle de rayon ρocentré au centre de l’abaque sur une ligne sans perte (figure 4-7).On
1+𝜌
appelle ces lieux géométriques les cercles de ROS constants.𝑅𝑂𝑆 = 1−𝜌0
0

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 47


Cours Hyperfréquences

Figure 4-6 : Lieux géométriques du coefficient de réflexion pour une ligne avec pertes

Les cercles de ROS constant ne sont pas représentés sur les abaques papier pour ne pas les
surcharger. L’ensemble des points (p,q) qui correspondent à :

 o = 0 (ROS= 1) est un cercle de centre (0,0) et de rayon 0. Il correspond au centre de


l’abaque.
 o= 1 (ROS= ) est un cercle de centre (0,0) et de rayon 1. C’est le grand cercle de l’abaque.

Figure 4-7 : Lieux géométriques du coefficient de réflexion pour une ligne sans perte

4.3 Lecture de l’abaque


4.3.1 Points particuliers
- Court-circuit z=0 (point A)
- Circuit ouvert z=(point B)
- Charge adaptée z=1 (point O)
- Lecture du ROS (dans l’intervalle [1 [) se fait sur le segment [O B]
- Lecture du TOS =1/ROS (dans l’intervalle [0 1]) se fait sur le segment [O A]

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 48


Cours Hyperfréquences

Figure 4-8 : Points particuliers

4.3.2 Déplacement sur l’abaque


Le coefficient de réflexion le long d’une ligne sans perte est donné le suivant:

𝜌 = 𝜌0 𝑒 𝑗(𝜑−2𝛽𝑙) = 𝜌0 𝑒 𝑗𝜓

L’angle =-2lest orienté positivement dans le sens trigonométrique. Lorsque  augmente,l


diminue, ce qui revient à un déplacement sur la ligne vers la charge. L’inverse correspond à un
déplacement vers le générateur. Donc le déplacement vers la charge (diminution de l) correspond à
une rotation dans le sens trigonométrique direct et le déplacement vers le générateur (augmentation
de l) correspond à une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre.

Un tour d’abaque correspond à une variation d’angle=2 ou encore à un déplacement sur une
longueur de ligne l=/2. On appelle longueur électrique=l/. Un tour d’abaque correspond à
=0.5.

4.3.3 Echelles de l’abaque


En dessous de l’abaque, on trouve généralement des échelles qui ont une utilité pratique permettant
de faire la lecture directe des valeurs de certains paramètres sans utiliser la calculatrice. Nous
détaillons ici quelques-unes. L’échelle marquée SWR permet de lire la valeur du ROS et l’échelle
Reflection coefficient donne la valeur du module du coefficient de réflexion d’une charge donnée.
L’échelle return loss in dB donne directement le rapport en dB entre la puissance incidente et la
puissance réfléchie en un point donné de la ligne. Cette valeur s’exprime en fonction de o. :
-10log(o²). L’échelle reflectedloss in dB donne le rapport en dB entre la puissance incidente et la
puissance transmise en un point donné de la ligne. Cette valeur est donnée par :- 10log(1-o²).

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 49


Cours Hyperfréquences

Sur le cercle extérieur de l’abaque, il y a deux échelles qui donnent les longueurs électriques de
ligne pour les déplacements vers le générateur (en tournant dans le sens trigonométrique inverse)
et pour les déplacements vers la charge (en tournant dans le sens trigonométrique direct). Un tour
d’abaque correspond à =0.5. Cela permet une graduation du cercle extérieur de l’abaque 0 à 0.5
indépendante de la longueur d’onde sur la ligne.Une autre échelle donne directement les angles de
déphasage du coefficient de réflexion par rapport à l’origine de -180° à 180°.

4.4 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté l’outil graphique abaque de Smith permettant de manipuler
les impédances et les coefficients de réflexion sur les lignes de transmission sans avoir recours à des
calculateurs. Cet outil sert aussi pour la représentation de la variation des coefficients de réflexion en
fonction de la fréquence ce qui facilite l’analyse de fonctionnement des circuits ou dispositifs. Dans le
prochain chapitre on verra comment utiliser l’abaque de Smith pour la conception de circuits
d’adaptation d’impédance.

4.5 Exercices
4.5.1 Positionnement d’une impédance et lecture de paramètres
Le positionnement d'une impédance z se fait au travers de ses deux composantes r et x. Les valeurs
des réactances x et des résistances r sont repérables à l'aide de deux familles de cercles : cercles des
résistances et cercles des réactances.

Positionner l’impédance normalisée z=0.3+j0.4 sur l’abaque.

Déterminer graphiquement :

- L’admittance
- Le coefficient de réflexion
- Le rapport d’onde stationnaire
- Le taux d’onde stationnaire
- La distance entre la charge et le premier minimum de tension
- La distance entre la charge et le premier maximum de tension

Réponse

- l’admittance y=1.2-j1.6
- Le coefficient de réflexion 0.6ej
- Le rapport d’onde stationnaire ROS=4
- Le taux d’onde stationnaire TOS=0.25
- Lmin=
- Lmax=

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 50


Cours Hyperfréquences

Figure 4-9 : Abaque de Smith, Exemple 1

4.5.2 Déplacement sur une ligne


Nous considérons une ligne de propagation d’impédance caractéristique Zc = 200 ohm, de longueur
électrique 130° terminée par une impédance ZL = 400 − j300 ohm.

Figure 4-10 : Déplacement sur une ligne

Déterminer théoriquement puis à l’aide de l’abaque de Smith l’impédance d’entrée Zin.

Réponse

Impédance normalisée : z=2-j1.5

Longueur physique l=0.36l

ROS=3.33

On se déplace d’un angle de 260° dans le sens des aiguilles d’une montre (de la charge vers le
générateur) sur le cercle de ROS =3.33. On lit la valeur de l’impédance d’entrée normalisée :

zin=0,77+ j1,09

Alors l’impédance d’enrée est :

Zin= (0,77+ j1,09).200 =(154 + j218).

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 51


Cours Hyperfréquences

Figure 4-11 : Abaque de Smith, Exemple 2

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 52


Cours Hyperfréquences

Chapitre 5 Adaptation d’impédance


5.1 Introduction
L’adaptation d’impédance permet de transformer une impédance d’entrée à une autre impédance
de charge. L'adaptation est importante pour les raisons suivantes:

- La puissance maximale est fournie à la charge lorsqu’elle est adaptée à la ligne (en supposant
que le générateur est adapté) et la perte de puissance dans la ligne d'alimentation est minimisée.
- L'adaptation de l'impédance entre les composants critiques d’un système radio notamment le
récepteur (antenne, amplificateur à faible bruit, etc.) améliore le rapport signal sur bruit et donc
la qualité de liaison.
- L'adaptation d'impédance dans un réseau de distribution de puissance (tel qu'un réseau
d'alimentation de réseau d'antennes) réduira les erreurs d'amplitude et la phase entre les
différents signaux sur le réseau.

