Vous êtes sur la page 1sur 28

Géothermie

L’utilisation de la chaleur terrestre

L’utilisation de la chaleur terrestre


Aperçu, technologies, visions
Sommaire


3 Vers la diversification
Préface de Michael Kaufmann
Directeur suppléant de l’Office fédéral de l’énergie
(OFEN) et Chef du programme SuisseEnergie

4 Géothermie
Les potentialités de la chaleur terrestre
La chaleur terrestre, source d’énergie durable et 19 Géothermie grande profondeur
indépendante du climat, de la saison et du moment Extraire la chaleur de la roche cristalline
de la journée. A plusieurs kilomètres de profondeur règnent des
températures qu’il est possible d’exploiter en vue de
produire de l’électricité et de la chaleur.

22 Recherche et développement
Jeter les bases d’une utilisation optimale
Les travaux de recherche sont une condition essentielle
à la réussite d’un projet d’utilisation de l’énergie –
7 Sondes géothermiques y compris dans le cas de la géothermie.
Chauffer et refroidir à l’aide de la chaleur du
terrain 24 La géothermie dans le monde
Les champs de sondes permettent d’utiliser le terrain Des avantages qui suscitent un regain d’intérêt
aussi bien pour chauffer que pour refroidir. En fonction des conditions géologiques locales, les instal-
lations géothermiques en fonctionnement aujourd’hui
12 Géostructures diffèrent d’un site à l’autre.
Le corps du bâtiment en contact avec le terrain
Pieux de fondation et murs de soutènement peuvent
faire office d’échangeurs de chaleur.

15 Eaux souterraines
Un flux énergétique constant
De par leur capacité thermique élevée, les eaux sou­-
terraines sont intéressantes aussi pour les systèmes 26 Perspectives d’avenir
de chauffage. Un approvisionnement durable en énergie
La géothermie joue un rôle de premier plan dans les
perspectives énergétiques du futur.

27 Adresses, informations

16 Eaux souterraines profondes


Exploiter les eaux thermales en surface
L’exploitation des eaux thermales est très ancienne. Photo de couverture
L‘utilisation de la géothermie s’est développée de façon progres­
17 Eau chaude des tunnels sive – de la surface terrestre à des profondeurs toujours plus im­
portantes : pour le chauffage et le refroidissement de bâtiments,
Tirer parti de l’énergie aux portails des tunnels
le réseau de chauffage à distance et pour la production d’élec­
En Suisse, on utilise depuis des années la chaleur issue tricité.
des tunnels routiers et ferroviaires. (Geopower-Basel SA ; D4 ; CREGE)
Vers la diversification


Nous continuons de vivre dans un monde fossile. Plus de 80 % de notre consommation énergétique totale repo-
sent sur le pétrole et le gaz naturel. Le dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre sont à l’origine
d’un changement climatique et les nuisances liées aux poussières et aux particules fines ont des conséquences
négatives sur la santé. De même, nos dépendances pèsent lourd dans la balance, en raison de la situation géo-
graphique des réserves d’énergie fossiles. Dans ce contexte, les conflits internationaux constituent une menace
sérieuse pour l’approvisionnement énergétique.

La chaleur terrestre est omniprésente La géothermie profonde, actuellement en phase d’introduction


Alors que les réserves des sources d’énergie fossiles terrestres en Suisse sous le nom de « Deep Heat Mining », gagne aussi
en voie d‘épuisement accaparent l’attention de tous, on com- en importance: la construction du premier générateur géother-
mence tout juste à s’intéresser à une forme d’énergie durable mique de ce type est en cours à Bâle. Cette source d’énergie
et exempte d’émissions polluantes qui se trouve juste à côté : quasiment inépuisable permet de chauffer un quartier tout en-
la chaleur terrestre. Elle présente un potentiel considérable et tier en produisant de l’électricité. Certains signes annoncent
se trouve être l’une de nos sources d’énergie les plus promet- la construction prochaine de telles centrales ailleurs en Suisse,
teuses! Elle suscite un intérêt croissant dans le cadre de la ce qui permettra de produire de grandes quantités d’énergie
stratégie qui prévoit la mise en œuvre de sources d’énergie en ruban. La Suisse a pour objectif d’augmenter la part de la
diversifiées et renouvelables. production d’électricité renouvelable à 70 % au moins. La géo-
thermie profonde y contribuera de façon sensible dans vingt
Une grande partie des besoins énergétiques découle du chauf- à trente ans.
fage et du refroidissement des bâtiments. L’évolution actuelle
est marquée par deux tendances : d’une part, les grands pro- Il va de soi que ces développements doivent s’accompagner
grès réalisés dans les techniques d’isolation des enveloppes de de mesures complémentaires de soutien : le gouvernement a
bâtiment contribuent à réduire la consommation de chaleur et, ainsi promis d’introduire des aides financières en faveur du
d’autre part, l’augmentation de la superficie d’habitation, le capital-risque ainsi qu’un système de rémunération du courant
nombre grandissant d’appareils et de commandes électriques, renouvelable injecté dans le réseau public. Les travaux de
l’utilisation toujours plus fréquente de pompes à chaleur, etc. recherche associés ne sont pas moins importants. Ces efforts
entraînent des besoins accrus en électricité. nécessaires en matière de recherche et de développement et
la mise au point de technologies d’exploitation et d’outils de
Géothermie : chaleur, électricité et énergie en ruban cal­cul fort utiles reçoivent depuis longtemps le soutien actif de
Les énergies renouvelables ont le vent en poupe. Parmi celles- l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Enfin, cette brochure –
ci, l’énergie géothermique revêt une importance particulière, réédition des moyens d’information précédents – se propose
car elle est toujours à disposition et ne dépend ni du vent, ni d’offrir un aperçu actualisé des différentes formes d’exploita-
du temps, ni encore du rayonnement solaire. La géothermie tion de la géothermie ainsi que des défis qui nous attendent
permet de chauffer aussi bien de petites maisons individuelles dans ce domaine.
que de grands complexes de bureaux, ou encore d’utiliser le
terrain situé sous un bâtiment comme source de froid. Michael Kaufmann
Directeur suppléant de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN)
et Chef du programme SuisseEnergie
Géothermie


Les potentialités
de la chaleur terrestre
La chaleur terrestre est une source d’énergie durable pour la production plus élevée que la température de l’air
de chaleur et d’électricité, qui ne dépend ni des conditions climatiques, ni au-dessus du sol. Sur le Plateau suisse, la
de la saison ou du moment de la journée. La diversité des températures température du sol est ainsi comprise
autorise une multitude de variantes d’utilisation. entre 11 et 12 °C à cette profondeur.
Entre 50 et 100 mètres au-dessous de la
surface du sol débute la zone du gra-
dient géothermique, soit celle qui ne su-
bit pas l’influence de la surface et où la
température augmente de façon conti-
nue avec la profondeur.

Chauffage et refroidissement
Jusqu’à présent, les technologies d’ex-
ploitation de la chaleur terrestre ser-
vaient principalement à produire de la
chaleur pour des immeubles, bureaux
ou habitations, pour des serres, pour le
chauffage de chaussées et pour divers
procédés industriels. Or, il s’avère que le
sous-sol peut également faire office de
La chaleur terrestre peut être utilisée de diverses façons; la température augmente continuel­
réservoir de froid pendant l’été et per-
lement avec la profondeur.
(CREGE) mettre le refroidissement des bâtiments,
un sujet de plus en plus d’actualité. Des
sondes géothermiques, des géostructu-
La chaleur terrestre est une source le plan international place la Suisse en res et des puits canadiens permettent de
d’éner­­­­­gie quasiment inépuisable. Sur la tête pour l’utilisation de la géothermie refroidir les bâtiments sans devoir recou-
base de ce constat, la géothermie a sen- comme source d’énergie de chauffage rir à des machines frigorifiques gour-
siblement gagné en importance ces der- à basse température. De nombreuses mandes en énergie. Si l’on combine le
nières années et suscite de grands es- installations ont été réalisées pour la chauffage et le refroidissement, la so­lu­
poirs dans le domaine de l’approvision- production de chaleur à l’aide de sondes tion géothermique devient encore plus
nement en énergie. L’importance de la géothermiques, de géostructures, de efficace et intéressante en termes de ren­
géothermie dans les scénarios d’avenir l’eau chaude des tunnels, etc. On tra- tabilité économique et offre un énor­­me
en matière de politique énergétique ne vaille actuellement aussi à produire de potentiel d’applications.
cesse de croître. l’électricité grâce à l’énergie géother­
mique des grandes profondeurs. Diverses utilisations dans les couches
Les avantages de la géothermie superficielles
La géothermie ne dégage aucune subs- Constance des températures en Les sondes géothermiques sont des
tance polluante; en outre, elle constitue sous-sol échan­geurs de chaleur forés verticale-
une source d’énergie exploitable locale- Les variations de température sur une ment. On les utilise le plus souvent pour
ment. Elle se distingue notamment par jour­­née sont perceptibles jusqu’à une fournir la chaleur terrestre nécessaire
sa double fonction de réservoir de cha- pro­fondeur de 50 cm environ, contre aux pompes à chaleur. Un liquide calo-
leur pour les systèmes de chauffage à une dizaine de mètres pour les variations porteur circule dans des tubes en U.
basse température et de refroidissement. saisonnières. Au-delà, la température du Pour le système combiné chauffage/re-
La chaleur terrestre réduit les dépendan- sous-sol (sans circulation notable d’eaux froidissement, les sondes géothermiques
ces des énergies importées et offre une souterraines) reste extraordinairement atteignent une profondeur maximale de
multitude d’applications. constante. Selon une règle avérée, la 150 mètres, contre 400 mètres pour le
La chaleur terrestre peut être utilisée de température à 10 mètres de profondeur chauffage seul. En Suisse, plus de 1’100
multiples façons. Une comparaison sur est, en moyenne annuelle, de un degré GWh d’énergie géothermique ont été


utilisés en 2005, un chiffre qui ne cesse Type et utilisation Puissance Puissance Production Production
de croître. Plus de 50 % proviennent des (MWth) (%) d‘énergie d‘énergie (%)
(GWh/a)
installations équipées de sondes géother­
Sondes géothermiques verticales et 450 77 666.3 56
miques. En 2005, on a réalisé en Suisse nappes de tubes horizontales
près de 800’000 mètres courants de Sources de la nappe phréatique 75.4 12.9 114.4 9.6
sondes géothermiques. Sources thermales et forages 40.8 7 341.4 28.7
Géostructures énergétiques
Les géostructures énergétiques reposent (chauffage et refroidissement) 7 1.2 15.2 1.3
également sur le principe des échanges Aquifères profonds 6.1 1 37.2 3.1
de chaleur avec les couches peu pro­ Tunnels (eaux de drainage) 5.2 0.9 13.7 1.2
Echangeurs de chaleur 0.2 0.03 0.9 0.1
fondes. Dans ce cas, on utilise les fonda-
en forages profonds
tions d’un bâtiment ou d’autres ouvra-
ges de génie civil en sous-sol comme élé­ Totaux 584.7 100 1189.2 100
ments d’un système énergétique, en Puissance installée et installations géothermiques réalisées en Suisse en 2005.
intégrant des conduites pour la circula- (Rybach & Gorhan, 2005)

