Vous êtes sur la page 1sur 16

Vectorisation des données géographiques

Présenté par : Mr. Moussi Abdelkader


Orienté à : 3GT

ESAT 2015-2016 0
Vectorisation des données géographiques
Que sont les géodonnées ?

Les géodonnées sont des informations concernant des emplacements géographiques stockées
dans un format qui peut être utilisé avec un système d'information géographique (SIG).

Les géodonnées peuvent être stockés dans une base de données, une géodatabase, un fichier
de formes, une couverture, une image raster, ou même une table .dbf ou une feuille de calcul
Microsoft Excel.

Qu'est-ce qu'un fichier de formes ?

Un fichier de formes constitue un format non topologique simple permettant de stocker les
informations relatives à l'emplacement géométrique et aux attributs des entités
géographiques . Les entités géographiques d'un fichier de formes peuvent être représentées
par des points, des lignes et des polygones (ou surfaces ). L'espace de travail contenant des
fichiers de formes peut également contenir des tables dBASE consignant des attributs
supplémentaires associables par jointure aux entités de fichiers de formes.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de la manière dont les fichiers de formes s'affichent
dans ArcCatalog. Vous pouvez également afficher le fichier dBASE (éventuellement associé à
un fichier de formes).

Tous les fichiers possédant les extensions .txt, .asc, .csv ou .tab s'affichent
dans ArcCatalog en tant que fichiers de texte par défaut. Cependant, la boîte de
dialogue Options permet de spécifier les types de fichiers devant être présentés comme
fichiers texte et ceux ne devant pas s'afficher dans l'arborescence du Catalogue. Lorsque les
fichiers texte contiennent des valeurs délimitées par des tabulations ou des virgules, leur
contenu est visible dans l'aperçu de table d'ArcCatalog et vous pouvez les joindre à des
entités géographiques. Les fichiers de texte peuvent être supprimés, mais leur contenu est en
lecture seule dans ArcCatalog.
Vous pouvez joindre les attributs stockés dans une table dBASE ou dans un fichier de texte
aux entités figurant dans un fichier de formes à l'aide de l'ongletJointures/relations de la
boîte de dialogue Propriétés d'une couche. Si une table contient des informations décrivant
des positions telles que des coordonnées x, y, z ou des adresses postales, vous pouvez créer
un fichier de formes représentant ces lieux à l'aide des outils proposés dans ArcCatalog.

ESAT 2015-2016 1
Vectorisation des données géographiques
Extensions des fichiers de formes

Les fichiers de formes constituent un format non topologique simple permettant de stocker les
informations relatives à l'emplacement géométrique et aux attributs des entités
géographiques. Ils correspondent à l'un des formats de données spatiales que vous pouvez
utiliser et mettre à jour dans ArcGIS.

Le format de fichier de formes définit la géométrie et les attributs d'entités géoréférencées


dans trois fichiers ou plus avec des extensions de fichier spécifiques, qui doivent être stockés
dans le même espace de travail de projet. Ces jeux sont :

 .shp - Fichier principal dans lequel est stockée la géométrie des entités ; requis.
 .shx - Fichier d'index dans lequel est stocké l'index de la géométrie des entités ; requis.
 .dbf - Table dBASE dans laquelle sont stockées les informations attributaires des
entités ; requis.
Il existe une relation un vers un entre la géométrie et les attributs. Cette relation est
basée sur le numéro d'enregistrement. Les enregistrements d'attribut du fichier dBASE
doivent être dans le même ordre que ceux du fichier principal.
 .sbn et .sbx - Fichiers dans lesquels est stocké l'index spatial des entités.
 .fbn et .fbx - Fichiers dans lesquels est stocké l'index spatial des entités correspondant
aux fichiers de forme en lecture seule.
 .ain et .aih - Fichiers dans lesquels est stocké l'index attributaire des champs actifs d'une
table ou d'une table attributaire d'un thème.
 .atx - Un fichier .atx est créé pour chaque fichier de formes ou index attributaire dBASE
créé dans ArcCatalog. Les index attributaires d'ArcView GIS 3.x pour les fichiers de
formes et les fichiers dBASE ne sont pas utilisés par ArcGIS. Un nouveau modèle
d'indexation attributaire a été développé pour les fichiers de formes et les fichiers dBASE.
 .ixs - Index de géocodage pour les fichiers de formes en lecture/écriture.
 .mxs - Index de géocodage pour les fichiers de formes en lecture/écriture (format ODB).
 .prj - Fichier dans lequel sont stockées les informations du système de coordonnées ;
utilisé par ArcGIS.
 .xml - Métadonnées pour ArcGIS, stocke des informations sur le fichier de formes.
 .cpg - Fichier facultatif qui peut être utilisé pour spécifier la page de code permettant
d'identifier le jeu de caractères à utiliser.