Les facteurs qui peuvent être importants dans la sélection d'un réseau d'adaptation particulier sont
les suivants:

- Complexité :La conception la plus simple qui satisfait les spécifications requises est généralement
la plus préférable.
- Bande passante : Un réseau d’adaptation donné peut idéalement donner une adaptation parfaite
à une seule fréquence. Dans de nombreuses applications, il est souhaitable d’assurer une bonne
adaptation sur une bande de fréquences.
- Intégration : Selon l’application certains types de réseaux d’adaptation s’apprête mieux que
d’autres, exemple les stubs sont plus intégrables avec les guides d’ondes.

Dans ce chapitre nous commençons par expliquer le principe d’adaptation d’impédance ensuite nous
présentons les techniques d’adaptation avec des éléments localisés et avec des éléments distribués.

5.2 Principe d’adaptation d’impédance


Nous considérons un générateur délivrant une tension égale à Vg d’impédance interne Zg qui
alimente une ligne de transmission d’impédance caractéristique Zc terminée par un récepteur (une
charge) d’impédance équivalente ZL. L’objectif est de transmettre le maximum de puissance du
générateur vers le récepteur via la ligne de transmission. Pour atteindre cet objectif, il faut d’une part
que le générateur puisse transmettre le maximum de puissance à la ligne et d’autre part que le
récepteur reçoive le maximum de puissance acheminée à travers la ligne. Il s’agit d’un problème
d’adaptation d’impédance.

Figure 5-1 : Schéma d’un générateur, d’une ligne et d’un récepteur

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 53


Cours Hyperfréquences

Etudions d’abord l’adaptation du générateur. Soient Zg=Rg+jXg l’impédance du générateur et Ze =


Re+jXe l’impédance ramenée à l’entrée de la ligne.

Figure 5-2 : Schéma équivalent du côté du générateur

Alors la puissance active fournie par le générateur est donnée par l’équation suivante.

2 Z e  Z e* 2 2 Re
Pf  (1 / 2) Re(V I )  (1 / 4) V g
*
 (1 / 4) V g
R  R g   X e  X g 
1 1 2 2 2
(1)
Ze  Z g e

Si Re> 0 et Rg> 0, la puissance maximale fournie à la charge est obtenue pour :

Re  R g et X e   X g (2)

On aura alors Z e  Z g (3)

Donc pour réaliser l’adaptation du générateur, il faut utiliser un dispositif d’adaptation qui
transforme l’impédance d’entrée de la ligne en Zg*.

Maintenant, du côté du récepteur, nous avons vu que pour assurer un transfert maximal de
puissance de la ligne vers la charge (annuler les réflexions), il faut que l’impédance de charge soit
égale à l’impédance caractéristique de la ligne. Nous serons dans ce cas en régime d’ondes
progressives. La condition d’adaptation d’impédance doit être vérifiée :

ZL  Zc (4)

Donc pour réaliser l’adaptation du récepteur, il faut insérer entre la ligne et la charge un dispositif
d’adaptation qui transforme l’impédance de charge en Zc. Notons que lorsque la ligne est adaptée
son impédance d’entrée est toujours égale à Zc quel que soit sa longueur. Alors la condition (3)
devient :

Z c  Z g (5)

Dans le cas particulier où l’impédance interne du générateur Zg est réelle, il suffit d’avoir Zg=Zc pour
réaliser l’adaptation du côté du générateur. C’est en fait le cas des générateurs du commerce qui
présentent des impédances internes réelles en général égales à 50.

Nous avons vu dans le deuxième chapitre que l’impédance caractéristique d’une ligne de
transmission est généralement considérée réelle pure. Cette hypothèse est valable pour les lignes
sans perte (cas idéal) et pour les lignes à faible perte. Donc le problème d’adaptation revient à
transformer une impédance complexe (impédance de charge) en une impédance réelle pure

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 54


Cours Hyperfréquences

(impédance caractéristique de la ligne). Nous verrons par la suite les divers types de dispositifs
d’adaptation.

5.3 Adaptation avec des éléments localisés


L’un des réseaux d’adaptation d’impédance les plus utilisés pour des applications radio fréquence est
le circuit de type L utilisant deux réactances pures (L, C), une en série l’autre en parallèle. Il n’est pas
judicieux d’utiliser une résistance pour l’adaptation car elle ajoute des pertes considérables alors que
le circuit d’adaptation est sensé conserver la puissance tout en assurant une adaptation d’impédance
afin de garantir un transfert maximal de puissance. Le problème d’adaptation consiste à transformer
une impédance de charge complexe ZL en une valeur de résistance pure donnée égale à l’impédance
caractéristique Zo de la ligne reliée à la charge.

5.3.1 Solutions analytiques


Il existe deux configurations possibles pour ce réseau, comme illustré à la Figure 5.3. Si la résistance
de charge RL est supérieure à Z0, alors le circuit de la figure 5.3a devrait être utilisé. Sinon le circuit de
la figure 5.2b devrait être utilisé.

Figure 5-3 : Réseaux d’adaptation en L

Considérons d’abord le circuit de la figure 5-3a. L'impédance vue en regardant le réseau d'adaptation
et la charge ZL doit être égale à Z0, c'est-à-dire :
1
𝑍0 = 𝑗𝑋 + 1 (6)
+𝑗𝐵
𝑍𝐿

Le réarrangement et la séparation en parties réelle et imaginaire de 6 donnent les deux équations


suivantes pour les deux inconnues, X et B:

𝑋𝐿 ∓√𝑅𝐿 /𝑍0 √𝑅𝐿 2 +𝑋𝐿 2 −𝑍0 𝑅𝐿


𝐵= 𝑅𝐿 2 +𝑋𝐿 2
(7)

1 𝑋𝐿 𝑍0 𝑍0
𝑋= + − (8)
𝐵 𝑅𝐿 𝐵𝑅𝐿

Les valeurs positives et négatives de B et X sont possibles. Un X positif correspond à une inductance
et un X négatif implique une capacité alors qu’un B positif implique une capacité et un B négatif
implique une inductance.

Pour le circuit de la figure 5-3b, l’impédance vue en regardant le réseau d’adaptation et la charge ZL
doit être égale à Z0 ce qui donne :
1 1
= 𝑗𝐵 + (9)
𝑍0 𝑍𝐿 +𝑗𝑋

L’égalité des parties réelles et imaginaires donne les deux équations suivantes :

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 55


Cours Hyperfréquences

√(𝑍0 −𝑅𝐿 )/𝑅𝐿


𝐵=∓ 𝑍0
(10)

𝑋 = 𝐵𝑍0 𝑅𝐿 − 𝑋𝐿 (11)

5.3.2 Solutions avec l’abaque de Smith


Au lieu des formules analytiques développées dans la section précédente, l’abaque de Smith peut
être utilisé pour concevoir rapidement et avec précision des réseaux d’adaptation.

Nous étudions d’abord le déplacement équivalent à l’ajout d’éléments en série ou en parallèle sur
l’abaque de Smith normalisé par rapport à la résistance Zo=1/Yo.