tion du liquide caloporteur dans les

structures en béton. Ces dernières assu- force actuellement de gérer de manière


rent le contact thermique avec le terrain, plus efficace la chaleur disponible. L’ap-
si bien qu’on obtient aussi un effet de provisionnement en énergie par des
chauffage et de refroidissement. réseaux locaux de chauffage à distance
De même, il est possible d’exploiter le alimente les débats et suscite de nouvel-
potentiel énergétique des eaux souter- les réalisations. Les efforts visant à ob­
raines peu profondes, qui se trouvent à tenir un débit d’eau et une température
des tempéra­tures comprises entre 8 et plus élevés à l’aide de forages profonds
12 °C. Contrairement aux eaux de sur- ont contribué à cette évolution. Dans
face, les eaux souterraines présentent d’autres pays, des installations hydrother­
des variations de température saisonniè- males tirent parti d’aquifères à des pro-
res réduites. Elles se trouvent essentielle- fondeurs de 1’000 à 3’000 mètres pour
ment le long des cours d’eau, soit dans atteindre des températures de 60 à
les vallées du Plateau et des Préalpes, 350 °C.
mais aussi sur certains sites au cœur des
Alpes présentant des couches de gra- Les températures élevées des
viers perméables d’au moins 30 à 60 profondeurs
mètres d’épaisseur. Des forages ad hoc En Suisse, où l’on dénombre plus de
permettent d’exploiter l’eau des nap­­pes sept cents tunnels routiers ou ferroviai-
phréatiques. res, on a pu également exploiter la cha-
leur contenue dans les massifs monta-
L’eau chaude, source d’énergie gneux. Les tunnels réalisant un « drai-
Les eaux thermales issues de couches nage » du massif traversé, il est possible
Le rayonnement solaire et les conditions
climatiques ont une influence sur la tem­ géo­logiques profondes contenant des de collecter et d’exploiter les eaux chau-
pérature terrestre jusqu’à une certaine nappes phréatiques sont également des des s’écoulant des galeries. En règle
profondeur. Au-delà, le flux d’énergie en sources potentielles d’énergie. Les bains
provenance des profondeurs se fait de
plus en plus remarquer par les tempéra­
thermaux, la plus ancienne forme d’uti­
tures élevées qu’on y rencontre. lisation de la géothermie, sont un bel
(Hessisches Landesamt für Umwelt und exemple d’exploitation de la chaleur ter-
Geologie, HLUG, Wiesbaden)
restre. Alors qu’autrefois l’eau chaude
servait exclusivement au bain, on s‘ef-


générale, plus la hauteur de la couver- Méthodes d’analyse vice d’une sonde géothermique. Ces
ture montagneuse est élevée, plus la Toute utilisation de la chaleur terrestre mesures permettent d’évaluer les carac-
température de l’eau augmente. Une implique de procéder au préalable à des téristiques du sous-sol et la puissance
demi-douzaine d’installations en Suisse analyses approfondies des ressources thermique disponible pour la sonde géo-
ont permis de confirmer que cette tech­ géothermiques, qui portent à la fois sur thermique. L‘instrument, introduit dans
no­­­­­­logie serait même exploitable dans le les structures à grande échelle et sur les le tube en plastique de la future sonde
cadre des deux grands projets de tunnels conditions locales. Les méthodes déve- géothermique, est rejeté sous l’effet de
que sont les nouvelles lignes ferroviaires loppées jusqu’à présent permettent ainsi la pression.
à travers les Alpes (NLFA) (tunnels de d’intégrer les données qui relèvent de Quand la sonde est définitivement instal-
base du St-Gothard et du Lötsch­berg). la géologie, de l’hydrogéologie et de la lée, le test de réponse géothermique
Les températures de l’eau qu’on y a rele- physique des roches sous forme d’une permet de déterminer, d’une façon inté-
vées jusqu’ici sont très prometteuses. La évaluation en trois dimensions. Ceci per- grée, les caractéristiques thermiques du
réflexion se poursuit et les premières met de mettre en évidence les écoule- sous-sol sur toute la profondeur du fo-
démarches ont déjà été entreprises pour ments souterrains et d’identifier les ré- rage. On fournit une certaine puissance
des réalisations à la sortie des tunnels. gions favorables à l’utilisation de sondes thermique au liquide de la sonde et l’on
Jusqu’à présent, les techniques d’exploi- géothermiques. Les données de tempé- mesure l’évolution de la température à
tation de la géothermie se cantonnaient rature, quant à elles, autorisent une ana- l’entrée et à la sortie de celle-ci. Les va-
à la production de chaleur et de froid. lyse du champ de température autour leurs obtenues peuvent également être
La technologie SGS (système géothermi- d’une sonde géothermique ou d’un utilisées pour réaliser une simulation tri-
que stimulé, ou, en anglais, EGS Enhan- champ de sondes. dimensionnelle du champ de tempéra-
ced Geothermal Systems), qui prévoit la Grâce à la mise au point d’un instrument ture autour d’une sonde. Des travaux de
création d’un échangeur de chaleur dans de mesure sans fil qui se place à l’inté- recherche réalisés à l’Ecole polytechni-
les profondeurs d’un massif rocheux rieur du forage, il est aujourd’hui possi- que de Lausanne (EPFL) ont abouti à la
granitique, représente un grand pas en ble de connaître les conditions locales de mise au point d’un appareil portable qui
avant vers la production d’électricité. pression et de température sur toute la permet ce genre d’analyses.
Cette technologie, qui en est encore au longueur du forage avant la mise en ser-
stade expérimental, doit permettre de
produire de l’énergie dite en ruban,
c.-à-d. disponible à tout moment – un Encadré informatif: Géothermie
avantage rare dans le domaine des éner-
gies renouvelables. L’eau injectée dans Avantages
les forages est chauffée à 200 °C au – Energie en ruban, adaptable aux besoins
cœur de la roche artificiellement fissurée – Source d’énergie sans émissions nocives
à 5 km de profondeur environ. De retour – Energie durable et renouvelable
à la surface, cette énergie permet d’ac- – Application pour la production de chaleur et / ou de froid
tionner une turbine à vapeur couplée à – Faible emprise sur le terrain en surface
un générateur. – Production d’énergie rentable
– Perspectives énergétiques à long terme
– Production locale de chaleur

Défis à relever
– Analyse et étude minutieuse des projets de géothermie
– Installations de production d’électricité en cours de développement

Renseignements
– Office fédéral de l’énergie (OFEN)
– Organisation faîtière GEOTHERMIE.CH, www.geothermie.ch
Sondes géothermiques

Chauffer et refroidir à l’aide de




la chaleur du terrain
Tandis que les sondes géothermiques isolées servent exclusivement au
chauffage de maisons individuelles, les champs de sondes permettent
l’utilisation du terrain à la fois pour le chauffage et le refroidissement de
grands bâtiments.

En Suisse, l’exploitation commerciale de – Les nappes de tubes enterrés, dites


la chaleur terrestre s’est développée de aussi collecteurs enterrés, sont placées
façon progressive – de la surface terres- horizontalement et ne nécessitent
tre à des profondeurs toujours plus im- aucun forage. L’apport d’énergie subit
portantes. Diverses techniques sont toutefois l’influence des variations
aujourd’hui à disposition pour tirer parti saisonnières de la température obser-
de la température constante du sous-sol vées jusqu’à 10 mètres de profondeur.
à faible et moyenne profondeur: – Les sondes géothermiques verticales
constituent aujourd’hui la forme la
– Le puits canadien, développé voici plus courante d’exploitation de l’éner-
bientôt 25 ans, sert au conditionne- gie géothermique à des profondeurs
ment de l’air pour les installations de comprises entre 100 et 400 mètres.
ventilation et les pompes à chaleur Elles garantissent un niveau constant Température mesurée dans une sonde géo­
dans le cas des bâtiments de grandes de température et peuvent être uti­- thermique à différentes profondeurs: évolu­
tion de 1986 à 2001
dimensions. Des tubes sont placés lisées à des fins de chauffage, ou
(L. Rybach et W.J. Eugster)
horizontalement dans le sol. L’air qui même de refroidissement si la profon-
circule à l’intérieur y est préchauffé ou deur ne dépasse pas 150 mètres en-
refroidi, selon que la température ex- viron. Les installations de pompes à Mesures de longue durée à Elgg
térieure est inférieure ou supérieure à chaleur avec sondes géothermiques Une installation équipée d’une sonde
celle du terrain. affichent en général le meilleur coef- géothermique, à Elgg (ZH), a fait
– Les « corbeilles géothermiques » sont ficient de performance moyen. l’objet de diverses mesures depuis sa
placées à une faible profondeur. Un mise en service en 1986. Celles-ci ont
liquide caloporteur circule à l’intérieur Système combiné de chauffage et confirmé qu’une sonde géothermique
et transmet à une installation de de refroidissement n’entraînait pas de refroidissement
chauffage l’énergie captée. Ce systè- Alors que les sondes géothermiques re- durable du sous-sol, mais une stabili-
me compact constitue une alterna- présentent une technique idéale pour sation de la température à une valeur
tive aux sondes géothermiques. exploiter la chaleur terrestre à des fins légèrement inférieure.

de chauffage des maisons individuelles,


elles comportent également de grands
avantages pour les systèmes énergéti-
ques des bâtiments plus importants. Ce
qu’on appelle des « champs de sondes »,
c.-à-d. des ensembles de sondes ver­ti­ca­
les disposées les unes à côté des autres,
permettent la réalisation d’un système
combiné de chauffage en hiver et de re-
froidissement en été.
Des appareils de mesure et des modèles
Des collecteurs horizontaux enterrés ou une sonde géothermique verticale, deux types de
de calcul toujours plus performants
capteurs pour l’alimentation d’une pompe à chaleur dans une maison individuelle.
(HakaGerodur SA / CHYN)
permettent le dimensionnement de ces
champs de sondes. La production com-


binée de chaleur et de froid améliore


Dolder Grand Hôtel à
sensiblement leur rentabilité. Le transfert
Zurich: simulation du
flux thermique au voi­ de la chaleur estivale au sous-sol ne né-
sinage d’une sonde cessite plus, selon la charge thermique,
géothermique, point qu’une pompe de circulation (free coo-
de départ du dimen­
ling); dans de nombreux cas, on peut se
sionnement d’un
champ de sondes. passer de machines frigorifiques.
(Dolder Grand Hotel /
Geowatt SA)
Sondes géothermiques isolées pour
les petites installations
L’énergie géothermique nécessaire à un
Pose des tubes de rac­
système de chauffage peut, en principe,
cordement des sondes.
être captée au moyen de collecteurs
horizontaux enterrés ou de sondes géo-
thermiques verticales. Dans le cas des
collecteurs, posés à une profondeur com­
prise entre 1 et 2 mètres, on procède
généralement à une excavation à proxi-
mité du bâtiment. Il n’est plus possible
de bâtir sur la surface ainsi utilisée. A
l’inverse, la sonde géothermique verti-
cale, qui affiche des performances et
une efficacité supérieures et peut égale-
ment servir au refroidissement de bâti-
ments, ne nécessite qu’une faible em-
Sondes géothermiques pour le Dolder Grand Hôtel à Zurich prise sur le terrain. Elle peut être placée
Au cœur du concept énergétique associé à la reconstruction du Dolder Grand directement sous la bâtisse. Par exemple,
Hôtel à Zurich, se trouvent septante sondes géothermiques de plus de 150 mè- pour une durée annuelle d’exploitation
tres de longueur chacune, qui permettent de prélever dans le sous-sol la cha- de 2’400 heures, dans une roche com-
leur et le froid requis. Dès les débuts de l’étude du projet, l’objectif énergétique pacte normale ou un sédiment saturé en
était clair: réduire la consommation de moitié tout en doublant la taille de eau, la puissance thermique potentielle
l’hôtel. En effet, la surface de référence énergétique a passé, avec ce projet, de est évaluée à environ 50 W par mètre
20’000 m2 environ à 47’000 m2. Par rapport à la consommation antérieure courant, contre seulement 16 à 24 W
aux travaux, le but est de réduire les besoins en énergie de chauffage de 75 % par mètre carré de surface avec des col-
et en électricité de 25 %. Un champ de sondes géothermiques, d’une longueur lecteurs enterrés.
totale de 10,6 km environ, alimente en chaleur plusieurs pompes à chaleur Les forages nécessaires à l’implantation
pour chauffer le bâtiment en hiver. Ces pompes à chaleur permettent égale- de sondes géothermiques pénètrent à
ment de produire de l’eau chaude. En été, le champ de sondes sert de réservoir des profondeurs de 100 à 400 mètres et
de froid pour le refroidissement des 178 chambres. C’est en 2003 déjà qu’un leur diamètre peut aller jusqu’à 160 mm.
forage exploratoire a été effectué en vue de vérifier que le sous-sol, qui se En règle générale, les sondes se compo-
compose principalement de marnes molassiques typiques, présentait les carac- sent de deux tubes en U en matière syn-
téristiques adéquates. Un « test de réponse » a permis d’analyser le com­­por­ thétique (polyéthylène) résistants à la
tement géothermique pour déterminer la conductivité thermique du sous-sol. pression, dans lesquels circule un liquide
La mise en place et le raccordement de la batterie de distribution avec les con­ caloporteur. Ces sondes prélèvent la
nexions pour les septante sondes ont eu lieu en mars 2005, car la dalle de chaleur terrestre à travers la paroi du fo-
fondation de 70 cm d’épaisseur de la nouvelle construction a été coulée peu rage et garantissent ainsi le contact avec
après. la source de chaleur. Généralement, le
fluide utilisé est un mélange eau/glycol


