Vous êtes sur la page 1sur 5

LA PERSONNE ET L’OEUVRE DU SAINT-ESPRIT

Pourquoi ce sujet est-il si important pour l’église du troisième millénaire ? C’est à cause de l’extrême
pauvreté spirituelle de l’église de notre Seigneur Jésus-Christ en général et de nos communautés et
églises locales en particulier. Nous sommes bien conscients que, d’une manière ou d’une autre, nous
sommes privés des possibilités et privilèges que le Seigneur a préparés pour notre pèlerinage sur
cette terre. C’est pourquoi nous désirons ardemment connaître une vie chrétienne plus authentique,
plus victorieuse et plus fructueuse, à la gloire du Seigneur.

Ensuite, il y a aussi beaucoup de chrétiens qui, conscients des lacunes dans leur vie spirituelle, prient
pour un réveil. Au fond, qu’est-ce qu’ils cherchent ? Certains demandent des signes miraculeux, le
baptême ou l’onction du, ou dans le, Saint-Esprit, le « parler en langues ». Est-ce qu’ils ont raison ?
Est-ce que, dans son enseignement sur le Saint-Esprit, la Parole de Dieu met vraiment l’accent sur ces
éléments-là ?

Finalement, le problème de base, à mon avis, se situe dans le fait que nos églises se mettent de
moins en moins à l’écoute du Seigneur Jésus-Christ. Les fidèles sont prêts à écouter leurs propres
émotions, les « bruits » autour d’eux et les événements spirituels dans les autres communautés. Nos
églises se noient dans la vague « d’imiter les autres », au lieu de se donner à imiter le Seigneur et à
écouter sa vérité.

LA PERSONNE DU SAINT-ESPRIT

La venue du Saint-Esprit est l’accomplissement de la promesse de Jésus-Christ, basée sur la prophétie


de Joël : « Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos
filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes » (Actes :
2 :16-17).

Jésus avait dit à Ses disciples : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Consolateur,
afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité que le monde ne peut recevoir, parce
qu’il ne Le voit point et ne Le connaît point ; mais vous, vous Le connaissez, car il demeure avec vous,
et il sera en vous » (Jean : 14 :16,17).

Luc cite la prophétie de Joël (Actes : 2 :17) pour montrer que l’œuvre de Jésus-Christ ne s’est pas
arrêtée après Son ascension. Le livre des Actes était justement écrit pour confirmer que l’Esprit-Saint
promis était actuellement venu, afin que l’œuvre de Jésus-Christ puisse continuer.

Qui est donc ce Saint-Esprit ?

Beaucoup de gens pensent que le Saint-Esprit est une puissance cachée qui peut être employée en
faveur de celui qui connaît la bonne « formule magique ». Parfois, le Saint-Esprit est regardé comme
une influence ou une puissance infiniment supérieure qui fait trembler « la forêt la plus dense ».

Il serait raisonnable, que l’église de Jésus en général, et chaque vrai chrétien en particulier, se
rappelle que :
A. Le Saint-Esprit est Dieu
1. Il est la troisième personne de la Trinité
Nous voyons que le Saint-Esprit est associé à Dieu le Père et à Dieu le Fils, dans :

a. La formule du baptême :

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-
Esprit » (Mt. 28 :19). Cela signifie que personne ne peut arriver au point d’affirmer publiquement, par
le baptême, son attachement au Seigneur, si ce n’est par l’œuvre conjuguée de la Trinité : Dieu le
Père, Dieu le Fils, et Dieu le Saint-Esprit.

b. La bénédiction finale :

« Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu [le Père], et la communion du Saint-Esprit,
soient avec vous tous » (2 Co. 13 :13).

c. L’hymne trinitaire (Ep. 1:3-14) :

En réfléchissant sur les différents aspects de notre salut, Paul célèbre la gloire de Dieu le Père qui
nous a prédestinés dans son amour, et qui nous a librement donné sa grâce dans celui qu’il aime (v.
6) ; du Fils dont le sang nous a rachetés et en qui est notre espoir (v. 12), et du Saint-Esprit qui nous a
conduit à la foi et qui est un gage de notre héritage céleste, jusqu’à notre rédemption finale (v. 14).

A l’intention de ceux qui jugent et condamnent les chrétiens comme ayant trois dieux, il est
nécessaire d’insister sur le fait que le Saint-Esprit n’est pas un troisième dieu de la foi chrétienne. Le
langage théologique des auteurs de la Bible suggérant le concept de la « Trinité » ne signifie
nullement trois dieux indépendants l’un de l’autre, ayant chacun sa propre existence. Bien au
contraire, les trois personnes collaborent dans un même esprit et pour un même but. Ils sont UN
dans le vrai sens du terme. L’union des trois personnes de la Trinité n’empêche pas que chaque
personne joue un rôle particulier.

