Vous êtes sur la page 1sur 7

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/341152168

Matériaux Composites pour le Génie Civil et la Construction : Classification et


Comparaisons

Conference Paper · November 2015

CITATIONS READS

0 36

4 authors, including:

Mehdi Meliani
L’École Hassania des Travaux Publics
1 PUBLICATION   0 CITATIONS   

SEE PROFILE

All content following this page was uploaded by Mehdi Meliani on 05 May 2020.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


1er Congrès International sur les Ingénieries Civile, Mécanique et Electrique pour l’EnergieCMEEE 2015- Marrakech

Matériaux Composites pour le Génie Civil et la Construction :


Classification et Comparaisons.

MELIANI Mehdi1*, MAZIRI Aziz1, MALLIL Hassan1, ECHAABI Jamal1


1
Département Génie Mécanique, ENSEM Casablanca, Maroc

Résumé : Avec l’augmentation du nombre des matériaux composites destinés au génie civil, et la
diversification de leurs applications, il est de plus en plus difficile de distinguer les produits composites les plus
adaptés pour une application spécifique en construction ou en réhabilitation.
L’objectif de cet article est d’effectuer une classification des matériaux ou produits composites au sens du génie
civil, puis de comparer leurs propriétés physico-chimiques et leurs caractéristiques mécaniques pour identifier
les produits les plus adaptés aux principales applications.

1. INTRODUCTION :
Parmi les matériaux de construction utilisés actuellement, les composites occupent une part de plus en plus
importante grâce à leurs propriétés avantageuses telles que la légèreté, la rigidité et la résistance spécifiques, la
résistance à la fatigue et à la corrosion ainsi que la multitude des possibilités d’intégration dans tous les types de
constructions et d’ouvrages.
Les matériaux composites du génie civil se distinguent des autres matériaux composites destinés à l’industrie et
le transport, par la variété des types de matrices (cimentières, céramiques, polymériques..) et de fibres
(synthétiques, métalliques, naturelles..), ainsi que par les différents types d’ajouts (particules minérales, poudres
synthétiques ou agents chimiques), faisant que les combinaisons ou mélanges possibles sont très nombreux.
Avec le nombre grandissant des produits composites de construction, il devient de plus en plus difficile de
comparer leurs propriétés et performances par rapport aux besoins en construction ou en réhabilitation, qui
doivent répondre à plusieurs critères et exigences structurelles, thermiques, économiques et environnementales.
Une classification focalisée sur les composites pour le génie civil, incluant l’ensemble des critères spécifiques à
ce secteur, sera ainsi d’une réelle utilité pour évaluer leurs propriétés et comparer leurs performances par rapport
aux matériaux de construction conventionnels et avec les autres catégories de matériaux composites.
Cette classification permettra donc d’identifier les produits composites les plus adaptées pour chaque catégorie.

2. CLASSIFICATION DES COMPOSITES DU GENIE CIVIL :


Les matériaux ou produits composites spécifiques au génie civil peuvent se regrouper en quatre familles, en
tenant compte des différents types de matrices, de fibres et d’ajouts cités en introduction, qui sont à échelle
centimétrique, millimétrique ou micrométrique :

Les polymères renforcés de fibres : PRF


Les 4 familles des
matériaux composites Les bétons renforcés de fibres : BRF
pour le génie civil et
la construction Les bétons renforcés de polymères : BRP

Les éléments et structures sandwichs : ESS

Pour chacune des quatre familles de composites, la bibliographie contient un grand nombre d’articles et de
publications qui se sont intéressés aux formulations des matériaux de chaque famille et en spécifiant les
principales applications qui sont en constant développement depuis plus de deux décennies.
1
Concernant les PRF, Les articles de Holloway , de Pendhari et al. 2 et de Van Einde et al.3 se sont intéréssés à
la catégorie importante des PRF nommée ‘Composites Polymères Avancés’, incluant une matrice
thermodurcissable et des fibres à hautes performances (verre, carbone ou aramide), les applications cités sont :

*à qui toute correspondance sera envoyée.


