Vous êtes sur la page 1sur 19

Sommaire

REMERCIEMENTS .................................................................................................................3

INTRODUCTION .....................................................................................................................4

I. Partie 1 : LE MARKETING DIGITAL .............................................................................................. 5

Section 1 : Cadre théorique

a. Définition
b. Revue de la littérature

Section 2 : Méthodologie

a .Recherche Documentaire

b. Recherche sur terrain

Partie 2 : Cadre de l’ETUDE

Section 1 : Présentation de l’entreprise

a) Historique .........................................................................................................................5

Logo de l’entreprise ..........................................................................................................8

Fiche d’identité ................................................................................................................. 8

Organigramme .................................................................................................................. 9

b) Service visités et tâches effectuées ................................................................................ 10

DIVISION COMMERCIALE INFRASTRUCTURE CSM YAC

1. AAE-1 .............................................................................................................................11

2. Câble DJIBOUTI- ADEN (YEMEN)…………….....................................................11

3. Câble SEACOM ……….………………………………………………………………11

4. SEA- ME- WE 3………………………………………………………………………...12

5. DAR-1…………………………………………………………………………………....12

DIVISION COMMERCIALE ROAMING ET VOIX

1 . Service roaming……………………………………………………………………………………………………………..13

2.Le deux model roaming …………………………………………………………………………………………………..13

3. trafic et voie internationale ............................................................................................14

C. DIVISION COMMERCIALE CSM YAC Haramous

1. EASSY………………………………………………………………………………………………………………………………14

2. Europe India Gateway (EIG)…………………………………………………………………………………………….15

3. SEA-ME-WE 5…………………………………………………………………………………………………………………..15D.
DIVISION COMMERCIALE DATA
REMERCIEMENTS

Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparait opportun de


commencer ce rapport de stage par des remerciements, à ceux qui m’ont soutenu et
beaucoup aidé de prés ou de loin au cours de ce stage, même à ceux qui ont eu la
gentillesse, d’une affectation particulière de faire de ce stage un moment très profitable.

J’aimerais adresser d’abord tout mes remerciement chaleureux au directeur général de


Djibouti Télécom Mr : MOHAMED ASSOWEH BOUH qui a eu l’affabilité de m’accorder une
période de stage de 2 mois au sein de son honorable société Djibouti Telecom SA, ainsi que
le Directeur de Business International (DBI) Mr : Mohamed Ahmed Mohamed qui lui aussi
m’a permis d’effectuer le stage dans la société Djibouti Telecom.

Ensuite, Je remercie sincèrement ;


-
-
-

Pour leur soutien qu’ils mon apporté durant mon stage en m’expliquant les différents taches
et missions effectués au sein de l’entreprise, pour leur appui en répandant aux questions et
en m’expliquant les choses qui me paraissaient difficiles et pour l’expérience enrichissant et
pleine d’intérêt qu’ils m’ont fait vivre durant ces mois du stage , ainsi que tous les personnels
pour tout leur soutien, leur collaboration leur sympathie qu’ils m’ont apportés durant mon
stage, et qui ont rendu mon séjour mémorable et agréable
J’adresse mes sincères et vifs remerciements à monsieur le directeur de la formation
continue, pour le dynamisme de l’institut, et toute l‘équipe enseignante pour la qualité de
l‘enseignement qui nous a été dispensé.
Je tiens également a remercié aussi la doyenne Mme AICHA, qui m’a donné l’opportunité de
découvrir le monde réel du travail et qui grâce à ce stage, m’a permit de mettre en pratique
mes connaissances théoriques que j’ai appris à l’université.
Et en dernier lieu j’aimerais adresser toute ma gratitude à toutes les personnes et
institutions qui de près ou de loin, ont contribués à la réalisation de ce rapport.
INTRODUCTION

Dans le cadre de mon étude universitaires dans la filière Licence Appliqué en commerce dans
la durée étais de 2 mois a compté du 18/05/21 au 18/07/21.
J’ai effectué mon stage au sein de l’entreprise Djibouti telecom, le but de ce stage est
d’abord de découvrir le milieu professionnel et de mettre en pratique mes connaissances
purement théoriques.
Au cours de ce stage, j’ai été affecte plus particulièrement dans quatre divisions :
- Division commerciale infrastructure csm yac
- Division commerciale Roaming et voix
- Division commerciale Csm yac haramous
- Division commerciale Data
Djibouti Telecom a été crée par le décret n°99-017/PR/MCC signée le 20 septembre 1999 par son
Excellence le président de la république Monsieur Ismaël Omar Guelleh. La nouvelle entité de
Djibouti Télécom provienne de la fusion de deux activités, la société de la télécommunication
internationale de Djibouti (STID) et de l’office de poste et de télécommunication (OPT).