Chaque fichier doit porter le même préfixe, par exemple roads.shp, roads.shx et roads.dbf.

Quand vous affichez un fichier de formes dans ArcCatalog (ou tout autre application
d'ArcGIS), vous ne voyez qu'un seul fichier représentant ce fichier de formes. Pour consulter
tous les fichiers associés à un fichier de formes, vous pouvez utiliser l'Explorateur Windows. Il
est recommandé de copier des fichiers de formes dans ArcCatalog ou à l'aide d'un outil de
géotraitement. Si vous copiez néanmoins un fichier de formes en dehors d'ArcGIS, veillez à
copier tous les fichiers qui constituent ce fichier de formes.

ESAT 2015-2016 2
Vectorisation des données géographiques
Qu'est-ce qu’une couche d’information?
Une couche est la visualisation cartographique d'une table carto+données.
Un bloc de données est composé d'une ou plusieurs couches (et éventuellement d'une ou
plusieurs tables)

Actions élémentaires

- Ajouter une couche au bloc de données actif : barre d'outils "standard", outil
ou glissement depuis le catalogue

- Ajouter une couche à un bloc de données: clic droit sur son nom, Ajouter des données ou
glissement depuis le catalogue

- Supprimer une couche: clic droit sur son nom, Supprimer

- Déplacer une couche: Table des Matières bouton : glissement à la souris

- Montrer/cacher une couche:


. Table des Matières boutons : cocher/décocher
. clic droit sur la couche, Propriétés, onglet Général

- Rendre sélectionnables ou pas les entités d’une couche : Table des Matières bouton puis
bouton

- Préciser les entités à visualiser clic droit sur la couche, Propriétés, onglet "Ensemble de
Définition". Une requête SQL de sélection indique les lignes à visualiser.

- Créer une nouvelle couche à partir de la sélection : clic droit sur la couche, Sélection, Créer
une couche à partir des entités sélectionnées

- Renommer une couche: clic prolongé sur son nom ou clic droit sur la couche, Propriétés,
onglet Général

- Préciser la visibilité selon l'échelle: clic droit sur la couche, Propriétés, onglet Général; on
indique les échelles mini et maxi en donnant le dénominateur (ex: 500 000 pour 1/500 000).
L'échelle courante est indiquée
dans la barre d'outils "Standard"
- Enregistrer les données de la couche (c'est à dire enregistrer la table de données
carto+données): clic droit sur la couche, Données, Exporter des données
. On peut exporter, au choix: toutes les entités, seulement les entités affichées, ou
seulement les entités sélectionnées. On peut aussi décider si les entités sont sauvegardées
dans le système de coordonnées de la couche, ou dans celui du bloc de données.
. On a le choix entre trois formats d'exportation :

- Enregistrer la mise en forme de la couche (extension .lyr) : clic droit sur la couche,
Enregistrer comme un fichier de couche. On enregistre alors une référence à la table
carto+données, et des informations de mise en forme (en particulier la symbologie), ce qui
permet une réexploitation du travail fait dans un autre document

ESAT 2015-2016 3
Vectorisation des données géographiques

- Modifier la référence à la source de données de la couche : onglet affichage, clic droit sur la
couche, propriétés, onglet source, bouton "Définir la source de données"

- Zoomer sur la couche: clic droit sur la couche,

- Afficher les données relatives à une entité : outil , et clic sur l’entité

- Groupes de couches
Un groupe de couches est un ensemble de couches liées : la visibilité et la sélectabilité
peuvent être modifiées d'un seul coup
. Ajouter un nouveau groupe de couches : clic droit sur le bloc de données ou sur un
groupe de couches, Nouveau groupe de couches
. Ajouter une couche à un groupe de couches : clic droit sur le groupe de couches,
ajouter des données

ESAT 2015-2016 4
Vectorisation des données géographiques

Créer des données


Vocabulaire
- Magasin de données (DataWarehouse) : zone de stockage des données : dossier (fichiers de
forme) ou géodatabase.

- jeu de données: table carto+données ou table de données

Une table de données est structurée en champs.


Une table carto+données stocke de plus une "entité" (shape), ensemble d'informations
permettant de réaliser le dessin.

Les jeux de données sont composés d'enregistrements (lignes).

