Vous êtes sur la page 1sur 5

Université 20 Août 1955 Skikda

Faculté De Téchnologie

Département de Génie électrique

2021
Diaphonie électrique

Rédiger par :
 Remita Ranya
 Hammouda Maissa
 Fenazi Salah Iyad
 Derouiche Hani
Master 1
 Slila Zakaria
Systém de télécommunication
1. Introduction :
La diaphonie est une perturbation causée par les champs électriques ou magnétiques d'un signal de
télécommunication affectant un signal dans un circuit adjacent. Dans un circuit téléphonique, la
diaphonie peut vous amener à entendre une partie d'une conversation vocale à partir d'un autre
circuit. Le phénomène qui cause la diaphonie est appelé interférence électromagnétique (EMI). Cela
peut se produire dans les microcircuits des ordinateurs et des équipements audio ainsi que dans les
circuits de réseau. Le terme est également appliqué aux signaux optiques qui interfèrent les uns avec
les autres.

La diaphonie est un mode de couplage qui se rapproche du couplage champ à câble. Et, selon
qu'elle a pour origine une variation de tension ou une variation de courant, elle est nommée
diaphonie inductive ou diaphonie capacitive.

2. Les couplages :

2.1. Couplage par diaphonie capacitive :


La différence de potentiel entre un conducteur et son environnement génère autour de ce
conducteur un champ électromagnétique qui, à faible distance, peut être approximé comme
électrique. Ce champ, s'il est variable, peut se coupler dans une autre structure filaire qui lui est
parallèle et générer à son tour un courant, injecté sur les conducteurs proches. Ce phénomène est
appelé couplage par diaphonie capacitive.

2.2. Couplage par diaphonie inductive :


Le courant dans un fil génère autour de ce fil un champ électromagnétique qui, à faible distance,
peut être approximé comme un champ purement magnétique. Ce champ, s'il est variable, génère à
son tour une différence de potentiel contre électromotrice dans les boucles voisines. Ce phénomène
est appelé couplage par diaphonie inductive. Dans le cas d'une ligne multifilaire, un courant circulant
sur l'une des lignes va générer un champ magnétique engendrant à son tour une différence de
potentiel (d.d.p.) sur les conducteurs voisins, reliés à la terre par une impédance Z. Cette d.d.p. est
proportionnelle à la mutuelle inductance M existant entre les deux conducteurs. Pour réduire le
couplage par diaphonie inductive, il faut donc diminuer la mutuelle inductance entre les circuits
coupable et victime ou encore limiter les variations rapides de courant dans le circuit coupable.

3. Les types de diaphonie :


On peut distinguer quatre types de diaphonie :

1. Diaphonie locale ou paradiaphonie (NEXT : Near End CrossTalk)

NEXT est une mesure de la capacité d'un câble à rejeter la diaphonie, donc plus la valeur NEXT est
élevée, plus le rejet de la diaphonie au niveau de la connexion locale est élevé. Il est appelé extrémité
proche parce que l'interférence entre les deux signaux dans le câble est mesurée à la même
extrémité du câble que l'émetteur brouilleur. La valeur NEXT pour un type de câble donné est
généralement exprimée en décibels par pied ou en décibels par 1000 pieds et varie avec la fréquence
de transmission. Les spécifications générales pour le câblage (telles que CAT 5) incluent
généralement les valeurs NEXT minimales.

1
2. Diaphonie distante ou télédiaphonie (FEXT : Far End CrossTalk)

FEXT mesure l'interférence entre deux paires d'un câble mesuré à l'extrémité du câble par rapport à
l'émetteur brouilleur.

3. Diaphonie locale totale (PSNEXT : Power-sum near-end cross talk )

Mesure de l’effet cumulé d’une diaphonie locale provenant de toutes les paires d’un câble

4. Diaphonie exogène (ALIEN-NEXT : Alien CrossTalk)

Interférences causées par un (ou plusieurs) câble(s) installé(s) à proximité du câble perturbé.