La société anonyme (S.A) est soumise à la loi du 3 février 1986 sur les sociétés commerciales : elle est
gérée comme une société commerciale de droit privé par un conseil d’administration composé de 7
membres dont 6 représentant l’Etat et le Directeur Général de la société.

Les principaux objectifs Djibouti Telecom sont d’assurer tous les services des télécommunications
dans les relations nationales et internationales en développant et exploitant tous les réseaux de
télécommunication nécessaire à la fourniture de ces services afin d’assurer leur interconnexion avec
les réseaux étrangers ouverts aux publics. De fournir tout autres services terminaux, réseaux de
télécommunications ainsi qu’établir et exploiter tous réseaux distribuant des services multimédias.
De promouvoir des nouveaux services de télécommunications à travers l’installation des
équipements nécessaires et l’adaptation au développement technique dans ce domaine.

Le but de ce rapport n’est pas de faire uniquement une présentation exhaustive de tous les
aspects que j’ai pu apprendre ou approfondir, mais aussi de manière synthétique et claire
de faire un tour d’horizon des aspects technique et humains auxquels j’ai été confronté.
Par ailleurs, j’ai consacré plus de temps pour collecter le maximum d’information. C’est ainsi
que j’ai pris comme thème :
Dans une première partie , je vais détailler mon theme,dans une deuxième partie on
essayera d’énumérée les services visités ainsi les tâche effectué et enfin dans une dernière
partie je vais essayer d’étudier mon thème .
En quoi l’utilisation du marketing digital peut il aider une marque de se différencier des ses
concurrent ?
Partie 1 : Marketing Digital
Section 1
a. Définition
-Selon Bertrand Bathelot  modifié le 13/11/2016 Le marketing digital également couramment appelé
marketing numérique désigne l'ensemble du technique marketing utilisé sur les supports et canaux
digitaux. Le terme est probablement appelé à disparaître dans la mesure ou le marketing à tendance
à devenir "par essence digital".
Le marketing digital recouvre essentiellement les applications marketing liées à l'Internet
"traditionnel", mais également celles liées aux téléphones mobiles, tablettes, GPS et autres
applications et objets connectés. Le marketing mobile (sites mobiles + applications mobiles) y prend
une place de plus en plus importante.

-Selon Henri Isaac  Le marketing digital est une discipline qui nécessite des compétences
transversales, aussi bien techniques que théoriques pour définir, promouvoir et commercialiser des
produits ou services efficacement. Par sa démarche unique d'embrasser l'ensemble du sujet de façon
approfondie. 2020. "Marketing digital, 7ème Edition," Post-Print hal-02927026, HAL.

b. Revue de la littérature
Selon François Scheid ,Willy Fontugne,Rnaud Vaillant,Gregoire de Montaigu,ces quatre auteurs se
sont associer pour ecrire un livre et ont donner un avis la dessus sur mon theme qui est le
Marketing Digital

Caractéristiques techniques
  PAPIER

Éditeur(s) Eyrolles

Auteur(s) François Scheid, Renaud Vaillant, Grégoire de Montaigu, Willy Fontugne

Collection Marketing

Parution 11/04/2019

Édition  2eme édition

Nb. de pages 300

Format 15 x 22

Couverture Broché

Poids 470g

Intérieur Noir et Blanc

EAN13 9782212570656
ISBN13 978-2-212-57065-6

L’usage d’internet et des autres technologie numérique a des fins commerciales a donner naissance a
des nombreux termes. Celui de « Marketing Digital »est lui-même assez récent. Dans le passé , on
daignait ces pratique sous le nom « e marketing » « Internet et marketing » ou encore « Web
Marketing »,ce dernier étant toujours utiliser aujourd’hui ,on peut simplement definir le marketing
digital comme l’atteinte d’objectifs propres au marketing (image,preference,engagement des
clients ,taux de retentions, vente ou part de marché, ct…)grâce a l’usage de technologie numérique
.ces technologie comprennent les ordinateurs, les tablettes, le téléphone mobiles et les autres objet
connectés .