Si on place en série avec la charge d’impédance ZL=RL+jXL :

- une résistance Rs, alors le déplacement va se faire sur un cercle de réactance constante dans
le sens trigonométrique (sens d’augmentation de la résistance). Le déplacement est égal à
Rs/Zo.
𝑍 𝑍𝐿 +𝑅𝑠 𝑋
𝐼𝑚 ( 𝑍𝑒𝑞 ) = 𝐼𝑚 ( 𝑍0
) = 𝑍𝐿 = 𝑐𝑠𝑡
0 0
{ 𝑍 𝑍𝐿 +𝑅𝑠 𝑅𝐿 𝑅
(12)
𝑅𝑒 ( 𝑍𝑒𝑞 ) = 𝑅𝑒 ( 𝑍 ) = 𝑍 + 𝑍𝑆
0 0 0 0
- Une capacité Cs alors le déplacement va se faire sur les cercles de résistances constantes
dans le sens trigonométrique (sens de diminution de la réactance). Le déplacement est égal à
1
.
𝑍0 𝐶𝑠 𝜔
1
𝑍𝑒𝑞 𝑍𝐿 + 𝑋𝐿 1
𝑗𝐶𝑠 𝜔
𝐼𝑚 ( 𝑍 ) = 𝐼𝑚 ( 𝑍0
)= 𝑍0
−𝑍
0 0 𝑠𝜔
𝐶
1 (13)
𝑍𝑒𝑞 𝑍𝐿 + 𝑅𝐿
𝑗𝐶𝑠 𝜔
𝑅𝑒 ( 𝑍 ) = 𝑅𝑒 ( 𝑍 ) = = 𝑐𝑠𝑡 𝑍0
{ 0 0

- Une inductance Ls alors le déplacement va se faire sur les cercles de résistances constantes
dans le sens anti-trigonométrique (sens d’augmentation de la réactance).Le déplacement est
𝐿𝑠 𝜔
égal à 𝑍0
.

𝑍𝑒𝑞 𝑍𝐿 +𝑗𝐿𝑠 𝜔 𝑋 𝐿 𝜔
𝐼𝑚 ( ) = 𝐼𝑚 ( )= 𝐿+ 𝑠
𝑍0 𝑍0 𝑍0 𝑍0
{ 𝑍𝑒𝑞 𝑍𝐿 +𝑗𝐿𝑠 𝜔 𝑅𝐿
(14)
𝑅𝑒 ( 𝑍 ) = 𝑅𝑒 ( 𝑍 ) = 𝑍 = 𝑐𝑠𝑡
0 0 0

Si on place on parallèle avec la charge d’admittance YL=GL+jBL:

- une résistance Rp, alors le déplacement va se faire sur un cercle de susceptance constante
dans le sens anti-trigonométrique (sens d’augmentation de la conductance).Le déplacement
est égal à Zo/Rp.
1
𝑌𝑒𝑞 𝑌𝐿 +
𝑅𝑝 𝐵𝐿
𝐼𝑚 ( 𝑌 ) = 𝐼𝑚 ( 𝑌0
)= 𝑌0
= 𝑐𝑠𝑡
0

1 (15)
𝑌𝑒𝑞 𝑌𝐿 +
𝑅𝑝 𝐺𝐿 1
𝑅𝑒 ( 𝑌 ) = 𝑅𝑒 ( 𝑌0
)= 𝑌0
+𝑌𝑅
{ 0 0 𝑝

- Une capacité Cp alors le déplacement va se faire sur les cercles de conductances constantes
dans le sens anti-trigonométrique (sens de d’augmentation de la susceptance).Le
déplacement est égal à 𝑍0 𝐶𝑝 𝜔.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 56


Cours Hyperfréquences

𝑌𝑒𝑞 𝑌𝐿 +𝑗𝐶𝑝 𝜔 𝐵𝐿 𝐶𝑝 𝜔
𝐼𝑚 ( 𝑌 ) = 𝐼𝑚 ( 𝑌0
)= 𝑌0
+ 𝑌0
0
{ 𝑌𝑒𝑞 𝑌𝐿 +𝑗𝐶𝑝 𝜔 𝐺𝐿
(16)
𝑅𝑒 ( 𝑌 ) = 𝑅𝑒 ( 𝑌0
)= 𝑌0
= 𝑐𝑠𝑡
0

- Une inductance Lp alors le déplacement va se faire sur les cercles de conductances


constantes dans le sens trigonométrique (sens de diminution de la susceptance). Le
𝑍0
déplacement est égal à
𝐿𝑝 𝜔

1
𝑌𝑒𝑞 𝑌𝐿 +
𝑗𝐿𝑝 𝜔 𝐵𝐿 1
𝐼𝑚 ( 𝑌 ) = 𝐼𝑚 ( 𝑌0
)= 𝑌0
−𝑌𝐿
0 0 𝑝𝜔

1 (17)
𝑌𝑒𝑞 𝑌𝐿 +
𝑗𝐿𝑝 𝜔 𝐺𝐿
𝑅𝑒 ( 𝑌 ) = 𝑅𝑒 ( 𝑌0
)= 𝑌0
= 𝑐𝑠𝑡
{ 0

Ces déplacements sont illustrés sur les abaques de la figure 5-4.

Figure 5-4 : Déplacements sur l’abaque équivalents à l’ajout d’éléments localisés

Il existe en total huit combinaisons possibles de réactances L et C permettant de réaliser un circuit


d’adaptation en L. Partant de ZL, on va ajouter en parallèle une inductance ou une capacité de façon
à rejoindre le cercle de résistance égale à 1, ensuite en ajoutant en série une inductance ou une
capacité pour ramener l’impédance à Zo. Ceci correspond à l’une des combinaisons a, b, e et f de la
figure 5-5. Les autres possibilités correspondent à l’ajout de réactance en série au départ pour une
autre en parallèle illustrées par les combinaisons c, d, g et h de la figure 5-5.

Chacune des solutions est capable de transformer une gamme restreinte de valeurs d'impédances
complexes ZLen une valeur de résistance pure donnée égale à l’impédance caractéristique Zo de la
ligne reliée à la charge. Si le point de départ ZL se trouve dans une zone interdite pour le montage
considéré alors il n’existe pas de solution permettant de revenir au centre de l’abaque pour annuler
la réactance de ZL et transformer sa résistance vers Zo. Les valeurs d'impédances transformables
associées à chaque circuit sont représentées sur des zones délimitées sur l’abaque de Smith données
par la figure 5-5.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 57


Cours Hyperfréquences

Figure 5-5 :

5.3.3 Contraintes d’implémentation


Si la fréquence de fonctionnement est suffisamment basse et/ou si la taille du circuit à adapter est
suffisamment petite, des condensateurs et des inductances peuvent être utilisés. Cela reste valable

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 58


Cours Hyperfréquences

pour des fréquences qui peuvent aller jusqu'à environ 1 GHz, bien que les circuits intégrés modernes
à micro-ondes puissent être suffisamment petits pour que des éléments localisés puissent également
être utilisés à des fréquences plus élevées. Il y a, cependant, une grande gamme de fréquences et de
tailles de circuits où les éléments localisés peuvent ne pas être réalisables. Ceci est une limitation de
la technique d'appariement en coupe.

