Vous êtes sur la page 1sur 10

TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 1/10

CORRIGÉ EXERCICE 1 : DIFFÉRENTES CONFIGURATIONS D’UN TRAIN ÉPICYCLOÏDAL. .............................. 1


CORRIGÉ EXERCICE 2 : TRAINS ÉPICYCLOÏDAUX DE TYPE IV. ................................................................. 2
Exemple 2.1 : Poulies Redex. ......................................................................................................... 2
Exemple 2.2 : Boîtier de commande de raboteuse. ........................................................................ 3
CORRIGÉ EXERCICE 3 : TRAINS ÉPICYCLOÏDAUX DE TYPE III. .................................................................. 4
Exemple 3.1 : Réducteurs ATV. ...................................................................................................... 4
CORRIGÉ EXERCICE 4 : TRAINS ÉPICYCLOÏDAUX DE TYPE I. .................................................................... 5
Exemple 4.1 : Treuil-Palan de pont roulant. .................................................................................... 5
Exemple 4.2 : Réducteur à 2 vitesses. ............................................................................................ 9

Vous devez être capable de déterminer la loi E/S en vitesse de trains épicycloïdaux selon 2 méthodes
différentes :
 par la cinématique graphique (voir exercice du treuil-palan),
 à l’aide de la relation de Willis.

Corrigé Exercice 1 : DIFFÉRENTES CONFIGURATIONS D’UN


TRAIN ÉPICYCLOÏDAL.
Question 1 : Reprendre le train de type II du cours et compléter les tableaux suivants, représentant les
différentes configurations possibles de ce train.

Caractéristique du train épicycloïdal


Porte Planétaire Planétaire
Satellite Relation de Willis Raison de base du train
satellite A B
1/0 z z
2 4 1 3 1/0  .3/0     1 .4/0  0   ( 1)1. 2' . 3
3/0  0 z1 z2''
4/0

Utilisation possible
Pièce Pièce de Pièce Relation de Willis simplifiée avec e et s, e /0
Rapport de transmission : i 
d’entrée sortie fixe/bâti 0 et en tenant compte de la pièce qui est fixe s /0
e /0
1 3 4 e /0  .s /0  0 i  
s /0
e /0
1 4 3 e /0     1 .s /0  0 i   1 
s /0
e /0 1
3 1 4 s /0  .e/0  0 i  
s /0 
e /0  1
3 4 1 .e /0     1 .s /0  0 i  
s /0 
e /0 1
4 1 3 s /0     1 .e /0  0 i  
s /0 1 
e /0 
4 3 1 .s /0     1 .e /0  0 i  
s /0  1

4, 3 1 s /0  .e1/0     1 .e2/0  0

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 2/10

Corrigé Exercice 2 : TRAINS ÉPICYCLOÏDAUX DE TYPE IV.

Exemple 2.1 : Poulies Redex.


(Selon le concours École de l’Air filière PSI 2004)

5
6
10

24
31

Satellite 6, 10
Porte satellite 5

1er cas : on choisit 2ème cas : on choisit


Planétaire A 31 Planétaire A 24
Planétaire B 24 Planétaire B 31

Train épicycloïdal (de raison de base 1 ) : Train épicycloïdal (de raison de base  2 ) :
31/0  1.24/0   1  1 .5/0  0 24/0  2 .31/0   2  1 .5/0  0
31/0 z z 24/0 z z
avec 1   ( 1)2 . 6 . 24  1,17 avec 2   ( 1)2 . 10 . 31  0,856
24/0  0 z31 z10 31/0  0 z24 z6
5/0 5/0

Utilisation : 24 fixe par rapport à 0, 5 est l'entrée e et 31 la sortie s (5=e et 31=s)

D'où : s /0   1  1 .e /0  0 D'où : 2 .s /0   2  1 .e /0  0


e /0 1 e /0 2
  5,9   5,9
s /0 1  1 s /0 2  1

On retrouve bien le même rapport de réduction dans les 2 cas.