En pratique, le marketing digital suppose de gérer la presence de l’organisation sur l’ensemble de


medias et des plateformes en ligne (site web, moteurs de recherche, réseaux sociaux, application
mobile et emails).

Ces diverses technologies permettent d’atteindre des objectifs et recrutement de nouveaux clients,
mais aussi de fidéliser la clientèle actuelle

Bienvenue dans un monde connecté et interactif ! Deux milliards d’internautes , dont près de la
moitié inscrits sur des réseaux sociaux, le commerce en ligne, dont la croissance continue touche
tous les secteurs, même celui du luxe, des communautés d’individus toujours plus actives, des
marques dont on parle en bien et parfois en très mal sur Internet, des acronymes mystérieux (SEO,
SMO, CPM…), de nouvelles tâches à assumer (« community management »), mais aussi des mines
d’information très utiles aux entreprises qui savent les exploiter ! Les professionnels du marketing
assistent à une révolution, la révolution « digitale », et ils ne peuvent en rester les spectateurs : ils
doivent y participer ! Que de chemin parcouru depuis quinze ans, époque où Google n’existait pas
encore, où les premiers sites Web d’entreprise n’étaient que de simples plaquettes numérisées et où
la lenteur des connexions décourageait les meilleures volontés marketing. C’était l’époque du Web
1.0, qui a fait place au Web 2.0, synonyme de haut-débit, d’interaction et de contenus « riches », au
premier rang desquels se trouve la vidéo. Une révolution qui touche la vie quotidienne des individus
et celle des entreprises. Une révolution qui n’est pas un fantasme et se retrouve dans les chiffres : les
2 milliards d’internautes passent de plus en plus de temps en ligne, que ce soit sur leur ordinateur
fixe ou portable, leur téléphone et maintenant leurs « tablettes numériques ». On constate que 80 %
des achats sont précédés d’une recherche en ligne par des internautes qui font confiance aux avis
donnés par les autres internautes : certains en arrivent ainsi à parler de « prise de pouvoir par le
consommateur ». De plus, même si l’accès massif à Internet est encore limité à certaines régions du
monde, les endroits les moins connectés sont ceux où cet accès croît le plus rapidement.

Section 2 : Méthodologie

a. Recherche Documentaire

Il existe de nombreuses méthodes de collecte de données et de recherche que nous pouvons


utiliser dans les parties théoriques. Il est parfois difficile de déterminer quelle est la meilleure
méthode pour faire des recherche, pour trouver toutes ces information Jai utiliser Google scholar
y compris la définition et la revue littérature.
b. Recherche de Terrain

J’ai utilisé la méthode dis qualitatif on créant un guide d’entretiens pour collecter des informations
au sein de l’entreprise et savoir quelles sont les difficultés auxquelles ils font face et d’autre question
utile pour mon thème.

GUIDE D’ENTRETIENS :

Nom de l’employé  :

Poste occupée :

QUESTION REPONSES

Selon vous que ce que le marketing digital ?

Pourquoi devez-vous vous y intéresser ?

Quelles sont les différentes tactique du


marketing digital que vous utilisez ?
Quel est votre clientèle-cible principale?

Ou devriez-vous doubler d’effort ?

Est-ce que il ya d’autre fonctionnalités que vous


utilisez ou aimeriez vous utiliser ?
Quelles sont les enjeux du marketing digital dans
l’entreprise ?

Les mécaniques des campagnes traditionnelles (afchage, radio, TV…) ont fait leur chemin et, depuis les
débuts de la publicité, n’ont cessé d’être scrutées en vue d’optimiser des messages et d’améliorer les
performances. Tout communi-
cant sait que les campagnes ne sont pas toutes efcaces, mais Jacques Séguéla a enfoncé le clou en
assénant « je
persiste à douter de l’effet positif d’une bonne campagne
mais je reste persuadé qu’une mauvaise vous assassine »
Partie 2 : Cadre de l’étude
Section 1 : Présentation de l’entreprise

a) Historique et offre de l’entreprise


Né le 20 septembre 1999 de la fusion du service des Télécommunications de l’Office des Postes et
Télécommunications (OPT) et de la Société des Télécommunications Internationales de Djibouti
(STID), Djibouti Télécom SA est un opérateur autonome de droit privé, détenant le monopole des
télécommunications nationales et internationales sur l’ensemble du territoire djiboutien.

