Vous êtes sur la page 1sur 2

c   (diablo)

est un roman d͛Honoré de Balzac, écrit en 1835, dont la publication commence dans la Revue de Paris et qui paraît en 1835 en
librairie. Il fait partie des Scènes de la vie privée de la Comédie humaine. Le Père Goriot établit les bases de ce qui deviendra un
véritable édifice : la Comédie humaine, construction littéraire unique en son genre, avec des liens entre les volumes, des
passerelles, des renvois. Il est cité par William Somerset Maugham en 1954, parmi les dix plus grands romans.
c 
    (radwan)
est un ensemble d͛ouvrages d'Honoré de Balzac de 137 œuvres comprenant 95 romans, nouvelles, essais1 réalistes,
fantastiques, ou philosophiques, mais aussi des contes, des essais, et 25 œuvres ébauchées, regroupées sous le titre ÿ auches
rattachées à la Comédie humaine2, ainsi que 8 romans de jeunesse écrits entre 1822 et 1825 sous divers pseudonymes, reniés
par leur auteur, mais réédités dans les volumes I et II des Œuvres diverses3 où l'on trouve les germes et les thèmes des œuvres
de la Comédie humaine, Falthurne étant considéré comme la base de Séraphîta4.
Les textes sont classés par milieux sociaux, par lieux géographiques, ou par catégories psychologiques (Scènes de la vie privée,
Scènes de la vie de province) réunis dans des ensembles génériques (ÿtudes de mœurs, ÿtudes philosophiques, ÿtudes
analytiques). L͛écriture de l͛ensemble s͛échelonne de 1829, avec les Chouans, à 1850, avec les ouvrages inachevés à sa mort et
complétés par Charles Rabou : le Député d'Arcis (1854), les Petits ourgeois de Paris, (1856), le Comte de Sallenauve, (1856), et
aussi les Paysans publié en 1854 par sa veuve, Évelyne Hanska.
« Cette idée vint d͛une comparaison entre l͛Humanité et l͛Animalité5. » L͛ambition de l͛auteur était de décrire de façon quasi
exhaustive la société qui l͛entourait, construisant ainsi un édifice qui pourrait « faire concurrence à l͛état civil5 ». Il voulait
enfermer toute son époque dans sa Comédie humaine. Toutefois, en 1837, le titre qu͛il envisage pour son œuvre est ÿtudes
sociales, qui deviendra La Comédie humaine en 1842, en référence à La Divine Comédie de Dante
(L'essentiel du roman se déroule dans une pension de famille. Dans les premières pages, le narrateur décrit très
minutieusement le quartier, la maison, les pièces où va se dérouler la fiction. Il entreprend ici la description du salon avant de
passer à la salle à manger).
Cette première pièce exhale une odeur sans nom dans la langue, et qu'il faudrait appeler l'odeur de pension. Elle sent le
renfermé, le moisi, le rance ; elle donne froid, elle est humide au nez, elle pénètre les vêtements ; elle a le goût d'une salle où
l'on a dîné ; elle pue le service, l'office, l'hospice. Peut-être pourrait-elle se décrire si l'on inventait un procédé pour évaluer les
quantités élémentaires et nauséabondes qu'y jettent les atmosphères catarrhales et sui generisde chaque pensionnaire, jeune
ou vieux. Eh bien, malgré ces plates horreurs, si vous le compariez à la salle à manger, qui lui est contiguë, vous trouveriez ce
salon élégant et parfumé comme doit l'être un boudoir. Cette salle, entièrement boisée, fut jadis peinte en une couleur
indistincte aujourd'hui, qui forme un fond sur lequel la crasse a imprimé ses couches de manière à y dessiner des figures
bizarres. Elle est plaquée de buffets gluants sur lesquels sont des carafes échancrées, ternies, des ronds de moiré métallique,
des piles d'assiettes en porcelaine épaisse, à bords bleus, fabriquées à Tournai. Dans un angle est placée une boîte à cases
numérotées qui sert à garder les serviettes, ou tachées ou vineuses, de chaque pensionnaire. Il s'y rencontre de ces meubles
indestructibles proscrits partout, mais placés là comme le sont les débris de la civilisation aux Incurables. Vous y verriez un
baromètre à capucin qui sort quand il pleut, des gravures exécrables qui ôtent l'appétit, toutes encadrées en bois noir vernià
filets dorés ; un cartelen écaille incrustée de cuivre ; un poêle vert, des quinquets d'Argand où la poussière se combine avec
l'huile, une longue table couverte en toile cirée assez grasse pour qu'un facétieux externe y écrive son nom en se servant de
son doigt comme de style, des chaises estropiées, de petits paillassons piteux en sparterie qui se déroule toujours sans se
perdre jamais, puis des chaufferettes misérables à trous cassés, à charnières défaites, dont le bois se carbonise. Pour expliquer
combien ce mobilier est vieux, crevassé, pourri, tremblant, rongé, manchot, borgne, expirant, il faudrait en faire une
description qui retarderait trop l'intérêt de cette histoire, et que les gens pressés ne pardonneraient pas. Le carreau rougeest
plein de vallées produites par le frottement ou par les mises en couleur. Enfin là règne la misère sans poésie ; une misère
économe, concentrée, râpée. Si elle n'a pas de fange encore, elle a des taches ; si elle n'a ni trous ni haillons, elle va tomber en
pourriture.
Y   
 