Les éléments discrets R, L et C peuvent être pratiquement réalisés aux fréquences micro-ondes si la
longueur totale de l’élément reste très petite par rapport à la longueur d'onde de fonctionnement
(l</10). Ceci est dû à l’apparition d’effets indésirables qui pourraient dominer et changer le
comportement souhaité du composant comme la capacité et/ou l’inductance parasites, des pertes
qui augmentent avec la fréquence, etc. Adaptation avec des éléments distribués. Il y a, cependant,
une grande gamme de fréquences et de tailles de circuits où les éléments localisés peuvent ne pas
être réalisables. Ceci est une limitation de la technique d’adaptation avec les éléments discrets.

5.4 Adaptation avec des lignes


5.4.1 Adaptation par ligne quart-d’onde
Un transformateur quart d’onde est un élément de ligne de longueur égale à /4 dont l’impédance
caractéristique est fixée de façon à réaliser l’adaptation d’une impédance de charge réelle à une ligne
de transmission.

Une ligne quart-d’onde d’impédance Zc transforme une charge ZL réelle en Zc²/ZL. Donc si on voudrait
l’utiliser pour adapter la charge à une ligne d’impédance caractéristique Z0, on doit fixer Zcà √𝑍𝐿 𝑍0 .
Dans le cas où la charge est complexe, on peut insérer la ligne quart-d’onde en un endroit dde la
ligne d’impédance Z0où l’impédance ramenée est réelle, soit en un maximum de tension (Zin =
ROS*Z0) et dans ce cas 𝑍𝑐 = 𝑍0 √𝑅𝑂𝑆, soit en un minimum de tension (Zin=Z0/ROS) et dans ce cas
𝑍𝑐 = 𝑍0 /√𝑅𝑂𝑆.

Figure 5-6 : Adaptation par ligne quart-d’onde

La ligne quart-d’onde est synthétisée à une fréquence donnée, donc le circuit d’adaptation est à
bande étroite. Pour obtenir une adaptation large bande, on peut fractionner l’adaptation en utilisant
plusieurs tronçons quart-d’onde assurant l’adaptation successive de l’impédance (Zo>..>Z2>Z1>ZL).
On peut aussi utiliser des tronçons de lignes dont l’impédance caractéristique varie de façon
continue, c’est le cas des lignes non-uniformes à profil exponentiel.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 59


Cours Hyperfréquences

5.4.2 Adaptation par stub


Nous présentons dans cette section la technique d’adaptation par stub. Il s’agit d’un tronçon de ligne
de longueur l terminé par un court-circuit ou un circuit ouvert et connecté soit en parallèle ou en
série avec la ligne de transmission principale à une certaine distance d de la charge d’impédance ZL.
Les deux paramètres ajustables permettant de réaliser l’adaptation sont l et d. les impédances
caractéristiques de la ligne et du stub sont supposées être égales à une impédance de référence Z 0
par rapport à la quelle on souhaite réaliser l’adaptation. Les deux topologies de réseaux d’adaptation
par stub série et stub parallèle sont données à la figure 5-7.

Figure 5-7 : Topologies d’adaptation par stub, a) stub parallèle, b) stub série

Ce dispositif d’adaptation comparé à celui avec éléments discrets est plus flexible et se prête bien au
processus de fabrication. La solution avec stub parallèle est particulièrement facile à implémenter en
technologie micro-ruban. Plus particulièrement les stubs ouverts sont plus faciles à réaliser que les
stubs fermés car ils ne requièrent pas de trou d’interconnexion à travers le substrat entre l’extrémité
du stub et le plan de masse.

L’idée de l’adaptation par stub parallèle consiste à choisir d de sorte que l’admittance réduite de la
charge ramenée par la ligne de longueur d est de la forme 1+jb. La ligne sera adaptée lorsque la
longueur du stub l est choisie de sorte que sa susceptance ramenée à son entrée est égale à –jb. On
aura alors une admittance réduite équivalente yeq=1+jb-jb=1. Ce qui donne l’adaptation.

Pour le cas du stub série, le raisonnement reste le même sauf qu’on doit travailler avec des
impédances au lieu des admittances. On suppose que toutes les lignes sont sans perte. Nous
détaillons dans ce qui suit les solutions analytiques et les solutions avec abaque de smith pour le stub
parallèle. Les solutions graphiques sont rapides et généralement assez précises dans la pratique. Les

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 60


Cours Hyperfréquences

expressions analytiques sont plus précises et utiles lorsqu’elles sont implémentées sur un
calculateur.

5.4.2.1 Solutions analytiques


Soient ZL=RL+jXL l’impédance de charge, Z0 l’impédance caractéristique de la ligne terminée par la
charge et Z l’impédance de la charge ramenée à une distance d. Alors :
𝑍 +𝑗𝑍 𝑡
𝑍 = 𝑍0 𝑍𝐿+𝑗𝑍0 𝑡 (18)
0 𝐿

avec𝑡 = 𝑡𝑔(𝛽𝑑) (19)

Alors l’admittance en ce point est donnée par :


1
𝑌= = 𝐺 + 𝑗𝐵
𝑍
𝑅𝐿 (1+𝑡 2 ) 𝑅𝐿 ²𝑡−(𝑍0 −𝑋𝐿 𝑡)(𝑋𝐿 +𝑍0 𝑡)
Avec 𝐺 = et 𝐵 = (20)
𝑅𝐿 ²+(𝑋𝐿 +𝑍0 𝑡)² 𝑍0 [𝑅𝐿 ²+(𝑋𝐿 +𝑍0 𝑡)²]

La longueur d est choisie de sorte que l’admittance réduite Z0.G soit égale à 1. Ce qui donne :
1
𝑑 𝑡𝑎𝑛−1 𝑡 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑡 ≥ 0
2𝜋
= {1 (21)
𝜆
(𝜋 + 𝑡𝑎𝑛−1 𝑡) 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑡 < 0
2𝜋

Avec
𝑅 [(𝑍 −𝑅 )²+𝑋𝐿 ²]
𝑋𝐿 ∓√ 𝐿 0 𝐿
𝑍0
𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑅𝐿 ≠ 𝑍0
𝑡= 𝑅𝐿 −𝑍0 (22)
𝑋𝐿
{ − 2𝑍0 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑅𝐿 = 𝑍0

Pour trouver la longueur l du stub, il faut trouver B dans (20) en remplaçant t par sa valeur dans (22).

Les solutions de l pour les terminaisons circuit ouvert et court-circuit sont les suivantes :
1
𝑙
− 2𝜋 𝑡𝑎𝑛−1 (𝑍0 𝐵) 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 𝑠𝑡𝑢𝑏 𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡
𝜆
={ 1 1 (23)
2𝜋
𝑡𝑎𝑛−1 (𝑍 𝐵) 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 𝑠𝑡𝑢𝑏 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑡 − 𝑐𝑖𝑟𝑐𝑢𝑖𝑡é
0

Si les longueurs dans 23 sont négatives il faudra leur ajouter /2.