Magasin de données
Fichier de formes Géodatabase
Table carto+données Fichier de formes Classe d'entités
Jeu de données
Table données Table Dbase Table

A - Créer une source de données : dans ArcCatalog (fenêtre Catalogue d’ArcMap)


1/ Fichier de formes, ou table DBASE

Etape 1 : Création
Clic droit sur le répertoire, puis
Nouveau, Fichier de formes (ou
Table Dbase)
Dans le cas d'un fichier de formes :

fixer

- le nom du fichier de formes

- le type d'entités

- le système de coordonnées
(il peut être sélectionné dans une
liste, ou importé à partir d'une
source de données carto déjà
projetée)

- cocher (ou non) valeurs M


(évènements) ou Z (altitude)

Etape 2: Définition de la structure : double clic sur la source de données

ESAT 2015-2016 5
Vectorisation des données géographiques

Informations de base

Règles à l’utilisation d’ArcGis.


Ces règles sont nécessaire au bon fonctionnement du logiciel et évite les désagréments de
mauvaises lectures des données.
1. L’usage veut que l’on s’abstienne d’utiliser certains caractères dans le nom des couches
créées :
- Les accents et guillemets
- Les caractères spéciaux
- Les espaces
- Les caractères d’opérations (+,-, etc.)
- Les points et virgules, parenthèses, etc.

Par contre, vous pouvez utiliser :


- Les majuscules et minuscules dans un même nom (dataB)
- Les chiffres (data5)
- Le caractère (tiret bas) de la touche 8 (data_ville)
2. En ce qui concerne les chemins d’accès, il est plus prudent de ne pas déplacer ou
renommer vos dossiers où se regroupent vos données.
En les déplaçant, le chemin ne sera plus reconnu et vous aurez un point d’exclamation
rouge (!) affiché devant vos données. IL faudra alors redéfinir le chemin manuellement.
Si les couches de votre mxd sont dans plusieurs dossiers, cela risque d’être long. Enfin, il
vaut mieux regrouper tous les shape d’un mxd dans un même dossier pour éviter que le
nom des chemins soit trop long.

3. Si vous travaillez avec d’autres utilisateurs d’ArcGis dans des versions antérieurs, vous
devez enregistrer une copie de vos mxd dans cette version antérieure (Fichier > enregistrer
une copie)
Méthode de stockage
4. Une méthode de stockage de données est disponible en version 10 comme en 9.3.1. C’est
la geodatabase. Vous trouverez toutes les informations sur ce type de gestion de données au
lien ci-dessous.
http://help.arcgis.com/fr/arcgisdesktop/10.0/help/index.html#/na/003n00000003000000/

- Par définition, « une géodatabase ArcGIS est un ensemble de jeux de données


géographiques de différents types stockés dans un dossier système de fichiers
commun, une base de données Microsoft Access ou un SGBD multi-utilisateurs »
- Elle ne peut se lire et se gérer que sous ArcCatalog et regroupe différents
types de données (vecteur / raster, etc.).
o L’extension d’une Geodatabase fichier est .gdb
o Ce sont des classes d’entités et non des shape
qui la compose + des rasters
o On peut regrouper les classes d’entités dans
des jeux de classes d’entités par thèmes
o Chaque classe d’entités par jeu de classes doit être dans un même
systèmes de projections
o Vous pouvez importer ou exportez (en shp) les données de votre GDB
o II est également possible de paramétrer qui sera administrateur de la GDB ou utilisateurs.
PS : Dans la version 10, il est possible d’ouvrir une fenêtre ArcCatalog dans ArcMap et de
gérer vos données depuis la fenêtre ArcCatalog de ArcMap.
ESAT 2015-2016 6
Vectorisation des données géographiques

B – Ajouter ou modifier des données (dans ArcMap)


Il faut Ouvrir une session de mise à jour.
On utilise la barre d'outils Editeur

Choix de l'outil de Choix de l'outil de Sommets de la


Menu "Editeur" dessin modification construction

Création d’entités

Outil Mise à jour Données attributaires


de l'entité en cours

Bouton Editeur, Ouvrir une session de mise à jour.


La mise à jour ne peut concerner que les couches du bloc de données actif.
Quand la mise à jour est terminée, on enregistre la mise à jour (bouton Editeur, Enregistrer
les mises à jour) puis on ferme la session de mise à jour (bouton Editeur, Quitter la session
de mise à jour).

a) Modifier le contenu d’une table de données.


- Ouvrir la table
- Effectuer les modifications ; pour ajouter un enregistrement dans une table de données non
carto, remplir la dernière ligne (vide) de la table

b) Créer une nouvelle entité.


