Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

dessus du seuil de pauvreté, même si les autorités


chinoises placent ce seuil au-dessous de celui fixé
Pour son centenaire, le Parti communiste
par l’ONU. Cet événement s’inscrit dans le culte de
chinois ne veut plus de pauvres la personnalité développé par Xi depuis sa prise de
PAR GILLES TAINE
ARTICLE PUBLIÉ LE SAMEDI 12 DÉCEMBRE 2020 pouvoir, et la lutte contre la pauvreté fait partie des
arguments qu’il entend donner pour rester au pouvoir
Xi Jinping a fait de la campagne contre la pauvreté l’un
des principaux outils de légitimation de son pouvoir. au moins dix ans après le XXe Congrès, qui doit se tenir
L’appareil de propagande lui donne une place majeure. en 2022. Par la même occasion, cela lui permet de
montrer qu’il met en œuvre l’adage maoïste qui veut
que le parti serve le peuple ».

Sur un panneau dans une champignonnière de la province du Shaanxi, le


16 avril 2020 : «Aider les pauvres». © Tian Donghai/Imaginechina/AFP

«Nous sommes convaincus que nous pourrons, dans Sur un panneau dans une champignonnière de la province du Shaanxi, le
16 avril 2020 : « Aider les pauvres. » © Tian Donghai/Imaginechina/AFP
les délais prévus, parachever l’édification de la
société de prospérité modérée et sortir de la pauvreté L’importance de cette question se reflète dans la
tous les habitants ruraux vivant sous le seuil de place que lui donne l’appareil de propagande. En
pauvreté. » Ce passage du discours de Xi Jinping pleine crise liée au coronavirus, Le Quotidien du
à l’Assemblée générale des Nations unies le 22 peuple n’a pas hésité à faire sa une sur le caractère
septembre dernier a reçu moins de couverture dans la « d’homme du peuple » du secrétaire général en
presse internationale que celui annonçant la neutralité publiant une série rétrospective sur ses visites dans
carbone en 2060. Il est néanmoins bien plus important les zones rurales, alors que le pays avait d’autres
pour le régime, car il l’engage aujourd’hui et non préoccupations. Récemment, malgré l’augmentation
dans quarante ans, lorsque la plupart des dirigeants du chômage et les inondations qui ont ravagé les
actuels seront sans doute décédés. provinces du Hubei et du Sichuan, le gouvernement a
La suppression de la pauvreté absolue et la réitéré que l’objectif serait atteint.
transformation de la Chine en « société de prospérité Sur le terrain, des budgets spéciaux réservés au
modérée » (« xiaokang shehui », en mandarin) en développement des infrastructures – notamment
2020 sont des objectifs fixés par le prédécesseur de routières et ferroviaires pour désenclaver les zones
Xi Jinping, Hu Jintao, pour permettre de célébrer le rurales et montagneuses de l’ouest du pays – ont été
centenaire de la fondation du Parti communiste chinois débloqués ces dernières années. Des armées de cadres
en grande pompe en 2021. Dès sa prise de pouvoir, locaux (2,9 millions, selon les chiffres officiels) ont
le secrétaire général du parti, Xi Jinping, a fait de la été déployées dans les villages pour réaliser l’ambition
campagne contre la pauvreté l’un des principaux outils de Xi et aider les gens à passer au-dessus du fatidique
de légitimation de son pouvoir. seuil de pauvreté.
Selon Willy Lam, professeur à l’Université chinoise de Les habitants de villages entiers dans des zones
Hong Kong, « la machine de propagande du parti va considérées comme dangereuses ou trop reculées
sans doute organiser une grande cérémonie d’ici la fin ont été relocalisés dans de nouveaux immeubles en
de l’année pour célébrer un autre succès surhumain
de Xi Jinping : faire passer tous les Chinois au-