Un acteur national engagé, parce que Djibouti Télécom SA croit en la force des télécommunications
comme créateur de lien social et comme outil indispensable au développement économique de
notre pays, Djibouti Télécom SA crée ainsi des liens étroits avec  le tissu local.

Djibouti Télécom SA, c’est surtout un éventail de produits et de services, adaptés aux besoins de ses
clients  articulé autour de 3  métiers : le Téléphone fixe, le Mobile (GSM, CDMA) et l’Internet
(IP/DATA pour les réseaux ADSL).

A travers ces trois métiers, Djibouti Télécom  SA répond aux attentes de ses clients du secteur
professionnel et des particuliers. En instaurant une stratégie de complémentarité entre le réseau
fixe, le mobile et l’Internet, Djibouti Télécom SA place le client au centre de ses préoccupations et
lui offre la possibilité de personnaliser ses services au gré de ses besoins.

En adéquation avec la politique d’intégration régionale de Djibouti et son positionnement


géostratégique exceptionnel. Djibouti Télécom SA est aussi une société à vocation internationale
point de chute des câbles sous-marins d’interconnexion entre l’Europe et l’Asie, elle constitue
naturellement la voie de transit des communications de l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Est,
Centrale et du Sud.

Ce rôle hautement stratégique contribue activement au développement du réseau international des


télécommunications et fait de Djibouti un Hub des Télécommunications.

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)

Djibouti Telecom a pour mission pour missions :

 de fournir et exploiter l’ensemble des services relevant du monopole de l’Etat dans le secteur
des télécommunications sous toutes leurs formes et à l’échelle régionale, nationale et
internationale,
 de développer et assurer l’exploitation des réseaux publics nécessaires à ces services et
assurer la connexion avec les réseaux étrangers,
 de garantir à tous, particuliers et professionnels qui en font la demande, l’accès aux
différents services de téléphonie: Fixe, Mobile et Internet dans des conditions objectives,
transparentes, non discriminatoires et à un prix abordable.

objectif

Afin de garantir un accès équitable aux services des télécommunications, Djibouti Télécom
SA s’engage à :

 moderniser le réseau public pour pouvoir l’étendre à l’ensemble du territoire national y


compris les zones rurales, conformément à la politique gouvernementale de décentralisation
et d’aménagement du territoire,
 pratiquer une politique tarifaire incitative, permettant ainsi aux populations défavorisées
l’accès aux services des télécommunications,
 fournir à toutes les exigences de communication de nos clients avec des offres de produits
emballés hermétiquement et services de haute qualité grâce à des équipes motivées et
qualifiées .
Au niveau national, Djibouti Télécom SA est un partenaire clé de grands événements
économiques, sportifs, sociaux et culturels en y apportant son savoir-faire technologique,
fournissant ainsi à tous ceux qui organisent, encadrent et relaient ces événements, les
conditions de travail optimales.
Djibouti Télécom  est  perçu comme outil indispensable au développement économique du
pays.

Au niveau international, Djibouti Télécom SA entretien des relations directes avec plusieurs
pays et suit les  règles de l’Union  Internationale des Télécommunications (UIT).
Point de chute des câbles sous-marins d’interconnexion entre l’Europe et l’Asie, Djibouti
Télécom constitue  la voie de transit des communications de l’ensemble des pays de l’Afrique
de l’Est, Centrale et du Sud.

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


Logo de l’entreprise

Fiche d’identité
FICHE D’IDENTITER

Raison sociale
DJIBOUTI-TELECOM S.A.
Siège Social
Boulevard George Pompidou
Forme Juridique
Société Anonyme(S. A)
Capital
4.000.000.000 DJF

Prestation Télécommunication
Acheminement du circuit téléphonique (national, international) ;
Des réseaux, de l’Internet.