1
(Hollaway, 2010) “A Review of the Present and Future Utilisation of FRP Composites in the Civil Infrastructure
with Reference to Their Important in-Service Properties.”
2
Pendhari, Kant, and Desai, “Application of Polymer Composites in Civil Construction.”
3
Van Den Einde, Zhao, and Seible, “Use of FRP Composites in Civil Structural Applications.”

1
1er Congrès International sur les Ingénieries Civile, Mécanique et Electrique pour l’EnergieCMEEE 2015- Marrakech

• la réhabilitation des éléments de structure, notamment les poutres et dalles en béton armé, ainsi que des
structures métalliques,
• la protection des colonnes et des murs porteurs et murs en maçonnerie contre les risques sismiques,
• le remplacement des éléments conventionnels en ‘tout composite’ tels que les tabliers des ponts, les
profilés structurels ou les armatures de renfort.
Concernant les BRF, l’article de Brandt 4 précise que l’ajout de fibres courtes dispersées, telles que les fibres
d’acier, de verre, de carbone ou polymériques, a pour principal rôle de limiter la création et la propagation des
fissures au sein de la matrice en ciment. Ce qui améliore la ductilité et la et résistance à la déformation,
particulièrement lorsqu’il est sollicité en traction ou en flexion.
La famille des BRP est également prometteuse du fait des avantages qu’offrent les mélanges entre les polymères
et les constituants du béton (ciment, agrégats, ajouts) comme cités dans l’article de Van Gemert et al. 5 . En
effet, les BRP contiennent des agrégats et micro-fillers mélangés à des polymères munis de liants aminés. Ces
derniers se polymérisent dans la matrice cimentière et remplissent le maximum de pores pour augmenter la
cohésion entre les constituants, diminuer les microfissures et améliorer les résistances mécaniques et
thermiques, tout en restant plus légers que les bétons conventionnels. Les utilisations prouvées des BRP sont :
• construction des éléments structurels ou des dallages de sols industriels,
• réhabilitation des anciennes constructions,
• réparation rapide des chaussées.
Les ESS ont la particularité d’être constitués par l’incorporation d’au moins deux types de matériaux liés par
des adhésifs, par ancrage ou par connecteurs, d’une part les revêtements extérieurs, généralement rigides et durs,
et d’autre part les remplissages intérieurs moins rigides tels que les matériaux expansés (mousses) et parfois
même des matériaux conventionnels comme le bois. Les ESS peuvent en général s’utiliser pour :
• les systèmes de planchers (dalles et poutres)
• les murs, poteaux et colonnes.

3. SELECTION DE PRODUITS COMPOSITES DU GENIE CIVIL :


Une sélection de 20 matériaux ou produits composites, appartenant aux 4 familles sont présentés pour les
évaluer et comparer leurs performances. La formulation et les propriétés de chaque matériau sont collectées à
partir des articles et publications extraits de journaux spécialisés en composites et structures (période 2000-
2014), Ces articles se basent sur des essais expérimentaux sur le matériau composite avec parfois des
simulations numériques justificatives. Il est important de noter que pour chaque matériau sélectionné, dont la
nomenclature suit les initiales des matrices, de fibres et des ajouts, la formulation présentée correspond à la
formule optimisée précisant le pourcentage des fibres et / ou des ajouts par rapport à la matrice, qui produit le
maximum d’améliorations des propriétés et des caractéristiques.

Composite Nom complet Propriétés Référence


10
Epoxy renforcé de fibres de E= 45 GPa / σT = 1020 MPa / εT = 2,3% (longitudinal)
PRFV verre (Vf = 60%) ρ= 2100 kg/m^3 / c = 5 $/kg
11
Epoxy renforcé de fibres de E= 145 GPa / σT = 1240 MPa / εT = 0,9% (longitudinal)
PRFC carbone (Vf = 60%) ρ= 1600 kg/m^3 / c = 25 $/kg
12
PRFV (2) Polyester renforcé de fibres E = 4 GPa / σT= 100 MPa / σf = 90 MPa
de verre à 35 % avec ajout Amélioration par l’agent PPMA : +39% pour σT et +22%
de l’agent couplage PPMA pour E et σf
13
Polyethylene basse densité E = 0,45 GPa / σT = 10 MPa / εT = 0,2 %
PRFN renforcé de fibres de Doum Diminution de σT et des propriétés thermiques
(30%)
14
Polypropylene (agent MAPP E = 10 GPa ; σT = 13,3 MPa ; εu,T = 2,8%
PRFN (2) à 3%) renforcé de fibres de Améliorations par l’agent MAPP : +17% (E ) ; +28% (σT) ;
Chanvre (Vf =50%) Impact : +39%