Un genre littéraire est une notion de type catégoriel qui permet de classer des productions littéraires en prenant en compte
des aspects de forme (poésie, récit, théâtre), de contenu (aventure, journal intime), du registre (fantastique, tragique,
comique), de style, etc. Divers critères pouvant se combiner et se chevaucher pour déterminer des catégories secondaires, la
liste des genres n͛est pas close et le débat existe depuis Platon et surtout la Poétique d'Aristote
Le fait d͛inscrire une œuvre dans un genre aide à susciter des attentes plus ou moins précises chez le lecteur. Selon la façon
dont une œuvre est présentée (roman, autobiographie, comédie, drame...), le lecteur s͛en fera une vision plus ou moins
stéréotypée, mais qui pourra être remise en question lors de la lecture, surtout dans le cas d͛œuvres fortes. Le genre est donc,
avant tout, une convention qui donne un cadre, une forme plus ou moins précise : c'est un premier échange entre l'auteur et
le lecteur qui se fait au moyen du paratexte. L'étiquetage du genre est parfois délicat à déterminer comme pour l'autofiction
qui joue sur réalité et imaginaire entre roman et autobiographie, le roman à thèse comme Le Dernier Jour d'un condamné qui
appartient au genre du roman et au genre argumentatif, ou encore pour l'épopée à la fois narration et poème͙ Le genre du
Père Goriot est unique mais on l''associe à un roman réaliste. Il s''oppose au romantisme et au classicisme
Y    
Les réalistes, qui évitent l'exceptionnel, nous forcent à penser pour comprendre. Le roman réaliste provoque une réflexion
profonde sur la société en montrant les affrontements des passions et intérêts et l'évolution des êtres Expliquez cela en
prenant appui par ex. sur Bel Ami ou Une vie ou sur ses nouvelles. C- Romans qui évoquent la réalité, qui la peignent ͻ Les
romanciers qui veulent décrire la réalité s'attachent donc à bien situer leur histoire dans un cadre, dans une temporalité...
Noms de villes, observation minutieuse des milieux sociaux. Ex : la famille Roland appartient à la petite bourgeoisie pour qui
l'argent a un rôle essentiel dans Pierre et Jean. Réalité économique et sociale du XIXe siècle décrit par l'évocation de sommes
concrètes[1]. => Évoquez les incipits des romans de Balzac. ͻ Personnages ne sont pas héroïques mais ils ressemblent aux
hommes ordinaires (ex : vulgarité du père Roland est dévoilée par ses paroles « zut », « cristi » et par sa naïveté). ͻ Peinture
du véritable caractère des personnages => Cf. La Ficelle de Maupassant ou les personnages des Rougon-Macquart de Zola :
avarice, violence, débauche... Pas d'embellissement de la réalité, défauts, petitesses, mesquineries, bontés : tout est peint
Alors le genre de notre ROMAN père Goriot est un roman du genre littéraire et précisément genre réaliste .