Taux d’efficacité des appels


Local : 59%
International : 40% (départ)
Et 62% (arrivée)

Domaine
La Communication
Date de création
20 septembre 1999
Effectif de la société
900 employés (46 Fonctionnaires et 654 Convention)

Compagnie à responsabilité limitée, détenue à 100% par l'Etat de Djibouti fournissant tous les lignes
fixes, sans fil et réseaux de données du pays :
15,000 câbles métalliques

150.000 lignes GSM

10.000 abonnés à Internet

10,000 CDMA réseau déploiement

5 systèmes de câbles sous-marins


(SMW3, SEACOM, EIG, Eassy, Aden-Djibouti)
Câbles Terrestres (Djibouti-Ethiopie, DWDM et ZTE

Organigramme

b. Service visités et tâches effectuées


A. DIVISION COMMERCIALE INFRASTRUCTURE CSM YAC
1-AAE1

L'Asie-Afrique-Europe 1 (AAE-1) est un système de câble de consortium de 25 000 km reliant l'Asie du


Sud-est à l'Europe via l'Égypte, le plus grand câble sous-marin à être construit en près de 15 ans.

Il relie Hong Kong, le Vietnam, le Cambodge, la Thaïlande, la Malaisie et Singapour, puis le Myanmar,
l'Inde, le Pakistan, Oman, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Yémen, Djibouti, l'Arabie saoudite,
l'Égypte, la Grèce, l'Italie et la France. Le système de câble AAE-1 déploie une technologie de
transmission de pointe de 100 Gbit / s, avec une capacité de conception minimale de 40 Tbit / s
.L'une des caractéristiques uniques d'AAE-1 est que, même si elle se termine dans deux PoP à
Singapour, elle se poursuit également en Asie via diverses routes terrestres à travers la Thaïlande
reliant le Vietnam, le Cambodge et Hong Kong. Ce routage permet à AAE-1 d'avoir l'une des latences
les plus faibles entre Hong Kong, l'Inde, le Moyen-Orient et l'Europe. En connectant les principaux
PoP indépendants des opérateurs à Hong Kong, Singapour et Marseille, les membres AAE-1 peuvent
choisir leurs fournisseurs de liaisons préférés disponibles dans ces PoP ou dans les stations
d'atterrissage de câble AAE-1 en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique, en Europe.

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


2-Aden-Djibouti

Aden-Djibouti câble sans répéteur de 1994 (en consortium avec TeleYemen, STC et FT) en cours
d’upgrade à 8 longueurs d’onde de 10Gbit/chacune pour un faible coût (1 million de dollars partagé
avec TeleYemen) avec une mise en service au premier trimestre 2014, avec une fourniture Alcatel.
Cette liaison régionale permettra des re-routage de trafic entre Djibouti et le Yémen vers les grands
câbles internationaux
Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)
3-SEACOM

L’objectif recherché par SEACOM est le développement de l’Internet africain et l’ouverture de la


large bande aux consommateurs africains. La technologie de l’entreprise Ciena permettra à SEACOM
d’augmenter sa capacité pour répondre aux demandes des consommateurs et d’offrir un accès à
Internet plus confortable à l’Afrique de l’Est. La mise à niveau du réseau de 17 000 km de SEACOM
concerne les pays clés où les câbles sous-marins ont un point de chute. Il s’agit de l’Inde, de l’Egypte,
de DJIBOUTI, du Kenya, de la Tanzanie, du Mozambique et de l’Afrique du Sud. SEACOM est en
service depuis août 2009, c’est un projet à financement entièrement privé, ayant un tracé similaire à
EASSy mais assurant aussi une connectivité vers l’Inde (en partenariat avec Tata Communications) et
Marseille (à travers l’achat d’une paire de fibres sur le système méditerranéen égyptien TE-North).
SEACOM a négocié l’autorisation de DJIBOUTI TELECOM d’atterrir dans la nouvelle station
d’Haramous, contre une capacité initiale de 10 STM1 sur SEACOM réservés aux besoins de DJIBOUTI
TELECOM et porté à 20xSTM1 tous activés aujourd'hui, et d’une rémunération d’usage de la Station
de 232 000 US$ annuel. SEACOM est un concurrent de DJIBOUTI TELECOM pour la connectivité vers
l’Europe et l’Asie. Le Landing Party Agreement cristallisant cet accord ne comporte aucune obligation
pour DJIBOUTI TELECOM quant aux prix d’interconnexion ou d’accès aux réseaux vers l’Ethiopie ou le
Somaliland