Pearlman Myer soutient cette affirmation en disant : « Le Père crée, le Fils rachète et le Saint-Esprit
sanctifie. Et cependant, dans chaque œuvre les trois sont présents. » Myer continue : « Le Père est
principalement Créateur, tandis que le Fils et le Saint-Esprit collaborent avec lui. Le Fils est
principalement Rédempteur et cependant, Dieu le Père et le Saint-Esprit sont actifs en envoyant le
Fils pour racheter l’humanité. Le Saint-Esprit est principalement Sanctificateur et pourtant, Dieu le
Père et le Fils collaborent avec lui dans cette œuvre. » (Pearlman Myer. Aux Sources de la Vérité
Biblique. La Voix Chrétienne. 1937, p. 75)

2. Le Saint-Esprit est Dieu parce qu’il est tout-puissant


Un des éléments qui caractérisent la divinité du Saint-Esprit, c’est Son omnipotence. Souvent, la Bible
nous montre le Saint-Esprit comme la source de puissance. C’est lui qui exécute la volonté de Dieu
dans le monde en général, et particulièrement dans la vie du chrétien. Déjà à l’époque de l’Ancien
Testament, le prophète Zacharie (4 :6) rappelle aux juifs que leur victoire ne venait « ni par la
puissance [humaine], ni par la force [humaine], mais par l’Esprit de Dieu ». Cela veut dire que la
puissance du Saint-Esprit dépasse toute autre puissance sur la terre, sous la terre, et au-dessus de la
terre.
Dans le Nouveau Testament, les signes et les miracles des apôtres sont clairement attribués à l’Esprit.
Voyons ce que dit l’apôtre Paul :

« Car je n’oserais pas mentionner aucune chose que Christ n’ait pas faite par moi pour amener les
païens à l’obéissance, par la parole et par les actes, par la puissance des miracles et des prodiges, par
la puissance de l’Esprit de Dieu » (Ro. 15 :18, 19).

« Notre évangile ne vous a pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit-
Saint, et avec une pleine persuasion » (1 Th. 1 :5).

Une bonne exégèse nous aidera à conclure que, selon les deux passages, la puissance des miracles et
des prodiges, tout comme la puissance de la parole persuasive, sont attribuées à l’Esprit de Dieu.

Le texte bien connu d’Actes 1 :8 rassure les disciples concernant la puissance qu’ils doivent attendre
à Jérusalem. Le Seigneur leur dit : « Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous,
et vous serez mes témoins ». La puissance du témoignage des chrétiens vient de la toute-puissance
du Saint-Esprit de Dieu.

3. Le Saint-Esprit est Dieu parce qu’il est omniscient


Le Saint-Esprit est Dieu parce qu’il sait toute chose. L’omniscience est un des attributs de Dieu. Cette
connaissance (ou science) est parfaite. Le Saint-Esprit n’a pas besoin de réfléchir ou de découvrir les
choses, ni à les apprendre graduellement comme nous, les hommes. Sa connaissance du passé, du
présent et de l’avenir est instantanée.

C’est pourquoi Paul, en louant la sagesse mystérieuse et cachée de Dieu, dit : « Ce sont des choses
que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de
l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. [Concernant ce mystère, voyons
ce que Paul dit sur l’Esprit de Dieu.] Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout,
même les profondeurs de Dieu » (1 Co. 2 :9-10). L’Esprit étant Celui qui sonde toutes choses, mêmes
les profondeurs de Dieu, Jésus dit à Ses disciples : « Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de
vérité, il vous conduira dans toute la vérité » (Jean : 16 :7, 13).

4. Le Saint-Esprit est Dieu parce qu’il est omniprésent


L’omniprésence est encore un autre attribut de Dieu, et de lui seul. Dans le Psaume 139,
l’omniprésence est attribuée à Dieu comme aussi au Saint-Esprit. Le psalmiste s’adresse tour à tour à
Dieu et à l’Esprit. Tous les deux ont la capacité de tout sonder, même les intentions les plus secrètes
de l’homme. Les deux sont omniprésents, donc il est impossible de se cacher de la présence de Dieu
ou de l’Esprit. « Où irai-je loin de ton Esprit, et où fuirai-je loin de ta face ? » (v. 7). Les cieux sont sa
demeure ; le séjour des morts est constamment devant sa face ; les océans n’échappent pas à sa
présence ; les ténèbres deviennent lumière à cause de sa présence ; même la nuit brille comme le
jour à cause de la présence de l’Esprit de Dieu.