5.4.2.2 Solutions avec l’abaque de Smith


Etant donné la mise en parallèle du stub, on va utiliser les admittances. Ceci se traduit par des
transformations par symétrie à l'aide de l'abaque de Smith. On commence par positionner le point A
sur l’abaque représentant l'impédance de la charge ZL après normalisation. Ensuite on cherche le
point A’ symétrique de A par rapport au centre de l'abaque. Du point A’ on se déplace sur le cercle de
ROS constant dans le sens horaire et cherche les deux points d’intersection B1 et B2 avec le cercle de
la résistance 1. Les arcs A’B1 et A’B2 sont les deux solutions des longueurs électriques correspondant
à d. Prenons la première solution, le point C1 représente une susceptance pure égale à la
susceptance de B1, Le point D1 symétrique de C1 par rapport à l’axe horizontal correspond à
l’opposé de la susceptance de C1. Pour revenir à la réactance, on cherche le point D1’ symétrique de
D1 par rapport au centre de l’abaque. Les arcs OD1’ et FD1’ représentent la longueur électrique
correspondant à l respectivement pour un stub ouvert et un stub fermé. Pour la deuxième solution
de d, on marque les points C2 (susceptance pure de B2), le point D2 (symétrique de C2 par rapport à

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 61


Cours Hyperfréquences

l’axe horizontal correspond à l’opposé de la susceptance de C1) et le point D2’ (symétrique de D2 par
rapport au centre pour revenir à la réactance). Les arcs OD2’ et FD2’ représentent la longueur
électrique correspondant à l respectivement pour un stub ouvert et un stub fermé. Ces solutions sont
schématisées sur la figure 5-8. En résumé les solutions possibles pour l’adaptation par stubs parallèle
sont :

 d=A’B1, l=OD1’ (stub ouvert) l=FD1’ (stub fermé)


 d=A’B2, l=OD2’ (stub ouvert) l=FD2’ (stub fermé)

Figure 5-8 : Solution graphique pour l’adaptation par stub parallèle

5.4.3 Adaptation double stub


L’adaptation simple stub permet d’adapter n’importe quelle charge à partie réelle non nulle à une
ligne de transmission. Son inconvénient c’est que la distance entre le stub et la charge doit être
variable pour assurer l’adaptation en cas de charges variables. Dans ce cas l’adaptation double stub
qui utilise deux stubs positionnés à des distances fixes par rapport à la charge pourrait être utile.

Considérons une ligne chargée par une admittance YL que l’on veut adapter au moyen de deux
tronçons T1 et T2 placés aux points D1 et D2. La distance Ld entre la charge et D1 est fixe et la
distance entre D1 et D2 est généralement égale à 3/8 (parfois /8). Les inconnues du problème sont
les longueurs des deux stubs LS1 et LS2. Ceci est illustré par la figure 5-9.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 62


Cours Hyperfréquences

Figure 5-9 : Adaptation double stub

5.5 Conclusion
Nous avons présenté dans ce chapitre les techniques les plus utilisés pour l’adaptation d’impédance
utilisée lors de la conception de circuits ou systèmes hyperfréquences ou radio afin de. La plupart des
fabricants de circuits RF veuillent à ce que leurs circuits soient adaptés à 50 ou bien ils proposent
dans les notes d’application des schématiques préétablies pour s’assurer du fonctionnement des
circuits dans les meilleures conditions, l’objectif c’est de favoriser le transfert maximal d’énergie et
de réduire les pertes par réflexions.

5.6 Exercices
Exercice 1 :

Déterminer l’impédance d’entrée d’un filtre en PI (C1=200pF/L=1.5uH/C2=100pF) terminé par une


impédance de charge Z=70-j60. Donner le chemin parcouru sur l’abaque de Smith.

Exercice 2 :

Soit une charge d'impédance Z=150+j50 à adapter à une ligne d'impédance caractéristique Zc=50 sur
la fréquence de 10 MHz. On vous propose le réseau d’adaptation suivant et on vous demande de
déterminer Cs et Lp.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 63


Cours Hyperfréquences

Exercice 3 :

Réaliser l’adaptation simple stub d’une charge ZL = 20 + j6Ω à l’aide d’un tronçon de ligne court-
circuité de longueur l, placé à une distance d de la charge. La fréquence de travail est égale à 2 GHz.
La permittivité relative effective du milieu est r= 2.

Exercice 4 :

Réaliser l’adaptation à deux tronçons d’une ligne d’impédance caractéristique égale à 350  chargée
par une impédance : Zu=808+542,5j.

La fréquence délivrée par le générateur est de 300 MHz. La distance entre les tronçons est de 37,5
cm et le tronçon T1 est situé à 23,1 cm de la charge.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 64


Cours Hyperfréquences

Bibliographie
1- D. Pozar, "Microwave Engineering", 3eme edition, Wiley, 2004.
2- P.F. Combes, "Micro-ondes 1. Lignes, guides et cavités, cours et exercices", Dunod, 1996.
3- P. H. Smith, "Electronic applications of the Smith chart", 2eme edition, Noble Publishing,
Atlanta, 2000.
4- J. L. Dion, " Electromagnétisme : Propagation - Lignes électriques", Loze-Dion éditeur, 2002.
5- K. C. Gupta, R. Garg, I. Bahl, and P. Bhartia, “Microstrip Lines and Slotlines”, Norwood, MA:
Artech House, 1996.
6- R. Garg, I. Bahl, M. Bozzi, Microstrip Lines and Slotlines, 3rd ed. Norwood, MA, USA: Artech
House, 2013.
7- ORFANIDIS, S. J., “Electromagnetic Waves and Antennas”, 2016 [Online]. Available:
http://eceweb1.rutgers.edu/~orfanidi/ewa/

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 65


Cours Hyperfréquences

Annexes

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 66


Cours Hyperfréquences

Programmes sur les lignes de


transmission

% Source référence [4]


% Calcul de l'impédance d'entrée d'une ligne en fonction de la fréquence.
% Programme MatLab
% Ce programme calcule l’impédance d’entrée d’une ligne connaissant ses paramètres, la fréquence
et l’impédance du récepteur.
clear
format compact
clc
hold off
clg
disp('')
disp('')
disp(' Calcul de l*impédance d*entrée d*une ligne')
disp('')
v=input('Vitesse de phase [m/s]: ');
h=input('Longueur [m]: ');
Zo=input('Impédance caractéristique [ohms]: ');
f=input('Fréquence [Hz]: ');
Attr=input('Atténuation [dB/m] à f réf., 1 MHz: ');
Rr=input('Impédance du récepteur, partie réelle [ohms]: ');
Xr=input('Impédance du récepteur, partie imaginaire: ');
Zr = Rr + j*Xr;
% Impédance du récepteur
Att=Attr*(f*1E-6).^0.5/8.686;
% Atténuation [Np/m] à la fréquence f.
B=2*pi/v;
k=B*f;
g= Att + j*k;
% Fonction de propagation.
th = tanh(g*h);
NumZ = Zr + Zo*th;
DenZ = Zo + Zr*th;
Ze = NumZ*Zo/DenZ;
MZ=abs(Ze) ;
disp('Phase en degrés')
PZ=angle(Ze)*180/pi
disp('Partie réelle’)
RZ=MZ.*cos(angle(Ze))
disp('Partie imaginaire’)
IZ=MZ.*sin(angle(Ze))

%Source référence [4]


% Calcul de la tension à l'entrée et à la sortie d'une ligne en fonction de la fréquence.