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


4-SEA-ME-WE 3

Le 16 janvier 1997, Djibouti Telecom SA était l'un des 93 opérateurs de télécommunications qui ont
signé à Singapour la construction du SEA-ME-WE-3.
D'une longueur de 39 000 Km, SEA-ME-WE-3 est le plus long câble sous-marin transcontinental au
monde, il relie 4 continents (Europe, Afrique, Asie et Océanie) et 33 pays. Il peut mettre en contact
simultanément environ un demi-million de personnes distantes de 1000 Km. Le SEA-ME-WE-3 a été
officiellement mis en service le 30 septembre 1999.
Sa capacité initiale de 40 Gb/s lui permet d'avoir une capacité 40 fois supérieure à celle du SMW-2
utilisant le principe de la technologie Wavelength Division Multiplexing (WDM) avec Synchronous
Technology Digital Hierarchy (SDH). En 2015, le système a été mis à niveau (Mise à niveau #5) vers la
dernière technologie évolutive 100 Gbit/s permettant une capacité initiale du système de 1,3 Tbit/s
passant par la station de Djibouti.

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


5-DARE 1

Début 2015, Djibouti Telecom a décidé de construire un nouveau système régional de câbles sous-
marins DARE1 (Djibouti Africa Regional Express1).
Atterrissant dans 3 pays et 4 villes, le réseau couvrira 5 000 km et aura une capacité par longueur
d'onde de 100 Gbps. Détenu par un consortium d'opérateurs de télécommunications d'Afrique de
l'Est, le projet est estimé à 86 millions de dollars. Dans le cadre de la stratégie Djibouti Vision 2035, ce
projet apportera la fibre optique dont la région a tant besoin et bénéficie du soutien unanime de
toutes les parties prenantes.

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


B. DIVISION COMMERCIALE ROAMING ET VOIX
1.Service Roaming

Le mot Roaming nous vient du verbe anglais « To Roam » qui sur le
Dictionnaire est expliqué ainsi : se déplacer d’endroit en endroit sans but ni programme bien
clair.
Roaming est défini comme un moyen pour l’abonné d’initier et de recevoir automatiquement des
appels ; d’envoyer et de recevoir des données, ou d’avoir accès à d’autres services tout en étant au-
delà de la zone de couverture de son propre réseau et ceci à travers le réseau visité.
En résumé, le roaming correspond à la possibilité qu'auront les clients
D’un opérateur mobile (prépayé, ou post payé) d'émettre ou recevoir des appels et des SMS, ainsi
que la possibilité d'accéder aux services Data depuis l'étranger.

2. Le deux model roaming

Deux modes de consommation au moyen du prépayé, du post payé :

 PRE-PAID
 POST-PAID

Pré-paid : C’est lorsque vous achetez une carte crédit pour utiliser un certain nombre de minutes
d’appels pour la voix ou encore du data pour les SMS, l’internet et le GPRS.
. Post-paid : les appels post-paid, c’est lorsqu’un client s’inscrit chez un opérateur pour une
période de temps et paye sa facture une fois sa consommation effectuée dans son pays origine

Ce service est chargé de tâches suivantes :

 Négociation des Contrats Roaming (International Roaming Agreement- IRA)


 Des négociations des tarifs entre Opérateurs
 Facturation du Roaming Internationale
 Recouvrement
 Gestion de routages du trafic
 Echange de carte Sim pour le test

Dans le service roaming, j’ai appris comment travailler en équipe, se répartir les tâches, négocier les
contrats Roaming pour la voix et le SMS, suivre la facturation Roaming, suivre le recouvrement avec
la Financial Clearing House (FCH) en l’occurrence Syniverse qui suit la facturation pour Djibouti
TELECOM.

Syniverse est une chambre compensation pour plusieurs opérateurs, c'est-à-dire elle assure
l’échange de compte entre ces clients et l’ensemble des opérateurs appartement à d’autres FCH.
Syniverse assure aussi le suivi des paiements.

Dans le monde, il existe 5 à 6 Financial Clearing House (FCH) qui assurent le même travail que
Syniverse.
3-trafic et voie internationale

Il est possible aujourd’hui de rentrer en contact avec une personne à l’autre bout du globe en une
fraction de secondes. 

Pour comprendre au mieux ce phénomène, nous allons étudier le système de


téléphonie nécessaire qui est mis en place par les opérateurs téléphoniques.
L’acheminement de la voix est terrestre, par ondes radio (liaison entre le mobile et la station
centrale) et par liaisons filaires numériques. Les centres de commutation des services publics sont
essentiels et sont gérés par l’opérateur. Ce sont eux qui transmettent et contrôlent les appels en
permanence. Ils sont responsables de la présentation du numéro, le double appel, les renvois,
l’orientation vers la messagerie vocale ou les services de données. Enfin ces centres collectent les
informations nécessaires sur le client qui a lancé l’appel. 