(saumure). A l’aide d’un échangeur de Le concept énergétique comme base nuels de l’énergie; sous réserve de
chaleur, l’énergie est transférée au circuit du projet conditions générales appropriées pour le
du fluide de travail de la pompe à cha- Un projet de sondes géothermiques dé- projet concerné, il en résulte des frais
leur. En fonctionnement normal, on tra- bute par l’établissement d’un concept de fonctionnement globaux avantageux
vaille avec des différences les plus faibles énergétique global. A cet égard, toutes et un prix de revient de la chaleur four-
possibles entre les températures de les interfaces des circuits hydrauliques nie stable à long terme.
départ et de retour (2 à 4 K), ce qui im- de la source de chaleur, de la pompe à
plique un débit élevé du caloporteur. chaleur et du chauffage doivent être pri- Champs de sondes pour grands
ses en compte; le rendement global de bâtiments
Défis techniques lors de l’exécution l’installation est meilleur si la tempéra- Le fait de placer plusieurs sondes géo-
Après la pose des tubes en PE, le vide ture de départ du circuit du chauffage thermiques les unes à côté des autres
qui se trouve entre ceux-ci et la paroi du est basse, comme par exemple dans le agrandit le volume du réservoir souter-
forage est entièrement rempli par l’in­ cas d’un chauffage par le sol. Avec une rain, ce qui permet d’approvisionner en
jection d’une suspension de bentonite et sonde géothermique de 150 à 200 mè- chaleur ou en froid des bâtiments indus-
de ciment. Ceci assure un bon contact tres de profondeur, il est généralement triels, des bureaux ou des hôtels. Les
thermique entre la sonde et le sous-sol possible de chauffer une maison indivi- groupes de sondes raccordées en série
et évite le risque de percolations hydrau- duelle sans autre chauffage d’appoint. sont reliés à une batterie de distribution
liques indésirables le long des tubes Les sondes géothermiques de plus alimentant une ou plusieurs pompes à
échangeurs. La suspension est injectée grande profondeur permettent l’utilisa- chaleur.
dans le forage de bas en haut par un tion d’eau claire à la place de l’eau sau- En Suisse, on assiste ces dernières an-
tube supplémentaire. murée, puisqu’une température de la nées à un remarquable essor des sondes
Le forage et la pose des sondes sont réa- source plus élevée est disponible pour le géothermiques; leur longueur totale
lisés par des entreprises spécialisées liquide caloporteur. Ceci peut avoir son installée croît année après année. Cette
répondant à des critères de qualité. Le importance pour la sécurité de la nappe évolution est liée à une utilisation plus
Groupement promotionnel suisse pour phréatique. fréquente de cette technique dans les
les pompes à chaleur (GSP) décerne un Les coûts d’une sonde géothermique maisons individuelles et à la multiplica-
label aux entreprises qui satisfont à ces dépendent de plusieurs facteurs. En rè- tion des champs de sondes à des fins
exigences. La place requise pour le po­ gle générale, il faut compter CHF 60.– de chauffage et de refroidissement dans
sitionnement de l’installation de forage à 90.– par mètre pour la sonde ou CHF les grands bâtiments.
est minime, la durée des travaux de 160.– par mètre si l’on inclut aussi la
forage brève: un à deux jours seulement, pompe à cha­leur et son raccordement à Calculer les besoins en chaleur et
en fonction de la profondeur nécessaire. la sonde. Il faut faire un bilan d’ensem- en froid
ble et considérer les charges d’investisse- Le dimensionnement d’un champ de
ment en même temps que les coûts an- sondes nécessite de prendre en compte
les besoins globaux en chaleur et en
froid du bâtiment. L’approvisionnement
TABS pour le chauffage et le refroidissement de grands bâtiments en énergie est assuré par une installation
Des éléments de construction thermoactifs, c.-à-d. des tubes intégrés à la struc- qui comprend généralement, outre les
ture en béton d’un bâtiment à des fins de chauffage et de refroidissement, sont sondes géothermiques, des circuits pour
utilisés depuis longtemps dans les immeubles administratifs, les bâtiments publics, les fluides caloporteurs, des pompes à
les hôtels, etc. On note un recours croissant aux sondes géothermiques comme chaleur, des machines frigorifiques et les
alternative aux puits canadiens habituellement utilisés pour le conditionnement de réservoirs nécessaires. On optimisera le
l’air extérieur aspiré dans le bâtiment. Le système énergétique que sont les TABS flux d’énergie géothermique pour le
tire parti des avantages physiques du caloporteur eau par rapport à l’air. Le champ chauf­fage et le refroidissement en même
de sondes absorbe directement l’énergie du bâtiment et le refroidit sans avoir temps que celui prévu à l’intérieur du
recours aux pompes à chaleur. Il faut toutefois veiller à l’équilibre du bilan énergé- bâtiment.
tique annuel pour éviter une modification continue de la température en sous-sol. La profondeur des sondes géothermi-
ques servant au refroidissement ne doit
10

pas excéder 150 m, pour éviter les hydraulique, sont placées à une profon-
milieux à température plus élevée. Cer- deur de 2 à 4 mètres dans le sol. Un fais-
taines installations intègrent également ceau de tubes en forme de spirale d’en-
des capteurs solaires, qui permettent de viron 2 mètres de longueur, sans pieu de
produire de l’eau chaude durant l’été fondation, est placé dans une excavation
et de recharger le réservoir souterrain à verticale qui est ensuite comblée. Ces
l’aide de l’excédent d’énergie solaire. échangeurs de chaleur de faible profon-
deur tirent parti du décalage saisonnier
Sondes profondes pour des des températures. Malgré la profondeur
températures plus élevées réduite, les premiers calculs indiquent
Les sondes profondes atteignent des lon­ des coefficients annuels de performance
gueurs de 4’000 mètres. Les tubes utili- (rapport de la chaleur produite et de la
sés pour les équiper sont coaxiaux: l’eau consommation d’électricité) de 3,5 envi-
refroidie s’écoule vers le bas dans le ron pour les pompes à chaleur raccor-
pourtour du tube extérieur tandis que dées. Dans le futur, les « corbeilles »
l’eau chauffée remonte par le tube cen- énergétiques pourraient représenter une
tral. Le tube extérieur se compose gé­ alter­native aux petites installations de
néralement d’une gaine en acier, entiè- sondes géothermiques. Elles sont égale-
rement cimentée au moins sur sa partie Les sondes géothermiques d’un champ ment utilisables dans le cas où il n’est
supérieure. Selon les conditions de tem- sont toutes raccordées à une batterie de pas possible d’obtenir d’autorisation
distribution.
pérature, le tube central se compose (Geowatt SA)
pour une sonde géothermique classique.
de fibre de verre, d’acier ou de matière
synthétique, sans ou avec renforcement Le CO2 comme fluide caloporteur
de fibre de verre. Une isolation par le ment (> 5 MWth). La quantité de chaleur pour les sondes géothermiques
vide entre les flux aller et retour est avan­ utilisable dépend du mode d’exploitation Dans les zones de protection des eaux
tageuse, mais onéreuse. et de la profondeur du forage. souterraines, les sondes géothermiques
La réalisation d’une telle installation ne sont généralement pas autorisées, en
né­­­­­cessite une autorisation de procéder Limitations à l’exploitation raison de la saumure utilisée comme li-
à un forage profond et éventuellement Selon le mode d’exploitation, l’extraction quide caloporteur. Dans ce cas, un tube
une étude d’impact sur l’environne­­- de chaleur dans la partie inférieure peut caloduc contenant du CO2 comme fluide
engendrer un réchauffement du voisi- de travail offre une bonne alternative. En
Rentable grâce à des frais nage du forage dans la partie supé- sous-sol, le CO2 capte la chaleur terres-
d’exploitation modestes rieure. Il est également possible que de tre, s’évapore et monte à l’intérieur du
La rentabilité d’une sonde géothermi- nouveaux circuits d‘eau se forment jus- tube scellé. En transmettant son énergie
que, d’un champ de sondes alimen- qu’à de grandes profondeurs à la suite
tant un grand ensemble ou de l’utili- du percement, qui devront être colmatés
sation énergétique d’une géostruc- définitivement avant l’achèvement des
ture dépend de plusieurs paramètres. travaux de forage.
Ce genre de calcul conduit à des ré- L’exploitation des sondes géothermiques
sultats variables selon la base de com- profondes n’est rentable que si les con­
paraison choisie (prix du pétrole, ditions requises sont réunies: forage
technologie considérée, etc.). En prin- facile, températures élevées et exploita-
cipe, les installations géothermiques tion optimale de la chaleur captée.
sont aujourd’hui rentables de par
leurs frais d’exploitation modestes, à La « corbeille » énergétique comme Les sondes géothermiques permettent le
stockage saisonnier de la chaleur (chaud/
condition de raisonner sur le long alternative
froid) dans le sous-sol.
terme. Les « corbeilles » énergétiques, en prin- (CUEPE / SUPSI)
cipe montées en série dans un circuit
11

Le contracting, une alternative à l’achat d’équipements à un échangeur de chaleur placé dans


Dans le cas du contracting, le client ne fait pas l’acquisition de l’installation de la partie supérieure, le CO2 se condense
production de chaleur; il achète uniquement la chaleur elle-même. L’étude du et se liquéfie à nouveau, ce qui fait qu’il
projet, sa réalisation et l’exploitation sont prises en charge par le « contractor », retourne vers le fond en s’écoulant le
qui gère aussi le financement. Ce système est utilisé avec succès aussi bien dans long de la paroi du tube.
le cas de petites installations pour des maisons individuelles qu’à plus grande Ainsi, le dioxyde de carbone circule auto­
échelle pour des bâtiments industriels, des bureaux ou des hôtels, ainsi que pour matiquement, sans nécessiter de pompe
des réseaux locaux de chauffage à distance. Ceci évite au propriétaire foncier de circulation. Ceci permet de réduire
d’avoir à assumer les frais de gestion et d’investissement. Le contracting permet les besoins en électricité et d’augmenter
souvent aussi d‘alimenter différents consommateurs de chaleur à partir d‘une le coefficient annuel de performance de
seule installation de production de forte puissance; en général, le rendement glo- l’installation de pompe à chaleur (au-
bal d‘une telle installation est supérieur à celui de petites installations décentra­ delà de 5).
lisées. Ceci vaut également pour les sources d’énergie géothermiques considérées
comme faisant partie d’un système énergétique global optimisé. Plusieurs com­
pagnies d’électricité proposent leurs services comme « contractors » en Suisse. Encadré informatif:
Renseignements: www.swisscontracting.ch Sondes géothermiques

Avantages
– Possibilités d’utilisation multiples
(de la maison individuelle aux grands
ensembles)
– Champs de sondes pour l’extraction
de chaleur et de froid
– Source de chaleur pour le chauffage
indépendante des conditions clima-
tiques
– Technique éprouvée, entreprises de
forage certifiées
– Alternatives sous la forme de sondes
à CO2 et de « corbeilles » énergé-
tiques