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 67


Cours Hyperfréquences

% Avec le logiciel EduMatLab pour Macintosh


clg
clear
clc
N=input('Nombre de points = ');
v=input('Vitesse de propagation [m/s] = ');
a=input('Longueur de la ligne [m] = ');
Zo=input('Impédance caractéristique de la ligne [ohms] = ');
Rs=input('Résistance interne de la source [ohms] = ');
Zr=input('Impédance du récepteur [ohms] = ');
FI=input('Fréquence inférieure [MHz] = ');
FS=input('Fréquence supérieure [MHz] = ');
FI = FI*1e6;
FS = FS*1e6;
Attr=input('Atténuation [dB/m] à la fréquence de référence, 1 MHz = ');
% f=linspace(FI,FS,N)';
% Vecteur colonne des fréquences.
Att=Attr*(f*1E-6).^0.5/8.686; % Atténuation [Np/m] à la fréquence f.
B=2*pi/v;
k=B*f; % Constante de phase.
g= Att + j*k; % Fonction de propagation.
th = tanh(g*a);
NumZ = Zr + Zo*th;
DenZ = Zo + Zr*th;
Ze = NumZ*Zo./DenZ; % Impédance d'entrée.
U1=ones(N,1);
Ve=Ze./(Rs*U1 + Ze); % Tension à l'entrée.
MVe=abs(Ve);
maxe=max(MVe); % Valeur maximale du module de Ve.
PHVe=angle(Ve)*180/pi; % Phase de Ve en degrés.
axis([FI FS 0 maxe*1.05]); % Étendue des axes du graphique.
plot(f,MVe) % Tracé du module de Ve en fonction de f.
pause
axis([FI FS -200 200]); % Étendue des axes du graphique.
plot(f,PHVe) % Tracé de la phase de Ve en fonction de f.
pause
DVr = Zr*U1.*cosh(g*a) + Zo*U1.*sinh(g*a);
Vr = (Zr*U1.*Ve)./DVr; % Tension Vr au récepteur.
MVr=abs(Vr); % Module de Vr.
maxs = max(MVr); % Valeur maximale du module de Vr.
axis([FI FS 0 maxs*1.05]);
plot(f,MVr) % Tracé du module de Vr en fonction de f.
pause
axis([FI FS -200 200]);
PHVr = angle(Vr)*180/pi;
plot(f,PHVr)
G = [f*1e-6 MVe PHVe MVr PHVr]; % Matrice des résultats pour la mise en graphique avec un autre
logiciel.

Codes Matlab de fonctions disponibles sur le lien :


https://www.mathworks.com/matlabcentral/fileexchange/4456-electromagnetic-waves---
antennas-toolbox, source référence [7]

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 68


Cours Hyperfréquences

Transmission Lines
------------------
g2z - reflection coefficient to impedance transformation
z2g - impedance to reflection coefficient transformation
lmin - find locations of voltage minima and maxima
mstripa - microstrip analysis (calculates Z,eff from w/h)
mstripr - microstrip synthesis with refinement (calculates w/h from Z)
mstrips - microstrip synthesis (calculates w/h from Z)
multiline - reflection response of multi-segment transmission line
swr - standing wave ratio
tsection - T-section equivalent of a length-l transmission line segment
gprop - reflection coefficient propagation
vprop - voltage and current propagation
zprop - wave impedance propagation

Impedance Matching
------------------
qwt1 - quarter wavelength transformer with series segment
qwt2 - quarter wavelength transformer with 1/8-wavelength shunt stub
qwt3 - quarter wavelength transformer with shunt stub of adjustable length
dualband - two-section dual-band Chebyshev transformer
dualbw - bandwidth of dual-band transformer
stub1 - single-stub matching
stub2 - double-stub matching
stub3 - triple-stub matching
onesect - one-section impedance transformer
twosect - two-section impedance transformer
pi2t - Pi to T transformation
t2pi - T to Pi transformation
lmatch - L-section reactive conjugate matching network
pmatch - Pi-section reactive conjugate matching network

S-Parameters
------------
gin - input reflection coefficient in terms of S-parameters
gout - output reflection coefficient in terms of S-parameters
nfcirc - constant noise figure circle
nfig - noise figure of two-port
sgain - transducer, available, and operating power gains of two-port
sgcirc - stability and gain circles
smat - S-parameters to S-matrix
smatch - simultaneous conjugate match of a two-port
smith - draw basic Smith chart
smithcir - add stability and constant gain circles on Smith chart
sparam - stability parameters of two-port
circint - circle intersection on Gamma-plane
circtan - point of tangency between the two circles

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 69


Cours Hyperfréquences

Anciens Examens

R. Barrak, INDP1@Supcom, 2017 70


Ecole Supérieure des Communications de Tunis

MATIERE : UE_HF&Antennes DATE : Oct-2014


ENSEIGNANTS : FCHOUBANI/R.BARRAK CLASSE : INDP2_ABCDE
EPREUVE : DS DUREE : 2h
DOCUMENTS : Non BAREME : (10+6+4)

QCM : 10pts (1pt/choix correct +1pt/réponse justifiée)

1°) L’impédance d’entrée d’une ligne court-circuitée vaut Zcc=j25 . Quand l’extrémité de la ligne est ouverte l’impédance
d’entrée devient Zco=-j100. L’impédance caractéristique de la ligne est donc :
a) 25 
b) 50 
c) 75 
d) 100 
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

2°) Un quadripôle caractérisé par sa matrice S et terminé par une charge de coefficient de réflexion L, a un coefficient de
réflexion IN à l’entrée donné par:
a) IN  S11
b) IN  L
c) IN  S11.L
S12 .S 21.L
d) IN  S11 
1  S 22 .L
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

3°) La matrice S d’une ligne de transmission sans pertes de longueur l et d’impédance caractéristique Zc est donnée par :
 0 e  jl 

S    jl 
a)

 e 0 
 Zc Zce 2 jl 
S   
Zc 
b) 2 jl
 Zce
 e 2 jl 0 
c) S   
2 jl 
 0 e 
 jl 2 jl
e e 
d) S   2 jl  jl 

e e 
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

1
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

4°) Un amplificateur unilatéral a un gain en puissance G=20dB. Son entrée et sa sortie sont simultanément adaptées et
déphasées de 180°. Sa matrice S est alors :
 0  20 
S   
0 
a)
  20
 0 20 
b) S   
 20 0 
 0 0
c) S   
10 0 
 0 0
d) S   
  10 0 
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

5°) Un câble coaxial sans pertes d’impédance caractéristique Zc=50 et terminé par une charge inconnue ZL est fonctionne
à la fréquence F=3GHz. On mesure à son entrée un ROS=1.66 et le premier minimum est à 1.25cm de la charge.
L’impédance de cette charge inconnue est alors :
a) (44-j23.5)
b) (50-j26.7)
c) 83.3
d) 30
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

EXERCICE I (6points):
On considère une impédance Z L  (25  j100) placée à l’extrémité d’un tronçon de lignes sans pertes et d’impédance
caractéristique Z c  50 . Les ondes électromagnétiques à F=2.5GHz se propagent dans le câble à la vitesse
v  2,1.10 m / s .
8

a) Placer sur l’abaque de Smith le point A de la charge et le point B de l’impédance ramenée à l’entrée de la ligne de
longueur d=1.64cm.(Abaque à remettre avec les réponses)
b) Déterminer la position et la longueur du stub permettant d’adapter l’impédance vue au point B à l’impédance
caractéristique Zc.
c) Réaliser l’adaptation vue au point B à l’aide de composants réactifs discrets.
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
2
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

EXERCICE II (4points):

Une jonction hybride 90° idéale est formée de 4 portes 1, 2, 3 et 4. Le port 2 est isolé et la puissance injectée en 1 est
divisée entre les 2 autres sorties 3 et 4 avec la même amplitude mais en quadrature de phase.
a) Retrouver la matrice S de cette jonction.