1. Définir les paramètres de capture, pour appuyer éventuellement la nouvelle construction
sur des constructions existantes : bouton Editeur, Capture.
2. Choisir la couche cible : bouton Créer des entités

Il faut choisir pour modèle la couche cible. Si elle ne figure pas dans les modèles proposés, il
faut créer un nouveau modèle : bouton « Organiser les modèles » .

ESAT 2015-2016 7
Vectorisation des données géographiques

3. Quand le modèle est choisi, on choisit l’outil de construction.


Le dessin peut alors commencer. La boîte de dialogue « Créer des entités peut être fermée.

Simultanément, on peut renseigner les champs des nouvelles entités dans la table attributaire.

ESAT 2015-2016 8
Vectorisation des données géographiques
Sommaire

c) Compléments sur la construction d’une entité ligne ou polygone.


- Ajouter un segment ou un arc :
On utilise les outils de dessin

Outil Usage
Ajout d’un segment de droite
Segment droit
Clic sur l’extrémité du segment de droite
Ajout d’un arc de cercle
Segment d’extrémité d’arc Clic sur l’extrémité de l’arc, puis sur un point de
l’arc
Appui sur un tracé existant
Traçage Déplacement le long d’un tracé existant puis clic
sur le point terminal
Ajout d’un segment de droite perpendiculaire
Angle droit
Clic sur l’extrémité du segment de droite
Ajout d’un segment de droite dont l’extrémité
sera le milieu d’un segment à définir
Milieu
Clic sur chacune des extrémités du segment à
définir
Ajout d’un segment de droite dont l’extrémité
sera commune à deux cercles à définir
Distance-Distance Définition de chacun des deux cercles (centre
puis rayon) puis choix entre les deux points
d’intersection
Ajout d’un segment de droite dont l’extrémité
sera commune à une droite à définir et à un
cercle à définir
Direction-Distance
Définition de la droite (par 2 points) et du cercle
(centre puis rayon) puis choix entre les deux
points d’intersection
Ajout d’un segment de droite dont l’extrémité
sera commune à deux droites portant des
Intersection segments existant.
Définition de chaque droite par clic sur un point
d’un tracé existant
Ajout d’un arc de cercle
Clic sur l’extrémité de l’arc, puis sur un point du
Segment d’arc
cercle portant l’arc qui sera ajouté, mais
extérieur à cet arc
Ajout d’un arc de cercle tangent à l’arc ou au
Segment de courbe tangente segment qui précède
Clic sur l’extrémité de l’arc qui sera ajouté
Ajout d’un arc de courbe de Béziers tangent à
Segment de courbe de Béziers l’arc ou au segment qui précède.
Clic sur l’extrémité de l’arc qui sera ajouté
Durant la construction, on peut changer d'outil.

ESAT 2015-2016 9
Vectorisation des données géographiques
Sommaire

A tout moment, par clic droit, on peut accéder au menu contextuel. Voici par exemple le
menu contextuel pour l’ajout d’un segment droit (outil ):

- Terminer la construction: double clic, ou appui sur la touche F2


Remarque: "Terminer une partie" permet de créer des entités multi-zones, chaque zone étant
considérée comme une partie.
- Annuler tout : en cours de construction : Ctrl+Suppr

d) Compléments sur la construction d’une entité point.


L’outil standard est l’outil « Point » :
Les outils suivants, rencontrés à propos de la construction d’une ligne ou d’un polygone, sont
également disponibles :

e) Modifier une entité. Outils


Le plus simple est de double-cliquer sur elle avec l’outil de mise à jour
Il est équivalent de la sélectionner (outil ) puis d’activer l’outil .
Les outils (pour tronquer un polygone), (pour scinder un polygone), (pour
fractionner une ligne) et (pour faire pivoter l’entité autour de son point d’ancrage) opèrent
sur une entité préalablement sélectionnée.