Défis à relever
Le D4 Lucerne Business Centre à Root (LU) utilise l’énergie géothermique pour le chauffage – Analyse détaillée des besoins en froid
et le refroidissement. et en chaleur du bâtiment, des carac-
(D4)
téristiques hydrogéologiques du sol
et de la conductivité thermique
Centre administratif de la SUVA avec réservoir souterrain – Simulation des champs de sondes
Le centre administratif baptisé D4 Lucerne Business Centre de la compagnie – Protection des eaux souterraines
d’assurance contre les accidents SUVA, à Root près de Lucerne, a été construit
sur la base d’un concept énergétique global. Il comporte 49 sondes géother­ Bibliographie
miques, qui forment l’un des plus grands réservoirs souterrains utilisés en Suisse – Fiches d’information de
pour le stockage saisonnier de la chaleur. En hiver, les pompes à chaleur per­ GEOTHERMIE.CH (N° 7, 8 et 10)
mettent d’obtenir la température requise pour chauffer le bâtiment. En été, le – Documentation SIA D 0179, « Ener-
sous-sol est un réservoir de froid qui alimente la climatisation. Le réservoir sou- gie aus dem Untergrund – Erdreich-
terrain possède une superficie de 2’343 m2 et une profondeur de 160 mètres. speicher für moderne Gebäude-
A cette profondeur, la température utile s’élève à 14,5 °C. technik »
Géostructures

12
Le corps du bâtiment en contact
avec le terrain
Toutes les parties de la structure du bâtiment en contact avec le terrain, Pour ce qui est du pieu en béton coulé
comme les pieux de fondation et les murs de soutènement, peuvent faire sur place, les tubes servant à l’échange
office d’échangeurs de chaleur. Le sous-sol sert de réservoir énergétique de chaleur sont préalablement fixés à
pour le chauffage et le refroidissement de grands bâtiments. la cage d’armature. Le tout est ensuite
descendu dans l’espace pré-excavé du
pieu, puis bétonné.
Les grands bâtiments érigés sur des ter- permettant un échange de chaleur ter- Les évaluations de projets déjà réalisés
rains instables ou de faible portance restre. Munis de tubes de polyéthylène ont confirmé que cette nouvelle fonction
reposent généralement sur des pieux. En comme échangeurs thermiques, les attribuée aux pieux de fondation repré-
présence de sol avec de la boue, du sa- pieux deviennent des pieux énergétiques sentait une base idéale pour un concept
ble fin, de la craie lacustre ou même des capables d’extraire la chaleur ou le froid efficace de chauffage et de refroidisse-
matières organiques, des systèmes spé- du terrain. Ces tubes peuvent être inté- ment des grands bâtiments.
ciaux de fondation sont nécessaires. Il en grés à des pieux de différents types.
va de même pour les remblais non con­ Le pieu préfabriqué est construit hors sol Impact sur le sous-sol
solidés et les dépôts meubles. Les pieux dans son entier ou par parties et est Les pieux énergétiques n’ont générale-
servent donc essentiellement à stabiliser trans­porté tel quel sur le site. Dans le cas ment aucun impact sur les couches
l’ouvrage. des pieux évidés de béton centrifugé, le d’argile, qui se rétractent et se dilatent
montage des tubes en PE n’a lieu qu’a­ facilement. Cependant, en raison du
La double fonction d’une près le battage des pieux et les espaces danger que représentent les dommages
géostructure restants de l’évidement sont comblés liés au gel et à un contact thermique
La technique des géostructures garantit avec un matériau de remplissage présen- réduit du pieu avec le terrain, un refroi-
la stabilité nécessaire à l’ouvrage tout en tant une bonne conductivité thermique. dissement au-delà du point de congé­

Le terminal E approvisionné en
chaleur terrestre
Le nouveau terminal E de l’aéroport de
Zurich est long de 500 mètres et large
de 30 mètres. Comme il a été construit
sur une zone phréatique, il a fallu utili-
ser 440 pieux de fondation, fichés dans
une couche de moraine à env. 30 mè-
tres de profondeur. 310 de ces pieux
font office de pieux énergétiques: en
été, ils contribuent à transmettre la cha­
leur au terrain par le biais d’un système
de free cooling, et en hiver, la récupè-
rent pour chauffer le bâtiment. 75 %
de l’énergie utilisée pour le chauffage
et le refroidissement proviennent des
pieux énergétiques, dont le dimension-
nement a été facilité par des calculs
de simulation détaillés pendant l’étude
du projet.
La double fonction des pieux énergétiques: assurer la stabilité du bâtiment et échanger
de l’énergie avec le terrain. Ensemble de fers à béton disposés en corbeille avec les tubes
de polyéthylene pour l’échange de chaleur.
(CHYN)
13

lation est à éviter. Le flux thermique de met de chauffer ou de refroidir les lo- rer les tubes aller des tubes retour. Il est
recharge ainsi que les conditions hydro- caux. recommandé de placer une isolation
géologiques revêtent une importance thermique entre les tubes et la dalle de
cruciale pour le rendement des installa- Une technique pour les constructions fondation.
tions équipées de pieux énergétiques. nouvelles Le concept d’exploitation de l’énergie
Avec le temps, le sens du terme géo­ L’installation de géostructures à des fins géo­thermique doit être pris en compte
structures s’est élargi en même temps de production d’énergie ou d’échange dès le début de l’étude du projet. Des
que celles-ci gagnaient en importance; de chaleur ne concerne que les projets méthodes de calcul et des recommanda-
elles englobent aujourd’hui différentes de constructions nouvelles. C’est une tions pour l’étude ont été élaborées, de
parties enterrées de bâtiments et forme d’utilisation de l’énergie qui tom­ sorte qu’aujourd’hui, la conception, le
d’infrastructures (comme le métro, par ­be sous le sens. En règle générale, les dimensionnement et l’exécution d’instal-
exemple), donc des éléments de pieux énergétiques affichent une pro- lations comportant des pieux énergéti-
construction bétonnés en contact avec fondeur de 10 à 40 m pour un diamètre ques peuvent être réalisés de manière
le terrain, comme les parois moulées, les compris entre 20 et 200 cm. Les rac­­­ optimale. Rappelons qu’il est de toute
dalles de soutènement et autres ouvra- cordements des pieux énergétiques à la façon nécessaire d’analyser auparavant
ges de génie civil. De telles constructions batterie de distribution sont situés le les caractéristiques géologiques et
dotées d’une fonction énergétique peu- plus souvent sous la dalle de fondation hydrogéologiques du terrain.
vent prendre des dimensions diverses et du bâtiment ou dans la couche de béton
variées et être utilisées tant pour de pe- maigre. Dans la mesure où aucun tasse- Calcul et simulation à l’aide d’un
tits immeubles à plusieurs appartements ment n’est à craindre, les tubes peuvent logiciel éprouvé
que pour des projets de grande enver- être disposés sous forme de nappes sur Des logiciels de calcul et de simulation
gure. L’échange d’énergie ainsi créé per- un lit de sable, en prenant soin de sépa- permettent d’évaluer les variantes et la

A l’école primaire de Fully (VS), des pieux


énergétiques sont utilisés pour le chauffage
et le refroidissement du bâtiment.
(Centre romand de promotion de la géo­
thermie)

Sondes géothermiques accessibles, montées dans des pieux évidés


L’école primaire de Fully près de Martigny (VS) a été conçue en 2000 selon les
stan­­dards Minergie. Pour la production d’énergie thermique, le choix s’est porté
sur des pompes à chaleur. En raison de l’instabilité du terrain, on a dû recourir à
des pieux de fondation qu’il a ensuite été possible d’équiper pour les transformer
en pieux énergétiques. Sur les 118 pieux creux, profonds de 23 mètres en moyen­
­ne, 41 ont été dotés de tubes en double U (sondes géothermiques). Les pieux
énergétiques situés à la périphérie du bâtiment sont – c’est nouveau – reliés à des
tubes collecteurs pré-isolés, qui se trouvent dans la fouille située entre les fonda-
tions du bâtiment et le terrain non remanié qui les entoure. Les pieux du centre
Les sondes géothermiques sont raccordées
disposent, eux, d’une gaine technique accessible pour leurs raccordements. Ceci
au tube collecteur à l’extérieur des fondations
permet de garantir l’accès aux conduites de raccordement et aux têtes de sondes du bâtiment.
et contribue à réduire sensiblement le risque d’avarie pendant la phase de (Tecnoservice Engineering SA)
construc­­­­­­­­­­­­­­tion. En hiver, la température de l’eau glycolée en sortie de sonde s’élève
à 5 °C. En été, le réseau de tubes permet de refroidir le bâtiment.
14

faisabilité technique et de dimensionner une recharge en chaleur du réservoir sou­


les pieux énergétiques. Il est ainsi possi- terrain. Pour garantir la stabilité à long
ble de calculer la puissance thermique du terme de la géostructure, il est souhaita-
système et l’apport thermique que l’on ble de viser un bilan énergétique annuel
peut attendre des pieux, et de comparer équilibré dès le début du dimensionne-
différents concepts du système. ment.
L’échange de chaleur est simulé de façon
dynamique, ce qui permet d‘établir un Dangers pour la géostructure et les
bilan énergétique mensuel ou annuel et eaux souterraines
d’obtenir un dimensionnement adéquat Les géostructures exploitées à des fins
de la pompe à chaleur et de la machine énergétiques doivent être dimension-
frigorifique. nées de façon à éviter la formation de
Une géostructure exploitée à des fins gel dans le terrain qui les entoure, sous
La documentation SIA D 0190 donne une vue
éner­gétiques est d’autant plus efficace peine de nuire à la capacité portante
d’ensemble de l’étude, du calcul et de la
construction de géostructures de divers types que la température de la chaleur et du des pieux de fondation ou d’entraîner
utilisées à des fins énergétiques. froid distribués dans le bâtiment est pro- des tassements ou des surrections inéga-
che de celle du liquide caloporteur à la les, sources de fissures dans les éléments
sortie des pieux énergétiques. En outre, bétonnés.
il est préférable que l’intégration d‘instal- Les géostructures peuvent avoir une
lations supplémentaires soit limitée au influence notable sur les eaux souterrai-
Documentation SIA sur les géo­ plus petit nombre possible, que la durée nes, aussi bien en raison des travaux de
structures exploitées à des fins de fonctionnement annuelle soit élevée construction que des effets liés au refroi-
énergétiques et que le bilan annuel en termes de pro- dissement ou au réchauffement. Il
La fonction première des pieux de fon- duction de froid et de chaleur soit équili- convient donc de respecter les directives
dation et des autres éléments de bré. En cas de déséquilibre, il faut prévoir de la protection des eaux souterraines.
construction bétonnés en contact avec
le terrain, désignés collectivement sous Encadré informatif: Géostructures
le terme de « géostructures », est de
garantir la stabilité de l’ouvrage. Si ces Avantages
éléments de construction sont équipés – Exploitation du sol à des fins de chauffage et de refroidissement en association
d’échangeurs de chaleur, ils peuvent avec les éléments structurels requis par la technique de construction (pieux de
également servir à l’exploitation des res- fondation, par exemple)
sources de la géothermie peu profonde. – Plusieurs types de pieux énergétiques pour répondre aux conditions spécifiques
Après la publication, entre 1988 et du terrain et de la construction
2003, de trois documentations SIA sur – Large palette d’éléments de construction en géostructure
l’exploitation thermique du sous-sol, – Economiquement intéressant pour la conception des systèmes énergétiques dans
une quatrième publication a suivi en les constructions nouvelles
2005, qui porte sur les géostructures
exploitées à des fins énergétiques. La Défis à relever
documentation SIA D 0190 traite des – Le système énergétique est le point de départ de la conception de la construction
aspects théoriques, de l’étude du – Calculs de l’effet à long terme dans le cas de l’exploitation conjointe de la chaleur
pro­­­jet, du calcul et de la construction et du froid
des géostructures, ainsi que des critères
juridiques et économiques en rapport Bibliographie
avec la configuration d’une installation. – Documentation SIA D 0190: « Utilisation de la chaleur du sol par des ouvrages de
En outre, diverses réalisations y sont fondation et de soutènement en béton – Guide pour la conception, la réalisation
présentées. et la maintenance »
Eaux souterraines