0 0 1 j
 
1 0 0 j 1
S  
2  1 j 0 0

j 0 
 1 0
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

On place sur les 2 sorties 3 et 4 d’une jonction hybride 90° deux amplificateurs identiques fonctionnant dans leur zone
linéaire et ayant un gain G=10dB. Les sorties des amplificateurs sont connectées respectivement aux entrées 1’ et 2’ d’une
seconde jonction hybride 90°.
b) Quelle puissance retrouve-t-on sur les accès 3’ et 4’ de la deuxième jonction si on injecte 13dBm à l’entrée 1 ?
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . .

*** Bon courage *****


3
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

MATIERE : Hyperfréquences DATE : 3 Mars 2016


ENSEIGNANTS : R. BARRAK/F.CHOUBANI CLASSE : INDP1_ABCDEF
EPREUVE : DS DUREE : 2h
DOCUMENTS : Non BAREME : (7.5,3,3,3,3.5))

QCM(7.5points) :Cocher la réponse la plus plausible et justifier votre réponse.


(1/3 un tiers de la note attribuée à la justification des réponses)

1. Sur une ligne de transmission, la période du coefficient de réflexion est égale à :


 a) une longueur d'onde, λ
 b) la moitié de la longueur d'onde, λ /2
 c) un quart de la longueur d'onde, λ /4
 d) ne dépend pas de la longueur d’onde

2. Sur l’abaque de Smith, le point représentatif d’une impédance constituée d’une résistance en
série avec une inductance est situé :
 a) au centre
 b) dans la partie supérieure
 c) dans la partie inférieure
 d) sur l’axe des abscisses

3. l’impédance d’entrée d’une ligne de transmission de longueur /8 terminée par un circuit ouvert est :
 a) infinie
 b) à partie imaginaire positive
 c) purement imaginaire positive
 d) purement imaginaire négative

4. L’impédance d’entrée d’une ligne de transmission dissipative, très longue et d’impédance


caractéristique Zc est égale à :
 a) zéro
 b) Infini
 c) Zc
 d) jX

5. Un câble sans pertes a une inductance linéique L=4nH/m et une capacité linéique C=4nF/m. Le
retard introduit par une section de ligne de longueur l=1m est :
 a) Impossible à évaluer
 b) 10-9 S
 c) 2.10-9S
 d) Autre

1
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

6. Un câble coaxial d’impédance caractéristique Zc=75 alimente une charge d’impédance


ZA=(80+j15). Le pourcentage de la puissance absorbée par cette charge est :
 a) 98.97%
 b) 99.97%
 c) 89.87%
 d) 99.89

7. Une ligne de transmission sans pertes d’impédance caractéristique Zc, est terminée par une charge
ZL= (2+j).Zc. L’impédance au niveau du premier minimum de la tension stationnaire est :
 a)
 b)
 c)
 d)

8. Le coefficient de transmission S21T de deux quadripôles A et B montés en cascade et de matrices de


dispersions respectives SA et SB, est donné par :
 a) S 21
T
 S 21
A
 S 21
B
 b) S 21
T
 S 21
A B
* S 21
S 21A * S 21
B A
S 21 B
* S 21
 c) S 21
T
  d) S 21
T

1  S 22A S11B  
1  S11A 1  S11B 

9. Un amplificateur adapté et unilatéral de G=30dB a une matrice S de la forme :


 0 0  0 30
 a)  
0 30 0 
b)
31.6
o
 
 1 
 0  1 
 c)  1000   d) 1000
30


1
0   31.6 0 
 
1000 

10.Deux amplificateurs identiques et adaptés ayant chacun un gain G=10dB sont connectés par 2
coupleurs de wilkinson (diviseur+combineur) comme l’indique (Fig.10.1). La puissance à l’entré « 1 »
du système global est de 10 mW. La puissance à la sortie « 1’ » est donc :
 a) 10 mW
 b) 20 mW
 c) 100 mW
 d) 200mW

2
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

Fig.10.1 Combinaison de puissance.

Exercice 1 (3points):Paramètres primaires et secondaires


Les paramètres primaires d’un câble coaxial sans pertes sont donnés par les expressions suivantes :
et
Avec : a : diamètre du conducteur central (âme)
b : diamètre du conducteur extérieur
: perméabilité du vide
: perméabilité du milieu
entre conducteurs (ici le téflon avec ).

a) Calculer l’impédance caractéristique Zc ,


la vitesse de phase et la constante
de propagation .
b) Calculer le rapport b/a pour avoir Zc=50Ω

Exercice 2 (3points): Adaptation à l’aide de composants discrets


Pour adapter une charge à un système fonctionnant à F=1GHz, on dispose
dans le plan de la charge une inductance L en série avec ZL et une capacité C en parallèle avec
l’ensemble.
a) Déterminer à l’aide de l’abaque de Smith les
valeurs de L et de C qui réalisent l’adaptation.
b) Donner sur l’abaque la zone des impédances
réduites adaptables par ce dispositif.

Exercice 3(3points): Adaptation par simple stub


Une ligne de transmission d’impédance caractéristique est fermée par une impédance de
charge .
a) Calculer le coefficient de réflexion et le
ROS correspondant.
b) On désire adapter cette charge par un stub
parallèle en court-circuit d’impédance
caractéristique .
Calculer alors en fonction de la longueur d’onde,
les longueurs de la ligne et du stub correspondants
(choisir un seul couple de solutions).
3
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

Exercice 4 (3.5points) :

On considère une jonction hybride 180° (figure 1) caractérisée par sa matrice S=

1 2
180°
4 3

Figure 1 : Jonction hybride

a) Quel est le déphasage entre les accès 2 et 3


lorsque l’accès 4 est alimenté ?

On réalise le montage de la figure 2, composé de deux jonctions hybrides 180° et d’un déphaseur.

