Vous êtes sur la page 1sur 5

Cours N°01 Module 

: Travaux de reconnaissance du sol et site

Thème : Reconnaissance géologique


I- Définitions des sols :

Dans les études géotechniques les matériaux existant à la surface de l'écorce


terrestre sont classés en deux grandes catégories:
- les roches: agglomérats de grains minéraux liés par des forces de cohésion fortes
et permanentes, même après immersion prolongée dans l'eau ⇒ Mécanique des
roches.
- les sols: Un sol est un assemblage hétérogène de particules ou de cristaux aux
propriétés très variables : dimensions, formes, propriétés physicochimiques, etc...,
pouvant être séparés sous l'effet d'actions mécaniques relativement faibles ⇒
Mécanique des sols.
Les matériaux de transition entre sols et roches sont nommés SIRT (sols
indurés et roches tendres).
 Les sols sont des matériaux meubles, poreux, hétérogènes et souvent
anisotropes.
Les matériaux, minéraux ou organiques, sont généralement à l'état de grains
ou de particules dont les formes et les dimensions sont essentiellement variables.

II- Eléments constitutifs d’un sol :

Un sol est un mélange d'éléments solides constituant le squelette solide, d'eau


pouvant circuler ou non entre les particules et d'air ou de gaz. Il est donc, en
général, constitué de trois phases:

Sol = phase solide + phase liquide + phase gazeuse

Fig. 1 : Constituants d'un sol

Entre les grains du squelette, les vides peuvent être remplis par de l'eau, par un
gaz ou les deux à la fois.
Le gaz contenu dans les vides entre les particules est généralement de l'air lorsque
le sol est sec ou un mélange d'air et de vapeur d'eau lorsque le sol est humide (cas
le plus fréquent).
Cours N°01 Module : Travaux de reconnaissance du sol et site

L'eau peut remplir plus ou moins tous les vides entre les grains et être mobile
(écoulement plus ou moins rapide). Lorsque l'eau remplit tous les vides, le sol est
dit saturé. Dans les régions tempérées, la plupart des sols en place, à quelques
mètres de profondeur sont saturés.
Lorsqu'il n'y a pas d'eau, le sol est dit sec.
L'étude complète des sols non saturés, qui constituent un milieu à trois phases,
est très complexe.
III- Origines et formation des sols

Les sols ont deux origines principales :


III.1 la désagrégation (décomposition) des roches : par altération mécanique et
physicochimique sous l'effet des agents naturels:
fissuration consécutive à la décompression, aux effets des chocs thermiques ou
du gel,
attaque mécanique (chocs et frottements) dans un processus naturel de
transport gravitaire glaciaire, fluvial, marin, éolien,
 attaque chimique sous l'effet des circulations d'eaux agressives (acides ou
basiques).

III.2 La décomposition d’organismes vivants : végétaux (tourbes) ou animaux


(craies).
On distingue également :
 les sols résiduels résultant de l'altération sur place des roches ;
 les sols transportés provenant du dépôt des produits d'altération préalablement
repris par un agent physique de transport. Ce sont les sols transportés qui posent au
concepteur d'ouvrages les problèmes les plus délicats.

Enfin, suivant leurs conditions de formation et de dépôt, les sols peuvent contenir des
matières organiques en proportion plus ou moins élevée.

Fig.2 : Origines des sols


Cours N°01 Module : Travaux de reconnaissance du sol et site

Cartes Géologiques
I-Définition :

La carte géologique constitue le support indispensable pour l’étude des formations


géologiques et la reconstitution de leur histoire. La carte géologique est une
représentation sur un fond topographique, à une échelle donnée (1/50 000e), des
différentes formations géologiques qui affleurent à la surface du sol représentées
par différentes couleurs (Figure 02).
Nous considérons une formation géologique comme un volume de roche que l’on
identifie sur un ou des critères particuliers, comme par exemple la lithologie ou
l’âge.
Ces formations différenciées par leur âge pour les roches sédimentaires et selon
leur nature pour les roches cristallines sont séparées les unes des autres par des
lignes continues ou contours géologiques qui représentent les limites de ces
formations.
A l’intérieur de ces limites, chaque couche géologique, ou chaque roche est
représentée par une couleur et affectée d’une notation.

II-Notion d’échelle :

La projection planaire (figure 01) s’est faite sans réduction, ni agrandissement de


la topographie initiale. Cependant, pour la réalisation d’une carte topographique
(moins d’1 m2) d’une grande superficie de terrain (plusieurs dizaines de km2), il
est évident qu’une forte réduction s’impose.

Figure 01

C’est ce coefficient de réduction ainsi choisi, correspondant à un nombre


fractionnaire, qu’on appelle échelle.
Autrement dit, l’échelle d’une carte (E) est le rapport de la longueur mesurée sur la
carte (Lc), en une unité donnée, à la distance horizontale correspondante sur le
terrain (Lt), à la même unité: E = Lc/Lt
Exemples:
Cours N°01 Module : Travaux de reconnaissance du sol et site

- L’échelle d’une carte dont deux points distants de 1 cm sur la carte et de 1 km sur le
terrain est:
E = 1cm/100 000cm,
La carte sera dite à l’échelle 1/100 000 (représentation numérique).
- Deux points distants de 5 km, sont séparés de :
10 cm sur une carte au 1/50 000 (carte à petite échelle).
20 cm sur une carte au 1/25 000 (carte à grande échelle).
Remarque:
- Noter bien que l’échelle d’une carte est fonction de (Lt) (appelée aussi distance à vol
d’oiseau), qui est la projection sur un plan horizontal de la distance réelle sur le
terrain (Lr). Cette dernière est fonction de la pente topographique (α) selon la formule:

(Lr) = (Lt)/Cos α

III- Couche géologique : dans la plupart des cas, les roches sédimentaires sont naturellement
subdivisées en couches ou strates, qu’on peut considérer comme un volume limité par deux plans de
stratification : plans inférieur et plan supérieur.
Le plan de stratification correspond à une surface assez régulière, séparant deux couches. Le plan qui
sépare la couche de celle qui lui est sous-jacente (plus ancienne) détermine la limite inférieure de la
couche, tandis que celui qui la sépare de la couche sus-jacente (plus jeune) en constitue la limite
supérieure.
Sur une carte géologique, chaque formation géologique est représentée par une couleur et affectée d’une
notation (ou indice), qui indiquent leur âge géologique (tableau 1). Si on 6

ignore celui-ci, on différencie les formations grâce à leurs caractères pétrographiques, comme c’est le cas
habituel des terrains magmatiques et métamorphiques.

III- Notions géologiques :

La stratigraphie : C’est l'étude de la succession des couches ou des formations rocheuses d'une région qui
permet de reconstruire les événements géologiques. Par exemple, la nature des roches sédimentaires nous
informe sur le milieu de sédimentation et comment cet environnement a évolué dans le temps.
Cours N°01 Module : Travaux de reconnaissance du sol et site

Figure 02 : Carte géologique Algérie