Ainsi le choix du planétaire A ou B n’a pas d’importance dans la relation de Willis.

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 3/10

Exemple 2.2 : Boîtier de commande de raboteuse.

8
Moteur 2
9B 9C

13

10 11
Moteur 1
Sortie

Question 1 : Déterminer, en fonction des nombres de dents des roues dentées, la relation entre
e1/0 , e2/0 et s /0 .
Train épicycloïdal : Satellite 9 10/0  .11/0     1 .13/0  0
Porte satellite 13
Planétaire A 10  z z
avec   10/0  ( 1)2 . 9B . 11
Planétaire B 11 11/0  0 z10 z9C
13/0

8/0 z13
Train simple :  ( 1)1.
13/0 z8

Utilisation : 10  e1 8  e2 11  s

z z  z z   z 
D'où : e1/0   9B . 11  .s /0   9B . 11  1 .   8  .e2/0  0
 z10 z9C   z10 z9C   z13 

Question 2 : Déterminer, après avoir formulé l’hypothèse qui convient, la relation entre les zi liée aux
conditions géométriques de montage des roues dentées.
Si et seulement si les modules
Pour le train épicycloïdal : R10  R9B  R11  R9C  z10  z9B  z11  z9C des 2 engrenages sont égaux,
car d=m ;z

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 4/10

Corrigé Exercice 3 : TRAINS ÉPICYCLOÏDAUX DE TYPE III.


Exemple 3.1 : Réducteurs ATV.

Voir exemple donné dans


le cours (page 24) pour le
schéma cinématique et le
calcul...

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 5/10

Corrigé Exercice 4 : TRAINS ÉPICYCLOÏDAUX DE TYPE I.

Exemple 4.1 : Treuil-Palan de pont roulant.


Étude analytique du réducteur seul (sans la partie frein).

Question 1 : Compléter le repère des


pièces dans le tableau
décrivant les 2 trains
épicycloïdaux (droite et
gauche).

Train Train
épicycloïdal 1 épicycloïdal 2
Satellite 2 5

Porte satellite 4 7
10g 22
10d
Planétaire A 1 4 5
Planétaire B 10d (droite) 10g (gauche) 2
25
7
4 23
1

Tambour (qui était


non représenté sur
le plan ci-dessus)

Emplacement
du câble

Question 2 : Déterminer la condition géométrique de montage qui relie les z i .

Pour le 1er train épicycloïdal : D10d  D1  2.D2  z10d  z1  2.z2


(pour pouvoir engrener ensemble, il faut m10d  m1  m2 )

Pour le 2ème train épicycloïdal : D10g  D4  2.D5  z10g  z4  2.z5


(pour pouvoir engrener ensemble, il faut m10g  m4  m5 )

Question 3 : Indiquer les repères des pièces matérialisant l’entrée et la sortie du système.

Pièce d’entrée : arbre 1


Pièce de sortie : arbre 7

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 6/10

Question 4 : Déterminer littéralement, en fonction des nombres de dents, le rapport de transmission.

Train épicycloïdal 1 (de raison de base 1 ) :


1/0 z z z
1/0  1.10d /0   1  1 .4/0  0 avec 1   ( 1)1. 10d . 2  10d
10d /0  0 z2 z1 z1
4/0

Train épicycloïdal 2 (de raison de base  2 ) :

4/0 z10g z5 z10g


4/0  2 .10g /0   2  1 .7/0  0 avec 2   ( 1)1. . 
10g /0 z5 z4 z4
28/0 0

Utilisation :
10d /0  10g /0  0 (10d et 10g solidaires du bâti).

1/0  e /0

 7/0  s /0

Par conséquent :
Train épicycloïdal 1 donne : e /0   1  1 .4/0  0
Train épicycloïdal 2 donne : 4/0   2  1 .s /0  0

D’où : e /0   1  1 .  2  1 .s /0  0
e /0  z   z10g  e /0 ( z1  z10d )( z4  z10g )
  1  1 .  2  1   10d  1 .   1  
s /0   s /0
 z1   z4  z1.z4

Question 5 : Compléter le tableau page précédente indiquant le nombre de dents, le module et les diamètres
primitifs des différents pignons ou couronnes.