Un flux énergétique constant


15

La fonction première des eaux souterraines est l’approvisionnement en sance thermique soutirée est de l’ordre
eau potable. Cependant, leur capacité thermique élevée et leur tempéra- du kilowatt par mètre, nettement plus
ture constante les rendent également intéressantes pour les systèmes qu’avec des sondes géothermiques.
de chauffage. Si les eaux souterraines exploitées se
situent davantage en profondeur, il est
En présence d’eaux souterraines en Des démarches nécessaires possible de placer une turbine dans le
quantité suffisante, il est possible de les Les eaux souterraines sont présentes en puits de restitution, de manière à récu-
exploiter même en cas de conditions dif- grande quantité le long des grands cours pérer une partie de l’électricité néces-
ficiles (terrain très sablonneux, caracté- d‘eau qui parcourent les vallées du Pla- saire au pompage.
ristiques hydrochimiques peu favorables, teau suisse et des Préalpes, donc dans
etc.). La granulométrie et la composition les couches de gravier fortement perméa­
chimique des eaux souterraines sont des bles. Pour pouvoir les exploiter à des fins
facteurs déterminants pour les matériaux énergétiques, il convient de se confor- Des réalisations exemplaires
à utiliser lors de la construction des ins- mer aux dispositions de la loi sur la pro- Les investissements relatifs aux instal-
tallations. tection des eaux souterraines et aux di- lations de pompes à chaleur utilisant
rectives cantonales. A cet effet, une des eaux souterraines sont fonction
Propriétés physico-chimiques demande doit être déposée auprès de la des besoins en chaleur, de la profon-
En cas de terrain très sablonneux, il con­ commune concernée, qui sera générale- deur du forage, de la configuration
vient de poser une dérivation (by-pass), ment examinée par l‘office cantonal de l’installation et des conditions phy-
qui sera activée à chaque enclenche- compétent. Les travaux de forage, la sico-chimiques rencontrées. Comme
ment de l’installation, et des filtres adé- construc­tion de l’installation et la mise le système de pompe à chaleur le plus
quats. Si les eaux souterraines contien- en service ne peuvent avoir lieu qu’une performant est celui qui utilise les
nent de fortes concentrations de fer et fois l’autorisation accordée. L’octroi de eaux souterraines, on peut tabler sur
de manganèse, on prévoira des filtres celle-ci dépend notamment des condi­ un coefficient de performance annuel
spéciaux ou encore un mode d’exploita- tions géologiques et hydro­géologiques de 4 à 5. De plus, sous réserve d’une
tion en l’absence d’oxygène. Et si la du site ainsi que des obligations décou- conception et d’une exécution correc-
composition de ces eaux est hautement lant de la protection des eaux souterrai- tes, une utilisation à long terme est
corrosive, le recours à des composants nes. Les puits de prélèvement et de res­ garantie.
démontables en matière plastique ou en titution doivent se situer respectivement Au nombre des réalisations à ce jour,
acier inoxydable s’impose. en amont et en aval de l’écoulement citons le bâtiment du Service du feu
souterrain, de manière à éviter le recy- à Sisseln (AG) et l’église catholique et
clage des eaux déjà utilisées. La puis- la cure de Bremgarten, en Argovie
également, où les eaux souterraines,
soumises à de fortes fluctuations de
débit, sont exploitées au moyen d’un
L’exploitation éner­­­
circuit intermédiaire. Par ailleurs, dans
gétique des eaux
souterraines requiert le cas de l’installation du bâtiment
un forage de prélè­ d’Elektro-Güller SA à Würenlos (AG),
vement et la restitu­
qui comporte des bureaux et des loge-
tion de l’eau refroi­
die, que ce soit: ments, une turbine a été intégrée au
1) dans un puits de forage de restitution. Enfin, dans le
restitution excavé cas de la banque Valiant à Suhr (AG),
ou
2) par un forage de
les eaux souterraines sont une source
réinjection. de chaleur en hiver, alors qu’en été,
(Eberhard & Partner elles absorbent la chaleur excédentaire
SA)
provenant du bâtiment.
Eaux souterraines profondes

Exploiter les eaux


16

thermales en surface
L’exploitation des eaux thermales est très ancienne. A l’aide de forages
ciblés, il est possible d’extraire les eaux thermales des couches géologiques
profondes (aquifères) pour produire de la chaleur.

Alors qu’à l’origine des bains thermaux, refroidissement, vers un milieu récepteur
la plus ancienne forme d’utilisation de – un cours d‘eau, par exemple.
l’énergie géothermique, on captait les
eaux chaudes à la surface de la terre, Doublet – système comprenant un Aux Bains de Lavey (VD), une valorisation
des forages permettent aujourd’hui forage de production et un forage de en cascade permet d’utiliser la chaleur à
d’exploiter les eaux souterraines conte- restitution : l’eau prélevée dans l’aqui- plusieurs fins.
(Bains de Lavey)
nues dans les fissures et les couches fère est réinjectée dans l’aquifère après
perméables (aquifères). La température refroidissement.
du sous-sol augmentant généralement Utilisation énergétique à Riehen et
de 30 °C par kilomètre, celle de l’eau En fonction de sa température et exploi- Lavey-les-Bains
thermale augmente aussi avec la profon- tée en cascade, l’eau thermale peut être Depuis 1994, le réseau de chauffage
deur. Les forages dans les couches géo- utilisée à des fins diverses, dans des à distance de Riehen, dans le canton
logiques et les aquifères profonds per- bains thermaux ou des constructions de Bâle-Ville, utilise de l’eau chaude à
mettent d’augmenter le débit et la tem- attenantes. quelque 65 °C captée à 1’500 mètres
pérature de l‘eau thermale captée. de profondeur pour couvrir la moitié
Pour l’utilisation hydrothermale des flux de ses besoins énergétiques. Environ
d’eaux souterraines chaudes, on a le 20 litres par seconde sont amenés en
choix, d’une manière générale, entre surface par une pompe, puis réinjec­-
deux techniques différentes: tés à 25 °C dans un deuxième forage
après prélèvement de la chaleur.
Singlet – un seul forage de production :
l’eau utilisée dans les bains thermaux ou Le centre thermal de Lavey-les-Bains,
les bâtiments chauffés est dirigée, après dans le canton de Vaud, est alimenté
par deux sources à 60 et 68 °C respec-
tivement. L’eau thermale, collectée au
Encadré informatif: préalable dans un bassin, est utilisée
Eaux souterraines, utilisation énergétique des eaux thermales pour diverses applications (système en
cascade) à des niveaux de température
Avantages différents.
– Capacité thermique élevée et niveau de température constant
– Chauffage efficace grâce au système en cascade
– Chauffage et refroidissement possibles Exploitation
hydrother­
male des
Défis à relever
aquifères à
– Protection des eaux souterraines des fins éner­
– Obligation d’éviter tout échange entre les différents aquifères gétiques, à
l’aide
– Localisation des aquifères profonds avant les forages
d’échan-
geurs de
Bibliographie chaleur.
– Fiche d’information de GEOTHERMIE.CH (N° 9) (CHYN)

– Fiche technique de GEOTHERMIE.CH (« L’énergie des eaux souterraines »)


– Instructions pratiques pour la protection des eaux souterraines OFEFP /
OFEV 2004
Eau chaude des tunnels

Tirer parti de l’énergie


17

aux portails des tunnels


En Suisse, on utilise depuis des années la chaleur issue des tunnels routiers Le pays des tunnels
et ferroviaires à des fins de chauffage. Actuellement, les deux tunnels des Sur les 700 tunnels courts ou longs que
NLFA ouvrent de nouveaux horizons, nettement plus larges. compte la Suisse, six sont exploités à des
fins énergétiques:
La construction de tunnels sous les mon- Sécurité et possibilités d’exploitation
tagnes draine des eaux souterraines qui La température à l‘intérieur d‘un massif – Depuis 1979, le centre d’entretien
sont collectées et dirigées vers les por- augmente avec la hauteur de la couver- autoroutier à la sortie sud du tunnel
tails. Dans la plupart des cas, elles sont ture rocheuse. Elle est déterminée par la routier du Gothard près d’Airolo (TI)
évacuées vers un émissaire de surface topographie, la conductivité thermique est chauffé à l’aide d’énergie géother-
(cours d’eau). En fonction du volume de des couches géologiques et la circulation mique. Le débit à cet endroit s’élève
couverture rocheuse du tunnel, la tem- de l’eau. Celle-ci permet le transport et à quelque 6’700 litres d’eau par mi-
pérature de l’eau peut atteindre 30 °C et donc la redistribution de la chaleur dans nute, à la température de 17 °C.
plus; elle devient donc intéressante pour le massif. Dans le cadre de la construc- – Le tunnel ferroviaire du Hauenstein
une utilisation énergétique. Dès lors, le tion d’un tunnel, les prévisions relatives permet de chauffer 150 appartements
déversement direct dans les cours d’eau à la situation des zones potentielles dans les environs d’Olten, avec un
n’étant plus autorisé (cf. législation sur d’écou­­lement des eaux et aux débits at- débit d’environ 2’500 litres d’eau par
la protection des eaux souterraines), tendus revêtent une importance majeure minute, à la température de 19 °C.
cette eau est disponible comme source pour la sécurité et la planification des – A Kaltbrunn (SG), l’eau du tunnel
d’énergie à basse température pour le travaux. En même temps, elles offrent ferroviaire du Ricken (690 litres par
chauffage de bâtiments à proximité des une base à l’élaboration des projets d’uti­ minute à 12 °C) est utilisée pour
portails. li­sation thermique des eaux aux portails. chauffer une salle polyvalente, une
garderie d’enfants et une installation
de protection civile.

Aux portails des deux tunnels ferroviaires La serre tropicale de Frutigen (BE) exploite la chaleur des eaux de drainage du tunnel
des NLFA, de la chaleur géothermique à basse du Lötschberg pour l’élevage de poissons et la culture de fruits tropicaux.
température est disponible en quantité. (Tropenhaus Frutigen)
(BLS AlpTransit SA)
18

– Au portail nord du tunnel du Grand-


St-Bernard, le centre d’entretien est
chauffé par géothermie, au moyen,
cette fois, de l’air chaud du tunnel et
non de l’eau du massif.
– A Oberwald (VS), 177 appartements
et une salle polyvalente bénéficient
des 5’400 litres d’eau par minute
à 16 °C du tunnel ferroviaire de la
Furka.
– A Minusio (TI), le centre sportif et
récréatif de Mappo est alimenté par
l’eau du tunnel du Mappo-Morettino
(983 litres par minute à 16 °C).

Une étude sur le potentiel géothermique


de 15 tunnels a démontré que la puis-
sance exploitable de l’ensemble des eaux
avoisine les 30 MW; la concrétisation
de ces potentialités est toutefois subor-
donnée à la présence de consommateurs
de chaleur à proximité des portails des
tunnels.