4
Brandt, “Fibre Reinforced Cement-Based (FRC) Composites after over 40 Years of Development in Building
and Civil Engineering.”
5
Van Gemert et al., “Cement Concrete and Concrete–polymer Composites.”

2
1er Congrès International sur les Ingénieries Civile, Mécanique et Electrique pour l’EnergieCMEEE 2015- Marrakech

Composite Nom complet Propriétés Référence


15
Béton céramique à ciment E = 19,2 GPa / σu,c = 55,7 MPa / εu = 0,34 %
BRFV phosphate renforcé des σf = 10,8 MPa / ζu = 7,1 MPa
fibres de verre (Vf = 2 %)
16
*Béton et Béton armé σu,c = 30,2 MPa / σu,t= 3,01 MPa / σf = 11,4 MPa
BRFA renforcé de fibres d’Acier E = 32,05 GPa / Dureté = 462 kN.mm
(Vf = 2,5%)
17
Béton à ciment pouzzolane E = 38,7 GPa / ρ=2170 kg/m^3
BRFP et fibres de polypropylene σu,c = 29 MPa / σu,t= 2,9 MPa (28j)
(0,07%)
18
Mortier à base de chaux σc = 3,83 MPa / σT = 2,22 MPa
MRFN renforcé de fibres textiles de εu = 13,86% / E = 0,32 GPa
lin-5mm (Vf = 2,1% )
19
MGP Mortier géo-polymère (eau, E=1,7 à 3 GPa / σc = 1 à 10 MPa /
sable, poudre d’aluminium, ρ=350 à 1350 kg/m^3
cendres volantes, argiles, λ = 0.2 W/mK - porosité = 50% à 80%
particules polystyrene, air)

Composite Nom complet Propriétés Référence


20
Béton Polymère Acrylique σu,c =88,8 MPa / εu = 0,39 %
BPA 70% agrégats – 18% fillers - E = 33 GPa
12% liant (MMA :PMMA) εretrait= 0,34 % (complet en 4h) /
α = 1,8.10^-5 °C^-1
21
Composite Ciment Polyuréthan E = 5,3 GPa / σc = 60 MPa / σf = 44,3 MPa /
CCP 60% ciment – 40 % ζccp-béton = 3,2 MPa / εu = 4,3 %
polyurethane ρ = 1650 kg/m^3
22
Béton Micro-polymère σu,c = 58 MPa / σf = 24 MPa / σu,t = 9 MPa (20 j)
BMP 91% agrégats : graviers et sable E = 28 GPa / ρ = 2150 kg/m^3
– 9% epoxy (+amine) Absorption eau = 0,1 % / porosité = 4 %
23
Béton Polymère : mélange de E = 2,34 GPa (20 j) / σu,c = 52 MPa / σf = 11,5 MPa
BEPA 30%’d’epoxy-polyurethane ζmax = 2,9 MPa / ζadhérence = 4,7 MPa /
acryl et 70% d’agrégats 0-3 mm ρ = 1850 kg/m^3 / λ = 0.425 W/mK / α = 5,6 10^-6
Absorption eau = 0,62 % /Résist.choc.therm = 0,01 %
24
MP-EPS Mortier d’agrégats: 16% fillers σu,c = 85 MPa / σf = 25 MPa (28 j)
- 66 % sables de silice et 18% εretrait= 0,3 % / Absorption eau à 100°c = 0,1 %
de solution polystyrène expansé