3. Mesure de la diaphonie dans les signaux différentiels :

Lorsque des fils conducteurs de courant ou des traces de circuits imprimés se trouvent à
proximité d'autres fils ou traces, il existe un risque de diaphonie. La diaphonie peut se
produire lorsqu'un courant variable dans un conducteur induit un courant dans un
conducteur adjacent qui, à son tour, produit une tension. La diaphonie se produit dans des
paires de transmission différentielles telles que celles utilisées pour transporter des flux de
données série.
La ligne qui fournit un signal de couplage est appelée l'agresseur; la ligne où vous mesurez la
diaphonie est la victime. Vous mesurez la diaphonie aux extrémités des fils ou des traces
victimes. Le bruit induit à l'extrémité proche de la victime (figure 1a) est appelé diaphonie
proche (NEXT), et le bruit induit à l'extrémité distante (figure 1b) est appelé diaphonie
distante (FEXT). Dans les circuits numériques, NEXT et FEXT peuvent amener les récepteurs à
interpréter incorrectement les polarités binaires

Figure 1. Pour mesurer la diaphonie différentielle, pilotez l'agresseur avec un signal différentiel et mesurez
la victime avec un instrument à entrer différentielle.

2
Vous devez stimuler l'agresseur avec un signal différentiel et mesurer la réponse de la
victime. Pour calculer NEXT, mesurez les réponses à l'extrémité proche de la victime, puis
soustrayez les formes d'onde de la victime obtenue. Pour mesurer le FEXT, mesurez les
réponses à l'extrémité distante et soustrayez les formes d'onde de la victime de celles de la
source du signal. Gardez à l'esprit que lorsque vous mesurez NEXT, les extrémités éloignées
de la victime doivent être mises en correspondance différentielle ment, sinon le FEXT sera
réfléchi vers l'extrémité proche.

Pour obtenir la diaphonie en tant que partie de la tension de l'agresseur, prenez la


différence des tensions induites à l'extrémité proche (NEXT) ou éloignée (FEXT) de la victime,
et divisez-la par la différence entre les tensions positives et négatives sur l’agresseur.

4. Caractéristiques :
Effets :
On parle de diaphonie dans le cas de multiples canaux de communication ou de données, là où l'un
interfère sur l'autre ou les autres, gênant ainsi l'écoute sur les autres canaux. Le phénomène se
rencontrait parfois à l'époque du téléphone analogique, cette diaphonie ou plutôt ce mélange, donna
naissance à un classique de la littérature policière : Raccrochez, c'est une erreur (Sorry, wrong
number) d'Ullman et Fletcher.

Atténuation :
En audio stéréophonie la matrice de diaphonie d'un canal sur l'autre est à diagonale dominante. Elle
est donc réversible, on peut appliquer cette matrice inverse au signal, réduisant ainsi fortement
ladite diaphonie. Ce procédé a été nommé un peu abusivement stéréo élargie (il aurait été plus
honnête de parler de stéréo non réduite), il s'est largement répandu dans les années 1980, tant son
résultat était spectaculaire. Autrefois le système était à mise en route manuelle, la commande de
coupure a disparu aujourd'hui.

Modulation :
De très anciens amplificateurs stéréo possédaient au contraire, afin d'adapter l'écoute au local
(éviter les effets de son dissocié dans une petite pièce), un interrupteur permettant d'introduire un
peu de diaphonie dans les canaux. Le bouton se nommait : Perspective stéréo.

Ces effets (aujourd'hui numériques) sont proposés dans nombre de home studios actuels, comme
par exemple avec le logiciel Cubase.

5. Fixation de la diaphonie électrique :

 La largeur nette de la victime augmente puis la résistance diminue, et elle est également
utilisée pour le routage.
 L'espacement entre le filet agressif et le filet de la victime augmentation
 Tampon sur les filets constants (ou) les filets victimes.
 Placez un filet de terre entre le filet de la victime et le réseau de la victime, puis déchargez la
tension sur le filet de terre puis pas de problème d'intégrité du signal.

3
6. Conclusion :
Dans le domaine de la télécommunication, on peut distinguer plusieurs types de diaphonie
suivant leur source et leur mesure. En téléphonie, la diaphonie se mesure normalement à
une fréquence de 800 Hz, et s'exprime par le rapport, en décibels, entre la puissance
injectée sur la ou les lignes perturbatrices et celle recueillie sur la ligne perturbée. Le
multiplexage de signaux analogiques peut entraîner de la diaphonie dans un canal de
communication tout comme le cheminement du signal dans des canaux parallèles. Dans le
multiplexage temporel, un défaut de synchronisation, une réactance parasite, un temps de
réponse plus long au multiplexage qu'au démultiplexage produisent de la diaphonie. Dans le
multiplexage fréquentiel, elle résulte de l'impossibilité de construire des filtres parfaits pour
séparer les voies.