Encadré informatif:
Profil géologique du tunnel de base du Gothard et système de drainage du tunnel NLFA
Eau chaude des tunnels du Lötschberg.
(AlpTransit Gotthard SA / BLS AlpTransit SA)
Avantages
– Avantage supplémentaire lors de la
construction d’un ouvrage d’infra-
structure Les tunnels des NLFA, une magnifique opportunité de valorisation de la
– Rejets thermiques pour des applica- chaleur géothermique
tions diverses à basse température Les deux nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes (NLFA) visent à transférer le
– Le refroidissement obligatoire favorise trafic transalpin de la route vers le rail. Les tunnels de base du Lötschberg et du
la valorisation des rejets thermiques St-Gothard forment l’élément clé des liaisons ferroviaires de grande capacité entre
le Nord et le Sud.
Défis à relever Long de 34,6 km, le tunnel de base du Lötschberg, qui relie Frutigen (BE) à Rarogne
– Confirmation de la température et (VS), est un ouvrage à deux tubes. Après le percement en avril 2005, l’ouverture est
du débit de l’eau seulement après le prévue en 2007. Pour évaluer les possibilités d’une utilisation thermique de l’eau
percement et la construction de drainage, des prévisions relatives à la température de l’eau et aux débits ont été
– Coordination spatio-temporelle avec établies. Sur cette base, diverses variantes d’utilisation ont été proposées. A Fruti-
la construction du tunnel gen, à proximité du portail nord du tunnel du Lötschberg, il est prévu la construction
d’un centre tropical, avec une production de fruits exotiques et un élevage de pois-
Bibliographie sons d’eau chaude à la clé. Au portail sud du tunnel du St-Gothard à Bodio (TI), un
– Fiche technique de GEOTHERMIE.CH projet de bain thermal moderne est actuellement en discussion.
(« Géothermie des tunnels »)
Géothermie grand profondeur

Extraire la chaleur de la roche


19

cristalline
A quelques kilomètres de profondeur règnent des températures qu’il temps, on exécute un forage pour péné-
est possible d’exploiter en surface à l’aide d’un circuit hydraulique créé trer à cette roche. Ensuite, on procède à
artificiellement, pour produire de l’électricité et de la chaleur. une fracturation sous haute pression du
massif, puis on y fait circuler de l’eau au
En Europe, on rencontre des roches cris- La technologie SGS (systèmes géother- moyen d’un second forage. A la surface,
tallines (socle) à des températures de miques stimulés ou, en anglais, EGS des échangeurs de chaleur transmettent
l’ordre de 200 °C pour des profondeurs Enhanced Geothermal Systems) permet l’énergie captée à des équipements de
comprises entre quatre et six kilomètres. d’utiliser cette énergie. Dans un premier production d’électricité et de chaleur uti-
lisable. Cette technologie devrait per-
mettre de produire de l’électricité en ru-
ban et de disposer de chaleur en
continu.

De nombreux sites présentent la


géologie adéquate
Le grand intérêt suscité par la technolo-
gie SGS a deux origines: d’une part, elle
peut être mise en œuvre sur la majeure
partie des sites de roche cristalline à une
profondeur maximale de 6 km et d’autre
part, elle permet de produire de l’électri-
cité sans émissions de CO2 au moyen
d’une source d’énergie renouvelable, la
chaleur terrestre. Plusieurs régions de
Suisse présentent les conditions géologi-
ques requises par cette technologie.
Néanmoins, pour garantir la rentabilité
d’une installation de type SGS, la vente
de l’excédent de chaleur est essentielle
aujourd’hui encore, en sus de la produc-
tion d’électricité. Il est donc indispensa-
ble de disposer d’un gros consommateur
de chaleur à proximité, tel qu’un réseau
de chauffage urbain.
Le procédé, connu aussi sous l’appella-
tion « roches chaudes fracturées », pré-
voit, dans un premier temps, l’injection
d’eau sous pression dans le forage en
vue d’élargir les discontinuités ou fissu-
res fines naturelles de la roche cristalline.
Cette mise sous tension du massif en-
traîne un léger déplacement des parois

La mise en œuvre de la géothermie grande profondeur en Suisse a débuté en 2006 avec le


premier forage. L’objectif est la création d’un système géothermique stimulé, pour la produc­
tion de chaleur et d’électricité.
(Geopower-Basel SA / DHM)
20

rugueuses des fractures, maintenant les sous-Forêts, en France. Dans le désert du circuit hydraulique requis, bref, sur la
discontinuités ouvertes. Le massif de- australien, plusieurs forages ont été réa- réalisation d’un réservoir. Or, la conver-
vient ainsi perméable et peut faire office lisés en vue de construire une centrale sion de la chaleur géothermique captée
de « chauffe-eau ». électrique de type SGS. Cette technolo- et son utilisation sont tout aussi impor-
gie suscite un intérêt croissant dans le tantes. Les procédés de production
Un principe géologique qui a une monde. d’électricité à partir de chaleur à basse
histoire ou moyenne température sont en prin-
Le principe a été appliqué pour la pre- Les défis du système cipe connus puisqu’ils sont utilisés de-
mière fois voici trente ans par un labora- Les travaux de recherche et de dévelop- puis de nombreuses années déjà dans
toire de recherche public au Nouveau pement menés jusqu’ici dans le domaine les nombreuses centrales électriques
Mexique (USA), qui ne l’a pas développé de la géothermie profonde se sont géothermiques ainsi que dans d’autres
plus avant. Simultanément, des installa- concentrés sur les ressources et leur va- installations, utilisant par exemple la
tions pilotes ont vu le jour en Grande- lorisation, donc essentiellement sur des biomasse ou des rejets thermiques in-
Bretagne et au Japon, suivies par le pro- questions relevant de la géologie et de dustriels.
jet de recherche européen de Soultz- la technique de forage, sur la création

Les projets SGS à Bâle et à Genève


La ville de Bâle se trouve à l’extrémité sud du fossé rhénan, qui forme un point de jonction de la plaque continentale euro-
péenne. A cet endroit, la croûte terrestre est amincie, les températures sont donc élevées à faible profondeur: à 5’000
mètres, celles-ci atteignent déjà 200 °C. Les conditions géologiques sont favorables. Néanmoins, pour une centrale de pro-
duction, l’existence d’un réseau de chauffage à distance de grande envergure est un critère important pour l’utilisation de
la chaleur captée. Les travaux du premier forage pilote ont débuté en 1998, pour déboucher sur la roche cristalline à plus de
2,5 km de profondeur. Le profil de température mesuré (gradient) s’est révélé conforme aux attentes.

Afin de contrôler la formation d’un échangeur de chaleur souterrain par injection d’eau sous pression destinée à élargir les
fractures existantes, il est nécessaire de procéder à des forages d’écoute sismique dans lesquels on place des capteurs
de vibrations appelés géophones, chargés d’enregistrer et de localiser les signaux engendrés par l’ouverture des fractures. Les
données obtenues permettent d’établir une carte en trois dimensions, qui déterminera l’emplacement des forages suivants.
A Bâle, six forages de ce type placés à des profondeurs différentes sont utilisés pour ces enregistrements. La réalisation du
premier forage de production a débuté au printemps 2006 dans le périmètre de la ville. Après les travaux de fracturation, un
premier test de circulation sera réalisé en 2007. Si tout se déroule comme prévu, on procédera au troisième forage profond
et à la réalisation de la centrale de production d’énergie en surface, qui entrera en fonction en 2009. Avec une puissance
électrique de 6 MW et une puissance thermique de 17 MW, elle devrait permettre de produire environ 31 GWh d’électricité
et 48 GWh de chaleur par an. On aura le choix entre deux modes d’exploitation, ce qui offrira une certaine flexibilité en
fonction des besoins de la clientèle: on pourra ajuster la production à la consommation de chaleur du moment, et considérer
l’électricité produite comme un apport secondaire, ou au contraire orienter la production sur la demande d’électricité et
considérer la vente de la chaleur qui en résulte comme secondaire.

L’installation doit apporter la preuve de la faisabilité technique d’un tel système et servir de base à la création de systèmes
analogues sur d’autres sites. Une centrale sur le même modèle est ainsi prévue à Genève.

Dans les années 1990 déjà, un premier pas vers l‘utilisation de l‘énergie géothermique a été franchi avec un forage à Thônex
près de Genève. Le projet « Géothermie de grande profondeur » (GGP) lancé entre-temps s’est d’abord focalisé sur la re-
cherche de sites favorables. La presqu’île d’Aïre sur le Rhône a fait l’objet d’investigations détaillées. Dans un premier temps,
un forage d’exploration est prévu à environ 2 kilomètres du site. Pour créer un réservoir à la température de 200 °C, on
s’attend à devoir forer jusqu’à 6 km de profondeur.
21

L’utilisation de la chaleur géothermique Les premiers pas de la géothermie géologiques qu’il présente et en raison
des systèmes SGS présente néanmoins profonde en Suisse de son vaste réseau de chauffage
diverses particularités susceptibles L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) a urbain; cet argument est décisif dans la
d’avoir une grande influence sur le choix lancé en 1996 le projet « Deep Heat Mi- perspective d’une utilisation commer-
du système. Au nombre de ces particula- ning », visant à construire la première ciale.
rités, citons le fait que la température de centrale de production au monde à utili-
soutirage de la chaleur diminue petit à ser la technologie SGS. Le site de la ville
petit au cours de l’utilisation du système de Bâle a été choisi pour les avantages
géothermique, et ceci en dépit du re-
nouvellement constant de cette chaleur. Avec ses trois forages, le projet de
En outre, dans le cas du concept SGS, recherche européen de Soultz-sous-
des pertes de pression et d’eau sont pos- Forêts (F) a permis le prélèvement
de chaleur dans la roche cristalline.
sibles dans le circuit primaire. Par consé-
(Soultz-sous-Forêts / CHYN)
quent, les pom­pes à circulation seront
de forte puissance. Le débit massique et
donc la puissance thermique soutirable
sont limités.

Encadré informatif:
Géothermie grande profondeur

Avantages
– Niveau de température permettant la
production d’électricité et une utilisa-
tion dans des réseaux de chauffage à
distance
– Production d’électricité renouvelable Travaux de recherche européens à Soultz-sous-Forêts
au titre d’énergie en ruban Le projet européen SGS à Soultz-sous-Forêts en France a été lancé voici vingt ans.
– Production énergétique adaptée aux Il s’agit aujourd’hui du projet géothermique de production d’électricité au moyen
besoins de chaleur tirée des grandes profondeurs à la fois le plus important et le plus
avancé. Il comprend actuellement trois forages à 5’000 mètres de profondeur, qui
Défis à relever ont déjà permis de réaliser des tests de circulation. Les extrémités des puits de
– Encore au stade de projet pilote forage sont distantes de 600 à 700 mètres. Des fissures ont été ouvertes dans le
– Investissements de départ élevés rocher par injection d’eau sous haute pression. Des études ont également porté
– Nécessité de mener des investigations sur la façon dont fonctionnent les liaisons hydrauliques souterraines entre les
géologiques forages. Cette installation a permis à la technologie SGS de franchir un cap es-
– Réalisation d’un circuit hydraulique sentiel.
(création d’un réservoir)
Le développement de la technologie SGS s’est déroulé pas à pas à des profon-
Renseignements deurs de plus en plus grandes. A ce jour, le site alsacien a vu la création de
– www.dhm.ch ré­servoirs fissurés souterraines à des profondeurs de 2’000, 3’500 et 5’000 mè-
– www.geopower.ch tres. Depuis 1998, les travaux de recherche se concentrent sur la zone la plus
– www.geopower-basel.ch profonde, où il a été possible de créer un réservoir fracturé de 2,5 km3 environ.
Recherche et développement