Composite Nom complet Propriétés Référence


25
Sandwich Mur en sandwich : revêtement σp = 130 MPa (contrainte principale)
Acier - Béton plaques acier et cœur en béton ζp = 160 MPa (contrainte cisaillement moyen)
attachés en boulons δp= 60 à 70 mm (déplacement maximal)
26
Sandwich creux : Colonne creuse en bois σc = 22,3 MPa (résistance du cœur en bois)
revête- ment PRFV paulownia couverte de 3,6 Pc = 2000 kN (charge critique)
– Cœur en Bois mm d’épaisseur PRFV δc= 10 mm (déplacement axial ; L = 4 m)
27
Sandwich Plancher Sandwich incluant EI = 2.10^12 N.mm²
Modulaire PRFV des poutres PRFV de sections PELS = 54 kN
boulonné creuses attachés à un panneau PELU = 180 kN
PRFV par boulons M10 εa(ELS) = -0,16% (déformation axiale panneau)
28
Sandwich Plancher Sandwich incluant EI = 7,1.10^11 N.mm²
Modulaire PRFV des poutres PRFV de sections PELS = 21 kN
adhésifs creuses collés à un panneau PELU = 75 kN
PRFV et remplies de mousses εa(ELS) = 0,08% (déformation axiale panneau)

3
1er Congrès International sur les Ingénieries Civile, Mécanique et Electrique pour l’EnergieCMEEE 2015- Marrakech

29
Sandwich inter- Sandwich à revêtement acier Force micro flambement facette : 18 kN
couches (e =0,8 mm) ; inter-couche en Force pliage facette : 432 kN
PRFV (e=1,2 mm) ; cœur en Force cisaillement mousse : 27 kN
mousse (e=25 mm) Force indentation : 195 kN

3-1. DISCUSSION :
Pour la famille des PRF, les PRFC et PRFV à haut pourcentage de fibres 60% ont montré d’excellentes
résistances et rigidités mécaniques, ce qui explique l’intérêt de leur utilisation en couches minces ou enveloppes
(de l’ordre du centimètre en épaisseur) pour renforcer ou réhabiliter les éléments structurels des ouvrages en
béton armé et également pour réparer les zones endommagées ou corrodées des structures ou conduites
métalliques. A cause du coût/kg des PRF qui est plus de 10 fois plus élevé que l’acier, ils remplacent des
parties bien précises des structures métalliques, comme les tabliers des ponts. Concernant les PRFN, les
résistances mécaniques et thermiques obtenues sont modérées mais parfois inférieures à celles de la matrice
résineuse, comme montré en référence 11. En effectuant un bon choix de la matrice et de la fibre naturelle, et en
appliquant un agent de couplage adéquat tel que MAPP (Maleic anydrid grafted polypropylene) cité en
référence 14 ou PMAA (Polyalkenylpoly-maleic-anhydride-amide) cité en référence 12, il est possible d’obtenir
des améliorations des propriétés mécaniques entre 20% et 40%. Les PRFN trouvent des applications non
structurelles comme les revêtements du sol, les conduites ou les toitures légères.
Concernant la famille des BRF, les articles cités indiquent que le pourcentage optimal des fibres à mélanger
avec le béton est compris entre 1% et 3% et moins de 0,5% pour les fibres polymères. Les produits BRFV et
BRFA cités en références 15 et 16, montrent des résistances soutenues en compression (30 à 50 MPa) et
supérieures aux bétons conventionnels en flexion qui atteignent 10 MPa. D’après la référence 16, l’ajout de 2%
des fibres d’acier au béton armé a permis d’augmenter la charge ultime en flexion de 50% et la dureté
(toughness) de plus de 150% ; ces fibres métalliques peuvent donc réduire la quantité des armatures internes
mais peuvent subir la corrosion. L’effet des fibres polymères indiqué en référence 17 a eu des améliorations
essentiellement sur la diminution de la perméabilité et la carbonatation de ce composite de près de 40%.
Les fibres naturelles ne permettent pas l’augmentation notable des propriétés des bétons et sont vulnérables aux
alcalis réactions de la matrice ciment. La référence 18 montre que les résistances des MRFN restent relativement
basses, avec une déformation ultime εu de 13% qui les rend plus ductiles. Les MRFN trouvent donc leurs
utilisations dans les applications non structurelles. Le matériau béton géo-polymère s’applique pour les éléments
de maçonnerie. Il est à base de sable, de fumées de silice et d’ajouts minéraux et ayant une haute porosité, d’au
moins 60%, ce qui leur confère une très bonne isolation acoustique nettement meilleure que celle des mortiers et
briques. Les briques en argile stabilisées par les laitiers des hauts fourneaux (référence 30) avec de la chaux
peuvent être fabriqués sans cuisson ni à haute température, réduisant ainsi le coût et l’énergie consommée, tout
en ayant une résistance mécanique semblable à celle des briques cuites (5 à 7 MPa), ainsi qu’une durabilité
acceptable d’après l’essai freeze-thaw.