 2
1
180° 180°
50 3

Figure 2 : Montage d’un circuit hexapôle

b) Le déphaseur est un quadripôle réciproque, sans


pertes et adapté. Donner sa matrice S en
fonction de .

c) Montrer que la matrice S de l’hexapôle défini par ses accès


1, 2 et 3 (voir figure 2) est :

S=

d) Quelles sont les propriétés de ce circuit


- adaptation,
- réciprocité,
- conservation d’énergie

e) On alimente l’accès 1 par une puissance unité,


Quelle valeur de  conduit à l'équi-répartition de
la puissance entre les accès 2 et en 3 ?
Quel est alors le déphasage entre les sorties 2 et 3 ?

***Bonne chance****
4
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

MATIERE : Hyperfréquences DATE : 2 Mars 2017

ENSEIGNANTS : R. BARRAK/F.CHOUBANI CLASSE : INDP1_ABCDEF

EPREUVE : DS DUREE : 2h

DOCUMENTS : Abaque de Smith BAREME : 1Point/Question

Cocher la réponse la plus plausible et justifier votre réponse.

(1/3 un tiers de la note attribuée à la justification des réponses)

Une ligne de transmission sans pertes d’impédance caractéristique Zc = 50 Ω et


de longueur 4 cm est alimentée par un signal sinusoïdal à la fréquence 1 GHz se
propageant à la vitesse 2*108 m/s. Cette ligne est terminée par une charge ZL
constituée d'un condensateur de capacité 5.3 pF en série avec une résistance de 40
Ω. Répondre aux questions 1, 2, 3 et 4.

Q1-Le coefficient de réflexion au niveau de la charge L et le rapport d’onde


stationnaire ROS sur la ligne sont respectivement :

 a) L=-j/3 & ROS=2  b) L=j/3 & ROS=2

 c) L=-j/3 & ROS=0.5  d) L=j/3 & ROS=0.5

Q2-Le premier minimum de tension mesuré depuis la charge se situe à la


distance :

 a)/2  b) /4

 c) /8  d) 3*/8

Q3-Sur l’abaque de Smith N°1, le point représentant l’impédance à l’entrée de la


ligne est :

 a) DP1  b) DP2

 c) DP3  d) DP4
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

Abaque de Smith N°1

Q4- On souhaite réaliser l’adaptation de la charge ZL par des éléments réactifs


selon le schéma de la figure 1.

Figure 1 : Circuit d’adaptation

L’inductance L et la capacité C seront respectivement :

 a)Ls=8H & Cp=1.6nF  b) Ls=8nH & Cp=1.6pF

 c) Ls=8H , Cp=1.6pF  d) Ls=8nH, Cp=1.6nF


Ecole Supérieure des Communications de Tunis

Q5- Une puissance de 1 W est envoyée dans un amplificateur 19 dB. La puissance


en sortie est :

 a) 49dBW  b) 19dBm

 c) 29dBW  d) 49dBm

Q6- L’atténuation du câble RG213U est de 19 dB/100 m à 1,5 GHz. On injecte


une puissance de -20dBm à l’entrée d’un câble RG213U de longueur 10m, la
puissance en dBm récupérée à la sortie est :

 a) -21.9  b) -18.1

 c) -39  d) -1

Q7- Un circuit amplificateur comporte 4 étages. Chaque étage multiplie la


puissance par 2. Le gain total du circuit en dB est :

 a) 8  b) 9

 c) 16  d) 12

Q8- La conversion de la puissance en dBm à la tension en dBµV se fait par :

 a) VdBµV=PdBm+107dB, pour R=50Ω

 b) VdBµV=PdBm+100dB, pour R=50Ω

 c) VdBµV=PdBm+73dB, pour R=50Ω

 d) VdBµV=PdBm+71.2dB, pour R=75Ω


Ecole Supérieure des Communications de Tunis

On considère le circuit de la Figure 2, composé de coupleurs 180° et d'un


déphaseur idéal. Répondre aux questions 9,10 et 11.

Q9- Le déphaseur est un circuit symétrique, réciproque, non dissipatif et


parfaitement adapté. Sa matrice S est :

 e j 0 
 a) S   e j   b) S   
 0 e j 

 0 e j e  j 
 0 e j   
 c) S   j   d) S   e j 0 e j 
e 0   e j e j 0 

0 1 1 0
 
 j 1 0 0 1 
Q10- La matrice S du coupleur 180° est S  .
2 1 0 0 1
 
 0 1 1 0

C’est un circuit :

 a) réciproque, adapté et dissipatif

 b) symétrique, réciproque, adaptée et non dissipatif

 c) adapté et non réciproque

 d) symétrique et non réciproque

Q11- La matrice S du circuit de la figure 2 est :

Figure 2 : Circuit Hyperfréquence


Ecole Supérieure des Communications de Tunis

1  0 e j   0 e j 
 a) S     b) S   
2  e j 0   e
j
0 

 0 e j  1 e j  1 
1 
 c) S   e j   d) S   e j  1 0 0 
2  j
e 1 0 0 

Q12. Un câble sans pertes a une inductance linéique L=1nH/m et une capacité
linéique C=1nF/m. Le retard introduit par une section de ligne de longueur l=1m
est :

 a) Impossible à évaluer  b) 10-9 S

 c) 2.10-9S  d) 10-18S

Q13. L’impédance caractéristique d’un câble coaxial est donnée par :

r D 60 D
 a) Z c  Ln  b) Z c  Ln
60 d r d

D
 c) Z c  60 r Ln  d) autre
d

Q14. Un coupleur C=-30dB est alimenté par une puissance de 1W. La puissance
transmise dans la branche couplée est donc :

 a) 1W  b) 999 mW

 c) 30 mW  d) 1 mW

Q15. Le coefficient de réflexion à l’entrée d’un quadripôle terminé par une charge
( L ) est donné par :
S12 S 21L
e  S11 
 a) 1  S 22L  b) S11

 c) L  d) S 22
Ecole Supérieure des Communications de Tunis

Z L  50
Q16. Une charge de coefficient de réflexion    0.450 consomme:
Z L  50

 a) 40% de la puissance incidente  b) 60% de la puissance incidente

 c) 50% de la puissance incidente  d) 84% de la puissance incidente

Q17. Un câble de 15m ayant un affaiblissement de 0.2dB/m est alimenté par une
puissance Pe=2 mW. La puissance à sa sortie est :

 a) 6mW  b) 0.6mw

 c) 0dBm  d) Autre

Q18. Un câble sans pertes a une inductance linéique L=1nH/ft et une capacité
linéique C=1nH/ft, le retard introduit par une section de 1ft est (1ft=30.48 cm) :

 a) Impossible à déterminer  b) 10-9 s

 c) 2.10-9 s  d) 10-18 s
0.1120 o 0.00123o 
Q19. La matrice S   caractérise :
 4.312 0.05  10 o 
o

 a) Un filtre  b) Une antenne


 c) Un amplificateur  d) Un coupleur

Q20. Une ligne de transmission sans pertes d’impédance caractéristique Zc, est
terminée par une charge ZL= (2+j).Zc. L’impédance au niveau du premier
minimum de la tension stationnaire est :
𝑍𝑐
 a)  b) 𝑍𝑐 ∗ 𝑅𝑂𝑆
𝑅𝑂𝑆

 c) 2 ∗ 𝑍𝑐  d) 𝑗𝑍𝑐