Nombre Diamètre
Module
de dents primitif
Pignon arbré 1 21 2 42
Pignon rapporté 2 51 2 102
Couronne 10d 123 2 246
Pignon arbré 4 23 3 69
Pignon rapporté 5 34 3 102
Couronne 10g 91 3 273

m10d  m1  m2

On a Di  mi  zi et 
m10g  m4  m5

Question 6 : En déduire la valeur numérique du rapport de réduction du système.

e /0
A.N. :  34
s /0

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 7/10

Étude graphique du réducteur seul (sans la partie frein).


Question 7 : Identifier les solides en mouvement quelconque. En déduire les positions des CIR qui seront
nécessaires lors de l’utilisation d’une méthode graphique.

Solides en mouvement quelconque : Les satellites 2 et 5.


On aura certainement besoin d’utiliser : I2/0  D et I5/0  G (tout point de RSG est un CIR).

Question 8 : Imaginer et mettre en œuvre une démarche pour déterminer graphiquement (dans la position
du système décrite sur la figure) le vecteur vitesse du centre F de la roue 5 par rapport au
bâti 0 : VF5/0 . (Justifier les différentes étapes de la construction).


I5/0
VF7/0  VF5/0  
A
VE5/0  VE4/0
  
I2/0
VC4/0  VC2/0
 
VB2/0  VB1/0

NB : 10d = 10g = 0 le bâti. B  I2/1


D  I2/0
1) Tout point de roulement sans glissement est un Centre Instantané de Rotation donc :
E  I5/4
G  I5/0

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point B, on obtient VB2/0  VB2/1  VB1/0  VB1/0
(car, comme B  I2/1 , on a VB2/1  0 ).

3) Connaissant I2/0 et VB2/0 , on détermine VC2/0 par la répartition linéaire des vitesses.

4) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point C, on obtient VC4/0  VC4/2  VC2/0  VC2/0
(car, comme C centre de la rotation de 4/2, on a VC4/2  0 ).

5) Connaissant A et VC4/0 , on détermine VE4/0  VE5/0 par la répartition linéaire des vitesses.

6) Connaissant I5/0 et VE5/0 , on détermine VF5/0  VF7/0 par la répartition linéaire des vitesses.

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 8/10

Question 9 : Justifier que VF5/0  VF7/0 . En déduire, en utilisant les propriétés du théorème de Thalès
(proportionnalité des côtés dans les triangles de répartition linéaire des vecteurs vitesse), la
relation entre VF7/0 , VB1/0 , R1 , R2 et R4 .

En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point F, on obtient VF7/0  VF7/5  VF5/0  VF5/0
(car, comme F est le centre de la rotation du mouvement de 5/7, on a VF7/5  0 ).

D’après le théorème de Thalès, on a successivement :


VF5/0 R5 1 VE4/0 R4 VC2/0 R2 1
    
VE5/0 2.R5 2 VC4/0 R1  R2 VB2/0 2.R2 2

VF5/0 VE4/0 VC2/0 1 R4 1


d’où . .  . .
VE5/0 VC4/0 VB2/0 2 R1  R2 2

1 R4
donc VF5/0  . . VB2/0
4 R1  R2

Question 10 : En déduire, en fonction de R1 , R2 , R4 et R5 , le rapport de transmission.

Les mouvements de 1/0 et 7/0 sont des mouvements de rotation d’axe (AA’), donc :
VF7/0  7/0 .A ' F  7/0 .(R4  R5 )

VB1/0  1/0 .AB  1/0 .R1

En remarquant que les deux vecteurs vitesses VF7/0 et VB1/0 ont même sens, on obtient le rapport de
transmission :
1 R4 1/0 4.(R4  R5 )(R1  R2 )
7/0 .(R4  R5 )  . .1/0 .R1  
4 R1  R2 7/0 R4 .R1

Question 11 : Retrouver, à l’aide du résultat de la question 2, le rapport de transmission en fonction du


nombre de dents.