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

périphérie des villes. Au passage, on s’assure bien de l’année. Lors de son rapport annuel sur le travail du
leur fournir des posters à l’effigie de Xi Jinping pour gouvernement en mai dernier, le premier ministre, Li
décorer leur nouveau logement. Keqiang, déclarait que 600 millions de personnes, soit
La pression exercée sur la base de l’appareil près de la moitié de la population chinoise, vivent avec
administratif pour atteindre les objectifs fixés est moins de 1 000 yuans (125 euros) par mois.
toujours aussi forte. Des listes de « familles à sortir de L’ancien directeur adjoint du Comité des affaires
la pauvreté » ont été établies, la porte de leur maison financières et économiques de l’Assemblée nationale
marquée d’un signe pour mieux les identifier. Rien populaire, s’appuyant sur ces chiffres, considérait,
que dans la préfecture montagneuse de Liangshan, au quelques semaines plus tard, qu’on ne pouvait pas
Sichuan, où Xi Jinping s’est rendu en 2018 après avoir affirmer avoir atteint la prospérité modérée dans ces
« vu à la télévision » la dureté des conditions de vie conditions et s’interrogeait : « Les Jeux olympiques de
des habitants, 115 milliards de yuans (14,3 milliards Tokyo ont été décalés d’un an, pourquoi ne pouvons-
d’euros) ont été officiellement dépensés depuis 2016. nous pas déclarer avoir atteint notre objectif dans
Les problèmes subsistent, néanmoins. Outre la un ou deux ans ?» Ses propos, devenus viraux sur
corruption, toujours endémique, le plus commun est l’Internet chinois, ont eu tôt fait d’être censurés.
lié à la difficulté de définir ce que constitue une Au-delà de cette bataille des chiffres, la campagne
« famille pauvre ». Le point de départ de l’enquête est, contre la pauvreté pose d’autres problèmes plus
en général, le livret de résidence (hukou) sur lequel fondamentaux, notamment dans les zones habitées
sont souvent inscrits des membres de la famille qui ne par les « minorités ethniques », comme au Tibet
vivent plus sous le même toit. ou au Xinjiang. Loin d’être une simple politique
Il n’est pas rare que trois générations d’une même sociale, elle y est un aspect essentiel de la politique
famille soient inscrites sur un seul hukou, même si assimilationniste mise en œuvre par l’État-parti et
les plus jeunes sont partis travailler en ville, parfois analysée ici par Mediapart.
à des milliers de kilomètres du village. L’enquête qui Un nouveau rapport publié par Adrian Zenz révèle que
établit qui est pauvre et qui ne l’est pas a souvent la lutte contre la pauvreté au Tibet va de pair avec
été faite au début de la campagne, en 2013-2015, un contrôle croissant sur le territoire tibétain et les
et est accompagnée d’une date limite pour sortir modes de vie de ses habitants. Les rapports officiels
les personnes identifiées de la pauvreté. Dans ces sur l’avancée de la campagne stipulent que «l’État
conditions, les cadres locaux n’ont pas intérêt à doit cesser d’élever des gens paresseux. Le strict
allonger la liste à mesure que la date fatidique management de type militaire du plan de formation
approche. professionnelle doit permettre de renforcer la faible
Pourtant, comme l’explique Willy Lam, « le discipline au travail des Tibétains et réformer leur
phénomène de retour à la pauvreté est très répandu façon de penser arriérée».
dans les zones les plus pauvres de Chine. Les bonnes Dans la même veine, des plans « encouragent » les
années, les paysans des provinces du Gansu, du pasteurs et les fermiers à donner leurs terres et leurs
Ningxia ou du Guizhou sont peut-être au-dessus du troupeaux à des coopératives gouvernementales et à
seuil de pauvreté, mais il suffit que la croissance en devenir des salariés. Sous couvert d’augmentation
baisse, comme cette année, pour qu’ils repassent en des revenus, ces politiques de prétendue formation
dessous. » professionnelle visent, en réalité, à disloquer le tissu
Certains dirigeants du parti, et pas des moindres, social, linguistique et culturel tibétain, et à concentrer
tentent de modérer la vision triomphaliste de l’appareil un peu plus le contrôle des ressources naturelles dans
de propagande sur la capacité de la Chine d’atteindre les mains des autorités locales.
« une société de prospérité modérée » d’ici à la fin de

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Au Xinjiang (lire ici l’enquête de Rachida El Azzouzi), des bonnes pratiques hygiéniques ou encore ont appris
la politique de « jumelage » d’un cadre avec une les discours de Xi Jinping et sont fidèles au parti.
famille pauvre, caractéristique de la campagne contre La lutte contre la pauvreté a également servi de
la pauvreté dans l’ensemble du pays, a été un rouage prétexte à l’envoi forcé d’Ouïghours dans des usines
essentiel pour étendre le contrôle du parti dans les des provinces de l’intérieur, autre élément constitutif
zones rurales de la région autonome. Elle constitue le de la politique d’éradication des spécificités culturelles
pendant « personnalisé » des camps de rééducation. et linguistiques de ce peuple turcophone.
Comme souligné dans un rapport de Human Rights Malgré des avancées dans la lutte contre la pauvreté,
Watch publié sur le sujet en 2018, loin de se contenter cette approche par la « campagne » caractéristique
d’aider les familles ouïghoures à « sortir de la de la Chine maoïste, et dont le but principal reste
pauvreté », ces cadres qui vivent au sein même des de susciter l’obéissance et l’amour pour le dirigeant
familles sont davantage là pour les surveiller, s’assurer suprême, laisse aux cadres la possibilité d’user de
qu’elles ont abandonné les pratiques islamiques, ont toutes sortes de manipulations et contournements de la
réalité pour atteindre les objectifs fixés.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

3/3