22
Jeter les bases
d’une utilisation optimale
Les travaux de recherche sont une condition essentielle à la réussite d’un des tiges de forage rotatives est rempla-
projet d’utilisation de l’énergie – y compris dans le cas de la géothermie. La cée par un tuyau rigide qui peut être en-
géologie, les techniques de forage ainsi que le captage et la conversion de roulé sur une grosse bobine à la manière
l’énergie seront au cœur des recherches de demain. d‘un câble, ce qui accélère considérable-
ment le remplacement des outils de fo-
Pour estimer les potentialités géothermi- futures installations géothermiques qu’il rage usés.
ques, des études géologiques sont né- sera possible d‘en exploiter toutes les L’énergie géothermique est disponible
cessaires. Les roches de haute densité af- potentialités. à différentes températures, ce qui com-
fichent généralement une capacité et Ainsi, pour l’étude, le dimensionnement plique sa conversion en énergie utile,
une conductivité thermiques supérieures et l’exploitation des sondes géothermi- chaleur et électricité. Recherche et déve-
à celles des couches plus meubles, de ques, la conductivité thermique du sous- loppement vont devoir optimiser encore
densité inférieure. Il convient cependant sol représente un paramètre essentiel du davantage les techniques et les systèmes
de prendre en compte également leur point de vue de l’efficacité de l’installa- de conversion existants et trouver des
teneur en eau. Les roches très poreuses tion. En vue d’obtenir des données pré- possibilités d’innovation pour améliorer
cises, on a mis au point le test dit « de le rendement et diminuer les charges
réponse thermique », qui permet de dé- d’investissement. Outre les processus et
terminer la conductivité thermique les technologies thermodynamiques,
moyenne du terrain mesurée les études portent actuellement sur des
sur toute la hauteur d’une principes thermostatiques.
sonde. Les travaux de recher-
che ont en outre rendu possi-
bles des simulations tridimen-
sionnelles de la distribution des
tempé­ratures autour des son- CREGE – le nouveau centre de
des et de jeter ainsi les bases du recherche en géothermie
dimensionnement des champs de son- Créé en 2004, le CREGE (Centre de
des. recherche en géothermie) rassemble
Avec le soutien de l’Office fédéral de 45 institutions de 12 cantons et il a
Recherche énergétique en géothermie : l’énergie (OFEN), un atlas des ressources son siège au Centre d’Hydrogéologie
simulation de la température du sous-sol
par la méthode des éléments finis.
géothermiques suisses a été élaboré ces de l’Université de Neuchâtel. Ses ob-
(Geowatt SA) dernières années, qui a permis de déter- jectifs principaux sont de conduire des
miner, à l’aide d’analyses de données projets de recherche appliquée et de
géologiques, géothermiques et hydro- développement de la géothermie, de
sont souvent saturées en eau, d’où une géologiques, les potentialités de la cha- faire connaître ses potentialités es de
capacité et une conductivité thermiques leur terrestre. conférer des structures claires à la re-
qui peuvent être supérieures à celles de cherche es à l’enseignement en géo-
roches sèches. Ce facteur doit être pris Innovations dans le domaine des thermie en Suisse. Font partie du
en compte lors du calcul et de la techniques de forage et de conver- CREGE des instituts universitaires, des
construction d’installations géothermi- sion de l’énergie laboratoires de l’EPF-Lausanne et des
ques. Pour favoriser la diffusion des ap- Grâce à des innovations dans le domaine hautes écoles spécialisées, la Confé-
plications géother­miques, la recherche des techniques de forage, les charges dération et les Cantons, des asso­cia­
dans les domaines de la géologie et de d’investissement vont baisser. L’Ecole po- tions et des entreprises. Au nombre
la mécanique des roches sont essentiel- lytechnique fédérale de Zurich a ainsi des principales activités du CREGE, ci-
les. Ce n’est qu’avec un approfondisse- collaboré à un projet s’inscrivant dans le tons la recherche appliquée, l’ensei-
ment continu des connaissances géolo- 5e Programme-cadre de recherche et de gnement, la promotion et les services
giques et le développement d’instru- développement technologique de l’UE au profit de projets géothermiques.
ments de simulation et de mesure desti- relatif à la conception d’un nouveau sys- Renseignements: www.crege.ch
nés à l’évaluation du rendement des tème de forage. La solution classique
23

Protection de l’environnement –
défis liés
à une utilisation plus large de la géothermie
Grâce à la production d’électricité et de chaleur sans émissions de CO2, la géo-
thermie offre un avantage considérable du point de vue environnemental. Il est
néanmoins nécessaire de prendre au sérieux les exigences liées à la protection
de l’environnement, des eaux souterraines et
du sol. Les installations géothermiques sont, en
principe, soumises à autorisation. L’Office fé-
déral de l’environnement (OFEV) formule les
directives, les cantons et les communes légi-
fèrent et sont responsables de l’application
des dispositions légales. Dans ce contexte,
les eaux souterraines jouent un rôle central
puisque leur utilisation pour l’alimentation
Appareil compact développé par l’EPFL en eau potable est prioritaire et prime sur
à Lausanne, utilisé dans les « tests de l’utilisation énergétique.
réponse thermique ».
Les sondes géothermiques et les géo­
(SSG)
structures peuvent représenter un dan-
ger potentiel pour les eaux souterraines:
La géothermie et l’aménagement du
territoire – Leur construction peut entraîner
Les rapports entre l’aménagement du des échanges entre aquifères
territoire et la recherche en géothermie – Le débit et la qualité des écoulements souterrains peuvent
jouent un rôle croissant dans le domaine en souffrir
du développement urbain. Partout dans – Le liquide caloporteur peut entraîner une contamination par les produits
le monde, la croissance des villes se antigel
heurte à des limites; les effets négatifs – Dans le cas des collecteurs enterrés et des puits canadiens, le refroidissement
de la pollution, les nuisances de la mo­ du sous-sol peut retarder la croissance des végétaux, nuire à la fertilité et à
bilité, etc. sont manifestes. Un dévelop- la biodiversité et entraîner une baisse d’activité des bactéries aérobies
pement urbain durable doit prendre en
compte et exploiter de manière ciblée les Cependant, le transfert d’énergie induit par les installations géothermiques peut
potentialités du sous-sol et donc l’éner- aussi, lors du cycle de refroidissement, entraîner un réchauffement du sol, notam-
gie qu’on peut y capter. Des travaux de ment dans les régions au climat chaud. Les conséquences sont les suivantes:
recherche interdisciplinaires sont en évaporation accrue de l’eau, formation de fissures dues au dessèchement du sol,
cours, qui incluent des approches rele- augmentation du nombre des bactéries dans les eaux souterraines.
vant aussi bien des sciences naturelles
que des sciences sociales, en vue d’inté- Conformément aux directives de la Confédération, la température des eaux sou-
grer de façon judicieuse les facteurs terraines ne doit pas être modifiée de plus de +/– 3 °C par les installations géo-
espace, eau, énergie et composition du thermiques situées dans la zone considérée, afin d’éviter des effets négatifs (voir
sous-sol dans le développement urbain. également les « Instructions pratiques pour la protection des eaux souterraines »,
OFEV 2004). L’étude et la réalisation d’une installation géothermique dans les
règles de l’art sont des conditions essentielles à la protection de l’environnement
et des eaux souterraines.
La géothermie dans le monde

24
Des avantages qui
suscitent un regain d’intérêt
En fonction des conditions géologiques locales, les installations géothermi- On recense déjà des forages à une pro-
ques diffèrent d’un site à l’autre. La tendance mondiale est à la multiplica- fondeur atteignant 3’000 m. Grâce à
tion de ce type d’installations. une technique de forage dévié, un nom-
bre maximal de couches géologiques
Des températures supérieures à 1000 °C Avec des puissances installées de pres- contenant des eaux souterraines sont
prévalent sur 99 % de la masse du globe que 2’000 MWel chacun, les Etats-Unis traversées. Un deuxième forage permet
terrestre. Des températures inférieures à et les Philippines figurent au premier ensuite de créer un circuit hydraulique.
100 °C ne sont rencontrées que dans les rang des pays producteurs d’électricité Une température de l’eau de 150 °C,
3 km les plus proches de la surface, qui géothermique au monde. Suivent le suffit pour produire de l’électricité et de
représentent seulement 0,1 % du tout. Mexique et l’Indonésie, puis l’Italie, chef la chaleur.
La température terrestre en Europe cen- de file en Europe, avec un total d’envi- Des forages existent également à Lan-
trale s’élève à environ 12 °C à une pro- ron 800 MWel. dau dans le Palatinat et près de Neuen­
fondeur de 10 à 20 mètres. Plus près de burg am Rhein. Ceux-ci s’inscrivent dans
la surface, les conditions climatiques ont Allemagne le cadre d’un projet global ayant pour
une influence sur la température. Et En Allemagne, un programme d’investis- objectif l’implantation, dans le fossé rhé-
dans les couches profondes, la loi du sement national a entraîné un regain nan, d’une vingtaine d’installations
gradient géothermique prévaut: la tem- d’intérêt pour la géothermie. Alors que hydrothermales à des fins de production
pérature augmente de un degré tous l’utilisation de la chaleur de faible pro- d’électricité.
les 33 mètres environ. fondeur au moyen de sondes géothermi-
L’utilisation de l’énergie géothermique ques affiche encore des valeurs modes- Italie
dans le monde est actuellement en forte tes, l’eau chaude tirée de nappes phréa- La Toscane en Italie (aux alentours de
progression. En 2005, la puissance ins- tiques en grande profondeur (aquifères) Larderello), la Sardaigne occidentale et
tallée s’élevait à environ 28’000 MWth. est déjà utilisée par une trentaine d’ins- certaines régions de Sicile présentent des
De même en ce qui concerne les install­ tallations géothermiques pour le chauf- conditions géologiques favorables. La
ations de production d’électricité, dont fage de bâtiments d’habitation, de bains région de Larderello, où l’on rencontre,
la puissance installée totale actuelle at- thermaux et de serres. Ainsi, dans la ville dès 1’000 mètres de profondeur, des
teint 8‘900 MWel. De nouvelles centrales d’Erding en Bavière, quelque 2’000 ap- aquifères qui dégagent de la vapeur sur-
sont en construction dans dix pays, pour partements sont raccordés à un réseau chauffée utilisée à des fins de produc-
une production totale de plus de de chauffage qui les alimente en eau tion d’électricité, se trouve dans une
500 MWel; d’ici à 2010, le seuil des chauffée à 65 °C. zone de 300 km de long présentant d’in­
10’000 MWel aura été dépassé. téressantes perspectives géothermiques.
Les débuts à Larderello remontent à
Pays Puissance installée Production électrique 1777, lorsqu’on a commencé à utiliser
(MWel) (GWh/a)
pour la première fois la vapeur issue de
USA 2 564 17 917 la Terre. La construction des premières
Philippines 1 930 9 253 centrales de production d’électricité par
Mexique 953 6 282 géothermie sur le site date d’une cen-
Indonésie 797 6 085
Italie 791 5 340
taine d’années. En effet, la première pe-
Japon 535 3 467 tite centrale a été implantée en 1904 à
Nouvelle-Zélande 435 2 774 des fins d’éclairage; elle a été agrandie
Islande 202 1 406
plusieurs fois par la suite. Aujourd’hui, la
Costa Rica 163 1 145
El Salvador 151 967 puissance installée à Larderello s’élève à
Kenya 129 1 088 quelque 540 MWel. La source de chaleur
autres pays 283 1 062 est une intrusion magmatique emprison-