Cela signifie que l’Esprit de Dieu est présent partout. Il est impossible de se cacher de sa présence ou
de dissimuler quelque chose à sa connaissance. Toutes nos actions, même les plus secrètes, se
passent toujours en pleine vue de l’Esprit de Dieu.
5. Le Saint-Esprit est Dieu parce qu’il est éternel

L’Esprit est déjà mentionné à la création de l’univers et de tout ce qu’il contient. En Hébreux 9 :14, Il
est appelé « l’Esprit éternel » associé au sacrifice salvateur de Jésus-Christ. Ceci nous permet de
conclure que le travail que Jésus-Christ a accompli pour notre salut sur la croix de Golgotha, son
ensevelissement, sa résurrection et son ascension, ont une dimension éternelle, car l’Esprit qui y
était directement associé, est l’Esprit éternel de Dieu. Si, aujourd’hui, nous sommes sauvés par la
grâce de Dieu, par le moyen de la foi, alors nous avons effectivement la vie éternelle. Nous sommes
nés, non d’une ascendance naturelle, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais
de Dieu. Nous sommes nés de Dieu lui-même, grâce à l’œuvre de l’Esprit éternel. A cause de cette
caractéristique de l’Esprit de Dieu et de son œuvre, tous ceux qui croient en Dieu par Jésus-Christ
sont inscrits éternellement dans le livre de vie de l’Agneau de Dieu. Personne, ni sur la terre, ni aux
cieux, ne pourra jamais effacer notre nom, parce qu’il est inscrit par le sang éternel de l’Agneau de
Dieu et scellé par l’Esprit éternel du Dieu éternel.

B. Le Saint-Esprit est une personne

A part le fait que le Saint-Esprit est Dieu, il est aussi une personne. Comment le savons-nous ? N’est-
ce pas que nous Le traitons comme une personne ? Voyons le témoignage de la Bible là-dessus.

1. On peut mentir au Saint-Esprit (comme à une personne)


Luc, dans l’histoire d’Ananas et Saphira, rapporte ce que l’apôtre Pierre dit à Ananias : « Pourquoi
Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au Saint-Esprit ? (Actes : 5 :3). Mentir au Saint-
Esprit, cela n’est pas seulement arrivé au premier siècle de l’histoire de l’église. Aujourd’hui, des
hommes et des femmes qui s’appellent chrétiens continuent à mentir au Saint-Esprit.

Beaucoup de gens affirment qu’ils sont enfant de Dieu et qu’ils vivent à sa gloire. Mais le contraire
est vrai. Combien sont-ils qui, par leurs propres efforts et moyens charnels, se sont emparés d’un
poste élevé dans l’église et qui, plus tard, l’ont appelé un acte de l’Esprit de Dieu ? Que faut-il dire de
ceux qui aujourd’hui se trouvent dans le ministère, en affirmant d’être appelés de Dieu, mais dont la
conscience leur dit qu’ils sont dans le ministère par leur propre volonté pour satisfaire leurs désirs
égoïstes. Ou peut-être sont-ils simplement poussés par « la politique du ventre », car, dans la
conjoncture actuelle, les possibilités d’un emploi rémunéré deviennent de plus en plus maigres. Oui,
nous sommes toujours capables de mentir au Saint-Esprit !

2. Le Saint-Esprit peut être attristé


Le Saint-Esprit possède des sentiments, comme une personne. Paul, en comparant la vie chrétienne
aux coutumes corrompues des païens, écrit aux Ephésiens : « N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu,
par Lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption » (Ep. 4 :30). Dans les versets suivants,
Paul décrit les débris de la vielle nature, toujours présents dans la vie des nouveaux chrétiens :
Amertume, animosité, colère, murmures, calomnies et toutes sortes de méchanceté (v. 31). Tous ces
péchés peuvent être résumés par le mot « haine ». Le Saint-Esprit est attristé quand nous
manifestons de la haine (ou de la rébellion) contre Dieu ou contre notre prochain.
3. Le Saint-Esprit agit comme une personne

Il révèle l’avenir (2 Pi. 1 :21). Il rend témoignage (Ga. 4 :6 ; Jean : 15 :26). Il intercède (Ro. 8 :26). Il
enseigne (Jean : 14 :26). Le temps nous manque, hélas, pour développer tous ces aspects de la
personne du Saint-Esprit.