C. DIVISION COMMERCIALE CSM YAC Haramous

1. EASSY

Le EASSy mesure 9 900 kilomètres et relie depuis 2010 l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, Madagascar,
les Seychelles, Les Comores, le Botswana, le Mozambique, la Tanzanie, le Soudan, le Kenya,
l’île Maurice, Djibouti, et l’Érythrée pour ensuite se connecter à d’autres câbles. Son point de départ
est situé à Mtunzini (Afrique du Sud) et son arrivée à Port-Soudan au Soudan. Le coût estimatif du
système est de 230 millions de $ (novembre 2006) et est financé en partie par la Banque mondiale.
Les promoteurs du projet ont annoncé en juillet 2006 l’octroi du contrat de construction du câble
à Alcatel. Les travaux ont débuté pendant le premier trimestre 2007.

Donnés techniques

 Longueur de 9 900 km

 2 paires de fibres torsadées

 Multiplexage en longueur d'onde

 Capacité par fibre de 16 ou 32 longueurs d’onde à 10 Gbit/s

 Capacité totale de 320 ou 640 Gbit/s

 Durée de vie de 25 ans

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


2-Europe India Gateway (EIG)

Un câble sous-marin de télécommunication à très grand débit (3,84 TerraBit/s) qui reliera à partir de
juillet 2010 l’Europe à l'Inde : EIG (Europe India Gateway) représente une nouvelle liaison sous-
marine haut débit à fibres optiques longue de 15.000 km et qui reliera directement le Royaume-Uni à
l’Inde. Un projet qui permettra d'améliorer significativement la capacité et diversifiera les voies
d’acheminement entre les treize pays et trois continents. L’achèvement des travaux de mise en place
est prévu au deuxième trimestre 2010. La passerelle EIG offrira alors une capacité maximale de 3,84
Tbps, fournissant des facilités de transmission supérieures pour l’Internet, l’e-commerce et les
services vidéo, voix et données. En hébergeant cette station sur le site de Monaco Telecom à
Fontvieille, la Principauté pourra accéder à deux nouvelles routes à 400 GBits, l'une vers Marseille et
l'autre vers Milan, augmentant ainsi la sécurisation de sa connectivité internationale

Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)


3-SEA-ME-WE 5

Le 6 Mars, 2016, l'atterrissage du SEA-ME-WE du système de câble sous-marin à Haramous sur


Djibouti a été annoncé. SEA-ME-WE5 a une longueur totale de 20.000 km et relie 17 pays à travers
l'Asie du Sud-est, le Moyen-Orient et en Europe occidentale, dont la France, l'Arabie Saoudite, l'Inde
et la Malaisie.
Le câble sous-marin SEA-ME-WE 5 est conçu pour pouvoir acheminer un débit total de 24 Térabits
par seconde. Ce nouveau câble à fibre optique de 20 000 km de long renforcera la liaison Europe-Asie
en fournissant des capacités supplémentaires mais également en assurant la protection du trafic voix
et données transitant par les autres câbles de la zone. SEA-ME-WE 5 reliera la France à Singapour
desservant 17 pays: Arabie saoudite, Bangladesh, Égypte, Émirats arabes unis, France, Indonésie,
Italie, Malaisie, Myanmar, Oman, Pakistan, Qatar, République de Djibouti, Singapour, Sri Lanka , La
Turquie et le Yémen. La conception du câble est basée sur la dernière technologie à très haute
vitesse de 100 Gbps combinée au multiplexage par répartition en longueur d'onde, le SEA-ME-WE 5
offrira une capacité de conception de 24 Tbps de 3 paires de fibres. Reliant 17 pays à très haute
capacité, la SEA-ME -WE 5 sera l'autoroute intercontinentale qui répondra aux divers besoins de
routes et de résilience des câbles sous-marins existants fortement chargés entre l'Europe et l'Asie.
Photo: Djibouti Telecom (source : site de Djibouti Telecom)
DIVISION COMMERCIALE DATA
Partie 3 : Etude du Thème
a .Les 5 force de porter
-La rivalité entre concurrents du secteur :
-Les nouveaux entrants :

-Les produits de substitution :

- Les clients :

-Les fournisseurs :

b. Difficultés et solution apportées