Vous êtes sur la page 1sur 3

L’actualité juridique 

- Défaillance d’entreprises :

* Plusieurs secteurs, même ceux qui sont durement touchés par la crise
sanitaire, ont connu des baisses et des défaillances.
* Mesures prises par les pouvoirs publics : reports des échéances de crédit et
des paiements, financement.
* Mesures prises par les entreprises : Télétravail, réduction du temps de travail,
arrêt temporaire d’activité, licenciement avec des réductions drastiques
d’effectifs.

- La liquidité bancaire :

* Le déficit a été moins que prévu.


* Les réserves de changes ont permis d’alléger le besoin.
* Les injections de cash par BAM.

- Immobilier :

* Les marocains ayant une carte séjour classés parmi les premiers acquéreurs
étrangers de biens immeubles en Espagne.
* L’achat d’actif immobilier à l’étranger est conditionné par l’obtention d’une
autorisation de l’Office des changes.

- Les « Ni-Ni » marocains : (NEET)


* Il s’agit de jeunes Marocains de 15 à 24 ans sans emploi, hors du système
scolaire et ne suivent aucune formation.
* Une grande partie de cette population est composée de femmes et de jeunes
ruraux.
* Types : ceux à la recherche d’immigration, ceux qui se sont consacrés à leurs
passions et loisirs et ceux qui sont totalement découragés.

- L’état des banques : Economie internationale.

* L’appui des pouvoirs publics leur permet de bien assurer leur rôle.
* La BCE (= la banque centrale européenne) a effectué des contrôles et a
annoncé ses priorités prudentielles à savoir le risque de crédit (a), la
gouvernance interne (b), les modèles d’activité (c) ainsi que la pérennité des
modèles d’activité. (d)
a : La surveillance concerne les risques figurant au bilan des banques et leur
niveau de préparation en vue de la gestion des débiteurs en difficulté.
b : Les superviseurs ont constaté un manque d’implication de l’organe de
direction associé à un suivi et une surveillance insuffisants exercés par les
fonctions opérationnelles notamment concernant l’adéquation des
déclarations.
De même pour la gestion du risque de crédit, certains problèmes ont été
relevés en la matière et ce, au sein des fonctions de contrôle interne.
c  : La fiabilité des plans d’activité de certaines banques est mise en cause par
les autorités de surveillance, tout en formulant des recommandations
qualitatives visant l’amélioration de la rentabilité.
d : Les plans stratégiques des banques et les mesures prises pour remédier
aux déficiences structurelles sont mises à l’épreuve.
Les domaines prioritaires : la gestion des banques en temps de crise,
l’agrégation des données sur les risques, les risques informatiques et de cyber
sécurité sans pour autant oublier les risques liés au blanchiment de capitaux.

- Formation des dirigeants :


* Un appel à manifestation d’intérêt (AMI) est lancé pour mettre sur les rails un
important programme d’appui à l’égard des dirigeants d’entreprise.
* L’objectif principal de ce programme est de développer le business de ces
entrepreneurs en contribuant à l’expansion des investissements à l’échelle
régional.
* Elle vise principalement les TPME sises à proximité des villes de Fès et
Meknès dont le CA < 10 millions de DH, ainsi que les auto-entrepreneurs dont
le CA > 200.000 DH concernant le secteur des services et 500.000 DH
concernant l’industrie.
* Le programme : le soutien dont l’objectif est de mettre à jour et de
consolider les acquis des gérants des petites structures.
Il comportera des formations pour réviser stratégiquement le business model
ainsi que le business plan.
De même, des séances seront prévues pour accroître le CA des dirigeants.
Sans oublier les soft skills qui vont permettre la gestion avertie.
- Les ZI de la région :

De nombreux projets aussi compétitifs et prometteurs les uns que les autres
ont été lancés ou vu le jour à Fès-Meknès cette année, entre autres le parc
industriel Ain Cheggag (PIAC), le nouveau site d’Alstom à Fès et le projet de la
zone industrielle ”Fez Smart Factory” (FSF), pour ne citer que ces exemples
d’envergure.