Pour la famille des BRP, on note que la fraction polymérique par rapport aux constituants du béton est
généralement comprise dans l’intervalle 10% à 30%, qui peut varier selon les formulations expérimentales. Les
exemples des formulations de BRP ont permis d’obtenir de très bonnes résistances mécaniques, de l’ordre de 60
à 80 MPa pour la compression et de l’ordre de 20 à 40 MPa pour la flexion, et avec une assez bonne adhérence
avec le béton (autour de 3MPa). Les BRP présentent aussi l’avantage de réduction de densité, qui est en
moyenne de 1800 kg/m3 contre une densité de 2400 kg/m3 du béton ordinaire, ainsi que la limitation du retrait
et de la durée de retrait qui s’effectue en quelques heures, sans oublier la faible perméabilité résultante qui
favorise une meilleure durabilité à ces matériaux. Les BRP sont ainsi considérés de très bons produits de
réhabilitation des anciennes constructions et de réparation des chaussées des routes.
Les ESS présentés donnent un aperçu sur la variété des revêtements et des cœurs utilisés qui peuvent procurer
des inerties géométriques importantes à coûts optimisés grâce au coût assez bas des matériaux expansés. Les
articles sélectionnés pour les ESS montrent que les charges limites dépendent de la géométrie, des types de
revêtement et du remplissage utilisé, ainsi que l’adhérence entre eux. Les ESS peuvent supporter de hautes
contraintes de plus de l’ordre de 100 MPa en cas de haute adhérence et conviennent dans ce cas aux applications
structurelles. Ils peuvent aussi se limiter à des contraintes limites de l’ordre de 10 MPa pour les adhérences
modérées, pour s’appliquer aux éléments non structurels. Il faut noter que pour les ESS, il y a plusieurs charges
limites correspondant à plusieurs modes de rupture figurant sur la référence 29, et qui peuvent être dues au
micro-flambement, au pliage du revêtement, au cisaillement de la mousse ou à l’indentation externe.

3-2. PRODUITS COMPOSITES LES PLUS ADAPTES AUX APPLICATIONS DU GENIE


CIVIL:

4
1er Congrès International sur les Ingénieries Civile, Mécanique et Electrique pour l’EnergieCMEEE 2015- Marrakech

Sur la base des comparaisons des propriétés collectées, nous pouvons positionner les matériaux composites les
plus adaptés aux applications du génie civil et de construction suivant le tableau ci-après :
Produits composites les Construction Réhabilitation / Renforcement
plus adaptés pour :
Eléments structurels BRF (F :Acier, Verre, Polymère) PRFC / PRFV (Couches minces)
ESS ( Haute adhérence) BRP

Eléments non structurels MRFN / Béton géo polymère PRFN / MRFN


ESS (Adhérence modérée) BRP

4. LIMITES ET LES DEFIS A RELEVER POUR LES COMPOSITES DU GENIE CIVIL :


Les propriétés intéressantes des matériaux composites et leurs applications variées les rendent de plus en plus
attractifs en génie civil et en construction. Ils ont toutefois des limites qui restreignent l’utilisation à grande
échelle à l’instar des produits de construction conventionnels, et qu’on pourra résumer sur les quatre points :

1/ Le coût des fibres à hautes performances et synthétiques est encore élevé, d’après les prix cités dans le
manuel des matériaux composites de GAY 6 faisant que les PRFC et PRFV sont bien plus coûteux que les
bétons et aciers ; cela est dû notamment aux coûts élevés de fabrication de ces fibres. Avec l’augmentation de
l’offre et la demande de la production des fibres, leur coût pourrait diminuer progressivement.