Comme R10d  R1  2.R2 et R10g  R4  2.R5 (voir question 2)

R10g  R4 R10d  R1 2.R4  R10g  R4 2.R1  R10d  R1


4.(R4  )(R1  ) 4.( )( )
1/0 2 2 2 2
On a :  
7/0 R4 .R1 R4 .R1

1/0 (R4  R10g )(R1  R10d ) (R1  R10d )(R4  R10g ) (D1  D10d )(D4  D10g )
  
7/0 R4 .R1 R1.R4 D1.D4

1/0 (m1.z1  m1.z10d )(m2 .z4  m2 .z10g )


C'est-à-dire en fonction du nombre de dents : 
7/0 m1.z1.m2 .z4

1/0 ( z1  z10d )( z4  z10g )



7/0 z1.z4

On retrouve bien le même rapport de transmission qu’avec la relation de Willis (question 4).

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 9/10

Exemple 4.2 : Réducteur à 2 vitesses.


Question 1 : Déterminer la vitesse de rotation de l’arbre de sortie 1 en fonctionnement « Petite Vitesse »,
puis en fonctionnement « Grande Vitesse ».

Entrée 34
Petite vitesse
8

13
25
36
37
28
Entrée
Sortie
17 19 Grande vitesse

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012


TD 22 corrigé - Loi E-S pour les réducteurs et multiplicateurs de vitesse à train épicycloïdal Page 10/10

Train épicycloïdal 1 Train épicycloïdal 2


Satellite 37 36
Porte satellite 17 28
Planétaire A 19 17
Planétaire B 25 8

Train épicycloïdal 1 (de raison de base 1 ) :


19/0 z z 83
19/0  1.25/0   1  1 .17/0  0 avec 1   ( 1)1. 25 . 37   4,37
25/0  0 z37 z19 19
17/0

Train épicycloïdal 2 (de raison de base  2 ) :


 z z 79
17/0  2 .8/0   2  1 .28/0  0 avec 2  17/0  ( 1)1. 8 . 36   4,65
8/0  0 z36 z17 17
28/0

Réducteur roue 13 et vis sans fin 34 :


34/0 z 41
  13    41 (plus ou moins, selon que la vis ait un pas à droite ou à gauche)
13/0 z34 1

Utilisation :
On a 19/0  18/0 , 28/0  1/0 et 25/0  13/0 (pièces solidaires entre elles)
De plus 8/0  0 (8 solidaire du bâti).

Par conséquent :

Train épicycloïdal 1 donne : 18/0  1. 34/0   1  1 .17/0  0
41
Train épicycloïdal 2 donne : 17/0   2  1 .1/0  0


D’où 18/0  1. 34/0   1  1 .  2  1 .1/0  0
41
1  34/0 
1/0  18/0  1. 
 1  1 .  2  1  41 

1/0  0,033.(18/0  0,107.34/0 )

Fonctionnement en petite vitesse ( 18/0  0 et 34/0  1500tr / min )  1/0  5,3tr / min
Fonctionnement en grande vitesse ( 18/0  34/0  1500tr / min )  1/0  44,2tr / min ou 54,8tr / min

NB : si on choisit de prendre :
-0,107, on trouve 1/0  5,3tr / min (petite vitesse) et 1/0  44,2tr / min (grande vitesse)
+0,107, on trouve 1/0  5,3tr / min (petite vitesse) et 1/0  54,8tr / min (grande vitesse)

Comme les 2 vitesses sont dans le même sens, les solutions sont :
1/0  5,3tr / min (petite vitesse) et 1/0  54,8tr / min (grande vitesse)

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 05/04/2012