Totaux 8 933 56 786
née dans la croûte terrestre qui est si
chaude que les eaux superficielles s’éva-
L’utilisation de la géothermie dans le monde pour la production d’électricité.
(Bertani 2006)
25

porent. Les forages permettent d’accé- profondeurs de 1,8 à 2 km, par le biais
der à de la vapeur surchauffée, dont la d’un forage de réinjection. L’énergie L’organisation faîtière
température est comprise entre 150 captée est transmise au réseau local de GÉOTHERMIE.CH
et 260 °C, et qui est acheminée vers les chauffage à distance par le biais d’un Le renforcement de la communica-
turbines des centrales au moyen de échangeur de chaleur. tion, des services de conseil et de la
condui­tes isolées. Dans les tours de re- Le projet de recherche européen dans le mise en réseau sont les principales
froidissement, la vapeur sortant des village alsacien de Soultz-sous-Forêts re- missions de l’organisation faîtière
turbines se condense. Cette eau encore vêt une importance particulière. En effet, GÉOTHERMIE.CH. Elle contribue à
chaude est réinjectée en profondeur. Des dans cette région, l’utilisation de la géo- mieux représenter les milieux intéres-
calculs ont montré que l’énergie géo- thermie fait l’objet de recherches depuis sés à l’utilisation de l’énergie géo­
thermique dans les régions de Toscane des années et peut servir de fondement thermique et à renforcer leurs liens
et du Latium permettrait de produire à la construction de centrales de produc- avec les autres organisations du do-
suffisamment d’électricité pour couvrir tion utilisant la technologie SGS. maine de l’énergie. Elle doit égale-
les besoins du pays tout entier. D’autres ment permettre de favoriser la mise
forages d’exploration sont donc prévus Objectifs de l’Union européenne en œuvre des avancées technologi-
et on peut s’attendre à une progression Sous le titre « Energies pour l’avenir: les ques dans le domaine de la géother-
de la géothermie, pour produire aussi sources d’énergie renouvelables – Livre mie et de sensibiliser davantage le
bien de la chaleur que de l’électricité. blanc établissant une stratégie et un grand public aux différentes applica-
plan d’action communautaires », l’Union tions possibles. Elle est placée sous
France européenne a publié en 1997 un livre l’égide de la Société suisse pour la
En France, plusieurs dizaines d’installa- blanc qui définit des valeurs cibles en géothermie (SSG).
tions géothermiques de chauffage sont matière de géothermie pour l’année Renseignements :
en fonctionnement depuis des décen- 2010. Concernant l’utilisation directe à www.geothermie.ch
nies. Celles-ci se trouvent principalement des fins de chauffage, l’objectif de 5’000
en région parisienne et dans le Sud- MWth a été dépassé dès 2003; en ma-
Ouest. Les eaux chaudes profondes tière de production géothermique
étant souvent très salées, elles ne peu- d’électri­­­­cité, on peut considérer que
vent pas être déversées à la surface l’objectif de 1’000 MWel, compte tenu
après l’extraction de la chaleur, mais doi- des taux de croissance actuels, sera at-
vent être restituées à l’aquifère, à des teint sans effort d’ici à 2010.

Pays Puissance installée Production de chaleur


(MWth) (GWh/a)

USA 7 817 8 678


Suède 3 840 10 001
Chine 3 687 12 605
Islande 1 791 6 615
Turquie 1 177 5 451
Danemark 821 1 211
Hongrie 694 2 206
Italie 607 2 099
Suisse 582 1 175
Allemagne 505 808
Canada 461 707
Norvège 450 643
autres pays 5 393 20 423

Totaux 27 825 72 622

L’utilisation de la géothermie dans le monde pour la production de chaleur.


(Lund et al. 2005)
Perspectives d’avenir

26
Un approvisionnement durable
en énergie
Les perspectives énergétiques du futur sont axées sur une production et Leur rentabilité par rapport aux sources
une utilisation durables de l’énergie. A cet égard, la géothermie joue un d’énergie fossiles ainsi que la fiabilité de
rôle de premier plan, car elle est à la fois non polluante et disponible en calcul et de planification à long terme,
permanence. pèsent de leur poids dans la balance.

Les pompes à chaleur qui valorisent élément reconnu de la conception des Objectifs de la recherche et du
l’énergie géothermique comptent au bâtiments. développement
nombre des applications qui ont le plus Pour ce qui concerne les technologies
progressé parmi les énergies renouve­ Progression dans les secteurs ayant existantes, la recherche et le développe-
lables. C’est essentiellement à cette tech­ déjà fait leurs preuves ment se concentreront toujours davan-
nologie que l’on doit l’avancée récente En extrapolant la statistique des installa- tage sur les améliorations en termes de
de la géothermie dans le monde. Elle tions géothermiques en Suisse, on peut qualité et de baisse des coûts; parallè­
permet à la fois de prélever de la chaleur s’attendre à ce qu’à l’avenir, la crois- lement, des solutions novatrices seront
du réservoir terrestre pendant la saison sance se concentre essentiellement dans recherchées dans tous les secteurs de
froide et d’absorber les rejets thermiques les secteurs qui ont déjà fait leurs preu- l’utilisation de l’énergie géothermique.
estivaux pour refroidir les bâtiments. ves, comme les sondes géothermiques Avec la création du Centre de compé-
L’utilisation à long terme du sous-sol pour l’utilisation de la chaleur ou les tences CREGE, une base idéale dans ce
sera d’autant plus efficace que ces deux géos­tructures à des fins de chauffage et sens et le réseau nécessaire sont mainte-
modes d’utilisation s’équilibreront. de refroidissement de bâtiments. En nant en place. Par ailleurs, le renforce-
Grâce à l’expérience acquise et à l’amé- outre, le recours croissant au contracting ment de la communication, des services
lioration des aides à la conception, grâce laisse à penser que le nombre des instal- de conseil et des offres de formation
aussi aux progrès de la diffusion et de la lations mettant en œuvre des énergies que propose l’organisation faîtière GÉO-
commercialisation, les pompes à chaleur renouvelables continuera de croître; elles THERMIE.CH permettra de sensibiliser
associées à l’utilisation de l’énergie géo- se caractérisent par une certaine indé- un public toujours plus large aux avanta-
thermique sont en train de devenir un pendance vis-à-vis des fluctuations ou ges et aux possibilités d’application de
des augmentations du prix de l’énergie. la chaleur terrestre.

Le point de vue de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN)


L’objectif est d’ores et déjà fixé: dans le cadre du Protocole de Kyoto et conformément à la loi sur le CO2, les émissions de CO2
en Suisse doivent baisser, d’ici à 2010, de 10 % par rapport aux données de 1990. La stratégie de l’OFEN consiste à améliorer
l’efficacité énergétique et à privilégier le recours aux sources d’énergie renouvelables par rapport aux sources d’énergie fossiles
importées. Dans ce contexte, la géothermie joue déjà un rôle de premier plan, notamment dans le secteur de la production de
chaleur, et demain, elle devra contribuer à la production d’électricité.

Eu égard à la forte consommation d’énergie dans le secteur du bâtiment aux fins de chauffage et de refroidissement, l’OFEN
mise sur des standards de construction novateurs tels que Minergie, Minergie-P et « Maison passive », ainsi que sur des efforts
accrus dans le domaine de la rénovation des bâtiments existants. Sur ce point, les installations géothermiques avec pompe à
chaleur sont en mesure d’apporter une contribution majeure.

Dans le cas de la géothermie profonde selon le procédé SGS, on peut envisager une douzaine de sites dans une perspective de
moyen terme d’ici à l’horizon 2035; la distribution de la chaleur devrait logiquement s’effectuer par le biais de réseaux de chauf-
fage à distance. Les principales mesures qui bénéficient notamment du soutien de l’OFEN portent sur un encouragement adé-
quat des activités de recherche et de développement ainsi que sur l’optimisation des conditions cadres (mécanismes de capital-
risque, par exemple). La perspective qu’offre la géothermie d’une production d’énergie en ruban (chaleur et électricité) sans
émission de substances nocives, figure au centre des intérêts de l‘OFEN.
Adresses, informations 27

Office fédéral de l’énergie (OFEN) Promotion Suisse romande Impressum


Responsable du domaine Géothermie Centre romand de promotion de la
Editeur
Markus Geissmann géothermie
Office fédéral de l’énergie (OFEN)
Case postale, CH-3003 Berne Jules Wilhelm, Ing.-conseil CH-3003 Berne
markus.geissmann@bfe.admin.ch Chemin du Fau-blanc 26
www.suisse-energie.ch CH-1009 Pully Conception, texte et rédaction
jules.wilhelm@geothermie.ch Dr Harald Gorhan
Chef du programme Géothermie de l’OFEN
GÉOTHERMIE.CH (jusqu’en 2006)
Organisation faîtière de l’utilisation de la cha- Promotion Tessin CH-5600 Lenzburg
leur terrestre en Suisse c/o LEEE-SUPSI
Société suisse pour la géothermie (SSG) Dr Daniel Pahud Dr Rudolf Minder
Chef du programme Géothermie de l’OFEN
Dr Roland Wyss, secrétaire général Case postale 110
(dès 2006)
Zürcherstrasse 105, CH-8500 Frauenfeld CH-6952 Canobbio CH-8917 Oberlunkhofen
info@geothermie.ch daniel.pahud@geothermie.ch
www.geothermie.ch Jürg Wellstein
Groupement promotionnel suisse pour CH-4058 Bâle

Programme de recherche Géothermie de les pompes à chaleur (GSP) En collaboration avec


l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) Centre d’information sur les PAC Dr Walter Eugster
Chef de programme Ch. Des Mornex 6, CH-1001 Lausanne Polydynamics Engineering
Dr Rudolf Minder info@pac.ch CH-8048 Zurich
wje@polydynamics.ch
Ruchweid 22, CH-8917 Oberlunkhofen www.pac.ch
rudolf.minder@bluewin.ch Dr Mark Eberhard
Bibliographie Eberhard & Partner SA
Responsable de domaine Office fédéral de l’énergie (OFEN) / CH-5000 Aarau
Markus Geissmann SuisseEnergie eberhard@eberhard-partner.ch

Case postale, CH-3003 Berne – Statistique suisse des sources d’énergie Dr Daniel Pahud
markus.geissmann@bfe.admin.ch renouvelables SUPSI - LEEE – DACD
– Recherche énergétique, rapports de CH-6952 Canobbio
CREGE synthèse des chefs de programme daniel.pahud@supsi.ch
Centre de recherche en géothermie – www.suisse-energie.ch
Dr François-D. Vuataz
Dr François-D. Vuataz CREGE - Centre de recherche en géothermie
c/o CHYN, Université de Neuchâtel GÉOTHERMIE.CH c/o CHYN, Université de Neuchâtel
11, Rue Emile-Argand – Bulletin GÉOTHERMIE.CH CH-2009 Neuchâtel
CH-2009 Neuchâtel – Fiches d’information et fiches techniques francois.vuataz@crege.ch

francois.vuataz@crege.ch – www.geothermie.ch Comité de lecture


www.crege.ch Prof. Dr Ladislaus Rybach
Société suisse des ingénieurs et architec- GEOWATT SA
Promotion Suisse centrale et tes (SIA) CH-8050 Zurich
rybach@geowatt.ch
septentrionale – Documentation D 0179, « Energie aus
Eberhard & Partner SA dem Untergrund – Erdspeicher für mo- Jules Wilhelm, Ingénieur-conseil
Dr Mark Eberhard derne Gebäudetechnik » Centre romand de promotion de la géothermie
Schachenallee 29, CH-5000 Aarau – Documentation D 0190, « Utilisation de la CH-1009 Pully
service@eberhard-partner.ch chaleur du sol par des ouvrages de fonda- jules.wilhelm@geothermie.ch

www.eberhard-partner.ch (> géothermie) tion et de soutènement en béton – Guide Dr Roland Wyss


pour la conception, la réalisation et la Organisation faîtière GÉOTHERMIE.CH
Promotion Suisse orientale maintenance » CH-8500 Frauenfeld
Dr Roland Wyss Sàrl. geothermie@rwgeo.ch
Zürcherstrasse 105, CH-8500 Frauenfeld Office fédéral de l’environnement (OFEV)
Mise en page
Geothermie@rwgeo.ch – Directives pour l‘exploitation de la chaleur Senger Interactive
www.rwgeo.ch au moyen de sondes géothermiques CH-8057 Zurich
fermées, 1994
– Instructions pratiques pour la protection Traduction française
Suter Consulting
des eaux souterraines, 2004 CH-3005 Berne et CH-1095 Lutry (VD)
– www.environnement-suisse.ch www.suterconsulting.com
Géothermie
L’utilisation de la chaleur terrestre
Aperçu, technologies, visions

Editeur : Office fédéral de l’énergie (OFEN) · CH-3003 Berne


Distribution : OFCL · Diffusion des publications · CH-3003 Berne · www.bbl.admin.ch/bundespublikationen
Numéro de commande 805.016f/10.2006/1500