2/Les fibres naturelles représentent une alternative intéressante et très économique pour les mortiers et
polymères non structurelles, malgré leurs performances modérées et leurs vulnérabilités. Les progrès en cours
ciblent le renforcement de l’adhérence de ces fibres aux matrices et la protection du contenu cellulosique à
travers les traitements de surface, tels que le traitement à la solution NaOH de concentré à 5 % à 10% d’après
l’article de Wei et al. 7, ou à la paraffine, ou à l’étuve (à température de 120°C maximum), ou à l’aide de l’ajout
d’agents de couplage tels que MAPP ou PMMA. En plus, la réduction ou la suppression des éléments alcalins
(Na+ et K+) dans les mortiers nuisibles aux fibres naturelles, peut favoriser la durabilité des composites MRFN.

3/ L’adhérence à base de couches d’epoxy entre les PRF et le béton peut se détériorer par des variations
d’humidité et de température, comme cité dans l’article de Sen 8, qui propose des techniques de contrôles non
destructifs de l’adhérence telles que la Thermographie infra-rouge et Géoradar pouvant détecter des anomalies
(porosités ou poches) au niveau de la couche epoxy. De même, l’adhérence entre le revêtement et le cœur du
ESS est essentielle pour assurer la stabilité de ces éléments et leur capacité à supporter les charges auxquelles
elles sont soumises. L’utilisation des cœurs hybrides ou des inter-couches permet de limiter les risques de
décollement au niveau de l’interface ou de rupture du revêtement ou du cœur.

4/ Comme ce qui est cité dans la référence 1, l’implémentation des matériaux/produits composites aux projets de
construction passe par l’établissement et le développement des normes qui spécifient les standards de calcul et
de sécurité, les paramètres nécessaires pour la conception des éléments et les techniques d’application avec
les matériaux conventionnels. La référence 1 cite également plusieurs normes publiées par des organisations
techniques des quelques pays tels que les Etats Unis, l’Angleterre avec l’Europe, le Canada et le Japon, qui
peuvent servir de modèles et de références pour les autres pays.

5. PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES COMPOSITES EN


CONSTRUCTION
La multitude des combinaisons possibles qu’offrent les composites devront servir à réduire le coût des éléments
de construction tels que les planchers, les murs et les colonnes entre autres, et ce, à l’échelle nationale et
internationale. Ces composites peuvent former des structures nouvelles pour des constructions allégés ou
provisoires, et peuvent également accélérer le processus construction pour les projets de bâtiments.
Dans ce sens, il faut privilégier les éléments et structures sandwichs ESS en jouant sur les choix de nouveaux
remplissages internes qui peuvent constituer ces éléments pour être à faible coût (encore moins chers que les
mousses) et à base de substances naturelles disponibles partout et à grande échelle.

6
“Matériaux Composites (5° Éd.) GAY Daniel.”
7
Wei and Meyer, “Improving Degradation Resistance of Sisal Fiber in Concrete through Fiber Surface
Treatment.”
8
Sen, “Developments in the Durability of FRP-Concrete Bond.”

5
1er Congrès International sur les Ingénieries Civile, Mécanique et Electrique pour l’EnergieCMEEE 2015- Marrakech

Des prototypes de ces ESS devront être envisagés pour l’étude de leurs faisabilités dans différentes parties des
bâtiments. Les prototypes ESS devront être en plus testés par des essais mécaniques, thermiques et physico-
chimiques au laboratoire et vérifiés par des simulations numériques suivant la méthode des éléments finis.