ESAT 2015-2016 10
Vectorisation des données géographiques
Sommaire
f ) Constructions utilisant des entités existantes
On utilise principalement le menu Editeur, accessible en cliquant sur le bouton Editeur
On doit souvent commencer par sélectionner des entités en utilisant l'outil Mise à jour
Les nouvelles entités sont créées dans la couche cible (couche modèle).
Item du menu Effet
Editeur
Les entités sélectionnées sont remplacées par leur réunion, les données
attributaires sont celles d'une des entités initiales.
Combiner
Remarque: on peut créer ainsi des entités multizones (ex: un archipel).
Les entités initiales sont détruites.
Une zone tampon est crée autour de l’entité sélectionnée.
Zone tampon
On choisit la distance.
Une nouvelle entité est crée : la réunion des entités sélectionnées.
Les données attributaires de la nouvelle entité ne sont pas renseignées
Union
(valeur Null)
Les entités initiales sont conservées.
L’entité sélectionnée sert de ciseaux.
Les entités intersectées dans la couche cible (modèle) sont découpées.
On peut choisir une distance.
Découper On peut conserver soit la partie intérieure soit la partie extérieure.
Les entités initiales sont perdues.
Leurs données attributaires sont conservées.
Remarque : on peut créer un trou dans un polygone.

L’outil « Polygone automatique », dans la boîte de dialogue « Créer une entité » permet
d’ajouter des polygones adjacents. On trace une ligne brisée débordant les entités. Les
polygones extérieurs bordés per les entités et la ligne brisée sont ajoutés.

g) Modification d’une Géométrie partagée : topologie de carte

La barre d’outils « Topologie » Permet de modifier les parties communes à plusieurs entités.
Toutes les entités partageant ces parties communes se trouvent modifiées.
Une session de mise à jour doit être ouverte.
L’outil permet de choisir les couches admises dans la topologie.
L’outil permet de sélectionner les parties à modifier.
Les parties à modifier étant sélectionnées, le menu contextuel propose plusieurs tâches.
Il est possible de déplacer par glissement les parties communes sélectionnées.
L’outil (comparable à l’outil ) permet de modifier les sommets des parties
sélectionnées.

ESAT 2015-2016 11
Vectorisation des données géographiques
Les couches vectorielles
I- Principales étapes à réaliser
 Création des couches vectorielles
 Digitalisation des bâtiments, des routes, des localités
II- Données fournies
 Carte touristique de la Marsa : « recty_touri_MARSA.tif »
III- Le format vecteur sous ArcGis :
1- Création d’une couche vectorielle :
 Dans l’ArcGis, la création d’une couche vectorielle se fait au niveau d’ArcCalalog.
 Dans notre cas, on va créer les couches d’information pour la carte touristique de
la Marsa.
Pour cela :
1) Ouvrir ArcCatalog et aller au dossier de donnée>créer un nouveau dossier
nommé ‘Vecteur’

2) Créer une nouvelle couche d’information nommée route, de type ligne et projetée
en « Nord Tunisie »

ESAT 2015-2016 12
Vectorisation des données géographiques

2
1

 De même créer un autre nommé « bâtiment », type polygone


 Et un dernier .shp ponctuel, nommé « localités ».

3) Ajouter un champ (ArcMap)


Ouvrez la table Attributaire de la couche.
Pour ajouter un champ à la table, allez dans le menu options de la table, puis ajouter
un champ (add field). Entrez le nom et le type, puis cliquez sur OK.
Remarque : L’ajout de champ est impossible lorsque vous éditez la table.
Pour supprimer un champ, faites un clic droit sur l’entête du champ à supprimer puis
cliquez sur supprimer un champ (delete field).
Remarque : la suppression d’un champ est irréversible.
4) Ajouter plusieurs champs (ArcCatalog)
Allez dans les propriétés du fichier de forme (couche), à partir d’un clic-droit sur son
nom.
Sous l’onglet champ (field), tapez le nom des champs (sans espaces ni caractères
spéciaux dans le mesure du possible) le type du champ, et les propriétés (longueur de
chaîne, nombre de décimales…)

ESAT 2015-2016 13
Vectorisation des données géographiques

5) Digitalisation d’une couche vectorielle :


Les cartes sont les outils utilisés le plus fréquemment pour comprendre les informations
spatiales.
La digitalisation se fait au niveau d’ArcMap, pour aborder cette tâche :
 Ouvrez ArcMap et Chargez la carte touristique « recty_touri_MARSA.tif » qui
va nous servir comme un support pour digitaliser nos couches
 Commencer par ajouter les couches vecteurs : bâtiment.shp, localités.shp et
Route.shp
 Charger la barre d’outils « Editor
 Commencer par déclarer la couche bâtiment va suivre une mise à jour :
Editor>start editing.

 Commencer par la digitalisation des bâtiments à l’aide de l’outil de digitalisation


en suivant le contour des bâtiments sur la carte touristique.

ESAT 2015-2016 14
Vectorisation des données géographiques

 Editor>Save editing
 Editor>Stop editing
 Refaire le même travail pour les routes puis les localités.

ESAT 2015-2016 15