6. CONCLUSION
Les matériaux composites devront être considérés comme matériaux complémentaires aux matériaux de
construction conventionnels et peuvent donc s’utiliser à plus grande échelle dans le secteur du génie civil et de
la construction. Ils sont progressivement considérés comme des solutions très adaptées pour les besoins tels que
la réhabilitation et le renforcement des structures, la valorisation des ressources naturelles pour l’intégration
dans les produits de construction, la réduction de la consommation énergétique via les composites isolants
(mortiers géopolymères) et finalement la construction économique qu’offrent les ESS à coûts optimisés pour les
unités de logements dans les zones urbaines et rurales partout dans le monde.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES:
[1] Hollaway, “A Review of the Present and Future Utilisation of FRP Composites in the Civil Infrastructure
with Reference to Their Important in-Service Properties.”
[2] Pendhari, Kant, and Desai, “Application of Polymer Composites in Civil Construction.”
[3] Van Den Einde, Zhao, and Seible, “Use of FRP Composites in Civil Structural Applications.”
[4] Brandt, “Fibre Reinforced Cement-Based (FRC) Composites after over 40 Years of Development in Building
and Civil Engineering.”
[5] Van Gemert et al., “Cement Concrete and Concrete–polymer Composites.”
[6] Bader, “Selection of Composite Materials and Manufacturing Routes for Cost-Effective Performance.”
[7] “Matériaux Composites (5° Éd.) GAY Daniel.”
[8] Wei and Meyer, “Improving Degradation Resistance of Sisal Fiber in Concrete through Fiber Surface
Treatment.”
[9] Sen, “Developments in the Durability of FRP-Concrete Bond.”
[10] Callister, By William D. Callister Materials Science and Engineering.
[11] Ibid.
[12] Varga et al., “Improving the Mechanical Properties of Glass-Fibre-Reinforced Polyester Composites by
Modification of Fibre Surface.”
[13] Arrakhiz et al., “Mechanical and Thermal Properties of Natural Fibers Reinforced Polymer Composites.”
[14] El-Sabbagh, “Effect of Coupling Agent on Natural Fibre in Natural Fibre/polypropylene Composites on
Mechanical and Thermal Behaviour.”
[15] Tassew and Lubell, “Mechanical Properties of Glass Fiber Reinforced Ceramic Concrete.”
[16] Altun, Haktanir, and Ari, “Effects of Steel Fiber Addition on Mechanical Properties of Concrete and RC
Beams.”
[17] Flores Medina, Barluenga, and Hernández-Olivares, “Enhancement of Durability of Concrete Composites
Containing Natural Pozzolans Blended Cement through the Use of Polypropylene Fibers.”
[18] Olivito, Cevallos, and Carrozzini, “Development of Durable Cementitious Composites Using Sisal and Flax
Fabrics for Reinforcement of Masonry Structures.”
[19] Zhang et al., “Geopolymer Foam Concrete.”
[20] Yeon et al., “Deformation Behavior of Acrylic Polymer Concrete.”
[21] Hussain, Liu, and Yong, “Experimental Study to Investigate Mechanical Properties of New Material
Polyurethane–cement Composite (PUC).”
[22] Haidar, Ghorbel, and Toutanji, “Optimization of the Formulation of Micro-Polymer Concretes.”
[23] Agavriloaie et al., “Characterisation of Polymer Concrete with Epoxy Polyurethane Acryl Matrix.”
[24] Choi and Ohama, “Development and Testing of Polystyrene Mortars Using Waste EPS Solution-Based
Binders.”
[25] Rafiei et al., “Profiled Sandwich Composite Wall with High Performance Concrete Subjected to Monotonic
Shear.”
[26] Satasivam and Bai, “Mechanical Performance of Bolted Modular GFRP Composite Sandwich Structures
Using Standard and Blind Bolts.”
[27] Satasivam, Bai, and Zhao, “Adhesively Bonded Modular GFRP Web–flange Sandwich for Building Floor
Construction.”
[28] Satasivam and Bai, “Mechanical Performance of Bolted Modular GFRP Composite Sandwich Structures
Using Standard and Blind Bolts.”
[29] Mamalis et al., “A New Hybrid Concept for Sandwich Structures.”
[30] Oti, Kinuthia, and Bai, “Engineering Properties of Unfired Clay Masonry Bricks.”

View publication stats